Version classiqueVersion mobile

Alger, une cité turque au temps de l’esclavage

 | 
Leïla Ould Cadi Montebourg

Chapitre IV. La course

Texte intégral

Course et piraterie

  • 1 Cité par Porres Alonso Bonifacio, Libertad a los cautivos, ed. Secretariado Trinitario, Córdoba-Sa (...)
  • 2 Monlaü, Jean, Les États Barbaresques, « Que sais-je ? », PUF, Paris, 1964, p. 31.

1Les captifs étaient donc au centre des préoccupations des trinitaires, puisqu’ils étaient leur raison d’être depuis la fondation de l’ordre en 1198, dont la fin était « le rachat de ceux qui... pour la défense de la loi divine sont tombés aux mains des ennemis de la croix du Christ (les croisés) et gémissent sous le joug d’un barbare esclavage, affamés, assoiffés, objet de toutes sortes de tourments1 ». Par conséquent, ce n’est pas un hasard si l’ordre fut fondé en cette fin de xiie siècle, qui vit la seconde, la troisième et en 1198 la quatrième croisade, à l’initiative d’Innocent III, dont le souci permanent fut de délivrer la terre sainte. Et quand, au xiie siècle, les Normands installés en Sicile, sous prétexte de lutter contre la piraterie, assurèrent à l’Europe la maîtrise de la mer, la première conséquence fut l’ouverture de la Méditerranée aux flottes des Croisés. Les côtes maghrébines se trouvèrent alors à la merci des Européens2.

  • 3 Ibid., p. 17.

2Les hommes, de tout temps, firent partie des prises de guerre et figurèrent en bonne place dans le butin des corsaires et des pirates. Avec les régences d’Alger, de Tunis et de Tripoli ou États barbaresques, noms donnés à ces nations par les Européens, la guerre de course prit son essor. Elle « marqua l’entrée de la Méditerranée dans l’histoire de l’époque moderne3 ».

3C’est pourquoi Jean Monlaü a pu écrire : « Sur la permanence d’une piraterie méditerranéenne, la démonstration n’est plus à faire que les musulmans n’ont jamais, même au xixe siècle, monopolisé ce genre d’activité. Sans remonter au monde antique aboli, ni même aux Vandales et en se limitant à la période du Moyen Âge et des Temps Modernes, il est facile d’invoquer tout un foisonnement de pirates. Les Catalans des xiiie et xive siècles, installés a Alghero en Sardaigne et en Sicile, surtout à Trapani au xve siècle, se montraient capables de bloquer de là le trafic vénitien à l’entrée de l’Adriatique. Dès le xie siècle, les mêmes Vénitiens avaient dû par ailleurs faire face à un renouveau de la piraterie dalmate et eux-mêmes en contrepartie pratiquèrent le plus naturellement du monde la razzia de jeunes “esclavons” dalmates pour les harems de Syrie. Au xvie siècle, plus que les Barbaresques, les Uscoques de Segna et de Fiume, rendez-vous des transfuges slaves et albanais bafouèrent la Sérénissime jusqu’à enlever avec sa galère l’amiral Vieneri et à manger son cœur après l’avoir fait cuire. Les Baléares, après leur reconquête par les Catalans, étaient également devenues au xive siècle un repaire de forbans rendant le nom majorquin aussi redouté des chrétiens que des musulmans. La Corse eut ses corsaires sous Gênes comme sous Pasquale Paoli. À l’office de la piraterie à Gênes les plaintes étaient glissées dans la fente d’un coffre à triple serrure, parce qu’elles dénonçaient plus d’une fois des citoyens génois.

  • 4 Monlaü, Jean, Les États Barbaresques, « Que sais-je ? », PUF, Paris, 1964, p. 21.

4Quant à la course chrétienne antimusulmane au Moyen Âge comme aux xvie et xviie siècles basée en Sicile, à La Valette, à Livourne, à Pise, Palma, Almería ou Valence... il suffit d’en dire qu’elle ne réservait pas à l’Islam l’exclusivité de ses opérations. Il n’est pas jusqu’aux Moscovites au xvie siècle et aux Cosaques au début du xviie qui n’aient entrepris sur leurs barques la course dans la mer Noire contre les vaisseaux turcs. Et jusqu’à tard dans le xixe siècle, l’archipel égéen et les côtes grecques demeurèrent le domaine bouillonnant et anarchique de tout un petit peuple d’écumeurs de mer4 ». Cette permanence de la piraterie peut s’expliquer par le fait qu’elle était entrée dans les mœurs au point de constituer une occupation occasionnelle. Elle fournissait un appoint à une société qui vivait toujours à la limite de ses moyens et qui tout à coup se trouvait dans le besoin ou menacée par la disette.

  • 5 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Mé (...)

5Au début du xvie siècle, la crise que traversait l’Afrique septentrionale, de la Tripolitaine au Maroc, permit à certaines villes de la côte de prendre leur indépendance par rapport au pouvoir politique en décadence et de se tourner comme autrefois vers la mer pour pratiquer la course avec la participation active des Maures expulsés d’Espagne après la reconquête chrétienne du territoire en 1492. Pendant ce temps, en Méditerranée orientale la domination des Turcs s’affermissait : les Ottomans avaient hérité de l’empire arabe et absorbé l’empire byzantin. En 1453 ils avaient pris Constantinople. Sélim 1er occupait l’Égypte en 1517 et chassait les chevaliers de Saint-Jean de- Jérusalem de Rhodes en 1522. Pendant tout le xvie siècle, dans sa lutte continue contre l’Espagne et ses alliés, la flotte ottomane se battra avec la flotte des États corsaires à ses côtés. Enfin, vers le milieu du siècle, la prépondérance turco-barbaresque en Méditerranée était incontestable. La bataille de Lépante le 7 octobre 1571 qui brisa « l’enchantement de la puissance turque » marqua « la fin d’un réel complexe d’infériorité de la Chrétienté, la fin d’une non moins réelle primauté turque » selon Fernand Braudel. L’affrontement chrétiens-musulmans en Méditerranée ne se poursuivit pas. Chacun ayant à faire ailleurs, la Turquie et l’Espagne signèrent en 1581 une trêve renouvelée qui devint définitive. Salvatore Bono conclut : « À ce moment, la Méditerranée sort “de la grande Histoire”, écrit Braudel. Désormais la réalité de la mer intérieure, la vie quotidienne des villes et des populations occupant ses rives est troublée par la piraterie qui prend davantage d’ampleur et de vigueur5. »

  • 6 Ibid., p. 16.
  • 7 Villiers, Patrick, « Les corsaires et la guerre de course », l’Histoire, no 36, p. 27. Article rev (...)

6Il faut cependant introduire une distinction entre piraterie et course : « D’un côté la guerre de course intégrée aux conflits entre États, mais limitée à des époques déterminées, aussi bien entre musulmans et chrétiens qu’entre États européens6 » ; de l’autre, les actes de piraterie qui étaient le fait de corsaires privés. Patrick Villiers dans un article paru dans L’Histoire en juillet-août 1981 — revu récemment — définit ces deux termes : « Alors que l’origine de la piraterie est immémoriale, la guerre de course naît, au début du Moyen Âge, de la pratique féodale des représailles : un armateur dont le bâtiment était saisi se retournait contre un armateur ou un marchand de la même famille ou du même port que celui qui avait capturé son navire. Dans le contexte de guerre permanente de l’Europe du xve siècle, cette vendetta maritime se codifia ou se légalisa peu à peu. Les différents États — royautés, principautés et villes — créèrent des cours de justice qui accordaient aux capitaines lésés — dont le bon droit était reconnu — une “lettre de marque” les autorisant à exercer des représailles. Par extension, les lettres de marque couvraient en temps de guerre les prises effectuées par les ressortissants d’un État contre la flotte marchande d’une ou plusieurs nations adverses7. » En réalité l’enjeu de la course était la domination des mers : une opération marchande et guerrière, c’est pourquoi dès le début de la guerre de course, l’Espagne et le Portugal qui s’étaient partagés les terres découvertes par le traité de Tordesillas, signé le 7 juin 1494, considérèrent les corsaires comme des pirates, c’est-à-dire des délinquants n’ayant aucune existence légale. L’Espagne se dota d’une forte marine pour faire respecter ce partage et donner la chasse à ces « pirates » qui se permettaient de commercer sur son domaine.

  • 8 Ibid., p. 54.
  • 9 Ibid.

7La guerre de course avait pour objectif le profit. Aussi, dans la course à petite échelle, l’armateur comme l’équipage du bateau évitait soigneusement le combat. Ces corsaires qui naviguaient sur des bâtiments de 6 à 50 tonneaux ; « des barques non pontées dérivées de navires de pêche, dont l’armement était dérisoire8 », attaquaient par surprise, couverts par le brouillard ou la nuit, des caboteurs chargés de marchandises. « À plus grande échelle, l’économie corsaire nécessitait un bâtiment assez puissant, baptisé frégate au xviie siècle, brigantin au xviiie siècle. Ce navire, souvent neuf et construit spécialement pour la course, représentait un investissement auquel s’ajoutait le salaire d’un équipage de cent à deux cents hommes. Il fallait parfois aller chercher les navires marchands ennemis loin dans l’Atlantique ou dans la mer du Nord, et un tel navire pouvait rester quinze jours, un mois, quelques fois plus sans toucher terre... Enfin une troisième forme de course associant l’État et les particuliers s’était mis en place dans les dernières années du xviie siècle. Il s’agissait de véritables sociétés d’économie mixte à vocation corsaire : le roi fournissait des navires presque toujours supérieurs à 400 tonneaux et armés de 50 canons, il s’occupait de fournir équipages et officiers. En contrepartie, les armateurs avançaient la nourriture et la solde de l’équipage. Le roi recevait un cinquième des prises déduction faite des frais9 ».

  • 10 Ibid., p. 57.

8Cette évolution de la course entraîna le déclin de la course privée au xviiie siècle, car il était difficile de s’emparer de navires marchands mieux armés, protégés par des navires de guerre puissants et rapides. En revanche, les États s’adonnaient toujours à la course avec bénéfice. « Pendant trois cents ans, elle avait été l’arme des États qui ne pouvaient ou ne voulaient pas se doter d’une puissante flotte de guerre. Mais dès que ces États parvinrent à se doter d’une marine, ils rejetèrent les corsaires dans les oubliettes de l’histoire10 ». Cette course si profitable aux États se faisait dans l’Atlantique ouvert sur le nouveau monde d’où provenaient les plus grandes richesses, mais la Méditerranée, sortie de la grande histoire, demeurait encore dans ce champ économique, mais avec moins de profit.

Course et commerce

  • 11 Belhamissi, Moulay, Les captifs algériens et l’Europe chrétienne, (1518-1830), Alger, Entreprise N (...)
  • 12 Braudel et Romano, Navires etMarchandises à l’entrée du port de Livourne, (1547-1611), p. 24.
  • 13 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, t. II, año de 1719, julio, 11 « No es el fin principal de (...)
  • 14 Cité par Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. (...)

9Salvatore Bono cite Fernand Braudel pour montrer à quel point course et commerce étaient indissolublement liés : « La course est englobée dans un circuit d’échange ; elle implique le commerce. Alger ne sera un grand centre de course qu’en devenant en même temps un grand centre commercial. Pour s’équiper, parfois se nourrir, pour revendre les prises, il faut laisser venir jusqu’à la ville les caravanes et les naves étrangères, les barques des racheteurs des captifs, les vaisseaux de toute la chrétienté, marseillais ou catalans, valenciens, corses, italiens des diverses Italies, anglais, hollandais ». Cette remarque ne peut que s’étendre à tout port pratiquant la course, autant aux ports barbaresques qu’aux ports européens, méditerranéens ou atlantiques ; à Livourne, « grand port de commerce mais également... centre de trafic d’esclaves11 », dont Fernand Braudel dit : « Livourne, on ne le dira jamais assez, est un autre Alger12. » À Livourne, on vendait indifféremment les prises faites sur les chrétiens, comme sur les musulmans. Salvatore Bono cite l’exemple de la vente aux enchères, le 19 février 1703, de la prise faite avec sa frégate par le capitaine Cornelio d’Antonio sur un navire français venant de Syrie et allant à Marseille. À Gênes, devenue un grand centre de trafic d’esclaves, il se faisait des transactions sur les marchandises prises aux chrétiens et même aux Génois. C’est cette fin commerciale que le père souligne en juillet 1719 : « La fin première de la course n’est pas d’amener des captifs, mais de s’emparer des marchandises et d’autres choses de plus grande valeur que les rachats des chrétiens, et même s’il n’y avait pas de rédemptions et s’il y avait des escadres, ils sortiraient à cause de la rentabilité de la prise13 ». Cette idée, le diplomate Salvago l’avait déjà émise lorsqu’il écrivait en 1625 que « le commerce des prises est la véritable cause de la course, autrement les objets pillés moisiraient en Barbarie et le corsaire, avec des butins inutiles, perdrait tout enthousiasme14 ».

  • 15 Ximénez, fr. Francisco, Viaje de Argel, año de 1718, septiembre, 5 « Oy se van algunas embarcacion (...)
  • 16 Ibid., julio 18 « Dizen que Cassimo arraez que fue por madera a Buxiá le an coxido los Christianos (...)
  • 17 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, éd. Loysel, Paris, 1992 p. 156.

