Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alger, une cité turque au temps de l’esclavage

 | 
Leïla Ould Cadi Montebourg

Chapitre VII. Les Rédemptions

Texte intégral

Les ordres rédempteurs : mercédaires et trinitaires

Les mercédaires

  • 1 Selon Paul Deslandres la fondation de l’ordre de la merci « fixée au 10 août 1218 par ses historie (...)

1Les trinitaires et les mercédaires fondèrent leur ordre, les uns en 12181, les autres en 1198, dans un élan de compassion, pour collecter des fonds, afin de racheter les chrétiens captifs qu’ils estimaient soumis au martyre de la captivité en terre d’Islam. Ils se vouèrent à une forme d’assistance qui exigeait parfois le sacrifice de leur liberté, voire de leur vie. L’ordre de Notre Dame de la Merci fut institué par Pierre Nolasque. Pris de pitié pour les chrétiens tombés aux mains des musulmans, il décida de créer un ordre qui se consacrerait au rachat de ces prisonniers. Le roi Jaime I intervint personnellement dans la fondation. Aussi les mercédaires portaient-ils le blason de la maison d’Aragon, de l’église de Barcelone et une croix d’argent sur leur vêtement qui se composait d’une robe de serge blanche, d’un scapulaire et d’une chape noire. Cet ordre militaire adopta la règle de saint Augustin et fut approuvé par le pape Grégoire IX qui adressa sa bulle de confirmation le 17 janvier 1235 à la maison Sainte Eulalie, nom de la première fondation.

  • 2 Le Bras, Gabriel, (sous la direction de), Les Ordres Religieux, la vie et l’art, t. 1, Flammarion, (...)

2Pierre Nolasque confronté aux limites de ses ressources, malgré l’aide qu’il reçut, créa dans les villes et les bourgs des confréries, afin de récolter des aumônes destinées à racheter les captifs. Il fixa à chaque couvent un territoire dont il était responsable. Enfin, il faisait conduire par les villes les captifs libérés, qui rendaient témoignage de leur condition de captifs. Il fit vendre parfois tout ce que possédaient ses couvents pour payer les rançons demandées par les musulmans et il décida que les religieux donneraient jusqu’à leur liberté, si cela devenait nécessaire. Aux trois vœux habituels de religion, les mercédaires ajoutaient celui de s’offrir à prendre la place d’un esclave dont le salut éternel paraîtrait en danger. Les constitutions, rédigées en catalan au chapitre général de 1272, définissaient ainsi la mission de l’Ordre : « Tout l’Ordre, tout le labeur et l’œuvre de ses moines peuvent se ramener à ceci : travailler de bonne volonté et de bon cœur à visiter et délivrer les chrétiens qui sont au pouvoir des sarrasins ainsi que des autres ennemis de notre foi. Pour effectuer cette merçi, que tous, comme fils de la véritable obéissance, soient joyeusement disposés à sacrifier leur vie ; s’il le fallait, comme le Christ l’a fait pour nous2. »

  • 3 Dans leur mémoire, La captivité et les pères de la trinité en terre d’Islam au xviie siècle, cas d (...)

3Malgré leur petit nombre ces religieux déployèrent une activité prodigieuse. Un dicton castillan qui figure dans toutes les collections de proverbes espagnols, s’exprime ainsi : « les frères de la merci sont peu nombreux, mais travaillent bien ». (Los frailes de la merced son pocos, mas hacénlo bien). Une statistique évalue à 500 000 le nombre de captifs rachetés par eux3. On leur confia le service spirituel des galères. Christophe Colomb leur demanda de se charger de l’évangélisation du Nouveau Monde. Ils y réussirent parfaitement et l’ordre se développa très vite.

Les trinitaires

  • 4 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)
  • 5 Ibid., p. 106.

4Les trinitaires furent, vingt-trois ans après leur fondation, les concurrents directs des mercédaires, non seulement parce que les deux ordres adoptèrent au départ la règle de Saint Augustin, mais aussi parce qu’ils sollicitèrent des fidèles des aumônes afin de racheter les captifs, encore que les trinitaires devaient y joindre le tiers de leur revenu. L’ordre aurait été fondé en 1194 avec la création de la maison-mère à Cerfroid4. C’est dans ce lieu solitaire que le Christ Rédempteur, entre deux captifs enchaînés, apparut à saint Jean de Matha (1154-1213) qui célébrait sa première messe le 28 janvier 1193, selon le père Porres Alonso5 — et non en 1195 —, devant l’évêque de Paris et l’ensemble du clergé. Dans le diocèse de Meaux, à Cerfroid, il traça les grandes lignes de l’ordre avec Félix de Valois dont il suivait l’enseignement, avant de se rendre à Rome pour proposer au pape ce projet. Innocent III confirma l’ordre le 16 mai 1198 par une bulle suivie d’une seconde, le 17 décembre de la même année, par laquelle il approuvait la Règle, après accord de l’évêque de Paris et de l’abbé de Saint Victor. Le 3 février 1199, une bulle consistoriale signée par Innocent III et seize cardinaux mit sous la protection pontificale le nouvel ordre, lui concédant les privilèges, les pouvoirs et les immunités habituels. Enfin, le 8 mai 1199, les premiers rédempteurs partaient, munis d’une lettre du pape au roi Miramolín, pour le Maroc où ils rachetèrent des captifs.

La règle trinitaire

  • 6 Ibid., p. 113.
  • 7 Actas Ordinis Sanctissimae Trinitatis. Roma 1919 (hasta 1993, 12 v.). 1 (1921o 279, 280, nn. XX y (...)
  • 8 Regla Trinitaria, cap. 14. Cité par Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariad (...)
  • 9 À cette époque les rachats faits par les trinitaires français du Nord se faisaient en Orient et en (...)

5La règle primitive, calquée sur celle de saint Augustin, consacrait l’ordre à la Sainte-Trinité. Les trinitaires se soumettaient aux vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Le supérieur de chaque couvent devenait le ministre avec autour de lui trois clercs et trois laïcs. Les trinitaires appelés à se déplacer pour racheter les captifs ne devaient aller qu’à dos d’âne. Cette règle fut modifiée à plusieurs reprises, en 1217, puis en 1220 et en 1263. Enfin, elle fut approuvée par Clément IV, en 1267, pour permettre aux trinitaires de monter des mules, puis des chevaux afin d’aller plus vite. « Les constitutions rédigées vers 1263 (ou peu après) supposent la présence et l’utilisation courante de chevaux dans les maisons, car seul est prohibé la possession personnelle, à moins que le religieux ne soit au service d’un prince, d’un évêque ou d’un archevêque comme chapelain ou aumônier ; et elles prohibent aussi qu’un simple religieux chevauche avec deux chevaux6 ». D’autres dispositions de la règle organisaient les conditions du voyage. En chemin, il était permis aux trinitaires d’acheter « bien qu’avec modération et si cela est nécessaire du vin et du poisson en temps de Carême ; et si on leur donne quelque chose qu’ils en vivent et qu’ils divisent le reste en trois parts. Mais s’ils se sont déjà mis en route pour rédimer des captifs, tout ce qu’on leur donne, frais déduits, ils doivent l’employer à la rédemption des captifs7 ». De même « dans les villes, les bourgs et les hameaux où ils ont des maisons, que jamais ils ne mangent ni ne boivent ailleurs, si ce n’est à l’occasion dans une maison — même si quelqu’un insiste — excepté de l’eau dans les maisons honnêtes, ni n’osent passer la nuit hors des dites maisons. Que jamais ils n’habitent, ne mangent, ni ne boivent dans des tavernes et autres lieux mal famés. Et que celui qui aura osé agir ainsi, soit soumis à un dur châtiment, au verdict du ministre8 ». C’est toujours dans la même optique, qu’en 1263, l’autorisation leur est donnée d’aller en Terre sainte et de manier de l’argent, mais les Constitutions de 1319 interdisent qu’un religieux puisse traverser la mer9 sans l’autorisation du provincial.

