Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

Première partie. Antécédents et contexte de la Conquête du Paraguay

Chapitre III. De la conquête à la colonisation

Texte intégral

1Les réformes administratives et économiques menées par Irala à partir de 1555 ne firent que traduire la volonté des autorités qui songeaient à coloniser la province du Río de la Plata depuis les toutes premières années de la conquête. Dès 1537, la Couronne chercha en effet à sédentariser les conquistadores à l’ouest de la ligne de Tordesillas afin d’y affirmer la souveraineté espagnole. Les difficultés rencontrées par les premiers conquistadores du Río de la Plata l’obligèrent à reconsidérer ses priorités. Ce n’est qu’en 1547 que les autorités reprirent leur politique de colonisation (población) du Río de la Plata, par le biais d’une capitulation signée avec Juan de Sanabria. Or, l’expédition du troisième Adelantado n’atteignit Asunción qu’en 1556, peu de temps avant la mort de Domingo Martínez de Irala. Entre-temps, ce dernier avait entrepris plusieurs réformes qui transformèrent la province d’un point de vue administratif et économique. Les expéditions de conquête ne cessèrent pas pour autant, même s’il s’agit dès lors de conquérir et d’occuper des territoires découverts lors des entradas et expéditions organisées précédemment.

III.1 Dernières années du gouvernement d’Irala

2Un an après le départ de Pedro de Mendoza pour le Río de la Plata, les autorités castillanes avaient décidé de compléter la conquête de la province par une occupation effective des régions proches de la ligne de Tordesillas. Seule la présence permanente de colons espagnols pouvait dissuader les Portugais d’envahir ce territoire qu’ils convoitaient depuis longtemps. Pour inciter les colons à s’installer de façon durable dans cette zone frontière, il fallait les « attacher » à la terre en les intéressant économiquement au développement de la région. C’est dans cet état d’esprit qu’une capitulation fut signée avec Gregorio de Pesquera Rosa, originaire de Burgos, le 21 août 1536. En voici les points essentiels :

  • 1 « R. C. de capitulaciones con Gregorio de Pesquera Rosa..., Valladolid, 21-08-1536 », A.G.I., Gobi (...)

Primeramente que daremos licencia y facultad a vos el dicho Gregorio de Pesquera Rosa para que vos o quien vuestro poder houiere podais hazer y criar e granjear la dicha especiería en çinquenta leguas de la dicha costa del Rio de la Plata y çiento la tierra adentro que començan desde donde dizen la Cananea hazia el rrio de Sancta Catalina [...]. Otrosy que [...] seays obligado a començar la dicha granjeria y ponerla en orden y que salga della fruto dentro de quatro años primeros sygu-yentes que corran y se cuenten desde el dia de la dacta desta mi capitulaçion [...].
Y para vos hazer merced y honrrar vuestra persona prometemos de vos dar titulo de nuestro governador de las dichas tierras que ay en las dichas çinquenta leguas de costa del Rio de la Plata [...] con çien leguas de costa la tierra adentro1.

  • 2 Aucun des documents que nous avons consultés ne précise de quelle épice il s’agit.

3La volonté de la Couronne de protéger ses colonies des incursions brésiliennes apparaît clairement dans la capitulation signée avec Pesquera : non seulement celui-ci était autorisé à produire et à commercer une épice donnée2, mais il recevait également le titre de gouverneur pour un territoire assez vaste qui marquait la frontière entre les possessions portugaises et castillanes. Les autorités commençaient à se rendre compte que le fait d’avoir confié à un seul homme une province aussi immense que le Río de la Plata pouvait être dangereux. En augmentant le nombre de gouverneurs tout en réduisant leur juridiction — et par conséquent leur pouvoir —, la division administrative de la « Province Géante » devait faciliter la gestion et la défense de l’ensemble de la province, ainsi que le contrôle de la situation de la part du Conseil des Indes. Pour des raisons que nous ignorons, Gregorio de Pesquera Rosa ne partit jamais pour le Río de la Plata.

4Au lendemain du retour de la Magdalena, en 1537, la nouvelle priorité des autorités castillanes fut de porter secours aux premiers conquistadores de la province. Les projets de colonisation furent remis à plus tard et la capitulation d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca ne prévoyait ni le développement de l’agriculture et du commerce, ni l’installation de familles ou de couples espagnols dans la région. Le retour du deuxième Adelantado, en 1545, même s’il inquiétait les autorités en raison du désordre politique qui régnait à Asunción, rassura ces dernières à propos de l’état de santé des Espagnols et la survie de la province. On pouvait dès lors songer à peupler l’ensemble du territoire, en favorisant notamment l’installation de colons le long de la frontière brésilienne.

III.1.1 Juan de Sanabria, troisième Adelantado du Río de la Plata

5Le 22 juillet 1547, une capitulation fut signée avec Juan de Sanabria, qui devenait ainsi le troisième Adelantado, gouverneur et capitaine général du Río de la Plata. Les principales obligations de Sanabria étaient les suivantes :

  • 3 « Capitulación otorgada a Juan de Sanabria..., 1547 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 381 (...)

1. Primeramente, que seais obligado e os obligueis a llevar destos reinos de Castilla, a la dicha provinçia del Río de la Plata, çien casados con sus mugeres e hijos para poblar la dicha provinçia, y con ellos llevareis a vuestra muger e hijos.
2. Ansímismo, os obligais de llevar otros doçientos y çinquenta honbres sin los casados para el descubrimiento y población de la dicha provincia, y si quisierdes llevar otros çiento y çinquenta lo podais hazer [...].
4. Otrosí, que llevareis a la dicha provinçia trigo, cevada e çenteno y todas las otras semillas que os paresçiere ser neçesarias para la cultivación de la tierra [...].
12. Yten, os obligais de llevar mill quintales de hierro e çiento de azero para socorrer la dicha gente y que tengan con que hazer las herramientas neçesarias par sus granjerías.
13. Ansímismo, os obligais de llevar tres fraguas para servicio de la dicha gente y algunos offiçiales de offiçios mecánicos3.

6Onze ans après l’expédition de Mendoza, il ne s’agissait plus seulement de poursuivre la découverte et la conquête de la province, mais de peupler et d’organiser les territoires déjà soumis. En développant l’économie, en particulier l’agriculture, on sédentarisait la population tout en assurant le ravitaillement pour l’ensemble de la province. Un intérêt tout particulier était porté à l’estuaire et aux régions frontalières du Brésil, les autorités souhaitant à la fois protéger leurs possessions et rompre l’isolement dans lequel se trouvait le Río de la Plata :

  • 4 Ibid., p. 381.

3. Yten, que poblareis en la dicha provinçia dos pueblos, uno en el puerto de Sant Françisco, ques cabe (sic) la ysla que dizen de Santa Catalina y el otro a la entrada del Río de la Plata, en las partes que más conbinientes os paresçiere tomando paresçer con las personas que vierdes que os lo pueden mejorar4.

7Certaines des clauses contenues dans la capitulation furent modifiées dès le lendemain de sa signature. La Couronne souhaitait non seulement assurer la défense et le développement du Río de la Plata, mais également remettre un peu d’ordre dans les mœurs dissolues de ses habitants. Pour éradiquer la polygamie et le concubinage, il fallait augmenter le nombre de femmes blanches à Asunción. C’est ainsi que la Couronne ajouta aux obligations de Sanabria celle d’emmener avec lui une vingtaine de jeunes femmes à marier :

  • 5 « R. C. a Juan de Sanabria..., 22-07-1547 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 198 r°-1 (...)

Os doy liçençia e facultad para que no enbargante que por el dicho capitulo suso yncorporado estais obligado a llevar los dichos çient casados a la dicha prouinçia del Rio de la Plata solamente podais llevar e lleveis ochenta dellos [e] en lugar de los veynte que rrestan podais llevar veynte doncellas que con llevarlas e llevar los dichos ochenta honbres casados con sus mugeres e vuestra muger e hijos os damos por cumplydo5.

8Cette modification avait été demandée par Juan de Sanabria, qui savait dès le départ qu’il aurait de grosses difficultés à recruter les deux cent cinquante hommes que stipulait son contrat avec la Couronne. Au cours des dernières années, la réputation du Paraguay n’avait cessé de se dégrader. Personne n’avait encore trouvé la moindre trace d’or ou d’argent et la province n’attirait plus grand monde. Sanabria ne trouvait pas de soldats pour partir à la conquête de territoires inconnus, pas plus que de familles prêtes à s’installer dans une région que l’on savait pourtant fertile. Une fois encore, la flotte à destination du Río de la Plata tardait à lever l’ancre. À plusieurs reprises, la Couronne somma son Adelantado d’accélérer les préparatifs de l’expédition :

  • 6 « R. C. a Juan de Sanabria..., 29-12-1547 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 218 r° ( (...)

Por lo que he sido ynformado que el serenisimo rrey de Portugal enbio nauios e gente a la costa del Brasil a castigar çiertos yndios e gente que se le a rreuelado y a rreparar aquello para que no se haga mas daño y como terneys entendido aquello del Brasil esta cerca del Rio de la Plata e podria ser que la gente que ansi enbia el dicho serenisimo rrey llegando antes que uos quisiesen hazer alguna preuençion y para scusar esto conuiene tanbien tanbien (sic) la breuedad de vuesta yda6.

  • 7 La capitulation de Juan de Sanabria, signée en juillet 1547, l’obligeait à partir au plus tard dix (...)
  • 8 « R. P. del 12-03-1549 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 262 v°-263 v° (im. 542-544)
  • 9 « RR. CC. a los oficiales de la Casa de Contratación en Sevilla..., 12-03-1549 », A.G.I., Gobierno (...)
  • 10 « R. C. del 12-03-1549 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 264 v°-265 r° (im. 546-547)

9Même si, depuis un certain temps, l’intérêt des autorités lusitaniennes pour le Río de la Plata avait diminué, les colons portugais du Brésil avançaient chaque jour un peu plus vers le sud et l’ouest. Pour protéger ses territoires ainsi que les fleuves qui menaient à la Sierra de la Plata, la Couronne espagnole souhaitait que la flotte de Sanabria quittât l’Espagne avant mai 15487. Or, à l’automne de la même année, le troisième Adelantado se trouvait toujours à Séville. La mort le surprit vers la fin de l’année, sans qu’il pût terminer d’appareiller ses navires. Son fils Diego, alors âgé de dix-huit ans, hérita de ses titres et fonctions, qui furent confirmés dès le 12 mars 15498. Afin d’aider le jeune Adelantado dans ses préparatifs, les autorités lui permirent de recruter des marins, des pilotes et des officiers portugais, ainsi que des passagers n’ayant pu prouver leur statut de personne autorisée à se rendre aux Indes Occidentales9. Pour attirer le plus de volontaires possible, la Couronne préféra fermer les yeux sur les origines et la pureté de sang de ces derniers. Pour finir, la quantité de fer et d’acier que Juan de Sanabria s’était engagé à emmener dans le Río de la Plata fut revue à la baisse, car don Diego connaissait les mêmes difficultés que son père en ce qui concerne l’achat du matériel à emporter10.

  • 11 « R. C. al doctor Hernán Pérez, del Consejo de Indias..., 22-05-1549 », A.G.I., Gobierno, Buenos A (...)
  • 12 « R. P. del 14-05-1547 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 273 r° (im. 561).
  • 13 Le diocèse du Río de la Plata avait été créé le 1er juillet 1547, à la demande de Domingo Martínez (...)
  • 14 « RR. PP. al licenciado Francisco Alanis de Paz..., 25-10-1549 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1 (...)
  • 15 Fray Juan de los Barrios y Toledo fut finalement nommé évêque en Nouvelle Grenade, mais il mourut (...)

10Malgré toutes ces dérogations, la flotte de Diego de Sanabria restait à quai. Le 22 mai 1549, le Conseil des Indes reçut l’ordre d’avertir don Diego que si celui-ci ne partait pas avant quatre mois, son titre de gouverneur lui serait définitivement retiré11. Le soutien actif de sa mère, doña Mencia Calderón, et du capitaine Juan de Salazar de Espinosa, désormais Trésorier de la province du Río de la Plata12, ne fut pas suffisant pour boucler les préparatifs. Au mois d’octobre 1549, Sanabria n’avait toujours pas levé l’ancre et la Couronne désigna un gouverneur intérimaire chargé de se rendre dans le Río de la Plata pour remplacer don Diego le temps que celui-ci terminât d’appareiller ses navires. Le choix des autorités se porta sur Francisco Alanis de Paz, que l’on chargea également de conduire le franciscain fray Juan de los Barrios y Toledo, premier évêque d’Asunción, jusqu’à son diocèse13. Le gouverneur intérimaire devait quitter la péninsule le 25 janvier 1550 au plus tard14. Pour des raisons techniques, l’expédition d’Alanis de Paz prit elle aussi du retard. Entre-temps, trois des navires affrétés par don Diego de Sanabria furent prêts à lever l’ancre. Une partie de l’expédition pouvait donc se rendre dans le Río de la Plata. On décida d’y emmener en priorité les jeunes filles à marier. Quant à fray Juan de los Barrios, il reçut l’ordre d’attendre le départ du jeune Adelantado15.

  • 16 Roberto Lehmann Nitsche, « Hans Staden arcabucero alemán de la expedición Sanabria al Río de la Pl (...)
  • 17 Ernesto J. Fitte, Hambres y desnudeces en la conquista del Río de la Plata, Buenos Aires, Emecé, 1 (...)

11Le 10 avril 155016, deux caravelles et un patax quittèrent le port de Sanlúcar de Barrameda. Ils transportaient trois cents personnes environ et étaient dirigés par le capitaine Salazar et doña Mencia Calderón. Don Diego, qui avait réussi à garder tous ses titres, resta en Espagne pour parachever les préparatifs de son expédition17.

III.1.2 Doña Mencia, la « Adelantada »

  • 18 Roberto Lehmann Nitsche, « Hans Staden... », op. cit., p. 438.
  • 19 Enrique de Gandía, « Una expedición de mujeres españolas al Río de la Plata en el siglo xvi », in (...)

12La traversée de l’Atlantique ne fut pas de tout repos pour doña Mencia Calderón, qui voyageait à bord du patax San Miguel, en compagnie du capitaine Salazar de Espinosa. Il fallut tout d’abord faire face au mécontentement de l’équipage, peu rassuré par le mauvais départ qu’avait pris l’expédition, puis affronter une violente tempête au large des côtes guinéennes, durant laquelle le patax perdit de vue les deux caravelles qui l’accompagnaient. Enfin, le San Miguel fut attaqué par des corsaires français, le 25 juin 155018. Ceux-ci dépouillèrent les passagers de leurs biens, mais grâce à l’intervention de Juan de Salazar, respectèrent l’honneur de la cinquantaine de femmes — mariées et célibataires — qui se trouvaient à bord19.

  • 20 Hans Staden de Homberg, Véritable histoire et description d’un pays habité par des hommes sauvages (...)
  • 21 Lucía Gálvez, op. cit., p. 100.
  • 22 « Carta de Juan de Salazar (1552) », in Enrique de Gandía, « Una expedición... », op. cit., p. 140

13Le 18 novembre 1550, une des deux caravelles, commandée par Francisco de Becerra, atteignit enfin l’île de Santa Catalina20. Le San Miguel la rejoignit un mois plus tard. Le navire était en si mauvais état qu’on préféra le couler peu après son arrivée21. La seconde caravelle, pilotée par Juan de Ovando, n’arriva jamais à destination. À la fin de l’année 1550, on dénombrait sur l’île de Santa Catalina quatre-vingts hommes et une quarantaine de femmes et enfants22.

  • 23 Emilio Coni, op. cit., p. 44.

14Pour se protéger des attaques des Tupis, les nouveaux venus se réfugièrent sur le continent, dans le territoire des Mbiazá, sur un site qu’ils nommèrent San Francisco. Ils pensaient rester là jusqu’à l’arrivée de Diego de Sanabria. Comme il ne restait plus qu’une seule caravelle pour transporter l’ensemble des Espagnols, le transfert des troupes se fit en deux fois. Lors du second voyage, l’embarcation coula et son capitaine, Francisco de Becerra, périt noyé. En attendant la venue du jeune Adelantado, le capitaine Cristóbal de Saavedra et cinq autres soldats furent envoyés à Asunción pour exposer la situation à Irala et lui demander des secours. Ils arrivèrent à destination le 15 août 1551. Quelques mois plus tard, le capitaine Hernando de Salazar, fut également envoyé à Asunción en compagnie d’une soixantaine d’hommes. Il y arriva après un long et difficile voyage le 24 juillet 155223.

  • 24 Lucía Gálvez, op. cit., p. 101 ; « Capitulación otorgada a Juan de Sanabria..., 1547 », in Milagro (...)
  • 25 Bartolomé Bennassar & Richard Marin, Histoire du Brésil. 1500-2000, Paris, Fayard, 2000, p. 29.

15Tandis qu’ils attendaient des secours qui n’arrivaient toujours pas, les expéditionnaires restés à San Francisco s’organisaient : tout en travaillant à la construction d’un brigantin, le groupe fonda le port de San Francisco, conformément aux instructions reçues par Juan de Sanabria. Sa veuve, doña Mencia, encourageait les jeunes filles qui l’accompagnaient à se marier sans tarder. Pour donner l’exemple, celle qui dirigeait la colonie avec la poigne d’une véritable « Adelantada » offrit la main de sa fille María de Sanabria, alors âgée de quinze ans, au capitaine Hernando de Trejo, qui hérita par la même occasion du titre d’alguacil mayor du Río de la Plata24. Plus le nombre d’Espagnols augmenterait rapidement, plus San Francisco aurait de chances de survivre. Non seulement le pueblo avait été fondé en territoire mbiazá, mais le port se situait également à quelques lieues seulement de São Vicente, où les Portugais s’étaient installés depuis 153225. Il fallait donc être suffisamment nombreux pour protéger le village des attaques indigènes tout en empêchant les Lusitaniens de franchir la ligne de Tordesillas. L’« Adelantada » fut ainsi à l’origine de la naissance des premiers créoles paraguayens.

16La proximité de l’établissement brésilien ne représentait pas uniquement une menace contre les intérêts espagnols : on pouvait s’y procurer, par exemple, certaines denrées qui faisaient défaut aux Espagnols. Juan de Salazar s’y rendit pour acheter les semences nécessaires au démarrage de la production agricole de San Francisco. Le gouverneur portugais Tomé de Souza lui proposa alors de venir s’installer à São Vicente avec l’ensemble de ses compatriotes. Les Espagnols ne savaient que faire : fallait-il abandonner la précarité de leur village pour le confort que leur offrait l’établissement portugais, ou bien exécuter à la lettre les ordres du roi en travaillant au peuplement, au développement et à la défense de la nouvelle colonie ? N’était-ce pas trahir la Couronne que de préférer la sécurité à l’héroïsme ? En mars 1553, l’offre de Tomé de Souza fut acceptée, en raison notamment du nombre élevé de femmes et d’enfants qui vivaient à San Francisco. Pour ne pas abandonner totalement le port de San Francisco et respecter d’une certaine manière les instructions royales, on y laissa quatre arquebusiers, chargés d’attendre les navires de don Diego de Sanabria. On pensait d’ailleurs repeupler la ville dès l’arrivée des secours d’Asunción. En attendant, on ne pouvait refuser l’aide généreuse de Tomé de Souza.

  • 26 Roberto Lehmann Nitsche, « Hans Staden... », op. cit., p. 446.
  • 27 « Carta de Juan de Salazar (1556) », in Cartas de Indias, p. 579.
  • 28 Francisco Gambarrota resta quant à lui jusqu’en 1556. Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistado (...)
  • 29 « Carta al Rey de Ruy Díaz Melgarejo, 1561 », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo, fundador de l (...)
  • 30 En janvier 1554, João Ramalho dirigea la fondation de São Paulo.
  • 31 Lucía Gálvez, op. cit., p. 104.
  • 32 Emilio Coni, op. cit., p. 4445.

