Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'art de gouverner chinois dans les périodiques de langue française de 1750 à 1789

 | 
Li Ma

Deuxième partie — Les représentations de l’art de gouverner chinois dans les périodiques de 1750 à 1789

Chapitre 7 Les défauts de l’empire chinois

Texte intégral

1Les critiques de l’art de gouverner chinois formulées au xviiie siècle par différents auteurs se fondent en grande partie sur un ensemble de défauts qui leur paraissent remettre en question la prospérité et la modernité du pays, la sagesse des souverains « éclairés » et la prédominance de la morale.

1 Le brigandage des commerçants

  • 1 Voltaire, Essai sur les mœurs, éd. René Pomeau, Paris, Garnier Frères, 1963, t. I, p. 217.

2Dans la seconde moitié du siècle, à mesure que le nombre des récits publiés par les voyageurs augmente, le brigandage des commerçants chinois est dénoncé de façon plus vive, et l’image d’une Chine pleine de fripons, de voleurs et d’esclaves se répand. Certains auteurs s’y opposent, à commencer par Voltaire qui proteste, dans son Essai sur les mœurs : « [...] doit-on juger du gouvernement d’une grande nation par les mœurs de la populace des frontières1 » ?

  • 2 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 228.
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid.
  • 5 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. V, p. 209.
  • 6 Ibid.
  • 7 Le rédacteur raconte deux anecdotes pour démontrer « le phlegme qu’il [le marchand chinois] conser (...)

3Le brigandage est également dénoncé par les journalistes, qui rapportent au passage diverses anecdotes. Dans les Mélanges intéressants et curieux, Rousselot de Surgy admet ainsi qu’il existe « un vice général dans le commerce [chinois], c’est le défaut de bonne foi2 ». Selon lui, ce manque d’honnêteté se manifeste de deux façons qu’il faut détailler. D’une part, « Les Chinois ne se contentent pas de vendre le plus cher qu’ils peuvent, ils falsifient encore leurs marchandises3 ». Cela s’explique, bien entendu, par l’intérêt qui « fait la passion dominante du peuple chinois4 ». Tout en favorisant le commerce intérieur de l’empire, cette passion pousse les commerçants à employer tous les moyens afin de faire le plus de profit possible. Rousselot de Surgy s’en tient à ce constat et ne commente pas cette mauvaise habitude. Dans la Bibliothèque universelle des dames, tout en confirmant l’idée selon laquelle, l’« intérêt est la passion dominante et le vice principal de ce peuple5 », le rédacteur révèle un aspect singulier des Chinois, en l’occurrence leur phlegme dont ils font preuve lorsque leur fourberie est découverte6. Cette remarque s’insère dans une section consacrée au caractère des Chinois, et l’anecdote racontée7 sert à montrer que « le Chinois est naturellement froid et flegmatique ».

4La dénonciation la plus violente de ce défaut est sans aucun doute celle de Diderot, dans un fragment politique sur les Chinois paru dans la Correspondance littéraire du 15 octobre 1772. Il s’agit d’une anecdote sur la friponnerie des commerçants chinois employée pour soutenir sa thèse sur la morale des Chinois :

  • 8 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, éd. Gianluigi Goggi, Paris (...)

Il n’y a donc qu’une science vers laquelle les têtes pensives doivent se tourner à la Chine, c’est la morale, la police et la législation, dont l’importance est d’autant plus grande qu’une société est plus nombreuse. C’est là qu’on connaît le mieux la vertu et qu’on la pratique le moins ; c’est là qu’il y a plus de mensonges, plus de fraudes, plus de vols, moins d’honneur, moins de procédés, de sentiment et de délicatesse. Tout l’empire est un marché général où il n’y a non plus de sûreté et de bonne foi que dans les nôtres. Les âmes y sont basses, l’esprit petit, intéressé, rétréci et mesquin. S’il y a un peuple au monde vide de tout enthousiasme, c’est le Chinois8.

  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid., p. 156.
  • 11 Raynal, Histoire des deux Indes, op. cit., p. 119-120.
  • 12 Diderot, Œuvres III Politique, éd. Laurent Versini, Paris, R. Laffont, 1995, p. 656.
  • 13 Ibid.

