Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Contes e cants

 | 
Claire Torreilles
, 
Marie-Jeanne Verny

La missanta e la genta, Henri Pourrat conteur entre deux langues

Jean-Claude Forêt

Testo integrale

I- Au seuil de l'œuvre

Il fait du vent sur une route et ce soir la lune est au ciel,
Toute d'argent resplendissant, comme un soir au pays d'Ambert...
L'air sent la fougère et le foin. Demain c'est dimanche, la fête !
Avec les garçons d'autrefois, traînant les sapins frais coupés,
Je reviens par la route blanche. On danse déjà dans l'auberge...
Et que ce vent portait d'espoir ! Les lunes passent, les années...
Gaspard et tous sont morts.

1Ainsi commence le prologue de Gaspard des montagnes, le premier roman d'Henri Pourrat celui qui va lui assurer une notoriété définitive. L'œuvre d'Henri Pourrat s'ouvre en coup de vent. Nous sommes en 1922. Son dernier roman, Le Chasseur de la nuit, fait de même 29 ans plus tard. Il débute dans le vent et les odeurs du monde :

Le matin vint mouillé et le vent se leva. Le soleil brûlait à la peau comme une drogue. Des senteurs passaient, de racines et d'herbes...

2Pour s'achever comme il commence :

Le vent passe, la bise. D'un coup elle oriente toutes ces têtes jaunes de jeannettes, et c'est vers le soleil.

3L'air immense ouvre et referme le livre, pourrait-on dire d'Henri Pourrat en paraphrasant Valéry. En tout cas, les grands thèmes de l'œuvre sont déjà dans les sept premiers vers de ce prologue : vent et odeurs, fraternité ou amitié, et surtout ce pays d'Ambert où Pourrat a passé toute sa vie, ancré tous ses récits.

4Entrons donc dans cette œuvre et dans ce pays sur les ailes du vent. Plantons-nous quelque part à Ambert, cette sous préfecture de dix mille habitants où Henri Pourrat naquit en 1887. Tournons sur nous-mêmes : notre regard découpe dans le ciel un cercle dont la circonférence est la ligne des montagnes, « la ligne verte » (titre d'un essai de 1929), jalonné de noms familiers à tous les lecteurs de Pourrat : Pierre-sur-Haute et le col des Supeyres dans les Monts du Forez à l'est (1634 mètres), Les Bois Noirs dans les Monts du Livradois à l'ouest (1218 mètres). Pays vert et résineux, mais dont la roche cristalline le distingue du noir Velay et du reste de l'Auvergne, tourmentés par le volcanisme.

5La Dore, affluent de l'Allier, emmène le pays vers l'océan. Ambert, son pays et Pourrat sont dans le bassin atlantique, qu'ouvre la ville de Nantes (et même celle de Bordeaux - toutes deux présentes dans maints contes).

6Mais un autre fluide, un autre fleuve a déferlé du sud pour apporter au pays d'Ambert une influence méditerranéenne : la langue. La langue d'oc dont le patois d'Ambert est une des nombreuses musiques, a un moment annulé les effets de la ligne de pente, ligne des eaux qui emporte le pays vers Thiers et les grasses limagnes du nord. Le vent du sud rattrapera-t-il le décours des eaux ?

7Passons rapidement sur les évènements biographiques qui n'expliquent l'œuvre que par une logique rétrospective.

  • 1 Bricout Bernadette, 1992, Le Savoir et la Saveur, Paris, Gallimard, p. 32. Notre étude doit tout a (...)

8Le petit Henri naît donc en 1887 au-dessus de « la boutique aux merveilles »1 de ses parents, le magasin Pourrat-Debaussaux, « mercerie-bonneterie, cafés supérieurs, faïences et poteries d'art, souvenirs du pays, cartes postales », rue de la République, Ambert. Études au Collège communal d'Ambert, bac philo, puis maths. Il envisage une carrière forestière. Il est reçu treizième, en 1905, au concours d'entrée de l'Institut Agronomique, à Paris. « Ce rang m'a peut-être porté malheur. » A 18 ans Henri Pourrat est atteint de la tuberculose. Il est trop facile de dire que son œuvre est née de cette maladie respiratoire. Il fait retraite dans la maison paternelle et tente de « se guérir par le dedans ».

9En 1911, en compagnie de Régis Michalias, pharmacien félibre auteur d'un Glossaire des mots particuliers du dialecte d'Oc de la commune d'Ambert, il commence la quête qui sera l'œuvre de sa vie, l'exploration de la mémoire populaire de son pays. Pendant deux ans il correspond avec Arnold Van Gennep, d'abord en modeste disciple sollicitant des leçons de méthode, ensuite pour affirmer un point de vue plus personnel. Le malentendu grandira entre les deux hommes, qui ne se rencontreront d'ailleurs jamais. S'agit-il, dans une collecte orale, de faire « œuvre de science » ou « œuvre de vie » ? De privilégier la précision scientifique en la publiant sans correction aucune ou de prolonger la mémoire du peuple en apportant les retouches nécessaires ? Ici commence le premier acte de l'affaire Pourrat, un cas d'espèce et même d'école, posant le problème des rapports entre le collecteur et l'écrivain. En 1913 le malentendu débouche sur le silence, mais trente ans plus tard en préface à son Folclore de l'Auvergne et du Velay, Van Gennep publiera sa correspondance avec Henri Pourrat. En attendant, celui-ci fait paraître ses premiers contes collectés, dans la Veillée d'Auvergne et la Semaine Auvergnate. Après 1915, quand meurt Régis Michalias, il écrit des fables et des poèmes « patois » pour l'Almanach chantant de l'Auvergne et du Velay. L'occitan, il le comprend sans doute depuis toujours, mais il se met à l'apprendre de façon systématique à la mort de son ami félibre, et ces poèmes patois ont aussi fonction d'exercice.

