Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et l’occitan

 | 
Philippe Martel

1. Le « patois à l’école » ? Retour sur un débat (XIXe-XXe siècles)

Texte intégral

1Enseigner l’occitan, le breton, le basque... à l’école : voilà une revendication qui ne date pas d’hier, même s’il lui a fallu plusieurs décennies pour commencer à se faire entendre, et même si elle n’a été entendue que jusqu’à un certain point. On ne peut pas dire que la question ait fait l’objet de débats approfondis au Parlement, que ce soit sous la Troisième, la Quatrième ou la Cinquième République, la période 1940-1944 étant hors course pour cause d’absence de tout parlement. Mais on n’en a pas moins vu émerger, de temps en temps, cette épineuse question. Elle survit sous la forme d’interpellations d’élus—parfois sous la forme de projets ou de propositions de loi—et de réponses ministérielles, qui définissent, dans la longue durée, ce que l’on pourrait appeler la doctrine nationale sur le sujet.

  • 1 Nous reprenons et précisons ici une problématique que nous avons abordée dans quelques articles, p (...)

2On ne cherchera pas ici à reprendre l’ensemble du corpus représenté par les questions des uns et les réponses des autres1. Mais on peut du moins en dégager les grandes tendances, autour de quelques interrogations simples, à la portée d’un simple historien : qui revendique ? sur quelles bases, et avec quelles propositions concrètes ? Quels arguments sont utilisés par les ministres successifs pour répondre à ces demandes, que ce soit pour les encourager, ou, plus fréquemment, pour les rejeter de façon plus ou moins aimable ? Dans quelle mesure les grands débats politiques de chaque époque conditionnent-ils, directement ou non, la façon dont le débat est mené ? Et la vraie question : qu’est-ce que tout ceci nous apprend sur la vision officielle du problème posé par les langues de France ?

1.1 Le temps du refus fleuri

3Nous nous garderons de remonter aux origines, qui se situent d’ailleurs sous le Second Empire finissant, avec la pétition au Corps Législatif déposée au printemps 1870 par les celtisants Gaidoz et De Gaulle, soutenus par le basquisant de Charencey. Cette pétition contient tous les arguments qui seront ensuite repris à satiété et jusqu’à aujourd’hui par les défenseurs des langues « régionales » (le texte dit « provinciales ») : avantages du bilinguisme, nécessité de tenir compte de langues parlées par des citoyens, intérêt culturel de l’étude de ces langues, liens éventuels avec des langues parlées par des États voisins, etc. Ajoutons l’argument socio-moral de la nécessaire lutte contre l’exode rural, qui va devenir un des grands refrains de la Troisième République. Bismarck et Von Moltke aidant, le Corps Législatif n’a pas le temps de se poser la question de cette pétition avant de disparaître avec son Empereur. Par la suite, la question ne sera plus posée avant longtemps ; elle est même absente des débats sur l’école laïque et gratuite de Jules Ferry, car ce qui focalise alors l’attention, c’est la dimension « laïque » : le traitement à réserver à tout ce qui n’est pas le français n’apparaît pas, sinon dans le bref article 14 du règlement intérieur type des écoles primaires, le bien connu « Le français sera seul en usage dans l’école » Il faut attendre le début du xxe siècle, pour voir enfin la question se poser à la Chambre, à l’occasion des remous provoqués par la Séparation de l’Église et de l’État. Ce n’est absolument pas un hasard si le 18 février 1902 c’est un ecclésiastique, l’abbé Lemire, qui aborde le sujet dans une interpellation à la chambre, et ce n’est pas un hasard non plus si le ministre en exercice, Georges Leygues, répond négativement, non sans glisser au passage que le français doit être d’autant plus privilégié qu’il est « le véhicule de toutes les idées de liberté », ce qui revient à dire que les « patois », eux... Et de mettre les points sur les i :

Si, dans certaines contrées, on se méfie encore de la langue française, précisément parce qu’elle apporte avec elle comme un souffle moderne, il faut vaincre cette méfiance.

4D’ailleurs Émile Combes en sa qualité de Ministre des cultes avait déjà pris l’initiative, en 1902 de menacer de sanctions les prêtres bretons qui continueraient à prêcher et à faire le catéchisme dans leur langue. Il s’agissait moins de langue, ici, que de politique, et du désir de l’État de contrôler ce que pouvaient dire ces prêtres. L’enjeu étant la maîtrise des esprits enfantins, ce n’était vraiment pas le moment de prétendre ouvrir l’école à des idiomes que l’État ne comprenait pas. On note simplement que Leygues juge bon pour son image de tempérer son refus par un hommage au parler de son pays (il est du sud-ouest) :

  • 2 Cité par René Jouveau, in Histoire du Félibrige, 1876-1914, Nîmes, s.n., 1970,p. 300.

J’aime beaucoup l’idiome de ma province, je le parle et lui trouve un charme et une saveur particulière. Je regretterais vivement qu’il disparût2.

5Maigre consolation. Leygues a côtoyé, dans le milieu associatif parisien, des défenseurs de l’occitan, des félibres. Certains de ces félibres, eux-mêmes élus de gauche, sont présents à l’assemblée : ils se gardent bien d’intervenir, de peur de mêler leurs voix à celles des représentants de la droite que sont Lemire et le marquis de l’Estourbeillon, militant « régionaliste » breton et fort peu républicain de naturel.

  • 3 Cf. le journal de Philippe Husser (Un instituteur alsacien, Paris, Hachette, 1989).

6Le débat va ressurgir dans l’après-guerre. Il est vrai qu’il est alors induit par le délicat problème de la réintégration dans la communauté nationale de ces Alsaciens que Bismarck et Von Moltke avaient jadis soustraits à l’affection de la France. Au départ, le gouvernement fait comme si la question linguistique ne se posait pas dans ces territoires reconquis, et impose donc tranquillement le français comme seule langue de l’école et de l’administration à des gens qui ont vécu sans lui depuis deux générations. D’où problèmes et protestations3. À la fin des années vingt, le gouvernement se sent obligé d’infléchir quelque peu sa politique en Alsace. Mais du coup, la domination inconditionnelle du français a été mise en cause, et d’autres en profitent. Voici un extrait d’un débat parlementaire qui a lieu le 27 juin 1923, à propos de la langue d’oc. Il est lancé par un député d’un genre particulier, Léon Daudet, le lieutenant du leader monarchiste Charles Maurras, qui a réussi à se faire élire dans la Chambre massivement de droite dite Bleu-Horizon.

7Daudet.—Il ne faut pas oublier qu’il y a une autre littérature française, qui est la littérature en langue d’oc. Il s’est trouvé qu’en dehors de la poésie des troubadours, au xixe siècle, cette littérature provençale, qui jusqu’ici malheureusement n’a guère été étudiée que hors de France, a donné des auteurs à mon avis de premier ordre.

8Herriot (leader radical). — Mistral est aussi grand que Virgile ! (très bien ! très bien !)

9Daudet. — Vous le dites très justement, mon cher collègue. Le poète Aubanel est comparable à Catulle et supérieur à Henri Heine. Vous avez, dans un homme comme Roumanille, un des dons de terroir comme on ne peut en retrouver que dans les fabliaux.

10Vallat (Action Française).—Roumanille est le meilleur conteur français.

