Version classiqueVersion mobile

L’Église et les Noirs dans l’audience du Nouveau Royaume de Grenade

 | 
Hélène Vignaux

Introduction

Texte intégral

  • 1 Les autres étapes furent successivement la prise de Tunis par Charles Quint (1535), et la victoire (...)

1Dès le milieu du xve siècle, plusieurs causes se conjuguèrent pour aboutir à un lent déplacement vers l’Atlantique des centres de gravité économiques et politiques du bassin méditerranéen : d’abord, la chute de Constantinople (1453), puis la constitution sous l’égide des Turcs des royaumes barbaresques1. Avec la prise de Constantinople, les Turcs ottomans avaient achevé la conquête de l’Empire Byzantin et songeaient à assurer leur domination sur les territoires musulmans entourant la Méditerranée, tout en empêchant le commerce des Européens avec l’Orient. Au même moment, la Guerre de Cent ans prenait fin ; la paix entre les chrétiens allait favoriser la lutte contre l’Islam, et la conversion au christianisme des populations rencontrées au cours des futures découvertes devait permettre d’obtenir de nouveaux alliés.

  • 2 Galions et caravelles disposaient de plusieurs voiles (combinaison de voiles carrées et latines) p (...)
  • 3 On finit par situer cette contrée mythique dans le royaume d’Abyssinie. Au début du xive siècle, l (...)
  • 4 Pour plus de précisions, voir Jean Jolly, « L’histoire de l’Afrique des origines à la fin du xviii(...)

2L’art de la navigation ayant été considérablement amélioré2, le Portugal était parvenu à une maturité technique remarquable (c’est d’abord à ce pays que Christophe Colomb soumit son projet de navigation vers les Indes en passant par l’ouest). Par ailleurs, des marchands, surtout juifs, étaient prêts à apporter leurs capitaux, et les cadets de familles peu fortunées, leur énergie. Mais la lettre de change n’était pas encore très répandue, et les monnaies d’or et d’argent restaient rares. On cherchait bien à joindre le royaume chrétien du Prêtre Jean aux fabuleuses richesses que l’imaginaire collectif situait un peu partout ; certains pensaient plutôt à l’Asie, d’autres n’excluaient pas de le trouver en Afrique, dans une région encore inconnue3. Son intervention faisait miroiter une offensive commune contre le monde islamique4. Les Portugais pensaient qu’il fallait continuer les recherches le long de la côte occidentale de ce continent. En effet, après avoir repoussé les Arabes de leur sol (1250), ils avaient occupé, pour se prémunir, quelques points stratégiques sur les côtes marocaines.

  • 5 William D. Phillips Jr., Historia de la esclavitud en España, Madrid, Playor, 1990, p. 140.

3Tous ces changements eurent des répercussions importantes sur l’institution de l’esclavage, en particulier l’obtention d’esclaves. Avec les nouvelles conquêtes (comme celles des îles Canaries, Madère ou les Açores où la culture de la canne à sucre fut introduite), les Européens eurent besoin de main d’œuvre, mais la nouvelle conjoncture internationale ne permettait plus de s’approvisionner en esclaves comme auparavant : on ne pouvait plus en trouver en Europe car ils étaient presque tous convertis au christianisme, les Turcs avaient fermé l’accès à la mer Noire, terre jusqu’alors « fertile » en esclaves, et avec la prise de Grenade, la dernière enclave musulmane en Espagne, disparaissait aussi la possibilité de se procurer de potentiels esclaves musulmans5.

  • 6 Les Canaries avaient sûrement été reconnues par la flotte du Roi Juba II de Maurétanie entre l’an (...)
  • 7 Avec la conquête des Canaries, on assiste à un changement dans la manière de concevoir l’esclavage (...)
  • 8 Avec l’invasion arabe, le monde européen fut coupé du monde asiatique, et toute pénétration en Afr (...)

4L’esclavage qui s’était jusqu’alors limité au pourtour de la Méditerranée s’étendit alors aux pays africains de la côte Atlantique. L’Afrique, domaine réservé des musulmans, était restée jusqu’alors étrangère à l’Europe, à l’exception de la (re)découverte des Canaries6 au xive siècle7. Mais la curiosité, les croisades évangélisatrices en Terre Sainte, la quête des épices, le besoin de main d’œuvre ou encore la recherche de l’or africain, furent autant de raisons suffisantes pour déclencher l’expansion du phénomène vers le sud du continent africain8.

  • 9 Pour plus de précisions sur l’impulsion que donna Henri le Navigateur aux voyages de découverte, a (...)
  • 10 Rançon d’autres Maures plus importants que les marins portugais avaient capturés après les avoir p (...)
  • 11 Nous reviendrons plus avant sur les différentes théories de justification de l’esclavage et de la (...)

5L’infant Henri du Portugal, dit le Navigateur (1394-1460), qui avait ouvert une École de navigation à Sagres en 1415, fut animé par l’esprit de découvertes9. À l’âge de vingt et un ans, il s’empara de Ceuta en 1415, et cette première expérience développa en lui l’ambition de continuer à explorer ce continent quasi inconnu qu’était l’Afrique, pour, tout à la fois, prendre son or, convertir ses habitants et coloniser les terres. En 1434, une expédition portugaise passa pour la première fois le Cap Bojador. En 1441, Antão Gonçalvez, jeune protégé du prince Henri et commandant d’une modeste expédition commerciale, ramena triomphalement dix Africains de la côte de Guinée du Nord10. Cette date est généralement considérée comme le début de la traite négrière organisée par l’Europe. Les Européens, et plus spécialement les Portugais réduisirent les indigènes en esclavage avec d’autant moins de scrupules qu’ils partaient du principe que les Noirs se vendaient d’eux-mêmes volontairement ou bien pratiquaient entre eux des guerres — considérées comme « justes » par les Européens — qui obligeaient les vaincus à se soumettre à cet état de servitude11.

  • 12 James Pope-Hennessy, La traite des Noirs dans l’Atlantique..., op. cit., p. 18.
  • 13 Outre São Jorge da Mina en 1482, Fernando Poo en 1483, Zanzibar en 1503 et Accra en 1515.
  • 14 Le doublement du Cap de Bonne Espérance par Vasco de Gama (1497) permit aux Portugais, en rendant (...)

6En 1448, un décret royal confia au prince Henri le contrôle du commerce de la côte atlantique d’Afrique. C’est au cours de la même année que les Portugais semblent avoir entrepris la construction de leur première forteresse africaine, sur l’île d’Arguim découverte en 1443. Dix ans plus tard, une première mission religieuse commandée par l’abbé Soto de Cassa s’attelait à la tâche de convertir les indigènes de Gambie. En 1471, les Portugais dépassaient l’estuaire du Niger. En arrivant au Bénin en 1475, les marins portugais avaient exploré une grande partie du littoral africain. En 1481, ils commençaient à ériger sur la côte de l’Or la célèbre forteresse de la Mine (Elmina) ; en 1485, le roi Jean II se parait du titre grandiose de « Seigneur de Guinée »12. Ainsi, grâce à une progression méthodique, les côtes occidentales d’Afrique furent reconnues en quatre-vingts ans, des villes fortifiées y furent fondées13, essentiellement dans des endroits où les Portugais pensaient pouvoir trafiquer, et une nouvelle route maritime se substitua peu à peu aux anciens itinéraires à travers le Sahara14.

  • 15 Ildefonso Pereda Valdés, Negros esclavos y negros libres : esquema de una sociedad esclavista y ap (...)

7De 1450 à 1455, il entrait à Lisbonne entre sept cents et huit cents Noirs annuellement. Une administration (la Casa dos Escravos) y fut spécialement créée en 1480, et la douane de la capitale enregistra 35589 entrées d’esclaves entre 1486 et 149315.

  • 16 À l’initiative d’Henri le Navigateur, un petit groupe d’officiers seigneuriaux administrant l’apan (...)

8L’administration portugaise fut rapidement mise en place dans les territoires d’outre-mer16. Sur place, les gouverneurs étaient assistés d’auditeurs (c’est-à-dire de juges). Le roi du Portugal se substituait au pape pour l’administration religieuse de ses territoires d’outre-mer et percevait les impôts correspondants, en vertu du Padroado.

  • 17 James Pope-Hennessy, La traite des Noirs..., op. cit., p. 49-50.
  • 18 Pour financer la défense des côtes de la province de l’Algarve, les papes avaient cédé la dîme lev (...)
  • 19 Avec la naissance du protestantisme, le pape perdit une partie de son prestige politique, moral et (...)

