Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

Troisième partie. L’économie et le commerce paraguayens

Chapitre VII. La circulation des biens et des richesses

Texte intégral

1L’inexistence de métaux précieux dans le sous-sol paraguayen constitua un frein considérable au développement du commerce paraguayen. Sans or ni argent, il était impossible pour la province de frapper de la monnaie. Dans ces conditions, les acheteurs ne disposaient pas de numéraire pour régler leurs acquisitions et les gains en nature n’intéressaient pas beaucoup les vendeurs. De même, les commerçants extérieurs ne furent que modérément attirés par une province qui n’avait que des « produits du pays » à proposer et qui ne disposait pas des moyens nécessaires à l’achat de marchandises importées d’Espagne ou des régions voisines.

VII.1 Une province sans monnaie

  • 1 Julio César Chaves, Compendio de Historia Paraguaya, Asunción, El Lector, 1998, p. 110.

2L’absence de monnaie a caractérisé le Paraguay pendant une longue période de l’époque coloniale. La monnaie métallique ne commença réellement à circuler que vers la fin du xviiie siècle1. Dans leurs échanges commerciaux, les conquistadores et colons du Río de la Plata eurent donc recours à d’autres moyens de paiement tels que le troc, les effets de commerce ou les « monnaies du pays ».

VII.1.1 Le troc

  • 2 Juan Bautista Rivarola Paoli, Historia Monetaria del Paraguay, Asunción, Talleres gráficos de la E (...)
  • 3 « Inventario de don Pedro de Mendoza que fueron entregados a Gregorio de Leyes... (1537) », in Arc (...)
  • 4 « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador. (...)
  • 5 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3 ; « Sucesión de Pedro M (...)
  • 6 « Testamento de Francisco de Coimbra (1543) », A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 5 ; « Inventario de Fr (...)
  • 7 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

3Les premiers échanges commerciaux du Paraguay eurent lieu entre les conquistadores et les populations indigènes. Non seulement ces dernières fournissaient aux Européens les aliments qu’ils consommaient quotidiennement, mais également le matériel nécessaire à l’organisation des différentes entradas2. En échange, les conquistadores leur donnaient toutes sortes de colifichets, tels que des grelots ou de petits miroirs, ainsi que quelques objets plus utiles, comme des peignes, des ciseaux, des hameçons ou des couteaux. On trouve des traces de ces objets dans plusieurs documents testamentaires, à commencer par l’inventaire des biens de Pedro de Mendoza, dans lequel figurent quatre « espejuelos de rescate3 ». Domingo Martínez de Irala déclara pour sa part avoir « dépensé » trois mille hameçons et quatre grelots des rescates que Juan de Ayolas lui avait remis afin de poursuivre la conquête4. Certains conquistadores possédaient à titre personnel quelques objets de troc. C’est le cas de Francisco Vázquez, dont l’inventaire des biens fait état de quatre couteaux, de Pedro Montañés, qui possédait au moment de sa mort six couteaux cassés et une paire de ciseaux de rescate ou de Martín Pérez de Sanbitores, qui avait en sa possession quatre peignes destinés à être troqués5. De même, les dossiers testamentaires de Francisco de Coimbra et Francisco Álvarez Gaytán nous indiquent que les défunts possédaient respectivement trente-quatre et huit grelots, probablement destinés au troc6. Enfin, quatre couteaux de rescate figurent également dans l’inventaire de biens de Juan de Salazar de Espinosa7.

4Le troc entre Indiens et conquistadores, courant dans l’ensemble des provinces hispano-américaines, se développa tout particulièrement au Paraguay, comme le montre cet extrait des Comentarios d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca :

  • 8 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 206.

[Los guaycurúes dijeron] que dende en adelante vernían a traer en la ciudad todo lo que tomasen, para provisión de los españoles ; y el gobernador se lo agradeció y les repartió a los principales muchas joyas y rescates, y quedaron concertadas las paces, y de allí adelante siempre las guardaron, y vinieron todas las veces que el gobernador los envió llamar, y fueron muy obedientes en sus mandamientos, y su venida era de ocho a ocho días a la ciudad [...] y pasan el río a esta contratación doscientas canoas juntas, cargadas de estas cosas, que es la más hermosa cosa del mundo verlas ir8.

  • 9 « Inventario de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.

5Sous le gouvernement d’Alvar Núñez, le troc devint une véritable institution à Asunción, comparable aux marchés européens. Ce système d’échange était un moyen de se procurer à peu de frais les biens de consommation courante dont les conquistadores avaient besoin quotidiennement. C’était aussi une façon d’intégrer les populations indigènes à un système commercial contrôlé par les Espagnols. Sa pratique semble avoir perduré jusqu’à la fin du xvie siècle au Paraguay : en 1591, on retrouva trois petits miroirs de rescate parmi les biens du marchand Rodrigo de Herrera de Escobedo9.

  • 10 Juan Bautista Rivarola Paoli, Historia Monetaria..., p. 14.
  • 11 Voir chapitre VI, p. 374-374.

6Les Européens d’Asunción ne pratiquaient pas seulement le troc avec les indigènes, mais aussi dans les échanges qu’ils réalisaient entre eux10. Nous avons vu dans le chapitre précédent qu’on n’hésitait pas à régler une dette en donnant un esclave ou un cheval, à payer ses achats en vin ou en sucre et même à rémunérer en poulains certains services rendus au cabildo11. Toutefois, ce moyen de paiement peu pratique ne les satisfaisait pas pleinement. Convaincus qu’ils n’allaient pas tarder à découvrir la fameuse Sierra de la Plata, ils prirent rapidement l’habitude de régler leurs achats par des effets de commerce dans lesquels l’acheteur s’engageait à régler ses achats dès qu’il aurait fait fortune dans la province. Ces effets sont connus sous le nom de cartas de obligación ou conocimientos. Ils étaient le plus souvent établis en pesos ou en ducats d’or. Le peso et le ducat valaient respectivement quatre cent cinquante et trois cent soixante-quinze maravédis.

VII.1.2 Les « lettres d’obligation »

  • 12 Arch. Nac., no 1, Asunción, septembre 1900, p. 26-37 ; no 2, septembre 1900, p. 41-49, 52-62, 68-7 (...)
  • 13 Arch. Nac. (nouvelle édition), Asunción, avril 1988, p. 19-24.
  • 14 La Revista Crítica, no 1, Asunción, décembre 1989, p. 50-51.

7Entre septembre 1900 et février 1902, la revue paraguayenne El Archivo Nacional a publié cinquante-quatre cartas de obligación, datées de juin 1538 à janvier 154812. En avril 1988, la nouvelle édition de cette revue a publié quatre autres cartas de la même époque13. Enfin, en décembre 1989, l’historien paraguayen Roberto Quevedo a publié dans La Revista Crítica une lettre d’obligation datée du 2 juillet 154314. Nous avons ainsi consulté un total de cinquante-neuf cartas de obligación.

  • 15 Voir chapitre II, p. 97-98.
  • 16 Voir chapitre II, p. 98-99.
  • 17 Voir chapitre II, p. 69.

8Les « lettres d’obligation » furent particulièrement appréciées des vendeurs professionnels ou officiels. Vingt-deux des « lettres » publiées par El Archivo Nacional concernent l’achat de marchandises arrivées dans le Río de la Plata avec León Pancaldo et Juan Pedro de Vivaldo en avril 153815. Certaines de ces lettres ont donc pour bénéficiaires Pancaldo ou Vivaldo, d’autres Urbán Centurión ou Francisco Pozobonelo, leurs mandataires, d’autres encore Scipión de Grimaldo ou Juan Bartolomé, arrivés avec Alvar Núñez pour encaisser les créances de Centurión et Pozobonelo. À ces « lettres », établies en faveur de commerçants européens, il convient d’en ajouter trois autres dont les bénéficiaires sont Martín de Orduña et Domingo de Zornoza, deux marchands sévillans intéressés dans les expéditions de Pedro de Mendoza et d’Alvar Núñez16. De même, nous pouvons citer celle qui fut établie à l’ordre de Hans Bunberke, représentant des Fugger dans le Río de la Plata17. Par ailleurs, nous avons recensé onze « lettres » dont les bénéficiaires étaient Gregorio de Leyes ou Gonzalo de Acosta, tous deux tenedores de los bienes de difuntos. Au total, trente-sept cartas de obligación sur cinquante-neuf (soit 62,7 %) ont été rédigées en faveur de vendeurs « institutionnels ». Qu’il s’agisse de marchands ou de représentants de la Couronne, leur objectif était de s’enrichir et non d’accumuler les rares produits que la province pouvait fournir. Ils préférèrent donc l’or et l’argent — même virtuels — aux produits agricoles.

9De nombreux particuliers adoptèrent également les « lettres d’obligation », ce moyen de paiement étant bien plus pratique que le troc. Par ailleurs, les conquistadores étaient sûrs qu’ils allaient rapidement trouver les mines qui les rendraient riches et leur permettraient de régler leurs dettes. Cette confiance s’amenuisa toutefois à mesure que les années passèrent. Jusqu’en 1540, l’acheteur s’engageait le plus souvent à honorer ses dettes dès qu’on découvrirait de l’or, de l’argent ou toute autre matière précieuse. À titre d’exemple, citons la lettre d’obligation que Juan de Sotelo et Vicente de Mendoza signèrent en faveur de León Pancaldo :

  • 18 « Carta de obligación de Juan Sotelo y Vicente de Mendoza a favor de León Pancaldo (1539) », in Ar (...)

Conocemos nosotros, Juan de Sotelo y (sic) como principal deudor, y Vicente de Mendoza como su fiador y principal pagador, ambos de mancomún a voz de uno renunciando como renunciamos las leyes de la mancomunidad como en ella se contiene y nos obligamos de dar e pagar llanamente sin pleito alguno a Vos, León Pancaldo, vecino de Saona, que estáis presente o a quien vuestro poder hubiere, conviene a saber : diez pesos de oro de a cuatrocientos y cincuenta maravedís cada peso, los cuales son por razón de un arcabuz con su aparejo que yo, el dicho Juan de Sotelo de vos compré y recibí de que me otorgo por contento y entregado a mi voluntad sobre que renuncio cualesquier leyes que en razón de la entrega y prueba de ella hablan, los cuales dichos diez pesos de oro nosotros, los suso dichos principal y fiador nos obligamos de pagaros del oro o plata y otras riquezas que en esta Provincia del Río de la Plata o en las doscientas leguas de costa del Mar del Sur que le pertenecen de esta conquista que hubieran habido y hubiere de que se haga repartimiento o repartimientos a los conquistadores de esta conquista puestos y pagados en cualquier parte o lugar de esta conquista y provincia, y porque así lo cumpliremos y pagaremos os dimos este conocimiento firmado de nuestros nombres, que es hecho a cuatro días del mes de Abril de mil y quinientos y treinta y nueve años18.

  • 19 « Carta de obligación de Antonio Da Castelo a favor de León Pancaldo (1539) », in Arch. Nac. (nouv (...)

10Au cours des premières années de la Conquête, la plupart des conquistadores s’engagèrent auprès de leurs créditeurs en des termes similaires. Quelques-uns se montrèrent particulièrement optimistes en s’engageant à payer le vendeur dans un délai allant de deux mois à un an et demi. La prudence n’était pas de mise parmi les premiers conquistadores : seules deux « lettres » laissent apparaître quelques doutes quant à la richesse de la province. La première fut établie le 4 avril 1539. Le Génois don Antonio da Castelo s’y engageait à payer les dix ducats qu’il devait à Pancaldo dès qu’il le pourrait, sans préciser de délai ni de condition19. La seconde fut rédigée par Fernando Manos Albas quelques mois plus tard :

  • 20 « Carta de obligación otorgada por Fernando Manos Albas a favor de Gregorio de Leyes (1539) », in (...)

En el puerto de nuestra señora de la Asuncion Conquista del Rio de la Plata en diez e ocho diaz del mes de Setiembre de mill e quinientos e treinta e nuebe años en presencia de mi Juan de Valdez de Palenzuela escrivano por sus magdes. e testigos de yuso escriptos fernando manos albas becino de palma como principal devdor e Cristobal de Xexas becino de Jerez como su fiador [...] se obligaron de pagar a Gregorio de Leyes tenedor de bienes de defuntos o a quien su poder vbiese seis pesos de oro que bale cada vn peso quatrocientos cincuenta marabedis de buena moneda por razon de vn sayo de fustan que era de fernando de tellez becino de Cordoba que obo bendido al dicho hernando albas de que se dieron por entregados [...] y renunciaron las leyes que fablan sobre razon de los engaños plazo en el primero repartimiento o repartimientos de esta Conquista y si no vbiere repartimientos que no lo paguen20.

  • 21 « Carta de obligación otorgada por Pedro de Çayas (1541) », in Arch. Nac., no 8, Asunción, Février (...)

11La « lettre » de Fernando Manos Albas n’offrait donc aucune garantie à Gregorio de Leyes. Il est intéressant de remarquer que c’est à Asunción et non à Buenos Aires que furent rédigés les premiers effets de commerce exprimant des doutes à propos des richesses du Río de la Plata. À mesure que les conquistadores pénétraient dans la province et découvraient des terres dépourvues de métaux précieux, leurs rêves de fortune s’évanouissaient. À partir de 1541, date à laquelle tous les conquistadores furent regroupés à Asunción, les débiteurs firent preuve d’une plus grande prudence à propos de leur future solvabilité. Certains d’entre eux, à l’instar de Fernando Manos Albas, précisèrent qu’ils ne paieraient leur dette que s’ils trouvaient quelque richesse dans la province : « que si no ubieremos ny se nos Repartiere oro ny plata ny otra cosa de valor de q’ podamos pagar q’ en tal caso seremos libres e quyetos de la paga deste dho debdo21. » D’autres, plus scrupuleux, choisirent d’élargir l’éventail de produits par lesquels ils pourraient rembourser leur créditeur :

  • 22 « Carta de obligación otorgada por Juan Portuguez, Juan Della y Antonio Herrero (1545) », in Arch. (...)

Sepan quantos esta carta bieren como yo Jno portugues Vo de sevilla e yo Jno della vo de la villa nella q’ es en el Reyno de portugal e yo mas antonyo heRero vo de Cetorico en portugal estantes que somos en esta cibdad de la Asuncion [...] otorgamos e conocemos por esta presente carta q’ debemos e somos obligados a dar e pagar Amyn de horduña e Adomingo de Carnoca mercaderes vezinos de la cibdad de sevilla q’ estan absentes [...] diez y ocho myll y novecientos y seys mrs de la moneda vsual coRiente en castilla los quales son por Razon q’ yo El dho Jno portugues Rescebi [...] treze Asumbres de bino y media ARoba de binagre [...] y yo Juo della por treze Asunbres de vino y media ARoba de vinagre [...] y yo el dho masantonyo de treze Asunbres de vino y media ARoya (sic) de vinagre y media botija de aceytuna [...] e nos obligamos a pagar la dicha suma de mrs en esta provincia del Rio de la plata del primer oro o plata piedras plas (sic) esclavos y esclavas e Reptimyso de trras e yndios q’ dios nos diere es enos (sic) Rep’tiere en esta provincia22.

  • 23 Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », op. cit., p. 490.

