Version classiqueVersion mobile

Alger, une cité turque au temps de l’esclavage

 | 
Leïla Ould Cadi Montebourg

Chapitre VIII. Rachat des esclaves

Texte intégral

Tractations et prix

  • 1 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 17 « Prosiguen los Padres Redemptores en re (...)
  • 2 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 60. « Prevenimos al (...)
  • 3 Ibid., p. 183. « Y esto los alentaba a pedir altos precios. Con la misma reflexión, procurábamos d (...)
  • 4 Ibid., p. 183-84. « Afectaban los bárbaros más principales y ricos no querer dar la libertad a sus (...)
  • 5 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 12 « Fueron los padres redemptores, a sacar (...)
  • 6 Diario de Argel, año de 1720, abril, fol. 99. « Se advierte que el Rey llamó al Pe fr. Fernando de (...)
  • 7 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 184. « Se hacían co (...)

1Lors des discussions entre acheteurs et vendeurs, les rédempteurs envoyés, souvent chevronnés, s’appuyaient sur l’expérience du père administrateur1, sur celles du consul de France et du vicaire apostolique, pour déjouer les pièges et obtenir les meilleurs prix. Ils usaient aussi de stratagèmes : ils faisaient croire que l’argent de la rédemption ne permettait pas de répondre à une demande exorbitante, aussi en laissaient-ils secrètement une partie — souvent la moitié — sur le navire qui les avait amenés, qu’ils confiaient au capitaine, prétendant ensuite lorsqu’ils décidaient d’y recourir que les trinitaires de l’hôpital et le consul de France le leur avaient prêté, évitant du même coup de payer au beylik les 3 % de taxe sur l’argent qu’ils devaient acquitter2. Lorsque les prix leur paraissaient trop élevés, ils tournaient le dos, faisant mine de n’être nullement concernés, n’achetant que les esclaves à prix modéré ou courant3. Les Turcs n’étaient pas en reste, puisqu’« ils affectaient ces barbares de plus haut rang et riches de ne pas vouloir donner la liberté à leurs esclaves, et, de cette façon, ils leur faisaient demander eux-mêmes leur rachat aux rédempteurs, inventant des ruses extraordinaires qui pussent pousser à la pitié et aviver la compassion4 ». La ruse et la méfiance régissaient les rapports. C’était en somme à qui bernerait l’autre : un bras de fer s’engageait donc entre les parties lors des négociations, comme ce jour où « les pères rédempteurs s’en furent prendre les huit captifs obligatoires du beylik, et le roi voulait qu’ils fussent quatorze ce pourquoi il y eut bataille5 ». Batailler menait parfois aux propos désobligeants. Ainsi le dey dit-il au père administrateur de l’hôpital, Francisco Navarro, qu’il parlait comme un enfant et au père rédempteur qu’il était ivre6. Ces tractations prenaient du temps et n’aboutissaient pas toujours au résultat escompté, particulièrement quand les vendeurs étaient peu nombreux7. Alors, au moment des premiers règlements des sommes dues au deylik, on faisait savoir que les fonds de la rédemption étaient épuisés pour inciter les patrons à vendre, ce qui n’avait aucun effet sur les plus riches, car ils avaient les moyens d’attendre une offre plus séduisante.

  • 8 Ibid., p. 66. « Pedimosle [al dey] licencia para volver a tratar de los esclavos de su golfa y coc (...)
  • 9 De la Faye, Jean, Relation en forme de journal, du voyage pour la rédemption des captifs, aux roya (...)

