Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et l’occitan

 | 
Philippe Martel

7. Autour de la loi Deixonne

Texte intégral

1Chaque fois que quelque part un enseignant donne un cours d’occitan, ou de basque, ou de breton, ou de catalan, dans les conditions ô combien optimales qu’on connaît, c’est à une loi votée en janvier 1951 qu’il le doit.

2Cette loi, c’est l’œuvre d’un député socialiste, Maurice Deixonne. Cela suffit-il pour ranger ce personnage aux rangs des bienfaiteurs des langues de France ? Pas si sûr.

3En dehors même du fait que l’espace ouvert dans le système scolaire par ce texte, au demeurant assez court, reste somme toute bien restreint (et à peine élargi depuis quarante ans par quelques textes réglementaires), l’étude attentive de la genèse de la loi Deixonne montre bien qu’il ne s’agit en aucun cas d’une reconnaissance éclatante de la dignité des langues concernées, mais bien plutôt d’une concession mitigée qui n’a d’ailleurs pas fait l’unanimité dans le monde politique et intellectuel du temps. C’est cette genèse que je voudrais analyser ici, à partir de quelques questions simples :

  • Pourquoi cette loi n’est-elle votée qu’en 1951, alors que les premières revendications présentées au Parlement pour obtenir l’entrée des langues de France dans l’enseignement remontent à 1870 ?
  • Pourquoi est-ce un socialiste qui la fait passer, alors que les projets et propositions déposées jusque là l’ont toujours été par des représentants d’autres partis ?
  • Comment s’effectue le travail de mise au point du texte, avec qui, et en fonction de quels principes ?
  • Quel accueil lui réserve-t-on dans l’opinion ?

7.1 Un peu de préhistoire

  • 1 Cf. Robert Lafont, La Revendication occitane, Paris, Flammarion, 1974, et Michel Baris, Langue d’o (...)

4Il serait oiseux de rappeler ici toute la longue série de textes, de vœux, d’interpellations qui a traversé pendant pas loin d’un siècle la vie parlementaire française à propos des diverses langues parlées sur le territoire national1.

5Aux origines se trouve une pétition adressée en 1870 au Corps Législatif (l’assemblée législative du Second Empire), par trois celtisants : Gaidoz, de Charencey et De Gaulle, le grand-oncle du général.

6Ce texte, relativement étoffé, formule déjà l’essentiel des arguments qui serviront par la suite : dignité historique des langues concernées (essentiellement le breton, le basque et la langue d’oc) ; intérêt social (lutte contre l’exode rural par la valorisation de la langue du lieu, mais aussi progrès démocratique), pédagogique (meilleur apprentissage du français, vertus du bilinguisme).

7Malheureusement pour les auteurs, la guerre de 1870, qui survient peu après, liquide le Corps Législatif et place la France devant des soucis bien éloignés du problème des langues « provinciales ».

8La question refait cependant surface sous la Troisième République, à partir de 1902. Par la suite, régulièrement, les défenseurs des diverses langues se font entendre. Quelques remarques générales s’imposent à ce propos :

  • Ces défenseurs interviennent le plus souvent à titre individuel, sans s’appuyer sur une démarche globale du parti auquel ils appartiennent, ce qui ne signifie pas, toutefois, que leurs collègues oublient de quel côté ils se situent, pour mieux les combattre s’ils se situent du mauvais côté.
  • Il s’agit le plus souvent de simples interpellations, ou de questions au ministre. Autant dire de vœux pieux, rarement étayés de propositions concrètes quant à la forme que devrait prendre l’enseignement en question. Il faut attendre 1936 pour voir un Breton, Trémintin, républicain modéré de son état, mettre sur pied une véritable proposition de loi.
  • Les ministres concernés répondent toujours de la même façon, par une fin de non recevoir, parfois explicable en termes politiciens (celui qui interpelle appartient à un parti d’opposition : comment répondre favorablement, quand on est ministre de la République, à un Léon Daudet par exemple ?), mais le plus souvent fondée sur un raisonnement standard : la langue en question est très intéressante (les ministres d’origine occitane ne manquent pas, en général, d’ajouter qu’eux-mêmes parlent « patois » avec plaisir) ; elle est surtout intéressante à l’Université, ou dans le cadre d’associations ad hoc ; mais l’école de la France se doit de n’enseigner que le français, que d’ailleurs beaucoup d’enfants ignorent encore.

9Et le plus souvent, l’histoire s’arrête là. Le député, ayant fait sa bonne action, se rassoit, communique son intervention à ceux de ses électeurs que le sujet intéresse, et l’on passe à l’ordre du jour.

10La proposition Trémintin est la seule à connaître un itinéraire plus long, du fait de sa nature ; mais il suffit de la transformer, après passage devant la Commission de l’Instruction Publique, en simple vœu au gouvernement pour qu’elle retrouve le chemin obligé de toutes ces interventions : l’enterrement en bonne et due forme. Et ce alors même qu’une grande campagne en faveur du breton a amené quelque 40 % des conseils municipaux de basse Bretagne à prendre position pour son enseignement. Autant dire que la porte est bien cadenassée, et qu’elle le reste même devant les élus du peuple souverain.

11Il faut attendre la catastrophe de 1940 et le temps de l’État Français pour voir prendre les premières mesures, et encore avec quelle timidité !