12Les conquistadores commençaient à comprendre que les principales richesses du Río de la Plata n’étaient ni l’or ni l’argent, mais plutôt la terre et la main d’œuvre indigène. Toutefois, l’espoir subsistait de trouver des gisements de métaux précieux dans la province et les cartas de obligación payables en or ou en argent continuèrent de circuler au moins jusqu’en 155723. Faute de trouver les richesses qu’on espérait, cette pratique eut pour conséquence l’endettement excessif des conquistadores. Celui-ci atteignit de tels niveaux qu’on fit appel à l’indulgence du Roi dès 1545 :

  • 24 « Instrucciones y capítulos entregados a Martín de Orúe para llevarlos á los Reinos de España y so (...)

Por quanto en esta provincia los pobladores e conqstadores della estan muy adevdados e obligados por gastos q’ se han fecho de comun pa sostener esta conquista e despues aca han fallecid (sic) muchos de los dhos pobladores e conqstadores/e sy los q’ como fuere bybos al tpo de la paga lo ovieren de pagar no bastaria todo lo q’ les ptensciere de sus pts e Rptmyos/E asy qdaria pdydos e destruydos/por tanto q’ su magestad sea servido athento lo suso dho de fazer e faga mrd a los dhos pobladores e conqstadores q’ del quynto q’ asu magd ptenesciere en esta povincia se paguen los dhos gastos y devdas24.

  • 25 « Inventario de Antonio López de Aguiar (1544) », in Arch. Nac., no 10, Asunción, mars 1901, p. 37 (...)

13L’endettement des conquistadores ne fut pas la seule conséquence de la prolifération des effets de commerce, qui affectèrent également la situation financière des créditeurs. Théoriquement, ces derniers possédaient des fortunes parfois conséquentes sous forme de conocimientos mais le plus souvent, leurs débiteurs étant dans l’incapacité de payer leurs dettes, ces documents restaient lettre morte. On trouve de nombreuses traces de ces fortunes « virtuelles » dans les documents testamentaires. L’inventaire des biens d’Antonio López de Aguiar, décédé en 1544, fait état de seize cartas de obligación représentant une valeur totale de 271 620 maravédis, soit plus de six cents pesos d’or que le défunt ne perçut jamais25. De même, en 1553, le Génois Mateo Díaz déclara posséder certaines obligations demeurées impayées :

  • 26 « Testamento de Mateo Díaz (1553) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119.

Yten digo y declaro que ciertas personas de los conquistadores desta provincia me deven hasta cantidad de dozientos y ochenta pesos de oro poco mas o menos a pagar a la fundicion e como se tiene de costumbre en esta provincia mando que si dios dispusiere de mi se den y entreguen los conocimientos de las dichas debdas que estan en mi poder a Rodrigo de Osuna conquistador en esta provincia al qual doy poder cumplido e bastante como en tal caso se requiere para que resciba e cobre las dichas debdas en su tiempo e lugar26.

  • 27 « Inventario de Gil García (1577) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3.

14Bien qu’on n’eût plus eu recours aux cartas de obligación payables en or ou en argent après 1557, le problème des impayés demeura entier au cours des années qui suivirent, comme le montre l’inventaire des biens de Gil García. Lorsqu’il mourut en 1577, ce dernier avait en son pouvoir neuf « lettres d’obligation » pour un montant total de mille trois cent quinze ducats d’or, soit 493 125 maravédis27. Cette véritable fortune virtuelle ne fut d’aucun profit au défunt qui s’éteignit sans avoir perçu le moindre maravédi de la part de ses débiteurs.

  • 28 Juan Bautista Rivarola Paoli, Historia monetaria..., p. 45-53.

15Les « lettres d’obligation » se révélèrent vite inutilisables dans une province dépourvue de minerais précieux et un nouveau moyen de paiement fut progressivement adopté par les conquistadores du Río de la Plata : à mi-chemin entre le troc et un véritable système monétaire, les monedas de la tierra allaient régir la vie économique paraguayenne jusqu’au milieu du xviiie siècle28.

VII.1.3 Les « monnaies du pays »

  • 29 Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », op. cit., p. 491.

16En réalité, les monedas de la tierra furent utilisées dès les premières années de la Conquête dans les transactions que les Européens faisaient avec les populations autochtones. Les cartas de obligación, si appréciées par les premiers conquistadores, étaient bien sûr inutilisables avec les indigènes et le troc stricto sensu semblait peu pratique aux yeux des Espagnols. Ces derniers n’avaient que peu de choses à proposer aux Indiens avec qui ils commerçaient. On prit l’habitude de payer les indigènes avec de menus objets en fer tels que des ciseaux (escoplos), des hameçons, des coins (cuñas) ou des couteaux29. Ces objets furent rapidement considérés comme une véritable monnaie qui commença à circuler au sein de la population européenne. Dès 1541, Domingo Martínez de Irala établit une table d’équivalences :

  • 30 « Copia de documentos del Discurso Histórico de Don Juan Francisco Aguirre », in Revista de la Bib (...)

En el puerto é ciudad de Nuestra Señora de su Asumpción en tres de Octubre de mil quinientos cuarenta y un años los señores Domingo de Irala, teniente Gobernador de estas provincias del Rio de la Plata por su majestad é Garci Venegas, tesorero é Alfonso Cabrera, veedor é Carlos Dubrin, factor, oficiales de S. M. de la dicha provincia en presencia de mí Juan Valdés de Palenzuela, escribano de Su Magestad [...] dijeron que : visto que no hay oro ni plata ni otras cosas en la tierra para poder contratar en manera de moneda, é que por esta causa se dejan de vender é contratar la hacienda de S. M. que en esta tierra se cobra asi cochinos, mahiz, frijoles, mandioca y aves y otras cosas que se cobran de los diezmos y quintos á su magestad pertenecientes y no se halla por ello precio ninguno de oro y plata porque en la dicha tierra de presente no hay é por esto é porque las dichas cosas se ven vendidas al fiado y las deudas no se cobran por no haber moneda con que se puede pagar. Y ansí mismo el bastimento que hay de su Magestad se come de gargojo é se pierde y se espera que cada día valdrá menos, en lo cual la hacienda de su Magestad padece riesgo de se perder mucha parte de ella y ansi mismo la gente que al presente hay en esta cibdad andan confusos por no haber modo para poder contratar ni tener número de moneda é contratan á esta razon muy ciegamente, é porque no haya engaño é cada uno sepa cómo contrata é los precios porque compran é venden, habiéndolo bien mirado [los oficiales reales] dijeron que moderaban y moderaron que de aquí adelante valga un anzuelo de malla un maravedí, é un anzuelo de rescate valga cinco maravedises, é un escoplo valga diez y seis maravedises, una cuña de la marca que aquí se acostumbra hacer valga cincuenta maravedises y una cuña del ayunque de las que aquí se acostumbran hacer valga cien maravedises. Lo cual dijeron que mandaban é mandaron que todo lo que se vendiese é contratase de aqui adelante y se debiese de tierra se hiciesen hasta que haya oro ó plata se contrate é pague en las dichas cosas en lugar de moneda30.

  • 31 Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », op. cit., p. 495.

17En officialisant l’utilisation de ces monedas de la tierra, Irala souhaitait avant tout dynamiser les échanges commerciaux à l’intérieur de la jeune colonie. L’absence de métaux précieux et l’impossibilité pour les conquistadores d’honorer les dettes qu’ils contractaient entre eux avaient plongé la province dans une morosité économique dont il fallait sortir à tout prix. Seule l’utilisation d’une unité « monétaire » stable pouvait relancer les activités commerciales et par voie de conséquence les rentrées fiscales. Les autorités d’Asunción choisirent donc les « monnaies » suivantes : l’hameçon « de maille » (de malla), de fabrication assez grossière ; l’hameçon « de troc » (rescate), plus côté car de manufacture plus minutieuse ; le ciseau à bois (escoplo) ; le coin « de marque « (de la marca), utilisé pour couper ou raboter le bois ; le coin « d’enclume » (de ayunque), plus grand — il pesait sept onces — et utilisé pour labourer la terre. En 1545, le couteau « de troc » vint compléter cette liste officielle de « monnaies du pays31 ».

18Tous ces objets avaient le mérite d’être appréciés à la fois par les Européens et par les indigènes. Par ailleurs, leur « convertibilité » en monnaie de Castille rendait plus transparents les échanges commerciaux et leur comptabilité. Le premier système « monétaire » paraguayen est résumé dans le tableau 4 page suivante.

  • 32 « Venta de los bienes de Hernando Barrionuevo (1542) », in Arch. Nac., no 5, Asunción, janvier 190 (...)
  • 33 « Tasación de los bienes de [roto] (1544) », in Arch. Nac., no 14, Asunción, janvier 1902, p. 508- (...)
  • 34 « Almoneda de los bienes de Luis, indio y criado de Ruy García (1545) », A.N.A., N.E., vol. 319, d (...)
  • 35 « Almoneda de los bienes de Hernando de Balbuena (1550) », A.N.A., N.E., vol. 428.
  • 36 « Almoneda de los bienes de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.
  • 37 « Almoneda de los bienes de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Almon (...)
  • 38 « Inventario de Bastián Alfonso (1551) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 19.

19Les documents testamentaires que nous avons consultés à Asunción montrent que ce système « monétaire » ne fut pas adopté du jour au lendemain. Abandonner la monnaie de Castille signifiait pour beaucoup abandonner tout espoir de trouver un jour la Sierra de la Plata... En 1542, les biens du défunt Hernando Barrionuevo furent vendus en réaux, payables lorsque l’on aurait trouvé des métaux précieux dans la province (a pagar a la fundición)32. De même, en 1544, les biens d’un défunt anonyme furent estimés en ducats d’or par les autorités coloniales33. En revanche, en 1545, les biens de l’Indien Luis, qui était au service de Ruy García, furent vendus aux enchères à des prix exprimés en cuñas ou en cuchillos34. Les mêmes unités de compte furent utilisées en 1550 lors de la vente des biens d’Hernando de Balbuena35. Le coin semble avoir bénéficié de la préférence des conquistadores paraguayens. En 1555, la vente des biens de Martín Pérez de Sanbitores se réalisa presque exclusivement en cuñas, la seule exception étant une épée vendue pour trois cent dix pesos d’or « a pagar a la fundición36 ». La cuña fut également la seule unité monétaire utilisée lors des ventes aux enchères des biens d’Andrés de Figueroa et de Juan de Salazar de Espinosa, en 1557, ou encore celle des biens de Diego VedañoindexbVedano, Diego@Vedano, Diego, organisée en 156637. Les équivalences officielles ne furent pas toujours suivies à la lettre : l’inventaire des biens de Bastián Alfonso précise que le défunt possédait « veynte cuñas de a tres cuchillos cada una38 ». Or, le tableau 4 indique que suivant sa taille, un coin pouvait valoir deux ou quatre couteaux. Le premier système « monétaire » paraguayen ne semble donc pas avoir été très précis et rigoureux.

Tableau 4. — Le système « monétaire » paraguayen en 1541-1545

Tableau 4. — Le système « monétaire » paraguayen en 1541-1545
  • 39 « Almoneda de los bienes de Álvaro Villalobos (1562) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5.
  • 40 Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », op. cit., p. 496.
  • 41 « Almoneda de los bienes de Alonso Rodríguez de Azuaga (1570) », A.N.A, T.C., vol. 770, doc. 6 ; « (...)
  • 42 Osvaldo Chaves, La formación del pueblo paraguayo, Buenos Aires, Gráfica Negri, 1976, p. 165.

20En raison de sa rareté, la suprématie du fer dans les échanges commerciaux ne dura pas. Dès 1562, on trouve dans les résultats des ventes aux enchères une autre unité de compte : l’aune de drap (vara de lienzo). Ainsi, les biens d’Álvaro Villalobos furent vendus tantôt en cuñas, tantôt en varas de lienzo39. Cette nouvelle « monnaie du pays » était utilisée depuis 1544, mais ne devint courante qu’à partir de 155640. Quelques années plus tard, la vara de lienzo s’était imposée comme unité monétaire dans la plupart des échanges commerciaux réalisés entre conquistadores et colons. La plupart des ventes de biens de défunts ayant eu lieu entre 1570 et 1586 utilisèrent exclusivement cette unité monétaire41. La seule exception concerne la vente des biens de Pedro de Mesa, durant laquelle Alonso de Escobar fit l’acquisition d’une selle munie d’étriers pour la somme de trois cent quarante pesos. Signalons toutefois qu’il ne s’agissait pas d’une vente à proprement parler, mais du règlement d’une dette que le défunt avait contractée envers l’acquéreur. Tous les autres biens de Pedro de Mesa ayant été vendus en varas de lienzo, ce cas particulier ne modifie en rien nos conclusions : l’aune de drap était devenue l’unité monétaire la plus utilisée au Paraguay. Afin d’officialiser cet état de fait, le gouverneur Juan Ortiz de Zárate fixa en 1575 les parités suivantes : une vara de lienzo valait deux réaux d’argent (soit soixante-quatre maravédis), quatre varas valaient une once d’argent et cinq varas un ducat d’or42.

21Les monedas de la tierra, et en particulier la vara de lienzo, furent bientôt considérées comme de véritables monnaies et leur utilisation se confondit bientôt avec celle des pesos dans les transactions commerciales.

  • 43 « Almoneda de los bienes de Matías de Madrid (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 16 ; « Almoned (...)
  • 44 « Tasación de los bienes de Isabel Pérez (1589) », in « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A (...)
  • 45 « Almoneda de los bienes de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 9.

22Plusieurs documents montrent qu’à partir de 1586, les ventes aux enchères de biens de défunts pouvaient se faire exclusivement en pesos, alors que cette monnaie ne circulait pratiquement pas dans la province43. L’aune de drap ne fut pas pour autant écartée du système « monétaire ». En 1589, les biens d’Isabel Pérez furent estimés tantôt en pesos, tantôt en varas44. Deux ans plus tard, la vente des biens de Francisca Cabrera se fit également en utilisant ces deux unités de compte45.

  • 46 « Almoneda de los bienes de doña María de Heredia (1594) », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1 ; « Alm (...)
  • 47 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 164.
  • 48 « Almoneda de los bienes heredados por Esperanza de Meira (1599) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3

23Au Paraguay, le peso était une monnaie virtuelle, que l’on désignait sous le nom de peso corriente46, peso provincial ou peso hueco. Un peso hueco valait deux réaux d’argent ou huit tomines (ou reales huecos), c’est-à-dire soixante-quatre maravédis, soit l’équivalent d’une vara de lienzo47. Ces pesos « courants » étaient payables en monedas de la tierra, comme l’indique un document de 1599 : « parece aver vendido la media casa que le fue entregada de la dicha menor en çiento y çinquenta pesos corrientes en las monedas de la tierra48. » La vara de lienzo était donc la principale « monnaie » réelle de la région.

  • 49 « Inventario de Diego Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.
  • 50 « Almoneda de los bienes de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. (...)
  • 51 Antonio Ruiz de Montoya, op. cit., p. 48-49.
  • 52 Juan Carlos Garavaglia, Mercado interno..., p. 388.

