Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alger, une cité turque au temps de l’esclavage

 | 
Leïla Ould Cadi Montebourg

Chapitre premier. Le père Ximénez

Itinéraire du père : qui était-il ? Qu’a-t-il fait et pourquoi l’a-t-il fait ?

Texte intégral

Notices biographiques

  • 1 Nous avons constaté des erreurs dans les dictionnaires espagnols qui le citent.

1Il convient, pour mieux comprendre le Journal, d’examiner la biographie du père Ximénez ainsi que son manuscrit, de nous étendre sur son itinéraire, d’une part, parce que ce témoin est bien mal connu1, d’autre part, parce que nous avons découvert des documents dans les archives de Tolède, qui conduisent à revoir le contenu des notices biographiques établies jusqu’ici. En effet, deux dictionnaires seulement, qui ne sont pas exempts d’erreurs, font une place à cet auteur et au seul de ses ouvrages publié : celui sur Tunis et sur l’hôpital dont il fut le fondateur : Colonia Trinitaria, édité en 1934. Le reste de son œuvre est resté à l’état de manuscrit, comme l’est encore le Viaje y Diario de Argel y Túnez. Il nous fallait donc connaître plus précisément ce religieux, né à la fin du xviie siècle en Espagne, qui quitta son pays en 1718, car il livre au lecteur, au quotidien, par son journal commencé dès 1717 et jusqu’au 31 décembre 1726 — neuf années durant — une observation directe du terrain, des renseignements de première main sur les régences de Tunis et d’Alger. Nous verrons que, plus que les notices biographiques, c’est son journal qui nous renseigne le mieux sur lui.

  • 2 Colonia Trinitaria de Túnez, publícalo Ignacio Bauer MCMXXXIV TIP. Gomariz Tetuan. B.N.M. Prólogo. (...)

2Nous trouvons certes des éléments dans trois ouvrages, mais aussi des erreurs. Le prologue au livre Colonia trinitaria de Túnez, rédigé par Ignacio Bauer, signale que l’auteur est né à Esquivias, bourgade située à 42 kms au nord de Tolède où il entra en religion. « Jeune — dit-il — il commença à s’occuper du rachat des captifs sur les côtes du nord de l’Afrique et il posa la première pierre de l’hôpital de Tunis le 4 août 1722. Il lui donna le nom de l’un des deux fondateurs de l’ordre des trinitaires, saint Jean de Matha. Il en prit la tête. En 1725 il resta à Tunis en otage, comme garant de l’argent prêté aux mercédaires pour le rachat de captifs. De retour en Espagne, il devint supérieur du couvent de Tejeda en 1745, puis, prédicateur honoraire2 ».

  • 3 Aldea Q., Marín T., Vives J., Diccionario de Historia Eclesiástica de España, Madrid, C.S.I.C. 197 (...)
  • 4 Antonino de la Asunción, Diccionario de Escritores Trinitarios de España y Portugal, Rome, 1898, p (...)
  • 5 Peyssonnel, Jean-André, Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, Paris, éd. La Découverte, 19 (...)
  • 6 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, sábado 13 « Quería entre nosotros dar muestr (...)

3À côté, deux dictionnaires, le Diccionario de Historia Eclesiástica de España3 et celui des Escritores Trinitarios de España y Portugal nous renseignent sur lui. Ignacio Bauer a repris dans son prologue ce que disait Antonino de la Asunción, auteur du Diccionario de Escritores Trinitarios de España y Portugal4. Cet ouvrage signale un trait de caractère, la curiosité, que Jean-André Peyssonnel médecin français avait souligné lorsque, en 17245, il rencontra à Tunis le père, qui l’accompagna dans sa découverte du cap Bon. Il était à ce point curieux qu’il n’hésita pas à fouiller le sac du confiseur de l’hôpital d’Alger, le juif David, qui s’était joint à lui pour aller à Blida : « Il voulait — écrit-il — nous prouver qu’il était un juif très pieux parce qu’il s’était muni d’un sac dans lequel il avait tous les objets dont il avait besoin pour aller à son église ou synagogue qu’ils ont dans ce lieu, qu’ils appellent école. Ce sac est pareil à celui qu’ont les ecclésiastiques dans les villes, pour mettre leur surplis. J’eus la curiosité de le fouiller et cela se réduit à une étoffe blanche de laine fine qu’ils posent sur leurs épaules comme amict et des courroies de cuir avec deux petites cornes qui sont en parchemin avec, semble-t-il, des insignes et ils les placent de telle façon qu’une petite corne leur tombe sur le front et l’autre sur une main et de la sorte ils prient sans bouger comme je l’ai vu quelques fois à Alger quand ils prient sur les terrasses6 ». Relevons au passage ce qui pour nous serait une indiscrétion, mais qui ne l’était en aucune façon pour lui et sans doute à l’époque. Notons aussi cette façon de rapporter à son expérience de chrétien pour expliquer et faire comprendre à d’autres chrétiens des pratiques étrangères, qu’il approche réellement pour la première fois : on aura compris que le père avait trouvé dans le sac du confiseur, son châle de prière ; le tallit et les phylactères ; les tefillin. Le ton désobligeant n’est pas absent du discours.

4Le Diccionario de Historia Eclesiástica de España fournit d’autres éléments. Le père Ximénez serait né — lit-on — en 1686 et il serait mort à Tolède au couvent de Dos Barrios en 1750. Il aurait pris l’habit le 20 avril 1700 dans ce même couvent, où il aurait fait des études de philosophie et à Salamanque des études de théologie. Il fut maître des novices à Tolède, grand prédicateur et vicaire du couvent de Cuéllar, puis grand Prédicateur du couvent de Tolède. En 1718 il partit pour Alger, à l’hôpital que les trinitaires administraient. De 1718 à 1735 il s’est trouvé à Tunis où il a fondé un autre établissement de soins.

  • 7 Diccionario de Historia Ecclesiástica de España. « ... sucesos de cada día, especialmente de los h (...)

5En ce qui concerne ses œuvres, il le dit peu critique en matière d’histoire. Le journal d’Alger et de Tunis, 1717-1726, comporte 7 volumes dont il dit qu’il relate « des évènements de tous les jours, particulièrement des hôpitaux, et des captifs ; des observations historiques et archéologiques ; il contient des choses de peu de valeur, mais d’autres très intéressantes7 ». Enfin, il aurait écrit une Histoire de Tunis en 8 volumes et en 1737, le texte publié par Ignacio Bauer en 1934.

  • 8 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, diciembre, martes 3 « San Francisco Xavier Apóstol (...)
  • 9 Nous avons trouvé un document d’inventaire du couvent ainsi que l’histoire de sa fondation à Tolèd (...)
  • 10 Archivo Diocesano de Toledo, Frailes Calzados Trinitarios, 4. Document du 30 janvier 1825, signé p (...)

6Les informations, fournies par le Diccionario de Historia Ecclesiástica de España, sont plus précises, car l’ouvrage est plus récent et mieux documenté. Cependant nous observons des inexactitudes : le Père Ximénez est né en 1685. Exactement le 2 décembre 1685 au soir, car le 3 décembre 1720, il a noté dans son journal : « Saint François Xavier Apôtre des Indes, de la Compagnie de Jésus. La veille au soir, j’ai eu trente-cinq ans, étant né l’an mil six cent quatre-vingt-cinq8. » Nous n’avons donc aucun doute sur sa date de naissance. La deuxième inexactitude porte sur les lieux. Dos Barrios n’est pas le nom du couvent, mais celui d’une localité à vingt kilomètres de Ocaña, où se trouvait le monastère9 où Francisco Ximénez devint novice, avant d’aller étudier à Tolède. Nous avons trouvé dans les archives du diocèse de Tolède un document10 qui fournit des éléments intéressants sur le couvent de Dos Barrios, qui fut fondé en 1591 avec l’agrément du roi Philippe II et du conseil supérieur des grands ordres et de son Éminence Don Gaspar de Quiroga, cardinal archevêque de Tolède, par Pedro de Mora el viejo et María Heroás, sa femme, habitants de Dos Barrios. Ils dotèrent ce couvent placé sous l’invocation de Notre-Dame du Rosaire — comme l’église d’Esquivias — de trois cents ducats annuels, afin d’aider le curé à assumer les charges de son ministère, avec la condition qu’il devrait y avoir impérativement dans cette maison six religieux et leur ministre. En 1825 il ne restait que quatre frères et le couvent disposait alors de six mille cent cinquante réaux de rente. L’un des principaux cloîtres était en mauvais état, ainsi que certaines cellules de moines.

  • 11 Son départ ayant été retardé par ses supérieurs qui souhaitaient qu’il fût accompagné des rédempte (...)

