Version classiqueVersion mobile

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

Troisième partie. L’économie et le commerce paraguayens

Chapitre VI. Les richesses du Paraguay

Texte intégral

1Quelle que fût leur origine sociale et géographique, les conquistadores avaient un objectif commun : acquérir richesse et pouvoir. Dans la plupart des colonies hispano-américaines, leur enrichissement rapide passait principalement par la découverte de gisements aurifères ou argentifères, de pierres précieuses ou de perles, mais aussi par l’exploitation systématique des autochtones dans les mines ou les pêcheries perlières. Le système des encomiendas permettait en outre aux Espagnols de se fournir en produits alimentaires et autres articles d’usage courant, comme des couvertures ou du bois de chauffe. Ces produits pouvaient être consommés par l’encomendero, ou bien revendus contre de l’or ou d’autres matières précieuses. Ainsi, plus on possédait d’Indiens, plus on pouvait accumuler de richesses. Le Paraguay ne possédant ni or, ni argent, ni perles, ni pierres précieuses, la seule richesse immédiatement disponible pour les conquistadores fut la main d’œuvre indigène, en particulier guaranie.

VI.1 La main d’œuvre indigène, première richesse du Paraguay

VI.1.1 L’exploitation des Indiens avant 1556

  • 1 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 147 ; Ulrich Schmidel, op. cit., p. 68-69.

2Le système d’encomiendas n’apparut au Paraguay qu’en 1556, soit près de vingt ans après la fondation d’Asunción. Jusque-là, la plupart des conquistadores bénéficièrent d’une main d’œuvre essentiellement féminine, grâce aux indigènes qui leur étaient régulièrement offertes par les Guaranis en signe d’alliance et qui vivaient dès lors dans les maisons de leurs maîtres européens1. Cela dit, tous les Européens ne reçurent pas de femmes en « cadeau ». Certains durent les acheter à leur famille, comme le signale cette lettre écrite par Francisco de Andrada en 1545 :

  • 2 « Carta de Francisco de Andrada (1545) », in Enrique de Gandía, Indios y conquistadores en el Para (...)

Hallamos, señor, en esta tierra, una maldita costumbre : que las mujeres son las que siembran y cojen el bastimento, y como quiera que no nos podíamos aquí sostener con la pobreza de la tierra, fue forzado tomar cada cristiano indias de estas, de esta tierra, contentando [a] sus parientes con rescates, para que les hicieran de comer2.

3Dans la tradition guaranie, les femmes s’occupaient des tâches agricoles et du tissage d’étoffes de coton (lienzos). Leur savoir-faire joua donc un rôle fondamental dans l’alimentation et l’équipement vestimentaire des premiers conquistadores. Ces femmes reçurent également la charge des tâches inhérentes à l’entretien des maisons coloniales comme le ménage, la cuisine ou l’entretien des basses-cours.

4Bien que considérées comme de simples « criadas » ou « gente de servicio », la compagnie des femmes guaranies était fort appréciée des conquistadores, les femmes espagnoles étant extrêmement rares pendant les premières années de la conquête. En signe de reconnaissance envers leurs Indiennes, les Espagnols veillaient à ce qu’elles reçoivent une instruction religieuse et le Saint Sacrement du baptême. Le testament de Luis de Benavídez montre que certains maîtres veillaient également à ce qu’elles soient bien traitées après leur mort :

  • 3 « Testamento de Luis de Benavídez (1543) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 24.

E por esta clavsula de testamento suplico e pido por merced al yllustre señor governador desta dicha provincia que por quanto yo tengo en my servicio ciertas yndias que e avido las quales son xpianas e como tales es justo que perseveren y esten en la compañia e vnion de los xpianos para que mejor sean dotrinados y enseñados en nuestra santa fee Catolica sea syrvido e tenga por bien que sucedan e queden en compañia e syrvicio de las personas siguientes : tres yndias que se llaman Francisca e Juana e Ynes e vna mochacha pequeña que se llama Maria que me la an de traer de su casa todos quatro al capitan Gonçalo de Mendoça ; otra yndia que se llama Luzia a Alonso de Medina vezino de Baeza otra yndia que se llama Juliana a Garcia de Jaen portero del cabildo ; lo qual como dicho tengo suplico a su señoria tenga por bien queriendo las dichas yndias de su libre y propia e agradable voluntad como personas libres y esentas que son e no de otra manera estar con los suso dichos e no queriendo estar su señoria haga lo que mas convenga al syrvicio de Dios nuestro señor e de su magestad e a la conversyon y enseñamyento de las dichas yndias a nuestra santa fee Catolica3.

5Comme nous le voyons dans ce document, les servantes indigènes étaient — du moins en théorie — considérées comme libres et travaillant volontairement pour les conquistadores. Les anciens compagnons, pères, frères ou cousins de ces femmes aidaient également leurs nouveaux alliés dans les domaines les plus variés. C’est ainsi que de nombreux indigènes participèrent aux différentes entradas organisées depuis Asunción. En outre, les Guaranis de la région contribuèrent activement à la construction de la ville, à la fabrication de navires, à la chasse, à la pêche et à l’exploitation des terres cultivables.

  • 4 Il s’agit des testaments suivants : Pedro Méndez (1551), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126 ; Juan d (...)
  • 5 « Testamento de Pedro Méndez (1551) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126.

6La plupart du temps, les servantes guaranies et leurs compagnons étaient bien traités par leurs maîtres qui, au-delà d’une éducation religieuse, leur fournissaient des vivres, des soins et des vêtements. Certains d’entre eux appréciaient tellement « leurs » Indiens qu’ils les considéraient comme des membres à part entière de leur maisonnée. Ainsi, plusieurs conquistadores demandèrent dans leur testament qu’on dît une ou plusieurs messes pour le salut des âmes des indigènes morts dans leur maison et à leur service, à condition bien sûr que ceux-ci fussent baptisés. Sur cent vingt-deux testaments consultés, vingt-neuf ont été recesés dans ce sens4, le plus ancien étant celui de Pedro Méndez, conquistador portugais arrivé dans le Río de la Plata en 1536 : « mando se digan e fagan dezir [...] por las anymas de ciertos criados de my servicio xpianos que fallescieron en my casa tres mysas5. »

7D’autres conquistadores se montrèrent plus pragmatiques en léguant à leurs servantes de quoi se vêtir. Ainsi, en 1559, alors qu’il était mortellement blessé par une flèche empoisonnée, le conquistador Bartolomé de Miño légua une chemise à chacun des deux Indiens de son service :

  • Yten mando que a un hyndio que se llama Macario que le den una camysa o una cuña lo quel mas quysiere.
  • Yten mando a otro yndio que se llama Juany que le den una camysa6.
  • 7 « Testamento de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7.

8En 1575, Alonso de Valenzuela, prit des dispositions similaires vis-à-vis des Indiennes qui étaient à son service7, tout comme María de Heredia qui, en 1594, légua quelques vêtements à deux Indiennes qui l’avaient particulièrement bien servie :

  • 8 « Testamento de doña María de Heredia (1594) », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1.

Mando se de en limosna y en alguna satisfaçion de lo muncho que me a serbido a Maria, guerfana de mi serbiçio mi manto de lienço negro de la tierra y una rropa y una saya y una camisa por que esta es mi boluntad. Yten mando se de a Ynes mi criada se le den (sic) tres baras de lienço para su bestido por que se lo debo bien debido en lo que me a serbido despues que entro en mi casa porque esta es mi boluntad8.

VI.1.2 La réduction en esclavage des indigènes

  • 9 Voir chapitre II, p. 104 et suiv. et chapitre III, p. 197 et suiv.

9La paix qui régnait au Paraguay entre Espagnols et Guaranis connut pourtant quelques périodes de crise. Comprenant que les Européens ne les considéraient pas comme des alliés, mais plutôt comme des serviteurs, les indigènes tentèrent de se soulever à plusieurs reprises9. Le service personnel des Indiens, fondé jusque-là sur l’amitié entre Espagnols et Guaranis — et donc sur le volontariat de ces derniers —, devint dès lors obligatoire. Afin de se procurer une main d’œuvre que les Indiens ne donnaient plus de leur plein gré, les Espagnols d’Asunción commencèrent à organiser des « rancheadas » dans les villages environnants. L’objectif de ces expéditions était de capturer le plus grand nombre de prisonniers afin d’en faire des serviteurs, ou plutôt des esclaves. La réduction en esclavage des indigènes avait été interdite par les autorités castillanes en 1530, avant d’être à nouveau autorisée en 1534 pour les nations rebelles. Les tentatives de soulèvement que les Guaranis préparaient de temps en temps suffisaient à justifier les « rancheadas » dans leurs villages. Le père Martín González nous a laissé un témoignage poignant à ce sujet :

  • 10 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador... (1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Docum (...)

Cinquenta mil mugeres [...] antes más que menos se han traído de los indios [...] quitadas por fuerza a sus maridos, padres, hermanos y parientes y [...] los que iban a ranchear echavan mano a las madres quitándoles los niños de las tetas y los arrojaban a los suelos, así los pequeños que mamaban como los mayores [...] y como les traían a las madres y [...] no había quien les diese de comer, comían tierra y se morían otros de hambre otros de frío. [...] De los que mamaban algunos dellos tomaban las viejas [...] y se treznaban las tetas y así se sacaban alguna leche10.

  • 11 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 228.

10De la même manière, les Indiens qui ne se soumettaient pas aux Espagnols lors des différentes entradas étaient faits prisonniers et conduits à Asunción pour y être réduits en esclavage. Sur les douze mille Corcoquis faits prisonniers lors de l’entrada de 1548, le Bavarois Ulrich Schmidel en reçut, « en comptant les femmes et les enfants, [...] plus de cinquante11 ». Les femmes étaient particulièrement prisées car elles pouvaient servir les Espagnols, tout en satisfaisant leur appétit sexuel.

11Contrairement aux Guaranis qui servaient « librement » les Espagnols, les esclaves indigènes capturés lors des entradas et rancheadas pouvaient être vendus par les conquistadores à qui ils appartenaient. Ils devinrent ainsi la première marchandise paraguayenne dont la vente pût rapporter quelque bénéfice. Toutefois, plusieurs témoignages attestent que de nombreux Guaranis libres furent vendus ou échangés comme des esclaves, en particulier sous le gouvernement d’Irala. Ce dernier semble d’ailleurs avoir montré l’exemple à ses concitoyens, comme l’indiquent les déclarations d’Alvar Núñez :

  • 12 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)

Las yndias libres crystianas vendian, trocaban y canbiaban unos con otros como sy fueran esclavas, y especialmente el dicho Domingo de Yrala lo hizo, e otorgó cartas de benta ante escribano, de las yndias libres que bendio12.

12Ces accusations furent complétées par celles de Pero Hernández, « secrétaire » du deuxième Adelantado :

  • 13 « Relación de [...] Pero Hernández (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, ibid., vol. II, p. 317

Domingo de Yrala vendio a Tristan de Vallartas [...] una yndia libre, cario, por una capa de grana e un sayo de terciopelo, e otorgóle carta de venta ante Valdes, escrivano difunto ; sus parientes de la yndia recibieron grande enojo por ello ; en la qual el dicho Tristan de Vallartas tiene dos o tres hijos. Otro si, vendio un yndio e una yndia de la generacion de los agaces por una capa de grana e una colcha a un frayle de la Orden de la Merced.
Otro si, a vendido e dado consentimiento que se vendiesen muy gran número de yndias libres, siendo cristianas, vasallos de Vuestra Magestad, a trueque de capas e otras ropas13.

13On pourrait penser que les accusations portées contre Irala étaient motivées par la rivalité politique qui opposait ce dernier à Alvar Núñez Cabeza de Vaca. Une autre lettre du père Martín González montre que cette pratique était pourtant courante dans l’ensemble de la province :

  • 14 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador... (1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Docum (...)

A suçedido vender yndias libres naturales desta tierra por caballos, perros y otras cosas, y ansy se vsa dellas, como en esos reynos la moneda ; y no tan solamente esto, se a visto jugar vna yndia, digo vna avnque muchas son, pero esta, en pena de su malefiçio, tuvo el candil y lunbre mientras la jugaban, é despues de jugada, la desnudaron, é sin vestido, la enviaron con el que la ganó, porque dezia no aver jugado el vestido que traya14.

14Ainsi, non seulement les Indiennes « libres » étaient vendues comme des esclaves, mais elles servaient également de monnaie d’échange. Bien sûr, les Espagnols d’Asunción savaient pertinemment que ces procédés étaient formellement interdits par la loi. Comme souvent dans les provinces des Indes Occidentales, ils ne tardèrent pas à trouver un moyen de passer outre la législation, comme le montre ce témoignage du père Paniagua :

  • 15 « Memorial del padre Francisco González Paniagua (1545) », in Revista de la Biblioteca Nacional, B (...)

Ase vsado despues de la prision del gouernador [Alvar Núñez] entre los cristianos desta tierra vn trato y mercançia debajo de muy gran cavtela muy en ofensa de dios nuestro señor daño y perjuizio de la conçiençia de su magestad y contra sus rreales provisyones y es las yndias libres y naturales de la tierra venderlas como si fuesen esclavas venidas de guinea desta manera yo vendo vna casa y vna rroça que puede valer en publica almoneda veynte ducados y no mas y digo al que la vendo fulano yo os tengo de dar esta casa y rroça y vos me aveys de hazer vna obligaçion de quarenta ducados en que solamente suene la casa y rroça y por que estas dos pieças no valen tanto con mucha cantidad quede por convenençia entre vos e mi que os dare vna yndia guarani de las de la tierra por que ya sabeys que son libres y no se pueden vender15.

15Ces pratiques frauduleuses, courantes au Paraguay comme dans bon nombre des colonies hispano-américaines, permirent à certains conquistadores d’augmenter considérablement le nombre de leurs servantes. Celles-ci pouvaient ainsi produire plus de denrées alimentaires ou de lienzos, et donc enrichir davantage le maître chez qui elles résidaient.

  • 16 Il s’agit des testaments suivants : Martina de Espinosa (1547), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78, P (...)
  • 17 « Testamento de Martina de Espinosa (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78.
  • 18 « Testamento de Pedro Arias (1549) », in Arch. Nac., no 16/17, Asunción, février 1902, p. 607-612.
  • 19 « Testamento de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88.

16La réduction en esclavage d’indigènes provenant de nations soumises par la force perdura tout au long du xvie siècle : entre 1547 et 1590, sept testaments font état de la possession d’esclaves indigènes16. Ces esclaves servaient parfois à régler des dettes ou à laisser un héritage à ses descendants. Ainsi, en 1547, Martina de Espinosa laissa une de ses esclaves à son époux, Hernán Sánchez, pour le remercier de l’avoir soignée durant ses longues années de maladie17. De même, en 1549, Pedro Arias déclara dans son testament qu’il léguait un esclave nommé Juan, de la nation des Pahianos, à son ami Hernando Díaz, en compensation d’une dette qu’il ne lui avait jamais payée. Un peu plus loin, il laissa en héritage à Margarita, sa fille naturelle et métisse, outre l’esclave Pahiano au cas où Hernando Díaz ne le réclamerait pas, une esclave nommée Isabel, de la nation des Moygaños, une autre nommée Inés, ainsi qu’un esclave nommé Rodrigo, ces deux derniers étant de la nation des Chanes18. Enfin, en 1556, Francisco de Paredes légua à son gendre Martín de Santander « un esclavillo que se dize Bartolome para que pesque y juntamente con esto una esclava que se dize Luisa19 ».

  • 20 Voir chapitre II, p. 177 et suiv.

17Tout comme dans les autres colonies hispano-américaines, la population autochtone commença son inexorable déclin, lié principalement aux maladies, aux guerres et au système d’exploitation économique que les conquistadores avaient imposés au lendemain de leur arrivée. Par ailleurs, les Espagnols du Paraguay n’avaient toujours pas trouvé les richesses dont ils rêvaient en quittant leur patrie. La province, longtemps considérée comme un lieu de passage, dut bientôt se développer afin de subvenir aux besoins de ses habitants. Après avoir tergiversé durant de longues années, Domingo Martínez de Irala distribua les premières encomiendas paraguayennes en 155620.

VI.1.3 L’encomienda au Paraguay

  • 21 Richard Konetzke, América Latina..., p. 176.

18Le système d’encomienda instauré par Irala le 14 mai 1556 était fondé sur les services personnels des Indiens. Ce type d’encomienda avait officiellement été interdit depuis 1549, mais il perdura dans les provinces les plus pauvres et reculées, où le paiement de tributs par les indigènes était impossible21. Or, le Paraguay répondait tout à fait à ces critères :

  • 22 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f°5 r (...)

Vistos los trabajos excesibos de los conquistadores desta probincia y el poco probecho dello y como los yndios no tienen otra cosa con que poder serbir syno solamente sus personas a causa que de tiempo antiguo nunca han seido syno guerreadores y comedores de carne humana y ser indomitos y peresosos yo por el bien dellos rreparti la tierra en trezientos y veinte o mas ombres para que les ayudasen a sobrellebar sus trabajos y todos los dichos yndios que asi se rrepartieron serian asta veinte mill yndios y avn no llegan y con todo ello se vibe tan trabajosamente que antes nosotros les ayudamos a sustentarlos por ser como son tan peresosos que avn para si no saben hazer de comer syno los apremian y hazer el dicho rrepartimiento entre tantos fue por dar a los conquistadores algun alibio por estar biejos y cansados22.

19D’après les déclarations d’Irala, plus de trois cent vingt conquistadores, soit la plupart de ceux qui étaient encore vivants en 1556, reçurent une encomienda. Si le nombre de vingt mille Indiens répartis est lui aussi exact, chacune de ces encomiendas devait comprendre une soixantaine d’Indiens. La réalité fut fort différente. Dans une lettre au Conseil des Indes, Bartolomé García déclara que la plupart des « vieux » conquistadores (ceux qui étaient arrivés avec Pedro de Mendoza) n’avaient reçu qu’un petit nombre d’Indiens :

  • 23 « Carta de Bartolomé García al Consejo de Yndias... (1556) », in Cartas de Indias, p. 600-601.

El gobernador desta provincia [...] me dió diez y seys yndios, ochenta leguas de donde biuimos ; á otros les dió á quinze, á vente, á trenta, sino fue á sus yernos y otros yernos de sus yernos y á los oficiales de V. A., que destos y para sí tomó toda la tierra y lo mejor de toda ella23.

  • 24 « Carta del clérigo presbítero Antonio d’Escalera al Emperador Don Cárlos... (1556) », in Cartas d (...)

20Bartolomé García accusait Irala de pratiquer un certain népotisme vis-à-vis de ses proches et des officiers de la Couronne. L’autre grief formulé par García contre le gouverneur était que la poignée d’Indiens lui ayant été attribuée vivait tellement loin d’Asunción, qu’il lui était impossible d’en tirer un quelconque profit. Le père Antonio de Escalera, dans une lettre à l’empereur, datée elle aussi de 1556, confirma ces allégations, en ajoutant qu’Irala avait délibérément puni ses adversaires politiques24. Enfin, Juan Salmerón de Heredia précisa qu’Irala avait favorisé non seulement ses gendres et les officiers de la Couronne, mais également un certain nombre d’étrangers, ainsi que des partisans de Pizarro venus à Asunción en 1549, en compagnie de Nufrio de Chaves :

  • 25 « Expediente sobre el gobierno de Irala, declaraciones de Juan Salmerón de Heredia (1557) », A.G.I (...)

Otrosy sabra V. A. quel dicho governador repartio mal la tierra tomando el quynto della para sy y las dos partes de quatro para sus yernos y officiales de vuestra alteza y lo restante entre dozientos y noventa conquystadores dando los mejores rrepartimientos de la tierra e comarca de la çiudad de la asencion a los que del peru vinyeron noenbargante que siguyeron a piçarro y porque lo hecho por el dicho governador açerca del dicho rrepartimiento no solamente a ydo en perjuicio de los conquystadores primeros mas aun en desservicio de V. A. suplicamos sea servido de que la tierra y comarca de la dicha ciudad se rreparta entre çien conquystadores porque a no se rrepartir desta suerte demas del mucho trabaxo que a los yndios se les seguyria como hasta aquy los conquistadores padesceremos estrema nescesidad lo qual vuestra alteza no deve de permytir proveyendo con brevedad como aya effecto este dicho rrepartimiento entre naturales destos reynos y no con genoveses y estrangeros segun que lo hizo el dicho governador por cosas que anduvieron de por medio25.

21En distribuant des encomiendas à des sujets étrangers à la couronne de Castille et à d’anciens « pizarristes », Irala enfreignait la loi — seuls les Castillans pouvaient bénéficier d’une encomienda — et se moquait de l’autorité de l’empereur en récompensant ceux qui avaient perturbé l’ordre public au Pérou.

22Les nombreuses plaintes formulées contre Irala à propos du repartimiento de 1556 exagèrent probablement la réalité. Leurs auteurs voulaient discréditer Irala aux yeux de l’empereur tout en mettant l’accent sur la précarité de leur situation économique. Malgré le soutien que la plupart d’entre eux apportèrent à Irala, tous les « pizarristes » d’Asunción ne reçurent pas d’énormes encomiendas, comme l’illustre l’exemple de Pedro Díaz Matajudeos :

  • 26 « Carta del 28-10-1574 », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n.

