Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

Première partie. Antécédents et contexte de la Conquête du Paraguay

Chapitre premier. La découverte du río de la Plata et les rivalités hispano-portugaises

Texto completo

  • 1 Margarita Prieto Yegros, Bandeiras paulistas en territorios coloniales hispanos, Asunción, Cuadern (...)

1En raison de sa position géographique, le bassin du río de la Plata fut longtemps l’objet de litiges entre les Couronnes espagnole et portugaise. Dès le début du xvie siècle, les deux pays cherchèrent à s’imposer dans cette région encore inexplorée et située non loin de la ligne de Tordesillas. L’enjeu était de taille : d’une part, c’est là que l’on cherchait un passage reliant l’Atlantique au Pacifique et aux îles du Sud-Est asiatique ; d’autre part, le río de la Plata et ses affluents menaient à une région que l’on disait riche en métaux précieux. Dans le débat qui opposa les deux Couronnes à propos du río de la Plata, les Espagnols invoquaient le traité de Tordesillas pour défendre leurs droits dans la région. Ce à quoi les Portugais objectaient que la ligne de démarcation n’avait pas été définie avec suffisamment de précision, remettant ainsi en question la souveraineté espagnole sur le fleuve. En outre, puisqu’ils avaient été les premiers à découvrir l’estuaire et ses environs, ils considéraient que leur autorité sur cette partie du Nouveau Monde était légitime1.

I.1 La « prédécouverte » du río de la Plata par les Portugais

2Les premières nouvelles du río de la Plata remontent effectivement au tout début du xvie siècle et nous les devons à des navigateurs portugais ou travaillant pour le compte de la Couronne lusitanienne.

I.1.1 Le bassin du Plata : un prolongement des côtes brésiliennes

  • 2 Le débat reste ouvert à ce jour sur l’éventualité que les Portugais connussent le Brésil avant sa (...)
  • 3 Julián María Rubio Esteban, Exploración y conquista del Río de la Plata, siglos xvi y xvii, Barcel (...)
  • 4 Traduction française dans Le Nouveau Monde. Récits de Amerigo Vespucci, Christophe Colomb, Pierre (...)
  • 5 Ibid., p. 127.

3L’exploration des côtes sud-américaines peut être considérée comme une suite logique de la découverte officielle du Brésil par Pedro Alvares Cabral, en 15002. Dès l’année suivante, le pilote portugais Gonzalo Coelho passa au large du río de la Plata et explora une partie des côtes de Patagonie3. Il est également admis qu’en 1502, lors de son troisième voyage, Amerigo Vespucci aperçut l’estuaire du fleuve. Toutefois, le récit qu’il en fait dans le Mundus Novus et dans la troisième partie des Quattuor Navigationes4 ne nous permet pas d’affirmer qu’il s’y engagea, contrairement à ce que laissent entendre les illustrations de l’édition allemande de 15055. Au cours des années qui suivirent, le Portugal organisa plusieurs expéditions afin de reconnaître les côtes brésiliennes et de trouver un passage vers la « Mer du Sud », qui permettrait de rejoindre l’Orient sans avoir à contourner l’Afrique. Peu à peu, les pilotes lusitaniens imposaient leur supériorité en matière de navigation dans l’Atlantique Sud, et asseyaient leur connaissance des côtes de l’Amérique méridionale.

  • 6 Frédéric Mauro et Maria de Souza, op. cit., p. 41.

4Ces explorations s’intensifièrent après la prise de Goa (1510) et de Malacca (1511) par Afonso de Albuquerque. Si l’on voulait atteindre les Moluques par l’ouest, il fallait découvrir au plus vite le passage vers le Pacifique. Les navires portugais se rendirent de plus en plus au sud, atteignant des régions situées bien au-delà des limites fixées par le traité de Tordesillas. Parallèlement, des particuliers commencèrent à installer des comptoirs commerciaux (feitorias) le long de la côte, afin de faciliter le commerce du bois brésil et d’autres produits locaux. La feitoria de Pernambouc, la plus importante du xvie siècle, fut ainsi créée en 15166. En dehors de leur fonction économique, ces petits centres urbains avaient un rôle stratégique non négligeable puisqu’ils servaient au ravitaillement des navires qui arrivaient de la métropole pour continuer l’exploration du littoral. Ces relais revêtaient également une importance capitale dans le cadre de la découverte de la « route des épices », que l’on estimait toute proche. Enfin, à partir des années 1515-1520, quand la Castille commença à s’intéresser au bassin du río de la Plata, la présence de ces feitorias devint une façon pour la Couronne portugaise d’affirmer sa souveraineté dans la région et de surveiller les mouvements des Espagnols.

I.1.2 La « politique du secret » des autorités portugaises

  • 7 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 3.

5Les premières expéditions portugaises au Brésil sont mal connues des historiens en raison de l’absence de documents s’y référant. En vertu de la política do sigilo, la « politique du secret » adoptée par les autorités portugaises, la plupart d’entre elles furent organisées presque « clandestinement7 ». Les relations concernant ces voyages étaient le plus souvent détruites, afin qu’elles ne tombassent pas dans des mains étrangères. Ce souci du secret est le fruit de la rivalité qui existait entre l’Espagne et le Portugal à propos du partage du monde entre ces deux puissances. Comme l’a souligné Analola Borges à propos du río de la Plata, en matière de souveraineté territoriale, les Lusitaniens avaient toujours privilégié l’occupation du sol, contrairement aux Espagnols qui cherchaient plutôt à fonder leurs droits sur des documents légaux :

  • 8 Analola Borges, « El Tratado de Tordesillas y la Conquista del Río de la Plata », tiré à part de P (...)

Por parte de Portugal se argumenta la prelación del descubrimiento antes que el reconocimiento de la « raya » del Tratado, al cual se refiere siempre el soberano español. Es decir, frente al uti posidetis uris, el teórico meridiano8.

6Les Portugais estimaient donc que les territoires découverts appartenaient au premier arrivé, même si un document officiel attribuait ces terres à un pays tiers. Ainsi, s’ils parvenaient à s’installer sur des terres théoriquement castillanes avant les Espagnols, celles-ci leur reviendraient de fait sinon de droit. La « politique du secret » était une façon de prendre de l’avance sur le terrain, à l’insu du monarque castillan. Ce dernier obtenait malgré tout un certain nombre de renseignements sur les déplacements de ses rivaux, grâce à un réseau d’espions et à ses ambassadeurs à Lisbonne. Cependant, le retard que ce système engendrait permit au Portugal d’organiser un certain nombre d’expéditions vers le río de la Plata avant que la Castille ne songeât à réagir.

I.1.3 Les différentes expéditions portugaises

  • 9 Rolando A. Laguarda Trías, El predescubrimiento del Río de la Plata por la expedición portuguesa d (...)

7En septembre 1513, un navire marchand portugais fut arraisonné par les Espagnols à proximité de l’île de San Juan. Il fut ensuite emmené à Santo Domingo, où l’on emprisonna les membres de son équipage. Pour l’historien Rolando A. Laguarda Trías, cette expédition n’avait pas pour seul objectif le commerce du bois brésil, mais également l’exploration du littoral9. L’année suivante, un autre navire portugais arriva à Madère en provenance du Brésil. Un marchand allemand, qui connaissait un des pilotes, envoya à Anvers un document dont voici quelques extraits :

  • 10 « La gazette de la terre du Brésil. Nouvelles du Pays du Brésil (v. 1514-1515) », in Ilda Mendes d (...)

Sachez que le 12 octobre [de 1514] (sic) un vaisseau qui revenait de la terre du Brésil aborda ici parce qu’il manquait de vivres. Il était armé par Nuno [Manuel] (sic), Christóvão de Haro et d’autres. Deux navires étaient en effet partis avec licence du roi de Portugal pour reconnaître et décrire le pays du Brésil et ils ont visité plus de six ou sept cent milles de cette terre nouvelle. Quand ils furent arrivés à la hauteur du cap de Bonne Espérance et encore un degré plus loin, à 40o de latitude sud, ils virent que la terre du Brésil s’achevait par un cap ou une pointe qui se jetait dans la mer. En le remontant, ils trouvèrent que ce golfe gisait dans la même direction que l’Europe c’est-à-dire du ponant au levant, ou de l’ouest à l’est. Ils ont encore vu de la terre au-delà de l’autre rive quand ils eurent parcouru environ 60 milles autour de ce cap, de la même façon que ceux qui, allant dans le levant, passent le détroit de Gibraltar et entrevoient alors la terre de Barbarie [...].
Le pilote qui conduit ce navire est mon très bon ami, c’est le plus célèbre de tous ceux du roi de Portugal. Il a fait plusieurs voyages en Inde et il m’a confié que, de ce cap du Brésil, il n’y a pas plus de 600 milles de voyage jusqu’à Malacca. Il est aussi d’avis qu’en suivant ce chemin, il est possible de gagner Malacca et d’en revenir en un si bref espace de temps que ce sera là un grand avantage pour le roi de Portugal dans son commerce [...].
Les habitants de cette côte [brésilienne] leur ont dit que, dans les montagnes, vit un peuple qui a beaucoup d’or et qu’il porte des plaques d’or battu très fin sur le front et sur la poitrine à la manière d’une armure [...]. Les habitants rapportent aussi qu’il vient là de temps en temps d’autres navires et que ceux qui les montent sont habillés à la manière des Français, d’après ce qu’en disent les Portugais, et qu’ils ont tous la barbe rousse. Les honorables Portugais veulent prétendre que ce sont des Chinois qui naviguent vers Malacca10.

  • 11 Ce document contredit la thèse d’Enrique de Gandía, selon laquelle l’expédition de dom Nuño Manuel (...)
  • 12 Le navire Espoir avait quitté Honfleur à destination des Indes. Une forte tempête le poussa vers l (...)

8Ce texte est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord, il montre que la flotte affrétée par dom Nuño Manuel, frère de lait de Manuel Ier, découvrit le río de la Plata dès 1514, et le remonta sur près de soixante milles11. Le pilote pensa même qu’il s’agissait d’un passage menant aux Moluques, ce qui le rendait particulièrement intéressant d’un point de vue commercial. Ensuite, il laisse entendre que les Portugais ne furent pas les premiers Européens à débarquer sur ces côtes. Qui étaient donc ces hommes « à la barbe rousse » et ressemblant à des Français ? S’agissait-il de Binot Paulmier de Gonneville et de ses compagnons, qui séjournèrent au Brésil en 150312 ? Il nous est impossible de répondre à cette question. Les Portugais, sans doute obnubilés par la proximité de l’Asie, préférèrent penser qu’il s’agissait de Chinois commerçant avec les Indiens du Brésil. Cela leur permettait aussi d’affirmer leur souveraineté dans la région, en déclarant qu’ils étaient les premiers Occidentaux à la découvrir. Cependant, les autorités portugaises préférèrent garder le secret de leur découverte afin de ne pas éveiller l’intérêt des Espagnols pour cette région du globe. Signalons enfin que « La gazette de la terre du Brésil » évoque pour la première fois l’existence de l’empire inca et de ses fabuleuses richesses et laisse entendre que ce royaume n’était pas très éloigné du « golfe » exploré.

  • 13 Rolando A. Laguarda Trías, op. cit., p. 145. Esteban Froes (ou Flores) fut à l’origine de la lettr (...)

9En ce qui concerne le bateau arraisonné en 1513 dans la mer des Caraïbes, Laguarda Trías affirme qu’il s’agit du second navire évoqué dans le texte du marchand allemand. En effet, il est communément admis que les îles Rodrigo Alvares (aujourd’hui îles de Torres) et l’île de Flores doivent leur nom aux navigateurs qui les découvrirent. Or ces deux hommes faisaient partie des Portugais emprisonnés par les Espagnols à Santo Domingo. Avant de s’égarer dans les Caraïbes, leur navire aurait donc bien sillonné le río de la Plata13.

I.2 Juan Díaz de Solís : « a las espaldas de Castilla del Oro »

10Alors que la reconnaissance de l’estuaire du río de la Plata avait été entreprise plus ou moins clandestinement par les Portugais, son exploration et celle de ses affluents fut l’œuvre d’expéditions espagnoles légalement mandatées par la Couronne de Castille. Toutefois, la découverte du fleuve par Juan Díaz de Solís, en 1516, eut lieu de manière fortuite lors d’un voyage dont l’objectif initial était de reconnaître les côtes pacifiques de l’Amérique méridionale.

I.2.1 Le voyage annulé de 1512

11L’exploration des côtes sud-américaines au tout début du xvie siècle avait pour but de trouver un passage vers les îles du Sud-Est asiatique, où les Portugais gagnaient chaque jour un peu plus de terrain. L’Espagne, qui soupçonnait ses voisins de ne pas se plier au traité de Torde-sillas, décida d’envoyer une flotte dans le Pacifique pour y faire respecter la ligne de démarcation entre les territoires espagnols et portugais. Le 27 mars 1512, Ferdinand le Catholique confia cette mission à Juan Díaz de Solís :

  • 14 « Sobrecarta de una capitulación celebrada por la Reina con Juan Díaz de Solís para efectuar la de (...)

El asiento que por mi mandado se tomó con vos, Juan Diaz de Solís, vecino de la villa de Lepe, nuestro criado, sobre el viaje que os ofrecéis de hacer para poner la demarcación é límites de la parte de navegación que pertenesce á la Serenísima Princesa, mi muy cara é muy amada hija, como á reina é señora destos reinos de Castilla, é al Serenísimo Rey de Portugal, nuestro hijo, como rey é señor de la Corona de Portugal, conforme á la capitulación que sobrello se asentó en la villa de Tordesillas á siete días del mes de Junio de mill é cuatrocientos é noventa é cuatro años. [...]
Item, que vos seáis obligado á partir con dos navíos [...], desde Cáliz (sic), del día de la fecha desta capitulación en un año, que será en principio de Marzo del año venidero de quinientos é trece. [...]
Item, que de que partiéredes, placiendo á NuestroSeñor (sic), podáis ir á la Gomera, ques en las islas de Canaria, y allí os podréis bastecer de agua é leña é de las otras cosas de que tovierdes necesidad, é desde allí iréis derecho al Cabo de Buena Esperanza, do podréis tomar agua é leña é algunas carnes, pagándolas bien, [...] é si topardes algunas islas antes de llegar al Cabo de Buena Esperanza, en medio de la mar, que no fueren descubiertas por el Serenísimo Rey de Portugal, podréis proveer de las cosas que hobiéredes menester, é proveyéndoos de ellas saber los secretos é dellas buenamente pudiéredes saber, é aprovecharos dellas, sin ofensa de la tierra ; é de allí podréis ir á buscar la isla de Celán, para ver si está en la parte que á estos reinos pertenesce ó no14.