7La troisième inexactitude concerne les dates de son séjour à Alger, à Tunis et son départ pour Alger. Parti de Madrid en mars 171811, il est arrivé à Alger le 21 mai de la même année. Avant — du 2 au 16 mai — il s’est arrêté à Oran, pour confesser les captifs, les réconforter et rencontrer le bey, afin de poser les premiers jalons de l’implantation de l’hôpital qu’il était chargé de fonder. Il quitte définitivement Alger le 19 mai 1720, après avoir tenté une première fois de rejoindre Tunis en compagnie des rédempteurs trinitaires français, le 5 janvier, sans succès à cause de la tempête. Il arriva à la Goulette le 28 mai 1720. Par conséquent, il a séjourné un peu plus de deux années à Alger.

Itinéraire du père à travers le journal

  • 12 Date exacte de la fondation de l’ordre, citée à plusieurs reprises par le père.
  • 13 Archivo diocesano de Toledo, Frailes Calzados Trinitarios, 4. Acte d’ordination de Francisco Ximén (...)

8Le père Francisco Ximénez de Santa Catalina quitte Madrid, le 14 mars 1718. Il rejoint Murcie où il embarque le 1er mai pour Oran. Quand, après un long et difficile voyage, il arrive à Alger, à l’hôpital de la Sainte-Trinité, le 21 mai, ce n’est plus un jeune homme, car il a pris l’habit dix-sept ans plus tôt au couvent de Dos Barrios, le 2 avril 1700. Il entre ce jour-là dans l’ordre des mathurins ; des trinitaires, qui, depuis la création de l’ordre en 1198, selon l’auteur12, ont pour mission de racheter et de soigner les chrétiens captifs tout en les soutenant dans leur foi. Le père Ximénez n’existe plus alors au sein de l’Église qu’en religieux dévoué à son ordre, s’effaçant comme individu et renonçant à son héritage, le 4 décembre 170113, lorsqu’il prononce ses vœux, après son année de noviciat dans son couvent de « la Primitiva Observancia de Nazareno » à Tolède, au point que le seul détail physique que nous connaissions est sa mauvaise vue. Encore cela n’apparaît-il, comme toujours dans le journal, que parce que l’expérience du moment nécessite d’avoir une bonne vue. Il n’est donc pas étonnant que seules trois pages du tome I du manuscrit racontent l’année 1717, année où il vivait encore en Espagne.

  • 14 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, t. I, fol. 2 v. « Después, año de 1714, me hicieron predi (...)
  • 15 Ce que le père ne dit pas ici, c’est que les captifs d’Oran n’étaient pas favorables à cette fonda (...)

9En fait, c’est autour de la création d’un nouvel hôpital, qu’il essaie d’abord de fonder à Oran14, que s’organisera sa vie au Maghreb, car il écrit dans le prologue du Journal de Tunis ; Diario de Túnez, tome IV : « Voyant l’infortune et les tourments dans lesquels se trouvaient les captifs de la ville d’Oran, sans que personne leur administrât les saints sacrements de l’Église, ni ne soignât leurs maladies, je désirai violemment y fonder un hôpital semblable à celui qu’il y a à Alger et bien que j’obtins le consentement de ma Province, je ne pus aboutir, parce que le bey de ladite ville, soupçonnant que mon compagnon le frère Théodore Lázaro Sanz et moi étions des espions du roi d’Espagne, ne voulut pas nous permettre d’aller là-bas, et nous dûmes surseoir15. »

  • 16 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Túnez, t. IV. fol. 8. « Sé mui bien quanta contradicción suscita (...)
  • 17 Diario de Argel, fol. 114, año de 1719, mayo, 6 « Es un turco grave a quien todos tienen gran resp (...)
  • 18 Ibid., fol. 115, año de 1719, mayo, 10 « Nos recibió con mucho agasajo y nos dixo que estuviessemo (...)
  • 19 Ximénez, fr. Fr., Diario de Túnez, t. IV., fol. 42 et 111.

10Le vieil antagonisme Islam-Chrétienté est bien vivant : le bey se méfie, mais le père n’est pas en reste car il se réfère à l’islam en le nommant « el Enemigo », « l’Ennemi16 ». Cela ne l’empêche pas, lorsqu’il se trouve face à un homme, de n’avoir pas trop de prévention, voire de montrer de l’admiration. Ainsi, rencontrant le boluk bassi gouverneur de Blida, écrit-il : « C’est un Turc digne pour qui tous ont un grand respect et qui est aimé de tous pour sa bonté17... Il nous reçut avec beaucoup de prévenance et il nous dit que nous étions les bienvenus, pour le temps qui nous conviendrait18. » À Tunis, il est impressionné par la grandeur de l’agha accompagné de sa garde et il apprécie l’affabilité, la courtoisie du frère du bey, autant que celle du fils du kahia19.

  • 20 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. IV. Prologo, fol. 1. « Viendo las miserias y trabajos en que (...)

11Son échec pour fonder un hôpital à Oran le conduit à se tourner vers Tunis, lorsqu’il apprend que le sort des captifs de la ville n’est guère meilleur, car il n’existe qu’une petite infirmerie attenante au bagne de Santa Cruz — de la Sainte-Croix — mal aménagée, pauvre en médicaments. C’est pour cette raison que les chrétiens esclaves de particuliers meurent chez leur maître, sans le secours de l’Église. Aussi écrit-il : « Apprenant par la suite, que les chrétiens captifs à Tunis connaissaient les mêmes tourments, n’ayant rien d’autre qu’un petit hôpital sans revenu ni pharmacie, les pauvres malades manquant de tout, je demandai à mes supérieurs l’autorisation de m’y rendre pour fonder un nouvel hôpital ou réédifier celui qui existait pour que les malades soient bien assistés, parce que dans celui qu’il y a à l’heure actuelle on n’accueille pas de malades esclaves de particuliers, c’est pourquoi ils meurent chez leurs patrons sans sacrements, sans le nécessaire ; et notre très révérend père, maître frère Thomas Gonzalez Camino président de Province par la mort de notre très Rvd frère Francisco de Heredia Provincial de la Province de Castille, Léon et Navarre m’écrivit une lettre de la teneur suivante dans laquelle il me donne son autorisation20. »

  • 21 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. II et III.

12Donc le 4 janvier 1720, avec l’accord de la plus haute autorité et sur le conseil du vicaire apostolique, le père Ximénez quitte Alger en compagnie du père Lázaro Sanz pour Tunis. Mais la tempête les ramènera au rivage, épuisés, après deux jours de lutte contre les vagues. Ils furent soignés à l’hôpital et le départ, définitif cette fois, aura lieu le 19 mai 1720, sans le père Lázaro Sanz, tombé malade, qui mourra quelques mois plus tard. Il arriva à la Goulette le 28 mai 172021.

  • 22 Ibid., t. IV, fol. 23.
  • 23 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. IV, fol. 19-20. Cette somme variera au cours des négociation (...)

13Le bey de Tunis ou le « roi » de Tunis comme le nomme parfois le père Ximénez, Hussein Bin Ali — qui signera convention et clauses22 — est favorable au projet, parce qu’il en attend un revenu. Il règle en effet la question de la construction de l’hôpital comme il règle d’ordinaire les questions de concessions : il donne à ferme un terrain au prix de 200 pesos dans un premier temps23, puis il s’oppose à l’idée d’une construction nouvelle et ne donne son accord qu’à la rénovation du bâtiment de l’infirmerie existante, car il craint que les esclaves ne s’évadent.

14Si, somme toute, le dey est prêt à favoriser l’implantation d’un hôpital ou le développement de la structure existante, en revanche les religieux de l’ordre de Saint François, les capucins, ne l’entendent pas de cette oreille. Déjà établis dans la ville, ils considèrent que les trinitaires marchent sur leurs brisées. Ils craignent sans l’avouer que les aumônes dont ils vivent et que leur remettent les captifs chrétiens soient moindres ou ne soient plus. Dans cette affaire si délicate, le père Ximénez se montre diplomate : il se concilie le vicaire apostolique, Lambert Duchesne, qui soutient le projet, alors qu’en réalité son accord n’est pas nécessaire. Il trouve des appuis à Rome et il évite les conflits avec ses rivaux. Il cherche infatigablement toutes les aides et trouve tous les soutiens, tant du côté du bey que du côté de l’Église et des captifs, nobles et prêtres.

  • 24 Ibid., t. IV, fol. 7.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., t. IV, fol. 8. « No menos temiendo yo los celos, viendo los trinitarios recurrir a mí por e (...)
  • 27 Ibid., « El señor Bey se ha declarado favorable a los esclavos suyos confidentes de agradarse de t (...)

