Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contes e cants

 | 
Claire Torreilles
, 
Marie-Jeanne Verny

Montel et Lambert. La collecte de la littérature orale autour de la Revue des Langues Romanes

Jean-Marie Petit

Texte intégral

1Une vision superficielle des bibliographies (particulièrement celle des ouvrages imprimés) pourrait faire croire à la seule postérité de Louis Lambert pour la publication des Contes populaires du Languedoc, parus en volume en 1899, et partiellement pour celle des Chansons populaires du Languedoc.

2Il y a, certes, le premier volume de 1880 sous la double signature de Montel et Lambert, mais la dernière édition sous le titre Chants et Chansons populaires du Languedoc paraît sous le seul nom de Lambert. Une réserve cependant : les auteurs se mettent toujours en retrait de la matière publiée et les titres des ouvrages sont toujours « Contes populaires, Chansons populaires, recueillis, publiés, traduits annotés par... »

3Les auteurs se présentent donc comme des collecteurs et des éditeurs (ce qu’ils sont) et cela peut éviter de vraies polémiques.

4En fait, les deux chercheurs ont partie liée et leur collecte qui inaugure ce que Paul Delarue appelle « l’âge d’or de la littérature orale » est inséparable d’une institution, la Société pour l’étude des Langues Romanes (S.L.R.) et d’une revue, la Revue des Langues Romanes (R.L.R.).

5C’est dans la R.L.R. que paraîtront, pendant plus de quarante ans, et parfois dans de substantielles livraisons, la majeure partie des textes rassemblés dans les livres, et même au-delà des travaux de Montel et Lambert, d’autres collectes élargies à ce que j’appelle les formes brèves (proverbes, comparaisons populaires...), au folklore oral en général et sur une aire géographique beaucoup plus vaste.

6Au titre de la recherche et de l’édition que l’on peut appliquer aux deux auteurs et à l’institution qui les porte et qu’ils portent, il faut sans aucune hésitation accoler celui d’animation, et d’animation militante.

7J’ai parlé, à propos de la S.L.R., de « second souffle de la renaissance occitane du xixe siècle » : après la renaissance littéraire de l’école d’Avignon, la renaissance savante des Montpelliérains à partir de 1870. La recherche et l’animation ethnographiques font partie de cette renaissance.

1- La Société pour l’étude des Langues Romanes

▪ La fondation de la S.L.R

8J’ai déjà abondamment écrit sur ces questions dans diverses publications citées en bibliographie. Je me contenterai ici de ne citer que l’essentiel, de cibler et d’affiner le regard.

9C’est donc à Montpellier, au tout début de l’année 1869, qu’est officiellement créée la S.L.R. C’est une société savante, dont les fondateurs et les premiers membres résidants seront connus dans diverses institutions montpelliéraines : Université, Académie des sciences et des arts, Société archéologique, Archives, Bibliothèque. Ils sont individuellement en contact avec bien d’autres sociétés savantes et pour certains avec ce qui compte dans la France, voire l’Europe érudite.

10Ce qui les réunit, c’est incontestablement un engouement pour la langue d’oc et plus largement pour les langues romanes.

11La douzaine de membres fondateurs et résidants s’entoure de correspondants connus. Ils font ici la part entre le domaine français, le domaine d’oc et catalan, et celui, plus général, de la Romania.

▪ Fondateurs et acteurs

  • François Cambouliu (1820-1870), docteur es lettres, licencié en droit était professeur à la faculté des lettres depuis 1862. Catalan originaire de Palalda en Roussillon, il s’intéressa dès 1850-1851 à la renaissance toulousaine et à l’histoire de la littérature catalane. La vie ne lui laissa que le temps de voir la Société se fonder.
  • Anatole Boucherie (1831-1883), d’origine charentaise, était professeur au lycée de Montpellier. Grand amateur de philologie classique, il correspondait avec tout le monde savant d’Europe. Il se spécialisa dans l’étude de l’ancienne langue d’oïl et dans le dialecte poitevin.
  • Charles de Tourtoulon (le baron... 1836-1913) docteur en droit, se déclare membre correspondant des Académies d’Histoire et de Sciences morales et politiques de Madrid, membre de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier et de la Société de linguistique de Paris. Il a écrit à partir de 1856 des ouvrages juridiques sur la noblesse et en particulier sur la noblesse languedocienne et surtout les deux volumes de Jacques 1" le conquérant, roi d’Aragon, comte de Barcelone et seigneur de Montpellier (1863-1867, 1 200 pages). Il connaît bien entendu le catalan et l’espagnol, il est aussi spécialiste des vieux textes montpelliérains et il se passionne pour la dialectologie.
  • Achille Montel est archiviste de la ville de Montpellier. Il s’est intéressé aux textes en ancienne langue d’oc.
  • Paul Glaize se réclame de la Société archéologique de Montpellier et opte à la fondation de la Société pour la philologie générale.

