Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

Deuxième partie. Formation d’une société métisse

Chapitre IV. Les conquistadores du Paraguay

Texto completo

  • 1 Peter Boyd Bowman, Índice geobiográfico de cuarenta mil pobladores españoles de América en el sigl (...)
  • 2 José Luis Martínez, Pasajeros de Indias : Viajes trasatlánticos en el siglo xvi, Madrid, Alianza E (...)
  • 3 Peter Boyd Bowman, op. cit., p. xi.
  • 4 José Luis Martínez, op. cit., p. 166.
  • 5 Ibid., p. 169.
  • 6 Luis Rubio y Moreno, Pasajeros a Indias, catálogo metodológico de las informaciones y licencias de (...)

1Hormis celle de Pedro de Mendoza, qui n’eut aucun problème en ce qui concerne le recrutement de volontaires pour partir à la recherche de la « Montagne d’Argent », la plupart des expéditions pour le Río de la Plata attirèrent peu de gens tout au long du xvie siècle. Les travaux de Peter BoydBowman1, complétés par ceux de José Luis Martínez2, montrent que le pourcentage des passagers vers cette région du Nouveau Monde a toujours été faible si on le compare à celui des émigrants à destination des autres provinces hispano-américaines. Pour la période 1520-1539, à peine 8,8 % des voyageurs vers les Indes Occidentales s’embarquèrent pour le Río de la Plata, tandis que ce pourcentage s’élevait à 32,4 % pour la Nouvelle-Espagne, 11 % pour Santo Domingo et 10,8 % pour le Pérou3. Il est vrai qu’à l’époque, le Río de la Plata venait d’être découvert et qu’en dehors de l’expédition de Mendoza, un seul convoi de secours, organisé par Alonso Cabrera, avait pris le départ de Séville. Mais alors que les richesses du Pérou attirèrent un nombre croissant de conquistadores, le nombre de volontaires pour le Río de la Plata diminua au cours des décennies suivantes en raison de la pauvreté et de la mauvaise réputation de la province. Entre 1540 et 1559, le pourcentage des passagers à destination du Río de la Plata fut de 6,8 %, contre 37 % pour le Pérou, 23,4 % pour la Nouvelle-Espagne, 10,2 % pour la Nouvelle-Grenade et 9 % pour le Chili4. Le désintérêt pour la « Province Géante des Indes » ne fit que se confirmer pour la période 15601579, puisque 4 % seulement des voyageurs vers le Nouveau Monde se rendirent dans le Río de la Plata, contre 38,9 % pour la Nouvelle-Espagne, 20,9 % pour le Pérou, 8,5 % pour la Nouvelle-Grenade, 6 % pour Santo Domingo et 5 % pour la Terre Ferme5. Les statistiques de Boyd Bowman et Martínez confirment celles de Luis Rubio y Moreno, selon lesquelles sur sept mille soixante-dix-neuf voyageurs partis pour les Indes Occidentales entre 1492 et 1592, trois cent vingt-trois eurent pour destination Buenos Aires et quatre-vingt-dix-huit Asunción, ce qui nous donne un total de 5,2 % des voyageurs pour l’ensemble du Río de la Plata6. Le graphique page suivante illustre le désintérêt croissant que les conquistadores espagnols manifestèrent à l’égard des provinces du Río de la Plata.

  • 7 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit.
  • 8 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores...
  • 9 Voir chapitre II, p. 156.

2Dans son article sur l’émigration espagnole dans le Río de la Plata au xvie siècle, Richard Konetzke a tenté d’évaluer le nombre de voyageurs qui arrivèrent dans la région tout au long du xvie siècle7. Pour ce faire, il a utilisé comme base de données le dictionnaire biographique des conquistadores de la province, élaboré par Ricardo de Lafuente Machain8. Konetzke arrive à la conclusion qu’un minimum de trois mille deux cent quarante-trois personnes sont arrivées dans le Río de la Plata entre 1535 et 1580. Si l’on ajoute à ce nombre la quarantaine de conquistadores venus du Pérou avec Nufrio de Chaves en 15499, on obtient un total de près de trois mille trois cents personnes. Les pages qui suivent auront pour objet de définir qui étaient ces conquistadores du Río de la Plata, en étudiant notamment leur provenance géographique et leur origine sociale.

Fig. 1. — L’émigration espagnole vers le Río de la Plata, la Nouvelle-Espagne et le Pérou, d’après Peter Boyd Bowman et José Luis Martínez.

IV.1 Un nombre élevé de conquistadores étrangers

  • 10 Peter Boyd Bowman, op. cit., p. XXXIII.
  • 11 José Luis Martínez, op. cit., p. 164, 167 et 170.
  • 12 Ce pourcentage a été calculé à partir du tableau synthétique réalisé par José Luis Martínez grâce (...)
  • 13 Peter Boyd Bowman, op. cit., p. XXXIV.

3Peter Boyd Bowman et José Luis Martínez ont affirmé que le Río de la Plata fut au xvie siècle la province des Indes Occidentales où se concentra le plus grand nombre de conquistadores d’origine étrangère. Ainsi, pour la période 1520-1539, 11,9 % des passagers ayant débarqué dans le Río de la Plata n’étaient pas originaires d’Espagne10. Ce pourcentage atteignit 13,2 %pour la période 1540-1559 pour passer à 10,6 % au cours des années 1560-157911. Cela nous donne une moyenne de 11,9 % entre 1520 et 1579, pourcentage très élevé si l’on considère qu’à la même période, les étrangers ne représentaient que 3,1 % des conquistadores du Nouveau Monde12. Par ailleurs, Boyd Bowman estime que 23,3 % des Européens arrivés avec Mendoza ou Cabeza de Vaca et s’étant installés à Asunción n’étaient pas d’origine espagnole13.

  • 14 Silvio Zavala, Orígenes de la colonización en el Río de la Plata, Mexico, Colegio Nacional, 1977, (...)
  • 15 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., 1943.
  • 16 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18.
  • 17 Ibid., p. 21.
  • 18 Voir chapitre II, p. 88 et suiv.
  • 19 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 30.

4Silvio Zavala a repris les travaux de Boyd Bowman pour s’intéresser plus particulièrement au Río de la Plata. L’historien mexicain a ainsi identifié mille quatre-vingt-huit pobladores du Río de la Plata, dont neuf cents étaient arrivés avec Mendoza. Parmi eux, cent vingt-neuf étaient étrangers (cinquante-neuf Portugais, vingt-cinq Flamands, vingt-cinq Italiens, sept Français, six Allemands, quatre Anglais, deux Grecs et un Hollandais)14. À partir des travaux de Ricardo de Lafuente Machain15, Richard Konetzke a pour sa part recensé soixante-douze étrangers sur mille quarante-cinq participants à l’expédition de Mendoza. Parmi ces étrangers, on trouve trente-trois Portugais, vingt-deux Néerlandais (ou Flamands), cinq Français, quatre Allemands, quatre Anglais et quatre Italiens16. En ce qui concerne les Européens arrivés dans le Río de la Plata avec Alonso Cabrera, Konetzke a dénombré neuf Portugais et trois Flamands17. La même année (1538), le Génois León Pancaldo arriva par accident à Buenos Aires, en compagnie d’une soixantaine de personnes, la plupart d’origine italienne18. Enfin, parmi les cent cinq personnes de l’expédition de Sanabria identifiées par Lafuente Machain, Konetzke a retrouvé un Français et un Italien19.

  • 20 « Los españoles que estan en el Rio de la plata han estado en aquellas Prouincias en las jornadas (...)

5Plusieurs sources premières confirment la présence massive d’étrangers parmi les conquistadores du Río de la Plata. Un document non daté, mais rédigé vraisemblablement vers 1569, dresse des listes de personnes arrivées dans les provinces du Plata depuis 1536, en compagnie de Pedro de Mendoza, Alonso Cabrera, León Pancaldo, Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Juan de Salazar et l’évêque Pedro Fernández de la Torre20. Trois autres listes figurent également dans ce document : celle des conquistadores arrivés avec Sébastien Cabot et ayant rejoint les troupes de Mendoza, une autre de ceux qui arrivèrent du Pérou avec Nufrio de Chaves en 1550, ainsi qu’une liste des personnes arrivées des côtes brésiliennes entre 1550 et 1565. Bien qu’incomplètes, ces listes peuvent nous donner une idée du pourcentage de conquistadores étrangers s’étant rendus dans les provinces du Río de la Plata. Un total de deux cent quatre-vingt-dix personnes figure sur ces listes, mais nous n’en retiendrons que deux cent quarante-cinq, la nationalité des quarante-cinq autres étant incertaine. Sur les deux cent quarante-cinq personnes retenues, on trouve un total de soixante étrangers, soit près du quart (24,5 %) des individus concernés. Parmi ces étrangers, on compte trente et un Portugais, onze Italiens, dix Flamands, trois Français, trois Grecs et deux Anglais.

  • 21 Pedro Méndez (testament daté de 1551, A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126), Domingo Martínez (testame (...)
  • 22 Arnao Esterlin (testament daté de 1591, A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2) et Marcos Hens (testament (...)
  • 23 Mateo Díaz (testament daté de 1553, A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119).

6Nous avons par ailleurs consulté cent cinquante et un dossiers testamentaires concernant des personnes décédées dans le Río de la Plata entre 1543 et 1602. Cinquante-trois de ces documents indiquent l’origine des défunts. Parmi eux, on trouve quarante-deux Espagnols et neuf personnes d’origine étrangère : six Portugais21, deux Allemands22 et un Italien23.

7Nos observations confirment donc les statistiques de Richard Konetzke, d’après lesquelles le plus grand nombre d’étrangers ayant participé à la conquête du Río de la Plata étaient des Portugais, suivis en premier lieu par les Italiens, les Flamands et les Allemands, puis par les Français, les Anglais et les Grecs. Le pourcentage élevé d’étrangers parmi les conquistadores et colons du Río de la Plata s’explique de façon différente suivant le pays dont ils étaient originaires.

IV.1.1 Les conquistadores et colons portugais

8La présence massive de sujets portugais dans le Río de la Plata n’est pas propre à cette province. Tout d’abord, les marins et pilotes portugais avaient depuis toujours participé à des expéditions de découverte ou de conquête dans les provinces espagnoles des Indes Occidentales, y occupant parfois des postes importants. L’expérience des Lusitaniens en matière de navigation, ainsi que leur connaissance de l’Océan Atlantique ne pouvaient qu’être favorables au bon déroulement de ces expéditions. Ainsi, de nombreux marins portugais s’étaient installés à Séville ou à Triana afin de proposer leurs services à ceux qui préparaient de nouvelles flottes à destination du Nouveau Monde. Parmi les membres d’équipage, les marins portugais étaient parfois plus nombreux que les espagnols. Ce fut le cas, notamment, pour l’expédition de Pedro de Mendoza. Comme ce dernier ne parvenait pas à recruter un nombre suffisant de marins et pilotes espagnols, une cédule royale datée du 19 juillet 1535 l’avait autorisé à engager des hommes de mer étrangers, en particulier portugais :

  • 24 « R. C. a don Pedro de Mendoza... », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 70 r°-v° (im. 14 (...)

Don Pedro de Mendoça nuestro gouernador y capitan general de la prouinçia del Rio de la Plata visto he lo que de vuestra parte me ha sido suplicado que porque no hallays maestres pilotos y marineros que quieran yr con vos al dicho Rio sy no son portugueses o otros estrangeros os diese licencia para que los pudiesedes llevar y ahunque como sabeys yr a aquella prouincia personas no naturales de nuestros Reynos espeçialmente portugueses podría traer ynconvenyente por la mucha confiança que el emperador my señor e yo [la Reina] tenemos de vuestra persona he acordado de os lo rremytir y asi os encargo y mando procureys que los maestres e pilotos y marineros que llevardes en esa Armada sean naturales de los nuestros Reynos y no los pudiendo hauer os doy licencia para que podais llevar con vos los que de los dichos estrangeros a falta de naturales no pudierdes escusar y estos sean los de mas confiança que vierdes24.

  • 25 Voir chapitre I, p. 22 et suiv, et chapitre II, p. 70 et suiv.

9Les autorités castillanes auraient préféré que le premier Adelantado ne recrutât que des marins et pilotes espagnols, afin d’éviter tout risque d’espionnage ou de trahison de la part de sujets étrangers. Les Portugais étaient particulièrement suspects aux yeux de la Couronne espagnole en raison de la rivalité qui opposait Charles Quint à Jean III au sujet du Río de la Plata25. Or, si l’Espagne voulait atteindre la région avant le Portugal, il fallait que Mendoza quitte Séville au plus vite. Celui-ci ayant déjà pris beaucoup de retard dans ses préparatifs, la Couronne préféra autoriser l’embarquement de sujets étrangers plutôt que de risquer de perdre la course qui s’était engagée entre les deux nations ibériques. Les Portugais étant les plus nombreux parmi les candidats au départ pour le Río de la Plata, ils furent les étrangers les plus représentés au sein de l’équipage de Pedro de Mendoza.

10Bientôt, ces licences exceptionnelles ne concernèrent plus seulement le recrutement de pilotes ou de marins, mais également celui de pobladores souhaitant s’installer dans le Río de la Plata avec leur épouse :

  • 26 R. C. du 12 mars 1549, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 264 r°-v° (im. 305-306).

Nuestros ofiçiales que rresidis en la cibdad de Seuilla en la casa de la contrataçion de las Yndias por parte de Albar Nuñez Cabeça de Vaca me ha sido hecho rrelaçion que algunos portugueses casados visto como el va a la prouinçia del Rio de la Plata han determinado de yrse con el para el Peru a bibir e permanesçer en ella e me supplico vos mandase que libremente les dexasedes pasar sin que en ello les pusiesedes ympedimento alguno o como la mi merced fuese e yo touelo por bien por ende yo vos mando que a los portugueses casados que quisieren yr a la dicha provinçia del Rio de la Plata llevando consigo sus mugeres los dexeis y consyntais pasar syn que en ello le pongais ni consyntais poner enbargo ny ympedimyento alguno26.

  • 27 Voir chapitre II, p. 80 et suiv.

11Cette cédule du 23 juin 1540 montre qu’après avoir conquis le Río de la Plata, les autorités souhaitaient maintenant occuper et peupler le territoire. Pour cela, il fallait trouver des volontaires prêts à s’installer de façon durable dans la région. Or, les nouvelles qui commençaient à arriver de la « Province Géante des Indes » n’encourageaient pas les départs vers cette partie du Nouveau Monde, apparemment pauvre et peuplée d’Indiens hostiles27. C’est ainsi que — ironie du sort — la Couronne espagnole autorisa le départ de colons portugais, afin de peupler une région menacée par d’éventuelles incursions brésiliennes.

  • 28 R. C. du 12 mars 1549, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 264 r°-v° (im. 305-306).

12À mesure que les espoirs de découvrir une quelconque source de richesse dans le Río de la Plata s’amenuisaient, le désintérêt des Espagnols pour cette province reculée devint de plus en plus évident. Tout au long du xvie siècle, la Couronne délivra donc de nouvelles licences autorisant l’embarquement de Portugais pour le Río de la Plata. Ainsi, le 12 mars 1549, le jeune Adelantado Diego de Sanabria fut autorisé, dans le cas où il ne trouverait pas de volontaires espagnols, à recruter dans sa flotte des sujets portugais28. En 1571, une autre licence permit à Juan Ortiz de Zárate d’emmener deux pilotes portugais à bord de ses navires :

  • 29 R. C. du 4 juin 1571, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 4, f° 66 r°-v° (im. 141-142). Voir au (...)

Nuestros officiales que residis en la ciudad de Seuilla en la casa de la contratacion de las Yndias yo vos mando que dexeis y consintais lleuar a las Prouincias del Rio de la Plata al adelantado Joan Ortiz de Çarate cauallero de la orden de Sanctiago a un piloto portugues para que ande en la armada que el dicho adelantado a de lleuar a las dichas Prouincias sin que le pidais ni demandeis informacion alguna no embargante que sea de nacion portugues (sic) y lo que cerca dello esta por nos proueydo y mandado y demas de otro piloto portugues que por nos a sido dada licencia que pueda lleuar llamado Benito Luis29.

  • 30 José Luis Martínez, op. cit., p. 33.
  • 31 Peter Boyd Bowman, op. cit., tab. IV.
  • 32 Mario Javier Saban, Los marranos y la economía en el Río de la Plata, Buenos Aires, Galerna, 1993, (...)

13En temps normal, tout passager désirant se rendre dans les provinces espagnoles des Indes Occidentales devait prouver qu’il ne faisait pas partie des « personnes interdites » par les lois de Castille, à savoir les sujets de royaumes étrangers, les juifs et les judéo-convers, les maures et les morisques, les gitans, les hérétiques, ainsi que leurs enfants ou petits-enfants30. Le nombre réduit de volontaires espagnols obligea pourtant la Couronne de Castille à fermer les yeux sur la « qualité » des candidats au départ pour le Río de la Plata. C’est ainsi que tout au long du xvie siècle, de nombreux Lusitaniens, en majorité d’anciens marins31, s’installèrent à Asunción, dans le Guairá ou, à partir de 1580, dans le port de Buenos Aires. La plupart d’entre eux se consacrèrent à des activités commerciales, artisanales ou agricoles32.

  • 33 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436 ; Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit.(...)
  • 34 Il s’agit de Jácome de Paiva, Pero Méndez, Gregorio de Acosta, Vasco de la Rua, Juan Xara, Francis (...)
  • 35 Il s’agit de Cristóbal de Beso, Pantaleón, Jorge de Almadana, Lorenzo Yañez et Fructos. Source : « (...)
  • 36 Il s’agit d’Antonio Fernández, Mateo Fernández, Manuel Camelo et Pedro González. Source : « Liste (...)
  • 37 Il s’agit de Gaspar Fernández. Source : « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (...)

14La majorité de ces Portugais étaient venus directement d’Espagne, grâce aux licences qui leur étaient régulièrement accordées. Zavala et Konetzke ont respectivement dénombré cinquante-neuf et trente-trois Portugais arrivés en 1536 avec Mendoza, l’historien allemand en ayant recensé neuf autres arrivés dans le Río de la Plata en 1538, en compagnie d’Alonso Cabrera33. Nous avons pour notre part identifié dix-sept Portugais faisant partie de l’expédition de Mendoza34, cinq qui arrivèrent en 1538 avec Alonso Cabrera35, quatre venus en 1541 avec Alvar Núñez Cabeza de Vaca36, et un dernier qui arriva à Asunción en 1556, en compagnie de Juan de Salazar, qui avait pris le commandement de l’expédition des Sanabria37.

  • 38 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).
  • 39 Voir chapitre II, p. 134 et suiv.
  • 40 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).
  • 41 Ces onze personnes étaient María de Bato, l’épouse de Scipión de Gões, Manuel Fernández, Alonso Fa (...)