17São Vicente se révéla bientôt être une prison dorée : si les Espagnols y furent bien traités, on leur interdit en revanche de sortir de l’établissement ou de communiquer avec l’extérieur. En vidant San Francisco de la plupart de ses occupants, Tomé de Souza rendait plus vulnérable — et donc « franchissable » — la ligne de Tordesillas. Il n’avait pas à craindre de représailles puisqu’on ignorait en Espagne le piège dans lequel étaient tombés doña Mencia et ses expéditionnaires. En juin 155326, Ulrich Schmidel arriva à São Vicente en compagnie de Francisco Gambarrota. Après plusieurs années passées au service de la Couronne espagnole, les deux conquistadores avaient décidé de rentrer en Europe. Ils firent halte dans l’établissement portugais afin de s’y ravitailler. Trompant la surveillance des Portugais, Salazar remit une lettre à son ami bavarois, en le priant de bien vouloir la faire parvenir à Charles Quint27. C’est ainsi que le monarque fut informé du sort qu’avaient subi les trois navires de doña Mencia Calderón. Peu après le départ de Schmidel28, le capitaine Ruy Díaz Melgarejo arriva lui aussi dans l’établissement. Il s’était enfui d’Asunción avec Flores, son écuyer, pour échapper à la justice d’Irala. Les deux hommes avaient été capturés par des Tupis, qui avaient dévoré Flores tandis que Melgarejo parvenait à prendre la fuite29. Le capitaine portugais Joâo Ramalho30 l’avait retrouvé errant dans la forêt tropicale, et l’avait amené à São Vicente31. C’est là que Melgarejo épousa doña Elvira de Contreras, fille du capitaine Francisco de Becerra. Quant à la veuve de ce dernier, doña Isabel de Contreras, elle se maria en secondes noces avec Juan de Salazar de Espinosa, qui s’affairait à trouver une solution pour quitter São Vicente. C’est alors que certains Espagnols arrivèrent d’Asunción dans le but d’acheter quelques bovins à São Vicente32. Juan de Salazar voulait profiter du retour de ces hommes vers le Paraguay pour faire le voyage avec eux. Tomé de Souza rechigna à leur vendre le bétail qu’ils réclamaient : d’une part, celui-ci était encore rare au Brésil ; d’autre part, il hésitait à fournir aux conquistadores du Paraguay un outil de développement pour leur province. Il signifia donc à Juan de Salazar qu’il ne pourrait quitter São Vicente qu’avec l’autorisation expresse du roi du Portugal. Cette autorisation n’arrivant pas, le capitaine décida de s’en passer et de quitter les lieux en compagnie d’un négociant portugais qui désirait se rendre au Paraguay pour affaires :

  • 33 « Carta de Juan de Salazar (1556) », in Cartas de Indias, p. 579.

Visto que de Portogal no venia el despacho para nos dexar yr al Paraguay, y tan malas esperanças de nuestro remedio, y la nesçesidad de cada dia mayor y muchas molestias que no se podian sufrir, traté con Çiprian de Gões, hijo de Luis de Gões, que avia poco era venido de Por-togal a estar en un yngenio del padre, que nos viniesemos al Paraguay, porque dél entendí tener voluntad de lo hazer33.

  • 34 Roberto Lehmann Nitsche, « Hans Staden... », op. cit., p. 447.
  • 35 « Información de los méritos y servicios del capitán Pablo de Gamboa..., 1596 », A.G.I., Patronato (...)
  • 36 Fray Pedro Fernández de la Torre fut désigné à la tête du diocèse d’Asunción en 1552. Comme ce der (...)
  • 37 La flotte avait pris la mer le 28 août 1555 (voir Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 92)
  • 38 « Carta de Juan de Salazar (1556) », in Cartas de Indias, p. 579.

18Pendant que Salazar préparait son départ, vers la fin de l’année 155434, le Génois Bartolomé Justiniano, ancien expéditionnaire d’Alvar Núñez, débarqua à São Vicente. Il était porteur d’un sauf-conduit permettant aux « prisonniers » de Tomé de Souza de se rendre à Asunción, ainsi que d’une Cédule Royale faisant officiellement d’Irala le gouverneur et capitaine général de la province du Río de la Plata. Il apportait également des nouvelles du jeune don Diego de Sanabria : celui-ci avait quitté l’Espagne en 1552, s’était perdu en mer et avait fini par échouer sur les côtes de la Nouvelle Grenade, d’où une partie de l’équipage était partie pour le Mexique ou le Pérou35. Il annonça enfin qu’une expédition avait été organisée par Martín de Orúe, qui avait été chargé d’escorter le nouvel’évêque d’Asunción, le franciscain Pedro Fernández de la Torre36. Martín de Orúe était probablement sur le point d’arriver près des côtes brésiliennes37, où il devait recueillir doña Mencia et ses compagnons afin de les conduire jusqu’à Asunción. Une fois de plus, les expéditionnaires se divisèrent en deux groupes : le capitaine Salazar partit par voie terrestre avec Ruy Díaz Melgarejo, Bartolomé Justiniano, Scipión de Gões et son frère Vicente, une douzaine de soldats et six autres Portugais, emmenant avec eux femmes et enfants, ainsi que sept vaches et un taureau38. Les autres retournèrent à San Francisco pour y attendre Martín de Orúe.

  • 39 Julio César Chaves, Compendio de Historia Paraguaya, Asunción, El Lector, 1998, p. 68.

19Lorsque le groupe de Salazar atteignit le Guairá, le capitaine envoya Bartolomé Justiniano à Asunción afin de prévenir Irala de leur arrivée imminente. Celui-ci arriva dans la capitale de la province au tout début du mois de septembre 1555. Le reste du groupe le rejoignit un mois plus tard. Domingo Martínez de Irala reçut les nouveaux venus amicalement, malgré les rivalités passées. Fort de son titre de gouverneur, il renforça son alliance avec ses anciens ennemis politiques en nommant Gonzalo de Mendoza lieutenant général, Juan de Salazar de Espinosa et Francisco Ortiz de Vergara alcaldes, et Alonso Riquelme de Guzmán alguacil mayor39.

  • 40 « Carta de Juan de Salazar (1556) », in Cartas de Indias, p. 581-582.

20Le second groupe découvrit en arrivant à San Francisco que les quatre arquebusiers restés sur place avaient été tués par les Indiens. Sans se décourager, les Espagnols rebâtirent l’établissement. Au bout de dix mois, épuisés par les pénuries alimentaires et les attaques indigènes, ils décidèrent d’abandonner le site et de partir pour Asunción sans attendre Martín de Orúe40. Malgré les instructions de la Couronne, la frontière paraguayo-brésilienne n’était toujours pas occupée et la province restait vulnérable aux incursions brésiliennes.

  • 41 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 206-207.

21Après un voyage particulièrement éprouvant41, doña Mencia et sa quarantaine de « demoiselles » firent leur entrée à Asunción au début de l’année 1556, six ans après avoir quitté l’Espagne.

III.1.3 L’évêque Pedro Fernández de la Torre

  • 42 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 33.
  • 43 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 208-209.
  • 44 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 209.

22Tandis que doña Mencia traversait la forêt tropicale pour se rendre à Asunción, Martín de Orúe et l’évêque de la Torre arrivaient à proximité des côtes brésiliennes, en compagnie d’une cinquantaine d’hommes42. Ne trouvant pas les Espagnols dont on leur avait parlé, ils continuèrent leur voyage. Quand ils atteignirent les environs d’Asunción, Irala s’était absenté depuis quelques jours. D’après Ruy Díaz de Guzmán, le gouverneur était allé chercher du bois pour la construction de maisons et de bateaux. Diego Téllez de Escobar affirma en revanche qu’Irala avait quitté la ville en apprenant l’arrivée imminente de l’évêque et de Martín de Orúe. Selon Téllez, le gouverneur craignait d’être sanctionné pour sa gestion de la province, fort critiquée par ses adversaires depuis Séville43. Cette hypothèse nous paraît peu probable car depuis la nomination d’Irala à la tête de la province, aucun fait nouveau n’était survenu qui pût justifier un changement d’attitude à son égard de la part de la Couronne. Quelles que soient les raisons de son absence, le gouverneur rentra bientôt en ville afin de préparer un accueil solennel à fray Fernández de la Torre. Le prélat fit son entrée à Asunción le 2 avril 1556, veille du Dimanche des Rameaux44. Pour les vecinos d’Asunción, les raisons de se réjouir étaient multiples :

  • 45 Ibid., p. 209.

Fray Pedro de la Torre [...] traía perdón general de Su Majestad. Venía también Martín de Orué, que había ido a la Corte de procurador de la provincia y volvía a costa de Su Majestad trayendo tres navíos de socorro con armas, municiones y demás menesteres con el nuevo prelado. [...] Traía el Ilustrísimo cuatro clérigos sacerdotes y otros diáconos y de menores órdenes y muchos criados de casa que venía muy proveída [y] cuatro mil ducados en ornamentos, pontificales, campanas y otras cosas necesarias para el culto divino45.

23L’évêque apportait des nourritures terrestres et spirituelles, ainsi que l’assurance qu’aucun conquistador — pas même Irala — ne serait poursuivi pour les troubles politiques qui avaient agité Asunción depuis l’arrestation d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca. La Couronne souhaitait avant tout stabiliser une région qui n’avait pas tenu ses promesses « argentifères », mais dont le rôle était encore de protéger l’empire contre les velléités expansionnistes du Brésil.

  • 46 José Luis Mora Mérida, Iglesia y sociedad en Paraguay en el siglo xviii, Séville, E.E.H.A., 1976, (...)

24À l’instar du deuxième Adelantado, fray Fernández de la Torre tenta de mettre un peu d’ordre dans une province qui pendant vingt ans s’était développée sans foi ni loi. Pour commencer, l’évêque voulut percevoir les diezmos que les Espagnols n’avaient pas payé pendant vingt ans. Pour cela, il n’hésita pas à excommunier les mauvais payeurs. Il ne renonça à ses prétentions que lorsqu’il comprit que la province était réellement dépourvue de monnaie et de richesses46. Entre-temps, les conquistadores s’étaient plaints auprès du roi :

  • 47 « Carta de Juan Salmerón de Heredia... (1557) », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n ; voir aussi (...)

[El] obispo fray Pedro de la Torre a proçedido contra los conquistadores por censuras thenyendolos descomulgados por los diezmos de veinte años desta parte y porque los años pasados no avya que poder diezmar [...] suplicamos a Vuestra Alteza sea servido que por esta razon el dicho obispo no proceda por çensuras contra los dichos conquistadores y a que los que tuviere descomulgados absuelva47.

25La perception des diezmos n’était pas la seule préoccupation de fray Fernández de la Torre. L’évêque essaya également de mettre un terme au concubinage et à la polygamie, pratiques toujours courantes parmi les conquistadores, malgré l’arrivée de doña Mencia et de son contingent de jeunes filles espagnoles. Sur ce point, le prélat se heurta également à la résistance de ses concitoyens et n’obtint aucun résultat. Toutefois, et contrairement à ce qu’il avait fait avec Alvar Núñez, Irala apporta son soutien à l’évêque. Une alliance tacite s’était scellée entre les deux hommes : le gouverneur ne faisait rien pour tempérer l’autoritarisme de fray Fernández de la Torre et celui-ci ne prêtait pas attention aux critiques formulées à l’encontre d’Irala, notamment en ce qui concerne le premier repartimiento des indigènes d’Asunción.

III.1.4 Le premier repartimiento paraguayen (1556)

26Dès 1544, les officiers royaux avaient demandé à Irala de recenser les Indiens d’Asunción et de ses environs afin de les répartir parmi les conquistadores « méritants » (beneméritos). Irala, pour sa part, préférait organiser de nouvelles entradas vers la Sierra de la Plata plutôt que de mettre en place un système d’encomiendas. Le Paraguay n’étant qu’une étape avant la conquête de la mythique Sierra, il était inutile de recenser sa population et de la répartir en encomiendas. Les femmes indigènes qui vivaient chez les Espagnols représentaient une main d’œuvre suffisante pour satisfaire leurs besoins immédiats. En février 1551, après que l’espoir de conquérir un jour la mythique montagne se fut à jamais envolé, les fonctionnaires renouvelèrent leur demande auprès du gouverneur. Cette fois, Irala accepta de recenser et de répartir les Indiens de la région d’Asunción. C’était la seule rémunération qu’il pouvait offrir à ses compatriotes, qui commençaient à comprendre que jamais ils ne trouveraient ni or ni argent. L’arrivée de Cristóbal de Saavedra annonçant la venue du troisième Adelantado, les secours envoyés — en vain — dans l’estuaire du río de la Plata et, surtout, l’organisation de la « Mala Entrada » empêchèrent le gouverneur de mener à bien son projet de repartimiento. En octobre 1553, lassés de voir le nombre d’indigènes diminuer après chaque nouvelle entrada, le facteur Pedro Dorantes, le trésorier Andrés Hernández et le veedor Antón Cabrera rappelèrent ses engagements à Irala. D’après ces officiers, le fait de ne pas répartir les autochtones ne faisait qu’accélérer leur disparition :

  • 48 « Requerimiento del factor Dorantes... (1553) », in Ricardo de Lafuente Machaín, El Gobernador..., (...)

Por tener los cristianos gran numero de yndias como tenemos a los yndios les falta (sic) y dexan de multiplicar y la tierra se pierde como se vee por espiriencia que solia estar muy poblada y agora esta por muchas partes despoblada [...] y que en poblar y en los encomendar es el mayor servicio que en el caso se pueda hazer en esta tierra a dios porque su dotrina y fe se les podria predicar y enseñar y ellos seran conservados y multiplicaran y a su magestad por las mismas rrazones porque la tierra no se detruya48.

27Répartir les Indiens signifiait donc les protéger, tout en favorisant leur évangélisation. Le repartimiento des indigènes permettrait également de mettre un frein à la pratique du concubinage, si sévèrement condamnée par les autorités civiles et religieuses de la péninsule :

  • 49 Ibid., p. 484.

Y la costumbre que los yndios tienen de vender sus mugeres y hijas y parientas que es total destruycion de la tierra y la que los cristianos tenemos en se las comprar lo qual es necesario para nos mantener hasta que la tierra se encomiende quanto mas que algunos se las an tomado por fuerça que es todo prohivido se quitara49.

  • 50 Natalicio J. González rejette le terme d’encomienda pour le Paraguay, affirmant que celuici ne peu (...)

28L’instauration des encomiendas50 au Paraguay devait enfin, selon les officiers, favoriser l’organisation de nouvelles entradas :

  • 51 « Requerimiento del factor Dorantes para que poblase y encomendase indios..., 1553 », op. cit., p. (...)

Los cristianos andaran libremente por la tierra y podran buscar minas de oro y plata [...] pues tenemos noticia que lo ay y otras cosas que se podran descubrir de que aya sus quinto51.

29Tout le monde trouvait donc son compte dans le système des encomiendas : les Indiens, qui seraient mieux soignés par leurs encomenderos ; leurs femmes, qui ne seraient plus vendues ou enlevées pour subvenir aux besoins des Espagnols ; les conquistadores, qui, soulagés des questions d’économie domestique, pourraient se consacrer à la recherche de mines, objectif initial de la conquête du Río de la Plata ; la Couronne, qui pourrait enfin percevoir le quinto, jusque-là impayé par la province, en raison de la pauvreté de son sous-sol. Irala ne pouvait plus tergiverser. Il fallut toutefois attendre quelques années pour que le premier repartimiento fût effectivement organisé à Asunción. Les premières ordonnances concernant les encomiendas furent promulguées par Irala le 14 mai 1556. En voici les points essentiels :

  • 52 « Ordenanzas sobre repartimientos y encomiendas. 14-05-1556 », A.H.N., Section 12, Diversos, Docum (...)

Ordenamos y mandamos que los dichos yndios direta ni yndiretamente no sirvan ni puedan servir ni contribuyr tratar ni contratar con ninguna otra persona mas de con aquella de quien son y fueren encomendados ni mismo dar ni contratar las mugeres hijas ni hermanas ni parientas [...] no seria cosa justa que la persona a quien son e fuesen encomendados los cure favorezca dotrine y anpare tan a su costa y travajo y obligacion de su conçiencia y otros se lleven sus despojos y los cansen y travajen [...].
Yten ordenamos y mandamos que a cabsa de ser tan pocos los dichos yndios y convenir tanto para que le tierra se mejore acreciente y pueble no darles exçesivos travajos [...]
Otrosy ordenamos que los dichos yndios han de ser y sean obligados a servir a las personas a quien fueren encomendados en sus edifiçios labores y reparos labranças y crianças caças y pesquerias y otras granjerias que en la tierra se puedan tener [...] y para que los dichos edifiçios y labores sean moderados y tasados proybimos y defendemos a las tales personas que no hagan casas ni roças para vender mas de aquellas que para sus moradas y abitaçion en el pueblo y en el campo oviesen menester y las roças que para sus labranças y sustentacion les fueren neçesarias [...].
Yten ordenamos y mandamos que las personas a quien como dicho es son y fueren encomendados los dichos yndios sean obligados a los tratar muy bien y a los favoresçer e anparar en todo lo que fuere posible [...] ynstruyendolos y dotrinandolos en las cosas de nuestra sancta fee catholica [...].
Otrosy ordenamos y mandamos que ninguno se pueda servir de una vez con mas numero de yndios que la quarta parte de los que les fueren encomendados por que no les hagan dexar sus casas desamparadas y solamente a conosçida neçesidad puedan mandar venir a servir le mey-tad mas o menos segund se ofresciere [...].
Yten ordenamos y mandamos que [los encomenderos] procuren tener en sus casas dos o tres niños de diez años abaxo de los de su encomienda para que aprendan la dotrina xpiana [...] porque teniendo edad de doce o trece años o mas se buelvan a sus casas y puedan enseñar y ynstruir a sus padres y hermanos y parientes [...].
Las quales ordenanças y en cada una dellas mandamos sean notorias y dadas a entender a todos los yndios [...] y otro sy mandamos se lean fixen y publiquen en esta ciudad para que venga a notiçia de todos [...] fechas en la dicha ciudad de la Asunçion cabeça destas provinçias del Rio del Paraguay a catorze dias del mes de maio año del Señor de mill y quinientos y cinquenta y seys años52.

  • 53 Richard Konetzke, América Latina..., p. 176.
  • 54 Elman Roger Service, « The encomienda in Paraguay », in The Hispanic American Historical Review, D (...)
  • 55 Ibid., p. 234.

30Comme dans l’ensemble des colonies hispano-américaines, les indigènes des encomiendas devaient une obéissance absolue et exclusive à leur encomendero. En contrepartie, ce dernier s’engageait à assister, à défendre et à évangéliser « ses » Indiens. La région d’Asunción se distinguait en revanche par la nature des tributs perçus par les encomenderos : alors que Y encomienda « de servicios personales » avait été interdite dès 1549, celle-ci subsista au Paraguay, où Y encomienda « de tributos » était inapplicable car la province ne possédait ni richesse, ni monnaie53. Les encomenderos disposaient donc d’une réserve permanente de main d’œuvre, qu’ils exploitaient librement. Les seules restrictions étaient de ne pas utiliser plus du quart des Indiens de l’encomienda à la fois et de ne pas surcharger de travail ceux qui étaient de corvée. Il convient de souligner les restrictions qu’Irala imposa à ses compatriotes afin de les « aider » à respecter ces ordonnances : ceux-ci ne pouvaient produire plus que ce qui était strictement nécessaire à leur consommation familiale. Cette mesure avait clairement pour objectif d’éviter la surexploitation des Indiens encomendados. Comme cela arrivait le plus souvent dans l’ensemble des Indes Occidentales, les ordonnances d’Irala ne furent quasiment pas respectées54, le nombre d’Indiens par encomienda ne suffisant que rarement à satisfaire les besoins des encomenderos. Pour les mêmes raisons, l’encomienda paraguayenne ne signifia pas la diminution du nombre des servantes indigènes qui travaillaient chez les Espagnols et qui étaient souvent leurs concubines55.

  • 56 « Carta de Juan de Salazar... (1556) » et « Carta de Bartolomé García... (1556) », in Cartas de In (...)
  • 57 Certaines de ces lettres ont été publiées dans Cartas de Indias (lettres XCVIII à CII et CIV). D’a (...)
  • 58 « Carta de Juan Salmerón de Heredia... (1557) », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n.
  • 59 « Carta de Juan Muñoz de Carvajal... (1556) », in Cartas de Indias, p. 597-599. Voir aussi les let (...)

31Une des principales caractéristiques du premier repartimiento paraguayen est sans doute le nombre réduit d’Indiens qui fut attribué à chaque encomendero. Irala voulait satisfaire beaucoup de conquistadores mais ne disposait que d’une faible quantité d’Indiens. La plupart des beneméritos ne reçurent donc que quelques dizaines d’individus qui vivaient parfois très loin d’Asunción56. À en croire la quantité de lettres envoyées au Conseil des Indes57, le nombre de conquistadores mécontents fut considérable. Non seulement on reprochait au gouverneur d’avoir distribué des encomiendas trop petites, mais aussi d’avoir favorisé ses parents et amis, au détriment de nombreux conquistadores venus avec Mendoza58. De même, Juan Muñoz de Carvajal accusa Irala d’avoir distribué des encomiendas à certains conquistadores étrangers, alors que cela était strictement interdit59. Avant que le mécontentement général n’aboutît à de nouveaux soulèvements et à sa propre destitution, Irala consulta l’évêque, les officiers et les membres du cabildo sur l’attitude à adopter en de pareilles circonstances :

  • 60 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 219. C’est nous qui soulignons.

