Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'art de gouverner chinois dans les périodiques de langue française de 1750 à 1789

 | 
Li Ma

Troisième partie — Les options idéologiques des périodiques

Chapitre 9 Les Éphémérides du citoyen

Texte intégral

1Les représentations de la Chine dans les Éphémérides du citoyen sont très positives. Dès 1767, Baudeau présente l’empire chinois comme un modèle de la mise en pratique des sciences morales et politiques. De plus, Quesnay, dans le Despotisme de la Chine, lui attribue une place tellement importante qu’il semble vouloir dire que tous les autres États doivent s’en inspirer pour atteindre la prospérité. Ce texte rend plus manifeste la relation entre l’image de la Chine et l’engagement des physiocrates.

2Pourquoi Quesnay a-t-il rédigé ce texte ? Quel usage a-t-il fait de ses sources ? Enfin, comment son texte a-t-il été reçu parmi ses collègues physiocrates et d’autres philosophes ? Après avoir acquis des connaissances détaillées sur le gouvernement chinois, il en a tiré un « détail méthodique » de sa philosophie politique et sociale, ce que confirme la structure de Despotisme de la Chine. On peut penser que ce texte, publié dans les Éphémérides du citoyen à l’apogée du développement de la physiocratie, a un sens singulier pour Quesnay et son école. De même, la mise en relation de l’empire chinois avec ses idées politico-économiques semble correspondre à un enjeu fondamental à ses yeux.

1 Les caractéristiques du texte de Quesnay

3Le texte de Quesnay a deux grandes caractéristiques : il repose sur des sources sélectionnées, il donne une image très positive de la Chine.

1.1 Le choix des sources

  • 1 Éphémérides du citoyen, 1767, t. III, p. 9.
  • 2 Sur ce point, voir en particulier l’édition critique du Despotisme de la Chine établie par Christi (...)

4Comme le dit Quesnay dans l’« Avant-propos », son texte est en une grande partie une « simple compilation [...] des relations de la Chine1 ». Au lieu de tirer directement des informations de la Description de la Chine ou des Lettres édifiantes et curieuses, deux chefs-d’œuvre sinologiques de l’époque qui rassemblent une grande variété d’écrits et qui ont inspiré bien des penseurs du siècle, Quesnay reprend des passages des Mélanges intéressants et curieux2. Si l’on examine les comptes rendus parus dans les périodiques avant la publication de son essai, on constate que l’ouvrage de Rousselot de Surgy est la source la plus récente de Quesnay. De plus, cet ouvrage est lui-même le résultat de la compilation d’informations concernant plusieurs régions du monde. Rousselot de Surgy, qui se présente comme un « auteur moderne », s’efforce de respecter les principes suivants :

  • 3 Mélanges intéressants et curieux, op. cit., 1764, t. I, p. ix-x.

Pour faire la description d’une contrée, d’un royaume et de ses habitants, il est indispensable de lire non seulement tous les voyageurs qui y ont abordé, mais encore les histoires générales et particulières des états sous la domination desquels ces pays ont été assujettis, ou les historiens de ces nations, si elles sont encore libres. Il faut rassembler les descriptions que chacun en a données, comparer leurs rapports, peser leurs témoignages, balancer enfin le récit hasardé d’un seul par les assertions contraires de plusieurs. De cette opération, il résultera un ensemble qui sera l’histoire naturelle, civile et morale de cette contrée, et elle aura, par ce moyen, l’avantage de réunir la vérité à toute l’exactitude possible. Telle est la méthode que nous avons adoptée, et l’obligation que nous nous imposons. Nous ne l’étendrons cependant pas à remplir seulement la tâche de compilateurs, ainsi qu’a fait un auteur moderne3.

  • 4 Correspondance littéraire, op. cit., t. VII, p. 15.

5D’après lui, la lecture des récits de voyage est certes nécessaire à ceux qui veulent écrire l’histoire naturelle, morale, civile et politique d’une région, mais la comparaison et l’examen de tous ces textes sont également indispensables. Il s’agit donc d’un processus de recherche de la vérité. Son ouvrage est très apprécié par Grimm, selon lequel « ce recueil est estimé4 ».

6S’agissant des sources, outre la Description de la Chine, Rousselot de Surgy a

  • 5 Mélanges intéressants et curieux, t. IV, p. 5.

aussi consulté plusieurs autres voyageurs [...] dont le père Duhalde n’a pas fait mention. Tels sont Marc-Paul, Emmanuel Pinto ; Navarette, Espagnol et missionnaire dominicain, les voyageurs hollandais, Gemelli Carreri, Laurent Lange envoyé du czar Pierre à l’empereur de la Chine, le Gentil, Yibrant-Ides et l’amiral Anson, et plusieurs autres5.

7Ses références ne se limitent donc pas aux livres français du xviiie siècle. Il puise dans des ouvrages de différentes périodes et chez des auteurs de différentes obédiences. Il est donc, pour l’époque, plutôt bien informé.

  • 6 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 238.

8De plus, dans les passages descriptifs, Rousselot de Surgy garde une attitude à la fois objective et dialectique. La description de la marine chinoise en est une bonne illustration. Tout en citant les écrits de George Anson, qui sont souvent défavorables à la Chine, et ceux du père Lecomte, lequel admire beaucoup l’habileté des marins chinois, l’auteur formule son propre jugement : « En démontrant que nous sommes fort supérieurs aux Chinois sur mer dans la navigation, il faut convenir que, sur les rivières et sur les canaux, ils ont une adresse particulière qui nous manque6 ».

9La démarche critique de Rousselot de Surgy se manifeste également dans ses remarques sur les sources utilisées. Par exemple, il n’hésite pas à mettre en doute les informations publiées par les jésuites :

  • 7 Mélanges intéressants et curieux, op. cit., t. IV, p. 253.

Nous devons la connaissance des quatre religions chinoises aux missionnaires européens, surtout aux jésuites. Mais soit qu’on doive en accuser leur négligence, ou le penchant qui porte toujours à défigurer la religion d’autrui, ils n’ont traité, que de la première avec un peu d’exactitude ; leur inattention, au contraire, se fait remarquer si sensiblement sur les trois autres, qu’on peut les soupçonner de n’avoir pas toujours connu la vérité7.

10Ces exemples démontrent l’indépendance d’esprit et le sérieux de Rousselot de Surgy, ce qui fait que son ouvrage mérite d’être consulté.

  • 8 Sur les opinions de Rousselot de Surgy, voir la deuxième partie de notre étude.
  • 9 Mélanges intéressants et curieux, t. IV, p. 177.

11L’opinion de Rousselot de Surgy sur le gouvernement chinois pourrait être une autre raison du choix de Quesnay8. Car, selon lui, l’empereur de Chine est « moins comme un despote absolu que comme un monarque en qui réside une autorité très étendue, mais tempérée par les lois9 ». Ces remarques révèlent qu’aux yeux de Rousselot de Surgy, l’empire chinois n’est pas un pays despotique en sens négatif. Or cette idée correspond parfaitement à celle de Quesnay.

12En somme, la diversité des matériaux des Mélanges intéressants et curieux, l’attitude sérieuse et critique du rédacteur, et son point de vue sur le système politique chinois, expliquent le choix de Quesnay.

1.2 La face positive du gouvernement chinois

13Outre le choix minutieux des sources, la volonté de donner une image positive du pays constitue l’autre grande caractéristique de la représentation du gouvernement chinois dans le texte de Quesnay. Cette intention, très visible dans le septième chapitre, consacré à la réfutation des critiques qui ont pu être formulée contre ce système, sous-tend l’ensemble du texte. Tout en s’appuyant sur les Mélanges intéressants et curieux pour écrire son texte, Quesnay, à force de retouches, en modifie la perspective. Quelques exemples nous permettront de le montrer.

  • 10 Mélanges intéressants et curieux, 1764, t. IV, p. 268.

14Dans les Mélanges intéressants et curieux, à la fin de la section intitulée « Religions de la Chine » Rousselot de Surgy écrit : « Cependant les troubles qui s’élevèrent dans l’empire, les guerres intestines dont il fut déchiré, la corruption des mœurs qui devint presque générale, avaient presque anéanti la doctrine ancienne, lorsque Confucius parut10 ». Cette phrase reprise dans le manuscrit de Quesnay a disparu, avec toute la section consacrée à Confucius, lors de la publication du texte dans les Éphémérides du citoyen.

  • 11 Un classique chinois.

15Dans la section des Mélanges intéressants et curieux intitulée « Livres sacré ou canoniques de premier ordre », la présentation d’I-king11 finit par les mots suivants :

  • 12 Mélanges intéressants et curieux, op. cit., 1764, t. V, p. 57.

Confucius débrouilla les lignes énigmatiques de l’I-king, et les ouvrages des commentateurs. Il crut y reconnaître des mystères d’une grande importance pour le gouvernement des États, et il en tira d’excellentes instructions. Malgré les commentaires, l’I-king est encore rempli de ténèbres impénétrables, qui sont devenues l’occasion d’une infinité d’erreurs et d’opinions superstitieuses ; et c’est de là qu’il a été nommé le livre des sots12.