10Dans le premier quart du xviiie siècle, comme les États européens, la république d’Alger se souciait, non seulement de mettre la main sur des marchandises, mais encore de naviguer au moindre coût. Elle ne possédait en propre, en 1719, qu’un seul bâtiment, le vaisseau du deylik commandé par l’amiral. Parfois, lorsqu’un beau navire avait été capturé, le dey le faisait armer pour le compte du gouvernement. C’est ainsi qu’une flûte arrachée aux Hollandais fut mise en service en 1722. Les autres navires appartenaient à des particuliers qui avaient l’obligation de servir la république en transportant les garnisons15, des provisions16, d’aller en course quand le dey le demandait, d’aller aussi au secours du Grand Seigneur aux dépens des armateurs. Lorsqu’un vaisseau était pris ou perdu, ils étaient tenus de le remplacer, la république ne pouvant diminuer ses forces. Généralement le bâtiment était la propriété du capitaine qui le commandait ou il y était intéressé. Pour armer un vaisseau, il leur suffisait de « trouver du bois neuf qu’ils font venir de Bougie, pour le fonds du navire : tout le dedans et l’œuvre morte se font de débris des bâtiments pris qu’ils dépècent avec beaucoup de ménage et d’adresse, tant pour conserver le bois que la clavaison ; et ils font ainsi des vaisseaux bons voiliers et à très bon marché17 ».

  • 18 Qui prenaient le cinquième.
  • 19 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 161.
  • 20 Ibid., p. 162.
  • 21 Ibid., p. 161.

11Le gouvernement d’Alger moins gourmand que certains rois d’Europe18 recevait un huitième des prises « tant des esclaves dont le dey a le choix, que des marchandises et des bâtiments. Le reste est partagé entre les armateurs et les équipages pour moitié19 ». Laugier de Tassy signale une particularité : « S’il y a dans le vaisseau d’Alger, dans le temps qu’il fait prise, des passagers de quelque nation et religion qu’ils soient, ils y ont part, parce, disent-ils, que ce sont peut-être ces passagers qui ont causé ce bonheur, par un effet inconnu de la providence20. » L’état-major du navire, composé de l’aga ou chef de la Milice, du premier soute-raïs (lieutenant), du hoja (l’écrivain), du maître bombardier (capitaine de l’artillerie) et du vekilardgy (commis aux vivres) avait droit à 3 parts. Le raïs (capitaine) avait part aux prises seulement comme armateur. Les officiers subalternes : trois soute-raïs, trois aides d’artillerie, et huit timoniers avaient droit chacun à 2 parts. Les esclaves chrétiens embarqués servaient d’officiers mariniers et de matelots et avaient chacun 3, 1 ou 5 parts, « selon qu’ils sont reconnus pour être entendus dans la navigation, manœuvre, ou autres services d’un vaisseau21 ». Le dey prélevait les deux tiers de la part de ses esclaves. Les particuliers qui envoyaient leurs esclaves en mer profitaient aussi de leur part.

  • 22 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Mé (...)

12Côté européen, « des normes aussi précises, et appliquées à travers une comptabilité rigoureuse étaient en vigueur à Malte et dans les autres pays chrétiens. Dix pour cent revenaient à l’ordre ou au grand maître, selon le pavillon hissé par le navire corsaire. Cinq pour cent allaient aux “Cinq Lances” ; soit une part aux religieuses du couvent de Sant’orsola à la Valette, une à l’argousin responsable de la discipline des captifs musulmans, trois à différents fonctionnaires du tribunal des Armements. Au capitaine du navire, au pilote et aux autres officiers revenaient au total onze pour cent. En outre, au moment de la capture du navire ennemi, ces derniers s’emparaient de l’argent, des objets personnels et des bagages des passagers. Ce qui restait du revenu du butin était divisé en trois parties, deux pour les armateurs (actionnaires et bailleurs de fonds, en grande partie les chevaliers de l’ordre), l’autre pour l’équipage22 ».

Navires et prises

  • 23 Boyer, Pierre, « Navigation et gens de mer français à Alger à la fin du xviie siècle, d’après les (...)

13On n’imagine guère la course sans la galère, ce navire si maniable qu’il fit les beaux jours de la course en Méditerranée. Mais en fait les influences réciproques, les progrès techniques développés au fil des siècles, de même que la permanence de procédés éprouvés, ont conduit le Nord et le Sud ; l’Europe et le Maghreb, à utiliser des navires construits de la même façon. Les captures de bâtiments par les nations en guerre ont permis une certaine uniformisation. La guerre de course a contribué à ces échanges dans la mesure où les navires capturés, tant par les uns que par les autres, étaient réemployés et où, au Maghreb, les maîtres charpentiers qui construisaient, réparaient ou dépeçaient les carcasses pour faire de nouveaux vaisseaux, étaient pour la plupart des captifs chrétiens. De leur côté, les Français firent venir à Toulon des constructeurs majorquins dès le xviie siècle, pour apprendre les techniques de construction, lorsqu’ils voulurent construire des chébecs en usage chez les Barbaresques, pour lutter contre les pirates algériens. À cela il faut ajouter qu’Alger était, grâce aux corsaires qui l’alimentaient par leurs prises, un marché du navire d’occasion. Pierre Boyer écrit : « Les bâtiments vendus sont souvent dans un triste état. Ils peuvent avoir souffert pendant la capture, mais surtout les Raïs algériens ont l’habitude de les dépouiller systématiquement de leurs mâts, cordages, agrès divers, canons, etc., et en général de tout ce que l’industrie locale est incapable de leur fournir et qu’ils doivent, en temps de paix importer. D’où la présence d’individus, mi- trafiquants mi- marins ayant des attaches en terre d’Islam comme en Chrétienté, qui se spécialisent dans le rachat de ces navires qu’ils rééquipent et revendent23. » Livourne pratiquait également cette activité. Les Français n’étaient pas non plus absents de ce commerce. Peut-on s’étonner de rencontrer des bâtiments en Europe et au Maghreb qui possédaient tous la même structure générale et les mêmes pièces ?

  • 24 C’est-à-dire six vaisseaux, selon la liste de Laugier de Tassy, p. 158-159.

14Le gouvernement d’Alger possédait, au moins en 1724, un vaisseau armé de 52 canons de calibres 12, 8 et 6, le vaisseau « La Fontaine », capitane du deylik que Laugier de Tassy répertorie sur sa liste, à la page 158 de son ouvrage. Le plus gros navire de guerre de la régence était donc un deux ponts de troisième rang, mais d’une puissance de feu inférieure au 74 canons, « type moyen » des vaisseaux. La flotte algérienne comptait plus d’un vaisseau, car le père utilise le terme vagel pour désigner le « cheval blanc », sixième navire de la liste fournie par Laugier de Tassy, qui précise que, « quoique dans la liste des vaisseaux, il y en a plusieurs qui ont des canons de 12, de 8 et de 6 dans leur bord ; ce n’est pas à dire qu’ils aient toute la première batterie de 12. Il n’y a que le vaisseau du deylik qui a sa première batterie de 12, la seconde de 8, et de 6 sur les gaillards. La plupart des autres n’ont que quelques pièces de 12 à la première batterie24, les uns plus, les autres moins. Ils s’en munissent à mesure qu’ils en trouvent sur les bâtiments ennemis qu’ils prennent et qui en ont quelquefois de transport, et ils postent leur artillerie sans en faire la comparaison avec la grandeur ni la force du bâtiment.

  • 25 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 156-157.

15Ils n’observent aussi aucune proportion à l’égard de l’envergure, des ancres, des câbles, grelins, haubans, étais, guinderesses, écoutes, ni des autres manœuvres dormantes ou courantes. Quand ils en trouvent sur les prises qui leur conviennent ils s’en servent, sinon, ils ne s’en embarrassent pas trop, pourvu qu’ils en aient ; ils disent qu’ils ne laissent pas de naviguer et de faire des prises, quoiqu’ils ne le fassent pas avec autant de précautions, de commodités et de mollesse que les chrétiens25 ». Cette flotte, à l’exception de quelques bâtiments, était — semble-t-il — faite de bric et de broc, sans étude particulière par manque de moyens. Nous verrons plus loin pourquoi. Mais à cette époque encore, même si l’Europe avait un savoir-faire, elle en était encore au stade artisanal non à la standardisation : chaque vaisseau restait unique et portait la marque de son constructeur.

  • 26 Pièce d’or portugaise, dont il sera question plus loin, valant à ce moment-là à Alger 7 piastres.

16Cependant quelques vaisseaux figuraient parfois dans le butin des corsaires de la régence, comme ce fut le cas aux mois de septembre et d’octobre 1719, où ils conduisirent au port d’Alger deux vaisseaux d’une valeur considérable. L’un revenant du Brésil chargé de cacao, de sucre et de tabac, transportait non seulement quatre-vingt-onze Portugais et huit Flamands, mais encore quinze mille crusades26. Ce vaisseau, estimé à cent vingt mille pesos, était portugais de toute évidence. L’autre, d’une grande valeur aussi selon le père — qui ne fournit pas de détails — avait à son bord dix-sept Hollandais, un juif et deux chrétiens. Ces informations nous autorisent à affirmer que ce bâtiment appartenait à la Hollande.

17La régence pour sa défense utilisait des frégates, des galiotes à bombes et des flûtes. La frégate était devenue nécessaire dans les diverses expéditions car elle était rapide, moins coûteuse à armer et à entretenir. L’Angleterre développa la première les petites formations de frégates, suivie par la France qui s’attacha à partir de 1720 à combler son retard. Elle avait en effet négligé de développer sa flotte, d’une part par manque de moyens, d’autre part parce que sa force était d’abord terrienne.

  • 27 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, mayo, 29 « Rescaté un bonete de clérigo en medio re (...)
  • 28 Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 15 « Oy vino una pressa y dizen que trahe un pingue cargado d (...)
  • 29 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 10 « Esta noche an estado las fragatas de M (...)
  • 30 Diario de Argel, año de 1719, junio, « Se ha savido que los Corsarios Mallorquines an cogido una f (...)
  • 31 Viaje de Argel, año de 1718, junio, 20 « Traxeron una con ocho mugeres y quatro niños de Ibiza y d (...)
  • 32 Viaje de Argel, año de 1718, junio, 28 « Se ha dicho que dos de las fragatas de tres que avían cox (...)

18Entre 1718 et 1720 les corsaires d’Alger capturèrent trois frégates, deux le 29 mai 171827 et une autre le 15 août de la même année28, si l’on se fie aux relevés issus des données du journal. Mais le gouvernement d’Alger disposait en 1719 de plus d’une frégate pour la défense de ses côtes, étant donné que le père écrit : « Cette nuit, les frégates de Majorque se trouvaient sur les rivages de ce pays et elles ont emmené deux petites barques de Maures, et les chrétiens les ont vus de la pinque qui apporte la pierre à la marine, sans que d’Alger on ait osé lancer la frégate à leur poursuite29 » Le 7 septembre déjà, le père disait : « On a su que les corsaires majorquins se sont emparés d’une frégate et d’une pinque d’Alger près de Ténès, ils laissèrent la pinque parce qu’ils convinrent avec les Maures d’un prix de trois cents pesos pour elle30. » Le 20 juin 1718 encore, « ils [les raïs d’Alger] en amenèrent une [embarcation], avec huit femmes et quatre enfants d’Ibiza et l’on dit que d’autres frégates qui se tiennent par là-bas et qui ne sont pas arrivées amenaient jusqu’à seize femmes et neuf hommes31 ». Mais le 28 juin, nous lisons le commentaire suivant : « On a dit que des deux des trois frégates qui avaient pris quelques captifs et captives d’Ibiza, une seule est venue avec huit captifs entre femmes et enfants et les deux autres les chrétiens les ont prises avant qu’elles n’arrivent ici avec les captifs qu’elles amenaient, mais quelques Maures se sont sauvés à la nage32. » Nous pourrions citer d’autres passages, mais cela deviendrait fastidieux. Il suffit de savoir que la régence disposait de plusieurs frégates et que le risque de les perdre ou la possibilité d’en capturer étaient réels et susceptibles de modifier la flotte d’un moment à l’autre.

  • 33 Belhamissi, Moulay, Histoire de la Marine Algérienne, (1516-1830), Alger, 1983, p. 60.
  • 34 Peter, Jean, Les Barbaresques sous Louis XIV, le duel entre Alger et la Marine du Roi (1681-1698), (...)

19La régence aussi construisit ses galiotes afin d’utiliser une arme nouvelle pour bombarder et détruire une place forte depuis la mer : le mortier. De dimension inférieure à la galère (14 à 25 bancs), arrondie à l’avant et à l’arrière, elle « n’avait rien à envier à la galère quant à ses performances, mais on évitait d’en parler pour n’avoir pas à les remettre au Sultan ottoman quand il en avait besoin33 ». En 1682, 1683 et 1688 (tableau 11 page suivante), Alger avait connu les effets très efficaces des bombes de 200 livres utilisées par la marine de Louis XIV lors des expéditions bombardières anti barbaresques. Avec le temps, on accrut la puissance de feu, ce qui permit d’épargner les hommes et de diminuer considérablement le nombre de navires, comme le montrent les chiffres de ce tableau fournis par Jean Peter34.