15D’autres Portugais arrivèrent dans le Río de la Plata par des chemins détournés. Les premiers furent les membres de l’expédition de Cabot qui étaient restés sur les côtes brésiliennes après le retour de ce dernier en Europe. Lorsque Pedro de Mendoza atteignit l’Amérique australe, ces hommes se joignirent aux troupes du premier Adelantado. Parmi ces hommes, se trouvait le Portugais Hernando de Ribera, originaire de l’Algarve38, qui participa activement à la Gran Entrada de Los Reyes organisée par Alvar Núñez en 154339. En 1550, Nufrio de Chaves rentra du Pérou accompagné d’une quarantaine de conquistadores ayant quitté les régions andines pour s’installer à Asunción. La liste de 1569 mentionne vingt et une personnes ayant fait partie du voyage, parmi lesquelles figure le Portugais Pedro Díaz Matajudeos40. Ce même document fournit également une liste de quatorze personnes arrivées du Brésil entre 1550 et 1565. Nous ne connaissons la nationalité que de trois de ces personnes : l’Espagnol Cristóbal Caballero et les Portugais Scipión et Vicente de Gões. Cela dit, étant donnée leur provenance, il est probable que la plupart des autres personnes figurant sur cette liste aient été de nationalité portugaise41.

16La présence de Portugais dans les colonies américaines’était toutefois considérée comme dangereuse par les autorités espagnoles. La Couronne craignait tout d’abord que les Lusitaniens se rendant dans le Río de la Plata ne fournissent des renseignements sur la région aux autorités de Lisbonne, ce qui aurait mis l’estuaire et la ligne de Tordesillas en danger.

  • 42 Clara E. Cohan, op. cit., p. 52-53.
  • 43 Albert Alain Bourdon, Histoire du Portugal, Paris, Chandeigne, 1994, p. 46.

17Par ailleurs, les Portugais du Brésil étaient souvent, à tort ou à raison, soupçonnés de crypto-judaïsme42. En 1492, le roi Jean II du Portugal avait autorisé de nombreux Juifs expulsés d’Espagne à se réfugier sur son territoire. À partir de 1497, ces Juifs furent contraints de se convertir, sous peine de devoir quitter le Portugal. Cette politique se renforça avec la proclamation des Ordenaçoes manuelinas, en 152143 et au lendemain de l’instauration de l’Inquisition au Portugal, en 1536. Ainsi, dès le début du xvie siècle, de nombreux juifs ou judéo-convers portugais se réfugièrent au Brésil. Certains se rendirent ensuite dans les provinces du Río de la Plata, lorsque celles-ci commencèrent à se développer.

  • 44 Clara E. Cohan, op. cit., p. 65.

18Bien que tous les Portugais du Río de la Plata ne fussent pas juifs ou judéo-convers, certains commissaires ou « familiers » du Tribunal de l’Inquisition de Lima profitèrent du climat de suspicion qui régnait pour se débarrasser de leurs rivaux politiques ou économiques en les accusant d’hérésie. Ainsi, en tant que commissaire de l’Inquisition dans la ville d’Oropesa dans le Guairá, l’archidiacre Martín del Barco Centenera fit publier des bans accusant certains vecinos portugais d’être d’origine juive ou musulmane. En 1591, ces accusations s’étant révélées mensongères, il fut condamné à une amende de deux cent cinquante pesos et privé de toute fonction inquisitoriale44.

  • 45 Boleslao Lewin, « Los portugueses en Buenos Aires en el periodo colonial », in VIo Congreso Intern (...)

19Les Portugais étaient donc considérés comme un danger à la fois politique, religieux et économique. Dès que la route maritime menant aux côtes brésiliennes et à l’estuaire du río de la Plata fut mieux connue des pilotes et marins espagnols, le nombre de Portugais diminua sensiblement à bord des navires qui se rendaient dans le Río de la Plata. En revanche, et malgré les précautions prises par les autorités civiles et religieuses espagnoles, on ne parvint pas à empêcher les Portugais du Brésil de se rendre dans le Río de la Plata et leur nombre continua d’augmenter jusqu’au début du xviie siècle. Boleslao Lewin a estimé qu’en 1619, près de deux cents habitants de Buenos Aires étaient portugais, sur une population totale à peine supérieure au millier d’individus45.

IV.1.2 Allemands et Flamands dans le Río de la Plata

  • 46 Thomas Gomez, L’invention de l’Amérique. Rêve et réalité de la Conquête, Paris, Aubier Histoire, 1 (...)
  • 47 Voir la « Note de l’éditeur » dans Ulrich Schmidel, op. cit., p. 25.

20Si l’arrivée de Portugais dans le Río de la Plata est due en grande partie au manque de marins espagnols expérimentés, celle des Allemands et des Flamands est liée à la personne de Charles Quint et se limite d’ailleurs au règne de ce dernier. L’empereur avait tacitement autorisé tous les sujets de son empire, même s’ils n’étaient pas espagnols, à émigrer vers le Nouveau Monde46. Certains banquiers et négociants allemands avaient également obtenu le droit de commercer avec les colonies de l’Amérique hispanique, les Fugger et les Welser étant les exemples les plus connus47.

  • 48 Germán Arciniegas, Los alemanes en la conquista de América, Buenos Aires, Losada, 1941, p. 159-161
  • 49 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 39.
  • 50 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », in Anales de la Biblioteca, Buenos Aires, Coni Herman (...)
  • 51 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n, (im. 5-15).
  • 52 A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2.

21En ce qui concerne le Río de la Plata, les Welser participèrent à l’expédition de Cabot, qui devait en principe se rendre aux Moluques. Le retour de Cabot en Europe, avec de nombreux renseignements sur la Sierra de la Plata et quelques échantillons d’argent récupérés auprès des Indiens qui avaient côtoyé Aleixo García, encouragea plusieurs aventuriers et hommes d’affaires allemands à participer également à l’expédition de Pedro de Mendoza48. Le plus célèbre d’entre eux, le Bavarois Ulrich Schmidel, évoque la présence parmi les membres de l’équipage de « cent cinquante Allemands de la Haute-Allemagne, des Hollandais et quelques Saxons49 ». Cette affirmation a été revue à la baisse par Paul Groussac, qui estime quant à lui que l’on ne comptait que soixante-deux Allemands ou Hollandais à bord des navires du premier Adelantado50. On remarque ici que Groussac ne fait pas la distinction entre Allemands et Flamands. En effet, les sources premières ne sont pas toujours explicites sur la provenance exacte des conquistadores étrangers. Ainsi, un même individu peut figurer en tant qu’Allemand dans un document alors qu’il est présenté comme Flamand dans un autre. Citons à ce propos l’exemple d’Arnao Esterlin : recensé en tant que Flamand sur la liste de 156951, l’intéressé déclara être Allemand dans le testament qu’il rédigea en 159152.

  • 53 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 39.
  • 54 Germán Arciniegas, op. cit., p. 161-164.
  • 55 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18.
  • 56 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436.
  • 57 Roberto LehmannNitsche, « Los primeros alemanes en el Río de la Plata », in Fénix, año IV, no 3, B (...)

22Quoi qu’il en soit, nous connaissons seulement l’identité de quelques-uns de ces expéditionnaires d’Europe du nord. Schmidel nomme un seul des Allemands ayant participé à l’expédition de Mendoza. Il s’agit de Heinrich Peime, facteur de Sébastien Neudhart et Jacques Welser53. Germán Arciniegas a identifié deux autres Allemands faisant partie de l’expédition de Mendoza : Hans Bunberke, ancien compagnon de voyage de Cabot, et Hans Strobo, originaire de Vienne54. Nous arrivons ainsi au chiffre de quatre conquistadores allemands identifiés dans l’expédition de Mendoza, chiffre également avancé par les travaux de Richard Konetzke55. Si l’on y ajoute Arnao Esterlin, on obtient un total de cinq Allemands parmi les expéditionnaires de Mendoza. Précisons enfin que Silvio Zavala a recensé six conquistadores germaniques dans son ouvrage sur le Río de la Plata56, sans préciser toutefois leur identité. En ce qui concerne les Allemands arrivés avec Alvar Núñez Cabeza de Vaca, nos connaissances sont encore plus limitées puisque le seul nom dont nous disposons est celui du jeune fifre Piewes, cité par Lehmann-Nitsche dans un article de 192657.

  • 58 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436 ; Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit.(...)
  • 59 Carlos Dubrin, né en 1518, est souvent présenté comme le frère de lait de l’empereur, mais Roberto (...)
  • 60 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 342-343.
  • 61 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

23Les origines flamandes de Charles Quint firent que plusieurs de ses compatriotes participèrent à l’expédition de Pedro de Mendoza. Silvio Zavala en a dénombré vingt-six (vingt-cinq Flamands et un Hollandais) grâce aux travaux de Boyd Bowman, et Richard Konetzke vingt-deux grâce à ceux de Lafuente Machain58. Les plus connus sont sans doute les frères Dubrin, Carlos et Francisco, originaires de Gand et proches de l’empereur59. Citons aussi Simón Jaques, né à Anvers et vivant encore à Asunción en 1593, à l’âge de 83 ans60. Ce dernier figure dans la liste de 1569, dans laquelle on trouve également les noms de Leonardo Flamenco, Sebastián de León, Jácome Brunel et Arnao Esterlin, bien que ce dernier fût en réalité Allemand. De même, nous pensons avoir identifié les trois Flamands recensés par Konetzke dans l’expédition d’Alonso Cabrera, à savoir Juan Lombardero, Luis Alegre et le tailleur Martiniano. Enfin, deux autres Flamands figurent parmi les compagnons de voyage d’Alvar Núñez : Pedro Isbrán et un certain Cornelis61.

  • 62 Emilio Coni, op. cit., p. 77-78.

24Pas plus que Zavala ou Konetzke, nous n’avons retrouvé la trace d’Allemands ou de Flamands dans les expéditions de Diego de Sanabria et de Juan Ortiz de Zárate, respectivement troisième et quatrième Adelantados du Río de la Plata. Cela s’explique sans doute par les soupçons qui commencèrent à peser sur toute personne originaire des Flandres ou des provinces germaniques, conséquence de la montée du luthéranisme dans les régions d’Europe du nord. Ainsi, après l’abdication de Charles Quint, Flamands et Allemands commencèrent à être poursuivis pour hérésie, aussi bien en Espagne que dans le Nouveau Monde. À l’instar des Portugais, les Européens du Nord furent vite considérés comme une menace d’ordre religieux — et donc politique — qu’il fallait maintenir éloignée des colonies américaines. Dès 1561, les autorités castillanes limitèrent donc le droit des Européens du Nord à circuler dans les provinces espagnoles d’Outre-mer62.

IV.1.3 Les Italiens

25Les Italiens constituent le troisième groupe d’étrangers ayant participé à la conquête du Río de la Plata, et ce dès l’expédition de Mendoza. Tout comme les autres étrangers, leur départ était soumis à une autorisation royale rédigée en ces termes :

  • 63 « Real Cédula a Otabián de Herrera, 06-08-1534 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 19 (...)

Por la presente doy licencia y facultad a vos Otabian de Herrera vecino de Ferrara que es en Ytalia para que podays pasar y paseys a la provincia del Rio de la Plata cuya governacion thenemos encomendada a don Pedro de Mendoça syn que en ello vos sea puesto embargo ni impedimento alguno63.

  • 64 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436.
  • 65 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18.
  • 66 « Memoria de los hombres que están vivos en el Río de la Plata, que vinieron en la armada de Pedro (...)
  • 67 Enrique de Gandía, Los primeros italianos en el Río de la Plata, Buenos Aires, A. García Santos, 1 (...)
  • 68 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 48 et 661.
  • 69 Ibid., p. 261.
  • 70 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

26Bien que nous ignorions si Otabián de Herrera se rendit finalement en Amérique ou pas, ce document montre que l’empereur ne s’opposait pas au départ de quelques sujets italiens. Le caractère fragmentaire des sources à notre disposition rend difficile toute évaluation concernant leur nombre exact. Alors que Silvio Zavala mentionne la présence de vingt-cinq Italiens dans l’expédition de Mendoza64, Konetzke n’en a pour sa part recensé que quatre65, parmi lesquels Leonardo Gribeo, qui vivait encore en 156966. Enrique de Gandía cite quant à lui les noms de Pedro Genovés et Pedro Frincirme, tous deux génois, Yácome Burnengo, Francisco Barla, Sebastián, tambour de l’armée, et Diego Bernardo de Urlando, originaire de Trapani67. Seul le départ de ces deux derniers a été confirmé par Lafuente Machain68. En ce qui concerne Pedro Genovés, il fut recueilli par Gonzalo de Mendoza sur l’île de Santa Catalina69. Ces premiers Italiens du Río de la Plata furent bientôt rejoints par ceux qui traversèrent l’Atlantique à bord des navires commandés par Alonso Cabrera. Sur les trois individus mentionnés par Konetzke, nous avons identifié Francisco Rabano et Francisco Areco, tous deux originaires de Gênes70.

  • 71 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 22.
  • 72 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 145.
  • 73 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).
  • 74 Enrique de Gandía, Los primeros italianos..., p. 36.
  • 75 Ibid., p. 26-41.
  • 76 Enrique de Gandía & Manuela Fernández Reyna, León Pancaldo y la primera expedición genovesa al Río (...)
  • 77 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 55, 76, 82, 150, 174, 197, 214, 215, 489, 5 (...)
  • 78 Ibid., p. 82, 261, 287 et 355.
  • 79 Ibid., p. 141, 238, 443, 491, 543, 601 et 626.

27C’est au début de l’année 1538 que le plus gros contingent d’Italiens arriva à Buenos Aires, à bord des navires commandés par León Pancaldo et Juan Pedro de Vivaldo. Richard Konetzke avance le nombre de soixante personnes au total, dont la majorité provenait d’Italie71. Le nom de certains d’entre eux apparaît pour la première fois dans la chronique de Ruy Díaz de Guzmán en 1612. Il s’agit de Pedro Antonio de Aquino, Tomás Rizo et Bautista Troche72. La liste des passagers que nous avons trouvée à Séville précise que Pedro Antonio de Aquino et Tomás Rizo étaient Florentins73. Dans un ouvrage de 1932, Enrique de Gandía dresse une liste plus exhaustive des compagnons de Pancaldo et Vivaldo74. Il nomme ainsi Scipión de Grimaldo et Juan Bartolomé, facteurs de l’expédition, Nicolás Levantín et Bernardo Ginovés, Esteban Salvago (génois), Ángel de Castelano (napolitain), Bartolomé de Fuia, Leonardo Sardo, Bautista Parma Valbuena (génois), Gerónimo Rigón (génois), Juan Motán (génois), Bartolomé Rabano, Mariano Delipor et Pedro Veneciano75. En 1937, Gandía compléta cette liste en y ajoutant les noms de Benito de Basinana, Esteban Cintana, Batista Bafeo, Batista Paranza, Antonio de Ecogua Genovés, Lorenzo Fabiano, Tomás Farco et Francisco Rabano76. Or, nous avons vu que Francisco Rabano était arrivé dans le Río de la Plata en compagnie d’Alonso Cabrera. La liste de Gandía est donc à manier avec prudence. En outre, Ricardo de Lafuente Machain n’a confirmé la présence à bord des navires de Pancaldo et Vivaldo que de treize personnes sur les vingt-cinq que nous venons de citer77. En ce qui concerne Scipión de Grimaldo, Juan Bartolomé, Nicolás Levantín et Bernardo Ginovés, Lafuente Machain affirme qu’ils faisaient partie de l’équipage d’Alvar Núñez et non de celui de Pancaldo78 S’il ne conteste pas la présence d’Esteban Salvago, Ángel de Castelano, Bartolomé de Fuia, Leonardo Sardo, Bautista Parma Valbuena, Gerónimo Rigón et Juan Motán dans le Río de la Plata, Lafuente Machain ne se prononce pas sur l’expédition dont ils faisaient partie79. Enfin, Pedro Veneciano est tout simplement absent de son dictionnaire biographique.

  • 80 Enrique de Gandía, Los primeros italianos..., p. 41-45.
  • 81 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 123, 148, 230, 243, 264, 287, 346, 451, 633 (...)
  • 82 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).
  • 83 A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119.
  • 84 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 178.

28Comme l’a affirmé Lafuente Machain, plusieurs Italiens arrivèrent dans le Río de la Plata en compagnie d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca. Enrique de Gandía nous livre le nom de quatorze d’entre eux : Juan « de Nápoles » et Leonardo Tragoneta, originaires de Naples, Juan Verti et Juan Uti, de Lucques, Nicolás Florentín et Nicolau, tous deux de Florence, Jácome de Cerrisclo, dont nous ignorons la provenance exacte, ainsi que les Génois Francisco Ynterario Ganbarro — plus connu sous le nom de Gambarrota — Sebastián Ginovés, Sciprión Ginovés, Bartolomé Justiniano, Antonio Camero, Bartolomé Serbari et Scipión de Grimaldo80.À propos de ce dernier, on remarque que Gandía le fait également figurer dans la liste des compagnons de Pancaldo. Nous n’avons malheureusement trouvé aucun document nous permettant de déterminer si Grimaldo arriva en compagnie de Pancaldo ou d’Alvar Núñez. La deuxième hypothèse a toutefois été adoptée par Lafuente Machain, qui confirme l’arrivée de douze Italiens sur les quatorze cités par Gandía à bord des navires du deuxième Adelantado81. Les seuls noms à ne pas figurer dans son dictionnaire biographique sont Sciprión Ginovés et Juan Uti, mais il n’est pas impossible que Scipión de Grimaldo et Sciprión Ginovés soient en fait une seule et même personne, tout comme Juan Verti et Juan Uti. Ainsi, presque tous les expéditionnaires italiens cités par Gandía semblent effectivement être arrivés dans le Río de la Plata avec la flotte d’Alvar Núñez. Un doute subsiste cependant à propos d’Antonio Camero, cité dans l’ouvrage de Lafuente Machain, sans qu’il soit précisé s’il est arrivé avec Alvar Núñez ou non. Nous avons pour notre part recensé huit Italiens arrivés dans le Río de la Plata avec le deuxième Adelantado. Il s’agit d’une part de Maese Luis, calfat originaire de Venise, de Nicolás Florentín, barbier, d’un deuxième Nicolás Florentín, charpentier, de Juan de Orona, Sicilien, d’Estamate Cámara et de Bernardo Ginovés qui apparaissent dans la liste de 1569 conservée à Séville82. Ajoutons à cette liste le nom de Mateo Díaz, Génois dont nous avons retrouvé le testament83, rédigé en 1553, et qui figure dans le dictionnaire biographique de Lafuente Machain’en tant que membre de l’équipage d’Alvar Núñez84.

