Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'art de gouverner chinois dans les périodiques de langue française de 1750 à 1789

 | 
Li Ma

Troisième partie — Les options idéologiques des périodiques

Chapitre 11 La Correspondance littéraire

Texte intégral

1Par rapport aux Éphémérides du citoyen et aux Mémoires concernant les Chinois, la Correspondance littéraire comporte beaucoup moins d’articles sur la Chine. Les représentations de l’art de gouverner chinois y sont moins détaillées et plus dispersées. Bien que trois rédacteurs aient écrit des articles sur le sujet, à savoir Grimm, Meister et Diderot, les représentations de la Chine qu’ils proposent sont relativement homogènes. Comme le montre la deuxième partie de notre étude, les rédacteurs de la Correspondance littéraire gardent plutôt une attitude sceptique à l’égard du gouvernement chinois en raison de certains défauts au sein de l’empire, tels que le brigandage dans le commerce et la corruption dans le monde judiciaire. L’examen de tous les articles disponibles de ce périodique concernant la Chine donne l’impression que les idées sceptiques ou peu favorables des rédacteurs ne se limitent pas au système politique de la Chine, mais s’étendent également à d’autres domaines, y compris l’histoire, la littérature, les arts et les sciences.

2Le compte rendu de la Description générale de la Chine de l’abbé Grosier révèle l’opinion du rédacteur à l’égard de l’histoire de la Chine :

  • 1 Correspondance littéraire, t. XIV, 1879, p. 288.

Le tableau d’un tel peuple, sans doute, est un assez beau tableau, mais de siècle en siècle c’est toujours le même ; les progrès que fait ce peuple sont insensibles, ou plutôt il n’en fait aucun, [...] à peine paraît-il subir le joug d’une puissance étrangère, qu’on le voit revenir aussitôt à son premier état. Il paraît donc intéressant d’étudier les Chinois, d’admirer le chef-d’œuvre de leur gouvernement, mais il n’en est pas moins vrai que leur histoire doit être fort monotone et fort ennuyeuse ; on est bien plus sûr encore après avoir essayé de lire celle du P. Mailla1.

3Le rédacteur décèle une caractéristique importante de l’histoire de la Chine : le changement des dynasties et des souverains a amené peu de changements essentiels à la constitution elle-même. Les dynasties suivantes prolongent ce qu’ont fait leurs prédécesseurs. Il y a bien eu des changements de personnes et de contextes, mais cela n’a pas transformé la nature du gouvernement. L’histoire dynastique de la Chine est donc marquée par la répétition et non par le progrès.

  • 2 Correspondance littéraire, t. IV, p. 7.
  • 3 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, éd. Gianluigi Goggi, Paris (...)
  • 4 Correspondance littéraire, t. IX, 1879, p. 8.

4Quant à la littérature chinoise, les avis des rédacteurs sont variables. Ainsi Diderot commente-il le poème de l'empereur Qianlong, intitulé « Éloge de la ville de Moukden », en des termes assez élogieux avant de conclure le compte rendu en ces termes : « Je n’en aurai pas meilleure opinion des mœurs chinoises, si vous voulez, mais je penserai avec un peu plus de réserve et moins de dédain de leur littérature2 ». Il est beaucoup plus sévère, en 1770, dans ses Fragments politiques, publiés dans la Correspondance littéraire : « Il est bon d’observer que les sciences et les beaux-arts n’ont fait aucun progrès à la Chine, et que cette nation n’a eu ni grand édifice, ni belle statue, ni poème, ni musique, ni peinture, ni éloquence [...]3 ». Nous ignorons les raisons de cet apparent revirement. Peut-être faut-il l’imputer au fossé qui sépare les deux civilisations. Comme le signale Grimm dans ses commentaires sur l’écrit de son ami : « La lecture du poème de l’empereur de la Chine ne vous fera pas, à la vérité, autant de plaisir que l’extrait du philosophe que vous venez de lire ; [...] c’est un effet nécessaire de la distance des lieux et des mœurs [...]4 ».

1 Les rédacteurs

5Il est certain que ces trois rédacteurs ne sont pas sinophiles. L’examen de la chronologie de leurs articles et de leurs façons d’écrire nous permet d’avoir une idée générale des représentations de la Chine dans la Correspondance littéraire.

  • 5 Ulla Kölving et Jeanne Carriat, Inventaire de la Correspondance littéraire de Grimm et Meister, t. (...)

