Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

Première partie. Antécédents et contexte de la Conquête du Paraguay

Chapitre II. La Conquête du Río de la Plata

Texte intégral

1La conquête du Río de la Plata ayant pour objectif de trouver le chemin qui menait à la Sierra de la Plata tout en la défendant des velléités portugaises, les Espagnols devaient se rendre au plus vite dans l’estuaire du fleuve afin d’en barrer l’accès aux Portugais, remonter le Paraná et le Paraguay pour accéder à la fameuse montagne et occuper les abords de la ligne de Tordesillas pour empêcher les troupes lusitaniennes d’avancer vers l’ouest depuis les côtes brésiliennes. La province du Río de la Plata était donc conçue comme une étape sur la route de la « Montagne d’Argent » et une zone frontière entre les possessions espagnoles et portugaises de l’Amérique méridionale. Compte tenu de l’immensité du territoire concerné, les autorités castillanes devaient envoyer sur place des troupes suffisamment nombreuses pour pouvoir se déployer à travers l’ensemble de la province : vers l’ouest en direction de la Sierra de la Plata ; vers le nord et l’est le long de la ligne de démarcation. Après plusieurs années de tergiversations, durant lesquelles les Portugais ne cessèrent de progresser dans la région, la conquête du Río de la Plata fut enfin décidée en 1534.

II.1 Don Pedro de Mendoza, premier Adelantado du Ríodela Plata

  • 1 À propos de la lignée des Mendoza, voir l’article d’Antonio Rumeu de Armas, « En torno a la person (...)

2L’organisation de l’expédition fut confiée à don Pedro de Mendoza, gentilhomme de la maison royale1, le 21 mai 1534 :

  • 2 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza..., 1534 », in Milagros del Vas Mingo, Las capitulacion (...)

Por quanto vos, don Pedro de Mendoça, mi criado y Gentil-hombre (sic) de mi Casa, nos hezistes relaçión que por la mucha voluntad que teneys de Nos servir y del acreçentamiento de nuestra Corona Real de Castilla, os ofreçeis de yr a conquistar y poblar las tierras y provinçias que ay en el rrio de Solís, que llaman de la Plata, donde estuvo Sebastián Caboto, y por alli calar y pasar la tierra hasta llegar a la mar del Sur [...].
1. Primeramente, vos doy liçençia y facultad para que por Nos y en nuestro nombre y de la Corona Real de Castilla podais entrar por el dicho rrío de Solís, que llaman de la Plata, hasta el mar del Sur donde tengais doçientas leguas de luengo de costa de gobernaçión, que comiençe desde donde se acava la gobernaçión que tenemos encomendada al Mariscal don Diego de Almagro hazia el Estrecho de Magallanes, y conquistar y poblar las tierras y provinçias que huviere en las dichas tierras2.

  • 3 Voir les capitulations de Simón de Alcazaba et Pero Sancho de Hoz, in Milagros del Vas Mingo, op.  (...)
  • 4 Voir carte 2 p. 499, annexe A.

3La province du Río de la Plata était délimitée à l’est par la ligne de Tordesillas et à l’ouest par le territoire confié à don Diego de Almagro. Au sud, l’autorité de Mendoza finissait là où commençaient celles de Simón de Alcazaba et de Francisco de Camargo3. Enfin, la province s’étendait vers le nord jusqu’aux colonies espagnoles de la Terre Ferme et de la Castille d’Or4. La province du Río de la Plata était le plus grand territoire jamais concédé à un adelantado par la Couronne de Castille.

4Cette caractéristique lui valut d’être surnommée la « Province Géante des Indes ». D’une part, le roi voulait s’assurer que la Sierra de la Plata serait bien incluse dans la province à conquérir, sans quoi toute l’expédition eût été inutile. D’autre part, le monarque désirait également affirmer sa souveraineté dans toutes les régions situées à l’ouest de la ligne de Tordesillas et tenter de freiner l’avancée des troupes lusitaniennes. Afin de protéger militairement la nouvelle province des incursions portugaises, la capitulation prévoyait la construction de trois forteresses :

  • 5 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza..., 1534 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 291

4.Otrosí, vos hazemos merçed para que con paresçer y acuerdo de los dichos nuestros offiçiales podais hazer en las dichas tierras y provinçias hasta tres fortalezas de piedra en laspartes y lugares que más conbengan, paresçiendoavosy a los dichos nuestros offiçiales ser neçesarios para guarda y paçificación de la dicha tierra [...] las quales abeis de hazer de piedra, a vuestra costa, sinque Nos ni los Reyes que después de Nos binieren seamos obligados a vos pagar lo que así gastaredes en las dichas fortalezas5.

II.1.1 Une flotte qui tarde à partir

  • 6 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Historia general y natural de las Indias, Islas y Tierra fir (...)

5La flotte de Mendoza devait partir au plus tard à la fin du mois de mars 1535, soit dix mois après la signature de la capitulation. Plusieurs facteurs ralentirent les préparatifs de l’expédition, à commencer par l’état de santé de l’Adelantado. Mendoza souffrait de la syphilis depuis plusieurs années, ce qui l’obligeait régulièrement à s’aliter plusieurs jours de suite. Dans ces conditions, il lui était difficile de s’occuper activement des apprêts du voyage, d’autant plus que la maladie progressait à vue d’œil. Alors qu’il était sur le point de s’embarquer pour le Río de la Plata, on envisagea même le pire : « efetuando su viaje, el don Pedro iba ya tan enfermo y de tal dispusición su persona, que muchos pensaron que no llegara vivo a aquella tierra6. »

  • 7 « R. C. a Pedro de Mendoza... (2105-1534) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 6 v° (im (...)

6Une autre raison pour laquelle les préparatifs durèrent plus de quinze mois fut la difficulté de recruter des Castillans connaissant la route qui menait au río de Solís. Les anciens compagnons de Cabot furent expressément autorisés à participer à l’expédition7. C’est ainsi que le régisseur Juan de Junco décida de repartir pour le Río de la Plata. D’anciens compagnons de Solís se portèrent également volontaires pour un deuxième voyage. C’est le cas de Melchor Ramírez et du pilote Gonzalo de Acosta, qui finit par rejeter l’offre de Jean III et préféra s’embarquer avec Mendoza. Toutefois, le nombre de marins et de pilotes expérimentés restait insuffisant et Mendoza obtint l’autorisation de recruter des étrangers :

  • 8 « R. C. a Pedro de Mendoza... (19-07-1535) », ibid., f° 70 r° 70 v° (im. 149-150).

Don Pedro de Mendoça nuestro gouernador y capitan general de la prouinçia del Rio de la Plata visto he lo que de vuestra parte me ha sido suplicado que porque no hallays maestres pilotos y marineros que quieran yr con vos al dicho Rio syno son portugueses o otros estrangeros os diese licencia para que los pudiesedes llevar y ahunque como sabeys yr a aquella prouincia personas no naturales de nuestros Reynos espeçialmente portugueses podría traer ynconvenyente por la mucha confiança que el emperador mi señor e yo tenemos de vuestra persona he acordado de os lo Remytir y así os encargo y mando procureys que los maestres e pilotos y marineros que llevardes en esa armada sean naturales destos nuestros Reynos y no los pudiendo hauer os doy licencia para que podáis llevar con vos los que de los dichos estrangeros a falta de naturales no pudierdes escusar y estos sean los de más confiança que vierdes por que demas de que como sabeys os va a vos mucho en ello al emperador mi señor y a mi seruíreys mucho y mando a los nuestros offiçiales que Residen en la çibdad de Sevilla en la casa de la contrataçión de las Yndias que no vos pongan ny consyentan poner en ello enbargo ny inpedimyento alguno8.

  • 9 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 115.

7Si le recrutement de pilotes et de marins expérimentés fut difficile, celui des soldats et autres membres d’équipage fut un véritable succès : l’expédition de Pedro de Mendoza attira un très grand nombre de candidats au départ, venus des quatre coins d’Espagne et d’Europe. Comme le dit Ruy Díaz de Guzmán : « no hubo ciudad de donde no saliese para esta empresa mucha gente9. » Les récits de Sébastien Cabot, de Diego García et de leurs hommes avaient alimenté les rêves des uns, éveillé la convoitise des autres. L’ampleur des frais engagés par Mendoza dans les préparatifs de l’expédition fut un autre facteur de motivation : l’Adelantado, dont on disait qu’il s’était enrichi lors du sac de Rome, engloutit une grande partie de sa fortune dans la conquête du Río de la Plata. Ainsi, le nombre de volontaires fut bien supérieur aux espérances :

  • 10 Pierre-François-Xavier Charlevoix, Histoire du Paraguay, Paris, Didot, 1756, vol. I, p. 35.

De si grands préparatifs, & ce qu’on avoit publié des richesses du Païs que traverse le Rio de la Plata, attirerent tant de Personnes, même de la plus haute naissance, que le premier Armement, qui ne devoit être que de cinq cens hommes, fut de douze cens, parmi lesquels il y avoit plus de trente Seigneurs, qui étoient les Aînés de leurs Maisons, outre plusieurs Officiers & Flamands10.

8Nous reviendrons plus tard sur le nombre et l’origine des personnes qui participèrent à l’expédition. Pour l’heure, signalons qu’aux seigneurs, officiers et Flamands mentionnés par Charlevoix, nous devons ajouter quelques riches marchands, espagnols et étrangers, attirés par les richesses de la Sierra de la Plata et par la grandeur des préparatifs :

  • 11 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 363.

E así [Mendoza] gastó muchos dineros que él tenía de contado, e dió apetito a algunos mercaderes ricos, viendo el grand aparato que para esta empresa don Pedro hacía, que también pusieron su parte, e algunos más de lo que convenía a su caudal, arrimados a la sombra de sus cobdicias11.

  • 12 Ulrich Schmidel, Voyage curieux au río de la Plata (1534-1554), Paris, Utz-Unesco, 1998, p. 39.

9Les banquiers allemands Fugger étaient ainsi représentés par le bavarois Hans Bunberke (ou Brunberger), qui avait déjà accompagné Cabot dans le Río de la Plata. De même, le banquier JacquesWelser et le commerçant Sébastien Neudhart, tous deux de Nuremberg, avaient affrété un navire qu’ils avaient confié à leur facteur, Heinrich Peime12. Pour finir, signalons que dès le mois d’août 1534, la Couronne avait autorisé les Indiens venus en Espagne avec Cabot à repartir pour le Río de la Plata avec la flotte de Pedro de Mendoza :

  • 13 « R. C. a las autoridades del reino... (22-08-1534) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f (...)

Por parte del adelantado don Pedro de Mendoça nuestro gouernador y capitan general de la dicha probinçia del Rio de la Plata me ha sido hecha Relaçion que por que a sydo ynformado que en el armada que hizo Sebastian Caboto al tiempo que voluio a estos Reynos traxo de la dicha probinçia y de la ysla de Santa Catalina algunos yndios los quales diz que agora estan en poder de algunas personas de estos Reynos e porque para el bien de su armada combiene por ser estos ladinos que tornen aquella tierra para ser ynterpretes me suplicó vos mandase que los hiziesedes dar para los poder lleuar en la dicha su armada o como la my merced fuese por ende yo vos mando a todos y a cada vno de vos en los dichos vuestros lugares y jurediçiones segun dicho es que los yndios que constaren el dicho Sebastian Caboto aver traydo del dicho Rio e ysla de Santa Catalina a estos Reynos que no tubieren hecha obligaçion de seruiçio con alguna persona queriendose ellos de su voluntad y sin premia alguna tornar a la dicha tierra con el dicho don Pedro los dexeys y consintais yr con el libremente sin que en ello les pongais ny consintais poner enbargo ny ympedimento alguno13.

10En autorisant le départ d’indigènes afin qu’ils servissent d’interprètes, les autorités castillanes mettaient tout en œuvre pour assurer le succès de l’expédition. La Couronne aurait d’ailleurs souhaité maintenir le plus grand secret autour des préparatifs, mais le nombre élevé de participants l’en empêcha. Jean III apprit donc qu’une flotte espagnole s’apprêtait à partir pour la province du Río de la Plata. Dans l’espoir de la devancer, il organisa sur le champ une expédition vers le Brésil et le río de la Plata. L’échange de correspondance entre la Couronne de Castille et Luis de Sarmiento, son nouvel ambassadeur à Lisbonne, est éloquent :

  • 14 « R. C. del 3 de mayo de 1535 », in José Toribio Medina, Los viajes de Diego García de Moguer al R (...)

LA REINA — Luis Sarmiento, Embajador del Emperador Rey, mi señor é mío en Portugal. Yo he sido informada que por la isla de la Gomera, que es en Canaria, casi al fin del año pasado pasó una armada del Serenísimo Rey de Portugal, nuestro hermano, en que iban dos carabelas y dos naos gruesas y en ellas seiscientos hombres y mucha parte dellos con sus mujeres y por capitán un Pedro del Campo, vecino de Viana, y algunos dicen que van á poblar al Brasil é otros que al Río de la Plata ; é porque á nuestro servicio conviene saber la verdad dello, yo vos mando que luego que ésta veáis, con toda diligencia sepáis si se hizo esta armada y para dónde y cuándo partió é qué nueva hay della é qué navíos é gente era, é con el primer correo enviaréis ante Nos al nuestro Consejo de las Indias la relación que cerca dello supierdes14.

11Renseignements pris, Luis de Sarmiento répondit en ces termes :

  • 15 « Carta del embajador Luis de Sarmiento a la emperatriz (11-VII-1535) », in Analola Borges, « El T (...)

Lo que yo he entendido mas de esta negociaçion es que acá proponen y dizen por averiguado que ninguna destas demarcaçiones está averiguada a quien toca derechamente : a Castilla o a Portugal. Y por eso les paresçe que el que mas pudiere descubrir y ocupar, que aquéllo se gana15.

  • 16 Ángel S. Caballero Martín, Las corrientes conquistadoras en el Río de la Plata, Santa Fe, Universi (...)
  • 17 Juan Gil, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid, Alianza Universidad, 1989, vol. III, p. 203  (...)

12Lisbonne misait sur l’insuffisance des connaissances géographiques et historiques de l’époque. Ne sachant où se situait exactement la ligne de Tordesillas, ni qui avait vraiment découvert le río de la Plata, elle considérait que le premier arrivé était souverain dans la région. Comme Jean III avait commencé à organiser une colonie délaissée jusque-là au profit des îles du Pacifique, il n’était pas question de suspendre les expéditions vers le Brésil, que cela plût ou non à son homologue castillan. Luis Sarmiento informa d’ailleurs Charles Quint qu’une autre flotte était en préparation. Celleci était commandée par le capitaine Rodrigo de Acuña, ancien membre de l’équipage de fray García Jofré de Loaysa16. L’expédition d’Acuña eut bien lieu, mais une fois sur place, les Portugais préférèrent chercher la « Montagne d’Argent » en remontant le Marañón (Amazone), moins surveillé par les autorités espagnoles17, et se désintéressèrent pour un temps du Río de la Plata.

  • 18 « R. C. a Pedro de Mendoza..., 20-01-1535 », A.G.I., Buenos Aires 1, liv. 1, f° 59 r° (im. 127).

13La Sierra de la Plata n’en était pas moins menacée par les velléités lusitaniennes. Il était urgent que Mendoza accélérât son départ vers le Río de la Plata. Le 20 janvier 1535, la Couronne lui avait déjà demandé de l’informer sur l’avancée de ses préparatifs et sur la date à laquelle il pensait prendre le large18. Le 20 juillet, elle le pressa de partir au plus vite :

  • 19 « R. C. a Pedro de Mendoza..., 20-07-1535 », ibid., f° 70 v° (im. 150).

Don Pedro de Mendoça [...] ya sabeys como escreuistes al emperador e Rey my señor que os hariades a la vela a prinçipio del mes de agosto primero venydero y aunque conoçiendo vuestra persona y la voluntad y afiçion que teneys a nos seruir espeçialmente en este viaje no avia nesçesidad acordaros vuestra partida/todavia por lo haver vos escrito a su magestad y ser tan oportuno el tienpo para ello me ha pareçido escreviros mandandos y encargandos mucho que os deys la priesa que os sea posible de manera que en ello no aya falta para prinçipio del dicho mes de que en ello nos hareys açeto plazer y seruiçio de Madrid a diez de e nueve de jullyo de quinientos e treynta e çinco años19.

  • 20 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 39.
  • 21 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 367.
  • 22 Antonio de Herrera y Tordesillas, Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y (...)
  • 23 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », in Anales de la Biblioteca, Buenos Aires, Coni Herman (...)
  • 24 Enrique de Gandía, « La segunda fundación de Buenos Aires », in Ricardo Levene (éd.), Historia de (...)
  • 25 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. lx-lxi.

14Le 24 août 1535, la flotte de Mendoza quitta enfin le port de Sanlúcar de Barrameda, en direction des îles Canaries. Les chiffres varient en ce qui concerne le nombre de navires formant la flotte du « Magnífico Adelantado » don Pedro de Mendoza. Ulrich Schmidel déclara qu’il y avait dans le port de Cadix « quatorze grands vaisseaux bien pourvus d’armes et de provisions, qui devaient bientôt mettre à la voile (sic) pour le río de la Plata20 », alors que le père Diego de Quintanilla raconta à Oviedo qu’il n’y en’avait que douze21. Quelques années plus tard, Herrera écrivit que la flotte de Mendoza se composait seulement de onze navires22. Au xxe siècle, Paul Groussac et Ángel S. Caballero Martín ont cautionné la version d’Herrera en affirmant que huit navires avaient été identifiés au départ d’Espagne, auxquels il fallait ajouter les trois embarcations qui se joignirent à eux aux Canaries23. En revanche, Enrique de Gandía et Ricardo Levene ont émis l’hypothèse suivant laquelle treize navires se trouvaient au départ de Séville, auxquels il fallait ajouter les trois embarcations des îles Canaries. À ce total de seize navires, il fallait retrancher un navire qui dériva vers Santo Domingo et un autre qui fit naufrage au Brésil. Le nombre d’embarcations arrivées à Buenos Aires’était donc de quatorze, ce qui nous renvoie au chiffre avancé par Schmidel24. Parmi les navires de Mendoza, nous connaissons le vaisseau amiral Magdalena (200 tonneaux), le galion Santantón (200 tonneaux), les caravelles Santa Catalina (140 tonneaux), Trinidad (120 tonneaux), Anunciada (80 tonneaux) et Concepción (70 tonneaux), ainsi que le Santiago, dont nous ignorons le tonnage, sans oublier l’embarcation allemande sur laquelle voyagea Ulrich Schmidel25.

  • 26 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 39.
  • 27 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 364-367.
  • 28 « Carta de doña Isabel de Guevara á la princesa gobernadora doña Juana. Asunción, 2 de julio de 15 (...)
  • 29 « Carta de Bartolomé García al Real Consejo de Yndias. Asunción, 24 de junio de 1556 », in Cartas (...)
  • 30 Antonio de Herrera y Tordesillas, op. cit., vol. III, p. 451.
  • 31 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 115.
  • 32 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. lxii ; Ángel S. Caballero Martín, op. cit., p. 41.
  • 33 Richard Konetzke, « La emigración española al Río de la Plata durante el siglo xvi », tiré à part (...)

15Les estimations sont encore plus incertaines en ce qui concerne le nombre de personnes qui partirent avec Mendoza. Dans sa chronique, Schmidel parla de « deux mille cinq cents Espagnols, cent cinquante Allemands de la haute Allemagne, des Hollandais et quelques Saxons26 », soit un total de plus de deux mille six cent cinquante personnes. Gonzalo Fernández de Oviedo, qui assista aux préparatifs depuis Séville, évoqua le départ d’environ deux mille passagers, en précisant que seuls mille cinq cents arrivèrent à destination et que les autres s’étaient arrêtés aux Canaries ou étaient morts durant la traversée de l’Atlantique27. Une lettre de doña Isabel de Guevara, une des rares femmes ayant participé à l’expédition, confirma les chiffres d’Oviedo28. Le conquistador Bartolomé García affirma quant à lui que don Pedro avait recensé mille sept cents hommes à son arrivée dans le Río de la Plata29. Au début du xviie siècle, Herrera revit ce nombre à la baisse en le ramenant à huit cents30, tandis que Ruy Díaz de Guzmán déclara que Mendoza était parti avec deux mille deux cents personnes, officiers inclus31. Les historiens Paul Groussac et Ángel S. Caballero Martín ont avancé respectivement le nombre de mille deux cents et mille cinq cents personnes32. Cette dernière hypothèse a été reprise par Richard Konetzke, qui précise par ailleurs qu’il s’agit d’une estimation incomplète33 Il est en effet difficile de calculer avec précision le nombre des participants à l’expédition de Mendoza, car de nombreux documents ont été perdus ou détériorés.

  • 34 Nous étudierons en détail l’origine sociale et géographique des conquistadores du Río de la Plata (...)

16Quoi qu’il en soit, la flotte du premier Adelantado du Río de la Plata était exceptionnelle par le nombre de ses navires et de ses participants34. Le succès de l’expédition semblait donc assuré. Grâce à l’ampleur des moyens techniques et humains dont il disposait, Mendoza pouvait à la fois partir à la conquête de la Sierra de la Plata et peupler les régions frontalières du Brésil, afin d’empêcher les Portugais d’avancer vers l’ouest.

II.1.2 La traversée de l’Atlantique et le procès de Juan de Osorio

  • 35 Julián María Rubio Esteban, Exploración y conquista del Río de la Plata, siglos xvi y xvii, Barcel (...)
  • 36 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 40-42.

17Comme tous ceux qui se rendaient aux Indes Occidentales, Mendoza fit escale aux Canaries. Sa flotte imposante impressionna les habitants de l’archipel. Un tel déploiement d’hommes et de matériel signifiait assurément l’existence de grandes richesses dans le Río de la Plata. Les récits sur la Sierra de la Plata circulaient parmi les marins, à tel point que trois navires qui s’apprêtaient à partir pour la Castille d’Or avec don Pedro Fernández de Lugo, abandonnèrent ce dernier pour se joindre à don Pedro de Mendoza35. Après une halte d’environ quatre semaines, on décida de reprendre la mer. Le départ fut retardé par un incident apparemment anodin mais qui, nous le verrons, eut des conséquences dramatiques : don Jorge de Mendoza, cousin de l’Adelantado, était tombé amoureux de la fille d’un bourgeois de Palma. Ne voulant pas abandonner sa maîtresse, don Jorge l’enleva et l’embarqua en cachette. Cela provoqua la colère du père de la jeune femme, qui déchargea quatre boulets sur le navire, faisant un mort et quelques dégâts matériels. Don Jorge fut contraint d’épouser sa bienaimée et de rester à terre36.

  • 37 Enrique de Gandía, « Síntesis de la historia desconocida de la conquista rioplatense », in IIo Con (...)

18La traversée de l’Atlantique dura près de deux mois. En raison des mésententes qui régnaient à bord, et qui avaient éloigné le Santiago de sa route37, son capitaine et propriétaire, Cristóbal de Frías Marañón, préféra mettre le cap sur Santo Domingo :

  • 38 « R. C. al presidente y oidores de La Española y a los oficiales reales de la Casa de la Contratac (...)

Llevando [...] don Pedro [de Mendoza] por capitan de vna de las naos que llebava a la dicha prouinçia [del Río de la Plata] a un Xpoval de Frías Marañon vezino de la villa de Santlucar de Barrameda e aviendole dado cargo de dozientos e veynte e çinco hombres e çierta gente de cauallo se amotino y fue a esa ysla de Santo Domingo e despues de llegado a ella se desistio del dicho cargo de capitan e tomo e usurpo los mantenymyentos y todo lo que llebava del dicho gobernador e largo la dicha gente por lo qual el dicho Xpoval de Frias e las otras personas que para ello le dieron consejo fabor e ayuda cayeron e yncurrieron en grandes y grabes penas estableçidas por leys e pramaticas de nuestros rreynos38.

  • 39 Enrique de Gandía, Buenos Aires desde sus orígenes hasta Hernandarias, Buenos Aires, édition à com (...)
  • 40 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 43.
  • 41 Voir les documents publiés par Enrique de Gandía dans Crónica del magnífico Adelantado Don Pedro d (...)
  • 42 Manuel Domínguez, « Asesinato de Osorio », in El alma de la raza, Buenos Aires, Ayacucho, 1946, p. (...)

19Le reste de la flotte se sépara en deux groupes : le premier, dirigé par don Diego de Mendoza, frère de l’Adelantado, partit directement pour le río de la Plata ; le second, commandé par don Pedro, s’arrêta à Rio de Janeiro, le 29 novembre 1535. C’est là qu’eut lieu le dénouement d’un drame qui, d’après Enrique de Gandía, se préparait depuis les îles Canaries, où don Juan de Osorio, jeune mestre de camp et proche de l’Adelantado, avait publiquement défendu Jorge de Mendoza. Cela avait irrité plusieurs membres de l’expédition, parmi lesquels le capitaine Juan de Ayolas39. L’influence d’Osorio augmenta lors de la traversée de l’Océan, alors que la santé de don Pedro déclinait. Les autres capitaines supportaient mal qu’un jeune homme de vingtcinq ans les commandât. En outre, on commençait à intriguer autour de l’éventuelle succession de Mendoza. C’est ainsi que Juan de Ayolas, Juan de Cáceres et Galaz de Medrano firent courir la rumeur selon laquelle don Juan de Osorio ourdissait un complot contre l’Adelantado. Lorsqu’il débarqua à Rio de Janeiro, don Pedro engagea une procédure contre son mestre de camp. À aucun moment ce dernier n’eut la possibilité de se défendre. Convaincu de la culpabilité d’Osorio, Mendoza le condamna à la peine capitale. Le jeune homme fut poignardé sur la plage le 3 décembre 1535, sans même avoir pu se confesser. Son cadavre fut ensuite exposé avec un panneau sur la poitrine le qualifiant de traître et de mutin. Une vingtaine d’années plus tard, Ulrich Schmidel déclara que « ce meurtre fut une cruelle injustice : Osorio était probe, courageux, intrépide, libéral envers ses compagnons d’armes, et très bien faisant40 ». Le jeune homme avait largement contribué à l’approvisionnement de la flotte de Mendoza. Lors du procès qui eut lieu en Espagne, à partir de 1541, plusieurs témoins jurèrent qu’il avait toujours été loyal envers don Pedro et juste avec ses hommes, mais il fallut attendre jusqu’en 1556 pour que son nom fût définitivement réhabilité41. Le principal défaut d’Osorio fut peut-être son caractère fanfaron, qui l’empêcha de tenir sa langue devant des rivaux mal intentionnés42. Sa mort fut par la suite interprétée comme l’origine ou le présage des infortunes qui allaient s’abattre sur l’ensemble de l’expédition.

II.1.3 Fondation de Buenos Aires

20Au tout début de l’année 1536, les navires des frères Mendoza se retrouvèrent à l’embouchure du río de la Plata, sur une île qu’ils baptisèrent San Gabriel. Après quelques explorations, on remarqua que les Charrúas de la rive orientale étaient fort belliqueux et on décida de s’installer sur la rive occidentale du fleuve. La création de Buenos Aires a été à l’origine de plusieurs polémiques, concernant le lieu et la date de sa fondation, son nom et son statut.

  • 43 Enrique de Gandía & Rómulo Zabala, Historia de la ciudad de Buenos Aires, Buenos Aires, Mercatali, (...)
  • 44 Enrique de Gandía, Crónica del magnífico Adelantado..., p. 160-169.
  • 45 Voir carte 3 p. 500, annexe A.

21On admet généralement que Buenos Aires fut fondée le 3 février 1536, non loin du Riachuelo, près de l’actuel Parque Lezama, entre les quartiers de La Boca, Barracas et San Telmo. Le site se trouvant légèrement en hauteur, on pouvait surveiller facilement l’arrivée de navires amis ou ennemis43. Certains historiens ont pourtant affirmé que la fondation de Buenos Aires avait eu lieu le 24 janvier, ou bien encore le 2 ou le 22 février. Enrique de Gandía a émis l’hypothèse suivant laquelle don Pedro de Mendoza prit possession du territoire le 3 février, et attendit le 22, jour de San Pedro, pour fonder la ville44. Faute d’avoir trouvé de nouveaux documents confirmant l’une ou l’autre de ces hypothèses, nous garderons la date du 3 février 1536 comme point de départ de la présence européenne sur la rive occidentale du río de la Plata45.

  • 46 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 119.
  • 47 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 45.
  • 48 Nicolás Cócaro, Federico B. Kirbus, Utz Schmidel, su vida, sus viajes, su obra, Buenos Aires, Tres (...)
  • 49 R. B. Cunninghame Graham, The Conquest of the River Plate, Londres, William Heinemann, 1924, p. 50 (...)

22Ruy Díaz de Guzmán a lié pour la postérité le nom de Buenos Aires à celui du capitaine Sancho del Campo. Lorsqu’il sauta à terre, celui-ci se serait exclamé : « ¡ Qué buenos aires son los de este suelo46 ! » Dans la version française du récit d’Ulrich Schmidel, on peut lire que l’on donna « le nom de Buenos Aires, à cause de la salubrité de l’air47 ». Nous ignorons d’où Ruy Díaz tenait ses informations. En revanche, en ce qui concerne le texte de Schmidel, tout porte à croire qu’une erreur de transcription ou de traduction a été commise. Edmundo Wernicke a traduit en espagnol’une copie manuscrite de la version autographe du chroniqueur allemand. À propos de la fondation de Buenos Aires, on peut lire : « hemos levantado un asiento, éste se ha llamado Buenos Aires ; esto, dicho en alemán, es : buen viento (ist gesagt auff theusch guetter winndt)48. » Schmidel n’a donc pas voulu expliquer l’origine du nom Buenos Aires, mais simplement donner sa traduction en langue allemande. Nous savons aujourd’hui que le nom complet de la fondation’était « Nuestra Señora Santa María del Buen Ayre ». Il s’agit donc d’un hommage à la Vierge du Bon Air, d’origine sarde et patronne des marins de Séville depuis le xive siècle. On retrouve pourtant l’histoire de Sancho del Campo dans plusieurs ouvrages récents49, et la tradition populaire continue de la faire circuler oralement.

  • 50 Ricardo de Lafuente Machain, « Don Pedro de Mendoza y el puerto de Buenos Aires », Buenos Aires, é (...)
  • 51 Enrique de Gandía & Rómulo Zabala, op. cit., p. 82-84.
  • 52 Voir Nicolás Cócaro & Federico B. Kirbus, op. cit., p. 70.
  • 53 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 6 v°, 7 r°, 18 v°, 19 r°, 27 v°, 38 v°, 55 v°, 61 r°, (...)