9La « croisade » des aventures portugaises sur le continent africain avait en effet suscité l’intervention de la papauté, car seul le pape pouvait accorder à un royaume chrétien ou à un Ordre religieux « le droit exclusif de faire des conversions dans une région païenne expressément désignée17 ». En partant du principe qu’il s’agissait d’une guerre sainte, les Portugais faisaient officialiser leur intervention sur les côtes africaines par les souverains pontifes qui, les uns après les autres, précisèrent dans diverses bulles, le rôle que devrait jouer le Portugal en Afrique. Ainsi, dès 1418 et à la demande du roi du Portugal, le pape Martin V (1417-1431) invitait tous les chrétiens à s’unir à lui pour lutter contre les maures, étant entendu que les terres conquises passeraient sous domination portugaise18. Henri le Navigateur a toujours prétendu que le pape Martin V lui avait accordé une bulle qui l’autorisait à réduire en esclavage les populations des pays qu’il pourrait découvrir. Ce texte ne nous est pas parvenu et le Saint-Siège n’en a jamais contredit ni affirmé l’existence. La concession du monopole de découverte, conquête et commerce sur les côtes d’Afrique par la Papauté au roi du Portugal fut maintes fois renouvelée, en particulier lorsque d’autres nations étrangères prétendirent s’immiscer dans cette voie19.

  • 20 Par une constitution du 6 novembre 1436, le Pape Eugène IV voulait préserver la paix entre les roy (...)
  • 21 Dans une lettre du 22 octobre 1443, le régent Dom Pedro accordait à son frère l’infant Henri le mo (...)

10Le 15 septembre 1436, le pape Eugène IV octroyait au roi du Portugal une bulle de croisade et lui concédait la conquête des îles Canaries qui, une fois converties, seraient soumises à la Couronne du Portugal20. Le même pape décida l’année suivante (1437), en accord avec le consistoire du Vatican, que si les territoires occupés par les maures l’avaient été précédemment par des chrétiens, le roi du Portugal, Alphonse V, devait leur faire la guerre, et que le motif en serait juste, et par une bulle du 19 décembre 1442, Eugène IV permettait l’exploration du continent africain au motif de « croisade contre les maures21 ».

  • 22 Le privilège du Patronat s’inspirait d’une tradition qui remontait au ve siècle. Depuis cette date (...)
  • 23 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 40-45 ; Alphonse Quenum, Les Églises c (...)

11Par la bulle Dum diversus du 18 juin 1452, le pape Nicolas V autorisait le roi du Portugal à attaquer, conquérir et soumettre les « Sarrasins, païens et autres infidèles ennemis du Christ », de s’emparer de leurs territoires et de leurs biens qui seraient transmis de droit à ses successeurs, et de soumettre tous les habitants de ces royaumes en perpétuelle servitude. Dans un bref dit Divino amore communiti, accordé le 16 juin 1452, le pape Nicolas V avait déjà concédé à Alphonse V de Portugal un tel droit assorti de celui de patronage (Padroado), en vertu duquel le roi du Portugal se substituait au pape pour l’administration religieuse de ses territoires et percevait les impôts correspondants22. Par la bulle Romanus pontifex (8 janvier 1455), dont l’importance historique a été souvent soulignée, Nicolas V donnait aux Portugais le monopole des territoires conquis mais aussi celui des futures « découvertes » qui devaient les conduire en Inde ; par la concession du droit de conquête, la papauté espérait pouvoir vaincre l’Islam belliqueux qui s’était emparé de Constantinople depuis 1453. Dans cet esprit, une autre bulle, du 13 mars 1456, accordait à l’Ordre du Christ (dont le prince Henri du Portugal était le Grand Maître), le pouvoir de juridiction et le droit de Padroado pour les territoires conquis et à conquérir, ce qui conférait au roi du Portugal le droit d’évangéliser ces territoires comme un véritable « patron », distinctement de sa juridiction politiques23. Ces dispositions furent successivement confirmées par différentes bulles de contenu similaires : Calixte III en 1458, Pie II en 1459 ou encore Sixte IV en 1481.

12En contrepartie de la reconnaissance de son droit de propriété sur les territoires à conquérir, le Portugal était constitué « patron » de leurs habitants, et chargé à ce titre, de les évangéliser, de construire des églises et d’envoyer soit des prêtres volontaires ou désignés par leurs évêques, soit des religieux choisis par leurs supérieurs. Or, si dans un premier temps, les entreprises portugaises de découvertes en direction de l’Afrique, avaient pu être suscitées par le désir de propagation de la foi chrétienne accompagné du souci de vaincre ses ennemis dont les musulmans étaient les principaux représentants, ce furent bientôt les perspectives économiques qu’offraient d’abord le commerce avec l’Orient puis la traite négrière sur le continent africain qui prirent la relève. La confusion des genres devint flagrante lorsqu’en 1464, Alphonse V du Portugal réserva aux seuls marchands portugais le bénéfice de la traite négrière depuis l’Afrique. Ainsi, sous le couvert de la religion, allait se développer un trafic qui n’avait rien de chrétien. À la suite de la découverte de l’Amérique en 1492, le continent africain devint une immense réserve d’esclaves pour les exploitations minières et agricoles d’Amérique ; la place que les Portugais occupaient en Afrique et l’organisation de la traite négrière atlantique en direction de l’Amérique, leur permirent d’en retirer d’immenses bénéfices.

  • 24 Pour une plus ample information sur l’esclavage en Andalousie, on pourra justiconsulter Alessandro (...)
  • 25 À propos de la décadence de l’institution de l’esclavage en Espagne, on consultera William D. Phil (...)

13En Espagne, pendant les guerres de Reconquête, l’esclavage existait, sans avoir suivi l’évolution vers le servage qui s’était produite dans le reste de l’Europe. À la fin du xve siècle et au début du xvie, les Noirs étaient nombreux dans des villes comme Séville et Cadix où ils représentaient environ 10 % de la population24 ; ils étaient généralement ladinos et souvent christianisés et principalement destinés au service personnel d’Espagnols soucieux d’afficher ainsi leur fortune. Il ne s’agissait donc pas d’un besoin de main d’œuvre mais d’un désir d’apparat ; l’esclave était devenu un luxe à mesure que l’on rentrait dans les Temps modernes et ce commerce d’Afrique en Europe aurait probablement disparu si Christophe Colomb n’avait pas découvert les « Indes25 ».

  • 26 La division établie par la bulle Inter Caetera donnait à l’Espagne toutes les terres se trouvant à (...)

14À la suite de cette découverte, le monde fut partagé au profit de l’Espagne et du Portugal par la bulle Inter Caetera26, du 4 mai 1493, suivant la doctrine de la « monarchie universelle du pape » qui avait autorité sur les princes et les pays chrétiens ; le bref Eximie devotionis du 3 mai 1493, étendait aux Rois Catholiques les privilèges concédés aux rois du Portugal par Nicolas V et Calixte III, à savoir l’autorisation de réduire en esclavage les populations des pays qu’ils pourraient découvrir à condition que ceux-ci ne fussent sous l’autorité d’aucun prince chrétien. La légitimité des possessions ne pouvait donc pas être remise en question, elle contenait le devoir implicite de convertir au christianisme tous ceux qui rentreraient en contact avec les conquistadores.

  • 27 À la suite de la découverte du Nouveau Monde et dès les premiers voyages de retour, les Espagnols (...)
  • 28 Cette restriction donna lieu à bien des abus. Les Arawaks aux Antilles et les Lucayos aux Bahamas (...)