Tableau 11. — Expéditions bombardières contre Alger à la fin du xviie siècle

Tableau 11. — Expéditions bombardières contre Alger à la fin du xviie siècle

20D’une année sur l’autre, l’ensemble des moyens mobilisés s’était accru, puis, une fois les galiotes à bombes testées et leur performance vérifiée, leur nombre en 1688 fut augmenté, ainsi que la quantité de bombes déversée sur Alger, tandis que les vaisseaux, les canons, les hommes et les galères employés, moins nécessaires, diminuaient.

  • 35 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 156.

21La marine de guerre de la régence intégrait au moins une flûte. Ses cales étaient dégagées au maximum, son artillerie légère et de faible calibre. Un faible équipage suffisait à la manœuvrer. Utilisée en guerre elle portait alors une artillerie d’autodéfense. C’est de cette façon qu’Alger utilisait la flûte du deylik, « La Galère de Porto a Porto » en 1724. Laugier de Tassy précise que, « en 1722 Mehemed dey a fait armer pour le gouvernement une flûte prise sur les Hollandais35 ».

  • 36 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, mayo, 26 « Ayer y oy se a echo salva real con la ar (...)
  • 37 Viaje de Argel, año de 1718, noviembre, 14 « Vino una caravela de Cassimo arraez y dize que se an (...)
  • 38 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, henero, 5 « A venido a este puerto una carabela de (...)
  • 39 Le célèbre corsaire Carretero était probablement, comme Ali raïs dit Sevillano, un renégat espagno (...)
  • 40 Viaje de Argel, año de 1718, julio, 24 « Va entrando en el puerto una pressa que dizen a coxido un (...)

22Par ailleurs, la régence utilisait pour la course des navires à usage commercial comme la polacre, la pinque et la caravelle ou le flibot, puisqu’elle n’entretenait pas de marine marchande à cause des conditions faites aux nations musulmanes par les nations européennes, conditions sur lesquelles nous reviendrons. Mentionnés par Laugier de Tassy, ces navires, que le père signale, furent saisis par les corsaires d’Alger. C’est donc d’un grand flibot, qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à la flûte hollandaise, dont la marine algérienne s’empara le 21 janvier 1720, qui transportait « toiles, drap, cochenille et d’autres choses », comme elle se saisit d’une caravelle, vaisseau, toujours utilisé en 1719, d’une grande maniabilité, qui avait la capacité de tenir l’allure. Dans le journal du père Ximénez, à la date du 26 mai 1718, nous lisons : « Hier et aujourd’hui l’artillerie et la troupe ont tiré une salve royale parce que, dit-on, une prise considérable a été amenée. On a appris que les Turcs ont fait vingt-sept esclaves portugais sur une caravelle chargée d’eau-de-vie, de vin, de sardines et d’autres choses, et parmi les captifs il y avait un religieux de l’ordre de st François et un ecclésiastique, et c’est grande pitié, car il y a déjà dans cette ville plus de vingt prêtres entre ceux qui sont captifs et ceux qui sont libres36. » Et, le 14 novembre 1718, le père note : « Une caravelle de Cassimo raïs est venue et il dit qu’on a fait la paix avec l’Angleterre37. » Enfin, le 5 janvier 1719 : « Une caravelle capturée est venue au port avec six chrétiens esclaves38. » Les caravelles prises renouaient à Alger avec leur premier usage, avant que cette fonction ne soit dévolue à la caraque et au galion : le combat, puisque trois caravelles figurent sur la liste des vaisseaux de la flotte algérienne de Laugier de Tassy en 1724. La Caravelle Génoise commandée par Hali raïs, dit Sevillano, nom qui trahit l’origine espagnole du capitaine renégat, était armée de 26 canons de calibre 6 et 4, elle était d’origine italienne. La Caravelle Anglaise, commandée par Seraf raïs dit Caïd, prise aux Anglais, disposait de 16 canons de calibres 6 et 4. La troisième enfin, La petite Caravelle arrachée à la Catalogne, avait à bord 14 canons de calibres 6 et 4. Mais La Rose d’Or commandée par Mustapha raïs, dit Caratero ou Carretero39, enlevée à l’Italie, était selon le père une caravelle, car le 24 juillet 1718, il écrit : « Une prise entre au port que — dit-on — une caravelle de Carretero a capturée, la prise que les Turcs ont capturée dans la Manche est arrivée et elle est chargée de cannelle, de clous, de saumon et de neuf Hollandais qu’ils ont fait esclaves40. » Vaisseau marchand, la caravelle figurait en bonne place dans les flottes européennes, comme parmi les vaisseaux armés en course de la régence. Ces navires continuaient au xviiie siècle leur surprenante carrière.

  • 41 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 10 « Esta noche an estado las fragatas de M (...)
  • 42 Diario de Argel, año de 1719, abril, 29 « Le perdonó los palos [a Dn Mathias Rodriguez sacerdote p (...)

23Une autre proie intéressait aussi les corsaires : la barque de négoce, outil des populations côtières. Nous avons pu noter que les corsaires de Majorque n’hésitaient pas à les enlever avec leurs frégates41. C’était aussi à la barque qu’avaient recours les captifs pour s’enfuir, comme l’établissent ces lignes : « On lui [à Don Mathias Rodriguez prêtre portugais] fit grâce des coups, mais on lui a mis une chaîne et des ceps aux pieds dans un cruel emprisonnement parce que avec onze autres Portugais il voulut s’échapper et aller en terre chrétienne, pour ce faire ils tenaient prête une barque et tout le nécessaire pour la route42. »

  • 43 Michel Vergé-Franceschi et Eric Rieth, dans leur édition critique des deux albums dits de Jouve et (...)

24De même, la polacre, bâtiment de charge qui servait au commerce en Méditerranée était la proie des corsaires, non seulement pour leur chargement, mais surtout pour « les facilités de manœuvres et [l’] économie de main-d’œuvre43 » qui la caractérisait. Une polacre, commandée par Hagi Mossa raïs, armée de 14 canons de calibres 6 et 4, d’origine italienne, faisait partie de la flotte de la régence, d’après Laugier de Tassy. Elle était donc armée en course, comme beaucoup de navires qui servaient tantôt au transport, tantôt à la guerre.

  • 44 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 15 « Oy vino una pressa y dizen que trahe u (...)
  • 45 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 19 « An venido algunos cautivos de la press (...)
  • 46 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 31 « Oy an entrado en este puerto Mahamut A (...)

25La pinque qui alliait vitesse, puissance de feu et capacité de charge, était largement utilisée en Méditerranée : alors qu’une seule frégate a été capturée par les corsaires algérois, trois pinques ont été ramenées dans le port d’Alger : l’une, le 15 août 1718, transportait des denrées de luxe ; du poivre et de la cannelle44, l’autre, le 19 août 1718, avait à son bord quelques Hollandais45. Enfin, le 31 juillet 1719, la pinque enlevée transportait seize Hollandais et Hambourgeois, sept Génois ainsi que des marchandises : du fer, du bronze, du poivre, de la cannelle, des clous de girofle, de la cochenille, des toiles et beaucoup d’autres choses46.

  • 47 Diario de Argel, año de 1720, febrero, 22 « Oy ha venido una saetía apressada que embían las capit (...)
  • 48 Viaje de Argel, año de 1718, julio, 6 « Al poco tiempo de aver salido el p. Fr. Theodoro, salió un (...)

26Les corsaires attaquaient aussi, principalement lorsqu’elles transportaient des marchandises, les saètes. La chitiha, bâtiment d’Afrique du Nord de la taille du chébec, servait au négoce des patrons français en Méditerranée tout comme la tartane. Ainsi le 22 février 1720 ils abordèrent une saète qui acheminait de l’orge47. De même ils fondirent sur celle qui emmenait des passagers vers l’Europe, avec à son bord un esclave en fuite. Le 6 juillet 1718, le dey envoya une frégate à la recherche de l’embarcation. En effet, « peu de temps après le départ du père Théodore, une frégate est partie sur l’ordre du roi, à la recherche du navire, parce qu’il manquait un esclave et qu’ils soupçonnaient qu’il s’en allait sur la saète et ils durent revenir à Alger48 ».

  • 49 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 12 « Se hechó al agua la capitana, que se está haciendo nu (...)
  • 50 Equivalent de « Viquer arraez » chez Laugier de Tassy, (p. 158).
  • 51 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 21 « An hecho arraez de la capitana de beyli (...)

27Ainsi, la flotte de la régence d’Alger comprenait-elle vaisseaux, frégates, caravelles, pinques, polacres, galères et flûtes, navires qui composaient les flottes européennes appréciés pour leurs qualités nautiques. Cette flotte, très disparate, variait en fonction des pertes et des prises en mer. Ce fonctionnement constituait une réelle économie pour le deylik, mais l’obligeait à vivre dans la dépendance de l’Europe, même si le gouvernement construisait aussi des vaisseaux, comme ce 12 décembre 1718 où l’« on a mis à l’eau la nouvelle capitane du beylique, qu’on est en train de faire49 » et si, le 21 mai 1719, on lance la capitane récemment fabriquée, car « on a fait amiral de la capitane du beylik nouvellement construite Viquer Raïs [Béchir amiral raïs50], Renégat grec51 ».

Flottes corsaires et produit de la course

  • 52 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 3 « Son catorze los vageles de corsarios qu (...)
  • 53 Martine Acerra et Jean Meyer indiquent que ces vaisseaux embarquaient en moyenne 700 hommes, mais (...)
  • 54 Diario de Argel, año de 1719, junio, 15 « Oy ha salido del puerto la capitana nueva que se a acaba (...)
  • 55 Diario de Argel, año de 1720, henero, 31 « Por la tarde fuimos a la marina, y avía más de quinient (...)
  • 56 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 156 « Outre le nombre de 20 vaisseaux tant grand (...)
  • 57 Moulay Belhamissi écrit : « Vers 1720 la marine ne comptait que “27 vaisseaux de 18 à 60 canons au (...)

28Mais combien de bâtiments la marine algérienne comptait-elle ? En 1718 selon Le Roy — que cite Salvatore Bono — la flotte d’Alger comprendrait 18 vaisseaux et deux navires en chantier. En avril 1719 « les vaisseaux de corsaires qu’il y a à Alger sont au nombre de quatorze52 », dit le père Ximénez. En juin de la même année, le dernier bâtiment de la régence d’Alger, la capitane du beylik, « est équipé[e] de cinquante-six très bons canons et elle a huit-cents personnes à bord53, quatre-vingts marins chrétiens, et les Turcs sont les meilleurs et les plus courageux soldats qu’Alger possède54 ». Il ne s’agit là, sans doute, que des navires véritablement armés pour la course, car en janvier 1720, la régence détiendrait trente bâtiments55. De leur côté, les trinitaires rédempteurs français donnent, au même moment, le chiffre de 25 vaisseaux environ armés de 18 à 60 canons. En 1724 Laugier de Tassy recense 20 vaisseaux56, mais lorsque nous dénombrons les bâtiments qui figurent sur la liste qu’il propose, nous comptons 24 bâtiments armés de 52 à 10 canons, polacre comprise57. De pareilles variations, d’une année à l’autre, du nombre des bateaux se rencontrent aussi dans les chiffres fournis pour les flottes européennes adonnées à la course. Cela peut s’expliquer par les captures de bâtiments en plus ou moins grand nombre, par les moyens financiers engagés à ce moment-là et par les pertes subies. Sans compter que l’auteur ne sépare pas nécessairement sur sa liste les bateaux corsaires des bâtiments de transport armés pour la course. On peut constater en outre que les chiffres avancés par les témoins de l’époque divergent et restent imprécis, puisque, nous l’avons dit, en décembre 1719 selon le père Comelin, la flotte d’Alger comprendrait 25 vaisseaux, quand pour le père Ximénez, au début de 1720 la flotte se composerait de 30 bâtiments. Enfin, excepté Laugier de Tassy, aucun ne fournit de liste.

  • 58 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Mé (...)
  • 59 Ibid.
  • 60 Ibid., p. 103.
  • 61 « Armement des Algériens », Mémoires et Documents, 12, (Algérie 15) 1604-1718, fol. 183 verso, Arc (...)
  • 62 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 103.
  • 63 Mémoires et documents, 12, fol. 237-238, Archives du Ministère des Affaires Étrangères, Paris.
  • 64 Ibid.