15Il se montre très actif et opiniâtre : il entre en contact avec les diverses autorités dès son arrivée à Tunis. Il obtient, avec l’accord de l’Église et du roi d’Espagne, les sommes nécessaires à la fondation réunies en Espagne par son ordre. Il essaie de faire restituer des fonds et leurs arriérés qui auraient été légués autrefois et déposés au Mont de Piété de Malte24. Il écrit à Paris pour obtenir les remèdes que le défunt Louis XIV avait fait distribuer aux pauvres25 et, entre temps, il fait venir à ses frais de France à Tunis les médicaments pour l’infirmerie du bagne de Santa Cruz. Il ne perd pas de vue, comme le lui rappellent les trinitaires chargés de l’entretien de l’hôpital d’Alger, que l’investissement de départ est toujours le plus important et qu’il faut énormément d’argent pour construire et équiper. Le père prend conseil des gens compétents, car il a les pieds sur terre. Il multiplie les démarches, les courriers et les rencontres pour obtenir des sommes du Saint-Siège dont il a la considération26, du bey27 et des chrétiens de Tunis. Son projet aboutira dans la seconde moitié de l’année 1723.

  • 28 Ibid., fol. 10-11.
  • 29 Oran occupée par les Espagnols de 1509 à 1792 sera aux mains des Turcs de 1708 à 1732.
  • 30 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. IV, fol. 156.

16La fondation de l’hôpital sert les visées d’un religieux militant de l’Église et de l’Espagne, capable de se projeter dans l’avenir à court et à long terme. Diplomate tenace, il évalue toujours et souvent de façon chiffrée. À Alger comme à Tunis il sera au cœur des échanges d’hommes entre l’Europe et les régences, car les esclaves sont le produit de la course : enlevés sur les côtes ou pris en mer, ils sont vendus, rachetés ou échangés. Ils sont une part plus ou moins importante, selon les périodes, des revenus des différentes « Nations », soit en produit vendu, soit en main-d’œuvre. Le père donne des exemples et fournit des chiffres. Le père Joseph Bernard — dit-il — trinitaire français, chapelain de monsieur Dusault, Envoyé Extraordinaire et Plénipotentiaire des royaumes d’Afrique, parti quinze heures après lui, le 6 janvier 1720, pour Tunis avec l’argent du rachat, est arrivé ; ce qui n’était jamais assuré. Il rachète soixante captifs chrétiens et les emmène à Marseille, avec soixante-six autres hommes déjà rachetés à Tunis par les moines de l’ordre, soit au total cent vingt-six personnes28. De même, la liste générale de tous les chrétiens captifs de la ville d’Oran depuis que la ville est tombée aux mains des Turcs, c’est-à- dire de 1708 à 171929 — onze ans environ — apparaît dans le tome II du journal. Autre exemple, le dimanche 29 septembre 1720, le père donne l’information suivante : « Je rendis visite au consul anglais et le père préfet était là qui négociait le rachat d’un captif florentin esclave du pacha, en échange d’un Turc esclave à Civita Vecchia30. »

  • 31 Imbert, Jean, Histoire des hôpitaux en France, « Que sais-je ? » 5e éd., Paris, PUF, 1988, p. 24. (...)
  • 32 Cornette, Joël, « Petits écoliers du roi », L’Histoire, no 202, septembre 1996.
  • 33 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. IV, fol. 56-57.

17En fondant cet hôpital, le père a un objectif très précis : il veut non seulement instruire les chrétiens qui ignorent la doctrine en les y retenant le temps nécessaire, mais encore soudoyer les maîtres d’enfants esclaves pour qu’ils les y laissent venir. Ils apprendront à lire et à écrire, afin d’éviter leur conversion à l’islam, car depuis le Concile de Trente31, « l’alphabétisation est avant tout une forme de christianisation, un moyen de lutter contre l’hérésie, un outil de surveillance morale32 », sans compter que ces visées ont toujours été celles des trinitaires. Il veut aussi aider dans l’affirmation de leur foi les personnes de caractère faible, dont les femmes, et faire des chambres séparées pour elles — fléchissant ainsi leur maître — où elles seront soignées ou mourront munies des sacrements de l’Église. L’hôpital accueillera hérétiques et infidèles qui, mûs par les exemples de dévotion qu’ils verront, se convertiront comme cela s’est produit à Alger33. La présence des trinitaires dans la ville attirera les pères rédempteurs espagnols qui ne viennent plus à Tunis depuis plus de quatre-vingt-dix ans, parce qu’ils ne connaissent pas le pays et que rien ne les y conduit, au contraire d’Alger. L’hôpital crée donc les conditions du maintien de la foi chrétienne et permet de renouer les liens entre l’Espagne et la régence de Tunis par l’intermédiaire des religieux rédempteurs. Œuvre de missionnaire, rôle de pionnier, car l’Espagne ne rétablira ses liens commerciaux, en signant des traités avec Tunis, qu’à la fin du xviiie siècle.

  • 34 Université de Tolède.
  • 35 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 199 (...)

18C’est le début du journal qui explique comment et pourquoi Francisco Ximénez s’est jeté dans cette aventure. Il entre avant l’âge dans l’ordre des trinitaires : à quatorze ans quatre mois et dix-huit jours, il prend l’habit au couvent de Dos Barrios. Il devient donc novice le 20 avril 1700 sous la direction du père Bartholomé Serrano, décédé en 1716. Il était novice depuis dix-huit mois quand on l’envoya étudier la somme philosophique et la logique à Tolède en attendant qu’il ait l’âge requis pour prononcer ses vœux. Le supérieur du couvent, le père Juan Muñoz de la Cueva, docteur en théologie de l’Université de Tolède, professeur à Durando34, théologien de l’assemblée royale de l’Immaculée Conception, qualificateur du Saint-Office, examinateur synodal de l’archevêché de Tolède, ministre provincial de la province de Tolède et en 1717, au moment où le père Ximénez écrit, évêque de Orense, ne pouvait que susciter le respect et l’admiration du jeune novice. En effet, en 1701, il était parti à Alger racheter un grand nombre de captifs35, c’est pour cette raison que le père Joseph Ortega qui remplaçait le père supérieur dans ses fonctions l’ordonna le 4 décembre 1701. L’exemple du père Juan Muñoz de la Cueva et celui du père Serrano seront déterminants.

  • 36 Fr. Francisco Ximénez, Viaje de Argel, año de 1717. « Entrado ya el año siguiente de mil setecient (...)

19Le père Serrano, Maître des novices qui le dirigea pendant son noviciat, avait passé sept ans à l’hôpital d’Alger. C’est lui qui avait obtenu que les religieux puissent porter l’habit des trinitaires dans les rues de la ville. Ses récits, son exemple, celui du supérieur décideront très vite de la vocation du jeune garçon. Il écrit : « L’année suivante 1702 était déjà bien avancée quand le dit P. Supérieur revînt de la Rédemption, et le voyant si heureux ce qui venait d’une si haute charge mon désir d’aller à Alger se fit plus pressant, j’espérais trouver l’occasion d’en obtenir l’autorisation quand je serais prêtre et qu’on aurait besoin d’envoyer quelqu’un36. » C’est alors qu’il découvre le plaisir que peut procurer une mission.

  • 37 C’était, semble-t-il, le cursus ordinaire des trinitaires, car nous lisons dans le rapport fait pa (...)

20Sa jeunesse fit qu’on l’envoya étudier au couvent de Tolède où il termina las Artes : l’étude des sciences ; la métaphysique et la physique, en 1704. Ces études finies, ses supérieurs l’envoyèrent étudier à l’Université de Salamanque la théologie, pendant quatre ans37. Il était Chorista, charge dévolue aux religieux qui n’étaient pas ordonnés prêtres. Il chantait les psaumes et les prières pendant les offices divins. À cette époque, il n’osa pas poser sa candidature, lorsqu’on eut besoin d’un religieux pour Alger, sachant que c’était inutile. Il devint prêtre en 1709, puis en décembre, maître des novices du couvent de Tolède, durant six mois, au bout desquels il fut envoyé, en 1710, au couvent de Cuéllar, comme grand Prédicateur. Ensuite on le nomma vicaire de ce couvent. Il en assumait la direction en l’absence du ministre. L’occasion de partir pour Alger se présenta de nouveau, mais il fut refusé par la hiérarchie de l’ordre.

21Il revint en 1712 à Tolède comme grand Prédicateur. Puis il fallut des religieux pour Alger et Oran, où l’ordre voulait fonder un hôpital, malgré l’opposition des « Maures ». Il posa sa candidature, qui fut refusée « por no dar pesadumbre a sus padres » — pour ne pas mettre ses parents dans la peine —. Il conserva ses fonctions jusqu’en 1717. Enfin, le 26 juin 1717, il apprit, alors que la fièvre typhoïde le clouait au lit, que cette fois il partait. Le décès de sa mère le 3 janvier avait — écrit-il — facilité les choses. Ce départ vers un pays si lointain chagrinait son père, il resta auprès de lui une semaine.

  • 38 P. Fr. Pedro de Altuna, Predicador General, De la Coronica general de la Orden de la SS. Trinidad. (...)

