Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et l’occitan

 | 
Philippe Martel

2. L’impossible politique linguistique occitaniste

Texte intégral

1La revendication occitane, depuis ses origines félibréennes, a-t-elle su produire une politique linguistique ?

2Formulée telle quelle, la question n’a aucun sens. Une politique linguistique suppose l’existence d’un pouvoir capable de la concevoir et d’un appareil, administratif, scolaire... susceptible de la mettre en œuvre. En d’autres termes, la politique linguistique, c’est l’affaire d’un État, ou du moins d’une collectivité territoriale dotée d’une forte autonomie, que l’on songe à la Catalogne d’aujourd’hui, par exemple. Inutile de rappeler que l’espace occitan n’entre pour l’instant dans aucun de ces deux cas de figure. Il reste donc aux occitanistes la possibilité de rêver à ce que pourrait être une telle politique. Avec deux voies ouvertes :

  • celle de l’Utopie pure et simple : on définit ce qu’on ferait/fera si l’indépendance ou l’autonomie survenaient ;
  • celle du bricolage pragmatique : l’État français étant, et étant ce qu’il est, on s’attache à lui souffler les éléments d’une politique de la langue d’oc, et on lui demande, parfois avec virulence, de faire lui-même le travail que les occitanistes sont hors d’état d’accomplir. Ce que l’on pourrait appeler une politique linguistique par procuration.

3Le choix de l’une ou l’autre de ces voies est bien entendu étroitement lié à l’état réel des forces du mouvement, comme aux fins ultimes, explicitées ou non, qu’il s’assigne :

  • dans un cas, ce qui est visé, c’est une reconquête totale du terrain perdu en plusieurs siècles, donc avec, pour l’occitan, le statut de langue nationale—d’État s’entend—à tous les échelons de la vie publique ou privée ;
  • dans l’autre, il s’agit simplement de se voir accorder, dans une France maintenue, un certain espace légitime et légal pour l’occitan.

4Ce qu’il va falloir examiner à présent, à travers une promenade dans l’histoire de la revendication occitane, c’est laquelle de ces deux lignes a été le plus souvent suivie, de quelle manière, et avec quels résultats.

  • 1 Discours e Dicho, Arles, C.P.M., 1980, p. 15-17.

5Au commencement était cette petite association fondée en 1854 par quelques jeunes poètes de la basse vallée du Rhône. Avant eux, nul parmi ceux qui se mêlaient d’écrire en occitan n’aurait osé se poser le problème du statut de cette langue. L’essentiel pour eux était d’écrire, et de vivre avec plus ou moins de satisfaction morose le statut de derniers des Mohicans que leur accordait l’opinion publique. À ses débuts d’ailleurs, le Félibrige ne se démarque guère. Ses animateurs principaux, Roumanille et Mistral, sont eux aussi persuadés, au début des années cinquante, d’être la dernière génération d’écrivains d’oc. Leur rêve est simplement de jouer ce rôle avec le plus de brio possible, et d’assurer à la langue, par leur travail d’épuration linguistique, esthétique et morale, la consolation d’une mort propre. C’est le succès national de son premier grand poème Mirèio en 1859 qui enhardit Mistral suffisamment pour qu’il se prenne à rêver d’un autre rôle, et d’un autre destin pour sa langue. Mais même dans ces premières années, fécondes par ailleurs, la question d’une politique pour la langue reste informulée. Peut-être parce qu’à ce stade, ce qu’espère Mistral, c’est un sursaut national occitan, une place pour le Midi affranchi dans la nouvelle France ou la nouvelle Europe fédérale qu’il appelle de ses vœux, la question de la langue s’en trouvant réglée ipso facto. Le premier grand discours public de Mistral, « ço que voulèn1 », prononcé devant les amis catalans et des représentants de la presse parisienne à Saint-Rémy en septembre 1868 reste somme toute vague sur la question du statut de la langue :

Voulèn que nòsti drole countunion de parla la lengo de la terro, la lengo ounte sounmestre, la lengo ounte soun fier, ounte soun fort, ounte soun libre.
[Nous voulons que nos garçons continuent de parler la langue de la terre, la langue où ils sont maîtres, la langue où ils sont fiers, où ils sont forts, où ils sont libres.]

  • 2 Sur le contexte, cf. Ph. Martel, « Bleu, blanc ou rouge : la politique félibréenne autour de 1870  (...)

6Et d’enchaîner sur la nécessaire conservation du costume féminin — la langue pour les garçons, la coiffe pour les filles — et l’apprentissage de l’histoire régionale. D’enseignement de la langue il n’est pas question. Cette absence peut s’expliquer de deux façons. La conjoncture n’est pas favorable à la présentation d’un cahier de revendications trop précises, car Mistral sort d’une polémique avec la presse libérale sur son séparatisme supposé2, et des émissaires de cette presse sont là, qu’il s’agit de rassurer. Plus profondément, la langue est encore, en apparence, suffisamment solide dans l’usage pour qu’on puisse faire l’économie de la prothèse scolaire. En tout état de cause, il n’en est pas question, et c’est au seul Félibrige, groupe militant, que revient la tâche de susciter dans le peuple la fierté de son héritage.

  • 3 Discours e Dicho, op. cit. p. 18-23.

7En 1875, un autre discours de Mistral, prononcé à Montpellier3, montre l’amorce d’une évolution. Mistral admet publiquement le fait du déclin de la langue, et il range au nombre des responsables l’enseignement primaire :

aquelo lengo d’o [...] à l’escolo la coursejon e ié barron la porto au nas
[cette langue d’oc, à l’école on la pourchasse et on lui ferme la porte au nez].

8Remarque concluant un passage où est mis en valeur l’apprentissage d’une seconde langue. Mais il reste que pour l’orateur, la responsabilité première du déclin revient à la vanité et à la bêtise des Occitans eux-mêmes, soucieux d’imiter les « messieurs ». Et toujours pas question d’enseigner l’occitan, la lengo de l’oustau, de la maison, aux côtés de la lengo de l’escolo qu’est le français.

  • 4 Ibidem, p. 28-31.