  • 85 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 30.
  • 86 Enrique de Gandía, Los primeros italianos..., p. 60.

29Contrairement aux Allemands et aux Flamands, quelques Italiens participèrent également aux expéditions de Juan de Sanabria et de Juan Ortiz de Zárate. Richard Konetzke a relevé la présence d’un Italien parmi les membres de l’expédition du troisième Adelantado85 ; Enrique de Gandía affirme quant à lui que Jácome Labaje, marin de Gênes, et Gerónimo Majuelo, originaire de Sicile, se trouvaient à bord des navires commandés par Ortiz de Zárate86. Gandía et Lafuente Machain ont également relevé de nombreux autres patronymes de conquistadores et colons italiens, mais nous ignorons dans quelles circonstances ils arrivèrent dans le Río de la Plata.

30Si l’expédition de Pancaldo et Vivaldo est à l’origine de l’arrivée du plus gros contingent d’Italiens dans le Río de la Plata, plusieurs d’entre eux furent recrutés par des expéditionnaires espagnols, comme Alonso Cabrera ou Alvar Núñez Cabeza de Vaca. Nous avons vu comment les difficultés que ces derniers rencontraient à l’heure de former leur équipage obligèrent la Couronne espagnole à autoriser le recrutement des volontaires étrangers. Les marins et artisans italiens étant nombreux à Séville, certains d’entre eux s’embarquèrent donc pour le Río de la Plata.

IV.1.4 Autres étrangers dans la conquête du Río de la Plata

  • 87 Richard Konetzke, América Latina..., p. 56.
  • 88 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 94 r° (im. 199).
  • 89 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436 ; Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit.(...)
  • 90 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).
  • 91 Ibid., f° s/n (im. 5-15).
  • 92 A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 150 (1556).

31S’il est indéniable que les Portugais, les Allemands, les Flamands et les Italiens constituèrent les groupes les plus importants de conquistadores étrangers dans le Río de la Plata, d’autres nations européennes y furent également représentées. Nous avons vu que Charles Quint avait autorisé les sujets étrangers des provinces de son empire à émigrer vers le Nouveau Monde. Cependant, il s’opposait à ce que des sujets de royaumes ennemis, comme la France, s’y rendissent87. Quelques Français furent pourtant autorisés à effectuer le voyage vers le Río de la Plata, comme l’indique une cédule du 20 avril 1537, recommandant Marcos Moreo et Pruden Mogin, « borgoñones vasallos de su majestad88 ». De même que les Flamands et les Allemands, les Bourguignons furent autorisés à se rendre aux Indes Occidentales en tant que sujets de l’empire de Charles Quint. Si le départ de Moreo et Mogin n’est attesté par aucun document connu, d’autres Français ont été recensés dans plusieurs expéditions vers le Río de la Plata. Silvio Zavala et Richard Konetzke ont relevé la présence de sept Français parmi les membres de l’équipage de Mendoza89. Dans la liste des passagers que nous avons retrouvée à Séville, nous avons pu en identifier deux : Francisco Timón et Rodrigo de los Ríos, deux tonneliers originaires de Bretagne90. Par ailleurs, parmi les expéditionnaires de Sanabria arrivés à Asunción en compagnie de Juan de Salazar, se trouvait un charpentier français nommé Diego de León91. Enfin, une lettre écrite en 1556 par Alonso García Agudo cite le nom du Français Juan Polvorista92, sans que nous connaissions la date ou les circonstances de son arrivée à Asunción. Il apparaît donc que, malgré les restrictions imposées par l’empereur, quelques Français — et pas seulement des Bourguignons — purent s’embarquer pour le Río de la Plata.

  • 93 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436 ; Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit.(...)
  • 94 Enrique de Gandía, Los primeros italianos..., p. 23-25.
  • 95 « R. C. a Enrique Paterni, inglés, 19-07-1534 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 18 r (...)
  • 96 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).
  • 97 Ibid., f° s/n (im. 5-15).
  • 98 Voir chapitre III, p. 183 et p. 202.

32De la même manière, quelques Anglais figurent parmi les conquistadores et colons de la province. Zavala et Konetzke en ont tous deux recensé quatre dans l’expédition de Mendoza93. Enrique de Gandía a affirmé que le nom de Roberto Briche, marin anglais, figurait dans certains documents relatifs au procès Osorio94. Nous avons pour notre part retrouvé une cédule autorisant le départ de l’Anglais Enrique Paterni pour le Río de la Plata95, mais nous ignorons si ce dernier prit effectivement la mer ou non. Par ailleurs, le nom du forgeron Richarte Limón figure dans la liste de 156996. Dans le même document, il apparaît également qu’un certain Juan Rute, marin anglais, était arrivé à Buenos Aires en 1538, à bord des navires de Pancaldo et Vivaldo97. Enfin, et bien qu’il ne figure sur une aucune liste, il ne faut pas oublier de mentionner la présence au Paraguay de l’Anglais Nicolás Colman, qui participa à plusieurs soulèvements de colons dans le Guairá98.

  • 99 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15). Le nom d’Estamate de Candia (...)
  • 100 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436.

33Nous terminerons cet inventaire des étrangers ayant participé à la conquête du Río de la Plata par le cas de deux membres de l’expédition d’Alvar Núñez : Miguel et Estamate de Candia. Dans la liste des passagers que nous avons retrouvée à Séville, le premier est présenté en ces termes : « Miguel de Candia, natural della, maestro de nauios99. » Ledit Miguel semble donc avoir été originaire de l’île de Candie, autrement dit de Crète. Les patronymes indiquant souvent l’origine des conquistadores, notamment lorsque ceux-ci étaient étrangers aux royaumes d’Espagne, il est fort probable qu’Estamate de Candia fût également crétois. Toutefois, seules les affirmations de Silvio Zavala semblent corroborer cette hypothèse100, aucun de ces deux Candia ne figurant dans le dictionnaire de Lafuente Machain.

34Le manque d’engouement dont faisaient preuve les marins et artisans espagnols à l’idée de partir dans le Río de la Plata obligea les autorités espagnoles à tolérer la présence parmi les membres des expéditions de nombreux marins et artisans étrangers. Certains d’entre eux étaient pourtant considérés comme une menace par la Couronne de Castille : les Portugais étaient soupçonnés d’espionnage ou de crypto-judaïsme ; les Flamands, Allemands et Anglais d’hérésie ; les Français d’être des ennemis de l’Espagne et de l’empereur Charles Quint. Il est difficile de dire si ces craintes étaient fondées ou pas. Il semble toutefois que la présence d’autant d’étrangers dans les rangs des conquistadores du Río de la Plata eut quelques conséquences susceptibles d’inquiéter les autorités métropolitaines.

IV.1.5 Des étrangers fauteurs de trouble ?

35Le caractère indéniablement cosmopolite des conquistadores du Río de la Plata constitue l’une des principales originalités de l’histoire de cette région du Nouveau Monde. Malgré les restrictions imposées par les autorités castillanes concernant le recrutement de marins, soldats et colons à destination des Indes Occidentales, de nombreux étrangers purent s’embarquer pour cette région australe. La plupart de ces étrangers étaient, nous l’avons vu, originaires du Portugal, d’Italie, d’Allemagne ou des Flandres. Cela dit, quelques Français, Anglais et même Grecs participèrent activement à la conquête et à la colonisation des provinces du Río de la Plata, notamment celle du Paraguay. Le Bavarois Ulrich Schmidel, premier chroniqueur du Río de la Plata, fut l’un des plus fidèles soldats d’Irala. Le Flamand Carlos Dubrin joua un rôle remarquable lors de certaines entradas ou batailles contre les indigènes. L’Italien Bartolomé Justiniano, rentré en Espagne après l’arrestation et l’expulsion d’Alvar Núñez, fut choisi par les autorités castillanes pour porter à Irala la cédule royale le nommant officiellement gouverneur de la province. Enfin, l’Anglais Nicolás Colman participa à l’occupation du Guairá et à la fondation d’Ontiveros.

  • 101 Cartas de Indias, Madrid, Imprenta de Manuel G. Hernández, 1877.

36Les étrangers du Río de la Plata ne prirent pas seulement part aux expéditions de conquête, mais également au processus de colonisation de la province. En 1556, lors du premier repartimiento effectué par Irala, plusieurs étrangers proches du gouverneur reçurent des encomiendas dans la région d’Asunción. Cela provoqua la colère de certains conquistadores espagnols qui se sentaient lésés par la petite taille — voire l’inexistence — de leur propre encomienda. Ainsi, de nombreuses lettres furent envoyées au Roi pour protester contre les « injustices » commises par Irala. Certaines de ces lettres ont été publiées en 1877101, d’autres sont conservées à Madrid. Parmi ces dernières, figure celle de Juan Muñoz de Carvajal :

  • 102 A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, n° 131 (1556).

[Irala] repartio la tierra y seruicio de los naturales della tomando para si y para cuatro yernos que tiene [...] todo lo más y lo mejor de la tierra y lo demás repartió entre sus amigos y paniaguados [...] y entre estranjeros asi franceses como italianos102.

  • 103 Ibid., no 132 (1556).

37Une autre lettre, écrite par Juan Pavón, accusa Irala d’avoir concédé des encomiendas aux Français et aux Bretons qui se trouvaient dans la région103. Enfin, la requête d’Alonso García Agudo semble confirmer ces allégations :

  • 104 Ibid., no 150 (1556).

Suplico a vuestra alteza atento los travajos que he pasado en seruicio de V. A. que me haga merced de un repartimiento de un frances que se dice Juan Polvorista hierno de Juan Rute yngles pues que por V. A. esta mandado que a ningun estrangero se le de repartimiento104.

  • 105 Voir chapitre II, p. 143 et suiv.

38En distribuant illégalement des encomiendas à ses amis étrangers, Irala exacerba sans doute les divisions qui existaient déjà au sein de la population coloniale d’Asunción, notamment depuis la destitution d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca105. La première conséquence du nombre élevé de conquistadores étrangers fut donc d’aggraver les dissensions politiques qui secouèrent la province du Paraguay entre 1545 et 1556.

  • 106 Voir chapitre III, p. 176 et p. 221.
  • 107 Enrique de Gandía, Historia de las ideas políticas en la Argentina. Las ideas políticas en la époc (...)

39Nous pouvons également nous demander si la présence massive d’étrangers au Paraguay ne fut pas à l’origine d’une certaine réticence à appliquer les lois et les décisions royales dans la province du Río de la Plata. Nous avons vu dans la première partie de cette étude comment les conquistadores et colons paraguayens n’hésitèrent pas à destituer deux gouverneurs, comment ils rechignèrent à payer leurs impôts, en particulier le quinto real et les diezmos, et comment ils s’opposèrent — parfois violemment —aux évêques qui tentèrent de rétablir un peu d’ordre en matière fiscale106. Les colons paraguayens du xvie siècle se seraient-ils montrés à ce point rebelles envers les autorités civiles et religieuses si les étrangers n’avaient pas été aussi nombreux dans la province ? Il est difficile — voire impossible — d’évaluer l’influence qu’ont pu exercer les conquistadores étrangers auprès de leurs homologues espagnols. Il est néanmoins envisageable que certains de ces étrangers fussent peu respectueux des institutions espagnoles. D’une part, ces derniers se sentaient souvent surveillés et marginalisés par les lois qui régissaient les colonies hispano-américaines107. D’autre part, Charles Quint était considéré par les Français comme le rival de François Ier et de son fils Henri II. D’un point de vue religieux, l’empereur était perçu par les Allemands et les Anglais comme le défenseur de l’orthodoxie catholique face aux réformateurs de Luther et aux anglicans d’Henri VIII. Il est donc possible que certains conquistadores d’origine allemande, française ou anglaise se soient montrés peu enclins à servir aveuglément un roi qui était le principal adversaire de leurs dirigeants politiques et religieux. Réussirent-ils à entraîner les Espagnols dans leur « résistance » aux autorités de la péninsule ? Faute de preuves matérielles, il est bien sûr difficile de répondre à cette question de façon catégorique. Le rôle que joua l’Anglais Nicolás Colman dans les soulèvements d’Ontiveros et de Ciudad Real nous permet toutefois de ne pas rejeter totalement cette hypothèse. La Couronne espagnole semble donc avoir eu raison de se méfier des conquistadores d’origine étrangère. Elle aurait peut-être dû se montrer tout aussi prudente lors du recrutement de certains conquistadores espagnols.

IV.2 Provenance des conquistadores espagnols

  • 108 Peter Boyd Bowman, op. cit..

40Peter Boyd Bowman a longuement étudié la provenance de quarante mille conquistadores de l’Amérique espagnole du xvie siècle108. Le résultat de ses travaux a été repris de manière synthétique par José Luis Martínez. Le tableau I page suivante est la reproduction partielle d’un tableau résumant l’origine de ces conquistadores.

Tableau 1. — Origine des conquistadores de l’Amérique hispanique entre 1520 et 1579

Tableau 1. — Origine des conquistadores de l’Amérique hispanique entre 1520 et 1579

* C’est nous qui calculons la moyenne.
D’après José Luis Martínez, op. cit.,  p. 174-175.
La somme des pourcentages n’est pas tout à fait égale à cent en raison des arrondis.

  • 109 Peter Boyd Bowman, op. cit., p. XXXIV.
  • 110 Luis Rubio y Moreno, op. cit., p. 41.

41À propos du Río de la Plata, Boyd Bowman a identifié à Asunción cent onze vecinos espagnols arrivés avec Mendoza ou Cabeza de Vaca et se répartissant de la façon suivante : 44,1 % étaient originaires d’Andalousie, 33,4 % de Castille et Léon, 13,5 % du Pays Basque ou de Navarre, 3,6 % de Galice, 2,7 % d’Aragon ou du Levant, 1,8 % d’Estrémadure et 0,9 % des Canaries109. L’auteur évite cependant de tirer des conclusions hâtives de ces statistiques, son étude ne portant que sur deux expéditions. Luis Rubio y Moreno a pour sa part calculé qu’entre 1492 et 1592, 47 % des conquistadores du Río de la Plata venaient d’Andalousie, 29 % de Castille et León et 14 % d’Estrémadure110. Toutefois, l’auteur ne mentionnant pas les autres régions espagnoles, nous ne pouvons exploiter pleinement le résultat de ses recherches.

  • 111 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., 1943.
  • 112 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 60.

42À partir des travaux de Ricardo de Lafuente Machain111, Richard Konetzke a réalisé une étude statistique plus précise au sujet de l’origine des conquistadores espagnols du Río de la Plata entre 1536 et 1580. Konetzke distingue cinq grandes régions espagnoles, à savoir le Sud (l’Andalousie), le Centre (les deux Castilles et l’Estrémadure), le Nord (Pays Basque, Navarre, Asturies, Cantabrique, Galice et Aragon), le Levant (Valence et Catalogne) et les îles (Baléares et Canaries). Sur un total de mille sept cent huit conquistadores espagnols dont il a pu définir la provenance, Konetzke a comptabilisé sept cent soixante-douze Andalous (soit 45,2 %), cinq cent soixante-quatorze personnes du Centre de l’Espagne (soit 33,6 %), deux cent quatre-vingt-quatorze du Nord (soit 17,2 %), quarante-huit du Levant (soit 2,8 %) et vingt des îles (soit 1,2 %)112.

  • 113 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14(2), f° s/n (im. 5-15).
  • 114 Francisco de Coimbra (testament daté de 1543, A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113), Cristóbal de Aran (...)
  • 115 Juan Pavón (testament daté de 1543, A.N.A., N.E., vol. 307, doc. no 138), Pedro de Sandoval (testa (...)
  • 116 Pedro Arias (testament daté de 1547, in Arch. Nac., no 16/17, février 1902, p. 607612), Martín Pér (...)
  • 117 Gerónimo Garcete (testament daté de 1559, A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 82), Diego de la Torre (tes (...)
  • 118 Juan de Fustes (testament daté de 1572, A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23) et María de Luján (testam (...)

43De la même manière que pour les conquistadores étrangers, la liste de 1569113 et les documents testamentaires semblent confirmer les estimations de l’historien allemand. Dans le premier de ces documents, nous avons recensé cent quatre-vingt-cinq conquistadores espagnols dont la province d’origine a pu être déterminée. En adoptant le « découpage géographique » de Konetzke, on obtient la répartition suivante : quatre-vingt-six conquistadores étaient originaires du Centre de l’Espagne (soit 46,5 %), soixante du Sud (soit 32,5 %), trente-six des provinces du Nord (soit 19,4 %), deux du Levant (soit 1,1 %) et un des îles (soit 0,5 %). En ce qui concerne les cinquante-trois testaments indiquant l’origine du défunt, quarante-quatre concernent des conquistadores espagnols. Nous n’en avons cependant retenu que trente-neuf, datés de 1543 à 1596, faute d’avoir pu localiser le village d’origine des cinq autres testateurs. Le même « découpage » donne la répartition suivante : quinze défunts étaient originaires du Sud de l’Espagne114 (soit 38,6 %), douze du Centre115 (soit 30,7 %), sept des provinces du Nord116 (soit 17,9 %), trois du Levant117 (soit 7,7 %) et deux des îles118 (soit 5,1 %).

44Afin de comparer nos résultats avec ceux de Konetzke et de Boyd Bowman, nous avons calculé les moyennes des pourcentages obtenus par ce dernier sur l’ensemble de la période 1520-1579 (voir tableau I p. 252) afin de les additionner entre elles et obtenir le même « découpage » que Konetzke. Le tableau 2 page ci-contre est le tableau comparatif qui en résulte.

45Comme dans l’ensemble des provinces de l’Amérique hispanique, la majorité des conquistadores du Río de la Plata étaient originaires d’Andalousie, de Castille ou d’Estrémadure. D’après les estimations de Konetzke et les informations recueillies dans les testaments, il semble que les proportions entre le Centre et le Sud de la péninsule aient été inversées dans le Río de la Plata par rapport au reste de l’empire colonial. La liste de 1569 ne confirmant pas cette observation, il nous faut rester prudente sur ce point. La même réserve s’impose au sujet des conquistadores originaires des îles et du Levant : les testaments semblent en effet indiquer que de nombreux Levantins ou insulaires vivaient à Asunción, tandis que la liste de 1569 montre le contraire. De même, les statistiques de Konetzke tendent à prouver que leur nombre n’était pas plus élevé dans le Río de la Plata que dans les autres provinces.