12Le premier conseil d’administration de la Société sera constitué, outre les fondateurs, de :

  • Charles Revillout : professeur à la faculté des lettres, membre de la Société Archéologique et de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier.
  • Adolphe Espagne, professeur agrégé à la Faculté de médecine.
  • Antonin Glaize, avocat, juge suppléant au tribunal de première instance et enseignant à la Faculté de droit.
  • Léon Gandin, octeur en droit, bibliothécaire adjoint de la ville de Montpellier.
  • Saturnin Léotard, sous-bibliothécaire de la ville de Montpellier.
  • Aimé Atger : ancien avoué.
  • Ernest Hamelin : directeur d’imprimerie,
  • Octavien Bringuier, employé des postes, poète de langue d’oc.

13Les membres du Conseil d’administration sont choisis dans la catégorie des membres résidants. La Société, comme la plupart des sociétés savantes, s’entoure des membres correspondants parmi lesquels on trouve des noms prestigieux ou qui le deviendront : Egger, Paul Meyer, Paulin et Gaston Paris, Saint-Rene Taillandier, Frédéric Mistral... en France mais aussi dans l’Europe entière : Victor Balaguer, Manuel de Buffarull, Mila i fontanals pour la Catalogne, le Marquis de Niza pour le Portugal, Frédéric Diez pour l’Allemagne...

14En 1870, la Société compte 226 membres (résidants, correspondants ou membres libres). Tous ces membres sont des membres actifs, c’est-à-dire qu’ils paient une cotisation (minimale de 10 F pour les membres ordinaires) et qu’ils participent aux travaux scientifiques de l’association (plus de 50 % des membres laissent de 1870 à 1900 des traces écrites de cette participation).

  • 1 Sur ces 226 membres, on compte par catégories socio-professionnelles :
    - 32 propriétaires ou rentie (...)

15J’ai dressé jadis le profil sociologique de la Société, pour conclure que la majorité des membres appartiennent au corps enseignant, au monde érudit (archivistes, bibliothécaires), aux professions juridiques ou assimilées, aux « propriétaires et rentiers », en bref aux notables, auxquels il faut ajouter les félibres (J. M. Petit, 1989)1.

16Une majorité de ces membres viennent de l’Hérault ou du Languedoc, mais les adhésions s’élargissent rapidement à tous les pays d’oc, et bien au-delà...

17Tout cela pour montrer que Montel, qui est le premier secrétaire de la R.L.R., puis Lambert, qui en devient trésorier, ne sont pas des chercheurs isolés, qu’ils ont un public et des collaborateurs qui nous sont connus, ou du moins qui ont laissé des traces. Leur part personnelle essentielle ne doit pas masquer non plus un échange permanent avec ce qu’il est convenu d’appeler le « terrain » ou ses relais.

▪ Rayonnement de la S.L.R. ; projets, objectifs, réalisations

18Le règlement de 1869 fixe clairement l’objectif à atteindre :

La société a choisi comme champ spécial de ses recherches tous les pays où se parlait et où se parle encore un dialecte quelconque de la langue d’oc. Étude du langage, des mœurs et des événements ; recueil de termes techniques, de proverbes, de légendes, de contes et chansons populaires, publications et documents littéraires ou historiques en langue méridionale, tels sont les objets divers de ses travaux. Elle s’efforcera de faire revivre, avec sa vraie physionomie notre vieux Midi, qui fut, pour l’Europe du Moyen-Äge, la terre classique de la poésie, l’initiateur le plus brillant des libertés communales, et de recueillir ce qui reste encore de traditions près de disparaître. (Bulletin n° 1 de la Société, 1869-1870, p. 8)