29Comparons avec des périodes antérieures : en 1571 « une cinquantaine de galères, galiotes et brigantins étaient en service au moment de la bataille de Lépante58 ». En 1624, d’après l’envoyé vénitien Giovanni Battista Salvago, « Alger possède six galiotes59 », autant que Malte. Mais il se serait agi seulement de la flotte à rames. Alger aurait disposé de « cent vaisseaux ronds, soixante gros de 24 à 30 pièces chacun et les autres plus petits, tartanes et polacres60 ». En 1635 la régence n’aurait eu que quatre galères et huit frégates, « le gros de la flotte étant alors constitué par une soixantaine de navires à voiles ». En 1680 « les Algériens ont en tout 35 à 10 frégates légères de course depuis 25, 30, 35. Jusques a 40 pièces de canon, leur armement coûte peu de chose en ce que les propriétaires des frégates ne sont obligés que de les avoir en état de naviguer avec leur canon, et provision de pain et eau pour 52 jours, a cause qu’ils ne sont que ce temps-là en leur course... il n’y a point de frégate qui sorte de la course quelle n’ayt 250. 300 jusques à 350 hommes61 ». En 1681 Alger possédait 19 vaisseaux commandés surtout par des renégats, armés d’un nombre de canons de 36 à 14 et manœuvrés par des équipages de 180 à 350 hommes. Quant aux galères, « il y en a deux fort légères qui sont dans le mole. (Une vieille et une neuve) Elles sont armées d’un coursier et deux bastardes avec espingats et pierriers. Elles sont de 22 bangs, et ont quantité de chrétiens dans la chiourme, avec une compagnie de janissaires dans chacune62 ». En 1686, un document intitulé : « Les forces de la Mer des Bâtiments d’Alger » donne trois vaisseaux ; la « Rose dor, à deux ponts et un jardin, armé de 40 pièces de canons et 20 pierriers, commandé par l’amiral, les Sept Étoiles, armé de 30 pièces de canons et 10 pierriers commandé par un contre-amiral, le Lion dor, vaisseau contre-amiral armé de 32 canons et 10 pierriers de fonte. Dix autres vaisseaux à 2 ponts (des caravelles) armés de 14 à 20 canons et autant de pierriers. Deux grands vaisseaux à 2 ponts et jardin percés pour 45 canons, 1 vaisseau à 1 pont percé pour 20 pièces de canons ». Cela fait un total de 23 pour les grands vaisseaux. À ceux-là il faut ajouter « 5 vaisseaux sur la quille de 50 pièces de canons, 2 de 30 et 1 de 20 pièces. 3 galères armées commandées par Ali Raïs général et trois capitaines. 7 barques et 11 brigantins armés en course. Environ 15 à 16 bâtiments en marchandises (pataches, ballandres, barques, tartanes, landres, frégates et brigantins63.) » Au total, 50 bateaux en 1571, 106 vaisseaux de différents types en 1624, 72 en 1635, 35 en 1680, 23 en 1681, mais 49 bâtiments armés en course en 1686. Malgré cette embellie, il est évident que les forces navales de la régence diminuent progressivement, si toutefois ces données sont exactes. « À partir de la seconde moitié du xviie siècle, la puissance d’action de toutes les forces barbaresques — Tunis et Tripoli compris — se réduisit, et amorça un lent déclin64 ». Cette décroissance n’était pas propre aux pays maghrébins, elle touchait l’ensemble du bassin méditerranéen sorti de la grande histoire.

  • 65 Le père écrit à propos du raïs Chacamacachí : Diario de Argel, año 1719, marzo, 27 « Oy an hechado (...)

30Dans l’examen de la flotte d’Alger en 1718-1724, nous avons noté des discordances qui rendent difficilement interprétables les chiffres fournis à cette époque. On ne peut donc considérer que leur ordre de grandeur. En effet, Le Roy affirme, selon Salvatore Bono, que « les deux plus vieilles unités de la flotte : le Lion blanc du raïs Soliman et Les Grandes Gazelles du raïs Hagi Ali remontaient à 1704 ». Or, Le Lion Blanc et les Grandes Gazelles apparaissent en 1724 sur la liste de Laugier de Tassy, l’une, commandée par le raïs Mustapha Chakmaëgi65 et l’autre toujours commandée par le même raïs Hagi Hali dit Danzick. Mais ces deux vaisseaux sont portés comme étant de fabrication algérienne, le premier en 1710 et le second en 1721. Est-ce la date de leur réfection ? Est-ce celle de leur remplacement ? Deux autres unités dataient de 1706, deux de 1708 (l’une était d’origine italienne), et une autre de 1709 (hollandaise). Il en existait deux autres, vieilles de plus de quatre ans, datant de 1711 et de 1713 ; au total dix vaisseaux, précisément la moitié. La seconde partie avait été construite entre 1714 et 1718 ou était en construction. Trois autres unités parmi les plus récentes avaient été capturées : deux hollandaises (1715 et 1716), une catalane (1715). En fin de compte, environ six bateaux sur vingt étaient de construction entièrement européenne.

  • 66 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Mé (...)
  • 67 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 24 « Va entrando en el puerto una pressa que (...)
  • 68 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 1 « A venido el vagel llamado Tabaque, pero (...)
  • 69 Diario de Argel, año de 1719, abril, 6 « Esta noche entró una embarcación inglessa y la otra trahí (...)
  • 70 Diario de Argel, año de 1719, abril, 22 « El vagel francés a traido dos gumenas para los vageles d (...)

31Quelques années plus tard la situation dans son ensemble n’a pas changé, si nous considérons la liste des 24 vaisseaux fournie par Laugier de Tassy. Les embarcations construites en 1704 ne seraient plus en service, puisque les plus anciennes datent de 170666. Sur cette liste, 12 navires : quatre hollandais, trois anglais, trois italiens, un portugais et un catalan seraient d’origine européenne. Cela révèle que le commerce hollandais et anglais en Méditerranée était le plus important et que les Italiens géographiquement ne pouvaient faire autrement que fréquenter la mer intérieure. Comme ils n’étaient pas dans les meilleurs termes avec la régence, ils constituaient une cible privilégiée. Ces éléments corroborent aussi le fait que les corsaires algériens naviguaient en Méditerranée occidentale et gagnaient l’Atlantique67 sur leurs navires légers68, mais également que le tiers des navires algériens était à l’origine européen, puisque pour construire leurs bâtiments, les Algériens réutilisaient ceux qu’ils avaient pris en course (ce que faisaient aussi leurs adversaires occidentaux). Le matériel pour armer les bateaux leur était fourni le plus souvent par les Anglais, les Hollandais69 et par les Français. « Le vaisseau français a apporté deux gros cordages pour les vaisseaux des Turcs commandés par un marchand français qui se trouve ici, nommé Monsieur Loup et les Anglais ont apporté des ancres, des mâts et tout ce qui est nécessaire pour armer le vaisseau ou la capitane du beylik et de cette façon ils arment tous ses navires pour faire la course et faire du mal aux chrétiens qui sont en guerre avec ces Maures, avec l’aide qu’apportent l’Angleterre, la Hollande et la France70 ».

  • 71 Du Mont, J., copie du « traité de Paix pour cent ans entre Louis XIV, Empereur de France, Roi de N (...)

32En fait, depuis la fin du xviie siècle, les États barbaresques avaient obtenu d’inclure dans les traités de paix avec l’Angleterre notamment, la fourniture de matériel pour la construction de bateaux. Et si, dans le traité signé avec la France pour cent ans le 24 septembre 1689, cette précision n’est pas donnée, il est néanmoins stipulé dans l’article III qu’« à l’avenir il y aura Paix entre l’Empereur de France & les Tres-Illustres Pacha, Dey, Divan & Milice de ladite Ville et Royaume d’Alger, & leurs sujets, & ils pourront réciproquement faire leur commerce dans les deux Royaumes, & naviguer en toute sureté, sans en pouvoir estre empêchez pour quelque cause & sous quelque prétexte que ce soit71 ». Cette clause supposait l’achat possible de matériel pour armer les navires. Ces faits montrent que l’économie de la mer intérieure était fortement liée à l’économie européenne et mondiale de l’époque, prouvant ainsi que la guerre de course faisait partie intégrante des échanges commerciaux.

  • 72 L’ordre de Saint Jean de Jérusalem fondé en 1099, succéda en 1312 aux Templiers. Les hospitaliers (...)
  • 73 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Mé (...)

33Parmi les corsaires chrétiens, sur lesquels se reposait l’Europe pour combattre les infidèles, l’ordre de saint Jean de Jérusalem possédait la flotte la plus redoutable72, qui cependant, « ne dépassa que rarement la douzaine d’unités de grandes dimensions (galères et puis vaisseaux). Au moment du transfert de l’ordre de Malte la flotte comprenait trois galères (deux en activité à Rhodes et une de construction récente), deux caraques, un brigantin et une galiote. Jusqu’à la fin du xviie siècle, il y eut un développement constant de la flotte de guerre et des unités de transport73 », bien qu’il y eût, en fonction des ressources et du mauvais temps, des pertes de navires et des variations, voire des réductions, du nombre de bâtiments. Avec la décadence politique et financière de l’ordre dans la deuxième moitié du xviiie siècle sa marine déclina.

34Un autre ordre, l’ordre de Saint-Étienne, fondé en Toscane par Cosme de Médicis en 1562, soutenu par la papauté, entra aussi dans l’activité corsaire pour faire la guerre aux infidèles. Il possédait aussi ses galères. Dans les meilleures périodes, sa force navale en comprenait une douzaine. Au début du xviiie siècle, quatre galères constituaient la flotte, jusqu’à sa suppression au milieu du siècle. Un constat s’impose : le xviiie siècle, dans sa seconde moitié, a vu le déclin de l’activité corsaire tant européenne que maghrébine.

Produit de la course

  • 74 Libro de gastos. 1714, febrero, 15 « 110 libras de salmón de una pressa ; 8 pesos y 6 reales de pl (...)
  • 75 La bota était une unité de mesure pour les liquides, d’environ 516 litres indique le dictionnaire (...)
  • 76 Libro de gastos. 1715, enero, 22 « Dos botas de vino blanco de a 6,5 botazos, compra de pressa ; 7 (...)
  • 77 Ibid., 1718, septiembre, 30 « Se compró de pressa 12 gallinas, 4 libras de fideos ».

35L’ensemble du butin était vendu aux enchères, au comptant, payé en argent liquide, afin de procéder au partage tant dans les villes chrétiennes que barbaresques. Les vaisseaux, les marchandises et les hommes étaient achetés par des personnes privées ou par l’administration publique. Les pères trinitaires ne refusaient pas d’approvisionner à cette source leur établissement, malgré leur hostilité à la course barbaresque. Ainsi voyons-nous apparaître le 15 février 1714, dans la comptabilité de l’hôpital cette ligne : « 110 livres de saumon d’une prise ; 8 piastres et 6 réaux d’argent74 » et le 22 janvier 1715 : « 2 tonneaux de vin blanc de 6,5 botazos75 achetés sur une prise ; 77 pataques et deux témins76. » Enfin le 30 septembre 1718 : « on a acheté sur une prise 12 poules, 4 livres de vermicelles77. »

  • 78 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Mé (...)
  • 79 Ibid., p. 198.

36Salvatore Bono fournit des informations sur « le nombre et la valeur des prises des corsaires barbaresques et pour Alger certaines données suffisamment précises78 ». Le succès de l’entreprise ou le retour bredouille étaient soumis au hasard qui explique les écarts d’une année sur l’autre. Ainsi, « de 1765 à 1815 le nombre de navires capturés oscille entre un ou deux par an (1771-1773), avec un maximum de 42 en 1798 (22 en 1797 et 31 en 1799). Le revenu de la vente du butin n’est cependant pas proportionnel au nombre de navires capturés. En effet dix-neuf captures en 1768 rapportent 165 mille francs, c’est-à-dire en moyenne 8 684 francs, alors que l’année suivante huit prises seulement donnent un profit presque double (291 mille, avec une moyenne de 36 375 francs). De même, si nous observons individuellement les captures, les variations sont très marquées, aussi bien au niveau du total que dans la valeur de la part : une prise de 1773 rapporte 727 francs alors que l’année suivante une autre en donne 82 mille. Avec le temps, elles s’élèvent à 366 mille francs obtenus en mars 1793 d’un navire hollandais chargé de coton, et à 685 mille d’un navire américain qui transportait de la laine et des peaux (janvier 179479) ». En réalité, le montant de la cote-part dépendait de deux facteurs. Elle augmentait ou diminuait selon la valeur de la marchandise et le nombre des participants. Les mêmes variations, dues au hasard et les mêmes critères de rentabilité frappaient la course chrétienne.

37Bien entendu, nous avons des chiffres fournis par le journal, puisque le père aborde la course pour souhaiter — à chaque départ de navire corsaire — son échec, la destruction de ses navires, pour se réjouir de ses pertes et déplorer ses succès. Il indique le nombre de prises et le nombre d’hommes capturés, parfois le chargement de l’embarcation, mais exceptionnellement la valeur de la prise et encore moins celle de la quote-part qui suppose un nombre connu de partenaires impliqués. Voici rassemblés, les éléments recueillis dans le journal (tableaux 12 à 14 p. 239-242).