Tableau 2. — Origine des conquistadores du Río de la Plata en comparaison avec l’ensemble des provinces hispano-américaines

Tableau 2. — Origine des conquistadores du Río de la Plata en comparaison avec l’ensemble des provinces hispano-américaines

46Ces trois sources s’accordent en revanche sur le fait que la « Province Géante des Indes » attira un nombre particulièrement élevé de conquistadores provenant du Nord de l’Espagne. De la même manière que le pourcentage important d’étrangers, la présence massive de Navarrais, Basques, Galiciens et Asturiens parmi les conquistadores espagnols du Río de la Plata s’explique par le peu d’attrait qu’exerçait cette province aux yeux des Espagnols du xvie siècle. Faute de volontaires dans les provinces du Centre et du Sud de la péninsule, il fallut recruter les candidats au départ dans des régions plus éloignées du centre névralgique que constituait Séville. Ainsi, la pauvreté du Paraguay favorisa une immigration espagnole moins homogène que dans le reste du Nouveau Monde.

IV.2.1 Des Espagnols difficiles à gouverner ?

  • 119 Voir chapitre II, p. 127 et suiv. et chapitre III, p. 176 et p. 221.
  • 120 Voir chapitre II, p. 145.

47Tout comme pour les Étrangers, le nombre élevé de Basques et de Navarrais parmi les conquistadores du Río de la Plata peut être à l’origine de certaines caractéristiques du Paraguay de la Conquête. Les fueros dont jouissaient le Pays Basque et la Navarre avaient accoutumé leurs habitants à une certaine autonomie vis-à-vis des autorités de Castille. Leur présence importante au Paraguay pourrait donc être à l’origine de la « résistance » que la province manifesta très tôt en matière fiscale et politique. Concernant la fiscalité, nous avons vu que les conquistadores et colons d’Asunción refusèrent longtemps de payer leurs impôts (quinto real et diezmos) en raison de la pauvreté de la région119. Cependant, on peut envisager que les privilèges fiscaux auxquels étaient habitués les nombreux Basques et Navarrais du Paraguay encouragèrent ce phénomène. De la même manière, l’autonomie de gouvernement dont ces derniers étaient coutumiers peut expliquer en partie la rapidité avec laquelle les vecinos paraguayens prirent l’habitude d’élire leurs gouverneurs, n’hésitant pas à renvoyer en Espagne ceux que les autorités péninsulaires leur avaient imposés et qui ne leur convenaient pas. N’oublions pas que c’est au bénéfice du Basque Irala qu’Alvar Núñez fut destitué et emprisonné avant d’être embarqué à bord d’une caravelle dont le nom — Comuneros — illustre parfaitement le refus de se soumettre aux volontés de la Couronne120.

48Il est certes difficile de mesurer quelle fut l’influence exacte des Basques et des Navarrais dans l’esprit d’insubordination dont firent preuve les conquistadores du Paraguay. Il convient toutefois de ne pas la négliger, surtout dans l’hypothèse où les conquistadores du Levant — autre région à jouir d’un régime « foral » — auraient été aussi nombreux que les documents testamentaires le laissent entendre.

49L’hétérogénéité des conquistadores européens est sans nul doute l’une des principales originalités du Paraguay du xvie siècle. Le pourcentage particulièrement élevé d’étrangers, mais aussi de Basques, de Navarrais et peut-être de Levantins peut être considéré comme une explication possible de l’esprit d’« autonomie » dont la province fit preuve dès les premières années de son existence. Certains historiens ont également avancé l’hypothèse selon laquelle la province du Río de la Plata se distingua non seulement par l’origine de ses conquérants, mais aussi par leur « qualité ».

IV.3 Origine sociale des conquistadores

  • 121 Osvaldo Chaves, La formación del pueblo paraguayo, Buenos Aires, Gráfica Negri, 1976, p. 31-36.

50Osvaldo Chaves a affirmé que tous les états (estamentos) de la société espagnole et européenne avaient été représentés lors des différentes expéditions conquérantes vers le Paraguay121. Le Tiers État était bien sûr le mieux représenté : paysans, quelques artisans et marchands, et beaucoup de soldats, bien souvent des mercenaires étrangers dont la mission était de conquérir de nouvelles terres et d’empêcher les incursions portugaises dans les possessions espagnoles. Le poids du clergé, bien que celui-ci fût présent dès 1535 au sein des équipages en partance pour le Río de la Plata, resta faible jusqu’à la fin du xvie siècle. En revanche, le nombre élevé de nobles intégrant les armées de Pedro de Mendoza, Alvar Núñez Cabeza de Vaca ou Juan de Sanabria, semble avoir constitué une autre particularité de la conquête du Río de la Plata, à l’instar du pourcentage élevé de conquistadores étrangers y ayant participé. Nous allons tenter, dans les pages qui suivent, de confirmer — ou d’infirmer — cette allégation de l’historien du Paraguay colonial.

IV.3.1 La noblesse

  • 122 Pedro de Mendoza était l’arrière petitfils du premier Duque del Infantado, don Diego Hurtado de Me (...)

51Dès le voyage de Pedro de Mendoza122, le nombre de chevaliers, hidalgos et puînés l’accompagnant semble avoir été particulièrement important. Les chercheurs Manuel Díaz et Marta Pinilla, dans leur article « Navegación fluvial en el Río de la Plata », évoquent la présence de trente et une personnes de « qualité » (majorats, capitaines ayant parti

  • 123 Manuel Díaz & Marta Pinilla, « Navegación fluvial en el Río de la Plata », in Puertos y fortificac (...)

52cipé aux campagnes d’Italie ou parents de l’Adelantado123). À en croire les récits de Martín del Barco Centenera et de Ruy Díaz de Guzmán, l’armée de don Pedro « brillait » par la participation de nombreux personnages illustres :

  • 124 Martín del Barco Centenera, Argentina y Conquista del Río de la Plata, Madrid, Institución Cultura (...)

Al fin salio de España aquesta armada
Muy rica muy hermosa y muy luzida,
De todos adhererentes (sic) abastada,
Aunque huvo despues hambre muy crecida,
La gente que embarco era esmerada,
De gran valor, y suerte muy subida,
Mayorazgos, y hijos de señores
De Santiago, y Sant Ioan comendadores124

53Écrit le premier, alors que le second souligne que :

  • 125 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 115. C’est nous qui soulignons.

No hubo ciudad de donde no saliese mucha gente y, entre ellos algunos hombres de calidad125

  • 126 Les treize nobles sont : Gonzalo de Aguilar, Francisco de Alvarado, Diego de Ávalos, Bartolomé de (...)
  • 127 Ruy Díaz de Guzmán, op. cit. p. 117.

54Dans la liste qu’il dresse des hommes ayant accompagné Pedro de Mendoza en 1535, Ruy Díaz de Guzmán distingue les nobles des plébéiens en indiquant scrupuleusement la particule don devant le nom des premiers. Ainsi, sur les quarante-six personnages nommément cités, treize sont nobles (don) et deux sont chevaliers126. Ajoutons à ces quinze personnes Juan de Osorio, que Ruy Díaz de Guzmán ne qualifie pas de don, mais dont il dit que c’est un chevalier de la ville d’Avila, sans que nous sachions si ce terme de caballero se réfère au lignage de la personne ou bien à son appartenance à un ordre militaire. Nous obtenons ainsi une liste de seize nobles, non exhaustive de l’aveu de l’auteur, qui précise que d’autres nobles s’embarquèrent à bord des navires de Pedro de Mendoza127.

55La présence de nobles, chevaliers ou gentilshommes dans l’expédition de Pedro de Mendoza peut s’expliquer de différentes façons : tout d’abord, les fleuves de la Plata et Paraguay étaient dans l’esprit des Espagnols un chemin vers la Sierra de la Plata ; la « Province Géante des Indes » était conçue comme une étape menant à la conquête de ces terres immensément riches dont le mirage a sans aucun doute contribué à la motivation de nombreux nobles désargentés. Par ailleurs, cette expédition était elle-même dirigée par un noble qui jouissait d’importants appuis à la cour (Pedro de Mendoza avait été le page de Charles Quint) et qui s’était illustré lors du sac de Rome en 1527. Il est donc possible que la notoriété du premier Adelantado du Río de la Plata ait incité un certain nombre d’hidalgos à le suivre. Enfin, la menace que faisaient planer les Portugais dans cette région frontalière — et donc sur la Sierra de la Plata — a peut-être poussé le monarque espagnol à encourager quelques-uns uns de ses proches à participer à cette aventure censée ouvrir les voies de la gloire et de la richesse, tout en protégeant les intérêts de Dieu et de la Couronne, quatre valeurs chères au cœur des hidalgos.

  • 128 A.G.I., Section Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 1 à 71bis (im. 1-153). Les gentilhommes en qu (...)

56Plusieurs documents semblent confirmer la présence de conquistadores de « qualité » dans l’expédition de Mendoza. En consultant les documents relatifs à la préparation de l’expédition, on trouve une cinquantaine de Reales Cédulas, datées du 19 juillet 1534 au 14 août 1535 (soit dix jours à peine avant le départ), dans lesquelles le Roi recommandait personnellement des personnes devant accompagner don Pedro128. Ces cédules appelaient à la bienveillance de l’Adelantado à l’égard des personnes qui y étaient nommées, pour la plupart des nobles bien introduits à la cour de Charles Quint (« gentil hombre de my casa »). Parmi ces derniers, on trouve plusieurs Espagnols, mais aussi quelques étrangers.

  • 129 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores... ; « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 1 (...)

57Toutefois, ni le dictionnaire biographique de Lafuente Machain, ni la liste de 1569 ne nous permettent de vérifier l’arrivée dans le Río de la Plata de tous ces « recommandés » : seuls douze noms sur cinquante figurent dans l’un ou l’autre de ces documents129. Sur ces douze noms, on trouve trois Flamands (Carlos et Francisco Dubrin, proches de l’empereur, ainsi que le chirurgien Sebastián de León), les autres, à en juger d’après les patronymes, étant des nobles ou des gentilshommes espagnols.

  • 130 Hernando Arias de Mansilla et Gaspar de Ortigosa.
  • 131 Alonso de Valenzuela, Alonso de Angulo, Juan Paño, Francisco Maldonado et Pedro de Mesa.
  • 132 Francisco de Hermosilla et Martín de Segovia.
  • 133 Luis Rubio y Moreno, op. cit., p. 46.

58La liste des soixante-dix-neuf compagnons de Mendoza nous fournit toutefois d’autres renseignements sur la présence de nobles dans le Río de la Plata. On y trouve en effet deux hidalgos130, cinq conquistadores considérés comme tels (tenidos por hijosdalgo)131 et deux honnêtes hommes (hombres honrados132. En admettant que les cinq personnes tenues pour nobles le soient, on obtient un pourcentage de nobles de près de 9 % des conquistadores. Si l’on inclut les deux honnêtes hommes, ce ratio s’élève à plus de 11 %. En revanche, si l’on considère comme nobles les deux seules personnes dont l’origine sociale ne fait aucun doute, ce chiffre n’est plus que de 2,5 %. Quelle que soit l’hypothèse retenue, y compris la plus optimiste (11 %), rien ne nous permet d’affirmer que le nombre de nobles parmi les membres de l’équipage de Mendoza fut plus élevé que pour d’autres expéditions. Les statistiques réalisées par Luis Rubio y Moreno en 1930 montrent en effet que 9,5 % des passagers à destination des Indes Occidentales entre 1492 et 1592 appartenaient à la noblesse ou à des ordres militaires133. Toutefois, le caractère fragmentaire des informations dont nous disposons et l’incertitude que nous pouvons avoir sur la naissance de plusieurs individus invitent à la plus grande prudence. Si la présence de nobles au sein de l’équipage du Magnífico Adelantado est attestée, leur nombre exact reste à déterminer. Il semble néanmoins que celui-ci fut supérieur à celui des hommes de « qualité » qui quittèrent l’Andalousie lors des expéditions suivantes.

  • 134 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 94 r° et 96 r°-v° (im. 189, 193 et 194).
  • 135 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 590.
  • 136 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 144 v° et 148 r° (im. 304 et 311).
  • 137 Ibid., f° 149 r° (im. 313).

59Seuls quelques-uns des passagers virtuels d’Antón Cabrera et d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca bénéficièrent d’une recommandation royale. Il y en eut quatre dans la flotte du veedor Cabrera : Marcos Moreo et Pruden Mogin, Bourguignons et vassaux de Sa Majesté, Hernando de Salazar et Cristóbal de Frías Marañón, ce dernier participant directement à l’organisation de l’expédition134. Sur ces quatre personnes, seul le départ d’Hernando de Salazar a pu être vérifié par Lafuente Machain135. En ce qui concerne Alvar Núñez, trois cédules de recommandation lui furent remises avant son départ. Les deux premières concernaient Pedro Moreno et Francisco de Mendoza, qui se trouvaient déjà dans le Río de la Plata136 ; la troisième recommandait Miguel Gerónimo de Ballesteros137, Protecteur des Indiens, dont le départ n’est confirmé par aucun document connu. La moindre affluence de nobles dans les expéditions de Cabrera et d’Alvar Núñez s’explique probablement par le fait que toutes deux avaient pour objectif principal de porter secours aux premiers conquistadores du Río de la Plata, ce qui était nettement moins lucratif et prestigieux que de partir à la recherche de la Sierra de la Plata. De plus, les rumeurs sur la pauvreté de la province commençaient à circuler en Espagne, ce qui n’encourageait pas beaucoup les départs vers cette région du Nouveau Monde.

  • 138 Ibid., f° 238 v°299 v° (im. 492-614). Ces « recommandés » sont : Ramiro de Arellano, Pedro de Arel (...)
  • 139 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 444.
  • 140 Ibid., p. 598.
  • 141 Ibid., p. 65 et 154. Toutefois, l’auteur n’exclut pas qu’il puisse s’agir d’un conquistador homony (...)
  • 142 Voir par exemple la cédule de recommandation de Pedro de Arellano, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires (...)

60L’expédition des Sanabria semble en revanche avoir réveillé l’intérêt de la bonne société espagnole pour le Río de la Plata. Entre le 9 juillet 1548 et le 8 décembre 1550, dix-neuf cédules furent rédigées pour recommander un total de vingt personnes138. Tout comme pour les expéditions précédentes, il nous a été difficile de vérifier si tous ces « recommandés » étaient partis ou non vers le Río de la Plata. Seul le nom de Francisco de Moyre apparaît explicitement dans le dictionnaire biographique de Lafuente Machain’en tant que passager de la flotte des Sanabria139. On y trouve également un certain Salcedo, bachiller, sans plus de précision140. Les noms de deux autres « recommandés » figurent dans l’ouvrage de Lafuente Machain : Hernando Arias de Mansilla et Gil de Collazos. Or, ces deux derniers se trouvaient déjà dans le Río de la Plata lors du départ des Sanabria. Le premier s’y était rendu en compagnie de Pedro de Mendoza, le second était arrivé à Asunción depuis les côtes brésiliennes141. Il ne s’agit donc pas de nouveaux conquistadores. En ce qui concerne les seize autres « recommandés » de l’expédition des Sanabria, nous ne sommes pas en mesure d’affirmer s’ils figurèrent ou non parmi les passagers en partance vers le Río de la Plata. Une remarque s’impose pourtant lorsqu’on lit l’ensemble des cédules de recommandation confiées aux Sanabria. Alors qu’en 1534, Charles Quint avait recommandé à Pedro de Mendoza plusieurs « gentilshommes de sa maison », tels que Carlos et Francisco Dubrin, Elodio Boysey ou Allard Bouton, en 1548-1550, les bénéficiaires de recommandations furent le plus souvent des serviteurs ou proches de ces gentilshommes. Ainsi, on trouve dans quatorze des dix-neuf cédules évoquées la mention suivante : « por ser deudo de criados y servidores míos [...] tengo voluntad de le mandar favoresçer142. » Si la stabilisation politique de la province, la découverte de routes menant vers le Pérou et les nouvelles sur la découverte de richesses minières au Guairá ont pu redorer l’image de la « Province Géante », celle-ci n’attirait plus au sein de la noblesse que des personnes très indirectement liées au monarque et non plus des proches de la maison royale.

61Ce regain d’intérêt pour le Río de la Plata ne dura pas longtemps au sein de la noblesse espagnole. Dans le cadre de l’expédition de Juan Ortiz de Zárate, on ne trouve plus que trois cédules de recommandation. Celles-ci concernent Pedro Díaz Matajudeos et son fils, Vicente Díaz, Pedro Morel et Felipe de Cáceres, tous déjà installés à Asunción avant le départ du quatrième Adelantado. Il semblerait donc qu’aucun noble ou gentilhomme n’eût exprimé le désir de partir pour le Paraguay avec Ortiz de Zárate. Des provinces telles que le Pérou, le Chili ou la Nouvelle-Grenade, qui offraient davantage de chances de s’enrichir que celles du Río de la Plata, rendaient ces dernières fort peu attrayantes aux yeux des Espagnols, quelle que fût leur origine sociale.

62Les sources consultées ne nous permettent donc pas de confirmer les allégations d’Osvaldo Chaves à propos du nombre élevé de conquistadores illustres ayant participé à la conquête du Río de la Plata. S’il est indéniable que certains nobles se rendirent dans la « Province Géante des Indes », notamment avec Pedro de Mendoza, leur pourcentage par rapport au total des passagers identifiés ne nous semble pas particulièrement élevé, contrairement à celui des étrangers présents au sein des mêmes expéditions. Il est par conséquent difficile d’apprécier les conséquences de leur présence dans la province.

63En revanche, les renseignements recueillis à propos des roturiers ayant participé aux expéditions de conquête du Río de la Plata pourraient expliquer certaines des caractéristiques de la colonie paraguayenne, notamment du point de vue économique.

IV.3.2 Le Tiers État : soldats, marins, artisans et agriculteurs

  • 143 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

64Comme dans toutes les provinces de l’Empire des Indes Occidentales, le Tiers État constitua le groupe le plus important parmi les conquistadores du Río de la Plata. La liste de 1569 consultée à Séville fait parfois état de la profession de ces derniers143. Ainsi, nous connaissons le métier de trente-cinq personnes sur les soixante-dix-neuf compagnons de Mendoza répertoriés. Parmi elles, nous trouvons sept marins ou pilotes, à savoir les Portugais Jácome de Paiva, Vasco de la Rúa, Antonio Tomás, Ruy Díaz et Gonzalo Rodríguez, ainsi que les Espagnols Antonio Martín Escaso et Juan Cano, ce dernier étant même qualifié de « très excellent marin » (excelentísimo marinero). Cette liste semble confirmer l’hypothèse selon laquelle les marins portugais étaient souvent plus nombreux que leurs homologues espagnols à bord des navires à destination du Río de la Plata.

65Un autre corps de métier dans lequel les étrangers étaient traditionnellement bien représentés est celui des soldats. Bien que nous ne puissions en tirer aucune conclusion statistique, la liste que nous avons utilisée indique que sur trois soldats venus avec Mendoza, deux étaient espagnols (le bombardier Gonzalo de Arévalo et l’arbalétrier Diego González de Baitos) et le troisième flamand (le bombardier Jácome Brunel).