  • 10 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)

6La règle prévoyait qu’un tiers des ressources devait servir au rachat des captifs. Les deux autres tiers du revenu profitant au couvent et à l’exercice de l’hospitalité, chaque couvent était tenu d’avoir une infirmerie. En 1200, Jean de Matha créa à Marseille l’hôpital Saint Martin et le couvent de Porte Galle pour recevoir les captifs rachetés. Des trinitaires partirent ensuite pour la Catalogne, où le 30 novembre 1201 s’ouvrit à Avingaña (Serós, Lérida) le premier couvent espagnol, puis, à Tolède en 1206, l’archevêque fit don d’un hôpital qu’il était en train de construire dans le quartier des Français. À Ségovie, le 2 février 1208, l’évêque invita les gens du diocèse à donner un salaire par an ou un tiers de boisseau de blé à l’hôpital des trinitaires. À Burgos, le couvent fut — croit-on — fondé en 1207, date à laquelle il fut fait donation de terres et de biens sis à Burgos et à Lara. Le 21 juin 1209, dans une bulle, le pape Innocent III mentionne la donation qu’il leur fit de la maison hôpital de Saint Thomas in Formis à Rome et dans la bulle suivante du 12 juillet 1209 il énumère les biens qui constituaient cette ex-abbaye bénédictine. Les trois premières maisons furent Cerfroid, Planels et Bourg-la-Reine et jusqu’en 1213 les créations se succédèrent. La maison de Marseille fut mentionnée pour la première fois le 21 mars 1203. En novembre de la même année, l’archevêque d’Arles donna aux trinitaires l’autorisation d’avoir une église et un cimetière, entre la ville et le faubourg. Dans le diocèse de Nîmes, à Saint-Gilles, une autre maison s’ouvrit, « dont l’hôpital de Saint-Jacques est mentionné dans la bulle du 10-VII-120310 ». Enfin, il y eut bien d’autres fondations en France et en Espagne.

  • 11 En réalité, avant d’effectuer la tripartition des revenus on déduisait tous les frais estimés à la (...)
  • 12 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)
  • 13 Ibid., p. 115, « Ya sea pagando un precio razonable por su rescate, ya por el rescate de cautivos (...)

7La naissance de l’ordre et son organisation eurent donc pour fondement le rachat des captifs chrétiens, « incarcérés pour la foi du Christ par les païens », auquel un tiers des revenus était affecté11. « La fin principale de la rédemption [étant] la santé spirituelle, pour y parvenir on [prit] comme moyen la rédemption du corps ». Le père Bonifacio Porres Alonso entend ce texte de la façon suivante : « Une œuvre de miséricorde corporelle, mais exercée avec des visées plus hautes pour sauver la foi et la vie chrétiennes des baptisés12. » Cette œuvre devait se faire « soit en payant un prix raisonnable pour leur rachat, soit pour le rachat de captifs païens, pour qu’ensuite, moyennant un échange raisonnable et de bonne foi, le chrétien soit racheté en échange du païen, selon les mérites et la condition des personnes13 ». L’ordre se situait ainsi d’emblée dans une logique d’économie des moyens financiers et de hiérarchie sociale.

  • 14 Ibid., p. 135.

8Lié dès le départ au Saint-Siège, le pape avait approuvé la règle et les modifications de l’ordre trinitaire qui ne dépendait d’aucune autorité civile, contrairement aux mercédaires, subordonnés au pouvoir royal. Il encouragea et protégea son œuvre rédemptrice et sa collecte des aumônes, pour des raisons de foi et pour les implications sociopolitiques que cela entraînait dans les relations entre la chrétienté et le monde musulman. « En étant adressées à tous les évêques et prélats ou à tous les chrétiens, leurs lettres [celles des papes], quelques encycliques, manifestent une double tendance : d’une part, ils applaudissent et soutiennent l’activité de l’Ordre, en la présentant devant le peuple chrétien ; d’autre part, ils réprimandent, et parfois très sévèrement, les évêques et les prêtres qui s’y opposaient, qui mettaient des obstacles ou qui ne favorisaient pas la “divulgation” de l’œuvre, des privilèges de l’Ordre et la collecte des aumônes pour sa réalisation. La plus importante de toutes ces lettres est celle qu’Innocent IV envoya le 9 août 1245 “universis Christi fidelibus”, où après un préambule louangeur à l’adresse de ceux qui, “étant pauvres d’esprit, spontanément portent le poids de la pauvreté pour pouvoir aider plus largement les pauvres”, il dit que les “fratres Ordinis Sancte Trinitatis et Captivorum” travaillent de toutes leurs forces pour servir les pauvres dans le dénuement et les malades qui accourent vers eux de toutes parts et au rachat des captifs ». Pour cela il exhorte dans le seigneur tous les fidèles à coopérer aux œuvres de piété, en les recevant gentiment et poliment en leur donnant l’aumône, pour que ce qui de leur main a été offert aux pauvres sur terre, leur obtienne de la main de ces mêmes pauvres un trésor au ciel14.

Organisation, fonctionnement et activité de l’ordre

  • 15 En France, le provincial était nommé par le général.

9L’ordre trinitaire fut structuré. Le ministre ou supérieur du couvent fut élu parmi les prêtres par tous les frères. Il tenait chapitre tous les dimanches avec ses religieux. Les ministres de la province choisissaient à l’unanimité — en Espagne du moins — un provincial originaire de la province dont il devait avoir la charge15. Mais, quand les ministres ne parvenaient pas à se mettre d’accord, le général le désignait. Les étrangers n’étaient pas systématiquement écartés, mais ils devaient avoir l’aval du grand-ministre. Le provincial détenait un certain pouvoir, puisque sa tâche consistait principalement à procéder à des enquêtes. En son absence, un commissaire général le remplaçait. Il n’avait pas les mains totalement libres, puisque les évêques et les réguliers pouvaient ordonner des visites apostoliques. Enfin, le chapitre général, réuni tous les ans en assemblée, contrôlait le grand-ministre ou général, choisi par avance et qu’il avait élu à vie. Néanmoins il pouvait être destitué par trois ou quatre ministres ou par trois ou quatre frères des plus religieux. Enfin, nul ne pouvait briguer ce poste s’il n’était ministre d’un couvent. Le général visitait les couvents, réformait, confirmait les provinciaux et les ministres et préservait les privilèges de l’ordre. Il désignait son alter ego, le vicaire général qui détenait les mêmes pouvoirs et qui le remplaçait quand il s’absentait ou quand il était malade. C’était en chapitre qu’il ordonnait la rédemption et octroyait leur passeport aux rédempteurs.

  • 16 Paul, Deslandres, l’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plo (...)

10Au commencement, seules en Espagne, les provinces d’Aragon et de Castille existaient. Au milieu du xvie siècle, l’Andalousie fut détachée de la Castille. « L’unification de l’Espagne n’empêchait pas l’existence du régionalisme, puisque Gaguin établit l’alternance entre la Catalogne, l’Aragon et le royaume de Valence pour le provincialat. En 1586, Bernardino de Mendoza, ambassadeur de Philippe II, fut chargé de demander à Bernard Dominici de choisir un vicaire général pour les quatre provinces de la péninsule Ibérique. Cette innovation ne porta point atteinte à l’indépendance de chaque province, car, en 1780, le provincial d’Aragon, ayant voulu faire la visite en Castille, en fut empêché par les religieux, aux termes d’une bulle de Clément VII16 ». Enfin, le chapitre général se tenait chaque fois en un lieu différent : à Valladolid, à Jaen, à Arévalo en 1497 et en 1513, à Santa María de las Virtudes.

Ressources pour la rédemption des captifs

  • 17 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., p. 124-125.
  • 20 Ibid., p. 130.