  • 80 RR. P. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger (...)
  • 81 Boyer, Pierre, « Les renégats et la marine de la régence d’Alger », R.O.M. M., 39, 1985, p. 93-104 (...)
  • 82 La course en 1719 est en effet moins rentable qu’en 1718.
  • 83 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 11 « An venido a este puerto los célebres c (...)
  • 84 On trouve trace dans le journal de cette activité corsaire espagnole qui s’exerçait aussi à l’égar (...)
  • 85 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 18 « A venido el vagel de Benabedi, sin pre (...)
  • 86 Boyer, Pierre, « Les renégats et la marine de la régence d’Alger », R.O.M. M., 39, 1985, p. 93-104

38En 1718, sur six mois 21 bateaux ont été pris et 185 personnes sont tombées en esclavage. En 1719, on compte 12 prises et 336 esclaves sur 12 mois. En 1720, en 4 mois, 5 embarcations et 56 esclaves arrivèrent à Alger. Donc du 26 mai 1718 au 11 avril 1720 — sur presque deux années — plus de 605 personnes et 38 embarcations de plusieurs types ont été capturées, ce qui fait une moyenne de 19 navires et plus de 302 esclaves par an. Le père Comelin apporte des éléments de comparaison, quand il écrit : « On peut juger de l’avantage qu’ils retirent de leurs pirateries puisque depuis le 10 décembre 1712 jusqu’à notre départ d’Alger (le 20 janvier 1720) le nombre de prises se montait à soixante-quatorze et celui des captifs chrétiens à 166880. » Si nous établissons une moyenne qui certes lisse les irrégularités propres à la course, nous obtenons 9 à 10 embarcations et 208 captifs environ par an. Sur une plus longue durée ; 8 années, la rentabilité paraît inférieure aux deux années 1718-1720. Rapprochés des chiffres déjà cités sur lesquels s’appuie Salvatore Bono, — 19 captures et 165 000 francs en 1768, 1 ou 2 par an de 1771 à 1773, 22 en 1797, 42 en 1798, 31 en 1799 — et de ceux que fournit Pierre Boyer pour la période de pleine expansion : « En neuf ans, de 1613 à 1623, 936 navires sont capturés... Déjà, de 1606 à 1616, 466 bâtiments britanniques avaient été capturés81. » Cela fait une moyenne de 104 et de 46 navires environ par an pour cette période. La course, de 1718 à 1720, n’est plus l’activité florissante du premier quart du xviie siècle, mais elle n’est pas non plus infructueuse. Même si le père estime l’année 1719 peu rentable82, car, « les célèbres corsaires Babazan et Carretero sont arrivés dans ce port sans aucune prise ; ils n’ont pas de chance cette année et la cause en est que le grand nombre de corsaires, français plus particulièrement, qui se sont employés à servir le roi d’Espagne courent ces mers et tiennent dans la crainte les corsaires d’ici qui fuient, si bien qu’ils ne réussissent pas à amener de prise83 ». Et encore : « Le bateau de Benabdi est venu sans prise aucune. Dieu veuille que viennent ainsi tous ceux qui sont en mer à la chasse aux Chrétiens, la raison qu’ils donnent c’est que beaucoup de corsaires espagnols84 sillonnent la mer, mais les Turcs s’ils n’amènent pas de prise, prennent garde de tomber entre les mains des Chrétiens85. » Certes, confrontés à la course d’État, les corsaires, tant maghrébins qu’européens, se trouvaient davantage mis en échec. De plus, l’Espagne était en guerre permanente, offensive ou défensive avec la régence d’Alger. À ce moment-là ses navires de guerre opéraient en Méditerranée, car elle était en butte à l’Angleterre, à la Hollande, à la France et à l’Autriche qui vint les rejoindre pour faire respecter à l’Espagne les traités d’Utrecht. Pourtant, c’est en 1719 que deux belles prises sont faites, dont une qui venait du Brésil et en 1720 une autre en provenance de La Havane. Or, entre 1701 et 1750, il n’y aurait eu que 12 captures de ce genre86.

Tableau 12. — Prises de l’année 1718

Tableau 12. — Prises de l’année 1718

a. Le père signale que Flamand est synonyme de Hollandais.

Tableau 13. — Prises de l’année 1719

Tableau 13. — Prises de l’année 1719

Prises de l’année 1719 (suite tableau 13)

Prises de l’année 1719 (suite tableau 13)

Tableau 14. — Prises de l’année 1720

Tableau 14. — Prises de l’année 1720

39Ainsi, le relevé des prises montre que, même si la course n’était plus aussi heureuse, elle n’était pas réduite à néant, malgré l’activité des corsaires français et espagnols au service du roi d’Espagne, malgré ses navires de guerre. Et le chargement des navires, toujours intéressant, l’était bien davantage lorsqu’il s’agissait d’un bâtiment en provenance des Amériques, capturé dans l’Atlantique. D’autre part, bien que les lieux de capture ne soient pas régulièrement indiqués par le père, les éléments recueillis confirment ce que nous savons déjà : les corsaires de la régence opéraient, non seulement en Méditerranée, mais aussi dans l’Atlantique, puisque le grand commerce mondial et les plus belles prises se faisaient de ce côté. Ils n’hésitaient pas à aller jusqu’aux Canaries, aux Açores et au nord.

  • 87 Cité par S. Bono, Les Corsaires en Méditerranée, p. 206.
  • 88 L’exportation du blé et de l’huile étaient interdits, sauf pour les blés et l’huile du beylik de C (...)
  • 89 Alpiste ou millet long qui constituait un bon fourrage.

40Comme nous pouvons le constater par le détail des prises, en dehors des hommes, les produits agricoles : blé, orge, huile, sucre, tabac, café, cacao, poivre, cannelle, — dont certains arrivaient en Méditerranée en provenance des pays lointains — fruits frais comme les melons, d’autres denrées alimentaires : sel, poisson frais ou salé ; harengs, saumon, entraient dans le chargement des navires. Les transports de vin, d’eau-de-vie, de rossolis, n’étaient pas exceptionnels. Des matières premières ou des produits de l’artisanat avaient leur place dans les cargaisons : soie, cochenille, écarlate, laine, fer, barils de poudre, bronze, toile et drap, cuirs, bois, parfois des objets religieux, dont les Maghrébins n’avaient que faire, qu’ils offraient ou vendaient aux chrétiens. C’est dans de telles circonstances que des livres et la plupart des tableaux de l’hôpital avaient été rachetés aux corsaires. Les diverses marchandises, saisies par les Barbaresques, n’étaient pas différentes de celles que Salvago énumérait en son temps : « Sucre, drogues, épices, étains, plombs, fers, provisions, munitions, bois, toiles, laines, cotons, soies, draperies, et d’autres marchandises précieuses : or, argent, joyaux87. » Quand de leur côté, les corsaires européens capturaient des chargements maghrébins, figuraient alors dans les cargaisons88, des hommes, de la cire, des cuirs, des dattes, des plumes d’autruche, de la laine brute, des couvertures de laine, des mouchoirs et des ceintures de soie brodés, du cuivre et de l’escayole89.

  • 90 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 4 « Monsiu Duxio (Dusault) embajador de (...)
  • 91 Diario de Argel, año de 1719, junio 7 « Se ha savido que los corsarios mallorquines an coxido una (...)

41Toutes ces prises étaient revendues, soit immédiatement, soit plus tard, aux marchands du pays ou aux marchands étrangers présents sur la place, comme ce monsieur Loup, marchand français, agent du bastion de France, qui en décembre 1719 remplacera à Alger monsieur Baume, consul de France, démis de ses fonctions à la demande du dey, en attendant l’arrivée de monsieur Durand de Bonnel90. Parfois cependant, les chargements n’arrivaient pas au port, car les propriétaires les rachetaient immédiatement. Par exemple, le 7 juin 1719, les corsaires majorquins capturèrent une frégate et une pinque d’Alger, « ils abandonnèrent la pinque aux Maghrébins contre 300 piastres91 ». Ainsi, les marchandises comme les navires revenaient-ils en chrétienté, parfois avant leur passage par le Maghreb. Pour les Européens, la revente se faisait dans des conditions similaires.

  • 92 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Mé (...)

42Les informations recueillies dans les journaux des pères Ximénez et Comelin amenuisent la discontinuité de résultats partiels sans pour autant modifier les conclusions qu’on en peut tirer. Au point que nous pouvons reprendre les propos de Salvatore Bono : « Toutes ces informations bien que discontinues et ponctuelles donnent une idée de courant commercial alimenté par l’activité corsaire. Michel Fontenay a pu affirmer que la guerre corsaire entre chrétiens et musulmans contribua à maintenir en Méditerranée, après la découverte du Nouveau Monde, une certaine activité économique et un lien avec le grand commerce mondial, concentré désormais dans l’Atlantique92 ». Au demeurant il faudrait ajouter que les trois grandes puissances — l’Angleterre, les Pays-Bas et la France — se disputant toujours âprement le commerce méditerranéen, cette activité économique se maintenait pour l’essentiel au profit de l’occident européen.

  • 93 Mathiex, Jean, « trafic et prix de l’homme en Méditerranée au xviie et xviiie siècle », Annales, E (...)
  • 94 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, fol. 68. « El P. Silvestre en la Historia d (...)

43En effet, pour échapper aux ravages exercés sur eux par les corsaires chrétiens, les négociants musulmans avaient appris — avance Jean Mathiex — à « utiliser de préférence le pavillon étranger, qu’ils considéraient comme moins exposé que celui du Grand Seigneur, car ils espéraient pouvoir obtenir des indemnités de la puissance chrétienne qui n’aurait pas su faire respecter son pavillon. Mais l’ingéniosité des corsaires chrétiens trouva très vite le moyen de tourner cette difficulté : les puissances chrétiennes respectaient un droit maritime, tout à leur avantage, puisqu’elles l’avaient elles-mêmes peu à peu élaboré, et dans ses prescriptions il y en avait toujours une que l’on pouvait opposer aux réclamations du malheureux commerçant turc grugé. Le fameux principe, “le pavillon couvre la marchandise” qui aurait dû assurer en toute quiétude le transport des marchandises turques sous pavillon chrétien, que devenait-il, comment pouvait-on l’appliquer dans le cas typique suivant en 1729 ? Un armateur maltais arme avec de l’argent et un équipage maltais un bâtiment de course, mais le fait enregistrer à Livourne pour pouvoir battre pavillon du grand-duc de Toscane, sous les noms d’hommes de paille choisis à dessein sans un sou vaillant (afin de rendre inutile la contrainte par corps éventuellement). Bien entendu, les prête-noms ont signé des contre-lettres maintenues secrètes, qui sauvegardent les intérêts des armateurs ; et pour compliquer le tout, volontiers les prises se vendent à Messine, à Palerme ou à Naples, afin de provoquer l’intervention d’une troisième puissance en cas de procès. Grâce à ces subterfuges, l’impunité du corsaire restait quasi totale, malgré la ténacité des victimes qui n’hésitaient pas à entamer des procès interminables dont l’issue était loin de leur donner satisfaction93 ». Par ailleurs, il était interdit aux Maghrébins d’entretenir des rouages permanents économiques et diplomatiques en Europe, ce qu’affirme le père : « Le père Silvestre dans l’Histoire d’Alger, chap. 27, fol. 116 dit ceci : dans les ports chrétiens on ne leur [aux Arabes] permet pas de commercer, ainsi ils furent forcés d’ouvrir leur port à ceux qui voudraient y venir. La réputation des richesses vendues à bon marché fit accourir beaucoup de chrétiens et ils commencèrent à s’installer pour y résider et il devint nécessaire ou opportun qu’il y eut des consuls de ces Nations qui fussent présents et fréquentassent ce port94. » Les Maghrébins, particulièrement les Algériens, devaient nécessairement passer par des intermédiaires. Ainsi, à la période qui nous intéresse, dans la correspondance des deys d’Alger avec la Cour de France, trouvons-nous des lettres demandant l’autorisation, à cause de la disette, d’acheter à Marseille du blé et du matériel pour bateau par l’entremise d’un marchand français. C’est dans ces circonstances que le dey Mohammed écrit au roi Louis XV.

  • 95 Plantet, E., Correspondance des Deys d’Alger avec la Cour de France, t. 1, (1579-1700), t. 2 (1700 (...)

44« Nous avions donné, il y a quelque temps, commission à un marchand de vos sujets pour nous faire venir certaines choses qui nous sont nécessaires. Le dit marchand étant arrivé ici, nous en a remis quelques-unes et nous a dit qu’il n’avait pu apporter les autres, parce qu’il aurait eu besoin pour cela d’une permission de votre part. C’est pourquoi nous vous prions instamment d’accorder au dit marchand toute permission de prendre et de nous transporter toutes les commissions que nous lui avons données, sans que personne lui puisse donner ni trouble ni empêchement95 ». Malgré les traités, malgré l’article III du traité de 1689 — repris sans nul doute dans le traité de 1719, puisqu’il figure dans les mêmes termes dans celui signé en 1720 — qui prévoyait que les deux parties « pourront réciproquement faire leur Commerce dans les deux Royaumes, & naviguer en toute fureté, fans en pouvoir être empêchez pour quelque cause & sous quelque prétexte que ce soit ». Alger se trouvait coincée dans la dépendance, sans autre marge de manœuvre que la requête humiliante, la transgression des accords signés ou la guerre déclarée, c’est-à-dire la rupture officielle des traités. Jean Mathiex a vu « dans l’attitude agressive des puissances chrétiennes » et dans la saignée humaine qu’elles firent subir à l’économie maghrébine ainsi qu’à celle des Turcs, « quoique très faible en chiffres absolus », au moment où ces régions s’éveillaient au grand commerce maritime, la cause à leur retard économique.

Les traités

  • 96 Belhamissi, Moulay, Les captifs algériens et l’Europe chrétienne (1518-1830), Alger, Entreprise Na (...)
  • 97 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, noviembre, 7 « Francia haze aora estos regalos tan (...)
  • 98 Du Mont, J., copie du « traité de Paix pour cent ans entre Louis XIV, Empereur de France, Roi de N (...)

