Version classiqueVersion mobile

L’Église et les Noirs dans l’audience du Nouveau Royaume de Grenade

 | 
Hélène Vignaux

Chapitre IV. Le rôle primordial des Jésuites dans l’évangélisation des Noirs de Nouvelle Grenade

Texte intégral

1Une observation préliminaire doit être faite : la plupart des documents utilisés dans cette partie consacrée à l’évangélisation des Noirs menée par la Compagnie de Jésus provient des cartas annuas ou d’autres documents, émanant des Jésuites qui avaient souvent tendance à exagérer les travers des fidèles et à magnifier les résultats obtenus grâce à leur action missionnaire. Ces documents sont donc à exploiter avec prudence ; il faut en dégager l’essentiel, et écarter les « enjolivures » à caractère sensationnel, ou à but exagérément apologétique. Ils restent néanmoins un témoignage exceptionnel sur l’action de ces missionnaires auprès des Noirs.

1. La Compagnie de Jésus en Nouvelle Grenade

2Nous sommes en désaccord avec Javier Laviña lorsqu’il affirme que :

  • 1 Javier Laviña, Doctrina para negros, Barcelona, ed. Sendai, 1989, p. 47, et « Iglesia y esclavitud (...)

En el siglo xvii la cuestión religiosa de los esclavos quedó en manos de los frailes y doctrineros a los que no parece que la suerte de los siervos les llamase la atención, sólo Alonso de Sandoval y Pedro Claver mostraron preocupación por los esclavos, pero su actividad fue estrictamente personal. Ninguna institución, de forma oficial, se hacía eco de la suerte de los esclavos1.

  • 2 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit.
  • 3 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 505-614.

3Il nous semble en effet que la Compagnie de Jésus s’est très tôt inquiétée du sort réservé aux esclaves noirs débarquant à Carthagène des Indes, Alonso de Sandoval et Pierre Claver ont été les interprètes de cette préoccupation de la Compagnie d’une prise en charge de l’évangélisation des Noirs dès leur arrivée dans le port, avec trois priorités essentielles : l’administration du baptême en bonne et due forme, la catéchèse, et la prolongation des acquis religieux grâce à l’affiliation des néophytes à une confrérie. Mais ces deux jésuites ne furent pas les seuls à s’investir dans cette activité ; J.-P. Tardieu a montré par exemple l’importance du travail réalisé par la Compagnie de Jésus auprès des esclaves du Pérou dans son ouvrage L’Église et les Noirs au Pérou. xvie et xviie siècles2. Alonso de Sandoval lui-même a consacré un chapitre entier de son ouvrage De instauranda Aethiopum salute à montrer l’œuvre des Jésuites dans ce ministère ; il en traite dans la quatrième partie intitulée « De la estima grande que nuestra sagrada Religión de la Compañía de Jesús siempre ha tenido, y caso que ha hecho del bien espiritual de los morenos, y de sus gloriosos empleos en la conversión de estas almas3 ».

4La plupart des Ordres religieux ne disposaient pas d’effectifs suffisants pour s’occuper des fidèles sur le plan éducatif, seuls les Jésuites semblaient pouvoir mener à bien cette tâche grâce aux Collèges dont ils avaient la charge. Philippe II fut sollicité, dès 1591, pour autoriser la création d’un Collège-séminaire à Santafé. Il s’agissait avant tout de remédier au problème de la mauvaise formation du clergé local, mais la requête insistait aussi sur les résultats obtenus par la Compagnie, en particulier auprès des enfants, des Indiens et des Noirs :

  • 4 A.G.I., Santa Fe 17, n° 5, el doctor González al Rey, 3 de mayo de 1591, cité par Guillermo Hernan (...)

Los religiosos de la Compañía de Jesús [...] ban haziendo mucho provecho así con las procesiones de los niños, yndios y negros que hazen las fiestas por las tardes, como con los sermones que predican en las yglesias quando se los encargan y con el buen exemplo que dan de su vida y costumbres4.

5En 1608, les Jésuites avaient pris en main l’éducation des Noirs à Santafé :

  • 5 A.R.S.I., NR et Quit. 12 I, (1608), Collegio de Santa Fe, fol. 45 v°.

Ay algunos negros esclavos en esta çiudad a cuya enseñança en los misterios de la fe acuden los nuestros. Tienen su congregación donde están más de ciento que profesan más virtud y frecuençia de sacramentos5.

6Toutefois, la priorité était donnée aux Indiens qui y étaient en plus grand nombre que les Noirs, contrairement à Carthagène où la tendance était inversée. C’est sûrement ce qui poussa Martín de Funes, procureur de la vice-province du Nouveau Royaume, à écrire la même année (1608) un mémoire pour la création de doctrines spécifiques pour les Noirs.

7Nous allons voir que même avant ce projet, la Compagnie de Jésus s’était en quelque sorte spécialisée dans ce ministère à Carthagène des Indes. Par la suite, les Jésuites du Nouveau Royaume de Grenade demandèrent par deux fois, en 1637 et en 1646, que le préposé général de la Compagnie obtienne une bulle du pape par laquelle les Noirs qui se convertiraient pourraient obtenir les mêmes privilèges que les Indiens :

  • 6 A.R.S.I., Congr. 71, (Memoria de lo que el padre Procurador de la Provincia del Nuevo Reyno (Juan (...)

Que el procurador de la Compañía pida a su Santidad declaración o privilegio para que todos los privilegios concedidos en favor de los indios, también se entiendan para los etíopes y negros de Guinea y demás bárbaros que se combirtieren aunque no sean indios, pues la razón es la misma6.

8Cette requête n’aboutit pas ; le préposé général Vincenzo Carafa, expliqua les raisons de ce refus, par une lettre du 8 avril 1646 :

  • 7 Ibidem, fol. 197 r°.

A este postulado y al que se propone en el no 10 responderé lo mismo que tan prudentemente escrivió el Padre Mucio de santa memoria al Padre Rodrigo de Figueroa, visitador de la Provincia del Reyno a 30 de octubre de 1637 representándole la misma petición después de averla considerado y tomado el pulso al tiempo que corría y otras circunstancias y que de presente se continúan y la puntual respuesta fue que de presente no se ofrecía ocasión para tratar alcançar nuevos y mayores privilegios o declaraciones que los que tenemos concedidos en especial en las últimas bullas de los años 28 y 29. Para las provincias de Indias, esperaremos tiempo más oportuno. Lo que aora se puede disponer es que el Padre Provincial ordene que se estudien los puntos que se representan de los etíopes negros de Guinea y demás bárbaros que se convirtieran y juntamente de los mestizos, quarterones y de los que tienen menor mezcla por algunas personas doctas y después se haga una buena consulta de dichos PP y de los consultores de provincia y de otras personas de buen voto y ordenen lo que pareciere más probable con atención a nuestros privilegios y a los que se practica en otras provincias de Indias. Y yo me conformo en todo y por todo con dicha respuesta y sólo añado que sería bien conferir la materia con los PP del Colegio de Lima de la Provincia del Pirú para obrar con mayor luz en el caso y su resolución7.

9Cette démarche, même si elle fut, à deux reprises, sans réel succès, permet d’affirmer que les Jésuites se soucièrent très tôt du sort réservé aux Noirs, en particulier en Nouvelle Grenade, mais qu’ils n’eurent pas toujours l’écho souhaité.

1.1. Les doctrines de Noirs et la « misión de Guinea »

10En 1608, Martín de Funes, recteur du Collège de Santafé, écrivait à Claudio Acquaviva, préposé général des Jésuites à Rome, plusieurs rapports sur la vice-province du Nouveau Royaume de Grenade dont il était le procureur. Nous avons fait figurer en annexe en raison de leur importance, non seulement les propositions de Martín de Funes dans leur intégralité, mais aussi les réponses que Claudio Acquaviva y apporta. Nous en présentons ici les grandes lignes.

  • 8 Nous avons évoqué ces conditions dans un précédent ouvrage : Hélène Vignaux, Esclavage et rébellio (...)

11Dans le deuxième écrit, Martín de Funes attirait l’attention sur le besoin extrême des Noirs, tant d’un point de vue corporel que spirituel. Les nombreux abus commis envers les Noirs sont bien connus : un travail excessif, exigé de jour comme de nuit (et parfois même les jours de fête), dans les mines, pêcheries de perles, moulins à sucre, estancias, voire dans les villes, pour obtenir le jornal qu’exigeaient les maîtres, ou pour payer leur propre nourriture, ou de quoi se vêtir, sous peine de sanctions parfois injustes et souvent cruelles8. Au regard de l’assistance spirituelle, Martín de Funes rapportait qu’à la ville comme à la campagne, les Noirs étaient abandonnés, et même s’ils avaient reçu le baptême, ce qui était loin d’être le cas de tous, ils ne vivaient pas comme des chrétiens, faute de doctrineros, ce qui était d’autant plus regrettable que les Noirs écoutaient volontiers les préceptes de la foi :

  • 9 A.R.S.I., Congr. 52, (Memorial segundo de la necesidad estrema corporal y espiritual de los negros (...)

La estrema necessidad del alma se conoce en que toda esta nación de negros ha venido de tyerra ynfiel donde no tubieron noticia alguna de la ley de Christo Nuestro Señor, traydos a estas tierras muchos se quedan por bautizar por el descuido de sus amos que ellos no hazen resistencia en recibir el santo bautismo. Los que se bautizan como recién llegados no entienden nuestra lengua, no se les declara el catechismo y assí se quedan tan ygnorantes de la fee y vida christiana como antes de bautizados. Luego los lleban los amos a las minas, estancias, atos de ganado y yngenios de azúcar donde no atienden a otra cosa que a las grangerías de los amos, no tienen cura ni persona que les enseñe la fee y vida christiana, no oyen missa ni sermón, ni se les enseña la dotrina, no se confiesan, están toda la vida amancebados, y desta manera mueren sin confessión ni otro sacramento y a los más los entierran en el campo o los comen los perros como a jumentos. Los que quedan en las ciudades en serbicio de sus amos tampoco tienen cura o dotrinero que cuyde de su enseñanza y aunque oyen missa, en todo lo demás son como los que están en el campo. Y esto es más de culpar por ser los negros generalmente gente de razón y de buenos entendimientos que reciben la fee cathólica de corazón sin fición ni resistencia y están en reynos del Rey cathólico y son basallos suyos9.

  • 10 Une carta annua de 1605 concernant la résidence de Panamá, préfigurait le mémoire que Martín de Fu (...)

12Il s’agissait d’un cas de conscience qui ne pouvait laisser indifférents ni le roi, ni le pape à qui il fallait faire part de l’extrême nécessité dans laquelle se trouvaient ces fidèles ; tous deux avaient l’obligation de remédier à la situation10. Martín de Funes proposait donc le seul et unique remède qui consistait, selon lui, à donner aux Noirs, comme aux autres chrétiens, des prêtres qui leur enseignent les préceptes, les consolent dans leurs peines et les défendent en cas d’abus. Bien sûr les Jésuites assuraient déjà en partie ce rôle, mais cela n’était pas suffisant, car la catéchèse n’avait lieu que le dimanche, uniquement dans certains lieux, et les Noirs n’y assistaient pas tous, car leur maître ne leur en laissait pas l’occasion. L’assistance à la catéchèse était réduite (moins d’une personne sur vingt), jamais assidue, d’où un contrôle impossible pour le prêtre, qui ne connaissait pas vraiment ceux à qui il devait dispenser son enseignement. Il fallait donc instituer les Jésuites comme curés de Noirs dans des doctrines particulières, puisqu’ils assuraient déjà en partie cette charge, et là où il n’y aurait pas de Collège, on pourrait instaurer des « misiones de Guinea ». Selon Martín de Funes, la responsabilité de la création de ces doctrines reposait sur le préposé général qui devait prendre l’affaire en main en s’adressant à qui de droit ; il suggérait aussi qu’un responsable fût désigné pour diriger la création de ces doctrines, et que le roi et le pape lui conférassent l’autorité nécessaire.

13Dans le troisième rapport, Martín de Funes était plus explicite sur la procédure à suivre pour la création de ces doctrines, et justifiait par les nombreux obstacles rencontrés, que la cure des Noirs soit confiée nécessairement aux Jésuites et non au clergé séculier.

  • 11 Nous avons vu précédemment que le roi dicta une cédule royale le 10 septembre 1611 s’inquiétant de (...)

14Selon lui, pour créer des doctrines de Noirs avec des curés « ordinaires », il fallait soit faire part au pape de la nécessité dans laquelle se trouvaient les Noirs, lequel en référerait ensuite au roi d’Espagne, soit en parler directement au roi et au Conseil des Indes, et demander que les évêques ordonnent la dite création de doctrine et la construction d’église, partout où les Noirs se trouvaient en grand nombre11. On pourrait éventuellement demander aux maîtres d’esclaves de payer un peso par an et par Noir, à l’église paroissiale dont ils dépendaient, les Noirs libres devant payer eux-mêmes leur écot, mais cette solution n’était pas sans présenter de nombreux obstacles.

15Martín de Funes pensait qu’avant d’effectuer la moindre création de doctrines de Noirs, le Conseil voudrait tout d’abord s’informer d’une telle nécessité auprès de tous les évêques des Indes, lesquels mettraient quelques années avant de répondre, ce qui ne déboucherait sur aucune décision concrète, d’autant plus que les réponses contraires abonderaient car les évêques ne voudraient pas risquer l’inimitié des Espagnols peu favorables à de telles mesures, négligeraient de préciser l’endroit d’édification des futures fondations et renâcleraient à aller sur place pour les ériger. L’auteur du rapport insistait surtout sur le fait que la mesure se heurterait à l’opposition des maîtres qui faisaient travailler leurs esclaves le dimanche et jours de fête, et refuseraient de payer les frais de construction de l’église et les émoluments du curé, alors que, disaient-ils, les esclaves les accompagnaient à l’église et n’avaient donc pas besoin de prêtre spécifique. Enfin, les prêtres que l’on chargerait de ce ministère ne voudraient pas affronter de telles difficultés, surtout s’ils savaient qu’ils ne seraient pas payés. Nous avons vu qu’un certain nombre de ces observations s’avérèrent fort justes, en particulier celle concernant le paiement des émoluments des prêtres, et la réticence des prêtres à se rendre dans ces doctrines.

  • 12 A.R.S.I., Congr. 52, (Memorial 3 : De los modos de ejecutar el memorial de los negros, Martín de F (...)

16Selon Martín de Funes, il ne fallait donc pas chercher à donner aux Noirs des curés spécialisés (ex oficio) mais plutôt des prêtres « extraordinaires » qui agiraient par charité (ex charitate), comme pouvaient le faire les Jésuites, conformément à la vocation de leur institut. Quelques mesures s’avéraient nécessaires. Le préposé général devait tout d’abord désigner un Père responsable de cet enseignement et des « missions de Guinée », lequel devrait veiller à ce que les recteurs et les provinciaux de toutes les Indes s’emploient à nommer des curés chargés du dit enseignement. Dans les villes où la Compagnie avait des résidences ou des Collèges, deux personnes (un père et un frère) pourraient effectuer en permanence des missions auprès des Noirs de toute la région, et une autre équipe s’occuperait de ceux de la ville. Les prêtres pourraient se charger de cette tâche à tour de rôle. Les missions devaient être faites dans la plus grande simplicité « se agan a pie, sin gasto, ni estruendo, y sin tomar cosa ninguna que los negros ofrezcan ». Le Père jésuite qui se trouverait dans la ville, devrait avoir, avec l’aide de l’évêque, sa propre église où il pourrait assurer la messe, prêcher, et assurer la catéchèse des Noirs le dimanche et les jours de fête ; le reste de la semaine, il participerait à la vie du Collège, et aiderait ceux qui en auraient besoin, y compris les Noirs, qui se constitueraient ainsi, peu à peu, en paroisse. Si le prêtre ne pouvait obtenir d’église spécifique pour les Noirs, les diverses activités de la doctrine seraient effectuées dans n’importe quelle autre église, y compris celle de la Compagnie. Il veillerait à réunir les plus doués des néophytes dans une confrérie destinée à mieux prendre en charge l’enseignement de tous les Noirs, et à venir en aide à ceux qui en auraient besoin. Enfin, dans les endroits où la Compagnie n’avait pas de Collège, comme à Santo Domingo, l’île de la Margarita, la Havane, Zaragoza ou Remedios, les Jésuites (deux pères et deux frères) devraient se rendre en mission et y rester jusqu’à ce que l’enseignement soit bien engagé12.

17Le préposé général Claudio Acquaviva fut attentif à la requête de Martín de Funes et promit d’en faire part directement au Conseil des Indes, afin que le roi non seulement ordonnât aux prélats de prendre en charge l’assistance spirituelle des Noirs en désignant un curé pour les doctrines et des églises affectées à ceux-ci, mais aussi demandât au pape de faire accomplir la mesure, en édictant des sanctions contre les évêques qui ne mettraient pas cet ordre à exécution. Selon Claudio Acquaviva, deux mesures pouvaient être prises pour éviter que les maîtres n’occupent leurs esclaves les dimanches et jours de fête : le roi pourrait ordonner aux maîtres de modérer le travail de leurs esclaves ces jours-là et de les laisser accomplir leur devoir de chrétien, faute de quoi, si l’esclave prouvait qu’il n’avait pas pu assister à la messe par deux fois (ou davantage) à cause du travail que lui avait infligé son maître, il pourrait conduire l’affaire en Justice et obtenir la liberté ; les évêques de leur côté pourraient prononcer des censures ecclésiastiques contre les mauvais maîtres. Quant au recouvrement des émoluments du prêtre, il pourrait être confié à une personne de confiance, désignée par le roi. Ces mesures drastiques ne furent jamais mises à exécution, sauf la dernière. Nous avons vu en effet que cette tâche était souvent confiée au corregidor ou à l’alguacil mayor.

  • 13 Ibidem, (Respuestas a los memoriales del Padre Martín de Funes, Procurador de la Vice Provincia de (...)

18Le préposé général des Jésuites était bien d’accord pour que la Compagnie apporte son concours dans ce ministère, mais il ne voulait nommer personne ayant autorité sur tous les provinciaux et les supérieurs des Indes, car cela était contraire aux dispositions de la Société de Jésus. En revanche, ces derniers devaient prendre à cœur de développer chez tous les Jésuites, l’envie de venir en aide à ces malheureux, entre autres, par le biais de missions ou par toute autre action susceptible d’y parvenir. Mais avant d’innover dans la catéchèse des Noirs, les Jésuites devaient s’en remettre à l’avis de leur provincial, lequel s’en entretiendrait avec l’évêque13.

19Le préposé général ne voulait donc pas que la Compagnie prenne totalement en charge les doctrines de Noirs en se substituant au clergé diocésain. Les deux solutions cohabitèrent : d’une part, les curés prirent en charge l’éducation des Noirs, ainsi que celle des Indiens, dans quelques doctrines de Nouvelle Grenade, comme nous l’avons longuement évoqué, d’autre part, les Jésuites assumèrent l’éducation des Noirs à Carthagène, ainsi que dans d’autres Collèges, et effectuèrent, à partir de leur centre d’apostolat, de nombreuses missions à travers le territoire tout au long du siècle.

1.2. Les Jésuites et les Noirs à Carthagène des Indes

20Sans vouloir ignorer le travail effectué auprès des Noirs par les Jésuites relevant d’autres Collèges du Nouveau Royaume de Grenade, nous avons choisi de nous intéresser plutôt au Collège de Carthagène, non seulement parce que de nombreux esclaves débarquèrent, pendant des années, dans le port de cette ville, mais aussi parce que deux jésuites, Alonso de Sandoval et Pierre Claver, s’y distinguèrent dans le ministère auprès des Noirs.

21Les Jésuites demandèrent à créer une résidence à Carthagène dès 1593, en raison des nombreuses personnes qui avaient besoin que l’on leur apprît à vivre chrétiennement, dans le respect des préceptes chrétiens. Marchands, Espagnols, et Noirs bien sûr pouvaient bénéficier de l’action des Jésuites :

  • 14 A.P.T., Astráin, IX leg 33 (4), Razones para que la Compañía assiente con alguna residencia en Car (...)

Que es esta ciudad de mayor trato y comercio que ay en todas las Indias y necessitadíssima de dotrina para enseñar a los mercaderes a tratar christianamente y desenrredarles sus conciencias y, aunque no ay en ella indios naturales, ay quinze o diez y seis mil negros con extrema necesidad de enseñança que viven muchos como salvajes y hartos no están baptizados y todos con grande libertad y ocasiones para muchos peccados, como lo tocan con las manos los nuestros que aquí llegan en començando a exercitar sus ministerios. Son los vezinos españoles de la ciudad mil y quinientos, gente muy rica y muy ocasionada a vicios y assí experimentan todos los nuestros que aquí llegan que podría hazer mucho la Compañía en la reformación de las costumbres de esta ciudad y remedio de vicios públicos con su asistencia14.

22En 1604, l’enseignement de la catéchèse des Noirs était confié à un Père jésuite de la résidence qui s’y employait avec ferveur :

  • 15 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 31 v°-32.

A la enceñança de los negros acudió el otro Padre con notable fervor, ynstituió de ellos una congregación que acude a nuestra cassa cada domingo [...]. Ase començado a dar la sagrada comunión a los más aprovechados para la qual se disponen con ayunos y diçiplinas, e inmediatamente antes de la sagrada comunión, les junta el Padre de la congregación y les hace una prática a propósito de lo que van a hacer, luego les dice la misa y comulgan con mucho sentimiento y lágrimas que Dios les comunica y ay negros que saven ya de oraçión y mortificaçión y que toman muy de veras el çerviçio de Dios15.

  • 16 Nous reviendrons sur le rôle de ces confréries (chapitre V).

23Nous traiterons plus avant de la méthode employée dans la catéchèse. Notons ici que très tôt une confrérie de Noirs avait été instituée pour ceux qui avaient le mieux tiré profit de cet enseignement16.

  • 17 A.G.I., Santa Fe 242, fol. 1 v°. Selon J. Barrasa, auteur de l’Historia eclesiástica de la provinc (...)

24Le 28 janvier 1606, le provincial Diego de Torres Bollo écrivait avoir laissé à Carthagène cinq religieux qui travaillaient efficacement à la prédication et confession des Noirs et des Espagnols, et lisaient le latin aux enfants des Espagnols17.

  • 18 Joseph Cassani nomme le recteur Juan Perlín, qui lui appartenait au Collège de Lima. D’autres aute (...)
  • 19 Le supérieur de la résidence de Carthagène décrivait cette activité en ces termes : « Es la çiudad (...)
  • 20 A.R.S.I., Congr. 52, (Memorial 7° : Que la residencia de Carthagena se admitta por Collegio o casa (...)

25L’activité des Jésuites, consécutive à l’importance grandissante du port, amena le supérieur Francisco Perlín18 à demander que la résidence de Carthagène soit élevée au rang de Collège19. Cette requête fut transmise à Rome par Martín de Funes, en 1608. La ville de Carthagène, « una de las mejores de las Yndias », était l’étape obligée qui desservait à la fois l’Espagne, le Pérou, le Paraguay et la Nouvelle Grenade. Un Collège y serait très utile car, avec les Noirs, les Espagnols et les gens de passage, les Jésuites avaient un large champ d’apostolat, d’autant plus que des navires arrivaient régulièrement « cargados de gente muy necesitada de nuestros ministerios ». De plus, des missions pouvaient être organisées depuis la ville « a pueblos muy necesitados de dotrina ». La maison déjà construite pour la résidence était suffisamment importante pour accueillir le Collège, et les rentes (provenant comme souvent du travail de quelques esclaves de la Compagnie, de la location de maisons et de dons de personnes généreuses et fortunées) étaient conséquentes, d’autant plus que la ville avait promis 400 pesos si les Jésuites instituaient un cours de grammaire, le tout pouvant atteindre 4 100 pesos annuels. Martín de Funes était même favorable à ce que la résidence de Carthagène devienne « casa de probación », car « tendrá la Compañía ocasión de recebir muchos sujetos venidos de España y el ymbiarlos a otra parte, antes de probarlos, sería cosa de mucho gasto con personas que aún no está la Compañía cierta de su perseverancia ». Le préposé général Acquaviva donna son autorisation pour que la résidence de Carthagène devienne Collège20.

26Dans son rapport, Francisco Perlín avait souligné la particularité de la résidence de Carthagène qu’il dirigeait ; les Indiens, dont le nombre avait diminué dans la région à cause du travail très pénible auquel ils avaient été soumis, avaient été remplacés par les Noirs, dont l’assistance spirituelle était assurée par deux jésuites :

  • 21 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608) fol. 55 v°.

Los indios naturales desta tierra con el continuo trabajo después que entraron en ella los españoles se han ydo acabando y consumiendo de suerte que al presente se hallan pocos pueblos y en ellos poca gente. Ha sucedido en su lugar el serviçio de los negros traydos de Angola y de los ríos que ay en esta çiudad como dixe ocho mil que no es gente menos necesitada y desamparada que los indios, antes más capaz y dócil para recibir la fe por no tener adoración ninguna y más dispuesta para vivir conforme a razón por estar tan ocupada en el serviçio de sus amos que no les queda tiempo para otros desórdenes y viçios y tanbién porque tienen buenos naturales. Dos obreros especialmente están dedicados a esta naçión que aunque acuden a otros ministerios y pudieran quatro desocupados tener muy grande ocupación en tanta neçesidad trabajan incansablemente21.

27En 1611, l’organisation était semble-t-il la même, mais avec en plus une spécialisation renforcée : bien que tous les Jésuites (au nombre de six pères et cinq frères coadjuteurs) s’occupassent indistinctement des Espagnols et des Noirs, deux d’entre eux s’employaient spécialement au ministère des Noirs, l’un prenait en charge les ladinos, l’autre (Alonso de Sandoval), les bozales :

  • 22 Ibidem, fol. 90 v°

Otros dos an sido obreros de negros, el uno que acude a los ladinos y el otro más particularmente a los medio voçales y a los que lo son totalmente, los quales no son menos en esta tierra que en las de los indios lo son los indios, por ser este puerto la derecha descarga de todos los que vienen a estas Indias de Cavo Verde, Sancto Tomé, Angola y de los Ríos de Guinea. La nezesidad destos negros, la importancia del ministerio, la estima que dél tiene la Compañía que no es menor que la que tiene del de los indios, antes tiene esto particular que obliga más el no tener curas que les ayuden al bien de sus almas sino la Compañía. Los otros tres padres an tomado arta ocupaçión en el ministerio de los españoles, no olvidándose tampoco a sus tiempos y neçesidades de los morenos como ni los obreros de los morenos de los españoles pues hazen a todas manos y con los españoles an tenido mui bien que hazer con ellos en las galeras, cárçeles y ospitales y gente de mar que todo es mucho22.

28Cette spécialisation de certains jésuites amena le vice-provincial Gonzalo de Lyra à s’interroger en 1611 sur l’obligation qui était faite aux religieux de connaître la langue des Indiens, en particulier ceux de Carthagène et de Panamá, dont les fidèles n’étaient que des Noirs et non des Indiens. Le préposé général Acquaviva répondit que :

  • 23 A.R.S.I., Congr. 53, Respuestas al memorial del Padre Vice Provincial del Nuevo Reyno (Gonzalo de (...)

El residir en Panamá o en Cartagena en ocupación y empleo de negros es bastante razón para no averse de aprender la lengua de los indios pues allá no los ay, pero serán excusados dello los que fueren ocupados muchos años en leer theología o en governar y por no saber la lengua no se dexará de incorporar esos tales con grado firme en la Compañía23.

  • 24 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 1, (Réponse envoyée par le préposé général de Rome à (...)

29En 1625, le préposé général Mucio Vitelleschi félicitait le provincial Florián de Ayerbe pour avoir consenti à ajouter à Carthagène, probablement sous la pression d’Alonso de Sandoval, alors recteur du Collège, un Père « que ayude al ministerio de los morenos para que mejor se pueda acudir a los muchos que allí acuden », et il le suppliait d’encourager le plus possible ce ministère ainsi que celui des Indiens, car « la grande necesidad que en lo espiritual padecen obliga a que no perdamos punto en socorrerla para lo qual importará mucho que V. R. aplique a estos ministerios el mayor número de operarios24 ».

30Même si les rentes déclarées en 1608 avaient permis la création du Collège de Carthagène, en 1638, le Cabildo secular de la ville, sensible au travail effectué par les Jésuites, en particulier auprès des Noirs, s’étonnait de la pauvreté dans laquelle vivaient les religieux, et demandait au roi de les aider financièrement, pour que leur action missionnaire continue à porter des fruits, comme elle l’avait fait jusqu’alors :

  • 25 A.G.I., Santa Fe 63 n° 71, 15 de agosto de 1638.

Considerando el celo piadoso que a la religión christiana tiene V. M. y el grande aprovechamiento espiritual que los padres de la Compañía de Jesús del collegio desta ciudad haçen a todos sus veçinos y forasteros con frecuençia de sacramentos y otros exerçiçios de piedad y lo que más es a la muchedumbre de yndios y negros que a ella vienen todos los años para la provisión destas provincias y las del Pirú industriándoles en las cosas de nuestra santa fee con gran soliçitud y trabajo tan yntolerable que sólo la mucha caridad de estos padres lo pudiera sufrir, y también el utilísimo aprovechamiento que haçen en la juventud assí en enseñar la gramática, rethórica, y artes, a los hijos, como buenas costumbres en que dende niños les ymponen, nos ha pareçido representar a V. M. las muchas neçesidades questos padres padeçen por no tener rentas ni llevar limosnas de missas ni sermones ni otra cosa que las limosnas ordinarias que les haçen con que viven cortamente sin tener yglesia capaz para tanta frecuençia de sacramentos concurso de gente a las fiestas y sermones, claustros, ni ofiçinas neçesarias para tan santos exerçiçios. Porque suplicamos a V. M. que con mano liberal les faborezca con más que ordinarias limosnas que en ello la divina magestad será más bien servida y exaltada su santa fee. Guarde Dios a V. M. con aumento de mayores reynos como conviene25.

  • 26 Juan Manuel Pacheco, s.j., Los jesuitas en Colombia, op. cit., t. 2, p. 158-159.

31La pauvreté du Collège alla en s’aggravant, comme le remarque J. M. Pacheco dans son ouvrage sur les Jésuites en Colombie ; le zèle des religieux n’en fut pas pour autant amoindri26.

32La séparation de la Couronne de Portugal de celle d’Espagne (1640) eut des répercussions sur l’importance de la traite négrière, et, par conséquent sur les activités des Jésuites de Carthagène, comme ne manquait pas de le remarquer le vice-provincial en 1652 :

  • 27 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, Collegio de Cartagena (cap 5), fol. 201.

Es la ciudad de Cartagena de las principales desta América por ser el puerto más famoso de toda ella donde surgen en primera instancia las armadas de galeones y flotas de España ; concurren aquí con frequente comercio muchos vazos de Barlovento y muchos mantenimientos, así del Nuevo Reyno por el río de la Madalena y por tierra, como de la isla de Cuba, Santo Domingo, Xamaica y de Nueva España. Eran en esta ciudad las mayores y más quantiosas armasones de negros desenbarcando en ella los navíos que venían de Guinea y Santo Thomé. [...] Nuestro collegio a tenido desde los principios de su fundasión muy glorioso nombre, ya por los grandes religiosos que an edificado la çiudad con sus santos procedimientos, ya por el ministerio de los negros a que con suma vigilanzia y mucho fruto an atendido sus principales operarios. [...] Con que aora aviendo en mucha parte çessado el trato de cargadores de negros apenas ay novedad que deçir sino que los pocos que llegan a este puerto experimentan el çelo que en más mies experimentaron los pasados27.

33Malgré cette diminution de l’arrivée des navires négriers, le travail pastoral à accomplir restait néanmoins important car non seulement il fallait « acudir a muchos llamamientos y asistenzias de la Inquisición, a tanta veçindad, tan opulento presidio, y tan gran número de esclavos como tiene esta ciudad », mais les Jésuites, dont le nombre était sensiblement identique à celui de 1611 (sept pères dont le recteur, et six frères coadjuteurs), étaient « los más de ellos los anzianos y decanos de esta Provincia ». Alonso de Sandoval mourut cette année-là, et Pierre Claver, deux ans plus tard.

  • 28 A.P.T., Cartas de los P. P. Generales, leg 132, M 52, Carta al padre Domingo Francisco Altamirano, (...)
  • 29 Ibidem, fol. 86 r°.

34Avec la reprise progressive du trafic négrier, le travail des Jésuites de Carthagène reprit de plus belle, à tel point qu’en 1692, ils demandèrent à être déchargés sur d’autres Collèges de leur obligation d’effectuer des missions dans la province28. Ils essuyèrent un refus, mais le préposé général Thyrso González persista à encourager le travail pastoral effectué auprès des Noirs bozales, « ministerio de santo servicio de nuestro señor y bien de aquellos miserables29 ». En 1718, Ignacio Meaurio, visitador, décrivait les activités du Collège, en particulier auprès des Noirs :

  • 30 A.P.T., Astráin, IX leg 33 (2,3), Estado espiritual de la Provincia del Nuevo Reyno de Granada y s (...)

Este Colegio que está en puerto de mar muy a propósito para nuestros ministerios mantiene la observancia aunque no con aquel fervor que en casa de estudiantes, mas con todas las distribuciones regulares. Los ministerios son frequentes. Se asiste al de los Negros por un Padre que siempre ay señalado para este fin, que a más de cathequizarlos, baptizarlos y consolarlos en sus dolencias y trabajos, les haze todos los domingos la doctrina christiana cantándola por las calles y rematando en una plaza con una plática llana y doctrina a que asiste mucha gente blanca y la de servicio que ay en aquella tierra. Y assí como el cuidado de los Negros está a cargo de nuestro Colegio assí también es raro el Negro o Negra bozales y ladinos que no se confiese en nuestra casa y que no llame Padre para morir christianamente con grande consuelo nuestro siendo muchos los que ay en aquel lugar. Tiene su congregación separada de los blancos y está bien asistida. Al hospital de San Lázaro se asiste con las limosnas que el Colegio puede y con la que da la piedad de los seglares y especialmente confessarlos y consolarlos continuamente. Las congregaciones de gente principal aunque se an aumentado en el azeo de sus alhajas y altares en lo que cabe en la corta yglesia que tenemos, no tienen asuellos concursos que en otros tiempos y an descaecido las asistencias a las pláticas y las acciones en que llenaban los congregantes de comer a los hospitales con edificación y provecho de sus almas30.

35Même si la ferveur religieuse des habitants de Carthagène des Indes semblait avoir diminué au début du xviiie siècle, le travail des Jésuites n’en fut pas pour autant réduit. Bien au contraire.

36Ceux qui se succédèrent au poste de préposé général encouragèrent dans toutes leurs lettres le ministère des Jésuites de Carthagène auprès des Noirs, rappelant sans cesse au recteur du Collège et au vice-provincial du Nouveau Royaume que l’une des missions pour lesquelles la Compagnie se trouvait en Amérique était précisément celle de sauver les âmes de ceux qu’ils avaient en charge, et qu’ils devaient encourager à susciter des vocations en ce sens. Nous ne reproduirons ici que deux exemples. Voici ce que le préposé général Acquaviva écrivait au recteur de Carthagène, en 1609 :

  • 31 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 1, fol. 15 r°.

Vaya siempre despertando el espíritu y fervor para que cuyden del propio aprovechamiento espiritual y también del de los próximos en lo qual no falta quien diga aver avido algún descuido, principalmente en acudir y ayudar a los muchos negros que ay en essa ciudad. [...] V. R. por amor del Señor procure que no se falte a gente tan necesitada, pues el fin principal de yr los de la Compañía a las Indias es para enseñar y ganar para Dios essas almas31.

37Les directives restaient les mêmes en 1667 :

  • 32 A.R.S.I., NR et Quit 14 I, (Colegio de Cartagena en 30 de junio de 1667), fol. 213.

El ministerio de los negros encargo mucho al Padre Rector por ser el más prinçipal deste Colegio y de mucha gloria de Dios y en orden a esto se le acudirá al Padre de Ostos que es el que oy lo tiene a su cargo dándole siempre compañero para que lo haga con gusto y aplicaçión32.

38Des observations analogues furent faites en leur temps au recteur du Collège de Carthagène pour aider Alonso de Sandoval et Pierre Claver dans leur ministère près des Noirs de la cité et des environs.

1.2.1. Alonso de Sandoval

39Nous avons déjà souligné le rôle prééminent d’Alonso de Sandoval dans l’implantation de la foi auprès des Noirs. Il consacra son ministère à la défense de la cause des Noirs, en rédigeant un important traité, De Instauranda Aethiopum Salute. Il voulait, grâce à une méthode efficace d’évangélisation, mieux insérer les Noirs dans la société dans laquelle ils avaient été transplantés malgré eux.

  • 33 Pour davantage de détails sur sa famille, on pourra consulter l’introduction d’E. Vila Vilar à l’o (...)
  • 34 Joseph Cassani écrivait à ce sujet : « se encargó, como más mozo, de pedir la limosna ; a esto sal (...)

40Sa tâche apostolique Né à Séville le 7 décembre 1576, Alonso de Sandoval embarqua avec ses parents en 1577, vers Lima où son père avait été nommé comptable du Trésor33. Il étudia au Collège jésuite de la ville (le Collège San Martín), entra à la Compagnie le 30 juin 1593, et poursuivit ses études au Collège de Cuzco. Il fut envoyé par le visiteur Esteban Páez pour aider à la fondation du Collège de Carthagène des Indes, où il arriva en juin 1605. Il fut chargé, comme les autres prêtres, de la prédication, de la confession et de l’administration des sacrements mais aussi de la quête de porte en porte pour permettre la survie du Collège naissant34.

  • 35 On trouvera le détail de cette mission dans Juan Manuel Pacheco, s.j., « El maestro de Claver. P. (...)
  • 36 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 493.

41En 1606, il fut choisi par le vice-provincial Diego de Torres Bollo pour effectuer, en sa compagnie, une mission à Urabá35. J.-P. Tardieu précise que « cette rencontre entre Diego de Torres Bollo, homme mûr, et le jeune Alonso de Sandoval fut vraisemblablement décisive pour l’orientation de ce dernier36 ». Lors de son retour à Carthagène, en décembre 1606, Sandoval fut désigné pour s’occuper des Noirs et des Indiens de la ville et ses alentours, ce dont il se réjouissait :

  • 37 Juan Manuel Pacheco, s.j., « El maestro de Claver. P. Alonso de Sandoval », op. cit., p. 82.

A mí me ha cabido, por gran dicha y bienaventura mía, ser padre de todos los negros e indios de toda esta ciudad y sus estancias, que sólo de las estancias me dicen son cinco mil, gente toda la más necesitada que se puede pensar. Plega a Nuestro Señor que yo acierte en negocio de tanto servicio suyo como deseo37.

42En 1607, il passa vingt jours en mission avec le Père Juan Antonio de Santander dans la région de Santa Marta, et se rendit l’année suivante en Antioquia en compagnie du Père Francisco Perlín, recteur du Collège de Carthagène, voyage au cours duquel il tomba gravement malade. Le Père Francisco Perlín écrivait à ce sujet :

  • 38 Ibidem, p. 83. Joseph Cassani rapporte cet épisode en ces termes : « [...] estando en Zaragoza, cu (...)

Grandísimo consuelo siento con leer los capítulos de las de V. R. que trata del ministerio de los negros, [...] que cuando V. R. estuvo en Zaragoza tan malo y oleado, diversas veces ofrecí mi vida al Señor por la de V. R., porque me llegaba al alma que tal sementera y mies quedase sin obrero, pero el Señor lo hizo mejor, [...] que a los dos nos dejó con vida. De manera, Padre mío, que si V. R. vive ahora, vive, desto esté cierto, a título de negros. Esto digo porque por ningún caso deje V. R. este ministerio, que ha de ser honra de la Compañía y corona de V. R.38.

43Le Père Alonso de Sandoval avait lui-même décrit au provincial Gonzalo de Lyra son travail lors de l’arrivée massive d’esclaves malades, en 1608 :

  • 39 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 56.

Yo he andado entre ellos remediando sus almas, con tanto gusto mío y consuelo tan extremado que ni me acuerdo de comer ni beber, ni reparo en sudor ni en mal olor, ni otras incomodidades, que hay muchas, pero todo lo haze llevadero y gustoso ver tan claramente que se van tantas almas al çielo39.

  • 40 Ibidem, fol. 9 r°.
  • 41 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta del general al padre Antonio Agustín en Car (...)

44Ceci avait amené le Père Lyra à écrire à son sujet en 1612, « ha tomado grande afición a este ministerio que anda cuidadoso de la pesca de las almas que de día ni de noche quisiera tener reposo ni descanso, tanto que los superiores le van a la mano para que modere su trabajo40 », ce dont le préposé général ne pouvait que se réjouir : « Quedamos muy edificados del Padre Alonso de Sandoval y de que atienda con tanta continuación a doctrinar y ayudar a los morenos, el Señor le conserve para que lleve adelante la empresa41 ».

  • 42 A.R.S.I., Congr. 71, fol. 194 v°.
  • 43 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 463.

45En 1615, alors que le Père Juan de Barrios était responsable de la congrégation des Noirs ladinos de Carthagène, le Père Alonso de Sandoval s’occupait de la catéchèse des Noirs bozales. Sa présence assidue à leur côté lui avait permis d’apprendre la langue angola, parlée par une grande majorité d’esclaves42. Nous reviendrons sur la méthode qu’il développa à leur contact pour la catéchèse et l’administration des sacrements. Remarquons ici que le travail auprès des bozales était plus pénible que celui auprès des ladinos, car les esclaves qui venaient de débarquer étaient souvent malades, du fait des mauvaises conditions d’hygiène dans lesquelles ils se trouvaient, et du climat chaud de Carthagène. Comme dit Joseph Cassani : « era preciso prevenir antes estómago que sufriesse su hediondez, y ánimo para tolerar la desnudez de Negros y Negras que todos llegan sin vestido alguno43 ».

46Conscient de la lourde tâche qui incombait à Alonso de Sandoval, le préposé général Mucio Vitelleschi, voulut lui procurer une aide pour le soulager dans sa tâche. Il en fit part au provincial Gonzalo de Lyra en 1616 :

  • 44 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta del general al padre Gonzalo de Lyra, 1616) (...)

Entiendo que el Padre Alonso de Sandoval acude con fervor a la cultura y enseñança de los negros en Cartagena, y por ser muchos y para que aya quien pueda sucederle, será bien señalar alguno que le ayude y se vaya ensayando de suerte que pueda llevar adelante esa obra de tanto servicio y gloria de Nuestro Señor quando el dicho Padre faltase sin que se eche de ver tanto su falta44.

  • 45 « Supuesto que los sugetos del Colegio de Cartagena son tan religiosos como V. R. escrive y tan da (...)

47Une autre lettre dans le même sens fut envoyée par Vitelleschi en 1617 au provincial Manuel de Arceo45. Il adressait en même temps deux lettres à Alonso de Sandoval dans lesquelles il faisait part de son initiative et le félicitait, l’encourageait, et l’assurait de son soutien. Tel était le contenu de la seconde missive :

  • 46 Ibidem, (carta del general al padre Alonso de Sandoval, 1617), fol. 48 r°. Dans la première il ava (...)

Quanto yo pudiere hacer en orden a promover el partido y ministerio de los morenos, esté V. R. cierto que lo haré con mucho gusto por tenerle en lo que toca a ministerios de próximos y más a los que son tan destituidos como essos pobres, con los quales huelgo que V. R. esté tan bien empleado y se lo agradezco con todas veras y affecto, y escrivo apretadamente al Padre Provincial que le provea de compañero que le acompañe y ayude a continuar essa obra tan digna de hijo y operario de la Compañía46.

48Or, Alonso de Sandoval partit à Lima en 1617 pour rendre effective une donation qui avait été faite au Collège de Carthagène. C’est d’ailleurs pendant son séjour dans cette ville qu’il écrivit son ouvrage De Instauranda Aethiopum salute.

  • 47 Le 15 avril 1610, il partit de Séville à bord du navire San Pedro, en compagnie de trois autres jé (...)

49Le préposé général désapprouva le voyage de Sandoval, pensant qu’un autre jésuite aurait pu aller à Lima à sa place pour éviter de laisser les Noirs de Carthagène sans assistance spirituelle. De plus, il semblait douter des capacités du Père Juan de Cabrera47 qui avait été prévu pour remplacer Sandoval dans le ministère auprès des Noirs :

  • 48 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta de Vitelleschi al padre Manuel de Arceo, 7 (...)

En caso que se cobre la donación que se hizo al Colegio de Cartagena terná buen socorro lo temporal, pero no quisiera que el Padre Alonso de Sandoval huviesse ido al Pirú por esse negocio dexando el ministerio de los negros en que con tanto exemplo y con tanto servicio de Dios y bien dessas almas tan bien empleado y a la verdad pudiérase averse echado mano de otro que no hiziesse tanta falta y por más que haga el Padre Juan de Cabrera (de cuyo grado se escrivió en 6 de setiembre de 1617) cierto es que no podrá llegar con mucho a lo que con essos pobres hacía el Padre Alonso de Sandoval48.

50En revanche, le préposé général Vitelleschi félicita le Père Carlos Ortu qui, à peine arrivé à Carthagène depuis l’Espagne avec d’autres jésuites, catéchisa et baptisa près de 500 Noirs en 1618 ; il l’encouragea aussi à continuer sur cette voie :

  • 49 Ibidem, (carta de Vitelleschi al padre Carlos Ortu, 1619), fol. 63 v°.

Dos de V. R. he recevido escritas en julio y agosto del año passado en las quales da cuenta de la próspera navegación que fue Dios servido conceder a V. R. y a sus compañeros de lo qual he holgado mucho y dado a su divina Magestad las devidas gracias, y de nuevo se las doi por la que hizo a V. M. tomándole por instrumento para catechizar y baptizar quinientos negros como refiere en su segunda carta ; dessos principios espero yo gran progresso y medra espiritual, assí en la christiandad dessos pobres como en el propio aprovechamiento de V. M. a quien eche el Señor su copiosa bendición que desseo en los sacramentos49.

51Mais celui qui fut tout d’abord le compagnon du Père Alonso de Sandoval, puis le remplaça avec abnégation, fut le Père Pierre Claver, arrivé au Collège de Carthagène en décembre 1615. Étant donné son importance, nous évoquerons son ministère auprès des Noirs plus avant.

  • 50 « Mucho gustara de poder dar a esa Provincia al padre Alonso de Sandoval, pero es tan necesaria su (...)

52À son retour de Lima, en mai 1620, Sandoval fut nommé procureur général de la Province (sorte d’économe). En 1623, il demanda par trois fois à être transféré à la Province de Lima où Juan Sebastián de la Parra, ancien recteur et provincial appuyait sa demande, mais Vitelleschi préféra le nommer recteur du Collège de Carthagène en 1624, où, selon le dit préposé général, sa présence était plus utile50.

  • 51 Le père Vicente Imperial envoya entre 1624 et 1625, plusieurs lettres contradictoires, ce dont s’é (...)

53L’activité de Sandoval en tant que recteur du Collège, ne réunit pas tous les suffrages. À la suite de plusieurs lettres de plaintes envoyées juste après la nomination de Sandoval au poste de recteur51, Vitelleschi écrivait en 1626 au provincial :

  • 52 Ibidem, (carta de Vitelleschi al padre Florián de Ayerbe, 1626), fol. 293 r°.

Quexas ay del Padre Alonso de Sandoval de que es seco y muy rígido y que da grandes penitencias por faltas ordinarias, V. R. se informe de todo y adviértale lo que juzgare convenir y encomiéndelo que no gaste en obras no necesarias sino que se aplique a pagar las deudas de su Colegio y desempeñarlo del todo y que no tenga en casa más negros ni indios de los que son menester52.

  • 53 Ibidem, (carta de Vitelleschi al padre Florián de Ayerbe, 8 de septiembre de 1625), fol. 59 r°.
  • 54 Vitelleschi écrivait en 1628 au provincial : « Avise V. R. al Padre Alonso de Sandoval que hable c (...)

54La critique ne se limitait pas à dire que Sandoval employait trop d’Indiens ou de Noirs, ou qu’il traitait sévèrement les jésuites du Collège. En 1625, Vitelleschi s’étonnait de ce qu’il ait permis que deux jeunes gens se déguisent en femme dans une représentation de la conversion de saint Ignace au sein même du Collège53. En 1628, on lui reprochait de ne pas s’entendre avec les ministres de l’Inquisition qui se plaignaient du traitement que leur réservait le recteur du Collège, bien que celui-ci se fût plaint lui aussi en 1626, de l’intromission des dits ministres dans les affaires de la Compagnie54. Toujours en 1628, Vitelleschi critiquait aussi le relâchement des mœurs au sein du Collège, et la mauvaise administration de Sandoval qui faisait des dépenses inconsidérées :

  • 55 Ibidem, n° 1, (1628), fol. 308 r°.

En el Colegio de Cartagena ay descuydo de no hazer pláticas a los de casa y en no mirar por la clausura. V. R. lo advierta y haga que se enmiende y encargue que no se gaste en obras no necesarias y que se podían escusar, sino atiéndase más al desempeño del Colegio y acúdaseles bien a los sujetos con lo que an menester. [...] Reparádose a mucho en lo que gastó el dicho Padre Alonso de Sandoval en salir a recebir a V. R. y en los regalos que le hizo, avísanme que llegaría el gasto a quinientos pesos. Muy bien ubiera parecido que V. R. le ubiera reprehendido este exceso y ordenádole que no hiziese otra vez cosa semejante del Colegio55.

55Mais la faute qui lui était la plus reprochée, était d’avoir envoyé au Cap-Vert le frère Gerónimo Valerio pour demander l’aumône pour le Collège de Carthagène, et qui, sous couvert de ce prétexte, s’était livré au commerce d’objets divers :

  • 56 Ibidem, n° 1, (1628), fol. 306 v°-307.

Avísanme que llegó a la isla de la Madera un hermano que se llama Gerónimo Valerio del Colegio de Cartagena y dixo que pasaba a Cabo Verde a negociar con las mercadurías que llevaba con color y capa de que iba a pedir limosna ; llevaba buena quantidad de plata y mandó allí hazer más de quarenta camisas para venderlas en otras partes, hizo muchos jubones para lo mesmo, llevaba cofres, colchas, bálsamo líquido que vendía, compró seis o siete pipas de vino para llevarlas a Cabo Verde a vender, llevaba en el navío un sastre de que se servía. Es cosa ésta tan extraña y exorbitante que no e podido creer que sea el que esto haze hombre de la Compañía, aunque me afirman que a mostrado patente de sus superiores. Menester es que V. R. averigüe bien lo que en esto ay porque si es verdad que el Rector de Cartagena a embiado al dicho sujeto a que haga lo que queda dicho con tan grande desedificación y escándalo de las partes por donde a pasado, merece que luego al punto sea depuesto del oficio y que se le dé otra muy grave penitencia. V. R. me avise muy en particular lo que en lo dicho hallare y lo que para remediarlo ubiere hecho56.

  • 57 Vitelleschi écrivait au père Luis de Santillán le 6 février 1630 : « Ya tenía yo noticia de la fal (...)

56En 1630, le préposé général Vitelleschi ne se satisfaisait pas de ce que Sandoval ne fût plus recteur, il exigeait des sanctions à la mesure de la gravité de la faute57.

57Cet épisode de l’envoi d’un bateau au Cap-Vert pour y faire du commerce fit bien évidemment scandale. Il ne laisse pas de surprendre en tous cas. Le frère avait-il agi de sa propre initiative ou bien de connivence avec le recteur ? Alonso de Sandoval avait-il simplement envoyé le frère Valerio demander l’aumône ? Avait-il fermé les yeux sur ses activités parallèles ? En avait-il au moins connaissance ? Que cherchait réellement Sandoval en envoyant le frère Valerio au Cap-Vert ? Souhaitait-il uniquement contribuer à l’amélioration des conditions de vie du Collège dont il avait la charge ? C’est la version que donna le préposé général qui condamna bien entendu cette entreprise, et se réjouit en quelque sorte du naufrage que le frère Valerio subit à la suite d’une attaque par un navire hollandais. Mais ne pourrait-on pas penser que le but recherché par Alonso de Sandoval était différent dans la mesure où les îles du Cap-Vert servaient de plaque tournante pour l’envoi d’esclaves en direction de Carthagène ? Une relation avec l’Afrique fut tentée en tous cas, mais nous ne saurons malheureusement jamais quel en fut le but véritable.

  • 58 Les Jésuites avaient en plus des trois voeux traditionnels des ordres monastiques (pauvreté, chast (...)

58S’il eut des détracteurs, Sandoval eut aussi des appuis au sein de la Compagnie. Certains de ses collègues, impressionnés par son ministère auprès des Noirs, demandèrent inlassablement, entre 1617 et 1646, qu’il fasse sa profession solennelle du quatrième voeu, par laquelle son appartenance inconditionnelle à la Compagnie aurait été reconnue. Cela requerrait à la foi science (trois ans de philosophie et quatre de théologie), et vertu58.

  • 59 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta de Vitelleschi a Manuel de Arceo, 1617) fol (...)

59Le préposé général Vitelleschi répondit négativement aux diverses demandes présentées en 1616 et en 1617 par le provincial Manuel de Arceo, en 1621 par le recteur du Collège de Tunja, et en 1627, par la congrégation provinciale59. J. M. Pacheco reproduit les actes (traduits) de la congrégation :

  • 60 Congregación provincial de 1627. Actio 8. A.R.S.I., Congr. 61, fol. 218, cité par Juan Manuel Pach (...)

Respondió [la congregación] unánimemente placet, y cada uno ensalzó los méritos de tal varón digno de toda celebridad, ni hubo alguno que dudara en llamarlo apóstol en todo el sentido de la palabra, puesto que fue el primero de todos en dedicarse con ardor al cuidado y catequización de los etíopes en estas regiones de las Indias, y ha bautizado sesenta mil adultos, después de instruirlos con increíble fatiga y paciencia, sin cuidarse de su vida y soportando la hediondez de los cuerpos putrefactos y de las negrísimas heces, atraído por la belleza de las almas, con suma mortificación de los sentidos y perseverancia de muchos años ; y en este ministerio la Compañía ha merecido tantas alabanzas de todo género de personas que cree un deber interceder, con gran deseo, para que se dé alguna muestra de agradecimiento a tal hijo60.

  • 61 Ibidem.

60Le courage et la patience d’Alonso de Sandoval avaient impressionné les membres de la congrégation provinciale, tout autant probablement que le livre qu’il venait de publier (1627). Pourtant, bien que reconnaissant le mérite de Sandoval à travailler à la catéchisation des esclaves, le préposé général qui ne souhaitait pas innover en la matière, répondait que « la sólida virtud del P. Sandoval no querrá lo que repugna a las leyes de la Compañía61 ».

  • 62 La requête était rédigée en ces termes : « Pedir a N. P. la profesión para el Padre Alonso de Sand (...)

61La réponse que donna le préposé général Vincenzo Carafa en 1646 fut plus explicite. Il répondit à Juan de Toro, procureur de la province du Nouveau Royaume, qui insistait sur le fait qu’Alonso de Sandoval connaissait la langue des Noirs et avait publié un ouvrage contenant des résolutions morales d’importance62, qu’il n’était pas insensible aux mérites de Sandoval, mais qu’il se voyait obligé lui aussi, comme le Père Vitelleschi, de rejeter la requête au motif que Sandoval n’avait pas fait quatre ans de théologie :

  • 63 Ibidem, (8 de abril de 1646), fol. 197 r°. L’information donnée au sujet de Sandoval spécifiait : (...)

De la virtud y buenos y continuados trabajos del Padre Sandoval ay el debido aprecio y agradecimiento y por mi particular viniera con mucho gusto en darle la profesión de quatro votos pero hallo cerrada la puerta para hacer igual gracia por justos y justificados motivos en que estrivó el Padre Mucio [Vitelleschi] de la memoria para averla negado en varias ocasiones. Añado que el Padre Sandoval aviendo echo tres votos solemnes goça ya de toda la gracia posible que se le puede conceder aunque sea eminente en la lengua de los negros y qualquiera otra de la India no aviendo estudiado sus quatro años de theología [...]63.

  • 64 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 480.

62Alonso de Sandoval n’obtint jamais le quatrième voeu. La position de Rome fut constante, et l’on s’interrogera alors sur les motivations de Sandoval lorsqu’il écrivait : « [el] doctíssimo padre Juan de Perlín, catedrático de Prima de nuestro Colegio Limense, por espacio de diez y ocho años, que allí leyó Teología, de los cuales me cupieron a mí cuatro, que con mucho gusto oí64 ».

63C’est probablement au contact des esclaves bozales qu’il contracta une maladie contagieuse dont il mourut le 25 décembre 1652, à l’âge de 77 ans, dont 57 passés au service de la Compagnie.

64De Instauranda Aethiopum Salute et la question de la validité du baptême Lors de son séjour à Lima, Alonso de Sandoval utilisa l’abondante documentation de la bibliothèque du Collège de San Pablo pour rédiger son ouvrage De Instauranda Aethiopum Salute.

  • 65 Dans une lettre de 1621, le préposé général Vitelleschi évoquait l’ouvrage sous le titre de De pro (...)
  • 66 Il ne s’agit pas, contrairement à ce que certains ont affirmé, d’une nouvelle version en latin. Po (...)

65Rappelons que celui-ci fut d’abord publié en 1627, sous le titre Naturaleza, policía sagrada i profana, costumbres i ritos, disciaora plina y catecismo evangélico de todos los etíopes, por el padre Alonso de Sandoval, natural de Toledo, de la Compañía de Jesús, rector del Colegio de Cartagena de Indias, mais il est plus connu sous celui de De Instauranda Aethiopum salute, titre que Sandoval donna lui-même à l’ouvrage dans la dédicace qu’il en fit au préposé général Vitelleschi le 1er avril 162465, et qui fut repris, le 3 février 1625 dans le privilège royal qui reconnaissait Alonso de Sandoval comme en étant l’auteur. Une autre version de l’ouvrage, revue, corrigée et augmentée par l’auteur, fut publiée en 164766.

  • 67 E. Vila Vilar rejoint l’opinion de J.-P. Tardieu lorsqu’elle précise que Sandoval dissimule cette (...)

66Ce titre n’est pas sans rappeler celui de l’ouvrage de José de Acosta, De Procuranda Indorum Salute, publié à Madrid en 1589. E. Vila Vilar précise que le parallèle entre les deux ouvrages est évident, « desde la concepción y división de la obra, hasta la apoyatura en los santos padres, sagradas escrituras y clásicos ». Mais elle ajoute qu’il y avait tout de même une différence essentielle entre les deux auteurs : Acosta disposait, pour sa défense des Indiens, de bases doctrinales et légales, dont manquait Alonso de Sandoval pour les Noirs67. Il s’agissait donc pour Sandoval, non pas seulement d’apporter le salut, mais de l’instaurer, puisqu’il n’existait pas auparavant. Il donne lui-même l’explication du titre choisi dans la présentation (« argumento ») de l’œuvre :

  • 68 Enriqueta Vila Vilar, ibidem, p. 55.

Hele puesto a esta obra por título, De intauranda Aethiopum salute, que es dezir : Tratado de cómo se a de restaurar la salvación de los negros ; porque el primario, y principal fin della, no es mover a que vamos a sus tierras a convertillos (aunque no dexa de ser esse el secundario, y aun el principal, en cuanto si assí fuera, escusado sería la mitad de nuestro trabajo) sino que en las partes donde traen sus armazones, y ellos desembarcan, con nombre y título de Christianos, sin serlo (como en ella se verá) examinemos sus bautismos, instruyamos su rudeza, y bien enseñados, los baptizemos, con lo cual repararemos, y restauraremos la salud que en ellos, por la razón dicha, estava perdida, y como imposibilitada68.

67Cette mission n’était possible, selon Sandoval, qu’en ayant une bonne connaissance du continent africain, de ses peuples et de leurs cultures, ce qui faciliterait la conversion des Noirs et permettrait de leur apporter le salut, par le baptême. Dans la première partie de son ouvrage, il décrit les coutumes, les rites et la géographie de quelques régions d’Afrique et d’Asie, dans une deuxième partie, dicte une norme de conduite pour maîtres et esclaves, et dans une troisième partie, présente une méthode d’évangélisation pour les Noirs qui arrivaient en Amérique, (la quatrième partie, ajoutée par la suite, est une apologie du ministère des Jésuites en particulier auprès des Noirs).

  • 69 Comme il a été dit, une œuvre était digne de foi selon les critères de l’époque, lorsqu’elle repos (...)
  • 70 Carlos Sommervogel, s.j., Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles-Paris, 1896. Cité par C (...)
  • 71 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 363.

68En faisant mieux connaître le monde des esclaves noirs, Sandoval prétendait promouvoir des lignes de conduite plus humaines à leur égard et voulait souligner la nécessité et l’urgence d’une bonne évangélisation dont il présentait une méthode69. Grâce à celle-ci, Alonso de Sandoval voulait mieux insérer les Noirs dans la société coloniale d’Amérique dans laquelle ils avaient été transplantés. Son livre servit probablement de référence à tous les missionnaires qui devaient prendre en charge le ministère des Noirs ; une partie du livre est d’ailleurs citée en référence en tant que catéchisme à l’usage des Noirs dans La bibliothèque de la Compagnie de Jésus de Sommervogel70. Il s’agit sans aucun doute de la troisième partie à laquelle Sandoval donnait le titre de « Del modo de ayudar a la salvación destos Negros en los puertos de adonde salen, y adonde llegan sus Armazones » et dont il disait : « Casi todo lo que dezimos en este tratado, viene a parar en este libro tercero, como en fin y remate de todo nuestro trabajo [...]71. »

  • 72 L’hérésie donatiste du ive siècle, considérait que le chrétien qui avait abjuré sa foi durant les (...)

69L’auteur consacre une place importante à la question de la validité des baptêmes administrés au départ d’Afrique et conseille, dans certains cas, d’administrer à nouveau le baptême, sub conditione72. Cette mesure ne fut pas approuvée par tous puisque l’Église condamne les baptêmes multiples, et la méthode employée par Sandoval, souvent sans solennité, provoqua de nombreuses polémiques, mais Sandoval ne renonça pas. La question de la validité formelle du baptême était d’importance, ce qui explique que Sandoval en fit une des raisons principales de son combat.

  • 73 F. J. Hernáez donne le résumé de la bulle cupientes de Paul III du 21 mars 1542, concernant les In (...)
  • 74 Paulino Castañeda Delgado, « Un capítulo de ética indiana española... », op. cit., p. 873. La bull (...)
  • 75 Le curé avait le devoir d’aller chercher les Noirs là où ils se trouvaient et les patrons des bate (...)

