Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alger, une cité turque au temps de l’esclavage

 | 
Leïla Ould Cadi Montebourg

Chapitre II. Histoire, population d’Alger et signes urbains

Texte intégral

Antagonisme entre Espagne et Maghreb

1Le journal du trinitaire espagnol, fr. Francisco Ximénez de Santa Catalina, n’aurait jamais vu le jour et ne saurait se comprendre sans la naissance de la régence d’Alger, sans la présence ottomane, sans les liens construits au fil du temps entre l’Espagne et le Maghreb. Il nous faut donc rappeler les faits essentiels qui ont présidé aux destinées d’Alger, faisant de cette ville le symbole de l’Islam, de la barbarie et de la piraterie à combattre, liant dans un rapport antagoniste les Espagnols au Maghreb, en particulier à la régence d’Alger.

Fondation de la régence et présence ottomane

  • 1 Julien, Ch. A., Histoire de l’Afrique du Nord, 2e éd. [rev. et mise à jour], Paris, Payot, 1986, t (...)
  • 2 Ibid., p. 257.

2Devant l’invasion espagnole, à la mort de Ferdinand le Catholique en 1516, les Algérois pressèrent leur cheikh, Selim et-Toumi de faire appel à Arudj, l’un des frères Barberousses, établi à Djijelli depuis 1514, pour les délivrer de la présence des Espagnols installés dans le fort du Peñon. Arudj en profita pour se rendre maître de la ville et pour étendre ses conquêtes jusqu’à Tlemcen. Mais une coalition hispano-arabe décima ses troupes. Alors qu’il était en fuite, il fut rejoint près du Rio Salado. C’est au combat, près de Marnia, frontière actuelle marocaine qu’il mourut en 1518. Son frère Khaïr eddin, surnommé Barberousse, seul survivant des quatre frères, fut le fondateur de la régence d’Alger. Après la mort de son frère, il se trouvait dans une situation difficile. Face à la menace de rébellion générale qu’il ne pouvait maîtriser, il décida de prêter hommage au sultan de Constantinople, Sélim, qui lui envoya avec le titre de Beylerbey une armée de janissaires et de l’artillerie. « Ces renforts lui parvinrent à temps pour parer à de graves périls : une conspiration des Algérois et des tribus, qu’il noya dans le sang et un nouvel assaut espagnol, conduit par Hugo de Moncada, qui aboutit à un échec lamentable en 15191 ». Malgré cela, trahi, il fut vaincu en Kabylie. Il se retira à Djidjelli de 1520 à 1525. Mais, en 1521 il prit Collo, en 1522 Bône et Constantine. Il reprit Alger avec l’aide des Beni‘Abbès et occupa la Mitidja. Khaïr ed-din attaqua la forteresse du Peñon et contraignit le gouverneur Martín de Vargas à se rendre. Il aménagea un môle long de 200 mètres pour réunir la ville aux îlots, afin de transformer en port un mauvais mouillage, toujours exposé à la houle par vent d’est et de nord-ouest. Malgré tout, par sa position en Méditerranée, la ville d’Alger devenait un point stratégique. « Aussi les Turcs firent-ils de ce port de guerre, dont la position l’emportait sur le mouillage, la base fortifiée et le refuge de leur flotte2 ». Il restait à l’Espagne Bougie et Oran.

  • 3 Vilar Juan Bautista, Lourido Ramón, Relaciones entre España y el Maghreb, siglos xviie y xviiie, e (...)

3Ces événements introduisaient la présence ottomane en Méditerranée occidentale, un péril plus grand pour la chrétienté méditerranéenne et conduisaient l’Espagne à renoncer au « rêve longuement caressé d’imposer par droit de conquête la civilisation chrétienne aux populations nord-africaines3 ». Renoncement que ne compensa pas l’implantation de présides sur les côtes occidentales, même si la présence espagnole dans la régence d’Alger dura jusqu’à l’évacuation de Mers-el-Kebir et d’Oran en 1792. On comprend ainsi pourquoi l’antagonisme du Moyen Âge entre Chrétienté et Islam survivra, nourri de nouvelles rancœurs, amertume que reflètera le journal du père Ximénez.

L’héritage

  • 4 Encyclopaedia Universalis, corpus 1, France S. A. 1989, p. 760.
  • 5 Encyclopaedia Universalis, corpus 1, France S. A. 1989, p. 760.

4Khaired-din transforma donc cet « ancien comptoir punique (Ikosim, l’Icosium des Romains4) », dont la première mention dans les textes est millénaire, ce site « signalé comme fondation de Buluqqin Ibn Ziri à la fin du xie siècle de l’ère chrétienne (ive siècle de l’hégire5) », en point stratégique ottoman en Méditerranée, en capitale de la régence d’Alger. Capitale depuis cinq siècles, Alger a subi la domination turque, puis la puissance française, jusqu’à son indépendance en 1962.

  • 6 Ibid.
  • 7 Baie d’Alger (Plan d’Alger, année 1830, B.N.F.).
  • 8 Cartes de la côte en annexe.

5La ville se situe sur la côte en un point médian du Maghreb central, en face de l’Europe « qu’elle a pu utilement exploiter dans des conjonctures et à des fins différentes, même si son site primitif, peu favorable à son rôle contemporain comme à son extension, a été progressivement déplacé vers le sud-est et ne constitue plus qu’un quartier historique étriqué et dégradé, dont l’avenir est en cause : la Qaçba6 ». Installée sur une baie7 dont l’arc se tend au nord, adossée au massif ancien de Bouzaria, au Sahel et à la plaine fertile de la Mitidja8, Alger hérite de l’histoire sa position classique des grands ports méditerranéens, son site d’îlots réunis à la rive par une jetée construite en 1529 par Khaïr ed-din, qui protégea davantage des vents violents et destructeurs les bateaux de commerce et de course ancrés dans le port de « l’Amirauté » pendant la période turque, sa vieille ville limitée à l’heure actuelle à la Qaçba et à l’extension des quartiers de l’époque coloniale. Elle assura enfin le rôle centralisateur du gouvernement de la milice turque, de l’Odjac, après 1516.

Alger et sa population

Alger dans le premier quart du xviiie siècle

  • 9 Encyclopaedia Universalis, corpus 1, France S. A. 1989, p. 760. (André Raymond donne le chiffre de (...)
  • 10 Raymond, André, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sinbad, 1985, p. 62.
  • 11 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 105.
  • 12 C’est nous qui soulignons.
  • 13 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En (...)

6Mais dans le premier quart du xviiie siècle, au moment où le père Ximénez rédigeait son journal, Alger ne se réduisait pas à moins d’un km2 ; à la seule partie haute de la ville, la Qaçba, « témoin d’une ville qui compta 100 000 habitants avec ses faubourgs de Bab-Azoun et de Bab-el-Oued, lors d’un xviiie siècle prospère, avant de retomber à 30 000 environ en 18309 ». André Raymond met en doute ces évaluations, car dans les autres grandes villes arabes on trouve des densités d’environ 300 habitants à l’hectare. Or « le chiffre de densité est remarquablement élevé, 646 habitants à l’hectare (pour 30 000 h. en 1830), plus donc que dans la région de Qâhîra au Caire, ce qui peut s’expliquer par la compression de la ville à l’intérieur de ses murs, par la densité des constructions et par le caractère vertical de leur architecture, enfin par l’existence de bagnes ou de casernes où s’entassaient des milliers de janissaires et de captifs chrétiens10 ». Nous pourrions ajouter qu’il n’y avait « ni place ni jardin dans la ville, de sorte que l’on [pouvait] aller par toute la ville de terrasse en terrasse, où l’on [tenait] toujours une échelle pour monter et descendre dans celles des maisons voisines, lorsqu’on [voulait] voisiner le soir à la fraîcheur, y ayant des maisons plus hautes les unes que les autres, comme partout ailleurs11 ». Tout l’espace était donc dévolu à la construction, au point que le père explique que « les rues sont très étroites, et dans beaucoup d’entre elles deux personnes ne peuvent marcher côte à côte, sans qu’il y ait jamais le dégagement d’une place12 ; c’est pourquoi les choses qui arrivent par la mer se vendent à la marine, et beaucoup de choses comestibles se vendent à l’extérieur de la porte de Bab-Azoun. D’autres choses qui se rapportent au vêtement se vendent au souk, qui se trouve dans la rue qui passe près de l’hôpital13 ».

Population d’Alger

  • 14 Le père donne le chiffre d’environ 8 000 familles juives : año de 1719, febrero, 4 « Abrá en Argel (...)
  • 15 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 105.
  • 16 RR. PP. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger (...)
  • 17 Pour la même année, Tal Shuval indique que Salvago avance le chiffre de 15 000 et que le père Dan (...)
  • 18 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En (...)
  • 19 « État de la Rade, Port et Ville d’Alger en 1718 », Mémoires et documents, 12, fol. 349, Paris, Ar (...)
  • 20 Ces chiffres étant invérifiables, nous en sommes réduite à des hypothèses par comparaison. Néanmoi (...)

7C’est pourtant ce chiffre de 100 000 habitants que donne Laugier de Tassy dans son livre publié en 1724 : « On compte environ cent mille habitants dans la ville, y comprises 5 000 maisons ou familles juives14 originaires de Barbarie, sans compter les chrétiens15. » C’est dire que la ville aurait abrité à cette époque plus de 100 000 habitants. Le père Comelin reprend : « on assure qu’il y a plus de cent mille habitants y ayant peu de maisons où il n’y ait plusieurs familles16. » Le père Ximénez, de son côté, reprend les chiffres donnés par Sandoval dans les années 1625, c’est-à-dire 5 000 maisons17 et ceux donnés en 1690 par Silvestre, soit 12 000 maisons. En 1720, fin mai, il écrit : « Aujourd’hui, elle a, exactement comptées, d’après ce que j’ai vu dans un rapport manuscrit et j’ai noté dans ladite ville quinze mille maisons entre les grandes et les petites18. » Ce qui signifie qu’il aurait vérifié le nombre avancé par l’auteur du document consulté. Un autre document des archives du Ministère des affaires étrangères assure qu’en 1718 « la ville est fort peuplée, on y compte autour de cent mille habitants, dont il n’y a pas la dixième partie de Turcs19 ». En soixante-cinq années — de 1625 à 1690 — la population d’Alger aurait donc augmenté de 140 %, ce qui ferait une moyenne de 2,15 % par an et entre 1690 et 1720 — en trente ans — la ville aurait grossi de trois mille maisons20, soit une croissance de 25 %, c’est-à-dire 0,83 % par an. Elle aurait donc été en plein développement au cours de la seconde moitié du xviie siècle, laissant place, dans le premier quart du xviiie siècle à un tassement. Néanmoins son peuplement resterait remarquable, si l’on compte qu’Alger n’échappait ni aux épidémies, ni à la famine, ni aux tremblements de terre.

Fléaux et décès

  • 21 Année de sa nomination comme chancelier du consulat de France.
  • 22 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 15. Le père Comelin date du 3 février 1716 le tr (...)
  • 23 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba Salamanca, 199 (...)
  • 24 RR. PP. Comelin, de Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger (...)

8En effet, Laugier de Tassy relate qu’« on a disposé les rues [d’Alger] si étroites, selon l’opinion commune, pour n’y être pas incommodé de l’ardeur du soleil, mais l’on voit clairement que les tremblements de terre qui y sont assez fréquents y ont aussi contribué, puisque presque toutes les façades des maisons y sont étayées les unes avec les autres par des chevrons qui croisent la rue. On en sentit de violentes secousses pendant neuf mois dans l’année 171721. Tous les habitants abandonnèrent la ville, et il n’y resta que le Divan, ou les officiers de l’État, auprès du dey et dans son palais. Tous les chemins étaient pleins de tentes où campaient les pauvres habitants, qui n’avaient pas de biens de campagne, et la misère y fit périr beaucoup de monde. Il y eut une demi-lieue [plus de 2 kms] de terrain auprès de la ville, où les maisons de campagne furent abattues par les différentes secousses, et le terrain tout bouleversé22 ». En 1720, le père Comelin, trinitaire français venu en rédemption à Alger, raconte que « le tremblement de terre arrivé le trois février 1716 a fort endommagé tous ces bâtiments [la maison réservée aux hôtes de marque ; “la casa de la limosna” ou “de la Reina23”, dont il est question dans le journal], mais on les a si bien réparez qu’il n’y paraît plus. Les effets en sont encore à présent plus sensibles dans plusieurs maisons d’Alger, qui sont ou étayées ou à demi renversées. Il fût si violent que la plupart des bastides furent ruinées, et toute la ville aurait eu le même sort, si les maisons qui sont serrées l’une contre l’autre ne s’étaient pas entresoutenues. Il causa une alarme générale, ayant duré depuis le commencement de février jusqu’à la fin juin, pendant lequel espace on sentit de tems en tems de grandes et fréquentes secousses24 ». L’approche des deux auteurs est bien différente. Le père Comelin relate les effets d’un phénomène qui lui a été raconté, tandis que Laugier raconte ce qu’il a vécu et vu deux ans auparavant, ce qui explique les différences de dates.

  • 25 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, abril de 1720, fol. 106. « Dize Pedro Curañez natural de Barcel (...)

9Aux tremblements de terre, il faut ajouter — autre fléau — les sauterelles qui ne laissent rien derrière elles, lorsque leurs nuées compactes s’abattent sur une région. Même si elles deviennent alors un plat de résistance, puisque le père explique comment on les accommodait dans la régence d’Alger : « Pedro Curañez natif de Barcelone, dit qu’en venant à Alger ces années passées, au moment où il y avait une grande invasion de sauterelles il emporta une palme de celles qui avaient été bénies à l’hôpital de la Sainte-Trinité... Ces sauterelles beaucoup de Maures et de Juifs les mangent à Alger, et ils les tiennent pour une nourriture délicate, ils les font frire dans du beurre de vache, et ils les apprêtent de bien d’autres façons, ils assouvissent ainsi leur faim ; et c’est pourquoi je crois, que les sauterelles que mangeait St Jean-Baptiste, quand il était dans le désert, dont parle l’écriture, étaient de cette même espèce que mangent les Maures, et qui dévastent les champs. Ceux qui les ont vues disent, qu’ici elles sont beaucoup plus grosses, que celles que l’on voit en Espagne25. »

  • 26 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1 « Avrá unos quatro o cinco años, que suc (...)

10Les sauterelles n’étaient qu’une calamité parmi d’autres. Si la sécheresse s’en mêlait, la famine sévissait. Celle de 1714 ou 1715 à Oran a laissé des traces profondes dans les mémoires. Le journal en témoigne : « Il y a quatre ou cinq ans, il y eût une famine si grande dans ce royaume et particulièrement à Oran, que les Maures mouraient par les champs et par les rues, sans que personne les secourût, et les captifs d’Oran me racontèrent que les Maures avaient recours à eux pour qu’ils leur donnassent une bouchée du pain que leur donnait le Bey, c’est ainsi qu’ils évitèrent à quelques-uns de mourir de faim26. »

  • 27 Le père signale un cas le 7 décembre 1718 parmi les femmes esclaves : « Murió Cathalina Arrivez mu (...)
  • 28 Shuval, Tal, la ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

11Alors, l’affaiblissement des organismes ouvrait la porte à la maladie : le paludisme, la typhoïde, la variole à l’état endémique faisaient des ravages dans la population, quand ce n’était pas la peste. Car, « sans parler des épidémies ou autres catastrophes, les gens mouraient “naturellement” pour une grande variété de raisons : les maladies habituelles justifiaient un taux annuel élevé de décès. Le défilé saisonnier des maladies : les maladies gastro-intestinales et le typhus l’été, le paludisme à la fin d’été-automne et les maladies pulmonaires en hiver, ne laissait que peu de repos à la population. Pour les femmes, l’accouchement représentait un très grand risque, et la mortalité infantile était très élevée27. À toutes ces morts naturelles il faut ajouter les morts violentes subies pendant les opérations militaires, les cas d’assassinat, les accidents ou même les suicides. Selon Daniel Panzac, la mortalité au xviiie siècle, dans les villes de l’Empire ottoman, sans compter les effets de crises telles que les épidémies de variole ou de peste, pouvait atteindre 40 voire 50 pour mille. Pierre Sebag estime ce taux à 30-40 pour mille pour la ville de Tunis aussi bien au xviie siècle qu’au début du xxe siècle28 ». Les informations recueillies dans le journal concernant les décès et leur cause en sont l’illustration, sans pour autant permettre l’évaluation, comme le montrent les graphiques suivants (figures 1 et 2 p. 51-53)

Figure 1. — Décès en 1718

  • 29 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718. « Fin del año de 1718. Murieron en este año de 1718 (...)

12Ce graphique montre que deux groupes sont davantage touchés par la mort. Les captifs d’abord : 52 décès. Le père écrit le 31 décembre 1718 : « Cette année 1718 cinquante-cinq personnes dont on a pu savoir quelque chose sont mortes, dans les jardins comme à l’hôpital29. » Cette phrase donne à penser que le père ne tient pas son recensement pour exact, dans la mesure où l’hôpital n’était pas systématiquement informé de chaque mort d’esclave. De même, il laisse entendre que le nombre de décès fut plus élevé. De plus, le chiffre fourni par le père correspond-il à l’année complète ou simplement à la période où il était à Alger ? C’est-à-dire du 21 mai au 31 décembre 1718, soit sept mois, dix jours. S’il s’agissait de l’année civile, il existerait alors un écart entre nos relevés et son bilan, car aux cinquante-deux captifs que nous avons comptés, il faut ajouter quatre femmes, un enfant, un captif racheté et trois soldats du régiment de Navarre : soixante et une personnes au total sont décédées du côté chrétien, dont cinquante-six hommes. Nous pouvons alors penser que, sur l’année complète, le total des décès dépassait le chiffre fourni par le journal du père Ximénez.

  • 30 On appelait ainsi les enfants issus d’un Turc et d’une femme du pays.

13Pour les Maures et les Turcs, deuxième groupe frappé par la mort, nous avons dénombré cinquante-trois décès : quarante-huit pour le groupe Maures et Turcs confondus, auquel il faut adjoindre un Maure, deux Turcs et deux renégats. Nous n’avons rencontré pour cette période aucun décès de Juif, aucun de Couloughli30. Si nous nous en tenons à ces chiffres, les décès comptés s’élèveraient en tout à 114, soit en pourcentage, 53,5 % des décès pour les chrétiens et 46,5 % pour les musulmans. Les décès de chrétiens apparaissent supérieurs à ceux de musulmans. Ce rapport peut s’expliquer par le fait que le père s’intéressait avant tout aux chrétiens. C’est pourquoi il est possible — les trinitaires tenant le registre des décès, ce dont témoigne le journal — de prendre en compte le chiffre des décès de chrétiens à l’hôpital pour la période qu’il couvre, soit trente-trois défunts sur cent quatorze répertoriés. Au total près de 28,9 %. C’est dire que, d’une part, ils constituent plus du quart des morts recensés, que d’autre part, plus de la moitié d’entre eux mourait à l’hôpital, les autres mourant dans les bagnes, dans les jardins où ils travaillaient, dans la maison de leur maître ou en tout autre lieu, accidentellement parfois.

  • 31 Viaje de Argel, año de 1719, abril 22 « y de esta suerte arman todos su navíos para hazer el corso (...)

14Pour les musulmans, le père ne note que les décès en mer, ceux de notoriété publique, parce que la noyade de tout équipage musulman et la destruction de tout navire appartenant à la régence, ressenties sans doute comme une catastrophe par les uns, devenaient pour les autres une menace de rapt et de razzia en moins sur les côtes des pays chrétiens — de l’Espagne en particulier — en guerre avec le gouvernement d’Alger. La lecture du passage suivant permet de le penser : « Ils arment ainsi tous leurs navires pour faire la course et nuire aux Chrétiens qui sont en guerre avec ces Maures avec l’aide de l’Angleterre, de la Hollande et de la France et eu égard à cela l’Espagne devait prendre d’autres mesures pour éviter que tant d’hommes tombent en esclavage, ces mesures étant de s’efforcer d’être en paix avec eux ou de mener une guerre offensive parce que la guerre défensive apporte chaque jour son lot d’esclaves et partant beaucoup de reniements31 » La préoccupation du père reste toujours la même : éviter les reniements.

15Venons-en à l’année 1719 — du 1er janvier au 21 mai 1719 — soit une durée de quatre mois et vingt et un jours. La courbe des décès pour cette période se présente de la façon suivante (figure 2).

Figure 2. — Décès en 1719

16Deux groupes seraient particulièrement victimes de la mort : les Maures et les captifs ; trente-six Maures sont décédés contre trente chrétiens. Cette fois, les Maures sont davantage concernés et le total des morts chez les musulmans — Maures, Turcs, Couloughlis et renégats — se décompte de la façon suivante : 36, 4, 1 et 2, soit 43 décès. Celui des chrétiens captifs, des prêtres et des soldats du régiment de Navarre : 30, 1 et 1, s’élève à 32 morts. Il faut ajouter à ce nombre un juif. Au total 76 personnes sont décédées, dont 16 sont mortes à l’hôpital. Cela représente 21 % de l’ensemble des décès, mais 50 % des chrétiens qui se sont éteints.

Tableau 1. — Décès en 1718

Tableau 1. — Décès en 1718

17Sur douze mois, 190 personnes sont donc mortes, dont 97 musulmans et 91 chrétiens. L’écart entre les deux groupes est faible, bien que le groupe des musulmans soit supérieur en nombre, ce qui paraîtrait normal car, à Alger, la densité de cette population était plus élevée. Ce rapport met en évidence que le père était plus au fait de la réalité quotidienne des chrétiens que de celles des musulmans et des juifs, au moins sur ce terrain. Les chrétiens représentent 47,8 % des décès, dont 26 % sont décédés à l’hôpital. Ceux des musulmans sur l’année représentent 51 %. Ces chiffres restent inutilisables, étant donné qu’aucun recensement de population n’apparaît : les données recueillies ne permettent pas de déterminer le taux de mortalité. Elles dépeignent malgré tout une situation, témoignent du regard d’une société qui faisait de son mieux pour compter. Nous obtenons donc des résultats partiels que nous pouvons affiner en examinant la cause des décès. D’abord celle des disparitions survenues par accident.

  • 32 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, junio, 1 « Mató un Turco de una puñalada a un Chris (...)
  • 33 Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 3 « Cierto cautivo comulgando en el hospital guardó la forma (...)

18Les morts accidentelles en 1718 (tableau 1) atteignent faiblement les chrétiens, alors qu’elles représentent pour cette période presque la moitié des décès pour les musulmans. Ce relevé des accidents reflète les activités des deux groupes : l’un plus orienté vers les activités maritimes, soumises aux aléas de la mer et de la guerre, l’autre, employé à diverses tâches : marine, nourrissage des lions du dey, travail dans les propriétés, guerre. Il est aussi révélateur de valeurs et de comportements, puisque pour un rien on sortait les poignards, car les captifs et les autres n’étaient pas tous des saints. Deux captifs furent poignardés, l’un par un Turc32, l’autre par quelqu’un qui semble bien être un chrétien captif, avec qui il eut des mots en sortant de l’hôpital après la messe33.

Tableau 2. — Décès en 1719

Tableau 2. — Décès en 1719

19Mais comment se présentait en 1719 le tableau des accidents (tableau 2). La différence est-elle manifeste ?

20En 1719 les musulmans ont péri en plus grand nombre accidentellement, alors que les chrétiens ont été moins touchés. Néanmoins la mort par accident, par rapport à l’ensemble des décès, a baissé pour les deux groupes. Remarquons que pour chacun des groupes, la mer, comme les lions, dévorait les hommes.

Tableau 3. — Maladies ayant entraîné le décès

Tableau 3. — Maladies ayant entraîné le décès

Tableau 4. — Maladies parasitaires

Tableau 4. — Maladies parasitaires

Tableau 5. — Maladies virales

Tableau 5. — Maladies virales

Maladies

21Les accidents et l’assassinat fauchaient des vies, mais la maladie aussi, bien que nous ayons rarement appris la cause de la mort de ceux qui se trouvaient à l’hôpital, car le père utilise le terme « murió » (« est mort ») sans autre explication. Pourtant, un certain nombre de maladies sévissaient à Alger et à ses portes, entraînant souvent la mort : maladies parasitaires et maladies infectieuses (tableaux 3 à 6 p. 56-57).

22Ces tableaux nous renseignent sur les maladies rencontrées et en partie sur leurs effets. Nous sommes, cette fois encore, davantage informés de l’état de santé des chrétiens, pour la plupart captifs, que de celui des autres groupes qui peuplaient Alger.

Tableau 6. — Maladies infectieuses

Tableau 6. — Maladies infectieuses
  • 34 Ximénez, fr. Francisco, Viaje de Argel, año de 1718, junio, 1 « Vino una embarcación de Levante, c (...)
  • 35 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, éd. Loysel, 1992, p. 82. « On s’était toujou (...)
  • 36 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, noviembre, 16 « Dizen algunos Turcos que an venido (...)

23En dehors de l’épilepsie et de l’hydropisie toujours présentes, deux maladies parasitaires faisaient des ravages : le paludisme dans ses différentes formes — fièvre intermittente, fièvre tierce, malaria ou fièvre quarte — et la dysenterie. Deux maladies infectieuses faisaient aussi des morts : la variole et la typhoïde. Les tumeurs, les abcès, les furoncles et divers boutons trouvaient des terrains favorables. Enfin, la peste présente au Caire et à Alger, en 1717, reprit à Alger en 1723, tandis qu’au Caire il y eut recrudescence au printemps 1718. Le 13 juin de cette même année, nous lisons qu’« une embarcation est venue du Levant, apportant la nouvelle que là-bas la peste faisait des ravages et que de l’embarcation ils avaient jeté vingt corps à la mer34 ». Ce bateau contaminé était cependant entré dans le port d’Alger, il n’y avait pas eu de cordon sanitaire d’établi, ce que confirment le père et Laugier de Tassy35. Le 16 novembre ce sont des Turcs venus du Levant qui disent l’importance de l’épidémie au Caire. « Il y a eu une peste si terrible au Caire qu’un jour douze mille personnes sont mortes et d’autres jours, six, huit et dix mille au printemps de cette année 171836 ». L’épidémie était donc aux portes d’Alger, sinon déjà à Alger, portée par les navires, les équipages, les voyageurs et les marchands.

  • 37 Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 2 « Como ya ay caramus en saxa que quiere decir igos de palas (...)
  • 38 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre 30 « Entraron algunos enfermos en el hospital con camaras d (...)

24La dysenterie et les fièvres étaient terribles aussi. La dysenterie apparaît le 2 aôut 1718 : « Beaucoup de captifs tombent malades de la dysenterie, maladie funeste dans ce pays, car ils en meurent37. » L’épidémie dure. Le 30 décembre, le père écrit : « Quelques malades sont entrés à l’hôpital avec la dysenterie dont beaucoup souffrent en ce moment38. »

  • 39 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, enero, 16 « De estos montes salen unas nieblas tan (...)

25L’autre maladie endémique, le paludisme, était fréquente, selon le père, dans les montagnes du Cuco en Kabylie : « De ces montagnes s’élèvent des brouillards si épais et si nuisibles à la santé que les Chrétiens qui vont travailler en ce lieu, tombent, pour la plupart, tous les ans malades. Ils attrapent la fièvre, fièvre tierce, quarte et autres maladies, dont beaucoup meurent et celui qui une fois tombe malade ne recouvre jamais, ou bien rarement, une santé parfaite, son teint devient jaune et il vit à grand-peine. Même les indigènes ne sont pas épargnés par ces maladies, car d’ordinaire, parmi eux aussi, les malades sont assez nombreux39. » Le paludisme, la malaria, la fièvre intermittente sont donc déjà endémiques. Ce tableau non seulement corrobore les propos de Tal Shuval, mais encore apporte des précisions, surtout sur les esclaves chrétiens, même si nous n’avons pas de paramètres suffisants pour juger du taux de mortalité.

  • 40 Shuval, Tal, la ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

26Pour en revenir au nombre d’habitants à Alger, étant donné que l’on compte ordinairement quatre à cinq personnes par feu pour la période pré-statistique, la ville aurait eu au plus, selon les chiffres fournis par le père, 25 000 âmes en 1625, 60 000 en 1696. Enfin, en 1720, la ville aurait eu une population de 75 000 habitants. C’est dire qu’elle aurait été encore en pleine expansion. Nous ne nous étendrons pas sur la justesse des chiffres largement contestés, mais nous retiendrons de ce que dit Tal Shuval qu’il y avait beaucoup de monde à Alger. « En somme — écrit l’auteur — malgré la convergence entre la plupart des estimations du niveau de la population à Alger, celles-ci ne sont pas crédibles. Les chiffres semblent avoir été avancés par les uns et recopiés par les autres, ils ne s’accordent que pour constater qu’il y avait beaucoup de monde dans cette ville. Le fait que leur valeur en tant qu’indicateurs n’est pas grande est démontrée à la fois par l’énorme densité d’habitants qu’ils impliquent, et en ceci qu’ils restent invariables, même après de véritables crises démographiques40 ».

  • 41 Ibid. p. 43.
  • 42 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 4 « Como el lugar no es bastante capaz pa (...)
  • 43 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre 14 « Ayer enfrente del hospital a un muchac (...)
  • 44 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de A (...)

27Malgré tout, le nombre d’habitants qu’offre le journal se rapproche de celui de 50 000 que propose pour la deuxième moitié du xviiie siècle Tal Shuval, qui reprend les chiffres plus tardifs fournis par Venture de Paradis. Pourtant, il ne faut pas oublier non plus que la multifonctionnalité des pièces était une caractéristique du mode d’habitat musulman et même si « la règle de l’habitat unifamilial est confirmée par l’analyse des inventaires après décès41 », il n’est pas exclu que cet habitat ait abrité un grand nombre de personnes. C’était le cas des juifs du pays qui vivaient de la même façon que les musulmans, puisque le père déclare que : « Comme l’endroit n’est pas assez spacieux pour le nombre de personnes qui l’occupent, ils vivent très entassés et toute une famille s’installe dans une toute petite pièce42. » Il dit aussi : « Hier en face de l’hôpital les Turcs attrapèrent un jeune garçon Maure et à l’entrée d’une maison où vivent plus de vingt familles et au vu et su de la rue la plus publique43. » En face et autour de l’hôpital se trouvait l’un des deux quartiers juifs, ce qui pourrait expliquer peut-être la vingtaine de familles dans la maison d’en face, mais cela va contre la généralisation de l’idée qu’une seule famille occupait une seule maison et confirme que la communauté juive était importante, comme l’affirment nos deux témoins. Sans doute faut-il penser qu’à cette époque comme à la nôtre, l’espace vital dont on disposait n’était pas indépendant d’un état de fortune, car le père raconte que « les plus puissants ont deux maisons contiguës, une pour le mari et des esclaves et l’autre pour ses femmes et leurs esclaves, qui sont habituellement nombreuses. Quand les femmes légitimes sont nombreuses, ils ont l’habitude de les tenir dans des maisons différentes, ou dans une seule, dans des pièces séparées parce que les jalousies ne donnent pas lieu à ce qu’il y ait beaucoup de paix entre elles44 ». On peut en conclure que la densité de population des maisons était variable. Néanmoins, même dans les familles puissantes, l’espace était largement utilisé, puisque chaque pièce était parfois le domaine privé d’une femme et que les esclaves et les enfants, auxquels nul ne fait allusion, habitaient aussi la maison.

  • 45 Venture de Paradis, p. 48, cité par Tal Shuval, La ville d’Alger à la fin du xviiie siècle, p. 41.

28De tels éléments permettent de mieux cerner la réalité sans résoudre le problème, car le manque de sources rend impossible le chiffrage précis de la population du royaume d’Alger et de sa capitale. En effet, « dans tous les pays soumis à l’Al-Coran, il n’y a aucune donnée pour calculer la population. Le gouvernement et ses agents n’ont point intérêt à s’en occuper, parce que l’individu musulman ne paie nulle part la capitation et que l’impôt est attaché à la terre et à ses productions. Les inductions tirées de la mortalité annuelle ne peuvent avoir lieu dans des pays que la peste vient de ravager. Les naissances n’y sont point enregistrées ; ainsi, toutes les règles qu’on emploie en Europe pour évaluer le nombre d’habitants d’une ville sont nulles pour l’Asie. En comparant une ville musulmane à une ville chrétienne de même étendue, on ne peut même juger d’une population que d’une manière bien vague, parce que, tout particulier un peu aisé, surtout dans la Barbarie, a coutume de renfermer ses femmes, ses négresses et ses enfants45 ».

29Ce jugement de Venture de Paradis doit être nuancé, car le démographe dispose des registres de recensement ottomans (tahrir defteri) « établis dans différentes provinces et consignant pour chacune l’ensemble des établissements humains (villes, bourgs, villages, hameaux, terres de labours) avec les noms des adultes mâles, mariés ou célibataires, et le détail des recettes fiscales...

  • 46 Veinstein, Gilles, « la ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la c (...)

30Si elles sont loin de répondre à toutes les attentes du démographe, elles fournissent sur le niveau du peuplement d’une ville donnée des indications incontestablement plus sûres et plus précises que celles provenant, par exemple, des estimations des voyageurs ou des déductions, ingénieusement tirées des “signes urbains” par des archéologues ou géographes en mal de sources démographiques », écrit Gilles Veinstein, qui poursuit : « Les tahrir ottomans ont également l’avantage d’éclairer avec une extrême précision la répartition religieuse du peuplement d’une ville donnée et de fournir au moins des lueurs sur sa composition ethnique46. »

  • 47 Ibid., p. 70.

31Mais, « les recensements classiques avaient été directement liés au fonctionnement de l’institution du timâr, et par conséquent limités aux provinces où elle était appliquée... mis à part la Syrie, la Palestine et une partie de l’Irak, les Ottomans n’ont pas introduit le système du timâr dans leurs possessions arabes. Il en résulte que nous sommes privés de recensements “classiques” pour des cités aussi importantes que Bagdad, La Mecque, Médine, Tunis, Alger ou Le Caire47 ».

  • 48 Ibid., p. 65.

32Parmi les villes dont l’Empire ottoman avait hérité, Alger faisait partie de l’ensemble des « pays du Machrek et du Maghreb où l’influence arabo-musulmane avait précédé de plusieurs siècles l’apparition des Ottomans... qui constituaient le cœur même du monde musulman, pratiquement depuis son origine48 ». Ce qui explique la non-application du timâr, néanmoins les registres de waqf, les actes de habus et les inventaires après décès exploités actuellement par les historiens fournissent des indications sûres.