23Dans les années trente, au moment du quatrième centenaire de la fondation de Buenos Aires, un dernier débat agita le monde des historiens du Río de la Plata. Il concernait le statut de l’établissement : Buenos Aires fut-elle un véritable centre urbain (villa ou ciudad), ou bien’était-ce un simple campement militaire (real, asiento) chargé de veiller sur le port ? L’historien Ricardo de Lafuente Machain défendit la deuxième hypothèse50. D’après lui, il n’y eut pas de fondation officielle de Buenos Aires en 1536, aucun document connu ne faisant référence à l’acte notarié qui accompagnait normalement la fondation d’une ville (ciudad). De même, on ne trouve aucune référence au conseil municipal (cabildo) de Buenos Aires, institution incontournable dans l’organisation des villes hispaniques, quelle que fût leur taille. Par ailleurs, les documents de l’époque désignent Buenos Aires sous le nom de puerto, et non de villa ou de ciudad. Enfin, ses fondateurs sont nommés pobladores, et non vecinos, ce qui aurait été le cas si nous avions eu à faire à une ville. Buenos Aires semble donc avoir été un campement militaire et un établissement portuaire, et non une véritable ville. Enrique de Gandía et Rómulo Zabala s’opposèrent à cette thèse51 : certains témoins oculaires n’avaient-ils pas déclaré avoir assisté à la fondation d’une ville ? En outre, Ulrich Schmidel utilise les vocables « Ain statt » (une ville) pour désigner Buenos Aires52. Enfin, le fait qu’on n’ait pas retrouvé l’acte de fondation de la ville ne signifie pas que celui-ci n’ait jamais existé. Il a pu être détruit ou égaré. D ailleurs, la ville a très bien pu se constituer de facto, sans les cérémonies d’usage, en raison de l’état de santé de Pedro de Mendoza. Pour étoffer leur démonstration, Gandía et Zabala s’appuient également sur une série de Reales Provisiones datées de 1534 et 1535 et qui nommaient une quarantaine de regidores pour les différents « pueblos » du Río de la Plata53. La fonction de regidor étant inhérente à l’existence d’un cabildo, Buenos Aires pourrait donc avoir été une ville et non un simple campement militaire. Ce dernier argument est pourtant fragile, les documents qui nommaient ces regidores étant généralement rédigés en ces termes :

  • 54 « R. P. a Juan de Cáceres (21-05-1534) », A.G.I., ibid., f° 6 v° (im. 22). L’expression « el puebl (...)

Este dia se despacho un Regimiento del pueblo donde residiere el governador y officiales del Rio de la Plata para Juan de Caçeres con las clausulas de que no sea de corona y con que se presente con la provision del dicho officio en el cabildo del dicho pueblo dentro de doze meses y con que no se ausente del ocho meses sin licencia54.

  • 55 Ricardo de Lafuente Machain, « Don Pedro de Mendoza y el puerto de Buenos Aires », p. 19.

24Les documents auxquels se réfèrent Gandía et Zabala prouvent bien que les autorités castillanes prévoyaient la fondation d’au moins trois « pueblos » dans le Río de la Plata. Cependant, rien ne nous indique que Buenos Aires’était l’un de ces « pueblos ». La démonstration de Gandía et Zabala repose donc sur une série de suppositions aléatoires et non fondées sur des textes originaux. Aucun des documents que nous avons consultés n’ayant démontré que Buenos Aires’était une ville, nous préférons adhérer à la thèse de Lafuente Machain, selon laquelle Buenos Aires’était un campement militaire chargé de surveiller et de protéger l’embouchure du fleuve. Cela ne l’empêcha pas de jouer un rôle multiple. D’une part, son port était une étape indispensable sur la route de la Sierra de la Plata : après avoir traversé l’Atlantique, les voyageurs devaient pouvoir se ravitailler et les navires être réparés. D’autre part, sa localisation permettait de surveiller les éventuelles incursions portugaises dans la région. Enfin, le fait de se situer sur la rive occidentale de l’estuaire rendait plus difficile la désertion des Espagnols vers le Brésil, séparé de l’établissement par une vaste étendue d’eau55.

II.1.4 Pénuries alimentaires et hostilité des indigènes

  • 56 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. cxli.

25La vie quotidienne à Buenos Aires fut le premier désenchantement des conquistadores. Au lieu d’Indiens couverts d’or et d’argent, les Espagnols trouvèrent sur les rives du río de la Plata des tribus semi-nomades se nourrissant de chasse, de pêche et de cueillette. On construisit aussi vite que possible un fort militaire (casa-fuerte), des magasins pour stocker les vivres et les munitions, ainsi que plusieurs églises et une centaine de maisons, dans lesquelles les conquistadores vivaient par groupes de douze environ. Seuls les officiers et les personnalités de haut rang disposaient d’une maison individuelle56.

26Pendant une quinzaine de jours, les autochtones apportèrent spontanément des vivres aux Espagnols. Puis, ils disparurent du jour au lendemain sans motif apparent :

  • 57 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 45. Paul Groussac a affirmé que les Querandís mentionnés par Schmide (...)

Les Querandís partageaient généreusement avec nous le peu de vivres qu’ils avaient, et chaque matin ils apportaient au camp du poisson et de la viande. Cependant un beau jour nous n’en vîmes plus paraître un seul57.

27Le changement d’attitude des indigènes provoqua une grave pénurie alimentaire. Seuls l’Adelantado et ses proches semblent avoir échappé à la famine, comme l’indique une lettre que Bartolomé García adressa à Domingo Martínez de Irala et qui fut transmise au Conseil des Indes :

  • 58 « Carta de Bartolomé García... (24 de junio de 1556) », in Cartas de Indias, p. 602.

El señor Don Pedro, que sea en gloria, á mí y á otros seys conpañeros, los quales ay bibos los que vuestra merced sabe, nos mandó que le caçasemos, y asi lo hezimos, que sienpre todos los dias teníamos de trebulto dosena y media de perdizes y codornises, como vuestra merced es testigo, que comia el señor Don Pedro y los que él más queria58.

  • 59 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 49.

28Bien que le gibier fût abondant autour de Buenos Aires, il ne suffisait pas à nourrir plus de mille hommes. En outre, la chasse nécessitait des munitions que l’on ne voulait pas gâcher. Les réserves apportées d’Espagne commençant à diminuer, on rationna les vivres : chaque soldat recevait quotidiennement trois onces de farine et un poisson tous les trois jours59. La situation devint rapidement insoutenable. La faim était telle qu’on mangeait parfois l’immangeable :

  • 60 Ibid., p. 49-50.

Les travailleurs étaient réduits à une telle extrémité, que la faim en faisait périr un grand nombre. La famine était si grande que les chevaux ne suffisaient plus, et l’on mangeait les loirs, les rats, les reptiles, les animaux les plus immondes, les chaussures et tout le cuir que l’on pouvait trouver.
Trois Espagnols ayant dérobé un cheval, le mangèrent en secret. Ce vol fut découvert, on les mit à la question, et comme ils s’en avouèrent les auteurs, ils furent condamnés à la potence et exécutés. Le lendemain, trois autres Espagnols leur coupèrent les cuisses et leur arrachèrent de grands lambeaux de chair pour s’en repaître dans leur cabane. Un autre dévora le corps de son frère qui venait de mourir à Buenos Aires60.

  • 61 Ernesto J. Fitte, Hambres y desnudeces en la conquista del Río de la Plata, Buenos Aires, Emecé, 1 (...)

29On peut soupçonner Schmidel d’avoir exagéré la réalité. Son récit n’en illustre pas moins la grande précarité dans laquelle vivaient la plupart des conquistadores de Buenos Aires. Afin de pouvoir nourrir ses troupes, l’Adelantado organisa plusieurs expéditions de ravitaillement. Le 3 mars 1536, les capitaines Gonzalo de Mendoza et Diego de Acosta partirent pour les côtes brésiliennes à bord de la Santa Catalin61. Quelques jours plus tard, don Pedro ordonna au capitaine Jorge Luján de remonter le río de la Plata. Schmidel, qui l’accompagnait, raconta l’expédition en ces termes :

  • 62 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 50-51.

Notre général réunit son monde, et les fit partir avec trois cent cinquante hommes, sous le commandement de Jorge Luján, auquel il donna l’ordre de remonter le fleuve, et de chercher à se procurer des vivres chez les Indiens. Mais ceux-ci, avertis de notre arrivée, pensèrent que le meilleur moyen de se débarrasser de nous serait de livrer aux flammes leurs villages, leurs provisions, tout ce qui pourrait nous être utile, et de se retirer dans l’intérieur. Nous ne trouvâmes des vivres nulle part. On ne distribuait à chaque homme que trois onces et demie de farine par jour, de sorte que, pendant ce voyage, la faim fit périr la moitié de nos compagnons62.

30Luján et ses hommes rentrèrent à Buenos Aires au milieu du mois de mai 1536, exténués et affamés. Le capitaine Juan de Ayolas fut alors chargé de retourner dans le Paraná, pour continuer d’explorer le fleuve et rapporter des vivres. Il partit à la tête de trois embarcations et de deux cent soixante-dix soldats. Tout comme la précédente, cette expédition tua un grand nombre de soldats :

  • 63 « Relación de Francisco de Villalta (1556) », in Ernesto J. Fitte, op. cit., p. 130.

Fue tanta la necesidad que pasamos por no llevar mas de una pipa de harina en cada navío, que certifico a V. S. que murieron casi 100 de pura hambre, porque no les daban sino 6 onzas de biscochos y algunos cardos y yerbas, que algunos de los campos traían. En este camino se pasaron excesivos trabajos y hambres por ser como era la mitad del invierno, e ir la gente flaca bogando y toando por el río, sin tener otro refresco mas del que he dicho a V. S., y algunas culebras, lagartos, ratones y otras sabandijas, que a dicha por los campos se topaba63.

  • 64 Voir carte 3 p. 500, annexe A.

31Finalement, après un mois de voyage, Ayolas et ses hommes arrivèrent parmi les Timbús, une nation indigène pacifique et amicale. Le 15 juin 1536, jour de la Fête-Dieu, Ayolas décida de fonder une forteresse au bord du fleuve Corondá, dans l’actuelle province de Santa Fe. On lui donna le nom de Corpus Christi64.

  • 65 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 45.
  • 66 Ibid., p. 47.
  • 67 Ibid., p. 47.
  • 68 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 122.
  • 69 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 49.

32En attendant le retour d’Ayolas, Pedro de Mendoza avait chargé l’alcalde Juan Pavón d’aller demander aux Querandís les raisons de leur défection. En guise d’explication, Pavón et les deux soldats qui l’accompagnaient furent « roués de coups65 » par les indigènes, sans que nous connaissions les détails de l’incident. L’Adelantado riposta en organisant une expédition punitive contre les Querandís, dont il confia le commandement à son frère, don Diego. La troupe se composait de trois cents fantassins et d’une trentaine de cavaliers66. La bataille contre les indigènes eut lieu le 15 juin 1536, au moment même où Salazar fondait la forteresse de Corpus Christi. Le nombre de morts parmi les conquistadores va de vingt-six chez Schmidel67 à plus de deux cent trente chez Ruy Díaz de Guzmán68 Don Diego de Mendoza faisait partie des victimes, tout comme don Pedro de Benavides, son neveu, et le capitaine Pedro de Luján, qui mourut près du fleuve éponyme. Les Espagnols finirent toutefois par s’emparer du village querandí, d’où ils rapportèrent quelques provisions et plusieurs filets de pêche69. Quelques jours plus tard, les Querandís, alliés à d’autres nations indigènes, assiégèrent Buenos Aires :

  • 70 Ibid., p. 51-53.

Les Indiens s’avancèrent au nombre de vingt-trois mille hommes et mirent le siège devant la ville. Cette armée se composait de quatre nations différentes, les Querandís, les Guaranis, les Charrúas et les Chaná-Timbús. [...]
Ils commencèrent à donner l’assaut pour tâcher de l’enlever de vive force. Ils nous lancèrent d’abord des flèches enflammées pour mettre le feu à nos maisons, qui n’étaient couvertes qu’en paille, à l’exception de celle du général, dont le toit était en tuiles ; de sorte que toute la ville fut bientôt consumée. [...]
Pendant ce combat, les Indiens incendièrent nos quatre plus grands vaisseaux, qui étaient à l’ancre à une demi-lieue de notre ville de Buenos Aires70.

  • 71 Ibid., p. 51.
  • 72 « Carta de doña Isabel de Guevara... (2 de julio de 1556) », in Cartas de Indias, p. 619 ; Ulrich (...)
  • 73 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 123-124.

33Le siège de Buenos Aires ne causa qu’une trentaine de victimes71. Cependant, quand les Indiens se retirèrent à la mi-juillet 1536, Buenos Aires ne comptait plus que cinq cent cinquante hommes environ72, tous très affaiblis par les combats et les pénuries alimentaires. Le nombre de mécontents ne cessait d’augmenter parmi les conquistadores. Alors qu’ils étaient venus chercher une montagne « d’où coule de l’argent », ils n’avaient trouvé que misère, famine et violence. Épuisés par les premiers mois passés dans le Río de la Plata, écœurés par les privilèges alimentaires dont jouissaient Pedro de Mendoza et ses amis, certains d’entre eux choisirent de déserter et de fuir vers les côtes brésiliennes, où Alvar Núñez Cabeza de Vaca les retrouva quelques années plus tard. Le découragement s’empara également du « Magnífico Adelantado ». Ses troupes ayant été décimées, sa maladie ne cessant de progresser, il perdit tout espoir de conquérir un jour la Sierra de la Plata. Au moment où il s’apprêtait à rentrer en Espagne73, vers la fin du mois de juillet 1536, on lui annonça le retour du capitaine Juan de Ayolas. Celui-ci avait laissé le capitaine Alvarado et une centaine de soldats à Corpus Christi, et il rentrait à Buenos Aires chargé de vivres et de nouvelles encourageantes. L’espoir renaissait, la conquête du Río de la Plata pouvait continuer, la « Montagne d’Argent » était de nouveau à portée de main...

II.1.5 Pedro de Mendoza à Corpus Christi

  • 74 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 55.
  • 75 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 124.

34Ayolas’était impatient de repartir pour Corpus Christi. Il avait donné l’ordre à Gonzalo de Alvarado de l’attendre pendant quarante jours, au bout desquels il devait poursuivre seul l’exploration de la province. Don Pedro décida d’accompagner Ayolas vers le nord. Il emmena avec lui quatre cents hommes74, soit la quasi totalité de la population de Buenos Aires, où il laissa pour lieutenant le capitaine Francisco Ruiz Galán, en compagnie de don Nuño de Silva et Simón Jaques Ramua75.

  • 76 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. clxv ; Enrique de Gandía, Crónica del magnífico Ad (...)
  • 77 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 49.
  • 78 « R. P. de Don Pedro de Mendoza... », in Eduardo Madero, Historia del puerto de Buenos Aires, Buen (...)
  • 79 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 76.

35Lorsqu’il arriva à Corpus Christi, après un long et pénible voyage, Mendoza fonda le port de Nuestra Señora de Buena Esperanza. Deux hypothèses s’opposent une fois encore à ce sujet. Paul Groussac, Enrique de Gandía et Julián María Rubio Esteban ont en effet affirmé que Corpus Christi et Nuestra Señora de Buena Esperanza étaient deux fondations distinctes, situées à quatre lieues l’une de l’autre76. Cette hypothèse s’oppose à celle d’Efraím Cardozo, d’après qui l’Adelantado se contenta de rebaptiser le fort fondé par Juan de Ayolas77. Un document d’avril 1537 semble donner raison à Cardozo. Pedro de Mendoza y fait allusion à Corpus Christi et Buena Esperanza en ces termes : « el Real que dexo puesto e asentado en el puerto de nuestra señora de buena esperança o corpus cristi78. » Don Pedro ne parle donc que d’un seul real, qu’il nomme indistinctement Corpus Christi ou Buena Esperanza. L’hypothèse de Cardozo est également confirmée par le récit de Schmidel : « Nous avions donné à cet endroit le nom de Buena Esperanza et à la forteresse que nous avions bâtie celui de Corpus Christi79. » Le fort de Corpus Christi et le port de Buena Esperanza semblent donc avoir été fondés sur un seul et même site.

36Pendant l’absence d’Ayolas, les Espagnols de Corpus Christi avaient été rejoints par un certain Jerónimo Romero, un ancien compagnon de Cabot qui leur raconta tout ce qu’il savait sur la Sierra de la Plata. Après avoir entendu les récits de Romero, don Pedro ordonna à Ayolas de partir au plus vite à la recherche de la fameuse montagne :

  • 80 « Carta de Domingo de Yrala a S. M.... (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comen (...)

Don Pedro de Mendoça, governador que fue desta provincia, embyo a Jhoan de Ayolas, su lugarthenyente, a catorce dias del mes de Octubre del año pasado de quinyentos e treynta y siete (sic), con dos bergantines y una caravela con ciento setenta hombres, desde el puerto de Buena Esperança, a descubrir este rrio y a que viese por vista de ojos donde ovyese cantidad de metal, o minas de donde se saca80.

  • 81 Juan Francisco Pérez Acosta, « Domingo Martínez de Irala », in Historia Paraguaya. Anuario de la A (...)

37Parmi les hommes qui accompagnaient Ayolas, se trouvait un certain Domingo Martínez de Irala, qui s’était embarqué avec Mendoza en tant que simple secrétaire. Irala ne tarda pas à gagner la confiance du lieutenant de l’Adelantado, qui le choisit pour le seconder81. Son rôle prééminent dans la conquête du Río de la Plata ne faisait que commencer.

  • 82 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. cxxxviii.

38Malgré l’espoir que les récits de Jerónimo Romero avaient fait renaître en lui, Mendoza sentait ses forces l’abandonner. Le 20 octobre 1536, Juan de Salazar de Espinosa fut nommé veedor. Le commandement du fort de Corpus Christi fut confié à Carlos Dubrin et celui du port de Buena Esperanza à Gonzalo de Alvarado. Enfin, l’Adelantado regagna Buenos Aires, où il arriva le 1er novembre. Gonzalo de Mendoza était rentré du Brésil le i8 octobre, après plus de six mois d’absence. La caravelle Santa Catalina était chargée de vivres. À son bord, se trouvaient également quelques-uns des Espagnols que Cabot avait abandonnés lors de son passage dans la région. Parmi eux, les capitaines Gonzalo Pérez Morán, Hernando de Ribera et Andrés de Arzamendia, le Portugais Maestre Pedro, l’Italien Pedro Genovés, ainsi que les Espagnols Pedro Galván, Juan Pérez, Francisco Rodríguez, Francisco de Ribera et Ruy García Mosquera. Ces deux derniers faisaient partie des survivants de l’attaque de Sancti Spiritus. Tous avaient été retrouvés sur l’île de Santa Catalina82.

  • 83 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 53. Parmi les autres membres de l’expédition, Cardozo (...)

39Hernando de Ribera, qui avait acquis de solides connaissances sur la région et sur la langue guaranie, mit en garde l’Adelantado contre les dangers que couraient Ayolas et ses hommes dans une région peuplée d’Indiens hostiles. En janvier 1537, n’ayant toujours pas de nouvelles de son capitaine, don Pedro confia deux brigantins à Juan de Salazar de Espinosa et Gonzalo de Mendoza pour aller porter secours à Ayolas. Hernando de Ribera devait leur servir de guide et d’interprète83.

II.1.6 Fin du « Magnífico Adelantado »

40Au mois d’avril 1537, don Pedro décida d’abandonner le Río de la Plata et de rentrer en Espagne. Avant de partir, il désigna Juan de Ayolas comme lieutenant pour l’ensemble de la province. Le capitaine Francisco Ruiz Galán fut quant à lui nommé lieutenant pour le seul site de Buenos Aires :

  • 84 « R. P. de Don Pedro de Mendoza... », in Eduardo Madero, op. cit., vol. I, p. 364.

Dexo en esta dicha provincia por mi lugar theniente de gobernador e capitan general a Juan de Ayolas [...] e dexo en esta tierra [Buenos Aires] a vos el capitan Francisco Ruiz Galan para que en biniendo o enbiando el dicho Juan de Ayolas mi lugar theniente con la nueva del oro o plata e otras cosas que truxere bays en seguimiento de mi persona para que yo pueda hazer dello relacion a su magestad84.

41Ces quelques lignes montrent que malgré son départ, l’Adelantado continuait de croire à la découverte de la Sierra de la Plata ou de quelque autre source de richesse. Il instruisit d’ailleurs Juan de Ayolas sur la manière dont il convenait de partager les métaux précieux qu’il pourrait trouver :

  • 85 « Traslado de una información hecha por D. Pedro de Mendoza... (1537) », in D.I.A.G.I., Madrid, Im (...)

Si Dios fuere servido que hagais algun oro ó plata, sacareis las costas que yo he fecho, que vos las teneis por escrito, y sacareis para mí diez é seis partes, y para vos ocho, y á los capitanes á cuatro, y á esotros segun hobieren servido cada uno85.

42En outre, don Pedro était conscient qu’à force d’avancer vers le nord-ouest, ses hommes risquaient de rencontrer ceux de Pizarro ou d’Almagro. Dans cette éventualité, il laissa à Ayolas les instructions suivantes :

  • 86 Ibid., p. 539.

Si entráredes tan dentro que os encontreis con Almagro ó con Pizarro, procurá de haceros su amigo ; y si tuviéredes poder para ello, no dejeis pasar en lo vuestro á ninguno ; y á más no poder, hacer vuestros requerimientos y siempre procurá tenellos por amigos, y no de manera que se os pase vuestra gente á ellos.
Y si Diego de Almagro quisiere daros porque le renuncie la gobernación que ahí tengo desa costa y de las islas ciento cincuenta mil ducados, como dió á Pedro de Alvarado porque se volviese á su tierra, y aunque no sean sino cient mill, hacedlo sino viéredes que hay otra cosa que sea más en mi provecho, no dejándome morir de hambre86.

  • 87 Ibid., p. 537.
  • 88 Ángel S. Caballero Martín, op. cit., p. 52.

43Malgré un optimisme apparent, la citation ci-dessus laisse entrevoir un certain désenchantement chez Mendoza. Après avoir rêvé de montagnes d’argent qui le rendraient immensément riche, le « Magnífico Adelantado » était prêt à vendre une partie de ses privilèges pour ne pas mourir de faim en Castille... Don Pedro s’embarqua enfin le 22 avril 1537. Son état de santé s’était sérieusement aggravé : « me voy con seis ó siete llagas, cuatro en la cabeza y una en la pierna, y otra en la mano, que no me deja escribir ni aun firma87. » Il laissait à Buenos Aires deux cent cinquante personnes environ88, sans compter les hommes restés à Corpus Christi et les compagnons d’Ayolas et de Salazar. En moins de deux ans, Mendoza avait perdu près des trois quarts des hommes qui étaient partis de Sanlúcar. Il n’avait fondé qu’une seule forteresse et la Sierra de la Plata n’avait pas été découverte. Son séjour dans le Río de la Plata se solda par un échec que Pero Hernández attribua en partie à une mauvaise préparation de l’expédition :

  • 89 « Relación de Pero Hernández, 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 190 (...)

La perdicion de Don Pedro de Mendoça fue por venyr descuydado e mal proveydo de las cosas necesarias e que mas convenyan e por no querer tomar consejo de los que tenyan ysperiencia de la tierra, que avian venydo en tiempo de Sebastián Gavoto89.

  • 90 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 364.

44Don Pedro de Mendoza n’atteignit jamais les côtes espagnoles. Le 23 juin, il mourut au milieu de l’Océan, un an et demi à peine après avoir fondé Buenos Aires. Un des navires qui l’escortaient s’égara à la suite d’une tempête et échoua à Santo Domingo90. Sa disparition laissa la « Province Géante des Indes » aux mains de plusieurs petits chefs dont aucun n’était directement mandaté par la Couronne de Castille. Ces derniers n’allaient pas tarder à se diviser et à se disputer âprement le pouvoir, tout en développant un certain esprit d’insubordination vis-à-vis des autorités métropolitaines.

II.2 De Buenos Aires à Asunción

45Buenos Aires devait être le point de départ des expéditions vers la « Montagne d’Argent », mais la distance qui séparait celle-ci de l’embouchure du río de la Plata était bien plus grande que ce que Mendoza avait imaginé. Pour faciliter les expéditions, il était nécessaire de fonder un établissement dans le nord de la province. Un fort fut donc construit à la confluence du Paraguay et du Pilcomayo, le fleuve menant jusqu’à la Sierra de la Plata, sur un site beaucoup moins hostile que la région de l’estuaire. En moins de quatre ans, le fort d’Asunción devint le centre névralgique de la conquête du Río de la Plata et le site de Buenos Aires fut totalement abandonné, malgré son ouverture sur l’Atlantique.

II.2.1 L’exploration du fleuve Paraguay

  • 91 Voir carte 3 p. 500, annexe A.
  • 92 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 65.

46Tandis que Pedro de Mendoza préparait son ultime voyage, le capitaine Juan de Ayolas continuait d’explorer le nord de la province. Comme les Indiens fuyaient en apercevant les Espagnols, les expéditionnaires se trouvèrent une nouvelle fois à court de ravitaillement. Ayolas atteignit enfin la colline (cerro) de Lambaré et la baie du même nom, situées à proximité de la confluence des fleuves Pilcomayo et Paraguay91. La région’était habitée par les Carios, une des principales branches de la nation guaranie. Ceux-ci, qui pratiquaient l’agriculture et l’élevage, fournirent aux conquistadores des vivres en abondance92.

  • 93 Ibid., p. 68.
  • 94 Ibid., p. 69.

47Contrairement à ce que rapporte Ulrich Schmidel93, le premier contact entre Espagnols et Guaranis du Paraguay fut vraisemblablement pacifique. En effet, s’il y avait eu bataille, comment expliquer que Domingo Martínez de Irala n’en dise mot dans sa lettre de 1545 ? De même, pourquoi les Guaranis auraient-ils reçu à bras ouverts un deuxième groupe d’Espagnols — celui de Juan de Salazar — si le premier leur avait fait la guerre ? Enfin, si les Carios avaient été hostiles aux Espagnols, pourquoi Salazar serait-il revenu parmi eux pour y construire un fort ? Schmidel semble confondre deux épisodes différents de l’histoire d’Asunción, dont il situe d’ailleurs la fondation en 153994, ce qui, nous allons le voir, est tout à fait erroné.

48En réalité, Ayolas et ses hommes continuèrent leur exploration après s’être reposés et réapprovisionnés chez les Guaranis. Le 2 février 1537, en remontant le fleuve Paraguay, ils arrivèrent à un port qu’ils nommèrent La Candelaria. Les Indiens payaguás vivaient non loin de La Candelaria. On retrouva parmi eux un ancien esclave d’Aleixo García :

  • 95 « Carta de Domingo de Yrala á S. M..., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comenta (...)

Llego [Ayolas] al puerto de la Candelaria, [...] donde hallo una generación de yndios que se llaman payagoas y con ellos un esclavo que avya sido de un Garcia, cristiano, que llevo a la ysla de Santa Catalyna cierta cantidad de metal, el qual se ofrecio de guiarle donde el dicho Garcia hubo el dicho metal95.

  • 96 Ibid., p. 382.
  • 97 Ibid., p. 382.
  • 98 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 72.
  • 99 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 127.

49Juan de Ayolas n’hésita pas un instant. Avec cent trente soldats et une trentaine de Payaguás, il organisa une entrada vers l’ouest afin de conquérir la Sierra de la Plata. Il laissa à La Candelaria ses deux brigantins et trente-trois hommes, dont il confia le commandement au capitaine Domingo Martínez de Irala. Le 12 février, Ayolas s’enfonça dans le Chaco96. Nous ignorons combien de temps exactement Irala devait attendre son supérieur avant de poursuivre la découverte car les informations à ce sujet sont contradictoires : en 1545, Irala déclara qu’Ayo-las lui avait demandé de l’attendre le plus longtemps possible, sans plus de précision97. Schmidel écrivit qu’Irala devait patienter quatre mois98 et Ruy Díaz de Guzmán allongea le délai à six mois99.

II.2.2 Fondation d’Asunción

  • 100 « Carta de Domingo de Yrala á S. M..., 1545 », op. cit., p. 382.

50Toujours est-il que le 23 juin 1537, les capitaines Juan de Salazar de Espinosa et Gonzalo de Mendoza rejoignirent Irala à La Candelaria. Ils étaient partis de Buenos Aires quelques mois auparavant pour porter secours à Juan de Ayolas100. L’arrivée de Salazar et de Mendoza effraya les indigènes de La Candelaria qui s’enfuirent aussitôt. Les Espagnols commencèrent une fois de plus à manquer d’aliments. En outre, l’état de conservation des deux brigantins’était tel qu’on décida de se replier vers le port de Lambaré, le temps de procéder aux réparations nécessaires. Lors de son premier passage dans la région, Juan de Salazar de Espinosa avait promis aux Guaranis de revenir fonder un établissement parmi eux. Il tint parole le 15 août, en fondant la casa-fuerte d’Asunción dans la baie de Lambaré :

  • 101 Ibid., p. 382.

Hizimos una casa en este puerto [de Lambaré], donde al presente rresidi-mos, que es en treynta y cinco grados y medio, en tierra de los guarenys (sic), para que fuese refugio nuestro y posada para los que de abaxo vinyesen101.

  • 102 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 69.

51Les termes refugio et posada montrent que le fort d’Asunción fut perçu dès le départ comme une étape indispensable sur le chemin menant à la Sierra de la Plata. On y trouvait des vivres et une population autochtone particulièrement accueillante : « [Les Guaranis] donnèrent deux femmes à chaque soldat pour laver ses vêtements et le servir en tout : ils nous fournirent des vivres et tout ce dont nous pouvions avoir besoin102. » La fertilité de la région et l’amabilité de ses habitants n’étaient pas les seuls éléments à faire de Lambaré le site idéal pour l’installation d’un fort :

  • 103 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 55.

Ningún punto del río Paraguay era más apropiado para una fundación permanente. Allí, la doble condición militar y agricultora del guaraní y las características topográficas del lugar, aseguraban eficacia estratégica a un asiento español. La fertilidad de las tierras y el no estar expuestas a inundaciones, hacían de la comarca un verdadero granero. Desde las altas colinas, que caen en graciosos pliegues sobre el río, se dominan, a cualquier hora, la bahía y la vasta planicie del Chaco, « hábitat » de feroces tribus. La costa sur ofrece altos acantilados que constituyen una natural defensa contra los asaltos por agua. El norte tiene varios promontorios y eminencias que igualmente facilitan la vigilancia. La bahía era un surgidero para las naves a resguardo de los huracanes y de las fuertes correntadas.
Estas condiciones que explicaban las preferencias guaraníes, también justificaron la decisión adoptada por los españoles que debían cuidar, tanto su propia seguridad, como la de sus flamantes aliados. Los indígenas, que tan dispuestos se mostraban para emprender juntos, con los recién llegados, la magna empresa de la conquista de la tierra rica que también les obsesionaba, estaban también interesados en arraigar en sus tierras a los dueños de las armas de fuego, cuya alianza les permitiría la definitiva hegemonía guaraní sobre las rivales parcialidades indígenas de la cuenca, sobre todo las del Chaco, sus inveterados enemigos103.

