Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contes e cants

 | 
Claire Torreilles
, 
Marie-Jeanne Verny

Qu’est-ce qu’un conte de tradition orale ?

Josiane Bru

Texte intégral

1Avant propos : Antonin Perbosc (1861 - 1944), collecteur de littérature orale et poète occitan.

2Pourquoi, alors qu’on m’avait invitée à parler de Perbosc, poète et écrivain occitan, ai-je préféré parler du conte de tradition orale en général ? Les deux objets d’étude sont pour moi intimement liés. La découverte de l’œuvre ethnographique d’Antonin Perbosc est un travail ancien, qui a donné lieu à publications et l’édition critique d’une partie de sa collecte de littérature orale est à l’origine du chantier et de la réflexion que je conduis actuellement sur les contes populaires du domaine français.

3La plus grande partie de l’œuvre poétique de Perbosc s’appuie sur la littérature orale qu’il a recueillie - au départ dans le but de recherche et de « reconstruction » de la langue occitane telle qu’elle était parlée dans sa région - en une aventure pédagogique très originale en son temps, avec ses élèves de Comberouger (Tarn et Garonne, à la limite des parlers languedocien et gascon) réunis en « société traditionniste » dans les premières années du xxe siècle.

4Parti pris personnel de Perbosc, intérêt pour la culture du peuple et l’oeuvre collective qui se transmet dans l’oralité traditionnelle - mais aussi parti pris théorique en ce qui concerne la création : la littérature ne peut être que re-dite. On n’invente rien et le poète ne peut que jouer sur la forme, sur les formes du dire : « La forme est tout ». Ethnographe en relation avec les grands folkloristes de son époque, soucieux d’appliquer et de faire connaître les normes de la collecte et la transcription des récits populaires notamment, Perbosc a pratiqué les deux types d’écriture : ethnographique et littéraire et il a tenu à les séparer sans ambiguïté. Il transcrit selon les normes scientifiques en vigueur à l’époque les récits recueillis en vue d’une monographie communale et écrit les siens en vers occitans : « contes recontats », puisés aux sources orales ou bien réécriture d’oeuvres littéraires anciennes elles-mêmes issues de la tradition populaire, comme les légendes des deux Livres des Oiseaux ou les Fabliaux :

« fablèls medievals que l’autor a, non pas traduzits, mas librament imitats, revirats, trescolats [...] en i mesclant mai d’un cap d’endevenensas culidas dins de contes popularis occitans. » (Perbosc 1936a, p. 7 graphie originale)

5ou encore :

« Se veira pron que l’autor dels novèls Fablèls n’a gardât dels vièls que sà que li a agradat, mai-que-mai so que los aparenta a de contes popularis occitans, en i apondent un brave pauc de so que ses tròp avalit de las kuteraturas, mas qu’es demorat plan vivent dins nòstra lenga e dins nòstras traditions » (Perbosc 1936b, p. 7)

6On trouvera l’exposé de son aventure ethnographique, très ancrée dans le mouvement folkloriste (« traditionniste ») de son temps, dans les présentations que j’ai rédigées pour les Contes et Nouveaux contes licencieux de l’Aquítaine (Perbosc 1984 et 1987).

1. Contes recueillis et textes en recueils

7Comme le montre le titre de ces journées sur les contes et chants, c’est dans les recueils et l’écriture que l’on va chercher les productions orales pour les étudier. C’est également ce que je fais, professionnellement : tenter de continuer un catalogue de contes populaires - de contes de tradition orale - quasiment à partir de leurs seules transcriptions et de leur édition dans des ouvrages ou dans des revues, publiés après que les Contes de l’enfance et du foyer des frères Grimm a déclenché, en Europe d’abord la vague déferlante de collectes dont certaines sont évoquées dans ces journées d’étude. Il s’agissait en recueillant les contes de sauver de beaux textes dont l’étrangeté autant que la ressemblance au delà des frontières étonnait, sans aucun doute des reliquats de mythes... (Voir Belmont 1999, ch. 1).

8Se succèdent alors les théories sur l’origine des contes et la nostalgie d’un temps d’avant leur dégradation progressive, dans le bouche à oreille, avant que l’écriture ne vienne maintenir ferme le sens et la forme de textes ainsi livrés aux aléas de la mémoire du peuple, avec toutes les connotations négatives que l’on met sous ce terme.

9Plutôt que d’un auteur, fût-il un ethnographe de premier plan, il m’a paru plus intéressant de parler du conte populaire en deçà de son passage à l’écrit.

  • 1 A quelques exceptions près, comme Nicole Belmont, ethnologue, à l'EHESS, Bernadette Bricout, profe (...)
  • 2 Comme les recueils des contes du Cabinet des Fées, les Contes de Perrault, des frères Crimm, d'And (...)

10Difficile de cadrer une intervention sur un sujet très en marge de l’enseignement1, en France, un sujet qui pour beaucoup relève encore du folklore et/ou de l’exotisme alors que nombre de chercheurs travaillent sur des aspects du conte (linguistique, sémiologie), des formes ou des périodes particulières, des recueils2.

