Version classiqueVersion mobile

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

B. Dispositions testamentaires concernant les mancebos de la tierra

Texte intégral

Année du testament, Testateur

Dispositions concernant les enfants légitimes

Dispositions concernant les enfants naturels

1540
Prado, Melchor

Un garçon : moyens nécessaires à son éducation religieuse et morale.

1545
Almaraz, Francisco de

Trois enfants : confiés à la tutelle de Juan Navarro ; prie le Gouverneur de laisser leurs mères indiennes vivre avec eux.

1547
González, Martín

María, Petronila et un enfant à naître : mille pesos d’or à chacun de ses enfants ; si le bébé à naître ne survivait pas, les deux autres filles devraient se partager sa part.

1547
Peralta, Gonzalo de

Pedro Pablo et Cristóbal : moyens de subvenir à leurs besoins et éducation jusqu’à ce qu’ils soient en âge d’être envoyés en Espagne ; tiers de toutes les richesses qu’il pourrait trouver dans la province avant sa mort.

1547
Samaniego, Juan de

Pedro : tous les biens qui resteront après paiement des dispositions testamentaires.

1547
Valderrama, Cristóbal

Gaspar : une jument que lui doit le capitaine Gonzalo de Mendoza.

1549
Arias, Pedro

Margarita : reconnue en tant que fille naturelle ; reçoit cinq esclaves indigènes.

1551
Méndez, Pedro

Juan, Pedro et Isabel : nommés héritiers universels ; Isabel reçoit la moitié des biens de son père, tandis que ses frères se partagent l’autre moitié.

1552
Coimbra, Francisco de

Francisco et Juan : confiés à la tutelle de Martín de Segovia, ami et héritier universel du testateur.

Clara María : confiée également à Martín de Segovia.

1553
Pérez de Sanbitores, Martín

Isabel : confiée à la tutelle de Juan de Sisa ; reçoit tous les gens qui travaillent au service du testateur et un demi poulain.

1556
Martínez de Irala, Domingo

Ginebra, Marina, Isabel et Ursula : ont déjà reçu leur héritage sous forme de dot.Diego, Antonio, Martín, Ana et María : nommés héritiers universels ; doivent se partager les biens du testateur après paiement des dispositions testamentaires ; le testateur réserve en outre un sixième de ses biens pour Alejandro, fils naturel de Hans Brunberque, dont Irala était l’héritier universel.

1557
Salazar de Espinosa, Juan de

Hipólito, Agustín et Juan : nommés héritiers universels, tout comme Isabel de Contreras, l’épouse du testateur ; celle-ci reçoit la moitié des biens fonciers que le testateur possède au Paraguay, ses trois fils devant se partager l’autre moitié desdits biens, ainsi que les biens que le défunt possède en Espagne ; Hipólito reçoit en outre un esclave africain, un cheval et son harnais, plusieurs armes et quelques vêtements ; Agustín reçoit une épée, une escopette et ses munitions, et un bonnet ; Juan reçoit une arbalète équipée, une épée, un bonnet et un chapeau.

1559
Garcete, Gerónimo

Gerónimo et Miguel : tiers des biens du défunt (les deux autres tiers servant à payer les messes pour sa mort).

1561
Sandoval, Pedro de

Un enfant sur le point de naître : nommé héritier universel des biens du testateur.

Diego, Catalina et un troisième enfant : reconnus enfants naturels (dans un premier testament, daté de 1554, Diego avait été nommé héritier légitime).

1562
Navarro, Juan

Francisco : une jument et trois chèvres ;María : le reste des biens du testateur en tant que dot.

1562
Villalobos, Álvaro

Juan et Andrés : biens qui resteront après paiement des dispositions testamentaires.

1566
Medrano, Inés de (veuve de Pedro de Zayas)

Cristóbal : a déjà reçu l’héritage de son père ;María : héritière de tous les biens de la testatrice.

Inés de Medrano demande à ce que les enfants naturels de son mari puissent rester dans les maisons ayant appartenu à ce dernier et jouir de leurs produits.

1570
Mesa, Pedro de

Marco, Simón et María : doivent se partager les biens que le testateur possède dans le Río de la Plata ; en revanche, María reçoit les deux tiers des biens que son père possédait en Espagne, ses deux frères devant se partager le tiers restant.

1570
Rodríguez de Azuaga, Alonso

Juan : nommé héritier universel de tous les biens du testateur.

Francisco et María : l’item concernant Francisco est illisible ; l’exécuteur testamentaire du défunt demande à ce que María puisse garder à son service une Indienne nommée Mariana, ainsi que les enfants de celle-ci.

