Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'art de gouverner chinois dans les périodiques de langue française de 1750 à 1789

 | 
Li Ma

Troisième partie — Les options idéologiques des périodiques

Chapitre 10 Les Mémoires concernant les Chinois

Texte intégral

1Dans l’ensemble, les représentations du système politique chinois diffusées par les Mémoires concernant les Chinois sont positives. En effet, ils ont bien vu la place centrale occupée par la piété filiale, cette « vertu nationale », dans le gouvernement chinois et son administration, et ils ne tarissent pas d’éloges sur ce système. Selon eux, les empereurs éclairés suivent les principes moraux transcrits dans les ouvrages classiques depuis l’Antiquité, et leur pouvoir absolu est contrôlé, dans une certaine mesure, par les remontrances des mandarins.

1 Les stratégies des jésuites

2Ces idées ne sont pas originales. Les rédacteurs des Mémoires concernant les Chinois reprennent et développent les idées défendues par les jésuites. Pour rendre leur argumentation plus convaincante, ils ont recours à plusieurs stratégies.

  • 1 Il s’agit des notes 2 et 3 de l’Essai sur la langue et les caractères des Chinois. Article Premier(...)
  • 2 Ibid., p. 186.
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid., p. 187.
  • 5 Ibid., p. 188.

3En premier lieu, ils jouent la carte de la légitimité et mettent en avant le fait qu’ayant séjourné en Chine, ils peuvent, mieux que d’autres, décrire son système politique, les attributions de l’empereur ainsi que les mœurs de ses sujets. Cet argument leur permet aussi de dénoncer l’ignorance des autres auteurs, qui prétendent parler d’un pays dans lequel ils ne sont jamais allés. Comment pourraient-ils éviter les jugements erronés ? Le P. Amiot et le P. Cibot, les deux rédacteurs principaux des Mémoires concernant les Chinois, reviennent sur cette difficulté. Le père Cibot, en joignant deux notes intitulées respectivement « Pourquoi on connaît mal la Chine en Europe » et « Erreurs sur la Chine », à son essai sur l’écriture chinoise dans le tome VIII1, souligne que ces méconnaissances doivent être attribuées aux éditeurs et lecteurs, non aux auteurs des récits : « Si on ne connaît pas la Chine en Europe, ou plutôt si on la connaît mal, c’est moins faute de mémoires, que parce que ceux qu’on y a envoyés, ont été corrigés, refondus, colorés, selon les idées des nations qui les ont publiés2 ». Tout en indiquant les retouches éventuelles lors de l’édition des livres, le père Cibot signale les mésinterprétations de la part des lecteurs. Il cite plusieurs exemples des modifications effectuées dans les textes par les écrivains utilisant les témoignages des jésuites. Selon le père Cibot, ces modifications ont produit de graves malentendus. S’agissant de la discordance des informations, le père Cibot défend vigoureusement les missionnaires contre la « mauvaise foi » des accusateurs. Selon lui, « plusieurs de ces Mémoires ont été écrits en différents temps ; en Chine, comme ailleurs, les choses changent d’un siècle à l’autre3 ». À cela, il faut encore ajouter les différences entre les régions visitées par les missionnaires. Après avoir cherché des explications du côté des propagateurs et intermédiaires, le P. Cibot revient aux erreurs des lecteurs, en particulier celles de certains écrivains de l’époque, parmi lesquelles Montesquieu, qui a « voulu plier le code de Chine à son système4 ». Ainsi met-il en relief le lien entre les prises de position des philosophes et les représentations de la Chine dans leurs œuvres. Selon lui, « les plus savants même se sont trompés, faute de se défier de leur science5 ».

  • 6 Mémoires concernant les Chinois, t. VI, 1780, p. 275.

4L’entreprise d’auto-justification des jésuites est encore plus perceptible dans l’« Extrait d’une lettre de M. Amiot, à M*** » — datée du 28 Septembre 1777—, publié dans le tome 6 de l’année 1780. Tout en critiquant sévèrement l’auteur des Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois, qui a « écrit avec beaucoup de légèreté, et contraire, du commencement à la fin, aux idées communément reçues » et qui « a parlé [des] Chinois sans les connaître6 », le P. Amiot souligne l’authenticité des écrits des missionnaires et leur bonne foi.

  • 7 Ibid., p. 276-277.