9Il faut attendre 1877 pour voir enfin le problème scolaire abordé clairement4 :

Sabèn proun que, a dre faire, lis escolo auto e basso deurien, dins lou Miejour, adouba l’estrucioun coufourmamen à nòstis usage, à nòsti besoun, à nosto naturo. Se jamai lou bon sèns, la liberta, lou dre règnon en aquest mounde, acò-d’aqui sara.
Mai rapelen-nous bèn que lou gouvèr quinte que siegue, jamai aura l’idèio de douna quaucaren que ié demandon pas. Es dounc indispensable de reviha pertout, e dins tóuti li classo, lou goust emé l’ourguei de nosto parladuro. E quand lou pople coumprendra lou sèn patriouti e la grandour dóu Felibrige, alor demandara que i’ensignon sa lengo e li gouvernamen i’ensignaran sa lengo
[Nous savons bien qu’à bon droit, les écoles hautes et basses devraient, dans le Midi, adapter l’instruction conformément à nos usages, à nos besoins, à notre nature. Si jamais le bon sens, la liberté, le droit règnent en ce monde, c’est cela qui sera.
Mais rappelons-nous bien que le gouvernement, quel qu’il soit, n’aura jamais l’idée de donner quelque chose qu’on ne lui demande pas. Il est donc indispensable de réveiller partout, et dans toutes les classes, le goût et l’orgueil de notre langage. Et quand le peuple comprendra le sens patriotique et la grandeur du Félibrige, alors il demandera qu’on lui enseigne sa langue, et les gouvernements lui enseigneront sa langue.]

10C’est là probablement ce que Mistral a écrit de plus profond sur le sujet. Pour la première fois, l’école est identifiée comme l’un des lieux de la renaissance de la langue. Mais l’entrée de celle-ci dans celle-là est non moins clairement présentée comme devant résulter d’un rapport de forces dans la société méridionale, la mission du Félibrige étant précisément de susciter un mouvement social en faveur de la langue.

11La date de ce discours n’est pas indifférente : en 1877, le Félibrige réorganisé a un an, et commence à recruter des centaines d’adhérents. Cette réorganisation a eu pour but d’en faire une association dynamique et structurée. Et Mistral espère pouvoir compter sur ces félibres pour aller enseigner la nation.

  • 5 Ibidem p. 51-53.

12Belle preuve d’optimisme. Il faut croire pourtant que tout n’a pas si bien marché. Un autre discours prononcé à Paris en 1884 va nuancer quelque peu la ligne lancée en 1877. Dans ce discours, après un vibrant hommage à la France, Mistral poursuit en ces termes5 :

O Franço, maire Franço, laisso-ié dounc, à ta Prouvenço, à toun poulit Miejour, la lengo melicouso ounte te dis : ma maire ! Pièi, à nosto lengo, qu’an parla nòsti reire, que parlon eilavau ti païsan e ti marin, e ti soudard e ti felibre, à nosto lengo de famiho, fai-ié dins tis escolo uno pichoto plaço au coustat dóu francés.
[O France, mère France, laisse-lui donc à ta Provence, à ton joli Midi, la langue douce où elle te dit : ma mère ! Et puis, à notre langue, qu’ont parlée nos aïeux, que parlent là-bas tes paysans et tes marins, et tes soldats, et tes félibres, à notre langue de famille, fais-lui dans tes écoles une petite place à côté du français.]

13Comme on voit, la position a changé. Plus question de mouvement social arrachant au gouvernement l’enseignement de la langue. Plus d’avant-garde félibréenne pour animer ce mouvement. Les félibres ne sont plus qu’une fraction de ce peuple méritant de travailleurs et de soldats filialement soumis à la France. Quant à la langue, elle se satisfera d’une petite place à l’école, à côté de son seigneur et maître, le français.

14Là encore le contexte explique bien des choses. Mistral est à Paris et il convient qu’il y tienne un discours plus mesuré que celui qui peut être accepté dans une assemblée de félibres inconditionnels. Et en ce temps où se met en place l’enseignement primaire obligatoire et gratuit, avec ses propres programmes et ses propres visées, il importe de tenir compte de ces dernières, la diffusion massive du français notamment. Mais plus profondément on a là un changement total de stratégie. On n’exige plus au nom de l’histoire et de la fierté du peuple d’oc. On quémande au nom d’un patriotisme français sans faille. Et c’est à la France qu’appartient la décision : tout au plus peut-on tenter de lui démontrer qu’il serait profitable d’écouter Mistral. C’est que depuis 1877 ce dernier a pu mesurer l’indifférence de l’opinion méridionale sur la question, et l’inefficacité de la propagande menée par un Félibrige dont les membres ne sont pas tous, il s’en faut, des apôtres passionnés.

15Une fois arrivé à ce point, le Félibrige va, en gros, s’y tenir. La revendication en faveur de l’entrée de l’occitan dans les écoles primaires se poursuit pendant toute la Belle Époque, en acquérant de plus en plus un caractère incantatoire. Deux traits caractéristiques : d’abord l’argumentaire utilisé, qui ne pose plus guère l’occitan comme la langue « nationale » du Midi, ayant droit à ce titre à une reconnaissance officielle. C’est au contraire toujours au nom de la France et du français que les félibres formulent leurs desiderata. Enseigner le dialecte, c’est d’abord améliorer l’enseignement du français, par les bienfaits d’une pédagogie de la comparaison.

16Le grand théoricien est ici un clerc, Joseph Lhermitte, dit le frère Savinien, qui dans sa pratique d’enseignant des écoles chrétiennes en Provence, a mis au point une méthode fondée sur la traduction en français de textes occitans, attribuant à ces derniers les mêmes mérites que le latin des versions telles qu’on les pratique dans les lycées. Son travail, même s’il ne touche directement que quelques centaines d’élèves, débouche sur la confection de manuels et entraîne l’adhésion de quelques enseignants.

17C’est là la ligne minimaliste de la pédagogie occitaniste, à la justification de laquelle sont d’ailleurs convoquées des sommités de l’Université française comme Michel Bréal, adepte lui aussi dès les années 70 d’une pédagogie comparative pour les zones non francophones. Même si ce minimalisme cache en fait une ambition secrète : après tout, l’écolier qui aura ainsi appris le français aura du même coup découvert que son « patois » pouvait s’écrire. Par rapport à la pédagogie ordinaire de l’instituteur moyen qui fera mine d’ignorer le dialecte, ou dans le meilleur des cas ne l’utilisera que pour des traductions orales de mots isolés, il y a certes un progrès.

