Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alger, une cité turque au temps de l’esclavage

 | 
Leïla Ould Cadi Montebourg

Chapitre V. Capture d’esclaves

Texte intégral

Capture

  • 1 Belhamissi, Moulay, Les captifs algériens et l’Europe chrétienne, (1518-1830), Alger, Entreprise N (...)
  • 2 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 5 « Dizen, que las fragatas de Mallorca an (...)
  • 3 García Navarro, fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y not (...)
  • 4 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 10 « Esta noche an estado las fragatas de M (...)
  • 5 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 25 « Aviendo salido una fragata de Orán a (...)

1Les exemples précédents dévoilent la façon dont les hommes étaient réduits en esclavage. Mais ils pouvaient l’être dans d’autres circonstances, car « de nombreuses incursions sur le littoral étaient le moyen rêvé et surtout “pas cher” pour acquérir des esclaves avec moins de risques et pourvoir ainsi les marchés spécialisés ou les galères chrétiennes1 ». C’est ainsi que le 5 juillet 1719 « les frégates de Majorque sont venues sur ces côtes et les corsaires sautèrent à terre et emmenèrent beaucoup de Maures, des enfants et des femmes d’un douar, et un Maure qui est venu en rendre compte à la maison du roi a reçu cinq cents coups de bâton2 ». Les corsaires algériens, de leur côté, procédaient de la même façon. C’est ainsi qu’une famille entière fut capturée : « Les cinq restant étaient une famille composée du père, de la mère et des trois enfants ; l’aîné de six ans. Les pauvres furent pris sur l’île Formentera huit mois plus tôt, alors qu’ils étaient à terre, où les Maures sautèrent avec l’effronterie et l’audace qui leur est habituelle3. » Relevons en passant le parti pris du père Ximénez trahi par le vocabulaire qu’il utilise : favorable ou hostile selon l’origine des corsaires. Souvenons-nous de ce que disait le père à propos des frégates de Majorque qui rôdaient le long des côtes d’Alger : « Cette nuit les frégates de Majorque se trouvaient sur les rivages de ce pays et elles ont emmené deux petites barques de Maures, et les chrétiens les ont vues de la pinque qui apporte la pierre à la marine, sans que d’Alger on ait osé lancer la frégate à leurs trousses4. » Même si dans le premier quart du xviiie siècle les côtes européennes étaient plus difficiles d’accès, car les escadres espagnoles et françaises, les frégates de Majorque, les galères maltaises et toscanes, les navires anglais, hollandais, ainsi que les corsaires de tout poil ; espagnols, français et autres veillaient, les corsaires algériens parvenaient quelquefois à enlever des personnes à terre. Mais, parfois, cette forte présence menait à la récupération d’une prise, comme ce 25 février 1719 où le bruit courut que « alors qu’une frégate d’Oran était sortie, elle avait capturé des barques de thon des côtes espagnoles et des corsaires de Majorque étant sortis ils les prirent et firent esclaves les Turcs de la frégate : c’est ce que l’on dit et je ne sais ce qu’il en est. Que Dieu le veuille5 ! ». Le plus souvent cependant, les traités signés avec la France, l’Angleterre et la Hollande restreignaient le champ d’action des capitaines de navires de la régence, c’est pourquoi, comme nous l’avons vu précédemment, lorsque la course n’était plus rentable le divan décidait de rompre les accords passés avec l’une ou l’autre de ces nations pour entrer en guerre.

2On retenait aussi en otages des personnes voyageant sous le pavillon d’une nation dont les marins n’avaient pas respecté les règles en usage ; on les prenait en représailles. C’est ce qui arriva aux soldats espagnols du régiment de Navarre qui se trouvaient sur un navire battant pavillon français, afin d’obtenir la libération des Algériens vendus en Sicile par un capitaine de navire français qui avait été payé pour les conduire au Levant. Mais la plupart du temps il suffisait de faire de mauvaises rencontres en mer et de ne pas avoir le dessus ou d’être en possession d’un passeport non valable ou encore d’un passeport dont on niait la validité. Les Espagnols affrontaient donc aussi des dangers. Fr. Manuel Vazquez Pájaro, dans son prologue au texte de Fr. Melchor García Navarro, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), après avoir analysé les circonstances de la capture des esclaves espagnols, arrive « à la conclusion que la piraterie africaine se nourrissait à cette époque d’Espagnols surpris :

1. Premièrement, sur les côtes de la Péninsule, les côtes des trois mers qui l’entourent... Mais le contingent le plus considérable de captifs c’était les activités de la mer qui le fournissait ; non pas précisément celles de haute mer, mais celles qui se pratiquaient le long des côtes. C’est pour cette raison que prendre la mer était très risqué. Les côtes les plus pénalisées, en allant du plus au moins, étaient : celles de Carthagène, de Málaga, des Baléares, des Canaries, d’Alicante, Cadix, Valence, de la Catalogne, du Portugal, de Galice (la Guardia et Bayona), et les Asturies (très peu).
D’autres côtes non-espagnoles approvisionnaient cependant, de captifs espagnols l’Afrique : celles de Barbarie. “Pris sur les côtes de Barbarie, en course” — lit-on fréquemment dans les registres (tablas) des rédemptions —. C’est que, outre l’État, les particuliers espagnols étaient libres d’équiper des embarcations, de prendre la mer et de s’adonner sous leur propre responsabilité à leurs risques et périls, à la dangereuse aventure de la course...
2. La navigation de haute mer fournissait aussi bon nombre de captifs aux Sarrasins. Étaient très dangereuses : [la route] des Canaries, celle des Baléares et des présides africains ; moins dangereuses : celles de la Sicile et d’Italie ; relativement sûre, celle des Indes.
La sécurité relative de la dernière s’explique aisément... parce que la navigation vers l’Amérique se faisait par le système de convois à partir, au moins de Philippe II.
3. Enfin nos possessions d’Afrique constituaient la dernière source de captifs, qui n’était pas la moins rentable. Comme les escarmouches entre les garnisons des places — celles d’Oran et de Ceuta concrètement — et les troupes musulmanes alentour se succédaient sans interruption aucune, les soldats de l’un ou l’autre parti couraient le grand péril de se voir réduits à n’importe quel moment à la condition d’esclave.

  • 6 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y not (...)

3Telles étaient les sources permanentes de l’esclavage6 ».

4Lorsque nous examinons les lieux de naissance des personnes que le journal du père Ximénez nomme, nous constatons que le lieu d’origine n’est pas toujours indiqué. Cependant si nous rassemblons les éléments épars, nous obtenons la répartition suivante : sur 89 Portugais environ, nous connaissons quelques lieux d’origine qui sont : Esposende (1), Sisimbra (1), Sn Juan de Fos, Setubal (2), Lisbonne (1) et Porto (2) sur la côte et un peu dans les terres, Braga (1), Corucho (1) probablement Coruche et près de la frontière à la hauteur de Badajoz, Campo Mayor (1). Le plus grand nombre venait donc des ports de la côte portugaise.

5Les Açores fournissaient aussi leur contingent d’esclaves : 1 pour l’île San Miguel et 4 pour l’île Terceira, dont 1 originaire de Angra.

6À Alger, les Vénitiens (7), les Napolitains (9), les Siciliens (9), les Maltais (7), les Génois (11), les Hollandais (37) et les Grecs de Morée (12), — faits prisonniers au cours des conflits — étaient sans doute les plus nombreux en dehors des Espagnols et des Portugais, principales cibles à cause de la proximité de leurs côtes. En moins grand nombre on trouvait dans les bagnes : des Français (4 dont 2 originaires du Roussillon), des Corses (1), des Russes (3), des Polonais (1), des Suédois (2), des Norvégiens (1), enfin 1 Milanais. Le nombre de captifs et leur origine dépendaient donc de la tranquillité des relations entre les pays. Ceux qui étaient en guerre avec la régence étaient les grands fournisseurs. L’Espagne et la régence conservaient des relations hostiles, aussi ce pays si proche alimentait-il Alger en esclaves. De plus, il était normal qu’un trinitaire espagnol centrât son récit sur ses compatriotes esclaves, étant donné qu’ils étaient au cœur de son activité. Nous avons de ce fait compté 66 Espagnols dont le lieu d’origine n’est pas indiqué. Pour les Baléares, Ibiza avait fourni plus de 13 personnes ; hommes, femmes (8) et enfants (4) réunis. Majorque 2, dont 1 de Palma. Les Canariens, répertoriés sans indication de lieu, étaient au nombre de 6. Les autres Espagnols esclaves que cite le journal venaient :

  • du nord : de Galice (5), d’Oviedo (3), de Biscaye (1), des Asturies (1), de Pampelune (2 dont une femme),
  • de l’intérieur des terres : de Catalogne (x), d’Aragon (3) ; 1 de Huesca, 1 de Zaragosse, 1 de Utrillas, de Madrid (2), de Orihuela (1), Illescas (1), Tortosa (1), Aronzas (1), Alcalá del Río (1), Écija (1), Lorca (1), Sevilla (2), Córdoba (2). Il s’agissait alors de soldats en transit pris en mer.
  • de la côte méditerranéenne : Barcelone (1), Valence (6), Murcie (2), Puerto de Santa María (3), Málaga (4), Andalucía (2), Cadix (2) Almería (1), Cartagène (1).
  • 7 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 23, fol. 358. « Los Christianos que ay en (...)

7La plupart des pêcheurs ou des marins étaient bien pris sur les côtes ou en mer. Les autres étaient capturés en mer lors d’un déplacement, les côtes sud payant un tribut plus lourd. Les esclaves venaient non seulement de l’ensemble du bassin méditerranéen, mais encore des pays du nord de l’Europe : de Suède, de Norvège, de Pologne et de Russie. En 1720, « les Chrétiens qu’il y a à Alger sont pour la plupart des Espagnols et quelques Italiens... Ici il y a très peu de Français... Les Italiens comme les Portugais et les Flamands, ... sont les nations où il y a le plus d’esclaves7 ».

  • 8 Il faudrait ajouter la totalité des rachats faits par l’autre ordre rédempteur, les mercédaires.

8Nous avons réalisé plusieurs graphiques des rachats et échanges d’esclaves français, portugais et espagnols, par les trinitaires8, sur deux siècles et demi — de 1545 à 1769 —, à partir des récits de rédemptions publiés par Bonifacio Porres Alonso, qui fournissent le nombre de personnes rachetées et parfois échangées ; chrétien contre musulman. Les rédemptions effectuées par d’autres pays européens, livrent des chiffres qui rassemblent les rachats et échanges effectués dans plusieurs pays à la fois, dont Alger. Nous avons décidé de les écarter pour ne retenir que les rachats faits à Alger, puisque cette régence est l’objet du journal du père Ximénez. Le catalogue n’est pas complet, étant donné que, par exemple, le père Comelin dit que le 20 mai 1717 deux-cent trente esclaves ont été rachetés par les pères espagnols. Or, nous n’avons pas retrouvé dans le livre de Bonifacio Porres Alonso cette rédemption. Néanmoins, cette compilation ne manque pas d’intérêt et permet tout au moins d’avoir une idée du nombre de captifs rachetés par trois pays : l’Espagne, le Portugal et la France. D’un autre côté il faut prendre en compte le fait que les rédempteurs venaient racheter les captifs originaires de leur pays, mais qu’ils avaient l’obligation de libérer un certain nombre d’esclaves, qui n’appartenaient ni à leur nation ni au catholicisme romain. En conséquence, le tableau suivant ne donne pas le chiffre réel de captifs de chaque origine, mais le nombre de captifs libérés par les rédempteurs espagnols, portugais et français, sachant néanmoins que le plus grand nombre était espagnol, portugais ou français et que le nombre réel des captifs est supérieur à celui que nous dégagerons.

9Les chiffres rassemblés dans le tableau 15 page suivante seront plus parlants sous forme graphique (figure 14 page ci-contre).

Tableau 15. — Rédemptions

Tableau 15. — Rédemptions

Figure 14. — Rachats (sur 2,5 siècles) par chaque rédemption

10L’Espagne, selon ce graphique, a globalement libéré plus de captifs sur deux siècles et demi que le Portugal et la France et même que la France et le Portugal réunis : On peut en déduire que les esclaves espagnols étaient les plus nombreux, que le nombre des Portugais était assez important alors que les Français tombaient plus rarement en esclavage. Ces résultats confortent donc les précédents. Cependant, pour plus de certitude il serait nécessaire de faire un travail de recherche systématique des documents exploitables dans tous les pays qui ont tiré des bagnes d’Alger des esclaves. Mais que cela ne nous empêche pas d’examiner les résultats obtenus pour chacun des siècles.

Figure 15. — Rachat de captifs à Alger du xvie au xviiie siècle

11Dans la deuxième moitié du xvie siècle (figure 15), les rédempteurs du Portugal s’emploient à délivrer le plus grand nombre possible de leurs hommes. L’Espagne en fait autant, alors que la France ne déploie qu’une activité très limitée. Cela s’explique : dès François Ier elle avait signé des traités de paix constamment renouvelés avec l’Empire ottoman. C’est la raison pour laquelle le chiffre des esclaves remis en liberté par les rédempteurs français est en comparaison bien plus faible que le nombre d’Espagnols et de Portugais libérés, puisque les Français se trouvaient davantage protégés. Au xviie siècle, alors que la France rachète plus de captifs à cause de leur augmentation, conséquence des conflits avec la régence, le Portugal intervient moins, tandis que l’Espagne continue assidûment ses rachats. Au xviiie siècle c’est l’explosion pour l’Espagne, un redémarrage pour le Portugal et une présence plus forte, mais toujours limitée, de la France sur ce terrain. Bien que ce recensement soit incomplet, ce graphique renverse l’idée soutenue jusqu’à présent de la prospérité de la course au xviie siècle à Alger, puis de sa décadence au xviiie siècle, étant donné qu’il existe une corrélation entre le nombre de captifs rachetés ou échangés et le nombre de prisonniers chrétiens présents à Alger. Examinons donc la courbe des rachats au cours de ces deux siècles et demi pour chacun de ces trois pays. Commençons par l’Espagne (figure 16).

Figure 16. — Rachat de captifs espagnols de 1546 à 1768

12Cette courbe est tout à fait surprenante : nous nous attendions à voir un décrochement brutal sur la partie qui correspond aux rachats et échanges d’hommes du xviiie siècle. Or, il n’en est rien. La continuité autour de l’axe des deux cents à trois cents esclaves sur le long terme est frappante. La courbe ne s’élève que légèrement et progressivement, malgré un décrochement brutal pour le dernier rachat en 1769. L’écart extrême sur le long terme va de 12 esclaves à 336. Les 12 esclaves parmi lesquels se trouvaient deux enfants, l’un juif et l’autre luthérien, convertis à la foi catholique romaine, furent rachetés à Oran en 1716 par Theodoro Lázaro Sanz. En général, deux facteurs entraient en jeu pour le rachat : le change et l’argent dont disposaient les rédempteurs d’une part, les prix demandés d’autre part, discutés en fonction du rang social de l’esclave et de ses compétences, mais aussi de la volonté des maîtres, des trinitaires et des mercédaires de trouver un accord.

Figure 17. — Rachat de captifs portugais de 1558 à 1778

  • 9 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)

13Les rachats de Portugais furent moins fréquents et s’étendirent de 1555 à 1778 (figure 17 page précédente). La courbe est nettement irrégulière. C’est au xvie siècle que les libérations d’esclaves paraissent plus importantes en nombre, pendant la période dite de pleine expansion de la course algérienne. Une baisse apparaît ensuite, puis un palier qui s’établit au-dessous de 200 esclaves, à un moment qui correspond à la période où le Portugal dépendait de l’Espagne — 1580-1640 — pour ne retrouver que dans le dernier tiers du xviie siècle le niveau de la deuxième moitié du xvie siècle et enfin se stabiliser à partir de 1726 jusqu’à la fin du xviiie siècle autour de l’axe des deux cents esclaves libérés. Il est ici bien difficile de déterminer les facteurs qui sont à l’origine de ce mouvement. Il est toutefois permis de penser que le palier bas est dû aux efforts conjugués de l’Espagne et du Portugal pour travailler à la délivrance des captifs. Mais si, à l’époque antérieure, les rachats furent supérieurs à ceux de l’Espagne, c’est probablement parce que « le 30 septembre 1461, cédant aux exigences du roi Alphonse V, les trinitaires durent leur abandonner leur droit de racheter les captifs, qui selon les bulles pontificales leur appartenait, à la condition cependant qu’on leur donnerait tous les ans pour subvenir à leurs besoins 25 000 réaux sur les biens liés à la rédemption9 ». Le problème fut résolu par un compromis confirmé par le pape Pie V, le 23 janvier 1567. Par conséquent, pendant cette durée les trinitaires espagnols auraient été privés de fonds pour rédimer les captifs.

  • 10 Ibid., t. I, p. 197. « Tanto por la penuria de nuestras casas, destruídas por los herejes, como po (...)