  • 2 Cf. Martel, « Travail, Famille, Patois », in Practicas, nos 9-10, 1987 [et ici même, chapitre 6].

12Nonobstant le salut du Maréchal à l’œuvre de Mistral en septembre 1940, nonobstant le goût du régime pour une certaine thématique « régionaliste », c’est seulement en décembre 1941 que paraît la circulaire Carcopino, qui autorise l’enseignement facultatif de quelques langues régionales dans le primaire, à raison d’une heure et demie maximum par semaine. Mesure qui semble d’ailleurs n’avoir eu qu’un succès mitigé, avant que la Libération ne l’abolisse2.On pourrait croire, après un tel épisode, et une si visible collusion entre la cause des dialectes et un régime honni, que l’affaire est définitivement enterrée. Or on va la voir ressurgir dès les premières années de la Quatrième République.

7.1.1 Textes et contre-textes

13Indépendamment des associations de défense des diverses langues concernées, qui recommencent dès 1945 le petit jeu des pétitions et des vœux, la Chambre des députés va être bientôt saisie d’un certain nombre d’initiatives.

14Le 16 mai 1947, quelques députés communistes de Bretagne, parmi lesquels Pierre Hervé et le vétéran Marcel Cachin déposent une proposition de résolution

tendant à inviter le gouvernement à prendre les arrêtés et mesures nécessaires à la conservation de la langue et de la culture bretonnes.

15L’année suivante, quelques députés communistes des Pyrénées-Orientales, dont un autre vétéran, André Marty, qui fait encore figure de numéro deux du P.C.F., déposent un autre texte, mais cette fois c’est une proposition de loi en faveur du catalan.

16On est le 24 juillet 1948 ; le 27, des députés bretons du M.R.P., dont Trémintin, l’homme de la proposition de 1936, apparemment décidé à conforter l’ethnotype du Breton têtu, déposent à leur tour une proposition de loi qui cite d’ailleurs avec bienveillance le texte Hervé-Cachin.

17Ces diverses propositions se recoupent assez bien, il est vrai, dans leurs demandes concrètes : développement de l’enseignement universitaire pour le catalan (le P.C.F. demande la création de quatre chaires à Toulouse, Montpellier, Bordeaux et Paris, et pour 1951, une licence de catalan). Mais aussi les divers textes demandent l’entrée du breton et du catalan dans les lycées, leur reconnaissance comme langues vivantes admises au baccalauréat ; et le primaire n’est pas oublié puisque tous demandent l’entrée des langues concernées dans le cursus des écoles normales d’instituteurs, avec examen obligatoire à la clé.

  • 3 Cf. Bernard Gardin, « Loi Deixonne et langues régionales : représentations de la nature et de la f (...)

18On voit qu’on n’est pas là dans le seul domaine symbolique3. P.C.F., M.R.P. : ce sont deux des trois grands partis qui se partagent alors les travées du Palais Bourbon et du Luxembourg. Le troisième, c’est la S.F.I.O. Que font les socialistes dans cette histoire ?

19Le 11 juin 1947, presque un mois après le dépôt de la proposition de résolution communiste à propos du breton, la commission de l’Éducation Nationale se réunit pour désigner, conformément aux usages, un rapporteur. Les communistes ont un candidat, Hamon, corédacteur de la proposition ; le M.R.P. propose Marie-Madeleine Dienesch, députée de Bretagne. Mais c’est un député socialiste, Maurice Deixonne qui est finalement élu après le désistement en sa faveur de Dienesch. Le lendemain, 12 juin, la S.F.I.O. dépose à son tour une proposition de résolution, due entre autres à Rachel Lempereur, députée du Nord, portant sur le perfectionnement et le renforcement de la langue française. On y lit ces mots :

Certes, la langue, le dialecte, le patois, peuvent être utilisés dans la vie familiale et courante, mais l’école nationale ne peut connaître que la langue nationale de la République une et indivisible, et mettre l’enfant en mesure de s’exprimer aisément dans l’esprit et selon le verbe de la communauté nationale. Il va de soi que nos diverses régions trouveront toujours dans leurs traditions locales la forme d’expression qui leur est propre — folklore, kermesse, fêtes locales, danses, cours spéciaux dans les universités.

20Le tout précédé de considérations sur le danger séparatiste tel qu’il s’est manifesté pendant la guerre.

  • 4 Extrait d’une lettre figurant dans le dossier Deixonne conservé à l’OURS (Office Universitaire de (...)

21On est ici dans la droite ligne des réponses ministérielles de la Troisième République, y compris dans le renvoi au folklore. On ne saurait être plus éloigné du projet déposé par le P.C.F. Du coup, l’élection de Deixonne prend une signification toute particulière. Hamon ne s’y trompe d’ailleurs pas, qui l’apostrophe en ces termes : « tu es désigné pour saboter le projet4 ? » et reçoit d’ailleurs une réponse... positive !

  • 5 L’autobiographie de Deixonne, que je résume ici, tente d’atténuer la portée de l’épisode.

