Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'art de gouverner chinois dans les périodiques de langue française de 1750 à 1789

 | 
Li Ma

Deuxième partie — Les représentations de l’art de gouverner chinois dans les périodiques de 1750 à 1789

Chapitre 6 La constitution physique du gouvernement

Texte intégral

1Dans les périodiques, les descriptions de la constitution physique du gouvernement chinois ne sont pas aussi variées que celles de sa nature et de ses principes fondamentaux. Même si les journalistes ont des opinions différentes sur cette constitution ou sur l’un de ses aspects, les représentations qu’ils diffusent sont assez homogènes. Cela s’explique, en grande partie, par le fait qu’ils se fondent sur les mêmes sources, principalement les écrits des jésuites. Les articles qui concernent la constitution physique du gouvernement chinois se trouvent notamment dans les Mémoires concernant les Chinois, le Petit Réservoir, les Mélanges intéressants et curieux, la Bibliothèque universelle des dames et les Éphémérides du citoyen. À ces textes, il faut ajouter les nombreuses anecdotes recueillies dans les Nouvelles Bibliothèque de société, les Variétés littéraires et l’Almanach des muses.

1 La forme du gouvernement

  • 1 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 211.

2La forme du gouvernement chinois, la répartition des tribunaux, et le fonctionnement de l’empire sont abordés, de façon plus ou moins détaillée, dans les périodiques. L’empereur, qui détient le pouvoir absolu, dirige un groupe de mandarins et d’officiers dont la mission est de faire appliquer ses décisions dans la capitale et les provinces. Il a deux conseils : l’un est composé de Princes du sang ; l’autre, de « Ministres d’État qu’on nomme Colaos1 ». Sous ces deux conseils, six tribunaux (cours souveraines) sont chargés de l’administration de différents domaines dans l’empire. L’auteur de la « Lettre à S.A.S. Monseigneur le Prince Eugène de Savoye, sur l’Empire de la Chine » résume ainsi leurs attributions :

  • 2 Ibid., p. 213-214.

1. Le Lii-pou, a l’inspection sur tous les Mandarins de l’Empire, pourvoit à leurs charges, en les donnant ou les ôtant selon qu’il le trouve convenir.
2. Le Hou-pou a la surintendance des Finances, et des Tributs qui se lèvent dans l’Empire.
3. Le Lu-pou conserve les anciennes coutumes, les rites et cérémonies de l’État, et dirige tout ce qui a rapport à la Religion, les Sciences, les Arts, et les affaires étrangères.
4. Le Ping-pou étend sa juridiction souveraine sur les Troupes et les Officiers qui les commandent, et a soin des armes.
5. Le Hing-pou juge souverainement les criminels.
6. Le Cong-pou a la surintendance générale des Bâtiments Royaux, et autres Ouvrages publics, et de la Marine2.

3Ces six cours souveraines forment l’institution essentielle de l’administration centrale de l’empire. En ce qui concerne la forme des tribunaux subalternes, elle est décrite avec plus de précision dans cet article que dans d’autres. Le rédacteur prend Canton, une ville méridionale de Chine, comme exemple, et présente les mandarins subalternes du premier degré jusqu’au seizième. Ce sont des officiers dans les provinces, les villes et les villages. Ils ont la responsabilité de la bonne exécution des tâches administratives.

4Comme l’explique un journaliste, les mandarins et les officiers militaires occupent des positions essentielles, strictement hiérarchisées :

  • 3 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 220.

Le gouvernement militaire roule ici sur les mandarins de guerre. On les distingue en cinq classes, qui comprennent plus de dix-huit mille de ces officiers. Ceux de la première classe se nomment mandarins de l’arrière-garde ; ceux de la seconde, mandarins de l’aile gauche ; ceux de la troisième, mandarins de l’aile droite, et ceux de la cinquième, mandarins de l’avant-garde3.

2 Les membres du gouvernement

5Faisant partie de la classe dominante de l’empire, l’empereur et les mandarins occupent une place centrale dans la constitution physique du gouvernement.

  • 4 Petit Réservoir, op. cit., p. 216.

6Les mandarins n’héritent pas de leur fonction, sauf dans des cas particuliers, comme celui de la famille de Confucius. Ils sont choisis au terme d’une série d’examens rigoureux, et leur titre de noblesse leur est accordé par l’empereur en fonction de leur mérite et de leurs capacités. D’après ce que l’on sait à l’époque, « rien n’est plus important ni plus étroitement observé que ces Examens4 ».