5Diderot admet, bien évidemment, que la morale est importante en Chine, mais il distingue clairement la morale préconisée et la morale pratiquée. En effet, les maximes transcrites dans les ouvrages classiques sont très éloignées des comportements réels des Chinois. A contrario, les comportements des marchands reflètent peut-être la morale et les mœurs de toute la nation. Pour mieux argumenter, Diderot rapporte l’anecdote suivante : « Un Européen achète des étoffes à Canton ; il est trompé sur la quantité, sur la qualité et le prix9 ». Il proteste devant le marchand chinois, alors que celui-ci, sans colère ni honte, insiste : « cela se peut ; mais il faut payer. » Étonné par cette friponnerie et ce sang-froid, Diderot en conclut que « l’empire peut être très bien gouverné, mais les mœurs particulières sont détestables10 ». Il reprend cette même anecdote dans l’une de ses contributions à l’Histoire des deux Indes11 et formule des commentaires beaucoup plus sévères. Selon lui, le Chinois « est donc parvenu au dernier degré de la dépravation12 ». De plus, il souligne que ce qu’il a raconté est loin d’être un cas isolé et que l’on peut y lire la nature des Chinois : « On n’est pas alternativement honnête et malhonnête, explique-t-il. Celui qui s’est fait l’habitude de tromper l’étranger, est trop souvent exposé à la tentation de tromper ses concitoyens, pour y rester constamment13 ».

  • 14 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 39.

6Ce passage est peut-être une réponse à la défense du brigandage des commerçants chinois formulée par Quesnay dans Despotisme de la Chine. La section intitulée « Le commerce considéré comme dépendance de l’agriculture » est l’une des parties dans lesquelles Quesnay a le plus modifié le texte des Mélanges intéressants et curieux. Là où Rousselot de Surgy écrit, « mais un vice général dans le commerce, c’est le défaut de bonne foi », Quesnay le corrige, « mais un vice dans le commerce, c’est, dit-on, le défaut de bonne foi14 ». Il est facile d’apercevoir les nuances entre ces deux phrases. En insérant « dit-on », Quesnay réussit à transformer le jugement de Rousselot de Surgy en un énoncé douteux. Ce changement révèle aussi la divergence de leurs opinions. D’après Quesnay, ceux qui ont ainsi dénoncé les Chinois ont confondu le commerce extérieur et le commerce intérieur.

  • 15 Ibid., p. 40-42.

Le gouvernement qui s’intéresse peu au négoce étranger, y tolère les représailles frauduleuses, parce qu’il est difficile d’assujettir au bon ordre des étrangers de trois mille lieues, qui disparaissent aussitôt qu’ils ont débité leurs marchandises. Nous avons beaucoup d’exemples de nations très louables, qui ont été corrompues par l’accès d’un commerce étranger ; mais il paraît que dans la représaille les Chinois sont devenus plus habiles que les Européens et qu’ils exercent cette habileté avec d’autant moins d’inquiétude qu’ils ne s’exposent point à venir commercer dans nos ports où les marchands se fréquentent, se connaissent et où la bonne foi s’établit. Il n’est pas concevable qu’un commerce puisse s’exercer entre les habitants d’un pays avec des représailles frauduleuses et réciproques ; que gagnerait-on à s’entre-tromper mutuellement ? cela n’apporterait qu’une inquiétude pénible et fort embarrassante, qui rendrait un commerce journalier fort difficile et presqu’impraticable ; mais cela est encore plus inconcevable dans une nation aussi policée qu’elle l’est à la Chine, où de tout temps la bonne foi et la droiture ont été recommandables dans le commerce ; c’est un des principaux objets de la morale de Confucius, morale qui fait loi dans cet empire15.

7À la différence de Diderot, Quesnay fait confiance à la morale des Chinois, mais sa justification n’est pas très convaincante. Considérant que la malhonnêteté est difficile à pratiquer dans le commerce journalier, l’auteur refuse d’attribuer ce défaut aux commerçants chinois qui font leurs affaires au sein de l’empire. Ce raisonnement paraît encore moins crédible que celui de Diderot, qui généralise à partir d’un cas particulier.