11En mai 1263, étant donné la difficulté qu’avait l’ordre à appliquer la règle de la « tertia pars », tant à cause de l’opposition des donateurs que de la grande pauvreté qu’elle entraînait pour certains couvents, la règle fut modifiée pour prendre en compte cette réalité, tout en restant fidèle à la stricte séparation du tiers des revenus du couvent destiné au rachat des captifs. Clément IV la confirma en 1267, dans la forme établie par ceux qui l’avaient modifiée à Paris. Cette part, mise sous clef, ne pouvait être touchée sans l’accord du général, de son vicaire ou des visiteurs de la province. On institua « l’office de visiteur dans chaque province ; il devait annuellement faire sa tournée des couvents pour évaluer leurs biens et ainsi séparer avec plus de fiabilité et plus de sécurité le tiers pour les captifs17... Les dites taxes se firent en fonction des produits et des biens de chaque couvent, le chapitre indiquant la part que chacun devait mettre de côté et payer pour la rédemption18 ». Les papes accordèrent néanmoins des dérogations, jusqu’à ce que Grégoire XIII étendit « toutes les grâces, privilèges et exemptions accordées par ses prédécesseurs aux trinitaires, et en particulier à la province de Castille, à tout l’ordre en 1575, à la demande du général Bernardo Dominici19 ». Cela n’empêcha pas de trouver des anomalies dans certains couvents, notamment ceux de France, aux xviie et xviiie siècles, quand Urbain VIII fit faire le tour des maisons des trinitaires français, les Mathurins, dans le montant des sommes affectées à la rédemption des captifs : par exemple « sur 33 544 livres de rentes, les quatre provinces du Nord payaient seulement 199 livres de taxes ; et ainsi le couvent de S. Mathurin à Paris sur 10 000 livres de produit annuel qu’il percevait ne donnait que 18 livres ; Meaux sur 1 800 livres n’en donnait que 6 ; Fontainebleau sur 1 600 n’était taxé que de 6 livres ; et tous les autres l’étaient dans la même proportion20 ». En somme, le fondement même de l’ordre, le rachat des captifs qui reposait sur la « tertia pars », fut mis à mal lorsqu’il fallut concrétiser la règle. Elle fut mitigée afin de tenir compte de la réalité et des systèmes de contrôle furent mis en place pour éviter son dévoiement, sans pour autant l’empêcher totalement.

12À ces taxes perçues annuellement par les taxatores, aux revenus procurés par les confréries, s’ajoutaient les aumônes collectées, les legs des particuliers, et la totalité des dons remis aux rédempteurs lors de leur voyage. En outre, l’année où se faisait un rachat, on demandait des contributions exceptionnelles. À l’origine l’ordre centralisait les fonds, puis le système de rachat changea : quand la rédemption générale devint rédemption particulière, bon nombre de couvents gardèrent à disposition leurs propres ressources.

Les confréries

13Les confréries permirent de grossir le produit de la collecte des aumônes soutenue par la papauté, ce qui mit en concurrence mercédaires et trinitaires. Ce système n’était pas nouveau. Les templiers et les autres religieux, au milieu de xiie siècle, en tous lieux, s’appuyaient sur les confréries pour recueillir des aumônes destinées aux hôpitaux. Le concile de Latran III en 1176 dénonça les abus des religieux et mit en place des règles pour y remédier. Le concile suivant, Latran IV, en 1215, mentionne les privilèges accordés aux réguliers et à ceux qui assument leur association, distinguant trois degrés dans cette union avec les religieux : les confratres, oblati, [donati], fraternitas.

  • 21 Paul, Deslandres, l’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plo (...)
  • 22 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)

14Comme le rachat des captifs exigeait des sommes très importantes que le tiers des biens propres des couvents ne suffisait pas à couvrir, les trinitaires étaient amenés à gager ces biens. Aussi saint Jean de Matha eut-il recours aux pratiques des autres ordres : il s’appuya sur les confréries pour financer, non seulement la rédemption des captifs, mais encore les hôpitaux. C’est pourquoi la règle de 1198 ordonnait au ministre du lieu d’instruire tous les dimanches les religieux, mais aussi les familiers pour les inciter à participer à l’œuvre, en faisant un don. Les dispositions prises au xve siècle aboutirent à payer un droit d’inscription pour entrer dans la confrérie ; en 1403 elle était de 2 francs à Paris. En 1774 « l’entrée dans la confrérie [coûtait] 30 deniers par personne et la cotisation [était] de 5 deniers par an. Pour l’Espagne Diego de Gayangos demanda des équivalents en monnaie du pays ; l’entrée fut taxée à un réal d’argent, la cotisation annuelle étant d’un demi-réal21 ». En contrepartie, les bienfaiteurs obtenaient des indulgences et le pape accorda « le droit de choisir son confesseur qui puisse les absoudre tous les ans, en dehors des cas réservés au Saint-Siège et accorder une fois dans la vie l’absolution générale22 ». Tous les mois avait lieu la procession du scapulaire, le dimanche choisi par les ministres, avec l’autorisation de l’Ordinaire diocésain, si la procession se faisait hors du couvent. Profession de foi publique et adoration de la très Sainte-Trinité qui invitait au don pour les captifs. Les membres de la confrérie portaient ce jour le scapulaire blanc avec la croix rouge et bleue qui ressemblait à celui des religieux de la trinité. Venait s’ajouter encore pour aider à l’œuvre des trinitaires l’achat de livrets d’indulgences.

15Clément VIII, par sa bulle du 7 décembre 1604 pour mettre fin aux inévitables abus, soumit tous les ordres réguliers et les archiconfréries séculières à une norme. Dans chaque village, dans chaque bourg et ville, il n’était possible de créer qu’une seule confrérie, qui ne pouvait appartenir à aucune autre institution, ni à aucune autre confrérie. Pour sa fondation, il fallait recourir à l’autorisation de l’Ordinaire diocésain, lorsque quelques personnes du village en avaient fait la demande. Il était essentiel que l’Ordre, dans la personne du général, fût d’accord. À partir de 1608 le Procureur Général devant le Saint-Siège devait donner son aval. « Dans la pratique, le Général s’occupait des confréries en France et aux Pays Bas, tandis que le Procureur Général se consacrait à l’Italie et à l’Europe centre-orientale et les Provinciaux respectifs aux associations d’Espagne, du Portugal et aux territoires coloniaux. Pour les déchaux, l’Italie était de la compétence du Procureur Général, tandis que l’Espagne, le Portugal et son empire d’une part, l’Europe centre-orientale d’autre part, dépendaient respectivement du Général et du Commissaire Général, qui alternaient dans cette charge, tous les six ans (à partir de 1740) pour les deux groupes de nations.

  • 23 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)

16Les devoirs généraux des associés furent déterminés par les brefs pontificaux du 6 août 1608, du 10 février 1690 et du 16 septembre 1723. La cotisation d’entrée n’était déjà plus obligatoire comme condition pour gagner des indulgences et jouir des privilèges, car saint Pie V, le 8 février 1568 et Paul V, le 6 août 1608, abrogèrent les indulgences liées à une aide pour l’œuvre hospitalière et rédemptrice. En même temps, on concédait de nouvelles grâces et de nouvelles indulgences, conditionnées uniquement par des pratiques de caractère spirituel, laissant une totale liberté à chaque association pour établir sa propre contribution en faveur des captifs et des œuvres locales de bienfaisance et de culte. Mais pour participer aux bienfaits spirituels de l’Ordre, la condition, à laquelle on ne pouvait déroger, était toujours la remise directe des dons des membres de la confrérie et des fidèles à un supérieur trinitaire23 ».

Collecte des aumônes

17Non seulement le pape Honoré III encouragea les dons des confréries, mais il appuya encore par sa lettre du 19 février 1217 la collecte des aumônes dans les villages, demandant aux archevêques, aux évêques, aux abbés et autres prélats de protéger l’activité des trinitaires et d’exhorter les paroissiens à la soutenir par leurs dons. Elle demanda aux rois, aux comtes et vicomtes et autres princes de leur accorder leurs faveurs, d’empêcher qu’on ne les maltraitât et de les dispenser de payer rentes ou tributs. Jean XXII par exemple, en 1319, ordonna aux évêques et à tous les autres prélats de donner des lettres aux trinitaires et à leurs messagers, afin de recueillir des aumônes pour rédimer les captifs, aux curés et aux recteurs des églises de les recevoir avec courtoisie, de convoquer les fidèles et de leur permettre de prêcher pendant la messe. Il concèda aux bienfaiteurs de grands privilèges et des indulgences spéciales et il ordonna d’excommunier ceux qui s’élèveraient contre l’activité des trinitaires. Urbain VI, estimant que les dons des fidèles étaient indispensables pour faire face à tant de dépenses, ordonna aussi aux évêques de soutenir fermement les trinitaires, leurs procureurs ou leurs nonces, en leur remettant des lettres pour collecter les aumônes. Il en fit encore une obligation en 1378, puis en 1384. L’intervention répétée des papes pour favoriser l’action des trinitaires laisse supposer que le clergé obéissait de mauvaise grâce et mettait des obstacles à cette quête en faveur des hôpitaux de l’ordre et de la rédemption des captifs. Certains s’opposaient ouvertement en refusant de les recevoir, les expulsaient de leurs églises, exigeaient une partie des aumônes recueillies et même certains héritiers ne voulaient pas remettre les legs laissés par les défunts à leur profit. Clément VI par sa bulle du 1er avril 1343 s’opposa à ces comportements, en menaçant de retirer aux uns leurs bénéfices et d’excommunier les autres, confirmant par ailleurs l’indulgence de 3 ans et de 40 jours pour ceux qui contribueraient à aider les trinitaires par leurs dons.

