Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et l’occitan

 | 
Philippe Martel

8. Dauzat et la revendication occitane : une certaine distance

Texte intégral

1Dans son ouvrage sur les « Patois » (Dauzat 1927, 58), les quelques pages consacrées à la « défense des dialectes, les félibres et le régionalisme » s’ouvrent par ces mots :

À la suite ou à l’exemple de Mistral, les régionalistes l’ont essayé [de sauver les dialectes]. Quelle qu’en soit l’issue, on ne peut qu’applaudir à cette tentative, qui a au moins pour résultat d’enrichir la littérature de notre pays, sinon de notre langue, de quelques chefs-d’œuvre comme l’immortelle Mireille et d’un certain nombre de poésies originales ou estimables.

2Et bien plus tard, dans son « Que sais-je ? » sur l’Histoire de la langue française, revenant sur le même problème, il conclut :

Désormais, la littérature dialectale, que Mistral a brillamment ressuscitée en Provence, peut refleurir : elle ne mettra plus en danger l’unité de la nation. (Dauzat 1944-1958, 127)

3À se fonder sur ces seules citations, on pourrait en conclure que Dauzat a toujours éprouvé une certaine sympathie pour ces écrivains militants du Sud, félibres du xixe rejoints par les occitanistes du xxe, dont le projet est de sauver la langue d’oc. Et pourquoi pas après tout ? Dauzat était occitan. Mieux : professionnellement, il avait eu à s’occuper de la langue d’oc, pour ses premiers travaux comme pour son dernier grand chantier, celui du Nouvel Atlas Linguistique de la France. Comment ne pas croire qu’il ait pu entretenir avec cette langue des liens affectifs susceptibles de le rapprocher de ses défenseurs ?

4Or, ce n’est pas si simple. Le dépouillement des listes d’adhérents du Félibrige, publiées régulièrement au xxe siècle par les Cartabèu de l’association, révèle son absence totale tout au long de sa vie.

5Des romanistes comme Anglade ou Bourciez ont pu être félibres, voire dignitaires du Félibrige comme le premier nommé, sans parler de Charles Rostaing, qui en sera le président dans les années cinquante. D’autres ont pu au moins figurer dans la catégorie des sòci, des membres étrangers associés, comme Millardet et le médiéviste Jeanroy, et comme Paul Meyer ou Gaston Paris à l’époque antérieure. Ce n’est pas le cas de Dauzat.

6Il n’est pas davantage à la Ligue pour la langue d’oc à l’école, fondée en 1923, où l’on retrouve pourtant Millardet et Jeanroy, sans parler de Jean Bonnafous, l’animateur de la Ligue, qui comptera bien plus tard aux rangs des enquêteurs du Nouvel Atlas Linguistique de la France. Enfin, il ne figure dans aucune des instances de l’Institut d’Études Occitanes, fondé en 1945, alors qu’on y trouve Jeanroy, une fois de plus, ou Walter von Wartburg, sans parler de disciples directs de Dauzat comme Louis Michel, Jean Séguy ou Charles Camproux.

7Bref, notre dialectologue auvergnat semble éviter avec soin toute implication dans le mouvement occitan, au sens large, fût-ce pour y faire simplement de la figuration, comme un certain nombre des personnages nommés plus haut.

8Nous allons tenter ici d’expliquer cette distance, à partir des écrits consacrés par Dauzat à la question, et qui ne se résument donc pas aux citations lénifiantes que nous avons données. En essayant de comprendre ce qui sépare sa vision du destin des « patois » de celle de leurs défenseurs. Pour ces derniers, depuis 1854, date de la fondation du Félibrige, il existe, par delà les divers dialectes du Midi, une langue d’oc, illustrée jadis par les Troubadours, et qui a vocation à retrouver le niveau de dignité et de créativité culturelle qui avait alors été le sien. Cette langue est menacée par la diffusion du français. Il importe donc de la protéger, notamment en lui accordant le droit d’entrer dans les programmes scolaires. Ce qui ne commence à devenir possible que près d’un siècle après le début de la « renaissance d’oc », avec la loi Deixonne de 1951. Comment Dauzat a-t-il réagi face à ces revendications ? Qu’est-ce qui sous-tend ses réactions, fort peu favorables on le verra ? Pour répondre, un détour par son imposante production bibliographique s’impose.

8.1 Avant Deixonne : le temps des convictions tranquilles

9Une première remarque : la question de l’avenir des « patois » en général et de l’occitan en particulier (car c’est lui en fait qui pose le plus de problèmes à Dauzat, et c’est lui aussi qu’il connaît le mieux) n’est pas assez centrale à ses yeux pour qu’il lui consacre de grands efforts de réflexion, avant les débats sur la Loi Deixonne du moins. Pour trouver trace de ses idées sur le sujet, il faut donc aller pêcher les passages, souvent très brefs, qu’il lui consacre dans le cadre d’ouvrages dont le propos est tout autre. Cela dit, et dans ces limites, la pêche est bonne. Le thème qui nous occupe revient somme toute assez régulièrement, et nous disposons donc d’un corpus qui se révèle à la lecture assez cohérent, structuré autour de quelques idées.

8.1.1 Les « patois » se meurent, et c’est plutôt une bonne nouvelle

10C’est ce qui est dit dès 1906, dans la thèse de Dauzat, son Essai de méthodologie linguistique dans le domaine des langues et des patois romans :

Chaque pas nouveau fait par la civilisation est une brèche ouverte dans le patois. Avec les vieux usages, les vieux objets, les anciens mots disparaissent. (p. 201)
[Le savant] ne veut pas enrayer sans doute la décadence des patois et les préserver de la mort. On n’arrête pas les évolutions naturelles et une pareille prétention serait ridicule et antiscientifique au premier chef. Mais de grâce, qu’on recueille ces parlers et qu’on les catalogue dans un grand herbier national, comme le disait excellemment mon éminent maître Gaston Paris. (p. 231)
Ainsi meurent et mourront peu à peu les patois : c’est le terme d’une évolution nécessaire, comme tous les phénomènes scientifiques, et qu’aucun effort ne saurait arrêter. (ibidem)

11Près de quarante ans plus tard, il revient sur la question, dans Le Village et le paysan de France (Dauzat 1941).Mais les métaphores et le déterminisme quasi biologique ont cédé la place à une approche plus sociologique, déjà sociolinguistique :

Un dialecte est parlé, en principe, par toutes les couches de la population ; il s’écrit suivant une tradition, et il peut être un instrument de culture. C’est du jour où les classes cultivées abandonnent le dialecte, cessent de le parler après avoir cessé de l’écrire, que celui-ci tombe au rang de patois, ou, si l’on préfère, de parler rural. (p. 177)

12C’est, manifestement, le stade atteint par les « patois » de France. Seul le français, affiné par des siècles de civilisation urbaine, est désormais propre à servir de langue nationale, apte à tous les usages. Partant, les « patois » ne peuvent que reculer devant lui. Ce n’est d’ailleurs pas une situation propre à la France. Dans l’Europe linguistique (Dauzat 1940), il aborde la politique linguistique de l’URSS, qui à ses débuts a prétendu développer les langues de ses innombrables nationalités. C’est pour saluer l’infléchissement récent de cette politique :

L’évolution naturelle reprendra son cours en faveur d’une langue de culture unique, qui en face des patois finnois et tartares, et même de l’ukrainien si proche parent, ne pourra être que le grand russe. Il y a déjà trop de langues de culture dans le monde. (p. 252)

13Voilà qui est clair, même si l’auteur se contredit dans la conclusion du même ouvrage :

Vouloir murer chaque nation dans une langue unique pour l’abêtir par la propagande de l’idéologie chauvine la plus étroite et la plus dangereuse est une conception rétrograde et dangereuse. (conclusion, p. 263)

14Mais il est vrai que ce sont les pays fascistes qui sont ici visés implicitement, notamment cette Italie épinglée p. 119 pour avoir osé supprimer l’enseignement du... français en Val d’Aoste et dans les vallées vaudoises.

15Cette réduction du nombre des langues dignes de ce nom a aussi un autre avantage, d’ordre politique. Elle permet une meilleure cohésion nationale. C’est l’idée qui apparaît dans Les Patois (Dauzat 1927) : « la déchéance des dialectes est la rançon de l’unité nationale » (p. 59). Et, dans Le Village et le paysan de France : « une nation unie et cohérente comme la France n’a et ne saurait avoir qu’une langue nationale, politique, administrative et scolaire, que tous les Français doivent apprendre et pratiquer, et qui est un des principaux symboles du patriotisme. » (p. 177)

8.1.2 Les efforts des défenseurs des patois ne peuvent rien changer à leur destin. Là encore, le ton est donné dès 1906

Le patois, pour le paysan, ne fait pas partie du patriotisme local [...]. En Auvergne, un mouvement analogue à celui des félibres serait tout à fait inconcevable, car la classe bourgeoise a méprisé [...] le patois. Intéressants au point de vue littéraire, puisqu’ils nous ont valu quelques chefs d’œuvre, les essais des félibres ne sauraient donc avoir aucune portée linguistique durable. (p. 215)

16Car il est déjà trop tard :

Le glas des patois a sonné, et cette sollicitude d’antiquaires prouve elle même que nous sommes déjà en présence de choses passées, presque défuntes. (p. 216)

17D’ailleurs, les félibres, car c’est essentiellement d’eux qu’il s’agit, ne sont pas à la hauteur de leurs propres ambitions :

Même au point de vue littéraire, les productions patoises contemporaines sont d’une nullité rare.