22De fait, rien ne prédispose Maurice Deixonne à travailler sur un tel sujet ; il est né en 1904 à l’Ile Maurice. Son père, vétérinaire, est originaire du Maine. Sa mère est lorraine. Ancien élève de la rue d’Ulm, agrégé de philosophie en 1930, sa carrière est vite entravée par son engagement politique. Membre de la S.F.I.O. depuis 1926, candidat à Aurillac (au hasard d’une mutation) en 1934, révoqué en 1940 par Vichy, il a milité, au sein du parti, dans des tendances marginales : planiste puis, un temps, pivertiste, à l’extrême gauche du parti, il appartient pendant la drôle de guerre à une tendance ultra-pacifiste aux côtés de Georges Lefranc, historien du syndicalisme et futur pétainiste, et de Zoretti, futur collaborateur5. À la Libération, cet incident de parcours a néanmoins été oublié, et, élu du Tarn, il a la réputation d’un bourreau de travail toujours prêt à assurer les tâches les plus ingrates du travail parlementaire. C’est visiblement cette réputation qui amène Lempereur à lui demander, selon son propre témoignage, de s’occuper du texte Hervé-Cachin. Le fait qu’il ne se soit jamais intéressé au problème des langues de France constitue d’évidence une qualité supplémentaire aux yeux des gens qui veulent étouffer la demande communiste, ainsi que celles qui suivront : en mars 1949, il sera ainsi confirmé à son poste de rapporteur unique pour les trois propositions déposées.

23Pourquoi tant de haine, au fait ? Pourquoi ce refus immédiat de la S.F.I.O. ? En dehors des questions de principe — hostilité aux « patois « traditionnelle dans une partie de la gauche et des syndicats d’enseignants — il semble bien que le contexte politique, sinon politicien, ait été déterminant. Le témoignage a posteriori de Deixonne lui-même est sans équivoque : la défense des « patois » ne pouvait être qu’une manœuvre sournoise de l’ennemi :

Voilà que ces messieurs de chez les curés et de chez les apparatchiks déposent des propositions de loi pour attaquer l’œuvre de Jules Ferry, et introduire les langues régionales comme machine de guerre, comme bombe à retardement dans les écoles de la République.

24On ne comprend pas cette crispation si on ne tient pas compte de deux faits.

  • 6 Sur le contexte, voir Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, Paris, le Seuil, 19 (...)

25D’abord, des trois grands partis de la Libération, la S.F.I.O. est celui qui a perdu le plus de terrain au cours des élections successives : des 135 députés de 1946, il ne reste plus après les élections de novembre de la même année que 91 rescapés. Les communistes sont 165, le M.R.P. conserve 158 sièges6. Autant dire que les socialistes se sentent menacés.

26Deuxième fait : le 5 mai 1947, quelques jours donc avant le dépôt de la proposition Hervé-Cachin, le Président du Conseil socialiste Ramadier s’est débarrassé de ses ministres communistes. La guerre froide naissante et les difficultés économiques mettent ainsi fin au précaire tripartisme de l’après guerre. On peut donc comprendre que, pour les socialistes, toute proposition émanant de leurs rivaux ne peut qu’apparaître dangereuse. Quant aux langues régionales, qui s’en soucie ?

27Il serait tout à fait légitime, dès lors, d’imaginer un enterrement rapide et sans phrases de la question, moyennant quelques fleurs de rhétorique. Ce n’est pourtant pas ce qui va se passer. L’entrée en scène du M.R.P. à l’été 48 peut bien confirmer Deixonne dans l’idée d’un complot anti-Ferry, elle n’en signifie pas moins l’existence virtuelle d’une majorité parlementaire pour la prise en compte, au moins, du breton. Deixonne est donc forcé d’aller plus loin, et de proposer quelque chose : ce sera une synthèse des projets présentés, plus large en ce qui concerne l’éventail des langues concernées, plus étroite au niveau des mesures concrètes. La « Loi Deixonne » peut naître.

7.2 Course d’obstacles dans les palais nationaux

28Commençons par poser quelques dates-jalons :

  • Le 16 février 1949, après une première intervention de Deixonne le 2 février, la Commission de l’Éducation Nationale le confirme comme rapporteur commun des propositions déjà existantes, avec mandat d’ouvrir sur d’autres langues, essentiellement le « provençal ».
  • Après une autre réunion le 15 juin, Deixonne, au nom de la Commission, propose son premier rapport, assorti d’un projet en 13 articles, concernant le breton, le catalan, le provençal et le languedocien. Il demande le vote sans débat, mais le gouvernement impose un délai de réflexion.
  • Le 5 décembre 1949, le Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale marque son opposition à l’introduction des langues régionales dans les épreuves du bac.
  • Le 15 décembre, Deixonne propose un second rapport, en recul sur le précédent, mais qui ajoute le basque aux langues sélectionnées, et introduit le concept de langue occitane. L’Assemblée vote ce texte sans débat.
  • Le 2 mars 1950, au Conseil de la République (l’équivalent du Sénat de la IIIe République), le sénateur socialiste Lamousse, au nom de la commission de l’Éducation Nationale, propose un rapport qui « amende » le texte initial.
  • Le 23 mars le Conseil de la République renvoie le texte amendé à l’Assemblée.
  • Le 28 juillet, à l’Assemblée, Deixonne rapporte pour la troisième fois...
  • Le 11 janvier 1951, le texte définitif est adopté en seconde lecture à l’Assemblée.

