Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et l’occitan

 | 
Philippe Martel

6. Travail, famille, patois : Vichy et l’enseignement de l’occitan, apparences et réalités

Texte intégral

1Ainsi s’exprime Jérôme Carcopino, Ministre de l’Instruction Publique dans un arrêté en date du 27 décembre 1941.

2En apparence, il s’agit là d’une véritable révolution : pour la première fois depuis que le Félibrige revendique l’enseignement de la langue d’oc, il reçoit une réponse positive. Les langues régionales entrent officiellement à l’école.

3Or, dès sa parution—dont on verra qu’elle a pris un certain temps— ce texte suscite, de la part des chefs du Félibrige, une certaine méfiance. Frédéric Mistral, neveu du poète et futur chef du Félibrige, exprime bien cette méfiance quand il affirme ne vouloir voir dans l’arrêté du 27 décembre « qu’une étape ».

4Jamais contents, alors, les défenseurs de l’occitan, même quand, comme Mistral neveu lui-même, ils sont idéologiquement très proches du Maréchal ?

5Il convient de chercher pourquoi, et comment, après des débuts placés sous le signe de l’idylle, les militants occitans commencent à prendre leurs distances par rapport à la « Révolution Nationale ».

6.1 1940 : le temps de la divine surprise

6Été 40 : lâchée par son armée, la Troisième République s’effondre. Aux yeux de la plupart des Français, elle porte la responsabilité d’une défaite particulièrement cinglante face à l’Allemagne. Avant de se disperser, ses députés procèdent à leur dernier vote : c’est pour confier les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain.

7Ce dernier, depuis la mort de Joffre et de Foch est devenu, en quelque sorte à l’ancienneté, le symbole vivant de l’armée bleu-horizon qui avait remporté la première guerre mondiale. C’est à ce vainqueur qu’on demande de gérer la défaite, dans l’espoir qu’il saura bien retourner la situation. En outre, il n’arrive pas les mains vides : il réserve à ses nouveaux sujets une collection d’aphorismes qui délimitent les contours d’une politique de restauration des valeurs que le triomphe de la République avait éclipsées, et auxquelles sa mort permet de revivre. Qu’ils adhèrent vraiment à ces valeurs, ou que simplement, dans leur désarroi, ils soient disposés à expérimenter n’importe quel type de solution, les Français, au moins pendant quelque temps, vont faire confiance au « vainqueur de Verdun » pour lancer le redressement national.

8C’est là le contexte général. Un examen rapide des prises de position des dirigeants du Félibrige permet de voir que l’association est alors au diapason de l’état d’esprit prédominant.

9Le Félibrige, à travers ses publications, avait soutenu l’effort de guerre : on trouve dans la revue Oc des éditoriaux de Pierre-Louis Berthaud qui opposent nettement les valeurs de la civilisation d’oc à celles du nazisme. Et l’on ne discerne pas, chez les occitanistes du temps, les hésitations que montrent les hommes des extrêmes-droites bretonne ou alsacienne quand il s’agit de se battre pour la France.

10Après la débâcle, l’arrivée au pouvoir de Pétain rassure un Félibrige déboussolé, qui au surplus a perdu certains de ses éléments les plus dynamiques (Camproux et Reboul sont prisonniers).

11Aux raisons générales qui motivent chez les Français l’adhésion au charisme du Maréchal s’ajoute dans le cas des Félibres l’illusion d’une parenté entre la « pensée » du vieux brave et le mistralisme : apologie de la Terre, des Traditions, de la saine province, tout cela ne peut qu’évoquer des souvenirs à des gens qui pour comprendre le mistralisme, disposent essentiellement des gloses que les maurrassiens ont entassées entre les deux guerres.

12Or les maurrassiens comptent, ou croient compter, parmi les inspirateurs du nouveau régime. Du coup, les vagues projets « régionalistes » du Maréchal peuvent donner l’impression que ce dernier prête l’oreille aux revendications félibréennes. Impression renforcée, le 8 septembre, par un extraordinaire message à la veuve de Mistral, où le Grand Soldat rend hommage au Grand Poète, présenté comme « un sage [...] qui ne cesse de répandre autour de lui la contagion des plus hautes vertus », et le « culte des autels, des foyers et des tombeaux », sans parler de « l’attachement à la petite patrie ». Bref, et en quelques lignes, le concentré du discours de la droite sur le Maillanais.