18Tout au plus Dauzat, réflexion faite, concède-t-il dans une note :

Je mets naturellement hors de cause un génie tel que Mistral et quelques autres écrivains provençaux de moindre envergure. (p. 272)

19Au demeurant, la confection d’une langue littéraire bâtie à partir de « patois » ruraux ne peut se faire que sous le signe de l’artificiel. Un éventuel succès des félibres n’aboutirait donc qu’à la diffusion chez les locuteurs naturels d’un idiome qui n’aurait plus grand chose à voir avec la réalité de ce qu’ils parlaient jusque là :

Un patois guéri ne serait plus, à beaucoup près, un patois sain. (p. 215)

20La doctrine ici établie sera développée et précisée dans les ouvrages postérieurs. Un paragraphe de la Géographie linguistique (Dauzat 1922) revient sur le cas du génial Mistral :

Celui-ci, avec une conscience profonde du génie de la langue, a emprunté à l’idiome populaire toutes ses possibilités stylistiques, qu’il a développées, en affinant, sans le déformer, un instrument redevenu gauche et imparfait à la suite d’une longue phase plébéienne, et adultéré par l’influence prépondérante du français. [...] Malheureusement pour sa langue, Mistral est resté isolé, autant dire, et n’a pas eu de continuateurs. Sa tentative était condamnée à un échec, car le dualisme des langues, qui reposait au xiie siècle sur un dualisme d’organisation politique et surtout de civilisation n’a plus aucune justification sociale dans la France contemporaine où l’unité de nation et de culture, l’hégémonie économique et intellectuelle de Paris [...] sont aujourd’hui trop anciennement et trop solidement enracinées pour qu’il soit possible, même sur un point particulier du fleuve, de remonter l’irrésistible courant. (p. 123)

21On ne peut revenir en arrière, et on ne peut pas davantage effacer le travail de décomposition opéré par les siècles. Pas question de faire de la prose en « patois » :

la syntaxe et le vocabulaire abstrait sont trop pauvres dans les idiomes que les milieux intellectuels ont cessé de parler depuis des siècles ; termes et tournures nécessaires ne pourraient être demandés qu’au français, ce qui submergerait et dénaturerait l’idiome. (Dauzat 1927, p. 58)

22Et d’insister un peu plus loin :

Pour relever des idiomes socialement déchus, on a dû, même en poésie, enrichir le vocabulaire et assouplir la syntaxe ; qu’on recoure, dans ce but, aux archaïsmes, au Moyen-Âge, comme le font de plus en plus les félibres, voire au latin... ou plus simplement au français, on fera une langue plus ou moins artificielle. Le contact de la littérature ainsi créée avec le langage populaire est à peine assuré qu’il est aussitôt perdu, car le patois parlé continue à évoluer suivant ses impulsions propres. Si le provençal de Mireille est une langue, et une belle langue, le provençal du paysan de la Crau est et reste un patois. C’est même un des patois du Midi qui ont été, à l’heure actuelle, le plus pénétrés et abîmés par le français, malgré la production félibréenne, malgré Mistral : la région du bas-Rhône ne se trouve-t-elle pas au débouché du plus grand couloir naturel d’échanges de toute la France ? Le génie lui-même ne peut rien contre la nécessité inéluctable des évolutions économiques et sociales.
La langue de Mireille était déjà archaïque en 1859, car Mistral avait demandé abondamment au passé les éléments qui manquaient au langage vivant : aujourd’hui, pour le jeune paysan de la Crau, c’est à peu près l’équivalent du français de Rabelais pour un Parisien. Qu’on s’éloigne vers Nice ou vers Toulouse, et le texte devient encore plus difficile à comprendre [...]. En Auvergne, il faut voir la physionomie du paysan à qui on récite des vers de Vermenouze, et son ahurissement devant l’orchestration trop savante de son idiome, dont il ne reconnaît plus la simple et primitive mélodie. (Dauzat 1927, 60-61)

23Il reprend l’antienne en 1940 :

La renaissance félibréenne du xixe siècle, qui a donné un poète de génie, Mistral, avec quelques autres de moindre envergure, mais qui n’a pas eu de prose en dehors des conteurs, n’a pas eu d’action profonde sur les masses et n’a pu enrayer la francisation toujours plus rapide du Midi rural. (Dauzat 1940, p. 66)

24[Une note précise : « Aucun ouvrage didactique, philosophie, sciences, grammaire etc. n’est et ne peut être écrit en provençal. »]

25Le passage consacré, plus loin dans l’ouvrage, à la description de la situation linguistique en France, ne fait que confirmer, répéter et délayer ce qui précède :

Depuis François Ier, les écrivains du Midi, à part quelques poètes et conteurs du cru, écrivent en français, et si la renaissance félibréenne a donné de nos jours un poète de génie, Mistral, avec quelques autres de valeur, le provençal a cessé d’être une langue véhiculaire, car il n’a pas de prose en dehors de ses conteurs, il n’est pas employé dans les ouvrages didactiques, d’enseignement, de science, de philosophie, de discussion ; il n’est plus parlé par les classes cultivées, sinon à titre d’amusement. En outre il s’est morcelé en nombreux dialectes et il est de plus en plus pénétré par le français. Les félibres ont bien senti ce double danger, mais ils ne peuvent y parer qu’en éloignant leur langue écrite, ramenée à l’archaïsme, du parler populaire vivant, et en masquant la profondeur des divergences dialectales sous une unité orthographique de façade. (ibidem p. 150-151)

26Et il reviendra encore sur le sujet dans un de ses derniers textes publiés, « Quelques aspects de la langue de Mistral » (Dauzat 1955) :

Mais peut-on créer des chefs-d’œuvre avec un patois de berger ou de vigneron sans malaxer cette pâte fruste, sans affiner un outil de pensée rudimentaire, sans l’enrichir des mots et des tournures qui lui manquent ? (p. 327)
Pour pénétrer le génie de l’occitan, Mistral devait s’apprendre à penser en provençal. Il avait d’abord pensé en français : son éducation l’y obligeait, et ses lettres de jeunesse le prouvent. Mais dès Mireille, ses poèmes sont pensés en provençal.
Mistral est arrivé à temps pour créer une poésie vivante (dont son génie a fait une grande poésie) avec un dialecte qui commençait à s’altérer et à sortir de l’usage de la classe cultivée. Son œuvre n’a pas été continuée, et sans doute ne pouvait-elle pas l’être... (p. 337-338)

27En d’autres termes, pour penser, Mistral a dû passer par le français !

28À cela s’ajoute un autre obstacle, évoqué plus haut comme en passant : les félibres pensent en termes de « langue d’oc ». Or, il n’y a que des « patois » mutuellement inintelligibles, donc non unifiables. C’est ce qui ressort déjà de l’ensemble de la thèse de 1906 : en gros, il y a un « patois » par commune, et ces communes se sont bâties sur l’ignorance, voire l’hostilité, vis-à-vis de tout ce qui leur est extérieur. Commentant la carte qu’il donne dans son Europe linguistique, Dauzat le dira très nettement :

... un Gascon n’est pas compris par un Provençal ; de même un Auvergnat des environs d’Aurillac ne peut converser en patois avec un Auvergnat de Riom. (Dauzat 1940, 152)

29Dauzat n’ignore pas le mot « occitan », et connaît, bien sûr, « langue d’oc ». Mais ces termes semblent chez lui réservés au temps les plus anciens : ce sont les « trois groupes originaires » (oc, oïl, franco-provençal) qu’il voit naître aux alentours de l’an mil, et qui regroupent les divers dialectes gallo-romans (Dauzat 1927, p. 63). Dans le même ouvrage, il parle de littérature « occitanienne » à propos des Troubadours. Tandis que tel passage de l’Europe linguistique s’ouvre sur l’identification d’un « Midi occitan » au Moyen Age, devenu comme par hasard quelques lignes et quelques siècles plus tard un « Midi rural » (pp. 65-66). Plus loin, il revient sur la question, dans des termes assez voisins, dans un sous chapitre consacré aux « dialectes romans » de France :

Le Moyen Âge opposait la langue d’oc à la langue d’oïl. La situation a bien changé : s’il existe toujours un type linguistique occitan [...] ce groupe a subi une déchéance progressive depuis la Croisade des Albigeois [...] (p. 151)

30La carte qui illustre ce développement est encore plus claire : les seules vraies limites linguistiques en France séparent le « gallo-roman » des langues germaniques, ou du breton, ou du basque. Et la « zone de transition approximative » qui sépare l’occitan du français au nord du Massif Central n’est guère plus épaisse que celle qui sépare l’angevin du poitevin, à l’intérieur du domaine d’oïl. On ne saurait mieux dire qu’à l’heure où Dauzat écrit, le statut des parlers du Nord et du Sud, tous ramenés à un même modèle gallo-roman, est identique. En bref, le concept de langue d’oc ou d’occitan est une simple référence historique, qui n’a plus de réelle validité, en dehors des utilisations pragmatiques qu’il peut en faire dans tel ou tel développement technique où il faut bien étiqueter le mot ou la forme que l’on cite. Au risque d’ailleurs d’hésiter et de s’embrouiller, faute d’une vraie réflexion sur la dénomination de cette langue à l’existence de laquelle on n’est pas sûr de croire : dans le passage de l’Europe Linguistique déjà cité, on passe de « l’occitan » au « provençal », avant de revenir, à propos de la frontière nord du catalan, à « occitan », orné de cette parenthèse « (ici le languedocien) ».

31Le terme de « provençal » n’est pas inconnu de Dauzat, mais il est pour l’essentiel réservé à la langue de Mistral. Tandis que d’autres dialectes d’oc (Dauzat préfère parler de « groupes d’oc ») ont droit eux aussi à un nom : la carte déjà évoquée distingue donc « gascon », « béarnais », « caussenard », « bas languedocien », « haut languedocien » (de Mende à Annonay !), « provençal », « provençal alpin » etc., sur le même plan donc que « poitevin », « saintongeais », « gallot » (sic), etc. Aucun terme générique n’établit de regroupement entre ces idiomes éclatés.

32En dehors de cela, seules fonctionnent vraiment, dans les textes de Dauzat, des dénominations plus générales, du type « dialecte », et, bien sûr, « patois ». Dauzat suit en cela l’usage général des dialectologues, jusqu’à nos jours d’ailleurs, sans se poser, sinon de façon rhétorique, la question du caractère fortement péjoratif du vocable, qu’il applique sans états d’âme à d’autres idiomes, comme le finnois de Russie ou le « tartare ». Mais ce qui est le plus intéressant, c’est le jeu d’adjectifs qui accompagne « patois » et ses synonymes ordinaires : on relève dans Les Patois et à quelques lignes de distance, des formules du type : « langage populaire », « idiomes pittoresques », « parlers régionaux et locaux », « parlers provinciaux », « idiome régional », « dialecte régional », « idiomes socialement déchus », « patois parlé » (p. 58 sqq., passim).