29Rien que de bien classique en apparence dans cet itinéraire sinueux, mais constitutionnel. En réalité, chacune de ces dates, pratiquement, représente une rude bataille.

30a) Sur les langues concernées

  • 7 Félix Castan m’a signalé un article de Marty dans la Dépêche de Toulouse, dans lequel il démolit l (...)

31On l’a vu, les propositions parlementaires ne s’intéressaient qu’au breton et au catalan7. Assez vite se pose la double question des revendications pour d’autres idiomes, et de la limite à fixer à leur prolifération. C’est dans le cadre de la commission spécialisée que s’effectue ce travail. Le provençal est introduit le 6 février, sur intervention de députés des Basses-Alpes et des Bouches-du-Rhône (Farine et Cayol). Le 15 juin, le député Monteil obtient le remplacement de l’expression « langue d’oc », proposée par Deixonne, par « provençal et languedocien », afin, dit-il, d’éviter des « patois » comme le limousin. C’est la formulation retenue par le rapport du 6 juillet. Le basque ne fait son apparition que le 15 décembre dans le second rapport. Les correspondances reçues par Deixonne semblent indiquer que la première intervention parlementaire en faveur de cette langue n’est pas antérieure au 12 décembre. En tout état de cause, une fois admise la langue d’oc dans son ensemble et le basque, on ferme, le souci essentiel des députés étant visiblement d’éviter l’extension de la loi à l’allemand d’Alsace, malgré la pression de certains élus de cette région, pour des raisons politico-historiques alors évidentes à défaut d’être sérieuses.

  • 8 Signalons au passage que pour Deixonne, il n’existe, au moins dans la loi proprement dite, que des (...)

32Plus généralement les correspondances de Deixonne comme ce que l’on sait des débats en commission montrent bien la peur de voir déferler toutes sortes d’idiomes et « patois » incontrôlables8...

33b) Sur l’extension à donner à l’enseignement des langues sélectionnées, les moutures successives du texte sont d’entrée de jeu en retrait par rapport aux propositions antérieures.

34On insiste lourdement sur le caractère facultatif desdits enseignements renvoyés hors programme, dans le cadre des activités dirigées. Plus question non plus de formation obligatoire des maîtres dans les écoles normales : il n’y aura que « des cours et des stages facultatifs » organisés « dans la mesure du possible ». On appréciera la précaution. Ajoutons qu’alors qu’un brouillon manuscrit non daté du texte Deixonne indique que tout instituteur volontaire « sera autorisé » à donner des cours de langue régionale, la version soumise à l’Assemblée corrige : « pourra être autorisé », ce qui, en langage administratif ne veut pas dire tout à fait la même chose. Il n’est pas indifférent par ailleurs de noter l’entrée dans le texte de Deixonne d’une notion étrangère aux propositions antérieures, celle d’un « folklore » mis sur le même plan que la langue, et donc réduisant d’autant la place de celle-ci dans le programme.

35c) Sur les examens appelés à sanctionner l’enseignement reçu, le combat a été également assez intense.

36Deux points font problème. Au niveau de l’enseignement supérieur, d’abord, le texte de Deixonne institue des certificats de licence pour les langues concernées. les sénateurs introduisent un amendement spécifiant que ces certificats « n’ouvriront pas droit à l’enseignement », ce qui leur enlève beaucoup de leur intérêt. Et Deixonne dans son troisième rapport de juillet 1950 de souligner aigrement :

autant avouer que l’on veut faire de l’enseignement régionaliste une activité de luxe, susceptible de n’intéresser qu’une poignée de dilettantes, et qu’on se soucie bien peu de recruter les maîtres qui, aux échelons inférieurs, auront à dispenser l’enseignement nouveau.

37Et il exige le retrait de l’amendement sénatorial. On voit qu’on l’a échappé belle.

  • 9 L’exposé des motifs de la proposition Vourc’h-Trémintin cite cruellement une lettre du ministère e (...)

38Mais l’essentiel du combat se mène à propos du baccalauréat. Le brouillon initial de Deixonne, en son article 9, prévoit une épreuve facultative de langue régionale — plus question d’en faire une seconde langue vivante comme le voulaient les propositions antérieures—et stipule que les points obtenus au dessus de la moyenne comptent pour l’admission. C’est le régime des autres langues facultatives. La rédaction proposée en juillet 1949 ne prend déjà plus en compte que les points « obtenus en dessus de la note 12 ». Sur ces entrefaites intervient, tel le diable hors de sa boîte, le Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale. Les grands et vieux universitaires qui le composent, avec des représentants des personnels d’ailleurs discrets sur le sujet, produisent le 5 décembre 1949 un avis d’où il ressort que l’absence de normes fixées pour la plupart des langues concernées9 interdit de « donner un texte unique » aux candidats. Seule reste possible, dès lors, une sorte de conversation banale, propre à avilir le niveau d’un bac déjà bien bas, selon eux. La conclusion, à peine adoucie par la reconnaissance d’un enseignement supérieur sérieux de ces langues, est sans appel :

Au baccalauréat les épreuves envisagées auraient nécessairement un caractère trop élémentaire pour des garanties de culture, ou au contraire, réclameraient une préparation de nature à compromettre, au détriment des disciplines obligatoires, l’équilibre des études.

39Comme on voit, le Conseil a pensé à tout, y compris à la possibilité d’un enseignement cohérent, en lycée, qui préparerait les candidats : la porte est bien fermée.