Composantes de la population

Les Algériens originaires d’autres villes de la régence

  • 49 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)
  • 50 Tal Shuval a travaillé sur les actes des habus et les inventaires après décès.
  • 51 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

33Les saignées engendrées épisodiquement par les maladies, les accidents et les catastrophes naturelles étaient compensées par un apport de populations extérieures. Alger (capitale du vilayet ottoman ainsi que base de la course maritime49), recevait des ruraux, comme toute ville, mais également des recrues pour combler les vides dans les rangs de la milice, assure Tal Shuval, qui poursuit en ces termes : « Dans notre corpus, 315 inventaires50 de civils sur 1515 (toutes périodes confondues) comportent aussi l’origine de la personne (Qâsim “al-bijawi”, Hasan “al-biskrî”, Muhammad “al-tunsî”, etc.). Il est donc possible d’essayer de montrer les diverses composantes de cette population51. »

  • 52 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo, « Noticias históricas de los hospitales de A (...)

34Le groupe le plus nombreux était celui d’Algériens originaires d’autres villes de la régence : Annâba, Constantine, Tlemcen... La proportion hommes femmes serait presque équivalente. On peut penser que, dans ce groupe, beaucoup étaient des citadins venus s’installer dans la capitale. Une partie assez importante d’entre eux, installés dans les caravansérails, étaient sans doute des commerçants. Dans l’échantillon étudié par Tal Shuval, ces gens étaient en provenance des villes d’‘Annaba (7), Bijâiya (28), Blida (6), Madiya (1), Miliyâna (54), Mu‘askar (1), Mustaghânim (6), Qlî‘a (3), Qsantîna (12), Sharshâl (5), Tadllis (4), Tlimsân (13), Zamûra (4). Cela recoupe les dires du père Ximénez : « Les Maures sont de toutes sortes ; les uns sont citadins, et sont natifs d’Alger, dont le père Silvestre dit qu’ils s’appellent Baldis et que, quand Barberousse s’empara d’Alger, pour les tranquilliser il les dispensa de payer tribut. Ils s’habillent de la même façon que les Turcs, et il en reste très peu de l’ancienne souche, la plupart viennent d’ailleurs qui se sont installés et se sont fixés52. »

Les Morisques ou Tagarins

  • 53 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 51.
  • 54 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de A (...)

35Il faut intégrer aux résidents de longue date les morisques chassés d’Espagne, dont Laugier de Tassy dit : « On ne voit presque dans les villes que les Maures, qui ont été chassés d’Espagne. Ils s’y sont établis en faisant la cour aux puissances turques, se sont adonnés à des métiers et au commerce, ont pris les fermes des droits et tailles, et ont fait la course et le trafic des esclaves. Mais ceux-ci sont souverainement méprisés par les Maures de la campagne ; c’est pourquoi ces derniers se piquent qu’on les appelle Berbères53. » Quant au père, se référant à l’histoire de l’Espagne, il nous informe simplement, sans plus de détails, que « le quatrième groupe est celui des Maures Tagarins, et l’on appelle ainsi ceux que nous appelons les Morisques, qui furent expulsés d’Espagne après la conquête de Grenade54 ».

« Les gens de dehors » : Kabyles, Biscris et Mozabites

  • 55 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)
  • 56 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel » (...)

36L’autre groupe représentait l’élément rural, notamment les « gens de dehors », les barrânîyya. Les Barrâni venaient travailler pendant un certain temps à Alger, puis ils retournaient dans leur région. Ce groupe se composait en majorité d’hommes célibataires semble-t-il. Ce phénomène est constant mais inchiffrable, car « pour la plupart il ne s’agissait pas d’une population stable et leur séjour dans la ville n’entraînait pas leur urbanisation55 ». En effet, le père affirme qu’il se compose « de Maures appelés Kabyles et Biscris, qui viennent des montagnes pour vivre à la ville ; ceux-là s’emploient à porter des charges, à balayer les rues et à d’autres petits métiers, comme en Espagne les portefaix... Ils n’ont pas de maison ni d’autre chambre que les champs, et quelques-uns montent la garde à l’intérieur de la ville et dorment alors sur des bancs de pierre qui sont à côté des échoppes56 ».

  • 57 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel » (...)
  • 58 Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. (...)
  • 59 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

37Quant aux Maures appelés Biscris qui « s’emploient aussi dans de petits métiers et qu’on appelle ainsi parce qu’ils sont originaires de Biskra, ils se traitent bien misérablement et chaque année, quelques-uns de leurs parents viennent et eux s’en vont et l’année suivante ils font l’échange, afin de ne pas perdre le gain que représente pour eux les tâches qu’on leur donne à faire57 ». Les mozabites faisaient aussi partie de ce groupe : « Ceux-là ont en charge la boucherie et d’autres vils métiers ; les autres Maures les tiennent pour hérétiques, c’est la raison pour laquelle ils ne les laissent pas entrer dans leurs mosquées58. » Dans ces conditions ne nous étonnons pas si « ce groupe se caractérisait par la présence presque exclusive des hommes, dont la plus grande partie semble avoir été célibataires. L’apport de ces ruraux est un phénomène constant, mais les données chiffrées sont très rares et éparpillées et ne permettent pas de confrontation valable d’un témoignage à l’autre. P. Boyer estime leur nombre, à la veille de l’occupation française, à 5 000 ce qui paraît exagéré. M. Rozet n’en comptait (avec les Noirs) que 3 000. Dans notre échantillon, 91 inventaires indiquent des origines barrâni. Leur nombre relatif (29 % de ceux dont les origines sont mentionnées) semble surévalué en raison de la nature même des documents que nous étudions, qui comprennent davantage de célibataires et de gens sans héritiers, deux catégories dont les barrâni faisaient partie. Il n’en reste pas moins que leur nombre est impressionnant (environ 6 % de l’ensemble des civils toutes périodes confondues59) ».

« Los Chiribinos »

  • 60 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel » (...)

38Le père signale comme cinquième groupe parmi les Maures, « los Chiribinos », dont il dit : « Le cinquième groupe est celui des Maures “Chiribinos” appelés ainsi parce qu’ils sont originaires de “cherba” ; ce sont tous des marchands très affables et courtois, ce en quoi ils sont très différents de tous les autres. Mais dans leur secte, ils se différencient quelque peu des autres60 ». Dans le premier quart du xviiie siècle, la classification adoptée tant par le père que par Laugier de Tassy était héritée des générations précédentes. Elle comprenait les Turcs, les Maures, les Arabes, les Juifs et les Chrétiens. Chacune des catégories se composait de différents groupes, si bien que le classement qui repose sur les habitants vivant dès l’origine ou de longue date dans la ville et sur ceux qui, installés ou de passage, sont étrangers à la ville ou au pays, qu’adopte Tal Shuval, pose un problème pour ce groupe.

  • 61 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 14 « Ay en esta ciudad dos especies de Moros (...)

39Nous n’avons pu jusqu’à présent étayer, à partir des documents ou des dictionnaires, notre hypothèse sur le sens du terme « Chiribinos », que nous sommes tentée de traduire par Djerbiens, puisque le père les dit natifs de « cherba », probable transcription de l’arabe Jaraba, car il les définit comme des commerçants affables, ayant un comportement inhabituel aux gens du pays et appartenant à une secte différente. Il fait, pour la première fois dans son journal, l’observation le 14 juillet 1718 qu’« il y a dans cette ville deux sortes de Maures ceux que l’on appelle “Chiribinos”, et les autres tiennent ceux-là pour des hérétiques, ils ont leur mosquée à part et les autres ne les laissent pas entrer dans les leurs61 ». Effectivement, les Djerbiens étaient Ibadites comme les mozabites, que le père mentionne immédiatement après dans les Noticias históricas pour dire qu’ils sont tenus pour hérétiques. Les commerçants djerbiens qui sont installés à Alger dans le premier quart du xviiie siècle continuent à l’heure actuelle à quitter leur région pour s’établir, souvent en célibataires, à Tunis ou en d’autres lieux de la Tunisie et d’ailleurs.

  • 62 Le terme « pays arabes » nous semble impropre. Au xviiie siècle, on ne peut parler que des provinc (...)

40Il existait à Alger le Sûq al-Jarâba, (le marché des gens originaires de Djerba), dont l’existence est attestée depuis 1174 jusqu’à 1760. Il faudrait donc ranger les « Chiribinos » dans la catégorie des étrangers au pays, la plupart originaires de l’Empire Ottoman — présents dans l’échantillon de Tal Shuval — qui venaient de Tunisie, du Maroc, d’Égypte, de La Mecque, de Syrie, de Bassora, où les hommes sont sur représentés et pour lesquels l’auteur conclut : « Il n’est pas illogique d’avancer qu’au moins une partie des individus originaires d’autres pays arabes62 étaient des gens de passage ». Au groupe des étrangers à la régence, il faudrait alors ajouter les Djerbiens ; « los Chiribinos », qui, eux, étaient établis dans la ville depuis fort longtemps.

Les « résidents étrangers à Alger63 »

  • 63 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 170.
  • 64 Ibid., p. 172.
  • 65 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 22 « El vagel francés ha traido dos gumenas (...)
  • 66 Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 4 « Monsiu Duxio Embajador de Francia... le ha quitado el (...)
  • 67 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 170-171.

41Parmi les gens de passage, nous pouvons retenir les représentants civils et religieux des différents pays. La France était la mieux représentée, à cause de ses relations privilégiées et anciennes avec la régence. Ainsi, certains marchands français qui résidaient à Alger, dont « un agent entretenu par la Compagnie Royale du cap Nègre, tant pour le paiement des lismes au dey, que pour son négoce particulier, et pour obtenir du dey les ordres nécessaires en faveur des comptoirs de cette compagnie dans les villes et ports du Royaume d’Alger64 » : monsieur Loup65 ou encore monsieur de Lana que le père désigne comme marchands. Ils assuraient parfois l’intérim, lorsque le consul, envoyé et rémunéré alors par la Chambre de Commerce de Marseille, n’avait pas encore rejoint son poste, comme le précise ce passage du journal : « Monsieur Dussault ambassadeur de France a enlevé le consulat au dit Monsieur de la Baume, et a nommé consul monsieur Durand qui se trouve au Levant, et auparavant il avait été chancelier quelques années dans cette ville ; et en attendant qu’il arrive il a nommé consul monsieur Loup, marchand dans cette ville66. » Par conséquent, se trouvait à Alger le consul de Sa Majesté très chrétienne, accompagné d’un chancelier, d’un aumônier et d’un truchement [interprète], dont les fonctions « sont les mêmes que celles d’un résident dans une cour étrangère, d’un envoyé ou ambassadeur. Il est le juge des différents qui surviennent entre les Français, tant pour le civil que pour le criminel ; et les sentences sont exécutées nonobstant appel, en donnant caution, excepté les cas où il s’agit de peine afflictive. Les nations franches, comme les Juifs étrangers, les Grecs, les Arméniens et autres, sont ordinairement sous la protection du consul de France, et ont recours à lui dans leurs contestations. Il est défendu à ce consul de faire aucun commerce directement ou indirectement. Sa maison est le lieu de consolation de tous les esclaves qui en ont besoin, et de leur secours lorsqu’ils manquent du nécessaire par la faute de leur maître67 ». De même, le vicaire apostolique des royaumes d’Alger, de Tunis et de Tripoli et deux frères de la Mission de France étaient chargés du soulagement spirituel des esclaves chrétiens. Leur maison était la paroisse de tous les catholiques romains.

  • 68 Ibid., p. 171.

42L’Angleterre, pour sa part, avait deux consuls : l’un résidait à Oran, l’autre, établi dans la capitale, était juge de sa nation. Un chancelier et un truchement l’accompagnaient. « Il a la permission de commercer et de fournir au gouvernement d’Alger tout ce dont il a besoin pour l’armement de ses vaisseaux et l’entretien de ses magasins, de même pour les munitions de guerre qui peuvent être nécessaires pour les camps ou armées : ce qui le rend utile et le fait considérer, et ménager dans les occasions68 ».

  • 69 Ibid.

43Quant aux États Généraux des Provinces-Unies des Pays-Bas, ils n’avaient plus de consul sur place depuis l’ouverture du conflit en 1716, parce que « les corsaires d’Alger ne faisant plus de prises, la milice fit assembler le Divan, où elle représenta qu’ils ne rencontraient plus de bâtiments ennemis à la mer ; que généralement tous ceux qu’ils trouvaient étaient français, anglais ou hollandais ; et que le pays ne pouvant se soutenir sans faire de prises, il fallait déclarer la guerre à une des trois nations à la pluralité des voix. Elle fut contre la Hollande69 ».

  • 70 Ibid., p. 173.
  • 71 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 28. « Este papaz griego le pone el Patriarc (...)

44Enfin, « il y a encore un papasse du rite grec, pour le spirituel de quelques artisans établis à Alger et des esclaves de sa nation, qui a sa chapelle et son appartement dans un bagne70 ». « Ce papasse grec c’est le patriarche de Constantinople qui le nomme et il a ici une maison et une église dans le bagne de Sidi Muda où il est mort et il est très bien ici avec non seulement l’aide des captifs grecs qui sont assez nombreux qui sont venus de Morée quand les Turcs y entrèrent mais aussi avec celle des marchands libres qui vont et viennent71 ». Ainsi la communauté grecque, chrétienne orthodoxe, tant celle des esclaves que celle des marchands et des artisans, était-elle suffisamment nombreuse pour subvenir aux besoins de son prêtre. Ce fait laisse deviner des échanges commerciaux d’une certaine importance.

  • 72 À cette époque, le père Francisco Navarro.
  • 73 Le père Francisco Ximénez.
  • 74 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 172.

45Il faut ajouter au groupe des gens de passage non-établis, les esclaves chrétiens pris par les corsaires algériens, qui auraient été au nombre de deux à trois mille à la fin du xviie siècle et ceux qui étaient là pour s’en occuper, les trinitaires de l’hôpital d’Espagne, dont Lau- gier de Tassy dit : « la maison de l’hôpital d’Espagne est dirigée par un prêtre religieux de l’ordre de la rédemption des esclaves. On l’appelle le père administrateur de l’hôpital72 et il a un adjoint du même ordre, qui est aussi prêtre73. Ils ont soin de secourir, de nourrir et d’entretenir tous les esclaves chrétiens malades de quelque nation qu’ils soient74. » En réalité, les résidents étrangers chrétiens constituaient un groupe minoritaire, même si les captifs faisaient nombre, plus que les artisans, les commerçants et les représentants officiels des différents pays d’Occident.

Juifs du Levant, juifs livournais, juifs du pays

  • 75 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 26 « Algunos judíos que vienen de Levante (...)

46Parmi les étrangers au pays il fallait compter les juifs du Levant, qui vivaient dans les provinces de l’Empire ottoman. Ils faisaient partie des gens de passage, puisqu’ils venaient à Alger pour affaires. Le père s’exprime en ces termes : « Quelques juifs qui viennent du Levant portent habituellement sur leurs vêtements certains des clous, d’autres les tenailles, d’autres une échelle et d’autres des instruments de la passion de notre Rédempteur Jésus-Christ et d’autres ont une partie de leur vêtement couleur sang en signe d’opprobre et de mépris de Jésus notre Seigneur75. » Qu’en était-il réellement ? Nous n’avons rien lu de semblable ailleurs.

  • 76 Diario de Argel, año de 1719, febrero, 4 « Ay otro linage de judíos que an nacido y se an criado e (...)

47À ceux-là, il faut ajouter les juifs venus de la chrétienté, car d’autres juifs que ceux du pays résidaient à Alger. Des juifs livournais, originaires d’Italie et d’autres nés en Espagne, étaient plus ou moins implantés dans le pays. Le père les décrit de la sorte : « Il y a un autre genre de juifs qui sont nés et ont été élevés en terre chrétienne ou du moins qui en sont originaires, et ceux-là ont le même vêtement que les chrétiens, car ils sont habillés en militaires et ils portent de très belles perruques, selon leur qualité et selon leurs moyens financiers. Ceux-là sont tous généralement des négociants et des marchands et certains seraient fort riches si les Turcs ne les dépouillaient par le paiement de tributs. Ils ne possèdent aucune propriété en dehors de leurs négoces et de leurs commerces et ceux-là sont pour la plupart de Livourne et ils meurent rarement où ils naissent parce qu’ils vont toujours d’un endroit à un autre et d’une ville à l’autre sans se trouver bien nulle part, bien qu’il soit vrai que partout ils sont persécutés76. » Les Livournais, les Grâna, (pluriel Gurni), bénéficiaient du même statut que les Européens. Comme eux, ils étaient sous la protection du consul de France. Laugier de Tassy apporte les précisions suivantes : « Il y a dans toutes les villes du Royaume d’Alger des juifs d’Italie, qu’on appelle juifs francs, et particulièrement ceux de Livourne. Ils font le principal commerce de ce royaume, tant en marchandises que pour le rachat des esclaves, où ils font valoir leur industrie ou leur friponnerie, comme il sera dit en parlant du rachat des esclaves. Ceux-là sont libres et considérés comme marchands étrangers, sujets des princes des lieux d’où ils sont originaires, ou des villes où ils ont été domiciliés. Ils peuvent partir quand ils veulent, pourvu qu’ils ne laissent aucune dette, de même que les autres étrangers turcs, maures et chrétiens. Ce sont les juifs de Livourne qui ordinairement, de société avec les principaux juifs de la ville d’Alger, prennent les fermes de l’huile, de la cire et autres semblables, où ils font des profits considérables...

  • 77 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 56.

48Ces juifs étrangers se mettent en arrivant sous la protection du consul de France ; et lorsqu’ils ont quelque chose à démêler avec les Français ou entre eux, ils portent leur cause devant le consul. Ses jugements sont exécutés, et on lui renvoie les parties lorsqu’elles s’adressent à la justice turque ; le consul de France y étant le protecteur et le juge de toutes les nations étrangères qui n’ont point de consul. Mais il dépend de ces étrangers d’aller en premier lieu devant le dey, qui selon les cas en décide, ou les renvoie au consul pour en décider77 ».

  • 78 Ibid., p. 55.
  • 79 Ibid., p. 56.
  • 80 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Año de 1719, mayo, 10 « Los Judíos estavan vestidos de negro co (...)
  • 81 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 56.

49Enfin, le dernier groupe établi de longue date dans le pays était considéré comme indigène : « Ils sont réputés Maures, réduits dans une grande pauvreté, et dans la servitude, méprisés et maltraités par tous les autres peuples78. » Cette communauté juive aux habitudes de vie pareilles à celles des Maures, avait un statut de dhimmi, de protégé, comme les chrétiens d’ailleurs. Ils étaient de ce fait soumis à l’obligation de s’habiller en noir « pour les distinguer par une couleur que les Turcs méprisent79 ». Pourtant, il ne leur était pas interdit de porter le burnous blanc des indigènes : « Les juifs étaient vêtus de noir avec des burnous, les uns blancs, les autres noirs, à la façon mauresque parce qu’ils étaient originaires de cette terre80 ». Laugier de Tassy ajoute : « Les juifs maures ont un quartier assigné pour leur demeure, et il ne leur est pas permis de se mêler aux mahométans, comme il est libre aux autres nations81. » Mesures de discrimination, mais en même temps, mesure de protection contre l’hostilité des foules, au moins à l’origine, ce quartier juif se trouvant à Alger à l’ombre du palais du prince, la Djenina.

  • 82 Ibid., p. 55. Les dates proposées ne sont pas toujours exactes, les édits d’expulsion d’Espagne et (...)
  • 83 Hœxter, M., Endowments, rulers, and community: waqf al-haramayn in Ottoman Algiers, Leiden, Boston (...)
  • 84 Veinstein, Gilles, « La ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la c (...)

50Ce groupe constituait, selon M. Hoexter, 17 à 18 % de la population de la ville. Malgré la conversion de certains à l’islam, les islâmiyya, les juifs restaient nombreux, tant du point de vue du père, comme nous l’avons vu, que de celui de Laugier de Tassy qui écrit : « Les juifs sont en très grand nombre à Alger. Il y en a, selon Grammaye, des descendants de ceux qui se réfugièrent en Afrique après la destruction de Jérusalem par Vespasien, ou qui abandonnèrent la Judée pendant les persécutions qu’ils eurent à essuyer de la part des Romains, des Persans, des Sarrazins et des Chrétiens. Mais le plus grand nombre vient de ceux qui ont été chassés de l’Europe : de l’Italie en 1342, des Pays-Bas en 1350, de France en 1403, de l’An- gleterre en 1422, et d’Espagne en 146282. » L’estimation de M. Hoexter83 de 17 à 18 % de la population d’Alger que constituerait la communauté juive reste plausible, étant donné que l’Empire ottoman et la régence d’Alger, en particulier, accueillirent les juifs d’Espagne et du Portugal, comme ils restèrent ouverts à tous les réfugiés qui eurent un rôle décisif — les renégats notamment — dans son développement et dans celui de ses cités. C’est pour cette raison que le taux de non-musulmans des villes ottomanes fut parfois très élevé. Au xvie siècle par exemple, Istanbul dénombre 42 % de non-musulmans, Damas 13 à 18 %, onze cités, dont Athènes plus de 90 % et vingt et une autres 70 à 90 % (Salonique 75 % dont 54 % de juifs), enfin, « neuf villes ne comportaient même aucune population musulmane... Sur ce point, les villes maghrébines où seules les communautés juives (et marginalement des esclaves chrétiens) limitent l’homogénéité musulmane, sont à l’écart de la tendance générale84 », en ce qui concerne non le nombre, mais la pluri-ethnicité et surtout la pluri-confessionnalité.

Les turcs d’origine et de « profession »

  • 85 Shuval, Tal, la ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)
  • 86 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel » (...)

51D’autres étrangers à la ville étaient « attirés à Alger par des promesses de richesses, ou par la possibilité d’améliorer leur statut social : c’était le cas des recrues qui venaient régulièrement combler les vides dans les rangs de la milice85 ». Le père Ximénez relate en effet dans son journal que : « Le Grand Seigneur Empereur de Constantinople, de par l’autorité, qu’il dit avoir sur ce royaume, permet que les Algériens aillent souvent recruter des soldats sur ses terres. Ils partent avec trois ou quatre navires, ils débarquent dans les provinces qui leur paraissent le plus à propos, ils appellent à l’enrôlement, et aux pauvres, aux vauriens, et aux paresseux ils disent de venir avec eux, car ils leur donneront la paye du soldat, ils disent qu’ils seront riches et qu’ils pourront devenir rois, qu’ils sont les maîtres de la fortune des Maures et des Juifs, qu’ils auront des femmes, et des jeunes garçons en abondance pour assouvir leurs vices, et d’autres choses semblables, et de cette façon ils viennent avec eux86. »

  • 87 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)
  • 88 Oran, Mostaganem, Cherchell et Bougie.
  • 89 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel » (...)
  • 90 Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. (...)

52Tal Shuval, qui se réfère au nombre de soldats de la milice, soutient que « dans les recherches de M. Colombe, le nombre des recrues arrivées à Alger depuis 1800 jusqu’à l’occupation française est de 8 533. Ce nombre d’environ 285 nouvelles recrues par an n’aurait pas suffit pour maintenir l’effectif de la milice qui était de 12 000 au début du xviiie siècle, ainsi qu’en 1754... Il va de soi que les recrues de la milice étaient tous des hommes. Les documents ne fournissent aucun indice sur la date d’arrivée des militaires à Alger87 ». Le journal projette un éclairage intéressant sur ces chiffres pour l’année 1720. « Les soldats qu’il y a pour la garnison de ce Royaume, les Maures Azagues inclus dans ce nombre, car ils reçoivent aussi une demi-paye de soldat et ce sont ordinairement des cavaliers, sont au nombre de douze mille hommes, huit mille en armes et quatre mille qui ne le sont pas ; aujourd’hui on dit qu’ils ne sont que six mille en tout qui sont reçus à la paye. Les premiers sont en garnison tantôt dans les quatre villes de la côte88, tantôt dans cette ville, et tantôt ils partent en campagne tous les six mois, se divisant en trois corps pour collecter la garrame sur les Maures, ce qui veut dire en castillan taille ou tribut89 ». Le père Ximénez ajoute plus loin : « à cette espèce [les Maures] on peut réduire les Zouaoua, que le Maître Silvestre appelle Azuagos, natifs du Couco, et dont les Turcs se servent pour la guerre90. »

  • 91 Les Couloughlis étaient les enfants de Turcs et de femmes indigènes.
  • 92 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel » (...)
  • 93 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 57.
  • 94 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 22 « Estos coloríos que son mistos de Turco (...)

53Les Turcs avaient aussi recours, dans les mêmes circonstances, aux Couloughlis91, car « s’ils sont en guerre avec les Rois voisins, ils admettent à la paye les Couloughlis dont ils ont besoin. En ce moment ils le sont avec le roi de Meknès, et ils n’ont seulement que quatre mille hommes en campagne, car il leur semble que pour l’instant ce nombre suffit pour résister92 ». Les Couloughlis étaient donc reçus à la paie du soldat, ce que confirme Laugier de Tassy, lorsqu’il nous informe des privilèges des chrétiens convertis à l’islam : « Les chrétiens renégats ont les mêmes privilèges que les Turcs, et sont réputés tels. Dès qu’ils ont embrassé la religion mahométane, ils sont reçus à la paie et peuvent parvenir à toutes les dignités, même au deylik, pourvu que les uns et les autres n’épousent pas de femmes arabes ou maures. Dans ce cas, ils ne parviennent jamais à de grandes dignités, et les enfants qui viennent du mariage d’un Turc et d’une femme maure ne sont point réputés Turcs et on les appelle Coulolis. Ils sont reçus à la paie du soldat, mais ils ne parviennent jamais aux charges du gouvernement93 ». Le père complète : « Ces couloughlis qui sont métis de Turc et de Maure ont les mêmes privilèges que les Turcs sauf qu’ils ne peuvent selon leur loi être gouverneurs, et c’est pour cette raison qu’ils sont punis en secret dans la maison de l’agha : tous reçoivent la paye du soldat mais leurs enfants sont réputés Maures94. » Le gouvernement d’Alger gérait donc les effectifs de l’armée et par ce biais son coût, puisque les Zouaoua ne percevaient qu’une demi-paye et que seulement la moitié des soldats (6 000) étaient reçus à la paye. Ce fait peut aussi signifier que les revenus du gouvernement étaient en baisse, puisque sa grande dépense était la paye de la milice, financée par les impôts et par la course. Cette disposition fut sans doute aussi un acte politique, qui permit au dey et à son conseil, « les Puissances », de diminuer le pouvoir de la milice, en introduisant au sein de l’armée des indigènes qui n’avaient pas nécessairement les mêmes intérêts, ni le même comportement que les soldats turcs, dont ils diminuèrent le nombre et par la même occasion la force, tout en maintenant les effectifs.

  • 95 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)
  • 96 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 105. « Les marchands turcs du Levant, ou autres (...)
  • 97 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 1 « Aquel jardín, donde están por guardiane (...)
  • 98 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 24 « Oy fuimos el p. administrador el p. fr (...)
  • 99 Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. (...)
  • 100 Ibid., « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 140. « Estos son de do (...)
  • 101 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, noviembre, 9 « An entrado tres vageles de Argel que (...)

54Pourtant, tous les Turcs n’étaient pas soldats de la milice. Les civils existaient, car, non seulement, « les documents, à savoir les actes des habus et les inventaires, utilisent le mot “Turc” pour désigner des membres de la milice, mais aussi des “civils”. Le terme “Turc” est aussi utilisé par les chroniqueurs algériens et les poètes issus des janissaires. Il semble donc que ce soit le terme employé par la population d’Alger pour désigner les membres de la milice et les civils en provenance des régions du centre de l’Empire. Par conséquent, c’est sans doute ce terme qu’eux-mêmes utilisaient95 ». On n’en peut douter, car, de même que Laugier de Tassy, auquel se réfère Tal Shuval, mentionne des marchands turcs du Levant qui logent dans les fondouks96, de même le père utilise ce terme, lorsque, à propos de civils, il écrit : « Aujourd’hui nous sommes allés, le père administrateur, le frère Théodore, le chirurgien et deux serviteurs et moi au jardin du gouverneur où se trouvent comme gardiens un Turc qui avait été esclave en France et sa femme turque aussi qui avait été dix-sept ans esclave en Espagne laquelle avait été capturée pendant les guerres passées de Hongrie97 et elle fut conduite au port de Santa María où elle demeura jusqu’à ce que les Anglais entrassent dans la ville, elle s’enfuit alors et elle vint ici98. » Le père donne plus loin la définition du terme : « Seuls comme je l’ai dit sont soldats, les Turcs d’origine, les renégats, les enfants de Turc et de Turque, ou de Turc et de renégate ou de renégat et de Turque ou de renégat et de renégate ; car tous ceux-là ont et on leur donne le nom de Turcs99. » Seuls, ils seront acceptés comme janissaires et pourront entrer dans la milice ; dans la classe dominante. Et « ceux-là sont de deux sortes, ou d’origine ou de profession. Ceux d’origine sont ceux qui viennent de Turquie, et leurs enfants. Ceux de profession sont les renégats qui étant enfants de parents chrétiens deviennent musulmans de leur propre volonté, dont il y a eu et il y a généralement des régions les plus lointaines du monde, comme il en est des Abyssiniens du prêtre Jean. Il doit y avoir deux mille de ceux-là à Alger100 ». La milice, qui comptait 12 000 hommes, aurait eu en son sein en 1720, environ 16,6 % de Turcs de profession inclus dans les six mille (50 %) reçus à la paye. Il y aurait donc eu moins de 4 000 Turcs d’origine, puisque les couloughlis étaient eux aussi reçus à la paye. Le nombre de 285 recrues pour remplacer ceux qui partaient chaque année ne paraît pas invraisemblable et à ce propos le journal fournit en novembre 1718 le chiffre de 200 nouvelles recrues turques environ101.

  • 102 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)
  • 103 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, septiembre, 30 « Ay en Argel una mezquita fuera de (...)
  • 104 La remarque du père est d’autant plus acerbe que l’on considérait à l’époque, notamment en Espagne (...)
  • 105 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 12 « A otro renegado encontré haciendo albardas y le dixe much (...)
  • 106 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)
  • 107 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 152.

55La réalité était en fait plus complexe. Comme à l’époque de Haëdo102 les renégats n’entraient pas tous dans la milice et vivaient « de leur travail ou industrie ». Par exemple, un renégat devint marabout : « Il y a à Alger hors de la ville sur une éminence vers le ponant une mosquée où il y a toujours un marabout. Les années passées un Majorquin renié s’en fit le marabout, sorte d’hermite de cette mosquée103. » Autre cas : un renégat gagne sa vie en exerçant un métier d’artisan, le Coran poussant les propriétaires à laisser leurs esclaves acquérir par leur travail leur liberté. Le père le rencontre à Blida qui fabrique des bâts : « Et je lui dis assurément tu t’es élevé dans la secte mahométane, puisque te voilà dans un si haut emploi104. Il me répondit que faire et passez votre chemin et je le laissai105. » Le « que faire ? » du renégat s’explique. Les esclaves chrétiens, qui vivaient à l’intérieur des terres, n’avaient guère d’espoir d’être rachetés, sauf à amasser eux-mêmes l’argent de leur rançon, parce que les rédemptions se faisaient dans les régences à Alger, à Tunis et à Tripoli, villes côtières. De plus, se convertir à l’islam ne rendait pas pour autant la liberté, n’entraînait pas obligatoirement le changement de statut. D’un autre côté, le fait de rencontrer un renégat qui exerçait un métier ne prouvait pas non plus qu’il n’ait pas été soldat. Haëdo le disait déjà, lorsqu’il écrivait à propos des artisans d’Alger : « Parmi les artisans indigènes, il y a des janissaires qui suivant leur tour vont à la guerre, ou en course sur les galiotes106. » Laugier de Tassy ne dit pas autre chose, car, selon lui, « chaque soldat, outre sa paye, peut exercer son industrie, ou en commerçant ou en allant à la mer, et jouir de son bien et de son savoir-faire tranquillement, étant néanmoins toujours prêt à marcher pour le service de l’État107 ». Seule la réponse aux propos railleurs du père laisse supposer que ce renégat n’était pas soldat de la milice, mais travaillait à sa liberté, car l’esclave converti ou non pouvait, moyennant une somme payée toutes les lunes à son maître, disposer de lui-même et exercer un métier. Au demeurant, c’était les mérites des chrétiens convertis qui le plus souvent les menaient à l’ascension sociale.

  • 108 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 12 « Entre losmuchos renegados que ay en est (...)
  • 109 Diario de Argel, año de 1719, enero, 9 « Vino del Cuco un cautivo llamado el estudiante enfermo y (...)
  • 110 Diario de Argel, año de 1719 enero, 16 « Parte de este Reyno esta sujeto a los Reyes de Argel y pa (...)
  • 111 Diario de Argel, año de 1719, abril, 3 « A entrado la Gazela del Negro corsario con una pressa de (...)
  • 112 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F. Gallimard, 1993, p. 89.
  • 113 Ibid., p. 104.
  • 114 Ibid.
  • 115 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, mayo, 13 « Por la tarde vino un hijo del jalifa a v (...)
  • 116 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1, fol. 93. « Los hijos en teniendo doze o (...)