22On ne peut nier que le père Ximénez savait ce qu’il voulait et qu’il se donna les moyens de satisfaire son ambition. Il y mit patience et ténacité. L’Église choisissait avec soin les religieux qui allaient en pays musulman. « Ils devaient être prudents, fiables, authentiques, patients, compatissants, et brûler de charité pour Dieu et pour leur prochain, ... pour pouvoir ainsi, en toute sécurité, aller parmi les infidèles et les Maures38 ». Autant dire que si ces vertus devaient être reconnues aux Rédempteurs qui restaient deux à trois mois en terre infidèle, le temps de négocier le rachat des captifs, elles devaient être l’apanage de celui qui partait pour des années. Le Père Ximénez aura dû attendre dix-sept ans avant d’avoir les qualités nécessaires à cette mission, avant d’être reconnu éminent en tout point.

23Donc, quand le père embarqua pour l’Afrique du Nord en 1718 et réalisa son vœu le plus cher, il était dans sa trente-troisième année. Il appartenait à l’élite du clergé ; il faisait partie de ceux que l’on reconnaissait dignes de diriger un couvent, ce qu’il fera à son retour de Barbarie. Il restera deux ans à Alger, après s’être arrêté à Oran, où il devait tenter d’établir un hôpital. L’opposition des Turcs qui voyaient en lui un espion du roi d’Espagne, mais aussi les réticences des captifs, ainsi que l’opposition sourde du consul anglais, le conduiront à renoncer, à aller à Tunis réaliser ce projet. Le 23 juin 1723, un an et cinq jours après le commencement des travaux, l’hôpital est inauguré. Le Père restera à Tunis dix-sept ans, au moins. Il continuera à écrire le journal commencé à Madrid en 1717. Il semble donc que l’on puisse voir chez lui une véritable vocation. Ce n’était pas le cas de tous ceux qui entraient dans les ordres en Espagne, à cette époque encore. On y entrait aussi par convenance personnelle pour assurer sa subsistance.

Les racines

  • 39 Diario de Argel, henero 1720, sábado 6 « Tambíen me encomendava mui de veras a N. Señora del Rosar (...)

24Mais que savons-nous de son enfance à Esquivias, que savons-nous de la famille dont il était issu, qui nous permettrait de comprendre cette vocation ? Nous apprenons qu’il a un attachement tout particulier à Notre-Dame du Rosaire, vénérée à Esquivias, son village natal, et qu’il a cette vénération « depuis qu’il a l’âge de raison39 ». C’est peut-être ce qui l’a poussé à entrer au couvent de Dos Barrios, placé sous cette même invocation.

  • 40 Malheureusement l’autorisation de photocopier ce document ne nous a pas été accordée.
  • 41 Tella Cabana, Antonio de, notario, 1715-1717, p — 06975, Archivo histórico provincial, Toledo, Jul (...)
  • 42 Les termes utilisés étant : « para poder profesar y otorgar renuncia de sus legítimas paterna y ma (...)

25De ses parents, nous ne savons rien si ce n’est que son père vivait toujours à Esquivias, qu’il y avait des parents et que sa mère était décédée le 3 janvier 1717. Nos recherches dans les archives du diocèse à Tolède nous ont permis de trouver l’acte d’ordination du père et d’apprendre ainsi que sa mère s’appelait Béatrice Sánchez40. Nous avons aussi découvert41 aux archives d’histoire de la province, grâce à un acte notarié, qu’avant de partir au Maghreb le père Ximénez avait pris certaines dispositions : son père âgé de soixante ans n’était pas bien portant, si bien que la gestion de ses biens meubles et immeubles fut confiée insolidum à trois religieux, dont un cousin du côté de son père. D’une part, parce qu’il craignait de ne pas revenir d’Alger, d’autre part, parce que sa soeur Mariana était entrée dans les ordres et avait ainsi à son tour renoncé à son statut dans le siècle et par voie de conséquence à son héritage42. Enfin, si nous apprenons que la famille avait du bien, notamment des terres, nous ne savons pas quel était précisément son patrimoine, ni quel était le statut social exact de la famille.

  • 43 Fr. Francisco Ximénez, Diario de Argel, henero 1720, sábado 6 « Una hermana mía Religiosa Capuchin (...)

26Sa sœur, capucine à Tolède, s’appelait sœur Claire Marianne43. Elle était membre d’un ordre mendiant dont la règle — vœu de pauvreté et vie d’aumônes — était celle de Saint François. C’était un ordre populaire, parce qu’il était proche des démunis. Il recrutait surtout parmi les pauvres. Nous apprenons aussi qu’un cousin germain, Manuel Ruiz, prend l’habit le 18 août 1717 au couvent trinitaire de Madrid et que le père a été chargé de lui faire étudier « les premiers rudiments de la lecture, de l’écriture et la grammaire ». Ce novice était probablement très jeune et analphabète lorsqu’il entra chez les trinitaires au contraire de son cousin. Aussi sommes-nous tentée de penser que Manuel Ruiz suivait les traces de ce cousin.

27Ainsi, le père Francisco Ximénez appartenait-il à une famille dont le sentiment religieux était très fort, ce qui en Espagne n’était pas rare. Il avait opté comme sa soeur et son cousin, pour un ordre porté au sacrifice. Son choix n’a donc pas été fortuit : il a été préparé par l’ambiance familiale et le sentiment religieux collectif du village natal, quel qu’ait été le statut social de la famille.

La règle trinitaire

28Devenir trinitaire signifiait se consacrer à la rédemption, symbolisée par la croix, montant rouge et traverse bleue, qui paraissait sur la chape de laine blanche ou couleur buriel pour les Espagnols. Les trois couleurs étaient symboliques de la Trinité : le blanc, couleur parfaite figure le Père, le bleu le fils à cause des souffrances de la Passion et le rouge le Saint Esprit.

  • 44 Mais les ministres — les supérieurs des couvents — en tournée ou en voyage de rédemption furent au (...)
  • 45 Un an de noviciat à ses frais hormis la nourriture. Voir Deslandres, P., L’Ordre des Trinitaires p (...)
  • 46 L’Ordre fut fondé par saint Jean de Matha et Felix de Valois en 1198, année de la quatrième croisa (...)
  • 47 Fr. Francisco Ximénez, Viaje de Argel, Año de 1717. « Desde que Dios nuestro Señor me llamó a la R (...)
  • 48 Fr. Francisco Ximénez, Diario de Argel, tome II, julio de 1719, sábado, 1 « La Providencia Divina (...)

29C’était jeûner du 13 septembre à Pâques, les lundis, mercredis, vendredis et samedis, prendre peu de vin, observer le silence et prier, au moins dans les hôpitaux, devant les pauvres pour l’Église romaine et toute la Chrétienté, confesser le malade le jour de son entrée à l’hôpital, se déplacer par humilité à dos d’âne ou de mule44. Postulant, c’était accepter de faire avant d’entrer dans l’ordre un an de noviciat45. Accepter aussi que le Supérieur du couvent, le ministre, soit choisi parmi les prêtres et élu par le suffrage de tous les frères. Enfin, diviser les revenus en trois parts égales : un tiers pour le couvent, un tiers pour l’exercice de l’hospitalité et le dernier tiers pour le rachat des captifs. C’est dire que le Père adhérait absolument à la règle, lorsque l’on considère sa vie et lorsqu’il part pour l’Afrique du Nord46. Il suffit de lire les premières phrases du journal : « Depuis que Dieu notre Seigneur m’a appelé à la Religion de la Ste-Trinité, je me suis senti poussé à aller à l’hôpital que notre Province de Castille a à Alger pour répondre à la règle du rachat des captifs et de l’hospitalité, en soignant les captifs chrétiens malades, en leur administrant les Saints Sacrements et tout ce qui est nécessaire au soulagement spirituel et corporel47. » Il adhère avec passion. Il ajoute le 1er juillet 1719 : « La providence divine a établi dans le monde la Religion de la très Sainte Trinité dont le nom, l’institution, et la règle s’opposent directement à la secte de Mahomet... la règle et l’institution sont faits pour que ceux qui les professent arrachent les captifs à l’esclavage mahométan, à l’exemple du Christ rédempteur du monde. La sainte règle ordonne que pour le rachat des captifs on sépare le tiers des biens propres ; parce que, de même que le Christ perfectionna l’œuvre de Rédemption, non par l’effusion du sang d’autrui, mais du sien propre, de même la rédemption de cet ordre doit se faire avec sa propre substance, et plus d’une fois par l’effusion de sang. Le désir des mahométans est de faire esclaves les chrétiens, et la vocation de cet ordre c’est de les racheter et de les tirer de leurs mains48. » Trinitaire, il est prêt à affronter le martyre au nom du Christ et se déclare l’ennemi des musulmans. Il ne s’agit donc pas de préjugés au sens courant du terme, comme on a pu le dire. Il s’agit d’une vision du monde propre à ces religieux et fondatrice de l’ordre.