Pero Diaz Matajudios vezino de la çiudad de la Asuntion de la provincia del Ryo de la Plata, dize que vino [con Nufrio de Chaves] avra veynte y tres años poco mas o menos, y alli ha siempre servido a su magestad con armas y cavallo en todo lo que se ha offreçido y se le ha mandado como bueno y fiel vasallo de su magestad como lo fue siempre y sera siruiendo con toda lealtad y verdad como V. A. se podra mandar informar de todos los vezinos de la dicha provinça que residen en esta corte. En remuneracion de lo qual Francisco de Vergara governador de la dicha provincia le encomendo un repartimiento de 24 indios26.

  • 27 « Carta de Ysabel de Guevara... (1556) », in Cartas de Indias, p. 619-621.
  • 28 « Real Cédula del 14-05-1547 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 179 r°180 v°.
  • 29 Fernando L. Sabsay, Historia económica y social argentina, Buenos Aires, Bibliográfica Omeba, 1967 (...)
  • 30 « Carta de Juan de Salazar... (1556) », in Cartas de Indias, p. 581.

23Les anciens partisans d’Irala n’avaient donc pas tous été grassement récompensés, contrairement à ce que ses détracteurs affirmaient souvent. Plusieurs « vieux » conquistadores furent encore moins bien lotis que Pedro Díaz Matajudeos. Par exemple, Isabel de Guevara, qui était arrivée avec Pedro de Mendoza, avait vécu les pénuries de Buenos Aires, et participé activement à la construction de la province, ne reçut aucun Indien en encomienda27, probablement parce qu’elle était une femme et donc exclue de tout repartimiento. À l’inverse, Juan de Salazar de Espinosa, fondateur de la ville d’Asunción, certes, mais également Trésorier depuis 154728 — et donc théoriquement exclu lui aussi de tout repartimiento29 —, put jouir d’une encomienda de près de deux cents Indiens30. Visiblement, Irala se souciait peu de respecter les lois édictées par les autorités castillanes. Sa priorité était d’assurer une paix relative au sein de la population européenne du Paraguay, quitte à distribuer des encomiendas illégales et parfois peu rentables étant donné le faible nombre d’Indiens que la plupart d’entre elles comprenaient. À ce propos, certains officiers proposèrent de réduire le nombre d’encomenderos à une centaine de conquistadores, sous prétexte que les petites encomiendas portaient préjudice à la bonne conservation des indigènes. En juin 1556, Felipe de Cáceres, Pedro Dorantes, Antón Cabrera et Juan de Salazar de Espinosa rédigèrent le rapport suivant :

  • 31 « Expediente sobre el gobierno de Irala », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n.

Diremos que biendo quan conveniente hera para el servicio de dios y de V. A. y a la conservaçion de los naturales de la tierra se a procurado que el governador encomiende los yndios en nombre de V. A. y es cierto que si no se hiziera se acabaran o perdi (sic)/y aunque para el provecho de los yndios se devieran hazer menos encomiendas parescio al governador que para cumplir con los mas a quien devia de dar rrepartimiento de hazerlo como lo hizo de que el enbia a V. A. larga rrelacion tanto que sigun con los muchos que quiso cumplir aunque no faltan en ellos estranjeros ni para si de los pocos yndios que ay en cabeça de V. A. puso a unos 250 yndios (sic) el qual a dicho que como baquen porna todos los que fueren menester aunque ellos no dan ni tienen que dar mas que el servicio personal y aun este en alguna manera hordinariamente se les paga parescenos que convernia que se fuesen rresumiendo unos en otros hasta ciento o 120 encomiendas porque los indios tengan menos trabajo en el servicio31.

24Il est intéressant de remarquer que Juan de Salazar, un des encomenderos les mieux servis du Paraguay, figure parmi les officiers qui préconisaient la réduction du nombre d’encomiendas. Cela peut laisser sceptique quant à la sincérité des intentions des officiers de la Couronne... Cependant, Irala semble avoir prêté une oreille attentive aux suggestions de ses compatriotes. Ainsi, il fit part à l’empereur de ses doutes sur la manière dont il devait poursuivre la « répartition » des Indiens :

  • 32 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 5 (...)

Mi parescer seria que su magestad mandase que todos los dichos repartimientos se resumiesen en cient o ciento y treinta repartimientos y questos tales su magestad fuese servydo de darlos perpetuos por que dello seria Dios y su magestad muy servidos y los yndios rescibirian grand venefiçio por que si esto no se haze me paresce que segund la poca gente y peresosa ques por tiempo en esta tierra no se puede vibir32.

  • 33 Voir chapitre III, p. 179-180.
  • 34 Rafael Eladio Velázquez : « Caracteres de la encomienda paraguaya en los siglos XVII y XVIII », in (...)

25Irala ne changea pourtant rien à ses ordonnances. Celles-ci interdisant la production de toute marchandise destinée à la vente33, l’exploitation excessive des indigènes devait en principe être évitée. En ce qui concerne la perpétuité des encomiendas, Celle-ci ne fut pas plus introduite au Paraguay que dans les autres provinces des Indes Occidentales. Toutefois, l’historien Rafael Eladio Velázquez a affirmé que du temps où Felipe de Cáceres était gouverneur, c’est-à-dire autour de 1570, l’encomienda fut attribuée pour trois vies34, ce qui constitue une entorse supplémentaire aux lois dictées par les autorités castillanes.

  • 35 Elman Roger Service, « The Encomienda in Paraguay », in The Hispanic American Historical Review, n (...)
  • 36 Carlos Pastore, La lucha por la tierra en el Paraguay, Montevideo, Antequera, 1972, p. 82.

26En raison de la taille réduite des encomiendas et des limitations imposées à la production, le premier repartimiento s’avéra bien vite insuffisant pour répondre aux besoins toujours croissants de la jeune colonie. Les rancheadas et la capture d’esclaves indigènes perdurèrent donc jusqu’à la fin du xvie siècle et même au-delà35. Afin de distinguer ces deux systèmes d’exploitation de la main d’œuvre, on dénomma « encomienda de mitayos » celle qui utilisait des Indiens libres, travaillant pour les Espagnols mais vivant dans leurs propres villages, et « encomienda de originarios (ou de yanaconas) » celle qui utilisait des prisonniers indigènes vivant chez leur encomendero. L’encomienda de originarios, proche de l’esclavage, peut être considérée comme le prolongement des premières alliances entre Guaranis et Espagnols. À partir de 1585, chaque encomendero fut tenu de rendre compte du nombre de yanaconas qui dépendait de lui, tout en étant obligé de bien les traiter, de les soigner quand ils étaient malades, de leur laisser un jour de repos par semaine et de les instruire dans la foi et religion chrétiennes36. On cherchait ainsi à protéger une main d’œuvre indigène et gratuite qui, comme dans le reste des colonies hispano-américaines, s’épuisait lentement mais inexorablement au contact des Européens.

  • 37 Voir note 3 p. 348.
  • 38 « Inventario de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6 r°.
  • 39 « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4.
  • 40 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88.

27Nous avons retrouvé cinq documents testamentaires faisant référence à la possession d’encomiendas par des vecinos d’Asunción. Bien qu’en principe seuls les hommes — espagnols ou créoles — pouvaient bénéficier d’une encomienda37, tous ces documents concernent des femmes encomenderas. Certains yanaconas figurent ainsi dans les inventaires des biens de Francisca Cabrera38 et de María Villafaña39. Le codicille de Francisco de Paredes indique que ce dernier légua les Indiens de son encomienda à sa fille légitime, Mencia de Paredes40. Elvira Piña de Gallardo fit de même en 1593 :

  • 41 « Testamento de Elvira de Piña (1593) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 8.

Yten mando que todos los yndios e yndias yanaconas que estan en la dicha chacara [de la frontera] o fuera della que estan dados por tales yanaconas los aya e goze la dicha mi hija Ana de Piña [...] esepto una yndia llamada Maria la qual mando se le de a la dicha Maria Mosquera my madre41.

  • 42 « Testamento de Ana Rodríguez (1583) », A.N.A., T.C., vol. 710, doc. 2.
  • 43 Voir Bárbara PotthastJutkeit, ¿ « Paraíso de Mahoma » o « País de las mujeres » ?, Asunción, Insti (...)

28Enfin, dans le testament qu’elle rédigea en 1583, Ana Rodríguez déclara posséder certaines Indiennes yanaconas héritées de feu son père42. Or, non seulement Ana Rodríguez était une femme, mais elle était métisse de surcroît, ce qui, d’un point de vue légal, lui interdisait doublement de bénéficier d’une encomienda. Tout comme l’historienne Bárbara Potthast-Jutkeit, nous pouvons nous demander si le Paraguay du xvie siècle fut le « Paradis de Mahomet » ou plutôt celui des femmes43. Une chose est sûre, les conquistadores de la province ne furent pas très respectueux des lois régissant les encomiendas. Ainsi, la « résistance « paraguayenne vis-à-vis de la métropole ne s’arrêta pas à des questions politiques ou fiscales. Il semble que ce soit la structure même de la province qui se soit différenciée des autres régions de l’empire des Indes Occidentales.

29Quoi qu’il en soit, la main d’œuvre indigène fut indiscutablement la première richesse disponible au Paraguay et dans toute la province du Río de la Plata. En l’absence de métaux précieux, elle fut parfois utilisée comme monnaie d’échange et toujours considérée comme un patrimoine transmissible par voie d’héritage. Toutefois, les populations autochtones furent avant tout utilisées pour fournir à la colonie tout ce dont elle pouvait avoir besoin pour sa survie immédiate. Le premier rôle des Indiens fut donc d’approvisionner les Espagnols en produits alimentaires.

VI.2 La chasse et la pêche

  • 44 Voir chapitre II, p. 80.
  • 45 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3 ; « Inventario de Herna (...)
  • 46 « Azumbre : mesure de liquide [2,016 litres] », in Grand Dictionnaire EspañolFrancés/FrançaisEspag (...)

30Parmi les premiers aliments que les indigènes fournirent aux conquistadores de Buenos Aires, le poisson et le gibier, abondants dans la province, figuraient en bonne place. Les Espagnols appréciaient les poissons que les Querandís leur apportaient chaque jour et ils apprirent rapidement à les pêcher eux-mêmes dans les nombreux fleuves de la région44. Pendant plusieurs années, le poisson continua d’être une source non négligeable de protéines dans l’alimentation des conquistadores. Ceux-ci le consommaient frais ou sous forme de graisse, comme le montrent les inventaires des biens de Francisco Vázquez et d’Hernando de Balbuena45. On y apprend que le premier possédait une cruche (botija) de graisse de poisson et le second l’équivalent de deux litres environ (una azumbre46). Afin de pêcher les pacús, surubís et autres poissons abondant dans les eaux paraguayennes, certains colons d’Asunción n’hésitaient pas à mettre leur vie en péril en s’éloignant dangereusement de la ville pour installer des cordeaux (espineles) en aval du fleuve. D’autres, moins téméraires, obligeaient les Guaranis à leur fournir des poissons en abondance, ce dont les indigènes se plaignirent auprès d’Irala. Dès le mois d’août 1545, le gouverneur fit publier un ban dans le but de réglementer cette activité dans la région d’Asunción :

  • 47 « Bando de Irala, 27 de agosto de 1545 », in Arch. Nac., no 12, avril 1901, p. 436-437.

Por qto psonas de las q’ Resyden en esta civdad fuera de horden e syn licensia se demandan a yr e van a calar espiñels e a otras cosas en el rrio avaxo en grand peligro de sus psonas e daño al desta conqsta e asy mesmo otros se demandan a yr e van a las casas de los yndios de q’ sullen (sic) de venyrse a quexar de los agravios q’ les hazen por ende y pa rremedio de lo suso dho fazia e fizo [Irala] los vandos syguientes & primeramente dixo que mandava y mando q’ de oy en adelante nynguna psona de qualquyer estado e condicion q’ sea no sea osado de yr ny venyr rrio avaxo a calar espiñel ny a pescar ny a buscar canoas ny otra cosa alguna pasando ny mas avaxo de la pte o lugar do esta el espiñel del dho señor thenyente de governr so pena q’ la psona q’ de ay pasare aya e yncurra en pena de q le sea cortdo vn dedo del pye e vnos (sic) este vn mes preso en la carcel publica desta cibdad sin otra suya ny declarn alguna &
otro sy q ninguna psona de ql quyer estado e condicion q sea no sea osado de yr ny vaya fuera desta cibdad a ninguna casa de yndios sin espresa licencia e conocimyento so pna de diez cuñas pa obras publicas desta cibdad e mas q’ haya de estar y este seys dias de cabeça en el cepo47.

31De toute évidence, ce ban ne fut pas respecté puisqu’Irala dut en publier un deuxième qui confirmait les dispositions du précédent :

  • 48 « Bando de Irala, 29 de agosto de 15[ ? ?] », in Arch. Nac., no 14, janvier 1902, p. 498-499.

Por quanto a sydo avisado [Irala] q algunos de los xpianos conqstadores e pobladores desta conquista van a pescar a la frontera y a otras pts fuera de los limytes demarcaronse q les tienen puestos para en quien faga las tales pesquerias e ansy mysmo algunos de los dhos xpianos conquystadores se yban e mandan yr los yndios q tyene (sic) en sus casas servo a pescar como dho es/y por qlr manera quyere hazer guerra a los yndios agazes nros enemigos y podria ser q llevando y cabtivando algun xpiano/o yndio podrya del ynformarse y saber la verdad de todo/por tanto q mandaba y mando q ninguna ny algunas psonas de qlquyer estado y condiçion q sean/sean osados de yr ny enbyar yndio alguno grande ny pequeño a pescar ny a caza ny a otra cosa alguna abaxo de la rroça del capan Joan de salazar Despinosa so pena de yncurryr en pena de quatro cuñas de la yunque48.

  • 49 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88.
  • 50 Voir chapitre VII, p. 414 et suiv.

32Malgré les réglementations imposées par Irala, la pêche continua d’être pratiquée dans la région d’Asunción. Ainsi, le codicille de Francisco de ParedesParedes, Francisco de@Paredes, Francisco de, daté de 1556, nous informe que ce dernier légua à son gendre Martín de Santander « un esclavillo que se dize Bartolome para que pesque49 ». Cette activité favorisa par ailleurs le développement d’un artisanat spécialisé dans le travail du métal et la fabrication d’hameçons. Les Espagnols semblent toutefois avoir abandonné la pêche à mesure que l’élevage et l’agriculture se développaient dans les fermes paraguayennes : aucun document testamentaire postérieur à 1556 ne fait allusion aux produits de la pêche (poisson et graisse). En revanche, la fabrication d’hameçons se poursuivit tout au long du siècle car Ceux-ci avaient été adoptés comme monnaie50.

  • 51 Voir chapitre II, p. 81.
  • 52 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3 ; « Inventario de Martí (...)
  • 53 « Inventario de Diego López de Orgaz (1554) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 20.

33En ce qui concerne le gibier, les animaux à plumes semblent avoir été à l’honneur dans les assiettes européennes. On se souvient de la lettre de Bartolomé García au Conseil des Indes, dans laquelle il raconte comment il chassait quotidiennement des cailles et des perdrix à l’attention de don Pedro de Mendoza51. À Asunción, plusieurs Espagnols s’adonnèrent également à cette activité : les inventaires des biens de Francisco Vázquez et Martín Pérez de Sanbitores font état de filets servant à capturer les oiseaux (redes para palomos)52. Diego López de Orgaz possédait pour sa part un filet plus adapté à la capture de canards (red para patos)53. Compte tenu du fait qu’aucun document testamentaire ne fait référence à cette activité après 1555, la chasse au gibier à plumes semble également avoir cessé—ou du moins fortement diminué—avec le développement de l’élevage et de l’agriculture.

  • 54 « Inventario de Diego López de Orgaz (1554) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 20 ; « Inventario de M (...)
  • 55 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., n° 17, février 1902, p. 647-648 ; « Almoneda (...)
  • 56 « Carta de Felipe de Cáceres, Pedro de Orantes, Antón Cabrera, Juan de Salazar, junio de 1556 », A (...)
  • 57 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3.
  • 58 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 647-648 ; « Almoneda (...)

34En revanche, la chasse au gibier à poils perdura au moins jusqu’à la fin du xvie siècle. Plus que la viande, c’étaient les peaux des animaux qui intéressaient les conquistadores et colons. Celles-ci constituaient en effet un produit facilement exportable dans les provinces voisines ou en Europe. Dix-sept documents testamentaires datés de 1547 à 1591 indiquent la présence de peaux de bêtes, tannées ou non, parmi les biens des défunts. En raison de son pelage doux et résistant, la loutre était l’animal le plus prisé des vecinos paraguayens. Des peaux de loutre figurent en effet dans treize des dix-sept documents mentionnés54. Trois autres documents ont attiré notre attention : on y lit que le défunt possédait entre autres biens un ou plusieurs pellejos de antrias55. Nous ignorons si le mot « antria » est une déformation de « nutria » ou de « anta « et donc s’il s’agit de peaux de loutre ou de tapir. La deuxième hypothèse nous semble la plus probable car en 1556, plusieurs produits paraguayens furent envoyés en Espagne, parmi lesquels figuraient des peaux de loutre et de tapir56. D’autres animaux étaient parfois chassés pour leur pelage. L’inventaire des biens de Francisco Vázquez fait état de plusieurs peaux de gibier et d’une peau de renard57. De même, Hernando de Balbuena et Pedro Montañés possédaient respectivement des fourrures de loup et de louveteau58. Enfin, les inventaires de Martín Pérez de Sanbitores et Pedro de Mesa indiquent que le premier possédait une peau de lion et le second une peau de tigre. Dans les deux cas, les peaux en question étaient vraisemblablement des peaux de jaguar.

35Il convient de signaler ici qu’aucun des documents testamentaires cités ci-dessus ne mentionne l’existence parmi les biens du défunt d’ustensiles servant au tannage des peaux. Cela s’explique par le fait que les Espagnols obtenaient le plus souvent les peaux de gibiers des nations indigènes voisines :

  • 59 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 206.

[Los indios vienen] cargados de carne de venados y puercos monteses [...] ; traen mucho pescado y otros muchos mantenimientos, mantecas y otras cosas, y muchas mantas de lino que hacen de unos cardos [...] ; y asimismo muchos cueros de tigres y de antes y de venados y de otros animales que matan59.

  • 60 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.
  • 61 « Almoneda de los bienes de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.
  • 62 Voir chapitre VII, p. 431 et suiv.

36Les conquistadores s’approvisionnaient donc auprès des Indiens en produits alimentaires ainsi qu’en gibier et en peaux de bêtes. La plupart de ces peausseries étaient utilisées pour fabriquer des vêtements ou des souliers, comme l’indiquent les dossiers testamentaires de Martín Pérez de Sanbitores ou d’Andrés de Figueroa. Le premier indique que le défunt possédait deux paires de chaussures en cuir de gibier60 ; le second nous apprend qu’on vendit aux enchères « una rropilla de pellejos de nutrias61 » ayant appartenu à Figueroa. Toutefois, un certain nombre de peausseries étaient vendues à l’extérieur de la province62. L’exportation de peausseries et l’artisanat du cuir qui se développa au Paraguay expliquent pourquoi la chasse au gibier à poils ne faiblit pas comme la pêche ou la chasse aux oiseaux. Poissons, cailles et perdrix ne suffisaient pas à nourrir l’ensemble des colons de la province. De plus, bien qu’amateurs de poisson, les Espagnols ne le considéraient pas toujours comme un véritable aliment. Les documents dans lesquels les conquistadores se plaignent de n’avoir rien à manger en dehors du poisson ne sont pas rares. Par ailleurs, au fur et à mesure que les années passaient, les conquistadores comprenaient qu’ils n’atteindraient jamais la Sierra de la Plata et termineraient leurs jours dans la région d’Asunción. Dès lors, ils ne pouvaient plus se satisfaire d’une économie basée sur la chasse, la pêche et la cueillette et ils commencèrent à développer les secteurs de l’élevage et de l’agriculture.

VI.3 L’élevage

VI.3.1 Poules, cochons, chèvres et moutons

  • 63 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 86.
  • 64 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires... (1541) », in Alvar N (...)
  • 65 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 86.

37Du point de vue chronologique, les volailles et les porcins furent les premiers animaux élevés dans les fermes d’Asunción. Les premières étaient autochtones63 ; en ce qui concerne les seconds, ils furent vraisemblablement introduits par les Espagnols dès les premières années de la conquête : en 1541, lorsqu’il dépeupla le port de Buenos Aires, Irala laissa un couple de cochons sur l’île de San Gabriel pour qu’ils se reproduisent et puissent être utilisés par d’éventuels nouveaux arrivants64. Il est donc probable que les porcins d’Asunción aient été eux aussi importés d’Espagne. Toutefois, il ne faut pas écarter la possibilité que les animaux que nous avons recensés dans les documents d’époque soient les descendants des pécaris (« sangliers ») dont parle Schmidel dans son Histoire Véritable65.

  • 66 « Testamento de Francisco de Coimbra (1543) », A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 5.
  • 67 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88 ; « Testamento de Mat (...)