Les Missionnaires, dira tout homme équitable, tout Philosophe même de la classe de l’Auteur des Recherches, les Missionnaires sont les seuls qui ont pu nous donner les notions sûres des pays lointains qu’ils ont arrosés de leur fureur, et qui ont été le théâtre de leurs travaux ; [...] il n’est pas possible qu’ils ne se soient pas formé une idée à-peu-près exacte de leur Religion, de leurs mœurs, de leur manière de vivre, de la forme de leur gouvernement, de leur industrie, de leurs sciences et de leurs arts ; [...]7

5En rapportant l’opinion d’un tiers, le P. Amiot met en évidence les mérites des jésuites, qui ont su décrire la Chine et comprendre ses principes. Leur long séjour dans le pays, leurs responsabilités et leurs entrées à la Cour, leurs voyages dans les provinces, ainsi que leurs échanges avec les habitants, tout cela explique leur connaissance et leur compréhension de la société chinoise. Leur justification de plusieurs défauts de l’empire, pourtant violemment dénoncés par leurs contemporains et la génération suivante, a donc aux yeux du P. Amiot un certain crédit.

  • 8 Les principaux travaux du P. Amiot ont été dénombrés par Emmanuel Davin dans « Un éminent sinologu (...)

6Les rédacteurs mettent aussi en avant leur connaissance profonde de la langue et de la culture chinoises. En effet, une dizaine, voire des dizaines d’années passées en Chine, et une grande ténacité dans l’apprentissage de la langue chinoise et la lecture des ouvrages classiques ont permis aux jésuites de bien comprendre le chinois. Certains d’entre eux sont même parvenus à traduire les livres chinois. L’Histoire générale de la Chine, traduite par le P. de Mailla, complète considérablement les connaissances que les Français possédaient de la Chine. Quant aux Mémoires concernant les Chinois, ils recueillent les traductions de nombreux ouvrages chinois, faites majoritairement par le P. Amiot8.

  • 9 Voir la deuxième partie de cette étude.

7Les traductions et les présentations des livres concernant l’art de gouverner chinois nous permettent de percevoir la stratégie des jésuites, lesquels ont su tirer parti de la légitimité que leur conférait leur connaissance du pays. Ils citent ainsi des passages tirés des classiques chinois, y compris lorsqu’ils analysent le système politique chinois9, afin de justifier leurs opinions ou de réfuter les opinions opposées.

8Certains extraits de la Grande science et du Chou-king sont utilisés pour prouver la prédominance de la vertu dans la constitution chinoise et le lien étroit existant entre la politique et la morale. Ainsi, dans les Observations et notes, le P. Amiot conclut-il, après avoir cité plusieurs passages de la Grande science :

  • 10 Mémoires concernant les Chinois, t. VI, p. 332.

Telles sont les maximes de gouvernement, répandues dans tous les livres des Chinois, qui traitent de la politique ou de la morale. C’est de ces maximes, et uniquement de ces maximes, que dérivent les devoirs qu’ils ont imposés à leurs souverains, et les moyens qu’ils lui suggèrent pour en obtenir l’accomplissement10.

9Il semble que le P. Amiot emprunte cette conclusion aux ouvrages classiques chinois qui sont les plus crédibles et les plus convaincants à ses yeux.

10Autrement dit, les traducteurs profitent de leur situation pour interpréter les classiques chinois selon leur volonté, comme le montre en particulier l’emploi de certains termes dans la version française, tels que le mot « religion ». Dans l’extrait du Chapitre « Yo-ki et Tsu-ki », on lit ainsi, dès les premières lignes :

  • 11 Mémoires concernant les Chinois, t. IV, p. 21.

Dans les temples et dans les salles des Ancêtres, la musique doit également inspirer la religion au Prince et aux sujets, aux grands et aux petits. Dans les fêtes publiques et dans les assemblées de parents, elle doit également inspirer la condescendance et égards aux vieux et aux cadets. Dans les familles et dans les ménages, elle doit également inspirer l’amour et la tendresse aux pères et aux enfants, aux aînés et aux cadets11.

11Dans ces trois phrases relativement régulières, l’utilisation du mot « religion » nous paraît déstructurer cette forme. Si l’on se reporte au texte original chinois, on constate que les termes « estime et respect » restituent mieux la conformité extérieure que le terme « religion ». Le choix du traducteur révèle donc son interprétation de la « religion » des Chinois, en particulier des lettrés. Selon lui, la piété filiale pratiquée au sein du gouvernement peut être considérée comme une religion, ce qui correspond à l’idée selon laquelle la piété filiale et la religion sont le fondement de l’empire.