33Le choix des adjectifs souligne ici deux faits, qui sont les deux limites posées devant les « patois » : ils sont « locaux », alors que les grandes langues, (comme le français) sont générales voire universelles. Et ils sont « populaires » : il suffit de parcourir les divers textes de Dauzat pour voir décliner explicitement cette dernière dimension. Les « parlers » sont « ruraux », Mireille est une « épopée rurale de la Provence » écrite dans un « idiome populaire » qui a connu une longue « phase plébéienne », à moins qu’il ne s’agisse d’un « patois de berger ou de vigneron », « pâte fruste », « outil rudimentaire » : bref, « le patois que parle le paysan ». Le « patois » n’est pas la langue d’un peuple mais la langue d’une classe. Et il ne peut servir qu’à exprimer le vécu, non le penser, de cette classe. On est loin du grand Midi des Alpes aux Pyrénées de Mistral, et on est loin de la littérature...

34Mais le problème n’est pas seulement littéraire et linguistique. Il touche aussi au politique — et se heurte donc aux impératifs d’unité nationale évoqués plus haut — à partir du moment où les félibres prétendent revendiquer pour leur « langue » son entrée dans le sanctuaire de l’école de la France !

Les régionalistes — j’y reviendrai — nourrissent même des illusions sur l’efficacité de leur action pour sauver les patois, et ils prônent parfois, dans l’exagération inévitable propre à toute réaction, des utopies, comme l’enseignement des patois à l’école primaire. (Dauzat 1927, 8)
Les régionalistes, afin d’assurer une clientèle (sic) à leurs productions dialectales, voudraient qu’on apprît à lire le patois à l’école primaire. C’est une utopie. (ibidem, p. 59)
Quand un dialecte est tombé au rang de patois, quand un idiome même n’est plus parlé par la classe cultivée, de quelle utilité serait son enseignement ? C’est le cas de la France, Alsace à part. (Dauzat, 1940, p. 119) Utopie de petits cénacles littéraires, ou jeux de politiciens de clocher. (ibidem, p. 122)
Pour augmenter le cercle restreint de leur lecteurs, ils ont demandé l’enseignement du provençal à l’école, projet irréalisable, ne fût-ce qu’à cause de la multiplicité des dialectes. (ibidem, p. 151)

35On devine, rien qu’au ton employé, que c’est là un sujet délicat, aux yeux de l’auteur. Il va donc prendre la peine de réfuter ces prétentions utopiques et irréalisables, sur la base de plusieurs arguments.

36Il y a bien sûr la multiplicité des dialectes, fait patent aux yeux du dialectologue, et pour cause, mais qui est ici mise au service d’un refus de nature d’abord idéologique. Mais Dauzat est quand même capable d’aller plus loin :

Les programmes sont déjà trop chargés de matières bien plus utiles, et l’on a déjà assez de mal à apprendre aux enfants à lire sans brouiller leurs jeunes cervelles par la juxtaposition de deux types d’associations visuelles. (Dauzat, 1927, p. 59)
Il n’y a pas lieu d’enseigner les parlers ruraux à l’école primaire. Si c’est pour les apprendre, la question ne se pose même pas, puisque les paysans les parlent par définition. S’agit-il de les analyser au point de vue linguistique, cette étude relève de l’enseignement supérieur, où, depuis longtemps, il y a des chaires de dialectologie. En ce qui concerne les littératures dialectales dignes de ce nom, comme la félibréenne, la bretonne, la flamande, un cours sur cette littérature pourrait être fait dans quelques lycées de chaque région. L’école primaire, dont les programmes sont déjà trop chargés, a suffisamment à faire avec l’enseignement de la langue française, que les enfants de nos campagnes parlent plus ou moins mal, et qu’ils doivent apprendre à lire et à écrire correctement, puis à mieux comprendre par l’étude des bons auteurs. (Dauzat 1941, p. 178)

37Ce point de vue n’est pas original. Il est défendu depuis longtemps par les ministres successifs de l’Instruction Publique, régulièrement sollicités par les défenseurs de l’occitan ou du breton. On le trouve sous sa forme la plus pure dans la fameuse circulaire de Monzie en 1925, le seul texte officiel dans lequel la question soit d’ailleurs traitée en profondeur. On y retrouve sans surprise l’argument de la surcharge des programmes, comme celui des dangers du bilinguisme. On retrouve de même l’idée que la place de l’étude des « patois » est à l’Université. Tout au plus envisage-t-on, sans d’ailleurs donner vraiment suite, sinon localement, en Provence par exemple, et de façon plus qu’homéopathique, la possibilité de cours ou de conférences sur la littérature « provençale » dans certains lycées : le recrutement social de ces lycées garantit de toute façon que les élèves qui suivront ces cours sont déjà hautement francophones, et peuvent donc se permettre certains luxes, interdits par contre aux fils de paysans en sabots. Dauzat ajoute cependant un argument supplémentaire, présenté par lui comme le résultat de ses recherches de terrain : les premiers concernés, les paysans (puisque les « patois » sont ruraux, forcément ruraux) ne veulent absolument pas entendre parler d’un tel enseignement.

D’ailleurs, on se heurterait à l’opposition des paysans, réalistes, ne l’oublions pas, qui entendent qu’on apprenne à leurs enfants le français, langue utile, et qui se fâcheraient tout de bon si on enlevait les écoliers aux travaux de la ferme pour leur faire lire en patois les contes de ma Mère l’Oye. (Dauzat 1927, p. 59-60)
Du moment que la langue parlée des intellectuels n’est plus et ne sera plus jamais les dialectes, celui-ci sera toujours, aux yeux du paysan, un patois méprisé et sans utilité hors du rayon de son clocher ; les tentatives pour le réhabiliter et l’imprimer sont pour lui jeux d’esprit puérils. Le rural n’a pas l’âme littéraire, archéologique moins encore. Ceux qui croient le retenir aux champs par l’héritage du passé, traditions, folklore, « vieilleries » dont il a horreur, se méprennent étrangement sur sa mentalité. (ibidem, p. 61)

38Dauzat revient sur le sujet, décidemment préoccupant, dans son Europe Linguistique, d’abord à propos des Bretons :

Certaines pressions ont pu faire émettre des vœux par quelques conseils municipaux en faveur du breton à l’école. Mais si jamais la question était posée par référendum, la population voterait non à une énorme majorité. Les billevesées des autonomistes ont, par réaction, compromis davantage encore la cause du breton. (Dauzat 1940, 143)

39Passons sur le fait que les « quelques conseils municipaux » sont en fait plus de trois cent ; passons aussi sur l’évidente allusion, d’ordre politique, à un mouvement nationaliste breton extrêmement radical. L’important est que le raisonnement demeure le même : le peuple, lui, ne veut pas d’un tel enseignement. Et Dauzat d’insister, dans le paragraphe consacré, plus loin, aux « dialectes romans » :

... c’est avec l’appui total des paysans que le patois est exclu de l’école primaire. Le paysan entend que ses enfants aillent à l’école pour apprendre le français, le bon français, la langue de la classe cultivée, afin que dans la vie ils puissent faire leur chemin sans se singulariser, et briguer n’importe quelle fonction ou emploi. Du jour où nobles et bourgeois ont cessé de parler le dialecte, ils ont signé sa déchéance irrémédiable. (ibidem p. 151)

40Bref, le projet des félibres est « irréalisable », et

soulèverait l’opposition violente des paysans, si ceux-ci ne le considéraient pas comme une galéjade.

41Galéjade : le mot est tout à fait le bienvenu dans ce contexte, et il convient à merveille aux clichés qui courent chez les lecteurs de Dauzat à propos des Méridionaux en général... Mais le grand linguiste, en dépit des coups bas qu’il n’hésite pas, on le voit, à distribuer à l’occasion, n’en sait pas moins faire preuve d’indulgence. Pas question pour lui de justifier une quelconque politique d’oppression linguistique. Une telle politique, possible chez les fascistes italiens (notamment au détriment du français, on l’a vu plus haut, inde ira) ou dans l’Alsace-Lorraine gémissant sous le joug prussien avant 1918, ne l’est pas dans un pays de vieille civilisation comme la France, qui joue essentiellement sur l’adhésion joyeuse de ses citoyens à sa politique linguistique. Cette politique repose sur deux grands principes, présentés comme il se doit comme universels : l’enseignement de la langue nationale, mais aussi la « liberté linguistique de la population » :

Surtout n’exercer aucune brimade vis à vis de populations qui parlent une langue ou un dialecte allogène. On peut dire que les gouvernements français ont toujours suivi cette voie. (Dauzat 1940, p. 119)

42Dès lors, il est normal de constater qu’en Alsace libérée par exemple,

sans aucune contrainte, les jeunes générations viennent d’enthousiasme au français. (ibidem p. 154)

43C’est là une façon extraordinairement optimiste de voir la réalité de la situation alsacienne, comme celle de la politique que les autorités y ont appliquée. Mais la bonne conscience de Dauzat, comme celle d’ailleurs de tous les intellectuels français du temps, est ici totale : ce n’est pas le moment de leur parler du « signal », qui ne peut être perçu, dans le monde où ils se meuvent, que comme une désolante incongruité, une bavure d’exécutants maladroits. Car après tout, les « patois » —les « patois » « romans » s’entend—peuvent rendre quelques services, pourvu qu’on sache les utiliser sans excès : on trouve cette idée dès 1927, dans Les Patois, avec des considérations sur l’intérêt de leur étude, dans le Supérieur bien entendu, et le parti qu’on peut en tirer pour expliquer par exemple les mystères de l’orthographe des participes passés. Dauzat reprend les mêmes arguments par la suite.

  • 1 Sic pour « ailée » ? Allée, ce serait plutôt anada, même en auvergnat de Vinzelles.