56De même, un Noir converti à l’islam verse des larmes et se repent : « Ceux-là étaient Portugais, l’un d’eux était Noir lequel après avoir renié se trouvait esclave et avec plus de souffrances que quand il était chrétien et on l’avait marié à une autre Noire108. » Cependant, les Noirs pouvaient devenir soldats ou raïs, puisque nous lisons le 6 janvier 1719 : « Un captif malade appelé l’étudiant et un autre est venu du Couco ; distant de cette ville de quatorze lieues. Il y a là-bas un château avec douze pièces d’artillerie où vit un caïd qui a beaucoup de Maures noirs et blancs comme garde et quelques renégats. Et ce château sert à assujettir les Maures de ce pays bien qu’ils n’aient jamais pu assujettir les Maures qui vivent à l’intérieur des montagnes du Couco109 ». Puis, le 16 janvier 1719, toujours à propos de ce caïd nous lisons : « Ce Turc (Ali Jocha) a pour garde de sa personne et la défense de ce château fort quatre cents Noirs soldats à cheval très bien armés et plus de mille fantassins pourvus de fusils et d’autres munitions. Ils ont aussi cent autres soldats à cheval renégats de diverses nations, Flamands, Espagnols et Portugais qui ont abandonné la foi chrétienne pour servir ce barbare110. » Et encore, le 3 avril 1719, cet autre fait. « La Gazelle du Noir corsaire est entrée [dans le port] avec une prise de douze chrétiens maltais111 ». Ce raïs noir qui appartenait à la caste dominante des Turcs était-il musulman dès l’origine ? C’est probable, bien que le fait ne soit pas avéré. En effet, une différence de traitement entre Noirs convertis à l’islam et Noirs nés musulmans, libres en principe, peut s’expliquer par l’application de la loi musulmane qui interdit l’esclavage de musulmans libres de quelque race qu’ils soient, tandis que la conversion à l’islam après l’asservissement n’entraîne pas nécessairement la libération. « L’esclavage, dit la fatwa, est une situation qui résulte de l’incroyance présente ou passée et persiste après la conversion, le propriétaire de l’esclave conservant l’intégralité de ses droits112 ». Mais si les Noirs, soldats du caïd du Couco, étaient musulmans de naissance, puisqu’ils sont dits « Maures », le texte n’apporte pas cette précision pour le raïs qui pourrait être ou avoir été esclave. En effet, l’esclave soldat déjà connu dans l’Antiquité, devenu l’esclave soldat professionnel dans les empires islamiques tardifs, blancs pour la plupart, devint dans l’Islam occidental plus fréquemment un esclave soldat noir. Ces « troupes d’esclaves noirs étaient plus fréquentes et comprenaient même quelquefois la cavalerie, chose pratiquement inconnue à l’est113 ». Au Maroc, à cette période, Moulay Ismail (1672-1727) avait une garde noire importante, dévouée et efficace. « Le noyau de cette armée avait été fourni par la conscription ou l’achat forcé de tous les hommes noirs du Maroc ; il s’était grossi par réquisitions de serfs et d’esclaves pris dans les tribus sahariennes, et par des razzias d’esclaves dans le sud de la Mauritanie. On mariait ces soldats à des esclaves noires afin de reproduire une génération de soldats et de servantes. Les jeunes commençaient à s’entraîner à l’âge de dix ans ; on les mariait à quinze114 ». Âge déjà tardif à en croire le père Ximénez arrivé à Oran. « L’après-midi — écrit-il — un fils du Khalife [lieutenant du bey] vint nous voir, garçon de treize ans, et l’on dit qu’il y a plus de deux ans qu’il use des femmes pour que l’on voit la bestialité de cette terre car depuis l’enfance l’obscénité règne en eux115 ». De la même façon il affirme, le 1er août 1719, que « les fils dès qu’ils ont douze ou quatorze ans se marient116 ».

  • 117 Ibid., fol. 92-93.
  • 118 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F. Gallimard, 1993, p. 28.
  • 119 Ibid., p. 34.
  • 120 Ibid., p. 90.
  • 121 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F. Gallimard, 1993, p. 60.
  • 122 Ibid., p. 82.
  • 123 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 56.

57Enfin, « entre esclaves blancs et noirs — même quand les seconds devinrent nombreux et puissants — il subsista longtemps une distinction cruciale : les esclaves blancs pouvaient devenir généraux, gouverneurs de province, souverains et fonder des dynasties, mais cela n’arrivait pratiquement jamais à des esclaves noirs dans les pays centraux de l’Islam117 », écrit Bernard Lewis. Pourtant, il semble que les Noirs, au moins dans la régence d’Alger du xviiie siècle, réussissaient parfois à intégrer des fonctions de fort pouvoir ; celles de soldat ou de raïs, car « les esclaves employés dans l’armée constituaient en un sens, l’aristocratie de la population servile118 », mais aussi, parce que « la venue de l’islam créa une situation entièrement nouvelle dans les rapports entre races... l’islam créa pour la première fois une civilisation vraiment universelle119 ». En effet, dans le Coran, « c’est l’incroyance, et non la négritude, qui est source de l’esclavage. Tout incroyant blanc ou noir peut être asservi ; aucun musulman noir ou blanc ne peut l’être120 ». Cependant, « il apparaît clairement d’après l’expression et la dénonciation des préjugés raciaux, à la fois dans la littérature courante et dans la littérature religieuse, qu’une transformation majeure a eu lieu. Dans l’Arabie ancienne, comme dans le reste du monde antique, le racisme — au sens moderne du mot — était inconnu. L’islam dans son enseignement, loin de l’encourager va jusqu’à condamner la tendance universelle à l’arrogance ethnique et sociale, et proclame l’égalité de tous les musulmans devant Dieu. Et pourtant l’examen de la littérature montre clairement que, dans le monde islamique, un type nouveau et parfois haineux d’hostilité et de discrimination raciale a émergé121 ». Cela explique que « l’attitude envers les Africains noirs reste, en gros, négative122 ». D’ailleurs, la phrase de Laugier de Tassy à propos de la couleur noire imposée aux juifs à Alger, « pour les distinguer par une couleur que les Turcs méprisent123 », est révélatrice de ce préjugé.

  • 124 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 24. « Una negra vive aora que tienen en muc (...)

58Mais du côté des chrétiens les Noirs étaient-ils mieux lotis, quand sous la plume du père le mot noir ne porte jamais de majuscule, contrairement à chrétien, juif, renégat oumusulman et quand surgit ce commentaire : « Une Noire vit actuellement qu’ils ont en grande vénération seulement parce qu’elle est idiote ou feint de l’être et elle va les parties découvertes avec beaucoup d’impudeur au point que même si elle n’était pas Noire elle ferait horreur124 ? » La restriction, « même si elle n’était pas Noire », en dit long sur les mentalités de ce premier quart du xviiie siècle, sur la répulsion que suscitaient les Noirs et le mépris qu’ils inspiraient dans l’Europe occidentale où esclaves noirs et blancs étaient exploités, mais où les gens de couleur, réputés inférieurs, inspiraient le mépris plus encore que les « Maures ». Le père véhiculait les préjugés de son époque, d’autant plus que l’Ancien et le Nouveau Testament validaient l’esclavage et que l’Église elle-même le pratiquait. La papauté n’avait–elle pas des esclaves musulmans pour manœuvrer ses galères ? Certes, la question de savoir si les Indiens et les Noirs avaient une âme ne se posait plus, celle de leur infériorité non plus.

Les Noirs

  • 125 Diario de Argel, año de 1719, abril, 24 « El Pe Administrador dexo un real de a ocho para los Chri (...)
  • 126 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 21 « Esta mañana vino una Negra portuguessa renegada a llamar (...)

59Les Noirs sont absents du texte de Laugier de Tassy et peu présents dans celui du père. De plus, l’information est si succincte qu’il est malaisé de comprendre quelle était la place des Noirs dans le tissu social, si nous nous en tenons aux cas évoqués. Nous examinerons le groupe des femmes, puis celui des hommes musulmans et chrétiens. Il est question dans le journal, de deux femmes noires. L’une au service des Turcs, qui s’occupent du jardin du dey, « une noire musulmane qu’il y avait là-bas qui nous avait préparé le repas125 ». Hormis sa religion et la tâche exécutée, nous n’avons aucun élément qui puisse la situer autrement que comme domestique de Turcs, comme probable esclave. L’autre, « une noire portugaise reniée est venue chercher un captif malade le menaçant s’il ne venait pas de lui donner du bâton, le malade ne s’en fut pas parce qu’il n’était pas en état de pouvoir partir à cause de sa maladie et la noire le maudissait en lui disant que la peste l’emporte s’il ne venait pas et cela elle le lui disait depuis la porte parce qu’elle ne voulut jamais entrer bien que nous la persuadions d’entrer pour voir que c’était une église chrétienne. Je lui demandai si elle était musulmane ou chrétienne et elle répondit qu’elle était fille de chrétienne mais qu’elle était toute petite quand elle était venue et qu’elle était devenue musulmane parce qu’on ne lui avait rien appris d’autre ; il y eut peu d’autres paroles de dites parce qu’elle s’en fut aussitôt126 ». Nous n’avons que des éléments concernant sa religion et rien sur son statut social. Cet esclave lui appartenait-il, puisqu’elle menace de le battre ? Ce n’est guère évident. Peut-être intervenait-elle pour le compte de son patron, étant donné qu’elle était venue en personne à l’hôpital. Or, le plus souvent, on envoyait un esclave. Qu’elle ait été la concubine de son maître est plausible, car le patron musulman pouvait user légalement du droit de faire de son esclave sa maîtresse sans qu’elle puisse s’y opposer. Sa religion et les circonstances qui en ont fait une musulmane sont les seuls éléments qui situent cette femme. Seules questions qui intéressaient véritablement le père dans le cadre de ses fonctions.

  • 127 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 13 « Oy se fue del Hospital una negra, que (...)
  • 128 Pasqua, prénom espagnol plus typé que le nom de Marie, dont l’équivalent musulman — Mériem — était (...)

60Avec le cas suivant — deuxième noire venue du Portugal que nous rencontrons — la situation s’éclaire. « Aujourd’hui une Noire, qui a été malade appelée de son nom de baptême Pasqua et parmi les Maures María a quitté l’hôpital, célibataire originaire d’Angola, elle était esclave de Casiprada de Arrocha dans la ville de Porto dans le royaume du Portugal lequel habitait dans la rue st Dimanche, et aujourd’hui elle se trouve être esclave de Lela Asisa femme de Mahamet Jocha, laquelle était entrée à l’hôpital le quatre août127 ». Nous connaissons donc le statut et les origines de cette femme. Victime de la traite des Noirs pratiquée par les Portugais établis en Angola depuis le xvie siècle, elle fut baptisée comme la précédente le fut enfant, alors qu’elle accompagnait sa mère, elle-même chrétienne. Ce fait explique son séjour à l’hôpital pendant une semaine, sans que nous sachions pour autant de quel mal elle souffrait. Capturée, elle change de pays et de prénom128, mais non de statut. Femme, célibataire, esclave, noire et chrétienne, elle cumule les handicaps et son sort n’est pas plus enviable à Alger qu’à Porto, car la conversion en terre d’Islam, nous le savons, n’entraînait pas nécessairement la libération de l’esclave.

  • 129 On utilisait la falaca, pour donner les coups de bâton sur la plante des pieds. On prenait les pie (...)
  • 130 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 14 « He savido que a las mugeres que dier (...)

61D’autres femmes noires vendent sur le marché le pain qu’elles fabriquent. Elles sont évoquées, non pas pour leur rôle dans l’économie de la ville ou pour la fraude dont on les accuse, mais pour les conditions dans lesquelles on les châtie. « J’ai su que les femmes à qui l’on a donné du bâton sur la plante des pieds dans la maison du roi ont eu les jambes tenues en l’air d’une façon particulièrement indécente129, les découvrant depuis la moitié du corps jusqu’en bas aux yeux du gouverneur, des Turcs et des Maures et de beaucoup d’autres personnes qui étaient présentes sans qu’ils aient eu honte d’user d’une pareille indécence et ils les châtièrent de cette façon pour leur donner une leçon et pour qu’elles ne trichent plus sur le poids du pain car il doit avoir selon leur loi dix onces et il n’en avait que huit et de plus pour qu’il pèse plus lourd il n’était pas cuit ou très mal cuit... C’étaient des noires qu’ils punirent, qui ne portent qu’un essuie-mains qu’ils appellent fouta attachée au corps par-devant par un nœud seulement qu’elles font et ouverte par-devant dans une extrême impudeur, car elles découvrent leurs parties honteuses et la plus longue qui soit leur couvre le derrière et donc en les mettant les jambes en l’air pour les fouetter on peut imaginer l’indécence dans laquelle elles pouvaient se trouver130 ». Il s’agit donc de Noires musulmanes qui gagnaient leur vie en vendant du pain sur le marché. Ces Noires pratiquaient un commerce de proximité. Elles enfreignaient la loi quand elles fraudaient sur le poids du pain, puisque les prix de certains produits, dont le pain, étaient imposés par l’État et surveillés par l’amin chargé du contrôle des poids et mesures. La surveillance était donc effective et la sanction prévue — des coups de bâtons sur la plante des pieds — fut appliquée aux contrevenants dans les conditions habituelles. Le récit de l’événement, dont l’approche n’est que morale, permet de saisir un aspect du fonctionnement social et de penser qu’une fraude généralisée sur le poids du pain était un signe de disfonctionnement économique. L’indignation du père Ximénez conduit à se demander pourquoi, dans une société musulmane, des femmes, qui devaient être couvertes, ne suscitaient aucune réaction de la part des hommes, alors qu’elles ne l’étaient pas. Sans doute parce qu’elles étaient noires et que leur vêtement correspondait à leur culture d’origine, mais aussi parce qu’elles appartenaient à un groupe socialement inférieur, cantonné dans les tâches considérées comme les plus basses. Également peut-être, parce que, au moment où les Turcs exécutaient publiquement cet acte de justice, ces femmes perdaient alors toute existence physique à leurs yeux : elles devenaient transparentes.

  • 131 Diario de Argel, año de 1719, febrero, 3 « Huvo una danza de negros y negras los negros hacían el (...)
  • 132 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 28 « ... festexos de las pasquas. Luego and (...)

62Il est question d’un autre groupe, celui des Noirs musiciens venus du Sud qui parcouraient les rues au moment des fêtes du Ramadan. « Il y eut une danse de noirs et de noires, les noirs produisaient le son avec des tambours et une petite timbale et d’autres avec des castagnettes très grandes et les noires très élégantes dansaient en faisant mille mines à chaque Turc et à chaque Maure et ils leur donnent de l’argent ; cela pour célébrer la naissance de Mahomet131 ». Le père revient encore sur les Noirs musiciens, le 28 août 1718 : « ... réjouissances des fêtes. Puis des danses de noirs et de noires allaient par la ville, avec un tambour et des castagnettes très grandes, les unes en fer les autres en bois et à Bab-el Oued il y a des balançoires pour s’amuser132. » L’aspect pittoresque de ces scènes de rue a retenu l’attention du père, dont le but était aussi de rendre compte des us et coutumes des différents groupes sociaux. Mais il ne s’agit que de décrire ce qu’il a vu, conformément aux critères de la connaissance à cette époque. Ainsi est-il seulement possible de dire que ces Noirs animaient les rues pendant les fêtes et qu’ils apportaient des instruments, des musiques et des danses étrangères, voire étranges. Cette migration périodique ne s’est pas arrêtée avec la conquête en 1830, car, à l’époque coloniale française, dans les années 1950, on pouvait encore voir ces Noirs musiciens et danseurs, venus du Sud, parcourir avec ces mêmes instruments les rues d’Oran.

  • 133 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 11 « Por la tarde yendo por la calle vino un (...)
  • 134 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 10 « Pero los muchachos morillos menos reparados nos tiravan p (...)

63Le dernier passage concernant un Noir montre la violence des rapports entre musulmans et chrétiens : « Cet après-midi alors que je marchais dans la rue un Maure noir vint par derrière et avec une baguette il me donna un coup sur les jambes et aussitôt s’enfuit au plus vite, pensant que je me vengerais. Dieu voulut que je fusse protégé par l’habit et qu’il ne me fît pas trop mal : moi je l’appelais pour le remercier, mais il ne voulut pas revenir133. » Voilà un aspect de la violence de la rue à Blida où l’agression physique, comme à Alger le viol de jeunes garçons, commis par les Turcs en pleine rue passante, n’étaient pas exceptionnels, ni les coups, ni les jets de pierres des enfants, assortis d’injures contre les autres. Dans le journal, contre les chrétiens surtout ; contre les dhimmi qui ne correspondaient pas aux schémas culturels collectifs du pays134. En 1990 encore, certains enfants, les garçons du Yémen, réagissaient ainsi face à un comportement qui leur paraissait déviant. Les jets de pierres des enfants dans un contexte de guerre en Palestine est encore l’illustration d’une conduite qui s’est maintenue dans la culture islamique. Mais en fait de violence, les chrétiens n’étaient pas en reste. Nous ne nous étendrons pas sur cet aspect que nous n’avons pas lieu de développer ici.

  • 135 Diario de Argel, año de 1719, julio, 1 « Oy passó junto al hospital una danza de negrillos y negri (...)

64Sous la plume du père, le 11 juillet 1719, naissent ces lignes qui permettent de comprendre, d’une part la compassion des religieux pour les esclaves noirs et d’autre part, d’expliquer la présence de ces jeunes noirs à Alger pendant les fêtes du Ramadan. « Aujourd’hui — note-t-il — une troupe de négrillons et de négrillonnes de la secte mahométane danseurs sont passés à côté de l’hôpital, ce qu’ils font tous les ans pendant ce mois de Chaban pour annoncer le mois du Ramadan, qui est le temps de leur carême, et cette danse est l’équivalent de Carnaval, et c’est en dansant qu’ils sont allés à la maison du roi et se sont promenés dans les rues, et l’on dit que les beys envoient ces négrillons comme tribut au roi d’Alger, et ensuite on les vend. C’est un malheur pour les noirs, qu’ils font esclaves, quoique musulmans. Et ils sont nombreux à Alger, et il n’y a pas moins de noires, et rare est la maison où elles sont absentes et dans certaines elles sont quatre ou six ; et elles sont les seules domestiques qu’il y a dans la maison parce que, aucune Mauresque ne veut en servir une autre, et que si les noires manquent elles doivent faire le ménage de leurs propres mains. Les juifs n’ont pas non plus de bonnes pour les servir, et ceux qui ont les moyens s’efforcent toujours d’acheter quelque noire chrétienne ou femme pour qu’elle les serve. Un Renégat m’a dit que ces négrillons et négrillonnes sont envoyés de leur pays en tribut pour paiement de la dîme au roi d’Alger135 ».

  • 136 Venture de Paradis, Jean-Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Paris, Sinbad, 1983, p. 250.

65Voilà la réponse aux questions que nous nous posions à propos des esclaves noirs qui n’avaient pas transité par l’Europe. Nous pouvons constater, d’une part, que le père n’ignore pas que, selon la loi coranique, ces Noirs musulmans n’auraient jamais dû être réduits en esclavage et d’autre part, que cette loi coranique était loin d’être respectée. Ce témoignage corrobore l’analyse faite par Bernard Lewis à partir des œuvres littéraires. Pour le reste nous n’avons pas la preuve que les régions du Sud payaient la dîme en jeunes gens, ni que de jeunes Noirs faisaient partie du tribut envoyé à Alger par les beys. Le père, d’ailleurs, ne l’affirme pas. Il rapporte seulement ce qu’il a entendu. Quand il décrivait l’arrivée d’un bey ou de son Khalifa, qui apportait deux fois l’an le montant de l’impôt dû, recouvré dans son district, il précisait que, parmi les cadeaux offerts, figuraient des tigres, des lions, des chevaux et des fusils, mais aucun esclave noir, du moins pas en 1718-1719. En revanche, Venture de Paradis, arrivé à Alger en 1788, écrit à propos de la venue des trois beys : « En même temps les soixante mules qui portaient le tribut ont commencé à défiler, ayant chacune sur sa barde un sac de 2 000 piastres ; elles étaient suivies des chevaux d’usage que le Bey doit donner au beylik et des chevaux qu’il doit donner en présent aux grands de la Régence. Les chevaux et les mules étaient précédés de trente ou quarante négrillons et négresses, destinés à des présents aux grands, montés sur des ânes ou des mules, et de quatre-vingts esclaves chrétiens d’Oran marchant à pied, dont soixante pour la Régence et vingt pour les grands ; ensuite de quoi, le Bey et le cortège du divan sont montés à cheval, le Bey au milieu, le khaznaji, à la droite et l’agha à la gauche, et suivis de la musique et de toute la cavalerie, ils se sont mis en marche136. »

66Le tribut du bey du Midi ou du Titteri n’a pas été relevé par le père en 1718, bien que ce bey ait été lui aussi redevable de l’impôt. Peut-être y aurait-il eu des noirs en présent.

  • 137 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719. « Ay en Argel un Moro cuyo oficio es tratar en neg (...)

67Cependant le texte ne reste pas totalement muet sur la traite des femmes, car, le 14 décembre 1719, nous apprenons qu’« il y a à Alger un Maure dont le métier est le commerce des noires ; il les achète quand on les amène pucelles de leur pays, il abuse d’elles, et dès qu’elles sont violées il les revend, et l’on assure qu’il en a probablement déjà acheté plus de deux cents, sans compter les douze femmes blanches qu’il a, toutes les femmes de Barbarie ne suffisant pas à satisfaire sa turpitude137 ». La vente d’esclaves noires était donc suffisamment lucrative pour en faire un métier, pour enfreindre, sans scrupule et sans condamnation des autorités musulmanes, la loi coranique ; la classe dominante trouvant ainsi son indispensable main-d’œuvre domestique.

  • 138 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 21 « Oy me traxo un negro diez estampas gr (...)
  • 139 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 3 « Estos días llevavan a circuncidar a un Morillo y le ll (...)
  • 140 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 12 « Oy ubo una circuncisión de un Morillo (...)

68De certains esclaves noirs nous apprenons peu de choses, étant donné que le texte offre peu de renseignements sur les cas évoqués, comme le montre ce passage : « Aujourd’hui un noir m’a amené dix grandes images de statues de celles qu’a apportées la prise de Banaddi Raïs138. » Bien que cela ne soit pas dit, il s’agit vraisemblablement d’un esclave noir musulman au service de ce capitaine corsaire. En fait, les hommes n’apparaissent pas en nombre dans le journal, quoique le père ait affirmé que les noirs étaient nombreux à Alger. Ce sont surtout des femmes que l’on rencontre. Celles que nous avons déjà évoquées, mais aussi les esclaves des particuliers que le père voit passer devant l’hôpital : « Ces jours-ci ils emmenaient circoncire un petit Maure et une noire le portait sur ses épaules, tout pomponné, avec un bonnet émaillé de perles, d’or et de beaucoup de richesses et d’autres enfants parés de la même façon et celui qui devait être circoncis portait une tablette sur laquelle était écrit en arabe la fausse secte de Mahomet139. » Cette scène se répète le 3 décembre : « Aujourd’hui il y a eu une circoncision d’un petit Maure de dix ou douze ans que beaucoup de petits Maures accompagnaient parés de sultanins, de perles et de bijoux en or sur la tête et vêtus de satin, de tissus de soie et les Noires et quelques captifs chrétiens portaient sur leurs épaules les petits enfants et, au-dessus de leur tête, ils portaient les tablettes sur lesquelles est écrite la loi140. » Il s’agit d’une scène de rue, de la description d’un cortège d’enfants encadrés par des esclaves noires et par des captifs chrétiens. L’attention du religieux est retenue par les étoffes, les bonnets des enfants riches, ornés de bijoux et de pièces que les parents retiraient quand ils en avaient besoin. Les esclaves, dans leurs fonctions domestiques, prenaient en charge les enfants.

  • 141 Diario de Argel, año de 1719, febrero, 4 « Rescató el p. Administrador fr. Francisco Navarro a Fra (...)
  • 142 Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 19 « An rescatado los Redemptores una negra con dos hijos (...)
  • 143 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F. Gallimard, 1993, p. 94.

69Les femmes noires, chrétiennes esclaves, ne sont pas absentes : « le père administrateur, fray Francisco Navarro a racheté Francisca de San Antonio jeune fille âgée de trente ans pour cent cinquante piastres, Noire141. » Cette phrase laconique souligne le fait que cette femme n’était pas mariée malgré son âge, mais surtout, qu’elle était noire. Son prix de rachat prend en compte tous ces éléments, car c’est un des prix les plus bas de l’année (150 pesos) où la fourchette s’étendait de 115 à 3 000 pesos, le prix le plus fréquent étant de 225 pesos. De même, le 19 décembre 1719, « les rédempteurs ont racheté une noire avec deux enfants pour cent quarante pesos les trois142 ». Ces Noirs, de peu de valeur, étaient tenus pour rien en chrétienté comme en terre d’Islam. « L’esclave noir émancipé, en presque tout temps et en tout lieu, n’a que rarement la possibilité de s’élever au-dessus du niveau le plus bas. Le plus important est que les Noirs soient presque totalement absents des situations de richesse, de pouvoir et de privilège143 ».

  • 144 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 9 « Vino una negra a defenderse y ampararse (...)

70En effet, le 9 juillet 1719, « une noire est venue se mettre sous la protection de l’hôpital et du père administrateur pour se défendre, parce qu’un juif qui est son maître l’avait menacée de lui couper la tête et de la punir sévèrement, l’appelant voleuse et lui faisant d’autres insultes laquelle voulait aller voir le gouverneur et qu’il la tire de ses mains ; elle est maintenant à l’hôpital et le père administrateur donnera ce qui est nécessaire à son soulagement144 ». Cette Noire, esclave, ne peut échapper aux mauvais traitements que lui fait subir son maître, sans recourir au pouvoir d’autrui. Rien n’est dit de sa religion, malgré tout nous pouvons supposer qu’elle était chrétienne, étant donné qu’elle est allée directement à l’hôpital, où elle a obtenu l’aide du père administrateur, plutôt que de réclamer justice auprès du dey. Un autre fait est à relever : les juifs possédaient ouvertement des esclaves, alors qu’au xviie siècle encore cela leur était interdit. Néanmoins ils en achetaient sous le couvert d’un prête-nom.

  • 145 C’est cette femme qui a été rachetée avec ses deux enfants chrétiens le 19 décembre 1719, alors qu (...)
  • 146 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 3 « Aquí se halla una cautiva llamada Marí (...)
  • 147 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 29 « María Negra soltera natural de Mina (...)
  • 148 Diario de Argel, año de 1719, julio, 30 « A Thomás Fraga sirviente del hospital le a vendido su Pa (...)

71Le passage suivant montre le sort réservé aux femmes noires esclaves : « Ici se trouve une captive appelée Marie, noire chrétienne qui fut capturée jeune et comme elle se trouve sur cette malheureuse terre sans être mariée elle a ici quatre enfants dont deux sont chrétiens et un est musulman et un autre est juif145, car — selon le père — les enfants ont été chrétiens si le père l’était, musulmans s’il était musulman, juifs s’il était juif ». Dans la foulée, le père ajoute : « Une autre noire aussi a accouché et il a été nécessaire de l’opérer d’un sein et ainsi elle a pu nourrir son fils et ensuite elle a encore accouché sans être mariée et elle est chrétienne aussi146. » Voici un cas bien proche encore : « Marie, noire célibataire originaire de Mina au Brésil, baptisée à Lisbonne, esclave du juif Mardochée, a mis au monde un enfant dans la maison de son patron. En effet, comme elle est esclave et pauvre, on lui manque de respect, et elle a eu cette faiblesse comme d’autres147. » Le Portugal, maître du Brésil comme de l’Angola, se fournissait en Noirs, en Afrique et au Brésil. Les lignes précédentes désapprouvent — sans condamner — ce concubinage prohibé par l’Église. À plus forte raison s’il y avait plusieurs géniteurs de confessions différentes, puisque les esclaves pouvaient changer de maître plusieurs fois, comme par exemple, « Thomas Fraga, serviteur de l’hôpital [qui] a été vendu par son patron à un neveu du roi et avec celui-ci c’est déjà le troisième patron qu’il a eu à Alger148 ». Le père explique en quelque sorte la situation de ces femmes, par la jeunesse, le célibat, le pays où elles se trouvent, leur statut d’esclave et leur pauvreté. Avec de pareils parcours on peut imaginer dans quel état se trouvaient ces femmes, quand elles étaient rachetées par les rédempteurs, car, par-dessus le marché, elles ne partaient qu’avec leurs enfants chrétiens rédimés avec elles, abandonnant aux différents pères de confessions différentes leurs autres enfants, pour retrouver leurs chaînes en Europe.

  • 149 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 166-167.

72Laugier de Tassy, plus explicite encore, remarque que « les femmes de basse extraction sont vendues à des particuliers, à la brutalité desquels elles sont exposées, et il y en a peu qui puissent bien s’en défendre. Car, lorsqu’elles se plaignent au dey des violences que leur font leurs maîtres, il ne peut faire autre chose, que d’exhorter les derniers à ne pas les violenter149 ». Les musulmans avaient le droit de prendre leurs esclaves comme concubines. Par conséquent, le dey ne pouvait intervenir différemment. Aussi les jeunes esclaves forcées étaient-elles exposées à avoir des enfants hors mariage. Mais comment expliquer que ces enfants aient appartenu aux trois confessions, sinon par le fait que l’esclave ait été revendue à plusieurs reprises, car les termes employés par le père font penser, comme l’avance Tal Shuval, que dans une ville où les femmes sont rares, celles qui y vivent sont très souvent, voire brutalement sollicitées, surtout quand elles appartiennent à des groupes sociaux non dominants, comme ces esclaves noires.

  • 150 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F., Gallimard, 1993, p. 87. « Déjà (...)
  • 151 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

73Il est indéniable que dans le journal les femmes de ce groupe sont plus nombreuses que les hommes et dans les inventaires étudiés par Tal Shuval apparaît à Alger un groupe spécifique, celui des esclaves noirs. « les inventaires les désignent sous le nom de wasîf, (sens courant en arabe : esclave), ‘abd150, khâdim (eunuque en arabe classique) et ama (esclave) pour les femmes... Ce groupe a la particularité d’être composé d’une forte majorité de femmes contre une minorité d’hommes. Peut-être y avait-il là une réponse au problème que posait le nombre relativement bas des femmes dans la ville ? Si l’on compte le nombre des femmes par rapport à l’ensemble des hommes dans notre échantillon, et non aux seuls hommes “civils”, le rapport est de 669 femmes contre 2 306 hommes, soit environ 22 % seulement. Certes, cela n’est pas le rapport réel, néanmoins il pourrait indiquer que les femmes étaient en minorité dans la ville. Le phénomène, décelé chez les esclaves noirs, ainsi que dans le tout petit groupe des juifs convertis, peut ainsi expliquer un pourcentage largement supérieur de femmes. Il est logique que, dans une ville qui manque de femmes, leur nombre puisse être augmenté soit par l’achat d’esclaves, soit par une ouverture plus grande à des femmes issues de groupes normalement exclus, comme les juifs dans une ville musulmane. Un autre phénomène lié à ce déficit habituel de l’élément féminin (en particulier pour ce qui concerne la milice), observé par tous les voyageurs, était celui de la prostitution institutionnalisée dans la ville. Il est logique que, dans de pareilles conditions, la prostitution ait été florissante et tolérée, même contrôlée et taxée par l’État, comme elle l’était à Alger151 ».

  • 152 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel » (...)

74Le père annonce 13 000 prostituées à Alger qui paient tribut au dey par l’intermédiaire du mezouar, dont elles dépendent : « Il y a à Alger plus de treize mille prostituées, qui payent chacune tribut au roi, celle qui paie le moins, paie 6 réaux d’argent, celle qui paie le plus, paie une piastre de huit et il y en a à trois et quatre piastres selon leur beauté, et avec autant d’occasions de satisfaire leur désir avec elles, beaucoup ne veulent pas, mais donnent avec énormément de perversion dans le péché de sodomie, qu’il s’agisse d’un Maure, d’un Turc, d’un chrétien, ou d’un Juif, pourvu que ce soit un garçon, et beaucoup sont déjà d’un âge moyen avec un peu de barbe, les Turcs le prennent spécialement, comme plus dissolus et libres, et ils font avec lui ce qu’ils veulent de gré ou de force, le prenant comme si c’était une femme ; et ils font bien plus encore en se mettant à quatre, six ou huit Turcs, les uns lui tenant les pieds et les mains, et ainsi tous passent la revue ; et bien que ce soit un péché comme on l’a dit et qu’ils jugent épouvantable il n’est pas châtié et l’on fait comme s’il n’existait pas152. »

  • 153 Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1. fol. 93. « Las hijas tambíen tienen poca obediencia a los (...)

75En même temps, il semblerait que la prostitution ait été favorisée en empêchant les parents d’exercer leur autorité, car « les filles aussi obéissent peu à leurs parents, ils les laissent faire ce qu’elles veulent, parce que s’ils les réprimandent ou pour toute autre raison bien légère elles vont chez le mezouar, et elles deviennent filles publiques payant pour cela au roi leur garrame ou impôt, sans que le père puisse les corriger ou les ramener à la maison, parce qu’on les châtierait rigoureusement, et le mezouar est le bourreau et l’officier de justice qui les protège et recouvre leur garrame, des unes plus et des autres moins chacune selon son âge et sa beauté. Celle qui paye le moins paie six réaux d’argent chaque lune, d’autres paient un réal de huit et il y en a qui paient trois et quatre piastres153 ».

  • 154 Veinstein, Gilles, « la ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la c (...)
  • 155 Songeons par exemple aux captifs grecs arrivés en nombre à Alger — après l’annexion de la Morée pr (...)
  • 156 Veinstein, Gilles, « la ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la c (...)

76Pour en terminer, nous devinons une réalité complexe que le journal nous a permis d’approcher, qui échappe aux schémas préconçus et, « quoique à l’écart de la tendance générale154 », Alger était, malgré un groupe musulman dominant, pluri-ethnique et pluri-confessionnel, caractéristique non seulement des villes musulmanes mais aussi des villes ottomanes. En effet, « la dilatation des relations commerciales, la politique de peuplement des sultans turcs, l’adjonction par ces derniers de nouveaux territoires peuplés de sujets différents, au dâr ûlislâm, n’ont pu qu’y contribuer155. Dans ces conditions, certaines villes ottomanes présenteront un degré particulièrement élevé de différenciation ethnique et religieuse, chacune des grandes religions se subdivisant à son tour en rites distincts (par exemple à Istambul, à Antioche ou à Jérusalem). De même, le pourcentage de non-musulmans est souvent exceptionnellement fort, ceux-ci étant parfois majoritaires, voire quasi exclusifs dans les cas extrêmes156 ».

  • 157 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)
  • 158 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 14 « ... siendo ciudad que compite con las (...)

77« Quant à l’évolution démographique d’Alger — écrit Tal Shuval — elle semble suivre une courbe qui correspond aux hypothèses proposées pour une grande partie des villes de l’Empire ottoman : un xvie siècle de croissance assez rapide, plus rapide peut-être que celles d’autres villes, grâce à la place centrale que tenait Alger dans la lutte entre l’Empire ottoman et l’Europe et conséquence de l’arrivée massive des expulsés d’Espagne. Le point culminant de la croissance de la population se serait situé dans le premier quart du xviie siècle, époque marquée aussi par l’apogée de la course maritime algérienne. Toutefois, à ce stade, la croissance s’arrête. Il est possible que le xviie siècle ait même vu une diminution de la population, mais cela n’est pas confirmé... Quant au xviiie siècle, il nous semble que le sort de la population d’Alger ne diffère pas de celui de la population de l’Empire en général, qui, selon l’hypothèse de D. Panzac, “connaît dans son ensemble une probable stagnation durant tout le xviiie et le début du xixe siècle157” ». Nous ne serons pas aussi catégoriques, car Alger semble avoir gardé malgré les crises de subsistance, les épidémies et les tremblements de terre, une certaine densité de population dans le premier quart du xviiie siècle, grâce à des apports extérieurs à la ville comme au pays. Suffisamment en tout cas, pour que le père la juge rivale des « villes les plus riches du monde158 ».

Structure de la ville

« Signes urbains »

  • 159 Diario de Argel, año de 1719. « Fuimos por la tarde el Pe Administrador y yo a hablar a un Turco s (...)