  • 104 Voir chapitre I, p. 42. Voir également Alfred Métraux, Religions et magies indiennes d’Amérique du (...)
  • 105 Branislava Susnik, Etnografía paraguaya, Asunción, Museo Andrés Barbero, 1973, vol. I, p. 114-116.
  • 106 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 147.

52La baie d’Asunción présentait donc plusieurs avantages du point de vue de la stratégie militaire. Ses falaises permettaient à la fois de surveiller le fleuve et de défendre le fort des attaques indigènes. Par ailleurs, les Guaranis étaient intéressés par une alliance avec les nouveaux venus : d’une part, la puissance militaire des conquistadores pouvait les aider à vaincre les tribus hostiles du Chaco qui venaient régulièrement leur faire la guerre depuis la rive occidentale du Paraguay ; d’autre part, les Guaranis cherchaient depuis longtemps à atteindre la « Terre sans Mal104 », ce paradis terrestre qu’ils situaient vers l’ouest, là où les Espagnols pensaient trouver la « Montagne d’Argent105 ». Conformément à leurs traditions, les Carios scellèrent cette alliance en offrant de nombreuses jeunes filles aux conquistadores. Ces derniers furent dès lors considérés comme des parents et désignés par le vocable tovayá, ce qui signifie « beau-frère » en langue guaranie106. En échange d’une protection militaire, les Guaranis s’engageaient à aider les Espagnols à s’installer à Asunción et à leur servir de guides et d’interprètes lors des entradas organisées depuis la casa-fuerte. L’alliance hispano-guaranie fonctionna pendant plusieurs années, comme le montre la relation écrite par Irala en 1541 :

  • 107 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires..., 1541 », in Alvar Nú (...)

Thenemos de paz como vasallos de Su Magestad los yndios guaranys, siquyer caryos, que biven treinta leguas alderredor de aquel puerto, los quales sirven a los christianos, asy con sus personas como con sus muge-res, en todas las cosas del servicio necesarias, y an dado para el servicio de los xpianos setezientas mugeres para que les sirvan en sus casas y en las rroças, por el travajo de las quales y porque Dios ha sydo servido dello, principalmente, se tyene tanta abundancia de mantenimyentos107.

53Nourriture, alliés, femmes : on’était loin des pénuries de Buenos Aires et l’avenir de la conquête semblait cette fois assuré.

  • 108 Hipólito Sánchez Quell, « Asunción, sembradora de ciudades », in VIo Congreso Internacional de His (...)

54Asunción ne permettait pas seulement aux conquistadores de se reposer et de se ravitailler sur le chemin de la Sierra de la Plata. Sa topographie et sa localisation géographique, à mi-chemin entre les côtes brésiliennes et la Cordillère des Andes, en faisait également un excellent rempart contre d’éventuelles incursions portugaises. Bientôt, la place fut qualifiée d’« amparo y reparo de la conquista108 ».

55Tandis que les Espagnols, aidés des Guaranis, construisaient le fort d’Asunción, Irala faisait réparer ses brigantins. Dès qu’il eut terminé, il retourna à La Candelaria pour y attendre le capitaine Ayolas. Les Payaguás lui fournirent des aliments pendant une douzaine de jours, avant de disparaître subitement. Comme les vivres commençaient à manquer et que les brigantins avaient été mal réparés, Irala rentra une fois encore à Asunción. Entre temps, Juan de Salazar était reparti dans l’estuaire du río de la Plata, après avoir confié le commandement du fort à Gonzalo de Mendoza.

II.2.3 L’autoritarisme de Francisco Ruiz Galán et la légende de « la Maldonada »

  • 109 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, (...)

56Lorsque Salazar arriva à Buenos Aires, on lui expliqua que Pedro de Mendoza était rentré en Espagne, qu’Ayolas’était désormais son lieutenant pour l’ensemble de la province, et que Francisco Ruiz Galán’avait reçu le commandement de Buenos Aires109. Ce dernier s’était révélé être un chef autoritaire, voire injuste :

  • 110 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 129.

Francisco Ruiz estaba muy malquisto con los soldados por su áspera condición y riguroso trato, tanto que por una lechuga hizo cortar a uno las orejas y a otro mandó afrentar por un rábano, y finalmente a todos trataba con igual aspereza, de que todos estaban muy disgustados110.

  • 111 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 125-130. L’histoire est reprise par Pierre Fr (...)

57La sévérité de Ruiz Galán fut sans doute à l’origine d’uneautre légende illustrant le courage des premiers bâtisseurs du Río de la Plata : l’histoire de « la Maldonada », sauvée par une lionne111. Tandis que la famine sévissait à Buenos Aires, une jeune femme, nommée Maldonada, décida de s’enfuir parmi les Indiens pour y trouver de la nourriture. À la nuit tombante, elle s’abrita dans une grotte, où elle trouva une lionne en pleine parturition. Une fois sa frayeur passée, la jeune femme aida le pauvre animal à mettre bas. Elle passa ensuite quelques jours en compagnie de la lionne et de ses deux lionceaux. En signe de reconnaissance, la lionne partageait avec elle la viande des animaux qu’elle chassait dans la pampa. Un jour, « la Maldonada » sortit seule se rafraîchir au bord du fleuve. Elle fut enlevée par des Indiens et l’un d’eux la prit pour femme. Plusieurs mois plus tard, après le départ de Pedro de Mendoza, un capitaine espagnol retrouva la jeune femme chez les indigènes et la ramena à Buenos Aires. Là, Francisco Ruiz Galán l’accusa de trahison et la condamna à être attachée à un poteau hors les murs, pour y être dévorée par les bêtes sauvages. Parmi les animaux qui s’approchèrent de la malheureuse, se trouva la lionne que « la Maldonada » avait aidée dans la grotte. Cette dernière reconnut sa bienfaitrice et la défendit pendant plusieurs jours des attaques de ses congénères. Les Espagnols, voyant là un miracle, supplièrent Francisco Ruiz de libérer la prisonnière, qui échappa ainsi à une mort atroce :

  • 112 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 129-130.

De esta manera quedó libre aquella afligida mujer a quien después conocí llamábase Maldonada, aunque a la verdad se la debía haber dado el renombre de Biendonada después de tan extraño suceso que manifestó la impunibilidad del hecho en haberse salido del fuerte, a que la obligó la intolerable hambre que padecía, con la debilidad de su sexo112.

  • 113 Nicolas Du Toict, Historia de la Provincia del Paraguay de la Compañía de Jesús, Madrid Asunción, (...)
  • 114 Pierre-François-Xavier Charlevoix, op. cit., vol. I, p. 38-39.

58Ruy Díaz de Guzmán présente donc l’aventure de « la Maldonada » comme véridique. En 1673, le père Nicolas Du Toict affirma avoir rencontré plusieurs témoins oculaires des événements113. Le récit de ce dernier fut repris près d’un siècle plus tard par Pierre-François-Xavier Charlevoix114, ce qui confirma la place de « la Maldonada » au panthéon des mythes fondateurs de Buenos Aires et du Río de la Plata. Toutefois, la ressemblance de cette histoire avec celle des martyrs chrétiens nous laisse perplexe quant à son authenticité, à l’instar d’Adélaïde Celliez, qui écrivit en 1841 :

  • 115 Adélaïde Celliez, Histoire du Paraguay, Paris, Gaume frères, 1841, vol. I, p. 30-31.

Cet épisode détaché de la conquête espagnole a passé jusqu’à nous, il a été célébré sous plusieurs formes, et il passe de bouche en bouche ; Charlevoix le raconte sur la foi des mémoires du Père del Techo, qui a été à Buenos-Ayres peu d’années après l’événement, et qui dit en tenir le récit de témoins oculaires. C’est d’après ce témoignage que l’histoire de Maldonata (sic) est devenue pour ainsi dire populaire ; cependant, elle reste au nombre des traditions adoptées, sans avoir assez de preuves à opposer à ceux qui voudraient la traiter de fable115.

II.2.4 Ruiz Galán à Asunción

  • 116 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., 1980, p. 131.
  • 117 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y coment (...)
  • 118 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 376.

59Pendant l’absence de Juan de Salazar, la situation ne s’était guère améliorée à Buenos Aires. Les Espagnols vivaient toujours dans une grande précarité, en raison des carences alimentaires et des mauvaises relations avec les indigènes. Le capitaine Salazar décida donc d’emmener le plus de personnes possible à Asunción, où les conquistadores mangeaient à leur faim et vivaient en paix avec les autochtones. Il organisa le déplacement avec le capitaine Francisco Ruiz Galán, le trésorier Garci Venegas et le contador Felipe de Cáceres. Le capitaine Juan de Ortega fut choisi pour remplacer Ruiz Galán à Buenos Aires. Salazar et les autres repartirent pour le Paraguay. Lorsqu’ils firent halte à Corpus Christi, la moitié des hommes qui s’y trouvaient se joignirent à eux116. Tous ensemble, ils arrivèrent enfin à Asunción. Ils y trouvèrent Domingo Martínez de Irala, qui venait de rentrer de La Candelaria, toujours sans nouvelles d’Ayolas117. Ruiz Galán tenta de s’imposer comme successeur de don Pedro, mais Irala, fidèle à Ayolas, refusa de reconnaître son autorité118. L’inimitié qui naquit alors entre les deux hommes marqua le début d’une série de rivalités politiques qui allaient secouer l’ensemble de la province tout au long du xvie siècle.

  • 119 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y coment (...)

60Une invasion de sauterelles ayant détruit une grande partie des récoltes, les Espagnols de Buenos Aires ne trouvèrent pas à Asunción le réconfort qu’ils espéraient. Ruiz Galán préféra donc repartir pour l’estuaire, dans l’espoir de voir arriver des secours de la péninsule. Il laissa à Asunción le capitaine Salazar et une cinquantaine d’hommes, ainsi qu’un brigantin pour qu’Irala puisse repartir à la recherche de Juan de Ayolas. Irala arriva à La Candelaria le 23 août 1538. Alors que les Payaguás les avaient toujours reçus en paix, ils attaquèrent cette fois les Espagnols, faisant quatre morts et plusieurs blessés, parmi lesquels se trouvait Irala. Pour la troisième fois, le lieutenant d’Ayolas ordonna de se replier vers Asunción119.

  • 120 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 7677 ; Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 132.

61Pendant ce temps, Francisco Ruiz Galán et ses compagnons rentraient à Buenos Aires. En passant par Corpus Christi, Ruiz Galán fit attaquer les tribus autochtones, sans raison apparente120. Il fit tuer de nombreux Indiens, brûler leurs maisons, capturer leurs femmes et leurs enfants, qu’il distribua parmi ses soldats. Puis, il reprit le chemin de Buenos Aires, après avoir remplacé le commandant du fort, Gonzalo de Alvarado, par le capitaine Antonio de Mendoza.

II.2.5 De nouveaux venus dans le Río de la Plata

  • 121 Enrique de Gandía & Manuela Fernández Reyna, León Pancaldo y la primera expedición genovesa al Río (...)
  • 122 Voir l’inventaire complet des marchandises transportées par Pancaldo dans l’article « Las primeras (...)

62Lorsque Francisco Ruiz Galán et Gonzalo de Alvarado arrivèrent à Buenos Aires, cent cinquante personnes environ venaient d’arriver d’Europe. Certaines faisaient partie de l’expédition d’Alonso Cabrera, mandaté dans le Río de la Plata par les autorités espagnoles ; d’autres étaient venues à bord du Santa María, piloté par l’Italien León Pancaldo et parti de Cadix à la fin du mois d’août 1537121. Pancaldo, originaire de Savone, près de Gênes, avait été mandaté par deux marchands italiens installés à Valence, Urbán Centurión et Francisco Pozobonelo, pour vendre certaines marchandises au Pérou. Il devait s’y rendre par le détroit de Magellan, qu’il connaissait bien pour avoir participé au premier voyage de circumnavigation. On lui confia donc deux navires, le Concepción et le Santa María, afin qu’il emmenât au Pérou du vin, du fromage, des épices, des conserves, des parfums, des chemises, des chapeaux, des souliers, des couteaux, des outils, des armes, des munitions et bien d’autres articles de plus ou moins grande valeur122. L’équipage du Santa María se composait de vingt marins, vingt mousses et quatre pages. Celui du Concepción d’une petite vingtaine de personnes.

63En novembre 1537, les deux navires passèrent au large du río de la Plata et atteignirent les côtes de Patagonie. Le mauvais temps les empêcha de s’engager dans le détroit et le Concepción, piloté par le Génois Juan Pedro de Vivaldo, fit naufrage près du río Gallegos. Son équipage et les marchandises qu’il transportait furent embarqués à bord du Santa María. León Pancaldo renonça alors à traverser le détroit à bord d’un seul navire trop chargé. Il décida de changer de cap et de se rendre à Santo Domingo pour y écouler ses marchandises. Lorsqu’il passa à nouveau au large du río de la Plata, il eut l’idée de s’y arrêter pour voir si ses occupants ne voudraient pas acheter une partie de la cargaison. Une fois dans l’estuaire, Pancaldo partit à la recherche de la colonie espagnole, laissant le Santa María sous la responsabilité de Juan Pedro de Vivaldo.

  • 123 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 57.
  • 124 « R. C. a los oficiales de la Casa de la Contratación... (07-07-1536) », A.G.I., Gobierno, Buenos (...)
  • 125 « R. C. a Alonso Cabrera... (25-05-1537) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 94 r°94 v (...)
  • 126 « R. C. al Capitan Cristóbal de Frías Marañón... (16-06-1537) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, (...)

64Le 7 avril 1538, un navire espagnol s’approcha du Santa María. C’était le Santa Catalina, parti d’Espagne en novembre 1537 et piloté par Antonio López de Aguiar. Le Santa Catalina faisait partie d’une expédition venue porter secours aux conquistadores du Río de la Plata. Celle-ci avait été organisée par Alonso Cabrera et Cristóbal de Frías Marañón, qui s’étaient associés à Martín de Orduña et Domingo de Zornoza, fondés de pouvoir du premier Adelantado. Conscient des difficultés que rencontraient ses compagnons restés dans le Río de la Plata, don Pedro « s’était engagé à [leur] envoyer deux autres vaisseaux aussitôt que lui ou les siens seraient en Espagne123 ». Depuis le mois de juillet 1536, Orduña et Zornoza préparaient à Séville un navire chargé de vivres, d’armes et de munitions. Ils n’attendaient plus que les instructions de Mendoza pour lever l’ancre124. En mai 1537, Cabrera obtint également l’autorisation de réunir quatre cents hommes pour les amener dans le Río de la Plata125. Un mois plus tard, Frías Marañón fut à son tour autorisé à recruter cent cinquante soldats pour porter secours aux conquistadores de la province, dont on n’avait toujours pas de nouvelles126. Cabrera et Frías Marañón décidèrent finalement d’unir leurs efforts à ceux de d’Orduña et de Zornoza. Alors que les préparatifs touchaient à leur fin, on apprit la mort de l’Adelantado et l’expédition fut suspendue. Toutefois, les autorités étaient inquiètes à propos de l’avenir du Río de la Plata et de ses conquistadores. En septembre 1537, le roi ordonna aux officiers de la Casa de la Contratación de persuader Orduña et Zornoza d’envoyer rapidement des secours dans la province australe :

  • 127 « R. C. a los oficiales de la casa de la Contratación... (12-09-1537) », A.G.I., Gobierno, Buenos (...)

Nuestros officiales que rresidís en la çibdad de Sevilla en la casa de la qontratacion de las yndias yo [la Reyna] soy ynformada que Martin de Horduña e Domingo de Çornoza mercaderes vezinos de la çibdad armaron ciertos navíos de armas y bastimentos y mercaderias y otras cosas para enbiarlos a la provinçia del Rio de la Plata en socorro de don Pedro de Mendoça nuestro governador della y por capitan dellos un Alonso Cabrera y e sabido por los dichos Martin de Horduña e Domingo de Çornoça que el dicho don Pedro hera fallecido aunque estavan los dichos navios a punto para se hazer a la vela y con liçençia nuestra seguir su viaje a la dicha prouinçia a hazerce dicho socorro han dexado de despacharlos y porque a nuestro juicio y a la poblaçion de la dicha prouincia conviene que los dichos navios no dexen de hazer este viaje espeçialmente siendo como somos ynformados que el dicho don Pedro de Mendoça dexo por su heredero a un Juan de Ayolas el qual esta en la dicha provinçia yo vos mando que luego hagaís pareçer ante vosotros a los dichos Martin de Horduña e Domingo de Çornoça y los persuadais a que enbien estos dichos navios al dicho Rio de la Plata como lo tenyan acordado y que vaya por capitan dellos el dicho Alonso Cabrera y tenyendolo por bien proveays que se parta con la mas breuedad que pueda y dareys licencia al dicho capitan para que no hallando gente alguna nuestros subditos en la dicha prouincia del Rio de la Plata pueda yr con los dichos navios para el estrecho de Magallays a las tierras e provinçias que estan dadas en governaçion a otras personas y puedan rrescatar con los yndios dellas las mercaderias y otras cosas que en los dichos navios llevaren127.

65Le retour de la Magdalena avait provoqué la démission d’un certain nombre de volontaires pour partir dans le Río de la Plata. La plupart des conquistadores qui étaient rentrés avec feu don Pedro avaient raconté les pénuries alimentaires dont ils avaient souffert, l’hostilité de certaines nations indigènes, le grand nombre de victimes qu’avait déjà fait la conquête de cette province peu accueillante. Leurs déclarations, circulant de bouche à oreille, ternirent grandement l’image du Río de la Plata. On retrouve l’écho de cette mauvaise réputation dans un document daté de 1578 :

  • 128 « Información sobre los servicios de Alonso Fernández de Valenzuela (1578) », A.G.I., Patronato 12 (...)

Este testigo [Alonso Fernández de Córdova] a sabido y oydo a munchas personas que de las yndias an venido que el dicho Alonso Fernandez de Valençuela y los demas que pasaron al Rrio de la Plata donde desenbar-caron [con don Pedro de Mendoza] les suçedio grandes calamydades de guerras y hanbres [y] trabajos128.

  • 129 « R. P. a Juan de Cienfuegos nombrándole tesorero del Río de la Plata... (1911-1538) », A.G.I., Go (...)

66La situation dans le Río de la Plata était telle que le trésorier Gonzalo de Alvarado, qui était rentré à bord de la Magdalena, ne voulait plus y retourner : « por algunas causas que a ello le mueuen [Gonzalo de Alvarado] no quiere voluer a la dicha prouincia129. » Bien que les véritables motivations d’Alvarado fussent inconnues, sa démission fut considérée comme la confirmation des rumeurs circulant sur la province. Certains témoignages étaient pourtant plus positifs, à l’instar de ceux que Fernández de Oviedo recueillit des hommes ayant échoué à Santo Domingo lors du voyage retour de don Pedro de Mendoza :

  • 130 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 364-365.

Los que se dijo que aportaron a esta isla Española del armada de don Pedro de Mendoza, no obstante sus trabajos, loaban aquella tierra de muy sana, y decían que hay hombres en ella de más de ciento e cincuenta años, y muchos y de muy buen subjeto y recios. E afirman que, si los cristianos se murieron, fué por faltarles mantenimientos130.

  • 131 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 57.

67Toutefois, ni ces notes d’optimisme, ni l’espoir de découvrir un jour la Sierra de la Plata ne suffisaient plus à faire oublier la misère dans laquelle vivaient les conquistadores de Buenos Aires. En conséquence, Cabrera ne réussit pas à recruter les cinq cent cinquante hommes sur lesquels il comptait. Deux cents hommes seulement quittèrent la péninsule, répartis sur deux navires131, le Santa Catalina, piloté par Antonio López de Aguiar, et le Santiago — le même qui avait déserté en 1535 et qu’on appelait aussi La Marañona —, à bord duquel voyageait Cabrera.

  • 132 Voir Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », in IIo Congreso de Historia de Améri (...)

68Alors qu’elles s’approchaient de l’estuaire du río de la Plata, les deux embarcations furent séparées par une violente tempête et se perdirent de vue. Au moment où il rencontra Juan Pedro de Vivaldo, Antonio López de Aguiar était à la recherche du Santiago. Peu après, León Pancaldo revint à bord du Santa María : il n’avait trouvé aucune trace de la colonie espagnole. Il décida donc de suivre le Santa Catalina jusqu’au port de Buenos Aires. Les deux navires y arrivèrent vers la fin du mois d’avril 1538. La déception de Pancaldo fut grande lorsqu’il comprit que les conquistadores du Río de la Plata n’avaient trouvé ni argent, ni or, ni aucun bien précieux leur permettant d’acheter les marchandises qu’il apportait d’Europe. Il envisageait de repartir au plus vite vers Santo Domingo lorsque Francisco Ruiz Galán arriva de Corpus Christi, au début du mois de mai 1538. Ce dernier, voyant dans les marchandises de Pancaldo l’occasion de remédier à la grande précarité dans laquelle vivaient les Espagnols de Buenos Aires, obligea le marchand à vendre une partie importante de sa cargaison. Comme les acheteurs ne disposaient d’aucune monnaie d’échange, ils payèrent leurs acquisitions par des cartas de obligación (appelées aussi conocimientos), documents par lesquels ils s’engageaient à payer leurs dettes une fois qu’ils auraient trouvé de l’or ou de l’argent132. Le principe de ce mode de paiement montre bien qu’en 1538, l’espoir de trouver des richesses dans le Río de la Plata était encore bien présent dans l’esprit des conquistadores.

II.2.6 Alonso Cabrera et la Real Cédula du 12 septembre 1537

  • 133 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, (...)

69Le Santiago entra dans le port de Buenos Aires au mois d’octobre 1538133. Lors de la tempête qui l’avait séparé du Santa Catalina, il avait trouvé refuge près des côtes brésiliennes. Il arrivait enfin, chargé de vivres, de vêtements et d’armes. Le veedor Alonso Cabrera apportait également une cédule royale datée du 12 septembre 1537 qui autorisait, sous certaines conditions, les conquistadores du Río de la Plata à élire leur gouverneur :

  • 134 « R. P. a Alonso Cabrera..., Valladolid, 12-09-1537 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f(...)

Por quanto vos Alonso Cabrera nuestro veedor de fundiçiones de la provinçia del Rio de la Plata, vays por nuestro capitan en çierta armada a la dicha provinçia en socorro de la gente que alli quedo que proveen Martyn de Horduña e Domingo de Çornoça y podria ser que al tiempo que don Pedro de Mendoza nuestro governador de la dicha provinçia difunto salio de ella no hoviese dexado lugartenyente o el que oviese dexado quando vos llegasedes fuese falleçido y al tienpo de su fallecim-yento o antes no hoviese nonbrado governador o los conquystadores y pobladores no lo hoviesen elegido vos mandamos que en tal caso y no en otro alguno hagaís juntar los dichos pobladores y los que de nuevo fueren con vos para que haviendo primeramente jurado de elegir persona qual convenga a nuestro servicio y bien de la dha tierra elijan por governador en nuestro nonbre y capitan general de aquella provinçia la persona que segund Dios y sus conciencias pareciere mas suficiente para el dicho cargo y la persona que asy eligieren todos en conformy-dad o la mayor parte dellos vse y tenga el dicho cargo al qual por la presente damos poder cumplido para que lo exerçite quanto nuestra merçed y voluntad fuere y si aquel falleçiere se torne a proveer otro por la orden susodicha134.

  • 135 José Luis Mora Mérida, Paraguay y Uruguay contemporáneos, Séville, Escuela de Estudios HispanoAmer (...)
  • 136 Il s’agit des élections d’Irala (1540), de Diego de Abreu (1549), de Francisco Ortiz de Vergara (1 (...)
  • 137 Manuel Domínguez, « El asalto del fuerte de Corpus Christi », in El alma de la raza, p. 135-142.
  • 138 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 134.

70Ce document se révéla d’uneimportance considérable pour l’histoire coloniale du Paraguay. Rédigé à titre exceptionnel et provisoire, il fut adopté jusqu’à la fin du xviiie siècle, au lendemain des révoltes des Comuneros paraguayens135. Rien qu’entre 1540 et 1592, on eut recours à la cédule du 12 septembre 1537 à cinq reprises136, le premier gouverneur à être élu étant Domingo Martínez de Irala, en 1540. Or, lorsque Cabrera débarqua à Buenos Aires, le successeur désigné de Pedro de Mendoza au poste de gouverneur de la province était le capitaine Juan de Ayolas. Si celui-ci mourait, le titre devait logiquement revenir à Francisco Ruiz Galán, lieutenant du port de Buenos Aires et rival politique d’Irala. Ce dernier voulut donc se rendre au plus vite à Asunción, pour vérifier si Ayolas’était toujours en vie. Tandis qu’il préparait le voyage, il apprit que les indigènes de Corpus Christi menaçaient le fort et ses occupants. Les Indiens voulaient se venger de l’attaque dont ils avaient été victimes au printemps 1538. Ruiz Galán envoya des renforts à Corpus Christi. Le 3 février 1539, une violente bataille eut lieu137, au cours de laquelle Antonio de Mendoza fut mortellement blessé. D après la légende, saint Blaise vint prêter main forte aux Espagnols, qui remportèrent finalement le combat138. Après la victoire, tout le monde se replia vers Buenos Aires.

  • 139 « Socorro pedido por los conquistadores estantes en Buenos Aires en Abril de 1539 », in Emilio Con (...)
  • 140 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y coment (...)
  • 141 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, (...)
  • 142 « Requerimiento del capitán Irala al veedor Cabrera..., Asunción, 20-06-1539 », in Ricardo de Lafu (...)
  • 143 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 » et « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alv (...)

71Le 20 avril suivant, Felipe de Cáceres et Francisco de Alvarado furent envoyés en Espagne pour informer Charles Quint des derniers événements concernant la province et demander des secours aux autorités métropolitaines. Pour effectuer le voyage, on remit en état le Santa Catalina139. Alonso Cabrera et Francisco Ruiz Galán partirent ensuite pour Asunción, où ils arrivèrent le 19 juin 1539140, avec sept brigantins et deux cents hommes141. Domingo Martínez de Irala était rentré de La Candelaria au lendemain de l’attaque des Payaguás. Il expliqua aux nouveaux venus qu’il n’avait toujours pas de nouvelles de Juan de Ayolas et qu’il était donc la principale autorité de la province jusqu’au retour de son capitaine142. Alonso Cabrera le reconnut comme tel et désavoua Francisco Ruiz Galán143, ce qui attisa la jalousie que ce dernier nourrissait déjà à l’égard d’Irala.

II.2.7 Premiers soulèvements guaranis

72Ces rivalités d’ordre politique n’étaient pas les seules tensions à perturber l’ordre public à Asunción. Ruy Díaz de Guzmán a rapporté que la première tentative de soulèvement des Guaranis contre les Espagnols eut lieu le Jeudi Saint de l’année 1539. Les indigènes avaient tramé un complot qui fut dénoncé par une jeune Indienne au service de Juan de Salazar. Les Guaranis furent pris à leur propre piège, mais Salazar, qui ne voulait pas attiser la haine des indigènes, décida de gracier les coupables.

  • 144 Nicolas du Toict, op. cit., vol. I, p. 77.
  • 145 Branilava Susnik, El rol de los indígenas en la formación y vivencia del Paraguay, Asunción, Insti (...)
  • 146 Florencia Roulet, La resistencia de los Guaraní del Paraguay, Posadas, Editorial Universitaria, 19 (...)

73La date de 1539 a été reprise en 1673 par le jésuite Nicolas du Toict144 et confirmée récemment par Branislava Susnik145. Toutefois, nous devons signaler une incohérence chronologique : en avril 1539, Salazar ne se trouvait pas à Asunción mais à Buenos Aires, en compagnie de Cabrera et Ruíz Galán. Il lui était donc impossible de déjouer le complot des Guaranis. Florencia Roulet semble avoir trouvé une explication intéressante à cette apparente contradiction : d’après elle, le récit de Guzmán à propos du soulèvement du Jeudi Saint n’est qu’une version romancée des tensions constantes qui existaient entre Espagnols et Guaranis dans les années 1538-1539146. Ces derniers étaient mécontents de leurs relations avec leurs nouveaux « beaux-frères », les conquistadores les traitant davantage en serviteurs qu’en alliés. De plus les Espagnols tardaient à organiser une entrada vers la « Terre sans Mal ». Or, c’était là une des conditions de l’alliance hispano-guaranie. D après Florencia Roulet, le soulèvement des Guaranis consista davantage en une résistance passive contre les habitants d’Asunción qu’en une véritable lutte armée.

74Nous n’avons trouvé aucun document nouveau confirmant ou infirmant l’une ou l’autre de ces hypothèses. Une chose est sûre néanmoins : l’époque des relations idylliques entre autochtones et conquistadores était bel et bien révolue.

II.2.8 Mort de Juan de Ayolas

  • 147 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y coment (...)

75C est dans ce contexte tendu qu’Irala repartit à la recherche de Juan de Ayolas en novembre 1539. Il n’arriva à La Candelaria qu’en janvier 1540, car les pluies abondantes l’avaient empêché de progresser à bon rythme. Là, il apprit de la bouche des Payaguás qu’Ayolas était revenu de la Sierra de la Plata, où il avait accumulé un butin non négligeable147. Un jeune Indien chané, arrivé avec Ayolas, lui raconta la suite des événements :

  • 148 Ibid., p. 385-386.

Vino a los vergantines un moço de hasta quinze o diez y seis años, el qual dixo ser de la tierra adentro, de una generacion que se llama chane, y dixo que el governador Jhoan de Aiolas con toda la gente que le avya quedado, se le avya vuelto al puerto, y que los paiagoas, sobre amistad, como venian dolientes y travajados y acavadas las municiones, asi pol-vora como xarcias y cuerdas de vallesta, atreviendose a su flaqueza los avian muerto y con ellos a muchos yndios de su generacion que venian cargados del metal que traya, y señalo hasta veinte cargas148.