11Leygues (centre droit, Lot et Garonne). — N’oubliez pas Jasmin ! (très bien ! très bien !).

12Daudet.—Oh ! il y en a beaucoup d’autres !

13Raynaldy (centre, Aveyron).—Et l’abbé Bessou !

14Vallat. — M. Daudet a raison ; la littérature d’oïl n’a pas produit beaucoup de conteurs qui soient à la mesure de Roumanille.

  • 4 Journal officiel, 27 juin1922, p. 2044 sqq.

15Daudet. — Le maintien d’une littérature comme notre littérature d’oc me paraît indispensable. Et il serait très souhaitable d’instituer dans les écoles du Midi et même pour les provinces au-dessous de la Loire un enseignement bilingue. Qui cela peut-il gêner ? Les vieilles histoires de séparatisme, il n’en est plus question après la guerre de 1914... L’homme a le droit de parler la langue de son patelin, et c’est excellent pour sa formation intellectuelle4.

16Bel exemple de théâtre parlementaire. Daudet, qui ne représente que lui-même, et qui le sait, joue son rôle ordinaire de perturbateur des débats. Il choisit ce jour-là un angle d’attaque relativement inoffensif, qui lui permet d’exister dans le compte-rendu de la séance, sans que cela tire à conséquence, puisque, somme toute, il ne propose rien de concret : revendiquer crânement l’enseignement bilingue au sud, sans traduire cette idée en proposition de loi, cela reste dans le registre des paroles verbales.

17Du coup, puisque l’on ne risque rien, un certain nombre de ses collègues en profitent pour se manifester eux aussi au bénéfice du compte-rendu sténographique des débats, et pour adresser du même coup des clins d’œil peu compromettants à leurs électeurs. Herriot, le leader radical, a commis en 1912 un article à la gloire de Mistral. Xavier Vallat, député d’Ardèche et maurrassien, est lui même écrivain d’oc à ses heures. Quant à Raynaldy l’Aveyronnais et Leygues, notre vieille connaissance, élu de l’Agenais, ils ne manquent pas cette occasion de rappeler les gloires occitanes de leurs départements respectifs. Chacun, ayant fait son petit numéro, peut ensuite revenir aux choses sérieuses. Un coup pour rien, donc, et nulle réponse du ministre de l’Instruction Publique...

18Les choses sont un peu plus sérieuses en 1925. Cette année là, se manifeste auprès du Ministère une association d’enseignants du Midi, dirigée par un professeur de lycée, Bonnafous, militant socialiste par ailleurs, soutenue par le Félibrige et par la Fédération Régionaliste Française de Jean Charles-Brun, qui joue le rôle de lobby régionaliste trans-partis : on y trouve des élus aussi bien de gauche que de droite. Du coup, contrairement aux épisodes précédents, on n’a plus affaire à une manœuvre émanant de l’extrême-droite. Mais la réponse du ministre, Anatole de Monzie, (encore un originaire du Sud-Ouest !) n’en sera pas moins négative. Elle prend d’abord la forme d’une lettre à Charles-Brun en date du 2 juillet 1925 :

Vous avez bien voulu me transmettre une requête émanant de diverses personnalités et de la Ligue pour la Langue d’oc, tendant à obtenir que des instructions soient adressées au personnel de l’Enseignement primaire, « autorisant ceux des maîtres qui le voudront à utiliser le dialecte maternel de leurs élèves pour l’enseignement du français » Je dois vous informer qu’il ne me paraît pas possible de répondre aux désirs exprimés. Les programmes des écoles primaires sont trop chargés pour qu’il puisse être question d’autoriser les instituteurs à faire des leçons dans la langue du pays. Mon devoir est de limiter à l’essentiel ce qui doit être enseigné aux enfants. Et l’essentiel, dans l’ordre d’idées qui nous préoccupe, c’est l’enseignement du français.

19Cette réponse est faite à une question qui n’était pas posée : la revendication de la Ligue pour la langue d’oc à l’école, bien peu extrémiste, se positionnait prudemment sur le terrain de l’apprentissage du français, que le recours à l’occitan devait faciliter. Bref, il s’agissait d’officialiser et d’autoriser expressément des pratiques pédagogiques que certains instituteurs avaient déjà adoptées. Or, De Monzie choisit de faire comme si ce qui avait été demandé, c’était l’utilisation du « patois » comme langue enseignante.

20Sous la ruse, deux arguments, promis à un bel avenir : l’un, explicite, sur la surcharge des programmes—nous le retrouverons. L’autre, implicite, contient en fait la vraie réponse à la Ligue : l’enseignement du français se fera sans le secours du « patois ».

21Une circulaire vient tout de suite après compléter cette brève réponse. Elle contient le seul véritable argumentaire que nos ministres aient jamais opposé, sur le terrain de la pédagogie, aux revendications en faveur des langues régionales. On y retrouve l’argument de la surcharge des programmes. Vient s’ajouter l’idée que tant qu’à enseigner des langues autres que le français, autant choisir une langue étrangère, idée intéressante, qui ne débouche d’ailleurs sur rien, en pratique, au moins à cette époque. Surtout, la circulaire s’aventure sur le terrain de la science pédagogique en dénonçant les méfaits du bilinguisme : un enfant à qui on impose deux langues finit par ne plus savoir ni l’une ni l’autre.

  • 5 Voir Pierre Boutan, « Langue nationale et langues régionales à l’école : le débat politique de 192 (...)

22Le fait que cette circulaire ait suscité des réactions très vives de la part des défenseurs des langues régionales, occitans ou non, n’y change rien. Ce qui a été exprimé ici, c’est le point de vue du Ministère, quel que soit son titulaire5. Un peu plus tard, le 15 décembre 1925, le député démocrate-chrétien Trémintin, un Breton que nous retrouverons, interpelle Daladier, alors ministre de l’Instruction Publique. Daladier, radical lui aussi, est, lui aussi, originaire du Midi, du Vaucluse plus précisément. Il parle suffisamment bien l’occitan pour avoir pu prononcer en 1913, en qualité de maire de Carpentras, un discours en cette langue pour célébrer le génie de Mistral. Mais en ce jour de décembre 1925, rien dans sa réponse n’évoque ce temps lointain :

  • 6 Cité par René Jouveau, Histoire du Félibrige1914-1941, Nîmes, s.n. 1977, p. 97.

M. Trémintin nous a fait, avec beaucoup de charme, d’éloquence et de sincérité, l’éloge de la langue de son terroir : je suis désolé de décevoir son espérance, mais sur la question des dialectes, je suis en désaccord avec lui ; il y a encore trop de gens qui écrivent et parlent en patois. J’ai pour devoir de m’opposer à tout ce qui peut diminuer, de quelque manière que ce soit, l’unité de la patrie. Mais il va sans dire que je suis partisan de l’étude des dialectes dans l’enseignement supérieur, ayant participé moi-même au mouvement félibréen. Je verrais volontiers nos instituteurs faire devant leurs élèves des rapprochements entre la syntaxe de leur patois et celle du français, mais je suis opposé à l’enseignement d’un idiome local dans les écoles primaires6.

  • 7 Ibidem, p. 98. Nous n’avons pas de renseignements plus précis sur le succès que ces « conférences  (...)