6Si l’on suit le principe adopté dans l’édition critique de la Correspondance littéraire, selon lequel « tous les articles critiques anonymes sont de Grimm jusqu’à février 1773 inclusivement et de Meister à partir de cette date5 », on peut considérer que quatorze comptes rendus des ouvrages concernant la Chine ont été rédigés par Meister. Bien que seuls dix d’entre eux soit repris dans l’édition de Tourneux, il est assez facile de se faire une idée de sa manière de procéder.

1.1 Jakob Heinrich Meister

  • 6 « Cette nation a, ce me semble, tout ce qui caractérise le plus grand nombre des vieillards, une p (...)

7On constate que les remarques de Meister portent sur les livres eux-mêmes et les façons d’écrire de leurs auteurs. En ce qui concerne les représentations de la Chine, elles occupent rarement une grande place dans ses articles. S’agissant des représentations de la Chine, les comptes rendus de la Description générale de la Chine de l’abbé Grosier et des Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois6 de M. de Pauw constituent deux contributions intéressantes. En outre, les remarques de Meister révèlent bien entendu ses propres idées sur le sujet et, implicitement, sur quelques autres questions. Cependant, on ne trouve pas dans ses articles de réflexion approfondie relativement sur la nation chinoise, ni même sur des aspects particuliers de l’empire.

1.2 Frédéric Melchior Grimm

8Quant à Grimm, comme le fera Meister après lui, il laisse paraître ses opinions à l’occasion dans ses comptes rendus. Pour comprendre son attitude, il faut lire ses remarques sur le roman chinois intitulé Hoa-kiou-choann, dans le compte rendu qu’il en donne en 1766. Il en revient toujours à une perspective sceptique et se montre particulièrement réticent face aux éloges enthousiastes de la civilisation chinoise. Diderot, on le verra, est plus catégorique en la matière, et il développe davantage ses idées.

9Le scepticisme de Grimm ne vise pas simplement la Chine. Il s’agit d’une caractéristique constante de sa pensée, telle que ses articles permettent de la dégager. D’après Jeanne R. Monty,

  • 7 Jeanne R. Monty, La critique littéraire de Melchior Grimm, Genève, Droz, Paris, Librairie Minard, (...)

Ses commentaires nous laissent voir tout de même certains traits caractéristiques de sa pensée. Nous retrouvons son scepticisme, son refus de rien admettre qui ne soit fondé sur des faits certains, surtout lorsqu’il s’agit de questions métaphysiques ; nous reconnaissons sa haine des systèmes généraux, son insistance à distinguer soigneusement ce qui est un fait prouvé par l’expérience et ce qui est seulement théorie ou hypothèse7.

  • 8 Correspondance littéraire, t. IX, p. 193.

10C’est surtout en analysant les commentaires de l’œuvre de Condillac que l’auteur de La Critique littéraire de Melchior Grimm met en évidence le scepticisme de Grimm dans le domaine de la critique littéraire. Cependant, il est possible d’aller plus loin, car le scepticisme de Grimm ne se limite pas aux questions métaphysiques, il a une portée plus large, ce qui se manifeste bien évidemment dans ses réflexions sur la Chine et les Chinois, comme le montre cette remarque : « Mon parti est bien pris : à moins d’avoir passé une vingtaine d’années dans la bonne et dans la mauvaise compagnie de Pékin, et d’avoir appris à jaser avec tous les mandarins de l’empire, je ne me résoudrai jamais à avoir une idée arrêtée sur la Chine8 ».

11Selon Grimm, pour atteindre une connaissance relativement complète de l’empire chinois et formuler des jugements exacts sur ce pays, il faudrait y avoir longuement séjourné et avoir enquêté sur toutes les couches sociales, y compris les différents ordres de mandarins. Bref, il faut privilégier l’expérience du terrain.

  • 9 Correspondance littéraire, t. VII, p. 112.
  • 10 Correspondance littéraire, t. VIII, p. 116.
  • 11 Correspondance littéraire, t. VII, p. 116.