15Dès leur arrivée, et afin de tirer le meilleur profit des nouvelles terres découvertes, les Espagnols se servirent naturellement des Indiens comme esclaves, selon la coutume et les bulles papales qui autorisaient à asservir les peuples infidèles27. Une cédule royale du 12 avril 1495 alla même jusqu’à autoriser ce trafic humain mais, dès le lendemain, surgirent les premières interrogations sur la légitimité de la réduction en esclavage des Indiens, et il fut décidé que le produit de telles ventes serait séquestré jusqu’à nouvel ordre. Comment justifier, objectait-on, des guerres offensives contre des gens qui n’avaient jamais occupé de terre chrétienne, qui n’avaient jamais poursuivi des missionnaires chrétiens, et qui n’étaient pas des infidèles ni des ennemis de la foi chrétienne puisqu’ils n’en soupçonnaient même pas l’existence ? Le 20 juin 1500, il était résolu que la liberté devait être rendue aux Indiens qui avaient été vendus et qu’ils devaient être renvoyés dans leur région d’origine. La reine Isabelle la Catholique, influencée par son entourage, interdit, dès 1503, que les indigènes fussent réduits en esclavage et fissent l’objet de trafic, sous la seule réserve, toutefois, que ses nouveaux sujets ne fussent point hostiles à la Couronne espagnole28. En ordonnant la remise en liberté des Indiens, celle-ci reconnaissait du même coup que les Indiens ne pouvaient pas être considérés comme des prisonniers infidèles capturés en guerre juste mais au contraire devaient être regardés comme des vassaux susceptibles d’adopter la foi chrétienne ; en tant que possibles chrétiens, ils ne pouvaient donc pas être soumis à l’esclavage. Toutefois, afin de récompenser les bons et loyaux services de quelques Espagnols qui s’étaient particulièrement signalés pendant la Conquête, et considérant que les Indiens avaient besoin de tuteurs, la souveraine instaura le système d’encomienda, et transféra ainsi son devoir de protection, d’instruction et d’évangélisation à des particuliers qui, en échange, pouvaient exiger des Indiens le paiement d’un tribut (en nature ou en métal) et l’exécution d’un certain nombre de corvées.

  • 29 P. Chaunu analyse très exactement la portée de ces Lois Nouvelles : « L’administration espagnole a (...)
  • 30 Il y était dit : « Item, ordenamos y mandamos, que de aquí adelante por ninguna causa de guerra, n (...)

16Les Dominicains de Saint-Domingue furent les premiers à s’émouvoir de l’hécatombe des Indiens due aux travaux forcés auxquels ils n’étaient pas habitués et aux maladies contre lesquelles ils n’étaient pas immunisés ; grâce à leur intervention, en particulier celle de Fray Antonio de Montesinos, les fameuses lois de Burgos furent promulguées le 27 décembre 1512 posant ainsi dans le droit civil espagnol le principe de la liberté des Indiens. À leur suite, religieux et protectores de indios prirent tour à tour la plume pour dénoncer le manque d’instruction religieuse des Indiens encomendados, le travail inhumain et les mauvais traitements auxquels ils étaient soumis et la mortalité qui s’ensuivait. Bartolomé de Las Casas, lui aussi dominicain, obtint, en 1542, grâce à l’application des lois Nouvelles29 qui allaient se substituer, au grand dam des encomenderos, aux lois de Burgos, non seulement l’interdiction de réduire les Indiens en esclavage et l’obligation, pour ceux qui en avaient, d’en justifier la possession, mais encore une réforme radicale du système de l’encomienda qui aurait dû, en principe, conduire à sa disparition progressive30.

17Cependant, les mesures légales protectrices des Indiens avaient pour conséquence d’accentuer le manque de main d’œuvre alors que les colons et la Couronne elle-même en avaient besoin pour exploiter les richesses que leur offrait le continent américain. Par ailleurs, la légitimité de l’esclavage ayant été définitivement écartée pour les Indiens, tout du moins en théorie, car nous savons trop que l’esclavage des Indiens continua à exister sous des formes déguisées telles que les repartimientos ou la mita, il fallait trouver une autre solution pour l’exploitation des richesses du continent américain. On eut alors massivement recours à de la main d’œuvre noire.

  • 31 Par ce traité, Alexandre VI Borgia avait attribué aux Portugais tous les territoires situés à 370 (...)
  • 32 Pour une plus ample information sur l’esclavage en Andalousie, on consultera Alessandro Stella, «  (...)

18On commença par transplanter en Amérique les esclaves noirs de la péninsule ainsi que la législation existante les concernant, puis le trafic s’intensifia et s’organisa directement depuis l’Afrique. S’étant retrouvés, à la suite du traité de Tordesillas (1494), sans aucune terre en Afrique31, les Espagnols s’adressèrent aux marchands portugais dès 1510 ; ceux-ci devaient leur fournir des esclaves noirs qu’ils transporteraient d’Afrique jusqu’aux positions espagnoles d’Amérique. La fructueuse traite négrière portugaise était née, et Séville devint une plaque tournante puisque, dans un premier temps les navires y faisaient obligatoirement escale pour permettre la vérification des permis et du nombre d’esclaves transportés32.

  • 33 On trouvera une définition des asientos dans le glossaire.
  • 34 Les Hollandais, les Anglais, et les Français cherchèrent très tôt à disloquer les domaines réservé (...)

19L’Espagne ne se déchargea pas totalement de l’organisation de ce commerce, puisqu’elle se réserva le droit d’importation qui prévoyait un impôt non négligeable ; elle délivra tout d’abord des licences, puis, à partir de 1595, des asientos33 lorsque la traite devint de plus en plus nécessaire pour la bonne rentabilité des terres américaines. Le Portugal perdit peu à peu son monopole, ce qui permit à d’autres nations européennes de tirer profit de ce marché lucratif, y compris par la contrebande34.

20D’autre part, en vertu du Patronato Real, concédé le 5 août 1508 par la bulle Universalis Ecclesiae de Jules II, la Couronne espagnole était devenue le véritable chef de l’Église américaine. L’acceptation au xve siècle, par les Monarchies portugaise et espagnole, du principe de la monarchie universelle du pape, elle-même fondée sur la supériorité du spirituel sur le temporel, les avait fait bénéficier respectivement des droits de Padroado et Patronato qui étaient tout à la fois, titres pour l’occupation des territoires et droit d’ingérence dans les droits de l’Église en se substituant à elle pour l’administration religieuse de leurs possessions coloniales. Ainsi, sans cesser d’être des chefs politiques, soumis à des impératifs économiques réalistes, les rois du Portugal et d’Espagne, reprenaient le rôle qu’avaient jadis joué les empereurs byzantins dans l’administration de l’Église. L’évangélisation se trouvait de cette manière, liée à la politique et à ses contingences.

  • 35 Le xviie siècle néo-grenadin nous a paru d’un particulier intérêt dans la mesure où il s’agit d’un (...)

21Le terme d’évangélisation appliqué au continent américain colonisé par les Espagnols, évoque dans la plupart des esprits, le travail réalisé par les missionnaires auprès des Indiens, alors que pourtant, avec les découvertes, et l’augmentation de l’esclavage et de la traite des Noirs, l’évangélisation de ces populations se posa d’une façon irritante. Or, il a souvent été affirmé que le travail d’évangélisation auprès des Noirs de Nouvelle Grenade avait été déficient. Nous avons cherché à vérifier la justesse de cette affirmation. Nous avons donc choisi d’étudier le processus d’évangélisation des Noirs et des Mulâtres de Nouvelle Grenade au xviie siècle35, et l’accueil que ceux-ci réservèrent à la nouvelle religion. Aborder cette question n’est pas tâche facile, non seulement parce que les travaux sont fort peu nombreux, mais aussi parce qu’elle couvre des domaines aussi divers que l’histoire, la théologie, l’anthropologie, l’ethnologie, la sociologie, ou encore l’économie, toutes disciplines qui ne peuvent être abordées que marginalement pour éviter de déborder les limites de cette étude, et enfin parce qu’elle concerne trois continents, l’Amérique, l’Afrique et l’Europe (on ne pouvait en effet ignorer les deux derniers, même si l’Amérique, et en particulier l’Audience du Nouveau Royaume de Grenade, reste prioritaire dans cette étude). Nous espérons néanmoins que cette étude apporte une contribution à l’éclaircissement de la condition spirituelle des Noirs dans l’Audience du Nouveau Royaume de Grenade, et ouvre ainsi de nouvelles perspectives à l’histoire de la culture afro-américaine en posant quelques interrogations pour des recherches futures.

  • 36 Le conquérant Gonzalo Jiménez de Quesada qui le découvrit pour la première fois en 1538 lui donna (...)
  • 37 On trouvera en annexe des cartes aidant à la localisation de nombreux lieux cités tout au long de (...)
  • 38 Nous avons choisi d’adopter cette orthographe pour Santafé de Bogotá dans le Nouveau Royaume de Gr (...)
  • 39 Il dépendait auparavant soit de Santo Domingo, soit du vice-royaume du Pérou.
  • 40 « Vers 1530, le bruit commença à courir qu’il existait dans certaines régions retirées des Dorados(...)
  • 41 La principale voie de pénétration vers l’intérieur s’effectuait par le fleuve Magdalena qui reliai (...)