45Les traités, passés entre le Maghreb et la France d’abord, puis avec d’autres nations de l’occident européen, réglaient cette activité commerciale dans un rapport de forces constant, dont témoigne la correspondance des deys d’Alger avec la cour de France. « De 1518 à 1830, l’Algérie a conclu plus de soixante traités de paix et de commerce avec la plupart des nations d’Europe et particulièrement avec la France. Dans presque tous la marine et les captifs tiennent une place prépondérante96 », écrit Moulay Belhamissi. En effet, le traité de paix du 24 septembre 1689 met au premier plan les hommes et leurs outils, nerf du commerce maritime : les navires et les marins de la marine de guerre et de la marine marchande. Les traités avaient pour but de régler les points de conflit. Il s’agissait de faire rendre les navires capturés, leur cargaison et les hommes et d’éviter désormais ces captures qui nuisaient au développement du commerce. Lorsque l’ambassadeur de France, Monsieur Dusault, vint à Alger en 1719 renouveler les traités, il était chargé d’écarter la concurrence vive des Anglais en obtenant des « Puissances » l’implantation d’un vice-consulat à Oran, afin de développer et de protéger les intérêts et les privilèges économiques de la France dans le pays. Mais l’envoyé plénipotentiaire avait aussi pour mission de racheter les captifs français pris sous d’autres bannières97, en application de l’article 11 du traité de 1689 qui prévoyait que : « Tous les François pris par les Ennemis de l’Empereur de France qui feront conduits à Alger & d’autres ports dudit Royaume feront mis aussitôt en Liberté, fans pouvoir être retenus Esclaves, même en cas que les Vaisseaux de Tripoli, Tunis & autres qui pourront être en Guerre avec l’Empereur de France, missent à Terre des Esclaves François, lesdits Pachas, Dey, Divan, & Milice de ladite Ville d’Alger, donneront dès-à-présent Ordre à tous leurs Gouverneurs de retenir lesdits Esclaves, & de travailler à les faire racheter par le Consul François au meilleur prix qu’il se pourra, & pareille chose se pratiquera en France, à l’égard des Habitants dudit Royaume d’Alger98. » Malheureusement, cette clause était à sens unique, puisque les Maghrébins n’avaient pas droit de cité en France, à Marseille en particulier. Par ailleurs, comme le roi de France avait besoin de rameurs pour ses galères, il faisait souvent la sourde oreille.

46Aussi les échanges de correspondance entre la régence et la cour de France avaient-ils pour objet le règlement de litiges engendrés par le non-respect des traités. C’est dans un tel contexte que le dey Ali envoie à Louis XV le courrier suivant :

Ali, Dey d’Alger
à Louis XV
Alger, le 15 mai 1717

  • 99 Plantet, E., Correspondance des Deys d’Alger avec la Cour de France, t. 1, (1579-1700), t. 2, (170 (...)
  • 100 Ibid., « Le patron Gueidon, d’Agde, avait acheté une barque à Barcelone pour transporter à Valence (...)

47Nous informons votre Majesté que, l’année passée, un vaisseau étant entré dans le port de cette ville avec passeport de France et le pavillon français, a été nolisé par l’entremise de quelques marchands et de votre consul pour conduire plusieurs personnes à la Mecque, les quelles s’étant mises sur le dit vaisseau avec leurs effets, le capitaine a voulu aller à Tunis, où plusieurs marchands ou autres particuliers se sont embarqués avec leur famille, avec dessein d’aller aussi en pèlerinage, et votre consul de Tunis a eu connaissance de leur embarquement. Le dit vaisseau étant parti de Tunis, le malheureux capitaine, tenté d’une ambition diabolique, a conduit ces personnages d’Alger et de Tunis sur les terres de Sicile, où il les a livrés avec partie de leurs effets, et s’étant réservé la meilleure partie pour lui, est retournée en France99. Ce fait n’est point tolérable par rapport à l’ancienne amitié qui est entre la France et Alger... Nous avons communiqué ici cette affaire à votre ancien consul [M. De Clairambault] et aussi au nouveau [M. Baume] Lesquels nous ont dit qu’ils en informeraient votre Majesté et que nos gens seraient mis en liberté. Néanmoins nous sommes fort surpris de ce que, depuis huit mois, nous n’avons eu aucune nouvelle de cette affaire. Deux de nos vaisseaux ont rencontré en mer une barque française sur laquelle étaient 118 Espagnols, lesquels ont été amenés à Alger ; nous les avons mis en dépôt avec leurs effets au Beylik, et il ne leur sera fait aucun mal. Cependant nous les garderons jusqu’à ce que nos gens soient revenus à Alger avec leurs effets100. Ainsi nous vous prions d’ordonner qu’on apporte tous les soins et attentions nécessaires pour terminer cette affaire en quelque manière que ce soit, et pour procurer la liberté à nos gens,

Écrit à Alger, le 5 de Redjeb 1129, c’est-à-dire le 15 mai 1717.
(Sceau)
Ali, Dey et Gouverneur de la Ville et Royaume d’Alger.

  • 101 Du Mont, J., copie du « traité de Paix pour cent ans entre Louis XIV, Empereur de France, Roi de N (...)
  • 102 Les îles de l’Archipel étant sous domination ottomane.
  • 103 Belhamissi, Moulay, Les captifs algériens et l’Europe chrétienne, (1518-1830), Entreprise National (...)

48Si nous avons repris la totalité de cette lettre, c’est que, d’une part, elle témoigne du contenu de la correspondance de la régence avec la cour de France, axée sur les échanges commerciaux et les exactions en mer, d’autre part, parce que les hommes capturés en retour et tenus en otage étaient des Espagnols, soldats du régiment de Navarre. Ils furent l’objet de l’attention des trinitaires, du moins les officiers. Le journal rapporte cette affaire, commente au fil des jours la venue et l’action de monsieur Dusault, envoyé plénipotentiaire. Nous voyons plus précisément comment les traités non respectés entraînaient des représailles pour faire pression sur la partie qui n’avait pas respecté les accords passés. Si nous examinons de près le traité de 1689, nous ne pouvons manquer de remarquer que la réciprocité entre les deux parties était plus apparente que réelle, car si les passeports reconnus par Alger étaient signés par les représentants de l’amiral de France pour les navires français, les navires de la régence d’Alger devaient se munir d’un « certificat du Sr Consul de la Nation Française à Alger » pour ne pas être inquiétés par les bâtiments français et non de passeports validés par le dey d’Alger. De la même manière, l’article III précédemment cité qui déclare « qu’ils pourront réciproquement faire leur commerce dans les deux royaumes » est contredit par l’article XXVI qui prévoit que « s’il arrive quelque Contravention au présent Traité, il ne fera fait aucun acte d’Hostilité qu’après un déni formel de justice, & pour faciliter l’établissement du Commerce, & le rendre ferme et stable, les Très-Illustres, Pacha, Dey, Divan, & Milice d’Alger envoieront quand ils l’estimeront à propos une personne de qualité d’entr’eux résider à Marseille pour entendre fur les Lieux les plaintes qui pourraient arriver fur les Contraventions au présent Traité, auquel il fera fait en ladite Ville toute forte de bon traitement101 ». Il faut donc entendre, qu’il n’y avait à Marseille aucun représentant de la régence résidant en France et qu’il fallait assurer à l’envoyé un accueil différent de l’ordinaire. Enfin, l’ensemble du traité met en avant ce à quoi s’engageait la régence vis-à-vis de la France, qui certes promettait la réciprocité sur certains points. Cependant, il est connu qu’elle ne respectait pas les traités quand il s’agissait d’esclaves dont elle avait besoin pour ses galères. Elle pratiquait une « politique d’acquisition » qui consistait à tourner la difficulté. C’est pourquoi « Seigneley recommandait-il au Commerce de Marseille “d’empêcher qu’il ne paraisse à la Porte que l’on envoie des bâtiments français dans l’Archipel102 pour acheter des esclaves”. Il incitait pour que ce genre de trafic soit fait » avec des bâtiments de Ligourne [Livourne] ou autres endroits parce qu’autrement les Turcs pourraient prétendre que cela est contraire aux Capitulations103.

  • 104 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger. Ed. Loysel, Paris 1992, p. 195-196.

49Laugier de Tassy ne dit pas autre chose, lorsqu’il écrit : « Enfin on se plaint que les Algériens violent les traités de paix, et déclarent la guerre aux chrétiens, sans autre raison qui les y autorise que leur intérêt ou leur caprice ; que les hostilités commencent dès le moment qu’ils l’ont résolu au Divan, en arrêtant et confisquant les bâtiments qui sont dans leur port appartenant à la nation avec laquelle ils viennent de rompre la paix, après avoir signifié cette rupture au consul ; qu’ils ont le temps de faire des prises par surprise avant que leurs nouveaux ennemis ne soient avertis de ce qui se passe ; et que même en pleine paix, ils pillent les bâtiments amis, en obligeant les maîtres de leur donner ce qui leur manque, comme vivres, cordages et autres choses semblables. Tout cela est remarquable parce que les Algériens le font impoliment et brusquement. Les chrétiens sont quelquefois dans le même cas à l’égard de leurs amis ou alliés, mais ils font les choses de manière moins rude104. »

  • 105 Plaintes de la France contre le Divan d’Alger, 1680, fol. 183, A.E.E. 12.

50Nous avons trouvé, dans les archives du Ministère des Affaires Étrangères105, un témoignage contraire à l’opinion courante à l’époque, qui faisait des Algériens des parjures, des forbans, des hommes sans foi ni loi. Il y est écrit que « la piraterie des Algériens est fort contraire à celles des autres nations, on peut même la qualifier d’une meilleure fois que celle de la Chrestienneté. En ce qu’ayant la paix avec la France, et qu’ils rencontrent un navire français en mer, Ils ne font que voir son pavillon et passeport, Et quand ce bâtiment se trouverait Chargé pour le compte des Anglais, hollandais, italiens, ou autres leurs ennemis, que même il fut rempli de passagers de toutes ces nations, Ils ne touchent au bâtiment, marchandises ni passagers, Tenant pour maxime que la robe amie couvre la robe ennemie, et ne voudraient pour y faire le moindre tort, parce qu’ils croiraient contrevenir au traité, Monseigneur Scait assez que cette fidélité ne s’observe pas en pareil cas dans la Chretienneté, je ne vois pas que la Cour trouve de l’avantage à réclamer les sujets du roi qui s’embarqueront sur les vaisseaux estrangers, Au contraire Je crois que lors qu’Iceux verront, qu’elle s’emploiera pour qu’ils puissent faire avec sureté, que la plus grande partie se jetteront au servis des estrangers, Et le meilleur expédiant qu’on puisse prendre pour les obliger de se retirer en France afin d’y servir sous le pavillon est de laisser continuer aux Algériens de les prendre esclaves lorsqu’ils les trouveront sous d’autres pavillon que celui de France, l’on aurait même bien de la peine pour obliger les Algériens d’exécuter le traité de 1664 par ce qu’ils vous diront, comme ils l’ont déjà fait que Tout homme qu’ils trouveront sous un pavillon leur ennemie, est réputé ustre [ ?] ; pour qu’ils l’arrêtent les armes à la main.

  • 106 Il s’agit sans doute du mot « sujet » involontairement tronqué par l’auteur.

51Il n’y a pas même d’apparence qu’un français qui sera sur le bord d’un navire estranger, s’agissant de se défendre puisses empêcher non plus que le reste des personnes qui y sont dessus de prendre les armes dans un combat puis qu’il s’agit de se procurer la liberté ». On aura compris que le reproche était fait au Divan d’avoir contrevenu au traité de paix de 1664 en prenant sur des navires étrangers plusieurs Français qui se trouvèrent dans l’obligation de se racheter, certains étant toujours esclaves de particuliers à Alger. À quoi les Algériens dirent au consul « qu’ils ne reconnaissent que le pavillon et les passeports qu’un bâtiment porte et non le monde qu’il a dessus, Et que lors qu’ils prennent quelque français sous le pavillon qui leur est ennemie ; qu’ils le regardent comme sujet d’icelui, destiné pour le défendre, et par conséquent pour subir les disgrâces qu’il procure, d’ailleurs qu’ils ne le font que les armes à la main, Et que la France pour éviter de pareilles rencontres ordonne à ses su106 de ne s’embarquer sous d’autre pavillon que celui de leur prince ». L’article XIII du traité de 1689 — remplacé par l’article 9 dans celui de 1720, supprimant la clause qui permettait la capture des hommes pris les armes à la main — prévoyait encore en 1719 que « les Etrangers passagers trouvez fur les Vaisseaux François, ni pareillement les François pris fur des Vaisseaux Etrangers, ne pourront être faits Esclaves ni retenus fous quelque prétexte que ce puisse être, quand même les Vaisseaux fur lesquels ils auront été pris se feraient défendus, à moins qu’ils ne se trouvent actuellement engagez en qualité de matelots ou de Soldats fur des Vaisseaux ennemis, & qu’ils soient pris les Armes à la main ».