7Ces épreuves se fondent sur les ouvrages classiques, qui portent, sans exception, sur la politique et la morale, ainsi que sur la manière de bien gouverner. De plus, les lettrés choisis subissent régulièrement des examens durant leur mandat.

  • 5 Bibliothèque universelle des dames, op. cit., p. 195-197.

Tous les trois ans l’empereur se fait présenter un catalogue, qui contient les noms et les qualités bonnes et mauvaises des mandarins. Dans chaque ville, le principal magistrat examine la conduite des officiers qui lui sont subordonnés, et leur donne des notes, qu’il adresse au tribunal souverain de la province. Ces notes sont soumises à l’examen du vice-roi ; celui-ci y fait ses observations, et y met ses apostilles. [...] Ces remarques sont envoyées au tribunal suprême de Pékin, qui ne manque jamais de punir ou de récompenser, suivant le mal ou le bien qu’on dit de chacun : les uns sont élevés à des places supérieures ; les autres sont cassés, ou descendent à des emplois subalternes5.

8Évidemment, les postes des mandarins et des officiers de l’empire ne sont pas stables. Pour les conserver, les intéressés doivent démontrer leur connaissance des textes classiques et leurs compétences.

  • 6 Ibid., p. 175.
  • 7 Mémoires concernant les Chinois, t. VI, p. 339.

9Tandis que le choix des mandarins est une procédure lourde et longue, celui des empereurs, tout en étant contrôlé, est moins pénible. Un article paru dans la Bibliothèque universelle des dames permet aux lecteurs de s’en faire une idée : « Au moyen de cette constitution, il n’y a de dignité héréditaire que celle de l’empereur ; et l’empire même ne passe pas toujours à l’aîné des princes, mais à celui que l’empereur et le conseil suprême des mandarins en jugeant le plus digne6 ». Cette idée est précisée par le père Amiot dans ses « Observations » sur les Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois, dont « l’auteur prétend que les Chinois n’ont jamais pu régler l’ordre de la succession parmi les descendants de l’Empereur7 ». Tout en réfutant l’idée de de Pauw, le père Amiot explique que les Chinois possèdent un règlement concernant les successions, mais que celui-ci peut ne pas être observé lorsque le candidat pressenti est jugé indigne du règne. De toute façon, le mérite, la sagesse et la capacité constituent les éléments les plus importants dans le choix des successeurs. Le prétendu ordre de succession n’est donc qu’un principe général.

3 L’administration

10Que ce soit dans la capitale ou dans les provinces, l’administration est assurée par les mandarins et les officiers strictement hiérarchisés. L’une des caractéristiques les plus remarquables de cette administration est le contrôle du pouvoir absolu.

  • 8 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 184.
  • 9 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 165-166.

11La société chinoise est donc strictement hiérarchisée, ce qui favorise les classes dominantes. Mais leur autorité n’est pas illimitée. En principe, ni l’empereur ni ses mandarins ne peuvent abuser de leurs pouvoirs et donc troubler le bon fonctionnement de l’État. Les journalistes s’accordent à dire que l’empereur jouit d’une autorité absolue : « Toute l’autorité réside dans la personne de l’empereur8 », il « exerce une autorité qu’aucune puissance ne peut restreindre9 ». Le rédacteur du « Mémoire sur l’intérêt de l’argent en Chine », paru dans les Mémoires concernant les Chinois, détaille les manifestations de cette autorité en ces termes :

  • 10 Mémoires concernant les Chinois, t. IV, p. 302.

[...] un gouvernement où la Couronne est héréditaire et où le Prince [...], ayant le droit d’abroger les anciennes lois et d’en faire de nouvelles, et un pouvoir sans bornes pour les faire observer après leur promulgation, possède essentiellement la suprême judiciaire, et est tellement la source de toute autorité, que celle de tous les Tribunaux et de tous les Officiers dérive de lui et dépend de lui, de sorte que les charges par lesquelles il la communique, quoique liées par les lois fondamentales de l’État à la constitution intime du gouvernement, ne sont que des commissions qu’il donne et qu’il ôte quand il veut10.

12En décrivant les relations existant entre le souverain, les lois et les officiers, le père Cibot confirme l’autorité absolue de l’empereur de Chine, aussi bien sur le plan législatif que sur le plan administratif.