  • 24 Paul, Deslandres, l’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plo (...)

18Tout cela montre à quel point le Saint-Siège soutint dans leur collecte de fonds, pour le rachat des captifs et pour l’hospitalité, les trinitaires nés de l’esprit de croisade : bras droit de l’Église dans sa lutte contre les musulmans, mobilisant et faisant pression sur le clergé et la société civile, afin de servir autant leur dessein que celui de l’Église. On comprend donc qu’il y ait eu, dès le xive siècle, rivalité entre trinitaires et mercédaires dans la quête des aumônes. En Espagne cependant, les religieux de la merci auraient eu l’avantage, estime le père Deslandres, trinitaire qui affirme qu’« à la fin du xviiie siècle les Trinitaires combattaient encore juridiquement le prétendu patronage royal et la “privative” de racheter, soi-disant donnée aux Mercédaires24 ». En fait, les deux ordres avaient des privilèges communs ; ils étaient en possession de biens vacants et du cinquième des biens des morts intestat, quand jusqu’au quatrième degré ils n’avaient pas d’héritiers. Leur rivalité s’exprimait à propos de certains privilèges accordés, soit par le roi, soit par le pape : quand un privilège était octroyé aux uns, les autres se plaignaient. « Alors, le roi trouvait un motif de “subreption”, fondé sur l’omission de quelque clause dans la requête des Trinitaires pour révoquer le privilège de ceux-ci et en conférait aux Pères de la merci, etc. Ce jeu de bascule dura deux siècles. Charles Quint tenta de réconcilier les deux ordres en 1527. Le 30 juillet fut signé à Valladolid un traité “pour la paix et la tranquillité” qui reposait sur une égalité de traitement. Ce traité spécifiait que :

  • 25Mostrencos” ou biens vacants.
  • 26Algaribos” ou biens sans propriétaires, trouvés en mer ou en rivière.
  • 27 Paul, Deslandes cf. note 1 page précédente.

Il y aura fraternité entre les deux ordres. Les bassins “mostrenco25” et “algaribos26” seront également répartis et l’Espagne sera partagée entre eux.
Pour les biens communs, lorsqu’un des deux ordres ne fera pas de rédemption, il sera fait un compte spécial.
On ne pourra pas prêcher deux tournées de suite avec les mêmes bulles.
Si les deux ordres font simultanément un rachat, les quêteurs respectifs seront au moins à 80 lieues de distance.
Chaque ordre invitera son concurrent aux processions qu’il fera.
Les deux ordres se communiqueront leurs privilèges. Chacun aura deux prédicateurs généraux de la rédemption, qui feront un sermon sur la bulle commune.
Aucun ne dissipera à son profit l’argent de la rédemption.
Chacun aura des troncs dans ses couvents ; les dons de moins de 100 maravédis ne seront point partagés.
Les frais des privilèges apostoliques seront payés en commun.
Tout privilège particulier sera nul.
Les procureurs des deux ordres jureront d’observer la transaction27 ».

19En France, les mêmes difficultés surgirent entre les deux ordres. La même solution d’égalité fut arrêtée un siècle plus tard, qui ne calma pas réellement le jeu. Pourtant, lorsque les deux ordres firent ensemble des rédemptions, l’entente s’établit.

Quêtes, legs, rentes et biens immobiliers

  • 28 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)
  • 29 Ibid., p. 151.

20Les tournées de quête venaient compléter les taxes versées par l’ordre. À l’origine, seul le ministre était autorisé à les faire et seulement dans son district. L’évêque devait l’autoriser. Puis on envisagea, pour éviter de trop longues absences du ministre, des tournées de quêteurs. À ce propos, le père Porres Alonso écrit : « Le ministre de chaque couvent a le droit de promulguer, dans les limites de son territoire, l’œuvre de rédemption, les indulgences concédées par les Souverains Pontifes en sa faveur et la collecte des aumônes. Quand il ne peut pas s’occuper de tout, il choisit comme procureur une ou plusieurs personnes, soit de l’ordre ou du couvent, soit extérieure. Pour cette dernière la charge reposait sur un véritable contrat public particulier établi devant notaire28. » Les deux parties se mettaient d’accord sur les conditions de la collecte et de sa rémunération. Pour l’Espagne, les constitutions ordonnaient que dans toutes les affaires on évitât le plus possible les procureurs séculiers, « car à cause de cela l’ordre a été l’objet de nombreux scandales et de diffamations, étant donné que les laïcs prennent connaissance des secrets de l’ordre29 ».

21Les dons pour le rachat des captifs, que sollicitaient les trinitaires, étaient librement offerts par les fidèles, sans qu’il fût nécessaire d’établir un acte notarié. Seuls les dons importants, venant de familles riches, pour racheter les leurs, se faisaient devant notaire, quand une grande quantité d’argent était remise sur le champ par la famille ou lorsqu’il s’agissait d’une promesse de rachat — « promissio redemptionis » —, si le montant promis après rachat était élevé. Précautions nécessaires quand les intermédiaires agissaient dans leur intérêt personnel. Les trinitaires recevaient aussi par legs testamentaire des sommes plus ou moins importantes pour leurs hôpitaux et la rédemption des captifs, que les héritiers et les curés devaient leur remettre sans en rien retenir. En Espagne, la publication solennelle de la rédemption précédait ces tournées de quêtes et l’on affichait dans les églises l’annonce de la rédemption et les testaments. En même temps, les rédempteurs s’informaient auprès des administrateurs des lieux du nombre de captifs, de leur nom, de leurs parents, de leur âge, de l’aumône pour leur rachat.

  • 30 Ibid., p. 156.

22Outre les aumônes et les legs, ils disposaient de rentes fixes et du produit des locations d’immeubles, les juros ; pensions perpétuelles sur les rentes publiques : « Ainsi don Lorenzo de Figueroa y Córdoba O. P., évêque de Sigüenza, laissa-t-il en 1595 au couvent de Madrid un juro de 6 029 réaux de rente annuelle — pour que deux trinitaires assistassent en permanence à Alger les captifs et pour qu’ils rachetassent des fillettes et des garçonnets — [et] le frère Pedro de la Concepción, fondateur et restaurateur des hôpitaux d’Alger, avec 45 000 écus qu’il avait récoltés en Amérique, acheta à Madrid en 1661-1662 plusieurs juros de rente fixe pour entretenir les dits hôpitaux30. « Sur les autres rentes fixes, les censos, ou pensions annuelles sur des immeubles, le procureur des captifs d’une province ou le procureur d’un couvent particulier touchait ceux qui appartenaient à la rédemption. Il en allait de même pour les locations de maisons qui revenaient à la rédemption ou à sa procure provinciale ou locale. Il existait aussi des fondations ou patronages en faveur des captifs. Ces œuvres faisaient parfois elles-mêmes des rédemptions ou versaient leurs fonds, soit aux trinitaires, soit aux mercédaires — qui leur rendaient des comptes — pour racheter en leur nom des esclaves chrétiens.