16Dans la version de Quesnay, la dernière phrase de ce passage a complètement disparu.

17Par ailleurs, à l’instar de Rousselot de Surgy, Quesnay estime que les lois pénales chinoises sont « fort douces ». En outre, en écrivant son essai à partir des Mélanges intéressants et curieux, il ne retient pas ce passage effrayant :

  • 13 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 200-201.

La question est aussi en usage à la Chine, pour arracher aux coupables l’aveu de leurs crimes, ou de leurs complices. La question ordinaire consiste à serrer les pieds ou les mains avec violence entre deux pièces de bois ; l’extraordinaire consiste à découper de petits morceaux de chair au criminel, ou à l’écorcher peu à peu, en lui enlevant de petits filets de peau13.

18En effet, ces descriptions sont trop éloignées de ses idées.

19Ces exemples nous donnent l’impression que Quesnay a délibérément écarté les images négatives de l’empire chinois.

  • 14 Ibid., p. 61.
  • 15 Éphémérides du citoyen, t. III, p. 87.

20Parfois le texte a été retouché. Par exemple, là où Rousselot de Surgy remarquait, à propos du Livre des sentences, « cette collection est remplie de maximes et de sentences morales, qui ne le cèdent point à celles des sept sages de la Grèce14 », Quesnay écrit : « cette collection est remplie de maximes et de sentences morales, qui surpassent celles des sept sages de la Grèce15 ». En comparant les expressions adoptées par les deux auteurs, on peut avoir l’impression que Quesnay avait envie de démontrer la supériorité du régime chinois sur le plan politique et moral.

  • 16 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 228.
  • 17 Éphémérides du citoyen, t. IV, p. 39.

21De plus, l’auteur intervient à certains endroits afin de fragiliser certains énoncés et souligner qu’ils peuvent être discutés. Par exemple, au moment où il parle du brigandage des commerçants chinois, Rousselot de Surgy remarque : « Mais un vice général dans le commerce, c’est le défaut de bonne foi16 ». Quesnay modifie la phrase, qui devient : « Mais un vice dans le commerce, c’est, dit-on, le défaut de bonne foi, [...]17 ». Avec l’ajout de « dit-on », il transforme le jugement subjectif de Rousselot de Surgy en un énoncé assez objectif. La justification qui suit cette phrase montre clairement le désaccord entre Quesnay et le rédacteur des Mélanges intéressants et curieux.

  • 18 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 155-156.
  • 19 Éphémérides du citoyen, t. III, p. 25. Nous soulignons.

22L’attitude favorable de Quesnay est aussi démontrée par sa reconnaissance de l’antiquité et de l’authenticité de l’histoire de la Chine. Se fondant sur les Mélanges intéressants et curieux pour présenter l’origine de l’empire chinois, Quesnay expose aussi ses doutes et ses propres opinions. Dans certains cas, au lieu de reprendre littéralement l’expression de Rousselot de Surgy, il emploie le conditionnel pour affaiblir les affirmations de l’auteur. Là où Rousselot de Surgy écrivait « il paraît par tout ce qu’on vient de voir, que les Chinois des derniers siècles ont corrompu leurs annales, [...]18 », Quesnay écrit : « il paraîtrait, par tout ce qu’on vient de voir, que les Chinois des derniers siècles auraient corrompu leurs annales [...]19 ».

23En ce qui concerne l’histoire de la Chine, Quesnay semble moins méfiant que Rousselot de Surgy, comme le montre cette observation sur les Mélanges intéressants et curieux :

  • 20 Ibid., p. 26.

Tout cet extrait est tiré presque entièrement des Mélanges intéressants et curieux dont l’auteur paraît avoir adopté l’opinion des Anglais. Néanmoins toutes les preuves qu’ils allèguent seraient fort faciles à réfuter, quant à ce qui concerne les événements remarquables des règnes d’Yao, de Xun et d’Hiu, à peu près contemporains d’Abraham20.

  • 21 Ibid., p. 30.

24Selon lui, le défaut d’une chronologie parfaitement réglée, les lacunes qui affectent les témoignages anciens et les fables qui sont venues combler ces lacunes, ne peuvent raisonnablement faire rejeter des faits certains, attestés d’âge en âge et confirmés par des monuments authentiques de la plus grande importance21.

  • 22 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 58.
  • 23 D’après une note ajoutée par l’auteur dans son manuscrit à la fin de l’Introduction du Chapitre I, (...)
  • 24 Éphémérides du citoyen, t. III, p. 85.

25Quesnay accepte l’idée selon laquelle l’histoire de la Chine est ancienne et authentique. La façon dont il réécrit certaines phrases de Rousselot de Surgy en est une bonne illustration. Lorsque celui-ci présente le deuxième livre canonique de premier ordre, il écrit : « Cette histoire, dont l’authenticité n’est pourtant pas bien reconnue par tous les savants, renferme aussi d’excellents préceptes, et de bon règlement pour l’utilité publique22 ». Dans la version manuscrite de son texte, Quesnay retranscrit ce passage de la façon suivante : « Cette histoire, dont l’authenticité n’est pas bien reconnue par tous les savants (*qui ont écrit sur la Chine) renferme aussi d’excellents préceptes, et de bons règlements pour l’utilité publique23 ». Mais, dans la version imprimée, il a réécrit la phrase qui est devenue : « Cette histoire, dont l’authenticité est bien reconnue par tous les savants de la Chine depuis Confucius, renferme aussi d’excellents préceptes et de bons règlements pour l’utilité publique24 ».

26La confrontation de trois versions d’une seule phrase montre que Quesnay n’avait pas l’intention de mettre en doute l’antiquité de l’empire chinois, laquelle, à ses yeux, est admise par les savants chinois.

27À travers tous ces exemples, on constate que Quesnay réécrit les textes qu’il utilise et formule des observations afin de donner une image positive de la Chine. Il faut alors se poser la question de ses motivations.

2 Les desseins de Quesnay

28Dans quel but procède-t-il à ces modifications et à cette réévaluation ? Nous envisagerons, d’une part, le but immédiat de Quesnay, et, d’autre part, son dessein profond.

2.1 Le but immédiat

29Alors que les six premiers chapitres de son essai proposent une description générale de l’empire chinois et une présentation de son gouvernement, le chapitre VII revient sur le dessein annoncé par l’auteur dans l’avant-propos :

  • 25 Ibid., p. 8-9.

Il me paraît qu’assez généralement en Europe on a des idées peu favorables sur le gouvernement de cet empire ; je me suis aperçu, au contraire, par les relations de la Chine, que sa constitution est fondée sur les lois sages et irrévocables, que l’empereur fait observer, et qu’il observe lui-même exactement : on pourra juger par la simple compilation de ces relations mêmes qu’on va donner ici sous ce point de vue25.

30Évidemment, par rapport à certains écrivains, Quesnay donne une image plus positive du gouvernement chinois. En outre, il ne se borne pas à présenter en détail la constitution de ce gouvernement, il cherche par la même occasion à réfuter les jugements négatifs. En définitive, il propose une interprétation originale qui réhabilite le despotisme de la Chine, comme le montre ce passage tiré du chapitre VII :

  • 26 Éphémérides du citoyen, 1767, t. V, p. 19-20.

nous pourrions, en renvoyant nos lecteurs au Recueil des Mélanges intéressants et curieux, page 164 et suivantes, tome V, nous dispenser d’entrer dans aucun examen des raisonnements de M. de Montesquieu, que l’auteur de ce recueil a très savamment discutés et réfutés ; mais il semblerait peut-être que nous chercherions à les éluder si nous négligions de les exposer ici ; on pourra du moins les comparer avec les faits rassemblés dans notre compilation26.

31En plus des comparaisons, on trouve aussi des commentaires. Quesnay formule un certain nombre de réserves à propos des thèses de Montesquieu et d’autres auteurs qui ont diffusé des images moins positives de la Chine.

  • 27 Ibid., p. 24.
  • 28 Ibid., p. 20.
  • 29 Ibid., p. 21.
  • 30 Ibid., p. 24.

32Les objections de Quesnay peuvent être divisées en deux catégories. Certaines de ses objections visent les raisonnements illogiques de certains écrivains, en particulier de Montesquieu, dont les idées défavorables à l’égard de l’empire chinois concernent avant tout la question du despotisme. Ainsi Montesquieu conclut-il des « coups de bâton » et du « brigandage des commerçants » qu’il n’existe ni honneur ni vertu dans le système chinois dont le véritable principe est la crainte. Il définit donc cet empire comme régime despotique, ou plutôt arbitraire et tyrannique. De plus, il interprète « le procès que l’empereur fit faire à des princes du sang néophytes » comme un « exemple d’un plan de tyrannie constamment suivi27 ». Or, selon Quesnay, ces trois exemples, que Montesquieu utilise comme des preuves dans son argumentation, ne sont que des cas particuliers qui ne permettent pas de généraliser. « Les coups de bâton sont, à la Chine, une punition réservée aux coupables28 » ; le brigandage des commerçants chinois est « un point de conduite libre de particuliers, concernant le commerce avec les étrangers29 » ; enfin, le procès des princes est « un cas particulier de politique, où il est difficile de pénétrer à fond [ses] motifs30 ». En somme, les exemples choisis par Montesquieu ne constituant aucunement des preuves, son raisonnement est sans valeur.