22La Nouvelle Grenade (autrement appelée Nouveau Royaume de Grenade36) s’inscrivait à peu de choses près dans les frontières de l’actuelle Colombie37. C’est l’Audience de Santafé38, créée par une cédule royale du 17 juillet 1549, qui régit ce territoire pratiquement depuis sa fondation39. Sa juridiction comprenait les provinces de Santafé, Santa Marta, Río de San Juan, Popayán, Carthagène des Indes et la Guyane (les régions qui n’appartenaient pas à celle de Santo Domingo). Au début de la colonisation, les limites du territoire étaient imprécises puisqu’une grande partie restait à découvrir. Toutefois, la contrée légendaire de l’Eldorado40 attira très vite un grand nombre d’aventuriers qui, grâce à leurs nombreuses expéditions, permirent de mieux connaître la géographie du pays qui se présentait comme une succession de régions très individualisées, isolées les unes des autres par un relief abrupt rendant les communications entre elles difficiles41. Certaines zones, pourtant explorées dès le xvie siècle, restaient marginales comme les savanes du bassin de l’Orénoque (les llanos), l’Amazonie et le haut Magdalena ; la région de Pasto quant à elle, était plutôt tournée vers Quito et vers le Pérou. Dans le gouvernement de Popayán, quelques villes très isolées les unes des autres balisaient la route du Pérou. En revanche, le Nord-Est andin, où les Indiens furent très vite décimés, devint une dynamique région d’artisanat et de commerce ; autour de Girón, près de l’actuelle Bucaramanga, se développa une agriculture prospère qui reposait notamment sur le tabac. Au Nord-Ouest, dans l’Antioquia, prospérait une société esclavagiste, dont la richesse reposa, surtout à partir de la fin du xviie siècle, sur l’exploitation des mines d’or de la côte pacifique ; les régions minières, qui ne pouvaient subvenir seules aux besoins alimentaires, étaient approvisionnées par les immenses haciendas des vallées inter-andines. Au cœur de la cordillère orientale se trouvait la seule région densément peuplée. Santafé, siège du pouvoir administratif, abritait entre autres un grand nombre de bureaucrates. Autour, jusqu’aux environs de Tunja, s’étendait une contrée à prédominance agricole avec de grandes encomiendas qui fournissaient la côte caraïbe en nourriture par la voie longue et pénible du fleuve Magdalena. Cette contrée souffrait cependant de son enclavement. La seule région bien intégrée au mouvement général de l’économie coloniale était la côte caraïbe qui vivait d’un élevage très extensif et du commerce de Carthagène des Indes. Cette ville était très prospère car elle servait non seulement d’étape entre l’Espagne, les Grandes Antilles et Panamá, porte du Pérou, mais aussi de plus en plus de port négrier.

  • 42 Orlando Fals Bordá, Historia de la cuestión agraria en Colombia, Bogotá, Carlos Valencia editores, (...)

23La main d’œuvre noire était donc répartie au xviie siècle dans les régions qui correspondent actuellement aux départements du Cauca, Antioquia, Chocó et Bolívar ; la population noire y a donc laissé des traces plus profondes, non seulement dans le caractère et la culture de ses habitants, mais aussi dans l’économie de ces régions42.

24Malgré l’immensité de la Nouvelle Grenade, nous avons essayé d’englober tout le territoire, en nous attachant néanmoins plus particulièrement aux zones esclavagistes. Le peu de documents accessibles sur l’évangélisation des Noirs a motivé l’extension de l’étude, ce qui a permis par ailleurs d’établir une intéressante comparaison entre les différentes régions.

25Afin d’avoir une vision d’ensemble, il nous a semblé opportun de mettre en exergue dans un premier temps, l’argumentaire des « justificatifs » de l’esclavage, sachant que l’une des principales raisons invoquées pour « légitimer » l’esclavage et la traite était d’ordre religieux. La conversion des Africains au christianisme était théoriquement facilitée par leur arrivée dans un pays catholique, même si celle-ci était forcément liée à l’état de servitude. Grâce à l’asservissement du corps, l’âme pouvait devenir libre. La position des papes sur le sujet a été tout d’abord examinée, bien que celle-ci ne fût que le reflet de simples opinions individuelles qui n’avaient pas valeur de magistère, et qui obéirent souvent à des contingences politiques et furent parfois déformées par les puissances catholiques en considération d’intérêts purement matériels. Nous avons remarqué que dans les diverses approches idéologiques sur la justification de l’esclavage et de la traite, ceux-ci étaient souvent présentés comme un mal nécessaire, et donc inéluctable, sauf à rentrer dans les desseins de Dieu, incompatible avec l’égalité des chrétiens devant Lui. Avant d’évoquer les controverses qui animèrent des débats théologico-juridiques des xvie et xviie siècles sur la question, et qui aboutirent chez certains à une remise en cause du bien fondé de la colonisation, nous avons rappelé quelques théories justifiant la réduction en esclavage, telles celle de Thomas d’Aquin sur le droit naturel, celle du Noir « diabolique » (fantasme véhiculé dans l’opinion à l’égard des Africains), ou celle de la « guerre juste ». Nous avons insisté sur la position théorique originale et totalement nouvelle pour l’époque d’Alonso de Sandoval tirée de son expérience pastorale auprès des esclaves de Carthagène des Indes, et avons retracé les idées directrices développées par lui dans son ouvrage De Instauranda Aethiopum Salute (1627). Nous avons également souligné que, pour rendre l’esclavage « légitime », les maîtres avaient, envers leurs esclaves, des obligations que nous rappelons brièvement.

26Comme la responsabilité de l’implantation du christianisme en Afrique incombait aux seuls Portugais, nous avons brièvement évoqué leur action, leurs piètres résultats, et les répercussions sur le travail pastoral du clergé en Amérique, désireux de pallier ces carences.

27Afin de connaître le contexte dans lequel allait se faire l’évangélisation dans l’Audience de Santafé, il était nécessaire de rappeler le rôle de la Couronne dans l’implantation de l’Église en Amérique et plus particulièrement en Nouvelle Grenade, ainsi que la situation du clergé, tant séculier que régulier, comme son installation, ses charges, ses obligations, et ses déficiences en formation, en conduite, et en effectifs (en particulier dans les campagnes où certains bénéfices ecclésiastiques étaient refusés en raison de l’éloignement, du climat, de la pauvreté du pays, ou du manque de ferveur religieuse).

28Nous avons également cherché à déterminer si les autorités civiles et l’Église néo-grenadines avaient eu le souci de l’accueil des Noirs dans la communauté chrétienne, si des dispositions spécifiques existaient dans les textes (civils et ecclésiastiques), et, dans ce cas, à partir de quelle époque. Les Indiens étant par ailleurs considérés comme prioritaires dans l’accès à l’évangélisation en Amérique, il nous a été difficile d’ignorer la documentation les concernant, puisqu’elle s’appliquait aussi, dans certains cas, aux Noirs. Il nous a semblé indispensable de nous arrêter sur des termes génériques tels que « néophyte » et « parroquia de españoles » particulièrement ambigus lorsqu’ils étaient appliqués aux Noirs, car ils montrent à quel point il est difficile de discerner avec certitude si l’évangélisation des Noirs se faisait séparément, ou en commun, avec des Indiens, et/ou des Blancs. Notre intérêt s’est également porté sur les catéchismes néo-grenadins car ils expriment non seulement les principes généraux de la foi, mais aussi très souvent les directives arrêtées par les conciles provinciaux et les synodes diocésains tenus en Nouvelle Grenade. Ils furent l’outil qu’utilisèrent les prêtres pour l’instruction religieuse des « néophytes ». Nous avons essayé de mesurer quelle en fut l’utilisation dans la pastorale des Noirs. Le problème capital du choix de la langue, outil de transmission, a aussi été abordé. D’autre part, étant donné l’importance qu’Alonso de Sandoval accorda à l’évangélisation des Noirs, nous avons dégagé de l’ouvrage De instauranda Aethiopum salute, quelles étaient, selon lui, leurs principales obligations en matière religieuse.