14Les rédemptions françaises furent plus nombreuses que celles du Portugal (figure 18 page suivante). Pourtant, au xvie siècle, elles furent rares. Selon François Bouchet, dans son discours adressé à Grégoire XIII en décembre 1575, elles le furent « tant à cause de la pénurie de nos maisons, détruites par les hérétiques, que par la quantité d’argent qu’il fallait donner tous les ans pour venir en aide aux rois de France10 ». Malgré tout, le chapitre général désignait tous les trois ans, comme à l’habitude pour les « rédemptions générales », quatre supérieurs de couvents ou ministres pour effectuer les rédemptions. Un par province du nord : France, Champagne, Picardie et Normandie. Le Languedoc et la Provence, les deux provinces du sud en étaient généralement exclues. À ces rédemptions générales, il fallait ajouter les rédemptions particulières réalisées par certains couvents de leur propre initiative. Vinrent s’ajouter les rédemptions faites par les trinitaires réformés, seuls ou conjointement avec les « anciens ». Mais les luttes qui durèrent un demi-siècle entre les trinitaires chaussés et réformés nuisirent profondément à leur mission de rachat des captifs, jusqu’à leur réconciliation en juin 1659. Après la rédemption de 1602, il n’y eut pas de rachat d’esclaves français avant 1635 affirme Deslandres et la première rédemption à Alger qui aboutit, menée par Lucien Hérault, fut celle de 1643.

Figure 18. — Rachat de captifs français de 1540 à 1785

  • 11 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)

15Bonifacio Porres Alonso retrace l’itinéraire historique des trinitaires réformés en ces termes : « Claude Aleph et Julien de Nantonville, deux ermites de Pontoise qui avaient réuni une douzaine de compagnons décidèrent en août 1577 d’aller à Rome demander une règle au pape. Ils demandèrent d’embrasser la règle trinitaire, qui était alors la mitigée (de 1267) ; et le procureur général, François Bouchet, leur donna l’habit. Le 8 mars 1578, Grégoire XIII envoya un bref leur permettant de fonder la Congrégation Réformée. De retour en France, ils firent leur noviciat à Cerfroid, professant le 8 septembre 1580. Leur premier couvent fut Pontoise, et en 1607 ils en avaient quatre. Appelés l’année suivante à Marseille, ils s’étendirent de là dans toute la Provence. Avec quelques nouvelles fondations et les anciens couvents réunis, ils arrivèrent à tenir deux provinces (La France et la Provence), gouvernées chacune par un visiteur provincial (triennal depuis 1619), dépendants d’un vicaire général, et tous subordonnés au ministre général de l’Ordre, qui depuis 1612 à 1652 fut Louis Petit, avec lequel ils furent en lutte constante. Le 15 mars 1621 ils célébrèrent leur premier chapitre général à Montmorency sous la présidence du cardinal La Rochefoucauld, leur grand protecteur ; et en janvier 1633 ils entrèrent à Cerfroid, maison-mère de l’ordre11. » En dehors des querelles paralysantes des trinitaires, les relations de la France avec la régence pesaient sur la décision de mettre sur pied une rédemption. En période de conflit, les rédempteurs ne se déplaçaient pas, d’autant plus que la capture de Français restait limitée. Protégée depuis les premiers accords signés par François I avec l’Empire ottoman, maintenus au fil des siècles, la France fut plus à l’abri que l’Espagne ou le Portugal. La courbe établie montre la faiblesse en nombre du groupe des captifs français. En effet, malgré un décrochement final, le nombre d’esclaves rachetés reste de l’ordre de 50 captifs, avec deux écarts aux xviie et xviiie siècles. Les 18 captifs rachetés exceptionnellement en 1729 durent leur libération à la décision des trinitaires, de tous les pays réunis, de racheter les esclaves d’Alger, de Constantinople ou de Tunis. Or, le consul Durand fit savoir qu’à Alger il y avait alors peu de captifs français. On envoya 40 000 livres au père administrateur de l’hôpital Francisco Navarro, qui racheta avec l’aide du consul de France 18 captifs flamands. Quant aux 98 esclaves rachetés en 1719-1720, 63 le furent par les trinitaires et 35 par les mercédaires qui les accompagnaient.

  • 12 Le 4 janvier 1720.
  • 13 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des ca (...)

16Au total l’Espagne a bien racheté le plus grand nombre de captifs : plus de la moitié. Le Portugal suit à un moindre degré. Quant à la France, préservée par les traités signés avec la régence, elle n’avait à racheter le plus souvent qu’un maximum d’une cinquantaine de captifs. Au long de ces deux siècles et demi, les rédempteurs de ces trois pays auront racheté plus de douze mille esclaves, soit en moyenne quarante-neuf personnes par an. Mais si le père Comelin affirme que « depuis le 10 décembre 1712 jusqu’à notre départ d’Alger12, le nombre de prises se montait à soixante-quatorze et celui des captifs à 166813 », soit, bon an mal an, une moyenne de 208 à 209 esclaves par an, le père Ximénez soutient que plus de cinq cents captifs arrivaient tous les ans à Alger. La disparité est flagrante. Les trinitaires auraient délivré à peu près le quart des esclaves capturés. S’il faut prendre en compte ces résultats avec beaucoup de prudence, il n’en reste pas moins qu’ils surprennent et bousculent ce qui était établi : les rachats furent plus importants au xviiie siècle que pendant les xvie et xviie siècles. Le nombre de captifs à Alger à cette période fut sans doute plus élevé qu’on a pu le dire, d’autant plus que dans le premier quart du xviiie siècle il y avait cinq bagnes à Alger, alors qu’il n’en restait plus que trois à la fin du siècle et 2 000 esclaves selon Venture de Paradis. Ces éléments viennent conforter l’idée de l’importance plus grande qu’on ne l’a cru de la population et de l’activité maritime de la régence, notamment de la course au xviiie siècle.

Vente des esclaves

17À leur arrivée les prisonniers étaient conduits au palais, où les consuls des différentes nations s’informaient de leurs compatriotes qu’ils emmenaient au consulat. « S’il se trouvait que quelques-uns d’entre eux étaient d’innocents passagers, on les laissait libres. Mais ceux qui avaient été pris les armes à la main étaient déclarés captifs.

  • 14 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y not (...)
  • 15 Ibid., p. 468. « El [precio] de esta primera venta era siempre corto, porque debía hacerse una seg (...)
  • 16 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 28 « Fui al Baptistan donde estavan los cau (...)
  • 17 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y not (...)
  • 18 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, octubre, 19 « Fui a la casa de Rey a ver a los cau (...)

18Ensuite, le dey ordonnait aux esclaves de se mettre en file. Il faisait son choix, en prenant un sur huit, toujours les mieux dotés et les plus robustes, en commençant par le capitaine de la prise jusqu’au dernier marin. D’ordinaire, il préférait ceux qui connaissaient un métier et il les envoyait dans les bagnes du deylik, laissant les autres à la disposition des armateurs de la milice, qui les vendaient14 ». Ceux-là étaient conduits au badestan où une première vente aux enchères avait lieu. La dernière enchère était notée par l’écrivain. Le prix de « cette première vente était toujours réduit, parce qu’une deuxième vente devait se faire à la Maison du Roi, en présence du dey. Là, on remettait l’esclave définitivement à celui qui offrait la somme la plus élevée15 ». Le père décrit ainsi cette vente : « Je suis allé au badestan où étaient les captifs de la prise, et l’on me dit comment quinze esclaves, dix Valenciens et cinq Catalans, étaient arrivés, lesquels étaient partis en haute mer pour pêcher, et les Turcs les attrapèrent. Ils les tenaient au badestan pour les vendre et répartir le prix de leur vente entre les armateurs et le beylik. Le badestan est l’endroit où non seulement on vend les Chrétiens, mais aussi tout ce qu’ils apportent avec les prises. On l’appelle badestan, ce qui est la même chose que le marché, là ils mettent les Chrétiens, et celui qui donne le plus l’emporte, comme lorsqu’on vend des bêtes à la foire, c’est ainsi qu’on vend les Chrétiens doués de raison et en annonçant leur prix à grands cris et en disant : qui donne plus car j’adjuge et en arrivant à l’évaluation qu’ils en ont fait on l’adjuge, et l’on paie la somme et l’on emmène le captif. Pour faire valoir le captif qu’on vend, on le promène comme on fait avec les bêtes, ils disent que c’est un beau jeune homme, qu’on gagnera beaucoup avec lui, qu’il vaut beaucoup d’argent, enfin tout ce que fait un habile marchand pour n’importe quel objet qu’il vend16. ». Plus brièvement et sans indignation, c’est la même description que fait en 1723 Melchor García Navarro, rédempteur de la Merci : « les delels ou crieurs publics, se chargeaient de promener un esclave après l’autre dans tout le marché, criant ses mérites, ses vertus, et le prix qu’on en donnait au cas où quelqu’un voudrait enchérir. Quand personne ne montait, l’écrivain affecté à l’enregistrement des ventes inscrivait le prix17. » Voici l’événement pris sur le vif le 19 octobre 1719 lors de la seconde enchère au palais, quand on vendit un missionnaire parti au Brésil convertir les idolâtres du Marañon, après sa capture sur le vaisseau qui le ramenait au Portugal : « J’allai à la Maison du Roi voir les captifs et les prêtres de cette prise [celle venue du Brésil d’une valeur de plus de cent vingt mille pesos], et je les consolai : on était en train de vendre le religieux Francisco et pour cela on le promenait dans le patio, et le crieur public le tenait par le bras, et il annonçait publiquement ce que l’on donnait pour lui, et il loue ce qu’il vend et celui qui achète souligne ses défauts, comme celui qui achète et vend un animal ; et en fin de compte le beylik l’a gardé, et pour le signaler on lui fit un O sur son habit18. »

Catégories d’esclaves

Les esclaves du deylik

  • 19 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y not (...)
  • 20 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger. Ed. Loysel, Paris 1992, p. 164. « Des esclaves du d (...)
  • 21 Ximénez, fr. F., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 9 « A los maestros que trabaxan en los vagele (...)
  • 22 Venture de Paradis, Jean Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Sinbad, Paris 1983, p. 156.
  • 23 Venture de Paradis, Jean Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Sinbad, Paris 1983, p. 157.
  • 24 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des ca (...)

19La vente partageait les esclaves en deux catégories ; ceux du deylik ou de l’État et ceux des particuliers. Le dey retenait un certain nombre de jeunes gens pour son service personnel : les pages qui d’ordinaire « étaient bien traités et [qui] recevaient bon nombre de cadeaux et d’attentions des prétendants et des courtisans du dey19 ». Laugier de Tassy ne dit rien d’autre20 et le père confirme ces propos lorsqu’il rapporte le comportement du dey Mahamet envers ses esclaves : « Il [le dey] a l’habitude de donner quelques fois aux maîtres qui travaillent sur les navires quelques petits secours et des chaussures à quelques-uns aussi et on dit que souvent pour ne pas réveiller les jeunes garçons qui le servent dans sa maison, il va lui-même chercher de l’eau froide et il fait ses ablutions avant de prier et il les laisse dormir21. » À la fin du xviiie siècle, Venture de Paradis tient un discours comparable : ces esclaves ne sont pas à plaindre, car « ils sont bien nourris, somptueusement vêtus, et tout leur travail consiste à avoir soin de la cuisine, de la maison et de l’appartement. Ils ont part aux avaïd [cadeaux], qui sont très fréquents dans l’année, à l’arrivée d’un bey, d’un calife, d’un consul, d’un négociant qui vient traiter quelque affaire, etc.22 ». Plus loin il ajoute que « ceux qui servent chez le dey, chez les premiers officiers de l’odjac, chez les autres Turcs ou particuliers, chez les juifs, chez les consuls, dans l’hôpital, chez les Pères de la Mission, ceux-là ne sont malheureux que par l’idée de la privation de leur liberté, mais dans le fait ils sont bien vêtus, bien nourris, n’ayant qu’un service très doux et les moyens de gagner de l’argent pour passer leur fantaisie, et même pour ramasser en quelques années le prix de leur rançon23 ». En revanche, le père Comelin, rédempteur, écrit en 1720 que les esclaves du beylik, « le jour... sont employez aux différents besoins et services de la République... aux plus vils services de la maison du Dey24 ». Ces termes de mépris, lorsqu’il s’agit de tâches manuelles ou de service, ne sont pas propres au père Comelin. Il les partage avec le père Ximénez. Il s’agit donc d’une certaine manière d’envisager le travail, propre aux trinitaires français comme espagnols ou plutôt de l’Europe d’Ancien Régime.

  • 25 Venture de Paradis, Jean Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Sinbad, Paris 1983, p. 153.
  • 26 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.
  • 27 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des ca (...)
  • 28 Ibid.

20D’autres esclaves du deylik étaient affectés à l’entretien des casernes ou casseries et au service des soldats turcs. De ceux-là, Venture de Paradis affirme que « ce ne sont pas les plus à plaindre ; les Turcs les traitent avec douceur et humanité25 ». Son témoignage, plus tardif, ne s’écarte pas de celui de son prédécesseur qui écrivait : « Il y en [des esclaves] a un nombre destinés (sic !) aux cacheries ou casernes, qui sont très bien traités par les soldats turcs qui y logent26 ». Les autres esclaves étaient envoyés dans les bagnes du deylik, où ils devaient se plier à certaines conditions de vie. « Ils sont distribués en trois bagnes ou prisons dans lesquelles on les enferme les soirs après les avoir appellez tous chacun par leur nom ; et les avoir exactement comptez27 ». Enfermés la nuit dans les bagnes, par le gardien bachi qui gardait la clef pour ouvrir au lever du jour, comme l’étaient les trinitaires dont l’hôpital se trouvait à l’étage au-dessus du bagne de la Galère. Cependant les pères disposaient de la clé d’une porte qui ouvrait sur ce bagne pour pouvoir s’y rendre si besoin était. On fermait les portes des bagnes en même temps que les portes de la ville et des quartiers qui, comme les boutiques du souk, étaient surveillés par mesure de sécurité. « Et le jour ils sont employez aux différents besoins et services de la République, comme aux Camps, dont ils portent les bagages et essuyent les plus grands travaux, aux plus vils services de la maison du Dey, aux ouvrages publics qui consistent principalement à démolir les murailles, couper des rochers, traîner des charettes chargées de matériaux pour bâtir. J’en ai vu qui avec ces travaux étoient encore chargez de grosses chaînes28 ».

  • 29 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.
  • 30 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des ca (...)
  • 31 L’huile était parfois remplacée par du beurre.
  • 32 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 8 « Este día se an muerto en los baños algu (...)
  • 33 On y ajoutait soit de l’huile, soit du beurre.
  • 34 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, año 1719, abril, 9 « Los de Vaylique no trabaxan este día (...)
  • 35 À la fin du xviiie siècle Venture de Paradis écrivait page 159 de son ouvrage que « la seule nourr (...)
  • 36 Bloch, Marc, « Les aliments de l’ancienne France », Pour une histoire de l’Alimentation, Annales, (...)

21S’ils « étaient enfermés tous les soirs », ils disposaient d’un lieu de dévotion, car « il y [avait] une chapelle dans chacun, et ils [pouvaient] faire librement l’exercice de la religion chrétienne. Ils [avaient] tous les jours une ration de trois petits pains sans autre chose, un petit matelas et une couverture de laine pour leur lit29 ». « On laisse à leur industrie, s’ils scavent quelque métier, ou aux charitez des Chrétiens libres à supléer le reste30 ». Par ailleurs, lors des fêtes chrétiennes, ils recevaient « des vaches et des bœufs que le gouverneur donne à ses esclaves pour les fêtes de Pâques et selon l’usage il procède de la même façon pour les fêtes de la naissance de Notre Rédempteur Jésus-Christ et ce sont les deux seules fois où il leur donne de la viande, Dieu permettant que, pendant ces fêtes, les Chrétiens ne manquent pas de nourriture, mais, pendant les fêtes des musulmans ils ne leur donne rien, ce en quoi l’on reconnaît la providence divine qui ne donnant pas aux Chrétiens de la viande pendant les fêtes musulmanes, ils le font pour les fêtes chrétiennes. Le reste de l’année ils leur donnent seulement du pain très noir et plein de terre et de paille et du blé cuit à l’eau salée et un peu d’huile31 ; le jour de la très Sainte-Trinité nous leur donnons aussi quelques vaches32 ». Dans ce passage, les idées du père se télescopent ; il glisse de la providence au ils (les musulmans). On remarquera aussi que ce don du dey à ses esclaves lors des fêtes chrétiennes, plutôt que pendant les fêtes musulmanes, n’est pas considéré comme un effet de la tolérance des Turcs, ni de leur respect de la religion chrétienne, mais comme celui de la providence divine. De même le jour de Pâques, le père a noté dans son journal que « ce jour-là les esclaves du beylik ne travaillent pas et le gouverneur leur a donné quatorze vaches à manger ce jour parce que le reste de l’année ils ne mangent que du pain et de la chorba qui est un plat fait de blé ou d’orge cuit avec de l’eau et du sel33 et on ne se soucie pas qu’il y ait de la paille, étant donné que, comme ils ont, les pauvres, l’habitude de la faim, ils mangent tout34 ». Le pain que recevaient ces esclaves était un pain bis qu’ils n’étaient pas les seuls à consommer35. Était-il pour autant plein de terre et de paille ? Il est possible que le blé n’ait pas toujours été correctement criblé, mais il n’était pas uniquement destiné aux esclaves. En France, « la conquête des foyers ruraux par le pain de froment, voire dans certaines régions par le pain, tout court, ne date guère... que du xixe siècle et, souvent, de sa seconde moitié36 ». Sans doute est-ce ce genre de détails qui conduisit à penser que les pères dévoyaient la réalité, mais il serait plus vraisemblable de considérer qu’il s’agit plutôt d’une façon culturelle d’appréhender le réel.