23Contrairement à de Monzie, Daladier éprouve le besoin de montrer qu’il n’a pas un cœur de pierre, d’où cette autorisation magnanime : le « patois » a sa place dans le Supérieur. Certes. Il y est d’ailleurs déjà, au moins dans quelques universités, comme complément le plus souvent à des études romanes ou françaises, pour l’occitan, et avec une nette spécialisation soit en dialectologie, soit en littérature médiévale, pour l’occitan encore, ou en études comparatives celtiques ou indo-européennes pour le breton. Le tout pour des auditoires choisis autant que réduits. Bref, voilà une concession qui ne coûte rien. Plus sérieusement, il autorise les instituteurs à évoquer parfois le « patois » en cours de langue française. Mais cette autorisation reste purement orale, et aucun texte, à notre connaissance, ne viendra la confirmer. De la même furtive façon, Daladier confirme, un peu plus tard, l’autorisation donnée par un de ses prédécesseurs de permettre à des élèves de quelques lycées de Provence de suivre des « conférences » sur la littérature d’oc assurées par des félibres. Compte tenu du recrutement bourgeois de ces lycées, dans les années 20, on peut bien accepter que ceux qui le veulent puissent ajouter à leur horaire normal, de loin en loin, une soirée récréative, avec des intervenants qui ne sont nullement des enseignants de leur établissement7.

24Tout est donc à recommencer. Des députés ou des sénateurs, méridionaux comme Feuga et Roustan, ou bretons comme Trémintin, reviendront à la charge les années suivantes. Trémintin ira jusqu’à déposer une proposition de loi prestement enterrée par ses collègues.

25Les réponses ministérielles sont toujours les mêmes.

26Nous en retiendrons deux. La première, le 12 février 1929, vient de Marraud, encore un radical, encore un originaire du sud-ouest, devant le Sénat :

  • 8 Cité par la revue toulousaine la Terro d’oc, janvier-mars 1929,p. 2.

Ces dialectes méridionaux, je les comprends et je les parle comme Feuga. Ils enchantent mon oreille quand je foule le coin de terre d’où ma vie est partie et où ma vie s’achèvera. Ils nous relient à la longue chaîne des ancêtres obscurs qui vécurent avant nous dans le cadre où se dresse le toit familial ; ils nous viennent de la tradition populaire et trouvent en elle la source abondante de créations savoureuses, alertes, toujours jeunes, audacieuses parfois, impures jamais. C’est un peu de l’âme locale qui chante en eux. Mais combien, mon cher collègue Feuga, y perdraient-ils, s’ils n’étaient plus appris par la tradition orale des générations qui se succèdent ? Que deviendraient leur originalité et leur spontanéité ? Les voyez-vous soumis aux contraintes de l’enseignement et de la méthode, livrés aux supplices inséparables de la pédagogie ? Et puis, mon cher collègue, avez-vous réfléchi que cela se traduirait par une surcharge des programmes, alors que partout, aujourd’hui, on me demande de les alléger ? Mon devoir, écrivait mon prédécesseur, M. de Monzie, est de limiter à l’essentiel ce qui doit être enseigné ; et l’essentiel, dans l’ordre d’idées qui nous préoccupe, c’est l’enseignement du français. Nos savants de l’enseignement supérieur peuvent chercher dans l’étude des dialectes locaux un peu de l’histoire de notre langue, mais l’unité de la langue officielle est un des ciments de l’unité nationale, et pour vous, M. Feuga, comme pour moi, l’œuvre de la Révolution de 1789 doit être défendue. « Lire, écrire et parler la langue nationale sont des connaissances indispensables à tout citoyen. L’unité de la République commande l’unité d’idiome et tous les Français doivent s’honorer de connaître une langue qui, désormais, sera par excellence celle du courage, des vertus et de la liberté ». Ainsi parlait Grégoire, à la séance du 3 Pluviôse an II, à propos du décret sur les livres élémentaires. Les dialectes ne demandent qu’à vivre dans l’unité indispensable de la France républicaine : mais pas d’incorporation dans la langue officielle. Nous commençons à connaître un peu le problème du bilinguisme. Que rien n’écarte les esprits, dans notre enseignement populaire, de l’unité de notre langue. Laissons à l’âme populaire le soin de faire revivre, s’ils doivent vivre, les dialectes locaux. Laissons la liberté s’y refléter8.

27C’est beau comme du Leygues. Et c’est diaboliquement rusé. Non content de reprendre le désormais rituel argument de la surcharge des programmes, non content d’appeler à la rescousse les grands ancêtres de 89, Marraud joue avec son contradicteur en se faisant en quelque sorte le défenseur de la fraîcheur et de la spontanéité des parlers populaires qu’il faut sauver du carcan des tristes savoirs scolaires. Mais il y a aussi, sous la rhétorique, une idée-force, celle de la séparation entre sphère du public — l’école — et sphère du privé. C’est dans cette dernière que les « patois » doivent rester cantonnés. Voilà qui est nouveau, mais que nous reverrons.

28Face à ce grand artiste, Jean Zay, Ministre du Front Populaire, fait presque pâle figure, dans une réponse adressée en septembre 1936 à l’écrivain d’oc Jòrgi Reboul, animateur d’une Auberge de Jeunesse dans la région marseillaise, et fort peu suspect de sympathies droitières :

  • 9 Cité par la revue Calendau n° 32 du 7 décembre 1936.

Les programmes sont déjà trop chargés pour qu’il paraisse possible d’y introduire l’enseignement des langues et littératures dialectales, d’autant plus que cet enseignement ne pourrait être donné qu’au détriment des enseignements réglementaires indispensables à tous les enfants de France. Ces enfants auront plus tard, grâce aux efforts et à la propagande des associations régionalistes, toutes facilités pour connaître et conserver les belles traditions de la langue et de la littérature de leur province natale9.

29Bref, d’accord pour le « patois », mais plus tard, et ailleurs....

1.2 Le temps des concessions maussades

  • 10 Sur ce qui suit, nous renvoyons à notre article « Le mouvement occitan pendant la seconde guerre m (...)

30Là-dessus survient la défaite de juin 40, et sa conséquence inattendue, la prise en main du gouvernail par le Maréchal Pétain10.

31Un des axes de sa propagande, au moins aux débuts du régime qu’il instaure, c’est le régionalisme, la valorisation des petites patries, là où la terre ne ment pas. Il va jusqu’à signer en septembre 1940 un message à la veuve de Mistral dans lequel il fait carrément du poète d’oc un des inspirateurs de « la France nouvelle » qu’il veut « restaurer ». Bien que dans ce message il ne mentionne nulle part le fait que Mistral écrivait dans une langue qui n’était pas le français, les félibres accueillent ce message avec un enthousiasme exemplaire. Quelles que soient les opinions politiques qu’ils ont pu professer avant, et qui étaient assez diverses, ils sont alors persuadés d’avoir enfin affaire à un gouvernement qui les comprend, et qui fera ce que la République a refusé de faire. Et dans les mois qui suivent, ils ne manquent pas de prodiguer au Maréchal tous les témoignages de leur profonde reconnaissance.