Habiendo considerado Domingo de Irala la mucha gente española, (sic) que tenía y la poca comodidad en las encomiendas que les repartió en aquella ciudad : acordó de lo que sobre el asunto debía hacer y consultado con el prelado, oficiales reales y demás capitulares, fue resuelto se hiciesen algunas poblaciones, donde se pudiesen acomodar los que habían quedado sin parte, con esto se determinó hacer una población en la provincia de Guairá por ser escalón para el camino del Brasil, reduciendo a un cuerpo la poca gente que allí había quedado de la villa de Ontiveros con la que de nuevo se despachase para esta fundación, lo cual fue cometida al capitán Ruy Díaz Melgarejo. Otra fundación se dispuso hacer en la provincia de los Xarayes en el río del Paraguay arriba, 300 leguas de la Asunción por ser tan escogidos territorios y tan cercanos al Perú y a las otras partes de que se tenía noticia haber mucha riqueza. Esta fue encargada a Nuflo de Chaves60.

32Les Indiens de la région d’Asunción ayant tous été répartis, les conquistadores étaient invités à s’installer loin de la capitale s’ils voulaient bénéficier d’une encomienda. Le projet d’Irala présentait plusieurs avantages. Non seulement il éloignait d’Asunción les conquistadores mécontents, mais il se rapprochait de régions minières tout en ouvrant une voie de communication entre les côtes atlantiques et les provinces andines. En cela, Irala répondait aux attentes de la Couronne, qui avait manifesté son désir de relier à nouveau le río de la Plata aux côtes pacifiques :

  • 61 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 1 (...)

Segun aca se ha entendido su magestad desea questa tierra se pueble y se trate y asi mismo ha parescido que seria servido que para ello y para tratar por esta tierra el Peru y Chilli (sic) y las otras probinçias que estan en la mar del sur se hiziese pueblo en la ysla de Sant Gabriel. Aca se procura ponerse en efecto dando a los conquistadores alguna larga para que baian a poblar y se porna la diligençia posible por que como su magestad mande (sic) que no se apremie ningund conquistador no se les manda de hecho muestran tener deseo pero por ser la tierra de Sant Gabriel despoblada de gente labradora estan algo tibios61.

  • 62 Manuel Peña Villamil, « La Asunción en el proceso fundacional del Río de la Plata (siglo xvi) », i (...)

33En attendant de trouver des volontaires pour s’installer sur l’île de San Gabriel, le chemin le plus sûr pour rejoindre Asunción depuis la côte brésilienne restait celui qu’avait emprunté Alvar Núñez62 : on évitait ainsi d’avoir à remonter le Paraná et le Paraguay, dont la navigation n’était pas toujours commode. Le chemin reliant Asunción au Pérou était quant à lui connu depuis longtemps. Toutefois, étant données les distances qui séparaient Asunción de l’île de Santa Catalina et de Lima, il était nécessaire de prévoir des établissements espagnols sur la route, où les voyageurs pourraient se reposer et se ravitailler en vivres et en matériel. La fondation de deux villes — l’une à l’est, l’autre au nord d’Asunción — répondait à ce besoin. Irala décida de s’occuper d’abord de la côte est et de la région du Guairá. En donnant la priorité à la protection de la province, Irala favorisait l’arrivée de navires espagnols et donc de secours pour l’ensemble de la province.

III.1.5 Occupation du Guairá

  • 63 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, (...)
  • 64 Julio César Chaves, op. cit., p. 67.
  • 65 Ramón Indalecio Cardozo, La antigua provincia de Guairá y la Villa Rica del Espíritu Santo, Buenos (...)
  • 66 « Memoria de la gente quel dia de oy [1556] se tienen por çierto son bibos en las prouinçias de lo (...)
  • 67 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 198-204.

34La conquête du Guairá avait démarré en 1552, lorsque certains caciques de la région étaient venus à Asunción pour demander à Irala de les aider à se défendre contre les attaques des Tupis du Brésil. Le capitaine Nufrio de Chaves fut envoyé dans la région afin de découvrir et de pacifier ce territoire situé entre le Paraguay et la côte atlantique : « [Nufrio de Chaves] descubrio el camino del Brasil [...] e despues fue a la jornada de los tupies que estauan alçados e los conquisto y pacifico en cuya conquista trauajo mucho63. » Deux ans plus tard, Irala ordonna la fondation d’une ville en plein cœur du Guairá. Il souhaitait protéger les indigènes des chasseurs d’esclaves portugais, tout en offrant aux personnes qui voyageaient entre Asunción et l’île de Santa Catalina la possibilité de se reposer en toute sécurité. Par ailleurs, la fondation d’une ville éloignée de la capitale offrait à Irala l’occasion de se débarrasser habilement d’une partie non négligeable de ses opposants. C’est ainsi qu’en 1554, le capitaine García Rodríguez de Vergara fonda la ville d’Ontiveros, en compagnie d’une soixantaine de soldats, pour la plupart d’anciens partisans d’Alvar Núñez64. Une fois sa mission accomplie, García Rodríguez fut rappelé à Asunción. Peu après son départ, les conquistadores d’Ontiveros se soulevèrent contre les autorités d’Asunción, encouragés par un Anglais nommé Nicolás Colman65 et arrivé dans le Río de la Plata en compagnie de Pedro de Mendoza66. Aucune des sources consultées ne nous permet de connaître les revendications exactes des vecinos d’Ontiveros. Sans doute réclamaient-ils la répartition des Indiens du Guairá en encomiendas. Peut-être refusaient-ils d’obéir à un gouverneur considéré comme un usurpateur. Toujours est-il que le capitaine Pedro de Segura fut envoyé sur place avec une cinquantaine de soldats, mais il rentra à Asunción sans avoir réussi à maîtriser l’insurrection67.

35Tandis que les Espagnols se battaient entre eux, les bandeirantes brésiliens s’aventuraient chaque jour un peu plus à l’ouest de la ligne de Tordesillas. En 1556, on signala à Irala que des Portugais étaient venus capturer des esclaves jusque dans les environs d’Ontiveros :

  • 68 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 3 (...)

Algunos portugueses de la dicha ysla [de São Vicente] han venydo al rrio del Parana donde han estado algunos conquistadores medio alça-dos y de alli han llebado algunos indios e yndias [...] y asi mismo [...] se ha entendido que los portugueses pretenden ser suia la dicha tierra68.

36De même, l’ancien port de San Francisco, fondé puis abandonné par Hernando de Trejo en raison de l’hostilité des autochtones, était maintenant menacé par les velléités portugaises :

  • 69 Ibid., f° 3 v° (im. 6).

Del capitan Salazar e de los que vinyeron de Sant Vicente con el se ha entendido que los portugueses pretenden ser la ysla de Sant Francisco suia y estan en propiso de no dexarla poblar posible seria que ellos lo quisiesen hazer antes que su magestad probeyese la poblacion della69.

37Il devenait donc urgent de défendre les territoires orientaux de la « Province Géante ». Cela impliquait d’occuper le Guairá de façon plus significative. Comme on ne pouvait plus compter sur les vecinos d’Ontiveros, Irala décida de fonder une nouvelle ville près du Paraná, ce qui lui permettait de créer de nouvelles encomiendas et de satisfaire les conquistadores mécontents du repartimiento de 1556. Ruy Díaz Melgarejo, ancien ennemi du gouverneur, fut chargé de cette mission :

  • 70 « Carta de Ruy Díaz Melgarejo... (1556) », in Cartas de Indias, p. 631.

El governador me mandó que, con çiertos mis amigos, á poblar fuese á un asiento que llaman Guayra, junto al rio que llaman el Parana, la buelta del Piquiri : yo lo açeté, por pareçerme que siruia muy mucho á V. M., y que á mis amigos, que son los probes (sic) que sienpre á V. M. lealmente an seruido, les sacaba de catiberio y de debaxo de la lança de quien a tantos años que nos la tiene (sic) puesta á los pechos ; porque asta en el repartimiento que yzo desta tierra, á ninguno dellos yndios dió70.

38Une fois encore, Irala se révéla être un fin stratège : en donnant aux anciens « leales » une encomienda dans le Guairá, il apaisait ses plus farouches rivaux tout en les éloignant d’Asunción. Non seulement Irala assurait la défense des territoires convoités par les Portugais, mais il garantissait également une plus grande tranquillité dans les rues de la capitale. La plupart des conquistadores approuvèrent d’autant plus la démarche d’Irala que des rumeurs commençaient à circuler sur l’existence de mines dans le Guairá :

  • 71 « Carta de Juan de Salazar... (1556) », in Cartas de Indias, p. 581.

El governador va al Parana á acabar de poblar á Guayra, porque conviene mucho para el bien destos yndios que los Tupis no los acaben de destruyr, y para amasar los pensamientos de los portogueses, y á ver aquellas minas lo que podrán ser, aunque no ay personas que lo sepan benefiziar, como otras vezes se a scrito71.

  • 72 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 219-220.

39Après avoir cherché la Sierra de la Plata à l’ouest puis au nord d’Asunción, on espérait maintenant faire fortune à l’est de la capitale. Ciudad Real fut fondée en 1557, à la confluence des fleuves Paraná et Piquirí et à trois lieues d’Ontiveros, qui fut abandonnée au profit du nouvel établissement. Dans les environs, quarante mille « feux » indigènes furent recensés et répartis en encomienda parmi une soixantaine de conquistadores72.

III.1.6 Mort d’Irala et bilan de son gouvernement

  • 73 José María García Recio, Análisis de una sociedad de frontera. Santa Cruz de la Sierra en los sigl (...)
  • 74 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 2 (...)
  • 75 Ricardo de Lafuente Machaín, Los conquistadores..., p. 324-338.
  • 76 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 224.

40La création d’une voie de communication entre l’Atlantique et le Pacifique passait également par l’occupation des régions situées à l’ouest d’Asunción. Le capitaine Nufrio de Chaves fut choisi par Irala pour fonder une ville dans le territoire des Jarayes, à mi-chemin entre le Paraguay et le Pérou. La région ne présentait pas qu’un intérêt géographique : elle se trouvait à proximité des mines dont Irala et Chaves avaient entendu parler lors de l’expédition de 1548. Ainsi, tout en obéissant aux instructions royales, qui interdisaient l’organisation de nouvelles entradas et préconisaient le peuplement des territoires déjà découverts, Irala caressait toujours l’espoir de découvrir un jour les richesses infinies qui l’avaient poussé à quitter sa Biscaye natale. Les préparatifs de l’expédition ayant pris du retard, ce n’est qu’au premier trimestre 155873, deux ans après la mort d’Irala, que Chaves put quitter Asunción. Irala ne vit pas non plus aboutir son projet de repeupler le port de San Francisco74 : le 3 octobre 1556, alors qu’il était âgé de quarante-cinq ans75, une mauvaise fièvre emporta celui qui fut considéré comme le « père » du Paraguay76.

41Le plus grand regret de Domingo Martínez de Irala fut sans doute de n’avoir pas découvert de gisements de métaux précieux, malgré l’organisation de plusieurs entradas en direction de la Sierra de la Plata et du Haut-Paraguay. Cet échec rendit amers de nombreux conquistadores qui devinrent hostiles à l’égard du gouverneur. Il obligea en revanche ce dernier à mieux organiser une province conçue dans un premier temps comme une étape sur la route des montagnes argentifères. Si elle voulait survivre, la province du Paraguay, principale région occupée du Río de la Plata, ne pouvait compter que sur ses propres ressources. Il lui fallait donc développer son activité économique et en particulier l’agriculture. Pour cela, il était nécessaire de mettre un terme aux rivalités, tensions et violences qui avaient agité la communauté européenne lors des premières décennies de la conquête.

  • 77 Voir chapitre II, p. 156.

42Le premier succès d’Irala fut donc de réussir à calmer les tensions politiques qui divisaient les conquistadores depuis l’arrestation d’Alvar Núñez. En mariant ses filles à ses principaux rivaux77, en nommant ces derniers à des postes clés, en cessant de poursuivre les anciens « leales », en leur donnant des encomiendas éloignées d’Asunción, il parvint à rétablir un certain ordre au sein de la société coloniale paraguayenne. La politique d’Irala contribua également à l’émergence d’une société de métis unique dans l’histoire coloniale de l’Amérique hispanique. À l’inverse de ce qu’avait fait Alvar Núñez, Irala ne condamna ni le concubinage ni la polygamie des Européens avec les Guaranies. Au contraire, il montra l’exemple à ses concitoyens en légitimant les neuf enfants qu’il avait eus avec plusieurs de ses « servantes » indigènes. Ainsi, les premiers métis du Paraguay jouirent des mêmes droits et privilèges que leurs pères de race blanche. Cette intégration fut l’une des clés de la survie et du développement de la province.

  • 78 Alberto Rubio Fuentes, « Los municipios indígenas y las reducciones en el Río de la Plata », Madri (...)

43D’un point de vue militaire, Irala fut à l’origine des grandes expéditions de découverte et de conquête du xvie siècle. Ces expéditions permirent aux Espagnols de mieux connaître la topographie de la province, d’occuper le terrain et de soumettre une grande partie des peuples indigènes qui l’habitaient. Ces derniers furent également regroupés dans des villages78, ce qui facilita par la suite leur répartition en encomiendas. Enfin, Irala ordonna de fonder des villes dans le Guairá et le Haut-Paraguay. Cette dernière initiative devait permettre d’asseoir l’autorité du roi à travers tout le territoire, de peupler la province de façon plus harmonieuse et de développer les échanges entre le Paraguay, l’Espagne et les autres provinces de l’Empire. À ce titre, le second gouvernement d’Irala peut être considéré comme une période charnière entre la phase de conquête et celle de colonisation du Paraguay.

  • 79 Ramón Ezquerra Abadía, « El madrileño Felipe de Cáceres, gobernador del Paraguay », in Revista de (...)

44Certains historiens ont vu en Irala un despote qui avait gouverné le Paraguay comme une propriété privée et avait voulu isoler la province afin d’échapper aux autorités espagnoles79. Le désordre qui régna à Asunción pendant de longues années explique en partie certaines décisions arbitraires prises par le gouverneur. Les dissensions chroniques entre conquistadores l’obligèrent plusieurs fois à trancher en faveur de ce qui lui semblait être la meilleure solution pour l’avenir de la province. Malgré son échec concernant la Sierra de la Plata, il parvint néanmoins à pacifier et à organiser le Paraguay, aussi bien politiquement que militairement.

III.1.7 Fondation de Santa Cruz de la Sierra

  • 80 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, (...)

45À la mort d’Irala, son gendre et successeur désigné, Gonzalo de Mendoza, reprit à son compte la politique de peuplement du Haut-Paraguay. Chaves quitta donc Asunción au début de l’année 1558, en compagnie de cent cinquante soldats et deux mille Indiens environ80 :

  • 81 « Apuntamientos y noticias para la historia del descubrimiento de las Amazonas y El Dorado, para c (...)

Salio Nuflo de Chaves de la ciudad de la Asumpcion Por orden del gouernador a conquistar y descubrir la tierra de las Amazonas y Eldorado que dizen : salieron con el çiento y cinquenta vezinos cada uno a su costa sin ayuda de otra persona lleuaron por el rrio arriba veinte y quatro nauios y cinquenta cauallos desembarcaron en los Xaries (sic) trezientas y cinquenta leguas de la Asumpçion81.

  • 82 Voir chapitre II, p. 140 et p. 154.
  • 83 Juan Gil, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid, Alianza Universidad, 1989, vol. III, p. 286  (...)
  • 84 Voir carte 4 p. 501, annexe A.

46Ce texte montre bien que le peuplement du Haut-Paraguay n’était pas le seul objectif du voyage de Chaves. Celui-ci devait également découvrir et conquérir le territoire des Amazones et l’Eldorado, dont Irala avait entendu parler quelques années auparavant82. Même après la mort de ce dernier, la quête de gisements précieux restait une des priorités des conquistadores du Paraguay. Une fois parmi les Jarayes, Nufrio de Chaves négligea d’ailleurs l’aspect colonisateur de son expédition et privilégia la découverte de l’Eldorado, nommé aussi Paititi au Pérou ou Candire au Paraguay83. Il quitta alors le port d’Itatin en direction du nord-ouest, atteignant ainsi le territoire des Mojos, puis celui des Chiquitos84 :

  • 85 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, (...)

[Siguio] su derrota camyno de la dicha jornada y descubrimiento del Dorado en el qual camyno tuuieron muchas guaçauaras de yndios que con canoas salieron a ellos y les dauan muchas guaçauaras y por las buenas diligençias e orden del dicho general Nufrio de Chaues se defen-dio la armada [y] teniendo notiçia que los soldados que lleuaua con los muchos trauaxos que padeçian se le querian amotinar se dio tan buena maña que los apaçiguo y sosego y dexo por contentos e asi siguieron el dicho uiaje hasta la prouinçia que llaman de los chiquitos e antes desto el dicho general por mejor seruir a su magestad y por que los soldados que lleuaua le siguiesen e no se bolbiesen mando quemar e se quemaron los nauios de la dicha armada de consentimiento de todos e llegados a la dicha prouinçia de los chiquitos que es una gente yndomita e que tiene yerua que mata luego de rrepente tuuo con los naturales della muchas guerras y peleas en que le mataron treze hombres e hirieron otros muchos e mataron ueinte y tres cauallos y ochoçientos y tantos amigos85.

  • 86 Ibid., f° 19 v°, (im. 27).
  • 87 « Requerimiento hecho a Nuflo de Chaves », in Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. (...)
  • 88 Julián María Rubio Esteban, Exploración y conquista del Río de la Plata, siglos xvi y xvii, Barcel (...)

47Face à la violence des affrontements entre Espagnols et indigènes, les efforts de Nufrio de Chaves pour retenir ses hommes furent bientôt inutiles. Bon nombre des expéditionnaires avaient suivi le capitaine dans le seul but de peupler la région d’Itatin. Las de courir après des richesses chimériques, ils ne rêvaient plus maintenant que d’une encomienda, d’un peu de terre, d’une maison et de quelque confort. Soixante-dix86 d’entre eux refusèrent de continuer à risquer leur vie dans de nouvelles conquêtes, interdites de surcroît par la cédule royale reçue par Irala en 155587. Après avoir confié leur commandement au capitaine Gonzalo Casco, les insurgés rentrèrent à Asunción, où ils arrivèrent en octobre 155988.

  • 89 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, (...)
  • 90 José María García Recio, op. cit., p. 417. Diego de Mendoza était le fils de Francisco de Mendoza (...)
  • 91 Le Marquis de Cañete était également un parent de Francisco de Mendoza.
  • 92 Voir carte 5 p. 502, annexe A.

48Privé d’une partie non négligeable de ses troupes, Nufrio de Chaves dut suspendre sa recherche de métaux précieux89. Le 1er août 1559, il fonda la Nueva Asunción avec les quarante-cinq hommes qui lui étaient restés fidèles, comme par exemple Hernando de Salazar et Diego de Mendoza90. Ce dernier fut chargé d’explorer les alentours de la nouvelle fondation. À sept lieues à l’ouest de la Nueva Asunción, il rencontra le capitaine Andrés Manso, à qui le vice-roi du Pérou avait ordonné de peupler la région du Parapití. Chaves et Manso se réunirent aussitôt pour voir lequel des deux devait céder sa place à l’autre. Les deux hommes furent incapables de parvenir à un accord. Chaves décida donc de se rendre à Lima, accompagné d’Hernando de Salazar, afin de soumettre la question au vice-roi Andrés Hurtado de Mendoza, Marquis de Cañete91. Ce dernier trancha en faveur de Nufrio de Chaves qui, en 1560, créa la province de Santa Cruz autour de la Nueva Asunción. La création de cette province fut le premier épisode d’une série de démembrements qui allaient réduire considérablement les dimensions de la « Province Géante des Indes92 ».

  • 93 José María García Recio, op. cit., p. 38.