10Quand la guerre éclate, Henri Pourrat est réformé à cause de sa maladie. Mais il a la douleur de perdre son ami et presque frère, le poète Angéli qu'il célébrera en 1923 dans Les Jardins Sauvages sous titré « La vie est l'œuvre de Jean-François Angéli, soldat au 140e de ligne, tué à l'ennemi le 11 juin 1915 ». Un peu plus tard, Henri Pourrat perd son frère Jean, mort à 29 ans d'une insolation en moto au mois d'août 1918, puis son plus jeune frère Paul, dit Sapajou, mort de tuberculose à Ambert en 1923 à l'âge de 22 ans. Paul Pourrat, condisciple de l'écrivain Alexandre Vialatte au Collège communal d'Ambert sera le dédicataire de Battling le Ténébreux. Un an avant la naissance d'Henri, Marius et Berthe, les parents de l'écrivain, avaient déjà perdu un fils mort-né, Georges. Dans sa somme pourratienne qu'est Le Savoir et la Saveur, Bernadette Bricout explique une partie de l'œuvre par la disparition des trois frères. Ni aîné ni cadet, Henri Pourrat est une sorte de fantôme à la recherche d'un grand frère, comme Henri, le fils d'Anne-Marie, dans Gaspard des Montagnes, qui, dérobé par les brigands, passe plusieurs années sous terre, avant de promener à nouveau sous le soleil sa pâleur d'« enfant de fades ».

11Bernadette Bricout (1992, p. 349), rappelant qu'il se présente quelque part comme « innocent, maladroit, imbécile », remarque que cette maladresse et le propre du cadet qui, dans les contes, doit s'affirmer dans les épreuves qualifiantes. G comme Georges ou Gaspard, J comme Jean ou Jeuselou, P comme Paul ou Planpougnis, « les garçons d'autrefois » du roman sont peut-être aussi les frères disparus. « Gaspard et tous sont morts... »

12Son projet de publier des contes a échoué. Henri Pourrat se tourne vers le roman. Les quatre tomes de Gaspard des Montagnes paraissent en 1922, 25, 30 et 31. Ils sont l'œuvre d'un conteur contrarié. Gaspard est un tissu de contes, « une longue histoire à cent histoires » (Henri Pourrat, 1938, La Porte du Verger, Uzès, Éditions de la Cigale, p. 119), soit que les contes s'y enchaînent à l'intérieur d'un conte cadre, soit qu'ils soient racontés comme en abîme par les différents personnages. Des essais accompagnent la parution de ce roman : La Ligne verte (1929), Toucher terre (1936), La Porte du Verger (1938), Le Blé de Noël (1942).

13Déclaré guéri 21 ans après le début de sa maladie, Henri Pourrat épouse en 1928 au Vernet-la-Varenne Marie Bresson, chanteuse, étudiante en médecine. Deux filles et un garçon naîtront. En 1940, Françoise, l'aînée, est emportée à dix ans par une maladie infantile.

14Après la guerre en 1948, commence la parution des treize volumes du Trésor des Contes. Dix paraîtront du vivant de l'auteur, qui meurt le 16 juillet 1959, quelques jours après avoir posté lui-même le manuscrit des trois derniers volumes.

15La dernière phrase du dernier conte du dernier tome du Trésor est un alexandrin blanc : « priez bien le bon Dieu que le diable s'étrangle. » B. Bricout remarque qu'elle est l'ultime écho d'une hantise, celle de l'étouffement ou de la strangulation. Elle témoigne que si le mal doit s'étrangler, le bien réside dans la libre respiration. Le monde se consomme par le souffle et la marche : on sait quel marcheur fut Pourrat qui partait en guêtres, musette en bandoulière, à la recherche de la parole populaire.

16On s'imagine les Auvergnats les pieds enfoncés dans leurs sabots comme dans des souches, eux-mêmes plantés dans la glèbe ou le fumier. Pourtant Pourrat est l'homme du vent dans un pays ancré dans la terre. Toute son œuvre vise à faire lever par la parole la pâte du pays auvergnat. Pourrat chrétien ou écrivain tente d'accomplir une œuvre de spiritualité qui doit peut-être son origine à une maladie pulmonaire. L'air et le vent sont omniprésent dans cette quête du souffle et de la parole (comme par exemple dans le très beau conte de La Queue du Diable). Pourrat, écrivain étymologiquement pneumatique ou spirituel...

II. La quête et le trésor – sources

17La grande œuvre d'Henri Pourrat, c'est Le Trésor des Contes. Sa parution à partir de 1948, deuxième acte de l'affaire Pourrat, n'a pas été accueillie sans réserve. On n'a voulu y voir qu'un travail de lettré et l'on a reproché à Henri Pourrat d'être ou un doux rêveur ou un imposteur tentant de faire passer du controuvé pour de l'authentique. « On voudrait savoir, écrit Émile Henriot dans sa chronique du Monde du 6 février 1952, s'il y a encore beaucoup de nourrices et de mères l'Oye dans les montagnes auvergnates. »

18A ce scepticisme qui niait l'intérêt ethnographique de son Trésor, Henri Pourrat n'a pas daigné répondre. On connaît mieux maintenant l'ampleur de sa collecte. Sa quête sur le terrain a été elle aussi l'œuvre d'une vie. Dans son livre, Bernadette Bricout fournit non seulement les preuves définitives mais aussi une étude détaillée de cette longue recherche. Entrant « en Pourrat comme d'autres entrent en religion » (p. 18), elle a dépouillé, classé, étudié les 53 dossiers constitués par l'écrivain pendant les 48 années de sa quête (le premier texte recueilli l'a été le 15 juillet 1908 auprès d'une femme de la Chapelle-Agnon, le dernier le 31 août 1956 auprès du père Hospital de Cade) : « au total près de neuf mille feuillets qui n'avaient jamais fait l'objet d'aucune étude. » (p. 17)

19Initiant le troisième acte, posthume, de l'affaire Pourrat, Bernadette Bricout a fait surgir derrière l'œuvre de l'écrivain, « officielle », éditée et tangible, une autre œuvre jusqu'alors occultée par son auteur même, celle du collecteur. C'est peu dire qu'elle a modifié la lecture qu'on pouvait faire du Trésor. D'un bon nombre de contes, on découvre qu'ils ont une histoire et comme un frère aîné, caché parce qu'à l'état brut, jugé non montrable. 53 conteurs, autant de conteuses, 29 chanteurs et 57 chanteuses constituent un peuple idéal dont Pourrat, sa vie durant, a consigné la mémoire. Bernadette Bricout a tiré de cette matière ce qu'elle jugeait l'essentiel et en a établi l'édition sous le titre : Contes et Récits du Livradois (1989, Maisonneuve et Larose). Il s'agit des prototypes de certains contes du Trésor, tels qu'ils sont sortis de la bouche du conteur, tels du moins qu'Henri Pourrat les a retranscrits.