  • 37 Pour l’Espagne, il faut ajouter les légumineuses ; pois chiches surtout, fèves et haricots.

22Les pères, donc le père Ximénez, étaient privilégiés : ils ne manquaient pas de nourriture et ne travaillaient pas de leurs mains, si bien qu’un pain bis leur paraissait de moindre qualité. Pourtant ils ne l’écartaient pas des achats destinés à l’hôpital. En Europe, si la viande était considérée comme l’élément nutritif par excellence et si elle se trouvait régulièrement et en abondance sur la table des riches, comme le pain de froment, elle était rare au xviiie siècle dans l’assiette du pauvre. En effet, la population vivait essentiellement de grain37 : la grande majorité tirait la plupart de ses calories du pain — au moins 2 livres (soit un kilogramme environ) par jour pour le travailleur en ville ou à la campagne, quand il pouvait se le payer — mangé avec la soupe assaisonnée de légumes, plus rarement d’un morceau de viande. Par temps ordinaire, une ration de pain et de soupe pouvait coûter à une famille ouvrière ou paysanne jusqu’à 50 % de son revenu.

  • 38 Kaplan, Steven L., « Le pain, le peuple et le roi », l’Histoire, no 271, décembre 2002, p. 64.
  • 39 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1719, junio, 10 «Y oy por elmucho trabajo que tienen ha man (...)

23« Si les gens du peuple à la campagne mangaient des céréales dites “inférieures” — du seigle, de l’orge, de l’avoine ou du sarrasin —, les habitants des villes ne connaissent presque que le pain de froment », si l’on en croit l’agronome Duhamel du Monceau, dans son traité de la conservation des grains et en particulier du froment (1753). Partageant la même rationalité économique et sociale, pourvoyeurs de vivres comme philosophes déploraient « le raffinement délicat “des consommateurs urbains, notamment parisiens de tous rangs, dont la résistance tenace à la substitution du blé par d’autres grains, fût-ce par temps de calamité, les choquait38” ». On ne s’étonnera donc pas de constater qu’à Alger la base de l’alimentation du pauvre était la même qu’en Europe et que celle des captifs les plus démunis n’avait rien d’exceptionnel, puisqu’on leur donnait du pain et de la soupe à base de céréales. Par ailleurs, lorsque le dey considérait qu’il demandait aux esclaves un travail de force important, il leur donnait un supplément de nourriture. Ce fut le cas le 10 juin 1719 : « Et aujourd’hui à cause du lourd travail qu’ils ont [les captifs] le gouverneur a ordonné qu’on leur donne une vache, quatre moutons et quatre quintaux de riz39.

  • 40 Diario de Argel, año 1719, octubre, 8 « Todo el verano an trahido con el Pontón la piedra de la pu (...)
  • 41 Diario de Argel, año de 1720, febrero, 4 « Y a llovido esta noche un poco, por lo qual no an embia (...)
  • 42 Diario de Argel, año 1720, febrero, 8 « Para que sepan en España que los mortifican, para obligar (...)
  • 43 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des ca (...)
  • 44 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)

24« Quant au travail, nous avons relevé ce passage. Le dey, qui avait appris que des Turcs esclaves en Espagne étaient maltraités, exerça des représailles. Il fit mettre une chaîne aux prêtres et aux religieux espagnols esclaves du beylique et les envoya tirer la charrette40. À Alger, une des tâches les plus pénibles avec le travail de la marine41, « pour qu’on sache en Espagne qu’on les mortifient pour obliger la Chrétienté à bien traiter les esclaves turcs42 ». Mais en même temps et d’une certaine manière, pour les protéger du lynchage, car, selon le père Comelin, « ils sont les premiers exposez aux fureurs d’une barbare populace, émue au premier bruit qui court souvent du peu d’égard qu’on a pour les Maures chez les Chrétiens43 ». C’est pourquoi les gardes fermaient très tôt les portes du palais où logeaient les rédempteurs, « comme aussi les portes de l’hôpital. Les rédempteurs s’étonnant de cela, y voyant plus un emprisonnement que de la courtoisie, ils leur dirent qu’ils faisaient la même chose avec tous les chrétiens libres qui venaient pour affaires pour que les Maures ne se déchaînassent pas contre eux44 ». On reprochait en effet aux Espagnols, en dehors de la maltraitance, de forcer à la conversion et de baptiser des enfants sans l’accord des parents. L’anecdote contée par le père rédempteur García Navarro au moment de quitter Carthagène, où trente Maures libres devaient embarquer sur le même bateau qu’eux, montre que ce n’était pas une rumeur. Le rédempteur écrit : « À cette occasion nous fûmes assez inquiets et nous craignîmes quelques difficultés dans leur pays. Parce qu’une mauresque, avec sa fille de trois ans dans les bras, sortit en criant dans les rues depuis notre hospice, implorant qu’on la laissât embarquer avec sa fille, se plaignant de façon très émouvante car on en obligeait d’autres à quitter Carthagène parce qu’ils étaient libres, et on le lui interdisait à elle, alors qu’elle l’était. Le fait était que la fillette avait souffert d’une maladie si grave et si dangereuse que le chirurgien qui la soignait jugea sans appel qu’elle était mortelle ; imprudemment miséricordieux, il la baptisa, sans le consentement de sa mère et sans l’avertir. Celle-ci, quand elle le sut, se plaignit amèrement, et accusait avec l’efficacité d’un théologien, examinant, en castillan (car elle le connaissait bien), l’injustice qu’on lui avait faite.

  • 45 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 469.

25Elle répétait à grands cris ses arguments dans les rues, quand elle nous accompagnait vers le quai. Mais l’inconvénient de perdre cette enfant, maintenant chrétienne, était insurmontable45 ».

  • 46 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, febrero, 2 « Y de esta forma los agan ir todos los dí (...)
  • 47 Diario de Argel, año 1719, septiembre, 16 « El Pe Dn Juan Bautista Grec presbitero maltes vino ahi (...)

26C’est donc bien en punition, comme l’affirment Laugier de Tassy et Venture de Paradis, que travail et port des chaînes étaient infligés à certains captifs et aussi, dans le cas des religieux, aux représentants symboliques de la chrétienté, pour calmer les esprits. C’est pourquoi ils durent « tous les jours aller tirer la charrette et transporter avec la pierre pour le travail de la marine et de la forteresse qu’on est en train de bâtir, et aussi participer à tous les travaux que font tous les autres esclaves ; porter les pierres sur les épaules, porter la chaux, servir de manœuvres aux maçons, décharger des ballots des navires et bien d’autres travaux, à cause d’une lettre qu’il [le dey] a eu des Turcs d’Espagne dans laquelle ils disent que là-bas on les traite mal46 ». Pour le père, le scandale n’était pas tant le travail en soi qui correspondait à l’activité normale d’un port que l’on fortifie, il résidait dans le fait que les religieux n’étaient pas les auteurs directs des faits incriminés et dans celui de faire travailler les prêtres et les religieux comme les autres esclaves à des travaux qui exigeaient une force physique ; à les ravaler au rang d’ouvrier ou plutôt de manœuvre. De la même façon, il s’indignait qu’un patron donnât à un prêtre des « tâches viles47 », car il était impensable, pour un Européen et davantage pour un Espagnol de l’époque, qu’un prêtre ou un noble travaillât de ses mains. À Alger, ils menaient d’ordinaire leur vie d’ecclésiastique, soit à l’hôpital, soit dans les bagnes : disant la messe, confessant, s’occupant des chapelles en attendant leur rachat, tandis que d’autres esclaves moins favorisés avaient en charge les travaux de force.

  • 48 Venture de Paradis dans son ouvrage Tunis et Alger au xviiie siècle, p. 153 les définit ainsi : «  (...)
  • 49 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 21 « Estos cautivos de caravana son los de (...)
  • 50 Quand les esclaves tirait la charrette dans les côtes, ils se blessaient aux épaules à cause de so (...)
  • 51 Diario de Argel, año de 1719, octubre, 25 « Tienen todos lastimados los hombros con una continua l (...)
  • 52 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.
  • 53 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel año 1719, abril, 25 « Sucede aquí que si algún cautivo se huye l (...)

27Encore ceux-là étaient-ils aussi classés en deux groupes : les esclaves de « caravana48 » et les esclaves appelés « passavarros ». « Ces captifs de caravana sont les plus vigoureux, qu’ils choisissent pour monter les lourdes charges de la marine, et pour d’autres activités qui requièrent de la force et de ceux-là le rachat est plus difficile, parce qu’ils en ont besoin pour cette activité, les captifs du commun sont appelés passavarros, parce qu’ils servent seulement de manœuvres. Et les plus prisés de tous sont ceux de maîtrise, qui s’entendent à la construction des navires, lesquels fabriquent les navires, avec lesquels ils nous font tant de mal49 ». Le 25 octobre 1719 le père revient sur la condition de ces esclaves. Nous ne retiendrons que ce qu’il ajoute : « Ils ont les épaules toutes meurtries avec une plaie permanente à cause du travail qu’ils ont, d’autres se font des hernies, et d’autres meurent50, et régulièrement ils choisissent pour ce travail les plus forts, bien que souvent ils mettent à ce travail quelqu’un ou pour le tuer ou pour le mortifier bien qu’il soit faible51. » Laugier de Tassy ne prête pas ces intentions au gouvernement de la régence lorsqu’il écrit que « le dey emploie à la construction des bâtiments de mer tous ses esclaves qui y sont propres, comme les charpentiers, calfats et forgerons, et tire les deux tiers des journées que leur payent les armateurs de ces bâtiments, et leur laisse l’autre tiers52 ». Les esclaves du deylik étaient donc rémunérés pour les travaux qu’ils réalisaient. Le père ne s’exprime pas sur la rémunération du travail des esclaves. Nous ne doutons pas que certains captifs inaptes au travail de force aient été envoyés travailler avec la caravane pour les punir, mais que l’intention fût de les faire mourir est contraire à tout ce que dit le père de l’appétit de gain qu’auraient eu les Turcs, contraire à leur intérêt et totalement opposé au statut de l’esclave qui rendait le patron responsable53 de sa personne.

  • 54 Une lieue mesurait environ 5,5 km.
  • 55 La arroba pesait 11,600 kg. Le père avait écrit plus d’une arrobe, il rectifia en marge par « poco (...)
  • 56 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, febrero, 9 « Y serán grandes los [trabajos] que tendr (...)
  • 57 Diario de Argel, año 1720, febrero, 10 « Dn Vicente Morante se ha quedado en el baño, porque está (...)
  • 58 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des ca (...)

28Un marchand français intercéda en faveur des ecclésiastiques auprès du dey, qui décida de les envoyer travailler dans son jardin., Le père commente : « Et grands seront les tourments qu’ils auront, parce que le jardin est presque à une lieue54 et il faut monter davantage de grandes côtes, et aller et revenir tous les jours avec les si lourdes chaînes qu’ils portent, car chacune pèse un peu moins d’une arrobe55. Il ne fait pas de doute que c’est un terrible tourment ; et ensuite biner la terre, sans jamais avoir exercé ce métier, mais seulement étudié, est bien plus terrible encore et pour cela ils ont besoin d’une aide toute particulière de Dieu et de la très Sainte-Marie pour ne pas s’évanouir en chemin56. » Le père réagit en fonction de son expérience personnelle. Il plaint les religieux qui cependant ne travaillaient pas lorsqu’ils étaient souffrants, mais il ne s’appesantit guère sur les captifs qui faisaient le même travail. « Dn Vicente Morante est resté au bagne, parce qu’il souffre beaucoup de sa hernie et de ses jambes enflées et c’est pour cette raison qu’il n’est pas allé biner avec les pères Sese et Montoro, mais vingt-cinq chrétiens au moins sont allés biner et travailler ; mais aucun ne souffre autant que les pauvres prêtres, qui vont, chargés de chaînes, et même s’ils n’avaient rien d’autre à faire que d’aller et venir au jardin, ce serait une charge très lourde ; car, moi, les fois où je suis allé là-bas par plaisir et sans porter de chaînes, je suis revenu rompu de fatigue, et encore après avoir bien mangé57 ». Autant dire que l’activité physique et le travail de la terre, le travail tout simplement, n’étaient pas dans les habitudes des religieux ni de la noblesse qui le tenaient en grand mépris à cette époque et qu’à Alger prêtres et religieux menaient pour la plupart une vie douce, sauf en cas de représailles, sauf si leur maître les envoyait travailler. Le père Comelin témoigne du sort qui leur était réservé : « Les esclaves prêtres ou religieux sont moins maltraitez que les autres, par la charité du Père Administrateur de l’hôpital, religieux de notre ordre, qui se charge pour la plupart de payer à leurs patrons ce qu’ils pourraient espérer de leur travail : les marchands français leur procurent encore quelque petit adoucissement58.

  • 59 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, febrero, 9 « Ya ha dado orden al escribano de bayliqu (...)
  • 60 Diario de Argel, año 1720, febrero, 12 « Pero un Christiano de los que están continuamente en el j (...)
  • 61 Ibid., « ... esta tarde un par de gallinas y otras cosas para que cenen, compadecido de su miseria (...)
  • 62 Ibid., « Y otros cautivos taberneros por la noche los socorren ».
  • 63 Mémoires d’un galérien du Roi-Soleil parJean Marteilhe, 1700-1713, édition établie, annotée et pré (...)
  • 64 Ibid., p. 339-340.

29« Ces représailles durèrent vingt jours ; jusqu’au 22 février où les chaînes leur furent ôtées59. Toutefois le sort des pères Sese et Montoro fut adouci, d’abord par une équipe d’esclaves qui renforça les rangs de ceux qui travaillaient en permanence dans le jardin du dey, ensuite par les secours dont ils furent l’objet. « Un Chrétien parmi ceux qui sont continuellement dans le jardin lui fit l’aumône de deux œufs, avec lesquels il put apaiser sa faim60 », parce qu’il ne parvenait pas à manger la chorba qui lui était servie. Le père administrateur les secourut en leur faisant parvenir « cet après-midi deux poules et d’autres choses pour leur dîner, ému par leur souffrance et parce que c’était Carême-prenant61 ». Et le soir, une fois rentrés au bagne, « d’autres captifs taverniers les secourent62 ». Il est ainsi possible de mesurer l’écart entre la façon de se nourrir des religieux et le régime de certains esclaves qui n’avaient rien d’autre que le pain et la chorba. Encore que les taverniers avaient à charge d’améliorer l’ordinaire des plus déshérités, que le vicaire apostolique, les trinitaires de l’hôpital ou tout autre chrétien libre, comme les marchands, pouvaient secourir. Replacé dans son contexte, le discours du père s’explique. Il ne déforme pas la réalité, il juge d’après sa situation privilégiée, selon les habitudes de vie de son temps et de son groupe social, puisque c’est d’abord de la viande en abondance, qui plus est du poulet, que le père administrateur fait parvenir aux ecclésiastiques envoyés au travail. C’est ensuite le rejet du travail manuel qui rend les tâches imposées à certains esclaves insupportables. Certes, ils se blessaient parfois et travaillaient dur quand ils ne pouvaient y échapper, mais pas plus que tout ouvrier ou paysan sous l’Ancien Régime en Europe et ailleurs ou que les esclaves et les forçats sur les galères de France. Jean Marteilhe, condamné aux galères parce qu’il était huguenot, rapporte qu’il dut ramer sans repos pendant vingt-quatre heures : « Dans ces occasions, les comites et autres mariniers nous mettaient à la bouche un morceau de biscuit trempé dans du vin, sans que nous levassions les mains de la rame, pour nous empêcher de tomber en défaillance. Pour lors, on entend que hurlements de ces malheureux, ruisselant de sang par les coups de cordes meurtrières, qu’on leur donne. On entend claquer les cordes sur le dos de ces misérables. On n’entend que les injures et les blasphèmes les plus affreux des comites, qui sont animés et écument de rage lorsque leur galère ne tient pas son rang et ne marche pas si bien qu’une autre... J’ai dit plus haut qu’il est très vrai qu’on ne peut faire naviguer les galères que par le moyen de ces cruautés envers des esclaves qu’on estime moins que les bêtes. Une chiourme d’hommes libres des plus robustes et des mieux dressés au travail de la rame ne pourrait y tenir63. » En hiver les galères ne voguent pas et les galériens sont tenus de travailler ; au moins de tricoter. Mais les Turcs esclaves sur les galères, « pour la plupart n’ont point de métier, et on ne les oblige pas à tricoter, car comme ils sont assez intrigants d’eux-mêmes, et qu’ils ne sont jamais enchaînés, en payant un sol par jour à l’argousin, ils vont rôder par la ville et travaillent chez les bourgeois qui les veulent occuper, soit à fendre du bois ou autres ouvrages pénibles ; et tous les soirs ils reviennent à la galère, n’y ayant presque pas d’exemple qu’aucun tâche de se sauver. Aussi n’en ont-ils pas la facilité, tout libres qu’ils soient, car ils sont si reconnaissables par leur teint d’ordinaire brûlé et par leur langue franque qui est un véritable baragoin, qu’ils ne feraient pas une demilieue de la ville qu’on les ramènerait en galère, car il y a vingt écus de prime pour ceux de la ville ou de dehors qui ramènent un Turc ou un forçat qui s’est évadé64 ». Le sort des forçats et des esclaves, à Marseille comme à Dunkerque, se rapproche de celui de certains esclaves d’Alger : les Turcs esclaves sont libres d’aller travailler en ville contre le paiement d’une somme. Mais la façon dont les hommes sont traités en France est pire et sans échappatoire.