49Le vice-roi ayant choisi son fils García Hurtado de Mendoza pour gouverner la nouvelle province, Nufrio de Chaves dut se contenter du titre de lieutenant. C’est pourtant lui qui dirigea Santa Cruz jusqu’à sa mort, en 1568, García Hurtado n’ayant jamais occupé son poste93. Quand il rentra à la Nueva Asunción, Andrés Manso refusa d’obéir aux instructions du vice-roi et appela ses troupes au soulèvement. Chaves avertit celles-ci que le Marquis de Cañete avait ordonné de condamner pour rébellion quiconque désobéirait à ses instructions. Une grande partie des hommes de Manso choisit alors de se soumettre à Chaves. Parmi eux, citons la présence de Juan de Garay, le futur fondateur de Santa Fe et de Buenos Aires. En ce qui concerne Andrés Manso, il fut arrêté et comparut devant l’Audience de Charcas. Il est intéressant de remarquer comment une relation anonyme de 1560 passe sous silence les altercations entre les deux capitaines :

  • 94 « Apuntamientos y noticias para la historia del descubrimiento de las Amazonas y El Dorado, para c (...)

Con los que le siguieron camino la buelta del Peru donde yendo a la çiudad de Lima hablo Al presidente y viRey que era el Marques de Cañete e informandole de la tierra lo que le paresçio el virrey la dio a Don Garçia de Mendoça su hijo nombrandolo Por gouernador de Aquellas Prouinçias cosa que la çiudad de la [Nueva] Asumpçion tuuo por grande agrauio Por que la tierra y descubrimyento era y fue fecho de los conquistadores del Rio de la Plata mas como no tenian a quien se quexar Pasaron por ello al presente. Al Nofluo de Chaues nobro (sic) por teniente del dicho don Garçia94.

  • 95 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 296.
  • 96 Elvira de Manrique était la fille de Francisco de Mendoza et de María de Angulo.

50Le 26 février 1561, Nufrio de Chaves fonda la ville de Santa Cruz de la Sierra, dont il érigea aussitôt le cabildo. Juan de Garay en fut nommé régisseur (regidor)95. Quand la région fut à peu près pacifiée, Chaves retourna à Asunción pour y chercher son épouse, Elvira de Manrique96, et ses enfants. Il partit de Santa Cruz en 1563, après avoir désigné Hernando de Salazar comme lieutenant.

III.2 1556-1576 : vingt ans de gouvernements intérimaires

  • 97 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 418.

51Quand Nufrio de Chaves arriva à Asunción, la succession d’Irala n’avait pas été assurée de manière officielle. Francisco Ortiz de Ver-gara avait été élu gouverneur après le décès de Gonzalo de Mendoza, le 21 ou 22 juillet 155897. En 1564, son titre n’avait toujours pas été confirmé par les autorités castillanes. Comme pour Irala, la Couronne rechignait à ratifier le choix des colons paraguayens en matière de gouvernement. Sans doute voulait-elle rappeler à ces derniers que la cédule du 12 septembre 1537 avait été rédigée dans un contexte exceptionnel et provisoire, que les décisions administratives devaient être prises par le Conseil des Indes et que personne ne pouvait le remplacer. En confirmant l’élection de Francisco Ortiz de Vergara, les autorités métropolitaines craignaient peut-être de voir les Paraguayens s’habituer à une trop grande autonomie politique. Cela dit, les volontaires prêts à partir pour le Río de la Plata étaient de plus en plus rares, aussi bien parmi les marins que parmi les colons ou les officiers, et le monarque eut bien du mal à trouver un nouveau gouverneur.

III.2.1 Jaime Rasquín, gouverneur frustré du Río de la Plata

52À la fin de l’année 1557, une capitulation avait pourtant été signée avec le Valencien Jaime Rasquín, qui connaissait bien le Paraguay pour s’y être rendu dès 154i avec Alvar Núñez Cabeza de Vaca. En 1544, lors des affrontements entre « comuneros » et « leales », il s’était rangé aux côtés d’Irala, avec qui il participa ensuite à l’entrada de 1548. Déçu par le repartimiento de 1556, Rasquín décida de rentrer en Espagne pour y solliciter de plus grandes faveurs :

  • 98 « Verdadera relación de lo que sucedio al Governador Jaime Rasquín [...] fecha por Alonso Gomez de (...)

Como el governador havia repartido la tierra y en estos tiempos cada uno queria ser aventajado no les dio tanto rapartimiento como a ellos les parecia merecer asi que todo esto fue parte para que viniesen a España los conquistadores entre los cuales vino Jaime Rasquin del reino de Valencia hijo de un mercader y como son amigos de adquirir este vino agraviado del governador porque no le dio mas que a otros y como tenia buen patrimonio en España pareciole pedir a su magestad la governacion de San Francisco y el [Viasá y] Santi Spiritu y San Gabriel98.

  • 99 « Relación hecha por Jaime Rasquín de las producciones de algunos pueblos en América que se habían (...)

53Pour convaincre les autorités espagnoles de lui confier le gouvernement des quatre pueblos cités ci-dessus, Rasquín présenta plusieurs rapports sur la manière de gouverner le Río de la Plata et de développer son potentiel économique99. Rasquín insistait entre autres sur la nécessité d’occuper la côte atlantique du Río de la Plata afin de protéger la province des incursions portugaises. Il détaillait par ailleurs la grande variété de denrées alimentaires que les Espagnols pourraient produire afin de subvenir à leurs besoins quotidiens. Enfin, il soulignait les capacités de la province à fournir du sucre en abondance, ainsi que de l’or et de l’argent dont on n’avait pas encore découvert les gisements, mais dont l’existence dans le Guairá ne faisait aucun doute. Convaincu par les déclarations du Valencien, le monarque accepta de le nommer gouverneur des quatre pueblos qu’il s’engageait à fonder et de deux cents lieues de côte situées entre l’embouchure du río de la Plata et le détroit de Magellan. Une capitulation fut donc signée le 30 décembre 1557 :

  • 100 « Capitulación otorgada a Jaime Rasquín... (1557) », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 394-4 (...)

1 . Primeramente, vos el dicho Jaime Rasquín vos abeis de encargar de hazer juntar hasta seisçientos honbres en estos nuestros rreinos que no sean de los proibidos e que la mayor parte dellos si se pudieren haver sean casados y lleven sus mujeres y labradores y otros offiçiales de todos offiçios, y si quisierdes llevar de más de los dichos seisçientos honbres algunas mugeres solteras para que allá se puedan casar, quede a vuestra voluntad.
2. Yten, demás de los dichos seisçientos honbres o en el número dellos abeis de llevar doze offiçiales mineros que entiendan de minas y sepan fundir todos los metales que se hallaren [...].
4. Yten, abeis de llevar las mugeres casadas que en los dichos navíos qusieren yr que tienen sus maridos en la ciudad de la Asunçión [...].
6. Yten, vos el dicho Jaime Rasquín abeis de llevar a vuestra costa los adereos (sic) e ynstrumentos que fueren menester para hazer tres ynge-nios de açucar dos en el pueblo de Sant Françisco otro en el pueblo del Viasa que por otro nonbre se llame el Puerto de los Pactos (sic) [...].
13 . Yten probereis que luego sienbren los dichos pobladores lo necesario para su sustentaçtén y de los yndios y otras personas que con ellos se allegaren y quisieren abitar en la dicha poMaçtén y que pongan cañas de açucar y cañas fístola y viñas y olivos y otras plantas y árboles y semillas de Castilla100.

54Les items ci-dessus montrent que les objectifs de la Couronne étaient multiples. Il s’agissait avant tout d’occuper les abords de la ligne de Tordesillas en y installant un nombre élevé de pobladores mariés. Pour éviter les famines passées et les éventuelles désertions, Rasquín devait veiller à ce qu’une économie de subsistance se développât rapidement. Il est intéressant de remarquer que le roi autorisait la culture de la vigne et de l’olivier, habituellement interdits en vertu du monopole dont jouissait la métropole. Les autorités semblent avoir été prêtes à tout pour attirer les colons dans cette région sensible du Nouveau Monde, ce qui confirme le rôle de « frontière » qu’elles avaient attribué à la province. Jaime Rasquín devait également emmener dans le Río de la Plata de quoi fabriquer trois moulins à sucre, ainsi qu’une douzaine d’artisans capables d’exploiter les mines que l’on pensait pouvoir trouver dans le Guairá. La Couronne souhaitait donc non seulement protéger ses possessions mais également les rendre rentables d’un point de vue commercial. Afin de protéger militairement les quatre pueblos, Rasquín s’engagea à construire deux forts :

  • 101 « Verdadera relación de lo que sucedio al Governador Jaime Rasquín... fecha por Alonso Gomez de Sa (...)

Se obligo a edificar dos fortalezas la una en San Francisco y la otra en San Gabriel tales que pudiesen defender la tierra asi de los indios como de los franceses que dicen llegan costeando el Brasil por aquella tierra101.

  • 102 Presentació Campos, Vicent Genovés & Emili Gómez Nadal, El valencià Jaume Rasquí governador del Pl (...)

55Cette citation montre que depuis 1555, les Portugais du Brésil n’étaient plus les seuls à menacer les intérêts espagnols dans le Río de la Plata : un groupe de Huguenots, commandé par Nicolas Durand de Villegagnon, avait fondé la colonie de Fort-Coligny face à la baie de Rio de Janeiro. Les villages et les forts fondés par Rasquín devaient empêcher cette colonie de se développer au détriment des territoires castillans102.

56Pour éviter toute propagation du péril français et protestant, il fallait que Rasquín parte au plus vite. Les autorités royales ordonnèrent donc aux fonctionnaires de la Casa de la Contratación de Séville de ne pas être trop pointilleux à propos des pobladores et des marins recrutés par Rasquín :

  • 103 « R. C. [...] a los oficiales de la Casa de la Contratación de Sevilla (01-08-1558) », A.G.I., Gob (...)

Y porque para que con mas presteza puedan hazer los seysçientos hombres questa obligado a lleuar le auemos dado liçençia para tocar atam-bor y poner vanderas y si la dicha gente conforme a las hordenanças de esa casa [de la contratacion] ouiesen de dar ynformaçiones fechas en su tierra con aprouaçion de las justiçias dellas no se acauaria de despachar en largo tiempo y tampoco abria quien quisiese yr a aquella tierra por no tener notiçia de auer en ella riqueza de oro y plata y ansi auemos acordado de tener por bien que los dichos seisçientos hombres puedan pasar con el dicho Jaime Rasquin sin que sean obligados a dar ynfor-maçiones fechas en su tierra conforme a las dichas hordenaças por ende yo vos mando que syn que den las dichas ynformaçiones los dexeys pas-sar con el dicho Jaime Rasquin con tanto que no [lleve] morisco alguno ny mulato ny estrangero por que estos tales no conuiene que pasen en ninguna manera ny por ninguna via.
El dicho Jaime Rasquin me ha fecho relaçion que en ninguna manera se pueden hallar marineros naturales de estos Reynos y que si se han de lleuar no puede hazer la jornada y nos ha suplicado se le de liçençia para lleuar marineros estrangeros por que como arriva se os dize conuiene que con breuedad el se parta con su armada vos mando que deys hor-den como no cesse de hazer su viaje por falta de marineros y auiendo de ser estrangeros por no se poder auer otros proueereys que pasen los marineros que ser puedan103.

57La Couronne souhaitait que Rasquín parte au plus vite. Pour cela, elle demandait à ses officiers de ne pas exiger toutes les garanties sur la pureté de sang des candidats au départ. Toutefois, elle ne souhaitait pas que des pobladores étrangers, mulâtres ou morisques s’embarquassent pour les Indes Occidentales. Or, si ceux-ci ne devaient présenter aucune preuve de leur origine, comment vérifier qu’ils ne fussent ni étrangers, ni mulâtres ni morisques ? La Couronne semble donc avoir voulu fermer les yeux sur la pureté de sang des expéditionnaires, tout en sauvant les apparences d’un point de vue formel. Sa priorité était de permettre à Rasquín de partir rapidement afin de coloniser une bonne fois pour toutes les régions limitrophes de la ligne de Tordesillas. Trop de rigueur administrative ne pouvait que limiter le nombre de volontaires pour peupler une province dont les richesses minières n’avaient toujours pas été découvertes.

  • 104 « Verdadera relacion de lo que sucedio al Governador Jaime Rasquín... fecha por Alonso Gomez de Sa (...)
  • 105 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 534.

58Le 14 mars 1559, les trois navires affrétés par Rasquín quittèrent le port de Sanlúcar de Barrameda. Dix jours plus tard, ils arrivèrent aux îles Canaries, d’où ils repartirent le 7 avril. Dès les premiers jours de navigation, il apparut que le futur gouverneur du Río de la Plata n’avait pas prévu suffisamment d’eau et de vivres pour traverser l’Atlantique. On s’arrêta donc aux îles du Cap Vert pour s’approvisionner de façon plus convenable. Cette escale signifia un retard dont l’expédition n’allait pas se remettre : lorsqu’ils eurent traversé l’Atlantique, les courants avaient changé et les pilotes ne parvenaient pas à mettre le cap sur São Vicente. Les trois navires n’avançaient plus. Les vivres diminuaient. La faim et la soif, chaque jour plus insupportables, ne faisaient qu’aiguiser les rivalités qui s’étaient manifestées depuis le début entre chevaliers valenciens et castillans, et des bagarres éclataient tous les jours. Après avoir sommé Rasquín de débarquer à Santo Domingo, le Valencien Juan Boyl, lieutenant du gouverneur, quitta l’expédition avec le navire qu’il commandait et la plupart de ses compatriotes. Jaime Rasquín se décida finalement à le suivre avec les deux navires qui lui restaient104. Il arriva à Santo Domingo le 17 juillet 1559, après deux mois d’errances dans la mer des Caraïbes105. Il ne retourna jamais dans le Río de la Plata et perdit ainsi son titre de gouverneur.

III.2.2 Nouveaux soulèvements indigènes

  • 106 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 297.
  • 107 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 242.

59Pendant ce temps, à Asunción, Francisco Ortiz de Vergara avait dû affronter plusieurs soulèvements indigènes. Tout d’abord, il fallut faire face à de nouvelles agressions de la part des Agaces. Une expédition punitive fut menée contre eux par Ruy García Mosquera et Alonso Riquelme106. En 1559, les Guaranis d’Asunción se révoltèrent à leur tour. Une fois de plus, l’ordre fut rétabli grâce à la participation active d’Alonso Riquelme. Un nouveau soulèvement eut lieu à Asunción en 1563, mais il fut rapidement maîtrisé107.

60Le Guairá n’échappa pas aux rébellions indigènes. En 156i, Ruy Díaz de Melgarejo, frère d’Ortiz de Vergara, demanda des secours à Asunción : il ne pouvait faire face aux attaques des Indiens en raison du faible nombre de gens d’armes dont il disposait. Le gouverneur lui envoya soixante-dix soldats commandés par Alonso Riquelme, ancien ennemi du fondateur de Ciudad Real. Malgré la mésentente qui perdurait entre les deux hommes, les indigènes furent rapidement soumis.

  • 108 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 184.
  • 109 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 242-243.

61En 1563, Francisco Ortiz de Vergara rappela son frère à Asunción avec femme et enfants108. Il souhaitait l’envoyer en Espagne pour rendre compte au roi de la situation de la province. Sans doute espérait-il que Philippe II profiterait de l’occasion pour confirmer son titre de gouverneur. Alonso Riquelme fut désigné pour remplacer Ruy Díaz Melgarejo à Ciudad Real. Ce dernier rapporta du Guairá des pierres que l’on croyait précieuses. Une fois de plus, l’espoir de s’enrichir renaissait dans le cœur des conquistadores et colons du Paraguay. La présence de pierres précieuses dans le sous-sol du Guairá allait peut-être motiver les autorités espagnoles à envoyer des secours matériels et humains dans la province. Hélas, la caravelle qui devait emmener Melgarejo en Europe brûla quelques jours avant la date prévue du départ et les préparatifs furent finalement suspendus. Au même moment, Ruy Díaz Melgarejo découvrit que son épouse, doña Elvira de Contreras, le trompait avec le Père Carrillo. Fou de jalousie, Melgarejo tua les deux amants. Ce double crime sacrilège lui valut d’être excommunié par l’évêque de la Torre. C’est dans ce contexte agité que Nufrio de Chaves fit son retour à Asunción109.

III.2.3 Le voyage au Pérou de 1564

  • 110 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 304-312. Rubio Esteban avance les nombres de trois cents (...)

62Cherchant à justifier sa désobéissance aux instructions d’Irala, qui lui avait ordonné de fonder une ville dans le territoire des Jarayes, Nufrio de Chaves attira l’attention des habitants d’Asunción sur les immenses richesses qui se trouvaient à proximité de Santa Cruz : il leur parla bien sûr des mines argentifères de Potosí, qui semblaient être inépuisables, mais aussi d’autres gisements — aurifères, cette fois —, situés encore plus au nord, et qui n’attendaient plus que d’être découverts et exploités par les Paraguayens qui voudraient bien le suivre. Tout comme Cabot l’avait fait en Espagne, Chaves ne tarda pas à éveiller la cupidité de ses compatriotes qui, dès lors, ne songèrent plus qu’à se rendre à Santa Cruz pour y exploiter les métaux précieux dont ils avaient tant rêvé. Une fois de plus, la Sierra de la Plata et le mythe de l’Eldorado allaient mettre en branle près de la moitié des vecinos d’Asunción110, sans compter les centaines d’Indiens qui devaient accompagner les expéditionnaires. Chaves avait atteint son objectif qui consistait à attirer le plus de gens possible à Santa Cruz, afin de la rendre plus forte et plus apte à se protéger contre l’hostilité des indigènes qui l’entouraient.

  • 111 « Carta de Francisco Ortiz de Vergara a Juan de Ovando, Presidente del Consejo de Indias, Sevilla, (...)

63Au premier rang de ceux qui voulaient quitter — du moins provisoirement — la modeste Asunción pour la prometteuse Santa Cruz se trouvaient le gouverneur intérimaire Francisco Ortiz de Vergara et l’évêque Pedro Fernández de la Torre. Depuis quelques années déjà, les deux hommes cherchaient à désenclaver le Paraguay afin d’écouler sa production agricole et en faire « el agro del mundo », selon l’expression du gouverneur111. Pour l’évêque, la meilleure solution était de repeupler le port de Sancti Spiritus et l’estuaire du río de la Plata, afin de pouvoir communiquer à la fois avec le Pérou (via le détroit de Magellan) et l’Espagne. Le gouverneur privilégiait en revanche la création d’une voie de communication plus directe, qui traverserait le Chaco en direction de La Plata et de Lima. L’arrivée de Nufrio de Chaves mit tout le monde d’accord : les métaux précieux se trouvant vers l’ouest, c’est dans cette direction qu’il fallait ouvrir la route :

  • 112 Ibid., (im. 21). Voir également « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves, 1575  (...)

Pareçio combenir salir a los Reynos del Peru a abrir aquel camino y ber si habia alguna Parte donde Hazer algun Pueblo y en Potosi benefiçiar los metales que en aquellas Provinçias se an descubierto y ansi sali con çiento y cinquenta españoles y mas ochoçientos cauallos112.

  • 113 Cf. chapitre III, p. 190.

64Le voyage vers Santa Cruz présentait un double intérêt : d’unepart, il devait permettre aux conquistadores du Río de la Plata de faire enfin fortune ; d’autre part, il facilitait le désenclavement de la région d’Asunción. Peut-être songeait-on également à récupérer une province dont le Paraguay avait été privé quelques années auparavant113. Ce dernier point ne fut cependant jamais soulevé officiellement car toute désobéissance aux autorités de Lima était passible de prison.

  • 114 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 117.

65Le grand départ eut lieu en octobre 1564. Nufrio de Chaves partit le premier, afin de préparer le chemin au gouverneur et à l’évêque, qui se mirent en route le 22 octobre114. Parmi les expéditionnaires qui les accompagnaient, il convient de citer le contador Felipe de Cáceres, le facteur Pedro Dorantes et Ruy Gómez de Maldonado, nommé procureur par le Cabildo et chargé de remettre au président de l’Audience de Charcas un mémoire sur ce qui était arrivé dans la province depuis la mort d’Irala, ainsi qu’une sélection de pierres du Guairá. Le gouvernement d’Asunción fut provisoirement confié à Juan Ortega.

  • 115 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 304-312.

66Après de longs mois de voyage, Francisco Ortiz de Vergara et l’évêque arrivèrent à Santa Cruz de la Sierra au mois de mai 1565. Nufrio de Chaves avait dû s’absenter pour mater plusieurs soulèvements indigènes qui avaient eu lieu dans la région. Il avait confié le commandement de la ville à son bras droit, Hernando de Salazar. Santa Cruz ne ressemblait en rien à ce que les Paraguayens avaient imaginé : les rébellions indigènes avaient causé de gros dégâts, aussi bien d’un point de vue humain que matériel115. Par ailleurs, aucun de ses habitants n’avait réussi à tirer profit des mines du Potosí, jalousement gardées par les colons du Haut-Pérou. Quant à l’existence du Paititi, Candire ou Eldorado, elle leur semblait maintenant plus qu’incertaine. Il fallait se rendre à l’évidence : Nufrio de Chaves avait embelli la réalité afin de les attirer à Santa Cruz et renforcer son propre pouvoir dans la région.