76Le témoignage du jeune indigène confirmait pour Irala l’existence de la Sierra de la Plata. En outre, la mort d’Ayolas rendait le poste de gouverneur vacant. En tant que lieutenant du capitaine, Irala avait de fortes chances d’être élu gouverneur de la province. Si tel était le cas, il pourrait librement organiser toutes les expéditions nécessaires à la conquête de la riche montagne.

  • 149 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, (...)

77Dans sa Relación de 1545, Pero Hernández n’hésite pas à rendre Irala responsable de la mort d’Ayolas : « ansi se comprobo la muerte del dicho Juan de Ayolas e cristianos [...] a causa de no hallar en el puerto los dos bergantines que dexo149. » Cette accusation nous semble infondée, puisque Irala attendit Ayolas pendant cinq mois, de février à juillet 1537, puis revint à La Candelaria au mois d’août 1537, soit sept mois après le départ d’Ayolas. À cette date, l’expédition n’était toujours pas rentrée de la Sierra de la Plata. La mort de Juan de Ayolas n’était donc aucunement imputable au départ d’Irala du port de La Candelaria.

78Quand il rentra à Asunción, Domingo Martínez de Irala fut élu gouverneur et capitaine général de la province par l’ensemble des officiers et conquistadores, en vertu de la Real Cédula du 12 septembre 1537.

II.2.9 Abandon du port de Buenos Aires

  • 150 Ibid., p. 314-315.

79La première initiative d’Irala en tant que gouverneur fut d’aller porter secours aux Espagnols restés à Buenos Aires. Il y envoya d’abord Juan de Ortega, avec deux brigantins chargés de vivres et de vêtements. Ortega arriva à destination en août 1540, en plein hiver austral. Là, il apprit la mort de León Pancaldo et confia ce qui restait de ses marchandises à Pero Díaz del Valle150. Il reçut également les premiers échos de l’arrivée d’une expédition espagnole près des côtes brésiliennes, sur l’île de Santa Catalina. Ortega ignorait alors qu’il s’agissait de l’expédition d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca, deuxième Adelantado du Río de la Plata.

  • 151 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y coment (...)
  • 152 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, (...)

80En janvier 1541, Irala rejoignit Ortega à Buenos Aires, après avoir confié le commandement du fort d’Asunción à Garci Venegas. Le nouveau gouverneur était accompagné de Carlos Dubrin et Alonso Cabrera. Les trois navires qui formaient l’expédition transportaient des vivres, en particulier du blé et du maïs, sous forme de graines et de farine. À Buenos Aires, Ortega informa Irala de l’arrivée imminente d’uneexpédition espagnole, que le gouverneur décida d’attendre sur place151. Nous n’avons pas beaucoup de détails sur les mois qu’Irala passa à Buenos Aires, hormis les déclarations de Pero Hernández : « e hicieron fator al capitan Dubrin, e las mercaderías e haciendas que estavan depositadas en Pero Dias del Valle las repartieron entre sí y sus amigos152. » Les clans et les rivalités se précisaient ; les conflits entre conquistadores n’allaient pas tarder à éclater...

  • 153 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y coment (...)
  • 154 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires..., 1541 », in Alvar Nú (...)

81Dans un premier temps, Irala pensait rentrer à Asunción en laissant une soixantaine d’hommes à Buenos Aires153. Il souhaitait garder un port près de l’Atlantique, où les navires en provenance ou à destination de la Péninsule pourraient être réparés et ravitaillés. Tel ne fut pas l’avis du veedor Alonso Cabrera. Dès le mois d’avril, il somma Irala d’abandonner définitivement le port de Buenos Aires, en avançant plusieurs arguments. Tout d’abord, il fallait assurer la protection des conquistadores de la province. Leur nombre avait tellement diminué qu’ils devenaient une proie facile pour les indigènes : « visto que de cada dia nos apocamos siempre muestran crecerles el animo y osadia para nos acabar154. » Par ailleurs, si l’on voulait maintenir la paix avec les Guaranis d’Asunción, il fallait être assez nombreux pour faire la guerre à leurs ennemis :

  • 155 Ibid., p. 371.

Ansymismo para los conservar [los Guaranies] y tener siguros en nuestra amistad nos convyene y es muy necesario hazer guerra a los yndios que son sus enemigos y nuestros, la qual no se podra hazer de manera que la podamos acabar con la reputacion que nos convyene, porque syendo nosotros pocos, por nos dividir e apartar por dexar gente en este puerto, no seremos parte para hazer ny cometer ningun negozio grande155.

82Enfin, Alonso Cabrera revint sur l’objectif principal de l’expédition de Pedro de Mendoza, la conquête de la Sierra de la Plata :

  • 156 Ibid., p. 371-372.

Ansymesmo su merced [Irala] sabe como por parte de los dichos yndios ha sido rrequerido muchas vezes que vamos a la guerra contra los yndios que dizen ser señores del metal, ofreciendose yr en su compañya, y se les ha respondido dandoles esperanças que a plazos muy breves se concedera a su deseo, e yremos ellos e su merced juntos, diziendoles que nuestra venida a esta tierra no es a otra cosa sino a hazer la dicha jornada, y si ellos vyesen que tardase mucho tiempo y no se hiziese, serya cierto el lebantamiento contra nosotros, y pues para hazer la dicha jornada como conviene es necesario numero de gente, que su merced no deve dar lugar a que se dividan ny aparten los xpianos que en esta tierra residimos156.

83Le soutien militaire et la conquête de la Sierra de la Plata et de la « Terre sans Mal » étaient deux des conditions de l’alliance entre Espagnols et Guaranis et ces derniers étaient prêts à tout pour la faire respecter. Irala avait-il oublié les événements de 1538-1539 ? Pour des raisons stratégiques et économiques, la découverte de la « Montagne d’Argent » ne pouvait plus être ajournée. Il fallait donc réunir tous les Espagnols à Asunción, d’où l’on organiserait une ou plusieurs entradas vers l’ouest. Après avoir entendu Cabrera, Irala demanda à d’autres conquistadores leur avis sur l’opportunité d’abandonner le port de Buenos Aires :

  • 157 Ibid., p. 375.

Lo he platicado y consultado con muchas personas, asy clerigos e fray-les e capitanes e alferez, como con otras personas principales y mas necesarias que en este puerto a esta sazon se hallaron, todos los quales me han dicho y aconsejado haga lo que el dicho veedor me pide y requiere157.

84Les « notables » de Buenos Aires étaient donc favorables à l’évacuation du port. Pedro de Mendoza avait d’ailleurs autorisé Juan de Ayolas à regrouper tous les Espagnols dans un seul fort et à détruire la place de Buenos Aires, si cela lui semblait nécessaire :

  • 158 « Traslado de una información hecha por D. Pedro de Mendoza, gobernador de las provincias del Rio (...)

Lo que Juan de Ayolas, mi lugarteniente, ha de hacer, si place á Dios y acá viene, ó si él no viniere, el capitan Salazar, es llevar toda la gente de arriba [Corpus Christi], y la de aquí [Buenos Aires] toda la que cupiere en los bergantines ; y si pudiere hacer otro camino, pegar fuego á esas naos ó anegallas y llevarse toda la gente arriba. Y esto remito á su parecer, porque si los que están aquí son para trabajar y sembrar, podrán pasar y bastará quedar treinta hombres en las naos. Y en fin, como he dicho, todo lo remito á parecer del dicho Juan de Ayolas ; y si le pareciere llevar toda la gente, lleve el pataj en que la lleve toda ; y si no pudiere pasar con el pataj de Santispiritus, déjelo alli y la gente que no pudiere ir en los bergantines y vuelva por ella otro camino ; de manera que toda la gente esté junta donde el dicho Juan de Ayolas viere que conviene. Y si le pareciere pasar derecho á la otra mar, que lo haga ; porque (sic) siempre deje casa en el Paraguay ó en otra parte que le pareciere, por donde sepamos siempre dél donde está, y la gente que yo le enviáre, lo halle158.

  • 159 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y coment (...)
  • 160 Ibid., p. 389.
  • 161 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires..., 1541 », in Alvar Nú (...)
  • 162 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y coment (...)
  • 163 Ibid., p. 388.

85En tant que successeur légitime d’Ayolas, Irala avait le droit de dépeupler le port de Buenos Aires. Il attendit néanmoins l’arrivée de l’expédition espagnole jusqu’au mois de juin. Quand les premiers froids de l’hiver commencèrent à se faire sentir, il décida d’abandonner Buenos Aires sans plus tarder159. Il laissa une série d’instructions écrites sur des pierres, des planches et des feuilles de papier aux Espagnols qui allaient faire leur entrée dans le port160. L’une de ces lettres est une relation dont voici les grandes lignes : après avoir rappelé les raisons pour lesquelles le port de Buenos Aires avait été abandonné, Irala dressait un bilan de la situation à Asunción. Notons à ce propos qu’Irala ne souffla mot sur la mort d’Ayolas, et qu’il déclara avoir trouvé des métaux précieux en grande quantité161. Dans une lettre au roi datée de 1545, Irala justifia son mensonge en disant qu’il ne voulait pas décourager les nouveaux venus : « porque tuvyesen mas ganas de nos seguir y buscar, encubri en la relacion que dexava lo sucedido a Jhoan de Aiolas, e dixe que en nuestro poder theniamos mucho oro y plata162. » Dans la relation qu’il laissa à Buenos Aires, Irala décrivait également le chemin jusqu’à Asunción, en précisant quelle était la saison idéale pour entreprendre le voyage, quelles étaient les nations indigènes auprès desquelles on pouvait se ravitailler et celles dont il fallait se méfier. Dans le cas où les membres de l’expédition seraient trop peu nombreux pour faire un tel voyage, Irala leur recommandait de rester à Buenos Aires et d’y attendre le passage d’un navire que l’on’était en train de construire à Asunción et qui devait se rendre en Espagne en avril 1543163. Pour survivre jusque-là, il leur donnait quelques conseils sur la façon de cultiver la terre et indiquait les endroits où il avait caché des provisions et des semences. De même, il les informait qu’un couple de porcins avait été laissé sur l’île de San Gabriel où, espérait-il, ils avaient dû se reproduire et se multiplier. Irala semble donc avoir tout prévu pour que les nouveaux venus ne subissent pas les pénuries alimentaires dont avaient souffert les premiers conquistadores du Río de la Plata.

86Toutefois, certains habitants de Buenos Aires n’étaient pas favorables à cet exode. Leurs conditions de vie s’étaient considérablement améliorées depuis 1536, notamment grâce au développement de l’agriculture et de l’élevage. Ils pensaient aussi que l’abandon définitif du port compliquerait la communication avec l’Espagne. Pour éviter tout risque de soulèvement et être sûr que tout le monde le suivrait, Irala fit brûler le port de Buenos Aires, avant de s’embarquer pour Asunción :

  • 164 « Relación de por Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentar (...)

Y luego despoblaron el puerto, estando tan reformado de bastimentos e ganados e bien fortalecido, e para ello quemaron la nao que estava en tierra por fortaleza, e la yglesia e casas de madera, sin embargo del clamor e querellas de los pobladores164.

  • 165 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 60.
  • 166 « Carta de Domingo de Yrala á S. M., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentari (...)
  • 167 « Carta de Domingo de Yrala á S. M., 1545 » et « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el (...)

87L’historien Efraím Cardozo a comparé le geste d’Irala à celui de Cortés au Mexique165. Les détracteurs du gouverneur y ont vu la preuve de son autoritarisme et de son désir d’autonomie vis-à-vis de la métropole. Quoiqu’il en soit, Irala et ses hommes arrivèrent à Asunción le 2 septembre 1541166. Le nombre total de conquistadores était alors de trois cent cinquante à quatre cents personnes, religieux, vieillards et malades compris167.

II.2.10 Asunción devient ciudad

  • 168 Efraím Cardozo, « La fundación de la ciudad de N. S. de la Asunción en 1541 », in IIo Congreso de (...)
  • 169 Hildegard Thomas de Krüeger, El Cabildo de Asunción, Asunción, Instituto Cultural ParaguayoAlemán, (...)
  • 170 Efraím Cardozo, « La fundación de la ciudad de N. S. de la Asunción en 1541 », p. 113.

88Le 16 septembre 1541, le gouverneur Domingo Martínez de Irala, en accord avec le trésorier Garci Venegas, le veedor Alonso Cabrera et le facteur Carlos Dubrin, créa le cabildo d’Asunción168. La casa-fuerte devenait ainsi une ciudad, la différence entre ciudad et villa n’étant pas pertinente dans l’Amérique Hispanique169. Efraím Cardozo a qualifié la création de ce conseil municipal de geste de rébellion, un défi lancé à la Couronne170 : la capitulation de don Pedro de Mendoza prévoyait la fondation de trois forteresses dans la province, mais pas celle de villes. En l’absence d’instructions royales, Irala n’avait a priori pas le droit de créer un conseil municipal qui conférait à Asunción le statut de ciudad. Cependant, Irala s’appuyait sur ce qui s’était pratiqué dans d’autres provinces des Indes Occidentales. En outre, il savait tirer le meilleur parti des textes dont il disposait :

  • 171 « Ordenanza creando el cabildo y regimiento de Asunción, 16-09-1541 », in Ricardo de Lafuente Mach (...)

Por quanto en las instrucciones que su magestad mandó dar a sus oficiales de esta Provincia, hay un capitulo por el cual les encarga y manda tengan especial cuidado acerca de la buena poblacion y pacification, e visto por ellos e por convenir mucho a los pobladores y conquistadores la conservacion de ellos, todos se han juntado e al presente estan juntos en este puerto de la Asuncion, e visto que su magestad y los reyes sus antecesores han sido servidos que todos los pueblos de su real corona que han tenido y tienen en los reinos de España y en las Indias y en otras partes se an (sic) regidos e gobernados por consejo e ayuntamiento de regidores y personas que tengan especial cuidado de las cosas tocante a la buena gobernacion de sus republicas e visto que aqui hay mucha necesidad de haber los oficiales dichos para que entiendan en las cosas tocantes a la buena gobernacion de este pueblo e puerto [...] e visto que hasta agora no han parecido ningunas personas que por su magestad esten proveidas por regidores de los pueblos que en esta Provincia se fundasen y edificasen [...] acordaron que hasta tanto que su magestad provea otra cosa que mas a su real servicio convenga [...] que de aqui en adelante [...] haya e residan en el dicho pueblo cinco regidores los cuales se junten en cabildo con la justicia en los dias que por ellos fuese acordado171.

  • 172 Voir note 3 p. 79.
  • 173 Hildegard Thomas de Krüeger, op. cit., p. 61.

89À propos des regidores désignés par les autorités castillanes avant le départ de Mendoza, précisons qu’entre le 19 mai 1534 et le 20 août 1535, vingt-trois regidores avaient été nommés pour le « pueblo » ou résiderait le gouverneur, deux pour le premier pueblo de la province, huit pour le deuxième et trois pour le troisième. Un regidor fut également nommé pour un pueblo indéterminé et deux autres le furent après le départ de don Pedro : il s’agit de Diego Ruiz de Gijaba (27 août 1535) et de Martín de Orúe (2 juin 1537), qui partit avec Cristóbal de Frías Marañón172. La fonction de regidor impliquant l’existence d’un consejo, le premier Adelantado était implicitement autorisé à fonder au moins trois pueblos, villas ou ciudades dans la province du Río de la Plata. Notons que ce chiffre correspond au nombre de forteresses que Mendoza s’était engagé à construire. Cette coïncidence a permis à Hildegard Thomas de Krüeger d’affirmer que la Couronne de Castille prévoyait la transformation des fortalezas en ciudades173. Irala semble donc avoir disposé de l’autorité nécessaire pour « fonder » la ville d’Asunción et la doter d’un conseil municipal.

  • 174 Richard Konetzke, América Latina. La época colonial, Madrid, Siglo Veintiuno, 1993, p. 129.
  • 175 « Ordenanza creando el cabildo y regimiento de Asunción, 16-09-1541 », in Ricardo de Lafuente Mach (...)
  • 176 Hildegard Thomas de Krüeger, op. cit., p. 65.

90S’inspirant de ce qui s’était fait à Cuba en 1530174, les regidores d’Asunción furent désignés par un mélange d’élections et de tirage au sort : les vecinos désignèrent deux électeurs, qui élurent à leur tour dix personnes aptes à exercer la charge de regidor. Le nom de chacune de ces dix personne s’était ensuite inscrit sur un morceau de papier. Enfin, un enfant tirait au sort le nom des cinq regidores du conseil municipal. Chacun d’entre eux prêtait serment pour deux années, au bout desquelles cinq nouveaux regidores étaient élus de la même manière175. Ce système électoral, contrastant avec l’usage qui voulait que les premiers membres d’un cabildo fussent désignés par le roi ou le vice-roi, fut appliqué jusqu’en 1596176. Il semble donc que les conquistadores du Paraguay se soient rapidement habitués au « droit de vote » qui leur avait été conféré à titre exceptionnel par la cédule du 12 septembre 1537.

91Étant donné le petit nombre de conquistadores encore valides à Asunción, la bonne organisation de la place était une condition indispensable à sa survie et donc au développement de la colonie. C’est la raison pour laquelle Irala souhaitait avant tout mettre de l’ordre dans ce qui était la seule et unique ville de la province :

  • 177 « Ordenanza creando el cabildo y regimiento de Asunción, 16-09-1541 », in Ricardo de Lafuente Mach (...)

Los [regidores] hayan e puedan hacer las ordenanzas o estatutos que sean necesarios a la buena gobernacion de él cerca de los pesos y medidas y de las carnicerias y pescaderias y de los otros mantenimientos que en dicho pueblo se vendieran e asi mesmo entiendan en la orden que debe haber para que los vecinos e pobladores que residen o residieren en el dicho puerto puedan criar mejor sus ganados y ansi mesmo entiendan y tengan cuidado del reparto de las palizadas e cercas del dicho pueblo y entiendan en poner los precios a los oficiales de lo que deben llevar de las obras que hicieren y los ver y visitar para que hagan como convienen177.

  • 178 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, (...)

92Malgré les réformes qu’il tentait d’appliquer à Asunción, le gouverneur n’oubliait pas que l’objectif principal de la conquête était de partir à la recherche de la Sierra de la Plata. Au mois de novembre 1541, Irala se mit à préparer une nouvelle entrada vers la « Montagne d’Argent ». Le récit des Payaguás sur les richesses trouvées par Juan de Ayolas n’avait fait que raviver les espoirs des conquistadores de trouver un jour des mines de métaux précieux. Le gouverneur commença par publier des bans invitant ses concitoyens à s’inscrire sur la liste des participants178. Puis, il commença à apprêter les embarcations nécessaires à l’expédition :

  • 179 « Carta de Domingo de Yrala á S. M., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentari (...)

Entendi luego en rrefrescar y adereçar los navios que estavan ya viejos, y hazer otros con que me partir a descubrir con doscientos ombres e yndios desta tierra, a buscar lo que a Vuestra Magestad tengo dicho179.

  • 180 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, (...)

93Irala prévoyait de partir vers le mois de mars ou avril 1542. Au mois de février, il reçut une lettre d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca : celui-ci lui annonçait son arrivée imminente à Asunción, en tant que deuxième Adelantado, gouverneur et capitaine général du Río de la Plata180. En attendant celui qui allait l’écarter du gouvernement de la province, Irala décida d’ajourner cette première entrada vers la Sierra de la Plata.

II.3 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, deuxième Adelantado du Río de la Plata

94Moins d’un an après le départ de Cabrera et de López de Aguiar, les autorités castillanes préparaient déjà une nouvelle expédition vers le Río de la Plata. D’une part, la Couronne voulait porter secours aux conquistadores de la province, qui vivaient dans une grande précarité. D’autre part, elle souhaitait donner un nouvel élan à la conquête de la Sierra de la Plata, dont l’existence ne faisait plus aucun doute. Il lui fallait donc confier l’expédition à un homme capable d’organiser et de diriger des entradas dans une région peu accueillante et peuplée d’Indiens belliqueux. Après deux ans d’hésitation, la mission fut confiée à Alvar Núñez Cabeza de Vaca, un conquistador expérimenté et habitué aux milieux hostiles. Une fois à Asunción, sa politique et ses méthodes furent pourtant contestées par une large partie de la population européenne. Il finit par être renvoyé en Espagne, sans avoir découvert la « Montagne d’Argent ».

II.3.1 À la recherche d’un deuxième Adelantado

  • 181 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 101 v°104 v° (im. 214-220). Le titre de trésorier de (...)

95Le 19 novembre 1538, Juan de Cienfuegos fut nommé trésorier de la province, conformément aux instructions qu’il avait reçues au mois d’avril. Il remplaçait Gonzalo de Alvarado, qui avait quitté Buenos Aires avec Pedro de Mendoza. Cienfuegos fut autorisé à emmener avec lui quatre esclaves noirs et à commercer librement avec les indigènes181.

  • 182 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 106 r°-106 v° et 109 r°-109 v° (im. 223-224 et 229-23 (...)

96En octobre 1539, Antonio López de Aguiar, qui était rentré en Espagne avec Felipe de Cáceres et Francisco de Alvarado, manifesta son désir de repartir pour le Río de la Plata afin de porter secours aux conquistadores qui s’y trouvaient. Tandis que l’on vérifiait l’état de son galion, il fut autorisé à recruter jusqu’à cinquante personnes pour l’accompagner182. De même, le roi ordonna qu’on lui confiât certaines armes et munitions :

  • 183 « R. C. a los oficiales de la Casa de la Contratación... (19-10-1539) », A.G.I., Gobierno Buenos A (...)

Yo [el Rey] he sydo ynformado que los conquistadores y pobladores que estan en la prouynçia del Río de la Plata tiene neçesydad de algunas armas y munyçiones para la conquista y pacificación della e agora Antonyo Lopez de Aguiar quiere boluer a aquella prouynçia con su galeon y lleuar consigo alguna gente para socorro de los dichos conquistadores por ende yo uos mando que de las armas artilleria y munyción que sobro de la armada de Blazco Nuñez Vela enbies (sic) a los nuestros oficiales de la dicha provincia del Rio de la Plata las cosas contenydas en vn memorial que con esta uos mando enbia183.

  • 184 « R. P. del 18 de octubre de 1539 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 107 v°-108 v° (i (...)

97López de Aguiar devait remettre à Juan de Ayolas — dont on ignorait la mort — son titre de gouverneur et capitaine général du Río de la Plata184. Par ailleurs, la Couronne avait été informée qu’un certain nombre de conquistadores avaient fui vers les côtes brésiliennes, où ils s’étaient installés parmi les indigènes. Malgré leur qualité de déserteurs, ces hommes pouvaient être d’une grande aide dans le déroulement de la conquête. Par une cédule du 20 novembre 1539, le monarque demanda au gouverneur du Río de la Plata de recevoir sans conditions ceux d’entre eux qui voudraient revenir parmi les Espagnols :

  • 185 « R. C. al gobernador del Río de la Plata... (20-11-1539) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv (...)

Yo [el rey] soy ynformado que en las costas del Brasyl y en la de esa pro-vinçia [del Rio de la Plata] estan muchos xpianos en poder de los yndios que no osan venyrse donde estan los xpianos en esa provinçia vnos porque con las nescesidades y el hambre que han pasado han comydo carne umana y otros que de hambre y con nescesydad se [movieron] del rreal de los españoles en bateles y por tierra e se pasaron a los yndios para que les diesen de comer y algunos de ellos se mueren syn confesarse ny rresçbir los sacramentos [y los otros viven] syn oyr los diuinos oficios y hazer obras de xpianos [...].
Vos mando que sy algunos de los xpianos del Brasil e de esa provinçia del Rio de la Plata se quysieren venyr a esa provinçia que estais e rresidis con los xpianos españoles que en ella rresiden los dexeis y consyntays venyr libremente a esta provinçia y estar en ella e no proçedais contra ellos ny les prendays ny tomeis sus bienes por se aver ydo con los dichos yndios e aver bivido como ellos biven ny por otra cosa de las de suso contenidas185.

98Par cette cédule invitant à la clémence, la Couronne exprimait sa volonté de regrouper tous les Espagnols présents dans la région du río de la Plata. En effet, plus ces derniers seraient unis et regroupés, plus la Sierra de la Plata aurait de chances d’être découverte.

  • 186 « R. C. a Gonzalo de Acosta... (21-02-1540) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 120 v° (...)

99Pour des raisons que nous ignorons, l’expédition dirigée par Antonio López de Aguiar tardait à partir. En février 1540, le Portugais Gonzalo de Acosta, dont on appréciait la conduite et l’expérience, fut prié de se rendre une nouvelle fois dans le Río de la Plata186. En mars 1540, préoccupée par l’absence de nouvelles d’Ayolas, la Couronne finit par désigner le nouvel’Adelantado du Río de la Plata. Son choix se porta sur Alvar Núñez Cabeza de Vaca, qui était rentré du Mexique en 1537. Son expérience du Nouveau Monde et des indigènes en faisait la personne idéale pour affronter une région encore méconnue des Européens. Une capitulation fut signée le i8 mars 1540 à Madrid. Elle reprenait les grandes lignes de celle de Pedro de Mendoza, tout en précisant qu’Alvar Núñez ne pourrait assumer ses fonctions d’adelantado et de gouverneur qu’après confirmation de la mort de Juan de Ayolas :

  • 187 « Capitulación otorgada a Alvar Núñez Cabeza de Vaca..., 1540 », in Milagros del Vas Mingo, op. ci (...)

1 . Primeramente, tenemos por bien que si el dicho Juan de Ayolas no fuere bivo al tiempo que vos llegardes a la dicha provinçia, vos, en nuestro nonbre y de la Corona Real de Castilla podais descubrir, conquistar y poblar las tierras y provincias que estavan dadas en governación al dicho don Pedro de Mendoça [...].
2. Yten, vos daremos títulos de nuestro Governador y Capitán General de las dichas tierras y provincias que así estavan dadas en gobernación al dicho don Pedro de Mendoça, y de las dichas doçientas leguas de costa de la mar del Sur y de la isla de Santa Catalina [...] esto en caso que, como dicho es el dicho Juan de Ayolas no sea bivo quando vos a la dicha tierra llegardes [...].
11. Y porque podría ser al tienpo que vos llegasedes con el dicho socorro a la dicha provinçia no se supiese del dicho Juan de Ayolas si es muerto o bivo, es nuestra merçed y voluntad que en caso de duda tengais la governación de la dicha provincia como su lugarteniente por Nos nonbrado, para la husar y exercer en su nonbre, no enbargante qua-lesquier teniente quél aya dexado aunque aya sido por Nos aprovados (sic) y los pueblos o capitanes o sus gentes ayan helegido, hasta tanto que se sepa del dicho Juan de Ayolas y él certificado de vuestra llegada os nonbre vos por su lugarteniente o a la persona que le paresçiere y quisiere187.

100La dernière partie de cette citation confirme le caractère exceptionnel et provisoire de la cédule du 12 septembre 1537. Maintenant que le deuxième Adelantado du Río de la Plata avait été nommé, la Couronne préférait reprendre toute son autorité en matière de désignation des gouverneurs et capitaines généraux. L’arrivée d’Alvar Núñez à Asunción devait annuler les élections qui y auraient eu lieu, sauf si Juan de Ayolas’était encore vivant. Dans ce cas, la capitulation prévoyait une compensation pour Cabeza de Vaca :

  • 188 Ibid., p. 364-365.

10. Yten, en caso que como dicho es, el dicho Juan de Ayolas sea bivo al tienpo que llegardes a la dicha provinçia, prometemos de vos hazer merçed de la dicha ysla de Santa Catalina por término de doze años para que tengais granjerías y os aprovecheis della, con que no podais sacar yndios fuera de la dicha ysla, y la governación della sea al gobernador de la dicha provinçia del Rio de la Plata [...].
12. Yten, porque en caso, que como dicho es, el dicho Juan de Ayolas sea bivo quando vos llegardes a la dicha provinçia, no abeis de tener la gobernación della ni gozar de las otras mercedes que en esta capitulación vos hazemos, acatando los gastos que hazeis en el dicho socorro es nuestra merçed y voluntad que por tienpo de seis años vos solo ten-gais cargo de probeer de bastimentos y otras cossas neçesarias a la dicha provinçia y conquistadores y vezinos della sin que otra persona alguna lo puede (sic) hazer si no vos o quien vuestra (sic) poder oviere ; con tanto que seais obligado a hazer quatro viajes en los dichos seys años, en los quales lleveis provisiones y mantenimientos quel nuestro gobernador de la dicha provinçia ordenare, lo qual todo sea libre de almoxa-rifazgo por el dicho termino de seys años188.

  • 189 « R. C. a los oficiales de la Casa de la Contratación..., Madrid, 14-08-1540 », A.G.I., Gobierno, (...)

101Si Alvar Núñez venait à être privé de son titre de gouverneur, il pourrait ainsi profiter économiquement de son séjour dans le Río de la Plata. Le deuxième Adelantado était sûr de ne pas partir en vain. Pour sa part, la Couronne avait hâte de le voir lever l’ancre : le 14 août, elle pria les officiers de la Casa de Contratación de ne pas donner suite au procès que Martín de Orduña voulait intenter contre Alvar Núñez, afin de ne pas retarder son départ189, qui eut lieu au début du mois de novembre 1540.

II.3.2 De Sanlúcar à Asunción

  • 190 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, Madrid, Historia 16, 1984, p. 153.
  • 191 « R. a Felipe de Cáceres... (24-10-1539) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f°111 r°-112 (...)
  • 192 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 24.
  • 193 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., 1943.

102Comme il s’agissait avant tout d’une expédition de secours, la flotte du deuxième Adelantado du Río de la Plata était moins imposante que celle de son prédécesseur. Alvar Núñez partit le 2 novembre du port de Sanlúcar de Barrameda, avec deux nefs et une caravelle. Il était à la tête d’environ quatre cents soldats et de plusieurs officiers190, parmi lesquels Felipe de Cáceres, qui revenait dans le Río de la Plata avec le titre de contador191. Dans son article « La emigración española al Río de la Plata durante el siglo xvi », Richard Konetzke a calculé que la totalité de l’équipage devait se composer de quelque cinq cents personnes192, dont quatre cent trente ont été identifiées par Ricardo de Lafuente Machain193.

  • 194 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 157-159.

103Le 29 mars 1541, Alvar Núñez débarqua sur l’île de Santa Catalina. Il y trouva deux franciscains, fray Bernardo de Armenta et fray Alonso Lebrón, arrivés là avec Alonso Cabrera. Au mois de mai, neuf Espagnols ayant fui Buenos Aires débarquèrent également à Santa Catalina. Ils informèrent l’Adelantado de la fondation d’Asunción par le capitaine Salazar de Espinosa, mais pas de l’abandon de Buenos Aires, qu’ils ignoraient194. Ils firent également part à Alvar Núñez de la mort d’Ayolas et accusèrent Irala d’en être partiellement responsable. Cette nouvelle faisait officiellement d’Alvar Núñez le nouveau gouverneur et capitaine général de la province du Río de la Plata.