29Nous avons ensuite tenté, à partir de l’étude de créations et de désagrégations de paroisses et de doctrines, de décrire le travail d’évangélisation réalisé dans les différents évêchés (Carthagène, Santa Marta, Popayán, et Santafé), ainsi que les obstacles rencontrés. Malheureusement ces recherches n’ont pas été aussi fructueuses que nous l’espérions car les documents à notre disposition concernaient plus souvent les Indiens que les Noirs.

30Le déclin de l’encomienda, parce que réduite par la Couronne dans sa durée de concession, et l’émergence, puis la prédominance progressive de l’hacienda, eurent des conséquences sur la répartition des populations des campagnes tant indiennes que noires dont le sort était intimement lié, tant dans le travail que dans l’instruction et la pratique religieuse chrétienne. Les déplacements de population avaient entraîné un aménagement des structures rurales, dont l’hacienda fournissait l’exemple. L’Église dut modifier au mieux l’espace pastoral, soit en changeant les limites des paroisses existantes, soit en créant de nouvelles paroisses au détriment des précédentes, soit en recourant à la création territoriale de doctrines spécialisées pour les Indiens et/ou pour les Noirs. Les temps d’enseignement dans les doctrines étaient variables selon le nombre de catéchumènes. C’est ainsi que, dans certaines zones où la population indigène avait été décimée, les Noirs, en plus grand nombre, bénéficiaient d’un temps d’enseignement plus long que les Indiens qui devaient parfois se déplacer jusqu’au lieu où le prêtre effectuait la doctrine pour l’ensemble des « survivants », dispersés dans les campagnes reculées.

31Les difficultés rencontrées dans l’évangélisation des Noirs étaient des plus diverses et malaisées à résoudre parce qu’elles relevaient des décisions d’autorités successives tant laïques que religieuses (ce qui soulevait parfois entre elles des problèmes de limites dans leurs compétences respectives), et que la solution de l’une d’entre elles avait souvent pour effet d’en entraîner d’autres. Les principaux points de friction que l’on retrouve, à quelques variantes près, étaient souvent la conséquence des critères géographiques retenus pour la délimitation des zones d’évangélisation qui étaient respectivement dévolues, ce qui avait une répercussion sur l’attribution des dîmes. L’examen du cas par cas met en évidence la répétition de telles situations dans les évêchés de Nouvelle Grenade.

32Les Jésuites ont joué un rôle primordial dans l’évangélisation des Noirs, soit à Carthagène des Indes, port négrier, soit dans les villes où ils avaient des Collèges. L’action entreprise par le recteur des Jésuites de Carthagène, Martín de Funes, pour créer des « missions de Guinée » pour assurer efficacement et exclusivement l’évangélisation des Noirs par son Ordre a été tout d’abord soulignée. En raison des pratiques pastorales douteuses des prêtres portugais en Afrique, les Jésuites de Carthagène s’étaient presque exclusivement consacrés à cette tâche concernant des gens considérés par les prêtres séculiers et réguliers de la ville comme « sales, inintelligents et de mœurs irréformables ». Alonso de Sandoval et Pierre Claver se distinguèrent dans ce ministère, c’est pourquoi ils trouvent naturellement une place de choix dans cette étude. Nous avons examiné ensuite la « méthode jésuite » qui consistait, tout en conservant le minimum des gestes du rituel pour préserver la validité de l’acte sacramentel, à se mettre au niveau des récipiendaires des sacrements. Cette politique d’ouverture fut étendue à la didactique pastorale en utilisant notamment des procédés pédagogiques adaptés tels que l’image, les répétitions mnémotechniques et les récompenses. Nous avons porté une attention particulière à la méthode préconisée par Alonso de Sandoval et appliquée par Pierre Claver. Nous avons également montré, en nous appuyant sur les exemples fournis par eux, quels furent les critères usuellement suivis par les Jésuites dans l’administration des sacrements du baptême, de pénitence, de la communion, du mariage, de l’extrême onction, et de l’Ordre.

  • 43 Roger Bastide, Les Amériques noires, Paris, Payot, 1967, chapitre IV.

33Dans la dernière partie de cette étude, consacrée au rapport qu’entretenaient les Noirs avec la religion, nous nous sommes placés cette fois dans une perspective ethno-sociologique. Après un bref mais indispensable aperçu des religions d’Afrique, qui a permis de déceler de possibles survivances de croyances ancestrales dans la religion des Noirs d’Amérique, même après avoir été officiellement convertis, nous avons recensé les moyens utilisés par l’Église pour obtenir, conserver ou accentuer la dévotion des fidèles. Nous avons insisté particulièrement sur les fêtes religieuses et sur les confréries, en principe destinées à développer la foi mais qui donnaient parfois lieu à des dérives, ou, dans le cas des actes cérémoniels, à des interprétations directement liées aux croyances ancestrales. Si l’on considère l’importance occupée par l’image dans la piété des Noirs, la marge est très étroite entre l’acte de foi, la superstition et le fétichisme. Comme l’a remarqué Roger Bastide, il y eut souvent une « mosaïque de cultures » du fait de l’emprunt par des ethnies de dieux qui leur étaient étrangers, du fait qu’ils étaient considérés comme plus puissants et encore parce que chaque individu adaptait plus ou moins la religion chrétienne en fonction de sa propre culture, de sa propre identité, de sa propre sensibilité et de son propre vécu43. Il s’ensuit que le contenu des concepts « acculturation », « déculturation » et « syncrétisme » doit être entendu, selon nous, dans un sens relatif.

34Les différents moyens de contrôle destinés à éviter les déviances reprochées aux Noirs ont aussi attiré notre attention. Tout comme les missions aux résultats pastoraux spectaculaires, qu’organisaient les religieux, constituaient, comme les visites de l’évêque et du gouverneur-visitador, des moyens indirects de contrôle de la rectitude de vie de la population servile, les associations telles que les confréries ou les cabildos, ciment de la communauté chrétienne locale et de celui de la communauté culturelle de ses membres, furent un moyen de contrôle social. Mais il s’y adjoignait également, et peut-être surtout, la surveillance par l’Inquisition à laquelle les Noirs, à la différence des Indiens, étaient soumis.

35Malgré ce contrôle, les cas de résistance à la conversion, plus ou moins forcée, à la foi chrétienne sont nombreux. Une place a été réservée dans leur étude à l’attitude adoptée par certains mahométans. Nous avons également examiné les différents cas de pratiques déviantes telles que le blasphème, le reniement, la magie, et la sorcellerie. Leurs auteurs furent pourchassés comme sospechosos de fe par le Tribunal de l’Inquisition de Carthagène des Indes (créé en 1610). La question de l’orthodoxie ou de l’hétérodoxie de ces pratiques se posait en particulier lorsque le « magicien », parfois chrétien voire confirmé, pratiquait un syncrétisme afro-chrétien, en invoquant notamment le nom de Jésus. Nous avons tenté de mettre en relief les survivances de croyances africaines lors de l’examen de ces pratiques déviantes qui peuvent aussi être considérées comme actes de résistance à l’acculturation. Dans l’étude de celles-ci, nous avons remarqué que le délit de sorcellerie fut principalement poursuivi dans la première moitié du xviie siècle, laissant place par la suite à celui de guérisseur (curandero) ou empoisonneur (yerbatero). Les Inquisiteurs avaient en effet de plus en plus de mal à croire à la réalité des vols nocturnes mais ne pouvaient ignorer les maladies, ou les décès, provoqués par quelques breuvages aux vertus « magiques », ni les assemblées clandestines qui dégénéraient souvent en beuveries ou en « danses malhonnêtes et indécentes », au cours desquelles Noirs et Mulâtres semblaient se réunir surtout pour comploter. Nous avons établi que trois endroits furent spécialement concernés par la sorcellerie : Carthagène, Zaragoza et Tolú, lieux de forte concentration de population esclave. La comparaison entre un procès civil et trois autres procès jugés par le Tribunal de l’Inquisition nous a permis, non seulement de remarquer un changement dans l’esprit des juges à l’égard de la sorcellerie, mais encore, d’observer qu’en fonction de leur lieu d’origine, les sorciers recouraient soit exclusivement aux croyances africaines, soit faisaient des emprunts à des pratiques issues de l’imaginaire occidental du Moyen Âge.