On a même été trop loin dans cette voie, car un instituteur intelligent peut se servir du dialecte, d’abord pour faciliter les premiers rudiments du français, ensuite comme repoussoir, pour mieux faire saisir certains aspects de la grammaire française. (Dauzat 1940, p. 151)
Ne concluons pas qu’il faille proscrire impitoyablement la langue rurale de l’école. C’est à juste titre qu’une circulaire d’octobre 1940 rend à ce sujet la liberté aux maîtres. Chaque instituteur doit être laissé juge de la meilleure manière d’apprendre le français aux tout petits, en se servant ou non du dialecte, suivant que les jeunes enfants ignorent plus ou moins le français. Même pour l’enseignement de la grammaire française, un éducateur averti trouvera dans le patois local d’utiles points de comparaison, qui permettront aux enfants de mieux saisir certaines différences. On sait que les enfants ont du mal à distinguer l’infinitif en -er du participe en -é : l’inspecteur primaire Germouty a montré comment, dans la Creuse, on arrivait très vite à ce résultat en se servant du patois, où parler se dit parlâ, et parlé, parlô. On m’a signalé le cas d’un instituteur béarnais qui pour faire distinguer à ses élèves les substantifs féminins en et en -ée, se servait du dialecte comme réactif ; en comparant bonté et bountat, allée1 et alado. Le patois utilisé pour la grammaire française : Vaugelas et Ménage ne l’avaient pas prévu. (Dauzat 1941, p. 178)

44Sans doute. Cela dit, et en laissant de côté le salut, bien compréhensible à l’époque, adressé à un ministre de Pétain (en l’occurrence Georges Ripert, frère du félibre Émile Ripert), Dauzat ne fait ici que reprendre des idées qui traînent partout dans les milieux pédagogiques depuis au moins les temps de Michel Bréal, dès 1872 (Boutan 1998). Et on remarque au passage comment Dauzat limite à deux points bien précis — sa Creuse et le lointain Béarn — des procédés utilisés sur l’ensemble de la France du Sud : considère-t-il que poser un tel espace dans sa totalité pourrait constituer un danger ? Le « patois », même mis au service de la bonne cause, se doit de rester local.

45Il n’empêche que Dauzat prend bien soin de ne pas apparaître comme un ennemi trop acharné des « patois ». On s’explique dès lors qu’en dehors de cette concession à leur utilité pédagogique, si limitée qu’elle soit, il ait pu écrire les belles phrases que nous citions en introduction. Il y a là plus qu’une clause de style : on peut bel et bien trouver sous sa plume des arguments qui valorisent les parlers de France. Parce qu’ils sont de France, justement, de la vraie France, celle de nos provinces millénaires où s’enracine la Nation.

De son côté le public cultivé, surtout sous l’influence du régionalisme, a cessé en général de mépriser sottement les patois pour s’intéresser à ces idiomes pittoresques, qui forment un des éléments spirituels de la petite patrie. (Dauzat, 1927, p. 58)

46Et dans le même ouvrage, Dauzat chante les louanges du bilinguisme, comme gymnastique intellectuelle susceptible de favoriser l’apprentissage d’autres langues (p. 9-10) : plus question, ici, de l’accuser de brouiller les jeunes cervelles ! Et de reprendre, juste avant d’éreinter les prétentions félibréennes, l’argument patriotique et patrimonial :

... la pensée, le langage, ne peut que s’enrichir à diversifier ses moyens d’expression. Car tous les parlers régionaux et locaux font partie de notre patrimoine national, que nous devons avoir à cœur de conserver. Car le régionalisme nous a permis de pénétrer plus profondément l’âme des provinces et des pays, et, en stimulant la recherche, a sauvé de l’oubli de nombreuses richesses folkloriques, contes, chansons, traditions, etc., prêts à disparaître de la mémoire des hommes.

47On ne s’étonnera pas de retrouver ce type de propos dans Le Village et le paysan de France. L’époque à vrai dire s’y prête à merveille : le régime de Vichy développe précisément toute une propagande « régionaliste », et utilise volontiers le folklore au profit de cette propagande. Ce en quoi d’ailleurs il ne fait somme toute que prolonger une tendance déjà présente sous la IIIe République, mais c’est un autre sujet. On lit donc, en 1941, sous la plume de Dauzat, que « Le patois n’est pas du français corrompu », qu’il constitue un « aspect caractéristique et essentiel du terroir », ou qu’il « exprime la mentalité des hommes, leurs traditions, leurs goûts ». Et qu’il est rempli de « termes savoureux » et autres « locutions pittoresques ».Mieux : son étude sert à comprendre l’histoire du français (son « frère ainé » — la formule remonte au moins à Michel Bréal), et à développer la linguistique. Et il conclut :

le jour où les paysans auront conscience de cette double vérité, continueront-ils à mépriser leur patois ? (Dauzat 1941, p. 168)

48La littérature d’oc elle-même est saluée :

Elle n’a jamais complètement disparu et elle a connu de nos jours une brillante renaissance, dont le précurseur fut l’Agenais Jasmin, et dont Frédéric Mistral, le génial auteur de Mireille, épopée rurale de la Provence, a été le plus illustre représentant avec Aubanel et Roumanille, également Provençaux. Plus près de nous, le Languedoc a donné Prosper Estieu et Antonin Perbosc, la haute Auvergne Vermenouze... Le Midi offre, d’Agen à Nice une assez grande homogénéité qui permet aux Agenais de lire Mistral et aux Provençaux de comprendre Jasmin ou Estieu. (p. 173)

49Plus question, on le voit, de renvoyer sans phrases les rimeurs d’oc aux poubelles de la littérature pour cause de « nullité rare ». Plus question non plus d’affirmer témérairement que les dialectes d’oc sont mutuellement inintelligibles !

50Contradictions ? Ou simplement conformité scrupuleuse au discours français admis sur cette question depuis la Révolution ?

51Après tout l’Abbé Grégoire, en 1794, saluait déjà les mérites de la littérature d’oc, et de sa langue, celle d’un « peuple qui pense vivement et s’exprime de même ». Et lui aussi encourageait l’étude de ces patois qu’il entendait pourtant bien détruire. Et plus tard, il n’y a pas une seule fin de non recevoir ministérielle, en réponse aux revendications des défenseurs des langues « régionales » qui ne soit accompagnée de considérations attendries sur le charme de ces idiomes naïfs nés du sol de la patrie. Sur ce point comme sur tous les autres, Dauzat ne dit absolument rien d’original. Il ne veut pas la mort des « patois », tout en considérant qu’elle est inévitable. Il entend simplement qu’ils restent à leur place, dans la cour des vieilles fermes, et dans les savants ouvrages des dialectologues ses collègues et disciples.

52D’où la vigueur de sa réaction, aux débuts de la Quatrième République, quand l’impensable se produit, et que le danger d’une entrée des « patois » à l’école apparaît soudain.

8.2 Dauzat contre Deixonne : la guerre des langues

53Régulièrement enterrée tout au long de la République précédente, ressortie pour un bref moment entre 1941 et 1944, la question de l’enseignement des langues régionales réapparaît en 1947. Le 16 mai de cette année, des députés communistes bretons, sous la houlette du vétéran Marcel Cachin, déposent une proposition de résolution favorable à l’enseignement du breton. Le 24 juillet 1948, d’autres communistes, dont André Marty, déposent un projet de loi en faveur cette fois-ci du catalan. Trois jours plus tard, c’est le tour d’un autre projet de loi concernant le breton, émanant de députés démocrates-chrétiens du M.R.P. Ces trois textes sont soumis à la Commission de l’Éducation Nationale. Le rapporteur, désigné dès 1947, est un socialiste, Maurice Deixonne. En d’autres termes, les trois grands partis de gouvernement du temps s’emparent chacun à leur tour de la question. Nous avons cherché ailleurs à expliquer en quoi cette rencontre n’était pas séparable du contexte politique de l’époque, marqué, quelques jours avant le dépôt du texte de Cachin, par la fin du tripartisme, l’éclatement de la coalition entre les trois grands partis fondateurs de la nouvelle république (Martel 1990, p. 41-57, et ici même, chapitre 7). Chacun des trois ex-partenaires occupe donc le terrain, même si ce terrain particulier est bien sûr plus que marginal par rapport aux grands débats du temps, et ils se surveillent mutuellement. Les plus réticents étant les socialistes, qui ne veillent à obtenir pour Deixonne le poste de rapporteur que pour mieux étouffer les propositions de leurs concurrents. Le lendemain de sa désignation, ils déposent d’ailleurs une proposition de résolution (dite Lempereur) en faveur de la défense de la langue française, dans laquelle l’idée d’un enseignement des « patois » est explicitement condamnée. Longue et pénible, la discussion finit par aboutir à la Loi Deixonne votée le 11 janvier 1951, qui instaure pour la première fois la possibilité d’un enseignement facultatif de quatre des langues de France (l’occitan, le breton, le catalan et le basque). Si modestes soient-elles, les propositions finales de Deixonne suffisent quand même à déchaîner de violentes polémiques. Aux rangs des ennemis du « patois » à l’école, figurent des syndicalistes enseignants et des socialistes, congénères pourtant de Deixonne, qu’ils agacent d’ailleurs prodigieusement (ce qui n’est pas étranger au fait qu’il finisse par aller, sur cette question, plus loin qu’il ne le pensait au départ). Mais on y trouve aussi de grands intellectuels : Georges Duhamel, qui tonne dans le Figaro, et... Dauzat, dans le rôle du linguiste compétent, qui se déchaîne aussi bien dans sa rubrique du Monde « défense de la Langue Française » que dans sa revue Le Français Moderne. Sept chroniques dans Le Monde, entre 1950 et 1954, dont cinq en 1950, au plus fort de la polémique. C’est le sujet qui tient le plus de place, cette année-là, dans les chroniques, à périodicité très irrégulière à vrai dire, de Dauzat. Quatre articles dans Le Français Moderne en 1950 et 1951, sans préjudice des allusions que l’on peut trouver dans plusieurs comptes rendus — huit si notre comptage est correct — parus dans la même revue. En d’autres termes, et par rapport à l’ensemble de la production de Dauzat, du moins de celle à laquelle nous avons pu avoir accès, les années Deixonne constituent l’apogée, le moment où la lutte contre les revendications occitanes ou bretonnes est la plus intense. Plus question à présent de se contenter de quelques lignes, ou de quelques paragraphes machinaux inclus dans des textes au propos plus large : Dauzat entre directement dans l’arène.