70Nous avons vu que dès le début des premières conquêtes, le pape Sixte IV (1471-1484) avait interdit, sous peine d’excommunication, de faire tomber les néophytes de Guinée sous le joug de l’esclavage73. Il suivait en cela la doctrine théologique qui s’était progressivement dégagée durant le Moyen Âge et qui voulait que par le baptême on acquît automatiquement la liberté ; ce qui ne s’étendait pas, cela va de soi, aux infidèles74. En 1516, le pape Léon X insista pour que les capitaines de bateaux veillent à ce que les Noirs qui se trouveraient en danger de mort pendant la traversée fussent baptisés et, pour assurer un meilleur contrôle de l’exécution de ses ordres, il désigna le curé de la paroisse Notre-Dame de la Conception de Lisbonne, qui appartenait à l’Ordre du Christ, comme seul responsable de l’instruction religieuse et du baptême des esclaves, dès leur arrivée au Portugal75. L’administration du baptême des Noirs en Afrique posait beaucoup de problèmes aussi bien pastoraux que théologiques. Lorsqu’elle avait lieu préalablement ou pendant l’embarquement des Noirs sur les navires négriers, ce qui n’était pas systématique, elle était généralement faite sans instruction religieuse préalable, en partie à cause du nombre insuffisant de missionnaires et du manque de zèle de certains plus soucieux de leur profit personnel que du salut des âmes. Voici ce que rapporte par exemple Jean-Baptiste de Rocoles, pour le Cap-Vert :

  • 76 Jean-Baptiste de Rocoles, Description générale de l’Afrique et de l’Amérique, op. cit., p. 628-629 (...)

Toutes ces Isles ne conoissent autre religion que la Catholique, sinon qu’on mette hors de ces contes quelques esclaves. Mais il y a partout une grande ignorance des choses divines, à faute de gens qui instruisent. L’an 1604, le Roy d’Espagne envoya quelques religieux en ces Isles qui firent grand fruit, [...] mais on y trouva beaucoup de sorciers & devins [... qui] avaient abusé non seulement les Nègres, mais aussi quelques-uns des Portugais ; à quoy les Jésuites remédièrent à leur arrivée, faisant perdre cette mauvaise coustume, aussi bien que celle qui se pratiquoit auparavant de baptiser tout ensemble trois ou quatre cens, voire sept cens Nègres, qu’on achetoit en Guinée76.

71Ces propos ne s’éloignent guère du rapport qu’avait présenté le jésuite Fernão Guerrero après avoir oeuvré au Cap-Vert entre 1600 et 1603 :

  • 77 Relação anual das coisas que ficeram os Padres da Compahnia de Jesus, 1o tomo, livro IV (1600-1603 (...)

Entre outros muitos abusos que havia nesta terra, um grande se tinha no baptismo dos pretos que veem de Guiné, que são muitos, se baptizavam, 300, 400, 700 juntos ; e como destes os mais são os que vão daqui para Indias, Brasil e Sevilha e outras partes, acontece muitas vezes que pela pressa da embarcação que seus senhores lhes dão por não perderem a ocasião do tempo, o não deixam ter aos pobres para serem catequizados e instruidos na fé como convém para d’alguma maneira entenderem o que recebem77.

  • 78 Ce conseil composé de juristes et de théologiens fut créé en 1532 par Jean III de Portugal ; il av (...)
  • 79 Ibid., p. 686.

72En baptisant les Noirs « à la va-vite », les Portugais sauvaient les apparences, mais, en procédant ainsi trop rapidement, le respect des formes sacramentelles n’était pas assuré, ce qui faisait planer un doute sur la validité du sacrement conféré, et l’on était loin de la véritable évangélisation qui était la raison essentielle de la légitimation de la traite négrière. D’après les instructions officielles de la Mesa de Consciência e ordens78 de Lisbonne, le baptême devait être administré aux esclaves avant qu’ils ne fussent embarqués, et, dans la mesure du possible, ils devaient être catéchisés pendant plusieurs semaines à Santiago du Cap-Vert, Saõ Tomé ou Loanda. Mais les instructions étaient rarement respectées. Par la suite, vint s’ajouter un autre cas de conscience : comment pouvait-on tolérer que des esclaves récemment convertis pussent voyager ensuite à bord de bateaux calvinistes ou anglicans ? Le problème fut soulevé par de nombreux casuistes qui appliquaient la théologie morale aux cas concrets79.

73À son tour, la Couronne espagnole qui recevait des rapports l’informant de la préoccupante situation religieuse des Noirs provenant d’Afrique, manifesta son indignation à l’archevêque de Lima, par une lettre du 18 octobre 1569. J.-P. Tardieu en résume ainsi le contenu :

  • 80 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 323.

La plupart de ces Noirs ne sont même pas baptisés et ignorent tout de la doctrine chrétienne, malgré parfois les nombreuses années passées auprès de leurs maîtres espagnols. [Le roi] condamne le peu de souci qu’on a de leur salut, et propose une mesure pour inciter les maîtres à plus d’intérêt. On pourrait exiger pour la vente d’un esclave, un certificat de baptême et quelques notions de catéchisme, sous peine de saisie au profit d’un hôpital, d’un monastère, ou d’une église. [...] On rappelle à l’archevêque son devoir de veiller à la conversion et à la catéchisation des Noirs, libres et esclaves, comme des Indiens80.

  • 81 Le Conseil des Indes transmit le dossier aux instances portugaises le 8 juillet 1595, car une comm (...)

74Le clergé de Lima mena une enquête sur la situation religieuse des dits esclaves et en transmit les résultats au Conseil des Indes, le 13 mai 1593. Le rapport établissait que les Noirs provenant du Cap-Vert n’avaient pas reçu le baptême, mais qu’ils n’en disaient rien par honte. Des mesures préventives étaient proposées, comme par exemple, instaurer un contrôle plus strict dans tous les ports d’embarquement, aucun Noir ne pourrait être embarqué sans instruction religieuse préalable, les gouverneurs et les officiers de Justice devraient exiger un certificat de baptême pour chaque bozal embarqué81. Ces dispositions restèrent lettre morte.

  • 82 Ildefonso Gutierrez Azopardo, « Los franciscanos y los negros en el siglo xvii », op. cit., p. 597

75L’un des principaux sujets débattus lors du synode de l’île Hispaniola qui débuta le 7 juin 1576 fut précisément celui de l’administration du baptême des Noirs bozales récemment débarqués d’Afrique. L’assemblée se divisa entre ceux qui jugeaient qu’une connaissance superficielle de Dieu et de son Église était amplement suffisante pour que les bozales fussent baptisés étant donnée leur incapacité à comprendre ce sacrement, et ceux qui pensaient au contraire qu’on ne pouvait administrer le baptême sans leur avoir dispensé au préalable une instruction religieuse suffisante. L’archevêque Fray Andrés de Carvajal trancha en décidant, comme l’avait fait son prédécesseur, qu’un enseignement de trente jours serait suffisant pour leur administrer le baptême, que le sacrement soit compris ou non, mais il supplia néanmoins le pape de décider quel devait être le chemin à suivre en pareil cas82. Cette polémique montre que le baptême n’était pas toujours administré au départ d’Afrique.

76La question de l’instruction préalable avait été soulevée antérieurement par Bartolomé de las Casas, pour les Indiens et les Noirs, comme l’écrivait Charles Quint :

  • 83 Carlos E. Mesa, ofm, « Administración de los sacramentos en el periodo colonial », Revista de la A (...)

Fray Bartolomé de las Casas ha mucho tiempo que reside en las nuestras Indias e agora ha venido a estos reynos a procurar algunas cosas que tocan a su orden y bien de los naturales de aquella tierra ; el qual nos ha hecho relación que conviene y es necesario que se provea y defienda que ninguno baptice en aquellas partes indio ni negro ni otro infiel adulto, hasta que conforme de la universal Iglesia sean de la fe católica doctrinados tanto tiempo cuanto suficientemente ovieren menester para ser dignos de recebir el santo baptismo, porque dizque en las dichas nuestras Indias, se acostumbra baptizar sin que aquel que recibe el agua del baptismo sepa ni entienda lo que recibe, de que Nuestro Señor es deservido83.

  • 84 Ibid. On consultera pour davantage de détails sur ce point, Mónica Patricia Martini, El indio y lo (...)
  • 85 « Porque somos informados que los adultos que se quieren convertir a nuestra santa fe católica, as (...)

77L’augustin Juan de Oseguera, que l’évêque Fray Juan de Zumárraga avait mandaté en 1537 pour qu’il soumette le problème des baptêmes d’Indiens s’il assistait au concile de Trente, avait transmis l’affaire au Conseil des Indes. Les théologiens de Salamanque furent chargés d’en discuter. L’une des conclusions à laquelle les experts aboutissaient le 1er juillet 1545 était que les « barbares infidèles » ne devaient pas être baptisés sans avoir préalablement reçu une instruction suffisante, « no sólo en la doctrina, sino en las costumbres cristianas necesarias para la salvación84 ». Cette doctrine de Salamanque fut reprise dans les instructions de l’archevêque Jerónimo de Loaysa en 1545, dans le premier concile provincial de México de 155585, celui de Lima de 1567, et par José de Acosta dans son livre De procuranda Indorum salute.

78Alonso de Sandoval, dans son ministère auprès des Noirs, fut très tôt confronté au problème de la validité des baptêmes administrés en Afrique. Par exemple, un marin provenant du port de Saõ Tomé lui avait décrit la scène à laquelle il avait assisté :

  • 86 Alonso de Sandoval, De instauranda..., op. cit., p. 390.

El negro venía al Padre, y se arrodillaba a la batea o caldera, y yo le cogía por el pescuezo y le zambullía en la caldera, y levantándose le ponía el Padre las manos encima. Y hame quedado un grave escrúpulo, que se pasaron algunos con la priesa, que aun no alcanzaron los tocase el Padre las cabezas, los cuales no podré en ninguna manera conocer agora, ni sé qué remedio tendrán86.

  • 87 Cette information est reprise dans une carta annua de 1611 : « Porque de los bien bautiçados suele (...)

79D’après les calculs de Sandoval, sur deux cents esclaves dans un bateau, seuls douze ou quatorze arrivaient correctement baptisés car la plupart du temps, il s’agissait de Noirs ladinos, chargés de surveiller les autres, entre cinquante et soixante n’avaient même pas été aspergés par un peu d’eau car les négriers évitaient ainsi de payer les cinq reales que coûtait chacun de ces baptêmes, le reste arrivait « baptisé87 ». Alonso de Sandoval fit part de ses inquiétudes à Gonzalo de Lyra, vice-provincial, qui, à son tour informa le préposé général de la situation des esclaves bozales que le Père Sandoval prenait en charge :

  • 88 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608), fol. 56 r°.

Mucho más necesitada es la gente de cargazones que traen en caravelas de Guinea que como dixe cada año desembarcan aquí de tres a quatro mil negros para venderse para todas partes de las Indias. A éstos baptizan a la ribera del mar quando los quieren embarcar treçientos o quatroçientos juntos después de averles hecho una plática aunque no hayan hecho conçepto della. Assí baptizados (si acaso lo están) los embarcan en caravelas y aherrojados debajo de cubierta los traen con tan mal tratamiento que mueren muchos y otros llegan enfermos y apestados a esta çiudad donde son los que mueren en gran número. A éstos no ay quien acuda porque sus amos los tienen por incapaçes por no saber nuestra lengua en que se les puedan enseñar los misterios de nuestra fe, ni saber los saçerdotes la suya. Júntase a esto que sus enfermedades y los lugares en que están son muy asquerosos y de mal olor y por esto han muerto muchos sin conocimiento de Dios. Háse aplicado un Padre deste Collegio con gran zelo y amor a esta desamparada gente y con intérpretes de sus mismas lenguas que son muchas y muy varias los catequiza y si es menester de nuevo los baptiza y a los bien baptizados confiesa, vençiendo muchas dificultades y llevando muchas almas al çielo. Para que V. P. vea quánto se sirve nuestro Señor deste ministerio pondré un capítulo de carta que me escrivió dándome quenta de algunas cosas particulares que dize assí : « Ha sido extraordinario el número que ha avido de negros enfermos y tanto que tuvieran bien que hazer seys de la Compañía por aver venido ocho navíos de Angola y de los Ríos con más de dos mil negros los más dellos apestados del mal de Loanda y otros hinchados de ponçoña de otra fruta silvestre a manera de mançana que comieron en las montañas por aver varado en tierra un navío y así han muerto sin remedio muchos lastimosamente. Yo he andado entre ellos remediando sus almas con tanto gusto mío y consuelo tan extraordinario que ni me acuerdo de comer ni beber ni reparo en sudor ni en mal olor ni otras incommodidades que ay muchas, pero todo lo haze llevadero y gustoso ver tan claramente que se van tantas almas al çielo88. »

80Une autre carta annua de 1611 est encore plus explicite sur l’opposition de certains qui considéraient les Noirs comme incapables de recevoir le baptême :

  • 89 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol. 93 v°-94. Dans son ouvrage, Sandoval s’insurge contre ceux (...)

Estava introducido en esta tierra un lenguaje dañosíssimo para las almas destos pobres negros que contentos con entender que heran bautiçados deçían « agua de bautismo tiene, una vestia es, qué se puede hazer con él » y con esto los dexaban sin sacramentar ni saver de rraíz si estavan bautiçados, mucha causa desto es el tener los negros tantas y tan varias lenguas que es inposible saverlas los que pudieran tratar de su remedio y venir ellos tan voçales que ninguna palabra entienden de la española. Por esto concluyan con deçir que hera una vestia y con entender que hera inposible el remedio. Pero a esta selva tan çerrada, [h]a el Señor dado traça para entrar por ella y la charidad y amor de las almas a despertado especialmente en uno de los nuestros tan buenas traças para dar a conozer a esta gente desanparada y al parecer sin remedio a Christo Nuestro Señor y sus misterios, confesándolos y bautiçándolos que a sido de gran gloria suya y provecho de muchas almas que sin duda se perdieran si no huviera este medio. A tomado lo primero grande afiçión a este ministerio tan inportante y anda tan cuidadoso en la pesca de las almas que de día ni de noche quisiera tener reposo ni descanso, tanto que los superiores le ban a la mano para que modere sus trabajos aunque viendo que le proveyó Nuestro Señor buena salud y que el fruto es tan grande y las faltas quél hiziere en este ministerio serán con riesgo de muchas almas, le dan mano y ayudan a que todo se enplee en él, el travajo es no aver muchos a los quales vaya apegando esta afiçión y enseñando lo que él a alcançado y savido de las costunbres y lenguas y medios que usa para ganar estas almas por aver pocos obreros que de todo puedan acudir como él89.

81En une telle incertitude, Sandoval, qui avait pris en charge les bozales, les baptisait, ou rebaptisait s’il le jugeait nécessaire, et leur procurait ainsi le salut en sauvant leur âme. Il avait d’ailleurs pris la résolution de s’y employer tant que cela serait nécessaire, comme le révèle une carta annua de 1611 :

  • 90 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol. 93 v°.

A bautiçado este Padre más de dos mil personas y dize que no le quiten deste ministerio hasta que pueda deçir que son due deçimillia signati y que estando éstos doce mil bautiçados, tratará a ver si puede que de cada tribu y naçión sean due deçimillia signati, hasta morir en la demanda en que Dios le da tanta cosecha y consuelo90.

82Le 7 juin 1611, Sandoval présenta un mémoire qui tendait à prouver que sa manière de procéder dans l’administration des Noirs bozales était licite, et qu’il devait continuer ainsi, contrairement à ce que prétendaient ses détracteurs. Ceux-ci invoquaient en effet plusieurs raisons :

  • 91 E. Vila Vilar rapporte qu’en 1735, une enquête auprès des Noirs débarqués à Carthagène en provenan (...)

— ils partaient du principe qu’il y avait présomption que le prêtre du port d’embarquement avait administré le baptême de manière licite et réelle, et qu’il n’était donc pas nécessaire de renouveler le sacrement en Amérique, pour ne pas être confronté à un double baptême, « tan prohibido por el derecho canónico y por todos los dotores positivos y escolásticos fundados en la santa escritura y tradición apostólica91 » ;
— puisque ces Noirs, qui avaient été baptisés, arrivaient « chontales », c’est-à-dire « rustiques et incultes », ils devaient être considérés comme des enfants, n’avaient pas besoin de comprendre ce qu’ils recevaient, et leur consentement était inutile, même s’il s’agissait de personnes adultes ;
— la sainte Église catholique ordonnait que le baptême devait être administré « con el modo y ceremonias que santamente están ordenadas en ella » (le concile de Lima interdisant de procéder au baptême si le Noir ne connaissait pas le Credo et le Notre Père), or cette condition de solennité ne pouvait être remplie étant donné la rapidité avec laquelle procédaient les Jésuites ;
— une fois baptisés de la sorte, les Noirs n’étaient même pas emmenés à l’église pour suppléer au manque initial de solennité dans la cérémonie, comme il était d’obligation selon le droit canonique ; de même, se contentant de l’aspersion, les autres cérémonies d’exorcisation et onction du chrême n’étaient pas pratiquées ; si le baptême n’était pas administré par les Jésuites, les Noirs iraient à l’église pour le recevoir en pleine validité, selon la manière traditionnelle ;
— tant que les Noirs étaient bozales, « de tan cortos entendimientos, poca capacidad y memoria », ils oublieraient sûrement le sacrement qui leur avait été administré ainsi que la leçon de catéchisme reçue, et, lors de l’examen, demanderaient peut-être à être baptisés de nouveau ; il valait donc mieux soit présumer que le baptême avait été réellement et validement administré en Afrique, soit attendre qu’ils soient ladinos, car alors il n’y avait pas de risque d’incompréhension de leur part sur la portée du sacrement ;
— beaucoup de gens qui voyaient baptiser tant de personnes avec autant de fréquence, en dehors de l’église et dans des maisons particulières, parfois en dépit de l’opposition du maître affirmant que le sacrement du baptême avait déjà été administré, désapprouvaient cette pratique et s’en plaignaient aux curés et aux prélats.

  • 92 Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 414.

83En fait, les avantages financiers que les prêtres auraient pu retirer des baptêmes, s’ils n’avaient pas été administrés par les Jésuites, étaient au cœur de la polémique, d’autant plus que le IIIe concile de Lima avait disposé que seuls les prêtres ayant une paroisse à leur charge pouvaient célébrer baptêmes et mariages92.

  • 93 Ce mémoire, signé par Gonzalo de Lyra, Hernando Núñez, Juan Antonio de Santander, Luis de Santillá (...)

84Alonso de Sandoval réfuta point par point les objections avancées et s’efforça de montrer, en choisissant la voie juridique, l’importance et la nécessité d’un nouveau baptême pour la plupart des esclaves qui débarquaient à Carthagène93.

  • 94 Cette information, signée par Alonso de Proenza, Pedro Fernández de Aveyro et Felipe Ruiz, est dat (...)

85Le Père Sandoval avait réuni au préalable des témoignages de capitaines de navires négriers qui avaient décrit, devant notaire, les baptêmes pratiqués en Afrique. Avant le départ pour l’Amérique, dans le meilleur des cas, les prêtres des ports procédaient au baptême des esclaves que l’on chargeait sur les bateaux, au pire, les capitaines des navires se chargeaient eux-mêmes d’asperger d’eau les esclaves en guise de baptême. Seuls deux enfants avaient été vaguement instruits de la portée du sacrement avant d’être baptisés, les autres avaient reçu l’aspersion sans instruction préalable, et donc sans en comprendre le sens, et sans même donner leur assentiment94.

  • 95 A.R.S.I., NR et Quit 14 1, fol. 100 v°-107 v°.

86Le Père Sandoval partit à la recherche de témoins et d’appuis divers. Il obtint ainsi les avis favorables à sa thèse de Francisco Daza de la Province du Pérou le 12 juillet 1611, de Baltasar Mas, Antonio Agustín, Jerónimo de Lazarraga et Manuel de Arceo le 22 mai 1612, de Fray Vicente Mallol le 19 août 1612, de Cristóbal Rodríguez, archevêque de Santo Domingo et premier évêque d’Arequipa au Pérou, le 17 décembre 1612, du franciscain Fray Gaspar de Villalobos le 3 janvier 1613, du dominicain Fray Juan de Avalos le 12 juillet 1613, et des théologiens jésuites de Séville, de Madrid, et de Tolède, respectivement le 17 novembre, 18 et 31 décembre 161395. Ils approuvaient tous la manière de procéder des Jésuites de Carthagène en fournissant des arguments au soutien de quelques-uns des points litigieux ; certains encouragèrent Sandoval à soumettre leur opinion au pape pour que celui-ci donnât son assentiment, ce qui éviterait ainsi toute polémique future.

  • 96 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 382-383.

87En 1614, puis en 1616, le Père Sebastián Gómez, recteur du Collège de l’île du Cap-Vert, répondait ainsi aux inquiétudes de Sandoval : à Cacheu comme au Cap-Vert, un prêtre se rendait sur le bateau et demandait aux Noirs s’ils voulaient être baptisés. Ils répondaient tous affirmativement comme on le leur ordonnait. On les baptisait alors sans autre instruction. Il regrettait que l’évêque soit mort avant d’avoir pris des résolutions pour remédier au problème, mais le fait de savoir que les Jésuites rebaptisaient certains esclaves lors de leur arrivée en Amérique, le rassurait96.

  • 97 E. Vila Vilar pense que Alonso de Sandoval et Don Pedro de Castro y Quiñones étaient en rapport en (...)
  • 98 Ibid., p. 492-503. Tout nous porte à croire que la méthode qu’il préconise dans son ouvrage pour i (...)

88Alonso de Sandoval compléta postérieurement son enquête par un écrit de l’archevêque de Séville, Don Pedro de Castro y Quiñones, que celui-ci avait présenté au pape Paul V en janvier 1617, pour l’informer des problèmes que suscitait l’administration du baptême des Noirs adultes. En effet, informé par les Jésuites de la ville de Carthagène97, Don Pedro de Castro y Quiñones s’était inquiété, le 28 novembre 1613, de l’existence d’un tel problème dans son diocèse. Il avait fait procéder à une enquête, et avait envoyé, en 1614, aux curés des paroisses urbaines et rurales de son diocèse une Instruction dont le titre est très évocateur : Instrucción para remediar y asegurar quanto con la divina gracia fuese posible, que ninguno de los negros que vienen de Guinea, Angola y otras provincias de aquella costa de Africa, carezca del Sagrado Baptismo. Étant donné son importance, le Père Sandoval reproduit cette instruction in extenso dans son ouvrage98 ; nous n’en donnerons ici que le résumé : le prélat remarquait que les Noirs qui débarquaient à Séville sans être baptisés étaient nombreux, alors qu’ils étaient pourtant généralement bien disposés pour recevoir le baptême ; il proposait d’effectuer un recensement des Noirs de toutes les paroisses précisant le nom des maîtres, leur état (bozal ou ladino), leur faculté éventuelle à servir d’interprète ; il recommandait de traiter les Noirs avec mansuétude et patience ; il indiquait que les curés devraient procéder, pour chaque Noir, à un examen, mené dans le plus grand secret pour ne pas heurter les sensibilités de certains, et qui était destiné à vérifier si le baptême avait été administré, dans quelles conditions, si la portée de l’acte avait été expliquée, ou si le sacrement avait été reçu avec une restriction mentale, auquel cas, il faudrait rebaptiser, dans certains cas sub conditione, après avoir procédé à une instruction religieuse qui devait évoquer les mystères de la Trinité, de l’Incarnation, de la Résurrection, et de la nécessité de recevoir le baptême pour obtenir la vie éternelle. Nous verrons que la méthode de Sandoval reprenait l’ensemble de ces directives.

89En 1617, l’archevêque de Séville choisit comme procureur, le Père Juan Antonio de Santander, provincial du Nouveau Royaume de Grenade, pour soumettre le problème au pape. Alonso de Sandoval décrit la scène en ces termes :

  • 99 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 289-291.

Y dándole el Padre Juan Antonio de Santander, Procurador general, por la Provincia del nuevo Reino de Granada, al Sumo Pontífice Paulo Quinto, de feliz recordación, la dicha carta y memorial del Arzobispo, y haziéndole relación de los baptismos destos Etíopes, y que se sirviesse su Santidad de escribir sobre ello a su Magestad el Rey Cathólico, se alentó notablemente su Santidad, para dar remedio a este negocio, y dixo con grande afecto, a nosotros toca el remedio de esso. Y leyendo después la carta del Arzobispo, al punto embió a llamar al Cardenal Melino, su Vicario general, y dándole la carta y memorial, como espantado del caso, le mandó fuesse al procurador general de la Compañía de Jesús en Roma, Lorenzo de Pauli, que avía ido con el Padre Juan Antonio de Santander, cuando habló a su Beatitud, y le llevó esta carta, para que se informasse muy exactamente en este negocio. El Cardenal lo hizo, y el Padre Juan Antonio le dio un memorial muy copioso de todo ello, y de los remedios que parecían convenientes99.

  • 100 Ibid., p. 292. Pour davantage de détails sur la requête de l’archevêque de Séville auprès du pape, (...)

90Certes, le Père Juan Antonio de Santander avait pu soumettre au souverain pontife, un memorendum que le Père Sandoval avait pris soin d’élaborer, mais il dut s’embarquer à nouveau pour les Indes, laissant l’affaire « en este término, para solicitarlo en adelante, con la gravedad que el negocio pedía100 ».

  • 101 Francisco Javier Hernaez, s.j., Colección de Bulas, Breves..., op. cit., t. 1, p. 67. Pour davanta (...)

91Par la bulle Altitudo divini consilii du 1er juin 1537, le pape Paul III déclarait que les prêtres qui avaient administré le baptême sans solennité à des adultes n’avaient pas péché, étant donné les circonstances particulières qui avaient entouré un tel acte, mais que le baptême devrait être désormais administré, sauf en cas d’extrême nécessité (« extra casum necessitatis magnae »), selon le rite de l’Église, c’est-à-dire avec de l’eau consacrée, après avoir procédé à la catéchisation et à l’exorcisation, on devrait mettre le sel, la salive, le chrémeau et le cierge pour seulement deux ou trois des catéchumènes, le chrême devrait être appliqué sur le sommet du crâne, l’huile sur le coeur des adultes et des enfants, et, pour les femmes, là où la décence le permettrait101. Le 16 mai 1614, le pape Paul V, concéda aux religieux des Indes (Occidentales et Orientales) l’autorisation de baptiser en dehors de l’église et sans cérémonie :

  • 102 Obtenue pour vingt ans, cette dispense fut renouvelée par la suite. Sandoval avouait avoir en sa p (...)

Insuper quoscumque Catholicae Religioni adscribendos in partibus, et Provintiis Indiarum, aliarumque orientalim, et occidentalim regionum degentes ; etiam extra Ecclesias, et sine ceremoniis consuetis quando ipsi iudicabunt, id magis Dei obsequium fore propter paucitatem operarium, et incommoditates quae se offerunt ad viginti annos proximos baptizandi apostolica auctoritate tenore praesentium licentiam, et facultatem concedimus, et imprimatur102.

92Ce privilège avait été concédé à raison du manque de prêtres et de l’impossibilité pour certains néophytes, de se rendre à l’église. Mais la polémique sur la décence de ces baptêmes était néanmoins encore d’actualité à Carthagène en 1621. On reprochait aux Jésuites de ne pas se conformer aux instructions qui les autorisaient à ne baptiser, dans de telles conditions, que les personnes se trouvant à l’article de la mort, ou lorsqu’il était impossible de trouver d’autres prêtres pour administrer ce sacrement. Le franciscain Fray Diego de Torres Altamirano, évêque de Carthagène qui, rappelons-le, s’était lui aussi inquiété de l’assistance spirituelle des Noirs, exposa la question en juillet 1621, dans une lettre au roi dans laquelle il expliquait que :

Pudiendo hacer públicamente y con la solemnidad que requieren estos baptismos, no sería bien que con perjuicio parroquial celebren este sacramento los Padres, pues el privilegio que tienen es general y con muchas limitaciones, como de los autos verá V. M., y no se ha de entender que con una concesión general y limitada quisiera Su Santidad abrogar el derecho parroquial tan antiguo.

  • 103 Vitelleschi avait écrit au père Antonio Agustín, alors recteur du Collège de Carthagène « Pena me (...)

93Les esclaves n’avaient suscité jusqu’alors qu’aversion et répugnance. Le clergé de Carthagène s’apercevait soudainement de l’intérêt économique qu’il pouvait y avoir à administrer à leur tour le baptême aux Noirs, tout en laissant aux Jésuites le soin de se charger des baptêmes des plus « répugnants ». Le conflit de rivalité spirituelle fut porté en Justice. Même si le préposé général de la Compagnie désapprouva le procès mené par les Jésuites de Carthagène contre le prélat, et fit des remontrances au recteur du Collège103, ces derniers eurent gain de cause : afin de continuer leur ministère, ils demandèrent à l’évêque de désigner des prêtres, ou des prébendiers, qui les accompagneraient et les aideraient à pratiquer le baptême des esclaves noirs qui venaient d’arriver dans le port, légitimant ainsi en quelque sorte la pratique du baptême sans solennité. L’évêque y consentit. La bonne volonté ne manqua pas au début mais, étant donné la difficulté de la tâche, la plupart des prêtres dut renoncer à ce travail qui était au dessus de leurs forces. Joseph Cassani décrit la situation en ces termes :

  • 104 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 467.

Los sujetos señalados acudieron el primer día con gran gusto, el segundo con alguna repugnancia de su estómago y cabeza, y el tercero faltaron enteramente rendidos al asco, a la fatiga y sin paciencia para convencer y rendir a bozales que apenas se gobiernan por razón104.

  • 105 Ibid., p. 468.

94Reconnaissant le mérite du Père Sandoval, ces prêtres devinrent ses meilleurs avocats, et l’évêque détermina que personne ne devrait empêcher les Jésuites de procéder aux baptêmes des Noirs bozales105.

  • 106 Nous reviendrons sur le(s) procès en vue de la béatification et canonisation de Pierre Claver. Un (...)

95Toutefois, en 1696, lors du procès mené en vue de la béatification et canonisation de Pierre Claver106, la question était de nouveau agitée. Selon le Père Bottinio, archevêque de Mirina (localité de Misia) et promoteur de la foi en la cause, le Père Claver en administrant le baptême sans solennité, sans qu’il ne se fût agi de cas d’extrême nécessité, avait commis une grave erreur ; quant à l’autorisation de l’évêque, elle n’apparaissait nulle part, ce qui faisait douter de sa véritable existence.

96Le frère coadjuteur Nicolás González qui avait mis en avant, lors du procès de béatification, le travail apostolique du Père Claver, lequel suivait la méthode enseignée par le Père Sandoval, expliquait qu’il ne s’agissait pas de prendre en considération l’intérêt financier qui pouvait découler de ces baptêmes, mais le souci de prévenir le danger qu’encouraient tous ces Noirs quant au salut de leur âme, car ils risquaient d’être laissés à l’abandon si les Jésuites ne les prenaient pas en charge :

  • 107 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal. Proceso de beatificación..., op. cit., p. 85.

Lo primero que preguntaba [Pedro Claver] a los negros, así a los recién llegados como a los que ya estaban acá, era si estaban bautizados o no, examinando muy minuciosamente este punto por medio de los intérpretes que tenía de las lenguas de los dichos negros, y encontrando alguno que no estaba bautizado, inmediatamente, al instante, lo instruía catequizándolo y bautizándolo según como lo permitían los privilegios de la religión de la Compañía y la licencia particular que tuvo para dicho efecto de los Señores Obispos y Ordinarios de este obispado, después de algunas controversias y contradicciones que se dieron sobre esto y un examen muy particular sobre la manera de catequizar e instruir a estos pobres negros, sin considerar en ello el interés de la Compañía, sino sólo el servicio de Dios y el bien de las almas y que dicho ministerio era más conveniente a religiosos penitentes y mortificados, por el gran hedor y mal olor que expiden los dichos negros, causado por las muchas enfermedades contagiosas con las cuales llegan a estas partes, pasando trabajos en el mar y muchas incomodidades, estando siempre desnudos, mal alimentados [...]107.

  • 108 Sandoval cite par exemple une lettre du 21 décembre 1622 qui fait état d’un rapport élaboré, à la (...)

97En consignant dans son livre les documents cités ci-dessus, ainsi que ceux qui lui étaient parvenus jusqu’à la fin de la rédaction de l’ouvrage108, Alonso de Sandoval entendait prouver que sa manière de procéder à Carthagène dans l’administration du baptême des Noirs devait être considérée comme la seule valable, et pouvait servir d’exemple pour tous ceux qui étaient confrontés au même problème dans d’autres régions d’Amérique. La diffusion de son ouvrage fut sans doute facilitée par la mobilité de ses confrères à l’intérieur de la Compagnie.

98Le Père Sandoval voulait encourager tous les prêtres à se lancer dans l’aventure du ministère auprès des Noirs :

  • 109 Ibid., p. 328. Il écrivait aussi : « por ser ministerio libre de adulaciones, de cumplimientos, de (...)

Riqueza es la de los operarios que tratan esta gente miserable, pues delante de Dios, aquellos andrajos son finos brocados, aquellas hediondeces son pevetes y pastillas olorosas, aquella orrura y lodo, oro fino de premio eterno ; al fin todo es riqueza y celestial prosperidad para quien con ojos de viva Fe, considera un alma que tanto le cuesta a Dios, puesta en tan estrañas miserias [...]109.

99Il incitait les prêtres à préférer ce ministère à celui du prône en chaire, car le pratique devait l’emporter sur le théorique lorsqu’il s’agissait de sauver un « pauvre Noir » :

  • 110 Ibid., p. 357.

Qué tiene que ver el estar un hombre en levantada contemplación, el enseñar las Divinas letras, el aplauso del púlpito y de las cátedras, con el cessar y vacar de todo esso, por bajarse a unos lugares tan despreciados, tan humildes, y tan incómodos, e inmundos, como son unos calabozos asquerosos, peores que zaurdas, en busca de un triste negro ? Muy poco cierto, si sólo se mira la tez y la apariencia de fuera ; pero si le advierten los innumerables bienes, las extraordinarias virtudes y grandezas que cubren y conservan essa vil y despreciada capa, de una profundíssima humildad, encerrada en este Divino exercicio, sin duda que no le hazen ventaja essotros exercicios, tan estimados de todos [...]110.

100Il considérait donc qu’il était du devoir de tous les prêtres de prendre en charge ce ministère :

  • 111 Ibid., p. 297.

Y pues de nosotros [los varones apostólicos] no quiere este gran Señor más de que comuniquemos a sus hijos los bienes y riquezas que él nos ha comunicado, mal haremos en no enseñar, pues nos hizo maestros, mal en no curar pues nos graduó de médicos, en no guiar pues nos puso por Pastores y por guías en el mundo, en no alumbrar, pues éramos antorchas no escondidas, sino puestas en alto a vista de todos, y pues nos crió libres para que ayudássemos a la libertad y salvación de otros, mal haremos si no la procuramos, [...] ayudando gente tan enferma, tan descaminada, tan ciega, tan necesitada de ayuda, y tan falta de remedio111.

  • 112 Ibid., p. 358, 316.

101Selon lui, si les Noirs étaient dans une telle ignorance des préceptes chrétiens, c’était à cause du manque de prêtres voulant se consacrer à cette tâche ingrate. En Amérique, il constatait que « a esta almas, quiero dezir destos pobres negros, destos tristes indios, desta gente, que su mayor pobreza, su mayor desdicha y desventura, es no tener pastor » ; pour l’Afrique, il rapportait que « a mi ver y al de los que del natural de estas naciones tienen noticia, la causa de aver faltado algunas dellas en las cosas de la Fe, y otras mesclándolas con errores allá en sus Reinos, más es por falta de Sacerdotes, que por su natural mala inclinación112 ».

  • 113 Les exemples sont nombreux. Nous n’en donnerons qu’un qui servira d’illustration : « pecan gravíss (...)
  • 114 En effet, Sandoval écrivait : « el venir unos baptizados destos Reinos y otros no, consiste el cui (...)
  • 115 Ibid., p. 400.

102Alonso de Sandoval critiquait les prêtres qui n’assumaient pas correctement leurs responsabilités d’évangélisation, en particulier sur le continent africain113, ainsi que les évêques sur qui retombait la responsabilité du choix de tels ministres qui ne veillaient pas à ce que les esclaves soient baptisés avant d’être embarqués pour l’Amérique114. Il n’avait pas, d’ailleurs, de réel espoir de voir un quelconque changement, malgré ses efforts, et arrivait à souhaiter que tous les esclaves soient embarqués sans avoir reçu de baptême préalable sur les côtes africaines : « sería acertadísimo y de gran servicio de Dios Nuestro Señor que saliesen estos negros de sus tierras y puertos sin bautizar115 ».

103En 1630, le procureur général du Nouveau Royaume de Grenade présentait un mémoire au Conseil des Indes qui dénonçait à nouveau les irrégularités canoniques affectant les baptêmes administrés aux Noirs de Guinée, dont les territoires appartenaient à la Couronne du Portugal. Le roi d’Espagne se devait d’intervenir puisque les deux Couronnes étaient réunies depuis 1580. Aussi le Conseil lui demanda-t-il de faire en sorte que des curés doctes soient envoyés dans ces régions afin de remédier à ce problème :

  • 116 A.G.I., Santa Fe 3, expediente n° 16, (1630).

El procurador general de la Compañía de Jesús a dado un memorial en el Consejo refiriendo el grande daño que ay en los baptismos que hazen los curas de los negros de Guinea que pertenecen a la Corona de Portugal ; y que cada año llegan al puerto de Cartagena más de ocho o nuebe mill negros y queriéndolos cathequiçar se halla que es necesario bolberlos a baptiçar a casi todos por no aver sido válido el baptismo que recibieron en Guinea porque como no fueron instruidos, no supieron lo que recibían y se halla que solos los que an baptizado los religiosos de la Compañía vienen bien instruidos y baptizados. Para cuyo remedio convendrá que V. M. por el Consejo de Portugal ordene que en las dichas provincias se pongan curas doctos y temerosos de Dios que hagan estos oficios con el zelo y cuidado que requiere cosa de tanta importancia. Y haviéndose visto en el Consejo a parecido representarlo a V. M. para que se sirva de ordenar por la parte donde tocare se ponga remedio en un negocio de tanta consideración en la forma que V. M. tubiere por más conveniente116.

104La situation restait inchangée à la fin du siècle : certains esclaves étaient toujours embarqués sans avoir été baptisés et sans avoir reçu d’instruction religieuse préalable. Une carta annua de 1695 décrit l’activité des Jésuites (ils étaient au nombre de 50) à bord du bateau négrier qui les conduisait en Amérique :

  • 117 A.R.S.I., NR et Quit, 13 II, fol. 315 r°.

De los Padres unos explicaban todos los días la doctrina christiana, otros con particular cuidado la enseñaban a los grumetes, Negros y otra gente ignorante, otros catechisaban a algunos morenos que aún no estaban bautizados, y otros acudían con particular amor a los enfermos del navío117.

105Sur le bateau ou bien à terre, les Jésuites travaillaient inlassablement à la catéchisation des esclaves, nécessaire préparation au baptême. À Carthagène, Alonso de Sandoval ouvrit la voie, et le Père Claver ainsi que d’autres continuateurs appliquèrent la méthode qu’il avait développée, grâce à son expérience, dans son ouvrage De instauranda Aethiopum salute.

1.2.2. Saint Pierre Claver

  • 118 Avant de mourir, Pierre Claver légua au Collège de Tunja où il avait effectué son noviciat, le liv (...)

106Né à Verdú, en Catalogne, le 26 juin 1580, Pierre Claver entra au noviciat de Tarragone le 7 août 1602. Le 8 août 1604, il prononça les vœux l’unissant à la Compagnie. À la fin de son noviciat, il fut envoyé à Gérone où il devait compléter ses études. Il y perfectionna le latin, y apprit le grec et étudia la rhétorique pendant un an. Il partit ensuite à Montesión (Majorque), pour étudier la philosophie. Il y resta trois ans (1605-1608) et revint à Tarragone, puis à Barcelone où il suivit des cours de théologie. En 1609, le préposé général de la Compagnie Claudio Acquaviva ordonna que chaque Province d’Espagne envoyât un missionnaire en Nouvelle Grenade ; celle d’Aragon choisit d’envoyer Pierre Claver, puisqu’il avait formulé plusieurs fois le souhait d’être envoyé en Nouvelle Grenade. Il embarqua le 15 avril 1610 alors qu’il n’était encore qu’un étudiant. Sa vocation missionnaire vers le Nouveau Monde lui avait été suggérée par Alonso Rodríguez, portier du Collège de Montesión, qui lui avait fait comprendre qu’il avait de grandes choses à réaliser là-bas118. Cinq mois s’écoulèrent entre son départ de Séville et son arrivée à Santafé. Il y servit d’abord comme frère coadjuteur pendant un an et demi, puis, la chaire de théologie étant créée en 1612, il put terminer ses études. Il passa un an de probation à Tunja, avant d’arriver à Carthagène en décembre 1615, où il fut ordonné prêtre le 19 mars 1616 par l’évêque dominicain Pedro de la Vega. Il devint très vite, comme il a été dit, le compagnon d’Alonso de Sandoval dans le ministère auprès des Noirs de Carthagène. En 1622, il reçut l’ordre de se préparer à faire sa profession religieuse ; aux voeux traditionnels, il ajouta celui de se consacrer au service des Noirs en signant « Petrus Claver, aethiopum semper servus ». Il ne négligea pas non plus les pauvres, les malades, les prisonniers de guerre, les hérétiques, et les condamnés à mort. En 1650, une violente épidémie de peste fit son apparition dans la ville, neuf jésuites, dont six prêtres furent emportés. Pierre Claver, tombé malade lors d’une mission vers le fleuve Sinú, revint à Carthagène et fut lui aussi touché par la maladie contagieuse. À demi paralysé et atteint de très forts tremblements, il mourut le 9 septembre 1654, deux ans après Alonso de Sandoval. Il fut béatifié en 1851, canonisé le 15 janvier 1888, et proclamé patron universel des missions auprès des Noirs par Léon XIII le 7 juillet 1896. Il est enterré à Carthagène où il est encore vénéré de nos jours.

  • 119 Il se réfère probablement à l’acte de l’« Acuerdo celebrado por el Cabildo, Justicia y regimiento (...)
  • 120 Nous avons retrouvé la réponse que donna la reine à la requête présentée par le Cabildo : « Ylustr (...)

107D’après A. Valtierra, à la mort de Pierre Claver, le gouverneur Pedro Zapata aurait proposé au Cabildo de la ville de solliciter du chapitre ecclésiastique l’instruction d’un dossier susceptible de réunir tous les témoignages tendant à prouver que Pierre Claver avait vécu comme un saint119. Il est sûr en tous cas que Juan Guerrero Freile, calificador du Saint-Office, fut désigné comme juge, (assisté de Juan Téllez, notaire de l’Inquisition comme secrétaire), par le doyen et le chapitre de la cathédrale (en l’absence d’évêque), pour procéder à l’audition des témoins qui avaient connu le Père Claver de son vivant (154 témoins furent entendus, la plupart en 1658, les autres jusqu’en 1660). Andrés de Torres, provisor et vicaire général, fut désigné par la suite par l’évêque de Carthagène pour continuer à recueillir les témoignages entre 1668 et 1669. Le 25 septembre 1669, le procureur général de Carthagène adressa une requête au Cabildo de la ville (dont il faisait lui-même partie) : après avoir évoqué le procès, mené par les juges ecclésiastiques de l’évêché, qui devait être remis à Rome à Juan Pablo Oliva, préposé général de la Compagnie de Jésus, qui le transmettrait au pape, il proposa d’appuyer la requête de canonisation, en intercédant directement par des lettres adressées non seulement au souverain pontife, mais aussi à la Couronne espagnole120.

  • 121 La mémoire de Pierre Claver est encore très vivante au xviiie siècle ; une carta annua de 1708 du (...)

108Le 7 avril 1678, les juges ecclésiastiques du diocèse de Carthagène présentaient à la chambre apostolique les résultats de ce procès dont ressortaient les vertus cardinales et théologales du Père Claver, et les miracles attribués à son intercession. Un document en italien fut publié par le Saint-Siège en 1696 et présenté au bureau de la Postulation générale à Rome, sollicitant la béatification et canonisation de Pierre Claver. Celle-ci n’eut lieu qu’en 1888, à la suite de quatre examens de la cause en l’espace de deux siècles et demi121.

  • 122 Nous renvoyons les lecteurs aux nombreux ouvrages et articles qu’il a consacrés au saint. Angel Va (...)
  • 123 Vita dell’apostolico Padre Pietro Claver della Compagnia di Giesu, scritta dal licenciato Girolamo (...)
  • 124 Joseph Fernandez, Apostólica y penitente vida de el V. P. Pedro Claver de la Compañía de Jesús, Za (...)
  • 125 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit..
  • 126 Mariano Picon Salas, Pedro Claver, el santo de los esclavos, Caracas, Monte Avila ed, 1949.
  • 127 Le lecteur intéressé par la question pourra consulter la liste établie et commentée par Angel Valt (...)

109Pierre Claver eut de très nombreux biographes. Le plus connu de tous est Angel Valtierra122. Des auteurs s’intéressèrent très tôt au personnage de Claver. Dès 1657, Jerónimo Suárez Somoza publia une biographie à Madrid, à partir des lettres écrites par le provincial du Nouveau Royaume123. Joseph Fernández, qui eut en plus accès aux documents réunis en vue de la béatification, publia un livre à Saragosse en 1666, dont le titre est : Apostólica y penitente vida de el V. P. Pedro Claver de la Compañía de Iesús, sacada principalmente de informaciones jurídicas hechas ante el ordinario de la ciudad de Cartagena de Indias124. Joseph Cassani utilisa les deux procès (ordinaire et apostolique) pour évoquer le vie de Pierre Claver dans son livre publié en 1741125. Plus récemment, Mariano Picón Salas donna une version romancée de la vie du saint126. Nous arrêterons là cette liste des auteurs, car il serait trop long de les citer de manière exhaustive127.

  • 128 On trouvera le contenu de cette lettre traduite en espagnol dans Angel Valtierra, s.j., San Pedro (...)
  • 129 Pedro de Mercado, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., t. I, p. 240-242.

110On conserve très peu de documents émanant directement de Pierre Claver. A. Valtierra évoque une lettre en catalan adressée depuis Majorque à sa famille qu’il encourage à suivre le chemin du Christ128. Fray Pedro de Mercado reproduit dans son livre sur la Compagnie de Jésus deux lettres que Pierre Claver lui avait envoyées en 1627, dans lesquelles il décrivait son ministère auprès des Noirs dans le port de Carthagène129. Elles donnent, au même titre que les témoignages recueillis lors des deux procès de béatification et de canonisation, des informations précieuses sur la pédagogie pastorale du Père Claver. Elles montrent aussi à quel point celui-ci était devenu le « servus servorum », comme il l’avait revendiqué lors de sa profession religieuse. Celui-ci écrivit par exemple :

  • 130 Ibid., p. 241.

Les estuvimos hablando no con lengua sino con manos y obras, que como vienen tan persuadidos de que los traen para comerlos, hablallos de otra manera fuera sin provecho ; asentámonos después o arrodillámonos junto a ellos y les lavamos los rostros y vientres [...]130.

111Le frère coadjuteur Nicolás González qui passa 22 ans en compagnie de Pierre Claver, et l’assista souvent dans le ministère auprès des Noirs, est l’un des principaux témoins entendu lors du procès de béatification mené à Carthagène. Il atteste de l’abnégation de son compagnon :

  • 131 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 85.

Desde dicho año de seiscientos y diez y seis, para hacer la obediencia y cumplir su voto particular no dejaba de día ni de noche de asistir a las necesidades espirituales de dichos negros sin poner cuidado al calor, a las lluvias, ni al barro ni a la enfermedad e indisposiciones de las cuales sufrían, instruyéndolos, bautizándolos, confesándolos y ayudándolos a bien morir con tanto amor y caridad como si hubiera sido padre de cada uno de ellos individualmente, con tanto celo que cada día en la misa que decía, en la colecta recomendaba a Dios en particular la conversión de dichos negros, porque los religiosos antiguos de la Compañía, que este testigo conoció en el Colegio de esta dicha ciudad, decían siempre la dicha Colecta en la misa, lo cual acostumbró hacer también el dicho padre Pedro Claver todo el tiempo de su vida131.

112Ce qui provoquait l’admiration de ceux qui le voyaient faire, comme l’indique le même témoin, Nicolás González, qui se rappelle l’étonnement du procureur général de la Province du Pérou qui pourtant était habitué à voir les Jésuites de Lima exercer de tels ministères :

  • 132 Ibidem, p. 202. Pour le ministère auprès des Noirs des Jésuites de Lima, on consultera Jean-Pierre (...)

Y se acuerda este testigo que en el año de cuarenta y tres, encontrándose en este colegio el padre Bartolomé Taffior, procurador general de la provincia de Lima de paso para Roma, en una semana santa, y viendo todo lo que el dicho padre Pedro Claver hacía y ejercía con los dichos negros, dijo a este testigo que era cosa rara y ejemplar lo que hacía el dicho padre Claver y que si bien en su provincia del Perú se encontraban muchos hombres apostólicos que trabajaban mucho con los dichos negros indianos, sin embargo no había comparación con la fatiga del dicho padre Pedro Claver, que era verdaderamente hombre apostólico y que trabajaba mucho por el bien de las almas de los negros132.

113En réponse à des lettres qu’il recevait de Pierre Claver, le préposé général de la Compagnie le félicitait pour son courage et son sacrifice, et l’encourageait sans cesse à persévérer dans cette lourde tâche. On devine dans les réponses, les requêtes formulées par le Père Claver. En 1618, par exemple, il avait demandé à ne pas recevoir la profession solennelle du quatrième vœu. Le préposé général Vitelleschi répondit en 1619 :

  • 133 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (1619), fol. 64 r°.

El cuidado de doctrinar y ayudar espiritualmente a los morenos con que V. R. dize en la suya de 23 de jullio del año passado que andava ocupado, estimo y alabo muy mucho, no sólo por el grande provecho que dello resultará en essas almas con mucha gloria del Señor que las redimió sino por el aventajado premio que su divina Magestad tiene aparejado a quien con tanto fervor exercita essa obra como entiendo que lo hace V. M. ; de cuya modestia en pedir que le dejen sin grado firme en la Compañía quedo edificado pero tengo por mucho mejor el ponerse en la devida indiferencia para lo que la misma Compañía resolviere en esse particular de la persona de V. M., persuadiéndose ser éssa la voluntad del Señor, el qual eche su copiosa bendición que deseo a V. M. en cuyos santos sacrificios133.

114Dans deux lettres, l’une de 1623, l’autre de 1626, Pierre Claver s’inquiétait du sort réservé aux interprètes que le Collège avait achetés pour faciliter la communication avec les Noirs bozales qu’il fallait catéchiser et baptiser. Vitelleschi lui répondit en 1624 :

  • 134 Ibidem, (1624), fol. 240 r°.

De grande consuelo y edificación me a sido la de V. R. de 31 de março de 1623 en que me da quenta del empleo que ay tiene catechizando y exercitando los demás ministerios con los morenos que llegan a ese puerto. Padre mío mucha razón tiene V. R. de estar muy consolado en esa ocupación pues es de tan grande servicio de Nuestro Señor y bien de esa pobre gente que está tan necesitada de quien la enseñe el camino de la salvación. Ruego a V. R. quan encarecidamente puedo que prosiga en lo que agora haze. Al Padre Provincial encargo que de ningún modo le ocupen los negros que a comprado para lenguas a los quales podrá V. R. enseñar a leer y todo lo demás que fuere menester para que sepan con más fundamento las cosas de nuestra santa fe para que ellos les enseñen mejor a los morenos que vienen de nuevo134.

115En réponse à la deuxième lettre, il écrivit en 1628 :

  • 135 Ibidem, (1628), fol. 296 r°. Une lettre allant dans le même sens fut effectivement envoyée, comme (...)

Con particular consuelo e leído la de V. R. de 17 de julio de 1626 en que me avisa lo mucho que tiene que hazer en el ministerio de morenos que la santa obediencia le a encargado y exercita con tan grande edificación de los de esa ciudad y no menos fruto de los morenos que a ella acuden. Edifícome del santo zelo con que V. R. trabaja en ese empleo de tan grande servicio de nuestro Señor y le ruego mucho que lo prosiga con el fervor y buen aliento que hasta aquí y espere de Nuestro Señor cumplido premio de sus buenos trabajos. Al Padre Provincial encargo agora que no se vendan ni truequen ni quiten a V. R. los ocho o nueve intérpretes negritos que tiene pues son tan necessarios para hazer como se requiere ese ministerio. Espero que lo cumplirá puntualmente. Con el mesmo gusto acudiré a qualquiera otra cosa que fuere del consuelo de V. R. como es justo que se haga con quien así lo merece135.

  • 136 « Mucha razón es que alentemos y ayudemos en todo quanto se pudiere al Padre Pedro Claver que trab (...)
  • 137 J.-P. Tardieu a évoqué l’importance de ce personnage dans le ministère auprès des Noirs dans son o (...)

116Vitelleschi n’approuva pas certains aspects du ministère de Claver, et le fit savoir à Luis de Santillán, provincial de Santafé, pour qu’il intervînt. Par une lettre de 1628, il lui demanda de modérer l’excès d’autorité dont semblait faire preuve le Père Claver envers certains esclaves qu’il lui arrivait même de fouetter136. À la demande que le Père Luis de Santillán avait formulée pour que l’on envoyât Gabriel Perlín137 du Pérou pour aider Claver dans son ministère à Carthagène, Vitelleschi répondait négativement en 1631, et ajoutait que s’il était juste d’estimer le travail effectué par Claver, il fallait veiller à ce que sa générosité n’aille pas au-delà de ce qui était permis par la Règle, comme par exemple avoir de l’argent ou des provisions par devers lui ; d’autres mesures étaient également conseillées :

  • 138 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (1631), fol. 338 v°.

El Padre Gabriel Perlín es necesario en Lima para ayudar a los morenos en que trabaja muy bien y con mucho fruto. V. R. busque algún Padre en su Provincia que sea a propósito para el ministerio de morenos y embielo a Cartagena para que ayude al Padre Pedro Claver y se vaya haciendo. Justo es que estimemos y agradescamos al Padre Claver lo que trabaja en el dicho ministerio pero no por esto se le a de dejar de advertir y corregir lo que se repara en él : como los negritos que le sirven de lenguas no le falten siempre que los ubiere menester para el ministerio bien es que los ocupen porque no estén ociosos y aprendan algún oficio como de sastre o çapatero para que trabajen y ayuden en lo que pueden. No permita que el dicho Padre tenga plata en su poder ; si es menester alguna para socorrer la necesidad de los pobres morenos téngala en poder del Procurador de la Provincia al qual ordenará V. R. que acuda con ella puntualmente para el dicho efecto quando se la pidieren. También conviene que no tenga en su aposento dos botijas de vino, que no puede parecer bien en uno de la Compañía tenerlas en su aposento. V. R. haga que se las guarden en la despensa y sea de modo que no se gasten en otra cosa que con los morenos138.

  • 139 « He entendido que se gasta mucho en enseñar cosas de música a los negros que ayudan al Padre Pedr (...)

117Bien que Vitelleschi ait voulu que les interprètes recrutés par Claver apprissent aussi un métier tel que tailleur ou cordonnier, en 1632, il désapprouvait toutefois que de l’argent fût dépensé pour leur enseigner la musique, et conseillait au contraire de perfectionner leur instruction religieuse139.

118Le Père Sandoval ne pouvait qu’approuver l’action exemplaire de son disciple Pierre Claver. Toutefois, du temps où il était recteur, il lui fit quelque remontrance car son abnégation pouvait aller jusqu’à négliger sa propre santé, comme le rapporte Ignacio Angola, esclave et interprète de la Compagnie :

  • 140 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 179.

Un día, antes de la misa, se desmayó en esta iglesia y cayó sobre un estrado de tablas que tenía cerca de su confesionario, para que en él se sentasen las negras que se habían de confesar con él [...]. Y a dicho desmayo corrió el padre Alonso de Sandoval, el cual ya es difunto, y en aquel tiempo era ministro de este colegio. Y habiendo vuelto en sí el dicho padre lo regañó y reprendió el dicho padre Alonso de Sandoval, diciéndole que buena era la penitencia pero no tan rigurosa como el dicho padre la hacía, que Zamora no se ganó en una hora y que no estaba bien que trabajase tanto en confesar y dijese misa tan tarde, que se moderase y fuese más complaciente con su cuerpo140.

119On a souvent dit que le Père Sandoval s’était distingué dans le ministère des Noirs plutôt grâce à la publication de son livre, c’est-à-dire grâce à la théorie, alors que Pierre Claver avait plutôt mis cette théorie en pratique. Or, Sandoval n’avait pu écrire son livre que grâce à l’expérience qu’il avait acquise. De même, si Pierre Claver se consacra surtout à la pratique de son ministère, il ne se désintéressa néanmoins pas complètement de l’aspect théorique de celui-ci ; à l’instar de Sandoval, il fit des propositions pour améliorer le ministère auprès des Noirs, comme le laisse entendre la lettre du préposé général Vitelleschi écrite en 1635 :

  • 141 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 2, (1635), fol. 161 v°.

Ruego a V. R. que los puntos de que me informa en la de 27 de julio, los comunique a los Padres Visitador y Provincial para que a medida de su necesidad apliquen el remedio, así me lo asegura, su religión y entereça lo dispondrán. Agradezco a V. R. las veras y gusto con que se emplea en enseñar los morenos, muy próspero ministerio es de la Compañía y de sus hijos141.

  • 142 Ibidem, epistolario n° 1, (1626), fol. 279 r°.

120C’est, à notre sens, dans ce même esprit qu’il avait appuyé par une lettre, la nécessité de la publication de l’œuvre d’Alonso de Sandoval en 1626142. Toutefois, la tâche que Pierre Claver menait à Carthagène ne le satisfaisait pas pleinement. Tous les ans, des bateaux négriers amenaient dans le port de Carthagène de nombreux bozales dont le salut éternel était compromis, faute d’avoir été baptisés. C’est sûrement la raison qui le conduisit à demander qu’on l’envoyât en Afrique. Nous ne saurions dire si la requête émana directement de lui, ou si elle se fit par l’intermédiaire du Père Francisco Mayoral. Celui-ci en effet avait travaillé avec le Père Claver dans le ministère auprès des Noirs, comme nous le rappelle l’interprète Ignacio Angola :

  • 143 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 136.

[El padre Claver] hacía a todos preguntas de la doctrina cristiana, en particular a los negros porque en la dicha plaza es el mayor concurso de aquellos. Y a los que respondían bien les daba algunos premios de estampas y de medallas de indulgencia y después les predicaba y si estaba indispuesto y no podía hacerlo, preparaba a un padre de este Colegio para que predicase y lo ayudó mucho en este ministerio el padre Francisco Mayoral143.

  • 144 A.G.I., Santa Fe 3 n° 153, (1640).
  • 145 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 230 ; ibidem(...)
  • 146 Cf. chapitre V (2.3).

121Le Père Mayoral avait pris son rôle de défenseur des opprimés tellement à coeur, que, le 6 mai 1639, il organisa la fuite de Melchorico « moro de nación », parce que selon lui, celui-ci avait été injustement condamné à mort. Peut-être s’était-il occupé de sa conversion, et le considérait-il comme son protégé ? Il profita du moment de la réconciliation pour couper la corde du condamné, lequel put s’enfuir, avec l’aide de religieux franciscains et dominicains qui, avertis par Mayoral, barrèrent la route aux autorités, ce qui permit au fugitif de trouver refuge dans le couvent des Franciscains144. Nous ne savons pas si l’exécution de Melchorico eut finalement lieu, mais cet excès de zèle valut probablement au Père Mayoral d’être expulsé de la Compagnie. En effet, quelques années plus tard, l’interprète Diego Folupo disait de lui « era de la Compañía y después salió de ella y le parece que está en la Villa de Mompox, Zaragoza o Cáceres », et Francisco Yolofo, interprète lui aussi, « el padre Francisco Mayoral que hoy es clérigo y está afuera de esta ciudad y fue de la Compañía y compañero del dicho padre145 ». Nous le retrouvons en effet comme doctrinero dans les mines de Remedios où travaillaient beaucoup de Noirs146.

  • 147 Le frère Domingo de Vasconcelos demanda quant à lui à partir en mission en Chine, au Japon, ou en (...)

122Il est possible que Claver et Mayoral aient discuté du problème de l’éducation religieuse des Noirs qui n’était pas correctement assurée en Afrique, et qu’ainsi, l’idée leur était venue de demander à leurs supérieurs d’être autorisés à exercer leur ministère en Guinée147. La réponse qui fut envoyée à Francisco Mayoral en 1636 fut négative :

  • 148 Dans sa deuxième lettre il avait demandé que les normes dictées par les provinciaux, relatives aux (...)

Responderé a dos de V. R. de agosto del año pasado. La primera me a sido de particular consuelo por los deseos que me comunica de servir a Nuestro Señor en Guinea, muy propios son de su santo zelo, con todo juzgo que por aora es voluntad suya persevere V. R. en esa provincia adonde tiene tanta mies de los de aquella nación en que poder cebar su caridad. Lo mismo diga V. R. al Padre Pedro Claver148.

123Même s’ils se distinguèrent, Alonso de Sandoval et Pierre Claver ne furent pas les deux seuls jésuites à exercer leur ministère auprès des Noirs ; ils eurent par exemple comme compagnons Juan de Cabrera, Francisco Mayoral, le frère Nicolás Hernández, ou Domingo de Vasconcelos. Après leur mort (respectivement 1652 et 1654), d’autres jésuites continuèrent le ministère pastoral près des Noirs de Carthagène.

1.2.3. Les continuateurs

  • 149 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 399.

124Le Père Diego Ramírez Fariña arriva à Carthagène, désigné par ses supérieurs, pour remplacer le Père Claver qui était tombé malade. Joseph Cassani décrit l’accueil que Pierre Claver lui réserva : « Supolo el Siervo de Dios, y al punto hizo que le llevasen los Negros en su silla al aposento del Padre Fariñas, y arrojándose a sus pies, se los besó diciendo : “Dichoso V. Reverencia ! a bautizar viene, dichoso, dichoso ! Gran cosa149 !” »

  • 150 On trouve bien entendu la description de cette ambassade hors du commun dans une carta annua (A.R. (...)

125En 1657, le Père Fariña, alors recteur du Collège, eut affaire à un néophyte hors du commun. Quatre navires négriers accostèrent à Carthagène ; à bord de l’un d’entre eux se trouvait l’ambassadeur du Royaume d’Arda (sud du Bénin actuel) accompagné de sa suite150. Pedro de Mercado nous relate le motif d’un tel voyage :

  • 151 Pedro de Mercado, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 246.

Había muchos tiempos que en el Reino de Arda morían de poca edad todos los reyes, y que estando su rey con temores de no tener sucesión muriéndose mozo, llegó a su noticia que muchos reyes cristianos morían de anciana edad y que con esta noticia trató de recebir su fe y su ley y se le determinó enviar embajador al rey de España pidiéndole su amistad, y que en señal de ella le enviase sacerdotes que en su reino enseñasen la ley de los cristianos, porque no quería que se guardase otra. Añadió [el embajador] que entre muchos que se habían ofrecido para esta legacía le había caído a él la suerte de ser el escogido para tener la dicha que había recebido de mano de los padres de la Compañía, y que así les rogaba que se fuesen con él para que su rey tuviese juntamente con sus vasallos semejante dicha [...]151.

  • 152 L’ambassadeur Bans, devenu Don Felipe Zapata à son baptême (du nom de son parrain, Don Pedro Zapat (...)