24D’autres produits régionaux furent toutefois utilisés comme moyen de paiement dans les échanges commerciaux. En 1582, on retrouva parmi les papiers du marchand Diego de Castañeda plusieurs conocimientos libellés en varas mais payables en sucre49. De même, en 1591, certains biens apportés par un autre marchand, Rodrigo de Herrera de Escobedo, furent vendus en pesos payables en sucre ou en vin50. Ces deux produits étaient sans doute mieux côtés que le drap paraguayen sur les marchés péruviens, où l’on trouvait sans trop de difficulté des tissus et étoffes en provenance d’Europe ou du Tucumán. La vara de lienzo restait donc la monnaie intérieure par excellence, mais d’autres marchandises étaient préférées dans les transactions avec l’extérieur. C’est la raison pour laquelle dès le début du xviie siècle, le maté et le tabac — et dans une moindre mesure le coton — firent leur apparition parmi les monedas de la tierra couramment utilisées dans les échanges intra et interprovinciaux51. Ces produits étant fort prisés à l’intérieur et à l’extérieur du Paraguay, ils constituèrent une unité monétaire idéale pour cette province dépourvue de métaux et de monnaie52. Le peso allait pour sa part demeurer une unité de compte théorique et virtuelle, comme le montre cette citation d’Antonio Ruiz de Montoya :

  • 53 Antonio Ruiz de Montoya, op. cit., p. 48.

[El Paraguay] tiene vecinos menos de 400, y es común voz que para un hombre hay diez mujeres ; no tiene minas de plata ni oro, ni corre dinero alguno. El comprar y vender es por mutación de cosas por otras. Con todo eso hay un género inventado de pesos huecos, que así llaman comúnmente a los pesos que avalúan (sic) las cosas53.

  • 54 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 165.
  • 55 « Tasación de los bienes de Isabel Pérez (1589) », in « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A (...)

25En 1595, un peso « courant » équivalait à une aune de drap. Quatre ans plus tard, le gouverneur Francisco de Beaumont y Navarra modifia cette parité et décréta qu’une vara vaudrait désormais un demi-peso54. Cette décision reflète davantage la réalité du marché paraguayen à la fin du xvie siècle. Nous avons retrouvé un seul document établissant la parité peso/vara. Il s’agit de l’estimation des biens d’Isabel Pérez, réalisée en 1589. On y apprend que la valeur d’un peso était alors de deux varas (soit une vara pour un demi-peso)55. Les prix des marchandises paraguayennes étaient-ils à ce point fluctuants qu’en une décennie à peine l’aune de drap connut une inflation de 100 % avant de revenir à sa valeur initiale ? Les pages qui suivent vont tenter d’apporter une réponse à cette question en étudiant l’évolution des prix dans la province au xvie siècle.

VII.2 L’évolution des prix

26La documentation disponible rend particulièrement délicate l’analyse des prix paraguayens au xvie siècle. L’isolement de la province, l’absence de monnaie métallique et la « résistance » fiscale de la colonie expliquent l’inexistence de livres de comptes exploitables. Par ailleurs, la détérioration de nombreux manuscrits fait que peu de traces écrites concernant les échanges commerciaux de l’époque ont survécu jusqu’à nos jours. Les seules sources premières exploitables que nous avons trouvées sont les estimations des biens de défunts ou les comptes rendus de leur vente aux enchères. Leur contenu est toutefois si hétérogène qu’il est pratiquement impossible d’élaborer des statistiques fiables et significatives. Nous avons néanmoins essayé de confronter les résultats de nos recherches aux données retrouvées dans l’historiographie paraguayenne. Seuls le coton et la garabatá bruts nous ont permis de réaliser une étude évolutive des prix au cours de la seconde moitié du xvie siècle. Les autres produits apparaissent en effet de façon beaucoup trop sporadique dans les documents consultés pour que nous puissions en tirer une conclusion fiable.

27En ce qui concerne le coton brut, nous avons trouvé les prix de vente suivants :

  • 56 « Almoneda de los bienes de Hernando de Balbuena (1550) », A.N.A., N.E., vol. 428.

28– 1550 : une arrobe = 23 couteaux56 ;

  • 57 « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40.

29– 1566 : un quintal = 100 coins « entiers57 » ;

  • 58 « Almoneda de los bienes de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.

30– 1570 : un quintal = 6 aunes de drap58 ;

  • 59 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 164-165.

31– 1576 : un quintal = 8 aunes de drap59 ;

  • 60 Ibid., p. 164-165.

32– 1595 : un quintal = 12 pesos60.

33Quant à la garabatá brute, les informations dont nous disposons sont les suivantes :

  • 61 « Almoneda de los bienes de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.

34– 1570 : une livre = 6 aunes de drap61 ;

  • 62 « Almoneda de los bienes de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6.

35– 1572 : une livre = 1/2 aune de drap62 ;

  • 63 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 164-165.

36– 1595 : une livre = 1/2 peso63.

  • 64 José Luis Martínez, op. cit., p. 64.
  • 65 Voir p. 416.

37Afin d’établir une courbe des prix du coton brut et de la garabatá, il nous a d’abord fallu harmoniser les unités de mesure et de compte énoncées ci-dessus. À l’époque coloniale, un quintal était équivalent à quarante-six kilogrammes et représentait quatre arrobes. Chaque arrobe pesait donc onze kilogrammes et demi et se composait de vingt-cinq livres, le poids d’une livre étant de quatre cent soixante grammes64. L’arrobe étant une mesure intermédiaire entre le quintal et la livre, nous avons choisi d’utiliser ici cette unité de poids. Pour ce qui est des prix, nous les avons tous convertis en maravédis à partir des équivalences présentées dans le tableau 465. Après calcul, nous avons obtenu le tableau 5 page suivante et le graphique 3 page suivante.

38Les résultats obtenus tendent à prouver qu’après une période de prix particulièrement élevés, ceux-ci se stabilisèrent au cours des années 1570. Un document de 1542 atteste de la cherté de la vie qui caractérisa le Paraguay lors des premières décennies de la Conquête :

  • 66 « El capitan Francisco López alguacil mayor y teniente de gobernador ordena que antes de venderse (...)

Por quanto por las almonedas que en esta prova sean (sic) fecho en tiempo pasado [...] aparece aver sido vendidos los bienes a tan subidos crecidos e descomedidos precios que lo que valia e podia e pudo tener de costo en españa un ducado se a vendido por ciento en las dichas almonedas en lo qual los conquistadores an seydo gravemente engañados e danificados [Francisco López] dixo que mandaba e mando que los bienes que de oy en adelante se bendieren o obieren de bender de oy en adelante ansi de difuntos como de otras personas a pagar a las fundiciones sea e se haga en esta manera conviene a saber que para la venta de los tales bienes se ayan de poner e pongan dos personas de conciencia e confiança juramentados los quales aprecien e pongan en el debido precio e valor los bienes que ansi se vendieren el precio que en los reynos de españa podran valer y esto declarado sobre aquello se venda e remate en la persona que mas necesidad tubiere cargandolo al seis tanto asi como si lo que apreciaren al precio de españa valieren un ducado a pagar a las fundiciones lo carguen e aprecien seis ducados por manera que lo que cuesta en españa uno se cargue a las dichas fundiciones en seis e que esto es lo que conforme a derecho e reta conciencia se debe hazer para que los conquistadores no sean agraviados ni los vendedores o menores dexen de ganar e multiplicar sus bienes66.

Tableau 5. — Prix du coton et de la garabatá bruts entre 1550 et 1595

Tableau 5. — Prix du coton et de la garabatá bruts entre 1550 et 1595

Fig. 3. — Évolution des prix du coton et de la garabatá bruts entre 1550 et 1595

39Ainsi, les prix pratiqués au Paraguay ne devaient pas être plus de six fois supérieurs aux prix castillans. Nous ignorons si les mesures préconisées par Francisco López furent adoptées par les autorités coloniales. Elles ne furent probablement pas appliquées par la population car le commerce paraguayen continua de souffrir de prix exorbitants pendant encore une trentaine d’années.

  • 67 « Almoneda de los bienes de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.
  • 68 « Almoneda de los bienes de Francisco Álvarez Gaytán (1562) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2.
  • 69 Le compte rendu de la vente des biens d’Andrés de Figueroa indique qu’on utilisa des « cuñas de la (...)
  • 70 « Almoneda de los bienes de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.
  • 71 « Almoneda de los bienes de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7.
  • 72 « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40. La monnaie uti (...)
  • 73 « Tasación de los bienes de Isabel Pérez (1589) », in « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A (...)

40L’adoption de la vara de lienzo comme unité monétaire semble en revanche avoir favorisé la stabilisation des prix dans la province. Contrairement aux objets de fer, le drap était une matière dont on pouvait contrôler la production. Par conséquent, les autorités avaient une certaine maîtrise de la « masse monétaire » circulant au Paraguay, ce qui rendait possible une plus grande stabilité des prix. Plusieurs comptes rendus de ventes aux enchères semblent confirmer cette baisse des prix à partir de 1570. Par exemple, une table et ses bancs furent vendus deux cents cuñas en 155767 et cent quinze en 156268 (soit un minimum de cinq à dix mille maravédis69), alors qu’on n’en offrit que sept varas en 157070 et huit en 157571 (soit environ cinq cents maravédis). De même, un porcin adulte coûtait en 1566 plus de mille trois cents maravédis (treize cuñas et un tiers)72, tandis que son prix était inférieur à cent trente maravédis en 1589 (deux varas de lienzo)73. L’utilisation de la vara de lienzo comme unité monétaire semble donc avoir eu une réelle incidence sur la stabilisation des prix. En cela, elle remplit le même rôle qu’une véritable monnaie. L’hétérogénéité des informations contenues dans les documents consultés ne nous permet malheureusement pas d’être plus affirmative à ce sujet.

41L’absence de monnaie métallique au Paraguay provoqua sans aucun doute une flambée des prix lors des premières décennies de la conquête. Malgré les efforts des autorités coloniales, celle-ci ne fut jugulée qu’à partir du moment où une « monnaie » locale plus appréciée que les objets de fer vint combler ce vide monétaire. L’adoption de la vara de lienzo comme unité « monétaire » et ses conséquences sur les prix pratiqués allaient grandement faciliter les échanges commerciaux à l’intérieur et à l’extérieur de la province.

VII.3 Le commerce paraguayen

  • 74 Voir chapitre III, p. 216.

42La situation monétaire du Paraguay n’empêcha pas l’économie et le commerce de fonctionner, même si cela se fit à une échelle modeste. L’économie de la province étant essentiellement de subsistance, les opérations commerciales eurent principalement lieu à l’intérieur du territoire paraguayen. Cela dit, les autorités coloniales exprimèrent à plusieurs reprises leur volonté de trouver des débouchés pour vendre les excédents que le marché local ne pouvait absorber. La volonté de Juan Ortiz de Zárate et de son gendre Juan de Torres de Vera y Aragón d’« ouvrir les portes du pays » en est la parfaite illustration74. La conjonction de plusieurs facteurs empêcha le commerce extérieur du Paraguay de se développer, malgré les atouts dont il disposait.

VII.3.1 Commerce intérieur

  • 75 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 73.

43Comme l’a souligné José Luis Mora Mérida en 1973, le système économique paraguayen était un système d’autosubsistance. Chaque famille produisait l’essentiel de ce dont elle avait besoin pour se nourrir et se vêtir75 et le commerce de produits de consommation courante était très réduit. Celui-ci se réalisait grâce au troc ou aux monedas de la tierra. De telles monnaies d’échange rendaient impossible tout enrichissement personnel, ce qui ne stimula guère le développement d’un commerce local. Nous n’avons trouvé que deux informations concernant l’existence de marchés publics et réglementés à Asunción ou dans d’autres villes du Paraguay. La première nous est fournie par Juan López de Velasco :

  • 76 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias..., p. 552.

Las comutaciones se hacen en una casa pública, donde pone cada uno lo que quiere trocar en poder de un corredor, puesto por la ciudad, y allí acuden los que quieren feriar por otras ; porque no hay moneda, sino sean unas cuñas o hachetas de hierro de siete onzas, que están apreciadas en cien maravedises y dende arriba, proporcionalmente, hasta dos libras que pesan las mayores76.

  • 77 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 90-91.

44La seconde nous vient d’Osvaldo Chaves et concerne l’approvisionnement en viande de la ville d’Asunción. L’historien paraguayen nous apprend que vers la fin du xvie siècle, le cabildo d’Asunción attribuait annuellement la fonction de fournisseur de viande à un éleveur local. En 1595, la quantité de viande à fournir était de quatre bêtes par semaine, payées l’équivalent de deux réaux d’argent les quarante-cinq livres77. Nous ne sommes malheureusement pas en mesure de confirmer ou de compléter cette affirmation.

  • 78 « Almoneda de los bienes de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37 ; « Almo (...)

45Plusieurs dossiers testamentaires nous apportent néanmoins quelques renseignements sur le commerce intérieur du Paraguay. Lorsqu’un vecino paraguayen mourait, une partie de ses biens était généralement vendue aux enchères. Le résultat de ces ventes était soigneusement consigné par écrit. Ces comptes rendus nous donnent donc une idée des marchandises les plus demandées par les conquistadores et colons de la province. De même, les cartas de obligación dont nous disposons indiquent pour la plupart quels étaient les produits achetés par le débiteur. Tous ces documents ne concernent toutefois que des articles de seconde main. Les conclusions que nous pourrons tirer de leur analyse seront donc partielles et ne porteront que sur une partie du commerce intérieur paraguayen. Par ailleurs, nous avons écarté de notre étude les documents concernant la vente de produits importés dans le Río de la Plata par des marchands étrangers. Ces opérations seront étudiées dans les pages portant sur le commerce extérieur. C’est pourquoi pour le moment, nous ne tiendrons pas compte des lettres d’obligation concernant les marchandises vendues par Pancaldo et Vivaldo, Orduña et Zornoza ou encore Bunberke, pas plus que des documents testamentaires des deux marchands originaires de Córdoba (Tucumán) et de Lima et morts à Asunción en 1582 et 159178.

46Les documents retenus font état d’un total de quatre cent quarante opérations commerciales, qui se répartissent de la façon suivante : deux cent vingt-cinq concernent la vente d’articles textiles ou de maroquinerie, soixante et onze celle d’armes et d’harnachements, vingt-six concernent la vente d’outils divers, vingt-quatre celle de meubles, douze celle de terrains, de maisons ou de bétail et sept seulement celle de produits alimentaires. Les soixante-quinze autres ventes concernent divers articles tels que reliquaires, hamacs ou bien encore ustensiles ménagers. La représentation graphique du marché intérieur paraguayen au xvie siècle est donc la suivante :

Fig. 4. — Le marché intérieur paraguayen (1539-1599)

47Le graphique 4 ci-dessus montre que les produits textiles et de maroquinerie furent incontestablement les plus demandés. Si l’on fait le compte de tous les pourpoints, bas, chemises, casaques, manteaux, rubans, chaussures, bottes, chapeaux, couvertures, draps, nappes serviettes et autres mouchoirs, on constate que plus d’une vente sur deux portait sur cette catégorie d’articles. Ceux-ci étaient souvent de fabrication locale (de la tierra) mais avaient parfois été importés d’Europe, par un conquistador ou quelque marchand de passage dans la région. Ils étaient tantôt neufs, tantôt usagés, voire déchirés. Dans une province qui produisait cuirs et tissus en abondance, la plupart des familles auraient pu fabriquer de quoi s’habiller et se chausser. Comment expliquer une telle demande d’articles textiles et de maroquinerie de seconde main ? Deux hypothèses complémentaires sont envisageables.