12Il est donc logique que Grimm se montre sceptique à l’égard des informations sur la Chine qui lui parviennent. Selon lui, « les missionnaires ont d’abord intéressé la curiosité publique par des relations merveilleuses d’un pays très éloigné qui ne pouvait ni confirmer leur véracité ni réclamer contre leurs mensonges9 ». Par conséquent, sa confiance envers les récits des missionnaires est très limitée, même si ceux-ci ont passé de nombreuses années en Chine et ont parcouru différentes régions de l’empire. Il discute aussi les jugements de ses contemporains sur la Chine, car, à ses yeux, la distance, la curiosité et le pragmatisme contribuent tous à l’inexactitude des représentations sur cette civilisation : « On nous affirme tous les jours que depuis quatre mille ans le gouvernement et les mœurs de la Chine n’ont pas éprouvé la moindre révolution, et cela est vrai pour tout œil qui examine la Chine de l’Observatoire de Paris. Il y a plus de quatre mille ans que nous observons la lune sans y découvrir le moindre changement10 ». Selon Grimm, un grand changement dans un pays pourrait parfaitement paraître sans importance aux habitants d’une contrée éloignée. Cela ne provient pas uniquement de l’insuffisance et de l’inexactitude des informations, mais encore de perceptions différentes du changement. En ce qui concerne la Chine, la difficulté pour les étrangers d’y pénétrer et de s’informer sur les institutions aggrave encore cette méconnaissance : « [...] la Chine [...] ne se laisse jamais approcher par les étrangers, et se refuse à tout commerce qui ne regarde pas le trafic, tout exprès pour donner occasion à nos faiseurs de systèmes de déployer les ressources de leur belle imagination11 ».

  • 12 Ibid., p. 112

13De plus, à partir de l’exemple de la cérémonie du labourage orchestrée par l’empereur chinois, Grimm assure à ses lecteurs que la curiosité constitue un élément non négligeable du mirage chinois en France. Selon lui, les philosophes qui ont parlé de la Chine ont eu tendance à instrumentaliser les représentations qu’ils ont voulu en donner : « Les philosophes se sont ensuite emparés de la matière, et en ont tiré, suivant leur usage, un parti étonnant pour s’élever avec force contre les abus qu’ils croyaient bons à détruire dans leur pays12 ».

  • 13 Ibid., p. 116.

14Pourtant, l’attitude sceptique de Grimm ne doit pas faire oublier l’image globalement négative qu’il se fait de l’empire chinois. Son rejet de l’idéalisation de la Chine est manifeste, comme dans ce passage où il estime que : « [...] nous connaissons mieux l’Inde que la Chine, dont le peuple méfiant, rusé et fourbe [...]13 ». Il poursuit, un peu plus loin dans le même compte rendu :

  • 14 Ibid., p. 118.

Après cette esquisse, on lit quelques fragments de poésie chinoise, et puis un recueil assez considérable de proverbes et d’apophtegmes chinois ; et cette lecture vous confirmera dans l’idée que le peuple chinois est sans élévation et sans énergie, et sa morale pratique très convenable à un troupeau d’esclaves vexés et craintifs14.

15Ces fragments révèlent que Grimm est globalement défavorable au système chinois, même si, dans certains cas, il s’exprime avec moins de fermeté et préconise un examen minutieux des connaissances acquises jusqu’à présent.

  • 15 « Il nous semble que la grande valeur de la Correspondance littéraire de Grimm, et sa faiblesse au (...)

16Les résumés des ouvrages recensés et quelques commentaires constituent l’essentiel de ses comptes rendus, et l’on y trouve très peu de descriptions ou d’analyses du système politique chinois. On doit donc se demander d’où viennent ses préjugés. Si l’on en croit Jeanne R. Monty, Grimm partage les idées des encyclopédistes, en particulier celles de son ami Diderot15. C’est certainement le cas s’agissant de la Chine.

1.3 Diderot

  • 16 Diderot, Correspondance, éd. Laurent Versini, Paris, Éditions Robert Laffont, S. A., 1997, p. 306.

17L’attitude de Diderot à l’égard de la Chine présente deux caractéristiques essentielles. Premièrement, la vogue chinoise ne semble pas l’avoir touché. Contrairement à Voltaire, Montesquieu et Quesnay, qui parlent beaucoup de la Chine, Diderot fait assez rarement allusion à l’empire du Milieu dans ses œuvres. Bien qu’il ait rédigé les articles « Chine » et « Chinois (Philosophie des) » pour l’Encyclopédie, ainsi que la section « État de la Chine selon ses détracteurs » pour la troisième édition de l’Histoire des deux Indes, son intérêt pour cette civilisation semble moins prononcé que celui des écrivains susmentionnés, ce que sa correspondance confirme. Par exemple, après avoir évoqué la Chine dans plusieurs de ses lettres à Sophie Volland, il lui écrit, en novembre 1760, sur un ton ambigu : « J’ai cru que de ma vie je ne vous reparlerais des Chinois, et m’y voilà revenu ; mais c’est la faute du père Hoop. Prenez-vous-en à lui si je vous ennuie16 ». On peut donc considérer que l’intérêt de Diderot pour la Chine n’était pas très profond.