  • 16 Journal de commerce, Bruxelles, chez P. de Bast, août 1761, p. 81-82.
  • 17 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 39
  • 18 Ibid.
  • 19 Mémoires concernant les Chinois, 1777, t. II, p. 373.

8À côté de cette distinction courante entre les échanges intérieurs et les échanges extérieurs, une autre manière de raisonner se trouve dans un compte rendu du « Dictionnaire du citoyen, ou Abrégé Historique, Théorique et pratique du Commerce », paru dans le Journal de commerce de l’année 1761. Le rédacteur s’efforce de justifier le brigandage des commerçants chinois en distinguant les petits commerçants et les grands négociants. Selon lui, ces derniers « traitent avec toute l’intelligence, mais en même temps avec toute la droiture et la fidélité qu’exige le commerce, lorsqu’on s’en rapporte à eux16 ». Pour lui, comme pour Quesnay, la défense des commerçants Chinois passe par la distinction entre les friponneries des petits commerçants et des pratiques commerciales honorables. Il s’agit de prouver que les premières ne sont pas représentatives. Cette démarche est adoptée par plusieurs auteurs de l’époque. Dans l’« Idée générale de la Chine », le rédacteur défend les commerçants chinois en empruntant les mots de Bossuet : « doit-on juger tout un peuple par les vices de quelques particuliers ; et faudrait-il abroger de bonnes Lois parce qu’elles sont mal exécutées17 » ? Apparemment, le rédacteur préfère considérer le brigandage des commerçants chinois comme un « fait particulier », limité au sud du pays. Au lieu de l’expliquer par un défaut de la constitution chinoise, il affirme que « la corruption du peuple n’y est occasionnée que par la fréquentation des Étrangers18 ». Cette façon de disculper le système chinois se rencontre dans d’autres passages des Mémoires concernant les Chinois. Selon le P. Cibot, il pourrait s’agir de malentendus liés à des problèmes de communication, la plupart des étrangers ignorant la langue chinoise. De son côté, le P. Amiot, dans ses remarques sur l’ouvrage de M. Pauw, Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois, souligne la réciprocité dans le brigandage des commerçants chinois. Selon lui : « Fripon avec fripon, corsaire avec corsaire font mal leurs affaires19 ».

2 Le brigandage des mandarins

  • 20 Nouvelle bibliothèque de société, 1782, t. II, p. 35.

9Tandis que le brigandage des commerçants permet aux écrivains de critiquer la morale chinoise et les mœurs du peuple, celui des mandarins a un lien direct avec l’art de gouverner. Les journalistes l’évoquent, mais à la différence du premier défaut, dont la dénonciation est souvent accompagnée d’anecdotes piquantes, comme ce qu’on lit dans le texte de Diderot paru dans la Correspondance littéraire, le brigandage des mandarins est souvent abordé brièvement. L’arbitraire, la corruption des officiers et l’achat des postes mandarinaux, tous ces défauts proviennent de la poursuite effrénée de l’enrichissement et de l’intérêt personnel, ce qui entraîne le rédacteur des « Anecdotes Chinoises » à conclure : « [...] on peut dire de la Chine ce qu’on disait de Rome, que tout y était vénal20 ». En rendant compte du Voyage aux Indes Orientales et à la Chine de Pierre Sonnerat, le rédacteur de la Correspondance littéraire prend la corruption des mandarins comme un exemple de la « douceur de ce gouvernement et du bonheur des peuples qui lui ont soumis » :

  • 21 Correspondance littéraire, éd. Tourneux, t. XIII, p. 275.

Les places de mandarins s’achètent. Un marchand riche peut acheter une place de mandarin pour son fils ou pour lui. Quand le gouvernement connaît un marchand riche, il le fait mandarin de sel pour le dépouiller honnêtement de la fortune, etc.21

10Le poste de mandarin est donc devenu une marchandise pour les riches, mais aussi un moyen de gouverner pour les souverains, puisque ceux-ci voulaient diminuer l’influence locale des riches. Bref, en plus de son rôle important dans l’administration d’État, le choix des mandarins peut aussi être considéré comme un moyen non négligeable pour les souverains de s’enrichir. La contradiction entre ce fait et la douceur du gouvernement décrite ironiquement par Meister révèle parfaitement son point de vue à l’égard de l’empire chinois.

