Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et l’occitan

 | 
Philippe Martel

Les personnages principaux de cette histoire

Texte intégral

1BERTHAUD, Pierre-Louis (1898-1956) : journaliste au parcours politique sinueux, militant occitaniste dès avant la guerre de 40 ; s’investit alors dans l’aide aux réfugiés catalans. Après la défaite, assure un travail de lobbying pour l’occitan à Vichy, tout en s’engageant dans la résistance, ce qui entraîne sa déportation à Dachau. Après la guerre, reprend son activité de lobbying : c’est un des acteurs principaux, quoique discret, de l’adoption de la loi Deixonne.

2BONNAFOUS, Jean (1893-1987) : natif de Cajarc-en-Quercy, originaire du Lot, professeur agrégé de castillan, c’est au début des années 1920 le fondateur et l’animateur de la Ligue pour la langue d’oc à l’école. Un des piliers de l’occitanisme notamment aux « Amis de la Langue d’oc » après son retour à Paris en 1947. Avant Alibert, il avait conçu un projet « d’unification synthétique des dialectes occitans (catalan compris) ». Il joue aussi un rôle dans les relations occitano-catalanes.

3BRÉAL, Michel (1832-1915) : né à Landau en Allemagne, d’une famille d’origine juive, c’est dans la seconde moitié du xixe siècle une des sommités de la linguistique française, spécialiste de grammaire comparée des langues indo-européennes, professeur au Collège de France, secrétaire de la Société de Linguistique de Paris. Préconise l’utilisation des « patois » dans Quelques mots sur l’instruction publique en France (1872).

4CAMPROUX, Charles (1908-1996) : né à Marseille, un des animateurs de l’occitanisme politique des années 30. Linguiste, disciple de Dauzat, spécialiste de littérature occitane, écrivain par ailleurs, finit sa carrière comme professeur à l’Université de Montpellier et fondateur du Centre d’Études Occitanes de cette Université.

5CARCOPINO, Jérôme (1881-1970) : historien, spécialiste reconnu de la Rome antique, il est ministre de l’Éducation Nationale à Vichy en 1941-1942. On lui doit le premier texte réglementaire concernant les langues « locales » en décembre 1941.

6CARRÉ, Irénée (1829-1909) : originaire des Ardennes, inspecteur, directeur de l’Enseignement pratique, théoricien de la méthode directe sous la Troisième République.

7CHARLES-BRUN, Jean (1870-1946) : professeur de lettres, félibre à Montpellier dans sa jeunesse puis majoral du Félibrige en 1918, fondateur de la Fédération Régionaliste Française (1901) lobby décentralisateur sous la IIIe République, le régime de Vichy et les débuts de la IVe République.

8DALADIER, Édouard (1884-1970) : né dans le Vaucluse, homme politique, un des chefs du parti radical, plusieurs fois président du Conseil sous la IIIe République après avoir été maire de Carpentras et député du Vaucluse. Surtout célèbre pour son rôle dans les accords de Munich en 1938 et pour sa gestion des débuts de la seconde guerre Mondiale. Ministre de l’Instruction Publique en 1925, il s’oppose à toute entrée des langues locales dans l’enseignement primaire. Invité en 1939 à un banquet des Provençaux de Paris, il proclame, en occitan, « ceux qui l’ont oubliée, la langue, il faudra qu’ils la réapprennent »...

9DAUZAT, Albert (1877-1955) : né à Guéret, dialectologue spécialiste des parlers auvergnats, puis du français, et de la toponymie française, animateur de la revue Le Français Moderne. Adversaire déclaré de toute prise en compte des « patois » par l’enseignement.

10DEIXONNE, Maurice (1904-1988) : député socialiste aux débuts de la IVe République, chargé de suivre le dossier des langues locales après le dépôt des propositions communistes et M.R.P. Quoique député du Tarn et d’origines en partie catalanes, s’intéresse a priori fort peu à la question, et ne s’y investit qu’après une phase initiale d’hostilité. Paradoxalement, n’a jamais vraiment compris pourquoi il était connu pour la loi qui porte son nom, alors qu’il était persuadé que ses autres initiatives parlementaires étaient bien plus intéressantes.

11DESTRADE, Jean-Pierre et DOLLO Yves : députés socialistes (des Pyrénées-Atantiques et du Morbihan), porteurs successifs entre 1982 et 1986 d’un des nombreux projets de loi avortés destinés à améliorer la loi Deixonne.

