Version classiqueVersion mobile

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

Deuxième partie. Formation d’une société métisse

Chapitre V. Le métissage biologique au Paraguay du XVIe siècle

Texte intégral

1Dès leur arrivée dans la province, la plupart des conquistadores et colons du Paraguay reçurent plusieurs servantes indigènes qui s’installèrent sous le toit de leur maître. La promiscuité qui en découla favorisa les rapports intimes entre Européens et Indiennes. Bientôt, les maisons d’Asunción virent naître les premiers métis du Río de la Plata. L’arrivée de quelques femmes espagnoles permit un renouvellement de la population blanche, grâce à la naissance d’enfants créoles. Cependant, l’équilibre démographique entre Blancs et métis ne fut jamais rétabli en raison de la rareté des femmes blanches et de la polygamie des Espagnols n’ayant pu se marier avec une de leurs compatriotes. Métis et créoles étaient désignés sous l’appellation commune de mancebos de la tierra et étaient élevés par les mêmes servantes indigènes dans la maison de leur père, partageant ainsi les mêmes conditions de vie. Créoles et métis étaient le plus souvent considérés comme égaux par leurs pères et par la société. Plusieurs documents de l’époque montrent pourtant que tous les conquistadores ne partageaient pas ce point de vue.

V.1 Du « Paradis de Mahomet »

  • 1 Voir chapitre II, p. 93 et chapitre VI, p. 338.
  • 2 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires..., 1541 », in Alvar Nú (...)

2La fréquentation assidue des femmes indigènes par les conquistadores fut sans nul doute l’une des principales caractéristiques de la province du Paraguay tout au long du xvie siècle. Celle-ci débuta dès 1537, lorsque Juan de Salazar et ses hommes reçurent les premières femmes que les Carios de Lambaré leur offrirent en signe d’amitié1. Chaque alliance entre Espagnols et Guaranis se traduisit dès lors par le don de nouvelles femmes que les seconds faisaient aux premiers. En 1541, sept cents Indiennes vivaient ainsi dans les maisons des conquistadores2. Elles y furent bientôt rejointes par celles que les Espagnols prenaient de force dans les villages indigènes, lors des entradas et rancheadas organisées depuis Asunción. Une lettre du Père Martín González, datée de 1556, souligne la rapidité avec laquelle le nombre de ces Indiennes avait augmenté dans la capitale du Río de la Plata :

  • 3 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador Don Cárlos... (1556) », A.H.N., Section 12, Dive (...)

Querer dezir y anunciar por esta [carta] las yndias que se an traydo á esta çibdad, despues de la prision del gobernador Cabeça de Vaca, seria nuncha (sic) acabar ; pero paresçeme que serán casi çinquenta mill yndias, antes más que menos ; y aora al presente estarán entre los cristianos quinze mill, y todas las demas son muertas [...].
Ay cristianos que tienen á ochenta é á çien yndias, entre las quales no puede ser sin que aya madres y hijos, hermanas é primas3.

  • 4 Magnus Mörner, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971, p. 37.
  • 5 Ibid., p. 34.

3Les chiffres avancés par Martín González ne doivent pas être considérés comme des données statistiques fiables, comme l’a souligné l’historien Magnus Mörner4. Il n’en est pas moins vrai que la plupart des Européens vivaient entourés de plusieurs Indiennes — parfois plusieurs dizaines — qui s’occupaient principalement des tâches ménagères et de l’économie domestique (agriculture, tissage...). Une telle promiscuité favorisa les rapports charnels entre ces conquistadores et leurs servantes indigènes, qui répondaient de surcroît aux canons de beauté européens5. Dans ces conditions, le concubinage et la polygamie devinrent courants à Asunción. Dès son arrivée au Paraguay, en 1542, le gouverneur Alvar Núñez voulut empêcher ces pratiques :

  • 6 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General », op. cit., 1906, vol. II, p. 35.

[Los españoles] tenian aceso carnal con madre e hija, dos hermanas, tias e sobrinas y otras parientas, [...] e demas desto estaban amancebados cada uno con treynta y quarenta y cinquenta mugeres ; yo puse diligencia en apartarlos de tan grabe pecado y ofensa de Dios, y lo cometi a un clerigo que con los ynterpretes delante de escribano exsaminase los parentescos, y desta manera aparté e quité muchas mugeres, de que se agrabiaron y me tomaron entre sy grande odio6.

4Estimant que la conduite des Espagnols constituait une grave offense contre Dieu, le deuxième Adelantado tenta également de mettre fin aux viols et aux rapts que certains de ses compatriotes commettaient au sein même des communautés indigènes :

  • 7 Ibid., p. 37.

Un Bernaldo de Castañeda fue de noche a un lugar de yndios, dos leguas del pueblo, y entró dentro de una casa de un yndio e por fuerça se quiso echar con su muger estando el delante, y el yndio se me bino a querellar dello otro dia ; yo mandé a mi alcalde que hiziese justicia, el qual le condenó en cient açotes, que le fueron dados7.

5Les efforts d’Alvar Núñez pour remettre ses compatriotes dans le droit chemin se révélèrent peu fructueux. Les femmes espagnoles étaient extrêmement rares dans la province et la plupart des conquistadores étaient célibataires. Comment imaginer qu’ils renonceraient aussi facilement aux plaisirs de la chair et à la compagnie de femmes qui vivaient le plus souvent sous leur propre toit ! Le gouverneur ne pouvait pas non plus compter sur le soutien du clergé. Non seulement celui-ci était peu représenté, mais certains de ses membres vivaient également en situation de concubinage et de polygamie :

  • 8 Ibid., p. 39.

Ansimismo fray Bernaldo de Armenta, y fray Alonso, su compañero, en los secretos me querian muy mal e trataban de my daño e perjuicio porque les rreprehendia el mal exenplo que daban al pueblo al tener consygo dentro de su casa e monasterio mas cantidad de treynta muge-res, hijas de los naturales, moças de doze hasta beynte años, tan encerradas como sy fueran sus mugeres, y por celos que tubieron de un yndio principal que trujeron del rrio de Piquiri lo molieron a palos, e si no se soltara le querian cortar el miembro8.

6Toutes les catégories de la société coloniale paraguayenne semblent avoir été concernées par le concubinage et la polygamie. Quelques personnes condamnèrent toutefois ces pratiques en les comparant à celles des Musulmans, ennemis jurés de la chrétienté. En 1545, dans une lettre où il prenait la défense d’Alvar Núñez, Pedro de Fuentes s’exprima en ces termes :

  • 9 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Información hecha en Xerez..., 1545 (carta de Pedro de Fuentes) », o (...)

La causa de su prision [de Alvar Núñez] fue porque les reprehendia [a los españoles] sus viçios e pecados, que son tantos que eçeden a la seta de Mahoma, y desta manera que ay unos que tienen diez yndias, otros de a treynta, y algunos de a çinquenta, y todas las tienen como mugeres9.

7Dans un mémoire daté du 3 mars 1545, le Père Francisco González Paniagua dénonça pour sa part l’étalage que les Espagnols faisaient de leurs « harems » :

  • 10 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Bibliotec (...)

Es el otro segundo caso [en que han errado los españoles] muy en favor de Mahoma y su alcoran y avn me paresçe que vsan de mas libertades puese (sic) el otro no se estiende a mas de a siete mugeres y aca tienen algunos a setenta digo a vuestra señoria yllustrisima que pasa ansi quel cristiano questa contento con quatro yndias es por que no puede aver ocho y el que con ocho por que no puede aver diez y seys y ansi de aqui arriba de dos y de tres syno es alguno muy pobre no hay quien baje de çinco y de seys [...] y no piense vuestra señoria illustrisima que ansi liviana y secretamente se vsa el viçio entre ellos que desde el mayor al menor lo que peor suena es hazerlo en sus casas y publicarlo en las calles y piaças10.

  • 11 Lucía Gálvez, Mujeres de la conquista, Buenos Aires, Planeta, 1990, p. 27.
  • 12 « Relación de Gregorio de Acosta sobre el gobierno de las provincias del Río de la Plata, dirigida (...)

8Francisco González Paniagua craignait que le comportement des Espagnols, contraire aux préceptes de l’Église catholique, n’attire la colère divine sur cette province déjà pauvre et isolée des Indes Occidentales. Il importait donc de faire venir un grand nombre de femmes espagnoles, afin que les conquistadores du Río de la Plata pussent se marier et abandonner les pratiques du concubinage et de la polygamie. Les quelques dizaines de femmes qui arrivèrent avec les expéditions des Sanabria et de Juan Ortiz de Zárate ne suffirent pourtant pas à extirper ces mœurs « coraniques » du Paraguay. Le concubinage et la polygamie entre Européens et Indiennes perdurèrent dans la province tout au long du xvie siècle, essentiellement dans les régions d’Asunción et du Guairá11. Bientôt, de nombreux écrits qualifièrent la « Province Géante des Indes » de « Paradis de Mahomet » ou bien encore de « véritable Babylone12 ».

V.2 Des « enfants du pays »

  • 13 A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 128, f° 11 vo17 r°.
  • 14 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias..., p. 556.

9Étant donnée la quantité importante de concubines dont disposaient la plupart des conquistadores, de nombreux enfants ne tardèrent pas à voir le jour dans les provinces du Río de la Plata. Une liste des Européens encore vivants en 1556 évoque l’existence de trois mille enfants d’Espagnols, garçons et filles confondus, répartis à travers l’ensemble de la « Province Géante13 ». Vers 1570-1580, Juan López de Velasco a estimé le nombre de ces enfants à deux mille neuf cents rien que pour la ville d’Asunción14. Enfin, en 1589, le trésorier Hernando de Montalvo estima que près de 90 % de la population coloniale était constituée de personnes nées dans cette région de l’Amérique :

  • 15 « Carta de Hernando de Montalvo al Rey, 1589 », in Josefina Cruz, Cronistas de Indias, Buenos Aire (...)

Ay ya muy pocos de los viejos conquistadores la jente de manzevos ansy criollos como mestizos son muy muchos y cada día van’en mayor aumento ay de cinco partes las cuatro y media dellos avrá de oy en cuatro años casi mill manzevos nacidos en esta tierra15.

10Il est important de signaler qu’aucun de ces documents ne fait la distinction entre enfants créoles et métis. Ces deux catégories étaient d’ailleurs désignées sous l’appellation de mancebos de la tierra, comme le montre la citation de Montalvo. Cette expression s’appliquait aussi bien aux enfants créoles, nés légitimement de père et de mère espagnols, qu’aux enfants métis, légitimés ou non par leurs pères européens.

  • 16 1 Nous écrivons « au moins deux cent quaranteneuf enfants » car trois documents ne précisent pas l (...)
  • 17 Voir tableau 3 p. 292.
  • 18 Parmi les testaments que nous avons consultés, la seule exception à cette règle est le Portugais V (...)

11Les dossiers testamentaires consultés à Asunción, nous ont permis d’identifier quatre-vingt-onze vecinos paraguayens ayant eu un total d’au moins deux cent quarante-neuf enfants16, ce qui représente une moyenne d’environ 2,7 enfants par foyer. Le tableau que nous avons réalisé à partir de ces documents nous permet de voir comment se répartissaient ces enfants17. Sur deux cent quarante-neuf mancebos de la tierra, cent dix-sept étaient des enfants légitimes, nés de couples de colons mariés, tandis que quatre-vingt-quatorze étaient des enfants naturels, nés de l’union des conquistadores et colons avec une ou plusieurs de leurs servantes indigènes. Quant aux trente-huit autres enfants, les documents consultés n’indiquent pas s’ils étaient légitimes ou non. Il est toutefois probable que ces derniers — ou du moins la plupart d’entre eux — aient été des enfants naturels : lorsqu’ils évoquaient leurs enfants légitimes, les testateurs veillaient systématiquement à préciser le nom de leur épouse, en insistant bien sur le fait qu’ils étaient légalement unis par les liens sacrés du mariage18. En ce qui concerne les enfants illégitimes, on indiquait dans le meilleur des cas le prénom de la mère, la plupart des testaments se contentant d’indiquer que ces enfants avaient été conçus avec une servante indigène. De même, un testateur né légitimement de parents mariés précisait généralement l’identité de ses deux parents, les autres n’indiquant que le nom de leur père. Il est donc vraisemblable que les trente-huit enfants dont nous ne connaissons pas les mères aient été des enfants naturels. Cela dit, en l’absence de toute autre preuve écrite, la plus grande réserve s’impose sur ce point.

V.3 Du nombre de créoles et de métis

  • 19 Voir note 1 page ci-contre.

12Les deux cent quarante-neuf mancebos de la tierra que nous avons recensés tout au long du xvie siècle se répartissent donc de la façon suivante : 47 % d’entre eux étaient des enfants créoles et légitimes, 37,8 % des enfants métis et illégitimes et 15,2 % des enfants dont nous ne connaissons pas l’ascendance exacte. En admettant que ces derniers étaient également des enfants naturels, le pourcentage d’enfants illégitimes serait de 53 % et donc supérieur à celui des enfants légitimes. Cette dernière hypothèse nous semble tout à fait plausible et ce pour deux raisons principales : d’une part, parce que le nombre de femmes espagnoles en âge de se marier et de procréer était nettement inférieur à celui des servantes indigènes vivant sous le toit des conquistadores ; d’autre part, parce que tous les enfants illégitimes n’étaient pas forcément mentionnés dans le testament de leur père, qui ignorait parfois le nombre exact de ses enfants naturels19. Cette dernière remarque vaut à plus forte raison dans le cas d’enfants illégitimes recensés dans des testaments rédigés par des femmes, celles-ci n’évoquant que rarement la descendance naturelle de leur époux. Cela signifie-t-il qu’au xvie siècle les métis furent sensiblement plus nombreux que les créoles dans la province du Paraguay ? Une lettre écrite par Alonso Riquelme en 1545 semble apporter une réponse affirmative à cette question :

  • 20 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Información hecha en Xerez..., 1545 (carta de Alonso Riquelme) », op (...)

[Los guaranies] sirbennos como esclavos y nos dan sus hijas para que nos sirvan’en casa y en el campo, de las quales e de nosotros ay mas de quatroçientos mestizos entre varones y hembras, porque vea vuestra merced si somos buenos pobladores, lo que no conquistadores20.

Tableau 3. — Liste des « enfants du pays » recensés dans les testaments

Tableau 3. — Liste des « enfants du pays » recensés dans les testaments

FL : Fils légitimes FL2 : Filles légitimes IL : Indéfinis légitimes FN : Fils naturels FN2 : Filles naturelles IN : Indéfinis naturels I : Indéfinis

Liste des « enfants du pays » recensés dans les testaments (suite)

Liste des « enfants du pays » recensés dans les testaments (suite)

FL : Fils légitimes FL2 : Filles légitimes IL : Indéfinis légitimes FN : Fils naturels FN2 : Filles naturelles IN : Indéfinis naturels I : Indéfinis

Liste des « enfants du pays » recensés dans les testaments (suite)

Liste des « enfants du pays » recensés dans les testaments (suite)

FL : Fils légitimes FL2 : Filles légitimes IL : Indéfinis légitimes FN : Fils naturels FN2 : Filles naturelles IN : Indéfinis naturels I : Indéfinis

  • 21 Voir chapitre IV, p. 273 et suiv.
  • 22 En 1541, il y avait déjà quelque sept cents Indiennes au service des Espagnols d’Asunción. Voir ci (...)

