Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'art de gouverner chinois dans les périodiques de langue française de 1750 à 1789

 | 
Li Ma

Troisième partie — Les options idéologiques des périodiques

Chapitre 12 La prudence des journalistes

Texte intégral

1À la différence des Éphémérides du citoyen, des Mémoires concernant les Chinois, et de la Correspondance littéraire, dans lesquels les représentations de la Chine sont soit favorables, soit défavorables, et ont un lien étroit avec les opinions des journalistes, la plupart des périodiques de l’époque présentent des images tantôt positives, tantôt réservées, et cela, sans véritable argumentation. Il est vrai que les journalistes manifestent parfois leurs doutes, qu’ils fournissent des explications ou entreprennent des analyses, mais, dans la grande majorité des cas, ils semblent éviter les jugements. Cette attitude prudente mérite d’être interrogée.

1 Les manifestations de la prudence

2La position relativement prudente des journalistes peut d’abord être observée dans les textes visant à donner une présentation générale de l’empire chinois, comme dans les Mélanges intéressants et curieux et la Bibliothèque universelle des dames. Leur admiration pour le système politique chinois, ne les empêche pas d’exposer ses défauts. Ils adressent aussi des reproches au caractère des Chinois. De plus, ils tiennent compte de différentes sources et se montrent prudents face aux témoignages contradictoires des voyageurs. Cette prudence est encore plus marquée dans les comptes rendus.

1.1 Le refus de juger

3Dans les comptes rendus qui sont principalement composés d’extraits, les commentaires des journalistes occupent toujours une place mineure. De plus, ces commentaires sont souvent ambigus. Quelquefois les journalistes laissent transparaître leur perplexité. Cette tendance est plus nette lorsque les journalistes recensent des œuvres, dans lesquelles l’image de la Chine est peu favorable et va à l’encontre des idées reçues. Le compte rendu du Voyage aux Indes Orientales et à la Chine de Pierre Sonnerat en est un bon exemple.

4Plusieurs passages de cet ouvrage révèlent les nombreux défauts de l’empire chinois, notamment dans l’administration. Cependant, l’attitude du rédacteur du Journal encyclopédique est intéressante :

  • 1 Journal encyclopédique, août 1783, p. 46-47.

Si l’on en croit notre auteur, les arts et les sciences ne feront jamais de progrès à la Chine ; l’administration politique y mettra toujours obstacle, parce que, si le peuple venait à s’éclairer, il faudrait nécessairement en changer la forme [...] Leur science et leur habileté consistent dans des difficultés vaincues, et le gouvernement ne paraît tranquille que parce qu’il régit des hommes lâches1.

  • 2 Ibid., p. 50.

5Le rédacteur fait-il confiance à Pierre Sonnerat et à ses récits ? Comme l’indique la dernière phrase de son article, il paraît hésiter pour de bonnes raisons : « Quelques-unes des assertions que nous venons d’exposer paraîtront peut-être fort étranges ; mais comme nous n’avons pas été à la Chine, il ne nous appartient point de les infirmer, ni de les soutenir2 ». Ainsi, face à des descriptions contrastées, qu’il résume, il préfère ne pas trancher.

6Cette circonspection est aussi perceptible dans quelques essais, entre autres dans un petit texte intitulé « Gouvernement des Chinois » paru, en 1786, dans les Variétés littéraires. L’histoire soumise à l’opinion. En moins de deux pages, le rédacteur rend compte de la perception française du gouvernement chinois. Il ne semble pas s’intéresser à la longue histoire de ce pays, ni aux raisons de l’étonnante stabilité de sa constitution à travers les siècles, malgré la conquête des Tartares. Face à ce phénomène, il se contente d’exprimer son incompréhension :

  • 3 Variétés littéraires. L’histoire soumise à l’opinion, 1786, t. I, p. 158-159.

Cette durée constante est un phénomène politique, et nous paraîtrait bien plus incompréhensible si nous considérions que la situation de la Chine, à l’extrémité orientale de la terre, contribue beaucoup à rendre ce pays formidable ; et de plus, qu’il a été gouverné, de tout temps, par le véritable esprit philosophique, qui ne fait rien sans principes et sans raison. Qu’on ignore à quel principe est soumis le gouvernement de cet immense Empire ; qu’on ignore surtout quel effet doit résulter de ce principe, et l’on ne concevra plus le tableau que trace ici la vérité. On s’étonne toujours des machines, quand on n’en connait pas les ressorts3.

