Version classiqueVersion mobile

Naissance d’une société métisse

 | 
Paola Domingo

Introduction

Texte intégral

1Le Paraguay est probablement l’un des pays les plus méconnus de l’Amérique hispanique. Combien de fois n’avons-nous dû répondre, alors que nous évoquions notre thèse lors d’un dîner en famille ou avec des amis non initiés aux cultures latino-américaines, à des questions telles que : « Le Paraguay c’est bien là que s’était réfugié Jacques Médecin, n’est-ce pas ? » ; ou encore : « Ah, oui, ce petit pays qui a accueilli d’anciens nazis à bras ouverts... Quelle est sa capitale ? » Tout le monde ne confond pas le Paraguay avec l’Uruguay, ni ne réduit l’Histoire paraguayenne aux relations privilégiées qu’Alfredo Stroessner entretint avec certaines personnalités de l’Allemagne hitlérienne. Le Paraguay est connu des amateurs de sciences naturelles par sa faune, sa flore ou encore sa topographie. Pour ce qui est de l’Histoire de ce pays « méditerranéen », les périodes les plus étudiées sont celles correspondant à l’apogée des missions jésuites (1615-1767), aux révoltes des « comuneros » (1717-1735), au gouvernement autarcique du « Docteur » Francia (1814-1840), à la Guerre de la Triple Alliance (1864-1870) ou à celle du Chaco (1932-1935), ou encore à la longue dictature militaire du général Stroessner (1954-1989). Le xvie siècle paraguayen semble en revanche n’intéresser qu’un nombre limité de chercheurs et historiens nationaux et internationaux. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas.

2Au cours de la deuxième moitié du xixe siècle et la première du xxe, plusieurs historiens se sont attelés à la tâche de publier un nombre important de manuscrits relatifs à la conquête du Río de la Plata et du Paraguay. Parmi les plus prolifiques, il convient de citer Pedro de Ángelis, Blas Garay, Manuel Domínguez, Paul Groussac, Roberto Levillier ou encore José Torre Revello, sans lesquels de nombreux documents, aujourd’hui introuvables ou très détériorés, seraient à jamais tombés dans l’oubli. Nous pouvons ajouter à cette liste l’historien chilien José Toribio Medina, dont les travaux sur Juan Díaz de Solís, Sébastien Cabot et Diego García sont accompagnés d’une abondante documentation inédite. C’est à la même période que furent publiés, en Espagne, de nombreux documents conservés pour la plupart dans les archives de Madrid ou de Séville. À titre d’exemple, il convient de citer les Cartas de Indias, publiées par Jiménez de Espada en 1877, la Colección de Documentos Inéditos del Archivo General de Indias (D.I.A.G.I.), publiée par Luis Torres de Mendoza entre 1864 et 1884, ainsi que la Colección de documentos para la historia de la formación social de Hispanoamérica, publiée par Richard Konetzke en 1953. Plusieurs chroniques furent également rééditées à cette époque par des maisons argentines, espagnoles ou françaises : les chroniques d’Ulrich Schmidel, d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca ou de Ruy Díaz de Guzmán, les ouvrages de Juan López de Velasco, d’Antonio Vázquez de Espinosa, de Francisco López de Gomara ou de Gonzalo Fernández de Oviedo, ainsi que ceux des jésuites Pedro Lozano, Nicolas du Toict ou José Guevara ont tous été réédités en Europe entre 1836 et 1959.