54Le ton est donné dans Le Monde du 15 mars 1950. Le texte de Deixonne vient juste d’être discuté, et sérieusement amendé, pour ne pas dire plus, au Conseil de la République, chambre haute qui a remplacé le vieux Sénat. Dauzat fait l’historique du projet, salue au passage le projet de résolution Lempereur, et ses termes « excellents » (on y trouve de fait la plupart des arguments qu’il développe lui-même depuis des décennies, coup de chapeau au folklore compris), déplore que « nos députés » l’aient enterré pour cause de « nouvelle poussée régionaliste », et entre enfin dans le vif du sujet : « Donner le pas au dialecte sur le français ! On croit rêver ».

55Ses arguments : les « jeunes ruraux » « savent à peine écrire ». Leur enseigner leur « patois », c’est « jeter la confusion dans de jeunes cerveaux et risquer de tout brouiller » Avant de porter l’estocade :

Nous sommes en démocratie : si l’on demandait l’avis des intéressés, au lieu de prétendre parler en leur nom ? Je connais assez la psychologie paysanne pour affirmer que les ruraux, avec leur robuste bon sens, envoient leurs enfants à l’école pour y apprendre le français et non un dialecte. Un référendum au vote secret réserverait bien des surprises aux régionalistes.

56Tout au plus admet-il que l’on puisse se servir — mais uniquement dans le primaire supérieur—du breton pour enseigner l’anglais (sic !) et de l’occitan pour enseigner l’italien ou l’espagnol dans le Midi.

57Le 25 mars, un article non signé revient sur la question, en faisant état de l’opinion d’un député socialiste hostile au projet, et de celle de M. Dauzat, selon laquelle il y aurait 70 dialectes bretons différents. (En fait, si l’on en croit une réponse tonitruante du chanoine Falc’hun conservée dans les archives Deixonne, Dauzat se serait borné... à compter les points d’enquête de l’Atlas linguistique de Basse Bretagne de Le Roux !).

58Dauzat lui-même revient à la charge le 29 mars.

59Entre-temps, il a visiblement reçu des lettres moyennement courtoises : il parle de « vives réactions ». Il va donc mettre les points sur les i. D’abord en rappelant qu’il est un expert en la matière (il renvoie le lecteur profane à Les Patois, de 1927). Il accepte, classiquement, la présence de l’occitan ou du breton à l’Université, voire dans les lycées. Ayant ainsi montré sa bonne volonté, il peut contre-attaquer. Faire entrer le breton à l’école, ce serait une concession grave faite aux autonomistes. Quant aux défenseurs de l’occitan, il oppose leur élitisme aux aspirations des paysans...

Un régionaliste du Sud m’a dit : c’est une question qui échappe à l’entendement commun. C’est à nos élites, sic, que revient la tâche de parler au nom du pays. De petits groupes d’intellectuels régionaux s’arrogent le droit d’imposer aux paysans un enseignement dont ceux-ci ne veulent pas. Est-ce une conception démocratique ?

60Sans oublier des objections d’ordre plus pratique :

Quel provençal, quel languedocien enseignera-t-on ? Sûrement pas le patois que parle le paysan, et qui varie d’un canton, voire d’une commune à l’autre. Il s’agit donc de la langue littéraire de Mistral et d’Estieu.

61Et en plus il y a deux graphies pour la langue d’oc !

62Le sujet est de nouveau évoqué le 26 avril, cette fois-ci à propos de l’Alsace, qui n’est pourtant pas concernée par le projet. Dauzat y répète, une fois de plus, qu’enseigner deux langues dans le primaire ne pourrait que « brouiller ces jeunes cerveaux avec deux grammaires ». On est loin des bienfaits du bilinguisme, évoqués jadis.

63Enfin, le 17 mai, la chronique de Dauzat s’intitule « Pour conclure un débat ». Il y dénonce ceux qui font des « patois » des « langues minoritaires ». Pour lui c’est dangereux (et ne peut mener qu’au séparatisme) et au surplus inexact (il ne peut y avoir de langue minoritaire que parlée par l’ensemble d’une société régionale : ce qui exclut les « patois », que seuls parlent encore les paysans, et de moins en moins, d’ailleurs, les premières à les abandonner étant les jeunes filles). Ces « patois » sont par ailleurs l’héritage historique du morcellement féodal. Bref : « on ne remonte pas le courant », et

Le monde s’internationalise de plus en plus. Est-ce le moment de nous recoquiller (sic) chacun dans notre canton ?

64Il faut croire que cette clôture était insuffisante, puisque Dauzat revient encore sur le sujet le 4 octobre. C’est pour démontrer une fois de plus que la langue de Mistral n’est pas celle du paysan, et surtout pour ajouter une touche originale, d’ordre politique : toute cette agitation autour des patois ne serait-elle pas une manœuvre des Soviétiques, relayés par le P.C.F. ?

Je ne pense pas que les Russes veuillent délibérément faire de la France une nouvelle Autriche-Hongrie ; mais comme ils voient les choses de chez nous à travers un prisme déformant, ils peuvent assimiler de bonne foi à leurs Zyriennes ou à leurs Kalmouks nos Bretons et nos Provençaux (ce qui n’est pas très flatteur pour ceux-ci). Évidemment le bon sens de nos populations se cabrerait, même devant un mot d’ordre de Moscou. Tout de même, mieux vaut prévenir.

65Parallèlement à son combat dans Le Monde, Dauzat intervient aussi, sur le même sujet et sur le même ton, dans sa revue, Le Français Moderne. Le numéro d’avril 1950 offre ainsi à ses lecteurs l’article déjà publié le 15 mars dans Le Monde.

66Mais Dauzat revient sur la question, à l’occasion d’un compte-rendu de la revue scientifique de l’Institut d’Études Occitanes, les Annales de l’I.E.O. Dans un numéro précédent, il avait dit du bien de cette revue, alors dirigée, il est vrai, par Louis Michel, impliqué par ailleurs dans le Nouvel Atlas Linguistique de la France. En avril 1950, le ton change, à cause d’un article du secrétaire général de l’I.E.O., Max Rouquette, intitulé « Une mesure d’intelligence et de justice, le projet de loi Deixonne ». Cet article s’ouvre sur une citation de Bebel, fondateur au xixe siècle du Parti Social-Démocrate allemand, et il est suivi par la reprise d’un article célèbre de Jaurès datant de 1911 sur la langue d’oc comme porte ouvrant sur les autres langues latines. Rouquette, qui était alors militant socialiste, choisissait soigneusement ses références. Dauzat n’accepte pas la citation de Bebel. Il est vrai qu’il y est question d’un « peuple dirigeant » qui impose sa langue à un autre peuple :

Voilà vraiment qui est un peu fort. M. Rouquette se croit-il au lendemain de la Croisade contre les Albigeois, ou veut-il insinuer que Paris tyrannise le Midi ?

67Le reste de l’article n’est guère plus tendre, une fausse concession, recouvrant un argument que nous avons déjà rencontré :

Que les félibres demandent l’introduction de la langue régionale à l’école, dans l’intention qu’on leur prépare des lecteurs pour leurs œuvres, c’est humain, et cette intention n’a en soi rien de subversif.

68Et l’estocade, elle aussi familière, à présent :

Je souhaite que le bilinguisme, dont je reconnais les avantages, se maintienne longtemps encore, mais quand on parle de « libérer les méridionaux par la prise de conscience de leur langue originelle », je ne peux que constater un état d’esprit des plus fâcheux et qui serait grave si je ne savais que les populations rurales du Midi ne suivent pas les félibres dans cette voie, au contraire, puisqu’elles se francisent volontairement de plus en plus... de tels articles nuisent à la cause qu’ils croient servir (Le Français Moderne 1950, II, p. 159).

69Moyennant quoi les Annales de l’I.E.O. ne réapparaîtront plus dans les comptes rendus du Français Moderne...

70Le numéro suivant (juillet 1950) contient une nouvelle intervention de Dauzat, sous le titre : « le dialecte à l’école : l’enterrement du projet Deixonne ». Le ton est toujours très offensif, teinté d’arrière-pensées politiques très précises :

Les lettres invraisemblables que nous avons reçues, G. Duhamel et moi, nous ont montré comment un régionalisme mal compris avait tourneboulé certaines cervelles, surtout chez les jeunes. Fait plus grave : les lettres des fanatiques, qui clament la haine de Paris et de la France, semblent sortir d’une même officine. Et l’on s’est rappelé les efforts des Allemands pendant l’Occupation pour favoriser les dialectes dans un but de séparatisme. (Le Français Moderne, 1950, III, p. 161)

71Où les Nazis viennent au secours des Moscoutaires, pour reprendre un vocabulaire d’époque que Dauzat ne dédaigne pas d’utiliser.

72Mais l’essentiel de l’article est consacré à rappeler les grands principes : toute entrée des dialectes à l’école ne peut être qu’une « machine de guerre contre l’unité nationale », un « mauvais coup », et de toute façon, une basse manœuvre politicienne menée par des « forces occultes ». Le projet Deixonne, qui a eu le mauvais goût de ne pas tenir compte de l’avis du Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale, est un « projet déposé en catimini, pour ne pas alerter l’opinion, qu’on savait hostile ». Sur le fond, c’est clair :

Pas d’enseignement de la langue locale ou du dialecte à l’école du premier degré : aucune transaction n’est possible à ce sujet. Jusqu’à douze ans au moins, l’élève de France ne doit apprendre qu’une langue, le français.

73Et de rappeler que les programmes sont déjà surchargés : « pourquoi pas, au point où on en est, des cours d’archéologie ? » Avant de clore sa diatribe, comme souvent, par une concession apparente : pourquoi pas des cours de littérature d’oc dans les lycées ? De toute façon, espère Dauzat, encouragé par l’attitude du Conseil de la République, le projet va capoter.