7Tandis que le rédacteur du Journal encyclopédique se cantonne aux expériences des voyageurs, l’auteur des Variétés littéraires souligne le manque d’informations fiables concernant la constitution du gouvernement chinois et ses fondements. Dans ces deux articles, les journalistes, qui constatent qu’il est difficile de juger impartialement l’empire chinois, préfère suspendre donc leur jugement.

1.2 La recherche de la « vérité »

8Face aux contradictions, certains journalistes refusent la facilité consistant à ne pas trancher et tentent d’analyser le paradoxe chinois ou de trouver la vérité de la Chine.

  • 4 Le premier porte sur la cruauté des supplices, l’autre est une sorte de remontrance adressée aux s (...)

9Le compte rendu des Chinelische Gredunken, c’est-à-dire du Recueil de Pensées Chinoises, paru dans le Journal des Sciences et des Beaux-Arts illustre bien cette volonté de comprendre la Chine. Ce texte, qui n’est pas un simple compte rendu, propose une réflexion sur le paradoxe chinois. Le rédacteur de cet article de six pages, consacre plus de la moitié de son texte à des réflexions personnelles, tandis que le reste est composé de deux courts extraits concernant les défauts de l’empire4. Dans la première partie de l’article, le journaliste présente les images contradictoires de l’empire chinois à propos des arts, de la morale et de la politique. Le talent des Chinois, qui se manifeste dans les arts et dans les « excellentes Lois de police », est contrebalancé par les actions « barbare[s] » du peuple. De même, les maximes « respectables », sont contrebalancées par des principes « absurdes » et « ridicules » dans l’enseignement de la morale. On pourrait multiplier les exemples. Tout cela incite le rédacteur à se demander :

  • 5 Journal des Sciences et des Beaux-Arts, 1777, t. III, p. 303.

D’où vient cette étonnante contradiction dans les Lois, les mœurs, les coutumes ? d’où vient cette pernicieuse immutabilité chez ce Peuple ? d’où vient ce mélange éternel de lumières et de ténèbres, d’esprit et d’ignorance, d’aptitude et de maladresse5 ?

10Au lieu de choisir entre ces deux images, comme l’ont fait nombre de ses contemporains, le rédacteur semble les accepter toutes les deux. En effet, il considère qu’elles correspondent à deux aspects différents, opposés mais compatibles de la Chine. Selon lui, cette contradiction apparente vient

  • 6 Ibid., p. 303-304.

[de] l’orgueil, de cet insupportable orgueil qui caractérisa dans tous les temps la Nation Chinoise : elle se regarde complaisamment comme la première, la plus noble et la plus éclairée des Nations passées, existantes et futures. [...] Telle est la manière de penser des Chinois, et c’est cette manière de penser qui ne leur permet ni de rien inventer, ni de puiser chez les Nations étrangères les lumières qui leur manquent6.

11Cette accusation d’orgueil, lequel serait un caractère national selon le journaliste, révèle sa perspective. D’après lui, le plus grand problème de l’empire chinois, en particulier de son gouvernement, est son imperfection causée par l’orgueil de toute la nation. De plus, le rédacteur prétend que ses réflexions sur la Chine sont confirmées par l’ouvrage recensé :

  • 7 Ibid.

Ce recueil est une preuve convaincante de la vérité des réflexions que nous venons de nous permettre : les pensées qui y sont rassemblées sont, comme les Chinois, un mélange étonnant de vérités utiles et de bizarres opinions, de pensées très-estimables et de folles idées, d’observations judicieuses et de rêves insensés7.