32Mais les mesures concrètes se font attendre. Elles se font attendre jusqu’au 27 décembre 1941. C’est à ce moment-là que le Ministre Jérôme Carcopino signe un arrêté révolutionnaire à sa façon, puisqu’il autorise, pour la première fois depuis les débuts de l’école publique en France, l’enseignement de certaines langues « dialectales » dans le primaire :

Les instituteurs et les institutrices sont autorisés à organiser dans les locaux scolaires, en dehors des heures de classe, des cours facultatifs de langue dialectale (langues basque, bretonne, flamande, provençale) dont la durée ne devra pas excéder une heure et demie par semaine.

33Et c’est tout. Il faudra attendre plusieurs mois avant qu’une circulaire un peu plus étoffée précise certains détails, comme celui-ci, qui a son importance : sur quelle base seront rémunérés les enseignants volontaires pour prodiguer ces cours de dialecte ?

34De fait, il semble bien que les résultats de cette initiative aient été assez médiocres. La plupart des instituteurs avaient été formés à exclure le « patois » de leur classe, il était donc délicat de leur demander de changer leur fusil d’épaule aussi brusquement. Et en décembre 1941, le nombre des partisans enthousiastes du Maréchal a commencé à décroître dans la population en général et chez les enseignants en particulier. À cette mollesse du corps enseignant vient s’ajouter l’hostilité active d’un certain nombre de gens comme l’académicien Jacques de Lacretelle, qui tonne contre l’arrêté Carcopino dans le Figaro dès le 24 janvier 1942, sous le titre parlant « le français seul ou le français langue unique » :

La nouvelle voie présente des risques si grands qu’il est utile de lui assigner tout de suite des limites. L’idée procède sans nul doute de la politique de retour à la terre et d’enracinement qui est préconisée avec tant de raison par le gouvernement actuel. Mais la résurrection des dialectes et leur consécration officielle doivent-elles être liées à cette idée ? Pour ma part je réponds non. L’unité française s’est formée contre le particularisme de nos provinces [...] et le plus puissant auxiliaire de cette œuvre a sans nul doute été la langue. Elle est même attachée à l’autorité du pouvoir absolu. [...] J’entends bien que dans l’esprit de l’arrêté il ne s’agit en aucune manière de faire concurrence à la langue nationale, mais plutôt de retenir les traditions provinciales qui tendent à s’effacer, et peut-être aussi de restreindre cette classe de demi-intellectuels futurs fonctionnaires auxquels la République a donné trop d’encouragements.

35Ce qui part d’un bon sentiment, pense un Lacretelle qui à cette date n’est pas encore le résistant farouche qu’il sera en octobre 1944. Mais il est cependant plus sensible au risque de séparatisme que l’initiative de Carcopino fait courir à la nation :

Pour rattacher le Français à la terre où il est né, on doit recourir à d’autres moyens que l’usage d’un dialecte qui souvent est mal déterminé et ne correspond plus aux besoins de notre époque. Ressuscitez la tradition provinciale sous toutes ses formes, encouragez les fêtes et les pèlerinages, honorez les gloires régionales, reconnaissez publiquement qu’un Mistral, lorsqu’il en naît un, est un admirable serviteur du pays. Mais ne morcelez pas l’expression du peuple français. [...] Que la leçon soit faite en bon français, et qu’on ne trace pas toutes ces lignes de démarcation dans notre langage. Nous en avons une pour le moment. Cela suffit.

36Bref, d’accord pour le folklore, mais pas de « patois » à l’école. Notre académicien revient sur le sujet le 3 mars pour affirmer encore plus nettement le dogme intangible du monolinguisme français :

La dynamique qui fait les grands peuples, nous ne la trouverons, nous Français, que dans la voie des temps modernes, celle qui nous a représenté non la pluralité de nos origines, mais bien la France indivisible, et qui a su l’exprimer à travers le monde par une langue unique.

37Autant dire que l’opinion n’est pas prête à se lancer dans l’aventure d’une prise en compte des langues régionales.

38Au demeurant, la défaite de l’Allemagne et la chute du régimede Vichy mettent vite un terme à l’expérience, supprimée sans phrases à la Libération. À ce moment d’ailleurs, un certain nombre de ceux qui auparavant avaient revendiqué pour le breton ou l’alsacien, ou le corse, se trouvent pris dans la tourmente de l’épuration, du fait que leur activité ne s’est pas limitée pendant la guerre à la seule réflexion linguistique et pédagogique. Seuls les Occitans échappent dans l’ensemble à ce sort et du coup, en juin 1945, le capoulié (président) du Félibrige, Frédéric Mistral neveu, vieux maurrassien par ailleurs, oubliant les belles paroles qu’il avait jadis prononcées en l’honneur du Maréchal, écrit sans complexe au nouveau ministre pour lui demander de ne pas oublier, lui, l’enseignement du provençal. La réponse du ministre se garde bien de le confronter à ses prises de position passées ; elle se contente, sans imagination, de reprendre des arguments maintenant bien rodés, enveloppés dans de vagues gracieusetés.

Je tiens à vous dire que mes précédents refus n’ont jamais été inspirés par la crainte qu’une telle innovation ne pût favoriser quelque particularisme nuisible à l’unité nationale, les sentiments patriotiques bien connus des félibres écartant d’emblée une telle hypothèse. Ils ont été uniquement dictés par le souci de ne point augmenter prématurément l’effort exigé d’enfants qui ont de grandes difficultés à apprendre les rudiments solides du français.

39Ainsi donc, tout est à refaire.

  • 11 Nous reprenons et développons ici des éléments de notre article « Autour de la loi Deixonne », Act (...)

40La question n’est pas enterrée, pourtant11. Le 16 mai 1947, le Parti Communiste, avec le vétéran Cachin, dépose une « proposition de résolution » en faveur de l’enseignement du breton. Cette initiative suscite quelques semaines plus tard une réponse du parti socialiste S.F.I.O., qui impose comme rapporteur à la proposition un des siens, Deixonne, et dépose une autre proposition de résolution, portée par une élue du Nord, Mme Lempereur :

41Certes, la langue, le dialecte, le patois peuvent être utilisés dans la vie familiale et courante, mais l’école nationale ne peut connaître que la langue nationale de la République « une et indivisible » et mettre l’enfant en mesure de s’exprimer aisément dans l’esprit et selon le verbe de la communauté nationale. Il va de soi que nos diverses régions trouveront toujours dans leurs traditions locales la forme d’expression qui leur est propre folklore, kermesse, fêtes locales, danse, cours spéciaux dans les universités.

42C’est une réponse dépourvue d’ambiguïté, qui réduit la culture « régionale » au seul folklore, et entend bien lui interdire l’accès à l’école publique de la République une et indivisible, quitte à lui laisser l’espace des « cours spéciaux » dans les universités, réservés, comme leur nom l’indique, aux seuls spécialistes.

43Le combat ne s’arrête pas pour autant ; suivent, en juillet 1948, une proposition de loi communiste (Marty) concernant le catalan, suivie trois jours plus tard par une proposition de loi sur le breton, émanant cette fois du M.R.P., le troisième grand parti politique de la période. Parmi les signataires de ce dernier texte, nul autre que Trémintin.