78Il est difficile de déterminer de façon précise le développement de la ville, parce qu’elle apparaît dans le texte toujours en filigrane comme théâtre de l’action, liée au moment vécu, comme le montre cet exemple : « Le père administrateur et moi sommes allés parler à un Turc tailleur qui a son magasin ou boutique dans la rue de l’hôpital159. » L’hôpital se trouvait donc non loin du souk des tailleurs et quoi qu’en dise Gilles Veinstein ces signes urbains nous renseignent dans une certaine mesure sur les structures de la ville.

  • 160 Le père donne des chiffres supérieurs pour le nombre de mosquées : Ximénez, fr. Fr., Diario de Arg (...)

79Les bâtiments publics, signes de pouvoir, tendent à confirmer une certaine vitalité de la cité dans ce premier quart du xviiie siècle, car il existe un lien très fort entre prospérité économique et développement de la vie religieuse et intellectuelle dans les villes musulmanes : les mosquées, les écoles, les bains, les fondouks ou caravansérails, les marchés et les bagnes pour esclaves en sont les signes. « On voit dans la ville dix grandes mosquées et cinquante petites160 ; trois grands collèges ou écoles publiques, et une infinité de petites pour les enfants ; et cinq bagnes pour y loger et enfermer les esclaves du deylik ou gouvernement. Ces bagnes sont de grands et vastes bâtiments sous la direction d’un gardien-bachi ou gouverneur chef, qui a des officiers sous ses ordres, auxquels il remet le soin du détail et des revues, et qui lui rendent compte de tout ce qui se passe dans ses maisons...

  • 161 Si ces chiffres sont exacts, chaque caserne comprendrait 200 chambres. Il y aurait donc eu à Alger (...)

80En 1650 on construisit cinq bâtiments ou corps de logis, très beaux, qu’on appelle casseries. Ce sont des casernes pour loger les soldats turcs, qui ne sont point mariés. Ils y sont logés de trois en trois dans une chambre spacieuse, proprement, et bien servis par des esclaves que le deylik donne à cet effet, parmi lesquels il y en a qui sont uniquement pour nettoyer et entretenir ces maisons. Il y a des fontaines dans la cour de ces bâtiments, pour faire les ablutions avant leur sala ou prière. Dans chaque caserne on loge 600 soldats161. Ceux qui sont mariés (et ce ne sont ordinairement que les renégats) logent où ils veulent à leurs frais, et sont exclus des casernes du gouvernement...

  • 162 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 104-105.
  • 163 Behrens-Abouseif, Doris, sous la dir. de Nicolet Claude, « La conception de la ville dans la pensé (...)
  • 164 Ibid., p. 36.
  • 165 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 2 « Estas las tienen siempre en un quarti (...)

81Il y a quatre fundus, ou alberges en langage franc. Ce sont de grands corps de logis appartenant à des particuliers, où il y a plusieurs cours, des magasins et des chambres à louer. Les marchands turcs du Levant, ou autres qui viennent avec des marchandises à Alger, vont loger dans ces fundus, où ils ont toutes les commodités nécessaires pour leur commerce162 », écrit Laugier de Tassy qui axe sa description, d’abord sur les symboles de la société islamique, les espaces cultuels : les mosquées et les écoles, car « la mosquée, comme on le sait, est un lieu de culte, d’enseignement religieux, de rencontre, et surtout un symbole politique à travers le sermon du Vendredi163 ». On sait aussi que le rôle du savoir dans la culture islamique est prépondérant, car « il est aussi bien la base de la connaissance divine, de la foi, de l’expérience mystique, que de toute forme d’activité et de culture incluant poursuite du bonheur terrestre de l’individu164 ». Le père décrit ces écoles où les enfants apprennent à lire et à écrire à travers le Coran : « Ils les ont toujours dans une toute petite pièce, de sorte qu’en ouvrant la porte qui prend toute la largeur de la pièce, de la rue on voit lire et écrire maître et élèves assis par terre comme les femmes, et assis de cette façon ils écrivent aussi avec des calames... et ce sur quoi ils écrivent sont des tablettes à encre, et après avoir écrit ils les effacent et les nettoient pour réécrire encore, et ces écoles sont très nombreuses. Chacune ayant quatorze ou vingt enfants, car il n’en tient pas davantage165. »

  • 166 Behrens-Abouseif, Doris, sous la dir. de Nicolet Claude, « La conception de la ville dans la pensé (...)

82Laugier de Tassy insiste, avec la description des casernes et de l’encadrement des bagnes pour esclaves, sur le symbole du pouvoir politique à Alger, la milice. Enfin viennent des symboles de l’activité économique du centre ; de la zone publique : les caravansérails, lieux d’accueil pour les marchands et les bagnes où logent les esclaves dont on attend le rachat. Or, « un critère essentiel de l’importance de la ville pour tous les textes de toute époque est le marché. Cette importance subjective accordée au marché par tous les auteurs reflète bien la réalité, telle que le géographe, l’historien ou le sociologue moderne des villes arabo-islamiques la perçoit. Le marché, centre de commerce et d’artisanat, d’affaires et de finances, dans le sens moderne de “business district”, est peut-être la caractéristique principale des villes islamiques166 ». On n’en peut séparer le marché aux esclaves, dont l’activité fit la richesse d’Alger aux xvie et xviie siècles.

Les fondouks et les souks

  • 167 Denoix, Sylvie, « Unique modèle ou type divers ? La structure des villes du monde arabo-musulman à (...)
  • 168 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de A (...)
  • 169 La blanca — comme la maille — était une petite monnaie de cuivre. Elle valait à cette époque un de (...)
  • 170 Le père pense que quatre latrines est un nombre plus que suffisant pour les occupants de vingt cha (...)
  • 171 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 9 « fuimos a aposentarnos a un mesón a quien (...)

83« Le développement historique des cités du monde arabo-musulman a amené, au moins pour celles qui ont eu des fonctions politiques, une certaine organisation spatiale commune. Il existe des éléments que l’on trouve dans toutes les villes de cette aire, en dehors des lieux de culte et d’enseignement, ce sont les établissements à fonction commerciale, et d’abord le souk... souks et fondouks sont, outre les institutions religieuses, des éléments constitutifs essentiels de ces villes167 ». Cela n’a échappé, ni à Laugier de Tassy, ni au père, resté très discret sur les fondouks d’Alger dont il dit, parce qu’il ne les connaît pas de l’intérieur, n’ayant jamais eu de raisons de s’y rendre : « hors de la porte de Babazoun il y a quelques petites maisons qui servent d’auberges et qu’on appelle fondouks168. » En revanche, quand il découvre à Blida un caravansérail, la description n’est plus une vue de l’extérieur, mais le récit d’une expérience personnelle précise, étrangère et même étrange. « Nous allâmes nous loger dans une auberge que les Maures appellent fondouk, lequel avait à peu près une vingtaine de petites pièces, pour ceux qui y viennent, dépourvues de tout, hormis les murs et les portes avec des serrures et des clés en bois, que je n’avais jamais vues. Nous prîmes deux de ces petites chambres, une pour le frère Théodore et moi, et une autre pour le chrétien et le juif qui nous accompagnaient. Nous couchâmes sur le sol ce qui n’était pas le pire, mais bien les innombrables puces qui nous empêchaient de nous reposer et nous mangions par terre et tout le reste se faisait à la façon mauresque parce que comme je l’ai dit il n’y avait dans les dites pièces rien d’autre que les murs nus. Un esclave chrétien schismatique d’origine grecque s’en occupait, que son patron avait mis là pour le tenir. Comme celui-ci n’était pas catholique romain nous n’eûmes pas grand-chose à faire avec lui, mais comme il était chrétien, il nous regardait d’un autre œil que les Maures et il nous donna une petite caisse semblable à un petit coffre qui nous servait de siège et une petite natte de palmier pour dormir. On paye pour ces petites chambres deux aspres la nuit et deux aspres le jour, ce qui fait moins d’une maille169ce qui est fort bien et bon marché, bien qu’il ne s’agisse que de fournir un toit. Il y avait quatre latrines dans ladite maison car les Maures sont sur ce point très scrupuleux et méticuleux170, tenant pour grand péché de se souiller ou d’uriner si peu que ce soit sur son vêtement et ils ne le remettront pas tant qu’il n’aura pas été bien lavé171 ».

  • 172 Laugier de Tassy compte « quatre fundus, ou alberges en langage franc. Ce sont de grands corps de (...)
  • 173 Peyssonnel ne cache pas que l’ouvrage de Laugier de Tassy est à l’origine de ce qu’il dit d’Alger, (...)
  • 174 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

84Ces passages montrent les liens permanents entre vie quotidienne et vie religieuse et confirment la présence de caravansérails dans la ville en général et, à Alger, à l’extérieur de la porte de Bâb‘Azzûn, porte principale de la cité où passait tout le trafic avec l’intérieur du pays. Mais il existait plus de quatre établissements et en d’autres lieux qu’à la porte de Bâb‘Azzûn. Les actes des habus et les inventaires après décès permettent d’en compter 34 à la fin du xviiie siècle, mais seulement 12 entre 1718 et 1724. Tal Shuval explique que Laugier de Tassy172 et J. A. Peyssonnel173 n’en comptent que quatre par le fait qu’on trouvait à Alger deux sortes de caravansérails. Les uns servaient d’hébergement aux commerçants et aux voyageurs ; ce sont ceux-là que mentionnent nos auteurs, les autres avaient pour principale activité diverses fabrications, comme à Alep la qaysariyya de tissage. M. Rozet donne la description d’un caravansérail de ce type, l’un des plus anciens d’Alger, le Funduq al-Zayt qui se trouvait entre Bâb ‘Azzûn et le centre commercial et administratif de la ville : « On entre par une grande porte sous une voûte bien sale et bien noire, où on trouve d’abord les marchands d’huile, qui en sont tout dégoûtants, à côté de grands pots en terre cuite dans lesquels ils vident les outres qui servent à l’apporter des montagnes. Arrivé dans la cour on aperçoit à gauche des teinturiers qui teignent de différentes couleurs les étoffes d’agave ; les trois autres côtés de cette cour sont occupés par de petites chambres, devant lesquelles on voit, sous la galerie, des bédouins accroupis au milieu de leurs bagages avec les chevaux et les mulets derrière eux. Sur le devant de cette galerie sont plusieurs pots posés sur trois pierres entre lesquelles il y a du feu ; c’est dans chacun de ces pots que deux ou trois bédouins réunis font leur cuisine. Le second étage de ce fonduc, tout sale qu’il est, n’est point occupé par les étrangers, mais par les tisseurs qui fabriquent, avec le fil d’agave, les tissus que l’on teint dans le bas. Un lieu donc de tissage du fil d’agave, mais aussi de tissage de soie, [...] doublé de teintureries et de marché à l’huile ainsi que d’un “hotel”, cet établissement paraît différent des caravansérails habituels174. »

  • 175 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)
  • 176 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 9 « Concurrieron a este fonduco en esta noch (...)

85Certains détails que donne Haëdo sont semblables à ceux que fournit le père Ximénez et concernent les fondouks qui reçoivent uniquement des marchands et des voyageurs : « Contrairement à ce qui se pratique ailleurs et même en Berbérie, ils n’ont ni hospices ni hôtelleries. Seulement, hors de la porte de Bab Azoun, il y a quelques locaux pauvres et délabrés où l’on donne, sans lit ni nourriture, une place pour s’étendre sur le sol, et l’attache pour une monture175. » Ces fondouks (figure 3), au moins à l’intérieur du pays, étaient fréquentés par les indigènes, car les voisins de chambre du père, à Blida, étaient des pèlerins en partance pour La Mecque176. Voici la liste et la répartition des caravansérails, tous types confondus, ouverts à Alger dans le premier quart du xviiie siècle, accompagnée des dates d’apparition dans les documents et de l’année où ils sont mentionnés pour la dernière fois, liste établie à partir de l’annexe II de l’ouvrage de Tal Shuval. 65 dans les documents et de l’année où ils sont mentionnés pour la dernière fois, liste établie à partir de l’annexe II de l’ouvrage de Tal Shuval.

Figure 3. — Les fondouks. (Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle... C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 271.)

Zone de Bâb‘Azzûn

  • Funduq al-‘Azzâra (des palefreniers), (B/8) 1669-1803.
  • Funduq al-‘Asal (du miel), (B/8) 1699-1802.
  • Funduq al-Hâjj Husayin, (B/8) 1201-1786.

Entre Bâb‘Azzûn et le centre de la ville

  • Funduq Labbâd (feutrer) (C/8), 1155-1742.
  • Funduq al-Muristân (l’hôpital) (C/8), 1201-1786.
  • Funduq al-Zayt (de l’huile) (E/8) 1585-1817.
  • Yeni Müsülman (nouveaux musulmans), (E/7) 1690-1809.
  • Funduq al-Rûz (du riz), (E/8) 1621-1808.
  • Funduq ‘Ali Bitchnîn, (E/8) 1695-1808.

Centre-ville

  • Funduq al-Muhtasib (prévôt des marchands), dit aussi funduq al-‘Arîsh (la treille) à Kajâwa (F/6) 1663-1762.
  • Funduq Kajâwa (le sentier des chèvres), (F/6) 1648-1802.
  • Funduq al-Marâjni (des corailleurs) dit aussi funduq al-Baylik à Kajâwa, (F/6) 1700-1755.
  • Funduq al-Shabraliyya (des coordonniers pour femmes), (F/7) 1698-1787.
  • Funduq al-Shamma‘în (m. des bougies) (G/7), 1201-1786.
  • Funduq al-Durûj (des escaliers), (G/8) 1717-1718.

Vers Bâb al-Wâd

  • Funduq Lalâhûm (nom du quartier) (H/5), 1201-1786.
  • Funduq Bâb al-Wâdi, 1686-1802.
  • 177 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, enero, 18. « Se ha caído el fonduco de la harina, (...)

86Il existait un autre fondouk en 1718, le fondouk de la Farine que le père ne situe pas, mais qu’il qualifie de « messon », (auberge). Tal Shuval ne le signale pas, probablement parce que ce fondouk, qui s’était effondré en janvier 1720, n’avait pas été reconstruit et ne figurait pas dans les inventaires. Cet établissement devait appartenir à la deuxième catégorie des caravansérails. Le père le mentionne parce que des serviteurs de l’hôpital se trouvaient sur les lieux, où ils écrasaient du gypse et que, à quelques secondes près, ils faillirent périr177.

  • 178 Raymond, André, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985, p. 251.
  • 179 Ibid.
  • 180 Lemnouar, Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 152 (...)

87Les dix-sept caravansérails que nous avons dénombrés étaient donc concentrés dans la ville basse, autour de l’axe transversal ; la rue qui conduisait de la porte de Bâb‘Azzûn au sud-est, à la porte de Bâb al-Wâd au nord-ouest et sur l’axe qui allait de la jonction des rues Bâb‘Azzûn et Bâb al-Wâd au port ; la rue Bâb Jazira, toutes trois dans la partie commerciale et administrative de la ville, non loin du port. Si l’on conçoit qu’activité commerciale et nombre de caravansérails qui « constitue l’indice très sûr de l’activité économique d’une ville178 » vont de pair et si l’on envisage que « leur localisation est également très significative, la zone de densité maximale des caravansérails définissant habituellement la zone centrale de la ville179 » force est de conclure que le marché, donc la ville, prospérait dans la seconde moitié du xviie siècle, puisque beaucoup de caravansérails apparaissent dans les inventaires durant cette période. Ce nombre, non seulement s’est maintenu, mais il s’est légèrement accru dans le premier quart du xviiie siècle, pour se développer par la suite. On est alors porté à croire qu’Alger resta sur sa lancée du xviie siècle, suivie d’un regain d’activité dans la deuxième moitié du siècle. Cette croissance pourrait correspondre à la période à laquelle se réfère Lemnouar Merouche qui conclut : « La stabilité monétaire peut coïncider avec un équilibre politique et une prospérité économique de longue durée, comme ce fut le cas dans la seconde moitié du xviiie siècle. Prospérité indéniable qu’il faut quelque peu relativiser. Elle touche surtout Alger et les régions exportatrices du Constantinois et de l’Oranais et bénéficie spécialement aux groupes dominants et à leurs clientèles180 ».

  • 181 Veinstein, Gilles, « la ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la c (...)
  • 182 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 2. « Tiene este Real hospital su sitio e (...)
  • 183 André Raymond ne précise pas la date de comparaison.
  • 184 Raymond, André, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985, p. 251.

88Un autre élément est à prendre en compte : le transfert des caravansérails des portes de la ville vers le centre économique commercial et artisanal, autour de la grande mosquée des villes, non plus seulement musulmanes mais ottomanes, est selon Gilles Veinstein « l’apanage des villes moyennes : les plus grandes villes comme Istambul ou le Caire ont un centre moins homogène et l’activité économique est partagée entre plusieurs noyaux. Dans les petites villes, le cœur économique se retrouve, mais sous une forme embryonnaire et partielle181 ». Alger avait trois noyaux économiques : Bâb‘Azzoûn, le grand marché (Souk al-Kabir182) près du centre administratif, presque à la jonction des rues Bâb ‘Azzoûn, Bâb el-Oued et Bâb Jazira qui menait au port, à « la Marine » et tout près, le Badestan, le marché aux esclaves. Enfin, au Nord-Est du grand marché, se trouvait l’arsenal et juste derrière, la porte de la mer (Bâb al-Bahr) par où entraient les rédempteurs et où les pêcheurs abordaient, ancraient leurs bateaux et déchargeaient le poisson vendu sur place. Ces différents noyaux permettent de déduire que l’activité économique d’Alger était celle d’une ville plus que moyenne. Même si cette répartition obéissait à la configuration du terrain sur lequel la ville était construite et même si, comparée à Alep avec sa centaine de khân, à Damas, à Bagdad et Mossoul, « les 18 caravansérails183 d’Alger [étaient] à l’image du rôle secondaire de cette ville dans le grand commerce méditerranéen184 ».

89La localisation des fondouks dans le tissu urbain révèle qu’ils se répartissaient autour des grands axes comme l’ensemble des bâtiments publics. Ce sont là des traits communs aux villes du monde arabo-musulman. « On peut remarquer, comme on l’a vu pour Fès, qu’à ce point d’aboutissement où sont parvenues ces villes à la fin du Moyen Âge, l’ensemble des établissements publics, quelles que soient leurs fonctions (commerciale, religieuse...), est situé sur de grands axes. Alors que dans les quartiers irrigués par un réseau viaire secondaire ou tertiaire quelquefois fermé (les fameuses impasses de la “ville musulmane”) ne sont que des mosquées de quartier et quelques boutiques de détail. On a donc une double organisation spatiale : d’une part un “centre” (au sens où les activités s’y concentrent), où le réseau viaire est ouvert. Là se trouvent les “lieux publics”, ceux où l’on prie en public, où l’on s’instruit, où l’on vend à des clients venus de loin, d’autre part des quartiers plus introvertis, réservés à l’habitat et, quelquefois, à d’autres fonctions, mais pour les besoins des habitants du quartier uniquement. Le réseau viaire y est fermé.

90Ce type de ville, où l’on observe, d’une part, une dualité de l’organisation de l’espace urbain, dans lequel un centre avec réseau viaire ouvert et présence des “lieux publics” voisine avec un ensemble de quartiers “introvertis”, où le réseau viaire est fermé et d’autre part, où, à cet ensemble où les fonctions sont civiles, est accolée une ville avec ou sans citadelle, réservée au prince et à son entourage, ce type de ville se trouve fréquemment dans le monde musulman de la fin de l’époque médiévale (Alger, Damas, Mossoul, Le Caire...). Car, à la fin du Moyen Âge, quelle qu’ait été la nature des pouvoirs politiques, parfois assez différents les uns des autres, on accède à une spécificité fonctionnelle. Il y a une partie ouverte, “publique”, où l’on a tout à la fois les lieux de culte principaux et les lieux de commerce et d’artisanat, donc des mosquées et des madrasa avec des souks, des caravansérails et des boutiques.

  • 185 Denoix, Sylvie, « Unique modèle ou type divers ? La structure des villes du monde arabo-musulman à (...)
  • 186 Ibid., p. 928-929.

91Cette proximité des grands édifices cultuels et des principaux souks a un corollaire institutionnel dans le système des habus et waqf, institution typique du monde musulman185, où les revenus d’établissements rapportant de l’argent (donc principalement des lieux de commerce) vont être dévolus au profit de fondations qui en coûtent (principalement des lieux de culte et d’enseignement). Ainsi, dans les villes du monde musulman comme ailleurs, les phénomènes urbains sont d’ordre institutionnel autant que morphologique186 ».

  • 187 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 1, fol. 142-143. « Antiguamente dizen (...)

92C’est pourquoi les biens sans héritiers à une époque étaient employés à des œuvres pieuses. Le père y fait allusion à propos de l’hospitalité : « Autrefois les Maures disent que le tribut des morts que le Béthimel ou caïd des défunts recouvre pour le roi, lequel consiste en ce que si quelqu’un meurt sans successeur, c’est le roi qui hérite ; ce tribut était employé à secourir les pauvres, à soigner les malades et à d’autres œuvres de charité ; mais aujourd’hui le roi s’en saisit sans que rien n’aille aux œuvres pieuses187. »

  • 188 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)
  • 189 Peter, Jean, Les Barbaresques sous Louis XIV, le duel entre Alger et la Marine du Roi (1681-1698), (...)

93Il existait donc à Alger une certaine continuité entre la ville berbère, la ville arabo-musulmane et la ville ottomane, car le marché associé à la Grande Mosquée, habituel aux villes d’Afrique du Nord se retrouve à la période ottomane. En effet, la Grande Mosquée construite en 1096 dans la ville basse, près du centre économique, 400 ans avant l’implantation ottomane prouve que le centre économique a été conservé. Néanmoins ce centre a connu des modifications. Plusieurs documents, « actes de fondation de habus... témoignent des changements survenus dans cette zone : soit la mention d’un monument ou d’un marché nouveau, soit la mention du nom ancien d’un endroit, accompagnée d’une explication devenue nécessaire puisque le monument mentionné n’existait plus, ou parce que le marché avait changé de spécialité. Même s’il nous est impossible de mentionner une date, le changement est évident... Le centre économique de la ville, même s’il avait été partiellement hérité de l’époque précédente, n’avait pas encore atteint sa forme définitive au début de l’époque ottomane. Ce n’est qu’avec le temps, notamment durant le xvie siècle, que la ville basse avait trouvé son aspect, qui n’a guère changé par la suite188 ». Encore que les « expéditions bombardières anti barbaresques189 » françaises de 1682, 1683 et 1688 avaient largement détruit la ville que les tremblements de terre n’avaient pas non plus épargnée. Cependant, le centre administratif et commercial fut reconstruit ou réparé ou encore réaménagé.

Les souks et leur répartition dans la ville

  • 190 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

94Le marché, le souk, (figure 4 p. 113) élément constitutif essentiel de la ville arabo-musulmane et ottomane, est inséparable du fondouk, établissement à fonction commerciale. En effet, les souks sont les éléments les plus marquants de l’activité économique du centre, surtout les marchés spécialisés. Leur emplacement définit le centre de la ville et leur nombre est aussi un signe de vigueur de l’économie. Les marchés d’Alger comme ceux de Tunis portaient le plus souvent le nom de la profession de ceux qui y travaillaient ou le nom du produit vendu. Dans le premier cas, le mot sûq était suivi du nom du corps de métier ou du nom du produit, dans le second, on indiquait le nom de la rue ou du lieu où il se trouvait ou d’un monument proche, parfois sans le faire précéder du mot sûq. Ainsi, parlait-on de Bâb‘Azzoûn, de « la porte de la poissonnerie » pour le marché au poisson ou Bâb al Bahr (la porte de la mer), mais du Sûq al-Kabir, le Grand Marché, dans les années 1718-1725. Et lorsque ces marchés ne portaient pas le nom d’une profession, du produit vendu ou d’un monument, ils portaient celui d’un groupe humain. Ainsi y avait-il le souq des Kabyles et celui des Djerbiens, l’un des marchés les plus anciens. « Parfois quelques-uns des métiers étaient pratiqués en plusieurs endroits, et, en revanche, le même lieu a pu regrouper plusieurs métiers. L’exemple le plus frappant est celui du marché de l’huile, [dont nous avons déjà parlé], qui avait lieu dans un caravansérail dont le nom témoignait de son activité principale : fonduq al-Zayt (de l’huile). L’on y fabriquait aussi au deuxième étage des tissus en fil d’agave, teints dans les teintureries qui se trouvaient elles aussi dans le même établissement. Le résumé de l’acte de la fondation en habus de “toute la jalsa de l’atelier destiné à la fabrication de soie, situé à l’intérieur de Funduq al-Zayt à l’étage supérieur”, montre que l’on tissait aussi de la soie dans le même caravansérail190 ». Il existait en tout une dizaine d’ateliers de tissage de la soie, répartis dans trois endroits de la ville : au Fonduq el Zayt, autour de Bâb al-Oued et dans le quartier Kajawa.

  • 191 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 9, fol. 114 recto. « los mercaderes vendiend (...)
  • 192 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)
  • 193 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En (...)

95Les boutiques et ateliers des marchés d’Alger étaient de petites loges ouvertes de part et d’autre de la rue, où se tenaient les marchands, où le client ne pouvait entrer, car « ceux qui vendent sont assis sur le pas de la porte comme les femmes parce que dans ce pays on n’utilise pas d’autre siège191 » ; « accroupis à la manière des femmes » disait Haëdo192. Le père décrit ces échoppes : « Dans la plupart des rues, d’un côté et de l’autre il y a de petits magasins qu’on appelle boutiques où l’on vend les choses nécessaires, et où se tiennent les artisans avec leurs outils bien rangés et bien nets193. » Leur système de fermeture s’ouvrait de façon à se transformer en auvent et en étal.

  • 194 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En (...)
  • 195 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En (...)

96Ces commerces étaient répartis dans les différents marchés, c’est pourquoi le père, attribuant la distribution des souqs au manque d’espace dans la ville, indique que : « Les choses qui arrivent par la mer se vendent à la Marine, et beaucoup de choses comestibles se vendent à l’extérieur de la porte de Bab-Azoun. D’autres choses qui se rapportent au vêtement se vendent au souk, qui se trouve dans la rue qui passe près de l’hôpital194. » Le premier pôle serait « la Marine » ou plutôt Bâb al-Jazira (la porte de l’île) ou encore Bâb al-Djihâd (porte de la guerre sainte) qui ouvrait sur le môle, par où passaient tous ceux qui voulaient quitter le port ou qui voulaient entrer dans la ville en arrivant par la mer, à l’exception des rédempteurs et des pêcheurs qui entraient et sortaient par la porte de la mer (Bâb al Bahr) où se vendait le poisson, « la puerta de la Pescadería », « parce que là tout près on vend le poisson, cette porte donne sur la mer sans que l’on puisse à aucun endroit venir à terre, parce que la mer sur les côtés bat les murailles. Par cette porte entrent les rédempteurs et tout ce qui entre sans payer de tribut, et par là partent les rédemptions195 ». Cette entrée permettait de contrôler facilement ceux qui passaient par cette porte, de compter les esclaves qui partaient avec les rédempteurs. À cet endroit se trouvait l’arsenal. À la Marine, il n’y avait que des magasins pour entreposer les marchandises, qui arrivaient au port avant la vente au badestan ou à la maison du roi.

  • 196 Ximénez, fr. Fr., año de 1719, marzo, 28 « Fui al Baptistan donde estavan los cautivos de la press (...)
  • 197 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 164.
  • 198 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)
  • 199 Tal Shuval signale que A. Devoulx donne le renseignement suivant tiré d’un acte de habus : « march (...)

97Une partie des prises des corsaires se vendait au badestan, car « le Badestan est l’endroit où non seulement on vend les chrétiens, mais aussi tout ce que l’on apporte dans les prises, on l’appelle Badestan, ce qui est la même chose que marché196 ». Laugier de Tassy de son côté relate que « après que le dey a choisi le huitième sur les esclaves nouvellement pris, les autres sont envoyés au batistan ou marché des esclaves. Il s’en fait là une première vente197 ». Pour les prises elles-mêmes, on ne vendait à l’encan que celles qui n’étaient pas faciles à partager. Le badestan se trouvait, à partir de 1616 seulement, un peu plus haut dans la rue Bâb–al Jazira, en face de la mosquée al-Jadîd (de la poissonnerie). C’est pour cette raison qu’à la fin du xvie siècle, en 1581, les esclaves se vendaient, selon Haëdo, dans les souks, « rues où se trouvent les principales boutiques de marchandises198 », au cœur de la cité199.

  • 200 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

98« Le centre économique d’Alger s’étendait, comme le montre la grande concentration de sûq, aux alentours du carrefour des trois axes principaux de la ville... qui délimitent une surface d’environ trois hectares. Il est clair que le centre économique couvrait un espace, au moins deux fois plus large que ne le suppose A. Raymond (1,1 hectare). À elle seule cette partie de la ville comptait la moitié des marchés que dénombre la liste (27 sur 54). La répartition des marchés montre également l’importance de la rue Bâb‘Azzûn, depuis son extrémité sud et jusqu’au centre200 ». Nous avons repris la liste des marchés fournie par Tal Shuval, en ne retenant que les marchés dont nous avons les dates d’ouverture et de fermeture et qui existaient dans le premier quart du xviiie siècle. Cela ne signifie pas que parmi les autres, certains n’aient pas fonctionné au temps du père Ximénez.

Répartition des marchés

Alentours de Bâb’Azzûn

  • Khaddârin (m. aux légumes) Bâb ‘Azzûn, (B/7) 1636-1801.
  • Rahbat al-Zar’, aussi rahbat al-sha‘îr (halle aux grains, à l’orge), (B/8), 1654-1788.

Entre la porte Bâb’Azzûn et sûq al-Gadid

  • Qundâqjiyya (fabrique de fourreaux, de fûts), (C/8), 1688-1798.
  • Khaddârîn sûq al Samn (marché aux légumes du marché au beurre), (D/6), 1690-1802.
  • Sûq al-kuttân (marché au lin), (D/6), 1559-1821.
  • Sûq al-Kbâbtiyya (f. de cabans), (D/7), 1680-1880.
  • Halfâwiyn (f. de sparterie), (D/7), 1633-1747.
  • Sarrâjîn (des selliers), (D/8), 1613-1807.
  • Sûq Dhakîr (de l’acier), (D/8), 1677-1828.
  • Kharrâtîn (tourneurs sur bois), (D/8) 1567-1810.
  • Fakkâhîn (marché aux fruits), (E/6), 1570-1839.
  • Sûq al-Jarâba (des originaires de Djerba), (E/6), 1174-1760.
  • Attârîn (parfumeurs, épiciers), (E/7), 1581-1807.
  • Shabraliyya (cordonniers pour femmes), (E/7), 1640-1812.
  • Sûq al-Samn (m. au beurre), (E/7), 1625-1839201.
  • Al-Sûq al-Kabîr (le Grand Marché), (E/7), 1581-1805.
  • Khayyâtîn (tailleurs), (E/7), 1656-1783.
  • Sûq al-Hâshiyya (de rubans), (E/7), 1641-1827.
  • Mallâhîn (m. au sel), (E/8), 1712-1813.
  • Sûq al Qabâîl (des Kabyles), (E/8), 1581-1802.
  • Tammâquîn (f. de bottes), (E/8), 1625-1834

Marchés du centre

  • Qîsâriyya (marché couvert, caravansérail), (F/7), 1570-1828.
  • Sabbâghîn (des teinturiers), (F/7), 1572-1823.
  • Sâgha (des bijoutiers), (F/7), 1664-1828.
  • Sûq al-Lûh (de la planche), (F/7), 1710-1795.
  • Sûq al-Dukhan (marché au tabac), (F/7), 1625-1765.
  • Sûq al-Bahr (marché de la mer202), (F/8), 1656- ?
  • Maqâîsiyya (tourneurs d’objets en corne), (F/8), 1681-1832.
  • Zanqat al-Nuhâs (impasse du cuivre), (F/8203).
  • Shammâ‘în (m. aux cierges), (G/7), 1664-1819.
  • Zanqat al-Diyâsîn (rue des colporteurs), (G/7), 1700-1742.
  • Kharrâzîn (fabrique de pantoufles en cuir), (G/7), 1154-1741.
  • Bashmâqjiyya (f. de pantoufles), (G/7), 1625-1815.
  • Badistân (marché aux esclaves), (G/7), 1616-1826.
  • Bashmâqjiyya (f. de pantoufles), ((G/7), 1625-1815.
  • Badistân (marché aux esclaves), (G/7), 1616-1826.

Figure 4 : Les souqs. (Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle… CNRS Editions, 1998, p. 271.

99L’examen des dates d’ouverture des souks montre que les marchés les plus anciens, au nombre de 10, furent ouverts avant le xviie siècle. La création de 21 autres marchés au xviie prouve que la ville avait pris un essor qui se prolongea au xviiie siècle, étant donné que trois nouveaux marchés furent implantés : en 1700, 1710 et 1712. Deux étaient établis aux alentours de Bâb‘Azzûn, dix-neuf dans la rue de Bâb‘Azzûn et ses alentours et dans la partie du centre et treize vers les rues de Bâb al-Jazira et le début de la rue de Bâb al Wâd, soit au total 34 marchés, sans compter ceux qui devaient exister, et que nous n’avons pas retenus comme le souk des fileurs d’or, celui des serruriers, ou celui des armuriers parce que nous ne connaissions, ni les dates d’ouverture, ni celles de fermeture.

  • 204 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, p. 183.

100« Cette disposition des marchés, entre la porte et le centre-ville, sans prolongement, ni vers la porte nord, ni vers la porte maritime, nous semble significative de la grande importance de Bâb’Azzûn, mais permet aussi de mettre en doute l’importance des deux autres portes mentionnées. Nous avons constaté que le chemin qui traversait la porte Bâb al-Wâd constituait un cul-de-sac, puisqu’il ne débouchait pas sur une région agricole importante. Cela peut expliquer l’absence totale d’installations économiques liées au marché dans ses environs. Quant aux portes maritimes, il y en avait deux qui donnaient sur la mer : Bâb al-Bahr, ... C’est par la porte du môle dite Bâb al-Jihâd que les ra‘îs partaient à la course. Cette porte maritime est décrite comme ayant servi au passage de beaucoup de marchandises et de butin pris par les corsaires. Or si cela était le cas, ce passage n’a pas favorisé la naissance de marchés, contrairement à la porte de Bâb‘Azzûn. L’absence d’établissement économique entre la porte maritime et le centre (qui n’est pas trop éloigné, il est vrai) remet en question le rôle véritable de la course maritime dans l’économie algéroise. Cette conclusion renforce ce que nous avons dit de la médiocrité de la richesse des corsaires, relevée plus haut204 ».

  • 205 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 173.
  • 206 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, (...)

