Version classiqueVersion mobile

À la rencontre de la différence

 | 
Robin Cohen
, 
Olivia Sheringham

Cadrages préliminaires

Texte intégral

1Le sociologue Stuart Hall, né en Jamaïque et décédé en 2014, comptait parmi les intellectuels les plus connus, respectés et perspicaces de Grande-Bretagne. Quand on lui demanda de définir la question majeure du vingt-et-unième siècle, il formula la réponse suivante :

  • 1 Stuart Hall, « Living with difference : Stuart Hall in conversation with Bill Schwarz », Soundings (...)

Comment des gens aux cultures et aux origines différentes, aux langues et aux croyances différentes, produits d’histoires différentes et extrêmement inégales, mais qui se trouvent soit en lien direct les uns avec les autres parce qu’ils sont tous amenés à vivre au même endroit, soit en lien virtuel parce qu’ils partagent le même espace symbolique — comment tous ces gens sont-ils censés exister tous ensemble sans se replier en tribus qui se battent ou se dévorent entre elles ? Ou sans exiger que les autres leur ressemblent en tout point, se comportent et pensent exactement comme eux1 ?

C’est à cette interrogation que ce livre tente de répondre. Certes, il n’est que trop aisé de dresser une liste des très nombreux exemples de conflits qui divisent ethnies, nationalités et religions différentes. L’actualité regorge de récits détaillant les revendications d’extrémistes qui réclament l’exclusivité ethnique, l’enseignement en langue minoritaire, l’orthodoxie religieuse et les séparations territoriales. On pense en particulier aux conflits entre Kosovars et Serbes dans les Balkans, entre Hutus et Tutsis au Rwanda, entre chrétiens et musulmans au Liban, entre juifs et Palestiniens au Moyen-Orient, entre Tamouls et Cingalais au Sri Lanka, entre protestants et catholiques en Irlande du Nord, entre les Alaouites, les autres Shiites et les Sunnites en Syrie, ou encore entre Russes et Ukrainiens en Ukraine orientale. Plutôt que de s’attacher aux nombreuses formes que prennent les conflits ethniques et religieux (conflits dont nous ne contestons d’ailleurs pas l’importance), nous préférons ici nous concentrer sur les rencontres « positives » entre êtres humains différents : quelles peuvent être les modalités de cette rencontre ? Où et quand ? Pour quel résultat ? Comprendre ces éléments ne semble pas négligeable pour l’avenir de l’humanité.

2Nous avons choisi de poursuivre un certain nombre de stratégies complémentaires. Nous commençons avec le postulat que les nouvelles identités sociales apparaissent au moment initial de la rencontre (au moment où les premiers stéréotypes sont générés) et que ces identités se modifient au fur et à mesure que ces rencontrent se font moins superficielles et plus complexes. Les acteurs sociaux enrichissent ces rencontres « plus denses », si l’on ose dire en mêlant des éléments de leur passé auxquels ils ne peuvent pas renoncer et ce qu’ils ont besoin d’absorber ou désirent adopter de leur situation et de leur contexte actuel. Ce mode de raisonnement nous a amenés à développer et affiner trois concepts fondamentaux, dont nous délimitons les contours dans le premier chapitre : formation de l’identité sociale, diaspora et créolisation.

3Nous avons également constaté une lacune évidente en matière d’explications historiques convaincantes de la genèse des différences culturelles. La différence résulte-t-elle de la volonté divine, comme le suggèrent certains textes religieux ? Dans ce cas, elle constituerait une sorte de châtiment pour l’effronterie du genre humain, qui a osé chercher à accéder au pouvoir et à la connaissance célestes (l’épisode de la Tour de Babel constitue un bon exemple de ce type de récits). Ou bien la différence serait-elle, comme le dit une théorie ancrée dans la pensée darwinienne, le résultat de mutations et de migrations génétiques et d’une capacité d’adaptation différentielle à un nouvel environnement ? Ou bien encore, les différences entre êtres humains seraient-elles inévitables, telles une forme d’hétérophobie instinctive motivée par une méfiance ou une terreur mutuelles provoquées par la toute première rencontre entre gens à l’apparence, au comportement ou au langage différents ? Le chapitre 2 propose d’explorer plus en détail ce contact initial entre peuples disparates afin de comprendre les conditions dans lesquelles les barrières culturelles sont imaginées, construites et transgressées.

4Après avoir abordé les aspects conceptuels et historiques du sujet, il nous a paru indispensable de compléter la question du « quand » par celle du « où ». Les premières rencontres entre étrangers, surtout motivées par le commerce ou l’exploration, ont ensuite donné lieu à la production de denrées et marchandises tropicales, à l’essor de la production industrielle et, aujourd’hui, à la mondialisation de la finance et des services. Comme nous le démontrons dans le Chapitre 3, certaines zones de contact (îles, plantations, villes portuaires et « villes super-diverses ») incarnent ces changements d’économie politique et fournissent les sites principaux (les espaces de créolisation) d’émergence des sociétés naissantes, du partage des pratiques sociales et des identités nouvelles.

5Les chapitres suivants s’attachent à fournir des descriptions concrètes ainsi qu’une analyse comparée des rencontres et convergences culturelles. À partir d’exemples éclairants tirés de nos recherches de terrain, nous explorons la manière dont les ressources diasporiques sont évoquées et dont de nouvelles identités sociales émergent, parfois à l’état embryonnaire uniquement. Le Chapitre 4 s’intéresse à la musique et au langage. Nous nous intéressons ensuite à la manière dont les festivités du carnaval (évoquées au Chapitre 5) ainsi que la construction et la reconstruction du patrimoine (évoquées au Chapitre 6) engendrent un tissage complexe d’identités anciennes et nouvelles, de diaspora et de créolisation. Le Chapitre 7 analyse le « marquage » des tiraillements et conflits identitaires en termes de représentation, de théorie culturelle et d’allégeances politiques.

6En conclusion, nous revenons dans le Chapitre 8 sur l’éclairage que proposent nos réflexions sur la manière dont on vit avec la différence, ce qui constitue certainement l’un des grands défis du monde contemporain, comme l’affirmaient les propos visionnaires de Stuart Hall.

Notes

1 Stuart Hall, « Living with difference : Stuart Hall in conversation with Bill Schwarz », Soundings : A Journal of Politics and Culture, 37, 2007, p. 150-151.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search