  • 12 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 1.
  • 13 Ibid.

12En dernier lieu, les rédacteurs principaux des Mémoires concernant les Chinois ont recours à d’autres écrits que ceux des jésuites, tels que l’« Idée générale de la Chine » insérée dans le tome V. Dans une note, l’éditeur présente le texte en ces termes : « Ce Tableau général de la Chine n’est point l’ouvrage des Missionnaires, mais de M. **12 ». On ignore qui est l’auteur du texte, mais il est certain que ses idées s’accordent avec celles des jésuites. Notre analyse, dans la deuxième partie de cette étude, le prouve. En outre, les notes du texte confirment nos conclusions. À part celles qui servent d’explications complémentaires, la plupart d’entre elles renvoient les lecteurs aux ouvrages des jésuites, tels que les Nouveaux mémoires sur l’état présent de la Chine du P. Le Comte, l’Histoire générale de la Chine du P. de Mailla, et la Description de la Chine du P. Du Halde. Manifestement, l’auteur s’est beaucoup inspiré des écrits des missionnaires, en particulier de ceux des jésuites. Le fait de reprendre ce texte dans les Mémoires concernant les Chinois pour donner aux lecteurs « une idée des différentes époques de l’Histoire de la Chine, de ses révolutions, de sa religion, de ses lois, de ses mœurs13 », était donc censé constituer une preuve d’objectivité.

  • 14 Ibid., p. 24.

13Les notes nous permettent d’observer les prises de position du rédacteur. Lors de la réfutation des idées défavorables à l’égard de la Chine, l’auteur ne se contente pas de démontrer les avantages et les perfections du gouvernement chinois, il critique violemment les écrits de ses détracteurs. Lorsque l’auteur évoque les « fausses relations » des Hollandais, l’éditeur ajoute dans une note : « Il en est à peu près de même de l’Amiral Anson, qui a laissé faire son Journal par son Chapelain ; et celui-ci s’est permis toutes sortes de plaisanteries sur le compte des Chinois, sans les avoir seulement connus14 ». Cette remarque ressemble beaucoup à celle du P. Amiot à propos de l’imprudence de M. Pauw, auquel il reproche de juger la Chine et les Chinois sans les connaître.

2 Les motivations des journalistes

  • 15 Selon Chao Ying Lee, les opinions des jésuites se manifestent aussi dans les illustrations de ce p (...)

14Les écrits des jésuites et les stratégies qu’ils ont adoptées révèlent leur admiration pour la morale et la politique chinoises, ainsi que leur volonté de justifier le régime chinois15. Mais comment expliquer cet intérêt durable ? Quelle est leur véritable motivation ?

  • 16 Marie-Françoise Milsky cite un passage d’une lettre de Bertin adressée au P. Amiot du 31 décembre (...)
  • 17 Marie-Françoise Milsky, op. cit., p. 361.

15Les Mémoires concernant les Chinois constituent indéniablement l’un des périodiques qui accordent le plus d’importance à la question de l’art de gouverner chinois. Ce périodique est composé de critiques, de résumés et d’extraits d’ouvrages portant sur la morale et la politique. La place occupée par ces sujets s’explique en partie par l’influence d’Henri Bertin, qui s’intéresse beaucoup « au gouvernement et à la morale des Chinois16 ». Selon Marie-Françoise Milsky, « Bertin engage aussi les Jésuites à traduire les traités chinois de législation, gouvernement, histoire, morale, car la traduction des textes originaux vaut toujours mieux, selon lui, que les critiques ou explications de ces textes17 ». Par conséquent, il n’est pas étrange de trouver dans ces Mémoires plusieurs traductions en français d’ouvrages classiques chinois. Malgré quelques réserves à l’égard du système politique chinois sur lesquelles on reviendra, Bertin admet la valeur de ces traités et les effets positifs de leur circulation en France.

  • 18 On peut en donner deux exemples, tirés des « Remarques sur un Écrit de M. P**, intitulé : Recherch (...)
  • 19 Outre quelques réserves exprimées dans ses « Réflexions et considérations sur la Doctrine de la Pi (...)