  • 65 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 9 « Passamos por junto al jardín donde tambi (...)
  • 66 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, henero, 22 « Un cautivo Portugués que se halla en (...)
  • 67 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 167.

30Malgré le tableau peint par le père, certains captifs revenus sur les lieux, ne semblaient pas avoir conservé un souvenir épouvantable de leur esclavage à Alger, car le père Ximénez raconte qu’alors qu’ils passaient devant le jardin où le père Lázaro Sanz avait travaillé, « il se souvint de ses tourments qui lui devinrent agréables parce qu’ils étaient passés, même s’ils furent bien grands et l’un d’eux était de devoir aller tous les jours au dit jardin à une lieue de distance d’Alger, chargé comme une bête de somme avec les vivres et d’autres choses. On lui donna des coups de bâton, on le mit au cep et on lui mit une chaîne et il subit d’autres tourments, puis ayant obtenu la liberté il devint religieux de notre ordre et comme il a l’expérience des malheurs de la captivité il assiste maintenant avec beaucoup de charité les pauvres captifs65 ». Le père Lázaro Sanz serait-il revenu en un lieu de véritable calvaire et aurait-il eu plaisir à s’arrêter devant ce jardin s’il y avait travaillé dans des conditions totalement insupportables ? Néanmoins il est possible aussi qu’il ait appartenu à un groupe social différent de celui du père et qu’il ait été par conséquent plus endurant. D’un autre côté, dans les jardins, les captifs disposaient de nourriture qu’ils pouvaient donner. Ce que fit l’esclave du jardin du dey qui offrit deux œufs au prêtre ou encore ce « captif portugais qui se trouve dans une massière ou bien de campagne, [qui] a envoyé une demidouzaine de poules pour l’hôpital et une poule avec ses poussins66 ». Certains esclaves trouvaient avantage à leur situation ; ils ne souhaitaient pas changer de condition. Ils « se trouvent si bien à Alger, tant par le profit que leur industrie leur procure, que par leur libertinage, qu’ils achètent le droit d’être esclave pendant longtemps ou pendant toute leur vie. Ils conviennent de leur rançon avec leurs maîtres, et en payent la plus grande partie, parce qu’étant entrés en paiement, ils ne peuvent être vendus à d’autres. Outre cela les esclaves payent tant par lune à ces maîtres, pour être libres de travailler pour leur propre compte, et ne payent point le reste du prix convenu pour leur rançon, pour avoir nom d’esclave et être protégés comme tels67 ».

  • 68 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 2 « Se dize que el Rey ha tenido una cart (...)

31Ce qui arrivait en Espagne aux esclaves musulmans permet la comparaison. Les religieux furent envoyés au travail parce qu’« on dit que le roi a eu une lettre dans laquelle les Turcs esclaves d’Espagne lui disent qu’on les traite mal là-bas, et que quelques esclaves d’un gentilhomme de Malaga s’enfuirent et que, parti à leur recherche il en trouva un et le tua, et trouvant tous les autres il les fit mettre en prison. Et d’autres disent autre chose, et qu’on a jeté dans les mines de mercure quelques Turcs68 ». La mort, la prison et le travail dans les mines de mercure, toxique pour ceux qui y travaillaient, étaient des peines plus lourdes encore que le travail de la marine ou des jardins, même en parcourant cinq kilomètres avec une chaîne autour du corps, voire des entraves. Quand, à Alger, les esclaves tentaient de s’enfuir et qu’ils étaient repris, c’était la bastonnade qui prévalait. Nous verrons plus précisément ce qu’il en était des châtiments.

  • 69 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.
  • 70 Venture de Paradis, Jean-Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Paris, Sinbad, 1983, p. 158.
  • 71 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des ca (...)
  • 72 Ibid., p. 51.
  • 73 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1719, mayo, 21 « Oy fue el P. Administrador fr. Francisco N (...)
  • 74 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.
  • 75 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1719, mayo, 17 « Esta obra es fortificar la Marina y juntar (...)
  • 76 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

32Le port de la chaîne n’était pas toujours une punition, c’était une sécurité lorsqu’il y avait danger de fuite des esclaves. S’il n’était pas la règle, « l’ordre [était] que tous les esclaves du deylik [portassent] un petit anneau de fer à un pied pour les distinguer des autres, mais on [n’observait] guère cet usage69 ». Selon Venture de Paradis, « ils portent un petit anneau au pied. Les esclaves n’ont de chaînes que lorsqu’ils ont fait quelque sottise ou qu’il y a une frégate française à la rade70 ». Le père Comelin rapporte que lors de leur venue à Alger, l’ambassadeur de France, « Monsieur Dusault arrivé chez le Dey... lui demanda qu’aucun esclave fut enchaîné, ayant donné des ordres précis à ce qu’aucun ne se sauva sur son bord71 ». Il confirme aussi en 1720 que « les esclaves du Belic portent tous à présent l’anneau au pied72 ». Cet ordre fut respecté lorsque le dey décida, le 21 mai 1719, las de réclamer la libération des Algériens vendus en Sicile par un patron de navire français, de réduire en esclavage les Espagnols soldats du régiment de Navarre. Le père relate les faits de la façon suivante : « Aujourd’hui le père administrateur est allé à la caserne des soldats du régiment de Navarre, dire la messe à trois heures du matin pour qu’ils aient le temps sur ordre du gouverneur d’aller travailler à la marine et maintenant il leur a fait mettre l’anneau et les a fait envoyer au bagne comme les autres captifs73. » Cet ordre était « renouvelé de temps à autre, parce qu’il y [avait] quelquefois de vieux esclaves, qui sachant la langue du pays, [s’habillaient] à la turque, et [allaient] faire du ravage dans les métairies des Maures74 ». Ainsi les esclaves du deylik logés dans les bagnes, étaient-ils employés aux travaux publics comme manœuvres, quand ils n’avaient pas de qualification particulière, comme ce fut le cas des soldats du régiment de Navarre que le dey envoya « fortifier la marine et réunir un château neuf que l’on construisit ces années dernières avec un autre qui était ancien75 ». « Tous les matins, on en [faisait] sortir un certain nombre à cet effet, qui se [reposait] le lendemain, et on [envoyait] un autre nombre. On ne les charge point de travail au-dessus de leurs forces. On les ménage au contraire afin qu’ils ne soient pas malades, de crainte de les perdre. Il y en a beaucoup qui feignent de l’être, lorsqu’il faut aller travailler, et on les laisse ordinairement au bagne. Mais quand cela arrive trop souvent, et que le gardien-bachi s’aperçoit qu’ils ne sont pas malades, ils sont chatiés et envoyés au travail76 ».

  • 77 Dans la relation de cette rédemption elle apparaît sous le nom de Feliciana Rodriguez : abril de 1 (...)
  • 78 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, abril, 20 « Doña Feliciana Fernández murió oy a las d (...)
  • 79 Diario de Argel, abril de 1720, fol. 99. « Nos llevan a Joseph Galvan, que era sirviente del Hospi (...)

33D’ailleurs le père estime que souvent les esclaves ne font pas ce qu’ils devraient faire : citant doña Feliciana Fernandez77, âgée de soixante ans, qui est morte à l’hôpital le 20 avril 1720, alors qu’elle venait d’être rachetée, il rapporte que « son patron disait qu’il regrettait de lui donner la liberté, parce qu’elle avait élevé ses enfants, quand plutôt pour cette raison même il devait la lui donner et même sans contre-partie en argent, c’est pour cette raison qu’il ne faut pas s’étonner que beaucoup de captifs ne fassent pas ce qu’ils devraient pour beaucoup de choses, parce que, s’ils agissent bien ils ne veulent pas les libérer gratuitement ; et s’ils sont mauvais ils font en sorte de s’en séparer à bas prix78 ». Dans ces propos, le père compte pour rien l’affection du patron qui exprimait à sa façon que la liberté donnée signifiait départ, séparation, rupture d’un attachement. Il est vrai aussi qu’une libération sans condition aurait été un geste plus généreux. Le raisonnement du père souligne la contradiction dans les comportements, sans doute induits par le système, mais il savait de quoi il retournait. En effet, lorsque Joseph Galvan fut racheté en même temps que Feliciana Rodriguez, il exprima plus qu’un regret implicite, un sentiment d’arrachement, parce qu’il veillait bien sur les malades : « Ils [les rédempteurs] nous emmènent Joseph Galvan, qui était serviteur à l’hôpital, et il soignait les malades avec beaucoup de charité79. »

  • 80 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, prólogo, fol. 8. « Y se recibe también a algunos, que no pudien (...)
  • 81 Diario de Argel, año 1720, febrero, 6 et 7 « Oy fueron los Padres sacerdotes al trabaxo de la Mari (...)

34Sur la façon dont les captifs tentaient d’échapper au travail, les textes concordent. Rappelons ce passage du journal précédemment cité : « Et l’on accueille aussi quelques captifs qui, ne pouvant supporter l’énorme travail que leur donnent leurs patrons, font semblant d’être malades pour se reposer et se dorloter quelques jours et nous fermons les yeux pour leur accorder ce soulagement80. » Le désaccord entre les auteurs porte donc sur la pénibilité du travail exigé. Souvent le consul de France, le vicaire apostolique ou le père administrateur de l’hôpital intervenaient auprès du maître de l’esclave, que ce soit le dey ou un particulier, pour faire modifier la charge de travail, comme ce fut le cas pour les prêtres envoyés à la marine : « Aujourd’hui les religieux sont allés travailler à la marine où ils chargèrent des pierres, et où ils firent d’autres travaux pénibles avec le poids de leurs chaînes et à cause de l’effort qu’il fallait faire, comme il a une hernie Don Vicente eut très mal au ventre. Ils ont laissé dans le bagne le ldo Don Vicente Morante parce qu’il souffrait de la hernie grâce aux suppliques qui ont été faites dans ce but81. »

  • 82 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.
  • 83 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1719, marzo, 8 « Ahier los Christianos en el vagel que a em (...)
  • 84 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.
  • 85 Ibid.

35Le dey employait aussi « à la construction des bâtiments de mer tous ses esclaves qui y [étaient] propres, comme les charpentiers, calfats et forgerons, et [tirait] les deux tiers des journées que leur [payaient] les armateurs de ces bâtiments, et leur [laissait] le tiers82 ». Parfois certains se rebellaient. Cela donnait lieu à des scènes de ce type : « Hier les esclaves qui travaillaient à la fabrication du vaisseau que Bechir Raïs a commencé à construire, alors que c’était l’heure qu’on appelle el Azar, moment où des minarets les Maures appellent à la prière à trois heures de l’après-midi et l’heure et le signal de l’abandon du travail pour les captifs selon l’usage qu’il y a à Alger, quittant le travail si tôt parce qu’ils commencent très tôt le matin. Le raïs ne voulait pas qu’ils cessassent le travail mais qu’ils continuassent et l’un des captifs qui travaillait là esclave du roi et maître de hache se fâcha et jetant la hache s’en fut voir le roi et lui dit : fendi (qui veut dire seigneur) qui commande sur moi ? être en usage et Votre Seigneurie ordonner que les chrétiens pas travailler plus que jusqu’à el Azar et Viquer Raïs vouloir que travailler la nuit, ça c’est pas l’usage ? Le gouverneur se facha très fort et dit que personne ne commandait ses Chrétiens sauf lui et que maintenant il voulait qu’ils ne travaillassent pas de huit jours et avec le vendredi qui suit cela en fait neuf. C’est ce qui se dit et il est certain qu’ils ne travaillent pas et c’est pour cette raison que les Chrétiens ont eu le temps de venir à la messe83 ». Le travail était donc réglementé à Alger et les esclaves pouvaient se rebeller, en appeler à la justice du dey sur l’instant et obtenir gain de cause, voire réparation, et les trinitaires y trouver leur compte ! Nous sommes loin de la situation des esclaves en Europe, d’autant plus que « tous ceux qui ont un métier et qui veulent sortir pour aller travailler pour eux sont libres en payant un droit au gardien bachi, et doivent revenir tous les soirs coucher aux bagnes84 ». Les esclaves du deylique allaient aussi en course, comme nous l’avons vu précédemment. Rappelons simplement que « le dey fait toujours embarquer un nombre de ces esclaves sur les bâtiments corsaires, qui ont part aux prises, selon qu’ils sont habiles. Le dey retire les deux tiers de leur part, et leur laisse la troisième85 ».

  • 86 RR. PP. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des c (...)
  • 87 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.
  • 88 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 1 « Estas iglesias se mantienen de los tabe (...)
  • 89 RR. PP. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des c (...)
  • 90 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 25 « Embió el Governador a llamar al P. Adm (...)

36Enfin, certains « ont le privilège de tenir taverne ou gargote. Ils paient un droit annuel au dey et au gardien-bachi, et donnent à manger et à boire pour de l’argent à qui en demande, soit Turc, soit Maure, ou Chrétien. Ils ont le pouvoir de se faire payer exactement, même des soldats turcs jusqu’à les dépouiller et à les battre s’ils le jugent nécessaire, pour être payés86. Ces taverniers gagnent considérablement par toutes sortes de voies d’iniquité, et pourraient dans une année gagner leur liberté ; mais la plupart s’abandonnent à la débauche et au libertinage, et ils aiment mieux demeurer à Alger qu’en pays chrétien87 ». Le père Comelin complète cette description de l’activité et des obligations des esclaves du deylik qui « s’employent aux tavernes quand ils ont assez d’argent pour en acheter quelqu’une, ou qu’ils peuvent emprunter des juifs qui ne leur prêtent qu’à 3 ou 4 % chaque lune, ce qui va quasi à 50 % par an, sans parler des gros droits qu’ils payent au Dey tous les ans, à proportion du vin qu’ils vendent ; il faut encore qu’ils entretiennent de leur gain deux ou trois serviteurs, qui gagnent ordinairement une piastre par lune. Ils sont aussi chargés de l’entretien des chapelles88 qui se trouvent dans chaque bagne, et ne peuvent se dispenser de donner par charité à manger à beaucoup de pauvres chrétiens esclaves, qui ne trouvent pas de soulagement ailleurs. Ils ne peuvent pourtant en rien passer le prix marqué au vin, qui est le même pour tous, sans que ceux qui ont le meilleur aient d’autre privilège qu’un plus grand débit. Cependant il s’en est trouvé qui ont amassé en deux ou trois années de bon ménage, tout l’argent nécessaire pour payer tous ces frais, pour rembourser leurs emprunts, qui se montent souvent à sept et huit cents piastres, et payer par-dessus leur rachat, qui va encore plus haut. Mais cette économie est bien rare, et la liberté qu’on leur donne d’aller et de venir librement hors et dedans de la ville pendant le jour, avec la table toujours mise chez eux, leur inspire bientôt une habitude de libertinage, qui nous les fait regarder comme les plus à plaindre, la corruption des mœurs étant souvent suivie du naufrage dans la foy89 ». Ainsi, au contraire des esclaves musulmans à Civita Vecchia, qui réclamaient le droit de commercer et de gagner leur vie90, les esclaves de la régence d’Alger y pourvoyaient parfois largement et même employaient d’autres esclaves. Allant et venant librement le jour, certains menaient grand train comme Alonso González qui non seulement avait des chrétiens à son service, mais aussi des musulmans.

  • 91 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, Septiembre, 1, fol. 137. « Alonso Gonzalez... natu (...)