11Que savent du conte les jeunes, les étudiants, en dehors des livres pour enfants, de Wald Disney ?

12En dehors des recueils de textes nommément désignés comme contes (c’est à dire n’importe quelle sorte de récit relativement bref), sommes-nous capables de reconnaître le conte lorsqu’il se glisse dans le discours ordinaire, quand il surgit à l’improviste, sous une forme inattendue ? Alors que les « institutions de transfert » les lieux privilégiés de transmission de la littérature orale (comme la veillée) ont disparu avec la sociabilité villageoise traditionnelle, sommes-nous capables de distinguer le moment où celui qui vous parle ne tient plus un discours singulier mais transmet quelque chose qui n’est pas réductible à une information ?

13Comment repérer le moment où le discours laisse place à la littérature orale, au conte, à la légende ? Je laisse de côté les genres dits « mineurs » de la littérature orale : proverbe, devinette, formulettes diverses, comptines... (Jolles, 1930) ainsi que la chanson qu’il faudrait étudier dans ses relations avec le conte et la légende : mêmes thèmes, mêmes informateurs, mêmes collecteurs. Citons à ce propos les travaux de Nannette Lévesque qui emploie le mot de « couplet » pour désigner les différents épisodes d’un conte (Teneze, 2000) et les travaux de Donatien Laurent sur l’unité de la matière narrative orale bretonne, parlée et chantée.

2. L’oralité « littéraire »

Dès qu’il y a effort pour bien dire et pas seulement pour dire, il y a effort littéraire. Mauss, Manuel d’ethnographie, 120.

  • 3 L'incantation, la prière quand elle n'est pas dictée par l'institution religieuse mais issue du la (...)

14Il y a littérature quand la forme du dire prend de l’importance, quand le discours est l’objet d’une élaboration soignée, quand il vise à autre chose que la simple information : un effet esthétique (par la répétition, les assonances, la longueur des phrases...) ou le désir de produire de l’émotion, de la peur, du rêve...3 Lorsqu’on raconte quelque chose à quelqu’un, puis à quelqu’un d’autre, et à un autre encore en amplifiant certaines choses, en sélectionnant d’autres pour produire un effet, on fait de la littérature orale. Le récit tend à devenir un objet pour lui même : digne d’être transmis. Cet usage littéraire de l’oralité, créatif à titre individuel, est à distinguer cependant de la littérature orale de tradition qui est une production collective, dans la longue durée, où la part de l’individu est régulée par la collectivité qui, dans la transmission, ne retient que ce à quoi elle adhère, ce à qui a un sens pour elle.

15Les contes - plus encore que les légendes - sont des récits sans auteur identifiable, passés de bouche à oreille avec ce souci de bien dire. Ils ont été élaborés tout comme ils sont transmis - sans le secours de l’écrit. Je simplifie, en référence aux sociétés sans écriture, car il y a sans cesse dans nos sociétés des passages à l’écrit et à l’édition de récits populaires dont la publication renforce ou occulte les récits de la tradition orale (Les Contes de Perrault, vulgarisés par les colporteurs et autres impressions populaires, ont fait écran à bien des récits de tradition orale)

16Cet effort sur le dire, cet effort littéraire dans l’acte de raconter des histoires, produit des œuvres particulières, élaborées d’une toute autre manière que les textes construits et transmis par écrit car le support est à chaque étape la mémoire sélective d’une personne :

  • Le style est marqué par la nécessité de se souvenir et de transmettre, de marquer la mémoire. D’où les répétitions (la « triplication » : un héros échoue deux fois avant de réussir une épreuve ou bien les deux aînés échouent alors que le troisième réussit), les formules d’entrée et de sortie (« un còp èra.... e cric, e crac, mon conte es acabat »)4 et les chantefables ou formulettes qui marquent les étapes de l’action et structurent aussi la mémoire du conteur (« Ma maire m’a tuat, mon paire m’a manjat, ma sorreta m’a plorat. Riu chiu chiu, encara soi viu ! »)
  • L’oeuvre, bien qu’anonyme, n’est pas séparable de celui ou celle qui la porte et la réactive en la disant ; elle varie en fonction du moment et des conditions particulières dans lesquelles elle est donnée. Elle dépend également de son destinataire (G. Calame-Griaule dit que l’auditeur est le partenaire du conteur).
  • Il faut donc l’aborder d’une tout autre manière qu’un texte écrit :
  • L’oeuvre orale, le conte, n’est pas réductible à sa transcription, il n’est pas fait pour être lu, mais pour être écouté et vu.

3. Entendre et voir un conte populaire

17Le document : 1964. St Urcize, Cantal. Maria Girbal, dit à M.-Louise Tenèze et à quelques autres personnes rassemblées pour la circonstance le Conte du Bouc d’Aunac. Film de Jean-Dominique Lajoux. CNRS Diffusion.

  • 5 L'Aubrac. Etude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d'un établissement humain. P (...)