12À travers les extraits donnés dans ce compte rendu, on aperçoit que le contenu de l’ouvrage ne correspond pas exactement aux réflexions du rédacteur. Les deux anecdotes — la critique des tortures et la remontrance destinée au souverain ridicule — illustrent les deux images de la Chine qui coexistent. D’un côté, la sagesse et la responsabilité de certains mandarins ; de l’autre, la cruauté des supplices, les problèmes dans l’administration et les comportements peu louables. Le lecteur découvre ainsi les aspects sombres de la Chine. Cette manière d’interpréter les témoignages sur la Chine ressemble à celle de Grimm dans son compte rendu de Hao-Kiou-Choann, un roman chinois dont le but est d’encourager les individus à imiter les comportements vertueux, tels que la chasteté, la probité, la bravoure, etc. Alors que Grimm fait plus attention aux exemples qui illustrent l’autorité absolue et l’arbitraire, le rédacteur du Journal des Sciences et des Beaux-Arts cherche à concilier les aspects contradictoires du régime chinois. Son analyse est originale pour l’époque. En effet, rares sont ceux au xviiie siècle qui acceptent sans réserves ces deux images de la Chine.

  • 8 L’Année littéraire, 1783, p. 244.

13L’autre manière de chercher à élucider la nature du système chinois, sa « vérité », est bien illustrée par deux comptes rendus parus dans l’Année littéraire. Le premier porte sur le Voyage aux Indes Orientales et à la Chine de Pierre Sonnerat. Face aux représentations négatives de la Chine que l’on rencontre dans cette œuvre, le rédacteur recommande de « prendre un milieu entre les louanges outrées de M. de Voltaire, et les invectives de M. Sonnerat8 » et propose un compromis entre Voltaire, qui s’est beaucoup inspiré des écrits des jésuites, et Pierre Sonnerat, qui les a rejetés.

  • 9 Ibid., p. 245.

Il est certain que le gouvernement est despotique, mais l’autorité excessive de l’Empereur est tempérée par des Tribunaux auxquels il veut bien s’en rapporter ; souvent la justice se vend dans ces Tribunaux ; mais c’est un abus presqu’inévitable par tout où les hommes sont les interprètes des Lois. Il est vrai que la bastonnade est le grand ressort politique qui fait mouvoir la Chine ; mais cette peine assez commune dans les Gouvernements orientaux, n’a rien d’infamant9.

14Le rédacteur de L’Année littéraire admet certes les défauts et les inconvénients de l’empire chinois, mais il refuse de les exagérer et d’en profiter pour dénigrer toute la nation. Bref, il fait preuve de modération, pour ne pas dire d’objectivité. Cette position et cette démarche peuvent aussi être observées dans le compte rendu de la Description générale de la Chine, paru en 1786. Après avoir fait allusion à ceux qui publient des « éloges excessifs » de la Chine et à ceux qui « n’ont parlé qu’avec mépris des Chinois », le rédacteur écrit :

  • 10 Année littéraire, 1786, t. II, p. 243.

Ces deux opinions ne pouvaient être justes, puisqu’elles étaient extrêmes. Les uns n’ont vu que le bien ; les autres n’ont vu que le mal : c’est dans la compensation de l’un et de l’autre, que se trouve la vérité, et l’idée raisonnable qu’on doit se former de la nation chinoise10.

15Cette volonté d’éviter les extrémités peut être observée dans la plupart des articles concernant la Chine dans la seconde partie du xviiie siècle. Rares sont ceux qui avaient une attitude totalement positive ou négative. La prudence des journalistes correspond finalement à la recherche d’un équilibre entre deux images opposées. De fait, dans les textes dont les rédacteurs prétendent dire ou chercher la vérité, les avantages et les inconvénients de l’empire chinois coexistent. Dans la majorité des cas, les journalistes se contentent de montrer les défauts et les qualités sans les commenter. Les apologies outrées et les critiques violentes sont donc extrêmement rares dans ces articles, pour ne pas dire inexistantes. D’un côté, les journalistes évoquent les sujets qui suscitent habituellement les éloges, tels que la prospérité agricole, la grande population et la forme du gouvernement ; de l’autre, ils mentionnent certains faits moins favorables à la civilisation chinoise. De la sorte, dans leurs écrits, la Chine n’est plus un empire idéal, mais un pays réel ou vraisemblable, qui paraît finalement plus conforme à la nature humaine.