  • 49 P. Fr. Pedro de Altuna, Predicador General, De la Coronica general de la Orden de la SS. Trinidad, (...)

30Qu’attendaient ses supérieurs de lui sur le terrain, quand ils l’envoyaient en Barbarie ? Ils attendaient d’abord un comportement. Le père fr. Pedro de Altuna49 dit comment un rédempteur peut aller en terre infidèle sans s’exposer. La première vertu, essentielle, doit être la prudence, « reine de toutes les vertus morales ». Il doit avoir « une foi en Dieu pure et vive et s’exposer à perdre la vie pour la défendre et même la donner si c’est nécessaire... Car le vrai fidèle doit être comme le serpent, qui se soucie seulement de conserver sa tête, il ne se soucie pas du corps, et peu lui importe qu’on le lui sectionne en plusieurs morceaux, s’il a la tête hors de danger : ainsi un chrétien, qu’il mette en jeu son bien, sa vie, son honneur, qu’il perde tout, sauf la foi, qui est la tête et la racine ». Subir le martyre plutôt que renier ! « La foi envers les hommes n’est pas moins nécessaire : on appelle fidélité le fait de rendre compte des aumônes et de l’argent qu’on donne pour racheter les captifs ». Aux vertus spirituelles s’ajoutent honnêteté et capacité de gestion, car il leur faut aussi « tenir ce qu’ils ont promis en toute honnêteté aux infidèles, Turcs et Maures, pour que si par hasard l’argent venait à manquer et qu’il soit nécessaire de racheter quelques captifs qui sont souvent peu solides dans leur foi, s’ils ne les rachètent pas cette fois-là, et si les Maures ou les Turcs les leur donnent sous le sceau de la parole donnée, ce sera parce qu’ils disent vrai..., la vérité peut beaucoup, même parmi les Turcs et elle est absolument nécessaire... car ils se trouveront en bien des occasions dans l’obligation d’engager leur parole ». La crédibilité est le meilleur moyen de sauver les âmes en difficulté. Un jugement de valeur négatif, traditionnel, porté sur les Turcs et les musulmans apparaît : la vérité opère même sur ceux qui ne respectent pas la parole donnée. Cette vision, courante à l’époque, mais contestée par certains, du musulman qui ne tient pas ses engagements est reprise par le père Ximénez.

31Ils doivent « resplendir de patience, tantôt supportant les injures et la dérision des Maures, tantôt tolérant les désagréments causés par les captifs, car il est naturel que chacun pour sortir de l’esclavage les fatigue et les ennuie... car personne ne peut être parfait... s’il n’est patient dans les contrariétés et la gêne qu’occasionne le prochain, en se montrant compatissant avec lui, car aux mains de ces barbares ils souffrent beaucoup. Beaucoup auront fait preuve de cette vertu car les uns par compassion pour les captifs restent en otages pour leur administrer les Sacrements et consoler ceux qui sont affligés : d’autres devenaient captifs pour donner la liberté à ceux qui ne l’avaient pas ». Enfin, il doit être « plein de charité, lien de la perfection... pour traiter avec sollicitude de la liberté des captifs, en les voyant opprimés ». À tout cela, le père répond. Il se trouvera à Alger et à Tunis, dans les situations décrites et il restera en otage à Tunis, à cause de la dette contractée par les mercédaires pour libérer des captifs.

  • 50 Fr. Francisco Ximénez, Viaje de Argel, tome I, año 1717, fol. 1.
  • 51 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 30 « Estuve con atención reparando en la entrada del baño de (...)

32C’est dans ce climat de peur de la barbarie du Turc, du danger toujours couru en terre musulmane, qu’il a baigné en Espagne. C’est ce qui l’a formé et ce que lui a raconté le père Serrano lorsqu’il était novice. Il écrit : « Il [le p. Serrano] a supporté de grandes souffrances parmi ces Barbares, ayant été deux fois prisonnier et bien près d’être martyrisé50. » C’est cette peur qu’il exprime, lorsqu’il aperçoit de l’hôpital la falaca. « J’étais en train de regarder avec attention l’entrée du bagne de la Galère qui est contigu à l’hôpital (plus exactement il est à l’intérieur de l’hôpital au-dessus des tavernes du bagne) et je vis que là sont accrochés les instruments pour châtier les chrétiens, comme d’autres les armes et les blasons de leurs familles : ils ont douze verges, quelques-unes plus grosses et d’autres plus fines, là sous la main pour les bâtonner fréquemment et ils ont en réserve deux fagots pour les remplacer quand elles cassent. Ils ont un bâton qu’ils appellent falaca avec au milieu quelques cordelettes avec lesquelles ils attachent les pieds des captifs pour leur donner des coups de bâton sur la plante des pieds et celui-là je l’ai essayé au cas où il arriverait que l’on me châtie et je considérai le tourment que devaient supporter les pauvres captifs, si grand, non seulement à cause des coups de bâton, mais encore à cause de ce bâton avec ces cordelettes car elles coupent nécessairement très douloureusement les pieds51 ».

33Il ne pouvait se contenter de remplir sa tâche à Alger, il lui fallait fonder un hôpital, lieu de foi et de protection car, s’y trouver, c’est être reconnu malade, avoir droit aux soins, au repos, à la régression momentanée, c’est échapper au travail, à la persécution et par conséquent à l’apostasie. Le lieu d’instruction des chrétiens qui ignorent la doctrine, enfants comme adultes. On dispense, dans ce lieu de soutien pour ceux qui n’auraient pas la force d’affirmer leur croyance par faiblesse de caractère, les premiers éléments du savoir — la lecture, l’écriture, la grammaire — qui renforcent la foi, écartent l’hérésie et le reniement. Enfin, lieu d’accueil en vue d’une possible conversion au catholicisme romain, l’hôpital crée les conditions du maintien de la foi chrétienne et de sa propagation en terre d’Islam. Œuvre de missionnaire, la fondation d’un hôpital sert les visées d’un religieux militant.

Le manuscrit

34Le compte rendu continu de cette mise en œuvre constitue l’ossature du journal. Assidûment, journellement, le père a noté les événements de sa vie quotidienne de trinitaire à l’hôpital d’Alger, puis à Tunis. Ainsi le récit de neuf années, soit plus de trois mille jours de la vie d’un religieux du premier quart du xviiie siècle, est contenu dans cet ouvrage. Deux années pleines plus une semaine, soit sept cent trente-sept jours de sa vie à Alger pour témoigner de ce qu’il voit, pour raconter sans composition particulière, avec les mots courants de l’époque, ce que lui ont dit les captifs, ce qu’il a vu, ce qu’il a lu ou vérifié sur le terrain. Sept cent trente-sept jours comme il les a vécus les uns après les autres. Le lecteur pourra en prendre la mesure par les quelques pages écrites en janvier 1720. Elles seraient de la même teneur si nous avions choisi un extrait, avant ou après cette date. Il y est question des malades, des rencontres avec les captifs, de leur rachat, des renégats, des visites ou des convocations chez le dey, des juifs et des maures qui fournissaient l’hôpital, des contacts avec le vicaire apostolique, des religieux, des consuls, de l’annonce de l’arrivée dans le port de prises faites par les corsaires, du temps qu’il fait — intéressant pour le climatologue, mais aussi pour celui qui en connaît l’influence sur les récoltes —, des allées et venues, des quelques promenades, de la célébration de la messe, de l’administration des saints sacrements, des décès, des messes et des enterrements, des indulgences et de l’enseignement aux enfants. Bref, il s’agit de la diversité et de la répétition propre au quotidien.

  • 52 Foisil, Madeleine, Le sire de Gouberville, un gentilhomme normand au xvie siècle, Paris, Flammario (...)
  • 53 Ibid., Introduction, p. 17.
  • 54 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, Tomo II, Prólogo, julio 1719. « ... si es verdad que much (...)