19Ce programme devance celui de la Revue Celtique (fondée en 1870-71), de la revue Romania (1872), de Mélusine (1877) et crée une dynamique qui trouvera un point d’aboutissement avec la Revue des Traditions Populaires (1888-1919), La Tradition (1887-1907), La Revue du Traditionalisme français (1898-1914), les éditions Maisonneuve et Leroux. La Revue des Langues Romanes qui publie des textes de collecte dès son premier fascicule est en correspondance et en échanges permanents avec H. Gatdoz, E. Cosquin, P. Sebillot, G. Paris... Elle passera une série de contrats de coéditions et de diffusion avec Maisonneuve.

20A partir de 1875, la Société crée des concours triennaux « philologiques et littéraires ». La section philologique se fixe un double objectif :

  • la collecte de documents de littérature orale,
  • la collecte conjointe de documents linguistiques.

21Le règlement de ces concours est très explicite :

Philologie. Les prix seront décernés à la meilleure étude du patois ou du langage populaire d’une localité déterminée du Midi de la France (collection de chansons, contes, proverbes, devinettes, comparaisons populaires). Ces textes devront être reproduits exactement, c’est-à-dire sans rien changer à la langue du peuple et tous traduits en français. On y joindra la conjugaison des verbes chanter, finir, mourir, prendre, avoir, être, aller, pouvoir. Indiquer les autres localités connues de l’auteur où se parlerait le même idiome populaire. (R.L.R. 1883.)

22Ces concours qui s’ajoutent aux appels de « documents » régulièrement lancés par la Revue vont créer une émulation et susciter des vocations de « collecteurs » parmi la population lettrée. Le concours de 1883 sera réservé aux institutrices et aux instituteurs primaires. Les membres « résidants » et les membres « correspondants », les sociétaires « libres » de tous niveaux participent à ce vaste chantier : A. Germain, A. Espagne, A. Foures, A. Roque-Ferrier, A. Mir, V. Lieutaud, Mila i Fontanals, Pin i Soler... Les philologues C. Chabaneau, C. de Tourtoulon, A. Boucherie, apportent chaque fois leurs lumières scientifiques. Les problèmes particuliers posés par certains envois sont débattus, au moins au début, dans les séances bimensuelles de la Société.

23Achille Montel et Louis Lambert vont coordonner le travail et organiser les synthèses. Ils font part en 1880 de « près de cent correspondants dévoués »

  • 2 Il s'agit d'un système mixte, compromis entre l'orthographe dite étymologique (celle de l'ancienne (...)

24Montel, spécialiste de l’ancienne langue d’oc, a posé les principes orthographiques de transcription2 dès 1870 (« De l’orthographe », R.L.R. tome 1, p. 40-41). Lambert se charge de son côté des données musicales et de la traduction des textes. Sous leur double signature, la première grande série de contes est publiée par la Revue en 1871, la première grande série de chants en 1874. A partir de 1876, date où Achille Montel est atteint d’une très grave maladie qui l’emporte rapidement, Louis Lambert doit poursuivre sans lui l’édition des documents La Revue des Langues Romanes poursuit la publication de la collecte après la mort de Lambert jusqu’en 1912. Elle cesse par la suite ce genre de recherche et d’édition.

2- La Haute Tribune

25Au centre de la renaissance languedocienne et d’un vaste mouvement érudit, la Revue des Langues Romanes a l’incomparable avantage de faire voisiner la littérature orale avec de grandes œuvres de création contemporaine (elle publie des textes de Mistral, Aubanel, Roumieux, Bonarparte-Wyse, Gras, Tavan, Berluc-Perussis, Bringuier, Langlade), avec des textes prestigieux d’ancienne langue d’oc (textes de troubadours, chroniques, chartes...) avec les premières grandes synthèses littéraires (notamment l’Histoire littéraire des patois du Midi de la France au xviiième siècle de Noulet), avec, encore, de multiples descriptions linguistiques. Et parce que cela contribue au « progrès de la science », elle ouvre largement aux autres langues et littératures néolatines : catalan, espagnol, italien, rhétoroman, roumain et bien entendu au français, en particulier à l’ancienne langue et à la littérature médiévale. Cette tribune internationale ne peut que « tirer la littérature orale occitane vers le haut » en lui servant de « faire-valoir » dans une époque déjà prête à la recevoir. Le souci philologique permanent sera un garant d’authenticité que ne pourront pas s’accorder d’autres publications contemporaines, notamment certains « almanachs ». La critique française et étrangère (articles de G. Paris, Mila i Fontanals, d’Ancona, Blade, Rolland, Tiersot, Gaidoz, etc) ne s’y trompe pas, qui est souvent élogieuse sans cesser d’être constructive. L’impression qui se dégage de cette vaste entreprise est, certes, un certain goût du monumental et de l’encyclopédique, mais c’est aussi une impression de vie, multiple, ouverte, confiante. Les érudits que rassemble l’association montpelliéraine paraissent jouer avec délice de leur complémentarité.