18Seconde caractéristique de cette revendication félibréenne minimaliste : l’utilisation d’arguments de type moral et patriotique censés prouver aux autorités l’utilité civique du recours à l’occitan à l’école. Apprendre la langue de la « petite patrie », c’est aussi célébrer le culte de cette dernière, culte qui prépare les jeunes esprits à mieux appréhender un autre culte, plus abstrait, mais autrement plus important, celui de la Grande Patrie, la France.

  • 6 Sur ce thème, voir notre article, « L’impossible dialogue », Revue des Langues Romanes, XC-2, 1986 (...)

19Le couple petite patrie/grande patrie fleurit suffisamment dans la rhétorique habituelle aux maîtres de la Troisième République pour que le détour puisse paraître fructueux aux défenseurs de l’occitan6.

20De la même façon, enseigner l’occitan doit permettre de faire acquérir aux enfants l’amour de la terre, et freiner ainsi un exode rural dommageable à l’équilibre de la société française.

  • 7 L’Aioli, n° 110, 1894, « Lou signe ».

21On est, là encore, au coeur d’un débat qui agite périodiquement les politiciens du temps, qu’ils soient par ailleurs de droite ou de gauche. En bref, apprendre le « patois » à l’école, c’est du même coup apprendre les vertus patriotiques, sociales et morales qui font les bons citoyens et protègent la société contre les maux engendrés par le déracinement et le cosmopolitisme sournois des grandes villes. Citons ici un texte de Mistral dans son journal l’Aioli en 1894 : après avoir condamné le système du « signe » tel qu’il est pratiqué dans certaines écoles, le maître conclut7 :

Vaqui de quente biais abouminable e nèsci a cha pau se derrabo dóu cor de noste pople l’estacamen à soun parla, à soun oustau, à sa prouvinço, e de quento manièro de pàuris abesti, coume aqueu Leauthier, lou groulié de Manosco, qu’èro un enfant de Manosco, placon pièi soun endré per ana à Paris e ié légi e ié segui li leiçoun dóu Père Peinard.
[Voilà de quelle façon abominable et stupide, peu à peu, on arrache au cœur de notre peuple l’attachement à son parler, à son foyer, à sa province, et de quelle manière de pauvres abrutis, comme ce Léauthier, le savetier de Manosque, qui était un enfant de Manosque, plaquent ensuite leur pays pour aller à Paris et y lire et y suivre les leçons du Père Peinard.]

22Le Père Peinard étant un périodique anarchiste, on comprend le message : le provençal à l’école, c’est l’assurance anti-Ravachol !

23À ces deux caractères internes du discours félibréen sur la question de l’école, il convient d’ajouter un troisième facteur, lié cette fois à la façon dont cette revendication est présentée.

24Nous avons écrit plus haut le mot « incantatoire ». Ce qui frappe en effet, c’est l’absence chez ces félibres de bonne volonté de toute réelle stratégie d’approche des pouvoirs publics. Aucun effort pour aller négocier en haut lieu, d’homme à homme, avec le ministre responsable. On en reste au stade de la seule envolée oratoire, plus ou moins bien relayée par la presse, et destinée d’abord, pourrait-on dire, à la fois à prendre date—nous ne renonçons pas—et à conforter la foi des auditoires félibréens auxquels le plus souvent sont adressées ces sortes d’envolées.

  • 8 Compte-rendu dans Lou Felibrige, 1896, p. 81-87. Sur les débats pédagogiques de l’époque, cf. auss (...)
  • 9 C’est l’idée défendue notamment par le Père Xavier de Fourvière dans son bulletin Lou Gau au début (...)

25Dans ce style, le Congrès d’Avignon organisé en septembre 1896 constitue un sommet insurpassable8. D’abord parce que devant une centaine d’auditeurs fervents, les orateurs vont fort loin, ne demandant rien moins que le « provençal à l’École, à la Chaire et à la Tribune », en d’autres termes à l’église et dans le système judiciaire. Avec des revendications pratiques comme l’obligation pour le pouvoir de ne nommer en pays d’oc que des magistrats capables de comprendre la langue des justiciables. Mais les résultats pratiques de ce Congrès sont peu concluants : des prêtres félibres organiseront par la suite des concours de sermons en occitan, et défendront, devant leur hiérarchie, l’idée d’un lien étroit entre maintien de la langue et maintien des traditions religieuses, le français étant alors identifié comme vecteur des idées nouvelles, suivant une démarche déjà expérimentée en Bretagne et au Pays Basque9.

26Mais la dite hiérarchie demeurera sourde à cette argumentation, qui de toute façon comme le savinianisme dans l’ordre pédagogique, réduit l’occitan au seul rôle d’auxiliaire dans une démarche dont les enjeux le dépassent largement.

27Par ailleurs, l’impact sur l’opinion est dans l’ensemble négatif : la presse parisienne attaque ce Congrès qui d’une part développe des revendications perçues comme dangereuses pour l’unité nationale et qui d’autre part est vite catalogué comme simple manœuvre cléricale, la présence de Savinien et de prêtres nombreux à cette occasion à Avignon constituant la preuve de ce caractère foncièrement réactionnaire de l’entreprise.

28Ce n’est pas qu’il n’y ait pas eu, ça et là, des tentatives pour rompre avec ce minimalisme théorique et pratique.

  • 10 Lemouzy, Paris, novembre 1897, p. 327-329.

29La même année 1896 voit ainsi des félibres parisiens demander audience au Ministre de l’Instruction Publique (c’est alors un Occitan, le légendaire petit père Combes) pour parler avec lui du problème10. On sort là du discours rituel pour entrer dans celui de la négociation directe. Las ! le ministre ne répond que par de bonnes paroles, d’où ressort principalement l’utilité de l’étude, par les maîtres et les élèves, du patrimoine architectural de leur région—une façon de concevoir la « culture régionale » promise d’ailleurs à un bel avenir. Au surplus, les félibres en question, dissidents du Félibrige parisien rassemblés autour de Charles Maurras, ne représentent guère qu’eux-mêmes.

  • 11 Aioli n° 261, 1898, « Lou prouvençau à l’escolo ».