2 Les raisons de la prudence des journalistes

16L’attitude prudente de la plupart des journalistes s’explique probablement par leur méconnaissance de la Chine. Parmi les rédacteurs dont les articles font partie de notre corpus, seuls les jésuites ont séjourné en Chine. Ils n’ont d’ailleurs pas manqué de dénoncer l’ignorance de ceux qui ont voulu se mêler de juger l’empire chinois. Faute d’expériences personnelles, la plupart des journalistes hésitent devant les témoignages des voyageurs. Conscients du peu de légitimité de leurs jugements, ils essaient d’éviter les extrémités et de présenter une Chine vraisemblable. Cette prudence se manifeste aussi dans les Mélanges intéressants et curieux et la Bibliothèque universelle des dames, dont les rédacteurs ont compilé des sources variées.

17Cette prudence s’explique dans certains cas par les difficultés et les contraintes auxquelles font face les périodiques, et qui obligent les rédacteurs à afficher leur neutralité. Tel est le cas du Journal encyclopédique.

18Dans ce périodique, les articles concernant la Chine sont rédigés par plusieurs journalistes, dont les opinions sont variées. On y trouve parfois des éloges de la sagesse et de l’éclat de son gouvernement. Par exemple, le compte rendu des Éphémérides du citoyen de l’année 1767 donne une image positive de la Chine. Dans les comptes rendus de l’Histoire générale de la Chine une multitude d’anecdotes héroïques représentent la morale des Chinois et sa prédominance dans l’empire. Néanmoins, ces idées favorables ne doivent pas faire oublier les réserves du journaliste. Par exemple, dans l’ « Anecdote sur le Tribunal Historique de la Chine », le rédacteur écrit :

  • 11 Journal encyclopédique, mars 1763, p. 115-116.

On a beaucoup écrit sur les Chinois ; c’est même une espèce de mérite que de parler, soit en bien, soit en mal, de cette Nation. Bien des gens regardent les Peuples de la Chine comme des troupeaux d’Esclaves ; quelques Auteurs ont dit qu’ils n’obéissent que par crainte. Les voyageurs prétendent au contraire que les Chinois ne forment qu’une immense famille, sage, éclairée, industrieuse, et volontairement soumise à un Empereur servi par des Sujets qui l’aiment. Il y a grande apparence que ces Voyageurs se trompent, ou qu’ils veulent en imposer11.

19Dans ce passage, le rédacteur semble se ranger du côté de ceux qui ont réfuté le mirage chinois.

  • 12 Journal encyclopédique, octobre 1757, p. 68.
  • 13 Journal encyclopédique, août 1773, p. 115.

20Cette attitude peut être observée dans d’autres comptes rendus. Par exemple, dans celui de l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost, le rédacteur écrit : « Quelques missionnaires les donnent pour des modèles de justice et de morale dans la théorie comme dans la pratique ; on réfute ici leur sentiment. On ne fait pas plus de grâce à leur gouvernement12 ». De son côté, l’auteur du compte rendu consacré aux Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois de Pauw invite ses lecteurs « à lire dans l’ouvrage même ces morceaux, pleins de recherches les plus profondes et les plus utiles pour éclaircir une quantité de points d’histoire défigurés dans les relations que nous en avons13 ».

  • 14 Le périodique est alors devenu moins militant et plus proche de l’ « esprit classique du xviiie si (...)

21Cette diversité de points de vue n’empêche pas de dégager quelques grandes tendances et des représentations dominantes de la Chine dans ce périodique. On peut le vérifier en s’intéressant aux articles parus dans le Journal encyclopédique en 1775, année charnière dans l’histoire de ce périodique14. En effet, en parcourant tous les articles concernant la Chine, on s’aperçoit que, contrairement à ceux des années précédentes, ils ne laissent aucune place aux doutes et aux critiques indirectes à l’égard de l’empire chinois. Quant aux comptes rendus parus après 1775, ils sont composés, dans la majorité des cas, de résumés simples, d’extraits fidèles et de remarques assez favorables. Les rares remarques critiques portent sur le style des auteurs. Par exemple, en 1776, dans un compte rendu des Mémoires concernant les Chinois, le journaliste observe, à propos de la façon d’écrire des missionnaires :

  • 15 Journal encyclopédique, décembre 1776, p. 450.