2Le déroulement des rédemptions obéissait immanquablement au même rituel. Les rédempteurs étaient tenus de commencer le rachat des esclaves par ceux de la chambre et de la cuisine du dey8, puis de continuer par ceux du beylik, enfin de poursuivre par les captifs dont les grands étaient propriétaires avant de pouvoir s’adresser aux particuliers. Le père de la Faye, trinitaire français, lors de la rédemption de 1725, écrit : « Après ce discours il [le dey] nous fit entendre, qu’il en avait plusieurs à lui [d’esclaves] dont il pouroit composer avec nous. Nous étions bien avertis que c’étoit par les siens qu’il faloit commencer ; qu’il y met le prix qu’il lui plaît, & que quand on ne s’y rend pas, il révoque bien-tôt la permission d’en acheter des particuliers ; c’étoit la troisiéme dificulté sur laquelle nous avions des mesures à prendre. Il n’y en avoit pas d’autres que de faire sa volonté, en tirant le meilleur marché qu’il voudroit bien nous faire : il ne faloit pas paraître dificiles sur ce dernier article, pour le disposer favorablement sur le reste ; & sur tout pour l’engager à nous laisser emmener ceux des Flamans Sujets de l’Empereur que nous comtions de confondre avec nos François & les faire passer pour tels : le Dey profitant de son côté en nous vendant les siens à haut prix, nous pouvions espérer qu’il voudroit bien ignorer de quel Païs seroient les autres, dont nous devions composer avec les particuliers9. » D’un côté comme de l’autre, stratégie et rapports de force réglaient les négociations.

  • 10 Ibid., p. 342, le père Jean de La Faye écrit : « Nous dîmes au Dey que nous ne demandions que des (...)

3Au reste, chaque pays rédimait ses nationaux en priorité10 et malgré les obstacles, leurs rédempteurs s’employaient à en obtenir le plus possible. En conséquence, les fonds venus d’Espagne devaient servir à libérer d’abord des Espagnols. Les listes détaillées d’esclaves délivrés, établies au fur et à mesure des rachats par l’écrivain chargé de l’exact compte-rendu, prouvent que l’on procédait bien ainsi. Nous avons étudié les listes des rédemptions de 1718 et 1720 dont l’essentiel, c’est-à-dire les noms des captifs et leur prix, fut recopié par le père Ximénez. Les listes des mercédaires de 1723 et 1724 fournissent les noms, les lieux de naissance, l’âge, le temps de captivité, le prix de rachat, le nom du patron de chaque captif et le lieu de sa capture. Mais elles n’indiquent que rarement le métier qu’ils exerçaient, bien qu’il s’agisse surtout de soldats, plus particulièrement des soldats devenus prisonniers de la régence lors de la chute d’Oran en 1708. Aurions-nous obtenu des résultats différents si le plus grand nombre avait été des civils ? Nous avons constaté par exemple que, lors de la rédemption de 1630 au Maroc par les trinitaires d’Espagne, les captifs rédimés étaient aussi des soldats. Il serait donc intéressant d’examiner un certain nombre de rédemptions pour établir s’il s’agissait d’une constante. Il faudrait alors en conclure qu’il y avait là une option politique du pouvoir royal espagnol.

4Malgré ce manque, nous observons quelques permanences. En effet, les détenteurs d’esclaves ; Turcs, Juifs ou Maures, appartenaient à la classe dominante fortunée. Les premiers d’entre eux, le gouvernement d’Alger et le dey, étaient les grands propriétaires, puisque les captifs étaient employés à la réalisation de travaux publics. L’examen précis des lieux de capture dans des secteurs stratégiques sont souvent ceux que nous avons signalés. Nous ne reviendrons donc pas sur ce point, sauf pour préciser que les personnes qui furent raflées à terre, le furent sur leur lieu de naissance ou dans son voisinage et que parmi les soldats rédimés, beaucoup furent pris dans les forts d’Oran ou lors de leur transit entre Melilla, Ceuta, Majorque et l’Espagne. Les hommes étaient les plus nombreux, étant donné que les femmes et les enfants accompagnaient parfois leur mari, mais voyageaient rarement. Les corsaires les enlevaient aussi sur les côtes, quand ils en avaient l’occasion, mais ces occasions se firent de plus en plus rares, c’est pourquoi elles étaient, comme les enfants, en petit nombre. Voici la liste des femmes et des jeunes filles libérées en 1723 et 1724 (tableau 22 page ci-contre et tableau 23 p. 361).