  • 144 Guillermo Furlong, Historia Social y Cultural del Río de la Plata, Buenos Aires, Guillermo Kraft, (...)
  • 145 Voir chapitre II, p. 69.
  • 146 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 103-104.

66Les artisans semblent avoir été particulièrement bien représentés dans l’équipage de Mendoza : nous en avons recensé dix-huit parmi les trente-cinq personnes dont nous connaissons l’occupation. On trouve parmi eux quatre forgerons (les Portugais Maese Antonio et Juan Portugués, l’Anglais Richarte Limón et l’Espagnol Maese Miguel), trois menuisiers ou charpentiers (les Portugais Francisco Figuerero et Simón Luis, ainsi que l’Espagnol Juan de Azuaga), deux tonneliers (les Bretons Francisco Timón et Rodrigo de los Ríos), un fabriquant d’épées (Galiano de Meira, espadero), un passementier (Cristóbal Alonso), un calfat (Maese Antonio), un tailleur (le Flamand Leonardo Flamenco), un tisseur de velours (Juan Ximénez, tejedor de terciopelo), un orfèvre (Juan Velázquez), un cordonnier (le Portugais Francisco Romero), un bonnetier (Cristóbal de Medina) et un sellier (un deuxième Pedro Portugués). L’historien argentin Guillermo Furlong ajoute deux noms à cette liste : un maroquinier andalou, Francisco Pérez, et un tailleur de pierres allemand, Hans Bunberke144. Or, nous savons que ce dernier s’était embarqué avec Mendoza en tant que représentant commercial de la famille Fugger145. Toutefois, Bunberke s’était déjà rendu dans le Río de la Plata en compagnie de Sébastien Cabot, cette fois en tant que tailleur de pierres146. Il est donc possible que celui-ci ait exercé sa profession une fois installé à Asunción. C’est pourquoi nous le retiendrons comme artisan dans notre étude. Sur le total de vingt artisans ainsi obtenu, on remarque que la moitié d’entre eux est d’origine étrangère. Une fois encore, les Portugais sont majoritaires, avec six artisans au total, mais nous trouvons également deux Français, un Anglais, un Allemand et un Flamand. Le recrutement de conquistadores étrangers ne se fit donc pas exclusivement parmi les marins ou les militaires, mais également parmi les artisans. En revanche, nous ne trouvons aucun étranger parmi les trois paysans répertoriés dans notre liste et nommés Bartolomé García, Gil García et Juan Redondo. Le groupe des labradores semble donc être le seul où le pourcentage d’étrangers fut insignifiant, voire nul.

  • 147 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza... », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 293.
  • 148 Eliseo Cantón, Historia de la medicina en el Río de la Plata desde su descubrimiento hasta nuestro (...)

67Notre inventaire des métiers dans l’expédition de Mendoza ne serait pas complet si nous omettions d’évoquer les deux dernières personnes dont la fonction était précisée dans la liste, à savoir un ancien ménestrel (le Portugais Juan Xara) et un chirurgien (le Flamand Sebastián de León). Le premier Adelantado s’était en effet engagé à emmener avec lui un médecin et un chirurgien, rémunérés cinquante mille maravédis par an, ainsi qu’un apothicaire, rémunéré vingt-cinq mille maravédis par an147. Eliseo Cantón a signalé à ce propos qu’Hernando de Zamora fut le fidèle médecin de Pedro de Mendoza, aussi bien à l’aller qu’au retour148. Enfin, signalons la présence à bord des navires de Mendoza d’un ermite (Luis de Espinosa), pour qui nous ignorons s’il fit le voyage en tant que tel ou bien s’il entra en religion une fois installé au Paraguay.

  • 149 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 101. Pour l’anecdote, signalons que ce dern (...)

68Plusieurs artisans arrivèrent également avec Alonso Cabrera en 1538. Nous en avons identifié six sur les dix-neuf personnes figurant sur la liste des archives sévillanes : deux tonneliers portugais (Cristóbal de Beso et Jorge de Almadana), deux tailleurs (l’Italien Francisco Areco et le Flamand Martiniano), un calfat portugais (Pantaleón) et un tailleur de bois (Hernando de Breçianos, tallador149). À l’instar des artisans venus avec Mendoza, on constate que les étrangers sont une fois encore majoritaires, puisque seul Hernando de Breçianos était espagnol. La même conclusion s’impose en ce qui concerne les marins, aucun des trois hommes de mer recensés en 1569 n’étant originaire d’Espagne : Fructos et Lorenzo Yañez étaient portugais tandis que Francisco Rabano était italien. Enfin, signalons la présence à bord du greffier Diego Olabarrieta, originaire du Pays Basque.

69L’expédition d’Alvar Núñez se caractérise par une diminution du nombre d’étrangers parmi les personnes dont nous connaissons la profession. Sur cinq soldats et marins recensés, aucun ne semble avoir été étranger. Les gens d’armes Antonio Pasado et Julián López étaient respectivement originaires d’Ávila et d’Estrémadure. Parmi les « gens de mer », Pedro Navarro était originaire de Navarre et Juan de Escobar de Cadix. Seule la nationalité de Domingo Martínez nous est inconnue, mais qu’il fût espagnol ou portugais, la majorité des soldats et marins n’en était pas moins espagnole, contrairement aux expéditions précédentes.

70La même remarque s’impose en ce qui concerne les artisans : sur vingt-quatre artisans recensés, nous n’avons trouvé que quatre étrangers. Il s’agit du calfat vénitien Maese Luis, du tailleur flamand Cornelis, et des menuisiers italiens Nicolás Florentín et Juan de Orona. Au total, le deuxième Adelantado emmena dans le Río de la Plata cinq tailleurs (Luis Pato, Gabriel Méndez, Cornelis, Francisco Núñez et Gerónimo de Sena), trois menuisiers (Nicolás Florentín, Juan de Orona et Pero Díaz de Nambroca), trois cordonniers (Luis Hernández, Tristán Hernández et Alonso de Sant Miguel), deux tanneurs (Miguel de Fuente et Luis Pérez), deux vanniers (Felipe de Molines et Cristóbal López Pequeño), un maçon (Juan Rodríguez Bancalero), un maroquinier (Francisco de Burgos), un forgeron (un autre Maese Luis), un serrurier (Maese Pedro), un fabriquant d’hameçons (Pero Hernández), un bonnetier (Sebastián Cornejo), un passementier (Juan de Medina), un barbier (Pedro de Castro) et le calfat déjà cité.

71On remarque par ailleurs que le nombre de paysans fut encore plus limité dans l’expédition d’Alvar Núñez puisque notre liste ne comprend que le nom de Francisco Gómez, auquel’on peut ajouter celui de Mateo Díaz, inscrit en tant que pêcheur. En revanche, le nombre de « lettrés » semble plus important que dans les autres expéditions. Quatre noms sont parvenus jusqu’à nous : Juan de Valderas, greffier, Diego de Sant Corial, notaire, Juan Rodríguez, régisseur, auxquels nous pouvons ajouter Francisco de Villalobos, « pertiguero en la iglesia ».

  • 150 Voir chapitre II, p. 150 et suiv.

72En 1556, l’expédition des Sanabria et celle de l’évêque de la Torre arrivèrent à Asunción. Toutes deux comprenaient un certain nombre d’artisans. Quatre charpentiers ou menuisiers (le Français Diego de León et les Espagnols Francisco de Cuevas, Sancho de Almirona et Juan Bernal), un forgeron (Diego Casillas) et un tailleur (Baltasar de Carbajal), tous deux espagnols, s’étaient embarqués avec doña Mencia, tandis qu’un cinquième menuisier (Hernando de Salas) avait quitté l’Espagne en compagnie du prélat. Le nombre élevé de charpentiers et menuisiers (cinq artisans sur sept) a attiré notre attention, puisqu’il constitue un reflet de l’économie paraguayenne. Si le secteur minier ne s’était pas développé, celui de la construction navale avait en revanche connu un essor important au cours des premières décennies de présence espagnole dans le Río de la Plata. Dans un premier temps, il avait fallu construire des navires afin d’organiser des entradas visant à découvrir la Sierra de la Plata. Cette activité ne cessa pas pour autant après le « choc » de 1548150. La nouvelle vocation d’Asunción, qui souhaitait devenir une étape entre l’Atlantique et le Haut-Pérou en développant le transport fluvial — et donc la construction navale —, attira logiquement davantage de charpentiers et de menuisiers que de mineurs ou d’orfèvres.

73La deuxième remarque que nous pouvons faire ici concerne le faible nombre d’artisans étrangers (un sur sept) ayant participé aux expéditions des Sanabria ou de l’évêque de la Torre. Cette situation pourrait avoir deux explications : d’une part, une plus grande méfiance des autorités espagnoles vis-à-vis des conquistadores étrangers ; d’autre part la mauvaise réputation de la province, qui n’attirait même plus les étrangers qui s’étaient installés en Espagne dans l’espoir de pouvoir un jour tenter leur chance en Amérique. Quelques étrangers participèrent toutefois aux dernières expéditions vers le Paraguay, comme par exemple le marin portugais Gaspar Fernández, qui faisait partie des membres d’équipage de la flotte des Sanabria.

74Les sources premières dont nous disposons ne nous permettent pas de déterminer le nombre exact d’artisans et de paysans qui participèrent à la conquête du Río de la Plata. Cependant, elles montrent que de nombreuses professions étaient représentées parmi les membres d’équipage. Même s’ils ne furent pas très nombreux, les artisans et agriculteurs à s’être embarqués pour le Río de la Plata contribuèrent au développement d’une économie de subsistance basée sur l’agriculture et l’artisanat. Bien que pauvre en matières précieuses, la province put ainsi survivre grâce au savoir-faire de ses conquistadores. De même, les soldats — espagnols et étrangers — qui participèrent à la conquête du Río de la Plata assurèrent la défense de la province contre les attaques indigènes et les velléités expansionnistes des Portugais du Brésil.

75Après avoir évoqué la participation de la noblesse et du Tiers État dans la conquête du Río de la Plata, il nous reste à déterminer quels furent l’importance et le rôle du clergé dans la construction de la société coloniale paraguayenne. Connu pour ses missions jésuites des xviie et xviiie siècles, il semble que le Paraguay du xvie siècle ait eu du mal à attirer le clergé espagnol, que celui-ci fût régulier ou séculier.

IV.3.3 Le clergé

  • 151 R. C. du 16 juin 1535, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 65 v°66 r° (im. 140-141).
  • 152 Andrés Millé, Crónica de la orden franciscana en la conquista del Perú, Paraguay y el Tucumán y su (...)
  • 153 Margarita Durán Estragó, Presencia franciscana en el Paraguay (1538-1824), Asunción, Universidad C (...)
  • 154 Margarita Durán Estragó, « La evangelización en Paraguay », in Historia General de la Iglesia en A (...)
  • 155 Arch. Nac., no 4, janvier 1901, p. 201-202.

76Dès la première expédition vers le Río de la Plata, la Couronne avait exprimé sa volonté d’envoyer des religieux dans cette province des Indes Occidentales : le i6 mai 1535, le Père Supérieur du Monastère de San Francisco et le Prieur de San Pablo, deux établissements de Séville, avaient été invités à choisir deux ou trois religieux chacun afin qu’ils s’embarquassent avec Pedro de Mendoza151. Ce sont pourtant deux frères de la Merci (les frères Juan de Salazar et Juan de Almacias152) et quatre hiéronymites qui arrivèrent dans la région avec le premier Adelantado, auxquels il faut ajouter quelques membres du clergé séculier153. Parmi ces derniers, Margarita Durán Estragó cite le Portugais Francisco de Andrada, ainsi que Juan Gabriel Lezcano et Luis de Miranda de Villafaña. Ils furent suivis, écrit-elle, de Francisco González Paniagua, Martín González, Diego Martínez et quelques autres, qui arrivèrent en compagnie d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca154. Un document publié dans El Archivo Nacional montre toutefois qu’au moins deux autres religieux, apparemment séculiers, se trouvaient dans le Río de la Plata avant l’arrivée du deuxième Adelantado : le 13 octobre 1540, une lettre avait été adressée aux Pères Inocencio de Salazar et Juan de Almarán, dans laquelle on leur demandait de rentrer dès que possible à Séville155.

  • 156 Andrés Millé, op. cit., p. 92.
  • 157 Voir chapitre II, p. 119. Les deux moines repartirent s’installer définitivement sur les côtes bré (...)
  • 158 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 209.
  • 159 Margarita Durán Estragó, Presencia franciscana..., p. 20-21.
  • 160 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 208-209 ; José Luis Mora Mérida, Iglesia y sociedad en Paragu (...)

77Les cinq premiers franciscains arrivèrent en 1538, avec Alonso Cabrera156. Parmi eux, les frères Bernardo de Armenta et Alonso Lebrón, qui restèrent finalement sur l’île de Santa Catalina, où Alvar Núñez les retrouva en 1542157. Quelques autres franciscains vinrent à Asunción avec doña Mencia Calderón, au début de l’année 1556. Ils furent bientôt rejoints par le premier évêque effectif du Río de la Plata, le franciscain Pedro Fernández de la Torre, et par les religieux qui l’accompagnaient : « Traía el Ilustrísimo cuatro clérigos sacerdotes y otros diáconos y de menores órdenes158. » Margarita Durán Estragó affirme pour sa part que fray Pedro arriva avec deux autres membres de son ordre, auxquels il faut ajouter quelques séraphins qu’il fit venir depuis le Tucumán159. Jusque-là, il n’y avait eu au Paraguay qu’une douzaine de religieux, réguliers et séculiers confondus, la plupart résidant à Asunción160 :

  • 161 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del Descubrimiento..., p. 210.

Halláronse once clérigos sacerdotes muy honrados : el padre Miranda, Francisco González Paniagua, que después fué dean de aquella iglesia, el padre Fonseca, capellán de Su Majestad, el bachiller Hernán Carrillo de Mendoza, padre racionero que lo era de la ciudad de Toledo, Antonio Escalera, el padre Martín González. El licenciado Andrada y otros de quien no hago mención, con dos religiosos de San Francisco llamados fray Francisco de Armenta, y fray Juan de Salazar y otros dos mercenarios (sic)161.

  • 162 Les travaux de José Castro Seoane ont été repris par Andrés Millé dans Crónica de la orden francis (...)
  • 163 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 262.
  • 164 Il s’agit des frères Diego de Agreda, Antonio de Alcocer, Alonso de Armijo, Gregorio de Bilbao, Lu (...)
  • 165 Margarita Durán Estragó, « La organización de la Iglesia en Paraguay », in Historia General de la (...)

78Un contingent de franciscains plus important arriva au Paraguay en 1575, avec le quatrième Adelantado du Río de la Plata, Juan Ortiz de Zárate. Si nous confrontons les listes de religieux établies par José Castro Seoane162 et Cayetano Bruno163, nous obtenons les noms de treize religieux faisant partie de l’expédition164. Margarita Durán Estragó a toutefois affirmé qu’un total de vingt-deux séraphins avait fait le voyage avec Ortiz de Zárate165. L’archidiacre Martín del Barco Centenera, célèbre pour sa chronique en vers du Río de la Plata, La Argentina, arriva également à bord des navires du dernier Adelantado.

79Malgré la venue d’unevingtaine de franciscains, le nombre de religieux dans les provinces du Plata était largement insuffisant pour évangéliser les indigènes. C’est ce que montre une lettre, écrite par Martín del Barco Centenera au lendemain de son arrivée à Asunción :

  • 166 « Carta de Martín del Barco Centenera... s/f », in D.I.A.G.I., Madrid, Imprenta de Manuel G. Herná (...)

Serán todos [los clérigos] y más menester para lo que se a de poblar antes de llegar a la Asumpcion, y para los pueblos de indios que en circuito de la ciudad están sin doctrinas a causa de no haber abido mucho número de clérigos hasta agora ; y si los pueblos que agora se poblaren no se proveyeren de servicio y administracion de los clérigos que de acá fueren, será padescer gran detrimento ; porque los que arriba estuvieren, no querrán baxar sin gran acrescentamiento y viendo ventaja, y en el entretanto el culto divino no será bien administrado166.

  • 167 Andrés Millé, op. cit., p. 190.

80La supplique de Martín del Barco Centenera ne semble pas avoir accéléré l’envoi de religieux dans la province. Entre 1576 et 1585, José Castro Seoane n’a relevé que trente noms de religieux à destination du Tucumán ou du Río de la Plata167. Le manque de gens d’église dans la province avait pourtant été signalé par des officiers de la Couronne, comme par exemple Gerónimo Ochoa de Eyzaguirre et Adame de Olabarrieta en 1580 :

  • 168 A.G.I., Charcas 38, f° s/n.

Hay muy grand falta de sacerdotes y de religiosos porque en esta cibdad [Asuncion] en la yglesia catedral della y en la parroquial no hay mas de çinco los quatro dellos de sesenta a setenta años que ya estan muy cansados y la yglesia no se puede servir como convenia al servicio de Dios Nuestro Señor y para las confesiones por la grande edad que tienen padeçen mucho trabajo y la gente del pueblo se va acreçentando muy mal se puede cunplir con tanta gente168.

  • 169 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 263-264.
  • 170 Andrés Millé, op. cit., p. 187-189 ; Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 264-265.
  • 171 Margarita Durán Estragó, « La evangelización... », op. cit., p. 80.
  • 172 Pedro Lozano, op. cit., vol. I, p. 52.

81Asunción n’était pas la seule fondation du Río de la Plata où le clergé fût à peine représenté. En 1582, Juan de Garay informa le Roi que la ville de Santa Fe ne disposait que d’un seul religieux, un franciscain de plus de quatre-vingts ans. En outre, Garay indiquait qu’il n’y avait aucun prêtre à Ciudad Real, Villa Rica et Buenos Aires169. L’absence de religieux dans la ville portuaire fut en partie palliée à partir du mois de janvier 1583 avec l’arrivée du père Juan de Rivadaneyra. Ce dernier, ancien custode de l’ordre des franciscains dans le Tucumán, revenait d’un séjour en Espagne en compagnie de quatorze moines séraphins, dont près de la moitié resta à Buenos Aires170. Le reste de la province dut attendre encore quelques années avant de disposer d’un nombre satisfaisant de religieux : ce n’est qu’en 1585 qu’on ordonna les premiers prêtres paraguayens171. Trois ans plus tard, les quatre premiers jésuites arrivèrent à Asunción depuis le Brésil172, mais ce n’est qu’au début du xviie siècle qu’ils démarrèrent réellement leur labeur missionnaire.

IV.3.4 Le Paraguay : une province oubliée de Dieu ?