26Les deux principaux acteurs de l’entreprise, Louis Lambert et Achille Montel.

27Louis Lambert (Montpellier 1835-Sète 1908), fils, petit-fils et neveu de musiciens, sera lui-même musicien de profession. En 1867, il fait partie de l’Orchestre du grand théâtre de Montpellier. Il y reste plus de trente ans. Pianiste, concertiste, compositeur de musique instrumentale, il fonde à Montpellier l’École de Musique (1880) qui deviendra sous sa direction Conservatoire de Musique -celui qui existe toujours.

28C’est un très bon musicien, un excellent professeur, érudit, humaniste, sympathique.

29Certains de ses propos méritent d’être cités :

En créant une école de musique dans une ville où le goût de cet art a toujours été développé, les vocations si nombreuses, nous avons dû nous attacher avant tout à détruire le vieux préjugé qui déclarait le peuple incapable d’éprouver la passion du beau, de s’élever au somment de l’art et de produire des artistes. La preuve est faite, nos élèves, tous enfants du peuple, ont prouvé victorieusement la fausseté de ces allégations égoïstes ou intéressées de la même manière que Galilée prouvait le mouvement.

30De l’amour du peuple à celui de la chanson populaire et du conte populaire, il n’y a qu’un pas, que lui fait franchir Achille Montel, le savant archiviste de la ville de Montpellier, en le conviant aux travaux de la Société pour l’étude des Langues Romanes, dès sa fondation, en 1869.

31Achille Montel est, en 1869, archiviste de la ville de Montpellier. Cette situation le met en contact avec le monde savant, à tous les niveaux, international, national, local.

32C’est un grand érudit, spécialiste de l’ancienne langue d’oc. Il publie dans les journaux et revues du lieu, notamment dans Le Messager du Midi. Dans la Revue des Langues Romanes, il édite un certain nombre de textes médiévaux des Archives municipales. Il s’intéresse aussi au domaine catalan où il a des amis. Il est fait chevalier de l’ordre d’Isabelle la Catholique pour ses travaux sur les littératures méridionale et catalane, mais il ne sera pas le seul...

33Premier secrétaire, fondateur de la S.L.R., aîné de Lambert, c’est, au début, le plus connu des deux.

34Au lancement de la collecte, la S.L.R. donne cependant deux boîtes aux lettres aux adresses montpelliéraines de Montel et de Lambert. Montel, nous l’avons dit, disparaît prématurément, entre 1874 et 1880. Il laisse ses archives à Lambert, avec charge de continuer l’œuvre d’édition.

3- Les grands recueils

▪ Les Contes

35La période de collecte a commencé très tôt pour Lambert et Montel, certainement avant la fondation de la Société, dans leur entourage immédiat (famille, proches...). Dans ma présentation de la réédition du recueil de 1899, j’ai fait l’inventaire des informateurs ou des collecteurs relais. Il y a un foyer de collecte à Bélesta, dans l’Ariège (1/4 des contes) où Lambert a des liens familiaux, du côté paternel. Il y a probablement enquêté.

36En 1871 (R.L.R., tome. 2, p. 310), il en parle en des termes de discret lyrisme :

Dans les montagnes de l’Ariège... Bélesta, charmante petite ville située sur la limite du département de l’Aude, au milieu d’un vallon arrosé par l’Hers, dont le rapide courant serpente à travers de grasses prairies et soulève le lourd marteau des forges à la catalane. Cette ville faisait autrefois partie de la province de Languedoc et du diocèse de Mirepoix. Eloignée à plus de 50 kilomètres de tout grand centre, enfouie dans la neige pendant une grande partie de l’hiver, on y retrouve encore vivaces d’anciennes coutumes, et le langage du peuple y a conservé toute son originalité.