20Mais Bernadette Bricout a fait plus encore. Dans ce peuple fantomatique de 192 informateurs, dont l'âge s'échelonne de 9 à 88 ans au moment de la collecte et qui presque tous appartiennent au Livradois, elle a distingué neuf personnes dont la présence s'affirmait avec plus de netteté et dont la production orale faisaient d'eux des artistes à part entière :

  • Dentellière à Marsac, Marie Claustre a 78 ans quand Pourrat la rencontre en juin 1912.
  • Jeanne Lebon, dite la Soleil, est lavandière à Ambert.
  • Nanette Chapat, dentellière au Montel, représente quant à elle une autre institution de transfert, dotée de sa mythologie propre, celle de la dentelle et des « béates ».
  • Mariette Desgeorges est bergère au Montel.
  • Marie Visseyrias, domestique à Champétières, a 38 ans quand Henri Pourrat recueille auprès d'elle sept textes dont la plupart seront intégrés dans Gaspard des Montagnes.
  • Etienne Vialatte est cordonnier à Ambert.
  • Louise Bouvard, née à Chenerailles près de Saint-Alyre d'Arianc (comme A.-Marie Grange de Gaspard des Montagnes), en 1841, est une maîtresse de domaine.
  • Jacques Pourreyron est tailleur et ménétrier à Saint-Martin-des Olmes.
  • Alphonsine Dapzol est couturière à Champétières. Pourrat demandera même à cette conteuse douée de lui consigner certains de ses contes par écrit.

21Par ailleurs, Bernadette Bricout rappelle l'importance des institutions de transfert, « lieux de transmission privilégiés » de la parole :

Si l'oralité féminine dans la société rurale livradoise s'inscrit entre ces deux pôles que sont le lavoir ou la fontaine – lieux de parole et de passage ouverts sur l'extérieur et sur le bruit qui court – et le lieu clos des assemblées de dentellières, plus propice à la transmission ritualisée des contes, ceux-ci ne doivent pas occulter les formes d'oralité plus fugitives que constituent les propos échangés dans la rue ou sur un pas de porte, parfois de part et d'autre de la clôture du jardin, à l'heure du café entre voisines, à l'épicerie ou à la sortie de l'église. (Le Savoir et la Saveur, p. 81-82)

22Côté hommes :

Le lieu de réunion masculine par excellence reste bien sûr le café, l'auberge... C'est aussi le foirail qui fut longtemps le lieu privilégié des complaintes, (p. 82)

23Complaintes de Mandrin, de Guilleri ou de Cartouche, ces trois figures de brigands pour lesquelles Pourrat ressent une singulière fascination : elle étaient chantées en général sans accompagnement, sur des airs traînants et lamentables, et disaient les crimes anciens en se complaisant dans l'horreur.

24L'institution de transfert par excellence est bien sûr la veillée, qui regroupe hommes et femmes autour du foyer hautement symbolique de la cheminée. Les enfants y sont admis, mais les contes ne s'adressent pas à eux plus qu'aux adultes. De ces veillées, les citadins que nous sommes tous devenus gardent encore la nostalgie, comme d'un vieil âge d'or convivial où l'on prenait le temps de vivre et de s'écouter, au cœur de l'automne ou de l'hiver.

25Henri Pourrat, on le sait, a choisi de structurer son roman Gaspard des Montagnes en quatre livres comportant chacun sept veillées : quatre semaines en somme, le temps d'une lunaison. La durée d'une existence (ou plutôt d'une première moitié d'existence, celle de Gaspard et d'Anne-Marie) se projette, comme réduite à l'échelle, dans les vingt-huit veillées qu'il faut pour la dire. Pourrat a luné son roman comme les bûcherons leurs coupes de bois, une façon de l'inscrire dans le tournoiement cosmique.

26Mais il ne faut pas négliger les sources écrites, notamment l'enquête menée par Pourrat à la fin des années 20 auprès des écoliers du Puy-de-Dôme, par l'intermédiaire de leurs instituteurs, et cela malgré la censure qu'exerce l'institution scolaire sur la spontanéité enfantine et qu'il dénonce dans Toucher terre (p. 14) :

Les enfants savent voir, mais très vite ils n'osent plus dire. Comme les paysans, à qui les questionne, ils disent non ce qui serait leur vraie réponse, mais ce qu'ils croient que la personne attend d'eux.

27Pourrat leur propose deux sujets de rédaction. Du premier il récolte 177 textes :

Vous avez entendu – et vous direz rapidement dans quelle circonstance – une personne déjà âgée conter une histoire ou une légende de votre vieux pays d'Auvergne. Racontez-la à votre tour en respectant les formes du parler patois, si besoin est.