35Le lien est direct du vécu au récit spontané : événement et écriture coïncident en quelque sorte. « Extraordinaire fortune pour l’historien avide de témoignages vécus que ce texte qui est le lent et minutieux déroulement, nous pouvons dire, le film de la vie de tous les jours d’il y a quatre cents ans et qui permet de regarder et de voir en direct52 », écrit Madeleine Foisil dans son introduction à son livre, le sire de Gouberville. Nous pouvons reprendre le même propos en remplaçant quatre cents ans par deux cents. Or, « une vie quotidienne, c’est, jour après jour, une répétition des mêmes moments, des mêmes attitudes. Les jours succèdent aux jours, dans une inévitable plage d’uniformité et le journal, qui en est le mémorial, qui les fixe dans l’écriture, est par nature, répétitif53 ». C’est cela qu’exprime le père lorsqu’il écrit : « Bien qu’il soit vrai que beaucoup de choses paraîtront inutiles au lecteur, mais je l’ai écrit, parce que souvent il n’y a pas autre chose à écrire, et pour qu’on sache le travail que nous faisons chaque jour et ce qui se passe par le menu dans ce pays54. »

  • 55 Diario de Argel, diciembre de 1718, martes 27 « Día de Sn Juan Evangelista. Vino el consul francés (...)
  • 56 Diario de Argel, diciembre de 1718, miércoles 21 « Ha caído mucha nieve en las sierras del Cuco, p (...)
  • 57 « Indice de las cosas más notables que se contienen en este libro, y se notará que la letra p. den (...)
  • 58 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, mayo de 1719, martes 9, fol. 111. « Vamos oy a la Bellida (...)
  • 59 Diario de Argel, mayo de 1719, fol. 113 « Concurrieron a este fonduco en esta noche muchos Moros »

36Pendant tout ce temps le père n’a cessé d’écrire. Parfois, deux ou trois lignes signalent le fait marquant du jour. Passant sous silence tout le déroulement de la journée, le quotidien est éclipsé, comme ce mardi 27 décembre 1718 : « Jour de St Jean l’Évangéliste le consul français et son chancelier sont venus déjeuner à la maison55 », ou ce mercredi 21 décembre 1718 : « Il est tombé beaucoup de neige sur les montagnes du Cuco, ce qui a un peu rafraîchi le temps à Alger56. » Parfois ce sont trois pages de manuscrit, d’autres fois ce sont de longs développements à propos des événements qu’il relate. Malgré les silences, le manuscrit vaut en partie par la continuité, la persévérance dans l’écriture ; souvent l’irrégularité s’installe, le journal commencé est délaissé. Le père semble avoir échappé à la règle, bien qu’à Tunis il ait cessé l’élaboration de l’« index des choses les plus remarquables que contient ce livre », établi pour le journal d’Alger, index alphabétique pour chacun des deux catalogues57. Mais, en ce qui concerne la rédaction du journal lui-même, quel que soit son état de santé, qu’il souffre de furonculose, qu’il se soit rendu à Blida, qu’il parte pour Tunis, il n’interrompt pas pour autant sa relation et même il raconte ce qui s’est passé à Alger pendant son absence, glissant du présent au passé en fonction du moment où il écrit. Il utilise la marge pour un rajout, un oubli, une correction ou un repère pour l’index. Le 9 mai 1719, par exemple, il écrit d’abord en marge, « voyage à Blida », puis, « nous allons aujourd’hui à Blida avec l’aide de Dieu et le p. fr. Théodore a dit la messe et moi j’y assistai ne pouvant officier par manque de temps58 ». Il faut donc être très attentif aux repères temporels, involontairement brouillés par ce glissement de temps — du présent au passé — qui révèle sa façon de situer l’expérience du moment. Il laisse supposer qu’il a écrit après la messe qu’ils allaient à Blida. Puis, probablement tôt le lendemain matin, il a continué et nous lisons : « Cette nuit beaucoup de Maures affluèrent au fondouk59. » De la même façon, il a rédigé les sept derniers mois de l’année 1720 qui racontent ce qui s’est passé à Alger, après son départ pour Tunis.

37Et cela jour après jour. L’adverbe oy — aujourd’hui — est le plus fréquent. Employé quatre-vingt et une fois il est rarement situé par rapport à hier — ahier — et encore moins par rapport à demain — mañana —. En effet, sur trois cent soixante-cinq jours le père aura utilisé 4 fois demain et 15 fois hier, ce qui n’est rien, ainsi que : estos días — ces jours-ci — ou estos días passados — ces jours passés — ou encore dos días antes — deux jours avant —. Le passé est, dans le journal, le passé immédiat, pensé par rapport au présent. À cet aujourd’hui, temps du journal ou son équivalent este día — ce jour — utilisé vingt-sept fois, il faut ajouter les moments de la journée : oy por la mañana ; ce matin, une fois, ou encore les variantes qui désignent le jour même, en précisant le moment ou l’heure, comme por la mañana, le matin ; cinq fois, mui de mañana — très tôt le matin — cinq fois, esta mañana — ce matin — quatre fois, al salir el sol — au lever du soleil — ou carrément l’heure précise donnée quinze fois, comme a las dos de la mañana — à deux heures du matin — ou a las nueve y media — à neuf heures et demi —, por la tarde — l’après midi — vingt fois ou esta tarde ; cet après-midi, treize fois, por la noche, quinze fois et esta noche ; cette nuit, treize fois ou esta noche passada — la nuit passée —. La durée et la répétition sont exprimées aussi, quoique plus rarement : toda la noche ; toute la nuit, une fois, todas las noches ; toutes les nuits, deux fois, enfin, todos los días ; tous les jours, six fois et estos días ; ces jours-ci, vingt-six fois. Au total, 178 fois l’expression du jour même. L’unité de temps est donc la journée, fragmentée en heure, matin, après-midi et nuit où se produisent des événements qui se suivent, sans liens entre eux et qui se fondent dans la banalité du quotidien : le temps du journal.

38Pourtant, si l’on se trouve en quelque sorte enfermé dans l’émiettement du temps présent, le futur, en dehors d’un futur immédiat, existe dans l’imaginaire du père comme rêve de restauration de la puissance espagnole et de revanche sur « l’ennemi ». Le passé, celui de l’histoire, n’est pas absent, mais il est ailleurs, le plus souvent dans les petits traités qui émaillent le journal. C’est par conséquent le commentaire de l’événement, la répétition non systématique, non-programmée, mais fragmentée du quotidien, sans bilan, sans retour en arrière véritable, sauf pour ajouter, mais rarement, en marge, une information ou rectifier une erreur. Il ne fait aucune promenade dans le temps, pour revenir sur sa propre vie, sauf parfois un voyage dans l’espace pour raconter Alger en 1720, alors qu’il est à Tunis ou dans le temps pour expliquer en prologue au journal son projet de trinitaire militant à l’hôpital d’Alger.

39S’il nomme les malades et les morts en précisant leur identité, si la confession, la communion, l’extrême-onction, les prières, les messes, le prêche, la discipline — trois fois par semaine en temps de carême — et les vertus miraculeuses des petites pierres de St Jean de Matha sont au centre du récit, en revanche, la médecine pratiquée, les remèdes utilisés, les soins donnés ne sont pas vraiment abordés. L’espace de l’hôpital n’est pas totalement lisible, pas plus que celui de la ville, comme si le père ne sortait jamais. De la rue, il n’évoque que quelques endroits centraux, comme la marine, les portes de Bab el-Oued et de Babazon, le souk et un lieu de promenade — le plus agréable d’Alger — non situés : « las siete vueltas », sans les décrire. Il dit la violence des tavernes et de la rue. Il raconte les moments forts pour les musulmans : la prière, les rassemblements de personnes partant pour La Mecque, les manifestations extérieures de la fête du mouton, du ramadan, de la circoncision, dans leur aspect visible dans la rue. Il rapporte surtout le phénomène maraboutique qu’il regarde comme de la sorcellerie. Enfin, il signale la sodomie, le pecado nefando, qu’il condamne.

  • 60 Peyssonnel, Jean-André, Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, éd. La Découverte, 1987, p.  (...)
  • 61 Nous trouverons des croquis et des éléments d’archéologie dans son journal après sa rencontre avec (...)