1572
Delgado, Francisco

Barnabé et Juan : héritiers à parts égales des biens du testateur, après paiement des dispositions testamentaires.

1572
Fustes, Juan de

Pedro, Lucía, Juan et Francisco : nommés héritiers légitimes ; Lucía reçoit en dot la moitié de la maison de son père, un terrain et deux vaches ; le reste des biens doit être partagé entre les quatre enfants et leur mère.

1572
Pérez, Alonso

Alonso : nommé héritier universel ; confié à la tutelle de Juan Merino, ami du testateur.

1572
Rute, Juan

Juana : maison du testateur à Asunción et moitié de la ferme que celui-ci possède en dehors de la ville ; reçoit en dot l’arquebuse et l’épée de son père ;Miguel : a déjà reçu une arquebuse et une épée, un cheval, son harnais et une lance ; doit recevoir également le bénéfice de la vente d’une arbalète du défunt ;Domingo : reçoit l’autre moitié de la ferme que le testateur possède en dehors de la ville d’Asunción ;Ana et Luna : doivent se partager avec leurs frères et sœur tout ce qui restera des biens du défunt après paiement des dispositions testamentaires.

1572
Torre, Diego de la

Diego, Pedro, Catalina, Juana et María : nommés héritiers légitimes ; doivent partager les biens du défunt avec leur mère.

Francisca et Teresa : quelque argent à recevoir dans dix ans ; demande à sa veuve et à ses autres enfants de les traiter comme leurs propres filles et sœurs ;Diego : confié à la tutelle de Diego de la Torre, héritier légitime du testateur (si la paternité du testateur est avérée).

1573
González Pérez, Antonio

Bartolomé : reconnu en tant que fils naturel ; reçoit les armes et l’équipement militaire de son père, sa maison et ses terres, une jument, un poulain, quatre chèvres, deux brebis, des outils, vingt varas de drap et un livre de prières.

1573
San Juan, Juan de

Juana : nommée héritière de tous les biens du testateur.

1574
Martínez, Domingo

Juan et Sebastián : héritiers à parts égales de tous les biens du testateur (dans un premier testament, rédigé en 1572, Sebastián ne recevait que le tiers de la maison du défunt et deux chevaux, car le testateur n’était pas sûr que ce soit son fils) ;Gerónimo : aucun des testaments du défunt ne fait mention de ce troisième enfant naturel, qui déclara pourtant dans son testament (1586) être le fils de Domingo Martínez.

1575
Valenzuela, Alonso de

Isabel : a été envoyée en Espagne chez les frères du testateur ;Juan : (vivant dans le Guairá) reçoit l’épée et l’arquebuse du défunt, des munitions et cinquante varas de drap ;Diego et Alonso : doivent se répartir les biens que leur père possède à Asunción.

1580
Luján, María de (veuve d’Antón Cabrera)

Beatriz, Leonor et Inés : nommées héritières légitimes des biens de leur mère, à la suite du renoncement de leur frère Juan à sa part d’héritage et du décès de leurs autres frères, Antón et Baltazar.

1580
Sosa, Hernando de

Diego, Hernando, Atanasio, Ignacio, Isabel, Catalina, Ana, Juan Hernando et Francisca : nommés héritiers légitimes des biens du testateur.

1580
Trinidad, Antonio de la

Luis : nommé héritier légitime ; doit partager les biens du défunt avec les enfants de Teresa, fille naturelle du testateur.

Teresa : a reçu en dot la moitié de deux maisons et d’un terrain appartenant à son père ;Agustín : n’est pas cité dans le testament, mais sa fille reçoit une part d’héritage.

1581
Mosquera, Apolonia(épouse de José Dorantes)

Un enfant sur le point de naître : nommé héritier universel des biens de la testatrice.

1582
López de Gamarra, Pedro de

Juana : nommée héritière universelle ; doit partager l’héritage avec sa mère.

1586
Cabrera, Lucía
(veuve de Diego de Leyes)

María, Juan, Blas, Diego, Antón et Alonso :nommés héritiers universels. Les six enfants sont confiés à la tutelle de Francisco de León, autre enfant de la testatrice dont nous ne connaissons pas le père.

1586
Espínola, Francisco de

Hernando, Rafael, Francisco, Escolástica, Catalina, Beatriz, María et Ana : nommés héritiers légitimes.

1586
Martínez, Gerónimo

Isabel : a déjà reçu une maison et un terrain que Gerónimo Martínez avait hérité de sa première épouse et qu’elle a dû partager avec Ana et María (filles naturelles du testateur) ;Juan : nommé héritier légitime de tous les biens de son père après paiement des dispositions testamentaires.