33Par ailleurs, s’agissant des relations entre le mauvais gouvernement, la grande population et les problèmes corrélatifs, Quesnay insiste sur le fait que Montesquieu a commis des fautes sous le rapport de la logique :

  • 31 Ibid., p. 28-32.

En nous disant que les besoins d’une si grande multitude d’hommes en imposent dans un mauvais gouvernement, M. de Montesquieu forme un raisonnement qui implique contradiction ; un peuple prodigieux et un mauvais gouvernement ne peuvent se trouver ensemble dans aucun royaume du monde.
C’est donc, selon l’auteur, la grande population qui réduit le despotisme de la Chine à un gouvernement domestique, et qui a produit les règlements nécessaires pour assurer la subsistance aux habitants de cet empire ; M. de Montesquieu prend ici l’effet pour cause. Il n’a pas aperçu que ce nombre prodigieux d’habitants ne peut être qu’une suite du bon gouvernement de cet empire ; cependant il aurait dû apercevoir, en consultant l’histoire de la Chine, qu’effectivement ces bons règlements, dont on parle tant, y sont établis depuis un temps immémorial31.

34Se fondant sur sa propre théorie, selon laquelle le bon gouvernement est une condition préalable à la croissance démographique, Quesnay considère que celle de Montesquieu est illogique.

35Qui plus est, Quesnay conteste les sources choisies par l’auteur de L’esprit des lois. Selon lui, les récits des commerçants, dont l’authenticité est à discuter en raison du manque d’objectivité de leurs auteurs, ne permettent pas à Montesquieu de tirer des conclusions suffisamment rigoureuses.

  • 32 Ibid., p. 21-22.

Les marchands de l’Europe qui vont à la Chine ne pénètrent pas dans l’intérieur de ce royaume : ainsi M. de Montesquieu ne peut pas, à cet égard, s’appuyer du témoignage de ces marchands. Si celui des missionnaires avait favorisé les idées de M. de Montesquieu, il aurait pu le citer avec plus de sûreté, parce qu’ils ont résidé assidûment et pendant longtemps dans cet empire, et qu’ils en ont parcouru toutes les provinces. C’est trop hasarder que d’opposer à leurs récits celui des marchands de l’Europe, qui ne nous diront pas si la mauvaise foi des Chinois dans le commerce qu’ils exercent avec eux, n’est pas un droit de représailles ; [...]32

  • 33 Ibid., p. 25.

36Aux yeux de Quesnay, les récits des commerçants européens ne peuvent pas être considérés comme une source principale, car, d’une part, leurs auteurs ne connaissent qu’une petite partie de la Chine ; d’autre part, l’intérêt et la concurrence dans les affaires les empêchent de garder une objectivité dans leur relation. Ce raisonnement s’applique aussi au cas du père Parrenin, qui « n’était pas bien disposé en faveur du souverain33 ». Ces critiques de Quesnay sont bien sûr déterminées par ses convictions. Il semble même considérer qu’il ne faut utiliser que les sources favorables à la Chine et à ses souverains.

37Tout en réfutant les jugements de Montesquieu, Quesnay essaie d’expliquer pourquoi le gouvernement chinois est représenté de la sorte dans De l’esprit des lois :

  • 34 Ibid., p. 33-34.

M. de Montesquieu rassemble toutes ces contradictions à propos d’un gouvernement qui est le plus ancien, le plus humain, le plus étendu et le plus florissant qui ait jamais existé dans l’univers ! Pourquoi ce gouvernement a-t-il jeté un si grand trouble dans l’esprit de l’auteur ? c’est qu’il est régi par un despote et qu’il voit toujours dans le despotisme un gouvernement arbitraire et tyrannique34.

  • 35 Ibid., p. 20-21.
  • 36 Ibid., p. 34.

38Selon lui, le préjugé de Montesquieu contre le despotisme constitue la cause principale de ses idées défavorables à l’égard du gouvernement chinois. Insistant sur le fait que la crainte est la condition du gouvernement despotique, Montesquieu inclut l’empire chinois dans sa typologie politique. Selon Quesnay, à l’égard des moyens que l’autorité de la Chine utilise pour exciter l’émulation et l’honneur, « le silence de M. de Montesquieu [...] est une preuve bien manifeste de son exagération et de son intention décidée à nous représenter les Chinois comme des hommes serviles et esclaves sous une autorité tyrannique35 ». Une fois cette thèse formulée, il lui faut la justifier par tous les moyens. À la fin de cette discussion, Quesnay prend une fois de plus la défense du système politique chinois en expliquant que Montesquieu « voit toujours dans le despotisme un gouvernement arbitraire et tyrannique36 ». À ses yeux, le despotisme n’est pas forcément synonyme d’autorité arbitraire et tyrannique, il peut même être un système politique admirable, comme l’empire chinois.

  • 37 Ibid., p. 57-58.

39D’autres observations concernent non pas le raisonnement des détracteurs, mais les faits qu’ils invoquent, à commencer par les « abus furtifs », les « abus tolérés », les « impôts irréguliers », la pauvreté prétendument provoquée par l’« excès de la population », sans oublier l’« inégalité de la distribution des richesses37 ».

40Selon Quesnay, la plupart de ces défauts ne doivent pas être attribués au gouvernement lui-même, car elles viennent des problèmes de l’administration gouvernementale et des mœurs des habitants de l’empire. En ce qui concerne les « abus furtifs », tels que le brigandage des mandarins et la vente des postes dans les tribunaux, l’auteur s’efforce de les justifier :

  • 38 Ibid., p. 37.

[...] on ne doit point imputer ces forfaits au gouvernement, lorsqu’il use de toutes les précautions qu’il peut employer pour les prévenir, et qu’il punit sévèrement les coupables qui en sont convaincus38.

  • 39 Ibid., p. 43-44.

Quand un gouvernement veille soigneusement sur les abus furtifs, et qu’il les punit sévèrement, ces abus ne doivent pas plus lui être reprochés que la punition même qu’il exerce contre les coupables. Les passions des hommes qui forcent l’ordre ne sont pas des vices du gouvernement qui les réprime ; les hommes réfractaires qui déshonorent l’humanité peuvent-ils servir de prétexte pour décrier les meilleurs gouvernements39 ?

41Selon Quesnay, les souverains de l’empire mettent en œuvre une série de mesures dans le but de garantir l’impartialité dans le concours des mandarins et de prévenir les abus de leurs pouvoirs. Si ces défauts existent encore parmi les mandarins, c’est à leurs propres « passions » qu’il faut les imputer.

  • 40 Ibid., p. 55.

42S’agissant des « impôts irréguliers », l’auteur remet d’abord en cause leur existence. Puis, il prétend que « les effets funestes de ces impositions irrégulières ne doivent pas au moins être fort ruineux dans cet empire, parce qu’en général l’impôt y est fort modéré, qu’il y est presque toujours dans un état fixe, et qu’il s’y lève sans frais40 ». Si ce type d’impôts existe vraiment, c’est

  • 41 Ibid.

un défaut bien réel qui se serait introduit dans ce gouvernement, mais qui ne doit pas être imputée au gouvernement même ; puisque ce n’est qu’une méprise de l’administration, et non du gouvernement, car elle peut être réformée sans apporter aucun changement dans la constitution de l’empire41.

  • 42 Ibid., p. 56.

43Pour ce qui est de l’« excès de la population de la Chine » et de ses conséquences, Quesnay répète que l’« on ne doit pas [...] imputer cette calamité à la constitution même d’un bon gouvernement42 ».

44Tout en réfutant ces arguments, Quesnay insiste sur la différence existant entre les principes du régime politique et l’administration effective de l’État. Cette distinction joue un rôle essentiel dans sa défense du modèle chinois. Elle lui permet en effet d’attribuer tous les défauts adressés au système chinois à une organisation imparfaite, tout en réaffirmant la supériorité de sa constitution.

45Quant aux abus tolérés, bien que Quesnay les considère comme « des défauts dans un gouvernement », il parvient néanmoins à justifier les mesures prises par l’autorité chinoise :

  • 43 Ibid., p. 44.

[...] il y a certainement des considérations particulières qui ne permettent pas d’employer la violence pour les extirper, surtout lorsque ces abus n’attaquent pas l’ordre civil de la société et qu’ils ne consistent que dans quelques points de morale surérogatoire ou de crédulité chimérique, qui peuvent être tolérés comme une multitude d’autres préjugés attachés à l’ignorance, et qui se bornent aux personnes mêmes qui se livrent à ces idées particulières43.

  • 44 Ibid.

46Les « abus tolérés » dont il parle ici concernent les « religions intruses que la superstition y a admises44 ». Quesnay présente les différentes sectes religieuses existant en Chine, puis montre qu’elles n’ont pas suffisamment de forces pour troubler l’ordre social. Le choix de l’empereur de les tolérer est donc raisonnable, puisque chercher à les détruire risquerait d’engendrer inutilement des désordres aux conséquences imprévisibles.