13Et de toute façon, dès la fin de l’été, le capoulié du Félibrige, Marius Jouveau—que ses convictions personnelles classent plutôt à gauche — écrit au nouveau ministre de l’Instruction Publique pour lui présenter la même requête qu’à ses prédécesseurs : la langue d’oc à l’école.

14L’enthousiasme né du message empêche les félibres d’apprécier le contenu hautement dilatoire des réponses des deux titulaires successifs du poste, Riveau et Mireaux, comme d’ailleurs le silence religieux observé par le message lui-même sur tout ce qui concerne la langue.

15Commence alors une longue négociation.

16Les félibres dans leurs revues alternent savamment coups d’encensoir au Maréchal et rappel insistant de leurs revendications.

17Parallèlement, les groupes félibréens prêtent volontiers leur concours dès qu’il s’agit d’animer une de ces fêtes champêtres que le nouveau régime affectionne.

18Plus concrètement, la création de Comités d’action régionaliste destinés à soutenir l’action décentralisatrice du pouvoir permet à certains notables félibres de s’engager.

19Tandis que pour l’aile maurrassienne du Félibrige l’heure est à l’euphorie : c’est Philadelphe de Gerde qui immole pour le Maréchal « l’antique querelle » remontant à Simon de Montfort. C’est Henriette Dibon qui invite les félibres à s’engager plus encore dans la Révolution Nationale sous peine de la voir se faire sans eux. C’est Xavier Vallat, félibre ardéchois et auteur de contes en occitan d’ailleurs anodins qui chapeaute à l’époque les affaires juives. Sans parler de Maurras lui-même qui émaille ses éditoriaux de l’Action Française de souvenirs mistraliens et de variations mille fois ressassées sur la sagesse duMaillanais. En bref, les félibres payent de leur personne, et ne dédaignent pas de donner des gages, fussent-ils du seul ordre du discours, au Maréchal. En attendant le retour de l’ascenseur.

6.2 Le temps passe

20Or l’ascenseur se fait attendre. La « régionalisation » promise se fait attendre. Et les félibres découvrent vite—on le lit en filigrane dans leurs revues—qu’ils ne sont pas les seuls inspirateurs de la politique officielle en la matière, d’où les attaques fielleuses contre les « régionalistes de la onzième heure », notables et technocrates dont les avis pèsent davantage que ceux de ces amateurs que restent les mistraliens. Quant à l’enseignement...

21Le 9 octobre 1940, Georges Ripert, nouveau Ministre de l’Instruction Publique et frère du Majoral Émile Ripert, produit une circulaire encourageant vaguement l’enseignement de l’histoire régionale (ce qui suscitera d’ailleurs la publication de quelques manuels d’histoire provinciale).

22Le mois suivant, Pétain, reçu par l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse, est soumis à un feu roulant de discours revendicatifs émanant de compagnons de route du Félibrige. Il y répond par de vagues politesses.

23En juillet 1941, alors que l’attente des félibres se prolonge, l’un d’eux, le chanoine Salvat, réussit à rencontrer Ripert, qui lui explique que :

  1. il n’est pas question d’introduire l’occitan dans les écoles primaires ;
  2. on peut toujours essayer dans le Supérieur.

24Ce qui n’est rien d’autre que la fin de non-recevoir traditionnelle sous la Troisième République. Le choc est rude.

25La participation du nouveau ministre de l’Instruction Publique, encore un, l’historien Carcopino à un congrès pédagogique à Toulouse en novembre 1941 permet aux félibres de relancer leur offensive, avec l’aide de l’anthropologue André Varagnac, futur membre de l’I.E.O.

26Directement pris à partie, Carcopino s’en tire par un hommage à l’occitan « latin du pauvre » qui peut apparaître comme une promesse. De fait son arrêté paraît un mois plus tard.

27On comprend mieux maintenant, au vu de ce long parcours, pourquoi cet arrêté est accueilli sans enthousiasme excessif par des félibres échaudés par une trop longue attente. Et ils ne sont pas au bout de leurs peines.

28Car le moins qu’on puisse dire c’est que la décision de Jérôme Carcopino ne fait pas l’unanimité dans les rangs des partisans du régime. Le Temps, dès le 24 novembre 1941, pressentant peut-être ce qui va se passer, publie un éditorial, « L’unité française », où, entre autres considérations, on lit ceci :

Prenons garde toutefois de poser des problèmes que l’histoire a déjà résolus, de soulever des querelles, celle des langues et des dialectes par exemple, depuis longtemps apaisées [...] Il y a assez de frontières, hélas, dans notre pays pour n’en pas forger de nouvelles.