  • 116 L’Audience de Charcas, dont dépendait le Paraguay, avait été créée en 1559. Son siège se trouvait (...)
  • 117 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 245.
  • 118 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 118.
  • 119 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 245-246.
  • 120 A.G.I., Patronato 189, R. 27, f° 4 r° (im. 7).
  • 121 Alberto Crespo R., « Juan Ortiz de Zárate, vecino de La Plata », in VIo Congreso Internacional de (...)

67Faute de pouvoir s’enrichir, Francisco Ortiz de Vergara décida de faire confirmer son titre de gouverneur par l’Audience de Charcas116. Il souhaitait également en profiter pour demander des secours matériels pour le Paraguay, qui en avait cruellement besoin. Alors qu’il s’apprêtait à partir pour La Plata, Hernando de Salazar le fit arrêter et désarmer, conformément aux instructions qu’il avait reçues de Chaves117. Ce dernier avait convaincu les autorités de La Plata et de Lima que les Paraguayens étaient venus envahir le Haut-Pérou et récupérer la Province de Santa Cruz, dont ils avaient été privés par décision du vice-roi. L’Audience de Charcas fit donc parvenir à Francisco Ortiz une provision qui lui défendait de se rendre à La Plata118. Malgré la surveillance dont il faisait l’objet à Santa Cruz, Ortiz de Vergara parvint à envoyer Ruy García Mosquera à La Plata. Celui-ci expliqua au Président de l’Audience les véritables motivations du gouverneur d’Asunción. En 1556, Francisco Ortiz de Vergara fut autorisé à comparaître devant l’Audience119, accompagné de soixante-dix personnes120, mais les oidores se montrèrent dans un premier temps insensibles aux requêtes des vecinos d’Asunción. Quel intérêt pouvait-il y avoir à secourir une province pauvre, isolée, menacée par les Indiens hostiles et les bandeirantes du Brésil ? Le facteur Pedro Dorantes réussit pourtant à les émouvoir en leur montrant les pierres que Ruy Gómez de Maldonado — décédé avant d’atteindre Santa Cruz — lui avait confiées. La rumeur selon laquelle le sous-sol du Guairá était riche en pierres précieuses arriva bientôt jusqu’à Lima. Contre toute attente, le Paraguay commença de faire rêver le Pérou. Des dizaines de candidats se portèrent volontaires pour accéder au titre de gouverneur et capitaine général de la Province du Río de la Plata. En 1567, le choix du vice-roi se porta sur Juan Ortiz de Zárate, ancien conquistador du Pérou devenu l’un des plus riches exploitants des mines du Potosí121. Les principales obligations du nouveau gouverneur étaient d’introduire au Paraguay un grand nombre de bétail bovin, ovin et chevalin, de désenclaver Asunción en ouvrant des voies de communication en direction de La Plata et du río de la Plata, et d’attirer dans ces villes des artisans et des paysans espagnols. Pour recruter ces derniers et faire ratifier son titre par le Conseil des Indes, Juan Ortiz de Zárate décida de se rendre immédiatement en Espagne. Il promut Felipe de Cáceres au rang de lieutenant et lui ordonna de rentrer à Asunción avec tous ceux qui ne voudraient pas rester à Santa Cruz. En ce qui concerne Francisco Ortiz de Vergara, il fut non seulement privé de son titre de gouverneur, mais dut faire face à une série de procès. Il fut finalement innocenté par l’Audience de Charcas, qui lui ordonna de regagner Asunción au plus vite. Dépité, Francisco Ortiz de Vergara désobéit à cet ordre et choisit d’accompagner Ortiz de Zárate en Espagne pour tenter de lui disputer ses droits sur le gouvernement du Paraguay.

  • 122 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 250-251.
  • 123 Ibid., p. 257.

68Tandis que les deux hommes voguaient vers l’Europe, Felipe de Cáceres, l’évêque et la plupart des vecinos paraguayens entreprirent de rentrer à Asunción, en compagnie de Juan de Garay. Pour s’assurer de leur départ, Nufrio de Chaves décida de les escorter. Ils arrivèrent ainsi jusqu’au port d’Itatin, où les autochtones ne se montrèrent pas très coopératifs. Nufrio de Chaves soupçonna certains d’entre eux de vouloir attaquer les Espagnols dès que l’occasion se présenterait. Afin de déjouer toute tentative de soulèvement, il s’éloigna avec une douzaine de soldats, mais alors qu’il se reposait un instant, il fut tué d’un coup de massue porté par un Indien rebelle, passé à la postérité sous le nom évocateur de Porrilla122. Felipe de Cáceres et l’évêque décidèrent alors de poursuivre leur chemin. Ils atteignirent Asunción en décembre 1568123.

  • 124 Ibid., p. 257.
  • 125 Ibid., p. 258-260 ; Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 124-125 ; Ramón Indalecio Cardozo (...)

69Dès le mois de janvier 1569, Felipe de Cáceres désigna Martín Suá-rez de Toledo comme lieutenant et Pedro de la Puente comma alguacil mayor de la province124. Peu de temps après, Alonso Riquelme arriva du Guairá, en compagnie d’unequarantaine de vecinos de Ciudad Real. Deux ans auparavant, Riquelme avait dû faire face à une nouvelle mutinerie : convaincus que les pierres récemment découvertes dans le Guairá avaient une très grande valeur, plusieurs colons lui avaient demandé l’autorisation de se rendre en Espagne afin de les vendre. Riquelme refusa catégoriquement de les laisser partir. Comme il l’avait fait à Ontiveros, l’Anglais Nicolás Colman poussa ses camarades espagnols à la révolte. Cette fois, il était soutenu par le Père Antonio de Escalera. Riquelme fut emprisonné et les rebelles se dirigèrent vers les côtes brésiliennes afin de s’embarquer pour l’Europe. En septembre 1567, le capitaine Juan de Ortega, alors lieutenant de Felipe de Cáceres à Asunción, fut alerté par trois vecinos de Ciudad Real restés fidèles à Alonso Riquelme. Après avoir demandé au Père Francisco González Paniagua de lever l’excommunication qui pesait sur Ruy Díaz Melgarejo, Ortega rétablit l’ancien gouverneur du Guairá dans ses fonctions et l’envoya porter secours à Alonso Riquelme. Malgré la haine qu’il lui vouait depuis des années, ce dernier jura obéissance à Melgarejo, qui réussit pour sa part à arrêter les rebelles et à les ramener à Ciudad Real. Furieux d’avoir été évincé du pouvoir, Riquelme prit la décision de rentrer à Asunción en compagnie d’une quarantaine de vecinos de Ciudad Real. Il fut très bien reçu par Felipe de Cáceres, vieil ennemi de Ruy Díaz Melgarejo125.

III.2.4 Fondation de Villa Rica del Espíritu Santo

  • 126 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 261.

70Peu de temps après son arrivée à Asunción, Riquelme fut à nouveau envoyé dans le Guairá pour y reprendre ses fonctions de gouverneur126. En arrivant à Ciudad Real, il apprit qu’une deuxième ville avait été fondée dans le nord-est du Guairá. La région, disait-on, était riche en gisements d’or et Ruy Díaz Melgarejo avait voulu s’y installer au plus vite afin de mieux la contrôler et de l’exploiter rapidement :

  • 127 « Probanza de los servicios del capitán Ruy Díaz Melgarejo... (1573) », in Ramón Indalecio Cardozo (...)

Para que con mas Breuedad llegado El dicho gouernador [Juan Ortiz de Zárate] a estas Prouincias se pudiesen labrar y beneficiar las dichas minas e su magestad fuese seruido e ayudado de lo que dellas se sacase me parti del dicho Pueblo [Ciudad Real] el mes de febrero del dicho año [de setenta] con quarenta hombres e cinquenta y tres cauallos armas y municiones e lo necesario para hazer e fundar vn pueblo junto a las dichas minas [...].
Para hazer yfundar (sic) el dicho pueblo ante todas hize hazer e se hizo vna yglesia e vna cruz [...] e despues hize traçar El pueblo e rrepartir a la gente sitios e solares para casas e tierras Para su labrança y criança e hize hacer vna fortaleza e casa fuerte de doziento y sesenta pies de largo y treinta de ancho cuuierta de texa de pinos que es casa fuerte con sus torreones e troneras e puse en ella alcaide en nombre de su magestad y dexe para su guarda y defensa veinte y quatro arcabuzeros e catorce cauallos con todo127.

  • 128 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 262-263.
  • 129 « Cédula y encomienda de indios, 1575 », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 119.
  • 130 « Probanza hecha en la villa de Spíritu Santo del descubrimiento de las minas de yerro y trauajo e (...)
  • 131 En raison des attaques indigènes et des Bandeirantes, Villa Rica dut être déplacée cinq fois entre (...)

71L’esprit d’initiative dont Melgarejo fit preuve en fondant une nouvelle ville illustre le peu de cas que faisaient les colons paraguayens des protocoles réglementaires. La fondation reçut le nom de Villa Rica del Espíritu Santo. Melgarejo était sûr d’avoir enfin trouvé les gisements aurifères qu’il convoitait depuis longtemps et ce n’est pas l’arrivée d’Alonso Riquelme qui allait contrecarrer ses plans : non seulement Melgarejo refusa de se soumettre à son autorité, mais il le fit arrêter et enfermer à Ciudad Real, puis à Villa Rica128. L’entêtement de Melgarejo ne lui fut cependant d’aucun profit : seuls des gisements de cuivre et de plomb furent découverts129. De plus, le manque de mineurs dans la région freina considérablement leur exploitation130. Enfin, l’hostilité des indigènes et les incursions portugaises sur ce territoire ne laissèrent pas le temps aux Espagnols d’en tirer grand profit131.

III.2.5 Felipe de Cáceres et l’évêque de la Torre

  • 132 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 261.
  • 133 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 128.
  • 134 Natalicio J. González, op. cit., p. 250-251.

72Peu de temps après le départ de Riquelme pour le Guairá, Felipe de Cáceres fit un premier voyage dans le río de la Plata, en compagnie de cent cinquante soldats, pour voir si Juan Ortiz de Zárate était arrivé d’Espagne132. Il ne trouva aucune trace du gouverneur et, après avoir exploré les fleuves Caracarañá et Salado133, il rentra à Asunción. À son arrivée, il découvrit que l’évêque de la Torre avait soulevé une partie de la population contre lui. On l’accusait d’être un hérétique, un joueur invétéré et un coureur de jupons. L’évêque l’avait excommunié pendant son absence et voulait le faire comparaître devant le Tribunal de l’Inquisition de Lima. Felipe de Cáceres réussit rapidement à mater l’insurrection : il déclara que quiconque tiendrait à nouveau des propos diffamatoires contre lui serait passible de la peine de mort. Pedro de Esquivel, un de ses principaux opposants, fut exécuté pour donner l’exemple. La plupart des insurgés étant des métis, Cáceres établit un couvre-feu à leur encontre en les accusant d’être des voleurs et des violeurs134. Enfin, au mois de mars 1570, l’évêque de la Torre fut arrêté et confiné dans le Couvent de la Merci, avec interdiction absolue de communiquer avec l’extérieur. Cette mesure, au parfum d’hérésie, discrédita considérablement Felipe de Cáceres aux yeux de la population et l’évêque fut finalement remis en liberté après avoir solennellement juré de ne plus rien tenter contre le gouverneur.

  • 135 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 265-266.
  • 136 À propos des rivalités entre Fray Pedro Fernández de la Torre et Felipe de Cáceres, voir Ruy Díaz (...)
  • 137 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 269.

73En avril 1572, Felipe de Cáceres repartit vers l’estuaire à la recherche de Juan Ortiz de Zárate. Il rentra à Asunción au mois de juillet suivant. Pendant son absence, et malgré le serment qu’il avait prononcé, l’évêque s’était à nouveau mobilisé contre Felipe de Cáceres et avait ourdi un complot contre lui. Le gouverneur et sa garde rapprochée furent ainsi attirés dans la cathédrale, où ils tombèrent dans une embuscade tendue par une cinquantaine d’hommes, la plupart métis. Seul un dénommé Gonzalo de Altamirano tenta de le défendre et fut tué durant l’affrontement. Felipe de Cáceres fut emprisonné et Martín Suárez de Toledo profita de la confusion générale pour se faire élire gouverneur de la province jusqu’à l’arrivée de Juan Ortiz de Zárate135. L’élection eut lieu le 2 août 1572. Voulant en finir avec son ennemi juré, l’évêque de la Torre se porta volontaire pour conduire Felipe de Cáceres à Séville, afin de le faire juger136. Le nouveau gouverneur fit rappeler Ruy Díaz Melgarejo à Asunción pour escorter les deux hommes jusqu’en Espagne137. Son inimitié avec Felipe de Cáceres était sans doute la meilleure garantie contre toute tentative d’évasion du prisonnier. Dès que Melgarejo se fut éloigné du Guairá, Alonso Riquelme fut libéré par ses partisans et reprit le pouvoir dans la région.

III.2.6 Fondation de Santa Fe

74Tandis qu’on construisait le navire qui devait amener Felipe de Cáceres en Espagne, Martín Suárez de Toledo décida de ne pas attendre l’arrivée de Juan Ortiz de Zárate pour mettre en œuvre le contenu de sa capitulation. Il commença par s’occuper du désenclavement d’Asunción, une des obligations principales du nouveau gouverneur. Après avoir rêvé de gisements précieux pendant près de quarante ans, les colons paraguayens s’étaient peu à peu convaincus que leur province ne possédait ni or, ni argent, ni pierres précieuses. En revanche, Asunción était au cœur d’une région extrêmement fertile et produisait une grande variété de fruits et de légumes, ainsi que du vin, du miel et du sucre. L’élevage s’y était aussi fortement développé, surtout depuis l’arrivée des bêtes que Juan Ortiz de Zárate avait fait amener depuis le Haut-Pérou. Enfin, l’industrie textile, grâce à la culture du coton et au savoir-faire des indigènes, était elle aussi très productive. La province du Paraguay ne s’était pas contentée de devenir autonome du point de vue alimentaire ; malgré les restrictions imposées par les ordonnances de 1556, elle produisait maintenant des excédents agricoles qu’elle pouvait exporter vers d’autres provinces et même, pourquoi pas, vers l’Espagne. Pour cela, la création de routes commerciales reliant Asunción à ses clients potentiels — Pérou, Haut-Pérou et Espagne — devenait incontournable. C’est la raison pour laquelle Juan Ortiz de Zárate s’était engagé à construire une ville entre Asunción et La Plata et une autre dans l’estuaire du río de la Plata. Martín Suárez choisit de commencer par le peuplement de l’estuaire et du Paraná.

  • 138 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 137.
  • 139 Juan de Garay était un parent de Juan Ortiz de Zárate.
  • 140 Manuel Peña Villamil, « La Asunción en el proceso fundacional... », op. cit., vol. I, p. 446.
  • 141 Ruggiero Romano, Les Conquistadores. Les mécanismes de la conquête coloniale, Paris, Flammarion, c (...)
  • 142 Agustín Zapata Gollán, « La fundación de Santa Fe », in Tercer Congreso de Historia Argentina y Re (...)
  • 143 Agustín Zapata Gollán, Las puertas de la tierra, Santa Fe, Universidad Nacional del Litoral, 1938, (...)

75Le 3 avril 1573, il fit publier un ban afin de recruter des volontaires pour fonder une ville sur le site de l’ancien fort de Sancti Spiri-tus. Quatre-vingts vecinos répondirent à l’appel. Parmi eux, on compta seulement neuf Espagnols, le reste étant des mancebos de la tierra, des métis et des créoles nés à Asunción138. La troupe, confiée au commandement du capitaine Juan de Garay139, partit le 14 avril suivant. Ruy Díaz Melgarejo profita de ce départ pour lever l’ancre lui aussi. La double expédition atteignit bientôt le Paraná. Alors qu’il explorait le fleuve Quilosas et ses environs, en septembre 1573140, Juan de Garay rencontra des hommes du capitaine Jerónimo Luis Cabrera, qui venait tout juste de fonder la ville de Córdoba et qui cherchait un débouché vers l’Atlantique, via le río de la Plata. Tout comme l’avait fait Andrés Manso avec Nufrio de Chaves, les hommes de Cabrera tentèrent de convaincre Garay de leur céder la place. Ce dernier, sûr des droits paraguayens sur le Paraná, s’empressa au contraire de construire une ville sur ses rives escarpées. C’est ainsi que le 15 novembre 1573, Juan de Garay fonda officiellement la ville de Santa Fe et la dota de son premier cabildo. Par ailleurs, Garay traça un plan en damier de la cité, conformément aux instructions officielles de 1573141, et répartit chaque cuadra à un vecino, faisant ainsi de Santa Fe la première ville « urbanisée » du Río de la Plata142. Le site de Santa Fe était particulièrement bien choisi car il se trouvait à la croisée des chemins entre Asunción, l’estuaire, le Tucumán, le Pérou et le Brésil. Cette localisation idéale allait permettre à la ville de se développer en tant qu’intermédiaire commercial entre ces différentes régions143.

  • 144 Felipe de Cáceres fut innocenté en 1577. Il mourut à Madrid en 1582 (voir Ramón Ezquerra Abadía, « (...)

76En ce qui concerne le navire de Ruy Díaz Melgarejo, le San Cristóbal de la Buenaventura, il poursuivit son voyage vers l’Espagne, emportant à son bord’unelettre de Garay dans laquelle il informait le monarque des derniers événements survenus dans le Río de la Plata. Lors d’une escale à São Vicente, l’évêque de la Torre rendit son dernier soupir. Ruy Díaz Melgarejo annula son voyage et ce fut finalement Pedro Morel qui livra Felipe de Cáceres aux autorités castillanes144.

III.3 Juan Ortiz de Zárate, quatrième et dernier Adelantado du Río de la Plata

77Dans le courant de l’année 1574, alors qu’il travaillait à la consolidation de la ville de Santa Fe, Juan de Garay reçut des nouvelles de Juan Ortiz de Zárate. Après un voyage mouvementé, au cours duquel des corsaires français lui avaient dérobé une bonne partie de sa fortune, celui-ci était enfin arrivé en Espagne, où Philippe II avait ratifié son titre de gouverneur en y ajoutant de surcroît celui de quatrième Adelantado du Río de la Plata. Les principaux points de sa capitulation, signée le 10 juillet 1569, étaient les suivants :

  • 145 « Capitulación otorgada a Juan Ortiz de Zárate... (1569) », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p (...)

1. Primeramente, que vos, el dicho Joan Ortiz de Cárate, os ofreçeis de meter en la gobernaçion del Río de la Plata quinientos hombres españoles, de los quales los doçientos dellos an de ser offiçiales de todo género de offiçios y labradores que cultiben y labren la tierra y los otros treçien-tos hombres que sean para la guerra y conquista de la tierra, y que de los que destos pudierdes hallar que sean casados, y questos los procureis de buscar y llevar con sus mugeres y hijos, y los demás sean solteros y útiles para la conquista y poblaçión, sustentaçtén y defensa de la dicha tierra [...].
4. Yten, que poblareis dos pueblos d’españoles, allende de los questán agora poblados, los quales hareis entre el distrito de la Ciudad de la Plata y de la Ciudad de L’Asunción, donde más convenga, y con la poMaçtén d’españoles que conbenga según la disposición de la tierra para sus aprovechamientos y entretenimientos y para la neçesidad de su comerçio y contrataçión de una tierra a otra y para su defensa ; y otro pueblo en la entrada del rrío en el puerto que llaman de San Gabriel o Buenos Aires.
5. Yten, de más de lo suso dicho, os ofreçeis que vos, el dicho capitán Juan Ortiz de Cárate, de meter en la dicha gobernaçión del Río de la Plata, dentro de dos o tres años después que Dios fuere servido, que llegueis a la dicha governaçión del Río de la Plata quatro mill cabeças de vacas de Castilla y quatro mill ovejas de Castilla y hasta quinientas cabras y más tresçientas yeguas y cavallos para la conquista, poblaçión y defensa de la tierra, conquistadores y pobladores della, y si pudierdes meter los dichos ganados antes deste tiempo travajareis de los meter, porque los teneys juntos de vuestra criança en la provinçia de los Charcas y Valle de Torija, pero tomais este tiempo por rrazón que la tierra que ay desde la dicha çiudad de la Plata hasta la çiudad de la Asu^^n, ques en las dichas provinçias del Río de la Plata, está al presente por conquistar y poblar por estar los yndios naturales della rrebelados y alterados contra nuestro rreal serviçio y obidiençia y ay neçesidad de paçificarlos primero, y fundar en esta tierra dos pueblos d’españoles para que con más seguridad se puedan meter los dichos ganados y tratar del comercio de la una y tierra a la otra, los quales os ofreeis (sic) de poblar [...].
13. Yten, damos merced a vos, el dicho Capitán Juan Ortiz de Cárate y a la persona que subçediere en la dicha gobernaçión, que podais hazer a vuestra costa hasta tres fortalezas de piedra quales conbenga para su defensa y de los españoles, y que pongais en ellas el artillería armas y muniçiones necesaria, y que las hagan en los puertos o lugares que más os pareçiere conbenir145.