40La réalité du pays, c’est de l’hôpital qu’il la rencontre. Les Européens qui vivent à Alger : les religieux bien sûr, les esclaves d’un patron qui sont au travail, ceux qui travaillent ou sont soignés à « l’infirmerie », les personnes qui s’occupent des captifs, les rédempteurs de passage et le vicaire apostolique avec lequel les trinitaires sont parfois en conflit. Les laïcs : les prisonniers chrétiens, les esclaves du dey, les consuls, plus particulièrement le consul français, qui a en charge la protection des chrétiens, les marchands et les renégats. À Alger, il vit en milieu européen, bien qu’il ait eu des contacts avec quelques juifs et quelques musulmans et qu’il ait rencontré des Turcs et des notables du pays à Alger, mais aussi à Blida et à Boufarik, accompagné, lors de son déplacement, du père Lázaro Sanz qui parlait l’arabe, parce qu’il avait été captif à Alger, d’un juif et d’un chrétien qui connaissaient la langue franque. Il a vécu au fondouk d’abord, puis dans une famille juive, comme locataire. Il a été reçu aussi par le caïd de Boufarik. Chemin faisant, il a découvert les marchés à l’intérieur des terres, les muletiers et leurs moyens de transport — ânes, mulets, chevaux, chameaux et bœufs —, l’état des cultures et des hommes et il a transcrit dans son journal ses observations. Il s’est informé auprès du père administrateur, le p. Francisco Navarro et il a fouillé dans les vieux livres. Le père Silvestre est l’une de ses références. Mais il en a d’autres qui font aussi la richesse du journal et qui le différencient des autres ouvrages. Esquivias était une bourgade. On y vivait au rythme des saisons, au rythme du temps qui pesait sur les récoltes, puisque la famille possédait des terres. Le père est devenu attentif au monde sensible ; à la lumière, au temps qu’il fait, à ses conséquences, aux faits météorologiques et climatiques et à la qualité des cultures. De même l’éclat des cérémonies religieuses lui fait écouter et apprécier la musique, quelle qu’elle soit. Il remarque le vêtement des femmes, leurs bijoux. Il raconte les jeux et les fêtes, même s’il a honte de cette frivolité. Enfin, l’Espagne a connu juifs et musulmans et particulièrement Tolède où il a vécu. Aussi apprécie-t-il la beauté des maisons juives et mauresques, qui ne paient pas de mine à l’extérieur, mais qui, à l’intérieur, sont belles et baignées de lumière. Il n’est pas non plus fermé aux sciences de son temps. « Esprit curieux », dira-t-on de lui60 et c’est à lui que l’on apporte les monnaies ou les objets trouvés dans la ville en ruine, près de la Tour de la Mauvaise Femme qui sert de carrière de pierres. Il confie des monnaies aux rédempteurs de France et des Flandres. Enfin, il accompagnera le médecin français Jean-André Peyssonnel dans ses déplacements à l’intérieur de la Tunisie61. Ils seront les premiers Européens à le faire, mais le Père s’y était déjà essayé lorsqu’il était à Alger, en allant à Blida confesser les chrétiens.

41Le père Ximénez a donc vécu à Alger en observateur permanent, notant les événements quotidiens. En fonction de sa mission et de sa sensibilité, il regarde, compare, rapporte les faits, juge. Son regard encore neuf est empreint de ses propres références, mais, mû par un souci de vérité, il indique toujours, souvent vérifiées au coin de la réalité, les sources dont il s’inspire. Pourtant, s’il s’est intéressé à l’islam, aux écoles et à la situation des étudiants, il n’a pas cherché à voir de près le contenu de l’enseignement : on apprend à lire et à écrire le Coran, dit-il. S’il a su comme ses contemporains, d’une certaine manière, penser le politique dans ses traités, l’histoire, l’économie et la campagne restent de l’ordre du récit.

Notes

1 Nous avons constaté des erreurs dans les dictionnaires espagnols qui le citent.

2 Colonia Trinitaria de Túnez, publícalo Ignacio Bauer MCMXXXIV TIP. Gomariz Tetuan. B.N.M. Prólogo. « Joven comenzó su actuación de rescates en las costas de África y puso la primera piedra de un hospital en 4 de agosto de 1722. Se llamó este establecimiento “Real Hospital de San Juan de Mata”... Quedó de presidente de dicho Hospital para cautivos enfermos y en 1725 llevado de su ímpetu humanitario, quedó en rehenes y fianza por el dinero que empeñaron los Mercedarios por el rescate de algunos cautivos. Reintegrado a la península fué Ministro del Convento de Tejeda, en el termino de Garavalla (1745) y Predicador jubilado ».

3 Aldea Q., Marín T., Vives J., Diccionario de Historia Eclesiástica de España, Madrid, C.S.I.C. 1975.

4 Antonino de la Asunción, Diccionario de Escritores Trinitarios de España y Portugal, Rome, 1898, p. 442.

5 Peyssonnel, Jean-André, Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, Paris, éd. La Découverte, 1987, p. 117. « Le 23 septembre je partis de Tunis, accompagné du RP François Ximenès, Espagnol, administrateur de l’hôpital royal des esclaves de Tunis, entretenu par le roi d’Espagne. Ce père est fort curieux et il m’a accompagné dans la plupart de mes voyages. »

6 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, mayo, sábado 13 « Quería entre nosotros dar muestras de ser judío mui devoto porque iba prevenido de una bolsa en que llevava los instrumentos para ir a su iglesia o synagoga que ellos llaman escuela que tienen en este lugar. Esta bolsa es como la que tienen los clérigos en las ciudades para llebar la sobrepelliz. Tube la curiosidad de registrarla y se reduce a un paño blanco de lana fina que como amito se ponen en las espaldas y unas correas de cuero con dos cuernecillos que son de pergamino con insignias al parecer en ellos y de tal suerte se lo ponen, que el un cuernecillo les cae en la frente y el otro en una mano y de esta suerte están en su oración sin moverse como lo he visto algunas vezes en Argel quando tienen la oración en los terrados ».

7 Diccionario de Historia Ecclesiástica de España. « ... sucesos de cada día, especialmente de los hospitales y cautivos ; notas históricas y arqueológicas ; contiene cosas de poca monta, pero otras muy interesantes ».

8 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, diciembre, martes 3 « San Francisco Xavier Apóstol de las Indias, de la compañía de Jesús. Ahier a víspera cumplí treinta y cinco años aviendo nacido el año de mil seiscientos ochenta y cinco ».

9 Nous avons trouvé un document d’inventaire du couvent ainsi que l’histoire de sa fondation à Tolède dans les Archives du diocèse, mais il ne nous a pas été permis de le photocopier. Nous en rapportons le contenu.

10 Archivo Diocesano de Toledo, Frailes Calzados Trinitarios, 4. Document du 30 janvier 1825, signé par le ministre d’alors, fray Manuel Sánchez Majano.

11 Son départ ayant été retardé par ses supérieurs qui souhaitaient qu’il fût accompagné des rédempteurs.

12 Date exacte de la fondation de l’ordre, citée à plusieurs reprises par le père.

13 Archivo diocesano de Toledo, Frailes Calzados Trinitarios, 4. Acte d’ordination de Francisco Ximénez : « Fray Francisco Ximénez religiosso novizio de la Santíssima Trinidad en su conbento de la Primitiva Observancia de Na hijo lexítimo de Francisco Ximénez y Dorotea Sanchez vecinos del lugar de Esquivias... »

14 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, t. I, fol. 2 v. « Después, año de 1714, me hicieron predicador mayor de Toledo, y ofreciéndosse embiar religiosos a Argel y Oran, que entonzes se quería fundar hospital allí, aunque no tuvo efecto, por no averlo permitido los Moros me ofrecí como antes a ir a qualquiera de estas dos partes... »

15 Ce que le père ne dit pas ici, c’est que les captifs d’Oran n’étaient pas favorables à cette fondation, pas plus que le consul d’Angleterre. Ce n’était d’ailleurs pas la première tentative faite par les trinitaires, mais ils avaient toujours échoué.

16 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Túnez, t. IV. fol. 8. « Sé mui bien quanta contradicción suscita el Enemigo para las obras de summa y relevante piedad ».

17 Diario de Argel, fol. 114, año de 1719, mayo, 6 « Es un turco grave a quien todos tienen gran respeto y es querido de todos por su apacibilidad ».

18 Ibid., fol. 115, año de 1719, mayo, 10 « Nos recibió con mucho agasajo y nos dixo que estuviessemos mui enhorabuena lo que quissiesemos... ».

19 Ximénez, fr. Fr., Diario de Túnez, t. IV., fol. 42 et 111.

20 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. IV. Prologo, fol. 1. « Viendo las miserias y trabajos en que se hallavan los cautivos de la ciudad de Orán, sin tener quien los administrasse los santos sacramentos de la Iglesia, y curasse sus enfermedades, desee con vivas ansias el fundar allí un hospital a la manera del que ay en Argel, y, aunque logre el consentimiento de mi Provincia, no lo pude conseguir, porque el Bey de dicha ciudad sospechando que mi compañero fr. Theodoro Lázaro Sanz y yo éramos espías del Rey de España, no nos quisso permitir el que passassemos allá, y lo hubimos que suspender.
Saviendo después, que los Cristianos cautivos de Tunez se hallavan en semejante necessidad, sin tener más de un pequeño hospital, sin renta ni botica, teniendo faltas de todo los pobres enfermos, solicité con mis superiores licencia para passar a dicha ciudad, a fundar un nuebo hospital, o reedificar el antiguo que avía para que los enfermos fuessen bien assistidos, porque en el que aora ay no se reciben enfermos de particular, por cuya causa se mueren en las casas de sus patrones sin sacramentos faltos de todo lo necessario ; y nuestro mui Reverendo Padre Maestro fr. Thomás González Camino Presidente de Provincia por muerte de nuestro mui Rdo P. fr. Francisco de Heredia Provincial de la Provincia de Castilla León y Navarra me escrivió una carta del tenor siguiente en que me da su licencia ».

21 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. II et III.

22 Ibid., t. IV, fol. 23.

23 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. IV, fol. 19-20. Cette somme variera au cours des négociations.

