Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'art de gouverner chinois dans les périodiques de langue française de 1750 à 1789

 | 
Li Ma

Conclusion

Texte intégral

1La Chine occupe une place non négligeable dans la presse périodique du xviiie siècle, laquelle contribue, à travers des nouvelles, des comptes rendus et des essais dispersés dans plus de 200 titres, à en former et en diffuser des représentations. Les rédacteurs des journaux abordent des sujets relevant de nombreux domaines, de l’histoire aux savoirs pratiques, en passant par la religion, la morale, la diplomatie, la politique, les sciences, l’histoire naturelle et les beaux-arts. Tout en fournissant des informations plus ou moins précises sur l’empire chinois, les articles publiés dans les périodiques offrent des points de vue variés. En raison de la multiplication des articles sur la Chine et du développement de la presse non-conformiste, les divergences sont plus visibles dans la seconde moitié du siècle. Ces articles constituent donc un corpus révélateur des évolutions en cours.

  • 1 Un aperçu général de la Chine se trouve dans le texte intitulé « Idée générale de la Chine », dans (...)

2Parmi les sujets abordés par les journalistes, la politique et la morale chinoises, qui suscitent de vifs débats à l’époque, occupent une place centrale. De fait, sur ces questions, les opinions des rédacteurs divergent. Quesnay, dans le Despotisme de la Chine, et le père Cibot, dans la Doctrine ancienne et nouvelle des Chinois sur la Piété filiale, s’intéressent aux fondements du gouvernement, tandis que le rédacteur de la Lettre [...] sur l’Antiquité, l’Étendue, et le Gouvernement de l’Empire de la Chine, publiée dans le Petit Réservoir, décrit la structure administrative de l’État. De leur côté, les rédacteurs de la Correspondance littéraire se contentent d’exposer leur méfiance et leur incompréhension à l’égard des éloges adressés au système politique chinois. Enfin, d’autres journalistes s’efforcent de fournir une vue d’ensemble de la Chine à leurs lecteurs, comme dans les Mélanges intéressants et curieux, la Bibliothèque universelle des dames, et les Mémoires concernant les Chinois1, sans oublier les comptes rendus, les anecdotes et les courts essais éparpillés dans divers journaux qui, par petites touches, contribuent à donner une certaine image du régime chinois.

3Les rédacteurs, au lieu de s’en tenir à une description du gouvernement chinois, de sa forme et de son fonctionnement, s’intéressent à tout ce qui le concerne : à savoir son principe moral, sa constitution économique, ses défauts, et l’union qu’il établit entre la politique et la morale. La plupart d’entre eux apprécient l’art de gouverner chinois, ou du moins lui reconnaissent des mérites. À leurs yeux, l’empire chinois est géré par un monarque ayant le pouvoir absolu, mais tempéré par les lois ou les mœurs. Sa constitution repose sur des valeurs morales reconnues aussi bien dans la famille impériale que dans les différents groupes qui peuplent l’empire. Par ailleurs, l’économie nationale se développe grâce aux mesures favorables à l’agriculture et au commerce intérieur prises par l’autorité impériale, ce qui permet à la Chine de maintenir sa stabilité et prospérité.

4Mais les périodiques évoquent aussi les imperfections du régime, comme le brigandage des commerçants et des mandarins, l’abandon des enfants et la superstition du peuple. Sur ce point, les rédacteurs adoptent des points de vue opposés. Les uns critiquent violemment ces pratiques, tandis que d’autres s’efforcent de les justifier. Ce sont donc principalement les défauts de l’empire qui entraînent les divergences des journalistes à l’égard du système politique chinois et de ses fondements. Néanmoins, dans l’ensemble, les périodiques diffusent une image relativement positive de l’empire chinois.

5Dans la diffusion de ces représentations de la Chine, la presse remplit deux fonctions essentielles. D’une part, elle diffuse plus largement les informations publiées dans certains ouvrages. D’autre part, elle offre la possibilité aux journalistes de comparer les sources et d’exprimer leur propre point de vue ou celui du groupe dont ils se font les porte-parole.

6La première fonction est surtout remplie par les périodiques qui s’apparentent à de grandes collections, comme les Mélanges intéressants et curieux et la Bibliothèque universelle des dames, dont les rédacteurs affichent clairement leur rôle de compilateurs. Ainsi Rousselot de Surgy rend-il un hommage appuyé au père Du Halde dans l’Introduction du quatrième volume de son périodique :

  • 2 Rousselot de Surgy, Mélanges intéressants et curieux, op. cit., t. IV, p. 5.