101Nous ne sommes pas en désaccord avec Tal Shuval qui se réfère à la deuxième moitié du xviiie siècle, d’autant plus que Laugier de Tassy affirme que « le commerce que les étrangers font à Alger, étant principalement fondé sur les marchandises des prises, il est bien difficile d’en parler au juste205 ». Mais il faut dire que la façon dont les prises étaient réparties et vendues, d’abord à la maison du roi, puis, après différentes opérations, au badestan, faisait que la Marine, lieu d’entrepôt des prises, ne pouvait devenir un lieu d’échange extrêmement actif, même si « les choses qui viennent par la mer se vendent à la marine206 ». La course étant une affaire d’État, bon nombre de transactions se faisaient à la Djenina, palais du dey, puis au badestan. En effet, « la prise étant amarrée au quai, le dey envoie de sa part l’écri- vain du pingié, ou contrôleur des affaires des prises, et l’écrivain du vaisseau du corsaire de la part de l’équipage, lesquels la font décharger et mettre les marchandises en magasin, dont ils tiennent chacun un compte exact. Après quoi le contrôleur s’empare pour le dey du huitième des marchandises du chargement, et les fait mettre dans les magasins du deylik ou de l’État. Le reste est vendu aux enchères, ou partagé en nature aux armateurs et à l’équipage sans aucun frais.

102Dès que le contrôleur a reçu au nom du dey le huitième des marchandises appartenant au deylik, si celles qui restent sont aisées à partager, comme sucre, tabac et autres semblables, elles sont partagées la moitié aux armateurs et l’autre moitié à l’équipage, chacun selon la part qui lui doit revenir. Il ne se fait aucune procédure, ni frais, et le travail est tout fait par les esclaves. Si la marchandise n’est pas facile à partager, ou s’il se trouve quelque difficulté entre ceux qui y ont droit, elle est vendue à l’enchère, payée comptant et le provenu en est partagé.

  • 207 Faute peut-être imputable à l’éditeur, puisque plus loin où porte l’accent.

103L’enchère des bâtiments pris se fait à la maison du roi, ou207 chacun est reçu pour y offrir, et ils sont délivrés au plus offrant et dernier enchérisseur, consistant seulement en ce qui suit.

104Le corps du bâtiment avec son gouvernail et barre, la mâture en l’état qu’elle se trouve sans rechange, et les haubans, un mauvais cable et une petite ancre. Le bâtiment étant délivré et payé comptant, le dey prend le huitième du provenu, les armateurs la moitié du restant, et l’autre moitié est partagée à l’équipage.

  • 208 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 163-164.

105Lorsque le dey ne trouve pas à vendre avantageusement les marchandises du deylik, il oblige les marchands maures ou juifs qui ont du bien, de les acheter à un prix qu’il fixe, et il en distribue à chacun une quantité selon ses facultés. Il s’en fait payer comptant, ou dans un terme court, auquel il ne faut pas qu’ils manquent, à peine de mort et de confiscation de biens208 ». En fait la plupart des transactions se faisaient à la Djenina, dans le centre administratif et commercial, ce qui explique, hormis les entrepôts, l’absence de structures liées au marché à la marine et à Bâb-al Wâd.

  • 209 Ibid., p. 171-172.

106Côté terre, dans l’arrière-pays, la plaine de la Mitidja était florissante. Elle produisait dans le premier quart du xviiie siècle deux récoltes de grain par an, des fruits, des légumineuses, des légumes, du bétail et des volatiles. Des marchés ruraux s’y tenaient aussi certains jours. Blida était alors une ville prospère : son activité, reposant sur l’agriculture, le maraîchage et le vers à soie, répondait aux besoins d’Alger. Le père rapporte aussi que les muletiers affluaient vers la capitale. Peu à peu, au cours du siècle, le rôle de la mahalla se transformera. Elle n’aura plus à lutter contre les populations pour recouvrer l’impôt et sera donc moins prédatrice. Autant de raisons pour que le commerce intérieur prenne une place grandissante, contrairement au commerce maritime étouffé, comme nous le verrons plus loin, par les puissances européennes, au point que le gouvernement d’Alger décida de déclarer la guerre à la Hollande en 1716 pour pouvoir attaquer ses navires. Laugier de Tassy relate cet épisode en ces termes : « Il y avait autrefois la maison d’un consul des États Généraux des Provinces-Unies des Pays-Bas, mais il se retira en 1716. Les corsaires d’Alger ne faisant presque plus de prises, la Milice fit assembler le Divan, où elle représenta qu’ils ne rencontraient plus de bâtiments ennemis à la mer ; que généralement tous ceux qu’ils trouvaient étaient français, anglais ou hollandais ; et que le pays ne pouvant se soutenir sans faire de prises, il fallait déclarer la guerre à l’une des trois nations à la pluralité des voix. Elle fut contre la Hollande. On arrêta en même temps un navire de cette nation qui était dans le port, et le dey envoya l’ordre dans tous les ports du royaume d’en faire de même. Il donna au consul le temps qu’il en voulut pour régler ses affaires, il le consola et le plaignit. Ce consul était fort aimé du dey, et avait une réputation bien établie parmi les Chrétiens, les Turcs et les Maures209. »

  • 210 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 4 « pero que éstos los resisten bastant (...)
  • 211 Léon X (Jean de Médicis), pape de 1513 à 1521. Son pontificat vit le schisme de Luther.

107Le père commente cette rupture de traité en des termes similaires quant aux faits, mais bien différents dans l’esprit, alors qu’il relate le 4 décembre 1719 les événements du jour, entre autres, l’arrivée de « l’ambassadeur du Grand Turc », venu obtenir des Algériens la paix avec la Hollande : « Mais ceux-ci y répugnent assez ; parce qu’ils disent que, que mangeront-ils s’ils font la paix avec les Hollandais, qu’ils devront garder les vaisseaux amarrés et qu’ils périront dans le port ; et ils ont en partie raison ; parce que sur aucune autre nation il ne font plus de prises que sur celle-là, ni plus avantageuses. Durant les trois ans de paix qu’ils eurent avec eux ces années passées ils mouraient, comme disaient les Algériens, de faim, et voyant qu’ils n’avaient aucun profit avec les autres nations ils prirent sans autre raison le parti d’engager la guerre, et sans en instruire la Hollande ni dire quoi que ce soit au consul hollandais qui était ici, ils commencèrent à amener des navires et des captifs de leur nation, et ensuite ils permirent au consul de partir ; Mais c’est bien fait pour eux, car ils pensent, qu’il n’est pas juste de faire la guerre contre les Turcs, et que combattre contre eux c’est aller contre Dieu qui voit nos iniquités envers eux ; ainsi pensent Luther et ses sectateurs et il est condamné par Léon X dans la proposition 34210. » Laugier de Tassy explique la prise de décision des Algériens, tandis que le père Ximénez juge la manière de procéder des Algériens et la position des luthériens qu’il réfute en leur opposant celle de l’Église catholique romaine sous le pontificat de Léon X211. Il se réjouit en somme du malheur des Hollandais. Le père exprime son opinion par rapport aux deux protagonistes qu’il condamne, conformément à la position de l’Église catholique romaine.

  • 212 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719. « A venido en esta embarcación francessa un Mallor (...)
  • 213 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)
  • 214 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 173.

108Ainsi l’activité maritime était-elle subordonnée à la course plus que liée aux échanges commerciaux ordinaires, bien que l’on trouve trace de ce commerce dans le journal : « Un majorquin est venu demander dans cette embarcation française un passeport du roi d’Alger pour faire du commerce dans cette ville, ce dont nous nous sommes beaucoup réjouis, parce que nous aurons fréquemment des nouvelles d’Espagne. Deux embarcations sont venues dans ce port212. » La régence ne pouvant survivre par des échanges paisibles suffisants, la rupture des traités de paix, l’exercice de la course devenaient pour elle une voie nécessaire. Bref, en ce premier quart du xviiie siècle nul n’écrivait ce que relatait Haëdo à propos des marchands algérois à la fin du xvie siècle : « Tous ces marchands trafiquent des marchandises que les navires chrétiens apportent à Alger avec sauf-conduit, les achetant en gros pour les revendre au détail aux gens de la ville, du dehors et de toute la Berbérie, car nulle part sur cette côte il ne vient autant de marchands chrétiens qu’à Alger213. » Suit la liste des pays et des villes qui commerçaient avec Alger. Les échanges avec le Levant et le bassin méditerranéen y compris l’Espagne, avec l’Angleterre, assuraient la richesse d’Alger dans les années 1580. Au xviiie siècle les marchands venaient toujours à Alger, mais la situation n’était plus la même, sans que pour autant le trafic soit nul, puisque Laugier de Tassy ajoute, en disant du commerce d’Alger et de son évaluation : « Pour y parvenir le mieux qu’il se pourra, nous commencerons par les droits d’ancrage, d’entrée et de sortie, des poids et des mesures, et nous finirons par les marchandises dont on y fait quelque consommation et celles que l’on en peut tirer214. » Il faudrait pour avoir une idée précise du trafic maritime trouver les registres où étaient consignés les droits d’ancrage perçus par la régence.

Marché aux esclaves et bagnes

  • 215 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)

109On ne saurait s’exprimer sur la course et les souks en écartant le marché aux esclaves ; le badestan, et sans se référer aux lieux d’« enfermement » des esclaves, les bagnes. À la fin du xvie siècle, « les chrétiens se vendent à la criée et à l’encan dans les souks, rues où se trouvent les principales boutiques de marchandises, et la vente n’est pas conclue tant que le chrétien n’a pas été crié pendant trois jours consécutifs sur le souk. Au bout de ce terme, on conduit l’esclave au pacha afin que celui-ci voit s’il lui convient de le prendre (par droit de préférence) au prix qu’on en a donné au marché215 ». Dans le premier quart du xviiie siècle, la vente des esclaves chrétiens se faisait différemment. « Après que le dey a choisi le huitième sur les esclaves nouvellement pris, les autres sont envoyés au batistan ou marché des esclaves. Il s’en fait là une première vente de cette manière.

110Les delels ou courtiers les promènent l’un après l’autre dans le marché, en disant fort haut la qualité ou le métier de l’esclave et le prix qu’on y a dit. Les personnes de toutes nations sont reçues pour y dire et l’enchère s’en fait, jusqu’à ce que personne n’augmente plus, et alors l’écrivain préposé aux ventes, écrit le prix.

  • 216 . Ce que confirme le père lorsqu’il écrit le 7 décembre 1719. « y si como pidio [El embajador de Fr (...)

111Cette vente ne va jamais bien haut216, parce qu’il s’en fait une autre en présence du dey dans la maison du roi, où l’esclave est délivré. Tous les acheteurs s’y rendent, et l’esclave est remis à l’enchère et délivré au plus offrant et dernier enchérisseur, qui le prend et en dispose à sa volonté.

112Le prix de la première vente au batistan est celui qui appartient aux armateurs et à l’équipage. Celui de la seconde excédant la première appartient entièrement au deylik, et monte ordinairement une fois autant que celui de la première ; parce que les acheteurs sachant que les esclaves ne sont délivrés qu’à la deuxième vente, ne poussent pas à la première. L’argent provenant de ces ventes est toujours payé comptant et sur le champ.

  • 217 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 164.

113Il y a des esclaves de deux classes : ceux du deylik ou de la république et ceux des particuliers217 », qui n’étaient pas rassemblés dans les mêmes bagnes.

114Alger était donc, comme Livourne, Malte et bien d’autres lieux pour les esclaves musulmans, une place où tous les marchands, y compris les étrangers, pouvaient acheter des esclaves chrétiens blancs et noirs pris par les corsaires, vendus à la maison du roi en deuxième enchère.

  • 218 Soit une surface de 295,44 m2 au rez-de-chaussée et autant au premier étage.

115Au temps de Haëdo, il existait deux bagnes : le Grand Bagne et le Bagne de la Bastarde. « Le Grand Bagne est un carré long de 70 pieds et large de 40218 ; il se divise en rez-de-chaussée et étage supérieur divisé en de nombreuses petites chambres et au milieu de la cour, il y a une citerne. Sur un côté, en bas est l’église ou oratoire des chrétiens dans lequel (le seigneur en soit loué !) on dit la messe toute l’année et notamment aux fêtes solennelles où les offices sont chantés avec harmonie ; car il n’y manque jamais de prêtres captifs. Ceux-ci sont habituellement au nombre de plus de 40 de toute nation.

  • 219 Le pas mesurant 2,5 pieds et le pied 0,28 m, le pas mesure 0,70 m, le Grand Bagne se serait trouvé (...)

116Ce grand bagne est dans la rue du Grand Souk (grande rue marchande) qui va de la porte de Bab Azoun à la porte de Bab el-Oued, et à une distance de 400 pas219, en partant de la porte de Bab Azoun pour aller dans l’ouest.

117L’autre bagne, appelé la Bastarde, n’est pas aussi grand, mais il se partage aussi en beaucoup de chambres ; on y met particulièrement les chrétiens du commun et que l’on appelle (esclaves) du makhzen parce qu’ils appartiennent à la communauté et à la ville, et que l’agha et les janissaires les emploient à des services et des travaux d’utilité publique.

  • 220 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)

118Sous le règne d’Hassan... ce bagne renfermait parfois 500 à 2 000 chrétiens. Celui de la Bastarde... ne contient guère que 400 à 500 personnes220 ». Les bagnes ou « bains » étaient moins nombreux qu’au xviiie siècle. On comptait encore cinq bagnes à Alger en 1718-1720 : le bagne de la Galère, le bagne du Beylik, le bagne de Sidi Muda, le bagne de sainte Catherine et le bagne de Vilaga.

  • 221 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, Prologo, año de 1719. « Tiene este Real Hospital su si (...)
  • 222 Diario de Argel, año de 1720, febrero, 23 « A mandado el Rey de Argel, cerrar todas las iglesias d (...)
  • 223 Diario de Argel, « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1 fol. 133. « corres (...)
  • 224 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 78. « Esta iglesia de que habla [Haëdo] presumo que e (...)

119Le bagne de la Galère ou du Roi était le plus important par le nombre des captifs retenus et par sa situation. En effet, nous lisons dans le Prologue au tome II du Diario de Argel : « Cet hôpital royal se situe dans le meilleur endroit d’Alger, parce qu’il est près du Souk, où se fait le plus grand commerce, contigu au bagne de la Galère où on enferme et garde le plus grand nombre des captifs, pas très loin du bagne du Beylik, où se trouve la plupart des chrétiens du roi, et il est adapté parce qu’il est au milieu de la ville pour les captifs qui viennent des jardins, pour que les uns et les autres puissent entendre le Saint Sacrifice de la messe avec facilité, les Sermons dans les occasions où il y en a et recevoir les Saints Sacrements, incliné du côté du Levant près de la mer... et le fait de ne pas disposer du rez-de-chaussée le rend étroit ; car il est au-dessus du bagne de la Galère, et dessous il n’y a que des tavernes de chrétiens221. » Le second bagne est donc celui du Beylik, auquel il faut ajouter le bagne de Sidi Muda « qui sont les bagnes où le roi a ses esclaves222 ». Le bagne du Beylik se situait aussi dans la rue de Bab Azzoun, puisque la porte de Bab Azzoun « correspond avec une autre, qui est de l’autre côté de la ville, et elle s’appelle Bab el-Oued... La rue traverse la ville, passe auprès des bagnes du beylik et de l’hôpital dans la partie qu’on appelle Souk, parce que c’est là qu’on achète et qu’on vend223 ». Le bagne de la Galère correspond selon le père Ximénez à la description du Grand Bagne, faite par Haëdo, car, di-il, « cette église dont il parle, je présume que c’était celle de la Sainte Croix, laquelle a toujours été dans ce bagne, qui est le plus grand d’Alger et où il y a toujours eu le plus grand nombre de chrétiens et tous esclaves du roi, et à une époque dans ce bagne était l’agha des Turcs et c’était où il les jugeait, et c’était dans ce bagne où se trouve aujourd’hui l’hôpital qu’il ôtait la vie224 ». La description que fait Haëdo du bagne et de son emplacement correspond à l’idée que nous nous faisons de ce bagne à la lecture du texte du père : l’église de la Sainte Croix sur le côté, la citerne qui s’y trouvait, la rue de Bab Azzoun, le marché, le nombre d’étages : un rez-de-chaussée et un premier, même si, au temps de Haëdo, le Grand Bagne occupait le rez-de-chaussée et le premier étage.

  • 225 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 68. « Volvió a Argel [el p. fr. Seb (...)
  • 226 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 70. « no eran divissibles los hospitales de las igles (...)
  • 227 Comme il situe la porte Neuve à 400 pas aussi de Bab Azzoun, sur le plan de la ville, cette distan (...)

120Selon le père, la chapelle de la Sainte-Trinité fut fondée avec l’hôpital en 1551 en même temps que la chapelle de la Sainte Croix dans le grand bagne du roi ou de la Galère, par le père Sebastian del Puerto225. Or, d’une part, Haëdo indique en 1580 que le bagne occupe le rez-de-chaussée et l’étage et qu’il y a une chapelle, mais, à aucun moment, il ne signale un hôpital dans le Grand Bagne. Quoi qu’en dise le père, Haëdo n’aurait pas fait silence sur une deuxième chapelle et sur les soins prodigués aux captifs chrétiens, nous semble-t-il, parce que justement « les hôpitaux n’étaient pas séparables des églises. Il y avait un autel pour célébrer la messe et le corps de l’église servait à accueillir les malades226 ». D’autre part, la distance de 400 pas de la porte de Bab Azzoun paraît assez courte pour correspondre au bagne de la Galère, mais Haëdo peut l’avoir mal évaluée227.

  • 228 Diario de Argel, año de 1719, agosto, 18, fol. 123. Le père remet en question les informations fou (...)
  • 229 Diario de Argel, año de 1720, marzo, 1, fol. 6. « Y en el baño de la Bastida, que es el baño donde (...)
  • 230 Ibid., marzo, 1, fol. 6. « Y en el baño del capitán Ali Mami que es donde se recogen los esclavos (...)
  • 231 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, marzo, 1, fol. 6. « En el baño de Sidi Muda avía e (...)
  • 232 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 79. « En el baño de Sidi Muda tienen los Griegos Císm (...)

121Le père s’appuie sur certains documents, notamment l’ouvrage du père Silvestre228, en conteste d’autres, pour démontrer que chaque église correspond à un bagne depuis l’origine et pour justifier la date de fondation ; 1551, c’est-à-dire avant la rédaction du livre de Haëdo, Topografía e Historia General de Argel. Le bagne de la Bastarde que le père semble assimiler à celui de la Bastida, bagne où se trouvent les captifs chrétiens du Général et des Janissaires de la ville, parce que « dans le dit bagne fut fondée la confrérie de Notre-Dame du Rosaire ; laquelle église est dédiée par les Chrétiens sous ce nom de N. Dame du Rosaire ; dans lequel bagne cela fut rendu public, et agréé par lesdits Pères le 9 mars de la dite année [1595], dimanche des Rameaux229 ». Ce bagne aurait disparu : au temps du père Ximénez aucune église n’était dédiée à Notre-Dame du Rosaire. En revanche, le bagne de Sidi Muda, correspondrait au bagne « du capitaine Ali Mami qui se trouve là où l’on enferme les esclaves chrétiens du dit capitaine et d’autres caïds de ladite ville ; dans lequel ils ont une église qui s’appelle saint Roch, où de la même façon la dite confrérie fut agréée et rendue publique par les dits pères les dits jour, mois et année (1595)230 », puisque « dans le bagne de Sidi Muda il y avait l’hôpital de st Roch, et aujourd’hui l’église porte ce nom231 ». Dans ce bagne les Grecs schismatiques ont aussi leur église et leur prêtre232.

  • 233 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 19. « El año de 1690 que fue cuando el Pe Mo Silvestr (...)
  • 234 Ibid., fol. 70. « En el baño de Baylique estava el hospital de la Puríssima Concepción y oy perman (...)
  • 235 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 70. « En el baño de Sta Catalina avía un hospital con (...)
  • 236 Ibid., abril, 1, fol. 78. « La iglesia de Santa Cathalina está en el baño de este nombre, que es d (...)
  • 237 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 70. « El Ve Pe Predicador fr. Bartholomé Serrano hijo (...)
  • 238 Diario de Argel, año de 1719, abril, 11 « Esta noche dio un Turco una puñalada a un cautivo Christ (...)
  • 239 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 165.
  • 240 Ibid., p. 166.

122Enfin, lorsqu’en 1690, le père Silvestre publia son livre, il y aurait eu à Alger cinq hôpitaux, « deux dans le bagne du roi, un dans celui du Beylique, un autre dans celui de Sidi Muda et un autre dans le bagne de sainte Catherine, et aujourd’hui il ne reste pas le moindre vestige de ces dits hôpitaux, sauf celui de la Sainte-Trinité233». Il reste cependant les chapelles : le 1er avril 1720, le père écrit : « Dans le bagne du beylique se trouvait l’hôpital de la Puríssima Concepción et aujourd’hui l’église y est toujours sous ce nom234 ». Le bagne de sainte Catherine, lui, s’appellerait ainsi parce que « dans le bagne de Ste Catherine il y avait un hôpital de ce nom, et l’église reste235 ». Quand les hôpitaux furent supprimés au profit de celui de la Santíssima Trinidad, les églises ou plutôt les chapelles seraient restées dans les bagnes. En 1720 « L’église de sainte Catherine se trouve dans le bagne de ce nom, qui appartient à un Turc et il y a une taverne et des captifs de particuliers236 ». Quant au dernier bagne, celui de Vilaga, le père « prédicateur fr. Bartholomé Serrano fils du couvent de Dos Barrios et autrefois administrateur de ces hôpitaux, fonda l’hôpital et l’église de St Joseph dans le bagne de Vilaga, mais l’un et l’autre avec le temps sont tombés en ruine237 ». Pourtant ce bagne existait toujours le 11 avril 1719. Le père relate l’événement suivant : « Cette nuit un Turc a donné un coup de poignard à un captif chrétien du bagne de Vilaga, le chrétien n’est pas venu à l’hôpital parce qu’il y a des chirurgiens dans les bagnes qui les soignent, et je ne sais pas si la blessure est grave mais le Turc arrêté a été emmené à la maison de l’agha qui est le lieu où l’on juge les Turcs. Il s’appelle Antoine et il est né en Sicile238 ». Le bagne de Vilaga est le seul à être si peu évoqué et de façon contradictoire. Apparemment les pères ne semblaient pas s’y rendre pour y célébrer la messe, alors qu’ils allaient à la maison où vivaient les soldats du régiment de Navarre retenus en otage. Ils allaient aussi chez les particuliers où habitaient les esclaves et naturellement dans les quatre autres bagnes, « qui sont de grands et vastes bâtiments où ils [les esclaves] sont enfermés tous les soirs. Il y a une chapelle dans chacun, et ils peuvent faire librement l’exercice de la religion chrétienne239 ». Était-ce à cause de son délabrement qu’ils ne rendaient pas visite aux esclaves du bagne de Vilaga ? Était-ce à cause de son éloignement de l’hôpital ? À cause de son peuplement ? Aucun indice ne permet de savoir ce qu’il en était, bien que nous devinions qu’il s’opérait un tri parmi les esclaves, étant donné que « les femmes de quelque distinction... tombent toujours en partage au deylik240 », que le dey prélevait aussi le huitième des esclaves à leur arrivée et qu’il choisissait les gens de condition, les hommes d’église, dont on pouvait espérer rapidement une rançon élevée, les hommes compétents, jeunes et solides. Les Tagarins et les juifs fortunés achetaient aussi des personnes dont on pouvait tirer une rançon élevée, si bien que l’on peut présumer que les particuliers moins aisés achetaient les autres. Or, le bagne de Vilaga recevait des esclaves de particuliers, puisque trois bagnes appartenaient au deylik : le bagne de la Galère, le bagne du Beylik et celui de Sidi Muda. Un Turc possédait le bagne de sainte Catherine où l’on gardait aussi des esclaves de particuliers. On peut donc penser que la population de chacun des bagnes était assez homogène et répondait à des critères économiques et sociaux.

  • 241 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 21 « Ay también en el baño unos aposentil (...)
  • 242 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 104.

123Dans le bagne de la Galère, « il y a quelques méchantes pièces où quelques captifs se retirent, et le gardien-bassi les donne à qui il veut, ou à qui paye et la plupart dorment par terre, sans autre protection que les mauvais vêtements qu’ils portent, qui sont en si piteux état qu’ils sont nus, et presque tous marchent pieds nus et avec un anneau aux pieds. Ces bagnes sont ordinairement si sales et si mal odorants, qu’ils sont pires que des porcheries. Dans chaque bagne un Turc qui est gardien ou portier se trouve à la porte, assis sur un banc de pierre qu’il y a près de la porte à l’intérieur... Il y a un chrétien qui est écrivain, lequel a inscrit tous les captifs et quotidiennement à la tombée du jour il fait l’appel, et s’il en manque un à l’heure dite on le châtie rigoureusement ; il y a un autre chrétien qui est le chef de la caravane, qui est celui qui veille à ce que les captifs dans l’exercice de la marine travaillent, et un autre qui est sbire ou alguazil, qui est celui qui leur met les chaînes quand on le lui demande et celui qui distribue le pain aux chrétiens. Dans chaque bagne il y a une petite boîte pour demander l’aumône dans les bagnes deux fois par semaine, et de ce que l’on obtient, la moitié va au chapelain, et l’autre à l’entretien de l’église241 ». C’était donc des lieux peu entretenus, si l’on en croit le père. Mais cela ne concorde pas avec la description qu’en fait Laugier de Tassy, qui voit « de grands et vastes bâtiments, sous la direction d’un gardien bachi ou gouverneur chef, qui a des officiers sous ses ordres, auxquels il remet le soin du détail et des revues, et qui lui rendent compte de tout ce qui se passe dans ses maisons242 ». Si l’organisation des bagnes correspond à celle que décrit le père avec moins de détails, nous n’avons pas l’impression que les bagnes aient été des lieux dégradés.

  • 243 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, (...)
  • 244 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)

124Nous ignorons aussi combien de captifs vivaient dans chaque bagne. Ce que nous apprend le père c’est qu’« il n’y a pas d’année, qu’ils [les raïs] n’amènent plus de cinq cents captifs243 ». Le chiffre reste approximatif. Mais, si au temps de Haëdo la capacité des deux bagnes du beylik qu’il évoque était respectivement de quatre à cinq cents et de deux mille captifs au plus244, on pourrait considérer que, dans le premier quart du xviiie siècle, il n’y avait pas moins d’esclaves, puisque l’on comptait trois bagnes du beylique, ainsi que deux autres bagnes pour les esclaves de particuliers, même si le bagne de la galère se réduisait alors au rez-de-chaussée, l’étage abritant l’hôpital. À moins que le taux d’occupation des bagnes ait été assez bas. Les données qu’offrent nos sources ne répondent pas à cette question, ni à celle des lieux d’implantation des bagnes dans la ville, ni à celle de leur capacité d’accueil. Les signes urbains dans ce cas ne permettent pas de déterminer le nombre d’esclaves à Alger à cette période, ni de mesurer la rentabilité de la course.

125D’un autre côté, il faudrait aussi connaître le nombre de décès, le nombre de reniements, le nombre de naissances, le nombre d’esclaves rachetés sur une période donnée et celui de ceux qui réussissaient à s’enfuir. Toutefois, à titre d’échantillon, nous allons examiner les chiffres qu’offre le journal pour les captifs d’Oran, ce qui donnera une idée de l’évolution de ce type de population. Le 26 février 1720 le père Ximénez note : « On nous envoie aussi d’Oran une liste, que je mettrai à la fin de ce livre, dans laquelle on nous informe qu’il y a dans ladite ville les captifs suivants » :

126De ceux de la reddition d’Oran 69

127(De los de la rendición de Orán sesenta y nuebe)

128Ceux de la saète qui s’est échouée sur la côte 10

129(Los de la saetia que se perdió en la costa diez)

130Ceux qui ont été faits prisonniers avec les frégates 50

131(Los que an cautivado con las fragatas cinquenta)

132Ceux qui y sont à présent sont en tout 129

133(Hazen en todos los que ay al presente ciento y beinte y nuebe)

134On a racheté de la perte de ladite place 24

135(Se an rescatado de la perdida de dicha plaza veinte y quatro)

136De la saète 10

137(De la saetia diez)

138Des frégates 13

139(De las fragatas treze)

140Ceux qui ont été rachetés font en tout 47

141(Hazen en todos los rescatados quarenta y siete)

142Et la plupart l’ont été grâce au pe administrateur fr. Francisco Navarro et les religieux qui sont présents à l’hôpital.

143(Y la mayor parte ha sido por medio del Pe Administrador Fr. Francisco Navarro y religiosos que assisten en el Hospital.)

144Parmi les soldats sont décédés 26

145(De los soldados que se an muerto son veinte y seis)

146Ceux de la saète 05

147(De los de la saetía cinco)

148Des frégates 06

149(De las fragatas seis)

150Cela fait en tout 37

151(Hazen en todos treinta y siete)

152Parmi les soldats, ont renié 12

153(An renegado de los soldados)

154De la saète un 01

155(De la saetía uno)

156Des frégates 01

157(De las fragatas uno)

158Ils sont en tout 14

159(Son en todos catorze)

160Ceux qui se sont enfuis, sans qu’on ait jamais rien su d’eux, et l’on présume que les Maures les ont tués ou que les bêtes féroces les ont dévorés 04

  • 245 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 26 « También nos enbian de Orán una lista (...)

161(Los que se an huido sin averse savido jamás de ellos, y se presume los ayan muerto los Moros, o se los ayan comido las fieras son quatro245).

  • 246 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Madrid, 1946, Prólog (...)

162Il reste donc en février 1720 à Oran cent vingt-neuf captifs espagnols, sur cinq mille Espagnols qui furent faits prisonniers en 1708, année de la perte d’Oran246. Voici ces chiffres traduits en pourcentage.

Figure 5. — Captifs espagnols d’Oran en 1720

163Sur les 231 captifs de la liste, 20 % ont été rachetés, 16 % sont décédés, 6 % ont renié, 2 % se sont enfuis et 56 % d’Espagnols sont restés esclaves (figure 5). Grâce à ce graphique, nous voyons que le taux de décès est assez élevé dans cette population captive, qui se divise en deux groupes : les soldats de l’ancien préside d’Oran tombés aux mains des Turcs en 1708, au nombre de 131 et le groupe des 100 marins et voyageurs pris sur la saète et les frégates. Sur l’ensemble des esclaves bien peu s’échappent et un nombre relatif d’esclaves renie. Le taux de rachat est le plus élevé : l’effort consenti par les trinitaires n’est pas négligeable, puisqu’ils ont racheté quasiment un cinquième des esclaves espagnols. Malgré tout, il en reste encore 129, soit 56 %.

Figure 6. — Soldats espagnols d’Oran captifs en 1720

  • 247 Venture de Paradis, Jean-Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Paris, Sinbad 1983, p. 153.
  • 248 On remarquera que l’appréciation de la grandeur des bagnes par Venture de Paradis diffère de celle (...)
  • 249 Ibid., p. 154.
  • 250 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 30 « Oy sale a Corso el corsario Chulaque (...)
  • 251 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 1, fol. 136. « Es éste [Achi Mostafa B (...)

164Le pourcentage de soldats restants est moins élevé que celui du groupe des captifs (figure 6). Ce résultat est dû à trois facteurs : au taux plus élevé de décès ; 20 % contre 16 % sur l’ensemble des esclaves. Les soldats reniaient aussi davantage ; 9 % contre 6 %, sans doute parce que leurs compétences leur permettaient d’entrer dans la milice, de faire partie du groupe dominant : des possibilités de promotion sociale s’ouvraient à eux plus facilement. Il est possible aussi que l’ignorance dans laquelle nous sommes du nombre de soldats en fuite modifie le résultat, bien que sur l’ensemble seulement 2 % se soient échappés. Les civils esclaves étaient donc plus nombreux que les soldats. En 1788 Venture de Paradis écrit qu’il y a « trois bagnes à Alger, dans lesquels sont enfermés les esclaves chrétiens appartenant au beylik et destinés au service de la marine et aux travaux publics... les trois bagnes dont j’ai parlé se nomment : le premier et le plus grand, le bagne du beylik ; le second, le bagne de Sidi Hamoudé [Sidi Muda chez le père Ximénez], et le troisième se nomme le bagne des galères [de la Galera247] ». Il semblerait qu’il ne restait plus à Alger que les bagnes du gouvernement248. Les esclaves de particuliers resteraient alors au service de leurs maîtres, dans les maisons. Il y aurait eu dans ces trois bagnes, si la peste n’avait fait des ravages, moins d’esclaves que du temps de Haëdo : « La peste dans ces deux dernières années, a enlevé dans la ville d’Alger 7 à 800 esclaves chrétiens ; il en reste maintenant 500 au plus, soit entre les mains du beylik, soit entre les mains des particuliers. Avant cette peste et les rachats qui ont eu lieu, à la suite de la paix de l’Espagne avec Alger, par la rédemption de Naples, de France et de l’Espagne, le nombre des esclaves était ici de près de 2 000249. » Nous pouvons donc considérer qu’en 1718-1720 la course fournissait encore à la régence un contingent d’esclaves supérieur à ce chiffre. Ces lignes du père Ximénez peuvent nous en convaincre : « Aujourd’hui le corsaire Chulaque chanceux en mer, qui a amené à Alger beaucoup de prises, part en course250. » Ou encore ce passage qui donne une idée du nombre d’esclaves qu’un seul riche Tagarin revendeur d’esclaves pouvait posséder. Or les Tagarins tenaient ce commerce fructueux à l’époque : « Celui-ci est un autre Tagarin de ceux qui furent chassés d’Espagne... mais malgré sa fortune comme je l’ai dit, il se traite avec parcimonie et bien qu’il ait près de cent captifs, il ne doit pas dépenser quatre réaux d’argent par jour pour sa maison251. » Nous avons donc une certitude : dans le premier quart du xviiie siècle le nombre d’esclaves présents à Alger était supérieur à celui de la fin du xviiie siècle et peut-être bien de la fin du xvie siècle.