12GAIDOZ, Henri (1842-1932) : linguiste spécialiste de celtique, et un des fondateurs de l’ethnologie en France (revue Mélusine). Co-auteur de la Pétition au Corps législatif en 1870 au sujet des langues provinciales.

13GREGOIRE, Henri (1750-1831) : vosgien d’origine, homme d’Église converti à la cause révolutionnaire, député à la Constituante et à la Convention, défendant discrètement des positions centristes, spécialisé par prudence dans les questions culturelles sous la Terreur. Auteur de la première enquête sur les « patois » et d’un rapport visant à les anéantir. Un des pères fondateurs avec François Ier d’une certaine politique d’État sur la question linguistique.

14LEYGUES, Georges (1857-1933) : homme politique, républicain « de gauche », c’est à dire modéré, originaire de Villeneuve-sur-Lot, plusieurs fois ministre, une fois président du Conseil (en 1920). Fréquente les félibres de Paris avant la guerre de 14, mais ne manifeste guère d’intérêt pour la question de l’enseignement de la langue.

15MAURRAS, Charles (1868-1952) : écrivain et homme politique, leader de la Ligue d’Action Française, monarchiste et directeur du journal du même nom. Un des penseurs de l’extrême-droite française avant de devenir un des inspirateurs de Vichy. Mais, d’origine provençale, lié avec Mistral dès la fin des années 80, il manifeste tout au long de sa vie un intérêt certain pour la langue d’oc. Ses amis Léon Daudet et Xavier de Magallon, élus à la Chambre des députés après la guerre de 14, figurent parmi ceux qui interviennent sur la question de l’occitan à l’école..

16MISTRAL, Frédéric (1830-1914) : écrivain d’oc, fondateur du Félibrige en 1854, et sa figure principale jusqu’à sa mort. Reconnu au niveau national, non sans ambiguïté, depuis 1859 et la publication de son poème Mirèio. D’abord réticent face à l’école, finit par comprendre son importance stratégique, et formule les premières revendications sur ce terrain dès les années 1870.

17MONZIE, Anatole de (1876-1947) : homme politique français de centre gauche, originaire du Lot. Ministre de l’Instruction Publique en 1925, il signe la seule circulaire officielle dans laquelle les « patois » sont explicitement mis au ban de l’école.

18PERBOSC, Antonin (1861-1944) : félibre, écrivain d’oc et instituteur, avant de finir à la bibliothèque de Montauban. Avec son ami Propser Estieu, lance au début du xxe siècle la réforme graphique dite occitane. Auteur en 1925 d’une brochure polémique en réponse à la circulaire de Monzie, La langue d’oc et l’école.

19REBOUL, Jòrgi (1901-1993) : poète et militant occitan, instituteur de formation, fondateur du groupe marseillais Lou Calen, animateur avant guerre d’une Auberge de Jeunesse. Ami de Camproux qu’il suit dans l’aventure du Parti occitaniste des années 30. Actif au moment de la gestation de la loi Deixonne, il organise dans les années suivantes des stages du Calen qui enracinent en Provence un occitanisme moderne.

20SAVINIEN (Joseph Lhermitte dit le frère Savinien), (1844-1920) : religieux, membre des frères des écoles chrétiennes, enseignant à Avignon, félibre, il lance en 1875 sa méthode, fondée sur l’apprentissage du français et du provençal écrit à travers un jeu de versions et de thèmes.

21TRÉMINTIN, Joseph (1876-1966) : député breton de sensibilité chrétienne- démocrate, un des 80 à refuser les pleins pouvoirs à Pétain en juillet 1940 ; commence à poser la question du breton à l’école dès 1925, dépose en 1936, en vain, la première proposition de loi pour l’enseignement du breton, encore signataire de la proposition Vourc’h en 1948, prélude à la loi Deixonne.

22VILLENEUVE-ESCLAPON, Christian de (1852-1931) : félibre, dès la fin du Second Empire, confident de Mistral au début des années soixante-dix. S’éloigne ensuite du Félibrige pour mener une carrière politique sineuse, avant de revenir dans les affaires félibréennes au début du xxe. Dirige entre 1876 et 1879 le journal, Lou Prouvençau ; lance en 1910 la revue Occitania.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540