3Tous ces matériaux ont été abondamment exploités par les historiens s’intéressant à la conquête du Río de la Plata et du Paraguay, avec des résultats de qualité parfois inégale. Ainsi, un certain nombre de travaux publiés jusqu’aux années 1940-1950 ne nous ont pas semblé être d’une grande rigueur scientifique. La plupart d’entre eux sont des ouvrages très généraux faisant la synthèse des chroniques de Schmidel et Cabeza de Vaca, ou reprenant en grande partie les récits de Díaz de Guzmán, Du Toict ou encore Pierre-François-Xavier Charlevoix, ces deux derniers étant d’ailleurs fortement influencés par Guzmán. Sans chercher à être exhaustive, nous pouvons citer les ouvrages de Robert B. Cunninghame Graham (The conquest of the River Plate, 1924), Cecilio Báez (Historia colonial del Paraguay y del Río de la Plata, 1926), Medardo Chávez S. (Los adelantados del Río de la Plata, 1929), Enrique de Gandía (Indios y Conquistadores en el Paraguay, 1932, Crónica del Magnífico Adelantado Don Pedro de Mendoza, 1936), Agustín Zapata Gollán (Los precursores, 1941) ou Benjamín Velilla (El Gobernador Irala, 1955). Un excès de patriotisme peut être reproché à d’autres publications de la même époque : El Chaco Boreal fue, es y será del Paraguay (1927), de Manuel Domínguez, Paraguay-Bolivia. Continuidad del esfuerzo paraguayo en el Chaco (1537-1811) (1934), de Raúl del Pozo Cano, ou Los derechos del Paraguay sobre el Chaco Boreal y la doctrina del « uti possidetis » en el siglo xvi (1935), d’Enrique de Gandía, sont davantage des outils de propagande que des travaux historiques. Tous les titres que nous venons de citer ne sont pas pour autant totalement dénués d’intérêt. D’une part, ils ont contribué à faire connaître l’histoire coloniale d’une région souvent oubliée par l’historiographie hispano-américaine. D’autre part, certains de ces ouvrages, comme par exemple Crónica del Magnífico Adelantado d’Enrique de Gandía, publient en annexe quelques documents inédits pouvant être exploités par d’autres chercheurs. Tous commettent néanmoins la même erreur méthodologique en ne citant que très rarement les sources utilisées. Ce « défaut » se retrouve d’ailleurs dans des ouvrages postérieurs aux années cinquante, tels que Hambres y desnudeces en la conquista del Río de la Plata (1963), d’Ernesto J. Fitte qui, tout en étant extrêmement pointilleux sur les conditions dans lesquelles su déroula la conquête du Río de la Plata et du Paraguay, ne mentionne pratiquement jamais les sources dont sont tirées ses citations.

4L’historiographie de la première moitié du xxe siècle nous offre cependant d’excellents ouvrages à propos de la conquête du Paraguay. José Toribio Medina et Paul Groussac, au début du siècle, ont publié plusieurs études très documentées sur les expéditions de Solís, de Cabot ou de Mendoza. Ricardo de Lafuente Machain a réalisé plusieurs travaux fort utiles pour tous les historiens s’intéressant au Paraguay de la Conquête. Nous lui devons en particulier un dictionnaire biographique très complet des conquistadores et des colons du xvie siècle, publié pour la première fois en 1934 et remis à jour en 1943. Enfin, l’historien mexicain Silvio Zavala est l’auteur d’un ouvrage remarquable sur les origines de la colonisation du Río de la Plata. Cette étude, publiée en 1935, présente de façon détaillée et documentée les grandes caractéristiques démographiques et économiques du Río de la Plata au xvie siècle. Les publications d’une telle qualité demeurèrent néanmoins assez rares jusqu’aux années cinquante.

5Les travaux d’Efraím Cardozo, d’Elman Roger Service ou de Richard Konetzke, ont alors donné ses lettres de noblesse à l’historiographie « paraguayenne ». Le Paraguayen Cardozo a publié un ouvrage général mais très bien documenté sur le Paraguay colonial (El Paraguay colonial, 1953). La mort l’a hélas emporté tandis qu’il travaillait à une étude similaire sur le Paraguay de la Conquête, restée à jamais inachevée. L’Américain Service s’est pour sa part intéressé aux relations entre Espagnols et Guaranis au cours du xvie siècle (Spanish-Guarani relations in early colonial Paraguay, 1951). Enfin, l’Allemand Konetzke s’est plutôt penché sur des questions démographiques (« La emigración española al Río de la Plata durante el siglo xvi », 1952). Ajoutons à cette liste d’auteurs le Suédois Magnus Môrner, qui s’est davantage intéressé aux activités des jésuites dans le Río de la Plata qu’au xvie siècle paraguayen, mais dont les travaux sur le métissage sont incontournables pour qui s’intéresse à l’histoire démographique de la région. Au cours des décennies suivantes, plusieurs chercheurs rigoureux et méthodiques suivirent les traces des historiens que nous venons de citer, mais n’ont pas plus été attirés par le Paraguay de la Conquête que leurs aînés. Actuellement, Roberto Quevedo, directeur de l’Académie d’Histoire Paraguayenne, est l’un des rares historiens à s’intéresser au xvie siècle de façon quasi exclusive. La plupart de ses confrères s’intéressant à l’époque coloniale ont davantage étudié les xviie et xviiie siècles. Ainsi, le Paraguayen Juan Bautista Rivarola Paoli et l’Argentin Juan Carlos Garavaglia ont publié de nombreux ouvrages sur l’histoire économique du Paraguay et du Río de la Plata à l’époque coloniale. De même, l’Espagnol José Luis Mora Mérida a longuement étudié la société paraguayenne aux xviie et xviiie siècles, tout comme l’ethnologue Branislava Susnik, qui s’est tout particulièrement intéressée à la situation des indigènes durant l’époque coloniale. Pour finir, citons les travaux d’une autre Paraguayenne, Margarita Durán Estragó, spécialiste de l’histoire religieuse du Paraguay colonial.