126Mercado conclut l’histoire en disant que les Jésuites avaient administré le baptême à 2 119 Noirs (provenant vraisemblablement des quatre navires négriers précités), en plus de celui qu’avaient reçu l’ambassadeur et les gens de sa suite, qui s’étaient embarqués pour La Havane, pour arriver ensuite en Espagne, demander au roi qu’il envoie des missionnaires dans leur pays152.

127Cet épisode n’est pas sans nous rappeler que de nombreux rois africains considéraient le baptême comme un acte magique. La venue de l’ambassadeur du roi d’Arda à Carthagène ne laisse pas de surprendre. Pourquoi n’était-il pas allé directement s’adresser au roi d’Espagne ? Et pourquoi avait-il choisi l’Espagne alors que les couronnes espagnole et portugaise étaient séparées depuis 1640 ? Était-ce par ignorance du changement politique ? Par défiance à l’égard des missionnaires portugais ? Ou parce que, les négriers hollandais s’étant substitué aux Portugais depuis 1630, leur seul espoir d’être convertis était de se tourner vers la très catholique Espagne ? La fréquence des bateaux en partance depuis son pays vers l’Amérique, et probablement aussi la réputation que les Jésuites avaient gagnée en s’occupant du ministère des Noirs, amena l’ambassadeur et sa suite à Carthagène.

128Le Père Diego Ramírez Fariñas était alors âgé de 62 ans, et continua son ministère auprès des Noirs jusqu’en 1660. C’est lui qui fut désigné pour poser les questions aux témoins pour le procès de béatification de Pierre Claver ; il était alors calificador du Saint-Office.

  • 153 A.R.S.I., NR et Quit 3 et 4.
  • 154 « P. Petrus de Ostos, consultor collegiis, confesarius nostrorum ; prefectus salutis. Operarius hi (...)
  • 155 A.R.S.I., Congr. 74, (1667), fol. 149 v°, 150 v°. Ceci n’était pas une spécificité du Collège de C (...)
  • 156 A.R.S.I., NR et Quit, 14 1, fol. 213.
  • 157 Juan Manuel Pacheco, s.j., Los jesuitas en Colombia, op. cit., t. 2, p. 82.

129En 1660, on trouve à ses côtés, comme « operarios de negros », les pères Isidoro Fores (30 ans), et Pedro de Ostos (52 ans). D’après les rapports de la Compagnie, ce dernier exerçait déjà ce ministère en 1659 et il le continua jusqu’en 1691 (il était alors âgé de 85 ans et avait passé 63 ans dans la Compagnie153). Tout comme Diego Ramírez Fariña, Isidoro Fores avait fait trois ans de philosophie et quatre de théologie ; par contre, on sait que Pedro de Ostos avait étudié (la durée n’est pas précisée) la philosophie et la manière de résoudre les cas de conscience, il pouvait exposer la grammaire, et était coadjuteur spirituel formel (« Studuit philae et casibus conscientis, docuit gram., est operarius hispan. et aetiopum, coadjutor spir. form. »). En 1667, il fut désigné pour être le consultant du Collège, confesseur, et préfet des congrégations154. C’est donc à plusieurs titres (en tant qu’operario de negros et préfet des confréries) qu’il demanda pour la congrégation des Noirs et Noires du Collège les mêmes indulgences que celles qui avaient été concédées à la confrérie de l’Anunciata. Le préposé général Goswino Nickel donna son accord, mais rappela que les Noires (autrement dit les femmes) ne pouvaient pas avoir accès aux congrégations fondées par la Compagnie155. Le 30 juin 1667, le Père Cabero, provincial du Nouveau Royaume, qui se trouvait au Collège de Carthagène, recommanda au recteur de veiller à ce que les esclaves soient bien pris en charge spirituellement, et précisa « en orden a esto, se acudirá al P. Pedro de Ostos que es el que hoy tiene a su cargo, dándole siempre compañero para que lo haga con gusto y aplicación156 ». Arrivé à Carthagène en 1642, Pedro de Ostos avait donc connu Alonso de Sandoval et Pierre Claver qui lui avaient probablement montré le chemin à suivre. Il mourut à l’âge de 87 ans, le 1er décembre 1695157.

130Une lettre du préposé général Thyrso González envoyée à Diego Francisco Altamirano, vice-provincial du Pérou nommé visiteur, nous informe sur les prêtres qui succédèrent à Pedro de Ostos comme operarios de negros :

  • 158 A.P.T., Cartas de los P. P. Generales, leg 132, M 52, (Carta al padre Diego Francisco Altamirano, (...)

No aviendo hallado V. R. falta considerable en el padre Baltasar Felices, hizo V. R. bien en no mudarle a otra parte travajando allí con el padre Julián de Vergara con tanta edificación y buen exemplo en la asistencia de los negros bozales que concurren en aquel puerto. Doy a V. R. las gracias de aver señalado estos dos operarios para ministerio de santo servicio de nuestro señor y bien de aquellos miserables y por aver puesto para el mismo fin en Panamá al Padre Miguel Cortés. Espero que el Padre Calderón conseguirá del Rey nuestro señor los medios que se desean para tener en ambos colegios operarios destinados para el fin de la enseñanza y assistencia de gente tan necessitada158.

  • 159 A.R.S.I., NR et Quit, 4, (1702). Remarquons néanmoins que certains prêtres étaient désignés comme (...)
  • 160 A.P.T., Astráin, IX leg 33 (2,3), Estado espiritual de la Provincia del Nuevo Reyno de Granada y s (...)

131Les rapports des Jésuites ne mentionnent aucun prêtre spécialement affecté au ministère auprès des Noirs à Carthagène pour l’année 1702159, pourtant, en 1718, le visiteur Ignacio Meaurio, décrivant les activités du Collège, disait « se asiste al [ministerio] de los Negros por un Padre que siempre ay señalado para este fin160 ».

1.3. La présence jésuite dans les haciendas et les mines

  • 161 Nous renvoyons le lecteur intéressé par la question aux travaux de G. Colmenares et H. Tovar Pinzó (...)
  • 162 Jean-Pierre Tardieu, ibid., p. 286.

132Si l’on ne peut nier l’important travail réalisé par les Jésuites pour mener à bien l’évangélisation des Noirs, en particulier à Carthagène des Indes, on ne peut cependant pas ignorer que l’exploitation de la main d’œuvre servile permit à la Compagnie de Jésus une grande réussite économique161, car, comme le remarque J.-P. Tardieu, « l’esclave entrait dans le dessein de Dieu. Les Noirs [...] étaient l’instrument de sa volonté placé entre leurs mains [celles des Jésuites] pour faire avancer son royaume162 ».

133Il n’était pas rare que certains fidèles reconnaissants ou repentis fassent don aux divers Ordres religieux de bénéfices de mines ou de terres agricoles, avec la plupart du temps les outils de travail afférents, dont les esclaves. Les Jésuites ne firent pas exception à cette règle et mirent à profit ces donations.

134Souvenons-nous que pour que la résidence de Carthagène pût accéder au rang de Collège, les Jésuites durent justifier de l’étendue de leurs rentes. On peut ainsi se rendre compte indirectement de l’importance de certains de ces dons :

  • 163 A.R.S.I., Congr. 52, (Memorial 7° : Que la residencia de Carthagena se admita por Collegio o casa (...)

Tiene este puesto fundamento de muchas ocasiones para que sin fundador tenga bastante renta porque como es el paso del Perú a España cada año llega gente rica, sin obligaciones y como estrañan el temple, caen dellos muchos enfermos y dejan sus aciendas a obras pías. Y este año uno destos nos dejó una gruesa limosna de más de dos mill y quinientos pesos. Quatro jornadas de aquí está una señora viuda y vieja sin obligaciones que nos a imbiado a decir nos dejará su acienda que monta más de veinte mill pesos163.

135Ce qui explique, comme il a été dit, qu’en 1617, Alonso de Sandoval ait quitté Carthagène pour s’occuper d’un legs qui avait été fait au Collège dont il dépendait.

136À Honda, à la fin du xviie siècle, il y avait encore des personnes favorables à la présence des Jésuites dans la ville, et le Collège bénéficiait d’importantes donations :

  • 164 A.R.S.I., NR et Quit 13 II, (cartas annuas 1694-1698), Collegio de Honda, fol. 410.

Lo temporal deste Collegio es mui bueno, tiene medios con que pasarlo muy descansadamente y espera tener muchos más. Hale hecho donación intervivos el vicario desta villa que es mui ejemplar sacerdote de una hacienda suya de buen fuste y con todo lo necesario y el no haverla entregado ya es nuevo beneficio que nos hace porque nadie la sabe cuidar ni adelantar como él mismo que no piensa en otra cosa, y en hacavar de hacer en ella una habitación para los mayordomos y gente que la asisten pero otra mucho mayor hacienda tiene prometida a este Collegio el Capitán don Christóbal de Pantoja, vecino desta villa, y el hombre della. Dará esta hacienda libres cada año tres mil pesos. Pero no se ha entregado aún la Compañía della porque en las condiciones que pide el donante della ay dificultades que hallanar164.

  • 165 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 154.
  • 166 Ibid., p. 174-177. On sait que la crainte de les voir fonder un impérialisme théocratique conduisi (...)

137Les Jésuites n’hésitèrent pas à acheter des esclaves pour faire fructifier leurs biens, contribuant ainsi volens nolens à développer le marché d’esclaves et à alimenter le système de la traite. J.-P. Tardieu remarque que « les Jésuites devinrent des gestionnaires et furent entraînés dans la voie de la rentabilisation et de l’investissement. La différence des Jésuites avec les autres Ordres ne réside pas dans le fait qu’ils se donnèrent les moyens d’une politique, mais dans la méthode dont ils les utilisèrent. Celle-ci ne procède pas tant d’une planification spécifiquement américaine que de la structure même de la Société [de Jésus]165 ». Si cette attitude fit l’objet de nombreuses critiques166, elle suscita aussi des interrogations au sein même de la Compagnie sur l’utilité et la bienséance de posséder des esclaves et de les faire travailler.

  • 167 A.R.S.I., Congr. 53, fol. 147 v°.
  • 168 « Mientras los negros fueren menester en nuestro colegio, se podrán tener y ayudarse de lo que gan (...)

138En 1610, Gonzalo de Lyra, provincial du Nouveau Royaume, s’adressait au préposé général Acquaviva car il avait quelques scrupules à se servir d’esclaves : « En estas partes se usa alquilar negros a jornales de cada día. Pregunto a V.P. si será grangería lícita y conveniente para nosotros tener algunos negros y alquilarlos assí167. » Claudio Acquaviva lui répondit le 12 avril 1611 que tant que les esclaves seraient nécessaires, ils pouvaient être utilisés, ensuite, ils devraient être vendus168.

139Bien que cette réponse fût claire, elle oubliait de fixer les limites de l’indispensable, ou même de l’utile.

140Dans un rapport sur le gouvernement ecclésiastique des Indes, adressé au pape Urbain VIII et envoyé en 1623 à la congrégation de la Propagande de la Foi, le Père Gregorio de Bolívar dénonçait les abus commis par les prêtres dans l’emploi d’Indiens et de Noirs, et demandait d’interdire aux ecclésiastiques d’avoir des esclaves et de se servir d’eux, ou de se livrer à leur commerce :

  • 169 Purificación Gato, « El informe del Padre Gregorio de Bolívar... », op. cit., p. 540- 541.

Otros [abusos] no menores nacen de servirse los eclesiásticos de ellos [los indios] y de los negros por la mala inclinación de esta gente y continuas ocasiones que dan de hacerles grandes y rigurosos castigos [...] y al fin ocasionados de mal tratamiento mueren y los dueños directe o indirecte vienen a ser causa de muchas muertes. Lo cual es cosa sobremanera indecente y muy perjudicial y peligrosa para ello por el justo temor que se debe tener de incurrir en tantas irregularidades y las demás penas que a éstas se siguen, y de ellas muchos inconvenientes.
Por tanto Santísimo Padre se debe mandar en todas las Indias y si a Vuestra Santidad place y pareciere conveniente, no sólo en ellas pero aun en toda la universal iglesia, que ningún eclesiástico de cualquier estado o condición que sea, máxime que fuere de orden sacro, desde subdiácono o que tenga beneficio, pueda tratar en este género de contrato ni servirse de esclavo alguno de cualquier nación que sea, como de esclavo y hacienda propia, porque si es de esclavo ajeno y para con él libre, bien podrá, y que los que tuvieron los dichos eclesiásticos, vendan o conmuten de modo que en ninguna manera queden con dominio y propiedad de esclavo alguno, y dícese así porque en las Indias haymuchos eclesiásticos que tienenmucho número de ellos para las heredades y otras grangerías, y todas unidas andan hechos comitres y verdugos de ellos, y donde son muchos y este modo continuo conforzosamente ha de haber los inconvenientes dichos, y otros, en especial, hacerse aborrecibles y odiosos a los infieles, y tener en que cebar la ira y crueldad tan contraria a la mansedumbre y modestia que se requiere en los eclesiásticos169.

141Il était difficile d’appliquer à la lettre les mesures requises par le Père Bolívar :

  • 170 Ibid., p. 547.

No es posible dejar de servir de esclavos porque de indios está prohibido, y españoles no los hay, y es fuerza que tengan quien los sirva, y los esclavos ganan en esto porque se hacen cristianos por medio de sus señores. [...] Que es muy bien prohibirse la venta y trato de esclavos aunque no siendo posible dejar de servirse de ellos como queda dicho, [...] siempre será necesario concederse a los seglares eclesiásticos, con tanto que no sea comprándolos para volverlos a vender, porque esto parece indecente a su estado, mas vender alguno que ha comprado para su servicio y no los contenta o que le ha nacido en casa de sus esclavos, parece que no se puede excusar. [...] Bien será que se expida este breve con todas las moderaciones apuntadas en el cual se prohiba también la venta de los indios y negros libres que por engaño son vendidos de los que los hurtan para esto en cualquiera parte de las Indias, y que no puedan ser llevados de sus tierras sin que primero sean muy bien catequizados y bautizados, porque se mueren muchos en los caminos y se van al infierno por esta falta, y que para esto busquen todos los remedios necesarios, que no faltan, y se traten con S. M. para que las rentas que de esto tiene no se pierda, mas que las tenga más justificadas [...]170.

142Certes, il fallait interdire aux ecclésiastiques qu’ils ne fissent de la vente d’esclaves un commerce, mais on ne pouvait les empêcher de vendre ceux dont ils étaient mécontents, ou les enfants d’esclaves qui viendraient à naître. L’utilisation d’esclaves noirs apparaissait donc à tous comme indispensable. Leur christianisation, dont l’ouverture au salut éternel de leurs âmes était le corollaire, permettait de justifier leur réduction en esclavage. Il fallait donc exiger que les Noirs fussent bien instruits et baptisés avant de les embarquer vers l’Amérique, et le roi, qui prélevait des intérêts sur ce trafic, devait en répondre. Or, nous l’avons vu, l’évangélisation des esclaves en Afrique continua à être déficiente tout au long du siècle.

143En 1637, le préposé général Vitelleschi s’en remettait à la bonne intelligence des Jésuites d’Amérique pour administrer au mieux leur domaine, et bien qu’il émit quelques réserves sur le fait que les Jésuites se livrent eux-mêmes au commerce de ce qui y était produit, il ne pouvait que consentir à cette pratique, à condition qu’elle fût décente, puisqu’elle était commune à tous les Ordres et que, dans certains cas, elle était le seul moyen de subsistance des religieux :

  • 171 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 2, (1637), fol. 195 v°.

Si después de considerado y consultado no se descubre inconveniente ni desedificación atento el uso de esas tierras y modo de haciendas en que se permitan algunas grangerías por medio la inteligencia de los nuestros y administración de sus frutos y que por mayor y menor se vendan en las estancias y aun en nuestras casas en la conformidad que V. R. dice se practicó en Santafé y Quito sin género de indecencia, y por otra parte ni ay otra suerte de renta, ni modo para sustentarse, parece que es caso forçoso el permitirlo. Más disonancia tiene el acudir los nuestros a las carnecerías quando se pesa nuestro ganado con todo me conformo con lo que se juzga por necesario y hacen las demás religiones171.

  • 172 Ibidem, fol. 213 v°.
  • 173 Ibidem, fol. 215 v°.

144Certains Collèges en effet ne vivaient que grâce aux bénéfices qu’ils pouvaient retirer de l’exploitation d’haciendas ou de mines, ou de quelques esclaves qui se louaient comme journaliers. Ainsi, en 1637, le préposé général Vitelleschi écrivait au provincial Baltasar Mas, « ay temores que si se venden los esclavos de la casa de Tunja, ha de quedar perdida la hacienda172 ». De même, en 1638, il félicitait le Père Rodrigo de Figueroa, visiteur, des récentes acquisitions d’esclaves : « Bueno ha sido engrosar de esclavos las haciendas y si la de la tenería (que de nuevo se ha comprado para Santafé) corresponde a las esperanzas y sin inconvenientes, tendrá con su útil buena ayuda de costa173 ».

145Le cas des mines d’or qui appartenaient au Collège de Pamplona est intéressant car il met en évidence l’énorme différence entre la pratique courante, et la théorie qui jugeait l’emploi des religieux dans le bénéfice des mines comme une occupation totalement contraire à l’éthique religieuse de leur rang et de surcroît, strictement interdite par les lois. En 1634, le préposé général Vitelleschi ordonnait au provincial Baltasar Mas d’empêcher que les Jésuites emploient les esclaves du Collège dans le bénéfice des mines de Pamplona :

  • 174 Ibidem, (1634), fol. 120 v°.

No permita V. R. que la traça que se avía entablado en el Colegio de Pamplona de beneficiar unas minas de oro por medio de nuestros criados pase adelante, que me informan está expuesto a muchos inconvenientes, V. R. ordene se deje luego y que en aquel Colegio no se introduzgan novedades174.

  • 175 Ibidem, (1637), fol. 194 v°.

146Aucun changement n’eut pourtant lieu, et en 1637, Vitelleschi écrivait : « Si se juzgó que no era empleo indecente que los esclavos del Collegio de Pamplona labasen el oro, esto pase así en buen ora175. »

147Il ne pouvait tout de même pas donner son assentiment pour tout, et devait, dans certains cas, rappeler à l’ordre certains religieux qui faisaient passer l’aspect économique avant le spirituel. Souvenonsnous par exemple de l’affaire de commerce avec l’île du Cap-Vert à laquelle Alonso de Sandoval avait été mêlé en 1628. Le préposé général Vitelleschi avait demandé de prendre des mesures pour que la faute soit réprimandée. On peut se demander si Sandoval, malgré les remontrances, n’essaya pas malgré tout de faire aboutir son projet. En effet, dix ans plus tard, on reprochait au Père Baltasar Mas d’avoir accepté de l’argent donné, par le gouverneur du Cap-Vert, au Collège de Carthagène dont il était alors recteur, et de l’avoir ensuite fait fructifier. Les reproches ne s’arrêtaient pas là ; il avait aussi gardé à des fins personnelles, l’aumône destinée au Collège de Popayán :

  • 176 Ibidem, (1638), fol. 218 r°.

Con demasiada ansia y cuydado atiende a lo temporal puniendo quizá medios que desdicen de la modestia y templança religiosa, porque siendo Rector del Colegio de Cartagena admitió treinta mil pesos del Governador de Cabo Berde para darlos a daño en nuestro nombre por algún interés que se prometió. [...] Que dio V. R. licencia al Padre Martín de Calatrava que vivía en Popayán para que pidiese limosna para dicha casa deviéndose escusar por ser mozo y poco edificativo por yr solo con un estudiante seglar y aver gastado en este empleo más de un año fuera de las casas de la Compañía en tierras de oro, como se refiere, mil y doscientos patacones, los quales tomó V. R. quando se partía a España con quejas del Superior176.

148Ce détournement de fonds ne pouvait susciter que l’indignation du préposé général qui demandait au Père Baltasar Mas, alors provincial, de s’expliquer.

149Le 26 avril 1631, le carme Ambrosio Vallejo, évêque du diocèse (1619-1631), demandait qu’un Collège de la Compagnie soit fondé à Popayán :

  • 177 Antonio de Egaña, s.j, Historia de la Iglesia..., op. cit., p. 492.

Se sirva de dar licencia para que los padres de la Compañía de Jesús funden casa en esta ciudad de Popayán, cabeza del obispado y de la gobernación, para que ocho ciudades que tengo debajo de mi gobierno espiritual y un gran número de pueblos de indios, con una gran multitud de morenos, derramados en toda la tierra, gocen de la santa doctrina y apostólica enseñanza de los dichos Padres177.

  • 178 Cité par Juan Manuel Pacheco, s.j., Los jesuitas en Colombia, op. cit., t. 2, p. 176.

150La fondation avait été possible grâce au doyen Don Francisco Vélez de Zúñiga qui, en 1639, avait légué aux Jésuites une mine d’or (du nom de Honduras) et les 22 esclaves qui y travaillaient. Lors d’une visite du Collège de Popayán, en novembre 1689, le Père Diego Francisco Altamirano constata que l’église était en piteux état, il donna l’ordre au Père Domingo Alvarez de prendre en charge les travaux et consentit que les esclaves de la mine de Jelima fussent déplacés pour travailler à la reconstruction de l’église. L’exploitation de cette mine d’or en effet n’était plus rentable, et cette activité était, selon lui, « un género de grangería poco decente a nuestro modo, y nada favorable al bien espiritual de los esclavos178 ». En 1692, le préposé général Thyrso González approuvait pleinement la résolution du Père Diego Francisco Altamirano :

  • 179 A.P.T., Cartas de los P. P. Generales, leg 132, M 52, Carta de Thyrso González al padre Domingo Fr (...)

Aunque el beneficio de la mina de oro que tenía y labraba este colegio de Popayán fuesse de muy crecido interés al colegio, huviera ordenado a V. R. que hiciese lo que hizo porque no es género de hacienda y ganancia para nosotros decente, quanto más el útil más corto el trabajo de los esclavos tanto y ninguna la comodidad de poder instruir en las obligaciones y costumbres christianas. Apruevo enteramente la resolución de V. R. en haver dejado del todo la lavor de esta mina y reducido los negros parte a la lavor de otras haciendas del colegio y parte a que trabajen en la fábrica : V. R. deje ordenado que por ningún caso se vuelva a la lavor de la mina, consérvese arrendada a un seglar, como queda hasta que ocurra ocasión de venderla con comodidad y entonces se emplee todo el precio en que se vendiere en capitales de otra hacienda que sea más de nuestro uso y decencia179.

  • 180 Juan Manuel Pacheco, s.j., Los jesuitas en Colombia, op. cit., t. 2, p. 178. G. Colmenares précise (...)

151Selon un inventaire effectué en 1696 par le Père Pedro Calderón, la Compagnie possédait dans la région de Popayán, hormis les mines de Jelima qui, depuis l’intervention du Père Altamirano, étaient restées inexploitées, une carrière d’où cinq esclaves extrayaient la chaux nécessaire pour la construction de l’église, une hacienda de bétail et de canne à sucre à Japío où travaillaient sept esclaves, des terres qui ne servaient à rien près de la rivière du Pato, un « tejar », deux grands champs où pouvait paître le bétail destiné à la consommation pour le Collège et le séminaire, un magasin loué pour 8 pesos, et les maisons que le commissaire avait léguées, qui avaient brûlé. À Llanogrande (Palmira), qui dépendait aussi de Popayán, le Collège possédait une grande hacienda où il y avait 12 têtes de bétail, 2 000 chevaux, 50 mules, et un trapiche avec 36 esclaves180.

  • 181 Le 18 juillet 1664, Bartolomé Lázaro de Corcuera, s’était engagé devant notaire, à donner aux Jésu (...)

152En 1698, le provincial s’étonnait de la pauvreté du Collège de Mompox : il avait en effet bénéficié d’une riche fondation181, recevait chaque année d’importantes quantités d’or et d’argent, et possédait quatre grandes haciendas. Mais tout cela ne suffisait pas à nourrir les trois prêtres, le frère coadjuteur et l’oblat (donado) du Collège, car les récoltes avaient été mauvaises et le Collège était criblé de dettes. Cette situation était due en partie aux esclaves :

  • 182 A.R.S.I., NR et Quit, 13 II, (cartas annuas 1694-1698), Collegio de Mompox, fol. 416 v°-417.

Aunque de todo se puede librar, si Dios fuere servido, que las haciendas se mejoren y acudan con los fructos que han faltado casi del todo estos años. No siendo de ellas ni de los temporales (aunque malos) toda la culpa, pues la principal a sido falta de cultivo y cuidado por ser los esclavos pocos y esos más libres de lo que las haciendas han menester para que no acaben de perderse si con presteza no se remedia el daño que amenaza mayor sin duda cada día182.

  • 183 Les frères coadjuteurs avaient fait le noviciat mais avaient renoncé à être des Scholastici, c’est (...)
  • 184 J.-P. Tardieu précise que « le visiteur décidait des priorités à accorder pour les années à venir (...)

153Les responsabilités matérielles de l’hacienda reposaient sur les frères coadjuteurs (aussi appelés coadjuteurs temporels183) dont la mission était d’appliquer les décisions prises à un niveau supérieur, les procureurs assistaient le recteur du Collège en matière financière, et le visiteur, qui venait régulièrement de Santafé, s’assurait que la gestion du domaine correspondait aux critères fixés par les instances supérieures de l’Ordre184.

154Il y avait généralement un frère coadjuteur par hacienda, mais à Mompox le seul frère coadjuteur existant devait s’occuper des quatre, dont l’une avait été augmentée en 1694, de « algunas tierras linderas y mui buenas para plantar arboleda de cacao », achetées pour éviter le mauvais voisinage.

155Pour sortir le Collège de la difficulté, la solution consistait à vendre l’une des trois haciendas, ce qui permettrait d’éponger les dettes, et de mieux répartir les esclaves. Sebastián de Yepes, provincial, prit en effet cette décision et la justifia de la manière suivante :

  • 185 A.R.S.I., NR et Quit, 13 II, (cartas annuas 1694-1698), Collegio de Mompox, fol. 417 v°.

En las haciendas asiste de hordinario el Hermano coadjutor ; pero ¿ qué puede asistir un sujeto solo en quatro haciendas grandes distantes entre sí y que requieren distintas inteligencias por la diversidad de los frutos ? Y aunque es verdad que uno de los tres sacerdotes hace oficio de procurador y asiste algunas temporadas donde más llama la necesidad pero los ministerios del Collegio que piden mayor número de sacerdotes estorvan la asistencia permanente del procurador en los tiempos en que más necesitan della las dichas haciendas. Estas causas han movido a que se trate este año de noventa y ocho de dar licencia al Padre Rector deste Collegio para que venda un ato de ganado mayor con sus tierras por haverse reconocido en la última visita que el dicho ato no ha rendido el tercio de los costos que a hecho. Y se conoce la evidente utilidad pues de su producido se pagarán a todas o la mayor parte de las deudas : con que no acabará el Collegio de perder el crédito que le a quedado, se augmentarán de servicio las otras haciendas con los esclavos que se sacarán de ésta y se mejorarán de asistencia libres el Procurador y el Hermano deste ynútil y cargoso cuidado. Con lo qual podrán aplicarse del todo a las otras que, con buena asistencia, sobran para desempeñar el Collegio185.

  • 186 Joseph Cassani remarquait à ce sujet que « siempre es prevención debida, no entregar a su libertad (...)

156Dans certaines haciendas éloignées, on craignait le relâchement moral de quelques frères isolés plus tournés vers le rendement économique du domaine que vers des activités de prière et recueillement. Il fallait donc veiller à y placer des personnes dont la moralité résisterait à toute épreuve186. Le préposé général Vitelleschi avait rappelé cette obligation assez sèchement en 1634 :

  • 187 D’après le Thesaurus Spiritualis Societatis Iesu, la règle 18 correspond à : « En el predicar dent (...)
  • 188 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 2, (Baltasar Mas, 1634), fol. 123 v°. D’après la list (...)

En las doctrinas y haciendas de campo se pongan personas de conocida religión y satisfacción y que esté siempre con sus compañeros y se guarde la regla 18 de los sacerdotes187. Que me informan se falta en todo esto. Y si no ay conocida enmienda me obligarán a que lo ordene con más rigor188.

  • 189 Germán Colmenares, Las haciendas de los jesuitas..., op. cit., p. 92.

157Une des consignes données aux frères coadjuteurs qui administraient les haciendas, concernait le traitement qu’il fallait réserver aux esclaves. S’il était parfois inévitable de les punir, il ne fallait pas que la correction infligée soit trop sévère, elle ne devait pas être directement exécutée par les frères coadjuteurs mais par le majordome, et, s’il s’agissait de femmes, la pudeur imposait au frère de se retirer. On conseillait, dans la mesure du possible, de posséder autant d’hommes que de femmes, ce qui faciliterait les unions, unions bien entendu légitimes puisque les esclaves devaient dormir dans des espaces séparés et fermés à clef189.

158Pour l’administration religieuse, les haciendas ne pouvaient pas toutes avoir un prêtre du Collège qui venait y assurer les offices, confesser, baptiser, marier et enterrer les esclaves, en raison de l’éloignement de certaines d’entre elles. Nous avons noté dans le chapitre précédent que quelques-unes étaient incluses dans une doctrine desservie par un doctrinero (d’un autre Ordre ou du clergé séculier) dont la fréquence des visites était déterminée par le nombre d’esclaves ; les distances et les difficultés géographiques n’aidaient pas à ce que l’assistance des fidèles aux offices religieux se fît avec régularité. En 1625 par exemple, le préposé général Vitelleschi écrivait :

  • 190 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 1, (Florián de Ayerbe, 1625), fol. 276 v°.

En una estancia del dicho Colegio de Cartagena está, según me dicen, un Hermano sin comodidad para oyr misa ni poderse confessar. V. R. no permita que esto pase adelante sino dése traça que el tal hermano pueda oír missa y confessarse y que no esté sin compañero de la Compañía o adminístresse la dicha estancia por medio de algún mayordomo190.

  • 191 Nous étudierons de manière plus détaillée la méthode pastorale employée dans la catéchisation des (...)

159On tenait compte dans le calcul des émoluments du curé dont dépendait l’hacienda, de ce que le travail du curé était amoindri puisque les frères coadjuteurs assuraient l’enseignement religieux des esclaves du domaine. Certains, à cause de leur charge administrative, confiaient l’instruction des plus bozales à des esclaves bien formés. Ils vérifiaient ensuite par une série de questions, que ce qui avait été enseigné était exact et bien compris191.

  • 192 Cette hacienda se trouvait dans le corregimiento d’Ibarra (Quito), on y cultivait essentiellement (...)

160Nous illustrerons la vie spirituelle dans les haciendas par l’exemple de celle de Pimampiro192 dirigée, pendant quarante ans, par le frère coadjuteur Juan de la Peña. Joseph Cassani rapporte que ses supérieurs l’avaient envoyé dans cette hacienda, un an après sa sortie du noviciat :

  • 193 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 548.

Para la asistencia y mayordomía de toda aquella hacienda, que se componía de varios ramos, y cada uno de ellos muy basto porque tenía muletada, ganado menor, tierras de pan llevar, huertas, y todo quanto puede ser útil en hacienda de campo ; por lo qual, para su cultivo tenía la casa Negros esclavos, y Indios voluntarios para los quales [...] había su casa de oficios, llamémosla así, donde se recoge esta gente, como en casa propia, separada de la casa de los Padres, de las troxes y de la Residencia religiosa193.

  • 194 Ibid., p. 549.

161Étant donné l’étendue de l’hacienda, le travail à faire était important. Le frère Juan de la Peña, se levait donc deux heures avant le levé du jour pour la prière qui durait jusqu’à l’aube, puis il partait travailler, et le soir « se recogía segunda vez a rezar el Rosario, leer lección espiritual, y todos los demás exercicios religiosos en que se ocupa el día en los Colegios194 ». Les jours de fête, « como la gente tenía desocupada la tarde », il réunissait les esclaves pour leur expliquer longuement la « Doctrina Christiana » suivant point par point le manuel de catéchisme. Il devait adapter l’horaire de la leçon de catéchisme au rythme de vie des esclaves, et trouver l’heure adéquate pour attirer sans trop de mal son auditoire :

  • 195 Ibid.

Y conociendo que a aquella pobre gente era preciso concederles algún desahogo, buscaba horas proporcionadas, en que ellos no estubiessen con disgusto, ya juntándolos al principio de la noche, quando los días eran acomodados para algún passeo, ya al principio de la tarde, quando el excesivo calor les obligaba a estarse en casa195.

162Grâce à cet exercice constant, les esclaves et les Indiens avaient une bonne connaissance du catéchisme, ce dont le curé de la paroisse dont dépendait l’hacienda ne pouvait que se réjouir. Il exprima son étonnement et son admiration pour les desservants lorsqu’il alla à l’hacienda pour l’administration de la communion pascale :

  • 196 Ibid.

Habiéndolos examinado, exclamó pasmado : « o si yo tuviera algunos Padres Peñas en mi Curato, o cómo me descargaran de escrúpulos, de cuidados, y del ímprobo trabajo que tengo en otras partes, en donde no puedo conseguir, ni la mitad de lo que aquí admiro, logrado por el trabajo del Hermano Peña196 ! »

163Le frère trouvait quant à lui normal, conformément à sa qualité, d’inciter son prochain à avoir une conduite irréprochable, faire de bonnes œuvres et se confesser ; pour parvenir à ce résultat, il n’avait rien trouvé de mieux, disait-il, que l’explication de la catéchèse. Son humilité était grande puisque, afin d’éviter toute confusion dans l’esprit des Indiens et des Noirs qui avaient du mal à faire la différence entre père et frère, il se faisait appeler « el viejo pecador ». De plus, il travaillait aux champs « como uno de los esclavos ». Ceux-ci devaient sans doute y être sensibles, mais le frère Peña dut s’en expliquer auprès de ses supérieurs qui l’avaient envoyé à l’hacienda pour la diriger et non pas pour se confondre avec ceux qui y travaillaient. Selon le frère Peña, seul son travail, qui permettait d’ailleurs un meilleur rendement du domaine, pouvait justifier la nourriture qu’il recevait :

  • 197 Ibid., p. 552.

Padre mío, a los Negros e Indios, porque trabajan, da de comer el Colegio, y como a mí me da de comer, no hay razón para que no trabaje : el despachar a los mozos a la labor, se hace por la mañana, y no falto a esto, pero yendo con ellos, a mi vista y a mi exemplo, trabajan doblado, y allí me tiene puesto la Religión a que cuide de la hacienda, y a que con el cuidado, y con el trabajo, gane la comida197.

164Bien sûr, cette description est probablement idéalisée puisque Joseph Cassani décrivait cette hacienda pour mettre en exergue les qualités de celui qui l’administrait. Il est donc difficile de dire s’il s’agissait d’un « modèle » généralement suivi dans les haciendas jésuites ou si ce cas faisait figure d’exception. Il donne néanmoins une idée de ce que pouvait être la cohabitation des frères et des esclaves, cohabitation nécessairement rythmée par l’enseignement religieux.

165Le moment est venu d’aborder ce point fondamental qu’était la méthode employée pour l’enseignement de la catéchèse et l’administration des sacrements. Nous appuierons notre étude sur les prescriptions d’Alonso de Sandoval et leur mise en pratique par Pierre Claver.

2. Les méthodes employées dans l’évangélisation des Noirs

  • 198 A.G.I., Santa Fe 228 n° 86, fol. 1 r°, obispo al rey, 30 de julio de 1627 ; ibidem, obispo al rey, (...)

166En 1624, comme il a été dit, l’évêque de Carthagène Diego Ramírez de Cepeda avait créé trois doctrines pour 1 500 Noirs car, disait-il, il y avait « en la ciudad y su comarca innumerables negros esclavos, los más necesitadísimos de doctrina, como si estuvieran en Guinea, repartidos por estancias y heredades de españoles, que en todo el año van a misa y en pocos se confiesan », alors que son prédécesseur, Diego de Torres Altamirano avait écrit au roi le 23 juillet 1619 : « hice que se enseñara la doctrina cristiana a todos los negros y esclavos y la van aprendiendo con mucho amor198. » Ces deux observations successives amènent à se poser plusieurs questions : pourquoi les dispositions prises par l’évêque Diego de Torres avaient-elles été, en l’espace de cinq ans, complètement oubliées ? Les moyens mis en œuvre pour enseigner la catéchèse aux Noirs étaient-ils suffisants ? Étant donné leur nombre (500), pouvait-on réellement arriver à retenir l’attention de toutes les personnes réunies en doctrine ? Quelle était la méthode employée ?

167Nous savons que Fray Juan de los Barrios préconisa une norme générale pour l’enseignement de la catéchèse aux Indiens dans les dispositions synodales de 1556 :

  • 199 Cité par Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 230. Pour plus de préc (...)

Después de comer, antes de Vísperas, se ha de tañer la campana mayor de cada iglesia por espacio de un cuarto de hora. Manda que haya un alguacil que recoja a los indios mientras se toca la campana para que asistan a la doctrina. [...] Cada día se junten los niños y las niñas por espacio de dos horas a oír y deprender la doctrina cristiana sin fastidio, y de allí se podrán ir a ayudar a sus padres y madres. [...] Deben dejar en cada pueblo dos o tres muchachos bien doctrinados e instruidos para que en ausencia del cura enseñen la doctrina a los indios199.

168Le franciscain Fray Pedro Simón décrivait la manière de procéder des prêtres dans l’enseignement de la catéchèse, véritable mise en pratique des constitutions synodales :

  • 200 Fray Pedro Simon, Noticias historiales de Nueva Granada, Bogotá, Biblioteca Popular, 1981, (1re éd (...)
  • 201 Ibid.

El modo que tomaron nuestros religiosos en doctrinar los indios que se iban reduciendo a pueblos y doctrinas, y el que fueron siguiendo todos los demás doctrinantes y hoy se sigue en todas las provincias de este Nuevo Reino, [...] es que todos los muchachos y muchachas, desde que comienzan a hablar hasta que se casan, se juntan en la casa y puerta de la iglesia, o en el atrio de la casa del padre, una vez por la mañana a la hora de la misa mayor, y otra por la tarde, todos los días y allí en voz alta se les reza y enseña toda la doctrina de memoria, haciendo que la digan y enseñen, cuando la saben, algunos de los muchachos mayores en presencia de los Padres que los están enmendando y dirigiendo si en alguna cosa faltan ; enséñanles también catecismo por preguntas [...]. Han de acudir todos los demás indios o indias del pueblo por la mañana al mismo puesto, donde se les reza de la misma suerte, y enseña las oraciones y catecismo hasta que es hora de entrar a la misa ; que la misa comienza a decir el Padre ya que están todos dentro de la iglesia, y en llegando al prefacio se salen de ella los catecúmenos y los que estén bautizados, y no vuelven a entrar hasta que no esté consumado el Santísimo Sacramento ; y acabada la misa, sentándose todos, les predican los misterios de la fe ; no puede a esto faltar ninguno, porque los van llamando por matrícula200. [Mais il ajoutait :] cumplen esto con puntualidad por medio del castigo que se les da si han faltado algunas veces, de azotes, aunque sean los más principales, por mano del indio fiscal que está señalado para eso, y que haga venir a todos a la doctrina y misa por mandado del Padre doctrinero ; otras veces, cortándoles los cabellos, que es la mayor pena201.

  • 202 1. « Anme dicho los que vienen de los Pintados que por la mañana [el padre] resa a los muchachos d (...)

169En 1675, l’enseignement religieux que dispensait le Père Don Cristóbal du clergé séculier, aux Indiens Pintados de la région de Carthagène, était dispensé de manière toujours aussi régulière, et la méthode semblait inchangée ; le matin, après avoir prié avec les enfants présents à la doctrine, le prêtre disait la messe puis expliquait les prières fondamentales et les commandements, à quatre heures de l’après-midi, il vérifiait les acquisitions des enfants chargés de les enseigner aux autres, enfin, le soir, dans l’église, il expliquait à tous le sens des sacrements et les mystères de la foi202.

170Forts de cette expérience auprès des Indiens, les prêtres appliquaient-ils la même méthode pour les Noirs ? L’ouvrage d’Alonso de Sandoval, et le procès de béatification de Pierre Claver, nous aideront à répondre à cette question.

2.1. Méthodes employées dans la catéchèse

  • 203 Bernard Dompnier, « Continuité de la Réforme catholique », Histoire du christianisme des origines (...)

171Les connaissances en matière religieuse que l’on exigeait des Indiens et des Noirs n’étaient bien souvent, comme nous l’avons vu, que rudimentaires, et il aurait été difficile aux prêtres d’exiger d’eux qu’elles fussent meilleures puisque certains Espagnols eux-mêmes ne connaissaient pas bien les prières élémentaires. B. Dompnier précise que « dès les années 1560 apparaît une expression promise à un extraordinaire succès chez les hommes d’Église, celle des Indes d’ici pour désigner les terres d’Europe où il faut combattre l’ignorance. La formule doit son “lancement” à la Compagnie de Jésus203 ». Ce qu’écrivait l’évêque de Carthagène en 1650 est très révélateur de ce manque général d’instruction :

  • 204 A.G.I., Santa Fe 228, carta del obispo de Cartagena, Don Francisco Rodríguez de Valcárcel, al rey, (...)

En la navegación, [...] comencé a ejercitar mis intentos ; enseñando a los muchachos del navío la doctrina cristiana, porque aunque en las noches rezan las cuatro oraciones, ésas, cada una de por sí, no las sabían. [...] Suplico a V. M. haga se rece en todos los navíos, y se enseñe la doctrina cristiana, encargándolo a los capitanes, capellanes y religiosos que viniesen en los navíos, porque Dios les dé un buen viaje y buen suceso204.

172Si le besoin d’instruction religieuse se faisait sentir dans toute la population, celle-ci était néanmoins plus urgente chez les néophytes indiens et noirs.

  • 205 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit..

173La pastorale missionnaire défendait l’idée selon laquelle mieux on connaîtrait l’âme des indigènes, leur mentalité et leurs coutumes, plus facile serait la consolidation de la foi chrétienne et l’extirpation de l’idolâtrie. Ceci explique la raison pour laquelle les catéchismes de manière générale se font l’écho de détails ethnographiques précieux sans lesquels les chercheurs modernes n’auraient que bien peu de détails pour reconstruire les cultures de ces peuples. Le propos d’Alonso de Sandoval n’était pas différent lorsque, dans son livre De Instauranda Aethiopum Salute205 (1627), il consacrait la première partie à décrire les coutumes, les rites et la géographie de quelques régions d’Afrique et d’Asie, en insistant plus particulièrement sur les croyances religieuses, les rites de purification ou funéraires, les sacrifices aux dieux, les faits relevant de la magie ou de la sorcellerie, etc. Il s’agissait avant tout pour le Père Sandoval d’exposer une méthode de catéchisation, et il était convaincu, comme il a été dit précédemment, que la conversion des Noirs et le salut de leur âme n’était possible que grâce à une bonne connaissance de leurs coutumes, de leurs croyances ou de leur religion.

174Nombreuses étaient les personnes qui prétendaient que l’enseignement religieux des Noirs était inutile car leur entendement était trop limité ; en réponse à cette objection, Alonso de Sandoval écrivait que cette ignorance n’était pas intrinsèque à leur race, et il en rendait précisément responsables tous ceux qui, non seulement ne permettaient pas leur instruction religieuse, mais surtout, par leur conduite, ne montraient que le mauvais exemple :

  • 206 Ibid., p. 240-241. De même, Solórzano Pereyra écrivait : « porque de verdad ningunos hay tan bárba (...)

Demos que sean incapaces. Lo que esta incapacidad prueva, es que sus amos tienen obligación a darles más tiempo, y sus pastores más doctrina, y a dexar los zelosos los enseñen de espacio, [...] tenemos todos obligación a darles mejor exemplo, y a enseñarles con las obras lo que con las palabras, para que ellos acepten la ley de Dios por santa, y hagan della más estimación, que de sus errores. Pero poca, o ninguna enseñanza, y muchos y muy malos exemplos, son los que impiden a ellos el ser buenos Christianos, y vivir como brutos, y parecer incapaces206.

  • 207 Tout le monde n’adoptait pas le même point de vue quant à la durée et au contenu de la catéchèse. (...)

175Selon le Père Sandoval, il fallait distinguer dans la catéchèse des Noirs, celle qui était donnée, dans l’urgence, aux esclaves récemment débarqués à Carthagène, de celle qui était dispensée dans un cadre plus traditionnel, en ville ou dans les doctrines des haciendas ou des mines. Pour la première, indispensable pour pouvoir administrer le sacrement du baptême aux adultes qui ne l’avaient pas reçu, on se contentait d’un enseignement rudimentaire ; la seconde servait en quelque sorte à approfondir les connaissances, et surtout à les maintenir présentes à l’esprit, elle était destinée aux enfants, aux adolescents et aux rudes d’esprit207.

2.1.1. La catéchèse des Noirs bozales

  • 208 « Es importantísimo aviso que en sabiendo han desembarcado armazones de negros [...] luego los vam (...)
  • 209 Pour inciter les médecins à lui faire connaître les Noirs malades, Sandoval leur avait promis qu’i (...)
  • 210 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 411-412.

176Lorsque les navires négriers débarquaient dans le port de Carthagène, les Jésuites se rendaient sur place pour s’informer auprès du capitaine du nombre d’esclaves transportés dont celui des enfants, de leur provenance, de leur état de santé, et de l’endroit où chacun d’eux allait être emmené. Certains des esclaves restaient à bord en raison de leur état grave, d’autres étaient mis en quarantaine à l’extérieur de la ville pour éviter les épidémies, d’autres étaient emmenés dans des maisons de particuliers ou des dépôts (barracones) où ils seraient postérieurement vendus. Les prêtres devaient noter consciencieusement tous ces détails afin d’agir au plus vite et au mieux, ils devaient se rendre compte par eux-mêmes de l’exactitude des informations fournies quant à l’état de santé des nouveaux arrivants car les maîtres avaient tendance à minimiser le danger de maladie ou de mort208 ; une bonne entente avec les médecins de la ville permettait aussi de découvrir rapidement les cas critiques209. Les malades gravement atteints étaient assistés spirituellement en priorité210.

177En fonction de l’urgence que requérait chaque cas, les Jésuites procédaient ensuite à un examen, si possible individuel, qui leur permettait de déterminer si le baptême avait été reçu, et quelle en était la valeur. Il en résultait qu’il y avait alors trois catégories d’esclaves à distinguer : ceux qui n’avaient pas du tout été baptisés, ceux qui avaient reçu l’eau du baptême sans explication préalable et par conséquent sans avoir donné leur consentement, et enfin, ceux à qui le baptême avait été administré correctement.

  • 211 Pour la catéchèse des Indiens des doctrines qu’ils avaient en charge, les Jésuites faisaient en so (...)
  • 212 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608), fol. 56 v°.

178L’examen individuel Étant donné le grand nombre d’esclaves débarqués, le prêtre formait des groupes selon l’ethnie et la langue parlée, les hommes d’un côté, les femmes de l’autre211. Chaque groupe pouvait atteindre une centaine de personnes : « Tanbién acude este Padre [Sandoval] a los que están sanos por sus armazones catequizándoles de ciento en ciento, con diferentes intérpretes conforme a sus varias lenguas, unos días a unos, y otros días a otros »212.

  • 213 Le père Claver procédait de même. L’interprète Joseph Monzolo témoigne : « Y para enseñar la doctr (...)

179Alonso de Sandoval recommandait, si leur maître ne l’avait pas déjà fait, de donner à chacun un petit cadeau, du pain, des fruits, des vêtements, et surtout de l’eau douce à boire, moyen habile de « ganarles la voluntad »213. Ce n’est qu’ensuite que l’examen pouvait commencer.

180Le Père Sandoval conseillait de procéder individuellement pour ne pas heurter les sensibilités ; le Père Claver agissait de même, mais pour lui, il s’agissait avant tout d’obtenir des réponses authentiques qui correspondent vraiment à la situation de chaque individu :

  • 214 Ibidem, p. 95 (témoin Nicolás González frère coadjuteur).

Cuando hacía dichos interrogatorios y averiguaba sobre el bautizo con algún negro y la forma de él, lo hacía con mucha diligencia y apartado, sin que pudiera ser escuchado por los compañeros para que no lo imitaran para hacer lo mismo y responder lo mismo que aquél contestaba, y hacía alejar mucho a aquél que ya había examinado sobre su bautizo, y muy lejos los demás que no habían sido examinados, para que no conocieran las preguntas que se hacían, sino que cada uno dijera claramente y sinceramente, lo que le había pasado en su bautizo, para que según su declaración el dicho padre Pedro Claver supiera si era cierto que había sido bautizado o no214.

  • 215 Sandoval rapporte le cas d’un Noir qui, bien que s’appelant Miguel, n’avait pas été baptisé. Le ta (...)
  • 216 Dans une carta annua, le provincial Gonzalo de Lyra explique en effet que certains maîtres cachaie (...)
  • 217 « Según lo que a esto respondieren, verán si han de preguntar más, o mudar modos de preguntar ». A (...)

181On commençait par demander à chacun quel était son nom, ce qui permettait, selon qu’il s’agissait d’un nom d’origine africaine, ou d’un nom chrétien, d’avoir une première indication sur l’existence d’un éventuel baptême215. On l’interrogeait ensuite pour savoir s’il était présent lorsque le prêtre avait administré le baptême216, s’il avait eu de l’eau sur la tête ou du sel sur la langue. Si tel était le cas, on lui faisait préciser si des explications lui avaient été fournies par le prêtre dans sa langue, ou dans une autre qu’il comprenait, s’il avait bien saisi la portée de cet acte, et s’il avait volontairement accepté d’adopter la loi des Blancs et adorer leur Dieu. Sandoval laissait libre le prêtre de déterminer le nombre de questions nécessaires à établir la validité du baptême, en fonction de la difficulté de chaque cas, mais il conseillait néanmoins de poser la même question de plusieurs manières différentes pour vérifier la constance des réponses de celui qui était interrogé217. Le prêtre en effet devait parfois vaincre la pudeur de certains esclaves qui n’osaient pas avouer leur état de non-baptisés, soit parce qu’ils en avaient honte, soit parce qu’ils craignaient d’être la risée de tous ceux qui avaient reçu le baptême. La patience aiderait à surmonter les obstacles.

  • 218 Ignacio Angola qui servit d’interprète à Pierre Claver déclarait que la médaille était en cuivre, (...)

182Après examen, ceux dont le baptême était jugé valable recevaient une médaille blanche en étain218 qu’ils devaient mettre autour du cou, ainsi savait-on qu’ils étaient chrétiens ; s’ils avaient oublié leur nom de baptême, ou n’en avaient pas reçu, on leur en donnait un et on les mettait à part afin qu’ils assistent à la leçon de catéchisme nécessaire à une meilleure connaissance des préceptes chrétiens, qui les aiderait à mieux se confesser. Les Noirs qui n’avaient pas reçu le baptême et/ou qui étaient totalement ignorants des préceptes chrétiens étaient séparés des autres, afin qu’on leur enseignât ce qu’ils devaient savoir avant de recevoir le baptême. Ceux dont le cas était plus difficile à déterminer, formaient un autre groupe ; le prêtre attachait un fil au pouce de chaque esclave afin de le baptiser sub conditione. Dans ce groupe, on trouvait les esclaves qui n’avaient eu connaissance de ce qu’ils avaient reçu qu’à posteriori, et ceux qui se disaient chrétiens mais n’avaient aucune souvenance de ce qu’on leur avait dit au moment de leur baptême.

  • 219 Après avoir décrit le contenu de la catéchèse qu’il fallait dispenser aux esclaves, Sandoval ajout (...)

183Les premiers rudiments de catéchisme L’interprète, qui avait contribué au bon déroulement de l’examen effectué par le prêtre, s’asseyait aux côtés des esclaves ainsi séparés en groupes, chacun avec son signe distinctif, pour commencer la leçon de catéchisme. Il lui arrivait de s’adresser à plusieurs ethnies à la fois qui comprenaient toutes une même langue. Cela permettait de gagner beaucoup de temps, et de diminuer la durée du catéchisme, lequel, en fonction de l’urgence, pouvait prendre quelques heures, c’était le cas pour les malades, et pour ceux que l’on emmenait presque aussitôt vers une autre destination, ou bien plusieurs jours, voire plusieurs semaines pour les autres, les musulmans étant les plus difficiles à convaincre comme nous le verrons plus avant. Le contenu de la catéchèse n’était évidemment pas le même pour tous219.

184Il fallait tout d’abord leur expliquer la raison de cet examen :

  • 220 Ibid., p. 421.

Lo primero pues que parece convendrá enseñarles será como sin recebir el baptismo, que consiste en echarles el agua en la cabeza comúnmente por los Padres Sacerdotes de Dios, con las palabras que dizen y noticia que han de tener para recebilla de su voluntad los Adultos, no pueden ir al cielo [...], y que assí, supuesto que a muchos no se les ha echado y a otros aunque se les echó, no sirvió de nada porque no supieron lo que era, será necesario echársela a los unos y a los otros. Y que para que puedan prestar su voluntad y consentimiento verdadero, es fuerza dezirles primero qué agua sea aquélla, y qué signifique220.

185On leur demandait d’être attentifs puisqu’ils seraient ensuite interrogés sur ce qui allait leur être enseigné, et s’ils ne savaient pas répondre, ils ne recevraient pas le baptême et ne seraient pas sauvés. Car il fallait leur signifier en second lieu la nécessité de se convertir : l’eau qu’ils allaient recevoir n’était pas pour leur laver la tête, leur enlever les cheveux, ou les rafraîchir ; il s’agissait d’une eau par laquelle Dieu, par l’intermédiaire de son fils Jésus-Christ, transformait l’homme et le lavait de tous ses péchés. Ainsi d’esclaves du démon, ils deviendraient les fils de Dieu et échapperaient à l’enfer auquel ils seraient inévitablement condamnés s’ils n’étaient pas baptisés. Par le baptême, ils devenaient des chrétiens, comme les Blancs, et recevaient la loi de Jésus-Christ pour l’adorer et oublier les faux dieux qu’ils avaient jusqu’alors vénérés. S’ils venaient à mourir juste après leur baptême, ils monteraient directement au ciel, comme s’il n’avait jamais commis de péché. Après cette explication, on procédait à un premier contrôle de la compréhension :

  • 221 Ibid., p. 422.

Preguntados qué agua es aquella con que les quieren lavar, respondan que es agua de Dios. Que si la quieren recebir de todo corazón, que sí. Que dónde han de ir con ella ? al cielo con Dios. Que si recebida aquella agua, serán de allí adelante hijos del demonio o de Dios ? no, sino hijos de Dios. Que a quién quieren de allí adelante, al Dios verdadero de los blancos, a Jesu Christo su hijo, o al Dios falso y mentira de su tierra, a sus Chinas, hechizerías y supersticiones ? que no quieren sino al Dios de los blancos &a221.

  • 222 « Que la reciban ellos también y serán estimados, como ellos, podrán ir a los templos y casas de D (...)

186On leur expliquait ensuite que si les Blancs étaient estimés de tous, c’est parce qu’ils avaient reçu l’eau du baptême, et que s’ils voulaient eux aussi être estimés, ils devaient en faite autant222. Grâce au baptême, ils allaient tous appartenir à la même « famille ». Cet argument devait peser dans l’esprit des esclaves déracinés, car l’homme n’existe pas en tant qu’individu dans la culture africaine.

187L’explication des dogmes qui faisait suite était sans doute moins facile à faire comprendre. Il fallait donc les simplifier pour les mettre à la portée de l’auditoire. Il s’agissait d’expliquer quelques mystères de la foi, et les commandements destinés à leur inculquer une norme de conduite qui ne correspondait pas forcément à ce qu’ils avaient connu jusqu’alors (comme par exemple avoir une seule femme). On insistait sur le fait que s’ils suivaient ces enseignements, ils iraient au ciel où ils connaîtraient à jamais le bonheur et la vie éternelle ; si au contraire ils s’en écartaient ou bien refusaient le baptême, ils seraient envoyés dans une « autre maison », où ils seraient condamnés au feu, au fouet et aux tourments éternels. On leur parlait ensuite de la résurrection, en commençant par leur expliquer que lorsque Dieu le déciderait, ils mouraient. Il fallait faire en sorte que les malades soient avec les autres catéchumènes, car ils acceptaient mieux cette vérité qui était proche, en comprenant que seule la chair mourait et l’âme pouvait être sauvée par le baptême. S’ils étaient seuls, l’idée de la mort leur était insupportable et ils n’écoutaient plus le prêtre qui pourtant leur expliquait qu’au delà de la mort, il y avait la vie éternelle.

  • 223 « No se les dirá más, pues parece bastan estos [misterios] en tan grave necessidad y en tan grande (...)

188La leçon devait s’arrêter là, car, selon Alonso de Sandoval, cet enseignement était suffisant pour sauver les malades, les autres prendraient connaissance, petit à petit, de ce qui leur avait manqué lors de cette première approche223.

189Dans ces quelques rudiments de catéchèse, foi et vie chrétienne étaient associés.

  • 224 De même, le Père jésuite Charlevoix dans son Histoire de l’île de Saint-Dominique indique que la p (...)

190Le frère Nicolás González apporte des renseignements précieux sur la manière de procéder de Pierre Claver. Selon les recommandations des catéchismes, la première chose à laquelle il s’employait était de leur apprendre à se signer en leur expliquant la signification de ce signe de croix224.

  • 225 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 94-95.

Persignándose con el dedo índice y con el pulgar de la mano derecha, la levantaba diciendo y haciendo que todos los dichos negros hicieran lo mismo y antes de empezar dicha instrucción y doctrina iba mirando los dichos negros individualmente si hacían y formaban bien y perfectamente la dicha cruz con dichos dedos y si alguien no lo hacía bien se la mandaba a hacer y formar con toda la perfección necesaria. Y habiendo terminado el control arriba mencionado proseguía, arrodillado en medio de todos los susodichos negros, dicha instrucción y doctrina225.

  • 226 Ibidem, p. 91.

191Sa méthode d’enseignement pour la catéchèse était sensiblement la même que celle de Sandoval ; le frère Nicolás González précise qu’il suivait point par point l’instruction de l’archevêque de Séville Don Pedro de Castro y Quiñones, que nous avons précédemment évoquée226. Conformément à cette instruction, Pierre Claver abordait, comme Sandoval, cinq points essentiels :

  • 227 Ibidem.

El primero de ellos es la manera de dar a entender a dicha gente el misterio de la Santísima Trinidad, con ejemplos y comparaciones arregladas y acomodadas a su débil capacidad [...]. El segundo punto era el del misterio de la Encarnación del hijo de Dios en las purísimas vísceras de la Virgen María Nuestra Señora. El tercero, la muerte y pasión que sufrió en la cruz para salvarnos. El cuarto, el de la Resurrección gloriosa en los cielos. El quinto y último la Resurrección general de la carne en la cual debían todos resucitar para ser juzgados en el Juicio Universal y recibir en estos nuestros cuerpos gloria eterna o pena perpetua, en conformidad de las obras que cada uno habrá hecho en esta vida227.

192Ignacio Angola, (interprète du Collège), connaissait bien la méthode puisqu’il en était l’instrument ; il la décrit ainsi :

  • 228 Ibidem, p. 105.

Dispuestos los negros y los intérpretes en la forma referida arriba, la primera cosa que les enseñaba el padre a los negros bozales era persignarse y hacer la señal de la Santa Cruz, poniéndose en la mitad de ellos arrodillado, con lo cual igualmente todos ellos se ponían de rodillas y empezaba el dicho padre diciendo « Por la señal de la Santa Cruz » y todos los negros, siguiéndolo, decían lo mismo y así iban prosiguiendo hasta el final y después les enseñaba el Padre Nuestro y el Ave María y les explicaba y enseñaba el misterio de la Santísima Trinidad y el de la Encarnación del hijo de Dios, su Muerte y Pasión y cómo nació de una virgen llamada Santa María y su Gloriosa Resurrección y Ascensión al cielo y por último volvía a arrodillarse y todos se arrodillaban de la misma manera y les volvía a enseñar a persignarse y a hacer la cruz228.

  • 229 Le père Le Pers, missionnaire à Saint Domingue au xviiie siècle, écrivait : « Malgré cet empressem (...)
  • 230 Sandoval rapporte de nombreux exemples dans son ouvrage ; nous avons choisi de reproduire ici un e (...)

193Ignacio Angola précise que l’enseignement durait ainsi plusieurs jours jusqu’à ce que les esclaves soient jugés aptes à recevoir le baptême229. Mais certains ne pouvaient pas attendre aussi longtemps, soit parce qu’ils étaient malades, soit parce qu’on les embarquait pour une autre destination. D’autres recevaient une instruction individuelle. Elle durait toujours, dans la mesure du possible, le temps nécessaire, pour que l’esclave comprenne ce qu’il allait recevoir et l’accepte volontairement230.

2.1.2. La catéchèse dans les villes et dans les doctrines

194Cet enseignement rudimentaire qui permettait d’administrer le baptême dans un délai assez bref à ceux qui le désiraient, devait être complété par la suite dans les villes ou dans les doctrines, afin de consolider les connaissances des nouveaux fidèles.

195Dans les villes, les prêtres utilisaient plusieurs méthodes. La leçon de catéchisme pouvait être dispensée à l’église, (nous avons vu que le prêtre devait réunir les enfants et toutes les personnes ayant besoin d’instruction religieuse, avant la messe du dimanche et des jours de fête). Elle pouvait se faire aussi dans les rues, l’évangile parvenait ainsi à tous ceux qui, pour une quelconque cause, ne s’étaient pas rendus à l’église pour entendre le sermon et la leçon de catéchisme.

196Nous avons évoqué les manuels de catéchisme qui servaient de textes de référence pour l’instruction religieuse. Ils étaient un instrument primordial pour l’enseignement de la catéchèse. Les sermons permettaient aussi d’expliquer aux néophytes les fondements de la religion catholique. Ceux qui furent publiés à partir du IIIe concile de Lima étaient au nombre de trente et un. Après la lecture d’un de ces sermons, le prêtre s’assurait, par une série de questions, que son contenu avait été compris et bien assimilé ; il faisait appel à la mémoire des néophytes en ayant recours bien souvent à la répétition. On peut se demander si cette méthode d’apprentissage atteignait réellement son but qui était surtout de permettre que les fondements de la religion chrétienne fussent compris. On peut penser que la compréhension des fidèles dépendait en partie des qualités intellectuelles et pédagogiques du prêtre qui avait en charge cet enseignement. Les manuels étaient là pour lui faciliter la tâche grâce à des questions réponses, tel celui de Bartolomé Lobo Guerrero.

  • 231 Ibidem, (1608), fol. 55 v°.

197En 1608, à Carthagène, un jésuite allait à la cathédrale tous les dimanches matin « a predicar a más de dos o tres mil almas que se juntan a la missa del alva ». L’auditoire était essentiellement composé d’esclaves, mais il y avait aussi des Espagnols. Le prêtre devait donc adapter son prêche : « a todos se acomoda el sermón explicándoles algún misterio de nuestra fe y viene a ser sermón y catecismo juntamente »231.

198De même, en 1611, les Jésuites de la résidence de Panamá se chargeaient de l’instruction des Noirs et des pauvres à la première messe, le dimanche et les jours de fête :

  • 232 Ibidem, (1611), fol. 97 v°.