Les Hammâm ou bains publics

  • 252 Epalza, Mikel, « Espacios y sus funciones en la ciudad árabe », Simposio internacional sobre la ci (...)
  • 253 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)
  • 254 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)

165D’autres signes urbains sont significatifs dans une ville musulmane. Les hammams autant que les mosquées, car l’eau est « un élément de base et assez spécifique de l’urbanisme islamique252 », puisque le hammâm et la fontaine sont souvent juxtaposés à la mosquée, afin que les croyants procèdent aux ablutions rituelles avant la prière. Diego de Haëdo signale « cinquante ou soixante bains particuliers de peu d’importance253 ». Il cite comme digne d’intérêt celui de « Mohammed Pacha qui l’a fait bâtir » et s’attache à décrire celui de Hassan Pacha qui, « situé presque au milieu de la ville, [...] est très fréquenté jour et nuit254 ». Ces bains publics étaient construits sur le même modèle : « Formé de voûtes très solides entièrement revêtues de marbre poli ; il se divise en deux salles carrées, longues, larges et spacieuses. Dans la première où l’on se déshabille, les effets sont fidèlement gardés, on entre nu dans la deuxième autour de laquelle il y a plusieurs cabinets pouvant contenir dix à douze personnes. Chacune de ces pièces a sa fontaine jaillissant du mur même du bain par des tuyaux de bronze qui font le tour des murailles de cette seconde salle, dans laquelle arrive en grande quantité l’eau chaude provenant d’une autre salle placée en arrière, où l’on chauffe continuellement. Ce ne sont pas, ainsi qu’on le voit, des thermes naturels, mais bien des eaux chauffées artificiellement. Une vasque de marbre placée à l’issue du tuyau de chaque chambre reçoit l’eau, que chacun vient prendre à son gré avec un vase de cuivre, pour jeter sur soi, ou se faire laver par les étuvistes. Près de cette vasque d’eau chaude, il y en a une autre d’eau tiède apportée de la même manière par des tuyaux spéciaux ; la température de ces chambres est si élevée qu’on y transpire excessivement. Depuis la nuit jusqu’au lendemain à midi, on trouve dans ces bains pour laver et masser les gens, des hommes qui vivent de ce métier. Tous les jours à midi ils sont remplacés par des négresses, parce que depuis cette heure-là jusqu’à la nuit, le bain est exclusivement réservé aux femmes.

  • 255 Ibid., p. 210.

166Chacun paie deux aspres d’entrée, au profit de celui qui tient le bain à loyer du pacha qui en est le maître ; il donne ensuite une aspre, ou ce qu’il veut au baigneur. Ceux qui n’apportent pas leur linge pour s’essuyer en trouvent dans cet établissement où les Chrétiens en payant sont admis aussi bien que les musulmans, mais on n’y reçoit pas les Juifs255 ».

  • 256 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 106.
  • 257 La piastre courante valant 696 aspres, selon Laugier de Tassy (p. 150), le quart d’une piastre fai (...)

167Laugier de Tassy confirme cette organisation adaptée au fonctionnement du hammam, car il ne manque pas de décrire de façon détaillée sa première expérience « des bains chauds qu’on prend à Alger256 ». « On trouve dans Alger — écrit-il — une infinité de maisons publiques, où l’on prend les bains chauds, et à très bon marché ; car outre les différentes ablutions que font les Algériens avant les cinq prières quotidiennes, leur usage est d’aller tous les jours prendre les bains, lorsqu’ils en ont la commodité. Il y en a de grands et de petits plus ou moins commodes, pour les gens de différents états ; mais ils sont tous construits a peu près de même. J’eus un jour la curiosité d’y aller avec Monsieur Baume, alors consul de France, et nous y fûmes conduits par Ibrahim Hoja ou Cogia, truchement de la Maison de France. On nous fit reposer en entrant dans une chambre ou salon fort éclairé, couvert de nattes, où l’on nous déshabilla ; et l’on couvrit notre nudité avec deux serviettes, une grande en forme de jupe, et l’autre sur les épaules. Nous passâmes dans une autre chambre, où nous sentîmes une chaleur modérée, afin que la grande chaleur que nous devions supporter ne nous surprit pas. Nous allâmes ensuite dans la grande salle de bain faite en dôme, fort spacieuse et pavée de marbre blanc, de même que plusieurs cabinets qu’il y avait autour, où l’on frotte et lave les personnes en particulier. On nous fit asseoir sur un banc de marbre qui forme un cercle au milieu de cette salle. Dès que nous y fûmes, nous sentîmes une grande chaleur, et nous suâmes abondamment, de sorte que nos serviettes furent bientôt mouillées. Dès lors on nous conduisit chacun en particulier, dans un cabinet d’une chaleur modérée. On étendit une nappe blanche sur le pavé, sur laquelle on nous fit coucher, après avoir ôté nos serviettes ; et on nous abandonna à deux nègres forts et robustes, et entièrement nus pour nous frotter et nous laver. Comme les nègres qui me servaient étaient nouvellement venus du Biledulgerid, et que non seulement ils n’entendaient pas la langue franque, mais qu’ils parlaient même un arabe différent de celui d’Alger, il me fut impossible de me faire entendre et servir à ma fantaisie ; et ils m’accommodèrent comme ils auraient fait un Maure des plus endurcis à la fatigue et au travail. Ils mirent l’un et l’autre un genou à terre, et m’ayant pris chacun une jambe, ils me frottèrent le dessous des pieds avec une pierre ponce pour ôter les duretés du talon. Après cette opération, ils mirent une main dans une petite poche de camelot faite exprès, et me frottèrent bien les jambes, les cuisses, les bras et généralement tout le corps, devant et derrière. Quelque grimace que je fisse pour leur faire connaître combien je souffrais, ils continuèrent, loin d’avoir pitié de moi, ils ne faisaient que rire avec des signes de flatterie et de douceur. À mesure qu’ils me frottaient et m’écorchaient la peau, ils m’inondaient d’eau tiède avec de grands gobelets d’argent, qui étaient dans la cuve d’une fontaine attachée au mur. Le frottement fini, ils me relevèrent et mirent ma tête sous le robinet de la fontaine qui m’arrosait tout le corps ; dans le temps que mes satellites m’inondaient encore d’eau avec les gobelets. Après cela ils m’essuyèrent bien avec des serviettes blanches, et me baisèrent chacun une main. Je crus pour lors mon martyre fini ; comme je voulais sortir pour aller reprendre mes habits, un de ces nègres me retint, et l’autre alla chercher d’une terre qu’il apporta en même temps, avec laquelle ils frottèrent sans me consulter, toutes les parties de mon corps, dont tout le poil tomba bientôt, mais non sans qu’il m’en cuisît ; car cette terre brûlante fait en peu de temps son effet, et brûle la peau lorsqu’on la laisse trop longtemps. Ils me lavèrent encore une fois, m’essuyèrent ; et un d’eux m’ayant pris par derrière et par les épaules, appuyant ses deux genoux contre mes fesses, fit craquer mes os d’une manière que je crus être tout disloqué. Après quoi il me fit tourner comme une toupie, à droite et puis à gauche, et me remit à son camarade qui m’en fit autant et me mit hors du cabinet, d’où je gagnai la chambre où étaient mes habits, à mon grand contentement. Cette scène me parut bien longue, et je fus fort étonné de voir à nos montres qu’elle n’avait duré qu’une demi-heure, tant ces domestiques sont adroits et faits à ce manège. Le consul fut régalé tout comme moi. Nous reprochâmes au truchement de nous avoir abandonnés dans un si grand besoin ; mais il s’était fait aussi frotter sur le marché, et il nous dit qu’il aurait fallu avertir le maître, en entrant, de la manière que nous voulions être servis ; qu’autrement on était servi avec toutes les cérémonies que je viens de décrire. Le truchement donna un quart de piastre courante pour chacun, afin de payer grassement, ce qui est les trois quarts de plus qu’on ne prend ordinairement, suivant le règlement257.

168Nous en fûmes bien remerciés, et conviés par le maître d’y revenir souvent ; mais nous avions été trop bien frottés et secoués, pour souhaiter davantage un pareil régal ».

  • 258 Le refus d’aller aux bains du père Ximénez et du père administrateur s’explique par la règle trini (...)
  • 259 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 31 « Fue el P. Fr. Theodoro al baño caliente (...)

169Laugier de Tassy ajoute, à la description de l’architecture des bains, la façon précise dont on y est lavé. Il s’agit dans les deux cas de hammams fréquentés par des notables, puisque le prix est supérieur à celui que payaient les malades de l’hôpital que l’on envoyait au hammam pour ses vertus thérapeutiques ; pour y suer. Encore à l’heure actuelle, on retrouve cette même architecture et ce même « régal », sans qu’il nous paraisse avoir été « trop bien frottés et secoués ». Le père Ximénez, qui n’est jamais entré dans un hammam, approche l’expérience du bain comme il convient à un religieux qui vit avec des malades : sous l’angle de la santé et du nombre d’établissements, — de façon assez vague — mais aussi en conformité avec son statut de trinitaire. Il dit en effet que « le P. Théodore est allé se baigner au bain chaud, dont on dit qu’il est très bénéfique à la santé, et il y en a d’autres dont s’occupent des Maures Mozabites qui les tiennent très propres. Les Maures et les Mauresques vont s’y baigner, pour y laver — disent-ils — leurs péchés et chaque fois que mari et femme usent du mariage ils vont aux bains, ou au moins quelques fois et parce qu’ils ne peuvent pas prier tant qu’ils n’ont pas baigné leur corps tout entier, c’est pourquoi les bains sont très fréquentés par les Maures, les Mauresques, les Juifs et les Juives et même par des chrétiens, et les hommes y vont l’après-midi ou très tôt le matin pour ne pas rencontrer les femmes. Quelques-uns vont seulement y suer, parce qu’ils sont si chauds qu’en peu de temps on sue admirablement et le corps et l’organisme en ressentent beaucoup de bien-être, mais ils sont tellement communs que je n’ai jamais voulu y aller258, ni le père administrateur259 ».

  • 260 Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1 fol. 147. « Muchos (...)

170Des changements étaient intervenus entre la fin du xvie siècle, époque où Haëdo était à Alger et le premier quart du xviiie siècle. Les juifs n’étaient plus exclus des hammams. L’interdit était levé. De plus, la plage horaire réservée aux femmes n’était plus la même ; elle avait été modifiée et écourtée. Enfin, ces nombreux hammams étaient fréquentés par toutes les catégories sociales, quoique dans une moindre mesure par les gens riches, puisque, selon le journal du Père Ximénez, ils avaient pour leur commodité un hammam chez eux260.

  • 261 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)
  • 262 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugge (...)

171Tal Shuval a compté treize hammams « dans la seule liste qui énumère les biens habus de la grande mosquée d’Alger. [Mais] le nombre réel des bains publics était évidemment plus élevé, [car] le dépouillement des registres de waqf déposés aux archives d’outre-mer [...] a permis de compter 34 bains publics261 ». Dans 21 cas, l’écart entre les dates extrêmes est en moyenne de plus de 150 ans, même si ces dates n’établissent ni la date de construction, ni celle de la fermeture. Elles indiquent néanmoins une durée remarquable, car cinq des bains publics remontent au xvie siècle : un seul se trouvait dans la ville haute (hammmâm Bin al-Az‘ar) ; les autres étaient situés de la façon suivante : deux à côté de la grande mosquée (hammâm al- Jammi‘al-A‘zam et al-hammâm al-saghir), un autre à mi-chemin entre Bâb al-Wâd et le palais du dey (hammâm Yitû), et enfin un près de la Jenina qui portait à l’époque le nom de Hammâm Khidr Pacha). Cela semble vérifier l’hypothèse selon laquelle Haëdo ne mentionne que les bains qu’il considérait comme appartenant à la « catégorie des édifices notables262 » et non pas la totalité des bains publics de son époque. Le fait que deux des bains publics relevés pour le xvie siècle soient situés près de la grande mosquée confirme l’importance de cette mosquée, étant donné que l’on trouve la mention de 4 bains publics dans ses alentours.

  • 263 Laugier de Tassy ne signale que des fontaines dans les cours des casernes. Les soldats devaient co (...)
  • 264 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)
  • 265 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, (...)

172Le plan de répartition de bains publics indique quelques anomalies assez remarquables. Une des raisons du manque d’homogénéité de la répartition des bains publics tient sans doute à un problème technique : les hammâm étaient dépendants d’une source d’approvisionnement en eau. « Dans l’état actuel de notre connaissance de la ville d’Alger à l’époque ottomane — écrit Tal Shuval — il est impossible d’affirmer que les hammâm étaient reliés au réseau d’eau courante, même pour des époques plus tardives. D’après F. Cresti, c’était probablement le cas des principaux bains publics. Un système très élaboré de canalisation faisait venir l’eau d’assez loin. Parmi les aqueducs qui alimentaient la ville en eau, il y en avait même un qui aboutissait à la Qasba. Néanmoins il semble que l’alimentation en eau de la partie haute de la ville constituait un problème, ce qui explique le nombre relativement bas de hammâm autour de la Qasba à partir d’environ 85 mètres d’altitude... remarquons que la région située autour de la Qasba est totalement dépourvue de hammâm, alors qu’un bain public se trouvait à l’intérieur de la Qasba (Hammâm al-qasba al- Jadîda)... Une autre région qui en est dépourvue se trouve sur le plan à l’est de la rue Bâb al-Wâd... et dans le quartier dit de la marine, un constat qui est plus difficile à expliquer. Notons cependant que Hammâm al-Mâlih, malgré sa situation fait presque partie de cette région, et que cette zone est entourée de bains publics, Hammâm Yitu et Hammâm Hârat al-Janân, ou Hammâm al-Janîna et Hammâm ‘Alî Bitchnîn, dont la longue existence est confirmée par les documents. Il est aussi probable que les trois casernes des janissaires qui se trouvaient dans cette région étaient munies de bains263, ainsi que plusieurs des maisons particulières, car il s’agit d’une zone de la ville connue pour sa richesse, et cette région ne présente pas de problèmes particuliers en ce qui concerne l’approvisionnement en eau. Cela rendrait la présence de bains moins nécessaire, mais nous ne pouvons pas l’affirmer264 ». Il est presque certain que dans le premier quart du xviiie siècle, l’absence de hammâm dans ce quartier résidentiel est dû au fait que « bon nombre de Maures puissants ont aussi un hammam chez eux, pour ne pas avoir à sortir ; parce que chaque fois qu’ils touchent leurs femmes ou qu’ils ont fait quelque chose qui selon leur loi est un péché, ils ont besoin de ce lavement pour être purifiés265 ». En ce qui concerne les casernes, Laugier de Tassy signale seulement la présence de fontaines centrales dans la cour. Il est probable que les janissaires qui vivaient dans ces casernes proches des mosquées aient aussi fréquenté les bains publics.

173À l’époque, quatre aqueducs conduisaient l’eau vers la ville : le plus ancien était l’aqueduc du Telemly, peut-être construit vers 1550 par Hasan Pacha. La conduite qui entrait à Alger par la Porte Neuve (Bâb Jadîd) distribuait l’eau à 29 fontaines, à la caserne Jadîd ou Tahtâniyya construite avant 1574, à la Janîna, palais du dey. L’aqueduc de Bitraria aurait été construit en 1573. Il desservait la partie nord de la ville. L’aqueduc du Hamma, terminé en 1611, allait capter la source du Hamma. Le conduit entrait dans la ville par la porte de Bâb ‘Azzûn. Il alimentait 29 fontaines, plusieurs casernes et la Janîna. En fait, la partie non desservie était la partie ouest, du côté de la porte de Bâb el-Oued, ce qui explique partiellement l’implantation des hammams dans la ville, le plus souvent dans la zone administrative et commerciale, dans l’environnement des mosquées. Le dernier, l’aqueduc de Aïn Zabouja construit vers 1639, approvisionne la Citadelle, la zone des Tagarins et distribue l’eau à 14 fontaines (figure 7 page suivante).

Figure 7 : Les sources. Sakina Missoum, Alger à l’époque ottomane ! : la médina et la maison traditionnelle, Edisud, 2003, p. 97.)

Les mosquées

  • 266 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1, fol. 85. « Para hazer esta oración se a (...)
  • 267 Le Tourneau, R, p. 11. Cité par Tal Shuval, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, populat (...)
  • 268 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

174Si la création de hammams est dépendante de la distribution de l’eau, elle est aussi liée à l’emplacement des mosquées (figure 8 p. 142), car « pour faire cette prière ils doivent s’être d’abord lavé les pieds, la tête et les mains, parce que sinon c’est une faute grave, et ils doivent être déchaussés. C’est pour cette raison qu’il y a à Alger des bains publics où les musulmans et les musulmanes vont se baigner, et d’autres en ont chez eux, très propres et luxueux266 ». Les mosquées sont elles-mêmes liées aux marchés, « les deux éléments que l’on retrouve toujours dans “la cellule mère” de la ville (qui est son noyau) sont la mosquée et le marché central267. De ce point de vue Alger n’était pas différente des autres villes arabes. Le centre, qui était le lieu d’une grande concentration d’activités économiques, ainsi que celui de l’administration (jusqu’à 1817), rassemblait aussi les mosquées les plus importantes. Ces mosquées avaient toutes un rôle particulier du fait que deux d’entre elles servaient de siège au muftî, et qu’une troisième servait de lieu de prière pour les pachas et deys d’Alger268 ».

  • 269 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1. (...)
  • 270 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 1, fol. 19. « Las más principales son treze (...)
  • 271 Diario de Argel, año de 1719, julio, 1 « Lo más de lo que llevo referido se hallará en Illescas Hi (...)
  • 272 Diario de Argel, año de 1719, agosto, 18 « Como el dicho autor no vivió en Argel de assiento, sino (...)
  • 273 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, p. 207.
  • 274 Laugier de Tassy, p. 104.
  • 275 Venture de Paradis, Jean-Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Paris, Sinbad 1983. p. 254. La g (...)
  • 276 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

175Le père compte « quelques mosquées très belles, lesquelles doivent être en tout au nombre de cent. Les plus importantes sont au nombre de treize, où ils mettent tous les jours un pavillon, et plus particulièrement les vendredis. Elles ont toutes une rente pour leur dépense, l’entretien du marabout qui est en quelque sorte le curé, pour l’huile, qui brûle dans les lampes en verre qu’ils ont269 ». En juillet 1719 il ajoute que ces treize mosquées principales « ont une tour pour que de là, le marabout appelle à la prière, et d’autres marabouts pour lire le Coran270 ». Hors des murs de la ville, il en existe beaucoup d’autres comprises sans doute dans la centaine recensée : les marabouts. Comme le père reprend les informations fournies par ses prédécesseurs, Gonzalo de Illescas (1606) et le père Silvestre (1690271) (qui n’aurait séjourné à Alger que le temps d’une rédemption et dont le texte contiendrait des erreurs272), ces informations ne sont pas de première main et datent du xviie siècle. Haëdo en comptait déjà « une centaine grandes ou petites » et sept principales273, tandis que Laugier de Tassy réduit de moitié ou presque ce chiffre global : « Dix grandes mosquées et cinquante petites274. » Peut-être ne se réfère-t-il qu’aux édifices construits à l’intérieur de la ville. Mais il se peut aussi que certaines aient été détruites par le tremblement de terre de 1716. Venture de Paradis indique en 1788 qu’« il y a douze grandes mosquées avec chaires et minarets et beaucoup de mesjid (oratoires). La principale est desservie par les sectateurs de Malek ben Anas ; on la nomme Djamî al-kebir275 ». Devoulx en recense au xixe siècle cent vingt-deux dont treize importantes. Le nombre de mosquées progresse au fil du temps, car il y eut, de la fin du xvie siècle au début du xixe siècle, entre sept et treize mosquées principales, la centaine du xvie siècle s’élargissant, car « [les] grandes mosquées qu’avaient trouvées les Français en 1830 étaient le fruit de l’activité des xviie et xviiie siècles : les rénovations et les reconstructions dont elles avaient fait l’objet semblent avoir changé, pour au moins une partie d’entre elles, jusqu’au caractère même du plan de la construction, comme par exemple la mosquée Kajâwa, dont la reconstruction avait été effectuée sur le modèle de la mosquée al-Sayyida. Toutefois d’après les renseignements conservés dans les documents, l’emplacement de la plupart des grandes mosquées remonte au xvie siècle, époque où des espaces libres étaient encore relativement faciles à trouver dans la ville. La grande période de construction à Alger remonte donc à une date plus ancienne. Mais il est vrai que les périodes des xviie et xviiie siècles représentent des périodes actives de rénovation276 ».

176Si nous reprenons la liste des mosquées à khutba d’Alger proposée par Tal Shuval, nous constatons que onze mosquées ont été construites ou reconstruites avant 1693. À une unité près, c’est le chiffre avancé par Laugier de Tassy.

Figure 8 : Mosquées à Khutba hanéfites et malékites Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle… CNRS Editions, 1998, p. 271.)

  • Jâmi‘al-Kabîr, (G/8), construite en 1096 (G. Marçais) ou en 1108 (Devoulx)
  • Sidi Ramdân, (F/3), 1re mention en 1551 (rite malékite)
  • Safir, (C/4), construite en 1534
  • Sayyida, (F/7), 1re mention en 1564
  • Qshâsh, (I/8), 1re mention en 1571 (rite malékite)
  • Khidr Pacha, (D/8), 1596-97 construction
  • Kajâwa, (F/6), 1re mention en 1612
  • ‘Ali Bitchîn, (H/6), 1622-23 construction
  • Jadîd, (F/8), 1664 construction
  • Mizzû Murtû, (B/8), 1685 construction
  • Shar‘bân khodja, (H/9), 1693-1694, construction
  • 277 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

177Trois autres mosquées furent construites entre 1726 et 1818. « Le problème posé par le manque d’espace libre utilisable pour la construction des mosquées, est souvent mis en lumière par les documents », ajoute Tal Shuval277.

  • 278 Fondée au xie siècle par Youssef-ibn-Tachefin elle fut restaurée en 1324 par Abou Tachefin qui la (...)
  • 279 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 19, fol. 67. « Anoche illuminaron con farol (...)
  • 280 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 14 « Ay en esta ciudad dos especies de Moros (...)
  • 281 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

178Tous les auteurs s’accordent à dire que Jâmi’al-Kabîr, la Grande Mosquée, la plus ancienne278 était située dans le quartier de la marine, près de l’arsenal dans la rue de Bab al-Jazira. Si la Grande mosquée était bien la mosquée principale pour le père Ximénez, la seconde se situait en 1719 à la porte de Babazon : « La nuit dernière ils ont illuminé le minaret de la mosquée qui est près de la porte de Bab‘Azzûn avec des lanternes, et celui de la mosquée de la Marine, qui sont les principales mosquées de cette ville, et ils font la même chose toutes les autres nuits du Ramadan279. » La mosquée près de la porte de Bab ‘Azzûn était probablement celle de Mizzû Mortû. De rite hanéfite, elle fut construite en 1685 sur l’emplacement d’une autre mosquée. La grande mosquée était affectée au rite hanéfite si l’on en croit le père, puisque « les Turcs ont la Grande mosquée pour aller prier280 », contrairement à ce qu’affirme Venture de Paradis en 1788. Selon Tal Shuval, elle aurait été affectée au rite malékite dans la seconde moitié du xviiie siècle : « La mosquée principale était la Grande Mosquée, dite al-Jâmi’ al-Kabîr, elle est mentionnée dans les documents sous l’appellation d’al-Jamî’ al-A’zam. Cette mosquée servait de siège au muftî malékite, ainsi qu’à celui du majlis al-‘ilmî (la réunion des docteurs). Composé de deux mufti et de deux qâdî des deux rites, et d’un officier supérieur (yayabachi) qui représentait l’odjak, c’est-à-dire l’État, le majlis al ‘ilmi était une institution spécifique à l’Afrique du Nord sous la domination ottomane281. »

  • 282 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 13 « Oy andava el Cadí que es un Morab (...)
  • 283 Diario de Argel, año de 1720, henero, 31 « A venido un Turco grave de Tunez con la dignidad de Cay (...)

179Le journal confirme la présence de deux cadi, le 13 septembre 1719 : « Aujourd’hui le cadi qui est un grand marabout faisait la tournée des boutiques d’Alger, vérifiant les mesures et les poids et il punit celui qu’il prend en défaut. Cet emploi de cadi vient après le mufti et c’est aussi le juge des Maures, celui qui juge les procès civils et qui prend soin que personne ne fasse injure à autrui. Il y en a un autre pour les Turcs qu’ils appellent kaya, lequel a la même fonction. Ils se différencient en ce que l’un est pour les Maures et l’autre pour les Turcs, et ce kaya c’est l’Empereur de Constantinople qui l’envoie à Alger282. » Le 31 janvier 1720 le père précise la fonction du kaya : « Un Turc grave est venu de Tunis avec la dignité de kaya, comme l’appellent les Turcs, ou cadi, comme disent les Maures, que nomme le Grand Turc Empereur de Constantinople, et il venait accompagné de quatre soldats à cheval, et un chaouch est venu l’accueillir qui est entré [dans la ville] à pied avec lui. Ce kaya a un emploi de justice, et c’est lui qui juge tous les procès civils du Royaume et parfois le Grand Seigneur l’envoie pour qu’il recouvre la garrame ou tribut qu’on lui paye ; ce sont comme chez les Chrétiens les juristes, bien qu’ils n’étudient pas d’autres lois que leur Coran, et ils se règlent sur lui dans les procès et si la sentence ne s’y trouve pas, ils la font à leur convenance, chaque fois différente, sans que l’on puisse jamais avoir un point de référence sur rien283. »

180Le texte de Laugier de Tassy valide cette information : « Le cady est nommé et envoyé par la Porte ottomane, après avoir été approuvé par le grand mufti ou patriarche ottoman à Constantinople. Il n’a aucun pouvoir dans le gouvernement, et ne peut s’en mêler en aucune façon. Il juge et décide généralement de toutes les affaires qui regardent la loi, et doit rendre ses jugements sans frais ni appel. Mais comme un cady ne vient à Alger que pour s’enrichir, et qu’il lui en coûte des présents à la Porte, pour avoir cet emploi, il se laisse facilement corrompre par les parties. Il est obligé de toujours rester chez lui, sans pouvoir en sortir sans la permission du dey. Ce dernier fait souvent juger dans son Divan des affaires litigieuses qui sont de la compétence du cady, lorsqu’elles sont de quelque conséquence, et en ce cas il appelle tous les gens de la loi.

  • 284 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 141.

181Il y a aussi un cady maure, qui rend la justice aux gens de sa nation, lorsque le dey les renvoie à lui. Il n’a aucune paye, et est entièrement subordonné au cady turc284. »

  • 285 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1, fol. 83. « El primero y principal Sacer (...)

182Le père fonde son propos sur son expérience quotidienne et s’intéresse à la forme du jugement prononcé, tandis que Laugier de Tassy centre son approche sur le jeu du pouvoir. On peut observer aussi que le fonctionnement du système judiciaire du majlis al-‘ilmî de la deuxième moitié du xviiie siècle décrit par Tal Shuval est, semble-til, différent de celui du premier quart de ce même siècle. Le mufti a certes un rôle de premier plan, puisque « le premier et principal religieux ou marabout est le mufti, lequel est le chef de tous les autres marabouts ou religieux ; et il est comme l’évêque de tout le royaume d’Alger. Celui-ci va tous les jours à des heures déterminées à la maison du roi et il fait la prière avec lui et d’autres cérémonies de la secte mahométane. Le roi le consulte sur les points importants de sa religion et souvent sur les affaires civiles et criminelles, et il est tellement vénéré que ce qu’il dit est exactement exécuté et quand il sort dans les rues, tous lui baisent la main et font d’autres démonstrations de respect. Celui-ci est toujours à Alger un Turc de nation ou un couloughli, qui est fils de Turc et de Maure et le roi le place à ce poste et il demeure dans cet emploi le temps que le roi veut et quand vient un nouveau gouvernement il est en général changé285 ».

  • 286 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 146.
  • 287 Ibid., p. 202-203.

183Ce mufti, nécessairement de rite hanéfite, était donc, à cette époque, dépendant du pouvoir politique qui avait la maîtrise des affaires civiles et criminelles. Son rôle demeurait consultatif, étant donné que « la justice tant pour le civil que pour le criminel se rend sur le champ, sans écritures, sans frais et sans appel, soit par le dey, soit par le cady, le chaya ou le raïs de la marine ; et dans les affaires contestées par les parties, il n’y a de délai que le temps nécessaire pour aller chercher les témoins, s’il n’y a pas de preuves suffisantes d’ailleurs286 ». Laugier de Tassy ne reconnaît qu’un pouvoir de conseil au Mufti, car, dit-il, « quoique les puissances et les gens de bien aient à Alger beaucoup de vénération pour les morabouts, ceux-ci n’ont aucune juridiction ecclésiastique, et sont sujets aux mêmes lois et aux mêmes peines que les laïques. Ils ne doivent se mêler directement ni indirectement des affaires du gouvernement. Le mufty et les docteurs de la loi qui ont une réputation bien établie par leur conduite, sont appelés quelquefois au Divan général, lorsqu’il s’y traite quelque affaire de très grande importance, mais ils n’y ont aucune voix. Ils ne donnent leur avis que lorsqu’on le leur demande ; et le dey fait cette démarche seulement par déférence, et pour faire voir qu’il ne fait rien qui soit opposé aux préceptes de l’Alcoran. Les Turcs d’Alger sont fort attentifs à exclure entièrement ces gens-là de toutes sortes d’affaires ; parce qu’autrefois des morabouts se sont rendus maîtres du royaume, et l’ont rendu héréditaire dans leur famille. D’ailleurs n’y ayant dans l’état ecclésiastique que des Maures et des descendants des Arabes, ils sont toujours suspects au gouvernement287 ».

184Le pouvoir réel, le pouvoir de décision appartenait en matière de justice civile et criminelle aux laïques : au dey, au cadi, au raïs de la marine et au kaya. En effet, « lorsque quelqu’un est en différent pour dette, convention ou autre chose semblable, le demandeur porte ses plaintes directement au dey, qui est visible à toute heure du jour, pour rendre la justice à ses sujets.

  • 288 Ibid., p. 146-147.

185[...] il n’y a que les divorces et les contestations au sujet des héritages, dont la cause est toujours renvoyée au cady, qui doit juger suivant la loi sans aucune interprétation, souverainement et sans appel288 ».

186« Le raïs de la marine, ou capitaine du port, est un officier de grande distinction et de crédit. Il n’est pas nommé par ancienneté de capitaine, mais à la volonté du dey, qui choisit ordinairement pour remplir ce poste, une personne âgée, expérimentée dans la marine, et de bonnes mœurs...

  • 289 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 144-145.

187Il a sa justice particulière pour tous les différents qui arrivent dans le port, à l’occasion des bâtiments, avec pouvoir d’absoudre ou de condamner. Dans les cas de conséquence seulement, il convoque l’amiral et tous les raïs dans le lieu de l’assemblée ordinaire, qui est au bout du môle, et l’affaire est décidée en leur présence, après qu’ils ont donné leur avis, en commençant par les plus anciens. Après quoi il va faire son rapport au dey, avant que d’exécuter le jugement, qui en est toujours approuvé289 ».

  • 290 Ibid., p. 137.

188« Le chaya, ou le bachi-boluch-bachi, est le plus ancien capitaine des troupes, qui doit succéder à l’agha après ses deux lunes d’exercice ; chacun parvient à être chaya successivement et par ancienneté. Il est le chef de l’assemblée des officiers qui se tient vis-à-vis de la maison du roi. Il y demeure tant que le dey est à son poste, et il décide quelques petites affaires tant civiles que criminelles, que le dey lui renvoie lorsqu’il a trop à faire, ou qu’il le trouve à propos pour se soulager, et il juge sans frais et sans appel. L’assemblée où il préside est composée des aya-bachis, qui est un corps très distingué de vingt-quatre anciens capitaines de la compagnie, qui ont fait place à d’autres. Ce sont les conseillers du Divan, ou conseil souverain290 ». Il semblerait que le pouvoir religieux déjà présent, mais subordonné au pouvoir de la milice dans le premier quart du xviiie siècle, ait dominé dans sa deuxième moitié avec la création des tribunaux hanéfite et malékite et la mise en place de la réunion des docteurs ; majlis al-‘ilmi où siégeait un représentant de l’État.

  • 291 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

189La mosquée hanéfite était la mosquée al-Jadîd, « siège du muftî de ce rite [...] elle avait été construite par ordre de la milice, avec les fonds de l’institution dit Subul al-Khayrât (les chemins de bienfaisance), responsable de l’administration de la plupart des mosquées hanéfites et de leurs biens habus291 ».

  • 292 L’affirmation de Tal Shuval est sujette à caution, puisque les Turcs au pouvoir se rendaient sembl (...)
  • 293 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N (...)

190La dernière grande mosquée, parmi celles qui se trouvaient au centre d’Alger, était la mosquée al-Sayyida, lieu de prière des chefs de la Régence. Dans sa description des « édifices dignes d’être signalés » Haëdo se réfère à la mosquée qui est « voisine du palais des pachas et dans le marché aux légumes ; ces souverains ont coutume de s’y rendre le vendredi pour la prière. Il n’y a pas de doute qu’il s’agit de la mosquée al-Sayyida qui donc avait conservé cette fonction de lieu de prière des pachas jusqu’à 1817292. La mosquée al-Sayyida renfermait, elle aussi, une école construite par le beytülmâldji Sarï Mustafâ bin Hâdji Mehmed en 1703293 ».

191Au cours du temps la régence a donc changé de physionomie, tant dans son fonctionnement institutionnel que dans la construction de l’espace et dans son utilisation, tout en s’adaptant au terrain. Les signes urbains et plus particulièrement l’augmentation des caravansérails, des marchés, des bains, des mosquées, du nombre d’écoles sur lequel nous ne nous sommes pas attardée, nous amènent à considérer que le développement citadin d’Alger, démographique et économique, commencé au xvie siècle, s’est accru au cours du xviie siècle pour continuer sur sa lancée dans le premier quart du xviiie siècle, avec un rebond qui, selon Lemnouar Merouche, a profité aux classes dominantes de la régence dans la deuxième moitié du xviiie siècle, rebond dû à la vente des céréales aux nations européennes. Dans cet examen, le journal et l’ouvrage de Laugier de Tassy nous ont permis de mieux connaître le contexte urbain.

Notes

1 Julien, Ch. A., Histoire de l’Afrique du Nord, 2e éd. [rev. et mise à jour], Paris, Payot, 1986, t. 2, p. 256.

2 Ibid., p. 257.

3 Vilar Juan Bautista, Lourido Ramón, Relaciones entre España y el Maghreb, siglos xviie y xviiie, editorial Mafpre, p. 50, « El sueño largamente acariciado de imponer por derecho de conquista la civilización cristiana a las poblaciones norteafricanas tuvo que sustituirse por la parodia ilusoria de la “civilización de los presidios” ».

4 Encyclopaedia Universalis, corpus 1, France S. A. 1989, p. 760.

5 Encyclopaedia Universalis, corpus 1, France S. A. 1989, p. 760.

6 Ibid.

7 Baie d’Alger (Plan d’Alger, année 1830, B.N.F.).

8 Cartes de la côte en annexe.

9 Encyclopaedia Universalis, corpus 1, France S. A. 1989, p. 760. (André Raymond donne le chiffre de 100 000 habitants pour le xviie siècle.)