13Rappelons qu’à cette date, il n’y avait au Paraguay que quelques centaines de conquistadores et une petite dizaine de femmes blanches21, tandis que le nombre de servantes indigènes devait être proche du millier22. Dans ces conditions, il est logique que le nombre d’enfants métis fût largement supérieur à celui des créoles. Malgré l’arrivée de plusieurs contingents de femmes blanches au cours des décennies qui suivirent, celles-ci ne dépassèrent jamais en nombre les servantes indigènes qui vivaient en concubinage avec les colons européens. Il semble donc peu probable que le rapport entre enfants créoles et métis se soit équilibré dans la seconde moitié du xvie siècle.

  • 23 « Testamento de Galiano de Meira(1593) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

14Comme dans l’ensemble des provinces des Indes Occidentales, les Européens du Paraguay ne se marièrent qu’exceptionnellement avec leurs servantes indigènes. La seule exception que nous ayons répertoriée pourrait être celle de Galiano de Meira, qui déclara dans son testament avoir épousé la mère de son fils Alvaro23. Ce dernier étant mentionné en tant qu’enfant naturel, on peut supposer que sa mère était indienne.

  • 24 Voir Magnus Mörner, op. cit., p. 70.
  • 25 Hildegard Krüger, « Función y estructura social del cabildo colonial de Asunción », in La Revista (...)
  • 26 Thomas Gomez et Itamar Olivares, La formation de l’Amérique hispanique, Paris, Armand Colin, 1993, (...)
  • 27 Ibid., p. 158.

15Dans ces conditions, nous pouvons admettre que la plupart des enfants légitimes étaient de race blanche, tandis que les enfants illégitimes étaient des métis, ces deux derniers termes étant souvent considérés comme synonymes dans les colonies hispano-américaines24. Les pourcentages énoncés ci-dessus indiquent donc qu’il existait à Asunción un équilibre numérique relatif entre créoles et métis, malgré une légère supériorité du nombre de ces derniers. En revanche, si l’on tient compte du fait que de nombreux colons se marièrent avec des femmes métisses, filles de « vieux conquistadores » et de leurs servantes indigènes25, le nombre d’enfants créoles devrait logiquement être revu à la baisse. Les choses ne sont malheureusement pas aussi simples car le terme de « créole » peut être interprété de différentes manières. Dans la vice-royauté du Pérou, le créole était l’enfant né de père et de mère espagnole, le fils d’une métisse et d’un Espagnol étant un cuatralvo26. L’accent qui était mis sur le quart de sang indigène du cuatralvo indique bien que celui-ci était considéré comme métis. Cela dit, le terme de « créole » était parfois appliqué aux enfants nés d’un Blanc et d’une métisse27. Le nombre de créoles paraguayens variera donc suivant que l’on adopte l’un ou l’autre de ces points de vue. Pour des raisons pratiques, nous nommerons « définition 1 » celle qui désigne sous le nom de cuatralvo l’enfant d’un Espagnol et d’une métisse et « définition 2 » celle qui considère ce même enfant comme un créole.

  • 28 Il s’agit des enfants d’Hernando Cabrera, Jorge Fabiano, Bartolomé de Orúe et Gaspar Romero, dont (...)

16Une étude plus détaillée des origines des enfants légitimes s’impose si nous voulons déterminer le pourcentage de créoles et de métis nés au Paraguay au cours du xvie siècle. La société hispanique étant organisée de façon patrilinéaire, nous ne nous sommes intéressée qu’aux enfants légitimes dont nous connaissions l’origine du père. C’est pourquoi, faute d’information précise, nous avons éliminé d’emblée une douzaine d’enfants sur les cent seize recensés28. Notre étude quantitative sur les enfants créoles du Paraguay portera donc exclusivement sur les cent quatre autres enfants légitimes connus.

  • 29 Il s’agit des enfants légitimes d’Antón Cabrera, Francisco de Coimbra, Ruy Díaz Melgarejo, Cristób (...)
  • 30 « Testamento de Elvira de Piña (1593) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 8.
  • 31 « Testamento de Rodrigo García Mosquera (1555) »A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 2.
  • 32 Thomas Gomez et Itamar Olivares, op. cit., p. 154-160.

17D’après le tableau 3 p. 292, seuls vingt-trois enfants semblent être nés de père et de mère de race blanche et avoir été de véritables créoles29. Parmi eux, on trouve dix-neuf enfants faisant partie de la première génération de créoles paraguayens, leurs parents étant tous deux Espagnols. En ce qui concerne les cinq autres enfants, tous descendants de Cristóbal Gallego et de son épouse Elvira de Piña, leur cas est plus complexe : si leur père était incontestablement espagnol, leur mère semble avoir eu des origines indigènes : Elvira de Piña était en effet la fille du conquistador Diego de Piña et de María Mosquera30, elle-même fille de Rodrigo García Mosquera et de mère inconnue31 et probablement indienne. Par conséquent, on peut supposer que les enfants de Cristóbal Gallego avaient un huitième de sang indigène, ce qui n’en fait pas de véritables créoles d’un point de vue génétique. Cependant, dans la pratique, les individus ayant une si faible proportion de sang indigène étaient le plus souvent considérés comme Blancs32. Les enfants de Cristóbal Gallego et d’Elvira de Piña peuvent ainsi être considérés comme créoles, quelle que fût l’origine de leur arrière-grand-mère. Parmi les enfants légitimes nés au Paraguay au cours du xvie siècle, on trouve donc 22,1 % de créoles, c est-à-dire des individus ayant au moins sept huitièmes de sang européen.

  • 33 Il s’agit des enfants légitimes de Diego de la Calzada, Juan Delgado, Juan de Fustes, Diego de Ley (...)
  • 34 Il s’agit des enfants légitimes de Ruy Díaz Mosquera, Alonso Domínguez, Antonio de Ébora, Francisc (...)

18En admettant que les créoles pouvaient également être issus de l’union d’un Blanc et d’une métisse, nous pouvons ajouter aux vingt-trois « vrais » créoles cités ci-dessus quatorze autres enfants dont le père était espagnol ou créole et la mère métisse33. De même, nous pouvons considérer comme créoles cinquante-neuf autres enfants dont le père était européen, mais dont nous ignorons les origines de la mère34, car le fait que celle-ci ait été européenne, créole ou métisse ne change rien au statut de leur progéniture. La proportion d’enfants créoles passe ainsi de 22,1 % à 92,3 % du total d’enfants légitimes.

  • 35 Il s’agit des enfants légitimes de Baltasar de Almada, Josep Dorantes, Pedro Guerra, Gerónimo Mart (...)

19Il nous reste à évoquer le cas des neuf enfants légitimes (soit 8,7 % des individus étudiés) nés de père métis35. Nous ne connaissons la filiation maternelle que d’un seul de ces neuf enfants : il s’agit du fils de José Dorantes et de son épouse Apolonia Mosquera, elle-même fille de Ruy Díaz Mosquera, espagnol, et de María Baitos, dont nous ignorons l’origine. Le statut de cet enfant dépend donc de celui de sa grand-mère : si cette dernière était de race blanche, sa fille serait une « vraie » créole et son petit-fils n’aurait alors qu’un quart de sang indigène. Il peut donc être considéré donc comme cuatralvo ou comme créole selon que nous adoptions la première ou la seconde définition du terme « créole ». En revanche, si María Baitos était une métisse, son petit-fils aurait plus du tiers de sang indigène et ne pourrait en aucun cas être considéré comme créole. En ce qui concerne les huit autres enfants, deux hypothèses sont envisageables : soit leur mère était métisse et donc ces enfants l’étaient également ; soit leur mère était européenne ou créole, auquel cas ces enfants étaient des cuatralvos d’après la « définition 1 » et des créoles d’après la « définition 2 ». Nous sommes pour notre part tentée de considérer ces huit enfants comme des métis, et ce pour trois raisons essentielles. Tout d’abord, le Paraguay dépendant de la vice-royauté du Pérou, il serait naturel que la province ait adopté la « définition 1 » du terme « créole ». Par ailleurs, étant donné le faible nombre de femmes blanches au Paraguay tout au long du xvie siècle et la facilité avec laquelle celles-ci trouvaient à se marier, il était rare qu’une femme d’origine européenne préférât s’unir à un métis plutôt qu’à un autre Européen ou créole. Le mariage d’Apolonia Mosquera — dans l’hypothèse où celle-ci serait créole — pourrait s’expliquer par le fait que José Dorantes’était le fils de Pedro Dorantes, vieux conquistador et Officier de la Couronne, ce qui en faisait un « notable » au sein de la société paraguayenne de l’époque. Comme les cinq autres métis concernés ici ne descendent pas de conquistadores illustres, il nous semble peu probable qu’ils aient été mariés à des femmes blanches. Enfin, dans une société patrilinéaire telle que l’était le Paraguay colonial, il était plus facile de reconnaître comme créole le fils d’un Blanc et d’une métisse que le contraire. Ainsi, quelle que fût l’origine des mères de ces huit enfants, nous pensons qu’ils furent considérés comme des métis et non comme des créoles.

20Il est difficile de déterminer avec certitude quelle était la proportion d’enfants créoles et métis du Paraguay au xvie siècle. Si tous les enfants illégitimes — à l’exception du fils mulâtre de Juan González — semblent avoir été des métis, la situation est beaucoup plus complexe en ce qui concerne les enfants légitimes : non seulement les informations dont nous disposons sont souvent incomplètes, mais les conclusions varient suivant le point de vue adopté. En reprenant les différentes hypothèses évoquées ci-avant, nous en arrivons aux conclusions suivantes : sur les deux cent trente-sept enfants dont nous connaissons l’origine paternelle, cent trente-deux étaient indiscutablement des métis. En ce qui concerne les cent quatre autres enfants, il y aurait eu vingt-trois créoles et quatre-vingt-deux métis si nous optons pour la « définition 1 » du terme « créole », alors que d’après la « définition 2 », tous ces enfants auraient été créoles. Les « enfants du pays » se seraient donc répartis de la façon suivante : 90,3 % de métis contre 9,7 % de créoles — ou considérés comme tels — d’après la « définition 1 » et 55,7 % de métis contre 44,3 % de créoles d’après la « définition 2 ».

Fig. 2. — Répartition des mancebos de la tierra (hypothèses 1 et 2)

21Suivant les critères de la « définition 2 », il y aurait donc eu un équilibre relatif entre mancebos créoles et métis. En revanche, d’après la « définition 1 », le nombre de métis aurait été très largement supérieur à celui des créoles. Sans pouvoir affirmer que plus de 90 % des « enfants du pays » étaient des métis, nous pensons que le pourcentage obtenu en adoptant la première définition est le plus plausible en ce qui concerne le Paraguay du xvie siècle. Tout d’abord, il ne faut pas oublier que les testateurs ne reconnaissaient pas toujours la totalité de leurs enfants illégitimes. Ensuite, même s’il pouvait être considéré comme créole, un cuatralvo n’en restait pas moins génétiquement métis. Dès le xvie siècle, ces derniers étaient donc largement majoritaires au sein de la population coloniale du Paraguay.

V.4 De la réputation des « enfants du pays »

  • 36 Magnus Mörner, op. cit., p. 17.
  • 37 Ángel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, Buenos Aires, Nova, 1954, vol. I (...)
  • 38 « Testamento de Martín González (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 80.

22Les enfants nés au Paraguay étaient désignés, nous l’avons vu, sous l’appellation commune de mancebos de la tierra. Cela signifie-t-il que créoles et métis étaient considérés comme égaux, indépendamment de la « qualité » de leur naissance ? Magnus Mörner a écrit que « la naissance illégitime flétrit d’innombrables individus d’ascendance métissée, qui devinrent ainsi des marginaux36 ». Comment la société paraguayenne du xvie siècle considérait-elle ses métis ? Les avis des colons à propos des métis furent des plus partagés. Parmi les plus farouches adversaires des métis, Ángel Rosenblat et Efraím Cardozo citent le Père Martín González37. Ce prêtre, arrivé à Asunción en compagnie de Cabeza de Vaca, craignait tout particulièrement que les métis ne tuent leurs pères espagnols et se soulèvent contre les autorités coloniales et métropolitaines en compagnie des indigènes. Il avait pourtant eu plusieurs enfants avec ses servantes indigènes, même s’il ne le reconnut jamais ouvertement38. Martín González ne fut pas le seul à critiquer ouvertement les métis. Gregorio de Acosta, ancien compagnon de Pedro de Mendoza, les décrivit comme de dangereux délinquants qui menaçaient l’ordre public :

  • 39 « Relación de Gregorio de Acosta sobre el gobierno de las provincias del Río de la Plata, dirigida (...)

Los delitos que hacen muchos destos mestizos [...] son tantos y tan feos que tengo vergüenza de escribirlos a vuestra Magestad por no ofender la recta justicia de Castilla. Roban á quien quieren, y difaman á quien quieren ; y quando acaece que prenden á uno, por una puerta entra en la cárcel y por otra le sueltan ; sacan las doncellas de casa de sus padres y llévanlas por los campos á desflorarlas y deshonrarlas y á cabo de tres días las vuelven en casa de sus padres, amenazándoles que no las castiguen por ello39.

23Comme Martín González et Gregorio de Acosta, de nombreux « vieux » conquistadores entretenaient un certain mépris à l’encontre des métis. Ces préjugés raciaux étaient courants au sein des populations espagnoles de l’époque, comme l’a affirmé l’historien José Luis Mora Mérida :

  • 40 José Luis Mora Mérida, Historia social del Paraguay, 1600-1650, Séville, C.S.I.C., 1973, p. 296.

En su mentalidad no entraba, por principio y hablando en líneas generales, el que el hijo de español e india pudiese tener la misma capacidad intelectual y moral que el que fuese hijo de españoles. La aceptación de la capacidad e idoneidad moral y psicológica del indio ya hacía tiempo que había sido aceptada por los poderes públicos hispanos y la élite intelectual, pero no creemos que a fines del siglo xvi fuese del dominio público40.

24Les métis souffraient d’un double stigmate : celui de leur naissance illégitime et celui de leur sang indigène. En outre, les métis étant largement majoritaires au Paraguay, les « vieux » conquistadores craignaient sans doute que les « sang-mêlé » ne prennent le pouvoir dans la province.

  • 41 « Relación verdadera del viaje que hizo Francisco Ortiz de Vergara del Río de la Plata al Perú, en (...)
  • 42 « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador. (...)

