Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alger, une cité turque au temps de l’esclavage

 | 
Leïla Ould Cadi Montebourg

Chapitre III. L’hôpital, lieu primordial

Texte intégral

Situation et structure hospitalière

1L’hôpital des trinitaires espagnols, qui recevait les captifs chrétiens malades, faisait partie intégrante de l’espace urbain. Il créait en terre d’Islam les conditions du maintien et de la progression de la foi chrétienne. Ce lieu de vie destiné aux captifs, les trinitaires s’étaient toujours efforcés, de l’avis de tous, non seulement de l’entretenir, mais encore de l’améliorer, de l’agrandir. Le père se trouve à Alger, au moment de son agrandissement. Il fait donc état au jour le jour de l’avancement des travaux. Par ailleurs, la comptabilité de l’hôpital, grâce à son inventaire de 1701, donne une idée de ce qu’était l’hôpital chrétien d’Alger au début du xviiie siècle, lieu primordial dans le journal, lieu d’accueil où arrivaient les nouvelles, où venaient malades et visiteurs de toutes sortes. On le quittait et l’on y revenait, au gré des occupations, à cause de son emplacement. Comment se situait-il dans la ville ? À quoi ressemblait-il en ce premier quart du xviiie siècle ? Quel type d’hôpital était-ce ?

  • 1 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 2. « Tiene este Real hospital su sitio e (...)
  • 2 Diario de Argel, año de 1720, Capítulo II. « Del govierno de Argel y de sus Reyes », fol. 151. « E (...)
  • 3 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, (...)
  • 4 Ximénez, fr. Francisco. Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 2. « ... inclinado algo azia la pa (...)

2Traditionnellement, l’hôpital a toujours été situé à proximité de sa clientèle. L’hôpital d’Alger n’échappait pas à la règle (figure 9 p. 151). Il était au cœur de la zone des échanges commerciaux, à côté du zoco [du marché], où le commerce était le plus important. Il occupait l’étage, au-dessus du bagne de la Galère1, « du Roi », où logeait la majorité des captifs. Il se trouvait non loin de la porte de Babazon et du bagne du Beylique, lieu de vie de la plupart des esclaves du dey, à la place de l’ancien Divan et de ce qui était auparavant la maison de l’Agha — qui y châtiait les Turcs — appelée autrefois de la Douane2. Bonifacio Porres Alonso le situe à la place de la maison Hertz et Catalá3, tout près du palais du dey. Il était fort bien placé, à proximité, voire sur l’artère centrale qui menait d’une porte à l’autre — de Bab el Oued au nord, à Bab Azoun au sud — sur le chemin des captifs, qui se rendaient aux jardins pour travailler, à l’extérieur de la ville. Il se trouvait près du port ; près de la Marine. Il s’agissait d’un lieu ouvert, stratégique, où vos pas vous conduisaient souvent, où l’on venait facilement, nécessairement. Un lieu où les trinitaires étaient à pied d’œuvre, ce dont avait parfaitement conscience le père Ximénez. Il est — ajoute-t-il —, « un peu tourné vers le levant, près de la mer, la majeure partie de la ville le dominant car elle est située sur le flanc d’une montagne... la porte, entre orient et nord, qui donne sur la rue est tournée davantage vers le Levant4 ».

  • 5 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p (...)
  • 6 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de J (...)

3Situation classique, en effet, car Jean Imbert écrit : « La situation des hôpitaux urbains est, en bien des cas, demeurée fidèle à la tradition du haut Moyen Âge, car elle répondait souvent à des conditions et des circonstances permanentes ; même des fondations nouvelles devaient s’y conformer... Les axes de circulation à l’intérieur des villes ont contribué également à la localisation des établissements hospitaliers5 ». L’Espagne répondait à ces critères puisque, par exemple, Fernando Lopez Mora dit à propos des hôpitaux de la région de Cordoue de la deuxième moitié du xviiie siècle : « Un autre facteur qu’il faut prendre en compte pour expliquer la situation hospitalière ce sont les communications : nous avons observé que les bourgs les mieux équipés institutionnellement bordaient — nous nous référons particulièrement à ceux qui étaient voisins du Chemin Royal — les principales voies de communication6. »

Figure 9. — Zone 22, Les Sept coudes, quartier juif où se trouvait l’hôpital (zone en gris). Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle... C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 272

  • 7 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, (...)
  • 8 Ibid., note 11, p. 177. « El hospital de la Santíssima Trinidad estuvo situado en la calle de Bab- (...)
  • 9 Golvin Lucien, Palais et demeures d’Alger à la période ottomane, Aix-en- Provence, Édisud, 1988, p (...)
  • 10 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 104.

4Pour mieux comprendre l’influence des circonstances, il convient aussi de considérer l’aspect architectural de l’hôpital d’Alger et d’en connaître la capacité d’accueil. Réédifié, agrandi par Antonio de Espinosa, avec l’autorisation du dey Chaban en 1689 après le bombardement français de l’année antérieure7. L’hôpital de la Sainte-Trinité, seul hôpital qui subsistera après 1692, sur les cinq qui existaient dans les bagnes, se trouvait donc dans la partie basse de la ville8, dans l’ancienne maison de l’agha. Or, nous savons que les maisons d’Alger, « [comportaient] toujours un patio et un ou deux étages d’habitations à galeries9 ». Laugier de Tassy confirme cette organisation de l’espace, lorsqu’il décrit les maisons d’Alger : « Les maisons d’Alger sont bâties de pierre et de brique, assez fortes et ordinairement carrées. Il y a une cour pavée au milieu, carrée et grande à proportion de la maison. Autour de cette cour il y a quatre galeries où sont les appartements bas. Au-dessus de ces galeries, soutenues par des colonnes, il y en a quatre de même, soutenues aussi par des colonnes. Les portes des chambres, qui sont ordinairement presque de la hauteur de la galerie touchent au plancher qui est fort haut. Elles sont à deux battants. Il y a des petites fenêtres à côté qui donnent fort peu de jour, celui de la porte étant suffisant. Ces galeries soutiennent une terrasse, qui sert ordinairement de promenade aux hommes et aux femmes, et pour étendre et faire sécher le linge10. »

  • 11 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, jueves, 30. « Estuve con atención reparando en la (...)
  • 12 Diario de Argel, año de 1719, abril, 6. « ... entoldado todo el baño para evitar las irreverencias (...)
  • 13 RR. PP. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger (...)
  • 14 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 6 « Por la noche después de aver hecho cola (...)

5Il semblerait que l’hôpital n’ait eu qu’un seul étage, dont les pièces s’ordonnaient très certainement autour du patio. Au rez-de-chaussée se trouvait le bagne de la Galère, avec sa chapelle et en sous-sol des tavernes, puisque le père voit du premier étage ; de l’hôpital, l’entrée du bagne : « J’étais en train de regarder avec attention l’entrée du bagne de la Galère qui est contigu à l’hôpital (ou pour mieux dire qui est à l’intérieur de l’hôpital au-dessus des tavernes qui font partie du bagne même11...). » Un autre passage nous conduit à penser que la maison de l’agha, devenue bagne et hôpital, correspondait à la description que faisait Laugier de Tassy. Pour éviter en effet les remarques déplacées des voisins juifs et pour se protéger de la pluie, lors des fêtes chrétiennes, on tendait une bâche au-dessus du bagne de la galère12, ce qui laisse supposer que le bagne était à ciel ouvert. Nous aurions vraisemblablement en coupe verticale, les tavernes au sous-sol13, au rez-de-chaussée le bagne, au premier l’hôpital et au-dessus les terrasses. Une porte dont les trinitaires avaient la clef, permettait d’avoir accès au bagne, en particulier la nuit, parce que le gardien bachi fermait toutes les portes ; celles du bagne et celle de l’entrée de l’hôpital14, comme on fermait traditionnellement à la tombée de la nuit les portes de la ville et des quartiers.

Aspect architectural

  • 15 Ibid., « La portada es de piedra con columnas mui bien labrada, y encima ay un nicho cubierto aora (...)
  • 16 Diario de Argel, año de 1719, abril, 6. « ... Y quedará mui hermosa con las escaleras que aora se (...)
  • 17 Ibid., « se le ha de echar aora su puerta, para que cerrándola no salga fuera el mal olor ».

6Nous avons tenté de faire le plan de la structure hospitalière, sans y parvenir vraiment. Ce n’est pas étonnant, car les documents de l’époque ne s’étendent guère sur la distribution intérieure des hôpitaux. Cependant, le bâtiment, de construction soignée, était fonctionnel pour la période. En voici la description : le portail de la porte d’entrée qui donne au nord-est « ... est de pierre, bien travaillé, avec des colonnes et au-dessus il y a une niche maintenant fermée par de la brique et du torchis15... ». On entrait dans un vestibule d’où partait un escalier assez large qui menait à l’étage, à l’hôpital. Cet escalier, probablement en bois, devait être remplacé par des marches de pierre qui embelliraient cette entrée16. Sur le palier, se trouvaient les lieux d’aisances, qu’on n’avait pu mettre nulle part ailleurs et qui devaient recevoir une porte, « pour qu’en fermant la porte, les mauvaises odeurs ne sortent pas à l’extérieur17 ». Sur ce palier on mettra ensuite la cave de l’hôpital avec tout le matériel pour la vinification annuelle, lorsque celle de la taverne sera annexée, le dey Mahamet ayant donné l’ordre, pour agrandir l’hôpital, de fermer la taverne, qui non seulement rendait impossible toute modification, mais qui était une nuisance à cause du tapage, du scandale et de l’ivresse de ses clients. Nous verrons les transformations que subiront ces lieux, à l’origine de conflits — car les trinitaires seront contestés dans leur gestion — lorsque nous aurons bien en tête l’espace, tel que le père l’avait trouvé à son arrivée à Alger.

7Une fois à l’étage, face à la sortie de l’escalier et face à l’entrée de la cave de la taverne, on avait accès à une galerie promenoir et parloir, pas très grande, où l’on mettait de grands pots en hauteur pour laver le linge de la semaine, galerie que l’on couvrait l’été, avec des nattes soutenues par des arcs en bois. Les religieux y dînaient régulièrement à cette saison. Telle était la zone d’accès à l’hôpital.

  • 18 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, (...)
  • 19 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structu (...)

8Au bout de cette galerie l’ouverture sur la partie réservée aux acteurs du lieu, sur les pièces à vivre, était habillée de carreaux de faïence émaillée où était peint l’ange vêtu de l’habit trinitaire avec les captifs à ses côtés, tel qu’il était apparu à Innocent III le jour de la Ste Inès18. Les gonds et l’arc de la porte étaient en pierre et la croix de l’ordre y était sculptée. Pour parachever le frontispice, cette croix était peinte sur les carreaux de faïence qui se trouvaient au-dessus de l’ange. Ce passage permettait d’entrer dans un vestibule où s’ouvraient le réfectoire, la cuisine, la dépense, une pièce pour le cuisinier, ainsi que la pharmacie. De ce vestibule partait un petit escalier qui montait à la terrasse, où vivaient des religieux par manque de place, dans quelques pièces faites pour ranger les vieilleries. Sur ce même vestibule, donnaient aussi les trois portes des cellules destinées aux religieux qui servaient à l’hôpital. Enfin, là se trouvait aussi la porte de l’infirmerie ornée de deux sortes de colonnes. De toute évidence les trinitaires avaient eu le souci, non seulement d’aménager un beau bâtiment en utilisant la pierre « qui s’avère un luxe19 », mais, ils avaient eu encore celui d’y apposer leur marque. Par ailleurs la destination des pièces était conforme à ce que l’on sait des hôpitaux d’Ancien Régime, notamment en Espagne.

  • 20 L’hôpital d’Alger correspondait aux normes de l’hôpital d’Ancien Régime en Espagne : petites salle (...)
  • 21 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, tomo II, prólogo. « Tiene cada enfermo su cama ».(« Chaqu (...)
  • 22 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, 1718, mayo, viernes, 27 « La capilla del hospital tiene su media (...)
  • 23 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, prólogo, fol. 4-5. « La capilla aunque pequeña tiene a proporci (...)
  • 24 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 22 « Oy se dio principio a la obra de la enf (...)

9Les trinitaires avaient-ils eu la même volonté quand ils édifièrent la partie destinée aux malades ? Comment « l’infirmerie » avait-elle été organisée ? En entrant, de chaque côté de la salle — sombre car elle n’était éclairée par des fenêtres que d’un seul côté20 — étaient placés les quatorze lits destinés à quatorze malades21, qui pouvaient de là suivre l’office, puisque touchant presque les lits, face à eux et face à la porte d’entrée, existait une petite chapelle où l’on conservait le saint sacrement. Le père la décrit de la façon suivante : « La chapelle de l’hôpital a sa coupole, elle est très petite et elle est dans l’infirmerie, qui se compose de trois nefs. Elle a son retable et au milieu, la statue de Notre-Dame des Remèdes, patronne de l’ordre et de cet hôpital, de chaque côté se trouvent nos patriarches St Jean de Matha et St Félix de Valois, sculptures en bois, portant l’habit de soie et une armoire pour les ornements, le reste sert d’église et d’infirmerie22. » Il spécifie dans son prologue au tome II du Diario de Argel que : « La chapelle, quoique petite, a en proportion, une voûte qui l’embellit beaucoup. L’autel est très beau, bien sculpté et doré, avec un superbe tabernacle. Au-dessus du tabernacle se trouve une splendide statue de Notre-Dame, toute sculptée... sur les côtés se trouvent nos Bienheureux Patriarches vêtus de l’habit, avec leur chape et leur capuchon noirs. Sur la partie plane de l’autel se trouvent St Roch et St Sébastien, afin de les avoir comme intercesseurs en temps de peste ; pour y échapper la dévotion des captifs les a placés là. Cette chapelle a des portes que l’on ferme dès que l’on a célébré l’office divin23 ». Il existait aussi une autre salle réservée aux luthériens, qui fut ensuite intégrée à la nouvelle « infirmerie24 ».

  • 25 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, (...)

10L’hôpital, « l’infirmerie » — comme écrivait le père — était ainsi symbiose entre religion et médecine, quand en mai 1718 il débarqua à Alger. La chapelle créée devenait le centre de l’établissement hospitalier fondé par des religieux installés dans une maison particulière. Il rappelait par sa disposition — nef centrale et nefs latérales — « la salle des pôvres » de l’Hôtel-Dieu de Beaune, quoiqu’il fût de dimensions plus modestes, puisqu’il s’agissait en 1718 d’une petite structure de sept lits placés dans chaque nef latérale, soit quatorze lits en tout, établie en ce lieu en 1612, mais de huit lits au départ25, puis de douze. Antérieurement il existait une petite infirmerie dans chacun des bagnes, car en mars 1595 les trinitaires rédempteurs fondèrent la confrérie de la Sainte-Trinité dans la chapelle des quatre bagnes. Néanmoins le père soutient que la fondation de l’hôpital de la Santíssima Trinidad date de 1551.

  • 26 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 22 « Esta obra la intentó hazer el P. Predic (...)

11Les religieux avaient eu les moyens d’aménager un bâtiment adapté à sa fonction, telle que l’entendaient les trinitaires, c’est-à-dire en conformité avec les conceptions de la période — xvie, xviie siècles — où les structures hospitalières se multiplièrent, de l’améliorer au fil du temps et de l’embellir autant que faire se pouvait. C’est ce que confirme Laugier de Tassy lorsqu’il écrit dans son Histoire du Royaume d’Alger, page 172 : « Les religieux de la Rédemption d’Espagne ont toujours eu soin d’entretenir cet hôpital en bon état et même d’en augmenter les commodités ». En effet, un prédécesseur du père Navarro, administrateur de l’hôpital, le père Fratilano de la Fuente, en avait déjà projeté l’agrandissement et il avait entrepris sa réalisation après accord du dey d’Alger, quand celui-ci revint sur sa décision26.

  • 27 Jean Imbert, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p. (...)
  • 28 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de J (...)
  • 29 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 7 « Murió Juan Diaz portugués en el jardín (...)

12Par sa disposition, l’hôpital d’Alger s’inscrivait dans la lignée des hôpitaux et des hôtel-dieu d’Ancien Régime, voire du Moyen Âge, « assez semblables aux maisons particulières et aux églises [...] Après tout cependant, n’est-ce pas un signe fonctionnel que la ressemblance avec une habitation privée ou un sanctuaire27 ? » Cette structure correspondait à la conception expiatoire et caritative traditionnelle de l’assistance, qui disparaîtra peu à peu dans la deuxième moitié du xviiie siècle, en Espagne comme en France, pour laisser place à l’hôpital de soins spécialisés. Ainsi Fernando López Mora a-t-il écrit à propos des hôpitaux de Jésus le Nazaréen du royaume de Cordoue de la deuxième moitié du xviiie siècle, auxquels il consacre son étude : « Plus que la misère physique, ce qui réellement toucha les frères fondateurs fut que beaucoup de pauvres mouraient sans recevoir les sacrements, c’est-à-dire sans “guérison spirituelle28.” » Il en allait ainsi à l’hôpital d’Alger. La note marginale du 12 mars 1719 du journal en témoigne : « Esteban Vazquez, originaire de la Grande Canarie, est mort dans le jardin de son patron sans avoir reçu les saints sacrements, parce qu’il ne l’a pas laissé venir à l’hôpital, lequel avait été tavernier aux sept tavernes », ou encore, le 7 octobre 1718 : « Juan Diaz, Portugais, est mort dans le jardin de son patron, qui se trouve éloigné d’une lieue de la ville, sans que son patron l’ait laissé venir se soigner à l’hôpital, sans avoir reçu les sacrements, parce qu’il n’a pas prévenu, et un barbier ignorant qui était allé là-bas aurait pu le dire, mais il lui a semblé, par manque d’entendement, qu’il n’était pas à l’article de la mort. Enfin, à onze heures du soir Marie Yanssi, Flamande, est morte à l’hôpital en ayant reçu les saints sacrements29. »

  • 30 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. II, Prologo. « Y en viniendo el enfermo lo primero que se le (...)
  • 31 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de J (...)

13Nous pourrions multiplier les exemples semblables et divers à la fois jusque dans les termes employés, qui montrent que, plus que la mort, c’étaient les sacrements, l’âme qui importaient aux religieux, comme à beaucoup de captifs. C’est bien de cela qu’il s’agit quand le père précise que « dès que le malade arrive, avant toute chose, on le munit des saints sacrements conformément à notre sainte règle primitive ordonnée par nos saints patriarches St Jean de Matha et St Félix de Valois et approuvée par Innocent III l’année 119830 ». « Cette conception du soin de l’âme par les soins du corps de l’hôpital d’Ancien Régime que révèle la distribution de l’espace est le reflet de la société contemporaine, structurée en groupes étanches, hiérarchisés et qui clairement entretient des privilèges31 », éléments repérables dans le journal du père, comme nous le verrons plus loin.

Capacité d’accueil et évolution

  • 32 Le Libro de gastos de l’hôpital indique, dans l’inventaire fait en 1701, qu’en novembre le nombre (...)
  • 33 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 31 « La desconveniencia que hasta aora an te (...)

14Les trinitaires estimèrent que la capacité d’accueil de l’hôpital était insuffisante et qu’il fallait multiplier le nombre de lits. Le 31 mars 1719 le père donne les raisons précises qui poussèrent les religieux à réaliser son agrandissement : « La gêne qu’ils [les malades] ont endurée jusqu’à présent a été grande, car l’infirmerie existante est sombre et il n’est possible de lui donner de la lumière que d’un côté, ce qui fait qu’elle est peu aérée ; elle a quatorze alcôves32 où tiennent quatorze malades, alors que parfois ils sont plus de quatre-vingts, sans compter les domestiques qui en général dépassent entre les uns et les autres les cent personnes, on peut imaginer combien les malades doivent être gênés et comme c’est toujours plein, on ne peut ni blanchir à la chaux ni nettoyer et donc les punaises prolifèrent, et ne laissent à aucun moment les malades se reposer, pour toutes ces raisons on a décidé de transformer l’infirmerie33. » Les ressources le permettant, selon le père, et le dey ayant donné son accord, les travaux commencèrent le 22 mars 1719 et s’achevèrent le 17 février 1720, peu de temps avant le départ du père Ximénez pour Tunis. Les trinitaires visaient non seulement l’extension et la commodité, mais encore l’élimination des nuisances : mauvaise ventilation, lumière réduite, parasites, vacarme et blasphèmes venant des tavernes établies dans l’enceinte du bagne, c’est-à-dire de l’hôpital.

  • 34 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, t. III, marzo, 1, fol. 20-21. « Una enfermería tan ca (...)
  • 35 Diario de Argel, año 1720, t. III, marzo, 1, fol. 21. « Encima de la enfermería se han hecho cinco (...)
  • 36 Diario de Argel, año 1720, febrero, 17 « Se acabó oy la obra de la enfermería la qual está mui bie (...)