28Le second sujet concerne les histoires de magie ou de sorcellerie et les guérisons inexplicables. Il lui rapporte une moisson de 198 copies, dont certaines ont durement subi au passage la censure de l'instituteur qui leur reproche confusion, obscurité, obscurantisme, ce qui selon Bernadette Bricout, « constitue un matériau précieux pour l'étude des normes implicites qui commandent en milieu rural le système d'évaluation scolaire. » (p. 143-144). On découvre ici un Pourrat sociologue et non plus seulement ethnographe :

Pauvres secrets
Vous paraissez être un naïf doublé à d'un petit sot.
Quel plat et sot bavardage ! Quel manque de goût ! Vous ne dites même pas si vraiment vous croyez aux sorciers... Vous y croyez au fond, n'est ce pas ?
Pour les négligences de forme vous mériteriez une punition sévère. Quel élève êtes-vous donc ? (B. Bricout, 1992, p. 143)

Écriture

29On doit à Bernadette Bricout, toujours elle, de mieux comprendre le processus, parfois très long, menant de la collecte d'un conte à son écriture définitive dans le Trésor. Elle distingue, de façon idéale, cinq étapes (Pourrat, 1989, p. 11-12, introduction) :

1- La première écoute

30Henri Pourrat est très sensible aux circonstances. Il sait que chaque conte est unique dans son exécution

Tel conte me rappelle une après-midi de gros soleil, un gazon en pente entre quatre maisons à escaliers de pierre, l'odeur des caille-lait, mêlée au baume résineux des fagotiers ; on entend battre une faux, loin dans la montagne ; sous le tilleul, la dentellière en hésitant retrouve l'histoire de Viravirel.
Tel autre conte rappelle une soirée ouverte, au fond des bois pâtis. Pas un souffle. Tout est ombre. Mais mouchetés de blanc, des champignons rouges ont un éclat extraordinaire. De groupes de sapins en groupes de sapins, les amis qui me guident cherchent la conteuse. Enfin nous la trouvons qui garde ses vaches. (Le Trésor des Contes, tome I, p. 7, note)

31Il note avec soin les nom, prénom, âge du conteur, avec la date et le lieu de la collecte. Mais dans l'instant, il écoute, simplement : « N'écris pas devant elles, d'abord ; cela les gêne, elles ne savent plus raconter. Ecoute, simplement. » (Contes de la bûcheronne, 1936, page 14)

2- La seconde écoute

32Souvent Pourrat demande ensuite à l'informateur une répétition du conte au cours de laquelle il prend des notes pour la trame narrative et les mots et expressions marquants. Il relève les formulettes incantatoires ou les « phrases chantantes » nées « du secret de la vision ». De là procède la récolte foisonnante de ses « cahiers d'expression. »

3- La décantation

33Pourrat préconise un certain temps d'attente : écrire le lendemain plutôt que le soir même. Parfois, par souci de fidélité, il retourne chez la conteuse.

4- La première écriture

34Vient le premier état du conte écrit, celui que nous livre la version publiée par exemple dans La Semaine Auvergnate, avant la guerre, ou celui que nous restitue Bernadette Bricout dans les Contes et Récits du Livradois. Il correspond à l'élaboration écrite du conte dit par tel ou tel informateur dont Pourrat essaie de serrer au plus près la production orale.

5- La seconde écriture

35C'est celle faite pour le Trésor. Pourrat s'y affranchit de ses informateurs d'origine. La version qu'elle nous offre correspond parfois à la synthèse de plusieurs contes, comme c'est le cas pour la Marie-Cendron du Trésor, tour à tour racontée en 1912 par Marie Claustre, en 1936 par Antoinette Rocher et en 1943 par Alphonsine Dapzol.

36Un dernier mot sur l'agencement des contes dans les 13 tomes du Trésor : le plus grand désordre paraît y régner, avec çà et là, quelques regroupements thématiques (curés, simples d'esprit, femmes, niais). Claire Pourrat, belle fille de l'écrivain, a assumé la réédition du Trésor en sept tomes en tentant de donner à chacun une cohésion de thème.

37L'initiative est-elle heureuse ? Peut-être pas autant qu'il y paraît. Pourrat avait sans doute l'intention de rompre la monotonie thématique en sautant de temps en temps « du coq à l'âne ». Par ailleurs Bernadette Bricout veut lire l'ensemble du Trésor comme une lutte du bien et du mal, du diable et du bon Dieu. Cette dynamique interne se perd dans un regroupement thématique trop rigoureux.

III. Questions pour un conteur

38Cette œuvre attachante n'est pas sans poser des questions : Quel rapport envisager entre tradition orale et littérature écrite ? Quelle langue choisir pour exprimer la mémoire auvergnate ? Quel monde décrire dans un conte, surtout s'il s'agit d'un conte merveilleux ?

1- Le paradoxe de Pourrat

39La contradiction dans laquelle s'est débattu Pourrat tout au long de sa vie d'écrivain et qu'il est finalement parvenu à résoudre est ainsi formulée par Bernadette Bricout (1992) :

Pour sauvegarder ces contes qui ne vivent que de la parole, cette culture par ouï-dire qui caractérise le savoir populaire, on est contraint de recourir à l'écriture. Or transcrire le conte, n'est- ce pas le trahir, le tuer, l'arracher à la mémoire collective dont il tient sa vie profonde... le priver de l'intonation et du souffle, de l'éclat et du grain de la voix, du corps de ce contact qui lui donne sa force et son chatoiement éphémère ? (p. 174)

40Aussi au cours de ses essais Pourrat élabore-t-il « une véritable théorie de l'adaptation de la restauration du conte ». Il refuse aussi bien la transcription littérale exigée par les folkloristes, qu'il revendique pour lui-même d'être un conteur à part entière « qui, tout en puisant ses récits dans une tradition séculaire, leur imprime sa marque propre. ». Tout conteur ne fait-il pas acte de création puisqu'il se livre à son instinct de variation ?

41Pourrat revendique donc le rôle de conteur populaire. Mais on peut lui opposer une double objection : Il est savant et cultivé, « il a des lectures ». Et puis il est étranger au « savoir », à la « culture » du peuple. Pourrat essaie de répondre à cette objection dans la note finale du tome V du Trésor.

j'ai lu, sans doute. j'ai ouvert quelques livres, de Valéry à Vialatte, de Paulhan à Claudel. Mais d'autres aussi, d'une littérature moins autorisée : cahiers de chanson, fatrasies, almanachs et causes célèbres, j'ai feuilleté des brochures écornées, des livrets de colportage. Dans des métairies, des auberges, j'ai recueilli plus de cinq cents chants populaires ; et des proverbes peut-être deux mille.