29Et le 10 décembre le Temps, décidément très vigilant sur la question, publie une lettre d’un certain Pecquard contre le « mauvais régionalisme ethnique et linguistique », avec cette question :

Le français, qui recule dans le monde, va-t-il reculer en France aussi ?

30Le 24 janvier, c’est au tour du Figaro d’entrer en jeu, avec un article de l’académicien Jacques de Lacretelle, « le français seul, ou le français langue unique ». On y lit à propos de l’arrêté du 27 décembre :

L’idée procède sans nul doute de la politique de retour à la terre et d’enracinement qui est préconisée avec tant de raison par le gouvernement actuel. Mais la résurrection des dialectes et leur consécration officielle doivent-elles être liées à cette idée ? Pour ma part, je réponds non.

31Et de rappeler le rôle fondamental de la langue dans l’unification de la France, avant de poursuivre :

Ressuscitez la tradition provinciale sous toutes ses formes, encouragez les fêtes et les pèlerinages, honorez les gloires régionales [...] Reconnaissez publiquement qu’un Mistral quand il en naît un est un admirable serviteur du pays. Mais ne morcelez pas l’expression du peuple français.

32Et il reprend l’idée déjà exprimée par le Temps : ne créons pas de nouvelles lignes de démarcation, « nous en avons une pour le moment, cela suffit ».

33Il revient à la charge le 28 février, sous le titre « Sursaut ».

34Visiblement son article précédent lui a valu une abondante correspondance, qui lui a montré que le terrain était mouvant. Car après avoir rappelé que le « patois », ça empêche de bien parler français, et que Mistral était hostile à l’enseignement du provençal (idée extraordinaire dont on se demande d’où il l’a sortie), il veut bien concéder que ce même « patois » peut éviter l’uniformité. Mieux encore :

En somme, par cette consécration officielle des dialectes, on souhaite de donner au peuple une culture, mais une culture inoffensive, débarrassée de ces idées qu’il risque de s’assimiler mal et qui deviennent vite toxiques à la tête trop chaude du Français. On cherche à constituer une nappe saine et vive d’où s’élèvera ensuite le génie propre de la France.

  • 1 Feu l’organe de la S.F.I.O.

35En bref, il vaut mieux lire du « patois » que Voltaire ou le Populaire1 ! On voit que le dialecte n’est pas si inutile que ça, pourvu qu’il serve expressément à murer le bon peuple dans une bienheureuse ignorance. Les défenseurs des langues régionales n’avaient certes pas besoin d’approbations de cette nature !

36Comme de juste, dans la presse nationale, le seul soutien aux mesures de décembre vient de l’Action Française, renforçant ainsi les observateurs éventuels dans l’idée que la question des dialectes est la chasse gardée des maurrassiens.

37Thierry Maulnier répond à Lacretelle dès le 26 janvier 1942.

38Le lendemain, c’est Maurras lui-même, dans son éditorial quotidien (« La politique ») qui prend la défense des « langues provinciales, seules susceptibles d’attacher l’homme à sa terre ».

39Et les revues de presse de Maulnier du 30 janvier, du 5 février reviennent sur le problème, avant de céder la parole au vieux Martégal qui se déchaîne les 18 février, les 4, 6 et 23 mars, les 13, 17, 18-19 avril ! Sans préjudice des allusions à la sagesse de Mistral, des souvenirs félibréens, déjà évoqués, des comptes rendus d’ouvrages en oc, ou de ces récits de conférences en province où Maurras explique à ses auditeurs que Mistral a été le premier à chanter le travail, la famille et la patrie. Mais que pèse cette prose partisane et répétitive face à l’opinion majoritaire du public « cultivé » ?

6.3 Sur le terrain

40Pendant que les honorables académiciens s’étripent dans leurs quotidiens préférés, que se passe-t-il en pays d’oc ?

41Il y a des signes encourageants : les effectifs du Félibrige, qui avaient baissé régulièrement jusqu’à la veille de la guerre, redémarrent sous Vichy.

42Le cours d’occitan par correspondance géré par l’Escola Occitana de Salvat remporte un certain succès : 430 élèves en 1941, 700 en 1943.

43Des municipalités comme celle d’Hyères subventionnent l’enseignement dans les écoles communales.

44Mieux : dans les écoles des Basses-Alpes et dans celles du Gard s’organise un grand concours scolaire destiné à récompenser les meilleurs élèves d’occitan ; des centaines d’enfants y participent, sous l’œil attendri des autorités locales, des sociétés savantes et bien entendu des félibres.