40Au terme d’un marchandage avec le Ministère, Deixonne finira par arracher, dans son rapport du 15 décembre, un compromis : on maintient, malgré le Conseil Supérieur, une épreuve facultative au bac, mais les points obtenus ne comptent plus que pour l’obtention d’une mention autre que passable. Autant dire que ça ne sert pas à grand chose. Il faudra attendre plus de vingt ans pour revenir enfin au stade primitif, celui du brouillon initial...

41Si l’on ajoute à tout cela les contraintes financières agitées par le Ministère des Finances, réticent à l’idée de créer et de payer des chaires de langue régionale, on voit bien que Deixonne, qui se gardait pourtant bien de demander la lune, finit par trouver encore plus frileux que lui. Ce qui n’est guère étonnant, compte tenu du long passé d’hostilité aux « patois » du monde politique français.

42Ce qui peut étonner, par contre, c’est l’action de Deixonne lui-même, qui, plutôt hostile a priori, finit, une fois fixée la limite des concessions qu’il entend faire aux tenants de l’ouverture, par se retrouver en position de défenseur des langues régionales, à partir du moment où son projet se trouve menacé de laminage par des forces malveillantes.

43Résultat d’une évolution personnelle, qui l’aurait progressivement sensibilisé au problème, à travers notamment la découverte des positions de Jaurès sur la question ? C’est ce qu’il indique dans ses souvenirs. On peut aussi faire intervenir le rôle des réactions suscitées, au delà du petit monde parlementaire, par son projet.

7.3 Pour ou contre

44Car les réactions n’ont pas manqué. Il y a d’abord celles des adversaires de toute promotion scolaire des « patois ». On a vu que ceux-ci veillent dans les couloirs du Ministère.

45Encore ne sait-on pas tout : l’avis motivé du Conseil Supérieur ne doit pas faire oublier la masse des fonctionnaires petits et grands qui s’emploient et s’emploieront dans l’ombre à saboter le projet Deixonne.

46Sa correspondance révèle ainsi les manœuvres de tel ou tel inspecteur désireux de lui expliquer, en privé, les dangers de ses propositions. Et il convient de s’arrêter un moment, dans cette perspective, sur l’intervention du sénateur Lamousse, socialiste mais aussi inspecteur primaire ; dans tous les sens du terme d’ailleurs, car son rapport au Conseil de la République offre tous les poncifs des adversaires des langues de France.

47—Le bac :

l’introduction d’une épreuve même facultative de langue locale dans le cadre du baccalauréat n’est pas possible. Et fût-elle possible, elle ne serait pas souhaitable, car elle aurait inévitablement pour effet, soit de déséquilibrer l’examen, soit d’abaisser un niveau que nous jugeons déjà insuffisant

48— Le « patois » à l’école primaire : ici intervient l’expérience de l’homme de l’art, de l’inspecteur :

Tous mes instituteurs et institutrices m’ont déclaré [tous !] qu’ils considéraient le dialecte comme un fléau pour leur enseignement, les enfants des hameaux étant obligés d’apprendre le français comme une langue étrangère et supportant de ce fait un lourd handicap par comparaison à ceux qui avaient eu la chance de naître dans une famille où l’on parlait le français.

49S’y ajoutent, pêle-mêle, le souci de programmes déjà bien lourds, et des arguments plus politiques, la peur de voir l’allemand s’introduire en Alsace, et la méfiance face à l’étrange alliance des communistes et des chrétiens-démocrates au service des dialectes :

ce fraternel mélange ne nous inspire pas grande confiance.

  • 10 Cf. l’inventaire dressé par Jean Lesaffre dans le Gai Saber no 247, octobre 1952. Dans ses numéros (...)
  • 11 Maurras lui-même, qui est alors en prison, intervient dans le débat contre Duhamel dans son livre (...)

50La presse parisienne relaie cette méfiance et cette hostilité. Pas loin d’une soixantaine d’articles ont salué, pendant l’année 1950, l’examen du texte de la loi10. Pratiquement la moitié attaque ce texte. Mais si les partisans des langues régionales s’expriment d’abord dans la presse régionale, à l’exception notable du journal royaliste Aspects de la France, fidèle aux positions de Maurras11, l’essentiel des attaques vient de la presse parisienne : Le Monde, Le Figaro, L’Aurore mais aussi Le Populaire, le journal des amis de Deixonne, qui offre un bel échantillonnage de propos hostiles émanant de philologues comme Mario Roques ou de syndicalistes : le secrétaire général du Syndicat National des Instituteurs, Henri Aigueperse, est d’ailleurs cité par Lamousse comme adversaire décidé des « patois » à l’école. Tandis que sans cesse revient, dans les colonnes du Populaire, le souvenir de l’Alsace, preuve vivante, pour ces gens, des méfaits du bilinguisme.

51Si l’organe de la S.F.I.O., qui est censé soutenir Deixonne, laisse défendre ce genre de positions, on devine ce que peut être le ton de la presse non socialiste.

52Le dialectologue Dauzat tonne dans la revue qu’il dirige, Le Français Moderne, comme dans sa chronique linguistique régulière du Monde.