47Les arguments de Quesnay, qui sont parfois captieux, nous permettent de comprendre sa perspective et la logique d’après laquelle il en vient à réhabiliter « le despotisme de la Chine ».

2.2 Le dessein profond

48Cependant, cet objectif ne doit pas cacher ses intentions profondes, que l’on découvre dans le dernier chapitre, souvent considéré, à raison, comme la partie la plus importante et la plus originale de son texte. Même si cette partie est intitulée « Comparaison des lois chinoises avec les principes naturels, constitutifs des gouvernements prospères », on constate que Quesnay ne propose pas vraiment de comparaison, et s’intéresse surtout aux « principes naturels, constitutifs », comme il l’annonce au tout début du chapitre.

  • 45 Sur ce point, voir l’appareil critique dans François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autr (...)

49Si l’on compare le manuscrit de Quesnay avec le texte imprimé et avec les Mélanges intéressants et curieux, on constate que des différences existent dans la version imprimée, alors que le manuscrit suivait, la plupart du temps, le texte de Rousselot de Surgy. De plus, l’examen des tables des matières de ces deux versions est révélateur45. Dans le manuscrit, le contenu du huitième chapitre, placé avant le commencement du texte sur la Chine, s’intitule « Préliminaire. Constitutions naturelles du gouvernement des empires ». Les passages suivants, de l’« Introduction » jusqu’aux « Défauts attribués au gouvernement de la Chine », constituent un chapitre entier intitulé « Chap. 1. De la Chine ». Manifestement, Quesnay ne veut pas simplement présenter le gouvernement chinois pour justifier son despotisme, il se propose d’analyser le gouvernement de plusieurs empires, en commençant par la Chine. Cela explique peut-être pourquoi, au début de son travail, Quesnay n’a pas supprimé les phrases qui donnent une image défavorable de la Chine.

50Ce qui l’intéresse, ce sont les principes du gouvernement, et surtout les constitutions naturelles, qui sont considérées comme les éléments les plus fondamentaux d’une nation. En étudiant les principes, il cherche à déterminer quel genre de gouvernement pourra rester stable et prospère durablement, et pour quelles raisons. Selon lui, si les lois naturelles sont constamment respectées dans un pays, la stabilité et la prospérité y règnent. Pourtant, afin de prouver que de telles lois et un gouvernement de ce type existent vraiment, il ne peut se contenter de fournir le « détail méthodique » d’un modèle théorique et une typologie des différentes formes du gouvernement : il lui faut également choisir un exemple représentatif.

2.3 Pourquoi la Chine ?

  • 46 Selon l’édition critique des Œuvres économiques de Quesnay, la rédaction de cet article « se situe (...)

51Installé à la cour à partir de l’année 1749, Quesnay fut certainement influencé par l’engouement pour la Chine qui était toujours grand parmi les aristocrates. Il est certain que son intérêt pour l’empire chinois et ses recherches à son sujet ne datent pas de la préparation de Despotisme de la Chine. Dans l’article « Hommes46 », écrit pour l’Encyclopédie, il affichait déjà ses opinions favorables à l’égard de l’empire chinois, même si elles étaient très vagues :

  • 47 François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, op. cit., t. I, p. 316.

[...], ainsi que cette nombreuse population de la Chine, dont le vaste et fertile territoire suffît à peine à lui procurer du ris, et quelques autres grains pour sa nourriture. Cette nation qui est bien gouvernée, qui n’est point exposée aux guerres, et qui ne se répand point dans les autres pays, s’est multipliée à un tel degré qu’elle surpasse la subsistance que fournit un pays bien cultivé, et fort abondant47.

  • 48 L’empire a été plusieurs fois exposé aux guerres, encore dans les premières décennies du xviie siè (...)

52Cet extrait présente une image embellie qui ne correspond pas à la réalité chinoise de l’époque considérée48.

53À l’évidence, presque dix ans avant la publication du Despotisme de la Chine, Quesnay avait déjà acquis des connaissances sur la Chine, et avait une image très positive de son gouvernement. On ne peut affirmer qu’il avait lu certains des classiques chinois dans lesquels l’agriculture était présentée comme capitale. On ne sait pas non plus si certaines ressemblances entre ses idées politico-économiques et celles de Confucius sont des coïncidences ou non. Par contre, son inclination pour la Chine est incontestable. Cela étant, il était donc logique pour lui, au moment d’exposer sa propre théorie politique, de faire de la Chine un modèle.

54Alors que dans la première moitié du xviiie siècle les Français, qui recevaient des informations variées concernant la Chine, s’intéressaient surtout à certains produits à la mode ; dans la seconde partie du siècle, l’empire chinois est devenu un objet d’étude et de recherche. Cela se manifeste non seulement dans de multiples ouvrages chinois traduits en français par des missionnaires, mais aussi par la publication d’œuvres historiques et philosophiques dans lesquelles on traite plus ou moins longuement de l’empire chinois. On y trouve certes, à l’occasion, des remarques négatives, mais les éloges l’emportent. Par exemple, plusieurs œuvres de Voltaire publiées durant cette période, comme La Princesse de Babylone, le Dictionnaire philosophique, l’Essai sur les mœurs, et Le Siècle de Louis XIV, diffusent des représentations positives de la Chine. Le fait que Quesnay prenne cet empire comme modèle ou point de repère en présentant ses propres idées peut également être considéré comme une conséquence de cet engouement. On peut parler d’une sorte de rencontre ou de convergence entre les thèses personnelles de Quesnay, qui jouent évidemment un rôle important dans ce choix, et un modèle dont on parlait beaucoup à l’époque. Dans le dernier chapitre de son essai, Quesnay présente sa théorie politico-économique à partir des éléments les plus fondamentaux, réfléchit à la forme de société la plus appropriée au respect de la nature, et analyse les avantages d’un gouvernement qui prendrait cette forme.

  • 49 Éphémérides du citoyen, 1767, t. VI, p. 7.
  • 50 Ibid., p. 12.
  • 51 Ibid., p. 41-42.
  • 52 Ibid., p. 58.

55D’après lui, un bon gouvernement se fonde sur les lois naturelles qui « sont les lois de l’ordre naturel le plus avantageux au genre humain49 ». Pour que celles-ci soient bien observées, il faut avoir une « autorité tutélaire » qui soit « unique, et impartiale dans ses décisions et dans ses opérations, et se réunir à un chef qui ait seul la puissance exécutrice50 ». Cette autorité doit instituer les « lois positives » tout en respectant les lois naturelles afin de garantir le droit naturel des hommes. Selon Quesnay, l’agriculture est « la source des richesses qui satisfont aux besoins des hommes et qui constituent les forces nécessaires pour leur sûreté51 ». Dans les sociétés agricoles, si l’autorité suit l’ordre fixé par la nature, ce qui revient à assurer en premier lieu les besoins nécessaires du peuple, et à dégager, en second lieu, un revenu public, les droits des sujets et l’autorité d’État peuvent être garantis. De plus, « le monopole, les entreprises et usurpations des intérêts particuliers sur l’intérêt commun, sont naturellement exclus d’un bon gouvernement52 ». Ainsi y aura-t-il une bonne circulation des biens au sein de l’économie nationale, ce qui garantira la stabilité, la permanence et la prospérité du pays.

56Trois caractéristiques du bon gouvernement aux yeux de Quesnay se dégagent du dernier chapitre du Despotisme de la Chine, à savoir le pouvoir absolu — mais pas arbitraire — du souverain, la prospérité de l’agriculture, et une population considérable. Or ces trois caractéristiques correspondent presque parfaitement à la situation chinoise.

57Le fait que l’empereur chinois possède le pouvoir absolu est un lieu commun en Europe au xviiie siècle. Il n’a jamais été contesté par les gens de l’époque, même s’il existe différentes interprétations de ce système politique. En outre, la prospérité de l’agriculture et la grande population sont rarement contestées dans les écrits de l’époque. Les missionnaires jésuites en offrent une description précise dès leur arrivée en Chine au tout début du xviiie siècle :

  • 53 Isabelle Vissière (dir.), Lettres édifiantes et curieuses des jésuites de Chine (1702-1776), Paris (...)

On commence à voir ce que c’est que la Chine quand on est entré dans la rivière de Canton. Ce sont sur les deux bords de grandes campagnes de riz, vertes comme de belles prairies, qui s’étendent à perte de vue, et qui sont entrecoupées d’une infinité de petits canaux : de sorte que les barques qu’on voit souvent aller et venir de loin sans voir l’eau qui les porte, paraissent courir sur l’herbe53.

58De son côté, l’Encyclopédie rappelle à son tour que la Chine « c’est le pays le plus peuplé et le mieux cultivé qu’il y ait au monde ». Cette grande productivité agricole est également rapportée par la délégation de George Macartney, dont les écrits ont presque brisé le mythe chinois en Europe à la fin du siècle, ce qui, en l’occurrence, prouve indirectement la crédibilité du fait.

  • 54 Il existe certes des récits critiques au xviiie siècle, mais la plupart d’entre eux ont été publié (...)