Rachat des femmes

  • 11 Don Luis de Alarcón, noble, célibataire, né à Murcie, esclave du juif David en février, d’un coulo (...)

5L’absence de correspondance entre le temps de captivité et les prix montre qu’en 1723 il n’y avait pas de lien apparent entre le temps de captivité et le prix de l’esclave. En revanche, il existait un rapport évident entre le prix et l’âge des femmes. En général plus elles étaient âgées et moins leur prix était élévé. Ainsi les jeunes filles et les jeunes femmes célibataires étaient-elles libérées contre une assez forte somme, ici contre 509, 5 et 550 pesos. Quant aux femmes de plus de 20 ans, leur prix lié à leur âge l’était aussi à leur mérite et à leur rang, car les trinitaires avaient pour règle, non seulement de préférer racheter les enfants et les femmes davantage en péril, à tous les autres, même si ces femmes étaient avancées en âge, mais encore de racheter à un prix raisonnable, selon le mérite et la condition personnelle, comme le confirme le récit des déboires de don Luis de Alarcón11. En 1723, María Cargallo, âgée de 56 ans est vendue 210 pesos, quand Margarita Asensio qui en a 40 est rachetée 200 pesos. Mais prix et âge allaient souvent de pair : les prix baissaient quand l’âge augmentait.

Tableau 22. — Femmes et fillettes rachetées en 1723

Tableau 22. — Femmes et fillettes rachetées en 1723

6Un autre facteur, lié à la condition de l’esclave, entrait en jeu : le statut du patron. En effet, des dignitaires de la régence, l’interprète du dey et l’un de ses secrétaires obtinrent 550 et 300 pesos et Mahamet Jocha, écrivain du dey, le boluk bassi, gradé de l’odjac, vendirent leurs esclaves 300 pesos, tandis que Habraham et Judío Muza qui étaient juifs reçurent les sommes les moins élevées : moins de 200 pesos. Les patrons et le beylik investissaient pour un profit immédiat et futur en achetant des esclaves estimées en fonction non seulement de leur âge, mais aussi de leur mérite et de leur condition ; selon leur état de fortune. Si bien que le statut des maîtres correspondait assez à celui des esclaves : à maître riche et puissant, esclave riche et puissant. Ferons-nous le même constat en 1724 ?

7En 1724 nous ne trouvons toujours pas de parallélisme entre temps de captivité et prix des esclaves. Mais l’âge et le prix de rachat des fillettes et des femmes sont encore liés : Josefa Ramos âgée de 3 ans est libérée contre 640 pesos et Catalina Ferrer contre 457. Toutes deux sont rachetées au même prix que leurs parents, tandis que deux jeunes filles de 14 et 17 ans sont rachetées au prix maximum de 640 pesos. Pour les femmes de plus de 20 ans, nous retrouvons le même mouvement qu’en 1723. Ces prix sont, nous le savons, liés à l’âge, mais ils sont aussi relatifs au statut social des esclaves, parallèle à celui du maître. Comme en 1723 les prix au-dessus de 450 pesos sont demandés par le gouverneur — autrement dit par le dey — son interprète, un écrivain du dey et le raïs Viquer, c’est-à-dire par les dignitaires de la régence. Les sommes les plus basses, allant à deux maures : Mahamt Moro et Mostafa Cherif. Or, nous savons que le dey choisissait ses esclaves en fonction de leur rang, de leur fortune réelle ou supposée, de leurs compétences, de leur robustesse, de leur jeunesse et de leur beauté, s’assurant ainsi une vente ultérieure à bon prix et un profit immédiat. Il existait donc des constantes. Jeunesse, mérite et condition des femmes pesaient sur la hiérarchie des prix, qui dépendaient du statut du maître. Autre aspect non négligeable, les prix des femmes et des jeunes filles en 1724 sont plus élévés qu’en 1723, or nous savons, grâce aux mercédaires espagnols venus en rédemption, que 1723 fut une année de disette, de famine, donc de crise.