38Vingt-sept documents testamentaires attestent de la présence de gallinacés et de porcins dans les fermes d’Asunción et des environs. Le plus ancien d’entre eux date de 1543. Il s’agit du testament de Francisco de Coimbra, qui déclara posséder une quarantaine de poules66. Les cinq autres documents où figurent des volailles d’élevage sont datés de 1549 à 1557 et concernent Hernando de Balbuena, qui possédait quelque quatre-vingt poules et poulets, Francisco de Paredes, Mateo Díaz, Martín Pérez de Sanbitores et Juan de Salazar de Espinosa67, dans l’inventaire duquel figure une trentaine de volailles. Nous n’avons trouvé aucun testament ou inventaire postérieur où figuraient des gallinacés. Le testament de Francisco Delgado, de 1572, montre cependant que l’élevage de volailles continua de se pratiquer tout au long du xvie siècle. En effet, c’est en poules que celui-ci paya les offrandes qu’il voulait faire à l’Église pour son enterrement :

  • 68 « Testamento de Francisco Delgado (1572, descargo de 1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 6.

Otrosi dio por descargo el dicho Pedro de Ovelar que gasto veinte y dos varas de lienço que gasto en comprar otras tantas libras de sera por las obsequias y misas cantadas que se dixeron por el dicho difunto [Francisco Delgado] y mas gasto otras cinco varas de lienço en gallinas y mas para la ofrenda que montaron veinte y siete varas de lienço68.

  • 69 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 72.

39Le fait que l’on utilisât des poules comme monnaie montre que ces dernières étaient une marchandise courante dans la province. Leur élevage se faisait parfois dans le centre même d’Asunción, la plupart des maisons coloniales disposant d’un poulailler (corral) et d’un potager69.

  • 70 « Inventario de Diego López de Orgaz (1554) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 20.
  • 71 « Testamento de Juan Navarro (1562) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40.
  • 72 « Testamento de Álvaro Villalobos (1562) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5.

40L’élevage porcin semble malgré tout avoir été plus fréquent dans la deuxième moitié du xvie siècle, peut-être parce qu’il était plus lucratif que celui de poulets : vingt-trois documents font référence à cette activité entre 1549 et 1596. Trois d’entre eux sont des déclarations de dettes ou de créances. En 1553, Diego López de Orgaz déclarait qu’un certain Salmerón lui devait un total de trois cochons70. Neuf ans plus tard, Juan Navarro déclara devoir recevoir un cochon d’Andrés Fernández et un autre de Martín Suárez71. La même année, Álvaro Villalobos déclara pour sa part devoir trois cochons à un créancier dont nous ignorons l’identité72. Villalobos ordonnait en outre qu’on réglât immédiatement cette dette après sa mort, puisqu’il possédait seize porcs de tous âges qui vivaient en liberté dans les champs (« que diz que andan en el campo »).

  • 73 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 647-648 ; « Inventar (...)
  • 74 « Inventario de Hernando de Balbuena (1549) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633 ; «  (...)
  • 75 « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40 ; « Inventario (...)
  • 76 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88 ; « Testamento de Mar (...)

41La taille du troupeau d’Álvaro Villalobos était tout à fait honorable : sur vingt autres documents laissant apparaître que le défunt possédait des porcins, neuf font état de troupeaux de moins de dix bêtes73 et cinq autres — testament de Villalobos exclu — de cheptels allant de dix à vingt têtes74. Les porcheries les plus importantes appartenaient à Diego Vedaño, qui possédait au moins une trentaine de bêtes, à Francisca Lucena et à Antonio de la Trinidad, qui possédaient une quarantaine de porcs chacun, et surtout à Juan de Salazar de Espinosa, dont l’inventaire précise qu’il en possédait deux cents, mâles et femelles de tous âges75. Citons enfin les testaments de Francisco de Paredes et de Margarita Pérez, qui ne précisent pas le nombre de porcs qui appartenaient aux défunts76.

  • 77 « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109.
  • 78 « Testamento de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6.

42Tout comme celui de volailles, l’élevage de porcins permit aux Espagnols de s’alimenter dès les premières années de la conquête. Il permit également de constituer des réserves de produits dérivés du porc tels que le lard ou le saindoux. C’est ce que montre l’inventaire des biens de Baltasar de Herrera (1558), à qui Flores Romano devait une certaine quantité de lard77. De même, en 1572, Alonso Pérez déclara posséder une arrobe environ de saindoux78. Ces réserves étaient destinées à la consommation mais aussi à la vente. Moins périssables et plus facilement transportables que la viande fraîche ou les animaux vivants, lard et saindoux étaient deux produits exportables vers les régions périphériques d’Asunción.

  • 79 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 186.
  • 80 Voir chapitre III, p. 208.
  • 81 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 250.
  • 82 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 149.
  • 83 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.
  • 84 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

43En ce qui concerne le bétail caprin et ovin, les premières têtes furent importées du Pérou par Nufrio de Chaves en 154979. Près de vingt ans plus tard, Juan Ortiz de Zárate s’engagea dans sa capitulation à introduire au Paraguay quatre mille moutons et cinq cents chèvres supplémentaires80. Felipe de Cáceres conduisit une partie de ces bêtes à Asunción en 156881. Enfin, en 1576, Juan de Garay fut chargé d’aller chercher les animaux manquants à La Plata82. Les documents testamentaires consultés semblent confirmer cette chronologie. La plus ancienne référence à l’élevage caprin ou ovin date de 1557 et est l’inventaire des biens d’Andrés de Figueroa, dans lequel figure un total de trois chèvres83. La même année, on recensait neuf chèvres de tous âges parmi les biens de Juan de Salazar de Espinosa84.

  • 85 Voir les documents suivants : « Testamento de Gerónimo Garcete (1559) » A.N.A., N.E., vol. 319, do (...)
  • 86 « Inventario de Luis Alegre (1574) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17 ; « Inventario de Francisca (...)
  • 87 « Testamento de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; « Testamento de Ma (...)
  • 88 « Testamento de Juan de Vera (1580) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 8.

44L’arrivée des bêtes promises par Juan Ortiz de Zárate eut pour conséquence une augmentation de la taille des troupeaux à partir des années 1570. En effet, alors qu’aucun document antérieur ne cite un troupeau de plus de dix ou onze chèvres85, sept documents datés de 1574 à 1595 font état de troupeaux allant de dix à soixante-quatorze têtes86. Ajoutons à cela cinq autres documents datés de 1575 à 1596 dans lesquels la taille des troupeaux est telle qu’on ignorait le nombre exact de bêtes les composant87. La seule exception pour ce dernier quart de siècle semble être le testament de Juan de Vera (1580), d’après lequel le défunt ne possédait que trois chèvres, qu’il laissa en héritage à deux fillettes orphelines et à un proche88.

  • 89 « Testamento de Antonio González Pérez (1573) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5.
  • 90 « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10 ; « Codicil (...)
  • 91 « Inventario de Francisca Lucena (1580) », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1 ; « Inventario de Antoni (...)
  • 92 « Inventario de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Inventario de María (...)
  • 93 « Testamento de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1 ; « Testamento de Lucía C (...)

45L’élevage de moutons commença quelques années après celui de chèvres. Le plus ancien document faisant référence à cette activité est le testament d’Antonio González Pérez (1573), qui ne possédait qu’un couple de moutons89. Entre 1580 et 1596, neuf autres documents confirment la présence d’ovins au Paraguay. Deux d’entre eux concernent des colons ayant possédé moins de dix moutons90. Deux autres recensent des troupeaux de quinze têtes chacun91. Les deux seuls colons ayant possédé une quantité importante de moutons semblent avoir été Alonso Domínguez et María Villafaña, respectivement propriétaires de trente et de soixante moutons ou brebis92. Ajoutons enfin que trois documents ne précisent pas la taille des troupeaux93.

46Juan Ortiz de Zárate ne s’était pas seulement engagé à introduire au Paraguay du « petit » bétail, mais aussi plusieurs milliers de bovins. Ces derniers allaient bientôt devenir l’une des principales sources de revenus de la province.

VI.3.2 Les bovins

47Ruy Díaz De Guzmán a affirmé que l’espèce bovine avait été introduite au Paraguay par les frères Gões, arrivés des côtes brésiliennes en septembre 1555, en compagnie de Juan de Salazar de Espinosa :

  • 94 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 208. Cf. chapitre III, p. 122.

Éstos [los hermanos Gões] fueron los primeros que trajeron vacas a esta provincia, haciéndolas caminar muchas leguas por tierra, y después por el río en balsas, eran siete vacas, y un toro a cargo de un fulano Gaete, que llegó con ellas a la Asunción con grande trabajo solo por interés de una vaca que se le señaló por salario de donde quedó en aquella tierra un proverbio más caras que las vacas de Gaete94.

  • 95 Emilio Coni, op. cit., p. 43-47.
  • 96 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

48Cette version a été défendue par Emilio Coni, dans son article « Las siete vacas de Gões95 », où il montre que les allégations de Guzmán, si elles ne sont pas prouvées, sont néanmoins acceptables. Nous n’avons pour notre part trouvé aucun document confirmant l’origine brésilienne des premiers bovins paraguayens. En ce qui concerne la date d’introduction de l’espèce au Paraguay, les dossiers testamentaires que nous avons consultés semblent confirmer l’année 1555. Aucun document antérieur ne mentionne en effet la présence de bovins dans la région. En revanche, l’inventaire des biens de Martín Pérez de Sanbitores, effectué au mois de novembre 1555, soit deux mois après l’arrivée de Salazar et des frères Gões, précise que le défunt possédait cinq bêtes, petites et grandes96. Les bovins ne devaient être guère plus nombreux dans la province car aucun autre testament, codicille ou inventaire n’y fait référence jusqu’en 1572.

49La capitulation de Juan Ortiz de Zárate mentionnait donc l’obligation pour le quatrième Adelantado d’introduire au Paraguay quatre mille têtes de bovins. Tout comme pour les moutons et les chèvres, ces bêtes arrivèrent à Asunción en deux temps : un premier contingent de bovins arriva en 1568 sous l’escorte de Felipe de Cáceres, le second en 1576 sous celle de Juan de Garay. Bien que nous n’ayons retrouvé aucune source confirmant l’arrivée de ces bêtes à Asunción, l’essor de l’élevage bovin au cours des trente dernières années du xvie siècle est indéniable. Entre 1572 et 1598, vingt-sept documents testamentaires attestent de la présence de bovidés parmi les biens des défunts, sur un total de soixante-dix dossiers correspondant à cette époque. Cela signifie que plus du tiers des colons d’Asunción se consacrait avec plus ou moins de succès à l’élevage de bovins, les cheptels possédés étant de taille très variable.

  • 97 Juan Bautista Rivarola Paoli, La economía colonial, Asunción, Talleres gráficos de la Editora Lito (...)
  • 98 « Testamento de Ruy Díaz Melgarejo (1595) », in Ramón I. Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140 ; « Tes (...)
  • 99 « Inventario de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2.
  • 100 « Testamento de Gil García (1577) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3 ; « Inventario de Andrés de Es (...)
  • 101 « Inventario de Luis Alegre (1574) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17 ; « Inventario de Francisca (...)

50À Asunción, la plupart des troupeaux paissaient librement sur des terrains communaux (ejidos) situés en dehors de la ville, parfois de l’autre côté du fleuve Paraguay (en la otra banda). Le climat et la richesse des prairies fit que ces bêtes se multiplièrent rapidement. Leur nombre était tel qu’elles provoquaient des dégâts importants dans les champs cultivés par les colons ou les indigènes. Pour y remédier, Juan de Garay décréta en 1578 que les bovins devaient être enfermés dans des enclos (corrales) durant la nuit, et surveillés plus efficacement le jour97. Malgré cette obligation, les propriétaires ne s’intéressèrent pas davantage à l’évolution de leurs troupeaux. En effet, sur vingt documents faisant apparaître la quantité de bêtes possédées par le défunt, sept sont très laconiques à propos du nombre de bovins leur appartenant98. Il s’agit des dossiers testamentaires de Ruy Díaz Melgarejo, Antonio de la Trinidad, María de Luján, Pedro Fernández de la Rotela, Lucía Cabrera, Francisco de Espínola ou Alonso Domínguez, dont l’inventaire des biens fait état de « cierta cantidad de ganado baquno que dizen estar de la otra banda del rrio del Paraguay que no saben la cantidad que son99 ». En ce qui concerne les treize documents qui recensent avec plus de précision le nombre de bêtes appartenant au défunt, il apparaît que trois d’entre eux seulement possédaient plus de dix têtes de bétail : Gil García, propriétaire de soixante-huit vaches, bœufs, veaux ou taurillons, Andrés de Espinosa, qui possédait une trentaine de bêtes, et Gerónimo Méndez de Sotomayor, dont le troupeau s’élevait à cent quarante têtes, auxquelles il faut ajouter une paire de bœufs destinés à l’agriculture100. Notons au passage que la veuve d’Andrés de Espinosa est la seule à connaître de mémoire le nombre de ses bovins, les héritiers de Gil García et de Gerónimo Méndez ayant dû attendre l’inventaire pour savoir combien de bêtes leur léguaient les défunts. Les dix derniers documents faisant apparaître la quantité exacte des bêtes appartenant au défunt concernent des personnes ayant possédé de deux à neuf bovins101. Sur ces dix exemples, sept possédaient uniquement des bœufs destinés à l’agriculture (bueyes de arado). Ces derniers étant davantage des outils de travail que des produits de l’élevage, on comprend pourquoi leurs propriétaires en prenaient un soin tout particulier. Ainsi, moins on possédait de bêtes, plus on tenait compte de leur nombre et de leur évolution.

  • 102 « Testamento de Juan de San Juan (1573) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 9 ; « Testamento de Diego (...)
  • 103 « Testamento de Juan de Fustes (1572) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23.
  • 104 « Testamento de Galiano de Meira (1593) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.
  • 105 « Testamento de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1.

51L’élevage de bovins ne fut pas seulement une manière de se constituer un outil de travail ou de produire de la viande et du cuir en quantités importantes. Les cheptels représentaient aussi un véritable patrimoine familial que l’on se transmettait par voie d’héritage ou sous forme de dot. Les testaments de Juan de San Juan et de Diego Trigueros nous informent que Ceux-ci reçurent respectivement une et douze vaches faisant partie de la dot de leur épouse102. À l’inverse, Juan de Fustes déclara en 1572 avoir inclus deux vaches dans la dot de sa fille Lucía103. En 1593, Galiano de Meira légua à sa petite-fille Esperanza le tiers de ses vaches, sans en préciser le nombre104. Les testaments d’Elvira Guerrera et de Ruy Díaz Melgarejo nous indiquent quant à eux que la première fit don des vaches qu’elle possédait aux pauvres105 et que le second légua à ses petites-filles Isabel et Beatriz tout le bétail qu’il possédait près d’Asunción :

  • 106 « Testamento de Ruy Díaz Melgarejo (1595) », in Ramón I. Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140.

Declaro que yo he y tengo vna estancia de la otra vanda del Rio el Touaty en la Assumpcion que tiene vna legua de tierra en quadra en la qual tengo mucha quantidad de ganado y porque mi hijo Hernando Melgarejo natural me las ayudo a lleuar y trauajo y hizo en ello todo lo que yo le mande y en lo demas me fue obediente por lo qual quiero y es mi voluntad que la dicha estancia y bacas que en ella huuiere y parecieren ser mias las ayan y hereden y Partes Por yguales partes Ysauel y Beatriz Melgarejo mis nietas hijas del dicho mi hijo Hernando Melgarejo106.

  • 107 « Testamento de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.
  • 108 « Codicilo de Gaspar González (1598) », A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37.

52Les bovins qui paissaient librement dans les ejidos d’Asunción se multiplièrent au point qu’il fut bientôt possible de les exporter vers les provinces voisines, notamment le Pérou et le Tucumán. Le testament du marchand péruvien Rodrigo de Herrera de Escobedo est un exemple des conditions dans lesquelles se déroulait ce commerce : dans son testament, rédigé en 1591, on peut lire qu’Andrés de Godoy lui devait cinq paires (yuntas) de bœufs107. Or, si ce marchand acceptait des bovins en paiement, c’est parce qu’il était sûr de pouvoir les revendre ailleurs. L’existence de ce commerce est confirmée par le testament de Gaspar González : celuici déclara en 1598 n’avoir jamais reçu les deux cent dix pesos que lui devait Antonio Díaz, vecino de Salta, pour l’achat de cinq paires de bœufs et de deux charrettes108.

  • 109 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 516.

53La multiplication des bovins entraîna une chute rapide du prix des bêtes : entre 1568 et 1583, le prix d’une paire de bœufs passa de cent dix pesos à vingt ou vingt-cinq pesos109. Elle permit en contrepartie de fournir en bétail les villes de Santa Fe, Buenos Aires et Corrientes dès leur fondation. Les éleveurs d’Asunción contribuèrent ainsi à la construction économique des provinces « d’en bas », qui allaient pourtant se séparer de celles « d’en haut » dès le début du xviie siècle.

54Les bovins ne furent pas les seuls animaux venus d’Europe à se développer rapidement dans la « Province Géante ». Utilisés comme moyen de transport et lors des batailles contre les Indiens, les chevaux des conquistadores du Paraguay ne tardèrent pas non plus à se multiplier.

VI.3.3 Les chevaux

  • 110 « Capitulación otorgada a Pedo de Mendoza..., 21-05-1534 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p (...)

55L’évolution de l’élevage chevalin est comparable à celle de l’élevage bovin. Les premiers chevaux du Río de la Plata arrivèrent en 1536 avec Pedro de Mendoza. Dans sa capitulation, ce dernier s’était engagé à introduire dans la région une centaine de chevaux et de juments dès son premier voyage110. Un document daté du 8 décembre 1535 nous informe toutefois que le premier Adelantado n’emmena avec lui qu’une cinquantaine d’équidés :

  • 111 « Real Cédula a los oficiales de la Casa de la Contratación para que permitan a Sancho Martínez de (...)

El Rey. Por quanto en el asyento y capitulaçion que mandamos tomar con vos don Pedro de Mendoça my criado y gentilhonbre de my casa sobre la conquista y poblaçion de las tierras y provyncias y pueblos que oviere y se poblaren en el Rio de la Plata os ofreçistes de llebar destos mis reynos a vuestra costa y mysion quynientos honbres en el primer viaje y çient cauallos y yeguas y por que agora por vuestra parte me ha seydo suplicado vos diese liçencia para pasar a la dicha vuestra governaçion los dichos çient caballos y yeguas que asy os ofreçistes de llebar destos nuestros reynos y tubelo por bien por ende por la presente (sic) vos dy liçencia y facultad para que destos nuestros reynos e señorios podays pasar y paseys a la dicha provyncia del Rio de la Plata los dichos cient cauallos y yeguas para vuestro servycio y de la gente que fuere en vuestra armada sin que en esto vos sea puesto enbargo ny ynpedimento alguno fecha en Palençia a [veintidos] dias del mes de agosto de [mil quinientos treinta y cinco] años [...] y agora Sancho Martinez de Cadiz vecino de la ciudad de Cadiz me ha fecho relaçion que el dicho don Pedro de Mendoça al tiempo que se hizo a la vela para seguyr su viaje a la dicha conquista no pudo llebar mas de çinquenta caballos de los contenydos en la dicha çedula y les (sic) dio el liçencia y facultad para que le pudiese llebar los dichos çinquenta que le restaban de por pasar como dixo constaba y pareçio por la liçencia y poder que le dio111.

  • 112 Voir A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 7 v° à 73 r° (im. 24 à 158).
  • 113 Il s’agit des cédules concernant Allard Bouton, Francisco Dubrin, Hallayn, Elodio Boysey, Carlos D (...)
  • 114 Il s’agit des cédules concernant Diego de Aramayo, Juan de Junco, Rodrigo de Villalobos, Jofre de (...)
  • 115 Il s’agit des cédules concernant Bernaldino de Bargas, Gaspar de Gante et Pedro Vallejo.
  • 116 Il s’agit de Francisco Dubrin (deux chevaux), Carlos Dubrin (deux chevaux), Diego de Aramayo (un c (...)
  • 117 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 45.

56Nous n’avons retrouvé aucun document nous permettant de savoir si Sancho Martínez remplit ou non ses engagements auprès de Mendoza. Cependant, les cinquante équidés cités ci-dessus ne furent pas les seuls à traverser l’Atlantique en compagnie du premier Adelantado. Entre le 20 juillet 1534 et le 14 août 1535, soit dix jours à peine avant le départ de Mendoza, vingt-sept cédules furent édictées pour autoriser certains membres de l’équipage à emmener un total de quarante et un chevaux ou juments dans le Río de la Plata112. Sur ces vingt-sept cédules, quatorze concernaient des gentilshommes « recommandés » par l’empereur à Mendoza113, dix avaient été accordées à des officiers de la Couronne114 et trois autres à des personnes dont nous ignorons le statut et la fonction115. Nous sommes en mesure de confirmer le départ pour le Río de la Plata de sept de ces personnes seulement, avec un total de quatorze chevaux ou juments116. Ajoutés aux cinquante animaux emmenés par Mendoza, nous obtenons un total de soixante-quatre équidés, ce qui se rapproche assez des soixante-douze chevaux mentionnés par Ulrich Schmidel dans sa chronique117.