36Tout au long de cette étude, nous nous sommes gardés de tout préconçu idéologique ou de tout manichéisme et nous sommes fondés exclusivement sur les documents replacés dans le contexte de leur époque. Pour ce faire, nous avons tenu compte du fait que la conception chrétienne de la personne considère celle-ci en fonction d’une prééminence de la vie éternelle sur la condition terrestre, ce qui la différencie de la philosophie égalitariste des Droits de l’Homme, et que l’opinion publique de l’époque a majoritairement considéré l’esclavage et la traite comme des maux nécessaires, faute, en dehors du travail humain, de pouvoir disposer d’autres moyens de production, l’évangélisation des Noirs permettant de sortir ceux-ci des Ténèbres. D’autre part, nous avons essayé, dans la mesure du possible, d’analyser tous les facteurs avec l’esprit de l’époque, bien étranger à nos conceptions actuelles.

Notes

1 Les autres étapes furent successivement la prise de Tunis par Charles Quint (1535), et la victoire de Lépante (1571).

2 Galions et caravelles disposaient de plusieurs voiles (combinaison de voiles carrées et latines) plus faciles à manœuvrer, d’un gouvernail (dit d’étambot) pivotant sur gonds, d’un loch (cordelette assortie d’un flotteur et munie de nœuds régulièrement espacés qui permettait de mesurer la vitesse du navire), de l’astrolabe et de tables de calcul pour faire le point ; les longitudes et latitudes restaient en revanche inconnues.

3 On finit par situer cette contrée mythique dans le royaume d’Abyssinie. Au début du xive siècle, les Portugais apprirent grâce à des expéditions en Éthiopie, que ce royaume était moins important et moins riche qu’on ne l’avait cru jusqu’alors, et qu’il était menacé par les musulmans. Ils allèrent au secours de l’Abyssinie chrétienne et prirent conscience alors des différences de doctrine et de rites entre les coptes abyssins et les catholicismes romains. Alain Milhou, « La péninsule ibérique, l’Afrique et l’Amérique », Histoire du christianisme des origines à nos jours, t. 8 : Le temps des confessions (1530-1620/30), sous la responsabilité de Marc Venard, Paris, Desclée, 1992, p. 690.

4 Pour plus de précisions, voir Jean Jolly, « L’histoire de l’Afrique des origines à la fin du xviiie siècle », Les Cahiers de l’Histoire no 61, novembre 1966, Paris, SEDIP, p. 89 ; Nana-Kow Bondzie, « La “découverte” : un point de vue africain », L’Afrique entre l’Europe et l’Amérique. Le rôle de l’Afrique dans la rencontre de deux mondes (1492-1992), dirigé par Elikia M’Bokolo, Paris, UNESCO, 1995, p. 48-49 ; B. Bennassar, J. Jacquart, F. Lebrun, M. Denis, N. Blayau, Historia moderna, Ediciones Akal, 1994, (1re éd. 1980), p. 22.

5 William D. Phillips Jr., Historia de la esclavitud en España, Madrid, Playor, 1990, p. 140.

6 Les Canaries avaient sûrement été reconnues par la flotte du Roi Juba II de Maurétanie entre l’an 25 avant Jésus-Christ et 25 de notre ère. En 1402, Jean de Béthencourt, noble Normand investi, par Henri III de Castille, de la seigneurie sur les îles, fut le premier conquistador d’une partie de l’archipel (Lanzarote et une partie de Hierro) ; en 1420, des lignages sévillans conquirent le reste (Hierro en entier, Gomera). La Grande Canarie d’une part, et La Palma et Tenerife d’autre part, furent respectivement conquises en 1483 et 1493 par la Couronne de Castille. William D. Phillips Jr., Historia de la esclavitud..., op. cit., p.158 ; Bartholomé Bennassar, Histoire des Espagnols, Paris, Armand Colin, 1995, t. I, p. 325.

7 Avec la conquête des Canaries, on assiste à un changement dans la manière de concevoir l’esclavage, à la suite de l’extermination des habitants de l’île (les Guanches), les captures d’esclaves en Berbérie s’avérèrent indispensables pour assurer les travaux des champs. Après les Canaries, les îles des Açores et de Madère furent exploitées pour la culture de la canne à sucre. Ces îles servirent en quelque sorte de laboratoire où furent élaborés les moyens de conquête appliqués par la suite à l’Amérique. Voir à ce sujet William D. Phillips Jr., Historia de la esclavitud, op. cit., p. 139-161 ; Javier Laviña, « Iglesia y esclavitud en Cuba », América Negra, junio 1991, no 1, Bogotá, p. 12.

8 Avec l’invasion arabe, le monde européen fut coupé du monde asiatique, et toute pénétration en Afrique Septentrionale et Occidentale sous domination musulmane était impossible. Les échanges commerciaux passaient donc toujours par des intermédiaires musulmans. Or, le monde occidental, malgré l’accélération de l’exploitation des mines d’argent d’Europe Centrale, manquait d’espèces « sonnantes et trébuchantes », et l’or qui circulait en Europe, en petites quantités, provenait des échanges commerciaux effectués avec l’Afrique du Nord musulmane qui s’approvisionnait directement dans les royaumes de Ghana, au Mali et au Songhaï. L’idée d’aller chercher l’or directement à sa source fut une des motivations des grands voyages d’explorations et de « découvertes ». L’autre grande motivation consistait à briser le monopole du commerce avec l’Asie de produits précieux et variés tels que tissus, parfums, sucre et surtout épices que détenaient les grands États-cités maritimes (Venise, Gênes et Trieste) qui allaient chercher ces produits dans les ports du Levant (Alexandrie, Antioche, Smyrne), déjà acheminés par de longues routes asiatiques. Les objectifs étaient donc multiples : il s’agissait de monopoliser le commerce avec l’Afrique Occidentale, ne plus être tributaires des routes commerciales vers l’Orient contrôlées par les Levantins, de trouver un passage vers l’océan Indien pour acheter directement les produits qu’il serait encore rentable de rapporter d’Orient.

9 Pour plus de précisions sur l’impulsion que donna Henri le Navigateur aux voyages de découverte, ainsi que sur ses motivations et celles de ses collaborateurs, on se reportera à Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs au Pérou xvie et xviie siècles, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 37-39.

10 Rançon d’autres Maures plus importants que les marins portugais avaient capturés après les avoir pourchassés comme des bêtes sauvages. James Pope-Hennessy, La traite des Noirs dans l’Atlantique, 1441-1807, Paris, Fayard, 1969 (1re éd. En anglais 1967), p. 49.

11 Nous reviendrons plus avant sur les différentes théories de justification de l’esclavage et de la traite, et sur la notion de guerre juste.

12 James Pope-Hennessy, La traite des Noirs dans l’Atlantique..., op. cit., p. 18.

13 Outre São Jorge da Mina en 1482, Fernando Poo en 1483, Zanzibar en 1503 et Accra en 1515.

14 Le doublement du Cap de Bonne Espérance par Vasco de Gama (1497) permit aux Portugais, en rendant longtemps la route secrète, d’accéder aux épices de l’Inde Orientale, en fondant la forteresse de Sofala sur la côte Orientale de l’Afrique, d’étendre depuis ce lieu la traite négrière, en éliminant progressivement les marchands négriers arabes qui exerçaient antérieurement cette activité sur la place de Zanzibar. Comme l’observe K. M. de Queirós Mattoso, « la voie maritime va désormais supplanter les chemins qui, traversant le Sahara, avaient fait la puissance des vieux empires du Ghana, du Mali, la richesse de Tombouctou et de Djenné, fournisseurs d’ivoire, d’or et d’épices ». Katia M. de Queirós Mattoso, Être esclave au Brésil, xvie-xixe siècles, Paris, L’Harmattan, 1994. p. 17.

15 Ildefonso Pereda Valdés, Negros esclavos y negros libres : esquema de una sociedad esclavista y aporte del negro en nuestra formación nacional, Montevideo, s.ed., 1941, p. 34 ; Alphonse Quenum, Les Églises chrétiennes et la traite atlantique, du xve au xixe siècles, Paris, Karthala, 1993, p. 82.

16 À l’initiative d’Henri le Navigateur, un petit groupe d’officiers seigneuriaux administrant l’apanage africain du prince siégea d’abord à Lagos, puis, au commencement du règne de Jean II, après la construction de la forteresse de Saõ Jorge da Mina, la Casa da Guiné changea de nom et devint la Casa da Guiné e Mina et fut transférée à Lisbonne. Au retour des Indes de Vasco de Gama (1502), apparut la Casa de India. Ces deux organes, bien que distincts, étaient placés sous la direction du même fonctionnaire chargé de la coordination des deux administrations. Dès 1591, le Conselho da fazenda (Conseil des finances) donnait son avis sur les questions coloniales jusqu’à la création du Conseil d’outre-mer après 1640.