Tableau 23. — Rachat de femmes et de fillettes en 1724

Tableau 23. — Rachat de femmes et de fillettes en 1724

Rachat des hommes

8En ce qui concerne les hommes, le plus jeune des captifs ayant 3 ans en 1723 et le plus âgé 90 ans, des groupes plus ou moins importants correspondent aux âges suivants : 30, 35, 40 et 50 ans. Celui des 50 ans se compose de plus 45 personnes sur 425 personnes rachetées. Mais les captifs les plus nombreux ont entre 30 et 40 ans et les plus jeunes sont plus nombreux que les plus âgés : 93 captifs ont moins de 30 ans, tandis que les plus de 50 ans sont au nombre de 79. Le groupe médian — 30-40 ans — atteint le chiffre de 252 hommes sur un total de 425 esclaves, soit plus de la moitié des personnes rachetées.

  • 12 La venue des rédempteurs l’année précédente avait sans doute permis la libération de bon nombre d’ (...)

9Retrouverons-nous en 1724, le même phénomène, bien que le groupe soit plus réduit12 et les résultats faussés, car nous ignorons l’âge de 11 esclaves auxquels nous avons attribué faute de mieux l’âge 0, même si des indices indiquent que ce sont des adultes, puisqu’il s’agit de soldats pris lors de la chute d’Oran en 1708 ? Cette fois encore les plus jeunes ne sont pas les plus nombreux, pas plus que les plus âgés. Les autres se répartissent sur deux tranches d’âge : 10-25 ans et 25-60 ans. Les pics englobent, comme l’année précédente, les 30-40 ans, mais s’étendent aux 50-60 ans. Dans les deux cas les plus nombreux sont les hommes de 40 ans.

10Par rapport à 1723, le décalage se situe vers une tranche d’âge supérieure — 50-60 ans — mais les personnes de 40 ans constituent encore le groupe le plus important. Le décalage vers la tranche d’âge des 50-60 ans peut s’expliquer par le rachat de l’année précédente qui avait privilégié les 30-40 ans, laissant sur place un certain nombre de personnes plus âgées. Mais peut-être, faut-il nous pencher aussi sur le temps de captivité de ces hommes.

  • 13 Ximénez, fr. Fr., Viaje y Diario de Argel, año de 1718, diciembre, 4 « No avido forma aunque se an (...)

11En 1723, plus d’un quart a subi l’esclavage durant 8 à 17 ans. Un certain nombre demeura prisonnier au-delà de 15 ans et quelques-uns le restèrent 30, 40, 50 et même 55 ans. Ceux qui dépassaient les 15 années de captivité étaient en général des hommes qui avaient eu des responsabilités dans la guerre contre la régence : le dey refusait par exemple de libérer don Balthazar de Villalba13, commandant de la place d’Oran, comme le roi d’Espagne rejetait toute demande de libération des capitaines corsaires de la régence d’Alger.

12Le plus souvent, les hommes exerçaient leur activité professionnelle au moment où ils tombaient entre les mains des corsaires algériens. Ils étaient donc rentables économiquement. Les rédempteurs s’efforçaient de délivrer le plus vite possible ces hommes, de limiter leur temps de captivité. 33 captifs au total furent libérés après quelques mois d’esclavage. Par rapport à l’ensemble des personnes rédimées, ce nombre demeure infime.

  • 14 Ce temps moyen de captivité est supérieur au temps moyen du xviie siècle.