  • 118 Voir chapitre II, p. 80 et suiv.
  • 119 « Socorro pedido por los conquistadores estantes en Buenos Aires en Abril de 1539 », in Emilio Con (...)

57La plupart des chevaux emmenés par Mendoza ne résistèrent pas aux pénuries de Buenos Aires et à la faim des conquistadores118. Les équidés devinrent si rares que dans une demande de secours adressée au Roi en 1539, les Espagnols déclaraient être prêts à payer deux cents pesos d’or pour chaque cheval qui leur serait envoyé depuis la péninsule119. Toutefois, les quelques chevaux qui survécurent aux premières années de la conquête furent laissés sur place lors de l’abandon du port en 1541. Une fois réduits à l’état sauvage, ils se multiplièrent de telle sorte qu’ils représentèrent une motivation importante pour les colons lors de la deuxième fondation de Buenos Aires, comme le souligne Juan Bautista Rivarola Paoli :

  • 120 Juan Bautista Rivarola Paoli, La economía..., p. 291.

Si algún aliciente hubo cuando se levantó el rollo de la segunda fundación, lo constituían los yeguarizos, única riqueza positiva de la tierra tan considerable y apreciada como para justificar que por su explotación todos los enrolados en la empresa de Garay los (sic) fueran exclusivamente « a su costa y misión120 ».

58En moins de cinquante ans, les chevaux avaient donc remplacé l’or dans les rêves de richesses des conquistadores et colons du Río de la Plata. Le mythe de la Sierra de la Plata avait définitivement cédé le pas à des projets plus pragmatiques.

59En ce qui concerne Asunción, les premiers chevaux arrivèrent avec Alvar Núñez Cabeza de Vaca en 1542. Tout comme son prédécesseur, le deuxième Adelantado s’était engagé à emmener un certain nombre de chevaux dans le Río de la Plata :

  • 121 « Capitulación otorgada a Alvar Núñez Cabeza de Vaca..., 18-03-1540 », in Milagros del Vas Mingo, (...)

Vos, Alvar Núñez Cabeça de Vaca, con deseo del serviçio de Dios nuestro Señor y nuestro y acreçentamiento de nuestra Corona Real y porque los españoles que en la dicha provinçia están no perescan, os abeis ofresçido y ofreçeis a gastar ocho mill ducados en llevar cavallos, mantenimientos, vestidos, armas, muniçión y otras cosas para probeimiento de los dichos españoles y para la conquista y poblaçión de la dicha provinçia121.

60La capitulation d’Alvar Núñez ne précise pas combien de chevaux ce dernier était censé emmener dans le Río de la Plata, mais une cédule du 23 juin 1540 nous renseigne davantage sur le sujet :

  • 122 « Real Cédula a Alvar Núñez Cabeza de Vaca dándole licencia para que pueda pasar 30 caballos y 20 (...)

Por la presente doy liçencia y facultad a vos Albar Nuñez Cabeça de Vaca para que destos nuestros reynos y señorios podáis pasar y paseis a la provinçia del Rio de la Plata treynta cauallos y veynte yeguas demas de las que os tenemos mandado que llevéis a la dicha provinçia sin que en ello vos sea puesto enbargo ni ympedimento alguno122.

  • 123 « Real Cédula a Martín de Orúe dándole licencia para que pueda pasar dos caballos al Río de la Pla (...)
  • 124 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 156.

61Nous devons ajouter aux chevaux que devait emmener Alvar Núñez les quelques montures appartenant aux membres de son équipage. À titre d’exemple citons Martín de Orúe et Francisco de Mendoza, qui furent autorisés à embarquer deux chevaux chacun pour leur usage personnel123. Finalement, la flotte du deuxième Adelantado ne semble pas avoir transporté plus d’une cinquantaine d’équidés : dans ses Commentaires, Alvar Núñez déclara n’avoir embarqué que quarante-six chevaux, dont vingt-six seulement survécurent à la traversée de l’Atlantique124. Ces montures allaient être d’une très grande utilité lors des expéditions d’exploration, de conquête et de peuplement. Leur multiplication allait en faire une autre source de richesses pour les colons de la province.

  • 125 « Inventario de Juan de Nava (1550) », A.N.A., T.C., vol. 912, doc. 1 ; « Codicilo de Francisco de (...)

62Les documents testamentaires montrent cependant que l’élevage de chevaux ne se développa de façon significative qu’à partir de l’année 1575. Nous avons recensé quarante et un dossiers testamentaires dans lesquels on fait référence à des chevaux, juments, poulains ou pouliches ayant appartenu au défunt concerné. Dix-huit d’entre eux sont datés de 1550 à 1574, les vingt-trois autres de 1575 à 1598. Dans la première série125, seuls deux conquistadores semblent avoir possédé plus de quatre équidés. Il s’agit de Luis Alegre, dont l’inventaire des biens fait état de « çinco yeguas y quatro cavallos que dis que andan en el campo », et de Francisco de Paredes, qui semble avoir possédé suffisamment d’animaux pour régler ses dettes grâce aux poulains devant naître de ses juments. Les seize autres colons semblent avoir possédé moins de quatre chevaux chacun. Parmi eux, il est surprenant de trouver des personnalités telles que Domingo Martínez de Irala ou Juan de Salazar de Espinosa. Le testament du premier ne mentionne en effet qu’un seul cheval ayant appartenu au gouverneur et que ce dernier avait acheté à Antonio Pasado. Il est vrai qu’un testament n’a pas pour vocation de faire état de l’ensemble des biens du défunt et l’hypothèse que Domingo Martínez de Irala ait possédé d’autres chevaux n’est pas à exclure. Cependant, l’inventaire des biens du capitaine Salazar de Espinosa mentionne à peine trois animaux (deux chevaux, une jument et un poulain) ayant appartenu au défunt. Ainsi, vers les années 1550-1560, les chevaux semblent avoir été suffisamment rares au Paraguay pour que les dirigeants de la province ne puissent en posséder que quelques-uns. Par ailleurs, on remarque que sur les vingt-huit équidés recensés dans les seize testaments cités, huit étaient les montures utilisées couramment par le défunt (caballo ensillado y enfrenado). On ne peut donc pas vraiment parler d’élevage de chevaux avant le dernier quart du xvie siècle.

  • 126 « Testamento de Hernando de Sosa (1580) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 11 ; « Testamento de María (...)
  • 127 « Testamento de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; « Testamento de El (...)
  • 128 « Testamento de Gil García (1577) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3 ; « Inventario de Francisca Lu (...)
  • 129 « Testamento de Antonio de la Trinidad (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7 ; « Inventario de (...)

63Vingt-trois documents datés de 1575 à 1598 prouvent que la situation évolua durant cette période. Neuf de ces documents concernent des colons ayant possédé un maximum de six chevaux126. Deux autres sont trop détériorés ou imprécis pour en déduire le nombre d’équidés ayant appartenu aux défunts127. Les douze documents restants illustrent cependant l’augmentation significative de la taille des troupeaux chevalins à partir de 1575. Ainsi, Gil García, Francisca Lucena, Pedro Fernández de la Rotela et Bartolomé de la Marilla possédaient respectivement des troupeaux de seize, onze, quinze et vingt-cinq têtes128. Antonio de la Trinidad, Andrés de Espinosa, Lucía Cabrera, Francisco de Espínola, Arnao Esterlin, Galiano de Meira, Gerónimo Méndez de Sotomayor et Gaspar González semblent quant à eux avoir possédé des troupeaux si importants que leurs propriétaires étaient incapables d’en connaître la taille exacte129. À l’instar des bovins, la plupart des chevaux d’Asunción vivaient librement dans les champs environnants, comme l’indique le testament d’Arnao Esterlin :

  • 130 « Testamento de Arnao Esterlin (1591) », A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2.

Declaro el dicho Rodrigo Esterlin que el dicho su padre [Arnao] tiene yeguas en la manada de [ilegible] pero que no saue la cantidad dellas porque anda todo çimarron con el demas ganado de los vezino desta dicha ciudad130.

64Dans ces conditions, il était difficile de déterminer précisément la taille d’un cheptel chevalin en constante augmentation.

  • 131 « Testamento de Bartolomé de la Marilla (1590) », A.N.A.,N.E., vol. 423, f° 68-69.
  • 132 « Testamento de Juan Delgado (1595) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5.
  • 133 « Testamento de Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596) », A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1.

65Tout comme les bovins, les chevaux étaient souvent transmis d’une génération à l’autre sous forme de dot ou d’héritage. Ainsi, parmi les vingt-cinq équidés que possédait Bartolomé de la Marilla dix juments appartenaient en fait à son épouse, doña Mencia de Paredes, qui les avait reçues en dot131. La femme de Juan Delgado, Isabel de Vera, avait pour sa part reçu trois ou quatre juments132 et celle de Gerónimo Méndez de Sotomayor, Marina de Peralta, une quantité indéfinie de juments qui se trouvaient dans la ferme de Tapipiriá133. Il est intéressant de remarquer que ces dots « chevalines » se composent dans les trois cas de juments. Les femelles constituaient en effet un patrimoine plus rentable que les étalons dans le sens où elles permettaient d’augmenter plus rapidement la taille du cheptel possédé.

  • 134 « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

66En ce qui concerne les chevaux reçus en héritage, nous avons trouvé sept documents confirmant que c’était là une pratique courante dès les premières années de la colonie. Le plus ancien est le testament de Juan de Salazar de Espinosa (1557), qui laissa à Hipólito, son fils naturel et métis, un cheval et son harnais (« ensillado y enfrenado y con dos pares de ryendas »)134. En 1562, Francisco Álvarez Gaytán laissa également un cheval équipé à chacun de ses fils, Pedro et Luis, ce dernier bénéficiant en plus d’une jument à partager avec sa sœur, Beatriz :

  • 135 « Testamento de Francisco Álvarez Gaytán (1562) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2.

Yten mando al dicho Luys Gaitan my hijo la mytad de una yegua alazana que conpre de [ilegible] y la otra mytad a Beatriz my hija [...] y si por caso la dicha Beatriz mi hija muriere sin testar en la dicha yegua que de al dicho Luys Gaitan toda ella135.

  • 136 « Testamento de Juan Rute (1572) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 28 ; « Testamento de Antonio Gonz (...)

67Le fait que Luis et Beatriz aient eu à se partager la jument que leur léguait leur père peut être considéré comme une preuve de la rareté des chevaux à cette époque. Si Francisco Álvarez Gaytán avait possédé un nombre important d’équidés, ses enfants auraient probablement hérité d’une jument entière chacun. Citons enfin les testaments de Juan Rute, qui légua une monture équipée à son fils naturel Miguel, et celui d’Antonio González Pérez, qui laissa à son fils illégitime Bartolomé une jument et un poulain de trois ans136.

  • 137 « Testamento de Galiano de Meira (1593) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.
  • 138 « Testamento de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1.

68À partir de 1575, ces héritages devinrent bien plus conséquents : en 1593, Galiano de Meira laissa le tiers de ses vaches et de ses juments à Esperanza, sa petite-fille métisse137. D’autres conquistadores possédaient même tellement de chevaux qu’ils en firent don à des proches ou à des œuvres de charité. C’est le cas, par exemple, d’Elvira Guerrera et de Gaspar González : la première fit don de ses juments à des orphelines, « para su dote y cassamyento138 » ; le second légua plusieurs animaux à Gonzalo, un jeune garçon qu’il avait élevé, et à son ami Matías de Madrid :

  • Yten mando que se de [...] quatro yeguas con sus crias [...] a Gonçalo muchacho que le he criado y por dos años que me sirvio y mando que las [roto] las quales estan en Tapipen [ ?] se le entreguen y se le den y que no las benda ny cambalache [...]
  • Yten mando que un cavallo que tengo que compre de Juan Blit [ ?] mando que se sirva del Matias de Madril como cosa suya propia por los muchos servycios que me ha fecho porque esta es mi voluntad139.

69Les chevaux n’étaient pas seulement considérés comme un patrimoine transmissible par voie d’héritage. Comme la plupart des produits locaux, ils furent souvent utilisés comme monnaie d’échange. Dès 1556, Francisco de Paredes déclarait vouloir régler une dette en donnant le premier poulain qui serait mis bas par ses juments :

  • 140 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88.

Otrosi declarava y declaro que el deve y es obligado a dar a Juan de Sotelo por concierto que entre ellos ay un potro el primero que naciere de sus yeguas que mandava y mando que si no parieren las yeguas de presente algun potro con que le pueda cumplir que en tal caso se conpre de su hazienda de otra persona y se cumpla con el140.

70De la même manière, en 1574, Maese Bernal affirma dans son testament avoir payé une dette avec un cheval :

  • 141 « Testamento de Maese Bernal (1574) », A.N.A., N.E., vol. 312, doc. 131.

Declaro que despues de puesta y declarada la deuda de las cien baras de lienço de Sebastian Miguel le di al suso dicho un cavallo ensillado y enfrenado bueno que el tenya y tiene en su poder con el qual tubo por bien de se dar por contento y pagado de las dichas cien baras de lienço141.

71Les particuliers n’étaient pas les seuls à utiliser les équidés comme moyen de paiement. Certaines institutions officielles avaient également recours à ce type de « monnaie ». Ainsi, en 1587, le cabildo d’Asunción décida de dédommager Hernando de Cabrera pour la peine qu’il prenait à organiser les célébrations de Corpus Christi en lui cédant six poulains :

  • 142 A.N.A., N.E., vol. 429, f° 21.

En lunes doze dias del mes de mayo de mill y quinyos y ochenta y siete años estando juntos en cabo la señoria de la justa y Regimyo q de yuso firmaron sus nombres segun lo an de uzo y costumbre pusieron platica en Razon q es cosa muy nescesaria y convenyente q herdo de cabrera vezo desta ciudad haga para festexar y solenizar el dia de corpus xpi una obra y Representacion en onrra y reverencia del santisimo sacramto como otros aos se suele hazer y para qe suso dho se anime y lo haga con mas voluntad, acordaron se le den seys potros de las q estan aplicados por este cabo para obras pias los quales tome y se le den en el corral y manada grande y de los q en el ubiere por quanto la dha obra es para onrra y festejo del dia del corpus xpi142.

72Tout comme les autres productions de la province, qui manquait cruellement de monnaie, les chevaux furent souvent utilisés comme moyen de paiement. Dans l’exemple que nous venons de citer, on voit comment le cabildo disposait d’un certain contingent d’équidés pour couvrir telle ou telle dépense, en l’occurrence les « bonnes œuvres » (obras pías).

73Vers la fin du xvie siècle, l’élevage de « gros » bétail s’était largement développé dans la province du Paraguay. Comme les troupeaux paissaient et se multipliaient librement dans les prés communaux, cette activité nécessitait peu de main d’œuvre et d’investissement de la part de leurs propriétaires. Elle domina donc rapidement le secteur primaire et les exportations du Paraguay. Aujourd’hui encore, l’élevage représente une part importante du Produit Intérieur Brut national, tout comme l’agriculture, dont certains produits commencèrent à être cultivés dès les premières années de l’époque coloniale.

VI.4 L’agriculture paraguayenne au XVIe siècle

74La fertilité de la région, ainsi que les connaissances de ses habitants en matière d’agriculture et d’élevage influencèrent grandement la décision du capitaine Salazar de Espinosa d’installer ses troupes sur la rive orientale du Paraguay. Épuisés et affamés par les pénuries qu’ils avaient subies à Buenos Aires et durant leur voyage vers le nord, les Espagnols remarquèrent immédiatement l’abondance et la variété des produits alimentaires autochtones :

  • 143 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 85-86.

Nous y trouvâmes, grâce à Dieu, et comme on nous l’avait dit, du blé de Turquie ou maïs, des patates, racines qui ressemblent aux pommes et qui ont à peu près le même goût ; d’autres racines nommées mandioch pobior, qui ont un goût de châtaigne. Les Carios fabriquent du vin avec la mandeboere : ils ont aussi de la viande, du poisson, des cerfs, des sangliers, des autruches, des moutons du pays, presque aussi grands que nos mulets, des poules, des chèvres et des lapins. On y trouve beaucoup de coton, et du miel avec lequel les habitants préparent une boisson fermentée143.

75Grâce aux ravitaillements que leur offrirent les Guaranis, les Espagnols purent reprendre quelques forces avant de poursuivre leur quête de la Sierra de la Plata. Le fort d’Asunción, fondé sur le site de Lambaré, devait ensuite servir d’étape sur la route menant de Buenos Aires à la Sierra. Il fallait donc développer rapidement une économie de subsistance destinée à ravitailler les expéditionnaires faisant halte à Asunción. Les cadeaux alimentaires des Guaranis furent complétés par les produits que ces derniers cultivaient dans les potagers et corrales d’Asunción ou dans les chacras et haciendas que les Espagnols possédaient dans les environs.

VI.4.1 Les cultures autochtones

76L’alimentation des fondateurs d’Asunción dépendant des connaissances et du savoir-faire des Guaranis, les premières cultures du Paraguay furent les espèces autochtones que les indigènes avaient l’habitude de produire et de consommer.

Maïs, manioc et haricots

  • 144 Delfín Ugarte Centurión, Evolución histórica de la economía paraguaya, Asunción, Graphis, 1983, p. (...)
  • 145 Il s’agit du quintal castillan, qui correspondait à quarantesix kilogrammes (voir Delfín Ugarte Ce (...)
  • 146 Sorte de panier ou récipient indigène.

77Delfín Ugarte Centurión et Hipólito Sánchez Quell ont écrit que, dès 1538, on récolta à Asunción quatre cent vingt fanègues de maïs et quarante-cinq de haricots (porotos ou frijoles)144. D’après eux, en 1539, la production de maïs baissa à cent soixante fanègues tandis que celle de haricots atteignit deux cent dix-huit fanègues. Les deux auteurs avancent pour la même année le chiffre de quatre cents quintaux de farine de manioc, ce qui donne un total de dix-huit tonnes et demie environ145. Enfin, ils estiment qu’entre 1539 et 1541, Alonso Cabrera perçut au titre de diezmos trois cents dix-neuf panaques146 de maïs de manioc (sic), douze poulets, quatre-vingt fanègues de maïs et soixante-cinq de haricots. Si l’on multiplie par dix les chiffres que nous venons d’énoncer, on obtient une production totale pour ces trois années de trois mille cent quatre-vingt panaques de manioc, cent vingt poulets, huit cents fanègues de maïs et six cent cinquante de haricots.

  • 147 Il s’agit des documents suivants : « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol.  (...)
  • 148 « Testamento de Mateo Díaz (1553) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119.

78La culture de maïs, de manioc et de haricots ne se limita pas aux premières années de la Conquête. Les Espagnols d’Asunción adoptèrent certaines des habitudes alimentaires guaranies de façon durable. Entre 1547 et 1596, nous avons recensé douze documents testamentaires mentionnant la culture de maïs, de manioc ou de haricots147. Ces produits étaient généralement cultivés dans des rozas situées en dehors de la ville d’Asunción, dans les localités de Tacumbú, Urnay, Mareyrú, Tamayuca ou Arambaré. La plupart du temps, les colons disposaient d’un certain nombre d’esclaves, de serviteurs ou d’Indiens encomendados qui labouraient, semaient et récoltaient ces végétaux. Nous avons toutefois retrouvé quelques témoignages d’après lesquels les Espagnols étaient contraints de travailler eux-mêmes leurs terres, faute d’avoir reçu une encomienda ou capturé des esclaves lors d’une entrada. C’est ce que montre le testament du Génois Mateo Díaz : « digo e declaro que yo tengo otra roça mia en que hasta aqui e sembrado y cogido [...] frutos de maiz e frasoles (sic148). »

79L’économie domestique étant en grande partie régie par les « servantes » indigènes qui partageaient la vie des conquistadores et colons, la production de maïs, de manioc et de haricots survécut à l’introduction de variétés alimentaires nouvelles et espagnoles. Elle perdura même au-delà du xvie siècle, comme en témoigna le Jésuite Antonio Ruiz de Montoya en 1639 :

  • 149 Antonio Ruiz de Montoya, La conquista espiritual del Paraguay hecha por los religiosos de la Compa (...)

[Tienen] por muy grande los moradores la harina que llaman de mandioca y unas tortas que de ella se hacen, y en Cartagena, Panamá y Quito llaman casabe. Cógese mucho maíz, de que también hacen unas tortas que frescas son comestibles, añejas parecen de cuero. Habas, que allá llaman frisoles hay muchas y de varias especies, muchas calabazas de varias especies, hay frutas particulares de la tierra y algunas son de estima149.

  • 150 Petits pains à base de farine de manioc, de beurre et de fromage.
  • 151 Sorte de gratin élaboré à partir de farine de maïs, de fromage et d’oignons.

80Aujourd’hui encore, le maïs et le manioc, qu’ils soient consommés frais ou sous forme de farine, font partie intégrante de l’alimentation paraguayenne. Ainsi, les chipas150 et la sopa paraguaya151 sont deux des fleurons de la gastronomie nationale. De même, lors de repas traditionnels, on consomme souvent du manioc bouilli en guise de pain.

Miel et yerba mate

  • 152 Voir « Carta del capitan Martin de Orue para S. M. dandole cuenta del estado de la tierra : Asumpc (...)
  • 153 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.
  • 154 « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109.
  • 155 « Testamento de Juan Navarro (1562) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40.
  • 156 « Inventario de María de Luján (1580) », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1.