15Présent à Alger pendant cette période, le père suivit de près la marche de l’ouvrage. On commença — écrit-il — par démolir les petites pièces existantes et l’infirmerie des luthériens qu’on séparait des catholiques romains, pour éviter que les offices ne soient troublés par quelque réaction déplacée. On annexa la cave de l’ancienne taverne qui jouxtait l’infirmerie. On démolit aussi un mur de l’église de la Sainte-Croix du bagne de la Galère qui se trouvait sous l’infirmerie à édifier, au rez-de-chaussée, pour le renforcer d’arcs reposant sur des piliers construits avec des rochers. On dressa le mur qui donnait sur les terrasses des boutiques turques de la rue. Puis vint la fabrication du large escalier en pierre avec un palier à la hauteur de la cave et des lieux d’aisances auxquels on mit des portes neuves. L’ouvrage terminé l’hôpital présentait bien des améliorations. En effet, le 17 février 1720 le père écrit : « Aujourd’hui les travaux de l’infirmerie sont terminés. Elle est très bien construite, Sidi Ali Moro en a été le maître d’œuvre. Elle est si grande, que quarante ou cinquante malades y tiendront sans se gêner les uns les autres34. Elle a trois fenêtres du côté de la rue et deux qui donnent sur le bagne de la Galère, très larges, et l’on a fait une pièce qui se trouve au-dessus de celle qu’on a faite pour le chapelain du bagne, au cas où une femme ou un religieux malade viendrait, pour qu’il soit séparé des autres. Au-dessus de l’infirmerie on a bâti cinq cellules fort belles35 et à côté de l’escalier par où l’on y monte on a fait une cuisine pour distiller les produits nécessaires à la pharmacie et pour préparer la lessive le jour du lavage. On a refait l’entrée de l’hôpital en construisant un escalier pour y entrer, très large avec des marches en pierre et sur le palier se trouve la porte de la cave qui est neuve aussi et il y tient assez de vin pour l’usage de l’hôpital. On a fait aussi des lieux d’aisances nouveaux, bien qu’ils soient plus étroits que ce qui était nécessaire à un édifice public comme celui-ci et où il y a un assez grand nombre de malades36. »

  • 37 Diario de Argel, año de 1720, marzo, 9 « Se ha medido la enfermería nueba, y tiene veinte y una va (...)
  • 38 La salle des « pôvres » de l’Hôtel-Dieu de Beaune mesure 50 m de long sur 14 m de large, cela fait (...)
  • 39 Notons au passage, que les salles réservées aux femmes étaient plus petites que celles destinées a (...)

16La capacité de l’hôpital avait plus que triplé ; la salle qu’on venait d’agrandir, mesurait, dit le père, vingt et une vares de long sur neuf et demie de large ou 63 pieds sur 28,5. Nous fondant sur les valeurs fournies par le Diccionario de Autoridades, nous avons calculé qu’un pied mesurait 277 cm environ. Or, la « vara » faisait trois pieds et le « paso » deux pieds et demi, soit respectivement 831 cm et 692,5 cm. Nous pourrons ainsi comparer la superficie de quelques salles des hôpitaux de Jésus le nazaréen du royaume de Cordoue avec la nouvelle salle de l’hôpital d’Alger qui mesurait environ 17,45 mètres de long sur plus de 7,90 mètres de large37, soit une surface de quelques 138 mètres carrés38. Comparée aux salles de Baena : celle destinée aux hommes qui avait une superficie de 84,34 m2 et celle de 57 m2 réservée aux femmes, soit au total un espace de 141 m2 occupé par les malades, cette surface n’était pas négligeable. L’hôpital de Castro del Río avait affecté 163 m2 aux malades ; 115 aux hommes et 48 aux femmes, Pozo blanco en avait réservé 150, c’est-àdire 86 aux hommes et presque 64 aux femmes39. Luque ne disposait que d’une salle d’un peu plus de 33 m2. Seul l’hôpital de Cordoue disposait d’une salle assez grande de 39 lits, d’une autre pour les personnes d’un grand âge de 80 lits et d’une pièce pour les malades contagieux. Il est regrettable que la capacité de ce dernier établissement ne nous soit donnée qu’en nombre de lits seulement. Nous pouvons néanmoins constater qu’Alger ne déméritait pas par rapport aux établissements que nous venons de citer, car, aux 138 mètres carrés de la nouvelle salle, il faut ajouter ceux de l’autre salle dont nous ignorons la surface. Malgré tout, l’hôpital d’Alger, avec sa salle qui pouvait accueillir quarante à cinquante malades, restait une petite structure, qui selon le père Comelin demeurait insuffisante. « Depuis mon dernier voyage — écrit-il — en 1700, je l’ai trouvé encore augmenté d’une grande sale, où l’on doit mettre les malades, afin que l’autre sale où ils sont à présent, et dont les lits touchent à l’autel, soit plus dégagée, pour y faire plus décemment l’office divin...

  • 40 Le père Deslandres, sans préciser ses sources, affirme à la page 148 de son ouvrage, que : « Cette (...)
  • 41 RR. PP. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger (...)

17Nonobstant toutes ces augmentations, l’hôpital est encore trop petit pour le grand nombre de malades de toutes Nations, tant libres qu’esclaves qu’on y reçoit40 et qu’on y soigne avec une attention qui touche jusqu’aux Turcs même41 ».

  • 42 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, febrero, 17 « Para si viene alguna muger o sacerdote (...)
  • 43 RR. PP. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger (...)
  • 44 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, marzo, 1 « Encima de la enfermería se han hecho cinco (...)

18On avait ajouté à cette salle amplement aérée et éclairée, grâce à l’ouverture de grandes fenêtres et à l’utilisation des vents dominants, conformément aux nouvelles conceptions de l’époque en Europe, un laboratoire blanchisserie pour distiller et laver le linge et une pièce pour les prêtres ou les femmes malades. Davantage pour le confort des prêtres d’ailleurs, car la formulation du père le laisse entendre puisqu’il écrit : « Au cas où une femme ou un religieux malade viendrait, pour qu’il soit séparé des autres42 ». Le « il » est significatif, mais peut s’expliquer par le fait que les femmes étaient moins nombreuses que les hommes à venir à l’hôpital, parce qu’elles étaient soignées là où elles demeuraient. Le journal ne mentionne en une année que trois femmes venues pour des soins et trois autres venues pour leur enfant, toutes, femmes de soldat ou d’officier du régiment de Navarre, femmes libres retenues en otage avec leurs maris et leurs enfants par le gouvernement d’Alger, à cause d’une affaire, sur laquelle nous reviendrons. Le père Comelin explique que les « règlements qu’on y observe [à l’hôpital] portent entr’autres... que les personnes du sexe n’y seront point admises, mais que deux fois le jour le chirurgien et l’apothicaire les iront visiter dans leurs maisons particulières, si elles sont libres ou chez leurs patrons si elles sont esclaves43 ». Enfin on avait construit, au-dessus de l’infirmerie cinq cellules pour loger les religieux, le pharmacien et le chirurgien44.

  • 45 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structu (...)
  • 46 Ibid., p. 234.
  • 47 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 31 « Pareze a querido Dios no sólo conservar (...)

19Ce nouvel aménagement supposait non seulement une évolution dans la conception de l’hygiène, mais encore une richesse plus grande. L’utilisation de la pierre comme de la brique pour les murs, les voûtes et les sols, l’ouverture de grandes fenêtres, propres au xviiie siècle, « au moins dans les maisons riches45 », l’amélioration de la ventilation dans les hôpitaux allaient dans le sens qu’indiquait Fernand Braudel lorsqu’il écrivait : « Ainsi les matériaux se succèdent dans le temps et cette succession marque des progrès et des enrichissements46. » C’est bien ce qu’écrit le père le 31 mars 1719 : « Il semble que Dieu ait voulu non seulement maintenir, mais encore augmenter nos moyens pour agrandir l’hôpital47. »

  • 48 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structu (...)
  • 49 Souillard, Eric, « Eaux, fontaines et salle de bains. Le propre et le sale à Versailles », l’Histo (...)
  • 50 Ibid., p. 65.
  • 51 Ibid., p. 67.

20Les religieux étaient portés, de génération en génération, par le désir d’améliorer la qualité du bâtiment, intégrant les conceptions nouvelles du xviiie siècle. Il s’agissait là d’une nette amélioration. En effet, même si en Europe les hôpitaux disposaient de latrines, comme c’était le cas par exemple à l’hôpital Tenon à Paris, dans les villes, on en était encore à vider les pots de chambre dans la rue, par les fenêtres. D’autre part, à la même époque les demeures des riches comme des pauvres en Europe étaient infestées de parasites. « Dans ces villes du xviie et xviiie siècles, une salle de bains est un luxe rarissime. Les puces, poux et punaises occupent aussi bien Londres que Paris, les intérieurs riches comme pauvres48 ». À Versailles, par exemple, ce n’était pas mieux, puisque « au xviie siècle, la notion de propreté renvoie surtout à la propreté du linge : la toilette était “sèche” et consistait à changer de linge plusieurs fois par jour. Toutefois l’eau était utilisée pour se rincer les mains ou le visage49 » et si Louis XIV disposait d’une salle de bains, « les autres habitants du château devaient se contenter de se laver à la cuvette. De même, outre les quatre fosses d’aisances, situées sous les appartements de la famille royale, il n’existait aucune autre installation sous les ailes nord et sud, là où les courtisans étaient logés. Les 3 000 personnes résidant à Versailles devaient donc se satisfaire des deux toilettes publiques qui y avaient été aménagées ! Il arrivait fréquemment que les courtisans déversent le contenu de leur pot de chambre par les fenêtres du château... Versailles était bien un palais sale : les excréments qui jonchaient le sol des cours et des jardins en faisaient une véritable infection50 ». Il faudra attendre la moitié du xviiie siècle pour qu’apparaisse « une sensibilité nouvelle où la perception du propre et du sale, du sain et du malsain, change51 ».

  • 52 Nordon, M., L’eau Conquise, les origines et le monde antique, Paris, Masson, 1991, p. 51. « Les ho (...)
  • 53 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel. » Capítulo 1, (...)
  • 54 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, febrero, 11 « En esta fiesta blanquean y limpian mu (...)
  • 55 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, mayo, 9 « Avía quatro secretas en la dicha casa por (...)
  • 56 Diario de Argel, « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 147. « Mucho (...)
  • 57 Le salaire journalier du manœuvre était d’une cinquantaine d’aspres environ.
    Un repas de survie, co (...)

21L’influence d’Alger sur l’hôpital n’était pas négligeable, puisque les maisons et les fondouks possédaient des latrines où l’on s’accroupissait — à la turque donc52 — bien tenues, avec de l’eau à disposition53. Le jour de la fête du mouloud, le père écrit : « Pour cette fête ils blanchissent et nettoient à fond les maisons et spécialement les latrines appelées ici vanda et ils y allument des chandelles avec grand soin et à grands frais et ils les ornent de bouquets, de rubans et d’autres choses, je ne sais pour quelle raison, bien que certains disent que c’est parce que Mahommet est né dans des latrines54 ». Apparaît ici l’interprétation un tant soit peu malveillante de coutumes différentes, si toutefois ces pratiques existaient. Le père en fera ailleurs un argument pour battre en brèche l’Islam. Plus loin, à propos du fondouk où il est logé à Blida, il écrit : « Il y avait quatre cabinets dans ladite maison parce que les Maures sont sur ce point très pointilleux et scrupuleux, tenant pour grand péché le fait de souiller si peu que ce soit d’excrément ou d’urine leur vêtement et ils ne le remettront pas avant qu’il ne soit parfaitement lavé55 ». De même, le luxe d’une salle de bain semblait moins rare à Alger, où les plus aisés avaient des bains à domicile56, ainsi que des toilettes dont l’usage semblait généralisé. Les autres, moins aisés, pouvaient fréquenter les bains publics : le hammam, encore que cela ait pu représenter, pour certains, beaucoup au regard d’une journée de travail57. Le père revient à plusieurs reprises sur ces lieux si soignés. Le souci de propreté d’origine religieuse, d’hygiène par conséquent, était plus marqué chez les musulmans que chez les chrétiens.

  • 58 D’après l’inventaire du matériel fait à cette date qui figure dans le Libro de gastos.

22Petite structure à l’origine (dix lits encore en juillet 170358), l’hôpital d’Alger était donc devenu au fil du temps un ensemble hospitalier un peu plus conséquent, mais toujours réduit : la superficie triplant en 1720, on passa des quatorze malades accueillis à quarante et cinquante possibles. Si l’on compare avec l’hôtel-dieu de Beaune, par exemple, qui avait une capacité de trente lits pour une surface — celle de la salle des « Pôvres » — de 700 m2, on constate que Beaune disposait d’environ 23 m2 par lit. À Alger, si le père considérait que 40 lits tenaient dans 138 mètres carrés environ, chaque lit occupait alors un peu plus de 3 m2. Or, certains auteurs évaluent à quelques 20 m2 l’espace nécessaire à un lit occupé par deux personnes. On serait donc encore loin de cette norme à Alger, même s’il s’agissait de lits pour une seule personne.

  • 59 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718. septiembre, 21 « Se hallan en el hospital más de se (...)
  • 60 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 30 « Entraron algunos enfermos en el hospital con cámaras (...)
  • 61 Viaje de Argel, año de 1719, henero, domingo, 1 « Día de la circuncissión canta la missa el p. fr. (...)
  • 62 Ibid., henero, 15 « Ay aora treinta enfermos en el hospital sin los que vienen a curarse de fuera (...)
  • 63 Ibid., febrero, 1 « Son veinte y siete enfermos los que ay aora en el hospital ».
  • 64 Ibid., marzo, 1 « Ay en el hospital veinte y ocho enfermos de diversas enfermedades ».
  • 65 Ibid., julio, 4 « Con estos enfermos que oy an venido, llega ya al número de quarenta los que ay, (...)
  • 66 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 20 « Son muchos los enfermos que ay aora en (...)
  • 67 Ibid., octubre, 14 « Ay aora en el hospital cinquenta y seis enfermos, y apenas caben con la estre (...)

23Mais examinons les données récoltées dans le journal, concernant le nombre de malades accueillis selon les périodes, sachant, qu’après réfection, l’hôpital pouvait accueillir, selon les normes du père, soixante-quatre malades. Nous avons noté ceci : le 21 septembre 1718 leur nombre passait les 7059, mais en octobre ils étaient 50. Le 31 décembre 1718 le père signale que quelques malades sont entrés à l’hôpital60 et le 1er janvier 1719 qu’ils étaient approximativement quarante61, et trente le 1562. Le 1er février on en comptait vingt-sept63, puis le 1er mars ils se retrouvèrent à 28 dans l’infirmerie64, enfin, à 26 le 1er avril. Le 4 juillet ils étaient 4065. Le 16 juillet 16 malades arrivèrent à leur tour, si bien que le 20 juillet, 50 malades occupaient l’infirmerie66. Enfin, le 10 octobre ils étaient 46, puis, le 14 octobre 1719 leur nombre montait à 5667. La courbe se présente ainsi (figure 10 page ci-contre).

24Il semblerait donc qu’à l’automne 1718, surtout et au moins jusqu’au printemps 1719, il y ait eu un assez grand nombre de malades à l’hôpital, car, même si de février à avril la courbe offre un palier bas, elle semble remonter ensuite, le point le plus bas se situant à 26 malades. C’était presque le double de ce que pouvait recevoir la salle d’origine, comme le montre le graphique 5 (figure 11 p. 168) qui exprime ces données en pourcentage, si l’on compte que le père ne fournit pas de chiffres avant septembre 1718 — alors qu’il est arrivé en mai —, ni pour les mois de mai, juin, août, septembre, novembre, décembre 1719.

Figure 10. — Nombre de malades en 1718-1719

  • 68 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, prólogo, fol. 8. « Los enfermos son sin quenta, porque se recib (...)

25Bien que, dans le prologue au Diario de Argel qui débute le premier juillet 1719, nous lisions ceci : « Les malades sont innombrables parce qu’on accueille tous les captifs, quelle que soit leur qualité et leur condition même s’ils sont schismatiques et des hérétiques de toutes les nations et quelle que soit leur maladie, les soignant tous avec la même charité, c’est pour cette raison que leur nombre est parfois épouvantable, dépassant les cent et l’on accueille aussi quelques captifs qui, ne pouvant supporter l’énorme travail que leur donnent leurs patrons, font semblant d’être malades pour se reposer et se dorloter quelques jours et nous fermons les yeux pour leur accorder ce soulagement68 .

Figure 11. — Nombre de malades en 1718-1719 en pourcentage

  • 69 Diario de Argel, prólogo, fol. 4. « Todos los enfermos desde sus camas pueden ver la missa y los s (...)
  • 70 Diario de Argel, año de 1719, julio, 16 « Oy an venido diez y seis Christianos de adonde están sac (...)
  • 71 Diario de Argel, « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 148. « La Sa (...)

26Dans les périodes de surpopulation, on utilisait la nef centrale où l’on ajoutait deux files de lits et le vestibule où trois cents personnes pouvaient se tenir debout69. On occupait aussi la terrasse70. L’infirmerie était bien insuffisante alors avec ses quatorze lits. Après le dernier agrandissement, le père affirme que l’hôpital est adapté à sa fonction et que sa capacité d’accueil est suffisante : « Parce qu’il a été assez agrandi, avec l’accord qu’ont donné les Rois d’Alger [il] n’a pas besoin de plus et au cas où il y aurait nécessité on chercherait une maison à louer à cette fin71. » De la courbe obtenue, nous ne pouvons que noter les pics qui semblent se répéter à l’automne, mais il faudrait des chiffres sur plusieurs années pour en tirer des conclusions. Ce serait possible si nous pouvions retrouver le livre des entrées et des décès de l’hôpital, puisque les trinitaires tenaient aussi de tels registres.

Équipement de l’Hôpital en 1701

27Le Libro de gastos de l’hôpital fournit l’inventaire du matériel que les administrateurs successifs ont très certainement enrichi ou remplacé, matériel qui donc n’est certainement pas celui de 1718-1720, puisque la capacité de l’hôpital était passée de dix lits en 1701 à 14 lits en 1718, puis à une possibilité d’accueil de quarante à cinquante malades en 1720, soit quarante lits au moins après son agrandissement. Cependant, ce livre de comptes donne une idée de l’organisation matérielle de l’établissement.

La « cellule de l’administration »

28L’hôpital possédait une bibliothèque qui se trouvait dans la « cellule de l’administration » et qui comptait en 1701 deux cent quatre-vingt livres. Ce nombre restait inchangé encore en 1703. Certains existaient en plusieurs exemplaires, car, à n’en pas douter, ils étaient plus utilisés que les autres. Par exemple les œuvres de sainte-Thérèse y figuraient en cinq exemplaires, les Commentaires sur la troisième partie de St Thomas de Suarez existaient en trois exemplaires, la Biblia Sacra en deux tomes, en deux exemplaires et l’État présent de l’Europe, en un exemplaire. Maximes, philosophie, histoire, notamment histoire actuelle, vie des saints, constituaient le fonds de bibliothèque, comme le montre cette liste des livres en plusieurs exemplaires que nous avons établie à partir de la liste complète du libro de gastos.

29Ave Maria

30Memoria de los libros que tienen estos Reales Hospitales de nuestra Sagrada y Celestial Religión de la Santíssima Trinidad, redempción de Captivos de la Ciudad de Argel, que están debajo de la real protección de su magestad Catholica (que Dios Guarde) ultimamente registrados por el pe predicador jubilado fray Juan Antonio Bello administrador de dichos Reales Hospitales, en primero de Julio de mil setecientos y tres años.

  • Historia de los Rs Hospitales de Argel 2
  • Asumptos predicables de quaresma, del pe fr. Diego Bueno 2
  • Obras de sor Juana de la Cruz 2
  • Cinco nuevos índices generales 5
  • Suma de Villalobos 2
  • Commentarios sobre la tercera parte de S. Thomas, de Suarez 3
  • Maximas del Pe Prau 3
  • Obras de Sta Theresa 5
  • Historia del corriente tiempo 2
  • Diego Masio 2
  • Commentario in Universam Phillosophiam 2
  • Curso de artes Carmelitino Complutense 2
  • Sobre la Comision de Gen de Indias de Sn Fr. en Indias 2
  • Presente estado de Europa 1
  • De phillosophia y libros manuscritos 2
  • Defensas de cosas particulares de la Iglesia, dos tomos en francés 2
  • Metafísica del pe Masio 2
  • Un missal y un psalterio 2
  • Tres quadernillos de Santos 3
  • Biblia Sacra, dos Tomos 2

31En dehors des deux cent quatre-vingts livres de la bibliothèque, la cellule de l’administration était dotée de huit bréviaires, quarante-deux draps neufs pour les malades, de quarante draps pour les pères, trente oreillers, quinze chemises neuves pour les malades, un grand coffre de charpie, six coffres pour le linge, trois calices ; un en argent, un en vermeil, et un en bronze. Différentes toiles pour les soins des malades, cinq corporals avec leur enveloppe, quatre aubes, un secrétaire, deux tables portatives, sept tabourets, une grande lampe à huile, une horloge à sonnerie, moyenne, huit tableaux de la vie de la vierge, cinq rideaux en tissu bleu, deux grands tableaux des rois avec leur cadre doré, peinture de Rome, deux tapis de table en tissu de couleur. Rien de superflu en somme, uniquement les objets nécessaires à la célébration du culte et ceux destinés au bien-être des pensionnaires de l’hôpital. Notons au passage que quarante draps étaient réservés aux pères. S’il s’agit des responsables de l’hôpital, ce nombre surprend, car alors ils étaient deux en charge de l’établissement.