13En 1724 le temps de captivité le plus long n’est plus de 55 mais de 42 ans. Le plus grand nombre s’échelonne sur 15 années d’esclavage, en dehors du groupe de 62 captifs soldats d’Oran qui furent retenus durant 17 années et une dizaine d’autres qui demeurèrent prisonniers de 21 à 42 ans. Mais plus les années passent et plus leur nombre décroît. Le rachat de 1723 raccourcit sérieusement le temps de captivité de ceux qui restèrent. Enfin, 3 captifs seulement furent rachetés quelques jours après leur capture. D’autres purent quitter Alger au bout de quelques mois, mais leur nombre (13) demeura inférieur à celui de l’année précédente. Nous avons calculé sur les deux années de rédemption — 1723-1724 — que le temps de captivité moyen des esclaves rachetés était de 9 années environ14.

14En 1723, l’âge des 425 prisonniers rachetés est lié aux années de captivité : au fur et à mesure que le temps passe, l’écart entre les plus jeunes et les plus âgés s’amenuise : la moyenne d’âge s’élève. Mais il existe une concentration de population au niveau des 50 ans, quel que soit le temps de captivité. Après 17 années d’esclavage, la fourchette des âges se concentre entre 30 et 50 ans. On notera aussi quelques erreurs de l’écrivain qui ne connaissait pas les esclaves : certains seraient d’un âge inférieur à leur temps de captivité, puisque nous voyons deux personnes âgées respectivement de 10 et 15 ans apparaître dans les tranches de 15 et 17 années de captivité.

15En 1724 le temps de captivité se trouve raccourci ; le plus fréquent se situe au-dessous de 15 années pour des hommes aux âges très divers, entre 1 an et 80 ans. Le palier des 17 années d’esclavage, assez important, concerne les 35-50 ans surtout ; les soldats faits prisonniers à Oran en 1708. Au-delà de ce palier, les hommes, bien moins nombreux (275 captifs rachetés) ont entre 50 et 70 ans. Le rachat de l’année 1723 a eu une incidence sur la population captive en 1724 : d’une part les captifs sont moins nombreux, d’autre part l’âge des captifs les plus âgés s’est abaissé : 80 ans au lieu de 90. La durée de captivité a diminué ; la captivité la plus longue étant de 42 années contre 55 en 1723. La plupart des hommes qui ne restèrent que quelques mois esclaves à Alger avaient entre 11 et 56 ans ; les jeunes gens étant les plus nombreux. Enfin, le rachat après quelques jours d’esclavage concernait aussi les jeunes gens. Le nombre d’esclaves rachetés a diminué, du fait du moins grand nombre d’esclaves espagnols restant à Alger, mais cette baisse était peut-être aussi liée à la montée des prix de 1724.

Prix de rachat des captifs

  • 15 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1718, diciembre, 13 « Oy se fue la redempción de nuestra (...)

16Nous connaissons le prix de cent quatre-vingt-quinze captifs rachetés en 1718 (tableau 24 page ci-contre) sur deux cent soixante-sept qu’aurait emmenés la rédemption, selon le chiffre fourni par le père Ximénez15. Le prix du captif du beylique le plus courant était de 225 pesos d’Espagne, d’après les données partielles que nous possédons. La fourchette des prix était large et en relation avec le statut de chaque captif et celui de son maître : de 115 à 3 000 pesos. Il semblerait que les prix que donne le père soient ceux des esclaves du deylique. Comparons avec les prix de 1720 (tableau 25 page suivante page ci-contre).

Tableau 24. — Prix des captifs en pesos en 1718

Tableau 24. — Prix des captifs en pesos en 1718
  • 16 C’était le prix ordinaire de l’esclave du beylique.

17En 1720 nous constatons une différence : même si le prix de rachat du captif du beylique se maintient à 225 pesos16, les prix sont en plus grand nombre inférieurs à cette somme. La fourchette des prix varie entre 57 et 1 000 pesos. Mais, comme le compte-rendu de la rédemption faite par le père manque de rigueur, nous ne savons pas exactement quel est le nombre d’esclaves rachetés, ni le prix de tous les captifs, puisque folio 100 le père écrit : « On a racheté aux particuliers à différents prix les [captifs] suivants » : 59 au total. D’autre part, les prix fournis sont, à l’exception de 20 captifs de particuliers, des esclaves du deylique.