37Né à Oran, emmené en captivité lors de la reddition de la ville en 1708, esclave du Beylique et loin d’être sot, Alonso González eut en charge quelques tavernes et devint aussi écrivain de la ferme des cuirs à la porte de Babazon. Il s’enrichit et mena si grand train « qu’il ne paraissait pas esclave, mais un seigneur très puissant ; il avait beaucoup de domestiques et des serviteurs Chrétiens et Maures, qui le servaient avec ponctualité, un cuisinier captif des meilleurs d’Espagne et il se conduisait avec la grandeur des plus grands seigneurs espagnols. Il tenait souvent table ouverte, faisait des banquets et de grandes fêtes où il conviait les religieux, les prêtres et les captifs de qualité et où ne manquaient ni les trompettes ni les violons et autres instruments de musique. Des captifs, qui étaient ses domestiques, servaient à table, en compagnie de trois Maures qu’il avait à son service, à qui il faisait ôter leur coiffure pour être servi avec plus de grandeur, contre l’usage d’Alger, où les Maures ne l’enlèvent ni devant le gouverneur, ni dans les mosquées, ni par courtoisie : mais la grandeur et l’autorité avec lesquelles il se comportait, les obligeaient à commettre une action pour les Maures d’une grande vilenie91 ».

38Il convient donc de conclure que dans l’ensemble les esclaves n’étaient pas à plaindre, à l’exception des plus démunis — sans statut social et sans qualification — qui n’avaient aucun moyen de gagner leur vie et ceux qui étaient employés aux tâches les plus rudes. Ils étaient malgré tout, comme tous les captifs, ménagés et protégés par la loi islamique comme nous le verrons dans le chapitre suivant. Ils savaient aussi échapper au travail en ne faisant pas toujours ce qu’ils devaient faire ou en se déclarant malades. Par ailleurs, ils trouvaient un supplément de nourriture chez les taverniers, auprès des chrétiens libres, à l’hôpital ou dans la maison du vicaire apostolique ou encore dans les jardins grâce à un captif.

  • 92 Diario de Argel, año de 1719, junio, 24 « A mandado el Rey y Gobernador de Argel Mahamet, que los (...)
  • 93 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 167.
  • 94 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, septiembre, 1 « A un cautivo le dio su patrón de pa (...)
  • 95 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 166.

39Enfin, la loi islamique rendait les maîtres responsables de leurs esclaves, aussi lisons-nous le 24 juin 1719 que « le roi et gouverneur d’Alger Mahamet a ordonné que les Turcs et les Maures qui ont des chrétiens captifs dans les jardins fassent attention à eux, et au cas où l’un d’eux s’en irait, qu’il perde et que l’on confisque le jardin et qu’il paye le captif, cela a été proclamé par les rues centrales de la ville pour que cela soit su de tous92 ». Si, en cas de fuite, l’esclave était puni, le maître, pour toute faute, ne manquait pas d’être lourdement pénalisé et Laugier de Tassy assure « qu’ils commettent quelquefois bien des crimes dans la maison de leur maître, dont ils ne reçoivent que de légers châtiments ; les maîtres ayant peur de les perdre par arrêt de justice93 ». La peur des maîtres était réelle, aussi l’un d’eux anticipa-t-il la décision de justice : « Un patron donna du bâton à un captif, et le blessa avec un couteau et pour qu’il ne le dise pas au roi Mahamet, il lui donna la liberté94. » Laugier tient le même discours que le père, puisqu’il dit : « S’il arrivait qu’un esclave maltraité fut malade ou mourût, celui qui l’aurait maltraité ou ses parents seraient condamnés à le payer plus qu’il ne vaudrait95. »

Les esclaves des particuliers

  • 96 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 469.
  • 97 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 166.
  • 98 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 469.

40La situation des captifs des particuliers était donc parfois différente de celle des esclaves du deylik. Ils étaient eux aussi divisés en deux catégories : ceux que les patrons achetaient pour les servir, soit à la maison, soit dans les jardins, soit dans leurs maisons de campagne ou encore dans leurs fermes. Leur vie agréable ou difficile dépendait du maître sur lequel ils tombaient et de leur conduite. Les autres, dont on pouvait espérer une rançon importante, étaient souvent achetés par les Tagarins, musulmans expulsés d’Espagne, qui s’adonnaient entre autres activités marchandes au commerce des esclaves. Ils achetaient « presque toujours, les esclaves les plus importants, en majorité des prêtres et des religieux96 ». « Les plus malheureux — affirme Laugier de Tassy — sont ordinairement ceux, qu’on croit avoir du bien, et dont on espère une bonne rançon. Les esclaves sont à plaindre avec de tels maîtres, qui les font travailler sans profit, et les obligent quelquefois par de mauvais traitements à se racheter à bonnes enseignes. Ce qu’il y a de fâcheux, c’est que ce sont ordinairement les personnes de quelque rang dans le monde qui tombent entre les mains de ces Tagarins, et ils ne laissent point échapper, autant qu’ils peuvent ni prêtres ni religieux, parce que la longue expérience de ces marchands d’esclaves leur donne là-dessus des lumières inconcevables pour faire de grands profits97 ». Lorsque le prix d’achat de ces esclaves était très élevé, les Tagarins n’hésitaient pas à s’associer, « ce qui rendait extrêmement difficile le rachat de ces captifs, parce qu’il fallait convaincre tous les propriétaires au moment de leur vente98 ».

  • 99 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 29 « Tienen muchas mañas para averiguar si (...)
  • 100 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 167.
  • 101 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 4 « Encontré un día de éstos al pregonero (...)

41Les maîtres cherchaient toujours à savoir quel était le statut social des esclaves, car la rançon qu’ils demandaient en dépendait. Le journal nous informe sur la façon dont ils s’y prenaient : « Ils ont mille ruses pour savoir s’ils sont nobles ou prêtres ou s’ils ont d’autres ministères soit par le châtiment ; leur donnant de solides coups de bâton jusqu’à ce qu’ils confessent la vérité et parfois ils finissent par dire plus que ce qu’ils sont pour qu’on les laisse en paix et qu’on cesse de les châtier, soit ils s’en assurent aussi avec adresse en se servant des promesses et des tromperies de quelques chrétiens pour qu’ils le leur disent99. » C’est pour cette raison qu’« il est nécessaire que les nouveaux esclaves qui arrivent à Alger, soient sur leur garde, et se méfient de leurs compatriotes qu’ils y trouvent dans l’esclavage. En effet, les anciens, sous prétexte de consoler les nouveaux venus, s’informent de leur qualité et de leurs biens et savent adroitement s’ils seront bientôt rachetés, et combien leurs parents sont en état de donner... Ces misérables vont trouver ceux qui les ont achetés, et moyennant une ou deux piastres leur révèlent ce qu’ils savent ; ce qui oblige les maîtres de fixer bien haut le rachat de ces esclaves. Il y a aussi des esclaves qui sont écrivains dans les bagnes, qui écrivent des lettres pour tous ceux qui ne savent point écrire, et qui révèlent leurs secrets pour de l’argent aux maîtres100 ». Ce type de relation fondée sur la tromperie n’était pas rare à Alger. Les trinitaires eux-mêmes rusaient avec les maîtres sur l’état de santé des captifs, afin de les soustraire au travail et de faire baisser le prix de leur rachat101.

  • 102 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 166.
  • 103 Ibid.
  • 104 Ibid.
  • 105 Ibid.

42Dans les maisons d’Alger il n’y avait pas de domestiques libres, seuls des captifs étaient employés comme domestiques. Aussi les particuliers louaient-ils « leurs esclaves aux consuls ou à des maisons chrétiennes, moyennant une piastre par lune, et [pour] qu’ils soient entretenus de tout leur nécessaire102 ». Mais, « il y a des maîtres riches, qui se font un plaisir de les habiller proprement et de bien les entretenir pour s’en faire honneur. Plusieurs d’entre eux ont autant et plus de pouvoir dans la maison que leurs maîtres, couchent dans la même chambre ; mangent ensemble et sont soignés et chéris comme les enfants. Mais ceux qui sont libertins et méchants s’attirent souvent de mauvais traitements ; on prend garde pourtant, autant qu’il se peut, de ne point altérer leur santé, pour pouvoir les revendre sans perte103 ». Laugier de Tassy insiste sur cette précaution que prennent les maîtres pour préserver leur investissement, lorsqu’il écrit que « de quelque manière que ce soit, les maîtres ménagent toujours les esclaves, de peur qu’ils ne deviennent malades et de peur de les perdre, et ils ont beaucoup d’indulgence pour eux104 ». Les pères s’appuyaient sur cette crainte pour obtenir des patrons la sortie du cachot d’un esclave ou davantage de douceur. Enfin, les patrons avaient aussi toute liberté pour envoyer leurs esclaves en mer afin de tirer profit « des parts qui leur reviennent des prises105 ».

Les femmes et les enfants

  • 106 Ibid.
  • 107 Schacht, Joseph, Introduction au droit musulman, nouv. éd., Paris, Maisonneuve et Larose, 1999, p. (...)
  • 108 Ibid.

43Les hommes n’étaient pas les seules proies des corsaires. Ils étaient seulement plus nombreux que les femmes, pour la simple raison que la plupart du temps ils étaient pris pendant qu’ils exerçaient leur métier. Or les activités de la mer étaient réservées aux hommes. Néanmoins des femmes tombaient aux mains des Algériens, soit lors d’une traversée, soit lors d’une razzia sur les côtes. Laugier de Tassy dit avoir remarqué « que les femmes de quelque distinction qui tombent toujours en partage au deylik, sont envoyées dans la maison du chekebeled ou maire de la ville pour y être gardées et bien traitées, jusqu’à ce que leur rançon soit arrivée. Les femmes de basse extraction, elles, sont vendues à des particuliers, à la brutalité desquels elles sont exposées, et il y en a peu qui puissent s’en défendre. Car lorsqu’elles se plaignent au dey des violences que leur font leurs maîtres, il ne peut faire autre chose, que d’exhorter les derniers à ne pas les violenter106 ». Pouvait-il faire davantage quand la loi islamique prévoyait que « la femme esclave célibataire est à la disposition de son propriétaire en tant que concubine107 » et quand « il n’y a pas de talion en cas de sévices corporels infligés à un esclave, [puisque] l’esclave n’a pas, en droit criminel, de protection contre son propriétaire. [Il] n’a pas la capacité d’intenter une action pénale108 » ? Nous avons vu dans quelle position se trouvaient les femmes noires esclaves, les plus exposées et les plus mal traitées.

  • 109 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 167. Il s’agit bien sûr de sodomie.
  • 110 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 14 « Ayer enfrente del hospital a un mucha (...)
  • 111 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 5 « Esta mañana yendo el boticario y ciruja (...)
  • 112 Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 14 « También a un judío mozo casado y con hijos viniendo de (...)

44Les jeunes garçons étaient, eux aussi, très sollicités. Le père revient souvent sur cette question des jeunes garçons « exposés aux violences de certains maîtres qui les achètent quelquefois à ce dessein109 ». La violence pour amener un jeune garçon à l’homosexualité n’était pas toujours utilisée. Le maître parvenait parfois à ses fins par la persuasion. De plus, les jeunes esclaves chrétiens n’étaient pas les seuls à être provoqués. Le père raconte plusieurs scènes de violence sexuelle commise à l’endroit de jeunes gens maures ou juifs : « Hier en face de l’hôpital, les Turcs attrapèrent un jeune garçon maure et à l’entrée d’une maison où vivent plus de vingt familles et à la vue de la rue la plus publique, tous les trois abusèrent de lui ; les deux le tenaient et l’autre usait de la turpitude et dès qu’il avait terminé l’autre y allait et tous ayant terminé ils sortirent pour voir s’il n’y avait pas d’autres Turcs pour abuser de lui110. » Le pharmacien et le médecin de l’hôpital, partis à la recherche de plantes médicinales destinées à la pharmacie, rapportèrent qu’ils « virent qu’un Turc tirait un couteau contre un jeune maure qui venait de son travail à la ville le menaçant de lui ôter la vie s’il n’allait pas avec lui effectuer la turpitude et par force il le conduisit derrière les clôtures des cimetières et là il abusa de lui sans beaucoup se soucier de la publicité et un autre Turc l’escortait pour faire la même chose dès que l’autre aurait terminé111 ». Les Maures n’étaient pas les seuls à être forcés, les jeunes juifs n’étaient pas non plus épargnés, car « les Turcs se moquèrent de la même façon d’un jeune homme juif marié et père de famille qui venait d’un jardin112 ».

  • 113 Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 15 « Oy ha dado de palos el guardián bassi a tres Christianos (...)

45L’homosexualité était une composante de la société masculine d’Alger, musulmane comme chrétienne, dénoncée par le père : « Aujourd’hui le gardien bassi a donné des coups de bâton à trois chrétiens pour sodomie avec un garçon simplet ou fou, esclave chrétien du beylik, on en informa le gardien bassi et il les a châtiés de la sorte et bien que je ne sache pas avec certitude si cela est vrai il est possible que ce le soit, tellement ce vice domine dans ce pays avec le mauvais exemple des Turcs et des Maures113. »

46Cette société des esclaves présentait toute la complexité des groupes sociaux ordinaires, avec ses hiérarchies, ses violences, ses trahisons, ses complicités et ses côtés positifs. Il apparaît tout de même que ce groupe était protégé et nous verrons que par l’application de la loi musulmane, il l’était plus que les autres membres de la société. Certains souffraient plus que d’autres, mais le travail étant réglementé, voire rémunéré, il restait supportable. La rébellion par rapport à la charge de travail était parfois reconnue comme fondée. En comparaison, quoi qu’ait pu dire le père, ils étaient mieux lotis que leurs homologues musulmans en Europe, qui réclamaient de pouvoir exercer librement une activité commerciale ou que les forçats sur les galères de France, à qui l’on appliquait « le petit châtiment ordinaire », sur lequel nous reviendrons. Beaucoup menaient une vie agréable. Les femmes souffraient davantage, surtout les femmes noires.

47À aucun moment le père ne dévoie la réalité ; sa vision est d’abord culturelle, comme le montrent par exemple ses propos sur la sodomie, le « pecado nefando » condamné par l’Église. Appartenant par ailleurs à une société qui refusait le travail pour les classes dominantes, les tâches manuelles des esclaves, qui étaient celles de tout ouvrier ou paysan de l’époque, lui paraissaient insupportables quand ces efforts physiques étaient imposés aux ecclésiastiques ou aux personnes de qualité. Quant à la nourriture, les trinitaires n’en manquaient pas, car tout ce qui était nécessaire à une alimentation équilibrée, telle que nous l’entendons aujourd’hui du moins, figurait régulièrement sur leur table. Seuls les jugements de valeur, l’idéologie du père, viennent recouvrir et tordre le fait réel.

Recouvrer la liberté

  • 114 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, mayo, 25 « Traxeron al hospital un papaz, o sacerdo (...)
  • 115 Mémoires d’un galérien du Roi-Soleil parJean Marteilhe, 1700-1713. Édition établie, annotée et pré (...)

48L’esclavage implique la question de la liberté et la façon de la regagner. Certains pensaient pouvoir s’échapper et réussirent leur entreprise. Beaucoup échouèrent. Ce fut le cas de ce prêtre dont le père dit : « On amena, pour le soigner, à l’hôpital un papaz ou prêtre grec parce qu’il avait reçu cinq cents coups de bâton sur la plante des pieds, et cela faisait peine à voir, et le motif fut qu’un Chrétien (car Dieu permet même que ceux-là aussi agissent mal) le dénonça au roi, disant qu’il avait voulu s’échapper et qu’il avait acheté un bateau pour s’enfuir avec d’autres, et c’est pour cette raison qu’ils le châtièrent de la sorte114. » Les fugitifs furent souvent dénoncés ou se trahissaient eux-mêmes par manque de précautions suffisantes, alors que les maîtres veillaient. Tout était fait pour éviter leur évasion. Nous avons vu que le gouvernement enfermait les esclaves la nuit dans les bagnes, qu’ils portaient des chaînes pour les punir lorsqu’ils avaient tenté de s’enfuir ou lorsqu’un navire européen était à la rade, afin de les empêcher de s’y réfugier. Ils devaient aussi se présenter à l’appel chaque jour. S’ils étaient pris en flagrant délit de fuite ou s’ils en étaient accusés, ils recevaient la bastonnade, soit cinq cents coups de bâton sur la plante des pieds. Les pays européens en faisaient autant. Nous savons ce qu’il en était en Espagne, mais en France, « lorsqu’il arrive que quelqu’un de la chiourme s’évade, les galères ont la précaution de tirer un coup de canon de distance à autre pour avertir de cette évasion. Alors tous les paysans, principalement à Marseille, courent après cette curée avec leur fusil et leur chien de chasse, et il est comme impossible que ce pauvre fugitif ne tombe dans leurs mains. J’en ai vu divers exemples à Marseille. Pour ce qui est de Dunkerque, les Flamands avaient cette chasse en horreur, mais la soldatesque, dont tout était rempli à Dunkerque et aux environs, n’y regardait pas de si près pour gagner vingt écus115 », écrit Jean Marteilhe.

49D’autres payaient directement le prix de leur rançon, en exerçant en toute liberté une activité rémunérée contre une somme versée chaque mois lunaire au maître. Ils n’avaient alors que l’obligation de rentrer le soir au bagne à heure fixe. Quand cette solution ne leur était pas ouverte parce qu’ils n’avaient pas d’habileté particulière, il leur restait à espérer que leur famille confiât à un marchand ou à un ordre rédempteur la somme demandée pour sa libération. Les plus démunis attendaient qu’une rédemption fût décidée dans leur pays pour penser être délivrés grâce au fonds général.