12La flotte de Solís devait donc quitter la péninsule au plus tard au printemps 1513, contourner l’Afrique par le cap de Bonne Espérance, rejoindre l’île de Ceylan et déterminer si celle-ci se trouvait du côté espagnol ou portugais de la ligne de Tordesillas. Ces instructions nous indiquent deux choses. D’une part, en mars 1512, le roi Ferdinand semble avoir ignoré la conquête de Goa et Malacca par les Portugais. Comment expliquer, sinon, qu’il ne s’inquiétât que de Ceylan, conquise en 1505, et non des autres territoires ? D’autre part, le parcours choisi pour se rendre en Asie nous indique qu’à l’époque, les Castillans ne songeaient pas encore à rejoindre le Pacifique par l’ouest, contrairement à leurs voisins qui cherchaient activement le passage vers la « Mer du Sud ». Ferdinand le Catholique doutait-il de l’existence de ce passage ? Manquait-on en Espagne de marins suffisamment expérimentés pour affronter l’Atlantique Sud ?

13Quelle que soit la réponse à ces questions, Solís n’eut même pas le temps de finir les préparatifs du voyage, puisqu’en septembre 1512, l’expédition fut suspendue :

  • 15 « Real Cédula para que los oficiales reales se reciban de las especies compradas por Díaz de Solís (...)

Nuestros Oficiales de la Casa de la Contratación de las Indias que residís en Sevilla. Ya sabéis el asiento questaba tomado con Juan Díaz de Solís para el viaje que habia de facer en ir á descobrir, y porque al presente yo he mandado suspender el dicho viaje fasta que se comunique con el rey de Portogal, mi hijo, lo que toca á aquella navegación15.

  • 16 Voir à ce propos les lettres de João Méndez de Vasconcelos, ambassadeur du Portugal en Castille, à (...)

14Les raisons qui poussèrent la Couronne à ajourner le voyage de Solís sont multiples. Tout d’abord, les autorités castillanes ne tardèrent pas à apprendre la prise de Goa et Malacca par Albuquerque, ce qui les obligea à repenser le déroulement de l’expédition. Pour des raisons stratégiques, il était raisonnable de retarder le départ de Solís. Par ailleurs, nous savons que la Couronne portugaise protesta énergiquement contre le projet du roi Ferdinand d’envoyer des navires dans le Pacifique16. Les tensions diplomatiques entre les deux pays recommandaient également de différer le voyage. Enfin, une cédule royale envoyée aux officiers de la Casa de la Contratación, montre que le roi avait quelques doutes sur la capacité de Juan Díaz de Solís à diriger l’expédition :

  • 17 « Real Cédula a los Oficiales de la Casa de Contratación, sin fecha », in D.I.A.G.I., Madrid, Impr (...)

Vi vuestra carta de doce de Mayo en que Me faceis saber los yncon-vinientes que vos parescia que ay para non poder complir Xoan Diaz de Solis la Capitulacion e Asiento que por Nuestro Mandado con él se thomó sobrel viaxe que a de facer para la demarcacion dentre estos Rey-nos Portugal, e Thengoos en servycio Avisadme dello ;[...] e la verdad es, que al tiempo que con el se Asentó la dicha Capitulacion, fué porque Therniamos e Thernemos acordado ymbiar xuntamente con él, una persona de muncha confianza e rrecabdo, el qual a de llevar secretemante poderes que excedan a los quel dicho Xoan Diaz de Solis lleva, para que cada e quando el dicho Xoan Diaz de Solis ynthentara de facer algo que non debiese contra el thenor de la dicha Capytulacion que con el se thomó, lo podiere contradescir ; e lo que pryncipalmente a ello Nos movió, fue, thenerle como persona de non muncha constancia ; e todos los ynconvinientes quen la negocyacion descis que le podrian subceder e tambien ser muy poco los dos navios que a de llevar para ser el viaxe tan largo [...] debeis comunicar e platicar con él [...].
En lo que toca al Ofycio de Amérigo, ya cuando vuestra carta llegó, lo Abia mandado proveer de aquel Ofycio, al dicho Xoan Diaz de Solis, como allá abeis visto ; porque Yo fui ynformado que era persona abil e sofyciente para el dicho cargo17.

  • 18 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 14-20.
  • 19 Voir Paul Groussac (« La patria de Solís », in Anales de la Biblioteca, Buenos Aires, 1912, Coni H (...)

15Le manque de confiance exprimé par le monarque est sans doute lié au fait que Solís avait effectué plusieurs voyages pour le compte du Portugal avant d’entrer au service de la Couronne de Castille18. De même, un mystère entourait les origines exactes du pilote, dont on ignore encore aujourd’hui s’il était portugais ou espagnol19. Les suspicions qui pesaient sur Solís furent peut-être le dernier élément qui décida le roi Ferdinand à suspendre le voyage. Malgré tout, le monarque n’oublia pas d’indemniser Solís pour les frais qu’il avait engagés dans les préparatifs :

  • 20 « Real cédula por la que se manda pagar cierta suma a Juan Díaz de Solís, 29 de septiembre de 1512 (...)

Dotor Sancho de Matienzo, nuestro tesorero de la Casa de la Contratación de las Indias que residís en la ciudad de Sevilla, ó vuestro lugarteniente. Yo vos mando que de cualesquier maravedís é oro de vuestro cargo dedes é paguedes á Juan Díaz de Solís, nuestro piloto mayor, treinta y siete mill y quinientos maravedis, de que yo le hago merced en recompensa de los gastos é costas que él tiene fechos hasta agora en aderezar y aprestar el viaje que por nuetro mandado había de hacer20.

16Les trois documents que nous venons de citer, publiés dès la deuxième moitié du xixe siècle, montrent non seulement que les capitulations de mars 1512 ne prévoyaient pas le passage de Solís par le continent américain, mais aussi que le voyage n’eut jamais lieu. Ainsi, le río de la Plata ne peut avoir été découvert par les Espagnols avant 1516. Le débat est pourtant loin d’être clos. Tout au long du xxe siècle, plusieurs historiens ont affirmé qu’il n’était pas exclu que Solís ait découvert le río de la Plata dès 1512-1513. Ces derniers se sont appuyés sur les textes des historiens-chroniqueurs du Nouveau Monde, pour qui Solís réalisa deux voyages dans l’estuaire du río de la Plata, le premier en 1512, le second en 1516. À titre d’exemple, Francisco López de Gomara écrivit en 1553 que :

  • 21 Francisco López de Gomara, Historia general de las Indias, Barcelone, Obras Maestras, 1954, p. 153

Del cabo de San Agustín, que cae a ocho grados, calculan setecientas leguas de costa hasta el río de la Plata. [...] Juan Díez (sic) de Solís, natural de Lebrija, las costeó legua por legua el año 12, a su propia costa. Era piloto mayor del Rey ; fué con licencia, siguió el derrotero de Pinzón, llegó al cabo de San Agustín, y de allí tomó la vía de mediodía, y costeando la tierra, anduvo hasta ponerse casi a cuarenta grados. [...] Tropezó con un grandísimo río que los naturales llaman Paranaguazú, que quiere decir río como mar o agua grande. Vió en él señales de plata, y lo nombró con este nombre. [...] pidió la conquista y gobernación de aquel río, y como le fue otorgada, armó tres navíos en Lepe, metió en ellos muchas provisiones, armas y hombres para pelear y poblar. Volvió allí como capitán general en septiembre del año 15, por el camino que la primera vez21.

17L’affirmation de López de Gomara selon laquelle Solís aurait nommé le fleuve qu’il venait de découvrir « río de la Plata », alors que ce nom lui fut donné plusieurs années après la mort du pilote, montre que les informations dont disposaient les chroniqueurs de l’époque étaient très approximatives. Cela n’empêcha pas Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, en 1557, de relater l’expédition en ces termes :

  • 22 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Historia general y natural de las Indias, Islas y Tierra fir (...)

Aqueste Joan Díaz de Solís, [...] con licencia del Católico e Serenísimo rey don Fernando, de inmortal memoria, dió efeto a la obra y descubrió este grand río [de la Plata], año de mill e quinientos e doce años, y trujo la relación que por entonces pudo ver de aquella ribera22.

18Cette version fut suivie, une vingtaine d’années plus tard, par celle de Juan López de Velasco :

  • 23 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias. Recopilada por el cosmógra (...)

Juan de Solís, año de 12, costeó desde el Brasil hasta el Río de la Plata, que en lengua de indios se llama Paranaguaçu, que quiere decir « río como mar, ó agua grande » y él le llamó de Solís por su nombre ; y habiendo vuelto con título de gobernador el año de 15, le mataron los indios23.

  • 24 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento, Población y conquista del Río de la Plata, Asunción (...)
  • 25 Antonio de Herrera y Tordesillas, Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y (...)
  • 26 Ibid., vol. III, p. 65.

19En 1612, Ruy Díaz de Guzmán, petit-fils de Domingo Martínez de Irala et premier « historien » du Paraguay, reprit lui aussi la thèse d’un premier voyage dans le río de la Plata : « el año de 1512 salió de Castilla Juan Díaz de Solís24... ». Citons enfin Antonio de Herrera y Tordesillas, chroniqueur officiel des Indes, qui se montra peu cohérent dans le récit qu’il fit des événements. Dans sa deuxième « Décade », il raconte en détail comment Solís découvrit le río de la Plata en 1515-1516, avant d’être tué par des indigènes. Le titre du chapitre est explicite : « El Almirante Don Diego Colón vino a Castilla y que Juan Díaz de Solís descubrió el río de la Plata, y su muerte (1515)25. » Or, dans sa quatrième « Décade » il évoque l’existence de deux voyages : « Juan Díaz de Solís, el año 1512 y el de 1515, descubrió el río que tomó su nombre26. » Cette contradiction ne nous permet pas de nous prononcer sur la réalisation ou non du voyage de 1512. Elle nous montre en revanche que nous devons être extrêmement prudente face aux textes des historiens-chroniqueurs. Tel était également l’avis de l’historien argentin Paul Groussac :

  • 27 Paul Groussac, « La patria de Solís », in Anales..., vol. VIII, p. 366.

Lo que condena y proscribe el buen método histórico, no es solamente la afirmación gratuita, el eco inconsciente de opiniones irresponsables y vagantes, la ciega aceptación del dato tradicional por el mero hecho de referirlo un cronista y repetirlo otros diez ; sino también, como lo veremos, el testimonio fidedigno y documental que no hubiere sufrido el ensayo del análisis crítico27.

  • 28 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », in Anales..., vol. VIII, p. xviii-xxiii.
  • 29 Paul Groussac, « La patria de Solís », in Anales..., vol. VIII, p. 372.

20En ce qui concerne le voyage hypothétique de 1512, Paul Groussac fit pourtant entièrement confiance à Oviedo, sans tenir compte des documents qui avaient été publiés par Medina28. Voici son raisonnement : d’une part, Oviedo tenait ses renseignements de la bouche même de Solís, qu’il avait rencontré à Séville après la réalisation du voyage. D’autre part, Groussac pense que l’organisation d’une nouvelle expédition vers le Pacifique, si peu de temps après l’annulation du voyage de 1512, prouve l’existence d’un premier voyage. Comment expliquer, sinon, un changement d’avis aussi rapide chez les autorités castillanes ? Si Groussac ne nie pas l’annulation du voyage de 1512, il pense en revanche que Solís se rendit clandestinement en Amérique méridionale en 1513. Les découvertes qu’il y fit encouragèrent le roi Ferdinand à poursuivre l’exploration de la région. Cette démonstration présente cependant plusieurs failles. Premièrement, Groussac considère comme fiables les informations d’Oviedo car il les tenait directement de Solís. Pourquoi, dans ce cas, remet-il en question ses affirmations à propos de la nationalité du pilote29 ? Solís a très bien pu mentir sur ses origines, affirme Groussac. Pourquoi ne l’aurait-il pas fait sur son voyage ? N’est-il pas envisageable qu’Oviedo ait mal interprété les propos de Solís ? Le fait qu’Oviedo ait personnellement connu Solís ne suffit pas à démontrer que celui-ci découvrit le río de la Plata dès 1513. Deuxièmement, Groussac oublie que le voyage prévu en 1512 devait longer les côtes africaines et non américaines. À supposer qu’un voyage fût organisé clandestinement en 1513, afin de remplacer celui de 1512 sans heurter la susceptibilité des autorités portugaises, pourquoi aurait-on décidé d’en modifier l’itinéraire ? Enfin, Paul Groussac ne mentionne pas le navire portugais arraisonné près de San Juan, alors qu’il revenait du Brésil. Le roi Ferdinand n’aurait-il pas pu obtenir des renseignements sur le bassin du río de la Plata par ce biais ? Toutes ces interrogations montrent que la thèse de Groussac n’est pas totalement convaincante.

  • 30 Manuel Ricardo Trelles, Diego García, primer descubridor del Río de la Plata, Buenos Aires, Impren (...)
  • 31 José Toribio Medina, Juan Díaz..., vol. I, p. clxxxix-cxciv et vol. II, p. 98-100.
  • 32 Enrique de Gandía, Crónica del magnífico Adelantado Don Pedro de Mendoza, Buenos Aires, Talleres G (...)
  • 33 Ernesto J. Fitte, Hambres y desnudeces en el Río de la Plata, Buenos Aires, Emecé, 1963, p. 21-23.
  • 34 Diego García, « Relación y derrotero... », D.I.A.G.I., vol. XL, p. 367. C’est nous qui soulignons.
  • 35 Manuel Ricardo Trelles, op. cit., p. 25.