  • 173 Voir chapitre III, p. 204 et suiv.
  • 174 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 265.
  • 175 José Luis Mora Mérida, Iglesia y sociedad..., p. 27-28.

82La rareté du clergé dans le Paraguay du xvie siècle n’est sans doute pas étrangère au fait que le siège épiscopal d’Asunción resta vacant durant de longues années. Créé le 1er juillet 1547, le diocèse du Paraguay ne fut effectivement occupé qu’en 1556 par le franciscain fray Pedro Fernández de la Torre. Celui-ci semble toutefois avoir négligé les affaires spirituelles au profit des intrigues politiques de la province, notamment lors de son affrontement avec Felipe de Cáceres173. Il fallut attendre dix ans après la mort de fray Pedro, survenue en 1575, pour qu’Asunción vît arriver son deuxième évêque, le dominicain Alonso Guerra. Malgré sa désignation à la tête du diocèse en 1578, il n’arriva à Asunción qu’au cours de l’année 1585. La ville ne comptait alors que trois prêtres174. Fray Alonso Guerra tenta de dynamiser l’évangélisation des indigènes en encourageant la publication d’un catéchisme en langue guaranie, ouvrage que réalisa le franciscain Luis Bolaños. Tout comme l’avait fait son prédécesseur, Alonso Guerra essaya en vain de percevoir les diezmos qui n’avaient pratiquement jamais été payés au Paraguay. En 1592, il fut finalement nommé évêque du Michoacán et abandonna définitivement la province du Paraguay175. Ce ne fut qu’en 1599 qu’arriva le troisième évêque du Río de la Plata : fray Tomás Vázquez de Liaño. Ainsi, en cinquante-deux ans d’existence, le diocèse d’Asunción connut vingt-six années de vacance. Dans ces conditions, il était fort difficile d’encourager la venue de nouveaux prêtres et moines dans une province qui par ailleurs n’attirait pas beaucoup les Européens. Le Paraguay, qui allait entrer dans l’Histoire Universelle pour ses missions franciscaines et surtout jésuites, semble donc avoir été, tout au long du xvie siècle, oublié de Dieu, ou du moins de ses représentants terrestres. L’insuffisance du clergé eut plusieurs conséquences sur le développement de la jeune colonie paraguayenne. D’une part, elle favorisa un certain « laxisme fiscal » de la part des vecinos d’Asunción qui, comme ils le faisaient vis-à-vis du quinto real, refusaient de payer le diezmo en invoquant l’absence de richesses dans la province. D’autre part, elle permit à certaines habitudes peu « orthodoxes » de perdurer dans la région : bien que certains d’entre eux aient fustigé la polygamie et le concubinage auxquels s’adonnaient les colons paraguayens, les prêtres et les moines d’Asunción ne parvinrent pas à éradiquer de telles pratiques. Le Paraguay serait-il devenu le « Paradis de Mahomet » que nous connaissons si le clergé avait été mieux représenté dès les premières décennies de la conquête ? Il est certes difficile de répondre à cette question, mais nous pouvons néanmoins exprimer quelques doutes à ce sujet. Si l’absence de « guides spirituels » favorisa sans aucun doute le concubinage et la polygamie chez les conquistadores paraguayens, c’est avant tout l’absence de femmes qui fut à l’origine de ces pratiques « coraniques ».

IV.4 Les femmes dans la conquête du Paraguay

  • 176 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18 ; Ricardo de Lafuente Machain, (...)
  • 177 Marilyn Godoy, La conquista amorosa en tiempos de Irala, Asunción, Base, 1994, p. 157.

83Comme dans l’ensemble des Indes Occidentales, le nombre de femmes ayant participé à la conquête fut extrêmement réduit dans le Río de la Plata. Richard Konetzke, dans « La emigración española al Río de la Plata durante el siglo xvi », cite le nom de huit femmes ayant participé à l’expédition de Pedro de Mendoza : María de Angulo, épouse de Francisco de Mendoza, María Dávila, célibataire, Isabel de Guevara, mariée à Pedro de Esquivel, Elvira Hernández, célibataire, Catalina Pérez, épouse d’Hernando de Mérida, qui s’embarqua à Tenerife, Elvira Pineda, célibataire, Mari Sánchez, mariée à Juan Salmerón de Heredia, et Catalina Vallido, que nous n’avons pas retrouvée dans le dictionnaire biographique de Lafuente Machain176. En 1994, Marilyn Godoy a revu à la hausse les estimations de Konetzke en affirmant qu’un total de onze femmes avait fait le voyage en compagnie du premier Adelantado. Toutefois, elle n’en précise pas l’identité177. Signalons en outre que trois d’entre elles (María Dávila, Catalina Pérez et Elvira Pineda) repartirent pour l’Espagne dès 1537, à bord du navire où mourut Pedro de Mendoza.

84Quel que fût leur nombre exact, les rares femmes qui restèrent dans le Río de la Plata apportèrent leur soutien à leurs époux et compagnons de voyage, comme le montre une lettre adressée par Isabel de Guevara à la Princesse doña Juana en 1556 :

  • 178 « Carta de Isabel de Guevara á la princesa gobernadora doña Juana..., 1556 », in Cartas de Indias, (...)

[En Buenos Aires] vinieron los hombres en tanta flaqueza, que todos los travajos cargavan las pobres mugeres, ansi en lavarles las ropas como en curarles, hazerles de comer lo poco que tenian, alimpiarlos, hazer sentinela, rondar los fuegos, armar las vallestas, quando algunas vezes los yndios les venian á dar guerra, hasta cometer á poner fuego en los versos, y á levantar los soldados, los questavan para hello, dar arma por el canpo á bozes, sargenteando y poniendo en orden los soldados ; porque en este tienpo, como las mugeres nos sustentamos con poca comida, no aviamos caydo en tanta flaqueza como los hombres. [...]
Pasada esta tan peligrosa turbunada, determinaron subir el rio arriba, asi, flacos como estavan y en entrada de ynvierno, en dos vergantines, los pocos que quedaron viuos, y las fatigadas mugeres los curavan y los miravan y les guisuan la comida, trayendo la leña á cuestas de fuera del navio, y animandolos con palabras varoniles, que no se dexasen morir.
[...]
Despues, de erminaron subir el Parana arriba, en demanda de bastimento, en el qual viaje, pasaron tanto trabajo las desdichadas mugeres, que milagrosamente quiso Dios que biviesen por ver que hen ellas estava la vida dellos ; porque todos los servicios del navio tomavan hellas tan á pechos, que se tenia por afrentada la que menos hazia que otra, serviendo de marear la vela y gouernar el navio y sondar de proa y tomar el remo al soldado que no podia bogar y esgotar el navio [...]. Ansi llegaron á esta çiudad de la Asunçion, que avnque agora está muy fertil de bastimentos, entonces estaua dellos muy necesitada, que fué nesesario que las mugeres boluiesen de nuevo á sus trabajos, haziendo rosas con sus propias manos, rosando y carpiendo y senbrando y recogiendo el bastimento, sin ayuda de nadie, hasta tanto que los soldados guarecieron de sus flaquezas y començaron á señorear la tierra y alquerir yndios y yndias de su serviçio, hasta ponerse en el estado en que agora está la tierra178.

  • 179 Marilyn Godoy, op. cit., p. 157.

85Loin de trouver les richesses de la Sierra de la Plata dont elles rêvaient sans doute, les premières femmes espagnoles du Río de la Plata durent au contraire se battre comme des hommes et travailler la terre comme des esclaves, tout en soignant leurs époux et sans être épargnées par les pénuries alimentaires qui caractérisèrent les premières années de la conquête. De telles conditions de vie, probablement rapportées en Espagne par les trois femmes qui abandonnèrent Buenos Aires en 1537, n’étaient pas faites pour en attirer davantage dans la région et l’expédition d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca ne compta que quatre femmes179.

  • 180 Voir chapitre III, p. 166.
  • 181 José TorreRevello, La sociedad Colonial, siglos xvi a xix, Buenos Aires, Pannedille, 1970, p. 15 ; (...)

86Le premier groupe féminin important arriva en 1556 avec Juan de Salazar, qui conduisit à Asunción les survivants de l’expédition des Sanabria. L’un des objectifs de cette expédition étant de lutter contre le concubinage et la polygamie, le troisième Adelantado s’était engagé à emmener dans le Río de la Plata une vingtaine de jeunes filles célibataires, ainsi que plusieurs dizaines de couples mariés180. Une cinquantaine de femmes s’embarqua donc sur les navires commandés par Juan de Salazar et doña Mencia Calderón. Toutefois, plusieurs historiens estiment qu’une quarantaine de femmes tout au plus arriva jusqu’à la capitale de la province181.

  • 182 « Asiento que se tomó con Juan Ortiz de Zárate... (10-07-1569) », A.G.I., Patronato 29, R. 22 (im. (...)
  • 183 Voir chapitre III, p. 169 et suiv.
  • 184 Marilyn Godoy, op. cit., p. 157.
  • 185 José Torre Revello, op. cit., p. 29.

87Ce n’est qu’en 1575 qu’un deuxième contingent féminin vint renforcer les rangs des femmes espagnoles du Río de la Plata. Le quatrième et dernier Adelantado de la province, Juan Ortiz de Zárate, avait en effet levé l’ancre de Séville avec soixante-dix femmes à bord de ses navires. Parmi ces femmes, trente-trois étaient mariées, quatre étaient veuves et les trente-trois dernières célibataires ou enfants182. Les conditions difficiles dans lesquelles se déroula l’expédition183 firent qu’une trentaine d’entre elles seulement arriva jusqu’à Asunción184. Enfin, en 1583, une cinquantaine d’hommes et de femmes espagnols, conduite par Alonso de Vera, arriva à Buenos Aires, mais nous ignorons combien de femmes exactement faisaient partie de l’expédition. En outre, la plupart des nouveaux venus abandonnèrent rapidement le port pour se diriger vers d’autres régions de la province, voire de l’empire185. La pauvreté du Río de la Plata, nous le voyons, n’exerçait guère d’attrait auprès des femmes espagnoles qui émigraient vers le Nouveau Monde.

  • 186 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias..., p. 556.
  • 187 « Testamento de Martina de Espinosa, 1547 », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78, « Testamento de Inés (...)

88Si l’on admet qu’à cette époque, la ville d’Asunción comptait quelque trois cents vecinos186, et en supposant — ce qui est fort improbable — que toutes les femmes arrivées précédemment aient survécu jusque-là, on avoisine une centaine de femmes blanches, soit une femme pour trois hommes. Cette proportion était en réalité encore plus défavorable à la gent féminine puisqu’un certain nombre d’entre elles mourait chaque année, sans que de nouvelles venues viennent compenser leur disparition. Toutefois, l’équilibre était en partie rétabli grâce à la naissance de petites créoles, ainsi que par les premières métisses, considérées d’un point de vue affectif et juridique comme blanches. Malgré tout, il semble légitime d’estimer que le nombre de femmes blanches ou assimilées fut tout au long du xvie siècle largement inférieur à celui des hommes : parmi les cent cinquante et un dossiers testamentaires que nous avons consultés à Asunción, on ne trouve que dix-neuf documents se rapportant à des femmes187, ce qui nous donne une proportion de 12,6 %.

89La plupart des Espagnoles s’étant traditionnellement installées à Asunción, le reste de la province souffrait plus cruellement encore de l’absence de femmes blanches. Si l’on voulait fonder et peupler de nouvelles villes, il était nécessaire que davantage de femmes s’installent dans le Río de la Plata afin de retenir les colons les épousant dans les régions récemment occupées. C’est ainsi que dès 1556, dans une lettre au Roi évoquant le projet de peupler l’île de San Gabriel, dans l’estuaire du río de la Plata, Domingo Martínez de Irala avait demandé au monarque de veiller à ce que plusieurs dizaines de couples mariés et de femmes célibataires fussent envoyés dans la province :

  • 188 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 1 (...)

Mi parescer es que Su Magestad debia prober las cosas seguientes : Primeramente mandar enbiar en la armada que ymbiare asta cinquenta ombres casados y estos para que pueblen en Sant Gabriel y sean si se hallaren que tengan hijas grandes por que los españoles que en esta tierra rresiden desean tomar estado e de mejor ganas yran a poblar porque para la dicha poblaçion seran nescesarios cient ombres y no menos188.

  • 189 Voir chapitre V, p. 285 et suiv.
  • 190 Marilyn Godoy, op. cit., p. 157.
  • 191 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 681.
  • 192 « Testamento de Elvira de Castro, 1598 », A.N.A., vol. 297, f° 45-47.
  • 193 « Testamento de doña María de Eredia, 1594 », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1.

90Le texte d’Irala met en évidence un trait essentiel de la mentalité des conquistadores : si ces derniers appréciaient la compagnie des femmes indigènes qui vivaient et travaillaient chez eux189, ils préféraient en revanche se marier avec des Européennes, fussent-elles veuves ou d’origine sociale douteuse190. Ainsi, il n’est pas rare au Paraguay de trouver des références à des femmes ayant été mariées plusieurs fois. Sur les dix-neuf documents testamentaires évoqués ci-avant, quinze nous renseignent sur l’état civil des défuntes. Parmi elles, quatre déclarent avoir été mariées deux fois à des conquistadores ou colons de la province. Il s’agit de Margarita Pérez, veuve d’Hernando de Ribera puis de Francisco de Vergara, ancien compagnon de Mendoza191, de Francisca Giménez, veuve d’Hernando Cabrera puis de Gregorio de Azpitia, de Beatriz Rodríguez, veuve d’Andrés de Ortiz et mariée en secondes noces à Gaspar Romero, et d’Elvira de Castro, veuve de Diego de la Calzada et remariée à Juan Cabrera192. Les autres femmes mariées ou veuves sont Martina de Espinosa, épouse d’Hernán Sánchez, Inés de Medrano, veuve de Pedro de Zayas, María de Luján, mariée à Antón Cabrera, Apolonia Mosquera, créole mariée à Josep Dorantes, Lucía Cabrera, créole veuve de Diego de Leyes, Isabel Pérez, veuve d’Alonso Domínguez, Isabel de Chaves, créole mariée à Pedro Gallego, Francisca Cabrera, veuve d’Hernán Brescianos, Elvira de Piña, épouse de Cristóbal Gallego, Teresa de la Torre, femme légitime de Bartolomé de Orúe, et María de Heredia, veuve de Juan Alonso de Quirós193.

  • 194 J. Vicens Vives (dir.), Historia económica y social de España y América, Barcelone, Vicens Bolsill (...)

91Malgré les efforts des autorités coloniales et métropolitaines pour encourager la venue de femmes européennes, leur nombre resta très faible tout au long du xvie siècle. En cela, le Río de la Plata se distingua des autres colonies hispano-américaines, où l’on mettait généralement une vingtaine d’années à établir un certain équilibre entre hommes et femmes péninsulaires194. La plupart des colons paraguayens continuèrent donc de satisfaire leur appétit sexuel en compagnie de leurs servantes indigènes. Cette situation se prolongea bien au-delà du xvie siècle car, à la différence d’autres régions de l’empire, les servantes indigènes ne furent remplacées que tardivement par des esclaves venus d’Afrique.

IV.5 Les esclaves noirs195

  • 195 Nous incluons l’arrivée des esclaves africains dans le Río de la Plata dans ce chapitre non seulem (...)
  • 196 Certains historiens, comme par exemple Josefina Pla, n’excluent pas la possibilité que les premier (...)
  • 197 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 8 r°-v° (im. 25-26).
  • 198 Ibid., f° 8 v° (im. 26), f° 21 r° (im. 51).
  • 199 Ibid., f° 27 r° (im. 63).
  • 200 Ibid., f° 17 r°-v° (im. 43-44). Voir aussi « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza... », in Mil (...)
  • 201 Josefina Pla, op. cit., p. 18.

92Les premiers esclaves africains du Río de la Plata arrivèrent dès 1536 à bord des navires de Pedro de Mendoza196. Plusieurs membres de l’expédition avaient été autorisés à emmener avec eux quelques esclaves. Ainsi, Rodrigo de Villalobos put prendre avec lui deux esclaves noirs dans le Río de la Plata197, Allard Bouton, Elodio Boysey et Alonso Hurtado reçurent une licence leur permettant d’embarquer quatre esclaves chacun198 et Juan de Cáceres, contador de la province, fut autorisé à en emmener dix199. Par ailleurs, dans une cédule du 19 juillet 1534, Pedro de Mendoza reçut l’autorisation de transporter deux cents esclaves noirs (« mitad hombres y mitad hembras ») dans le Río de la Plata, conformément à ce qui avait été stipulé dans sa capitulation200. Nous n’avons retrouvé aucun document confirmant le départ de ces deux cents esclaves. De même, seule l’arrivée de Juan de Cáceres dans le Río de la Plata est attestée, la présence de Rodrigo Villalobos, Allard Bouton, Elodio Voysey et Alonso Hurtado dans la province n’étant certifiée par aucun document connu. Le nombre d’esclaves africains introduits dans le Río de la Plata par le premier Adelantado semble donc avoir été extrêmement réduit, comme le signale Josefina Pla dans son ouvrage sur l’esclavage des Noirs au Paraguay201.

  • 202 Enrique de Gandía & Manuela Fernández Reyna, op. cit., p. 187-189.
  • 203 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 114 ro (im. 239).
  • 204 Ibid., f° 152 v° (im. 320).

93Dans les années qui suivirent l’expédition de Pedro de Mendoza, d’autres esclaves africains furent amenés dans le Río de la Plata, toujours en nombre très limité. En 1538, León Pancaldo arriva à Buenos Aires avec deux esclaves à bord du Santa María, prénommés Vicencio et Macián. Le premier fut vendu à Antonio López de Aguiar pour la somme de cent quarante-cinq ducats et le second à Gregorio de Leyes pour soixante-cinq ducats202 Le 20 novembre 1539, Felipe de Cáceres fut à son tour autorisé à embarquer deux esclaves africains203. Toutefois, si le retour de Cáceres dans le Río de la Plata est indéniable, nous ne sommes pas en mesure d’affirmer qu’il partit effectivement avec ces deux esclaves. De même, le 14 août 1540, une licence fut accordée à Miguel Gerónimo de Ballesteros afin qu’il emmenât deux esclaves noirs (« para servicio de vuestra persona y casa pasando vos en persona a la dicha provincia y no de otra manera204 »), mais une fois de plus, aucun document ne confirme le départ de Ballesteros pour le Río de la Plata.

  • 205 Ibid., f° 181 r (im. 377).
  • 206 Ibid., f° 227 v° et 259 r°-v° (im. 470, 533 et 534).
  • 207 Ibid., f° 197 v°198 ro (im. 410-411). Voir aussi « Capitulación otorgada a Juan de Sanabria... », (...)
  • 208 Voir chapitre III, p. 173.