  • 22 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 201.
  • 23 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 40.

11Dans la majorité des cas, ce type de défaut est imputé aux caractères des Chinois, comme le révèle la Bibliothèque universelle des dames à propos des injustices : « [...] personne même ne se hasarde à se plaindre, parce qu’on n’ignore pas qu’il n’y a point de réparation à espérer22 ». Il ne s’agit donc pas d’une situation que l’on pourrait corriger ou éviter par la prévention. Par contre, c’est aussi à cause de cette caractéristique que les défenseurs du régime chinois refusent de lui adresser des reproches. Le rédacteur de l’« Idée générale de la Chine » cite des mesures prises par l’empereur Yongzheng contre la corruption, dans l’intention de démontrer que « le gouvernement de la Chine veille continuellement à découvrir et à réprimer les abus23 ». De son côté, Quesnay, dans les Éphémérides du citoyen, justifie ce défaut que Montesquieu a attribué au gouvernement chinois :

  • 24 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 36-37.

Ces brigandages dont nous venons de rapporter des exemples peuvent être comparés dans ce royaume comme dans tous les autres, au dangereux métier des voleurs qui, malgré la rigueur des lois, s’exposent aux dangers de subir les châtiments décernés contre eux ; mais on ne doit point imputer ces forfaits au gouvernement, lorsqu’il use de toutes les précautions qu’il peut employer pour les prévenir, et qu’il punit sévèrement les coupables qui en sont convaincus24.

  • 25 À savoir, l’occupation des emplois loin de leurs villes natales, « une revue générale de tous les (...)
  • 26 Ibid., p. 43.

12Pour défendre son point de vue, l’auteur cite de nombreuses mesures destinées à éviter, ou du moins atténuer les mauvais effets de ce défaut25. En un mot, « les passions des hommes qui forcent l’ordre ne sont pas des vices du gouvernement qui les réprime26 ».

3 L’infanticide et l’abandon des enfants

13Même si l’infanticide est moins évoqué dans les périodiques que les deux premiers défauts, il est unanimement reconnu comme un fait affreux, inhumain par les rédacteurs qui en parlent, y compris ceux qui d’habitude disent le plus grand bien de l’empire chinois. Les qualificatifs employés par eux laissent deviner leurs sentiments :

  • 27 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 111.

On voit des gens si pauvres, que ne pouvant fournir à leurs enfants les aliments nécessaires, ils les exposent dans les rues. Si la mère manque de lait ou qu’elle tombe malade, ils les noient, surtout les filles. [...] Le gouvernement d’ailleurs si attentif, ferme les yeux sur ces inconvénients, et ce spectacle affreux se renouvelle tous les jours27.

14Ce court exposé rappelle le fait, en indique les causes directes — l’attitude de l’autorité impériale — et la conséquence, tout en exprimant l’opinion du rédacteur.

  • 28 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 56.

15En ce qui concerne Quesnay, sa sinophilie ne l’empêche pas de considérer l’infanticide comme une action inhumaine : « l’excès de la population de la Chine, écrit-il, y force les indigents à exercer quelquefois des actes d’inhumanité qui font horreur28 ».

  • 29 Rousselot de Surgy, op. cit., t. V, p. 111.

16Alors que les descriptions de cette action effroyable sont peu nombreuses dans les périodiques, les explications et les défenses prennent une place beaucoup plus importante. Aux yeux des journalistes, le grand nombre de Chinois et la pauvreté pourraient expliquer le recours à l’infanticide. Comme l’écrit Rousselot de Surgy, « cette multiplication prodigieuse du peuple, si utile et si désirée dans nos États d’Europe, produit à la Chine les plus funestes effets29 », en particulier l’abandon des enfants chez les pauvres.

  • 30 Éphémérides du citoyen, 1767, t. V, p. 56.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid., p. 57.
  • 33 Ibid., p. 61.