6Dans ces conditions, le xvie siècle paraguayen n’est généralement abordé que par le biais de chapitres introductifs d’ouvrages consacrés essentiellement à des époques ultérieures, ou encore au travers d’articles publiés dans des revues scientifiques pas toujours faciles à localiser. Ainsi, la conquête du Paraguay est traitée de façon générale et peu approfondie, ou bien à partir d’un sujet très précis — et donc limité — comme l’histoire monétaire, la production agricole ou le bilinguisme. Par ailleurs, nous avons constaté que de nombreux chercheurs se sont contentés d’utiliser les sources premières qu’ils avaient à portée de main : collections imprimées pour beaucoup, archives de Séville pour certains, de Buenos Aires ou d’Asunción pour quelques autres. Ces dernières sont particulièrement peu fréquentées par les historiens s’intéressant au Paraguay colonial. Au cours des trois séjours que nous avons effectué à Asunción, nous étions souvent seule à travailler dans la salle de lecture des Archives nationales et les rares chercheurs que nous y croisions s’intéressaient pour la plupart à des époques plus récentes de l’histoire paraguayenne. Or, on ne trouve dans les archives de Buenos Aires que des copies de manuscrits du xvie siècle et non des originaux. En ce qui concerne les manuscrits publiés ou ceux qui sont conservés à Séville, la plupart sont des documents officiels et généraux, comme des relations adressées au roi, des livres de comptes ou des cédules royales. La désertion des archives d’Asunción a donc pour conséquence l’absence quasi totale de travaux concernant la vie quotidienne des hommes du Paraguay de la Conquête.

  • 1 José Luis Mora Mérida, Historia social del Paraguay (1600-1650), Séville, C.S.I.C., 1973, p. 1.
  • 2 Voir carte 2 p. 499, annexe A.
  • 3 « Testamento de Cristóbal de Aranda (1544) », in Arch. Nac., n° 10, mars 1901, p. 378-382.