18Les conditions de production du document : Une enquête sur la littérature orale en Aubrac (Massif Central, jonction Aveyron, Cantal, Lozère) dans le cadre de la Recherche coopérative pluridisciplinaire sur Programme (RCP) du CNRS (1964-1966). Marie-Louise Tenèze, auteur du Catalogue du conte populaire français enquête sur la littérature orale narrative et Jean Michel Guilcher sur la musique et la danse5.

19L’ethnologue recherche des conteurs, des gens qui disent des contes. On lui fait connaître des gens qui savent des « histoires ». (Nannette Lévesque : « Je sais bien des sornettes » (Teneze, 2000), qui ont le « goût des histoires » et qui savent les dire. Etonnement de se voir malgré tout si bien comprise.

20La notion de conte est à mettre en relation avec le verbe conter, raconter (cf. Dictionnaire historique de la langue française de A. Rey). Le conte est perçu comme un récit de fiction, distingué de la fantaisie individuelle mais « participant de la relative stabilité d’un monde clos, celui de la civilisation traditionnelle » (Teneze, 1975).

21L’art narratif est un art dramatique : il met en jeu la voix, le corps, la personnalité du conteur et aussi le public qui attend, adhère, censure ou retient et dans lequel quelqu’un peut-être à son tour contera.

22Une histoire présentée comme vraie, ici une histoire drôle, arrivée à... Pour le conter il faut y croire et faire croire, la conteuse « voit » ce qu’elle dit. « Il faut bien que ça vous intéresse de quelque part » dit-elle. L’appropriation prend ici la forme de l’actualisation. Ainsi peut-on analyser l’émotion de Nannette Lévesque qui parle de la « vérité » de ses histoires, la distanciation dans le ton de Pierre Pous qui semble exprimer la nécessité de transmettre (cf. cassette Jean de l’Ours/ Pays de Sault, Pyrénées, collecte Fabre et Lacroix).

23A l’inverse, le conte se déroule parfois dans un temps et des lieux abstraits « Un còp èra... », « I aviá un còp, dins un país plan luènh... »

24Autres procédés narratifs : stylisation (« on disait Le loup, comme s’il n’y en avait eu qu’un ») et amplification (le plus, le meilleur : le musicien émiette de la fougasse et non du pain, la robe cousue par le fil trouvé est une robe de mariée et non une robe ordinaire... Teneze 1975)

25Différence de traitement : 1e même thème traité de façon longue ou courte ne dit pas la même chose. Le raccourcissement n’est pas forcément résultat de l’oubli. Chez le bon conteur, même l’oubli est un choix signifiant ou esthétique.

26Nous avons avec le conte interprété par Maria Girbal un thème (un animal dans l’église est pris pour le diable) au croisement de plusieurs autres contes mettant en scène les mêmes personnages : bouc/diable et curé + un autre personnage, généralement le sacristain ; curé qui fait peur aux paroissiens en plaçant un bouc dans l’église, sur l’autel, ou curé emporté vers le cimetière et jeté aux voleurs.

27Il est intéressant de comparer les versions d’un même conte dans des aires culturelles différentes et/ou de comparer des contes proches appartenant à la même région, issus de la même culture.

4. La variabilité qualité inhérente de la littérature orale

28La composition varie : grandes variations régionales en relation avec la culture locale, avec les préoccupations essentielles du moment. Les motifs sont universels et se retrouvent, différemment assemblés, dans des contes très différents les uns des autres, en un tout « organique » (selon l’expression de Cosquin, Delarue) plutôt que dans un « meccano » (selon l’expression de Claude Brémont). S’il y a des permutations ou ré-assemblages, ce ne sont pas n’importe lesquels, il n’y a pas une infinité de possibilités.

29La variabilité est une qualité inhérente à la transmission orale. La fragilité qui pourrait en résulter est compensée par le fait qu’il s’agit d’un savoir commun, partagé. Plaisir de la répétition du même et de la variation sur le même qui est la part de liberté du conteur. Celui-ci agit sous le contrôle de la communauté qui se reconnaît dans ce qui est dit et qui valide dans le processus de transmission ce qui est acceptable par tous. Ainsi sont éliminées les variations « déviantes », trop étrangères au sens profond du conte tel qu’il est perçu par le conteur et par le groupe.

30Il y a des éléments qui passent d’un conte à l’autre mais on reconnaît qu’il s’agit de la même histoire, du même conte : on parle de variantes ou de versions.

31Comment identifier un conte / un thème ? Qu’est-ce qui en constitue le noyau, qui permet de le reconnaître ? Le motif éponyme ou le schéma narratif ?

32On peut comparer, dans l’exemple du Chaperon rouge, la fin de Perrault (la petite fille mangée après la grand’mère), la fin des frères Grimm (le loup est éventré, l’enfant et la vieille femme reviennent à la vie) ou la fin des versions populaires (l’enfant qui a « vu le loup » s’échappe après avoir cuisiné sa grand mère). Même le motif du vêtement ou de la coiffe rouge n’apparaît pas nécessairement. Dans le Chat botté, quand l’animal secourable est un renard dans de nombreuses régions d’Europe. Nous avons pourtant l’intuition qu’il s’agit du même conte, de variantes, de versions du même conte.