48Tout d’abord, la pauvreté de certains conquistadores et colons ne leur permettait pas de s’acheter des vêtements ou des souliers neufs. La situation économique de la province est donc la première raison du succès des articles usagés. La deuxième pourrait être l’attrait que les produits européens exerçaient sur la société coloniale. Ainsi, il était plus prestigieux de porter une chemise d’Espagne légèrement usée qu’une chemise neuve fabriquée sur place. Les différences de prix qui pouvait exister entre les articles « du pays » et ceux provenant d’Espagne semblent confirmer cette hypothèse. Lors de la vente aux enchères des biens de Juan de Salazar de Espinosa, on enregistra les opérations suivantes :

  • 79 « Almoneda de los bienes de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5. (...)

Vendieronse dos paños de manos de lienço de España al dicho Francisco
Alvarez Gaytan en çiento y setenta y çinco cuñas ;
Vendieronse quatro paños de manos de la tierra a Francisco Duran en dozientos y treynta cuñas79.

  • 80 « Almoneda de los bienes de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., vol. 754, doc. 7.

49Chaque paño de la tierra fut donc vendu pour cinquante-sept cuñas et demie, alors que le prix du même article fabriqué en tissu d’Espagne atteignait quatre-vingt-sept cuñas et demie. De même, en 1575, au cours d’une même vente aux enchères, une chemise « du pays » fut acquise pour le prix de quatre varas, alors qu’une autre, fabriquée en Espagne, fut vendue pour six varas80. Un article pouvait ainsi voir son prix augmenter de 50 % selon qu’il était d’origine locale ou européenne.

  • 81 Voir chapitre IV, p. 264 et suiv.

50L’insuffisance de la production manufacturière locale explique également l’importance du textile et de la maroquinerie dans les échanges de produits de seconde main. Le Paraguay était surtout producteur de matières premières ou de produits semi-finis, comme les tissus de coton ou les pièces de cuir. En revanche les activités de la confection, la chaussure et la maroquinerie n’étaient pas très développées. Malgré l’arrivée de plusieurs artisans tailleurs, tanneurs, cordonniers et maroquiniers81, leur nombre resta limité jusqu’à la fin du xvie siècle. De plus, certains d’entre eux abandonnèrent probablement leur profession d’origine pour se consacrer à d’autres activités économiquement plus rentables et socialement moins viles : non seulement l’absence de monnaie décourageait toute activité commerciale, mais les conquistadores et colons du xvie siècle espéraient encore s’enrichir par d’autres moyens que l’exercice d’activités manuelles.

  • 82 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 225.

51La main d’œuvre indigène aurait pu compenser le manque d’artisans, mais celle-ci était davantage utilisée pour les tâches agricoles ou domestiques. En outre, si son savoir-faire était incontestable en matière de tissage, la dextérité des Indiennes laissait peut-être à désirer en ce qui concerne la confection d’articles à la mode espagnole. L’offre d’articles neufs étant insuffisante, on se rabattait volontiers sur les produits de seconde main. Cette hypothèse est confirmée par le fait que la vente d’articles usagés se fit de plus en plus rare au fil des décennies : une fois les rêves argentifères dissipés, la colonie s’organisa avec ses propres ressources et le nombre d’artisans en exercice augmenta d’année en année. Vers la moitié du xviie siècle, on comptait à Asunción un total de neuf tailleurs et de douze cordonniers82.

  • 83 Nous avons recensé un seul fabriquant d’épées, Galiano de Meira, et un éventuel sellier, Pedro Por (...)

52De la même manière, l’absence de production locale explique la deuxième position des armes et harnachements dans les ventes d’articles de seconde main. Non seulement il n’y avait pas, ou presque, d’artisans capables de fabriquer épées, arquebuses, selles ou étriers83, mais une des matières premières nécessaires à la manufacture de ces produits manquait cruellement dans le sous-sol paraguayen : le fer. C’est la raison pour laquelle les seules armes disponibles étaient celles que les conquistadores avaient emportées d’Espagne. La plupart refusant de s’en séparer, il fallait attendre que l’un d’entre eux meure pour pouvoir se les procurer. Il en va de même pour les outils métalliques et le mobilier qui se vendaient très bien lors des enchères de biens de défunts. La plupart des meubles qui figurent dans les comptes rendus des almonedas sont des tables équipées de bancs et de gonds ou des coffres munis de leur serrure. Tous ces objets comportaient des éléments en fer, ce qui les rendait extrêmement rares au Paraguay. Par conséquent, il est logique que ces meubles faits de bois et de métal se soient vendus facilement sur le marché des biens de défunts.

  • 84 Voir les dossiers testamentaires suivants : Bastián Alfonso (1551), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 1 (...)

53Parmi les autres objets souvent vendus aux enchères au Paraguay, on trouve de la vaisselle en étain, en argent ou en porcelaine, des bougeoirs, quelques livres, des chapelets ou des images pieuses, des lunettes, des tonneaux, des feuilles de papier, mais aussi des récipients en calebasse et des hamacs, nommés aussi « filets pour dormir » (redes para dormir)84. Comme pour les armes, les conquistadores colons profitaient de la mort de l’un d’entre eux pour se procurer tous ces menus objets qui amélioraient leur quotidien. La plupart d’entre eux étaient des objets fabriqués en Espagne et montrent que les colons souhaitaient conserver un certain mode de vie européen.

  • 85 Voir les dossiers testamentaires suivants : Pedro Montañés (1550), in Arch. Nac., no17, février 19 (...)

54Cela dit, la vente de calebasses et de hamacs indique qu’ils avaient également adopté certains produits et coutumes indigènes, comme celle, par exemple de dormir dans un « filet de coton ». Ce métissage culturel est confirmé par le type de produits alimentaires qui figurent dans les documents que nous avons consultés. Sur sept ventes de produits alimentaires recensées, six concernent l’achat de yerba mate, produit indigène par excellence85. L’absence de tout autre produit alimentaire dans ces documents — excepté un morceau de lard acheté en 1543—prouve également que les foyers paraguayens n’en manquaient pas, du moins pas autant que de vêtements ou d’armes. L’exception du maté s’explique par le fait que sa production ne se développa vraiment qu’à partir du xviie siècle. Le maté devint alors l’un des produits phares des exportations paraguayennes et ce jusqu’à une époque récente. Au xvie siècle, le vin, le sucre, le cuir et les peausseries furent les principaux produits exportés par la province.

VII.3.2 Commerce extérieur

55Moins de vingt ans après la fondation d’Asunción, les autorités coloniales manifestaient déjà leur volonté d’exporter certaines productions paraguayennes. La relation qu’Irala adressa au Roi en 1556 en témoigne :

  • 86 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 5 (...)

Las cosas que desta tierra se podrian de presente tratar son algodon pelejos de nutrias cueros de anta y de venado y alguna cera y asi mismo [...] se podria aver gran trato de açucar porques tierra aparejada para yngenios de açucar y la caña se da lo mejor que asta aqui se ha visto segund dizen personas que han visto la de la costa del Brasil86.

56Cette même année, un échantillon des « produits du pays » quitta Asunción à destination de l’Espagne :

  • 87 « Carta de Felipe de Cáceres, Pedro Dorantes, Antón Cabrera, Juan de Salazar de Espinosa, junio de (...)

Veyendo V. A. quiere ser ynformado de las cosas quenesta tierra ay para poder bibir en ella se enbia a los ofiziales de [Sevylla] para muestra con lo que aca nos bestimos que es lienço de algodon y cueros de benado adobados a nuestro modo y crudos y de tigre y de anta y pellejos de nutrias que abiendo contrataçion de algunas cosas destas se podria aver en cantidad.
Va açucar que se haze sin aver maestro ny yngenio ni trapiche las cañas se dan con abundancia muy buenas con poco beneficio y sin rriego y por estar sin puerto donde se podria provechar se da poco por ello87.

57Les autorités coloniales paraguayennes voulaient prouver au monarque que malgré l’absence de mines, la province possédait de réelles capacités de développement grâce à ses productions agricoles. Le Paraguay était capable d’exporter peausseries variées, des toiles de coton, du sucre... La seule chose qui manquait à la province pour exporter et développer ces productions était un port donnant sur l’Atlantique. Or, pour améliorer les infrastructures, il était nécessaire de recevoir une aide financière et humaine de la part de la Couronne. En envoyant leurs produits en Espagne, les autorités coloniales cherchaient donc à convaincre leurs homologues castillanes que la région pouvait devenir rentable malgré l’absence de mines. Pour cela, il fallait y envoyer des artisans spécialisés et permettre la fondation de villes portuaires.

Marchés potentiels

  • 88 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Inventario de Jua (...)

58Le Paraguay de la seconde moitié du xvie siècle était entouré de provinces qui auraient pu se montrer intéressées par l’achat de ses produits. Le premier de ces marchés potentiels était constitué des régions de La Plata et de Potosí (Charcas et Haut-Pérou). La communication entre Asunción et ces régions andines se fit dans un premier temps par voie fluviale, via le Pilcomayo. Le transport de personnes et de marchandises s’effectuait grâce aux canoës indigènes que les Espagnols adoptèrent dès leur arrivée dans la région. Plusieurs documents testamentaires attestent de l’utilisation de ces canoës par les vecinos d’Asunción88. Ces embarcations ne pouvaient acheminer que de faibles quantités de marchandises, mais elles présentaient l’avantage de pouvoir passer facilement d’un fleuve à l’autre : pour cela, il suffisait de porter les canoës par voie de terre du premier cours d’eau au second.

59Afin de transporter davantage de marchandises, on utilisait également de gros radeaux (balsas) fabriqués à partir de deux canoës ou de deux gros troncs liés ensemble et sur lesquels on installait une sorte de « plancher » en cannes. Ces radeaux étaient parfois équipés d’une petite hutte dans laquelle s’abritaient les chefs d’expédition. Lorsqu’on devait passer un point difficile (chute d’eau, banc de sable), on démontait les radeaux pour les remonter et les remettre à l’eau un peu plus loin. Ces balsas devinrent rapidement un des moyens de transport les plus utilisés dans le déplacement des autorités coloniales et plus tard des missionnaires.

  • 89 Manuel Díaz, Marta Pinilla, « Navegación fluvial en el Río de la Plata », in Puertos y fortificaci (...)

60Enfin, les Espagnols avaient recours aux brigantins qu’ils fabriquaient à Asunción. Plus confortables que les radeaux, ces navires étaient surtout utilisés sur les fleuves secondaires, car ils naviguaient plus sûrement sur des cours d’eau à faible courant et au lit étroit. La navigation pouvait se faire à la voile, à la rame ou encore par halage depuis la rive89.

61Avec les fondations de Santa Fe (1573) et de Buenos Aires (1580), un nouveau marché s’ouvrit aux produits paraguayens. Par ailleurs, la situation géographique de ces deux villes permit d’inaugurer une nouvelle voie de communication vers le Tucumán et le Pérou. Cet itinéraire était à la fois fluvial et terrestre : les marchandises descendaient le Paraná jusqu’à Santa Fe, puis continuaient par voie de terre jusqu’à Córdoba, San Miguel de Tucumán ou Lima. Deux itinéraires étaient ainsi envisageables pour relier Asunción aux provinces andines. José Luis Mora Mérida en a analysé les avantages et les inconvénients :

  • 90 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 78.

El viaje por el Pilcomayo hasta Asunción tenía un cierto riesgo dado que había que atravesar la parte más peligrosa del Chaco, donde tenían su asiento los guaycurús y sus aliados los payaguás, dificultad que se evitaría con algunos puestos militares a lo largo del río (puestos que podían ser atendidos por el mismo río), pero facilitaría la rapidez en las comunicaciones y el volumen de los productos transportados.
Por su parte, el camino por tierra tenía la ventaja de una mayor seguridad y comodidad aunque fuese más largo y, además, las posibilidades de multiplicar las transacciones en las zonas transitadas90.

  • 91 Fulgencio R. Moreno, « Los efectos de la expansión asuncena », in La ciudad de la Asunción, p. 134 (...)

62La sécurité et les intérêts commerciaux primèrent sur la rapidité et le second itinéraire fut bientôt préféré au premier. Quelques années à peine après sa fondation, la ville de Santa Fe était devenue une étape incontournable sur le chemin reliant le Paraguay aux marchés andins. C’est là que se croisaient les navires venus d’Asunción, chargés de vin, de miel, de sucre et de peausseries, et les charrettes du Tucumán, transportant étoffes et vêtements91. Le testament de Diego Trigueros (1589) témoigne des exportations de sucre par le Paraguay :

  • 92 « Testamento de Diego Trigueros (1589) », A.N.A., T.C., vol. 751, doc. 7.

Declaro que yo selebre conpañia con Lazaro Gribeo vezino desta dicha ciudad en la qual conpañia puse y le entregue quinientos y sesenta pesos en los generos contenidos en la escritura que dello se hizo e otorgo ante dicho publico escrivano y con las condiçiones en ella rreferidas a que me rrefiero y demas de lo contenido en la dicha escritura le di mas para que asimesmo me lo lleuase a enprear (sic) y benefiçiar al Piru o gouernaçion de Tucuman un carrilejo de açucar piedra [...] mando que si dios fuere seruido traer con bien al dicho Lazaro Gribeo lo cobre la persona que tubiere mi poder y le tome quenta segun rreza la escritura92.

  • 93 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 107.

63Le port de Buenos Aires permettait pour sa part d’envisager la conquête des marchés atlantiques, à savoir les côtes brésiliennes et la métropole. La route commerciale du Guairá, qui unissait Asunción à la côte atlantique, avait été peu à peu délaissée en raison des incursions des bandeirantes, qui avaient occupé une grande partie des territoires paraguayens93. La seconde fondation de Buenos Aires offrait ainsi au Paraguay la possibilité de renouer les communications et le commerce avec le Brésil et l’Espagne.

Un commerce extérieur fortement entravé

64Dans la deuxième moitié du xvie siècle, le Paraguay présentait un réel potentiel en matière de développement économique. Ses exportations de produits agricoles et dérivés auraient dû lui permettre, sinon de devenir une région opulente, du moins de s’enrichir raisonnablement. La conjonction de plusieurs facteurs historiques et économiques ne permit pas à la province d’exploiter pleinement ses atouts.

  • 94 Ibid., p. 78.

65Tout d’abord, le développement de Santa Fe écarta bientôt le Paraguay de la route commerciale unissant les côtes de l’Atlantique à celles du Pacifique. Si on avait choisi d’utiliser le Pilcomayo pour relier Lima à Buenos Aires, la ville d’Asunción serait devenue une étape importante d’un point de vue logistique et mercantile. La préférence de la voie terrestre empêcha le Paraguay de participer aux échanges commerciaux entre les régions andines et atlantiques94.

  • 95 « Inventario de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; « Inventario de Diego de C (...)
  • 96 José Luis Mora Mérida, Historia social del Paraguay, 1600-1650, p. 80.