24 Ibid., t. IV, fol. 7.

25 Ibid.

26 Ibid., t. IV, fol. 8. « No menos temiendo yo los celos, viendo los trinitarios recurrir a mí por esto, y no ser expuestos a alguna aspereza allá en Tunez los he querido favorezer, y he usado de la autoridad de la qual me ha honrado la Sancta Sede por prevenir todo obstáculo ».

27 Ibid., « El señor Bey se ha declarado favorable a los esclavos suyos confidentes de agradarse de tal obra, y querer favorezerla, se espera concederá un terreno cómmodo, y contribuirá a la expensa y gasto ».

28 Ibid., fol. 10-11.

29 Oran occupée par les Espagnols de 1509 à 1792 sera aux mains des Turcs de 1708 à 1732.

30 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. IV, fol. 156.

31 Imbert, Jean, Histoire des hôpitaux en France, « Que sais-je ? » 5e éd., Paris, PUF, 1988, p. 24. « Le grand concile de Trente de 1545 à 1563 s’occupe à quatre reprises des problèmes hospitaliers, visant à sauvegarder la destination charitable des fondations et à maintenir l’emprise épiscopale sur l’administration hospitalière ».

32 Cornette, Joël, « Petits écoliers du roi », L’Histoire, no 202, septembre 1996.

33 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, t. IV, fol. 56-57.

34 Université de Tolède.

35 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, t. I, p. 399. En 1701 Juan Muñoz de la Cueva accompagné du père Pedro Logroño et du père José Botella racheta à Alger 152 captifs.

36 Fr. Francisco Ximénez, Viaje de Argel, año de 1717. « Entrado ya el año siguiente de mil setecientos y dos vino el dicho P. Ministro de la Redempción con el gusto, que venía de tan alto empleo, se avivaron más mis deseos de ir [a] Argel, esperando lograr ocasión de obtener licencia para ello, quando fuesse sacerdote, y hubiesse de embiar alguna persona ».

37 C’était, semble-t-il, le cursus ordinaire des trinitaires, car nous lisons dans le rapport fait par le ministre du couvent de Dos Barrios en 1825 dans la colonne « Estudios : literatura y méritos, 3 años de filosofía, 4 de teología, 3 de escritura, Predicador Jubilado y Ministro dos veces de esta casa ».

38 P. Fr. Pedro de Altuna, Predicador General, De la Coronica general de la Orden de la SS. Trinidad. 1637, Libro II, capitulo 8, fol. 315. « De las calidades que han de tener los Religiosos que han de ser nombrados por redemptores y de los más insignes que resplandecieron en ellas en las Provincias de Castilla y Andalucía ».

39 Diario de Argel, henero 1720, sábado 6 « Tambíen me encomendava mui de veras a N. Señora del Rosario cuya imagen se venera en Esquivias Aldea de Toledo donde soy natural, devoción que he tenido desde que tube uso de razón ».

40 Malheureusement l’autorisation de photocopier ce document ne nous a pas été accordée.

41 Tella Cabana, Antonio de, notario, 1715-1717, p — 06975, Archivo histórico provincial, Toledo, Jullio 7 de 1717.

42 Les termes utilisés étant : « para poder profesar y otorgar renuncia de sus legítimas paterna y materna ».

43 Fr. Francisco Ximénez, Diario de Argel, henero 1720, sábado 6 « Una hermana mía Religiosa Capuchina en Toledo llamada Sor Clara Mariana y la única que tengo ». (Une mienne soeur religieuse capucine à Tolède, appelée sœur Claire Marianne et la seule que j’aie.)

44 Mais les ministres — les supérieurs des couvents — en tournée ou en voyage de rédemption furent autorisés en 1256 à monter à cheval s’ils ne trouvaient pas de mules. Voir Deslandres P., L’Ordre des Trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, 1903.

45 Un an de noviciat à ses frais hormis la nourriture. Voir Deslandres, P., L’Ordre des Trinitaires pour le rachat des captifs, Toulouse, 1903.

46 L’Ordre fut fondé par saint Jean de Matha et Felix de Valois en 1198, année de la quatrième croisade pour racheter et soigner les captifs chrétiens.

47 Fr. Francisco Ximénez, Viaje de Argel, Año de 1717. « Desde que Dios nuestro Señor me llamó a la Relixión de la SS. Trinidad, tuve impulsos de ir a los hospitales, que tiene en Argel esta Provincia de Castilla, a cumplir con el instituto de redimir, y de la hospitalidad, assistiendo à los cautivos Christianos en sus enfermedades, administrándoles los Sanctos Sacramentos, y todo lo demás necessario para su alivio Espiritual y Corporal... »

48 Fr. Francisco Ximénez, Diario de Argel, tome II, julio de 1719, sábado, 1 « La Providencia Divina estableció en el mundo la Religión de la SSma Trinidad cuyo título, instituto, y regla, directamente se opone a la Secta Mahometana... La regla y el instituto son destinados, a que sus professores rediman a los cautivos de la esclavitud Mahometana, al exemplo de Christo Redemptor del mundo. Ordena la Santa regla, que para la redempción del cautivo se separe la tercera parte de los bienes propios ; porque assí como Christo perfeccionó la obra de la Redempción, no con la efusión de la sangre agena sino de la propia, assí la Redempción de esta orden se ha de executar de la propia substancia, y no pocas vezes con la efusión de sangre.
El anhelo de los Mahometanos es hazer esclavos a los Christianos, y el empleo de esta orden es redimirlos y sacarlos de sus manos ».

49 P. Fr. Pedro de Altuna, Predicador General, De la Coronica general de la Orden de la SS. Trinidad, 1637, B.N.M., Libro II, capitulo 8, fol. 315. De las calidades que han de tener los Religiosos que han de ser nombrados por redemptores y de los más insignes que resplandecieron en ellas en las Provincias de Castilla y Andalucía.

50 Fr. Francisco Ximénez, Viaje de Argel, tome I, año 1717, fol. 1.

51 Diario de Argel, año de 1719, marzo, 30 « Estuve con atención reparando en la entrada del baño de Galera que está contiguo al hospital (o por mejor decir está dentro del encima de las tabernas que tiene dentro del mismo baño) y allí ví que tienen colgados los instrumentos de castigar a los Christianos como otros tienen las armas y blasones de sus familias : tienen doze varas unas más gordas y otras más delgadas allí a mano para apalearlos frequentemente y dos azes tienen de reserba para quando éstas se quiebran. Tienen un palo que llaman falaca con unos cordelillos en medio en que atan los pies a los cautivos para darlos palos en las plantas de los pies y éste me le probé por si llegava la occasión de que a mí me castiguen y estuve considerando el tormento que tendrían los pobres cautivos tan grande no sólo con el castigo de los palos sino también con este palo y cordelillos pues es preciso que axareten los pies con grandíssimos dolores ».

52 Foisil, Madeleine, Le sire de Gouberville, un gentilhomme normand au xvie siècle, Paris, Flammarion, 1981, Introduction, p. 15.

53 Ibid., Introduction, p. 17.

54 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, Tomo II, Prólogo, julio 1719. « ... si es verdad que muchas cosas parezerán inútiles, y demás al lector, pero las he escrito, porque en muchos días no suele aver que escrivir otra cosa, y para que se sepa el empleo en que cada día nos exercitamos, y lo que passa por menudo en esta tierra ».

55 Diario de Argel, diciembre de 1718, martes 27 « Día de Sn Juan Evangelista. Vino el consul francés y el canciller a comer a casa ».

56 Diario de Argel, diciembre de 1718, miércoles 21 « Ha caído mucha nieve en las sierras del Cuco, por lo qual ha refrescado alguna cosa en Argel ».

57 « Indice de las cosas más notables que se contienen en este libro, y se notará que la letra p. denota la página y la letra d. denota el día donde se ha de buscar la cosa ». Suit la « liste générale de tous les chrétiens captifs de la ville d’Oran depuis la perte de la dite place », par les Espagnols s’entend. Viennent ensuite les prières dites à l’hôpital, correspondant à la règle trinitaire. En fait il existe deux index, l’un complet de A à Z, pour le premier tome et pour le deuxième, un autre qui commence après le 30 juin 1719.

58 Ximénez, fr. Francisco, Diario de Argel, mayo de 1719, martes 9, fol. 111. « Vamos oy a la Bellida con la ayuda de Dios y dixo missa el Pe fr Theodoro y yo, la estuve oyendo no pudiendo decirla porque no avía lugar... »

59 Diario de Argel, mayo de 1719, fol. 113 « Concurrieron a este fonduco en esta noche muchos Moros ».

60 Peyssonnel, Jean-André, Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, éd. La Découverte, 1987, p. 117. « Ce père est fort curieux et il m’a accompagné dans la plupart de mes voyages ».

61 Nous trouverons des croquis et des éléments d’archéologie dans son journal après sa rencontre avec Peyssonnel.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540