  • 116 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 26 « Volvió el Pe Administrador a la casa d (...)
  • 117 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 13 « El otro era español a quien procuré quitar el temor que t (...)

50L’échange pouvait aussi rendre la liberté à deux captifs, comme l’affranchissement par le maître pouvait libérer un esclave. Un otage, souvent un religieux, en prenant la place de l’esclave, pouvait aussi garantir le paiement ultérieur de sa rançon. Enfin, il existait une dernière voie pour échapper à l’esclavage : devenir musulman. Mais ce qui pour les uns était conversion devenait apostasie pour les autres. Cela supposait le non-retour sur le sol natal et le risque, s’il était pris par certains corsaires européens, de comparaître devant un tribunal de l’Inquisition116 qui inspirait encore la terreur117. Cependant, pour celui qui vivait depuis des années en pays musulman, qui, bon gré mal gré, s’y était adapté et dont les liens avec les siens étaient nécessairement distendus, c’était une solution, dans la mesure où elle offrait dans des circonstances précises de réels avantages. Pour les trinitaires c’était le fléau à combattre, un souci majeur.

Le reniement

  • 118 Diario de Argel, año de 1719, noviembre, 30 « Estamos con grande dolor en nuestros corazones porqu (...)

51La lutte contre l’apostasie hantait les trinitaires, car, si les Turcs n’encourageaient pas les conversions d’adultes, parce qu’ils pensaient qu’un mauvais chrétien ne pouvait faire un bon musulman, ils tentaient d’obtenir celles de certains enfants ou de personnes qui leur étaient utiles par leurs compétences. Ainsi le père écrit-il : « Nous avons une grande douleur dans nos cœurs parce que Mahamet roi d’Alger veut que les captifs de maistrance renient et il leur offre de grands avantages ; et il a réussi auprès de quelques-uns, ce sont un Grec schismatique, un hérétique luthérien, et un Danois qui, avant alors qu’il était aussi luthérien, s’était converti à l’hôpital de la Sainte Trinité à la vérité de notre sainte foi catholique romaine, l’a maintenant abandonnée de façon sacrilège, et le roi les a vêtus tous de tissu très raffiné à la façon mauresque, il offre ces mêmes avantages à un Espagnol serrurier, qui est celui qui a fait les serrures nécessaires aux portes et aux fenêtres de la construction hospitalière, mais il résiste vaillamment comme un bon soldat de la milice de Jésus Christ118. » On relèvera le vocabulaire militaire appliqué à la résistance à l’Islam, à la défense de la foi catholique romaine et l’opposition entre les hérétiques sans foi ni loi, parjures et les catholiques romains, exemplaires, fidèles à la leur.

52Ce combat permanent du père et des trinitaires contre l’apostasie devenait plus urgent encore lorsqu’il s’agissait d’enfants. Quand le dey souhaitait la conversion d’une fillette, c’était souvent pour la marier à un jeune Turc.

  • 119 Ximénez, fr. Fr. Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 10 « Una niña Genovesa con su madre, y u (...)
  • 120 La situation est donc à l’heure actuelle inversée, c’est du moins ce que nous pouvons lire dans un (...)

53Les Turcs ne souhaitaient pas épouser des femmes indigènes dont les enfants étaient considérés comme maures sans prérogatives. En revanche, en épousant des renégates, leurs enfants étaient Turcs de naissance et conservaient les privilèges de leur classe. Considérant que les femmes et les enfants étaient les moins armés pour résister, les rédempteurs commençaient toujours par leur rachat et celui des femmes. Ainsi, les trinitaires avaient-ils « racheté une fillette génoise et sa mère et un Espagnol sur les instances du père administrateur à cause de la lettre qu’il avait de la République de Gênes à cette fin... et l’on évita à la fillette le très grand risque de perdre la foi catholique, parce que deux enfants génois ayant renié ces jours derniers, Mahamet, roi d’Alger la demanda à son patron pour la faire renier et la marier à l’un d’eux, mais il refusa de la lui donner parce qu’il eut cette occasion qu’on la lui rachetât, pour ne pas perdre la somme de son rachat, la cupidité ayant raison de lui plus que le développement de sa secte ; et bien que l’ordre était donné pour que les trinitaires déchaux la rachetassent quand ils viendraient en Rédemption, il a paru préférable de ne pas attendre ce moment pour la soustraire sans plus tarder à un péril si évident, car, puisqu’ils avaient commencé à tenter de la pervertir, ils n’auront de cesse qu’ils n’aient obtenu son reniement ; et ce serait dommage parce que c’est une enfant exquise119 ». Nous voyons par ces exemples un aspect de la politique de la régence, province de l’empire ottoman qui assura en partie sa suprématie en recrutant et en choisissant les meilleurs sujets. Politique encore pratiquée à l’heure actuelle par les États-Unis d’Amérique qui attirent et retiennent les « cerveaux120 ». Et de l’autre côté, la politique de rachat menée par les trinitaires pour faire échec à ces tentatives, afin de limiter les saignées d’hommes qui témoignaient de la vérité de la foi catholique romaine.

  • 121 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 474 cite Gómez Losa (...)
  • 122 Le journal confirme ce bas prix offert au baptistan lors de la première vente. En effet, lorsque l (...)
  • 123 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 471. « Es decir, qu (...)
  • 124 Ibid., p. 472. « En resumen, podemos afirmar que si no se daban deserciones en masa entre los caut (...)
  • 125 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 5 « Publican los que an renegado estos días (...)

54Pour les maîtres, le reniement des esclaves était une perte de revenu, si bien que le gouvernement utilisait au besoin la dissuasive bastonnade pour les en détourner. Encore que le reniement n’entraînât pas, nous le savons, le changement de statut de l’esclave ; « il n’est pas affranchi, mais il reste toujours esclave, jusqu’à ce qu’il verse à son patron l’argent qu’il a donné pour lui quand il l’a acheté au marché. Alors il est libre et habitant d’Alger121 ». Mais il devenait alors impossible de le vendre à des chrétiens. Son prix chutait et ne pouvait dépasser le prix très bas de la première vente au batistan122. C’est-à-dire que le propriétaire du captif non seulement perdait l’espoir d’une vente lucrative, mais encore il perdait la différence entre la première et la deuxième vente. De plus, le captif apostat ne pouvait se vendre qu’à un autre musulman, qui, naturellement, avait les mêmes raisons que le patron qui désirait le vendre de ne pas l’acheter. Ainsi, pratiquement, les captifs apostats étaient-ils invendables et le maître devait se charger d’eux, sans que, d’autre part, il puisse abuser de ses forces et de sa santé123. Le père Melchior García Navarro conclut : « En résumé, nous pouvons affirmer que si les captifs ne désertaient pas en masse, c’était simplement parce que leurs maîtres s’y opposaient124. « Ces hommes pensaient donc avoir plus d’avenir dans ce pays que dans le leur. Cependant, les esclaves ne passaient pas toujours à l’acte, même si beaucoup au bout de quelques années en avaient la tentation, comme les quinze soldats du régiment de Navarre : « Ceux qui ont renié ces jours-ci divulguent que ceux qui s’étaient ligués pour devenir Maures sont au nombre de quinze, je ne sais si cela est vrai, mais je crains beaucoup, comme nous en faisons l’expérience, leur égarement125. » Cette quasi-certitude du père reposait sur le fait que les soldats européens étaient appréciés pour leur connaissance de l’art de la guerre et qu’évidemment, en entrant dans la milice, ils pouvaient compter sur leur promotion, incitation permanente au reniement.

  • 126 Diario de Argel, año de 1720, marzo, fol. 40-41. « Y siendo caso, que algún esclavo de qualquiera (...)
  • 127 Ibid., fol. 56. « Que si algún Christiano después de rescatado se hiciere Moro se ha de restituir (...)
  • 128 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, marzo, 8 « Quando vino la redempción de nuestra or (...)

55Cette situation conduit donc à nous interroger sur le nombre de reniements. Nous avons vu qu’à Oran le taux de reniement des captifs espagnols atteignait six à neuf pour cent. Pour Alger, nous avons compté trente-trois reniements effectifs de captifs espagnols sur deux années — entre l’arrivée et le départ du père Ximénez — ce qui est probablement limité par rapport à l’ensemble de la population captive espagnole présente à Alger à ce moment là. Mais les pères redoutaient par-dessus tout l’apostasie d’un esclave qu’ils avaient racheté, car ils perdaient à la fois un homme et la somme donnée pour son rachat, alors qu’ils auraient pu l’employer à la libération d’un autre. En conséquence, ils incluaient dans leur demande de passeport la clause suivante : « Et si le cas se présentait que quelque esclave quel que soit son rang ou condition une fois racheté se fît Maure que son patron ou leurs patrons se voient obligés à rendre aux pères Rédempteurs toute la somme qu’ils auraient reçue pour lui sans faire aucune difficulté126. » Plus simplement dit, dans le passeport rédigé avec une réponse marginale du gouvernement d’Alger à certains articles : « Si quelque chrétien après avoir été racheté se faisait Maure on restituera le prix de sa liberté aux Rédempteurs127. » Cet article demeura sans réponse. Aucun engagement ne fut pris sur ce point par le gouvernement d’Alger. Or le cas n’était pas rare et le père raconte : « Quand vint la Rédemption de notre ordre des provinces de Castille et d’Andalousie, [Francisco Rosique] avec des larmes feintes vint voir les rédempteurs pour qu’ils le rachetassent, et mus par la charité et la compassion ils le rachetèrent ; mais à peine se vit-il libéré de l’esclavage qu’il dit qu’il voulait être Maure, et il renia notre sainte foi ; ou à la demande de la Noire avec laquelle il vivait en concubinage ; ou parce qu’il l’avait manigancé d’avance avec son patron, comme le font d’ordinaire beaucoup, qui s’entendent avec leurs patrons et les informent de ce que donnent les Rédempteurs ; ou parce que malgré leur reniement ils restent esclaves comme avant, alors qu’en se rachetant ils restent libres. Après avoir été racheté, il renia, il fut circoncis comme à l’ordinaire et il se maria aussitôt avec la dite Noire et il s’engagea dans l’armée ; on l’envoya du côté de Biscra, et là il mourut comme un chien128 ».

  • 129 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)
  • 130 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, fol. 103. « Se an rescatado en todos ciento (...)

56Parfois des particuliers usaient de ruses, en connivence avec leur esclave. Lors de la rédemption de 1731 faite par les rédempteurs du Portugal, « un indien de Maranhao, du nom de Agustín Januario, âgé de treize ans, avait renié peu de temps avant, mais il avait conservé de façon perfide son nom de chrétien. Son maître le leur vendit pour 265 pataques ; et immédiatement maître et esclave se rendirent chez le bey, annonçant qu’il était Maure. Ils perdirent ainsi cet argent et les droits de porte qui allaient avec129 ». Enfin, quand le père coucha sur le papier les résultats de la rédemption faite par les provinces de Castille et d’Andalousie en avril 1720, il conclut : « En tout cent soixante-trois captifs ont été rachetés, et nous pouvons remercier Dieu qu’aucun n’ait renié, comme cela arrive généralement dans d’autres rédemptions130. »

57Le reniement de certains captifs et le maintien pour d’autres de leur statut d’esclave conduit à nous interroger sur leur situation pénale ; sur les châtiments que pouvaient subir les esclaves.

Notes

1 Belhamissi, Moulay, Les captifs algériens et l’Europe chrétienne, (1518-1830), Alger, Entreprise Nationale du livre, 1988, p. 20.

2 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 5 « Dizen, que las fragatas de Mallorca an venido a estas costas y los armadores saltaron a tierra y se llevaron muchos Moros, niños, y mugeres de un aduar, y a un Moro que vino a dar quenta a la casa de Rey le an dado quinientos palos. »

3 García Navarro, fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y notas por fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 180, « Los cinco restantes eran una familia compuesta de padre y madre y tres hijos ; el mayor de seis años. Estos pobres fueron apresados en la ysla de la Formentera ocho meses antes, hallándose en tierra, adonde saltaron los Moros con el descoco y atrebimiento que suelen. »

4 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 10 « Esta noche an estado las fragatas de Mallorca a las riberas de este País, y se an llevado dos barquillos de Moros, y los vieron los Christianos desde el pingue que trahe la piedra a la marina, sin que de Argel se atrebiessen a salir con la fragata contra ellos. »

5 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 25 « Aviendo salido una fragata de Orán avía apresado unos barcos de atún de las costas de España y saliendo unos corsarios de Mallorca los coxieron y hicieron esclavos a los Turcos de la fragata : esto se dize y no sé lo que será. Dios lo quiera. »

6 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, Prólogo, p. 8-9, « Llegamos a la conclusión de que la piratería africana se nutría por estos días de Españoles sorprendidos :
Primeramente, en las costas de la Península, las costas de los tres mares que la ciñen... Con todo, el contingente más considerable de cautivos lo daban indudablemente las faenas marineras ; y no precisamente las de mar adentro, sino las del recinto costero. Por sólo este motivo tenía mucho de aventura hacerse a la mar. Las costas más castigadas, de más a menos, eran : las de Cartagena, Málaga, Baleares, Canarias, Alicante, Cádiz, Valencia, Cataluña, Portugal, Galicia, (la Guardia, Bayona) y Asturias (muy poco).
Otras costas no españolas surtían, sin embargo, de cautivos españoles al Africa : las de Berbería. “Cautivado en las costas de Berbería, andando al corso” — se lee con frecuencia en las tablas de las redenciones —. Es que además del estado, los espanoles particulares eran muy dueños de habilitar embarcaciones, de hacerse a la mar y de entregarse bajo su propia responsabilidad y riesgo a la peligrosa aventura del corso...
También la navegación en alta mar proporcionaba buen número de cautivos a los sarracenos. Peligrosísimas eran : las [líneas] de Canarias, las de las Baleares y las de los presidios africanos ; menos peligrosas : las de Sicilia e Italia ; relativamente segura, la de Indias.
La seguridad relativa de la última tiene fácil explicación (ahora no haremos más que apuntarla) : porque la navegación a América se hacía por sistema de convoyes a partir, cuando menos, de Felipe II.
Por fín, el último — aunque no el menos caudaloso — manantial de cautivos lo constituían nuestras posesiones africanas. Como las escaramuzas entre las guarniciones de las plazas — las de Orán y Ceuta concretamente — y las tropas musulmanas circundantes se sucedían sin interrupción alguna, los soldados de uno y otro bando corrían sumo peligro de verse reducidos en cualquier momento a la condición de esclavos.
Tales eran las fuentes permanentes de la esclavitud en los tiempos de que nos ocupamos ».

7 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 23, fol. 358. « Los Christianos que ay en Argel son la mayor parte Españoles y algunos Italianos ... Franceses ay aquí mui pocos, ... los Italianos como Portuguesses y Flamencos, ... son las Naciones donde ay más cautivos ».

8 Il faudrait ajouter la totalité des rachats faits par l’autre ordre rédempteur, les mercédaires.

9 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 125-126.

10 Ibid., t. I, p. 197. « Tanto por la penuria de nuestras casas, destruídas por los herejes, como por el mucho dinero que todos los años había que dar en auxilio de los Reyes de Francia ».

11 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 19. « Claudio Aleph y Julián de Nantonville, dos ermitaños de Pontoise que habían reunido una docena de compañeros, decidieron en agosto de 1577 ir a Roma para pedir al papa una regla. Allí solicitaron abrazar la regla de los trinitarios, que entonces era la mitigada (de 1267) ; y el procurador general, Francisco Bouchet, les dio el hábito. En 8 de marzo de 1578 Gregorio XIII expidio un breve facultándoles para fundar la Congregación Reformada. Vueltos a Francia, hicieron su noviciado en Cerfroid, profesando el 8 de septiembre 1580. Su primer convento fue Pontoise, y en 1607 tenían cuatro. Llamados un año después a Marsella, de aquí se extendieron rápidamente a toda provenza. Con algunas nuevas fundaciones y los antiguos conventos agregados, llegaron a tener dos provincias (Francia y Provenza), gobernadas cada una por un visitador provincial (trienal desde 1619), dependientes de un vicario general, y todos subordinados al ministro general de la Orden, que desde 1612 a 1652 fue Luis Petit, con quien sostuvieron una constante lucha. En 15 de marzo de 1621 celebraron su primer capítulo general en Montmorency bajo la presidencia del cardenal la Rochefoucauld, su gran protector ; y en enero de 1633 entraron en Cerfroid, casa madre de la orden ».

12 Le 4 janvier 1720.

13 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, 12°, 169 p., p. 106.

14 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 466-467.

15 Ibid., p. 468. « El [precio] de esta primera venta era siempre corto, porque debía hacerse una segunda venta en la Casa de Rey, en presencia del dey. Aquí se entregaba definitivamente el esclavo al que ofreciera mayor suma ».

