Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

Conclusion

Texte intégral

1Le Paraguay du xvie siècle se caractérise avant tout par une certaine autonomie vis-à-vis de la métropole, dans le sens où la province se construisit essentiellement par ses propres moyens. Cette « autonomie » se manifesta principalement dans les domaines politique, démographique et économique.

  • 1 Les neuf gouverneurs titulaires furent Pedro de Mendoza (1536-1537), Domingo Martínez de Irala (15 (...)
  • 2 Voir chapitre III, p. 221.
  • 3 Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, p. 171.
  • 4 Rafael Eladio Velázquez, « La Real Provisión del 12 de septiembre de 1537 en la formación de la co (...)

2Du point de vue politique et administratif, les longues années de vacance à la tête de la province enseignèrent aux conquistadores et colons du Río de la Plata à se gouverner par eux-mêmes dès les premières années de la conquête. La cédule du 12 septembre 1537 les avait exceptionnellement autorisés à élire un gouverneur en remplacement de feu Pedro de Mendoza. L’exception devint rapidement la règle : sur un total de neuf gouverneurs titulaires entre 1536 et 1593, cinq furent élus par les vecinos d’Asunción1. Ces derniers n’hésitèrent pas à renverser plusieurs gouverneurs lorsque ceux-ci ne répondaient pas à leurs attentes. Le premier d’entre fut Alvar Núñez Cabeza de Vaca, destitué en 1544 avant d’être renvoyé en Espagne à bord de la caravelle Comuneros. Quatre ans plus tard, Francisco de Mendoza, lieutenant d’Irala à Asunción, profita de l’absence de ce dernier pour l’écarter du pouvoir et convoquer des élections qui furent finalement remportées par Diego de Abreu. Celui-ci ne profita pas longtemps du pouvoir, puisqu’il fut renversé par les partisans d’Irala en 1549. Enfin, en 1577, le jeune Diego de Mendieta, lieutenant de son oncle Juan Ortiz de Zárate, fut violemment destitué par les mancebos de Santa Fe. La volonté des conquistadores et colons d’assumer eux-mêmes le gouvernement et l’administration de la province s’illustra aussi par leur réticence à payer quintos et diezmos. Les représentants de la Real Hacienda et de l’Église ne réussirent que rarement à percevoir les impôts qui leur étaient dus. Les vecinos d’Asunción, estimant que la province était bien trop pauvre et que les autorités ne leur apportaient pas les aides qu’ils étaient en droit d’attendre, firent preuve d’une farouche « résistance fiscale ». L’évêque Alonso Guerra en fit personnellement les frais en 1587 : sa détermination à faire respecter les lois relatives aux diezmos se révéla infructueuse et lui valut au bout du compte d’être renvoyé en Espagne2. Le Paraguay ne fut pas la seule province des Indes Occidentales à ne pas respecter à la lettre les lois que lui imposait la lointaine métropole. Elle fut cependant une des rares à atteindre une telle « maturité politique3 » et à développer une véritable « conscience démocratique4 » dès les premières décennies de son histoire coloniale. Ainsi, les nombreux métis paraguayens purent jouir des mêmes privilèges que leurs pères espagnols ou leurs frères créoles. De même, de nombreuses femmes—y compris lorsqu’elles étaient métisses — purent bénéficier d’une encomienda alors que cela était théoriquement interdit. Enfin, la province du Paraguay fut la première dans toute l’histoire hispano-américaine à élire démocratiquement un gouverneur créole puisque c’est en 1592 que le mancebo de la tierra Hernandarias de Saavedra accéda au poste de gouverneur du Río de la Plata.

3Si Hernandarias était un créole, les mancebos de la tierra étaient majoritairement des métis. Leur rôle fut fondamental dans le développement démographique et territorial du Paraguay au xvie siècle. Sans l’aide des métis, les quelques centaines de conquistadores européens d’Asunción n’auraient jamais réussi à bâtir une province qui s’étendait du bassin de l’Amazone jusqu’à l’embouchure du río de la Plata, de la côte atlantique jusqu’à la précordillère des Andes. Les villes fondées par les premiers conquistadores (Ontiveros, Villa Rica, Ciudad Real, San Francisco et San Juan) connurent toutes des conditions de vie extrêmement précaires et finirent souvent par être dépeuplées. En revanche, les villes fondées grâce à la participation massive des mancebos (Santa Fe, Buenos Aires, Concepción, Corrientes et Santiago) réussirent pour la plupart à se consolider rapidement. Ainsi, la province du Río de la Plata fut réellement construite et peuplée par les mancebos d’Asunción. Grâce à ces premiers « Paraguayens », la province apprit à ne pas dépendre des renforts humains et logistiques que la métropole tardait à envoyer et à se développer de façon autonome.

  • 5 Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, p. 180.