94Dans le cadre de l’expédition de Juan de Sanabria, troisième Adelantado du Río de la Plata, Juan de Salazar de Espinosa obtint en mai 1547 une licence lui permettant d’y retourner avec quatre esclaves noirs « para servicio de su persona205 ». De même, deux cédules de janvier et décembre 1548 autorisèrent fray Juan de los Barrios, récemment nommé évêque du Paraguay, et Francisco Vélez, prêtre et maître d’école, à emmener respectivement quatre et deux esclaves africains206, mais aucun des deux religieux ne prit finalement la mer. Par ailleurs, une cédule du 22 juillet 1547 avait confirmé une clause de la capitulation de Juan de Sanabria, selon laquelle il était autorisé à transporter cinquante esclaves noirs dans le Río de la Plata207. Les déboires que connut l’expédition de Sanabria firent qu’aucun de ces esclaves n’arriva jamais à Asunción208.

  • 209 « Capitulación otorgada a Juan Ortiz de Zárate... », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 440.
  • 210 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 4, f° 70 v°72 v° et 96 r°97 v° (im. 150-154 et 201-204).

95La capitulation de Juan Ortiz de Zárate, rédigée en 1569, prévoyait elle aussi l’importation de cent esclaves noirs dans le Río de la Plata209. À mesure que les préparatifs avançaient, plusieurs cédules autorisèrent le quatrième Adelantado à embarquer cent cinquante esclaves supplémentaires210. Par ailleurs, le trésorier Hernando de Montalvo bénéficia d’une licence lui permettant d’emmener deux esclaves. Là encore, si nous savons qu’Ortiz de Zárate et Montalvo arrivèrent tous deux dans le Río de la Plata, nous ignorons ce qu’il advint des esclaves qui devaient les accompagner.

  • 211 Ángel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, Buenos Aires, Nova, 1954, vol. I (...)
  • 212 George Reid Andrews, Los afroargentinos de Buenos Aires, Buenos Aires, Ediciones de la Flor, 1989, (...)
  • 213 Elena Scheuss de Studer, La trata de negros en el Río de la Plata durante el siglo xviii, Buenos A (...)
  • 214 Josefina Pla, op. cit., p. 55-56.

96L’état actuel de la recherche rend difficile l’estimation de la population d’origine africaine dans le Paraguay du xvie siècle. Il est toutefois vraisemblable que le nombre des esclaves africains au Paraguay ne fût pas très élevé à l’époque de la Conquête. Ángel Rosenblat a évalué que vers 1570, il y avait au Paraguay un total de cinq mille individus entre Noirs, métis et mulâtres211. Le manque de distinction entre ces trois catégories de population nous empêche de connaître le nombre de Noirs présents au Paraguay à cette date. Pour sa part, George Reid Andrews a affirmé qu’entre 1534 et i600, deux mille quatre cent quatre-vingt-cinq Noirs furent légalement introduits dans le Río de la Plata, sans compter ceux qui furent importés clandestinement depuis les côtes brésiliennes212. Ces calculs doivent toutefois être considérés avec prudence, car ils englobent les années 1580-1600, période à laquelle le port de Buenos Aires commença à se développer en participant notamment au commerce d’esclaves depuis les côtes brésiliennes jusqu’au Tucumán et au Pérou213. Ainsi, seule une petite partie des esclaves passant par Buenos Aires arrivait au Paraguay. Le commerce des esclaves africains ne se développa que très peu dans la province, où l’on vendait tout au plus quelques esclaves déjà installés ou nés dans la région214. Le Paraguay du xvie siècle ne participa que très indirectement au commerce triangulaire des esclaves africains.

  • 215 Ibid., p. 20-21.
  • 216 Ibid., p. 18.

97La plupart du temps, les esclaves noirs étaient affectés à des tâches domestiques215. L’économie paraguayenne, basée essentiellement sur une agriculture de subsistance, ne nécessitait pas une main d’œuvre aussi importante que celle d’autres provinces. Les indigènes faisant partie d’une encomienda suffisaient généralement à faire tourner l’appareil de production agricole, et les colons paraguayens n’éprouvèrent pas le besoin d’investir le peu de richesses qu’ils possédaient dans l’achat d’esclaves africains, dont le prix était par ailleurs élevé. Josefina Pla affirme toutefois que plusieurs esclaves noirs furent vendus le 25 juin 1541, dans la province de Vera. De même, elle mentionne l’existence d’un esclave noir qui accompagna Pedro Dorantes lors d’une des entradas auxquelles il participa. Enfin, elle cite le nom d’une négresse, Juana Núñez, très liée à l’Adelantado Alvar Núñez Cabeza de Vaca216. Nous n’avons malheureusement pas pu retrouver de documents confirmant les allégations de Josefina Pla. En revanche, la revue paraguayenne El Archivo Nacional publia en 190i un document dans lequel il apparaît qu’au moment de son arrestation, Alvar Núñez possédait au moins un esclave d’origine africaine :

  • 217 « Depósito de un esclavo negro y una cota y zarahuel de malla de Alvar Núñez Cabeza de Vaca, 16-07 (...)

Entre los quales [bienes embargados] ay vn esclavo negro llamado Juan Blanco quel dicho Alvar Nuñez Cabeça de Vaca vbo e conpro de Luis Ramirez estante en esta civdad por contia de seiscientos pesos de oro a pagar en la primera fundacion o repartimiento que se hiziere en esta dicha provincia217.

  • 218 Arch. Nac., no 2, Asunción, septembre 1900, p. 47-49.
  • 219 Arch. Nac., no 7, Asunción, février 1901, p. 261-263.

98Cet extrait confirme l’existence au Paraguay d’un commerce d’esclaves africains. Il montre surtout le prix élevé de ces esclaves : six cents pesos dans le cas présent. En 1539, par exemple, une arquebuse équipée valait dix pesos d’or218. En 1541 , on pouvait acheter avec soixante pesos d’or — soit dix fois moins que le prix d’un esclave noir — « une paire de bottes, une paire d’éperons, une poitrinière à grelots pour chevaux, quatre paires d’espadrilles (alpargatas), quelques outils, dix pains de savon et d’autres petites choses219 ». L’esclave d’Alvar Núñez apparaît donc comme un bien cher, surtout si l’on tient compte de la totale gratuité de la main d’œuvre indigène.

  • 220 « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa(1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

99Parmi les documents testamentaires que nous avons pu consulter à Asunción, deux testaments seulement font référence à des esclaves noirs. Le premier est celui de Juan de Salazar de Espinosa qui, en 1557, légua à son fils naturel, Hipólito, un esclave noir prénommé Francisco220. Le second est celui de Juan González, dans lequel on peut lire la déclaration suivante :

  • 221 « Testamento de Juan González (1591) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 10.

Declaro que tengo un hijo natural que se llama Pedro hijo de una morena esclava de Fulano Arbateo que fue la que [roto] y yo [ahorre ?] al dicho mi hijo e por tal le nombro y dexo y para su sustento y alimento le dexo çien pesos221.

  • 222 Josefina Pla, op. cit., p. 19.

100Ce document prouve la présence d’au moins quelques esclaves noirs dans le Paraguay de la conquête. Il montre par ailleurs que certains colons de la province n’aimaient pas seulement la compagnie des femmes indigènes, mais également celle des Africaines, dont la fréquentation déboucha parfois sur la naissance d’enfants mulâtres. Le nombre d’esclaves africains resta néanmoins très faible tout au long du xvie siècle au Paraguay222, les conquistadores et colons préférant utiliser la main d’œuvre indigène — et gratuite — pour la réalisation des travaux agricoles et domestiques. De nombreuses Indiennes continuèrent donc de vivre dans la maison de leur maître où elles remplissaient à la fois les rôles de servantes et de concubines.

IV.6 Une société propice aux métissages ?

101De même que l’origine géographique de ses conquistadores favorisa la « résistance » que le Paraguay manifesta à l’égard des autorités régionales et métropolitaines, civiles et laïques, la composition de l’ensemble de la société coloniale semble avoir eu pour conséquence un métissage biologique et culturel plus important que dans les autres provinces des Indes Occidentales.

  • 223 Voir chapitre V, p. 239 et suiv. et chapitre VI, p. 310 et suiv.

102Tout d’abord, la diversité culturelle des conquistadores du Paraguay peut expliquer — en partie du moins — la facilité avec laquelle les Européens adoptèrent certaines coutumes indigènes, notamment dans le cadre domestique (alimentation et famille)223. La cohabitation entre personnes issues de régions aussi éloignées que l’Andalousie, le Pays Basque, les Flandres ou l’Italie peut en effet avoir contribué à la formation d’une mentalité coloniale plus ouverte que dans d’autres colonies hispano-américaines, en tout cas moins soumise aux volontés des autorités civiles et religieuses. Le concubinage et la polygamie constituent sans doute la manifestation la plus visible de cette adaptabilité européenne aux traditions indigènes. D’autres éléments permettent d’expliquer le profond enracinement de ces pratiques peu conformes à la foi chrétienne, à commencer par le nombre restreint de femmes blanches dans la région. Contrairement aux autres provinces hispano-américaines, l’équilibre entre hommes et femmes originaires d’Europe ne fut atteint que tardivement au Paraguay. Les conquistadores et colons, faute de pouvoir se marier, continuèrent donc de vivre maritalement avec leurs servantes indigènes qui, à la différence de celles de Mexico ou Lima, ne furent remplacées par des esclaves venus d’Afrique qu’à partir de la deuxième moitié du xviie siècle.

103Enfin, alors qu’ailleurs l’Église combattit le concubinage et la polygamie avec véhémence, le clergé paraguayen se révéla impuissant à éradiquer ces pratiques « coraniques ». Communes à la plupart des colonies hispano-américaines, elles furent donc particulièrement intenses et durables au Paraguay. Il en résulta la naissance d’un nombre important d’enfants métis qui étaient le plus souvent élevés par leur mère — indienne — dans la maison de leur père — européen.

Notas

1 Peter Boyd Bowman, Índice geobiográfico de cuarenta mil pobladores españoles de América en el siglo xvi, vol. II (1520-1539), Mexico, Jus, 1968.

2 José Luis Martínez, Pasajeros de Indias : Viajes trasatlánticos en el siglo xvi, Madrid, Alianza Editorial, 1983.

3 Peter Boyd Bowman, op. cit., p. xi.

4 José Luis Martínez, op. cit., p. 166.

5 Ibid., p. 169.

6 Luis Rubio y Moreno, Pasajeros a Indias, catálogo metodológico de las informaciones y licencias de los que allí pasaron, existentes en el A.G.I. Siglo primero de la colonización de América, 1492-1592, Madrid, Cía iberoamericana de publicaciones, 1930, p. 42.

7 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit.

8 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores...

9 Voir chapitre II, p. 156.

10 Peter Boyd Bowman, op. cit., p. XXXIII.

11 José Luis Martínez, op. cit., p. 164, 167 et 170.

12 Ce pourcentage a été calculé à partir du tableau synthétique réalisé par José Luis Martínez grâce aux travaux de Boyd Bowman. Voir José Luis Martínez, op. cit., p. 174-175.

13 Peter Boyd Bowman, op. cit., p. XXXIV.

14 Silvio Zavala, Orígenes de la colonización en el Río de la Plata, Mexico, Colegio Nacional, 1977, p. 435-436.

15 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., 1943.

16 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18.

17 Ibid., p. 21.

18 Voir chapitre II, p. 88 et suiv.

19 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 30.

20 « Los españoles que estan en el Rio de la plata han estado en aquellas Prouincias en las jornadas siguientes : con don Pedro de Mendoça, Alvar Nuñez Cabeça de Vaca, Juan de Salazar Despinosa y con el obispo y del Peru con Nufrio de Chaves », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).
Pour plus de commodité, nous nommerons ce document « Liste de 1569 ».

21 Pedro Méndez (testament daté de 1551, A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 126), Domingo Martínez (testament daté de 1572, A.N.A., N.E., vol. 307, f° 38-39), Hernando de Ribera (testament daté de 1572, in Arch. Nac. (nouvelle édition), Asunción, avril 1988, p. 15-17), Vicente de Gões (testament daté de 1580, A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 7), Alonso Domínguez (testament daté de 1587, A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2) et Gaspar González (testament daté de 1598, A.N.A., N.E., vol. 297, f° 34-37).

22 Arnao Esterlin (testament daté de 1591, A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2) et Marcos Hens (testament daté de 1602, A.N.A., T.C., vol. 644, doc. 1).

23 Mateo Díaz (testament daté de 1553, A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119).

24 « R. C. a don Pedro de Mendoza... », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 70 r°-v° (im. 149-150).

25 Voir chapitre I, p. 22 et suiv, et chapitre II, p. 70 et suiv.

26 R. C. du 12 mars 1549, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 264 r°-v° (im. 305-306).

27 Voir chapitre II, p. 80 et suiv.

28 R. C. du 12 mars 1549, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 264 r°-v° (im. 305-306).

29 R. C. du 4 juin 1571, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 4, f° 66 r°-v° (im. 141-142). Voir aussi la R. C. du 16 mai 1571, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 4, f° 54 r°-v° (im. 117-118), concernant le départ du pilote portugais Benito Luis.

30 José Luis Martínez, op. cit., p. 33.

31 Peter Boyd Bowman, op. cit., tab. IV.

32 Mario Javier Saban, Los marranos y la economía en el Río de la Plata, Buenos Aires, Galerna, 1993, p. 15-34 ; Clara E. Cohan, Los marranos en el Paraguay colonial, Asunción, Intercontinental Editora, 1992, p. 61.

33 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436 ; Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-21. Voir ciavant, p. 122.

34 Il s’agit de Jácome de Paiva, Pero Méndez, Gregorio de Acosta, Vasco de la Rua, Juan Xara, Francisco González, Juan Domínguez, Pero Méndez (2), Maese Antonio, Francisco Figuerero, Antonio Tomás, Francisco Romero, Ruy Díaz, Gonzalo Rodríguez, Simón Luis, Juan Portugués (herrero) et Juan Portugués (sillero). Nous ignorons si les deux Pero Méndez sont une seule et même personne ou s’il s’agit de deux homonymes. Source : « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

35 Il s’agit de Cristóbal de Beso, Pantaleón, Jorge de Almadana, Lorenzo Yañez et Fructos. Source : « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

36 Il s’agit d’Antonio Fernández, Mateo Fernández, Manuel Camelo et Pedro González. Source : « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

37 Il s’agit de Gaspar Fernández. Source : « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

38 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

39 Voir chapitre II, p. 134 et suiv.

40 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

41 Ces onze personnes étaient María de Bato, l’épouse de Scipión de Gões, Manuel Fernández, Alonso Fariña, Marcos Fernández, Pedro de Correa, Araujo, Mateo Fernández, Collazo, Domingo Báez, Juan Pérez Gago et Gaspar Fernández. Source : « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

42 Clara E. Cohan, op. cit., p. 52-53.

43 Albert Alain Bourdon, Histoire du Portugal, Paris, Chandeigne, 1994, p. 46.

44 Clara E. Cohan, op. cit., p. 65.

45 Boleslao Lewin, « Los portugueses en Buenos Aires en el periodo colonial », in VIo Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1982, vol. VI, p. 59.

46 Thomas Gomez, L’invention de l’Amérique. Rêve et réalité de la Conquête, Paris, Aubier Histoire, 1992, p. 159-165.

47 Voir la « Note de l’éditeur » dans Ulrich Schmidel, op. cit., p. 25.

48 Germán Arciniegas, Los alemanes en la conquista de América, Buenos Aires, Losada, 1941, p. 159-161.

49 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 39.

50 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », in Anales de la Biblioteca, Buenos Aires, Coni Hermanos, 1912, p. lxii.

51 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n, (im. 5-15).

52 A.N.A., T.C., vol. 579, doc. 2.

53 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 39.

54 Germán Arciniegas, op. cit., p. 161-164.

55 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18.

56 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436.

57 Roberto LehmannNitsche, « Los primeros alemanes en el Río de la Plata », in Fénix, año IV, no 3, Buenos Aires, Sociedad Científica Alemana de Buenos Aires, 1926, p. 213.

58 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436 ; Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18. Voir ciavant, p. 122.

59 Carlos Dubrin, né en 1518, est souvent présenté comme le frère de lait de l’empereur, mais Roberto LehmannNitsche a mis en doute cette hypothèse en invoquant la trop grande différence d’âge entre les deux hommes. En revanche, l’historien n’exclut pas que Francisco, frère aîné de Carlos, fût le véritable frère de lait de Charles Quint. Voir Roberto LehmannNitsche, « Los primeros alemanes... », op. cit., p. 219-222.

60 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 342-343.

61 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

62 Emilio Coni, op. cit., p. 77-78.

63 « Real Cédula a Otabián de Herrera, 06-08-1534 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 19 vo (im. 49).

64 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436.

65 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18.

66 « Memoria de los hombres que están vivos en el Río de la Plata, que vinieron en la armada de Pedro de Mendoza, 12-05-1569 », A.G.I., Patronato 189, R. 27, f° s/n (im. 1-2).

67 Enrique de Gandía, Los primeros italianos en el Río de la Plata, Buenos Aires, A. García Santos, 1932, p. 23.

68 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 48 et 661.

69 Ibid., p. 261.

70 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

71 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 22.

72 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 145.

73 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

74 Enrique de Gandía, Los primeros italianos..., p. 36.

75 Ibid., p. 26-41.

76 Enrique de Gandía & Manuela Fernández Reyna, León Pancaldo y la primera expedición genovesa al Río de la Plata, p. 142.

77 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 55, 76, 82, 150, 174, 197, 214, 215, 489, 527, 547 et 659.

78 Ibid., p. 82, 261, 287 et 355.

79 Ibid., p. 141, 238, 443, 491, 543, 601 et 626.

80 Enrique de Gandía, Los primeros italianos..., p. 41-45.

81 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 123, 148, 230, 243, 264, 287, 346, 451, 633, 656, 683.

82 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

83 A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 119.

84 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 178.

85 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 30.

86 Enrique de Gandía, Los primeros italianos..., p. 60.

87 Richard Konetzke, América Latina..., p. 56.

88 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 94 r° (im. 199).

89 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436 ; Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18.

90 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

91 Ibid., f° s/n (im. 5-15).

92 A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 150 (1556).

93 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436 ; Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18.

94 Enrique de Gandía, Los primeros italianos..., p. 23-25.

95 « R. C. a Enrique Paterni, inglés, 19-07-1534 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 18 r°-v° (im. 46-47).

96 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

97 Ibid., f° s/n (im. 5-15).

98 Voir chapitre III, p. 183 et p. 202.

99 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15). Le nom d’Estamate de Candia apparaît dans le même document.