Les cellules des deux pères trinitaires

  • 72 Ximénez, fr. Francisco. Diario de Argel, Prólogo. « en las celdas, ay quadros y pinturas que en di (...)
  • 73 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 31 « que fuera si lo hiciéramos para alibio nuestro, contentá (...)
  • 74 Diario de Argel, año de 1719, febrero, 25 « La he traido (la imagen de Sn Joseph con el niño Jesús (...)

32Les cellules des pères trinitaires — qui n’étaient que deux à cette date — contenaient quinze livres, deux tables, deux lits, quatre matelas, deux couvertures et deux dessus de lit, un tapis de table en tissu de couleur, quatre malles, un banc, deux rideaux, dix petits tableaux avec leur cadre, dont le père dit dans le prologue du Diario de Argel : « Dans les cellules, il y a des tableaux et des peintures qui ont été rachetés à des époques différentes, et une bibliothèque dans laquelle il y a les livres suffisants pour l’étude et la détente des religieux et des captifs et la plupart ont aussi été rachetés72. » Le père Ximénez commente ainsi l’ameublement des cellules : « Qu’est-ce que ça serait si nous le [l’agrandissement de l’hôpital] faisions pour notre bien-être, alors que nous nous contentons d’une petite cellule où ne tient que le lit, une petite table, et un siège, l’indispensable pour vivre et pouvoir nous retirer quelques instants pour étudier73. » Il faut aussi ajouter un coffre dans sa cellule74. Pourtant, il n’y avait là aucun luxe dans cette cellule ordinaire de moine.

Matériel de l’infirmerie

  • 75 Libro de gastos. « Estos hospitales se proveen de todo lo necessario del hospital mayor de la Ss. (...)
  • 76 À cette époque, en France comme en Espagne, on posait trois planches sur deux bancs pour obtenir u (...)
  • 77 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 13 « Se han hecho este verano más de trein (...)
  • 78 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 15 « Están cortando catorze o diez y seis c (...)

33La capacité d’accueil de l’hôpital en 1701 était de dix lits et tout le nécessaire venait de la maison-mère à Madrid ; de l’hôpital majeur de la Sainte-Trinité75. Ce nécessaire comptait quarante-sept draps, treize chemises, trente-sept couvertures, soixante et un matelas, quarante oreillers, quatre-vingt-quatre bancs et quatre-vingt-quatre planches76, trente rideaux. Le 13 octobre 1718, le père Ximénez indique qu’« on a fait cet été plus de trente draps pour les malades77 », puis, le 15 mars 1719, qu’« on est en train de couper quatorze ou seize chemises pour les malades et les serviteurs et l’on doit faire aussi quelques matelas neufs pour les malades78 ». On remplaçait et l’on fabriquait selon les besoins. Il semble qu’il y ait eu continuité au fil des années dans la politique de gestion des différents administrateurs.

34« Matériel pour le service des hôpitaux de notre Père St Jean de Matha y St Félix de Valois : dix lits en bois, vingt matelas, douze couvertures, une grande table ». Il semble habituel à l’époque de mettre, pour les rendre confortables, deux matelas par lit. Bourrés de chanvre d’abord, ils le furent ensuite de laine. Cette dotation venue d’Espagne était réduite à l’essentiel.

35« Biens meubles et vivres qui se trouvent dans le réfectoire et la resserre »

Le réfectoire

36« Une table ronde pour le service ordinaire, plus une autre table à grande chaîne, plus une longue table avec des pieds tournés, plus dix tabourets en bois, plus un placard et une armoire fermée pour le linge de table, plus une boîte de couteaux dépareillés, plus cinq nappes en lin de différentes tailles, plus trois douzaine de serviettes, plus trois douzaines d’assiettes de différentes tailles ».

La resserre

  • 79 Ce mot tel qu’il est écrit reste introuvable dans un dictionnaire.
  • 80 Diario de Argel, Tomo II, Prólogo. « Se les assiste [a los enfermos] con todo regalo; y no se perd (...)

37« D’abord trente-sept vaisseaux grands et petits ; les quatre vases, trois de vinaigre et les autres de vin, plus deux grandes jarres d’huile et une petite, moitié d’une grande pleine, une grande échelle en bois, des crochets pour suspendre la viande, plus trois entonnoirs, plus une échelle en bois pour monter à la chambre haute, plus deux coffres en bois pour le pain blanc et un autre pour le matériel de table, plus un baril dans lequel on met le pain de soldat, plus une armoire sans porte pour ranger les papiers, plus une autre pour les verres, plus un coffret avec ses flacons, plus un chrismal, plus trois balances romaines, deux en laiton et une en fer, plus un encrier et un ? (le mot est-il mal orthographié79 ?), plus un chaudron en cuivre, plus deux quintaux de riz, plus six douzaines de belles assiettes creuses de Valence et quatre grandes assiettes, plus un polissoir en bronze ». Des produits courants en somme, indispensables au quotidien. Aucune provision susceptible de se gâter. Par ailleurs, il est surprenant de n’avoir aucun inventaire du matériel de cuisine, même si quelques objets qui se trouvaient dans la resserre pouvaient aussi servir à la cuisine. Enfin, la pharmacie est la grande absente de cet inventaire. Or, dans un hôpital, cuisines et pharmacie sont les deux structures dont dépend l’amélioration des malades. En revanche, en 1719 après réfection, cuisine et pharmacie existaient bel et bien et nous pouvons lire dans le prologue du Diario de Argel : « On les soigne [les malades] avec grand plaisir ; et l’on ne recule devant aucune chose aussi coûteuse soit-elle, si elle est nécessaire à la santé du malade. Dans ce but, la pharmacie est toujours très bien pourvue de tous les remèdes nécessaires80. » Mais, en 1701, existait-il un local spécifique ?

Administration de l’établissement

Direction et finances

38L’hôpital était administré, comme tout établissement de cette sorte. Cela supposait un budget, donc des revenus. Si le journal nomme effectivement son personnel, il est moins prolixe sur ses revenus. Cependant d’autres sources permettront d’essayer de cerner la question, voire d’y répondre avec précision.

  • 81 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, (...)
  • 82 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, (...)

39La direction dépendait directement de la maison-mère à Madrid, des supérieurs hiérarchiques et en particulier du père provincial, qui choisissaient les religieux qu’elle envoyait pour un temps en mission. Le père administrateur, gestionnaire de l’hôpital, devait rendre périodiquement des comptes à l’administrateur des rentes des hôpitaux d’Alger à Madrid et chaque administrateur qui rentrait en Espagne emportait son livre de comptes pour le présenter et justifier ses dépenses81, après avoir remis son bilan à son successeur, qui savait de quelle somme et de quel matériel il disposait. Ce n’était pas une nouveauté, car, depuis le legs des hôpitaux d’Alger aux trinitaires de Madrid par le frère Pedro de la Concepción Garrido en 1662, « au couvent de la Trinité à Madrid, il y a toujours eu un administrateur général des rentes des dits hôpitaux82 ». Mesure de contrôle, à laquelle étaient toujours soumis les trinitaires, qui prévenait la mauvaise utilisation des fonds. Malgré tout, sur le terrain, les responsables disposaient d’une autonomie, bien entendu dans le cadre de la règle de l’ordre.

  • 83 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, prólogo, fol. 6, 7, 8. « Las personas que al presente se hallan (...)

40Dans le prologue au tome II, le père note que « les personnes qui à l’heure actuelle se trouvent à l’hôpital sont les suivantes : le père prédicateur Francisco Navarro, fils de notre couvent de Murcie, administrateur de l’hôpital, le père Theodoro Lázaro Sanz, fils de notre couvent de Madrid, qui ayant été antérieurement captif et étant entré dans notre ordre s’est dévoué au service des pauvres captifs, et moi, N.M.R.P. Joseph Ruiz de la Puente, Examinateur des évêchés de Salamanque et de Calahorra, m’a envoyé comme grand prédicateur de cette maison royale83 ». La charge de l’hôpital ainsi que la gestion des fonds incombaient à une personne en particulier : au ministre ; au père supérieur, c’est-à-dire au père administrateur qui était à ce moment-là le père Fancisco Navarro. Les deux autres trinitaires, le père Francisco Ximénez de Santa Cathalina, notre auteur et une troisième personne, le père Theodoro Lázaro Sanz, l’assistaient. Quel rôle chacun jouait-il ?

  • 84 Comelin François, Bernard Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, P (...)
  • 85 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 17 « Prosiguen los Redemptores en rescatar (...)

41Un rédempteur administrateur chargé de la gestion, qui « a l’inspection de tout aussi bien que les revenus84 », sachant négocier le rachat des esclaves au meilleur prix — « grâce à sa grande connaissance des captifs et des patrons et à son habileté pour parvenir à un accord85 » — le père Francisco Navarro. Un prédicateur pour l’édification des fidèles et l’enseignement ; le père Francisco Ximénez, car l’ordre avait aussi, ne l’oublions pas, une mission de contrôle ; d’enseignement, afin de garder les chrétiens au sein de l’Église catholique et romaine, en leur apportant un secours non seulement spirituel, mais encore d’éducation, attitude conforme au concile de Trente. Enfin, le troisième, un homme de terrain, qui avait appris la langue des autochtones lorsqu’il était esclave dans la ville : le père Theodoro Lázaro Sanz. Son aide était précieuse, car il connaissait parfaitement le milieu et parlait la langue du pays. L’Église n’avait rien laissé au hasard pour assurer la bonne marche de l’hôpital.

Le personnel

  • 86 Paul, Deslandres, L’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plo (...)
  • 87 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 7. « Don Luis de Alarcón... esclavo de D (...)
  • 88 Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 7. « Otros sirvientes que no refiero por no molestar y por (...)
  • 89 Porres Alonso Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, (...)

42Le concours d’autres personnes leur était indispensable, aussi « l’hôpital d’Espagne avait-il chirurgien, apothicaire, infirmier, dépensier et domestiques esclaves ; ces derniers étaient privilégiés, car ils devaient être rachetés les premiers lors de toute rédemption. Deux trinitaires servaient de chapelains. Les autres chapelles des bagnes avaient chacune une infirmerie dirigée par les trinitaires ; mais des prêtres captifs, dont il y avait toujours une grande quantité à Alger, donnaient aux esclaves les secours spirituels ». Le texte confirme ce passage de l’ouvrage du trinitaire Paul Deslandres86. En effet, « Don Luis de Alarcón, esclave du juif David est dépensier de cet hôpital royal depuis le vingtdeux juillet de l’année 171687 ». Les employés et les domestiques que le père nomme sont au nombre de douze : un chirurgien major, un apothicaire, un infirmier en chef, trois infirmiers, un dépensier, un cuisinier, un muletier, un porteur d’eau pour les besoins de l’hôpital qui n’avait qu’une citerne, et deux serviteurs dont le père connaît le nom. D’autres serviteurs apportaient leur aide, mais nous ignorons leur nombre88. L’un d’eux était là depuis septembre 1714. En avril et mai 1717 entraient à leur tour le muletier, l’un des infirmiers et l’infirmier en chef. Enfin, après le passage de la rédemption en décembre 1718 le pharmacien, deux autres infirmiers, un serviteur et celui qui allait chercher l’eau vinrent remplacer ceux qui avaient été rachetés. Cette rotation des captifs par le rachat de ceux que l’on employait à l’hôpital permettait de soustraire ces hommes aux travaux de force, car l’établissement, pour son fonctionnement, avait le droit de disposer gratuitement d’un certain nombre d’esclaves du deylik, droit accordé initialement vers 1630, « ratifié ensuite par écrit en 1667, 1671, 1686, 1694 et 1766. La confirmation dans la charte des hôpitaux d’Alger du 9 janvier 1694 était la plus étendue, car elle ajoutait que tout l’argent, le linge, les remèdes et autres choses destinées aux hôpitaux seraient exempts de payer quelque droit d’entrée que ce fût ; que les personnes libres des hôpitaux ne se verraient pas opposer d’obstacles pour entrer ou sortir d’Alger et pour retourner en Espagne ; et que chaque bagne donnerait un chrétien pour le service de l’hôpital89 ».

43La structure soignante et le fonctionnement matériel assurés, la mission spirituelle fondamentale revenait aux trois trinitaires aidés par des prêtres esclaves, réguliers et séculiers, qui vivaient à l’hôpital : le père Montoro, trinitaire, confessait et aidait à donner les saints sacrements. Le père Ferrada, trinitaire aussi, était sourd. Il servait donc de sacristain, s’occupant en particulier de l’entretien de la chapelle. Le père Juan Ximénez, lecteur en théologie, frère minime de l’ordre de saint François de Paule, lui aussi esclave, avait pour fonction essentielle de prêcher tous les vendredis dans la chapelle de la sainte Croix du bagne de la Galère. Enfin, le licencié don Juan Sánchez aidait à chanter les offices divins parce qu’il connaissait le chant grégorien. Il y avait eu d’autres prêtres, partis avec la rédemption de décembre 1718. Cela portait à plus d’une vingtaine de personnes l’encadrement de l’hôpital, étant donné que le père ne nomme qu’un certain nombre de serviteurs.

  • 90 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 4 « Con estos enfermos que oy an venido (se (...)
  • 91 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de J (...)

44Mais, la prise en charge d’une façon ou d’une autre d’une centaine de personnes90, ne peut s’expliquer que par la mission première des pères, qui consistait à arracher des mains des musulmans les captifs, en leur rendant la vie plus douce pour éviter l’apostasie, mais aussi par leur capacité à les prendre en charge matériellement, ce qui supposait une certaine richesse. Dans ce cas, sauf pour les captifs qui travaillaient à l’hôpital dans le cadre de la charte signée avec le dey, ils devaient payer régulièrement au patron de l’esclave une lune. En général 1,5 peso par mois lunaire, ce qui correspondait à 37,2 aspres par jour. Or, le salaire journalier du manœuvre dépassait les 51 aspres. Les pères étaient gagnants puisque le salaire du manœuvre équivalait à « cinco quartos » d’Espagne, autant dire une misère pour eux. En Europe, n’économisait-on pas, en utilisant les services gratuits de personnels qui avaient des liens avec le milieu religieux ou ceux des religieuses qui faisaient office d’infirmières et de servantes ? Fernando López Mora n’écrit-il pas que « les établissements nazaréens disposèrent d’un personnel presque toujours lié à la sphère religieuse, ainsi ils obtenaient une certaine permanence des soignants et aucune charge salariale. Dans ce sens, seuls les divers ouvriers engagés contre un salaire journalier à la pharmacie, aux moulins et sur les différentes possessions hospitalières furent rémunérés en monnaie sonnante et trébuchante ou en nature91 ». Les pères n’opéraient pas différemment. Leur conduite était celle de l’époque.

  • 92 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, ed. Secretariado Trinitario, Córdoba — Salamanc (...)
  • 93 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 17, fol. 42, verso.
    « Aviendo sido rescat (...)
  • 94 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo, 8 « Vinieron con la Redempción de los Padres (...)
  • 95 Diario de Argel, año de 1719, Tomo II, prólogo ; « El maestro Juan Grossi, casado con Sebastiana, (...)

45Pour assurer l’intendance il y avait donc au moins six personnes : un dépensier, un cuisinier, deux serviteurs, un porteur d’eau et un muletier et pour le service des malades six autres personnes : un chirurgien en chef salarié et chrétien libre venu d’Espagne92, un pharmacien, qui n’était pas toujours libre, contrairement à ce que dit l’auteur de l’ouvrage Libertad a los cautivos93, du moins avant décembre 1718, car le précédent pharmacien qui venait de partir avec la rédemption était lui-même esclave94. En 1719 le pharmacien était esclave d’un soldat turc95 quand arriva un pharmacien en titre salarié. Il ne quitta pas l’hôpital pour autant. Enfin, un infirmier en chef et trois infirmiers complétaient l’équipe. Les deux serviteurs ainsi que d’autres serviteurs dont nous ignorons le nombre et les infirmiers, soit six personnes au moins, assuraient l’entretien et les soins immédiats. Pour le nombre constant de malades ce n’était pas excessif, chacun prenant en charge au minimum cinq à six malades, davantage en période d’épidémie.

  • 96 Diario de Argel, tomo II, prólogo. « Los sacerdotes seculares y regulares que viven en él son los (...)

46Nous connaissons donc l’identité des personnes qui travaillaient à l’hôpital, du moins celles que le père connaissait et qu’il était amené à rencontrer à cause des fonctions qu’elles occupaient, mais surtout à cause du rang social qu’elles auraient eu si elles s’étaient trouvées en Espagne. En effet, l’ordre adopté pour les présenter est révélateur. C’est un ordre hiérarchique qui ignore totalement — comportement normal à l’époque — le plus grand nombre ; les humbles, car il ne nomme effectivement que dix-neuf personnes. « Les prêtres séculiers et réguliers qui y vivent sont les suivants — écrit-il — : le père Vicente Ferrada, esclave d’un juif et le père Antonio Montoro, esclave du beylique ou du roi, le père Lecteur Juan Ximénez de l’ordre des Minimes de St François de Paule, esclave de Benamar et le licencié don Juan Sanchez. Les personnes nobles, qui sont là, sont [...] don Joseph Falco, capitaine du régiment de Naples, à l’hôpital depuis le dix avril de l’année mil sept cent quinze. Don Bartholomé Dacal est à l’hôpital depuis le trente et un mai de cette année mil sept cent dix-neuf. Don Juan de Garauta est arrivé le trente et un mai de cette année 1719, pour le soustraire au travail à la marine que le gouverneur avait ordonné pour lui96 ». Il nomme les religieux, trinitaires en tête, puis les nobles, enfin les autres. Le privilège social jouait comme dans toute l’Europe de l’époque, par exemple dans les hôpitaux de Jésus le nazaréen de la province de Cordoue, où les conflits, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, n’étaient pas rares entre les frères de basse extraction sociale, sans rôle de commandement, méprisés et les chapelains détenteurs du pouvoir qui appartenaient à la noblesse. De la même manière, en France, de petites salles étaient réservées aux personnes de qualité.

Les finances

  • 97 Porres Alonso, B., Libertad a los cautivos, Córdoba Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1997, (...)
  • 98 Ibid. « El comisario de Cruzada solía hacerles partícipes de los expolios y vacantes de los obispa (...)

47L’hôpital fut doté pour son fonctionnement d’une rente par le frère franciscain Pedro de la Concepción en 1662, qui s’ajouta à celle qui provenait de l’évêque Figueroa. Ces revenus fixes procédaient de « juros y censos » ; titres de rente sur les revenus de l’état et de contrats d’hypothèques. « Les hôpitaux avaient en 1774 dix titres de rentes sur l’État, qui rapportaient annuellement 31 123 réaux ; et ils obtenaient autant approximativement des contrats d’hypothèques. Ces deux sources de revenus représentaient plus ou moins 75 % de l’argent réuni en Espagne pour les hôpitaux... ils recevaient aussi quelques legs testamentaires, peu nombreux97 ». La rente annuelle tournait donc autour de 62 000 réaux en 1774, sans compter les aumônes ; de deux à six mille réaux venus des spoliations et des biens vacants des évêchés98.

  • 99 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Tomo II, prólogo. « En el portal está debajo de dosel el retrat (...)
  • 100 À cause de la peste qui avait mis les hôpitaux des bagnes d’Alger dans une situation critique.
  • 101 Porres Alonso, B., Libertad a los cautivos, Córdoba Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1917, (...)

48D’autre part, si « la couronne d’Espagne jamais n’attribua de rente fixe à l’hôpital, bien qu’il fût sous sa protection, comme l’indiquaient les armes d’Espagne qui paraissaient sur la porte, et les portraits de Philippe V et de Charles II qui étaient sous un dais dans l’église99, en revanche, elle facilita la collecte des aumônes... Plus tard, le 19 mars 1678, Charles II donna son accord pour que pendant quatre ans on recueillît des aumônes dans les Indes Occidentales en faveur des cinq hôpitaux trinitaires de la ville d’Alger100. Philippe V concéda une arrobe de mercure par an, dont le prix de 550 réaux permettait d’acheter des médicaments ; et en 1729 il s’adressa au Conseil de Croisade pour qu’il donnât 7 500 réaux. D’autres petits revenus provenaient de la collecte dans les rues que faisaient à Madrid des frères convers101 ».

  • 102 Le père Deslandres, p. 428, écrit de son côté sans citer ses sources que : « Cette fondation [l’hô (...)
  • 103 Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, (...)
  • 104 Porres Alonso, B., Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secreta-riado Trinitario, 1997, (...)
  • 105 Il faut rappeler qu’il n’était pas possible de circuler ; d’aller et venir sans un laissez-passer (...)