5. Le concept de conte-type

33Le folkloriste finnois Anti Aarne, en 1910 dans un projet de recensement des contes en vue de repérer les courants migratoires (projet lié à l’époque) avance le concept de conte type.

  • 6 Cf. Vivian Labrie à propos des contes longs et complexes ; articles récents et conférence de Nicol (...)

34Le conte type n’est ni la forme primitive, dont on n’a aucune idée, aucune trace de toute façon, ni la forme la plus complète, ni la plus réussie esthétiquement. Le conte type est une stabilisation, peut-être la forme la plus susceptible d’être mémorisée6. Il varie lui-même suivant les régions et les époques, d’où la nécessité de catalogues, de répertoires de contes à échelle régionale.

  • 7 Voir schéma de la classification de Aarne et Thompson (tableau en annexe) et dans http://afas.mmsh (...)

35Une classification internationale des contes populaires a été élaborée par Aarne et Thompson : The Types of the Folktales7

36On notera rapidement deux types principaux d’organisation narrative, deux types de structure des contes populaires (je laisse de coté les Contes formulaires) :

37- la structure linéaire, « phrastique » :

38le conte se déroule comme une phrase dans laquelle on ne peut inverser les éléments, ni permuter les épisodes sans rendre le récit incohérent (contes merveilleux, contes nouvelles, certains contes religieux).

39- la structure de chaîne :

40la complexité des récits vient de la juxtaposition (enchaînement, emboîtement) de courtes unités narratives structurellement équivalentes (contes d’animaux, contes de l’Ogre stupide ou du Diable dupé, contes facétieux)

41Ces deux grandes catégories, du point de vue de la forme, correspondent à deux types différents de héros, à deux types de comportement par rapport à la vie et au monde.

6. Le conte merveilleux : le conte « au sens propre du mot »

  • 8 Cf. Propp, Morphologie du conte.

42Le conte merveilleux est valorisé par les collecteurs, par les conteurs eux-mêmes qui admirent ceux qui racontent ces histoires longues et complexes, par les chercheurs qui y voient profondeur mythique pour les uns, organisation narrative exemplaire pour les autres8. Tous les contes de cette catégorie peuvent se réduire à un seul conte selon un enchaînement de « fonctions ».

  • 9 Question universelle de l'inceste : l'interdit est une façon de dire l'obligation d'échanger. Cf. (...)

43Ce que le conte merveilleux raconte c’est un itinéraire de vie, comment se sortir de questions essentielles, comment échapper à la pauvreté, au dénuement, comment devenir adulte et s’installer dans la vie, fonder une cellule familiale nouvelle, à bonne distance de sa famille biologique9, comment gérer les liens familiaux, comment résoudre la différence sociale et celle des sexes ?

44Lutte, victoire, rencontre de la princesse / éloignement, transgression, retrouvailles : deux mariages selon schéma de Propp ; lutte, victoire, épreuves, résolution des épreuves, mariage, établissement du héros ; on repart pour un tour, autre génération.

45Le conte merveilleux est un itinéraire abouti. Son déroulement est comparable à celui de la phrase, dont on ne peut permuter les éléments. Il décrit un parcours, de l’enfance à la maturité. On part de chez soi, on se comporte de façon pré-déterminée. Transparence des héros, stéréotypes. Des êtres sur votre chemin vous aident : auxiliaires magiques, donnent au héros ce qui lui fera besoin plus tard.

46La réponse, le moyen de résoudre une situation, est donnée avant la question, avant que l’épreuve ne se présente. Il n’y a pas de hasard dans le conte et il se termine bien car il réduit les distances et résout les conflits (Teneze, 1970 dans Arts et Traditions populaires). La fin heureuse est une loi du genre, contrairement au roman par exemple (Belmont 1999, ch. 5). Par la formule finale le conteur ramène l’auditeur dans le monde réel (voir en annexe quelques exemples de formules d’encadrement des contes)

7. Les ratés de l’initiation

47Joan lo Piòt, ]oan lo Nèci, Tòni, Jan lo Pèc, Joan Bèstia... Face au héros du conte merveilleux qui va droit devant lui franchissant de vastes espaces et triomphant magiquement des épreuves qui lui sont imposées, se trouve l’anti-héros des contes merveilleux. Jean-le-Sot, qui tourne en rond dans son village et ne peut quitter sa mère, ou Jean-le-fin qui joue des tours et les réussit ce qui le mène à... jouer d’autres tours et à les réussir. Même structure que les contes d’animaux dont les « personnages » les plus connus sont le renard et le loup. Ruse ou bêtise, jeux sans fin.

48Ces contes sont une juxtaposition d’actions, un enchaînement de faits qui se ferment sur eux mêmes. Structure de chaîne où l’élément de la chaîne a même structure que le tout. C’est une « aventure épisode », selon la définition de Marie-Louise Tenèze, introduction au Catalogue... vol. 3, Contes d’animaux (Delarue et Teneze 1976). Rien ne bouge, aucune aventure n’est une épreuve qualifiante, aucune ne marque une progression et le conteur peut les enchaîner à l’infini et quasiment dans le désordre, comme il peut choisir de n’en conter qu’une.