45Il y a donc, semble-t-il, une certaine demande qui se manifeste. Pour la satisfaire d’ailleurs, des félibres éminents se mettent au travail. À peine rentré—non sans mal—de sa captivité allemande, Charles Camproux publie en 1942 un petit manuel d’occitan à l’usage des classes languedociennes.

46Cela dit, on ne saurait parler d’un grand succès. En l’absence de toute statistique générale, on ne peut que discerner de grandes tendances. Ainsi il est clair que tout le monde n’est pas convaincu, en pays d’oc, de l’intérêt d’enseigner « le patois ».

47On trouve un bon exemple des débats suscités par la question à travers une petite revue du Lot, Quercy, expressément fondée en décembre 1941 pour soutenir l’effort régionaliste du gouvernement. Dès le numéro 3, en février 42, le problème de l’enseignement de la langue est posé par un certain Ernest Lafon, membre de la commission départementale de la propagande régionaliste, accessoirement instituteur, et poète « patois » à ses heures. Son point de vue est clair : il n’est pas souhaitable d’enseigner le « patois » à l’école. D’abord parce qu’on n’a pas le temps, l’essentiel du temps scolaire étant consacré à l’apprentissage du français. Tout au plus peut-on se servir parfois du « patois » pour expliquer telle ou telle difficulté du français. Par ailleurs, enseigner l’occitan écrit ne pourrait que troubler les cervelles enfantines : face au français « nation », et à l’occitan « nacion », comment ne feraient-ils pas les plus redoutables confusions ?

48Le n° 5, en avril 42, revient longuement sur la question, avec d’abord l’opinion de Jean Bonnafous, vieux militant de l’enseignement de l’occitan, puisque fondateur en 1923 d’une Ligue pour l’enseignement de la langue d’oc qui a rassemblé en son temps des centaines d’enseignants.

49Bonnafous est bien entendu à fond pour l’occitan à l’école. Mais il est contredit par un certain Jean de Laramière qui, après quelques fleurs à l’adresse des beautés du « patois », lui refuse le droit à un véritable enseignement : c’est le français qui doit primer, le « patois » étant une « langue de luxe », pour « plus tard ».

50Le n° 6, un mois plus tard, redonne la parole à Bonnafous, pour un exposé plus circonstancié. Pour lui, il faut enseigner l’occitan non seulement pour aider à l’apprentissage du français, mais aussi pour lui-même. Il ne faut pas croire que l’enfant entrant à l’école est une « table rase », il a des pré-acquis dont il faut tenir compte, au premier rang desquels sa langue. Et de clore dans une belle ambiguïté, en citant à la fois Pétain et... Jaurès. Il est vrai que Bonnafous a un passé de militant S.F.I.O.

51Le même numéro offre en contrepoint l’avis d’un pédagogue local du nom de Laporte, qui, lui, est contre l’occitan à l’école :

c’est à la maison que l’enfant l’apprendra. Il va à l’école pour y apprendre le français.

52Et il se réfère au souvenir du poète « patois » Jules Malrieu qui considérait qu’il ne fallait pas écrire la langue d’oc !

53Le n° 7 approfondit le débat.

54Lafon revient à la charge avec des arguments affinés : il revient sur le danger qu’il y a à encombrer des programmes déjà bien lourds, affirme ne pas voir en quoi la défense de la langue pourrait entraver la dépopulation des campagnes (argument favori des mistralo-maurrassiens) tout en répétant qu’il aime bien parler et écrire son « patois » du Quercy. Il est même prêt à accueillir des textes d’oc dans la revue Quercy, pourvu qu’ils ne soient pas écrits dans une « graphie alambiquée » — allusion directe à la graphie « classique » défendue par Bonnafous.

55Suivent des apologies de l’occitan dues cette fois-ci à des occitanistes étrangers au Quercy, comme le Pyrénéen Lizop : preuve que le débat, en se poursuivant, commence à focaliser l’attention de l’ensemble des félibres.

56Cette tendance se poursuit dès le numéro suivant, avec l’entrée en lice d’un ténor, le Majoral Boussac, Président de la Societat d’Estudis Occitans, directeur de Terra d’oc, une des plus importantes revues occitanistes du temps.

57Boussac, fort d’un message à lui adressé par le Maréchal en décembre 1940, entend faire cesser le vacarme causé par les adversaires de l’occitan à l’école, puisque celui-ci est autorisé par l’arrêté du 27 décembre 1941 :

quand le Chef a parlé, les hommes n’ont qu’à s’incliner et à se taire.