49Si nous comparons ces revenus avec ceux d’autres hôpitaux d’Espagne, par exemple, celui de Castro del Río, qui en 1754 recevait 8 500 réaux de revenus fixes annuels, ou encore ceux qui se situaient à proximité de Cordoue, comme ceux d’Almodóvar del Río, El Carpio, Monturque y Adamuz qui ne dépassaient pas 5 000 réaux, nous pouvons considérer que l’hôpital d’Alger n’était pas mal doté. En 1720, — même si le père Comelin affirme qu’elle était insuffisante — la rente de l’hôpital se serait élevée à 2 000 piastres et plus. À 8 réaux la piastre, cela ferait 16 000 réaux102. Il écrit : « Le père administrateur a l’inspection de tout aussi bien que les revenus qui montent à plus de deux mille piastres par an, qui ne suffisent pas pour toutes les dépenses nécessaires ; ce qui a fait convenir que les chrétiens, qui négocient à Alger, de donner pour chaque bâtiment qui arrive au port trois piastres, ce qui s’exécute exactement103. » Chaque chrétien libéré devait donner deux réaux pour l’hôpital et « pour les six tonneaux de vin destinés aux tavernes des bagnes ils touchaient [les trinitaires] cinquante et un pesos104 » exempts d’impôt. De plus, la charte des hôpitaux rédigée en 1667, puis renouvelée en 1671, 1686, 1694 et en 1766, accordait que l’argent, le linge, les médicaments et ce qui était destiné à l’hôpital étaient exonérés de droits d’entrée et que les personnes libres de l’hôpital pouvaient entrer et sortir en toute liberté d’Alger et retourner en Espagne sans empêchement aucun105. Enfin, que chaque bagne donnerait un chrétien pour le service de l’hôpital. Ces avantages n’étaient pas négligeables.

  • 106 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Tomo II, prólogo. « Le puso renta suficiente para su manutenció (...)
  • 107 Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, (...)
  • 108 Diario de Argel, tomo II, prólogo. « Algunas vezes se dan también medicinas para algunos Turcos y (...)

50Quant au père, il reste fort discret sur le montant de la rente, il dit simplement que « le frère Pedro de la Concepción le dota d’une rente suffisante pour son entretien106 ». Ses propos ne recoupent pas les affirmations du père Comelin, ni celles du père Deslandres. D’autre part, nous avons trouvé dans le livre de comptes de l’hôpital la somme de 12 026 pesos espagnols reçus en 1718, somme bien plus élevée que les 2 000 piastres signalée par le père Comelin en 1720, soit 6 fois plus. Mais, en dehors de ces revenus fixes, l’hôpital bénéficiait de ressources casuelles, appréciables : legs testamentaires parfois, aumônes recueillies tant en Espagne qu’en Amérique latine et à Alger, remèdes vendus aux Turcs, dont « le profit doit revenir à l’hôpital trois fois la semaine107 ». Le père s’exprime sur ces remèdes en termes de dons : il explique pourquoi : « Parfois on donne aussi des remèdes pour quelques Turcs et quelques Juifs, de qui on a reçu quelque bienfait pour le bien de l’hôpital ou par crainte que, puisqu’ils ne nous font pas de bien, au moins ils ne nous fassent pas de mal108. »

  • 109 Diario de Argel, año de 1719, octubre, 1 « No dexan especialmente los Turcos y Judíos de curarse c (...)

51La formule étonnante souligne la peur des religieux, voire la capacité des Turcs et des Juifs à leur nuire, mais aussi une indifférence à leur égard. L’attitude est habituelle. Cette peur exprimée nous prive d’informations plus précises sur les conditions de vente des remèdes aux Turcs. Mais il est fort probable que la vente ou le don aient été faits en fonction des circonstances et des personnes. En effet, en octobre 1719 le père relate que « les Turcs et les Juifs spécialement ne manquent pas de se faire soigner par les médecins et chirurgiens chrétiens, et spécialement par ceux de l’hôpital, qui ont la réputation d’être plus habiles ; quelques-uns les font venir chez eux et d’autres fois ils vont à l’hôpital pour qu’on les saigne ou qu’on les soigne en quoi ils ont quelque bénéfice ; mais si ce sont des bienfaiteurs ou si l’hôpital en a besoin pour quelque chose, on ne leur prend rien109 ».

  • 110 Diario de Argel, año de 1719, abril, 25 « Embió el governador a llamar al Pe Administrador que fue (...)

52Quant à la crainte éprouvée par les trinitaires, elle était fondée par certains comportements passés et présents des Turcs. Ils menaçaient de les envoyer « tirer la charrette » de pierres, de fermer l’hôpital, voire de les brûler vifs en représailles, quand l’un de leurs bateaux corsaires ou des hommes avaient été capturés au mépris des traités signés ou pour de mauvais traitements infligés aux captifs musulmans à Oran, territoire espagnol, ou dans les villes européennes des côtes méditerranéennes. Ainsi à Civita Vecchia on ne laissait pas les esclaves musulmans tenir des boutiques ; commercer, comme on le permettait à Alger aux captifs chrétiens. Le dey convoque le père administrateur, lui demande d’intervenir par courrier et le menace de l’envoyer à la Pointe de la Pescade extraire de la pierre s’il reçoit de nouvelles plaintes110. Des traités réglementaient les comportements à adopter envers les captifs, mais comme les Français, les Livournais, les Génois avaient besoin de rameurs pour leurs galères, ils ne respectaient pas leurs engagements. Ils refusaient de les libérer, biaisaient pour les garder ou pour conserver les meilleurs. Ils renvoyaient à leur place des étrangers ou ceux qui n’étaient plus en état de ramer. Se sentant floué, le gouvernement d’Alger avait recours aux représailles et en retour ne respectait pas ses engagements. Rapports de force, moyens de pression et représailles régissaient les relations entre Europe et Maghreb.

  • 111 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 31 « De lo que se haze esta obra tan útil y necesaria a la co (...)

53Pour en revenir à la capacité de l’hôpital à faire face à ses dépenses, de l’aveu même du père, sa richesse était suffisante en 1718-1719 pour répondre aux besoins et pour prendre en charge les captifs malades ou ceux qui étaient retenus en otages111, parce que « l’argent qui sert à cette œuvre si utile et si nécessaire au bien-être des pauvres malades provient des propres revenus de l’hôpital, car, à mesure que s’est accru ces dernières années le nombre des malades par rapport à celui qu’il y avait au début de la fondation de l’hôpital, Dieu a voulu, semble-t-il, non seulement conserver mais encore augmenter les moyens pour agrandir l’hôpital et le bien-être des pauvres captifs malades ».

Des soins

  • 112 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, enero, 2 « Murió Soterio de Oliveira Portugués a l (...)
  • 113 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 22 « Unos dizen que más valiera que lo que se gasta en la obr (...)

54Des soins prodigués le père dit peu de choses. Pourtant, nous avons rencontré des éléments qui permettent d’affirmer que, dans le journal, l’hôpital n’apparaît pas comme un lieu de guérison, mais comme celui où l’on soulageait la souffrance, où l’on trouvait réconfort, où l’on accompagnait les malades en les aidant « à bien mourir dans la foi catholique112 », car la santé était un don de Dieu, c’est pourquoi le père s’exprime en ces termes : « À ceux-là [les captifs qui souhaitaient que les sommes employées à l’agrandissement de l’hôpital fussent consacrées au rachat des captifs] Dieu a fait la grâce de leur donner la santé et ils n’ont pas éprouvé le réconfort qu’apporte l’hôpital et ils n’ont pas pensé que s’il n’existait pas ils mourraient comme des chiens113. » C’est-à-dire sans les sacrements de l’Église.

  • 114 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structu (...)
  • 115 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 9 « Ya se ha descubierto que la enfermedad (...)
  • 116 Baryéty M. et Coury Ch., Histoire de la médecine, Paris, PUF 1971, « Que sais-je ? », p. 70.

55Au reste, nous n’avons relevé que trois formules qui rendent compte de la guérison : le verbe guérir — « sanar » — que nous avons rencontré quatre fois, puis, trois fois l’expression : il recouvra la santé — « recobró la salud » — enfin deux fois être guéri — « estar bueno ya » —, soit neuf guérisons déclarées au total sur l’année, auxquelles on peut ajouter deux améliorations, dont une ne dura pas. Peut-être furent-elles plus nombreuses, car le père ne comptait pas toujours avec précision, — à une époque de pré-statistiques, cela ne surprend pas — mais il est possible que leur nombre n’ait pas été plus élevé, parce que l’homme, « avant le xixe siècle, où qu’il soit, ... ne peut compter que sur une brève espérance de vie, avec quelques années supplémentaires pour les riches114 » et que les remèdes traditionnels, les sangsues, la saignée et la purge étaient utilisés autant pour soigner la gangrène que le paludisme115. On affaiblissait l’organisme au lieu de renforcer ses défenses, mais on l’ignorait. Bien que l’hypothèse de la transmission des maladies infectieuses par l’intermédiaire de micro-organismes fût formulée au xvie siècle, il fallut attendre trois siècles pour que naquît la bactériologie. « Malheureusement... certains pas hardiment franchis ont été suivis d’un recul, ou du moins d’un long arrêt. Sauf en anatomie, la plupart des faits observés et des théories émises durent être redécouverts116 ».

Des remèdes

  • 117 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, T. III, año de 1720, marzo, 6 « El p. fr. Theodoro ha ido oy al (...)

56Bien entendu on avait recours aux remèdes. On donnait du sirop de queue de cheval au père Théodore pour son mal de poitrine (en fait il souffrait de la malaria qui n’avait pas encore été diagnostiquée). On considérait aussi que les citrons — achetés par centaines — et le lait étaient bons pour les malades117 : le père Théodore buvait du lait d’ânesse. On soignait au moyen de plantes : la violette, la rose, la rhubarbe, la mûre, les jujubes, la pomme de cèdre et la térébenthine par exemple entraient dans la pharmacie. Nous avons relevé dans le livre comptable de l’hôpital, le Libro de gastos, un certain nombre de produits destinés à la pharmacie. En voici la liste, ainsi que les quantités achetées (tableau 7 page ci-contre). Nous avons recherché quelles vertus leur étaient attribuées, car le journal ne nous informe pas de la façon dont on les utilisait.

  • 118 Avicenne, 980-1037, soutenait dans son enseignement, que corps et âme étaient si liés que la musiq (...)
  • 119 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p (...)

57Médecine traditionnelle ; médecine du « temps immobile », héritage des Arabes héritiers des Grecs, puisque l’on peut voir à Damas au bimaristan — hôpital devenu musée — fondé par Ibn-Sina118 ces plantes utilisées pour leurs vertus. On se servait déjà de la plupart de ces produits avant le Moyen Âge. Nous les retrouvons dans la description que fait Jean Imbert de la médecine dans son chapitre Vie quotidienne dans les hôpitaux médiévaux, car dit-il, « les remèdes en usage n’allaient pas plus loin que les drogues traditionnelles à base de produits simples, d’origine végétale pour la plupart : produits gras pour la fabrication des onguents destinés à traiter les plaies, les “bosses et les entractz (_ anthrax)”, cire pour les emplâtres, essence de térébenthine pour la toux et les rhumatismes, coings pour faire la pâte dite codignac utilisée comme astringent, “herbes à faire des eaues” c’est-à-dire des tisanes, réglisse, lait d’amandes douces, eau de rose distillée, rhubarbe, couperose et “sang de dragon”. Les épices coûteuses voisinaient avec les produits communs... Les saignées, les bains, les fumigations, l’ingestion de préparations complexes, les examens d’urine étaient les traitements les plus courants119 ».

  • 120 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, enero, 29 « Refiere Joseph Sanz Pardo boticario qu (...)
  • 121 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, junio, 22 « Fui a ver a Francisco tabernero del bañ (...)

58Sans doute les avancées étaient-elles rares, parce que l’on croyait que derrière le pouvoir des plantes et de tout remède se cachait la volonté de Dieu. Lisons ce que conte le journal : « Joseph Sanz Pardo, qui fut pharmacien de l’hôpital, se trouvant malade à l’hôpital, alors qu’il souffrait d’intenses douleurs par tout le corps, recouvra brusquement la santé, le V. P. fr. Nicolas López, à cette époque administrateur de cet hôpital royal, l’ayant seulement touché et lui ayant donné un lavement de sa main, il vit là, un miracle de Dieu, usant de son serviteur, et beaucoup d’autres guérirent ainsi, avec quelque chose qu’il leur donnait pour dissimuler ces miracles et pour qu’on attribue à la vertu naturelle des plantes ce qui était intercession de ce vénérable père120 ». Et, lorsqu’on ne savait pas diagnostiquer certaines maladies on pensait au maléfice. C’est ainsi que, commentant la maladie d’un tavernier dont les symptômes ressemblaient à ceux de l’épilepsie, le père écrit : « Il tombe en continuelles syncopes qui le privent de la parole et pendant lesquelles il tremble de tout son corps comme dans l’épilepsie, bien que personne ne sache ce que c’est et l’on soupçonne qu’il s’agit d’un maléfice121 ».

Tableau 7. — Produits destinés à la pharmacie de l’hôpital

Tableau 7. — Produits destinés à la pharmacie de l’hôpital

a. « Pour la cuisine et la pharmacie »

Produits destinés à la pharmacie de l’hôpital (suite tableau 7)

Produits destinés à la pharmacie de l’hôpital (suite tableau 7)

a. Electuaire : remède préparé en mélangeant des poudres dans du miel.
b. Rob : Suc épuré d’un fruit cuit, épaissi jusqu’à la consistance de miel.
c. Julep : excipient d’eau et de gomme auquel on mêle un médicament actif

  • 122 Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 7 « Está ya mui bueno con el agua que le he dado passada por (...)

59Dans ce registre, le remède par excellence, le remède-miracle, auquel le père croyait de toute sa foi chrétienne, était « l’eau bénite passée sur les petites pierres de Saint Jean de Matha122 ». Les petites pierres étaient si efficaces qu’en Espagne, à Cuéllar et en d’autres lieux, on s’arrachait cette eau bénite toujours prête pour guérir les malades. La fièvre maligne, une température très élevée, la fièvre tierce ne résistaient pas à cette eau miraculeuse.

  • 123 Chronique du xiie siècle citée par J. Hacard, la Thériaque au Moyen Âge, Paris, 1947, p. 54.
  • 124 Vigarello, Georges, Histoire des pratiques de santé, le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Pa (...)
  • 125 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 11 « Un religioso carmelita veneciano desca (...)

60En dehors des petites pierres et des clystères, on se servait aussi d’un autre remède déjà employé au Moyen Âge : la thériaque. Cet électuaire très composé était stomachique et calmant, spécifique contre toute morsure d’animaux et d’insectes venimeux et contre l’asthénie. « Son origine remonte aux textes antiques : accumulation d’épices (plusieurs dizaines d’espèces, selon les formules) mêlées au vin, auxquelles s’ajoute du venin de vipère pour en accroître la force. La boisson est censée recréer la chaleur naturelle “consolari et recreare nativum calorem123”. C’est le breuvage qu’utilisent les croisés, décrits par Guillaume de Tyr à la fin du xiiie siècle. Ils en attendent une protection contre les morsures dangereuses, une meilleure résistance aux fatigues et aux maladies124 ». Avait-elle sa place dans la pharmacie, avant le 11 avril 1719 ? Ce n’est pas dit. Ce médicament fut expédié par un ancien captif, originaire de Venise qui voulait remercier les trinitaires de leurs bons soins ; il envoya « un pot de grande thériaque accompagné d’un papier imprimé où figuraient ses vertus125 ». Un accompagnement nécessaire car chacun avait sa recette.

  • 126 Diario de Argel, año de 1719, agosto, 29 « An venido dos cautivos heridos a curarse al hospital si (...)
  • 127 Ibid., abril, 28 « Murió el P. Isaias Lía sacerdote griego cismático, natural de Chipre, al qual l (...)
  • 128 Ibid., mayo, 18 « El Governador embió a llamar con un chauz a Diego Moriñigo cirujano mayor del ho (...)

61Ces remèdes manquaient d’efficacité quand l’infection s’installait. Si le chirurgien de l’hôpital avait pu sauver une femme, en lui ôtant un sein, s’il suturait les plaies126 et s’il les guérissait, lorsque les esclaves étaient condamnés par la justice à recevoir du bâton, en enlevant les chairs abîmées, puis en les passant au vinaigre — le vinaigre contenant de l’alcool — il ne réussit pas plus que son collègue français, Monsieur Monier, médecin français captif, à guérir le vilain bouton qu’avait au gros orteil le prêtre de l’église grecque. Ce bouton dégénéra, il en mourut. Le père écrit : « Le père Isaïe Lía, prêtre grec schismatique, originaire de Chypre, est mort ; un bouton s’est formé au gros orteil, si vilain qu’il a dégénéré en une inflammation interne qui a mis fin à sa vie127. » Quelles interventions pratiquèrent-ils ? Nous l’ignorons. Nous pouvons simplement dire que si l’on savait reconnaître un foyer d’infection, on ne savait pas encore ce qui le provoquait. Le passage suivant le prouve : « Un chaouch du gouverneur est venu chercher Diego Moriñigo, chirurgien en chef de l’hôpital afin qu’il regarde une de ses jambes qui s’est enflammée, à cause d’une saignée que lui avait faite un chirurgien portugais... et il est certain que le chirurgien portugais n’était probablement pas responsable de l’infection, mais plutôt les nombreuses ablutions qu’il fait la journée pour prier, ce qui est suffisant pour que cela se soit produit128. »

Des maladies

  • 129 Ibid., henero, 16 « De estos [montes] salen unas nieblas tan espesas y dañosas a la salud que los (...)
  • 130 Diario de Argel, año de 1718, diciembre, 30 « Entraron algunos enfermos en el hospital con camaras (...)
  • 131 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 2 « Como ya ay caramus en saxa que quiere d (...)
  • 132 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre 30 « Entraron algunos enfermos en el hospital con camaras d (...)
  • 133 S. Kerber, sous la direction de Quevauvilliers J., Permuter L., Fourrier B., Michez E., Cahier de (...)

62On savait décrire et identifier les maladies que le père signale et qui sévissaient dans la régence, comme ailleurs, mais on était incapable de désigner l’agent pathogène. Deux maladies parasitaires, l’une endémique, le paludisme129 dans ses différentes formes ; fièvre intermittente, fièvre tierce, malaria ou fièvre quarte, l’autre, la dysenterie, faisaient des ravages130. Voyons quelle approche on en avait à l’époque. La dysenterie apparaît le 2 aôut 1718 : « Comme il y a des caramus en saxa, qui veut dire des figues de barbarie beaucoup de captifs tombent malades de la dysenterie, maladie funeste dans ce pays, car ils en meurent131 ». Le père associe la maladie à la consommation d’un fruit protégé par son enveloppe, par conséquent moins susceptible d’être porteur d’amibes ou d’entérobactéries que d’autres aliments. Il ne le devient que par contamination. Il n’incriminait ni les mouches, ni les eaux souillées, ni les mains mal lavées : les mauvaises conditions d’hygiène. On savait donc reconnaître l’origine alimentaire de la dysenterie, mais comme on n’en connaissait pas l’agent pathogène, on tâtonnait pour la combattre et l’épidémie durait. Le 30 décembre encore le père écrit : « Quelques malades sont entrés à l’hôpital avec la dysenterie dont beaucoup souffrent en ce moment132. » L’agent de la maladie était probablement l’amibe sous la forme hystolitica, hématophage — le terme « cámaras de sangre » faisant penser qu’il s’agissait de cette forme de dysenterie — qui « ne s’enkyste jamais et est éliminé dans les selles avec le mucus, le sang et des débris de la muqueuse133. » Difficilement soignable à l’époque, elle entraînait souvent la mort par complications. La contamination d’autres personnes ne pouvait que continuer et la maladie devenir endémique.

  • 134 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, enero, 16 « De estos montes salen unas nieblas tan (...)
  • 135 Braudel, F., Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècles, les structures (...)

63L’autre maladie, endémique aussi, le paludisme, était fréquente dans les montagnes du Cuco, en Kabylie : « De ces montagnes s’élèvent des brouillards si épais et si nuisibles à la santé que les chrétiens qui vont travailler en ce lieu, tombent, pour la plupart, tous les ans malades. Ils attrapent la fièvre, fièvre tierce, quarte et autres maladies, dont beaucoup meurent et celui qui une fois tombe malade ne recouvre jamais, ou bien rarement, une santé parfaite, son teint devient jaune et il vit à grand-peine. Même les indigènes ne sont pas épargnés par ces maladies, car d’ordinaire, parmi eux aussi, les malades sont assez nombreux134. » Le paludisme, la malaria et la fièvre intermittente sont donc déjà endémiques, mais on peut noter que les indigènes sont moins vulnérables, protégés sans doute par des anticorps que les Européens n’avaient probablement pas eu le temps de fabriquer. Le père décrit parfaitement les effets du paludisme, sans en dégager la cause : l’anophèle, puisqu’il n’y voit qu’un facteur climatique, or il faudrait ajouter les étendues d’eaux stagnantes, la sous-alimentation « multiplicateur » des maladies135 et les erreurs de l’hygiène.

  • 136 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 27 « Vino un moro a curarse que se le avía e (...)
  • 137 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y not (...)
  • 138 Biraben, Jean-Noël, Les hommes et la peste en France et dans les pays méditerranéens, Paris, La Ha (...)
  • 139 Braudel, F., Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècles, les structures (...)

64Deux maladies infectieuses, la typhoïde et la variole, étaient aussi meurtrières. Les fistules, les tumeurs, les abcès, les furoncles et divers boutons trouvaient des terrains favorables. Le ténia et l’ankylostome parasitaient certains intestins136. L’hydropisie, l’épilepsie, la rage et enfin la peste, présente au Caire et à Alger en 1717, reprit dans la capitale de la régence en 1723, année de famine137, tandis qu’au Caire il y eut recrudescence au printemps 1718138 et dans toute sa violence à Marseille en 1720, mais ce sera sa dernière apparition spectaculaire en Occident. Fernand Braudel explique « par des conditions extérieures (exogènes diraient les économistes) la régression du mal au xviiie siècle, [évoquant] la substitution des maisons de pierre aux maisons de bois après les grands incendies urbains des xvie, xviie et xviiie siècles, la propreté accrue des intérieurs et des personnes et l’éloignement des petits animaux domestiques des demeures, toutes conditions qui entretenaient le pullulement des puces139 ».