53Ses arguments : la confusion que l’enseignement du dialecte introduira dans de jeunes cervelles, le fait que les parents, foi de dialectologue, ne veulent entendre parler que du français, sans oublier les périls politiques. En juillet 1950, sous le titre « l’enterrement du projet Deixonne », il écrit

les lettres des fanatiques [qu’il a reçues après ses premiers articles] qui clament la haine de Paris et de la France semblent sortir d’une même officine. Et l’on s’est rappelé les efforts des Allemands pendant l’Occupation pour favoriser les dialectes dans un but de séparatisme.

  • 12 Le Français Moderne, n° 2 (mars 1950), 3 (juillet), 4 (octobre) : c’est là qu’interviennent Campro (...)

54Un peu plus tard, il citera le discours prononcé par le vieux cacique radical Édouard Herriot pour le centenaire de Vaugelas, où le péril « patois » est de même dénoncé12.

55Dans le Monde du 7 mai 1950, Dauzat dépense beaucoup d’ingéniosité pour nier qu’il y ait en France des langues minoritaires. De telles langues, dit-il, sont parlées par l’ensemble de la population, toutes classes confondues ; les « patois », eux, ne sont parlés « que » par les paysans.

56Il est utilement secondé dans son effort par l’humoriste de service, Robert Escarpit, qui ne savait pas alors qu’il existait une nation gasconne, et qui égaye le débat d’articulets comme celui où il décrit la grande polémique linguistique entre Cro-magnons et Magdaléniens, au cours de laquelle un linguiste cro-magnon meurt assommé par le livre de son adversaire magdalénien. Il faut dire que le livre est en grès.

  • 13 Le Monde, 17 mai 1950 (Dauzat), 3 juin (Escarpit) 11 juillet (discours d’Herriot) 21 janvier 1951 (...)

57C’est évidemment à mourir de rire, comme un autre article du même auteur, astucieusement intitulé « félibres fébriles », où il pourfend les Périgourdins du Bournat (le Félibrige de Dordogne) qui prétendent empêcher Georges Duhamel (de l’Académie Française) de parler dans leur bonne ville de Périgueux13.

58C’est que Georges Duhamel (de l’Académie Française), titulaire d’une chronique régulière au Figaro, compte parmi les adversaires les plus féroces du pauvre Deixonne. Il attaque dès les 29-30 mars 1950, sous le titre « Un attentat contre l’unité française ». On y lit :

Que les régionalistes se rassurent : je ne songe pas à leur chercher querelle quand ils s’efforcent de maintenir les caractères de leur province, les traditions, les coutumes particulières. Mais je dis, mais j’affirme, que si l’école communale ouvre sa porte aux dialectes et aux patois—car on commence à parler aussi des patois — c’est l’esprit même de la nation qui se trouve en cause, c’est le génie même du pays que je vois menacé de décrépitude et d’anéantissement [...]. Si le Parlement accepte bénévolement la déchéance de la langue française, si le Parlement accepte de voir se dissoudre l’unité intellectuelle de la nation qu’il est censé représenter, je récuse un tel parlement, et je ne serai pas le seul à prononcer une telle sentence.

59Terrible menace, qui fait planer le spectre d’un putsch mené à bien par les académiciens en grand costume.

60Cette diatribe épique vaut à Georges Duhamel (de l’Académie Française) un courrier peu amène. Il revient du coup plusieurs fois sur le sujet, étonné lui-même des réactions qu’il suscite.

  • 14 Le Figaro, 29-30 mars 1950, 5 mai (« La tour de Babel »), [dans le même numéro le ministre de l’ag (...)

61Le second article, plus politique, reprend la vieille idée du complot allemand pendant l’Occupation, ce qui permet à Duhamel de saluer le courage de Jacques de Lacretelle (de l’Académie Française) qui avait publié en 1942 contre la circulaire Carcopino un vigoureux article dans... le Figaro, décidément obsédé. Et notre chroniqueur de signaler qu’après tout les dialectes subsistent surtout dans les zones frontalières, avant d’imaginer d’ultérieures dérives, qui verront apparaître une monnaie bretonne, et des avis en flamand et en basque aux portières des wagons14.

62Toutes choses qui ne désarment pas les « patoisants », ce qui amène Georges Duhamel (de l’Académie française) à produire le 12 mai 1950 un nouvel article (« Pour les contradicteurs de bonne foi ») où il se sent obligé de jeter un peu de lest.

63Il rappelle ainsi que c’est grâce à lui que Joseph d’Arbaud avait eu un prix de l’Académie en 1943 ; et d’ajouter que c’était la première fois qu’un livre écrit dans une autre langue que le français recevait un tel prix, ce qui semble indiquer une belle ignorance des récompenses jadis reçues par un certain Frédéric Mistral.

64Il reconnaît même la beauté des « patois », et leur utilité dans l’enseignement supérieur. Mais pas dans le primaire. Il ne lui reste plus, par la suite, qu’à clore le débat par deux articles boudeurs (« Bilan d’une controverse » et « Amertume de journaliste ») d’où il ressort que toute cette histoire l’a bien peiné, et qu’en plus on ne l’a pas bien compris. Et la loi passe quand même.

65Dauzat, Lamousse, Duhamel : l’Université, le Luxembourg, l’Académie...

66Ce sont là quelques unes des têtes, moyennement séduisantes, de l’hydre qui défend l’entrée de l’école face aux « dialectes ».