78Dans cette capitulation, la Couronne confirmait sa volonté — déjà exprimée dans les capitulations de Juan de Sanabria et de Jaime Rasquín — de peupler de façon durable la province du Río de la Plata en y installant des couples d’agriculteurs et des artisans. Ces pobladores assureraient la croissance démographique et économique à la région, tandis que les gens d’armes recrutés garantiraient sa défense. En revanche, si l’on compare la capitulation d’Ortiz de Zárate avec celle de Rasquín, les autorités de Castille semblent avoir renoncé à l’exploitation du sous-sol paraguayen. Pourtant, en 1569, on ignorait encore que les mines du Guairá ne seraient pas rentables, ni que ses pierres avaient peu de valeur. Nous pensons plutôt que Philippe II préparait le terrain pour une bonne exploitation du Guairá. C’est pourquoi il fallait en premier lieu assurer la survie de la région en la peuplant de façon significative. Pour développer l’activité minière, il était d’abord nécessaire de faciliter la vente des minerais, afin d’encourager les investissements dans le secteur. Cela passait par la création de voies de communication vers le Pérou et vers l’Espagne. En attendant, ces voies pourraient servir au commerce des produits agricoles paraguayens, seules productions non virtuelles de la province. La capitulation d’Ortiz de Zárate est donc particulièrement intéressante car elle répond conjointement aux préoccupations politiques, démographiques, économiques et commerciales de la Couronne et des colons paraguayens, en tenant compte de manière équitable des activités potentielles et réelles de la province et en envisageant à la fois le court et le long terme. Les autorités castillanes semblaient avoir tout prévu. Le développement du Paraguay était en principe assuré.

III.3.1 Trois années de préparatifs

79Tout comme ses prédécesseurs, Juan Ortiz de Zárate eut bien du mal à mettre en route son expédition. À la suite de l’attaque des corsaires français, il lui fallut réunir à nouveau les fonds nécessaires à l’affrètement des navires. Ensuite, Juan Ortiz de Zárate connut les mêmes difficultés que Juan de Sanabria pour recruter les cinq cents hommes qu’il devait emmener dans le Río de la Plata. C’est ce que montre la lettre que Francisco Ortiz de Vergara adressa au Conseil des Indes en 1572 :

  • 146 « Carta de Francisco Ortiz de Vergara a Juan de Ovando, Presidente del Consejo de Indias (1572) », (...)

Hallo en algunas personas tibieza [para hacer esta jornada] por la mala relacion que tienen y algunos experiencia de lo passado en la jornada començada146.

80Non seulement le Paraguay n’avait pas bonne réputation à Séville, malgré les pierres « précieuses » rapportées par l’Adelantado, mais les difficultés pécuniaires de ce dernier n’encourageaient pas au départ. Pourtant, Zárate rechignait à embarquer certaines femmes qui, mariées à des conquistadores du Río de la Plata, souhaitaient rejoindre leur époux et par conséquent entreprendre seules la traversée de l’Atlantique. Francisco Ortiz de Vergara suggéra au Conseil des Indes de convaincre l’Adelantado d’accepter ces passagères à bord :

  • 147 Ibid., (im. 25).

Ciertas mugeres de las que tienen sus maridos en el Rio de la Plata desean yr a hazer vida con sus maridos an hablado al’Adelantado y no les da a entender que le plaze de su proposito v. sa. sea seruido en proueer que las que tuuieren alla sus maridos y quisieren yr sean lleua-das pues es seruicio de Dios que vayan a hazer vida con ellos147.

81Nous le voyons, Francisco Ortiz de Vergara espérait ainsi pouvoir mettre un terme aux désordres conjugaux qui régnaient à Asunción. Finalement, en juin 1572, le roi intervint pour aider Ortiz de Zárate à trouver deux cents volontaires : il somma les autorités de Séville, Cadix et Jerez de la Frontera de trouver des candidats au départ par le biais de cédules dans lesquelles il vantait les qualités du Paraguay :

  • 148 « Real Cédula, impresa, al asistente de Sevilla... (1572) », A.G.I., Patronato 29, R. 28 (im. 9). (...)

Nuestro assistente de la Ciudad de Seuilla. Sabed que desseando que la poblacion que esta començada a hazer en las Prouincias del Rio de la Plata, de las nuestras Yndias, se prossiga y vaya adelante para que los naturales dellas vengan al conocimiento de nuestra sancta fee Catho-lica [...] hauemos tomado assiento con Juan Ortiz de Çarate, Cauallero de la horden de Sanctiago, a quien auemos hecho Adelantado Justicia mayor Gouernador y Capitan General de aquellas prouincias [...] e por lo mucho en que estimamos aquellas Prouincias Por ser tan buenas y tantas y tan fertiles y tan pobladas de Indios labradores gente pacifica y humilde y por la buena breue y segura nauegacion que ay destos Reynos a ellas : con que con facilidad se podra tractar y comerciar. Desseamos que la gente de que se houiere de poblar sea gente noble paçifica e industriosa y qual conuiene para tan Sancto zelo como es el que nos mueue a la poblacion de aquellas Prouinçias, y por la notiçia que tenemos de la nobleza y bondad de la gente de essa Ciudad y su comarca, tenemos satisfacion que si della saliesse una colonia para poblar vnas de las Ciudades que en aquellas Prouincias se han de poblar, seria qual conuiene. Por tanto yo os mando que luego que esta nuestra cedula recibierdes, junteys los Veynte y quatro y Cabildo de essa Ciudad y tracteys con ellos que rescibire seruicio o que vos y ellos deys horden como de essa Ciudad y su comarca salga una colonia y poblacion de hasta dozientos honbres y todos los mas que dellos fuere possible sean casados, y que lleuen sus mugeres y procurareys que los que fueren sea gente honrada, quieta y pacifica.148

  • 149 « Lista de la gente que se embarcó con Juan Ortiz de Zárate... (s/f) », A.G.I., Patronato 29, R. 2 (...)
  • 150 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 144.

82Grâce à l’intervention du monarque, Juan Ortiz de Zárate, quatrième Adelantado du Río de la Plata, put enfin quitter le port de Sanlúcar de Barrameda le 17 octobre 1572. Sa flotte se composait de cinq navires et transportait cinq cent trente-six personnes, dont cinquante seulement étaient des hommes mariés149. Parmi les passagers, Efraím Cardozo a dénombré cinquante paysans et trente artisans150. Signalons que Francisco Ortiz de Vergara, nommé Trésorier lors de son séjour à Séville, faisait également partie du voyage.

III.3.2 Arrivée dans le Río de la Plata

  • 151 « Relación del viaje que hizo Juan Pinto, portugués, al Río de la Plata, con Juan Ortiz de Zárate. (...)
  • 152 Ibid., (im. 1).

83La navigation entre Séville et Santa Catalina dura entre trois et quatre mois151. Après une halte de six mois sur l’île, ils reprirent la mer au mois d’août 1573, pour ne pénétrer dans l’estuaire du río de la Plata qu’au mois de novembre suivant. Une tempête y causa la perte de trois navires152. Quand le calme fut revenu, Juan Ortiz de Zárate et ses compagnons se réfugièrent sur l’île de San Gabriel. C’est là que le capitaine Melgarejo les retrouva quelque temps plus tard :

  • 153 « Cédula y encomienda de indios, 1575 », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 119.

Vos el dicho capitan rrui diaz salistes desta ciudad [de la Asunción] en una carabela que en ella se hizo para dar auiso a su magestad de las cosas sucedidas en estas prouincias e con temporal arribastes a la costa del brazil a sant bicente pueblo del serenisimo rrei de Portugal en el qual dicho pueblo supistes que yo con mi armada auia entrado en el rrio grande del Parana y considerando como considerastes conbenir tanto como conbino al seruicio de dios nuestro señor y a mi en su rreal nombre de benirme a socorrer como binistes en la dicha carabela [...] fue dios seruido llegasedes como llegastes al puerto de sant grauiel con el dicho socorro en tiempo y coyuntura que yo con toda mi gente estaba en grande necesidad asi de bastimentos por los muchos naufragios que me auian sucedido como por la guerra [que] con los naturales de aquellas prouincias tenia153.

  • 154 Ruy Díaz Melgarejo fut généreusement récompensé par Juan Ortiz de Zárate, qui lui attribua, en 157 (...)

84Si Ruy Díaz Melgarejo n’était pas venu leur prêter main forte, Juan Ortiz de Zárate et ses hommes seraient probablement morts sur l’île de San Gabriel154. Peu après l’arrivée de Melgarejo, d’autres renforts vinrent d’Asunción. Ils avaient été envoyés par Martín Suárez de Toledo, lui aussi informé de l’arrivée du quatrième Adelantado. Juan Ortiz de Zárate envoya alors chercher Juan de Garay à Santa Fe. Ce dernier arriva dans l’estuaire en avril 1574 et l’ensemble des troupes se réfugia alors sur la rive orientale de l’estuaire, près du port naturel de San Salvador.

  • 155 Le nom de « Nueva Vizcaya » ne réussit jamais à s’imposer.
  • 156 À propos de San Salvador, voir l’article de Ricardo de LafuenteMachain, « Poblaciones efímeras (Rí (...)

85La première initiative d’Ortiz de Zárate en tant que gouverneur fut de rebaptiser la province du nom de « Nueva Vizcaya », en hommage à sa région d’origine155. Il désigna ensuite Juan de Garay pour être son lieutenant sur tout le territoire « néo-biscaïen », à l’exception d’Asunción et du Guairá, qu’il confia respectivement à l’autorité de Martín Suárez de Toledo et à celle de Ruy Díaz de Melgarejo. Enfin, le site de San Salvador lui paraissant approprié à l’édification d’une ville portuaire, il fonda, le 30 mai 1574, la « Ciudad Zaratina » de San Salvador. Ortiz de Zárate exécutait ainsi une des principales clauses de sa capitulation, en vertu de laquelle il s’engageait à repeupler l’estuaire du Río de la Plata. Avec la liaison Asunción-Santa Fe-San Salvador, le désenclavement du Paraguay était assuré. Pourtant, San Salvador ne présentait pas les qualités requises pour résister aux vents du sud, aux disettes, aux attaques indigènes et aux menaces des corsaires français et anglais156 : deux ans et demi après sa fondation, le 20 juillet 1577, la « Ciudad Zaratina » fut abandonnée par les quelques dizaines d’occupants qui n’avaient pas encore fui vers le Brésil ou la province du Tucumán.

  • 157 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 48.

86Le 14 décembre 1574, après avoir laissé une garnison de soixante soldats dans l’estuaire, Juan Ortiz de Zárate, Martín Suárez de Toledo et Ruy Díaz Melgarejo levèrent l’ancre en direction d’Asunción. Juan de Garay les rejoignit à Santa Fe, où il apprit avec tristesse la mort de Francisco Ortiz de Vergara, survenue le 2 décembre à San Salvador. Les quatre hommes firent leur entrée à Asunción le 8 février 1575. Dans son article « La emigración española al Río de la Plata durante el siglo xvi », Richard Konetzke a affirmé qu’environ cent quarante des cinq cent trente-six passagers qui s’étaient embarqués avec le quatrième Adelantado avaient péri avant d’atteindre la capitale de la province157.

  • 158 Manuel Peña Villamil, « La Asunción en el proceso fundacional ... », op. cit., vol. I, p. 443.

87Pour remercier Ruy Díaz Melgarejo de l’avoir secouru dans le río de la Plata, Juan Ortiz de Zárate le nomma à nouveau gouverneur et capitaine général de Ciudad Real et Villa Rica en remplacement d’Alonso Riquelme. La confirmation d’un gouvernement autonome pour la région du Guairá a été considérée par certains historiens comme un pas de plus vers le démembrement de la province158.

III.3.3 Mort et succession de Juan Ortiz de Zárate

  • 159 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 148.

88Le quatrième Adelantado du Río de la Plata ne laissa pas un souvenir impérissable dans la mémoire des colons paraguayens. Une de ses premières mesures à Asunción fut d’emprisonner Martín Suárez de Toledo, sous prétexte que ce dernier n’avait pas soutenu Felipe de Cáceres face à l’évêque de la Torre. De plus, il déclara nulles et non avenues toutes les encomiendas qui avaient été distribuées par Toledo, lui reprochant de n’en avoir fait bénéficier que ses proches et amis. Cette décision lui valut d’être haï de ceux qui furent dépossédés de leurs Indiens à cette occasion. D’autres conquistadores reprochèrent à Ortiz de Zárate d’être venu dépeupler la province au lieu de la peupler, à en juger par le nombre de vecinos de San Salvador qui avaient fui en direction du Pérou ou du Brésil. D’un point de vue économique, le bilan ne fut guère plus favorable. Les mines du Guairá se révélèrent ne produire que du cuivre, du plomb ou du minerai de fer. On était loin des gisements d’or promis par Melgarejo, même s’il est vrai que la province avait grand besoin de ces métaux moins nobles. Melgarejo ayant repris sa place de gouverneur à Ciudad Real, Alonso Riquelme s’installa à Villa Rica et participa personnellement au développement de la métallurgie dans la région : en 1578, la première fonderie de fer d’Amérique du Sud vit le jour à Villa Rica159.

  • 160 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 476

89Au début de l’année 1576, Juan Ortiz de Zárate ordonna au capitaine Garay de se rendre à Santiago del Estero, capitale du Tucumán, afin de régler la question des limites territoriales entre les deux provinces. Ensuite, Garay devait se rendre au Pérou, où le gouverneur possédait d’immenses troupeaux, pour y chercher le bétail que ce dernier s’était engagé à introduire au Paraguay. Enfin, Garay devait effectuer le voyage retour en passant par La Plata, afin de ramener la fille de Y Adelantado auprès de son père. Celle-ci, prénommée Juana et âgée de seize ans, était la fille de la princesse inca Leonor Yupanqui et la petite-fille de Manco Capac. Juana de Zárate avait été reconnue par son père et légitimée par le roi. Elle était donc l’héritière universelle du quatrième Adelantado du Río de la Plata. Juan Ortiz de Zárate ne revit jamais sa fille : il s’éteignit le 26 janvier 1576160, quelques heures après avoir dicté son testament, dans lequel il désignait pour successeur celui qui épouserait sa fille unique. En attendant, son neveu Diego de Mendieta, alors âgé de dix-huit ans, le remplaça à la tête de la province.

  • 161 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 151.
  • 162 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 413.

90Le jeune Diego se fit rapidement autant d’ennemis que feu son oncle. Tout d’abord, il froissa la susceptibilité du Cabildo d’Asunción en l’obligeant à le reconnaître non pas comme gouverneur intérimaire mais titulaire. Ensuite, il mit Martín de Orúe, vieux conquistador respecté de tous, à l’écart du gouvernement. Celui-ci avait pourtant été choisi par Juan Ortiz de Zárate pour conseiller son jeune neveu. Comme il était né dans la province des Charcas, Diego de Mendieta bénéficia malgré tout de la sympathie des mancebos de la tierra, qui préféraient être gouvernés par un créole plutôt que par un Espagnol161. En 1577, Diego de Mendieta organisa une expédition à Santa Fe où, depuis un certain temps régnait un climat de révolte. Lorsqu’il apprit la venue de Diego de Mendieta, le chef des mutins, le capitaine Francisco de Sierra, se réfugia dans l’église de la ville afin d’échapper au jeune gouverneur. Celui-ci en força les portes et arrêta le capitaine. Cet acte sacrilège choqua profondément la population, et c’est Diego de Mendieta qui fut finalement emprisonné et envoyé en Espagne afin d’y être jugé. Pour la deuxième fois en moins de quarante ans, les colons paraguayens refusaient de se soumettre à un gouverneur qui ne les comprenait pas. Mendieta réussit toutefois à s’échapper lors de l’escale à San Salvador, mais il fut aussitôt capturé par le capitaine Juan Alonso de Quirós et abandonné sur les côtes brésiliennes, où il fut probablement tué par des indigènes162.

III.3.4 Juan de Torres de Vera y Aragón, Adelantado par héritage

  • 163 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 154-155.

91Pendant ce temps, Juan de Garay était arrivé à Santiago del Estero. Il y fut retenu pendant deux longues années par Diego de Abreu, gouverneur du Tucumán. Le vice-roi Francisco de Toledo ayant été informé des dernières volontés d’Ortiz de Zárate, il avait demandé à Abreu d’empêcher Garay de rejoindre Lima, la Ciudad de los Reyes. Francisco de Toledo espérait ainsi pouvoir marier Juana de Zárate à son filleul, don Antonio de Meneses. Un autre prétendant illustre au titre d’héritier du quatrième Adelantado du Río de la Plata fut Francisco Matienzo, fils du président de l’Audience de Charcas. Finalement, le premier décembre 1577, Juana de Zárate épousa un ancien oidor de l’Audience de Charcas, le licenciado Juan de Torres de Vera y Aragón, avec l’accord de sa famille, mais pas celui des autorités. Francisco de Toledo n’autorisa pas les jeunes mariés à quitter La Plata, en vertu d’une ordonnance qui interdisait aux fonctionnaires royaux de se marier dans la juridiction où ils exerçaient leur fonction. Il fit arrêter Juan de Torres et son épouse fut enfermée dans un couvent163.

  • 164 Ibid., p. 154-155.

92Au début de l’année 1578, Juan de Garay put enfin se rendre à La Plata. Juan de Torres, Adelantado par voie d’héritage, le choisit pour être son lieutenant et lui demanda de rentrer à Asunción afin de gouverner la province en son nom. À l’instar de son défunt beau-père, la priorité de Juan de Torres de Vera y Aragón était d’« ouvrir des portes à la province » (abrir puertas à la tierra), afin de faciliter les communications entre le Paraguay, l’Atlantique et le Pérou. C’est la raison pour laquelle il confia à Juan de Garay la mission de repeupler l’estuaire du Plata qui, depuis l’abandon de San Salvador, était toujours inhabité. En septembre 1578, Juan de Garay était de retour à Asunción164.

III.3.5 Deuxième fondation de Buenos Aires

  • 165 Manuel Peña Villamil, « La Asunción en el proceso fundacional... », op. cit., vol. I, p. 450.
  • 166 « Fundación de la ciudad de BuenosAires », in Pedro de Ángelis, Colección de obras y documentos re (...)
  • 167 Idalia Flores G. de Zarza, « Contribución material, espiritual y heroica de la Asunción en la fund (...)

93En janvier 1580165, Juan de Garay fit publier les bans pour former les troupes qui allaient fonder Buenos Aires pour la seconde fois. Il recruta une soixantaine de personnes, dont une cinquantaine étaient des métis. Parmi ces derniers, se trouvait Ana Díaz, la seule femme ayant participé à l’expédition166. Deux mois plus tard, Garay et ses hommes quittaient Asunción, dont le commandement avait été confié à Adame de Olabarrieta. La moitié des futurs pobladores voyagea par voie terrestre, sous le commandement du jeune Hernando Arias de Saavedra, fils de Cristóbal de Saavedra et de doña Mencia de Sanabria et petit-fils de Juan de Sanabria. Hernandarias, comme on l’appelait habituellement, avait été chargé de mener quelque mille chevaux, sept cents bovins et cinq cents ovins jusqu’à Buenos Aires, ainsi que des semences et du matériel de construction. Garay souhaitait que la ville fût le plus rapidement possible fonctionnelle et autonome. Il voyageait pour sa part à bord de la caravelle San Cristóbal de Buenaventura, qui était escortée par deux brigantins et six chaloupes167.

  • 168 A.G.N., Reproducción de testimonios históricos en adhesión al IVo Centenario de la fundación de la (...)