21Dès 1879, Manuel Ricardo Trelles avait manifesté des doutes à propos de la réalisation du voyage de 151230. Quelques années plus tard, le Chilien José Toribio Medina publia une étude en deux volumes, Juan Díaz de Solís, dans laquelle figurent plusieurs documents démontrant que ce voyage avait effectivement été annulé31. Dans les années trente, Enrique de Gandía analysa une nouvelle fois ces documents et aboutit aux mêmes conclusions que Medina32. Or, une trentaine d’années plus tard, Ernesto J. Fitte ne se montre plus aussi catégorique dans la réfutation du voyage de 151233. Tout d’abord, il fait référence à un rapport instruit par le licenciado Juan Suárez de Carvajal en 1531, dans lequel celui-ci raconte dans le détail le voyage que fit Solís en 1512 dans le río de la Plata. Ce rapport n’a jamais été retrouvé et nous n’avons pu vérifier les allégations de Fitte. L’historien utilise également une relation rédigée par Diego García de Moguer, à la suite du voyage qu’il fit dans l’estuaire du río de la Plata en 1526. Celui-ci s’était déjà rendu dans la région en 1516, en compagnie de Juan Díaz de Solís. Lors du voyage retour, une de leurs embarcations avait fait naufrage et les rescapés s’étaient réfugiés sur les côtes brésiliennes, où ils restèrent jusqu’en 1526, année où ils furent retrouvés par Sébastien Cabot et Diego García. Dans sa relation, García fait référence à l’un des naufragés en ces termes : « un ombre de los mios que dexé la otra vez que descubrí este rio, abrá quinze años de una carabela que se me perdió34. » Cette petite phrase a permis à Manuel Ricardo Trelles d’élaborer sa théorie selon laquelle le río de la Plata fut bien découvert en 1512, non pas par Juan Díaz de Solís, mais par Diego García de Moguer35. Étant donné que García arriva en Amérique en 1527, si l’on retire quinze ans à cette date, on obtient bien 1512. Cela dit, nous ne devons pas négliger l’emploi d’un futur de l’indicatif qui, par sa valeur hypothétique, laisse entendre que cette date est approximative. En outre, n’oublions pas que García rédige sa relation à son retour en Espagne, c’est-à-dire en 1530, ce qui nous ramène à 1515, année du départ — irréfutable cette fois — de Juan Díaz de Solís pour le río de la Plata.

  • 36 « Lettre de Luis Ramírez », in Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, Paris, (...)

22Un autre document a pu être à l’origine du même malentendu. Il s’agit d’une lettre de Luis Ramírez, compagnon de Sébastien Cabot lors de son voyage de 1526. Alors qu’il raconte comment ils retrouvèrent deux des survivants de l’expédition de Juan Díaz de Solís, il déclare « qu’il y avait treize ou quatorze ans qu’ils se trouvaient dans ce pays36 ». Nous le voyons, Ramírez hésite sur la date. De deux choses l’une : soit, au moment où il rédige sa lettre, Ramírez n’était plus très sûr de ce qu’il avait entendu deux ans auparavant, soit les survivants eux-mêmes ne savaient plus exactement depuis combien de temps ils étaient là, ce qui n’a rien de surprenant compte tenu du nombre d’années qu’ils avaient passées loin de chez eux. Enfin, nous ignorons si l’année de référence est celle de la rencontre (1527) ou celle de la rédaction de sa lettre (1528). Il est donc difficile de calculer la date du voyage de Solís à partir de cette lettre, car nous obtenons une fourchette allant de 1513 à 1515. Le récit de Ramírez, pas plus que celui de García, ne nous permet pas d’affirmer que Solís avait découvert le río de la Plata dès 1512. La date de 1516 est donc communément acceptée par les historiens contemporains, en attendant que de nouveaux documents viennent confirmer ou infirmer cette hypothèse.

I.2.2 Le voyage de 1516

23Revenons en 1513, quelques mois après l’arrestation de l’équipage portugais à Santo Domingo. Lorsqu’il n’y eut plus de doute que les Lusitaniens étaient en train d’explorer des terres appartenant à l’Espagne et qu’ils semblaient sur le point de découvrir le chemin menant au Pacifique par l’ouest, Ferdinand le Catholique fit de nouveau appel à Juan Díaz de Solís. En décembre 1514, ce dernier fut chargé de trouver un passage vers la « Mer du Sud » et de découvrir ce qui se trouvait « derrière » la Castille d’Or, tout en prenant soin de ne pas toucher aux possessions portugaises :

  • 37 « Asiento con Juan Díaz de Solís », 1514, in D.I.A.G.I., vol. IXL, p. 318. C’est nous qui souligno (...)

Que vos el dicho Juan de Solís seais obligado de ir á las espaldas de la tierra, donde agora está Pedro Arias, Mi capitan general e Gobernador de Castilla del Oro, y de allí adelante ir descobriendo por las dichas espaldas de Castilla del Oro mil e setecientas leguas e mas si pudierdes, contando la raya e demarcacion que va por la punta de la dicha Castilla del Oro adelante, de lo que non se ha descobierto fasta agora, con tanto que no toqueis en costa alguna de las tierras que pertenescen á la corona Real de Portogal, so pena de muerte e perdimiento de bienes para Nuestra Cámara37.

24Tout porte à croire que ce voyage revêtait un caractère exceptionnel aux yeux du roi puisque, contrairement à ses habitudes, il s’engageait à le financer personnellement à hauteur de quatre mille ducats, payables en trois fois. Cependant, ce financement royal devait rester secret jusqu’au retour de l’expédition, comme le stipulent les instructions données à Solís :

  • 38 « Instrucción a Juan Díaz de Solís », 1514, in ibid., p. 322. C’est nous qui soulignons.

Habeis de mirar que en esto ha de haber secreto, e que ninguno sepa que Yo mando dar dineros para ello, ni tengo parte en el viage fasta la tornada, porque la gente que con vos fuere, non se altere en descir que quieren sueldo ni parte, antes habeis de descir e publicar que vos, e vuestros hermanos, e gente, á vuestra costa is aquellas partes bajo de donde está Pedro Arias, e que Yo vos fago merced de la liscencia para ello, e de las dichas lombardas e armas para el dicho viage38.

25Le monarque espagnol ne souhaitait pas non plus que les autres personnes participant au financement de l’expédition en connussent la destination :

  • 39 « Asiento con Juan Díaz de Solís », 1514, in ibid., p. 318-319. C’est nous qui soulignons.

Que de todo lo que Nuestro Señor vos diere, e hobiéredes en el dicho viaje, Yo haya de llevar é lleve la Tercia parte, e la otra tercia parte sea para vos e las personas que contribuyéredes en la costa que se ha de facer en el dicho viaje, las cuales non han de saber cosa alguna dél39.

  • 40 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 26.

26Comme le signale Julián María Rubio Esteban, le roi voulait sans doute éviter que d’éventuelles « fuites » n’éveillassent les soupçons des autorités portugaises qui, si elles avaient connu les projets espagnols, se seraient sans doute empressées de faire suivre — voire précéder — la flotte appareillée par Solís40.

27Juan Díaz de Solís partit de Sanlúcar de Barrameda le 8 octobre 1515 avec trois caravelles, une de soixante toneles et deux de trente. En février 1516, il atteignit une grande étendue d’eau douce qu’il nomma « mar dulce » et qui n’était autre que l’embouchure du río de la Plata.

  • 41 Voir carte 1 p. 498, annexe A.

28Pensant qu’il s’agissait du passage vers la « Mer du Sud », il décida de l’explorer. Le 2 février, il fonda Nuestra Señora de la Candelaria, sur le site de l’actuelle Montevideo, puis continua de remonter et d’explorer le fleuve auquel il donna son nom41. Lorsqu’il arriva à la confluence du Paraná et de l’Uruguay, des Indiens lui firent signe de descendre. Solís accepta l’invitation et débarqua avec quelques compagnons. C’est alors que les indigènes l’attaquèrent et le tuèrent, ainsi que le facteur, le comptable et six autres membres de l’expédition :

  • 42 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 352.

E salido en tierra con una barca y parte de la gente que llevaban salieron de una celada grande multitud de indios, que estaban puestos en acechanza con mano armada, e mataron al Joan Díaz de Solís e a todos los que estaban en tierra, de los españoles, sin que alguno quedase con la vida, a vista de los cristianos que estaban en las naos [...]. Viendo esto los restantes cristianos, e que así, sin se entender, les habían muerto su capitán e principal piloto e guía, con más de cincuenta hombres de los mejores del armada, alzaron las velas e no osaron quedar allí42.

29Seul un jeune mousse, Francisco del Puerto, fut épargné et fait prisonnier. Les historiens-chroniqueurs ont progressivement ajouté certains détails au récit de Gonzalo Fernández de Oviedo. Les uns tentèrent de préciser la nationalité des Indiens qui avaient trahi la confiance de Solís, sans pour autant arriver à une conclusion unanime. Les autres décrivirent le banquet que les Indiens firent avec les corps du pilote et de ses compagnons. Le premier d’entre eux semble avoir été Sébastien Cabot, qui succéda à Solís dans la découverte du bassin de la Plata :

  • 43 Document publié par Samuel A. Lafone-Quevedo, in « Juan Díaz de Solís », in Revista del Insituto P (...)

Descubriolo [el río de la Plata] Ioan Diaz de Solis piloto mayor de los católicos reyes de gloriosa memoria y descubrio hasta una isla que el dicho Ioan Diaz puso nombre la ista (sic) de Martín García, porque en ella enterro un marinero que se decia Martin Garzia, la cual dicha isla está obra de treynta leguas arriba de la boca de este Rio, y costole bien caro el dicho descubrimientio, por que los yndios de la dicha tierra lo mataron y lo comieron43.

30Dans sa troisième « Décade », Pierre Martyr d’Anglería attribua la mort de Solís à des Indiens caraïbes. S’il est vrai que les Guaranis faisaient partie de la famille des Caraïbes et étaient eux aussi anthropophages, nous devons rester prudente face au récit d’Anglería : celui-ci situe l’attaque indienne sur les plages de l’Atlantique et non sur les rives du Paraná. Cette erreur géographique ne nous permet donc pas de savoir si le vocable « caraïbes » signifiait pour Anglería les Guaranis du bassin de la Plata ou bien les Caraïbes de la mer des Antilles. Malgré son imprécision, cette version a largement contribué à la « mythification » de la mort de Solís :

  • 44 Pedro Mártir de Anglería, Décadas del Nuevo Mundo, Madrid, Polifemo, 1989, p. 241-242.

Se encontró [Solís] con los malvados y antropófagos caribes [...]. Éstos, cual astutas zorras, parecía que les hacían señales de paz, pero en su interior se lisonjeaban de un buen convite ; y cuando vieron de lejos a los huéspedes, comenzaron a relamerse cual rufianes. Desembarcó el desdichado Solís con tantos compañeros cuantos cabían en el bote de la nave mayor. Saltó entonces de su emboscada gran multitud de indígenas, y a palos les mataron a todos a la vista de sus compañeros ; y apoderándose del bote, en un momento le hicieron pedazos : no escapó ninguno. Una vez muertos y cortados en trozos, en la misma playa, viendo sus compañeros el horrendo espectáculo desde el mar, los aderezaron para el festín ; los demás, espantados de aquel atroz ejemplo no se atrevieron a desembarcar, y pensaron en vengar a su capitán y compañeros y abandonaron aquellas playas crueles44.

31Au début du xviie siècle, Antonio de Herrera y Tordesillas reprit la version anthropophage de l’épisode. Tout comme Anglería, il situa la scène sur la côte Atlantique. Toutefois, il ne précisa pas quel peuple indigène dévora le pilote :

  • 45 Antonio de Herrera y Tordesillas, op. cit., vol. I, p. 657-658.

Salió a tierra [Solís] con los que podían caber en la barca ; los indios que tenían emboscados muchos flecheros, cuando vieron a los castellanos, algo desviados de la Mar, dieron en ellos y rodeando los mataron sin que aprovechase al socorro de la artillería de la carabela, y tomando a cuestas los muertos y apartándolos de la ribera hasta donde los del navío los podían ver, cortando las cabezas, brazos, y pies asaban los cuerpos enteros y se los comían. Con esta espantosa vista la carabela fué a buscar el otro navío y ambos se volvieron al Cabo de San Agustín a donde cargaron de Brasil y se tornaron a Castilla. Este fin tuvo Juan Díaz de Solís, más famoso piloto que Capitán45.

32Quelques années plus tard, le jésuite Pedro Lozano reprit le récit mais en changea les protagonistes. Dans le titre du chapitre qu’il consacra au pilote, il attribua son assassinat aux Charrúas, une nation riveraine du río de la Plata :

  • 46 Pedro Lozano, Historia de la conquista del Paraguay, Río de la Plata y Tucumán, Buenos Aires, Impr (...)

Faltando los bárbaros á las leyes del hospedaje, esperaron á que los españoles se retirasen de la ribera ; y disparando sobre ellos de improviso la lluvia impetuosa de sus flechas, los mataron á todos cuando imaginaban en los bárbaros la mayor sinceridad, sin que aprovechase para la defensa la artillería que se jugó prontamente desde la carabela, porque con casualidad dichosa para ellos, acertaron los bárbaros á ejecutar su alevosia en sitio donde no les ofendian las balas por la distancia.
Asi pereció el famoso Solís, mas diestro piloto que prudente capitan, no mereciendo el que descubrió tanta tierra siete palmos para su sepulcro ; porque los enemigos, segun sus bárbaros ritos, hicieron pedazos su cadaver y los de sus compañeros y en paraje donde podian observar los del navio tan cruel carniceria se pusieron á asarlos para darles sepultura viva en sus vientres46.

33Ce texte, inédit jusqu’en 1873, rendit très populaire la légende d’un Juan Díaz de Solís tué et dévoré sauvagement par des Indiens Charrúas. Cette version des faits est pourtant peu convaincante. D’une part, comment expliquer que les compagnons de Solís fussent en mesure de voir la scène d’anthropophagie alors qu’ils se trouvaient à trop grande distance pour pouvoir secourir leurs camarades ? D’autre part, Diego García de Moguer, dans la relation que nous avons déjà citée, avait précisé à deux reprises que les Charrúas ne consommaient pas de viande humaine :

  • 47 Diego García, « Relación y derrotero... », op. cit., p. 362 et 366.

Ay una generacion que se llaman los Chaurruaes, questos no comen carne humana ; mantiénense de pescado e caza ; dotra cosa no comen
[...].
La primera generacion a la entrada del rio a la banda del Norte que se llama los Charruases ; estos comen pescado e cosa dacá, e no tienen otro mantenymiento ninguno ; abitan en las yslas otra generacion que se llama los Guarranies (sic) ; estos comen carne humana47.

  • 48 Alcide d’Orbigny, Voyage pittoresque dans les deux Amériques, Paris, Tenré & Dupuy, 1836, p. 211.