44Face à tous ces textes, un homme, Deixonne, le rapporteur, et son parti, la S.F.I.O. On ne peut pas dire que la situation les enchante. Le rapport de Deixonne prend bien soin d’évacuer tout ce qui dans les propositions à lui soumises risquait d’aller trop loin dans le sens d’une prise en compte franche et ouverte des langues régionales :

En bref, nous sommes partis du principe suivant : la langue, la littérature, le folklore, l’histoire d’une région constituent une richesse dont nul n’a le droit de dépouiller les populations qui en sont dépositaires. Mais ce ne serait plus enrichir, ce serait appauvrir que de substituer, même partiellement, un idiome local aux prodigieuses ressources de notre langue nationale, qui s’est révélée et qui est universellement reconnue comme le véhicule d’une pensée capable de défier les frontières et le temps. C’est pourquoi, sauf dans l’enseignement supérieur, où l’étudiant ne risque plus de désapprendre le français, nous avons localisé dans les activités dirigées les cours de langue locale. [...] Le même principe, toujours enrichir, ne jamais appauvrir, nous interdit de remplacer, au baccalauréat, les épreuves actuelles dans une grande langue étrangère, par des épreuves portant sur une langue régionale [...]

45Ce principe trouve une conclusion logique : l’enseignement des langues régionales, facultatif de toute façon, reste cantonné aux activités dirigées, hors programme par conséquent. Et les modalités pratiques de ces activités dirigées, leur durée en fait, font que ce n’est guère que pour les classes supérieures du primaire que les langues régionales peuvent matériellement y prendre place. Tant qu’il y a des heures d’activités dirigées, bien sûr. Quant au bac, le principe d’une épreuve facultative finit par être accepté, non sans réticences explicites des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale, grands universitaires et non moins grands administratifs pour l’essentiel. Pas question bien sûr de donner à ces langues le même statut que les langues vivantes étrangères. Ni de permettre aux candidats qui les choisiront d’avoir le bac avec leur aide, comme c’est le cas avec les autres langues admises aux épreuves facultatives : les points gagnés à l’épreuve orale ne comptent que pour l’attribution d’une mention. Deixonne peut bien prévoir la création de chaires de langues et littératures régionales dans un certain nombre d’universités — ce qui sera plus ou moins réalisé, quand cela ne l’est pas déjà depuis des décennies —, au total, son travail est très réducteur par rapport aux projets initiaux qui lui étaient soumis. Seul progrès à son actif : là où ces projets ne concernaient que le breton et le catalan, il ajoute le basque et la « langue occitane » (c’est la dénomination qu’il préfère finalement à « provençal »), tout en laissant dehors l’alsacien, pour cause de proximité avec l’allemand, et le corse, considéré comme une simple variante de l’italien. Bien entendu ni les créoles ni les langues des territoires d’outre-mer ou des colonies ne sont à cette date pris en compte.

46Mais, si prudent que soit Deixonne, il trouve encore plus réticent que lui, au sein même de son propre parti. C’est un sénateur socialiste nommé Lamousse, inspecteur dans le civil, qui se charge du rapport devant le Conseil de la République, le 2 mars 1950, et il fait tout son pos- sible pour limer encore les quelques aspérités qu’il trouve dans le projet tel que son collègue Deixonne l’a établi :

S’il ne s’agissait que de l’enseignement supérieur, nous accorderions tout notre appui au texte qui nous est proposé. C’est en effet un spectacle affligeant de constater qu’une œuvre comme Mireille est régulièrement étudiée dans les universités allemandes alors qu’elle est à peu près ignorée en France [...]
Jusqu’ici nous n’avons pas fait de réserves, nous allons en faire en abordant le domaine de l’enseignement secondaire [...] La loi qui vous est soumise [...] prévoit l’introduction d’une épreuve facultative au baccalauréat. [...] [ici, une référence aux positions du Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale, déjà cité] Celui-ci a eu à connaître de ce problème dans sa session des 5 et 6 décembre, et il se prononce nettement contre l’introduction de cette nouvelle épreuve au baccalauréat. Il n’est pas concevable en effet qu’une telle épreuve puisse exister sans que soit organisé un minimum d’enseignement. Et voici les langues locales qui, débordant les limites des activités dirigées, feraient leur apparition dans les programmes mêmes !

47Lamousse met ici le doigt sur une des implications les plus importantes du projet Deixonne : l’ouverture aux « patois » du sacro-saint baccalauréat ouvre en effet du même coup la porte à un enseignement en bonne et due forme, avec programmes et maîtres compétents.

48Bref, ce que Deixonne conçoit comme une concession anodine et sévèrement bridée peut déboucher sur une véritable institutionnalisation des langues en question, au coeur même de la corporation enseignante. Il a fallu des années, sinon des décennies, pour que la réalité se conforme aux craintes de ce sénateur, avec la création des CAPES de langues régionales, valant création d’un corps d’enseignants spécialisés et reconnus. Mais il a bien vu le danger. Il est moins original quand il s’agit de reproduire l’habituelle concession chère aux ministres de la Troisième : dans le Supérieur, pourquoi pas ? Et il est encore moins original quand il aborde la question du primaire, là où sont encore à cette époque les effectifs les plus importants :

Il n’est point de fête scolaire où ne figurent les chants de folklore, les danses régionales, les saynètes en langue locale. Là encore, les augures ont été devancés. Ils peuvent faire confiance aux maîtres : ceux-ci n’abandonneront rien, ne sacrifieront rien de ce qui fait l’originalité et l’âme de leur région. Mais on veut aller plus loin. On veut introduire dans les programmes l’enseignement des langues locales. Et à cette porte nous sommes obligés de dire « non ». [...] Le mal dont souffre à l’heure actuelle notre enseignement primaire, c’est l’encyclopédisme. On exige d’un élève de douze ans qu’il connaisse l’histoire universelle, les statistiques de l’économie mondiale, les mœurs et traditions des microbes, les catégories de vitamines, la composition des hormones. [...] Le résultat de ces ambitions démesurées, c’est que les disciplines de base sont sacrifiées, c’est que l’élève du cours moyen, le candidat à la sixième, n’est plus capable de faire une division correcte, ne connaît plus ses règles de grammaire, et ne sait plus l’orthographe. [...] Notre enseignement primaire est semblable à une voiture qu’on a surchargée au point qu’elle ne peut plus avancer. Et voici qu’on vient nous dire : « sur cette voiture qui ne peut déjà plus faire un tour de roue, si nous mettions un sac de plus ? » [...] Nous nous devons d’écarter l’introduction, sous quelque forme que ce soit, de l’enseignement des langues locales dans nos programmes. Si nous agissions autrement, si nous cédions trop au nostalgique appel du terroir, à une pente sentimentale séduisante, certes, mais infiniment dangereuse, nous porterions un coup mortel à notre enseignement, et je crois, en mon âme et conscience, que nous serions de mauvais serviteurs de la France.

49Par contre, Lamousse donne peut-être la clé de son opposition dans une petite phrase qui relève que la défense des langues régionales est portée, au parlement, par l’étrange alliance des communistes et des démocrates-chrétiens ; et d’avouer brutalement :

Ce fraternel mélange ne nous inspire pas grande confiance.

  • 12 Revue du Tarn, n° 132, 1988,p. 745 sqq.

50Ce qui rejoint ce que dira Deixonne lui-même bien plus tard, dans une interview de 1988, à propos de « ces messieurs de chez les curés et de chez les apparatchiks » unis pour introduire une « bombe à retardement » dans « les écoles de la République12 ».