16 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 28 « Fui al Baptistan donde estavan los cautivos de la presa, y me dixeron como avían venido quinze, diez Valencianos y cinco Catalanes, los quales avían salido a pescar la mar adentro, y los pescaron los Turcos. Teníanlos en el Baptistan, para venderlos, y repartir el precio entre los armadores y baylique. Es el Baptistan el sitio donde no sólo se venden los Christianos, sino también todo lo que trahen en las pressas, Llámase Baptistan, que es lo mismo que mercado, allí ponen a los Christianos, y el que más da se los lleva como quando se venden bestias en una feria, assi venden a los Christianos racionales, y publicando a vozes el precio que dan por ellos y diciendo ay quién dé más que se remata y en llegando al concepto que tienen hecho que vale, le remata, y paga el dinero y se lleva el cautivo para acreditarle al cautivo que se vende le hazen como a las vestias pasear, dizen que es buen mozo, que tendrán con él mucha ganancia, que vale mucho precio y en fin todo lo que haze un diestro mercader en qualquiera cosa que vende ».

17 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C, Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 468. « Los delels, o pregoneros, se encargaban de pasear un esclavo después de otro por todo el mercado, voceando sus méritos, sus virtudes y el dinero que se daba por él, por si alguien quería subir el precio. Cuando nadie ofrecía más, el escribano destinado a levantar acta de las ventas escribía el precio ».

18 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, octubre, 19 « Fui a la casa de Rey a ver a los cautivos y sacerdotes de esta pressa, y los consolé : Al religioso Francisco le estavan vendiendo y para esso le paseavan por el patio, y el pregonero le llevava assido del brazo, y publicava lo que davan por él, y alabando su venta, y el que compra poniendo sus faltas, como quien compra y vende una bestia ; y por último se quedó baylique con él, y para señal le hicieron una O en el habito ».

19 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 468, « De los del deylik, tomaba el Rey para su servicio un buen número de jóvenes, bien dispuestos, con el carácter de pajes. De ordinario, estaban bien tratados y recibían no pocos regalos y atenciones de los prétendientes y cortesanos del dey ».

20 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger. Ed. Loysel, Paris 1992, p. 164. « Des esclaves du deylik le dey en prend toujours un nombre des jeunes et des mieux faits, qui restent auprès de lui pour le servir en qualité de pages. Ils y sont bien nourris et bien habillés, et ont souvent de bonnes étrennes de ceux qui approchent du dey pour des affaires ».

21 Ximénez, fr. F., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 9 « A los maestros que trabaxan en los vageles suele darlos alguna vez algún socorrito y zapatos también a algunos y a los muchachos que le sirven en casa dizen que muchas vezes por no despertarlos va el mismo por agua fría y se lava para conchar missa y los dexa durmiendo ».

22 Venture de Paradis, Jean Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Sinbad, Paris 1983, p. 156.

23 Venture de Paradis, Jean Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Sinbad, Paris 1983, p. 157.

24 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, 12°, 169 p., p. 51.

25 Venture de Paradis, Jean Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Sinbad, Paris 1983, p. 153.

26 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

27 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, 12°, 169 p., p. 51.

28 Ibid.

29 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

30 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, 12°, 169 p., p. 54.

31 L’huile était parfois remplacée par du beurre.

32 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 8 « Este día se an muerto en los baños algunas bacas y bueyes que da el governador a los cautivos suyos por la solemnidad de la Pasqua y esto mismo haze según es costumbre en las pasquas del nacimiento de N. Redemptor Jesuchristo y son estas dos vezes solas las que los da carne permitiendo Dios que en estas fiestas no les falte a los Christianos que comer pero en las pasquas de los Moros no les dan nada, en que se conoze la providencia divina que no dando a los Christianos carne en las pasquas de los Moros se muevan a darla en las pasquas de los Christianos lo demás del año les dan sólo pan mui negro y lleno de tierra y paja y trigo cocido con agua y sal y un poco de azeite ; el día de la SS. Trinidad también les damos nosotros algunas bacas ».

33 On y ajoutait soit de l’huile, soit du beurre.

34 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, año 1719, abril, 9 « Los de Vaylique no trabaxan este día y el Governador los ha dado catorze bacas para que coman este día porque lo demás del año no comen sino pan y sorba que es una comida compuesta de trigo o cevada cozida con agua y sal y no se repara en que aya paxas que como suelen estar los pobres con ambre todo lo comen ».

35 À la fin du xviiie siècle Venture de Paradis écrivait page 159 de son ouvrage que « la seule nourriture que l’on donne aux esclaves des bagnes est quatre pains de munition par jour pesant au moins deux livres et quart ; c’est le même pain que l’on donne aux ioldachs à bien peu de chose près. On ne leur donne jamais ni soupe ni pitance d’aucune sorte ». La ration de pain est donc passée de trois pains à quatre, mais la soupe ; la chorba a disparu. Ce pain est celui que l’on retrouve dans la comptabilité de l’hôpital sous le nom de pan de soldado (pain de soldat).

36 Bloch, Marc, « Les aliments de l’ancienne France », Pour une histoire de l’Alimentation, Annales, Paris, A. Colin, 1970, p. 232-235.

37 Pour l’Espagne, il faut ajouter les légumineuses ; pois chiches surtout, fèves et haricots.

38 Kaplan, Steven L., « Le pain, le peuple et le roi », l’Histoire, no 271, décembre 2002, p. 64.

39 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1719, junio, 10 «Y oy por elmucho trabajo que tienen ha mandado el governador que los den una baca quatro carneros, y quatro quintales de arroz ».

40 Diario de Argel, año 1719, octubre, 8 « Todo el verano an trahido con el Pontón la piedra de la punta del pescado para la obra de la Marina, y oy an empezado a traherla con la carreta, que tiran los cautivos Christianos como si fueran bestias, y an dexado el Pontón, porque el hibierno no la puede traher, y es tanto el trabaxo que tienen con la Carreta, que todos los que la tiran andan con los hombros lastimados, y otros suelen venir al hospital quebrados los brazos y las piernas de la misma Carreta, porque cuando vaxan alguna cuesta, como trahen piedras suele coxer a alguno de los que la tiran, y los suele maltratar ». (Tout l’été ils ont amené la pierre de la pointe de la pescade avec le ponton pour l’ouvrage de la marine, et aujourd’hui ils ont commencé à l’amener avec la charrette, que les captifs chrétiens tirent comme s’ils étaient des bêtes de somme, et ils ont laissé le ponton, parce que l’hiver il ne peut l’amener, et l’épreuve avec la charrette est telle que tous ceux qui la tirent ont les épaules blessées, et d’autres viennent en général à l’hôpital les bras et les jambes cassés par la charrette, parce que quand ils descendent une côte, comme ils transportent des pierres, elle attrape habituellement un de ceux qui la tirent, et elle les blesse.)

41 Diario de Argel, año de 1720, febrero, 4 « Y a llovido esta noche un poco, por lo qual no an embiado oy a los Padres a tirar de la carreta, pero los an llevado al trabajo de la marina, que no es menos que el otro, antes según dizen los cautivos mucho más pesado, pues están todo el día cargando con piedras, llebando cal, y otras cosas semejantes, y un Moro que sin motibo los suele dar con una bara en las piernas o donde le pareze que puede doler más, y otros castigos crueles ». (Et il a plu un peu cette nuit, on n’a donc pas envoyé les pères tirer la charrette, mais on les a envoyés travailler à la marine, ce qui n’est pas moins pénible, et même d’après ce que disent les captifs est bien plus dur, car ils portent toute la journée des pierres, de la chaux et d’autres choses de ce genre, et sans raison avec une baguette un Maure a l’habitude de leur fouetter les jambes ou là où il pense faire le plus mal et d’autres punitions cruelles.)

42 Diario de Argel, año 1720, febrero, 8 « Para que sepan en España que los mortifican, para obligar con esso a la Christiandad que traten bien a los esclavos Turcos ».

43 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, 12°, 169 p., p. 56.

44 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 462, Vigésimo novena redención, redenciones de Portugal. « Se acomodaron en la casa llamada de la Reina, o también de la lismona, de dos pisos, a modo de clautros de religiosos, cercana al palacio. Comían en el hospital, y los Padres les mandaban la cena tan temprano, que les podía servir de merienda, porque los guardas les cerraban las puertas, como también lo hacían en el hospital. Extrañándose los redentores de esto, por considerarlo más una prisión que política, les dijeron que lo mismo hacían a todos los Christianos libres que venían a negociar para que los Moros no se amotinasen contra ellos ».

45 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 469.

46 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, febrero, 2 « Y de esta forma los agan ir todos los días a tirar la carreta, y acarrear con ella piedra para el trabajo de la marina y fortaleza que se está haciendo, y assi mismo a todos los demás trabajos que hazen los demás esclavos de llebar piedras sobre los hombros, llevar cal, ser peones de albañiles, descargar tercios de los vageles y otras muchas penalidades ; por una carta que ha tenido de los Turcos de España en que dizen que allá los dan mal trato ».

47 Diario de Argel, año 1719, septiembre, 16 « El Pe Dn Juan Bautista Grec presbitero maltes vino ahier al hospital y le trahe su patron sin habitos y le ocupa en oficios viles con mui malos tratamientos ».

48 Venture de Paradis dans son ouvrage Tunis et Alger au xviiie siècle, p. 153 les définit ainsi : « Ceux qui sont à la tête des esclaves et qui mènent le travail s’appellent caravana : ils ont les moyens de gagner et de vivre à leur aise ». Et page 157 il précise : « Les esclaves caravanas, ou conducteurs et directeurs de l’ouvrage, les charpentiers, les calfats, les voiliers ».

49 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 21 « Estos cautivos de caravana son los de más fuerzas, que escogen para subir las cosas de fuerza de la marina, y para otros empleos de pesso, y éstos tienen más dificultoso el rescate, porque los necessitan para este empleo, los cautivos comunes llaman passavarros, porque sólo sirven de peones. Y los más estimados de todos son los de maestranza, que entienden de la fábrica de los navíos, los quales hazen los navíos, conque nos hazen tanto daño ».

50 Quand les esclaves tirait la charrette dans les côtes, ils se blessaient aux épaules à cause de son poids. L’effort provoquait aussi des hernies chez ceux qui n’étaient pas habitués au travail de force. Ils se blessaient ou se cassaient parfois un membre quand, dans les descentes, il fallait freiner la charrette. Mais le père extrapole lorsqu’il prête des intentions homicides aux Turcs, car ils auraient agi alors contre leurs intérêts.

51 Diario de Argel, año de 1719, octubre, 25 « Tienen todos lastimados los hombros con una continua llaga del trabaxo que tienen, otros se quiebran, y otrosmueren, y regularmente escoxen para este oficio a los de más fuerzas, aunque muchas vezes ponen a alguno en este oficio o por matarle o mortificarle aunque sea débil ».

52 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

53 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel año 1719, abril, 25 « Sucede aquí que si algún cautivo se huye le hazen al patrón pagar los derechos de las puertas además de perder el esclavo. Y lo mismo si le mata por lo qual muchos patrones aunque castiguen a sus cautivos se contienen en no quitarlos la vida ». (Il arrive ici que si quelque captif s’enfuit on fait payer au patron les droits de porte en plus de la perte de l’esclave. Et la même chose se passe s’il le tue, c’est pourquoi beaucoup de patrons, bien qu’ils punissent leurs captifs, se retiennent de leur ôter la vie.)

54 Une lieue mesurait environ 5,5 km.

55 La arroba pesait 11,600 kg. Le père avait écrit plus d’une arrobe, il rectifia en marge par « poco menos » ; « un peu moins ». S’agit-il d’une simple erreur, d’une tentation momentanée de falsifier la réalité ou une volonté d’être précis ? Nous penchons pour la dernière solution dans la mesure où nous avons trouvé ailleurs un poids exprimé en pounds, soit 25 pounds, c’est-à-dire 11,340 kg.

56 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, febrero, 9 « Y serán grandes los [trabajos] que tendrán, porque está el jardín cerca de una legua y ay que subir más grandes questas, y aver de ir y volver todos los días con las cadenas tan pesadas que trahen, que cada una pessa poco menos de una arroba, no tiene duda, que es grandíssimo trabajo ; y luego el estar cabando todo el día, sin aver exercitado jamás este oficio, sino sólo el estudio de los libros, mucho más en que an menester especial assistencia de Dios y de María Santíssima para no desmayar en el camino ».

57 Diario de Argel, año 1720, febrero, 10 « Dn Vicente Morante se ha quedado en el baño, porque está mui malo de la quebradura, y hinchazón de las piernas y por esso no ha ido a cabar con los padres Sese y Montoro pero han ido hasta veinte y cinco Christianos a cabarle, y trabajar ; pero ninguno como los pobres Sacerdotes, que van cargados con sus cadenas, tiene tanto trabajo, y aunque no tuvieran más que hazer que ir y venir al jardín, era una carga mui pessada ; pues yo en ocasiones que he ido allá por mi gusto, y sin llevar cadena he venido mui fatigado, y aun después de aver bien comido ».

58 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, 12°, 169 p., p. 55-56.

59 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, febrero, 9 « Ya ha dado orden al escribano de baylique que los quiten las cadenas ».

60 Diario de Argel, año 1720, febrero, 12 « Pero un Christiano de los que están continuamente en el jardín le dio un par de huevos de limosna, conque pudo satisfacer el hambre ».

61 Ibid., « ... esta tarde un par de gallinas y otras cosas para que cenen, compadecido de su miseria y por ser Carnestolendas ».

62 Ibid., « Y otros cautivos taberneros por la noche los socorren ».

63 Mémoires d’un galérien du Roi-Soleil parJean Marteilhe, 1700-1713, édition établie, annotée et préfacée par André Zysberg, Mercure de France, 1982 et 1989, p. 313-314.

64 Ibid., p. 339-340.

65 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 9 « Passamos por junto al jardín donde también siendo cautivo avía estado trabaxando el p. fr. Theodoro Lázaro Sanz y entonzes se acordó de sus trabaxos haciéndosele dulzes por ser ya passados aunque fueron bien grandes y uno de ellos era el tener que ir todos los días al dicho jardín cargado como bestia con el bastimento y otras cosas aviendo una legua de distancia de Argel le dieron de palos le hecharon cepo y cadena y padeció otros trabaxitos después consiguiendo la libertad se entró religioso de nuestra orden y como experimentado en las miserias del cautiverio assiste aora con grande caridad a los pobres cautivos. »

66 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, henero, 22 « Un cautivo Portugués que se halla en una macería o casa de labranza ha embiado media docena de gallinas para el hospital, y una gallina con pollos ».

67 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 167.

68 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 2 « Se dize que el Rey ha tenido una carta en que le dizen los Turcos esclavos de España, que lo hazen mal allá con ellos, y que a un cavallero de Málaga se le huyeron unos esclavos, y saliendo a buscarlos encontró a uno y le mató, y encontrando a los demás los hizo poner en la cárcel. Y otros dizen otra cosa, y que an hechado a algunos Turcos a las minas del azogue ».

69 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

70 Venture de Paradis, Jean-Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Paris, Sinbad, 1983, p. 158.

71 RR. P. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, 12°, 169, p. 13.

72 Ibid., p. 51.

73 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1719, mayo, 21 « Oy fue el P. Administrador fr. Francisco Navarro a decir missa al quartel de los soldados del regimiento de Navarra a las tres de la mañana para que tuviessen lugar de ir al trabajo de la marina que les tiene ordenado el governador y aora les an mandado hechar grillete y que se vayan al baño como los demás cautivos ».

74 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

75 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1719, mayo, 17 « Esta obra es fortificar la Marina y juntar un castillo que estos años pasados se hizo nuevo con otro que avía antiguo ».

76 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

77 Dans la relation de cette rédemption elle apparaît sous le nom de Feliciana Rodriguez : abril de 1720, fol. 103.

78 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, abril, 20 « Doña Feliciana Fernández murió oy a las diez del día, ... era de edad de más de sesenta años, y su patrón decía que sentía el darla la libertad, porque le avía criado sus hijos, quando antes por esso mismo se la avía de dar aun sin dinero, por esto no ay que extrañar el que muchos cautivos no cumplan con su obligación en muchas cosas, porque si obran bien, no los quieren por ningún dinero dar libertad ; y si son malos los procuran por baxo precio hechar de sí ».

79 Diario de Argel, abril de 1720, fol. 99. « Nos llevan a Joseph Galvan, que era sirviente del Hospital, y assistía con mucha caridad a los enfermos ».

80 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, prólogo, fol. 8. « Y se recibe también a algunos, que no pudiendo tolerar el summo trabaxo en que los ocupan sus patrones, se fingen malos para descansar y regalarse algunos días, haciéndonos desentendidos para darles este alibio ».