Les collecteurs de fonds

23Pour récupérer un certain nombre de ces fonds, les trinitaires eurent l’habitude de nommer quelques séculiers auxquels les Rois Catholiques concédèrent, en 1475, des privilèges et des exemptions qui rendaient la charge attirante. Ils les conservèrent jusqu’au xviiie siècle. Ces síndicos de la redención avaient comme devoirs de :

  1. Loger gratuitement chez eux les religieux de l’ordre.
  2. Recueillir :
    1. Les mandas pías (legs testamentaires) et les autres biens laissés dans les testaments pour les captifs.
    2. Les séptimas habituelles appelées en Espagne « mandas forzosas », au nombre de sept, à raison de cinq maravédis chacune.
    3. Les quintos, ou cinquième partie des biens intestat, s’ils n’ont pas d’héritier jusqu’au quatrième degré.
    4. Tous les biens des « desaparentados » ou décédés sans parentèle.
    5. Les algaribos ou naufrages, soit les biens trouvés en mer ou en rivière sans propriétaire.
    6. Les mostrencos, c’est-à-dire, n’importe quel bétail ou objet dont le propriétaire restait introuvable.
  3. Collecter les aumônes du tronc qu’on doit mettre dans chaque église.
  4. Demander la récolte d’un jour de moisson et de vendange, redevance due au Frère.
  5. Demander l’aumône ordinaire dans les maisons et les églises les dimanches et jours de fêtes, en disant : « donnez l’aumône pour l’amour de la très Sainte-Trinité pour la Rédemption des captifs ».

24Les produits recueillis devaient être consignés dans un livre pour rendre compte au religieux commis par ses supérieurs ou au couvent le plus proche. En France, des auxiliaires laïques, les marguilliers, eurent des avantages et un rôle comparables.

25Plus tardivement, aux xviie et xviiie siècles, pour recueillir et administrer les biens appartenant à la rédemption, chaque couvent nomma un — ou plusieurs religieux — comme procureur des captifs. Ils faisaient tous les ans leur parcours habituel, pour percevoir, selon une liste définie qu’ils avaient sur eux, les sommes fixes que presque tous les conseils des villes, des villages et des hameaux versaient ordinairement pour la rédemption. Les assignations testamentaires en faveur des captifs et les rentrées venues des fondations pieuses, pour les mêmes fins, étaient aussi un chapitre important.

Organisation des rédemptions et obligations des rédempteurs

  • 31 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)
  • 32 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)
  • 33 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y not (...)
  • 34 Paul, Deslandres, l’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plo (...)

26Organiser une rédemption demandait du temps, puisqu’il fallait disposer des ressources nécessaires au rachat avant de faire le voyage. Il fallait donc, une fois la rédemption proclamée dans les villes, les villages et les hameaux, rassembler les aumônes, les legs, les sommes que des familles remettaient aux trinitaires pour racheter les leurs, les fonds des confréries et des fondations et les joindre à l’argent versé par les couvents trinitaires. Lors de la rédemption de 1580-1581 qui permit le rachat de Cervantès. « On [rendit] publique..., écrit le père Porres Alonso, la rédemption très longtemps à l’avance dans toutes les villes, villages et hameaux de la Péninsule pour qu’elle arrivât à la connaissance des familles qui avaient en Afrique quelqu’un de ses membres esclave et pour que les fidèles contribuassent avec leurs aumônes31 ». Aussi entre la publication et la réalisation de la collecte, plusieurs mois s’écoulaient. Il fallait aussi accomplir un grand nombre de formalités qui permettaient de mener au mieux la rédemption, avec du reste l’autorisation de l’évêque et du roi. En France, le chapitre général désignait les rédempteurs. En Espagne, c’était le Définitoire qui les choisissait parmi les ministres le plus souvent, parce qu’il fallait avoir été reconnu digne d’administrer un couvent pour aller en rédemption, même si rien n’excluait les frères. Le lieu de la rédemption était sélectionné par le chapitre général ou le grand-ministre, selon l’état dans lequel se trouvait le pays ou en fonction des souffrances des esclaves. Mais la destination habituelle restait l’Afrique du Nord ; le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Néanmoins, il y eut des rédemptions exceptionnelles ; à Tripoli, à Constantinople et en Hongrie. Le Provincial de Castille et ses quatre définiteurs32 remirent donc aux pères Juan Gil, procureur général de l’ordre et à Antón de Bella ministre de Baeza un pouvoir dans le but de faire un voyage à Alger pour racheter au nom de la province de Castille les chrétiens captifs. Le provincial, les supérieurs et les autres religieux étaient garants et responsables de tous les actes des rédempteurs dans l’accomplissement de leur mission. Le Provincial d’Andalousie en faisait autant au nom des couvents andalous. Philippe II remit des lettres aux rédempteurs, leur donnant la permission et une commission pour aller à Alger et pour recevoir les charités et les aumônes, ainsi que les dons inscrits dans les testaments selon les dernières volontés des personnes décédées. Il fallait aussi une carte de franchise pour les rédempteurs français et une sauvegarde remise par le roi d’Espagne aux rédempteurs espagnols pour sortir du pays l’argent ou les marchandises destinés au rachat des esclaves, aux deys et aux grands des États Barbaresques33. « La sauvegarde royale, approuvée par le conseil du roi, est portée par un notaire, qui tiendra registre de toutes les dépenses, fixera la date du départ et le port d’embarquement34 ».

  • 35 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Indice, à la suite de l’index, après les prières dites à l’hôpi (...)

27La première formalité à remplir consistait d’abord à obtenir non seulement un sauf-conduit du roi, mais encore un passeport du dey d’Alger. Il fixait les conditions de la rédemption et permettait aux rédempteurs de voyager avec un peu plus de sécurité. Avant de partir, comme les trinitaires qui allaient à l’hôpital d’Alger, ils recevaient une bénédiction. Le père raconte : « Une fois le décret du roi, nécessaire pour faire la rédemption, obtenu ainsi que le sauf-conduit du prince sur le territoire duquel elle doit se réaliser, les procureurs généraux la rendront publique six mois avant dans tous les bourgs les plus importants d’où elle part, et deux mois avant on fera dans tous les couvents de l’ordre une publication solennelle, avec sermon et procession selon la coutume qu’on en aura et le jour où les rédempteurs ou religieux devront partir, la communauté se réunira dans l’église et à genoux ou assis près du prélat, il leur fera à dessein une brève exhortation, et quand il aura terminé on dira les prières suivantes35. » Après la cérémonie du départ, les religieux, acompagnés d’une escorte fournie par le roi pour protéger les fonds, prenaient le chemin de Carthagène, pour embarquer et faire voile vers un port d’Afrique du Nord, non sans avoir fait enregistrer les sommes exportées outre-mer.

  • 36 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y not (...)

28Ce laissez-passer incluait des obligations auxquelles devaient se soumettre les rédempteurs. Ils se voyaient contraints à un certain nombre de contrôles : ils devaient se présenter aux autorités habilitées du port d’embarquement pour vérifier que les fonds exportés correspondaient au montant figurant sur leur document. L’argent était enfermé dans des caisses scellées, marquées et numérotées. La somme de chaque caisse devait être enregistrée par un écrivain du royaume nommé par le roi et le Conseil Royal. Dans l’appendice V de son ouvrage, page 419, Melchor García Navarro donne le détail de la procédure d’enregistrement des fonds36. Les rédempteurs étaient aussi dans l’obligation, six mois après leur sortie du port, d’apporter la preuve de la façon dont ils avaient employé cet argent et dans le délai de trente jours ils devaient renvoyer au Conseil du roi le passeport annoté et signé au dos par les diverses autorités qui avaient rempli les formalités exigées. Au retour, rédempteurs et captifs rachetés subissaient la mise en quarantaine pour prouver qu’ils n’étaient pas porteurs de la peste.

  • 37 Ibid., p. 428. « Pero, teniendo noticia que en Berberia ay falta de bonetes, pedrería, hilo de oro (...)