18L’attitude sceptique de Diderot constitue une autre caractéristique de ses écrits sur la Chine. Elle se manifeste longtemps avant la publication de ses deux Fragments, lorsqu’il rédige l’article « Chinois (Philosophie des) » pour l’Encyclopédie :

  • 17 Diderot, D’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, (...)

Ces peuples qui sont, d’un consentement unanime, supérieurs à toutes les nations de l’Asie, par leur ancienneté, leur esprit, leurs progrès dans les arts, leur sagesse, leur politique, leur goût pour la philosophie, le disputent même dans tous ces points, au jugement de quelques auteurs, aux contrées de l’Europe les plus éclairées. Si l’on en croit ces auteurs, les Chinois ont eu des sages dès les premiers âges du monde17.

19On le voit, Diderot se contente d’exposer les idées de son temps sans faire part de ses propres opinions. Son incertitude est plus marquée dans une lettre à Sophie Volland :

  • 18 À Sophie Volland [Au Grandval, 25 septembre 1760], dans Diderot, Correspondance, éd. Laurent Versi (...)

La bonne conversation que je vous rendrais, si j’en avais le loisir ! Il s’agissait des Chinois. Le père Hoop et le baron en sont enthousiastes, et il y a de quoi l’être, si ce que l’on raconte de la sagesse de ces peuples est vrai. Mais j’ai peu de foi aux nations sages18.

20L’attitude sceptique de Diderot à l’égard de la Chine n’est pas sans rapport avec sa manière de juger dont on pourra se faire une idée dans l’article « Agnus scythicus » de l’Encyclopédie :

  • 19 Diderot, Œuvres I Philosophie, éd. Laurent Versini, Paris, Robert Laffont, 1994, p. 239-240.

Il faut distinguer les faits en deux classes : en faits simples et ordinaires et en faits extraordinaires et prodigieux. Les témoignages de quelques personnes instruites et véridiques suffisent pour les faits simples ; les autres demandent, pour l’homme qui pense, des autorités plus fortes. [...] Il faut considérer les témoignages en eux-mêmes, puis les comparer entre eux : les considérer en eux-mêmes, pour voir s’ils n’impliquent aucune contradiction et s’ils sont de gens éclairés et instruits ; les comparer entre eux, pour découvrir s’ils ne sont point calqués les uns sur les autres [...]19

21Diderot critique, à propos d’une plante probablement inexistante, la crédulité de certains face à des informations fantaisistes et encourage ses lecteurs à examiner les faits avant de juger. Cette importance accordée à l’expérience et à la réflexion explique son attitude dubitative devant les images contradictoires de la Chine répandues par les voyageurs.

22En somme, jusqu’en 1767, l’attitude de Diderot à l’égard de la Chine et celle de Grimm sont effectivement très proches. On note ensuite une certaine radicalisation de sa position.

  • 20 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, op. cit., p. 116.

23Les articles de Diderot concernant la Chine publiés dans la Correspondance littéraire, se trouvent notamment dans les Fragments politiques échappés du portefeuille du philosophe. Dans le texte présenté sous la forme d’un dialogue daté du 15 août 1772, Diderot remet ainsi en cause l’argument de « la sagesse du gouvernement chinois ». Alors que certains prétendent que « les vainqueurs se sont toujours soumis à la législation des vaincus », et que cela prouve la supériorité de leurs lois, Diderot met en scène l’argument opposé, selon lequel le fait que « les grandes masses fassent la loi aux petites20 » est en réalité une loi naturelle. L’attitude de Diderot se montre ambiguë dans ce fragment. Pourtant, dans un autre texte plus long et plus détaillé, intitulé « Sur les Chinois », Diderot semble répondre à la question soulevée dans le texte précédent :

  • 21 Ibid., p. 157-158.

[...] s’il est vrai que la lutte de l’homme contre la nature soit le premier motif, la raison première de la société, partout où la population surabonde, la nature est la plus forte, la société est dans une guerre continuelle avec elle ; c’est un état où l’on dispute pour son existence, et où l’on n’a guère le temps de s’appliquer à autre chose21.