51Et c’est peut-être de ce côté-là, au moins autant que dans une véritable opposition idéologique, qu’il faut chercher l’explication de l’hostilité des socialistes Deixonne, Lamousse, et Lempereur, aux propositions déposées par le P.C.F. et le M.R.P. On note alors que la proposition communiste survient un peu plus d’une semaine après un évènement fort peu linguistique, mais néanmoins fondamental : la fin du tripartisme né de la Libération, (la cogestion S.F.I.O.-M.R.P.-P.C.F.) et l’éviction par le Président du Conseil Ramadier des ministres communistes présents dans son gouvernement. Et voilà les langues régionales promues à la dignité douteuse de dommage collatéral de la guerre froide commençante...

52Cela dit, d’autres peuvent placer au centre de leur opposition à Deixonne des raisons moins politiciennes. Il faudrait ici pouvoir citer des hommes qui ne sont pas des décideurs politiques, mais des faiseurs d’opinion, comme Georges Duhamel, écrivain oublié et membre de l’Académie Française, chroniqueur ordinaire de ce Figaro qui avait déjà hébergé la prose anti-» patois » de Lacretelle, ou Albert Dauzat, chroniqueur linguistique au Monde, et dialectologue incontesté, du moins à l’époque. Le premier tonne contre la loi Deixonne au nom de l’intouchable unité française, et au nom d’une langue française elle-même déjà menacée à l’échelle internationale. Lui aussi distingue, comme Jean Zay, Marraud, Lamousse ou Lempereur, ce qui est tolérable, le folklore, « les traditions, les coutumes particulières » et ce qui ne l’est pas : l’introduction à l’école de « patois » « qui n’ont ni valeur ni renommée universelle ». Dauzat pour sa part entend parler en spécialiste de la langue, et dénonce les méfaits qu’il prête au bilinguisme. Comme feu de Monzie, il pense que le bilinguisme perturbe la cervelle des enfants, ceux du peuple du moins. Il parle aussi en connaisseur du terrain : les paysans, dit-il, ne veulent pas de « patois » à l’école. Il parle enfin en dénonciateur avisé des menées de ces écrivains dialectaux qui comptent sur l’école pour leur fournir des lecteurs... Comme on voit, le débat atteint parfois d’insoupçonnées hauteurs.

53Malgré toutes ces oppositions, la loi Deixonne finit cependant par être adoptée : Deixonne lui-même semble avoir compris qu’on ne pouvait pas évacuer le problème sans faire au moins quelques concessions. Nous le soupçonnons en outre, au ton de certaines de ses interventions à la Chambre, d’avoir été suffisamment agacé par les oppositions qu’il rencontrait pour s’engager finalement davantage qu’il ne le voulait au départ dans la défense de son texte.

54Certes, les circulaires d’application de la loi se feront attendre.

55La première, à notre connaissance, paraît le 23 novembre 1951. Elle présente plusieurs particularités intéressantes. D’abord, elle précise que les cours de « parler local » — c’est la terminologie utilisée, sur le modèle d’ailleurs de la loi elle-même — ne peuvent être dispensés que dans des classes bénéficiant d’au moins deux heures d’activités dirigées, ce qui, de l’aveu même du texte, ne peut concerner que les élèves âgés de plus de onze ans, à condition qu’un tiers d’entre eux au moins soient volontaires. Autant dire que cet enseignement est réservé aux enfants parvenus pratiquement au terme de leurs études primaires, et dont on peut supposer qu’ils maîtrisent de toute façon le français. Le cas des enfants qui arrivent à l’école sans en savoir le premier mot — il y en a encore à l’époque—n’est pas pris en compte. On ne saurait mieux dire que les cours de « parler local » sont un luxe, et non un véritable outil pédagogique. Pour le reste, la circulaire promet des instructions pédagogiques dont nous ne sommes pas sûr qu’elles aient jamais été édictées, et s’achève sur cette déclaration :

... d’ores et déjà l’interdiction absolue de l’utilisation éventuelle du dialecte, par exemple pour faire comprendre plus facilement des termes français abstraits, est levée.

  • 13 Nous la citons d’après une brochure émanant du Conseil National de défense des Langues et Cultures (...)

56Ce qui pose quand même un problème : en dehors du fait que beaucoup de maîtres, depuis le xixe siècle, n’avaient pas attendu, pour ce faire, d’y être autorisés, cette « interdiction absolue » ne fait référence à aucun texte, peut-être tout simplement parce qu’il n’en existe aucun. Ce qui revient à dire que la concession faite ici est totalement dépourvue de tout réel contenu. Au total, une circulaire d’application bien modeste13. Ce qui s’explique peut-être par le fait que son auteur, le Directeur Général de l’Enseignement du Premier Degré, A. Beslais, a figuré, au Conseil supérieur de l’Éducation Nationale, parmi les plus vigoureux adversaires de la loi Deixonne... Dans ces conditions, on devine que les conséquences pratiques de cette loi, dans l’immédiat, n’ont pu être que bien modestes. Mais du moins elle existe, et constitue pour les langues régionales une sorte de tête de pont à l’intérieur du système, à partir de laquelle des avancées ultérieures sont désormais juridiquement possibles.

1.3 Le temps du verrouillage « citoyen »

57À condition, bien sûr, de ne pas chercher à passer par une nouvelle loi.

58C’est par dizaines qu’on compte, depuis 1958, les propositions déposées par des députés de toute nuance politique, et qui ne sont jamais arrivées au stade de l’inscription à l’ordre du jour des travaux de l’Assemblée. L’essentiel des avancées réalisées depuis 1951 l’a donc été par la voie réglementaire, à travers arrêtés et circulaires, qui présentent l’inappréciable avantage, du point de vue du Ministère, de ne pas sortir de la maison, et, partant, de ne pas susciter de débat public.

59C’est ainsi, presque en catimini, que les ministres Haby en 1976, Savary en 1982, Jospin en 1992, Bayrou en 1995, ont pu procéder à des innovations aussi importantes que l’introduction des langues régionales dans les programmes du collège, puis leur promotion au rang de langue vivante 2 ou 3, puis la mise en place de CAPES bivalents, puis celle d’un enseignement bilingue dans le primaire. Mais du coup, notre corpus ne risque guère d’être enrichi par autre chose que des questions au ministre, recevant en général des réponses brèves et stéréotypées. Le débat se tarit, faute de débatteurs, sauf en de rares et exceptionnelles occasions.

60Ainsi en 1982. Peu de temps après la victoire de la gauche en mai 1981, le ministre de la Culture—et non, notons-le, celui de l’Éducation Nationale — a confié à l’occitaniste Henri Giordan une mission concernant les langues régionales, qui débouche sur un rapport en 1982. À l’occasion de la publication de ce rapport, on assiste dans la presse et à l’Assemblée à l’amorce d’un débat de fond, qui n’ira d’ailleurs pas bien loin, les suggestions du rapport n’étant que très partiellement relayées par le gouvernement. Ce qui nous intéresse ici, c’est le moment où ce débat émerge à l’assemblée.