  • 11 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 66.

13En ce qui concerne Quesnay, bien qu’il ait un point de vue singulier sur le « despotisme de la Chine », et qu’il mette en doute l’opinion des « auteurs anglais de l’histoire universelle », selon lesquels « il n’y a point de puissance sur la terre plus despotique que l’empereur de la Chine », il admet néanmoins que « s’ils entendent par despotisme le pouvoir absolu de faire observer exactement les lois et les maximes fondamentales du gouvernement, il n’est en effet aucun autre pouvoir humain à la Chine capable d’affaiblir celui de l’empereur11 ».

14Cette autorité absolue du souverain se manifeste non seulement dans la législation et l’administration, mais aussi dans la vie quotidienne et les cérémonies importantes :

  • 12 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 186.

Le respect qu’on a pour l’empereur répond à l’étendue de son autorité, et approche beaucoup de l’adoration. On lui donne les titres les plus superbes, les grands de l’empire, les princes du sang, le frère même de l’empereur, ne lui parlent jamais qu’à genoux : cette vénération s’étend jusqu’aux choses qui servent à son usage, on se prosterne devant son trône, devant sa ceinture, devant ses habits etc. Un Chinois, de quelque qualité qu’il soit, n’ose passer à cheval, ou en chaise, devant le palais de l’empereur, dès qu’on en approche, on descend, et on ne remonte qu’à quelques pas de là12.

  • 13 Sur les retouches dans les versions manuscrite et imprimée du Despotisme de la Chine, voir Françoi (...)

15Ce passage des Mélanges intéressants et curieux, repris et retouché par Quesnay13, nous montre les manifestations concrètes de l’autorité suprême de l’empereur. La vénération extrême accordée à l’empereur de Chine constitue en effet un aspect important de l’art de gouverner chinois aux yeux des Européens. Comme le résume le rédacteur de la Bibliothèque universelle des dames :

  • 14 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 165-166.

[...] d’un côté, on se prosterne devant l’empereur comme devant un Dieu ; [...] il est décoré de tous les titres de la divinité ; [...] il est le souverain de la religion comme de la police ; [...] il dispose souverainement des hommes, des charges et des finances ; [...] il exerce une autorité qu’aucune puissance ne peut restreindre14.

  • 15 Selon Quesnay, la loi naturelle « préserve le souverain de faire le mal et lui assure dans son adm (...)
  • 16 Mélanges intéressants et curieux, 1764, t. V, p. 187. On trouve les mêmes idées dans les Mémoires (...)
  • 17 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 68.

16Le contrôle de cette autorité est aussi abordé dans les périodiques. Les journalistes en envisagent deux formes. La première, correspond au contrôle effectué de l’intérieur par l’empereur lui-même. La seconde, est le contrôle effectué de l’extérieur par les ministres et les censeurs. La première forme de contrôle est censée provenir du principe fondamental du gouvernement chinois. D’après Quesnay, la limitation du pouvoir impérial est d’abord assurée par les lois naturelles sur lesquelles repose le gouvernement15. L’opinion de Rousselot de Surgy est un peu différente. Selon lui, « C’est une opinion généralement établie parmi ce peuple que, s’ils ont pour leur souverain, une obéissance filiale, il sort, à son tour, les aimer comme un père ; aussi ces princes gouvernent-ils avec beaucoup de douceur et se font une étude de faire éclater leur affection paternelle16 ». Quesnay, s’il adopte ce point de vue dans son Despotisme de la Chine, précise que « cette opinion généralement établie » est « fondée essentiellement sur la constitution du gouvernement17 ». Cette précision montre clairement sa divergence avec les jésuites s’agissant de la constitution fondamentale du gouvernement chinois. Quel que soit le principe fondamental retenu — les lois naturelles ou la piété filiale —, l’important est que l’empereur soit jugé en fonction de sa conduite. Ainsi, le contrôle de son autorité absolue se réalise-t-il par les devoirs et les maximes concrètes préconisés dans les ouvrages classiques.

  • 18 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 182.
  • 19 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 47.