37Lambert a aussi de la famille à Montpellier, Avignon, Saint-Gilles, qu’il met à contribution. Il y a ensuite les correspondants sollicités par la Revue : ils sont disséminés dans l’espace languedocien.

38Montel étend son réseau d’influence en Languedoc oriental et dans la sphère de la Revue, il publie même un inédit du Petit Thalamus, célèbre chronique de Montpellier (xivème) conservé aux archives de la ville.

39Les noms des informateurs collecteurs nous sont connus :

  • Adolphe Espagne, professeur agrégé à la faculté de Médecine (Aspiran)
  • Le pasteur Fesquet, le pasteur Liebick pour les Cévennes.
  • Albert Arnavielle d’Alès.
  • Rigal pour Agen.
  • Guichard pour l’Isère
  • Chabaneau apporte sa contribution pour le Périgord.
  • Le baron d’Aigueperse pour le Limousin.

40Ces derniers collaborateurs (Espagne, Fesquet, Arnavtelle, Rigal, Chabaneau) réapparaîtront pour diverses publications dans la Revue.

41Il faut aussi signaler, à Narbonne, le docteur Guibaud, dont on sait peu de choses, mais qui fournit six versions de contes. Les auteurs écrivent, en 1880, que ses communications à elles seules pourraient fournir la matière d’un volume.

42De nombreuses participations aux concours sont dans ce cas, qui feront d’ailleurs l’objet de publications spéciales, dans la Revue ou ailleurs...

43Les « contributions » dont l’édition s’échelonne dans les livraisons de la Revue sont éditées en « tirés à part » immédiatement diffusés, ce qui est une façon intelligente de valoriser la recherche et de lui donner des bases concrètes.

44On aura remarqué que la distribution géographique des textes s’étend bien au-delà du Languedoc stricto sensu... c’est un Languedoc élargi, voire très élargi à un espace géolinguistique largement occitan. A Montpellier où l’hégémonie provençale du Félibrige est sporadiquement remise en cause, cela n’a rien de spécialement étonnant.

▪ Le travail d’édition

45Outre la définition, la normalisation, l’organisation de la collecte, il y a tout le travail d’édition.

46Nous n’avons pas les originaux des textes reçus, mais nous savons que Lambert en particulier retranscrit ou revoit les transcriptions, traduit ou revoit les traductions, et choisit les meilleures versions.

47On remarque le retour fréquent de l’expression « écrit sous la dictée », qui définit un principe posé dès les origines de la Société des Langues Romanes. Cela suppose, malgré tout, un certain nombre d’artifices, au demeurant nécessaires à cette époque qui ne connaît pas le magnétophone. Si l’on prend le terme de « dictée » à la lettre, il faut exclure, dans la plupart des cas, les institutions traditionnelles de transfert de la littérature orale, et poser un rapport quasi exclusif informateur-collecteur. Les données temporelles de la performance orale, une partie de son rythme, de son « naturel » sont cassés par les nécessités de la dictée. Mais le texte y gagne peut-être en rigueur et en équilibre, ne serait-ce que par l’intervention immédiate et acceptée de l’écriture qui requiert logique et « correction » et par l’intervention probable de l’enquêteur qui n’est plus dans le rôle normal de l’auditeur de veillée. On comprend que les textes soient nets, c’est-à-dire dépourvus des répétitions, redondances, hésitations et autres « bruits » typiques de l’oralité. Écriture directe certes, mais où s’affrontent nécessairement deux réalités concurrentes et cela plus ou moins gravement selon les collecteurs. Il est impossible de découvrir de façon certaine, encore moins de délimiter ce genre d’artefact comme il est impossible d’établir, faute de brouillons, la part (quand elle existe) de réécriture de Lambert qui se trouve en bout de course : Le processus de rediffusion quasi immédiat auprès des intéressés, collecteurs et informateurs, le tempérament de Lambert « respectueux de tous » nous incline à penser qu’elle est minime au niveau du texte occitan. Nous pensons qu’elle porte sur l’orthographe - une normalisation étant nécessaire - et sur la traduction française qui trahit par son style une égale distance de traducteur par rapport à une donnée linguistique brute. Orthographe et traduction sont des objets « étrangers » que l’on peut laisser sans difficulté à la gouverne de l’éditeur des textes.