81Maïs et manioc ne sont pas les seuls produits autochtones à avoir été intégrés de façon durable par les Espagnols. La patate douce (batata), les courges (calabazas) et d’autres « frutos de la tierra » trouvèrent ainsi une place non négligeable dans les assiettes des conquistadores152, bien qu’ils n’apparaissent pas dans les documents testamentaires que nous avons consultés. En revanche, sept documents font directement ou indirectement référence à la production de miel. Quatre d’entre eux indiquent que les défunts possédaient certaines quantités de ce produit. Le plus ancien est l’inventaire des biens d’Andrés de Figueroa, réalisé en 1557. On peut y lire que le défunt possédait « seis calabaças grandes de myel153 ». Un an plus tard, Baltasar de Herrera s’éteignait en laissant entre autres biens « dos arrobas de myel de cañas poco mas o menos en un cuero154 ». En 1562, Juan Navarro indiqua dans son testament qu’il possédait dans sa chacra d’Itapuá « cierta cantidad de myel155 ». Enfin, l’inventaire des biens de María de Luján, décédée en 1580, fait état de « quatro arrobas de myel de caña poco mas o menos156 », que la défunte légua à ses enfants.

  • 157 « Inventario de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7.
  • 158 « Inventario de Antonio de la Trinidad (1583) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7.

82Ces quatre documents nous posent malgré tout un problème : si l’on sait que les Guaranis savaient produire du miel et en faisaient une boisson alcoolisée, les inventaires de Baltasar de Herrera et de María de Luján parlent de miel de canne. Or, nous savons que la canne à sucre fut introduite au Paraguay par les conquistadores. Le miel semble donc être un produit « métis », issu des traditions indigènes et des espèces végétales importées par les Espagnols. Ces derniers introduisirent également dans la province de nouvelles techniques de production, comme le montrent les inventaires des biens d’Alonso de Valenzuela et d’Antonio de la Trinidad, qui possédaient respectivement un « huzillo para hazer miel157 » et un « grifo de hazer miel con sus gabetas158 ».

  • 159 « Testamento de Francisca Giménez (1592) », A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3.

83Comme de nombreuses productions paraguayennes, le miel n’était pas seulement une denrée alimentaire, mais également un moyen de paiement couramment utilisé dans une province où les métaux, et donc la monnaie, ne circulèrent quasiment pas durant une grande partie de la période coloniale. À titre d’exemple, citons le cas de Francisca Giménez, qui paya en miel les droits notariaux relatifs à son testament159.

  • 160 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 647-648.
  • 161 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.
  • 162 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.
  • 163 « Inventario de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6.
  • 164 « Almoneda de los bienes de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; (...)
  • 165 Le tereré est un maté préparé avec de l’eau glacée.

84Les conquistadores n’adoptèrent pas seulement le maïs ou le manioc, mais également le maté, une boisson rituelle de leurs alliés guaranis. Ce n’est qu’au xviie siècle que la yerba mate devint un produit phare de l’économie paraguayenne, mais plusieurs dossiers testamentaires attestent que les Espagnols connaissaient son usage dès le milieu du xvie siècle. Le plus ancien de ces documents date de 1550 et se rapporte à la succession de Pedro Montañés. Il mentionne, entre autres biens possédés par le défunt « vn calabaço grande de yerva molida que le falta vn poco por henchar160 ». En 1557, on trouve dans l’inventaire des biens de Juan de Salazar de Espinosa « ocho panacus de yerva161 » et dans celui d’Andrés de Figueroa « seis panaques de yerva y dos calabaços grandes llenos ansi mesmo de yerva162 ». En 1591, on retrouva parmi les biens de Francisca Cabrera « un cesto de yerba que estaba colgado y parescio no tener mas de hasta dos o tres libras poco mas o menos163 ». Signalons que la totalité de la yerba mate ayant appartenu aux deux premiers défunts fut vendue aux enchères (almoneda) dans les jours qui suivirent leur décès164, ce qui indique qu’il s’agissait d’une denrée fort appréciée des conquistadores, sans doute en raison de ses vertus hydratantes et dynamisantes. À l’instar du maïs et du manioc, la consommation de maté — ou plutôt de tereré165 — fait partie intégrante de la culture paraguayenne d’aujourd’hui.

Le sel

85La liste des « aliments » que les Espagnols trouvèrent sur place en arrivant au Paraguay ne serait pas complète si nous omettions de mentionner l’existence d’importants marais salants dans les environs d’Asunción :

  • 166 « Carta del capitan Martin de Orue para S. M. dandole cuenta del estado de la tierra : Asumpcion 1 (...)

Una legua desta ciudad el Rio abajo ay unas salinas muy buenas que estando el Rio bajo, como quedan en seco se haze tanta sal que se provee el pueblo par dos y tres años166.

  • 167 « Inventario de Hernando de Balbuena (1549) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633 ; «  (...)
  • 168 Soit environ 2,3 litres (un celemin = 4,6 litres).
  • 169 Soit 46 kilogrammes.
  • 170 Soit 222 litres.
  • 171 Soit 83,25 litres (un almud = 27,75 litres).
  • 172 Soit 111 litres.
  • 173 Soit 23 kilogrammes environ (une arroba = 25 livres ; une livre = 460,08 grammes).

86Huit documents testamentaires confirment l’exploitation de ces salines par les Espagnols167. Si Hernando de Balbuena, en 1549, ne semble avoir eu en sa possession que « medio celemin168 » de sel, Andrés de Figueroa, en 1557, en possédait « dos panes » et un an plus tard, parmi les biens de Baltasar de Herrera, on trouva « hasta dos quyntales169 de sal en piedra ». En 1562, deux documents font référence au sel : le testament de Juan Navarro, qui ne précise pas la quantité de sel que possédait le défunt, et l’inventaire des biens de Francisco Álvarez Gaytán, chez qui on trouva « hasta quatro hanegas de sal poco mas o menos170 ». Quelques années plus tard, en 1570, « hasta tres almudes de sal171 » figuraient parmi les biens laissés par Pedro de Mesa et dix ans plus tard, Hernando de Sosa mourut en en laissant « hasta dos hanegas172 ». Citons enfin l’inventaire des biens de Rodrigo de Herrera de Escobedo, un marchand de Lima décédé à Asunción, qui mentionne l’existence de « un pan de sal que peso dos arrobas173 ». Bien que ce dernier document ne précise pas s’il s’agissait de sel paraguayen ou non, il nous semble peu probable qu’un marchand se chargeât depuis le Pérou d’une marchandise qu’on trouvait abondamment à Asunción. L’hypothèse la plus vraisemblable est donc que Rodrigo de Herrera de Escobedo acheta ce sel au Paraguay pour le revendre ailleurs, ou bien qu’il reçut ledit pain de sel en paiement de quelque marchandise achetée par un colon paraguayen. Le dossier testamentaire du marchand péruvien confirme une fois encore l’utilisation des produits locaux en tant que moyen de paiement.

Coton et garabatá

  • 174 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 65.

87Les Guaranis ne fournirent pas seulement des vivres aux Espagnols, mais également de quoi se vêtir. En effet, les premiers conquistadores remarquèrent que les Carios, à l’instar de nombreuses nations indigènes, savaient cultiver et tisser le coton174.

  • 175 « Almoneda de los bienes de Luis, indio (1545) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 113 ; « Testamento (...)
  • 176 Il s’agit des documents concernant l’Indien Luis, Pedro de Esquivel, Hernando de Balbuena, Francis (...)
  • 177 « Sucesión de Pedro Montañés (1550), déclaratoria de heredero », in Arch. Nac., no 8, février 1901 (...)

88Si l’élaboration de tissus et de vêtements en coton relève plutôt du secteur manufacturier, la production de la matière première fait bel et bien partie des activités agricoles du Paraguay du xvie siècle. Dix-sept documents testamentaires font état de la possession ou de la production de coton brut (« en cuesco »)175. Quatorze d’entre eux indiquent qu’il n’était pas rare de trouver parmi les biens des défunts une quantité variable de coton brut, allant du contenu d’un simple panier à dix quintaux environ176. Notons que onze documents seulement sur quatorze précisent la quantité de coton laissée par le défunt. Enfin, citons les dossiers testamentaires de Pedro Montañés, Martín Pérez de Sanbitores et Andrés de Figueroa, datés respectivement de 1550, 1555 et 1557 et qui font référence à des terres plantées de cotonniers que les défunts léguèrent à leurs héritiers177.

  • 178 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3. En 1573, Martín de Orú (...)
  • 179 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125 ; « Inventar (...)
  • 180 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.
  • 181 « Testamento de Diego Trigueros (1589) », A.N.A., T.C., vol. 751, doc. 7.

89Le coton ne fut pas la seule plante textile que les Espagnols découvrirent en terres guaranies. Dès 1547, on trouve dans les documents testamentaires des références à la garabatá, une plante proche de l’agave dont on tirait des fibres servant notamment à la fabrication de cordages178. Dix autres documents confirment l’utilisation par les Espagnols de la garabatá entre 1555 et 1590179. Tout comme pour le coton brut, les quantités possédées sont très variables puisqu’elles vont de sept onces180 à un quintal181.

  • 182 Voir plus loin, p. 395 et suiv.

90L’exploitation du coton et celle de la garabatá jouèrent un rôle important dans le développement des manufactures paraguayennes182. Les Européens d’Asunción surent donc mettre à profit l’ensemble des ressources de la région, non seulement pour assurer leur survie immédiate, mais aussi la prospérité d’une ville dont la fonction d’» étape » sur la route des Andes était de moins en moins évidente. Ainsi, à mesure qu’ils comprirent que leur présence dans la région était loin d’être provisoire, les Espagnols développèrent la production des plantes qu’ils avaient emmenées d’Europe.

VI.4.2 L’apport européen

  • 183 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 75.

91Le fait d’intégrer le manioc, le maïs ou les haricots à leur alimentation n’empêcha pas les conquistadores d’introduire au Paraguay les produits qu’ils avaient l’habitude de cultiver et de consommer en Espagne. Agrumes, figues, melons, grenades, firent peu à peu leur apparition sur les tables d’Asunción, ainsi que le riz, l’orge et le blé183.

Le blé, l’orge et le riz

  • 184 « Inventario de don Pedro de Mendoza (1542) », in Arch. Nac., no 4, décembre 1900, p. 131-136.
  • 185 « Relación de Domingo Martínez de Irala (1541) », in Ricardo de Lafuente Machaín, El Gobernador... (...)

92Les céréales furent les premières cultures d’origine européenne que les Espagnols introduisirent dans le Río de la Plata. En ce qui concerne le blé, nous savons qu’il fut cultivé dès les premières années de la conquête. Du blé avait en effet été apporté d’Espagne par Pedro de Mendoza : dans l’inventaire des biens de ce dernier, il apparaît que Francisco Ruiz avait payé quatre-vingt-dix réaux d’argent pour l’achat d’une certaine quantité de blé ayant appartenu au premier Adelantado du Río de la Plata184. Ce blé servit non seulement à satisfaire à court terme les besoins alimentaires des conquistadores, mais également à en démarrer la production dans la région. Dans la relation qu’il laissa à Buenos Aires avant de la dépeupler, en 1541, Irala recommandait déjà de semer le blé entre mai et juillet185.

  • 186 « Inventario de Jorge Fabiano (1586) », A.N.A., T.C., vol. 845, doc. 2.
  • 187 « Testamento de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17 ; « Inventario de Marí (...)
  • 188 « Testamento de Francisca Giménez (1592) », A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3.

93Cela dit, aucun des documents testamentaires consultés ne fait état de la présence de blé ou de farine parmi les biens des défunts, ce qui montre que la culture du blé ne se développa que très lentement. Un seul document — hormis l’inventaire des biens de Mendoza — mentionne le produit en tant que tel. Il s’agit de l’inventaire des biens de Jorge Fabiano (1586), dans lequel on peut lire que, dix ans après la mort du défunt, deux chignoles (barrenas) et un ciseau à bois (escoplo) lui ayant appartenu furent vendus contre du blé186. En revanche, on trouve dans trois autres inventaires des accessoires liés à la culture du blé. Ainsi, Gerónimo Martínez et María Villafaña, morts respectivement en 1586 et 1596, possédaient chacun deux faux à blé (hoces de segar trigo)187. Par ailleurs, Francisca Giménez, décédée en 1592, possédait « dos piedras de molino de moler trigo188 ».

  • 189 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 75.

94En ce qui concerne l’orge et le riz, nous n’avons trouvé aucun document testamentaire confirmant les affirmations de Sánchez Quell sur leur culture dans le Paraguay colonial189. Malgré les tentatives d’« européaniser » l’agriculture de la province, maïs et manioc continuèrent d’être les principaux éléments de l’alimentation de sa population, qu’elle fût indigène, blanche ou métisse.

La vigne et le vin

  • 190 « Inventario de un testamento anónimo (1540) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 84-91.
  • 191 « Testamento de Martina de Espinosa (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78 ; « Testamento de Pe (...)

95Si le maïs et le manioc furent adoptés rapidement et durablement par les conquistadores, le maté, boisson traditionnelle des peuples du bassin de la Plata, eut plus de mal à s’imposer, tout du moins au xvie siècle. Pendant de longues années, les Espagnols d’Asunción semblent lui avoir préféré le vin. Nous ignorons quand furent plantées les premières vignes à Asunción, mais on retrouve les traces de la consommation des produits de la vigne — vin ou vinaigre — dès les premières années de la conquête. Concernant la période étudiée, vingt-huit documents testamentaires font référence à l’existence de vignes, vin ou vinaigre dans la province du Paraguay. Le plus ancien de ces documents, l’inventaire des biens d’un conquistador anonyme mort en 1540, nous indique que le défunt possédait une arrobe et trois quarts de vinaigre190. Cela dit, la date du document et la diversité des produits répertoriés nous font penser que ces derniers avaient tout simplement été importés d’Espagne, pour être vendus ou consommés dans la province nouvellement conquise. Les sept documents suivants191, datés de 1547 à 1556, ne nous permettent pas non plus de tirer de conclusion pertinente sur l’activité viticole au Paraguay. Ces sept testaments font en effet allusion aux offrandes en pain, cire et vin que les défunts souhaitaient faire dans le cadre des messes pour leur salut, sans préciser d’où venaient ces produits. En outre, en ce qui concerne le vin, ils semblent nous indiquer qu’il était encore rare à l’époque. Par exemple, dans le testament de Martina de Espinosa, on peut lire les instructions suivantes :

  • 192 « Testamento de Martina de Espinosa (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78. C’est nous qui soul (...)

Mando que se diga por my anyma un treyntenario de mysas e Rezado [...] el qual mando que diga el Reverendo padre Racionero Juan Gabriel de Lezcano por que soy ynformado (sic) que tiene vino para lo dezir192.

  • 193 Testament de Pedro Méndez : « mando que se diga e faga dezir por my anyma mys [ ?] e cabo de año d (...)

96Les dernières volontés de Martina de Espinosa montrent qu’à cette époque, on ne disposait pas toujours de vin pour célébrer la messe. Ainsi, les testaments de Domingo Martínez de Irala et de Pedro Méndez précisent que ces offrandes ne seraient faites que si ces produits étaient disponibles au moment de dire les messes (ofrendando pan e vino e cera sy lo ubiere)193.

97Ces trois exemples montrent que le vin n’était pas un bien de consommation courante dans les deux premières décennies de la conquête. Sans doute était-il produit en quantité non significative ou bien provenait-il du chargement des rares expéditions qui arrivaient d’Espagne. Nous n’avons d’ailleurs trouvé aucune trace de vin dans les inventaires des biens des défunts jusqu’en 1557. La première référence à du vin qui ne soit pas destiné au culte divin apparaît en effet dans l’inventaire des biens de Juan de Salazar de Espinosa :

  • 194 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

Otro libramyento del dicho contador para el dicho thesorero para que pague al dicho mayordomo çiertas cuñas para una canpanilla e çierto vino para enbiar a Guayrá y la carta de pago a las espaldas194.

  • 195 « Carta del capitan Martin de Orue para S. M.... 14 Abril 1573 », in Blas Garay, op. cit., vol. I, (...)
  • 196 « Testamento de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17; « Testamento de Diego (...)

98Si du vin paraguayen pouvait être exporté vers le Guairá, c’est que la ville d’Asunción en produisait suffisamment pour satisfaire la demande locale. Toutefois, c’est seulement une quinzaine d’années plus tard que la viticulture semble s’être significativement développée. En 1573, Martín de Orúe estima que la production de vin s’élevait à six mille arrobes, soit dix-huit mille litres195. Dix-neuf documents testamentaires datés de 1580 à 1598 font référence à la vigne, au vin, ou au vinaigre et confirment cette évolution. Cinq d’entre eux, ceux de Gerónimo Martínez, Diego Trigueros, Elvira de Piña de Gallardo, Lázaro López et Gaspar González font état de la présence de tonneaux (barriles) de vin parmi les biens des défunts, dans des quantités allant de neuf ou dix arrobes jusqu’à quatre-vingts arrobes196. En ce qui concerne Gaspar González, le vin qu’il possédait lui permit de régler quelques-unes de ses dettes :

  • 197 « Codicilo de Gaspar González (1598) », A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37.

Declaro que devo sesenta y un pesos a Juan de Roxas de Aranda mando que se le pague de los que me viene y hubiere de mi prebenda y si no alcançare se le pague del vino que tengo [...].
Yten declaro que devo setenta pesos al capitan Ruiz Gonçales de Andrada por un conoscimiento que tiene firmado de mi nombre y para los dichos setenta pesos declaro que [roto] a la çiudad de Santa Fe un barril de seis arrobas de vino para que lo bendiese197.

  • 198 « Testamento de Antonio de la Trinidad (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7 ; « Testamento de (...)
  • 199 « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4.

99Treize autres documents, datés de 1580 à 1592, précisent que les défunts possédaient des vignes, situées pour la plupart dans les environs d’Asunción (localités de Balsequillo, de Mareyrú, de La Laguna, de Tacumbú, de Ytapuaminí, de Guabra, de Las Salinas, de Guaranipitán et de Lambaré)198. Nous devons également tenir compte de l’inventaire des biens de María Villafaña, qui cultivait vraisemblablement des vignes puisqu’elle possédait un élagueur à vigne (« una podadera de podar la viña »)199.

  • 200 Juan López de Velasco, « Demarcación y división de las Indias », 1571-1574, in D.I.A.G.I., vol. XV (...)
  • 201 Fulgencio R. Moreno, La ciudad de la Asunción, Asunción, Casa AméricaMoreno Hermanos, 1968, p. 117
  • 202 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 76. Voir aussi Fulgencio R. Moreno, op. cit., p. 118, Magnus (...)

100Les conquistadores d’Asunción exportèrent bientôt leur savoir-faire viticole vers d’autres régions de la province. Le cosmographe-chroniqueur Juan López de Velasco, s’appuyant sur des documents de la Casa de Indias, assura que « Ciudad Real, por otro nombre Ontineros (sic), ochenta leguas de la Asumption, al Nortdeste para la tierra de Brasil junto al rio Paraná [es] buena comarca de mantenimientos y de viñas200 ». Le vin du Paraguay était d’excellente qualité et fort apprécié à travers tout le Río de la Plata201. Il devint l’un des produits paraguayens les plus vendus à Buenos Aires. Dès la fin du xvie siècle, il dut pourtant faire face à la concurrence venue des régions de Cuyo ou de la Rioja, qui produisaient des vins de qualité à meilleur prix202.

  • 203 « Testamento de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.
  • 204 Juan Carlos Garavaglia, Mercado interno..., p. 234.

101L’importance de la vigne — et donc du vin — dans l’économie paraguayenne du xvie siècle est confirmée par un des items concernant la vente aux enchères des biens du marchand péruvien Rodrigo de Herrera de Escobedo : « yten se rremataron los gonçes del ynventario en catorce pesos y medio en vino a Juan de Balençuela203. » Cet exemple confirme l’habitude qu’avaient prise les conquistadores du Paraguay d’effectuer leurs paiements en nature, les produits utilisés pour remplacer la monnaie dans les échanges commerciaux étant ceux qui abondaient le plus dans la région. Le fait que Juan de Valenzuela paye les gonds qu’il achète en « nature », s’il n’a rien d’exceptionnel, montre en revanche que la production viticole était devenue courante vers la fin du xvie siècle. En 1602, la région d’Asunción comptait cent vingt-sept vignobles et un million sept cent soixante-dix-huit mille pieds de vigne204. Pourtant, dès les années vingt du xviie siècle, les vins paraguayens eurent à souffrir de la concurrence du Chili et de Mendoza (Cuyo) et le secteur commença son long et inexorable déclin. Les vins commercialisés de nos jours au Paraguay continuent d’être essentiellement chiliens ou argentins.

La canne à sucre

  • 205 Juan Bautista Rivarola Paoli, La economía..., p. 316.
  • 206 Certains auteurs, tels que Juan Bautista Rivarola Paoli, Hipólito Sánchez Quell ou Fulgencio R. Mo (...)