4Cela dit, c’est avant tout dans le domaine économique que le Paraguay atteignit le plus grand degré d’« autonomie », comme l’a souligné Efraím Cardozo : « Fue en el orden económico donde se manifestó más vivazmente la voluntad del pueblo paraguayo de extraer de sí mismo y del medio físico los elementos que el mundo exterior le negaba5. « En dehors du matériel emporté par Pedro de Mendoza et Alvar Núñez Cabeza de Vaca, les conquistadores du Paraguay ne reçurent aucune aide de l’extérieur pendant plusieurs décennies. Les différentes entradas organisées depuis Asunción furent donc réalisées grâce aux ressources humaines et matérielles dont on disposait sur place. C’est ainsi que les premiers Européens de la province apprirent à fabriquer des embarcations adaptées à la navigation fluviale et à consommer les produits de l’agriculture indigène comme le manioc, le maïs ou les haricots. Ces denrées constituèrent bientôt la base de l’alimentation des vecinos d’Asunción. À mesure que la colonie s’organisa autour de la ville fondée par Salazar, la production agricole du Paraguay s’enrichit de cultures importées d’Europe comme la vigne ou la canne à sucre. La fertilité de la région était telle que la province fut rapidement autosuffisante en matière alimentaire. De même, la culture du coton et le tissage de ses fibres par les servantes indigènes permit de faire face à la pénurie d’articles textiles européens. Enfin, l’introduction de bétail par les différents adelantados contribua également au développement économique du Paraguay et fournit à la population de la viande et du cuir en quantités plus que suffisantes. L’exportation des excédents agricoles aurait pu être une façon d’obtenir la monnaie métallique qui manquait cruellement à la province, mais l’absence de richesses minières empêcha le commerce extérieur de se développer. Ne disposant ni d’or ni d’argent, les autorités coloniales mirent au point un système « monétaire » basé sur l’utilisation de produits locaux comme unités de compte. Les « monnaies officielles » du Paraguay furent dans un premier temps des hameçons, des couteaux ou des coins en fer. Le fer étant également assez rare dans la province, l’aune de drap devint rapidement la moneda de la tierra par excellence, avant d’être détrônée par la yerba mate dès le xviie siècle. Ce système « monétaire » n’encourageait guère les échanges commerciaux, s’« enrichir » en hameçons ou en drap ne présentant qu’un intérêt limité. L’économie du Paraguay fut donc avant tout une économie de subsistance, visant à satisfaire les besoins quotidiens de la population coloniale. L’existence d’un commerce sporadique avec le Pérou et le Tucumán prouve néanmoins que la province ne fut pas aussi misérable et isolée que de nombreuses sources premières le laissent entendre. Les inventaires des biens des défunts montrent de surcroît que certains colons réussirent à atteindre un niveau de vie tout à fait confortable. Puisant essentiellement dans ses propres ressources, le Paraguay réussit à développer une économie qui permit à une très large majorité de la population de vivre dans des conditions décentes bien que modestes. Dans ce domaine également, la province sut se montrer « autonome « en se passant du soutien matériel et financier de la métropole.

  • 6 Alfredo Pueyrredón, « Aporte documental al estudio del mestizaje en el Río de la Plata », in Revis (...)

5L’« autosuffisance » politique, démographique et économique n’est pas la seule caractéristique du Paraguay de la Conquête. L’autre originalité majeure de la province est sans nul doute le profond métissage qui s’opéra au sein de la société coloniale. Ce métissage fut tout d’abord biologique. L’alliance des Européens avec les Guaranis, symbolisée par le don de femmes des seconds aux premiers, le concubinage et la polygamie que la majorité des conquistadores et colons pratiquèrent avec les servantes indigènes qui vivaient sous leur toit et la rareté des femmes blanches sont autant d’éléments qui favorisèrent la naissance de nombreux enfants métis dès les premières années de présence espagnole au Paraguay. Comme dans la plupart des provinces hispano-américaines, la société coloniale paraguayenne intégra sans problème la première génération de métis. À la différence de ce qui se passait dans les autres provinces, le nombre de femmes européennes resta très faible durant tout le xvie siècle et le nombre de naissances d’enfants créoles ne parvint pas à contrebalancer celles d’enfants métis qui représentèrent bientôt une large majorité de la population coloniale. Le Paraguay avait donc besoin de ses métis pour se développer démographiquement, territorialement et économiquement. Par ailleurs, les conquistadores de la province s’étaient habitués dès le départ à cohabiter avec des cultures différentes de leur culture d’origine : de la même manière qu’il favorisa sans doute une certaine résistance à l’égard des autorités métropolitaines, le pourcentage élevé de conquistadores étrangers, facilita probablement l’assimilation des métis, qui perdura bien au-delà du xvie siècle. Ce n’est en effet qu’à partir du xviiie siècle que la notion de castes se développa au Paraguay6.