67Si on y ajoute les plumitifs comme Escarpit, et, plus importants, le Syndicat National des Instituteurs et les bureaucrates du Ministère, on a l’effectif assez complet des adversaires des langues régionales. Tous n’ont pas la même efficacité. Les articles et les rapports seront vite oubliés, les bureaucrates demeurent : on le verra au moment où il faudra appliquer le modeste texte de janvier 1951. Et que faire avec les instituteurs, même si tous ne partagent pas l’hostilité de leur appareil syndical ? Autant dire que la loi Deixonne a eu d’implacables ennemis.

68Mais il y a eu aussi des défenseurs des langues de France pour agir. Dès la genèse de la loi, Deixonne reçoit des lettres individuelles ou des textes collectifs, voire des pétitions pour le breton, ou l’occitan.

69Ce sont parfois des camarades de parti, les uns peu convaincus, comme ce Reeb, député de Bretagne, qui demande amicalement à Deixonne d’expliquer aux associations bretonnes qu’il est intervenu auprès de lui à propos de « cette putain de question à la noix » (sic).

70D’autres, en revanche, prennent l’affaire au sérieux, comme Armand Keravel connu aujourd’hui encore comme militant actif du breton à l’école, ou Max Rouquette, animateur avec d’autres du Cartel National de Défense des Langues Dialectales Françaises, délégué général de l’Institut d’Études Occitanes, et par ailleurs, donc, militant S.F.I.O. Il y a aussi des instituteurs ou d’incontestables laïcs comme ce Ch. Le Seach qui écrit le 9 octobre 1948 :

c’est en breton que mes parents m’ont appris à aimer la France et la République.

71ou les animateurs du tout jeune Prouvençau a l’escolo, ou, à Marseille, l’incontournable Jòrgi Reboul.

72Bientôt le travail de lobbying va s’organiser, avec l’aide des Bretons ou des Occitans de Paris.

73Il y a ceux qui luttent par la plume : Dauzat a l’honnêteté—minimale au demeurant—de publier dans Le Français moderne les points de vue de Charles Camproux et Charles Rostaing, tous deux universitaires, tous deux militants de la langue d’oc, dont les points de vue ne coïncident évidemment pas avec le sien.

74Il y a ceux qui négocient directement avec les parlementaires intéressés : le Breton Toulemont et, du côté de l’association félibréenne à Paris, les « Amis de la langue d’oc », Gaussen, Lesaffre, et surtout Pierre-Louis Berthaud, auquel sa qualité de journaliste parlementaire et son caractère d’ancien de Dachau confèrent un certain poids dans les couloirs.

75Mais c’est là une autre histoire, bien plus souterraine, et dont les archives Deixonne ne permettent que de deviner les contours.

76On le sait, la loi Deixonne ne répond que très imparfaitement aux vœux des associations de promotion des langues de France, qui n’ont cessé depuis de réclamer son actualisation, sans autre résultat que quelques aménagements réglementaires, d’ailleurs non négligeables. Mais le Parlement, depuis, n’a plus rouvert le dossier. Comme si pour les gouvernements successifs, le cadeau de 1951 réglait définitivement la question.

77Bien sûr, le contexte incite à l’indulgence pour cette pauvre loi.

78Née d’une configuration politique particulière, la décomposition du tripartisme, elle doit beaucoup aux manœuvres désespérées de la S.F.I.O. pour désamorcer la bombe élaborée par les partis rivaux. Lesquels, soit dit en passant, se sont laissés assez facilement priver de leur bébé, qui globalement, ne devait intéresser que certains de leurs membres. Il n’est pas impossible que l’entrée progressive de Marty en disgrâce face à la direction du P.C.F. ait à voir avec la discrétion remarquable de ce dernier dans la décisive année 1950.

79De toute façon il est bien clair que la loi Deixonne doit peu, au fond, à un désir de réparer une injustice, ou de reconnaître pour de bon la pluralité culturelle française.

80Compte tenu de l’hostilité suscitée un peu partout par le projet, il est même à la limite étonnant qu’il n’ait pas été enterré de façon définitive. À titre de comparaison, il a fallu beaucoup moins de temps au gouvernement, en 1985, pour laisser glisser loin de l’ordre du jour de l’Assemblée la proposition Destrade-Dollo. Sans doute Deixonne avait-il l’épiderme plus dur. Il est même assez fascinant de voir cet homme, au départ étranger au problème et fondamentalement hostile, finir par prendre son travail suffisamment à cœur pour refuser de le laisser totalement dénaturer, une fois que lui-même s’est employé à le débarrasser de toutes les audaces que ses prédécesseurs voulaient y mettre. Comme si les oppositions, intellectuellement bien épaisses, souvent, l’avaient fait basculer. Il est vrai que le vote de 1951 ne les désarme pas... Ne viennent-elles pas, après tout, de fort loin ? Les arguments utilisés naissent à la fin du xixe siècle ; certains sont encore utilisés de nos jours.

81Ce que prouve l’histoire de la loi Deixonne, c’est l’extraordinaire immobilité de l’opinion française sur cette question. Une immobilité presque désespérante.

82Et pourtant elle est passée, cette fameuse loi.