34Il semble donc que certains historiens primitifs, comme Anglería, Herrera ou Lozano, aient, sciemment ou pas, « embelli » la réalité, rendant ainsi l’aventure de Solís plus spectaculaire aux yeux de leurs lecteurs. C’est en tous cas l’avis d’Alcide d’Orbigny, qui écrivit en i836 que les Charrúas étaient les « meurtriers de Jean Diaz de Solís, qu’ils ne mangèrent pourtant pas, quoique tous les historiens espagnols l’aient dit, sans doute pour relever d’autant la gloire des premiers conquérans (sic) »48.

  • 49 Samuel A. LafoneQuevedo, « Juan Díaz... », op. cit., p. 293-324.

35Sous la plume des chroniqueurs que nous venons de citer, la mort de Solís s’entoura bientôt d’une aura légendaire, dont le caractère fantaisiste ne fut souligné qu’au début du xxe siècle par Samuel A. Lafone-Quevedo. Ce dernier a démontré que l’hypothèse selon laquelle Solís avait été tué puis dévoré par des Charrúas n’était pas plausible. Dans l’article qu’il consacre à la mort du découvreur du río de la Plata, il rappelle pour commencer que les Charrúas n’étaient pas anthropophages. Leur « ingestion » de Juan Díaz de Solís est donc hautement improbable. Ensuite, il précise que si Solís a bien été tué près de l’île de Martín García, comme l’écrit Cabot, les Charrúas ne pouvaient être responsables de sa mort, puisqu’ils n’occupèrent jamais cette région. Enfin, il affirme que les seuls anthropophages vivant à l’embouchure du río de la Plata étaient les Guaranis49. Deux hypothèses sont donc envisageables : ou bien Solís a été tué sur la rive orientale du Paraná par des Charrúas, auquel cas il n’a pas été mangé par ses meurtriers ; ou bien ce sont les Guaranis des îles du río de la Plata qui l’ont occis, puis dévoré. Un siècle avant Lafone-Quevedo, Félix de Azara avait déjà adopté la première hypothèse :

  • 50 Félix de Azara, Voyages dans l’Amérique Méridionale, Paris, Dentu, 1809, vol. II, p. 340-341.

Mais ayant débarqué sur sa côte septentrionale, avec le dessein de parler à quelques indiens charruas qui se présentaient à la vue, il fut massacré, aussi bien que ceux qui l’accompagnaient, par les mêmes indiens et par d’autres qui sortirent d’une embuscade très-près d’un ruisseau qui, par cet événement, porte aujourd’hui le nom de Solís50.

  • 51 José Toribio Medina, Juan Díaz..., vol. I, p. cclxxvi-cclxxxix.

36Vers la fin du xixe siècle, José Toribio Medina attribua la mort de Solís aux Guaranis51. Pour cela, il s’appuie sur les témoignages de Francisco del Puerto et de Pigafetta. Or, les propos du premier ne sont connus qu’à travers Sébastien Cabot. Il s’agit donc d’une source de seconde main qu’il nous faut manier avec prudence. En ce qui concerne Pigafetta, nous ne pouvons nier qu’il connût la région, ses habitants et leurs coutumes, mais il n’assista pas à la mort de Solís, dont il fait le récit en fonction de ce qu’il avait entendu dire. Là encore, son témoignage ne peut être utilisé comme preuve.

  • 52 Enrique de Gandía, « Descubrimiento del Río de la Plata, del Paraguay y del estrecho de Magallanes (...)
  • 53 Carmen Bernand, Histoire de Buenos Aires, Paris, Fayard, 1997, p. 18.
  • 54 C’est le cas de Vicente D. Sierra dans Historia de la Argentina, Buenos Aires, Unión de Editores L (...)
  • 55 David Rock, Argentina, 1516-1987, Madrid, Alianza Editorial, 1988, p. 39.

37Parmi les historiens contemporains, les avis sont extrêmement partagés au sujet de la mort de Solís. Certains, comme Enrique de Gandía52, partagent l’opinion de Medina ; d’autres, comme Carmen Bernand53, semblent plutôt suivre Azara ; d’autres encore préfèrent ne pas se prononcer sur les détails de la mort du découvreur du río de la Plata54. Citons enfin David Rock, qui affirme que Solís a été tué sur la rive orientale du río de la Plata par un groupe de Querandís, alors que cette nation vivait sur la rive occidentale du fleuve55.

  • 56 Ángel S. Caballero Martín, Las corrientes conquistadoras en el Río de la Plata, Santa Fe, Universi (...)

38Quelles que soient les circonstances exactes de la mort de Solís, l’expédition fut dès lors dirigée par son beau-frère, Francisco de Torres, qui décida de rentrer en Espagne à la fin de l’année 1516. Deux des trois caravelles effectuèrent un bref séjour sur les côtes brésiliennes. Elles en rapportèrent cinq cent quinze quintaux de bois brésil, soixante-six peaux de loups de mer et une esclave56. Le monarque portugais, considérant que cette région lui appartenait car elle avait été découverte par l’expédition de dom Nuño Manuel et Cristóbal de Haro en 1514, se plaignit auprès de son homologue castillan de l’intrusion de Torres et de ses hommes sur ses terres :

  • 57 « Reclamación del Rey de Portugal, sobre que los que fueron en el armada con Juan de Solís, tocaro (...)

Estando [Juan Díaz de Solís] en el Andalucía, procuró que algunas personas armasen ciertos navíos y se fuesen á la tierra del brasil con él, la qual tierra del brasil, diz que es del dicho serenísimo Rey de Portugal, y que en ella no entran otras personas ningunas, sino las de sus reynos y quél allá envia en sus armadas57.

39Chacune des deux Couronnes cherchait donc à défendre ses droits dans la région, soit en s’appuyant sur le traité de Tordesillas, soit en faisant valoir l’antériorité de ses découvertes. Cependant, comme le Portugal avait préféré garder le secret sur son expédition de 1512-1514, le retour des compagnons de Solís attribua à l’Espagne la découverte officielle du « río de Solís ».

I.2.3 Aleixo García, découvreur du Paraguay

  • 58 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 32.
  • 59 Alfred Métraux, Religions et magies indiennes d’Amérique du Sud, Paris, Gallimard, 1967, p. 15 et (...)
  • 60 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 35-36.
  • 61 Voir la présentation de Ruy Díaz de Guzmán, Relación de la entrada a los chiriguanos, Santa Cruz d (...)
  • 62 Hipólito Sánchez Quell, Estructura y función del Paraguay colonial, Asunción, Comuneros, 1995, p.  (...)

40Nous savons que la troisième caravelle de l’expédition de Solís s’échoua sur les côtes méridionales du Brésil, près de la Ponta dos Náufragos. Les rescapés, dont le nombre est estimé entre onze et dix-huit58, se réfugièrent sur l’île de Santa Catalina, où ils furent accueillis par des Guaranis qui leur enseignèrent leur langue, leurs coutumes et leurs croyances. La plus remarquable d’entre elles est sans doute le mythe de la « Terre sans mal » (Mbaé Verá Guazú en guarani), sorte de Paradis Terrestre où la maladie, la vieillesse et la mort n’existent pas, et où la nature fournit des vivres en abondance. Les indigènes avaient toujours rêvé d’atteindre cette « Terre sans mal ». De temps à autre, les chamans avaient organisé des expéditions pour la trouver, déplaçant à chaque fois des groupes importants de population. Ces migrations expliquent d’ailleurs la dispersion des peuples Tupi-Guaranis à travers une grande partie de l’Amérique du Sud59. Ainsi, les migrations de 1471 et de 1513 furent respectivement à l’origine des nations Guarayus60 et Chiriguanos, ces derniers étant de la même famille des Guaranis du Paraguay et de Santa Catalina61. Lorsque les compagnons de Solís arrivèrent sur l’île, leurs hôtes connaissaient les régions andines depuis longtemps. Les indigènes racontèrent aux nouveaux venus qu’il s’y trouvait un pays immensément riche, gouverné par un « Roi Blanc », où se trouvait une « montagne d’où coule de l’argent » (Potojchi en quechua)62. Pour s’y rendre, il suffisait de se diriger vers l’intérieur des terres, en direction du ponant...

41L’un des naufragés, le Portugais Aleixo García, décida de partir à la recherche de cette « montagne d’argent », en compagnie d’Antonio de Ledesma et de trois autres camarades. La plupart des auteurs situent leur départ des côtes brésiliennes autour de 1524, soit peu de temps avant l’arrivée de Sébastien Cabot dans le bassin de la Plata. En chemin, quelque deux mille Guaranis en quête de la « Terre sans mal » se joignirent à eux, leur apportant leur expérience du terrain. Après avoir traversé le Chaco, García et ses compagnons atteignirent la cordillère, où ils amassèrent rapidement une certaine quantité d’objets d’or et d’argent. Cependant, une attaque des Indiens charcas les obligea à rentrer à Santa Catalina. Alors qu’ils arrivaient à proximité du fleuve Paraguay, Aleixo García chargea quelques-uns de ses hommes d’amener des échantillons de son butin à ses camarades restés sur l’île. Peu de temps après, il fut tué par des Guaranis hostiles. Entre-temps, les naufragés de Santa Catalina avaient reçu les échantillons envoyés par García. La Sierra de la Plata était donc bien une réalité...

  • 63 D’après Julián María Rubio Esteban, la seule incertitude sérieuse concerne le nombre et la nationa (...)
  • 64 Enrique de Gandía, La ciudad encantada de los Césares, Buenos Aires, García Santos, 1932, p. 97.
  • 65 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 94-96.
  • 66 Nicolas Du Toict, Historia de la provincia del Paraguay de la compañía de Jesús, Madrid, A. de Uri (...)
  • 67 « Papeles relativos al Río de la Plata sobre la pertenencia que intentaba demostrar la Corona de P (...)

42Si le voyage d’Aleixo García est communément admis par les historiens modernes63, nous devons néanmoins rappeler que certains d’entre eux, à l’instar de Paul Groussac ou d’Enrique de Gandía, ont préféré penser qu’il s’agissait d’une légende sans aucun fondement historique64. Ces doutes peuvent avoir pour origine le texte de Ruy Díaz de Guzmán. Celui-ci évoque une expédition portugaise, organisée en 1526 par Martim Afonso de Sousa, chef de la capitainerie brésilienne de São Vicente, et dont faisait partie un certain Aleixo García. Toutefois, il ne précise pas s’il s’agissait ou non d’un ancien compagnon de Solís. Le récit qu’il fait de l’expédition est en revanche identique à la version exposée ci-dessus. Ruy Díaz termine sa narration en indiquant que lors du meurtre d’Aleixo García, les Indiens épargnèrent son fils, que Guzmán connut personnellement plusieurs années plus tard65. Cette même version fut reprise par le jésuite Nicolas Du Toict dans son Histoire de la Province du Paraguay66. On peut penser que Ruy Díaz commet sans doute des erreurs sur les dates et sur les personnages : l’exploration du río de la Plata par la flotte de Martim Afonso de Sousa n’eut lieu qu’en 1531. Or, un document non daté mais rédigé avant le départ du Lusitanien laisse planer le doute. Il s’agit d’une lettre du monarque portugais à son ambassadeur en Espagne, où l’auteur fait allusion à un précédent voyage de Martim Afonso de Sousa dans le río de la Plata67. Le pilote serait-il allé deux fois dans l’estuaire du fleuve ? Il nous est impossible de répondre à cette question : d’une part, nous n’avons trouvé aucun autre document se référant à un voyage de Martim Afonso de Sousa dans le río de la Plata avant 1530 ; d’autre part, la lettre publiée par Paul Grous-sac est une copie du document original, accompagné de sa traduction espagnole, dans laquelle Martim Afonso est nommé « rrosa » au lieu de Sousa. Y a-t-il eu erreur du copiste ? Ou bien est-ce le traducteur qui a mal retranscrit le patronyme ? Aucun document connu ne nous permet à l’heure actuelle de trancher sur ce point.

  • 68 Manuel Domínguez, « La Sierra de la Plata », in El alma de la raza, Buenos Aires, Ayacucho, 1946, (...)
  • 69 « Lettre de Luis Ramírez », op. cit., p. 46.

43L’historien Manuel Domínguez a émis l’hypothèse selon laquelle il y eut en réalité deux expéditions distinctes : l’une réalisée par Aleixo García, ancien membre de l’équipage de Solís, et quelques camarades ; l’autre organisée par les Portugais, dirigée sans doute par un autre Aleixo García68. La lettre déjà citée de Luis Ramírez confirme en partie cette théorie. On y lit que Melchor Ramírez et Enrique Montes, les deux hommes « restés de l’expédition de Juan Diaz de Solis69 » et retrouvés à Santa Catalina, avaient parlé d’une expédition réalisée par certains de leurs compagnons de naufrage :

  • 70 « Carta de Luis Ramírez—Del Río de la Plata, a 10 de julio de 1528 », in Manuel Ricardo Trelles, o (...)

Dijeron quellos quedaron allí siete hombres de su armada sin otros que por otra parte se habían apartado, y que destos ellos dos solos habían quedado allí estantes en la tierra, y los demas vista la gran riqueza de la tierra [...] se determinaron de ir allá [a la sierra], por ver lo que era, los cuales fueron y le enviaron cartas ; y que aun no habian llegado á las minas, mas, que habian tenido platica con unos indios comarcanos á la sierra é que traian en las cabezas unas coronas de plata é unas planchas de oro colgadas de los pecuezos (sic) é orejas, y ceñidas por cintos, y le enviaron dos esclavos y las muestras del metal que tengo dicho, y que le hacian saber como en aquella tierra habia mucha riqueza ; [...] é que después habian habido nuevas que estos sus compañeros volviendose á dó estaban, una generacion de indios que se dicen los Guaranís los habian muerto por tomarles los esclavos que traian cargados de metal70.

  • 71 « Lettre de Luis Ramírez », op. cit., p. 47.

44Ramírez ne cite pas nommément Aleixo García, mais d’après son récit, il ne fait aucun doute qu’un premier voyage vers la Sierra de la Plata fut réalisé par une poignée d’hommes rescapés du naufrage de Juan Díaz de Solís. Le même document montre qu’une deuxième expédition fut organisée depuis le Brésil, sans doute motivée par l’écho des richesses découvertes par Aleixo García. En effet, Melchor Ramírez déclara avoir « remonté la rivière de Solís, comme interprète d’une expédition portugaise71 ». Toutefois, il ne fait aucune allusion à la Sierra de la Plata, ce qui porte à croire qu’il ne l’atteignit pas. Si tel avait été le cas, pourquoi l’aurait-il caché à Cabot ? Quant à l’organisateur de cette expédition, ce ne peut être que Martim Afonso de Sousa puisque celui-ci arriva à São Vicente alors que Cabot était déjà rentré en Espagne.

