Version classiqueVersion mobile

L’Église et les Noirs dans l’audience du Nouveau Royaume de Grenade

 | 
Hélène Vignaux

Glossaire

Texte intégral

1Abjuración : L’abjuration consistait à promettre de ne pas commettre à nouveau le délit pour lequel l’accusé (reo) avait été jugé. L’abjuration était de levi, en cas de délit considéré sans trop de gravité ou en cas de premier délit ; si le délit était grave ou s’il s’agissait d’une récidive, l’abjuration était de vehementi.

2Alcaide : directeur d’une prison et responsable de son bon fonctionnement.

3Alcalde : fonctionnaire qui exerçait un travail administratif.

4Alférez real : chargé de la bannière royale, symbole de la fidélité des habitants envers la Couronne espagnole.

5Arancel : tarif des droits pouvant être perçus par le prêtre.

6Arcabuco : montagne très dense.

7Arroba : une arroba equivalait à 11,5 kg.

8Asiento de negros : contrat de droit public, par lequel un particulier, ou une compagnie, s’engageait à remplacer la Couronne espagnole dans l’administration du commerce concernant notamment la main d’œuvre noire, dans les Indes Occidentales, ce qui entraînait des obligations réciproques : le bénéficiaire du contrat s’engageait à verser à la Couronne une somme fixe, soit annuelle, soit par Noir importé, et, en contrepartie, le co-contractant avait le monopole du commerce d’esclaves et bénéficiait d’exemption d’impôts et de taxes. Le nombre de Noirs et la durée du monopole étaient fixés d’un commun accord ; si l’asentista ne respectait pas le contrat, le monopole pouvait lui être retiré.

9Audiencia : 1. tribunal dans lequel le souverain d’Espagne accorde son attention personnelle à des affaires de justice, tribunal ecclésiastique ou laïque représentant le roi d’Espagne ; 2. Haute cour de justice dans une colonie espagnole exerçant fréquemment le pouvoir militaire en même temps que des fonctions judiciaires et politiques ; 3. Haute cour provinciale ou territoriale dans l’Espagne moderne ; 4. Juridiction d’une audiencia.

10Audiencia de Santafé : créée par une cédule royale du 17 juillet 1549, qui régit le territoire du Nouveau Royaume de Grenade, pratiquement depuis sa fondation (il dépendait auparavant soit de Santo Domingo, soit du Vice-royaume du Pérou). Sa juridiction comprenait les provinces de Santafé, Santa Marta, Río de San Juan, Popayán, Carthagène des Indes et la Guyane (les régions qui n’appartenaient pas à celle de Santo Domingo). Le vice-royaume de Nouvelle Grenade fut créé en 1717 et réorganisé en 1739.

11Autodafé (auto de fe) : cérémonie, célébrée sur la place publique (público) ou à la cathédrale (particular), lors de laquelle les sentences étaient lues aux accusés.

12Ayuda de parroquia : chapelle qui sert pour aider une paroisse dans ses ministères.

13Boga : rameur. Les Noirs furent employés comme bogas, dès 1539, et ils remplacèrent totalement les Indiens dans ce travail dès 1620. Chargés d’assurer le transport des marchandises et des personnes, ils remontaient le fleuve Magdalena, depuis Carthagène des Indes jusqu’à Honda où étaient débarquées les marchandises destinées au Nouveau Royaume de Grenade, en particulier à Bogotá, ainsi qu’à la province de Quito. L’utilisation de frégates plus volumineuses (champanes) au milieu du xviie siècle fit tomber le système des bogas en désuétude.

14Bozal : Noir récemment débarqué d’Afrique et qui ne s’était pas encore familiarisé à la langue et coutumes des Espagnols (ou Portugais), contrairement au ladino.

15Cabildo civil : Le Cabildo civil, équivalent du Conseil municipal, était généralement composé de deux maires (alcaldes ordinarios), le second remplissait les fonctions de premier adjoint, ils présidaient le Conseil et dirigeaient l’administration locale ; entre six et douze échevins (regidores) chargés de veiller sur l’ordre public, le bon approvisionnement des villes, les travaux d’intérêt général, la santé, etc. ; un alférez real, chargé de la bannière royale, symbole de la fidélité des habitants envers la Couronne ; un procurador qui défendait les intérêts municipaux lors des discussions avec le pouvoir ; un notaire (escribano) qui tenait le livre des actes du Conseil et les archives ; un mayordomo qui administrait les biens de la ville ; un depositario general et un tenedor de bienes de difuntos qui conservaient les biens en litige et veillaient au bon déroulement des successions.