42Cette reconnaissance « qu'on accorde sans tant d'histoires à un bouvier, à un bûcheron, peut-être même à un facteur rural », pourquoi n'y aurait-il pas droit ? Et d'ajouter dans la même note :

Pourquoi n'oserais-je pas demander à être regardé moi-même comme un conteur populaire – c'est probablement ce que signifie mon nom. Dans le Forez, le pourra, c'est le pauvre : un homme qui est pauvre non par occasion mais vocation ; celui qui va dans les campagnes, colportant les nouvelles, contant les contes, chantant les chansons, une sorte de trouvère à l'usage des fermes et non des châteaux.

43Pourrat a payé le prix fort pour mériter ce titre de conteur populaire : une quête interminable de la parole du peuple, une vie toute entière vouée à ce projet, qui s'est écoulée, comme le cours de la Dore, entre les Monts du Livradois et du Forez, faite de renoncement à une certaine gloire littéraire, de discrétion, d'humilité. Ascèse morale, en somme, dont l'ascèse physique de la cure médicale qui lui fut contemporaine n'est peut-être que la métonymie. Dans les deux cas, il s'agissait de recouvrer un souffle. On comprend mieux que Pourrat n'ait jamais fait étalage de son immense travail de collecteur, qu'il ne l'ait jamais publié, qu'il n'ait jamais revendiqué ce titre, qu'il n'ait jamais daigné produire ses preuves au plus fort des critiques. Collecter n'était pas une fin en soi. Il lui fallait être conteur. Non pas écrivain, mais conteur. Question de vie ou de mort, le conteur devait occulter le collecteur, le taxidermiste.

44Le paradoxe du Trésor est donc de se présenter comme un aboutissement écrit de l'oralité, pas seulement comme une méthode de conservation, mais comme son apothéose, son achèvement, sa perfection. Encore cette écriture n'a-t-elle de valeur que par ses marques d'oralité :

  • Comme tout récit paré des plumes du discours, elle abonde en adresses à un auditeur plus ou moins fictif et précis, en références au contexte d'énonciation ou à son univers, en signes de connivence.
  • Sa syntaxe et son rythme sont oraux : phrases exclamatives ou nominales, déictiques, démonstratifs. Elle tente de donner l'illusion du discours direct.
  • Elle est émaillée de mots, expressions ou tournures en occitan auvergnat ou en francitan (en l'occurrence du « nord-francitan »), voire de « libratencismes », car le « patois » représente pour Pourrat l'essence-même d'une oralité irréductible à l'écrit, sinon de façon périodique. Nous y reviendrons.

45C'est cette saturation de l'écrit par des marques d'oralité que Philippe Gardy appelle quelque part l'oraliture. Cette dialectique oralité-écriture, nous la retrouvons chez des contemporains de Pourrat : Ramuz, Giono, Céline, mais avec une problématique évidemment différente, puisque diffèrent leurs objectifs.

46Il est au demeurant fort malaisé de définir clairement l'antinomie écriture-oralité. Des confusions sont souvent faites avec des oppositions voisines, mais non superposables à cette antinomie. L'opposition oralité-écriture, par exemple, ne recouvre pas l'opposition improvisation-composition (ou spontané-réfléchi), ni codage-absence de codage (les contes populaires fourmillent de formulettes).

47Quoi qu'il en soit, l'écriture pourratienne assume sans cesse une fonction poétique, par ses rythmes, par le retour des thèmes, des images, des motifs, des formules. Certes le conte est poétique par nature (au sens de Jakobson), puisqu'il présente des épreuves en général triples ou des triplettes de rivaux (dont les performances analogiques se projettent sur l'axe du récit), des séquences ternaires, retours de motifs, symétries, métaphores-métamorphoses. Mais Pourrat rend cette fonction continue, il la généralise. Pour reprendre une définition plus récente de la poésie, le conte pourratien est un métalangage connoté : son écriture se commente elle-même au deuxième degré.

48L'effet le plus frappant de cette quête pourratienne d'oralité – que nous avons interprétée comme quête du souffle – est donc la fusion du narratif et du poétique, dont une tentative extrême est l'adaptation des complaintes chantées en prose rythmée (rythme héxamétrique ou octosyllabique) : Le Roi Renaud, La Fille enlevée à son père, par exemple. Pour Henri Pourrat la parole conteuse ne peut être que parole chanteuse.

2- Diglossie de Pourrat ?

49Pourrat se veut la voix d'un peuple introuvable, parlant par la bouche d'un conteur archétypique et inexistant fait peut-être de ses deux cents informateurs. Il est à la recherche d'une écriture homogène qui reflète l'unicité de ce conteur-paysan idéal qu'il se charge d'incarner. Il va lui falloir inventer une langue.

50La langue d'Henri Pourrat comporte trois éléments :

  • du français archaïque, dont le vocabulaire est emprunté à Rabelais, Montaigne, Olivier de Serres, La Fontaine (que Pourrat tenait pour « le plus grand de nos poètes ») : malandre, engaigne, provende, chevance, endèver. S'y ajoutent les termes techniques des métiers dont Pourrat est friand : le couteau-paroir du sabotier, la doloire du tonnelier, les tricoises du maréchal, le dail et le taille-pré du paysan,
  • le dialecte occitan d'Auvergne et le francitan.
  • dans ses cahiers d'expression qui rassemblent 30.000 façons de dire, dans trois cahiers et dix-neuf dossiers, Henri Pourrat a consigné des mots, tournures et proverbes puisés auprès de ses informateurs ou à des sources écrites (George Sand, Lucien Gachon, Saint-Simon, La Fontaine). Il s'agit d'une sorte de petit trésor, comme celui du Félibrige, pour édifier l'autre trésor, celui des contes. L'écrivain s'y est appliqué, avec minutie, à un classement thématique.