  • 140 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718. junio, 13 « Vino una embarcación de Levante, con la (...)
  • 141 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, éd. Loysel, 1992, p. 82. « On s’était toujou (...)
  • 142 Viaje de Argel, año de 1718, noviembre, 16 « Dizen algunos Turcos que an venido de Levante que ha (...)
  • 143 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structu (...)

65Le 13 juin de l’année 1718, « une embarcation est venue du Levant, apportant la nouvelle que là-bas la peste faisait des ravages et que, de l’embarcation, ils avaient jeté vingt corps à la mer140 ». Ce bateau contaminé était cependant entré dans le port d’Alger. Il n’y avait donc pas eu de cordon sanitaire d’établi, ce que confirment le père et Laugier de Tassy141. Le 16 novembre ce sont des Turcs venus du Levant qui disent l’importance de l’épidémie au Caire. « Il y a eu une peste si terrible au Caire qu’un jour douze mille personnes sont mortes et d’autres jours, six, huit et dix mille au printemps de cette année 1718142 ». L’épidémie était donc aux portes d’Alger sinon déjà dans la capitale, portée par les navires, les équipages, les voyageurs et les marchands. Si la Peste Noire, la peste pulmonaire, transmise par les puces régressa en Occident, « la peste bubonique, de son côté, resta endémique dans les régions chaudes et humides, le Sud de la Chine, l’Inde, et aux portes de l’Europe, en Afrique du Nord. La peste d’Oran (celle qu’a décrite Albert Camus) date de 1942143 ».

  • 144 Ibid.

66En matière de prévention comme de remèdes, les découvertes passées tombées dans l’oubli, on en était donc toujours — là comme en d’autres lieux à cette époque — à une médecine traditionnelle plus ou moins efficace, encore que nous ne sachions pas à quelles méthodes avaient recours exactement les chirurgiens d’Alger. Si nous avions eu quelques détails, nous aurions aimé rapprocher les descriptions avec celles de l’article de la Revue de la Bibliothèque Nationale, no 36 paru en 1990 qui publiait la traduction par Jacques Tenon du livre de Johann Hunczovsky sur les hôpitaux de Paris, « car elles offrent souvent un même spectacle, énumèrent les mêmes mesures plus ou moins efficaces... les mêmes suspicions démentielles, le même schéma social144 ». Il y décrit avec précision certains traitements appliqués aux malades, leur alimentation et donne aussi d’autres renseignements. Un exemple nous donnera une idée de l’état de la médecine, bien qu’il s’agisse de la façon dont on traitait les fistules soixante-cinq ans plus tard, puisque ce texte fut édité en 1783 et qu’alors prévalait davantage une médecine des soins et de renfermement. Voici ce qu’écrit l’auteur : « La quantité de malades attaqués de maladies chirurgicales monte ordinairement à 50 ; souvent il y en a moins. Quelque peu considérable que soit ce nombre, il n’y a pas cependant d’hôpital à Paris, où les fistules de l’anus soient aussi fréquentes qu’ici. La raison en est probablement, que dans tous les autres hôpitaux on se sert, surtout depuis quelques temps, d’un instrument tranchant pour fendre ces fistules tandis que dans celui-ci on a conservé la méthode de faire cette opération à l’aide d’une ligature avec un fil de plomb ou d’un autre métal. Les malades qui craignent la section, recourent donc ici où ils savent quelle n’a pas lieu. J’étais présent lorsqu’on enfila la fistule à plusieurs malades avec un fil de plomb qu’on resserra ensuite en le tordant peu à peu... Souvent il survenait de la fièvre le second ou le 3e jour, et les malades se plaignaient de douleurs violentes, on était obligé de détordre le fil... Lorsqu’il se trouve plusieurs conduits fistulaires entourés de petites callosités, on enlève entièrement les parties charnues attaquées en les coupant. La guérison est fort lente d’après cette méthode qui souvent même laisse une impuissance de retenir l’évacuation ordinaire. J’ai été deux fois témoin oculaire d’une issue pareille, quoique les opérateurs fussent très habiles. Et cet accident sera toujours à craindre lorsqu’une partie considérable du sphincter aura été enlevée par l’opération, ou rongée par la suppuration qui en est la suite.

67Depuis mon retour de mes voyages j’ai eu l’occasion d’opérer huit malades attaqués de fistules. Quelques-uns en étaient tourmentés depuis 15 à 16 ans, d’autres avoient des fistules compliquées, et deux même avoient déjà subi autrefois l’opération sans succès ; la plupart avaient des callosités. Après les avoir opérés avec l’instrument inventé par M. De Brambilla, je les pansai suivant sa méthode avec des mèches minces de charpie, et en peu de temps les malades furent parfaitement rétablis sans aucun accident.

  • 145 Johann Hunczovsky, traduit par Jacques Tenon, les hôpitaux de Paris, 1783, Revue de la Bibliothèqu (...)
  • 146 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, henero, 29 « Ha estado más de un año en el hospita (...)

68L’opération de la taille se fait ici avec le bistouri caché et la plupart des opérés sont guéris145 ». L’évolution des méthodes chirurgicales dans la deuxième moitié du xviiie siècle avaient permis davantage de guérisons, alors que, jusque-là, un patient affligé de fistules courait à la mort, comme ce fut le cas de Matheo Conde, dont le père dit : « Il a passé plus d’un an à l’hôpital, avec six ou sept fistules qui l’ont fait beaucoup souffrir et qu’il supporta avec une grande patience, aujourd’hui alors que je lui donnais un jus de viande il me dit, je l’avale parce que V. R. me l’ordonne, mais ce n’est plus nécessaire car ce sera le dernier que je prendrai... et puis, l’après-midi, il rendit son âme à Dieu, il était si décharné, qu’il ressemblait à une statue de la mort146. »

De l’hygiène

  • 147 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 13 « Se ha limpiado la sala de los enfermo (...)
  • 148 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 8 « Día de N. P. S. Juan de Mata se cantó la missa con muc (...)
  • 149 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 19 « Lindo tiempo que pareze una primavera sin que en esta (...)
  • 150 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 31 « Como nunca se desocupa [la enfermería] (...)
  • 151 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 26 « Van entrando los calores por lo qual se están dando de ca (...)

69Si les trinitaires avaient lutté contre la promiscuité en ne mettant qu’un seul malade par lit, ce qui n’était pas toujours le cas dans tous les hôpitaux d’Europe, s’ils luttaient contre les innombrables parasites en blanchissant les locaux à la chaux, même aux époques d’encombrement, car le 13 octobre 1718 époque de maladie, « on a nettoyé la salle des malades, on l’a blanchie à la chaux et l’on a échaudé les lits pour supprimer les punaises, car elles abondent147 ». Et presque deux mois plus tard, le 8 décembre 1718, « jour de N. P. S. Jean de Matha on a chanté la messe avec beaucoup de solennité... On a blanchi à cette fin la chapelle et l’infirmerie148 », sans échauder les lits cette fois. Est-ce pour cette raison que onze jours plus tard, à la mi-décembre, il fait un temps de printemps et les punaises apparaissent, accompagnées des puces et des mouches149 ? Il aurait donc fallu vraisemblablement répéter souvent l’opération, mais cela était-il réalisable, dans un espace trop étroit sans gêner les malades150, à une époque où il fallait aller chercher l’eau et où tout se faisait à la main ? Quoi qu’il en soit, on luttait, semble-t-il, au moins une fois l’an contre les parasites : on blanchissait les cellules des religieux pour en éliminer punaises et puces151, comme on traitait la chapelle et l’infirmerie pour la fête solennelle de saint Jean de Matha, fondateur de l’ordre.

  • 152 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 31 « La enfermería que ay aora es obscura sin poderla dar luz (...)
  • 153 Vigarello, Georges, Histoire des pratiques de santé, le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, éd (...)
  • 154 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, éd. Privat, Toulouse, 1982, p (...)
  • 155 Vigarello, Georges, Histoire des pratiques de santé, le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Pa (...)

70La prévention des maladies se manifesta aussi dans la prise en compte de l’aération de l’infirmerie152, car « avec le xviiie siècle ce n’est pas seulement la mécanique du corps qui autorise de nouveaux gestes préventifs, c’est encore la manière de traiter les éléments physiques, celle d’habiter les lieux, celle d’y conduire les flux153 ». En utilisant les courants d’air, au moment où ils agrandissaient l’hôpital, les pères avaient amélioré la ventilation de la salle. Or, même si « l’idée que l’aération par un dôme peut être bénéfique date [du xviie siècle154] », l’intervention concrète sur les appareils d’aération datait de 1713 où « les cheminées, dans les appartements des plus aisés, sont pour la première fois conçues pour activer l’air155 ». Cette amélioration reposait sur la remise en question de la purification de l’air par la diffusion de parfum. L’air devait circuler et les pères étaient acquis à cette idée.

  • 156 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 31 « Fue el P. Fr. Theodoro al baño caliente (...)

71En revanche, il fallait aller chercher l’eau pour remplir la citerne. L’absence de puits à l’hôpital rendait l’hygiène plus précaire, or, cette découverte fut essentielle dans la lutte contre la maladie. Les Occidentaux n’avaient pas le souci — religieux — d’hygiène corporelle des musulmans, ce que montre le passage suivant, que nous connaissons déjà : « Le P. Théodore est allé se baigner au bain chaud, dont on dit qu’il est très bénéfique à la santé, et il y en a d’autres dont s’occupent des Maures Mozabites, qui les tiennent très propres. Les Maures et les Mauresques vont s’y baigner, pour y laver — disent-ils — leurs péchés et chaque fois que mari et femme usent du mariage ils vont aux bains, ou au moins quelques fois et parce qu’ils ne peuvent pas prier tant qu’ils n’ont pas baigné leur corps tout entier, c’est pourquoi les bains sont très fréquentés par les Maures, les Mauresques, les Juifs et les Juives et même par des chrétiens, et les hommes y vont l’après-midi ou très tôt le matin pour ne pas rencontrer les femmes. Quelques-uns vont seulement y suer, parce qu’ils sont si chauds qu’en peu de temps on sue admirablement et le corps et l’organisme en ressentent beaucoup de bien-être, mais comme ils sont si communs je n’ai jamais voulu y aller, ni le père administrateur156 ». L’expression « et même des chrétiens » utilisée par le père est claire : aller au bain était assez étranger aux mœurs occidentales. Même si on envoyait certains malades suer au bain ; « a sudar al baño », c’était un bain thérapeutique qui s’inscrivait dans la lignée des traitements anciens de la maladie. Alors, résistaient les plus robustes et souvent les plus riches, les hommes d’une classe inférieure étant usés avant l’âge par le travail, la fatigue et la pauvreté, qui leur interdisait d’acquérir ce qui était indispensable à leur subsistance.

  • 157 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de J (...)

72Par ailleurs, on considérait que la guérison venant de Dieu, elle était miraculeuse. Dans ces conditions, le raisonnement tenant de la foi et non d’une démarche scientifique, pour les chrétiens comme pour les musulmans, il n’y avait guère de remèdes ou de procédés capables de vaincre l’infection, puisque la médecine n’avait pas de raison de progresser. D’un autre côté, par rapport à l’Espagne et à l’Europe de la première moitié du xviiie siècle, les trinitaires n’étaient pas en décalage, étant donné que les objectifs fondamentaux des institutions, liées à l’Église, visaient à soigner et à sauver les âmes, à éduquer et à inciter à la patience et à la résignation, enfin à préparer à la mort157.

73Cependant, les malades étaient soignés du mieux possible. En effet, le repos, l’accompagnement, le réconfort, une alimentation plus conséquente, plus variée, voire plus équilibrée, étaient des facteurs importants pour le rétablissement de la santé de certains captifs dans le besoin, qui venaient prendre leur repas à l’hôpital. Et si nous en jugeons par le livre de comptes, les achats permettaient au cuisinier, en 1718, de composer des repas qui paraîtraient actuellement équilibrés. Examinons les achats faits sur un mois. Par exemple du 4 février au 4 mars 1718 (tableau 8 p. 201).

De l’alimentation

74Nous avons mis les éléments de ce tableau sous forme graphique (figure 12 p. 203) en retenant, non pas les quantités achetées, — parce qu’elles ne sont pas toujours indiquées, ni l’unité de mesure parce qu’elle n’est pas identique —, mais la fréquence d’achat des produits qui reste une indication probante.

75Des légumes (verduras) sont achetés quotidiennement. Ils se situent au point culminant de la courbe. Mais, si nous regardons du côté de la viande, du poisson et des œufs, en les additionnant, nous obtenons un total plus important. Consultons le tableau 9 p. 204 qui récapitule la fréquence d’achat et les quantités acquises.

76Le nombre de moutons achetés, par deux tous les deux jours, couvre le mois à raison d’un mouton par jour. Les poules ont été achetées en quatre fois, mais par douze, quatorze ou huit au minimum, si bien que l’hôpital disposait pour sa consommation de quarante-deux poulets et s’était procuré, par cent ou deux cents le plus souvent, mille six cents œufs. Enfin, un quart de bœuf avait été racheté aux juifs qui refusaient une viande qui ne correspondait pas aux normes d’abattage judaïques. Les légumes secs : les fèves, les haricots, les lentilles, les pois chiches et les céréales, surtout le riz, entraient aussi dans les menus, ainsi que les fruits de saison, soit deux couffins de raisins secs et une demi-livre de dattes. Le « pan bizcocho » était réservé aux malades. Quant au lait, acheté en fonction de la production, comme le fromage, il avait valeur de médicament, de même que les citrons qu’on achetait en grande quantité. Enfin, les pattes de moutons (manos de carnero) étaient réservées aux malades atteints de dysenterie, maladie qui se développait à partir de septembre.

77En 1714 il n’y avait pas grand écart dans les achats, si ce n’est que les quantités et la variété étaient moins grandes qu’en 1718. C’est du moins ce que prouverait le tableau 10 p. 205 et le graphique (figure 13 p. 206) suivants. Ce n’est guère étonnant, puisque, selon le journal, le pain manquait alors.

78Nous retrouvons les mêmes pics : en 1714 les légumes sont achetés au quotidien. Viande, poisson et œufs ont la même place qu’en 1718 : les deux courbes se recoupent, mais la fréquence d’achat est inférieure, ce qui laisse supposer que le pouvoir d’achat des trinitaires était moins élevé ou qu’une crise de subsistance se faisait sentir ou encore que le nombre de lits était encore de dix, si bien que les malades accueillis auraient été moins nombreux. Par rapport aux produits consommés un constat s’impose : l’alimentation reposait surtout sur les protéines, animales en particulier. Il ne faut pas non plus oublier que les achats se faisaient de façon saisonnière, puisque le raisin par exemple mûrissait en septembre ; il apparaît dans la comptabilité de ce mois, les oranges en novembre, les dattes et les raisins secs en décembre et en février.

Tableau 8. — Achats du 4 février au 4 mars 1718

Tableau 8. — Achats du 4 février au 4 mars 1718

Achats du 4 février au 4 mars 1718 (suite tableau 8)

Achats du 4 février au 4 mars 1718 (suite tableau 8)

Figure 12. — Achats du 4-02-1718 au 4-3-1718

  • 158 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 29 « No queriendo venir al hospital po (...)
  • 159 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, septiembre, domingo 11 « Día del Dulcíssimo Nombre (...)
  • 160 Viaje de Argel, año de 1719, febrero, miércoles, 8 « Día de N. P. S. Juan de Matha se cantó la mis (...)
  • 161 Viaje de Argel, año de 1719, abril, 9 « Domingo de Pasqua de Ressurección... Oy se dió a los enfer (...)

79Nous avons eu recours aux comptes de l’hôpital, parce que jamais n’apparaît dans le journal la composition d’un repas de malade, alors que certains captifs accusaient les trinitaires de les affamer158. Nous apprenons seulement, à un moment où le père fait manger un homme très malade, que le jus de viande était l’aliment donné à ceux qui ne pouvaient plus s’alimenter et que certains jours carillonnés, comme le jour de la fête « du très doux Nom de Marie159 », le jour de la fête de St Jean de Matha160 et le jour de Pâques161, on leur servait en entrée, en supplément, du poulet ou une fricassée de poulet, une gourmandise en somme.

Tableau 9. — Fréquence d’achat et quantités acquises du 4-02 au 4-03-1718

Tableau 9. — Fréquence d’achat et quantités acquises du 4-02 au 4-03-1718

Tableau 10. — 26 jours en décembre 1714

Tableau 10. — 26 jours en décembre 1714

Figure 13. — Achat en décembre 1714, sur 26 jours

  • 162 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de J (...)
  • 163 Ibid., p. 105. « En definitiva, la dieta, fuerte en proteínas y calorías, se fundamentaba en el co (...)
  • 164 L’once de Paris faisant 30,59 g., les malades recevaient 122 g. de viande environ.
  • 165 Johann Hunczovsky, traduit par Jacques Tenon, les hôpitaux de Paris, 1783, Revue de la bibliothèqu (...)

80De ces observations, nous pouvons tirer des conclusions qui vont dans le sens de ce que nous connaissons des pratiques alimentaires dans les hôpitaux de l’époque en Europe, en particulier à Cordoue et à Paris. Fernando López Mora écrit que : « Dans ce bourg [Pozo Blanco] la diète était composée, selon notre citation pour le cas de Baena, de pot-au-feu de mouton, de lard et de pois chiches et en certaines occasions, on ajoutait généralement des tranches de jambon ou des potages. Cependant, dans cet établissement, en somme, des aliments aussi courants dans les hôpitaux de l’époque que le chocolat, les biscuits ou le poulet, étaient rares162. » « En définitive la diète, forte en protéines et calories, reposait sur la consommation de viande163 ». De son côté, Johann Hunczovsky dit qu’à l’hospice de charité de la paroisse de St Sulpice « ceux qui sont à la diète, ont trois fois par jour une soupe à six heures et demie et à 10 heures du matin, et à 5 heures du soir. À une heure on leur donne des pruneaux ou des pommes cuites, ou de la gelée de viande, lorsqu’ils sont très faibles. Ceux qui sont à la demi-portion sont transférés à la salle des convalescents, où on leur donne une soupe le matin : quatre onces164 de viande et autant de pain à 10 heures : et à une heure du fruit avec un verre de vin qui fait à peu près le sixième d’une bouteille ordinaire. Le même ordre est observé pour ceux qui ont la portion entière, avec la différence seulement qu’ils ont le double de chaque article. Les convalescents ont trois fois par semaine du roti pour soupé et les autres jours des confitures165 ».

  • 166 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prologo y not (...)
  • 167 Ibid., p. 206, note 2. « Se usaba mucho el siguiente menú para el almuerzo de este día solemne : “ (...)

81Les similitudes sont patentes : la gelée de viande ou le jus de viande étaient utilisés de la même façon à Paris et à Alger. De plus, le repas principal est servi aux malades dans les deux lieux à 10 heures du matin et ce qui domine dans cette alimentation c’est la viande, les protéines, leur quantité dépendant de l’état de santé du malade. Si dans la région de Cordoue les établissements hospitaliers servaient rarement du poisson, des œufs et des légumes verts, du poulet et des biscuits, nous ne pourrons en dire autant de l’hôpital d’Alger qui, à l’exception du poulet qui figurait aux repas de fête, investissait beaucoup dans ces produits alimentaires. Il figurait donc parmi les établissements ordinaires qui, en Espagne, se souciaient de leurs malades. Nous pouvons même ajouter que, par rapport à l’hôpital parisien mentionné, l’équilibre alimentaire paraissait meilleur selon nos critères actuels, même si ces établissements valorisaient les protéines animales, ce qui n’était nullement étonnant de la part des Européens carnivores de l’époque. À titre d’indication, car il s’agissait du repas servi aux captifs rachetés à leur arrivée à Madrid, après l’action de grâce publique et la procession rituelles, voici le menu propre à ce jour solennel que le récit du rédempteur qualifie de « convenable et abondant166 » : « On usait beaucoup du menu suivant pour le déjeuner de ce jour solennel : “soupe dorée et une perdrix pour chacun. Au dîner on donne, de la même façon, à chacun des captifs, quelque chose en plus, comme un chausson anglais. Les autres jours on leur donne la portion habituelle jusqu’à ce qu’ils reçoivent leurs passeports pour leur départ167” ».

Du quotidien

  • 168 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 13 « Una campanilla que avía en mi celda la (...)

82Il n’est guère question dans le journal de l’organisation quotidienne, en dehors de l’horaire des deux principaux repas, à dix heures du matin et à six heures le soir168, mais nous avons recueilli quelques éléments à la suite de l’un des index, dans des pages où le père consigne le texte des prières qui sont dites dans les diverses circonstances et le rituel suivi.