74La polémique occupe encore une bonne partie du numéro suivant (octobre 1950). Dauzat y fait intervenir des plumes de toutes sortes, intellectuels belges ou vieux politiciens comme Herriot, pour mener le bon combat pour la langue française. Il accepte toutefois de donner la parole à un militant breton de l’association d’enseignants laïques Ar Falz, et à deux de ses disciples qui sont, eux, engagés dans le combat pour la langue d’oc : Charles Rostaing, félibre depuis 1925, futur président du Félibrige, et Charles Camproux, ex-tête pensante de l’occitanisme des années 30 et membre de l’I.E.O. Les deux hommes tiennent là des propos modérés. Non, ils ne sont pas séparatistes (Rostaing). Non, ils ne sont pas partisans de laisser n’importe quel « patois » entrer à l’école (Camproux). Mais la littérature d’oc fait partie du patrimoine national (Rostaing). Si les paysans abandonnent la langue, c’est qu’ils ont été dressés à le faire par des générations de chasse au « patois » (Rostaing). Et de toute façon, rien ne prouve qu’ils soient vraiment opposés à tout enseignement de l’occitan, à condition que la place du français ne soit pas remise en cause. Ils peuvent même tirer une certaine fierté de la découverte que leur « patois » est en fait une « vraie langue » dotée d’une grande littérature (Camproux).

75À tout cela, Dauzat ne peut rien opposer, sinon la reprise de la thèse du complot communiste (réponse au Breton Le Creach), et l’idée que, somme toute, entre gens sensés, on devrait pouvoir s’entendre sur un minimum. Mais à vrai dire, on se demande sur quoi, quand on retrouve sous sa plume ce type d’affirmation :

Il est impossible d’apprendre à de jeunes enfants à lire dans deux langues différentes. On risque de tout brouiller dans ces jeunes cerveaux. Pour sauver les langues locales, ce qu’il faudrait, c’est supprimer le complexe d’infériorité qui s’attache à elles chez le paysan.
La littérature régionale n’intéresse que les citadins et les lettrés. Mistral croyait écrire pour les pâtres, et il a été lu par les bourgeois. Que dire alors des félibres actuels qui voudraient se faire lire par le peuple et qui s’éloignent de lui par une langue archaïsante et une orthographe médiévale ? (Le Français Moderne, 1950, III, p. 299)

76Las, l’année 1951 voit le vote, sans enthousiasme, de la loi Deixonne. Dauzat salue l’épisode dans le no 2 de sa revue, en termes amers :

La « langue locale » à l’école.
La loi a été votée dans l’ignorance de tous, y compris du rapporteur... Ce que veulent les écrivains dialectaux, c’est que l’école leur prépare des lecteurs et des acheteurs. Nous nous en doutions depuis longtemps. (Le Français Moderne, 1951, II, p. 134)

77Mais ses commentaires sont brefs. Comme est bref le post-scriptum à sa chronique de défense du français dans Le Monde du 24 janvier :

Il sera intéressant de voir quelles seront les réactions des instituteurs et surtout des familles rurales.

78Autant dire que si Dauzat reconnaît avoir perdu une bataille, il n’est pas certain d’avoir perdu la guerre, qui va donc se poursuivre, mais avec moins d’intensité, dans le Monde, et surtout dans Le Français Moderne, au gré de tel ou tel compte rendu. L’axe des attaques de Dauzat, c’est bien sûr l’application concrète de la loi Deixonne, mais aussi la critique des positions linguistiques et graphiques de ceux qu’il appelle les félibres. Quelques exemples :

79♦ À propos de Cuzacq, Généralités sur la langue gasconne et le gascon des Landes :

M. Cuzacq, qui a beaucoup de bon sens, fait preuve d’ailleurs d’une grande indépendance d’esprit vis à vis du Félibrige, tout en reconnaissant l’importance et l’utilité de ce mouvement. Avec raison il critique les « chimères » d’une orthographe archaïsante qui rétablit des lettres éliminées depuis cinq ou six siècles par la phonétique, pour tenter de rétablir une unité linguistique utopique et contraire aux faits. Le gascon est vivant ; il vivra longtemps encore sans avoir besoin d’être enseigné à l’école primaire par des instituteurs qui le parleraient moins bien que leurs élèves. (Le Français Moderne, 1950, IV, p. 317)

80♦ À propos d’une brochure de Theodor Elwert, « linguiste allemand impartial », Della vitalità del provenzale et del felibrismo :

L’auteur a été surpris de ne pas entendre parler provençal en Provence, sinon entre les paysans [...]. Il conclut que le provençal est en voie de devenir une langue de savants chez les félibres, et, en bas de l’échelle, chez les paysans, un patois de plus en plus dégradé par le français. Il estime que la Loi Deixonne (dont il ne connaissait pas encore l’échec à l’école primaire) sera impuissante à rendre au provençal sa vitalité. Il ne paraît pas savoir qu’il s’agissait d’un enseignement facultatif dans le cadre des activités dirigées. (Le Français Moderne, 1953, II, p. 145)

81Dans le numéro suivant, c’est l’Histoire de la littérature occitane de Charles Camproux qui a les honneurs d’un compte-rendu nuancé. Tant qu’il n’est question que de la littérature médiévale, Dauzat abonde dans le sens de son disciple, et épouse du même coup ses conceptions marquées par un nationalisme certain, à propos de l’excellence de la société occitane médiévale, un des mythes occitanistes les plus éculés :

... une société plus évoluée, plus intellectuelle que la rude féodalité du Nord encore imprégnée de ses origines germaniques. Dans le Midi régnait davantage la tolérance, le respect de la loi et de la personne humaine, avec l’égalité accordée à la femme.

82Par contre, en ce qui concerne la période contemporaine, et, donc, les félibres et les occitanistes, le ton change :

Pour qui les Languedociens poursuivent-ils la chimère d’une koinè inexistante, sous les apparences fallacieuses d’une graphie médiévale qui va à l’encontre de leur but, en rendant plus difficile aux lecteurs l’accès de leurs livres ? [...]Mais je reste sceptique sur la résurrection actuelle et sur l’influence de l’école, qui n’a pas pu sauver l’Erse en Écosse, tout en souhaitant la venue d’un nouveau Mistral (provençal, languedocien ou gascon). (Le Français Moderne, 1950, III, p. 225)

83On remarque au passage que l’éventualité d’un Mistral limousin ou auvergnat n’est même pas évoquée...

84À propos de l’Auvergne justement, un peu plus loin, c’est à une certaine Mme Abraham qu’il s’en prend : transcrivant des chansons populaires auvergnates dans la revue L’Auvergne littéraire, elle a eu le mauvais goût d’utiliser pour ce faire la graphie occitane (ibidem p. 228).

85L’année 1954 lui permet de revenir, pour la dernière fois, sur la question, à la fois dans Le Monde et dans Le Français Moderne. Dans cette dernière revue, le prétexte lui en est fourni par un ouvrage d’Alphonse Roche, Provençal Regionalism. Dauzat en profite pour pourfendre le fédéralisme félibréen, et l’amitié occitano-catalane—des « utopies » —, l’unification des dialectes occitans, « chimérique », et d’une manière générale la littérature d’oc contemporaine. Visiblement, il ne croit plus à la possibilité d’un nouveau Mistral ou d’un nouvel Aubanel. La question de l’enseignement, revendication constante des félibres, traitée comme il se doit par Roche, n’est pas oubliée : la loi Deixonne a abouti à « un échec complet », car « les paysans sont hostiles » (Le Français Moderne, 1954, III, p. 152).

86Et il renvoie sans fausse modestie à l’article qu’il a donné au Monde du 6 octobre 1954, résultat d’une enquête menée par lui-même auprès du Ministère pour savoir quelles avaient été précisément les suites de la loi. Il y annonce une bonne nouvelle, il avait eu tort d’en avoir peur :

Ces craintes, que j’avais partagées avec Georges Duhamel (il avait reçu des lettres invraisemblables), ces craintes étaient infondées, je le reconnais aujourd’hui. Le robuste bon sens de nos paysans, dont la réaction a dépassé mes prévisions, les a réduites à néant.

87Sur les 22 départements du Midi concernés (selon lui du moins : il en manque une bonne dizaine, mais peu importe) et sur quelque dix mille instituteurs, seuls deux en Bretagne et 26 en Occitanie (dont 22 dans les Bouches-du-Rhône) ont demandé l’autorisation de donner des cours de langue régionale.

88Les résultats sont meilleurs dans le secondaire (quoiqu’il ne donne pas de chiffres), mais il est vrai que le public concerné est différent ; et on a vu comment et pourquoi il pouvait accepter un enseignement de la littérature d’oc à ce niveau.

89En d’autres termes, la loi n’a servi à rien, et n’empêche nullement les parents « patoisants » de parler de plus en plus français à leurs enfants. Le bon sens a donc triomphé, et avec lui, la France et son unité : ceux qui rêvaient de « peuples minoritaires » prêts à se libérer en sont pour leurs frais :

L’autonomisme avéré ou larvé n’a aucune chance de prendre racine chez nos paysans, qui ont gardé un souvenir trop cuisant de la féodalité et de son particularisme pour être séduits par un retour en arrière.

90Les chiffres donnés par Dauzat étonnent : au même moment, les premiers stages pédagogiques organisés soit par Ar Falz en Bretagne, soit par le Secteur Pédagogique de l’I.E.O. ou l’association provençaliste Lou Prouvençau à l’escolo rassemblent des effectifs autrement plus nombreux.

91Et Dauzat se garde bien de signaler que l’administration, c’est le moins qu’on puisse dire, ne fait rien pour faciliter la tâche de ceux qui souhaiteraient enseigner une langue régionale. On sait en effet que la Loi Deixonne a été accompagnée par une seule et unique circulaire d’application, en tout et pour tout, signée au surplus par le directeur des Écoles Beslay qui avait compté, au sein du Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale, parmi les plus farouches adversaires de Deixonne. Encore cette circulaire se bornait-elle à lever « l’interdiction absolue » d’utiliser le « patois » pour expliquer l’orthographe française. Dauzat a-t-il connu ce texte, qui dément sèchement toutes les belles paroles qu’il avait pu jadis écrire sur les bienfaits de cette utilisation du patois, et encore plus sèchement son idée patriotique d’une France qui n’a jamais rien fait contre les langues parlées sur son sol ?

92Bien entendu, son article suscite des réactions, qui l’obligent à revenir une fois de plus sur ses arguments habituels, le 20 octobre 1954 (« Un dernier mot sur les langues locales »).