25Tous les Espagnols d’Asunción ne partageaient pourtant pas le point de vue de González et d’Acosta. Lors de son voyage au Pérou, en 1564, Francisco Ortiz de Vergara fut impressionné par le courage et la loyauté des métis qui l’avaient accompagné : « son tan hombres de bien en aquellas Prouinçias que no conuiene llamarles mestizos sino del nombre de que ellos se preçian que es montañeses41. » Le choix du terme montañés, qui désignait d’ordinaire les personnes originaires des monts cantabriques, souligne la volonté des métis paraguayens d’être assimilés au groupe dominant, blanc et espagnol. Cette assimilation se fit parfois à l’initiative des parents d’enfants métis. Le gouverneur Irala, par exemple, attribua le titre de doña à ses six filles et veilla à ce que la plupart d’entre elles soient mariées à des capitaines renommés de la conquête42. D’autres conquistadores demandèrent l’autorisation de transmettre leur encomienda à leurs enfants illégitimes :

  • 43 « Carta de Domingo Martínez al Emperador... (1556) », in Cartas de Indias, p. 624.

Á Vuestra Catholica Magestad suplico, commo (sic) humillde vasallo y servidor que me tengo y soy, que Vuestra Magestad tenga por bien de me hazer merçed y graçia de vnos yndios quel governador Domingo de Yrala, en nombre de Vuestra Catholica Magestad, me a dado y encomendado, para que me sirvan commo á los demas, que Vuestra Sacra Magestad tenga por bien que sean para mis hijos naturales, y si no obiere lugar, por no ser ligitimos, y porque no venga la tierra en poder de mestizos y naturales, por las razones que á Vuestra Sacra Magestad le constan, sea para que se puedan traspasar y encabeçonar en vn chris-tiano que quiera casar con alguna de las hijas que en esta tierra tengo43.

  • 44 Magnus Mörner, op. cit., p. 56.

26La requête de Domingo Martínez illustre la confusion qui régnait dans l’esprit des colons d’Asunción. Pour éviter que la terre ne tombât aux mains des métis, l’homonyme d’Irala demandait à ce que son encomienda fût cédée à ses enfants naturels et donc... métis ! Toutefois, cet encomendero envisageait un refus royal en raison du statut illégitime de ses héritiers. Il était donc conscient que ses descendants ne pouvaient pas, en principe, bénéficier des mêmes droits que les enfants légitimes — et créoles — des autres conquistadores : en 1549, un décret avait en effet interdit aux métis, mulâtres et autres enfants illégitimes de bénéficier d’une encomienda44.

  • 45 « Testamento de Ana Rodríguez (1583) », A.N.A., T.C., vol. 710, doc. 2.

27Nous ignorons ce qu’il advint de l’encomienda de Domingo Martínez. Nous savons en revanche que plusieurs métis purent hériter de celle de leur père. En 1583, la métisse Ana Rodríguez déclara posséder « çiertas yanaconas yndias que yo tengo en my encomyenda e herençia de mi padre45 ». Non seulement les enfants illégitimes et métis pouvaient recevoir une encomienda en héritage, mais cela était possible y compris lorsque ces enfants étaient des femmes. En accordant une encomienda à une femme métisse, la loi castillane était doublement enfreinte par les autorités coloniales du Paraguay. Contrairement à certains « vieux » conquistadores, celles-ci ne se préoccupèrent pas beaucoup des « stigmates » portés par les enfants illégitimes et métis qui peuplaient les rues d’Asunción. Ce qui les inquiétait, en revanche, c’était le nombre de plus en plus élevé des mancebos de la tierra, que ceux-ci fussent créoles ou métis. En témoigne la lettre déjà citée du trésorier Hernando de Montalvo :

  • 46 « Carta de Hernando de Montalvo al Rey, 1589 », in Josefina Cruz, op. cit., p. 93.

Ay ya muy pocos de los viejos conquistadores la jente de manzevos ansy criollos como mestizos son muy muchos y cada día van’en mayor aumento [...] son amigos de cosas nuevas, vánse cada dias (sic) mas desvergonzando con sus maiores tienenlos y an tenido en poco46.

  • 47 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 295-296.
  • 48 Voir chapitre III, p. 218 et suiv.

28Ce que craignait Montalvo, à l’instar d’autres fonctionnaires coloniaux de la fin du xvie siècle47, c’était la disparition progressive des Espagnols de souche dans les provinces du Río de la Plata. La prédominance de ces « enfants du pays », créoles et métis, et le peu de respect qu’ils manifestaient à l’égard de leurs pères était perçu comme un danger potentiel contre les autorités coloniales et métropolitaines et donc comme une menace contre l’ordre établi. Le soulèvement des mancebos de48 semble indiquer que les craintes des autorités coloniales n’étaient pas totalement infondées.

29L’image que se faisait la société coloniale des métis paraguayens est donc extrêmement mitigée : stigmatisés par certains « vieux » conquistadores en raison de leurs origines illégitimes et impures, encensés par d’autres en vertu de leur courage. L’administration les associait volontiers à leurs frères créoles et voyait en eux un danger contre lequel il fallait réagir en envoyant de nouveaux pobladores depuis la péninsule. Leurs parents, lorsqu’ils avaient un certain pouvoir économique ou politique, cherchaient à les intégrer au groupe des encomenderos et à la classe dominante, afin que leur double flétrissure s’effaçât au fil des générations. Mais tous les conquistadores et colons n’avaient pas d’encomienda à transmettre à leurs enfants. Tous n’étaient pas non plus ni capitaines, ni membres du cabildo. Comment les vecinos anonymes considéraient-ils leurs enfants naturels ? Les traitaient-ils comme leurs enfants légitimes ou faisaient-ils une nette différence entre leurs enfants créoles et métis ? Une analyse des dispositions testamentaires prises par les conquistadores et colons vis-à-vis de leur descendance, comparant les héritages reçus pas les mancebos métis et créoles, devrait nous permettre de répondre à ces interrogations.

V.5 De l’héritage des mancebos

  • 49 Il s’agit des testaments suivants : Melchor Prado (1540), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4, Francisc (...)
  • 50 Il s’agit des testaments suivants : Juan de San Juan (1573), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 9, Herna (...)
  • 51 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1552), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113, (...)
  • 52 Il s’agit des testaments de María de Luján (1580), A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1, Apolonia Mosque (...)
  • 53 « Testamento de Inés de Medrano (1566) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 13.

30Parmi les cent cinquante et un dossiers testamentaires que nous avons consultés, nous n’avons retenu ici que cinquante-deux testaments, les autres documents ne nous fournissant aucun renseignement sur l’héritage reçu par les enfants légitimes ou naturels du défunt. Quarante-six de ces testaments ont été établis par des hommes et se répartissent de la façon suivante : vingt-six ont été rédigés par des conquistadores ou colons n’ayant eu que des enfants naturels49 ; onze l’ont été par des hommes n’ayant eu que des enfants légitimes50 ; neuf autres évoquent à la fois l’existence d’enfants naturels et légitimes51. Les six derniers testaments ont quant à eux été établis par des femmes, ce qui explique que la plupart (cinq sur six) ne mentionnent que des enfants légitimes52. La seule exception est le testament d’Inés de Medrano (1566), qui évoque à la fois ses enfants légitimes et les enfants naturels de son défunt mari, Pedro de Zayas53.

  • 54 Voir annexe B, p. 505 à p. 513.

31Afin d’analyser plus facilement ces cinquante-deux testaments, nous les avons regroupés sous forme de tableau que nous présentons en annexe54. Ce tableau permet de visualiser rapidement si les testateurs paraguayens eurent davantage d’enfants légitimes ou naturels. De plus, il permet de comparer plus facilement les héritages reçus par chaque catégorie d’héritiers (légitimes et illégitimes). Enfin, nous avons classé ces testaments par ordre chronologique, dans le but de voir s’il y avait eu ou non une évolution des pratiques testamentaires tout au long du xvie siècle. Nos premières observations seront donc d’ordre quantitatif et évolutif.

  • 55 Il nous est impossible de calculer le nombre exact d’enfants concernés par ces testaments car nous (...)

32Seize des documents retenus ne concernent que des enfants légitimes, vingt-six concernent exclusivement des enfants naturels et dix concernent à la fois des enfants légitimes et naturels. Cela représente un total d’au moins cent soixante-six héritiers55, parmi lesquels figurent quatre-vingt-trois enfants légitimes et au moins quatre-vingt-trois enfants naturels.

  • 56 L’année 1575 peut être considérée comme une année charnière car elle correspond à l’arrivée à Asun (...)

33Du point de vue chronologique, on constate que sur quatre-vingt-trois enfants légitimes recensés, seize (soit 19,3 %) sont cités dans des testaments rédigés avant 1575, tandis que soixante-sept (soit 80,7 %) le sont dans des testaments rédigés à partir de cette date ; à l’inverse, sur quatre-vingt-trois enfants naturels identifiés, cinquante-sept (soit 68,7 %) figurent dans des testaments antérieurs à 1575 et vingt-six (soit 31,3 %) dans des testaments rédigés par la suite56. Plusieurs hypothèses nous permettent d’expliquer cette évolution numérique. Tout d’abord, le nombre de femmes espagnoles, créoles ou assimilées augmentant d’année en année, les mariages entre Blancs et assimilés furent de plus en plus fréquents à mesure qu’on avançait dans le siècle. Il est donc naturel que les naissances d’enfants légitimes aient été plus nombreuses. Parallèlement, la chute démographique de la population indigène entraîna la diminution de la taille des encomiendas et du nombre de servantes vivant ou travaillant chez les conquistadores. Par conséquent, le nombre de naissances d’enfants naturels et métis baissa de façon significative. De même, les colons ayant de plus en plus d’héritiers légitimes, il est possible que les enfants naturels aient été de moins en moins souvent mentionnés dans le testament de leur père. Cependant, notre tableau montre qu’on ne peut pas encore parler d’un véritable désaveu des métis de la part de leurs géniteurs, près du tiers des enfants reconnus à partir de 1575 étant des enfants illégitimes.

34Il nous reste maintenant à déterminer si les conquistadores et colons considéraient ou non leurs descendants naturels, et donc métis, comme les égaux de leurs enfants légitimes, créoles ou assimilés. Pour cela, il convient d’étudier en premier lieu les testaments ne concernant que des enfants légitimes. Nous obtiendrons ainsi une sorte de « modèle » de ce qui se pratiquait en matière de succession au xvie siècle. Nous aborderons ensuite les testaments ne concernant que des enfants illégitimes et rédigés par des personnes n’ayant pas à « choisir » entre deux types de descendance. Cela nous permettra de voir si cette catégorie de testaments s’écarte ou non du modèle obtenu au préalable. Pour finir, nous analyserons les testaments où figurent conjointement des héritiers légitimes et naturels. La confrontation des legs reçus par les uns et les autres nous permettra de déterminer s’il existait ou non une sorte de « ségrégation testamentaire » en fonction des origines ethniques des héritiers.

V.5.1 Héritage des enfants légitimes

  • 57 Il s’agit des testaments suivants : Juan de San Juan (1573), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 9, María (...)

35La plupart des seize testaments concernant uniquement des enfants légitimes désignèrent ces derniers comme héritiers légitimes ou universels de l’ensemble des biens de leur défunt parent, après paiement des dettes de celui-ci et règlement des autres dispositions testamentaires (messes, dons à des confréries religieuses ou caritatives, etc.)57. Lorsque le testateur avait plusieurs enfants légitimes, ceux-ci devaient généralement se répartir l’héritage à parts égales.

  • 58 Il s’agit des testaments suivants : Juan de Fustes (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23, Pedro (...)
  • 59 « Testamento de Pedro López de Gamarra (1582) », A.N.A., N.E., vol. 318, doc. 1.

36Seuls cinq testaments ne suivent pas exactement ce modèle58. L’un d’entre eux est celui de Pedro López de Gamarra, qui désigna conjointement son épouse et sa fille légitime comme héritières universelles de tous ses biens59. Les quatre autres testaments sont ceux de Juan de Fustes, Bartolomé de la Marilla, Francisca Giménez et Elvira de Piña, qui privilégient les héritières du défunt par rapport à leurs frères. Les avantages dont jouissait ainsi la descendance féminine des défunts étaient conçus comme une dot permettant aux jeunes filles de faire un bon mariage et de mieux subvenir à leurs besoins. Il n’est donc pas surprenant que deux des quatre testaments cités aient été rédigés par des femmes. Certains pères de famille suivirent cependant la même démarche, comme le montre le testament de Juan de Fustes :

  • 60 « Testamento de Juan de Fustes (1572) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23.

Mando de mejora a Luçia de Valderrama my hija legitima para ayuda a su casamyento la mitad de la casa en que yo bivo la parte que ella quisiere y la tierra que uve de Calabres y dos vacas la dicha tierra partida el pantano arriba lo qual se de demas de la parte que a de aver ygualmente con sus hermanos de la demas hazienda que quedare. [...]
Y cumplido y pagado de todo lo suso dicho lo demas que rrestare de los bienes que yo e y tengo y me pertenescieren qualquier manera mando que lo ayan y hereden Pedro Sanchez y la dicha Luçia de Valderrama y Juan y Francisco mis hijos legitimos e de la dicha Veatriz Ramirez my muger ygualmente tanto al uno como a otro porque desde luego los dexo e ynstituyo por tales mis herederos en aquella via y forma que de derecho mejor aya lugar e dexo y encargo a los dichos mis hijos y sus bienes y haziendas al dicho Pero (sic) Sanchez my hijo porque como tal hermano lo tenga y solicite y benefiçie hasta casar la dicha su hermana y hermanos y en todo les sea hermano y verdadero padre como yo lo confio del60.

37Ainsi, Juan de Fustes avantagea sa fille Lucía en lui réservant la moitié de sa maison, deux vaches et le trousseau de sa mère, le reste des biens du défunt devant être partagé équitablement entre Lucía et ses trois frères. Signalons par ailleurs que Juan de Fustes confia à son fils aîné, Pedro Sánchez, la garde et la gestion du patrimoine de ses deux frères et de sa sœur.

38Tous les testateurs ne précisaient pas le détail des biens devant constituer la dot de leurs héritières. La plupart se contentaient d’indiquer qu’ils souhaitaient que leur fille reçoive une part plus importante d’héritage que ses frères. À titre d’exemple, citons le testament de Bartolomé de la Marilla, qui avantagea sa fille Ana par rapport à ses frères Juan et Bartolomé :

  • 61 « Testamento de Bartolomé de la Marilla (1590) », A.N.A.,N.E., vol. 423, f° 68-69.

Y cunplido y pagado este mi testamento que dicho es los bienes que rres-taren y quedaren ansi muebles como rrayçes y semovientes derechos y açiones quiero y es mi boluntad que la dicha Ana de la Amarilla mi hija sea mejorada en el tercio y quinto de todos mis bienes conforme a derecho atento a que es mujer y es justo que las donçellas sean mejoradas y preferidas en todo y por todo61.