Comment on donne le repas et le dîner aux malades.
Dès que la cloche sonne pour le déjeuner qui, en tous temps, se prend à dix heures, les religieux et les infirmiers se rassemblent dans l’infirmerie près de la porte. On met le pain au milieu et celui qui le porte dit : bénie et louée soit la très Sainte-Trinité, et le très Saint Sacrement de l’autel, et la conception pure et sans tâche de la reine des Anges Marie, Notre-Dame conçue sans la souillure du péché originel dans le premier instant de son être. Un Pater Noster et un Ave María pour les bienfaiteurs de ce saint hôpital.
Bénédiction.
Après le repas le lecteur dit : tu auten [sic !] Domine miserere nobis. Deo grattas.
Au dîner on fait la bénédiction comme au déjeuner et dès que c’est terminé le prêtre dit : benedictus Deus in donnis suis et sanctus in omnibus operibus suis : qui vivit et regnat in secula seculorum. Amen. Le reste est dit comme pour le déjeuner et se termine par un répons pour les âmes du purgatoire. Quand on donne le petit déjeuner aux malades et qu’on allume les lampes pour la nuit dans l’infirmerie on dit la même chose que plus haut...
Au déjeuner et au dîner des religieux, on fait les cérémonies et bénédictions qu’ordonne notre cérémonial ; à la fin du déjeuner on va à l’église, et après les grâces on dit l’introït institué par le Bienheureux Roberto Gaguino, général de notre Sainte Religion.

  • 169 Flandrin, Jean-Louis, Cobbi, Jane, Tables d’hier, tables d’ailleurs, histoire et ethnologie du rep (...)
  • 170 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 10. « Todos los días se celebran muchas (...)

83D’après ce texte, tout est lié au rituel religieux de l’ordre, les repas des religieux comme ceux des malades. Les religieux faisaient semble sus- t-il deux repas169, tandis que les malades en avaient trois, celui du déjeuner étant pris à dix heures du matin, parfois à neuf heures et demie si une messe solennelle l’exigeait. Le journal proprement dit donne le résumé suivant du rituel suivi : « Tous les jours les religieux de l’hôpital célèbrent de nombreuses messes en présence des malades, on chante les vêpres les jours solennels, et la messe les autres jours de fête et le samedi de Notre-Dame. Tous les soirs on chante le Salve et le samedi on ajoute le Tota pulchra es María et on dit d’autres prières pour recommander à Dieu les bienfaiteurs et les défunts, comme l’ordonne notre sainte règle num. 32. On dit le rosaire en chœur tout l’hiver, et on cesse de prier en été pour ne pas gêner les malades à cause des fortes chaleurs qu’il fait dans ce pays. Chaque fois qu’ils dînent ou qu’ils mangent et qu’on allume les lumières aux malades, ils disent tous un Pater Noster et un Ave María pour les bienfaiteurs170. »

  • 171 Ibid., « El Pe Administrador y los Relixiosos, visitan muchas vezes al día a los enfermos según la (...)

84Les religieux n’avaient pas la responsabilité directe des soins, même si « le père administrateur et tous les autres religieux [rendaient] très souvent visite aux malades le jour, en fonction du besoin dans lequel ils [étaient], et [si] chaque nuit on [faisait] une visite générale à chacun en particulier, pour savoir dans quel état ils se [trouvaient], comment les infirmiers les [soignaient], si l’effet des remèdes ordonnés par les chirurgiens [était] bénéfique, et on les [exhortaient] à la patience dans la souffrance, et à exercer d’autres vertus selon ce qu’[exigeait] l’état des malades171 ». Nous reconnaissons le fonctionnement habituel, traditionnel des institutions hospitalières liées à l’Église et celui des trinitaires qui s’inscrivaient dans une tradition séculaire inchangée.

  • 172 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 10. « Se da camissa a los enfermos que n (...)
  • 173 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p (...)
  • 174 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 9. « Y en viniendo el enfermo lo primero (...)
  • 175 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p (...)

85L’usage voulait aussi que l’on inscrivît sur le registre des entrées la date d’arrivée du malade, son nom, celui de ses parents et son lieu de naissance. On procédait de la même façon lors du décès et chaque captif qui entrait à l’hôpital devait être muni d’une couverture et d’une pataque chique (1/3 de piastre, soit 232 aspres) destinées, l’une, à devenir linceul en cas de décès, l’autre, à payer les personnes qui se chargeraient de procéder à l’inhumation. Mais s’il se rétablissait, il repartait avec la couverture et la pataque. On donnait aussi au malade qui n’en avait pas une chemise qu’il gardait, lorsque, rétabli, il quittait l’hôpital172. Mais pour y avoir accès il fallait être chrétien, se confesser et recevoir les saints sacrements. En cela l’hôpital d’Alger ne s’écartait pas de « la volonté de faire régner un ordre moral si caractéristique de la Réforme catholique173 ». En effet, « dès que le malade arrive, avant tout autre chose on le munit des Saint Sacrements, conformément à notre sainte règle primitive, ordonnée par nos saints patriarches St Jean de Matha et St Félix de Valois, approuvée par Innocent III en l’an 1198... et pour administrer les Saints Sacrements et les aider à bien mourir les religieux sont prompts et celui que demande le malade les lui administre174 ». L’hôpital de Tarbes ne procède pas différemment lorsqu’il applique ses règlements : « Le premier jour que lesdits malades seront arrivés dans ledit hôpital Saint Blaise, ils seront exhortés à la confession et communion. Si, deux jours plus tard, ces sacrements ne sont pas reçus, prieur et médecin veilleront à ce “qu’aucun remède leur soit appliqué jusques à ce qu’ils aient satisfaits aux dittes exhortations”. Il convient d’autre part de chasser tout “blasphémateur du nom de Dieu, sédicieux, ivrogne ou scandaleux”. Chaque matin et chaque soir, à genoux, sont récitées les principales prières, les litanies de la Vierge, des oraisons pour les bienfaiteurs décédés. Le catéchisme est enseigné aux malades175 ». À Alger les trinitaires agissaient de la même façon.

  • 176 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 29 « Un cautivo natural de Almería que (...)
  • 177 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 22 « Esta tarde vino un hereje luterano a (...)

86La confession obligatoire écartait de l’hôpital toute personne qui refusait de s’y soumettre, comme le prouve cet extrait du journal : « Un captif originaire d’Almería qui était à la caserne des Turcs, ne voulait pas (alors qu’il était malade) venir se soigner à l’hôpital pour ne pas se confesser, et le sachant, Diego Moriñigo le chirurgien de l’hôpital s’en fut là-bas, et il lui dit qu’il ne lui administrerait aucune médecine s’il ne venait pas à l’hôpital, et ainsi il le fit venir, ne s’étant pas confessé durant toutes ses années de captivité ; et pour cette même raison ne voulant pas venir à l’hôpital pour ne pas se confesser quelques-uns meurent misérablement dans les jardins sans que personne ne les confesse, ni ne les soigne, et pour ne pas venir ils discréditent l’hôpital auprès de leur patron en leur disant qu’on les laisse mourir de faim, qu’on ne leur applique aucune médecine, que tous meurent et d’autres choses de cette teneur ; c’est pourquoi les patrons ne se soucient pas beaucoup de les envoyer176. » Si l’on accueillait les hérétiques c’était dans l’espoir d’une conversion plus que par tolérance. Aussi les religieux veillaient-ils à bannir toute hérésie de l’enceinte de l’hôpital, comme le montre ce passage du journal en date du 22 février 1719 : « Cet après-midi un hérétique luthérien vint voir le capitaine Jean Ros qui est très malade et il lui parlait dans sa langue des Flandres sans que ceux qui étaient présents comprissent ce qu’il disait et parfois il lui lisait un livre flamand. Les infirmiers croyaient qu’il était catholique romain comme l’était le malade qui a vécu au sein de cette église durant le temps où nous l’avons connu à Alger. Néanmoins, soupçonnant que celui qui lui rendait visite et lui faisait la lecture était hérétique, ils lui posèrent la question. Il se tut, mais le malade dit qu’il était catholique romain et, comme il n’a pas toute sa tête il l’écoutait — semble-t-il — avec plaisir et prêtait attention à ce qu’il lui lisait, cela fit croître le soupçon chez les infirmiers. Ils m’appelèrent, j’arrivai, je feuilletai le livre et très vite je tombai sur quelques chapitres qui avaient pour titre Martin Luther et d’autres Jean Hus, hérétiques, ennemis de l’église romaine. Ainsi fut découvert l’hérétique, méchant loup qui, sous des dehors patelins, venait dans la bergerie égarer cette pauvre âme. Je le jetai hors de l’infirmerie et je lui dis un certain nombre de choses contre sa secte... Je revins près du malade et le persuadai de ne pas recevoir de pareils hérétiques et de ne pas les écouter parce qu’ils venaient seulement perdre son âme, car uniquement dans l’église romaine nous pouvions nous sauver et uniquement à ses livres il fallait prêter attention ; il me répondit que malade ou en bonne santé il vivrait en catholique romain. Je lui fis faire sa profession de foi et confesser ses principaux mystères et le père administrateur, fr. Francisco Navarro, qui l’avait confessé auparavant et lui avait donné le viatique, en fit autant, et il avait reçu ces sacrements avec beaucoup de dévotion. Que Dieu nous accorde sa grâce pour vivre parmi tant d’ennemis de Dieu177 ». L’institution hospitalière tributaire d’un système de pensée qui associait charité, répression et assistance avait bien pour objet le maintien dans la foi catholique romaine des captifs protégés des hérésies et de l’apostasie.

  • 178 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 27 « Vino un Moro a curarse que se le avía e (...)
  • 179 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 3 « Dieron de palos en casa de Rey a un muchacho judío hijo de (...)

87Pourtant les religieux ne refusaient pas, surtout lorsqu’il s’agissait de notables ou du dey en personne ou encore de connaissances, de soigner Juifs et Musulmans qui faisaient appel à eux. Le 27 juillet 1718 le père écrit qu’« un Maure est venu se faire soigner car une bestiole qui s’était introduite par le nombril se promenait entre la peau et la chair du ventre et elle s’échappait si on essayait de l’attraper. Le Maure en était presque desséché depuis huit mois qu’elle l’habitait178 ». Ou encore le 3 mai 1719 que « dans la maison du roi on a châtié à coups de bâton un jeune homme juif, fils d’Esther, qui vient d’arriver de la Chrétienté parce qu’on a trouvé sur lui des pistolets qu’il amenait de la marine, qu’il a voulu passer sans les déclarer, et Diego le chirurgien est allé le soigner. Sa mère est baptisée en Espagne179 ». Le fait qu’il s’agisse d’une femme et d’un jeune homme qui avaient des liens religieux avec l’Occident chrétien, particulièrement avec l’Espagne, explique aussi l’aide apportée à ces deux personnes.

88En somme, l’hôpital des trinitaires, étroitement lié à la présence des captifs, butin des corsaires, produit de la course, géré par des hommes convaincus de leur mission qui veillaient au grain et faisaient de leur mieux dans le cadre traditionnel de l’Église et de la médecine de l’époque, se classait parmi les bons établissements.

Notes

1 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 2. « Tiene este Real hospital su sitio en lo mexor de Argel, por estar junto al Zoco, que es donde está el mayor comercio pegado con el baño de Galera ».
Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1 en que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables. « Atraviessa la calle la ciudad, passa junto a los baños de Baylique y Hospital donde llaman el Zoco, porque es donde se compra y vende ».

2 Diario de Argel, año de 1720, Capítulo II. « Del govierno de Argel y de sus Reyes », fol. 151. « Este Duan tubo antiguamente su asiento en el baño, donde oy está el hospital de la Santíssima Trinidad, que oy se llama de Galera y de Santa Cruz y antiguamente se llamava de la Aduana. En él vivía el Aga y se executava la justicia de los Turcos, en él davan de palos y quitavan la vida a los Turcos. Parte de este sitio donde esto se executava se ha entrado en la possesión del Hospital ».

3 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1997, p. 177, note 11.

4 Ximénez, fr. Francisco. Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 2. « ... inclinado algo azia la parte de levante cerca de la mar, dominándolo la mayor parte de la ciudad, por estar situada en una ladera de una montaña... La puerta de la calle mira entre oriente y norte inclinada más al Levante. »

5 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p. 100.

6 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de Jesús Nazareno (a fines del siglo xviii), editado por : Excma Diputación provincial de Córdoba y la Obra cultural del Monte de Piedad y Caja de Ahorros de Córdoba, 1992. « Otro factor a tener en cuenta para explicar la localización hospitalaria son las comunicaciones : hemos advertido que algunas de las villas mejor equipadas institucionalmente bordeaban — nos referimos en especial a aquellas colindantes del Camino Real — las principales vías de comunicaciones ».

7 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1997, p. 177.

8 Ibid., note 11, p. 177. « El hospital de la Santíssima Trinidad estuvo situado en la calle de Bab-Azzoun, en el emplazamiento de la casa Hertz y Catalá ».

9 Golvin Lucien, Palais et demeures d’Alger à la période ottomane, Aix-en- Provence, Édisud, 1988, p. 78.

10 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 104.

11 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, jueves, 30. « Estuve con atención reparando en la entrada del baño de Galera que está contigüo al hospital (o por mejor decir está dentro del, encima de las tabernas que tiene dentro del mismo baño...) »

12 Diario de Argel, año de 1719, abril, 6. « ... entoldado todo el baño para evitar las irreverencias de los judíos y para defensa del agua que no dexo de llover lo bastante ».

13 RR. PP. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger et de Tunis, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, p. 53. « Les tavernes ne sont pas autre chose que des caves et magasins qui n’ont jour que par la porte, il y en a de plus ou moins grandes... »

14 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 6 « Por la noche después de aver hecho colación a las ocho poco más o menos baxamos todos los relixiosos a este baño de Galera por la puertecilla que passa a él de la qual tenemos en el hospital la llave y las llaves de las puertas principales del baño y del hospital las tiene el guardián bassi ».

15 Ibid., « La portada es de piedra con columnas mui bien labrada, y encima ay un nicho cubierto aora de ladrillo y de barro ».

16 Diario de Argel, año de 1719, abril, 6. « ... Y quedará mui hermosa con las escaleras que aora se le an de poner de piedra, y ya tenemos para este fín labrados... »

17 Ibid., « se le ha de echar aora su puerta, para que cerrándola no salga fuera el mal olor ».

18 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1997, p. 104.

19 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979. t. 1. p. 230.

20 L’hôpital d’Alger correspondait aux normes de l’hôpital d’Ancien Régime en Espagne : petites salles, séparation des sexes, grandes fenêtres d’un seul côté ; au nord ou au sud pour la ventilation, deux nefs avec des colonnes et des arcs intermédiaires et au chevet un autel. Il comprenait aussi d’autres pièces, pour faire le pain, laver le linge, entreposer les denrées alimentaires, une cuisine et des caves, enfin des chambres pour la communauté et des chambres spécifiques pour les chapelains.

21 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, tomo II, prólogo. « Tiene cada enfermo su cama ».(« Chaque malade a son lit ».)

22 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, 1718, mayo, viernes, 27 « La capilla del hospital tiene su media naranja, es mui pequeña, y está en la enfermería que es de tres naves, tiene su retablo, y en medio está la imagen de N.S. de los Remedios patrona de la religión y de este hospital, a los lados están nuestros Patriarchas S. Juan de Matha y S. Felix de Valois de talla con havitos de seda, y un caxón para los ornamentos, lo restante sirve de yglesia y de enfermería ».

23 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, prólogo, fol. 4-5. « La capilla aunque pequeña tiene a proporción su media naranja que la adorna mucho. El altar es mui rico y bien tallado y dorado con el tabernáculo mui lindo. Encima del tabernáculo está una imagen de N. Señora mui hermosa toda de talla... a los lados están Nuestros gloriosos Patriarchas S. Juan de Matha y S. Felix de Valois, vestidos con los hábitos de sedde con sus capas y capillas negras con mucha curiosidad. En el plano del altar están Sn Roque y Sn Sebastián, para tenerlos por abogados en los tiempos de peste y para librarse de ella los a colocado aquí la devoción de los cautivos. Tiene esta capilla sus puertas las quales se cierran en acabando de celebrar los divinos oficios ».

24 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 22 « Oy se dio principio a la obra de la enfermería y se ha empezado a derribar la enfermería de los luteranos ».

25 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1997, capítulo VII, p. 105, « En cuaresma de 1612 fundaron en un aposento abandonado junto a la capilla de la stma. Trinidad, un pequeño hospital, donde pusieron ocho camas que aumentaron después hasta doce ».

26 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 22 « Esta obra la intentó hazer el P. Predicador Fratilano de la Fuente siendo administrador de estos santos hospitales y aviendo ya comprado algunos materiales teniendo la licencia del governador para hazerla, después se volvieron atrás como son tan inconstantes los Turcos y mandó el Governador que no se prosiguiesse adelante teniendo que vender las maderas que se avían comprado a menos precio ».

27 Jean Imbert, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p. 102.

28 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de Jesús Nazareno (a fines del siglo xviii), editado por : Excma Diputación provincial de Córdoba y la Obra cultural del Monte de Piedad y Caja de Ahorros de Córdoba, 1992, p. 44. « Más que la penuria física, lo que realmente conmovió a los hermanos fundadores fue que muchos de los pobres morían sin recibir los sacramentos, es decir sin “curación espiritual” ».

29 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 7 « Murió Juan Diaz portugués en el jardín de su patrón que está una legua distante de la ciudad sin que su patrón le aya dexado venir a curar al hospital sin aver recivido los sacramentos por no aver avisado y un barbero ignorante que fue allá lo pudiera aver dicho pero le pareció que no se moría por falta de inteligencia. A las doze de la noche murió en el hospital María Yanssi flamenca aviendo recivido los santos sacramentos ».

30 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. II, Prologo. « Y en viniendo el enfermo lo primero que se le previene antes de diligencia alguna, es, la administración de los Santos Sacramentos ; conforme nuestra santa regla primitiva, dispuesta por nuestros Santos Patriarchas Sn Juan de Matha y Sn Felix de Valois, aprobada por Innocencio III el año de 1198... »

31 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de Jesús Nazareno (a fines del siglo xviii), 1992, p. 52.

32 Le Libro de gastos de l’hôpital indique, dans l’inventaire fait en 1701, qu’en novembre le nombre de lits était de 10.

33 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 31 « La desconveniencia que hasta aora an tenido [los enfermos] ha sido grande, pues la enfermería que ay aora es obscura sin poderla dar luz más que por un lado, por lo qual tiene mui poca respiración ; tiene catorce alcobas donde caben otros catorce enfermos, y aviendo en ocasiones más de ochenta, sin los sirvientes que suelen passar de más de cien personas entre unos y otros, se puede discurrir la desconveniencia con que estarían los pobres enfermos y como nunca se desocupa, no se da lugar a jabelgarla y limpiarla por lo qual hierbe de chinches, sin que dexen sosegar a los enfermos. Por todos estos inconvenientes se ha resuelto de hazer la enfermería ».

34 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, t. III, marzo, 1, fol. 20-21. « Una enfermería tan capaz, que cabrán cinquenta enfermos sin estorbarse unos a otros, y con ventanas azia la parte de entre norte y oriente y por otra parte entre poniente y medio día mui hermosas y capazes con la correspondencia de vientos. »

35 Diario de Argel, año 1720, t. III, marzo, 1, fol. 21. « Encima de la enfermería se han hecho cinco celdas mui buenas para religiosos y boticario y cirujano ».

36 Diario de Argel, año 1720, febrero, 17 « Se acabó oy la obra de la enfermería la qual está mui bien fabricada aviendo sido el Maestro de ella Sidi Ali Moro. Tiene mucha capacidad de suerte que cabrán en ella quarenta o cincuenta enfermos, tiene tres ventanas a un lado que miran azia la calle y dos al otro que mira al baño de Galera mui capazes, y se ha hecho en ella un quarto, que viene a estar encima del que se ha hecho para el capellán del baño, para si viene alguna muger o sacerdote enfermo, para que esté de los demás separado, encima de la enfermería se an fabricado cinco celdas mui buenas, y junto a la escalera por donde se sube a ellas se ha hecho una cocina para alambicar las cosas necessarias para la botica, y para hazer la colada el día que se laba ; se ha reedificado la entrada del hospital aviéndose hecho una escalera para entrar en él mui capaz con los escalones de piedra y en el descanso de ella está la puerta de la bodega que también se ha hecho nueva, y cabe en ella bastante vino para el gasto del hospital, se ha hecho también necessaria nueba, aunque ésta es estrecha más de lo que era necessario para una casa tan común como es y donde ay bastantes enfermos ».

37 Diario de Argel, año de 1720, marzo, 9 « Se ha medido la enfermería nueba, y tiene veinte y una vara de largo, y nuebe y media de ancho, que hacen sesenta y tres pies de largo, y veinte y ocho y medio de ancho, quedando hermosa y con mucha conveniencia para los enfermos ».

38 La salle des « pôvres » de l’Hôtel-Dieu de Beaune mesure 50 m de long sur 14 m de large, cela fait une surface de 700 m2.

39 Notons au passage, que les salles réservées aux femmes étaient plus petites que celles destinées aux hommes. Des facteurs sociaux-économiques les tenaient-elles plus à l’écart des hôpitaux ou étaient-elles plus robustes que les hommes ?

40 Le père Deslandres, sans préciser ses sources, affirme à la page 148 de son ouvrage, que : « Cette fondation [l’hôpital] devait se développer jusqu’à compter, en 1720, quatre-vingt lits ».