10 Raymond, André, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sinbad, 1985, p. 62.

11 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 105.

12 C’est nous qui soulignons.

13 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables, fol. 139. « Las calles son mui estrechas, y por muchas de ellas no pueden ir dos personas juntas, sin que aya el desahogo, de ninguna plaza ; por lo qual las cosas que vienen por mar se venden en la marina, y muchas de las cosas comestibles se venden fuera de la puerta de Babazón. Otras cosas de vestidos se venden en el zoco, que es en la calle que passa junto al hospital ».

14 Le père donne le chiffre d’environ 8 000 familles juives : año de 1719, febrero, 4 « Abrá en Argel cerca de ocho mil familias y como el lugar no es bastante capaz para la mucha gente que tiene viven mui apretados y toda una familia se acomoda en un quartito mui pequeño ». (Il y a probablement autour de 8 000 familles juives et comme l’endroit n’est pas assez spacieux pour le nombre de personnes qui l’occupe, ils vivent très entassés et toute une famille s’installe dans une toute petite pièce). Il ne faut pas oublier que l’habitatmusulman utilise une pièce à diverses fins : tantôt salle à manger, tantôt chambre à coucher ou salon, une pièce réunissait plusieurs personnes, contrairement à l’Europe du xviiie siècle, si bien qu’il n’est pas invraisemblable que la communauté juive ait été très importante.

15 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 105.

16 RR. PP. Comelin, De Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger et de Tunis, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, p. 88-89.

17 Pour la même année, Tal Shuval indique que Salvago avance le chiffre de 15 000 et que le père Dan reprend ce même nombre en 1634 (p. 42-43).

18 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables. fol. 138. « Oy tiene en más ajustados conputos según he visto en una relación manuscripta y he notado en dicha ciudad quinze mil casas entre grandes y pequeñas ».

19 « État de la Rade, Port et Ville d’Alger en 1718 », Mémoires et documents, 12, fol. 349, Paris, Archives du Ministère des Affaires Étrangères.

20 Ces chiffres étant invérifiables, nous en sommes réduite à des hypothèses par comparaison. Néanmoins dans son ouvrage, la ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, Tal Shuval en a montré l’impossibilité et considère qu’« en acceptant ces estimations, pour un chiffre entre quatre et cinq mille maisons, le nombre des résidents dans les maisons à Alger au xviiie siècle se situerait entre seize et vingt-cinq mille personnes ». En ajoutant aux habitations familiales les habitations collectives, les prisonniers chrétiens et les gens de l’extérieur, « le nombre des habitants d’Alger ne semble pas avoir pu dépasser les cinquante mille cités par Venture de Paradis ».

21 Année de sa nomination comme chancelier du consulat de France.

22 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 15. Le père Comelin date du 3 février 1716 le tremblement de terre qui détruisit en partie Alger.

23 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba Salamanca, 1997, t. I, p. 462.

24 RR. PP. Comelin, de Lamothe et Bernard, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger et de Tunis, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721, p. 15.

25 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, abril de 1720, fol. 106. « Dize Pedro Curañez natural de Barcelona, que viniendo a Argel estos años passados, en tiempo que avía una grande plaga de langosta llevo una palma de las que se avían bendecido en el hospital de la Santíssima Trinidad... Estas langostas las comen en Argel muchos Moros y Judíos, y las tienen por una comida mui regalada, las fríen con manteca de bacas, y las guisan de otros géneros, conque sacian su apetito ; y assí me persuado, que las langostas, que dize la escriptura comía Sn Juan Bautista, quando estava en el desierto, era de esta misma especie, que comen los Moros, y que talan los campos, dizen los que las an visto, que son aquí mucho mayores, que las que se crían en España ».

26 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1 « Avrá unos quatro o cinco años, que sucedió un hambre tan grande en este Reyno y especialmente en Oran, que los Moros se quedavan muertos por los campos y las calles, sin que nadie los socorriesse, y me contaron los cautivos de Oran que acudían los Moros a ellos a que les diessen un bocado de pan de lo que les dava el Bey, con lo qual libraron algunos el que no pereciessen de ambre ».

27 Le père signale un cas le 7 décembre 1718 parmi les femmes esclaves : « Murió Cathalina Arrivez muger de Andrés Cardona natural de Ibiza de sobreparto en casa de su patrón sin averla podido administrar los santos sacramentos. Se bautizó la criatura que parió. La criatura que parió no se ha savido más de ella. Después se supo que murió a los tres días... » « Catherine Arrivez femme d’André Cardona originaire d’Ibiza est morte après couches chez son patron, sans qu’on ait pu lui administrer les saints sacrements. On a baptisé le bébé qu’elle a mis au monde. Le bébé qu’elle a mis au monde on n’en a plus entendu parler. Ensuite on a appris qu’il était mort trois jours plus tard ».

28 Shuval, Tal, la ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 44.

29 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718. « Fin del año de 1718. Murieron en este año de 1718 assí en el hospital como en los jardines cinquenta y cinco personas de los que se an podido saverse ».

30 On appelait ainsi les enfants issus d’un Turc et d’une femme du pays.

31 Viaje de Argel, año de 1719, abril 22 « y de esta suerte arman todos su navíos para hazer el corso y hazer mal a los Christianos que tienen guerra con estos Moros con la ayuda que dan Ingalaterra Olanda y Francia y respeto de esto devía España tomar otras medidas para evitar el que cayeran tantos cautivos, que era el procurar tener paz con éstos o que fuera guerra ofensiva ; porque de la guerra defensiva sólo se saca el que cada día traigan Christianos esclavos de que resulta el renegar muchísimos ».

32 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, junio, 1 « Mató un Turco de una puñalada a un Christiano cautivo, que murió sin poderle administrar los sanctos sacramentos, y se le enterró en nuestro entierro ». (Un Turc a tué un chrétien captif d’un coup de poignard, qui mourut sans qu’on ait pu lui administrer les Saints Sacrements, et on l’enterra dans notre cimetière.)

33 Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 3 « Cierto cautivo comulgando en el hospital guardó la forma en un pañuelo y al irse se trabó de palabras con otro en la escalera y de una puñalada le quitó la vida ». (Un captif, alors qu’à l’hôpital il communiait mit l’hostie dans un mouchoir et en partant il eut des mots avec un autre dans l’escalier et d’un coup de poignard il lui ôta la vie.)

34 Ximénez, fr. Francisco, Viaje de Argel, año de 1718, junio, 1 « Vino una embarcación de Levante, con la noticia que picava allí peste, que avía echado veinte personas a la mar ».

35 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, éd. Loysel, 1992, p. 82. « On s’était toujours piqué, dans le Royaume d’Alger, de ne prendre aucune précaution pour prévenir la peste, ou pour en empêcher le cours. On aurait cru s’opposer aux décrets éternels de Dieu et au dogme de la prédestination absolue, si on avait fait autrement. J’ai vu même en 1718 arriver un navire anglais, qui avait chargé à Alexandrie où la peste était violente. Le capitaine était mort en route, de même que quelques marchands mahométans. Nonobstant les représentations qui furent faites au dey par les consuls, l’équipage, les soies et les cotons furent débarqués le même jour de son arrivée, sans qu’il survînt aucun accident. Cependant (chose étonnante) la peste qui ravageait la Provence en 1720 avait répandu une telle terreur partout, qu’à Alger on oublia la prédestination, et Mehemet dey renvoya non seulement les bâtiments qui venaient de Marseille, mais il refusa même la permission de recevoir les lettres qui étaient sur ces bâtiments ».
Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio 14 « Aseguran que Dios quita la libertad al hombre y que quanto obra, es porque Dios eficazmente lo quiere, por lo qual no se guardan de la peste, no se haze quarentena, aunque acabe de morir uno apestado, se pone al instante otro el vestido... »

36 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, noviembre, 16 « Dizen algunos Turcos que an venido de Levante que ha avido una peste tan cruel en el Cayro que ubo día de morir doze mil personas y otros días seis, ocho y diez mil en la primavera de este año de 1718 ».

37 Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 2 « Como ya ay caramus en saxa que quiere decir igos de palas van cayendo enfermos muchos cautivos, de camaras que en esta tierra es mui mala enfermedad, y mueren de ella ».

38 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre 30 « Entraron algunos enfermos en el hospital con camaras de sangre de que ay aora muchísimos ».

39 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, enero, 16 « De estos montes salen unas nieblas tan espesas y dañosas a la salud que los Christianos que van a aquel sitio a trabaxar enferman los más todos los años, ocasionándolos calenturas, tercianas quartanas y otras dolencias de que mueren muchos y el que una vez llega a enfermar jamás o rara vez cobra perfecta salud saliendo al rostro la amarillez y viviendo siempre con mucho trabaxo y aun no suele perdonar a sus naturales estas dolencias que también suele aver entre ellos bastantes enfermos ».

40 Shuval, Tal, la ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 41.

41 Ibid. p. 43.

42 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 4 « Como el lugar no es bastante capaz para la mucha gente que tiene viven mui apretados y toda una familia se acomoda en un quartito mui pequeño ».

43 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre 14 « Ayer enfrente del hospital a un muchacho morillo le coxieron los Turcos y a la entrada de una cassa donde viven más de veinte familias y a vista de la calle más pública ».

44 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de Argel, Capítulo 1 en que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables » fol. 178. « Los más poderosos tienen dos casas contiguas, una para la habitación del marido y esclavas y otra para sus mujeres y esclavas, que suelen ser muchas. Quando son muchas las mujeres propias las suelen tener en diversas casas, o en una en aposentos separados porque los celos no les da lugar a que aya mucha paz entre ellas ».

45 Venture de Paradis, p. 48, cité par Tal Shuval, La ville d’Alger à la fin du xviiie siècle, p. 41.

46 Veinstein, Gilles, « la ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la ciudad islámica, Institución Fernando el Católico, Zaragoza, 1991, p. 69.

47 Ibid., p. 70.

48 Ibid., p. 65.

49 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 46.

50 Tal Shuval a travaillé sur les actes des habus et les inventaires après décès.

51 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 46.

52 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo, « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables. Fol. 143-144. « Los Moros son de muchos géneros ; unos son ciudadanos, y natibos de Argel de quien dize Silvestre [1690], que se llaman Baldis, y que quando Barbarroja se apoderó de Argel, por quietarlos los libró de tributo. Estos se visten del mismo género, que los Turcos, y an quedado mui pocos de la descendencia antigua, los más son advenedizos de otras partes que an tomado su assiento y casa ».

53 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 51.

54 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, En que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables, fol. 145, « El quarto [grupo] es de Moros Tagarinos, y son así llamados los que hecharon de España después de la conquista del Reyno de Granada, a quien llamamos Moriscos ».

55 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 46.

56 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 144 « Moros llamados Cabaíles, y pisgres, que vienen de las montañas a vivir en la ciudad ; éstos se emplean en llevar tercios, barrer las calles y otros oficios humildes, como en España los ganapanes... No tienen casa ni habitación más que el campo, y algunos sirven de guardar por dentro de la ciudad y duermen entonzes en unos poyos que ay junto a las tiendecillas ».

57 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 144. « se emplean en oficios humildes y son llamados así porque son naturales de Piscara ; éstos se tratan con mucha miseria y cada año vienen unos parientes suyos y se van ellos y al año siguiente se truecan para no perder el interés de las cosas donde los dan en que trabajar ».

58 Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 145. « Estos [los Moros Musabues] tienen por su quenta la carnes (sic !) y otros oficios baxos ; y a éstos los tienen los otros Moros por herejes de su secta, por lo qual no los dexan entrar en las mezquitas... »

59 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 46-47.

60 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 145. « El quinto género es de Moros Chiribinos llamados assí por ser naturales de la provincia de cherba ; éstos son todos mercaderes de mucha urbanidad y política, en que se diferencian mucho de todos los otros. Pero en su secta se diferencian de los demás en alguna cosa ».

61 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 14 « Ay en esta ciudad dos especies de Moros unos que llaman Chiribinos, y a éstos los tienen los demás como herejes, tienen su mezquita aparte y los demás no los dexan entrar en sus mezquitas ».

62 Le terme « pays arabes » nous semble impropre. Au xviiie siècle, on ne peut parler que des provinces de l’Empire ottoman.

63 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 170.

64 Ibid., p. 172.

65 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 22 « El vagel francés ha traido dos gumenas para los vageles de los Turcos encomendadas de un mercante francés que se halla aquí llamado monsiu Lup ». (Le navire français a apporté deux cables pour les navires des Turcs commandés par un marchand français qui se trouve ici appelé monsieur Loup.)

66 Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 4 « Monsiu Duxio Embajador de Francia... le ha quitado el Consulado al dicho Monsiu de la Baume, y a nombrado por Consul a Monsiu Duran el qual se halla en Levante, y antes avía estado algunos años en esta ciudad por Canciller ; y entre tanto que venga a nombrado por Consul a Monsiu Lup Mercante en esta ciudad ».

67 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 170-171.

68 Ibid., p. 171.

69 Ibid.

70 Ibid., p. 173.

71 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 28. « Este papaz griego le pone el Patriarcha de Constantinopla y tiene aquí casa y iglesia en el baño de Sidi Muda donde murió y está mui bien aquí no sólo con la assistencia de los cautivos griegos que ay bastantes los quales vinieron de la Morea quando la entraron los Turcos sino también de los mercantes libres que van y vienen ».

72 À cette époque, le père Francisco Navarro.

73 Le père Francisco Ximénez.

74 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 172.

75 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 26 « Algunos judíos que vienen de Levante suelen traher en el vestido unos clavos otros las tenazas otros la escalera y otros instrumentos de la passion de N. Redemptor Jesuchristo y otros teniendo parte del vestido en sangre en oprobio y desprecio de Jesús nuestro dueño ».

76 Diario de Argel, año de 1719, febrero, 4 « Ay otro linage de judíos que an nacido y se an criado en tierra de Christianos o a lo menos descienden de la tierra de la Christiandad, y éstos tienen el mismo trage que los Christianos pues andan vestidos de militares y con pelucas mui buenas según es la calidad de los tales judíos y según les ayudan los medios. Todos éstos son regularmente tratantes y mercaderes y hubiera algunos mui ricos sino los desollaran los Turcos con los tributos. No tienen heredades algunas sino sólo sus tratos y comercios y éstos son los más de Liorna y todos rara vez mueren donde nacen porque siempre andan vagueando de una parte a otra y de un lugar a otro sin hallarse bien en parte alguna, aunque es verdad que en todas partes los persiguen y son los más aborrecidos de todas las naciones y sectas ».

77 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 56.

78 Ibid., p. 55.

79 Ibid., p. 56.

80 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, Año de 1719, mayo, 10 « Los Judíos estavan vestidos de negro con albornozes unos blancos y otros negros al estilo morisco por ser naturales de esta tierra ».

81 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 56.

82 Ibid., p. 55. Les dates proposées ne sont pas toujours exactes, les édits d’expulsion d’Espagne et du Portugal datent de 1492 et 1496, par exemple.

83 Hœxter, M., Endowments, rulers, and community: waqf al-haramayn in Ottoman Algiers, Leiden, Boston, Brill, 1998, p. 13. Cité par Tal Shuval.

84 Veinstein, Gilles, « La ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la ciudad islámica, Institución Fernando el Católico, Zaragoza, 1991, p. 78.

85 Shuval, Tal, la ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 47.

86 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel » Capítulo 1, fol. 140. « El gran Señor Emperador de Constantinopla, por el dominio, que dize tener en este Reyno, permite el que los Argelinos, vayan los más años a hazer reclutas de soldados a sus tierras. Llevan tres o quatro navíos, se desembarcan en las Provincias, que les pareze más a propósito, convocan a sentar plaza, y a los pobres, pícaros, y olgazanes, les dizen que se vayan con ellos que les darán paga de soldados, que serán ricos y podrán ser Reyes, que son dueños de los caudales de Moros y Judíos, que tendrán mujeres ; y muchachos con abundancia para sus vicios, y otras cosas semejantes, y con esso se vienen con ellos ».

87 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 47.

88 Oran, Mostaganem, Cherchell et Bougie.

89 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 142. « Los soldados que ay para la guarnición de este Reyno, entrando en esse computo los Moros Suabos, que también los dan media paga de soldados y son regularmente de a cavallo, son doze mil hombres, los ocho mil de armas y los quatro impedidos ; oy dizen que sólo ay seis mil de paga en todos.
Los primeros residen parte en la guarnición de las quatro ciudades marítimas y parte en esta ciudad, y parte sale cada seis meses a campaña, dividiéndose en tres cuerpos para cobrar la garrama de los Moros, que en castellano quiere decir pechos o tributos ».

90 Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 144. « A esta especie se pueden reducir otros Moros llamados Suabos, a quien el Maestro Silvestre llama Azuagos, naturales del Cuco, y se valen de ellos los Turcos para la guerra ».

91 Les Couloughlis étaient les enfants de Turcs et de femmes indigènes.

92 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 143. « Si tienen guerra con los Reyes vecinos admiten a la paga a los coloríos que necessitan. Aora la tienen con el de Mequinez, y sólo tienen quatro mil hombres en campaña pareciéndoles, que por aora son bastantes para la resistencia ».

93 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 57.

94 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 22 « Estos coloríos que son mistos de Turco y Mora tienen los mismos privilegios que los Turcos excepto el que no pueden ser governadores según su estilo y por esso los dan el castigo en secreto en la casa del aga : todos éstos tienen paga de soldados pero sus hijos son ya reputados como Moros ».

95 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 46-47.

96 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 105. « Les marchands turcs du Levant, ou autres qui viennent avec des marchandises à Alger, vont loger dans ces fundus, où ils ont toutes les commodités pour leur commerce. Les soldats aussi, qui ne veulent pas loger dans les casernes, y prennent des chambres à leurs dépens ».

97 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 1 « Aquel jardín, donde están por guardianes un Turco y una Turca naturales de la Bosnía ». (Ce jardin où sont gardiens un Turc et une Turque originaires de Bosnie).

98 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 24 « Oy fuimos el p. administrador el p. fr. Theodoro, el cirujano, dos sirvientes y yo al jardín del Governador en qual se hallan por guardianes un Turco que avía estado esclavo en Francia y su muger turca también que avía estado esclava en España diez y siete años la qual fue apresada en las guerras passadas de Ungria y fue conducida al puerto de Sta María donde estuvo hasta que entraron los Ingleses y entonzes se huyó y se vino ; otra hermana tiene esclava en Sevilla... »

99 Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 142. « Sólo como he dicho son soldados, los Turcos, de nación, los renegados, los hijos de Turco y Turca, o Turco y Renegada, o Renegado y Turca, o Renegado y Renegada ; Pues todos éstos tienen y les dan el nombre de Turcos ».

100 Ibid., « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 140. « Estos son de dos maneras, o de naturaleza o de professión. Los de naturaleza son los que vienen de Turquía, y los hijos de éstos. Los de professión son los renegados, que siendo hijos de padres Christianos, de su voluntad se vuelven Moros, de los quales ha havido y suele aver de las partes más remotas del mundo, como son de los Abexinos del Preste Juan. De éstos avrá dos mil oy en Argel ».

101 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, noviembre, 9 « An entrado tres vageles de Argel que avían ido a la guerra de Levante contra el Imperio y Venecia y trahen como doscientos Turcos para reclutar su campo... ».

102 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, éd. Bouchène, Paris, 1998, p. 61. « Il y a environ 1 600 maisons habitées par cette catégorie de Turcs de toute sorte, qui, ne faisant pas partie du corps des janissaires, vivent de leur travail ou industrie ».

103 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, septiembre, 30 « Ay en Argel una mezquita fuera de la ciudad en una eminencia azia poniente en la qual está siempre un morabuto. Los años passados un Mallorquín renegado se hizo morabuto de ella que es como hermitano de aquella mezquita ».

104 La remarque du père est d’autant plus acerbe que l’on considérait à l’époque, notamment en Espagne, le travail manuel comme vil.

105 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 12 « A otro renegado encontré haciendo albardas y le dixe mucho por cierto as ascendido en la secta mahometana pues te hallas empleado en tan alto ejercicio él me respondió que emos de hacer y passe adelante y le dexe ».

106 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Paris, éd. Bouchène, 1998, p. 107.

107 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 152.

108 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 12 « Entre losmuchos renegados que ay en esta tierra nos fueron a ver tres de ellos al fonduco donde entonzes estava y los dos especialmente hicieron grandes demostraciones de sentimiento de aver renegado el besándonos las manos la corona y abrazándonos corriéndoles las lágrimas, éstos eran Portuguesses el uno de ellos era negro el qual después de aver renegado se hallava esclavo y con más trabaxos que quando era Christiano y le avía casado con otra negra ».

109 Diario de Argel, año de 1719, enero, 9 « Vino del Cuco un cautivo llamado el estudiante enfermo y otro ; esta distante de esta ciudad catorze leguas... Ay allí un castillo con unas doze piezas de artillería donde vive un alcaíde el qual tiene muchos Moros negros y blancos de guardia y algunos Renegados. Y este castillo está para sugetar a los Moros de aquel país aunque los Moros que viven en lo interior de las sierras del Cuco jamás los an podido sugetar ».

110 Diario de Argel, año de 1719 enero, 16 « Parte de este Reyno esta sujeto a los Reyes de Argel y para sujeción de los unos y fortaleza contra los otros an fabricado allí los Argelinos un castillo guarnecido de mui buena artillería y municiones el qual por la eminencia en que está fundado pareze incontrastable : es alcaíde de dicho castillo un Turco de grande fama y nombre por su valor y crueldad llamado Ali Jocha siendo el primer conquistador de la parte de Moros de este sitio que ha obligado a que paguen tributos o garramas al Rey de Argel a fuerza de armas. Tiene este Turco para guarda de su persona y defensa de este castillo quatrocientos negros soldados de a cavallo mui bien armados y más de mil infantes con prevención de escopetas y otras municiones. Tienen también otros cien soldados de a cavallo renegados de diversas naciones, Flamencos, Españoles y Portugueses los quales abandonaron la fe de Jesuchristo por servir a este bárbaro ».

111 Diario de Argel, año de 1719, abril, 3 « A entrado la Gazela del Negro corsario con una pressa de doze Christianos malteses ».

112 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F. Gallimard, 1993, p. 89.

113 Ibid., p. 104.

114 Ibid.

115 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, mayo, 13 « Por la tarde vino un hijo del jalifa a vernos, muchacho de treze años, y dizen que a más de dos años que usa de mujeres para que se vea la bestialidad de la tierra pues desde niños, empieza a reinar en ellos la torpeza ».

116 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1, fol. 93. « Los hijos en teniendo doze o quatorze años se casan ».

117 Ibid., fol. 92-93.

118 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F. Gallimard, 1993, p. 28.

119 Ibid., p. 34.

120 Ibid., p. 90.

121 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F. Gallimard, 1993, p. 60.

122 Ibid., p. 82.

123 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 56.

124 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 24. « Una negra vive aora que tienen en mucha veneración sólo porque es tonta o lo finge, y anda descubiertas sus partes con mucha deshonestidad que aunque no fuera negra diera horror ».

125 Diario de Argel, año de 1719, abril, 24 « El Pe Administrador dexo un real de a ocho para los Christianos y dio dos reales de plata a una Negra que avía allí Mora la qual nos avía guissado la comida ».

126 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 21 « Esta mañana vino una Negra portuguessa renegada a llamar a un cautivo enfermo amenazándole que sino iba le avía de dar de palos, el enfermo no fue porque no se hallaba en paraxe de poder ir por su enfermedad y la Negra le maldecía diciendo que mal peste le diesse sino iba y esto se lo decía desde la puerta porque no ubo forma de que quisiese entrar dentro por más que se le persuadía por ver que era iglesia de Christianos. La pregunté si era Mora o Christiana, y respondió que era hija de Christiana pero que avía venido mui pequeña y se avía hecho Mora porque no la avían enseñado otra cosa ; ubo pocas más palabras porque se fue luego ».

127 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 13 « Oy se fue del Hospital una negra, que ha estado enferma llamada en el Bautismo Pasqua y entre los Moros María, soltera natural de Angola, era esclava de Casi Prada de Arrocha en la ciudad de Oporto en el Reyno de Portugal el qual vivía en la rua de S. Domingo, y oy se halla esclava de Lela Asisa Muger de Mahamet Jocha, la qual avía entrado en el hospital en quatro de Agosto ».

128 Pasqua, prénom espagnol plus typé que le nom de Marie, dont l’équivalent musulman — Mériem — était plus commode pour les maîtres. Cette pratique montre que l’esclave n’avait pas d’identité propre, mais celle qui convenait à ses patrons, bien que l’origine géographique du nom fût respectée. Cette façon de faire, forme d’exclusion et de racisme courants, existait toujours dans l’Algérie coloniale où tout indigène était appelé Mohammed par certains Européens, quel que fut son nom réel. Le rapport dominant-dominé s’est inversé au cours du temps, perpétuant, en passant d’un groupe à l’autre, les comportements discriminants.

129 On utilisait la falaca, pour donner les coups de bâton sur la plante des pieds. On prenait les pieds dans des cordelettes attachées au milieu d’une pièce de bois et on les élevait pour les mettre à hauteur de bâton : año de 1919, marzo, 31 « Tienen un palo que llaman falaca con unos cordelillos en medio en que atan los pies a los cautivos para darlos los palos en las plantas de los pies ». (« Ils ont un bâton qu’ils appellent falaca avec des cordelettes au milieu dans lesquelles on attache les pieds des captifs pour leur donner des coups de bâton sur la plante des pieds ».)

130 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 14 « He savido que a las mugeres que dieron ahier de palos en casa de Rey en las plantas de los pies las pusieron patas arriba con grandíssima indecencia descubriéndose todo el medio cuerpo de abajo a vista del Governador, de Turcos, Moros y otras muchíssimas personas que estavan presentes sin que se avergüenzen el usar de semejante indecencia y de esta forma las castigaron para que escarmienten otra vez en no hazer el pan corto, pues deve tener según su estilo diez onzas y no tenía más que ocho y esso estando crudo para que pessase más o mui mal cozido... Eran Negras las que castigaron las quales sólo trahen un paño de manos que llaman fota el qual se le atan al cuerpo por delante con un nudo sólo que hazen y abierto por delante con grandíssima indecencia pues con facilidad descubren sus partes vergonzosas y lo más largo que es es encubrirlas el trasero con que poniéndolas patas arriba para azotarlas se puede discurrir la indecencia con que estarían ».

131 Diario de Argel, año de 1719, febrero, 3 « Huvo una danza de negros y negras los negros hacían el son con unos tambores y un timbalillo y otros con castañetas de hierro mui grandes y las negras mui curiosas iban vailando haciendo mil visages a cada Turco y Moro que encontravan y las dan dinero ; esto es para solemnizar el nacimiento de Mahoma ».

132 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, agosto, 28 « ... festexos de las pasquas. Luego andavan por la ciudad unas danzas de negros y negras, con tambor y castañetas mui grandes unas de hierro y otras de palo y en Babaluete ay columpios para divertirse ».

133 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 11 « Por la tarde yendo por la calle vino un Moro negro por detrás y con una bara me dio en las piernas y al instante huyó a todo correr juzgando que tomasse satisfacción quisso Dios que con las sayas me defendiesse y no me hiciesse mucho mal : yo le llamava para agradecerselo pero no quiso volver ».

134 Diario de Argel, año de 1719, mayo, 10 « Pero los muchachos morillos menos reparados nos tiravan piedras o otra qualquiera cosa que encontravan por la calle y a cada passo nos escupían y decían mil oprobios y afrentas, ya que éramos falsos engañadores de los Christianos, sinsafidas que es lo mismo que infieles, fe y ley de ratón, perros diablos, y nos hechavan millares de maldiciones no os diera Dios mala peste, no rebantarais, no os llevaran los demonios y otros millares de injurias, pero de todo esto nos reíamos y no hacíamos caso, sólo para que los muchachos se contuviesen en las pedradas los enseñamos el bastón y con esso temían un poco, juzgando que le diessemos con él, y se convocavan con esso más unos a otros diciendo que nos an amenazado estos perros y con esso cobravan aliento para tirarnos ».

135 Diario de Argel, año de 1719, julio, 1 « Oy passó junto al hospital una danza de negrillos y negrillas de la Secta Mahometana, que hazen todos los años en esta luna de Chaban para anunciar el mes de Ramadan, que es quando tienen la quaresma, y viene a ser esta Danza como Carnestolendas, y assí vaylando fueron a la casa de Rey y passearon las calles, y dizen que a estos negrillos los embían los Beyes de garrama al Rey de Argel, y después los venden. Es desgracia de los negros, que aunque son mahometanos, los hazen esclavos y son muchos los que ay en Argel, y no menos negras, siendo mui rara la casa donde no las ay y en algunas quatro o seis ; y éstas son las únicas criadas que ay en la casa porque ninguna Mora quiere servir a otra. y en faltando las negras tienen que hazer las haciendas por sus manos. Los Judíos tanpoco tienen criadas que les sirvan, y procuran siempre los que tienen medios comprar alguna negra Christiana o Muger, para que les sirva. Dixome un Renegado que a estos negrillos y negrillas los embían de su país al Rey de Argel de diezmo garrama que le pagan ».

136 Venture de Paradis, Jean-Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Paris, Sinbad, 1983, p. 250.

137 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719. « Ay en Argel un Moro cuyo oficio es tratar en negras ; las compra quando las trahen de su tierra Donzellas, se aprobecha de ellas, y luego que están violadas las vuelve a vender, y asseguran que ya avrá comprado más de doscientas, sin doze Mujeres que tiene blancas, no bastando a saziar su torpeza todas la Mujeres de Berberia ».

138 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 21 « Oy me traxo un negro diez estampas grandes de imágenes de las que traxo la pressa de Benaddi Arraez ».

139 Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, 3 « Estos días llevavan a circuncidar a un Morillo y le llevava una Negra en hombros mui compuesto con una birreta esmaltada de perlas oro y mucha riqueza y le acompanavan otros niños adornados de la misma forma y sobre el que avía de ser circuncidado llevaba una tabla en que estava escrito en arábigo la falsa secta de Mahoma ».

140 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, abril, 12 « Oy ubo una circuncisión de un Morillo de diez o doze años a quien acompanavan muchos Morillos ricamente aderezados con sultaníes perlas y joyas de oro en la cabeza y vestidos de raso, telas de seda y los pequeños niños los llevavan en hombros las negras y algunos cautivos Christianos y encima de la cabeza llevavan tablas en que está escrita la ley ».

141 Diario de Argel, año de 1719, febrero, 4 « Rescató el p. Administrador fr. Francisco Navarro a Francisca de San Antonio donzella de edad de treinta años en ciento cinquenta pesos. Negra ».

142 Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 19 « An rescatado los Redemptores una negra con dos hijos en ciento quarenta pesos todos tres ».

143 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F. Gallimard, 1993, p. 94.

144 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 9 « Vino una negra a defenderse y ampararse del Hospital y del P. Administrador porque un Judío que es su patron la avía amenazado, que la avía de cortar la cabeza, y castigarla rigurosamente, llamándola ladrona y otros oprobios la qual quería ir al Governador y que la librasse de sus manos ; aora está en el Hospital, y el Pe. Administrador dará la providencia necessaria para su alivio ».

145 C’est cette femme qui a été rachetée avec ses deux enfants chrétiens le 19 décembre 1719, alors que les deux autres restaient à Alger : « An rescatado los Redemptores una negra con dos hijos en ciento y quarenta pesos todos tres, y dexa otros dos hijos en Argel uno Moro y otro Judío ; y éstos si tubieran usso de razón corría el mismo peligro ; porque a la madre la cautivaron siendo pequeña y no sabe rezar cosa alguna, y los niños aprendieran los que les enseñarán los Moros y Judíos ».

146 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, octubre, 3 « Aquí se halla una cautiva llamada María negra Christiana a quien cautivaron moza y como se halla en esta infeliz tierra sin matrimonio tiene aquí quatro hijos de los quales los dos son Christianos y uno Moro y otro Judío, que conforme an sido los padres assi an sido los hijos si Christiano Christiano y si Moro Moro. Otra negra también parió y fue necesario cortarla un pecho y con el pudo criar su hijo y después a vuelto a parir otra vez sin matrimonio ninguno y es Christiana también ».

147 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 29 « María Negra soltera natural de Mina en el Brasil y bautizada en Lisboa, esclava de Mardoxay Judío ha parido un niño en la casa de su Patrón ; que como es esclava y pobre se la atreben, y a caído en esta flaqueza como otras ».

148 Diario de Argel, año de 1719, julio, 30 « A Thomás Fraga sirviente del hospital le a vendido su Patrón a un sobrino del Rey y con éste son ya tres los Patrones que en Argel ha tenido ».

149 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 166-167.

150 Lewis, Bernard, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, N.R.F., Gallimard, 1993, p. 87. « Déjà au Moyen Âge, il devint courant d’utiliser des mots différents pour désigner les esclaves blancs et les esclaves noirs. On appelait normalement les esclaves blancs mamluk, mot arabe qui veut dire “possédé”, alors que les esclaves noirs était appelés ‘abd. Avec le temps, on n’utilisa plus le mot ‘abd que pour les esclaves noirs, et, dans beaucoup de dialectes arabes, le mot finit par ne plus signifier qu’homme noir, qu’il fût libre ou esclave. Ce glissement de sens du social à l’ethnique se trouve ainsi être inverse du développement sémantique de notre mot “esclave”, qui a commencé par désigner un groupe ethnique pour finir par une signification sociale. Dans l’Islam occidental — Afrique du Nord et Espagne — le mot Khadim, “serviteur” (forme dialectale, khadem), s’est spécialisé et a fini par signifier “esclave noir”, “femme esclave”, “concubine” ».

151 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 49.

152 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 183-184. « Ay en Argel más de treze mil rameras públicas, que paga cada una tributo al Rey, la que menos seis Rs de plata, que más un Rl de a ocho y la ay de tres y quatro pesos según la hermosura suya y con tener los Turcos tantas ocasiones de saciar su apetito con ellas, no quieren muchos de ellos, sino siguen con tanta perversidad el peccado sodomítico, sean Moro, Turco, Christiano, o Judío como sea muchacho, y aun muchos son ya de mediana edad con alguna barba le cogen especialmente los Turcos como más disolutos y libres y hacen con él lo que quieren por grado, o por fuerza, gozándole como si fuesse muger ; y hazen más que el juntarse quatro, seis, o ocho Turcos, los unos a tenerle de pies y manos, y assí van passando muestra ; y aunque este peccado como se a dicho y tienen por horroroso no se castiga ni haze caso ».