58Point de vue renforcé par celui d’un autre ténor, Pierre-Louis Berthaud, déjà cité, ex-rédacteur en chef d’Oc, et qui dirige à Vichy le lobby occitaniste en sa qualité de journaliste ayant pignon sur rue. Lui aussi considère que les décisions du Maréchal n’ont pas à être discutées, et fait rebondir la discussion en proposant d’unifier la graphie de l’occitan.

59Pour rebondir, la discussion rebondit.

60Le n° 10 offre, à côté des fiches pédagogiques de Bonnafous, un point de vue d’instituteur hostile à l’enseignement du « patois ». Il change de village en village, il ne possède pas de grammaire, il ne peut que nuire à la connaissance du français, qu’il transformera en « petit nègre ». Politiquement enfin, l’enseignement des dialectes ne peut qu’entraîner la diffusion d’idées séparatistes. Point de vue partagé par d’autres lecteurs qui en outre attaquent Boussac pour sa brutalité, ce qui lui permet d’ailleurs de répondre plus brutalement encore !

  • 2 On reconnaît bien sûr le démarquage en normand des premiers vers de la Mirèio de Frédéric Mistral, (...)

61Bref, de fil en aiguille la controverse se poursuit jusqu’en septembre 1943, date à laquelle Bonnafous en résume l’ensemble sur le mode humoristique en imaginant une Europe Nouvelle unifiée sous la houlette de son « furaire », dans laquelle l’unité se ferait au profit de « l’européen », langue qu’on devine germanique. Et d’imaginer le destin des jeunes patriotes français essayant un jour de ressusciter la vieille langue d’oïl, en écrivant des chefs-d’œuvre en leurs dialectes, comme le Normand Friedrich Akilon, l’auteur des vers illustres « j’cantons ün garse d’Normandi2 ». Effort qui ne leur vaut que moqueries. Et Bonnafous reprend ici, à propos d’un hypothétique français survivant dans une future Europe allemande, tous les arguments développés par les adversaires du « patois ». Texte en forme de défoulement, qui ne peut guère convaincre qui que ce soit ; le français, n’est-ce pas, ce n’est quand même pas la même chose !

62De toute façon, il nous paraît qu’à travers la longue série des interventions des instituteurs dans Quercy, c’est le point de vue d’une bonne partie de la corporation qui s’exprime. On pourrait le résumer en quelques points.

  • Les programmes officiels sont trop chargés. Y ajouter de l’occitan ne pourrait que troubler l’esprit des élèves qui ont déjà suffisamment de mal à maîtriser le français.
  • D’ailleurs, on ne peut pas enseigner une langue qui change de village en village, n’a pas de grammaire ni d’orthographe fixe, que les auteurs écrivent parfois de façon incompréhensible. De plus on manque tout bêtement de manuels.
  • Enfin, politiquement, non seulement le « patois » ne servira pas à favoriser le retour à la terre mais en divisant les Français il met en cause l’unité nationale.

63Ces arguments, qui ne sont pas tous négligeables d’ailleurs, traduisent bien l’état d’esprit de gens qu’on invite brutalement à enseigner, en sus de leur service et pour une rémunération minimale, une langue qu’on ne leur a pas enseignée à eux-mêmes, pour laquelle on ne leur offre aucun outil pédagogique utilisable, et qu’au surplus on les avait jusque là dressés à combattre ! Le virage est de toute évidence difficile à négocier.

64Sans parler de l’hostilité montante contre le régime, qui a dû jouer aussi pour les enseignants comme pour les parents d’élèves. Nous signalerons simplement le témoignage d’une stagiaire toulonnaise d’une école occitane d’été en Provence, qui a bénéficié dans son enfance de cours de provençal qui ont amené sa famille occitanophone mais « rouge » à rompre avec la pratique d’une langue ressentie brusquement comme outil aux mains de la réaction.

65En bref, la tardive ouverture de décembre 1941 n’ouvre en fait sur rien du tout, ne permet au mieux qu’un vague bricolage sous le signe du bénévolat.

66Elle se heurte aux réticences profondes de la Droite française, qui entend bien utiliser le régionalisme tant qu’il se résume à la glorification abstraite du terroir, de la province profonde, de la terre-qui-ne-ment pas et de la petite patrie avec ses costumes et ses usages pittoresques, mais qui ne veut connaître d’autre langue que le français.