66Les productions paraguayennes souffrirent par ailleurs de la concurrence des produits du Tucumán d’une part, du Brésil d’autre part. Les premiers étaient fort appréciés aussi bien sur les marchés pacifiques qu’atlantiques. Ils réussirent même à s’imposer sur le marché paraguayen. Dans les inventaires des biens des défunts, on trouve plusieurs couvertures, vêtements ou étoffes de laine et de coton provenant du Tucumán95. Ces articles étaient souvent plus chers que leur équivalent paraguayen, mais leur qualité fit la différence. Les produits brésiliens étaient sensiblement les mêmes que ceux du Paraguay. Ils étaient en revanche plus appréciés des marchands et consommateurs de Buenos Aires, en raison de leur prix moins élevé96.

  • 97 Emilio Coni, Agricultura..., p. 91-97.
  • 98 Richard Konetzke, América latina..., p. 275.

67Enfin, le port de Buenos Aires ne se révéla pas aussi dynamique qu’on aurait pu l’espérer. Entre 1580 et 1585, trois navires seulement quittèrent le port de Buenos Aires. Ils ne transportaient que très peu de marchandises paraguayennes. En 1587, un navire affrété par l’évêque Vitoria et chargé de tissus du Tucumán quitta Buenos Aires pour le Brésil et revint chargé d’esclaves africains et autres marchandises brésiliennes. Ces esclaves avaient pour destination le Haut-Pérou et les mines du Potosí. Les intérêts des trafiquants d’esclaves de Lima étaient cruellement menacés par l’essor que pouvait prendre Buenos Aires. Dès 1594, ils obtinrent du vice-roi l’interdiction pour ce port de commercer avec l’extérieur97. Malgré les diverses dérogations dont il put bénéficier par la suite98, les limitations imposées au port de Buenos Aires eurent pour conséquence de couper net les exportations de produits paraguayens vers la côte atlantique et la métropole.

68Nous le voyons, la conjonction de plusieurs facteurs logistiques, économiques et politiques empêchèrent le Paraguay de développer ses exportations et de mettre à profit ses atouts économiques.

  • 99 Voir chapitre II, p. 98.
  • 100 Voir Arch. Nac., no 1, Asunción, septembre 1900, p. 31-32; Arch. Nac., no 2, Asunción, septembre 1 (...)
  • 101 Arch. Nac., no 3, Asunción, novembre 1900, p. 89-91 et 91-92; Arch. Nac., no 13, Asunción, mai 190 (...)
  • 102 Arch. Nac., no 13, Asunción, mai 1901, p. 480-483. Contrairement aux deux autres, qui furent rédig (...)

69Les difficultés rencontrées par le Paraguay dans le développement de ses exportations ne signifient pas l’inexistence de tout commerce extérieur. En raison de l’absence de monnaie métallique, la « Province Géante » n’attirait pas beaucoup les commerçants étrangers. Certains tentèrent néanmoins d’y réaliser un négoce fructueux. Pancaldo et Vivaldo furent malgré eux les premiers marchands à introduire des marchandises européennes dans le Río de la Plata, où ils arrivèrent en 1538. La plupart d’entre elles furent vendues à Buenos Aires, entre juin 1538 et mars 1539, comme l’indiquent les lettres d’obligation publiées par El Archivo Nacional. La ville fondée par Pedro de Mendoza se trouvait alors dans le plus grand dénuement et sous la menace des tribus indigènes. Par conséquent, et bien que les navires des deux Génois transportassent les marchandises les plus variées99, les documents dont nous disposons montrent que les conquistadores achetèrent essentiellement des armes, des vêtements, des souliers et des étoffes des Flandres (coton) ou de Perpignan (laine). Trois lettres d’obligation signalent toutefois qu’un autre produit était apprécié par les Espagnols de Buenos Aires : le vin100. Ce produit est en effet l’objet des trois seules lettres en faveur de Martín de Orduña et Domingo de Zornoza que la revue paraguayenne ait publiées101. L’engouement des premiers conquistadores pour le vin que transportaient lesdits marchands est compréhensible compte tenu des pénuries qu’avait connues Buenos Aires au cours des deux années qui suivirent sa fondation. Il est même surprenant de constater l’absence de lettres d’obligation concernant l’achat d’autres produits alimentaires. La seule exception est l’une des trois lettres au bénéfice d’Orduña et de Zornoza, qui concerne non seulement l’achat de vin, mais aussi de vinaigre et d’olives102. Deux hypothèses nous permettent d’expliquer cette lacune. Soit les lettres concernant des produits alimentaires ont été perdues ; soit l’acquisition de denrées comestibles se fit par d’autres moyens comme le troc, voire le vol.

  • 103 Voir Arch. Nac., no 7, Asunción, février 1901, p. 231-233; Arch. Nac., no 9, Asunción, mars 1901, (...)
  • 104 « Testamento de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37 ; « Testamento de Ro (...)

70Une fois regroupés à Asunción, les conquistadores continuèrent à s’intéresser prioritairement aux tissus et vêtements importés par les marchands européens. C’est ce qu’indiquent les lettres établies à Asunción en faveur de divers marchands103. Les produits textiles avaient donc la part belle non seulement dans le commerce intérieur, mais également dans les ventes de produits importés. Toutefois, les documents évoqués ci-dessus ne concernent que des échanges réalisés entre 1538 et 1545. L’étude des dossiers testamentaires des marchands Diego de Castañeda et Rodrigo de Herrera de Escobedo104 nous renseigne sur l’évolution du commerce extérieur paraguayen au cours de la seconde moitié du xvie siècle.

71Parmi les articles figurant dans l’inventaire des biens de Diego de Castañeda, vêtements, chaussures, étoffes et autres rubans sont largement majoritaires. On y trouve également des armes, des outils, du matériel d’harnachement, ainsi que d’autres objets plus insolites comme des lunettes, des peignes à cheveux, du papier, un livre d’hagiographie, des cartes à jouer, une marmite en cuivre ou des cuillères en argent. Il est intéressant de remarquer que parmi les marchandises transportées par Castañeda, figurent un chapelet coloré et une machette fabriqués dans le Guairá. Le marchand avait probablement effectué une grande tournée commerciale qui l’avait mené jusqu’à Villa Rica ou Ciudad Real, où il avait acquis quelques objets susceptibles d’être vendus à Asunción ou à Córdoba. Les produits alimentaires sont également présents parmi les biens du défunt, même s’ils s’y trouvent en quantité fort réduite : l’inventaire fait état de plusieurs quantités de fruits confits (conservas) dont on ignore la provenance, ainsi que de quarante-sept pains de sucre de toutes tailles.

72Le compte rendu de la vente aux enchères de ces biens nous apprend que presque tous les articles transportés par Castañeda furent vendus dans les quinze jours qui suivirent la mort du marchand. De nombreux vêtements et souliers furent acquis par les vecinos d’Asunción, ainsi que des peaux tannées (cordovanes), de la soie, des toiles du Tucumán ou encore une couverture en laine de vigogne. De même, on fit l’acquisition de selles et d’éperons, d’une épée, de morceaux d’acier mais aussi de reliquaires et autres objets en argent. La marmite en cuivre, les rames de papier, la machette et le chapelet cités ci-dessus trouvèrent également preneur, tout comme une série de dix abécédaires destinés à l’éducation des enfants. Lorsqu’un commerçant passait par Asunción, les habitants de la ville en profitaient logiquement pour se procurer toute sorte d’objets introuvables au Paraguay. La forte demande en articles de confection et de chaussure — y compris lorsque ceux-ci étaient usés et abîmés — souligne l’insuffisance de la production locale.

73Contrairement aux vêtements, selles ou rames de papier, on ne trouve aucune trace de la vente des fruits confits et du sucre mentionnés ci-dessus. Deux explications sont envisageables : soit les vecinos d’Asunción n’avaient pas besoin de ces denrées car ils en produisaient déjà suffisamment ; soit ces produits avaient été acquis par Castañeda au Paraguay, auquel cas il est logique que personne ne les ait rachetés. Dans les deux cas, cela indique que la demande de produits comestibles était quasiment nulle à Asunción et dans ses environs, contrairement à celle des produits textiles et métalliques. Ce constat confirme donc l’autosuffisance de la province en matière alimentaire.

74Le dossier de Rodrigo de Herrera de Escobedo est malheureusement très détérioré. L’inventaire de ses biens est très incomplet, tout comme le compte rendu de leur vente, dont on ne peut déchiffrer que quelques fragments. Les passages lisibles de ce document semblent néanmoins indiquer que les marchandises transportées par Herrera de Escobedo étaient comparables à celles de Castañeda. On trouve dans l’inventaire des biens du défunt des vêtements, des armes, des objets en fer ou en argent. Les produits alimentaires y sont à peine plus nombreux et se composent ici aussi de fruits confits (diacitron) et de confitures. Enfin, on remarque la présence de deux lots de cire, d’un pain de sel et de quatre-vingts chandelles. Le compte rendu de la vente de ces marchandises — ou du moins ce qu’on peut en déchiffrer — semble indiquer qu’une fois encore, les vecinos d’Asunción achetèrent prioritairement des articles textiles ou métalliques. En revanche, nous ne savons rien de ce qu’il advint des denrées alimentaires et de la cire qu’Herrera détenait au moment de sa mort. Il est probable que ces articles ne connurent aucun succès auprès des acheteurs paraguayens, puisque les fruits, la cire et le sel faisaient partie des productions les plus courantes de la province.

Une province à l’écart des circuits commerciaux

  • 105 Ciro F. S. Cardoso et Héctor Pérez Brignoli, Historia económica de América latina. Sistemas agrari (...)

75Les testaments de Diego de Castañeda et de Rodrigo de Herrera de Escobedo montrent que des échanges commerciaux avaient lieu entre les villes paraguayennes et celles du Tucumán et du Pérou. Toutefois, ceux-ci restèrent exceptionnels et sporadiques. Malgré les efforts des autorités coloniales, le Paraguay du xvie siècle ne parvint pas à s’intégrer aux grands circuits commerciaux qui reliaient l’Atlantique — et donc l’Europe — aux régions andines du Pérou et du Haut-Pérou105.

76D’une part, les quelques produits que la province pouvait proposer sur le marché extérieur souffraient de la concurrence des articles en provenance du Tucumán, de Cuyo ou des côtes brésiliennes, qui étaient souvent moins chers ou de meilleure qualité. D’autre part, en l’absence de monnaie métallique, les vecinos paraguayens n’étaient pas en mesure d’acheter de grandes quantités de marchandises importées d’Europe ou des provinces voisines. Le Paraguay n’était donc pas une région très attrayante pour les commerçants espagnols et hispano-américains.

77Par ailleurs, le développement rapide de Santa Fe et de Buenos Aires, qui avaient été fondées par des pobladores venus d’Asunción afin de faciliter le commerce paraguayen, mit bientôt la capitale du Paraguay à l’écart de la route commerciale unissant l’Atlantique aux régions andines. L’adoption de la voie terrestre pour relier l’estuaire du río de la Plata à Lima, Córdoba ou Potosí rendit inutile tout passage par Asunción. Le marché paraguayen étant quantitativement et qualitativement peu important, rares étaient les marchands qui décidaient de faire un détour par la capitale de l’ancienne « Province Géante ». L’isolement commercial d’Asunción ne fit que s’accentuer avec la fermeture du port de Buenos Aires en 1594 et le séparation de la province en 1617.

78Dans ces conditions, l’activité économique du Paraguay du xvie siècle fut avant tout destinée à satisfaire les besoins de la colonie. C’est la raison pour laquelle nous pouvons parler d’une économie de subsistance, malgré l’existence d’un commerce extérieur sporadique. La vie quotidienne des conquistadores et colons s’organisa donc en fonction des ressources disponibles dans la province. Celles-ci étant suffisantes pour vivre mais pas pour s’enrichir, le niveau de vie général fut souvent modeste mais rarement misérable. À partir des dossiers testamentaires consultés à Asunción, nous allons tenter, dans les pages qui suivent, d’analyser avec plus de précision les conditions matérielles dans lesquelles vivaient les vecinos d’Asunción au xvie siècle.

VII.4 Vie quotidienne au Paraguay du XVIe siècle

VII.4.1 Niveaux de vie des conquistadores et colons

79Lors de nos recherches, nous avons trouvé de nombreux documents où les conquistadores et colons du Paraguay décrivent le dénuement dans lequel se trouvait la province. En 1545, l’Italien Ambrosio Eusebio s’adressa en ces termes à son compatriote Pietro Aretino :

  • 106 « Carta de Ambrosio Eusebio (1545) », in La Revista Crítica, no 1, Asunción, décembre 1989, p. 44.

No describo a V. S. los trabajos y penurias que pasamos en la tierra miserable en que estamos, por no afligirle contándoselas ; baste decir que aquí sembramos y recogemos zapando a más no poder la mayor parte del tiempo, caminando por esta tierra para descubrirla, descalzos, desnudos, muchas millas de millas, con un saquito de harina tostada al hombro, y la calabaza al cinto llena de agua, y con nuestras armas cargadas, talando árboles y abriendo camino por donde andamos, y lloviéndonos en la cabeza sin tener dónde refugiarnos salvo la sombra de algún tronco ; y otras veces por un gran río como mar, remando como galeotes en unos bergantines hechos aquí106.

  • 107 José Luis Mora Mérida, Historia social del Paraguay, 1600-1650, p. 73.
  • 108 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias..., p. 551.

80Dans sa lettre, Eusebio ne demande aucune faveur particulière à l’Arétin, si ce n’est de rassurer son épouse sur son état de santé. On peut donc penser qu’il y décrit la situation de façon relativement objective. Par ailleurs, cette missive fut rédigée à une époque où la colonie n’était pas vraiment organisée d’un point de vue économique. On cherchait toujours la Sierra de la Plata et l’agriculture ne s’était pas encore développée. Il est donc vraisemblable que de nombreux conquistadores aient connu des conditions de vie plus que précaires. Les témoignages sur la pauvreté générale du Paraguay continuèrent d’être fréquents pendant de longues années, y compris après la distribution des premières encomiendas. Pourtant, la situation générale des conquistadores et colons s’était améliorée grâce au développement de l’agriculture et de l’élevage. Les velléités exportatrices exprimées à plusieurs reprises par les autorités coloniales peuvent même être interprétées comme le signe d’une production agricole excédentaire. Une province qui cherchait désespérément à exporter plusieurs de ses produits ne devait pas se trouver dans une situation de misère extrême, comme l’a souligné José Luis Mora Mérida107. Dans le chapitre précédent, nous avons vu comment le développement de l’agriculture avait permis à la plupart des habitants de la province de subvenir à leurs besoins alimentaires. C’est ce qu’indiquent également les propos du cosmographe-chroniqueur Juan López de Velasco : « todos tienen lo que han menester para su mantenimiento y sustento, aunque ninguno rico de moneda, porque no la hay en la tierra108. » Le peu de succès que connurent les denrées comestibles transportées par les marchands étrangers confirme par ailleurs cette hypothèse. De même, une population qui achetait aux marchands de passage de la vaisselle et des bijoux en argent, des rubans et des fils de soie, des livres et des images pieuses ne devait pas connaître les affres de la faim, du moins pas de façon générale.

  • 109 « Testamento deMelchor Prado (1540) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4 ; « Codicilo de Francisco de (...)