17La seconde façon de limiter le pouvoir suprême se situe au niveau des procédures administratives. Les exposés publiés dans la Bibliothèque universelle des dames et les Éphémérides du citoyen signalent une limitation de la liberté de décision de l’empereur. En effet, « les règlements généraux émanent du trône, mais, par la constitution de l’état, le prince ne fait rien sans avoir consulté des hommes élevés dans les lois, et élus par les suffrages18 », « les déclarations ou les lois de l’empereur n’ont de force dans l’empire qu’après un enregistrement dans les tribunaux souverains19 ». Selon ces deux journalistes, les procédures qui règlent le traitement des affaires d’État et l’élaboration des décrets permettent de prendre en compte plusieurs opinions et de limiter, dans une certaine mesure, le pouvoir de l’empereur.

  • 20 Mémoires concernant les Chinois, t. IV, p. 302-303.
  • 21 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 48.
  • 22 Nouvelle bibliothèque de société, contenant des faits intéressants, des mélanges de littérature et (...)
  • 23 Ibid., p. 45.

18Le pouvoir du souverain est aussi contrôlé par les censeurs. Dans la Cour, les comportements de l’empereur sont observés par « un grand nombre de Censeurs qui ont, par leur charge, et le droit et l’obligation de l’avertir sans cesse de ses défauts personnels, de lui faire connaître ses fautes, de lui dénoncer les malversations de ses officiers, de le prévenir contre les surprises de ses Ministres, de réclamer pour les lois, et de lui montrer le chemin qu’elles lui tracent pour exercer sa bienfaisance et assurer le bonheur des peuples20 ». De fait, « l’usage des remontrances à l’empereur a été de tout temps autorisé par les lois à la Chine et y est exercé librement et courageusement par les tribunaux et les grands mandarins21 ». Les périodiques donnent plusieurs exemples de remontrances faites par les censeurs dans le but de contrôler le pouvoir du souverain et d’éviter des abus. Parmi les trente-six anecdotes recueillies dans les Nouvelle bibliothèque de société de 178222, trois portent sur les remontrances. Ces petites histoires sont mentionnées ou racontées à plusieurs reprises dans des comptes rendus et d’autres textes de l’époque. Cependant, de terribles exemples le montrent, les mesures en question n’empêchent pas totalement les empereurs d’user arbitrairement de leur pouvoir. L’anecdote de Ti-Siang et de ses douze mandarins23, rapportée aussi bien dans les Variétés Historiques que dans la Bibliothèque universelle des dames, révèle le prix et le danger de faire des remontrances aux empereurs, en particulier aux tyrans.

  • 24 Ibid., p. 47.
  • 25 Ibid., p. 55.
  • 26 Ibid., p. 50-51.

19Quant aux mandarins de l’empire, bien qu’ils jouissent de l’autorité dans leurs propres fonctions et devant le peuple, leur pouvoir est encore plus contrôlé. Cela s’explique par trois raisons. Premièrement, il s’agit du pouvoir de l’empereur. Malgré la pratique de certaines mesures afin de restreindre son autorité suprême, il demeure toujours le chef d’État et le représentant du Ciel qui est le « premier objet du culte » pour les Chinois. Il nomme et révoque les mandarins, il examine les propositions des tribunaux : « Il n’y a point de tribunal dans l’empire dont les décisions puissent avoir force de loi sans la confirmation du prince24 ». Il en est de même pour la cinquième cour souveraine qui juge des crimes, et qui est la seule à avoir le « droit de condamner à mort sans appel » : « elle ne peut faire exécuter un criminel qu’après que l’empereur a souscrit l’arrêt25 ». Par ailleurs, il y a aussi des inspecteurs envoyés par l’empereur pour examiner « tout ce qui se passe en chaque tribunal ». Ils « informent l’empereur, par des mémoires particuliers, des fautes des mandarins ; on les répand aussitôt dans tout l’empire et ils sont renvoyés au Lii-Pou, qui ordinairement prononce la condamnation du coupable26 ». De ce fait, les empereurs sont au courant de toutes les affaires importantes au sein de l’empire, et ils peuvent faire usage de leur pouvoir suprême pour rétablir l’ordre, au cas où des mandarins troubleraient le bon fonctionnement de l’État.

20En second lieu, en établissant les lois positives, les gouverneurs ont fait en sorte de garantir la probité des mandarins et leur impartialité dans l’exercice du pouvoir. Comme le démontre Rousselot de Surgy :

  • 27 Mélanges intéressants et curieux, 1764, t. V, p. 211-212. On trouve la même présentation dans les (...)