I.2.4 Autres expéditions

  • 72 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 35-37.
  • 73 Rolando A. Laguarda Trías, op. cit., p. 115-129.
  • 74 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 79.
  • 75 Agustín Zapata Gollán, Los precursores, Santa Fe, Universidad Nacional de Santa Fe, 1941, p. 42 ; (...)
  • 76 « Carta de Luis Ramírez », op. cit., p. 50.

45Avant d’aborder en détail le voyage de Sébastien Cabot, il convient de mentionner les autres expéditions qui se rendirent dans le bassin de la Plata entre 1516 et 1526, même si elles ne jouèrent pas un rôle déterminant dans la conquête et la colonisation de la région. En janvier ou février 1520, Magellan et ses hommes explorèrent l’embouchure du río de la Plata, cherchant à vérifier s’il s’agissait d’un passage vers la « Mer du Sud ». Ils arrivèrent ainsi jusqu’aux îles près desquelles débouche le fleuve Uruguay et baptisèrent du nom de Cabo de Santa María l’actuelle station balnéaire de Punta del Este72. Dès l’année suivante, il semble que les Portugais aient effectué un autre voyage dans l’estuaire du río de la Plata. Rolando A. Laguarda Trías pense que cette expédition fut dirigée par le pilote Cristóbal Jaques73. Julián María Rubio Esteban estime pour sa part que Cristóbal Jaques dirigeait la flotte que Jean III, roi du Portugal, envoya au Brésil en 1526, afin de protéger la colonie des corsaires français qui rôdaient non loin de ses côtes74. Que ce soit en 1521 ou en 1526, la toponymie nous indique que les navires de Cristóbal Jaques explorèrent le río de la Plata et découvrirent quelques îles qui portent désormais le nom du pilote. Enfin, en juillet 1525, fray García Jofré de Loaysa75 partit de La Corogne en direction des Moluques. La flotte, dont le pilote-major n’était autre que Juan Sebastián El Cano, se composait de sept navires et de quatre cent cinquante hommes. Un des navires, le San Gabriel, dirigé par le capitaine Rodrigo de Acuña, échoua en mai 1526 près du port de los Patos, face à l’île de Santa Catalina. Les survivants ne tardèrent pas à rencontrer les naufragés de l’expédition de Solís. Sans doute alléchés par les récits que ces derniers firent sur la Sierra de la Plata, une quinzaine des hommes de Loaysa décidèrent de ne pas reprendre la mer en direction des Moluques. Quelques mois plus tard, ils furent retrouvés par la flotte de Sébastien Cabot76.

I.3 L’expédition de Sébastien Cabot

  • 77 Demetrio Ramos Pérez, Audacia, negocios y política en los viajes españoles de descubrimiento y res (...)

46L’expédition de García Jofré de Loaysa ne fut pas la seule à quitter l’Espagne à destination des Moluques. Afin de faire respecter la ligne de Tordesillas dans le Pacifique Sud et d’y développer ses activités commerciales77, la Couronne de Castille jugea bon d’y envoyer une deuxième flotte dans un délai assez bref. Cette mission fut confiée au navigateur vénitien Sébastien Cabot, mais ce dernier désobéit aux instructions royales, s’arrêta sur les côtes atlantiques de l’Amérique méridionale et n’arriva jamais à destination.

I.3.1 La route des Moluques

47La capitulation qui fut signée le 4 mars 1525 entre les autorités castillanes et Cabot indique que ce dernier devait rejoindre le Pacifique en passant par le détroit de Magellan. Le Vénitien était également chargé de se rendre aux Moluques, en Chine et au Japon afin d’y acheter de l’or, de l’argent, des perles et des pierres précieuses, ainsi que des épices, des soieries ou tout autre produit de valeur :

  • 78 « Asiento que se tomó con Sebastián Caboto, capitán y piloto mayor, para el descubrimiento de las (...)

Por cuanto vos Sebastián Caboto, nuestro capitán y piloto mayor, vos ofrecéis por servicio de la Católica Reina, mi señora, é mío, de ir con tres navíos, á lo menos, (ó más los que vos quisiérdes, hasta seis) que para ello haréis en la cibdad de Sevilla, por el Estrecho de Magallanes, que llaman de Todos Santos, en demanda de las tierras del Maluco y de las otras que fueron descubiertas, así por el dicho Hernando Magallanes y Juan Sebastián del Cano, como por otras cualesquier personas é gente que fueron en la armada que yo mandé despachar con el dicho Fernando de Magallanes á lo de la Especiería el año pasado de mill é quinientos é diez y nueve años, y las otras islas é tierras de Tarsis y Ofir y el Catayo Oriental é Cipango, atravesando aquel golfo, é que iríades á ellas ó á cualquier dellas que hallásedes y mejor vos pareciese para hacer el rescate y cargar los dichos navíos que para ello habréis de llevar, de oro, plata, piedras preciosas, perlas, droguería y especería, sedas, brocados ó otras cualesquier cosas de valor que halláredes, así en las dichas islas como en cualesquier otras islas é tierra firme que halláredes y descubrierdes en el dicho viaje [...].
Primeramente, vos doy licencia é facultad para que váis á hacer el dicho viaje y descubrimiento, con tanto que no vais en los límites de la demarcación del serenísimo y muy excelente Rey de Portugal [...].
Item, que después que con la bendición de Nuestro Señor hayáis debocado el dicho Estrecho, i quisiéredes ir ó enviar una carabela ó nao de las que lleváredes en vuestra armada por la costa de Tierra Firme á la parte del Sur, donde Pedrarias Dávila está al presente por nuestro gobernador, fasta donde vos paresciere que conviene, lo podáis hacer78.

48Les items cités montrent que Cabot disposait d’une grande liberté pour découvrir tout territoire qu’il jugerait intéressant d’un point de vue commercial, à condition que celui-ci ne se situe pas du côté portugais de la ligne de Tordesillas. Cet avertissement illustre la volonté des autorités espagnoles de respecter et de faire respecter les termes du traité de 1494. Lors de son voyage, Cabot était également autorisé à explorer certaines régions de l’Amérique méridionale avant d’atteindre les Moluques, mais uniquement après avoir franchi le détroit de Magellan. Cette prérogative excluait donc les côtes atlantiques et le bassin du río de la Plata.

49Comme la Castille manquait de marins connaissant l’Atlantique Sud et qu’il fallait recruter l’équipage au plus vite, Cabot obtint l’autorisation d’embarquer une trentaine de marins, artisans et soldats étrangers à bord de ses navires, à condition qu’ils ne fussent pas des sujets de François Ier, ennemi juré de Charles Quint :

  • 79 Ibid., p. 423.

E porque nos suplicastes é pedistes por merced que diésemos licencia é facultad para que en la dicha armada pudiesen ir cualesquier personas extranjeras destos nuestros reinos que quisiesen, así marineros como calafates, carpinteros, lombarderos y otras cualesquier personas y oficiales que sean, tóvelo por bien, é por la presente vos doy licencia é facultad para que puedan ir y vayan en la dicha armada hasta treinta personas extranjeras destos nuestros reinos, de cualquier nación que sean, con tanto que, asimismo, no sean franceses79.

50En revanche, puisqu’il s’agissait d’une expédition d’exploration et non de conquête, il lui était strictement interdit d’embarquer des femmes, comme le montrent les instructions qu’il reçut en septembre 1525 :

  • 80 « Lo que Sebastián Caboto había de hacer en el cargo que llevaba de capitán general de la armada, (...)

Otrosí, por evitar los daños é inconvenientes que se siguen é cada día acaecen de ir mujeres en semejantes armadas, mandamos y defendemos firmemente que en la dicha armada no vaya ninguna mujer, de cualquier calidad que sea, y que vos tengáis mucho cuidado de visitar las dichas naos antes de la partida para que esto se cumpla, porque de lo contrario recibiríamos mucho deservicio, y si depués de partidas las dichas naos halláredes en ellas alguna mujer, sea castigado el que la metió como vos paresciere y la echaréis en la primera tierra que tomáredes que esté poblada de cristianos80.

51Dans le même document, le roi ordonnait au pilote de ne prendre aucune décision importante sans l’avis de ses capitaines, notamment dans le cas d’une éventuelle modification de l’itinéraire :

  • 81 Ibid., p. 31.

Asimismo mandamos y defendemos á vos el dicho capitán general que no hagáis ni déis derrota ni viréis en otra vuelta para seguir nuevo viaje sin llamar á consejo á todos los capitanes é maestres é pilotos é nuestros oficiales é persona que dello sepan é entiendan, para que con consejo é parecer de todos se haga lo que más convenga á nuestro servicio é bien de la dicha armada é aviamento della81.

  • 82 « Información hecha por los Oficiales de la Casa de la Contratación, 28 de julio de 1530 [témoigna (...)

52Le 3 avril 1526, Cabot quitta enfin le port de Sanlúcar de Barrameda. Il dirigeait une flotte composée de quatre navires (trois nefs et une caravelle) et d’environ deux cents hommes82.

I.3.2 La désobéissance du pilote

  • 83 Ibid., vol. I, p. 116-118.
  • 84 « Carta de Luis Ramírez », op. cit., p. 45.
  • 85 « Acusación del Fiscal de Su Majestad contra Sebastián Caboto, 4 de febrero de 1532 », in José Tor (...)

53Lorsqu’il eut dépassé les îles du Cap Vert, Sébastien Cabot fit prendre à ses navires une direction différente de celle adoptée habituellement pour se rendre aux Moluques. Cette décision, qui surprit plus d’un membre de l’équipage, a fait envisager à José Toribio Medina la possibilité que Cabot ait eu dès le départ l’intention de désobéir au roi pour aller explorer les côtes atlantiques de l’Amérique méridionale83. Quoi qu’il en soit, après une traversée difficile de l’Atlantique, Cabot et ses hommes atteignirent les côtes brésiliennes le 3 juin 152684. Après une halte de deux jours, ils se rendirent à Pernambouc, où les Portugais avaient installé une feitoria pour le commerce du bois brésil. C’est là que Cabot entendit parler pour la première fois de la Sierra de la Plata et des exploits d’Aleixo García. Il fut alors définitivement convaincu qu’il devait modifier son itinéraire et explorer le fleuve de Solís, que les Portugais commençaient déjà à nommer « o rio da Prata ». Cependant, les officiers espagnols ne se montrèrent pas très enclins à désobéir aux instructions royales. Faisant preuve d’un autoritarisme excessif, Cabot n’hésita pas à punir sévèrement ceux qui s’opposèrent ouvertement à lui. C’est ainsi qu’il fit emprisonner le lieutenant Martín Méndez et le capitaine Francisco de Rojas85.

  • 86 « Carta de Luis Ramírez », op. cit., p. 50.

54Cabot et ses hommes partirent de Pernambouc le 29 septembre 1526, en direction du sud, sans trop s’éloigner des côtes. Le 19 octobre, ils atteignirent l’île de Santa Catalina, où ils trouvèrent une quinzaine de chrétiens : il s’agissait des déserteurs de l’expédition de Loaysa, mais surtout des survivants de l’expédition de Solís, parmi lesquels se trouvaient Enrique Montes et Melchor Ramírez86. Ces derniers ne tardèrent pas à parler des fabuleuses richesses qu’on pouvait trouver en remontant le fleuve de Solís. Voici comment Luis Ramírez rapporte les propos d’Enrique Montes :

  • 87 Ibid., p. 51.

[Dijo] que si le queriamos seguir, que nos cargaria las naos de oro y plata, porque estaba cierto que entrando por el rio de Solís iriamos a dar en un rio que llaman Paraná [...] y que entrando por este rio arriba no tenia en mucho cargar las naos de oro y plata, aunque fuesen mayores, por que dicho rio de Paraná, y otros que á él vienen a dar, iban á confinar con una sierra adonde muchos indios acostumbraban ir y venir, y que en esta sierra habia mucha manera de metal, y que en ella habia mucho oro y plata87.

55Melchor Ramírez parla ensuite du voyage qu’Aleixo García avait effectué vers la « Montagne d’Argent », ainsi que des objets d’or et d’argent que celui-ci avait fait parvenir à ses anciens compagnons avant d’être tué par les Indiens. Bien entendu, Sébastien Cabot demanda à voir ces objets pour avoir la preuve que la Sierra de la Plata n’était pas qu’un mythe. Mais Ramírez et Montes lui expliquèrent qu’ils les avaient remis quatre mois auparavant au capitaine Rodrigo de Acuña. Tout ce qu’il leur restait se limitait à quelques pépites (cuentas) d’or et d’argent, qu’ils avaient promis d’offrir à Notre-Dame de Guadalupe.

56À la suite d’une négligence ou malveillance du pilote Miguel de Rodas, un des navires de l’expédition, le Victoria, coula dans le port de los Patos. Cet incident, ainsi qu’une épidémie qui fit plusieurs victimes, obligea Cabot à séjourner plusieurs mois sur l’île de Santa Catalina. C’est probablement là qu’il prit la décision définitive de remonter le Paraná et de chercher la montagne dont parlaient les anciens compagnons de Solís. Le Vénitien quitta l’île à la mi-février 1527, après avoir abandonné sur place ceux qui avaient osé lui tenir tête : Martín Méndez et Francisco de Rojas, bien sûr, mais aussi Miguel de Rodas et Octaviano de Brina, un représentant des armateurs de la flotte. Quelques jours plus tard, Cabot et ses hommes arrivèrent à l’embouchure du río de la Plata et, le 6 avril, ils entrèrent dans le port de San Lázaro, où ils retrouvèrent l’ancien mousse de Solís, Francisco del Puerto :

  • 88 Témoignage de Sebastián Caboto, « Información hecha por los Oficiales de la Casa de la Contratació (...)

[Caboto] falló un Francisco del Puerto, que habían prendido los indios cuando mataron a Solís, el cual le dió grandísimas nuevas de la riqueza de la tierra ; y [...] acordó de entrar en el Río Paraná fasta otro río que se llama Caracarañá (sic), ques donde aquel Francisco del Puerto les había dicho que descendía de las sierras donde comenzaban las minas del oro é plata, é que del un río al otro hay sesenta leguas88.