Ana et María : ont déjà reçu une part de l’héritage que leur père avait reçu de sa première épouse (voir ci-contre) ; María a en outre reçu un terrain et plusieurs outils en dot.

1587
Domínguez, Alonso

Lorenzo, Juan, Aldanza et María : nommés héritiers universels de tous les biens dutestateur.

1589
Porras, Bartolomé de

Teresa : nommée héritière universelle de tous les biens du testateur.

1590
González, Cristóbal

Luis, Cristóbal, María et Isabel : nommés héritiers universels de tous les biens dudéfunt, excepté la dot qu’il a reçu de sa femme ; en outre, Luis reçoit de son père son épée et sa dague.

Plusieurs enfants (dont une fille prénommée Magdalena) : demande à son épouse et à sesenfants légitimes de les traiter comme leurs propres enfants, frères ou soeurs, de les recueillir et de les aider matériellement.

1590
Marilla, Bartolomé de la

Ana, Juan et Bartolomé : nommés héritiers universels ; Ana hérite du tiers plus un cinquième de tous les biens de son père ; Juan et Bartolomé se partagent le reste des biens.

1590
Meira, Álvaro de

Francisca, Esperanza et Catalina : reconnues comme filles naturelles ; doivent se partager les biens du défunt après paiement des dispositions testamentaires.

1591
Esterlin, Arnao

Ursula et Rodrigo : nommés héritiers du testateur.

1591
Quirós, Juan Alonso de

Pedro et Sebastián : nommés héritiers universels des biens du testateur, mais uniquement après la mort de leur mère (épouse légitime du testateur).

1592
Giménez, Francisca
(veuve d’Hernando de Cabrera)

Beatriz : nommée héritière universelle ; reçoit un tiers plus un cinquième des biens appartenant à sa mère ;Leandro et Hernando : nommés héritiers universels ; doivent partager avec Beatriz le reste des biens de la testatrice.

1592
Gómez, Francisco

Pedro, Ana et Pablo : le testateur déclare leur avoir déjà donné ce qu’il pouvait de son vivant.

1593
Piña, Elvira de
(veuve de Cristóbal Gallego)

Ana : héritière universelle, reçoit en dot le tiers plus un cinquième des biens de sa mère ; reçoit en outre l’encomienda dont jouissait la testatrice ;Diego : héritier universel, doit partager avec Ana le reste des biens de leur mère ;Trois autres enfants légitimes décédés.

1593
Meira, Galiano de

Pedro et Isabel : le testateur déclare avoir déjà dépensé de son vivant tout ce qui était nécessaire à leur éducation ;Victor : reçoit la moitié de la maison du testateur, une armoire en bois avec sa serrure et un tiers des vaches et des chevaux qui appartenaient à son père ;Álvaro (décédé) : le testateur lègue quelques pièces d’argenterie, la seconde moitié de sa maison et la moitié de ses terres à l’une de ses filles, Esperanza, ainsi que l’autre moitié desdites terres, une poignée en or, le tiers de son bétail bovin et chevalin et un coffre en bois à Francisca, la deuxième fille d’Álvaro ;Juan : nommé héritier universel de tous les autres biens du testateur, parmi lesquels figure le dernier tiers du bétail.

1595
Delgado, Juan

Francisco et Francisca : héritiers universels, doivent partager avec leur mère l’ensemble des biens du testateur, à l’exception de l’argenterie, que ce dernier lègue à son épouse.

Bernardo : l’item le concernant est détérioré et illisible ; par ailleurs, le défunt réserve un tiers de ses biens à Cristóbal Gallego et María, deux enfants qu’il a élevés.

1595
Díaz Melgarejo, Ruy

Rodrigo, Isabel et Gabriel (décédé) : ont reçu la part qui leur revenait du vivant de leur père. L’héritier universel du défunt est son gendre Manuel de Frías.

Francisco : reçoit l’arquebuse, l’épée, la dague et la salade (celada) du testateur ;Hernando (décédé) : ses deux filles sont confiées à la tutelle de Manuel de Frías ; doivent partager la ferme et le bétail que le testateur possédait dans le Chaco.

1596
Méndez de Sotomayor, Gerónimo

Lucía : reçoit un lopin de terre situé à Balsequillo, ainsi que six vaches et leurs petits.

1598
Leyes, Blas de

Diego et María : héritiers universels, doivent se partager les biens du testateur

1602
Hens, Marcos

Juan, Marcos, María et Magdalena : nommés héritiers universels.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search