49Ce que l’on met sous le terme « contes facétieux » n’est pas nécessairement drôle. Exaspération de la distance : distance entre les sexes (histoires de cocus, disputes...) ou sociale (duperies et vengeances), dans un monde clos.

50Présence de la facétie dans les contes merveilleux, tendance de certains conteurs à inscrire dans le merveilleux, à transformer en contes initiatiques, certains contes (Teneze 2000 : le fin voleur utilise son gain pour s’établir et se marier au lieu de continuer sa vie de ruse, conformément à la vision de la vie qu’a la conteuse).

51L’entre-deux des contes de l’Ogre dupé : l’affrontement au surnaturel (ogre, diable) comme figure du passage dans l’autre monde, qui est la métaphore du passage à la maturité et de l’aptitude au mariage (nous sommes dans la société traditionnelle, structurée par l’institution du mariage).

52Parmi les aspects qui n’ont pas été évoqués dans l’exposé :

  • le lien entre conte et enfance ainsi que les questions posées par le passage des contes à l’écriture. Les deux sont liés (Belmont 1999, ch. 4.)
  • le lien entre mythe et conte (belmont 1999, ch. 6.)
  • ce que dit le conte de la communauté dans laquelle il circule, la fonction identitaire du conte (Pelen 1994, Fabre et Lacroix 1974).
  • la fonction initiatrice du conte populaire et ses usages sociaux (Simonsen 1984).
  • la différence entre le conte (fiction assumée, même si le conteur lui donne l’apparence de l’histoire vraie) et la légende (récit support de croyance, histoires très tôt jugées dignes d’être racontées et écrites. (Van Gennep, 1910, en évitant les longs commentaires sur des théories caduques).
  • la perméabilité des limites entre les genres de la littérature orale et entre les catégories de contes : « le conte est le produit de l’activité d’un conteur » (Teneze) et c’est lui qui l’infléchit dans un sens ou un autre.

Insister pour ne pas conclure

53Le problème de la littérature orale c’est celui de la variabilité et de la permanence : c’est cela qui dérange et que l’on cherche à réduire en abordant l’oral par l’écrit, c’est à dire après tous les traitements de reconstruction et de re-formulation.

54Fragilité apparente de la transmission, mais permanence impressionnante non seulement des thèmes, des motifs, mais aussi des organisations narratives. Quelque chose perdure, qui tient sans doute au fait que le conte de tradition orale, du moins en ce qui concerne les contes merveilleux, propose une résolution à tous les problèmes essentiels. C’est une création permanente, mais dans des cadres précis, dans la ré-appropriation du même et sous le contrôle de la communauté.

55Le conte de tradition orale est une production artistique liée à un monde précis, à une société relativement close sur elle-même, en tout cas cohérente. Le conte contemporain correspond à un autre type de société, vaste et ouverte, où conter est devenu un métier, ce qui n’était pas le cas dans la société traditionnelle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

I- Etudes sur le conte et autres formes de la tradition orale

Belmont Nicole,

- 1986, Paroles Païennes. Mythe et folklore des frères Grimm à P. Saintyves. Paris, Imago.

- 1999, Poétique du conte. Essai sur le conte de tradition orale. Paris, Gallimard.

- 2001, « Du catalogue à l’ « histoire cachée ». A propos de la typologie Aarne-Thompson ». Cahiers de Littérature orale ; n° 50, 75-94. (Entrelacs et traverses. Approches plurielles en littérature orale).

Benjamin Walter, [1936], « Der Erzähler...", 2000. « Le conteur », Œuvres III. Nouvelle traduction (...) Paris, Gallimard, 114-151. Folio-Essais, plusieurs trad. en français sous le titre, « Le narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov ». Ecrits français, Paris, Gallimard, 1991, 195-229. Essais 2, Paris, Denoël, 55-85. Médiations.

Fabre Daniel, 1992, « proverbes, contes et chansons ». In Nora P. (éd.) Les lieux de mémoire, III.2, Les Trance. Traditions. Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 612-639.

Jolles André, [1930], Formes simples. Paris, Le Seuil, coll. Poétiques.

Levi-Strauss Claude, 1973 [1960], "La structure et la forme. Réflexions sur un ouvrage de Vladimir Propp". Anthropologie structurale, II. Paris, Plon. 139-173.

Pelen Jean-Noël, 1994, Le Conte populaire en Cévennes, Paris, Payot.

[Etude et recueil]

Propp Vladimir J. A.,

1973 [1928], Morphologie du conte. Suivi de, "Les transformations des contes merveilleux". Paris, Le Seuil, coll. "Points". 255 p.

1983 [1936], Les racines historique du conte merveilleux. Traduit du russe par Lise Gruel-Apert. Préface de Daniel Fabre et Jean-Claude Schmitt. Paris, Gallimard, coll. "Bibliothèque des Sciences Humaines". 484 p.