A los negros se acude con la misa y plática de las mañanas en los domingos y fiestas adonde acuden innumerable gente que en todo el año no suele de otra manera oyr sermón y no sólo son negros sino de otra gente pobre que por no tener conque pareçer quando a entrado el día, al manecer como quiera parezen. Son las pláticas a esta ora breves, doctrinas sençillas y de cosas que se pegan al alma y frequentes de cada domingo y días de fiesta con que se esperimenta gran provecho [...]232.

199Le choix de l’heure était très important. Il devait permettre aux esclaves de pouvoir consacrer le reste de la journée à des tâches plus profanes, et pour tous, d’écouter le sermon en dehors des heures de grosse chaleur.

  • 233 Nous savons qu’en 1718, il y avait aussi un sermon dans le Collège de Mompox tous les vendredis. A (...)

200D’après le rapport du provincial, le sermon du dimanche matin à la cathédrale, qui se faisait depuis deux ans à Panamá, était le plus bénéfique ; il y avait aussi un sermon tous les vendredis dans la résidence233, et une procession dans les rues destinée à inciter les habitants à adopter des normes de vie excluant les conduites scandaleuses :

  • 234 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 90.

También los pocos padres que esta casa a traído en esta casa an estado bien ocupados en la frequencia de los sermones. El sermón de más concurso y de donde más fruto se coje es el que de dos años a esta parte se a entablado en la misa del alva todos los domingos en la iglesia catedral desta çiudad así por ser aquella jente que por entonces allí se junta neçesitadísima de semejantes recuerdos por no tener ocasión en todo el año de oyr sermón como también por ser las cosas que allí se les dicen de los misterios de la fee de que todas ellas están tan neçesitadas y casi ymposibilitadas de aprenderlas por otra vía. La plática que todos los biernes del año a avido es la común que otros años se a echo. En las quatro calles no a sido de menos fruto reprehendiéndose allí públicamente viçios públicos y que tenían escandalizada la çiudad con libertad sancta de que se sacó mui buenos efetos y emienda de vida234.

  • 235 La prédication dans les rues était propre aux Jésuites. Elle était destinée à la population en gén (...)
  • 236 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 97 v°. F. Campo del Pozo, reprenant la description du père Grijalv (...)

201La prédication dans les rues avait lieu dans certaines villes toute l’année235. À Panamá en 1611, le prêtre organisait une procession, essentiellement composée de Noirs qui chantaient des cantiques reprenant le contenu de la leçon de catéchisme : « se hazen los domingos sus proçesiones cantando la dotrina por la calle haziéndoles pláticas al propósito del auditorio para quitar viçios y así acude esta gente236. « À Portobelo, la même année, les Jésuites donnaient la leçon de catéchisme aux Noirs et aux enfants, mais le sermon, sur la place, s’adressait à un auditoire plus large :

  • 237 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 98 v°.

Començáronse a hazer dotrinas por las calles de negros y niños españoles predicándoseles en la plaza después de la doctrina, al qual sermón, que se rematava con un exemplo, acudía toda la çiudad con grande gusto y alguno huvo de los más principales del pueblo y castellano de la más principal fuerça que dixo hasta entonçes no avía conocido la Compañía por aver siempre vivido en soldadesca en partes donde no avía esta religión pero que agora que la conoçía le havía robado el coraçón237.

  • 238 « Todos en proseçión cantando la doctrina se ban a los bailes y borracheras de los demás negros y (...)

202La prédication dans les rues se faisait souvent à l’occasion de processions ; à Carthagène dès 1604, les membres de la confrérie de Noirs après avoir écouté le sermon, partaient en procession dans les rues avec le prêtre en chantant des cantiques, ils allaient à la rencontre de tous ceux qui n’avaient pas assisté à la dite leçon. Le prêtre recommençait alors l’instruction religieuse, et revenait à l’église, toujours en procession, avec son nouvel auditoire. En allant chercher les Noirs là où ils se trouvaient réunis, l’enseignement religieux était imposé et leur assemblée plus ou moins suspecte dissoute car il fallait lutter contre les « bailes y borracheras » par lesquels certains Noirs célébraient leur propres rites ancestraux238.

  • 239 A.P.T., Astráin VII leg 41 : 5, 9.16) Lit Ann Prov Peruan 1606.

203Il semble qu’en 1606, le prêtre avait choisi de ne donner la leçon de catéchisme qu’après la procession : « Para los morenos ay en nuestra casa una cofradía a la qual acuden muchíssimos ; y los domingos por las calles y plaça ban cantando la doctrina christiana hasta nuestra casa donde se les explica y enseña el cathecismo »239.

  • 240 « Los domingos por la tarde, salen quatro de los nuestros a juntar negros por las calles y plaças (...)
  • 241 Ibidem, fol. 56. En 1605, dans la résidence de Panamá, il y avait aussi une confrérie de Noirs, ma (...)

204En 1608, quatre jésuites étaient chargés de rassembler les Noirs qui étaient dans les rues et de leur faire la catéchèse ; ils les ramenaient parfois en procession jusqu’à l’église de la Compagnie240. Quant aux Noirs des confréries, ils assistaient à la leçon de catéchisme dans la chapelle de l’église : « Este mismo día acuden a nuestra casa algunos más aprovechados y virtuosos a su congregación y tienen en una capilla una plática de la doctrina christiana »241.

  • 242 « con lo qual cada día va aumentando esta congregación así en gente como en frequencia de sacramen (...)

205En 1611, le prêtre chargé de la confrérie, consacrait le dimanche matin à confesser les Noirs, puis l’après-midi « les enseña la doctrina christiana en nuestra casa y los lleva en procesión por las calles cantando la doctrina y, juntando otros muchos, les predica con mucho fervor ». Cette méthode permettait d’augmenter le nombre des membres de la confrérie, et une fréquentation des sacrements plus régulière242.

206En 1718, le sermon se faisait sur la place publique, l’auditoire ne se limitant plus aux seuls Noirs :

  • 243 A.P.T., Astrain IX leg 33 (2,3), fol. 2 v°.

Los ministerios son frequentes. Se asiste al de los Negros por un Padre que siempre ay señalado para este fin, que a más de cathequizarlos, baptizarlos y consolarlos en sus dolencias y trabajos, les haze todos los domingos la doctrina christiana cantándola por las calles y rematando en una plaza con una plática llana y doctrina a que asistemucha gente blanca y la de servicio que ay en aquella tierra243.

  • 244 Ibidem, fol. 3 r°.

207Ce n’est qu’en 1718 que ce type de procession, qui réunissait semblet-il une grande partie de la ville, commença à Pamplona : « Se a entablado el que todos los domingos se salga a cantar la doctrina christiana y oraciones concurriendo a cantar la doctrina por las calles toda la clerecía del lugar con su vicario y a su exemplo todos los hombres nobles y pleveyos que ay en él »244.

  • 245 Ibidem, fol. 2 r°.

208À Tunja, c’était l’occasion pour les Jésuites du noviciat de s’exercer dans l’enseignement de la catéchèse : « Todos los domingos del año, a más de las funciones quaresmales, salen los novicios con su maestro a enseñar la doctrina por las calles rematando en nuestra yglesia con la doctrina que haze un novicio y una plática que haze un Padre »245.

  • 246 En Europe, ces processions avaient lieu pendant le carême et l’avent, c’est-à-dire pendant les deu (...)

209La période du Carême était un moment privilégié pour amener les fidèles à se convertir et à mener une vie plus réglée. Les sermons devaient inciter les fidèles à se confesser avant Pâques246. À Carthagène, Pedro de Mercado précise que la prédication des rues était une manière d’aller chercher tous les Noirs, mais que souvent ceux-ci, à l’occasion du sermon auquel assistaient leurs maîtres, en profitaient pour disparaître dans la nature :

  • 247 Pedro de Mercado, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 256. Dans le premier concile pro (...)

Porque algunos negros suelen las cuaresmas los domingos por la tarde dejar a sus amos en los sermones y perder por las calles ese buen tiempo, lo han logrado siempre recogiéndolos y llevándolos a oír el sermón a la plaza que llaman de las negras247.

  • 248 L’interprète Andrés Sacabuche, d’origine Angola, disait : « a los que contestaban bien les daba co (...)
  • 249 Ibidem, (témoin Andrés Sacabuche) ; ibidem, p. 130 (témoin Nicolás González, coadjuteur temporel) (...)

210Les personnes qui témoignèrent lors du procès de béatification de Pierre Claver rapportent que celui-ci organisait une procession, tous les dimanches de Carême, avec les Noirs et les Mulâtres de la ville qu’il réunissait « con el toque de una campanita que él mismo tocaba con una mano, levantando una cruz en un bastón con la otra ». Un interprète, tenant un étendard rouge, conduisait la file à travers toutes les rues de la ville, et même parfois jusqu’à Getsemaní, où les Noirs étaient en nombre, pour s’arrêter sur la place se trouvant à côté du pont, nommée « de las yerbas » où les Noirs avaient l’habitude de se réunir. Pendant toute la durée de la procession, les prières étaient récitées. Une fois sur la place, le Père Claver posait quelques questions sur la leçon de catéchisme, distribuait des cadeaux à ceux qui savaient répondre248, puis, juché sur une table, il procédait à la prédication « para que temieran a Dios y trataran de seguir las virtudes y huir el vicio ». Il avait d’ordinaire un petit tableau représentant l’enfer et l’âme d’une damnée sous les traits d’une très belle femme tourmentée par les démons qu’il montrait aux femmes « cuando las veía muy embellecidas y arregladas, exhortándolas caritativamente a deponer y dejar los dichos aspectos profanos ». Puis, après le sermon, il revenait accompagné de tous jusqu’à l’église du Collège, « en forma de procesión y recitando en voz alta », où ils se mettaient tous à genoux, et le Père Claver, au milieu d’eux, leur faisait réciter à voix haute l’acte de contrition. Il congédiait ensuite tout le monde249.

  • 250 Ibidem, p. 199-200 (témoin Nicolás González, coadjuteur temporel).

211L’après-midi du mercredi des Cendres, les enfants des écoles se réunissaient dans l’église de la Compagnie où le Père Claver leur apprenait à chanter « en tono alto y devoto la doctrina cristiana » ; ils partaient ensuite en procession jusqu’à un lieu nommé « de las cuatro calles » où avait lieu le prêche. Cette procession avait lieu tous les jours de Carême, jusqu’à Pâques250.

212Comme le remarquait le préposé général Vitelleschi en 1637, les prédications des rues enracinaient la foi des néophytes :

  • 251 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 2, (1637), fol. 199 v°-200.

Y agradezco a V. R. aya dejado se continúen en la Provincia las procesiones públicas que se hacían con aprobación de los provinciales en la octava del Santísimo Sacramento quando me avían informado avían quitado la de Santafé y le pensaba rogar la dejase correr porque en esas partes estas demostraciones exteriores ayudan mucho a la confirmación en la fe a los nuevos christianos251.

  • 252 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 133 (témoin (...)

213Les sermons étaient l’occasion d’expliquer les articles de la foi, les commandements, les sacrements, les œuvres de miséricorde, mais le prêtre prêchait aussi la soumission, expliquant que chacun avait sa place dans la société, et que Dieu avait décidé du rôle que chacun avait à y jouer, réservant une place de choix dans le ciel à ceux qui avaient souffert sur terre. L’interprète Andrés Sacabuche dit à ce sujet que le Père Claver prêchait avec ferveur « todo sobre el bien de sus almas y que procurasen ser buenos y servir con toda atención a Dios y a sus amos252 ». De même, parmi les enseignements qui devaient être dispensés aux esclaves, le Père Sandoval évoquait les obligations inhérentes à leur état :

  • 253 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 341.

Se enseñan los ignorantes, pues los más o todos no saben las cosas necesarias para la salvación, y demás misterios de la Fe, los mandamientos divinos de la Ley de Dios y de la Iglesia, las obligaciones de sus estados, y finalmente los medios como servirán a Dios, y alcanzando las virtudes de su género, capacidad y estado se salven253.

  • 254 Nous renvoyons le lecteur au chapitre I de cette étude où nous avons abordé la position de Sandova (...)

214L’esclavage présenté comme la volonté de la Providence, et même comme une grâce, s’intégrait « naturellement » dans le plan de Dieu254.

215Dans les campagnes, l’horaire du catéchisme devait être adapté au rythme de vie et de travail des fidèles, le curé devait prêcher tôt le matin ou tard le soir, pour laisser aux fidèles la disposition de la journée, afin qu’ils puissent s’occuper de leurs tâches profanes.

216La catéchèse dépendait beaucoup de la ténacité du prêtre et de la volonté, soit des parents qui devaient y envoyer leurs enfants, soit des maîtres qui avaient l’obligation d’y envoyer leurs esclaves. Nombre de motifs étaient invoqués pour que les catéchumènes soient dispensés de l’instruction religieuse : la moisson qui ne pouvait attendre, le bétail qu’il fallait garder, les pluies qui rendaient les chemins impraticables, les fleuves à traverser qui mettaient la vie des fidèles en danger. Ce manque d’enseignement religieux régulier des esclaves donnait lieu à un oubli rapide du peu qu’ils avaient acquis, et entraînait parfois un retour à des pratiques idolâtres, souvent mieux ancrées dans leurs mœurs puisqu’elles faisaient partie intégrante de leur culture. Les visites, épiscopales ou civiles, et les missions permettaient de remettre un peu d’ordre dans les paroisses où un certain relâchement était observé. Nous avons déjà longuement évoqué les premières, nous reviendrons plus avant sur le rôle des missions.

  • 255 La même méthode était employée au xviiie siècle à Saint Domingue : « Dans les habitations bien rég (...)

217Dans les haciendas, le majordome était chargé de réunir les esclaves pour la doctrine et la messe dominicale, de dénoncer les cas de concubinage, de blasphème, ou d’idolâtrie, et d’exécuter les châtiments corporels lorsque le prêtre (ou le frère coadjuteur) le jugeait nécessaire. En cas de vacance de la cure, ou en l’absence du curé (le prêtre n’étant pas toujours disponible et sa présence n’étant qu’épisodique dans certains lieux retirés), les Noirs étaient en quelque sorte responsables de leur propre évangélisation. Un Noir considéré comme capable et bon chrétien était désigné comme responsable de la doctrine ; il remplaçait le prêtre dans la catéchèse et dirigeait la prière du soir, comme par exemple dans l’hacienda de San Juan de las Palmas dans la région de Turbaco255.

  • 256 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 268.

218Comme le remarque J.-P. Tardieu, « le système de “prise en charge” avait, outre l’avantage de suppléer au manque de religieux, celui d’utiliser une structure déjà existante dans le monde africain où les vieux étaient responsables de l’initiation des jeunes. De plus, il conférait une certaine autorité aux bénéficiaires qui n’en étaient que plus dévoués aux Jésuites » ou aux autres prêtres responsables de l’instruction des Noirs et Mulâtres256.

  • 257 Carlos Mesa, ofm, « La enseñanza del catecismo en el Nuevo Reino de Granada », Medellín, 50, 1987, (...)

219Pour faciliter la communication du message chrétien on afficha sur de grands panneaux, à l’entrée des églises, dans les écoles et dans les hôpitaux, indiquant ce que chaque chrétien devait savoir : le Notre Père, l’Ave Maria, le symbole des Apôtres, la Salve, les articles de la foi, les commandements, les sept sacrements, et les sept péchés capitaux257. Mais tout le monde ne savait pas lire, et nous avons vu par ailleurs que selon les dispositions du IIIe concile de Lima, il fallait tenir compte de l’entendement de chacun ainsi que du temps consacré à l’enseignement. Pour que les Noirs comprennent et assimilent rapidement les notions élémentaires du catéchisme, les prêtres avaient recours à divers « outils » pédagogiques.

2.1.3. Les « outils » pédagogiques

220Il fallait utiliser des « outils » pédagogiques de toute sorte pour surmonter les obstacles qui risquaient d’empêcher la conversion et le salut des néophytes. La première barrière était celle de la langue ; il fallut recourir à des interprètes.

  • 258 Chapitre II du Livre III, Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 370 (...)

221Les interprètes Alonso de Sandoval leur consacre un chapitre de son ouvrage qu’il intitule « De la precisa necesidad que tienen los obreros destos Etíopes del uso de los intérpretes y lenguas ladinas y fieles258 ». Sans les interprètes, rien n’était possible étant donné la diversité des langues des esclaves qui débarquaient à Carthagène :

  • 259 Ibid., p. 370.

La dificultad está en que de ordinario sus amos [los negreros] no tienen intérpretes, ni se les da nada por buscarlos, y nosotros parece moralmente imposible que aprendamos todas estas lenguas por ser tanta su multitud, y no aver alguna general, como por no aver quien pueda enseñarlas, ni ser la comunicación que con los negros tenemos, la que baste para pegársenos naturalmente259.

  • 260 « Muchas vezes sucederá que el enfermo, v.g. Nalu, no entienda la lengua del intérprete v.g. Biafa (...)

222Il n’était pas toujours facile d’identifier d’emblée la langue qui était parlée par le nouvel arrivant. Il fallait alors procéder par élimination en faisant appel successivement à plusieurs interprètes. La rareté de la langue exigeait parfois la présence simultanée de plusieurs traducteurs interprètes qui servaient d’intermédiaires, chacun traduisant à l’autre le message qui devait parvenir d’un côté ou de l’autre de la chaîne ainsi formée260.

  • 261 Ibid., p. 372.
  • 262 Ibid., p. 420.

223Les operarios de negros devaient donc aller chercher les interprètes là où ils se trouvaient : « No le parezca a nadie indigna cosa de religión andar buscando un religioso de casa en casa estas lenguas e intérpretes, y después de hallarlas llevarlas consigo, aunque sean morenas261. » Dans la mesure du possible, l’interprète devait aller jusqu’à l’endroit où l’on avait préalablement réuni les esclaves d’une même ethnie pour la catéchèse, mais, si le traducteur refusait de se déplacer ou était dans l’impossibilité de le faire (à cause de son grand âge, d’une indisposition ou d’une maladie), les esclaves se déplaceraient et seraient ensuite raccompagnés sous bonne garde262.

  • 263 « tengamos un cuadernillo o abecedario de castas, lengua e intérpretes, y escrito en él como se ll (...)
  • 264 Dans son Instruction, l’archevêque de Séville avait ordonné : « En todas la Parrochias hagan los C (...)

224Pour trouver les interprètes plus rapidement, le Père Sandoval avait eu l’idée de tenir un carnet dans lequel il avait dressé la liste des interprètes auxquels il pouvait recourir, et mentionné les langues parlées et comprises, ainsi que le nom du maître de l’esclave, et son adresse263. Il suivait en cela la méthode préconisée par l’archevêque de Séville264.

225Il fallait ensuite s’assurer que l’interprète était capable de reproduire fidèlement ce que disait le prêtre :

  • 265 Ibid., p. 374.

Cuando éstos no estuvieren cursados en lo que es catechizar, [...] es bien que ellos buelvan a repetir lo que se les dize, y viendo que una vez, o dos lo han comprendido, se podrá entender lo comprehenderán siempre, y lo bolverán en su lengua fielmente, porque sucede no dezirles en manera alguna sino lo que a ellos se les antoja, y es una confusión grande, hasta que se advierte, o se repara en ello265.

226Mais il n’était pas facile de trouver des interprètes qui comprennent immédiatement ce qu’ils devaient enseigner :

  • 266 Ibid.

Y no ay de que maravillarnos que muchos destos no comprehendan, ni repitan una destas preguntas enteras de una vez, pues cuando entre diez estudiantes cuidadosos se halla uno que con puntualidad y fidelidad repita lo que se le argumenta, se estima en mucho266.

  • 267 Ibid., p. 360.
  • 268 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 539.

227Sandoval qui estimait les interprètes à leur juste valeur, ne manquait pas de remarquer qu’ils étaient souvent « más bestiales que los mesmos vozales267 ». En effet, comme le remarque J.-P. Tardieu, les dogmes étaient « difficiles à appréhender pour des esprits inaccoutumés à la conceptualisation268 ». Une séance préparatoire était donc nécessaire :

  • 269 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 374. On notera que Sandoval s (...)

Es buen medio para esto hazer que el intérprete repita el misterio preguntándoselo, dime hijo, ¿ ay Dios ? responde que sí. ¿ Cuántos Dioses ay ? Responde que uno solo. Dezirle entonces, pues esso mismo, dícelo en tu lengua a este bozal. Dime, ¿ quién es Dios ? Repetirme ha el misterio de la santísima Trinidad, pues esso assí como me lo has dicho a mí, repíteselo a este tu pariente en tu lenguaje ; y assí en los demás misterios269.

  • 270 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 415.

228Si l’on appliquait cette méthode avec patience, l’interprète, quelle que soit sa capacité, devait pouvoir instruire de manière satisfaisante sans déperdition ou altération du message à transmettre. Si l’interprète était « ladino y entendido », le prêtre lui laissait prendre l’initiative du discours le mieux adapté pour convaincre ses congénères : « Hará que él de suyo les hable en orden a esto lo que le pareciere, lo cual suele ser de mucha consideración270. »

229Mais bien souvent, les maîtres s’opposaient à prêter leur esclave pour qu’il serve d’interprète, car c’était autant de temps perdu pour le travail, et donc de moindre gain ; les Noirs eux-mêmes répugnaient à se rendre au chevet de gens malades qui pouvaient être contagieux, et ils fixaient parfois des conditions d’horaires incompatibles avec le ministère. De plus, l’endurance de l’interprète était souvent plus limitée que celle du prêtre et il fallait alors trouver un autre interprète qui consente à continuer le travail abandonné par son prédécesseur. Alonso de Sandoval décrit ces difficultés :

  • 271 Ibidem, p. 419.

Demás de ser necessarias [las lenguas] ya unas ya otras, y todas distinctas, más de cincuenta ; y dado que se hallen, no quieren catechizar, sino tales y tales días, a tales y tales tiempos, a sanos y no a enfermos, temiendo con razón sus enfermedades contagiosas ; no quieren ir lexos sino cerca, y si es lexos, dan muy de ordinario cantonada, como dizen, a la mitad del camino, hallándose el Padre burlado cuando llega a ella y obligado a buscar otra ; otras vezes se cansan y enfadan a medio catechismo, pareciéndoles que basta lo dicho ; haziendo instancia al Padre que bueno está, que le heche el agua, y si no condeciende con su parecer, lo cual no es possible, se van ; siendo fuerza bolver a buscar otra para acabarle, con nuevo trabajo y riesgo del enfermo. Sus amos muchas vezes no las quieren prestar ; en tales días, oras y tiempos limitados no más, y si desto se excede, no ay prestarla más [sic...]271.

230Dans de telles conditions, il était indispensable que la majorité des esclaves assistassent, dès leur arrivée, au catéchisme dispensé dans leur langue, ou dans une autre qu’ils comprenaient.

  • 272 Nous avons vu en effet que les préposés généraux qui se succédèrent insistèrent tour à tour sur l’ (...)
  • 273 J. P.Tardieu précise que « Barrasa présente le père Torres Bollo comme le créateur de cette méthod (...)

231Comme certains Noirs, en raison de leur grand âge ou de leur état de santé, ne pouvaient attendre très longtemps l’administration du sacrement et risquaient ainsi de compromettre leur salut éternel, le Collège de Carthagène fit l’acquisition d’esclaves destinés à servir d’interprètes afin qu’ils fussent toujours à la disposition des Jésuites qui en auraient besoin lorsqu’ils se rendaient, soit sur les bateaux négriers, soit auprès de Noirs bozales qui n’avaient pas encore appris l’espagnol. Nous avons vu précédemment les recommandations envoyées depuis Rome à leur sujet272. Le Père Torres Bollo avait lui aussi fait acheter par le Collège de Lima quelques enfants noirs d’ethnies différentes, lesquels une fois instruits dans la foi chrétienne et initiés à l’espagnol, servirent d’interprètes afin de catéchiser les esclaves récemment débarqués273.

232Ces interprètes connaissaient généralement plusieurs langues ; l’un d’eux, qui en connaissaient onze, reçut le surnom de Calepino, du nom du célèbre érudit augustin Ambrosio Calepino (1440-1510), dont le dictionnaire encyclopédique fut publié en onze langues.

233Francisco Yolofo qui parlait trois langues (Yolofa, Mandinga et Berbesí) en plus du portugais, raconte comment il était devenu interprète attitré de la Compagnie :

  • 274 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 112, p. 310- (...)

Que habrá veinte y cuatro años, o veinte y cinco, que vino bozal a esta tierra y el amo que a ella lo condujo se llamaba Pedro de Vera y que desde que llegó conoció al padre Pedro Claver porque fue a ver a los negros que dicho su amo llevaba y a enseñarles las oraciones y la doctrina cristiana para bautizarlos, conforme lo hizo, y entre los otros que bautizó después de haberlos instruidos y amaestrados, bautizó también a este testigo. Y después de muy pocos días de haberlo bautizado, ocurrió que el dicho padre Pedro Claver tuvo que confesar a un negro que estaba preso en la cárcel pública de esta ciudad y condenado a muerte por « crassatore » famoso, que había sido preso en un palenque que llaman del Limón, por orden de Francisco de Murga, [...] que se llamaba Juan Yolofo y no pudiendo el dicho padre confesarlo sin el intérprete, encontró a este testigo que sabía la lengua portuguesa y lo llevó consigo a la dicha cárcel para que le sirviese de intérprete y este testigo lo hizo [...]. Y por haber servido este testigo en dicho ministerio al dicho padre Pedro Claver se aficionó a él e hizo que el Rector de este dicho Colegio, llamado Juan Manuel [de Arceo], que ya es difunto, lo comprara como esclavo de este dicho Colegio y para que sirviera a dicho padre cuando se ofreciera la ocasión en dicho ministerio para intérprete de dicha lengua yolofa ; y así, durante todo el tiempo en que dicho padre vivió, fue su intérprete de aquella este dicho testigo, sea para los negros nuevos yolofos que se tenían que bautizar, como para los moribundos que se tenían que confesar274.

234Joseph Monzolo avait lui aussi été remarqué par le Père Claver qui avait insisté auprès du recteur, pour que le Collège procèdât à son achat, comme pour celui de Francisco Yolofo :

  • 275 Ibidem, p. 222.

Y el dicho padre, por haber llegado este testigo de su tierra ya bautizado, le enseñó el catecismo, la doctrina cristiana y todas las oraciones y así sabe todo lo referido no sólo en lengua española sino también en las dos del Congo y Monzolo, para enseñar en ellas lo referido a los negros de las dichas lenguas y por esto lo compró el dicho padre, para que fuese su intérprete en las dichas dos lenguas, que sabe muy bien, y éste, con el cariño que le profesaba le rogó que interviniese con el superior de este colegio para que lo comprase y el dicho padre, como lo deseaba, puso todo su interés en eso hasta que lo consiguió, sólo porque sabía las dichas dos lenguas, como lo ha dicho275.

235Une autre méthode consistait à les « commander » directement auprès des négociants, comme en témoigne Don Gaspar de los Reyes, habitant de Carthagène :

  • 276 Ibidem, p. 121.

Todo lo referido les decía y enseñaba por medio de negros intérpretes que por aquel efecto tenía y en especial tenía muchos negros chalones, que así se llamaban aquellos que saben muchas lenguas, que los había hecho llegar de Guinea y otras partes, consiguiendo de limosna entre sus devotos la suma que era necesaria para comprarlos y llevarlos consigo. Y en particular se acuerda que Bartolomé de Flores, habitante de esta ciudad, que ya es difunto, piloto que hacía muchos viajes a Guinea, le trajo dos o tres de dichos negros chalones276.

236Ainsi, Ignacio Angola raconte comment il était venu directement d’Angola pour servir d’interprète. Il était alors âgé d’une dizaine d’années :

  • 277 Ignacio Angola avait quarante ans au moment de sa déposition. Ibidem, p. 162.

Que hace más de treinta años que este testigo vino a esta ciudad y que habrá poco más de cuatro años que murió el dicho padre Pedro Claver y que todo el resto del tiempo lo conoció porque en los Reinos de Angola compraron a este testigo y a otro negro su compañero, llamado Alonso Angola, el cual hoy está en la Isla de Tierrabomba por cuenta de este Colegio, y los llevó a esta ciudad un bizcaino, que no se acuerda de su nombre, y desde que llegó fue entregado a este dicho Colegio, lo tomó a su cargo el dicho padre Pedro Claver y como venía ya bautizado desde su tierra, solamente le enseñó la oración y los misterios de nuestra santa fe, que era necesario que los supiese explícitamente para que le diesen el óleo y la confirmación en la catedral, como en efecto se los dieron, y siempre lo eligió a este testigo el dicho padre como intérprete de la lengua angola, en el cual dicho ministerio lo sirvió este testigo desde que llegó a esta dicha ciudad hasta que el dicho padre murió277.

  • 278 Nous avons déjà évoqué quelques-unes de ces marques d’affection. Ignacio Angola précise que lorsqu (...)

237On comprendra dans ces conditions que le Père Claver ait témoigné de l’affection pour ces interprètes qui l’accompagnaient quotidiennement depuis leur plus jeune âge278.

238D’après le témoignage de Nicolás González, frère coadjuteur, les esclaves interprètes appartenant au Collège étaient : Andrés Sacabuche, Ignacio Albañil, qui étaient de « nación Angola », et, Ignacio Soso, Francisco Yolofo, Manuel Biáfara et Joseph Monzolo qui étaient « de los Ríos ». La grande diversité des langues des esclaves qui débarquaient dans le port de Carthagène obligeait la Compagnie à employer des interprètes en dehors du Collège. María de Mendoza, « negra libre de nación Biafra » en témoigne :

  • 279 Ibidem, p. 292.

Que conoció al venerable padre Pedro Claver por más de veinte años y que la llevaba en su compañía muchas veces como intérprete de los negros bozales de su nación y que lo vio muchas veces mostrar tanta caridad con los negros recién llegados que les limpiaba las llagas ; y a los enfermos de diarrea los limpiaba ensuciándose las manos y muchas veces le decía a esta testigo que no tuviese náusea, que eran nuestro prójimo279.

239L’emploi d’une femme comme interprète ne doit pas surprendre ; le Père Sandoval lui-même écrivait dans son ouvrage que les prêtres ne devaient avoir aucun scrupule à employer des femmes dans la mesure où cela pouvait aider à sauver une âme :

  • 280 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 373. Une carta annua de 1611 (...)

Y si a S. Ignacio nuestro Padre, esto le era lícito y meritorio, por la gloria de Dios y el bien de las almas, no lo es menos, ni de menor gloria de Dios entrarse por las casas, buscando morenas, pues no todas vezes se hallan morenos que sirvan de lenguas e intérpretes, y halladas llevarlas tras sí, para entrar almas en la Iglesia Católica y augmentar el número de los hijos de Dios280.

  • 281 « [...] búsquense si con comodidad pudiere ser, los hombres para las confessiones de otros hombres (...)

240Il pensait même qu’au moment de la confession, les esclaves préféraient avouer leurs péchés à une personne du même sexe plutôt que du sexe opposé. Le prêtre devrait, dans la mesure du possible, prendre en compte cette considération281.

241Les interprètes qui n’appartenaient pas au Collège étaient rémunérés pour leur service, mais il n’était pas toujours très facile de les trouver puis de les convaincre de se rendre là où leur présence était nécessaire :

  • 282 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 86 (témoin N (...)

Y la primera cosa que hacía [...] era saber su país para buscar intérpretes con los cuales pudiera catequizarlos e instruirlos en nuestra santa fe, como los buscaba y tenía listas para dicho efecto, a expensas de grandísimo trabajo que le costaba el buscarlos, aunque fuese necesario afuera de esta ciudad en lugares muy dificultosos y remotos, pagándolos todo lo que fuese necesario para que viniesen, y sus esfuerzos personales, todo el tiempo en que estaban en esta dicha ciudad ; y cuando eran esclavos pagaba a sus amos el salario de cada día en que se ocupaban en dicho ministerio, buscando entre los feligreses aquella cantidad de limosnas que era necesaria para tal fin y para algunos regalos que llevaba a los barcos de dichos negros, así para los enfermos que tenían necesidad de ellos, como para ablandar a los amos, para atraerlos más fácilmente a creer los misterios de nuestra santa fe en todo, lo cual no se puede expresar ni declarar con palabras el gran trabajo que dicho padre Pedro Claver asumía en las cosas sobredichas, sea porque eran muchos los barcos de dichos negros que llegaban a este dicho puerto, como por la diversidad de las gentes e idiomas que venían en ellos, porque si el barco era de la Región de los Ríos venía en él tanta diversidad de idiomas que algunas veces han sido más de cuarenta ; y para todas dicho padre buscaba intérpretes sin economizar ninguna diligencia y trabajo que fuesen necesarios para dicho efecto, para que nadie muriera sin bautizo282.

  • 283 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 415.

242Pendant la leçon de catéchisme, les interprètes devaient persuader les nouveaux arrivés que ce qu’ils disaient était la vérité ; le fait qu’ils soient de la même ethnie contribuait à le leur faire admettre : « haga les digan de cuando en cuando en el discurso del catechismo, que lo que les dizen es la verdad, atestiguándola con que, cómo les ha de engañar o dezir cosa que no les estuviesse bien el que era de su casta, de su nación y su pariente283. » Il s’agissait de rassurer devant les épreuves.

  • 284 Ibid., p. 414.

243Un bon accueil Un accueil chaleureux devait être réservé aux esclaves qui débarquaient à Carthagène. Nous avons vu qu’Alonso de Sandoval conseillait de leur offrir de la nourriture, des vêtements et surtout de l’eau à boire dès leur arrivée. Si Sandoval insistait autant sur l’eau douce qui devait être donnée aux nouveaux arrivants, c’est parce qu’il avait remarqué non seulement que certains buvaient l’eau servant à leur baptême, mais aussi que la soif pouvait être un obstacle dans l’examen destiné à vérifier s’ils avaient été baptisés284.

244Il fallait ensuite leur parler avec amour :

  • 285 Ibid., p. 415.

Les hablará también blandamente, dándoles a entender les tiene mucho amor, pues siendo, como es, Padre, Sacerdote de Dios, a quien todos los hombres respectan y reverencian (por razón de la corona que traen abierta, y mostrársela ha, porque se mueven mucho por estas cosas exteriores) les va a ver, a hablar, a regalar, y a dezirles muchas cosas de Dios, cosas grandes que deven creer, poner en su corazón y oír con mucha atención285.

245Le Père Claver appliquait ces consignes à la lettre :

  • 286 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 86, (témoin (...)

Y así veía que apenas el dicho padre Pedro Claver tenía los intérpretes de los idiomas necesarios para instruir a los dichos negros, se proveía de dulces, naranjas y limones, tabaco, y de algunas jarras de agua y embarcaba todo en la primera barca o balsa que encontraba con mayor facilidad, e iba con todo eso a los navíos que ya habían entrado al puerto de esta dicha ciudad, y llegando a ellos daba la bienvenida por medio de los intérpretes, abrazándolos a todos y acariciándolos con mucho amor y celo286.

  • 287 Ibidem, p. 87, (témoin Nicolás González, coadjuteur temporel).
  • 288 Ibidem, p. 115 (témoin Francisco Yolofo).

246Nicolás González rapporte que Pierre Claver aimait à répéter : « con este tipo de gente para convertirla debían primero hablar las manos, haciéndole regalos con caridad, que la lengua instruyéndolos con amor287. » Les cadeaux provenaient de dons que faisaient les fidèles : « Y en seguida les distribuía muchos regalos que llevaba y había juntado de limosna entre sus devotos288. »

  • 289 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 342.
  • 290 Francisco Yolofo disait par exemple : « encargando mucho a los dichos intérpretes que dijeran a lo (...)

247Alonso de Sandoval conseillait aussi de veiller à dissiper toutes les craintes que ressentaient la plupart de ceux qui débarquaient. Il rapporte le cas d’un Noir qui pleurait amèrement sur son sort, pensant que les Blancs allaient le manger. Par ce moyen, il s’était rendu compte que ce Noir n’avait pas été baptisé, puisque ceci leur était expliqué dès leur arrivée, lors de la leçon de catéchisme dispensée à tous289. Tous les interprètes rapportent que le Père Claver leur demandait d’expliquer aux Noirs qui venaient de débarquer que les Espagnols ne les avaient pas emmenés pour les manger, pour en faire de la graisse, ou pour utiliser leur sang pour teindre les drapeaux290.

248Le prêtre devait les rassurer sur le sort qui leur était réservé ; il se présentait comme un intercesseur tout en prêchant la soumission :

  • 291 Alonso de Sandoval De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 415.

Diráles que su amo les quiere mucho y haze lo que le dize, que le pedirá y rogará les trate bien, les regale y cure, y después les dé buen amo con que vivan contentos en su cautiverio. Déles a entender la merced grande del Señor en averles traído a tierra de Cristianos, donde vale más ser cautivos que en su tierra libres, pues acá aunque el cuerpo está en trabajo por el cautiverio, el ánima está con descanso, por la libertad que ha de alcanzar con el agua del santo baptismo291.

  • 292 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 106, (témoin (...)

249Lors de la leçon de catéchisme, le Père Claver disposait non seulement des sièges pour chaque interprète, alors que lui-même restait souvent debout, considérant que l’essentiel du travail reposait sur eux, mais aussi « muchos cubrimientos, tablas y esteras en los cuales se sentaran los dichos negros ». Les Noirs devaient être sensibles au fait qu’un Blanc les traite avec quelque égard. À la fin de la leçon, il témoignait à chaque catéchumène d’une marque d’amitié : « al despedirse los abrazaba dejándolos muy consolados292. » L’interprète Joseph Monzolo, se souvenait avec émotion et reconnaissance de l’accueil que le Père Claver lui avait réservé :

  • 293 Ibidem, p. 222-223.

Este testigo se encariñó mucho con el dicho padre desde que vino a esta tierra, porque vio la mucha caridad que usó con los negros que vinieron en su navío, ganándoselos con muchos regalos que les llevó y acariciándolos mucho como si hubiesen sido sus hijos y hermanos y esto sólo dirigido al bien de sus almas para que se redujeran mejor a la ley de Dios y a recibir el santo bautizo, como lo hizo con todos los compañeros de éste que no estaban bautizados, y enseñándoles la doctrina cristiana y el catecismo a los que eran bautizados, para que supiesen lo que habían recibido293.

250Une fois en confiance, l’explication de la catéchèse pouvait commencer.

251L’exempla Pour assurer la compréhension de l’auditoire, par l’intermédiaire des interprètes, le prêtre recourait à l’exempla, c’est-à-dire qu’il illustrait son propos avec des comparaisons. Il fallait en effet traduire par des éléments concrets des concepts que les esclaves avaient bien du mal à saisir autrement. Nous en donnerons ici quelques exemples.

252Le Père Sandoval explique que pour persuader les nouveaux venus qu’ils ne pouvaient retirer que du bien du baptême, le prêtre pourrait procéder à une comparaison entre l’eau douce qui leur avait été apportée dès leur arrivée dans le port afin qu’ils puissent boire, et celle qu’ils recevraient pour leur baptême afin d’être sauvés :

  • 294 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 415.

Dime hijo, no te acuerdas el contento tan grande que recibió tu cuerpo con aquel jarro de agua, tan lindo, dulce, y tan fresco que beviste cuando estavas transido de sed ? [...] Assí, pues mira, como tu cuerpo estuvo tan alegre con aquella agua, lo ha de estarmucho más y recibir mayor contento tu alma que allá dentro en tus carnes tienes, cuando te lave la cabeza con el agua, que te digo de Dios y del Cielo para quitar tus pecados y hazerte hijo suyo294.

253Pour signifier que, grâce au baptême, ils deviendraient des hommes nouveaux, le Père Claver prenait l’exemple du serpent qui mue, et se livrait à une sorte de démonstration :

  • 295 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 92 (témoin N (...)

Enseguida les decía que de la misma manera como la serpiente muda de piel, así ellos debían mudar de vida y costumbres, desnudándose de la gentilidad y de sus vicios, de manera que debían hasta perder la memoria de ella. Y mientras dicho padre Pedro Claver decía estas palabras, poniendo dicho crucifijo en el pecho, se pasaba las manos de la frente a la cintura rasguñándose y como si se quisiera quitar su piel, con lo cual dichos negros hacían lo mismo ; y enseguida repetía la misma acción en los brazos y otras partes de su cuerpo, imitándolo todos los dichos negros en la misma acción, con tanto fervor que parecía que se desvistieran verdaderamente de su piel y la arrancaran de sí, y la escupían en señal de que se despojaban del hombre antiguo Adán y de sus pasiones y vicios, y se vestían del hombre nuevo Cristo y de sus virtudes profesando la ley evangélica que El enseñó295.

  • 296 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 424.

254Une autre comparaison était employée pour que le baptême reste à jamais gravé dans leur esprit : comme ils avaient été marqués au fer rouge pour signifier l’appartenance à leur maître, ils recevraient l’eau du baptême par laquelle ils deviendraient les fils de Dieu, seule condition pour aller au ciel et non en enfer. De même, comme le maître avec ses esclaves, Dieu les auraient toujours auprès de lui parce qu’ils avaient été rachetés par la mort de son fils et par l’eau du baptême qu’ils allaient recevoir296.

255Pour expliquer le mystère de la Trinité, Alonso de Sandoval conseillait de faire trois plis dans un vêtement ; on expliquait ainsi facilement comment le Père, le Fils et le Saint-Esprit pouvaient être trois personnes et un seul Dieu, comme les trois plis d’un même vêtement.

256Cette méthode fut employée par le Père Claver, qui se servait d’un mouchoir pour la démonstration, comme l’indique Andrés Sacabuche :

  • 297 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 101.

Les enseñaba y exhortaba a creer que había sólo un Dios que era la Santísima Trinidad, Dios Padre, Dios Hijo y Dios Espíritu Santo y que aunque fueran tres personas no eran otro que un Dios solo y para dárselos a entender mejor hacía en su pañuelo tres pliegues y enseñándoles y manifestándoles cómo eran tres, después les decía y les mostraba, haciéndolos ver, como no era más que un solo paño, con lo cual más fácilmente entendían dicho misterio los dichos negros297.

  • 298 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 423.

257La qualité divine de Jésus-Christ serait aussi expliquée par une comparaison : comme le fils du Blanc est blanc et le fils du Noir est noir, le fils de Dieu est Dieu298.

258Pour leur expliquer l’acte de foi qui consistait à croire en un Dieu invisible et omniprésent, Pierre Claver prenait l’exemple concret de leur expérience passée. Comme ils avaient cru, sans l’avoir vu, ce qu’on leur disait sur les Blancs alors que tout n’était pas vrai, comme ils pouvaient en juger par eux-mêmes, de la même manière, ils devaient croire désormais en l’existence de Dieu sans le voir, puisqu’il n’y avait pas d’autre vérité :

  • 299 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 92-93, (témo (...)

Así como cuando estaban en sus países creían las cosas que les decían de los países de los blancos y las creían sin haberlas visto, por las cosas raras y maravillosas que se les contaban de aquellos, deseando algunos de ellos por esta causa verlas y tocarlas y experimentarlas, de la misma manera la Fe Divina consiste en creer en aquellas cosas que no vemos, deseando verlas y gozarlas y que tuviesen por cierto que era más cierto aquello que les decía de la Fe Católica de lo que le habían dicho en sus países sobre los blancos que entonces veían y tocaban con sus propias manos299.

259Ainsi, ils ne devaient pas chercher à comprendre tous les mystères de la foi, mais y croire sans condition. Ils gagneraient le ciel de la même manière, car, comme ils étaient arrivés à Carthagène sans comprendre comment ils avaient pu traverser un tel océan sur lequel aucun chemin n’était tracé, ils se trouveraient au ciel sans avoir compris par quel moyen ils y étaient arrivés :

  • 300 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 423.

Así como ellos, por su poca capacidad, no podían entender cómo se podía llegar a la tierra de dichos blancos estando de por medio un mar tan grande que no tiene camino, ni sendero ni seña por donde se pueda caminar, sólo algunos trechos de camino que los dichos blancos tenían en un pergamino, así también de las cosas de nuestra Santa Fe, que si bien por su poca capacidad no logran percatar y entender cómo son, debían creer y observar, como lo manda Dios ; y el dicho padre Pedro Claver solamente enseñaba que eran incomparablemente más ciertas que aquéllas que enseñaban a los dichos blancos el camino por el cual se llegaba de su tierra a ésta donde se encontraban y que mirando la ley de los blancos, aunque no vieran por dónde caminaban, cuando morirían se encontrarían en el cielo gozando de Dios y de su gloria300.

260Pour expliquer le mystère de la résurrection, il suffisait, pour Sandoval, de prendre l’exemple du sommeil, suivi de l’éveil ; de la même manière, Dieu les appellerait, lors du Jugement dernier, leur âme rejoindrait leur corps pour monter au ciel, pour la vie éternelle.

  • 301 Cette menace était curieusement mise à exécution, comme en témoigne une lettre de Sandoval du 14 j (...)
  • 302 Alonso de Sandoval, ibid., p. 423.

261Pour convaincre les Noirs de la nécessité de la conversion, les prêtres avaient recours au ressort psychologique de la peur. Alonso de Sandoval par exemple leur disait que s’ils se convertissaient, ils seraient enterrés comme des chrétiens, sinon, on les jetterait au dépotoir où ils seraient tout d’abord ici-bas dévorés par les chiens301, avant de devenir la proie des flammes de l’enfer dans l’autre monde302. Nicolás González explique que le discours que Pierre Claver employait était tellement persuasif, que les catéchumènes en tremblaient :

  • 303 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 91.

Para lo cual Nuestro Señor le había dado tan gran espíritu que en el explicarles se comportaba con demostraciones y acciones tan devotas y espirituales que dichos negros sudaban mucho cuando lo escuchaban, movidos por la violencia que imprimía interiormente con la eficacia de sus palabras303.

262En simplifiant les concepts, et en employant des comparaisons ou des exemples concrets, Alonso de Sandoval et Pierre Claver pensaient mettre ainsi l’enseignement religieux à la portée de chacun. Si leur pédagogie passait par la parole, elle incluait aussi l’utilisation de l’image.

  • 304 Bernard Dompnier, « Continuité de la Réforme catholique », Histoire du christianisme des origines (...)
  • 305 Rapport envoyé au visitador du Conseil des Indes, Don Juan de Ovando, 1569-1570. Cité par Lino Gom (...)
  • 306 Ces Franciscains eurent aussi recours aux interprètes. Ibid.

263La pédagogie de l’image Les Jésuites en particulier utilisèrent beaucoup les images comme support de l’instruction ou de la méditation. Comme le remarque B. Dompnier, « la pédagogie missionnaire reprend, non sans adaptations évidemment, un langage iconographique en vogue au début du xviie siècle dans la littérature de spiritualité, celui des emblèmes sacrés destinés à nourrir la méditation personnelle ; elle le transpose ainsi de l’usage individuel au collectif, de l’élite dévote à la masse des fidèles »304. En Amérique, les prêtres utilisèrent des illustrations dès le début de l’évangélisation du territoire. Les missionnaires franciscains, appelés les douze apôtres, utilisèrent cette méthode auprès des Indiens de la Nouvelle Espagne : « han tenido costumbre de enseñar la doctrina a los indios y predicarles por pinturas, conforme al uso que ellos antiguamente tenían y tienen, que por falta de letras, de que carecían, comunicaban y trataban [...] por pinturas »305. Fray Pedro de Gante réalisa un catéchisme composé d’images306.

  • 307 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 262.

264Le Père Sandoval était conscient de l’effet que pouvaient produire les images sur les néophytes ; il relate par exemple que l’empereur du Monomotapa demanda à devenir chrétien grâce à une représentation de la Vierge que le jésuite Gonzalo de Silveyra lui avait montrée, et ajoute que « la Fe [...] entra en las tierras de los Gentiles por la adoración de las santas imágenes »307.

265La pédagogie par la représentation visuelle était très importante ; des mises en scène spectaculaires étaient destinées à émouvoir et à convertir les « infidèles et pauvres d’esprit ». Elles venaient aussi en renfort d’un discours parfois peu ou mal compris.

266Pour les Jésuites de Carthagène, il s’agissait de trouver les figures les plus appropriées au contexte culturel de leur apostolat. Grâce aux divers témoignages du procès de béatification de Pierre Claver, des descriptions détaillées de l’emploi de celles-ci sont parvenues jusqu’à nous.

  • 308 Lors de la mission effectuée en compagnie du père Francisco Perlín, recteur du Collège, dans la ré (...)
  • 309 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 175.
  • 310 « Y también sabe que todas las Cuaresmas iban a esta iglesia innumerables negros y negras a confes (...)

267Doña Agustina Zapata de Talavera rapporte que le Père Claver prêchait, en temps de Carême et pendant la Semaine sainte, dans la chapelle de Nuestra Señora del Milagro308 de l’église de la Compagnie, qu’il avait au préalable décorée de tableaux de la Passion et de la mort du Christ qu’il montrait aux Noirs « para mayormente entusiasmarlos en el amor de Dios y moverlos al dolor y arrepentimiento de sus pecados309 ». Sa soeur, Doña Sebastiana Zapata de Talavera, lui prêtait tous les ans à cet effet un grand tableau représentant le Christ portant la croix310.

  • 311 « Y enseguida sacaba un libro que tenía, en el cual estaba pintada toda la vida de Cristo Señor Nu (...)

268Le Père Claver possédait en propre des images, et les utilisait en temps ordinaire. Nous savons, grâce à Andrés Sacabuche, Noir Angola interprète du Collège, qu’après avoir enseigné à chaque Noir les prières élémentaires, et les mystères de la foi, le Père Claver montrait aux catéchumènes pour qu’ils comprennent mieux ses propos, un livre d’images dans lequel était représentée toute la vie du Christ311.

  • 312 Ibidem.
  • 313 Ibidem, p. 91.

269Le Père Claver emportait aussi avec lui un petit tableau représentant l’enfer et une âme tourmentée par les démons. L’interprète Andrés Sacabuche en donne une description qui montre l’effet que cette représentation avait pu produire sur lui en son temps : « mostraba una estampa hecha en tela en la cual estaba pintado el infierno y una alma que estaba sufriendo en él, rodeado en forma muy fea y abominable por demonios que ferozmente la atormentaban en dichas penas infernales que sufría312. » Le frère coadjuteur Nicolás González est plus précis dans la description : « mostraba una pintura que tenía en una tela, en la cual estaba pintada un alma que ardía en las llamas vivas con algunos demonios alrededor que la atormentaban313. »

270En même temps qu’il montrait cette image aux Noirs, le Père Claver leur expliquait que :

  • 314 Ibidem, p. 101. De même, le frère Nicolás González disait : « decía que era de alguno de aquellos (...)

De aquel modo estaban en el infierno las almas de los negros sus compañeros que morían en sus tierras sin el santo bautizo y que ellos debían dar muchas gracias a Dios por haberlos conducido a las tierras de cristianos donde podían ser iguales recibiendo el dicho santo bautizo y liberarse de dichas penas, las cuales les ponderaba sobre todo por la duración de ellas y porque nunca han de terminar ni tener fin, mostrando la dicha alma en el infierno a todos los dichos negros y a cada uno en particular, para que se capacitasen mejor sobre su acerbo rigor314.

  • 315 « Y de la misma manera les mostraba otra imagen de un alma que estaba en gloria gozando de Dios y (...)

271L’image de Noirs périssant dans les flammes devait encourager les catéchumènes à accepter, et même à demander, le baptême. Car à côté de cette représentation de l’enfer, Pierre Claver montrait une autre image du sort idyllique qui les attendait, s’ils se convertissaient315.

272Les peintures allégoriques avaient pour but de provoquer chez les Noirs l’amour de la vertu et l’horreur du péché.

  • 316 « [...] delante de un crucifixo acomodado, es bien llevar siempre para este fin [...] ». L’interpr (...)

273Le Père Claver affectionnait particulièrement un crucifix de bronze qu’il portait toujours sur lui, comme le conseillait Alonso de Sandoval dans son ouvrage316, et qu’il posait parfois sur l’autel, et montrait aux catéchumènes à la fin de la leçon pour les inciter au repentir :

  • 317 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, ibidem, p. 101.

Y después de todo lo referido sacaba de su pecho, o si lo había puesto sobre el altar quitaba de aquel, un santo Crucifijo de bronce que siempre llevaba consigo, de un cuarto de largo, poco más o menos, y levantándolo con la mano derecha y mostrándolo a todos los dichos negros con gran fervor de espíritu y muy encendido en ello, les decía que aquel Señor que tenía clavados los pies y las manos en aquella cruz, era el Hijo de Dios, que para redimir al género humano se había hecho hombre y muerto en aquella, ignominiosamente, pagando en sí mismo las penas que merecían los hombres por sus pecados, y que si ellos querían ser hijos suyos adoptivos, recibiendo por medio del bautizo su divina gracia, les debía doler mucho de corazón haberlo ofendido, pidiéndole perdón de todos los pecados de la vida pasada y de la ceguedad en la cual habían estado en su gentilismo, cometiendo en ello muchos pecados de idolatría, lujuria y ebriedad317.

274Manuel Rodríguez, coadjuteur temporel fournit une autre description de l’autel utilisé par Pierre Claver pour les baptêmes et la catéchèse des Noirs. Ce dernier y déposait un tableau représentant le Christ en croix, couvert de sang qui était recueilli par un religieux pour baptiser les Noirs :

  • 318 Ibidem, p. 98-100 (témoin Manuel Rodríguez, coadjuteur temporel). Ignacio Angola précise que « muc (...)

Y apenas había acomodado dichos negros [depositados en casas particulares] en la forma referida, en seguida hacía un altar en un lugar donde pudieran verlo todos y en aquel ponía una imagen de un Cristo clavado en una cruz pintada en una tela, con una pila a los pies y en ella caía toda la sangre que corría de dicho Crucifijo y cerca de dicha pila un sacerdote con estola y manteo que estaba bautizando con la sangre de la dicha pila a algunos negros, que se veían muy hermosos después de haber sido bautizados, y al otro lado otros negros muy feos que no se habían bautizado y algunos demonios cerca de aquellos con las bocas abiertas como si los quisiesen engullir ; y hecho lo referido les decía, por medio de los negros intérpretes que llevaba consigo, que aquellos que no se bautizaran quedarían feos como aquellos negros que los diablos querían tragarse, y aquellos que bautizaba dicho padre con la sangre de dicha pila, que era el que había derramado Cristo Nuestro Señor en la cruz en la cual se mostraba clavado para redimir nuestra alma del pecado ; y en seguida les decía también que debían olvidarse de todos los ritos supersticiosos de su país y la brujería y hechicerías que hubiesen aprendido en él ; y también les enseñaba todo lo que necesariamente debían saber sobre los misterios de Nuestra Santa Fe, obligándolos a que lo repitieran muchas veces318.

275La mémorisation par la répétition Nous apprenons grâce à l’interprète Andrés Sacabuche, que le Père Claver cherchait constamment de nouvelles méthodes pour améliorer son enseignement. Pour communiquer sa ferveur aux catéchumènes, il avait choisi la méthode de la répétition, accompagnée d’un moyen mnémotechnique, puisque chaque doigt de la main correspondait à un morceau de la phrase qu’ils devaient apprendre par cœur :

  • 319 Ibidem, p. 208 (témoin Andrés Sacabuche, interprète).

Que se acuerda que por el mucho amor que el dicho padre Pedro Claver sentía por la conversión y la enseñanza de los negros nuevos que vienen en las armazones a esta ciudad, buscaba métodos diferentes para que entendiesen más fácilmente y aprendiesen los misterios de nuestra santa fe, que debían saber para ser verdaderos católicos y también para que supieran lo que debían hacer después de haber sido bautizados, si estuviesen en peligro de muerte sin confesor con el cual pudiesen confesar sus pecados y gozar del beneficio de la absolución de ellos ; y uno de aquéllos era que repitiesen muchas veces lo que él decía para que así más fácilmente se les quedara en la memoria y el otro que lo fueran diciendo usando los dedos de la mano izquierda e indicándolos con el índice de la derecha. Y el dicho padre señalaba los dichos dedos con la llave que llevaba colgada a la cintura con una tira de piel, diciendo del dedo pulgar de la mano izquierda señalado con el índice de la derecha Jesús, y en el índice Cristo y en él del medio Hijo de Dios y en el anular Tú eres mi Padre y mi Madre y en el pequeño Yo te amo mucho, mucho, mucho, y en la forma repetida hacía que repitiesen las susodichas palabras muchas veces para que así con la dicha repetición aprendiesen con mayor facilidad y con la indicación y seña que hacían hiciesen memoria local de aquélla, para poderla con mayor facilidad pronunciar cuando se le ofreciese. Y después de haberles enseñado a todos lo referido pedía cuenta a cada uno de aquello y no los dejaba hasta que no lo supiesen muy bien319.

  • 320 Nicolás González précise que le père Claver s’employait à le leur faire répéter jusqu’à ce qu’ils (...)
  • 321 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 429.

276Il semblerait d’après ce témoignage que la phrase que devaient répéter les Noirs, correspondait à l’acte de contrition qui avait été extrêmement simplifié par Pierre Claver afin que les Noirs pussent le répéter320. Les témoins rapportent deux versions semblables : « Señor mío Jesucristo, Tú eres mi Padre, mi Madre, me duele mucho haberte ofendido. Yo te amo mucho, mucho, mucho » ou « Jesucristo, hijo de Dios, Tú eres mi Padre y mi Madre, me duele mucho haberte ofendido. Yo te quiero mucho, mucho »321.

277Malgré, ou peut-être à cause de, ce moyen mnémotechnique, Andrés Sacabuche, qui pourtant avait bien compris le message de cette phrase, en oubliait le point essentiel à mémoriser, qu’était le repentir. En effet, parce qu’il scindait Jésus-Christ, il obtenait deux mots au lieu d’un, et donc une partie de l’acte de contrition, et non la moindre, disparaissait, puisque la mémorisation se faisait à partir des doigts de la main.

278La répétition était fondamentale pour un bon apprentissage de l’enseignement qui devait être donné en fonction des capacités de chacun. Fray Dionisio de Sanctis écrivait par exemple dans son catéchisme :

  • 322 Mario Germán Romero Rey, « Breve y muy sumaria instrucción de grande utilidad para enseñar los nue (...)

No enseñan luego a los principios a sus nuevos discípulos las cosas dificultosas y más subidas de su ciencia, sino las más claras y fáciles de entender, cuales son los principios comunes, simples y llanos. Y esto hacen con palabras breves y muchas veces repetidas, para disponerse así, poco a poco, a lo más subido de su facultad322.

  • 323 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 422.
  • 324 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 95, (témoin (...)

279De même, Alonso de Sandoval conseillait : « y este punto se les repita las vezes que fueren necessarias para que entiendan [...] »323 ; et Pierre Claver appliquait ces conseils à la lettre : « y la manera que utilizaba para que dichos negros fuesen instruidos y entrenados con facilidad en las oraciones era la de repetir dos o tres veces cada palabra »324.

  • 325 Fernando Campo del Pozo, Los Agustinos en la evangelización de Venezuela, op. cit., p. 127. Cet au (...)

280La méthode de la répétition était implicite dans les manuels de catéchisme : on y présentait d’abord une exposition de la doctrine chrétienne accompagnée de narrations bibliques et historiques, puis on concluait la leçon par un résumé de questions réponses. Cette méthode était beaucoup employée par les Augustins. En effet, l’évêque d’Hiponne recommandait le recours à ce système pour inciter au dialogue ou à la communication et vérifier que la narration était bien comprise325.

  • 326 Fray Dionisio de Sanctis, « Breve y muy sumaria instrucción de grande utilidad para enseñar los nu (...)

281Fray Dionisio de Sanctis écrivait « me pareció ser más conveniente hacerla en una suma breve por demandas y respuestas para mayor retención en la memoria y más aprovechamiento de los nuevos en la fe [...] »326.

  • 327 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 136-137 (tém (...)

282À Carthagène, les esclaves récemment débarqués écoutaient les interprètes qui se livraient à un exercice préparatoire pour la leçon de catéchisme. Pour les Noirs qui comprenaient la langue angola, deux interprètes d’origine angola, juchés sur un banc l’un en face de l’autre, alternaient questions et réponses du catéchisme. Il s’agissait d’une sorte de répétition avant que le prêtre ne vienne faire le sermon et pose au public les mêmes questions que celles qu’il venait d’entendre327. Cet exercice préparatoire faisait gagner un temps considérable au prêtre.

283Les cantiques permettaient aussi la mémorisation facile et exacte de l’enseignement dispensé, mais l’exercice était plus facile pour les ladinos qui étaient déjà familiarisés à la langue espagnole.

  • 328 Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 476.

284Récompenses et punitions Le IIIe concile de Lima avait disposé que les peines spirituelles comme l’excommunication ne devaient pas être appliquées pour « los rudos », car ils n’en saisissaient pas la portée ni la gravité, mais qu’en revanche, le recours à des peines matérielles ou corporelles était plus efficace pour obtenir le respect de l’Église et de ses commandements. Les délits à punir impérativement étaient l’idolâtrie, l’apostasie, la participation à des cérémonies païennes, les sacrilèges contre les sacrements ; la non assistance à la messe ou à la doctrine par négligence ou vice, les beuveries et les situations de concubinage, moins graves, devaient être néanmoins corrigées. Le prêtre ne devait pas exécuter la peine lui-même de peur que les néophytes ne prennent la religion en horreur. S’il se laissait emporter par la colère, il devait être puni pour cet acte328.

  • 329 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (1628), fol. 333.

285Le Père Claver était parfois très sévère avec les interprètes, aussi le préposé général l’avait rappelé à l’ordre par l’intermédiaire du provincial à qui il avait écrit : « es menester que V. R. le modere la demasiada superioridad que, según dicen, tiene sobre ellos, avísanme que los açota en su aposento y aun se cree que por su mano. V. R. remedie qualquiera falta que en esto ubiere329. » Pierre Claver recourait aussi au châtiment, ou à la récompense comme méthode d’enseignement. Il passait de longues heures à dispenser l’enseignement religieux aux Noirs, et des témoins rapportent qu’il punissait les mauvais élèves et récompensait les bons.

286Ainsi Ignacio Soso, interprète, relate que ceux qui apprenaient vite recevaient des feuilles de tabac ou de la nourriture en récompense, alors que les plus lents recevaient un coup sur la tête :

  • 330 « Y cuando enseñaba las oraciones y los misterios referidos arriba a aquéllos que los aprendían le (...)

La primera cosa que les enseñaba era persignarse y hacerse la cruz y las cuatro oraciones [Padre Nuestro, Ave María, Credo y Salve] y todo lo demás que era necesario para que una persona adulta y madura pueda recibir el santo bautizo, empleando mucho tiempo para amaestrarlos todos los días en la doctrina cristiana. Y a los que la aprendían bien les daba algún regalo en premio, como eran algunos merengues dulces, limones, tabaco, y a los que eran rudos y no aprendían bien, les daba algún golpe en la cabeza con la llave que tenía colgada al cinturón, haciéndole repetir varias veces las palabras en las cuales se había equivocado y después de haberlos bien amaestrados los bautizaba330.