7Avant d’aborder les objectifs de notre travail et les sources que nous avons utilisées pour le réaliser, il nous faut déterminer les limites spatiales et temporelles du Paraguay de la Conquête. Comme l’a souligné José Luis Mora Mérida, il est difficile, voire impossible de définir les limites géographiques de la province du Paraguay au xvie siècle1. Le Paraguay était en réalité une région de la province du Río de la Plata, dont les limites ne furent que partiellement fixées dans la capitulation de don Pedro de Mendoza, premier Adelantado de cette région du Nouveau Monde. Le territoire confié à Mendoza allait depuis la ligne de Tordesillas à l’est jusqu’aux territoires gouvernés par Pizarro et Almagro à l’ouest. Au sud, le Río de la Plata s’étendait jusqu’au Cap Horn et ce n’est qu’en 1569, avec la capitulation de Juan Ortiz de Zárate, que la frontière nord de la province fut délimitée par les territoires confiés aux capitaines Serpa et Silva2. Durant de longues années, l’occupation de cette vaste province se limita à la ville d’Asunción et à ses environs. Les conquistadores prirent rapidement l’habitude de parler de la province du Paraguay malgré l’inexistence officielle de celle-ci. Dès 1544, on trouve des documents qui évoquent la capitale de la province en ces termes : « esta ciudad de la asuncion q’ es en el Rio del Paraguay de la provia del Rio de la plata3. » Le reste de la province n’étant quasiment pas peuplé, les termes « Río de la Plata » et « Paraguay » furent utilisés sans distinction jusqu’en 1580, année où Buenos Aires fut fondée pour la deuxième fois. Malgré la fondation de plusieurs villes dans la province, Asunción demeura le principal centre urbain du Río de la Plata jusqu’à la fin du xvie siècle. C’est de là que partaient toutes les expéditions de découverte et de peuplement. C’est elle qui fournit en vivres les nouvelles fondations pendant de longues années. C’est à Asunción que résidaient la plupart des vecinos du Río de la Plata. Les autres villes de la province, comme Villa Rica ou Ciudad Real, dans le Guairá, ne comptaient que quelques dizaines de feux et certaines d’entre elles, comme Ontiveros ou San Juan, connurent une existence éphémère et furent rapidement dépeuplées. Asunción resta donc le principal centre d’habitation et d’activité du Río de la Plata jusqu’à la fin du xvie siècle, époque où elle commença à décliner au profit de deux des villes qu’elle avait récemment fondées : Santa Fe et Buenos Aires. Pour toutes ces raisons historiques, mais aussi pour des raisons pratiques, nous avons choisi, à l’instar du testament de Cristóbal de Aranda, de « limiter » la province du Paraguay à la ville d’Asunción et à ses environs.

  • 4 Voir chapitre III, p. 188 et suiv.
  • 5 Ruggiero Romano, Les conquistadores. Les mécanismes de la conquête coloniale, Paris, 1992, p. 74.
  • 6 Voir chapitre III, p. 222.

8En ce qui concerne les limites chronologiques de notre étude, plusieurs options s’offraient à nous. La première consistait à considérer que la période de conquête s’achevait en 1556 avec la mort d’Irala, peu de temps après que celui-ci eut reçu les instructions de Charles Quint lui interdisant de poursuivre les expéditions de conquête. Dans ce cas, comment qualifier l’expédition que Nufrio de Chaves dirigea en 1558 à travers les territoires des Mojos et des Chiquitos4 ? Comment nommer les hommes qui, à partir de 1580, « occupent progressivement la pampa5 » ? Que dire enfin de l’expédition organisée en 1604 par Hernandarias en Patagonie pour y chercher la Ciudad de los Césares6 ? Malgré les instructions de Charles Quint, la conquête du Río de la Plata se prolongea dans les faits jusqu’au début du xviie siècle. Bien que concernant des territoires différents de notre définition du Paraguay, les expéditions que nous venons de citer furent néanmoins organisées depuis Asunción. Face à un tel dilemme, nous devions pourtant trancher : nous avons donc décidé de fixer les limites de la conquête à la fin du xvie siècle, période correspondant au début du déclin d’Asunción et de sa région, autrement dit du Paraguay tel que nous l’avons défini plus haut.

9L’objectif initial de cette thèse était de combler les « lacunes » de l’historiographie concernant le Paraguay de la Conquête. Il s’agissait d’une part de retracer l’histoire de la conquête de façon aussi complète que possible, en faisant le point et la synthèse de ce qui a été écrit sur le sujet, tout en nous appuyant, quand cela était possible, sur des documents inédits ou peu exploités. D’autre part, nous voulions nous intéresser à la vie des hommes, connus et inconnus, qui ont fait cette conquête et bâti le Paraguay du xvie siècle. Les rares travaux existants s’appuient essentiellement sur des documents rédigés par des gouverneurs, des militaires ou des fonctionnaires royaux. Les renseignements qu’ils nous fournissent au sujet de l’économie et de la société du Paraguay de la Conquête sont donc l’écho de la version « officielle » des faits et des situations étudiés. Ce qui nous intéressait, c’était plutôt de connaître qui étaient les conquistadores du Paraguay et quelles étaient leurs conditions de vie dans cette province reculée et souvent oubliée des Indes Occidentales. En d’autres termes, nous souhaitions nous immerger dans la vie quotidienne des conquistadores à travers l’étude de documents concernant davantage leur vie privée que les expéditions, intrigues ou entreprises auxquelles ils avaient participé.