83Elle le doit à l’obstination de son auteur, certes ; au coup de pouce donné in fine par le ministre de l’Éducation Nationale Delbos, député de la Dordogne au demeurant.

84Elle le doit aussi à la pression patiente exercée par les associations minoritaires, enfin réunies dans une structure commune, après des décennies de combat en ordre dispersé.

85Et peut-être le doit-elle aussi à la conscience plus ou moins claire, chez les maîtres du jeu, du fait que l’état réel, dans la société, des langues concernées — pourvu qu’on sache tenir l’allemand d’Alsace à l’écart — ne constituait plus une vraie menace pour ce pauvre français persécuté. Les maigres mesures de janvier 1951 faisant alors figure, pour les « patois « à l’agonie, d’équivalent laïc à l’absolution in articulo mortis, pour ne pas évoquer le consolament cathare !

86Il peut être consolant, justement, de constater que tout compte fait le moribond avait encore assez de ressources pour survivre à Dauzat, à Duhamel et à Deixonne.

87N.B. : L’essentiel de la documentation utilisée dans cet article provient des archives Deixonne, conservées à l’OURS (Office Universitaire de Recherches Socialistes, 86 rue de Lille, Paris 7e) que je remercie.

88On trouve là la série des propositions, annotées par Deixonne, en général sous la forme de « non » comminatoires, les trois rapports de Deixonne lui-même, ceux de Lamousse et du Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale, les lettres reçues par le rapporteur, et un petit dossier de presse. En dehors du dossier de la loi proprement dite, l’OURS conserve aussi une autobiographie de quelques pages de Deixonne, et une interview du même, donnée à la Revue du Tarn, no 132, 1988, p. 745 sqq.

Notes

1 Cf. Robert Lafont, La Revendication occitane, Paris, Flammarion, 1974, et Michel Baris, Langue d’oïl contre langue d’oc, Lyon, Fédérop, 1978. L’exposé des motifs de la proposition des députés M.R.P. Vourc’h et Trémintin, en 1948, contient aussi un utile rappel des interventions concernant le breton.

2 Cf. Martel, « Travail, Famille, Patois », in Practicas, nos 9-10, 1987 [et ici même, chapitre 6].

3 Cf. Bernard Gardin, « Loi Deixonne et langues régionales : représentations de la nature et de la fonction de leur enseignement », Langue Française, n° 25, février 1975, p. 29-36.

4 Extrait d’une lettre figurant dans le dossier Deixonne conservé à l’OURS (Office Universitaire de Recherches Socialistes, 86 rue de Lille, Paris 7e).

5 L’autobiographie de Deixonne, que je résume ici, tente d’atténuer la portée de l’épisode.

6 Sur le contexte, voir Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, Paris, le Seuil, 1980, t. 15 de la Nouvelle Histoire de la France contemporaine, (L’ardeur et la nécessité, 1944-1952).

7 Félix Castan m’a signalé un article de Marty dans la Dépêche de Toulouse, dans lequel il démolit la langue d’oc.

8 Signalons au passage que pour Deixonne, il n’existe, au moins dans la loi proprement dite, que des langues et dialectes locaux. L’exposé des motifs hésite entre cette expression, celle de « langues régionales » qui prévaudra par la suite, et l’inévitable « patois ».

9 L’exposé des motifs de la proposition Vourc’h-Trémintin cite cruellement une lettre du ministère en date du 3 mai 1947 où le fonctionnaire de service affirme qu’il existe... 77 dialectes bretons différents, interdisant donc tout enseignement normalisé. Le pauvre diable s’était contenté de compter les points d’enquête de l’Atlas Linguistique de Basse Bretagne ! Dans les milieux scientifiques français, l’impression produite par une telle réponse a été pénible. Quant à l’étranger, « on aimerait mieux ne pas y penser, si les échos ne nous en revenaient », commentent les auteurs de la proposition. Sans convaincre personne, naturellement.

10 Cf. l’inventaire dressé par Jean Lesaffre dans le Gai Saber no 247, octobre 1952. Dans ses numéros antérieurs, cette revue donne plusieurs articles substantiels du même Lesaffre et de Berthaud sur l’élaboration de la loi et les débats qu’elle suscite.

11 Maurras lui-même, qui est alors en prison, intervient dans le débat contre Duhamel dans son livre Jarres de Biot, Paris, 1951.

12 Le Français Moderne, n° 2 (mars 1950), 3 (juillet), 4 (octobre) : c’est là qu’interviennent Camproux et Rostaing.

13 Le Monde, 17 mai 1950 (Dauzat), 3 juin (Escarpit) 11 juillet (discours d’Herriot) 21 janvier 1951 (encore Escarpit), 24 janvier (un commentaire de Dauzat sur l’adoption de la loi : « il sera intéressant de voir quelles seront les réactions des instituteurs et surtout des familles rurales ». Le même Dauzat milite à la même époque pour la francisation des toponymes et aussi des patronymes étrangers....

14 Le Figaro, 29-30 mars 1950, 5 mai (« La tour de Babel »), [dans le même numéro le ministre de l’agriculture Gabriel Valay défend, lui, la loi], 12 mai (« Pour les contradicteurs de bonne foi »), 19 mai (« Bilan d’une controverse ») et 26 mai (« Amertume de journaliste »). À noter que Dauzat et Duhamel se citent volontiers mutuellement.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540