Les lois interdisant aux mandarins l’usage de la plupart des plaisirs, tels que le jeu, la promenade, les visites, etc. Ils n’ont point d’autres divertissements que ceux qu’ils se procurent dans l’intérieur de leurs palais. Il leur est aussi défendu de recevoir aucun présent. Un mandarin, convaincu d’en avoir reçu ou exigé un, perd sa place. Si le présent monte à quatre-vingts onces d’argent, il est puni de mort. Il ne peut posséder aucune charge dans sa ville natale, ni même dans sa province. Le lieu de son exercice doit au moins être éloigné de cinquante lieues de la ville où il a pris naissance. L’attention du gouvernement va si loin à ce sujet, qu’un fils, un frère, un neveu, ne peut être mandarin inférieur où son père, son frère, son oncle serait mandarin supérieur27.

21En principe, les mandarins sont donc bien contrôlés, dans la vie quotidienne comme dans leurs fonctions officielles. Par ailleurs, les souverains ont aussi prévenu la menace potentielle représentée par les liens de parenté dans l’administration.

  • 28 Les rédacteurs présentent, de façon plus ou moins détaillée, les mandarins des différents degrés d (...)

22Enfin, il existe un contrôle réciproque des mandarins dont les places sont strictement hiérarchisées dans tout l’empire28. Bien que les subalternes soient contrôlés par leurs supérieurs en raison du respect de la hiérarchie, ils ont le droit de « justifier [leur] conduite devant l’empereur ou le Lii-pou » afin d’éviter que les supérieurs n’abusent de leur autorité. En ce qui concerne les mandarins du même rang, comme ceux des six tribunaux de la capitale, l’indépendance de leur fonction et leur dépendance réciproque lors du traitement des affaires importantes constituent pour eux le contrôle le plus efficace. Comme le précise le journaliste du Petit Réservoir :

  • 29 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 212-213.

Pour empêcher que des Cours aussi puissantes que celles-là, ne donnent atteinte à l’autorité du Prince, ou ne trament quelque chose contre ses intérêts, il est statué que les matières de leurs juridictions soient tellement partagées qu’ils aient tous besoin les uns des autres. De façon qu’il n’y a point d’affaire de conséquence dans l’État, qui ne soit relative à plusieurs de ces Mandarins, et quelquefois à tous ensemble29.

  • 30 « [...] s’il s’agit de quelque projet militaire, la formation des armées et leur marche est du res (...)

23Cette interdépendance est bien mise en évidence dans l’exemple de projet militaire cité par Quesnay30. Les six cours souveraines ont chacune leur propre responsabilité dans le bon fonctionnement de l’État, cependant, pour éviter la centralisation du pouvoir dans un seul tribunal, il faut que leurs prérogatives dans l’instruction des affaires soient complétées par celles d’autres tribunaux. Ce contrôle du pouvoir des mandarins permet donc bien de garantir et de renforcer l’autorité suprême de l’empereur.

4 La justice

  • 31 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 35.
  • 32 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 35.
  • 33 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 225.

24L’administration de la justice constitue un autre aspect important de la constitution physique du gouvernement chinois. Ceux qui font allusion aux procédures s’accordent à dire qu’elles ne sont pas fondées sur la corruption. Selon l’auteur de l’« Idée générale de la Chine », il s’agit d’un « trait de [la] sagesse » qui « prouve combien ils avaient à cœur le véritable intérêt du peuple31 ». L’impartialité relative de la justice est admise par la plupart des rédacteurs : « Tous les Tribunaux de la Chine sont tellement subordonnés les uns aux autres, qu’il est presque impossible que la prévention, le crédit ou la vénalité dictent les Jugements, puisque tout procès civil ou criminel est soumis à la décision d’un et de plusieurs Tribunaux supérieurs32 ». Quand une affaire est extrêmement importante, c’est à l’empereur lui-même de l’examiner et de décider. Dans le Petit Réservoir, le rédacteur de la « Lettre [...] sur l’Empire de la Chine » admet qu’« il est très rare d’y voir des Juges dont on corrompe l’intégrité : parce que leur conduite et les plaintes du Peuples y sont examinées avec une attention la plus scrupuleuse et la plus rigide33 ». Ces descriptions nous permettent de dégager deux facteurs qui contribuent à éviter la corruption de la justice. Il s’agit de la structure constitutive du gouvernement et de la surveillance des responsables en fonction de leur place dans la hiérarchie des missions administratives.

  • 34 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 201. Phrase reprise par Quesnay dans le Despotisme de l (...)