59Qui plus est, bien qu’il y ait des fragments concernant certains défauts de l’empire, comme la pauvreté du peuple, l’exposition des enfants, le retard des sciences et des technologies, etc., avant 1767, rares sont les récits de voyage qui soulignent ces faiblesses54. Dans l’ensemble, à l’époque de la publication du Despotisme de la Chine, l’image de la Chine est donc bonne chez les Occidentaux. D’ailleurs, les doutes proposés par certains écrivains ne sont que des analyses ou des interprétations faites à partir des informations fournies par des voyageurs.

  • 55 Damien Chaussende, La Chine au xviiie siècle : l’apogée de l’empire sino-mandchou des Qing, Paris, (...)
  • 56 Ibid., p. 106.

60Mais dans quelle situation la Chine se trouve-t-elle vraiment à l’époque ? D’après ce que l’on sait, il s’agit d’une période de prospérité et de stabilité. D’après les historiens, « la pax manjurica (paix mandchoue), la stabilité politique, instaurée dès la fin du xviie siècle, ainsi que la reprise du développement agricole s’accompagnent tout au long du xviiie siècle d’une poussée démographique extraordinaire55 ». L’agriculture connaît alors un développement sans précédent, encouragé par le pouvoir impérial qui taxe assez modérément les paysans et limite considérablement la corvée, courante sous la dynastie précédente. Les rendements sont très bons, les terres cultivées augmentent, et l’introduction de nouvelles cultures (patate douce, arachide, sorgho), qui viennent s’ajouter aux plantes traditionnelles (riz, blé, millet, orge), permet de mieux tirer parti des spécificités des terres en fonction des climats régionaux. Les surfaces cultivées augmentent et le pays peut faire face aux besoins de la population56.

61En somme, dans l’ensemble, ces représentations de la Chine s’inscrivent parfaitement dans la théorie développée par Quesnay. Cela peut expliquer pourquoi cet empire, certes présenté sous un jour favorable, est devenu pour lui un modèle concret, auquel il attribue un rôle essentiel dans sa démonstration.

3 Réception du texte

62Publié à l’apogée du mouvement physiocratique, ce texte a permis aux « économistes » d'exposer pour la première fois leur théorie politique de façon systématique. Pourtant, les savants de l'époque ont réagi de diverses façons aux thèses physiocratiques et au modèle proposé dans cette œuvre.

3.1 Les réactions positives

63Apparemment, tous les amis physiocrates de Quesnay partageaient les thèses formulées dans Despotisme de la Chine, c’est-à-dire à la fois la théorie du « despotisme légal », et une certaine représentation de la Chine. Ils n’ont d’ailleurs pas attendu la publication du texte pour considérer l’empire chinois comme le modèle du gouvernement idéal. L’« Avertissement de l’auteur » du premier tome des Éphémérides du citoyen de l’année 1767 en est une bonne illustration :

  • 57 Éphémérides du citoyen, 1767, t. I, p. 13-14.

Peut-être les fortunés Chinois, sont-ils jusqu’à présent l’unique exemple d’un Gouvernement fondé sur les Lois éternelles constitutives de l’ordre, qui fait depuis quatre mille ans la félicité de ce peuple immense, malgré toutes les vicissitudes inséparables de l’humanité, qu’il a plusieurs fois éprouvées.
Ce vaste et magnifique Empire, maintenu pendant quarante siècles contre tous les efforts des passions civilisées ou barbares, par la seule puissance de l’esprit philosophique, démontre quelle est la force et l’efficacité des connaissances morales et politiques. La science de Fohi, consignée dans son livre mystérieux, le plus ancien de l’univers, renouvelée d’âge en âge par des Princes immortels, les Hoam-ti, les Yao, les Xun, les Ven-vam, les Cheu-cum et quelques autres ; remise en vigueur, mieux développée et plus affermie que jamais par le grand Confucius, entretient depuis plus de quatre mille ans dans l’abondance, au-delà de trois cent vingt millions d’Habitants, qui vivent sages, heureux et libres autant que des hommes peuvent l’être, sous le gouvernement le plus absolu, mais le plus juste, du Monarque le plus riche, le plus puissant, le plus humain et le plus bienfaisant57.

64Plusieurs aspects de la Chine évoqués dans cet extrait, à savoir l’antiquité de l’empire, ses lois fondamentales invariables, ou encore son gouvernement à la fois absolu et juste, correspondent parfaitement à la présentation de Quesnay. C’est aussi dans cet « Avertissement » que s’esquissent les éléments essentiels du « despotisme légal » : les lois physiques, l’ordre naturel et social ainsi que l’autorité souveraine. Dans une certaine mesure, cet « Avertissement » peut être considéré comme une annonce du Despotisme de la Chine. Par ailleurs, les critiques raisonnées des ouvrages concernant la Chine publiées dans les années suivantes confirment plus d’une fois les jugements de Quesnay.

  • 58 François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, op. cit., t. II, p. 1392.

65Seulement un mois après la dernière livraison du Despotisme de la Chine dans les Éphémérides du citoyen, en juillet 1767, paraît L’Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques de Le Mercier de La Rivière. Bien que la Chine y soit peu évoquée, on constate que la théorie du « despotisme légal » y est bien admise. L’auteur commence par analyser la théorie de l’ordre naturel et social, puis il en déduit que le despotisme légal peut être regardé comme « la meilleure forme de gouvernement ». Il précise également les avantages que celui-ci pourrait produire dans la société, en particulier dans le domaine des finances et de l’économie. Cet ouvrage ressemble tellement au huitième chapitre du texte de Quesnay qu’il est considéré comme « la suite et le développement du Despotisme ». Par ailleurs, « Du Pont reconnaissait expressément que la meilleure analyse de l’Ordre naturel se trouvait à l’avance dans la dernière partie du Despotisme58 ».

66Pour répondre aux Doutes proposés aux philosophes économistes sur L’Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, rédigés par l’abbé de Mably, Vauguyon publie, dans les Éphémérides du citoyen de 1768, six lettres intitulées Doutes éclaircis ou Réponse aux objections de M. l’abbé de Mably. La quatrième lettre est consacrée à la défense du Despotisme de la Chine. L’emploi du pronom personnel « nous » dans ce texte, en particulier dans les premiers paragraphes, manifeste clairement la volonté du rédacteur d’être le porte-parole des économistes.

  • 59 Éphémérides du citoyen, 1768, t. VI, p. 222.

Quand même vous trouveriez dans le gouvernement chinois quelques parties qui ne seraient pas conformes à nos principes, vous ne seriez pas autorisé à vous écrier, comme vous le faites : Quel scandale pour les jeunes économistes que leurs maîtres se contredisent ainsi !
Nous regardons, Monsieur, le gouvernement chinois comme le meilleur gouvernement qui existe, mais non pas comme le meilleur gouvernement possible59.

67Ici, Vauguyon énonce nettement son opinion et celle de ses collègues : le gouvernement chinois est le meilleur exemple qu’ils aient trouvé jusqu’à présent pour étayer leur théorie politique. Face au décalage entre les principes de l’ordre social qu’ils proposent et l’organisation réelle du gouvernement chinois, il précise qu’« il faut distinguer [...] les principes avec les faits », et qu’il ne faut pas confondre la constitution et l’administration, idée qui se trouve aussi dans le septième chapitre du texte de Quesnay. De plus, il cite des passages du Voyage d’un philosophe, de Pierre Poivre, qui était considéré comme un « excellent ouvrage » par les physiocrates, pour prouver l'authenticité de la situation chinoise présentée par Quesnay ainsi que la validité de son raisonnement.

  • 60 Ibid., p. 228-231.

Lisez, Monsieur, l’excellent ouvrage de M. Poivre. Ce voyageur philosophe vous apprendra à connaître les Chinois. Il n’est pas suspect, Monsieur ; il voyageait en Chine avant qu’on parlât en France d’ordre social et de gouvernement conforme aux lois naturelles et essentielles de toute société.
[...]
Ne soyez pas étonné, Monsieur, du cas prodigieux que M. Poivre fait de la prospérité de l’agriculture. L’état de l’agriculture est la mesure à laquelle il compare tous les empires [...]60

  • 61 Ibid., p. 249.

68Après avoir ainsi démontré la valeur des informations utilisées par Quesnay, Vauguyon s’intéresse au cas de Mably. Il lui reproche, en particulier, de ne pas bien connaître l’empire chinois, et, par conséquent de ne pas bien comprendre les thèses des physiocrates. Comme il le dit dans une lettre : « Oui, Monsieur, quand vous aurez bien saisi la vraie notion du despotisme légal, et bien approfondi le gouvernement de la Chine, je suis persuadé que vous vous réconcilierez avec les philosophes économistes et avec les Chinois61 ».

69Tous ces écrits, recueillis dans les Éphémérides du citoyen ou publiés indépendamment, confirment que les physiocrates ont très bien accueilli le texte de Quesnay, qui renforçait leur admiration pour le régime chinois.

  • 62 Journal encyclopédique, Bouillon, De l’imprimerie du Journal, juillet 1768, t. V, p. 69.