100 Silvio Zavala, Orígenes..., p. 435-436.

101 Cartas de Indias, Madrid, Imprenta de Manuel G. Hernández, 1877.

102 A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, n° 131 (1556).

103 Ibid., no 132 (1556).

104 Ibid., no 150 (1556).

105 Voir chapitre II, p. 143 et suiv.

106 Voir chapitre III, p. 176 et p. 221.

107 Enrique de Gandía, Historia de las ideas políticas en la Argentina. Las ideas políticas en la época hispana, Buenos Aires, Roque Depalma, 1960, vol. I, p. 140-150.

108 Peter Boyd Bowman, op. cit..

109 Peter Boyd Bowman, op. cit., p. XXXIV.

110 Luis Rubio y Moreno, op. cit., p. 41.

111 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., 1943.

112 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 60.

113 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14(2), f° s/n (im. 5-15).

114 Francisco de Coimbra (testament daté de 1543, A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 113), Cristóbal de Aranda (testament daté de 1544, in Arch. Nac., no 10, mars 1901, p. 378-382), Francisco de Almaraz (testament daté de 1545, A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 16), Gonzalo de Peralta (testament daté de 1547, in Arch. Nac., no 15, janvier 1902, p. 546-551), Juan de Samaniego (testament daté de 1547, A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 65), Pedro de Esquivel (testament daté de 1547, A.N.A., T.C., vol. 577, doc. 1), Hernando de Balbuena (testament daté de 1549, in Arch. Nac., no 17, février 1902, p. 628-633), Sebastián Vargas (testament daté de 1567, A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 6), Pedro de Mesa (testament daté de 1570, A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 14), Rodrigo Serrano (testament daté de 1573, A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 6), Alonso de Valenzuela (testament daté de 1575, A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 7), Antonio de la Trinidad (testament daté de 1580, A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 7), Diego Trigueros (testament daté de 1589, A.N.A., T.C., vol. 751, doc. 7), Juan de Vera (testament daté de 1590, A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 8) et Ruy Díaz Melgarejo (testament daté de 1595, in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 135-140).

115 Juan Pavón (testament daté de 1543, A.N.A., N.E., vol. 307, doc. no 138), Pedro de Sandoval (testament daté de 1554, A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 146), Álvaro Villalobos (testament daté de 1562, A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 5), Francisco Álvarez Gaytán (testament daté de 1562, A.N.A., T.C., vol. 484, doc. 2), Francisco Delgado (testament daté de 1572, A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 6), Hernando de Sosa (testament daté de 1580, A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 11), Elvira Guerrera (testament daté de 1583, A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1), Cristóbal González (testament daté de 1590, A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 9), Juan Alonso de Quirós (testament daté de 1591, A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1), Francisco Gómez (testament daté de 1592, A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 2), Juan Delgado (testament daté de 1595, A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 5) et Blas Vargas (testament daté de 1596, A.N.A., T.C., vol. 754, doc. 10).

116 Pedro Arias (testament daté de 1547, in Arch. Nac., no 16/17, février 1902, p. 607612), Martín Pérez de Sanbitores (testament daté de 1553, A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 125), Diego López de Navia (testament daté de 1559, A.N.A., N.E., vol. 305, doc. 3), Juan Navarro (testament daté de 1562, A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 40), Andrés Solazaval (testament daté de 1511, A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 10), Pedro López de Gamarra (testament daté de 1582, A.N.A., N.E., vol. 318, doc. 1) et Pedro Fernández de la Rotela (testament daté de 1583, A.N.A., T.C., vol. 594, doc. 10).

117 Gerónimo Garcete (testament daté de 1559, A.N.A., N.E., vol. 319, doc. 82), Diego de la Torre (testament daté de 1572, A.N.A., N.E., vol. 421, f° 11-12) et Maese Bernal (testament daté de 1574, A.N.A., N.E., vol. 312, doc. 131).

118 Juan de Fustes (testament daté de 1572, A.N.A., N.E., vol. 307, doc. 23) et María de Luján (testament daté de 1580, A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1).

119 Voir chapitre II, p. 127 et suiv. et chapitre III, p. 176 et p. 221.

120 Voir chapitre II, p. 145.

121 Osvaldo Chaves, La formación del pueblo paraguayo, Buenos Aires, Gráfica Negri, 1976, p. 31-36.

122 Pedro de Mendoza était l’arrière petitfils du premier Duque del Infantado, don Diego Hurtado de Mendoza.

123 Manuel Díaz & Marta Pinilla, « Navegación fluvial en el Río de la Plata », in Puertos y fortificaciones de América y Filipinas (seminario), Séville, A.G.I., doc. non daté, p. 153-170.

124 Martín del Barco Centenera, Argentina y Conquista del Río de la Plata, Madrid, Institución Cultural « El Brocense », 1982, f° 24 v°.

125 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 115. C’est nous qui soulignons.

126 Les treize nobles sont : Gonzalo de Aguilar, Francisco de Alvarado, Diego de Ávalos, Bartolomé de Bracamonte, Juan de Carvajal, Carlos Dubrin, Carlos de Guevara, Juan Manrique, Diego de Mendoza, Francisco de Mendoza, Pedro de Mendoza, Ponce de León, Nuño de Silva et les deux chevaliers sont Don Diego de Barba, de l’ordre de SaintJean, et don Juan de Salazar de Espinosa, de l’ordre de SaintJacques.

127 Ruy Díaz de Guzmán, op. cit. p. 117.

128 A.G.I., Section Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 1 à 71bis (im. 1-153). Les gentilhommes en question sont : Álvaro de Almeda, Tomás de Armentero, Luis de Asturias, Antonio de Ayala, Allard Bouton, Elodio Boysey, Alonso del Castillo, Hernando de Castro, Tomás de Castro, Sebastián de Cazorla, Martín de Cía, Alonso de Cisneros, Francisco Dubrin, Jerónimo de Espinosa, Luis Gallego, Baltasar de Gálvez, Diego de Gálvez, Miguel de Garzarón, Juan Gaytán, Gonzalo de Guzmán, Martín de Heredia, Gaspar de Matene, Luis de Nájera, Charles Dubrin, Otabián de Herrera, Hallayn, García Jiménez de Aguilar, Sebastián de León, Longueval, Francisco López del Rincón, Hernando de Mena, Álvaro Mendoza, Antonio Monte de Herrera, Juan de Juan de Oviedo, Alonso de la Peñuela, Álvaro Pizarro, Gaspar de Quevedo, Juan Rodríguez de Pedrosa, Bartolomé Romero, Marcos Ruiz, Juan de Santa Cruz, Bernabé de Segovia, Juan de Segovia, Juan de Urúe, Alonso de Valdivieso, Luis de Valenzuela, Martín Varón, Pedro Ventura et Cristóbal de Vozmediano.

129 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores... ; « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

130 Hernando Arias de Mansilla et Gaspar de Ortigosa.

131 Alonso de Valenzuela, Alonso de Angulo, Juan Paño, Francisco Maldonado et Pedro de Mesa.

132 Francisco de Hermosilla et Martín de Segovia.

133 Luis Rubio y Moreno, op. cit., p. 46.

134 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 94 r° et 96 r°-v° (im. 189, 193 et 194).

135 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 590.

136 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 144 v° et 148 r° (im. 304 et 311).

137 Ibid., f° 149 r° (im. 313).

138 Ibid., f° 238 v°299 v° (im. 492-614). Ces « recommandés » sont : Ramiro de Arellano, Pedro de Arellano, Pedro de Acuña, Martín de Salinas, Pedro de Buiza, Sebastián Sánchez, Diego de Salcedo, Juan de Salcedo de Montalvo, Alonso Sánchez, Francisco de Moyre, Rodríguez López Paladinas, Hernando de Carvajal, Francisco González de Cueto, Hernando Arias de Mansilla, Lope de Aranda, Pedro de Pinedo, Galaor Osorio, Gonzalo Hernández, Alonso García de Córdoba, Gil de Collazos et Alonso Molano de Tiedra.

139 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 444.

140 Ibid., p. 598.

141 Ibid., p. 65 et 154. Toutefois, l’auteur n’exclut pas qu’il puisse s’agir d’un conquistador homonyme.

142 Voir par exemple la cédule de recommandation de Pedro de Arellano, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 239 v° (im. 494).

143 « Liste de 1569 », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (2), f° s/n (im. 5-15).

144 Guillermo Furlong, Historia Social y Cultural del Río de la Plata, Buenos Aires, Guillermo Kraft, 1969, vol. I, p. 526.

145 Voir chapitre II, p. 69.

146 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 103-104.

147 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza... », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 293.

148 Eliseo Cantón, Historia de la medicina en el Río de la Plata desde su descubrimiento hasta nuestros días : 1512-1925, Madrid, Biblioteca de Historia HispanoAmericana, 1928, vol. I, p. 189.

149 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 101. Pour l’anecdote, signalons que ce dernier fabriqua les portes de la maison d’Alvar Núñez, à Asunción, pour lesquelles il ne fut jamais payé.

150 Voir chapitre II, p. 150 et suiv.

151 R. C. du 16 juin 1535, A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 65 v°66 r° (im. 140-141).

152 Andrés Millé, Crónica de la orden franciscana en la conquista del Perú, Paraguay y el Tucumán y su convento del antiguo Buenos Aires, 1212-1800, Buenos Aires, Emecé, 1961, p. 159.

153 Margarita Durán Estragó, Presencia franciscana en el Paraguay (1538-1824), Asunción, Universidad Católica, 1987, p. 20.

154 Margarita Durán Estragó, « La evangelización en Paraguay », in Historia General de la Iglesia en América Latina, Salamanque, Sígueme, 1994, vol. IX, p. 79-80.

155 Arch. Nac., no 4, janvier 1901, p. 201-202.

156 Andrés Millé, op. cit., p. 92.

157 Voir chapitre II, p. 119. Les deux moines repartirent s’installer définitivement sur les côtes brésiliennes en 1544. Andrés Millé, op. cit., p. 113-121.

158 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 209.

159 Margarita Durán Estragó, Presencia franciscana..., p. 20-21.

160 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 208-209 ; José Luis Mora Mérida, Iglesia y sociedad en Paraguay en el siglo xviii, p. 15.

161 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del Descubrimiento..., p. 210.

162 Les travaux de José Castro Seoane ont été repris par Andrés Millé dans Crónica de la orden franciscana..., Buenos Aires, Emecé, 1961, p. 158-159.

163 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 262.

164 Il s’agit des frères Diego de Agreda, Antonio de Alcocer, Alonso de Armijo, Gregorio de Bilbao, Luis Bolaños, Juan Martínez, Juan de Mora, Luis Navarrete, Antonio Navarro, Alonso de San Buenaventura, Francisco Solano, Pedro de la Torre et Andrés Vázquez.

165 Margarita Durán Estragó, « La organización de la Iglesia en Paraguay », in Historia General de la Iglesia..., vol. IX, p. 159-160. Soulignons la présence parmi ces franciscains de fray Luis Bolaños, béatifié par le Pape Jean-Paul II.

166 « Carta de Martín del Barco Centenera... s/f », in D.I.A.G.I., Madrid, Imprenta de Manuel G. Hernández, 1864-1884, vol. XI, p. 179.

167 Andrés Millé, op. cit., p. 190.

168 A.G.I., Charcas 38, f° s/n.

169 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 263-264.

170 Andrés Millé, op. cit., p. 187-189 ; Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 264-265.

171 Margarita Durán Estragó, « La evangelización... », op. cit., p. 80.

172 Pedro Lozano, op. cit., vol. I, p. 52.

173 Voir chapitre III, p. 204 et suiv.

174 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 265.

175 José Luis Mora Mérida, Iglesia y sociedad..., p. 27-28.

176 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 17-18 ; Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 51, 171, 292, 304, 501, 512 et 610.

177 Marilyn Godoy, La conquista amorosa en tiempos de Irala, Asunción, Base, 1994, p. 157.

178 « Carta de Isabel de Guevara á la princesa gobernadora doña Juana..., 1556 », in Cartas de Indias, p. 619-621.

179 Marilyn Godoy, op. cit., p. 157.

180 Voir chapitre III, p. 166.

181 José TorreRevello, La sociedad Colonial, siglos xvi a xix, Buenos Aires, Pannedille, 1970, p. 15 ; Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 30 ; Marilyn Godoy, op. cit., p. 156.

182 « Asiento que se tomó con Juan Ortiz de Zárate... (10-07-1569) », A.G.I., Patronato 29, R. 22 (im. 33).

183 Voir chapitre III, p. 169 et suiv.

184 Marilyn Godoy, op. cit., p. 157.

185 José Torre Revello, op. cit., p. 29.

186 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias..., p. 556.

187 « Testamento de Martina de Espinosa, 1547 », A.N.A., N.E., vol. 308, doc. 78, « Testamento de Inés de Medrano, 1566 », A.N.A., vol. 658, doc. 13, « Testamento de Margarita Pérez, 1576 », A.N.A., N.E., vol. 421, f° 12, « Inventario de Francisca Lucena, 1580 », A.N.A., T.C., vol. 881, doc. 1, « Testamento de María de Luján, 1580 », A.N.A., T.C., vol. 651, doc. 1, « Testamento de Apolonia Mosquera, 1581 », A.N.A., T.C., vol. 658, doc. 15, « Testamento de Ana Rodríguez, 1583 », A.N.A., T.C., vol. 710, doc. 2, « Testamento de Elvira Guerrera, 1583 », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 1, « Testamento de Lucía Cabrera, 1586 », A.N.A., T.C., vol. 522, doc. 8, « Testamento de Isabel Pérez, 1587 », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 2, « Testamento de Isabel de Chaves, 1587 », A.N.A., T.C., vol. 546, doc. 1, « Codicilo de Francisca Cabrera, 1591 », A.N.A., N.E., vol. 423, f° 6, « Testamento de Francisca Giménez, 1592 », A.N.A., T.C., vol. 618, doc. 3, « Testamento de Beatriz Rodríguez, 1593 », A.N.A., T.C., vol. 710, doc. 3, « Testamento de Elvira de Piña de Gallardo, 1593 », A.N.A., T.C., vol. 694, doc. 8, « Testamento de Teresa de la Torre, 1593 », A.N.A., T.C., vol. 547, doc. 4, « Testamento de doña María de Eredia, 1594 », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1, « Inventario de María Villafaña, 1596 », A.N.A., T.C., vol. 967, doc. 4, et « Testamento de Elvira de Castro, 1598 », A.N.A., vol. 297, f° 45-47.

188 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 1 r°-v° (im. 1-2).

189 Voir chapitre V, p. 285 et suiv.

190 Marilyn Godoy, op. cit., p. 157.

191 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 681.

192 « Testamento de Elvira de Castro, 1598 », A.N.A., vol. 297, f° 45-47.

193 « Testamento de doña María de Eredia, 1594 », A.N.A., T.C., vol. 709, doc. 1.

194 J. Vicens Vives (dir.), Historia económica y social de España y América, Barcelone, Vicens Bolsillo, 1985, vol. III, p. 328.

195 Nous incluons l’arrivée des esclaves africains dans le Río de la Plata dans ce chapitre non seulement parce qu’ils ont été amenés par les Européens, mais aussi parce qu’ils étaient trop peu nombreux au xvie siècle pour faire l’objet d’un chapitre à part.

196 Certains historiens, comme par exemple Josefina Pla, n’excluent pas la possibilité que les premiers esclaves africains aient pu arriver dans la région avec les expéditions de Solís et de Cabot. Alvar Núñez Cabeza de Vaca mentionne à ce propos le nom de Pacheco, compagnon mulâtre d’Aleixo García. Voir Josefina Pla, Hermano negro, la esclavitud en el Paraguay, Madrid, Paraninfo, 1972, p. 18 et Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, Madrid, Historia 16, 1984, p. 239. Nous n’avons pour notre part trouvé aucun document prouvant la présence d’individus de race noire dans le Río de la Plata avant 1536.

197 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 8 r°-v° (im. 25-26).

198 Ibid., f° 8 v° (im. 26), f° 21 r° (im. 51).

199 Ibid., f° 27 r° (im. 63).

200 Ibid., f° 17 r°-v° (im. 43-44). Voir aussi « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza... », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 290.

201 Josefina Pla, op. cit., p. 18.

202 Enrique de Gandía & Manuela Fernández Reyna, op. cit., p. 187-189.

203 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 114 ro (im. 239).

204 Ibid., f° 152 v° (im. 320).

205 Ibid., f° 181 r (im. 377).

206 Ibid., f° 227 v° et 259 r°-v° (im. 470, 533 et 534).

207 Ibid., f° 197 v°198 ro (im. 410-411). Voir aussi « Capitulación otorgada a Juan de Sanabria... », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 384.

208 Voir chapitre III, p. 173.

209 « Capitulación otorgada a Juan Ortiz de Zárate... », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 440.

210 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 4, f° 70 v°72 v° et 96 r°97 v° (im. 150-154 et 201-204).

211 Ángel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, Buenos Aires, Nova, 1954, vol. I, p. 88.

212 George Reid Andrews, Los afroargentinos de Buenos Aires, Buenos Aires, Ediciones de la Flor, 1989, p. 31.

213 Elena Scheuss de Studer, La trata de negros en el Río de la Plata durante el siglo xviii, Buenos Aires, Libros de Hispanoamérica, 1984, p. 89-91.

214 Josefina Pla, op. cit., p. 55-56.

215 Ibid., p. 20-21.

216 Ibid., p. 18.

217 « Depósito de un esclavo negro y una cota y zarahuel de malla de Alvar Núñez Cabeza de Vaca, 16-07-1544 », in Arch. Nac., no 11, Asunción, avril 1901, p. 401-402.

218 Arch. Nac., no 2, Asunción, septembre 1900, p. 47-49.

219 Arch. Nac., no 7, Asunción, février 1901, p. 261-263.

220 « Testamento de Juan de Salazar de Espinosa(1557) », A.N.A., T.C., vol. 737, doc. 5.

221 « Testamento de Juan González (1591) », A.N.A., T.C., vol. 617, doc. 10.

222 Josefina Pla, op. cit., p. 19.

223 Voir chapitre V, p. 239 et suiv. et chapitre VI, p. 310 et suiv.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1. — L’émigration espagnole vers le Río de la Plata, la Nouvelle-Espagne et le Pérou, d’après Peter Boyd Bowman et José Luis Martínez.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/527/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 56k
Título Tableau 1. — Origine des conquistadores de l’Amérique hispanique entre 1520 et 1579
Leyenda * C’est nous qui calculons la moyenne.D’après José Luis Martínez, op. cit.,  p. 174-175.La somme des pourcentages n’est pas tout à fait égale à cent en raison des arrondis.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/527/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 163k
Título Tableau 2. — Origine des conquistadores du Río de la Plata en comparaison avec l’ensemble des provinces hispano-américaines
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/527/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540