48En ce qui concerne la classification ou l’étude des contes, je me contenterai de redire ce que j’écrivais en 1985 : II ne faut certes pas demander à Lambert ce qu’il ne pouvait ni ne savait apporter, c’est-à-dire une classification fine, une description ou une étude interne ou comparée des contes. Sa fonction est celle du collectage, de l’édition des textes qu’il assume avec une très grande probité. Ceci n’est d’ailleurs pas en contradiction avec une certaine esthétique que Lambert tient pour importante dans le choix des versions. C’est sa façon d’artiste de respecter « ces monuments de l’esprit et de la langue de nos pères » en les présentant sous leur meilleur profil et dans une traduction digne d’eux... Lambert ne tombe jamais dans les artifices de son époque qui consistaient à forcer les effets pour rendre compte de « la beauté rustique ». Il fait confiance à ces textes en se mettant au service de leur littéralité dans un français d’une élégante sobriété.

49Un autre souci des philologues montpelliérains était, nous l’avons vu, de présenter des documents linguistiques aussi divers et aussi exacts que possible. Si l’on prend la mesure des moyens de l’époque (relevés, transcriptions, système orthographique), on peut estimer que ce contrat est assez bien rempli par Lambert à quelques détails près. Ces documents nous sont encore précieux et le demeureront qui représentent un état de langue parlée sans équivalent dans d’autres productions.

50Nous signalons que dans la réédition de 1985, nous avons donné en fin de volume un index thématique et la classification des contes selon les normes établies par Aarne Thompson (classification dite internationale).

51L’édition de Lambert de 1899 est désormais considérée comme un « classique du conte populaire », les textes sont maintes fois cités en référence, reproduits en original et en traduction, dans des études ou des anthologies. L’occitanisme contemporain y trouve des modèles pour l’enseignement de la langue et de la littérature dite « populaire ».

▪ Les chants et chansons populaires

52En ce qui concerne la collecte, ce qui est valable pour les contes est aussi souvent valable pour les chansons puisque les appels de documents se feront simultanément. En 1874 (tome 5, p. 483), les deux collecteurs donnent le plan et la première classification du corpus qu’ils ont déjà en leur possession et qu’ils désirent compléter :