16Cabildo ecclésiastique : assemblée à caractère religieux, composée d’ecclésiastiques assignés à la cathédrale, chargés d’organiser le clergé diocésain.

17Capellanía : Fondation dans laquelle certains biens dépendent de l’accomplissement de messes et autres charges pieuses.

18Casa de Contratación : Elle fut créée en 1503. Son siège se trouvait à Séville puis, à partir de 1717, à Cadix. Ses divers départements couvraient tous les aspects de l’activité commerciale avec l’Empire, les surveillaient et les régulaient. Elle avait les pleins pouvoirs sur tout ce qui avait trait aux relations transatlantiques ; non seulement elle accordait les licencias pour transporter les Noirs en Amérique mais elle s’occupait en outre de la constitution des équipages, de la conformité des navires, elle contrôlait l’émigration, et percevait des droits de douane au départ comme à l’arrivée. Elle était aussi chargée d’organiser les convois des galions, lourds navires de transport armés de un à trois ponts. La navigation en convoi fut rendue obligatoire en 1543 afin de lutter contre les attaques ennemies. Ce système de flotte, appelé « Carrera de Indias », régit le commerce avec l’Amérique. À partir de 1564, deux flottes annuelles étaient organisées, la première en direction de Nouvelle Espagne, l’autre vers la Terre Ferme ; elles se retrouvaient au printemps à la Havane pour effectuer ensemble le voyage de retour.

19Casta : Le terme « casta » désignait, à l’époque coloniale, les groupes métis (y compris les Mulâtres et les Zambos) et le groupe noir. Ce terme n’était utilisé ni pour le groupe indien ni pour le groupe blanc. Il pouvait aussi renvoyer à l’origine ethnique de l’esclave.

20Cimarrón : voir marron.

21Conseil des Indes : organisme assesseur du roi d’Espagne pour le gouvernement et l’administration des territoires américains. Le « Real y supremo Consejo de las Indias » fut créé en 1524 avec de très larges attributions. Il proposait au roi les personnes destinées à de hautes fonctions en Amérique pour le gouvernement civil (vice-rois, présidents d’Audiences, oidores, gouverneurs, visitadores generales, etc.), et, en vertu du Real Patronato, religieux (évêques). Le Conseil était chargé d’élaborer des lois et devait résoudre les appels de décisions de justice en dernière instance en Amérique.

22Coroza : chapeau en pointe porté lors de l’autodafé, et sur lequel était représenté le délit commis.

23Criollo : né en Amérique. Ce terme s’applique aussi bien aux Noirs qu’aux Blancs.

24Cuadrilla : équipe d’esclaves destinés au travail des mines.

25Cuarta canónica : La « cuarta episcopal », généralement appelée « cuarta canónica » ou « porción canónica », partie qui revenait aux évêques dans la division des dîmes et prémices.

26Doctrine : 1) encomienda ou « pueblo de indios » dont un prêtre « doctrinero », religieux ou séculier, avait la charge, 2) enseignement religieux effectué dans ces villages par un ministre régulier ou séculier.

27Doctrinero : prêtre qui à la charge d’une « doctrine ».

28Encomendero : voir encomienda.

29Encomienda : institution coloniale qui avait pour but de transférer à un particulier (l’encomendero) les devoirs (qui incombaient normalement à la Couronne) de protection, instruction et évangélisation des Indiens. En échange, l’encomendero exigeait des indigène le paiement d’un tribut et un certain nombre de corvées.

30Estancia : les estancias de ganado mayor étaient vouées à l’élevage des bovins et les estancias de pansembrar ne produisaient que céréales.

31Familiar del Santo Oficio : fonctionnaire local qui collaborait avec le Tribunal de l’Inquisition en épiant les gens et en dénonçant les personnes suspectes. Il ne touchait pas de salaire mais était exempté d’impôts, pouvait porter des armes, et avait le prestige d’appartenir à l’Inquisition.

32Fiscal : avocat général.

33Hato : ferme d’élevage.

34Ingenio : moulin hydraulique servant à broyer les métaux ou la canne à sucre.

35Ladino : voir bozal.

36Mal de Loanda : probablement le scorbut.

37Mal de San Lázaro : (autrement appelé mal de Orfeo), maladie de la lèpre soigné dans les hôpitaux portant le nom de cette maladie.