  • 89 « Carta de Luis Ramírez », op. cit., p. 59.
  • 90 Rodolfo Puiggros, Historia económica del Río de la Plata, Buenos Aires, A. Peña Lillo, 1966, p. 15
  • 91 José Toribio Medina, El veneciano..., vol. I, p. 167.

57Les déclarations de Francisco del Puerto confirmaient celles d’Enrique Montes et de Melchor Ramírez. Cabot décida donc de poursuivre son chemin en direction de la Sierra de la Plata. Seules la caravelle et une galiote récemment acquise pouvant naviguer sur le Paraná, Cabot laissa les nefs qui lui restaient et une douzaine d’hommes à San Lázaro, avant d’entreprendre la remontée du fleuve, le 8 mai 152789. Lorsqu’il arriva à la confluence du Paraná et du Carcarañá, au début du mois de juin90, Cabot fonda le fort de Sancti Spiritus. Là, les Chandules et les Querandís confirmèrent à Cabot l’existence d’une région riche en pierres et métaux précieux. Ils lui expliquèrent également que la meilleure façon d’y arriver était bien de remonter le Paraná, puis le Paraguay, dont l’embouchure se trouvait à cent lieues environ du fort. Le 23 décembre, après avoir confié le fort à Gregorio Caro, Cabot quitta Sancti Spiritus avec cent vingt-trois hommes et un brigantin construit pour l’occasion. Les méandres du Paraguay étant nombreux, il lui fut impossible de profiter des vents. La navigation se fit donc essentiellement à la rame ou par halage à bras d’homme, ce qui la rendit particulièrement lente et pénible91. La fatigue, la faim et l’absence de la moindre trace d’or, poussa certains membres de l’équipage à ourdir un complot contre leur capitaine, mais ce dernier en fut informé et le chef des conspirateurs, Francisco de Lepe, fut aussitôt pendu.

58Trois mois après avoir quitté Sancti Spiritus, Cabot apprit que certains navires remontaient le Paraná derrière lui : il s’agissait de l’expédition de Diego García de Moguer arrivée dans l’estuaire du río de la Plata au mois de février 1528.

I.3.3 À la recherche du « pays de l’argent » : Diego García dans le río de la Plata

  • 92 Diego García, « Relación y derrotero... », op. cit., p. 354. José Toribio Medina a pour sa part af (...)

59Diego García était parti de La Corogne le 15 janvier 1526, dans le but d’explorer la région du río de la Plata92. Bien que les capitulations correspondantes ne mentionnent pas la destination de la flotte, les instructions données à Juan de Sandoval et Gonzalo Hernández, tous deux contadores de l’expédition, ne laissent aucun doute à ce sujet :

  • 93 « Instrucciones a Juan de Sandoval y Gonzalo Hernández », in José Toribio Medina, Los viajes..., p (...)

Lo que vos [...] habéis de hacer en el cargo que lleváis de nuestro contador de la nao capitana del armada que al presente mandamos despachar en la cibdad de la Coruña para ciertas islas é tierras que dicen de la Plata en el nuestro Mar Océano, de que va por capitán general Diego García, piloto93.

  • 94 Demetrio Ramos Pérez a affirmé que Diego García avait également participé au voyage de circumnavig (...)
  • 95 La date exacte du document est malheureusement inconnue.

60García, dont on ne sait avec certitude s’il était Espagnol ou Portugais, connaissait déjà la région puisqu’il avait fait partie de l’équipage de Juan Díaz de Solís, une dizaine d’années auparavant94. Vers 152595, le pilote avait adressé un mémoire au roi, dans lequel il faisait allusion à certaines pièces d’or et d’argent ramenées d’un précédent voyage :

  • 96 « Memorial de Diego García (doc. non daté) », in José Toribio Medina, Los viajes..., p. 172.

Item, sabe Vuestra Alteza que en esta Corte truje plata y señal de oro é cobre, una pieza de metal con dos obispos y padre santo, aseñaladas las figuras en la dicha pieza, é yo fuí muy bien informado del indio que dió la dicha pieza que de donde lo había habido é me dijo que lo había habido de la parte del sur y yo sé bien de la parte que lo hubo é estoy bien informado para en su tiempo é lugar96.

61Si l’origine de ces échantillons est incertaine, on comprend néanmoins dans ces lignes que García était bien informé sur la terre et ses richesses. Il est donc envisageable que ce soit son mémoire qui ait convaincu Charles Quint d’ordonner l’exploration de la région.

I.3.4 La rencontre de García et de Cabot

62Lorsqu’ils atteignirent les côtes de l’Amérique méridionale, Diego García et ses hommes firent une halte dans la capitainerie de São Vicente, où un bachiller portugais les accueillit chaleureusement, comme le montre le récit de Pedro Lozano :

  • 97 Pedro Lozano, op. cit., vol. II, p. 31-32. Ce récit est conforme à la version de Diego García, « R (...)

Diego García [...] halló [en San Vicente] grata acojida en un bachiller portugues [...] que le dió suficiente provision de bastimentos, y lo que fué no menos estimable, un yerno suyo, práctico en la lengua del Brasil, se ofreció á acompañarle para servirle de intérprete y faraute en el Rio de la Plata97.

63À la mi-janvier 1527, Diego García quitta São Vicente en direction du sud. Après avoir longuement exploré les côtes atlantiques, conformément aux instructions qu’il avait reçues, García atteignit l’embouchure du río de la Plata, qu’il commença à remonter. Lorsqu’il arriva à Sancti Spiritus, García fut sans doute surpris d’y trouver un fort et des soldats espagnols. Il pria immédiatement Gregorio Caro de se retirer d’une conquête qui n’était pas la sienne. Celui-ci, tout en reconnaissant l’autorité de García, le convainquit d’aller prêter main forte à Sébastien Cabot qui, aux dernières nouvelles, se trouvait en grande difficulté quelque part en amont du fleuve :

  • 98 Diego García, « Relación y derrotero... », p. 364-365.

E ablamos allí [en Santi pus (sic)] con Grygorio Caro, e le requerimos que se fuese daquella conquista, porque no era suya, e él nos respondió muy bien e dixo que todo obedescia, e questaba en aquella casa por Su Magestad e por Sebastian Caboto ; questaba a mi servycio, e dionos nuevas de su Capitan que le abian dicho los yndios como el Capitan Sebastian Caboto era arribado, desbaratado e muerto mucha gente, e que rogaba ............ (sic) fallase por aquella parte donde yba descubriendo que los recatase (sic), quel me pagaria el rescate98.

64García repartit donc de Sancti Spiritus en direction du nord, dans le but de poursuivre son exploration et de retrouver Sébastien Cabot. Il rejoignit ce dernier à la confluence du Paraná et du Paraguay, dans le courant de l’année 1528. Comme il fallait s’y attendre, chacun des deux hommes défendit ses droits sur le bassin de la Plata. Après de longues discussions, Cabot et García décidèrent de rentrer à Sancti Spiritus et de construire plusieurs brigantins avant de reprendre ensemble la découverte de la région. Cela dit, les deux hommes ne se faisaient aucunement confiance. À Sancti Spiritus, García tenta de partir discrètement afin de poursuivre seul une découverte qu’il estimait lui revenir légalement et exclusivement. Cabot réussit à l’en empêcher et le surveilla dès lors de très près. À son retour en Espagne, García se plaignit de l’autoritarisme injustifié de Cabot, l’accusant non seulement d’avoir usurpé une découverte qui ne lui revenait pas, mais aussi de l’avoir empêché de se ravitailler et de pratiquer le troc avec les indigènes :

  • 99 « Información hecha en Sevilla ante el alcalde ordinario a petición de Diego García, acerca de tod (...)

A mí me conviene hacer cierta probanza [...] sobre cómo Sebastián Caboto, capitán que fue de otra armada que Su Majestad envió a Tarsis é al Gran Catayo é á Maluco, se fué á meter en el dicho Río de la Plata y en conquista que no era suya é que estaba descubierta mucho tiempo había, é de cómo, siendo yo llegado al dicho Río de la Plata, el dicho Sebastián Caboto, haciéndose señor de todo, me tuvo á mí é á la gente que conmigo iba tiempo y espacio de un año cercado, diciendo que yo había de estar debajo de su mando é su bandera é de su justicia, é me defendió la salida, é me puso muchos tiros de artillería para no dejarme salir del dicho Río é me quitó todos los mantenimientos, é no me dejó comprar ni resgatar oro, ni plata, ni otra cosa, de cuya cabsa se perdió todo lo que lo que (sic) yo llevaba en la dicha armada99.

  • 100 L’Anglais Roger Barlow était un des armateurs de la flotte. Voir Enrique de Gandía, « Descubrimien (...)

65Malgré leur inimitié, les deux hommes décidèrent de retourner ensemble à San Salvador, à l’embouchure du fleuve. Deux émissaires, Fernando Calderón et Roger Barlow100, furent alors envoyés en Espagne afin de demander des secours au roi. Charles Quint, alléché par les nouvelles que les deux hommes lui apportèrent de la Sierra de la Plata, semble avoir eu l’intention d’envoyer des troupes dans la région afin d’aider Cabot et García. Il aurait même songé à financer personnellement l’expédition. Mais la lenteur des armateurs espagnols et les problèmes qu’il connaissait en Europe firent que la flotte ne partit jamais du port de Séville :

  • 101 Pedro Lozano, op. cit., vol. II, p. 40.

Mandó el Emperador que, á sus espensas, se despachase socorro á Gaboto, y se hubiera ejecutado con brevedad aquella órden, segun el afecto con que queria se fomentase dicha empresa, sino lo embarazaran otras gravísimas dependencias de la monarquía, que aquel año se vió combatida con la alianza de Francia é Inglaterra101.

I.3.5 La cité des Césars

  • 102 Voir à ce propos les ouvrages de JeanPierre Sanchez, Mythes et légendes de la conquête de l’Amériq (...)

66En attendant le retour de Calderón et Barlow, Cabot et García retournèrent à Sancti Spiritus. Huit jours après leur arrivée, le capitaine Francisco César rentra à son tour à Sancti Spiritus. Il revenait d’une expédition vers l’intérieur des terres, entreprise plusieurs mois auparavant. Francisco César déclara avoir vu d’énormes quantités d’or, d’argent et de pierres précieuses. César avait probablement atteint les régions andines d’où il avait rapporté l’écho des immenses richesses de l’empire inca. Cabot et García décidèrent alors d’organiser une entrada en direction des mines fabuleuses dont parlait Francisco César. Ils repartirent vers le port de San Salvador pour y préparer l’expédition. Le récit de Francisco César et de ses hommes fut quant à lui à l’origine du mythe de la « cité des Césars », qui évolua au fil des ans et perdura jusqu’au xixe siècle, attirant tour à tour conquistadores, voyageurs et aventuriers102.

I.3.6 La destruction de Sancti Spiritus et la légende de Lucía Miranda

67Profitant de l’absence des deux capitaines, les Indiens de la région de Sancti Spiritus attaquèrent les Espagnols une nuit de septembre 1529. Il y eut une trentaine de morts et le fort fut totalement détruit. La cinquantaine de survivants, parmi lesquels se trouvaient Gregorio Caro et Alonso de Santa Cruz, se réfugia à San Salvador auprès de Cabot et de García.

  • 103 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 103-108, Pedro Lozano, op. cit., vol. II, p.  (...)

68Une version plus romanesque de l’attaque de Sancti Spiritus est parvenue jusqu’à nous à travers les textes de Ruy Díaz de Guzmán, Pedro Lozano, Nicolas Du Toict et Pierre-François-Xavier Charlevoix103. D’après eux, l’attaque de Sancti Spiritus fut motivée par l’amour du cacique timbu Mangoré pour la belle Lucía Miranda, épouse du soldat Sebastián Hurtado. Un jour où celui-ci était parti chercher des vivres en compagnie d’une quarantaine d’hommes, une trentaine de Timbús, parmi lesquels Mangoré, s’introduisit dans le fort sous prétexte de faire des cadeaux aux Espagnols. Pendant la nuit, quatre mille autres Indiens les rejoignirent et prirent d’assaut le fort. Tous ses occupants ou presque furent massacrés. Mangoré mourut pendant le combat et Lucía Miranda fut faite prisonnière par le frère du cacique, Siripó, qui à son tour tomba amoureux de la belle Espagnole. Lorsqu’il revint à Sancti Spiritus, Sebastián Hurtado découvrit le massacre et la disparition de son épouse. Ne souffrant pas d’être séparé d’elle, il se livra prisonnier aux Timbus. Siripó accepta de les épargner à condition qu’ils ne menassent pas une vie de couple. Mais les deux époux ne résistèrent pas longtemps à la tentation et, après avoir été surpris ensemble, ils furent exécutés. Lucía fut brûlée vive et Sebastián criblé de flèches.

69Si cette version ne manque pas de charme, elle semble n’avoir aucun fondement historique. Tout d’abord, aucune femme n’était censée se trouver à bord des navires de Cabot et de García, ce dernier ayant reçu des instructions similaires à celles de son homologue vénitien :

  • 104 « Copia de las instrucciones dadas a Díego García », in José Toribio Medina, Los viajes..., p. 191 (...)

Otrosí, por evitar los daños é inconvenientes que se siguen é cada día acaecen de ir mujeres en semejantes armadas, mandamos é defendemos firmemente que en la dicha armada no vaya ninguna mujer, de cualquier calidad que sea, é que vos tengáis mucho cuidado de visitar las dichas naos antes de la partida para que esto se cumpla, porque de lo contrario recebiremos mucho deservicio104.

70Ces instructions semblent avoir été respectées puisque aucune source première n’a confirmé jusqu’ici la présence de femmes parmi les premiers découvreurs du río de la Plata. Par ailleurs, le récit de l’exécution des deux héros rappelle trop l’histoire des martyrs chrétiens pour être crédible, d’autant plus que Lucía Miranda et Sebastián Hurtado subissent respectivement les supplices de sainte Lucie et de saint Sébastien. Enfin, Lozano, Du Toict et Charlevoix situent les événements en 1532, soit après le départ de Cabot et García. Or ceux-ci décidèrent justement de rentrer en Espagne après l’assaut de Sancti Spiritus, qui fut dès lors abandonné.

71Toutefois, et malgré l’invraisemblance de leur aventure, les personnages de Lucía Miranda, Sebastián Hurtado et Mangoré, à l’instar d’un Solís sauvagement dévoré par les Charrúas, font désormais partie des mythes fondateurs de l’Argentine et du Paraguay, et par conséquent de la mémoire collective des deux nations.