  • 22 Ibid., p. 155.

24Selon Diderot, la situation de l’empire chinois est la suivante : le peu de progrès des sciences spéculatives et l’importance accordée aux sciences morales et politiques s’expliquent par la démographie, et en dernière analyse par la loi naturelle. La pauvreté des sujets de l’empereur les empêche de progresser, tout comme les arts sont figés du fait de la priorité accordée au strict nécessaire. Il en conclut qu’« il n’y a [...] qu’une science vers laquelle les têtes pensives doivent se tourner à la Chine, c’est la morale, la police et la législation, dont l’importance est d’autant plus grande qu’une société est nombreuse22 ». Une population nombreuse nécessite en effet une administration efficace pour maintenir la stabilité et la tranquillité du pays. Ainsi les Chinois inventent-ils cette science à la fois éthique et politique. Une fois encore, le pragmatisme l’emporte. Par conséquent, la morale préconisée dans les ouvrages classiques chinois ne prouve pas la sagesse du gouvernement. Selon Diderot, en Chine les règles sont encore faibles par rapport aux tendances naturelles. Or, « la nature est la plus forte », ce qui explique le brigandage, la friponnerie et le sang-froid des marchands chinois : les besoins les forcent à transgresser les règles de la société.

  • 23 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille du philosophe, op. cit., p. 156.

25Par ailleurs, l’anecdote du brigandage des Chinois permet à Diderot de juger les mœurs de la nation chinoise : « Partout où l’on garde ce sang-froid à l’insulte, partout où l’on rougit aussi peu de la friponnerie, l’empire peut être très bien gouverné, mais les mœurs particulières sont détestables23 ».

  • 24 Franck Salaün, L’affreuse doctrine. Matérialisme et crise des mœurs au temps de Diderot, Paris, éd (...)
  • 25 Diderot, Œuvres III Politiques, op. cit., p. 511.

26L’attitude de Diderot à l’égard de la Chine dans ce passage des Fragments politiques s’explique par ses pensées philosophique et politique. Comme l’écrit Franck Salaün dans L’affreuse doctrine, « Diderot présente [...] une conception de l’individu et des mœurs qui rompt avec la simple conformité aux lois civiles ou aux pouvoirs religieux de son temps, et se fonde à la fois sur l’ordre de la nature et sur l’adhésion à la sublimité des sentiments24 ». Diderot prend donc en grande considération le rôle joué par la Nature dans la formation des mœurs. S’agissant du lien entre le gouvernement et les mœurs, il écrit par exemple, dans les Observations sur le Nakaz : « Les mœurs sont partout des conséquences de la législation et du gouvernement ; elles ne sont ni africaines ni asiatiques ni européennes, elles sont bonnes ou mauvaises25 ». Selon lui, les mœurs d’un pays sont la manifestation fidèle de son gouvernement et de son administration. Par contre, un pays bien gouverné n’a rien à voir avec un bon gouvernement, lequel devant avoir la possibilité d’améliorer les mœurs du peuple.

2 La réception

27La Correspondance littéraire ne circulant que dans un cercle très limité, les représentations de la Chine véhiculées par ce périodique étaient très peu diffusées. Quant aux lecteurs de ce périodique, il est difficile d’établir l’influence des articles évoquant la Chine sur leur représentation de cette civilisation. Par contre, il nous paraît intéressant d’envisager les prolongements des réflexions sur la Chine chez les rédacteurs du périodique, notamment chez Diderot.

  • 26 Les deux fragments de Diderot ont été partiellement repris dans l’ « État de la Chine selon ses dé (...)

28Dans la Correspondance littéraire, les représentations de la Chine, en particulier de son art de gouverner, se trouvent notamment dans les « Réflexions sur la Chine et les Chinois » de Grimm et les deux Fragments politiques de Diderot. Les réflexions des deux rédacteurs sont développées dans la troisième édition de l’Histoire des deux Indes26. Le chapitre 21, intitulé « État de la Chine selon ses détracteurs », est attribué à Diderot. Il s’agit non seulement d’une discussion du point de vue développé dans l’édition de 1770, mais aussi du prolongement des réflexions sur la Chine publiées dans la Correspondance littéraire.