104Avant de se mettre en route pour Asunción, Alvar Núñez voulut fonder un port qui matérialiserait la souveraineté espagnole dans cette région convoitée par les Portugais du Brésil : c’est ainsi que le port de Vera fut fondé sur la terre ferme, face à l’île de Santa Catalina. Le 7 septembre 154i, Alvar Núñez confia la nouvelle fondation à Hernando de Alvarado :

  • 195 « Albar Nuñez Cabeza de Vaca deja en su reemplazo á Hernando de Alvarado en el puerto de Vera, set (...)

Por q’ es muy necesario conviene para el pro utilidad del buen subcesso desta conquista e por otras muchas causas tocantes al servo de dios nro señor y de su mag q quede poblado este puerto de vera en q al presente estoy e aquy dexar cierta gente para que la dha poblacion y puerto se sustenten y se persevere en la conversion de los yndios naturales y para otras cosas convenientes y necesarias al bien de la dha conquista pa lo qual conviene dexar persona q’ en my lugar q’ de con el cargo e compañia de la dha gente governacion e admynistracion della y pa q’ en todo haga aquello q’ mas convenga al servo de dios y de su magd y sustentacion del dho puerto y pueblo e yo he nombrado y señalado para lo suso dho a vos hernando de albarado my (roto) por parecerme q’ soys persona suficiente para lo suso dho195.

  • 196 « Información hecha en Xerez..., 1545 (carta de Pedro de Fuentes) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca (...)
  • 197 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 159-163. Voir carte 3 p. 500, annex (...)

105Contre l’avis de Felipe de Cáceres et du pilote Antonio López, Alvar Núñez décida de diviser ses troupes en deux : une partie se rendrait directement à Asunción par voie terrestre ; l’autre par voie maritime et fluviale, afin de porter secours aux derniers Espagnols de Buenos Aires. L’Adelantado partit pour Asunción le 18 octobre 1541, accompagné de deux cent cinquante soldats, de vingt-six cavaliers, des deux franciscains et de quelques indigènes pour lui indiquer le meilleur chemin à suivre. Le second contingent, composé de cent quarante hommes environ, tous originaires de Jerez de la Frontera196, était dirigé par le capitaine Pedro Estopiñán Cabeza de Vaca, cousin d’Alvar Núñez197.

  • 198 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 163-166.

106À mesure qu’il avançait vers Asunción, Alvar Núñez Cabeza de Vaca prenait possession des terres qu’il traversait au nom de la Couronne de Castille. Il fonda ainsi la province de Vera, sur un territoire correspondant aujourd’hui aux états brésiliens de Santa Catalina et du Paraná. Lorsqu’il atteignit le fleuve Iguazú, il rencontra un Indien ladino converti au christianisme. Celui-ci était originaire des côtes brésiliennes et rentrait chez lui après avoir passé un certain temps à Asunción. Il fit part à l’Adelantado des dernières nouvelles de la ville et décida de l’y accompagner. Comme ce nouveau guide connaissait mieux que quiconque le chemin à suivre, Alvar Núñez congédia les Indiens de Santa Catalina qui l’avaient accompagné jusque-là198.

107La plupart du temps, les Espagnols étaient ravitaillés par les indigènes qu’ils rencontraient sur leur chemin. Cependant, on marchait parfois pendant plusieurs jours sans croiser le moindre Indien. La troupe devait alors se nourrir de ce que la nature voulait bien lui offrir :

  • 199 Ibid., p. 169.

A primer día del mes de enero del año del Señor de 1542 [...] fue caminando por tierras de montañas y cañaverales muy espesos, donde la gente pasó harto trabajo, porque hasta los 5 días del mes no hallaron poblado alguno ; y demás del trabajo, pasaron mucha hambre y se sostuvo con mucho trabajo, abriendo caminos por los cañaverales. En los cañutos de estas cañas había unos gusanos blancos, tan gruesos y largos como un dedo ; los cuales la gente freían para comer, y salía de ellos tanta manteca, que bastaba para freírse muy bien, y los comían toda la gente, y los tenían por muy buena comida ; y de los cañutos de otras cañas sacaban agua, que bebían y era muy buena, y se holgaban con ello199.

  • 200 Ibid., p. 170-174.

108Aux abords du fleuve Piquerí, Alvar Núñez arriva dans un village guarani où il fut particulièrement bien accueilli. Il décida de s’y reposer quelques jours, pendant lesquels quatorze Espagnols tombèrent malades et un autre fut gravement mordu par un chien. Ne voulant pas s’attarder davantage, Alvar Núñez prit le parti de les laisser en convalescence auprès des Guaranis. Afin de s’assurer que ses hommes seraient bien traités, il fit aux indigènes de nombreux cadeaux. Puis, il reprit son chemin et atteignit une nouvelle fois le fleuve Iguazú, non loin des grandes chutes. On traversa le fleuve sur des canoës achetés à des Indiens, mais le courant était si fort qu’un des canoës se renversa et un Espagnol mourut noyé200. L’Adelantado préféra donc poursuivre la traversée du fleuve à pied, en portant les canoës.

  • 201 Ibid., p. 175-179.

109Alvar Núñez avait envoyé des messagers à Asunción afin de demander des secours. Il fut donc surpris que personne ne l’attendît sur la rive occidentale du Paraná. Comme une trentaine de ses hommes étaient tombés malades, il choisit de leur faire terminer le voyage par voie fluviale, en redescendant le Paraná jusqu’à sa confluence avec le Paraguay. L’Adelantado pensait qu’ils rejoindraient ainsi le groupe qui effectuait le voyage par Buenos Aires. Les malades furent embarqués sur un grand radeau, avec une cinquantaine de soldats chargés de les soigner et de les défendre en cas d’attaque indigène. Le reste des Espagnols se remit en marche et franchit les portes d’Asunción le 11 mars 1542. Ils y furent bien accueillis, tant par les populations indigènes que par les Espagnols, ravis de constater que la métropole leur avait enfin envoyé des secours201.

  • 202 Ibid., p. 175-180.
  • 203 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 55.
  • 204 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Bibliotec (...)
  • 205 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 216.
  • 206 « Información hecha en Xerez..., 1545 (carta de Pedro de Fuentes) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca (...)
  • 207 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)
  • 208 À propos du port de San Juan, voir l’article de Ricardo de Lafuente Machain, « Poblaciones efímera (...)
  • 209 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Bibliotec (...)
  • 210 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)

110Le nouveau gouverneur envoya aussitôt deux brigantins à la rencontre des deux groupes qui faisaient le voyage par voie fluviale. Les quatre-vingts Espagnols, malades et valides, dont il s’était séparé après la traversée du Paraná furent retrouvés rapidement. On les escorta jusqu’à Asunción, où ils arrivèrent à la mi-avril202. Le 16 avril, les deux brigantins repartirent d’Asunción, en direction de Buenos Aires, afin de porter secours au contingent commandé par Pedro Estopiñán. Le capitaine Juan Romero fut choisi pour commander l’expédition. Il connaissait bien l’estuaire pour y avoir séjourné du temps de Pedro de Mendoza203. Romero était également chargé de fonder un port sur la rive orientale du Río de la Plata, près du fleuve de San Juan. Lorsqu’il arriva dans l’estuaire, il retrouva les cent quarante compagnons d’Alvar Núñez, qui avaient bien rejoint l’ancien site de Buenos Aires et avaient trouvé les vivres et les instructions d’Irala204. Les attaques constantes des autochtones les avaient apparemment épuisés et Juan Romero arriva juste à temps pour les sauver d’une mort certaine205. Fort heureusement, on n’avait eu à déplorer jusque-là que deux victimes : Antonio López, pilote du navire206, et Pedro Salínaz, originaire de Badajoz, tué par un fauve207. Juan Romero, ses hommes et ceux d’Alvar Núñez s’affairèrent ensuite à la construction du port de San Juan, face à l’ancienne Buenos Aires, sur la rive orientale de l’estuaire. On se rendit compte rapidement que le site était inadapté à l’installation d’un centre habité : l’endroit était froid, balayé constamment par un vent de sud, le terrain’était sablonneux et difficilement cultivable, les indigènes peu coopératifs. D’un commun accord, on décida d’abandonner le port de San Juan et de rentrer à Asunción208. Après un voyage mouvementé, au cours duquel plusieurs personnes périrent noyées, Juan Romero et les hommes d’Alvar Núñez arrivèrent à Asunción le 21 décembre 1542209. Ils y retrouvèrent les quatorze Espagnols qui étaient restés près du fleuve Piquerí et qui avaient rejoint Asunción au mois de juillet 1542. Les Guaranis les avaient parfaitement soignés. Seul l’homme qui avait été mordu par un chien, un certain Orejón, était mort des suites de ses blessures210.

  • 211 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 178.
  • 212 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 168.

111Le voyage d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca entre l’île de Santa Catalina et Asunción est remarquable à plus d’un titre. Tout d’abord, il signifie la découverte et l’ouverture du chemin le plus court entre la capitale paraguayenne et la côte brésilienne. Couramment empruntée jusqu’en 1580, la route « Asunción-Santa Catalina » fut ensuite délaissée au profit de Buenos Aires. Julián María Rubio Esteban a affirmé que l’abandon de cet itinéraire avait favorisé l’usurpation du Guairá par les Portugais211. L’autre exploit d’Alvar Núñez est de n’avoir eu à déplorer que trois victimes pendant tout le voyage. Son périple nord-américain lui avait appris à survivre dans des milieux hostiles et à trouver de quoi se nourrir. Par ailleurs, l’Adelantado connaissait les maladies liées aux climats tropicaux et ne faisait que de courts arrêts parmi les tribus indigènes, afin d’éviter à ses hommes de trop manger et de tomber malades212. Enfin, il est important de souligner qu’à aucun moment du voyage Cabeza de Vaca et ses hommes ne furent attaqués par les Indiens. Au contraire, ceux-ci les reçurent toujours pacifiquement, fournissant aide et vivres de leur plein gré. L’attitude d’Alvar Núñez à leur égard y fut pour beaucoup :

  • 213 Ibid., p. 164.

Y porque la gente que en su compañía llevaba el gobernador era falta de experiencia, porque no hiciesen daños ni agravios a los indios, mandóles que no contratasen ni comunicasen con ellos ni fuesen a sus casas y lugares por ser tal su condición de los indios, que de cualquier cosa se alteran y escandalizan, de donde podía resultar gran daño y desasosiego en toda la tierra213.

112L’expérience que l’Adelantado avait acquise en Floride et au Mexique fut déterminante lors de la traversée de la forêt tropicale. Sa prudence et sa rigueur sauvèrent sans doute plus d’une vie. À Asunción, cette rigueur n’allait pas tarder à être perçue comme un autoritarisme excessif par une population qui s’était habituée à vivre en marge des lois castillanes.

II.3.3 Un gouverneur qui dérange

113En arrivant à Asunción, Alvar Núñez se présenta à Irala comme successeur de Juan de Ayolas, documents officiels à l’appui. Irala, cherchant à défendre sa position, lui répondit en ces termes :

  • 214 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y coment (...)

Caveça de Vaca [...] nos mostro una provision de Vuestra Magestad por la qual en muerte del governador Jhoan de Aiolas mandava le obedecie-semos como governador de esta tierra, y porque de la muerte de Jhoan de Aiolas ne se tenya mas certeza de lo que le moço chane avya dicho, y podia ser bivo, porque el dezia que en su tierra avyan quedado xpianos y podria ser estar bivo entre ellos, por esta provision no le rrecivimos214.

  • 215 Ibid., p. 391.
  • 216 Emili Gómez Nadal, « Noticia del intento de expedición de Jaume Rasquí al Río de la Plata en 1559  (...)

114Domingo Martínez de Irala, qui avait annoncé la mort d’Ayolas à ses compatriotes et avait de ce fait été élu gouverneur de la province, soutenait maintenant qu’Ayolas’était peut-être encore en vie et qu’il ne fallait pas s’empresser de le remplacer. Face à tant de mauvaise foi, Alvar Núñez lui remit un autre document qui faisait de lui le lieutenant d’Ayolas, dans le cas où la mort de ce dernier serait incertaine. Cette fois, Irala n’eut d’autre possibilité que de se soumettre à l’autorité de l’Adelantado215. Celui-ci fut dès lors considéré comme un usurpateur par la plupart des « vieux conquistadores », comme l’a souligné l’historien Emili Gómez Nadal216.

  • 217 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)

115Très vite, le nouveau gouverneur voulut remettre un peu d’ordre dans les affaires courantes d’Asunción. L’isolement de la ville, le faible nombre de conquistadores, la pauvreté de la province et l’absence de gouverneur officiel avaient fait que la colonie s’était développée de façon anarchique, pratiquement « sans foi ni loi ». Plusieurs aspects de la société coloniale choquèrent profondément le nouvel Adelantado, à commencer par le concubinage et la polygamie, devenus naturels pour les vecinos d’Asunción : non seulement les Guaranis avaient offert leurs filles aux Espagnols, mais ces derniers n’hésitaient pas à en ravir de nouvelles lors des rancheadas qu’ils organisaient dans les villages indigènes. La plupart des conquistadores vivaient ainsi avec une ou plusieurs femmes, qu’ils n’épousaient pratiquement jamais, mais dont ils reconnaissaient volontiers les enfants. L’absence quasi totale de femmes européennes favorisa bien sûr cette pratique, condamnée avec virulence par Alvar Núñez217.

116Le gouverneur s’insurgea également contre la façon dont beaucoup d’Espagnols traitaient et exploitaient les populations indigènes :

  • 218 Ibid., p. 29.

Estos crystianos españoles que hallé en esta provincia, y especialmente algunos de los capitanes y officiales de SM e sus amigos, hazian grandes agrabios e crueldades en los naturales y en sus mugeres e hijos toman-doselas por fuerça con los otros sus bienes, dandoles de açotes por celos y trabajos demasiados, y a sus padres y parientes haziendolos benir a trabajar por fuerça y a palos, no les pagando sus trabajos218.

117Parallèlement aux mauvais traitements que les Espagnols infligeaient aux autochtones, Alvar Núñez voulut éradiquer les pratiques anthropophages encore courantes chez les Guaranis. Pour des raisons politiques, Irala n’avait pas cherché à combattre cette coutume, chère aux populations locales. Pero Hernández, le secrétaire du gouverneur, prétendit même qu’Irala avait personnellement assisté à des scènes d’anthropophagie sans tenter de les empêcher :

  • 219 « Relación de Pero Hernández, 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 190 (...)

Luego como fue recibido Domingo de Yrala, con parecer de Alonso Cabrera e Garcia Benegas fue a las casas e pueblo de una generacion de yndios que se llaman agaces, llebando en su compañia a los yndios carios, e dio de noche en ellos e mato muchos dellos, e los carios comieron muchos dellos en su presencia del capitan e oficiales.
[...] Los yndios payaguas que el dicho Domingo de Yrala avia tomado e tenia presos de la generacion de los payaguas, los dio e repartio entre los yndios carios, los quales en su presencia e de Alonso Cabrera e Garcia Benegas mataron e despedaçaron para comerselos en sus casas, no se lo estorbando219.

118Pero Hernández, qui n’appréciait pas Irala, exagéra sans doute la réalité. Toutefois, aucun des documents que nous avons consultés ne révèle de la part d’Irala une réelle opposition aux pratiques anthropophages des Guaranis. Afin de convaincre les indigènes d’abandonner de telles habitudes, totalement contraires à la loi chrétienne, Alvar Núñez fit appel aux quelques religieux qui se trouvaient à Asunción :

  • 220 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 182.

Les fue dicho [a los indios] y amonestado que se apartasen de comer carne humana, por el grave pecado y ofensa que en ello hacían a Dios, y los religiosos y clérigos se lo dijeron y amonestaron220.

119Nous ignorons si les Guaranis réfrénèrent leurs appétits anthropophages ou s’ils se contentèrent dès lors de les dissimuler. En tous cas, il leur fut défendu de recevoir des Indiens en récompense lors des batailles contre des nations ennemies.

120Alvar Núñez Cabeza de Vaca s’en prit aussi aux agissements des officiers royaux, notamment en matière fiscale. Plusieurs conquistadores s’étaient plaints que les officiers leur réclamaient le quinto real sur tout ce qu’ils achetaient aux Indiens pour se vêtir, s’équiper et s’alimenter, ce qui ne faisait qu’aggraver la précarité dans laquelle ils vivaient :

  • 221 « Carta del clérigo presbítero Antonio d’Escalera al Emperador Don Cárlos..., 1556 », in Cartas de (...)

Los conquistadores y suditos de V. M. se querellaron de los grandes agravios que avian recibida (sic), antes que á la tierra él viniese, por los oficiales de V. M., en les llevar los quintos de aquellas cosas que de los yndios del rio abaxo trayan para su vestido y provision ; lo qual hera, que de çinco queros de venado que vn conquistador traya, para hazer armas para defensa de su persona, les llevavan vno, y de çinco panillas de manteca que para los adobar y beneficiar trayan, vna se llevauan ; y asimismo de todas las otras cosas que trayan, asi como de pellejos de nutras y pescado, y que les apretavan y molestavan por algunas debdas que algunos á V. M. devian. Pues visto por el governador lo por los conquistadores dicho, y la gran proveza que tenian (que certifico á V. M. questavan tan proves, que muchos o todos los más no tenian camisas para se vestir), mandó que en quanto á los quintos, de aquellas cosas que los conquistadores y pobladores dezian, no se les llevase quinto alguno [...], y dado caso que V. M. fuere servido de mandar otra cosa en contrario, quél [...] lo tomaria en su salario [...] ; y en quanto á las debdas, les pidió y rogó sobreseyesen la cobrança dellas hasta tanto que la jente toviese alguna cosa más para les pagar221.

  • 222 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Bibliotec (...)
  • 223 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza..., 1534 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 292

121Le deuxième Adelantado estimait que le roi n’avait que faire de produits tels que peaux de bêtes ou graisse animale222. On pouvait cesser de percevoir le quinto tant qu’on n’aurait pas trouvé de véritables richesses. De plus, la dixième clause de la capitulation de Mendoza stipulait que pendant les six premières années à compter de la date de signature du document (1534), les conquistadores ne devaient payer à la Couronne que le dixième de l’or qu’ils trouveraient dans les mines. Cette quotité devait passer à un neuvième la septième année, à un huitième la huitième année et ainsi de suite jusqu’à atteindre un cinquième la onzième année, c’est-à-dire en 1545223. Comme on n’avait toujours pas trouvé d’or dans la province, Alvar Núñez appliqua cette clause aux seuls biens que l’on avait amassés dans la province, à savoir les aliments et autres marchandises obtenues auprès des indigènes. Par conséquent, la perception du quinto par les officiers de Sa Majesté lui parut irrégulière.

  • 224 Ibid., p. 292.

122L’avis des officiers était tout autre : la clause invoquée par Alvar Núñez s’appliquait à l’or trouvé dans les mines et non aux marchandises obtenues de gré ou de force auprès des indigènes : « del oro y otras cosas que se ovieren de rrescate o cavalgadas, o en otra qualquier manera, desde luego nos han de pagar [los conquistadores] el quinto de todo ello224. » Les marchandises acquises par les Espagnols auprès des Indiens du Paraguay étaient bel et bien soumises au quinto. Les produits autochtones n’intéressaient certes pas la Couronne, mais le quinto servait également à payer le salaire des fonctionnaires. Ces derniers n’ayant pas le droit de posséder une encomienda, supprimer le quinto revenait à les priver de toute source légale de revenu. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi les officiers de la Couronne s’insurgèrent avec véhémence contre la décision d’Alvar.

123Le nombre de mécontents’était tel que certains décidèrent d’agir contre le nouveau gouverneur. Les moines franciscains Bernardo de Armenta et Alonso Lebrón, qu’Alvar Núñez avait retrouvés sur l’île de Santa Catalina, décidèrent de regagner secrètement les côtes brésiliennes afin de s’embarquer pour l’Espagne et d’alerter les autorités sur la situation de la province et l’intolérance dont le nouveau gouverneur faisait preuve à l’égard de ses conquistadores. Les deux hommes partirent d’Asunción en compagnie de cinq Espagnols et de trente Indiennes enlevées clandestinement à leurs parents. Ils furent arrêtés peu après leur départ et ramenés de force à Asunción. Toutefois, pour éviter d’aggraver les divisions dont souffrait déjà la province, Alvar Núñez traita les responsables avec clémence.

124Alvar Núñez n’avait pourtant pas que des ennemis. D’une part, tous les conquistadores de la première heure n’étaient pas favorables au concubinage, à l’exploitation systématique des Indiens ou aux pratiques anthropophages de ces derniers. D’autre part, il avait secouru les conquistadores les plus pauvres en leur distribuant toutes sortes de marchandises :

  • 225 « Dos Provanzas hechas por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca... (1546) », in Alvar Núñez Cabeza (...)

Llegado y recibido en la dicha gobernacion rrepartio todo lo que llevava de armas, vino, rropas y arynas, municiones, e lo que llevava, entre la gente que allá estaba, sin ynterese ninguno, de que fueron muy socorridos e rremediados225.

125L’Adelantado avait donc des partisans dévoués, qui le défendirent avec véhémence lorsqu’il fut renversé en 1544. Parmi les qualités prêtées à Alvar Núñez, la façon dont celui-ci pacifia les nations indigènes figura en bonne place.

II.3.4 La pacification de la province

  • 226 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 184-186.

126La politique indigéniste d’Alvar Núñez se caractérisa par sa volonté d’éviter autant que possible le recours aux armes. Nous avons vu comment, lors de son voyage à travers la forêt tropicale, l’Adelantado se montra respectueux des Indiens qu’il rencontrait, en rémunérant systématiquement leurs services et en surveillant le comportement de ses hommes. Son expérience nord-américaine lui avait appris que l’on obtient toujours davantage par la persuasion que par la contrainte. À Asunción, Alvar Núñez continua de préférer le dialogue à la violence dans ses rapports avec les peuples indigènes, que ceux-ci fussent pacifiés ou non. Ainsi, il obtint une trêve des Agaces, qui malgré les accords de paix conclus avec les Espagnols, continuaient d’attaquer les habitants d’Asunción et des environs, en raison de leur hostilité ancestrale envers les Guaranis226.

  • 227 « Dos provanzas hechas por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca... (1546) », in Naufragios y Coment (...)
  • 228 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 187-188.
  • 229 Ibid., p. 191-200.
  • 230 Ibid., p. 200-202.
  • 231 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 185.
  • 232 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 203-207.

127Malgré ses efforts, le gouverneur ne parvint pas toujours à éviter la guerre. Ainsi, une expédition punitive fut décidée contre les Guajarapos et les Guapos, car ils avaient tué cinq Espagnols et cinquante Guaranis qui étaient en train de pêcher227. Alvar Núñez fit également la guerre aux Guaycurus. Plusieurs caciques alliés s’étaient plaints de cette nation du Chaco qui les attaquait régulièrement228. Après avoir consulté les membres du clergé sur le bien-fondé d’une guerre contre les Guaycurus, Alvar Núñez envoya une cinquantaine d’hommes parmi eux pour les sommer de ne plus importuner les Guaranis. Non seulement les Guaycurus refusèrent d’obtempérer, mais ils attaquèrent les Espagnols, faisant plusieurs blessés. Le 12 juillet 1542, Alvar Núñez et deux cents soldats se lancèrent à travers le Chaco à la poursuite des Guaycurus, qu’ils rejoignirent bientôt grâce à l’aide de pisteurs indigènes. Après leur avoir âprement livré bataille, Alvar Núñez rentra à Asunción avec quatre cents prisonniers229. Pour la première fois de leur histoire, les Guaycurus avaient été vaincus. Cette défaite, qui prouvait la supériorité des Espagnols aux yeux des indigènes, encouragea certaines nations à se soumettre volontairement. Les Yaperus se présentèrent à Asunción avant même le retour de l’Adelantado230. Les Guatatas les imitèrent bientôt231. Quand il fut rentré à Asunción, Alvar Núñez relâcha un des prisonniers guaycurus en lui disant d’informer ses camarades que s’ils acceptaient de se soumettre, ils seraient traités en amis. Cette fois, les Guaycurus acceptèrent l’offre du gouverneur et tous les prisonniers furent libérés. Cette politique du pardon s’avéra rentable puisque les Guaycurus devinrent de gros fournisseurs de viande, peaux, toiles et autres marchandises qu’ils venaient échanger à Asunción contre du maïs ou du manioc232. À l’inverse, les Agaces profitèrent de l’absence de l’Adelantado pour trahir leurs engagements et rompre la trêve :

  • 233 « Provanza hecha por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca..., Madrid (1546) », in Alvar Núñez Cabez (...)

Francisco Ruiz Galán y el capitan Vergara hecieron ynformaciones contra los yndios agaces [...] porque despues de aver tenido con ellos paces los avian [...] venido á saltear, y les matavan muchos yndios de los amigos e cristianos nuevamente convertidos y los llevavan presos, e de las haciendas de los cristianos llevavan las yndias que andavan senbrando o limpiando los maizes, e á las unas matavan y a las otras llevavan cautivas y las traian a rescatar por el rrio por rropa y planchas y hachas y otros rescates y mucho mayz y mandioca, e los cristianos ni los yndios no eran señores de yr a pescar al rrio, con temor dellos ; e ansimismo de noche rrovavan los mayzes y los destruian, y dellos rrecevian grandes injurias y molestias, y quanto mejores palabras los cristianos les daban y mas los rrequerian, mas se ensoverbecian y decian qu’era de miedo dellos, y asi se alavaban dello a otras generaciones233.

  • 234 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 202-203 et 209.

128Il fallait réagir rapidement pour éviter le soulèvement d’autres nations indigènes. Après avoir consulté les officiers royaux, Alvar Núñez décida d’exécuter publiquement treize ou quatorze prisonniers agaces qui se trouvaient à Asunción234. Indulgent avec les ennemis qui se rendaient, le gouverneur était impitoyable avec les traîtres. Même s’ils ne se soumirent jamais totalement, les Agaces se tinrent par la suite plus tranquilles. La politique indigéniste du deuxième Adelantado permit donc de pacifier largement les environs d’Asunción. Ses initiatives concernant l’organisation et le développement de la province donnèrent des résultats plus mitigés.

II.3.5 Alvar Núñez et l’organisation de la province

129Depuis qu’il était arrivé dans le Río de la Plata, Alvar Núñez songeait à repeupler le port de Buenos Aires. Il pensait que cela faciliterait les communications avec l’Espagne :

  • 235 Ibid., p. 181.

Era cosa muy conveniente y necesaria hacerse la población y puerto [de Buenos Aires], sin el cual toda la gente española que residía en la provincia y conquista, y la que adelante viniese, estaba en gran peligro y se perderían, porque las naos que a la provincia fuesen de rota batida han de ir a tomar puerto en el dicho río, y allí hacer bergantines para subir trescientas cincuenta leguas el río arriba, que hay hasta la ciudad de la Ascensión, de navegación muy trabajosa y peligrosa235.

130Le gouverneur était convaincu que le port avait été abandonné pour échapper plus aisément à l’autorité royale :

  • 236 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)

Todos los que hallé en la dicha tierra se querellaban de los susodichos [Irala y Cabrera] por aber despoblado el dicho puerto [de Buenos Aires], e dezian publicamente que lo abian despoblado porque Su Magestad no supiese la muerte de Juan de Ayolas y crystianos, así por aber sido causador principal della Domingo de Yrala, como por que no probeyese de la gobernación y le fuese quitada, y tambien por se aprobechar de las mercaderías [de Pancaldo] que allí tenian unos mercaderes balencia-nos, de sedas, paños y otras cosas de mucho balor, y entrarse por la tierra adentro en demanda de las poblaciones donde está el oro y la plata, diziendo que embiandolo a Su Magestad le haría merced de la gobernación236.

  • 237 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 210.

131Irala se défendit de ces accusations en rappelant qu’il avait dépeuplé Buenos Aires afin de regrouper les rares conquistadores encore vivants en 1541, condition jugée nécessaire à la survie de la colonie et à la découverte de la Sierra de la Plata. Cependant, l’arrivée d’Alvar Núñez et de ses quatre cents compagnons avait modifié la situation : le nombre des Espagnols ayant doublé, il était possible de chercher la « Montagne d’Argent » depuis Asunción, tout en maintenant un port sur le Río de la Plata. Peu après le départ de Juan Romero pour Buenos Aires, Alvar Núñez ordonna la construction de deux autres brigantins. Dès qu’ils furent prêts, ils levèrent l’ancre à destination de Buenos Aires, chargés de vivres et de matériel destiné à la reconstruction du port. Leur équipage, commandé par le capitaine Gonzalo de Mendoza, se composait d’une centaine d’hommes237, mais la mauvaise saison fit échouer la tentative d’Alvar Núñez de repeupler l’estuaire du Río de la Plata :

  • 238 Ibid., p. 216.

Se puso grande diligencia a tornar, a fundar y asentar de nuevo el pueblo y puerto de Buenos Aires, en el río del Paraná, en un río que se llama el río de San Juan, y no se pudo asentar ni hacer a causa que era a la sazón invierno, tiempo trabajoso, y las tapias que se hacían las aguas las derribaban. Por manera que le fue forzoso [a Gonzalo de Mendoza] dejarlo de hacer, y fue acordado que toda la gente se subiese por el río arriba y traerla a esta ciudad de la Ascensión238.

  • 239 « Provanza hecha por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca... (1546) », in Alvar Núñez Cabeza de Vac (...)
  • 240 « Dos provanzas hechas por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca... (1546) », in Alvar Núñez Cabeza (...)

132Le gouverneur voulut également améliorer les infrastructures d’Asunción. Il commença par ordonner la construction d’une nouvelle église. Celle qui avait été construite par Irala était devenue trop petite en raison de l’accroissement rapide de la population. À en croire le témoignage du capitaine Salazar, le gouverneur participa personnellement aux travaux, afin de montrer l’exemple à ses compatriotes : « con su propia persona, con los capitanes e gente mas onrrada, [Alvar Núñez] començo con sus propias manos edeficar e hacer la yglesia mayor de la dicha cibdad239. » Les déclarations de Juan de Salazar furent confirmées par d’autres témoins oculaires, parmi lesquels Diego Sánchez, vecino d’Asunción de 1536 à 1545 : « vio al dicho Alvar Nuñez Cabeça de Vaca con un pison en la mano pisar, e ayudar a levantar el dicho fundamento de la dicha yglesia240. » Alors que la construction de la nouvelle église n’était pas terminée, un incendie éclata accidentellement à Asunción, le 4 février 1543. Il dura quatre jours et causa d’importants dégâts :

  • 241 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 217.