61La scène se passe le 21 avril 1982. Ce jour-là, Michel Debré, gaulliste qui s’affirme volontiers jacobin, s’adresse au Ministre de la Culture pour décortiquer le rapport Giordan. Soutenu de la voix et du geste par son collègue de droite Marc Lauriol, co-auteur en 1975 d’une loi de protection du consommateur et du salarié francophone avec un autre député de droite, Pierre Bas, Michel Debré lance cette attaque frontale :

62M. Michel Debré. — L’auteur auquel vous vous êtes adressé se situe à l’opposé de l’effort des générations qui par brassage ont fait la France, c’est-à-dire la nation.

63M. Marc Lauriol.—Ils veulent la démolir.

64M. Michel Debré.—Il se situe à l’opposé de la conception à la fois séculaire et républicaine qui a créé la citoyenneté française. Il se situe à l’opposé de la grande œuvre de l’Instruction Publique hier, de l’Éducation Nationale aujourd’hui.

65M. Marc Lauriol.—Jules Ferry !

66M. Michel Debré. — L’auteur se refuse à mesurer la promotion culturelle qu’a représenté et que représente toujours l’enseignement unique et uniforme de notre culture et de notre langue. L’auteur méconnaît totalement le fait que sciences et techniques constituent désormais une partie considérable de notre patrimoine culturel, et qu’il faut à tout prix maintenir le français comme langue de notre science et de notre technique. Mais au-delà que voit-on ? L’auteur auquel vous vous êtes adressé confond le respect que l’on doit à des traditions provinciales, à un certain mode de vie, à certains styles d’architecture, à des langues familiales volontairement maintenues, et dans un autre domaine, les facilités de transition que l’on doit à des minorités récemment immigrées, il confond tout cela avec une offensive délibérée contre l’unité de la République et contre la promotion des Français. Derrière cette confusion se dessine une grande ombre. L’auteur nous dit qu’il faut distinguer la citoyenneté culturelle de la citoyenneté politique. Qu’est-ce que cela signifie en bon français, si ce n’est qu’il faut distinguer désormais la citoyenneté ethnique de la citoyenneté nationale ? Or, qui dit ethnie dit race, et qui dit race dit inégalité des races (protestations sur les bancs des socialistes)

67M. Marc Lauriol.—Oui, parfaitement.

  • 14 Journal officiel, séance du 21 avril 1982 à l’Assemblée Nationale.

68M. Michel Debré.—M. le Ministre me dira qu’il ne faut pas pousser au noir. Mais après la lecture de ce document, je lui demande avec gravité, je demande à tout le gouvernement ce qu’il compte faire de cette répudiation de tout ce qui a fait la France, de tout ce qui a fait la nation, de tout ce qui a fait la République14.

69Jack Lang répond immédiatement, en se référant à la décentralisation que son gouvernement est justement en train de mettre en place :

70M. Le Ministre de la Culture. — ... notre volonté est qu’en respectant pleinement l’héritage républicain, l’héritage de Jules Ferry précisément, nous puissions après des siècles de centralisation qui ont trop souvent dépossédé les provinces et les régions de leurs richesses...

71Plusieurs députés socialistes.—Très bien !

72M. Le Ministre de la Culture. — après des siècles qui ont permis à la capitale [...] de drainer vers elle les intellectuels et le talents, en privant ainsi un grand nombre de régions [...] notre volonté est que nous puissions redonner la parole à toutes les provinces, à toutes les régions et à toutes les cultures.

73Suit l’expression d’un double espoir : que la loi sur l’audiovisuel qui est à venir fasse leur place aux langues régionales — ce sera fait, dans une assez maigre mesure—et que le Ministère de l’Éducation Nationale s’empare lui aussi du problème, ce qui se fera, on l’a dit, sous la forme d’une circulaire peu de temps après.

74Chahuté par les députés gaullistes, Jack Lang conclut sa réponse en citant sans charité excessive une déclaration de Jacques Chirac, antérieure aux élections de 81, préconisant rien de moins que le « bilinguisme dans le cadre d’institutions régionales ».

75Cet échange dans lequel la théâtralité parlementaire ordinaire occupe une large place (interruptions des uns, applaudissements des autres, et mouvements de manche plus ou moins appuyés) est cependant instructif. Instructive la réponse, assez défensive, de Jack Lang, qui d’une part botte en touche, en renvoyant à des textes à venir, et d’autre part, sur la question de la décentralisation, retrouve presque spontanément un argument qui figurait déjà dans le rapport de Deixonne en date du 6 juillet 1949 :

Le temps n’est plus où la patrie, prenant soudain conscience de son unité, pouvait la croire liée à la disparition de tous les régionalismes, et où le goût nouveau de la justice risquait de s’égarer dans la recherche de l’uniformité. Nous sommes aujourd’hui prémunis contre les excès du jacobinisme. La cohésion nationale est telle que nous pouvons nous orienter sans crainte vers toutes les formes de la décentralisation [...].

76Cela étant, on remarque que la réponse de Jack Lang n’affronte pas l’argument central développé par Michel Debré, à propos de la définition de la citoyenneté, alors même que le rapport Giordan proposait précisément un nouveau concept de la citoyenneté culturelle intégrant le pluralisme linguistique.

77Plus instructive encore, l’intervention de Michel Debré. On y retrouve un certain nombre des topoï que nous connaissons déjà : la confusion notamment entre les traditions, y compris architecturales, et les langues, la mise en avant des premières étant là pour masquer le refus des secondes. On retrouve l’idée que, somme toute, la défense des langues régionales, ces langues « volontairement maintenues », relève du seul choix privé des individus, ou, au mieux, des familles, et n’a pas à prendre de forme collective. On retrouve la priorité absolue donnée au français, y compris sur la scène internationale. Et l’arrière-plan nationaliste de la prise de position de Michel Debré est évident, même s’il s’abrite derrière la grande ombre, pour parler comme lui, des grands ancêtres, tel Jules Ferry, dont Lauriol scande le nom, comme les Francs de Chateaubriand, dans leur bardit, scandaient celui de Pharamond.

78Ce qui est nouveau par contre, et qui est lié à la prise de conscience de la pluralité ethnique croissante de la société française, c’est l’argument final : reconnaître des langues particulières, cela revient à reconnaître l’existence de groupes particuliers, au détriment du mythe fondateur de l’égalité de tous les citoyens membres du Peuple souverain un et indivisible. On note en revanche que face à un ministre qui, certes, n’est pas celui de l’Éducation Nationale, les arguments à prétention pédagogique — la surcharge des programmes, les méfaits du bilinguisme... — sont absents, alors même que de toute évidence, c’est la perspective de voir augmenter la part des langues régionales à l’école qui inquiète.

79La question de la citoyenneté et du communautarisme va se retrouver désormais au cœur des rares débats publics concernant les langues régionales.

80Ces débats ont rebondi au cours des dernières années, à trois occasions :

  • en 1999, avec la question de la ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales.
  • Puis, en 2002, avec la question délicate de l’intégration dans l’Éducation Nationale des écoles bretonnantes Diwan.
  • Enfin, tout récemment, au moment où nous écrivons ces lignes, à la double occasion de la réforme de la Constitution en vue du référendum sur le traité constitutionnel européen, et de la discussion de la loi d’orientation sur l’école.

81Que vient faire la Constitution française dans cette histoire ?