93Le ton y est assez défensif : pas question d’apparaître comme un ennemi irréductible des dialectes, bien au contraire, le dialectologue laisse ici parler son cœur, et son ego par la même occasion :

S’imagine-t-on un spécialiste qui souhaiterait de voir disparaître la matière de ses études ? J’ajouterai en passant que je crois avoir rendu plus de services aux « langues locales » par des travaux résultant d’enquêtes personnelles dans les villages et par la mise en chantier d’atlas linguistiques régionaux que si j’avais écrit des contes ou des poésies banales dans un dialecte plus ou moins artificiel.

94Ayant dit, Dauzat peut revenir à ses marottes favorites. On apprend donc sans surprise que les paysans ne veulent pas de patois à l’école. Les félibres sont de nouveau étrillés comme il convient, avec les arguments ordinaires :

Un des buts de la loi Deixonne était de procurer des lecteurs aux écrivains de « langue locale ». Ceux-ci se font bien des illusions. Les sujets de la littérature régionaliste, repliée sur son coin de terre, n’intéressent guère le paysan, qu’ils soient traités en français ou en dialecte... On veut le confiner. Lui désire, plus ou moins consciemment, s’élever, voir au large. Qui a raison ?

95Un argument nouveau, toutefois, mais bien dans la tonalité « progressiste » que Dauzat entend donner à ses interventions sur le problème : pourquoi ne pas organiser l’enseignement du dialecte dans les écoles privées ? Ça les viderait au profit des écoles publiques ! Et pour finir, cette péroraison :

Je crois et j’espère que le Midi et la Bretagne resteront encore longtemps bilingues. Mais qu’on n’indispose pas le paysan par des « réformes » dont il ne veut pas.

96C’est, à notre connaissance, la dernière intervention à chaud de Dauzat, dans un organe de grande diffusion. Mais l’état final de sa réflexion, peu de temps avant sa mort, se trouve bien résumé dans ces lignes parues dans son article des Mélanges Brunel (1955) « Quelques aspects de la langue de Mistral » :

Toulouse pouvait refaire l’œuvre d’Avignon, et opposer, comme dans la Grèce antique, dialecte à dialecte ; son école a préféré poursuivre la chimère d’une unité irréalisable, en masquant le morcellement dialectal sous une orthographe médiévale. Par là on a éloigné du peuple la littérature félibréenne en la rendant difficile à lire. On l’a éloignée encore davantage en s’écartant de la langue vivante ; plus les parlers ruraux s’altèrent, et s’imprègnent de français, plus les poètes occitans, par réaction, remontent aux sources historiques de la langue et donnent dans l’archaïsme.
Malgré lui, contre ses désirs, le félibrige, dans son ensemble, devient une littérature livresque... les poètes occitans voudraient être lus par le peuple des campagnes. Mais ils n’écrivent plus sa langue. C’est le drame du félibrige. (p. 337-8)

97Morcellement dialectal, caractère artificiel de la langue des félibres, opposée aux seuls « parlers naturels » qui vaillent, ceux des paysans : on est loin d’une étude sereine sur la langue de Mistral. Mais on est au cœur des conceptions de Dauzat sur l’occitan. Ce texte fait en quelque sorte figure, sur ce point précis s’entend, de testament.

8.3 Dauzat et les félibres, ou le sens commun

98Nous voilà arrivés au terme de notre promenade à travers les écrits du grand linguiste, à la recherche de ses positions sur l’avenir de la langue d’oc. Il est temps à présent d’interroger ces positions.

99Une première chose, frappante : leur grande cohérence.

100Manifestement, la religion du maître est faite dès les débuts, et ne changera plus guère par la suite. Le choc de la loi Deixonne a des conséquences quantitatives, puisque les interventions de Dauzat se multiplient alors. Mais on voit bien que, sur le fond, elles ne font que reprendre ce qu’il a pu dire, plus tranquillement, auparavant. On aura remarqué au fil des citations la récurrence des arguments, voire des formulations, reprises littéralement parfois à des années de distance. Nous n’en ferons pas grief à Dauzat. Compte tenu de l’étendue de sa production, et de son caractère de vulgarisation, il est normal que les mêmes énoncés se retrouvent dans des textes différents. C’est d’autant plus normal que, somme toute, à partir du moment où ses idées sont toujours les mêmes, on ne voit pas pourquoi il aurait dû se fatiguer à les formuler chaque fois de façon originale.

101Ces idées sont d’autant plus stables qu’elles sont fortement charpentées. Nous avons tronçonné nos citations pour la commodité de l’exposé, et, nous l’espérons du moins, sa clarté. Mais mises bout à bout, elles dessinent les contours d’une doctrine plus élaborée que leur relative brièveté, et leur marginalité dans la totalité de son œuvre ne pourraient le laisser penser. Cette doctrine s’articule autour d’un certain nombre de présupposées.

  1. Il n’y a pas de langue d’oc, mais des patois locaux, liés à une civilisation rurale en voie de disparition.
  2. Le processus est irréversible, et somme toute positif (« on ne remonte pas le courant »).
  3. Le paysan lui-même en est convaincu, qui n’aspire qu’à voir ses enfants maîtriser le français, qui ouvre les portes du vaste monde, et plus prosaïquement celles de la promotion sociale.
  4. Dès lors, les félibres sont nuls et non avenus. Ils ne sont pas paysans, parlent une autre langue que ces derniers, une langue fabriquée, ils ne disent rien qui soit susceptible de les intéresser. Mais ils n’ont rien à dire non plus à l’élite, car leurs œuvres sont nulles. Leurs revendications concernant l’enseignement de la langue n’ont d’autre but que de leur fournir des lecteurs, et n’ont donc pas à être entendues. Ce d’autant moins que l’enseignement des « patois » poserait d’énormes problèmes pratiques (quel « patois » enseigner ?), et risquerait par ailleurs de substituer le jargon artificiel des félibres aux parlers naturels, les seuls qui aient un intérêt aux yeux du linguiste. De toute façon, les paysans ne veulent pas d’un tel enseignement. Les félibres ne représentent donc qu’eux mêmes.

102« Patois » et « paysan » — on pourrait presque écrire, vu la récurrence du syntagme, « Lepaysan »— : tels sont les mots-clés du discours de Dauzat.

103Ce discours, répétons-le, a sa cohérence, celle de la démarche ultra-déterministe qui le fonde. Il serait vain, quarante ans après la mort de leur auteur, de discuter point par point toutes les idées ici exprimées. On se bornera à quelques remarques.

104Dauzat fonde ses opinions sur des observations empiriques, faites au fil de ses séjours d’enquêteur au sein du monde rural. Ces observations sont souvent assez justes.

105La francisation progressive des dialectes d’oc, d’ailleurs suffisamment déplorée par les félibres eux-mêmes, n’est pas niable.

106Pas plus que ne l’est la distance qui s’établit entre les écrits de ces derniers, avec leur langue et leur(s) graphie(s), et des paysans qui ne lisent pas le « patois », ne croient même pas qu’il puisse s’écrire, sinon pour des histoires drôles publiées par la presse locale.

107On peut tout autant suivre Dauzat dans sa description de l’attitude des paysans face à leur « patois », et de la façon dont ils l’abandonnent progressivement comme langue de transmission familiale.

108Le rôle des femmes dans le changement linguistique est bien vu, et ce d’ailleurs dès sa thèse de 1906.

109Du coup, quand il spécule sur l’hostilité des paysans à toute entrée du « patois » dans le système scolaire, il n’a sans doute pas tort : après avoir eux-mêmes souffert, souvent, dans leur propre enfance, de leur ignorance du français, après avoir été convaincus par ceux qui savent de l’incapacité de ce « patois » à exprimer quoi que ce soit, comment pourraient-ils comprendre qu’on le mette sur le même plan que les savoirs officiels dispensés par l’école ?

110Mais Dauzat ne se pose aucune question sur le processus historique qui a mené à cette situation. Il semble la croire toute naturelle, presque spontanée, et refuse explicitement l’idée qu’elle aurait pu être induite par la violence, symbolique ou non, exercée par l’appareil d’État à l’encontre des cultures différentes de celle dont il était lui-même porteur. Aucune prise de distance critique n’est ici pensable.

111Il y a plus grave. Dauzat épingle assez régulièrement les félibres. Mais on est en droit de se demander ce qu’il sait au juste à leur sujet. Le seul texte qui soit exclusivement consacré à l’un d’eux, l’incontournable Mistral, est tardif, court, et somme toute bien vague. Peu d’éléments concrets sont apportés pour étayer l’idée du caractère artificiel ou archaïque de la langue des félibres. L’idée souvent répétée de l’impossibilité d’écrire en occitan autre chose que des poésies ou des contes ne résiste pas à l’examen. Dès le xixe siècle, les félibres ont bel et bien essayé de bâtir une prose romanesque, voire scientifique. Il aurait suffi à Dauzat, pour s’en convaincre, de lire, dans la Revue des Langues romanes des années 20, les comptes-rendus critiques de Ronjat, rédigés souvent en provençal. Le même Ronjat avait d’ailleurs publié une brochure consacrée à l’explication de l’orthographe provençale, et divers articles dans des revues félibréennes. Quant à Charles Camproux, il se serait sans doute fait un plaisir de communiquer à son maître le recueil d’articles politiques, économiques, sociaux, culturels, qu’il avait publiés dans les années 30 sous le titre Per lo Camp Occitan.On en vient donc à se demander sur quelles lectures au juste se fonde le jugement sévère de Dauzat, comme, par ailleurs, sa condamnation sans nuance de la nullité des œuvres félibréennes. Compte tenu du petit nombre des noms cités — Mistral, Aubanel, avec Estieu et Perbosc dans le rôle des Languedociens, et Michalias ou Vermenouze dans celui des Auvergnats, inévitables pour les raisons que l’on devine, on ne peut s’empêcher de conclure que tout cela fait bien peu de monde au total. Certes, il n’était pas spécialiste de littérature, et n’était pas tenu de tout lire. Mais on peut aussi se demander si pour une fois chez lui le préjugé ne l’a pas emporté sur le souci de l’observation concrète.