52Ce texte du consul, qui rend une certaine justice aux Algériens, ne manque pas d’impudence et montre à quel point les intérêts régissaient les comportements ; l’application ou la violation calculée des traités. Jean Peter voit dans le duel entre Alger et la marine de Louis XIV la volonté « d’obliger les corsaires à respecter les conditions de paix des traités auxquels ils avaient contrevenu dans le passé.

53Le moyen d’y parvenir était de leur faire la guerre, de couler leurs vaisseaux et de détruire leurs ports. Toute la correspondance de Colbert et de Seigneley en témoigne. Qu’il s’agisse des instructions de Colbert à Duquesne ou de Seignelay au maréchal d’Estrées, ce sont les mêmes : anéantir Alger et contraindre les corsaires à accepter les conditions de paix du Roi, non sans demander pardon au préalable des offenses faites à sa majesté.

  • 107 Peter, Jean, Les Barbaresques sous Louis XIV, le duel entre Alger et la Marine du Roi (1681-1698), (...)
  • 108 Les soldats du régiment de Navarre furent capturés le 11 avril 1717.

54Aussi les corsaires et le Roi furent-ils, à partir de 1681, largement d’accord pour se faire la guerre, le Roi dans le but de les punir de leur insolence et de faire respecter la liberté du commerce en Méditerranée, les corsaires pour des raisons essentiellement économiques ; la course étant leur seule ressource mais également pour des raisons de dignité, voire de panache107 ». S’il existait une règle qui, évoluant avec le temps et les circonstances, permettait au moins d’introduire un recours, elle demeurait souvent lettre morte. Ainsi, les pèlerins en partance pour La Mecque, durent-ils attendre plus de six ans leur libération et le dey d’Alger se vit obligé de revenir à la charge, en même temps qu’il gardait en otages les soldats espagnols aux frais du consul de France d’abord, puis des trinitaires de l’hôpital ensuite, avant de les réduire en esclavage en 1719, après avoir attendu trois années durant le retour des pèlerins algériens vendus en Sicile108.

  • 109 Peter, Jean, Les Barbaresques sous Louis XIV, le duel entre Alger et la Marine du Roi (1681-1698), (...)

55La conclusion s’impose : les puissances européennes, la France en particulier, ne cessèrent de tenter d’anéantir la régence d’Alger par la guerre, la course, les entorses aux traités, la capture et l’exploitation de ses hommes, de lui rendre les échanges commerciaux normaux impossibles, ce qui la menait à rompre la paix en ne respectant pas non plus les traités et par surcroît de l’humilier. Mais, comme Jean Peter, nous considérons que « les Français avaient, de leur côté, sous-estimé la détermination et la capacité de résistance des Barbaresques109 » dont ils finirent par avoir raison en 1830 ; un siècle plus tard.

Notes

1 Cité par Porres Alonso Bonifacio, Libertad a los cautivos, ed. Secretariado Trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, p. 103.

2 Monlaü, Jean, Les États Barbaresques, « Que sais-je ? », PUF, Paris, 1964, p. 31.

3 Ibid., p. 17.

4 Monlaü, Jean, Les États Barbaresques, « Que sais-je ? », PUF, Paris, 1964, p. 21.

5 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 23.

6 Ibid., p. 16.

7 Villiers, Patrick, « Les corsaires et la guerre de course », l’Histoire, no 36, p. 27. Article revu, paru dans les collections de l’histoire, no 8, p. 52-54.

8 Ibid., p. 54.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 57.

11 Belhamissi, Moulay, Les captifs algériens et l’Europe chrétienne, (1518-1830), Alger, Entreprise Nationale du livre, 1988.

12 Braudel et Romano, Navires etMarchandises à l’entrée du port de Livourne, (1547-1611), p. 24.

13 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, t. II, año de 1719, julio, 11 « No es el fin principal del Corso el traher cautivos, sino el apresar mercancías y otras cosas de más precio que los rescates de Christianos, y aunque no hubiera redempciones y hubiera armadas, salieran por el interés de estas pressas ».

14 Cité par Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 203.

15 Ximénez, fr. Francisco, Viaje de Argel, año de 1718, septiembre, 5 « Oy se van algunas embarcaciones para mudar las guarniciones de las plazas de estos reinos ».

16 Ibid., julio 18 « Dizen que Cassimo arraez que fue por madera a Buxiá le an coxido los Christianos, por lo menos no se ve del más de 20 días. » (« On dit que Cassimo raïs qui est parti chercher du bois à Bougie a été capturé par les chrétiens, en tout cas on ne l’a pas vu depuis 20 jours ».) Le raïs allait chercher du bois pour les chantiers navals de la régence qui se trouvaient à la marine.

17 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, éd. Loysel, Paris, 1992 p. 156.

18 Qui prenaient le cinquième.

19 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 161.

20 Ibid., p. 162.

21 Ibid., p. 161.

22 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 196.

23 Boyer, Pierre, « Navigation et gens de mer français à Alger à la fin du xviie siècle, d’après les papiers du Consulat de France », Navigation et gens de mer en Méditerranée de la préhistoire à nos jours. Actes de la table ronde du groupement d’intérêt scientifique sciences humaines sur l’ère méditerranéenne, cahier no 3, Collioure — septembre 1979, Maison de la Méditerranée, Aix-en-Provence, éd. du C.N.R.S., Paris 1980, p. 85.

24 C’est-à-dire six vaisseaux, selon la liste de Laugier de Tassy, p. 158-159.

25 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 156-157.

26 Pièce d’or portugaise, dont il sera question plus loin, valant à ce moment-là à Alger 7 piastres.

27 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, mayo, 29 « Rescaté un bonete de clérigo en medio real de plata, que me vendió un judío, de esta pressa que aora an traido los Turcos, y se save que de quatro fragatas an coxido dos los Españoles que eran de Túnez ». (J’ai racheté une barrette pour un demi-réal d’argent, que m’a vendu un juif, de la prise que les Turcs viennent d’amener, et l’on sait que de quatre frégates qui appartenaient à Tunis, les Espagnols en ont capturé deux.)

28 Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 15 « Oy vino una pressa y dizen que trahe un pingue cargado de pimienta y canela y otra embarcación pequeña de Vizcaya cargada de seda y un vizcaino esclavo y una fragata ». (Aujourd’hui est venue une prise et l’on dit qu’elle comprend une pinque chargée de poivre et de cannelle et une autre petite embarcation de Biscaye chargée de soie et un Biscaïen esclave et une frégate.)

29 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 10 « Esta noche an estado las fragatas de Mallorca a las riberas de este País, y se an llevado dos barquillos de Moros, y los vieron los Christianos desde el pingue que trahe la piedra a la marina, sin que de Argel se atrebiessen a salir con la fragata contra ellos ».

30 Diario de Argel, año de 1719, junio, « Se ha savido que los Corsarios Mallorquines an cogido una fragata y un pingue de Argel junto a Tenez, el pingue se dexaron porque le ajustaron con los Moros a trescientos pesos ».

31 Viaje de Argel, año de 1718, junio, 20 « Traxeron una con ocho mugeres y quatro niños de Ibiza y dizen que otras fragatas que se quedan por allá y no an llegado trahía asta diez y seis mugeres y nueve hombres ».

32 Viaje de Argel, año de 1718, junio, 28 « Se ha dicho que dos de las fragatas de tres que avían coxido algunos cautivos y cautivas de Ibiza sólo a venido una con ocho cautivos entre mugeres y niños y las dos las an coxido los Christianos antes de llegar acá con los cautivos que trahían, pero algunos Moros se escaparon hechándose a nado ».

33 Belhamissi, Moulay, Histoire de la Marine Algérienne, (1516-1830), Alger, 1983, p. 60.

34 Peter, Jean, Les Barbaresques sous Louis XIV, le duel entre Alger et la Marine du Roi (1681-1698), Paris, 1997, p. 248.

35 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 156.

36 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, mayo, 26 « Ayer y oy se a echo salva real con la artillería y fusilería, porque dizen, que an traído una presa considerable... Se a savido, que en la pressa an coxido los Turcos veinte y siete esclavos portugueses en una caravela cargada de aguardiente vino sardinas y otras cosas y entre los cautivos venían dos sacerdotes uno religioso de Sn Francisco y un eclesiástico ; que es arta lastima pues ay ya en esta ciudad más de veinte sacerdotes entre cautivos y libres ».

37 Viaje de Argel, año de 1718, noviembre, 14 « Vino una caravela de Cassimo arraez y dize que se an hecho las pazes con Inglaterra ».

38 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, henero, 5 « A venido a este puerto una carabela de pressa con seis Christianos cautivos ».

39 Le célèbre corsaire Carretero était probablement, comme Ali raïs dit Sevillano, un renégat espagnol.

40 Viaje de Argel, año de 1718, julio, 24 « Va entrando en el puerto una pressa que dizen a coxido una caravela del Carretero, llegó la pressa que coxieron los Turcos en la canal de Inglaterra y está cargada de canela y clavo hierro salmon y nueve Holandeses que hicieron esclavos ».

41 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 10 « Esta noche an estado las fragatas de Mallorca a las riberas de este País, y se an llevado dos barquillos de Moros ».

42 Diario de Argel, año de 1719, abril, 29 « Le perdonó los palos [a Dn Mathias Rodriguez sacerdote portugués] pero le an puesto una cadena y cepo a los pies en una cruel prissión porque con otros onze portugueses se quisso escapar y irse a tierra de Christianos para lo qual tenían dispuesto una barca y todo lo necessario para el camino ».

43 Michel Vergé-Franceschi et Eric Rieth, dans leur édition critique des deux albums dits de Jouve et de l’Album de Colbert : Voiles et voiliers au temps de Louis XIV, éd. Du May, Paris, 1992, p. 84.

44 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 15 « Oy vino una pressa y dizen que trahe un pingue cargado de pimienta y canela y otra embarcación pequeña de Vizcaya cargada de seda y un vizcaino esclavo y una fragata ».

45 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 19 « An venido algunos cautivos de la pressa y trahen cinco Españoles que coxieron en el estrecho de Gibraltar en un barco en que llevavan melones de agua y otros Flamencos, con un pinque mui interesado ».

46 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 31 « Oy an entrado en este puerto Mahamut Arraez y Bentabaque corsarios con una pressa flamenca mui interessada de un pingue que avía salido de Lisboa cargado de hierro, bronze, pimienta, canela, clavo, cochinilla, lienzos, y otras muchas cosas. Trahen veinte y tres cautivos, los diez y seis son Amburgeses, Olandeses y Flamencos, y los siete son Ginoveses que coxieron en una barca ». (Aujourd’hui Mahamet Raïs et Bentabaque, corsaires sont entrés dans le port avec une très intéressante prise flamande ; une pinque qui était partie de Lisbonne chargée de fer, de bronze, de poivre, de cannelle, de clous de girofle, cochenille, toiles et beaucoup d’autres choses. Ils amènent vingt-trois captifs, dont seize sont Hambourgeois, Hollandais et Flamands, et les sept autres sont des Génois qui ont été pris sur une barque).

47 Diario de Argel, año de 1720, febrero, 22 « Oy ha venido una saetía apressada que embían las capitanas de Argel cargada de cebada ; pero sin cautivo alguno, porque se huyeron a tierra en la lancha, y dizen que también an coxido otra embarcación cargada de trigo ginovessa, que avía salido de Sevilla con veinte cautivos de los quales cinco son francesses y por passajeros quedarán libres y los an trahido aora en esta pressa, que ha venido, dizen que tenía pasaporte francés, pero que no era bueno, y por esso los trahen a Argel ». (Aujourd’hui une saète chargée d’orge, capturée, que les capitanes d’Alger envoient est venue, mais sans aucun captif, parce qu’ils se sont enfuis à terre avec le canot, et on dit qu’ils ont pris aussi une autre embarcation génoise chargée de blé, qui était partie de Séville, avec vingt captifs dont cinq sont français et comme ce sont des passagers ils seront libres et on les a amenés maintenant sur cette prise qui est venue, on dit qu’elle avait un passeport français, mais qu’il n’était pas bon, et pour cette raison on les amène à Alger).

48 Viaje de Argel, año de 1718, julio, 6 « Al poco tiempo de aver salido el p. Fr. Theodoro, salió una fragata de orden del Rey a buscar el navío, porque avía faltado un cautivo y sospechavan que se iba en la saetía y tubieron que volver a Argel... »

49 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 12 « Se hechó al agua la capitana, que se está haciendo nueva, de baylique ».

50 Equivalent de « Viquer arraez » chez Laugier de Tassy, (p. 158).

51 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 21 « An hecho arraez de la capitana de beylique que an fabricado nuevamente a Viquer Arraez, renegado griego ». Il faut noter l’imprécision du père, car le 19 mai 1719, il le disait portugais ; « renegado portugués ».

52 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 3 « Son catorze los vageles de corsarios que ay en Argel, conque hazen notable daño a la Christiandad ».

53 Martine Acerra et Jean Meyer indiquent que ces vaisseaux embarquaient en moyenne 700 hommes, mais d’autres sources donnent 450 personnes au plus.

54 Diario de Argel, año de 1719, junio, 15 « Oy ha salido del puerto la capitana nueva que se a acabado de Baylique, y lleba cinquenta y seis cañones mui buenos, y ochocientos personas, ochenta Christianos marineros, y los Turcos son los mexores y más valientes soldados que tiene Argel y por arraez va Viquer ; es ésta la primera vez que sale a corso ».