287Le témoignage d’Ignacio Angola coïncide avec celui d’Ignacio Soso. En revanche, d’après Andrés Sacabuche, le coup sur la tête était donné soit par le Père Claver lui-même qui se servait d’un bâton (orné d’une croix), soit par d’autres esclaves :

  • 331 Ibidem, p. 101 (témoin Andrés Sacabuche, Noir angola, interprète).

Al que mejor y más rápidamente aprendía le daba algún regalo de tabaco y a aquel que era lento en aprender le daba algún golpe en la cabeza con el bastón de la cruz que tenía en las manos, o mandaba que algunos de sus compañeros le diesen algún golpe en la cabeza, en penitencia de su poca atención y diligencia331.

  • 332 Ibidem, p. 138 (témoin Francisco Yolofo, interprète).

288Selon Francisco Yolofo, les cadeaux distribués aux membres des confréries étaient constitués d’objets de piété, donc dénués de tout caractère utilitaire : « el dicho padre enseñaba a los dichos negros el catecismo haciéndoles muchas preguntas sobre aquél y a los que contestaban bien les daba en premio medallas y rosarios332. »

289Ainsi, les prêtres avaient plusieurs outils pédagogiques adaptés pour enseigner les premiers éléments de la foi aux personnes « rudes et simples d’esprit » avant de pouvoir procéder à l’administration des sacrements.

2.2. Méthodes employées pour l’administration des sacrements et problèmes rencontrés

290Si l’administration du sacrement du baptême par les Jésuites posait les problèmes que nous avons évoqués plus haut, celle de la distribution des autres sacrements en soulevait également, cette fois pour tous les prêtres, tant séculiers que réguliers, mais pour des causes différentes. Certains prêtres devaient parfois faire face à l’opposition des maîtres, lorsqu’il s’agissait de célébrer des mariages concernant des esclaves, d’autres s’opposaient à donner la communion ou l’extrême-onction aux Noirs (et parfois même aux Indiens), jugeant qu’ils n’étaient pas dignes de recevoir ces sacrements. Il en était de même pour la confession. Ceci amenait le Père Sandoval à écrire :

  • 333 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 239.

No sólo no procuran que sean enseñados y baptizados, pero lo impiden por todas las vías posibles [...]. [Están persuadidos de] que son estos esclavos incapaces de las cosas de nuestra santa Fe, con lo cual tienen por disparate y tiempo perdido el que con ellos se gasta en sus Cathecismos y enseñanza, por sin fruto el baptizarlos, por cosa de risa el confessarlos, y por blasfemia tratar de que se comulguen, y esto no sólo a los bozales, sino aun a los ladinos [...]333.

291Sandoval qui s’était fixé la mission d’apporter le salut aux esclaves en leur ouvrant l’accès aux sacrements, démontrait qu’on ne pouvait les en priver sous aucun prétexte :

  • 334 Ibid.

Yo confiesso que son bozales, pero no todos incapaces y entendidos, y a quienes corre obligación de comulgar, como a los Españoles. Pero pregunto yo, el ser bozales, y rudos, y de corta capacidad, es argumento para no baptizarlos, ni confessarlos, ni comulgarlos ? o para que su enseñanza se tome muy de propósito ? Paréceme a mí que la poca capacidad a ninguna nación excluye del baptismo, ni a ningún baptizado de la confessión, ningún dispuesto y medianamente instruido, de la comunión, ni a ningún amo de procurar esto a sus esclavos, o a lo menos no impedirlo334.

2.2.1. Le baptême

  • 335 Ibid., p. 438.
  • 336 Des auteurs se sont livrés à de nombreux calculs pour prouver la possibilité ou l’impossibilité po (...)

292Le Père Sandoval affirme que plus de six mille Noirs par an étaient baptisés à Carthagène335. Nicolás González déclara, lors du procès de béatification du Père Claver que celui-ci en avait baptisé trois cent mille. Ce chiffre, probablement exagéré pour magnifier les vertus du saint, a été contesté par plusieurs auteurs. Il ne nous appartient pas ici de résoudre l’énigme336.

  • 337 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 440-441.

293Sandoval considérait que les difficultés concernant le baptême des Noirs pouvaient être surmontées en prenant des mesures appropriées. Tout d’abord, les prélats, en tant que responsables de l’Église, devraient excommunier les maîtres et les capitaines des navires négriers qui ne signaleraient pas les malades aux prêtres, empêcheraient l’examen et le baptême des esclaves, ou les vendraient avant qu’il y soit procédé (il fallait signaler le nombre de jours nécessaires à cet effet) ; l’éventuel acheteur encourait lui aussi l’excommunication. En outre, il faudrait désigner quelques prêtres qui seraient responsables du respect de ces obligations dans les ports, et qui s’exposeraient à des censures ecclésiastiques si, dans le laps de temps prescrit, ils n’avaient pas procédé à l’examen, à l’instruction religieuse, et au baptême337. Cette tâche à Carthagène retombait presque exclusivement sur les Jésuites.

  • 338 Ibid., p. 460-461. L’idée que le baptême et la confession accéléraient, et même provoquaient la mo (...)

294Dès l’arrivée des bateaux négriers dans le port, les Jésuites se pressaient pour accueillir les esclaves et séparer les malades des bien portants. Il fallait en effet administrer au plus vite le baptême à ceux qui ne l’avaient pas reçu en Afrique et qui étaient in articulo mortis. Nous savons qu’un examen sous forme de questions permettait de déterminer si l’esclave avait ou non reçu le baptême, et ce, dans quelles conditions. Sandoval précise néanmoins que si cela était impossible à vérifier, notamment pour un esclave bozal, le prêtre ne devait pas lui administrer le sacrement du baptême, mais, par charité, celui de l’extrême onction sub conditione. Si, au contraire, il avait des preuves que le baptême avait été administré, sans pouvoir en déterminer la valeur, il devait baptiser l’esclave sub conditione pourvu que celui-ci en ait la volonté et la capacité suffisante d’entendement. Le prêtre devait se persuader, pour le bien du malade, que le Seigneur viendrait en aide à ce malheureux et faire comprendre à celui-ci la nécessité et la valeur d’un tel acte. Si le malade était jugé apte à recevoir le baptême, il devait obligatoirement lui être administré, fût-ce au risque de hâter ainsi son trépas, car seul le baptême donnait la vraie vie338.

  • 339 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 412-414.

295La localisation par le prêtre du port d’embarquement lui donnait déjà quelques indications sur la méthode qui avait dû être employée pour le baptême, mais il y avait parfois dans le groupe, des esclaves qui, avant l’embarquement en Afrique, n’avaient pas forcément subi le même sort ou suivi le même trajet que le reste de la cargaison. L’expérience avait permis à Alonso de Sandoval de constater que les Noirs en provenance des « Ríos de Guinea » devaient en majorité être baptisés ; seuls les quelques ladinos qui leur servaient de gardiens, l’avaient été de manière valable. Les esclaves provenant du Cap-Vert n’avaient fait que transiter par l’île, car ils étaient presque tous originaires des « Ríos » ; seuls les créoles avaient été correctement baptisés. Les cas de ceux qui avaient été embarqués à Saõ Tomé étaient très divers ; on ne pouvait être sûr de la validité du baptême que pour ceux qui étaient nés sur l’île. Enfin, on pouvait considérer que ceux qui provenaient de Loanda avaient été convenablement instruits avant le baptême, mais il arrivait que les esclaves n’aient pas entendu, ou écouté l’instruction religieuse, ou n’aient pas donné leur consentement. Le Père Sandoval préconisait donc un examen individuel des cas pour tous339.

296Après examen, et une fois la catéchèse terminée, le prêtre pouvait procéder au baptême non sans avoir demandé au préalable une dernière fois aux adultes qui allaient recevoir le sacrement s’ils désiraient devenir chrétiens, (le Père Claver leur posait la question trois fois).

297Sur le bateau, Pierre Claver baptisait en priorité les enfants nés à bord, et les malades dont l’état était jugé critique :

  • 340 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 86 (témoin N (...)

Preguntaba si había algunos enfermos en peligro y si habían nacido algunas criaturas en el mar y si había y no le habían dado el agua [de bautismo], se la daba y los bautizaba inmediatamente. Y hacía lo mismo con los enfermos cuando había peligro, catequizándolos e instruyéndolos en lo que era necesario por medio de dichos intérpretes, según como el tiempo y las circunstancias se lo permitían340.

  • 341 « Del valor del baptismo de los niños que baptizan en sus tierras, o puertos de Guinea ». Alonso d (...)
  • 342 Ibid., p. 259.

298Alonso de Sandoval consacre un chapitre à la validité du baptême des enfants341. Il remarque qu’il arrivait que les enfants nés en Afrique arrivent sans avoir été baptisés même si leur mère l’avait été. Il fallait donc s’enquérir du baptême à leur sujet. En cas de doute, ils seraient baptisés, comme pour les adultes, sub conditione. Sandoval résout ensuite quelques interrogations que devaient se poser les prêtres, questions qui s’étaient déjà posées en partie pour le baptême des Indiens. Sandoval fait d’ailleurs le rapprochement entre les deux342.

299En Afrique, les parents devaient normalement être consentants pour que le prêtre baptise leur enfant ; si l’un des deux parents était chrétien, son consentement suffisait, mais en cas d’opposition, l’Église avait néanmoins le droit de le baptiser. Si l’enfant avait été baptisé sans le consentement de ses parents, le baptême devait être considéré comme valable, mais pour éviter une mauvaise influence des parents sur l’enfant, celui-ci devait leur être retiré. Les enfants en danger de mort devaient être baptisés sans attendre le consentement des parents. Quant aux enfants dont les parents étaient restés en Afrique, il n’était pas nécessaire (puisqu’impossible), d’obtenir ce consentement. Les enfants ayant atteint l’âge de raison (« cuando nos pareciere aver llegado a los siete años, lo cual se conocerá en si ha empezado a mudar los dientes »), pouvaient être considérés, pour le baptême, comme des adultes (mais ils n’étaient pas jugés aptes à recevoir le sacrement de pénitence) ; ils n’avaient donc pas besoin du consentement de leurs parents. Le prêtre jugerait par lui-même de la capacité de l’enfant à recevoir le sacrement :

  • 343 Ibid., p. 406.

Si hablándolos por sus lenguas e intérpretes, juzgáremos por las respuestas que dan a las preguntas que les hiziéremos, que no entienden, ni comprehenden, lloran, se esconden, muestran miedo, vergüenza y empacho, y que no se les puede sacar una palabra, y que realmente se echa de ver su inocencia e incapacidad, en tal caso, si ya le echaron agua en Guinea, le juzgaremos por baptizado, y que cuando le baptizaron, no tenía uso de razón ; pero si hallamos no tener agua de baptismo, no se la hecharemos hasta que despierte más, pierda el temor y assombro, cresca, y se disponga para poderle catechizar, pedirle su consentimiento, y darle noticia necessaria del sancto baptismo343.

  • 344 Au xviiie siècle, à Saint Domingue, la manière de procéder des missionnaires n’était pas uniforme (...)

300En cas d’extrême nécessité, le prêtre baptiserait l’enfant, qu’il juge ou non que l’âge de raison soit atteint, non sans lui avoir enseigné au préalable quelques rudiments de catéchèse344.

  • 345 « [...] antes de bautizar a los dichos negros, como de ordinario suelen tener la cabeza muy sucia (...)
  • 346 « ordenaba que se lavaran muy bien la cabeza todos aquellos que se tenían que bautizar y a aquello (...)
  • 347 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 434.

301Les adultes et les enfants qui allaient recevoir le baptême devaient avoir la tête propre. Le Père SandovaL précise ce point car, comme l’indique l’interprète Andrés Sacabuche, les esclaves avaient souvent la tête pleine de terre345, ce qui pouvait empêcher l’eau baptismale d’atteindre le cuir chevelu, et remettre en question la validité du baptême. Sandoval leur faisait plonger plusieurs fois la tête dans des bassines remplies d’eau prévues à cet effet ; le Père Claver allait jusqu’à faire couper les cheveux de ceux qui les avaient trop crépus346. Il fallait impérativement leur préciser que l’eau de lavage n’était pas celle du baptême347.

  • 348 Le père Sandoval emportait toujours une étole pour pouvoir célébrer les baptêmes avec plus de déce (...)
  • 349 Le chapitre 11 du IIIe Concile de Lima disposait que « a todos [los indios] se les pongan nombres (...)
  • 350 Sandoval avait écrit à son provincial : « en cada bautismo comienço a poner nombres por Francisco (...)
  • 351 « Hecho esto, se buelven a sentar como estavan antes, y van viniendo los que se han de bautizar si (...)
  • 352 Sandoval précise que dans ces baptêmes administrés sans solennité, l’eau n’était pas bénite. Celle (...)
  • 353 Il semblerait qu’à l’époque de Claver, le catéchumène n’avait plus de cierge à la main puisqu’il a (...)
  • 354 Ibidem, p. 103 (témoin Don Joseph Villalobos, vecino de Carthagène).

302Ensuite, après avoir mis une étole348, le prêtre procédait au baptême des Noirs « sans condition » qui approchaient de dix en dix, d’abord les hommes puis les femmes, s’agenouillaient (sauf empêchement), donnaient leur consentement pour recevoir l’eau du baptême, et recevaient un nom chrétien349 facile à prononcer (le même pour les dix pour qu’ils puissent se le rappeler les uns aux autres en cas d’oubli)350 ; l’interprète qui assurait la traduction était généralement le parrain (ou la marraine)351. Le prêtre versait alors, en prononçant la formule consacrée, l’eau baptismale352, contenue dans un récipient en argent, sur la tête et le corps de l’esclave qui avait, pour l’occasion, un rosaire avec une médaille en argent autour du cou, et un cierge à la main353. Le frère coadjuteur qui accompagnait le prêtre devait être lui aussi à genoux (pour signifier l’importance du baptême aux néophytes), et recueillait l’eau dans un récipient en argent ou en porcelaine354. Avant de se relever, l’esclave recevait sa médaille qu’il devait porter autour du cou comme preuve de son baptême.

  • 355 Sandoval dit seulement « tiene cierta señal que denota averse [...] baptizado sub conditione », sa (...)

303On procédait ensuite au baptême des esclaves qu’il fallait baptiser sub conditione. Il ne différait guère de celui des précédents, si ce n’est dans la formule du prêtre (« si es baptizatus, non te baptizo, si autem non es batizatus, ego te baptizo, in nomine Patris, et filii, et Spiritus Sancti, Amen »), et la médaille, légèrement différente, qu’il recevait après son baptême355.

  • 356 « si por desgracia por su debilidad y miseria humana transgredieran algunos, que el remedio que le (...)

304Lorsque tous les Noirs avaient été baptisés, leurs obligations de chrétiens leur étaient rappelées : « guardar la ley de Dios y sus divinos mandamientos y los de la Santa Madre Iglesia y que tratasen de no ofender a Dios ni transgredir algún mandamiento de los dichos ». Le prêtre leur précisait qu’en aucune manière ils ne pouvaient recevoir à nouveau le baptême, et que, si jamais ils péchaient, ils avaient l’obligation de se faire pardonner, et que le seul moyen pour y parvenir était de se confesser356. Pierre Claver disposait sur l’autel une image allégorique du baptême, destinée à convaincre les catéchumènes d’accepter le sacrement, mais aussi à les dissuader de retomber dans le péché :

  • 357 Ibidem, p. 106 (témoin Manuel Rodríguez, frère coadjuteur).

Les mostraba un demonio que tenía pintado en una tela con la boca abierta y les decía que aquel demonio debía llevar y botar en el infierno a todos aquellos que después del bautizo recayeran en el pecado y ofendieran a Dios y así que tuvieran mucho cuidado y se abstuvieran de todos los vicios y pecados que antes solían cometer357.

305Après ces diverses recommandations, le Père Claver distribuait aux catéchumènes un peu de tabac, puis les laissait partir.

306Alonso de Sandoval précise que, lorsque les esclaves arrivaient, en grand nombre, dénudés, il était plus convenable, plutôt que de les conduire à l’église, de procéder ainsi :

  • 358 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 440.

Estos negros que vienen en armazones, vienen tales que no pueden ir allá [a la iglesia] porque muchos vienen enfermos, muchos flacos y transidos, que no se pueden tener en pie, todos desnudos, y muchos del todo, y en todo tan asquerosos todos y tan brutos en sus acciones, que no es decente llevarlos a la iglesia, assí en armazones y manadas, porque no fuera más que entrar en ella, una de animales muy inmundos [...]358.

  • 359 Sandoval déclare que dans le Précis des privilèges concédés à la Compagnie de Jésus, on trouve à « (...)

307Il ne manquait pas de rappeler le privilège, évoqué plus haut, concédé par le pape à la Compagnie de Jésus, de pouvoir baptiser en dehors des églises, et sans procéder aux cérémonies habituelles359.

308Seul l’esclave déjà vendu à un maître (qui prendrait soin de le laver, de l’habiller, et de lui donner l’instruction religieuse nécessaire), pourrait être baptisé à l’église. C’est semble-t-il la solution que Juan Sánchez Parejo, consultor du Saint-Office, avait choisie pour les esclaves qu’il venait d’acquérir :

  • 360 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 118 (témoin (...)

Habiendo en dos ocasiones comprado este testigo algunos negros bozales, recién llegados, fue a su casa el dicho padre a verlos e indagarlos sobre si estaban bautizados o no, y de uno, llamado Alejandro, que hoy está vivo y está en poder de este testigo, encontró que era necesario bautizarlo porque no daba suficientes razones de su bautizo y así se bautizó en la iglesia catedral de esta dicha ciudad « sub conditione », por el parecer y voto del dicho padre Pedro Claver, quien dio un escrito para que se hiciese en la forma referida, y fue su padrino Juan de Perea, barbero de oficio. Y aunque de otros hubiese tenido la misma intuición el mismo padre, no se bautizaron porque en seguida los vendió este testigo, advirtiendo a los compradores lo referido para que los hiciesen bautizar « sub conditione ». Y la misma diligencia que con el negro Alejandro había referido, hizo este testigo con otros dos esclavos suyos, uno llamado Juan Folupo y el otro Mateo Caboverde, que vinieron algunas veces a este colegio para ser instruidos por el dicho padre y, con su acuerdo y parecer escrito, se bautizaron bajo condición en la Santa Iglesia Catedral de esta ciudad, y fue padrino de ambos Antonio de Miranda, barbero360.

  • 361 Le recours au parrainage et marrainage comme assurance de la poursuite de la conversion a été larg (...)
  • 362 Jusqu’au xviiie siècle, l’exercice de la profession de médecin fut régi en Espagne et en Amérique, (...)
  • 363 C’est en effet ce que souhaitait Sandoval : « [...] el que los trae de Guinea, primero vende parti (...)
  • 364 Sandoval dit à ce sujet : « [...] cuando ya persuadidos [los curas] a que se devan baptizar [los e (...)

309On peut penser que le choix du parrain n’était pas innocent361. En effet, dans les trois cas de baptêmes sub conditione, Juan Sánchez Parejo avait choisi un « barbero » comme parrain ; en tant que tel, il avait une responsabilité morale sur le baptisé. De cette manière, Juan Sánchez Parejo s’assurait que la santé de l’esclave serait contrôlée, et éventuellement prise en charge362. Ce témoignage indique aussi que certaines personnes préféraient la solennité du baptême donné dans la cathédrale, et qu’elles ne réservaient pas forcément ce traitement de faveur aux esclaves destinés au service domestique. Il met aussi en évidence le risque qu’il y avait à différer l’instruction religieuse et le baptême car un départ précipité des esclaves concernés pouvait les priver de ce sacrement, ce qui ne serait sans doute pas arrivé s’ils avaient été instruits et baptisés avec les autres esclaves363. De plus, même si le baptême de certains esclaves était administré par les curés des églises (ici la cathédrale), la catéchèse et l’examen des baptêmes étaient pris en charge par les Jésuites, au moins à Carthagène364.

  • 365 « Y aun algunas vezes (aunque raras) no se han querido baptizar y dexar su secta y falsa ley ; y e (...)

310Mais comme tous les esclaves ne débarquaient pas à Carthagène, et que, parmi ceux qui y débarquaient, certains repartaient très rapidement vers d’autres destinations, malgré les efforts des Jésuites de ne laisser personne sans sacrement, Sandoval écrivait qu’il était de la responsabilité de tous (maîtres et curés) d’interroger toujours les esclaves sur ce point. Ceux-ci pouvaient néanmoins s’opposer à recevoir le baptême, ce que faisaient parfois les esclaves de religion musulmane. Sandoval n’est pas très prolixe sur ce sujet. Il avoue que certains refusaient en effet de se convertir à la foi chrétienne, mais qu’ils étaient peu nombreux, et il attribuait ce refus à l’obstacle de la langue365.

  • 366 Ibid., p. 455. La formule consacrée n’était parfois même pas prononcée comme le rapporte Sandoval (...)

311Enfin, si l’état de santé de l’esclave était jugé critique, et si, au même moment, aucun prêtre ne pouvait effectuer le baptême, n’importe quel laïc pouvait l’administrer en disant les paroles sacramentelles que Sandoval recommandait de dire en espagnol pour éviter les erreurs et, par là, l’invalidité du sacrement366.

312Aussi mortifiant que cela fût pour eux, les missionnaires devaient aussi prendre en compte la théologie du « baptême du désir », c’est-à-dire de la possibilité laissée par Dieu aux infidèles ou aux païens d’accéder à la foi par des voies extraordinaires, et ainsi au Salut. Paul de Tarse avait écrit : « Gloire, honneur et paix à quiconque fait le bien aux Juifs d’abord, puis aux Grecs, car en Dieu il n’y a pas de partialité » (Romains II, 10 & 11). Thomas d’Aquin avait aussi écrit dans ses Sentenciae (II d 28) : « Le barbare pouvait être sauvé par inspiration personnelle ou par l’intermédiaire d’un missionnaire ». Il fallait alors admettre que la foi implicite de ces chrétiens qui s’ignoraient pouvait s’exprimer par des voies différentes aussi étranges qu’elles puissent paraître. C’est d’ailleurs ce que rappelait l’Instruction de la Propagation de la Foi de 1659 qui insistait sur le fait qu’il ne fallait pas s’attaquer aux mœurs des populations à moins qu’elles ne fussent contraires aux préceptes chrétiens. Or, il est surprenant de constater qu’à aucun moment Alonso de Sandoval n’envisage ce mode de salut.

2.2.2. La pénitence

  • 367 « Y no dexen los confessores de examinarles, aunque vean son muy ladinos [...] poco se le hará que (...)
  • 368 Ibid., p. 462.

313La confession permettait de s’assurer que l’esclave avait reçu le sacrement du baptême et l’instruction nécessaire ; Alonso de Sandoval conseillait aux prêtres de toujours vérifier ce point à cette occasion, même si l’esclave paraissait ladino367, car il ne fallait pas se fier aux apparences. Il rappelait que lors de l’enquête menée à Séville par l’archevêque Don Pedro Castro de Quiñones, on avait trouvé six mille ladinos sans baptême, et les cas à Carthagène étaient aussi très nombreux368.

  • 369 Les constitutions 54 et 56 du premier concile de Lima disposaient qu’il était de l’obligation des (...)
  • 370 Francisco Javier Hernaez, s.j., Colección de Bulas, Breves y otros documentos..., op. cit., t. I, (...)

314D’après les constitutions synodales, les Noirs devaient se confesser au moins une fois par an369 ; un bref d’Urbain VIII (1623-1644) du 16 avril 1639, concéda aux Indiens et aux Africains qui habitaient le Nouveau Monde, la dispense de se confesser entre le début du Carême et huit jours après la Fête-Dieu, soit pendant quinze semaines370. En conséquence, bon nombre de confessions avaient lieu au moment du Carême, mais il semble que les esclaves ladinos, en particulier ceux des confréries, se confessaient plus souvent :

  • 371 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608), fol. 56.

Los domingos por la tarde [...] acuden a nuestra casa algunos más aprovechados y virtuosos a su congregación y tienen en una capilla una plática de la doctrina christiana. [...] Las confesiones destos son muchas, especialmente las de los enfermos a que llaman, por aver tantos y ser pocos los que se acomodan a gente tan corta y bárbara371.

  • 372 « [tienen] por cosa de risa el confesarlos [...] ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum s (...)
  • 373 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 2, (1636), fol. 177 vo.

315Les prêtres devaient néanmoins faire face à l’opposition de certains maîtres qui trouvaient inconvenant que les Noirs, qu’ils soient bozales ou ladinos, se confessent372. Le préposé général écrivait à ce sujet au provincial de la Compagnie Baltasar Mas : « V. R. ordene que los indios y morenos de Santafé los degen confesar y comulgar en su iglesia y que el Padre que cuida de ellos, les diga allí cada día missa, no experimentándose inconveniente en ello373 ».

316Le Père Sandoval considérait que les Noirs tombaient très souvent dans le péché à cause du comportement de ces mauvais maîtres, lesquels ne faisaient rien pour que leurs esclaves soient pardonnés par le sacrement de pénitence :

  • 374 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 241.

Poca o ninguna enseñanza y muchos y muy malos exemplos son los que impiden a ellos [los esclavos] el ser buenos Christianos [...]. Pues ya que los enseñan a pecar, procuran que se confiessen. Están tan lejos desto los amos que, aunque en Cuaresma, no los dexan, y si con descomuniones, los embían a confessar, es el domingo, por no perder su trabajo, y como entonces es impossible acudir a tantos, porque no vienen dispuestos (por no averlos prevenido) se tienen los amos con esto por escussados de bolverlos más a embiar, y a los confessores por floxos y que no acuden a su obligación374.

  • 375 À cela s’ajoutait que les prêtres n’étaient pas toujours disponibles, aussi trouve-t-on souvent da (...)
  • 376 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 241.

317Certains maîtres n’accomplissaient pas leur devoir, vis-à-vis de leurs esclaves, en temps de Carême, et ne le faisaient pas non plus lorsque ceux-ci étaient malades, ou à l’article de la mort375. Seul un arrangement avec les médecins permettait de confesser les Noirs avant qu’il ne soit trop tard376.

318Pour inciter les prêtres à administrer ce sacrement aux esclaves, Sandoval n’hésitait pas à accabler les Espagnols et à minimiser de ce fait les péchés des Noirs :

  • 377 Ibid., p. 296.

Créanme que aunque el ministerio de enseñar, confessar y ayudar a Españoles, es más lustroso, no es tan provechoso ni tan seguro, antes más peligroso sin comparación, sugeto a muchos disgustos y a grandes pensiones. [...] El que se da a los ricos y nobles y gente de lustre se echa a cuestas una pessadíssima carga, pero estos pobres negros, ni tienen cargos de que los descarguemos, ni menos cargos que nos carguen las conciencias, y con muy poco que con ellos hagamos, descargaremos las nuestras y las suyas377.

319Sandoval s’applique ensuite à donner quelques conseils pour permettre aux prêtres de mieux appréhender les différences de mentalité, comme savoir écouter les Noirs et dialoguer avec eux, afin de leur communiquer plus facilement le message de Dieu et de les disposer à recevoir le sacrement de pénitence :

  • 378 Ibid., p. 341.

Esta pobre gente representa a quien con amor y afabilidad los trata, las dudas que tienen acerca de su estado y vida, y de sus oficios, y de sus consuelos, y de sus tentaciones y temores, a lo cual todo se responde con claridad y distinción, quitándoles las dudas, dándoles consejos saludables, quietándoles las consciencias, y encaminándolas en lo que más conviene378.

  • 379 « estando todos estos negros, y bien afligidos con tan penoso y trabajoso cautiverio, porque a otr (...)
  • 380 Ibid., p. 342.
  • 381 On retrouve cette révolte du Noir dans la phrase : « ofrécense en este ministerio muchas y grandes (...)

320Le prêtre devait se montrer compréhensif car il était en quelque sorte le seul refuge de l’esclave379 : « A de usar de misericordia, compadeciéndose dellos, amándolos y perdonándolos de corazón, no respondiéndoles, porque quien se haze sordo les tapa y cierra las bocas, quien les responde les enciende380. » On perçoit dans ce propos qu’il existait une résistance latente chez le Noir381, mais Sandoval était convaincu que par la confession, le Noir devenait obéissant et soumis :

  • 382 Ibid.

Corrígese también el peccador pues en las confessiones que se les hazen, en las pláticas particulares con que se les habla, y en las doctrinas en que se les enseña, se les reprehenden sus pecados, se ponderan sus culpas, y se asean sus delictos y errores, con lo cual ellos se humillan, se rinden y obedecen a lo que les mandan382.

321La confession permettait de calmer la tension sociale, les rancoeurs, voire d’endiguer la révolte.

322Alonso de Sandoval considérait, qu’à cause de leur ignorance, les Noirs avaient du mal à se confesser. L’aveu du péché n’allait pas de soi à cause des difficultés pour les Noirs à concevoir comme une faute ce qui n’en était pas une suivant les normes culturelles de leur pays d’origine, d’où la nécessité pour le prêtre de poser des questions « dirigées ». Le Père Sandoval indique que les réponses étaient parfois surprenantes :

  • 383 Ibid., p. 342-343.

Aquí se sufren los próximos molestos y pesados, y los apasionados, porque todos o los más son muy ignorantes, y no sólo no saben lo que les conviene a su salvación, mas ni aun confessarse, y es necessario preguntalles todo lo que han de dezir ; otros son muy rudos, y aunque se les dize la cosa muchas vezes no la perciben ; otros son difíciles para dezir los pecados, y los escusan y niegan, y es menester arteficio del cielo para sacárselos ; otros se contradizen, y no tienen constancia en lo que confiessan, ya afirman una cosa, ya la niegan, y no sabe el confessor lo que ha de juzgar ; otros son muy prolixos, y hazen perder tiempo en cosas impertinentes ; otros son muy temerosos, y no se quietan con lo que se les aconseja ; otros son muy libres y atrevidos y contradizen y repugnan a lo que el Confessor les dize ; otros están muy duros e insensibles, que por mucho que les digan, no entra en ellos sentimiento ninguno, dolor ni arrepentimiento, ni voluntad de apartarse de las ocasiones. Y a todos éstos y otros semejantes, ha el obrero prudente de sufrir con paciencia, esperar con mucha longanimidad, y atraer con amor y piedad, y hablar con blandura y suavidad, y mostrárseles benigno y afable [...]383.

  • 384 Ibid., p. 468.
  • 385 Ibid., p. 466.

323Le problème de compréhension et d’assimilation de la langue espagnole pouvait être un obstacle pour les Noirs non seulement pour leur conversion au for interne mais aussi pour la validité de l’absolution de leurs péchés. Comme pour la catéchèse, il existait la solution du recours à des interprètes, mais cela représentait sûrement un obstacle à la confession sincère car s’il n’était déjà pas facile de reconnaître ses péchés, cela l’était encore moins devant un témoin de la même ethnie. La honte et la peur du commérage devaient faire hésiter plus d’un fidèle, bien qu’on lui promît un secret bien gardé, de la part du prêtre, bien sûr, mais aussi des interprètes. Peut-être est-ce la raison qui incita Alonso de Sandoval et Pierre Claver à apprendre la langue angola. Sandoval conseillait aux prêtres d’essayer d’obtenir du pénitent le plus de renseignements possibles sur sa situation, qu’il compléterait ensuite grâce à l’interprète : « Es buen medio y practicado entre los tales [ministros fervorosos] sacar al penitente por sí solo lo que buenamente pudiere entender de sus pecados, y luego disponer lo que faltare para la integridad del sacramento, por medio del intérprete384. » Les interprètes seraient de préférence ladinos, car ils savaient garder le secret, comprenaient l’espagnol, et étaient plus fidèles385.

  • 386 Ibid., p. 469.
  • 387 « y sacada alguna materia, se les podrá absolver, y será bastante dezir parte de sus pecados al qu (...)

324Tous les catholiques avaient l’obligation de se confesser au moins une fois par an, toutefois Sandoval remarquait que « aunque de suyo les corre esta obligación, se escusan por razón de la ignorancia invisible, que aunque se les declara y explica, con todo no se acaban de hazer capaces della386 ». Les Noirs étaient considérés comme des enfants à qui on ne demandait pas de se confesser puisqu’ils n’avaient pas encore atteint l’âge de raison. En conséquence, si un Noir refusait de se confesser, le prêtre ne devait pas l’y obliger, car très souvent le sacrement de pénitence n’était pas compris par eux. Le prêtre devait néanmoins essayer d’obtenir du Noir qu’il consente à confesser ses péchés par gestes, et, pour ce dont il avait le moins honte, en se confiant à un interprète. Le prêtre pouvait alors l’absoudre387.

325Alonso de Sandoval considérait que de manière générale, les Noirs bozales qui allaient se confesser ne s’étaient pas préalablement préparés, mais il ne fallait pas les renvoyer pour autant. À ses yeux, cela n’était pas indispensable, car :

  • 388 Ibid., p. 470.

En realidad de verdad son casi ineptos todos para hazer el tal examen, ni hazer concepto de la obligación que ay de hazelle, ni aun son muchas vezes capazes de entendelle. Y a otros sus amos no les dan tiempo para hazello, y assí tienen ninguna o muy poca culpa en no averse examinado388.

  • 389 Ibid.

326Le prêtre devait donc aider le pénitent à confesser ses péchés, mais il ne devait pas chercher à savoir si le péché avait été commis une ou plusieurs fois, car, soit les Noirs répondaient uniformément et de manière affirmative à la question « l’as-tu fait tant de fois ? », même si le prêtre changeait le chiffre pour le même péché, soit ils choisissaient un même chiffre pour exprimer tous leurs péchés, disant par exemple « j’ai volé trois fois, je n’ai pas entendu la messe trois fois, etc.389 ».

  • 390 Fernando Campo del Pozo, Los Agustinos en la evangelización de Venezuela, op. cit., p. 240-241.

327On peut présumer que Sandoval faisait implicitement référence au Confesionario du Pérou, traduit en langue chibcha selon les dispositions synodales de 1606, dans lequel les questions à poser étaient évidemment adaptées aux mœurs des Indiens. F. Campo del Pozo s’y réfère dans son étude sur l’évangélisation au Venezuela ; il précise qu’au moment du Carême, l’examen et l’absolution des hommes pouvait se faire collectivement, et qu’à Palmira, au xviie siècle, les hommes, tournés vers le mur et les mains dans le dos, indiquaient avec leurs doigts, à la lecture des questions du Confesionario, le nombre de fois où le péché avait été commis390.

  • 391 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 470.

328Pour Sandoval, ce n’était pas le nombre de péchés commis qui importait mais un repentir et une conversion sincères ; et même si les Noirs arrivaient sans véritable repentir ni volonté de changer leur conduite, le prêtre devait les y aider par la confession : « haziéndoles dezir con nosotros los actos necessarios, con palabras tiernas y devotas, que esto es ser madres, y mascarles la comida, a hijos tan tiernos en la capacidad y la fe, y del modo de provocarlos a este dolor [...]391. »

329Le confesseur devait prendre le temps nécessaire pour y parvenir, et surtout leur faire comprendre que par l’absolution qu’il allait leur donner, ils retrouveraient l’innocence du baptême :

  • 392 Ibid., p. 472.

El mejor medio que se me ofrece para darles a entender qué cosa sea confessión es : hazerles capaces primero de lo que es pecado, trayéndoles algunos exemplos, como sería preguntarles si han tenido muchas mugeres, porque ellos no entienden por amancebados ; luego dizen que sí ; preguntarles si han muerto a alguno, responden que sí ; y parece fuerza, pues sus guerras son tan continuas y tan sangrientas. Pues hijo, se le dirá entonces, mira, esso, y otras cossas a esse modo que te he dicho llaman los christianos pecado, el cual es una cosa muy mala, que haze esclavos del demonio en el infierno, donde los quema y castiga Dios siempre. Pero todas essas cossas malas, te las quitó Dios, limpiando y lavando tu ánima con el agua del baptismo. Mas si después que acá que se lavaron la cabeza, has buelto otra vez a hazer éstas, otras, ó otras semejantes que te preguntare, quiere Dios para quitártelas, que me las digas a mí, que esto en su lugar, con lo cual, hechándote yo la bendición, con las palabras que Dios tiene ordenadas se limpie tu alma, quedes hijo y amigo de Dios, y esto lo hazen todos los Christianos, porque es cosa de Dios, cosa grande, que mandó se hiziesse ansí, para que los hombres que avían peccado fuessen por este camino al cielo392.

  • 393 Ibid., p, 471.

330Avant de donner l’absolution, le prêtre devait vérifier que celui qui allait recevoir le sacrement avait compris l’essentiel de l’enseignement religieux, qu’il répondait aux questions posées, et qu’il montrait des signes de croyance. Celui qui recevait le baptême sub conditione, devait être aussi confessé et absous sub conditione, à cause du doute qui planait sur son précédent baptême et au cas où il aurait péché entre temps393.

  • 394 Ibid., p. 473-474.
  • 395 On apprend par une déclaration de Francisco de Anaya, capitaine de guerre du palenque, que le sorc (...)

331Enfin, Alonso de Sandoval présente dans son ouvrage une sorte de « mode d’emploi » de la confession. Il commence par évoquer le péché de la luxure, qui semblait être le plus fréquent chez les Noirs. Le confesseur devait d’abord demander au Noir si, après avoir reçu le sacrement du baptême, « se han rebuelto con alguna negra, aunque sea de paso ». Si le pénitent était une femme et qu’elle niait, il fallait spécifier, « avec un Noir, avec un Blanc, etc. ». Il ne fallait pas hésiter, pour obtenir la vérité, à user de stratagèmes, comme par exemple leur dire, « et sur le bateau, il ne t’est pas arrivé ceci et cela », ce qui provoquait généralement l’aveu. On leur demanderait ensuite si dans leur coeur ils n’avaient pas désiré une femme, ce à quoi, selon Sandoval, ils répondaient généralement négativement. Il ne fallait pas s’arrêter à cette réponse mais leur demander s’ils n’avaient pas laissé en Afrique plusieurs femmes auxquelles ils avaient pensé sur le bateau, et en cas de réponse positive, le prêtre devait ajouter « pues como desseaste a tus mugeres, no desseaste también a otras ? dizen que sí ». Puis le prêtre demanderait s’ils n’avaient pas péché en se réjouissant de voir « algunas negras descompuestas », ce qu’ils ne déclaraient généralement pas de leur propre chef, « por andar todos tan rebueltos y desnudos ». Enfin, le prêtre devait s’enquérir d’un autre travers auquel il ne pensait pas forcément mais qui pourtant semblait être très répandu, celui de l’homosexualité, que Sandoval qualifie pudiquement de « molicies con mal desseo ». Il précise qu’en Angola, certains hommes se déguisaient en femmes et se comportaient comme elles : « andan vestidos como mugeres, y tienen por grande afrenta que los llamen hombres ; tienen maridos como las otras mugeres, y en el pecado que ofende las mismas orejas oírlo [...]394 ». Il déplorait que cette habitude des hommes de se travestir en femmes, soit restée dans les pratiques de tous les Noirs de Carthagène, y compris de ceux qui étaient devenu chrétiens. Ceci n’est pas sans nous rappeler le sorcier Antonio Bomba du palenque du Tabacal qui aimait à se couvrir de bijoux395.

  • 396 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 475.

332Suivaient d’autres questions « como juramentos, mentiras, iras, rencores con sus compañeros y amos, y de algunos hurtos ». Il fallait ensuite aider les Noirs à faire acte de contrition, ou au moins d’attrition, en insistant sur la colère de Dieu face au péché et la sanction qui attendait le pécheur non repenti396. Pour expliquer et convaincre, le prêtre utilisait les mêmes outils pédagogiques que ceux employés dans la catéchèse.

  • 397 En 1690, après sa visite en Antioquia, l’évêque de Popayán rappelait aux prêtres les cas dans lesq (...)
  • 398 Ibid., p. 475.

333Comme pénitence, le Père Sandoval demandait au pécheur de répéter trois fois le nom de Jésus et de Marie, les mains jointes et les yeux levés au ciel. C’est seulement alors que le prêtre pouvait absoudre le pénitent397, et lui mettre autour du cou « una imagen colorada », distincte de celle qu’il avait reçue pour le baptême, indiquant qu’il avait reçu l’absolution398.

  • 399 Son confessionnal se trouvait derrière la porte de l’église, en face de la chapelle de Nuestra Señ (...)
  • 400 Quelques-uns de ces témoignages sont : Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beat (...)
  • 401 « En todas las fiestas de la Virgen Nuestra Señora y del jubileo [indulgencias] que se ganaba en d (...)
  • 402 Ibidem, p. 199 (témoin Nicolás González). « La asistencia que el dicho padre tenía a su confesiona (...)

334Les témoins qui déposèrent lors du procès de béatification du Père Claver attestent que l’affluence dans son confessionnal399 était toujours importante, en particulier au moment de Carême400. Trois ou quatre jours avant le mercredi des Cendres, ou bien lorsque des indulgences étaient accordées à la Compagnie de Jésus401, le Père Claver faisait savoir dans les rues à qui voulait l’entendre, qu’il était temps de faire son examen de conscience et de se disposer à fréquenter les sacrements402.

  • 403 Ibid., p. 200 (témoin Nicolás González).

335Il passait de longues heures dans son confessionnal pour accueillir les nombreux pénitents qui désiraient se confesser. Le mercredi des Cendres, il recueillait de la cendre bénite et la donnait à tous ceux qui ne l’avaient pas reçue. Lorsque les pénitents étaient très nombreux, il les réunissait et leur faisait répéter ensemble les prières, leur rappelait quelques rudiments de catéchèse, et leur faisait faire acte de contrition. Il concluait toujours son prêche en leur montrant l’image d’une âme condamnée aux flammes de l’enfer, illustration qui restait dans son confessionnal tout le temps de Carême403. Cette préparation collective et surtout la vision de l’enfer représentée sur l’image, produisaient l’effet escompté sur les pénitents :

  • 404 Ibi. p. 118 (témoin Francisco Yolofo interprète). La peur du diable est ce qui motive l’esclave à (...)

Era grande el llanto y muchas lágrimas que los dichos negros derramaban por el dolor y la pena de haber ofendido con sus culpas y pecados a un Dios tan bueno y tan misericordioso, que para librarlos de la culpa quiso sufrir tantos crueles y rigurosos tormentos, con lo cual era grande el fruto que recogía en las almas de los dichos negros404.

  • 405 Certains hommes restaient dormir au Collège pour pouvoir se confesser dès le lendemain matin. Anna (...)
  • 406 « Y era tan compasivo y misericordioso el dicho padre que, para que no les hiciese daño la humedad (...)
  • 407 «Y era tan grande su cariño por las dichas negras, porque eran pobres esclavas y abandonadas por t (...)

336Le Père Claver commençait alors à entendre les pénitents, les femmes de jour, et les hommes le soir jusqu’à neuf heures405. Lorsque l’église était fermée, il entendait les confessions dans une petite salle à côté de l’entrée du Collège où il avait dressé un autel « con un crucifijo y algunas velas encendidas » et disposé des bancs pour que les Noirs puissent s’asseoir406. Suivant le voeu qu’il avait exprimé d’être l’« esclave des esclaves », il donnait toujours la priorité aux Noirs, estimant que les Espagnols qui souhaitaient se confesser avec lui, trouveraient toujours, contrairement aux esclaves, un prêtre pour les entendre en confession407.

  • 408 « Y no quería absolver a los negros y negras de vida más desordenada y costumbres depravadas en to (...)

337Il ne donnait l’absolution aux Noirs dont la vie était trop dissolue qu’après qu’ils aient assisté à tous les sermons du temps de Carême, et aux processions de los « flagelantes408 ».

  • 409 Ibidem, p. 170 (témoin Pedro Lomparte) ; ibidem, p. 184 (témoin Diego Folupo).

338Après le lundi de Pâques, il confessait les Noirs malades et âgés n’ayant pas pu se déplacer, et que les esclaves du Collège avaient été chargés d’aller chercher et de ramener dans des chaises à porteur. Après l’absolution, il leur donnait la communion, puis un peu de vin, des biscuits et du pain qu’il retirait d’un petit meuble placé dans son confessionnal. Il réconfortait ainsi à la fois l’âme et le corps409.

  • 410 Sandoval dénonce les maîtres qui retiraient ces certificats à leurs esclaves pour qu’ils ne puisse (...)
  • 411 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 380.
  • 412 Andrés González, curé vicaire de la doctrine d’Indiens de Turbaco, avouait ne pas connaître le noi (...)
  • 413 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 215-217 (tém (...)

339Le confesseur devait remettre au pénitent qu’il avait entendu en confession, un certificat (« cédula de confesión ») attestant de son absolution, ce qui lui permettait de communier410. En 1639, le pape Urbain VIII rappelait aux prêtres que, si le Noir (ou l’Indien) s’était confessé avec un autre prêtre, ils devaient exiger, avant de lui donner l’eucharistie, le certificat prouvant que l’absolution lui avait été accordée411. Pour être sûr que tous les prêtres respecteraient cette disposition, ce qui n’était pas toujours le cas412, le Père Claver préparait durant toute l’année un grand nombre de « cédulas de confesión « qu’il envoyait, en particulier pour la période du Carême, aux prêtres de la cathédrale et de la paroisse de Getsemaní qui n’avaient plus qu’à inscrire leur nom et celui du Noir à qui ils avaient donné l’absolution413.

340Étant donné le grand nombre de Noirs qu’il fallait confesser en temps de Carême, le Père Claver recourait à d’autres personnes pour la rédaction de ces « cédulas » :

  • 414 Ibidem, p. 267 (témoin Don Francisco López Bueno, alcaide des prisons du Saint Office).

Y todos los años en cuaresma pedía a este testigo el dicho padre Pedro Claver que le hiciese muchos boletines en los cuales se ponía por escrito « Puede comulgar », para darlos a los negros y negras que con él se confesaban, y los hacía este testigo de sobres de cartas y papel que encontraba y el dicho padre lo agradecía mucho cuando se los llevaba y los distribuía también a los padres de este dicho colegio para evitarles el trabajo de hacerlos414.

341Le prêtre pouvait se dispenser de donner le billet de confession s’il administrait le sacrement de la communion, aussitôt après celui de pénitence. C’est ce que faisait Pierre Claver avec les esclaves noires qui venaient se confesser très tôt le matin :

  • 415 Ibidem, p. 179 (témoin Ignacio Angola interprète).

Y si por la mañana había algunas negras ocupadas y que tenían que ir a servir a sus amos, las confesaba de primeras y si no había quien les diese la comunión tan temprano, suspendía el confesar y se iba a la sacristía y salía vestido con sobrepellíz y con la estola hacia el altar mayor de esta iglesia, donde les daba la comunión para que no se demoraran415.

  • 416 Anna Maria Splendiani, « El clero frente a la Inquisición de Cartagena de Indias », Inquisición, m (...)
  • 417 Sur cet aspect, on consultera l’article d’Anna Maria Splendiani, ibid., p. 90-101.
  • 418 A.H.N.M., sección Inquisición, relaciones de causas, libro 1020, fol. 126 r°.

342Nous ne saurions clore cette partie en passant sous silence le problème des « solicitantes », prêtres peu scrupuleux qui profitaient du désarroi de certaines femmes qui venaient chercher un réconfort moral dans le confessionnal pour leur faire des avances tout en leur promettant l’absolution. On peut attribuer cette faute à un manque de vocation ou de formation : quelques prêtres traversèrent l’Atlantique pour aller en Amérique davantage par esprit de lucre que dans un véritable esprit de mission, d’autres se firent passer pour prêtres alors qu’ils ne l’étaient pas. Comme le remarque A. M. Splendiani, « el delito de solicitación fue uno de los efectos de la falta de vocación de hombres que habían buscado en la Iglesia un refugio y en la condición de clérigo una estabilidad, relegando a un segundo plano la responsabilidad pastoral416 ». Ces abus étaient d’autant plus fréquents qu’ils avaient lieu dans des paroisses rurales où les visites apostoliques étaient rares compte tenu de la distance à parcourir. Certains furent dénoncés, puis jugés par le Tribunal de l’Inquisition ; ils représentent 2 % des délits jugés par le Tribunal de Carthagène entre 1610 et 1660. L’Inquisition ne condamnait pas la relation en soi entre un prêtre et une femme mais le manque de respect du sacrement de pénitence. Les peines infligées aux « solicitantes » reflètent néanmoins une certaine clémence : entendre une messe en habit de pénitent et, pour les religieux, écouter l’admonestation qui leur était faite devant l’assemblée de leur communauté. Il leur était aussi temporairement interdit d’entendre les femmes en confession (généralement six ans), et, s’il s’agissait de religieux, une peine de réclusion était prononcée. Cette relative tolérance à l’égard de ces prêtres s’expliquait par le fait que ces accusations résultaient souvent de pressions exercées par les encomenderos, las de payer les émoluments du doctrinero, ou par un autre prêtre qui convoitait la doctrine417. On accordait en outre peu de crédit aux témoignages des femmes pénitentes — « êtres faibles, cédant facilement à la passion » comme on peut le lire dans les pièces des procès —, et à plus forte raison, lorsqu’il s’agissait de Noires ou de Mulâtresses, généralement considérées comme « femmes de mauvaise vie ». Il est ainsi noté en marge de l’acte d’accusation concernant une plainte formulée par une esclave noire contre le franciscain Fray Juan de la Peña qu’elle accusait de lui avoir touché la poitrine et d’avoir voulu lui soulever les jupes alors qu’elle se confessait : « de ésta dice el comisario que es mujer de mal vivir y que en lo demás no ha entendido cosa por donde se le deba dar crédito418. » L’instruction de la cause de Fray Juan de la Peña fut d’ailleurs suspendue.

2.2.3. La communion et la confirmation

343Les opinions des prêtres quant à l’administration du sacrement de la communion aux « néophytes » furent loin d’être uniformes ; nombreux étaient ceux qui jugeaient les Indiens et les Noirs indignes de le recevoir.

  • 419 Titre I, chap. 4, des dispositions synodales de Fray Juan de los Barrios, cité par Mario Germán Ro (...)
  • 420 Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos..., op. cit., p. 185.

344Selon les constitutions synodales de Fray Juan de los Barrios (1556), les Indiens qui recevaient les enseignements religieux et désiraient se convertir, ne pourraient recevoir que les sacrements du baptême, de pénitence et du mariage ; la confirmation serait donnée si les évêques le jugeaient bon, mais aucun Indien ne recevrait la communion, sauf les femmes mariées à un Espagnol et bien disposées419. Ces normes avaient été dictées à partir du Ier concile de Lima (1551) qui avait insisté sur l’incapacité de l’Indien à recevoir ce sacrement à cause de son manque de discernement et de foi. Le Catecismo de Fray Luis Zapata de Cárdenas (1576) et les constitutions synodales de 1606 étaient moins catégoriques puisque l’on permettait, avec l’autorisation du prélat du diocèse, de l’administrer avec précaution à ceux qui montreraient une préparation suffisante420.

  • 421 Primitivo Tineo, Los concilios limenses, op. cit., p. 417.
  • 422 Santo Toribio Mogrovejo (qui convoqua le IIIe concile de Lima) avait soutenu que pour que les Indi (...)

345Une cédule royale de 1578 disposa que les Indiens jugés capables devaient recevoir ce sacrement et les évêques devait veiller à la faire appliquer dans leur diocèse421. Malgré leur obligation, les prêtres avaient pourtant beaucoup de réticences à donner l’eucharistie aux indigènes, car disaient-ils, ceux-ci confondaient l’hostie consacrée et le pain ordinaire, et, les beuveries et les retours à des pratiques idolâtres étaient constants. Le concile provincial de 1625 suivit les recommandations du IIIe concile de Lima (1583) qui ne niait pas l’existence de telles pratiques mais engageait les prêtres à expliquer, comme sujet central de la catéchèse, le mystère de la consubstantiation pour éveiller le désir des catéchumènes de communier ; on encourageait aussi les prêtres à donner l’eucharistie, au moins à Pâques, à tous ceux qui donnaient des signes d’une bonne instruction religieuse, d’une nette amélioration des mœurs, et d’une confession sincère422.

  • 423 José Restrepo Posada, « Evangelización del Nuevo Reino », op. cit., p. 39.

346Pendant les célébrations de la Fête-Dieu (Corpus Christi) en 1636, Fray Cristóbal de Torres, archevêque de Santafé (1635-1654), déplorait qu’un siècle après la conquête, on continuât à considérer les Indiens comme des personnes sans raison et à qui, pour ce motif, on refusait presque systématiquement de donner la communion. Ceci amena l’archevêque à réunir des personnes doctes chargées d’examiner la meilleure façon de développer l’administration de la communion pour les Indiens, et à décider l’envoi, dans les doctrines, de missionnaires qui s’occuperaient de l’instruction religieuse, car pour pouvoir administrer le sacrement de la communion, il fallait que les Indiens soient correctement instruits, ce qui laissait à désirer dans le diocèse423.

  • 424 Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos..., op. cit., p. 186.
  • 425 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 380.

347La papauté ne pouvait rester silencieuse sur le sujet. Les papes Pie IV en 1562 et Paul V en 1609 avaient concédé aux Indiens l’obtention d’indulgences uniquement grâce au jeûne et à la contrition, et s’ils promettaient de se confesser dans un délai d’un mois ; en aucune manière, on ne devait exiger d’eux qu’ils communient car ce sacrement ne devait être administré que peu souvent et seulement à ceux des Indiens que les confesseurs jugeraient capables424. C’est dans ce même esprit qu’en 1639, le pape Urbain VIII ordonnait aux curés de ne pas donner la communion à un Noir ou à un Indien sans s’être assuré auparavant qu’il en était digne425.

  • 426 Le jésuite Pedro de Mercado se faisait le porte parole de tous les Jésuites lorsqu’il écrivait com (...)

348Les Jésuites essayèrent de faire changer les mentalités et de faire peu à peu disparaître l’idée selon laquelle les néophytes étaient indignes de recevoir le corps du Christ au motif qu’ils ne pouvaient se détourner de leurs péchés, et ne faisaient aucune différence entre le pain ordinaire et l’hostie consacrée426.

  • 427 Nous renvoyons le lecteur intéressé par la diabolisation du Noir au chapitre I de cette étude. Nou (...)

349Si certains prêtres avaient encore quelques scrupules à donner la communion aux Indiens, on imagine aisément leur opinion sur les Noirs, étant donné l’image diabolique qui était plus ou moins attachée à eux, d’autant plus qu’un bon nombre de ceux-ci continuait, comme les Indiens, à pratiquer danses, beuveries, et rites idolâtres427.

  • 428 Il s’agit du chapitre XX de la troisième partie de son ouvrage, intitulé « Como se ha de administr (...)

350Dans un chapitre qu’il consacre à ce sacrement428, dans lequel il démontre la nécessité de laisser communier les Noirs, en particulier à l’article de la mort, Alonso de Sandoval revient sur ce point :

  • 429 Ibid., p. 478.

Y no obsta dezir que apenas acaban de recibir al Señor los negros cuando luego se van a sus bailes, a sus fiestas, y a bever tabaco, porque si por esso va, considéresse lo que hazen en esta parte los blancos, si se abstienen de jurar, de mormurar, y de otras cosas tanto más graves, que las a que buelven los negros429.

  • 430 Ibid., p. 480.
  • 431 Ibid.

351Il n’y avait donc pour Sandoval aucun inconvénient à ce que les Noirs, jouissant d’un minimum d’entendement, communient à Pâques, et il fallait même les habituer à le faire plus souvent « pues ay tantos criollos, y de los de Guinea tantos y tan entendidos, que podrían recebir este santíssimo y diviníssimo Sacramento cada mes una vez », comme le recommandait le cardinal Toledo pour les « rústicos » et les esclaves430. Pour qu’ils puissent recevoir le sacrement, il leur suffisait de comprendre « que ay distinción entre manjar y manjar, y que en alguna manera reverencian a Christo en el Sacramento431 ». Ces observations sur l’incompréhension de la consubstantiation et le retour à des pratiques ancestrales s’inscrivent dans un débat plus général qui concernait les Indiens.

  • 432 Rappelons que Sandoval déplore à plusieurs reprises dans son ouvrage la priorité qui était donnée (...)

352Le Père Sandoval voulait montrer que les Noirs ne devaient pas être privés d’un tel sacrement, ni à Pâques, ni à l’article de la mort. Selon lui, hormis les bozales qui, à cause de la langue, ne comprenaient pas le sacrement et ne pouvaient donc pas le recevoir, les autres en étaient généralement capables, et même parfois plus dignes que les Indiens432, si l’on s’employait à leur donner l’instruction nécessaire et si on les aidait à se convertir sincèrement, contrairement à ce qui se faisait habituellement :

  • 433 Alonso de Sandoval De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 239.

[Tienen] por blasfemia tratar de que comulguen, y esto no sólo a los bozales sino aun a los ladinos, sin que baste cédula de confessor, porque sus amos se las quitan, les mandan que no lo hagan, y aun los reprehenden sobre ello. Yo confiesso que son bozales, pero no todos incapaces y entendidos, y a quienes corre la obligación de comulgar [...]. Paréceme a mí que la poca capacidad a [...] ningún dispuesto y medianamente instruido [excluye] de la comunión433.

353Alonso de Sandoval considérait que les motifs invoqués pour ne pas donner l’eucharistie aux Noirs n’étaient pas valables :

  • 434 Ibid., p. 487.

Pero quién será poderoso a persuadir esto a corazones duros que con capa de reverencia y decencia se deslizan en la cierta, y verdadera irreverencia, que es la ofensa de Dios no permitiendo con razones frívolas y aparentes, que estos pobres reciban a su Dios434.

354Les prêtres avaient donc leur part de responsabilité, et Sandoval les renvoyait à leur conscience :

  • 435 Ibid.

Se dexa a juizio del párroco, o confessor, con tal que sea hombre temeroso de Dios, y que tenga zelo de su honra, y la suficiencia necessaria, porque de otra suerte su negligencia, poca gana, e ignorancia le persuadirá a que ningún negro destos es capaz de la santa Comunión. Y no obsta dezir que ay costumbre en contrario [...]435.

355Il dénonçait aussi tous les maîtres qui retiraient les billets de confession à leurs esclaves pour les empêcher de recevoir la communion, ce dont il s’était rendu compte, lorsqu’un jour de fête, une Noire ladina qu’il jugeait « entendida y capaz » et qu’il avait réprimandée pour n’avoir jamais communié, lui avait répondu :

  • 436 Ibid., p. 240.

Padre, sabrá que siempre mis confessores me han dado licencia para que reciba al Señor, mas jamás lo he hecho porque mi señora me lo ha estorvado, quitándome la cédula que para ello me davan, pareciéndole no era capaz de recibir a Dios. Oy es ida a esta grande solemnidad, y como ha de tardar, vengo escondida a recebirle siquiera esta vez. Déme Padre licencia para ello, porque de otra suerte, no tendrá efecto lo que tanto ha desseo436.

356Le confesseur était le seul juge à pouvoir dire si le Noir était digne ou non de recevoir l’eucharistie.

357Pierre Claver, comme Alonso de Sandoval et les Jésuites en général, était partisan d’une communion fréquente pour tous ; à ceux qui critiquaient sa manière de faire, il répondait, comme le Père Sandoval l’avait fait dans son ouvrage, en s’appuyant sur l’Évangile :

  • 437 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 79 (témoin N (...)

Y también observó dicho testigo en dicho padre Pedro Claver, que aun con su gran devoción y fervor fue poco escrupuloso en dar licencia para que cualquier tipo de personas comulgara, tanto españoles como negros e indios, cuando el dicho padre encontraba en ellas una capacidad mediana para poderla recibir, antes exhortaba a todos generalmente a la frecuencia de la comunión instruyendo con toda diligencia a aquellos que no eran capaces de poder recibir este venerable sacramento y tenía tan poco escrúpulo en esto que algunas veces era reprochado por la mucha familiaridad en conceder la dicha licencia a dichas personas tanto negras como indias. Y algunos religiosos de nuestra Compañía y otros de afuera, religiosos y seculares, a los cuales satisfacía con toda mansedumbre y modestia y particular humildad con la Parábola del Evangelio de aquel Rey que hizo el convite esplendoroso al cual, habiéndose excusado algunos de participar, ordenó que llegasen los sirvientes y que se llevasen a dicho convite, con tal de que fuesen obligados los ciegos, locos y lisiados, que adivinaban para cuáles personas hablaba el dicho padre, que lo entendían por los pobres negros, esclavos y abandonados de esta ciudad y también sustentaba esta opinión suya en un paso de la Sagrada Escritura en el cual se dice que Dios salvará al hombre y al asno, entendiendo los negros por el asno, por su gran incapacidad y poca inteligencia en las cosas divinas437.

  • 438 Un témoin rapporte : « [...] en el dicho tiempo de Pasión que no quería que ninguna persona le hab (...)

358Pierre Claver était néanmoins très vigilant sur la disposition des personnes qui allaient recevoir l’eucharistie, sans égard pour la mode ou la pauvreté lorsqu’il s’agissait de décence. Il refusait d’adresser la parole, ou même de confesser les femmes, vêtues d’un vertugadin, même si elles venaient à l’église au moment de Pâques pour recevoir la communion ; il alla même jusqu’à les renvoyer438. Il réprimandait non seulement le manque de respect pour le Seigneur de la part de ces femmes, mais aussi en quelque sorte, l’acte commis en dehors des liens du mariage, puisque maintes fois les robes à paniers cachaient une grossesse (comme l’indique le nom révélateur de « guardainfante »), souvent illégitime.

  • 439 Dispositions du IIIe Concile de Lima, chapitre 13 et 38. Primitivo Tineo, Los concilios limenses.. (...)
  • 440 Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 492.

359Pour administrer le sacrement de la confirmation, l’évêque ne devait exiger aucun émolument des Indiens ou des Noirs, et devait même procurer les cierges et le chrême nécessaires à la cérémonie. Toutefois, il pouvait accepter les dons volontaires439. Les constitutions synodales de Fray Juan de los Barrios (1556) disposaient que les prêtres devaient inciter à recevoir ce sacrement, dont ils indiqueraient la nécessité à leurs fidèles, au moins deux fois par an, pendant le Carême, et en juin, « para que aperciban a sus hijos y demás familia de siete años arriba para que reciban este Santo Sacramento de nuestra mano, o de la de otro Obispo con licencia nuestra » ; tous les paroissiens devaient recevoir ce sacrement lors du passage de l’évêque dans leur ville ou village440.

  • 441 A.G.I., Santa Fe 228, carta de Fray Diego de Torres Altamirano, obispo de Cartagena, al rey, 23 de (...)

360Dans une lettre qu’il écrivait au roi en 1619, Fray Diego de Torres Altamirano, évêque de Carthagène, annonçait qu’il avait confirmé près de huit cents fidèles, des enfants et des Noirs en majorité. Mais dans le commentaire en marge, cette précision disparaissait pour laisser place à « confirmó mucho número de gentes, y tendrá en esto y en lo demás que le toca el cuidado que debe. Está bien y se le dan las gracias por todo lo que acusa y que vaya siempre avisando en todas ocasiones de lo que hiciere en su gobierno espiritual, especialmente en la enseñanza de los indios y su educación441 ». Les Noirs et les enfants devenaient des « gentes » anonymes, et, même si l’évêque était félicité pour son attention pastorale à l’égard des Noirs, on ne manquait pas de lui rappeler que la priorité devait être donnée à l’enseignement des Indiens. Pourtant, la présence indigène dans la région était en constante régression alors que la population noire ne cessait d’augmenter. Soulignons une fois encore que la Couronne espagnole se souciait en priorité du sort réservé aux Indiens. Ceux-ci en effet avaient fait l’objet de débats auxquels la Couronne avait pris part et dont il était ressorti que la présence espagnole sur le sol américain n’était justifiée que par l’évangélisation de ses populations indigènes ; la responsabilité de celle des Noirs était en quelque sorte laissée aux Portugais, les Espagnols ne faisant que recourir à un système préexistant, celui de l’esclavage, sur lequel reposait en grande partie l’économie américaine.