81 Diario de Argel, año 1720, febrero, 6 et 7 « Oy fueron los Padres sacerdotes al trabaxo de la Marina donde estuvieron cargando con piedras y otros trabajos penosos con el pesso de sus cadenas y por la fuerza que era precisso hazer Dn Vicente como se halla quebrado, se sintió mui malo de las tripas. Oy an ido el Pe M. fr. Miguel Sese, y fr. Antonio Montoro a tirar de la carreta, y al ldo Dn Vicente Morante le an dexado en el baño por hallarse mui malo de la quebradura con súplicas que para este fin se an hecho ».

82 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

83 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1719, marzo, 8 « Ahier los Christianos en el vagel que a empezado a fabricar Viquer arraez siendo la hora que llaman el azar que es quando en las torres cantan los Moros a las tres y media de la tarde y la hora y señal de dexar los cautivos el trabaxo según la costumbre que aya en Argel dexándolo tan temprano porque empiezan mui de mañana no queria el arraez que dexasen el trabaxo sino que prosiguiessen adelante y uno de los cautivos que allí trabaxava esclavo de Rey y maestro de hacha se enfadó y arrojando el acha se fue a estar con el Rey y le dixo : fende (que quiere decir señor) quien comanda sobre mi ? Estar en usanza y mandar V Sa que no trabaxar los Christianos más de hasta el azar y querer Viquer arraez que trabaxar por la noche esto no está usanza ? El governador se enojó mucho y dixo que sobre sus Christianos nadie mandava sino él y que aora quería que no trabaxassen en ocho días que con el viernes que se sigue hazen nuebe. Esto es lo que se dize y lo cierto es que no trabaxan y por esso an tenido lugar de venir oy los Christianos a missa ».

84 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

85 Ibid.

86 RR. PP. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, 120, 169 p., p. 53. « Et le tavernier, quoiqu’esclave soutenu par le Gardien et le Dey même à qui il paye de gros droits, a le pouvoir de les [les Maures et les Chrétiens] dépouiller jusqu’aux Turcs lors qu’ils refusent de payer ».

87 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 165.

88 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 1 « Estas iglesias se mantienen de los taberneros, los quales tienen obligación a dar una dobla de asperos por cada bota de vino que hacen, y cada cargador de aguardiente que alambican dos patacas ». (Ces églises sont entretenues par les taverniers, qui ont l’obligation de donner une dobla d’aspres pour chaque tonneau de vin qu’ils font, et pour chaque chargeur (sic !) d’eau de vie qu’ils distillent, deux pataques.)

89 RR. PP. Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, 12°, 169 p., p. 52-53.

90 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 25 « Embió el Governador a llamar al P. Administrador que fue con el P. fr. Theodoro para darles quexas de que los Turcos de Civita Vechia, no los dexavan tener tiendas para vender y passar la vida como él se lo permitía a los Christianos de Argel que escriviesse para que los dexassen vender y tratar y que si otra vez tenía semejantes quexas que nos avía de hechar a la punta del pescado a sacar piedra ». (Le gouverneur fit appeler le p. administrateur, qui est allé avec le p. fr. Theodoro, pour se plaindre qu’on ne laisse pas les Turcs de Civita Vecchia avoir des boutiques pour vendre et gagner leur vie comme lui le permettait aux chrétiens d’Alger et pour qu’on écrive afin qu’on les laissent vendre et commercer et que s’il avait à nouveau de semblables plaintes qu’il nous enverrait à la pointe de la Pescade extraire de la pierre.)

91 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, Septiembre, 1, fol. 137. « Alonso Gonzalez... natural de la ciudad de Orán en las costas de Africa, el qual fue apresado en la rendición de aquella plaza, y aviéndole trahido a Argel le hicieron esclavo de Baylique. Éste pues por ser sujeto de buena disposición, de habilidad, y ingenio ; tomó el cargo de algunos empleos, fue obligado de algunas tabernas, escrivano de los pellexos en la puerta de Babazon, en cuyos oficios tenía mucha utilidad. Pero dio en ser tan bizarro, mexor diré pródigo que no parecía esclavo, sino un señor mui poderoso ; tenía muchos criados o sirvientes, Christianos y Moros, los quales le servían mui puntuales, un cozinero cautivo de los mexores de España, portándose con la grandeza, que los señores más principales de ella. Tenía muchas vezes messa franca, grandes combites y fiestas conbidava a los Relixiosos sacerdotes y cautivos de calidad, y tenía trompetas y varios instrumentos de música, y servían a la messa, además de los criados cautivos tres Moros los quales les hazía quitar las birretas para ser servido con más grandeza contra el estilo de Argel ; donde los Moros no se las quitan ni al gobernador, ni en las mezquitas, ni para la política alguna : pero la grandeza y autoridad con que se portava, les obligaba a hazer una acción para los Moros de tanta baxeza ».

92 Diario de Argel, año de 1719, junio, 24 « A mandado el Rey y Gobernador de Argel Mahamet, que los Turcos y Moros, que tienen Christianos cautivos en los jardines, que tengan cuidado con ellos, y en caso de irse alguno, que pierda y se confisque el jardín y pague el cautivo, lo qual se ha pregonado por las calles públicas de la ciudad para que venga a noticias ».

93 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 167.

94 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, septiembre, 1 « A un cautivo le dio su patrón de palos, y le hirió con un cuchillo, y porque no se lo dixesse a Mahamet Rey le dio libertad ».

95 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 166.

96 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 469.

97 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 166.

98 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 469.

99 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 29 « Tienen muchas mañas para averiguar si son nobles o sacerdotes o tienen otros cargos ya con el castigo ; dándolos fuertes palos asta que confiessan la verdad y algunas vezes suelen dezir más de lo que son porque los dexen y no los castiguen y ya también lo averiguan con la industria valiéndose con promessas y engaños de algunos Christianos para que se lo digan ».

100 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 167.

101 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 4 « Encontré un día de éstos al pregonero (a quien llaman el Barra) que andava por las calles vendiendo a un cautivo christiano, y para esforzar a que le comprassen decía, compren a este Christiano, que presto vendrá la redempción de España y se le llevará. Su patrón le traxo al hospital para que le mirase el Cirujano si estava quebrado, vióle y era una ernía la que tenía, y le ponderó a su patrón que tenía mucho mal, para que no le hiciese trabaxar, y le estimasse en menos, para que quando se pueda rescatar le dé con más conveniencia ». (Je rencontrai un de ces jours passés le crieur qu’on appelle le Barra) qui vendait par les rues un captif chrétien, et pour inciter à l’achat il disait, achetez ce Chrétien, car la rédemption d’Espagne viendra bientôt et l’emmènera. Son patron l’amena à l’hôpital afin que le chirurgien regardât s’il avait une hernie. Il l’examina et diagnostiqua une hernie et il fit considérer à son patron qu’il était très malade, pour qu’il ne le fît pas travailler, et l’estimât à moindre prix, pour que quand on pourra le racheter il le laisse à un meilleur prix.)

102 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 166.

103 Ibid.

104 Ibid.

105 Ibid.

106 Ibid.

107 Schacht, Joseph, Introduction au droit musulman, nouv. éd., Paris, Maisonneuve et Larose, 1999, p. 109.

108 Ibid.

109 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 167. Il s’agit bien sûr de sodomie.

110 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 14 « Ayer enfrente del hospital a un muchacho morillo le coxieron los Turcos y a la entrada de una cassa donde viven más de veinte familias y a vista de la calle más pública usaron mal del todos tres, los dos le tenían y otro usaba de la torpeza y en acabando éste iva el otro y aviendo acavado todos saliexon a ver si avía más Turcos para abusar del ».

111 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 5 « Esta mañana yendo el boticario y cirujano al campo a coxer yerbas para hazer medicinas para la botica vieron que un Turco sacó un cuchillo contra un morillo que venía de su trabaxo a la ciudad amanazándole que le avía de quitar la vida sino iba con él a la execución de la torpeza y por fuerza le llevó detrás de las tapias de los entierros y allí se aprovechó del sin reparar mucho en la publicidad y otro Turco estava de escolta para executar lo mismo en acabando el otro ».

112 Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 14 « También a un judío mozo casado y con hijos viniendo de un jardín hicieron los Turcos la misma burla del ».

113 Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 15 « Oy ha dado de palos el guardián bassi a tres Christianos por sodomíticos con un muchacho simplillo o loco Christiano esclavo de Vaylique, se lo dixeron al guardián bassi y los castigó de esta suerte y aunque no sé ciertamente si es verdad puede ser que lo sea según domina este vicio en esta tierra con el mal exemplo de los Turcos y Moros ».

114 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, mayo, 25 « Traxeron al hospital un papaz, o sacerdote griego a curar por averle dado quinientos palos en las plantas de los pies, que dava lástima mirarle, y que fue el motivo que un Christiano, (que éstos aun permite Dios, que también hagan mal) le acusó al Rey de Argel, diciéndole, que se avía querido escapar, y que avía comprado un barco para huirse con otros, y por esso le castigaron de esta suerte ».

115 Mémoires d’un galérien du Roi-Soleil parJean Marteilhe, 1700-1713. Édition établie, annotée et préfacée par André Zysberg. Mercure de France, 1982 et 1989, p. 340.

116 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 26 « Volvió el Pe Administrador a la casa de Rey porque le embió a llamar sobre lo mismo y sobre un Turco que tenían en Florencia en la Inquisición porque avían dicho que era renegado y éstos dizen que es Turco de nación para que escriva que le dexen y que si no que lo hemos de pagar nosotros ». (Le p. administrateur revint de la maison du roi parce que, on le fit appeler pour le même motif et pour un Turc qu’ils avaient à Florence à l’Inquisition parce qu’ils avaient dit qu’il était renégat et ceux-là disent qu’il est Turc de nation pour qu’il [le père] écrive qu’on le laisse et sinon que nous aurions à le payer.)

117 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 13 « El otro era español a quien procuré quitar el temor que tenía de volver a España porque decía que a los que se van los castiga rigurosamente la Inquisición ; lazos que los arma el demonio para que no busquen su remedio ». (L’autre était Espagnol, je tentai de lui ôter la crainte qu’il avait de retourner en Espagne parce qu’il disait que l’Inquisition châtie rigoureusement ceux qui s’en vont ; piège que leur tend le diable pour qu’ils ne cherchent pas leur salut.)

118 Diario de Argel, año de 1719, noviembre, 30 « Estamos con grande dolor en nuestros corazones porque Mahamet Rey de Argel quiere que renieguen los cautivos de maestranza y los ofreze grandes conveniencias ; y ya lo ha conseguido con algunos, que son un Griego Cismático, un hereje Luterano, y un Dinamarques, que siendo, antes también Luterano, y aviéndose convertido en el hospital de la Santíssima Trinidad a la Verdad de nuestra Santa fe Catholica Romana, aora sacrílegamente la ha abandonado, y el Rey los a vestido a todos de paño mui fino al estilo Morisco, las mismas conveniencias ofreze a un Español cerrajero, que es el que ha hecho el cerraje necessario para las puertas y ventanas de la fábrica del hospital, pero se resiste valerosamente como buen soldado de la milicia de Jesu Christo ».

119 Ximénez, fr. Fr. Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 10 « Una niña Genovesa con su madre, y un Español rescataron los redemptores a diligencias del Pe administrador por letra que tenía de la República de Genova para este fin... y se la evitó a la niña de un gravíssimo riesgo de perder la fe Catholica, porque aviendo renegado estos días pasados dos niños Ginovesses, Mahamet Rey de Argel se la pidio a su Patrón para hazerla renegar y casarla con uno de ellos, pero no la quisso dar como halló esta ocasión de que se la rescatassen, por no perder el interés de su rescate, pudiendo con el más la codicia, que el aumento de su secta ; y aunque la orden era para que la rescatassen los trinitarios Descalzos quando viniessen a la redempción, no ha parecido conveniente aguardar a esse tiempo para quitarla luego de tan manifiesto peligro. Pues ya que avían empezado a solicitar el pervertirla no pararán hasta conseguirlo ; y fuera lástima porque es linda criatura ».

120 La situation est donc à l’heure actuelle inversée, c’est du moins ce que nous pouvons lire dans un article de L’histoire, no 272, p. 76, écrit par Abdelwahab Meddeb : « Bien sûr le monde arabe est capable d’engendrer des individus brillants qui, en Europe, en Amérique, dans les instituts de recherche, les ateliers et les studios, réfléchissent, produisent et créent. Mais ils le font dans l’exil de la langue et du corps. Très souvent l’excellence arabe s’exerce en diaspora. »

121 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 474 cite Gómez Losada, Escuela de trabajos, p. 359-361. « Pero no le hace franco, sino que queda siempre esclavo hasta que pague a su patrón el dinero que pagó por él cuando lo compró en la plaza. Con esto queda libre y vecino de Argel ».

122 Le journal confirme ce bas prix offert au baptistan lors de la première vente. En effet, lorsque l’ambassadeur de France vint demander les esclaves français pris sous ce pavillon, en même temps que les soldats du régiment de Navarre, soldats du d’Espagne, le père écrit le 7 décembre 1719 : « Y si como pidio [El embajador de Francia] a los Francesses, hubiera pedido a los otros sin duda lo hubiera conseguido, o puede ser que uno u otro, o a lo menos que los diessen por el precio que fueron vendidos en el Baptistan, que es mui corto, y aunque el Embajador no diera el precio, le diéramos de buena gana nosotros porque a las Redempciones les costará quatro vezes doblado, que entonzes se vendieron porque como se persuadían los Moros que no era buena pressa, no se atrebieron a dar sino mui poco por ellos ». (Et si comme il a demandé les Français, il avait demandé les autres, sans doute l’aurait-il obtenu, ou peut-être l’un ou l’autre, ou au moins qu’ils les donnent pour le prix auquel ils furent vendus au batistan et qui est très bas, et même si l’ambassadeur n’avait pas donné la somme, nous l’aurions donné bien volontiers parce que les rédemptions paieront quatre fois le double du prix auquel ils furent vendus alors, parce que, comme les Maures étaient persuadés que ce n’était pas une bonne prise, ils ne s’aventurèrent qu’à donner très peu pour eux.

123 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), p. 471. « Es decir, que el dueño del cautivo no sólo perdía las esperanzas de una venta lucrativa, sino que perdía también lo que había pagado de diferencia entre la primera y segunda ventas. Y aún más : el cautivo renegado únicamente se podía vender a otro musulmán, que, naturalmente, tenía las mismas razones para no comprarlo que las que poseía el patrono para desear venderlo. Así que, prácticamente, los cautivos renegados eran invendibles, y el señor había de cargar con ellos, sin que, por otra parte, pudiera abusar de sus fuerzas y de su salud ».

124 Ibid., p. 472. « En resumen, podemos afirmar que si no se daban deserciones en masa entre los cautivos, era simplemente porque no los dejaban sus señores ».

125 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 5 « Publican los que an renegado estos días que son quinze los que tenían hecho liga de volverse Moros, no sé si será verdad, pero me temo mucho su perversión, según se va experimentando ».

126 Diario de Argel, año de 1720, marzo, fol. 40-41. « Y siendo caso, que algún esclavo de qualquiera estado o condición que sea después de rescatado se volviesse Moro sean obligados su patrón o patrones a bolver a los padres Redemptores toda la cantidad que hubieren recibido por él sin difficultad ninguna ».

127 Ibid., fol. 56. « Que si algún Christiano después de rescatado se hiciere Moro se ha de restituir el precio de su libertad a los redemptores ».

128 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, marzo, 8 « Quando vino la redempción de nuestra orden de las Provincias de Castilla y Andalucía, fue [Francisco Rosique] con lágrimas fingidas a los redemptores para que le rescatassen, y movido de charidad y compassión le rescataron ; pero apenas se vió libre de la esclavitud, quando dixo que quería ser Moro, y renegó de nuestra santa fe ; o por ruegos de la negra con quien estava amancebado ; o porque antes lo tenía assí ya massado con su patrón, como suelen hacer muchos, que se componen con los Patrones y les dan parte, de lo que dan los redemptores ; o porque aunque renieguen se quedan esclavos como antes, y rescatándose quedan libres ; Después de rescatado renegó, le circuncidaron como es costumbre y se cassó luego con la dicha negra y sentó plaza de soldado ; le embiaron azia Pisgra, y allí ha muerto como un bestia ».

129 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 466. « Un indio de Maranhao, llamado Agustín Januario, de 13 años, había apostatado poco antes, pero conservando maliciosamente el nombre de Cristiano. Su amo se lo vendió por 265 patacas ; e inmediatamente amo y esclavo fueron al bey, publicando que era Moro ».

130 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, fol. 103. « Se an rescatado en todos ciento y sesenta y tres cautivos, y podemos dar gracias a Dios de que no aya renegado ninguno, como suele suceder en otras redempciones ».

Table des illustrations

Titre Tableau 15. — Rédemptions
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Figure 14. — Rachats (sur 2,5 siècles) par chaque rédemption
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Figure 15. — Rachat de captifs à Alger du xvie au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/554/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Figure 16. — Rachat de captifs espagnols de 1546 à 1768
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/554/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 17. — Rachat de captifs portugais de 1558 à 1778
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/554/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Figure 18. — Rachat de captifs français de 1540 à 1785
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/554/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540