16En ce qui concerne la défense du gouvernement chinois, elle a en effet quelque rapport avec le sentiment personnel de certains missionnaires. Parmi les rédacteurs des Mémoires, le P. Amiot avait certainement une grande affection pour l’empire chinois. D’ailleurs, lorsqu’il en parle, il évoque à plusieurs reprises « notre Chine18 ». Il semblerait qu’après des dizaines d’années passées en Chine, il se considère comme un Chinois. De plus, la protection dont il a pu jouir de la part du souverain a certainement contribué à renforcer l’idée favorable qu’il se faisait de l’empire. Si, selon le raisonnement de Quesnay, le père Parrenin a pu décrier le gouvernement chinois à cause de sa disgrâce ; le père Amiot, de son côté, a pu en faire l’éloge en raison de la faveur qu’il a reçue de la part de l’empereur. De fait, tandis que le P. Cibot a quelques fois des opinions réservées à l’égard du gouvernement chinois19, le P. Amiot prend toujours la défense de son pays d’adoption.

17Par ailleurs, l’apologie du régime chinois que l’on peut découvrir dans les Mémoires tient naturellement au statut de la plupart des rédacteurs, qui sont des ecclésiastiques. Comme le remarque Antonella Romano,

  • 20 Antonella Romano, « Jésuites », dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Pari (...)

La Compagnie [de Jésus] a représenté un concentré de tout ce que les philosophes combattaient : un ordre religieux, c’est-à-dire par essence intolérant, obscurantiste, hypocrite, voire intrigant ; un corps hiérarchisé dont les membres, soumis par le vœu d’obéissance, aliénaient une liberté qu’eux-mêmes étaient en train de définir comme inaliénable ; une institution dirigée par un général puissant, concentrant entre ses mains un pouvoir sans équivalent, que le monopole éducatif acquis par les siens, rendait dangereux pour les jeunes générations20.

18Au fond, l’organisation de la Compagnie de Jésus présente des analogies avec la constitution chinoise. Étant membre d’une telle organisation, les jésuites n’étaient probablement pas conscients des inconvénients de l’absolutisme chinois, parce qu’eux-mêmes étaient influencés par un régime semblable. Il est vrai qu’à l’époque où les articles qui nous occupent ont paru, la Compagnie de Jésus n’existait plus, ce qui place les justifications formulées dans les Mémoires concernant les Chinois dans une situation relativement décalée. Cependant, l’assujettissement des jésuites à une telle organisation leur dicte le devoir de justifier la hiérarchie et l'autorité absolue. C’est certainement aussi en raison de cet attachement ecclésiastique que les journalistes supposent une base religieuse au système politique chinois. Par conséquent, le gouvernement chinois à leurs yeux n’est pas despotique, et il repose sur un fondement apostolique.

3 La réception

19Contrairement au Despotisme de la Chine, qui suscite des réactions animées parmi les hommes de lettres, les textes concernant le régime chinois recueillis dans les Mémoires concernant les Chinois sont moins discutés. Les réactions à ces textes sont nombreuses dans les périodiques.

20Le Journal encyclopédique consacre quatorze articles aux Mémoires concernant les Chinois. Il rend compte des treize volumes de cet ouvrage des jésuites. Pourtant, les remarques individuelles des rédacteurs sont assez rares et souvent faites brièvement à la fin de l’article.

  • 21 Journal encyclopédique, 1783, t. VI, p. 431.
  • 22 Journal encyclopédique, octobre 1786, t. VII, p. 254.
  • 23 « Depuis 1775, Le Journal Encyclopédique a atteint culturellement et idéologiquement son rythme de (...)

21En septembre 1783, après avoir présenté le contenu principal du tome IX, le rédacteur écrit, à la fin de l’article : « M. Amiot, dont le zèle et le travail nous ont paru jusqu’ici mériter la reconnaissance et l’estime des Français21 ». Puis, en octobre 1786, il exprime à nouveau sa préférence pour les écrits de missionnaires comme le P. Amiot. « Il faut avouer que ce célèbre missionnaire a un grand avantage sur le simple voyageur qu’il assure et qu’il semble prouver n’avoir eu, n’avoir pas même pu avoir de conversation avec des Chinois instruits22 ». Ces deux remarques donnent une idée de l’attitude du rédacteur envers les Mémoires concernant les Chinois. Il admet la crédibilité des écrits du père Amiot, mais cette opinion s’exprime assez discrètement. Cette prudence est peut-être influencée par « l’orientation moins militante » de l’équipe du Journal encyclopédique à partir de 177523.