I.3.7 Le retour de Cabot et de García en Espagne

  • 105 Voir carte 1 p. 498, annexe A.

72Lorsqu’on leur annonça l’attaque de Sancti Spiritus, Cabot et García n’avaient toujours pas de nouvelles de Calderón et de Barlow, partis depuis plus d’un an. Les deux pilotes décidèrent donc de rentrer en Espagne afin de solliciter personnellement l’aide du roi et du Conseil des Indes. Cabot et García partirent séparément de San Salvador à l’automne 1529 et, après avoir voyagé chacun de son côté, ils arrivèrent à Sanlúcar de Barrameda au milieu de l’été 1530, à quelques jours d’intervalle seulement. S’ils n’avaient pas trouvé le « pays de l’argent », ils avaient complété la découverte du río de Solís en explorant plusieurs de ses affluents, en particulier le Paraná et le Paraguay105. La future province du Río de la Plata fut donc découverte par deux pilotes au service de la Couronne espagnole. Le premier, Sébastien Cabot, le fit en désobéissant aux instructions royales. Le second, Diego García, arriva certes quelques mois plus tard dans l’estuaire, mais disposait de toutes les autorisations nécessaires. Il est donc difficile de déterminer qui, de Cabot ou de García, pouvait légitimement prétendre être le véritable découvreur du Río de la Plata.

I.4 L’intensification des pressions portugaises

73Tandis que Sébastien Cabot et Diego García se disputaient la prérogative sur la découverte du Río de la Plata, Fernando Calderón et Roger Barlow débarquaient sur les côtes portugaises. Après avoir écouté leur récit sur la Sierra de la Plata, le roi Jean III fut tout naturellement tenté de s’emparer d’une région dont les richesses semblaient infinies. Le retour de Cabot, de García et de leurs hommes favorisa la propagation du mythe à travers toute la péninsule. Avant que les autorités espagnoles n’aient eu le temps de réagir, le monarque décida d’envoyer Martim Afonso de Sousa et son frère, Pêro Lopes, au Brésil, afin de mieux se renseigner sur cette « Montagne d’Argent » et les moyens d’y accéder.

I.4.1 Le voyage de Martim Afonso de Sousa (1530-1531)

  • 106 Juan Gil, op. cit., vol. III, p. 203.
  • 107 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 45.

74Officiellement, l’objectif de l’expédition était d’organiser une colonie qui jusque-là s’était développée de façon assez désordonnée. Cependant, Jean III ordonna secrètement à ses pilotes d’explorer le río de la Plata et de trouver un chemin qui mènerait à la Sierra de la Plata, dont tout le monde parlait. On recruta pour cela des marins expérimentés, parmi lesquels certains avaient déjà séjourné dans la région et connaissaient ses habitants et leur langue. Ce fut le cas des Portugais Enrique Montes106 et Francisco de Chaves107, anciens membres de l’expédition de Solís. Un autre de leurs compatriotes, Gonzalo de Acosta, domicilié à Séville, fut également contacté par le monarque portugais. Lope de Hurtado, ambassadeur espagnol à Lisbonne, en informa aussitôt les autorités castillanes :

  • 108 « R. C. a Don Lope Hurtado, embajador de España en Portugal, Ocaña 17 febrero 1531 », in Paul Grou (...)

He seydo informada [la reyna] que puede aver dos meses poco mas o menos que el rey de Portugal escriuio a seuilla a vn portugues que se llama gonçalo de acosta que ha muchos años que biuya en vn puerto de la tierra del brasil del dicho serenisimo Rey donde no habia syno el y otros dos cristianos entre los yndios, e al tienpo que el armada de sebastian caboto se llego alli se vino en ella — para que fuese alla ofresciendole seguro y mercedes, e que el se partio luego e que llegado su alteza le pregunto particularmente por las cosas del rrio de solis que los portugueses llaman el de la plata, e le Rogaron que fuese en vna armada que a la sazon se despachava haziendole crecido partido, e que por que no le dexavan venir a la dicha cibdad de seuilla a llevar a su muger e hijo para los dexar en ese Reyno con temor que tuvo que lo deternian por fuerça se vino syn que nadie supiese de su venida ni despedirse de su alteza, e que se dezia que la dicha armada yva al rrio de la plata e que la gente quel rrey dava podrian ser hasta quatrocientos onbres e que yvan otros muchos de su voluntad demas de aquellos108.

  • 109 Voir « La mission brésilienne de Martim Afonso de Sousa et de son frère Pêro opes (1530-1533) », i (...)
  • 110 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 369.

75La flotte de Martim Afonso de Sousa partit de Lisbonne en février 1531. Quand ils arrivèrent au Brésil, les deux frères se séparèrent. Tandis que Martim Afonso de Sousa organisait administrativement le sud de la colonie (en particulier la région de São Vicente), Pêro Lopes partait explorer le río de la Plata109. Cependant, la maladie, les Indiens et la fatigue eurent raison de l’expédition, et les survivants rentrèrent bientôt à São Vicente110.

I.4.2 Une menace de plus en plus intense

76L’intérêt de Lisbonne pour le río de la Plata inquiétait la Couronne de Castille. Conscientes que le traité de Tordesillas n’était pas respecté par le Portugal, les autorités espagnoles firent valoir le fait que le río de la Plata avait été découvert en leur nom par Juan Díaz de Solís. Par le biais de son ambassadeur, le monarque portugais répondit qu’à sa connaissance, c’était une flotte de l’infant dom Nuño Manuel qui avait découvert le fleuve :

  • 111 « Papeles relativos al Rio de la Plata sobre la pertenencia que intentaba demostrar la Corona de P (...)

A primeira gente sua que descobrio este Rio foy una armada de dom Nuno manuel que deus aja que o dito dom Nuno fez por mandado del Rey seu padre que Deus tem da qual he muyta morta e outra fora des-tos Reynos. E que atee aguora se faz toda diligencia e se fara para se saber o propio tempo em que pela dita armada este Rio foy descuberto e que elle le pede que asy quiera mandar saber o certo de quando este solys descobrio o dito Rio por que [...] sendo o solys o primeiro elle desistira do dito Rio con muy booa (sic) vontade, e semdo seus vasa-los os primeiros que o descobriran o emperador seu Yrmao faça outro tanto. E que antes disto nom pareçe necesario intender por outro modo neste negocio. E asy por que os Navios que ouuerem de hyr a martim alonso nam podem partir mais cedo que daqui a o tempo em que se podera saber o certo de quien descobrio primeiro, E con yso se tomara verdadeiro Asento em tudo. e que como tempo em que partirao e torna-rao estas armadas seja cousa en que nan pode aveer duuiva nem aos de qua nem aos dalla parece a sua alteza cousa muyto deuida tomarse con esta verdade sabida este asento que Aponta Asy ehaa e a miguaelmente (sic) como nas cousas do emperador seu Yrmao e suas se deue Fazer E oelle sempre ha de fazer asy. E se asy lhe parecer como ello cree que lho parecera ella o pratique con os de seu conselho E por ambas as partes se fazer tal diligencia em saber o certo disto111.

77Jean III s’engageait donc à ne plus envoyer de flotte dans la région tant que la lumière ne serait pas faite sur l’identité du découvreur du río de la Plata. Il promettait même de renoncer à ses prétentions sur la région au cas où celui-ci s’avérerait être un sujet espagnol. Le monarque portugais ne tint pourtant pas parole et Martim de Sousa partit en février 1531. Dès le mois de mai suivant, Lope de Hurtado pria Jean III de ne plus envoyer de navires dans le río de la Plata, qui se situait du côté espagnol de la ligne de Tordesillas, mais le Portugal ne fit aucun cas de cette requête et continua d’organiser des expéditions vers le río de la Plata.

I.4.3 La réaction tardive des Espagnols

78Pour quelles raisons Charles Quint tarda-t-il à organiser la conquête et la colonisation de cette région de l’Amérique méridionale, alors que les Portugais occupaient chaque jour un peu plus de territoire à l’ouest de la ligne de Tordesillas ? Tout d’abord, comme le signale Pedro Lozano, l’Empereur était davantage préoccupé par ses affaires européennes que par les Indes Occidentales :

  • 112 Pedro Lozano, op. cit., vol. II, p. 40.

[En 1528] los turbulentos reinados de Francisco Primero y Enrique Octavo, estuvieron conjurados contra la fortuna del César. El año siguiente de 1529, sacaron de España para Italia al Emperador gravísimos cuidados, que como mas próximos distraían mas su grande ánimo de la atención á los mas remotos de las Indias, ni le permitieron restituirse á España hasta el año de 1533, por varias ocurrencias que se fueron eslabonando unas con otras112.

  • 113 Analola Borges, op. cit., p. 8.
  • 114 Enrique de Gandía, « Primera fundación de Buenos Aires », in Ricardo Levene (éd), Historia de la N (...)

79Ensuite, on manquait de pilotes espagnols connaissant la route maritime menant au río de la Plata, ce qui ne facilitait pas l’organisation d’une expédition. Nous savons qu’en 1530, les autorités castillanes songeaient déjà à envoyer une flotte dans le río de la Plata. Le monarque avait en effet demandé à Lope de Hurtado de retrouver les Portugais Enrique Montes et Pedro del Campo, qui connaissaient bien les côtes brésiliennes et le río de la Plata pour s’y être rendus avec Juan Díaz de Solís113. En 1532, une cédule royale ordonna de retrouver certains Indiens des côtes brésiliennes vivant en Espagne. De toute évidence, on cherchait des hommes pouvant servir de guides et d’interprètes dans une expédition de conquête. Plusieurs candidats se présentèrent pour la diriger : Sébastien Cabot, Diego García, Pedro Fernández de Lugo (adelantado des îles Canaries) et Miguel de Herrera (alcaide de Pampelune) sont les exemples les plus connus114. Pour des raisons diverses, aucun d’eux ne démarra jamais les préparatifs.

80Enfin, il n’est pas impossible que le roi eût encore quelques doutes sur l’existence réelle de la Sierra de la Plata, ou sur l’importance de ses mines. On le sait, les conquistadores avaient tendance à exagérer leurs découvertes dans le but d’obtenir des grâces et des faveurs royales. De plus, dans le cas de la région du río de la Plata, on pouvait soupçonner Cabot d’avoir volontairement embelli les récits de Melchor Ramírez et Enrique Montes, dans le but de faire oublier sa désobéissance. En janvier 1534, le retour en Espagne d’Hernando Pizarro, avec l’impressionnante rançon d’Atahualpa, confirma l’existence d’immenses richesses dans une montagne qui ressemblait fort à la Sierra de la Plata. L’Espagne ne pouvait plus courir le risque de voir les Portugais lui ravir « sa » Montagne. Il était grand temps de conquérir et d’occuper la région du río de la Plata. L’objectif de cette conquête était donc double : découvrir le chemin qui menait aux fameuses mines du Potojchi tout en la protégeant d’éventuelles incursions portugaises.

Notas

1 Margarita Prieto Yegros, Bandeiras paulistas en territorios coloniales hispanos, Asunción, Cuadernos Repúblicanos, [s. d.], p. 22 ; Alfredo Boccia Romañach, Paraguay y Brasil. Crónica de sus conflictos, Asunción, El Lector, 2000, p. 123.

2 Le débat reste ouvert à ce jour sur l’éventualité que les Portugais connussent le Brésil avant sa « découverte » par Cabral, voire avant 1494 et la signature du traité de Tordesillas. Le secret qui enveloppait la plupart des expéditions portugaises à l’époque et l’absence de documents qui en résulte rendent difficile toute recherche sur le sujet. Voir à ce propos Enrique de Gandía, « Antecedentes de la lucha contra la expansión territorial del Brasil », in La ciudad encantada de los Césares, Buenos Aires, García Santos, 1932, p. 95-96, ainsi que Frédéric Mauro et Maria de Souza, Le Brésil du xve siècle à la fin du xviie siècle, Paris, Sedes, 1997, p. 17-19.

3 Julián María Rubio Esteban, Exploración y conquista del Río de la Plata, siglos xvi y xvii, Barcelone, Salvat, 1942, p. 5-6.

4 Traduction française dans Le Nouveau Monde. Récits de Amerigo Vespucci, Christophe Colomb, Pierre Martyr d’Anghiera, Paris, Les belles lettres, 1992, p. 73-83 et 85-128.

5 Ibid., p. 127.

6 Frédéric Mauro et Maria de Souza, op. cit., p. 41.

7 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 3.

8 Analola Borges, « El Tratado de Tordesillas y la Conquista del Río de la Plata », tiré à part de Primer coloquio lusoespañol de Historia de Ultramar, Valladolid, 1973, p. 1.

9 Rolando A. Laguarda Trías, El predescubrimiento del Río de la Plata por la expedición portuguesa de 1511-1512, Lisbonne, Junta de Investigações do Ultramar, 1973, p. 115-116.

10 « La gazette de la terre du Brésil. Nouvelles du Pays du Brésil (v. 1514-1515) », in Ilda Mendes dos Santos (éd.), La découverte du Brésil, Paris, Chandeigne, 2000, p. 161-167.

11 Ce document contredit la thèse d’Enrique de Gandía, selon laquelle l’expédition de dom Nuño Manuel et Cristóbal de Haro n’avait fait qu’apercevoir le río de la Plata, qu’elle prit pour un golfe étroit et qu’elle n’explora pas. Voir Enrique de Gandía, « Antecedentes... », op. cit., p. 95-96.

12 Le navire Espoir avait quitté Honfleur à destination des Indes. Une forte tempête le poussa vers l’ouest et le fit échouer sur les plages brésiliennes, où Gonneville et ses hommes passèrent six mois. Voir le compte rendu de ce voyage dans Ilda Mendes dos Santos (éd.), op. cit., p. 119-142.

13 Rolando A. Laguarda Trías, op. cit., p. 145. Esteban Froes (ou Flores) fut à l’origine de la lettre qui poussa le roi Manuel Ier à négocier la libération des prisonniers avec la Couronne de Castille.

14 « Sobrecarta de una capitulación celebrada por la Reina con Juan Díaz de Solís para efectuar la demarcación de límites entre los dominios de España y Portugal, 27 de marzo de 1512 », in José Toribio Medina, Juan Díaz de Solís, Santiago du Chili, édition à compte d’auteur, 1897, vol. II, p. 58-69.

15 « Real Cédula para que los oficiales reales se reciban de las especies compradas por Díaz de Solís, á quien se recomienda especialmente, 30 de septiembre de 1512 », in ibid., vol. II, p. 99-100.