81Les testaments ou inventaires de biens laissant entendre que leur titulaire vivait dans une misère extrême sont assez rares. Nous n’en avons recensé que deux qui datent de la première moitié du xvie siècle. Il s’agit de Melchor Prado, qui rédigea son testament en 1540, et de Francisco de Almaraz, dont le codicille est daté de 1545109. Le premier demanda un nombre relativement limité de messes pour le salut de son âme, celles de ses parents et celles du purgatoire. Par ailleurs, contrairement aux habitudes de l’époque, il se contenta de régler les frais des messes, sans accorder aucune aumône supplémentaire à des confréries religieuses ou à des organismes de charité. Le codicille du second fait état de ses « cortos bienes e hazienda », sans donner plus de précisions. Il est difficile de savoir si Prado et Almáraz étaient aussi pauvres qu’ils l’affirmaient. L’époque à laquelle ils dictèrent leurs dernières volontés correspond cependant à une période où l’agriculture et l’élevage ne s’étaient pas encore développés dans le Río de la Plata. Par conséquent, il n’est pas impossible que certains conquistadores aient vécu dans le plus grand dénuement avant que la province ne soit capable de subvenir à ses besoins.

  • 110 « Inventario de Bastián Alfonso (1551) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 19 ; « Inventario de Juan G (...)
  • 111 « Testamento de Blas Vargas (1596) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 10.

82Les inventaires des biens de Bastián Alfonso (1551) et Blas Vargas (1596) montrent toutefois qu’un certain nombre de vecinos continuèrent à vivre dans des conditions fort modestes après 1550110. Au moment de sa mort, Bastían Alfonso ne possédait que quelques vêtements usés, une paire de souliers, deux couvertures, un hamac, une hache, une machette, un couteau et une lance. Il avait en outre réuni quelques objets monnayables tels que quatre structures de lit en fer (camas de hierro), deux peaux de loutre et vingt cuñas. L’inventaire des biens de Blas Vargas et le compte rendu de leur vente indiquent que le défunt possédait des vêtements et des souliers usés, d’autres qui étaient neufs — et parfois même en matières nobles, telles que la soie ou le drap de Flandre —, quelques ustensiles (ciseaux, chaussepieds, brosse à vêtements, coupe, bassine) et harnais (selle, frein et caparaçon), plusieurs mouchoirs ou serviettes, un couvre-lit du Tucumán ainsi qu’une liasse de papiers, un carnet de notes (libro de notas) et des estampes d’histoires anciennes. Par rapport à Bastián Alfonso, Vargas semble avoir été bien plus « riche », mais son testament date de 1596, époque à laquelle le Paraguay bénéficiait d’une certaine prospérité économique, et il convient de relativiser l’importance de son patrimoine. Soulignons en outre le fait que Vargas ne possédait ni maison, ni bétail, ni terres cultivables. Contrairement à un grand nombre de ses concitoyens, il ne disposait d’aucun moyen de subsistance, ce qui lui fit déclarer dans son testament — de façon quelque peu exagérée — qu’il était très pauvre et ne possédait que ses vêtements et le lit où il dormait111.

  • 112 « Testamento de Gerónimo de Argüello (1573) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 37.

83Blas Vargas ne fut pas le seul à minimiser les biens qu’il possédait. Plusieurs colons affirmèrent se trouver dans une pauvreté extrême alors que leur dossier testamentaire prouve qu’ils disposaient au moins de quoi subvenir à leurs besoins alimentaires. Ainsi, Gerónimo de Argüello demanda dans son testament (1573) qu’une seule messe fût dite pour le salut de son âme, car il ne possédait ni biens ni terres. Or, un peu plus loin, il confia ses enfants, les gens de son service et les terres cultivables qu’il possédait à la tutelle de son amie Isabel López. Argüello n’était donc pas aussi démuni qu’il le prétendait112. De la même manière, on peut lire dans le testament du créole Jusepe de Évora la clause suivante :

  • 113 « Testamento de Jusepe de Évora (1597) », A.N.A., N.E., vol. 356, f° 16. C’est nous qui soulignons

Yten declaro y digo que por quanto yo tengo algunas debdas y debo a personas particulares y estoy muy pobre y es cosa justa que ante todas cosas sean pagadas las debdas mando quiero y es mi boluntad que el dia de mi enterramiento se digan o el dia siguiente juntamente con la misa de cuerpo presente todas las misas rreçadas que se pudieren deçir por mi alma y no mas hasta que mis debdas se paguen ante todas cosas y despues de pagadas si obiere alguna hacienda o posible para ello se diran las misas que a mi madre Maria de Samaniego y a mi muger Giomar Rodriguez les pareciere lo qual dejo a su disposicion y voluntad por aquella via que en derecho mas lugar aya113.

  • 114 « Inventario de Jusepe de Évora (1597) », A.N.A., N.E., vol. 356, f° 16.

84Soucieux de régler ses dettes et conscient de ses faibles moyens économiques, Jusepe de Évora préféra « sacrifier » le salut de son âme afin de pouvoir payer ses créanciers. Afin d’être sûr qu’aucun de ces derniers ne serait lésé, il joignit leur liste à son testament. L’inventaire qu’on fit des biens du défunt, montre que celui-ci n’était pas aussi pauvre que son testament le laisse entendre114. Quelques vêtements et du linge de maison, un matelas, deux oreillers, une chaise, un coffre équipé d’une serrure, trois pièces de harnais en mauvais état et quelques outils constituaient l’essentiel de son patrimoine. Toutefois, le défunt possédait quelques objets de grande valeur aux yeux de la société paraguayenne, à savoir treize livres de fer, treize autres de plomb et une escopette équipée de quelques munitions. Enfin, il était propriétaire de quatre chevaux, d’une charrette, d’une paire de bœufs et surtout de deux terrains, dont l’un au moins était cultivable (roza). Contrairement à Bastián Alfonso et Blas Vargas, Jusepe de Évora avait au moins les moyens de subvenir à ses besoins alimentaires, à l’instar de Gerónimo de Argüello. Sans être vraiment riches, les deux hommes ne devaient pas vivre dans une misère extrême.

85La plupart des colons paraguayens vivaient ainsi dans des conditions modestes mais pas misérables. Nous avons retrouvé un total de cinquante et un documents testamentaires — sans compter ceux de Gerónimo de Argüello et de Jusepe de Évora — attestant que le défunt possédait un ou plusieurs biens fonciers. Ces documents se composent de seize testaments et trente-cinq inventaires des biens de défunts.

  • 115 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1543), A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 5, P (...)
  • 116 Il s’agit des inventaires suivants : Francisco Vázquez (1547), A.N.A., vol. 967, doc. 3, Hernando (...)

86La plupart des défunts concernés étaient au moins propriétaires de la maison dans laquelle ils vivaient. Douze testaments115 et vingt-sept inventaires116 sont explicites sur ce point. Les documents ne faisant pas allusion à la demeure du défunt ne signifient pas pour autant qu’elle ne leur appartînt pas. Tous les testaments ne faisaient pas le détail des biens du testateur et certains manuscrits sont tellement détériorés que plusieurs passages sont impossibles à déchiffrer. Le nombre de trente-neuf défunts ayant possédé leur résidence principale est donc à considérer comme un minimum. Les documents consultés indiquent que les maisons coloniales étaient modestes, faites de pisé (tapia) et couvertes de chaume ou de palmes. Elles disposaient cependant d’une cour, d’un poulailler et parfois même d’un potager. Celui qui en possédait une pouvait théoriquement se nourrir. Quand bien même cette maison fût son seul bien, sa survie — ainsi que celle de sa famille — était en principe assurée.

  • 117 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1543), A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 5, P (...)
  • 118 Il s’agit des inventaires suivants : Francisco Vázquez (1547), A.N.A., vol. 967, doc. 3, Hernando (...)

87Treize testaments117 et vingt-neuf inventaires118 nous indiquent par ailleurs que le défunt possédait des terres dans les environs d’Asunción ou dans des régions plus éloignées. Ces terres étaient le plus souvent consacrées à l’agriculture (rozas) ou à l’élevage. Les produits les plus couramment cultivés étaient le maïs, le manioc, les haricots et la vigne. En ce qui concerne l’élevage, il s’agissait la plupart du temps de bovins, mais on trouvait également des porcs, des chèvres, des moutons et des poules en quantités très variables. Les propriétaires de ces fermes (chacras) pouvaient ainsi améliorer leur alimentation quotidienne et vendre les excédents de production aux vecinos ne possédant pas de terres. L’exploitation d’une ferme était ainsi une façon de subvenir à ses besoins alimentaires tout en obtenant une source de revenus permettant de s’enrichir et d’augmenter son patrimoine.

  • 119 Il s’agit des inventaires suivants : Andrés de Figueroa (1557), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92, J (...)
  • 120 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Inventario de Fra (...)

88L’artisanat représentait une autre source de revenus non négligeable. Bien qu’il fût peu développé au xvie siècle, plusieurs inventaires attestent que le défunt exerçait — ou faisait exercer aux Indiens qui le servaient — une activité manuelle. La plus courante était le tissage du coton. Huit inventaires font état de la présence d’un ou plusieurs métiers à tisser parmi les biens du défunt119. La production de lienzo permettait aux colons de se vêtir et d’équiper leur maison. C’était également un moyen de disposer de moneda de la tierra et donc d’acquérir des produits plus rares tels que des armes, des meubles, des vêtements d’Espagne ou du Tucumán, de la vaisselle en porcelaine ou en étain et de l’argenterie. Les inventaires des défunts ayant possédé un métier à tisser montrent que leur maison était généralement mieux équipée que celle des colons s’étant exclusivement consacrés aux activités agricoles. À titre d’exemple, citons les inventaires des biens d’Andrés de Figueroa, de María de Luján ou de María de Heredia, qui montrent que ces derniers possédaient beaucoup plus de meubles, de couvertures, de draps ou de vaisselle que la plupart de leurs contemporains120.

  • 121 Il s’agit des inventaires suivants : Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, d (...)
  • 122 Voir chapitre VI, p. 396.
  • 123 « Inventario de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10.

89L’aune de drap n’était pas la seule unité monétaire paraguayenne. Fabriquer des hameçons, des coins ou des couteaux était une autre façon de « frapper de la monnaie ». Quatre inventaires et un compte rendu de vente aux enchères indiquent que le défunt possédait des outils servant à la fabrication d’hameçons121. Le plus équipé d’entre eux est sans nul doute Gerónimo Martínez, qui possédait plusieurs tenailles, plus de quinze limes, et trois bigornes dont l’une spécialement adaptée à la fabrication d’hameçons. Gerónimo Martínez avait hérité ces outils de son père, le « vieux » conquistador Domingo Martínez, arrivé dans le Río de la Plata avec don Pedro de Mendoza. L’homonyme d’Irala s’était très tôt spécialisé dans la manufacture d’hameçons qui lui servirent dans un premier temps à pêcher, puis à obtenir des marchandises diverses auprès des indigènes122. Lorsque l’hameçon devint l’une des monnaies les plus utilisées de la province, Domingo Martínez put se constituer un patrimoine plus important que la moyenne de ses compatriotes. La production d’hameçons semble toutefois avoir été moins rentable que celle de drap. Les inventaires montrent qu’en général, les défunts s’étant consacrés à cette activité possédaient un peu moins de vêtements, d’armes ou de meubles que les producteurs de lienzo. Ainsi, la garderobe et le mobilier de Gerónimo Martínez se réduisaient à quelques articles seulement. La même remarque s’impose à la lecture de l’inventaire des biens de Pedro Fernández de la Rotela123. Ce forgeron, qui pouvait fabriquer des couteaux, des coins ou autres « monnaies du pays », ne semble avoir possédé que quelques meubles tels que trois coffres, un lit et une table.

  • 124 Voir chapitre IV, p. 264.
  • 125 « Inventario de Francisco Delgado (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 6.

90Nous avons relevé la présence de deux autres forgerons à Asunción : Maese Antonio, arrivé avec Pedro de Mendoza124, et Francisco Delgado, dont la profession est précisée dans l’inventaire de ses biens125. Nous ne sommes malheureusement pas en mesure de certifier que ces deux hommes exercèrent bien leur profession à Asunción. Le dossier testamentaire du premier ne figure pas parmi les documents que nous avons consultés ; l’inventaire des biens du second ne mentionne aucun outil en rapport avec la forge. Toutefois, ce dernier document semble indiquer que le train de vie du défunt n’était pas meilleur que celui de Pedro Fernández, son concurrent théorique, ce qui laisse penser que Francisco Delgado se consacra finalement à une autre activité.

  • 126 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventari (...)

91Les personnes vivant de l’artisanat connaissaient un train de vie indéniablement supérieur à celui de la moyenne des vecinos d’Asunción. Pourtant, rares furent ceux qui amassèrent de véritables fortunes. La plupart des habitants de la ville vivaient dans des conditions relativement modestes. Les inventaires consultés indiquent que le mobilier des défunts se limitait généralement à une table, un lit, un ou deux coffres et quelques bancs. De nombreux artisans possédaient en revanche une garderobe plus fournie que les autres colons, ainsi qu’une quantité plus élevée d’armes, de vaisselle et de linge de maison. De même, certains avaient pu acquérir quelques objets précieux comme une cuillère en argent ou quelques livres. Ce type d’objet était d’ailleurs le principal signe extérieur de richesse parmi les habitants d’Asunción. Le train de vie des conquistadores et colons se mesurait souvent à la quantité de vêtements de qualité, de soieries, de rubans, de bijoux ou de chandeliers. En dehors de celui de Juan de Salazar de Espinosa, qui s’était enrichi non seulement grâce à l’agriculture et à l’artisanat, mais également grâce à sa position sociale, un seul inventaire se distingue par la valeur et la variété des biens qui y sont répertoriés. Il s’agit de l’inventaire des biens de Francisco de Espínola, décédé en 1586126. Celui-ci possédait en effet trois lits, deux tables, plusieurs coffres, des réserves non négligeables de bon vin, de plomb, de poudre et de drap, quelques objets d’or, de l’argenterie, un miroir et de nombreux vêtements importés d’Europe. Juan de Salazar de Espinosa possédait également d’énormes quantités de bétail, d’armes, de meubles, de vêtements, de linge de maison et d’autres articles de maison. Toutefois, l’élément le plus original de l’inventaire de ses biens est le nombre de livres qui y figurent. Le fondateur d’Asunción était apparemment un amateur de lecture : huit livres figurent dans son inventaire, dont sept à caractère religieux et un d’arithmétique. Ainsi, les documents testamentaires ne nous renseignent pas seulement sur de nombreux aspects de la vie économique du Paraguay, mais également sur les goûts et les loisirs de ses habitants.

VII.4.2 Vie culturelle et loisirs

  • 127 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventari (...)

92Les colons qui possédaient des livres étaient peu nombreux. Nous avons retrouvé un total de neuf documents testamentaires dans lesquels figurent un ou plusieurs opuscules127. Nous avons identifié vingt-six des vingt-neuf ouvrages recensés dans ces documents. Les textes religieux semblent avoir été le sujet de prédilection des lecteurs paraguayens du xvie siècle. Treize des ouvrages identifiés sont en effet des livres d’heures, des bréviaires, des missels, des recueils d’épîtres, des manuels de confession (confesionarios) ou de doctrine chrétienne.

93Certains défunts semblent avoir recherché des lectures plus techniques, souvent spécialisées dans leur domaine d’activité. Par exemple, Juan de Salazar de Espinosa, Trésorier de Sa Majesté, possédait un livre d’arithmétique. L’inventaire des biens de Gerónimo Martínez, dont nous connaissons les activités métallurgiques, fait état d’un traité sur les métaux (libro que trata de metales) ayant appartenu au défunt. Ce dernier possédait également un almanach qu’il devait consulter pour mieux cultiver les terres qu’il possédait.