94La fondation solennelle de la « Ciudad de la Trinidad y Puerto de Santa María de Buenos Ayres » eut lieu le 6 juin 158o, sur un site légèrement plus élevé que celui de 1536. Rodrigo Ortiz de Zárate et don Gonzalo Martel de Guzmán furent nommés alcaldes. Pedro de Quirós, Diego de Olabarrieta, Antonio Bermúdez, Luis Gaitán, Rodrigo de Ibarrola et Alonso de Escobar furent nommés regidores168. Puis, comme il l’avait fait à Santa Fe, Garay traça le plan de la ville en damier. En octobre 158o, il répartit les cuadras ainsi formées parmi les nouveaux vecinos et leur attribua également des terrains plus éloignés du centre :

  • 169 « Fundación de la ciudad de BuenosAires », in Pedro de Ángelis, op. cit., vol. III, p. 4.

Yo [Juan de Garay] en nombre de S. M. he empezado á repartir, y les reparto á los dichos conquistadores, tierras y caballeria y solares y cuadras, en que puedan tener sus labores y crianzas de todos ganados : las cuales dichas tierras y estancias y huertas y cuadras, las doy y hago merced en nombre de S. M. y del dicho Gobernador [Juan de Torres de Vera y Aragón], para que como cosa propia suya puedan en ella edificar, asi casas como corrales, y poner cualesquier ganados, y hacer cualesquier labranzas que quisieren y por bien tuvieren, y poner cualesquiera plantas y arboles que quisieren y por bien tuvieren, sin que nadie se lo pueda perturbar, como si lo hubiese heredado de su propio patrimonio : y como tal puedan dar y vender y enagenar y hacer lo que por bien tuvieren169.

  • 170 Carlos Pastore, La lucha por la tierra en el Paraguay, Montevideo, Antequera, 1972, p. 10-11; Agus (...)

95Contrairement à Asunción, dont les rues formèrent un joyeux labyrinthe jusqu’au xviiie siècle170, les villes fondées par Garay répondaient toutes aux instructions de 1573, qui préconisaient la construction de villes « en damier ». La province semblait enfin vouloir se soumettre aux lois générales des colonies hispano-américaines, du moins en matière de politique urbaine.

III.3.6 Premier soulèvement des mancebos de la tierra171

  • 171 Ángel Caballero Martín, « Del primer movimiento de tendencia separatista en el Río de la Plata. Re (...)

96Tandis que Juan de Garay travaillait à l’édification et au développement de la seconde Buenos Aires, Santa Fe fut le théâtre du premier soulèvement des mancebos de la tierra. Les fils des premiers conquistadores du Paraguay, qu’ils fussent créoles ou métis, reprochaient aux quelques Espagnols ayant participé à la fondation de la ville de s’être octroyés la totalité des charges du cabildo et d’avoir gardé pour eux les meilleures terres et encomiendas. La décision de Garay d’interdire tout échange commercial avec le Tucumán ne fit qu’aggraver leur mécontentement. En effet, les Paraguayens étaient devenus d’excellents fabricants d’arquebuses et Santa Fe avait trouvé une source de revenus non négligeable dans la vente de ces armes à la ville de Córdoba. Le 30 mai 158o, sept mancebos décidèrent de renverser le cabildo et de prendre le pouvoir par la force. Il s’agissait de Lázaro de Benialvo, Pedro Gallego, Rodrigo García Mosquera, Diego de Leyva, Diego Ruiz, Pedro Villalta et Domingo Romero. Ils commencèrent par arrêter Simon Jacques, « vieux » conquistador et lieutenant de Garay à Santa Fe, et désarmèrent ensuite l’ensemble des Espagnols. Le 3i mai, ils formèrent un nouveau gouvernement, dont le commandement fut confié à un huitième mancebo, Cristóbal de Arévalo. Dès le lendemain, ce dernier trahissait la cause de la révolution. Dans les jours qui suivirent, Benialvo et ses six camarades furent exécutés.

  • 172 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 166.
  • 173 Ibid., p. 166.

97À Asunción, on craignait que des soulèvements similaires ne semassent à nouveau le trouble dans les rues de la ville. On reprochait notamment à Garay d’avoir dépeuplé la capitale de la province au profit de Santa Fe et de Buenos Aires. En outre, depuis que le commerce entre Santa Fe et le Tucumán avait été interdit par le gouverneur, Asunción avait pris le relais dans la vente — clandestine — d’arquebuses. Ceux qui tiraient bénéfice de ce trafic craignaient bien sûr la réaction de Juan de Garay. Afin de contrer toute tentative de rébellion, ce dernier revint à Asunción en juin 1582 et prit plusieurs mesures coercitives contre les mancebos de la capitale172. Lorsque l’ordre fut assuré à Asunción, il repartit pour le sud de la province, afin de surveiller le bon développement des deux villes qu’il avait fondées. Lors d’un déplacement entre Buenos Aires et Santa Fe, il fut tué par des indigènes pendant son sommeil, le 20 ou le 22 mars 1583173.

III.3.7 Les dernières fondations de Juan de Torres de Vera y Aragón

  • 174 En 1578, le capitaine Adame de Olabarrieta avait déjà été envoyé dans le Chaco pour fonder une vil (...)
  • 175 Ce surnom lui fut également donné pour le distinguer de son contemporain et homonyme Alonso de Ver (...)

98Lorsqu’il apprit la mort de son lieutenant, au mois de juillet 1583, Juan de Torres de Vera y Aragón choisit Juan de Torres Navarrete, son neveu, pour le remplacer. Ce dernier n’arriva à Asunción qu’en mars 1584 et poursuivit aussitôt la politique « fondatrice » du dernier Adelantado. Après avoir repeuplé le Paraná et le Río de la Plata, il fallait maintenant songer à peupler le Chaco et à fonder une ville en direction du Pacifique174. Cette mission fut confiée au capitaine Alonso de Vera y Aragón, surnommé « Cara de Perro175 » en raison de sa grande laideur. Ce dernier quitta Asunción au début de l’année 1585 :

  • 176 « Carta del fundador de la ciudad de la Concepción de Nuestra Señora, Alonso de Vera y Aragón, sin (...)

Yo [Alonso de Vera y Aragón] sali este año, 85, dela çiudad dela sum-sion. (sic) con çiento ytreynta (sic) y çinco Soldados arcabuzeros muy-bien (sic) adereçados ymucha (sic) muniçion. alpie (sic) de mil cauallos. sinquenta yuntas. debueyes. ymas (sic) detreçientas bacas176.

99Le 14 avril 1585, la ville de Concepción del Bermejo fut fondée sur les rives du fleuve Bermejo :

  • 177 « Acta de fundación de la ciudad de la Concepción de Nuestra Señora », in Medardo Chávez S., op. c (...)

Parece ser mejor y buen sitio donde la gente pueda estar poblada y ay mucha leña y pesqueria y caça y aguas y pastos para sustentaçion de los pobladores y de los ganados y para su perpetuaçion de la dicha ciudad con muchas trras y estançias177.

  • 178 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 290.
  • 179 À propos d’Alonso Guerra, voir Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 274-292.

100Quand Alonso de Vera y Aragón rentra à Asunción, il y trouva le nouvel’évêque de la province, le dominicain Alonso Guerra. Ce dernier avait été nommé à la tête du diocèse en 1579, mais, faute d’argent, il n’avait pu effectuer le voyage avant 1585. Lorsque le prélat arriva à Asunción, l’Église paraguayenne était en ruines, au sens propre et figuré, et fray Alonso Guerra tenta de redresser la barre. Afin de relancer l’évangélisation des indigènes, il encouragea les missionnaires à apprendre les langues autochtones et fit traduire le catéchisme en Guarani. Dans le but d’augmenter rapidement le nombre de gens d’Église dans la province, fray Alonso Guerra encouragea les vocations religieuses au sein de tous les jeunes de la province, qu’ils fussent blancs, métis ou indigènes. L’évêque s’attaqua ensuite à un problème plus épineux en exigeant de percevoir les diezmos qui lui étaient dus dans la province. Jusque-là, cet impôt avait été payé de façon sporadique, en raison de la précarité dans laquelle vivaient les colons et les autorités civiles. L’autoritarisme dont fit preuve l’évêque irrita la population : en 1587178, fray Alonso Guerra fut expulsé du Río de la Plata manu militari. Les colons paraguayens refusaient définitivement d’obéir à des décisions qu’ils considéraient injustes. La robe ecclésiastique que portait Alonso Guerra ne les intimida pas davantage que le titre de gouverneur dont jouissaient Alvar Núñez et Diego de Mendieta, tous deux renversés par leurs concitoyens179.

  • 180 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 176.
  • 181 Raúl de Labougle, Historia de San Juan de Vera de las Siete Corrientes (1588-1814), Buenos Aires, (...)

101Le 9 juin 1587, Juan de Torres de Vera y Aragón arriva enfin à Asunción. Son épouse était morte à La Plata en 1584 et son titre d’Adelantado n’avait toujours pas été confirmé. Cela ne l’empêcha pas de faire preuve d’initiative. À peine installé, il décida de fonder un nouvel’établissement entre Asunción et Santa Fe, à l’endroit où le Paraguay se jette dans le Paraná. L’expédition qui partit le 25 janvier 1588 se composait de cent cinquante hommes et quarante femmes, dont une partie voyageait à bord de quarante-huit radeaux (balsas)180 et une autre à pied, le long du fleuve. Ce deuxième groupe, dirigé par Hernandarias, escortait mille cinq cents têtes de bétail destinées à l’équipement et à l’alimentation des futurs vecinos. La cérémonie de fondation de la ville de San Juan de Vera de las Siete Corrientes eut lieu le 3 avril 1588 et « Cara de Perro » en fut nommé capitaine général et Justicia Mayor. L’emplacement de l’église et de la place centrale fut immédiatement délimité, le plan de la ville dessiné en damier et les cuadras ainsi formées distribuées aux différents pobladores. Le 2 novembre suivant, Alonso de Vera y Aragón répartit les premières encomiendas de la région, ainsi que les terres correspondant à son district. San Juan de Vera de las Siete Corrientes, à l’instar de Santa Fe et Buenos Aires, fut donc dès le départ une ville coloniale organisée et structurée181.

III.3.8 L’élection d’Hernandarias ou la victoire des mancebos

  • 182 Ce dernier renonça finalement à son poste en 1593.

102Après avoir fondé la ville de Corrientes, le gouverneur Juan de Torres de Vera y Aragón se rendit en Espagne afin de faire ratifier son titre par les autorités de Castille. Avant de partir, il confia une nouvelle fois le commandement à Juan de Torres Navarrete. Celui-ci dut cependant démissionner en 1592, car l’Audience de Charcas avait interdit à Juan de Torres de Vera y Aragón de nommer un membre de sa famille à un poste de la fonction publique. Le i3 juillet 1592, Hernandarias de Saavedra fut élu par le cabildo pour être le gouverneur de la province en attendant le retour de Juan de Torres182. Pour la première fois dans l’histoire de l’Amérique hispanique, un créole accédait à un poste administratif aussi élevé.

  • 183 Santiago de Jerez avait été fondée une première fois par Ruy Díaz Melgarejo en 1580, conformément (...)
  • 184 Le Nord de la province, pauvre, constitua la province du Paraguay, avec les villes d’Asunción, Ciu (...)

103L’élection d’Hernandarias à la tête de la province marqua un tournant dans l’histoire du Paraguay. Entre 1592 et 1618, il fut nommé quatre fois à la tête de la province qu’il gouverna pendant treize ans au total. C’est sous son gouvernement, en mars 1593, que les Paraguayens fondèrent leur dernière ville, Santiago de Jerez, mais l’initiative en revenait à Juan de Torres Navarrete183. C’est également Hernandarias qui organisa la dernière expédition d’exploration du Paraguay : entre novembre i604 et février i605, il partit de Buenos Aires à la recherche de la Ciudad de los Césares, à travers les terres froides de la Patagonie. En ce sens, il peut être considéré comme le dernier conquistador du Río de la Plata. Toutefois, Hernandarias de Saavedra se caractérisa plutôt par sa volonté d’organiser la province d’un point de vue administratif : réglementation du travail indigène, développement du commerce, ouverture d’écoles, création d’archives nationales... Toute sa politique visait à faire du Paraguay une colonie modèle. Cela fut de courte durée. En 1594, la fermeture du port de Buenos Aires provoqua l’asphyxie économique de tout le nord de la province, dont le développement passait obligatoirement par l’exportation de ses matières premières. La séparation de la province en deux184, en 1617, fut fatale au Paraguay, limité dès lors aux villes d’Asunción, Ciudad Real, Villa Rica, Santiago de Jerez et Concepción.

III.4 Le Paraguay de la Conquête ou comment l’échec fait parfois la force

104Par rapport à ses objectifs initiaux, la conquête du Río de la Plata peut être considérée comme un demi-échec, puisqu’on ne trouva dans la province aucun gisement de minerais précieux et que la Sierra de la Plata fut découverte par les conquistadores du Pérou, échappant ainsi au contrôle d’Asunción. Les raisons de cet échec sont multiples : environnement souvent hostile, insuffisance des moyens humains et matériels, isolement géographique et insuffisance des secours envoyés par la Couronne furent les principaux facteurs qui empêchèrent les conquistadores d’atteindre rapidement le cerro de Potosí.

105Pendant plusieurs décennies, le Río de la Plata avait tout d’une province que les autorités castillanes auraient pu dépeupler. Non seulement son sous-sol ne contenait aucune richesse, mais la province ne rapportait absolument rien en matière d’impôts, ses vecinos ayant très tôt refusé de payer quintos et diezmos à la Real Hacienda et à l’Église. La résistance dont firent preuve les conquistadores et colons vis-à-vis des autorités métropolitaines et coloniales se manifesta en outre par la destitution de deux gouverneurs — Alvar Núñez Cabeza de Vaca et Diego de Mendieta — et d’un évêque — fray Alonso Guerra — ainsi que par plusieurs tentatives de soulèvement dans le Guairá ou à Santa Fe. Les autorités espagnoles n’avaient donc que peu d’intérêt à maintenir en place cette province peu rentable et rebelle. Il en fut pourtant décidé autrement : non seulement la Couronne conserva la province du Río de la Plata et ne la dépeupla pas, mais elle encouragea l’organisation des expéditions de Juan de Sanabria et de Juan Ortiz de Zarate en leur simplifiant la tâche d’un point de vue administratif et en fermant les yeux sur la qualité des passagers qui s’embarquaient à bord de leurs navires.

106Nous pouvons nous interroger sur les raisons qui poussèrent les autorités à garder le Río de la Plata et à tolérer ses écarts de conduite politiques et fiscaux. La conquête de la province, rappelons-le, avait pour deuxième objectif l’occupation des régions limitrophes de la ligne de Tordesillas et la défense des territoires espagnols contre les velléités expansionnistes des colons brésiliens. Contrairement à la découverte de la Sierra de la Plata, cet objectif avait été atteint par les conquistadores du Paraguay : les villes de Ciudad Real, Villa Rica et Buenos Aires permettaient de surveiller les déplacements des Portugais et constituaient un rempart efficace contre toute tentative de pénétration vers l’ouest. Le Río de la Plata constituait donc un moyen de protéger les mines du Haut-Pérou à moindres frais. L’envoi de contingents militaires sur place aurait signifié des dépenses plus importantes que le maintien d’une province qui, si elle ne rapportait rien, ne coûtait pas grand chose aux caisses de l’État.

107Malgré les difficultés évoquées ci-dessus, la colonie était parvenue à survivre et même à se développer par ses propres moyens. Afin de subvenir à leurs besoins, les conquistadores et colons regroupés à Asunción avaient appris à utiliser les ressources locales. Très vite, la ville devint assez solide démographiquement et économiquement pour organiser la plupart des expéditions de découverte, de conquête et de peuplement qui furent à l’origine de la construction de la province.

  • 185 Hipólito Sánchez Quell, « Asunción. Sembradora... », in op. cit., vol. II, p. 57-67.

108Bien que peu nombreux, les conquistadores du Paraguay surent tirer profit des liens étroits qu’ils avaient tissés avec les indigènes. Ces derniers vinrent non seulement grossir les troupes espagnoles lors des différentes entradas organisées depuis Asunción, mais contribuèrent également à augmenter la population coloniale. Les Indiennes qui servaient et vivaient chez les Espagnols donnèrent naissance à de nombreux métis qui furent le plus souvent assimilés aux créoles. Les mancebos de la tierra paraguayens constituèrent par la suite l’essentiel des expéditions de peuplement du Río de la Plata, ce qui valut à Asunción d’être surnommée la « semeuse de villes » (sembradora de ciudades)185. Sans les mancebos, métis et créoles, les villes de Santa Fe, Buenos Aires ou Corrientes n’auraient jamais pu être fondées, l’apport de population espagnole étant resté faible durant toute l’époque de la conquête.

109Par ailleurs, grâce à la main d’œuvre indigène dont la province disposait, le Paraguay fut bientôt en mesure de produire de quoi vêtir et alimenter sa population. La société coloniale d’Asunción put ainsi se passer des secours que la Couronne tardait à lui envoyer. Très vite, on songea même à exporter les excédents vers d’autres provinces des Indes Occidentales et vers la métropole. Les villes fondées par les mancebos avaient d’ailleurs été conçues pour « ouvrir des portes à la province » vers les marchés extérieurs. Leur développement économique et démographique, lié une fois encore au dynamisme des mancebos de la tierra, finit pourtant par les détourner du Paraguay au profit du Pérou, du Tucumán ou du Brésil.

  • 186 « Autosuffisance : capacité à subvenir à ses propres besoins ». Petit Robert, Paris, 1989, p. 137.

110Il apparaît donc que la province du Paraguay, première région habitée et colonisée du Río de la Plata, développa au xvie siècle une réelle « autosuffisance » vis-à-vis de la métropole. Dès les débuts de son existence, le Paraguay démontra sa « capacité à subvenir à ses propres besoins » dans les domaines politique, démographique et économique186. D’un point de vue politique, nous avons vu que les conquistadores et colons paraguayens n’hésitèrent pas à désobéir aux autorités civiles et religieuses de la métropole lorsque les intérêts de ces dernières leur semblaient contraires à ceux de la colonie. D’un point de vue démographique, la population d’Asunción n’eut guère besoin d’attendre des renforts européens pour assurer son renouvellement et son développement. Enfin, l’économie de subsistance que la province sut développer lui permit rapidement de survivre sans aucune aide matérielle de la part des autorités castillanes.

111La première partie de ce travail a tenté de mettre l’accent sur l’« autosuffisance » du Paraguay en matière de gouvernement. Nous allons maintenant essayer de démontrer que cette « autosuffisance » politique fut liée en grande partie à l’origine particulière des conquistadores et colons de la province.

Notes

1 « R. C. de capitulaciones con Gregorio de Pesquera Rosa..., Valladolid, 21-08-1536 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 78 v°-83 r° (im. 168-177).

2 Aucun des documents que nous avons consultés ne précise de quelle épice il s’agit.

3 « Capitulación otorgada a Juan de Sanabria..., 1547 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 381-382.

4 Ibid., p. 381.

5 « R. C. a Juan de Sanabria..., 22-07-1547 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 198 r°-198 v° (im. 411-412).

6 « R. C. a Juan de Sanabria..., 29-12-1547 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 218 r° (im. 451) ; « R. C. a Juan de Sanabria..., 21-02-1548 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 229 r°-229 v° (im. 473-474).

7 La capitulation de Juan de Sanabria, signée en juillet 1547, l’obligeait à partir au plus tard dix mois après la signature. Voir Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 385.

8 « R. P. del 12-03-1549 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 262 v°-263 v° (im. 542-544).

9 « RR. CC. a los oficiales de la Casa de Contratación en Sevilla..., 12-03-1549 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 263 v°-264 v° (im. 544-546).

10 « R. C. del 12-03-1549 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 264 v°-265 r° (im. 546-547).

11 « R. C. al doctor Hernán Pérez, del Consejo de Indias..., 22-05-1549 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 179 r°-180 v° (im. 373-376).

12 « R. P. del 14-05-1547 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 273 r° (im. 561).

13 Le diocèse du Río de la Plata avait été créé le 1er juillet 1547, à la demande de Domingo Martínez de Irala. Voir « Carta de Domingo de Yrala a S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 394, ainsi que « Erección del Obispado del Río de la Plata », in « Copia de documentos ilustrativos del Discurso Histórico de Don Juan Francisco Aguirre », in Revista de la Biblioteca Nacional, vol. I, Buenos Aires, Imprenta de la Biblioteca Nacional, 1937, p. 662-669.

14 « RR. PP. al licenciado Francisco Alanis de Paz..., 25-10-1549 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 278 v°-280 v° (im. 572-576).