Simonsen Michèle,

- 1984, Le conte populaire français, P.U.F., coll. Littératures modernes ; 35.

- 1981, Le conte populaire français, Paris, P.U.F. coll. Que sais-je, 1906.

Teneze Marie-Louise,

- 1969, « Introduction à la littérature orale, le conte ». Annales E.S.C., sept.-oct., 1104-1120.

- 2000, Nannette Lévesque conteuse et chanteuse du pays des sources de la Loire. Edition établie par Marie-Louise Teneze et Georges Delarue. Paris, Gallimard, 2000. 734 p. " Le langage des contes ".

[Etude et recueil]

Van Gennep Arnold, 1919 (rééd. 1915, 1929), La formation des légendes. Paris, Flammarion.

II- Le classement des contes populaires

Aarne A. et-Thompsonn. S., 1961, The Types of the Folktale. A Classification and Bibliography. Antti AARNE’s Verzeichnis der Märchentypen Translated and Enlarged by Stith Thompson. Second Revision. Helsinki, 1961 (Folklore Fellows Communications n° 184). Delarue P. et Teneze M-L. 1964-1985, Le Conte populaire français. Catalogue raisonné des versions de France... Paris, Maisonneuve et Larose, 1997. Réimpr. 2002. [réimpression des volumes concernant les Contes merveilleux (1957 et 1964), les Contes d’animaux (1976) et les Contes religieux (1985)

Teneze M.-L., avec la collaboration de Josiane Bru. 2000, Le conte populaire français, Contes-nouvelles. Catalogue raisonné de versions de France et de pays de langue française d’outre-mer. Tome quatrième, deuxième volume. Paris, Ed. du C.T.H.S., "Références de l’ethnologie".

Bru J., 1999, "Le repérage et la typologie des contes populaires. Pourquoi ? Comment ?". Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [Association française d’Archives sonores] n° 14, automne 1999. 2-13. http://afas.mmsh.urdv-aix.fr/ARTICLE_Bruhtm

III- La collecte actuelle de contes et chants

La Fédération des Associations de Musique et Danses traditionnelles, http://www.famdt.com est un regroupement d’associations recueillant les traditions orales, la musique et la danse. Ces associations ont généralement un centre de documentation (conservation et traitement des archives sonores notamment). Elles sont aussi des centres d’édition (ouvrages, disques...) de contes et chants ou musiques recueillis.

La FAMDT a publié Les chercheurs et collecteurs en danse traditionnelle, répertoire de recensement pour la France métropolitaine, rédigé par B. Bonnemason et P. Corbefin (Conservatoire occitan, Toulouse). FAMDT, Editions, 1995. Collection « Modal études » et mis au point les procédures d’analyse, classement, numérisation des collectes enregistrées, Guide d’analyse documentaire du son inédit (...), rédigé par B. Bonnemason, V. Ginouves et V. Perennou. FAMDT, Parthenay, Modal-AFAS, 2001.

IV- Usages du conte de tradition orale

Bettelheim Bruno, 1976, Psychanalyse des contes de fées. Traduit de l’américain par Théo Carlier. Paris, Robert Laffont, coll. Réponses.

Lafforgue Pierre, 1995, Petit Poucet deviendra grand. Le travail du conte, Bordeaux, Mollat Editeur.

Dialogue. Recherches cliniques et sociologiques sur le couple et la famille. 2002, « Conte, famille et thérapie, si la clinique m’était contée » n° 156. Editions Erès.

Decourt Nadine et Louau-Raynal Naïma, 1995, Contes maghrébins en situation interculturelle. Préface de Camille Lacoste-Dujardin. Paris, éd. Karthala.

V- Perbosc et les contes populaires

1- La collecte de littérature orale

1907, Contes licencieux de l’Aquitaine recueilllis par Galiot et Cercamons. Kleinbronn, Libraire dépositaire Paris, G. Ficker. (Contribution au folklore érotique t. III). Réimprimé en 1984, Carcassonne, GARAE, 1984 et 2003.

1914, Contes populaires de la vallée du Lambon, recueillis par la Société traditionniste de Comberouger, traduits par Antonin Perbosc (texte occitan et traduction française). Montauban, Masson.

1919, "Les Vire-Langue ou Strophologismes populaires". Bulletin Archéologique, Historique et Artistique de la Société Archéologique de Tarn et Garonne, T. 47, 155-182.

1924, Contes populaires de la vallée de la Bonnette, recueillis par des élèves de l’école de Loze, sous la direction de M. Jean Hinard, traduits par Antonin Perbosc (texte occcitan et traduction française). Montauban, Masson et Paris, Champion.

1934, "Calendièr Santorenc per 1934. Proverbes de totas las sasons", Lo Gai Saber, Revista de l’Escòla occitana. Toulouse, janvier-décembre.

1954, Contes de Gascogne, rassemblés par Suzanne Cezerac. Edition annotée par Paul Delarue. Paris, Erasme. 294 p.

1979, Récits et contes populaires de Gascogne/1, réunis par Suzanne

Cezerac-Perbosc dans la Lomagne. Paris, Gallimard. 189 p.