  • 27 Grimm dénonce les discours de ceux qui idéalisent la Chine : « Quelle vue sublime : s’est-on écrié (...)
  • 28 Diderot, Œuvres III Politiques, op. cit., p. 659.

29Dans cet article, Diderot rejoint l’attitude sceptique de Grimm à l’égard de l’engouement pour la Chine27 et dénonce avec sévérité les stratégies cachées de ceux, nombreux parmi ses contemporains, qui font l’éloge de l’empire chinois. Il définit lui-même sa perspective en ces termes : « On affaiblit, autant qu’on peut, les reproches que mérite la nation chinoise ; on relève cette contrée pour humilier les nôtres. On n’en vient pas jusqu’à dire que nous sommes fous28 ». Outre cette critique directe, Diderot développe aussi une critique fondée sur la comparaison des prétendus avantages de l’empire chinois avec les règles et les mœurs des autres sociétés européennes ou non. Cette comparaison lui permet de démystifier le modèle chinois :

  • 29 Ibid., p. 653.

[...] il y a à côté du trône un tribunal toujours subsistant, qui tient un compte fidèle et rigoureux des actions de l’empereur. — Et ce tribunal n’existe-t-il pas dans toutes les contrées ? Les souverains l’ignorent-ils ? le redoutent-ils ? le respectent-ils ? [...] Mais l’autorité souveraine est limitée à la Chine. — Où ne l’est-elle pas29 ?

  • 30 Sur cette citation, voir la première partie de cette étude.
  • 31 Ibid., p. 659.

30À travers ces objections, Diderot propose un regard rationnel sur certains aspects de la constitution chinoise. Il refuse d’y voir un système supérieur aux autres. De plus, fidèle à une certaine forme de scepticisme, il réaffirme l’importance de la connaissance directe, comme le montre le dernier paragraphe de cette contribution30. Alors qu’il a multiplié les arguments contre l’image diffusée par les admirateurs de la Chine, Diderot se montre prudent dans sa conclusion : « S’il nous était permis d’avoir une opinion, nous dirions que, quoique les deux systèmes soient appuyés sur des témoignages respectables, ces autorités n’ont pas le grand caractère qu’exigerait une foi entière31 ». Apparemment, la solution consisterait donc à laisser « des hommes désintéressés, judicieux, et profondément versés dans l’écriture et dans la langue » étudier la société chinoise pendant un long séjour.

  • 32 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, op. cit., p. 156.
  • 33 Diderot, Œuvres III Politique, op. cit., p. 656.

31En dernier lieu, Diderot réitère ses critiques. Il a enrichi les remarques faites dans les deux Fragments politiques, lesquelles visaient les mœurs des Chinois. On peut l’observer à propos de la friponnerie des marchands chinois. Alors qu’il se contentait de conclure, dans la Correspondance littéraire : « Partout où l’on garde ce sang-froid à l’insulte, partout où l’on rougit aussi peu de la friponnerie, l’empire peut être très bien gouverné, mais les mœurs particulières sont détestables32 » ; il est beaucoup plus sévère dans l’Histoire des deux Indes, où il affirme que « le Chinois [...] est [...] parvenu au dernier degré de la dépravation33 ».

32Dès le début de l’« État de la Chine selon ses détracteurs », Diderot formule certaines critiques :

  • 34 Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des (...)

Pour juger, disent-ils, d’une nation, également fermée aux étrangers qui n’ont pas la liberté d’y entrer, et aux indigènes qui n’ont pas celle d’en sortir, il faut partir de quelques points d’appui, peu solides peut-être, mais reçus pour bons. Ces points d’appuis, ce seront les faits même allégués par les admirateurs de la Chine. Nous les avouerons, sans les discuter ; et nous nous contenterons d’en tirer les conséquences, qui en découlent nécessairement34.

33Il est vrai que certains défauts de l’empire chinois, tels que l’orgueil de la nation, l’esclavage des peuples, la soumission aux Tartares et le despotisme, ont été plus ou moins discutés et critiqués par plusieurs penseurs avant la publication du texte de Diderot. Néanmoins, Diderot les a rassemblés et présentés à sa façon, en y joignant parfois ses propres réflexions. Il s’agit donc d’une réécriture des jugements négatifs envers la Chine.

Notes

1 Correspondance littéraire, t. XIV, 1879, p. 288.

2 Correspondance littéraire, t. IV, p. 7.

3 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, éd. Gianluigi Goggi, Paris, Hermann, 2011, p. 153.