  • 442 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 501.

361Selon les dispositions établies par l’évêque Don Pedro Castro de Quiñones pour le diocèse de Séville en 1614, reproduites par Alonso de Sandoval dans son ouvrage, la qualité du baptême reçu par les Noirs avait une influence sur le sacrement de la confirmation : ceux qui avaient été baptisés sub conditione et avaient déjà reçu le sacrement, ne le recevraient pas de nouveau, alors que ceux qui étaient baptisés sine conditione, pourraient le recevoir une nouvelle fois, bien qu’ils aient déjà été confirmés442.

2.2.4. Le mariage

  • 443 Par la suite, seulement un tiers des personnes transportées devait être des femmes, car, pour les (...)
  • 444 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 393.
  • 445 Dans Las Siete Partidas, des dispositions en faveur de l’affranchissement étaient prises non seule (...)
  • 446 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 394-395.

362En 1527, il avait été disposé, pour l’île d’Hispaniola, qu’un nombre équivalent d’hommes et de femmes serait embarqué pour éviter les disproportions numériques entre les deux sexes443, permettre, et même encourager, les mariages qui devaient contribuer à la tranquillité de tous, esclaves et maîtres, et éviter des situations conduisant au péché444. Le mariage devait se faire de préférence entre Noirs, et ne donnait, en aucun cas, droit à l’affranchissement, contrairement à ce qui avait été antérieurement disposé dans les Siete Partidas (Partida IV, Titre V, Loi I445). En effet, selon celles-ci, un esclave n’était autorisé à épouser une personne libre, qu’à condition que celle-ci fût informée de l’état de son futur conjoint. Le consentement du maître n’était pas indispensable pour célébrer le mariage ; l’esclave devait néanmoins continuer à travailler pour son maître qui ne pouvait le séparer de son conjoint pour le vendre. S’il se mariait avec une femme libre au su du maître, sans que celui-ci manifestât qu’il lui appartenait, l’esclave obtenait immédiatement la liberté446. D’où la précision dans les lois des Indes, « aunque intervenga para esto la voluntad de sus amos » : l’esclave n’obtenait donc pas la liberté après s’être marié, même si le maître avait donné son consentement pour le dit mariage. Les lois des Indes stipulaient par ailleurs que les enfants issus de l’union suivraient la condition de la mère (partus sequitur ventrem).

363L’Église, qui insistait sur le libre choix et le libre consentement attachés au mariage, dut statuer sur un certain nombre de difficultés qui surgissaient tant pour le mariage des Indiens que pour celui des Noirs, ces deux populations ayant des caractéristiques culturelles communes.

364Les constitutions synodales de Santafé de Fray Juan de los Barrios (1556) reprenaient pour l’essentiel celles du Ier concile de Lima (1551) relatives au sacrement du mariage entre « infidèles ». Ces dispositions énonçaient que tant qu’ils n’avaient pas reçu le sacrement du baptême, rien n’obligeait les païens à se marier. Lorsqu’un adulte voulait être baptisé, le prêtre devait vérifier s’il était déjà marié ; si le mariage antérieur entre les deux adultes baptisés avait été célébré selon leurs rites propres, la publication de bans (« amonestaciones ») était inutile, on régularisait la situation par la célébration d’une messe au cours de laquelle avait lieu la bénédiction nuptiale. Le mariage entre « infidèles » pouvait être considéré comme valable, s’il n’avait pas été célébré contre la loi naturelle. Lorsque seul l’un des deux époux était baptisé, le mariage ne pouvait être dissous, sauf si la personne restée païenne incitait l’autre à renier sa foi, ou à commettre des actes barbares. Dans ce cas, si l’homme converti voulait se marier avec une autre personne (chrétienne), il y était autorisé à moins que sa première femme ne se convertît aussi. Les personnes voulant s’engager dans le mariage devaient, si elles ne faisaient pas partie des nouveaux baptisés, se confesser, ou au moins faire acte de contrition avec l’intention de se confesser ultérieurement.

365Les constitutions examinaient ensuite le problème posé par la polygamie qui existait chez les Indiens, mais aussi chez les Noirs, à la différence près que les Africains étaient généralement contraints de laisser leurs femmes dans le pays d’origine, mais le problème n’était par pour autant écarté une fois en Amérique. Selon la bulle Altitudo divini consilii de Paul III (1537), le prêtre devait s’enquérir de l’identité de la première femme avant de célébrer le mariage chrétien, mais, si cette vérification était impossible, l’homme, dûment baptisé, pouvait épouser la femme de son choix.

366Il était courant que les « infidèles » aillent contre la loi naturelle en se mariant avec leurs parents proches. Les constitutions interdisaient ces unions entre personnes dont le lien de parenté était direct, ascendant ou descendant, (mère, fille, grand-mère, petite-fille) ; une dispense de Paul III avait été accordée pour les mariages entre le troisième et quatrième degré de parenté, s’il avait été célébré antérieurement au baptême.

  • 447 Les mariages clandestins sont à distinguer des mariages secrets, célébrés validement mais dispensé (...)
  • 448 La cérémonie des « desposorios » n’avait qu’une valeur juridique et non sacramentelle.
  • 449 Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 470-472.

367Les mariages clandestins, c’est-à-dire célébrés sans témoins devant un prêtre complaisant non pourvu des qualités canoniques requises447, favorisant les unions multiples, devaient être considérés comme nuls ; c’est d’ailleurs ce qui fut disposé lors du concile de Trente. Enfin, il était conseillé de célébrer les « desposorios » (ou promesse officielle de mariage) et les « velaciones » ensemble, car les païens avaient tendance à considérer que, tant que la cérémonie de la « velación « n’avait pas eu lieu, ils n’étaient pas tenus de respecter leur promesse d’engagement448. Les cérémonies d’usage dans l’Église catholique, devaient être respectées pour les « desposorios » et les « velaciones449 ».

  • 450 J.-P. Tardieu précise que « les textes de Trente menaçaient d’excommunication “ipso facto” tous ce (...)
  • 451 Premier dimanche après Pâques (la messe commence par les mots « quasi modo »).
  • 452 Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos..., op. cit., p. 206.

368Le Catecismo de Fray Luis Zapata de Cárdenas, composé à partir des constitutions synodales de 1576, reprenait l’essentiel des dispositions précitées. Il rappelait toutefois que, selon le concile de Trente, personne ne devait empêcher le mariage, sous peine d’excommunication450, dans la mesure où les personnes étaient en âge de se marier (douze ans pour les « femmes » et quatorze pour les « hommes »), et que ce sacrement permettait d’éviter les situations si fréquentes de concubinage. Un mariage pouvait néanmoins être considéré comme nul en cas de différence de religion, ou en cas d’erreur constitutive d’un vice du consentement avant la célébration du mariage, si l’un des deux était esclave, sans que l’autre, de condition libre, l’ait su. Si les personnes, après avoir échangé leurs promesses de mariage, se disputaient sans pouvoir se réconcilier, ou si l’une des deux tombait gravement malade, ou devenait hérétique, ou était déjà mariée, le mariage ne serait pas célébré ; si aucune de ces restrictions n’était établie, l’engagement, même verbal, dit verba sponsalio, de se prendre pour époux, devait être respecté. Selon le concile de Trente, la cohabitation des futurs époux était interdite avant la bénédiction nuptiale ; celle-ci devait avoir lieu dans les six mois suivant l’engagement solennel, et ne devait pas être célébrée entre le premier dimanche de l’Avent et l’Epiphanie, et entre le mercredi des Cendres et le dimanche de Quasimodo451. Toutefois, par un bref pontifical etsi sedes apostolica de 1562, les Indiens seraient autorisés, pendant 25 ans, à se marier, y compris pendant cette période de pénitence, à condition de ne pas participer à des fêtes publiques ; cette dispense fut renouvelée et prolongée jusqu’en 1626 par Paul V452.

  • 453 Alberto Lee Lopez, ofm., Primer catecismo, op. cit., p. 73-97.

369Le problème de consanguinité était aussi longuement évoqué. L’Église dut adapter ses propres préceptes aux circonstances locales américaines. Les provinciaux des Ordres mendiants pouvaient donner des dispenses aux Indiens qui, apparentés entre le deuxième et le quatrième degré, désiraient se marier. Pour les « infidèles », le mariage devait être jugé impossible entre père et fille, et frère et sœur, on devrait demander une dispense ordinaire pour les cas de consanguinité avec les grands-parents, de l’un des futurs conjoints ; tous les autres mariages devaient être considérés comme valables, sauf si des lois internes aux communautés l’interdisaient453.

  • 454 « Los esclavos y morenos que quieren casarse o están casados, no sean impedidos de sus amos de con (...)
  • 455 Ibid., p. 488.
  • 456 « Ni los esclavos ya casados se envíen o lleven o vendan en partes donde por fuerza han de estar a (...)
  • 457 Juan Solorzano Pereyra, Política indiana, op. cit., t. 1, livre II, chap. 29, p. 596.
  • 458 Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 424-425.

370Le IIIe concile de Lima (1583), reprenant les dispositions du IIe concile (1567) qui s’appuyait lui-même sur celles du concile de Trente (1545-1563), stipulait (chapitre 36) que les esclaves devaient pouvoir se marier librement454 car « no es justo que la ley del matrimonio, que es natural, se derogue por la ley de servidumbre, que es humana455 ». Les personnes qui empêchaient leurs esclaves, leurs domestiques ou leurs « yanaconas » de se marier selon leur gré, étaient passibles d’excommunication. De plus, comme il a été dit, interdiction était faite aux maîtres d’entraver la vie conjugale, soit en vendant les époux séparément, soit en les éloignant l’un de l’autre456. Les païens déjà mariés qui recevaient le baptême ensemble, devaient faire ratifier leur mariage par l’Église ; si l’un des deux conjoints ne voulait pas se convertir, on lui ferait savoir, au moins sept fois, qu’il avait six mois pour devenir chrétien, après quoi le curé consulterait l’évêque pour déterminer si les deux conjoints pouvaient rester ensemble ou devaient être séparés. En cas d’unions multiples, les dispositions étaient les mêmes que celles du Ier concile de Lima, reprises dans les constitutions synodales de 1556457. Enfin, pour la célébration liturgique, les « velaciones « et bénédictions du couple devaient être effectuées pendant la messe, « conforme a la orden del nuevo misal romano » ; pour les cérémonies généralement effectuées sur les parvis des églises, on continuerait « como es costumbre » jusqu’à la publication d’un manuel promis par le Saint-Siège « al cual convendrá seguir en todo y por todo458 ».

  • 459 A.G.N., Miscelánea, n° 6, (1623), fol. 625. Cette mesure fut successivement confirmée en 1628 par (...)

371Afin d’éviter les cas de nullité concernant certains mariages d’esclaves, l’archevêque Fernando Arias de Ugarte disposa en 1623, suivant les recommandations du concile de Trente, que « en quanto a los matrimonios no se an de poder selebrar en las dichas dotrinas, sin lizencia expresa de los dichos párrochos de las ciudades y villas459 ». Pour éviter que les esclaves ne se marient, sans l’autorisation de leur maître, dans des paroisses dont ils ne dépendaient pas, et risquer l’annulation du sacrement, les curés devaient toujours vérifier l’identité des Noirs désireux de se marier. D’après la visite générale effectuée par Lesmes de Espinosa Saravia dans la région minière d’Anserma, l’évêque de Popayán devait autoriser les prêtres des doctrines à célébrer les mariages :

  • 460 A.G.N., Visitas Cauca 1, (1627), fol. 60 v°.

Tanbién me a parezido adbertir a V. Sa que conberná que el doctrinero de La Bega tenga facultad de V. Sa para azer los casamientos, abiendo prezedido ante ellos las ynformaziones y demás diligenzias nezesarias, dándole V. Sa sus ynstruyziones porque sienten los basallos de su Magd el berse obligados a yr a la prezencia de V. Sa por la larga distanzia que ay460.

  • 461 Primitivo Tineo, Los concilios limenses, op. cit., p. 423.

372Le concile de Trente avait établi qu’avant de célébrer un mariage, les publications de bans (« amonestaciones públicas ») devaient être effectuées les jours de fête « donde hay concurso del pueblo » ; elles permettaient de découvrir, lorsqu’ils existaient, les empêchements à la célébration du mariage, tels que les liens de consanguinité, ou les éventuelles bigamies, voire polygamies461. Certes, dans des cas très concrets, on pouvait célébrer le mariage sans publications de bans, mais il fallait généralement en référer à l’évêque. En 1690, Don Pedro Díaz Cienfuegos, évêque de Popayán, était néanmoins obligé de rappeler à l’ordre son clergé car il avait pris quelques libertés en la matière :

  • 462 A.H.A., Antioquia visitas 77 n° 2145 fol. 464.

Atendiendo a los perniciosos abusos que experimentamos en estas tierras en que nuestros vicarios, curas y doctrineros zelevran el santo sacramento del matrimonio sin las amonestaciones que el santo concilio tridentino pide, siendo esta falta materia tan reparable que sólo por presunzión mereze ser castigada, quanto más constando realmente, por todo lo qual, para que en adelante se corte y disipe tan pernicioso abuso nacido sólo de exemplares mal introducidos, siendo más corruptelas que autos de costumbres, mandamos a los dichos nuestros curas y vicarios y doctrineros de todos estos partidos en virtud de santa ovediencia y so pena de excomunión mayor trina canonica monitione en derecho premisa y de cinquenta pesos de oro, mitad para la santa cruzada, y otra mitad para estas yglesias y gastos de justicia y de quatro meses de prición, el que a ninguna persona de qualquier estado y condizión que sean, casen si no que lo prevean las dichas amonestaciones, leiéndolas públicamente en tres días festivos, en la missa mayor, al tiempo que se acostumbra leer edictos, cartas y amonestaciones y publicar fiestas, y si lo que Dios no permita, los susodichos en parte o en todo contravinieren a este nuestro aucto, mandamiento y despacho, procederemos a darlos por incursos en las penas arriva contenidas irremisiblemente, para lo qual les anulamos qualesquiera privilegios que por Nos o nuestros antecesores tengan, para que en todo se proceda según los sagrados cánones y precepto del santo concilio tridentino462.

373Grâce aux dispenses de publications de bans accordées par le clergé, les couples régularisaient discrètement une situation de concubinage qui durait parfois depuis longtemps, et évitaient ainsi les commentaires malveillants de l’opinion publique.

  • 463 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 404-405.

374La même année, le prélat, qui avait remarqué que l’éloignement de certains endroits facilitait l’inceste, avait sollicité du pape la faculté de dispenser des liens de consanguinité, comme l’avaient fait précédemment les Jésuites qui avaient obtenu, d’abord de Paul V, puis, sur les instances de Mucio Vitelleschi, d’Urbain VIII, le privilège de pouvoir marier des néophytes apparentés (sauf au premier degré). Le mot néophyte s’appliquait, comme il a été dit, aux Indiens et à leurs enfants bien qu’ils fussent baptisés dans l’enfance, aux Noirs habitant en Amérique et à leurs enfants, aux enfants d’Espagnols et de Noirs (les Mulâtres), d’Indiens et de Noirs (les Zambos), et à tous ceux qui avaient du sang d’Indien ou de Noir, mais pour ces derniers, il était précisé que la dispense matrimoniale ne devait pas être accordée avec autant de facilité463.

  • 464 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 501.

375Alonso de Sandoval ne traite pas spécialement du sacrement du mariage. Il expose les dispositions établies en 1614, par l’évêque de Séville Don Pedro Castro de Quiñones, relatives aux esclaves récemment débarqués dans son diocèse. La qualité au regard du droit canonique du baptême qu’avaient reçu les époux était de la plus haute importance pour déterminer si le mariage devait être considéré comme valable ou pouvait être dissous : si l’un des deux conjoints avait été baptisé sans réserve, et que le baptême de l’autre était valide, il faudrait, si telle était vraiment leur volonté de s’engager dans le mariage chrétien (alors qu’ils étaient libres de ne pas le faire), que le curé vérifie qu’aucun motif de dissolution n’apparaissait, et en ce cas, les marier au plus vite ; si l’un des conjoints, ou les deux, étaient baptisés sub conditione, chacun devait donner son consentement et ne pouvait en aucune manière être libéré de cette obligation ; si les époux devaient être baptisés sans condition, il n’était pas nécessaire de « revalider » le mariage, c’est-à-dire de recueillir à nouveau les consentements, dans la mesure où il fallait nécessairement qu’ils reçoivent d’abord le sacrement du baptême, puis celui du mariage464.

376Ces dispositions concernaient uniquement les mariages entre Noirs. Elles rejoignaient celles qui avaient été antérieurement établies pour les Indiens : lorsque le couple n’avait pas encore reçu le baptême, rien ne l’obligeait à s’engager dans le mariage, même si une union avait été célébrée antérieurement ; si les deux personnes étaient chrétiennes (ou supposées telles), il fallait célébrer le mariage à l’église ; si seule l’une des deux personnes était chrétienne, elle n’était pas tenue de se marier, et le mariage n’avait pas un caractère indissoluble à son égard car, à sa requête, et par application du privilège Paulin remontant aux temps apostoliques, il pouvait être dissous.

  • 465 Sandoval évoque en effet cette coutume lorsqu’il décrit les cultures des peuples en Afrique, dans (...)

377Même s’il ne l’ignorait pas, Sandoval n’évoque pas le problème de la polygamie465. Il était en effet difficile de déterminer si l’esclave qui débarquait en Amérique avait déjà en Afrique un ou plusieurs conjoints, même si la pratique de la polygamie était plutôt réservée aux personnes de rang social élevé qui n’étaient généralement pas vendues comme esclaves. Quoiqu’il en soit, des 151 Noirs, Mulâtres et Zambos jugés par le Tribunal de l’Inquisition de Carthagène au xviie siècle, 11 (6 Mulâtres, 3 Noirs et 2 Zambos) le furent pour bigamie, soit 7,28 %.

  • 466 Pablo Rodriguez et Jaime Humberto Borja Gomez, « La vida cotidiana en las minas coloniales », Hist (...)

378Le déséquilibre entre les sexes dans les haciendas ou les mines conduisait parfois à des situations que les maîtres avaient bien du mal à contrôler et à éviter. Selon P. Rodríguez et J. H. Borja, le prêche sur le mariage n’eut aucune diffusion dans les rancherías minières où les maîtres d’esclaves n’avaient pas intérêt à rendre officielles des unions de fait qui surgissaient dans les cuadrillas. Les inventaires d’esclaves ont montré en effet que le « madresolterismo » (ou le fait d’être fille mère) était fréquent, et qu’une esclave pouvait être la mère d’enfants de pères différents466.

  • 467 D’après Juan de Masa, prêtre à Carthagène, les exhortations du père Claver lors des confessions de (...)

379Il était du rôle des prêtres d’encourager les Noirs, à l’occasion notamment des confessions, à régulariser au plus vite la situation de concubinage, et donc de péché, dans laquelle ceux-ci se trouvaient467.

  • 468 Les Indiens, considérés comme « nuevos en la fe », n’étaient passibles que de cinquante coups de f (...)
  • 469 No está el amo obligado a echar de casa al esclavo que anda amancebado (estando de ordinario los m (...)

380Sebastián Rodríguez, curé de Nocayma et de sa juridiction, s’était vu obligé, afin de remédier au problème de concubinage, de publier un ban vers 1676, toujours en vigueur en 1685, par lequel il menaçait d’excommunication, et d’une amende de 6 pesos, toute personne qui abriterait sous son toit un homme marié sans sa femme et inversement468. Le Père Sandoval reconnaît que ces situations irrégulières étaient fréquentes chez les Noirs bozales, mais il précise aussi qu’elles étaient souvent dues à des unions antérieures, et que les maîtres n’étaient aucunement obligés de les renvoyer, pas plus que les païens qui ne souhaitaient pas se convertir, mais devaient, le soir venu, séparer les hommes des femmes pour éviter les situations indécentes469.

381Alonso de Sandoval accusait certains maîtres non seulement de fermer les yeux, des années durant, sur ces situations irrégulières qui somme toute les arrangeaient, mais surtout de s’opposer à la régularisation par le mariage, ou pire, lorsqu’il n’avaient pu réussir à empêcher le mariage, de séparer les conjoints pour empêcher une vie commune :

  • 470 Ibid., p. 241.

Qué diré de lo que passa en materia de casamientos ? Saben y consienten [los amos] que estén amancebados [los esclavos] muchíssimos años, y no sufren, ni permiten que se casen, antes se lo prohiben ; y sobre ello los azotan y aprisionan, y los venden para otras partes. Sufren vivan sus negras amancebadas, porque tengan hijos, y porque esté seguro el jornal de cada día, teniendo quien se lo dé a ellas, y con qué pagar a sus amas lo que falta en casa. A otras obligan cada día so pena de grave castigo a tan excessivo jornal, que no pudiendo ellas juntar, traen vendida la propia castidad por alcanzarlo, no ocultándosele, ni ignorándolo sus amos. Y si algunos se casan, les estorvan el uso del matrimonio ; y las licencias que dan a las amancebadas, niegan a las casadas ; a las cuales por muy leves ocasiones y pequeño interés apartan de mugeres e hijos para siempre, vendiéndolos para otras partes470.

382Au vu des documents, le tableau décrit par Sandoval ne s’éloignait pas vraiment de la réalité. Par exemple, Catalina Angola, esclave de Bartolomé de Moriana, vecino de Mompox, et Domingo Angola, esclave de Juan de Villafaña, vecino de Mompox, qui souhaitaient officialiser leur union « según horden de la santa madre yglesia y servisio de Dios nuestro señor, de nuestra propia y libres boluntades », en avaient été empêchés par le maître de Catalina qui, l’ayant appris lors de la deuxième « amonestación », avait puni son esclave, en la rouant de coups et en la séparant de son futur époux :

  • 471 A.G.N., Negros y esclavos Bolívar 1, (1630), fol. 906.

Llegó a notizia del dicho Bartolomé Moriano, fue a su cassa a las nueve oras del día, y amarró a la dicha Catalina Angola por quererse cassar conmigo y estorvarlo y le dio cruelmente mucha cantidad de azotes que no tienen número hasta que la vañó de los azotes en sangre y luego ynstantániamente, la enbarcó en una balsa que estava de partida para la barranca con horden que fuese llevada a Cartagena [...]471.

  • 472 Ibidem, fol. 914, (testimonio de Jacinto de Vargas, clérigo diácono).

383La femme de Bartolomé de Moriana avait elle aussi essayé de dissuader son esclave Catalina de son choix en recourant à une voisine qui lui avait conseillé, si elle souhaitait vraiment se marier, de choisir plutôt son époux parmi les esclaves de la maison472. Cette attitude s’explique par le fait que les femmes esclaves devaient rejoindre leurs maris afin qu’ils pussent mener une vie de couple, ce qui obligeait parfois les maîtres à vendre leurs esclaves à bas prix.

384Domingo Angola demandait que les dispositions du droit canon soient appliquées :

  • 473 Ibidem, fol. 906.

Y el susodicho contraviniendo con lo hordenado y dispuesto por la santa madre yglesia además de la pena que se le deve dar y castigar a yncurrido en pena de descomunión mayor, conforme lo dispuesto y hordenado por el santo consilio y ansi Vmd lo deve declarar desde luego mandándole poner en la tablilla de la yglesia, yglesias de este villa, hasta tanto que exhiba ante V. Md la dicha Catalina Angola y selebre conmigo el matrimonio. A V. Md pido y suplico así lo provea y mande [...]473.

385Le maître de Catalina, qui se défendait d’avoir envoyé son esclave à Carthagène pour empêcher le mariage mais « por disgustos con la dicha negra », fut absous de la peine d’excommunication car, disait-il, l’esclave s’étant enfuie, il ne pouvait la présenter à la Justice ; il fut seulement astreint à payer les frais de l’instruction.

  • 474 A.H.N.M., Inquisición, 1622, exp. 7, fol. 374 v°.
  • 475 Ibidem, fol. 87 v°, 256-258 ; 246-248 ; 269, 262-265, 383. Pour davantage de détails sur Doña Marí (...)

386De même, la grande propriétaire terrienne Doña María Ortiz Nieto avait puni deux couples d’esclaves de son hacienda pour s’être mariés sans sa permission. Afin de régulariser des situations de concubinage, le prêtre don Francisco Xavier de Cárdenas avait marié au cours d’une visite pastorale, le Noir criollo Nicolás Ortiz Capacho et Isabel Augustina de Terros (alias la Bodeguera) de même condition que lui, ainsi que Casilda, soeur de Nicolás, et Miguel Loango, Noir bozal. Contrairement à toute attente, les trois criollos subirent les châtiments les plus terribles alors que le Noir bozal fut épargné, sa condition ne méritant sûrement pas aux yeux de Doña María que l’on s’y intéressât. Dès son retour, elle fit emprisonner Nicolás, puis le fit mettre sur le cep et l’y laissa l’après-midi et la nuit suivante. Le lendemain, après l’avoir fait se promener nu dans toute la ranchería, elle ordonna de lui mettre des grandes chausses en fer puis le fit fouetter. De même, elle fit arrêter Isabel à qui elle mit des fers, Casilda fut mise au cep où se trouvaient déjà son frère et sa belle-soeur et elles furent elles aussi fouettées. Deux mois plus tard, elle fit parvenir une lettre qui ordonnait d’envoyer Isabel, femme de Nicolás, à son estancia (où se faisait l’élevage du bétail) qui se trouvait à environ cinq lieux de San Martín de Loba et surtout de ne pas l’en laisser sortir. Elle avait d’ailleurs l’intention de la vendre à Ocaña en échange de vivres. Elle lui avait retiré par ailleurs une enfant de six ans à qui elle avait fait subir de tels châtiments qu’elle en était morte. Quant au mari, il devait aller à la mine avec les chausses de fer qu’il devrait garder jusqu’à sa mort. La visite du commissaire envoyé par le Tribunal de l’Inquisition entraîna le retrait de ces chausses, non sans mal car l’une des deux jambes était blessée et avait commencé à gonfler. Il s’était tout de même écoulé entre temps un an et deux mois. Nicolás Ortiz Capacho qui savait lire et écrire signala le fait au Tribunal de l’Inquisition : « como que ubiera yo cometido contra la santa fe y me tienen a mí apartado de mi muger, ella en el hato y yo en la mina474. « Sa soeur Casilda tomba malade et fut retirée du cep au bout de deux mois, mais Doña María ne lui donna pas la liberté promise à cause de son mariage475.

  • 476 A.G.N., Negros y esclavos Bolívar 14, (1646), fol. 756.

387Ainsi, contrairement aux lois civiles et religieuses, certains maîtres entravaient les mariages et ne respectaient pas l’unité de la famille, vendant maris, femmes, et parfois même enfants, séparément ce qui conduisait parfois les esclaves à choisir la fuite. En 1646, Sebastián Angola, esclave de Pedro de Madrid, reconnaissait avoir fui parce qu’il avait été séparé de sa femme laquelle avait été vendue, et la demande qu’il avait faite d’être vendu pour pouvoir la rejoindre, bien qu’appuyée par le curé Juan González Solórzano, avait été rejetée par son maître476.

  • 477 A.G.N., Negros y esclavos Cundinamarca 4, (1670), fol. 486-529.

388Après avoir fui et s’être organisés, les hommes revenaient pour enlever leurs femmes, si elles ne les avaient pas déjà suivis d’ellesmêmes, et il arrivait parfois que tous les membres d’une même famille soient concernés. Ainsi, en 1670, dans la région de Tocaima, Joseph Soso, esclave de Domingo Martín Tomé, s’était rendu au trapiche de la Mesa, de Doña Gerónima de Vargas Machuca, pour enlever sa femme, Catana, ainsi que ses enfants, ses beaux-parents et son beaufrère, car on leur avait certifié qu’un certain Juan de Aguilar était prêt à les racheter afin qu’ils pussent vivre tous ensemble. L’affaire échoua car ils furent dénoncés, ce qui les obligea à devenir des fugitifs477.

389Alonso de Sandoval condamnait les maîtres qui forçaient les esclaves à adopter ces solutions extrêmes, car ceux-ci, en s’éloignant de la société et en trouvant refuge dans les palenques, risquaient de mourir sans recevoir les derniers sacrements.

2.2.5. Le viatique, l’extrême-onction et les enterrements

390Lorsque les Noirs étaient gravement malades et à l’article de la mort, les prêtres devaient leur administrer le viatique et/ou l’extrêmeonction, et les maîtres devaient leur assurer une sépulture chrétienne. Mais il fallait pour cela que les Noirs aient reçu préalablement le baptême. Or, à l’approche de la mort, le malade découvrait parfois à son confesseur qu’il n’avait jamais reçu ce sacrement, et qu’il ne l’avait jamais avoué par honte. Dans une lettre du 5 octobre 1612 adressée à son supérieur, Alonso de Sandoval rapporte que même ceux que l’on considérait comme ladinos et bons chrétiens pouvaient se trousur ver dans une telle situation, et que les prêtres devaient redoubler de vigilance :

  • 478 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 96 v°.

Llamáronme para confesar una negra ladina que tenía casa y esclavos y avía muchos años que vivía entre christianos y ella hera de más de 80 años yéndola a confesar allé allí a un Padre superior de çierta religión que la avía confesado y echo hazer testamento, sintió mucho que yo fuese, temiendo no alterase el testamento, y assí me rogó me bolviese que ya no tenía nezesidad que la confesase ; quíseme bolver y de camino di [a] aquel Padre mis quejas, pues no se fiava de mí y reusava que yo viese aquella enferma y la consolase y dijese un evangelio, pues con tanta ansia me llamava. Al fin el coraçón me dava que convenía visitarla, fuése el religioso, yo entré con intento de consolarla, pero poco a poco, me fue descubriendo que avía estado entre españoles, no la avían bautiçado al prinçipio por descuido, después siendo ella ya ladina, por vergüença de que tan tarde la bautiçasen, instruíla y bautiçéla con grandes lágrimas y agradeçimiento y tanta voluntad que, si diera lugar a ello, trocara luego el testamento. Pero más riqueça nos dio el Señor con que, por nuestro medio, se salvase su alma, que dentro de poco fue a gozarle, que quanto pudiera dejarnos.Como éste me an suçedido algunos casos de personas mui ladinas que estavan en posesión de christianas y a la hora de la muerte declarar no serlo y bautiçarlas [...]478.

391Sans désigner l’Ordre auquel appartenait ce supérieur, le Père Sandoval n’en remettait pas moins en question son attitude, et celle de tous les prêtres qui étaient plus empressés à faire établir par le mourant un testament en leur faveur, qu’à l’entendre en confession, découvrir ainsi le manque de baptême, y remédier, et permettre au mourant d’assurer son salut éternel. Mais bien souvent, les prêtres rechignaient à se rendre au chevet des malades pour leur administrer les derniers sacrements. Chaque fidèle dépendait en théorie de sa paroisse, toutefois, lorsque le curé ne pouvait pas se déplacer, n’importe quel autre prêtre pouvait administrer les derniers sacrements à sa place. À Carthagène, ainsi que dans toutes les villes où ils se trouvaient, les Jésuites étaient fréquemment appelés pour assister spirituellement les Noirs moribonds.

  • 479 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 500.

392Suivant les dispositions établies par l’évêque de Séville Don Pedro Castro de Quiñones, pour les esclaves qui débarquaient dans son diocèse (1614), lesquelles sont reproduites dans l’ouvrage de Sandoval, les prêtres devaient donner le viatique aux malades qu’ils venaient de baptiser, s’ils jugeaient que la maladie l’exigeait et que l’esclave « tiene disposición y noticia para recebirlo sin notable irreverencia ». Ceux qui étaient baptisés sub conditione devaient être préalablement entendus en confession479.

393Alonso de Sandoval reproduit aussi dans son ouvrage les dispositions du concile de Lima « Fidem in Christum et penitentiam it Deum suo modo », concernant, de manière plus générale, les conditions de l’administration de ce sacrement. Les prêtres étaient exhortés à ne pas laisser sans viatique, les Indiens et les Noirs qui seraient disposés à le recevoir, c’est-à-dire s’ils remplissaient la double condition de croire en Jésus-Christ et de se confesser « conforme su poca capacidad y gran rudeza ». On ne pouvait en effet exiger davantage d’eux dans un tel moment comme l’explique Sandoval qui ajoute que ceci devait concerner tous les Noirs, bozales et ladinos, ainsi que les condamnés à mort et les personnes ayant perdu la raison, sauf celles qui étaient excommuniées ou en état public et persistant de péché mortel.

  • 480 Les constitutions synodales de Fray Juan de los Barrios (1556) décrivent de manière plus exhaustiv (...)
  • 481 Ibid., p. 483-487. M. P. Martini indique que la législation canonique du xviie siècle, ainsi que c (...)

394Selon Sandoval, il revenait aux maîtres de faire en sorte que les malades et le lieu où le viatique allait être donné, aient la décence requise pour un tel acte ; ils pouvaient aussi conduire le malade jusqu’à la paroisse « en alguna silla, o sobre un colchoncillo en andas ». Dans le premier cas, le prêtre devait apporter le saint sacrement « con Cruz y hachas que le acompañen, teniendo el Cura alguna cosa de la Iglesia con que componer el lugar480 ». Mais l’expérience montrait que sous prétexte de révérence et de décence, les prêtres hésitaient à se déplacer pour donner dans ces conditions, le viatique aux Noirs malades481.

  • 482 « Que aun en el artículo de la muerte, no se les quería conceder por no aplicarse a disponerlos lo (...)
  • 483 J.-P. Tardieu précise qu’en 1611, le provincial de Lima informait le préposé général qu’une requêt (...)

395En 1608, le provincial du Nouveau Royaume écrivait que la communion n’était donnée que depuis peu aux Noirs, y compris in articulo mortis, car les prêtres ne s’appliquaient pas à les disposer pour recevoir ce sacrement482. Là encore, la Compagnie de Jésus était intervenue pour lutter contre le laxisme général des prêtres qui s’accordaient à dire que le sacrement de l’extrême-onction était suffisant pour les « rudos » à l’article de la mort483.

  • 484 Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 425.
  • 485 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 476.
  • 486 Ibid.

396Aucun prêtre en effet ne pouvait refuser d’administrer le sacrement de l’extrême-onction à l’agonisant qui le demandait. Le IIIe concile de Lima ordonnait que « de aquí adelante la tibieza de algunos curas no ponga en esto frívola excusa, se dé [...] a todos los fieles, indios y morenos, que tuvieren muestras de penitencia, a su tiempo, este sacramento ». Les prêtres devaient aussi les assister spirituellement et les encourager dans les derniers moments484. Alonso de Sandoval abondait dans le même sens : « es el [sacramento] que con más facilile dad y seguridad se les administra, y el que les suele ser sumamente necessario, pues muchos no tienen que confessar485. » Les Noirs pouvaient être absous de leurs péchés, grâce au seul repentir et à l’administration de ce sacrement, qu’ils n’avaient même pas l’obligation de demander. Dans le cas des adultes qui venaient de recevoir le baptême, Sandoval préconisait aussi l’administration du sacrement de l’extrême-onction, « lo uno por la incertidumbre de aver recebido la gracia baptismal, respeto de su poca disposición causada de su incapacidad, [...] lo segundo porque [...] sana el alma pronta para lo malo, y perezosa para lo bueno, recréala y fortifícala espiritualmente, y a vezes causa salud corporal486 ».

  • 487 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 104, (témoin (...)

397Lorsque les esclaves malades venant d’être débarqués à Carthagène étaient nombreux, le Père Claver dans l’immédiat les baptisait tous, mais n’entendait en confession et n’administrait l’extrêmeonction que dans les cas où l’état du malade était jugé très critique ; il revenait le lendemain pour les autres qu’il pouvait distinguer des précédents grâce à une marque sur le cordon de la médaille du baptême487. Les Jésuites avaient en effet obtenu l’autorisation de l’évêque pour procéder ainsi.

  • 488 Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 496.

398Selon les dispositions synodales de Fray Juan de los Barrios (1556), le prêtre devait apporter les huiles saintes « revestido de sobrepelliz y estola, llevando Cruz y agua bendita, y una lanterna con lumbre » ; de même que pour l’administration de l’eucharistie, un autel avec des cierges devait être installé dans la maison du moribond et celui-ci devait être lavé et préparé pour recevoir le sacrement. Il était précisé que le coton servant à oindre le malade devait être brûlé, en respectant les instructions du manuel488.

  • 489 « Y apenas el dicho padre llegó lo reconcilió y enseguida, con la ayuda de este testigo, le dio la (...)

399Le Père Claver emportait toujours avec lui un petit flacon en verre, contenant le chrême, qu’il gardait dans une boite en argent, ainsi que de l’eau bénite, des cierges, du coton, le manuel, une étole et une chasuble489.

  • 490 Ibidem, p. 126 (témoin Juan de Dios, esclave de l’hôpital de Saint Jean de Dieu). Dans la présenta (...)

400Selon Juan de Dios, esclave de l’hôpital du même nom, le Père Claver avait converti, avant leur mort, nombre de Noirs et d’hérétiques, pour qui il faisait célébrer des funérailles solennelles « con canto de órgano, llevando para este efecto a los músicos y a la música de su Colegio, porque en ese hay muchos negros adiestrados490 ».

  • 491 A.G.N., negros y esclavos Bolivar 8, 1621, fol. 200. Nous reviendrons sur ce cas.

401Les prêtres demandaient parfois aux autorités civiles la clémence pour les condamnés à mort afin que le corps ne fût pas écartelé et reçût une sépulture chrétienne. C’est ainsi que, grâce à l’intervention de nombreux religieux de la ville de Mompox, le criminel et Noir marron Juan de Marquina fut décapité, et sa tête exposée, mais son corps, au lieu d’être exposé aux quatre coins de la ville, fut enterré dans l’église principale491.

  • 492 A.P.T., E-2 : 78 leg 315, 11, (Usos y costumbres desta Provincia de el Nuevo Reyno de Granada y es (...)

402Les normes établies en 1628 par le supérieur pour la province jésuite du Nouveau Royaume, et appliquées jusqu’en 1702, prévoyaient, pour les enterrements, que le préfet de l’église et le sacristain devaient se charger de celui des oblats (« donados ») qui n’avaient pas prononcé de voeu in articulo mortis, et de celui des serviteurs ; il devait être « resado con cruz alta » pour les « donados » et tous les serviteurs, dont certains devaient porter des cierges. Le supérieur ordonnait à tous les pères de dire une messe et aux frères de réciter un rosaire. Lorsqu’un esclave mourait dans une hacienda de la Compagnie, les prêtres et les frères du Collège dont dépendait le domaine devaient procéder de même492.

  • 493 Bien que Vitelleschi dise « en la iglesia que agora se acabó de Santa María la Mayor », nous penso (...)
  • 494 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 1, (Padre Francisco Varays, Santafé, 1622), fol. 225 (...)
  • 495 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 264. Il est possible que la c (...)

403En 1622, le préposé général Mucio Vitelleschi répondait favorablement à la demande du Père Francisco Varays, formulée l’année précédente, concernant l’autorisation d’enterrer les Indiens et les Noirs dans la chapelle Santa María la Mayor493, de l’église de la Compagnie à Santafé ; il élargissait néanmoins cette faveur aux Espagnols : « Si alguno de los hespañoles tuviere devoción de ser enterrado en ella y fuere persona a quien tengamos obligación, avíseme V. R. de todo en particular, veremos qué convendrá hazer en sus sacrificios494. » Nous ne connaissons pas le contenu exact de la lettre du Père Varays mais tout nous porte à croire que cette autorisation ne concernait que les membres des confréries. Le Père Sandoval nous informe en effet dans son ouvrage de l’existence de la Confrérie « de los Morenos, que con vocación y título de Santa María la Mayor, está instituida en el Collegio de nuestra Compañía de la Ciudad de Santa Fe de Bogotá, y está a cargo de nuestros Padres495 ».

  • 496 A.G.I., Santa Fe 63 n° 34, (Cartas y expedientes del cabildo secular de Cartagena de 25-7-1622), f (...)

404À Carthagène, les esclaves domestiques étaient généralement enterrés dans le cimetière de la cathédrale. Les droits que les maîtres devaient payer pour l’enterrement s’élevaient à 2 pesos, mais en 1622, le Cabildo secular signalait au Conseil des Indes que l’évêque voulait innover en la matière en augmentant ces droits d’un demi peso, « sin más causa que ser su boluntad ynteresada, obligando con sensuras a los dichos veçinos a que lo paguen496 ».

405D’après les constitutions synodales établies par l’archevêque Don Fernando Arias de Ugarte en 1625, les droits à payer pour les enterrements étaient les suivants :

  • 497 A.G.N., Miscelánea 27, fol. 297 v°.

Por los entierros ressados llevará el cura dos pessos aunque sean de esclavos pero si fueren personas libres y pobres de solemnidad no llebará derechos algunos ; por los entierros cantados con doble de canpanas, cruz y capa o estola llevará ocho pesos, y si el difunto fuere feligrés de diferente parroquia de aquélla en que se entierra, dará un peso de a ocho reales para la fábrica de la iglesia o capilla que se entregará al dueño de la hazienda ; por cada possa [o parada en los entierros] de las que le pidieren, no llebará de tres pessos arriba ; por missa cantada y vigilia de difuntos llevará seys pesos de a ocho reales y si fuere misa solamente llevará quatro pessos ; por missa rezada de difuntos, si así la pidieren, llevará un peso497.

  • 498 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 122 (témoin (...)
  • 499 Ibidem, p. 40.
  • 500 A.G.N., Historia eclesiástica, 10/19, (1695), fol. 204.

406Selon le Père Juan de Mesa, tous les Noirs de Carthagène avaient persévéré dans la foi qui leur avait été enseignée, en particulier lorsqu’ils avaient été instruits par le Père Claver ; ils aimaient entendre la messe, se rendre à l’église, exercer la charité, et surtout, faire dire des messes pour leurs défunts498. D’ailleurs, à la mort du Père Claver, les Noirs n’avaient pas manqué de témoigner leur reconnaissance : « celebraron unas exequias lujosísimas todos los negros, en reconocimiento del ánimo grato, por todas las excepcionales acciones del venerable Claver, cumplidas para ellos con el único estímulo de la heroica caridad por cuarenta y seis años499. » On pourrait penser que cette version des faits est idéalisée, mais souvenons-nous que les trente esclaves de l’encomendero Don Juan Jerónimo de Berrío, avaient fait dire des messes en l’honneur de sainte Lucie dont ils étaient dévots, ainsi que pour Toussaint, jour où il est spécialement rappelé que le royaume des Cieux est ouvert à tous500. Mais ceci ne doit pas occulter que non seulement nombre d’esclaves ruraux ne recevaient, faute de prêtre à proximité, ni les derniers sacrements, ni la sépulture chrétienne, mais encore que les enterrements étaient l’occasion de dérives fréquentes vers des cultes africains comme celui des ancêtres, en particulier au sein des confréries.

2.2.6. Le sacrement de l’ordre

  • 501 Georges Balandier, La vie quotidienne au Royaume de Kongo..., op. cit., p. 46.
  • 502 « Ay Iglesia Catedral con su Obispo, Prebendados y dignidades, que suelen tener las demás Iglesias (...)

407Très tôt, quelques Noirs furent ordonnés prêtres et exercèrent leur mission en Afrique : ainsi, Henrique « fils » d’Afonso Ier roi du Kongo fut promu évêque d’Utique au consistoire du 5 mai 1518. Quelques années plus tard, ce même roi écrivait au roi du Portugal, le 25 août 1526, pour que son neveu maternel Afonso reçoive l’ordination sacerdotale et devienne ainsi l’auxiliaire d’Henrique501. Nous avons précédemment relaté comment Afonso Ier essaya, par tous les moyens, de mettre la religion chrétienne au service de son pouvoir. Au début du xviie siècle, de nombreux Noirs étaient membres du clergé au Kongo502. De même, la plupart des prêtres à Saõ Tomé étaient noirs, et, Alonso de Sandoval les considérait comme meilleurs dans leur ministère que les prêtres Blancs qui se trouvaient sur place :

  • 503 Ibid., p. 128.

Muchos de los prebendados son negros, juntamente con mucha clerecía. Los cuales es voz y pública fama que se aventajan a los demás clérigos españoles, en abilidades, en la puntualidad de las ceremonias eclesiásticas, y en la suficiencia de las letras, queriendo con ellas suplir el color503.

  • 504 Ibid., p. 217-229.

408Sandoval ne manque pas de rappeler, à la fin de la première partie de son ouvrage, dans un chapitre qu’il intitule « De los varones y Etíopes Santos, que ha tenido la Iglesia Católica », les Noirs célèbres pour leur vertu et les miracles qui leur étaient attribués, tels, en Sicile au xvie siècle, les franciscains béatifiés Antonio de Noto et Benoît de Palerme (ce dernier fut canonisé par la suite), et antérieurement en Afrique, sainte Iphigénie, princesse d’Éthiopie, et saint Elesbaõ, empereur du même pays. Il précise même que saint Benoît de Palerme continuait à faire des miracles après sa mort, en particulier par l’intermédiaire d’une image peinte dans le couvent de Saint-François de la ville de Los Ángeles, en Nouvelle Espagne504.

  • 505 Pour davantage de précisions sur ce saint, on consultera Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noir (...)

409Cette liste seraient incomplète s’il n’y figurait pas le premier saint mulâtre des Amériques, le dominicain saint Martin de Porres (ou Porras), fils naturel de Don Juan de Porras, chevalier de l’Ordre d’Alcántara, et d’Ana Vázquez, Noire libre originaire de la ville de Panamá, né en 1579 à Lima. Martín de Porres apprit tout d’abord le métier de barbier, puis, à l’âge de quinze ans, sollicita l’habit de frère convers du couvent de Santo Domingo de Lima, et avec l’appui de son père, prononça ses voeux de frère lai le 2 juin 1603. Il fut sa vie durant, guérisseur des plaies des hommes et des animaux. Mort en 1639, il fut béatifié par Grégoire XVI et canonisé par Jean XXIII505.

  • 506 Nous renvoyons le lecteur au chapitre II.

410Les Métis et Mulâtres parvinrent à se faire ordonner prêtres ne dépassèrent généralement pas le stade d’oblat dans les communautés religieuses (à l’exception de quelques-uns qui parvinrent à se faire ordonner prêtres). Rappelons en effet que des cédules royales successives avaient interdit l’ordination aux Indes de toute personne de naissance « illégitime ou défectueuse », suivant en cela les dispositions du concile de Trente. Ainsi étaient écartés des Ordres les Indiens, (nés d’infidèles ou considérés comme des enfants — « menores de edad » —), les Noirs (à la fois esclaves et infidèles ou musulmans, dont la naissance était « défectueuse »), les Métis, les Mulâtres, et toute personne de sang mêlé (souvent née en dehors des liens sacrés du mariage, leur naissance était considérée comme « illégitime »). Une enquête sur les origines de chaque candidat à la prêtrise devait établir que ses ancêtres n’avaient été ni hérétiques, ni infidèles, ni juifs, ni esclaves506. De même, les constitutions synodales de 1556 avaient disposé, chapitre 21 :

  • 507 Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios, op. cit., p. 497. Le IIIe concile de Lima rappe (...)

Establecido está por los Sacros Cánones, que ningún Clérigo sea promovido a orden sacro sin que preceda examen de moribus et vita, y de la suficiencia que debe tener. Por tanto conformándonos con el Derecho, S.S.A., ordenamos y mandamos, que ningún Clérigo sea admitido para recebir orden sacro, ni reverendas sin que preceda el dicho examen, y información de testigos fidedignos, y que conoscan al pretendiente de muchos años, y sepan bien de su vida y costumbres [...]. Y si constare no ser culpado en los dichos pecados [tener algún defecto en cosas sensuales, o aver sido infamado de ellos, o de juegos ilícitos, y de no confesarse, ni comulgar quando es obligado ; o fuere notado de juramento, y blasfemias contra Dios nuestro Señor y sus Santos] y ser nacido de Padres limpios de mácula, y de legítimo Matrimonio, teniendo beneficio, o bastante patrimonio, sabiendo leer y construir bien, y algo de el canto sea promovido a órdenes, y pueda recebir reverendas las quales no se den para más de un orden sacro [...]507.

  • 508 Sur les attitudes qu’adoptèrent les divers ordres au Pérou, on consultera Jean-Pierre Tardieu, L’É (...)

411Ainsi les Noirs et les Mulâtres, dont l’un ou les deux parents n’étaient pas « limpios de mácula », se voyaient refuser l’accès à la prêtrise. Seul l’état d’oblat (« donados ») leur était accessible. À la différence des frères convers qui prononçaient solennellement les trois voeux de pauvreté, chasteté et obéissance, et devaient être considérés comme de vrais religieux, les oblats ne prononçaient, s’ils le désiraient, que des vœux simples, ou bien se donnaient par écrit devant notaire à l’Ordre de leur choix, mais il arrivait aussi que certains soient offerts aux couvents par dispositions testamentaires émanant de personnes ayant autorité sur eux508.

  • 509 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 381.

412Alonso de Sandoval, dans une partie de son ouvrage où il veut démontrer que les Noirs n’étaient pas incapables de comprendre et d’appliquer les préceptes du christianisme, mais étaient au contraire dignes, comme tout chrétien, de la plus grande faveur divine, dit avoir connu de nombreux Noirs, qui, au contact des Espagnols, avaient fait preuve d’une grande capacité de dévotion et de vertu ; il évoque deux cas. Le premier, celui d’un Noir de Quito qui, bien que « tan rudo y chontal que apenas ha deprendido nuestra lengua », était qualifié de « hombre de gran santidad y virtud », ce qui lui avait valu la liberté accordée par son maître, Don Diego de Calderón, à la suite de quoi il était entré, comme oblat chez les Franciscains, et plusieurs miracles qui lui étaient attribués le faisaient vénérer par toute la ville. Le second cas est celui d’une femme noire, invitée dans toutes les maisons respectables de la ville de Guamanga au Pérou « porque habla tiernamente de las cosas de nuestro Señor, e inflama a los oyentes al amor Divino », et considérée comme sainte par ses maîtres qui lui avaient confié leur maison. Sandoval ne donne pas le nom de ces personnes, voulant probablement signifier ainsi qu’elles n’étaient pas des êtres d’exception mais seulement des chrétiens sincères à l’instar du plus grand nombre des fidèles. Toutefois, bien que l’auteur prétende vouloir diffuser un message d’égalité des peuples devant Dieu, semblable à celui que saint Paul avait proclamé bien avant lui, son propos n’échappe pourtant pas à des remarques reflétant l’état d’esprit des hommes de son temps, telles que « [sus amos] la tienen dado el gobierno de toda su casa, honrando así Dios a los que le sirven, y teniendo guardado en estos vasos, al parecer negros y asquerosos, el licor precioso de las virtudes, y su divina gracia509 ». Nous observerons aussi que lorsque Alonso de Sandoval affirme que les Noirs qui témoignent d’une vie empreinte de sainteté sont nombreux, il ne trouve aucun exemple dans les limites de la Nouvelle Grenade, notamment à Carthagène, où les Noirs étaient pourtant en grand nombre.

413Les Noirs étaient encouragés à suivre un modèle de vie qui se voulait accessible à tous sans distinction, et dans le respect de l’ordre social établi, et les Blancs à admettre que Dieu ne faisait pas de différence entre les fidèles qui seraient tous jugés selon leurs actes. Cependant, l’accès à la prêtrise fut longtemps réservé en Amérique aux personnes n’ayant pas d’ascendance indienne ou noire, dans la mesure où, rappelons-le, les sang-mêlés étaient suspectés d’être nés d’une union illégitime et héritaient donc inévitablement, dans l’esprit des Blancs, de tous les « vices » prêtés à leurs parents, y compris la perversité, incompatible avec le sacerdoce.

Notes

1 Javier Laviña, Doctrina para negros, Barcelona, ed. Sendai, 1989, p. 47, et « Iglesia y esclavitud en Cuba », op. cit., p. 22.

2 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit.

3 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 505-614.

4 A.G.I., Santa Fe 17, n° 5, el doctor González al Rey, 3 de mayo de 1591, cité par Guillermo Hernandez de Alba, Aspectos de la cultura en Colombia, Bogotá, Biblioteca popular de cultura colombiana, Prensas de la Universidad Nacional, 1947. L’acte de fondation du Collège de Maracaibo (1669) soulignait lui aussi le manque d’instruction des Indiens et des Noirs, en partie à cause d’un clergé peu intéressé par la question, hormis les Jésuites, dont il vantait les qualités pour remédier à cette situation : « la necesidad de instrucción es mayor en los indios y en los negros, pues no se cuenta con eclesiásticos que quieran dedicarse a esta labor instructiva entre estos grupos. [...] El mayor conato de esta Religión [los jesuitas] es la educación en todo género de policía, virtud y letras, y cuando no fuera estatuto suyo la enseñanza, parece que cualquier religioso está connaturalizado en ella. [...] Para la doctrina cristiana y policía aunque hay curas que cumplirán su obligación, no hemos visto ni experimentado lo que en estos religiosos, que se emplean con tanta eficacia en un pobre negro o indio como si fuera rico o solo, hasta conseguir el fin de que no sean ignorantes en la fe ». Informe de la Real Audiencia de Santo Domingo en aprobación de la fundación del Colegio de Maracaibo. Santo Domingo, 10-07-1669. Cité par Francisco José Virtuoso, « Mérida, Maracaibo y Coro y los jesuitas de los siglos xvii y xviii », Montalbán n° 23, Caracas, 1991, p. 89.

5 A.R.S.I., NR et Quit. 12 I, (1608), Collegio de Santa Fe, fol. 45 v°.

6 A.R.S.I., Congr. 71, (Memoria de lo que el padre Procurador de la Provincia del Nuevo Reyno (Juan de Toro) a de pedir a N M R P Gl), fol. 194 v°.

7 Ibidem, fol. 197 r°.

8 Nous avons évoqué ces conditions dans un précédent ouvrage : Hélène Vignaux, Esclavage et rébellion..., op. cit., p. 99-188.

9 A.R.S.I., Congr. 52, (Memorial segundo de la necesidad estrema corporal y espiritual de los negros y de los remedios que le pueden dar, 1608), fol. 198 r° et sq.

10 Une carta annua de 1605 concernant la résidence de Panamá, préfigurait le mémoire que Martín de Funes allait envoyer en 1608. Elle décrit, dans des termes semblables, les mêmes besoins corporels et spirituels des Noirs de Panamá, qui sont étendus à ceux des Indes Occidentales en général. Sans aller jusqu’à proposer des doctrines spécifiques, ni des « misiones de Guinea » comme cela serait fait plus tard, son auteur insiste sur la difficulté mais aussi la nécessité de trouver des curés pour leur assistance spirituelle, tâche possible si le roi et le pape le disposent ainsi : « Estas dos estremas neçesidades de los negros proceden de no tener los negros pastores que con diligençia los enseñen y con autoridad los defiendan y así el remedio consiste en darles pastores que tengan zelo de la enseñança y salvaçión de los negros y autoridad para resistir a sus amos en lo que conviene y aunque no es fácil hallar tales pastores qui nan quaevant quae sua sunt, sed quae Jesuchristi, queriendo buscarlos su santidad y su magestad se hallarán ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 28-29.

11 Nous avons vu précédemment que le roi dicta une cédule royale le 10 septembre 1611 s’inquiétant de la situation dans le Nouveau Royaume et demandant au gouverneur et à l’évêque de l’informer des remèdes possibles : « [...] quiero saber lo que acerca de lo susodicho ay y pasa y si es ansí que los dichos negros carecen de doctrina y de quien les administre los sacramentos y si, para que la tubiesen, conbernía que se fundasen parrochias aparte para ellos con curas propietarios o si esto tiene o puede tener algunos ynconbinientes, quáles y por qué causa, o si es en perjuizio de tercero ». A.G.I., Santa Fe 991 n° 1, fol. 212 v°.

12 A.R.S.I., Congr. 52, (Memorial 3 : De los modos de ejecutar el memorial de los negros, Martín de Funes).

13 Ibidem, (Respuestas a los memoriales del Padre Martín de Funes, Procurador de la Vice Provincia del Nuebo Reyno de Granada, dadas por nuestro R P Claudio Acquaviva en 10 del mes de junio del año 1608).
La vice-province du Nouveau Royaume dépendait alors de Lima. C’est en 1610 qu’eut lieu la première congrégation vice-provinciale ; le père Luis de Santillán fut envoyé à Rome dans le but de demander au préposé général que cette section de la Compagnie devînt une Province à part entière, et que des dispositions fussent prises en faveur des Noirs importés d’Afrique en Amérique. Ces deux points leur furent accordés : la Province du Nouveau Royaume et Quito fut créée, avec, à sa tête, le père Lyra, et un ministère spécifique pour les esclaves noirs fut mis en place. Daniel Restrepo, La Compañía de Jesús en Colombia compendio historial y galería de ilustres varones, Bogotá, Imprenta del Corazón de Jesús, 1940, p. 29-30

14 A.P.T., Astráin, IX leg 33 (4), Razones para que la Compañía assiente con alguna residencia en Cartagena, Rodrigo de Cabredo.

15 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 31 v°-32.

16 Nous reviendrons sur le rôle de ces confréries (chapitre V).

17 A.G.I., Santa Fe 242, fol. 1 v°. Selon J. Barrasa, auteur de l’Historia eclesiástica de la provincia del Perú, le père Diego de Torres Bollo serait l’initiateur du ministère auprès des Noirs : « en lo que más trabajó el P. Diego de Torres fue con entablar el ministerio de los negros bozales recién venidos de Guinea, disponiendo sus baptismos y atendiendo a su doctrina con la exacción y circunstancias que hoy se practica ». J.-P. Tardieu précise qu’il participa sans aucun doute à l’élaboration des propositions présentées à Acquaviva en 1608 par Martín de Funes au nom des jésuites de Carthagène. Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 491

18 Joseph Cassani nomme le recteur Juan Perlín, qui lui appartenait au Collège de Lima. D’autres auteurs ont à sa suite reproduit cette erreur, mais les documents des archives de la Compagnie mentionnent Francisco et non Juan, comme recteur du Collège de Carthagène des Indes.

19 Le supérieur de la résidence de Carthagène décrivait cette activité en ces termes : « Es la çiudad y puerto de Cartagena el más principal de las Indias de los que caen en la mar del norte. Y así concurren a él demás de los galeones y flota de España y Perú otros muchos navíos de contratación de Portugal, de Cabo Verde, de México, de las Canarias y Terçeras y de las Islas de Barlovento de donde le viene a esta çiudad y puerto estar siempre muy llena de gente con quien se puedan exerçitar nuestros ministerios. Pero quando a ella llegan las flotas y galeones, ay muy grande empleo para muchos obreros zelosos y fervorosos. Fuera de la advenediza tiene mucha gente y muchos puestos en que pueden exerçitarse los nuestros. Porque demás de los vezinos de la ciudad que en ella residen como en cabeza de governaçión y obispado, el presidio de los soldados las galeras y gente de mar que asiste es mucha y lo que más necezidad tiene y ay más cantidad son los negros de serviçio que llegan a ocho mil los que se hallan en ella y cada año entran de nuevo dos o tres mil negros que vienen de Guinea porque aquí es la derecha descarga y contrato de ellos y aquí los compran para el Pyrú y México, islas de Barlovento y Tierra Firme ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608) fol. 55 r°.

20 A.R.S.I., Congr. 52, (Memorial 7° : Que la residencia de Carthagena se admitta por Collegio o casa de probación, Martín de Funes, 1608), fol. 207 r°.

21 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608) fol. 55 v°.

22 Ibidem, fol. 90 v°

23 A.R.S.I., Congr. 53, Respuestas al memorial del Padre Vice Provincial del Nuevo Reyno (Gonzalo de Lyra), 12 de abril 1611, fol. 111 v°.

24 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 1, (Réponse envoyée par le préposé général de Rome à une lettre du père Padre Florián de Ayerbe, Provincial, 1625), fol. 273 v°.
Dans une autre lettre de 1626, le préposé général renouvelait les mêmes directives : « Ruego a V. R. que las provea [las doctrinas] de buenos operarios y que los aliente mucho para que trabajen con buen ánimo en empleo tan apostólico [...]. Muy confiado estoy de la grande charidad y santo zelo de V. R. que hará en esto todo lo possible y que con igual cuydado ayudará al ministerio de los morenos que tienen tan grande necessidad de ministros del santo evangelio que les enseñen lo que deben hazer para salvarse y les exorten a ponerlo por obra. VM me escriba muy en particular lo que en ambas cosas hiziere, que, como otras vezes he dicho, las mejores nuevas que me puede dar son los buenos progresos de los dichos ministerios de indios y morenos y el mucho fruto que con ellos se haze, que ésta es la riqueza que los hijos de la Compañía an ido a buscar a partes tan remotas ». Et en 1628, il écrivait à nouveau : « prosiga en alentar los ministerios de indios y morenos ». Ce qui l’amenait à écrire en 1630 : « Hallará muy repetido en las cartas que e escrito a V. R. y a todos sus antecesores que alienten mucho los ministerios de indios y morenos y que les provean del mayor número de operarios que se pudiere y que todos los sacerdotes sepan la lengua [...], todo lo buelvo a encomendar cada año y no me canso de repetirlo porque sé de quan grande importancia es que se cumpla puntualmente y sentiría mucho que en ello se faltase. Ruego encarecidamente que prosiga en executarlo con todo cuydado y escríbame lo que fuere haciendo ». Ibidem, (1626), fol. 288, 305 r°, 331 r°.

25 A.G.I., Santa Fe 63 n° 71, 15 de agosto de 1638.

26 Juan Manuel Pacheco, s.j., Los jesuitas en Colombia, op. cit., t. 2, p. 158-159.

27 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, Collegio de Cartagena (cap 5), fol. 201.

28 A.P.T., Cartas de los P. P. Generales, leg 132, M 52, Carta al padre Domingo Francisco Altamirano, visitador, desde Roma, 29 de Febrero de 1692, Thyrso González, fol. 44 v°.

29 Ibidem, fol. 86 r°.

30 A.P.T., Astráin, IX leg 33 (2,3), Estado espiritual de la Provincia del Nuevo Reyno de Granada y sus ministerios, 17 de diciembre de 1718, Ygnacio Meaurio, Colegio de Cartagena, fol. 2 v°.

31 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 1, fol. 15 r°.

32 A.R.S.I., NR et Quit 14 I, (Colegio de Cartagena en 30 de junio de 1667), fol. 213.

33 Pour davantage de détails sur sa famille, on pourra consulter l’introduction d’E. Vila Vilar à l’ouvrage de Sandoval. Enriqueta VILA VILAR, Alonso de Sandoval. Un tratado sobre la esclavitud, Madrid, Alianza editorial, 1987, p. 26-29.