Quemáronse más de doscientas casas, y no les quedaron más de cincuenta casas, las cuales escaparon por estar en medio un arroyo de agua, y quemáronseles más de cuatro o cinco mil fanegas de maíz en grano, que es el trigo de la tierra, y mucha harina dello, y muchos otros mantenimientos de gallinas y puercos [...]. Averiguóse que una india de un cristiano había puesto el fuego, sacudiendo una hamaca que se le quemaba, dio una morcella en la paja de la casa ; como las peredes (sic) son de paja, se quemó241.

133Après avoir secouru tant bien que mal les conquistadores sinistrés, Alvar Núñez ordonna de reconstruire les maisons incendiées dans des matériaux moins inflammables :

  • 242 Ibid., p. 218.

Y visto que los españoles quedaron perdidos y sus casas y haciendas asoladas, de lo que el gobernador tenía de su propia hacienda los remedió, y daba de comer a los que no lo tenían, mercando de su hacienda los mantenimientos, y con toda diligencia los ayudó y les hizo hacer sus casas, haciéndolas de tapias, por quitar la ocasión que tan facilmente no se quemasen cada día242.

134Petit à petit, Asunción perdait ses allures de campement militaire, pour ressembler davantage à une ville coloniale, dotée d’infrastructures solides et régie par une réglementation urbanistique rigoureuse. De ce point de vue, le gouvernement d’Alvar Núñez signifia un réel progrès dans le développement de la province du Paraguay.

II.3.6 L’exploration du Haut-Paraguay et la « Gran Entrada » de Los Reyes

  • 243 Ibid., p. 212-213.
  • 244 Ibid., p. 214-215.

135L’Adelantado n’en oubliait pas pour autant la Sierra de la Plata. Le 20 octobre 1542, il avait envoyé trois brigantins et quatre-vingt-dix hommes, commandés par Domingo Martínez de Irala, explorer le Paraguay en amont. Quand ils arrivèrent au port de Las Piedras, trois hommes se séparèrent de l’expédition pour explorer les voies terrestres menant à la « Montagne d’Argent ». Le cacique Aracaré les accompagna avec huit cents indigènes. L’exploration dura quatre jours, au bout desquels Aracaré et ses hommes abandonnèrent les trois Espagnols à leur sort. Ceux-ci préférèrent rentrer à Asunción, où ils arrivèrent vers le 10 novembre243. D’autres caciques firent part au gouverneur de leur volonté de l’aider à poursuivre ses découvertes. Quatre autres Espagnols repartirent donc le 15 décembre, accompagnés de quelque mille cinq cents Indiens. Après plus d’un mois de marche, l’aridité du Chaco vint à bout de leurs forces et les obligea à rebrousser chemin. Alors qu’ils redescendaient le Paraguay, ils furent attaqués par Aracaré et ses hommes. Quarante-cinq jours après leur départ, les quatre Espagnols et leurs alliés indigènes rentrèrent enfin à Asunción, exténués et sans nouvelle de la « Montagne d’Argent244 ».

  • 245 Voir carte 4 p. 501, annexe A.
  • 246 « Relación de la jornada al norte, por el escrivano Diego de Olavarrieta, 1542 », in Ricardo de La (...)
  • 247 « Carta de Domingo de Yrala á S. M.... (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comen (...)
  • 248 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 218-224.

136Le 6 janvier 1543, Irala et ses hommes atteignirent le port de Los Reyes245, où ils trouvèrent d’anciens esclaves ayant appartenu à Aleixo García. Ils explorèrent les alentours pendant quelques jours et certains Indiens leur dirent que les terres riches en métaux précieux se trouvaient à quelques journées de marche seulement. Malgré l’incohérence des renseignements des uns et des autres246, Irala estima que Los Reyes’était le point de départ idéal pour les prochaines entradas vers le pays du « Roi Blanc ». Il rentra à Asunción pour annoncer la bonne nouvelle au gouverneur. En chemin, il reçut un message d’Alvar Núñez qui lui ordonnait, dans l’intérêt de Sa Majesté, de trouver et d’exécuter le cacique Aracaré, qui avait trahi la confiance des Espagnols. Irala obéit aux ordres du gouverneur, puis reprit le chemin d’Asunción247. Il y arriva le 15 février 1543, quelques jours après le grand incendie qui avait ravagé la ville. Séduit par le rapport d’Irala, Alvar Núñez commença à préparer la nouvelle entrada : embarcations, armes, vivres... Rien ne devait être laissé au hasard pour conquérir la Sierra de la Plata. Comme une grande partie des réserves alimentaires avait été détruite par l’incendie, le capitaine Gonzalo de Mendoza et une centaine d’hommes furent envoyés se ravitailler auprès de nations alliées vivant au nord d’Asunción. Or, deux de ces nations s’étaient soulevées après la mort d’Aracaré. Leurs caciques menaçaient les autres chefs de représailles s’ils vendaient quoi que ce soit aux Espagnols. Gonzalo de Mendoza demanda donc des renforts au gouverneur depuis le port de Gijuy. Irala s’y rendit immédiatement, avec une centaine de soldats. Après de rudes batailles, qui firent quatre morts et une quarantaine de blessés dans les rangs espagnols, il réussit à pacifier la région248.

  • 249 Id., « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 43.
  • 250 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 226-228. Dans une lettre rédigée en 1545, Alonso Riquelme (...)

137Tout était fin prêt pour commencer l’entrada. Le 8 septembre 1543, le capitaine Juan de Salazar fut nommé lieutenant de gouverneur. Il reçut l’ordre de construire une caravelle afin de prévenir Sa Majesté des nouvelles découvertes que l’on s’apprêtait à faire249. Puis, Alvar Núñez partit à la tête de quatre cents soldats et une douzaine de cavaliers. La moitié des hommes voyageait à bord de dix brigantins ; l’autre moitié, dont faisaient partie les cavaliers, longeait le Paraguay. Les capitaines Domingo Martínez de Irala, Gonzalo de Mendoza, Francisco de Ribera et Hernando de Ribera, le facteur Pedro Dorantes et son fils homonyme, le trésorier Felipe de Cáceres, Alonso Riquelme, Pedro de Fuentes et Ulrich Schmidel participaient à l’expédition. Mille deux cents Indiens les accompagnaient à bord de cent vingt canoës250.

  • 251 Id., « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 45.
  • 252 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 228-246 ; id., « Relación General... », in Naufragios y Co (...)
  • 253 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 252-254.

138Dès le début, la navigation se révéla plus difficile que prévu. Les brigantins étaient surchargés et Alvar Núñez dut se délester de deux cents quintaux de vivres, quelques jours à peine après le départ. L’expédition atteignit le port d’Itaquí le 12 septembre et celui de La Candelaria un mois plus tard. Là, des Indiens payaguás vinrent au devant de l’Adelantado et reconnurent être responsables de la mort de Juan de Ayo-las. Afin qu’on leur pardonnât leur crime, ils promirent de restituer les objets d’or et d’argent qu’ils lui avaient pris. Alvar Núñez accepta leur offre, et les Payaguás repartirent chercher le trésor d’Ayolas. Ils ne reparurent plus jamais... Las d’attendre, l’Adelantado reprit son voyage vers le nord. Lorsqu’il arriva à cinquante lieues de Los Reyes251, Alvar Núñez partit en avant avec la moitié des brigantins. Il ordonna à Gonzalo de Mendoza de le suivre à quelques jours de distance. Le gouverneur ne voulait pas effrayer les indigènes par une arrivée massive de navires et de soldats. Le 18 octobre, l’expédition fit une halte parmi les Guajara-pos pour y acheter des vivres. En raison du faible niveau des eaux, Alvar Núñez atteignit difficilement le port de Los Reyes le 8 novembre 1543. Il y fut reçu pacifiquement par les Indiens sacosis252. Une semaine plus tard, il fut rejoint par Gonzalo de Mendoza. Ses hommes avaient essuyé plusieurs attaques de la part des Guajarapos, qui par chance ne firent qu’une seule victime, l’alférez Juan de Bolaños253.

  • 254 Id., « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 46.
  • 255 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 249-254-258.

139Alvar Núñez s’informa auprès des différentes nations de la région sur le meilleur chemin à suivre pour atteindre la Sierra de la Plata. On lui expliqua qu’il lui fallait traverser les terres des Jarayes, une région marécageuse du Haut Paraguay254. Héctor de Acuña et Antonio Correa furent envoyés en reconnaissance avec quelques autochtones255. Les nouvelles que les deux Espagnols rapportèrent étaient encourageantes, malgré le scepticisme dont fit preuve l’Adelantado :

  • 256 Id., « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 47.

Me dixeron que avian visto orejeras de oro en los dichos yndios [xara-yes], á lo cual no di mucho crédito ; la guia que truxeron me ynformó é dixo que sabia el camino hasta llegar á las poblaçiones de Tapaguaçu y que en cinco jornadas llegaria alla256.

  • 257 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 261-262.
  • 258 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », id., Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 3 (...)
  • 259 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 89. Ibid., p. 89.

140Le 26 novembre 1543, Alvar Núñez quitta Los Reyes avec trois cents soldats. Juan Romero et le reste des hommes devaient l’y attendre257. Les Sacosis fournirent plusieurs hommes au gouverneur pour lui servir de guides et de porteurs258. Au bout de neuf journées de marche — dix-huit d’après Schmidel259 —, Alvar Núñez rencontra des Guaranis arrivés là avec Aleixo Garcia. Ils lui annoncèrent que Tapaguazú, le premier village du « Roi Blanc », se situait encore à trois semaines de marche, et qu’il n’y avait jusque-là aucun autre endroit pour se ravitailler. Comme on n’avait emporté des vivres que pour une vingtaine de jours, l’Adelantado jugea qu’il était trop risqué de continuer le voyage, et décida de rentrer à Los Reyes. Ses hommes, déjà fortement déçus de n’avoir toujours pas découvert la Sierra de la Plata, commencèrent à murmurer contre lui :

  • 260 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Bibliotec (...)

Nous n’exécutâmes rien d’important : le commandant n’était pas l’homme qu’il fallait pour conduire une pareille entreprise. Il était détesté de l’armée parce qu’il traitait tout le monde fort mal260.

  • 261 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 270-271.

141Alvar Núñez croyait encore au succès de son entreprise : avant de rebrousser chemin, il ordonna à Francisco de Ribera de poursuivre l’exploration avec six autres Espagnols et quelques Indiens261. Puis, il regagna le port de Los Reyes, où il apprit que les Guajarapos avaient multiplié leurs attaques en entraînant derrière eux d’autres nations indigènes. Les Sacosis avaient cessé d’approvisionner les Espagnols. Les vivres commençaient à manquer, d’autant plus que de nombreux Indiens avaient rejoint les troupes de l’Adelantado tout au long de leurs déplacements. Le 15 décembre, le capitaine Gonzalo de Mendoza fut à nouveau chargé d’aller chercher de quoi se nourrir :

  • 262 « Relación de Hernando de Ribera », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, (...)

Lo que vos, el capitán Gonzalo de Mendoza, habéis de hacer en los pueblos donde vais a buscar bastimentos para sustentar esta gente porque no se muera de hambre, es que los bastimentos que así mercáredes, habéis de pagar muy a contento de los indios socorinos y sococies, y a los otros que por la comarca están poblados, [...] y habéis de tener gran vigilancia y cuidado que por los lugares que pasáredes de los indios nuestros amigos no consintáis que ninguna de la gente que con vos lleváis entren por sus lugares ni les hagan fuerza ni otro ningún mal tratamiento, sino que todo lo que rescatáredes y ellos os dieren, lo paguéis a su contento, y ellos no tengan causa de se quejar ; y llegado a los pueblos, pediréis a los indios a do vais que os den de los mantenimientos que tuvieren para sustentar las gentes que lleváis, ofreciéndoles la paga y rogándoselo con amorosas palabras ; y si no os lo quisieren dar, requerírselo heis una, y dos, y tres veces, y más, cuantas de derecho pudiéredes y debiéredes, y ofresciéndole primero la paga ; y si todavía no os lo quisieren dar, tomarlo heis por fuerza ; y si os lo defendieren con mano armada, hacerle heis la guerra, porque la hambre en que quedamos no sufre otra cosa262.

142Ces instructions montrent le souci d’Alvar Núñez de respecter et traiter justement les Indiens. L’Adelantado savait que s’il heurtait la susceptibilité des indigènes, ceux-ci risquaient d’attaquer ses troupes. Étant donnée la différence numérique entre Espagnols et Indiens, il souhaitait éviter tout affrontement armé qui aurait pu être fatal à l’expédition. Toutefois, en cas de force majeure, le gouverneur n’hésitait pas à recourir à la force, voire à la guerre, qu’elle fût juste ou non. Quand la survie des Espagnols était menacée, les intérêts des Indiens passaient au second plan.

  • 263 Le 12 janvier d’après la « Relación General... » (Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 50)  (...)
  • 264 « Información hecha en Xerez..., (1545, carta de Pedro de Fuentes) », in Alvar Núñez Cabeza de Vac (...)
  • 265 « Información hecha en Xerez..., (1545, carta de Alonso Riquelme) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca (...)
  • 266 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 275-278.
  • 267 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 96.
  • 268 Ibid., p. 97.
  • 269 « Relación de Hernando de Ribera », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, (...)
  • 270 « Relación del Río de la Plata (1545) », in Blas Garay, Colección de documentos relativos a la his (...)

143À Los Reyes, plusieurs indigènes confirmèrent que les Jarayes possédaient de grandes quantités d’or et d’argent. Le 20 décembre 1543, le capitaine Hernando de Ribera fut envoyé découvrir leur territoire. Cinquante-deux soldats l’accompagnaient. Le niveau des eaux ayant remonté, l’entrada allait se faire cette fois par voie fluviale, à bord du brigantin « El Golondrino263 ». Peu après le départ d’Hernando de Ribera264, Francisco de Ribera et ses six camarades revinrent de leur exploration. Ils déclarèrent s’être rendus chez les Tarapecocis, où ils avaient aperçu des indigènes cacher des pièces d’or et d’argent265. Ceux-ci leur expliquèrent par gestes qu’un peu plus loin, la terre était riche en métaux précieux266. Sentant l’hostilité des Tarapecocis, Francisco de Ribera préféra quitter leur village et poursuivre ses recherches. Hélas, comme le niveau des eaux rendait impossible tout déplacement dans cette zone marécageuse, il choisit de rentrer à Los Reyes. Là, vivaient d’autres Tarapecocis, arrivés eux aussi avec Aleixo García. Ils entendirent le rapport de Francisco de Ribera et expliquèrent à Alvar Núñez que leurs pairs avaient mal reçu les Espagnols car ces derniers était venus avec des Guaranis, ennemis ancestraux des Tarapecocis. Ils précisèrent que les Tarapecocis achetaient leurs objets d’or et d’argent aux Paysunos, une nation qui vivait à trois jours de marche vers « l’intérieur des terres », et que ces derniers se les procuraient auprès des Chanés et des Chimenoes267. Le 3o du même mois, Hernando de Ribera rentra également à Los Reyes. Les nouvelles qu’il apportait semblaient confirmer la proximité des gisements d’or et d’argent. Ribera et ses hommes étaient arrivés à proximité du bassin de l’Amazone, dans une région habitée par les Indiens ortueses. Schmidel a rapporté que « le cacique des Ortueses donna à notre chef [Hernando de Ribera] quatre plaques d’or et quatre bracelets d’argent268 ». Le chroniqueur bavarois prétendit qu’Alvar Núñez leur avait ensuite confisqué ces objets269. Toutefois, ce butin n’est mentionné ni dans le rapport qu’Hernando de Ribera fit de son entrada, ni dans les déclarations d’aucun autre expéditionnaire, ce qui nous laisse penser que Schmidel en a probablement inventé l’existence. Ce qui est plus sûr en revanche, c’est que Ribera s’entretint longuement avec les Ortueses. Ces derniers expliquèrent au capitaine que certaines nations indigènes de l’ouest possédaient de grandes quantités d’or et d’argent. Ces nations vivaient dans de grandes cités situées au milieu de montagnes où se trouvait par ailleurs un grand lac dont les rivages étaient peuplés d’Indiens agriculteurs et éleveurs. Enfin, les Ortueses racontèrent que certains hommes barbus étaient venus récemment par la mer...270. On reconnaît dans les propos rapportés par Hernando de Ribera l’écho de l’empire inca, de la Cordillère des Andes et du lac Titicaca, ainsi que de l’arrivée des Espagnols sur les côtes péruviennes. Ces nouvelles durent vivement intéresser les hommes de Ribera, puisqu’elles confirmaient l’abondance de métaux précieux dans une région relativement proche du port de Los Reyes. Toutefois, le récit qui semble avoir le plus marqué les esprits ne concerne pas les Incas mais les Amazones. La description de ce peuple mythique se retrouve en effet dans plusieurs textes de l’époque, comme cette relation anonyme datée de 1545 :

  • 271 JeanPierre Sanchez, Mythes et légendes de la conquête de l’Amérique, Rennes, P. U. R., 1996, vol. (...)

Los xarayes dan tanbien muy buena Relacion de la tierra adentro asi ellos como otros yndios q. ay en la comarca dellos y dan por nueva de unas mugeres q. pelean como honbres y q. son muy valientes y guerreras y q. son señoras de mucho metal de oro y plata y de otros yndios q. stan (sic) mas adelante y q. las mugeres dizen q. tienen muy gran despoblado y q. todo el servicio de sus casas es de oro y plata271.

  • 272 Juan Gil, op. cit., vol. III, p. 288.
  • 273 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)
  • 274 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 272-273 et 279.

144Il est difficile de savoir si, comme l’affirme Jean-Pierre Sanchez, le récit d’Hernando de Ribera était l’écho de l’épopée d’Orellana, qui avait remonté le Marañón en avril 1542272, ou s’il était le fruit de l’imagination collective, comme le pense Juan Gil273. Toujours est-il que Ribera et ses hommes rentrèrent au port de Los Reyes pour informer le gouverneur de leurs découvertes. Ils le trouvèrent malade, ainsi que la plupart des soldats. Malgré la fièvre, Alvar Núñez manifesta son mécontentement vis-à-vis de Ribera, car celui-ci avait désobéi aux ordres selon lesquels il devait simplement remonter le fleuve, sans explorer l’intérieur des terres. Sa colère s’atténua quelques jours plus tard, lorsqu’Hernando de Ribera lui fit part des bonnes nouvelles qu’il lui apportait274.

  • 275 Ibid., p. 282.
  • 276 « Relación de Pero Hernández, 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 190 (...)
  • 277 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)

145Gonzalo de Mendoza arriva à Los Reyes peu après Ribera. Aucune des nations qu’il avait rencontrées n’avait voulu lui fournir de vivres. À plusieurs reprises, il avait dû se battre contre les indigènes. Quand ils arrivèrent au port, bon nombre de ses hommes étaient malades et affaiblis275. Les conditions climatiques ne faisaient qu’empirer la situation : la saison des crues favorisait la prolifération des moustiques et des maladies tropicales276. En outre, les Indiens de Los Reyes étaient de plus en plus hostiles à l’égard des conquistadores, qui exploitaient les hommes et abusaient de leurs filles277. Malgré ces adversités, Alvar Núñez n’envisageait pas d’abandonner « son » entrada :

  • 278 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 98.

Aunque yo é toda la gente estavamos enfermos no dexé [de] procurar con gran diligencia tornar á hazer la entrada, entreteniendo la gente, esperando que Dios nos diese salud para yr á donde Su Magestad fuese servido y todos aprovechados ; asy tube la gente casy tres meses syn ber mejoria278.

146L’obstination d’Alvar Núñez n’était pas du goût des soldats, qui auraient préféré rentrer à Asunción pour reprendre des forces avant de poursuivre cette entrada :

  • 279 « Carta de Domingo de Yrala á S. M.... (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comen (...)

Le gouverneur se décida à s’avancer dans le pays à la tête de toutes ses forces, ce qui ne nous convenait pas parce que la contrée était entièrement couverte d’eau. La plupart de ceux qui avaient été chez les Ortueses souffraient encore des suites des fatigues éprouvées pendant cette expédition. D’ailleurs, Alvar n’inspirait pas une grande confiance à l’armée, car il n’avait jamais rempli de charges importantes279.

  • 280 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)
  • 281 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Comentarios », in Naufragios y Comentarios, Madrid, Historia 16, 198 (...)
  • 282 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 99-100.

147L’épuisement général était tel que le i8 mars 1544, le contador Felipe de Cáceres somma l’Adelantado de rentrer à Asunción afin que les hommes pussent se reposer280. Alvar Núñez fut contraint de se plier à la volonté des officiers royaux. La troupe quitta Los Reyes le 24 mars 1544 et atteignit Asunción le 8 avril suivant281. Là, le capitaine Juan de Salazar leur annonça que les Agaces avaient une fois de plus rompu la trêve282. En ce qui concerne le gouverneur, il s’enferma chez lui pendant une quinzaine de jours :

  • 283 « Embargo de los bienes de Alvar Núñez Cabeza de Vaca..., Abril 29, 1544 », in Arch. Nac., no 10/1 (...)

Il éprouva dans cette ville [Asunción] un accès de fièvre qui l’empêcha de sortir pendant quinze jours ; mais je crois qu’il restait chez lui plutôt par orgueil et par mauvaise volonté que par nécessité : il ne parlait jamais aux soldats et les traitait avec beaucoup d’arrogance283.

II.3.7 Destitution d’Alvar Núñez

  • 284 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)

148Les officiers royaux profitèrent de l’état de santé et de l’isolement du gouverneur pour organiser un complot qui aboutit à son arrestation et à sa destitution. Alors qu’il était alité, une trentaine de rebelles pénétrèrent chez lui le 25 avril 1544, en criant : « ¡Libertad ! ¡Libertad ! » Parmi les insurgés, se trouvaient les officiers don Francisco de Mendoza, Alonso Cabrera, Felipe de Cáceres et Garci Venegas. Ils furent aidés par un serviteur de l’Adelantado, Pedro de Oñate, qui leur ouvrit les portes de la maison. Alvar Núñez fut enchaîné et enfermé chez Garci Venegas. De nombreux proches de l’Adelantado furent également arrêtés, parmi lesquels l’alcalde mayor Juan Pavón, les alguaciles Sebastián de Fuente et Francisco de Peralta, le capitaine Ruy Díaz Melgarejo et l’escribano Pero Hernández. Les biens de l’Adelantado furent mis sous séquestre284. L’état de siège fut décrété dans la capitale de la province :

  • 285 « Información hecha en Xerez... (1545, carta de Alonso Riquelme) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, (...)

Salio Garci Banegas, é Martin de Orue, y Bartolome Gonçales, escribanos, acompañados de sus amigos, todos armados, con un atambor, pregonando por todas las calles que todos se metiesen en sus casas y que no saliesen dellas, so pena de muerte é de traydores285.

149Les contrevenants furent arrêtés sur-le-champ, comme l’expliqua Alonso Riquelme dans une lettre écrite en 1545 :

  • 286 « Escritura de poder a favor de Pero Díaz del Valle..., 28-04-1544 », in Ricardo de Lafuente Macha (...)

Salia yo y Mendes, con nuestras ballestas, y hallamos a la puerta de nuestra calle mas de diez onbres con sus armas y un alguaçil, que sy no me bolvia que me llevarian preso, y viendome solo, que mas no se podia haçer, me torné a mi casa ; [...] luego me prendieron a mi y otros debdos del gobernador y nos tobieron presos quatro meses con prisiones, al cabo de los quales nos hizieron andar sin armas286.

  • 287 « Relación de Pero Hernández, 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 190 (...)

150Au lendemain de l’arrestation d’Alvar Núñez, les insurgés se rendirent chez Domingo Martínez de Irala, qui s’était jusque-là tenu à l’écart des événements, pour lui rendre ses fonctions de gouverneur. Aussitôt, Pero Díaz del Valle fut nommé alcalde mayor287, Bartolomé de la Marilla et Sancho de Salinas alguaciles. Les biens du deuxième Adelantado furent confisqués et partagés entre les rebelles et leurs amis :

  • 288 « Relación de Pero Hernández, 1545 » et « Relación General... », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Na (...)

Luego tomaron e secrestaron (sic) los bienes del governador e los comenzaron a distribuir e rrepartir entre sí e los otros comuneros, donde parescio el ynterese de la cobdicia e no de la justicia288.

  • 289 « Declaraciones de testigos para la averiguación de quién facilitó una carta a Alvar Núñez..., Jul (...)
  • 290 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)

151La population d’Asunción se divisa rapidement en deux camps : les leales, fidèles à Alvar Núñez, s’opposaient violemment aux comuneros, favorables à Irala. En règle générale, le groupe des comuneros se composait des « anciens » conquistadores, venus en 1536 ou en 1538, celui des leales des conquistadores arrivés en 1542. Il y eut cependant de nombreuses exceptions : les capitaines Diego de Abreu, Juan de Salazar de Espinosa et Juan Romero, l’escribano Pero Hernández, les pères Luis Miranda de Villafaña et Juan de Salazar, venus dans le Río de la Plata avec don Pedro de Mendoza, se rangèrent aux côtés d’Alvar Núñez. Ils considéraient que ce dernier avait été nommé gouverneur par le roi et qu’on ne pouvait pas le renverser impunément. À l’inverse, certains conquistadores venus à Asunción avec le deuxième Adelantado prirent le parti des insurgés : les capitaines Nufrio de Chaves et Juan de Camargo, le regidor Pedro de Aguilera, le factor Pedro Dorantes, l’escribano Martín de Orúe, ou bien encore le Valencien Jaime Rasquín, défendirent la position de Domingo Martínez de Irala, qui avait hérité des fonctions de Juan de Ayolas, lui-même successeur légitime de Pedro de Mendoza. Les affrontements entre leales et comuneros furent parfois très violents. Assassinats et arrestations se succédaient quotidiennement289. Malgré le danger, les leales restaient en contact avec leur chef, par le biais de messages qu’ils envoyaient et recevaient secrètement. Ainsi, en juillet 1544, l’Indien Juan, ancien serviteur d’Alvar Núñez, fut surpris alors qu’il tentait de faire parvenir à ce dernier un message de ses partisans290. Il régnait un tel désordre que les insurgés ne savaient plus quoi faire d’Alvar Núñez :

  • 291 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 77.

Á causa de los grandes alborotos y escandalos y clamores de la gente no me hosaban matar [...] y los dichos officiales conoscian claramente que si en la prision me mataban, luego los matarian a ellos [...].
Otro sy, bisto por dichos officiales de Su Magestad y Domingo de Yrala que toda la gente andaba muy descontenta y que se iban y despoblaban la tierra, entró dentro donde me tenian preso, prometiendome dar libertad y soltarme de la dicha prision [...] lo qual era falso291.

  • 292 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 386.

152L’emprisonnement d’Alvar Núñez dura jusqu’au 8 mars 1545, date à laquelle il fut embarqué pour l’Espagne à bord d’une caravelle baptisée Comuneros292. On peut voir dans ce nom une sorte d’avertissement à Charles Quint : tout comme les Castillans en 1520, les comuneros du Paraguay n’acceptaient pas d’être dirigés à distance par un monarque qui ignorait tout des réalités de la province. Les insurgés veillèrent à ce qu’aucun des passagers ne transportât de témoignage écrit en faveur de l’Adelantado. Cependant, un des mâts du navire avait été creusé secrètement et Hernán Báez, « maestre en hacer navíos », y cacha les relations d’Alvar Núñez et de Pero Hernández, qui sont ainsi parvenues jusqu’à nous.

  • 293 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p (...)
  • 294 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 301-304.

153Alors qu’il montait à bord de la caravelle, l’Adelantado désigna le capitaine Juan de Salazar de Espinosa comme étant son unique successeur légitime. Le navire quitta ensuite le port d’Asunción. Alvar Núñez était escorté par Alonso Cabrera, Garci Venegas, fray Luis Cerezuelo, Lope Duarte293 et de nombreux « biscainos y cordobeses » amis d’Irala294. Deux jours après le départ d’Alvar Núñez, le capitaine Salazar fut arrêté. On l’embarqua à bord d’un brigantin, ainsi que Luis de Miranda, Pero Hernández et Pedro Estopiñán Cabeza de Vaca. Le brigantin partit à la poursuite de la caravelle, qu’il rejoignit non loin de l’estuaire. Les prisonniers furent transférés d’une embarcation à l’autre et emmenés en Espagne afin d’y être jugés.

  • 295 JeanPaul Duviols, Dictionnaire culturel. Amérique latine, Paris, Ellipses, 2000, p. 262.
  • 296 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 100.

154Pendant le voyage, Alonso Cabrera et Garci Venegas tentèrent d’empoisonner Alvar Núñez. Puis, pris de panique à la suite d’une tempête, ils demandèrent pardon à l’Adelantado et implorèrent son indulgence. Celui-ci répondit qu’il préférait que la justice royale suivît son cours295. Alvar Núñez savait être juste, mais pas magnanime. Une fois arrivés à la Cour, les prisonniers furent remis en liberté, avec la condition de ne pas quitter le royaume. Après huit ans de procédures judiciaires, Alvar Núñez Cabeza de Vaca perdit son procès en 1555296. Ses adversaires connurent des fins beaucoup plus tragiques : Garci Venegas mourut subitement après son retour en Espagne et Alonso Cabrera perdit la raison et assassina son épouse.

II.3.8 Bilan du gouvernement d’Alvar Núñez

155Il est malaisé d’établir un bilan objectif des deux années de gouvernement d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca, les documents dont nous disposons étant pour la plupart très partisans. À son actif, nous pouvons inscrire la quasi-pacification de la province ainsi qu’une réelle volonté d’organiser la colonie, tant du point de vue urbanistique que logistique. Sa politique fiscale lui valut également le soutien d’une grande partie des conquistadores du Paraguay. En autorisant ces derniers à ne pas payer le quinto real sur tous les produits qui n’étaient pas considérés comme précieux, il leur permit de garder de quoi se vêtir et se nourrir et de ne pas sombrer dans la misère la plus totale. Cette mesure provoqua en revanche l’hostilité des officiers de la Couronne, qui perdaient ainsi leur unique source de revenu. Il est également intéressant de souligner que la décision de l’Adelantado contribua à institutionnaliser la « résistance fiscale » dont fit preuve la province tout au long du xvie siècle.