30En ce qui concerne l’approche théorique du problème, il arrive aussi que certains félibres prennent leur distance par rapport à l’idée d’un enseignement du dialecte qui n’aurait d’autre fin que de conforter l’apprentissage du seul français. C’est encore dans l’Aioli, en 1898, que Mistral s’exprime sur la question, en ces termes11 :

Se deu, la lengo nostro, n’intra un jour dins lis escolo que pèr estre utilisado à l’ensignanço dóu francés, coume se fai pèr lou tudesc e coume se fai per l’aràbi, e, basto se lou prouvençau noun devié dins lis escolo servi qu’à cira li boto de soun desdegnous rivau, autant vau que lou laisson, coume an fa jusquo eici, viéure per orto e pèr campèstre.
[Si notre langue doit un jour n’entrer dans les écoles que pour être utilisée à enseigner le français, comme on fait pour l’allemand et comme on fait pour l’arabe, et, en bref, si le provençal ne devait dans les écoles servir qu’à cirer les bottes de son dédaigneux rival, il vaut mieux qu’on le laisse, comme on a fait jusqu’ici, vivre dehors et dans les champs.]

31Fortes paroles, qui n’auront au demeurant que peu d’impact. Les choses continuent comme par le passé.

32En 1902, le consistoire du Félibrige adresse au gouvernement une requête solennelle pour l’enseignement de l’occitan. Une fois de plus, il s’agit pour le Félibrige de réclamer théâtralement, en quelque sorte de puissance à puissance, une réforme dans les détails de laquelle il n’entre pas davantage, sans que cette démarche soit suivie par d’autres, de plus longue haleine, destinées à engager avec le pouvoir un dialogue pouvant déboucher sur une négociation en bonne et due forme.

  • 12 Cf. René Jouveau, Histoire du Félibrige 1876-1914, Aix-en Provence, 1970, p. 299-300 et 407.

33Le Félibrige ne tente même pas de faire pression sur les élus du Midi pour qu’ils interpellent le gouvernement à la Chambre, alors même qu’il compte un certain nombre de ces élus dans ses rangs ou parmi ses sympathisants. Les quelques interpellations parlementaires qui sont faites à cette époque (en 1902 ou en 1910) le sont par des députés flamands, ou bretons, ou par des députés conservateurs n’entretenant avec le Félibrige que des liens très distants12 ; ajoutons que ces interpellations n’ont pas plus de succès que les mises en demeure du Félibrige.

34À la veille de la guerre de 14 on n’a donc pas avancé d’un pouce.

  • 13 Occitania, nos 10-11-12, début 1911.

35En 1911, la revue Occitania du bouillant marquis de Villeneuve lance, à partir de quelques questions posées par le frère Savinien, un grand débat sur l’enseignement de l’occitan13.

36Les réponses à cette enquête montrent bien l’impuissance et les divisions des félibres sur la question.

37Il en est qui comme le docteur Bernard, de Forcalquier, se déclarent opposés à l’idée même d’un tel enseignement, au nom de la fatigue qu’il imposera aux élèves.

38D’autres subordonnent la revendication pédagogique à la revendication institutionnelle : on en reparlera après l’instauration du fédéralisme en France.

39Seul Charles-Brun, le théoricien du Régionalisme et le leader de la Fédération Régionaliste française, s’exprimant en occitan, ce qui est assez exceptionnel chez lui, indique que la voie à suivre serait peut-être une campagne patiente de sensibilisation des cadres administratifs du ministère et des inspecteurs — une politique qu’il croit plus efficace que la traditionnelle supplique au ministre. Mais ce sont là vœux pieux : dans la Fédération Régionaliste Française elle-même, il n’existe pas de consensus sur l’utilité de l’enseignement des langues régionales. Toujours soucieux d’éviter les conflits internes, Charles-Brun, dans sa propre organisation, restera toujours remarquablement discret sur la question.

  • 14 Jouveau, op. cit. p. 416.

40Quant à Villeneuve lui-même, qui affecte volontiers un grand radicalisme félibréen allant jusqu’à un authentique nationalisme plus ou moins bien camouflé, sa conclusion est qu’il est préférable et plus facile d’obtenir un enseignement d’histoire régionale qui redonnera aux enfants d’Occitanie la fierté de leur pays. Et à vrai dire c’est dans ce sens que va, à peu près à la même époque, le seul ministre de l’Instruction Publique qui ait été en même temps félibre convaincu, le radical Maurice Faure, par une circulaire qui introduit l’histoire et la géographie régionales dans les programmes, sans résultats spectaculaires, d’ailleurs14...

  • 15 Antonin Perbosc, Les langues de France à l’école, collection Oc, Toulouse, 1926.

41L’entre-deux-guerres, à première vue, n’introduit pas vraiment de réelle rupture. La revendication pour l’occitan reste limitée au domaine scolaire. Les arguments utilisés, même par des militants aussi convaincus qu’Antonin Perbosc, demeurent substantiellement les mêmes : l’avantage que la pédagogie du français peut retirer de la comparaison avec la langue réellement parlée par l’écolier. Tout au plus Perbosc peut-il se prévaloir d’une expérience professionnelle directe que peu de ses prédécesseurs possédaient15.

42Il y a pourtant des faits nouveaux : le rite de la demande solennelle est toujours respecté, mais il se combine à présent, souvent, avec une politique plus systématique de sensibilisation des politiciens locaux.

  • 16 Cf. Peuples et Frontières, janvier 1938, p. 191-193. 307 communes bretonnes ont émis ce vœu, dont (...)

43Le Félibrige, ou des félibres, adressent ainsi des questionnaires aux candidats-députés, portant sur leur position face à l’enseignement de l’occitan. Ils obtiennent le plus souvent des réponses aussi favorables que de peu de conséquences. Et au total cette action va nettement moins loin que celle lancée à la fin des années trente par les Bretons qui réussissent à amener les conseils municipaux de centaines de communes de leur région à émettre des vœux en faveur de l’introduction du breton dans les écoles primaires16. Et pour ce qui est des interventions parlementaires les députés occitans ne sont pas les plus nombreux, mal- gré l’exemple du félibre maurrassien Xavier de Magallon, à interpeller le pouvoir sur ce problème.

44Plus nouveau toutefois : le lancement, au début de l’année 1924, de la première association professionnelle créée spécifiquement pour défendre l’occitan à l’école.

  • 17 Oc, 2 février 1924.