112On est frappé par ailleurs par l’ignorance dont témoignent certaines remarques : la façon dont Dauzat rend compte du problème des deux graphies, auxquelles il ne donne d’ailleurs jamais leur nom (la « mistralienne » et « l’occitane ») témoigne d’une certaine légèreté. Il ne fait visiblement pas la différence entre occitanisme et Félibrige, sans voir que le premier a rompu violemment avec le second au moment où commence l’affaire Deixonne. Et il est assez savoureux de voir traiter de félibre un Max Rouquette qui non seulement n’a jamais fait partie du Félibrige, mais encore a commencé à en dire pis que pendre dès les années trente. Quant à la lecture par Dauzat du fameux article paru dans les Annales de l’I.E.O., elle est plus que partielle : les arguments de Rouquette, sur la politique linguistique française reposant sur le « mensonge par omission », ou sur le bilinguisme, méritaient au moins une vraie discussion. On a le sentiment que la lecture de Dauzat s’est arrêtée à la citation de Bebel qui ouvre l’article. Pour ce qui est de la réflexion sur l’usage de l’occitan à l’école, tout se passe comme si Dauzat ignorait l’imposante littérature produite sur le sujet par les milieux félibréens ou occitanistes depuis le xixe siècle, de Savinien à Perbosc, en passant par des praticiens ni plus ni moins obscurs que le Creusois Germouty, de dauzatienne mémoire. Il est plus fâcheux de voir à quel point notre dialectologue méconnaît les fondements du projet félibréen.

113Pour Mistral et ses disciples, et ce dès les débuts, le public visé n’est pas fondamentalement le public paysan, nonobstant les hommages lyriques qui peuvent lui être rendus.

114La vraie cible, c’est l’élite, c’est à dire précisément ces groupes sociaux qui ont abandonné la langue, et qu’il s’agit d’y ramener en leur offrant une production littéraire digne de leurs propres standards culturels. L’idée étant qu’une fois ceux-ci convaincus, et la culture d’oc réintégrée dans le patrimoine des valeurs légitimes, le peuple suivrait. Du coup la distance linguistique, mais surtout stylistique et thématique, entre la littérature que les félibres produisent et la culture populaire ne constitue pas vraiment un problème. Et par ailleurs, à partir du moment où le créateur occitan se situe dans l’univers esthétique de la culture haute, il n’est absolument pas obligé de se limiter à une thématique locale, de type « régionaliste ». En bref, il n’est pas obligé de ne parler que du pays. Il aurait suffi à Dauzat de lire Aubanel, sans parler des poètes d’oc du xxe siècle, pour s’en convaincre. Mais précisément, cette démarche est pour lui impensable, en ce qu’elle contredit totalement l’idée qu’il se fait de la distribution des rôles entre « patois » et français. Il ne peut donc tout bonnement pas la percevoir, sinon comme une lubie totalement déconnectée de la réalité. Il a bien vu que les félibres et leurs lecteurs étaient des bourgeois, des petits-bourgeois plutôt, d’ailleurs, signe que leur stratégie de conquête des élites n’a pas vraiment fonctionné. Mais il s’est contenté d’ironiser sur ce phénomène, sans en mesurer toutes les implications, à savoir que c’est précisément la francisation progressive de pans entiers de la société méridionale qui fournit à la renaissance de la langue des troupes de moins en moins complexées par le retour au « patois », puisque ce dernier ne constitue plus pour eux un handicap, mais l’objet d’une reconquête. On voit bien en quoi ce retour inattendu d’une langue condamnée contredit insolemment le postulat déterministe qui fonde l’approche de Dauzat.

115Il y a un autre problème, celui du statut exact de Lepaysan, ce héros positif qui d’une main fournit au dialectologue les phonèmes et les lexèmes qui nourriront ses savants ouvrages, et qui de l’autre barre la route aux prétentions ridicules de ces félibres en quête de lecteurs innocents recrutés dans les écoles de la République. Lepaysan, vu par Dauzat, a deux visages.

116Il y a celui, attendu et attrayant, de l’homme de la terre, caractérisé par son « robuste bon sens », conformément aux clichés les mieux diffusés dans la société du temps. C’est au nom de celui-ci que Dauzat parle, dans le moment même, on l’a vu en passant, où il interdit aux félibres de faire de même.

117Mais à côté de ce paysan de carte postale, ou d’illustration naïve pour manuel d’instruction civique et morale, il y en a un autre, pour lequel il éprouve en réalité des sentiments bien ambigus. Certes, il est le détenteur d’un savoir spontané sur le gallo-roman populaire. Mais cela ne le rend pas nécessairement plus fréquentable. On trouve dans une des dernières interventions de Dauzat dans Le Français Moderne ce portrait des témoins idéaux, tels que peuvent encore en fournir des villages perdus dans la montagne, à l’écart de toutes les influences susceptibles d’adultérer leur idiolecte : il s’agit en l’occurrence des indigènes d’Auzat le Luguet (1 155md’altitude), ainsi décrits :

La population rurale vit toujours isolée et casanière. Des jeunes gens à vingt ans n’ont jamais vu le chemin de fer et sont tout désemparés quand ils doivent partir pour faire leur service militaire dans l’Est.

118Voilà un compliment bien empoisonné. Ce qui fait le prix de ces gens, c’est leur arriération. Parallèlement, et dès sa thèse de 1906, Dauzat décrit en termes très noirs les rapports que le dialectologue peut entretenir, au premier contact du moins, avec ses témoins potentiels : ces derniers ne comprennent rien à ce qu’il leur demande, ils se méfient de lui, au point de le soupçonner d’être un gabelou déguisé, et n’hésitent pas à le tromper en l’abreuvant d’informations fantaisistes :

On n’imagine pas combien le paysan a l’esprit lent et lourd, combien il est réfractaire à toute réflexion. (Dauzat, 1906, p. 260)

119En bref, Lepaysan ne pense pas. On comprend mieux dès lors pourquoi Dauzat, dans Les Patois (Dauzat, 1927, p. 50), explique que le mot « pensado » en occitan n’est qu’un calque du français « pensée », et pourquoi il explique, encore en 1955, que Mistral « a fini par penser » en provençal — entendons, le provençal qu’il s’est fabriqué lui-même—alors que du fait de son éducation, il ne pouvait, au départ, penser qu’en français. Pauvre Lepaysan !

120Ce point de vue pour le moins critique, sinon franchement méprisant, n’est pas propre à Dauzat. Quand Mistral parle en 1876 de la « sottise » et de la « vanité » du paysan qui ne rêve que de singer les « messieurs », son regard n’est pas fondamentalement différent, en dehors du fait que ce qui pour Dauzat caractérise le « bon » rural, celui qui a compris qu’il était temps d’abandonner le patois, caractérise pour Mistral le mauvais paysan, celui qui trahit sa langue et son pays.

121Et au-delà, c’est dans l’ensemble de la société française des xixe et xxe siècles que fonctionne cette cohabitation entre deux images contradictoires du paysan, la virgilienne, et la caricaturale.

122Ce qui nous amène à une dernière remarque.

123Nous avons signalé en passant que sur un certain nombre de points, Dauzat ne faisait, somme toute, que dire la même chose que tout le monde. Dès qu’il quitte son domaine de compétence pour se risquer à des idées générales sur la société et la culture, sa prose véhicule une invraisemblable quantité de clichés qui traînent partout. Lepaysan est un brave homme, mais bien primitif quand même. Les « patois » changent de village en village, et nous viennent tout droit des temps féodaux. Le bilinguisme trouble les cervelles des enfants. Mistral est génial, mais incompréhensible. L’avenir appartient aux grandes langues en général (et au français en particulier, grâce à son « génie »). Mais le culte de la petite patrie permet de mieux aimer la grande. Il y a du pilier de Café du Commerce dans cet homme-là.

124On aurait pu attendre mieux de Dauzat, pourtant. Il est linguiste et dialectologue, il connaît les idiomes dont il parle, il pourrait sans trop d’efforts se tenir au courant de ce qui s’écrit du côté des félibres et des occitanistes. Il est vrai toutefois que la plupart des romanistes français de son temps ne se soucient guère de semblables détails, ni de l’avenir des langues qu’ils étudient (Martel, 1998). Dauzat est donc en bonne compagnie. C’est que les linguistes appartiennent aux élites sociales, et qu’ils ont un sentiment très net de ce qui relève de la vraie culture, la leur, et de ce qui n’en relève pas — tout ce qui est « populaire ». Albert Dauzat, fils de professeur, est encore assez proche des origines rurales de sa famille pour pouvoir connaître le « patois ». Mais socialement, idéologiquement, affectivement, il est déjà passé de l’autre côté de la barrière, et n’entend nullement, à la différence des félibres et des occitanistes, la repasser dans l’autre sens. Ce grand connaisseur de l’occitan d’Auvergne ne s’en fera donc pas le champion.

Bibliographie

Bibliographie

Dauzat, Albert. 1906 : Essai de méthodologie linguistique dans le domaine des langues et des patois romans, Paris, Champion.

Dauzat, Albert. 1922 : La Géographie linguistique, Paris, Flammarion.

Dauzat, Albert. 1927 : Les Patois, Paris, Delagrave.

Dauzat, Albert. 1940 : L’Europe linguistique, Paris, Payot.

Dauzat, Albert. 1941 : Le Village et le Paysan de France, Paris, Gallimard.

Dauzat, Albert. 1944-1958 : Histoire de la langue française, Paris, PUF (« Que-sais-je ? »)

Dauzat, Albert. 1955 : « Quelques aspects de la langue de Mistral », Recueil offert à Clovis Brunel, Paris, Bibliothèque de l’École des Chartes, p. 327-338.

Martel, Philippe. 1990 : « Autour de la loi Deixonne », Actes de l’Université d’Été (Universitat occitana d’estiu) 1990, Nîmes, Marpoc, pp. 41-57. Repris, ici même, chapitre 1, p. 19-48.

Martel, Philippe. 1998 : « Les Félibres, leur langue et les linguistes, ou le grand malentendu », De François Raynouard à Auguste Brun, la contribution des méridionaux aux premières études de linguistique romane, Lengas n° 42 (Montpellier) p. 105-122.

Notes

1 Sic pour « ailée » ? Allée, ce serait plutôt anada, même en auvergnat de Vinzelles.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540