38Marron (Noir) : noir fugitif. Du mot cimarrón communément employé en espagnol. Au début de la colonisation, ce terme s’appliquait aussi bien aux Indiens qu’aux Noirs fugitifs. Son étymologie est discutée. R. Price considère, pour sa part, que le mot cimarrón concernait à l’origine le bétail qui avait fui dans les montagnes de l’île de l’Hispaniola et puis s’était appliqué aux esclaves indiens qui s’étaient échappés du pouvoir des Espagnols mais qu’aux alentours de 1530, il désignait essentiellement les fugitifs afro-américains et évoquait l’animalité, un être sauvage et inébranlable. R. Batisde affirme que cimarrón s’appliquait ordinairement aux animaux domestiques redevenus sauvage tel le cochon. En revanche, A. Fortune pense que cimarrón viendrait de cima ou cimarra ; dans le premier cas le cimarrón était celui qui se cachait au plus haut des montagnes, dans le second cas, cimarra voulant dire matorral (c’est-à-dire maquis, brousailles, taillis), c’était en quelque sorte, celui qui prenait le maquis pour échapper à sa condition.

39Mordaza : instrument qui se mettait dans la bouche du condamné pendant l’autodafé. On signifiait ainsi qu’il ne profèrerait plus d’hérésies.

40Obvenciones : intérêt fixe ou occasionnel, perçus en plus des émoluments.

41Oidores : magistrats des Audiences des Indes, nommés par le Conseil des Indes, chargés de la négociation et résolution des affaires civiles, et criminelles là où il n’y avait pas d’alcaldes de crimen. Les oidores formaient le Real acuerdo.

42Palenque : communauté de Noirs marrons.

43Palenquero : habitant du palenque.

44Peso : le peso espagnol équivalait à 8 reales.

45Pombeiros : agents du pombo, marchands mulâtres servant d’intermédiaires dans les achats entre Européens et Africains.

46Potro : table de torture.

47Presidio : base militaire fortifiée.

48Provisor : magistrat diocésain qui exerçait l’autorité judiciaire ordinaire de l’évêque.

49Ranchería : terme souvent employé pour désigner une pêcherie de perles.

50Real : un real équivalait à 34 maravedíes.

51Real acuerdo : séance administative ou législative d’une Audience présidée par le vice-roi ou le gouverneur.

52Real amparo : écrit du roi qui accordait le pardon ou réduisait une peine.

53Real hacienda : le Trésor.

54Real provisión : décret émis par une Audience avec une force légale équivalente à une cédule royale.

55Reo : accusé.

56Rollo : colomne de pierre sur laquelle on exposait les condamnés à al honte publique.

57Saeta : Prière courte, fervente, et d’inspiration populaire, chantée dans les églises ou dans les rues lors de certaines cérémonies religieuses.

58Sambenito : (ou « hábito ») cape que l’on mettait aux personnes réconciliées par le Tribunal de l’Inquisition, sur laquelle le délit commis était représenté (« las insignias »). Après l’autodafé, l’accusé devait parfois le porter pendant un temps déterminé ; il était ensuite exposé dans l’église paroissiale.

59Trapiche : endroit destiné à la fabrication du sucre. Les tiges de canne étaient broyées dans des moulins à force motrice animale (chevaux, mulets, bœufs) ou humaine (esclaves).

60Vara : bâton de commandement.

61Vecino : Même si, dans un premier temps, le terme vecino était réservé aux personnes, souvent issues de l’aristocratie née de la conquête, qui jouissaient des droits municipaux et étaient tenues de résider dans la ville où se trouvaient leurs terres et leur propriété (ce qui les différenciait des habitantes — personnes d’un statut inférieur comme les artisans et les professions libérales mais qui vivaient aussi dans la ville — ou des estantes — gens de passage sans racines véritables —), il fut élargi à toute personne qui possédait une propriété dans une ville.

62Velación : Cérémonie qui consistait à recouvrir d’un voile, lors de la messe nuptiale, les futurs époux et les enfants naturels qu’ils auraient pu avoir antérieurement, ce qui avait pour effet de légitimer les dits enfants.

63Visitador : voir visitas.

64Visitas : commissions envoyées par le roi ou les autorités coloniales pour contrôler les actions des fonctionnaires et des institutions, tant civiles qu’ecclésiastiques en Amérique. Elles étaient effectuées par un visitador. Les visitadores generales étaient chargés de contrôler tout le vice-royaume alors que les particulares s’occupaient des actions d’un fonctionnaire seulement.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search