102L’autre produit importé d’Espagne par les conquistadores et dont la production se développa avec succès dans le Paraguay de la Conquête fut la canne à sucre. Les premiers plants de canne à sucre semblent avoir été introduits dans la province par Alvar Núñez Cabeza de Vaca depuis les côtes du Brésil, où les Portugais la cultivaient depuis 1532205. Dans un premier temps, la transformation de la canne en miel ou en sucre se fit manuellement, à l’aide d’ustensiles rudimentaires et inadaptés. Les premiers outils pour presser convenablement la canne furent fabriqués par un dénommé Domingo Martínez206, homonyme du gouverneur, qui s’était spécialisé dans la fabrication d’objets métalliques tels qu’hameçons, couteaux et autres ciseaux, avant de se faire ordonner prêtre :

  • 207 « Carta de Domingo Martínez al Emperador Don Carlos..., 1556 », in Cartas de Indias, p. 623-624.

Allende desto y el remate hasta agora, plantándose cañas dulçes para açucar y no aviendo con que esprimir que aprovechase, porque esprimian con vnas alçaprimas, y por lo menos, se perdia la cuarta parte, segun despues se sprimentó, que hize vn husillo, el primero que se hizo, y despues hize otros mejores, de que asimesmo a sido muncho provecho en la tierra y es ; y quiriendo hazer vna rueda, commo la tengo hecha, de madera, grande y muy pesada, para moler la caña, de lo qual ay muy gran neçesidad, porque se muele á braços, al modo y manera de commo (sic) se muele en Motril y como se muele la azeytuna y el çumaque, y porque no sé lo que aprovechará hasta que la prueve, no digo más207.

  • 208 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 75.

103En 1556, des échantillons de sucre paraguayen furent envoyés en Espagne208, tandis qu’à Asunción, en raison du manque de moyens techniques, l’exploitation de la canne à sucre avait été confiée aux Indiens yanaconas ou mitayos :

  • 209 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador Don Cárlos... (1556) », A.H.N., Section 12, Dive (...)

No contentos con estos trabajos y continuas fatigas como tenian [los indios], ansi en sus haziendas como en hazer casas de tapia para vender é otros trabajos, al presente tienen otro mayor que les a sobrevenido, en moler cañas duçes (sic) para hazer miel, la qual, tan solamente veben y comen, pero avn venden, é esta an tomado al presente por grangeria209.

104Malgré le recours à la main d’œuvre indigène, la production de canne et de produits dérivés ne se développa que dans le dernier quart du siècle. Sur quatorze documents testamentaires se référant à cette activité agricole, deux seulement sont antérieurs à 1580. Le plus ancien est une fois encore le testament de Juan de Salazar de Espinosa :

  • 210 « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

Yten mando [Roto] tiempo de my fallesçimiento fuere bivo [Roto] criado [Roto] [...] le dexen por suyo libremente toda la roça y tierra y casa de Ytacumbu en que al presente el reside con todos los frutos que ubiere plantado y senbrado y cañaverales hechos por los buenos y continos serviçios que me a fecho210.

  • 211 « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109.

105Le second est l’inventaire des biens de Baltasar de Herrera, décédé en 1558. On y trouve deux arrobes de miel de canne environ, ainsi qu’un pain de sucre élaboré dans la région (« un pan de açucar de la tierra »)211. Nous ignorons si Baltasar de Herrera possédait des plants de canne à sucre, mais l’inventaire de ses biens prouve en tout cas qu’il y en avait dans la province.

  • 212 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 76.
  • 213 « Inventario de Francisco de Espínola (15[8]6) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68 « Testamento de (...)

106En 1568, Juan de Garay arriva du Pérou en compagnie d’un maître sucrier qui fit construire le premier moulin à sucre (ingenio) du Paraguay212. Grâce à l’amélioration des techniques de production sucrière, la culture de la canne à sucre se développa de façon significative. Douze documents testamentaires datés de 1580 à 1598 attestent de cette évolution. Ainsi, Francisco de Espínola, Alonso Domínguez et Pedro Fernández de la Rotela possédaient des plantations de canne à sucre dans les environs d’Asunción213. Ce dernier dota d’ailleurs sa fille de la moitié de ses terres de Mayrarú :

  • 214 « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10.

Declaro que yo case a mi hija Teresa Fernandez con Marcos de Mesa hijo de Pedro de Mesa difunto y vezino desta dicha cibdad a la qual di en dote y casamyento la meytad de las casas de mi morada con sus pertenenzias y la meytad de la tierra que esta en Mayraru que se entiende desde el horno de la texa hasta el camyno que va a la rroza de Juan de Vedoya con los cañaverales y viña que esta (sic) dentro214.

  • 215 « Testamento de Álvaro de Meira (1590) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.
  • 216 « Testamento de María de Luján (1580) », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1.
  • 217 « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2.

107Nous pouvons ajouter aux trois exemples cidessus celui d’Álvaro de Meira, qui possédait des ustensiles servant à couper la canne (« dos calabozos del Brasil de cortar cañas »)215. La présence de ces calabozos parmi les biens du défunt indique qu’Álvaro de Meira exploitait — ou avait exploité — des plantations de canne à sucre. D’autres documents de la même époque montrent que le sucre ou le miel de canne étaient devenus des biens relativement courants dans le Paraguay du xvie siècle. Ainsi, l’inventaire des biens de María de Luján, nous informe que Celle-ci possédait quatre arrobes de miel de canne et quatre de sucre pour sa consommation personnelle (« para gasto de casa »)216. Enfin, l’inventaire des biens d’Isabel Pérez, fait état de « veynte y ocho formas de azucar por purgar » ainsi que de « çiento y çinco libras de açucar calena e treynta y çinco libras de açucar217 ».

  • 218 « Testamento de Jusepe de Évora (1597) », A.N.A., N.E., vol. 356, f° 16 « Codicilo de Gaspar Gonzá (...)

108Tout comme le vin, le sucre était devenu vers la fin du xvie siècle un bien de consommation suffisamment courante pour qu’on l’utilisât comme monnaie d’échange. Par exemple, le testament de Jusepe de Évora et le codicille de Gaspar González nous informent que ces deux hommes devaient respectivement cent vingt livres de sucre et soixante-dix pesos payables en sucre218. En outre, Pedro López de Gamarra déclara dans son testament qu’il avait vendu certaines marchandises provenant de Santa Fe contre du sucre :

  • 219 « Testamento de Pedro López de Gamarra (1582) », A.N.A., N.E., vol. 318, doc. 1.

Declaro que yo traxe de la cibdad de Sancta Fee ciertos bienes de hazienda de Hernando de Altamirano como parescera por la memoria que my muger doña Maria tiene y ciertos conoscimientos [roto] e vendido fiado a trueque de açucar por que asi lo mando el dicho Altamirano219.

  • 220 « Testamento de Diego Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37 « Testamento de Rodrigo (...)

109Les testaments des marchands Diego de Castañeda et Rodrigo de Herrera de Escobedo, confirment également l’utilisation du sucre comme monnaie220. Ainsi, le premier avait en sa possession deux traites (conocimientos) à payer en sucre. En ce qui concerne le second, on constate que la plupart de ses biens qui furent vendus aux enchères au lendemain de sa mort furent payés en sucre par leurs acquéreurs.

  • 221 Juan Carlos Garavaglia, Mercado interno..., p. 237-238.

110L’industrie de la canne à sucre, qui s’était développée tout au long du xvie siècle, devint l’objet d’échanges commerciaux non négligeables à travers tout le Río de la Plata221. Toutefois, l’industrie sucrière paraguayenne ne parvint jamais à faire face à la concurrence du Brésil ou du Pérou, qui produisaient un sucre moins cher et de meilleure qualité. Sans disparaître complètement de l’économie régionale, la production de canne à sucre paraguayenne commença à décliner à partir du xviiie siècle. Aujourd’hui les distilleries produisant l’eau-de-vie locale, la caña paraguaya, utilisent des cannes à sucre importées pour la plupart du Brésil.

VI.4.3 Le « syncrétisme agricole » du Paraguay

111L’agriculture paraguayenne du xvie siècle fut avant tout destinée à l’alimentation quotidienne des habitants de la province. Elle se caractérisa également par le mélange de productions guaranies et espagnoles. Aux haricots, patates douces, maïs et manioc indigènes, qui constituaient la nourriture de base des conquistadores et colons, vinrent s’ajouter le blé et les agrumes, mais surtout le vin, le sucre et l’eau-de-vie. Le Paraguay de la Conquête se caractérise donc par un véritable syncrétisme agroalimentaire, les habitants d’Asunción consommant de la même manière le blé — pain européen —, le manioc—pain guarani — ou le maïs, le vin ou le maté. L’adoption de ces produits autochtones par les conquistadores semble être passée par trois étapes successives. Ce fut au départ une question de survie : s’ils ne voulaient pas mourir de faim, les conquistadores devaient accepter de se nourrir comme les indigènes. Cela devint ensuite une question d’organisation : les Indiennes qui servaient les Européens, et s’occupaient par conséquent de leurs potagers, ne savaient ni cultiver ni préparer d’autres aliments que ceux qu’elles avaient toujours consommés. Ce fut enfin une question de culture : les enfants métis qui naquirent de l’union des Espagnols et de leurs servantes guaranies héritèrent par leur mère des habitudes alimentaires indigènes. C’est ainsi qu’en quelques années à peine, manioc et maïs trouvèrent leur place sur les tables paraguayennes, où ils restèrent jusqu’à nos jours, au même titre que le pain, le vin ou l’eau-de-vie de canne.

112Le développement du secteur agricole ne satisfit pas seulement les besoins alimentaires des vecinos paraguayens. En l’absence de monnaie métallique, il fournit également aux conquistadores et colons une monnaie d’échange qu’ils utilisaient dans la plupart de leurs transactions financières, à l’intérieur et à l’extérieur de la province. Ainsi, les dettes, les achats et même les offrandes étaient souvent payées en sucre, vin ou bétail.

  • 222 Juan Carlos Garavaglia, Mercado interno..., p. 65-97.

113La grande fertilité de la province permit enfin de produire des excédents destinés à l’exportation. Le vin et le sucre produits à Asunción ou dans le Guairá se vendirent pendant quelques décennies sur les marchés du Tucumán, des Charcas ou du Pérou. Tout comme l’alimentation des colons, les exportations paraguayennes se « métissèrent » peu à peu : à partir du xviie siècle, à mesure que la production de vin et de sucre diminuait, celle de yerba mate augmenta rapidement. Ce produit d’origine guaranie commença à s’imposer sur les marchés de Buenos Aires, de Potosí et même de Lima222. Le maté devint alors un des produits phares du commerce extérieur paraguayen et le resta jusqu’au milieu du xixe siècle environ.

114L’agriculture fut sans nul doute le secteur dominant de l’économie paraguayenne. D’autres activités se développèrent néanmoins dans la province. La plupart d’entre elles visaient à transformer les matières premières produites localement, comme le coton ou le cuir. Grâce à la découverte de pierres semi-précieuses et de minerai de fer dans le Guairá, les secteurs minier et sidérurgique purent également faire leur apparition parmi les activités manufacturières de la colonie.

VI.5 Produits miniers et manufactures du Paraguay

VI.5.1 Les pierres du Guairá

  • 223 Manuel Díaz & Marta Pinilla : « Navegación fluvial en el Río de la Plata », in Puertos y fortifica (...)

115Pendant plusieurs décennies, les conquistadores du Paraguay voulurent croire à l’existence de métaux précieux dans le sous-sol de la province. La découverte et la conquête de la « Province Géante des Indes « furent en grande partie motivées par les rumeurs qui circulaient sur l’existence de gigantesques gisements aurifères et argentifères, auxquels on accédait par le río de la Plata et ses affluents. Entre 1536 et 1555, quatre grandes entradas furent organisées pour trouver la Sierra de la Plata d’abord, le lac de Candire ensuite. À partir de 1555, l’empereur ayant interdit l’organisation de nouvelles expéditions de découverte et de conquête, on se tourna vers le Guairá, région déjà conquise mais non colonisée et que l’on croyait riche en or. C’est ainsi que les villes d’Ontiveros, puis de Ciudad Real et Villa Rica furent fondées au cœur de la forêt tropicale. Là aussi, les nouveaux espoirs des Espagnols allaient rapidement être déçus. Vers la fin du xvie siècle, c’est vers le nord qu’on se remit à chercher le métal jaune. La ville de Santiago de Jerez, fondée en 1593, était le point de départ de cette nouvelle exploration du sous-sol. La région marécageuse du Haut-Paraguay contenait effectivement des gisements d’or non négligeables, mais ce n’est qu’au xviiie siècle, alors que ce territoire avait été annexé par le Brésil, qu’ils furent découverts223.

  • 224 « Inventario de Andrés de Solazaval (1571) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 10.
  • 225 « Inventario de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6, f° 2 ; « Inventario de Luis (...)
  • 226 « Testamento de Diego Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

116Si le Guairá ne fournit jamais aux Espagnols l’or et l’argent dont ils avaient tant rêvé, on y trouva néanmoins d’autres minerais dont on apprit à tirer quelque profit. Ainsi, les pierres semi-précieuses qu’on avait découvertes près de Ciudad Real vers 1560, et qui avaient attiré Juan Ortiz de Zárate dans le Río de la Plata, furent exploitées malgré leur faible valeur. Une fois taillées, polies, et parfois même transformées en bijoux, ces pierres étaient revendues à Asunción, au même titre que les perles de verres ou autres accessoires de mode. Dans l’inventaire des biens d’Andrés Solazaval, on trouve « diez y nueve piedras [roto] de Guayra al pareçer de poco valor y un joyel de piedras [roto] azul224 ». De même, « çiento y nouenta y quatro perlas grandes y medianas demas chiquitas de las de Guayra » figurent dans l’inventaire des biens d’Alonso Pérez, tandis que celui de Luis Alegre indique que le défunt possédait « quarenta y dos libras de piedras de Guayra225 ». Enfin, en 1582, le marchand Diego de Castañeda, vecino du Tucumán et décédé alors qu’il se trouvait à Asunción, transportait parmi ses marchandises « un rrosario de colores de Guayra226 ». Aujourd’hui encore, ces pierres sont très utilisées dans l’artisanat et la bijouterie fantaisie au Paraguay.

VI.5.2 Le travail du fer

  • 227 Ramón Indalecio Cardozo, op. cit., p. 131-132.
  • 228 « Inventario de don Pedro de Mendoza que fueron entregados a Gregorio de Leyes, Tenedor de Bienes (...)

117En 1578, alors qu’on cherchait des gisements d’or, on découvrit du fer dans les environs de Villa Rica, où l’on installa la toute première fonderie de l’Amérique hispanique227. Jusque-là, on s’était contenté de transformer du fer apporté d’Espagne, du Pérou ou du Tucumán. Grâce aux provisions de fer embarquées par Pedro de Mendoza228, le travail de ce métal commença très tôt dans le Río de la Plata. À Buenos Aires, dès 1536, le jeune Domingo Martínez — l’homonyme d’Irala — se montra fort habile dans la fabrication d’hameçons ou de couteaux :

  • 229 « Carta de Domingo Martínez al Emperador... (1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de (...)

En la primera abitaçion de Buenos Ayres, siendo como era venido d’España con Don Pedro de Mendoça, governador por Vuestra Catholica Magestad, y syendo vn pobre studiante que no sabia de ofiçio ninguno cosa alguna, vista la neçesidad que en aquel tienpo avia, hize anzuelos, de los primeros dos que lo hizieron : de los qual hasta el dia de oy a redundado y redunda mucho provecho, porque sin ellos no se podria pasar por la contrataçion de los yndios y las pesquerias, quanto más en aquel tienpo, que no viviamos de otra cosa. Despues, venidos á esta çibdad de Nuestra Señora de la Asumption [...] hize cuchillos de rescate, amolados y encabados al modo de los que traen de Flandes, para el contrato de los indios, en que no se a perdido nada, antes aprovechado muncho229.

  • 230 « Almoneda de los bienes de Luis, indio y criado de Ruy García (1545) », A.N.A., N.E., vol. 319, d (...)

118Tous ces objets de fer servaient d’outils aux conquistadores, mais aussi de monnaie d’échange dans leurs transactions avec les Indiens. Ces derniers appréciaient largement ce matériau nouveau et résistant, qu’ils avaient appris à utiliser pour pêcher, chasser ou cultiver la terre. Certains d’entre eux apprirent également à travailler ce métal : le résultat de la vente des biens de l’Indien Luis, mort en 1544, indique que ce dernier possédait des outils servant fabriquer des hameçons230. Ainsi, le « syncrétisme économique » du Paraguay ne se limitait pas à l’adoption d’aliments autochtones par les Espagnols...

  • 231 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 154.

119L’intérêt que les indigènes portaient aux objets de fer n’échappa pas au deuxième Adelantado : en 1541, alors qu’il voyageait entre Santa Catalina et Asunción, Alvar Núñez fit monter une forge afin de fabriquer quelques objets de fer destinés à être troqués avec les indigènes231. Trois ans plus tard, les premiers règlements concernant la fonte et le travail du fer furent publiés. Dans une ordonnance datée du 10 janvier 1544, Juan de Salazar de Espinosa interdit de forger le fer sans autorisation préalable du lieutenant Francisco Ruiz Galán :

  • 232 « Ordenanza de Juan de Salazar, 10 de enero de 1544 », in Arch. Nac., n° 10, Asunción, mars 1901, (...)

Yo el capitan Jno de Salazar despinosa teniente de governador e capitan gral en esta probincia del Rio de la plata por ylle y muy magnifico señor albar nuñez cabeza de vaca [...] es necesario que no se labre hierro alguno en la fragua de esta civdad de la Asunción sin que primero se manifieste ante Francisco Galán a quien el dicho señor governador dio poder e comision para ello e sin que las personas que manifestaren el dcho hierro den ynformacion de testigos como es suyo el dicho hierro e de quien lo an avido232.

  • 233 « Ordenanza de Domingo Martínez de Irala, 29 de agosto de 1544 », in Arch. Nac., n° 11, Asunción, (...)
  • 234 « Sobre desaparición de un clavo de la Cruz de la hermita de Nuestra Señora de la Vega (1544) », i (...)

120Cette ordonnance fut ratifiée par Irala au mois d’août suivant233. Il était important d’économiser cette matière première alors introuvable au Paraguay et d’autant plus précieuse que les contacts avec la métropole étaient peu fréquents. La rareté du fer était telle qu’en juin 1544, un homme vola un clou sur une croix de l’ermitage de Nuestra Señora de la Vega, probablement pour fabriquer quelques hameçons, seule « monnaie » circulant à l’époque dans la province234.

  • 235 Voir chapitre IV, p. 264.
  • 236 Le premier est cité dans le testament de Martín Pérez de Sanbitores, rédigé en 1555 (A.N.A., N.E., (...)
  • 237 « Inventario de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10.
  • 238 « Inventario de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17.

121Plusieurs forgerons figuraient parmi les passagers à destination du Río de la Plata235. Les documents testamentaires que nous avons consultés nous permettent de confirmer la présence de Maese Antonio et de Francisco Delgado parmi les vecinos d’Asunción236, mais nous ignorons s’ils exercèrent leur profession ou non. En revanche, l’inventaire des biens de Pedro Fernández de la Rotela prouve que ce dernier se consacra pleinement à cette activité. On y trouve en effet une forge, des tenailles, un marteau et bien d’autres outils servant à travailler les métaux237. Bien qu’il ne fût pas réellement forgeron, l’affaire de Domingo Martínez semble avoir été particulièrement prospère. Dans l’inventaire des biens de son fils Gerónimo, dressé en 1586, on trouve un grand nombre d’outils sidérurgiques comme un tour à métaux, des tenailles, des limes, des pinces, des moules, etc238. Domingo Martínez léguait ainsi non seulement un savoir-faire, mais aussi une véritable entreprise qu’il avait patiemment mise sur pied.

VI.5.3 La construction navale

  • 239 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 119.
  • 240 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 75.

122Un des principaux clients du secteur métallurgique fut celui de la construction navale. Celle-ci avait démarré très tôt dans le Río de la Plata. Dès janvier 1536, sur l’île de San Gabriel, don Diego de Mendoza avait mis en marche la fabrication de brigantins pour traverser l’estuaire jusqu’au futur site de Buenos Aires239. Des experts en la matière avaient été embarqués à bord des navires qui formaient la flotte du premier Adelantado, comme par exemple Hernán Báez, « maestre en hacer navíos240 ». Les embarcations qui furent construites à San Gabriel, tout comme les navires qui avaient résisté à la traversée de l’Atlantique, furent ensuite utilisées lors des premières explorations du Paraná et de ses affluents.

  • 241 « Carta de Domingo de Yrala a S.M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, op. cit., 1906, vol. (...)
  • 242 « Relación general hecha por Alvar Núñez Cabeza de Vaca », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, op. cit.(...)

123En 1541, après avoir dépeuplé Buenos Aires, Irala entreprit de restaurer les navires qui avaient survécu jusque-là. Il décida également d’en construire de nouveaux afin de pouvoir repartir à la recherche de la Sierra de la Plata241. L’initiative fut reprise par Alvar Núñez Cabeza de Vaca, au lendemain de son arrivée à Asunción. En 1543, il eut à sa disposition dix brigantins pour effectuer son entrada vers Los Reyes242. Avant de partir, il ordonna au capitaine Salazar de Espinosa de construire une caravelle afin de porter des nouvelles en Espagne dès son retour de la Sierra de la Plata :

  • 243 Ibid., p. 43.