70Les jugements de Quesnay sur le gouvernement chinois ont aussi été bien accueillis en dehors du cercle des « économistes ». Dans le Journal encyclopédique, le rédacteur du compte rendu des Éphémérides du citoyen de l’année 1767 exprime des idées favorables sur le Despotisme de la Chine, qu’il considère comme un « excellent morceau d’histoire et de critique62 » :

  • 63 Ibid., p. 59.
  • 64 Ibid., p. 67.

L’Auteur des observations sur le despotisme de la Chine, donne de cette nation une idée très opposée aux fausses notions que nous en ont données plusieurs Écrivains mal informés des lois sages et douces qui gouvernent les Chinois63.
Quoique un peu trop sévère, cette critique nous paraît cependant juste et très lumineuse. Nous avons tant de fausses relations de la Chine, et les Missionnaires eux-mêmes en ont parlé si diversement, qu’on ne doit point être surpris que M. de M. [Montesquieu] n’ait pas eu la plus exacte connaissance de ce gouvernement64.

  • 65 Il s’agit des remarques concernant un roman chinois intitulé Hau-Kiou-Choaan. Dans ses analyses, l (...)

71Outre cette appréciation directe, l’emploi du qualificatif « fausses », pour décrire les relations des détracteurs et les notions qu’ils ont abusivement voulu appliquer à l’empire chinois, révèle également le point de vue du rédacteur. Or, cette position ne représente pas forcément celle du Journal encyclopédique, car on y trouve aussi des articles dans lesquels les représentations de la Chine sont moins positives, comme le montre un compte rendu de février 176265.

  • 66 Le rédacteur annonce ainsi avant d’entrer dans le sujet : « L’auteur du Despotisme de la Chine, do (...)
  • 67 Encyclopédie méthodique. Économie politique et diplomatique, Paris, Panckoucke, t. I, 1784, p. 544

72Le texte de Quesnay est aussi commenté favorablement dans l’Encyclopédie méthodique. Économie politique et diplomatique, publiée de 1784 à 1788. Dans son article, intitulé « Chine (Gouvernement de la66) », Grivel, qui prétend se fonder sur ce qu’il a « trouvé de plus judicieux et de plus instructif sur ce sujet, dans les ouvrages de divers auteurs reconnus pour très-exacts très-instruits dans la partie de l’économie politique67 », suit, la plupart du temps, le Despotisme de la Chine, et approuve ce que les physiocrates ont écrit concernant l’art de gouverner chinois.

3.2 Les réactions réservées ou critiques : Turgot et Mably

73La théorie de Quesnay et le modèle chinois qu’elle utilise n’ont pas toujours été aussi bien reçus, comme le montrent les réticences de certains penseurs de l’époque. Turgot, pourtant très proche des économistes, et intéressé par la Chine, conteste la théorie du « despotisme légal » et se montre assez réservé à l’égard de l’empire chinois, en particulier en ce qui concerne le progrès des sciences et des arts. Dans une lettre adressée à Du Pont de Nemours en 1768, il écrit :

  • 68 Turgot, Œuvres de Turgot et documents le concernant, éd. Gustave Schelle, Paris, Alcan, 1913, t. I (...)

Je suis bien fâché, mon cher Du Pont, que vous ayez pris pour me venir voir le moment où j’étais sorti pour la seconde fois. J’ai pourtant été bien aise de vous voir sur ma liste, car je commençais à craindre que vous ne fussiez malade ou que vous ne me boudassiez par attachement pour le despotisme légal68.

74Dans une autre lettre, datée de 1771, il décrit les conséquences néfastes de cette théorie pour leur école :

  • 69 Turgot, op. cit., t. III, p. 486.

Il sera plus lu que La Rivière, mais ce diable de despotisme, quoique plus déguisé, nuira toujours à la propagation de votre doctrine, et surtout en Angleterre, et parmi les gens de lettres. Ceux-ci seront toujours aussi révoltés du ton de secte69.

75Il est vrai que dans ces deux lettres Turgot ne vise que la théorie du « despotisme légal », mais il nous semble qu’il ne s’intéresse pas tellement au système politique chinois. Parmi les Questions sur la Chine adressées à deux chinois, rédigées en 1766, trente sur cinquante-deux portent sur l’économie, en particulier sur l’agriculture, quinze sur les arts pratiques, quatre sur l’histoire naturelle, et trois sur l’histoire. Aucune d’entre elles ne concerne la politique ou la morale.

  • 70 Turgot, op. cit., t. I, p. 132.

76Malgré son intérêt pour l’économie chinoise, Turgot se montre plutôt défavorable à l’empire. Dans Recherche sur les causes des progrès et de la décadence des sciences et des arts, ou Réflexion sur l’histoire des progrès de l’esprit humain, il interprète ainsi la situation en Chine : « Les Chinois ont été fixés trop tôt ; il en est d’eux comme les arbres dont on arrête la tige ; ils poussent des branches dès leur origine, mais ils restent à jamais dans la médiocrité70 ».

77Dans son Plan inachevé de discours sur les progrès et la décadence des sciences et des arts, rédigé vers 1751, il esquisse ainsi les points essentiels à aborder :

  • 71 Ibid., p. 343.

État du reste du monde pendant ces révolutions de l’Europe et de l’Asie occidentale. Des Chinois ; de Confucius et de sa philosophie. De la suppression des livres sous Tsin-Chi-Hoangti ; suites de cette suppression. Renaissance des lettres ; protégées, mais mal ; trop mêlée avec la constitution de l’État, trop réduites à l’histoire et à la morale71.

78Bien que ses idées ne soient pas développées, l’attitude de Turgot y est déjà perceptible. D’après lui, l’empire chinois a connu peu de progrès dans le domaine des sciences et des arts. En ce qui concerne les Belles-lettres, leur attachement étroit à la politique et à la morale entraîne en partie leur faible développement. Il est vrai que les écrits de Turgot ne lui valent pas le titre de « sinophobe », mais on doit admettre que son attitude envers la Chine est assez réservée.

79La réaction la plus négative est sans doute celle de l’abbé de Mably qui publie en 1768, donc seulement un an après la publication du Despotisme de la Chine, les Doutes proposés aux philosophes économistes sur l’Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, dont deux lettres portent intégralement sur les images de la Chine données dans le texte.

80Mably ne cache pas qu’il connaît mal la Chine :

  • 72 Mably, op. cit., p. 111.

[...], il m’est impossible de consulter les ouvrages qui m’instruiraient et me mettraient en état de vous faire des objections plus directes. Je n’ai sous les yeux que les Éphémérides du citoyen, et je me borne à vous faire part des réflexions, ou plutôt des doutes que cette lecture même me fait naître72.

81Ses doutes proviennent principalement de deux réflexions. D’une part, ce qu’il a lu lui semble souvent difficile à croire. Il émet ainsi des doutes sur la stabilité des lois, de la constitution et des mœurs. Quesnay ayant évoqué l’existence d’empereurs indignes du trône et du pouvoir suprême, Mably en profite pour poser une série de questions :

  • 73 Ibid., p. 102-103.

Pourquoi la Chine seule sans le secours des mêmes vertus qui firent autrefois fleurir l’Égypte, serait-elle inébranlable dans ses principes ? Pourquoi des événements qui devaient lui donner un nouveau génie et une nouvelle politique, en augmentant et multipliant les passions, la laissent-ils toujours dans la même situation ? Pourquoi les vices nés au milieu des troubles, des désordres et des guerres civiles disparaissent-ils dès que la paix est rétablie ? Une expérience constante ne nous apprend-elle pas que quand les sociétés ont été corrompues jusqu’à un certain point, elles ressemblent à ces hommes dont une maladie a dérangé la constitution pour toujours, et qui, en ne mourant pas, sont condamnés à une éternelle et douloureuse convalescence73 ?

82Se fondant sur l’histoire tumultueuse des autres pays du monde, l’auteur exprime ses doutes à l’égard de la thèse selon laquelle la constitution chinoise serait la même depuis quatre mille ans. D’après lui, ce phénomène, qui contredit un principe naturel et historique, ne peut exister que dans des « contes de fées ».

  • 74 Ibid., p. 103.

83Les doutes de Mably dépendent aussi de ses réflexions sur la nature humaine. Ainsi écrit-il au destinataire de son texte : « Il m’est impossible, Monsieur, de m’accoutumer à quatre mille ans de perpétuité dans le gouvernement chinois ; tant de constance n’est point faite pour les hommes74 ».

84Mably formule aussi quelques remarques à propos de la limitation du pouvoir absolu des souverains et du pouvoir exécutif des mandarins :

  • 75 Ibid., p. 108-109.

Ces tribunaux assez puissants pour déposer le souverain, et qui cependant ne sont destinés qu’à exécuter ses ordres, sont pour moi une énigme que je ne puis deviner. Pourquoi n’ont-ils pas établi une véritable aristocratie ? Pourquoi n’ont-ils pas limité les droits et la prérogative de l’empereur ? Si l’ambition et l’envie de dominer ne sont pas connues à la Chine, les Chinois ne sont pas des hommes ; [...] Les passions ont-elles dans le fond de l’Asie une marche toute différente que dans le reste du monde75 ?