Nous allons indiquer en quelques mots le plan auquel nous avons cru devoir nous arrêter, pour mettre dans notre collection un certain ordre et faciliter à nos correspondants les recherches que nous leur avons demandées.
La première série comprendra les chants du premier âge, c’est-à-dire les chants de la nourrice pour endormir l’enfant (Som-som, etc., Nono-nouneto, etc.) :
2° Ceux pour le réveiller, imitant le mouvement saccadé du cheval (Arri, arri, chivalet, etc.), de la scie (Tira la ressa, Jan Vidau, etc.), des cloches (Balalin, balalan, etc.)
3° Ceux dont on se sert pour lui apprendre à agir, gesticuler, marcher, etc. (Ex : Cara-te, mignota, Aussa toun vantau, Rouquetouna)
4° Enfin les premières rondes des tout petits enfants (Ex : lou Branle de Lileta, lou Brandet de Paladan, etc.)
Les séries suivantes comprendront
- les rondes et danses de filles et garçons (Ex : lo riban vert, la lachuga, etc.)
- les danses de grandes personnes, les danses de fête (las Trelhas, lou Chivalet, etc.)
- les chants d’amour (déclarations, plaintes, romances, aubades, sérénades, etc.)
- les chants relatifs au mariage (éloge, blâme, etc.)
- les chants de mort et de deuil
- les chants relatifs à diverses actions et situations de la vie, les chants de métier et de compagnonnage, ceux qui se rapportent aux usages ou aux fêtes annuelles (carnaval, feux de la Saint-Jean, cour coculaire, le Mai, la Noël, la Saint-Vincent)
- les chants de fêtes locales
- ceux qui sont relatifs aux travaux de la terre, aux saisons
- les chants satiriques (d’individu à individu, de village à village, de contrée à contrée, concernant des maris trompés, des faits connus, des aventures ridicules, les escais nourris, etc.)
- les chants légendaires (récits, traditions, superstitions)
- les chants pieux (cantiques, prières chantées, noëls, passions, etc.)
- enfin les chants historiques. Nous possédons quelques-uns de ces derniers ; malheureusement il en existe peu, le peuple conservant difficilement le souvenir des hommes et des faits qui ne sont plus.
Nous ne nous dissimulons ni l’importance, ni la difficulté de ce travail ; toutefois, comme il n’est que temps de sauver de l’oubli et d’une perte imminente ces intéressants monuments de l’esprit et de la langue de nos pères, le dialecte languedocien n’étant plus parlé par le peuple que dans l’intimité et étant menacé de disparaître, il y avait urgence de se mettre à l’œuvre ; nous n’avons pas hésité, consultant notre bonne volonté bien plus que nos forces, à accepter la tâche que la Société nous confiait.
Nous espérons que la généreuse initiative prise par elle et les sacrifices qu’elle va s’imposer trouveront un sympathique accueil parmi tous nos compatriotes. Aussi est-ce sur leur concours que nous comptons pour mener à bien cette importante publication : ce ne peut être qu’en réunissant tous les efforts, tous les dévouements, qu’on pourra parvenir a donner une édition qui, appartenant à tons, offrira les garanties les plus sérieuses d’exactitude et de recherche.
Ces considération » expliquent pourquoi, tout en possédant les fonds considérables dont nous avons parlé ; nous faisons appel à tous ceux qui, par leurs goûts ou par leur position, sont à même de participer à cette œuvre commune : nous nous adressons plus spécialement aux membres des Sociétés littéraires du midi de la France, à MM. les Maires et Ecclésiastiques des campagnes, à Mmes les Institutrices et MM. les Instituteurs communaux, dont les relations journalières avec les enfants peuvent contribuer au succès de cette publication.
Il va sans dire que toute communication de versions, variantes, corrections, notations musicales, etc., sera toujours donnée avec le nom de la personne qui nous l’aura envoyée.
Nous tiendrons compte très soigneusement aussi des rectifications et des observations que l’on voudra bien nous adresser.
L’une de nos tables placées à la fin de l’ouvrage récapitulera les noms de tous nos collaborateurs et correspondants, avec l’indication détaillée des pièces et notes transmises par eux. » A. Montel et L. Lambert.

53Le pari sera largement tenu puisque l’on passe d’un corpus de 300 chants et versions à un corpus de 1500.

54Le classement de la matière reste grosso modo le même, c’est celui qu’emploient et qu’emploieront longtemps les folkloristes. Après la mort de Montel, Lambert travaille 30 ans à cette compilation.

55Les informateurs et collaborateurs sont nombreux et variés, cela va des familles immédiates au personnel de service (Pauline Poujol, par exemple, qui est servante chez Lambert et qui est originaire de Millau dans l’Aveyron) aux félibres (par exemple Achille Mir, de Carcassonne, qui sera un très bon collaborateur) aux érudits et chercheurs de tous niveaux. L’aire géographique est encore plus vaste que celle de la collecte des contes... l’élan comparatiste n’ayant plus de frontières.

56On a, pour la première partie du moins, une impression de profusion, d’une irruption volcanique dont le Languedoc serait l’épicentre et collecteurs marchent et parfois pataugent là-dedans avec délices.

57Pour les commentaires, faute de méthode bien arrêtée « tota lenga fa fòc » le comparatiste fait feu de tout bois, littérature de toutes les nations et de toutes les époques, références classiques, historiques, folkloriques et bien entendu renvoi aux quelques recueils parus (Damas Arbaud paru en 1864 et les Chants populaires du pays castrais d’Anarcharsis Combes, injustement oubliés, pour ne citer que ceux-là...).

58Montel est, nous le savons, musicien, il s’intéresse aussi à la musicologie telle qu’on peut la concevoir au xixe siècle. On ne s’étonnera donc pas de trouver certains commentaires qui relèvent de la psycho-musicologie, voire de la musico-thérapie (tome 6, p. 479,1874) avec les références du temps.