Quant au style, on sera peut-être étonné que les missionnaires français, malgré les devoirs de leur état, ou du moins l’éditeur ne l’aient pas un peu mieux soigné. Outre des incorrections et des néologismes assez fréquents, on y remarque quantité de métaphores peu heureuses, et surtout une prolixité fatigante. Si l’on eût fait disparaître ces défauts, ainsi que des digressions absolument inutiles, et des déclamations, souvent indécentes, contre des savants européens, l’ouvrage aurait été plus court, d’une lecture plus agréable, en un mot, beaucoup meilleur15.

22Au lieu de s’intéresser aux représentations de la Chine dans les Mémoires, toutes ces critiques concernent la structure et le style des écrits des jésuites.

23Cela semble indiquer que l’image de la Chine dans le Journal encyclopédique a également subi une transformation à partir de 1775 environ. Peut-être ce revirement s’explique-t-il par une attitude moins militante, laquelle conduit à accepter plus facilement les représentations de la Chine véhiculées par les jésuites.

24Le cas des Mélanges intéressants et curieux, et celui de la Bibliothèque universelle des dames, permettent d’envisager une troisième explication. La prudence des journalistes pourrait aussi être liée au changement de statut de la Chine dans les périodiques, qui est de moins en moins utilisée comme un argument en faveur d’une thèse et devient, dans une certaine mesure, une civilisation et un territoire parmi d’autres. Les critères qui s’appliquent à elle redeviennent donc ceux qu’on applique aux autres pays. Il s’agit alors avant tout de dégager des informations fiables. Désormais, on tient à la fois compte de la variété des informations et de la fiabilité des témoignages. Les descriptions de la Chine ne se limitent plus à la religion, au gouvernement et à la société, sujets qui ont des rapports étroits avec le changement et la révolution sociale, elles s’étendent également aux sciences, y compris l’histoire naturelle, et aux technologies. Par ailleurs, plusieurs rédacteurs prétendent chercher la vérité concernant la situation chinoise, même si leur recherche n’est, à proprement parler, qu’une compilation des sources.

  • 16 Jean Sgard, Dictionnaire des journaux 1600-1789, op. cit., p. 144.
  • 17 Année littéraire, 1783, p. 243.

25La prudence devant les images contradictoires de la Chine et la lucidité devant les lacunes des témoignages manifestent aussi une caractéristique du siècle des Lumières : la raison. Quelques passages de L’Année littéraire le prouvent. Malgré sa nature antiphilosophique, ce périodique est aussi marqué par l’esprit des Lumières. Son esprit « encyclopédique » ressort de son « intérêt pour les problèmes socio-économiques et particulièrement l’agriculture, le commerce, l’urbanisme et la médecine16 ». La façon dont la Chine y est évoquée confirme cette tendance rationaliste. Dans le compte rendu du Voyage aux Indes Orientales et à la Chine, le rédacteur s’oppose aux déclarations méprisantes de l’auteur : « Il faut convenir que les déclamations de M. Sonnerat contre les Chinois ne paraissent pas exemptes d’un peu d’humeur : il juge cette Nation d’après sa conduite à l’égard des Étrangers que le commerce attire à Canton, et il semble prendre un intérêt trop vif à l’honneur des peuples de l’Europe17 ».

  • 18 Jean Sgard, Dictionnaire des journaux 1600-1789, op. cit., p. 146.
  • 19 Année littéraire, 1783, p. 244.

26Le rédacteur est parfaitement conscient de la partialité de Pierre Sonnerat dans son témoignage et des limites de son expérience en Chine. Il faut admettre que cette réaction du journaliste n’est pas sans rapport avec la perspective du périodique. Tout comme L’Année littéraire, dirigée par Elie Catherine Fréron de 1754 à 1776, dont le but principal est de « résister au torrent de la philosophie régnante et au mauvais goût », le périodique portant le même titre sous la direction de Stanislas Fréron à partir de 1776 se concentre sur « la défense du christianisme contre le philosophisme18 ». On y trouve parfois des justifications des jésuites et de leurs écrits. Par exemple, en ce qui concerne les calomnies dont sont victimes les missionnaires, le rédacteur proteste : « il devait surtout parler avec plus de modération et d’équité des Missionnaires, que le zèle de la Religion a conduits dans ce vaste Empire, et qui les premiers nous en ont donné une connaissance exacte. Tout lecteur sensé ne lui pardonnera pas d’avoir calomnié des hommes respectables, et d’avoir malignement interprété leurs intentions19 ». Le journaliste prend donc la défense des missionnaires dont les témoignages sont précieux.