  • 7 Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, p. 167.

6L’isolement de la province et la rareté des contacts entre Asunción et la métropole favorisèrent également un métissage culturel de la société coloniale paraguayenne. Les bases de l’économie régionale reposèrent sur autant d’éléments indigènes que péninsulaires. L’alimentation quotidienne des conquistadores et colons associa pareillement la viande de bœuf et le manioc, le vin et le maté. Le fait que les servantes indigènes étaient chargées à la fois de l’éducation des enfants, de l’économie domestique et de la préparation des repas influença grandement la vie quotidienne des habitants d’Asunción. Cela favorisa également l’apprentissage de la langue guaranie par les enfants métis et même créoles de la ville. Comme la plupart de mancebos, Hernandarias de Saavedra maniait avec autant d’aisance la langue de Cervantes que celle de Lambaré7. Ainsi, le métissage culturel du Paraguay ne se fit pas à sens unique. Si les indigènes adoptèrent la religion, la langue et de nombreuses coutumes importées par les Espagnols, ces derniers assimilèrent également plusieurs éléments des cultures indigènes.

  • 8 Fulgencio R. Moreno, La ciudad de la Asunción, p. 156.
  • 9 Aníbal AbadieAicardi, « Acerca de los orígenes históricos de la conciencia nacional paraguaya (Not (...)
  • 10 Rafael Eladio Velázquez, op. cit., p. 161.
  • 11 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento... , p. 245.
  • 12 Christian Rudel, Le Paraguay, Paris, Karthala, 1990, p. 53.

7Les conditions dans lesquelles se déroula la conquête du Paraguay semblent avoir marqué l’évolution historique du pays jusqu’à l’époque actuelle. L’adversité, l’isolement et la pauvreté que durent affronter les conquistadores de la province leur apprit à ne compter que sur eux-mêmes pour survivre dans un premier temps, se développer par la suite. Afin de défendre le niveau de vie modeste mais confortable qu’ils avaient durement acquis, les colons paraguayens n’hésitèrent pas à manifester leur opposition aux décisions de la Couronne ou de ses représentants lorsqu’ils les jugeaient contraires à leurs intérêts. Le métissage rapide et profond, biologique et culturel de la société coloniale renforça la volonté de s’affirmer en tant que groupe ne voulant dépendre ni de la métropole, ni de la vice-royauté du Pérou. Les conquistadores et leurs descendants étaient fiers de la province qu’ils avaient bâtie par leurs propres moyens. Lorsque l’influence d’Asunción commença à décliner au bénéfice des « provinces d’en bas », le sentiment d’« autosuffisance « qu’avaient développé les colons paraguayens ne fit que se renforcer, comme l’a souligné Fulgencio R. Moreno : « el deslinde jurisdiccional de la Asunción [...] diseñaba, no obstante, al declinar su influencia en la colonia, los primitivos contornos de una nacionalidad8. » Si les termes de « nationalité » ou de « conscience nationale9 » nous paraissent quelque peu excessifs et prématurés, il nous semble pourtant qu’un certain « sentiment régionaliste10 » paraguayen vit le jour dès le xvie siècle. Le mélange de nationalités et de cultures européennes et indigènes contribua à ce que la société coloniale ne se sentît plus tout à fait espagnole : dès 1612, Ruy Díaz de Guzmán, petitfils métis d’Irala, fondateur de Santiago de Jerez et premier historien du Río de la Plata, utilisa l’expression de « suelo patrio » pour désigner la province du Paraguay11. Ce sentiment « régionaliste » ne fit que croître au cours des siècles. Entre 1717 et 1735, les Comuneros paraguayens se soulevèrent violemment contre l’ordre des Jésuites et les autorités de Madrid qui menaçaient les intérêts économiques des colons, ce qui leur a valu d’être qualifiés de « premiers combattants de l’indépendance12 ». La résistance de l’ensemble des Paraguayens lors de la Guerre de la Triple Alliance et celle du Chaco sont un autre écho de l’attachement profond des descendants d’Irala à la terre de leurs ancêtres. Dans un autre domaine, l’autarcie dans laquelle vécut le pays sous le gouvernement du « Docteur » José Gaspar Rodríguez de Francia (1814-1840) illustre la capacité qu’avait acquise le pays à ne vivre que par ses propres moyens dès les premières décennies de son histoire.

  • 13 Ángel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, Buenos Aires, Nova, 1954, vol. I (...)
  • 14 Julio César Chaves, Compendio de Historia Paraguaya, p. 177.
  • 15 Constitution de 1992, article 140.
  • 16 Voir notes 2 et 3, p. 378.
  • 17 Christian Rudel, op. cit., p. 115.