59Avec les chants, nous sommes toujours sous le principe de la collecte « sous la dictée même du peuple ». La transcription musicale ne semble pas avoir posé de gros problèmes. Les collaborateurs de la Revue qui sont des notables ont assez de connaissances musicales pour fournir des mélodies acceptables et même des variantes. Lambert, en fin de course, établit la version « au plus juste », selon ses propres termes...

60La compilation de Lambert de 1905, en 2 volumes de 750 pages est, bien sûr, un monument incontournable dont on est loin d’avoir épuisé les richesses, au strict niveau des chants comme au niveau ethnographique et linguistique.

▪ Dans la foulée, d’autres travaux ethnologiques

61Les concours organisés par la Société et plus généralement l’intérêt pour le folklore suscité par les travaux de Montel et Lambert vont amener à la R.L.R. d’autres recherches, d’autres collectes. Proverbes, dictons, énigmes, devinettes, comparaisons populaires, jeux d’enfant, danses etc.. qui couvrent l’espace occitan et bien au-delà. Parmi les auteurs, il y a encore des noms connus : Foures, Mir, Chabaneau, Boucherie, le pasteur Fesquet, Aimé Atger, Roque-Ferrier, Léon Cledat, J-f Roux, Mila i Fontanals, Charles de Tourtoulon. Des premiers numéros en 1870 à la première guerre mondiale, la Revue publiera une quarantaine de contributions de ce genre. Les spécialistes le savent, la Revue est une mine de documents pour le xixème siècle. Les promesses de la Société des Langues Romanes ont été tenues.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

1870, Bulletin de la Société pour l’étude des Langues Romanes, tome 1, n° l.

1870-1914, toutes les livraisons de la Revue des Langues Romanes.

1880, Achille Montel et Louis Lambert, Chants populaires du Languedoc, Paris, Maisonneuve.

1899, Louis Lambert, Contes populaires du Languedoc, Montpellier, C. Coulet, réédition préfacée par Jean-Marie Petit, Carcassonne, Garae, 1985.

1905, Louis Lambert, Chansons populaires du Languedoc, Paris.

1985, J.-Marie Petit, « Trois figures de la période montpelliéraine de la renaissance occitane du xixe siècle », R.L.R., n° 1.

1993, Jean-Marie Petit, « Entre félibrige et université, la Société pour l’étude des Langues Romanes », colloque du 9ème centenaire de l’université de Montpellier. Réédité par la Fédération Historique du Languedoc-Roussillon, Montpellier, 1995.

Notes

1 Sur ces 226 membres, on compte par catégories socio-professionnelles :
- 32 propriétaires ou rentiers,
- 26 juristes avoués, avocats ou magistrats,
- 25 félibres (ou reconnus comme tels),
- 24 professeurs de l'enseignement supérieur (toutes disciplines),
- 24 "politiques" : députés, maires, préfets... auxquels on peut ajouter :
- 7 membres des grandes administrations,
-17 membres "déclarés" de sociétés savantes,
-16 enseignants de l'enseignement secondaire et instituteurs,
-14 ecclésiastiques dont 3 évêques et 3 pasteurs protestants,
-12 archivistes et bibliothécaires,
-10 médecins, 7 artistes, 4 écrivains français, 4 petits fonctionnaires.
La majorité des membres appartient donc au corps enseignant, aux professions juridiques ou assimilées, aux propriétaires et rentiers et enfin au Félibrige. Les sociétés savantes de Montpellier sont représentées par certains de leurs membres mais la S.L.R. affilie hors de sa propre ville :
- La Société archéologique de Béziers qui a été son aînée dans un certain nombre d'initiatives (9),
- La Société des arts et sciences de Carcassonne,
- La Société d'agriculture, sciences et arts d'Agen. Ces affiliations viennent de contacts personnels entre membres dirigeants de ces sociétés.

2 Il s'agit d'un système mixte, compromis entre l'orthographe dite étymologique (celle de l'ancienne langue) et l'orthographe provençale de l'école d'Avignon. Ces principes seront illustrés et explicités avec l'édition du premier texte de chansons populaire : La romance de la Baga d'or, par Charles de Tourtoulon, Tome 1, 146-157)

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540