156L’autoritarisme dont le deuxième Adelantado fit preuve afin de faire respecter ses décisions fut sans nul doute l’un des principaux facteurs qui favorisèrent sa chute. Alvar Núñez avait toujours veillé à ce que les Indiens fussent rémunérés pour les services qu’ils rendaient ou les vivres qu’ils fournissaient. Afin d’éviter les abus, il avait interdit à ses hommes de pratiquer le troc avec les indigènes. Les conquistadores n’avaient pas non plus l’autorisation de piller les villages abandonnés par leurs occupants, même quand ceux-ci étaient hostiles aux Espagnols. Or, ces mesures étaient contraires aux intérêts des conquistadores. Sans le troc, comment pouvaient-ils vivre dans un pays dépourvu de mines ? Par ailleurs, le pillage des villages ennemis n’était pas vraiment considéré comme un crime mais plutôt comme un moyen d’obtenir un butin de guerre dans une province qui ne tenait pas ses promesses en matière de richesses minières. Le mécontentement fut particulièrement manifeste chez les premiers conquistadores du Río de la Plata. Les survivants de l’expédition de Mendoza avaient connu les pires pénuries alimentaires, ils avaient survécu grâce à leur courage et à leur volonté. Ils pensaient mériter les rares privilèges dont ils jouissaient à Asunción, en particulier ces femmes guaranies qui leur rendaient tant de services et dont on voulait maintenant les priver. Allaient-ils y renoncer, juste parce qu’un nouveau venu, ne connaissant rien aux réalités de la province, le leur demandait ? L’expérience qu’Alvar Núñez avait acquise lors de son épopée nord-américaine lui servit dans la découverte d’une grande partie du Paraguay. Elle ne l’aida pas, en revanche, à gouverner des hommes qui se caractérisaient déjà par une certaine indépendance d’esprit. Très vite, ils ne virent en lui qu’un chef autoritaire et orgueilleux, à l’instar du Bavarois Ulrich Schmidel :

  • 297 « Carta de Juan Muñoz de Carvajal al Emperador Don Cárlos..., 1556 », in Cartas de Indias, p. 597- (...)

Le prince ou le général chargé du gouvernement d’un pays doit [...] se montrer bienveillant avec les petits comme avec les grands et parler avec affabilité à tous ceux qui s’adressent à lui. Il doit se rappeler qu’il faut qu’il traite tout le monde comme il voudrait être traité lui-même, et qu’il soit plus prudent et plus habile que les autres, puisqu’il doit leur commander. Il est honteux, en effet, d’être supérieur par son grade quand on ne l’est pas par sa sagesse. Il ne doit pas non plus être fier de cette supériorité, mais se rappeler que le général est pour l’armée, et non pas l’armée pour le général297.

157Le désastre de la gran entrada de Los Reyes semble avoir été un prétexte pour mettre un terme au gouvernement du deuxième Adelantado du Río de la Plata. En réalité, Alvar Núñez n’avait jamais été accepté par les premiers conquistadores de la province. Il s’était sans doute montré trop rigoureux dans son désir de faire régner l’ordre et de réglementer la province.

II.4 Deuxième gouvernement de Domingo Martínez de Irala

158Après la destitution d’Alvar Núñez, le troc et les razzias (rancheadas) dans les villages indigènes reprirent librement. Certains pensaient que l’Adelantado n’avait été emprisonné que dans ce but :

  • 298 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 297.

No le prendieron los ofiçiales de V. M. y el capitan Domingo de Yrala, por lo que tocaba al serbiçio de V. M., sino por sus pasiones é ynte-reses, como luego paresçió por la obra, en los malos tratamientos que luego hizieron en los naturales de la tierra, echando sus axcas y corredores por la tierra, robando y destruyendo los yndios, tomandoles sus mugeres paridas y preñadas, y quitando á las paridas las criaturas de los pechos, y tomandoles sus hijos que tenian para su serbiçio, y quitando-les sus hamacas en que duermen y todas las otras cosas neçesarias que los míseros tenian para pasar su bida. Y de aquí susçedrô que, viendo los conquistadores que ellos destruyan la tierra y la gozaban, les dieron avilanteza á que se encomençaron á derramar por la tierra robando y destruyendo, como los ofiçiales de V. M. y el capitan Domingo d’Irala hazian ; [...] Y esto a durado desde el dia de la prision del gouernador Cabeça de Vaca hasta el dia de la fecha desta, que ansi traen manadas destas mugeres para sus serviçios, como quien va á vna feria y trae vna manada de ovejas, lo qual a sido cabsa de poblar los çimenterios de las yglesias desta çibdad y aver peresçido en la tierra más de veynte mill ánimas y averse despoblado gran parte de la tierra298.

159Pour limiter l’exode de nombreux Indiens et la perte d’une main d’œuvre indispensable à la survie de la province, les autorités fermèrent à nouveau les yeux sur l’anthropophagie des Guaranis, y compris lorsque ceux-ci avaient été évangélisés :

  • 299 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 101.

Para valerse los oficiales y Domingo de Irala con los indios naturales de la tierra, les dieron licencia para que matasen y comiesen a los indios enemigos de ellos, y a muchos de éstos, a quien dieron licencia, eran cristianos nuevamente convertidos, y por hacellos que no se fuesen de la tierra y les ayudasen ; cosa tan contra del servicio de Dios y de Su Magestad, y tan aborrecible a todos cuantos lo oyeron299.

160Les conquistadores qui osaient s’opposer à Irala étaient menacés, lynchés, emprisonnés... Après le départ d’Alvar Núñez, les troubles s’intensifièrent :

  • 300 Ibid., p. 101-108.

Dès qu’Alvar-Nuñez fut parti pour l’Espagne, la discorde se mit parmi nous, tellement que personne n’était d’accord. Les chrétiens se battaient continuellement entre eux, et le diable s’en mêla si bien, que nul n’était en sûreté ; ce qui dura pendant plus d’un an300.

  • 301 « Carta de Domingo de Yrala á S. M.... (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comen (...)

161Profitant du désordre qui régnait à Asunción, les Guaranis des environs se soulevèrent, excédés par les abus dont ils étaient les victimes. Leur nombre était largement supérieur à celui des Espagnols et Irala dut s’allier aux Japirus et aux Guatatas pour leur faire la guerre. Les affrontements durèrent jusqu’en 1546301.

II.4.1 Le choc du Haut-Pérou

  • 302 « Parlamentos con los Agaces (1545) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 443-45 (...)
  • 303 Enrique de Gandía, « Descubrimiento del Río de la Plata, del Paraguay y del estrecho de Magallanes (...)
  • 304 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, (...)

162Pendant tout ce temps, Irala ne cessait de penser aux récits de Francisco et Hernando de Ribera, qui avaient ravivé l’espoir de conquérir bientôt la Sierra de la Plata. En juillet 1545, Irala commença à organiser une nouvelle entrada : « quedo en nombre de Vuestra Magestad adereçando navios para hazer una entrada con trescientos hombres y mill quinyentos yndios amigos302. » Les soulèvements guaranis interrompirent les préparatifs303. Quand il eut pacifié la région, Irala dut faire face aux réticences de certains officiers, sans doute découragés par l’échec de la gran entrada. Parmi eux, citons le facteur Pedro Dorantes, qui s’opposa vivement à Felipe de Cáceres, pour qui l’objectif principal de la conquête restait la Sierra de la Plata304. Afin d’éviter de nouvelles violences entre Espagnols, Irala fit mine de se désintéresser du sujet. Cependant, en février 1546, il envoya le capitaine Nufrio de Chaves en reconnaissance :

  • 305 « Los cabildantes oficiales reales se preparan hacer un reconocimiento por el camino de los Mbayae (...)

Domingo de Yrala [...] mando al dicho Nufrio de Chaues que con poder que para ello hizo el dicho Nufrio de Chaues fuese a descubrir la Prouinçia de los mayaes y asi por su horden e mandado el dicho general Nufrio de Chaues fue con çinquenta hombres a la dicha conquista y descubrimiento [...] y fueron a la dicha prouinçia y la descubrieron y por orden que lleuaua del dicho gouernador se boluio y dio notiçia de la dicha tierra305.

163En 1547, une grande expédition en terre mbaya fut décidée par Irala, en accord avec les officiers de la Couronne :

  • 306 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 572 (...)

El dho sor tenye de govor e oficiales de su mag [...] dixeron como [...] se va a hazer entrada e descubrimio por el camio de los mayaes A las syerras de las mynas [roto] mejor nota se tiene que Ay Riquezas de oro e plata e se cree e tiene por ciertos306.

  • 307 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 109.
  • 308 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 83. Voir carte 4 p. 501, annexe A.
  • 309 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 111-112.

164Le capitaine Francisco de Mendoza devait remplacer le gouverneur pendant l’absence de ce dernier. À la fin du mois de novembre, deux cent cinquante soldats — dont vingt-sept cavaliers — et deux mille Indiens alliés quittèrent le port d’Asunción307. La plupart voyageaient à bord de sept brigantins et deux cents canoës, les autres les suivaient le long du Paraguay. Quand il atteignit le port de San Fernando, Irala renvoya cinq brigantins à Asunción308. Il fit ensuite construire un fort où il laissa une quarantaine d’Espagnols avant de reprendre la route à pied, en direction du nord-ouest309. Après deux semaines de marche, Irala et ses hommes arrivèrent dans un village mbaya, où ils furent particulièrement bien reçus :

  • 310 Ibid., p. 112-113.

[Les Mbayas] offrirent à notre chef quatre couronnes d’argent et six plaques d’or : elles avaient un palme et demi de long et un demi-palme de large. Ils portent ces plaques sur le front en guise d’ornement [...]. Ils lui donnèrent aussi trois jeunes femmes310.

165Hélas, l’amitié des Mbayas’était feinte. Le lendemain, ils attaquèrent les Espagnols par surprise, mais ceux-ci réussirent à les mettre en déroute. Irala fit payer cet affront à des innocents :

  • 311 Ibid., p. 113.

Ce n’étaient pas [les Mbayas] que nous poursuivions, mais seulement leurs alliés : cependant, dans cette occasion, les innocents payèrent pour les coupables. Nous en tuâmes un grand nombre [et] nous fîmes près de trois mille prisonniers311.

  • 312 Ibid., p. 113-114.

166Les relations entre Espagnols et Indiens du Chaco étaient fort différentes de celles qui avaient été établies avec les Guaranis. Après un repos de huit jours, l’expédition reprit le chemin de la Sierra de la Plata. Elle traversa le territoire des Chanés, puis celui des Toyanas, avant d’arriver parmi les Paiyonos312. Contrairement à ce que faisait généralement Alvar Núñez face à des nations inconnues, l’attitude d’Irala vis-à-vis des indigènes ne fut pas des plus respectueuses :

  • 313 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador Don Cárlos... (1556) », A.H.N., Section 12, Dive (...)

Le cacique vint au-devant de nous, et supplia notre chef de ne pas entrer dans leurs demeures et de camper dans l’endroit où nous étions ; mais celui-ci ne voulut pas y consentir, et s’avança droit vers le village sans s’inquiéter de ce qu’en diraient les Indiens. Nous y prîmes des cerfs, des moutons, des autruches, des perroquets, sans parler du maïs et toutes sortes de racines qui s’y trouvaient en abondance. L’eau y était rare. Nous n’y vîmes ni or ni argent, et nous n’osions pas en demander, dans la crainte que cela n’effrayât les autres nations dont nous avions à traverser le territoire, et qu’elles ne prissent la fuite313.

167Le père Martín González, membre de l’expédition, dénonça avec véhémence ces agressions systématiques :

  • 314 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 112-117.

Fuymos adelante destruyendo y matando todos los que topavan, lo qual, dado caso que los cristianos no lo hazian, los yndios, que para su serviçio llevavan, lo hazian, y [los cristianos] lo consentian y tenian por bueno314.

  • 315 Ibid., p. 115.
  • 316 Ibid., p. 117.
  • 317 Voir carte 4 p. 501, annexe A.
  • 318 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 121. Schmidel nomme cette rivière Macasís, du nom d’un village indig (...)
  • 319 Ibid., p. 121.

168Irala et ses hommes traversèrent ensuite les territoires des Mayágue-nos, Morronos, Poronos, Simenos, Guorconos, Layonos et Corconos, avant d’arriver parmi les Siberis315. Entre temps, « un grand nombre de soldats moururent de soif pendant la route316 ». Depuis qu’ils s’étaient enfoncés dans le Chaco aride, les Espagnols souffraient terriblement du manque d’eau qui, à leurs yeux, était devenue bien plus précieuse que l’or... Les Siberis racontèrent à Irala que trois Espagnols étaient restés parmi eux lors du passage de Juan de Ayolas, quelques années auparavant. Lorsque les Indiens apprirent que d’autres blancs arrivaient dans la région, les trois hommes furent assassinés. Pour les venger, Irala décida d’exécuter un grand nombre de Siberis317. La marche reprit aussitôt à travers les terres des Mayáguenos, puis celles des Corcoquis. Après s’être égarée dans les salines de San José, dans l’actuelle Bolivie, la troupe arriva au bord de la rivière Guapay, qu’elle traversa sur des radeaux318. Quatre soldats périrent noyés avant d’avoir rejoint l’autre rive319.

169De l’autre côté de la rivière, une des plus grandes désillusions de l’histoire de la conquête de l’Amérique attendait Irala et ses hommes :

  • 320 Ibid., p. 122.

Une foule d’Indiens vinrent au-devant de nous et nous adressèrent la parole en langue espagnole. Nous en fûmes très-étonnés, et nous leur demandâmes à qui ils appartenaient : ils nous répondirent qu’ils étaient soumis à un gentilhomme espagnol nommé Pedro Ançures320.

170Les Espagnols apprirent également qu’ils se trouvaient dans la province des Charcas qui dépendait des autorités de Lima, tout comme celle du Paraguay. Pedro Anzures y avait fondé la ville de La Plata en 1538. En 1545, on avait découvert le cerro de Potosí... La région des mines avait été conquise par d’autres Espagnols, venus par la « Mer du Sud » avec Pizarro. Alors qu’ils l’atteignaient enfin, la montagne « dont coule de l’argent » échappait aux conquistadores d’Asunción, malgré les efforts qu’ils avaient menés depuis douze ans. Ainsi, la « Province Géante des Indes » perdait la côte ouest de l’Amérique du Sud et les territoires andins, riches en métaux précieux, avant même de les avoir conquis.

  • 321 Ibid., p. 124.
  • 322 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 573 (...)

171Trois semaines après son arrivée dans le Haut-Pérou, Irala reçut une lettre du vice-roi, qui lui ordonnait de ne pas s’avancer davantage. Pedro de La Gasca, qui venait de mettre un terme aux conflits entre pizarristes et almagristes, craignait que l’arrivée de nouveaux conquistadores ne ravivât la guerre civile au Pérou321. Irala envoya alors Nufrio de Chaves, Pedro de Oñate, Miguel de Rutia et Pedro de Aguayo auprès du vice-roi, pour lui demander des secours et la confirmation de son titre de gouverneur. En attendant leur retour, le reste des soldats se réfugia parmi les Corcoquis, mais ceux-ci refusèrent de les ravitailler. Une fois encore, on eut recours aux armes. L’attaque contre les Corcoquis fut à l’origine d’un premier différend entre les officiers de la Couronne et Domingo Martínez de Irala. Les officiers et la plupart des soldats s’étaient opposés à la bataille322. Quelques années plus tard, Irala déclara au contraire qu’on lui avait reproché de ne pas faire la guerre aux Corcoquis, malgré leur résistance. Irala aurait tenu à épargner des indigènes qui, à défaut de vivres, lui avaient fourni de précieuses informations :

  • 323 Juan Gil, op. cit., vol. III, p. 286.

La notiçia que adelante theniamos la via del norte, hera muy grande, y muy pública entre los naturales de la tierra y yndios carios de la sierra conforme, diziendo aver grandes riquezas de oro, gran señor y poblaçiones : esta notiçia es la que se platica y aprende en el Peru, Santa Marta, Cartagena y Veneçuela, el fin de la qual no se ha allado por no aver dado en el camino verdadero, que tengo por çierto ser este323.

  • 324 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 574
  • 325 « Requerimiento al capitán Gonzalo de Mendoza (1548) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Goberna (...)

172Sans qu’il en fût conscient, un autre mythe venait remplacer celui de la Sierra de la Plata dans l’esprit d’Irala : celui du Candire, plus connu sous le nom d’Eldorado324. L’espoir de trouver d’immenses richesses n’était donc pas totalement perdu. Les officiers royaux ne l’entendirent pas de cette oreille et Irala dut renoncer à son poste de capitaine général, le 10 novembre 1548325 :

  • 326 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 124.

Yo me desity (sic) dexar y aparto del dho oficio y cargo de tenyente de governador y capitan general q. en nombre de su magt de (sic) husado y exercido por ante escrivano puco y mande fuese notificado al dho desistimyo e apartamiento a los dhos señores oficiales de su magt e los fueron notificados como todo mas largamente declara ante el scrivano a q. me Refiero despues de los a. a venydo a my noticia q. los dhos señores oficiales de su magt an nonbrado y señalado al capitan gonçalo de mendoça pa justa e capitan de los conquistadores326.

173Gonzalo de Mendoza, nouveau capitaine de l’expédition, décida qu’il était grand temps de rentrer à Asunción après dix-huit mois de recherches infructueuses. Les Indiens capturés lors des différentes batailles furent la seule richesse qu’on rapporta de cette entrada, comme l’a signalé Ulrich Schmidel :

  • 327 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 574

Cette expédition avait duré un an et demi sans cesser de faire la guerre. Nous fîmes près de douze mille prisonniers, que nous réduisîmes en esclavage : en comptant les femmes et les enfants, j en eus plus de cinquante pour ma part327.

II.4.2 Nouveaux troubles à Asunción

  • 328 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 184.
  • 329 « Carta del clérigo presbítero Antonio d’Escalera... (1556) », in Cartas de Indias, p. 588-589 ; U (...)

174En arrivant au port de San Fernando, en mars 1549, les expéditionnaires apprirent comment le capitaine Diego de Abreu, gentilhomme sévillan partisan d’Alvar Núñez, s’était emparé du pouvoir et avait fait décapiter Francisco de Mendoza328. Malgré les réticences du Cabildo, ce dernier s’était laissé convaincre d’organiser de nouvelles élections, un an après le départ d’Irala. Elles furent remportées par Diego de Abreu. Furieux d’avoir été battu, Francisco de Mendoza proclama l’invalidité du scrutin et ordonna l’arrestation du vainqueur. Celui-ci, informé des intentions de Mendoza, prit les devants en le faisant juger et condamner à mort329.

  • 330 Parmi ces conquistadores, se trouvaient le capitaine Pedro de Segura Zavala, Juan de Oñate Franco, (...)

175Pris de panique à l’idée de regagner Asunción, les officiers de Sa Majesté supplièrent Irala de reprendre ses fonctions de capitaine général et de gouverneur. Après acceptation, il ordonna de regagner Asunción au plus vite. Irala fit emprisonner Diego de Abreu et les officiers royaux confisquèrent les armes de ses partisans. Après une première tentative frustrée, Abreu réussit à s’évader. Il se réfugia dans la campagne environnante en compagnie de Ruy Díaz Melgarejo330. La province était à nouveau déchirée entre leales et comuneros.

  • 331 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 185-188.
  • 332 « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador. (...)

176Quand Nufrio de Chaves rentra à Asunción, accompagné d’unequarantaine de conquistadores du Pérou331, la ville était en pleine crise. Quelques jours après l’arrivée de Chaves, les capitaines Juan de Camargo et Miguel de Rutia y Estigarribia, aidés par l’alférez Juan Delgado, tentèrent d’assassiner Irala. Les deux premiers furent condamnés au garrot ; le troisième fut gracié. Puis, tandis que Diego de Abreu se tenait prudemment à l’écart de la ville, certains de ses partisans tentèrent de renverser le gouverneur : Juan Bravo et Renjifo furent pendus, Ruy Díaz de Melgarejo emprisonné332.

  • 333 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves, 1575 », A.G.I., Patronato

177Pour mettre un terme à ces violences, Irala décida de marier plusieurs de ses filles à ses principaux rivaux. Doña Úrsula et doña Marina épousèrent respectivement Alonso Riquelme de Guzmán et Francisco Ortiz de Vergara, tous deux cousins d’Abreu. De même, doña Isabel fut mariée à Gonzalo de Mendoza, jaloux d’avoir perdu son titre de gouverneur, et doña Ginebra à Pedro de Segura Zavala, venu du Pérou avec Nufrio de Chaves et hostile à Irala. Ces unions ne furent pas seulement une façon de sceller des alliances politiques entre Domingo Martínez de Irala et ses anciens ennemis. En mariant ses filles naturelles et métisses à des conquistadores espagnols, le gouverneur conférait à l’ensemble des métis le même statut social que les criollos des autres provinces d’Amérique333.

II.4.3 La « mala entrada »

178Quand le calme fut revenu à Asunción, Irala put songer à une nouvelle entrada. Ce qu’il avait appris des Corcoquis n’avait fait qu’attiser son désir de conquérir des régions riches en métaux précieux. Cette fois, il se dirigerait beaucoup plus au nord, conformément aux informations qu’il avait obtenues. Une fois encore, les préparatifs furent interrompus par la nomination d’un nouveau gouverneur.

179Le 15 août 1551, Cristóbal de Saavedra arriva à Asunción, en compagnie de cinq autres Espagnols : un troisième Adelantado avait été désigné par le roi au lendemain du retour d’Alvar Núñez en Espagne. L’heureux élu était don Juan de Sanabria, originaire de Medellín (Estrémadure). Celui-ci était mort à Séville, alors qu’il préparait son expédition. Son fils de dix huit ans, Diego, avait hérité de son double titre d’Adelantado et de gouverneur du Río de la Plata. L’expédition de Diego de Sanabria était partie de Sanlúcar le 10 avril 155o0. Les trois navires qui la composaient avaient été séparés par une violente tempête, à l’approche du continent américain. Deux des embarcations réussirent à atteindre les côtes brésiliennes, la première en novembre et la seconde en décembre. Parmi leurs passagers, se trouvaient la mère et les sœurs de l’Adelantado. Ce dernier voyageait à bord du troisième navire, qu’on avait perdu de vue. En attendant l’arrivée de Diego de Sanabria, Cristóbal de Saavedra et ses cinq camarades étaient partis demander de l’aide à Asunción. Les six hommes étaient sûrs que le troisième Adelantado avait rejoint le reste de l’expédition pendant leur absence et que les trois navires enfin réunis étaient en train de naviguer vers le río de la Plata.

  • 334 120, N. 2, R. 3, f° 16 r°, (im. 23).
  • 335 Contrairement à ce qui a été écrit dans plusieurs ouvrages, Hernando de Salazar n’avait aucun lien (...)
  • 336 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 575 (...)

180En septembre 1551, Nufrio de Chaves partit à la recherche de don Diego de Sanabria et de ses navires334. Il ne trouva aucune trace du jeune Adelantado et, après avoir laissé des instructions sur l’île de San Gabriel, il rentra à Asunción. En février 1552, de nouveaux secours furent envoyés dans l’estuaire du río de la Plata, toujours en vain. Le 24 juillet 1552, une trentaine d’Espagnols arrivèrent enfin à Asunción, dirigés par le capitaine Hernando de Salazar335. Les nouveaux venus expliquèrent que Diego de Sanabria n’était toujours pas arrivé et que le reste de l’expédition l’attendait sur l’île de Santa Catalina. Irala y fit porter des vivres en quantité suffisante pour tenir jusqu’à la venue de l’Adelantado336. Puis, il se remit à préparer « son » entrada. Irala voulait probablement partir avant l’arrivée du nouveau gouverneur, pour éviter que celui-ci ne lui volât le commandement de l’expédition, comme l’avait fait Alvar Núñez en 1542.

  • 337 Ibid., p. 575-576. Ruy Díaz de Guzmán parle de quatre cents soldats et quatre mille Indiens (Ruy D (...)
  • 338 Voir carte 4 p. 501, annexe A.

181Le 18 janvier 1553, Domingo Martínez de Irala s’embarqua avec cent trente soldats et deux mille Indiens337. Son lieutenant, le contador Felipe de Cáceres, le remplaçait à Asunción. À peine Irala avait-il quitté la ville que les partisans de Diego de Abreu tentèrent de reprendre le pouvoir. Irala rentra d’urgence à Asunción, où il emprisonna quelques insurgés. Au mois de mai, il rejoignit la flotte qui l’attendait en amont. L’expédition atteignit sans peine le port de San Fernando, d’où Nufrio de Chaves partit explorer la région avec une vingtaine de cavaliers. Il revint au bout de quatre jours, sans aucune nouvelle encourageante. Irala décida alors de remonter encore un peu le fleuve. Quand il se trouva entre San Fernando et Los Reyes, il poursuivit le voyage à pied, toujours vers le nord-ouest. Il arriva ainsi parmi les Chiquitos, puis les Chiriguanos338, où il ne trouva pas la moindre trace d’or ou d’argent. Les expéditionnaires étaient exténués en raison des pluies diluviennes qui s’abattaient sur la région. Au mois de septembre 1553, décision fut prise de rentrer à Asunción :

  • 339 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 195.

Habiendo acudido tanto las lluvias, anegaron toda aquella tierra, ya de las vertientes del Perú, ya de las de aquellos ríos, por cuya causa y viendo que se les aniquilaron los caballos, los indios que trajeron de la Asunción y los que de nuevo habían adquirido, padeciendo los mayores trabajos y miserias que hasta aquí nunca padecieron los españoles en las Indias, con tantas enfermedades que les resultaron de que murieron no pocos, determinaron dar la vuelta a sus embarcaciones, con tanta dificultad que no fue poca felicidad haber llegado a ellas, según la inundación de toda aquella tierra, causa de tanta perdición, por lo que llamaron a esta la Mala Entrada339.

  • 340 « Carta de Ruy Diaz Melgarejo al Emperador Don Cárlos... (1556) », in Cartas de Indias, p. 630.

182Ainsi s’achevait la dernière entrada organisée par Irala. Une fois de plus, on n’avait trouvé ni or, ni argent, mais seulement la fatigue, la maladie et la mort... En arrivant à Asunción, les survivants apprirent que Felipe de Cáceres avait fait tuer Diego de Abreu, et que Ruy Díaz Melgarejo s’était enfui vers le Brésil, dans l’intention de se rendre en Espagne et d’informer le roi des derniers événements qui avaient secoué la province340.

  • 341 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 575 (...)

183Irala n’était pourtant pas homme à se laisser abattre. Le 17 octobre 1554, Nufrio de Chaves retourna parmi les Itatines, pacifiés lors de la Mala Entrada de 1553. Irala pensait l’y rejoindre un peu plus tard, mais le 2 juin 1555, une nouvelle à la fois inattendue et espérée vint bouleverser ses projets341. L’Empereur l’avait enfin nommé gouverneur et capitaine général de la province du Río de la Plata :

  • 342 « Poder a favor del capitán Nufrio de Chaves para ir al Brasil, 17-07-1555 », in Ricardo de Lafuen (...)

Por quanto por cartas e avisos que e tenido e sydo certificado su magt avme hecho mrd de la govnon destas dhas provas e proveydo a costa de su Real haza del socorro necesario pa la concervacion e sustentacion desta tierra con armada de navios e ge q. se estava despachando a los Reynos despaña en la cibdad de sevilla [...] Resibi carta de brme justiniano gino-ves q. fue desta prova los años pasados a los dhos Reynos despaña en q. me haze saver como trae a su cargo y le fueron entregados por los señores del consejo Real de las yndias las provysiones y despachos de la dha govnon originales pa q. mas breveme por la via de portugal e costa del brazil pudiesen venir a mi poder entre tanto q. la dha armada se despachase/y a cabsa de estar defendido en camo por tierra desde la dha ysla de sant vicente hasta esta cibdad de la asuncion por el serenysimo Rey de portugal a sus gov.nadores de la dha costa del brasyl no podia salyr ni venir con las dhas provysiones342.

  • 343 « Poder a favor del capitán Nufrio de Chaves para ir al Brasil, 17-07-1555 », op. cit., p. 495-498

184Le 17 juillet 1555, Irala demanda à Nufrio de Chaves de se rendre à São Vicente pour y négocier la venue de Bartolomé Justiniano343. Il n’attendit pas son retour pour écrire au Conseil des Indes : une semaine après le départ de Chaves, Irala informait les autorités castillanes des deux entradas qu’il avait organisées depuis le départ d’Alvar Núñez, puis dressait de la province un tableau beaucoup plus rassurant que dans ses lettres précédentes :

  • 344 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 575 (...)

En las cosas particulares desta tierra no thengo que dezir más, sino que los naturales della biuen en paz y concordia, muy sosegados, sin pensamiento, á lo que pareçe, de otras alteraçiones, y cada dia se van más ynstruyendo en la fee catholica, y los pobladores desta tierra muy paçificos y entienden en sustentarse lo más sin perjuizio que pueden, sin cosa alguna de los escandalos pasados344.

  • 345 Medardo Chávez S., op. cit., p. 145 ; Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 93.

185La nomination officielle de Domingo Martínez de Irala à la tête de la province marqua un tournant considérable dans l’histoire du Río de la Plata. Avec son titre de gouverneur, Irala reçut une cédule royale datée du 4 novembre 1552, qui lui interdisait d’organiser de nouvelles entradas vers des territoires inconnus345. Charles Quint estimait sans doute que ces opérations étaient trop peu rentables par rapport aux efforts humains et logistiques qu’elles exigeaient. En outre, étant donnée la grande précarité dans laquelle vivaient les conquistadores, aussi bien du point de vue économique qu’institutionnel, il était préférable de stabiliser les régions déjà conquises plutôt que de gaspiller toutes les énergies dans une quête de richesses qui s’était jusque-là avérée sans succès.

186Cette décision du monarque espagnol eut sans doute un goût amer pour les conquistadores du Paraguay. Après s’être sentis abandonnés de Dieu — qui n’avait pas voulu qu’ils trouvent les richesses dont ils avaient rêvé — et de la Couronne — qui ne leur avait envoyé que de faibles secours matériels et humains —, on leur interdisait maintenant d’explorer et de conquérir de nouveaux territoires dont le sous-sol contenait peut-être de riches gisements métallifères. Près de vingt ans après leur arrivée à Buenos Aires, les découvreurs et conquistadores du Paraguay devenaient officiellement pobladores et colons. Il leur fallait maintenant compter sur leurs propres moyens pour développer et consolider ce qu’ils avaient durement conquis. Ainsi, durant ses dernières années de gouvernement, Irala allait poursuivre les réformes qu’avait lancées son prédécesseur, Alvar Núñez Cabeza de Vaca.

Notes

1 À propos de la lignée des Mendoza, voir l’article d’Antonio Rumeu de Armas, « En torno a la personalidad de don Pedro de Mendoza, primer fundador de Buenos Aires », in VI° Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1982, vol. IV, p. 227-244.