8Toutefois, c’est sans aucun doute le métissage biologique et culturel qui s’opéra dès le xvie siècle qui a laissé le plus de traces dans la société contemporaine du Paraguay, où il est visible dans différents domaines. Du point de vue démographique, le pays a poursuivi son processus de miscégénation au-delà de l’époque coloniale. En 1814, un décret interdit aux Espagnols résidant au Paraguay de se marier avec des femmes blanches, ce qui relança le métissage biologique de la jeune république « méditerranéenne ». Aujourd’hui, le Paraguay est incontestablement un des pays d’Amérique latine où la population métisse est la plus nombreuse : les métis paraguayens représentent 70 % de la population totale d’après Ángel Rosenblat et 94 % d’après Claudio Esteva Fabregat13. L’importance du métissage biologique à travers les siècles a favorisé la transmission de la langue guaranie de génération en génération. Comme son lointain « prédécesseur » Hernandarias, le président Francisco Solano López s’exprimait couramment en guarani14. En 1992, le Paraguay fut le premier pays sud-américain à proclamer son bilinguisme en reconnaissant l’espagnol et le guarani comme langues officielles : « El Paraguay es un país pluricultural y bilingüe. Son idiomas oficiales el castellano y el guaraní. La ley establecerá las modalidades de utilización de uno y otro15. » La gastronomie paraguayenne reflète également le métissage profond de la culture nationale : manioc, maïs, mais aussi fromage et viande de boeuf sont des ingrédients incontournables dans la préparation des chipas, sopa paraguaya et autres spécialités locales16. Les boissons traditionnelles sont également empreintes de la double culture hispano-guaranie du Paraguay : les amateurs d’alcool préféreront un verre de caña paraguaya à un soda à base de guaraná, mais personne ne refusera jamais un tereré, quels que soient son statut social ou l’heure de la journée. Avec la construction navale, la production de yerba mate fut l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie paraguayenne des xviiie et xixe siècles. Aujourd’hui, son importance a diminué au profit du coton, du soja et de l’élevage bovin. Près de la moitié du territoire national est consacré à l’élevage17 et les laitages font partie des rares produits agroalimentaires à ne pas être importés du Brésil. Que dire enfin du système monétaire, qui après avoir utilisé les monedas de la tierra pendant plus de deux siècles, utilise depuis 1946 le guarani ? De nombreux éléments de l’histoire sociale et économique du Paraguay semblent ainsi trouver leur origine dans les aspects qui caractérisèrent la conquête du Río de la Plata. Si la « Province Géante des Indes » est devenue l’un des plus petits pays d’Amérique du Sud, elle a su néanmoins préserver plusieurs des spécificités qui la distinguèrent des autres provinces des Indes Occidentales.

Notes

1 Les neuf gouverneurs titulaires furent Pedro de Mendoza (1536-1537), Domingo Martínez de Irala (1539-1542, 1544-1547 et 1549-1556), Alvar Núñez Cabeza de Vaca (1542-1544), Diego de Abreu (1548-1549), Francisco Ortiz de Vergara (1558-1564), Martín Suárez de Toledo (1572-1575), Juan Ortiz de Zárate (1575-1576), Juan de Torres de Vera y Aragón (1588-1592) et Hernandarias de Saavedra (1592-1593). Les gouverneurs élus furent Domingo Martínez de Irala, Diego de Abreu, Francisco Ortiz de Vergara, Martín Suárez de Toledo et Hernandarias de Saavedra.

2 Voir chapitre III, p. 221.

3 Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, p. 171.

4 Rafael Eladio Velázquez, « La Real Provisión del 12 de septiembre de 1537 en la formación de la conciencia nacional en el Paraguay », in Tercer Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de Historia, 1961, vol. II, p. 164.

5 Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, p. 180.

6 Alfredo Pueyrredón, « Aporte documental al estudio del mestizaje en el Río de la Plata », in Revista de la Universidad Nacional de Córdoba, 1958, vol. II, p. 242.

7 Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, p. 167.

8 Fulgencio R. Moreno, La ciudad de la Asunción, p. 156.

9 Aníbal AbadieAicardi, « Acerca de los orígenes históricos de la conciencia nacional paraguaya (Notas a una obra de Günter Kahle) », Interamerican review of bibliography, 1968, vol. XVII, n°5, p. 37-57.

10 Rafael Eladio Velázquez, op. cit., p. 161.

11 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento... , p. 245.

12 Christian Rudel, Le Paraguay, Paris, Karthala, 1990, p. 53.

13 Ángel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, Buenos Aires, Nova, 1954, vol. I, p. 21 ; Claudio Esteva Fabregat, El mestizaje en Iberoamérica, Madrid, Alhambra, 1988, p. 378.

14 Julio César Chaves, Compendio de Historia Paraguaya, p. 177.

15 Constitution de 1992, article 140.

16 Voir notes 2 et 3, p. 378.

17 Christian Rudel, op. cit., p. 115.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540