17 James Pope-Hennessy, La traite des Noirs..., op. cit., p. 49-50.

18 Pour financer la défense des côtes de la province de l’Algarve, les papes avaient cédé la dîme levée sur les biens du clergé, en 1341, pour deux ans, en 1355 pour quatre ans, et en 1376 et 1377 pour deux ans. Yves Bottineau, Le Portugal et sa vocation maritime. Histoire et civilisations d’une Nation, Paris, ed. De Boccard, 1977, p. 107.

19 Avec la naissance du protestantisme, le pape perdit une partie de son prestige politique, moral et spirituel. Comme l’écrit A. Quenum, « la guerre sans merci déclenchée entre les partisans du pape et les antipapistes, considérés comme des hérétiques indésirables et dangereux pour la chrétienté, va se manifester dans les rapports avec le Nouveau Monde dont le moteur économique est le commerce négrier ». Alphonse Quenum, Les Églises chrétiennes..., op. cit., p. 96.

20 Par une constitution du 6 novembre 1436, le Pape Eugène IV voulait préserver la paix entre les royaumes de Castille et du Portugal ; il y déclarait qu’en accordant au Roi de Portugal la conquête des Canaries encore païennes, il n’avait pas voulu porter préjudice au Roi de Castille et qu’il subordonnait cette concession aux réclamations que pourraient présenter des tiers. Par un traité conclu le 4 septembre 1479, les Canaries entraient sous domination de la Couronne de Castille, et le Portugal obtenait le monopole de commerce et découvertes le long de la côte d’Afrique. Le roi Ferdinand, en accord avec le pape Sixte IV, décida de laisser la liberté aux indigènes guanches. Mais cette décision ne fut pas réellement suivie d’effets puisque la population, décimée, fut progressivement remplacée par de la main d’œuvre noire (prélude à ce qui allait se passer en Amérique). Ibid., p. 69, 74.

21 Dans une lettre du 22 octobre 1443, le régent Dom Pedro accordait à son frère l’infant Henri le monopole de la découverte et de son exploitation sur la côte d’Afrique au sud du cap Bojador ; il lui octroyait aussi le quint et le décime de la cargaison dont, à leur retour, seraient chargés ses navires, ou ceux dont il aurait permis la navigation. Yves Bottineau, Le Portugal et sa vocation maritime..., p. 115.

22 Le privilège du Patronat s’inspirait d’une tradition qui remontait au ve siècle. Depuis cette date en effet, le Saint-Siège avait établi la coutume de récompenser la foi et la générosité des fondateurs d’églises et de monastères en leur concédant certains privilèges pour la création de fondations. Ceci avait pour but de multiplier les bénéfices ecclésiastiques, ainsi que les lieux de culte et les édifices propices à l’enracinement ou tout du moins au renforcement de la foi. Par le privilège du Patronat, l’Église reconnaissait au donateur le droit de présenter devant l’autorité compétente, et soumettre à son choix un ou plusieurs clercs pour que lui soient attribués les revenus du domaine attaché à la fondation. Selon les Siete Partidas, la faculté du Patronat s’acquérait « por el suelo que da e la eglesia en que la facen ». La personne qui bénéficiait du droit de Patronat pouvait être laïque, ecclésiastique ou royale. Ce privilège fut longuement discuté au Moyen Âge. Le concile de Trente (1545-1563) annula tous les Patronats privés et tous les bénéfices dont les titulaires ne pourraient exhiber des titres suffisants. Il s’agissait entre autres de s’assurer que les prêtres chargés des églises avaient une formation suffisante pour assurer l’instruction religieuse des paroissiens. Antonio Ybot Leon, La Iglesia y los eclesiásticos españoles en la empresa de Indias, Barcelona, Salvat ed., 1962, t. 16, chap. 8, p. 293-297.

23 Jean-Pierre Tardieu, L’Église et les Noirs..., op. cit., p. 40-45 ; Alphonse Quenum, Les Églises chrétiennes..., op. cit., p. 67-75 ; Elisa Silva Andrade, « Le Cap-Vert dans l’expansion européenne », L’Afrique entre l’Europe et l’Amérique, (dir. Elikia M’Bokolo), op. cit. Paris, UNESCO, 1995, p. 71 ; S. U. Abramova, « Aspectos ideológicos, religiosos y políticos del comercio de esclavos negros », La trata negrera del siglo xv al xix, Barcelona, Serbal, 1981, p. 26.

24 Pour une plus ample information sur l’esclavage en Andalousie, on pourra justiconsulter Alessandro Stella, « L’esclavage en Andalousie à l’époque moderne », Annales économies, sociétés, civilisations (E.S.C.), 1992, p.35-63.

25 À propos de la décadence de l’institution de l’esclavage en Espagne, on consultera William D. Phillips Jr., Historia de la esclavitud, op. cit., p. 178.

26 La division établie par la bulle Inter Caetera donnait à l’Espagne toutes les terres se trouvant à l’ouest d’une ligne tirée d’un pôle à l’autre passant à cent lieues à l’ouest des Açores et du Cap-Vert. Cette division, des plus arbitraires, ne donnait qu’une toute petite partie de l’Amérique aux Portugais qui obtinrent, grâce aux nouvelles délimitations fixées par le traité de Tordesillas du 7 juin 1494, avec le recul de la ligne de partage à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert, outre la domination de toute la côte occidentale de l’Afrique, une part plus importante de territoire en Amérique.

27 À la suite de la découverte du Nouveau Monde et dès les premiers voyages de retour, les Espagnols avaient ramené dans la péninsule des Indiens, vendus à bon prix, non pas pour leur capacité au travail servile mais plutôt pour leur valeur exotique.

28 Cette restriction donna lieu à bien des abus. Les Arawaks aux Antilles et les Lucayos aux Bahamas furent, avec l’aval des autorités, réduits en esclavage : les seconds furent transportés à Saint Domingue pour remplacer les premiers qui avaient été quasiment exterminés à la suite d’un travail servile auquel ils n’étaient pas habitués. À mesure des découvertes, l’esclavage des Indiens s’étendit au continent américain.

29 P. Chaunu analyse très exactement la portée de ces Lois Nouvelles : « L’administration espagnole aux Indes [...] repose [...] sur la fiction juridique des deux Royaumes : celui des Espagnols et celui des Indiens. C’est sur ce principe que s’appuie la construction des nouvelles Lois (1542), qui s’efforce d’éteindre le pouvoir direct des colons sur les Indiens par l’encomienda issue de la législation des Repartimientos de la Conquête. Le Roi est le roi des Indiens. Il les gouverne suivant leurs lois, dans la mesure où elles ne s’opposent pas au droit naturel, en s’appuyant sur la hiérarchie indigène des chefs traditionnels, les caciques. Les Indiens acquittent un tribut en signe de sujétion. Entre les deux sociétés et dans un désir affirmé de protection des plus faibles, une stricte séparation est maintenue. Le principe de la dualité et de l’égalité dans la différence supposait, évidemment, l’abolition de l’encomienda ». Pierre Chaunu, L’Espagne de Charles Quint, Paris, SEDES, 1973, p. 430.

30 Il y était dit : « Item, ordenamos y mandamos, que de aquí adelante por ninguna causa de guerra, ni otra alguna, aunque sea so título de rebelión, ni por rescate, ni de otra manera, no se pueda hacer esclavo indio alguno. Y queremos, y mandamos que sean tratados como vasallos nuestros de la Corona de Castilla pues lo son [...]. Procurando que los Indios sean muy bien tratados e instruidos en nuestra Santa fe católica, y como vasallos nuestros libres [...] ». Cité par Juan Solorzano Pereyra, Política indiana, [prol. de Francisco Tomás y Valiente], Madrid, Biblioteca Castro, 1996 [1re éd. 1647], t. 1, livre II chap. I, p. 179.