41 RR. PP. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger et de Tunis, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, p. 75-82.

42 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, febrero, 17 « Para si viene alguna muger o sacerdote enfermo, para que esté de los demás separado. » L’accord au masculin singulier du verbe qui aurait dû être accordé au pluriel est révélateur.

43 RR. PP. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger et de Tunis, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, p. 82.

44 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año 1720, marzo, 1 « Encima de la enfermería se han hecho cinco celdas mui buenas para religiosos y boticario y cirujano ».

45 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979, t. I. p. 258.

46 Ibid., p. 234.

47 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 31 « Pareze a querido Dios no sólo conservar sino aumentar los medios para la dilatación del hospital ».

48 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979, p. 270.

49 Souillard, Eric, « Eaux, fontaines et salle de bains. Le propre et le sale à Versailles », l’Histoire, no 240, p. 63.

50 Ibid., p. 65.

51 Ibid., p. 67.

52 Nordon, M., L’eau Conquise, les origines et le monde antique, Paris, Masson, 1991, p. 51. « Les hommes ont montré, au fil des époques et au hasard des lieux, une capacité fort variable à vivre avec leurs immondices. L’Antiquité, sur ce chapitre, incline vers une hygiène où nos habitudes contemporaines se retrouvent, mais que vont oublier, après le Moyen Âge, dans un abandon qui nous confond, des siècles qu’on dit par ailleurs baignés de lumière ».
L’invention n’est pas turque, car baignoires et latrines existaient dans le palais amorrite de Mari.

53 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel. » Capítulo 1, fol. 147. « Las necessarias donde se hazen las necessidades corporales, que ellos llaman vandas, son mui limpias y curiosas, y en muchas ay fuente, o por menor ponen una cantarilla de agua en ellas, para lavarse siempre que entran a hazer sus necessidades. Y no tienen assiento en ellas porque es costumbre hazer sus necessidades en cuclillas ».

54 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, febrero, 11 « En esta fiesta blanquean y limpian mui bien las casas y especialmente la letrina a quien llaman en esta tierra vanda y en ella encienden luces con mucho asseo y costa y la adornan de ramos, de cintas y otras cosas, no sé por qué motivo aunque algunos dizen que porque nació Mahoma en una letrina ».

55 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, mayo, 9 « Avía quatro secretas en la dicha casa porque los Moros son en esto mui impertinentes y curiosos teniendo por grande pecado el ensuciarse o orinarse alguna cosa en el vestido y no se lo pondrán hasta que esté mui lavado ».

56 Diario de Argel, « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 147. « Muchos de los Moros poderosos tienen baño también en su casa, para no tener que salir ». (Nombre de Maures puissants ont une salle de bain aussi chez eux, pour ne pas avoir à sortir.)

57 Le salaire journalier du manœuvre était d’une cinquantaine d’aspres environ.
Un repas de survie, composé de pain et de petit-lait, coûtait autour de 11 aspres et l’entrée au hammam 1 témin, soit 29 aspres, parfois moins, puisqu’il existait des bains plus ou moins luxueux et donc plus ou moins onéreux.

58 D’après l’inventaire du matériel fait à cette date qui figure dans le Libro de gastos.

59 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718. septiembre, 21 « Se hallan en el hospital más de setenta enfermos ».

60 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 30 « Entraron algunos enfermos en el hospital con cámaras de sangre de que ay aora muchíssimos ».

61 Viaje de Argel, año de 1719, henero, domingo, 1 « Día de la circuncissión canta la missa el p. fr. Theodoro Lázaro Sanz y la oficiaron los relixiosos. Se confesaron en el hospital muchos Christianos y Christianas cautivos y los enfermos que serán quarenta ».

62 Ibid., henero, 15 « Ay aora treinta enfermos en el hospital sin los que vienen a curarse de fuera que comen a medio día ».

63 Ibid., febrero, 1 « Son veinte y siete enfermos los que ay aora en el hospital ».

64 Ibid., marzo, 1 « Ay en el hospital veinte y ocho enfermos de diversas enfermedades ».

65 Ibid., julio, 4 « Con estos enfermos que oy an venido, llega ya al número de quarenta los que ay, y son cerca de cien personas las que an comido en el hospital ».

66 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 20 « Son muchos los enfermos que ay aora en la enfermería, puestos en quatro hileras, y algunos están bien de cuidado y serán en todos más de cinquenta enfermos ».

67 Ibid., octubre, 14 « Ay aora en el hospital cinquenta y seis enfermos, y apenas caben con la estrechura del hospital, y estamos por eso deseando hazer la enfermería nueba ».

68 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, prólogo, fol. 8. « Los enfermos son sin quenta, porque se recibe a todos los cautivos, de qualquiera calidad y condición que sean, aunque sean cismáticos y herejes de quales quiera naciones y de quales quiera enfermedades, curándolos a todos con igual caridad, por lo qual suele ser el número en ocasiones mui crudo pasando de más de cien enfermos, y se recibe también a algunos, que no pudiendo tolerar el summo trabaxo en que los ocupan sus patrones, se fingen malos para descansar y regalarse algunos días, haciéndonos desentendidos para darles este alibio ».

69 Diario de Argel, prólogo, fol. 4. « Todos los enfermos desde sus camas pueden ver la missa y los sanos la oyen en el cuerpo de la enfermería y quando no caben la oyen y ven desde el portal que he dicho que está enfrente del altar para que la puedan oir más de trescientas personas a un tiempo ».

70 Diario de Argel, año de 1719, julio, 16 « Oy an venido diez y seis Christianos de adonde están sacando la piedra... y se ha llenado de tal suerte el hospital que a los más necessitados se an puesto en la enfermería, y a los menos en los terrados... »

71 Diario de Argel, « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 148. « La Santíssima Trinidad, que por averse dilatado lo bastante con las licencias, que an dado, los Reyes de Argel no necessita de más, y casso que se necessitase se buscará una casa alquilada para esso ».

72 Ximénez, fr. Francisco. Diario de Argel, Prólogo. « en las celdas, ay quadros y pinturas que en diferentes tiempos se han rescatado, y una librería en que ay los libros suficientes para el estudio y entretenimiento de los religiosos y cautivos, y los más de los libros an sido también rescatados ».

73 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 31 « que fuera si lo hiciéramos para alibio nuestro, contentándonos con una celdita quanto cabe la cama, una mesilla y un assiento, lo preciso para vivir, y para retirarse algunos ratos a estudiar ».

74 Diario de Argel, año de 1719, febrero, 25 « La he traido (la imagen de Sn Joseph con el niño Jesús) a mi celda y la tengo guardada en mi arca para remitir a España ».

75 Libro de gastos. « Estos hospitales se proveen de todo lo necessario del hospital mayor de la Ss. Trinidad ».

76 À cette époque, en France comme en Espagne, on posait trois planches sur deux bancs pour obtenir un lit pour deux personnes. Ici ces bancs et ces planches avaient certainement la même destination.

77 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 13 « Se han hecho este verano más de treinta sábanas para los enfermos ».

78 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 15 « Están cortando catorze o diez y seis camisas para los enfermos y sirvientes y también se an de hazer algunos colchones nuevos para los enfermos ».

79 Ce mot tel qu’il est écrit reste introuvable dans un dictionnaire.

80 Diario de Argel, Tomo II, Prólogo. « Se les assiste [a los enfermos] con todo regalo; y no se perdona cosa alguna por costosa que sea, como sea necessaria por la salud del enfermo, para lo qual está siempre la botica mui bien prevenida de todas las medicinas necessarias ».

81 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1997, p. 178. « Los administradores estaban obligados a mandar periódicamente a Madrid, a los patronos las cuentas de ingresos y gastos ».
Le livre des dépenses de l’hôpital d’Alger confirme l’obligation qu’avait le père administrateur de rendre des comptes. En effet nous lisons : « Libro del gasto que tienen estos santos hospitales desde hoy domingo 21 de Abril deste año de 1686 este día se fue a Espanna con los padres Redentores de la merced, mi compañero el pe fr. J. Garcia Plaza y llebo las cuentas a nuestro pe provincial y quedaron en mi poder para el gasto siguiente que se ba haciendo desde hoi 21 de dicho mes la cantidad de 6796 rs, de bellon de los quales boi gastando lo siguiente ».

82 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1997, p. 176. « Al convento de Madrid donde siempre hubo un administrador de las rentas de dichos hospitales ».

83 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, prólogo, fol. 6, 7, 8. « Las personas que al presente se hallan en el hospital son las siguientes : el Pe. Predicador fr. Francisco Navarro, hijo de nuestro convento de Murcia, administrador del hospital, el Pe fr. Theodoro Lázaro Sanz, hijo de nuestro convento de Madrid, que aviendo estado antes cautivo y abrazado nuestro instituto se ha dedicado al servicio de los pobres cautivos, y a mí me embió N.M.R.P. fr. Joseph Ruiz de la Puente Examinador de los obispados de Salamanca y Calahorra por Predicador Mayor de esta Real Casa ».

84 Comelin François, Bernard Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721-12, 169 p. 83.

85 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 17 « Prosiguen los Redemptores en rescatar de particular y ya an rescatado algunos ; a que ayuda mucho el Pe Administrador por el grande conocimiento que tiene de los cautivos y patrones y industría para concertarlos ».

86 Paul, Deslandres, L’ordre des trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, Privat, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1903 p. 428.

87 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 7. « Don Luis de Alarcón... esclavo de David Judío, es despensero de este Real Hospital desde veinte y dos de julio de el año pasado de 1716 ».

88 Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 7. « Otros sirvientes que no refiero por no molestar y por no saver sus nombres ».

89 Porres Alonso Bonifacio, Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1997, p. 178. « Estos derechos fueron ratificados después por escrito en 1667, 1671, 1686, 1694 y 1766. La confirmación de 9 de enero 1694 es la más amplia, pués añade a lo dicho : que todo el dinero, ropa, medicinas y otras cosas destinadas a los hospitales quedaban exentas de pagar cualquier derecho de entrada ; a las personas libres de los hospitales no se pondría impedimento alguno para entrar o salir de Argel y volver a España ; y cada baño daría un Cristiano para servicio del hospital ». L’auteur écrit en note : « fiel copia de los privilegios antiguos... impresa en 1767 : ASC, Ms. 275 ; AHN, Códice 191B, ff. 1-2 ».
Berbrugger, A. reprend cette charte : « Charte des hôpitaux chrétiens d’Alger en 1694 », Revue Africaine, Journal des travaux de la société historique algérienne, Alger, 1864, t. 8, p. 239 : « Ordonnons à tous les bagnes qu’il y a dans cette ville, aussi bien du Beylik que ceux des galères, que chacun d’eux donne pour le service de l’hôpital, un chrétien, sans que le père administrateur de l’hôpital ait à payer pour lesdits chrétiens, qui serviront dans l’hôpital, aucune lune et sans qu’il en résulte aucune responsabilité pour lui ».

90 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 4 « Con estos enfermos que oy an venido (seis enfermos), llega ya al número de quarenta los que ay, y son cerca de cien personas las que an comido oy en el hospital ».

91 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de Jesús Nazareno (a fines del siglo xviii, editado por : Excma Diputación provincial, Córdoba, 1992, p. 96. « Los establecimientos nazarenos contaron con un personal casi siempre vinculado al ámbito religioso. Con ello, lograban cierta permanencia de los asistentes y nulas cargas remunerativas. En este último sentido, tan sólo los diversos operarios contratados a jornal en las boticas, molinos y diversas propiedades hospitalarias recibieron partidas monetarias o especies para salarios ».

92 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, ed. Secretariado Trinitario, Córdoba — Salamanca, 1997, p. 178. « Había un cirujano que hacía también de médico, y un boticario ; ambos, contratados por lo común en Madrid, eran libres y estaban asalariados ».

93 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 17, fol. 42, verso.
« Aviendo sido rescatado por nuestra redempción Lorenzo de Utrillo boticario del hospital, ha entrado por boticario Juan Grossi natural de Mecina en Sicilia esclavo de cautivo ».

94 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo, 8 « Vinieron con la Redempción de los Padres Trinitarios Descalzos de España, Damián Martínez soltero, por cirujano de este Hospital de la Santíssima trinidad y entró en 21 de Abril de 1719 y se fue Diego Moriñigo que estava antes por cirujano y Joseph Saurina soltero, natural de Salamanca entró por boticario de dicho hospital en 21 de Abril, y Juan Grossi natural de Mecina se queda en el hospital también que era el que antes avía, y se le da la ración, y an entrado otros sirvientes en el hospital, porque los demás se fueron con la Redempción ».

95 Diario de Argel, año de 1719, Tomo II, prólogo ; « El maestro Juan Grossi, casado con Sebastiana, natural de Mecina, esclavo de Saín soldado, es boticario desde quinze de Diciembre del año pasado de 1718 ». Le captif, patron de Juan Grossi, a probablement renié entre temps, puisque, en 1719 Juan Grossi est esclave, non plus d’un captif comme en 1718, mais de Saín soldat. À moins que son maître ne l’ait vendu.

96 Diario de Argel, tomo II, prólogo. « Los sacerdotes seculares y regulares que viven en él son los siguientes : el p. Vicente Ferrada esclavo de un judío y el p. fr. Antonio Montoro esclavo de baylique o de Rey, éste es confessor y ayuda a la administración de los Santos Sacramentos y el otro es sordo y sirve de sacristán cuidando del asseo de la capilla con mucha curiosidad. El p. Lector fr. Juan Ximénez de la orden de los minimos de S. Francisco de Paula esclavo de Benamar, y hijo de la provincia de Valencia, el licdo Dn Juan Sánchez. Las personas nobles que se hallan en él son... Dn Joseph Falco capitán del regimiento de Nápoles, en el hospital desde diez del mes de Abril del año de mil setecientos y quinze. Dn Bartolomé Dacal está en el hospital desde treinta y uno de Mayo de este año de mil setecientos y diez y nuebe. Don Juan de Garauta, entró en treinta y uno de Mayo de este año de 1719, para quitarle del trabaxo que avía mandado el Governador tuviesse en la marina ».

97 Porres Alonso, B., Libertad a los cautivos, Córdoba Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1997, p. 177. « Los ingresos más importantes y fijos provenían de juros y censos... Diez juros tenían los hospitales en 1774, que les rentaban anualmente 31 123 reales ; y otro tanto, aproximadamente, obtenían de los censos. Ambas partidas suponían el 75 por ciento, más o menos del dinero que juntaban en España para los hospitales ». « También recibían algunos legados testamentarios, no muchos ».

98 Ibid. « El comisario de Cruzada solía hacerles partícipes de los expolios y vacantes de los obispados con limosnas en metálico de dos a seis mil reales ».

99 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Tomo II, prólogo. « En el portal está debajo de dosel el retrato de N. Rey Phelipe V, y el de Carlos II ».

100 À cause de la peste qui avait mis les hôpitaux des bagnes d’Alger dans une situation critique.

101 Porres Alonso, B., Libertad a los cautivos, Córdoba Salamanca, ed. Secretariado Trinitario, 1917, p. 177. « La corona española nunca otorgó a los hospitales renta alguna fija, a pesar de estar bajo su protección, como lo indicaban el escudo real de España que campeaba sobre la puerta y el retrato de Carlos II que estaba bajo dosel dentro de la iglesia. Sí facilitó la recogida de limosnas... Más tarde, en 19 de marzo de 1678, Carlos II otorgó su licencia por cuatro años para pedir limosnas en las Indias Occidentales en favor de los cinco hospitales trinitarios de la ciudad de Argel, Felipe V concedió una arroba de azogue al año, con cuyo precio de 550 reales se compraban medicinas ; y en 1729 se dirigió al Consejo de Cruzada para que diera 7 500 reales. Otros pequeños ingresos provenían de la demanda callejera, que hacían en Madrid uno o dos hermanos legos ».

102 Le père Deslandres, p. 428, écrit de son côté sans citer ses sources que : « Cette fondation [l’hôpital] devait se développer jusqu’à compter, en 1720, quatre-vingt lits et 3 000 piastres de rentes. »

103 Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721-12, 169 p. 82.

104 Porres Alonso, B., Libertad a los cautivos, Córdoba-Salamanca, ed. Secreta-riado Trinitario, 1997, p. 178, « Todo cristiano que salía libre, pagaba dos reales (de los quarenta de puertas que cobraba el gobierno) ; y por seis botas de vino destinadas a las tabernas de los baños cobraban 51 pesos ».

105 Il faut rappeler qu’il n’était pas possible de circuler ; d’aller et venir sans un laissez-passer ou passeport.

106 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Tomo II, prólogo. « Le puso renta suficiente para su manutención el V. Hermano Pedro de la Concepción ». Cette dotation date de 1662.

107 Comelin François, Bernard, Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721-12, 169 p. 83.

108 Diario de Argel, tomo II, prólogo. « Algunas vezes se dan también medicinas para algunos Turcos y Judíos, de quíen se ha recivido algun beneficio para bien del Hospital, o por temer que ya que no nos hagan bien a lo menos no nos hagan mal ».

109 Diario de Argel, año de 1719, octubre, 1 « No dexan especialmente los Turcos y Judíos de curarse con los médicos y cirujanos Christianos, y especialmente con los del hospital, que están acreditados de más diestros ; algunos los llaman a su casa y otras vezes van al hospital a que los sangren y curen en que tienen alguna utilidad ; pero si son bienhechores o que los necessite el hospital para alguna cosa, no les lleva nada ».

110 Diario de Argel, año de 1719, abril, 25 « Embió el governador a llamar al Pe Administrador que fue con el Pe fr. Theodoro para darles quexas de que los Turcos de Civita Vechia, no los dexavan tener tiendas para vender y passar la vida como él se lo permitía a los Christianos de Argel, que escriviesse para que los dexassen vender y tratar y que si otra vez tenía semejantes quexas que nos avía de hechar a la Punta del Pescado a sacar piedra ».

111 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 31 « De lo que se haze esta obra tan útil y necesaria a la conveniencia de los pobres enfermos es de las mismas rentas del hospital que al paso que an sido con mucho excesso los enfermos que a avido en todos estos años últimos a los que avía en los principios que se fundó el hospital pareze a querido Dios no sólo conservar sino aumentar los medios para la dilatación del hospital y conveniencia de los pobres cautivos enfermos ».

112 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, enero, 2 « Murió Soterio de Oliveira Portugués a las quatro de la mañana y le estuve ayudando a bien morir ».
Diario de Argel, año de 1719, abril, 30 « Estos declararon como murió en el campo yendo con el bey Andrés natural de Almería por el mes de Marzo de este presente año y dixo el renegado que quando estava en la enfermedad le fuesse a volver Moro y que hizo lo contrario que fue ayudarle a bien morir en la fe cathólica romana ».

113 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 22 « Unos dizen que más valiera que lo que se gasta en la obra se gastara en redimir ocho o diez Christianos, a éstos les a hecho Dios el beneficio de darlos salud y no an experimentado el alibio del hospital ni an considerado que si éste faltara murieran como unos perros ».

114 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979, t. I. p. 69.

115 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 9 « Ya se ha descubierto que la enfermedad del p. fr. Theodoro son tercianas dobles, y oy se ha purgado ».

116 Baryéty M. et Coury Ch., Histoire de la médecine, Paris, PUF 1971, « Que sais-je ? », p. 70.

117 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, T. III, año de 1720, marzo, 6 « El p. fr. Theodoro ha ido oy al jardín del gobernador a comer leche, porque se halla enfermo ».

118 Avicenne, 980-1037, soutenait dans son enseignement, que corps et âme étaient si liés que la musique avait un pouvoir aussi curatif que les remèdes. Cette idée du lien entre corps et âme, restée très présente en chrétienté, notamment chez les trinitaires, fut un moteur du progrès de la médecine, mais davantage encore un frein : l’âme étant entre les mains de Dieu, le remède devenait un placebo. La médecine psycho-somatique actuelle repose sur cette même idée.

119 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p. 129.

120 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, enero, 29 « Refiere Joseph Sanz Pardo boticario que fue del hospital que hallándose enfermo en el hospital con intensos dolores en todo su cuerpo con sólo aplicarle su mano el V. P. Fr. Nicolás López administrador que era entonzes de este real hospital y con una ayuda que le hechó por su mano cobró repentinamente la salud atribuyéndolo a milagro que avía executado Dios por la intercessión de su siervo y assi mismo sanaron otros muchos con alguna cosa que les aplicava para disimular las maravillas y que se atribuyesse a virtud natural de las hierbas lo que era intercessión de este venerable padre ».

121 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, junio, 22 « Fui a ver a Francisco tabernero del baño de la Galera que está enfermo con un (sic !) accidentes continuos que le dan en que se priba de hablar y tiembla todo como... alferezia aunque nadie save lo que es y se sospecha que sea maleficio ».