2 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza..., 1534 », in Milagros del Vas Mingo, Las capitulaciones de Indias en el siglo xvi, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica — Instituto de Cooperación Iberoamericana, 1986, p. 290-291. Voir également la capitulation de Diego de Almagro, p. 300-305 du même ouvrage.

3 Voir les capitulations de Simón de Alcazaba et Pero Sancho de Hoz, in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 266-269, 285-289 et 351-352.

4 Voir carte 2 p. 499, annexe A.

5 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza..., 1534 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 291.

6 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Historia general y natural de las Indias, Islas y Tierra firme del Mar Océano, Madrid, Atlas, 1959 (B.A.E., vol. 118), p. 363.

7 « R. C. a Pedro de Mendoza... (2105-1534) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 6 v° (im. 22).

8 « R. C. a Pedro de Mendoza... (19-07-1535) », ibid., f° 70 r° 70 v° (im. 149-150).

9 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 115.

10 Pierre-François-Xavier Charlevoix, Histoire du Paraguay, Paris, Didot, 1756, vol. I, p. 35.

11 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 363.

12 Ulrich Schmidel, Voyage curieux au río de la Plata (1534-1554), Paris, Utz-Unesco, 1998, p. 39.

13 « R. C. a las autoridades del reino... (22-08-1534) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 31 r° (im. 71).

14 « R. C. del 3 de mayo de 1535 », in José Toribio Medina, Los viajes de Diego García de Moguer al Río de la Plata, Santiago du Chili, Imprenta Elzeviriana, 1908, p. 157-158.

15 « Carta del embajador Luis de Sarmiento a la emperatriz (11-VII-1535) », in Analola Borges, « El Tratado de Tordesillas y la Conquista del Río de la Plata », tiré à part de Primer coloquio lusoespañol de Historia de Ultramar, Valladolid, 1973, p. 7.

16 Ángel S. Caballero Martín, Las corrientes conquistadoras en el Río de la Plata, Santa Fe, Universidad del Litoral, 1943, p. 37.

17 Juan Gil, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid, Alianza Universidad, 1989, vol. III, p. 203 ; Ángel S. Caballero Martín, op. cit., p. 37.

18 « R. C. a Pedro de Mendoza..., 20-01-1535 », A.G.I., Buenos Aires 1, liv. 1, f° 59 r° (im. 127).

19 « R. C. a Pedro de Mendoza..., 20-07-1535 », ibid., f° 70 v° (im. 150).

20 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 39.

21 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 367.

22 Antonio de Herrera y Tordesillas, Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y tierrafirme del mar océano o « Décadas », Madrid, Universidad Complutense, 1991, vol. III, p. 451.

23 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », in Anales de la Biblioteca, Buenos Aires, Coni Hermanos, 1912, vol. VIII, p. lix-lxi ; Ángel S. Caballero Martín, op. cit., p. 41.

24 Enrique de Gandía, « La segunda fundación de Buenos Aires », in Ricardo Levene (éd.), Historia de la Nación Argentina, vol. III, p. 135.

25 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. lx-lxi.

26 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 39.

27 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 364-367.

28 « Carta de doña Isabel de Guevara á la princesa gobernadora doña Juana. Asunción, 2 de julio de 1556 », in Cartas de Indias, Madrid, Imprenta de Manuel G. Hernández, 1877, p. 619.

29 « Carta de Bartolomé García al Real Consejo de Yndias. Asunción, 24 de junio de 1556 », in Cartas de Indias, p. 600.

30 Antonio de Herrera y Tordesillas, op. cit., vol. III, p. 451.

31 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 115.

32 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. lxii ; Ángel S. Caballero Martín, op. cit., p. 41.

33 Richard Konetzke, « La emigración española al Río de la Plata durante el siglo xvi », tiré à part de Miscelánea Americanista, Madrid, C.S.I.C., 1952, vol. III, p. 17.

34 Nous étudierons en détail l’origine sociale et géographique des conquistadores du Río de la Plata dans la deuxième partie de ce travail, consacrée à la population du Paraguay au xvie siècle.

35 Julián María Rubio Esteban, Exploración y conquista del Río de la Plata, siglos xvi y xvii, Barcelone, Salvat, 1942, p. 105.

36 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 40-42.

37 Enrique de Gandía, « Síntesis de la historia desconocida de la conquista rioplatense », in IIo Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1938, p. 218-230.

38 « R. C. al presidente y oidores de La Española y a los oficiales reales de la Casa de la Contratación (07-07-1536) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, fo 77 r°-v°.

39 Enrique de Gandía, Buenos Aires desde sus orígenes hasta Hernandarias, Buenos Aires, édition à compte d’auteur, 1937, p. 27-28 ; id., « La segunda fundación de Buenos Aires », in Ricardo Levene (éd.), op. cit., vol. III, p. 137.

40 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 43.

41 Voir les documents publiés par Enrique de Gandía dans Crónica del magnífico Adelantado Don Pedro de Mendoza, p. 367-401.

42 Manuel Domínguez, « Asesinato de Osorio », in El alma de la raza, Buenos Aires, Ayacucho, 1946, p. 69-79.

43 Enrique de Gandía & Rómulo Zabala, Historia de la ciudad de Buenos Aires, Buenos Aires, Mercatali, 1936, vol. I, p. 96-99. Le río de la Plata était à l’époque bordé de ravins qui ont aujourd’hui disparu mais qui expliquent l’inclinaison des rues qui descendent vers l’ancien port de Buenos Aires (Puerto Madero).

44 Enrique de Gandía, Crónica del magnífico Adelantado..., p. 160-169.

45 Voir carte 3 p. 500, annexe A.

46 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 119.

47 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 45.

48 Nicolás Cócaro, Federico B. Kirbus, Utz Schmidel, su vida, sus viajes, su obra, Buenos Aires, Tres Tiempos S.R.L., 1984, p. 70.

49 R. B. Cunninghame Graham, The Conquest of the River Plate, Londres, William Heinemann, 1924, p. 50 ; Medardo Chávez S., Los Adelantados del Río de la Plata, La Paz, Renacimiento, 1929, p. 76 ; Julio V. González, Historia Argentina. Tomo I : La era colonial, MéxicoBuenos Aires, Tierra Firme, 1957, p. 21-22 ; Carmen Bernand et Serge Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde. Les métissages, Paris, Fayard, 1993, p. 449.

50 Ricardo de Lafuente Machain, « Don Pedro de Mendoza y el puerto de Buenos Aires », Buenos Aires, édition à compte d’auteur, 1936, p. 1-24.

51 Enrique de Gandía & Rómulo Zabala, op. cit., p. 82-84.

52 Voir Nicolás Cócaro & Federico B. Kirbus, op. cit., p. 70.

53 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 6 v°, 7 r°, 18 v°, 19 r°, 27 v°, 38 v°, 55 v°, 61 r°, 65 r°, 65 v°, 71 r°, 72 r°, 72 v°, 73 r°, 74 r° et 95 r° (im. 22-23, 46-47, 65, 85, 120, 131, 139, 140, 151, 153-155, 157 et 201).

54 « R. P. a Juan de Cáceres (21-05-1534) », A.G.I., ibid., f° 6 v° (im. 22). L’expression « el pueblo donde residiere en governador y officiales del Rio de la Plata » était parfois remplacée par « el primer [el segundo, el tercer] pueblo del Rio de la Plata ».

55 Ricardo de Lafuente Machain, « Don Pedro de Mendoza y el puerto de Buenos Aires », p. 19.

56 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. cxli.

57 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 45. Paul Groussac a affirmé que les Querandís mentionnés par Schmidel étaient en réalité des Guaranis vivant sur les îles de l’estuaire (Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. cxxxviii). Toutefois, les Guaranis des îles étant connus pour leurs pratiques belliqueuses et anthropophages, la position de Groussac nous semble peu convaincante.

58 « Carta de Bartolomé García... (24 de junio de 1556) », in Cartas de Indias, p. 602.

59 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 49.

60 Ibid., p. 49-50.

61 Ernesto J. Fitte, Hambres y desnudeces en la conquista del Río de la Plata, Buenos Aires, Emecé, 1963, p. 128.

62 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 50-51.

63 « Relación de Francisco de Villalta (1556) », in Ernesto J. Fitte, op. cit., p. 130.

64 Voir carte 3 p. 500, annexe A.

65 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 45.

66 Ibid., p. 47.

67 Ibid., p. 47.

68 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 122.

69 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 49.

70 Ibid., p. 51-53.

71 Ibid., p. 51.

72 « Carta de doña Isabel de Guevara... (2 de julio de 1556) », in Cartas de Indias, p. 619 ; Ulrich Schmidel, op. cit., p. 53.

73 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 123-124.

74 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 55.

75 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 124.

76 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. clxv ; Enrique de Gandía, Crónica del magnífico Adelantado..., p. 301 ; Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 121.

77 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 49.

78 « R. P. de Don Pedro de Mendoza... », in Eduardo Madero, Historia del puerto de Buenos Aires, Buenos Aires, Imprenta de la Nación, 1892, vol. I, p. 365. C’est nous qui soulignons.

79 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 76.

80 « Carta de Domingo de Yrala a S. M.... (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, Madrid, Librería General de Victoriano Suárez, 1906, vol. II, p. 381.

81 Juan Francisco Pérez Acosta, « Domingo Martínez de Irala », in Historia Paraguaya. Anuario de la Academia Paraguaya de la Historia, Asunción, Academia Paraguaya de la Historia, 1973, vol. XIV, p. 133.

82 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », p. cxxxviii.

83 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 53. Parmi les autres membres de l’expédition, Cardozo a identifié Garci Venegas, Felipe de Cáceres, Andrés de Arzamendia, Juan Pérez, Hernando de Laguardia, Juan Ruiz, Amador de Montoya, Cristóbal de Rueda, Esteban Gómez, Antonio Tomás, alors âgé de seize ans, les Anglais Richarte Limón et Nicolás Colmán, et deux religieux dont nous ignorons les noms.

84 « R. P. de Don Pedro de Mendoza... », in Eduardo Madero, op. cit., vol. I, p. 364.

85 « Traslado de una información hecha por D. Pedro de Mendoza... (1537) », in D.I.A.G.I., Madrid, Imprenta de Manuel G. Hernández, 18-64-1884, vol. X, p. 540.

86 Ibid., p. 539.

87 Ibid., p. 537.

88 Ángel S. Caballero Martín, op. cit., p. 52.

89 « Relación de Pero Hernández, 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 309.

90 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 364.

91 Voir carte 3 p. 500, annexe A.

92 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 65.

93 Ibid., p. 68.

94 Ibid., p. 69.

95 « Carta de Domingo de Yrala á S. M..., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 381.

96 Ibid., p. 382.

97 Ibid., p. 382.

98 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 72.

99 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 127.

100 « Carta de Domingo de Yrala á S. M..., 1545 », op. cit., p. 382.

101 Ibid., p. 382.

102 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 69.

103 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 55.

104 Voir chapitre I, p. 42. Voir également Alfred Métraux, Religions et magies indiennes d’Amérique du Sud, Paris, Gallimard, 1967, p. 15 et suiv.

105 Branislava Susnik, Etnografía paraguaya, Asunción, Museo Andrés Barbero, 1973, vol. I, p. 114-116.

106 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 147.

107 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires..., 1541 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, Madrid, 1906, vol. II, p. 362.

108 Hipólito Sánchez Quell, « Asunción, sembradora de ciudades », in VIo Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1982, p. 58.

109 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 310.

110 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 129.

111 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 125-130. L’histoire est reprise par Pierre François Xavier Charlevoix, op. cit., vol. I, p. 38-39. Justo Prieto a présenté cette histoire comme authentique, tout comme celle de Lucía Miranda, dans son livre Paraguay, la provincia gigante de las Indias, Asunción, Archivo del liberalismo, 1988, p. 57-58.

112 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 129-130.

113 Nicolas Du Toict, Historia de la Provincia del Paraguay de la Compañía de Jesús, Madrid Asunción, A. de Uribe y Cía, 1897, vol. I, p. 63-64.

114 Pierre-François-Xavier Charlevoix, op. cit., vol. I, p. 38-39.

115 Adélaïde Celliez, Histoire du Paraguay, Paris, Gaume frères, 1841, vol. I, p. 30-31.

116 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., 1980, p. 131.

117 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 383.

118 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 376.

119 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 383-384.

120 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 7677 ; Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 132.

121 Enrique de Gandía & Manuela Fernández Reyna, León Pancaldo y la primera expedición genovesa al Río de la Plata, Buenos Aires, Ateneo Popular de la Boca, 1937, p. 53.

122 Voir l’inventaire complet des marchandises transportées par Pancaldo dans l’article « Las primeras mercaderías llegadas a Buenos Aires », in Revista de la Biblioteca Nacional, Buenos Aires, Imprenta de la Biblioteca Nacional, 1937, vol. I, p. 58-70.

123 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 57.

124 « R. C. a los oficiales de la Casa de la Contratación... (07-07-1536) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f°78 r°-78 v° (im. 167-168).

125 « R. C. a Alonso Cabrera... (25-05-1537) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 94 r°94 v° (im. 199-200).

126 « R. C. al Capitan Cristóbal de Frías Marañón... (16-06-1537) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 95 r°96 r° (im. 201-203).

127 « R. C. a los oficiales de la casa de la Contratación... (12-09-1537) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 97 r°-97 v° (im. 205-206).

128 « Información sobre los servicios de Alonso Fernández de Valenzuela (1578) », A.G.I., Patronato 122, N. 2, R. 2, im. 28.

129 « R. P. a Juan de Cienfuegos nombrándole tesorero del Río de la Plata... (1911-1538) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 101 v° (im. 214).

130 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 364-365.

131 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 57.

132 Voir Efraím Cardozo, « Las primeras monedas en el Paraguay », in IIo Congreso de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1938, vol. V, p. 490501. La revue paraguayenne El Archivo Nacional a publié plusieurs de ces cartas de obligación, dont les originaux ont aujourd’hui disparu.

133 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 311.

134 « R. P. a Alonso Cabrera..., Valladolid, 12-09-1537 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, fo 98 ro-98 vo (im. 207-208). C’est nous qui soulignons.

135 José Luis Mora Mérida, Paraguay y Uruguay contemporáneos, Séville, Escuela de Estudios HispanoAmericanos de Sevilla, 1981, p. 26.

136 Il s’agit des élections d’Irala (1540), de Diego de Abreu (1549), de Francisco Ortiz de Vergara (1558), de Martín Suárez de Toledo (1572) et d’Hernandarias (1592).

137 Manuel Domínguez, « El asalto del fuerte de Corpus Christi », in El alma de la raza, p. 135-142.

138 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 134.

139 « Socorro pedido por los conquistadores estantes en Buenos Aires en Abril de 1539 », in Emilio Coni, Agricultura, comercio e industria coloniales, Buenos Aires, El Ateneo, 1941, p. 103-109.

140 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 384.

141 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 312.

142 « Requerimiento del capitán Irala al veedor Cabrera..., Asunción, 20-06-1539 », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador Domingo Martínez de Irala, Buenos Aires, La Facultad, 1939, p. 379-381.

143 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 » et « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 384 et 312.

144 Nicolas du Toict, op. cit., vol. I, p. 77.

145 Branilava Susnik, El rol de los indígenas en la formación y vivencia del Paraguay, Asunción, Instituto paraguayo de estudios nacionales, 1982-1983, vol. I, p. 76.

146 Florencia Roulet, La resistencia de los Guaraní del Paraguay, Posadas, Editorial Universitaria, 1993, p. 123-131.

147 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 385.

148 Ibid., p. 385-386.

149 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 313.

150 Ibid., p. 314-315.

151 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 387.

152 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 315-316.

153 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 388.

154 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires..., 1541 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 369.

155 Ibid., p. 371.

156 Ibid., p. 371-372.

157 Ibid., p. 375.

158 « Traslado de una información hecha por D. Pedro de Mendoza, gobernador de las provincias del Rio de la Plata (1537) », in D.I.A.G.I., vol. X, p. 536-537.

159 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 387.

160 Ibid., p. 389.

161 « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires..., 1541 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 359-377.

162 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 389.

163 Ibid., p. 388.

164 « Relación de por Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. III, p. 316.

165 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 60.

166 « Carta de Domingo de Yrala á S. M., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 389.

167 « Carta de Domingo de Yrala á S. M., 1545 » et « Relación que dejó Domingo Martínez de Yrala en el puerto de Buenos Aires..., 1541 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 388 et 362.

168 Efraím Cardozo, « La fundación de la ciudad de N. S. de la Asunción en 1541 », in IIo Congreso de Historia de América, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1938, vol. II, p. 110-120.

169 Hildegard Thomas de Krüeger, El Cabildo de Asunción, Asunción, Instituto Cultural ParaguayoAlemán, 1996, p. 29-30.

170 Efraím Cardozo, « La fundación de la ciudad de N. S. de la Asunción en 1541 », p. 113.

171 « Ordenanza creando el cabildo y regimiento de Asunción, 16-09-1541 », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 393-394.

172 Voir note 3 p. 79.

173 Hildegard Thomas de Krüeger, op. cit., p. 61.

174 Richard Konetzke, América Latina. La época colonial, Madrid, Siglo Veintiuno, 1993, p. 129.

175 « Ordenanza creando el cabildo y regimiento de Asunción, 16-09-1541 », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 393-398.

176 Hildegard Thomas de Krüeger, op. cit., p. 65.

177 « Ordenanza creando el cabildo y regimiento de Asunción, 16-09-1541 », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 394.

178 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. III, p. 322.

179 « Carta de Domingo de Yrala á S. M., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 389.

180 « Relación de Pero Hernández, año 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 322.

181 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 101 v°104 v° (im. 214-220). Le titre de trésorier de Juan de Cienfuegos fut confirmé en octobre 1539. Voir A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 110 r°-110 v° (im. 231-232). Cienfuegos partit avec Alvar Núñez Cabeza de Vaca mais mourut en arrivant sur les côtes brésiliennes (Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores del Río de la Plata, Buenos Aires, Ayacucho, 1937, p. 126).

182 A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 106 r°-106 v° et 109 r°-109 v° (im. 223-224 et 229-230).

183 « R. C. a los oficiales de la Casa de la Contratación... (19-10-1539) », A.G.I., Gobierno Buenos Aires 1, liv. 1, f° 105 v° (im. 222).

184 « R. P. del 18 de octubre de 1539 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 107 v°-108 v° (im. 226-228).

185 « R. C. al gobernador del Río de la Plata... (20-11-1539) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 115 r°-115 v° (im. 241-242).

186 « R. C. a Gonzalo de Acosta... (21-02-1540) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 120 v° (im. 254).

187 « Capitulación otorgada a Alvar Núñez Cabeza de Vaca..., 1540 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 363 et 365. C’est nous qui soulignons.

188 Ibid., p. 364-365.

189 « R. C. a los oficiales de la Casa de la Contratación..., Madrid, 14-08-1540 », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f° 149 v°150 r° (im. 314-315).

190 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, Madrid, Historia 16, 1984, p. 153.

191 « R. a Felipe de Cáceres... (24-10-1539) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, f°111 r°-112 v° (im. 233-236).

192 Richard Konetzke, « La emigración española... », op. cit., p. 24.

193 Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., 1943.

194 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 157-159.

195 « Albar Nuñez Cabeza de Vaca deja en su reemplazo á Hernando de Alvarado en el puerto de Vera, setiembre 7 de 1541 », in Arch. Nac., no 4, Asunción, décembre 1900, p. 121-122.

196 « Información hecha en Xerez..., 1545 (carta de Pedro de Fuentes) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 295.

197 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 159-163. Voir carte 3 p. 500, annexe A.

198 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 163-166.

199 Ibid., p. 169.

200 Ibid., p. 170-174.

201 Ibid., p. 175-179.

202 Ibid., p. 175-180.

203 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 55.

204 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Biblioteca Nacional, Buenos Aires, Imprenta de la Biblioteca Nacional, 1937, vol. I, p. 434.

205 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 216.

206 « Información hecha en Xerez..., 1545 (carta de Pedro de Fuentes) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 295.

207 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 20.

208 À propos du port de San Juan, voir l’article de Ricardo de Lafuente Machain, « Poblaciones efímeras (Río de San Juan y San Salvador) », tiré à part de Revista del Instituto Histórico y Geográfico del Uruguay, Montevideo, Imprenta « El siglo ilustrado », 1973, vol. XIII.

209 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Biblioteca Nacional, Buenos Aires, 1937, vol. I, p. 443.

210 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 26.

211 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 178.

212 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 168.

213 Ibid., p. 164.

214 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 390.

215 Ibid., p. 391.

216 Emili Gómez Nadal, « Noticia del intento de expedición de Jaume Rasquí al Río de la Plata en 1559 », in El valencià Jaume Rasquí, Governador del Plata (1557-1559), Valencia, Generalitat Valenciana, 1987, p. 32.

217 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 29. Nous reviendrons sur les détails de ces pratiques polygames dans le chapitre V, p. 285 et suiv.

218 Ibid., p. 29.

219 « Relación de Pero Hernández, 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 312-314.

220 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 182.

221 « Carta del clérigo presbítero Antonio d’Escalera al Emperador Don Cárlos..., 1556 », in Cartas de Indias, p. 584 ; voir également Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 186-187.

222 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Biblioteca Nacional, Buenos Aires, 1937, vol. I, p. 445 ; Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 164.

223 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza..., 1534 », in Milagros del Vas Mingo, op. cit., p. 292.

224 Ibid., p. 292.

225 « Dos Provanzas hechas por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca... (1546) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 115.

226 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 184-186.

227 « Dos provanzas hechas por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca... (1546) », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 126-127.

228 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 187-188.

229 Ibid., p. 191-200.

230 Ibid., p. 200-202.

231 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 185.

232 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 203-207.

233 « Provanza hecha por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca..., Madrid (1546) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 230.

234 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 202-203 et 209.

235 Ibid., p. 181.

236 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 19.

237 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 210.

238 Ibid., p. 216.

239 « Provanza hecha por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca... (1546) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 116 et 226.

240 « Dos provanzas hechas por parte de Albar Nuñez Caveza de Baca... (1546) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 181.

241 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 217.

242 Ibid., p. 218.

243 Ibid., p. 212-213.

244 Ibid., p. 214-215.

245 Voir carte 4 p. 501, annexe A.

246 « Relación de la jornada al norte, por el escrivano Diego de Olavarrieta, 1542 », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 399-414.

247 « Carta de Domingo de Yrala á S. M.... (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 391-392.

248 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 218-224.

249 Id., « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 43.

250 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 226-228. Dans une lettre rédigée en 1545, Alonso Riquelme parle de sept cents Indiens (« Información hecha en Xerez... (1545, carta de Alonso Riquelme) », Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 289). Ulrich Schmidel évoque quant à lui la présence de cinq cents soldats et de deux mille indigènes (Ulrich Schmidel, op. cit., p. 88).

251 Id., « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 45.

252 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 228-246 ; id., « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 43-46.

253 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 252-254.

254 Id., « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 46.

255 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 249-254-258.

256 Id., « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 47.

257 Id., Naufragios y Comentarios, 1984, p. 261-262.

258 « Carta de Domingo de Yrala á S. M...., 1545 », id., Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 393.

259 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 89. Ibid., p. 89.

260 « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Biblioteca Nacional, Buenos Aires, 1937, vol. I, p. 450-452.

261 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 270-271.

262 « Relación de Hernando de Ribera », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 306.

263 Le 12 janvier d’après la « Relación General... » (Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 50) ; le 20 janvier d’après les « Comentarios » (Naufragios y Comentarios, 1984, p. 274).

264 « Información hecha en Xerez..., (1545, carta de Pedro de Fuentes) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 297.

265 « Información hecha en Xerez..., (1545, carta de Alonso Riquelme) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 291.

266 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 275-278.

267 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 96.

268 Ibid., p. 97.

269 « Relación de Hernando de Ribera », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 307-309.

270 « Relación del Río de la Plata (1545) », in Blas Garay, Colección de documentos relativos a la historia de América y particularmente a la historia del Paraguay, Asunción, Talleres Nacionales de H. Kraus, 1899-1901, vol. I, p. 49. On trouve également une description des Amazones dans Ulrich Schmidel, op. cit., p. 94-96.

271 JeanPierre Sanchez, Mythes et légendes de la conquête de l’Amérique, Rennes, P. U. R., 1996, vol. II, p. 651.

272 Juan Gil, op. cit., vol. III, p. 288.

273 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 51-52.

274 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 272-273 et 279.

275 Ibid., p. 282.

276 « Relación de Pero Hernández, 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 334.

277 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 57.

278 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 98.

279 « Carta de Domingo de Yrala á S. M.... (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 393.

280 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 58.

281 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Comentarios », in Naufragios y Comentarios, Madrid, Historia 16, 1984, p. 283-284.

282 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 99-100.

283 « Embargo de los bienes de Alvar Núñez Cabeza de Vaca..., Abril 29, 1544 », in Arch. Nac., no 10/11, Asunción, marsavril 1901, p. 382-388.

284 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 61.

285 « Información hecha en Xerez... (1545, carta de Alonso Riquelme) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 293.

286 « Escritura de poder a favor de Pero Díaz del Valle..., 28-04-1544 », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 437-438.

287 « Relación de Pero Hernández, 1545 », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 343.

288 « Relación de Pero Hernández, 1545 » et « Relación General... », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 348-357 et 72-73 ; « Memorial del padre Francisco González Paniagua, 3 de marzo de 1545 », in Revista de la Biblioteca Nacional, Buenos Aires, 1937, vol. I, p. 456-463.

289 « Declaraciones de testigos para la averiguación de quién facilitó una carta a Alvar Núñez..., Julio 16, 1544 », in Arch. Nac., no 11, Asunción, avril 1901, p. 395-401.

290 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 73 et 77-78.

291 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 77.

292 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 386.

293 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, « Relación General... », in Naufragios y Comentarios, 1906, vol. II, p. 90.

294 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 301-304.

295 JeanPaul Duviols, Dictionnaire culturel. Amérique latine, Paris, Ellipses, 2000, p. 262.

296 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 100.

297 « Carta de Juan Muñoz de Carvajal al Emperador Don Cárlos..., 1556 », in Cartas de Indias, p. 597-598 ; Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 293.

298 Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y Comentarios, 1984, p. 297.

299 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 101.

300 Ibid., p. 101-108.

301 « Carta de Domingo de Yrala á S. M.... (1545) », in Alvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios y comentarios, 1906, vol. II, p. 394.

302 « Parlamentos con los Agaces (1545) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 443-450.

303 Enrique de Gandía, « Descubrimiento del Río de la Plata, del Paraguay y del estrecho de Magallanes », in Ricardo Levene (éd.), op. cit., vol. II, p. 166.

304 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves (1575) », A.G.I., Patronato 120, N. 2, R. 3, f° 16 r°, (im. 23). Voir aussi « Poder para recorrer el Pilcomayo, a favor del capitán Nufrio de Chaves, 26-02-1547 », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 467-468.

305 « Los cabildantes oficiales reales se preparan hacer un reconocimiento por el camino de los Mbayaes..., Octubre 13, 1547 », in Arch. Nac., no 15, Asunción, janvier 1902, p. 541.

306 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 572-573. À propos du nombre d’expéditionnaires, Schmidel mentionne la présence de cent trente cavaliers (Ulrich Schmidel, op. cit., p. 109) et Ruy Díaz de Guzmán parle de trois cents Espagnols et de trois cents Indiens (Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 178).

307 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 109.

308 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 83. Voir carte 4 p. 501, annexe A.

309 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 111-112.

310 Ibid., p. 112-113.

311 Ibid., p. 113.

312 Ibid., p. 113-114.

313 « Carta de Martín González, clérigo, al Emperador Don Cárlos... (1556) », A.H.N., Section 12, Diversos, Documentos de Indias, no 140.

314 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 112-117.

315 Ibid., p. 115.

316 Ibid., p. 117.

317 Voir carte 4 p. 501, annexe A.

318 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 121. Schmidel nomme cette rivière Macasís, du nom d’un village indigène situé à proximité.

319 Ibid., p. 121.

320 Ibid., p. 122.

321 Ibid., p. 124.

322 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 573-574.

323 Juan Gil, op. cit., vol. III, p. 286.

324 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 574.

325 « Requerimiento al capitán Gonzalo de Mendoza (1548) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 477.

326 Ulrich Schmidel, op. cit., p. 124.

327 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 574.

328 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 184.

329 « Carta del clérigo presbítero Antonio d’Escalera... (1556) », in Cartas de Indias, p. 588-589 ; Ulrich Schmidel, op. cit., p. 125-126.

330 Parmi ces conquistadores, se trouvaient le capitaine Pedro de Segura Zavala, Juan de Oñate Franco, Pedro Sotelo et Alonso Martín de Trujillo (Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 186).

331 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 185-188.

332 « Testamento de Domingo Martínez de Irala (1556) », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 547-565. Au moment où furent célébrés ces quatre mariages, il n’y avait pas encore d’enfants criollos au Paraguay.

333 « Información de los méritos y servicios de Nuflo de Chaves, 1575 », A.G.I., Patronato

334 120, N. 2, R. 3, f° 16 r°, (im. 23).

335 Contrairement à ce qui a été écrit dans plusieurs ouvrages, Hernando de Salazar n’avait aucun lien de parenté avec le capitaine Juan de Salazar de Espinosa. Voir Ricardo de Lafuente Machain, Los conquistadores..., p. 590.

336 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 575-576.

337 Ibid., p. 575-576. Ruy Díaz de Guzmán parle de quatre cents soldats et quatre mille Indiens (Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 193).

338 Voir carte 4 p. 501, annexe A.

339 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 195.

340 « Carta de Ruy Diaz Melgarejo al Emperador Don Cárlos... (1556) », in Cartas de Indias, p. 630.

341 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 575-577.

342 « Poder a favor del capitán Nufrio de Chaves para ir al Brasil, 17-07-1555 », in Ricardo de Lafuente Machain, El Gobernador..., p. 495-496. Voir aussi la lettre de Felipe de Cáceres, Pedro Dorantes, Antón Cabrera et Juan de Salazar de Espinosa, datée de juin 1556, in « Expediente sobre el gobierno de Irala », A.G.I., Gobierno, Charcas 40, f° s/n.

343 « Poder a favor del capitán Nufrio de Chaves para ir al Brasil, 17-07-1555 », op. cit., p. 495-498.

344 « Carta de Domingo Martínez de Irala al Consejo de Indias... (1555) », in Cartas de Indias, p. 575-578.

345 Medardo Chávez S., op. cit., p. 145 ; Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 93.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540