22Ce phénomène peut aussi être observé dans le Journal de littérature, des Sciences et des Arts et l’Année littéraire, dont les rédacteurs se contentent de résumer le volume recensé et d’en extraire des passages qui sont, dans la majorité des cas, des anecdotes.

  • 24 Journal des savants, juillet 1782, p. 1386.
  • 25 Ibid., p. 1396.
  • 26 Ibid., octobre 1783, p. 663.

23Le Journal des savants fait entendre une voix singulière. Dans les trois comptes rendus rédigés par M. de Guignes, l’attitude partiale du P. Amiot est plus d’une fois évoquée. En 1782, à propos des portraits des personnages célèbres en Chine, le rédacteur fait la remarque suivante : « peut-être sera-t-on tenté de croire que M. Amiot flatte les personnages dont il écrit l’histoire : pour l’Europe il est plus nécessaire de représenter tous ces Princes tels qui sont, que d’en faire des éloges24 ». De Guignes revendique donc l’objectivité des écrits. Selon lui, une description fidèle et objective permettra aux Européens de mieux connaître l’empire chinois. Le fait que les jésuites ajoutent par intervalles des passages éloquents dans leurs mémoires peut masquer les connaissances accumulées. Dans un autre endroit, De Guignes prend l’auteur des Mémoires en flagrant délit de dissimulation de la vérité à propos de la police à Pékin. « Voilà un beau tableau de la police de Pékin, mais il est difficile qu’il n’y ait pas d’abus, c’est ce dont le Missionnaire aurait dû nous avertir25 ». L’année suivante, dans un autre article, tout en admettant la valeur des Mémoires concernant les Chinois, De Guignes souligne la sinophilie du P. Cibot, un des collaborateurs du périodique. « Ce Missionnaire est singulièrement prévenu en faveur des Chinois, et souvent il se livre trop à son imagination26 ».

  • 27 Notre conclusion se fonde sur la quantité des comptes rendus. On en trouve 15 dans le Journal ency (...)

24Quant à la Correspondance littéraire, elle semble accorder beaucoup moins d’importance à cet ouvrage que les périodiques susmentionnés27. Meister se concentre sur la motivation de Bertin : « refondre entièrement l’esprit de la nation ». Or, les rédacteurs de ce périodique, qui sont globalement en désaccord avec les représentations de la Chine présentes dans les Mémoires, ne peuvent comprendre le projet de Bertin.

25Dans ces différentes appréciations et critiques envers les Mémoires concernant les Chinois, on constate que, dans les périodiques, rares sont ceux qui ont adopté ou réfuté ouvertement les opinions concernant le gouvernement chinois. Aussi les extraits ont-ils très peu de rapport avec celui-ci. Cela s’explique, d’une part, par la proportion des écrits concernant l’art de gouverner chinois dans l’ensemble des Mémoires. Comme l’indique le titre complet du périodique — Mémoires concernant l’histoire, les sciences, les arts, les mœurs et les usages des Chinois, par les missionnaires de Pékin —, les textes recueillis couvrent des domaines très variés, et les sujets ne se limitent pas à la politique. Lorsque les journalistes rendent compte de ces Mémoires, ils semblent préférer citer des passages plus attirants, par exemple les anecdotes concernant des personnages célèbres en Chine, mais qui sont alors peu connus en Europe, les descriptions de plantes rares et précieuses, ou encore les textes sur la musique et la danse chinoises. Quant au système politique, un sujet souvent traité à l’époque, les extraits le concernant risqueraient de ne pas intéresser les lecteurs. Qui plus est, la position circonspecte de certains périodiques, incite les journalistes à choisir des sujets moins controversés.

26En ce qui concerne les opinions des journalistes à l’égard du gouvernement chinois, de sa nature, de sa constitution et de ses défauts, elles semblent ne pas avoir beaucoup d’influence dans les dernières décennies du xviiie siècle. Si l’on se concentre sur une dizaine d’années après la publication des Mémoires, une influence possible des Mémoires mérite d’être signalée. Dans la Bibliothèque universelle des dames, l’interprétation du fondement de l’empire ressemble beaucoup à celle qu’on trouve dans les Mémoires concernant les Chinois :

  • 28 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 169-170.