122 Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 7 « Está ya mui bueno con el agua que le he dado passada por las piedras de N.P. S Juan de Matha ».
Ibid., octubre, 10 « A Francisco Ximénez que es el cautivo a quien traxo su patrón las cédulas con hechicerías y no quiso tomar le di un poco de agua passada con las piedras de N. P. Sn Juan de Matha y no le vino la calentura ».
Ibid., octubre, 11 « A Juan Messina natural del Rosellón estando en el hospital con tercianas dobles tomó el agua con las piedrecitas de N. P. S. Juan de Matha y fue el santo servido de darle salud ».
Ibid., octubre, 14 « Oy traxo el patrón de Francisco Ximénez tres almendras con caracteres arábigos y se las quería hacer tomar por fuerza pero dándole algunas disculpas se las dexó para que cada día tomasse la suya dadas sus morabutos, pero sin nada de esto está ya mui bueno con el agua que le he dado passada por las piedras de N. P. S. Juan de Matha ».
Ibid., octubre, 15 « El p. Fr. Vicente Ferrada religioso de nuestra orden de la provincia de Valencia hallándose gravemente enfermo con unas calenturas mui maliciosas tomó con mucha devoción un poco de agua pasada por las piedrecitas de N. P. Sn Juan de Matha y luego le echaron las calenturas y recobró perfectamente la salud. Diego Moriñigo natural de Salamanca cirujano de este sto hospital hallándose enfermo con unas calenturas mui terribles, tomando también el agua con las piedrecitas dichas se puso bueno y perfectamente sano. Otros muchos prodigios he experimentado en diversas partes con estas piedrecitas. En la villa de Cuéllar era tanta la fe que tenían con el agua bendecida y pasada por las piedrecitas del santo, por los muchos prodigios que se experimentavan cada día en recobrar la salud los enfermos que en la sacristía del nuestro convento se tenía siempre de prevención cantidad de la dicha agua para satisfacer la devoción de los fieles que acudían continuamente por ella para darsela a los enfermos, con la qual adquirían milagrosamente la salud ».

123 Chronique du xiie siècle citée par J. Hacard, la Thériaque au Moyen Âge, Paris, 1947, p. 54.

124 Vigarello, Georges, Histoire des pratiques de santé, le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, éd. du Seuil, 1993, 1999, p. 37.

125 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 11 « Un religioso carmelita veneciano descalzo el qual avía estado cautivo en esta ciudad de Argel agradecido de algunos beneficios que avía recivido del hospital a embiado desde Venecia al P. Administrador... dando en esto muestras de su agradecimiento por averle tenido muchos días en el hospital y averle hecho otros favores como se acostumbra con otros religiosos cautivos y embió también un bote de triaca magna con un papel impresso de sus propiedades ».

126 Diario de Argel, año de 1719, agosto, 29 « An venido dos cautivos heridos a curarse al hospital sirvientes de la taberna de Dn Domingo Vasconcelos, porque riñeron uno con otro, y uno trahe una puñalada en un brazo, y otro cortada una mano, que fue menester darle siete puntos ».

127 Ibid., abril, 28 « Murió el P. Isaias Lía sacerdote griego cismático, natural de Chipre, al qual le salió un grano en el dedo gordo del pie tan malicioso que le entró una inflamación interna que le acabó la vida ».

128 Ibid., mayo, 18 « El Governador embió a llamar con un chauz a Diego Moriñigo cirujano mayor del hospital para que le viesse una pierna que se le avía inflamado de una sangría que le avía hecho un cirujano portugués... y es cierto que no tendría la culpa de la inflamación el cirujano portugués sino los muchos lavatorios que al día haze para conchar missa que es bastante causa para que le sobreviniesse ».

129 Ibid., henero, 16 « De estos [montes] salen unas nieblas tan espesas y dañosas a la salud que los Christianos que van a aquel sitio a trabaxar enferman los más todos los años, ocasionándolos calenturas, tercianas quartanas y otras dolencias de que mueren muchos y el que una vez llega a enfermar jamás o rara vez cobra perfecta salud saliendo al rostro la amarillez y viviendo siempre con mucho trabaxo y aun no suele perdonar a sus naturales estas dolencias que también suele aver entre ellos bastantes enfermos ». (De ces montagnes [en Kabylie dans les montagnes du Cuco] s’élèvent des brouillards si épais et si nuisibles à la santé que les chrétiens qui vont travailler en ce lieu, tombent, pour la plupart, tous les ans malades. Ils attrapent la fièvre, fièvre tierce, quarte et autres maladies, dont beaucoup meurent et celui qui une fois tombe malade ne recouvre jamais, ou bien rarement, une santé parfaite, son teint devient jaune et il vit à grand peine. Même les indigènes ne sont pas épargnés par cesmaladies, car d’ordinaire, parmi eux aussi, les malades sont assez nombreux.)

130 Diario de Argel, año de 1718, diciembre, 30 « Entraron algunos enfermos en el hospital con camaras de sangre de que ay aora muchísimos ». (Quelques malades sont entrés à l’hôpital avec la dysenterie dont beaucoup souffrent en ce moment.)

131 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 2 « Como ya ay caramus en saxa que quiere decir igos de palas van cayendo enfermos muchos cautivos, de camaras que en esta tierra es mui mala enfermedad, y mueren de ella ».

132 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre 30 « Entraron algunos enfermos en el hospital con camaras de sangre de que ay aora muchísimos ».

133 S. Kerber, sous la direction de Quevauvilliers J., Permuter L., Fourrier B., Michez E., Cahier de L’infirmière, no 10. Pathologie infectieuse, Santé et Hygiène, Paris, Másson, 1990. 3e éd., p. 130.

134 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, enero, 16 « De estos montes salen unas nieblas tan espesas y dañosas a la salud que los Christianos que van a aquel sitio a trabaxar enferman los más todos los años, ocasionándolos calenturas, tercianas quartanas y otras dolencias de que mueren muchos y el que una vez llega a enfermar jamás o rara vez cobra perfecta salud saliendo al rostro la amarillez y viviendo siempre con mucho trabaxo y aun no suele perdonar a sus naturales estas dolencias que también suele aver entre ellos bastantes enfermos ».

135 Braudel, F., Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècles, les structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979, T. I., p. 61.

136 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 27 « Vino un moro a curarse que se le avía entrado por el ombligo un animalexo que andava entre el cuero y carne del vientre y escapava si llegavan a él y tenía el Moro casi seco y le tenía ocho meses avía ».

137 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prólogo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1946, p. 46. « En Argel, según nos escribieron, no se podría lograr [comprar biscocho], aun a precio excesivo, por la carestía de trigo y de la hambre que se padecía ».

138 Biraben, Jean-Noël, Les hommes et la peste en France et dans les pays méditerranéens, Paris, La Haye, éd. Mouton, 1975, t. 1, p. 435.

139 Braudel, F., Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècles, les structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979, T. I. p. 69.

140 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718. junio, 13 « Vino una embarcación de Levante, con la noticia que picava allí peste, que avía echado veinte personas a la mar ».

141 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, éd. Loysel, 1992, p. 82. « On s’était toujours piqué, dans le Royaume d’Alger, de ne prendre aucune précaution pour prévenir la peste, ou pour en empêcher le cours. On aurait cru s’opposer aux décrets éternels de Dieu et au dogme de la prédestination absolue, si on avait fait autrement. J’ai vu même en 1718 arriver un navire anglais, qui avait chargé à Alexandrie où la peste était violente. Le capitaine était mort en route, de même que quelques marchands mahométans. Nonobstant les représentations qui furent faites au dey par les consuls, l’équipage, les soies et les cotons furent débarqués le même jour de son arrivée, sans qu’il survînt aucun accident. Cependant (chose étonnante) la peste qui ravageait la Provence en 1720 avait répandu une telle terreur partout, qu’à Alger on oublia la prédestination, et Mehemet dey renvoya non seulement les bâtiments qui venaient de Marseille, mais il refusa même la permission de recevoir les lettres qui étaient sur ces bâtiments ».
Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 14 « Aseguran que Dios quita la libertad al hombre y que quanto obra, es porque Dios eficazmente lo quiere, por lo qual no se guardan de la peste, no se haze quarentena, aunque acabe de morir uno apestado, se pone al instante otro el vestido ».

142 Viaje de Argel, año de 1718, noviembre, 16 « Dizen algunos Turcos que an venido de Levante que ha avido una peste tan cruel en el Cayro que ubo día de morir doze mil personas y otros días seis, ocho y diez mil en la primavera de este año de 1718 ».

143 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xve-xviiie siècle, les structures du quotidien, éd. Armand Colin, Paris, 1979, t. 1. p. 65.

144 Ibid.

145 Johann Hunczovsky, traduit par Jacques Tenon, les hôpitaux de Paris, 1783, Revue de la Bibliothèque Nationale, no 36, 1990, p. 11.

146 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, henero, 29 « Ha estado más de un año en el hospital, con seis o siete fístolas en que ha padecido mucho, y llevó con grande paciencia, dándole oy una substancia me dixo, esto lo como porque V. R. me lo manda, pero ya no es necessario porque será la última que tome... y luego por la tarde dio su alma a Dios, aviendo quedado tan consumido, que parecía una estatua de la muerte ».

147 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 13 « Se ha limpiado la sala de los enfermos y dado de cal y escaldado las camas para quitar las chinches que las ay en abundancia ».

148 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 8 « Día de N. P. S. Juan de Mata se cantó la missa con mucha solemnidad... se blanqueó para este fín la capilla y enfermería ».

149 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 19 « Lindo tiempo que pareze una primavera sin que en esta tierra tengamos necessidad de ponernos las capas como en España ; pues no haze frío. Lo que ay aora son muchas moscas, chinches y pulgas ».

150 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 31 « Como nunca se desocupa [la enfermería] no se da lugar a jabelgarla y limpiarla por lo qual hierbe de chinches sin que dexen sosegar a los enfermos ». (comme c’est toujours plein, on ne peut ni blanchir à la chaux ni nettoyer et donc les punaises prolifèrent et ne laissent à aucun moment les malades se reposer.)

151 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 26 « Van entrando los calores por lo qual se están dando de cal algunas celdas y la mía, para quitar las chinches que las ay en abundancia y pulgas en cantidad ».

152 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 31 « La enfermería que ay aora es obscura sin poderla dar luz más que por un lado por lo qual tiene mui poca respiración ». (L’infirmerie existante est sombre et il n’est possible de lui donner de la lumière que d’un côté, ce qui fait qu’elle est peu aérée.)

153 Vigarello, Georges, Histoire des pratiques de santé, le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, éd. du Seuil, 1993, 1999, p. 175.

154 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, éd. Privat, Toulouse, 1982, p. 213.

155 Vigarello, Georges, Histoire des pratiques de santé, le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, éd. du Seuil, Paris, 1993, 1999, p. 176.

156 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 31 « Fue el P. Fr. Theodoro al baño caliente a bañarse, el qual dizen que es mui saludable, y también ay otros baños, que tienen con mucho asseo y cuidan de ellos Moros Musabes, aquí van los Moros y Moras a bañarse, para limpiarse dizen ellos sus pecados, y siempre que marido y muger usan del matrimonio van a estos baños, o por lo menos algunas vezes, porque no pueden hazer la oración, hasta que se bañan mui bien todo el cuerpo, por lo qual son los baños mui frequentados de Moros y Moras, de Judíos y Judías y aun de Christianos, y los hombres van por la tarde, o mui de mañana para no encontrar a las mugeres. Algunos van sólo a sudar a ellos porque están tan calientes, que en brebe tiempo se suda admirablemente, en que siente mucho alibio el cuerpo y la salud, pero, como son tan comunes no he querido ir a ellos nunca, ni el P. administrador ».

157 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de Jesús Nazareno a fines del siglo xviii, editado por : Excma Diputación provincial de Córdoba y la Obra cultural del Monte de Piedad y Caja de Ahorros de Córdoba, 1992, p. 99.

158 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 29 « No queriendo venir al hospital por no confessarse, y por no venir dessacreditan al Hospital con sus patrones diciéndoles que los matan de ambre, que no los hazen medicina alguna, que todos se mueren y otras cosas de este thenor ; por lo qual los patrones no cuidan mucho de embiarlos ». (Ne voulant pas venir à l’hôpital pour ne pas se confesser et pour ne pas venir ils discréditent l’hôpital auprès de leurs patrons en leur disant qu’on les fait mourir de faim, qu’on ne leur donne aucun remède, que tous meurent et d’autres choses de cette teneur, c’est pourquoi les patrons ne se soucient pas trop de les envoyer.)

159 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, septiembre, domingo 11 « Día del Dulcíssimo Nombre de María cantó el Pe Administrador la missa, y dió extraordinario de gallina a los enfermos el Pe Vicente Ferrada de nuestra orden de la Provincia de Valencia ».

160 Viaje de Argel, año de 1719, febrero, miércoles, 8 « Día de N. P. S. Juan de Matha se cantó la missa con mucha solemnidad... comieron después algunos pobres, y a los enfermos se le dió principio de gallina de extraordinario, para que gozassen de la fiesta ».

161 Viaje de Argel, año de 1719, abril, 9 « Domingo de Pasqua de Ressurección... Oy se dió a los enfermos extraordinario de gallina hecha pepitoria y a los sirvientes del hospital. »

162 López Mora, Fernando, Pobreza y Asistencia Caritativa en el Reino de Córdoba : Los hospitales de Jesús Nazareno a fines del siglo xviii, p. 104. « En esa villa [Pozo Blanco] la dieta culinaria estaba compuesta, como citábamos para el caso de Baena, de pucheros de carnero, tocino y garbanzos y que en ciertas ocasiones se solían añadir magras o sopas. Sin embargo, en ese centro, en concreto, escaseaban alimentos tan usuales en los hospitales de la época como el chocolate, los bizcochos o la carne de ave ». Il ne faut toutefois pas oublier que le poulet, le chocolat et certains biscuits étaient des produits de luxe : ils n’étaient abordables que pour les personnes assez à l’aise financièrement.

163 Ibid., p. 105. « En definitiva, la dieta, fuerte en proteínas y calorías, se fundamentaba en el consumo de carne ».

164 L’once de Paris faisant 30,59 g., les malades recevaient 122 g. de viande environ.

165 Johann Hunczovsky, traduit par Jacques Tenon, les hôpitaux de Paris, 1783, Revue de la bibliothèque Nationale, no 36, 1990, p. 8-9.

166 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Edición, Prologo y notas por Fr. Manuel Vazquez Pajaro, O. de M., Madrid, C.S.I.C., Instituto Jerónimo Zurita, 1946, p. 206. « Dioseles comida decente y abundante en el refectorio ».

167 Ibid., p. 206, note 2. « Se usaba mucho el siguiente menú para el almuerzo de este día solemne : “sopa dorada y una perdiz a cada uno. A la cena se les da, del mismo modo, algo extraordinario, como una empanadilla inglesa a cada uno de los cautivos. Los demás días se les da la ración regular hasta que se les despacha con sus pasaportes” ».

168 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, junio, 13 « Una campanilla que avía en mi celda la he hecho poner en la enfermería para tocar a comer y cenar a horas y todo el año comen los pobres enfermos a las diez horas de la mañana y cenan a las seis de la tarde ». (J’ai fait mettre dans l’infirmerie une clochette qu’il y avait dans ma cellule pour annoncer le déjeuner et le dîner à leur heure et toute l’année les pauvres malades déjeunent à dix heures du matin et dînent à six heures du soir.)

169 Flandrin, Jean-Louis, Cobbi, Jane, Tables d’hier, tables d’ailleurs, histoire et ethnologie du repas, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 205. « L’Espagnol a son ordinaire réglé à deux repas le jour, le disner & le souper ; le Français en fait quatre, car outre le disner et le souper, il déjeune et gouste », affirmait en 1617, l’Espagnol Carlos García. (La oposición y conjunción de los dos grandes luminares de la tierra, o la antipatía de Franceses y Españoles, 1617, chap. XIII, p. 242-243).

170 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 10. « Todos los días se celebran muchas missas por los sacerdotes del hospital en presencia de los enfermos, se cantan Vísperas los días solemnes, y la missa los más días festivos y el sábado de N. Señora. Todas las noches se canta la Salve y los sábados se añade el tota pulchra es María y se dizen otras oraciones para encomendar a Dios a los bienhechores y difuntos, como lo dispone nuestra santa regla num. 32. Se reza el Rosario a choros todo el hibierno, dexándose de rezar en el verano por no fastidiar a los enfermos por los grandes calores que haze en esta tierra ; siempre que cenan comen y se enciende luz a los enfermos rezan todos un Padre Nuestro y un Ave María por los Bienhechores. »

171 Ibid., « El Pe Administrador y los Relixiosos, visitan muchas vezes al día a los enfermos según la necessidad en que se hallan, y cada noche se haze una visita general a cada uno de por sí, para saver en el estado en que se hallan, como los assisten los enfermeros, como aprobechan las medicinas que ordenan los cirujanos, y se les exorta a la paciencia en los dolores, y a exercitar otras virtudes conforme lo pide el estado de los enfermos ».

172 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 10. « Se da camissa a los enfermos que no la tienen y en estando buenos se la llevan ».

173 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p. 205.

174 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 9. « Y en viniendo el enfermo lo primero que se le previene, antes de diligencia alguna, es, la administración de los Santos Sacramentos, conforme nuestra Santa regla primitiva, dispuesta por nuestros Santos Patriarchas Sn Juan de Matha y Sn Felix de Valois, aprobada por Inocencio III el año de 1198... y para administrar los Santos Sacramentos y ayudarlos a bien morir están promptos los Relixiosos, y se los administra el que pide el enfermo ».

175 Imbert, Jean, sous la direction de, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, éd. Privat, 1982, p. 205.

176 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 29 « Un cautivo natural de Almería que estava en la encaxería de los Turcos, no quería (hallándose enfermo) venir a curarse al hospital por no confessarse, y sabiéndolo Diego Moriñigo el cirujano del hospital fue allá, y le dixo que no le avía de aplicar medicina ninguna, sino venía al hospital, y con esso le hizo venir, no aviéndose confessado en los años que ha que está cautivo ; y por este mismo motivo mueren algunos misserablemente en los jardines sin tener, quien los confiesse, ni quien los cure, no queriendo venir al hospital por no confessarse, y por no venir desacreditan al hospital con sus Patrones diciéndoles que los matan de ambre, que no los hazen medicina alguna, que todos se mueren y otras cosas a este thenor ; por lo qual los patrones no cuidan mucho de embiarlos ».

177 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 22 « Esta tarde vino un hereje luterano a estar con el capitán Juan Ros el qual se halla mui malo y le hablava en su lengua flamenca sin que los circunstantes le entendiessen lo que decía y a vezes le leía en un libro flamenco. Los enfermeros se persuadían que era cathólico romano como lo era el enfermo en cuya iglesia a vivido el tiempo que le emos conocido en Argel. No obstante sospechando el que le visitava y leía en el libro fuesse hereje, se lo preguntaron y calló pero el enfermo dixo que era cathólico romano y como se halla con la cabeza turbada pareze que le oía con gusto y atendía lo que leía creciendo en los enfermeros la sospecha. Me llamaron y fui allá, registre el libro y a pocas hojas encontré con algunos capítulos que tenía por título Martín Lutero y otros a Juan Hus, herejes, enemigos de la iglesia romana. Con esto fue descubierto el hereje que venía con capa y piel de obeja, siendo lobo mordaz, que quería engañar a esta pobre alma. Le saqué fuera de la enfermería y diciéndole algunas cosas contra su secta... volví al enfermo y le persuadí que no admitiesse semejantes herejes, ni los oyesse que sólo venían a perder su alma que sólo en la iglesia romana nos podemos salvar y a sólo los libros que la tratan avía de atender ; me respondió que en salud y enfermedad avía de vivir católico romano, le hize hazer la protesta de la fe y confessar los principales misterios de ella y lo mismo le hizo hazer el Pe Administrador fr. Francisco Navarro el qual le avía antes confessado y dado el viático y avía recivido estos sacramentos con mucha devocion. Dios nos de su gracia para vivir entre tantos enemigos de Dios ».

178 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 27 « Vino un Moro a curarse que se le avía entrado por el ombligo un animalexo que andava entre el cuero y carne del vientre y escapava si llegaban a él, y tenía al Moro casi seco y le tenía ocho meses avía ».

179 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 3 « Dieron de palos en casa de Rey a un muchacho judío hijo de Esther que a venido aora de las partes de la Christiandad por encontrarle con unas pístolas que trahía de la Marina y quisso pasarlas sin registrar y a ido a curarle Diego el cirujano, su madre está bautizada en España ».

Table des illustrations

Légende Figure 9. — Zone 22, Les Sept coudes, quartier juif où se trouvait l’hôpital (zone en gris). Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle... C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 272
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Figure 10. — Nombre de malades en 1718-1719
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Figure 11. — Nombre de malades en 1718-1719 en pourcentage
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 7. — Produits destinés à la pharmacie de l’hôpital
Légende a. « Pour la cuisine et la pharmacie »
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Produits destinés à la pharmacie de l’hôpital (suite tableau 7)
Légende a. Electuaire : remède préparé en mélangeant des poudres dans du miel.b. Rob : Suc épuré d’un fruit cuit, épaissi jusqu’à la consistance de miel.c. Julep : excipient d’eau et de gomme auquel on mêle un médicament actif
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Tableau 8. — Achats du 4 février au 4 mars 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Achats du 4 février au 4 mars 1718 (suite tableau 8)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Figure 12. — Achats du 4-02-1718 au 4-3-1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 9. — Fréquence d’achat et quantités acquises du 4-02 au 4-03-1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 10. — 26 jours en décembre 1714
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Figure 13. — Achat en décembre 1714, sur 26 jours
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/552/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540