153 Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1. fol. 93. « Las hijas tambíen tienen poca obediencia a los padres, y éstos las dexan salir con lo que quieren ; porque si la reprehenden o por otro leve motivo se van al mesuar, y se entran por públicas rameras pagando por ello al Rey su tributo o garrama, sin poder el padre corregirlas o llevarlas a su casa ; porque le castigarán rigurosamente, y el Mesuar es el Verdugo y Ministro de Justicia que las defiende y cobra de ellas su garrama, unas más y otras menos cada una según la edad y hermosura que tiene. La que menos paga seis rs de plata cada luna, otras un real de a ocho y las ay de a tres y quatro pessos ».

154 Veinstein, Gilles, « la ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la ciudad islámica, Institución Fernando el Católico, Zaragoza, 1991, p. 78-79.

155 Songeons par exemple aux captifs grecs arrivés en nombre à Alger — après l’annexion de la Morée prise à Venise — qui vinrent renforcer la présence des artisans et des commerçants grecs orthodoxes, établis ou de passage à Alger. N’oublions pas non plus la nombreuse communauté juive d’Alger.

156 Veinstein, Gilles, « la ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la ciudad islámica, Institución Fernando el Católico, Zaragoza, 1991, p. 78.

157 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 50-51.

158 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, marzo, 14 « ... siendo ciudad que compite con las más ricas del orbe » (... étant une ville qui concurrence les villes les plus riches du monde.)

159 Diario de Argel, año de 1719. « Fuimos por la tarde el Pe Administrador y yo a hablar a un Turco sastre que tiene su tienda o botica en la calle del Hospital... »

160 Le père donne des chiffres supérieurs pour le nombre de mosquées : Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », capítulo 1 en que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables fol. 147. « Ils ont quelques très belles mosquées, qui en tout doivent être au nombre de cent dont treize principales ». (« Tienen algunas mezquitas mui buenas, las quales serán en todas ciento. Las principales son treze »). Il avance le chiffre de six églises chrétiennes ; cinq dans les bagnes et une dans la maison du vicaire apostolique et de douze synagogues installées dans des maisons particulières. Il parle des bains publics sans en donner le nombre. Il est moins précis et moins intéressé par ce type de renseignement que Laugier de Tassy, qui en tant que chancelier du consulat, se situait dans une autre perspective que le père.

161 Si ces chiffres sont exacts, chaque caserne comprendrait 200 chambres. Il y aurait donc eu à Alger la possibilité de loger au minimum 30 000 soldats célibataires, les soldats mariés n’étant pas comptés, puisqu’ils vivaient ailleurs.

162 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 104-105.

163 Behrens-Abouseif, Doris, sous la dir. de Nicolet Claude, « La conception de la ville dans la pensée arabe du Moyen Âge », Mégapoles méditerranéennes, géographie urbaine rétrospective, Actes du colloque organisé par l’École française de Rome et la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, (Rome, 8-11 mai 1996), Paris., Maisonneuve et Larose, 2000, p. 35.

164 Ibid., p. 36.

165 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 2 « Estas las tienen siempre en un quartito pequeño, de suerte que abriendo la puerta que coxe todo el ancho del quarto, se ven desde la calle leer y escribir, sentados maestro y muchachos en el suelo como las mujeres, y assi sentados también escriven con plumas de caña, y en lo que escriven es en unas tablas de barniz, y después de escrito las borran y limpian para volver a escrivir otra vez, y son muchas la escuelas que ay de éstas. Teniendo cada una catorze o veinte muchachos no cabiendo más en ellas ».

166 Behrens-Abouseif, Doris, sous la dir. de Nicolet Claude, « La conception de la ville dans la pensée arabe du Moyen Âge », Mégapoles méditerranéennes, géographie urbaine rétrospective, Actes du colloque organisé par l’École française de Rome et la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, (Rome, 8-11 mai 1996), Paris, Maisonneuve et Larose, 2000, p. 36.

167 Denoix, Sylvie, « Unique modèle ou type divers ? La structure des villes du monde arabo-musulman à l’époque médiévale », Mégapoles méditerranéennes, géographie urbaine rétrospective, Actes du colloque organisé par l’École française de Rome et la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, (Rome, 8-11 mai 1996), Paris, Maisonneuve et Larose, 2000, p. 927-928.

168 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », capítulo 1, En que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables, fol. 139. « Fuera de la puerta de Babazon ay unas casillas, que sirven de mesones y llaman fonducos ».

169 La blanca — comme la maille — était une petite monnaie de cuivre. Elle valait à cette époque un demi-maravédi.

170 Le père pense que quatre latrines est un nombre plus que suffisant pour les occupants de vingt chambres environ ; ce qui fait une latrine pour quatre chambres. Nous avons ainsi une idée des normes de l’époque pour les cultures chrétienne et musulmane.

171 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 9 « fuimos a aposentarnos a un mesón a quien los Moros llaman fonduco el qual tenía como unos veinte aposentillos para los que acuden a él desproveídos de todo con solas las paredes y las puertas con cerraduras y llaves de madera, que no avía visto otra vez. Tomamos dos de estos aposentillos uno para el P. fr. Theodoro y para mí, y otro para el Christiano y Judío que venían con nosotros. Dormimos en el suelo y no era esto lo peor, sino las muchas pulgas que no nos dexavan sosegar y en la tierra comíamos y se hacía todo lo demás al estilo Morisco porque como he dicho no avía en los dichos quartos prevención alguna sino las paredes desnudas. Cuidava lo este fonduco un Christiano de nación griego cismático cautivo a quien avía puesto su patrón para que lo cuidasse. Este como no era catholico romano tuvimos poco que hacer con él, pero por tener el nombre de Christiano nos mirava con otros ojos que los Moros y nos dió un caxoncito como arquita que nos servía de assiento y una esterilla de palma para dormir. Se paga por estos aposentillos dos asperos de noche y dos asperos de día, que es menos que una blanca que es arto bien y barato, aunque no sea más de el dar casa. Avía quatro secretas en la dicha casa ; porque los Moros son en esto mui impertinentes y curiosos, teniendo por grande pecado el ensuciarse o orinarse alguna cosa en el vestido y no se lo pondrán hasta que esté mui lavado ».

172 Laugier de Tassy compte « quatre fundus, ou alberges en langage franc. Ce sont de grands corps de logis appartenant à des particuliers, où il y a plusieurs cours, des magasins et des chambres à louer ».

173 Peyssonnel ne cache pas que l’ouvrage de Laugier de Tassy est à l’origine de ce qu’il dit d’Alger, si bien que son témoignage n’apporte rien de neuf.

174 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 188.

175 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Paris, éd. Bouchène, 1998, p. 216.

176 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 9 « Concurrieron a este fonduco en esta noche muchos Moros y entre ellos unos que iban a la Meca, los quales se aposentaron junto al quarto de nosotros y antes de acostarse se pusieron a hazer el zala y les oíamos unas voces mui tristes en que llamavan a su Mahoma ».

177 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, enero, 18. « Se ha caído el fonduco de la harina, que es lo mismo que messon y avía en él muchos Moros aviendo caído todo encima de ellos a los quales están sacando y ya an sacado tresmuertos, y a otros vivos, unos quebrados los brazos, y otros quebradas las piernas y todos maltray prosiguen en sacar los demás, antes avían estado dentro algunos Christianos, y entre ellos algunos sirvientes del Hospital que estavan machacando hiesso junto a él, y tuvieron la fortuna de averse salido antes que se cayesse. También an muerto dos Judíos ; y aun toda vía no se sabe el estrago que ha hecho la ruina sólo que los Moros que avían quedado vivos estavan clamando debajo de los maderos y tierra ; aviendo tenido algunos la fortuna de quedar en hueco ».

178 Raymond, André, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985, p. 251.

179 Ibid.

180 Lemnouar, Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 1520-1830, Paris, éd Bouchène, 2002, p. 281.

181 Veinstein, Gilles, « la ville ottomane : les facteurs d’unité », Simposio internacional sobre la ciudad islámica, Institución Fernando el Católico, Zaragoza, 1991, p. 80.

182 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, prólogo, fol. 2. « Tiene este Real hospital su sitio en lo mexor de Argel, por estar junto al Zoco, que es donde está el mayor comercio pegado con el baño de Galera. »

183 André Raymond ne précise pas la date de comparaison.

184 Raymond, André, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985, p. 251.

185 Denoix, Sylvie, « Unique modèle ou type divers ? La structure des villes du monde arabo-musulman à l’époque médiévale », Mégapoles méditerranéennes, géographie urbaine rétrospective, Actes du colloque organisé par l’École française de Rome et la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, (Rome, 8-11 mai 1996), Paris, Maisonneuve et Larose, 2000, p. 931. Les habus au Maghreb et waqf au Machrek, ces fondations inaléniables, sont une institution répandue partout dans le monde musulman, impliquée dans les phénomènes urbains, « le principe en est que le revenu de biens rapportant de l’argent soit dévolu à tout jamais (c’est cette notion d’inaliénabilité qui est signifiée dans les termes waqf et habus) à l’entretien et au fonctionnement d’institutions qui en coûtent. Par la force des choses, les premiers biens seront des boutiques, des caravansérails, des terrains ou bâtiments rapportant des loyers et les seconds des lieux de culte, d’enseignement, de soins..., autrement dit des fondations pieuses... le waqf relève non seulement du religieux mais aussi de l’économique, du juridique. Il s’agit d’une complexe réalité concrète recoupant aussi des phénomènes moraux, esthétiques, idéologiques. »

186 Ibid., p. 928-929.

187 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 1, fol. 142-143. « Antiguamente dizen los Moros que el tributo de los muertos, que cobra el Bethimel o Alcaíde de los Difuntos para el Rey, el qual es, si muere sin successor es el Rey el que hereda ; este tributo se empleava en socorrer a los pobres, curar los enfermos, y otras obras de misericordia ; pero oy se lo lleva el Rey sin que nada se emplee en obra piadosa ».

188 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 180.

189 Peter, Jean, Les Barbaresques sous Louis XIV, le duel entre Alger et la Marine du Roi (1681-1698), Paris, 1997.

190 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 182.

191 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 9, fol. 114 recto. « los mercaderes vendiendo a las puertas y los que venden están sentados en la misma entrada de la puerta como las mugeres porque en esta tierra no se gasta más assiento ».

192 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Paris, éd. Bouchène, 1998, p. 106.

193 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables, fol. 139. « En las más calles, de una parte y otra ay unas tiendecillas que llaman boticas donde se venden las cosas necessarias, y donde están los oficiales con sus oficios con mui buena orden y policía ».

194 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables, fol. 139. « Las calles son mui estrechas, y por muchas de ellas no pueden ir dos personas juntas, sin que aya el desahogo, de ninguna plaza ; por lo qual las cosas que vienen por mar se venden en la marina, y muchas de las cosas comestibles se venden fuera de la puerta de Babazon. Otras cosas de vestidos se venden en el zoco, que es en la calle que passa junto al hospital ».

195 Ximénez, fr. Fr., año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, En que se trata de la descripción de Argel de las costumbres de sus habitadores y otras cosas notables, fol. 133. « Otra puerta es llamada de la Pescadería, porque allí cerca se vende el pescado, esta puerta cae al mar sin que se pueda por parte ninguna passar a tierra, por azotar por los lados el mar a las murallas. Por esta puerta entran los Redemptores y todo lo que entra sin pagar tributo, y por ellas (sic !) salen las Redempciones ».

196 Ximénez, fr. Fr., año de 1719, marzo, 28 « Fui al Baptistan donde estavan los cautivos de la pressa, y me dixeron como avían venido quinze, diez Valencianos y cinco Catalanes, los quales avían salido a pescar la mar adentro, y los pescaron los Turcos, teníanlos en el Baptistan los Turcos para venderlos, y repartir el precio entre los armadores y Vaylique. Es el Baptistan el sitio donde no sólo venden los Christianos sino también todo lo que trahen en las pressas, Llamasse Baptistan que es lo mismo que mercado, allí ponen a los Christianos, y el que más da se los lleva... »

197 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 164.

198 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Paris, éd. Bouchène, 1998, p. 103.

199 Tal Shuval signale que A. Devoulx donne le renseignement suivant tiré d’un acte de habus : « marché (souk) nouveau appelé badestán », (acte Ah 991, soit 1583-1584), « Edifices », chap. XLVI, II. L’acte se trouve en CAOM 1 Mi 61 (45).

200 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 182.

201 Le père nomme ce souk à propos d’un fait divers qu’il raconte le mardi 17 octobre 1719. « Oy sucedió, que un Moro Bagassa de los que sirven y hazen oficio de mujer hirió con un cuchillo a un tabernero Christiano, que aunque se empleava en tal vil oficio era grande y de buenas fuerzas, y el Christiano tenía la taberna en el Zoco de la manteca. » (Aujourd’hui il est arrivé qu’un Maure bagasse, de ceux qui servent et font office de femme qui, bien qu’il s’employât en un si vil office était grand et assez robuste, a blessé d’un coup de couteau un tavernier chrétien, et ce chrétien avait sa taverne dans le souk au beurre.)

202 Nous avons relevé ce marché, bien que nous n’ayons pas la date de sa disparition, parce qu’il semble correspondre à celui qui existait à la porte de la « poissonnerie » le marché au poisson et parce que, dans la liste de Tal Shuval, ce marché semble correspondre au marché dont parlait le père Ximénez.

203 Ce marché est signalé par Eudel, Emerit et Raymond, mais n’apparaît pas dans les inventaires après décès, ni dans les documents des habus.

204 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, p. 183.

205 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 173.

206 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 139. « ... las cosas que vienen por el mar se venden en la marina ».

207 Faute peut-être imputable à l’éditeur, puisque plus loin où porte l’accent.

208 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 163-164.

209 Ibid., p. 171-172.

210 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, diciembre, 4 « pero que éstos los resisten bastantemente ; porque dizen que, que an de comer si hazen pazes con Olandeses, que será precisso tener los vageles atados y se perderán en el puerto ; y tienen en parte razón ; porque de nación ninguna hazen más pressas, ni más interessadas que de éstos. Tres años que tubieron con ellos pazes estos años pasados se morían como decían los Argelinos de ambre, y viendo que no interesavan nada con las demás naciones trataron sin más razón de romper la guerra, y sin avisar a Olanda ni dezir cosa alguna al Consul Olandes que estava aquí empezaron a traher vageles y cautivos de su nación, y después permitieron que se fuesse el Consul ; Pero bien empleado les está pues sienten, que no es lícito hazer guerra contra los Turcos, y que pelear contra ellos es repugnar a Dios que visita nuestras maldades por ellos ; assí lo siente Luthero y sus sequazes. y está condenado por Leon X en la proposición 34. »

211 Léon X (Jean de Médicis), pape de 1513 à 1521. Son pontificat vit le schisme de Luther.

212 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719. « A venido en esta embarcación francessa un Mallorquín a solicitar pasaporte del Rey de Argel para comerciar en esta ciudad, de que nos alegraron (sic !) mucho, por tener con frequencia noticias de España. Vinieron a este Puerto dos embarcaciones ».

213 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Paris, éd. Bouchène 1998, p. 103-104.

214 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 173.

215 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Paris, éd. Bouchène 1998, p. 103

216 . Ce que confirme le père lorsqu’il écrit le 7 décembre 1719. « y si como pidio [El embajador de Francia] a los Francesses, hubiera pedido a los otros sin duda lo hubiera conseguido, o puede ser que uno u otro, o a lo menos que los diessen por el precio que fueron vendidos en el Baptistan, que es mui corto, y aunque el Embajador no diera el precio, le diéramos de buena gana nosotros porque a las Redempciones les costará quatro vezes doblado, que entonzes se vendieron ». (et si comme il [l’ambassadeur de France] a demandé les Français, il avait demandé les autres, sans doute l’aurait-il obtenu, ou peut-être l’un ou l’autre, ou au moins qu’ils les donnent pour le prix auquel ils furent vendus au batistan qui est très bas, et même si l’ambassadeur n’avait pas donné la somme, nous l’aurions donné bien volontiers parce que les rédemptions paieront quatre fois le double du prix auquel ils furent vendus alors.)

217 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 164.

218 Soit une surface de 295,44 m2 au rez-de-chaussée et autant au premier étage.

219 Le pas mesurant 2,5 pieds et le pied 0,28 m, le pas mesure 0,70 m, le Grand Bagne se serait trouvé à 280 mètres environ, disons 300 m, de la porte de Bâb ‘Azzûn mais comme il situe la porte Neuve à 400 pas aussi de Bab Azzoun, cela correspond à l’emplacement du bagne de la galère, la distance entre Bab el-Oued et Bab Azzoun étant de 1 200 pas environ selon le même auteur, soit au tiers de cette longueur.

220 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Paris, éd. Bouchène 1998, p. 217-218. Il y aurait eu 25 000 esclaves au temps de Haëdo. p. 55.

221 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo II, Prologo, año de 1719. « Tiene este Real Hospital su sitio en lo mexor de Argel, por estar junto al Zoco, que es donde está el mayor comercio pegado con el baño de Galera donde encierran, y tienen gran parte de los Cautivos, no mui distante está el baño de Vaylique, que es donde están (sic !) la mayor parte de los Christianos de Rey, y está proporcionado por estar en medio de la ciudad para los cautivos que vienen de los jardines, para que unos y otros logren con facilidad el oir el Santo Sacrificio de la missa, los Sermones en las ocasiones que los ay y recivir los Santos Sacramentos, inclinado azia la parte de Levante cerca de la mar...y le haze más estrecho el no gozar del suelo ; pues está en lo alto del baño de galera, y debajo es todo tabernas de Christianos ».

222 Diario de Argel, año de 1720, febrero, 23 « A mandado el Rey de Argel, cerrar todas las iglesias de los Christianos que ay en los baños, como son la de la Puríssima Concepción del baño de Baylique, la de Santa Cruz del baño de la Galera, la de S. Roque del baño de Sidi Muda que son los baños donde tiene el Rey sus esclavos.
An dexado la iglesia del Hospital, la del Pe Vicario Apostólico, y la de Santa Cathalina que está en el baño de este nombre, donde ay algunas tabernas de particulares ». (Le Roi d’Alger a ordonné de fermer toutes les églises des Chrétiens qu’il y a dans les bagnes, comme celle de la Très Pure Conception du bagne du Beylik, celle de la Sainte Croix du bagne de la Galère, celle de S. Roch du bagne de Sidi Muda qui sont les bagnes où le Roi a ses esclaves. Ils ont laissé l’église de l’hôpital, celle du p. Vicaire apostolique et celle de Sainte Catherine, qui est dans le bagne de ce nom où il y a quelques tavernes de particuliers.)

223 Diario de Argel, « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1 fol. 133. « corresponde a otra, que está de la otra parte de la ciudad, y se llama de Bab el-Oued... Atraviesa la Calle la ciudad, passa junto a los baños de Baylique y hospital donde llaman Zoco, porque es donde se compra y vende ».

224 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 78. « Esta iglesia de que habla [Haëdo] presumo que era ésta de Santa Cruz la qual siempre ha estado en este baño, que es el mayor que ay en Argel, y donde siempre ha avido mayor número de Christianos y todos de Rey y en algún tiempo en este baño estava el Aga de los Turcos y era donde se hacía la justicia con ellos, y al que quitavan la vida era en este baño donde oy está el hospital ».

225 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 68. « Volvió a Argel [el p. fr. Sebastián del Puerto] año de mil quinientos y cinquenta y uno y fundó la iglesia de la Santíssima Trinidad con su hospital, y la iglesia de Santa Cruz una y otra en el baño grande de Rey o de Galera, donde siempre ha havido mayor número de cautivos. Las demás iglesias fueron fundadas en el mismo tiempo, o poco después por los religiosos de mi orden, y otras que ya se an arruinado ».

226 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 70. « no eran divissibles los hospitales de las iglessias sino que todo era una misma cosa. Avía altar para decir missa y el cuerpo de la Iglesia servía para tener los cautivos enfermos ».

227 Comme il situe la porte Neuve à 400 pas aussi de Bab Azzoun, sur le plan de la ville, cette distance correspond à celle qui sépare Bab Azzoun du bagne de la Galère la distance entre Bab el-Oued et Bab Azzoun étant de 1 260 pas environ, selon le même auteur, soit le tiers de cette distance.

228 Diario de Argel, año de 1719, agosto, 18, fol. 123. Le père remet en question les informations fournies par le père Silvestre, parce que « el dicho Autor no vivió en Argel de assiento, sino sólo estubo a una Redempción mui de passo ; tiene muchos hierros en su historia, que deven enmendarse ». (le dit auteur n’a pas vécu à Alger mais il a participé à une rédemption très brièvement ; son histoire contient beaucoup d’erreurs qu’il faut corriger.)

229 Diario de Argel, año de 1720, marzo, 1, fol. 6. « Y en el baño de la Bastida, que es el baño donde están los cautivos Christianos del General y Genizaros de dicha ciudad, por estar en dicho baño fundada la cofradía de N. Señora del Rosario ; la qual iglesia está dedicada por los Christianos en este dicho nombre de N. Señora del Rosario ; en el qual baño se publicó, recibió en luz y nueve de Marzo de dicho año Domingo de Ramos por los dichos Padres ».

230 Ibid., marzo, 1, fol. 6. « Y en el baño del capitán Ali Mami que es donde se recogen los esclavos Christianos de dicho Capitán, y de otros Alcaídes de dicha ciudad ; en el qual tienen una Iglesia que se llama San Roque, donde assi mismo se recibió dicha Cofradía y Hermandad, y se predicó por los dichos Padres dicho día mes y año ».

231 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, marzo, 1, fol. 6. « En el baño de Sidi Muda avía el hospital de Sn Roque, y oy tiene la iglesia este nombre ».

232 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 79. « En el baño de Sidi Muda tienen los Griegos Císmáticos otra Iglesia mui bien adornada con su sacerdote griego que la administra ».

233 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 19. « El año de 1690 que fue cuando el Pe Mo Silvestre escrivió su libro, los quales estavan dos en el baño de Rey uno en Baylique, otro en Sidi Muda, y otro en Santa Cathalina ; y oy no ha quedado el menor vestigio de dichos hospitales, sino el de la Santíssima Trinidad ».

234 Ibid., fol. 70. « En el baño de Baylique estava el hospital de la Puríssima Concepción y oy permanece la Iglesia con este nombre ».

235 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 70. « En el baño de Sta Catalina avía un hospital con este nombre, y la iglesia permanece con él ».

236 Ibid., abril, 1, fol. 78. « La iglesia de Santa Cathalina está en el baño de este nombre, que es de un Turco y en él ay una taberna y cautivos de particular ».

237 Diario de Argel, año de 1720, abril, 1, fol. 70. « El Ve Pe Predicador fr. Bartholomé Serrano hijo del convento de Dos Barrios y administrador que fue de estos hospitales, fundó el hospital y Iglesia de Sn Joseph en el baño de Vilaga, pero uno y otro ha sido con el tiempo arruinado ».

238 Diario de Argel, año de 1719, abril, 11 « Esta noche dio un Turco una puñalada a un cautivo Christiano del baño de Vilaga no ha venido el Christiano al Hospital porque ay cirujanos en los baños que los curen, y no sé si será la herida cosa de cuidado pero al Turco le an llebado presso a la casa del aga que es donde se haze la justicia de los Turcos. Se llama Antonio y es natural de Sicilia ».

239 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 165.

240 Ibid., p. 166.

241 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, febrero, 21 « Ay también en el baño unos aposentillos endebles donde se recoxen algunos cautivos, y los da el Guardián Bassi a quien quiere, o a quien se lo paga y los más duermen en el suelo sin más abrigo, que la mala ropa que trahen a cuestas, que es tan mala que están desnudos, y casi todos andan descalzos, y con un grillete a los pies. Estos baños están regularmente tan puercos y con tanta hediondez, que son peores que pozilgas de cochinos : en cada uno de los baños está a la puerta un Turco que es guardián o portero, sentado en un poyo que ay junto a la puerta por la parte de adentro.
Ay un Christiano que es escrivano, el qual tiene escritos todos los Cautivos y cada día al anochezer los lee a todos, y si falta alguno a la hora señalada le castigan rigurosamente ; otro Christiano ay que es cabo de carabana, que es el que tiene cuidado de que los Cautivos trabaxen en el exercicio de la marina, y otro que es esbirro, o alguazil, que es el que los hecha las prisiones, quando se lo mandan y el que da el pan a los Christianos. En cada baño ay una caxeta en que se pide limosna por los baños dos vezes a la semana, y de lo que se llega la mitad es para el Capellán y la otra mitad para mantener la Iglesia ».

242 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 104.

243 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, fol. 138.

244 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Paris, éd. Bouchène 1998, p. 218.

245 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, febrero, 26 « También nos enbian de Orán una lista, que pondré al fin de este libro, en que nos dizen como ay en dicha ciudad los cautivos siguientes ».

246 García Navarro, Fr. Melchor, Redenciciones de Cautivos en Africa (1723-1725), Madrid, 1946, Prólogo, p. 9, « Aparte de ellas [las fuentes permanentes de la esclavitud], hubo la pérdida de Orán, y con Orán perdieron la libertad unos cinco mil españoles en 1708 ».

247 Venture de Paradis, Jean-Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Paris, Sinbad 1983, p. 153.

248 On remarquera que l’appréciation de la grandeur des bagnes par Venture de Paradis diffère de celle du père, alors qu’il s’agit des mêmes lieux. Peut-être ont-ils été modifiés entre temps.

249 Ibid., p. 154.

250 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 30 « Oy sale a Corso el corsario Chulaque afortunado en la mar que a trahido a Argel muchas pressas ».

251 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 1, fol. 136. « Es éste [Achi Mostafa Benamar] un Moro Tagarino de los que expelieron de España...pero con tener tanto comme he dicho, se trata con mucha miseria, y con tener cerca de cien cautivos, no gastará quatro reales de plata cada día en su casa. »

252 Epalza, Mikel, « Espacios y sus funciones en la ciudad árabe », Simposio internacional sobre la ciudad islámica, Institución Fernando el Católico, Zaragoza 1991, p. 21.

253 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, éd. Bouchène Paris, 1998, p. 209.

254 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, éd. Bouchène Paris, 1998, p. 209-210.

255 Ibid., p. 210.

256 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 106.

257 La piastre courante valant 696 aspres, selon Laugier de Tassy (p. 150), le quart d’une piastre faisait 174 aspres, soit 6 témins. Le prix ordinaire de ce hammam était de 43,50 aspres, soit 1,5 témins. En 1718 le livre de compte de l’hôpital d’Alger, el libro de gastos, indique 1 témin, soit 29 aspres, pour une entrée au hammam, le 21 avril et le 20 juillet. Mais le 13 mars de la même année pour l’entrée de 3 personnes on paya 2 témins, soit 58 aspres ou 19,33 aspres par personne. Or, le salaire journalier du manœuvre s’élevait à une cinquantaine d’aspres. Ce prix si bas pour le chancelier ne l’était pas pour l’ouvrier. Mais le prix dépendait bien sûr de la catégorie du hammam.

258 Le refus d’aller aux bains du père Ximénez et du père administrateur s’explique par la règle trinitaire qui prévoyait que « jamais ils n’habitent, ne mangent, ni ne boivent dans des tavernes et autres lieux mal famés. Et que celui qui aura osé agir ainsi, soit soumis à un dur châtiment, au verdict du ministre » Or les bains étaient des lieux « si communs », c’est-à-dire si vulgaires qu’un trinitaire ne pouvait s’y rendre sans faillir à la règle.

259 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, 31 « Fue el P. Fr. Theodoro al baño caliente a bañarse, el qual dizen que es mui saludable, y también ay otros baños, que tienen con mucho asseo y cuidan de ellos Moros Musabes, aquí van los Moros y Moras a bañarse, para limpiarse dizen ellos sus pecados, y siempre que marido y muger usan del matrimonio van a estos baños, o por lo menos algunas vezes, porque no pueden hazer la oración, hasta que se bañan mui bien todo el cuerpo, por lo qual son los baños mui frequentados de Moros y Moras, de Judíos y Judías y aun de Christianos, y los hombres van por la tarde, o mui de mañana para no encontrar a las mugeres. Algunos van sólo a sudar a ellos porque están tan calientes, que en brebe tiempo se suda admirablemente, en que siente mucho alibio el cuerpo y la salud, pero, como son tan comunes no he querido ir a ellos nunca, ni el P. administrador ».

260 Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1 fol. 147. « Muchos de los Moros poderosos tienen baño también en su casa, para no tener que salir ; porque siempre que llegan a sus mugeres, o an cometido alguna cosa que según su ley es peccado, necessitan de este lavatorio para quedar purificados ».

261 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 211.

262 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, traduction de Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Paris, éd. Bouchène 1998, p. 209.

263 Laugier de Tassy ne signale que des fontaines dans les cours des casernes. Les soldats devaient comme la plupart des Algérois se rendre aux bains publics.

264 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 211-214.

265 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, fol. 147. « Muchos de los Moros poderosos tienen baño también en su casa, para no tener que salir ; porque siempre que llegan a sus mugeres, o an cometido alguna cosa que según su ley es peccado, necessitan de este lavatorio para quedar purificados ».

266 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1, fol. 85. « Para hazer esta oración se an de aver labado primero los pies cabeza y manos, porque sino es un grande delito, y an de estar descalzos. Por este motivo ay en Argel baños donde Moros y Moras van a bañarse, y otros los tienen en su casa, con mucha curiosidad y asseo ».

267 Le Tourneau, R, p. 11. Cité par Tal Shuval, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, p. 191.

268 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 191.

269 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1. fol. 147. « Tienen algunas mezquitas mui buenas, las quales serán en todas ciento. Las principales son treze en que ponen todos los días vandera, y especialmente los viernes. Todas tienen renta para su gasto, sustento del Morabuto que es como Parroco, para azeite, que arde en las lámparas que tienen de vidrio ».

270 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 1, fol. 19. « Las más principales son treze, que tienen torre para llamar desde ella el Morabuto a la oración, y otros Morabutos para leer el Alcorán ».

271 Diario de Argel, año de 1719, julio, 1 « Lo más de lo que llevo referido se hallará en Illescas Historia Pontifical fol. 135. [Barcelona 1606] y en nuestro Silvestre Historia de los Hospitales de Argel [1690] cap. 1. y otros Autores que cita ».

272 Diario de Argel, año de 1719, agosto, 18 « Como el dicho autor no vivió en Argel de assiento, sino sólo estubo a una Redempción mui de passo, tiene muchos hierros en su Historia, que deven enmendarse ».

273 Haëdo, Diego, Topographie et Histoire générale d’Alger, p. 207.

274 Laugier de Tassy, p. 104.

275 Venture de Paradis, Jean-Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Paris, Sinbad 1983. p. 254. La grande mosquée était donc de rite malékite à la fin de la deuxième moitié du xviiie siècle.

276 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 195.

277 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 196.

278 Fondée au xie siècle par Youssef-ibn-Tachefin elle fut restaurée en 1324 par Abou Tachefin qui la dota d’un nouveau minaret.

279 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, julio, 19, fol. 67. « Anoche illuminaron con faroles la torre de la mezquita que está junto a Babazon, y la de la Mezquita de la Marina, que son las principales de esta ciudad, y lo mismo hazen las demás noches del ramadan ».

280 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, julio, 14 « Ay en esta ciudad dos especies de Moros unos que llaman Chiribinos, y a éstos los tienen los demás como herejes, tienen su mezquita aparte y los demás no los dexan entrar en sus mezquitas. Los Turcos tienen la mezquita mayor para ir a conchar missa ».

281 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 191.

282 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, septiembre, 13 « Oy andava el Cadí que es un Morabuto grande visitando las tiendas de Argel, medidas y pessas y al que halla que las tiene faltas le castiga. Este oficio de cadí es dignidad de Morabuto después de Musti, y es también justicia de los Moros, el que sentencia los pleitos civiles, y cuida de que nadie haga injuria a otro. Otro ay para los Turcos que llaman Caya, el qual tiene el mismo oficio, sólo se diferencian en que uno es para los Moros y otro para los Turcos, y a esse Caya le embía a Argel el Emperador de Constantinopla ».

283 Diario de Argel, año de 1720, henero, 31 « A venido un Turco grave de Tunez con la dignidad de Caya, como llaman los Turcos, o Cadí, como dizen los Moros a quien nombra el Gran Turco Emperador de Constantinopla, y venía acompañado de quatro de a cavallo, y salió a recibirle un chauz que entró a pie con él. El oficio de este Caya es de justicia, y es el que sentencia todos los pleitos civiles del Reyno y algunas vezes le suele embiar el Gran Señor para que cobre la garrama o tributo que le pagan ; éstos son como entre los Christianos los letrados, aunque no estudian más leyes que su Alcorán, y por él se goviernan para los pleitos y si no está en él la sentencia, la hacen a su gusto como quieren, cada vez de diverso género, sin que se pueda tomar punto fixo en ninguna cosa ».

284 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 141.

285 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, agosto, 1, fol. 83. « El primero y principal Sacerdote, o Morabuto es el Musti, el qual es cabeza de todos los demás morabutos, o sacerdotes ; y es como obispo de todo el Reyno de Argel. Este va todos los días a horas señaladas a la casa del Rey, y con él haze el zala, y otras ceremonias de la Secta mahometana. Con él consulta el Rey los puntos graves de su relixión, y muchas vezes los pleitos civiles y criminales, y es tanto lo que le veneran que lo que dize aquello se executa y quando sale por las calles todos le besan la mano y hazen otras demostraciones de reverencia. Este es en Argel siempre Turco de nación o colorío, que es hijo de Turco, y de Mora, y le pone en este empleo el Rey, y le dura este oficio el tiempo que el Rey quiere, y quando entra gobierno nuevo es lo regular mudarle ».

286 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 146.

287 Ibid., p. 202-203.

288 Ibid., p. 146-147.

289 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 144-145.

290 Ibid., p. 137.

291 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 192.

292 L’affirmation de Tal Shuval est sujette à caution, puisque les Turcs au pouvoir se rendaient semble-t-il à la grande mosquée dans le premier quart du xviiie siècle.

293 Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, population et cadre urbain, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 192.

Table des illustrations

Légende Figure 1. — Décès en 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Figure 2. — Décès en 1719
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tableau 1. — Décès en 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Tableau 2. — Décès en 1719
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Tableau 3. — Maladies ayant entraîné le décès
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 4. — Maladies parasitaires
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 5. — Maladies virales
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau 6. — Maladies infectieuses
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Figure 3. — Les fondouks. (Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle... C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 271.)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Figure 4 : Les souqs. (Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle… CNRS Editions, 1998, p. 271.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Légende Figure 5. — Captifs espagnols d’Oran en 1720
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 6. — Soldats espagnols d’Oran captifs en 1720
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 7 : Les sources. Sakina Missoum, Alger à l’époque ottomane ! : la médina et la maison traditionnelle, Edisud, 2003, p. 97.)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Légende Figure 8 : Mosquées à Khutba hanéfites et malékites Shuval, Tal, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle… CNRS Editions, 1998, p. 271.)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/551/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 587k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540