10Trois catégories de sources nous ont permis de mener à bien notre recherche. Nous avons bien sûr commencé par consulter les publications de voyageurs, de chercheurs et d’historiens modernes (xixe et xxe siècles), afin de faire la synthèse des travaux et des réflexions déjà menés et d’en connaître les limites. Parmi ces ouvrages, certains nous ont été particulièrement utiles : les bibliographies d’Antonio Zinny (Bibliografía histórica del Paraguay, 1887-1889) ou d’Efraím Cardozo (Historiografía paraguaya, 1959) nous ont aidée à compléter la liste des références bibliographiques dont nous disposions ; les catalogues d’archives de José Doroteo Bareiro (Catálogo de testamentos y codicilios del Archivo Nacional, 1936) ou de Viriato Díaz Pérez (Archivo Nacional de Asunción : primer ensayo de índice, 1978), bien qu’incomplets, nous ont permis de préparer nos séjours dans les archives d’Asunción et de gagner ainsi un temps précieux ; les travaux statistiques de Peter Boyd Bowman (Índice geobiográfico de cuarenta mil pobladores españoles de América, 1964-1968) ou de Richard Konetzke (« La emigración española al Río de la Plata durante el siglo xvi », 1952), ainsi que le dictionnaire biographique de Ricardo de Lafuente Machain (Los conquistadores del Río de la Plata, 1934 et 1943) nous ont pour leur part fourni une importante base de données que nous avons utilisée à plusieurs reprises dans l’élaboration de cette thèse. D’autres publications nous ont davantage guidée du point de vue théorique et méthodologique : les travaux de Bernard Grunberg (L’univers des conquistadores, 1993) et de Carlos Alberto González Sánchez (Dineros de ventura : la varia fortuna de la emigración a Indias, 1995), bien que traitant respectivement des conquistadores du Mexique et du Pérou, nous ont guidée dans la recherche de sources premières correspondant aux objectifs de notre étude et dans la façon de les exploiter ; de même, les livres de Magnus Mörner (Le métissage dans l’histoire de l’Amérique latine, 1973) ou de Claudio Esteva Fabregat (El mestizaje en Iberoamérica, 1988), portant sur le métissage biologique dans l’ensemble de l’Amérique latine, tout comme celui de Serge Gruzinski (La pensée métisse, 1999), sur le métissage culturel du Mexique, ont largement contribué à l’élaboration de nos réflexions sur le métissage au Paraguay et ses particularités par rapport aux autres régions hispano-américaines. De la même manière, plusieurs ouvrages généraux sur l’Amérique espagnole du xvie siècle nous ont permis de discerner certains éléments qui distinguèrent la conquête du Paraguay de celle des autres provinces des Indes Occidentales. C’est pourquoi toutes ces publications figurent dans notre bibliographie aux côtés des travaux plus spécialisés d’Efraím Cardozo, de Ricardo de Lafuente Machain ou de Silvio Zavala.

11La consultation des sources premières éditées a constitué la deuxième étape de notre recherche bibliographique. Les chroniques d’Ulrich Schmidel ou d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca, les textes de Juan López de Velasco ou d’Antonio Vázquez de Espinosa, les récits de Ruy Díaz de Guzmán ou de Pedro Lozano ont été minutieusement étudiés, tout comme les manuscrits publiés par Pedro de Ángelis, Blas Garay ou Paul Groussac. Ces documents nous ont permis de faire le point sur les sources premières ayant été utilisées jusqu’ici par la plupart des historiens du Río de la Plata et par là-même de mieux comprendre certains aspects de l’histoire et de l’historiographie du xvie siècle paraguayen. Ils ont également confirmé l’impossibilité d’étudier l’histoire des hommes de la Conquête à travers leur seule analyse. Les documents publiés sont presque tous des lettres ou des relations écrites par des fonctionnaires royaux ou par les dirigeants de la colonie et ne traitent que de situations générales. Les témoignages émanant de particuliers sont extrêmement rares et ne permettent pas de construire une hypothèse fiable sur les conditions dans lesquelles vivaient les hommes et les femmes du Paraguay de la Conquête. Seul un travail en archives allait nous permettre d’entrer dans le quotidien de ces anonymes de l’Histoire tout en complétant les sources « officielles » déjà publiées.