Le père Duhalde, jésuite, a pris soin de rassembler les différents mémoires des religieux de sa société sur la Chine, et d’en faire un corps d’histoire. [...] C’est d’après cet écrivain aussi savant que judicieux, que nous avons traité de cet empire, [...] Nous avons aussi consulté plusieurs autres voyageurs qui ont écrit sur la Chine, et dont le père Duhalde n’a pas fait mention2.

  • 3 Bibliothèque universelle des dames, « Avant-Propos », p. 1-2.

7De son côté, l’éditeur de la Bibliothèque universelle des dames présente son périodique comme une vaste « collection », dont le projet a été conçu par « une Société de Gens de Lettres », et « qui renfermera tout ce que peuvent fournir de connaissances utiles et agréables, les Voyages, l’Histoire, la Philosophie, les Belles-Lettres, les Sciences et les Arts3 ».

  • 4 Premier extrait, Journal des savants avec des extraits, t. 26, 1767 ; deuxième et troisième extrai (...)
  • 5 Éphémérides du citoyen, 1767, t. III, p. 9.
  • 6 Voir Michel Cartier (dir.), La Chine entre amour et haine, Actes du viiie colloque de sinologie de (...)

8Certains des textes insérés dans les revues relèvent partiellement de la compilation. Le cas le plus intéressant est celui du Despotisme de la Chine de Quesnay, publié dans les Éphémérides du citoyen en 1767, et repris dans la même année et l’année suivante dans le Journal des savants avec des extraits4, dont une grande partie, selon l’auteur, est une « simple compilation5 ». Il est donc normal de retrouver dans les textes de ce type des passages très proches des textes utilisés, en particulier s’agissant de la forme du gouvernement chinois. En effet, les sources principales de ces textes sont les écrits des jésuites. Par exemple, dans les Mélanges intéressants et curieux et la Bibliothèque universelle des dames, les descriptions du gouvernement militaire en Chine se ressemblent beaucoup, et peuvent être considérées comme une version raccourcie de celle que les journalistes pouvaient trouver dans l’ouvrage du père Du Halde. De plus, comme Michel Cartier le montre dans son article intitulé « Le despotisme chinois Montesquieu et Quesnay, lecteurs de Du Halde », à travers la Description de la Chine, Quesnay réutilise les sources du père Du Halde6, en particulier les Mélanges intéressants et curieux de Rousselot de Surgy.

  • 7 Esprit des journalistes de Hollande les plus célèbres, Paris, Chez la veuve Duchesne, 1777, t. I, (...)
  • 8 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 193-194.

9Parfois, les journalistes reproduisent, intégralement ou partiellement, des textes anciens, souvent peu connus, en indiquant clairement les sources. Par exemple, le rédacteur de l’Esprit des journalistes de Hollande les plus célèbres insère, en 1777, un fragment intitulé « Sur la Chine et les Chinois », en précisant les sources : « Extrait de la Description de la Chine, par le P. de Maguillans de la C. de J. Paris, 16887 ». Quant au journaliste du Petit Réservoir, qui publie la « Lettre à S.A.S. Monseigneur le Prince Eugène de Savoye, sur L’Antiquité, l’Étendue, et le Gouvernement de l’Empire de la Chine » en 1750, il précise dans l’ Avertissement : « Un Capitaine de Vaisseaux, Flamand de nation, qui a été trois fois à la Chine, ayant fait connaissance avec une personne, qui y avait fixé son séjour depuis plusieurs années, en a tiré des Mémoires qui font la matière de cette Lettre, écrite en 17288. »

10Dans les comptes rendus, tout en résumant les livres et en donnant des extraits, les journalistes rassemblent des informations concernant la Chine. Leurs articles décrivent souvent des aspects variés de la culture chinoise : l’histoire de l’empire, la religion, le gouvernement, la morale, l’artisanat, l’histoire naturelle, etc., sans oublier les nombreuses anecdotes qui rendent ces écrits plus attirants. Toutes ces informations de seconde main permettent aux lecteurs d’acquérir des connaissances variées et précises sur la Chine, sans avoir recours aux grandes collections telles que la Description de la Chine du P. Du Halde et les Lettres édifiantes et curieuses des jésuites.