16 Voir à ce propos les lettres de João Méndez de Vasconcelos, ambassadeur du Portugal en Castille, à son souverain, in ibid., vol. I, p. clxxxix-cxciv.

17 « Real Cédula a los Oficiales de la Casa de Contratación, sin fecha », in D.I.A.G.I., Madrid, Imprenta de Manuel G. Hernández, 1864-1884, vol. XXXII, p. 402-406. La date exacte de ce document nous est inconnue. Toutefois, il ne peut être antérieur à 1512 puisque Solís a déjà remplacé Amerigo Vespucci au poste de piloto mayor. En outre, nous savons que cette cédule répond à une lettre datée du 12 mai et qu’elle est antérieure au 29 septembre, date à laquelle le voyage de Solís avait déjà été suspendu.

18 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 14-20.

19 Voir Paul Groussac (« La patria de Solís », in Anales de la Biblioteca, Buenos Aires, 1912, Coni Hermanos, vol. VIII, p. 366-386), pour qui Solís était espagnol, et José Toribio Medina (Juan Díaz..., vol. I, p. XIII-XXXIX), pour qui le pilote était portugais.

20 « Real cédula por la que se manda pagar cierta suma a Juan Díaz de Solís, 29 de septiembre de 1512 », in José Toribio Medina, Juan Díaz..., vol. II, p. 98-99.

21 Francisco López de Gomara, Historia general de las Indias, Barcelone, Obras Maestras, 1954, p. 153.

22 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Historia general y natural de las Indias, Islas y Tierra firme del Mar Océano, Madrid, Atlas, 1959 (B.A.E., vol. 118), p. 352.

23 Juan López de Velasco, Geografía y Descripción Universal de las Indias. Recopilada por el cosmógrafocronista Juan López de Velasco desde el año de 1571 al de 1574, Madrid, Establecimiento Tipográfico de Fortanet, 1894 (B.A.E., vol. 248), p. 550.

24 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento, Población y conquista del Río de la Plata, Asunción, Comuneros, 1980, p. 76.

25 Antonio de Herrera y Tordesillas, Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y tierrafirme del mar océano o « Décadas », Madrid, Universidad Complutense, 1991, vol. I, p. 556.

26 Ibid., vol. III, p. 65.

27 Paul Groussac, « La patria de Solís », in Anales..., vol. VIII, p. 366.

28 Paul Groussac, « La expedición de Mendoza », in Anales..., vol. VIII, p. xviii-xxiii.

29 Paul Groussac, « La patria de Solís », in Anales..., vol. VIII, p. 372.

30 Manuel Ricardo Trelles, Diego García, primer descubridor del Río de la Plata, Buenos Aires, Imprenta del Porvenir, 1879, p. 21-27.

31 José Toribio Medina, Juan Díaz..., vol. I, p. clxxxix-cxciv et vol. II, p. 98-100.

32 Enrique de Gandía, Crónica del magnífico Adelantado Don Pedro de Mendoza, Buenos Aires, Talleres Gráficos Argentinos L. J. Rosso, 1936, p. 21-23.

33 Ernesto J. Fitte, Hambres y desnudeces en el Río de la Plata, Buenos Aires, Emecé, 1963, p. 21-23.

34 Diego García, « Relación y derrotero... », D.I.A.G.I., vol. XL, p. 367. C’est nous qui soulignons.

35 Manuel Ricardo Trelles, op. cit., p. 25.

36 « Lettre de Luis Ramírez », in Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, Paris, Arthus Bertrand, 1843, vol. III, p. 46.

37 « Asiento con Juan Díaz de Solís », 1514, in D.I.A.G.I., vol. IXL, p. 318. C’est nous qui soulignons.

38 « Instrucción a Juan Díaz de Solís », 1514, in ibid., p. 322. C’est nous qui soulignons.

39 « Asiento con Juan Díaz de Solís », 1514, in ibid., p. 318-319. C’est nous qui soulignons.

40 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 26.

41 Voir carte 1 p. 498, annexe A.

42 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 352.

43 Document publié par Samuel A. Lafone-Quevedo, in « Juan Díaz de Solís », in Revista del Insituto Paraguayo, n° 42, Asunción, 1903, p. 296.

44 Pedro Mártir de Anglería, Décadas del Nuevo Mundo, Madrid, Polifemo, 1989, p. 241-242.

45 Antonio de Herrera y Tordesillas, op. cit., vol. I, p. 657-658.

46 Pedro Lozano, Historia de la conquista del Paraguay, Río de la Plata y Tucumán, Buenos Aires, Imprenta Popular, 1873-1874, vol. II, p. 7-8.

47 Diego García, « Relación y derrotero... », op. cit., p. 362 et 366.

48 Alcide d’Orbigny, Voyage pittoresque dans les deux Amériques, Paris, Tenré & Dupuy, 1836, p. 211.

49 Samuel A. LafoneQuevedo, « Juan Díaz... », op. cit., p. 293-324.

50 Félix de Azara, Voyages dans l’Amérique Méridionale, Paris, Dentu, 1809, vol. II, p. 340-341.

51 José Toribio Medina, Juan Díaz..., vol. I, p. cclxxvi-cclxxxix.

52 Enrique de Gandía, « Descubrimiento del Río de la Plata, del Paraguay y del estrecho de Magallanes », in Ricardo Levene (éd.), Historia de la Nación Argentina, Buenos Aires, El Ateneo, 1940-1955, vol. II, p. 381-382.

53 Carmen Bernand, Histoire de Buenos Aires, Paris, Fayard, 1997, p. 18.

54 C’est le cas de Vicente D. Sierra dans Historia de la Argentina, Buenos Aires, Unión de Editores Latinos, 1956, vol. I, p. 78, ou d’Efraím Cardozo dans Paraguay de la Conquista, Asunción, El Lector, 1989, p. 39.

55 David Rock, Argentina, 1516-1987, Madrid, Alianza Editorial, 1988, p. 39.

56 Ángel S. Caballero Martín, Las corrientes conquistadoras en el Río de la Plata, Santa Fe, Universidad del Litoral, 1943, p. 18.

57 « Reclamación del Rey de Portugal, sobre que los que fueron en el armada con Juan de Solís, tocaron el algunas islas del dicho Rey y tomaron de ellas cierto Brasil. Año de 1517 », in D.I.A.G.I., vol. XI, p. 291-293.

58 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 32.

59 Alfred Métraux, Religions et magies indiennes d’Amérique du Sud, Paris, Gallimard, 1967, p. 15 et suiv.

60 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 35-36.

61 Voir la présentation de Ruy Díaz de Guzmán, Relación de la entrada a los chiriguanos, Santa Cruz de la Sierra, Fundación Ramón Darío Gutiérrez, 1979, p. 42-46.

62 Hipólito Sánchez Quell, Estructura y función del Paraguay colonial, Asunción, Comuneros, 1995, p. 33.

63 D’après Julián María Rubio Esteban, la seule incertitude sérieuse concerne le nombre et la nationalité des compagnons de García. Voir également Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 41-45.

64 Enrique de Gandía, La ciudad encantada de los Césares, Buenos Aires, García Santos, 1932, p. 97.

65 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 94-96.

66 Nicolas Du Toict, Historia de la provincia del Paraguay de la compañía de Jesús, Madrid, A. de Uribe y Cía, 1897, vol. I, p. 37-39.

67 « Papeles relativos al Río de la Plata sobre la pertenencia que intentaba demostrar la Corona de Portugal, por decir habia sido descubierto por los portugueses antes que los españoles [sin fecha] », in Paul Groussac, Anales..., vol. VIII, p. 13 et 15.

68 Manuel Domínguez, « La Sierra de la Plata », in El alma de la raza, Buenos Aires, Ayacucho, 1946, p. 252.

69 « Lettre de Luis Ramírez », op. cit., p. 46.

70 « Carta de Luis Ramírez—Del Río de la Plata, a 10 de julio de 1528 », in Manuel Ricardo Trelles, op. cit., p. 52-53.

71 « Lettre de Luis Ramírez », op. cit., p. 47.

72 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 35-37.

73 Rolando A. Laguarda Trías, op. cit., p. 115-129.

74 Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 79.

75 Agustín Zapata Gollán, Los precursores, Santa Fe, Universidad Nacional de Santa Fe, 1941, p. 42 ; Vicente D. Sierra, Historia de la Nación Argentina, Buenos Aires, Unión de Editores Latinos, 1956, vol. I, p. 174.

76 « Carta de Luis Ramírez », op. cit., p. 50.

77 Demetrio Ramos Pérez, Audacia, negocios y política en los viajes españoles de descubrimiento y rescate, Valladolid, Universidad-Seminario Americanista, 1981, p. 383.

78 « Asiento que se tomó con Sebastián Caboto, capitán y piloto mayor, para el descubrimiento de las islas de Tarsis y Ofir y otras islas é tierras, 4 de marzo de 1525 », in José Toribio Medina, El veneciano Sebastián Caboto al servicio de España, Santiago du Chili, Imprenta y Encuadernación Universitaria, 1908, vol. I, p. 421-422.

79 Ibid., p. 423.

80 « Lo que Sebastián Caboto había de hacer en el cargo que llevaba de capitán general de la armada, 22 de septiembre de 1525 », in José Toribio Medina, El veneciano..., vol. II, p. 30.

81 Ibid., p. 31.

82 « Información hecha por los Oficiales de la Casa de la Contratación, 28 de julio de 1530 [témoignage d’Alonso de Santa Cruz] », in José Toribio Medina, El veneciano..., vol. II, p. 155.

83 Ibid., vol. I, p. 116-118.

84 « Carta de Luis Ramírez », op. cit., p. 45.

85 « Acusación del Fiscal de Su Majestad contra Sebastián Caboto, 4 de febrero de 1532 », in José Toribio Medina, El veneciano..., vol. II, p. 180.

86 « Carta de Luis Ramírez », op. cit., p. 50.

87 Ibid., p. 51.

88 Témoignage de Sebastián Caboto, « Información hecha por los Oficiales de la Casa de la Contratación, 28 de julio de 1530 », in José Toribio Medina, El veneciano..., vol. II, p. 158.

89 « Carta de Luis Ramírez », op. cit., p. 59.

90 Rodolfo Puiggros, Historia económica del Río de la Plata, Buenos Aires, A. Peña Lillo, 1966, p. 15.

91 José Toribio Medina, El veneciano..., vol. I, p. 167.

92 Diego García, « Relación y derrotero... », op. cit., p. 354. José Toribio Medina a pour sa part affirmé que García avait quitté l’Espagne au mois d’août 1527. Voir José Toribio Medina, Los viajes de Diego García de Moguer al Río de la Plata, Santiago du Chili, Imprenta Elzeviriana, 1908, p. 83-91.

93 « Instrucciones a Juan de Sandoval y Gonzalo Hernández », in José Toribio Medina, Los viajes..., p. 224 et 228. C’est nous qui soulignons.

94 Demetrio Ramos Pérez a affirmé que Diego García avait également participé au voyage de circumnavigation de Magellan, mais José Toribio Medina, qui a longuement étudié la biographie du pilote, pense plutôt qu’il s’agit d’un homonyme. Voir Demetrio Ramos Pérez, op. cit., p. 386, ainsi que José Toribio Medina, Los viajes..., p. 224-228.

95 La date exacte du document est malheureusement inconnue.

96 « Memorial de Diego García (doc. non daté) », in José Toribio Medina, Los viajes..., p. 172.

97 Pedro Lozano, op. cit., vol. II, p. 31-32. Ce récit est conforme à la version de Diego García, « Relación y derrotero... », op. cit., p. 360.

98 Diego García, « Relación y derrotero... », p. 364-365.

99 « Información hecha en Sevilla ante el alcalde ordinario a petición de Diego García, acerca de todo lo que ocurrió en el Río de la Plata con Sebastián Caboto (16 de agosto de 1530) », in José Toribio Medina, Los viajes..., p. 248.

100 L’Anglais Roger Barlow était un des armateurs de la flotte. Voir Enrique de Gandía, « Descubrimiento del Río de la Plata... », op. cit., vol. II, p. 397.

101 Pedro Lozano, op. cit., vol. II, p. 40.

102 Voir à ce propos les ouvrages de JeanPierre Sanchez, Mythes et légendes de la conquête de l’Amérique, Rennes, P. U. R., 1996, vol. II, p. 729-762, de Juan Gil, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid, Alianza Universidad, 1989, vol. II, p. 258-314, et d’Enrique de Gandía, La ciudad encantada..., p. 753, ainsi que la préface écrite par Fernando Ainsa pour James Burgh, La cité des Césars. Une utopie en Patagonie, Paris, UtzUnesco, 1996, p. 14-26.

103 Ruy Díaz de Guzmán, Anales del descubrimiento..., p. 103-108, Pedro Lozano, op. cit., vol. II, p. 42-54, Nicolas Du Toict, op. cit., vol. I, p. 45-49 et Pierre-François-Xavier Charlevoix, Histoire du Paraguay, Paris, Didot, 1756, vol. I, p. 29-32.

104 « Copia de las instrucciones dadas a Díego García », in José Toribio Medina, Los viajes..., p. 191-192.

105 Voir carte 1 p. 498, annexe A.

106 Juan Gil, op. cit., vol. III, p. 203.

107 Efraím Cardozo, Paraguay de la Conquista, p. 45.

108 « R. C. a Don Lope Hurtado, embajador de España en Portugal, Ocaña 17 febrero 1531 », in Paul Groussac, Anales..., vol. VIII, p. 8-9.

109 Voir « La mission brésilienne de Martim Afonso de Sousa et de son frère Pêro opes (1530-1533) », in Ilda Mendes dos Santos (éd.), op. cit., p. 169-173.

110 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, op. cit., p. 369.

111 « Papeles relativos al Rio de la Plata sobre la pertenencia que intentaba demostrar la Corona de Portugal, por decir habia sido descubierto por los portugueses antes que los españoles », in Paul Groussac, Anales..., vol. VIII, p. 15-16.

112 Pedro Lozano, op. cit., vol. II, p. 40.

113 Analola Borges, op. cit., p. 8.

114 Enrique de Gandía, « Primera fundación de Buenos Aires », in Ricardo Levene (éd), Historia de la Nación Argentina, Buenos Aires, El Ateneo, 1940-1955, vol. III, p. 126-128 ; Julián María Rubio Esteban, op. cit., p. 98-101.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540