12Après un séjour infructueux dans les archives Buenos Aires, nous espérions trouver dans les archives madrilènes et sévillanes les documents qui nous faisaient défaut. Le résultat de nos recherches ne répondit pas exactement à nos attentes. En dehors de quelques lettres inédites, les Archives historiques de Madrid ne conservent aucun document se rapportant au Paraguay du xvie siècle. Les sections Patronato Real et Gobierno des Archives des Indes de Séville sont riches en manuscrits rapportant les actions des conquistadores du Río de la Plata (relations diverses, informaciones de méritos y servicios, provanzas, etc.). On y trouve aussi la quasi totalité des documents officiels édictés dans le cadre des expéditions de Pedro de Mendoza, d’Alvar Núñez ou de Juan de Sanabria (cédules et provisions royales, instructions aux officiers de la Couronne, licences, etc.). Tous ces documents ont été consultés et confrontés aux différentes sources imprimées que nous avions préalablement étudiées. Ils nous ont ainsi permis de compléter, de confirmer ou d’infirmer les travaux réalisés jusqu’à présent sur le déroulement de la conquête du Paraguay. Ils ne nous ont en revanche apporté que très peu de renseignements sur les activités économiques de la province, sur l’origine des conquistadores et pobladores anonymes, sur la vie quotidienne de la colonie. En dehors des manuscrits que nous venons d’évoquer, on trouve à Séville très peu de documents concernant le Paraguay de la Conquête. Cette rareté s’explique par l’isolement dans lequel vécut la province durant tout le xvie siècle : les communications avec la métropole étaient rares et les distances qui séparaient Asunción des Audiences dont elle dépendait (Lima puis, à partir de 1558, Charcas) trop importantes pour que ces dernières puissent surveiller et contrôler efficacement la ville et sa région. Cet isolement administratif favorisa entre autres choses un certain laxisme fiscal dans la province du Paraguay : diezmos et quintos n’étaient payés que sporadiquement, au grand dam des fonctionnaires royaux et des autorités ecclésiastiques. La section Contaduría des Archives des Indes se voit ainsi privée de tout document comptable concernant le Paraguay du xvie siècle, et l’historien moderne d’une précieuse source de renseignements sur les activités économiques et commerciales de la province.

  • 7 Les catalogues des archives d’Asunción font état d’un nombre plus important de dossiers testamenta (...)

13Les Archives nationales d’Asunción allaient enfin nous fournir les documents que nous cherchions. Pour les raisons évoquées ci-dessus, on n’y trouve guère de documents comptables ou fiscaux nous permettant d’étudier l’économie paraguayenne du xvie siècle de façon détaillée. En revanche, de nombreux dossiers testamentaires de l’époque coloniale y sont conservés et les travaux de Carlos Alberto González Sánchez (Dineros de ventura..., 1995) ont prouvé que ces documents étaient tout à fait pertinents et exploitables dans le domaine de l’histoire économique. Les dossiers testamentaires se composent généralement du testament du défunt — complété éventuellement d’un ou plusieurs codicilles —, de l’inventaire de ses biens et du résultat de leur vente aux enchères. Ils fournissent donc des informations détaillées sur le niveau de vie des particuliers et leurs activités, sur les prix pratiqués dans la province et la nature des biens échangés. Les testaments sont souvent moins précis et exhaustifs sur les biens possédés par le défunt. Ils nous renseignent cependant sur les origines du défunt, son état civil et sa descendance. Les dossiers testamentaires nous ont donc semblé être un matériau idéal pour étudier dans le détail la société et l’économie du Paraguay de la Conquête. En raison de la rareté de documents équivalents et de la pertinence des dossiers testamentaires par rapport au travail que nous souhaitions mener, nous avons pris le parti d’en faire notre principale source d’information. Le corpus que nous avons étudié se compose donc de cent trente-huit dossiers testamentaires manuscrits7, que nous avons complété par onze documents publiés par la revue paraguayenne El Archivo Nacional entre 1900 et 1902, ainsi que par les testaments de Domingo Martínez de Irala et de Ruy Díaz Melgarejo, respectivement publiés par Ricardo de Lafuente Machain (El Gobernador Domingo de Irala, 1939) et Ramón Indalecio Cardozo (Melgarejo, fundador de la ciudad de Villa Rica del Espíritu Santo, 1939). Cela nous donne un total de cent cinquante et un dossiers testamentaires qui représentent cent vingt-deux testaments, cinquante-sept inventaires et trente et un résultats de ventes aux enchères.