94Enfin, on trouve un exemplaire du Vocabulario d’Antonio de Lebrija et un « manuel romain » dans l’inventaire des biens de Gaspar González, ainsi qu’un livre de médecine dans celui de Juan de Porras de Amor. La lecture n’étant pas seulement un moyen de se rapprocher de Dieu ou de s’instruire, on trouvait également dans les bibliothèques d’Asunción quelques livres plus distrayants, comme un vieux livre de dialogues « entre el onbre y la verdad », imprimé à Séville en 1568 et ayant appartenu à María de Heredia, un « Tesoro de pobres muy viejo » chez María Villafaña, un recueil de notes écrit par Diego de Ribera ayant appartenu à Blas Vargas, ainsi qu’un livre « que se dice Navarro » figurant dans l’inventaire des biens de Gaspar González.

  • 128 « Almoneda de los bienes de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

95Signalons pour finir que les colons alphabétisés se préoccupèrent également d’enseigner l’art de la lecture à leurs enfants : dix abécédaires furent acquis dans ce but par Juan Romero lors de la vente aux enchères des biens du marchand Diego de Castañeda en 1582128.

  • 129 « Inventario de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.
  • 130 « Inventario de un testamentario anónimo (1541) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 84-91.
  • 131 « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109.
  • 132 « Inventario de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

96Les analphabètes étant malgré tout légion parmi les Européens d’Asunción, certains occupaient leur temps libre en jouant aux échecs, comme le prouve l’inventaire des biens de Pedro de Mesa129. Les cartes semblent toutefois avoir constitué le jeu préféré des conquistadores du Paraguay. Un testateur anonyme dont l’inventaire des biens fut réalisé en 1540 voyagea depuis l’Espagne avec dix-huit jeux de cartes dans ses bagages130. La quantité et la variété des biens qu’il possédait au moment de sa mort nous laissent penser qu’il s’agissait d’un commerçant venu vendre ses marchandises dans le Río de la Plata. Les cartes qu’il transportait furent donc probablement vendues aux enchères à certains conquistadores de Buenos Aires. L’un de ces jeux finit peut-être par se retrouver entre les mains de Baltasar de Herrera. L’inventaire de ses biens, établi en 1558, nous informe qu’il possédait en effet un jeu de cartes131. Enfin, le marchand Diego de Castañeda s’éteignit à Asunción alors qu’il transportait parmi ses marchandises deux jeux de cartes qu’il espérait vendre aux colons paraguayens132. Ces derniers jouaient ainsi leurs vêtements, leurs armes et parfois même leurs esclaves indigènes, à en croire ce témoignage du père Martín González :

  • 133 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador Don Carlos...(1556) », A.H.N., Section 12, Diver (...)

Se a visto jugar vna yndia, digo vna avnque muchas son, pero esta, en pena de su maleficio, tuvo el candil y lunbre mientras la jugaban, e despues de jugada, la desnudaron, e sin vestido, la enviaron con el que la ganó, porque dezia no aver jugado el vestido que traya133.

  • 134 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.
  • 135 « Almoneda de los bienes de María de Heredia (1594) », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1.
  • 136 « Inventario de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

97Le jeu n’était pas la seule distraction des colons paraguayens. Certains s’intéressaient également à l’art, en particulier religieux. Ainsi, Juan de Salazar de Espinosa avait chez lui un retable « con la ymagen de la quynta angustia134 ». Tout le monde ne possédait pas les moyens de Salazar pour s’acheter de véritables tableaux. La plupart se contentaient de quelques images pieuses qu’ils avaient emportées d’Espagne ou qu’ils achetaient aux marchands étrangers de passage à Asunción. Ainsi, deux de ces images figurent parmi les biens de María de Heredia : l’une de Sainte Véronique, l’autre de la Sainte Vierge. Quelques jours après sa mort, ces images furent achetées aux enchères par Salvador de Medina pour six pesos et demi135. Enfin, Diego de Castañeda, qui connaissait les goûts des vecinos d’Asunción, transportait six images pieuses parmi ses marchandises, mais nous ignorons si elles trouvèrent preneur136.

  • 137 « Inventario de Bastián Alfonso (1551) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 19 ; « Almoneda de los bien (...)
  • 138 « Inventario de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

98Les habitants d’Asunción semblent également avoir apprécié le farniente, en particulier les jours d’été, où la chaleur et l’humidité tropicales plongeaient la ville dans une douce torpeur. Ils se prélassaient alors dans un hamac, sous les galeries ou dans les cours des maisons coloniales, en dégustant un maté ou un tereré. Quatorze inventaires ou comptes rendus des biens des défunts confirment l’adoption du hamac par la population d’origine européenne137. Nous pouvons ajouter à ces quatorze documents l’inventaire des biens de Diego de Castañeda138, où figure un hamac, mais nous ignorons si celui-ci était destiné à la vente ou bien utilisé par le marchand lors de ses déplacements. Toujours est-il qu’il ne figure pas parmi les biens du défunt qui furent vendus aux enchères.

99Ce couchage indigène ne remplaça pas pour autant les lits traditionnels dans les maisons d’Asunción. La plupart des documents mentionnés ci-dessus montrent que les défunts possédaient des lits en bois et des matelas de paille de laine. Le hamac était plutôt utilisé pour la sieste. On l’emportait également lors des campagnes militaires ou des déplacements, comme le montre l’inventaire des biens de Juan de Porras de Amor, qui fut réalisé dans un campement militaire.

  • 139 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 647-648 ; « Inventar (...)

100En ce qui concerne le maté, quatre documents seulement attestent de sa consommation par la population coloniale du xvie siècle139. Si le maté n’était pas encore le produit autochtone le plus consommé par les colons paraguayens, tout laisse penser qu’ils l’appréciaient assez puisque les lots de yerba mate trouvaient systématiquement preneur lors des ventes aux enchères des biens des défunts.

VII.5 Naissance d’une culture métisse

101L’économie paraguayenne du xvie siècle fut essentiellement basée sur l’agriculture et l’élevage. D’autres activités purent néanmoins se développer, notamment celles dont l’objet était de transformer les matières premières disponibles dans la province. C’est ainsi que le tissage du coton, la production de sucre ou de vin et la construction navale devinrent les principales manufactures du Paraguay colonial.

102Toutefois, en l’absence de métaux précieux dans le sous-sol paraguayen, la province ne réussit pas à s’intégrer pleinement aux circuits commerciaux du système colonial hispano-américain. Malgré la volonté et les efforts des autorités locales, les colons ne parvinrent pas à imposer leurs produits sur les marchés extérieurs. Le Paraguay, qui manquait déjà cruellement de monnaie métallique, ne put donc pas compter sur ses rares exportations pour en obtenir de l’extérieur. Par conséquent, les importations furent également sporadiques, les marchands étrangers n’étant guère intéressés par le système de monedas de la tierra mis au point pour compenser l’absence de numéraire.

  • 140 Voir chapitre III, p. 225.
  • 141 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 6 (...)

103En raison de cet isolement commercial, l’économie paraguayenne fut avant tout une économie de subsistance, capable de fournir aux habitants de la province de quoi subvenir à leurs besoins quotidiens, mais pas de quoi les rendre riches. Le niveau de vie « moyen » que connurent la plupart des conquistadores et colons du xvie siècle paraguayen renforça sans doute le sentiment d’« autosuffisance » que nous avons évoqué dans la première partie de ce travail140. L’économie de la province était modeste, certes, mais elle était le fruit du seul travail de ses habitants. Après avoir fourni tant d’efforts et subi tant de pénuries, les colons d’Asunción étaient réfractaires à l’idée que les officiers de la Couronne ou l’Église viennent prélever des impôts sur leurs maigres revenus. La relation que Domingo Martínez de Irala envoya au roi en 1556 illustre ce souci de protéger les biens durement acquis : « Acabo de tantos años que en esta tierra estamos bibimos tan miseros y pobres y no seria rrazon que de otras partes binyesen a tomar y gozar los que tanto se ha trabajado141. » Cette citation d’Irala fait en réalité référence au danger que représentaient les incursions brésiliennes dans le Guairá. Elle n’en est pas moins l’écho de la volonté farouche des conquistadores et colons paraguayens de ne pas laisser qui que ce soit — pas même la Couronne ou l’Église — les déposséder de ce qu’ils avaient obtenu par leur seul labeur.

104Le développement « autocentré » de l’économie paraguayenne favorisa également l’assimilation d’éléments culturels indigènes par la population coloniale. L’agriculture, nous l’avons vu, produisait aussi biens des aliments autochtones que des denrées venues d’Europe. Les manufactures transformaient les matières premières locales en objets traditionnellement occidentaux. Enfin, le système « monétaire » paraguayen alliait habilement troc indigène et comptabilité occidentale. Ainsi, les vecinos d’Asunción équipaient leur maison de tables espagnoles et de nappes paraguayennes, mangeaient de la viande de bœuf accompagnée de manioc, fabriquaient des chapelets avec des pierres du Guairá, payaient leurs livres ou images pieuses en lienzo de la tierra et se distrayaient en jouant aux cartes et en buvant du maté allongés dans un hamac.

105La présence de nombreuses Indiennes dans les demeures coloniales, à l’origine du métissage biologique de la province favorisa également son métissage culturel. Responsables de l’économie domestique et de l’entretien des maisons, ces femmes s’occupaient également de l’éducation des enfants métis nés de leur union avec leurs maîtres européens. De nombreux mancebos de la tierra apprirent ainsi à respecter la terre, les habitudes alimentaires et la langue de leur mère et donnèrent naissance à une société biologiquement, économiquement et culturellement métisse.

Notes

1 Julio César Chaves, Compendio de Historia Paraguaya, Asunción, El Lector, 1998, p. 110.

2 Juan Bautista Rivarola Paoli, Historia Monetaria del Paraguay, Asunción, Talleres gráficos de la Editora Litocolor, 1982, p. 12.

3 « Inventario de don Pedro de Mendoza que fueron entregados a Gregorio de Leyes... (1537) », in Arch. Nac., no 4, Asunción, décembre 1900, p. 131-136.

4 « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 547-565.

5 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3 ; « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 17, Asunción, février 1902, p. 647-648 ; « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

6 « Testamento de Francisco de Coimbra (1543) », A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 5 ; « Inventario de Francisco Álvarez Gaytán (1566) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2.

7 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

8 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 206.

9 « Inventario de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.

10 Juan Bautista Rivarola Paoli, Historia Monetaria..., p. 14.

11 Voir chapitre VI, p. 374-374.

12 Arch. Nac., no 1, Asunción, septembre 1900, p. 26-37 ; no 2, septembre 1900, p. 41-49, 52-62, 68-71, 74, 77 ; no 3, novembre 1900, p. 89-96 ; no 4, décembre 1900, p. 118-121 ; no 5, décembre 1900, p. 188-190 ; no 6, janvier 1901, p. 199-201, 208-210 ; no 7, février 1901, p. 231-233, 261-263 ; no 8, février 1901, p. 270-273, 303-305 ; no 8/9, février/mars 1901, p. 305-307 ; no 9, mars 1901, p. 309-317, 320-322 ; no 12, avril 1901, p. 433-436 ; no 13, mai 1901, p. 480-483 ; no 15, janvier 1902, p. 543-546, 560-562, 568-570 ; no 16, février 1902, p. 575-590, 598-600.

13 Arch. Nac. (nouvelle édition), Asunción, avril 1988, p. 19-24.

14 La Revista Crítica, no 1, Asunción, décembre 1989, p. 50-51.

15 Voir chapitre II, p. 97-98.

16 Voir chapitre II, p. 98-99.

17 Voir chapitre II, p. 69.

18 « Carta de obligación de Juan Sotelo y Vicente de Mendoza a favor de León Pancaldo (1539) », in Arch. Nac. (nouvelle édition), Asunción, avril 1988, p. 23. C’est nous qui soulignons.

19 « Carta de obligación de Antonio Da Castelo a favor de León Pancaldo (1539) », in Arch. Nac. (nouvelle édition), Asunción, avril 1988, p. 23-24.

20 « Carta de obligación otorgada por Fernando Manos Albas a favor de Gregorio de Leyes (1539) », in Arch. Nac., no 2, Asunción, octobre 1900, p. 68. C’est nous qui soulignons.

21 « Carta de obligación otorgada por Pedro de Çayas (1541) », in Arch. Nac., no 8, Asunción, Février 1901, p. 271 ; « Carta de obligación otorgada por Francisco Moreno, Juan Martín y Juan Flores... (1541) », in Arch. Nac., no 4, Asunción, décembre 1900, p. 118-121; « Carta de obligación a favor de Juan Muñoz otorgada por Francisco Gambarrota (1541) », in Arch. Nac., no 7, Asunción, février 1901, p. 261-263.

22 « Carta de obligación otorgada por Juan Portuguez, Juan Della y Antonio Herrero (1545) », in Arch. Nac., no 13, Asunción, mai 1901, p. 480-481. C’est nous qui soulignons. Voir aussi « Carta de obligación a favor de los herederos de Cristóbal de Acosta (1547) », « Carta de obligación de Gonzalo Pérez a favor de Andrés de Arzamendia (1547) » et « Carta de obligación de Francisco de Rengifo a favor de Pedro de Gualdo (1548) », in Arch. Nac., no 16, Asunción, février 1902, p. 581-583 et 587-590.

23 Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », op. cit., p. 490.

24 « Instrucciones y capítulos entregados a Martín de Orúe para llevarlos á los Reinos de España y solicitar de S. M. su aprobación (1545) », in Arch. Nac., no 14, Asunción, janvier 1902, p. 511.

25 « Inventario de Antonio López de Aguiar (1544) », in Arch. Nac., no 10, Asunción, mars 1901, p. 373-375.

26 « Testamento de Mateo Díaz (1553) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119.

27 « Inventario de Gil García (1577) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3.

28 Juan Bautista Rivarola Paoli, Historia monetaria..., p. 45-53.

29 Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », op. cit., p. 491.

30 « Copia de documentos del Discurso Histórico de Don Juan Francisco Aguirre », in Revista de la Biblioteca Nacional, Buenos Aires, 1937, vol. I, p. 679-680. C’est nous qui soulignons.

31 Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », op. cit., p. 495.

32 « Venta de los bienes de Hernando Barrionuevo (1542) », in Arch. Nac., no 5, Asunción, janvier 1901, p. 185-186.

33 « Tasación de los bienes de [roto] (1544) », in Arch. Nac., no 14, Asunción, janvier 1902, p. 508-511.

34 « Almoneda de los bienes de Luis, indio y criado de Ruy García (1545) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 113.

35 « Almoneda de los bienes de Hernando de Balbuena (1550) », A.N.A., N.E., vol. 428.

36 « Almoneda de los bienes de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

37 « Almoneda de los bienes de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Almoneda de los bienes de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., C., vol. 737, doc. 5 ; « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40.

38 « Inventario de Bastián Alfonso (1551) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 19.

39 « Almoneda de los bienes de Álvaro Villalobos (1562) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5.

40 Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », op. cit., p. 496.