39Cette pratique avantageuse pour les héritières resta malgré tout minoritaire au xvie siècle, du moins lorsque les testaments concernaient exclusivement des enfants légitimes : près des deux tiers des testateurs souhaitèrent simplement que leurs biens fussent partagés équitablement parmi l’ensemble de leurs héritiers. Une certaine homogénéité apparaît donc dans cette première catégorie de testaments. Notre premier élément de comparaison consistera à vérifier si cette homogénéité se retrouve dans les testaments des parents d’enfants naturels uniquement.

V.5.2 Héritage des enfants naturels

  • 62 Il s’agit des testaments suivants : Juan de Samaniego (1547), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 65, Ger (...)
  • 63 « Testamento de Pedro Méndez (1551) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126.

40Sur les vingt-six testaments de cette deuxième catégorie, huit choisissent de léguer les biens du défunt à l’ensemble de ses héritiers, ces derniers devant se partager l’héritage à parts égales62. Deux autres testaments sont comparables à ceux ne concernant que des enfants légitimes. Il s’agit des testaments de Pedro Méndez (1551) et de Pedro de Mesa (1570), qui privilégient tous deux leurs héritières par rapport aux frères de celles-ci. Le premier lègue la moitié de ses biens à sa fille Isabel, tandis que ses deux fils, Juan et Pedro, doivent se partager l’autre moitié63 ; le second privilégie également sa fille, María, mais uniquement en ce qui concerne les biens qu’il possède en Espagne :

  • 64 « Testamento de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.

Y cumplido y pagado todo lo suso dicho lo demas que rrestare de qua-les quier bienes que yo aya y tenga y me pertenezca asy en esta dicha [provincia] como en los rreynos de Castilla mando que lo ayan y ere-den [Marco] y Simon y Maria mis hijos naturales y de criadas mias [de manera que] lo que tuuiere en esta tierra lo ayan ygualmente y de lo de España dos terzios aya la dicha Maria y el otro terzio los dichos Marco y [Simon]64.

  • 65 « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador. (...)

41À ces dix exemples, nous pouvons ajouter celui de Domingo Martínez de Irala (1556). Ce dernier exclut en effet de son testament quatre de ses filles (Ginebra, Marina, Isabel et Ursula), en précisant que celles-ci avaient déjà reçu leur part d’héritage sous forme de dot. Par ailleurs, Irala réserve un sixième de ses biens à Alejandro, fils naturel du conquistador Hans Bunberke, dont Irala était l’héritier universel. Ses cinq autres enfants naturels (Diego, Antonio, Martín, Ana et María) se partagent à parts égales le reste des biens du premier gouverneur du Río de la Plata65. On obtient ainsi un total de onze testaments sur vingt-six qui adoptent le « modèle » consistant à léguer la totalité des biens à l’ensemble des héritiers, afin que ces derniers se les partagent de façon à peu près équitable.

  • 66 Il s’agit des testaments suivants : Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, do (...)

42Parmi les quinze testaments restants, six ne s’écartent que légèrement de ce « modèle » : les testateurs y lèguent effectivement tous leurs biens à leurs héritiers, mais pas de façon globale et indéterminée66. Par exemple, le testament d’Antonio González Pérez (1573) précise la nature des biens que le défunt souhaitait laisser à son fils unique, naturel et métis :

  • 67 « Testamento de Antonio González Pérez (1573) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5.

Y cunplido y pagado todo lo suso dicho lo demas que rrestare de los dichos mis bienes y hazienda que yo aya y tenga [...] mando a Bartolome my hijo e de una criada mya que dios me a dado en esta tierra al qual desde luego rreconozco por tal mi hijo una espada larga y un arcabuz con todo su adereço y una celada de hierro y una lança con su hierro y una silla gineta con sus estribos despaña y borlas y otros adereços de la silla y un freno y unas espuelas largas y una yegua alezana y un potro alezano de tres años y quatro cabras las dos pequeñas [...] y dos ovejas parideras y las casas de my morada y una rroça con todo lo perteneçiente a ella [...] y quatro cuñas de rroçar y una hacha pequeña una açuela y todos libros (sic) de molde que yo depare y unas oras de rrezar y veynte varas de lienço lo qual todo que dicho es mando se de a mi hijo por ayuda y su sustentacion y alimentacion asi por le tener y dexar por tal como dicho tengo como por el seruicio que de su madre e rrece[bido] e dexo e nonbro por tutor y curador de los dichos [bienes] a Juan Vizcaino mi yerno67.

43La désignation d’un tuteur pour gérer les biens de Bartolomé nous indique que celui-ci devait être très jeune au moment où son père rédigea son testament. Par ailleurs, il importe de remarquer que ledit tuteur n’était autre que le gendre du défunt. Cela signifie donc qu’Antonio González Pérez avait — ou avait eu — une fille, non mentionnée dans le testament mais qui avait probablement reçu sa part d’héritage sous forme de dot. En donnant une liste détaillée des biens qu’il lègue à son fils naturel, le testateur cherchait peut-être à protéger les intérêts de ce dernier, en évitant tout litige à propos de l’héritage, ainsi que tout risque de spoliation de la part du tuteur.

  • 68 « Testamento de Juan Rute (1572) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 28.
  • 69 « Testamento de Juan Navarro (1562) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40.

44Certains parents léguant la totalité de leurs biens à l’ensemble de leurs héritiers choisirent cependant d’avantager l’un d’entre eux. Il s’agissait parfois de constituer une dot pour une des filles du défunt. C’est le cas de Juan Rute — qui avait trois filles et deux fils, tous naturels — et dont le testament (1572) est largement favorable à sa fille Juana. Celle-ci reçut en effet la maison que son père possédait à Asunción, ainsi que la moitié d’une ferme se trouvant en dehors de la ville. Cet héritage fut en outre augmenté par une dot constituée d’une arquebuse et d’une épée. À titre de comparaison, Domingo ne reçut qu’une moitié de ferme, tandis que Miguel hérita d’une arquebuse, d’une épée, d’un cheval et de son harnais, ainsi que du prix tiré de la vente d’une arbalète. Enfin, Ana et Luna, les deux autres filles de Juan Rute, durent se partager le reste des biens de leur père avec leurs deux frères et leur sœur68. De la même manière, Juan Navarro (1562) ne légua qu’une jument et trois chèvres à son fils Francisco, tandis que sa fille María reçut le reste des biens du défunt sous forme de dot69.

45Plusieurs testateurs privilégièrent au contraire certains de leurs fils, comme le montre le testament de Juan de Salazar de Espinosa (1557) : celui-ci désigna pour héritiers universels son épouse Isabel de Contreras ainsi que ses trois fils naturels, Hipólito, Agustín et Juan, en précisant qu’Isabel de Contreras recevrait la moitié de tous les biens du défunt et que ses trois fils devraient se partager la seconde moitié. Par ailleurs, Juan de Salazar avait au préalable réservé certains biens précis pour chacun de ses quatre héritiers :

  • 70 « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

Mando a Ypolito de Salazar my hijo natural y mayor por los buenos y agradables serviçios que me a fecho y haze y por el amor que le tengo por especial y particular manda o mejoria demas y allende de los bienes y hazienda y de la herençia de mys bienes le pertenesçieren como adelelante (sic) sera declarado : un esclavo negro que yo tengo en esta çibdad que se llama Francisco y un caballo castaño escuro (sic) que al presente tengo ensillado y enfrenado y con dos pares de ryendas y dos de cabeçadas y dos de açiones y dos lanças con sus hierros y unas espuelas y una cuera de armas o escupil de algodon qual quysiere escoger y una cota de malla [Entre renglones : y una çelada de hierro y azero] y my espada y daga que trayo a la cintura y un sayo y manteo de paño pardo guarneçido de terçiopelo pardo y uno de dos bonetes de grana que yo tengo qual el quisiere y un sonbrero pequeño y una gorra negra buena porque asy es my voluntad de se lo dexar e mandar y mejorar como por la presente mejoro en todo ello demas de la dicha herençia. Y en la propia forma e manera dexo e mando a Agustin de Salazar my segundo hijo demas de la parte de su herençia una escopeta con todos sus aparejos que yo tengo y todo el plomo y polvora que huviere y el sonbrero o çelada de hierro qual dexare de tomar para sy el dicho Ypolito de Salazar y mas una espada y una gorra de terçiopelo.
Y otrosy en la propia via e forma mando y dexo a Jhoan de Salazar my hijo menor una vallesta con todos sus aparejos y aljaba que yo al presente tengo y otra verga de azero que ay para la propia vallesta y una espada corta de las viejas y un bonete de grana. Y al dicho Agustin de Salazar le mando asymysmo un sonbrero de fieltro grande que tengo. Y que entre todos tres mys hijos partan hermanablemente entre sy los libros de romançe y de mano de leturas que yo tengo, eçebto un Flos Santorum y las epistolas de Sant Geronimo que dexo señaladamente a doña Ysabel de Contreras my legitima muger para su consolaçion70.

  • 71 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 592.

46Juan de Salazar privilégia nettement son fils Hipólito par rapport à ses deux autres enfants naturels. Sans doute souhaitait-il le remercier pour les différents services que celui-ci lui avait rendus : Hipólito de Salazar avait participé à plusieurs expéditions de conquête et de peuplement71, ce qui avait dû forcer l’admiration et la reconnaissance de son illustre père.

47D’autres documents sont moins explicites quant aux motivations qui poussèrent les testateurs à privilégier l’un ou l’autre de leurs descendants. Citons, à titre d’exemple, le testament d’Alonso de Valenzuela (I575) :

  • 72 « Testamento de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7. C’est nous qui soul (...)

Mando se le de a Juan de Valençuela my hijo que esta en Guayra my arcabus con toda la muniçion que ubiere y my espada y por que le e mandado dar alla çierto lienço cumplir (sic) se lea a cinquenta varas
[...].
Y cumplido y pagado todo lo suso dicho lo demas que rrestare y [que yo] dexare en esta dicha zibdad asi casas tierras como todo lo demas que es myo propio y no de otra persona alguna mando lo ayan y ere-den Diego y Alonso mys hijos naturales que yo e abido en esta tierra en çiertas criadas myas para ayuda a su sustentaçion o alimento los quales dichos bienes les den y rrepartan los mys albaçeas ygualando disminuyendo o acrecentando a qual quyer de [los] dichos mys hijos su parte segun les pareçiere que convendra72.

  • 73 Au moment où Galiano de Meira rédigea son testament, son fils Álvaro était décédé. Toutefois, l’hé (...)
  • 74 « Testamento de Galiano de Meira (1593) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

48Nous le voyons, les biens que devaient se partager Diego et Alonso étaient bien plus nombreux que ceux destinés à leur frère Juan. Cela dit, il est intéressant de remarquer que le défunt laisse un totale liberté à ses exécuteurs testamentaires dans la distribution et la répartition de ses biens. S agissait-il pour lui de récompenser tel ou tel comportement de ses deux fils ? Se souciait-il d’avantager celui qui aurait le moins de biens et de revenus personnels ? Dans ce cas, pourquoi n’a-t-il pas intégré à son testament sa fille naturelle, Isabel, envoyée en Espagne pour vivre auprès des frères du défunt ? Que dire, alors, de l’attitude de Galiano de Meira, dont le testament (1593) favorisa trois de ses fils (Victor, Juan et, indirectement, Alvaro73) au détriment de son quatrième fils, Pedro, et de sa fille Isabel, sous prétexte que le défunt avait déjà dépensé de son vivant tout ce qu’il pouvait pour leur éducation74 ? Ici aussi, nous pouvons nous demander ce qui motiva le choix du testateur. Était-ce pour lui une façon de récompenser les services qu’il avait reçus de trois de ses fils ? Avait-il tout simplement aimé leurs mères davantage que celles de ses autres héritiers ? Cela n’est pas exclu dans le cas d’Álvaro, puisque le testateur déclara avoir épousé sa mère, mais qu’en est-il pour Victor et Juan ? Les documents dont nous disposons ne nous permettent malheureusement pas de répondre à ces questions d’ordre privé et affectif. Il n’en apparaît pas moins clairement que bon nombre de parents d’enfants illégitimes, tout en léguant la totalité de leurs biens à leurs héritiers, n’hésitèrent pas à marquer leur préférence vis-à-vis de l’un — ou plusieurs — de leurs descendants. Cette attitude les différencie donc des testateurs n’ayant eu que des enfants légitimes. Ces derniers, nous l’avons vu, recevaient en général la même part d’héritage, à l’exception de quelques jeunes filles qui furent avantagées par leur dot.

  • 75 Il s’agit des testaments suivants : Melchor Prado (1540), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4, Francisc (...)
  • 76 « Testamento de Melchor Prado (1540) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4 ; « Testamento de Francisco (...)

49D’autres conquistadores et colons parents d’enfants naturels seulement ne souhaitèrent pas léguer la totalité de leurs biens à leurs descendants. Nous avons recensé neuf testaments dans lesquels le testateur ne désigne pas ses enfants comme principaux héritiers75. Dans certains cas, cette décision ne semble pas avoir été délibérée : les testaments de Melchor Prado et de Francisco Gómez, ainsi que le codicille de Francisco de Almaraz semblent indiquer que ces derniers vivaient plus que modestement76. Étant donnés leurs faibles moyens économiques, ces trois hommes se soucièrent davantage de régler leurs dettes et de sauver leur âme que de l’héritage destiné à leurs enfants naturels. Ils se préoccupèrent néanmoins d’assurer leur avenir, comme le montre le testament de Melchor Prado :

  • 77 « Testamento de Melchor Prado (1540) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4.

Yten digo e declaro que yo tengo e Dios nuestro señor me ha dado en esta ciudad’un nyño mi hijo y de Maria mi criada de hedad de tres años poco mas o menos e por ser como es tal mi hijo deseo dexarle [el] rremedio que se rrequiere para que sea traido en nuestra santa fee catholica y en todas las buenas costumbres77.

  • 78 « Testamento de Martín González (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 80 ; « Testamento de Gonzal (...)

50Francisco de Almáraz se préoccupa lui aussi du bien être matériel et spirituel de ses trois enfants naturels, en demandant à Juan Navarro d’en être le tuteur et de s’occuper de leur instruction religieuse. Il pria également le gouverneur Irala de permettre aux quelques Indiennes qui étaient à son service de vivre sous le toit de son ami afin que celles-ci puissent prendre soin de ses enfants. Ce souci pour l’éducation des enfants naturels se retrouve également dans les testaments du Père Martín González et de Gonzalo de Peralta, tous deux rédigés en 154778. Ces deux hommes désignèrent leurs pères respectifs comme héritiers universels. Ils souhaitèrent toutefois léguer le reste de leurs biens à leurs enfants naturels, jusqu’à ce que ces derniers soient en âge de se rendre en Espagne pour y recevoir une bonne éducation. Par ailleurs, Martín González légua mille pesos à chacun de ses enfants, et Gonzalo de Peralta le tiers des richesses qu’il aurait pu trouver au Paraguay avant sa mort, les deux autres tiers devant être dépensés pour le salut de son âme et celle des défunts de sa famille.