  • 20 Année littéraire, 1789, t. IV, p. 250.
  • 21 Année littéraire, mai 1786, p. 193-194.
  • 22 Année littéraire, 1759, t. III, p. 3.

27Dans les articles concernant la Chine, la position de l’Année littéraire ressort de la dénonciation du pragmatisme des philosophes. Ainsi, dans le compte rendu des Observations sur l’ancienneté et de l’Empire de la Chine, et sur la Religion de ses premiers fondateurs, par un Chanoine de Marseille, le rédacteur écrit-il, au tout début du texte : « Les Chinois sont le peuple favori de nos modernes Philosophes, parce qu’ils ont cru que l’Antiquité de cette nation pouvait leur fournir des armes contre le récit de Moyse sur la Création et le Déluge, et que la pureté de la Morale Chinoise pouvait être mise en parallèle avec celle de la morale évangélique20 ». Dans le compte rendu de la Description générale de la Chine de l’abbé Grosier, le rédacteur proteste violemment contre l’interprétation que les physiocrates donnent du système politique chinois : « La plupart de nos politiques ont beaucoup vanté le gouvernement Chinois, sous le nom de Despotisme légal. Cette dénomination ne m’a jamais paru fort heureuse ; [...] Un gouvernement où régneraient despotiquement des Lois arbitraires, serait un État vraiment tyrannique21 ». Ces critiques donnent l’impression que les rédacteurs de ce périodique ne visent que l’interprétation et l’argumentation formulées par les philosophes. À l’égard des représentations de la Chine, les rédacteurs font preuve de prudence. Dès le milieu du siècle, l’un d’entre eux fait allusion à la méconnaissance de la Chine : « un peuple célèbre sur lequel on a tant écrit, et qui nous était encore inconnu malgré le grand nombre de volumes publiés pour le faire connaître22 ».

28Malgré l’hostilité des rédacteurs de L’Année littéraire à l’égard des philosophes, et, a contrario, leur préférence évidente pour les missionnaires, ils ne semblent pas pour autant partager l’enthousiasme des jésuites pour la Chine. Selon eux, il faut « éviter les extrémités ».

Notes

1 Journal encyclopédique, août 1783, p. 46-47.

2 Ibid., p. 50.

3 Variétés littéraires. L’histoire soumise à l’opinion, 1786, t. I, p. 158-159.

4 Le premier porte sur la cruauté des supplices, l’autre est une sorte de remontrance adressée aux souverains inconséquents.

5 Journal des Sciences et des Beaux-Arts, 1777, t. III, p. 303.

6 Ibid., p. 303-304.

7 Ibid.

8 L’Année littéraire, 1783, p. 244.

9 Ibid., p. 245.

10 Année littéraire, 1786, t. II, p. 243.

11 Journal encyclopédique, mars 1763, p. 115-116.

12 Journal encyclopédique, octobre 1757, p. 68.

13 Journal encyclopédique, août 1773, p. 115.

14 Le périodique est alors devenu moins militant et plus proche de l’ « esprit classique du xviiie siècle » (Jean Sgard, Dictionnaire des journaux 1600-1789, op. cit., p. 673).

15 Journal encyclopédique, décembre 1776, p. 450.

16 Jean Sgard, Dictionnaire des journaux 1600-1789, op. cit., p. 144.

17 Année littéraire, 1783, p. 243.

18 Jean Sgard, Dictionnaire des journaux 1600-1789, op. cit., p. 146.

19 Année littéraire, 1783, p. 244.

20 Année littéraire, 1789, t. IV, p. 250.

21 Année littéraire, mai 1786, p. 193-194.

22 Année littéraire, 1759, t. III, p. 3.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540