45Il s’agit de la Ligue pour la Langue d’oc à l’école, fondée par un jeune professeur, Jean Bonnafous, et qui rassemble rapidement des dizaines d’enseignants de toutes régions et de tout niveau17. On y voit même aux côtés d’un député du Gers, Joseph Barthélémy, la plupart des professeurs du supérieur qui s’occupent alors de langue d’oc, d’Anglade à Ripert en passant par Millardet et Bourciez, voire un Alfred Jeanroy, spécialiste des Troubadours, que rien ne prédisposait pourtant à adhérer à un tel organisme.

  • 18 En attendant du moins les résultats de l’enquête lancée par Jean-François Chanet sur les comportem (...)

46Ce qu’il y a de nouveau avec cette Ligue c’est qu’elle rassemble non plus des félibres de bonne volonté n’ayant le plus souvent aucun rapport avec le système scolaire, mais des enseignants directement engagés dans une pratique professionnelle, si peu nombreux qu’ils puissent être par rapport à la masse de leurs collègues, que l’on devine indifférente ou hostile18.

47Cela n’empêche pas la Ligue de n’obtenir que fort peu de résultats concrets.

48Au niveau gouvernemental, son enthousiasme est rapidement douché par la célèbre circulaire du ministre (Occitan, d’ailleurs) Anatole de Monzie, en 1925. Il s’agit là de la réfutation la plus cohérente de toutes les thèses défendues de longue date par les félibres : l’utilité de l’emploi du dialecte pour l’acquisition des structures du français, l’influence morale du maintien du « patois », la dignité littéraire de la langue d’oc, etc. Le concert de protestations indignées qui suit la publication de ce brûlot n’y change rien.

  • 19 René Jouveau, Histoire du Félibrige 1914-1941, Aix en Provence 1977, p. 97.

49Le successeur de de Monzie, le Provençal occitanophone et à ses heures félibrophile Daladier, persiste et signe un peu plus tard : on ne saurait enseigner les « patois » puisqu’il y a encore (trop) de gens qui les parlent19 !

  • 20 Cf. Émile Ripert, « Doit-on admettre la langue de Mistral au baccalauréat ? » Aix, le Feu, 1925, p (...)

50Face à un tel mur, il est normal que la Ligue s’essouffle assez vite, d’autant plus que l’irritant problème graphique vient compliquer la cohabitation entre Provençaux et tenants de la graphie occitane. De toute façon on peut se poser des questions sur la motivation réelle de certains de ses membres. On a vu que le dialectologue Georges Millardet avait adhéré. Mais le même Millardet, tout félibre et tout ligaire qu’il soit, répond en ces termes à son collègue Ripert sur l’introduction du provençal dans les épreuves du baccalauréat20 :

Infliger à un examinateur, éminent félibre, voire poète, comme vous l’êtes, l’audition d’une strophe de Mireille expliquée en mot à mot, avec l’analyse des verbes et commentaire littéraire ou soi-disant tel, n’est-ce pas à vous faire frémir d’avance ? Laissons la plante délicate, « la blanche fleur de nos landes salées » pousser où la nature l’a fait naître. Ne traînons pas la muse mistralienne sur les bancs du supplice.

51Il est dès lors étonnant de constater qu’il ait pu y avoir, malgré tout, l’amorce d’un enseignement du « provençal » dans certains lycées de Provence, alors même que la mauvaise volonté des pouvoirs publics n’était même pas compensée par l’unanimité déterminée de tous les félibres en faveur d’un tel enseignement.

52Sur ces entrefaites, la conjonction des panzers allemands, des manœuvres de Laval et de la détresse de la Chambre des députés piteusement repliée à Bordeaux amène la fin de la IIIe République au début de l’été 40.

53À peine installé, le nouveau régime reçoit l’habituelle supplique du capoulié du Félibrige en faveur de l’entrée de la langue d’oc dans les écoles. Et à la surprise générale, la réponse ne prend pas la forme non moins habituelle d’une fin de non recevoir plus ou moins aimablement formulée.

54Mieux : le chef de l’État, le Maréchal Pétain lui-même, envoie à Maillane, le 8 septembre, un message d’hommage à Mistral. L’enthousiasme des félibres, quelles qu’aient pu être auparavant leurs opinions politiques, ne connaît, pendant quelques mois, plus de bornes.

  • 21 Cf. notre article « Travail, Famille, Patois » in Practicas, nos 9-10, 1987, p. 53-63, [et ici mêm (...)

55On connaît la suite : c’est seulement en décembre 1941, après bien des tergiversations, que le ministre Carcopino signe enfin un texte introduisant les langues de France dans les écoles primaires, à titre facultatif bien entendu. Visiblement la pression des félibres n’a pas été assez forte pour obtenir plus21.

56Et la seule contre-attaque qui vienne de ces derniers, c’est une aigre bouderie. Sur la pointe des pieds, comme l’époque, au demeurant, l’exigeait. Les hommages au Maréchal, monnaie courante aux débuts de l’État français, disparaissent peu à peu des revues félibréennes. En attendant la Libération, qui met fin à la petite expérience d’enseignement de l’occitan entamée deux ans plus tôt.

57On en est revenu au point de départ. Et il ne reste plus au Capoulié, nouveau Sisyphe, qu’à retrouver les anciennes habitudes en écrivant sans faiblir au nouveau pouvoir, une fois de plus, au nom du patriotisme confirmé du Félibrige...

58Le pouvoir ayant lui aussi retrouvé ses anciennes habitudes, le dialogue offre toutes les apparences d’un médiocre remake de la IIIe République, jusqu’à la miraculeuse année 1951 où passe enfin, comme par surprise, la légendaire loi Deixonne.

59La genèse de cette dernière mériterait une étude poussée. Pour ce qu’on en sait, il est clair que son adoption doit peu à une mobilisation massive des associations de défense des langues régionales, pour ne pas parler d’une inexistante pression des masses occitanophones.

  • 22 Cf. Lafont, op. cit. p. 225-227.

60Le travail de lobbying mené patiemment par un occitaniste convaincu, Pierre-Louis Berthaud, auquel sa qualité de journaliste parlementaire et son titre d’ancien déporté ouvraient bien des portes que son intelligence tactique lui permettait de tenir ouvertes, y est sans doute pour beaucoup22.

  • 23 Cité par l’Ase Negre, n° 11, juillet-août 1947.