51Le fait qu’un testateur ne lègue pas tous ses biens à ses enfants naturels ne signifie donc pas qu’il se désintéresse de leur avenir. Lorsqu’ils n’avaient pas beaucoup de biens, les conquistadores et colons privilégiaient souvent le salut de leur âme par rapport au bien-être matériel de leurs descendants illégitimes. Ce comportement est caractéristique d’une époque où l’idée de l’Enfer terrorisait tout un chacun. Les vecinos paraguayens cherchaient-ils à se racheter pour les péchés qu’ils avaient commis durant la conquête ? La crainte de l’Enfer cachait-elle un sentiment de culpabilité vis-à-vis des Indiens et de l’exploitation qui en était faite ? Était-ce le signe d’un sentiment de honte lié à la polygamie et au concubinage, si courants dans cette province du Nouveau Monde ? Essayait-on, en payant le plus de messes possibles, d’obtenir un pardon divin pour ces pratiques « coraniques » ou pour les crimes et abus commis envers les indigènes ? Même si ces questions doivent demeurer sans réponse, on peut admettre que des facteurs économiques et religieux incitèrent certains testateurs à ne pas léguer tous leurs biens à leurs enfants naturels, même lorsque ceux-ci étaient leur seule descendance.

  • 79 « Testamento de Cristóbal Valderrama (1547) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 9 ; « Testamento de Pe (...)
  • 80 « Yten declaro que yo tengo y dios nuestro señor me a dado un nyño my hijo y de Francisca my criad (...)
  • 81 « Testamento de Pedro Arias (1549) », in Arch. Nac., n° 16/17, Asunción, février 1902, p. 607-612.
  • 82 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

52Les facteurs économiques n’expliquent pas toujours les raisons pour lesquelles on ne léguait pas l’ensemble de son patrimoine à ses enfants naturels : les testaments de quatre conquistadores indiquent que ces derniers ne laissèrent qu’un petit héritage à leurs enfants illégitimes, alors que leur dossier testamentaire prouve qu’ils auraient pu se montrer bien plus généreux à leur égard79. Cristóbal Valderrama, propriétaire d’au moins une maison à Asunción, ne légua qu’une jument à Gaspar, son fils métis. Cet héritage était en outre virtuel car l’animal devait lui être remis par le capitaine Gonzalo de Mendoza, en vertu d’une dette contractée envers le défunt80. Valderrama ne semble donc pas s’être soucié du sort de son fils unique, ni des moyens dont celui-ci disposerait pour subvenir à ses besoins. Ce n’est pas le cas de Pedro Arias et de Martín Pérez de Sanbitores qui, sans se montrer extrêmement généreux vis-à-vis de leurs enfants naturels, se soucièrent davantage de leur devenir. Pedro Arias légua cinq esclaves indigènes à sa fille Margarita, alors que son testament montre qu’il possédait des terres cultivées dans les environs d’Asunción81. De même, Martín Pérez de Sanbitores laissa à sa fille Isabel l’ensemble des Indiens qui étaient à son service, ainsi qu’un demi-poulain, mais l’inventaire de ses biens montre qu’il possédait également une maison, des terres cultivées, des volailles et du bétail82. Arias et Sanbitores ne voulurent pas laisser leurs enfants naturels dans le plus grand dénuement. Les esclaves qu’ils leur léguaient pouvaient les servir, travailler pour eux ou être revendus. Leur valeur n’était donc pas négligeable. Toutefois, les deux hommes préférèrent consacrer la majeure partie de leurs biens au salut de leur âme, qu’ils désignèrent comme héritière légitime. La peur de l’Enfer semble donc l’avoir emporté sur l’amour filial. Gerónimo Méndez de Sotomayor se montra encore plus parcimonieux vis-à-vis de sa descendance illégitime, comme l’indique son testament, rédigé en 1596 :

  • 83 « Testamento de Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596) », A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1.

Yten dexo y reconosco por my hija que se llama Luzia que esta en casa de la muger de Lorenço Añes por descargo de my conçiençia una suerte de tierra que esta en Balsequillo [...] y mas seis vacas con sus crias83.

53Si l’on considère la pauvreté générale du Paraguay, cet héritage peut sembler conséquent. Mais le testateur était bien plus riche que la moyenne des colons d’Asunción : il possédait un troupeau de cent quarante bovins, ainsi qu’un troupeau de chevaux dont il ignore le nombre exact. Par ailleurs, il désigna pour héritières légitimes Marina de Peralta, son épouse, et Beatriz de Peralta, sa belle-sœur. Enfin, il réserva une douzaine de bovins pour payer les messes dites en sa mémoire et légua plusieurs bêtes à certains de ses proches. Lucía fut donc à peine mieux traitée que les amis du testateur. Le fait que la jeune métisse ne vécût pas chez son père explique peut-être la décision du défunt. Celle-ci était née d’une servante indigène vivant chez Lorenzo Yáñez et avait grandi loin des yeux de son père, qui ne manifesta pas d’attachement particulier à son égard.

54Les testaments des personnes n’ayant eu que des enfants naturels sont nettement moins homogènes que dans le cas de défunts n’ayant déclaré que des enfants légitimes. Si la plupart des testateurs décidèrent de léguer l’ensemble de leurs biens à leurs descendants naturels, beaucoup le firent en précisant la nature des biens à hériter, ce qui constitue une première divergence par rapport à la première catégorie de testaments étudiés. Il est possible que dans certains cas, cette précaution ait été une manière de protéger les enfants illégitimes, dont les droits en matière d’héritage pouvaient être remis en question en raison de leur statut de bâtards. Cela n’en illustre pas moins la différence qui pouvait être faite entre enfants légitimes et naturels. Les premiers héritaient naturellement de l’ensemble des biens de leurs parents après paiement des dispositions testamentaires, sans qu’il fût nécessaire de préciser la nature de ces biens. En revanche, les droits des seconds en matière d’héritage ne semblent pas avoir été acquis, puisque les testateurs se sentaient souvent obligés d’expliciter la liste des biens qu’ils léguaient à leurs enfants illégitimes.

55Dans le cas des descendances multiples, on remarque également que tous les enfants naturels ne recevaient pas systématiquement la même part d’héritage, les testaments favorisant parfois l’un ou l’autre des héritiers. Hormis le cas des jeunes filles ayant reçu une dot en plus de leur part d’héritage, ce cas de figure ne se rencontre pas dans les testaments ne concernant que des héritiers légitimes. Il est difficile de déterminer les raisons exactes qui poussèrent ces testateurs à privilégier l’un ou l’autre de leurs enfants. La volonté de récompenser un enfant ayant particulièrement bien servi ses parents ou un attachement particulier vis-à-vis d’une des servantes du testateur sont deux explications envisageables, mais ce ne sont probablement pas les seules. Quoi qu’il en soit, les enfants naturels et métis n’étaient pas automatiquement considérés comme égaux par leurs parents, contrairement aux descendants légitimes, dont l’égalité n’est remise en question par aucun des documents consultés.

56Plusieurs testaments montrent enfin que les enfants naturels n’étaient pas toujours les seuls héritiers des testateurs, ni même les principaux. Il n’est pas aisé, ici non plus, de connaître les motivations des personnes qui désignèrent leur âme, leur père ou un de leurs amis comme héritier universel. Ce type de comportement semble néanmoins confirmer qu’une certaine inégalité en matière de droit de succession a bel et bien existé entre enfants légitimes et naturels. Toutefois, avant de pouvoir parler de discrimination ethnique dans les testaments du xvie siècle, il nous faut étudier les dossiers des défunts ayant déclaré à la fois des enfants légitimes et naturels. Nous pourrons ainsi nous rendre compte si les parents faisaient ou non une véritable différence entre leurs descendants, selon qu’ils fussent légitimes et créoles ou bien naturels et métis.

V.5.3 Héritage des descendances « mixtes »

  • 84 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1552), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113, (...)
  • 85 « Testamento (2) de Pedro de Sandoval (1561) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 8.
  • 86 « Testamento (1) de Pedro de Sandoval (1554) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 146.

57Le tableau de l’annexe B, pages 505 à 5i3, montre que sur cinquante-deux testaments, dix correspondent à ce cas de figure84. Deux d’entre eux sont toutefois trop détériorés pour que nous puissions en tirer des conclusions fiables. Le premier est le testament de Pedro de Sandoval, rédigé en 156185. On peut y lire que le défunt reconnaît avoir eu trois enfants naturels, Diego, Catalina et un troisième enfant dont le prénom est illisible, tout comme les items concernant l’héritage de chacun. Le testateur déclare en outre que son épouse légitime attend un enfant qu’il désigne comme héritier universel. Cela ne veut toutefois pas dire que les enfants naturels du défunt aient été totalement privés d’héritage, d’autant que dans un premier testament, rédigé en 1554, Pedro de Sandoval nommait son fils Diego héritier légitime de tous ses biens86. Le second testament à ne pas avoir pu être pleinement exploité est celui de Juan Delgado, qui désigne ses enfants légitimes, Francisco et Francisca, comme héritiers universels afin qu’ils se partagent avec leur mère l’ensemble de ses biens après paiement des autres dispositions testamentaires. Juan Delgado mentionne également l’existence d’un enfant naturel prénommé Bernardo, mais l’item concernant son héritage est totalement illisible. Il nous est donc impossible de connaître la part d’héritage qui revint à cet enfant. En revanche, nous savons que le défunt légua un tiers de ses richesses à deux enfants qu’il avait recueillis et élevés :

  • 87 « Testamento de Juan Delgado (1595) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5.

Yten declaro a my puerta [roto] dos criaturas que he criado en my casa que se llaman Cristoval Gallego y Maria y por los auer criado y tenerles amor de hijos mando se les de por amor de Dios la tercia parte de todos mys bienes [...] para que lo partan entre los dos ygualmente87.

58Puisque Juan Delgado laissa un héritage aussi important à deux enfants qui n’étaient pas les siens, il n’est pas impossible que l’héritage de Bernardo fût lui aussi conséquent. Le mauvais état de conservation du document ne nous permet malheureusement pas d’être plus affirmative sur ce point.

  • 88 « Testamento de Alonso Rodríguez de Azuaga (1570) », A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6 ; « Testamento (...)
  • 89 « Testamento de Alonso Rodríguez de Azuaga (1570) », A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6.
  • 90 « Testamento de Diego de la Torre (1572) », A.N.A., N.E., vol. 421, f° 11-12.
  • 91 « Testamento de Cristóbal González (1590) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 9.

59Sur les huit documents restants, trois seulement marquent une nette différence entre enfants légitimes et naturels. Il s’agit des testaments d’Alonso Rodríguez de Azuaga, de Diego de la Torre et de Cristóbal González, qui désignèrent leurs enfants légitimes comme héritiers universels de tous leurs biens, sans rien léguer ou presque à leurs enfants naturels. Cela ne signifie pas que ces derniers soient totalement absents des testaments de leur père : Alonso Rodríguez de Azuaga et Diego de la Torre prirent en effet quelques dispositions à l’égard de leur descendance illégitime88. Le premier légua à sa fille María une Indienne qui était à son service89. Le second demanda à ce que ses deux filles, Francisca et Teresa, reçoivent au terme de dix ans une part du bénéfice tiré de la vente de certaines vaches lui appartenant. Il pria en outre sa veuve et ses enfants légitimes de considérer ces deux enfants naturelles comme leurs propres filles et sœurs90. Enfin, Cristóbal González ne légua aucun bien matériel à ses enfants naturels mais demanda à son épouse et ses enfants légitimes de veiller à ce que ses bâtards ne manquent de rien91.

  • 92 « Testamento de Inés de Medrano (1566) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 13.

60Les épouses légitimes s’occupaient souvent du bien-être et de l’éducation des enfants naturels de leur époux, comme le montre le testament d’Inés de Medrano, veuve de Pedro de Zayas92. Mère de deux enfants légitimes, Cristóbal et María, la défunte désigna cette dernière comme héritière universelle de tous ses biens. Cristóbal’avait déjà reçu en héritage les biens de son père, que la testatrice considéra suffisants pour subvenir à ses besoins. En ce qui concerne les enfants illégitimes de son défunt mari, Inés de Medrano demanda à ce qu’ils puissent continuer d’habiter dans les maisons ayant appartenu à leur père :

  • 93 Ibid., doc. 13.

Yten digo y declaro y es mi determinada boluntad que todos los hijos e hijas naturales del dicho Pedro de Çayas my marido esten juntos en las casas que fueron de su morada y se sustenten y alimenten de toda la hazienda hasta que Dios nuestro señor sea servido de darles rremedio93.

61Les enfants naturels auxquels se réfère Inés de Medrano n’étant pas les enfants de la testatrice mais ceux de son défunt mari, il semble naturel que la défunte ne leur lègue aucun héritage. Toutefois, la clause que nous venons de citer prouve que celle-ci « adopta » en quelque sorte la progéniture illégitime et métisse de son mari, comme s’il s’était agi des enfants d’une première épouse.

  • 94 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1552), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113, (...)

62Les quatre derniers testaments montrent que les conquistadores et colons ne faisaient pas toujours de différence entre leurs héritiers légitimes et naturels94. En 1552, Francisco de Coimbra confia ses deux enfants légitimes, Francisco et Juan, ainsi que sa fille illégitime, Clara María, à la tutelle de son ami Martín de Segovia, qu’il désigna comme héritier universel :

  • 95 « Testamento de Francisco de Coimbra (1552) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113.

E pagado e cumplido este dicho mi testamento en todo e por todo como en el se contiene que el remanente que quedare e fincare de todo e qua-les quier mis bienes muebles e rayzes e semovientes debdas e derechos e abciones e otros quales quiera que yo dexare en estas partes de las Yndias al tiempo de mi fallescimiento dexo e sustituyo (sic) por mi heredero universal en todo ello al dicho Martin de Segovia por la amistad que entre nos ay e confiança [que] del tengo [...] e otro si encargo que Francisco de Coymbra e Juan de Coymbra mis hijos e de Ynes de Villafranca e Clara Maria mi hija e de Margarida mi criada los crie sustente dotrine y enseñe e ponga en todos buenas costumbres e horden como a los suyos propios como del confio e me a prometido que yo como a suyos propios los hijos se los dexo y encargo95.

  • 96 « Testamento de Antonio de la Trinidad (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7.
  • 97 Cf. « T estamento de Ruy Díaz Melgarejo (1595) », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 135 (...)