51Mais revenons au « patois ».

52Pourrat le comprenait, mais ne l'a pas parlé jusqu'en 1916, date de la mort de Régis Michalias, où il s'est mis à l'apprendre, en écrivant, comme on l'a vu, fables et petits poèmes. Il a puisé dans le Glossaire des mots particuliers du dialecte d'Oc de la commune d'Ambert réuni par son ami et publié en 1912, mais il a toujours employé les mots occitans avec une certaine parcimonie. S'il admirait « la splendide intransigeance », l'authenticité et le souci du mot juste d'un Lucien Gachon, qui n'hésitait pas à multiplier les mots patois francisés, il a préféré, pour son compte, l'oeillette du français (l'huile de pavot) à l'huile de colza du patois, « puissamment grasse et le goût corsé ».

En trop de pages trop de mots dialectaux arrêteront le lecteur, s'il n'est du coin. Et il risquera de ne plus voir en ces paysans que des villageois. Croyant servir d'exactitude, Gachon ne dessert-il pas une vérité plus essentielle ? (Le Chemin des chèvres, 1947).

53Pourrat n'a donc aucun projet restaurateur, aucune envie de redonner au dialecte-patois la dignité d'une langue. Il refuse d'écrire en dialecte d'oc : il ne serait même pas compris, dit-il, du Puy-de-Dôme entier. Il rejette également la langue artificielle des Félibres qui n'est comprise que d'eux seuls et qui ne sert « qu'à leur usage exclusif lorsqu'il vont félibrégeant dans leurs félibrégeades » (Article des Nouvelles Littéraires de 1925). Mais il a la volonté de s'imprégner du « patois », langue de l'inconscient du peuple, support d'une pensée magique, lien avec les origines, sève qui monte des racines. Aussi le français de Pourrat est-il sous perfusion permanente de nord-occitan, et l'on aboutit à cet autre paradoxe que l'écriture de cet auteur doit sa réussite esthétique, son pouvoir émotionnel, à son caractère hybride. L'occitan affleure sans cesse, et cet affleurement est double : l'un est patent, facilement décelable sous la forme d'un vocabulaire d'emprunt. L'autre est plus discret mais informe l'œuvre en profondeur, il s'agit de la syntaxe et de l'oralité occitanes.

54Henri Pourrat cite parfois des phrases entières en dialecte. Le conte qui en comporte le plus est celui de la Fille du roi et le Charbonnier, recueilli en 1913 auprès de Toinon Chantelauze, alors âgée de 78 ans, dentellière à Ribeyre, sous le titre le Conte de la fille du roi dont le manchon fut fait de la peau d'un pou et de son galant Monsieur de Bréville. Dans la version du Trésor, Pourrat reproduit mot pour mot et dans la même graphie (souvent aberrante d'ailleurs) les phrases patoises qu'il a lui-même transcrites de la bouche de la conteuse. Ces phrases sont donc la création intégrale d'une tradition populaire. Mais elles ont aussi, par l'emploi même du dialecte, une fonction narrative et un sens social. La fille du roi, qui attend son galant, voit arriver un charbonnier repoussant qui résout l'énigme de la peau du manchon et l'emmène avec lui pour l'épouser. Elle ignore qu'il n'est autre que Monsieur de Bréville déguisé. Tant qu'il est charbonnier, le galant ne parle qu'en patois, langue méprisée, méprisable, péjorative, langue de brute, de misère et de bêtise. La métamorphose du charbonnier en Monsieur de Bréville, du malheur en bonheur, du noir au blanc s'accompagne du passage du patois au français. On voit comment la tradition populaire a intériorisé sous forme de conte le mépris attaché à sa langue. La graphie aberrante de Pourrat signifie elle aussi que l'écrit normé est inaccessible à cette langue, qui n'y peut faire irruption que par bribes :

Anen, demisello, venia ma ! Voudra chirventes an pas mitei de vous sègre ; ieu vau vous monta subre moun ase per vous mena chez ieu.

55Les formulettes en dialecte d'oc sont plutôt rares si l'on excepte les formules conclusives comme le fameux :

E barrit barrat !
Mon conte es chabat !

56d'ailleurs graphié de plusieurs façons différentes. (Nous normalisons quant à nous la graphie.)

57Un proverbe revient à plusieurs reprises, lui aussi différemment graphié :

Per lis autre' e ver ieu
Grossas coma mon cueu.

58Il s'agit des raves, que l'on plantait autant pour les donner aux autres que pour soi. On notera la valeur d'euphémisme du patois qui « brave l'honnêteté ». Le lecteur français que se suppose Pourrat aime être respecté. Même valeur d'euphémisme dans La Garamande et les trois camarades (tome VIII) :

Tu que torces, tu que montes, tu que cagues,
Passaretz totes tris per le trauc.

59La vieille parle ici d'une saucisse qui frit, d'un liquide qui bout et d'un boudin éventré qu'elle va manger après avoir tué son cochon. Les trois voleurs qui s'apprêtent à faire irruption chez elle (l'un est juché sur un arbre pour l'épier et l'autre se soulage avant de passer à l'action) prennent pour eux sa formulette, se croient découverts et fuient cette supposée sorcière... Autre proverbe :

Chau pas 'chatar un polin [un poussin]
Davant que siage eipelit ! [prononcer ipeli]

60ou encore dans La Quittance (tomeV) : Quauqu'un t'aia leicenat ! (Quelqu'un t'aura fait la leçon !),

61écrit par Pourrat :

Quaucun t'aye liceno.