1982, Proverbes et dictons du Pays d’Oc, réunis et présentés par Josiane

Bru et Daniel Fabre. Marseille, Rivages.

1987, L’anneau magique, Nouveaux contes licencieux de l’Aquitaine. Contribution au folklore erotique 2.. Textes édités et présentés par Josiane BRU. Carcassonne-Toulouse, GARAE/Hésiode et CASR (Classiques de la littérature orale). [Index, typologie et bibliographie des deux volumes].

1988, Le langage des bêtes, Mimologismes populaires d’Occitanie. Textes édités par Josiane Bru, Préface de Daniel Fabre. Carcassonne - Toulouse, GARAE / Hésiode / CASR, coll. Classiques de la littérature orale. [Index, typologie, bibliographie]. [Ed. complétée des textes publiés à Paris, de 1904 à 1908, dans La Tradition puis la Revue du Traditionnisme].

2- L’œuvre littéraire à partir des récits populaires10

1924a - Las Femnas reguèrgas. Toloza-Paris, E.-H. Guitad "Occitania".

1924b - La debanadora. Contes e Burlas d’un cop èra. Toloza, "Oc" aux éditions du Travail.

1924c - Lo Libre dels Auzèls (Le Livre des Oiseaux), poèmes occitans amb traduction francesa. Toloza-Paris, E.-H. Guitard "Occitania". 1925a - Segond Libre dels Auzèls (Segond Livre des Oiseaux), poèmes occitans am traduction francesa. Toloza-Paris, E.-H. Guitard "Occitania".

1925b - Psophos, contes, burlas e petòfias de tot vent. Toloza-Paris, E.-H. Guitard "Occitania".

1936a - Fablèls, contes vièlhs e novèls. Paris, Occitania.

1936b - Fablèls Calhòls. Paris, Occitania. [+ Une dizaine de recueils inédits]

Annexes

ANNEXE 1. LE CLASSEMENT DES CONTES POPULAIRES

(schéma de la liste des contes types selon la classification de Aarne et Thompson (et d’après le catalogue français avant le T. 1000)

I- Contes d’animaux

1-99 Animaux sauvages

100-149 Animaux sauvages et animaux domestiques

150-175 L’homme et les animaux sauvages

176-199 L’homme et les animaux domestiques

200-219 Animaux domestiques

220-249 Oiseaux

250-274 Poissons

275-299 Autres animaux et objets

II- Contes merveilleux

300-399 Adversaires surnaturels

400-459 Epoux, épouse ou autres parents surnaturels ou enchantés)

460-499 Tâches surnaturelles

500-559 Aides surnaturels

505-508 Mort reconnaissant

530-559 Secours des animaux

560-649 Objets magiques

610-619 Remèdes magiques

650-699 Pouvoirs et savoirs surnaturels

700- 749 Autres contes surnaturels

III- Contes religieux

750-779 Dieu récompense et punit

780-789 La vérité vient au jour

800-809 L’homme dans le ciel

810-814 L’homme promis au diable

IV- Contes nouvelles

850-869 Le héros obtient la main de la princesse

870-879 L’héroïne épouse le prince

880-899 Fidélité et innocence

900-904 La mégère est apprivoisée

910-915 Les bons préceptes

920-929 Actions et paroles rusées

930-949 Contes du destin

950-969 Voleurs et assassins

Autres contes - nouvelles

V-Contes de l’Ogre ou du Diable dupé

1000-1029 : Contrat de travail (Ne pas se mettre en colère)

1030-1059 Contrat entre l’homme et le diable

1060-1114 Pari entre l’homme et le diable

1115-1129 Tentatives de tuer le héros

1145-1154 L’ogre est effrayé ou intimidé

1170-1199 Un homme vend son âme au Diable

VI- Contes facétieux et anecdotes

1200-1349 Histoires d’idiots

1350-1439 Histoires de couples

1405-1429 L’idiot et sa femme

1430-1439 Le couple fou

1440-1524 Histoires d’une femme (fille)

1525-1874 Histoires au sujet d’un homme (garçon)

1725-1874 Clergé et ordres religieux

1850-1874 Anecdotes au sujet d’autres groupes

VII- Contes formulaires

2000-2013 : Récits cumulatifs : Randonnées

T.2020-Contes-Attrappe

T.2300-Autres contes formulaires

VIII- Contes non classés ou inclassables (2400 et suiv.)

ANNEXE 2 : QUELQUES FORMULES D’ENCADREMENT DE CONTES POPULAIRES

Aveyron, Vallée du Lot (Loddo, 1994) :

Un сòр i aviá... ; I aviá un сòр... ; Quand èri jove .../

Et clic clac, l’histoire est terminée (130).

E clic clac/ Passèri per un prat/ Mon conte soguèt acabat. (72).

Clic clac/ Mon conte es acabat/ Es passat per un escalièr de veire/ I a pas (pus) res a creire. (p. 52, 120).

Clic clac/ Mon conte es acabat/ Passèri per un escalièr de veire/ Ié trobèri pas res a creire (p. 124).