17Bien que l’infanticide soit unanimement dénoncé, il existe tout de même des articles qui entreprennent de l’expliquer ou de le justifier. Pour Quesnay, l’infanticide, comme d’autres défauts attribués à l’empire chinois, ne doit pas être imputé à la nature du gouvernement, parce qu’un mauvais régime politique « extermine les hommes à raison de l’anéantissement des richesses qu’il cause dans un royaume, ou à raison des guerres continuelles injustes ou absurdes, suscitées par une ambition déréglée, ou par le monopole du commerce extérieur30 ». Selon lui, la Chine ne correspond à aucune de ces trois situations. Par conséquent, il considère l’infanticide comme une conséquence directe et inévitable de l’augmentation démographique : « La population excède toujours les richesses dans les bons et dans les mauvais gouvernements, parce que la propagation n’a de bornes que celles de la subsistance, et qu’elle tend toujours à passer au-delà : partout il y a des hommes dans l’indigence31 ». Dans la théorie de Quesnay, ce conflit entre la population et les richesses paraît naturel. L’augmentation démographique conduit inéluctablement à la diminution, puis au manque de subsistances, produites majoritairement par la terre dont la quantité ne change pas, sauf dans des conditions particulières, telles que l’exploitation des colonies. De plus, Quesnay refuse d’attribuer ce défaut à l’ « inégalité de la distribution des richesses », car la bonne administration en Chine assure la circulation constante des richesses, ce qui permet d’éviter le vide « qui ne peut être occupé que par la misère32 ». Malgré tous ces arguments, l’auteur admet que les funestes effets provoqués par l’excès de population « semblent dégrader le gouvernement de l’empire33 ».

  • 34 Roi du royaume de Qin à partir de 246 avant J.-C., il unifia tout l’empire en 221 avant J.-C., et (...)
  • 35 Mémoires concernant les Chinois, t. II, 1777, p. 397.

18Le P. Amiot justifie également l’infanticide en Chine, mais son explication est très différente de celle de Quesnay. Selon lui, ce sont les « guerres conditionnelles, injustes ou absurdes, suscitées par une ambition déréglée » qui causent cet abus dont l’origine remonte à l’empereur Qin Shi Huang34, ce tyran dont le désir d’agrandir son territoire eut de terribles conséquences : « Tout cela occasionna des disettes et des famines horribles qui obligèrent les pères et mères à abandonner leurs enfants qu’ils ne pouvaient plus nourrir. Voilà la vraie origine et la première époque de l’exposition des enfants dans notre Chine35 ». C’est donc l’abus du pouvoir suprême et le désordre au sein de l’empire qui ont donné lieu à l’infanticide. Concernant l’apparition du même mal dans les temps qui suivent, le père Amiot explique :

  • 36 Ibid.

L’exposition des enfants recommença dans la suite quand les révoltes, les famines, les guerres, les inondations des campagnes, les oppressions tyranniques du luxe des riches réduisaient le peuple à une situation si violente, que cherchant la mort pour fuir ses maux, il ne songeait guère à procurer à ses enfants la prolongation d’une vie qui n’aurait pu être que très-malheureuse36.

19À ses yeux, ce défaut doit être attribué aux désastres, naturels ou non, qui mettent l’homme dans l’état de « mieux mourir que de vivre ». Le fait d’abandonner des enfants n’est donc qu’un moyen d’éviter le pire. Ce comportement est même devenu une habitude qui triomphe de la nature humaine dans les temps misérables :

  • 37 Ibid., p. 398.

Les mêmes causes qui avaient produit autrefois l’exposition et l’abandon des enfants, les reproduisirent d’autant plus rapidement, qu’elles les avaient déjà produits ; car, dès que les idées publiques d’une Nation ont été une fois entamées, obscurcies et corrompues sur un point, elle y revient à la première occasion, sans que la voix de la nature soit presque entendue, ou du moins assez écoutée pour en inspirer une horreur victorieuse37.

  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid., p. 399.