11Dans la majorité des cas, ces emprunts ne sont pas faits au hasard. Ayant l’intention de présenter à leur public une certaine image de la Chine, les journalistes effectuent des emprunts sélectifs. Cette caractéristique est plus marquée dans les écrits engagés où les opinions des rédacteurs ressortent clairement. Les critiques raisonnées du Chou-king, dans les Éphémérides du citoyen, en sont une bonne illustration. Baudeau sélectionne les passages ayant des rapports avec les sciences morales et politiques, et dans lesquels les préceptes des souverains à l’égard de la manière de gouverner sont formulés. Par contre, les pratiques de la divination, qui occupent pourtant une part non négligeable de cet ouvrage classique, ont été presque entièrement omises. Pour les physiocrates, comme pour d’autres rédacteurs engagés, le choix des extraits vise certainement à favoriser, dans une certaine mesure, la diffusion de leurs propres thèses.

12Néanmoins, ces dettes des journalistes à l’égard des textes qu’ils utilisent n’impliquent pas qu’ils partagent inconditionnellement les opinions d’autrui. D’ailleurs, dans les Éphémérides du citoyen, les Mélanges intéressants et curieux et la Bibliothèque universelle des dames, les rédacteurs formulent des observations sur les sources utilisées. De même, les comptes rendus comportent parfois des remarques critiques à l’égard du livre recensé et des connaissances diffusées.

13Dans certains cas, la dimension critique prend une certaine consistance, et l’on peut considérer que l’autre grande fonction remplie par les articles parus dans les périodiques de la seconde partie du xviiie siècle consiste à examiner les sources disponibles et à proposer de nouvelles idées. Bien que dans le Despotisme de la Chine, Quesnay reprenne de nombreux passages des Mélanges intéressants et curieux, il s’efforce de justifier le brigandage des commerçants chinois, lequel était dénoncé par Rousselot de Surgy. Quant au rédacteur de la Bibliothèque universelle des dames, ayant parfaitement conscience de l’existence d’images opposées de la Chine, il formule le constat suivant :

  • 9 Bibliothèque universelle des dames, Classe 1, tome I, 1786, p. 63-64.

Les uns, entassant mensonges sur mensonges, nous l’ont représentée comme la merveille du monde ; d’autres plus outrés encore, en niant ou dénaturant ce qu’il a de respectable dans sa législation, ont exagéré ses défauts, ses abus, critiqué ses arts, ses mœurs, et nous ont peint le gouvernement chinois, comme le plus méprisable des gouvernements, ce peuple antique, comme le plus méprisable de tous les peuples9.

  • 10 Ibid., p. 64.

14En corrigeant ces représentations, il pense rétablir la vérité : « Si mes observations n’ont pas le mérite de la singularité, elles auront du moins la vérité pour elles10. » En effet, selon lui, la vérité peut être atteinte en ne retenant parmi les sources disponibles que les informations vraisemblables. Cette manière de travailler était déjà celle de Rousselot de Surgy qui se présentait comme un « auteur moderne ».

  • 11 Voir la troisième partie de cette étude.

15Dans certains comptes rendus, les journalistes revendiquent également ce rôle de vérificateur, comme Grimm, qui affiche son scepticisme à l’égard des images favorables de l’empire chinois, ou le rédacteur de L’Année littéraire, qui reste prudent devant les témoignages bouleversants de Pierre Sonnerat11.

16Dans certains périodiques, notamment les Éphémérides du citoyen, les Mémoires concernant les Chinois et la Correspondance littéraire, les représentations de la Chine ont un lien étroit avec les opinions des journalistes. Elles peuvent même être employées comme des arguments au service de la cause qu’ils défendent, en particulier dans le cas des physiocrates. Mais ces périodiques sont des exceptions. Le plus souvent, il est difficile d’établir une corrélation déterminée entre l’identité des rédacteurs et les représentations de la Chine qu’ils diffusent. Dans l’ensemble, une attitude circonspecte prédomine.

  • 12 Dans The French image of China before and after Voltaire, Basil Guy signale également cet affaibli (...)

17La seconde moitié du xviiie siècle est souvent considérée comme une période durant laquelle l’image de la Chine s’est dégradée12. Les représentations de l’art de gouverner chinois diffusées par les périodiques correspondent-elles à cette tendance ? L’étude de la réception de certains textes, au premier rang desquels Despotisme de la Chine, de Quesnay, permet de répondre à cette question.

  • 13 Contrôleur des finances de Louis XV, il correspond régulièrement avec la Mission française à Pékin

18On constate en effet que si certains textes donnent une image positive de la Chine, ils sont généralement mal compris par les contemporains. Dans son essai, Quesnay, qui a tendance à embellir la réalité, fait l’éloge du « despotisme légal », mais, en dehors du cercle des physiocrates, ses réflexions sont assez mal reçues. On observe le même phénomène avec les Mémoires concernant les Chinois, dont l’apologie du régime chinois est contestée par Henri Bertin13. Ces réactions attestent que le courant sinophile reste minoritaire chez les hommes de lettres. Par ailleurs, en ce qui concerne les œuvres dont les auteurs renversent le mirage chinois, telles que le Voyage aux Indes Orientales et à la Chine de Pierre Sonnerat, leur réception dans les périodiques est plutôt défavorable. D’ailleurs, dans plusieurs comptes rendus, les rédacteurs se montrent hésitants devant les images contradictoires de la Chine auxquelles ils sont confrontés.