  • 17 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)

18Les trinitaires ne rachetèrent que 183 personnes en 1720, contre 267 en 1718. Le chiffre est-il exact17 ? Sans doute les esclaves espagnols étaient-ils moins nombreux à cause de la rédemption faite en 1718. En 1720 le dey céda 79 esclaves du beylique à 57 pesos l’un. Or nous savons que les esclaves qui ne rendaient plus les services attendus étaient revendus à bas prix. Pourtant, 55 esclaves du beylique furent encore vendus à 225 pesos. En 1720 le prix le plus élévé fut de 1 000 pesos. Par rapport à 1718 les esclaves furent vendus à un prix inférieur. Si nous cherchons à préciser le prix moyen du captif en nous fondant sur nos données, incomplètes malheureusement, nous obtenons 367,9 pesos en 1718, contre 191,5 pesos environ en 1720 ; presque deux fois moins, même si le prix ordinaire de l’esclave du beylique restait le même : 225 pesos d’Espagne. D’après le père, 1720 fut une année de crise monétaire. Cela pourrait expliquer cette baisse : la valeur du peso espagnol augmentant, puisque les rachats se faisaient en piastres espagnoles.

Tableau 25. — Prix des captifs en pesos et pataques en 1720

Tableau 25. — Prix des captifs en pesos et pataques en 1720

a. Le mot « forzosos » était le terme qui désignait les esclaves que les rédempteurs avaient l’obligation d’acheter. En général ceux qui n’étaient plus rentables au travail. Le père dit en avril 1720, fol. 95-96. « El Rey les hizo fuerza en que avían de llevar diez y seis de los impedidos, y que no aprobechanpara el trabajo ».

Tableau 26. — Nombre de captifs par prix, rachetés en 1723

Tableau 26. — Nombre de captifs par prix, rachetés en 1723
  • 18 Un seul captif fut vendu au prix largement supérieur de 5 095 pesos, prix exceptionnel.

19En 1723 les mercédaires espagnols rachetèrent 425 captifs. Le captif du beylique, malgré les dires des mercédaires, n’était plus à 225 pesos mais plutôt à 150 et 200 pesos. Les prix s’échelonnaient entre 137518 et 64 pesos comme le montre le tableau 26. Nous avons mis en relief — en caractères gras — les groupes les plus nombreux afin de souligner les prix les plus fréquents.

Tableau 27. — Prix et nombre de captifs rachetés en 1724

Tableau 27. — Prix et nombre de captifs rachetés en 1724

20Les 200 pesos sont vite atteints. Puis, la somme s’élève progressivement jusqu’à 400 et 500 pesos, gagne d’abord les 500, 550 puis les 1 000 et 1375 pesos. Quelques pics apparaissent, qui marquent un nombre plus ou moins important de captifs vendus à certains prix. 1723 fut une année de crise frumentaire, si bien que le cours de l’esclave n’atteint pas des sommets. Le coût en pesos d’Espagne est plus faible : soit la monnaie du pays est à ce moment-là dévaluée, soit on préfère peut-être avoir moins de bouches à nourrir et vendre à moindre prix, plutôt que voir l’esclave mourir : une perte pour le maître.

21Nous avons récapitulé le nombre de captifs par prix en 1724 (tableau 27).

22En 1724, 68 captifs, soit le quart des captifs environ, furent vendus au-dessus de mille pesos. Les autres prix se situaient au-dessous de 557 pesos avec une poussée à 272 pesos. Récapitulons les fourchettes des prix sur les quatre années (tableau 28 page suivante).

23En 1720 la chute des prix est importante. Elle concorde avec le trouble monétaire que nous examinerons plus loin. Puis, en 1723, année de crise frumentaire, les prix repartent à la hausse, bien que nous n’ayons pas pris en compte le prix le plus élevé — prix exceptionnel de 5 095 pesos — qui ne concernait qu’une seule personne.