67Elle se heurte aussi, sur le terrain, à d’innombrables difficultés, pratiques d’abord : quels manuels utiliser, comment former les enseignants dans une matière dont ils ignorent tout, même quand ils sont occitanophones, comment surtout intégrer cet enseignement nouveau à un programme global qui a été pensé sans lui, sinon en fait contre lui ?

68À ces difficultés qui ne sont pas négligeables et que les autorités n’ont évidemment pas cherché à résoudre, s’ajoutent les réticences d’ordre idéologique des enseignants qui, quand ils ne sont pas félibres, véhiculent sur la question linguistique les mêmes préjugés que tout le monde.

69Il ne faut dès lors pas s’étonner de voir que la politique de Vichy ne va pas au delà de ce qui a été concédé en décembre 1941. La question de l’enseignement des langues régionales n’est assurément pas dans ses priorités, et l’évolution de la situation générale lui ôte vite le goût et les moyens de se lancer dans de grandes réformes.

70Du coup, les félibres reviennent de leur enthousiasme initial.

71Ils en reviennent parce que la majorité des Français en reviennent aussi, au fur et à mesure que le « vainqueur de Verdun » révèle son incapacité à maîtriser quoi que ce soit, et au fur et à mesure que, l’espoir changeant de camp, le combat change d’âme.

72Ils en reviennent aussi parce que rien de ce à quoi ils tiennent ne leur est donné : ni la régionalisation, ni l’enseignement réel de la langue.

73Quelques uns, les maurrassiens, se cramponnent jusqu’au bout au mythe de Pétain : ont-ils seulement le choix ?

74D’autres, rares, optent pour la résistance, comme Camproux, comme Berthaud, déporté à Dachau en 1943.

75Pour la plupart de ceux qui restent, l’heure est à la morosité.

76Les coups de chapeau au Maréchal disparaissent pratiquement de la presse félibréenne au début de 1943.

77Fleurissent au contraire les articles commémoratifs : on aura rarement autant célébré de centenaires d’hommes illustres qu’en 1944 ! Le retour à l’histoire, et à l’histoire interne de la renaissance d’oc, signe ici la déception devant une actualité bien peu favorable à la satisfaction de la revendication occitane.

78Cette tentative pétainiste d’ouverture de l’école à l’occitan, menée sans conviction, débouche donc sur peu de choses. La demande sociale, si elle existe ici ou là, ne suffit pas à lancer une dynamique. On ne saurait d’ailleurs reprocher cela aux Occitans du temps dont on conviendra qu’ils avaient d’autres soucis.

79Et la Libération met fin à l’expérience.

80Pour toujours ? À peine la guerre finie, Frédéric Mistral neveu, nonobstant son lourd passé maurrassien, et alors même que le Félibrige ne se résigne qu’avec la plus extrême répugnance à exclure Maurras, écrit tranquillement au nouveau Ministre de l’Instruction Publique pour revendiquer... la langue d’oc à l’école, au nom du patriotisme dont le Félibrige a fait preuve les années précédentes. Le ministre quant à lui renoue instinctivement avec la tradition de tous ses prédécesseurs en noyant poliment le poisson.

81Et tout est à recommencer.

Bibliographie

Bibliographie de l’article original

Sur Vichy en général

Paxton, Robert O. La France de Vichy, Paris, Le Seuil, Points Histoire, 1974.

Sur l’histoire de l’occitanisme

Baris, Michel. Langue d’oïl contre langue d’oc, Lyon, Fédérop, 1978.

Barsotti, Claude. « Félibrige et collaboration », La Bugada nos 31 et 32, sept.-déc. 1978.

Bergès, Michel. « Le provincialisme pétainiste », Amiras no 3, septembre 1982, p. 27-51.

Jouveau, René. Histoire du Félibrige, 1914-1941, s. n., Nîmes, 1974.

Lafont, Robert. La Revendication Occitane, Paris, Flammarion, 1974.

À compléter depuis par

Abrate, Laurent. Occitanie 1900-1968, des idées et des hommes, s. l. I.E.O., 2001.

Faure, Christian. Le projet culturel de Vichy, Lyon, presses universitaires et éditions du C.N.R.S., 1989.

Tabouret-Keller, Andrée. « Les langues dialectales ou encore locales sous le régime de Vichy », La Bretagne linguistique, 12, 1998, p. 89-116.

Notes

1 Feu l’organe de la S.F.I.O.

2 On reconnaît bien sûr le démarquage en normand des premiers vers de la Mirèio de Frédéric Mistral, « Cante uno chato de Prouvènço », [je chante une jeune fille de Provence].

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540