15 Fray Juan de los Barrios y Toledo fut finalement nommé évêque en Nouvelle Grenade, mais il mourut avant même d’avoir pris la mer (Margarita Durán Estragó, « La organización de la Iglesia en el Paraguay », in Comisión de Estudios de la Iglesia en América Latina (C.E.H.I.L.A.), Historia general de la Iglesia en América Latina, Salamanque, Sígueme, 1994, vol. IX, p. 148-149 ; Cayetano Bruno, Historia de la Iglesia en Argentina, Buenos Aires, Don Bosco, 1966, vol. I, p. 196-198).

16 Roberto Lehmann Nitsche, « Hans Staden arcabucero alemán de la expedición Sanabria al Río de la Plata (1550-1553) », in Boletín del Instituto de Investigaciones Históricas, Buenos Aires, Facultad de Filosofía y Letras, 1927, p. 438-439.

17 Ernesto J. Fitte, Hambres y desnudeces en la conquista del Río de la Plata, Buenos Aires, Emecé, 1963, p. 227-229.

18 Roberto Lehmann Nitsche, « Hans Staden... », op. cit., p. 438.

19 Enrique de Gandía, « Una expedición de mujeres españolas al Río de la Plata en el siglo xvi », in Indios y Conquistadores en el Paraguay, Buenos Aires, A. García Santos, 1932, p. 133-138 ; Ernesto J. Fitte, op. cit., p. 228 ; Lucía Gálvez, Mujeres de la conquista, Buenos Aires, Planeta, 1990, p. 99.

20 Hans Staden de Homberg, Véritable histoire et description d’un pays habité par des hommes sauvages..., Paris, Arthus Bertrand, 1837, p. 33-37. À noter, l’erreur de Staden qui avance la date de 1549.

21 Lucía Gálvez, op. cit., p. 100.

22 « Carta de Juan de Salazar (1552) », in Enrique de Gandía, « Una expedición... », op. cit., p. 140.

23 Emilio Coni, op. cit., p. 44.

24 Lucía Gálvez, op. cit., p. 101 ; « Capitulación otorgada a Juan de Sanabria..., 1547 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 383.

25 Bartolomé Bennassar & Richard Marin, Histoire du Brésil. 1500-2000, Paris, Fayard, 2000, p. 29.

26 Roberto Lehmann Nitsche, « Hans Staden... », op. cit., p. 446.

27 « Carta de Juan de Salazar (1556) », in Cartas de Indias, p. 579.

28 Francisco Gambarrota resta quant à lui jusqu’en 1556. Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 243.

29 « Carta al Rey de Ruy Díaz Melgarejo, 1561 », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo, fundador de la ciudad de Villa Rica del Espíritu Santo, Asunción, La Colmena, 1939, p. 103.

30 En janvier 1554, João Ramalho dirigea la fondation de São Paulo.

31 Lucía Gálvez, op. cit., p. 104.

32 Emilio Coni, op. cit., p. 4445.

33 « Carta de Juan de Salazar (1556) », in Cartas de Indias, p. 579.

34 Roberto Lehmann Nitsche, « Hans Staden... », op. cit., p. 447.

35 « Información de los méritos y servicios del capitán Pablo de Gamboa..., 1596 », A.G.I., Patronato 136, N. 1, R. 3, f° 3 r° (im. 5) ; Félix de Azara, Viajes por la América Meridional, Buenos Aires, El elefante blanco, 1998, vol. II, p. 210.

36 Fray Pedro Fernández de la Torre fut désigné à la tête du diocèse d’Asunción en 1552. Comme ce dernier ne reçut les bulles papales de Jules III qu’en 1554, il profita du départ de Martín de Orúe pour se rendre dans son évêché (voir Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 92).

37 La flotte avait pris la mer le 28 août 1555 (voir Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 92).

38 « Carta de Juan de Salazar (1556) », in Cartas de Indias, p. 579.

39 Julio César Chaves, Compendio de Historia Paraguaya, Asunción, El Lector, 1998, p. 68.

40 « Carta de Juan de Salazar (1556) », in Cartas de Indias, p. 581-582.

41 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 206-207.

42 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 33.

43 Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 208-209.

44 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 209.

45 Ibid., p. 209.

46 José Luis Mora Mérida, Iglesia y sociedad en Paraguay en el siglo xviii, Séville, E.E.H.A., 1976, p. 25.

47 « Carta de Juan Salmerón de Heredia... (1557) », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n ; voir aussi Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 209-211.

48 « Requerimiento del factor Dorantes... (1553) », in Ricardo de Lafuente Machaín, El Gobernador..., Buenos Aires, La Facultad, 1939, p. 488-489.

49 Ibid., p. 484.

50 Natalicio J. González rejette le terme d’encomienda pour le Paraguay, affirmant que celuici ne peut s’utiliser que lorsque les encomenderos étaient rémunérés sous forme de tribut, ce qui n’était pas le cas au Paraguay, où les Espagnols ne recevaient des Indiens qu’un « service personnel », à l’exclusion de toute autre forme de rétribution (Natalicio J. González, Proceso y formación de la cultura paraguaya, Asunción, El Lector, 1998, p. 198). Nous avons choisi, pour notre part, de reprendre les termes utilisés dans le requerimiento de Pedro Dorantes et les ordonnances d’Irala, à savoir encomendar, encomenderos, et par conséquent encomiendas.

51 « Requerimiento del factor Dorantes para que poblase y encomendase indios..., 1553 », op. cit., p. 484 et 489.

52 « Ordenanzas sobre repartimientos y encomiendas. 14-05-1556 », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, n° 128.

53 Richard Konetzke, América Latina..., p. 176.

54 Elman Roger Service, « The encomienda in Paraguay », in The Hispanic American Historical Review, Durham, Caroline du Nord, Duke University Press, 1951, vol. XXXI, p. 241.

55 Ibid., p. 234.

56 « Carta de Juan de Salazar... (1556) » et « Carta de Bartolomé García... (1556) », in Cartas de Indias, p. 579-582 et 600-603.

57 Certaines de ces lettres ont été publiées dans Cartas de Indias (lettres XCVIII à CII et CIV). D’autres sont consultables aux A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n.

58 « Carta de Juan Salmerón de Heredia... (1557) », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n.

59 « Carta de Juan Muñoz de Carvajal... (1556) », in Cartas de Indias, p. 597-599. Voir aussi les lettres d’Antonio d’Escalera et de Juan Pavón, p. 591 et 595.

60 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 219. C’est nous qui soulignons.

61 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 1 r° (im. 1).

62 Manuel Peña Villamil, « La Asunción en el proceso fundacional del Río de la Plata (siglo xvi) », in VIo Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de Historia, 1982, vol. I, p. 437.

63 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, R. 3, f° 16 v°, (im. 24).

64 Julio César Chaves, op. cit., p. 67.

65 Ramón Indalecio Cardozo, La antigua provincia de Guairá y la Villa Rica del Espíritu Santo, Buenos Aires, Jesús Menéndez, 1938, p. 4547.

66 « Memoria de la gente quel dia de oy [1556] se tienen por çierto son bibos en las prouinçias de los Rios de la Plata Paraguay y Paraná », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 128, f° 13 r°.

67 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 198-204.

68 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 3 r° (im. 5).

69 Ibid., f° 3 v° (im. 6).

70 « Carta de Ruy Díaz Melgarejo... (1556) », in Cartas de Indias, p. 631.

71 « Carta de Juan de Salazar... (1556) », in Cartas de Indias, p. 581.

72 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 219-220.

73 José María García Recio, Análisis de una sociedad de frontera. Santa Cruz de la Sierra en los siglos xvi y xvii, Séville, Diputación Provincial de Sevilla, 1988, p. 37 ; Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 106.

74 « Relacion brebe con parescer de Domingo de Yrala... (1556) », A.G.I., Patronato 187, R. 22, f° 2 r°-2 v° (im. 4).

75 Ricardo de Lafuente Machaín, Los conquistadores..., p. 324-338.

76 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 224.

77 Voir chapitre II, p. 156.

78 Alberto Rubio Fuentes, « Los municipios indígenas y las reducciones en el Río de la Plata », Madrid, édition à compte d’auteur, 1957, 15 p.

79 Ramón Ezquerra Abadía, « El madrileño Felipe de Cáceres, gobernador del Paraguay », in Revista de Indias, no 179, 1987, vol. XLVII, p. 66.

80 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, R. 3, f° 12 v° et f°18 v°, (im. 20 et 26).

81 « Apuntamientos y noticias para la historia del descubrimiento de las Amazonas y El Dorado, para cuyo descubrimiento salió Nuflo de Chaves, de la ciudad de la Asunción (1560) », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (1), f° 1 r° (im. 1).

82 Voir chapitre II, p. 140 et p. 154.

83 Juan Gil, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid, Alianza Universidad, 1989, vol. III, p. 286 ; JeanPierre Sanchez, Mythes et légendes..., Rennes, P. U. R., 1996, vol. II, p. 719.

84 Voir carte 4 p. 501, annexe A.

85 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, R. 3, f° 19 r°-v°, (im. 26-27).

86 Ibid., f° 19 v°, (im. 27).

87 « Requerimiento hecho a Nuflo de Chaves », in Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 225.

88 Julián María Rubio Esteban, Exploración y conquista del Río de la Plata, siglos xvi y xvii, Barcelone, Salvat, 1942, p. 294.

89 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, R. 3, f° 19 v°, (im. 27).

90 José María García Recio, op. cit., p. 417. Diego de Mendoza était le fils de Francisco de Mendoza et le beaufrère de Nuflo de Chaves. Quant à Hernando de Salazar, il était le gendre de Francisco de Mendoza.

91 Le Marquis de Cañete était également un parent de Francisco de Mendoza.

92 Voir carte 5 p. 502, annexe A.

93 José María García Recio, op. cit., p. 38.

94 « Apuntamientos y noticias para la historia del descubrimiento de las Amazonas y El Dorado, para cuyo descubrimiento salió Nuflo de Chaves, de la ciudad de la Asunción (1560) », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (1), f° 1 r° (im. 1).

95 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 296.

96 Elvira de Manrique était la fille de Francisco de Mendoza et de María de Angulo.

97 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 418.

98 « Verdadera relación de lo que sucedio al Governador Jaime Rasquín [...] fecha por Alonso Gomez de Santoya..., 1559 », A.G.N., Collection Gaspar Viñas, n° 2115.

99 « Relación hecha por Jaime Rasquín de las producciones de algunos pueblos en América que se habían de poblar (sin fecha) », A.G.N., Collection Gaspar Viñas, n° 2117 ; « Representación de Jaime Rasquín sobre el modo de gobernar la provincia del Río de la Plata (sin fecha) », A.G.N., Collection Gaspar Viñas, n° 2118.

100 « Capitulación otorgada a Jaime Rasquín... (1557) », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 394-400.

101 « Verdadera relación de lo que sucedio al Governador Jaime Rasquín... fecha por Alonso Gomez de Santoya... (1559) », A.G.N., Collection Gaspar Viñas, n° 2115. Voir aussi la « Capitulación otorgada a Jaime Rasquín... (1557) », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 397.

102 Presentació Campos, Vicent Genovés & Emili Gómez Nadal, El valencià Jaume Rasquí governador del Plata (1557-1559), Valence, Generalitat Valenciana, 1987, p. 20.

103 « R. C. [...] a los oficiales de la Casa de la Contratación de Sevilla (01-08-1558) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 3, f° 36 r°-v° (im. 79-80).

104 « Verdadera relacion de lo que sucedio al Governador Jaime Rasquín... fecha por Alonso Gomez de Santoya... (1559) », A.G.N., Collection Gaspar Viñas, n° 2115.

105 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 534.

106 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 297.

107 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 242.

108 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 184.

109 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 242-243.

110 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 304-312. Rubio Esteban avance les nombres de trois cents vecinos et de mille sept cents indigènes.

111 « Carta de Francisco Ortiz de Vergara a Juan de Ovando, Presidente del Consejo de Indias, Sevilla, 1572 », A.G.I., Patronato 29, R. 23 (im. 22).

112 Ibid., (im. 21). Voir également « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves, 1575 », A.G.I., Patronato 120, N. 2, R. 3, f° 29 v° (im. 38).

113 Cf. chapitre III, p. 190.

114 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 117.

115 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 304-312.

116 L’Audience de Charcas, dont dépendait le Paraguay, avait été créée en 1559. Son siège se trouvait à La Plata.

117 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 245.

118 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 118.

119 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 245-246.

120 A.G.I., Patronato 189, R. 27, f° 4 r° (im. 7).

121 Alberto Crespo R., « Juan Ortiz de Zárate, vecino de La Plata », in VIo Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1982, vol. III, p. 425-437.

122 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 250-251.

123 Ibid., p. 257.

124 Ibid., p. 257.

125 Ibid., p. 258-260 ; Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 124-125 ; Ramón Indalecio Cardozo, La antigua provincia..., Buenos Aires, Jesús Menéndez, 1938, p. 62-65.

126 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 261.

127 « Probanza de los servicios del capitán Ruy Díaz Melgarejo... (1573) », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 116-117.

128 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 262-263.

129 « Cédula y encomienda de indios, 1575 », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 119.

130 « Probanza hecha en la villa de Spíritu Santo del descubrimiento de las minas de yerro y trauajo e yndutria del capitan Rrui Diaz, 1578 », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 131-132 ; Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 128.

131 En raison des attaques indigènes et des Bandeirantes, Villa Rica dut être déplacée cinq fois entre la date de sa fondation et la fin du xviie siècle, ce qui lui valut le surnom de « ciudad viajera » (voir Hipólito Sánchez Quell, « Asunción, sembradora de ciudades », in VIo Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1982, vol. II, p. 61).

132 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 261.

133 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 128.

134 Natalicio J. González, op. cit., p. 250-251.

135 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 265-266.

136 À propos des rivalités entre Fray Pedro Fernández de la Torre et Felipe de Cáceres, voir Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 264-268, ainsi que Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 223-241 et Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 129-132.

137 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 269.

138 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 137.

139 Juan de Garay était un parent de Juan Ortiz de Zárate.

140 Manuel Peña Villamil, « La Asunción en el proceso fundacional... », op. cit., vol. I, p. 446.

141 Ruggiero Romano, Les Conquistadores. Les mécanismes de la conquête coloniale, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1972, p. 41.

142 Agustín Zapata Gollán, « La fundación de Santa Fe », in Tercer Congreso de Historia Argentina y Regional, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1977, vol. IV, p. 694.

143 Agustín Zapata Gollán, Las puertas de la tierra, Santa Fe, Universidad Nacional del Litoral, 1938, p. 79.

144 Felipe de Cáceres fut innocenté en 1577. Il mourut à Madrid en 1582 (voir Ramón Ezquerra Abadía, « El madrileño Felipe de Cáceres... », op. cit., p. 39-82).

145 « Capitulación otorgada a Juan Ortiz de Zárate... (1569) », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 434-441.

146 « Carta de Francisco Ortiz de Vergara a Juan de Ovando, Presidente del Consejo de Indias (1572) », A.G.I., Patronato 29, R. 23 (im. 25).

147 Ibid., (im. 25).

148 « Real Cédula, impresa, al asistente de Sevilla... (1572) », A.G.I., Patronato 29, R. 28 (im. 9). C’est nous qui soulignons. Les cédules envoyées aux autorités de Cadix et de Jerez de la Frontera étaient rédigées dans des termes similaires.

149 « Lista de la gente que se embarcó con Juan Ortiz de Zárate... (s/f) », A.G.I., Patronato 29, R. 22 (im. 33).

150 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 144.

151 « Relación del viaje que hizo Juan Pinto, portugués, al Río de la Plata, con Juan Ortiz de Zárate... (1585) », A.G.I., Patronato 29, R. 36 (im. 1).

152 Ibid., (im. 1).

153 « Cédula y encomienda de indios, 1575 », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 119.

154 Ruy Díaz Melgarejo fut généreusement récompensé par Juan Ortiz de Zárate, qui lui attribua, en 1575, une encomienda de trois cent cinquante deux feux dans le Guairá. Voir « Cédula y encomienda de indios, 1575 », in Ramón Indalecio Cardozo, Melgarejo..., p. 119-121.

155 Le nom de « Nueva Vizcaya » ne réussit jamais à s’imposer.

156 À propos de San Salvador, voir l’article de Ricardo de LafuenteMachain, « Poblaciones efímeras (Río de San Juan y San Salvador) », tiré à part de Revista del Instituto Histórico y Geográfico del Uruguay, Montevideo, El Siglo Ilustrado, 1937, vol. 1937.

157 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 48.

158 Manuel Peña Villamil, « La Asunción en el proceso fundacional ... », op. cit., vol. I, p. 443.

159 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 148.

160 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 476

161 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 151.

162 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 413.

163 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 154-155.

164 Ibid., p. 154-155.

165 Manuel Peña Villamil, « La Asunción en el proceso fundacional... », op. cit., vol. I, p. 450.

166 « Fundación de la ciudad de BuenosAires », in Pedro de Ángelis, Colección de obras y documentos relativos a la Historia [...] del Río de la Plata, Buenos Aires, Imprenta del Estado, 1836-1837, vol. III, p. 46.

167 Idalia Flores G. de Zarza, « Contribución material, espiritual y heroica de la Asunción en la fundación de Buenos Aires, 1580 », in VIo Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de Historia, 1982, vol. I, p. 340.

168 A.G.N., Reproducción de testimonios históricos en adhesión al IVo Centenario de la fundación de la ciudad de la Trinidad puerto de Santa María de Buenos Ayres, Buenos Aires, 1978, p. 37.

169 « Fundación de la ciudad de BuenosAires », in Pedro de Ángelis, op. cit., vol. III, p. 4.

170 Carlos Pastore, La lucha por la tierra en el Paraguay, Montevideo, Antequera, 1972, p. 10-11; Agustín Zapata Gollán, « Fundaciones de Santa Fe y Buenos Aires », in VIo Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de Historia, 1982, vol. II, p. 254.

171 Ángel Caballero Martín, « Del primer movimiento de tendencia separatista en el Río de la Plata. Revolución de 1580 en Santa Fe », in IIo Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de Historia, 1938, p. 76-90 ; Agustín Zapata Gollán, « El primer levantamiento de los criollos en el Río de la Plata », in Tercer Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de Historia, 1961, vol. II, p. 395-402.

172 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 166.

173 Ibid., p. 166.

174 En 1578, le capitaine Adame de Olabarrieta avait déjà été envoyé dans le Chaco pour fonder une ville sur les rives du Pilcomayo. La saison des pluies et les fortes crues l’obligèrent à rebrousser chemin.

175 Ce surnom lui fut également donné pour le distinguer de son contemporain et homonyme Alonso de Vera y Aragón, surnommé « El Tupí » en raison de son teint mat. « Cara de Perro » était un cousin de Juan de Torres de Vera y Aragón.

176 « Carta del fundador de la ciudad de la Concepción de Nuestra Señora, Alonso de Vera y Aragón, sin destinatario, pero dirigida al obispo del Tucumán, Francisco de Victoria... (1585) », in Medardo Chávez S., Los adelantados del Río de la Plata, La Paz, 1929, p. xxv.

177 « Acta de fundación de la ciudad de la Concepción de Nuestra Señora », in Medardo Chávez S., op. cit., p. xxii.

178 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 290.

179 À propos d’Alonso Guerra, voir Cayetano Bruno, op. cit., vol. I, p. 274-292.

180 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 176.

181 Raúl de Labougle, Historia de San Juan de Vera de las Siete Corrientes (1588-1814), Buenos Aires, Taller Gráfico Mundial, 1978, p. 11-21.

182 Ce dernier renonça finalement à son poste en 1593.

183 Santiago de Jerez avait été fondée une première fois par Ruy Díaz Melgarejo en 1580, conformément aux ordres qu’il avait reçus de Juan de Garay en 1579. La ville fut rapidement dépeuplée et c’est pour cela que Juan de Torres Navarrete chargea Ruy Díaz de Guzmán de la fonder à nouveau avant de démissionner en 1592 (voir Manuel Peña Villamil, « La Asunción en el proceso fundacional... », op. cit., vol. I, p. 429-454).

184 Le Nord de la province, pauvre, constitua la province du Paraguay, avec les villes d’Asunción, Ciudad Real, Villa Rica, Santiago de Jerez et Concepción ; le Sud, plus riche, garda le nom de Río de la Plata, avec les villes de Buenos Aires, Santa Fe et Corrientes. Les deux appellations, jusquelà confondues, acquirent dès lors des significations fort différentes.

185 Hipólito Sánchez Quell, « Asunción. Sembradora... », in op. cit., vol. II, p. 57-67.

186 « Autosuffisance : capacité à subvenir à ses propres besoins ». Petit Robert, Paris, 1989, p. 137.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540