61La chance aussi probablement. Car que ce soit du côté de l’administration, ou de celui de l’intelligentsia française, voire de dialectologues éminents comme Dauzat, les obstacles n’ont pas manqué. Et à vrai dire les raisons qui ont amené le pouvoir à accorder, fût-ce parcimonieusement, ce qu’il avait refusé pendant plus d’un demi-siècle, restent obscures. A-t-on considéré en haut lieu que l’état réel des langues régionales dans la société du temps ôtait tout danger à leur introduction dans le système scolaire ? Ou bien sont-ce des facteurs purement politiciens qui ont joué ? Une piste, peut-être : dès 1947 ceux qui défendent avec le plus de mordant, à l’Assemblée, la cause des langues régionales, ce sont les communistes, avec parfois l’aval du M.R.P. On voit ainsi en mai 1947 le P.C.F. déposer une proposition de résolution en faveur de la langue bretonne. Le député P.C.F. André Marty interviendra bientôt en faveur du catalan. Significativement, à cette proposition répond une autre, moins d’un mois après, émanant cette fois-ci de la S.F.I.O., et visant, elle, la protection de la langue française. On y lit ceci23 :

Certes, la langue, les dialectes, les patois peuvent être utilisés dans la vie familiale et courante, mais l’école nationale ne peut connaître que la langue nationale de la République une et indivisible. Il va de soi que les diverses régions trouveront toujours dans leurs traditions locales la forme d’expression qui leur est propre — folklore, kermesses, fêtes locales, danse.

62On reconnaît là l’immuable position de tous les gouvernements, depuis 1880 au moins.

63Ce qui est intéressant, c’est le contexte : la proposition communiste est déposée le 16 mai. Or c’est le 4 du même mois que Ramadier, Président du Conseil et socialiste, s’est séparé de ses ministres communistes. Depuis on s’achemine vers l’affrontement. On peut donc dès lors interpréter la contre-proposition socialiste du 12 juin comme un simple « marquage » de l’adversaire. Peut-on aller plus loin et considérer que l’adoption par les mêmes socialistes, trois ans plus tard, d’une proposition de loi due à l’un des leurs provient du désir tactique d’occuper un terrain jusque là monopolisé par l’ennemi ? On conviendra toutefois qu’au regard des questions fondamentales sur lesquelles s’affrontaient les deux anciens alliés de 45, le champ de bataille des langues régionales pouvait sembler pour le moins secondaire ! Cela dit, le fait est là ; mais ce qui importe dans notre perspective, répétons-le, c’est que ce n’est pas, de toute façon, une offensive victorieuse des Occitans, ou de ce qui restait du mouvement breton qui a pu obtenir une telle « victoire ».

64Cette victoire est d’ailleurs bien réduite. Mais ce qui compte, c’est que les langues régionales ont désormais un pied dans l’institution, une tête de pont sur le continent hostile de l’appareil éducatif. Du même coup la revendication occitane en matière d’enseignement peut sortir du domaine de la seule interpellation solennelle et platonique pour entrer dans celui du grignotage pragmatique des positions de l’adversaire.

65L’enjeu, désormais, c’est d’améliorer la loi Deixonne. Et la parole est désormais aux praticiens, aux enseignants. D’un côté ils s’organisent, à travers notamment le secteur pédagogique de l’Institut d’Études Occitanes et sa rivale l’association Lou Prouvençau à l’escolo, de l’autre, ils maintiennent une pression constante sur l’appareil d’État et les élus, d’où cette bonne trentaine de projets de loi mort-nés qui scandent l’histoire parlementaire de la Cinquième République.

  • 24 En ce qui concerne les dernières années, cf. Philippe Gardy, « L’occitan au miroir de la socioling (...)

66Les vingt dernières années ont vu en gros se prolonger cet état de choses24. Avec quelques innovations toutefois.

67D’abord le fait que la radicalisation de la revendication occitane après 1968 n’a paradoxalement pas entraîné l’élaboration d’un nouveau type de projet de politique linguistique.

  • 25 Qui dans les années 70 représente la gauche occitaniste militant pour l’autonomie socialiste du pa (...)

68Dans la stratégie de Lutte Occitane25, pour ne prendre que cet exemple, la question de la langue passe plutôt à l’arrière-plan. Ce qui est alors primordial, c’est le combat pour l’autonomie et le socialisme, le salut éventuel de la langue passant par la conquête préalable, en Occitanie, d’un pouvoir local de type nouveau. Il est vrai que la surdité du pouvoir — gaulliste, pompidolien ou giscardien—à l’égard de toute revendication identitaire ne permettait guère l’amorce d’une négociation réelle sur le sujet.

69La langue n’apparaît plus nettement que dans l’argumentaire de deux organisations, par ailleurs bien différentes :

  • le Parti Nationaliste Occitan, qui, fidèle à sa logique de construction d’un État national pour l’Occitanie, voit dans l’occitan la langue officielle incontournable, à tous les niveaux, de cet État.
  • et l’Institut d’Études Occitanes qui lance périodiquement de grandes campagnes de sensibilisation pour « l’occitan langue nationale » ou « l’occitan à la télévision ».

70Les résultats là encore sont modestes. Mais il convient quand même de noter l’entrée dans l’argumentaire occitaniste de thèmes jusque là absents : s’il existait des émissions radiophoniques en occitan depuis l’entre-deux-guerres, c’est sans doute la première fois que les médias sont explicitement désignés comme un des lieux-clés de l’institutionnalisation d’une présence occitane. Il est vrai qu’en ces années, l’importance de ces médias n’est plus niable, y compris dans un mouvement culturel qui a toujours privilégié l’écrit.

71En 1981, l’élection de François Mitterrand donne, un temps, de grands espoirs. Il y a des promesses fermes, il y a de vieilles amitiés personnelles entre certains occitanistes et certains représentants du nouveau pouvoir, il y a aussi l’impression d’une profonde connivence idéologique nouée dans les luttes de l’époque précédente.

72Alors même que le mouvement s’enfonce dans une crise qui va liquider pratiquement l’occitanisme politique, on peut croire que l’État va enfin prendre le relais.

73On sait ce qui s’est passé en réalité. Malgré le début d’ouverture représenté par la circulaire Savary en 1982 et le projet fantôme de loi Destrade, puis Dollo, la logique propre du gouvernement socialiste l’éloigne assez vite de cette ligne initiale d’attention aux revendications minoritaires. Les contacts nombreux noués à tous les échelons entre organisations occitanistes et représentants du pouvoir ne débouchent guère que sur une plus grande libéralité en matière de subventions aux associations. Et il n’y a toujours pas de réel statut d’officialité pour l’occitan, en dehors de quelques fragiles oasis dans les médias ou le système éducatif, d’ailleurs régulièrement menacées.