25Pour ce qui est des lois pénales, qui constituent l’un des fondements de la justice, les différentes présentations qu’on en trouve dans les périodiques sont similaires. On apprend que les peines sont classées suivant la gravité des crimes. La plus légère et la plus fréquente est la bastonnade. Ensuite vient la cangue, « moins douloureuse, mais flétrissante », dont le poids dépend du crime commis par le criminel. Mais les trois grands supplices sont « étrangler », « trancher la tête » et « couper en pièces34 ». On note au passage que les prisons chinoises sont assez propres et qu’il y en a une qui est réservée aux femmes.

  • 35 « J’ignore ce que c’est que cet honneur dont on parle chez des peuples à qui on ne fait rien faire (...)

26S’agissant des lois pénales, deux conceptions se rencontrent dans les périodiques. Selon la première, qui est celle de Rousselot de Surgy et de Quesnay, les lois pénales sont, en général, « fort douces à la Chine », et correspondent à la gravité des crimes. D’après eux, les différentes punitions, telles que la bastonnade, la cangue, la peine de mort, sont réservées aux coupables et constituent une partie de la loi impériale. Il n’y a rien à reprocher sur ce point au gouvernement, contrairement à l’avis de Montesquieu35.

  • 36 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe  1, vol. IV, p. 252.
  • 37 Ibid., p. 253-254.
  • 38 En février 1783, dans son compte rendu du Voyage aux Indes Orientales et à la Chine de Pierre Sonn (...)

27D’autres journalistes, comme le rédacteur de la Bibliothèque universelle des dames, dénoncent la cruauté de certaines lois pénales, en particulier de la peine de mort : « La troisième espèce de punition est celle des rebelles ou des traîtres ; elle a quelque chose de barbare dans son appareil36 ». Cette idée est complétée par l’opinion qu’il exprime à propos du bourreau chargé d’exécuter les peines : « Pour moi, il m’est arrivé quelquefois d’entendre débattre cette question : Si la personne du bourreau est infâme ? J’ai toujours tremblé qu’on ne prononçât en sa faveur, et je n’ai jamais pu me lier d’amitié avec ceux qui le rangeaient dans la classe des autres citoyens. J’ai peut-être tort, mais je sens ainsi37 ». Par ailleurs, dans la Correspondance littéraire, la bastonnade, pourtant considérée comme la peine la plus légère, est interprétée comme une preuve de la nature despotique du gouvernement chinois38.

5 Les divergences à l’égard de cette constitution

  • 39 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 210.
  • 40 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 203.

28Les représentations de la constitution physique du gouvernement chinois sont généralement positives dans les périodiques. La plupart des journalistes admettent le rôle effectif joué par ce système dans la stabilité de l’empire. Dans le Petit Réservoir, le rédacteur de la « Lettre [...] sur l’Empire de la Chine » écrit : « C’est par cette exacte et merveilleuse subordination, et par l’autorité absolue du Souverain que se conserve, comme j’ai dit, cette heureuse tranquillité dans la Chine39 ». Quant au rédacteur de la Bibliothèque universelle des dames, il croit que « la tranquillité du royaume dépend entièrement du soin qu’apporte le monarque à contenir dans le devoir ceux à qui il confie son autorité40 ». Bien que ces deux journalistes mettent en évidence deux caractéristiques différentes de l’institution chinoise, la hiérarchie et le devoir des mandarins, leur argument principal est le même : la « tranquillité » de l’empire. Par ailleurs, cette constitution est considérée par Quesnay comme une garantie de la propriété individuelle, ainsi que de la prospérité de l’agriculture et de l’économie nationale.

29Un autre avantage de cette constitution, l’efficacité dans le traitement des affaires, est également évoqué par certains auteurs. C’est ce qui ressort de cette note du P. Cibot :

  • 41 Mémoires concernant les Chinois, t. VIII, 1782, p. 185.

Les signaux se donnent et se répondent dans toute la Chine, aussi vite, à proportion, que dans un camp ; et on y trouve aussi aisément un homme qu’on cherche. Un courrier du cabinet, va de Péking au fond de la Tartarie ou du Yun-nan, comme en France, de Paris à Lyon. On marque à chaque poste l’heure de l’arrivée du courrier, pour qu’on sache d’où viennent les retardements dans certains cas. Il y arrive à tout moment des nouvelles de toutes les provinces de l’Empire ; et les affaires sont traitées avec tant d’ordre, que l’Empereur est instruit de tout, et voit d’un coup d’œil l’état actuel de toutes les provinces, et des plus petits districts41.