Mandé [a Juan de Salazar] que de la madera, ligaçon y tablazón que le quedaba hiziese una carabela en el entretanto que yo yba á hazer la dicha entrada y descubrimiento, para enbiar hazer saber á Su Magestad el subceso de la dicha conquista243.

124Ironie du sort : c’est ce même navire qui ramena Alvar Núñez en Espagne en 1545. La caravelle Comuneros fut ainsi la première embarcation construite au Nouveau Monde à traverser l’océan Atlantique.

125L’industrie navale continua de se développer tout au long du xvie siècle. La province regorgeait des matières premières nécessaires à la construction d’embarcations de qualité : les forêts paraguayennes fournissaient des bois durs et résistants à l’eau ; les voiles étaient faites des toiles de coton ou de lin tissées par les femmes indigènes ; la garabatá fournissait l’étoupe pour calfeutrer les quilles et le güembé les cordes constituant les gréements ; enfin, les clous et tous les éléments métalliques étaient fabriqués par les forgerons que nous avons évoqués ci-avant. On arriva à une telle maîtrise technique qu’en 1556 Irala fit en sorte que les « vieux » conquistadores transmettent leur savoir-faire aux nouvelles générations :

  • 244 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 214.

Señaláronse dos maestros de navíos a cuya escuela iban más de 2000 personas, teniendo particularísimo cuidado en su enseñanza, que recibían con mucha aplicación244.

126Quand Garay repeupla l’estuaire en 1580, afin de développer les échanges entre le Río de la Plata, les autres provinces de l’empire et la métropole, on pensa que le commerce qui allait en découler permettrait au Paraguay de devenir un centre important de construction navale. Les restrictions commerciales imposées dès 1594 au port de Buenos Aires, seul accès à la mer pour les navires d’Asunción, mirent fin à ce nouveau rêve de développement et de richesse. Durant les deux siècles qui suivirent, les chantiers navals d’Asunción durent se contenter de la fabrication de petits navires destinés seulement au transport fluvial et régional.

  • 245 Jerry W. Cooney, Economía y sociedad en la Intendencia del Paraguay, Asunción, Centro Paraguayo de (...)

127La situation changea vers la fin du xviiie siècle, avec les réformes libérales des Bourbons, qui autorisaient le libre commerce pour l’ensemble de villes hispano-américaines. En 1796, un marchand de Buenos Aires, Casimiro Francisco de Necochea commanda un premier navire aux autorités paraguayennes. Un chantier naval moderne s’installa alors à Angostura, sur la rive occidentale du Paraguay, à neuf lieues environ au nord d’Asunción. Le premier navire qui relia la capitale paraguayenne à l’Europe fut terminé en 1798. Entre 1797 et septembre 1801, vingt navires furent construits dans les chantiers navals paraguayens. La production se maintint jusqu’aux années 18061807, date à laquelle elle commença à décliner. Après un arrêt total sous le gouvernement du Docteur Francia, elle reprit en 1850 sous celui de Carlos Antonio López. Les guerres qui suivirent l’empêchèrent de retrouver le niveau qu’elle avait atteint juste avant l’indépendance du pays245. Ainsi, les premiers brigantins construits par Mendoza, Irala et Alvar Núñez furent-ils à l’origine d’une industrie dont l’importance marqua l’économie paraguayenne jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle.

VI.5.4 Produits textiles et travail du cuir

  • 246 Voir chapitre VII, p. 417 et suiv.
  • 247 Il s’agit des inventaires d’Andrés de Figueroa (1557), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92, Juan de Sa (...)

128Le tissage du coton fut sans nul doute l’activité manufacturière la plus courante du Paraguay de la conquête. La pénurie de tissus venus d’Europe, l’obligation faite aux indigènes de se vêtir et l’adoption de l’aune de drap (vara de lienzo) comme unité « monétaire246 » favorisèrent le développement de cette industrie au sein de la société coloniale. Nous n’avons trouvé aucune information sur l’existence d’obrajes dans la province du Paraguay au xvie siècle, car la production de drap se faisait dans les maisons des conquistadores et colons, grâce aux servantes indigènes qui y vivaient. Huit dossiers testamentaires attestent de la présence de plusieurs métiers à tisser dans la ville d’Asunción247. Dans un premier temps, les tissus fabriqués servaient essentiellement à se vêtir et à s’équiper en linge de maison. Dès lors que le drap fut adopté comme monnaie, les propriétaires de métiers à tisser bénéficièrent d’un train de vie nettement supérieur à la moyenne puisqu’ils étaient en quelque sorte chargés de « frapper » la monnaie locale.

  • 248 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.
  • 249 « Inventario de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.
  • 250 Voir chapitre IV, p. 264.
  • 251 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 225.

129Le coton ne fut pas la seule matière première autochtone à être transformée par les Européens du Paraguay. La chasse et l’élevage fournissaient des peaux en abondance que l’on tannait pour être vendues telles quelles ou transformées en vêtements, chaussures ou sacs. Tout comme pour les articles textiles, les documents testamentaires font souvent la différence entre les articles en cuir d’Espagne et la production locale. Nous avons retrouvé plusieurs de ces derniers dans les documents testamentaires consultés à Asunción. Par exemple, Martín Pérez de Sanbitores possédait en 1555 deux paires de chaussures et une jaquette faites de peau de gibier (cuero de venado)248. Une quinzaine d’années plus tard, on trouve dans l’inventaire des biens de Pedro de Mesa quatre paires de chaussures ainsi qu’un sac à arquebuse fabriqués en cuir « de la tierra249 ». Malgré la présence de plusieurs tanneurs et cordonniers dans la province250, ces activités ne semblent pas avoir été exercées à grande échelle. Chaque Espagnol sachant tanner ou confectionner des articles en cuir se contentait de satisfaire ses propres besoins. Cette situation se prolongea au moins jusqu’au début du xviie siècle. Malgré la présence de douze cordonniers à Asunción251, aucun ne voulut développer son activité de façon professionnelle et commerciale, comme le signale le jésuite Antonio Ruiz de Montoya :

  • 252 Antonio Ruiz de Montoya, op. cit., p. 49.

Hay oficiales de todos los oficios mecánicos y los usan, pero ninguno se tiene por oficial, por haberlo aprendido cada uno para usarlo en su casa, y aunque el zapatero haga zapatos públicamente, no quiere que le tengan por zapatero, alegando que con su ingenio alcanzó aquel oficio, queriendo con esta metafísica ocurrir por una parte a su necesidad, y por otra conservar la nobleza que heredaron de sus antepasados, que toda fué gente noble252.

130On peut penser que l’attitude décrite par Montoya ne se limita pas au secteur du cuir. Ainsi, l’orgueil des colons paraguayens semble avoir freiné en partie le développement d’activités manufacturières qui auraient pu contribuer à l’enrichissement et au développement de l’ensemble de la province.

VI.6 Des atouts mal exploités ?

131S’il est indéniable que l’économie paraguayenne fut essentiellement une économie de subsistance basée sur l’agriculture, Celle-ci fut néanmoins plus diversifiée qu’on ne pourrait penser. Les dossiers testamentaires étudiés montrent tout d’abord que la province sut développer quelques activités de type industriel qui lui permirent de s’auto-approvisionner en produits manufacturés d’usage courant. Elle sut également mettre à profit les ressources naturelles de la région tout en y intégrant de nombreux apports européens. Le métissage du Paraguay ne fut donc pas seulement biologique mais également économique, les productions autochtones ayant été adoptées puis adaptées par la population d’origine européenne.

132Par ailleurs, nous avons vu que le Paraguay du xvie siècle produisait certaines denrées de qualité telles que le sucre ou le vin. La production d’excédents aurait donc pu engendrer une activité commerciale intense à l’intérieur et à l’extérieur de la province. La maîtrise des colons d’Asunción en matière de navigation et les « portes » que l’on ouvrit à la province en fondant les villes de Santa Fe, Buenos Aires et Corrientes étaient autant d’éléments qui auraient dû permettre un développement important du commerce paraguayen. Pourtant, malgré ces atouts, l’économie paraguayenne ne connut jamais de véritable essor et le niveau de vie des colons resta modeste jusqu’à la fin du siècle, comme le montre cette lettre, rédigée par des officiers de la Couronne en 1594 :

  • 253 « Carta del 15 de junio de 1594 », A.G.I., Gobierno, Charcas 38, f° s/n.

La obligación de vasallos que se ocupan a servir a Vuestra Magestad y de hazer conforme a la instrucion de Vuestra Magestad dada a los officiales del Río de la plata nos da licencia y obliga de dar a Vuestra Magestad relacion de las cosas destas provincias. Esta ciudad de Asumpcion [...] no a ydo en aumento la grandeza a que esperava y tambien por que la proveza de la tierra fuera de lo que es una ordinaria pasadia es muncha asi los trajes de la gente como en los adereços de sus mismas casas que en todo esto ay muncha llaneza por la mayor parte porque el golpe de la gente se viste de algodon de la tierra teñido253.

133Les pages qui suivent vont tenter d’expliquer les raisons pour lesquelles le commerce paraguayen ne parvint pas à se développer. L’absence totale d’or et d’argent explique en grande partie cette stagnation économique, car elle n’encourageait pas le commerce intérieur. Les entraves administratives et l’essor des provinces d’« en bas » empêchèrent pour leur part tout développement du commerce extérieur.

Notes

1 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 147 ; Ulrich Schmidel, op. cit., p. 68-69.

2 « Carta de Francisco de Andrada (1545) », in Enrique de Gandía, Indios y conquistadores en el Paraguay, Buenos Aires, 1932, p. 19.

3 « Testamento de Luis de Benavídez (1543) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 24.

4 Il s’agit des testaments suivants : Pedro Méndez (1551), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126 ; Juan de Salazar de Espinosa(1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; Gerónimo Garcete (1559), A.N.A.,N.E., vol. 319, doc. 82 ; Francisco Álvarez Gaytán (1562), A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2 ; Juan Navarro (1562), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40 ; Diego Sánchez de Espinosa (1567), A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 23 ; Alonso Rodríguez de Azuaga (1570), A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6 ; Andrés Solazaval (1571), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 10 ; Alonso Pérez (1572), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; Diego de la Torre (1572), A.N.A., N.E., vol. 421, f° 11-12 ; Domingo Martínez (1572/1574), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 38-39 ; Hernando de Ribera (1572), in Arch. Nac. (nouvelle édition), Asunción, avril 1988, p. 15-17 ; Juan de Fustes (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23 ; Juan Rute (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 28 ; Juan de San Juan (1573), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 9 ; Maese Bernal (1574), A.N.A., N.E., vol. 312, doc. 131 ; Alonso de Valenzuela (1575), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; Margarita Pérez (1576), A.N.A., N.E., vol. 421, f° 12 ; Antonio de la Trinidad (1580), A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7 ; María de Luján (1580), A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1 ; Jorge Fabiano (1586), A.N.A., T.C., vol. 845, doc. 2 ; Lucía Cabrera (1586), A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8 ; Alonso Domínguez (1587), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; Bartolomé de Porras (1589), A.N.A., N.E., vol. 312, f° 61-63 ; Álvaro de Meira (1590), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3 ; Juan de Vera (1590), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 8, Juan Alonso de Quirós (1591), A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1 ; Juan Delgado (1595), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5 et Elvira de Castro (1598), A.N.A., N.E., vol. 297, f° 45-47.

5 « Testamento de Pedro Méndez (1551) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126.

6 « Testamento de Bartolomé de Miño (1559) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 30.

7 « Testamento de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7.

8 « Testamento de doña María de Heredia (1594) », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1.

9 Voir chapitre II, p. 104 et suiv. et chapitre III, p. 197 et suiv.

10 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador... (1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 140.

11 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 228.

12 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 29.

13 « Relación de [...] Pero Hernández (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, ibid., vol. II, p. 317.

14 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador... (1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 140.

15 « Memorial del padre Francisco González Paniagua (1545) », in Revista de la Biblioteca Nacional, Buenos Aires, Imprenta de la biblioteca nacional, 1937, vol. I, p. 469.

16 Il s’agit des testaments suivants : Martina de Espinosa (1547), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78, Pedro Arias (1549), in Arch. Nac., no16/17, février 1902, p. 607-612, Hernando de Balbuena (1549), in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633, Francisco de Paredes (1556), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88, Domingo Martínez de Irala (1556), in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 547-565, Diego López de Navia (1559), A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 3 et Álvaro de Meira (1590), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

17 « Testamento de Martina de Espinosa (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78.

18 « Testamento de Pedro Arias (1549) », in Arch. Nac., no 16/17, Asunción, février 1902, p. 607-612.

19 « Testamento de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88.

20 Voir chapitre II, p. 177 et suiv.

21 Richard Konetzke, América Latina..., p. 176.

22 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f°5 r°-v° (im. 910).

23 « Carta de Bartolomé García al Consejo de Yndias... (1556) », in Cartas de Indias, p. 600-601.

24 « Carta del clérigo presbítero Antonio d’Escalera al Emperador Don Cárlos... (1556) », in Cartas de Indias, p. 591.

25 « Expediente sobre el gobierno de Irala, declaraciones de Juan Salmerón de Heredia (1557) », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n.

26 « Carta del 28-10-1574 », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n.

27 « Carta de Ysabel de Guevara... (1556) », in Cartas de Indias, p. 619-621.

28 « Real Cédula del 14-05-1547 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 179 r°180 v°.

29 Fernando L. Sabsay, Historia económica y social argentina, Buenos Aires, Bibliográfica Omeba, 1967, vol. I, p. 74 : « No podían tener encomienda los miembros del Consejo de Indias ; los funcionarios del rey en América — excepto los gobernadores, tenientes gobernadores y corregidores — ; los prelados, iglesias y monasterios — aunque hubo excepciones numerosas e importantes— ; los mulatos y mestizos ; las mujeres y los menores ; los extranjeros ; los no residentes en el lugar de la encomienda ; los hijos en la encomienda que el padre hubiese tenido en última vida. »

30 « Carta de Juan de Salazar... (1556) », in Cartas de Indias, p. 581.

31 « Expediente sobre el gobierno de Irala », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n.

32 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 5 v° (im. 10).

33 Voir chapitre III, p. 179-180.

34 Rafael Eladio Velázquez : « Caracteres de la encomienda paraguaya en los siglos XVII y XVIII », in Historia Paraguaya, Asunción, Academia Paraguaya de la Historia, 1982, p. 120.

35 Elman Roger Service, « The Encomienda in Paraguay », in The Hispanic American Historical Review, no 2, Durham, Caroline du Nord, Duke University Press, mai 1951, vol. XXXI, p. 238.

36 Carlos Pastore, La lucha por la tierra en el Paraguay, Montevideo, Antequera, 1972, p. 82.

37 Voir note 3 p. 348.

38 « Inventario de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6 r°.

39 « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4.

40 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88.

41 « Testamento de Elvira de Piña (1593) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 8.

42 « Testamento de Ana Rodríguez (1583) », A.N.A., T.C., vol. 710, doc. 2.

43 Voir Bárbara PotthastJutkeit, ¿ « Paraíso de Mahoma » o « País de las mujeres » ?, Asunción, Instituto Cultural ParaguayoAlemán, 1996.

44 Voir chapitre II, p. 80.

45 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3 ; « Inventario de Hernando de Balbuena (1549) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633.

46 « Azumbre : mesure de liquide [2,016 litres] », in Grand Dictionnaire EspañolFrancés/FrançaisEspagnol, Larousse, Paris, 1996, p. 99.

47 « Bando de Irala, 27 de agosto de 1545 », in Arch. Nac., no 12, avril 1901, p. 436-437.

48 « Bando de Irala, 29 de agosto de 15[ ? ?] », in Arch. Nac., no 14, janvier 1902, p. 498-499.

49 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88.

50 Voir chapitre VII, p. 414 et suiv.

51 Voir chapitre II, p. 81.

52 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3 ; « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

53 « Inventario de Diego López de Orgaz (1554) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 20.

54 « Inventario de Diego López de Orgaz (1554) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 20 ; « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125 ; « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88 ; « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109 ; « Almoneda de los bienes de Francisco Álvarez Gaytán (1566) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2 ; « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40 ; « Almoneda de los bienes de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14 ; « Inventario de Andrés Solazaval (1571) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 10 (vol. 955, doc. 9) ; « Inventario de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; « Inventario de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; « Inventario de Arnao Esterlin (1591) », A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2.

55 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., n° 17, février 1902, p. 647-648 ; « Almoneda de los bienes de Hernando de Balbuena (1550) », A.N.A., N.E., vol. 428, doc. s/n ; « Inventario de Bastián Alfonso (1551) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 19.

56 « Carta de Felipe de Cáceres, Pedro de Orantes, Antón Cabrera, Juan de Salazar, junio de 1556 », A.G.I., Charcas 40, f° s/n.

57 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3.

58 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 647-648 ; « Almoneda de los bienes de Hernando de Balbuena (1550) », op. cit. p. 628-633.

59 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 206.

60 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

61 « Almoneda de los bienes de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.

62 Voir chapitre VII, p. 431 et suiv.

63 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 86.

64 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires... (1541) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, op. cit., 1906, vol. II, p. 368.

65 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 86.

66 « Testamento de Francisco de Coimbra (1543) », A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 5.

67 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88 ; « Testamento de Mateo Díaz, (1553) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119 ; « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125 ; « Inventario de Hernando de Balbuena (1549) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633 ; « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

68 « Testamento de Francisco Delgado (1572, descargo de 1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 6.

69 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 72.

70 « Inventario de Diego López de Orgaz (1554) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 20.

71 « Testamento de Juan Navarro (1562) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40.

72 « Testamento de Álvaro Villalobos (1562) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5.

73 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 647-648 ; « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Testamento de Francisco Álvarez Gaytán (1562) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2 ; « Testamento de Alonso Rodríguez de Azuaga (1570) », A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6 ; « Testamento de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14 ; « Testamento de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10 ; « Codicilo de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, doc. 6 ; « Inventario deMaría Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4.

74 « Inventario de Hernando de Balbuena (1549) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633 ; « Inventario de Luis Alegre (1574) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17 ; « Inventario de Francisco de Espínola (15[8]6) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68 ; « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Testamento de Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2.

75 « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40 ; « Inventario de Francisca Lucena (1580) », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1 ; « Testamento de Antonio de la Trinidad (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7 ; « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

76 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88 ; « Testamento de Margarita Pérez (1576) », A.N.A., N.E., vol. 421, f° 12.

77 « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109.

78 « Testamento de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6.

79 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 186.

80 Voir chapitre III, p. 208.

81 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 250.

82 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 149.

83 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.

84 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

85 Voir les documents suivants : « Testamento de Gerónimo Garcete (1559) » A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 82 ; « Testamento de Alonso Rodríguez de Azuaga (1570) », A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6 ; « Testamento de Antonio González Pérez (1573) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5.

86 « Inventario de Luis Alegre (1574) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17 ; « Inventario de Francisca Lucena (1580) », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1 ; « Inventario de Andrés de Espinosa (1581) », A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 51 ; « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10 ; « Inventario de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Codicilo de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6 ; « Testamento de Juan Delgado (1595) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5.

87 « Testamento de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; « Testamento de Margarita Pérez (1576) », A.N.A., N.E., vol. 421, f° 12 ; « Testamento de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1 ; « Testamento de Lucía Cabrera (1586) », A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8 ; « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4.

88 « Testamento de Juan de Vera (1580) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 8.

89 « Testamento de Antonio González Pérez (1573) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5.

90 « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10 ; « Codicilo de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6.

91 « Inventario de Francisca Lucena (1580) », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1 ; « Inventario de Antonio de la Trinidad (1583) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7.

92 « Inventario de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4.

93 « Testamento de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1 ; « Testamento de Lucía Cabrera (1586) », A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8 ; « Inventario de Francisco de Espínola (15[8]6) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68.

94 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 208. Cf. chapitre III, p. 122.

95 Emilio Coni, op. cit., p. 43-47.

96 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

97 Juan Bautista Rivarola Paoli, La economía colonial, Asunción, Talleres gráficos de la Editora Litocolor, 1986, p. 290-291.

98 « Testamento de Ruy Díaz Melgarejo (1595) », in Ramón I. Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140 ; « Testamento de Antonio de la Trinidad (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7 ; « Testamento de María de Luján (1580) », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1 ; « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10 ; « Testamento de Lucía Cabrera (1586) », A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8 ; « Inventario de Francisco de Espínola (15[8]6) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68 ; « Testamento de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2.

99 « Inventario de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2.

100 « Testamento de Gil García (1577) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3 ; « Inventario de Andrés de Espinosa (1581) », A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 51 ; « Testamento de Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596) », A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1.

101 « Inventario de Luis Alegre (1574) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17 ; « Inventario de Francisca Lucena (1580) », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1 ; « Inventario de Jorge Fabiano (1586) », A.N.A., T.C., vol. 845, doc. 2 ; « Testamento de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17 ; « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Codicilo de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6 ; « Testamento de Arnao Esterlin (1591) », A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2 ; « Testamento de Francisca Giménez (1592) », A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3 ; « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4 ; « Testamento de Jusepe de Évora (1597) », A.N.A., N.E., vol. 356, f° 16.