  • 14 Voir Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerc (...)

19On ne peut donc pas parler d’un rejet général de la Chine de la part des journalistes. On constate même une sorte de décalage. En effet, alors que certains journalistes soulignent les défauts de l’empire et s’étonnent des éloges qu’ils ont pu lire, dans leur ensemble, les périodiques en donnent plutôt une image favorable, ce qui, on le sait, n’était pas toujours le cas chez les penseurs de l’époque, à l’exception de Voltaire. Les chapitres concernant la Chine dans les trois versions de l’Histoire des deux Indes14 confirment d’ailleurs ce changement de perception vers la fin du siècle. Dans la version de 1780, même si les rédacteurs ne formulent pas de jugements définitifs, ils dénoncent le mirage chinois. En général, l’empire chinois et son système politique sont donc moins contestés et critiqués dans les journaux que dans d’autres ouvrages importants de l’époque. Selon Jean Sgard, cette prudence est l’une des caractéristiques de la presse d’Ancien Régime :

  • 15 Jean Sgard, « Journaux et journalisme », dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumiè (...)

Nous devons nous résigner à l’idée que cette presse n’est pas faite pour exprimer l’invention, la subversion, le témoignage brut et la pure modernité, mais qu’elle tend plutôt à négocier le progrès, à concilier l’innovation et la tradition, à procéder par esquive ou allusion dès qu’apparaît une forme de contestation du pouvoir ou de la religion15.

20Cette position modérée, on l’a vu, vaut également pour les représentations de la Chine.

21En définitive, bien que les descriptions de la Chine dans les périodiques soient souvent limitées et fondées sur les mêmes sources, elles confirment le rôle joué par ce repère culturel dans les débats politiques et religieux. Les journalistes, tout en diffusant des nouvelles et des connaissances, favorisent la confluence de différents courants de pensée. Cette enquête confirme donc l’importance des périodiques dans la seconde partie du xviiie siècle, et par conséquent, la nécessité pour les chercheurs d’explorer la masse de renseignements qu’ils fournissent. En l’occurrence, notre étude sur les clichés et les réflexions concernant l’art de gouverner chinois diffusés par les périodiques permet non seulement de confirmer la place importante de la Chine dans la littérature française du xviiie siècle, et de mieux saisir la perception française et européenne de la civilisation chinoise, mais aussi de voir, sur un exemple complexe, le rôle de la presse dans la construction et la diffusion de représentations d’une nation lointaine.

Notes

1 Un aperçu général de la Chine se trouve dans le texte intitulé « Idée générale de la Chine », dans le tome V des Mémoires concernant les Chinois.

2 Rousselot de Surgy, Mélanges intéressants et curieux, op. cit., t. IV, p. 5.

3 Bibliothèque universelle des dames, « Avant-Propos », p. 1-2.

4 Premier extrait, Journal des savants avec des extraits, t. 26, 1767 ; deuxième et troisième extraits, op. cit., t. 27, 1767 ; quatrième extrait, op. cit., t. 28, 1768 [ce tome n’est pas disponible en ligne] ; cinquième et dernier extrait, op. cit., t. 29, 1768.

5 Éphémérides du citoyen, 1767, t. III, p. 9.

6 Voir Michel Cartier (dir.), La Chine entre amour et haine, Actes du viiie colloque de sinologie de Chantilly, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, p. 27-29.

7 Esprit des journalistes de Hollande les plus célèbres, Paris, Chez la veuve Duchesne, 1777, t. I, p. 6.

8 Petit Réservoir, 1750, t. III, p. 193-194.

9 Bibliothèque universelle des dames, Classe 1, tome I, 1786, p. 63-64.

10 Ibid., p. 64.

11 Voir la troisième partie de cette étude.

12 Dans The French image of China before and after Voltaire, Basil Guy signale également cet affaiblissement de l’engouement des Français pour la Chine.

13 Contrôleur des finances de Louis XV, il correspond régulièrement avec la Mission française à Pékin.

14 Voir Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, Paris, Centre international d’étude du xviiie siècle Ferney-Voltaire, 2010, p. 14.

15 Jean Sgard, « Journaux et journalisme », dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, op. cit., p. 631.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540