Le pouvoir paternel et l’amour filial sont le ressort de cet empire : c’est le soutien des mœurs, c’est le lien qui unit le prince aux sujets, les sujets au prince ; et les citoyens entre eux. Le gouvernement chinois est revenu, par les degrés de sa perfection, au point d’où tous les autres sont partis, et d’où ils semblent s’éloigner pour jamais, au gouvernement patriarcal, qui est celui de la nature même28.

  • 29 Dans l’ « Avant-propos » de cette collection, le rédacteur présente ainsi la classe « Voyages » : (...)

27La piété filiale, définie comme naturelle, constitue donc le fondement de l’empire, lequel est un État paternel. Ces principes sont les mêmes que ceux qui sont analysés dans les Mémoires concernant les Chinois et dans la Description de la Chine du P. Du Halde. Si l’on tient compte de la date de publication de ce périodique et de sa nature29 — il propose avant tout des compilations — on peut estimer que son rédacteur s’est inspiré des écrits des jésuites.

28Il faut noter qu’en dehors des périodiques, on trouve très peu de réactions dans les ouvrages des dernières années du xviiie siècle. Cela rend le cas d’Henri Bertin, fondateur de cette entreprise, d’autant plus intéressant. Grâce au travail de Marie-Françoise Milsky, de nombreux passages de la correspondance de Bertin sont accessibles et nous permettent de nous faire une idée précise de sa conception des écrits des missionnaires.

  • 30 Lettre à Amiot du 31 décembre 1784 (Bibl. Inst., Ms 1524). Cité d’après Marie-Françoise Milsky, L’ (...)

Mais si je suis persuadé que vous serez lu de tout le monde avec un égal plaisir, je ne serais pas étonné cependant qu’on n’adoptât point universellement et dans leur entier les inductions que vous en tirez sur les avantages du gouvernement chinois et les qualités du souverain actuel30 [...]

29Apparemment, Bertin apprécie la valeur des Mémoires concernant les Chinois, mais pas sans réserves. Ses doutes concernent avant tout le système politique chinois. Comme le montre Marie-Françoise Milsky,

  • 31 Marie-Françoise Milsky, op. cit., p. 372.

Bertin était donc parfaitement conscient qu’« on ne débite que trop de fables sur la Chine », et tout au long de sa Correspondance, nous le voyons adopter une attitude prudente et objective vis-à-vis des choses de la Chine. Nous avons noté qu’il ne partageait pas complètement l’opinion du P. Amiot sur le gouvernement chinois, qu’il juge trop despotique31.

Notes

1 Il s’agit des notes 2 et 3 de l’Essai sur la langue et les caractères des Chinois. Article Premier, dans Mémoires concernant les Chinois, t. VIII, 1782, p. 186-188.

2 Ibid., p. 186.

3 Ibid.

4 Ibid., p. 187.

5 Ibid., p. 188.

6 Mémoires concernant les Chinois, t. VI, 1780, p. 275.

7 Ibid., p. 276-277.

8 Les principaux travaux du P. Amiot ont été dénombrés par Emmanuel Davin dans « Un éminent sinologue toulonnais du xviiie siècle, le R. P. Amiot, S. J. (1718-1793) » (in Bulletin de l’Association Guillaume Budé, no3, octobre 1961, p. 380-395).

9 Voir la deuxième partie de cette étude.

10 Mémoires concernant les Chinois, t. VI, p. 332.

11 Mémoires concernant les Chinois, t. IV, p. 21.

12 Mémoires concernant les Chinois, t. V, p. 1.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 24.

15 Selon Chao Ying Lee, les opinions des jésuites se manifestent aussi dans les illustrations de ce périodique. Sur ce point, voir Chao Ying Lee, Visions de l’Empire du Milieu au 18e siècle en France : Illustrations des Mémoires concernant les Chinois 1776-1791, Louvain-la-Neuve, academia-L’Harmattan, 2016.

16 Marie-Françoise Milsky cite un passage d’une lettre de Bertin adressée au P. Amiot du 31 décembre 1784 qui confirme cette thèse : « Vous semblez craindre quelquefois que les détails que vous voulez bien me donner sur l’administration de K’ien Long ne paraissent inutiles ou minutieux. Je puis assurer au contraire que vous ne pouvez me faire plus de plaisir qu’en nous faisant passer le plus souvent et le plus long qu’il se pourra tout ce que vous croyez digne de remarque soit dans la politique actuelle, soit dans l’histoire, les révolutions, les arts et nouvelles de tout genre de la Cour et de l’Empire que vous habitez. » (op. cit., p. 360.)