  • 42 Ce jugement est repris par Quesnay dans le Despotisme de la Chine.

30Par rapport à l’exposé exagéré et invraisemblable de Rousselot de Surgy, qui prétend que deux heures suffisent chaque jour à l’empereur pour examiner les affaires de l’empire et recevoir les hommages des mandarins42, celui du P. Cibot semble plus crédible.

  • 43 Éphémérides du citoyen, 1768, t. VI, p. 222.

31Malgré les louanges de ses admirateurs, le système politique chinois n’est donc pas sans défauts. Même s’ils ne les imputent pas au gouvernement lui-même, les physiocrates, qui regardent « le gouvernement chinois comme le meilleur gouvernement qui existe, mais non pas comme le meilleur gouvernement possible43 », relèvent eux aussi quelques défauts au sein de l’empire, tels que le brigandage des commerçants et des mandarins. Une idée semblable se rencontre dans le Petit Réservoir. L’auteur de la « Lettre [...] sur l’Empire de la Chine » affirme en effet que cette forme de gouvernement est si admirable que « la transgression des Lois ne diminue rien de leur beauté ». Selon lui, comme pour les physiocrates, si ces défauts et la transgression des lois dans l’empire sont incontestables, cela n’empêche pas le gouvernement chinois d’être un bon gouvernement.

  • 44 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 245.

32Certains rédacteurs admettent que la constitution est raisonnable, mais en même temps, ils estiment que son fonctionnement reste à examiner. Selon Rousselot de Surgy, « rien assurément ne serait comparable au bel ordre établi par les règlements chinois, si ceux qui ont part au gouvernement se faisaient un devoir d’observer exactement des Lois si sages. Mais à la Chine, le mal est pire encore qu’ailleurs44 ». Ce jugement, formulé dans la section intitulée « Caractères des Chinois » des Mélanges intéressants et curieux, illustre bien le paradoxe du régime chinois, lequel est bon en théorie, mais mauvais en pratique. L’auteur en énumère aussi plusieurs exemples :

  • 45 Ibid., p. 246.

Il est fort commun de voir la justice et la raison sacrifiées à l’intérêt personnel. L’avarice, l’ambition, l’amour du plaisir ont beaucoup de part à tout ce qui s’y passe. On trompe dans le commerce ; l’injustice règne dans les tribunaux ; les intrigues occupent les princes et les courtisans. Les officiers inférieurs trompent les mandarins supérieurs ; ceux-ci en imposent aux tribunaux suprêmes, et les grands officiers cherchent à surprendre l’empereur45.

33Rousselot de Surgy n’est pas le seul à percevoir la contradiction entre la constitution du gouvernement chinois et sa mise en œuvre. Le rédacteur de la Bibliothèque universelle des dames formule la même idée :

  • 46 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 215-216.

Il n’y aurait certainement point d’état plus heureux que celui de la Chine, si tous ceux qui la gouvernent se conformaient aux lois du pays ; mais aussi un si grand nombre officiers, il s’en trouve toujours quelques-uns qui sacrifient le bien public à leurs propres intérêts46.

34Tout en reconnaissant l’aspect admirable de la constitution chinoise, il indique les éléments qui troublent son bon fonctionnement, par exemple, l’intérêt personnel. Quant aux jésuites, qui font presque toujours l’éloge de la Chine, ils soulignent également le rôle essentiel de la morale du souverain et des mandarins dans cette constitution. Elle leur permet en effet de limiter eux-mêmes leur autorité et les incite à accomplir leurs devoirs en respectant les lois de l’empire. Bref, comme l’explique Quesnay, c’est principalement par le souverain et les mandarins eux-mêmes que le bon fonctionnement de l’empire est garanti :

  • 47 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 49-50.

[...] les empereurs féroces et réfractaires sont rares à la Chine ; ce n’est pas un gouvernement barbare ; sa constitution fondamentale est entièrement indépendante de l’empereur ; la violence y est détestée et généralement les souverains y tiennent une conduite tout opposée, ils recommandent même de ne leur pas laisser ignorer leurs défauts47.