63Francisco de Coimbra souhaitait que tous ses enfants soient élevés dans les mêmes conditions matérielles et morales, sans se soucier du statut et des origines de chacun. D’autres testaments montrent que les disparités entre descendants légitimes et naturels n’étaient pas la règle au Paraguay du xvie siècle. Dans le testament qu’il rédigea en 1580, Antonio de la Trinidad dota sa fille naturelle Teresa de la moitié de deux maisons et d’un terrain qu’il possédait à Tingay, légua à son âme le tiers des biens restant après paiement des dispositions testamentaires et demanda à ce que les deux autres tiers fussent partagés entre son fils légitime, Luis, et les enfants de Teresa, mariée à Nicolás de Villanueva96. Deux ans plus tard, il dicta un codicille dans lequel il ajoutait à cette liste d’héritiers la fille naturelle de son fils illégitime Agustín, qui était entré dans l’ordre des Dominicains. La jeune fille, prénommée Catalina, reçut également une partie du terrain de Tingay et le quart du bétail ayant appartenu à son grand-père. Ainsi, les trois enfants d’Antonio de la Trinidad reçurent sensiblement la même part d’héritage, mais les deux enfants illégitimes et métis en bénéficièrent de manière indirecte et au travers de leurs propres enfants. Ces derniers étaient soit légitimes, dans le cas de Teresa, soit naturels, dans celui d’Agustín. Étant donné qu’Agustín ne figure pas dans le testament mais dans le codicille, comme si son père l’avait « oublié », on pourrait penser qu’il y eut une sorte de discrimination entre les enfants du défunt en raison de leurs origines maternelles. Or, dans le manuscrit du testament, on remarque que le prénom d’Agustín a été remplacé par celui de Luis. Agustín’avait donc bien été inclus dans le testament de son père qui, du moins dans un premier temps, ne semble pas avoir fait de véritable distinction entre ses enfants naturels et légitimes. L’entrée d’Agustín dans les ordres et le vœu de pauvreté qui en découle motiva peut-être cette modification testamentaire. Antonio de la Trinidad privilégia en revanche certains de ses petits-enfants par rapport à d’autres. Dans une des clauses de son testament, le défunt légua une part d’héritage à deux autres de ses petites-filles, Francisca et María, dont les pères respectifs étaient Hernando Melgarejo et un dénommé Pancracio. Nous ignorons qui était ce dernier. En revanche, nous savons qu’Hernando Melgarejo était le fils naturel et métis de Ruy Díaz Melgarejo97. Le testament d’Antonio de la Trinidad ne mentionnant que sa fille Teresa de la Trinidad, mariée à Nicolás de Villanueva, on peut en déduire que Pancracio et Hernando Melgarejo eurent des enfants avec d’autres filles illégitimes d’Antonio de la Trinidad qui ne figurent pas dans son testament. Les raisons de cette exclusion nous sont inconnues. Si Hernando Melgarejo et Pancracio avaient été mariés aux filles d’Antonio de la Trinidad, la logique voudrait que ce dernier le mentionne dans son testament. Le silence qui est fait sur les mères de Francisca et María pourrait signifier que ces dernières furent conçues en dehors des liens sacrés du mariage. Les petites Francisca et María étaient donc métisses, comme les enfants de Teresa, mais aussi illégitimes, comme la fille d’Agustín. Or, si la paternité hors mariage était largement tolérée dans le Paraguay colonial, il était inacceptable qu’une femme ait des enfants en dehors des liens du mariage, ce qui explique l’exclusion des mères de Francisca et María du testament d’Antonio de la Trinidad, ainsi que la décision du testateur de réserver aux deux fillettes une part d’héritage moins importante qu’à ses autres petits-enfants. Le manque d’informations plus précises sur l’identité exacte des petites-filles d’Antonio de la Trinidad nous empêche une fois encore d’être totalement affirmative sur ce point. Toutefois, il semble que les « privilèges » que plusieurs conquistadores et colons accordèrent à certains de leurs descendants furent davantage motivés par des considérations morales et affectives qu’ethniques.

64Le testament de Gerónimo Martínez (1586) semble confirmer cette hypothèse. Au moment où il rédigea son testament, celui-ci déclara avoir eu deux enfants légitimes, Isabel et Juan, ainsi que deux filles naturelles, Ana et María. Selon les dernières volontés du défunt, les trois sœurs devaient se partager une maison et un enclos qui avaient appartenu à la première épouse du testateur, Elvira Martínez, mère d’Isabel.

  • 98 « Testamento de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17.
  • 99 « Yo Jeronimo Martinez hijo natural de Domingo Martinez que al presente es clerigo y bicario jener (...)

65De plus, cette dernière reçut un terrain qui avait également appartenu à sa mère et María fut dotée de quelques outils et d’un terrain situé dans la localité de Tacumbú. Quant à Juan, fils de Fabiana Martínez, deuxième épouse du défunt, il fut désigné héritier de tous les biens qui restèrent après paiement des dispositions testamentaires98. Juan, seul garçon du défunt et enfant légitime de surcroît, fut donc largement privilégié par rapport à ses demi-sœurs, que celles-ci fussent des enfants légitimes ou non. En ce qui concerne les trois filles de Gerónimo Martínez, force est de constater que la moins bien lotie fut la jeune Ana, fille métisse et naturelle du testateur. En revanche, il n’y eut pas de différence majeure entre les biens reçus par María, également métisse et illégitime, et ceux hérités par Isabel, fille légitime du défunt. Les choix de ce dernier au moment de rédiger son testament ne sont donc pas liés à des questions ethniques. L’attitude de Gerónimo Martínez est tout à fait logique puisqu’il était lui aussi un enfant métis et naturel99.

  • 100 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 409.

66Les dernières volontés de Ruy Díaz Melgarejo (1595) montrent également que la préférence que pouvait marquer un testateur à l’égard de l’un ou l’autre de ses enfants n’était pas forcément liée à ses origines maternelles. Dans son testament, le fondateur du Guairá déclare d’une part avoir eu trois enfants légitimes, Rodrigo, Isabel et Gabriel (« difunto »), qui ont reçu la part qui leur revenait du vivant de leur père. D’autre part, Ruy Díaz Melgarejo reconnaît être le père de deux enfants naturels, Francisco et Hernando, ce dernier étant mort au moment où son père rédige son testament100. S’il nous est impossible de comparer la quantité et la valeur des biens reçus par les enfants légitimes et naturels de Melgarejo (celui-ci ne détaille pas les donations qu’il a faites aux trois premiers), on remarque en revanche une nette différence entre l’héritage revenant à Francisco, toujours en vie, et celui revenant à Hernando, décédé, par le biais de ses filles :

  • 101 « Testamento de Ruy Díaz Melgarejo (1595) », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140.

Yten dexo y doi a mi hijo natural Francisco de Guzman por ser como es mi hijo y auerme seruido con el amor y voluntad que a mi su padre deuia y por auerme sido siempre mui obediente, le doi mi arcabuz con sus adereços y mi espada y daga y celada con buena y entera voluntad de que quisiera dejarle otra cosa de mas ymportancia por el amor que le he tenido. [...]
Yten declaro que yo he y tengo vna estancia de la otra vanda del rio el Touaty en la Assumpcion que tiene vna legua de tierra en quadra en la qual tengo mucha quantidad de ganado y porque mi hijo Hernando Melgarejo natural me las ayudo a lleuar y trauajo y hizo en ello todo lo que yo le mande y en lo demas me fue obediente por lo qual quiero y es mi voluntad que la dicha estancia y bacas que en ella huuiere y parecieren ser mias las ayan y hereden y partes por yguales partes (sic) Ysauel y Beatriz Melgarejo mis nietas hijas del dicho mi hijo Hernando Melgarejo101.

  • 102 Francisco de Guzmán devint prêtre à Santa Fe, puis à Concepción del Bermejo, mais nous ignorons la (...)

67Si l’on s’en tient aux déclarations du défunt, Francisco et Hernando firent tous deux preuve d’amour et d’obéissance vis-à-vis de leur père. Or, le premier ne reçut qu’un lot d’armes alors que les héritières du second se partagèrent une grande propriété agricole et de nombreuses vaches. La décision de Ruy Díaz Melgarejo s’explique sans doute par le fait que Francisco était encore jeune et célibataire102 et qu’il pouvait subvenir seul à ses besoins, tandis que les filles d’Hernando, orphelines de père, avaient davantage besoin d’une aide financière et d’une dot pour survivre et faire un mariage digne de leur ascendance.

  • 103 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 154-155 et 183-186.
  • 104 Voir chapitre III, p. 197.

68Une autre remarque s’impose à la lecture du testament de Ruy Díaz Melgarejo : le principal héritier désigné dans le testament est son gendre, le capitaine Manuel de Frías. Ce dernier reçut en effet plusieurs terrains situés dans le Guairá, ainsi que tous les biens que le défunt possédait en Espagne. Or, la seule fille que Ruy Díaz Melgarejo mentionne dans son testament est Isabel, veuve du capitaine don Gonzalo de Martel de Guzmán, que le testateur nomme par ailleurs « mi hijo » et auprès duquel il souhaite être enterré. De qui Manuel de Frías était-il donc l’époux ? Ricardo de Lafuente Machain a écrit que Ruy Díaz Melgarejo et son épouse Elvira de Contreras avaient eu un total de six enfants : trois garçons qui entrèrent tous dans les ordres, Rodrigo, Pedro et Gabriel, qui mourut avant son père, ainsi que trois filles, Isabel, Beatriz, morte à l’âge de dix-huit ans, et Gerónima, décédée pendant l’enfance103. La seule épouse possible de Manuel de Frías est donc la jeune Beatriz. L’âge auquel elle mourut explique peut-être le fait qu’elle ne laisse pas d’héritiers. C’est pourquoi Ruy Díaz Melgarejo décida de léguer la plupart de ses biens à son gendre. L’héritage de ce dernier étant supérieur à celui que durent se partager les deux filles d’Hernando, fils naturel du testateur, on pourrait penser que Melgarejo privilégia ses successeurs légitimes. Pourtant, ni Pedro de Guzmán, ni Beatriz, ni Gerónima ne sont cités dans le testament du défunt. Il est vrai que les deux dernières étaient décédées au moment où le document fut rédigé, mais pourquoi, dans ce cas, Ruy Díaz Melgarejo mentionne-t-il son fils Gabriel, également disparu ? Pourquoi, au contraire, n’évoque-t-il pas l’existence de son fils Pedro ? L’histoire personnelle du défunt explique peut-être ses choix testamentaires : en 1564, Ruy Díaz avait tué son épouse, doña Elvira, car il la soupçonnait d’entretenir une relation adultère avec le Père Fernández Carrillo, qu’il assassina également104. Melgarejo avait-il des doutes à propos de la conception de certains de ses enfants légitimes ? Nous n’avons malheureusement trouvé aucun document corroborant cette hypothèse. Toujours est-il que les préférences de Ruy Díaz Melgarejo à l’égard de tel ou tel de ses enfants semblent davantage liées à des raisons affectives qu’ethniques.

V.5.4 Une discrimination plus formelle que matérielle

  • 105 Voir chapitre IV, p. 231 et suiv.

69L’examen des testaments mentionnant à la fois l’existence d’enfants légitimes et naturels nous amène à la conclusion suivante : la majorité des testaments consultés ne marque pas d’inégalité flagrante entre les héritiers en fonction de leur origine maternelle et de leur statut. La préférence que certains testateurs exprimèrent vis-à-vis de l’un ou l’autre de leurs descendants en matière d’héritage ne semble pas avoir eu de lien direct et irréfutable avec le fait que ceux-ci aient été légitimes ou naturels, créoles ou métis. D’une manière générale, il apparaît que le Paraguay du xvie siècle ne faisait pas de distinction majeure entre métis et créoles. Toutefois, un tiers des testaments font une véritable différence entre enfants légitimes et naturels en excluant — ou presque — ces derniers de la répartition des biens du défunt. Certains conquistadores et colons souhaitaient donc privilégier économiquement leurs descendants créoles. Les préjugés raciaux ne furent donc pas totalement absents de la société paraguayenne du xvie siècle, contrairement à ce que l’on pourrait penser, mais ceux-ci s’exprimèrent moins intensément que dans le reste des Indes Occidentales. Les origines indigènes d’une large majorité de la population et le nombre élevé de conquistadores étrangers105 sont probablement les principaux facteurs de la grande tolérance du Paraguay vis-à-vis de ses métis.

70Les différences formelles qui apparaissent dans les testaments entre héritiers légitimes et illégitimes sont d’ailleurs une manifestation de la persistance de ces préjugés. Nous avons vu que les testateurs n’ayant eu — ou déclaré — que des enfants légitimes suivirent en grande majorité le « modèle » testamentaire qui consistait à léguer la totalité des biens du défunt à l’ensemble des héritiers pour que ceux-ci se les partagent équitablement (à l’exception de quelques héritières avantagées par leur dot). L’uniformité que l’on constate dans cette catégorie de testaments montre que les droits et coutumes en matière d’héritage étaient connus et acceptés par l’ensemble de la société coloniale. En revanche, les parents d’enfants naturels s’écartèrent assez souvent du modèle que nous venons de décrire. Le testateur précisait souvent le détail des biens qu’il léguait à chacun des descendants, sans doute pour éviter tout litige à propos d’un héritage qui n’allait pas de soi pour des enfants illégitimes et métis. De plus, on remarque dans ce cas de figure que tous les enfants du défunt ne recevaient pas systématiquement la même part d’héritage. Ces disparités, parfois significatives, n’avaient pas de relation évidente avec le statut et l’origine maternelle des héritiers. Elles indiquent néanmoins que les droits des métis en matière d’héritage n’étaient pas acquis. Les parents d’enfants illégitimes et métis décidaient parfois d’avantager ou d’écarter de leur testament tel ou tel de leurs héritiers. Les conquistadores et colons pouvaient ainsi « choisir » leurs enfants naturels, alors qu’ils étaient obligés d’assumer la paternité de tous leurs enfants légitimes.

  • 106 Voir annexe B, p. 505 à p. 513.

71La différence formelle qui était faite entre enfants naturels et légitimes se retrouve également dans les termes utilisés par les testateurs pour désigner leurs héritiers. Dans le tableau de l’annexe B106, on constate que trente-six enfants légitimes sur quatre-vingt-trois (soit 43,4 %) sont nommés « héritiers universels » par le testateur, tandis que ce rapport descend à treize sur quatre-vingt-trois (soit 15,6 %) pour les enfants naturels. On remarque également que onze de ces treize enfants figurent dans des testaments rédigés au plus tard en 1557. Ainsi, plus les colons avaient d’héritiers légitimes, moins ils accordaient d’importance à leurs enfants naturels.

  • 107 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 181 v° (im. 378).
  • 108 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 4, f° 104 v° (im. 218).