20Après avoir expliqué les raisons de l’infanticide en Chine, le père Amiot s’efforce de les justifier à travers ses remarques sur les Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois de Pauw. Il insiste sur le fait que l’infanticide est moins affreux qu’on ne pense en Europe. Il compare d’abord cette action aux violences pratiquées pendant longtemps en Europe : « Que peut-on imaginer de plus affreux que les spectacles homicides des Amphithéâtres Romains38 ? », demande-t-il. De plus, le commerce des esclaves africains lui paraît également blâmable et « pourraient donner lieu à des objections embarrassantes à résoudre ». À ses yeux, ces deux actions ne sont pas moins inhumaines que l’infanticide en Chine. Les critiques violentes des Européens sont liées à leur système de valeurs, « car, explique le père Amiot, tous nos Livres de Morale, de Philologie, de Littérature, etc. sont plein d’exhortations, de déclamations, de discours, de diatribes, de satyres et de dénonciations très-violentes contre les expositions des enfants39 ». Il relève aussi « les hyperboles et les exagérations » de certains auteurs lorsqu’ils rapportent « le nombre des enfants exposés ou abandonnés ». Selon lui, le soin d’attirer les lecteurs, la confusion des temps et des lieux, ainsi que les ouï-dire rendent leurs informations peu fiables.

  • 40 Ibid.

Or les relations européennes, même celles qui sembleraient devoir être plus exactes dans une manière si grave, comptent trop sur la pénétration du Lecteur, et ne disent point à quelle année, à quelles circonstances particulières il faut rapporter leurs récits, et étendent confusément à tout l’Empire, ce qui ne regarde que quelques villes, ou tout au plus quelques Provinces, et dans ces villes ou Provinces, le plus bas peuple, et encore dans les mauvaises années et dans les temps où la disette était extrême40.

  • 41 Mémoires concernant les Chinois, t. VI, 1780, p. 321.
  • 42 Ibid., p. 321-322.

21L’infanticide n’a donc lieu que dans certains endroits, chez le plus bas peuple, les années où la disette est extrême. Il ne s’agit pas d’un phénomène général. Le père Amiot proteste dans un autre texte consacré à l’ouvrage de Pauw : « Est-il de la justice de rendre toute une nation responsable du crime de quelques particuliers, qu’elle ne met qu’à regret au nombre des siens41 » ? De plus, il recourt à la nature humaine et à la morale des Chinois afin de prouver que ceux qui recourent à cet expédient sont une minorité : « Les Chinois sont des hommes, et ne diffèrent pas des autres hommes, quant à ce qui constitue essentiellement leur être physique et moral42 ».

  • 43 Ibid., p. 322.

Le jin, c’est-à-dire, l’humanité, l’amour de ses semblables, est la première de leurs trois vertus cardinales ; c’est celle qu’ils enseignent avec le plus de complaisance ; c’est celle qu’ils prêchent dans tous leurs livres, et qu’ils tâchent d’inculquer à tout le monde, depuis le souverain jusqu’à ceux de l’étage le plus bas, jusqu’au mercenaire et à l’esclave43.

22Suivant les principes du père Amiot, formulés au début de la section intitulée « Infanticide des Chinois » dans les Observations sur le Livre de M. P**, l’abandon des enfants ne peut pas être imputé à toute la nation chinoise :

  • 44 Ibid., p. 320.

On ne doit, ce me semble, attribuer un crime à toute une nation, que dans le cas où ce crime dériverait de la constitution du gouvernement particulier de cette nation, ou qu’il serait commis par le grand nombre de ceux qui la composent, ou simplement par ceux dont la conduite et les mœurs influent nécessairement sur la conduite et les mœurs de tous les autres44.

  • 45 Ibid., p. 321.
  • 46 Ibid., p. 323.

23Qui plus est, le père Amiot essaie de justifier ce défaut en tenant compte des mesures adoptées par l’autorité chinoise : « Le gouvernement chinois qui va au-devant de tout, et qui tire parti des abus mêmes, pour corriger les abus, n’a porté aucune loi pour punir les infanticides dans le cas dont il s’agit ici. Il a mieux fait, il a mis ses soins à empêcher qu’il y eût des infanticides45 ». Ici, le rédacteur distingue deux acceptions du terme infanticide. La première, adoptée par les Européens, correspond à l’abandon des enfants. L’autre, qui correspond à la véritable signification du mot, désigne le fait de tuer des enfants. Selon le père Amiot, le gouvernement chinois autorise l’abandon des enfants pour que les parents n’aillent pas jusqu’au véritable infanticide. Les enfants abandonnés sont amenés à la maison de Charité, dirigée par le Ly-pou, le tribunal des rites. Selon l’auteur, ayant pour objectif de remédier à ce défaut, les moyens utilisés par le gouvernement chinois « sont, humainement parlant, les plus efficaces de tous ceux qu’il pouvait employer46 ».