62En règle générale, Pourrat juxtapose toujours une traduction à ces phrases en dialecte, mais de façon « discrète », en sorte que la traduction s'intègre au récit, sans en rompre la continuité :

« Veti son chaté. Moun ase io lé pouorto de cherbou toutos los matis e lé vous ménera tout soul. Lé entrarein ein passa. »
Elle comprenait bien à peu près que c'était là le château ; que l'âne y portait du charbon tous les matins et qu'il l'y mènerait tout seul.
« Nous y entrerons en passant. »
Mais elle n'en pleurait et n'en soupirait que de plus belle...
(La Fille du roi et le Charbonnier)

63Ainsi fait-il également pour les mots isolés :

Un bichet, un petit pot (tome II)
Et ils trouvèrent une occasion de voiture. Ou plutôt de barcelle, de tombereau. (L'Âne en pénitence)

64Il lui arrive d'intercaler un commentaire métalinguistique sous forme d'incise :

l'orvet – on l'appelle chez nous l'anivet, dans le Languedoc le nadel et dans le Berry le langon – ce petit serpent de verre... (Le Rossignol et l'Orvet, tome XII)
Une boge, c'est une grande poche de toile. (Le Fin Voleur, V)

65La digression peut s'allonger, comme dans cet exemple où Pourrat s'inspire visiblement du Glossaire de Michalias :

« Ha je suis toute chabrelée !
Sur une pierre plate m'a laissée,
N'ai brouté qu'une feuille de buisson
Qui m'a donné le carcouisson. »
« Le carcouisson, c'est cette espèce d'enrouement qui vous serre la gorge quand on a mangé des prunelles ou des poires d'étranguillon ». (Le Grand-Chamian ou la Bête-Malebête, tomeXII)

66Définition de Michalias :

Carcoueissou, sm. Sensation d'étranglement produit par l'absorption d'une substance astringente. V.Eitrangoulhou

67Ailleurs le narrateur assume son ignorance du « bon français » pour nous livrer une traduction possible, non sans perplexité :

Et ce vieux curé a promis de venir didemonier - comment dit-on en français, dédémoner ? - l'enfant (Tome X)

68Si les formes occitanes des mots dialectaux sont assez rares, en revanche ceux-ci abondent sous leur forme francisée, conférant à l'écriture de Pourrat cette tonalité « francitane » si particulière. Voici quelques exemples parmi des milliers :

Tome V :... Et du fagot et des tarengots et des bûches (La Femme bête).
Tu bredines ! Croppetonées au coin du feu... Un viravoulet de papier... Gourmand comme un chaleil (Tamagas et son curé). Il y avait une fois deux escogriffes, ici : Une grosse oche, une oie grosse comme la mère des oies (Le Grilhet). Tout allait s'abrander (Les quatorze tonneaux).

69Et encore :

Une trolée d'enfant... L'Aragne... Son homme, ce bredin... Un drôle, un drelounet qui pleurait des deux yeux... Ragot de rafataille... A la pique du jour... Il n'était ni gourd ni flache, celui-là ! L'ogre : le pauvre chauche-mottes !... Ni ma fille ni moi ne portons d'éclots... Vieille gore, autant dire vieille vache... Les feuilles, les chabouilles...

70L'accumulation de ces mots finit par créer au fil des pages un réseau lexical, voire un authentique lexique occitan.

71Mais l'originalité de l'écriture pourratienne réside dans une syntaxe occitane, liée à des marques d'oralité elles aussi occitanes. Les exemples sont innombrables :

  • Suppression du pronom sujet ou du il impersonnel : « Me vient une idée. »
  • Nous autres pour nous.
  • Suppression de l'article dans certaines expressions : « Qu'est-ce que tu iras tant chercher par pays ? » (Jean de l'Ourse) « Il leur tourne l'épaule, reprend sa route par bout. » (Le Soldat et Satan)
  • Mots communs aux deux langues employé dans leur sens occitan : « Il monte la grande poêle, il allume le feu » (Jean de l'Ourse). Monde dans le sens de gens : « du brave monde ». Se rapatrier pour se réconcilier.
  • Suffixes péjoratifs : « Et tout cela ne faisait pas une vie pour Pipette, à peine une vidasse. »
  • Impératifs « phatiques » comme dans cette phrase savoureuse : « Les chiens mangent leur viande sans pain ; eux, ils mangeaient leur pain sans viande. Encore, dites, du pain, ce n'était pas tous les jours. » Ou encore dans celle-ci : « Trois mille francs, dites, vous autres ! »

72Le rythme, le phrasé, l'ordre des mots sont occitans, sans compter les innombrables expressions puisées au fond (au fonds) de la langue d'oc : « Ne portez pas peine. » « L'homme du conte s'en est tiré sans casse, mais il avait sué une fameuse chemise. »

73De là provient sans doute cette « petite musique » qui n'appartient qu'à Henri Pourrat, qui chante dans chacune de ses phrases et qui l'a fait passer pour l'écrivain auvergnat par excellence. « La vraie Auvergne ne date guère que de Pourrat » a écrit plaisamment Alexandre Vialatte. C'est cette petite musique, plus que les détails « folkloriques » qu'on peut trouver dans son œuvre (carreaux de dentellière, blouses de maquignon, vielles, sabots et patias) qui témoigne d'une « auvergnitude » qu'il a exprimée mieux que personne et dont il est sans doute l'un des inventeurs. Grâce à elle, « le peuple introuvable » d'Henri Pourrat (expression de B. Bricout, 1992) aura acquis sinon une existence, au moins une voix.

74Derrière la façade française du Trésor se profile en filigrane un autre édifice caché par le premier et qui lui sert aussi de fondation, de substrat. La réussite de l'œuvre d'Henri Pourrat tient à sa diglossie, à cet effet de relief, de mise en perspective, voire de mise en abîme de deux langues.