102 « Testamento de Juan de San Juan (1573) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 9 ; « Testamento de Diego Trigueros (1589) », A.N.A., T.C., vol. 751, doc. 7.

103 « Testamento de Juan de Fustes (1572) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23.

104 « Testamento de Galiano de Meira (1593) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

105 « Testamento de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1.

106 « Testamento de Ruy Díaz Melgarejo (1595) », in Ramón I. Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140.

107 « Testamento de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.

108 « Codicilo de Gaspar González (1598) », A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37.

109 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 516.

110 « Capitulación otorgada a Pedo de Mendoza..., 21-05-1534 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 290.

111 « Real Cédula a los oficiales de la Casa de la Contratación para que permitan a Sancho Martínez de Cádiz llevar los cincuenta caballos y yeguas que restaban de los cien que fueron concedidos a Pedro de Mendoza. Madrid, 08-12-1535 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 74 v°75 r° (im. 160-162).

112 Voir A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 7 v° à 73 r° (im. 24 à 158).

113 Il s’agit des cédules concernant Allard Bouton, Francisco Dubrin, Hallayn, Elodio Boysey, Carlos Dubrin, Álvaro de Almeda, Otabián de Herrera, Luis de Asturias, Martín de Heredia, Hernando de Mena, Gaspar de Matene, Longueval, Antonio Monte de Herrera et Diego de Campo.

114 Il s’agit des cédules concernant Diego de Aramayo, Juan de Junco, Rodrigo de Villalobos, Jofre de Loaysa, Alonso Hurtado, Juan de Cáceres, Carlos de Guevara, Gutierre Laso de la Vega, Juan Ortiz de Zárate et Antonio de Mardones.

115 Il s’agit des cédules concernant Bernaldino de Bargas, Gaspar de Gante et Pedro Vallejo.

116 Il s’agit de Francisco Dubrin (deux chevaux), Carlos Dubrin (deux chevaux), Diego de Aramayo (un cheval), Juan de Junco (un cheval et une jument), Juan de Cáceres (deux chevaux et deux juments), Carlos de Guevara (un cheval et une jument), Gutierre Laso de la Vega (un cheval et une jument) et Pedro Vallejo (un cheval).

117 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 45.

118 Voir chapitre II, p. 80 et suiv.

119 « Socorro pedido por los conquistadores estantes en Buenos Aires en Abril de 1539 », in Emilio Coni, Agricultura...., p. 103-109.

120 Juan Bautista Rivarola Paoli, La economía..., p. 291.

121 « Capitulación otorgada a Alvar Núñez Cabeza de Vaca..., 18-03-1540 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 363.

122 « Real Cédula a Alvar Núñez Cabeza de Vaca dándole licencia para que pueda pasar 30 caballos y 20 yeguas, Madrid, 23-06-1540 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 145 r° (im. 305).

123 « Real Cédula a Martín de Orúe dándole licencia para que pueda pasar dos caballos al Río de la Plata, 16-03-1540 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 124 r° (im. 261) ; « Real Cédula a Don Francisco de Mendoza dándole licencia para que pueda pasar al Río de la Plata un caballo y una yegua, 08-07-1540 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 148 v° (im. 312).

124 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 156.

125 « Inventario de Juan de Nava (1550) », A.N.A., T.C., vol. 912, doc. 1 ; « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88 ; « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 547-565 ; « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109 ; « Testamento de Bartolomé de Miño (1559) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 30 ; « Testamento de Álvaro Villalobos (1562) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5 » ; « Testamento de Francisco Álvarez Gaytán (1562) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2 ; « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40 ; « Testamento de Diego Sánchez de Espinosa (1567) », A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 23 ; « Testamento de Alonso Rodríguez de Azuaga (1570) », A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6 ; « Testamento de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; « Testamento de Juan Rute (1572) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 28 ; « Testamento de Antonio González Pérez (1573) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5 ; « Testamento de Juan de San Juan (1573) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 9 ; « Inventario de Luis Alegre (1574) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17 ; « Testamento de Maese Bernal (1574) », A.N.A., N.E., vol. 312, doc. 131.

126 « Testamento de Hernando de Sosa (1580) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 11 ; « Testamento de María de Luján (1580) », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1 ; « Inventario de Jorge Fabiano (1586) », A.N.A., T.C., vol. 845, doc. 2 ; « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Testamento de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Testamento de Álvaro de Meira (1590) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3 ; « Testamento de Juan Delgado (1595) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5 ; « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4 ; « Testamento de Jusepe de Évora (1597) », A.N.A., N.E., vol. 356, f° 16.

127 « Testamento de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; « Testamento de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1. Dans le premier de ces documents, le nombre de chevaux appartenant au défunt est illisible ; le second est trop vague pour pouvoir en tirer une quelconque conclusion (« yten que el rremanente de mis yeguas [mando] se de a guerfanas al parecer de mis testamentarios para su dote y cassamyento »).

128 « Testamento de Gil García (1577) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 3 ; « Inventario de Francisca Lucena (1580) », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1 ; « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10 ; « Testamento de Bartolomé de la Marilla (1590) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 68-69.

129 « Testamento de Antonio de la Trinidad (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7 ; « Inventario de Andrés de Espinosa (1581) », A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 51 ; « Testamento de Lucía Cabrera (1586) », A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8 ; « Inventario de Francisco de Espínola (15[8]6) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68 ; « Testamento de Arnao Esterlin (1591) », A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2 ; « Testamento de Galiano de Meira (1593) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3 ; « Testamento de Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596) », A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1 ; « Codicilo de Gaspar González (1598) », A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37.

130 « Testamento de Arnao Esterlin (1591) », A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2.

131 « Testamento de Bartolomé de la Marilla (1590) », A.N.A.,N.E., vol. 423, f° 68-69.

132 « Testamento de Juan Delgado (1595) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5.

133 « Testamento de Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596) », A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1.

134 « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

135 « Testamento de Francisco Álvarez Gaytán (1562) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2.

136 « Testamento de Juan Rute (1572) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 28 ; « Testamento de Antonio González Pérez (1573) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5.

137 « Testamento de Galiano de Meira (1593) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

138 « Testamento de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1.

139 « Codicilo de Gaspar González (1598) », A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37.

140 « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88.

141 « Testamento de Maese Bernal (1574) », A.N.A., N.E., vol. 312, doc. 131.

142 A.N.A., N.E., vol. 429, f° 21.

143 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 85-86.

144 Delfín Ugarte Centurión, Evolución histórica de la economía paraguaya, Asunción, Graphis, 1983, p. 54. La fanègue correspondait à cinquantecinq litres ; Hipólito Sánchez Quell, Estructura y función del Paraguay colonial, Asunción, Comuneros, 1995, p. 73.

145 Il s’agit du quintal castillan, qui correspondait à quarantesix kilogrammes (voir Delfín Ugarte Centurión, op. cit., p. 54).

146 Sorte de panier ou récipient indigène.

147 Il s’agit des documents suivants : « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3 ; « Testamento de Pedro Arias (1549) », in Arch. Nac., no 16/17, février 1902, p. 607-612 ; « Inventario de Hernando de Balbuena (1549) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633 ; « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125 ; « Testamento de Mateo Díaz (1553) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119 ; « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88 ; « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109 ; « Testamento de Gerónimo Garcete (1559) » A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 82 ; « Testamento de Juan Navarro (1562) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40 ; « Testamento de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; « Testamento de Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596) », A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1.

148 « Testamento de Mateo Díaz (1553) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119.

149 Antonio Ruiz de Montoya, La conquista espiritual del Paraguay hecha por los religiosos de la Compañía de Jesús en las provincias de Paraguay, Paraná, Uruguay y Tape, Asunción, El Lector, 1996, p. 48.

150 Petits pains à base de farine de manioc, de beurre et de fromage.

151 Sorte de gratin élaboré à partir de farine de maïs, de fromage et d’oignons.

152 Voir « Carta del capitan Martin de Orue para S. M. dandole cuenta del estado de la tierra : Asumpcion 14 Abril 1573 », in Blas Garay, Colección de documentos relativos a la Historia de América y particularmente a la Historia del Paraguay, Asunción, 1899-1901, vol. I, p. 159-166.

153 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.

154 « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109.

155 « Testamento de Juan Navarro (1562) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40.

156 « Inventario de María de Luján (1580) », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1.

157 « Inventario de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7.

158 « Inventario de Antonio de la Trinidad (1583) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7.

159 « Testamento de Francisca Giménez (1592) », A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3.

160 « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 647-648.

161 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

162 « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.

163 « Inventario de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6.

164 « Almoneda de los bienes de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Almoneda de los bienes de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.

165 Le tereré est un maté préparé avec de l’eau glacée.

166 « Carta del capitan Martin de Orue para S. M. dandole cuenta del estado de la tierra : Asumpcion 14 Abril 1573 », in Blas Garay, op. cit., vol. I, p. 164. Il s’agit vraisemblablement des marais salants de Lambaré.

167 « Inventario de Hernando de Balbuena (1549) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633 ; « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109 ; « Testamento de Francisco Álvarez Gaytán (1562) », A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2 ; « Testamento de Juan Navarro (1562) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40 ; « Inventario de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14 ; « Inventario de Hernando de Sosa (1580) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 11 ; « Inventario de Rodrigo de Herrera de Soto (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.

168 Soit environ 2,3 litres (un celemin = 4,6 litres).

169 Soit 46 kilogrammes.

170 Soit 222 litres.

171 Soit 83,25 litres (un almud = 27,75 litres).

172 Soit 111 litres.

173 Soit 23 kilogrammes environ (une arroba = 25 livres ; une livre = 460,08 grammes).

174 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 65.

175 « Almoneda de los bienes de Luis, indio (1545) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 113 ; « Testamento de Pedro de Esquivel (1547) », A.N.A., T.C., vol. 577, doc. 1 ; « Inventario de Hernando de Balbuena (1549) », in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633 ; « Sucesión de Pedro Montañés (1550) », in Arch. Nac., no 8, février 1901, p. 273-279 ; « Almoneda de los bienes de Martín Pérez de Sanbitores (1555) » ; A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125 ; « Codicilo de Francisco de Paredes (1556) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 88 ; « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Testamento de Juan Navarro (1562) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40 ; « Almoneda de los bienes de Diego Vedaño (1566) », A.N.A., N.E., vol. 322, doc. 40 ; « Inventario de Pedro de Mesa, 1570 », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14 ; « Inventario de Francisca Lucena (1580) », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1 ; « Inventario de Hernando de Sosa (1580) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 11 ; « Inventario de María de Luján (1580) », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1 ; « Inventario de Andrés de Espinosa (1581) », A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 51 ; « Inventario de Francisco de Espínola (1586) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68 ; « Inventario de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Inventario de Álvaro de Meira (1590) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

176 Il s’agit des documents concernant l’Indien Luis, Pedro de Esquivel, Hernando de Balbuena, Francisco de Paredes, Andrés de Figueroa, Juan Navarro, Diego Vedaño, Pedro de Mesa, Francisca Lucena, Hernando de Sosa, María de Luján, Andrés de Espinosa, Francisco de Espínola, Alonso Domínguez et Álvaro de Meira. Cf. références ci-avant.

177 « Sucesión de Pedro Montañés (1550), déclaratoria de heredero », in Arch. Nac., no 8, février 1901, p. 273-279 ; « Almoneda de los bienes de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125 ; « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92.

178 « Inventario de Francisco Vázquez (1547) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 3. En 1573, Martín de Orúe décrit la garabatá en ces termes : « [es] como cañamo y tan bueno a lo que dizen para hazer jarcia, cables y estopa » (« Carta del capitan Martin de Orue para S. M. dandole cuenta del estado de la tierra : Asumpcion 14 Abril 1573 », in Blas Garay, op. cit., vol. I, p. 164).

179 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125 ; « Inventario de Diego López de Orgaz (1554) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 20 ; « Inventario de Andrés de Figueroa (1557) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92 ; « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5 ; « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A.,N.E., vol. 319, doc. 109 ; « Inventario de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14 ; « Inventario de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6 ; « Inventario de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 ; « Testamento de Diego Trigueros (1589) », A.N.A., T.C., vol. 751, doc. 7 ; « Inventario de Álvaro de Meira (1590) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

180 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

181 « Testamento de Diego Trigueros (1589) », A.N.A., T.C., vol. 751, doc. 7.

182 Voir plus loin, p. 395 et suiv.

183 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 75.

184 « Inventario de don Pedro de Mendoza (1542) », in Arch. Nac., no 4, décembre 1900, p. 131-136.

185 « Relación de Domingo Martínez de Irala (1541) », in Ricardo de Lafuente Machaín, El Gobernador..., p. 366.

186 « Inventario de Jorge Fabiano (1586) », A.N.A., T.C., vol. 845, doc. 2.

187 « Testamento de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17 ; « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4.

188 « Testamento de Francisca Giménez (1592) », A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3.

189 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 75.

190 « Inventario de un testamento anónimo (1540) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 84-91.

191 « Testamento de Martina de Espinosa (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78 ; « Testamento de Pedro Méndez (1551) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126 ; « Testamento de Francisco de Coimbra (1552) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113 ; « Testamento de Martín Pérez de Sanbitores (1553) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125 ; « Testamento de Mateo Díaz (1553) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119 ; « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 547-565 ; « Testamento de Pedro de Segura (1556) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 4.

192 « Testamento de Martina de Espinosa (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78. C’est nous qui soulignons.

193 Testament de Pedro Méndez : « mando que se diga e faga dezir por my anyma mys [ ?] e cabo de año diez mysas cantadas vigilia e Responsos ofrendando pan e vino e cera sy lo ubiere » ; Testament de Domingo Martínez de Irala : « el dia de mi enterramito cuerpo psente me digan y hagan dezir por mi anyma una misa de Reqyen cantada [...] y todas las misas cantadas y rrezadas q. aquel día se pudieran dezir [...] ofrendadas de pan y vino y çera si la oviere. »

194 « Inventario de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

195 « Carta del capitan Martin de Orue para S. M.... 14 Abril 1573 », in Blas Garay, op. cit., vol. I, p. 163. Une arrobe (liquide) était équivalente à 16, 13 litres.

196 « Testamento de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17; « Testamento de Diego Trigueros (1589) », A.N.A., T.C., vol. 751, doc. 7; « Testamento de Elvira de Piña (1593) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 8; « Inventario de Lázaro López (1597) », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 2; « Codicilo de Gaspar González (1598) », A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37.

197 « Codicilo de Gaspar González (1598) », A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37.

198 « Testamento de Antonio de la Trinidad (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7 ; « Testamento de María de Luján (1580) », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1 ; « Inventario de Andrés de Espinosa (1581) », A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 51 ; « Testamento de Elvira Guerrera (1583) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1 ; « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10 ; « Inventario de Francisco de Espínola (15[8]6) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68; « Inventario de Jorge Fabiano (1586) », A.N.A., T.C., vol. 845, doc. 2 ; « Testamento de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Codicilo de Francisca Cabrera (1591) », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6 ; « Testamento de Arnao Esterlin (1591) », A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2 ; « Testamento de Francisca Giménez (1592) », A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3.

199 « Inventario de María Villafaña (1596) », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4.

200 Juan López de Velasco, « Demarcación y división de las Indias », 1571-1574, in D.I.A.G.I., vol. XV, p. 525.

201 Fulgencio R. Moreno, La ciudad de la Asunción, Asunción, Casa AméricaMoreno Hermanos, 1968, p. 117.

202 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 76. Voir aussi Fulgencio R. Moreno, op. cit., p. 118, Magnus Mörner, Actividades políticas y económicas de los Jesuitas en el Río de la Plata, Buenos Aires, 1985, p. 24 et Juan Carlos Garavaglia, Mercado interno y economía colonial, MéxicoBarcelona, Grijalbo, 1983, p. 235-236.

203 « Testamento de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.

204 Juan Carlos Garavaglia, Mercado interno..., p. 234.

205 Juan Bautista Rivarola Paoli, La economía..., p. 316.

206 Certains auteurs, tels que Juan Bautista Rivarola Paoli, Hipólito Sánchez Quell ou Fulgencio R. Moreno le nomment Diego Martínez. Nous pensons pour notre part, ainsi qu’Osvaldo Chaves ou Agustín Zapata Gollán, que Martínez se prénommait bien Domingo, d’une part parce que c’est le prénom figurant dans les Cartas de Indias, publiées à Madrid en 1877, d’autre part parce que dans le testament qu’il rédige en 1586 (A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17), Géronimo Martínez déclare être le fils naturel de Domingo Martínez, devenu prêtre. En outre, dans l’inventaire dudit Gerónimo, figurent de nombreux outils servant à la confection d’hameçons, de couteaux et autres objets métalliques, ce qui semble confirmer l’identité — et le prénom — de Domingo Martínez.

207 « Carta de Domingo Martínez al Emperador Don Carlos..., 1556 », in Cartas de Indias, p. 623-624.

208 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 75.

209 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador Don Cárlos... (1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 140.

210 « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

211 « Inventario de Baltasar de Herrera (1558) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 109.

212 Hipólito Sánchez Quell, op. cit., p. 76.

213 « Inventario de Francisco de Espínola (15[8]6) », A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68 « Testamento de Alonso Domínguez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2 ; « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10.

214 « Testamento de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10.

215 « Testamento de Álvaro de Meira (1590) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

216 « Testamento de María de Luján (1580) », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1.

217 « Inventario de Isabel Pérez (1587) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2.

218 « Testamento de Jusepe de Évora (1597) », A.N.A., N.E., vol. 356, f° 16 « Codicilo de Gaspar González (1598) », A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37.

219 « Testamento de Pedro López de Gamarra (1582) », A.N.A., N.E., vol. 318, doc. 1.

220 « Testamento de Diego Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37 « Testamento de Rodrigo de Herrera de Escobedo (1591) », A.N.A., T.C., vol. 643, doc. 16.

221 Juan Carlos Garavaglia, Mercado interno..., p. 237-238.

222 Juan Carlos Garavaglia, Mercado interno..., p. 65-97.

223 Manuel Díaz & Marta Pinilla : « Navegación fluvial en el Río de la Plata », in Puertos y fortificaciones de América y Filipinas (seminario), Séville, Bibliothèque de l’A.G.I., doc. non daté, p. 153-170.

224 « Inventario de Andrés de Solazaval (1571) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 10.

225 « Inventario de Alonso Pérez (1572) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6, f° 2 ; « Inventario de Luis Alegre (1574) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 17.

226 « Testamento de Diego Castañeda (1582) », A.N.A., N.E., vol. 348, f° 25-37.

227 Ramón Indalecio Cardozo, op. cit., p. 131-132.

228 « Inventario de don Pedro de Mendoza que fueron entregados a Gregorio de Leyes, Tenedor de Bienes de Difuntos (1537) », in Arch. Nac., n° 4, décembre 1900, p. 131-136.

229 « Carta de Domingo Martínez al Emperador... (1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, n° 140.

230 « Almoneda de los bienes de Luis, indio y criado de Ruy García (1545) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 113.

231 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 154.

232 « Ordenanza de Juan de Salazar, 10 de enero de 1544 », in Arch. Nac., n° 10, Asunción, mars 1901, p. 370-371.

233 « Ordenanza de Domingo Martínez de Irala, 29 de agosto de 1544 », in Arch. Nac., n° 11, Asunción, avril 1901, p. 419-420.

234 « Sobre desaparición de un clavo de la Cruz de la hermita de Nuestra Señora de la Vega (1544) », in Arch. Nac., no 11, avril 1901, p. 392-393.

235 Voir chapitre IV, p. 264.

236 Le premier est cité dans le testament de Martín Pérez de Sanbitores, rédigé en 1555 (A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125) ; le second rédigea son testament en 1572 (A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 6).

237 « Inventario de Pedro Fernández de la Rotela (1583) », A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10.

238 « Inventario de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17.

239 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 119.

240 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 75.

241 « Carta de Domingo de Yrala a S.M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, op. cit., 1906, vol. II, p. 389.

242 « Relación general hecha por Alvar Núñez Cabeza de Vaca », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, op. cit., 1906, vol. II, p. 38-39.

243 Ibid., p. 43.

244 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 214.

245 Jerry W. Cooney, Economía y sociedad en la Intendencia del Paraguay, Asunción, Centro Paraguayo de Estudios Sociológicos, 1990, p. 93-122.

246 Voir chapitre VII, p. 417 et suiv.

247 Il s’agit des inventaires d’Andrés de Figueroa (1557), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 92, Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5, Antonio de la Trinidad (1580), A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7, María de Luján (1580), A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1, Jorge Fabiano (1586), A.N.A., T.C., vol. 845, doc. 2, Francisco de Espínola (1586), A.N.A., N.E., vol. 302, f° 66-68, Francisca Cabrera (1591), A.N.A., N.E., vol. 423, doc. 6 et María de Heredia (1594), A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1.

248 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

249 « Inventario de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.

250 Voir chapitre IV, p. 264.

251 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 225.

252 Antonio Ruiz de Montoya, op. cit., p. 49.

253 « Carta del 15 de junio de 1594 », A.G.I., Gobierno, Charcas 38, f° s/n.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search