24Selon le rédacteur, le gouvernement chinois fait son possible pour empêcher l’aggravation d’un tel phénomène. Par conséquent, il ne faut pas attribuer cet excès à sa constitution.

  • 47 Journal historique et littéraire, Luxembourg, Chevalier, mai 1780, t. 156, p. 11.

25Dans la masse des articles, le P. Amiot semble avoir été le seul à tenter de justifier l’infanticide des Chinois. Certains journalistes retournent ses arguments contre les jésuites, accusés de poursuivre d’autres buts. C’est ce que l’on observe, en 1780, dans le Journal historique et littéraire. Le rédacteur considère l’essai du P. Amiot comme « une réflexion sur l’infanticide si justement reproché aux Chinois47 ». Se servant des arguments du P. Amiot, le rédacteur confirme l’existence de l’infanticide et conteste en même temps la thèse de son apologiste :

  • 48 Ibid., p. 14-15.

Que ce crime est commis par ce qu’il y a de plus vil, par l’écume et par le rebut de la nation. Eh ! qui en doute ? Des forfaits de cette nature seraient-ils l’ouvrage d’honnêtes gens ? Mais si dans une nation, il se trouve une si grande quantité de cette écume, que penser de la nation même ? [...] Chaque jour avant l’aurore, cinq tombereaux traîné chacun par un bœuf, parcourent les cinq quartiers qui partagent la ville. Cela donne-t-il l’idée d’un petit nombre d’enfants exposés ? ... Les enfants qui vivent encore, sont mis entre les mains des nourrisses... qui vivent encore, bonne exception48.

26Le journaliste ne croit pas que les enfants exposés et les infanticides aient été rares. De ces diverses réfutations ressort une tendance à remettre en cause les mœurs de toute la nation chinoise.

4 Les idolâtries et autres superstitions

27La dénonciation de l’idolâtrie et des superstitions qui touchent les Chinois vise les « sectes tolérées » et les « abus tolérés ». Les descriptions de ces maux se trouvent notamment dans la Bibliothèque universelle des dames, les Mélanges intéressants et curieux, les Éphémérides du citoyen, et quelques contes et anecdotes dispersés dans d’autres journaux, comme « Le mandarin et le charlatan. Conte chinois » paru dans l’Almanach des muses de 1769. L’attitude des rédacteurs à l’égard de ce mal est assez évidente. On repère, dans leurs écrits, de nombreux termes défavorables, tels que « superstitieux », « diabolique », « fanatique », « imbécile », « dupe », « crédule », etc., employés pour décrire les sectes elles-mêmes ou leurs fidèles. Ces articles portent majoritairement sur les dogmes principaux des trois religions tolérées en Chine — le taoïsme, le bouddhisme, et le néo-confucianisme —, et sur les pratiques superstitieuses.

28En ce qui concerne l’attitude du gouvernement, les journalistes se contentent de l’indiquer brièvement. Par exemple, dans les Mélanges intéressants et curieux, Rousselot de Surgy remarque, à propos de la tolérance du bouddhisme dans l’empire chinois :

  • 49 Mélanges intéressants et curieux, t. IV, p. 319.

Malgré tous les efforts des lettrés pour extirper cette secte abominable, qu’ils traitent d’hérésie, et malgré les dispositions de la cour à l’abolir dans toute l’étendue de l’empire, on l’a toujours tolérée jusqu’à présent ; soit que la crainte de troubles parmi le peuple, qui est fort attaché à ses idoles, retienne l’empereur ; soit que la protection secrète de quelques savants était encore cette secte, on se contente de la condamner comme une hérésie49.

  • 50 Éphémérides du citoyen, 1767, t. V, p. 45.
  • 51 Ibid., p. 47-48.
  • 52 Ibid., p. 49.