74On en est là. Si l’on se reporte à la situation initiale, celle du temps où Mistral et ses amis formulaient leurs premières revendications, il faut bien constater que les progrès, indéniables, n’ont pas été à la mesure des ambitions.

75Les causes de cet échec relatif sont à chercher du côté, d’abord du mouvement occitan lui-même, et de sa nature.

76En premier lieu, il est clair que la nécessité d’une politique de la langue, d’une officialisation plus ou moins grande de son emploi, n’est pas apparue évidente à tous ceux qui ont adhéré depuis plus d’un siècle à l’une ou l’autre des associations qui ont voulu défendre la langue d’oc.

77Pour beaucoup de félibres, attachés d’abord à pratiquer le culte de cette dernière comme une sorte de hobby culturel peu engageant, la sphère de la revendication et de la négociation avec l’État paraissait étrangère à la vocation du Félibrige telle qu’ils la concevaient. Pour ces hommes, la condition subalterne d’une langue promise à l’effacement final n’empêchait nullement que l’on s’y attachât, si même cette fragilité, ce caractère de souvenir d’un passé aboli ne constituait pas à leur yeux son intérêt profond. Rien de moins mobilisateur que la nostalgie attendrie, même quand elle inspire des strophes charmantes.

78Quant à ceux qui, hier et aujourd’hui, refusaient d’en rester au stade de la simple commémoration des gloires disparues, un autre clivage apparaît vite entre eux. Il en est qui ne séparent pas revendication culturelle et revendication politique ; et dès lors ce qu’on observe, c’est que le poids des considérations institutionnelles l’emporte vite sur celui des ambitions linguistiques.

79Ce qui importe aux yeux, déjà, du Maurras de la Déclaration fédéraliste de 1892, comme aux yeux des militants de Lutte Occitane pas loin d’un siècle plus tard, c’est l’autonomie des régions occitanes. La renaissance de la langue est vue comme devant découler, automatiquement on l’espère, sans d’ailleurs se poser trop de questions, du bon fonctionnement d’institutions spécifiques au domaine d’oc. Tout au plus la langue figure-t-elle dans le programme comme trait fondamental d’identification du territoire pour lequel on revendique un pouvoir propre.

80Plus profondément, quiconque veut penser une politique linguistique pour l’occitan se trouve vite enserré dans un réseau d’impossibilités théoriques et pratiques :

81► Il n’est pas possible de faire sans la France et son État, dès lors qu’on renonce à aller jusqu’au rêve d’une séparation totale d’avec la France, ne serait-ce que parce que ce rêve ne serait partagé par personne dans le Sud.

82Faire avec la France, cela veut dire n’avoir d’autre interlocuteur que les représentants du pouvoir national, puisque aussi bien le système politique français ne laisse jusqu’en 1982 aucune place réelle au moindre contre-pouvoir local.

83Discuter avec des interlocuteurs aussi puissants implique que l’on cherche à utiliser avec eux un langage qu’ils puissent entendre.

84En d’autres termes, il s’agit de les convaincre que la politique linguistique en faveur de l’occitan que l’on veut leur faire endosser, non seulement n’est pas contradictoire avec celle qu’ils mènent déjà—mais en faveur du seul français — mais qu’en plus elle peut venir renforcer cette dernière, sans aucun risque pour la cohésion nationale. D’où l’abandon précoce, chez Mistral, d’une ligne « dure » (l’occitan est par nature la langue du Midi et il faut l’imposer comme telle au pouvoir central oppresseur) au profit d’une ligne plus nuancée, empruntant ses termes à l’idéologie nationale française (aimer sa province, c’est aimer la France, le maintien des traditions, y compris linguistiques, est le garant de l’ordre social, et le « patois » peut aider le maître à mieux enseigner l’indispensable français). Cette ligne est restée en vigueur, somme toute, longtemps après lui. Le problème, c’est qu’elle n’a jamais pu convaincre des décideurs qui avaient déjà, et de longue date, des idées bien arrêtées sur la nécessité de l’unification linguistique totale du territoire national, l’inéluctable déclin d’idiomes liés à une civilisation traditionnelle à l’agonie, et qui n’ont de place éventuelle que dans l’usage privé, et en aucun cas dans le domaine public.

85► Deuxième impossibilité, celle du mouvement populaire susceptible de forcer les réticences du pouvoir.

86Un tel mouvement, pour toutes sortes de raisons qu’il serait trop long de rappeler ici, n’existe pas. Mistral a rêvé un bref moment, avant 1880, de le susciter, par un intense travail de propagande accompli par ces félibres en qui il plaçait de grands espoirs. Il a vite déchanté, pour adopter une stratégie toute différente : convaincre d’abord le pouvoir d’État, l’exemple de ce dernier devant ensuite, inévitablement, entraîner à sa suite un peuple fondamentalement perçu comme moutonnier. Au fond, Mistral, et la plupart des félibres à sa suite, n’ont jamais cru dans la capacité du peuple d’oc à se mobiliser pour sa langue. Du même coup, ils n’ont pas cherché d’arguments, ni les relais dans la société civile qui auraient permis la diffusion de ces arguments. Privés, dès lors et consciemment, du soutien de larges masses d’électeurs susceptibles de faire pression sur le pouvoir, ils n’avaient d’autre recours que celui de l’interpellation incantatoire, de la sommation adressée, au nom de l’histoire et d’un peuple muet, à des gouvernements que le prestige réel ou supposé du Félibrige avait peu de chances d’impressionner.

87Les grands discours revendicatifs prononcés rituellement par plusieurs générations de capouliés et de majoraux, mais aussi, soyons juste, de militants occitanistes convaincus, tiennent ainsi de la bouteille à la mer et du slogan à usage interne destiné à revigorer le cercle des amis de la Cause. À moins que le glissement vers un autre terrain, celui de la revendication institutionnelle (décentralisation) ou, plus récemment, économique (vivre au pays), n’apparaisse comme une ruse, destinée à trouver entre le peuple et l’avant-garde occitane un langage et des intérêts communs, une alliance à travers laquelle on pourra infuser, subrepticement, la nécessité du fait linguistique comme seul marqueur valable de l’identité locale—mais plus tard.