Tableau 28. — Fourchette des prix des captifs rachetés

Tableau 28. — Fourchette des prix des captifs rachetés

24Enfin en 1724 la hausse bat son plein. C’est l’année où la fourchette des prix est la plus large. Les prix plancher baissent irrégulièrement, mais les prix les plus élevés subissent plus fortement les variations.

Figure 19. — Fourchette de prix des esclaves de 1718, 1720, 1723, 1724

  • 19 Nous verrons dans le chapitre suivant, consacré à l’économie, que le salaire du manœuvre était d’u (...)

25L’analyse des données des rédemptions faites en 1723 et 1724 ont permis de dégager des constantes qui correspondent aux options de rachat des trinitaires ainsi qu’au comportement des patrons. Par ailleurs, le temps de captivité par rapport au xviie siècle a augmenté. Il est passé de 4 à 5 années de captivité à 9 années au moins, en moyenne. De plus, l’examen des prix sur quatre années permet de constater une évolution qui trahit un trouble monétaire et des années de crise. Crise monétaire en 1720 et crise frumentaire en 1723. Malgré ces variations, comparés au salaire du manœuvre19, les prix restaient élevés.

Notes

1 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 17 « Prosiguen los Padres Redemptores en rescatar de particulares y ya an rescatado algunos, a que ayuda mucho el P. Administrador por el grande conocimiento que tiene de los cautivos y Patrones y industria para concertarlos, y entre ellos a un niño ginoves, que se hallava en bastante peligro ; porque su patrón le solicitava a la sodomía, a que se avía resistido con bastante constancia ». (Les pères rédempteurs continuent à racheter des esclaves aux particuliers et ils en ont déjà racheté quelques-uns, ce à quoi le père administrateur aide beaucoup par la grande connaissance qu’il a des captifs et des patrons et par son habileté pour les négocier, et parmi eux il y a un enfant génois qui se trouvait en assez grand péril ; parce que son patron le poursuivait de ses assiduités, qu’il avait repoussées avec assez de constance.)

2 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 60. « Prevenimos al mismo consul y al P. Administrador estubiesen advertidos para decir, en caso necesario, que nos avían prestado la cantidad que dexamos oculta en el navío por no pagar tantos derechos. Lo qual si supiese el Rey, no solamente obligaría a pagarlos, sino a más crecida suma en castigo del fraude ».

3 Ibid., p. 183. « Y esto los alentaba a pedir altos precios. Con la misma reflexión, procurábamos despreciarlos y despedirlos, sin hacer exemplares que no fuesen de precios hordinarios y moderados ».

4 Ibid., p. 183-84. « Afectaban los bárbaros más principales y ricos no querer dar la libertad a sus esclavos, y al mismo tiempo hacían que ellos clamasen por su rescate a los redemptores, inventando ardides irregulares que moviesen la piedad y avivasen la compasión ».

5 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 12 « Fueron los padres redemptores, a sacar los ocho cautivos forzosos de Baylique, y el Rey quería que fuessen catorze en que ubo bastante combate ».

6 Diario de Argel, año de 1720, abril, fol. 99. « Se advierte que el Rey llamó al Pe fr. Fernando de la Purificación borracho, y al Pe Administrador fr. Francisco Navarro le dixo que hablaba como un niño ».

7 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 184. « Se hacían con pausa los rescates, en que fue preciso subir algo los precios, porque eran pocos los vendedores ». (Les rachats se faisaient lentement, il fallut alors monter un peu les prix, parce que les vendeurs étaient peu nombreux.)

8 Ibid., p. 66. « Pedimosle [al dey] licencia para volver a tratar de los esclavos de su golfa y cocina — que son forzosos, y por donde se empieza la redención —, suplicándole con rendimiento usase piedad e hiciese buen camino a los pobres cautivos españoles ».

9 De la Faye, Jean, Relation en forme de journal, du voyage pour la rédemption des captifs, aux royaumes de Maroc et d’Alger pendant les années 1723-1724 et 1725, Paris, Louis Sevestre, M. DCC. XXVI, p. 343-344.