29Le roi intervenait aussi, mais en sous-main, dans l’échange de chrétiens avec des musulmans quand il s’agissait de Turcs, surtout de raïs, car l’entreprise de rachat restait privée, les rédempteurs engageant leurs ressources personnelles. Néanmoins, ils avaient à répondre aux prescriptions du Conseil royal de Castille. Il leur fallait notamment utiliser trois livres de comptes tenus par l’écrivain désigné par le roi et le Conseil royal pour la rédemption, l’un réservé aux religieux pour y inscrire les maravédis reçus en aumônes, les testaments et les dons particuliers, le second restant entre les mains du provincial de l’ordre, le troisième revenant au Conseil du roi ; aux personnes chargées du dossier. Les sommes reçues en chemin devaient être portées par l’écrivain sur ce livre dans l’ordre où ces sommes avaient été offertes. Un reçu indiquant le nom du donateur, le montant du don et à quel effet il avait été donné, signé de tous, était remis aux donneurs. Les religieux devaient envoyer un état au provincial de l’ordre et au Conseil du roi avant de quitter le territoire. Ils ne pouvaient emporter que des liquidités en réaux de huit et de quatre et non, comme ce fut le cas autrefois, des marchandises à vendre pour racheter les esclaves, sauf si ces marchandises permettaient un gain profitable à la rédemption. Mais les conditions étaient dictées, « sachant qu’en Barbarie les chéchias, les pierres précieuses, le fil d’or et d’autres marchandises manquent, les dits religieux peuvent employer la quantité qu’ils voudront dans la ville de Valence, s’ils pensent qu’ils en auront bénéfice ; et tous doivent assister à l’achat et non les uns sans les autres, et que tout soit fait en présence du dit écrivain, en toute clarté37 ». En matière financière non seulement le contrôle était sévère, mais il était encore assorti d’un contre-pouvoir en la personne de l’écrivain nommé. De plus, ils étaient tous ensemble responsables. Les rédempteurs n’avaient d’autre marge de manœuvre que l’adaptation au terrain des règles imposées.

Règles de rachat

  • 38 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y not (...)
  • 39 Ibid., p. 429.

30En matière de rachat des règles étaient aussi édictées. Pour les rachats demandés par des particuliers, les rédempteurs devaient racheter au prix correspondant à la somme allouée, mais quand elle était insuffisante le complément était pris sur les fonds destinés à la rédemption générale38. Dans ce type de rachat l’argent donné devait être dépensé pour répondre à la volonté de ceux qui avaient fait ce don, mais si la personne à racheter était décédée ou avait renié, cet argent devait être rendu, à moins qu’il n’ait été stipulé que dans ces circonstances il devait être employé aux rachats d’autres personnes. Il fallait alors choisir les plus démunis du village ou de la ville du donateur39.

  • 40 Ibid., « Teniendo en consideración y respecto a que se rescaten personas naturales de los Reynos d (...)
  • 41 Ibid., « Pero aviéndoles encomendado alguna particularmente para hazer el rescate de algunas perso (...)

31Quant aux aumônes générales, elles étaient destinées au rachat de tous les captifs possibles, mais toujours selon certaines règles : en prenant en considération « de racheter des personnes originaires des royaumes de Castille, en préférant les enfants et les femmes à tous les autres, même si elles sont avancées en âge parce qu’ils sont davantage en péril, en préférant racheter de la même façon les personnes nées là où l’aumône a été donnée plutôt que les autres40 ». Cependant, si quelques personnes étrangères leur ont été recommandées il leur faudra répondre à la demande et respecter la volonté de celui qui aura donné l’aumône à cet effet41.

  • 42 Ibid., p. 429. « Y no sacarán los captivos que rescataren de poder de las personas que los tubiere (...)

32Les esclaves rachetés devaient rester au pouvoir de leur maître jusqu’à l’embarquement, s’il n’y avait aucune raison d’agir autrement, parce qu’ils étaient de cette façon plus en sécurité et qu’ainsi on évitait des dépenses d’entretien42. Tout cela devait se faire uniquement avec les aumônes, sans gager quoi que ce soit et sans emprunt d’aucune sorte. Les rachats se faisaient obligatoirement devant l’écrivain, qui en faisait foi en notant le signalement des personnes rachetées, leur lieu d’origine, les noms de leurs parents, à qui ils étaient rachetés et à quel prix, le lieu de leur capture et le temps de captivité et si un secours (adyutorio) permettait leur rachat il fallait le déclarer. Le tout était nécessairement signé par l’écrivain qui attestait et conjointement par les rédempteurs qui devaient faire en sorte que le dey empêchât tout captif racheté de contracter des dettes. Ils devaient garder le secret quand il s’agissait de secours remis pour racheter certains captifs, afin d’éviter la montée des prix et la contraction de dettes. Enfin, il convenait de ne jamais se séparer de l’argent ; l’écrivain payait et notait au fur et à mesure des rachats et des paiements. La rédemption terminée, la liste des esclaves délivrés était reprise pour vérifier leur identité à l’embarquement et au débarquement en Espagne, où l’on enregistrait leur nom, le coût de leur rachat et à qui ils avaient été rachetés.

  • 43 Actas... de 1723. B.N., ms. 3549, fols. 52-58.
  • 44 Il est vraisemblable que les trinitaires aient été invités par le général de l’ordre ou le définit (...)

33Si le Conseil du roi intervenait en matière financière dans la rédemption des captifs, le général de l’ordre prodiguait ses conseils aux pères désignés — en dix-neuf points dans le document des mercédaires43 —. D’abord celui de rester unis dans un esprit de charité chrétienne, pour ne créer aucun désordre par une mésentente qui nuirait à leur mission. Le général des mercédaires écrit44 : « Et entendez que vous n’êtes pas envoyés comme rédempteurs de différentes provinces, car vous n’allez pas faire beaucoup de rédemptions, mais une seule, comme fils d’un même père et comme coadjuteurs d’un seul rédempteur, qui est le maître général, à qui revient de façon privative l’office du rachat. Et pour cette raison, les personnes qu’il envoie doivent s’appeler corédempteurs.

34Malgré une si fraternelle et sainte égalité, il sera bien, pour le gouvernement ordinaire et politique et pour les cas ordinaires et extraordinaires, que vous reconnaissiez l’un d’entre vous comme supérieur ; non pour vous commander, mais pour qu’il vous dirige ; non pour qu’il œuvre selon sa volonté, mais pour qu’il rapproche les volontés et les vues de tous. Et il est juste que cette personne soit de la province de Castille, parce qu’elle est la plus ancienne de cette couronne.

  • 45 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y not (...)

35Mais il faut noter que cette autorité ne doit s’exercer que sur tous les sujets de controverse à propos de la rédemption, pour lesquels tous doivent avoir un vote consultatif décisif égal ; et dans les cas où les avis seraient partagés par moitié, la décision sera prise conformément au vote et à l’avis du supérieur ; et s’il leur arrivait de s’écarter des instructions et directives du maître général, nous les admonestons fraternellement et il leur sera demandé d’observer ce qu’il leur a ordonné, et il demandera témoignage de tout à l’écrivain de la rédemption, nommé par le roi et le Conseil Royal, pour que cela le décharge de la faute qui serait commise, et que le même instrument charge de cette faute ceux qui auraient désobéi à ses ordres ; et de la même façon chaque père rédempteur peut dans les mêmes cas pour les mêmes effets demander une assignation ; mais tout cela doit se faire sans bruit, sans éclat ni scandale, mais dans la paix religieuse et dans une conduite chrétienne45 ».

36L’intervention du général ne se limitait pas à la gestion des relations humaines. Les questions d’intendance étaient aussi abordées : le choix du bateau, les conseils à solliciter, ceux du capitaine et des marins en matière de vivres à embarquer, les présents pour le dey et les grands en produits du pays, l’enregistrement des sommes que chaque province emportait en argent, or et bijoux. Tout devait être inventorié avec soin et clarté dans le livre commun tenu par l’écrivain, qui avait pour fonction de noter les avoirs et les dépenses, mais aussi tout le déroulement de la mission. Seuls les rédempteurs et leur entourage devaient embarquer et ne tolèrer aucun autre chargement que le leur. Arrivés à Alger, après les visites d’usage et une fois installés dans la maison qui leur était affectée, ils devaient veiller conjointement sur les fonds comme sur un trésor, car tous devraient en rendre compte au Conseil Royal et à l’ordre.