72La différence dans le statut juridique accordé aux enfants naturels par rapport aux enfants légitimes est confirmée par le faible nombre de légitimations qui eut lieu au Paraguay. Pour tout le xvie siècle, nous n’avons retrouvé que quatre documents attestant de la légitimation d’enfants naturels par leur père. Les deux premiers, datés du 23 mai 1547 concernent Hipólito et Agustín de Salazar, fils naturels du capitaine Juan de Salazar de Espinosa107. Le troisième fut édicté le 6 mars 1565 en faveur de Vicente Díaz, fils naturel de Pedro Díaz Matajudeos108. Le quatrième, daté du 26 août 1579 légitimait Diego de Leyba Solórzano et Juana de Solórzano, enfants naturels et métis de Zoilo de Solórzano :

  • 109 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 4, f° 121 r°122 v° (im. 251-254).

Por quanto por parte de vos Zuilo Solorçano rresidente en las pro-vinçias del Rio de la Plata nos ha sido fecha relaçion que soys de los primeros descubridores y pobladores de las dichas provinçias y en ellas siendo soltero ubistes en una muger yndia soltera a Diego de Leyba Solorzano y doña Juana de Solorzano vuestros hijos y se nos ha suplicado que porque no teniades otros hijos los mandassemos legitimar y abilitar para heredar vuestros bienes y poder tener offiçios y gozar de las armas y gracias de que gozan los hijos legitimos o como la nuestra merced fuese e habiendose visto por los de nuestro Consejo de las Yndias porque assi como nuestro muy Sancto Padre tiene poder de legitimar y habilitar en lo espiritual los reyes tenemos poder de legitimar y habilitar en lo temporal a los que no son de legitimo matrimonio naçidos y procreados por la presente legitimamos y hazemos habiles y capaçes a los dichos Diego de Leyba Solorzano y doña Juana de Solorzano vuestros hijos para que puedan tener y ser admitidos a todos y qualesquier offiçios reales conçegiles y publicos que les sean dados y encomendados por nos o por otras qualesquier personas bien assi y de la manera que los puedan tener los como dicho es son de legitimo matrimonio naçi-dos y para que assi mismo puedan gozar de las honrras gracias mercedes franquezas liuertades preheminençias prerrogativas e ymmunidades que gozan pueden y deuen gozar los dichos hijos legitimos y para que puedan dezir y razonar assi en juizio como fuera del quales quier cos-sas que lo de legitimo matrimonio naçidos y procreados pueden dezir y razonar que nos [...] hazemos legítimos habiles y capaçes a los dichos Diego de Leyba Solorzano y doña Juana de Solorzano vuestros hijos para todas las cossas suso dichas y para cada una dellas y alçamos y quitamos della (sic) toda infamia macula y defecto que por razon de su naçimiento les pueda ser ympuesto en qualquier manera asi en juizio como fuera del109.

  • 110 « Testamento de Ana Rodríguez (1583) », A.N.A., T.C., vol. 710, doc. 2.
  • 111 Hildegard Krüger, « Función y estructura social del cabildo colonial de Asunción », in Revista Crí (...)

73Légitimer un enfant naturel et métis signifiait lui donner les mêmes droits qu’à un enfant légitime et de race blanche. Ainsi, tout métis légitimé par son père obtenait le droit d’hériter des biens de ce dernier. De même, une légitimation officielle conférait le droit d’accéder à des postes de la fonction publique et de jouir de tous les privilèges des colons blancs, comme le port d’armes ou la possession d’encomiendas. Or, la question de l’héritage des enfants naturels ne semble pas avoir posé de problème majeur au Paraguay. De même, les testaments étudiés prouvent qu’un certain nombre de métis possédaient des armes ou avaient reçu des Indiens en encomienda110. Enfin, l’accès à la fonction publique ne semble pas non plus avoir été systématiquement interdit aux métis paraguayens111. Le fait d’être métis ne représentait donc pas un véritable handicap social et économique au Paraguay du xvie siècle, ce qui explique que peu de parents se soient lancés dans une procédure de légitimation. Cela dit, légitimer un enfant naturel et métis signifiait également lui ôter par décret toute « marque d’infamie » de la personne née hors mariage et de mère indienne. Les privilèges accordés par une légitimation officielle n’encouragèrent pourtant pas les conquistadores et colons d’Asunción à en faire la demande pour leurs propres enfants. Dans ce cas, pourquoi y eut-il aussi peu de demandes de légitimation dans une société obnubilée par les notions d’honneur et de pureté de sang ? Deux hypothèses peuvent expliquer cette situation : ou bien les métis paraguayens étaient considérés comme des créoles par la majorité de la société coloniale, ce qui rendait inutile et superflue toute procédure de légitimation, ou bien le statut de sang-mêlé fut au contraire considéré comme un stigmate indélébile, qu’aucune cédule de légitimation ne pouvait réellement effacer. Dans tous les cas, la principale discrimination dont aient pu souffrir les métis paraguayens du xvie siècle est davantage d’ordre juridique et statutaire qu’économique et matériel.

  • 112 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 300.
  • 113 Hildegard Krüger, « Función y estructura social del cabildo colonial de Asunción », op. cit., p. 1 (...)

74Nous le voyons, il n’est pas facile de déterminer avec certitude si les métis paraguayens du xvie siècle reçurent ou non le même traitement que les créoles de la part de la société coloniale. Les historiens s’étant penchés sur la question sont d’ailleurs arrivés à des conclusions parfois opposées. Ainsi, José Luis Mora Mérida a affirmé qu’à la fin du xvie siècle, les métis étaient considérés comme les égaux des créoles d’un point de vue légal, mais que dans la pratique, leurs conditions de vie ne différaient pas beaucoup de celles des Indiens112. Au contraire, Hildegard Krüger a écrit que malgré leur illégitimité et leur ascendance indigène, les métis paraguayens jouissaient de tous les privilèges habituellement réservés aux créoles et Espagnols113. La vérité se situe probablement entre ces deux hypothèses. Si les métis paraguayens étaient souvent redoutés et méprisés par les colons d’origine péninsulaire, les testaments étudiés montrent qu’ils furent rarement exclus des testaments de leurs parents, pas plus qu’ils ne furent mis au ban de la société coloniale. Sans être le « Paradis des métis » décrit par l’historiographie du xixe et du début du xxe siècle, le Paraguay du xvie siècle fut sans doute plus tolérant à l’égard de ses sang-mêlé que la plupart des provinces hispaniques des Indes Occidentales. S’il est possible qu’une certaine rivalité ait existé entre créoles et métis, ceux-ci n’en avaient pas moins reçu la même éducation de la part de leurs parents. Différents par leur couleur de peau, tous les mancebos partageaient la même culture. De même, les uns et les autres jouèrent un rôle capital dans la conquête et le peuplement de la province.

V.6 Du rôle des mancebos dans la formation du Paraguay

  • 114 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 589 et 592.
  • 115 Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, p. 77. Voir également Pedro de Ángelis, Colección de obras y (...)

75Étant donné leur faible nombre tout au long du xvie siècle, les Espagnols n’auraient jamais pu conquérir et peupler seuls un territoire aussi vaste que celui de la « Province Géante des Indes ». Dès qu’ils étaient en âge de manier les armes, les fils des conquistadores accompagnaient souvent leur père dans les expéditions d’exploration, de pacification et de peuplement qui étaient organisées depuis Asunción. L’exemple d’Hipólito et Agustín de Salazar, qui participèrent à plusieurs expéditions de conquête dans le Chaco, le Guairá ou les contreforts des Andes114, est révélateur du rôle que jouèrent certains métis dans la consolidation du Paraguay. Lorsque Juan de Garay décida « d’ouvrir les portes » de la province, la plupart des volontaires étaient des mancebos d’Asunción. Parmi les volontaires qui fondèrent et peuplèrent Santa Fe, en 1573, on trouve quatre-vingt « enfants du pays » contre à peine neuf Espagnols. De même, sur la soixantaine de personnes qui participèrent à la seconde fondation de Buenos Aires, en 1580, cinquante environ étaient des mancebos115.

  • 116 Richard Konetzke, « El mestizaje y su importancia... », in Revista de Indias, vol. VII, Madrid, 19 (...)

76Richard Konetze a souligné l’importance des mancebos de la tierra dans le processus d’occupation du sol, en insistant tout particulièrement sur le rôle joué par les métis : « en breve tiempo tuvieron tanta cantidad de hijos mestizos que pudieron con poca ayuda de gente de fuera, poblar todas las ciudades que ahora tienen116. » L’auteur va même jusqu’à affirmer que si le concubinage et la polygamie avaient été interdits, le Río de la Plata se serait inexorablement dépeuplé, les apports démographiques en provenance d’Espagne ayant été très peu nombreux tout au long du xvie siècle.

77Le Paraguay peut donc être considéré comme une province « autogène » dans le sens où les mancebos de la tierra contribuèrent bien plus que les Européens à son développement démographique et territorial. Ce fut également une province où l’élément métis domina l’ensemble de la société, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif, comme l’a souligné l’historien Alberto M. Salas :

  • 117 Alberto M. Salas, Crónica florida del mestizage de las Indias. Siglo xvi, Buenos Aires, Losada, 19 (...)

De las ciudades españolas de entonces, tal vez ninguna como Asunción fue tan acentuadamente mestiza, tan profunda y precozmente americana, indoamericana si se quiere. El núcleo español primitivo, radicado en ese lugar mediterráneo, aislado en él durante años, con comunicaciones penosas, había recibido escasísimos refuerzos y nuevos aportes. Las mujeres españolas no sólo eran escasas, sino que su presencia no se ofrece como dominante, dictando normas, imponiéndolas. Por lo contrario, domina la mujer indígena y los hijos mestizos, dando a la ciudad un carácter bien definido y singular117.

  • 118 Bárbara Potthast-Jutkeit, ¿ « Paraíso de Mahoma » o « País de las Mujeres » ?, Asunción, Instituto (...)

78Le métissage du Paraguay ne fut pas seulement biologique. L’isolement de la province, l’absence de métaux précieux et la présence de nombreuses servantes indigènes dans les maisons d’Asunción favorisèrent l’assimilation par les Espagnols de nombreux éléments de la culture autochtone118. La structure économique du Paraguay du xvie siècle fut sans doute la première manifestation de ce métissage culturel.

Notes

1 Voir chapitre II, p. 93 et chapitre VI, p. 338.

2 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires..., 1541 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 362.

3 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador Don Cárlos... (1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 140.

4 Magnus Mörner, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971, p. 37.

5 Ibid., p. 34.

6 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General », op. cit., 1906, vol. II, p. 35.

7 Ibid., p. 37.

8 Ibid., p. 39.

9 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Información hecha en Xerez..., 1545 (carta de Pedro de Fuentes) », op. cit., 1906, vol. II, p. 298.

10 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Biblioteca Nacional, Buenos Aires, 1937, vol. I, p. 470.

11 Lucía Gálvez, Mujeres de la conquista, Buenos Aires, Planeta, 1990, p. 27.

12 « Relación de Gregorio de Acosta sobre el gobierno de las provincias del Río de la Plata, dirigida a su Magestad y a su real Consejo de Indias », in D.I.A.G.I., vol. X, p. 531.

13 A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 128, f° 11 vo17 r°.

14 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias..., p. 556.

15 « Carta de Hernando de Montalvo al Rey, 1589 », in Josefina Cruz, Cronistas de Indias, Buenos Aires, 1970, p. 93.

16 1 Nous écrivons « au moins deux cent quaranteneuf enfants » car trois documents ne précisent pas le nombre d’enfants naturels dont le conquistador reconnaît la paternité. Il s’agit des dernières dispositions de Juan Sotelo (1542), qui reconnaît « ciertos hijos e hijas q’ al presente tenya e alos demas q’ parescieran ser suyos » (Arch. Nac., no 4, Asunción, décembre 1900, p. 123-124), des testaments d’Inés de Medrano (1566), qui évoque « todos los hijos e hijas naturales del dicho Pedro de Çayas [su] marido » (A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 13), et de Bartolomé de la Marilla (1590), dont l’item se rapportant à ses enfants naturels est très détérioré (A.N.A.,N.E., vol. 423, f° 68-69). Par ailleurs, nous avons choisi de ne prendre en compte que les enfants nés de vecinos identifiés. C’est pourquoi nous n’avons pas inclus dans nos statistiques le cas de Francisco de León, fils d’un homme dont nous ignorons l’identité et de Lucía Cabrera (A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8). Enfin, nous n’avons pas inclus ici le cas de Juan González, qui déclara dans son testament (1573) avoir un fils illégitime né d’une esclave noire (A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 10), les mulâtres n’étant pas considérés comme des mancebos de la tierra.

17 Voir tableau 3 p. 292.

18 Parmi les testaments que nous avons consultés, la seule exception à cette règle est le Portugais Vicente de Gões, qui tout en déclarant avoir une fille légitime, ne précise pas l’identité de la mère.

19 Voir note 1 page ci-contre.

20 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Información hecha en Xerez..., 1545 (carta de Alonso Riquelme) », op. cit., vol. II, p. 289.

21 Voir chapitre IV, p. 273 et suiv.

22 En 1541, il y avait déjà quelque sept cents Indiennes au service des Espagnols d’Asunción. Voir ciavant, p. 286.

23 « Testamento de Galiano de Meira(1593) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

24 Voir Magnus Mörner, op. cit., p. 70.

25 Hildegard Krüger, « Función y estructura social del cabildo colonial de Asunción », in La Revista Crítica, no 3, Asunción, Grupo Editor S.R.L., septembre 1990, p. 12-18.

26 Thomas Gomez et Itamar Olivares, La formation de l’Amérique hispanique, Paris, Armand Colin, 1993, p. 154-155.

27 Ibid., p. 158.

28 Il s’agit des enfants d’Hernando Cabrera, Jorge Fabiano, Bartolomé de Orúe et Gaspar Romero, dont l’ascendance nous est inconnue (voir tableau 3 p. 292).

29 Il s’agit des enfants légitimes d’Antón Cabrera, Francisco de Coimbra, Ruy Díaz Melgarejo, Cristóbal Gallego, Pedro López de Gamarra, Cristóbal González et Juan Alonso de Quirós (voir tableau 3 p. 292).

30 « Testamento de Elvira de Piña (1593) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 8.

31 « Testamento de Rodrigo García Mosquera (1555) »A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 2.

32 Thomas Gomez et Itamar Olivares, op. cit., p. 154-160.

33 Il s’agit des enfants légitimes de Diego de la Calzada, Juan Delgado, Juan de Fustes, Diego de Leyes, Bartolomé de la Marilla, Diego de Piña et Juan de San Juan (voir tableau 3 p. 292).

34 Il s’agit des enfants légitimes de Ruy Díaz Mosquera, Alonso Domínguez, Antonio de Ébora, Francisco de Espínola, Andrés de Espinosa, Juan de Fustes, Vicente de Gões, Marcos Hens, Blas de Leyes, Andrés de Ortiz, Alonso Rodríguez de Azuaga, Juan de Rojas, Pedro de Sandoval, Hernando de Sosa, Diego de la Torre, Antonio de la Trinidad et Pedro de Zayas (voir tableau 3 p. 292).