85Par ailleurs, considérant qu’il y a des tyrans chinois qui ont été détrônés par leurs armées, l’auteur demande : « d’où naît cet esprit patriotique et républicain dans le despotisme ? », et « comment le despotisme et l’amour de la liberté s’associent [-ils] » ?

  • 76 Ibid., p. 114-115.

86Quant à la liberté du choix des successeurs et aux troubles éventuels, l’auteur conteste la version admise par ses contemporains : « Si l’histoire de la Chine ne rapporte rien de pareil, je dirai que les Chinois sont placés hors des bornes prescrites à l’humanité, et que c’est une raison de plus pour douter de la fidélité des historiens76 ».

  • 77 Ibid., p. 124.

87Il ne croit pas davantage à la place prédominante de la doctrine de Confucius, après une époque troublée, comme le montre ce passage : « ce que j’ai de la peine à concilier avec la nature des passions humaines, c’est que cette corruption ait été arrêtée subitement dans son cours pour faire place à la plus haute sagesse77 ».

  • 78 Sujet essentiel de la lettre V de l’œuvre de Mably.
  • 79 Ibid., p. 132.

88Après avoir formulé ses doutes sur l’histoire de la Chine présentée par Quesnay, Mably propose, dans une autre lettre, des réflexions sur « le despotisme actuel de la Chine78 ». Se fondant sur l’histoire mondiale et la nature humaine, Mably s’en prend de plus belle aux thèses de Quesnay : « Pourquoi ce gouvernement arbitraire n’y produit pas les mêmes maux qu’il produirait ailleurs [...] La vanité et l’avarice, deux passions qu’il est si difficile de satisfaire dans un monarque arbitraire, n’ont-elles pas causé autrefois à la Chine bien des malheurs79 » ? À ses yeux, en Chine, le despotisme aurait dû avoir des conséquences néfastes comme dans le reste du monde. De plus, la stabilité de l’empire ne peut être que temporaire, elle n’est pas « le fruit du despotisme », mais celui « de quelques accidents particuliers », à savoir la situation géographique, les caractères des Chinois et les stratégies des souverains.

89Selon Mably, l’empire chinois bénéficie d’un environnement international assez tranquille qui ne doit rien à son système politique. La géographie joue ici un rôle essentiel. Comme l’explique l’auteur,

  • 80 Ibid., p. 139.

L’empire de la Chine n’a point de voisins. Il n’a point de guerre étrangère à soutenir ; ainsi le prince n’a aucune raison ni aucun prétexte de chercher des secours extraordinaires dans la fortune de ses sujets. Mais si on ne place pas le despotisme dans la même situation et dans les mêmes circonstances, au lieu d’être paisible et tranquille, comme il est à la Chine, vous le verrez s’irriter, s’armer de toutes ses forces, mépriser la justice, braver l’évidence, d’évaluer l’État, et n’offrir bientôt que ce spectacle déplorable que présentent la Turquie et la Perse80.

  • 81 Ibid., p. 133.
  • 82 Ibid., p. 135-136.

90En ce qui concerne certaines des mesures prises par le gouvernement, telles que les examens mandarinaux, dont l’objectif est d’étouffer la pensée des lettrés, elles font des Chinois « le peuple policé de la terre le moins capable de penser81 ». Mably trouve que l’ordre et la discipline au sein de l’empire chinois sont dus, pour une bonne part, à la « stupidité » des lettrés et à l’indigence de leurs « études et connaissances ». Il en conclut, de façon péremptoire : « Permettez aux Chinois d’acquérir de nouvelles lumières, et de juger avec justesse de leur situation, et vous verrez sur-le-champ le despotisme devenir soupçonneux, ensuite timide et enfin furieux82 ».

  • 83 Ibid., p. 143.
  • 84 Ibid., p. 159-160.

91Après toutes ces suppositions, l’auteur s’intéresse aux défauts du régime chinois évoqués dans Despotisme de la Chine. Il les trouve incompatibles avec les thèses politiques de Quesnay. À ses yeux, le fait que la Chine ait « été subjuguée plusieurs fois par les Tartares » ne correspond pas à l’idée selon laquelle une « puissance tutélaire » doit protéger le droit naturel des hommes. Il en résulte qu’« une nation si aisément vaincue, n’était pas la nation la plus sage et la plus heureuse de la terre, ou que l’ordre qui y règne est plutôt le fruit de sa crainte et du hasard que de sa politique83 ». De plus, les défauts de l’administration, tels que les impôts irréguliers et le brigandage des mandarins, devrait empêcher de voir dans ce système un modèle politique, comme le fait Quesnay. Finalement, en ce qui concerne le brigandage des commerçants à Canton et les prétendues bonnes mœurs des Chinois à l’intérieur de l’empire, Mably estime que « si le gouvernement était aussi attentif qu’on l’assure à rendre les citoyens honnêtes gens, il ne sacrifierait pas leurs mœurs aux profits du commerce, et ne souffrirait pas que les villes maritimes devinssent une école de corruption84 ».

92Outre ces réflexions sur la situation réelle de la Chine visant à réfuter les conclusions de Quesnay, l’auteur s’en prend à sa façon de raisonner :

  • 85 Ibid., p. 143-144.

Ce qui a vraisemblablement trompé l’auteur du Despotisme de la Chine, c’est qu’ayant commencé ses études politiques par l’agriculture, la nature des impôts et du commerce, il s’est accoutumé à regarder ces objets secondaires de l’administration comme les principes fondamentaux de la société85.

  • 86 Ibid., p. 154.

93Selon Mably, la grande population et la prospérité de l’agriculture n’équivalent pas à un bon gouvernement, elles peuvent aussi bien être les conséquences de « quelques accidents heureux » ou d’« une industrie particulière ». Par ailleurs, s’agissant de certaines actions admirables des mandarins, l’auteur recommande de ne pas « citer comme une chose ordinaire, un phénomène unique86 ».

94Mably conclut de cet examen :

  • 87 Ibid., p. 150.

95ce n’est donc pas à la nature de son gouvernement, que la Chine doit l’état florissant de son agriculture [une caractéristique principale de la prospérité d’un empire aux yeux de Quesnay], mais à des accidents étrangers au despotisme87

96En étudiant ces deux lettres consacrées à la Chine, on a l’impression qu’elles ont été écrites pour le « despotisme légal », l’idéal poursuivi par les physiocrates. De la sorte, l’empire chinois, considéré comme un modèle par ceux-ci, est devenu un argument contre leur thèse sous la plume de Mably. En prouvant que l’histoire de la Chine dont fait état Quesnay est très éloignée de la réalité, et que la grande population et la prospérité de l’agriculture — deux caractéristiques d’un bon gouvernement aux yeux de Quesnay — ne sont que « des accidents étrangers au despotisme », il espère réfuter définitivement la théorie du « despotisme légal ».

  • 88 Ibid., p. 131.

En faisant ces observations, explique Mably, notre auteur en a conclu que le despotisme peut n’être pas toujours le fléau de la société. Puisque l’empereur de la Chine ne dévore pas ses sujets, comme le Grand Turc dévore les siens, il faut donc, s’est-il dit, qu’il y ait deux despotismes, l’un arbitraire, qu’on ne peut trop blâmer, l’autre légal qu’on ne peut trop louer. Un rêve agréable, qui plaît à un homme de génie, devient en quelque sorte une réalité. Dupe lui-même de son erreur, il ne voit plus que ce qu’il a intérêt de voir, il bâtit enfin un système qu’il aurait réfuté s’il ne s’était laissé prévenir88.

97Manifestement, Mably ne croit pas au despotisme légal, et les doutes qu’il formule au sujet du régime chinois lui servent à montrer que le despotisme ne peut pas être légal, qu’il ne peut qu’être arbitraire.

98On trouve très peu d’écrits au xviiie siècle concernant les représentations de la Chine diffusées par l’essai de Quesnay, mais il faut rappeler que la théorie du « despotisme légal » est alors largement décriée. Dans la Correspondance littéraire, les idées politiques des physiocrates sont souvent contestées, voire la doctrine entière, comme le montrent les articles et les comptes rendus concernant les économistes et leurs ouvrages.

  • 89 Correspondance littéraire, t. VIII, p. 38.
  • 90 Correspondance littéraire, t. VII, p. 434-435.

99Grimm n’hésite pas à dire des physiocrates qu’ils sont « pauvres d’esprit et simples de cœur89 ». De même, dans l’article intitulé « Sur la secte des économistes », il présente le « despotisme légal » comme une invention puérile : « [...] ces messieurs nous prennent pour des enfants qui se payent de mots, ou, ce qui est de la plus grande évidence pour moi, qu’ils sont eux-mêmes en enfance [...]90 ». Il accuse les physiocrates d’amplifier des « lieux communs ». D’une part, ils accordent une confiance démesurée à la capacité politique et à la morale privée de tous les despotes ; de l’autre, ils surestiment le rôle de la vertu dans la prospérité et la stabilité des nations.

  • 91 Pour une analyse détaillée, voir la section consacrée aux encyclopédistes.