  • 46 Ibid., p. 435.
  • 47 Certes il s’agit dans ce texte des mercédaires, mais les trinitaires avaient aussi à rendre des co (...)
  • 48 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y not (...)

37Leur première action sera de visiter les bagnes, de redonner espérance aux esclaves, mais ils devront éviter de se laisser attendrir, car ils ne pourront les délivrer tous. Ils rendront visite aux malades et les aideront de leur mieux, les exhortant à se confesser et à communier, car « il est bien de nourrir les âmes avant les corps, car c’est par elles qu’ils les rédiment46 ». Ensuite ils feront le tour des captifs chrétiens sujets du Roi, parce que le roi est le maître de la religion et de la rédemption47, et parce que les aumônes viennent de ses vassaux, mais au cas où un étranger chrétien serait en danger d’apostasie, il faudrait lui donner la priorité et pour celui-là les rédempteurs doivent rester en otage pour le libérer. Il faudra prendre la précaution de vérifier les identités pour éviter l’escroquerie du nom et de l’origine. Les rédempteurs devront s’enquérir dans quelles conditions ils furent capturés et donner la priorité à ceux qui étaient au service du roi ou sur le chemin des Indes, « car la part la plus importante des aumônes de la rédemption leur est destinée48 ». C’est bien ce qu’ont montré les listes des captifs des rédemptions de 1723 et 1724 que nous avons analysées.

  • 49 Ibid., p. 435.

38Il ne faut pas lésiner sur le temps passé à faire cet examen avant de se réunir pour appliquer les directives données et réfléchir avant de commencer à racheter les captifs... « Pour tout cela il convient de prendre le temps de négocier et de payer de la même façon49 ». À la fin de chaque journée le point devra être fait sur les affaires et sur l’argent dépensé et sur celui qui reste, afin de ne pas se trouver endetté et ne pas donner prise aux manœuvres des Turcs.

  • 50 Ibid., p. 438.

39Bien sûr, tous les soirs les pères rédempteurs feront réciter aux captifs un rosaire à la Mère de Dieu et d’autres prières. Si leurs occupations les en empêchent, ils pourront confier cette mission à un prêtre captif ou à un religieux qui n’oubliera pas de prêcher pour les rappeler à leurs devoirs de chrétiens et les exhorter à connaître les bénéfices de Dieu, « car Il les tire du malheur de l’esclavage pour jouir des joies de la liberté50 » et parce qu’Il les a écartés des dangers où ils se trouvaient en étant captifs de cette maudite secte mahométane. Enfin pour éviter les occasions d’offenser Dieu, les hommes seront séparés des femmes.

  • 51 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Indice, à la suite de l’index, après les prières dites à l’hôpi (...)
  • 52 Diario de Argel, Indice, à la suite de l’index, après les prières dites à l’hôpital.
    « Esto acabado (...)

40Pour en terminer, les articles 16, 17 et 18 dictent — la rédemption terminée — leur conduite, leurs actes et le cérémonial aux pères, à Alger, en Espagne, à l’arrivée au port, puis les jours suivants, jusqu’au retour à Madrid où tous devront se présenter avec le livre de compte, où tout est consigné, devant le Conseil royal puis devant le général de l’ordre avec le second livre. Le père Ximénez décrit l’arrivée des rédempteurs à Alger : « Si la Rédemption va à Alger, le père administrateur va accueillir les rédempteurs au moment où ils débarquent et ils les emmènent baiser la main du roi et de là à l’hôpital, où le prêtre revêtu de la chape blanche, une croix dans les mains, la croix, des porte-cierges et le goupillon pour leur jeter de l’eau bénite, viendra les recevoir, et les rédempteurs l’ayant adorée les chantres entonneront solennellement le Te Deum avec les psaumes et les prières que l’on dira ensuite51. » Ce cérémonial se répétera à chaque arrivée des rédempteurs dans un couvent de leur ordre. « Cela terminé, on fera ensuite une procession solennelle avec les captifs et l’on portera en procession la statue de Notre Dame du Remède, et celles de nos patriarches saint Jean de Matha et saint Félix de Valois et l’on chantera l’Ave Maris stella, les hymnes de nos Patriarches et les psaumes des vêpres et si c’est l’heure adéquate on dira la messe de la très Sainte Trinité avec gloria et credo et la deuxième oraison en action de grâce et il y aura sermon52 ». De retour à Carthagène, après examen des personnes par les médecins, la quarantaine commençait, et une fois terminée, les pères passaient avec les captifs du lazaret au couvent, où l’on préparait la procession et les actions de grâce pour le lendemain. Puis, les pères, avant de se séparer, faisaient les comptes de chaque province : ceux de Castille et ceux d’Andalousie. Il ne restait plus aux religieux qu’à rejoindre leur maison d’origine. Tout au long du chemin de retour vers Madrid, partout où les rédempteurs faisaient halte, accompagnés des esclaves délivrés, des actions de grâce étaient dites et une procession solennelle, conduite par la noblesse et le clergé, parcourait la ville. Entre le départ et le retour se situait le séjour à Alger où avaient lieu les tractations entre les acheteurs et les vendeurs ; entre les rédempteurs et leurs interlocuteurs, possesseurs d’esclaves chrétiens. Enfin, la longue procédure des comptes commençait.

41En résumé, trinitaires et mercédaires furent les instruments du pouvoir papal et royal dans leur lutte contre l’islam, mais ils incitèrent aussi par leurs rivalités papes et rois à intervenir, à légiférer, à structurer, à contrôler et à exiger pour éviter les dérives. Les supérieurs des ordres mirent en place des contre-pouvoirs dans un cadre hiérarchique marqué. Sous une expression extrêmement policée, les ordres étaient impératifs, les responsabilités déterminées tout en mettant en avant l’égalité des frères. Ce cadre ne laissait guère sur le terrain de marge de manœuvre, lorsque commençaient la difficile et longue procédure du rachat. Ainsi l’hôpital des trinitaires, enjeu socio-politique, représentait-il à la fois le pouvoir royal espagnol et le pouvoir de l’Église à Alger.

Notes

1 Selon Paul Deslandres la fondation de l’ordre de la merci « fixée au 10 août 1218 par ses historiens, a été ramenée à 1223 et même à 1228, en raison des concordances fournis par les dates établies de la vie du dominicain Raymond de Pennafort ». p. 357.

2 Le Bras, Gabriel, (sous la direction de), Les Ordres Religieux, la vie et l’art, t. 1, Flammarion, Paris, 1977, p. 723.

3 Dans leur mémoire, La captivité et les pères de la trinité en terre d’Islam au xviie siècle, cas d’une rédemption de trinitaires espagnols à Tétouan en 1630, Université Stendhal-Grenoble III, p. 41, paragraphe intitulé : Rédemptions effectuées par les Mercédaires aux xviie et xviiie siècles, Coissard Marie-Claire et Loureiro M. Christine écrivent : « D’après l’article de M. Rodriguez, qui nous donne la liste des rédemptions faites par l’ordre de la Merci, de 1617 à 1719, en Afrique du Nord, nous avons pu comptabiliser environ 85 rachats. Il faut noter que les Mercédaires ont été aidés parfois dans ces rédemptions par les Trinitaires. Nous avons compté que 16 158 captifs avaient pû être ainsi rachetés pendant cette période ; auxquels viennent s’ajouter 330 autres captifs rédimés lors de rédemptions particulières. En ce qui concerne les rédemptions générales réalisées sur le territoire marocain, elles sont au nombre de 12 pour le royaume du Maroc et de 5 pour la ville de Tétouan ».

4 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 101.

5 Ibid., p. 106.

6 Ibid., p. 113.

7 Actas Ordinis Sanctissimae Trinitatis. Roma 1919 (hasta 1993, 12 v.). 1 (1921o 279, 280, nn. XX y XXI). Cité par Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. 1, p. 114.

8 Regla Trinitaria, cap. 14. Cité par Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. 1, p. 114.

9 À cette époque les rachats faits par les trinitaires français du Nord se faisaient en Orient et en Afrique du Nord.

10 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 106, « Por el mismo tiempo se abrió otra casa en Saint-Gilles (dióc. de Nîmes), cuyo hospital de Saint-Jacques viene mencionado en la bula de 10-VII-1203 ».