35 Il s’agit des enfants légitimes de Baltasar de Almada, Josep Dorantes, Pedro Guerra, Gerónimo Martínez, Bartolomé de Porras et Juan de Valenzuela (voir tableau 3 p. 292).

36 Magnus Mörner, op. cit., p. 17.

37 Ángel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, Buenos Aires, Nova, 1954, vol. II, p. 113; Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, Asunción, El Lector, 1996, p. 75.

38 « Testamento de Martín González (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 80.

39 « Relación de Gregorio de Acosta sobre el gobierno de las provincias del Río de la Plata, dirigida a su Magestad y a su real Consejo de Indias », in D.I.A.G.I., vol. X, p. 532. Le document n’est pas daté. Blas Garay affirme qu’il a été rédigé en 1545 (Colección de documentos..., vol. I, Asunción, Talleres Nacionales de H. Kraus, 1899-1901, p. 13). Or, cela est impossible car Gregorio de Acosta fait plusieurs fois référence à des événements postérieurs.

40 José Luis Mora Mérida, Historia social del Paraguay, 1600-1650, Séville, C.S.I.C., 1973, p. 296.

41 « Relación verdadera del viaje que hizo Francisco Ortiz de Vergara del Río de la Plata al Perú, en ayuda y socorro de Nuflo de Chaves, 1565 », A.G.I., Patronato 29, R. 19, f° 1 r° (im. 1).

42 « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 547-565. Voir également chapitre II, p. 122 ainsi qu’Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, p. 75.

43 « Carta de Domingo Martínez al Emperador... (1556) », in Cartas de Indias, p. 624.

44 Magnus Mörner, op. cit., p. 56.

45 « Testamento de Ana Rodríguez (1583) », A.N.A., T.C., vol. 710, doc. 2.

46 « Carta de Hernando de Montalvo al Rey, 1589 », in Josefina Cruz, op. cit., p. 93.

47 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 295-296.

48 Voir chapitre III, p. 218 et suiv.

49 Il s’agit des testaments suivants : Melchor Prado (1540), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4, Francisco de Almaraz (1545), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 16, Martín González (1547), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 80, Gonzalo de Peralta (1547), in Arch. Nac., no 15, janvier 1902, p. 546-551, Juan de Samaniego (1547), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 65, Cristóbal Valderrama (1547), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 9, Pedro Méndez (1551), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126, Martín Pérez de Sanbitores (1553), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125, Domingo Martínez de Irala (1556), in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 547-565, Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5, Gerónimo Garcete (1559), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 82, Juan Navarro (1562), A.N.A.,N.E., vol. 319, doc. 40, Álvaro Villalobos (1562), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5, Pedro de Mesa (1570), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14, Francisco Delgado (1572), A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 6, Alonso Pérez (1572), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6, Juan Rute (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 28, Antonio González Pérez (1573), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5, Pedro Arias (1574), in Arch. Nac., no 16/17, février 1902, p. 607-612, Domingo Martínez (1574), A.N.A., N.E., vol. 307, f° 38-39, Alonso de Valenzuela (1575), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7, Álvaro de Meira (1590), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3, Arnao Esterlin (1591), A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2, Francisco Gómez (1592), A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 2, Galiano de Meira (1593), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3 et Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596), A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1.

50 Il s’agit des testaments suivants : Juan de San Juan (1573), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 9, Hernando de Sosa (1580), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 11, Pedro López de Gamarra (1582), A.N.A., N.E., vol. 318, doc. 1, Francisco de Espínola (1586), A.N.A., N.E., vol. 302, f° 306-308, Alonso Domínguez (1587), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2, Bartolomé de Porras (1589), A.N.A., N.E., vol. 312, f° 61-63, Juan de Fustes (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23, Bartolomé de la Marilla (1590), A.N.A., N.E., vol. 423, f° 68-69, Juan Alonso de Quirós (1591), A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1, Blas de Leyes (1598), A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 2 et Marcos Hens (1602), A.N.A., T.C., vol. 644, doc. 1.

51 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1552), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113, Pedro de Sandoval (1561), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 8, Alonso Rodríguez de Azuaga (1570), A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6, Diego de la Torre (1572), A.N.A., N.E., vol. 421, f° 11-12, Antonio de la Trinidad (1580), A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7, Gerónimo Martínez (1586), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17, Cristóbal González (1590), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 9, Juan Delgado (1595), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5 et Ruy Díaz Melgarejo (1595), in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140.

52 Il s’agit des testaments de María de Luján (1580), A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1, Apolonia Mosquera (1581), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 15, Lucía Cabrera (1586), A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8, Francisca Giménez (1592), A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3 et Elvira de Piña (1593), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 8.

53 « Testamento de Inés de Medrano (1566) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 13.

54 Voir annexe B, p. 505 à p. 513.

55 Il nous est impossible de calculer le nombre exact d’enfants concernés par ces testaments car nous ignorons le nombre d’enfants naturels de Pedro de Zayas et de Cristóbal González (voir tableau 3 p. 292).

56 L’année 1575 peut être considérée comme une année charnière car elle correspond à l’arrivée à Asunción de Juan Ortiz de Zárate, dont le gouvernement signifia le passage définitif de la conquête à la colonisation de la Province Géante des Indes.

57 Il s’agit des testaments suivants : Juan de San Juan (1573), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 9, María de Luján (1580), A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1, Hernando de Sosa (1580), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 11, Apolonia Mosquera (1581), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 15, Lucía Cabrera (1586), A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8, Francisco de Espínola (1586), A.N.A., N.E., vol. 302, f° 306-308, Alonso Domínguez (1587), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2, Bartolomé de Porras (1589), A.N.A., N.E., vol. 312, f° 61-63, Juan Alonso de Quirós (1591), A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1, Blas de Leyes (1598) A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 2 et Marcos Hens (1598), A.N.A., T.C., vol. 644, doc. 1.

58 Il s’agit des testaments suivants : Juan de Fustes (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23, Pedro López de Gamarra (1582), A.N.A., N.E., vol. 318, doc. 1, Bartolomé de la Marilla (1590), A.N.A., N.E., vol. 423, f° 68-69, Francisca Giménez (1592) A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3 et Elvira de Piña (1593), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 8.

59 « Testamento de Pedro López de Gamarra (1582) », A.N.A., N.E., vol. 318, doc. 1.

60 « Testamento de Juan de Fustes (1572) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23.

61 « Testamento de Bartolomé de la Marilla (1590) », A.N.A.,N.E., vol. 423, f° 68-69.

62 Il s’agit des testaments suivants : Juan de Samaniego (1547), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 65, Gerónimo Garcete (1559), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 82, Álvaro Villalobos (1562), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5, Francisco Delgado (1572), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5, Alonso Pérez (1572), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 6, Domingo Martínez (1574), A.N.A., N.E., vol. 307, f° 38-39, Álvaro de Meira (1590) A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3 et Arnao Esterlin (1591), A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2.

63 « Testamento de Pedro Méndez (1551) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126.

64 « Testamento de Pedro de Mesa (1570) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14.

65 « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 547-565.

66 Il s’agit des testaments suivants : Juan de Salazar de Espinosa (1557), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5, Juan Navarro (1562), A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40, Juan Rute (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 28, Antonio González Pérez (1573), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5, Alonso de Valenzuela (1575) A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7 et Galiano de Meira (1593), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

67 « Testamento de Antonio González Pérez (1573) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 5.

68 « Testamento de Juan Rute (1572) », A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 28.

69 « Testamento de Juan Navarro (1562) », A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40.

70 « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa (1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

71 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 592.

72 « Testamento de Alonso de Valenzuela (1575) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7. C’est nous qui soulignons.

73 Au moment où Galiano de Meira rédigea son testament, son fils Álvaro était décédé. Toutefois, l’héritage que le testateur légua à ses petitesfilles, Esperanza et Francisca, est tout à fait comparable à celui que reçurent Victor et Juan.

74 « Testamento de Galiano de Meira (1593) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 3.

75 Il s’agit des testaments suivants : Melchor Prado (1540), A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4, Francisco de Almaraz (1545), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 16, Martín González (1547), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 80, Gonzalo de Peralta (1547), in Arch. Nac., no 15, janvier 1902, p. 546-551, Cristóbal Valderrama (1547), A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 9, Pedro Arias (1549), in Arch. Nac., no 16/17, février 1902, p. 607-612, Martín Pérez de Sanbitores (1553), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125, Francisco Gómez (1592), A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 2 et Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596), A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1.

76 « Testamento de Melchor Prado (1540) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4 ; « Testamento de Francisco Gómez (1592) », A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 2 ; « Codicilo de Francisco de Almaraz (1545) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 16. Cf. chapitre VII, p. 442.

77 « Testamento de Melchor Prado (1540) », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 4.

78 « Testamento de Martín González (1547) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 80 ; « Testamento de Gonzalo de Peralta (1547) », in Arch. Nac., no 15, Asunción, janvier 1902, p. 546-551.

79 « Testamento de Cristóbal Valderrama (1547) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 9 ; « Testamento de Pedro Arias (1549) », in Arch. Nac., no 16/17, Asunción, février 1902, p. 607-612 ; « Testamento de Martín Pérez de Sanbitores (1553) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125 ; « Testamento de Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596) », A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1.

80 « Yten declaro que yo tengo y dios nuestro señor me a dado un nyño my hijo y de Francisca my criada que se llama Gaspar de Medina al qual dexo y mando una potranca que el capitan Gonçalo de Mendoça es obligado de me dar y entregar por una casa que yo por preçio della le di ». Voir « Testamento de Cristóbal Valderrama (1547) », A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 9.

81 « Testamento de Pedro Arias (1549) », in Arch. Nac., n° 16/17, Asunción, février 1902, p. 607-612.

82 « Inventario de Martín Pérez de Sanbitores (1555) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125.

83 « Testamento de Gerónimo Méndez de Sotomayor (1596) », A.N.A., T.C., vol. 659, doc. 1.

84 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1552), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113, Pedro de Sandoval (1561), A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 8, Inés de Medrano (1566), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 13, Alonso Rodríguez de Azuaga (1570), A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6, Diego de la Torre (1572), A.N.A., N.E., vol. 421, f° 11-12, Antonio de la Trinidad (1580), A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7, Gerónimo Martínez (1586), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17, Cristóbal González (1590), A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 9, Juan Delgado (1595), A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5 et Ruy Díaz Melgarejo (1595), in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140. Voir annexe B, p. 505 à p. 513.

85 « Testamento (2) de Pedro de Sandoval (1561) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 8.

86 « Testamento (1) de Pedro de Sandoval (1554) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 146.

87 « Testamento de Juan Delgado (1595) », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5.

88 « Testamento de Alonso Rodríguez de Azuaga (1570) », A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6 ; « Testamento de Diego de la Torre (1572) », A.N.A., N.E., vol. 421, f° 11-12 ; « Testamento de Cristóbal González (1590) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 9.

89 « Testamento de Alonso Rodríguez de Azuaga (1570) », A.N.A., T.C., vol. 770, doc. 6.

90 « Testamento de Diego de la Torre (1572) », A.N.A., N.E., vol. 421, f° 11-12.

91 « Testamento de Cristóbal González (1590) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 9.

92 « Testamento de Inés de Medrano (1566) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 13.

93 Ibid., doc. 13.

94 Il s’agit des testaments suivants : Francisco de Coimbra (1552), A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113, Juan de Fustes (1572), A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23, Antonio de la Trinidad (1580), A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7, Gerónimo Martínez (1586), A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17 et Ruy Díaz Melgarejo (1595), in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140.

95 « Testamento de Francisco de Coimbra (1552) », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113.

96 « Testamento de Antonio de la Trinidad (1580) », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7.

97 Cf. « T estamento de Ruy Díaz Melgarejo (1595) », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140.

98 « Testamento de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17.

99 « Yo Jeronimo Martinez hijo natural de Domingo Martinez que al presente es clerigo y bicario jeneral en estas provinzias ». Voir « Testamento de Gerónimo Martínez (1586) », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 17.

100 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 409.

101 « Testamento de Ruy Díaz Melgarejo (1595) », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140.

102 Francisco de Guzmán devint prêtre à Santa Fe, puis à Concepción del Bermejo, mais nous ignorons la date à laquelle il entra dans les ordres ; Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 298.

103 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 154-155 et 183-186.

104 Voir chapitre III, p. 197.

105 Voir chapitre IV, p. 231 et suiv.

106 Voir annexe B, p. 505 à p. 513.

107 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 181 v° (im. 378).

108 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 4, f° 104 v° (im. 218).

109 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 4, f° 121 r°122 v° (im. 251-254).

110 « Testamento de Ana Rodríguez (1583) », A.N.A., T.C., vol. 710, doc. 2.

111 Hildegard Krüger, « Función y estructura social del cabildo colonial de Asunción », in Revista Crítica, no3, Asunción, septembre 1990, p. 12-18.

112 José Luis Mora Mérida, Historia social..., p. 300.

113 Hildegard Krüger, « Función y estructura social del cabildo colonial de Asunción », op. cit., p. 12-18.

114 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 589 et 592.

115 Efraím Cardozo, El Paraguay colonial, p. 77. Voir également Pedro de Ángelis, Colección de obras y documentos relativos a la historia antigua y moderna de las provincias del Río de la Plata, Buenos Aires, Imprenta del Estado, 1836, vol. III, p. i-iii et 3-6.

116 Richard Konetzke, « El mestizaje y su importancia... », in Revista de Indias, vol. VII, Madrid, 1964, p. 224.

117 Alberto M. Salas, Crónica florida del mestizage de las Indias. Siglo xvi, Buenos Aires, Losada, 1960, p. 192-193.

118 Bárbara Potthast-Jutkeit, ¿ « Paraíso de Mahoma » o « País de las Mujeres » ?, Asunción, Instituto Cultural ParaguayoAlemán, 1996, p. 43-44.

Table des illustrations

Titre Tableau 3. — Liste des « enfants du pays » recensés dans les testaments
Légende FL : Fils légitimes FL2 : Filles légitimes IL : Indéfinis légitimes FN : Fils naturels FN2 : Filles naturelles IN : Indéfinis naturels I : Indéfinis
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Liste des « enfants du pays » recensés dans les testaments (suite)
Légende FL : Fils légitimes FL2 : Filles légitimes IL : Indéfinis légitimes FN : Fils naturels FN2 : Filles naturelles IN : Indéfinis naturels I : Indéfinis
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Liste des « enfants du pays » recensés dans les testaments (suite)
Légende FL : Fils légitimes FL2 : Filles légitimes IL : Indéfinis légitimes FN : Fils naturels FN2 : Filles naturelles IN : Indéfinis naturels I : Indéfinis
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 2. — Répartition des mancebos de la tierra (hypothèses 1 et 2)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/528/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search