Avec leurs gros sabots, leurs gros habits de toile, leurs grosses mains pleines de cal, leurs gros patois plein de vieux mots,

75écrit Pourrat à propos de paysans, dans un de ses contes. Le patois est langue de la grossièreté, il est encombrant mais consubstantiel à l'être. Il est une parole souvent associée à une fonction digestive, excrémentielle ou organique, dont on aurait honte. Mais il est la voix de l'inconscient, du réflexe, de l'instinct. « M'a pas manqué que diantre de râté » s'écrie le fils de l'aubergiste dans le conte du même titre, à l'instar de l'écolier limousin de Rabelais, quand il abandonne son français pointu pour maudire le râteau qu'il vient de recevoir dans la figure.

76Le français est la langue officielle du Trésor. L'occitan est sa langue officieuse, refoulée mais omniprésente, comme le ça dans l'inconscient. L'originalité de l'écriture pourratienne réside dans ce jeu permanent de refoulement-affleurement où l'écrivain essaie de trouver un équilibre et dont il tire des effets esthétiques.

77Pour reprendre l'image du chemin chère à Pourrat, son œuvre se déroule comme un sentier muletier pavé de cailloux où affleure sans cesse le soubassement rocheux, comme l'ossature de géants enterrés.

78Ou encore : dans le conte Marie-Cendron tel que Pourrat le tient d'Alphonsine Dapzol, un petit oiseau met en garde le prince qui va épouser la méchante sœur sans voir la belle Cendrillon :

Tu prends la méchante
Tu laisses la gente
Toute seulette en son coin
Derrière le bugeadin.

79Le Trésor des Contes est aussi l'histoire d'une Cendrillon patoise confinée aux tâches domestiques, tandis que l'écrivain-prince charmant épouse la coquette française dans sa robe de strass.

80Henri Pourrat, écrivain entre deux langues, avons-nous intitulé notre article. Ce titre, reprenant celui d'une étude de Philippe Gardy sur l'écrivain occitan Jean-Baptiste Fabre (in Emmanuel Le Roy Ladurie, 1980, L'Argent, l'amour et la mort en pays d'oc, Paris, Le Seuil), présente évidemment un sens tout autre dans les deux cas. L'abbé, dont le purisme est à sens unique, ne mêle jamais d'occitan à son français académique, mais les francismes de son occitan ne l'indisposent guère. C'est tout le contraire avec Pourrat. L'écriture occitane, limitée dans le temps, n'a eu pour lui qu'une fonction d'exercice : se fabriquer un levain, un « double concentré » d'oralité, pour faire monter, pour aérer (encore !) la pâte du français. L'usage qu'il fait de l'occitan consiste à l'incorporer dans une autre langue dont il doit en retour modifier la substance ou la texture, dans une démarche qui n'est pas sans évoquer l'écriture de la crédité des écrivains français des Antilles (d'un Patrick Chamoiseau, par exemple).

81La méchante dévore la gente, qui lui prête en retour une part de ses traits. La diglossie de Pourrat, c'est celle du levain dans la pâte. L'occitan du Trésor s'anéantit dans la langue française dont le triomphe est son œuvre ignorée. Marie-Cendron, c'est la langue occitane...

Bibliografia

CHOIX BIBLIOGRAPHIQUE

Recueils de contes

1936 : Contes de la Bûcheronne, Tours, Marne, 279 p.

1948-1963 : Le Trésor des contes, 13 tomes, Paris, Gallimard

1977-1986 : Le Trésor des contes, 7 tomes, Paris, Gallimard, édités dans un ordre différent (classement thématique) par Claire Pourrat, bru de l'auteur

1989 : Contes et récits du Livradois, Paris, Maisonneuve et Larose, 467 p., textes recueillis et publiés par Bernadette Bricout d'après les dossiers de notes de l'auteur

En poche :

1970 : Contes du vieux-vieux temps (Livre de Poche), épuisé.

1974 : La Queue du diable, contes des malicieux et du Malin (1000 soleils)

1987 : Contes (Folio)

1994 : Bons, pauvres et mauvais diables (Folio)

Autres œuvres

1922 : Gaspard des Montagnes 1, Paris, Albin Michel, 317 p.

1925 : Gaspard des Montagnes 2, Paris, Albin Michel, 301 p.

1928 : La Ligne verte, Paris, NRF, 253 p.

1930 : Gaspard des Montagnes 3, Paris, Albin Michel, 317 p.

1931 : Gaspard des Montagnes 4, Paris, Albin Michel, 315 p.

1936 : Toucher terre, Uzès, Éditions de la Cigale, 284 p.

1938 : La Porte du verger, Uzès, Éditions de la Cigale, 223 p.

1941 : Vent de mars, Paris, Gallimard, 200 p. (Prix Goncourt)

1951 : Le Chasseur de la nuit, Paris, Albin Michel, 320 p.

1966 : Gaspard des Montagnes (Livre de Poche), 2 vol. de 512 p.

Autour d'Henri Pourrat

Anglade Jean, 1971 : La Vie quotidienne dans le Massif Central au xixe siècle, Paris, Hachette

Bricout Bernadette, 1992 : Le Savoir et la Saveur. Henri Pourrai et le Trésor des Contes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Idées », 437 p.

Michalias Régis, 1912 : Glossaire des mots particuliers du dialecte d'oc de la commune d'Ambert (repris en 1978 par Lafitte-Reprints, Marseille, avec une préface de Jean-Claude Bouvier)

Sylvere Antoine, 1980 : Toinou. Le cri d'un enfant auvergant, Paris, Plon, "Terre Humaine", antidote à l'univers arcadique d'Henri Pourrat, dont il inverse toutes les valeurs.

Van Gennep Arnold, 1942 : Le Folklore de l'Auvergne et du Velay, Paris, Maisonneuve, incluant la correspondance Pourrat-Van Gennep de 1911-1913.

Note

1 Bricout Bernadette, 1992, Le Savoir et la Saveur, Paris, Gallimard, p. 32. Notre étude doit tout au travail de Bernadette Bricout, dont on peut dire qu'elle est l'« inventrice » d'Henri Pourrat, notamment du Pourrat collecteur. Nous tenons de son ouvrage tous les détails biographiques et toutes les informations sur l'enquête.

Autore

Université Paul Valéry

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540