17 Marie-Françoise Milsky, op. cit., p. 361.

18 On peut en donner deux exemples, tirés des « Remarques sur un Écrit de M. P**, intitulé : Recherches sur les Égyptiens et les Chinois » recueillies dans le tome II des Mémoires concernant les Chinois : « [...] si les gens de bien jugeaient qu’il y eût quelque bien à en entreprendre la traduction, nous nous en chargerions avec plaisir, ne fût-ce que pour que notre Chine pût s’acquitter un peu par là de ce qu’elle doit au zèle de l’Europe. » (p. 386) ; « La loi fondamentale de la morale et de la politique de notre Chine [...] » (p. 389).

19 Outre quelques réserves exprimées dans ses « Réflexions et considérations sur la Doctrine de la Piété Filiale des Chinois », le P. Cibot remarque, dans l’« Essai sur l’écriture et les caractères chinois », que le pouvoir de l’empereur est bien réel : « La politique chinoise n’admet la magnificence que dans ce qui est fait pour annoncer la richesse et la splendeur de l’État, ou dans ce qui conserve ou illustre l’autorité. » (Mémoires concernant les Chinois, op. cit., t. 9, p. 346). À la différence de certains penseurs de son temps, qui ne voient dans les travaux publics que la sagesse et la bienveillance des empereurs chinois, le P. Cibot y trouve la preuve d’un pouvoir absolu.

20 Antonella Romano, « Jésuites », dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, PUF, 1997, p. 720.

21 Journal encyclopédique, 1783, t. VI, p. 431.

22 Journal encyclopédique, octobre 1786, t. VII, p. 254.

23 « Depuis 1775, Le Journal Encyclopédique a atteint culturellement et idéologiquement son rythme de croisière. Il unifie son discours autour d’un souhait (désolidariser le pouvoir et la société civile de l’Église) et d’un refus (exclure toute philosophie antireligieuse et en particulier le matérialisme). De la sorte se constitue un espace médian, entre le conservatisme clérical et le modernisme matérialiste ou vitaliste, dans lequel Le Journal Encyclopédique dresse le portrait d’un honnête homme conforme au régime classique de l’esprit et adapté à la nécessité d’évoluer tout à la fois. » (Jacques Wagner, « Le Journal Encyclopédique », dans Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux 1600-1789, op. cit., p. 673.)

24 Journal des savants, juillet 1782, p. 1386.

25 Ibid., p. 1396.

26 Ibid., octobre 1783, p. 663.

27 Notre conclusion se fonde sur la quantité des comptes rendus. On en trouve 15 dans le Journal encyclopédique, 4 dans l’Année littéraire et le Journal de Littérature, des Sciences et des Arts, 3 dans le Journal des savants, et un seul dans la Correspondance littéraire.

28 Bibliothèque universelle des dames, 1786, Classe 1, vol. IV, p. 169-170.

29 Dans l’ « Avant-propos » de cette collection, le rédacteur présente ainsi la classe « Voyages » : « Ils seront divisés en quatre Parties. 1o. Voyages en Asie ; 2o. Voyages en Afrique ; 3o. Voyages en Amérique ; 4o. Voyages en Europe. Les Relations des différents Voyageurs dans les mêmes pays seront fondues ensemble. Les Aventures arrivées à ces mêmes Voyageurs et les Anecdotes qu’ils racontent, l’historique des Mœurs, des Lois, des Coutumes, des Gouvernements et des Religions, les productions terrestres de chaque région et les Phénomènes qu’elle offre à la Physique ; tous ces objets seront distribués dans un même tableau. » (Bibliothèque universelle des dames, Classe 1, tome I, 1785, p. 4-5.) Même si les rédacteurs adoptent la forme épistolaire pour présenter l’empire chinois, on sait très bien qu’ils n’ont jamais séjourné en Chine. Ils ont compilé et réécrit plusieurs ouvrages importants de l’époque.

30 Lettre à Amiot du 31 décembre 1784 (Bibl. Inst., Ms 1524). Cité d’après Marie-Françoise Milsky, L’Intérêt pour la Chine en France au xviiie siècle, op. cit., p. 362.

31 Marie-Françoise Milsky, op. cit., p. 372.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540