Clic clac/ Passèri per un prat ambe d’esclòps de veire/ los copèri/ Clic clac/ mon conte es acabat (P. 234,247)

Dordogne, Sarladais (BERENGUIER-GILET et BOISGONTTER, 1981) :

Ai passat per un prat/ Ai caupit un rat/ Lor rat fai coà ! Aquí mon conte dich (p. 99).

En passant, passèri peus prats/ caupiguèri la coa d’un rat/ lo rat faguèt cui-cui/ E aquí mon conte es fenit. (51)

E lo conte es fenich/ Fial contra fial, i a pas de doblura (117)

Poitou (PINTUREAU et VALIERE, 1994)

...Et puis moi, i suis venue, voilà !

Aude, FABRE et LACROIX (Obradors, 75)

E se maridèron/ E ieu i passèri/ E ben ! m’invitèron a dejunar quand même.

Berry (DEBIAIS et VALIERE, 1980)

Mon conte est fini, mais j’ai pas été à la noce, c’est ça le plus malheureux, (p. 64)

Tarn et Garonne, Montauban (PERBOSC, 1954)

... on fit une bien belle noce. On m’avait invité et c’est là qu’on m’a raconté l’histoire. Pour m’en revenir, ne voulant pas que je reparte à pied, on me donna un joli carrosse en verre, attelé avec quatre rats ; en chemin je rencontrai un chat qui mangea les rats et je fus obligé de m’en revenir à pied (traduit de l’occitan) (8).

Lot, Quercy, Segala (Centre départemental d’Animation occitane en Quercy, 1988)

I aviá en Franca un rei... ... Enquèra i son. (7)
I a pro longtemps d’aquò... (31)
Un còp i aviá una femna ...

Lo drollàs, tot garrèl, se n’anèt/ Passèt per un prat, / Caupiguèt un rat/ Lo rat fet regigin, / Lo conte es finit (25).

Cric crac, passèri pel prat da Laubat/ Los esclòps assolats/ Caupigèri un rat/ Lo rat fet regigin/ Lo conte e finit (33).

Hautes Alpes, Queyras (JOISTEN, 1955)

Et moi, le conteur de contes, qui étais derrière Vus, ils m’ont pas seulement donné la moitié d’une p’rus. Et ils m’ont dit : « Voyage par le monde, va raconter l’histoire du fils-du-roi-Cochon. (57).

ou encore, en domaine occitan :

Passi per un prat, mon conte es acabat / Passi per la fenèstra, me rascanhi la vesta / Passi pel fenestron, me rascanhi lo veston ; Passi per un prat, mon conte es acabat / Passi per un rastolh, m’espini tot le tiul ;...belèu espèra encara.

Notes

1 A quelques exceptions près, comme Nicole Belmont, ethnologue, à l'EHESS, Bernadette Bricout, professeur de littérature orale (la seule) à l'Université de Paris VII, puis des chercheurs travaillant

2 Comme les recueils des contes du Cabinet des Fées, les Contes de Perrault, des frères Crimm, d'Andersen, Les Mille et une nuits, les récits d'origine orale sont figés dans une édition qui fait oublier les contes encore et toujours dits, de bouche à oreille vivants et variants c'est à dire signifiants et opérants pour la société qui se les raconte.

3 L'incantation, la prière quand elle n'est pas dictée par l'institution religieuse mais issue du la tradition orale, relèvent de la littérature orale.

4 Voir en annexe quelques-unes de ces formules, recueillies en domaine occitan.

5 L'Aubrac. Etude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d'un établissement humain. Paris, CNRS, 1970-1982. 7 vol. , couv. ill., photos, cartes, fig., tabl., graph., 27 cm (R.C.P. Aubrac n° 28) Tome 5 Ethnologie contemporaine (3). Littérature orale, musique, danse. 1975.382 p., disque.

6 Cf. Vivian Labrie à propos des contes longs et complexes ; articles récents et conférence de Nicole Belmont, Toulouse, nov. 2003 à propos de la nouvelle édition des Contes de E. Cosquin

7 Voir schéma de la classification de Aarne et Thompson (tableau en annexe) et dans http://afas.mmsh.univ-aix.fr/ARTICLE_Bru.htm un exposé sur les différents types de contes : actions, personnages (BRU, 1999).

8 Cf. Propp, Morphologie du conte.

9 Question universelle de l'inceste : l'interdit est une façon de dire l'obligation d'échanger. Cf. Cl. Levy Strauss)

10 Cf. BRU J., 1987 : "Perbosc, le vendangeur solaire" [Titre original : "Fabliaux occitans du xxe siècle, les contes erotiques d'Antonin Perbosc"] Lo Revelh d'Oc, n° 63, 24-27 et également 1990 : "Contes à rire, contes à dire", in Antonin Perbosc (1861-1944), Béziers, CIDO, Actes du colloque de Montauban, 5-7 décembre 1986, 213-224.

Auteur

Ingénieur à l’Ehess. Centre d’Anthropologie, Toulouse

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540