29De son côté, Quesnay reprend les passages concernant les sectes tolérées dans la section « Religion » des Mélanges intéressants et curieux et les insère dans le septième chapitre de son texte. Bien qu’il admette ce défaut du gouvernement chinois, il s’efforce d’expliquer cette tolérance. Selon lui, les religions intruses « sont tolérées dans l’empire, parce qu’elles ne donnent aucune atteinte aux lois fondamentales du gouvernement, et parce que la violence que l’on exercerait pour les extirper pourrait causer des troubles fort dangereux dans l’ordre civil50 ». La justification de Quesnay ne vise pas uniquement les superstitions, mais aussi les dogmes principaux des sectes. Après la présentation de chaque secte, il formule quelques observations. Il écrit ainsi, à propos du taoïsme : « On passera facilement au gouvernement de la Chine sa tolérance pour cette secte, car partout la défense de croire aux sorciers paraît un acte d’autorité bien ridicule51 ». Quant aux enseignements du bouddhisme, il indique qu’ « il n’y a rien dans ces préceptes qui exige la censure du gouvernement52 ».

Notes

1 Voltaire, Essai sur les mœurs, éd. René Pomeau, Paris, Garnier Frères, 1963, t. I, p. 217.

2 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 228.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. V, p. 209.

6 Ibid.

7 Le rédacteur raconte deux anecdotes pour démontrer « le phlegme qu’il [le marchand chinois] conserve lorsque sa fourberie est découverte ». Dans la première, un Anglais découvre que les soies qu’il vient d’acheter sont pourries : « Il en fit des reproches au Chinois, qui lui répondit sans se déconcerter : “Je vous eusse beaucoup mieux servi, si votre coquin d’interprète ne m’eût assuré que vous n’ouvririez point les ballots”. » La deuxième relate l’expérience d’un Hollandais trompé par un paysan chinois qui, au lieu de lui vendre un jambon, lui donne « un morceau de bois, couvert d’une terre grasse et rougeâtre, adroitement enveloppée d’une peau de cochon », « le paysan se voyant découvert, lui dit froidement : “ je vois que je ne suis qu’un sot, et que vous en savez plus que moi”. »

8 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, éd. Gianluigi Goggi, Paris, Hermann, 2011, p. 155-156.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 156.

11 Raynal, Histoire des deux Indes, op. cit., p. 119-120.

12 Diderot, Œuvres III Politique, éd. Laurent Versini, Paris, R. Laffont, 1995, p. 656.

13 Ibid.

14 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 39.

15 Ibid., p. 40-42.

16 Journal de commerce, Bruxelles, chez P. de Bast, août 1761, p. 81-82.

17 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 39

18 Ibid.

19 Mémoires concernant les Chinois, 1777, t. II, p. 373.

20 Nouvelle bibliothèque de société, 1782, t. II, p. 35.

21 Correspondance littéraire, éd. Tourneux, t. XIII, p. 275.

22 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 201.

23 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 40.

24 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 36-37.

25 À savoir, l’occupation des emplois loin de leurs villes natales, « une revue générale de tous les mandarins » tous les trois ans, etc.

26 Ibid., p. 43.

27 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 111.

28 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 56.

29 Rousselot de Surgy, op. cit., t. V, p. 111.

30 Éphémérides du citoyen, 1767, t. V, p. 56.

31 Ibid.

32 Ibid., p. 57.

33 Ibid., p. 61.

34 Roi du royaume de Qin à partir de 246 avant J.-C., il unifia tout l’empire en 221 avant J.-C., et devint le premier empereur de la Chine.

35 Mémoires concernant les Chinois, t. II, 1777, p. 397.

36 Ibid.

37 Ibid., p. 398.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 399.

40 Ibid.

41 Mémoires concernant les Chinois, t. VI, 1780, p. 321.

42 Ibid., p. 321-322.

43 Ibid., p. 322.

44 Ibid., p. 320.

45 Ibid., p. 321.

46 Ibid., p. 323.

47 Journal historique et littéraire, Luxembourg, Chevalier, mai 1780, t. 156, p. 11.

48 Ibid., p. 14-15.

49 Mélanges intéressants et curieux, t. IV, p. 319.

50 Éphémérides du citoyen, 1767, t. V, p. 45.

51 Ibid., p. 47-48.

52 Ibid., p. 49.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540