31 Par ce traité, Alexandre VI Borgia avait attribué aux Portugais tous les territoires situés à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert, c’est-à-dire non seulement toute la côte occidentale de l’Afrique, avec les répercussions sur l’organisation du trafic négrier que cela impliquait, mais également le Brésil, lorsqu’il fut découvert par Pedro Alvares Cabral quelques années plus tard (1500). La canne à sucre cultivée sur la côte est de l’Afrique (Corne d’Or donnant sur la mer d’Oman) fut transplantée au Brésil et en fit sa richesse. En 1600, le Brésil comptait 130 plantations exportant 16 000 tonnes de sucre et 70% des ouvriers étaient des esclaves noirs. On trouvera le texte du Traité de Tordesillas dans Tratado de Tordesillas I y II. Estudio de Juan Pérez de Tudela. Descripción y transcripción de los documentos de Tomás Marín Martínez y José Manuel Reiz Asencio, Colección Tabula Americae, Madrid, Editorial Testimonio, 1990, p. 118, 119.

32 Pour une plus ample information sur l’esclavage en Andalousie, on consultera Alessandro Stella, « L’esclavage en Andalousie à l’époque moderne », op. cit., p. 35-63.

33 On trouvera une définition des asientos dans le glossaire.

34 Les Hollandais, les Anglais, et les Français cherchèrent très tôt à disloquer les domaines réservés portugais et finirent par y parvenir. Les privilèges de la Couronne portugaise, première bénéficiaire de l’augmentation de la demande de main d’œuvre en Amérique, durèrent jusqu’en 1640 (année de séparation des deux Couronnes espagnole et portugaise). Après une longue interruption dans les envois licites d’esclaves noirs, l’Espagne attribua un asiento en 1669, aux commerçants gênois, Domingo Grillo et Ambrosio et Agustín Lomelín, qui, n’ayant pas de comptoirs en Afrique, s’adressèrent aux négociants hollandais pour l’approvisionnement de main d’œuvre esclave puisque les Hollandais avaient construit leur premier fort à Nassau en 1611, installé en 1638 leur centre d’opérations à Elmina, et également occupé quatre îles, face aux côtes du Venezuela, dont celle de Curaçao (1633) qui servit de dépôt de marchandises et d’esclaves noirs, et d’où s’exerçait la contrebande avec les pays voisins. L’hégémonie hollandaise cessa en 1692. Le commerce passa ensuite successivement entre les mains des Portugais (en 1693, avec la Compagnie de Cacheu), des Français (1701, avec la Compagnie de Guinée), et des Anglais (1713, avec la Compagnie des Mers du Sud). Avec l’arrivée de Charles III sur le trône en 1759, les marchands de Cadix et de Séville, qui jusqu’alors avaient bénéficié exclusivement des retombées économiques du marché du « bois d’ébène », durent abandonner le monopole économique dont ils jouissaient en faveur d’autres marchands, en particulier à ceux de Valence, Barcelone et du Guipuzcoa. À partir de 1778, l’Espagne put s’approvisionner directement en main d’oeuvre noire, grâce aux deux îles d’Annobon et Fernando Poo, dans le golfe de Guinée, que le Portugal lui avait cédées. Céspedes del Castillo, Guillermo. América Hispánica, 1492-1898, (dans Historia de España, tomo VI), Barcelona : Ed. Labor, 1994, p. 109-111. Sur le phénomène de contrebande en Nouvelle Grenade, on pourra consulter Hélène Vignaux : « L’acquisition d’esclaves noirs en Nouvelle Grenade à l’époque coloniale : contrebande et autres fraudes », Bernard Grunberg (éd.), Cahiers d’Histoire de l’Amérique Coloniale, n° 3, L’Harmattan, 2007.

35 Le xviie siècle néo-grenadin nous a paru d’un particulier intérêt dans la mesure où il s’agit d’une période encore hésitante mais en pleine évolution d’autant plus que les travaux concernant cette période sont peu nombreux, la plupart se rapportant au xvie siècle, époque de découverte et conquête, c’est-à-dire de tentative de mise en place d’un système, avec ses hésitations, ses erreurs et ses abus, les autres se rattachant au xviiie siècle, où l’ensemble des fondements de la société sont établis et où l’on assiste aux prémices des mouvements d’indépendance. Par ailleurs, l’esclavage ayant pris beaucoup d’ampleur en Nouvelle Grenade au xviiie siècle, les documents relatifs à ce siècle concernant Noirs et Mulâtres sont très abondants, attirant de ce fait la plupart des chercheurs qui leur ont consacré leurs études. Aussi, à part quelques documents particulièrement intéressants et justifiant une extension du champ de recherche aux xvie et xviiie siècles, la grande majorité des sources utilisées dans cette étude ne se rapporte qu’au xviie siècle et proviennent de différents fonds d’archives (Archivo General de la Nación et Bibliothèque Nationale de Bogotá, Archivo General de Indias de Séville, Archivo Histórico Nacional et Bibliothèque Nationale de Madrid, Archivo de la Provincia de Toledo d’Alcala de Henares, Archivum Romanum Societatis Iesu de Rome, Archivo Histórico de Antioquia de Medellin-Colombie). Grâce aux sources inquisitoriales notamment, nous possédons une information de grande valeur concernant les procès pour sorcellerie et magie intentés contre Noirs et Mulâtres au cours du xviie siècle ; ces documents qui suscitent de nouveau l’intérêt des chercheurs, sont particulièrement intéressants pour l’étude de pratiques réprimées.

36 Le conquérant Gonzalo Jiménez de Quesada qui le découvrit pour la première fois en 1538 lui donna ce nom en souvenir du Royaume de Grenade dont il était originaire. Ce n’est qu’au xviiie siècle que la Nouvelle Grenade devint un vice-royaume (1717, tout d’abord, puis création définitive en 1739).

37 On trouvera en annexe des cartes aidant à la localisation de nombreux lieux cités tout au long de ce travail.

38 Nous avons choisi d’adopter cette orthographe pour Santafé de Bogotá dans le Nouveau Royaume de Grenade, afin d’éviter toute confusion possible avec Santa Fe en Argentine.

39 Il dépendait auparavant soit de Santo Domingo, soit du vice-royaume du Pérou.

40 « Vers 1530, le bruit commença à courir qu’il existait dans certaines régions retirées des Dorados, des caciques aussi riches que les empereurs du Mexique et du Pérou. Il est probable que les Indiens des régions explorées par les Espagnols répandaient diverses fables dans le but d’éloigner ces étrangers avides et brutaux. Cependant le modèle réduit en or de barque cérémonielle correspond en tout point à la description du “sacre” du cacique de Guatavita : après six ans de mortifications dans une caverne, le nouveau cacique, nu et entièrement recouvert de poudre d’or, prenait place sur une barque cérémonielle richement parée ; parvenu au centre du lac, il y précipitait en offrandes aux dieux de grandes quantités d’or et d’émeraudes. On n’a pas retrouvé de trésors engloutis au fond du lac de Guatavita ». Jean-Pierre Minaudier, Histoire de la Colombie : de la Conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 25-26.

41 La principale voie de pénétration vers l’intérieur s’effectuait par le fleuve Magdalena qui reliait le port de Carthagène des Indes à Santafé, siège de l’Audiencia. Les courants, les inondations ou les attaques des Indiens hostiles rendaient la navigation difficile, d’autant plus que les embarcations étaient très rudimentaires et fragiles ; face à de telles conditions, il fallait compter environ quarante jours pour se rendre d’une ville à une autre. Le transport terrestre n’était pas plus aisé. Le voyage devait s’effectuer en dehors des saisons de pluie : les chemins devenaient vite impraticables par manque de ponts. Les principales voies étaient la route transandine d’Ibagué à Cartago qui reliait la vallée du Magdalena à celle du Cauca ; celle de Cali à Buenaventura, qui reliait la vallée du Cauca à la mer ; enfin celle du Pérou, par Popayán et Pasto. Les principales villes étaient cependant souvent reliées entre elles par de simples sentiers ; les chemins étaient, de manière générale, fort mal entretenus, hormis celui qui reliait le port de Honda et la ville de Santafé, fréquemment emprunté.

42 Orlando Fals Bordá, Historia de la cuestión agraria en Colombia, Bogotá, Carlos Valencia editores, 1982, p. 54. On trouvera leur répartition géographique plus en détail dans Hélène Vignaux, Esclavage et rébellion : la construction sociale des Noirs et des Mulâtres, Nouvelle Grenade — xviie siècle, ETOILL, Publications université Montpellier 3, 2007, p. 59-99.

43 Roger Bastide, Les Amériques noires, Paris, Payot, 1967, chapitre IV.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search