41 « Almoneda de los bienes de Alonso Rodríguez de Azuaga (1570) », A.N.A, T.C., vol. 770, doc. 6 ; « Almoneda de los bienes de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14 ; « Almoneda de los bienes de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; « Almoneda de los bienes de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; « Almoneda de los bienes de Gil García (1577) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3 ; « Almoneda de los bienes de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1 ; « Almoneda de los bienes de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17.

42 Osvaldo Chaves, La formación del pueblo paraguayo, Buenos Aires, Gráfica Negri, 1976, p. 165.

43 « Almoneda de los bienes de Matías de Madrid (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 16 ; « Almoneda de los bienes de Juan Porras de Amor (1599) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 10.

44 « Tasación de los bienes de Isabel Pérez (1589) », in « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A, T.C., vol. 547, doc. 2.

45 « Almoneda de los bienes de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 9.

46 « Almoneda de los bienes de doña María de Heredia (1594) », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1 ; « Almoneda de los bienes de Blas Vargas (1596) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 10 ; « Almoneda de los bienes heredados por Esperanza de Meira (1599) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

47 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 164.

48 « Almoneda de los bienes heredados por Esperanza de Meira (1599) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

49 « Inventario de Diego Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

50 « Almoneda de los bienes de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.

51 Antonio Ruiz de Montoya, op. cit., p. 48-49.

52 Juan Carlos Garavaglia, Mercado interno..., p. 388.

53 Antonio Ruiz de Montoya, op. cit., p. 48.

54 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 165.

55 « Tasación de los bienes de Isabel Pérez (1589) », in « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A, T.C., vol. 547, doc. 2.

56 « Almoneda de los bienes de Hernando de Balbuena (1550) », A.N.A., N.E., vol. 428.

57 « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40.

58 « Almoneda de los bienes de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.

59 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 164-165.

60 Ibid., p. 164-165.

61 « Almoneda de los bienes de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.

62 « Almoneda de los bienes de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6.

63 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 164-165.

64 José Luis Martínez, op. cit., p. 64.

65 Voir p. 416.

66 « El capitan Francisco López alguacil mayor y teniente de gobernador ordena que antes de venderse los bienes se nombren dos tasadores encargados de ponerles el debido precio á fin de evitar los abusos cometidos, abril 3 de 1542 », in Arch. Nac., no 5, Asunción, janvier 1901, p. 165-167. C’est nous qui soulignons.

67 « Almoneda de los bienes de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.

68 « Almoneda de los bienes de Francisco Álvarez Gaytán (1562) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2.

69 Le compte rendu de la vente des biens d’Andrés de Figueroa indique qu’on utilisa des « cuñas de la moneda corriente ». Nous pensons donc qu’il s’agit de cuñas chicas, d’une valeur de cinquante maravédis chacune. L’éventualité qu’il s’agisse de cuñas del ayunque, d’une valeur de cent maravédis, ne ferait que renforcer notre démonstration.

70 « Almoneda de los bienes de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.

71 « Almoneda de los bienes de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7.

72 « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40. La monnaie utilisée est ici la cuña entera, d’une valeur de cent maravédis.

73 « Tasación de los bienes de Isabel Pérez (1589) », in « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2.

74 Voir chapitre III, p. 216.

75 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 73.

76 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias..., p. 552.

77 Osvaldo Chaves, op. cit., p. 90-91.

78 « Almoneda de los bienes de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37 ; « Almoneda de los bienes de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.

79 « Almoneda de los bienes de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5. C’est nous qui soulignons.

80 « Almoneda de los bienes de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., vol. 754, doc. 7.

81 Voir chapitre IV, p. 264 et suiv.

82 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 225.

83 Nous avons recensé un seul fabriquant d’épées, Galiano de Meira, et un éventuel sellier, Pedro Portugués, tous deux arrivés avec Pedro de Mendoza. Voir chapitre IV, p. 264.

84 Voir les dossiers testamentaires suivants : Bastián Alfonso (1551), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 19 ; Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; Pedro de Mesa (1570), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14 ; Alonso Pérez (1572), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; Luis Alegre (1574), A.N.A.,N.E., vol. 307, doc. 17 ; Alonso Valenzuela (1575), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; Gil García (1577), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3 ; Francisca Lucena (1580), A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1 ; Diego de Castañeda (1582), A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37 ; Pedro Fernández de la Rotela (1584), A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10 ; Matías de Madrid (1586), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 16 ; Isabel Pérez (1587), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; Arnao Esterlin (1591), A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2 ; María Villafaña (1596), A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4 ; Juan de Porras de Amor (1599), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 10.

85 Voir les dossiers testamentaires suivants : Pedro Montañés (1550), in Arch. Nac., no17, février 1902, p. 647-648 ; Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; Andrés de Figueroa (1557), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; Francisca Cabrera (1591), A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6.

86 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 5 v° (im. 10).

87 « Carta de Felipe de Cáceres, Pedro Dorantes, Antón Cabrera, Juan de Salazar de Espinosa, junio de 1556 », A.G.I., Charcas 40, f° s/n.

88 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109 ; « Inventario de Luis Alegre (1574) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17 ; « Inventario de María de Luján (1580) », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1 ; « Inventario de Andrés de Espinosa (1581) », A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 51 ; « Inventario de Jorge Fabiano (1586) », A.N.A., T.C., vol. 845, doc. 2 ; « Inventario de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, doc. 6.

89 Manuel Díaz, Marta Pinilla, « Navegación fluvial en el Río de la Plata », in Puertos y fortificaciones de América y Filipinas, Séville, document non daté disponible aux A.G.I., p. 153-170.

90 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 78.

91 Fulgencio R. Moreno, « Los efectos de la expansión asuncena », in La ciudad de la Asunción, p. 134. À propos des exportations de sucre, voir également « Testamento de Diego Trigueros (1589) », A.N.A., T.C., vol. 751, doc. 7.

92 « Testamento de Diego Trigueros (1589) », A.N.A., T.C., vol. 751, doc. 7.

93 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 107.

94 Ibid., p. 78.

95 « Inventario de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; « Inventario de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37 ; « Almoneda de los bienes de Blas Vargas (1596) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 10.

96 José Luis Mora Mérida, Historia social del Paraguay, 1600-1650, p. 80.

97 Emilio Coni, Agricultura..., p. 91-97.

98 Richard Konetzke, América latina..., p. 275.

99 Voir chapitre II, p. 98.

100 Voir Arch. Nac., no 1, Asunción, septembre 1900, p. 31-32; Arch. Nac., no 2, Asunción, septembre 1900, p. 42-44; Arch. Nac., no 3, Asunción, novembre 1900, p. 94-95.

101 Arch. Nac., no 3, Asunción, novembre 1900, p. 89-91 et 91-92; Arch. Nac., no 13, Asunción, mai 1901, p. 480-483.

102 Arch. Nac., no 13, Asunción, mai 1901, p. 480-483. Contrairement aux deux autres, qui furent rédigées à Buenos Aires, cette lettre fut établie à Asunción, en janvier 1545.

103 Voir Arch. Nac., no 7, Asunción, février 1901, p. 231-233; Arch. Nac., no 9, Asunción, mars 1901, p. 309-310 et 310-311. Les marchands créditeurs sont Scipión de Grimaldo et Juan Bartolomé, représentants de Pancaldo et Vivaldo, Urbán Centurión et Francisco Pozobonelo, ainsi que Martín de Orduña et Domingo de Zornoza.

104 « Testamento de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37 ; « Testamento de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.

105 Ciro F. S. Cardoso et Héctor Pérez Brignoli, Historia económica de América latina. Sistemas agrarios e historia colonial, Barcelona, Crítica, 1984, vol. I, p. 222.

106 « Carta de Ambrosio Eusebio (1545) », in La Revista Crítica, no 1, Asunción, décembre 1989, p. 44.

107 José Luis Mora Mérida, Historia social del Paraguay, 1600-1650, p. 73.

108 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias..., p. 551.

109 « Testamento deMelchor Prado (1540) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4 ; « Codicilo de Francisco de Almaraz (1545) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 16.

110 « Inventario de Bastián Alfonso (1551) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 19 ; « Inventario de Juan González (1591) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 10 ; « Inventario de Blas Vargas (1596) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 10.

111 « Testamento de Blas Vargas (1596) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 10.

112 « Testamento de Gerónimo de Argüello (1573) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 37.

113 « Testamento de Jusepe de Évora (1597) », A.N.A., N.E., vol. 356, f° 16. C’est nous qui soulignons.

114 « Inventario de Jusepe de Évora (1597) », A.N.A., N.E., vol. 356, f° 16.

115 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1543), A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 5, Pedro Arias (1549), in Arch. Nac., no 16/17, Asunción, février 1902, p. 607-612, Domingo Martínez de Irala (1556), in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 547-565, Inés de Medrano (1566), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 13, Andrés Solazaval (1571) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 10, Juan de Fustes (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23, Juan Rute (1572), A.N.A., vol. 307, doc. 28, Antonio González Pérez (1572), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5, Domingo Martínez (1574), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 39, Maese Bernal (1574), A.N.A., N.E., vol. 312 doc. 131, Margarita Pérez (1576), A.N.A., N.E., vol. 421, f° 12 et Lucía Cabrera (1586), A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8.

116 Il s’agit des inventaires suivants : Francisco Vázquez (1547), A.N.A., vol. 967, doc. 3, Hernando de Balbuena (1549), in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633, Andrés de Figueroa (1557), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92, Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5, Álvaro Villalobos (1562), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5, Francisco Álvarez Gaytán (1566), A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2, Alonso Rodríguez de Azuaga (1570), A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6, Pedro de Mesa (1570), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14, Hernando de Ribera (1572), in Arch. Nac. (nouvelle édition), Asunción, 1988, p. 15-17, Luis Alegre (1574), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17, Alonso Valenzuela (1575), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7, Gil García (1577), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3, Francisca Lucena (1580), A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1, María de Luján (1580), A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1, Hernando de Sosa (1580), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 11, Antonio de la Trinidad (1583), A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7, Pedro Fernández de la Rotela (1583), A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10, Jorge Fabiano (1586), A.N.A., vol. 845, doc. 2, Francisco de Espínola (1586), A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68, Isabel Pérez (1587), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2, Alonso Domínguez (1587), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2, Francisca Cabrera (1591) A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6, Arnao Esterlin (1591), A.N.A., vol. 579, doc. 2, Francisca Giménez (1592), A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3, Galiano de Meira (1593), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3, María de Heredia (1594), A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1 et María Villafaña (1596), A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4.

117 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1543), A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 5, Pedro Arias (1549), in Arch. Nac., no 16/17, Asunción, février 1902, p. 607-612, Andrés Solazaval (1571), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 10, Juan de Fustes (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23, Juan Rute (1572), A.N.A., vol. 307, doc. 28, Antonio González Pérez (1572), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5, Domingo Martínez (1574), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 39, Margarita Pérez (1576), A.N.A., N.E., vol. 421, f° 12, Elvira Guerrera (1583), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1, Lucía Cabrera (1586), A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8, Juan Alonso de Quirós (1591), A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1, Ruy Díaz Melgarejo (1595), in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140 et Juan Delgado (1595), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5.

118 Il s’agit des inventaires suivants : Francisco Vázquez (1547), A.N.A., vol. 967, doc. 3, Hernando de Balbuena (1549), in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633, Martín Pérez de Sanbitores (1553), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125, Diego López de Orgaz (1554), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 20, Andrés de Figueroa (1557), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92, Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5, Álvaro Villalobos (1562), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5, Francisco Álvarez Gaytán (1566), A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2, Alonso Rodríguez de Azuaga (1570), A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6, Pedro de Mesa (1570), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14, Hernando de Ribera (1572), in Arch. Nac. (nouvelle édition), Asunción, 1988, p. 15-17, Luis Alegre (1574), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17, Alonso de Valenzuela (1575), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7, Gil García (1577), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3, Hernando de Sosa (1580), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 11, Antonio de la Trinidad (1583), A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7, María de Luján (1580), A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1, Andrés de Espinosa (1581), A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 51, Pedro Fernández de la Rotela (1583), A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10, Jorge Fabiano (1586), A.N.A., vol. 845, doc. 2, Francisco de Espínola (1586), A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68, Gerónimo Martínez (1586), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17, Isabel Pérez (1587), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2, Alonso Domínguez (1587), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2, Álvaro de Meira (1590), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3, Francisca Cabrera (1591), A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6, Arnao Esterlin (1591), A.N.A., vol. 579, doc. 2, Francisca Giménez (1592), A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3 et Galiano de Meira (1593), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

119 Il s’agit des inventaires suivants : Andrés de Figueroa (1557), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92, Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5, Antonio de la Trinidad (1583), A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7, María de Luján (1580), A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1, Jorge Fabiano (1586), A.N.A., vol. 845, doc. 2, Francisco de Espínola (1586), A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68, Francisca Cabrera (1591), A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6 et María de Heredia (1594), A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1.

120 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Inventario de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6 ; « Inventario de María de Heredia (1594) », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1.

121 Il s’agit des inventaires suivants : Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5, Luis Alegre (1574), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17, Jorge Fabiano (1586), A.N.A., vol. 845, doc. 2 et Gerónimo Martínez (1586), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17, et du compte rendu de la vente des biens de Francisco Vázquez (1547), A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3.

122 Voir chapitre VI, p. 396.

123 « Inventario de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10.

124 Voir chapitre IV, p. 264.

125 « Inventario de Francisco Delgado (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 6.

126 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventario de Francisco de Espínola (1586) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68.

127 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventario de Francisco Álvarez Gaytán (1566) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2 ; « Testamenteo de Antonio González Pérez (1573) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5 ; « Inventario de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17 ; « Inventario de María de Heredia (1594) », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1 ; « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4 ; « Inventario de Blas Vargas (1596) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 10 ; « Codicilo de Gaspar González (1598) », A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37 ; « Inventario de Juan Porras de Amor (1599) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 10.

128 « Almoneda de los bienes de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

129 « Inventario de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.

130 « Inventario de un testamentario anónimo (1541) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 84-91.

131 « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109.

132 « Inventario de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

133 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador Don Carlos...(1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 140.

134 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

135 « Almoneda de los bienes de María de Heredia (1594) », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1.

136 « Inventario de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

137 « Inventario de Bastián Alfonso (1551) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 19 ; « Almoneda de los bienes de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventario de Pedro deMesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14 ; « Inventario de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; « Inventario de Luis Alegre (1574) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17 ; « Inventario de Alonso Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; « Almoneda de los bienes de Gil García (1577) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3 ; « Inventario de Francisca Lucena (1580) », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1 ; « Inventario de Pedro Fernández de la Rotela (1584) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10 ; « Almoneda de los bienes de Matías de Madrid (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 16 ; « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Inventario de Arnao Esterlin (1591) », A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2 ; « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4 ; « Inventario de Juan Porras de Amor (1599) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 10.

138 « Inventario de Diego de Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

139 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 647-648 ; « Inventario de Andrés de Figueroa, (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventario de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6.

140 Voir chapitre III, p. 225.

141 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 6 r°-v° (im. 11-12).

Table des illustrations

Titre Tableau 4. — Le système « monétaire » paraguayen en 1541-1545
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 5. — Prix du coton et de la garabatá bruts entre 1550 et 1595
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 3. — Évolution des prix du coton et de la garabatá bruts entre 1550 et 1595
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 4. — Le marché intérieur paraguayen (1539-1599)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540