34 Joseph Cassani écrivait à ce sujet : « se encargó, como más mozo, de pedir la limosna ; a esto salía todas las mañanas, y de puerta en puerta, pedía lo preciso para mantener aquel día a la comunidad ; luego que juntaba bastante provisión, o el bastante dinero para una miserable compra, conducía el todo a casa de una virtuosa muger, llamada Beatriz López, la qual aderezaba la comida, y apartando para su sustento, por premio de su trabajo, para comer ella, llevaba a los Padres lo demás para su sustento. En este penoso y avergonzado ministerio duró tres años, hasta que recibido un hermano coadjutor, cedió a éste [...] la carga, y quedó libre para los ministerios del sacerdocio. Si bien no se alivió de la superintendencia en los oficios de Procurador y Ministro [...] ». Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia de la Compañía de Jesús, Madrid, Manuel Fernández, 1761, p. 461.

35 On trouvera le détail de cette mission dans Juan Manuel Pacheco, s.j., « El maestro de Claver. P. Alonso de Sandoval », Revista Javeriana, 1954, n° 207-208, Bogotá, p. 80-83.

36 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 493.

37 Juan Manuel Pacheco, s.j., « El maestro de Claver. P. Alonso de Sandoval », op. cit., p. 82.

38 Ibidem, p. 83. Joseph Cassani rapporte cet épisode en ces termes : « [...] estando en Zaragoza, cuidad enfermísima, le probó la tierra con un tan poderoso tabardillo, que no sólo se le administró el santo olio, sino que le tubieron por difunto, y como a tal le llegaron a cubrir el rostro con la sábana. Estaba en este tiempo su rector, y su compañero de misión, [...] en fervorosa oración, y [...] pedía a Dios eficacíssimamente que trocase las suertes y le llevase a él, ya viejo, que podía servir de poco, y conservase la vida al Padre Sandoval, mozo robusto, que podía servir de mucho, y que de su virtud y zelo, se debía esperar servicio de Dios. Ofreciósele poner por intercesor para conseguir la súplica, a nuestro Padre San Ignacio : quando estaba más fervoroso en su oración, le pareció que veía, o vio en su imaginación al santo que benignamente le dixo que Dios conservaría la vida al Padre Sandoval, para que fuese Ministro y operario de los Negros [...] ». Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia de la Compañía de Jesús..., op. cit., p. 462.

39 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 56.

40 Ibidem, fol. 9 r°.

41 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta del general al padre Antonio Agustín en Cartagena, 1614), fol. 31 r°.

42 A.R.S.I., Congr. 71, fol. 194 v°.

43 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 463.

44 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta del general al padre Gonzalo de Lyra, 1616), fol. 44 v°.

45 « Supuesto que los sugetos del Colegio de Cartagena son tan religiosos como V. R. escrive y tan dados a los ministerios no ay sino irlos siempre alentando y tenerlo muy encomendado al nuevo rector, yo lo hago en la que respondo al Padre Alonso de Sandoval agradeciéndole lo mucho que hace con los morenos y para que mejor les pueda acudir sin faltar a su oficio de predicador de la provincia tengo por expediente y necesario que se le señale un compañero con quien salga a los negocios y al ministerio dessos pobres morenos ». Ibidem, (carta del general al padre Manuel de Arceo, 1617), fol. 50 r°.

46 Ibidem, (carta del general al padre Alonso de Sandoval, 1617), fol. 48 r°. Dans la première il avait écrit : « Cónstame de lo mucho que V. R. trabaja en ayudar espiritualmente a los morenos que aportan a esa tierra pero aviéndome informado dello el Padre Juan Vázquez y del buen zelo con que incansablemente les acude, me ha parecido animar a V. R., que prosiga en essa obra de tanto servicio de Nuestro Señor y para que se vaya cada día haciendo más encargo al Padre Provincial que le dé quien pueda ayudarle y sucederle quando Dios llame a V. R. para darle el premio tan devido a semejante ocupación y empleo de tantos años. Nuestro Señor guarde a V. R. ». Ibidem, (carta del general al padre Alonso de Sandoval, 1616), fol. 44 v°.

47 Le 15 avril 1610, il partit de Séville à bord du navire San Pedro, en compagnie de trois autres jésuites : Alonso Mejía, envoyé comme visiteur au Pérou, Juan Gregorio, et Pierre Claver. Tulio Aristizabal Giraldo, s.j., Retazos de historia. Los Jesuitas en Cartagena de Indias, Bogotá, Ediciones Antropos, 1995, p. 38.

48 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta de Vitelleschi al padre Manuel de Arceo, 7 de febrero de 1618), fol. 59 r°.

49 Ibidem, (carta de Vitelleschi al padre Carlos Ortu, 1619), fol. 63 v°.

50 « Mucho gustara de poder dar a esa Provincia al padre Alonso de Sandoval, pero es tan necesaria su asistencia en Cartagena para operario de morenos, que no podré sacarle de allí sin que se sienta mucho su falta ». A.R.S.I., Perú 2/I, fol. 82. Cité par Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 494.

51 Le père Vicente Imperial envoya entre 1624 et 1625, plusieurs lettres contradictoires, ce dont s’étonnait le préposé général qui l’encourageait à mieux considérer ses propos à l’avenir : « Dízeme V. R. en una de las dichas cartas que es de 24 de julio de 1625 muchos bienes del Padre Alonso de Sandoval que es un ángel, que tiene mucha charidad, que a acomodado muy bien el Colegio y lo a desempeñado en gran parte de lo que debía, y que lo espiritual está muy en su punto, etta, por todo lo qual están todos sus súbditos sobre manera contentos y en otra de 3 del mesmo mes y año buelve V. R. la oja y da contra el dicho Padre Rector diciendo que su capacidad no es más que para obras mecánicas o para ser procurador, que le falta de todo punto lo prudencial del gobierno y que así haze notables yerros, que cada día da capelos enormes y desproprocionados y prosigue V. R. largamente la misma materia. ¿ Es posible que en tan poco tiempo como pasó [...] se mudó tanto el Padre Rector que de buen superior se hizo tan inepto para el govierno como V. R. lo piensa ? Padre mío, deseo que lo que ubiera de escribir de otros lo considere y refiera las cosas sin encarecimiento como pasan ». A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta de Vitelleschi al padre Vicente Imperial, 1626), fol. 279 v°-280.

52 Ibidem, (carta de Vitelleschi al padre Florián de Ayerbe, 1626), fol. 293 r°.

53 Ibidem, (carta de Vitelleschi al padre Florián de Ayerbe, 8 de septiembre de 1625), fol. 59 r°.

54 Vitelleschi écrivait en 1628 au provincial : « Avise V. R. al Padre Alonso de Sandoval que hable con el respecto conveniente de los ministros de la Inquisición que según me escriben a faltado no poco en esto », alors que Sandoval l’avait informé en 1626 des abus des ministres de l’Inquisition : « El Padre Rector de Cartagena me avisa que los señores Inquisidores del Tribunal que ay en aquella ciudad se entremeten en muchas cosas tocantes al govierno de los nuestros. Bien será que V. R. les escriba suplicándoles con toda humildad y cortesía que se sirvan de dexarlas a los superiores de la Compañía ; si no bastare esto, para que los hagan, V. R. me avise que yo veré entonces lo que convendrá hazer ». Le provincial avait-il effectivement écrit aux ministres de l’Inquisition, sans aucun résultat, ou bien y avait-il eu aggravation à cause d’un oubli ? Le fait est que le préposé général écrivait à nouveau en 1635 « han hablado mal del Tribunal de la Inquisición ». Ibidem, (carta de Vitelleschi al padre Florián de Ayerbe, 2 de febrero de 1628), fol. 308 r° ; (carta de Vitelleschi al padre Florián de Ayerbe, 1626), fol. 292 v° ; ibidem, n° 2, (1635), fol. 163 r°.

55 Ibidem, n° 1, (1628), fol. 308 r°.

56 Ibidem, n° 1, (1628), fol. 306 v°-307.

57 Vitelleschi écrivait au père Luis de Santillán le 6 février 1630 : « Ya tenía yo noticia de la falta que el Padre Alonso de Sandoval tuvo en el tiempo que fue Rector de Cartagena de embiar algunos hermanos fuera de la Provincia a reynos muy delantes a buscar limosnas y a comprar y vender. En una carta mía de 2 de febrero de 1628 avrá visto V. R. lo que me avisaron del modo como llegó a la isla de la Madera un hermano que se llama Gerónimo Valerio ; después e sabido que bolviendo el dicho hermano a Cartagena con buena cantidad de plata y de otras cosas de valor le encontraron los olandeses y le quitaron quanto trahía y él se libró una noche echándose al mar y salió a nado que estaba cerca la tierra. Podemos entender que Dios quiso castigar con esta desgracia la cudicia que tuvo el dicho Padre Sandoval y aver sido causa de la desedificación y escándalo que resultó de la isla de la Madera y en otras partes de la ida del dicho hermano Gerónimo Valerio que fue grande. No es justo que excessos como éstos se pasen sin la debida penitencia. Encargo a V. R. que se la dé al Padre Sandoval como la merece y avíseme de lo que en esto hiciere ». Ibidem, (1630), fol. 332 v°-333.

58 Les Jésuites avaient en plus des trois voeux traditionnels des ordres monastiques (pauvreté, chasteté, obédience au supérieur), celui de l’obédience au pape. Pour obtenir le grade de profès, la vertu et la science étaient requises. La première était constamment jugée par le supérieur, la deuxième était évaluée par un examen académique, présenté après avoir effectué les études requises, dont trois années de philosophie et quatre de théologie. Ceux qui n’arrivaient pas à se distinguer suffisamment restaient des coadjuteurs spirituels (ils avaient promis pauvreté, chasteté et obédience à leur supérieur), qu’il ne faut pas confondre avec les frères coadjuteurs (ou coadjuteurs temporels) qui n’étaient pas des prêtres mais des frères, et ne pouvaient donc pas célébrer de messe et se limitaient à l’animation religieuse.

59 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta de Vitelleschi a Manuel de Arceo, 1617) fol. 53 r° ; ibidem, (1618) fol. 59 ; (carta de Vitelleschi a Padre Sebastián Murillo Rector, Tunja, 1622), fol. 235 v° ; (carta de Vitelleschi al Padre Lorenzo Salçedo, Cartagena, 1630), fol. 325 r°. Voici par exemple la réponse que Vitelleschi donna en 1618 : « Considerado hemos acá muy bien lo que V. R. escrive en orden a darle la professión de quatro votos al Padre Alonso de Sandoval y después de averlo encomendado al Señor parece no ser expediente hazerse otra mudança sino que se quede en el grado que tiene sirviendo al Señor en él y esperando el premio de ser buen empleo y crea VM que el hazer otra cosa sería abrirse puerta a inconvenientes muy graves y a la inquietud de algunos pues cada qual piensa de sí mismo más de lo que en realidad de verdad es ».

60 Congregación provincial de 1627. Actio 8. A.R.S.I., Congr. 61, fol. 218, cité par Juan Manuel Pacheco, s.j., « El maestro de Claver. P. Alonso de Sandoval », op. cit., n° 208, p. 154.

61 Ibidem.

62 La requête était rédigée en ces termes : « Pedir a N. P. la profesión para el Padre Alonso de Sandoval atento a que sabe la lengua de los negros y aver travajado incansablemente en sus cathecismos y conversión por más de treynta años y baptizado por su mano más de quarenta mil y ser hombre muy docto en moral y aver impreso un gran tomo De procuranda Ethiopum salute lleno de resoluciones morales importantísimos para los casos que en aquellas tierras se ofrezen. Y aunque N. P. Mutio denegó esto, fue porque no se le informó de que sabía la lengua con que aora de nuevo lo suplica toda aquella provincia para que un tan grande obrero tenga el premio que merece y los demás se animen ». A.R.S.I., congr. 71, fol. 194 v°.

63 Ibidem, (8 de abril de 1646), fol. 197 r°. L’information donnée au sujet de Sandoval spécifiait : en 1610, « (fuerças) buenas, (tiempo de compañía) 15 años junio de 1595, (tiempo de estudios) 2 años de artes, 2 de teología, 2 de moral, (ministerios que ha exercitado) lectura de latín, obrero de españoles y negros, ministro Procurador de Provincia, (grados en letras) no es graduado, (grados en la Compañía) grados de escolar » ; en 1616, il était « [...] profeso de 3 votos ». A.R.S.I., NR et Quit 3, fol. 7 r°, 19 v°.

64 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 480.

65 Dans une lettre de 1621, le préposé général Vitelleschi évoquait l’ouvrage sous le titre de De procuranda Ethiopum salute, probablement victime lui aussi d’une confusion avec l’ouvrage d’Acosta : « [...] El libro que ha hecho V. R. De procuranda Ethiopum salute se puede dar al Padre Provincial que yo le escribo señale allá revisores que le vean y en aprobándole lo embíe a Sevilla al Padre Escobar el qual tendrá orden de lo que se ha de hacer, guarde Nuestro Señor a V. R. en cuyos santos sacrificios... ».
On aura sans doute remarqué que Juan de Toro, procureur de la province du Nouveau Royaume, évoquait lui aussi l’ouvrage de Sandoval comme De procuranda Ethiopum salute dans sa requête de 1646. Voir supra.
A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (carta de Vitelleschi al padre Sandoval, 1621), fol. 90 r°.

66 Il ne s’agit pas, contrairement à ce que certains ont affirmé, d’une nouvelle version en latin. Pour davantage de détails sur ce point, on consultera Enriqueta Vila Vilar, Alonso de Sandoval..., op. cit., p. 39.

67 E. Vila Vilar rejoint l’opinion de J.-P. Tardieu lorsqu’elle précise que Sandoval dissimule cette carence en ayant recours à l’élément monstrueux et fantastique, pour démontrer que le monde qu’il décrit est dominé par le diable. Enriqueta Vila Vilar, Alonso de Sandoval..., op. cit., p. 36 ; Jean-Pierre Tardieu, « Du bon usage de la monstruosité... », op. cit., p. 164-178. Voir supra.

68 Enriqueta Vila Vilar, ibidem, p. 55.

69 Comme il a été dit, une œuvre était digne de foi selon les critères de l’époque, lorsqu’elle reposait sur une des trois conditions suivantes : la connaissance par la lecture, ou le témoignage d’autrui, ou l’expérience personnelle. Or celle de Sandoval réunissait les trois puisque pour écrire son Traité, il avait fait appel, à des références tirées de ses nombreuses lectures (la Bible, les Pères de l’Église, les philosophes grecs, les théologiens et juristes contemporains), à son expérience personnelle, et aux témoignages de personnes qui avaient été en contact plus ou moins direct avec les habitants de l’Afrique. Sandoval dit à leur sujet : « hombres de tanta calidad que más no se puede dessear para dar a ésta, o a otra cualquier historia, la fe que se le debe, por aver estado muchos años en aquellas partes [de Africa], ser como testigos de vista de lo que allá passava ». Ibid., p. 58.

70 Carlos Sommervogel, s.j., Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles-Paris, 1896. Cité par Clarisse Godin, La mission jésuite de la partie française de Saint-Domingue (1704-1763). Limites d’un modèle pastoral, mémoire de maîtrise sous la direction de Nikita Harwich, Paris X, 1997, p. 155.

71 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 363.

72 L’hérésie donatiste du ive siècle, considérait que le chrétien qui avait abjuré sa foi durant les persécutions avait perdu tous les effets sanctifiants du baptême, mais qu’après une pénitence suffisante, il pouvait être à nouveau baptisé, et ainsi réintégré dans le peuple de Dieu. Saint Augustin fit au contraire prévaloir dans l’Église latine, la non réitération de ce sacrement parce qu’indélébile et sans relation avec la sainteté de son bénéficiaire. Mais il fut aussi posé par l’Église, qu’en cas de doute sur l’existence d’un baptême, ou sur sa validité, il pourrait être procédé à l’administration du sacrement sub conditione. Petit dictionnaire de théologie catholique, Paris, Éditions du Seuil (cf. « donatisme »). La question se posait de savoir s’il fallait recourir à un baptême sub conditione, non seulement pour les baptêmes distribués en Afrique, mais encore pour ceux administrés sur les navires par les négriers anglais ou hollandais suivant le rite protestant. Le problème se posait aussi en présence d’un baptisé en conformité avec le rite catholique, mais qui n’avait pas reçu la catéchèse suffisante.

73 F. J. Hernáez donne le résumé de la bulle cupientes de Paul III du 21 mars 1542, concernant les Indiens et autres infidèles convertis à la foi : « [...] y pues con el bautismo se hacen estos neófitos ciudadanos de los santos y domésticos de Dios, y es mucho más digno nacer al espíritu que a la carne, declara y manda que tales neófitos regenerados en las aguas del bautismo, sean verdaderos ciudadanos y gocen de todos los privilegios, libertades e immunidades que por nacimiento y origen gozan los demás. Cuidarán también los sacerdotes bautizantes y los padrinos, instruirlos con diligencia antes y después del bautismo en los artículos de la fe, preceptos de la ley nueva y ritos de la Iglesia católica [...] ». Francisco Javier Hernaez, s.j., Colección de Bulas, Breves y otros documentos..., op. cit., t. 1, p. 99.

74 Paulino Castañeda Delgado, « Un capítulo de ética indiana española... », op. cit., p. 873. La bulle Creator Omnium du 17 décembre 1434 avait précédemment accordé au seul archevêque de Séville le pouvoir d’absoudre de l’excommunication les trafiquants d’esclaves. Alphonse Quenum, Les Églises chrétiennes..., op. cit., p. 69.

75 Le curé avait le devoir d’aller chercher les Noirs là où ils se trouvaient et les patrons des bateaux négriers l’obligation de payer un ducat pour l’entretien de l’église N. D. de la Conception. Alphonse Quenum, ibidem, p. 102.

76 Jean-Baptiste de Rocoles, Description générale de l’Afrique et de l’Amérique, op. cit., p. 628-629. Rappelons qu’il est possible que cette description ait eu pour but d’implanter en Afrique portugaise des missionnaires français.

77 Relação anual das coisas que ficeram os Padres da Compahnia de Jesus, 1o tomo, livro IV (1600-1603), Coimbra, 1930, p. 400. Cité par Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 335.

78 Ce conseil composé de juristes et de théologiens fut créé en 1532 par Jean III de Portugal ; il avait de nombreuses attributions dont l’administration des ordres militaires et, dans le cadre du Padroado, l’administration ecclésiastique. Alain Milhou, « La péninsule ibérique, l’Afrique et l’Amérique », op. cit., p. 683.

79 Ibid., p. 686.

80 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 323.

81 Le Conseil des Indes transmit le dossier aux instances portugaises le 8 juillet 1595, car une commission d’experts avait été créée à Lisbonne peu de temps avant. Ibid., p. 323-325.

82 Ildefonso Gutierrez Azopardo, « Los franciscanos y los negros en el siglo xvii », op. cit., p. 597.

83 Carlos E. Mesa, ofm, « Administración de los sacramentos en el periodo colonial », Revista de la Academia Colombiana de Historia Eclesiástica, n° 6, 1971, Medellín, p. 80.

84 Ibid. On consultera pour davantage de détails sur ce point, Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos en Hispanoamérica colonial. Circunstancias adversas y malas interpretaciones, Buenos Aires, PRHISCO-CONICET, 1993, p. 27-42 ; Fernando Campo del Pozo, Los Agustinos en la evangelización de Venezuela, op. cit., p. 222-229.

85 « Porque somos informados que los adultos que se quieren convertir a nuestra santa fe católica, así de los indios gentiles naturales de la tierra como de los negros de Guinea y otras sectas que a esta Nueva España concurren, no son instruidos suficientemente en las cosas que han de creer, antes de ser bautizados y en otras que el derecho dispone antes, sin saber los negros y los demás nuestra lengua ni entender bien lo que hacen, se les da el sacramento del bautismo ; por ende, conformándonos con la disposición del derecho, sancto approbante concilio, establecemos y ordenamos que ningún cura, ni religioso, ni clérigo administre el sacramento del bautismo a ningún adulto sin que primero sea suficientemente instruido en nuestra santa fe católica [...], y cerca del tiempo en que así ha de ser informado y instruido, se remite a la conciencia de los dichos curas, religiosos y clérigos ». Francisco Javier Hernaez, s.j., Colección de cánones y de todos los concilios de la Iglesia española, parte 2, tomo V, Madrid, Imprenta de Don Pedro Montero, 1855, p. 125.

86 Alonso de Sandoval, De instauranda..., op. cit., p. 390.

87 Cette information est reprise dans une carta annua de 1611 : « Porque de los bien bautiçados suele aver en una harmaçón de 200, doze o catorze y esos son los ladinos que vienen en guarda de los demás, y destos por bautiçar suelen venir 50 o 60, y los restantes que reçevieron agua pero no supieron para qué como si fuesen vestias a quien les echavan agua materialmente ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol. 93 v°.

88 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608), fol. 56 r°.

89 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol. 93 v°-94. Dans son ouvrage, Sandoval s’insurge contre ceux qui pensent, à tort, que les Noirs sont trop sauvages, pour être dignes de ce sacrement : « estos negros no son bestias, como he oído dezir a algunos, que por aquí los quieren hazer incapaces del Cristianismo [...] ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 258, 380.

90 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol. 93 v°.

91 E. Vila Vilar rapporte qu’en 1735, une enquête auprès des Noirs débarqués à Carthagène en provenance du Congo, montra que bien qu’un prêtre leur eût administré le baptême dans leur pays d’origine, en respectant scrupuleusement le rite liturgique après leur avoir enseigné, dans leur langue, la catéchèse, ces esclaves recevaient à nouveau l’eau du baptême à leur arrivée dans le port. Ceci prouve que, malgré la date tardive, le problème du double baptême subsistait. Enriqueta Vila Vilar, « La evangelización del esclavo negro y su integración en el mundo americano », Negros, mulatos y zambaigos. Derroteros africanos en los mundos ibéricos, (coord. Berta Ares Queija et Alessandro Stella), Sevilla, E.E.H.A., 2000, p. 195.

92 Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 414.

93 Ce mémoire, signé par Gonzalo de Lyra, Hernando Núñez, Juan Antonio de Santander, Luis de Santillán, Bernabé de Rojas, Gaspar de Herrera et Francisco de Vitoria, fait partie d’un ensemble de pièces destinées à montrer que la manière de procéder des Jésuites dans l’administration des baptêmes à Carthagène était bonne. Deux copies se trouvent aux archives de Rome ; Sandoval reprend en grande partie cette information, en y ajoutant néanmoins quelques modifications et en en développant quelques aspects, dans son ouvrage publié en 1627. A.R.S.I., NR et Quit 14 I, fol. 94 r°-128 ; Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 282-406.

94 Cette information, signée par Alonso de Proenza, Pedro Fernández de Aveyro et Felipe Ruiz, est datée du 19 juillet 1610. D’autres négriers (Domingo Fernández, Alvaro Núñez de Sosa, et Manuel de Silva) la signèrent aussi en 1613.

95 A.R.S.I., NR et Quit 14 1, fol. 100 v°-107 v°.

96 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 382-383.

97 E. Vila Vilar pense que Alonso de Sandoval et Don Pedro de Castro y Quiñones étaient en rapport en raison de la possible amitié entre leurs familles respectives : le père de Don Pedro de Castro, Don Cristóbal Vaca de Castro, était gouverneur du Pérou, et celui d’Alonso de Sandoval, Tristán Sánchez, assurait la charge de comptable du Trésor à Lima. Enriqueta Vila Vilar, « La evangelización del esclavo negro... », op. cit., p. 193.

98 Ibid., p. 492-503. Tout nous porte à croire que la méthode qu’il préconise dans son ouvrage pour instruire les Noirs avant leur baptême, est inspirée de cette instruction. Nous savons d’ailleurs que Pierre Claver suivait la méthode de l’archevêque de Séville, comme nous le verrons plus avant.

99 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 289-291.

100 Ibid., p. 292. Pour davantage de détails sur la requête de l’archevêque de Séville auprès du pape, on consultera Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 330-331.

101 Francisco Javier Hernaez, s.j., Colección de Bulas, Breves..., op. cit., t. 1, p. 67. Pour davantage de détails sur l’administration du baptême, en particulier pour les Indiens, on pourra consulter Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 278-284. Sandoval dénonce dans son ouvrage que les prêtres éprouvaient la même réticence à baptiser les Noirs, qu’ils l’avaient eu dans un premier temps avec les Indiens : « el mesmo decuido ay en baptizar los Indios adultos al principio, que ha havido y ay al presente en baptizar los negros ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 258.

102 Obtenue pour vingt ans, cette dispense fut renouvelée par la suite. Sandoval avouait avoir en sa possession une copie de l’acte que le préposé général Vitelleschi lui avait envoyée afin de faire taire ses détracteurs qui prétendaient l’empêcher de baptiser les Noirs, en dehors de l’église et sans solennité. Alonso de Sandoval, ibid., p. 448-449.

103 Vitelleschi avait écrit au père Antonio Agustín, alors recteur du Collège de Carthagène « Pena me ha dado el disgusto y pleyto que V. R. ha tenido con el señor Obispo sobre el baptizar los morenos, y de ninguna manera hizo bien en nombrar jues conservador contra su señoría, que esto podría ser ocasión de que nos privasen de este privilegio, por aprovecharnos de él contra los prelados eclesiásticos ; si este pleyto no se hubiese compuesto, V. R. lo deje luego y no baptizen a nadie sin licencia del señor Obispo. Guarde Nuestro Señor a V. R. en cuyos santos sacrificios me encomiendo ». A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, fol. 220, Padre Antonio Agustín, Rector, Cartagena, 1622).

104 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 467.

105 Ibid., p. 468.

106 Nous reviendrons sur le(s) procès en vue de la béatification et canonisation de Pierre Claver. Un document en italien fut publié par le Saint Siège en 1696 et présenté au bureau de la Postulation générale à Rome, sollicitant la béatification et canonisation du père Claver. A. M. Splendiani a traduit en espagnol ce document et l’a publié, en collaboration avec le père Aristizabal, (Proceso de beatificación y canonización de San Pedro Claver, op. cit.). Nous utiliserons cette documentation dans la partie consacrée à la méthode employée par les Jésuites dans la catéchèse et l’administration des sacrements ainsi que dans le chapitre consacré à la résistance des Noirs à leur évangélisation et à leur acculturation.

107 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal. Proceso de beatificación..., op. cit., p. 85.

108 Sandoval cite par exemple une lettre du 21 décembre 1622 qui fait état d’un rapport élaboré, à la demande de l’archevêque de Séville, par quatre jésuites, chargés de recueillir les témoignages de plusieurs négriers ayant vu la manière de procéder des prêtres dans le port de Luanda en Angola. Ce rapport qui met en évidence la nullité de l’acte, est corroboré par une lettre de Jerónimo Vogado, recteur du Collège de la Compagnie dans le même port, adressée à Diego de Torres Bollo, lui aussi entièrement consacré au ministère des Noirs dans la province de Tucumán. Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 383, 388.

109 Ibid., p. 328. Il écrivait aussi : « por ser ministerio libre de adulaciones, de cumplimientos, de ficciones, superfluidades y devaneos [...] avía de causar gran cudicia en los ministros evangélicos [...] ». Ibid.

110 Ibid., p. 357.

111 Ibid., p. 297.

112 Ibid., p. 358, 316.

113 Les exemples sont nombreux. Nous n’en donnerons qu’un qui servira d’illustration : « pecan gravíssimamente los Sacerdotes y amos que en Guinea, en los navíos, y en otras partes hazen estos baptismos, porque cometen sacrilegio administrando sacramento moralmente nullo y evidentemente dudoso, y certísimamente sin su efecto principal, que es la gracia, pues no dispone para ella con fe y penitencia necessaria al adulto [...] ». Ibid., p. 400.

114 En effet, Sandoval écrivait : « el venir unos baptizados destos Reinos y otros no, consiste el cuidado o descuido de los ministros immediatos, que los señores Obispos tienen puestos, y al pastor que los Prelados cuidan, cuidan ellos, y en descuidando, descuidan ; de donde procede tan grande variedad como en estos Reinos experimentamos, por donde no conviene descuidar en cosa donde tanto va, y que por no poner un poco de cuidado, se ponga a tan manifiesto peligro la salvación de tantas almas ». Ibid., p. 389.

115 Ibid., p. 400.

116 A.G.I., Santa Fe 3, expediente n° 16, (1630).

117 A.R.S.I., NR et Quit, 13 II, fol. 315 r°.

118 Avant de mourir, Pierre Claver légua au Collège de Tunja où il avait effectué son noviciat, le livre de notes sur les principaux points de la vie spirituelle, dont lui avait fait cadeau Alonso Rodríguez, qu’il considérait comme son maître. Les deux hommes furent canonisés le même jour. Sur ce personnage, on consultera Angel Valtierra, s.j., San Pedro Claver, esclavo de los esclavos, Madrid, BAC, 1985, p. 34-45.

119 Il se réfère probablement à l’acte de l’« Acuerdo celebrado por el Cabildo, Justicia y regimiento » de la ville de Carthagène du 25 septembre 1669, dans lequel il était stipulé que : « [...] V. S. por dos diputados que nombró para que asistiesen a esta causa, pidieron en su nombre al Señor Obispo, se continuasen las informaciones de la virtud y santidad de este Insigne varón, y Su Señoría agradeció a V. S. esta súplica [...] ». Cité par Roberto Arrazola, Palenque, primer pueblo libre de América : Historia de las sublevaciones de los esclavos de Cartagena, Cartagena, Todo Impresores, 1986, p. 62.

120 Nous avons retrouvé la réponse que donna la reine à la requête présentée par le Cabildo : « Ylustre Marqués de Astorga Primo, embaxador en Roma, la ciudad de Cartagena de las Yndias me dio quenta en carta de 12 de noviembre del año pasado de 1669 de que la sagrada religión de la Compañía de Jesús entre otros ynsignes varones con que tanto sirve a Dios crió al venerable Pedro Claver natural de Verduon, en el principado de Cataluña, cuia rara y heroica santidad fue mui notoria en aquella ciudad donde fue enbiado de sus prelados con particular providencia divina y bivió en ella 40 años travajando yncansablemente con fervor y celo aplicado en la conbersión de los negros gentiles de los quales baptizó ynnumerables exercitándose en otros muchos ministerios de caridad y aprovechamiento espiritual de las almas visitando los hospitales donde redujo al gremio de nuestra santa fee muchos erejes no siendo menor el fruto que hacía con el exemplo porque era muy humilde penitente y dado a la oraçión de que resultó que nuestro señor le honrase con que le aclamasen en su muerte por santo con los mayores concursos que en aquella ciudad se han visto, y asimismo con muchas maravillas y milagros en vida y muerte que se ban continuando, todo lo qual havía movido a la religión de la Religión de la Compañía a tratar de su veatificación, suplicóme que en consideración de lo referido y de los favores que aquella ciudad se promete de nuestro señor mediante su yntercesión por hallarse con el thesoro de su cuerpo, fuese servida de hordenaros os interpusiésedes con su santidad para que mande dar las hórdenes que se acostumbran y son necesarias para proceder a la averiguación y examen de la vida y virtudes de este venerable varón, haciendo su santidad a aquellas costas de tierra firme tan singularmente como la que experimentan los Reynos del Perú con la de la veata Rosa de Santa María, y aviéndose visto en el Consejo Real de las Yndias con la súplica que al mismo tiempo se hiço por parte de la religión de la Compañía, y dádoseme quenta de todo, he resuelto ordenaros y mandaros hagáis con su santidad todos los oficios conbenientes para que mande dar las hórdenes y despachos que se acostumbran para proceder a la aberiguación de la vida y virtudes del venerable Pedro Claver y que vistas y examinadas por la Yglesia tenga el premio que merecieron para que se aumenten la propagación de la Santa fee cathólica y la devoción de los fieles en aquellas provincias donde vivió con tan singular exemplo en que espero obraréis con la especial atención que fío de vuestro celo. De Madrid a 17 de diziembre de 1670. Yo la Reyna, por mandado de su Magestad, Don Gabriel Bernardo de Quiros ». A.R.S.I., NR et Quit 14 I, (La Reina gobernadora : en orden a beatificar a San Pedro Claver, Madrid, 17 de diciembre de 1670), fol. 245.

121 La mémoire de Pierre Claver est encore très vivante au xviiie siècle ; une carta annua de 1708 du Collège de Carthagène décrit les vertus de Claver en vue de sa canonisation. A.R.S.I., NR et Quit 13 III, fol. 607 r°-609 v°.

122 Nous renvoyons les lecteurs aux nombreux ouvrages et articles qu’il a consacrés au saint. Angel Valtierra, s.j., « El santo que libertó una raza ; estudio bibliográfico sobre San Pedro Claver, s.j. », Revista Javeriana, vol. 42, n° 207, juil-nov 1954, Bogotá, p. 67-79 ; « Un santo heroico en una ciudad heroica », Revista Javeriana, vol. 42, no 208, juil-nov 1954, Bogotá, p. 204-209 ; Pedro Claver el santo redentor de los negros, 2 tomes, Bogotá, Banco de la República, 1980 ; San Pedro Claver, esclavo de los esclavos, op. cit.. A. Valtierra a aussi publié l’ouvrage de Sandoval : De instauranda Aethiopum salute. El mundo de la esclavitud negra en América, Bogotá, 1956.

123 Vita dell’apostolico Padre Pietro Claver della Compagnia di Giesu, scritta dal licenciato Girolamo Suárez de Somoza (229 p.), A.R.S.I., Vitae 111. D’après A. Valtierra, qui suit les conclusions de Eugenio Uriarte, l’auteur en serait plutôt Alfonso de Andrade, de la Province de Tolède, qui donna son manuscrit à Suárez de Somosa, éditeur de Madrid.

124 Joseph Fernandez, Apostólica y penitente vida de el V. P. Pedro Claver de la Compañía de Jesús, Zaragoza, Diego Dormer, 1666. Un exemplaire se trouve à la bibliothèque nationale de Madrid.

125 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit..

126 Mariano Picon Salas, Pedro Claver, el santo de los esclavos, Caracas, Monte Avila ed, 1949.

127 Le lecteur intéressé par la question pourra consulter la liste établie et commentée par Angel Valtierra, s.j., « El santo que libertó una raza... », op. cit., p. 67-79.

128 On trouvera le contenu de cette lettre traduite en espagnol dans Angel Valtierra, s.j., San Pedro Claver, esclavo de los esclavos, op. cit., p. 27.

129 Pedro de Mercado, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., t. I, p. 240-242.

130 Ibid., p. 241.

131 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 85.

132 Ibidem, p. 202. Pour le ministère auprès des Noirs des Jésuites de Lima, on consultera Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit..

133 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (1619), fol. 64 r°.

134 Ibidem, (1624), fol. 240 r°.

135 Ibidem, (1628), fol. 296 r°. Une lettre allant dans le même sens fut effectivement envoyée, comme promis, à Florián de Ayerbe, provincial : « [...] Muy justo es que ayudemos en quanto pudiéremos al Padre Pedro Claver que con tan grande charidad y santo zelo se emplea en el ministerio de los morenos. V. R. ordene que no se vendan ni truequen ni le quiten los ocho o nueve intérpretes negritos que tiene pues son tan importantes para hazer bien el dicho ministerio y encomiende a sus immediatos superiores que en quanto ubiere menester le acudan muy puntualmente ». Ibidem, (1628), fol. 308 r°.

136 « Mucha razón es que alentemos y ayudemos en todo quanto se pudiere al Padre Pedro Claver que trabaja mucho y con grande fruto en el ministerio de los morenos, pero también es menester que V. R. le modere la demasiada superioridad que, según dicen, tiene sobre ellos, avísanme que los açota en su aposento y aun se cree que por su mano. V. R. remedie qualquiera falta que en esto ubiere ». Ibidem, (1628), fol. 333.

137 J.-P. Tardieu a évoqué l’importance de ce personnage dans le ministère auprès des Noirs dans son ouvrage : L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 494-499.

138 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (1631), fol. 338 v°.

139 « He entendido que se gasta mucho en enseñar cosas de música a los negros que ayudan al Padre Pedro Claver. V. R. remedia qualquiera desorden que en esto aya. Menester es que los negros lenguas que ay en el Colegio de Cartagena estén bien instruidos en las cosas de la fe porque como ellos catequizan a los que an de ser baptizados y son como maestros suyos es necesario que sepan bien las cosas que enseñan a los otros. V. R. encargue que se cuyde mucho de esto ». Ibidem, (1632), fol. 357.

140 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 179.

141 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 2, (1635), fol. 161 v°.

142 Ibidem, epistolario n° 1, (1626), fol. 279 r°.

143 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 136.

144 A.G.I., Santa Fe 3 n° 153, (1640).

145 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 230 ; ibidem, p. 138.

146 Cf. chapitre V (2.3).

147 Le frère Domingo de Vasconcelos demanda quant à lui à partir en mission en Chine, au Japon, ou en Éthiopie. Était-il déçu d’avoir à faire à des Noirs qui n’étaient pas « d’origine », aurait-il préféré travailler avec les indigènes ? La réponse que lui envoya le préposé général l’encouragea néanmoins à continuer dans le ministère qu’il effectuait alors : « Heme edificado de entender por la del carísimo de 17 de agosto de 1628 el fervor con que desea y pide que le embíe al Japón o China o Ethiopía. Por agora no ay ocasión de poderle embiar a alguna de las dichas partes ; ay está bien ayudando como lo haze en los oficios domésticos a los Padres que trabajan en la conversión de tantos negros como vienen de Guinea a esa ciudad y en acudir a los que ya están convertidos y a los españoles e indios ; y así hermano mío no tiene para que desear más de lo que tiene, sino esté muy contento y procure en adelante cada día más en la propia perfección ». A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, fol. 324 v°, (Hermano Domingo de Vasconcelos, Cartagena, 1630).

148 Dans sa deuxième lettre il avait demandé que les normes dictées par les provinciaux, relatives aux interprètes, soient appliquées : « Los puntos que V. R. refiere en la 2° en raçón de que con los morenos que aiudan al ministerio de los de su tierra se observe lo que está ordenado y asentado por los provinciales están bien advertidos y cuidaré de ordenar se execute así. Y aunque en otras ocasiones tengo encargado con aprieto el dicho ministerio, lo haré también aora de nuevo agradeciendo siempre lo que trabaja en él ». A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 2, fol. 165 r°, (Padre Francisco Mayoral, Cartagena, 1636).

149 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 399.

150 On trouve bien entendu la description de cette ambassade hors du commun dans une carta annua (A.R.S.I., NR et Quit 13, fol. 3 r°-8 r°), transcrite en partie par J.-P. Tardieu dans un article qu’il a précisément consacré à cette ambassade et auquel nous renvoyons le lecteur pour plus de précisions, en particulier sur le Royaume d’Arda et les conséquences de cette ambassade. Jean-Pierre Tardieu, « La embajada de Arda en Cartagena de Indias (1657) y la misión de los capuchinos (1658-1661). Del quid pro quo al fracaso ». América Negra no 10, Bogotá, 1995, p. 11-27.

151 Pedro de Mercado, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 246.

152 L’ambassadeur Bans, devenu Don Felipe Zapata à son baptême (du nom de son parrain, Don Pedro Zapata, gouverneur de Carthagène), partit ensuite de La Havane et arriva à Sanlúcar de la Barrameda, où il remit sa pétition au roi d’Espagne. Celuici chargea le Conseil des Indes d’établir un rapport sur ce pays le 23 avril 1658. Le 1er octobre de la même année, la Casa de Contratación fut chargée d’organiser l’envoi d’une mission dans ce pays. Des Capucins partirent de Cadix le 25 novembre 1659, non sans s’être préparés à cette expédition en imprimant un catéchisme dans cette langue (1658). Mais leurs efforts furent vains car le roi n’était pas disposé à renoncer à ses idoles. Jean-Pierre Tardieu, « La embajada de Arda... », op. cit., p. 15-22.

153 A.R.S.I., NR et Quit 3 et 4.

154 « P. Petrus de Ostos, consultor collegiis, confesarius nostrorum ; prefectus salutis. Operarius hispanorum et aetiopum et etiam prefectus congregationis salvatorise aetiopum et admonitor ». Il assuma cette charge pendant deux ans. A.R.S.I., NR et Quit, 5.

155 A.R.S.I., Congr. 74, (1667), fol. 149 v°, 150 v°. Ceci n’était pas une spécificité du Collège de Carthagène car Sandoval évoque dans son ouvrage « una hermana de la Cofradía de los Morenos, que con vocación y título de Santa María la Mayor, está instituida en el Collegio de nuestra Compañía de la Ciudad de Santa Fe de Bogotá, y está a cargo de nuestros Padres ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 264.

156 A.R.S.I., NR et Quit, 14 1, fol. 213.

157 Juan Manuel Pacheco, s.j., Los jesuitas en Colombia, op. cit., t. 2, p. 82.

158 A.P.T., Cartas de los P. P. Generales, leg 132, M 52, (Carta al padre Diego Francisco Altamirano, visitador, 29 de Febrero de 1692, Thyrso González, Roma, a 15 de agosto de 1693), fol. 86 r°.

159 A.R.S.I., NR et Quit, 4, (1702). Remarquons néanmoins que certains prêtres étaient désignés comme « operario », sans autre précision, ce qui n’exclut pas qu’ils aient travaillé auprès des Noirs. Ce manque de précision laissera donc probablement dans l’ombre d’autres prêtres qui travaillèrent dans ce ministère.

160 A.P.T., Astráin, IX leg 33 (2,3), Estado espiritual de la Provincia del Nuevo Reyno de Granada y sus ministerios, 17 de diciembre de 1718, Ygnacio Meaurio, Colegio de Cartagena, fol. 2 v°.

161 Nous renvoyons le lecteur intéressé par la question aux travaux de G. Colmenares et H. Tovar Pinzón, pour le Nouveau Royaume, et de J.-P. Tardieu, pour le Pérou. Germán Colmenares, Las haciendas de los jesuitas en el Nuevo Reino de Granada, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, 1969 ; Hermes Tovar Pinzon, Hacienda colonial y formación social, Barcelona, Sendai, 1988 ; Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit.

162 Jean-Pierre Tardieu, ibid., p. 286.

163 A.R.S.I., Congr. 52, (Memorial 7° : Que la residencia de Carthagena se admita por Collegio o casa de probación, Martín de Funes, 1608), fol. 207.

164 A.R.S.I., NR et Quit 13 II, (cartas annuas 1694-1698), Collegio de Honda, fol. 410.

165 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 154.

166 Ibid., p. 174-177. On sait que la crainte de les voir fonder un impérialisme théocratique conduisit à leur expulsion en 1767.

167 A.R.S.I., Congr. 53, fol. 147 v°.

168 « Mientras los negros fueren menester en nuestro colegio, se podrán tener y ayudarse de lo que ganaren por su trabajo quando no los hubieren menester en casa ; pero en aviéndose acabado el edificio, es más conforme a la edificación que no se alquilen sino que se vendan ». Ibidem, fol. 111 r°.

169 Purificación Gato, « El informe del Padre Gregorio de Bolívar... », op. cit., p. 540- 541.

170 Ibid., p. 547.

171 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 2, (1637), fol. 195 v°.

172 Ibidem, fol. 213 v°.

173 Ibidem, fol. 215 v°.

174 Ibidem, (1634), fol. 120 v°.

175 Ibidem, (1637), fol. 194 v°.

176 Ibidem, (1638), fol. 218 r°.

177 Antonio de Egaña, s.j, Historia de la Iglesia..., op. cit., p. 492.

178 Cité par Juan Manuel Pacheco, s.j., Los jesuitas en Colombia, op. cit., t. 2, p. 176.

179 A.P.T., Cartas de los P. P. Generales, leg 132, M 52, Carta de Thyrso González al padre Domingo Francisco Altamirano, visitador, desde Roma, a 29 de febrero de 1692, fol. 66 r°.

180 Juan Manuel Pacheco, s.j., Los jesuitas en Colombia, op. cit., t. 2, p. 178. G. Colmenares précise que l’hacienda de Llanogrande provenait d’une donation effectuée en 1651 par Rodrigo Arias de Cali, celle de Japío avait été achetée en 1657, et les mines de Jelima provenait d’une vente aux enchères des biens de Francisco Ventura Belalcázar. On trouvera une liste détaillée des biens de la Compagnie dans le Nouveau Royaume dans Germán Colmenares, Las haciendas de los jesuitas en el Nuevo Reino de Granada, op. cit., p. 61-67.

181 Le 18 juillet 1664, Bartolomé Lázaro de Corcuera, s’était engagé devant notaire, à donner aux Jésuites de Mompox 35 000 patacones, si on le reconnaissait comme fondateur et patron du Collège. Le 14 septembre, on célébra une fête solennelle mais une des autorités de la ville dénonça cet acte comme une violation du real patronato, et Bartolomé Lázaro de Corcuera fut fait prisonnier. Un procès eut lieu, et la Compagnie dut attendre 1668 pour obtenir satisfaction. Ibid., p. 171.

182 A.R.S.I., NR et Quit, 13 II, (cartas annuas 1694-1698), Collegio de Mompox, fol. 416 v°-417.

183 Les frères coadjuteurs avaient fait le noviciat mais avaient renoncé à être des Scholastici, c’est-à-dire commencer des études de philosophie et théologie pour devenir professi ou coadjuteurs spirituels.

184 J.-P. Tardieu précise que « le visiteur décidait des priorités à accorder pour les années à venir et délivrait un satisfecit ou infligeait une réprimande notée sur le livre de comptes de l’hacienda. Il s’intéressait toujours de près au traitement des esclaves, dans la mesure où la prospérité du domaine en dépendait ». Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 226.

185 A.R.S.I., NR et Quit, 13 II, (cartas annuas 1694-1698), Collegio de Mompox, fol. 417 v°.

186 Joseph Cassani remarquait à ce sujet que « siempre es prevención debida, no entregar a su libertad, entre tanto gentío, en un desierto, a quien no vaya acompañado de virtudes y sea de una gran seguridad en su porte ». Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 548.

187 D’après le Thesaurus Spiritualis Societatis Iesu, la règle 18 correspond à : « En el predicar dentro de casa se tratarán a menudo de lo que toca a la abnegación de sí mismos y de las virtudes y toda perfección ; exhortándose a ellas, especialmente a la unión y fraterna caridad ». Cet exercice avait généralement lieu au moment des repas ; le soir, un point de méditation ou de prière était proposé pour le lendemain. Le préposé général souhaitait donc que, dans les doctrines et les haciendas, il y ait plusieurs jésuites dont les préoccupations devaient être spirituelles et non matérielles. Thesaurus Spiritualis Societatis Iesu, Santander, 1935.

188 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 2, (Baltasar Mas, 1634), fol. 123 v°. D’après la liste des pères et frères jésuites du Nouveau Royaume de Grenade établie pour 1649, sur 19 frères employés à des tâches agricoles, 14 (âgés de 33 à 86 ans) étaient des coadjuteurs temporels. La condition qui voulait que les frères coadjuteurs ne soient pas seuls dans les domaines, n’était semble-t-il pas toujours respectée. A.R.S.I., NR et Quit, 3, fol. 82.

189 Germán Colmenares, Las haciendas de los jesuitas..., op. cit., p. 92.

190 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 1, (Florián de Ayerbe, 1625), fol. 276 v°.

191 Nous étudierons de manière plus détaillée la méthode pastorale employée dans la catéchisation des esclaves plus avant.

192 Cette hacienda se trouvait dans le corregimiento d’Ibarra (Quito), on y cultivait essentiellement de la canne à sucre. Nous savons qu’en 1628, le préposé général Vitelleschi donna au provincial de Santafé, Florián de Ayerbe, des consignes de vente de cette hacienda qui n’était plus rentable : « acerca de la hacienda de Pimampiro, que se venda y se emplee el precio de ella en cosa de mayor utilidad y provecho y si no se hallare quien dé por ella lo que vale, déxese el ingenio de azúcar pues es de más costa que provecho y véndanse los esclavos que en él se ocupan y con lo que dieren por ellos acábese de desempeñar el Colegio que es el mayor bien que en lo temporal se le puede hazer y puédense ir conservando los ganados y las demás cosas de la hacienda de que se saca provecho. Agora escribo al Padre Juan Sánchez todo lo dicho y le encargo que ayude a la execución. V. R. haga que con efecto se cumpla puntualmente ». En 1637, 170 esclaves de l’hacienda furent vendus. A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (1628), fol. 304 r° ; ibidem, epistolario general n° 2, (1637), fol. 196 r°.

193 Joseph Cassani, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 548.

194 Ibid., p. 549.

195 Ibid.

196 Ibid.

197 Ibid., p. 552.

198 A.G.I., Santa Fe 228 n° 86, fol. 1 r°, obispo al rey, 30 de julio de 1627 ; ibidem, obispo al rey, 23 de julio de 1619.

199 Cité par Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 230. Pour plus de précisions sur l’enseignement de la doctrine aux Indiens, on se reportera à ibid., p. 245-246 ; Francisco Mateos, s.j., « Constituciones sinodales... », op. cit., p. 317-318 ; Carlos Mesa, ofm, « La enseñanza del catecismo en el Nuevo Reino de Granada », Missionalia Hispanica, año XXX, n° 90, Madrid, 1973, p. 299-334 ; Alberto Lee Lopez, ofm, Primer catecismo..., op. cit., p. 27-143.

200 Fray Pedro Simon, Noticias historiales de Nueva Granada, Bogotá, Biblioteca Popular, 1981, (1re éd, Cuenca, 1627), t. VII, chap. 4, n° 2 et 3.

201 Ibid.

202 1. « Anme dicho los que vienen de los Pintados que por la mañana [el padre] resa a los muchachos de la doctrina y en acabando dice misa y luego resan todas las yndias y indios y les explica el Padre Nuestro, Ave María, Credo y mandamientos ; a las quatro de la tarde los muchachos y los que saben ban enseñando a otros, a la noche en la igleçia a todos y les da a entender los sacramentos y misterios ; y están tan pagados del Padre que dicen públicamente que no an de recivir doctrinero fraile sino Padre clérigo que los saben enseñar ». A.G.N., Conventos 25, 1675, fol. 724.

203 Bernard Dompnier, « Continuité de la Réforme catholique », Histoire du christianisme des origines à nos jours, t. 9, p. 310. Selon M. Vénard, au début du xvie s. en Europe, ni les curés, ni les parents ne remplissaient leur devoir d’instruction, et les chrétiens étaient, en matière de religion, d’une ignorance « bestiale ». Il ajoute que « toute réforme consiste donc d’abord à engager la lutte contre l’analphabétisme religieux. [...] La catéchisation des enfants est un des aspects majeurs de la confessionalisation du christianisme ». Marc Venard, « Les formes collectives de la vie religieuse », ibid., t. 8, p. 957.

204 A.G.I., Santa Fe 228, carta del obispo de Cartagena, Don Francisco Rodríguez de Valcárcel, al rey, 25 de septiembre de 1650.

205 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit..

206 Ibid., p. 240-241. De même, Solórzano Pereyra écrivait : « porque de verdad ningunos hay tan bárbaros que no sean capaces de ella, si se la supiesen enseñar como conviene, con paciencia y perseverancia, y más con abstinencia y buenos ejemplos de la vida y modo de proceder de los que los doctrinan, que con castigo, aspereza y severidad. La cual opinión y doctrina siguen [...] muchos autores, probando que por rudos y bárbaros que sean los indios y otros qualesquier infieles, tenemos obligación de enseñarlos y sobrellevarlos, y que la falta de su poca medra más consiste en nuestra flojedad o malicia que en su ignorancia y rudeza ». Juan Solorzano Pereyra, Política indiana, op. cit., t. II, livre IV, chap. XV, p. 1536.

207 Tout le monde n’adoptait pas le même point de vue quant à la durée et au contenu de la catéchèse. Sandoval était favorable à un enseignement rudimentaire afin d’administrer le baptême à la majorité des esclaves avant leur éventuel départ vers d’autres lieux où ils risquaient de n’être jamais baptisés. Les nombreux exemples de baptêmes providentiels qu’il évoque dans son ouvrage, sont destinés à prouver que sa méthode est la bonne. Au contraire, Fray Juan Focher, auteur de Itinerario del misionero en América, préconisait un enseignement d’un minimum de vingt jours, pendant lesquels la leçon de catéchisme devrait être apprise dans son entier. Enriqueta Vila Vilar, « La evangelización del esclavo negro... », op. cit., p. 200.

208 « Es importantísimo aviso que en sabiendo han desembarcado armazones de negros [...] luego los vamos a buscar a las armazones, a los navíos si posible fuere antes de que salgan a tierra, a los lugares apartados donde los detienen y destierran por sus graves enfermedades o para asegurar las ciudades de las pestes con que de ordinario las inficcionan, para que constándonos de ellas por vista de ojos las podamos fácilmente remediar ; lo cual se ha de hacer con tanta exacción que ni aun a sus mesmos amos hemos de dar crédito, cuando yéndolos a ver e inquirir de sus enfermedades nos dijeren que están buenos y su mal es de poca sustancia o gravedad, a los cuales el deseo de vida de sus esclavos hace que estándose muriendo les parezca que están buenos ; de donde descuidando con lo que ellos dicen les sucede lo que a mí al principio, que por momentos hallaba los negros muertos a quienes pudiese haber baptizado, confesado y enseñado antes de su muerte, no lo hice, por decirme sus amos no ser nada sus enfermedades ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 366.

209 Pour inciter les médecins à lui faire connaître les Noirs malades, Sandoval leur avait promis qu’il dirait une messe pour eux chaque fois qu’ils arriveraient au nombre de cinq Noirs déclarés. Cette mesure était semble-t-il efficace puisque Sandoval écrivait : « [...] algunas vezes son tantos los que me avisan, espeçialmente ladinos, que me hazen faltar a los voçales, que aunque en tiempos que no ay harmaçones me dan en qué entender, en el tiempo que las ay, no quisiera otra ocupaçión sino ésta, ni me dan tiempo para otra ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol. 95 v°.

210 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 411-412.

211 Pour la catéchèse des Indiens des doctrines qu’ils avaient en charge, les Jésuites faisaient en sorte que les hommes et les femmes de chaque tribu, disposés en demi cercle, se tournent le dos, puis ils plaçaient tous les enfants au milieu du cercle. Un enfant était debout au centre pour réciter les prières, avec tout le groupe, lorsqu’il était fatigué il était remplacé par un autre enfant du même groupe. Au bout d’une heure et demie de prière exécutée de cette façon, le prêtre unissait tous les groupes en un seul, disposé de la même manière, pour la leçon de catéchèse qui durait une heure un quart. Ce n’est qu’ensuite qu’ils entraient dans l’église où ils chantaient des cantiques et écoutaient le prêche. L’après-midi, une procession était organisée dans le but d’éviter les beuveries et les retours à des pratiques idolâtres. Juan Manuel Pacheco, s.j., « Métodos misionales de los jesuitas en el Nuevo Reino de Granada », Revista de la Academia colombiana de historia eclesiástica, n° 6, 1971, p. 128. Dans le cas qui nous occupe, c’est l’interprète qui se plaçait au milieu du groupe et se chargeait de dispenser la leçon de catéchèse. Le père Claver séparait les hommes des femmes suivant les enseignements de Sandoval : « en seguida salía al zaguán de dichas casas y hacía llamar allí a toda la gente de la armazón poniendo los hombres de un lado y las mujeres del otro y les hacía discursos muy cariñosos para que estuviesen muy contentos por haber venido a la tierra de los españoles, donde conocerían al verdadero Dios recibiendo el santo bautizo ». Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 114. (témoin Francisco Yolofo, interprète).

212 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608), fol. 56 v°.

213 Le père Claver procédait de même. L’interprète Joseph Monzolo témoigne : « Y para enseñar la doctrina a los dichos negros los hacía salir del patio mayor de dicha casa donde se encontraban, [...] distribuyéndoles igualmente todos los regalos que llevaba » Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 108.

214 Ibidem, p. 95 (témoin Nicolás González frère coadjuteur).

215 Sandoval rapporte le cas d’un Noir qui, bien que s’appelant Miguel, n’avait pas été baptisé. Le tangomao qui en avait la garde lui avait dit de prendre le nom de Miguel au moment du baptême ; or, lorsque le prêtre lui demanda son nom, il répondit Miguel, ce qui induisit le prêtre en erreur, et l’exclut du sacrement. Par cet exemple, l’auteur veut montrer la nécessité de procéder à un examen en profondeur, et ne pas se fier aux apparences. Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 376.

216 Dans une carta annua, le provincial Gonzalo de Lyra explique en effet que certains maîtres cachaient leurs esclaves au moment où ils allaient recevoir l’eau du baptême pour ne pas payer les cinq reales qu’ils devaient verser au curé pour chaque esclave baptisé. A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol. 93 v°.

217 « Según lo que a esto respondieren, verán si han de preguntar más, o mudar modos de preguntar ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 417. J.-P. Tardieu remarque que cet aspect de la méthode « traduit une connaissance indéniable de la psychologie de l’être culpabilisé et révèle une longue pratique des Noirs. Le jésuite sait que le “discours” en termes africains, progresse par spirale vers le but, dans un souci de ménager les susceptibilités. On ne peut exiger des “bozales” de renoncer à ce trait de civilisation ». Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 346.

218 Ignacio Angola qui servit d’interprète à Pierre Claver déclarait que la médaille était en cuivre, avec la représentation de Jésus d’un côté et de Marie de l’autre, et que ces médailles étaient fabriquées au sein du Collège par des interprètes qui fondaient le cuivre. La même médaille était distribuée à tous ceux qui, après la catéchèse, recevaient le baptême. Ce signe distinctif permettait au clergé de ne pas administrer ce sacrement plusieurs fois à la même personne. Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 106.

219 Après avoir décrit le contenu de la catéchèse qu’il fallait dispenser aux esclaves, Sandoval ajoutait : « lo dicho se entiende en caso que huviesse espacio de poderles declarar todos los misterios referidos, porque cuando no le huviesse y la necessidad apretasse, o la enfermedad o incapacidad, etc., bastaría dezirles las cosas que necessariamente han de creer, como medio necessario, in omni eventu necessitate salutis. Y aunque cerca desto ay gran variedad, lo que siento que basta creer, es lo primero, que ay un Dios, sumo bien sobre toda la naturaleza, porque de otra manera, no le puede amar con amor de caridad. Lo segundo que es remunerador con una remuneración sobrenatural, aunque no sepa distintamente en qué consiste esta bienaventuranza, que Dios castiga a los malos, porque de otra suerte no tuviera el hombre esperanza ni temor. Lo tercero que es uno, author de todo lo criado, porque de otra manera, no honrará a Dios con actos de Religión. Lo cuarto que quita los pecados y da gracia, porque de otra manera no esperaría que Dios le avía de perdonar. Lo quinto, la inmortalidad del alma, porque de otra suerte ni esperaría premio, ni temería pena eterna. Lo sexto, conocer el pecado ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 425.

220 Ibid., p. 421.

221 Ibid., p. 422.

222 « Que la reciban ellos también y serán estimados, como ellos, podrán ir a los templos y casas de Dios, tratar y comer con los demás Christianos, y cuando se mueran los enterrarán en la Iglesia si son Christianos, o si no, en el muladar, donde sean comidos de perros ». Ibid.

223 « No se les dirá más, pues parece bastan estos [misterios] en tan grave necessidad y en tan grande cortedad de entendimiento, pues si mueren, saben lo necessario para salvarse y poder recebir los demás Sacramentos, y si viven, poco a poco irán aprendiendo lo demás, y perfecionándose en esto ». Ibid., p. 425.

224 De même, le Père jésuite Charlevoix dans son Histoire de l’île de Saint-Dominique indique que la première chose enseignée aux Noirs qui venaient d’arriver sur l’île était de se signer : « lorsque j’apprends qu’il en est arrivé quelques-uns dans mon quartier, je vais les voir et je commence par leur faire faire le signe de la croix, en conduisant leurs mains, puis je le fais moi-même sur leur front comme pour en prendre possession au nom de Jésus-Christ et de son Église. Après les paroles ordinaires, j’ajoute : “et Roi maudit, je te défends au nom de Jésus-Christ, d’oser violer à jamais ce signe sacré que je viens d’imprimer sur le front de cette créature, qu’Il a rachetée de son sang”. Le nègre qui ne comprend rien à ce que je fais, ni à ce que je dis, ouvre de grands yeux et paraît tout interdit, mais pour le rassurer, je lui adresse par un interprète ces paroles du Seigneur : “Tu ne sais pas présentement ce que je fais, mais tu le sauras par la suite” ». F. X. Charlevoix, s.j., Histoire de l’île espagnole de Saint Domingue, écrite particulièrement sur des mémoires manuscrits du P. Jean-Baptiste le Pers, jésuite missionnaire à Saint Domingue, et sur les pièces originales, qui se conservent au dépôt de la marine, Paris, J. Guérin, 1730-1731, p. 504.

225 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 94-95.

226 Ibidem, p. 91.

227 Ibidem.

228 Ibidem, p. 105.

229 Le père Le Pers, missionnaire à Saint Domingue au xviiie siècle, écrivait : « Malgré cet empressement des Nègres pour recevoir le baptême, ce n’est guère qu’après deux ou trois ans d’instruction, qu’on croit pouvoir le leur conférer, tant il est difficile de leur mettre dans la tête les premiers principes du christianisme ». M. l’abbé Delaporte, Le voyageur français ou la connaissance de l’Ancien et du Nouveau Monde, Paris, Cellot, 1772, p. 156.

230 Sandoval rapporte de nombreux exemples dans son ouvrage ; nous avons choisi de reproduire ici un extrait d’une lettre qu’il avait écrit au provincial du Nouveau Royaume : « Con un negro batallé muchos días por disponerse tan mal y dar tan poco coraçón que aun deponiendo dudas no me atreví a bautiçarlo ; pasando un día por su calle, me dieron voçes me entrase por amor de Dios, siquiera le echase agua aquel negro aunque no supiese nada pues hera como niño y andava enfermo con peligro de morirse sin bautismo. Trújele a casa para disponerle despaçio y al salir de la casa encontré con un negrito llamado Ignaçio que avía poco que yo avía bautiçado y fue misericordia del señor deparármelo allí, ya que hera de su naçión y lengua y començándolo a catequiçar por medio déste, echamos de ver que la bestialidad que yo juzgava dél, hera por no entender al intérprete con que antes lo catequiçava y si no fuera por este negrillo hera imposible bautiçarlo. Vine pues aunque con travajo de más de diez oras a catequiçarlo y disponerlo con satisfaçión mía y bautiçarlo ; llamóse Ignaçio en contenplaçión de su buen padrino, de allí a tres días, le topé en la calle y se vino a mí con grandes muestras de alegría y tomándome la mano y apretándomela. Otro día yéndole a llamar para comer, le hallaron tendido en una sala boca arriba, las manos en la caveça y el alma a lo que puedo entender en el çielo ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 96 v°.

231 Ibidem, (1608), fol. 55 v°.

232 Ibidem, (1611), fol. 97 v°.

233 Nous savons qu’en 1718, il y avait aussi un sermon dans le Collège de Mompox tous les vendredis. A.P.T., Astráin, IX leg 33 (2,3), fol. 2 v°.

234 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 90.

235 La prédication dans les rues était propre aux Jésuites. Elle était destinée à la population en général. À Lima, les prêtres adressaient leurs sermons aux Noirs et aux Indiens, qui formaient deux processions distinctes. Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 457-460.