55 Diario de Argel, año de 1720, henero, 31 « Por la tarde fuimos a la marina, y avía más de quinientos Christianos cautivos trabaxando unos en la obra de la fortaleza, que se está haciendo, en que tienen immenso trabaxo, y otros descargando más de treinta árboles, que an trahido en la pressa flamenca del otro día, con que tienen para armar algunos vageles de corso, de suerte que sin aver cosa alguna en este Reyno para armar vageles y ser necessario que todo venga de la Christiandad no les falta cosa alguna : unas cosas trahen de pressas, y otras les trahen los Francesses y Ingleses, y de esta forma mantienen treinta vageles de Corso, con que son dueños de los mares, y hazen gravíssimo daño a la Christiandad, sin que los príncipes cathólicos se muevan a impedirlo con sus fuerzas destruyéndolos ».

56 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 156 « Outre le nombre de 20 vaisseaux tant grands que petits, qui ne diminue jamais et qui augmente plutôt, suivant que le temps est favorable pour la course, les particuliers arment pendant l’été plusieurs barques latines, et au moins douze bâtiments à rames chaque année, dont il ne revient pas d’ordinaire la moitié ».

57 Moulay Belhamissi écrit : « Vers 1720 la marine ne comptait que “27 vaisseaux de 18 à 60 canons auxquels il faut ajouter les caravelles, les barques et les brigantins” ». p. 262. Mais il ne cite pas sa source.

58 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 102. Albert Devoulx, lui, écrit dans la Revue Algérienne, 1869, XIII, p. 384-420, dans son article « La marine de la régence d’Alger », p. 390 : « Le 7 octobre 1571, le même El-Hadj Ali Pacha prit part à la bataille de Lépante avec une escadre de 60 galères dont quelques unes appartenaient à la marine algérienne... »

59 Ibid.

60 Ibid., p. 103.

61 « Armement des Algériens », Mémoires et Documents, 12, (Algérie 15) 1604-1718, fol. 183 verso, Archives du Ministère des Affaires Étrangères, Paris.

62 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 103.

63 Mémoires et documents, 12, fol. 237-238, Archives du Ministère des Affaires Étrangères, Paris.

64 Ibid.

65 Le père écrit à propos du raïs Chacamacachí : Diario de Argel, año 1719, marzo, 27 « Oy an hechado un navío nuevo a la mar y an hecho salva de artillería, es del arraez Chacamacachi que quiere decir maestro de hazer llaves de escopeta y fue a las ocho de la mañana ».

66 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 104-105.

67 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 24 « Va entrando en el puerto una pressa que dizen a coxido una caravela del Carretero, llegó la pressa que coxieron los Turcos en la canal de Inglaterra ». (Une prise que — dit-on — a capturé une caravelle du Carretero entre dans le port, la prise que les Turcs ont saisie dans le chenal d’Angleterre est arrivée).

68 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 1 « A venido el vagel llamado Tabaque, pero gracias a Dios sin pressa que no es poco según son dueños del mar. Encontró con un vagel grande de España pero como son lixeros todos los navíos de Argel se escapó con facilidad ». (Un vaisseau nommé Tabaque est arrivé, mais grâce à Dieu sans prise, ce qui n’est pas rien, car ils sont les maîtres de la mer. Il a rencontré un grand vaisseau d’Espagne, mais comme tous les navires d’Alger sont légers il s’est échappé avec facilité).

69 Diario de Argel, año de 1719, abril, 6 « Esta noche entró una embarcación inglessa y la otra trahía árboles, jarcias y otras cosas para vender a los Moros y que puedan armar sus embarcaciones contra los Christianos que los herejes no reparan en venderlos todas las municiones necessarias para que nos puedan hazer guerra ».
(Cette nuit est entrée une embarcation anglaise et l’autre apportait des mâts, des gréements et d’autres choses pour vendre aux Maures et pour qu’ils puissent armer leurs bateaux contre les chrétiens, car les hérétiques n’ont cure de leur vendre toutes les munitions nécessaires pour qu’ils puissent nous faire la guerre.)

70 Diario de Argel, año de 1719, abril, 22 « El vagel francés a traido dos gumenas para los vageles de los Turcos encomendadas de un mercante francés que se halla aquí llamado Monsiu Lup y los ingleses an traido ancoras, árboles, y lo demás necessario para armar el navío o la capitana de Vaylique y de esta suerte arman todos sus navíos para hazer el corso y hazer mal a los Christianos que tienen guerra con estos Moros con la ayuda que dan Inglaterra, Olanda y Francia ».

71 Du Mont, J., copie du « traité de Paix pour cent ans entre Louis XIV, Empereur de France, Roi de Navarre, & le Pacha, Dey, Divan & Milice de la Ville & Royaume d’Alger. Fait à Alger le 24 septembre 1689 », article III, Corps universel diplomatique du droit des gens..., Amsterdam, t. 7, 1731.

72 L’ordre de Saint Jean de Jérusalem fondé en 1099, succéda en 1312 aux Templiers. Les hospitaliers de Saint Jean s’établirent à Chypre puis à Saint Jean d’Acre, ensuite à Rhodes d’où ils furent chassés par le sultan Souléiman. Installés à Malte, les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem devinrent les chevaliers de Malte. Ils cessèrent leur activité et quittèrent l’île en 1798.

73 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 108-109.

74 Libro de gastos. 1714, febrero, 15 « 110 libras de salmón de una pressa ; 8 pesos y 6 reales de plata ».

75 La bota était une unité de mesure pour les liquides, d’environ 516 litres indique le dictionnaire Vox, seule indication précise que nous ayons trouvée.

76 Libro de gastos. 1715, enero, 22 « Dos botas de vino blanco de a 6,5 botazos, compra de pressa ; 77 patacas y 2 tomines ».

77 Ibid., 1718, septiembre, 30 « Se compró de pressa 12 gallinas, 4 libras de fideos ».

78 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 197.

79 Ibid., p. 198.

80 RR. P. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger et de Tunis, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, p. 106.

81 Boyer, Pierre, « Les renégats et la marine de la régence d’Alger », R.O.M. M., 39, 1985, p. 93-104, p. 99.

82 La course en 1719 est en effet moins rentable qu’en 1718.

83 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 11 « An venido a este puerto los célebres corsarios Babazan y Carretero sin traher pressa alguna, estando este año mui desgraciados y es la causa los muchos corsarios especialmente franceses que se an dedicado a servir al Rey de España, los quales andan corriendo estos mares, y tienen a los corsarios de aquí amedrentados, y se andan desviando con lo qual no logran el traher pressa alguna ».

84 On trouve trace dans le journal de cette activité corsaire espagnole qui s’exerçait aussi à l’égard des Anglais, comme ce 31 mars 1719. « La embarcación inglessa que entró oy en el puerto dizen que viene acanoñeada y huyendo de los corsarios de España ». (On dit que l’embarcation anglaise qui est entrée aujourd’hui dans le port a été canonnée et qu’elle a fui les corsaires espagnols.)

85 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 18 « A venido el vagel de Benabedi, sin pressa alguna. Dios quiera que assí vengan todos los que están por el mar a caza de Christianos, el motivo que dan es andar por el mar muchos Corsarios Españoles, pero los Turcos si no trahen pressa se libran de caer en manos de Christianos ».

86 Boyer, Pierre, « Les renégats et la marine de la régence d’Alger », R.O.M. M., 39, 1985, p. 93-104.

87 Cité par S. Bono, Les Corsaires en Méditerranée, p. 206.

88 L’exportation du blé et de l’huile étaient interdits, sauf pour les blés et l’huile du beylik de Constantine dont le bastion de France avait le monopole.

89 Alpiste ou millet long qui constituait un bon fourrage.

90 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 4 « Monsiu Duxio (Dusault) embajador de Francia... le ha quitado el consulado al dicho Monsiu de la Baume, y ha nombrado por consul a Monsiu Duran el qual se halla en Levante, y antes avía estado algunos años en esta ciudad por canciller, y entre tanto que venga a nombrado por consul a Monsiu Lup Mercante en esta ciudad ».

91 Diario de Argel, año de 1719, junio 7 « Se ha savido que los corsarios mallorquines an coxido una fragata y un pingue de Argel junto a Tenez, el pingue se dexaron porque le ajustaron con los Moros en trescientos pesos ».

92 Bono, Salvatore, Les Corsaires en Méditerranée, traduit de l’italien par Ahmed Somaï, éd. Paris Méditerranée, 1998, p. 210.

93 Mathiex, Jean, « trafic et prix de l’homme en Méditerranée au xviie et xviiie siècle », Annales, E.S.C., IX, 1954, p. 157-164.

94 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, fol. 68. « El P. Silvestre en la Historia de Argel cap. 27. fol. 116. dize lo siguiente : en los puertos Christianos no se les [a los Alarabes] permite comerciar ; conque les fue forzoso el abrir su puerto para los que quisiesen acudir. A la fama de las riquezas y que no se feriavan caras, acudieron muchos Christianos y empezaron a quedarse a vivir de assiento con que fue necessario o conveniente, que hubiesse consules de aquellas naciones, que assistían y frequentavan en aquel puerto ».

95 Plantet, E., Correspondance des Deys d’Alger avec la Cour de France, t. 1, (1579-1700), t. 2 (1700-1833), p. 116.

96 Belhamissi, Moulay, Les captifs algériens et l’Europe chrétienne (1518-1830), Alger, Entreprise Nationale du livre, 3 bd Zirout Youcef, 1988, p. 68.

97 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, noviembre, 7 « Francia haze aora estos regalos tan costosos, demás de la redempción que viene, para rescatar sus Franceses, que an sido cautivados debajo de otras vanderas. », (« La France fait maintenant ces cadeaux si coûteux, outre la rédemption qui vient, pour racheter ses Français qui ont été capturés sous d’autres bannières. »)

98 Du Mont, J., copie du « traité de Paix pour cent ans entre Louis XIV, Empereur de France, Roi de Navarre, & le Pacha, Dey, Divan & Milice de la Ville & Royaume d’Alger ». Fait à Alger le 24 septembre 1689, article XI, Corps universel diplomatique du droit des gens..., Amsterdam, t. 7, 1731.

99 Plantet, E., Correspondance des Deys d’Alger avec la Cour de France, t. 1, (1579-1700), t. 2, (1700-1833), p. 93, « Lettre de M. Baume au Conseil de Marine, le 9 novembre 1717. Le dey lui a témoigné son mécontentement au sujet de 180 Turcs esclaves à Syracuse depuis le mois de septembre 1716, et l’a prié de demander leur délivrance avec toutes les instances possibles. Cette affaire a mis les Algériens de si mauvaise humeur qu’ils lui ont amené le 11 avril dernier 118 officiers et soldats espagnols capturés sur un de nos vaisseaux, et que depuis cette époque il a cette charge sur les bras ».

100 Ibid., « Le patron Gueidon, d’Agde, avait acheté une barque à Barcelone pour transporter à Valence ces 118 Espagnols, et avait été capturé avec eux par Mahmoud reïs. Il n’avait pas de passeport régulier de l’amiral de France, mais des expéditions délivrées pour en tenir lieu par le chevalier de Moy, consul à Barcelone. Baume avait dû même loger chez lui tous ces captifs, mais bientôt ces pauvres gens, joints aux vingt personnes de sa maison, avaient causé un tel encombrement et une telle saleté qu’il avait dû louer pour eux une habitation spéciale ».

101 Du Mont, J., copie du « traité de Paix pour cent ans entre Louis XIV, Empereur de France, Roi de Navarre, & le Pacha, Dey, Divan & Milice de la Ville & Royaume d’Alger ». Fait à Alger le 24 septembre 1689, article XXVI, Corps universel diplomatique du droit des gens..., Amsterdam, t. 7, 1731.

102 Les îles de l’Archipel étant sous domination ottomane.

103 Belhamissi, Moulay, Les captifs algériens et l’Europe chrétienne, (1518-1830), Entreprise Nationale du livre, 3 bd Zirout Youcef — Alger, 1988, p. 31. (Le texte cité par l’auteur est extrait de Plantet, Correspondance, I, p. 104. Lettre de mars 1685.)

104 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger. Ed. Loysel, Paris 1992, p. 195-196.

105 Plaintes de la France contre le Divan d’Alger, 1680, fol. 183, A.E.E. 12.

106 Il s’agit sans doute du mot « sujet » involontairement tronqué par l’auteur.

107 Peter, Jean, Les Barbaresques sous Louis XIV, le duel entre Alger et la Marine du Roi (1681-1698), Paris, 1997, p. 245-246.

108 Les soldats du régiment de Navarre furent capturés le 11 avril 1717.

109 Peter, Jean, Les Barbaresques sous Louis XIV, le duel entre Alger et la Marine du Roi (1681-1698), Paris, 1997, p. 246.

Table des illustrations

Titre Tableau 11. — Expéditions bombardières contre Alger à la fin du xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 12. — Prises de l’année 1718
Légende a. Le père signale que Flamand est synonyme de Hollandais.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Tableau 13. — Prises de l’année 1719
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/553/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Prises de l’année 1719 (suite tableau 13)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/553/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau 14. — Prises de l’année 1720
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/553/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search