100S’agissant des représentations de la Chine présentes dans le texte de Quesnay, elles sont peu commentées. Cependant, en parcourant tous les comptes rendus sur la Chine parus dans ce périodique, on a l’impression que les rédacteurs sont plutôt défavorables aux éloges adressés à cet empire par certains de leurs contemporains. En effet, dans la majorité des cas, ils formulent des doutes ou émettent des critiques à l’égard des tableaux optimistes du système politique chinois91.

  • 92 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, éd. Gianluigi Goggi, Paris (...)

101Bien que Diderot écrive, en 1769, un compte rendu assez favorable des Éphémérides du citoyen, il ne partage l’enthousiasme des physiocrates pour la Chine. Cela ressort nettement de l’un de ses articles, dans lequel il présente le brigandage des commerçants chinois, considéré comme un cas particulier par Quesnay, comme un exemple typique des mauvaises mœurs de toute cette nation : « Tout l’empire est un marché général où il n’y a non plus de sûreté et de bonne foi que dans les nôtres. Les âmes y sont basses, l’esprit petit, intéressé, rétréci et mesquin. S’il y a un peuple au monde vide de tout enthousiasme, c’est le Chinois92 ».

102Pour ce qui est de la limitation du pouvoir absolu en Chine, Diderot le conteste dans l’une de ses contributions à l’Histoire des deux Indes :

  • 93 Diderot, Œuvres III Politique, op. cit., p. 653.

Mais l’autorité souveraine est limitée à la Chine. Où ne l’est-elle pas ? Comment, par qui est-elle limitée à la Chine ?... mais nous craindrons que cette barrière ne soit à la Chine qu’une grande toile d’araignée sur laquelle on aurait peint l’image de la justice et de la liberté, mais au travers de laquelle l’homme qui a de bons yeux aperçoit la tête hideuse du despote93.

103Apparemment, aux yeux de Diderot, les mesures destinées à contrôler le pouvoir absolu impérial, très appréciées par les physiocrates sont sans intérêt.

Notes

1 Éphémérides du citoyen, 1767, t. III, p. 9.

2 Sur ce point, voir en particulier l’édition critique du Despotisme de la Chine établie par Christine Théré, Loïc Charles et Jean-Claude Perrot (François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, éd. critique, t. II, Paris, Institut National d’Études démographiques, 2005, p. 1005-1114), ainsi que l’article d’Aldo Maffey sur « Un plagio di F. Quesnay : il Despotisme de la Chine », Il Pensiero politico, vol. 6, no 1, 1973, p. 37-56.

3 Mélanges intéressants et curieux, op. cit., 1764, t. I, p. ix-x.

4 Correspondance littéraire, op. cit., t. VII, p. 15.

5 Mélanges intéressants et curieux, t. IV, p. 5.

6 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 238.

7 Mélanges intéressants et curieux, op. cit., t. IV, p. 253.

8 Sur les opinions de Rousselot de Surgy, voir la deuxième partie de notre étude.

9 Mélanges intéressants et curieux, t. IV, p. 177.

10 Mélanges intéressants et curieux, 1764, t. IV, p. 268.

11 Un classique chinois.

12 Mélanges intéressants et curieux, op. cit., 1764, t. V, p. 57.

13 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 200-201.

14 Ibid., p. 61.

15 Éphémérides du citoyen, t. III, p. 87.

16 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 228.

17 Éphémérides du citoyen, t. IV, p. 39.

18 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 155-156.

19 Éphémérides du citoyen, t. III, p. 25. Nous soulignons.

20 Ibid., p. 26.

21 Ibid., p. 30.

22 Mélanges intéressants et curieux, t. V, p. 58.

23 D’après une note ajoutée par l’auteur dans son manuscrit à la fin de l’Introduction du Chapitre I, les mots entre parenthèse dans cette citation sont incorporés par lui : « Si nous avons recours au texte de quelques autres auteurs nous les citerons en marge. Nous ne désignerons pas le texte des auteurs par des guillemets, parce que tout est purement le texte même. Si nous y ajoutons quelque chose nous le ferons en parenthèse marquée par un astérisque, ou en notes indiquées par un chiffre pour ne pas laisser sur cela d’équivoque. » (François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, op. cit., t. II, p. 1034.),

24 Éphémérides du citoyen, t. III, p. 85.

25 Ibid., p. 8-9.

26 Éphémérides du citoyen, 1767, t. V, p. 19-20.

27 Ibid., p. 24.

28 Ibid., p. 20.

29 Ibid., p. 21.

30 Ibid., p. 24.

31 Ibid., p. 28-32.

32 Ibid., p. 21-22.

33 Ibid., p. 25.

34 Ibid., p. 33-34.

35 Ibid., p. 20-21.

36 Ibid., p. 34.

37 Ibid., p. 57-58.

38 Ibid., p. 37.

39 Ibid., p. 43-44.

40 Ibid., p. 55.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 56.

43 Ibid., p. 44.

44 Ibid.

45 Sur ce point, voir l’appareil critique dans François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, éd. Christine Théré, Loïc Charles et Jean-Claude Perrot, t. II, Paris, Institut National d’Études démographiques, 2005, p. 1006-1007.

46 Selon l’édition critique des Œuvres économiques de Quesnay, la rédaction de cet article « se situe dans la seconde moitié de 1757, celle-ci s’étant achevée au plus tôt en octobre 1757 et au plus tard au début de 1758 » (François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, op. cit., t. I, p. 258).

47 François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, op. cit., t. I, p. 316.

48 L’empire a été plusieurs fois exposé aux guerres, encore dans les premières décennies du xviie siècle lors de la conquête de la Chine par les Mandchous.

49 Éphémérides du citoyen, 1767, t. VI, p. 7.

50 Ibid., p. 12.

51 Ibid., p. 41-42.

52 Ibid., p. 58.

53 Isabelle Vissière (dir.), Lettres édifiantes et curieuses des jésuites de Chine (1702-1776), Paris, Desjonquères, 2002, p. 43.

54 Il existe certes des récits critiques au xviiie siècle, mais la plupart d’entre eux ont été publiés après la mise à jour du texte de Quesnay. Par exemple, le Voyage aux Indes Orientales et à la Chine de Pierre Sonnerat n’a été publié qu’en 1782.

55 Damien Chaussende, La Chine au xviiie siècle : l’apogée de l’empire sino-mandchou des Qing, Paris, Les Belles Lettres, 2013, p. 103-104.

56 Ibid., p. 106.

57 Éphémérides du citoyen, 1767, t. I, p. 13-14.

58 François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, op. cit., t. II, p. 1392.

59 Éphémérides du citoyen, 1768, t. VI, p. 222.

60 Ibid., p. 228-231.

61 Ibid., p. 249.

62 Journal encyclopédique, Bouillon, De l’imprimerie du Journal, juillet 1768, t. V, p. 69.

63 Ibid., p. 59.

64 Ibid., p. 67.

65 Il s’agit des remarques concernant un roman chinois intitulé Hau-Kiou-Choaan. Dans ses analyses, le rédacteur mettait en doute les jugements positifs des sinophiles à l’égard de la Chine.

66 Le rédacteur annonce ainsi avant d’entrer dans le sujet : « L’auteur du Despotisme de la Chine, dont nous suivons ici plus particulièrement la marche, a distribué son ouvrage en huit chapitres, où il discute ce sujet avec beaucoup de sagacité. » (Encyclopédie méthodique. Économie politique et diplomatique, Paris, Panckoucke, t. I, 1784, p. 544). En réalité, Grivel reprenait les sept premiers chapitres en enlevant certaines remarques individuelles de Quesnay, telles que la justification du brigandage des commerçants chinois.

67 Encyclopédie méthodique. Économie politique et diplomatique, Paris, Panckoucke, t. I, 1784, p. 544.

68 Turgot, Œuvres de Turgot et documents le concernant, éd. Gustave Schelle, Paris, Alcan, 1913, t. II, p. 677.

69 Turgot, op. cit., t. III, p. 486.

70 Turgot, op. cit., t. I, p. 132.

71 Ibid., p. 343.

72 Mably, op. cit., p. 111.

73 Ibid., p. 102-103.

74 Ibid., p. 103.

75 Ibid., p. 108-109.

76 Ibid., p. 114-115.

77 Ibid., p. 124.

78 Sujet essentiel de la lettre V de l’œuvre de Mably.

79 Ibid., p. 132.

80 Ibid., p. 139.

81 Ibid., p. 133.

82 Ibid., p. 135-136.

83 Ibid., p. 143.

84 Ibid., p. 159-160.

85 Ibid., p. 143-144.

86 Ibid., p. 154.

87 Ibid., p. 150.

88 Ibid., p. 131.

89 Correspondance littéraire, t. VIII, p. 38.

90 Correspondance littéraire, t. VII, p. 434-435.

91 Pour une analyse détaillée, voir la section consacrée aux encyclopédistes.

92 Diderot, Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe, éd. Gianluigi Goggi, Paris, Hermann, 2011, p. 156.

93 Diderot, Œuvres III Politique, op. cit., p. 653.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540