10 Ibid., p. 342, le père Jean de La Faye écrit : « Nous dîmes au Dey que nous ne demandions que des François : à la vérité nous pensions aussi à retirer le plus que nous pourions de Flamans, même de ceux qui sont sujets de l’Empereur, parce que beaucoup de nos Confrairies de la Flandre se trouvent dans le païs de la domination de Sa Majesté Impériale : nous avions entre les mains des aumônes de la Flandre, du Païs Autrichien & de Liège, que le Père Mackar avoit aportez avec lui, que nous devions emploîer, comme il était juste, au rachat des Sujets de chaque souverain ».

11 Don Luis de Alarcón, noble, célibataire, né à Murcie, esclave du juif David en février, d’un couloughli en juin 1719, fut fait prisonnier par les Turcs en 1708, au moment de la prise de la ville. Puis il fut racheté un très bon prix, à cause de son rang, par les mercédaires. Manquant de chance, alors qu’il se rendait à Rome pour obtenir une dispense pour se marier, il fut de nouveau pris par les corsaires d’Alger.
Mis sur le marché aux esclaves, il fut racheté au prix fort à cause de son ancien statut par un juif qui le reconnut, si bien que, lorsque, en 1718, les trinitaires voulurent le libérer, ils ne purent le faire, car son patron en demandait trop, selon eux.

12 La venue des rédempteurs l’année précédente avait sans doute permis la libération de bon nombre d’esclaves espagnols de la tranche 30-40 ans.

13 Ximénez, fr. Fr., Viaje y Diario de Argel, año de 1718, diciembre, 4 « No avido forma aunque se an echados grandes empeños, para que el Governador quiera el rescate de Dn Balthasar de Villalva sino que muera en Argel cargado de trabajos. » (Il n’y a pas eu moyen bien que de grands efforts aient été faits pour faire accepter par le gouverneur le rachat de Dn Balthazar de Villalba, il ne veut que sa mort à Alger dans les pires souffrances.)

14 Ce temps moyen de captivité est supérieur au temps moyen du xviie siècle.

15 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1718, diciembre, 13 « Oy se fue la redempción de nuestra orden y llevan doscientas y sesenta y siete personas rescatadas del bárbaro poder de los mahometanos, entre relixiosos, eclesiásticos, mugeres, hombres y niños. Y otras cinco personas que se quedan que son dos renegados, un enfermo quebrada una pierna y otros dos que se quieren ir por otra parte y uno que se ha muerto. »

16 C’était le prix ordinaire de l’esclave du beylique.

17 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 523 donne le chiffre de 165 et le père Ximénez de 163.

18 Un seul captif fut vendu au prix largement supérieur de 5 095 pesos, prix exceptionnel.

19 Nous verrons dans le chapitre suivant, consacré à l’économie, que le salaire du manœuvre était d’une cinquantaine d’aspres (la piastre d’Alger valait 696 aspres).

Table des illustrations

Titre Tableau 22. — Femmes et fillettes rachetées en 1723
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Tableau 23. — Rachat de femmes et de fillettes en 1724
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/557/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Tableau 24. — Prix des captifs en pesos en 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/557/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 25. — Prix des captifs en pesos et pataques en 1720
Légende a. Le mot « forzosos » était le terme qui désignait les esclaves que les rédempteurs avaient l’obligation d’acheter. En général ceux qui n’étaient plus rentables au travail. Le père dit en avril 1720, fol. 95-96. « El Rey les hizo fuerza en que avían de llevar diez y seis de los impedidos, y que no aprobechanpara el trabajo ».
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/557/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Tableau 26. — Nombre de captifs par prix, rachetés en 1723
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/557/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Tableau 27. — Prix et nombre de captifs rachetés en 1724
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/557/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 28. — Fourchette des prix des captifs rachetés
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/557/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 19. — Fourchette de prix des esclaves de 1718, 1720, 1723, 1724
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/557/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search