11 En réalité, avant d’effectuer la tripartition des revenus on déduisait tous les frais estimés à la moitié du revenu brut, ce qui revenait à affecter le plus souvent le sixième de ce revenu. En effet, localement, lors de donations les donateurs refusaient qu’une part des revenus du bien donné servît à la rédemption des captifs, plutôt qu’aux soins des malades et des pauvres locaux, ainsi qu’à l’entretien du bien. Les papes, eux-mêmes, eurent cette attitude.

12 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 112. « Se trata ciertamente de una obra de misericordia corporal, pero ejercida con miras más altas para salvar la fe y vida cristianas de los bautizados ».

13 Ibid., p. 115, « Ya sea pagando un precio razonable por su rescate, ya por el rescate de cautivos paganos, para que después, mediante un canje razonable y de buena fe, sea rescatado el cristiano a cambio del pagano, según los méritos y el estado de las personas ».

14 Ibid., p. 135.

15 En France, le provincial était nommé par le général.

16 Paul, Deslandres, l’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1903 p. 191.

17 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 121.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 124-125.

20 Ibid., p. 130.

21 Paul, Deslandres, l’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1903 p. 335.

22 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 137.

23 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 142.

24 Paul, Deslandres, l’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1903 p. 359.

25Mostrencos” ou biens vacants.

26Algaribos” ou biens sans propriétaires, trouvés en mer ou en rivière.

27 Paul, Deslandes cf. note 1 page précédente.

28 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 149.

29 Ibid., p. 151.

30 Ibid., p. 156.

31 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 311.

32 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 58. Le père Deslandres cite le P. Balme, Cartulaire de saint Dominique, t. 1, p. 193. les correcteurs ou définiteurs sont ainsi nommés parce qu’ils doivent corriger le grand-ministre et définir les points obscurs de la règle. Ils peuvent « constituer, destituer, modifier, ajouter, retrancher, imposer à tous leur autorité et règlementer à perpétuité ».

33 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 417, Apendice V. « Licencia de su Majestad y del Consejo Real de Hacienda, autorizando la salida de España de la redención, lo mismo que la exportación de sus caudales, sin derechos ni impuestos ».

34 Paul, Deslandres, l’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1903 p. 374.

35 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Indice, à la suite de l’index, après les prières dites à l’hôpital. « Sacado el decreto del Rey necessario para hazer la redempción, y el salvo conducto del principe en cuyo territorio se ha de executar se publicará seis messes antes por los Procuradores generales en todas las villas principales, de donde sale, y dos messes antes se hará en todos los conventos de la orden publicación solemne con sermón y processión según hubiere la costumbre ; y el día que se hubiere de partir los Redemptores o Relixiosos, se juntará la comunidad en la iglesia, y puestos de rodillas o sentados junto al Prelado les hará al intento alguna brebe exortación, y aviendo acabado se dirán las preces siguientes. Si va a Argel la Redempción, sale el Pe Administrador a recibir a los redemptores al tiempo de desembarcarse, y los lleva a besar la mano del Rey, y de allí al hospital, donde los saldrá a recibir el preste con capa blanca, una cruz en las manos, cruz y ciriales, y el hisopo para hecharlos agua bendita, y aviendo los redemptores adoradola, entonarán los cantores solemnemente el te Deum laudamus con la preces y oraciones que se dirán después ».

36 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 419, « Y mandamos que primeramente se presente la dicha cantidad ante la justicia principal, alcaldes de sacas del puerto o puertos por donde se hubiere de sacar, y en presencia de dos escrivanos del número, si los hubiere en él, y uno de los nuestros Reynos, quales fueren nombrados por la dicha justicia, jurando primeramente en la forma de hazer bien y fielmente lo en nuestra carta contenido ; y ante los dichos religiosos, y ante Alfonso García Navarro, nuestro escrivano, juntos, y no los unos sin los otros, sienten y pasen los dichos ciento y treinta mill pesos escudos de este pasaporte ; y se anoten y pongan en el cajón o cajones en que han de hir ; los quales se zierren, sellen y marquen y numeren, y se siente por escrito la cantidad de moneda que va en cada cajón, y lo que monta y quanto pesa cada uno, y el número que llevan ; y se cargen en el navío que han de hir, y se asiente por escrito a las espaldas de esta nuestra carta original, y del dicho traslado, signado del escribano, de vos, de las dichas justicias, alcaldes de sacas, aduaneros o dezmeros de los dichos puertos o pasos, en presencia de los dichos escrivanos ».

37 Ibid., p. 428. « Pero, teniendo noticia que en Berberia ay falta de bonetes, pedrería, hilo de oro y otros géneros, puedan emplear en ellos dichos religiosos la cantidad que les pareciere en la ciudad de Valencia, si entendieren que resultare alguna ganancia ; y a todo ello se han de hallar presentes todos, y no unos sin los otros, y que todo lo hagan en presencia del dicho escrivano, para la claridad de todo ello ».

38 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 428. « Los rescates que hicieren sean, ante todas cossas, de los Christianos que hubieren de dinero particular consignado para ellos, llegando la cantidad del entrego al precio del rescate, y, no llegando, supliendo la que faltare del dinero de las limosnas generales que llevaren para la dicha redempción ».

39 Ibid., p. 429.

40 Ibid., « Teniendo en consideración y respecto a que se rescaten personas naturales de los Reynos de Castilla, prefiriendo en ello niños y mugeres a los demás, aun que sean mayores de edad, por haver más peligro en ellos y prefiriendo assimismo los naturales de donde huviere prozedido la limosna a los que no lo fueren ».

41 Ibid., « Pero aviéndoles encomendado alguna particularmente para hazer el rescate de algunas personas estrangeras, procurarán que el dicho rescate tenga efecto, y se cumpla la voluntad de la persona que hubiere dado la limosna ».

42 Ibid., p. 429. « Y no sacarán los captivos que rescataren de poder de las personas que los tubieren hasta embarcarse dichos redemptores para venir a España ; porque en su poder están más seguros y harán menos costa ; esto, no haviendo particular razón por donde conbenga hazer otra cosa ».

43 Actas... de 1723. B.N., ms. 3549, fols. 52-58.

44 Il est vraisemblable que les trinitaires aient été invités par le général de l’ordre ou le définitoire qui choisissaient les rédempteurs à se soumettre à des règles semblables.

45 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 435.

46 Ibid., p. 435.

47 Certes il s’agit dans ce texte des mercédaires, mais les trinitaires avaient aussi à rendre des comptes très précis : pour ce faire un écrivain tenait aussi des livres de compte. Ils devaient se soumettre au contrôle des sommes d’argent exportées et à la quarantaine au retour. Leurs objectifs sur le terrain étaient les mêmes.

48 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), edición, prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 435. « Asimesmo, examinen en qué ocupación estaban cuando cautivaron, haciendo maior aprecio de los que cautivaron en servicio del Rey y en la carrera de Indias, que para éstos es la maior parte de la limosna de la redempción ».

49 Ibid., p. 435.

50 Ibid., p. 438.

51 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Indice, à la suite de l’index, après les prières dites à l’hôpital. « Si va a Argel la Redempción, sale el Pe Administrador a recibir a los redemptores al tiempo de desembarcarse, y los lleva a besar la mano del Rey, y de allí al hospital, donde los saldrá a recibir el preste con capa blanca, una cruz en las manos, cruz y ciriales, y el hisopo para hecharlos agua bendita, y aviendo los redemptores adoradola, entonarán los cantores solemnemente el te Deum laudamus con la preces y oraciones que se dirán después ».

52 Diario de Argel, Indice, à la suite de l’index, après les prières dites à l’hôpital.
« Esto acabado en este mismo día o en otro se hará processión solemne con los cautivos y se llevará en processión la imagen de N. Señora del Remedio, y las de nuestros Patriarchas Sn Juan de Matha y Sn Felix de Valois, y se cantará el Ave Maris Stella, los himnos de nuestros Patriarchas, y Psalmos de vísperas, y si fuere hora competente se dirá missa de la SS. Trinidad con gloria y credo y la segunda oración por acción de gracias, y avrá sermón ».

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540