35Bien que ce passage ait pour objectif de justifier les institutions chinoises, il n’est pas difficile d’apercevoir que c’est aux empereurs de décider d’être contrôlés ou non, et que les constitutions secondaires ne peuvent avoir des effets que si les souverains respectent les lois naturelles. Il en va de même pour les mandarins. Autrement dit, malgré les limitations garanties par l’empereur, les lois positives et les censeurs, la morale et la vertu constituent toujours le fondement de l’ordre politique.

Notes

1 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 211.

2 Ibid., p. 213-214.

3 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 220.

4 Petit Réservoir, op. cit., p. 216.

5 Bibliothèque universelle des dames, op. cit., p. 195-197.

6 Ibid., p. 175.

7 Mémoires concernant les Chinois, t. VI, p. 339.

8 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 184.

9 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 165-166.

10 Mémoires concernant les Chinois, t. IV, p. 302.

11 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 66.

12 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 186.

13 Sur les retouches dans les versions manuscrite et imprimée du Despotisme de la Chine, voir François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, éd. Christine Théré, Loïc Charles et Jean-Claude Perrot, t. II, Paris, Institut national d’études démographiques, 2005, p. 1091.

14 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 165-166.

15 Selon Quesnay, la loi naturelle « préserve le souverain de faire le mal et lui assure dans son administration légitime le pouvoir suprême de faire le bien » (Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 67).

16 Mélanges intéressants et curieux, 1764, t. V, p. 187. On trouve les mêmes idées dans les Mémoires concernant les Chinois des jésuites.

17 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 68.

18 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 182.

19 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 47.

20 Mémoires concernant les Chinois, t. IV, p. 302-303.

21 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 48.

22 Nouvelle bibliothèque de société, contenant des faits intéressants, des mélanges de littérature et de morale [...], 1782, t. II, p. 20-49.

23 Ibid., p. 45.

24 Ibid., p. 47.

25 Ibid., p. 55.

26 Ibid., p. 50-51.

27 Mélanges intéressants et curieux, 1764, t. V, p. 211-212. On trouve la même présentation dans les Éphémérides du citoyen, et les mêmes idées dans la Bibliothèque universelle des dames.

28 Les rédacteurs présentent, de façon plus ou moins détaillée, les mandarins des différents degrés dans la Cour ainsi que dans les Provinces : « [...] il y en a de neuf ordres, tant civils que militaires » (Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 34-35) ; « ceux des trois premiers ordres sont les plus distingués, [...] Les mandarins des autres classes exercent les emplois subalternes de judicature et de finance, commandent dans de petites villes, et sont chargés d’y rendre la justice. Ces six dernières classes sont tellement subordonnées aux mandarins des trois premières, que ceux-ci peuvent faire donner la bastonnade aux autres. » (Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 207-208).

29 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 212-213.

30 « [...] s’il s’agit de quelque projet militaire, la formation des armées et leur marche est du ressort du Ping-pou, tandis que leur payement est ordonné par le Hou-pou, et les barques, les vaisseaux pour leurs transports, et la marine, dépendent du Kong-pou. » (Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 69-70).

31 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 35.

32 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 35.

33 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 225.

34 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 201. Phrase reprise par Quesnay dans le Despotisme de la Chine. On trouve la même idée dans la Bibliothèque universelle des dames, mais formulée autrement (Voir 1786, Classe 1, vol. IV, p. 251).

35 « J’ignore ce que c’est que cet honneur dont on parle chez des peuples à qui on ne fait rien faire qu’à coups de bâton » (Montesquieu, De l’esprit des lois, op. cit., t. I, p. 138).

36 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe  1, vol. IV, p. 252.

37 Ibid., p. 253-254.

38 En février 1783, dans son compte rendu du Voyage aux Indes Orientales et à la Chine de Pierre Sonnerat, Meister écrit : « [...] le mandarin n’est pas lui-même à l’abri du bâton ; l’empereur lui fait donner la bastonnade pour la plus légère faute. Cette gradation étend les chaînes de l’esclavage jusqu’aux princes du sang » (Correspondance littéraire, éd. Tourneux, t. XIII, p. 275).

39 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 210.

40 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 203.

41 Mémoires concernant les Chinois, t. VIII, 1782, p. 185.

42 Ce jugement est repris par Quesnay dans le Despotisme de la Chine.

43 Éphémérides du citoyen, 1768, t. VI, p. 222.

44 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 245.

45 Ibid., p. 246.

46 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 215-216.

47 Éphémérides du citoyen, 1767, t. IV, p. 49-50.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540