236 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 97 v°. F. Campo del Pozo, reprenant la description du père Grijalva des doctrines que les Augustins avaient en responsabilité, précise que la catéchèse avait toujours lieu dans le patio de l’église, les femmes séparées des hommes, et les jours de fête, ils se réunissaient au pied de la croix de chaque quartier et venaient en procession jusqu’à l’église en chantant des cantiques. Modèle lancé au Mexique par le père Alonso de Borja, et adapté au Nouveau Royaume par le père Agustín de la Coruña, nommé évêque de Popayán. Fernando Campo del Pozo, Los Agustinos en la evangelización de Venezuela, op. cit., p. 184-185.

237 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 98 v°.

238 « Todos en proseçión cantando la doctrina se ban a los bailes y borracheras de los demás negros y assí se les torna a enseñar la doctrina y, juntándose todos, bienen a hacer una muy grande proseçión, de lo qual se sacan dos provechos : el uno que se ympiden los bailes y borracheras de que suelen resultar muchos daños, el otro que aprenden la doctrina christiana ». Ibidem, fol. 31 v°-32.

239 A.P.T., Astráin VII leg 41 : 5, 9.16) Lit Ann Prov Peruan 1606.

240 « Los domingos por la tarde, salen quatro de los nuestros a juntar negros por las calles y plaças y en sus bayles les hazen la doctrina y predican algunas vezes los traen en procesión a nuestra iglesia ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608), fol. 55 v°-56.

241 Ibidem, fol. 56. En 1605, dans la résidence de Panamá, il y avait aussi une confrérie de Noirs, mais aucun prêtre spécifique n’était chargé de leur enseignement religieux ; certains assistaient à la leçon de catéchisme dispensée à tous : « Para los negros ay en esta residencia congregación. Acuden algunos a la doctrina los domingos y sería mucho el fruto si uviese padres que desocupados de otros ministerios atendiesen a su enseñança ». Ibidem, (1605), fol. 28r°.

242 « con lo qual cada día va aumentando esta congregación así en gente como en frequencia de sacramentos y emienda de sus vidas ». Ibidem, (1611), fol. 90 v°.

243 A.P.T., Astrain IX leg 33 (2,3), fol. 2 v°.

244 Ibidem, fol. 3 r°.

245 Ibidem, fol. 2 r°.

246 En Europe, ces processions avaient lieu pendant le carême et l’avent, c’est-à-dire pendant les deux temps forts dans l’église catholique que sont Pâques et Noël. Ce modèle était suivi par les Jésuites à Santafé : « Todos los lunes de quaresma y los viernes de adviento ay en Santafé sermones morales en la calle real y a ellos se va en processión con manteo y bonete cantando las oraciones y llegados al lugar señalado se hazen algunas preguntas a los niños y después éstos dicen el catecismo. A estas doctrinas van los hermanos estudiantes, los Padres operarios y maestros de grammática y no se toca la campanilla. Estos sermones se dejan quando en dichos días sobrebiene alguna fiesta de precepto ». A.P.T., E-2 : 78 leg 315, 11, (Usos y costumbres desta Provincia de el Nuevo Reyno de Granada y especiales deste Colegio de Santafé...), fol. 7 v°.

247 Pedro de Mercado, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., p. 256. Dans le premier concile provincial de Mexico (1555), on précisait « y todos los españoles no permitan que los negros y pajes que traen consigo a la iglesia se queden fuera haciendo ruido ; antes les manden entren en las iglesias y estén en ellas a los divinos oficios con toda reverencia y silencio, y mandamos que los alguaciles recojan a los tales dentro de las iglesias haciéndoles callar, y que estén con toda reverencia y oigan la misa y el sermón quando lo obiere ». Francisco Javier Hernaez, s.j., Colección de cánones y de todos los concilios..., op. cit., p. 136.

248 L’interprète Andrés Sacabuche, d’origine Angola, disait : « a los que contestaban bien les daba como premio algunas medallas de indulgencias o rosarios ». Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 133.

249 Ibidem, (témoin Andrés Sacabuche) ; ibidem, p. 130 (témoin Nicolás González, coadjuteur temporel) ; ibidem, p. 132 (témoin Pedro Mercado, prêtre de Carthagène) ; ibidem, p. 100, (témoin Don Joseph Villalobos vecino de Carthagène) ; ibidem, p. 130 (témoin Pedro Lomparte, coadjuteur temporel) ; ibidem, p. 136 (témoin Ignacio de Angola), etc.

250 Ibidem, p. 199-200 (témoin Nicolás González, coadjuteur temporel).

251 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 2, (1637), fol. 199 v°-200.

252 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 133 (témoin Andrés Sacabuche).

253 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 341.

254 Nous renvoyons le lecteur au chapitre I de cette étude où nous avons abordé la position de Sandoval sur la justification de l’esclavage.

255 La même méthode était employée au xviiie siècle à Saint Domingue : « Dans les habitations bien réglées, on explique aux noirs le catéchisme en commun, soir et matin ; & l’on charge les plus instruits de donner des leçons aux nouveaux venus [...] ». M. l’abbé Delaporte, Le voyageur français..., op. cit., p. 156.

256 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 268.

257 Carlos Mesa, ofm, « La enseñanza del catecismo en el Nuevo Reino de Granada », Medellín, 50, 1987, p. 242.

258 Chapitre II du Livre III, Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 370-375.

259 Ibid., p. 370.

260 « Muchas vezes sucederá que el enfermo, v.g. Nalu, no entienda la lengua del intérprete v.g. Biafara, búsquese en este caso algún otro Nalu bozal que entienda biafara, con el cual podrá (atento a que no todas vezes se hallan Nalues ladinos, ni de otras muchas castas que puedan servir de lenguas o intérpretes con los bozales de su casta) sin dificultad baptizar o confessar al otro Nalu, que no sabía sino sola su lengua Nalu natural, v.g. la lengua Biafara hablará en Biafara al Nalu que también entiende Biafara, y este Nalu dirá lo que se le dixo en Biafara al otro Nalu en Nalu [...] ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 373.

261 Ibid., p. 372.

262 Ibid., p. 420.

263 « tengamos un cuadernillo o abecedario de castas, lengua e intérpretes, y escrito en él como se llaman, donde viven, quienes son sus amos, cuantas lenguas entienden, expeditamente hablan, para que assí cuando se buscare el Angola, el Arda, el Caravalí, el Banu, Mandinga, o Biojo, y otras muchas que ay, pues passan de setenta las de Angola, S. Thomé, de los Ríos de Guinea, y de los demás puertos vienen, se puedan por aquella dirección saber donde se podrán buscar y hallar con gran brevedad y facilidad [...] ». Ibid., p. 373.

264 Dans son Instruction, l’archevêque de Séville avait ordonné : « En todas la Parrochias hagan los Curas un padrón o Catálogo, e que se escrivan todos los negros, varones y mugeres, captivos y libres : escrívase el nombre del negro, declarando si es libre, y si es captivo, declarando cuyo es. Y de todos escriva y si fue baptizado en España, o no, y si es casado. Item, se escriba si es bozal, o si es ladino, y bien instruido, y con tan buena noticia de alguna lengua de su nación, que pueda servir de intérprete para los bozales de su lengua, y de qué lengua es [...] ». Ibid., p. 494.

265 Ibid., p. 374.

266 Ibid.

267 Ibid., p. 360.

268 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 539.

269 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 374. On notera que Sandoval suivait, dans son enseignement, le catéchisme recommandé par le IIIe Concile de Lima (1583), le Catecismo breve para los rudos y ocupados que l’archevêque Lobo Guerrero ordonna de traduire en langue Muisca pour le Nouveau Royaume (1606). Ce catéchisme abordait les points suivants :
« 1°. De Dios — Que hay un solo Dios, hacerdor de todas las cosas. El cual después de esta vida, da gloria eterna a los buenos que le sirven, y pena eterna a los malos que le ofenden.
2°. De la Trinidad — Que este Dios es Padre, Hijo y Espíritu Santo, que son tres personas distintas, y tienen un mismo ser. Y así no son tres Dioses, sino uno solo.
3°. De Jesucristo — Que el Hijo de Dios verdadero, se hizo hombre por nosotros, y éste es Jesucristo : el cual con su muerte y sangre, nos redimió de nuestros pecados, y resucitó, y vive para siempre.
4°. De la Santa Iglesia — Que para ser salvo el hombre, se ha de hacer cristiano, creyendo en Jesucristo, pesándole de sus pecados : y recibiendo el santo bautismo, o si ya es bautizado y ha tornado a pecar, confesando sus culpas al sacerdote. Así que recibiendo los sacramentos, y guardando la ley de Dios, será salvo ». Comme l’explique J.-P. Tardieu, « la doctrine y est exposée sous forme de dialogue entre le père et le catéchumène, qui présente en fait le stade final de l’enseignement, le moment où l’enseigné a assimilé les notions inculquées. [...] Voici un exemple pour la définition de Dieu :
P. Decidme, ¿ Hay Dios ? R. Sí padre, Dios hay.
P. ¿ Cuántos Dioses hay ? R. Uno solo, no más.
P. ¿ Dónde está ese Dios ? R. En el cielo, en la tierra y en todo lugar ».
Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 538.

270 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 415.

271 Ibidem, p. 419.

272 Nous avons vu en effet que les préposés généraux qui se succédèrent insistèrent tour à tour sur l’importance d’accorder aux « operarios de negros » la possibilité d’avoir leurs propres interprètes. Par exemple, Mucio Vitelleschi écrivait au provincial Baltasar Mas en 1636 : « El ministerio de los morenos de Cartagena encargo a V. R. con todo mi afecto y que ordene se observe lo que sus antecesores los Padres Manuel de Arçeo y Florián de Ayerbe advirtieron, en particular que nunca falten los intérpretes de los dichos morenos quando los pidieren los Padres que acuden a catechiçarlos que de nuevo vienen aunque degen lo que hacen. También se execute lo que está asentado que se distribuya en tres partes lo que ganan los morenos etta y generalmente V. R. dé gusto a los nuestros que se emplean en esta ocupación quando en lo que pidieren no se descubre inconveniente ». A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 2, fol. 178 r°.

273 J. P.Tardieu précise que « Barrasa présente le père Torres Bollo comme le créateur de cette méthode qui se répandit, assure-t-il, à travers toutes les Indes ». Jean- Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 491.

274 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 112, p. 310-311.

275 Ibidem, p. 222.

276 Ibidem, p. 121.

277 Ignacio Angola avait quarante ans au moment de sa déposition. Ibidem, p. 162.

278 Nous avons déjà évoqué quelques-unes de ces marques d’affection. Ignacio Angola précise que lorsque les interprètes du Collège étaient malades, le père Claver les faisait dormir dans sa chambre jusqu’à ce qu’ils guérissent : « y como era tan encariñado con sus intérpretes, amándolos tiernamente, toda vez que uno de ellos, o este testigo, estaban enfermos los llevaba a curarse a su habitación y durante el tiempo en que conoció vivo este testigo al dicho padre, estuvo enfermo cinco o seis veces y en todas aquellas lo llevó a curarse en la dicha su habitación. [...] si bien la comunidad le daba las sábanas limpias para la cama, nunca las usaba pero las tenía para quedar bien y si este testigo, o algunos de los otros intérpretes cuando estaban enfermos en la dicha su habitación, estaban un poco graves, de noche les daba las dichas sábanas para que durmiesen en ellas y de día las quitaba para que no lo supiese el rector o algún padre ». Ibidem.

279 Ibidem, p. 292.

280 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 373. Une carta annua de 1611 illustre parfaitement la difficulté de trouver des interprètes pour certaines langues, et le recours indispensable à des femmes pour aider à la conversion : « Una vez, aviéndose bautiçado todos los de una harmaçón que venían sin bautismo y serían 150, solos dos entre todos se quedaban de casta çape por bautiçar pero heran de lengua tan çerrada quen más de un mes que se travajó en buscar quien les hablase no le sacavan otra palabra sino boloncho, boloncho que hera deçir que de aquella casta çape entendían la lengua boloncho pero ésta no se hallava y queriéndose ya toda esta harmaçón enbarcar para yr a Puerto Belo diole al Padre lástima y cuidado fuesen aquellos en aquel peligro y dexadas las diligençias humanas que ya no se podían hazer más, acudiendo a las divinas, dixo a Nuestra Señora una missa pidiéndola en ella le deparase modo como pudiesse bautiçar aquellas almas pobreçitas. Acavó su missa y salió con tal confiança que en la casa en que entró, hallo lo que un mes aviendo buscado, no avía podido hallar : deparóle el Señor un negro çape a quien preguntándole qué lengua en su casta hera boloncho y si tenía notiçia de quién en esta tierra la hablase, le respondió sí Padre porque esta casta y lengua çape se divide en estas castas y naçiones en cololo, zemele, limba, bolomo, çumba, bucca, landasoça, zoso, peli, coya, baga y boloncho ques la que su segunda pregunta la qual entiende fulana morena ladina que vive en una huerta un quarto de legua fuera de la çiudad. El Padre dando graçias al Señor por la merced reçevida, recogió su gente porque se avían de enbarcar aquella tarde y con ella caminó con una guía que buscó a la huerta donde halló la lengua que buscava y a quien yva encaminado, en la cama enferma y tanto que hera inposible con ella catequiçar ni manos bautiçar mas este Señor, que no falta a los suyos, tenía allí aparejado otro negro pariente de la negra que se avía ydo a visitarla con el qual con gran façilidad, gusto y consuelo de todos que lo tuvo el Padre en aquella ocasión mui grande, las catequiçó muy bien y las bautizó y luego entregó a sus amos y ellos a los arraez de la fregata para que los enbarcasen y hiçiesen todos ya christianos su viaje ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol. 93 v°.

281 « [...] búsquense si con comodidad pudiere ser, los hombres para las confessiones de otros hombres, y al contrario, por obiar la dificultad de descubrir sus pecados, principalmente lascivos negros a negros, y más negras a negras. Pero si esto no se pudiere por aver tan pocos intérpretes, con darles a entender lo mucho que les va en declararse, y el secreto que se les ha de guardar, no se repare mucho en esto, que hasta agora no se ha experimentado ningún inconveniente ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 374.

282 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 86 (témoin Nicolás González, frère coadjuteur).

283 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 415.

284 Ibid., p. 414.

285 Ibid., p. 415.

286 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 86, (témoin Nicolás González, coadjuteur temporel). Un autre témoin dit avoir vu qu’il leur apportait « unas galletas mojadas en vino tinto y otros regalos de cosas dulces y conservas que llevaba debajo del manteo en una bolsa de cuero colgada con una cuerda al hombro ». Ibidem, p. 98, (témoin Manuel Rodríguez, coadjuteur temporel). Souvenons-nous que le préposé général avait émis quelques réserves sur le fait que le père Claver ait des denrées dans sa cellule, pour les distribuer aux esclaves ; il demandait que tout ce qui était destiné aux esclaves soit gardé, sous clef, dans un autre lieu. Voir supra.

287 Ibidem, p. 87, (témoin Nicolás González, coadjuteur temporel).

288 Ibidem, p. 115 (témoin Francisco Yolofo).

289 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 342.

290 Francisco Yolofo disait par exemple : « encargando mucho a los dichos intérpretes que dijeran a los dichos negros cómo los españoles no los llevaban a su tierra para comérselos ni para hacer de ellos manteca y creen que el neme y lo que llevan en los navíos lo hacen los blancos con los negros, que matan por la manteca y que el color rojo de los estandartes de dichos navíos es de la sangre de dichos negros ». Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 112.

291 Alonso de Sandoval De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 415.

292 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 106, (témoin Ignacio de nación Angola, interprète).

293 Ibidem, p. 222-223.

294 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 415.

295 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 92 (témoin Nicolás González).

296 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 424.

297 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 101.

298 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 423.

299 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 92-93, (témoin Nicolás González, frère coadjuteur).

300 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 423.

301 Cette menace était curieusement mise à exécution, comme en témoigne une lettre de Sandoval du 14 juillet 1611 : « Fui allá, hallélo boca arriva las manos echadas sobre la caveza, los ojos en blanco y que de la boca le salía mucha materia, dixe entonces a su amo : “mortus est, échalo a la mar o en el muladar” ». L’esclave non baptisé ne pouvait pas en effet recevoir une sépulture chrétienne. Toutefois, Sandoval précise que lorsqu’un Noir bozal mourait des suites de sa maladie, et que l’on n’avait pas pu déterminer s’il était baptisé ou non, il était généralement enterré dans un cimetière : « vemos que a estos tales siempre lo entierran en sagrado, aunque no conste su Christiandad con más certeza ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol 95 v° ; Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 460.

302 Alonso de Sandoval, ibid., p. 423.

303 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 91.

304 Bernard Dompnier, « Continuité de la Réforme catholique », Histoire du christianisme des origines à nos jours, op. cit., t. 9, p. 318.

305 Rapport envoyé au visitador du Conseil des Indes, Don Juan de Ovando, 1569-1570. Cité par Lino Gomez Canedo, Evangelización y Conquista. Experiencia franciscana en Hispanoamérica, México, Editorial Porrúa, 1977, p. 160.

306 Ces Franciscains eurent aussi recours aux interprètes. Ibid.

307 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 262.

308 Lors de la mission effectuée en compagnie du père Francisco Perlín, recteur du Collège, dans la région minière de Cáceres, Remedios et Zaragoza, on avait offert à Sandoval une représentation de la Vierge qui avait échappé miraculeusement à la foudre, d’où le nom donné à la chapelle où se trouvait cette Vierge. Claver dit sa première messe devant cette image. Carlos Mesa, ofm, « La enseñanza del catecismo... », Medellín 50, op. cit., p. 240.

309 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 175.

310 « Y también sabe que todas las Cuaresmas iban a esta iglesia innumerables negros y negras a confesarse con el dicho padre Pedro Claver, a los cuales hacía prédicas muy fervorosas, en orden a su conversión, en esta dicha Capilla de Nuestra Señora del Milagro, donde ponía muchos retratos de la pasión de Cristo Nuestro Señor, y en especial uno en el cual estaba representado el infierno, para moverlos, mostrándoselo, a mayor devoción y dolor de sus pecados [...]. Y que siempre en el dicho tiempo de Cuaresma prestaba esta testigo al dicho padre, para el efecto arriba mencionado, un cuadro grande que tiene en su casa, de Jesús Nazareno ». Ibidem, p. 173.

311 « Y enseguida sacaba un libro que tenía, en el cual estaba pintada toda la vida de Cristo Señor Nuestro en estampas y les mostraba una de la Virgen con el Hijo Bendito en los brazos y en seguida iba hablando de toda la vida de Cristo Señor Nuestro hasta su Muerte en la cruz, Resurrección y Ascensión Gloriosa al cielo ». Ibidem, p. 101. Les autres témoins donnent des témoignages semblables.

312 Ibidem.

313 Ibidem, p. 91.

314 Ibidem, p. 101. De même, le frère Nicolás González disait : « decía que era de alguno de aquellos negros que habían muerto en sus países sin el bautizo, porque todos aquellos que morían en dichos países sin dicho bautizo sufrían dichas penas y que debían agradecer mucho a Dios el haberlos llevado a los países de los católicos donde serían cristianos e hijos de Dios, recibiéndolos en su seno nuestra Santa Madre Iglesia por medio del agua del Santo Bautizo, con que se liberarían de dichas penas que ponderaba mucho con dicha pintura que les mostraba, dándole a entender no sólo el rigor de ellas sino también su eterna condenación y cómo no debía tener fin porque debía durar hasta que Dios fuera Dios. Y pronunciaba todo lo anterior de pie teniendo dicha pintura en las manos, mostrándola a todos y si por la gran cantidad algunos no llegaban a ver, se acercaba él mismo al lugar donde estaba y se la mostraba ». Ibidem, p. 91.

315 « Y de la misma manera les mostraba otra imagen de un alma que estaba en gloria gozando de Dios y su bienaventuranza y que entendieran que para ir a dicha gloria, además de ser necesario bautizarse, era forzoso observar la ley de Dios y sus diez mandamientos ». Ibidem, p. 101.

316 « [...] delante de un crucifixo acomodado, es bien llevar siempre para este fin [...] ». L’interprète Andrés Sacabuche précise que le père Claver avait d’ordinaire une canne surmontée d’une croix, telle celle qu’utilisaient les Jésuites pour la prédication des rues auprès des jeunes. Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 429. Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 256.

317 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, ibidem, p. 101.

318 Ibidem, p. 98-100 (témoin Manuel Rodríguez, coadjuteur temporel). Ignacio Angola précise que « muchos pontífices y obispos, emperadores y reyes » étaient représentés sur l’un des côtés du tableau ; ils regardaient la scène du baptême d’un air approbateur. Ibidem, p. 220 (témoin Ignacio Angola, interprète).

319 Ibidem, p. 208 (témoin Andrés Sacabuche, interprète).

320 Nicolás González précise que le père Claver s’employait à le leur faire répéter jusqu’à ce qu’ils y arrivent, car par ce moyen ils exprimaient aussi leur foi de manière explicite : « Y si alguien por su rudeza y dificultad de la lengua no podía entender ni pronunciar dichas palabras, se detenía con él, enseñándoselas todo el tiempo que era necesario para poderlas decir, creyendo en ellas inmediatamente con fe explícita ». Ibidem, p. 91.

321 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 429.

322 Mario Germán Romero Rey, « Breve y muy sumaria instrucción de grande utilidad para enseñar los nuevos en la fe, ... », op. cit., p. 1625.

323 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 422.

324 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 95, (témoin Nicolás González, frère coadjuteur).

325 Fernando Campo del Pozo, Los Agustinos en la evangelización de Venezuela, op. cit., p. 127. Cet auteur précise que ce système a été mis en pratique par Alcunio dans Disputatio puerorum au viiie siècle, puis, par Arnau de Vilanova au xive siècle, dans Alphabetum catholicarum... pro filiis erudiendis in elementis catholicae fidei. On trouve aussi des influences de Saint Augustin dans De clericorum institutione de Mauro et dans Doctrina para los niños de Ramón Lulio. Ibid, p. 128.

326 Fray Dionisio de Sanctis, « Breve y muy sumaria instrucción de grande utilidad para enseñar los nuevos en la fe, ... », op. cit., p. 1623.

327 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 136-137 (témoin Ignacio Angola, interprète).

328 Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 476.

329 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general n° 1, (1628), fol. 333.

330 « Y cuando enseñaba las oraciones y los misterios referidos arriba a aquéllos que los aprendían les daba como premio alguna hoja de tabaco que para dicho efecto preparaba y a los que eran rudos y descuidados en aprenderlos les daba algunos golpes en la cabeza con la llave de su habitación, que llevaba colgada con una cuerda a la cintura ». Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 213 (Témoin Ignacio Soso, interprète). Ibidem, p. 105 (témoin Ignacio Angola, interprète).

331 Ibidem, p. 101 (témoin Andrés Sacabuche, Noir angola, interprète).

332 Ibidem, p. 138 (témoin Francisco Yolofo, interprète).

333 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 239.

334 Ibid.

335 Ibid., p. 438.

336 Des auteurs se sont livrés à de nombreux calculs pour prouver la possibilité ou l’impossibilité pour le père Claver de baptiser un tel nombre de Noirs, prenant en considération les années « creuses » où presqu’aucun navire ne débarquait dans le port (du moins officiellement), ou encore le nombre de Noirs qu’il faudrait baptiser par jour pour obtenir ce chiffre. N. del Castillo par exemple s’interroge en comparant ce chiffre avec le nombre de Noirs débarqués dans le port de Carthagène. Nicolás del Castillo Mathieu, La llave de las Indias, Bogotá, ed. El Tiempo, 1981, p. 244-245.

337 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 440-441.

338 Ibid., p. 460-461. L’idée que le baptême et la confession accéléraient, et même provoquaient la mort, était répandue par certains Indiens hostiles à la religion chrétienne. Il était facile en effet de faire le rapprochement entre la diligence des prêtres à aller auprès des moribonds pour les réconcilier, et la mort du malade survenue après le passage du prêtre, celui-ci devenant un sorcier venu pour tuer. C’est sûrement la raison pour laquelle Sandoval s’attarde sur ce point délicat. On consultera sur le sujet Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos..., op. cit., 1993.

339 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 412-414.

340 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 86 (témoin Nicolás González).

341 « Del valor del baptismo de los niños que baptizan en sus tierras, o puertos de Guinea ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 401-406. Aux problèmes traités par Sandoval dans ce chapitre, s’ajoutaient distinctement celui des baptêmes portugais que nous avons précédemment évoqués, et celui, distinct du sacrement, mais relevant de l’éthique et du droit canon, de la licité de la vente d’enfants, surtout s’ils avaient été baptisés. À l’interrogation du capucin Bonaventura d’Alessano, la Congrégation de la Foi répondait le 17 juillet 1646 que celle-ci était un « contrat illicite », surtout si elle se faisait avec les hérétiques. Devant la réitération de tels faits, elle examinait les suggestions des pères portugais Giacento de Vetralla et Serafino de Cortona d’appliquer des peines disciplinaires aux négriers coupables.

342 Ibid., p. 259.

343 Ibid., p. 406.

344 Au xviiie siècle, à Saint Domingue, la manière de procéder des missionnaires n’était pas uniforme pour les Noirs in articulo mortis : « tous sont d’accord que les Noirs qui viennent dans nos colonies avant l’âge de dix ans, doivent être baptisés dès qu’ils arrivent. S’ils sont plus âgés, (& l’on en juge par leur physionomie), on exige qu’ils aient du moins quelque idée de nos mystères avant que d’y participer. Mais lorsque ces mêmes Nègres, à qui l’on a refusé le baptême, sont en danger de mort, nous avons de nos prêtres qui pensent qu’on peut le leur administrer quoiqu’ils n’aient aucune connoissance de notre religion, d’autres croient le contraire, apportant pour raison que se seroit profaner le sacrement. Ainsi tel habitant, pour se soumettre à la décision de son curé, laisse mourir ses esclaves nouveaux sans baptême, tandis qu’il voit son voisin, dans une autre paroisse, autorisé par son pasteur, agir différemment ». Le père Le Pers, auteur de la lettre de 1750, concluait : « Des principes plus fixes & une conduite plus uniforme, seroient certainement plus convenables à la dignité de la religion & marqueroient, dans ceux qui en sont les ministres, un zèle plus impartial & plus éclairé [...] ». M. l’abbé Delaporte, Le voyageur français..., op. cit., p. 155-156.

345 « [...] antes de bautizar a los dichos negros, como de ordinario suelen tener la cabeza muy sucia y llena de tierra, ordenaba que se la lavaran muy bien, y no permitía que nadie llegara a bautizarse sino teniendo la dicha cabeza muy limpia ». Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 103 (témoin Andrés Sacabuche, interprète).

346 « ordenaba que se lavaran muy bien la cabeza todos aquellos que se tenían que bautizar y a aquellos que tenían muchos crespos se los hacía quitar ». Ibidem, p. 45 (témoin Ignacio Angola, interprète).

347 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 434.

348 Le père Sandoval emportait toujours une étole pour pouvoir célébrer les baptêmes avec plus de décence. De même, le père Claver revêtait pour l’occasion une aube « muy pobre y rota » (d’autres témoins disent un surplis) et une étole, en taffetas ordinaire violet, déteint. D’après Andrés Sacabuche, l’étole était blanche, mais il en avait une autre très usée qu’il mettait pour administrer le sacrement de l’extrême onction aux malades. A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1611), fol. 93 v° ; Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 94 (témoin Nicolás González) ; ibidem, p. 100 (témoin Manuel Rodríguez) ; ibidem, p. 106 (Ignacio Angola) ; ibidem, p. 103 (témoin Andrés Sacabuche), etc.

349 Le chapitre 11 du IIIe Concile de Lima disposait que « a todos [los indios] se les pongan nombres en el bautismo cuales se acostumbran entre cristianos y se les obligue a usarlos entre sí ». Cité par Primitivo TINEO, Los concilios limenses..., op. cit., p. 414.

350 Sandoval avait écrit à son provincial : « en cada bautismo comienço a poner nombres por Francisco en reverençia de nuestro B Padre Francisco que anduvo en las tierras de los negros, y especialmente los de S. Tomé que son casta carabalí, parece que traen rastros de la fee y de la enseñança deste tan gran santo, concluyo siempre que los bautiço, con el nombre de Ignaçio ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 96.

351 « Hecho esto, se buelven a sentar como estavan antes, y van viniendo los que se han de bautizar sin condición, de diez en diez, primero los hombres y luego las mugeres, hincándolos [...] de rodillas (si no es que a alguna su enfermedad lo impida), puestas las manos con toda devoción y quietud possibles, a la redonda de una fuente de plata o de una media batea, cuando no hay otra cosa más a propósito en que caiga el agua, y el Padre sacerdote de la Compañía se pone una estola y buelve a hazerles allí a cada uno de por sí las mesmas preguntas y exortaciones breves que hemos dicho, por medio de los intérpretes, para que tengan voluntad de recebir el baptismo, y para que tengan fe, esperanza y caridad y contrición, o por lo menos atrición de sus pecados. Y persuadido ya el Padre a que están bastantemente dispuestos, se les pone a todos diez un nombre de los más comunes, que puedan pronunciar, haziéndoselo repetir para que no se olviden de él y los unos lo puedan acordar a los otros, si por caso alguno se olvidare, diziéndoles que con aquel nombre se han de llamar y conocer de allí adelante por christianos e hijos de Dios, dexando y olvidando el con que de antes se nombraban de su tierra, porque era nombre de moro, de gentil y de hijo del demonio. También entonces se les señala a todos aquellos diez por madrina o padrino el mismo intérprete que sirvió de lengua, ó otro algún moreno o morena ladina de su casta que se halla presente, o el que algunos dellos señalaren ; advirtiéndoles brevemente a los unos y a los otros de su obligación y la que les corre de enseñanza, según su capacidad y oportunidad ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 434.

352 Sandoval précise que dans ces baptêmes administrés sans solennité, l’eau n’était pas bénite. Celle qu’utilisait le père Claver l’était parfois, sinon, il la consacrait avec son bâton surmonté de la croix. Ibid., p. 438. Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 103 (témoin Andrés sacabuche, interprète).

353 Il semblerait qu’à l’époque de Claver, le catéchumène n’avait plus de cierge à la main puisqu’il avait les mains jointes ; en revanche, deux cierges étaient posés sur l’autel. Ibid., p. 106 (témoin Ignacio Angola).

354 Ibidem, p. 103 (témoin Don Joseph Villalobos, vecino de Carthagène).

355 Sandoval dit seulement « tiene cierta señal que denota averse [...] baptizado sub conditione », sans néanmoins préciser en quoi consiste cette marque. Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 435.

356 « si por desgracia por su debilidad y miseria humana transgredieran algunos, que el remedio que les quedaba para volver a la gracia y amistad de Dios era el de confesarlo a algún sacerdote, declarándole todo aquello que es necesario saber a un cristiano para hacer una verdadera confesión de todos sus pecados ». Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 94 (témoin Nicolás González, frère coadjuteur).

357 Ibidem, p. 106 (témoin Manuel Rodríguez, frère coadjuteur).

358 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 440.

359 Sandoval déclare que dans le Précis des privilèges concédés à la Compagnie de Jésus, on trouve à « baptismus » : « Possunt nostri Patres in India degentes, baptizare extra ecclesias, et sine consuetis ceremoniis, quando ipsi iudicabunt id ad maius Dei obsequium fore propter paucitatem operarium, et incommoditates, quae se offerunt ». Sandoval démontre les droits auxquels pouvaient prétendre les jésuites en la matière, grâce aux privilèges concédés par les papes, dans le livre III, chapitre XIV « De los ministros de estos baptismos por razón de sus privilegios ». Ibid., p. 445-452.

360 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 118 (témoin Juan Sánchez Parejo, Consultor du Tribunal du Saint Office).

361 Le recours au parrainage et marrainage comme assurance de la poursuite de la conversion a été largement utilisé par les missionnaires, mais aussi par les familles royales portugaise et espagnole (exemple : le prince wolof Gilem par le roi Jean II du Portugal).

362 Jusqu’au xviiie siècle, l’exercice de la profession de médecin fut régi en Espagne et en Amérique, par les ordonnances des Rois Catholiques puis par celles de Philippe II qui établissaient deux types de « praticiens » : les médecins qui s’occupaient des maladies internes et les chirurgiens chargés de toutes les affections externes. Les chirurgiens se divisaient à leur tour en deux branches : les « latins » ayant reçu une formation universitaire et les « romans », moins doués ou moins fortunés, qui à partir d’études médicales d’un niveau très modeste étaient autorisés à monnayer leur savoir et leur pratique (Les médecins devaient avoir obtenu le grade de bâchelier dans une université et justifier de deux ans de pratique auprès d’un professeur reconnu avant d’obtenir les titres de licenciado et de docteur). Il existait enfin des classes subalternes telles que barbiers, saigneurs ou sage-femmes. Pour plus de détails sur ce point on se reportera à Agustín Albarracin Teulon, « La medicina española de los siglos xvi, xvii y xviii y su influencia en Colombia », Cuadernos Hispano Americanos no 472, 1989, p. 31-41, et à Hélène Vignaux, Esclavage et rébellion..., op. cit., p. 82.

363 C’est en effet ce que souhaitait Sandoval : « [...] el que los trae de Guinea, primero vende partidas tan grandes a unos y a otros, y éstos van dividiendo y partiendo est número en menores hasta que llegan a ser tan pequeñas las partidas que dexan los que las tienen, comprar uno, dos o tres por menudo, que son los que quedan en casas particulares para el servicio dellas [...], y assí está en duda cuáles serán los que se han de quedar aquí, y por esto lícito es catechizar y baptizarlos a todos como que han de ir fuera ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 453-454.

364 Sandoval dit à ce sujet : « [...] cuando ya persuadidos [los curas] a que se devan baptizar [los esclavos], sólo quieren hechar agua a los que los Padres que tienen el privilegio les ponen en las manos, buscados, examinados, catechizados, y de todo punto dispuestos [...] ». Ibid., p. 446.

365 « Y aun algunas vezes (aunque raras) no se han querido baptizar y dexar su secta y falsa ley ; y estar como unos troncos y bestiales entre nosotros, es lo ordinario no entender los términos y vocablos de nuestra lengua, cual lo estarían o están los nuestros cuando los captivan Moros o Ingleses [...] ». Ibid., p. 380-381.

366 Ibid., p. 455. La formule consacrée n’était parfois même pas prononcée comme le rapporte Sandoval dans une lettre écrite à son provincial en 1608 : « me dixeron que el mulec, que así llaman a los muchachos, era ya muerto. Lastiméme mucho, quise verle y hallé que aún no avía espirado aunque estava acabando con la ponçoña de las mançanas que avía comido, dixéronme que a vozes avía pedido aquella noche el baptismo y que le avían echado un jarro de agua en la cabeça. No reparé en más, bolviéndome a casa porque era ya noche. Començé por el camino a dudar si avía sido bien baptizado aquel mulec, llegué con esta congoxa a nuestra casa y hallé que me estavan esperando para otra confesión y me mandava el Padre Rector que bolviese hazia aquella vanda donde estaba el mulec. Alégreme sumamente ; llegué donde estava el muchacho, y hallé que no avían dicho la forma del bautismo y viendo el yerro y alabando al Señor que estaba esperando deshiziese para salvar esta alma, le baptizé y luego murió para vivir para siempre ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 56 v°.

367 « Y no dexen los confessores de examinarles, aunque vean son muy ladinos [...] poco se le hará que sea bozal o ladino el que se viene a confessar para que inquiera, o no inquiera el confessor esta verdad, y para salir, o no salir de duda tan importante, y que della depende la salvación de tantas almas, que cada día topamos (por los exámenes que en las confessiones que les hazemos) no estar Christianos [...] ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 443.

368 Ibid., p. 462.

369 Les constitutions 54 et 56 du premier concile de Lima disposaient qu’il était de l’obligation des Espagnols de faire confesser leurs Indiens de service et leurs Noirs. Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 379.

370 Francisco Javier Hernaez, s.j., Colección de Bulas, Breves y otros documentos..., op. cit., t. I, p. 168.

371 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608), fol. 56.

372 « [tienen] por cosa de risa el confesarlos [...] ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 239.

373 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 2, (1636), fol. 177 vo.

374 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 241.

375 À cela s’ajoutait que les prêtres n’étaient pas toujours disponibles, aussi trouve-t-on souvent dans les témoignages d’archives, « murió sin confesión ». Voir par exemple A.G.N. Negros y esclavos Cundinamarca t. 3, fol. 536-772.

376 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 241.

377 Ibid., p. 296.

378 Ibid., p. 341.

379 « estando todos estos negros, y bien afligidos con tan penoso y trabajoso cautiverio, porque a otra persona ninguna con más libertad y claridad descubre esta triste gente sus tristezas y trabajos, tribulaciones y penas, que a quien los trata con tanta familiaridad, y assí ay ocasión de consolarlos con razones fundadas en la providencia, amor y misericordia de Dios, y de animarlos con sus divinas promessas, y dexarlos en gran manera consolados y alentados para lo bueno ». Ibid.

380 Ibid., p. 342.

381 On retrouve cette révolte du Noir dans la phrase : « ofrécense en este ministerio muchas y grandes ocasiones para perdonar las injurias, porque siendo en muchas cosas [...] reprehendidos, no queriéndose humillar a lo que se les dize y aconseja, sienten las reprehensiones, y levantándose contra el médico que les quiere curar, dizen dél lo que se les antoja [...] ». Ibid. Sur la résistance de certains Noirs à la conversion, on se reportera au chapitre V.

382 Ibid.

383 Ibid., p. 342-343.

384 Ibid., p. 468.

385 Ibid., p. 466.

386 Ibid., p. 469.

387 « y sacada alguna materia, se les podrá absolver, y será bastante dezir parte de sus pecados al que no tiene obligación de dezir nada ». Ibid.

388 Ibid., p. 470.

389 Ibid.

390 Fernando Campo del Pozo, Los Agustinos en la evangelización de Venezuela, op. cit., p. 240-241.

391 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 470.

392 Ibid., p. 472.

393 Ibid., p, 471.

394 Ibid., p. 473-474.

395 On apprend par une déclaration de Francisco de Anaya, capitaine de guerre du palenque, que le sorcier Antonio Bomba s’appropriait et portait les bijoux : « de todo se apoderaba el negro brujo del palenque quien lo tenía en su buxío poniéndose como se ponía muchas sortijas, gargantillas de oro y otras cosas como si fuera muger ». A.G.I., Santa Fe 213, expediente 39, (declaración de Francisco de Anaya, capitán a guerra del palenque, esclavo de Pedro de Anaya), fol. 460 v°.

396 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 475.

397 En 1690, après sa visite en Antioquia, l’évêque de Popayán rappelait aux prêtres les cas dans lesquels il se réservait le droit d’absoudre, sauf si le pénitent était à l’article de la mort : l’homicide volontaire, le faux témoignage dans un procès, la pyromanie, la violation de l’immunité ecclésiastique, la fabrication de fausse monnaie, le blasphème public et notoire, les actes de magie qui faisaient entrer dans leur composition des choses sacrées, frapper ses parents ou un prêtre, pratiquer l’avortement, voler le courrier à ceux qui le transportaient. A.H.A., Visitas Antioquia t. 77, n° 2145, fol. 465 r°-467 v°. Selon Sandoval, les Noirs devaient être absous presque systématiquement, car il considérait qu’ils pouvaient mourir du jour au lendemain : « [...] juzgo todas las enfermedades de estos negros por extremas y al menos por gravísimas. Lo primero porque estos negros son de suyo fuertes, hechos a trabajos y desventuras, y cuando caen, es sin duda su mal grave. Lo segundo porque este mal es fuerza crezca cada día más con las malas comidas, malos tratamientos, poco regalo, falta de medicinas y médicos suficientes. Lo tercero porque un negro bozal no sabe explicar su mal, y parece que no tiene nada y amanece muerto ». Alonzo de Sandoval De instauranda..., op. cit. p. 467.

398 Ibid., p. 475.

399 Son confessionnal se trouvait derrière la porte de l’église, en face de la chapelle de Nuestra Señora del Milagro.

400 Quelques-uns de ces témoignages sont : Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 119 (témoin Nicolás González, frère coadjuteur) ; ibidem, p. 40, (témoin Don Joseph Villalobos, vecino de Cartagena) ; ibidem, p. 100 (témoin Ignacio Soso, interprète) ; ibidem, p. 102 (Don Manuel López de Extraño vecino de Carthagène) ; ibidem, p. 103 (témoin Ignacio Angola, interprète), etc.

401 « En todas las fiestas de la Virgen Nuestra Señora y del jubileo [indulgencias] que se ganaba en dicho Colegio, deseaba mucho que todos los habitantes de ella se confesaran para ganarlo y así algunos días, como cuatro o cinco antes de las dichas fiestas y jubileos, iba por toda la ciudad pregonándolos y pidiendo a todos con amor y caridad que se preparasen para ganarlo y particularmente iba a todos los talleres de artesanos de todas las Artes y decía “Ea, que la Virgen debe pasar por acá tal día, barrámosle la casa, lavemos la camisa para ir limpios a recibirla”. Con lo cual ya todos lo oían y entendían lo que quería decir, que era que limpiaran la conciencia de las manchas de los pecados y se vistieran del hábito de la gracia santificante por medio de la confesión y comunión que tenían que hacer en los dichos días para ganar las indulgencias que se concedían en ellos ». Ibidem, p. 81 (témoin Nicolás González).

402 Ibidem, p. 199 (témoin Nicolás González). « La asistencia que el dicho padre tenía a su confesionario era muy grande, especialmente en los días de cuaresma y de indulgencia, porque cuando la había en esta iglesia salía por las calles de esta ciudad a avisar a todos que viniesen a ganársela y que no perdiesen una oportunidad tan buena del servicio de Dios y del bien de sus almas ». Ibidem, p. 179 (témoin Ignacio Angola).

403 Ibid., p. 200 (témoin Nicolás González).

404 Ibi. p. 118 (témoin Francisco Yolofo interprète). La peur du diable est ce qui motive l’esclave à faire ce que le prêtre lui dit de faire, même s’il n’en comprend pas toujours très bien le sens, comme en témoignait Isabel en 1735 : « Que el padre se sienta y el que confiesa se pone delante de rodillas, dice sus picardías, [...] y que aquello que le dice al padre, el padre no lo dice a nadie, que después van al altar y de rodillas le pone en las manos un paño, el que se llegan a la barba y reciben la forma, que el padre les previene no escupan ni hablen con nadie, que así lo ejecutó la que declara el día que confesó y comulgó para que no se la llevase el diablo que está en el infierno y es muy maluco ». A.G.I. Indiferente general 2813, (diligencias sobre instrucción de esclavos bautizados, Cartagena 14-IV-1735), cité par Enriqueta Vila Vilar, « La evangelización del esclavo negro... », op. cit., p. 195.

405 Certains hommes restaient dormir au Collège pour pouvoir se confesser dès le lendemain matin. Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 179 (témoin Ignacio Angola interprète).

406 « Y era tan compasivo y misericordioso el dicho padre que, para que no les hiciese daño la humedad del terreno de esta ciudad a las negras que con él se confesaban, que eran muchas, ponía cubrimientos y tablas recubiertas con esteras alrededor de dicho su confesionario para que se sentasen en ellos ». Ibidem, p. 117 (témoin Francisco Yolofo interprète).

407 «Y era tan grande su cariño por las dichas negras, porque eran pobres esclavas y abandonadas por toda ayuda humana, que si algunas de ellas se querían confesar la confesaba antes que cualquier otra española y español, cualquiera que fuese, porque decía que para los dichos españoles y españolas habían muchos padres que los consolarían y no era lo mismo para los dichos negros o negras y que por eso él debía consolar primero y servir a los susodichos que a cualquiera de los demás, porque se inclinaba a favorecerlos por su gran abandono. [...] Se excusaba con gran humildad diciendo que él no tenía cabeza ni capacidad para confesar a damas tan importantes y de tanta autoridad, que la cabeza se le cansaba ». Ibidem, p. 168 (témoin Nicolás González).

408 « Y no quería absolver a los negros y negras de vida más desordenada y costumbres depravadas en toda la cuaresma, hasta que en estos días de semana santa hubiesen oído todos sus sermones y hubiesen asistido a las dichas procesiones des flagelantes, después de lo cual los absolvía. Y en las noches de los dichos jueves santos no dormía, antes se quedaba en la capilla de Nuestra Señora del Milagro confesando y haciendo sermones a los dichos negros y negras ». Ibidem, p. 346-347 (témoin Nicolás González).

409 Ibidem, p. 170 (témoin Pedro Lomparte) ; ibidem, p. 184 (témoin Diego Folupo).

410 Sandoval dénonce les maîtres qui retiraient ces certificats à leurs esclaves pour qu’ils ne puissent pas recevoir la communion. Nous y reviendrons. Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 239.

411 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 380.

412 Andrés González, curé vicaire de la doctrine d’Indiens de Turbaco, avouait ne pas connaître le noir Manuel, esclave de Diego de la Torre, car il recevait dans son église un grand nombre d’esclaves, il ne pouvait donc pas dire avec certitude s’il l’avait confessé ; Fray Andrés de Esquibel savait au contraire qu’il avait confessé Manuel au moment du carême, mais « como los negros son muchos no hizo memoria de ello ». A.H.N.M., Inquisición legajo 1062, expediente 21 (rollo 12), (1648), fol. 75 v°-77.

413 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 215-217 (témoin Ignacio Angola, interprète).

414 Ibidem, p. 267 (témoin Don Francisco López Bueno, alcaide des prisons du Saint Office).

415 Ibidem, p. 179 (témoin Ignacio Angola interprète).

416 Anna Maria Splendiani, « El clero frente a la Inquisición de Cartagena de Indias », Inquisición, muerte y sexualidad en la Nueva Granada, (coord. Jaime Humberto Borja Gomez), Bogotá, Ariel-Ceja, 1996, p. 91.

417 Sur cet aspect, on consultera l’article d’Anna Maria Splendiani, ibid., p. 90-101.

418 A.H.N.M., sección Inquisición, relaciones de causas, libro 1020, fol. 126 r°.

419 Titre I, chap. 4, des dispositions synodales de Fray Juan de los Barrios, cité par Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 470.

420 Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos..., op. cit., p. 185.

421 Primitivo Tineo, Los concilios limenses, op. cit., p. 417.

422 Santo Toribio Mogrovejo (qui convoqua le IIIe concile de Lima) avait soutenu que pour que les Indiens soient « capables » de recevoir le sacrement de la communion, il fallait les instruire. Ibid., p. 419 ; Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos..., op. cit., p. 185.

423 José Restrepo Posada, « Evangelización del Nuevo Reino », op. cit., p. 39.

424 Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos..., op. cit., p. 186.

425 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 380.

426 Le jésuite Pedro de Mercado se faisait le porte parole de tous les Jésuites lorsqu’il écrivait comment les prêtres de la Compagnie avaient remarqué que les Indiens étaient capables de croire en la consubstantiation si on leur donnait au préalable l’instruction religieuse leur permettant de comprendre. Il allait même jusqu’à dire : « son más dignos de comulgar que muchos españoles presumidos de nobleza y muy honrados por su hidalguía ». Pedro de Mercado, s.j., Historia de la Provincia..., op. cit., t. I, p. 46.

427 Nous renvoyons le lecteur intéressé par la diabolisation du Noir au chapitre I de cette étude. Nous évoquerons la subsistance des pratiques idolâtres dans le chapitre V.

428 Il s’agit du chapitre XX de la troisième partie de son ouvrage, intitulé « Como se ha de administrar a los morenos el Santíssimo Sacramento de la Eucharistía ». Sandoval divise ce chapitre en quatre parties : « en la primera trataré del precepto divino que ay de comulgar. En la segunda, del eclesiástico. En la tercera de aquellos a quien obliga este precepto. En la cuarta, de la obligación que corre a los Curas de administrarle, y modo como se les facilitará ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 477-487.

429 Ibid., p. 478.

430 Ibid., p. 480.

431 Ibid.

432 Rappelons que Sandoval déplore à plusieurs reprises dans son ouvrage la priorité qui était donnée aux missions auprès des Indiens au détriment de celles des Noirs alors que ces derniers étaient, à son sens, mieux disposés que les Indiens à écouter la parole de Dieu, et à suivre ses enseignements.

433 Alonso de Sandoval De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 239.

434 Ibid., p. 487.

435 Ibid.

436 Ibid., p. 240.

437 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 79 (témoin Nicolás González, coadjuteur temporel). Sandoval écrivait de même : « [...] los negros comúnmente no tienen menos uso de razón que los Españoles que comúnmente llamamos tontos o bovos, y a éstos según los Dotores, se les ha de dar la comunión ; luego parece que también a estos negros ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 480.

438 Un témoin rapporte : « [...] en el dicho tiempo de Pasión que no quería que ninguna persona le hablase o se confesase con él con vestimenta profana y si era alguna mujer, aunque fuese de gran calidad, le decía que se quitase el guardainfante, o sólo pobres negras ». Il avait dit une fois à une femme qui était entrée dans l’église de la Compagnie vêtue de la sorte : « No debéis venir aquí en Semana Santa con este guardainfante ». Celle-ci avait fait scandale considérant qu’elle avait été offensée en public. Le père Sarmiento, supérieur du Collège, descendit s’informer, et, en présence de l’offensée, dit au père Claver « que los sacerdotes no eran reformadores de los hábitos y que solamente los podía reprender en el confesionario, encontrando culpa o abuso en ellos, o desde el púlpito ». Autant de scrupules risquaient de faire fuir les fidèles qui déserteraient l’église du Collège. Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 169 (témoin Nicolás González).

439 Dispositions du IIIe Concile de Lima, chapitre 13 et 38. Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 414-415.

440 Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 492.

441 A.G.I., Santa Fe 228, carta de Fray Diego de Torres Altamirano, obispo de Cartagena, al rey, 23 de julio de 1619.

442 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 501.

443 Par la suite, seulement un tiers des personnes transportées devait être des femmes, car, pour les travaux à effectuer, on avait surtout besoin de main d’œuvre masculine, d’ailleurs plus facile à trouver.

444 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 393.

445 Dans Las Siete Partidas, des dispositions en faveur de l’affranchissement étaient prises non seulement si l’esclave se mariait avec une personne libre, mais encore s’il rentrait dans les ordres, ou s’il devenait héritier ou était nommé tuteur de personnes libres, ou s’il était abandonné pour vieillesse ou maladie. En cas de mariage, les lois des Indes disposaient au contraire : « Que se procure que los Negros casen con Negras, y los esclavos no sean libres por haverse casado ». Recopilación de leyes de los Reinos de Yndias, op. cit., Libro VII, Título V, Ley V, [El Emperador D. Carlos y el Cardenal G. en Sevilla a II de Mayo de 1527. La Emperatriz G. en Valladolid a 20 de Iulio de 538. El mismo Emperador, y el Card. G. en Fuensalida a 26 de Octubre de 1541].

446 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 394-395.

447 Les mariages clandestins sont à distinguer des mariages secrets, célébrés validement mais dispensés de publicité à la demande des époux.

448 La cérémonie des « desposorios » n’avait qu’une valeur juridique et non sacramentelle.

449 Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 470-472.

450 J.-P. Tardieu précise que « les textes de Trente menaçaient d’excommunication “ipso facto” tous ceux qui obligeraient les gens assujettis à leur autorité à se marier contre leur volonté ». Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 396.

451 Premier dimanche après Pâques (la messe commence par les mots « quasi modo »).

452 Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos..., op. cit., p. 206.

453 Alberto Lee Lopez, ofm., Primer catecismo, op. cit., p. 73-97.

454 « Los esclavos y morenos que quieren casarse o están casados, no sean impedidos de sus amos de contraer ni usar del matrimonio ». Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 424.

455 Ibid., p. 488.

456 « Ni los esclavos ya casados se envíen o lleven o vendan en partes donde por fuerza han de estar ausentes de sus maridos o mujeres perpetuamente y muy largo tiempo ». Ibid., p. 424.

457 Juan Solorzano Pereyra, Política indiana, op. cit., t. 1, livre II, chap. 29, p. 596.

458 Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 424-425.

459 A.G.N., Miscelánea, n° 6, (1623), fol. 625. Cette mesure fut successivement confirmée en 1628 par Don Julián de Cortázar, et en 1663 par Fray Juan de Arguinao.

460 A.G.N., Visitas Cauca 1, (1627), fol. 60 v°.

461 Primitivo Tineo, Los concilios limenses, op. cit., p. 423.

462 A.H.A., Antioquia visitas 77 n° 2145 fol. 464.

463 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 404-405.

464 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 501.

465 Sandoval évoque en effet cette coutume lorsqu’il décrit les cultures des peuples en Afrique, dans la première partie de son ouvrage.

466 Pablo Rodriguez et Jaime Humberto Borja Gomez, « La vida cotidiana en las minas coloniales », Historia de la vida cotidiana en Colombia, (Beatriz Castro Carvajal ed.), Bogotá, ed. Norma, 1996, p. 68.

467 D’après Juan de Masa, prêtre à Carthagène, les exhortations du père Claver lors des confessions des Noirs et des Noires, étaient efficaces « reduciendo a muchos en mal estado a casarse ». Les témoins rapportent des cas de Noirs qui n’avaient pas suivi les conseils de leur confesseur et qui avaient été en quelque sorte punis, tel le Noir Joseph, capitaine de l’hacienda d’Alonso Quadrado, marié mais vivant en concubinage, qui n’avait pas tenu la promesse qu’il avait faite au père Claver de s’éloigner de sa maîtresse, et qui fut dévoré par les caïmans alors qu’il allait « laver de l’or » dans le fleuve Sinú. Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 120 (témoin Juan de Masa, prêtre de Carthagène) ; ibidem, p. 148 (témoin Juan Salguero, vecino de Carthagène).

468 Les Indiens, considérés comme « nuevos en la fe », n’étaient passibles que de cinquante coups de fouet. A.G.N., Curas y obispos, (1686), rollo 11/53, fol. 636-637.

469 No está el amo obligado a echar de casa al esclavo que anda amancebado (estando de ordinario los más de las armazones, puede ser también que sea contrato, y matrimonio natural lícito) aunque no se quiera enmendar, como no está obligado a echar al infiel, aunque no se convierta : verdad es que les correrá obligación de procurar duerman aparte los hombres de las mugeres, y avisar a los amos, a quien los vendieren, para que también pongan cuidado en remediarlos en cuanto fuere posible, y de evitar las ofensas de Dios Nuestro Señor, en cuanto se pudiere. Alonso de Sandoval, De instauranda..., op. cit., p. 490-491.

470 Ibid., p. 241.

471 A.G.N., Negros y esclavos Bolívar 1, (1630), fol. 906.

472 Ibidem, fol. 914, (testimonio de Jacinto de Vargas, clérigo diácono).

473 Ibidem, fol. 906.

474 A.H.N.M., Inquisición, 1622, exp. 7, fol. 374 v°.

475 Ibidem, fol. 87 v°, 256-258 ; 246-248 ; 269, 262-265, 383. Pour davantage de détails sur Doña María Ortiz Nieto, personnage hors du commun, on pourra consulter Hélène Vignaux : « Une propriétaire d’esclaves sans foi ni loi... », op. cit., p. 265-287.

476 A.G.N., Negros y esclavos Bolívar 14, (1646), fol. 756.

477 A.G.N., Negros y esclavos Cundinamarca 4, (1670), fol. 486-529.

478 A.R.S.I., NR et Quit 12 I, fol. 96 v°.

479 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 500.

480 Les constitutions synodales de Fray Juan de los Barrios (1556) décrivent de manière plus exhaustive la façon d’apporter l’eucharistie aux malades : « [...] quando se llevare el Santíssimo Sacramento a algún enfermo, se den nueve golpes con la campana maior para que acudan los que lo han de acompañar, y después se toque otra pequeña a la puerta de la Yglesia, y vaia y vuelva tocando toda la estación, lo qual hará el Cura, llevando el Santíssimo Sacramento revestido con sobrepelliz y estola, y capa en la custodia o relicario, cubierto con un velo curioso, y sus hachas encendidas, y velas y una lanterna con lumbre por el riesgo de apagarse las hachas, como suele suceder. Llévese un palio debaxo del qual vaia el Cura que lleva el Santíssimo Sacramento, con seis baras, o más, y a toda la estación de ida y vuelta se repiquen las campanas para que sea notorio [...]. Antes de partir de la Yglesia se le dé aviso a casa de el enfermo para que la limpien, y prevengan el altar, con manteles y lumbres, y agua con que se labe el Cura, y se le dé al que ha de comulgar. A ida y vuelta, irá diciendo el Cura imnos y salmos. Y las preguntas hará por el manual, sin fiarse de su memoria, que es frágil, como en él se contienen. [...] ». Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 495. Au son de la cloche, tout le monde devait se joindre à la procession. La manière de procéder établie par les constitutions synodales, était la même pour tous les prêtres, c’est pourquoi Sandoval ne s’attarde pas à la décrire. Pour lui, l’important était de montrer la nécessité de donner le viatique aux Noirs, et non la manière de le faire, bien connue de tous.

481 Ibid., p. 483-487. M. P. Martini indique que la législation canonique du xviie siècle, ainsi que celle de la Couronne espagnole, reconnaissaient que les dispositions concernant le viatique donné aux néophytes, n’avaient pas été appliquées. Le sacrement de l’eucharistie in articulo mortis devrait être dorénavant administré si le fidèle avait la Foi et se repentait ; on interdisait de déplacer le malade sous prétexte que sa cabane n’était pas propre ou n’était pas bien rangée. Mónica Patricia Martini, El indio y los sacramentos..., op. cit., p. 185.

482 « Que aun en el artículo de la muerte, no se les quería conceder por no aplicarse a disponerlos los que devían hazerlo ». A.R.S.I., NR et Quit 12 I, (1608), fol. 56. Pourtant, comme l’indique Solórzano Pereyra, une cédule royale du 16 avril 1604, inspirée du IIIe concile de Lima, ordonnait que « se les dé a todos por viático cuando estuvieren en peligro de muerte, y que para esto se tenga y guarde en sus iglesias con la decencia y veneración que fuere posible ». Juan Solorzano Pereyra, Política indiana, op. cit., t. I, livre II, chap. XXIX, p. 597.

483 J.-P. Tardieu précise qu’en 1611, le provincial de Lima informait le préposé général qu’une requête avait été présentée à l’archevêque pour que le viatique fût accordé aux Noirs, Mulâtres et Zambos in articulo mortis. Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 388. On constate une fois encore que les Jésuites à Carthagène étaient en quelque sorte des précurseurs dans les mesures prises pour les Noirs.

484 Primitivo Tineo, Los concilios limenses..., op. cit., p. 425.

485 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 476.

486 Ibid.

487 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 104, (témoin Andrés Sacabuche, interprète).

488 Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios..., op. cit., p. 496.

489 « Y apenas el dicho padre llegó lo reconcilió y enseguida, con la ayuda de este testigo, le dio la extrema unción con el óleo santo que llevaba siempre consigo en el dicho bolso, poniéndose la estola y la casulla que igualmente llevaba siempre consigo para dicho ministerio en dicho bolso, y una vela de cera que encendía mientras administraba este sacramento y rociándolo con agua bendita, que también llevaba en un frasquito de vidrio y un pequeño hisopo hecho a propósito para el dicho efecto, y un librito en el cual estaba escrito de su puño la manera de administrar este santo sacramento de la extrema unción, sacada del manual y ritual romano ; y habiendo dado el santo óleo al dicho enfermo le dio algunos regalos de los que llevaba y enseguida, por lo que recuerda este testigo, el dicho padre Pedro Claver oró de rodillas y recomendó el alma de dicho enfermo ». Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 236, (témoin Nicolás González, frère coadjuteur). Ibidem, p. 202 (témoin Manuel Rodríguez, frère coadjuteur).

490 Ibidem, p. 126 (témoin Juan de Dios, esclave de l’hôpital de Saint Jean de Dieu). Dans la présentation des vertus du père Claver lors du procès apostolique de 1696, il était écrit : « En realidad todas las veces que en los mencionados hospitales moría algún enfermo, celebraba el rito para él, asistía al funeral e intervenía en las sagradas ceremonias y si se veía su cadáver llevado sin ni siquiera un lúgubre paño en el féretro, ponía su manteo sobre el cuerpo difunto mientras se celebraban sus exequias con el rito eclesiástico, [...] y obtenía mendigando de los amos el lienzo con el cual se pudiese envolver el cadáver en el sarcófago ». Ibidem, p. 18.

491 A.G.N., negros y esclavos Bolivar 8, 1621, fol. 200. Nous reviendrons sur ce cas.

492 A.P.T., E-2 : 78 leg 315, 11, (Usos y costumbres desta Provincia de el Nuevo Reyno de Granada y especiales deste Colegio de Santafé..., & 16, fol. 14 v°-15 r°.

493 Bien que Vitelleschi dise « en la iglesia que agora se acabó de Santa María la Mayor », nous pensons qu’il s’agit en réalité d’une chapelle dédiée à la Vierge dans l’église de la Compagnie.

494 A.R.S.I., NR et Quit, epistolario general no 1, (Padre Francisco Varays, Santafé, 1622), fol. 225 r°.

495 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 264. Il est possible que la confrérie initialement ouverte aux Indiens et aux Noirs se soit scindée pour n’accueillir ensuite que les Noirs, avec une création en parallèle d’une autre confrérie pour les Indiens, à moins que Sandoval ne mentionne que les Noirs, sujet de son étude, alors que la confrérie accueillait aussi les Indiens. Nous reviendrons sur les confréries de Noirs plus avant.

496 A.G.I., Santa Fe 63 n° 34, (Cartas y expedientes del cabildo secular de Cartagena de 25-7-1622), fol. 4 v°-5 r°.

497 A.G.N., Miscelánea 27, fol. 297 v°.

498 Anna Maria Splendiani et Tulio Aristizabal, Proceso de beatificación..., op. cit., p. 122 (témoin Juan de Mesa, prêtre à Carthagène).

499 Ibidem, p. 40.

500 A.G.N., Historia eclesiástica, 10/19, (1695), fol. 204.

501 Georges Balandier, La vie quotidienne au Royaume de Kongo..., op. cit., p. 46.

502 « Ay Iglesia Catedral con su Obispo, Prebendados y dignidades, que suelen tener las demás Iglesias, entre los cuales muchos son negros pero grandes Christianos, y mucha clerecía es deste color ». Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute, op. cit., p. 132.

503 Ibid., p. 128.

504 Ibid., p. 217-229.

505 Pour davantage de précisions sur ce saint, on consultera Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 687-713.

506 Nous renvoyons le lecteur au chapitre II.

507 Mario Germán Romero Rey, Fray Juan de los Barrios, op. cit., p. 497. Le IIIe concile de Lima rappelait aux évêques que « mirando el terrible castigo que amenaza Dios a los pastores negligentes, estén muy advertidos en que por ninguna vía dejen de ejecutar lo que el concilio general santísimamente tiene ordenado acerca de la información y pesquisas que se ha de hacer de la vida, edad, linaje de los que han de ser promovidos a cualesquier órdenes y principalmente sacros y asimismo de las letras testimoniales y también del examen riguroso que ha de preceder ». Cité par Primitivo Tineo, Los concilios limenses, op. cit., p. 426-427.

508 Sur les attitudes qu’adoptèrent les divers ordres au Pérou, on consultera Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 417-421.

509 Alonso de Sandoval, De instauranda Aethiopum salute..., op. cit., p. 381.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search