88► Dernière impossibilité, la plus profonde peut-être, celle qui se trouve chez les acteurs mêmes de la revendication.

89Cette revendication est perpétuellement rongée par un doute, plus ou moins conscient : est-il encore possible de sauver l’occitan ? Les militants n’échappent pas si facilement aux contraintes de la diglossie qui condamne, à terme, la langue à la disparition pure et simple. Pas plus qu’ils n’échappent à la réalité de pratiques linguistiques qui en un siècle ont évolué de façon alarmante. On voit bien la difficulté : une politique linguistique pour l’occitan, pour peu qu’elle soit prise en charge par l’indispensable partenaire français, et pourvu qu’elle soit suffisamment intensive et spectaculaire, peut-elle encore vraiment inverser le processus d’abandon de la langue ?

90Il nous paraît que ce n’est pas par hasard si la revendication s’est focalisée surtout sur l’enseignement et fort peu en revanche sur l’emploi public, administratif par exemple. En dehors du fait qu’une telle revendication serait irrecevable en France, la tradition d’État étant ce qu’elle est, le repli sur le rôle de l’école constitue l’aveu de la marginalisation de la langue et du rétrécissement de son registre d’emploi. Avec l’espoir que l’École pourra enrichir, chez les locuteurs, ce registre. Avec le risque aussi que l’occitan n’ait d’autre statut à l’école que celui d’une langue que l’on apprend à maîtriser pour la durée des quelques heures que dure le cours, sans pour autant se sentir porté à l’utiliser en dehors.

91Ce qui nous ramène à ce que nous disions au départ, sur les deux lignes possibles pour la définition d’une politique occitaniste de la langue.

92La ligne maximaliste est rendue impossible à la fois par l’opposition de l’appareil d’État français, la pesanteur d’un corps social déjà francisé, et les doutes mêmes des militants, dès lors du moins qu’ils ne prennent pas leurs rêves pour la réalité.

93Il reste la seconde ligne, celle qui spécialise l’occitan dans un seul registre, celui du « plus » culturel offert par un système scolaire allogène à ceux qui éprouvent le désir de se souvenir de l’occitan.

94Le drame de l’occitanisme est qu’il ne peut guère choisir vraiment entre les deux. Adopter la seconde, c’est se nier lui-même, et renoncer à toute ambition autre que la pure et simple maintenance morose d’un patrimoine désuet et rabâché. Vouloir suivre la première, c’est se heurter immédiatement aux trois impossibilités dont nous parlions, sans avoir réellement les moyens, dans l’état actuel des choses, de les surmonter. À moins bien sûr que le fait nouveau des pouvoirs régionaux nés de la loi Deferre ne modifie la règle du jeu (mais à l’instant même où nous formulons cette hypothèse, il nous vient à l’idée qu’elle n’est peut-être rien d’autre qu’un nouvel et pathétique effort pour imaginer des raisons d’espérer). L’impossibilité du choix explique, fondamentalement, la juxtaposition dans les proclamations occitanistes depuis le siècle dernier, d’une rhétorique orgueilleuse et conquérante, et d’une pratique beaucoup plus modeste et pragmatique — dont les réussites partielles ne doivent d’ailleurs pas être sous-estimées. Et il y a ce fait, aussi : depuis plus d’un siècle, ses échecs successifs n’empêchent pas l’occitanisme de suivre son chemin. Au nom de l’espoir, et du désir.

Notes

1 Discours e Dicho, Arles, C.P.M., 1980, p. 15-17.

2 Sur le contexte, cf. Ph. Martel, « Bleu, blanc ou rouge : la politique félibréenne autour de 1870 », Amiras/Repères n° 13, Édisud, Aix en Provence, 1986.

3 Discours e Dicho, op. cit. p. 18-23.

4 Ibidem, p. 28-31.

5 Ibidem p. 51-53.

6 Sur ce thème, voir notre article, « L’impossible dialogue », Revue des Langues Romanes, XC-2, 1986, p. 207-232.

7 L’Aioli, n° 110, 1894, « Lou signe ».

8 Compte-rendu dans Lou Felibrige, 1896, p. 81-87. Sur les débats pédagogiques de l’époque, cf. aussi Robert Lafont, La Revendication Occitane, Paris, Flammarion, 1974, p. 214-218.

9 C’est l’idée défendue notamment par le Père Xavier de Fourvière dans son bulletin Lou Gau au début du siècle suivant.

10 Lemouzy, Paris, novembre 1897, p. 327-329.

11 Aioli n° 261, 1898, « Lou prouvençau à l’escolo ».

12 Cf. René Jouveau, Histoire du Félibrige 1876-1914, Aix-en Provence, 1970, p. 299-300 et 407.

13 Occitania, nos 10-11-12, début 1911.

14 Jouveau, op. cit. p. 416.

15 Antonin Perbosc, Les langues de France à l’école, collection Oc, Toulouse, 1926.

16 Cf. Peuples et Frontières, janvier 1938, p. 191-193. 307 communes bretonnes ont émis ce vœu, dont 272 en Basse Bretagne (sur un total de 637, il est vrai).

17 Oc, 2 février 1924.

18 En attendant du moins les résultats de l’enquête lancée par Jean-François Chanet sur les comportements des enseignants du primaire face au fait régional [publiés, depuis, dans sa thèse, L’école républicaine et les petites patries, op. cit.]

19 René Jouveau, Histoire du Félibrige 1914-1941, Aix en Provence 1977, p. 97.

20 Cf. Émile Ripert, « Doit-on admettre la langue de Mistral au baccalauréat ? » Aix, le Feu, 1925, p. 45-46.

21 Cf. notre article « Travail, Famille, Patois » in Practicas, nos 9-10, 1987, p. 53-63, [et ici même chapitre 6].

22 Cf. Lafont, op. cit. p. 225-227.

23 Cité par l’Ase Negre, n° 11, juillet-août 1947.

24 En ce qui concerne les dernières années, cf. Philippe Gardy, « L’occitan au miroir de la sociolinguistique : vingt ans après, 1968-1988 ». Lengas no 25, 1989, p. 27-49.

25 Qui dans les années 70 représente la gauche occitaniste militant pour l’autonomie socialiste du pays d’oc.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540