4 Correspondance littéraire, t. IX, 1879, p. 8.

5 Ulla Kölving et Jeanne Carriat, Inventaire de la Correspondance littéraire de Grimm et Meister, t. I, p. cxxii.

6 « Cette nation a, ce me semble, tout ce qui caractérise le plus grand nombre des vieillards, une prudence froide et dure, de la faiblesse, de la défiance et de l’opiniâtreté. » (Correspondance littéraire, op. cit., t. x, p. 300).

7 Jeanne R. Monty, La critique littéraire de Melchior Grimm, Genève, Droz, Paris, Librairie Minard, 1961, p. 73.

8 Correspondance littéraire, t. IX, p. 193.

9 Correspondance littéraire, t. VII, p. 112.

10 Correspondance littéraire, t. VIII, p. 116.

11 Correspondance littéraire, t. VII, p. 116.

12 Ibid., p. 112

13 Ibid., p. 116.

14 Ibid., p. 118.

15 « Il nous semble que la grande valeur de la Correspondance littéraire de Grimm, et sa faiblesse aussi, viennent de la nature de son esprit essentiellement philosophique. Nous avons vu que le critique était intimement lié au groupe des Encyclopédistes et qu’il ne manquait aucune occasion de faire valoir leurs idées dans ses articles. [...] Nous n’entendons pas discuter ici de la sincérité ou de la valeur des opinions philosophiques de Grimm. Il suffit de remarquer qu’elles coïncident de façon étonnante avec celle des Encyclopédistes, et en particulier avec celles de Diderot. La Correspondance littéraire fournit ainsi une exposition très juste de la pensée des écrivains “philosophes”. » (Jeanne R. Monty, La critique littéraire de Melchior Grimm, op. cit., p. 129.)

16 Diderot, Correspondance, éd. Laurent Versini, Paris, Éditions Robert Laffont, S. A., 1997, p. 306.

17 Diderot, D’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, op. cit., 1753, t. III, p. 341.

18 À Sophie Volland [Au Grandval, 25 septembre 1760], dans Diderot, Correspondance, éd. Laurent Versini, Paris, Éditions Robert Laffont, 1997, p. 227.

19 Diderot, Œuvres I Philosophie, éd. Laurent Versini, Paris, Robert Laffont, 1994, p. 239-240.

20 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, op. cit., p. 116.

21 Ibid., p. 157-158.

22 Ibid., p. 155.

23 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille du philosophe, op. cit., p. 156.

24 Franck Salaün, L’affreuse doctrine. Matérialisme et crise des mœurs au temps de Diderot, Paris, éditions Kimé, 2014, p. 250.

25 Diderot, Œuvres III Politiques, op. cit., p. 511.

26 Les deux fragments de Diderot ont été partiellement repris dans l’ « État de la Chine selon ses détracteurs » puis réécrits. Sur ce point, voir les remarques de L. Versini, dans Diderot, Œuvres III Politique, op. cit., p. 589 et p. 604-605.

27 Grimm dénonce les discours de ceux qui idéalisent la Chine : « Quelle vue sublime : s’est-on écrié, quel ressort puissant que celui qui constitue l’autorité paternelle comme le modèle de l’autorité du gouvernement ! [...] Quel pays que celui où l’agriculture est regardée comme la première et la plus noble des professions, [...] On sait en quelle recommandation l’étude des lois, de la morale et des lettres est à la Chine ; [...] La morale de Confutzée, que nous nommons vulgairement Confucius, mérite, de l’aveu de tout le monde, [...] voyez la force et le pouvoir de ses lois et de sa morale ! les vainqueurs ont été obligés de les adopter et de s’y soumettre [...]

Il faut convenir qu’un esprit solide, accoutumé à réfléchir, formé par l’expérience, et qui ne s’en laisse pas imposer par des phrases, ne sera pas séduit par ce tableau brillant ; il sait trop combien les faits diffèrent ordinairement de la spéculation. » (Correspondance littéraire, éd. Tourneux, t. vii, 1879, p. 112-113.)

28 Diderot, Œuvres III Politiques, op. cit., p. 659.

29 Ibid., p. 653.

30 Sur cette citation, voir la première partie de cette étude.

31 Ibid., p. 659.

32 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, op. cit., p. 156.

33 Diderot, Œuvres III Politique, op. cit., p. 656.

34 Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, op. cit., t. I, p. 114.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540