14À partir des sources que nous venons de présenter, nous avons souhaité montrer de quelle manière le Paraguay de la Conquête s’était bâti de façon « autonome » et originale par rapport au reste des colonies hispano-américaines.

15La première partie de notre travail aura pour objectif de rappeler les conditions dans lesquelles s’est déroulée la conquête militaire de la province. Le chapitre I reviendra sur le contexte historique et sur les enjeux qui ont motivé le départ des premières expéditions de découverte et de conquête. Nous verrons ainsi que les rivalités luso-espagnoles ont façonné l’Histoire du Paraguay dès le début du xvie siècle. Ces rivalités étaient politiques et économiques puisqu’il s’agissait d’une part de défendre la ligne de Tordesillas, d’autre part de conquérir les régions argentifères de la Cordillère des Andes. Le chapitre II montrera comment, après une période d’engouement massif, l’Espagne se désintéressa très vite du Río de la Plata et du Paraguay. Les mines du Potosí avaient été découvertes par les conquistadores du Pérou et la pauvreté du sous-sol paraguayen n’encourageait pas les départs vers cette région du Nouveau Monde. Pour sa part, la Couronne de Castille se contenta de laisser survivre une province qui ne lui rapportait rien du point de vue économique mais qui pouvait freiner les avancées des Portugais du Brésil vers l’ouest. Le chapitre III mettra l’accent sur la façon dont la colonie réussit à s’organiser et à se développer par ses propres moyens, en marge de l’empire et dans une relative « autonomie » par rapport aux autorités métropolitaines.

16La deuxième partie de notre thèse aura pour objectif de démontrer que les caractéristiques humaines Paraguay de la Conquête sont à l’origine de cette farouche volonté de développer la province malgré l’hostilité du milieu et le manque d’assistance humaine, matérielle et financière de la Couronne. Le chapitre IV étudiera l’origine des conquistadores du Paraguay. Nous verrons que le pourcentage élevé d’étrangers, de Basques ou de Navarrais a façonné un certain esprit d’« autonomie » qui a aidé la province à survivre malgré son isolement. Le chapitre suivant analysera pour sa part l’important métissage qui eut lieu tout au long du xvie siècle. Nous verrons également comment la bonne intégration des métis à la société coloniale paraguayenne permit à la province de ne pas se dépeupler et même de se développer du point de vue territorial.

17La dernière partie de ce travail abordera des questions d’ordre économique. Le chapitre VI étudiera la façon dont les conquistadores du Paraguay réussirent à développer une économie basée sur l’agriculture et l’exploitation des ressources paraguayennes. Le chapitre VII montrera comment ces activités économiques permirent rapidement aux habitants de la province de vivre dans des conditions acceptables malgré la pauvreté du sous-sol. Ce dernier chapitre tentera également de comprendre pourquoi, malgré l’existence d’un véritable potentiel de développement, l’économie du Paraguay ne parvint pas à s’ouvrir sur les marchés extérieurs et à s’intégrer au système colonial d’échanges commerciaux.

Notes

1 José Luis Mora Mérida, Historia social del Paraguay (1600-1650), Séville, C.S.I.C., 1973, p. 1.

2 Voir carte 2 p. 499, annexe A.

3 « Testamento de Cristóbal de Aranda (1544) », in Arch. Nac., n° 10, mars 1901, p. 378-382.

4 Voir chapitre III, p. 188 et suiv.

5 Ruggiero Romano, Les conquistadores. Les mécanismes de la conquête coloniale, Paris, 1992, p. 74.

6 Voir chapitre III, p. 222.

7 Les catalogues des archives d’Asunción font état d’un nombre plus important de dossiers testamentaires. La plupart d’entre eux ont hélas été rendus totalement illisibles par le temps et les mauvaises conditions de conservation et sont à jamais perdus. Les cent trente huit dossiers que nous avons consultés sont à notre connaissance les seuls dossiers du xvie siècle encore exploitables conservés par les archives.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search