82Elle constitue tout simplement un obstacle à tout progrès dans la prise en compte des langues régionales depuis ce jour de juin 1992, à deux jours de distance de l’adoption par le Conseil de l’Europe de la Charte des langues régionales, jour où l’article 2 de la constitution gaullienne a été enrichi d’un membre de phrase précisant que « la langue de la République est le français ».

83Cet amendement d’allure innocente, sinon pléonastique, était en principe destiné à protéger le français contre l’anglais.

  • 15 « Lettre ouverte sur la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et le bilinguisme (...)

84Dans la réalité des faits, c’est essentiellement contre les langues régionales qu’il a été utilisé. Ainsi de certaines circulaires sur l’enseignement par immersion en 2001, d’où le problème posé ensuite par l’intégration de Diwan, au motif qu’on n’y parlait pas assez français. Ou de la fameuse Charte européenne des langues régionales et minoritaires, rejetée au surplus au motif qu’elle risquait d’instituer dans le droit français l’existence de groupes particuliers définis par leur appartenance linguistique. Ce que la « tradition française et républicaine » refuse. On retrouve là ce que suggérait déjà Michel Debré vingt ans auparavant. Le débat a pour une fois eu lieu, mais plus à vrai dire dans l’opinion et la presse que devant l’Assemblée. On a assisté à une avalanche d’articles et de prises de positions, unissant autour de la défense du français seule langue légitime en France une coalition qui allait des chroniqueurs de l’hebdomadaire satirique Charlie-Hebdo et du Parti des Travailleurs au Front National et au Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, en passant par certaines fractions de l’U.M.P. ou du Parti Socialiste, les amis de Jean- Pierre Chevènement, et quelques francs-maçons. Avec parfois de délicieux paradoxes comme cet article paru dans une revue maçonnique cité favorablement, au nom de la défense des principes républicains, par les villiéristes d’Alsace15.

85En gros, les partisans du développement des langues régionales sont accusés de militer pour l’explosion de la communauté nationale et citoyenne en communautés ethniques opaques les unes aux autres, quand ils ne sont pas accusés d’être manipulés par des officines allemandes préparant dans l’ombre le démantèlement de la France.

86Mais la question des langues régionales peut aussi être traitée d’un point de vue plus traditionnel. C’est le moment de citer un point de vue publié le 9 juillet 1999 dans le quotidien Libération et intitulé « Ne perdons pas notre temps », à propos de la Charte. On y lit :

La question des langues régionales, que nul ne menace en France, est, pour notre pays, un sujet anodin.

87Notamment face à ce que l’auteur de l’article appelle les questions essentielles : l’adaptation de « notre pacte social », « l’organisation de la mondialisation », la nécessaire « éthique » qui doit présider au « développement des nouvelles technologies... ». Face à ces vraies questions, la défense des langues régionales pèse peu. C’est

un patrimoine certes estimable, mais qui ne mérite nullement de figurer au rang des enjeux culturels du futur.

88Ces enjeux sont la nécessaire maîtrise de la langue française, la défense de la francophonie face à « la domination de la langue anglaise » (et de signaler, sans référence, que les Québécois observent le débat français « avec désolation »). Bien sûr, l’auteur comprend que, pour certains,

l’identité locale est un facteur de sécurité face à la mondialisation. Je ne suis pas hostile à cette idée consistant à concilier tradition et modernité, terroir et extension des horizons. Mais ceci ne doit pas nous détourner de l’essentiel.

89L’essentiel, c’est le niveau national. Bref, dans « cette affaire un peu dérisoire », le vrai débat est entre

ceux qui regardent l’avenir avec ses priorités, et ceux qui pensent que la France a du temps à perdre pour vagabonder dans le passé. Il est surtout entre ceux qui pensent que la France doit impérativement se doter des armes adéquates pour se projeter vers le monde extérieur et ceux qui pensent que notre intérieur national est à lui seul un monde.

90D’où l’on conclut que la priorité donnée à la nation française n’est pas un repli, mais une ouverture.

  • 16 [Écriten2005...]

91Ce texte ne fait nulle référence à la citoyenneté à la française ; il se situe plutôt sur le terrain d’une convergence entre la défense des intérêts français et une vague aspiration à la maîtrise des grands problèmes mondiaux qui se posent à la planète, comme si la seule France était en mesure de les régler. Mais ce qui fait l’intérêt de ce point de vue, c’est son auteur. Nous n’avons pas voulu citer ici un de ces nombreux écrivains ou journalistes qui ont tenu absolument à donner leur avis plus ou moins éclairé sur le problème. Notre auteur est un homme politique d’envergure, ancien ministre, éloigné des affaires en 1999, mais qui y est depuis revenu, puisqu’il s’agit de Monsieur François Fillon, actuel16 ministre de l’Éducation Nationale, celui qui a tiré les conclusions des récents débats sur l’école, et, entre autres sujets, la place qu’elle peut faire aux langues régionales.

92De fait, ce problème est apparu ces derniers temps d’abord dans le débat, à l’Assemblée, puis au Sénat, sur la modification de la Constitution en vue de la ratification du traité constitutionnel européen.

  • 17 Transcription du débat récupérée sur le site internet de l’Assemblée Nationale.
  • 18 De fait, elle n’a en gros accepté, au moment de la signature par le gouvernement Jospin, que les d (...)

93Le 26 janvier 2005, un député U.M.P. de Bretagne, M. Marc Le Fur, dépose un amendement concernant l’article 217. Son objectif : permettre la ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires. Son argumentaire souligne le fait que la défense de ces langues, loin de relever de la seule nostalgie, séduit aussi des jeunes ; il souligne également le fait que la France n’est pas obligée d’adopter toutes les dispositions de cette charte18. Il rencontre sur ce point l’approbation de l’U.D.F., derrière son président François Bayrou, Occitan lui-même et ancien ministre de l’Éducation Nationale. La suite du débat voit intervenir un certain nombre de personnages :

94M. le rapporteur [il s’agit de M. Pascal Clément].—C’est un débat que nous avons déjà eu, qu’il s’agisse du breton, du béarnais, du basque...

95M. Pascal Terrasse.—De l’occitan !

96M. Jacques Myard.—Du verlan !

97M. Jean-Pierre Soisson. — En tout cas pas du bourguignon ! Si l’Assemblée nationale ne défend pas le français, à quoi servons-nous ?

98M. le rapporteur.—J’ai essayé, par cette énumération, de faire revivre la France d’hier.

99M. François Bayrou.—La France d’aujourd’hui !

100M. le rapporteur.—D’hier particulièrement. Tout l’effort de la IIIe République et de ses hussards noirs — et peut-être cet effort avait-il des origines plus lointaines — a consisté à donner une culture commune aux Français, n’en déplaise aux nostalgiques.

101M. François Bayrou.—Il ne s’agit pas de nostalgie.

102M. le rapporteur. — La constitution a consacré cet effort dans son article 2 [...] Au lendemain de la seconde guerre mondiale, il y avait encore dans nos villages des personnes qui ne parlaient que le patois.

103Ayant dit, le rapporteur en vient à la Constitution et à l’avis du Conseil Constitutionnel, qui a rejeté la possibilité de ratifier la Charte :

La charte proclame le droit imprescriptible à pratiquer une langue régionale ou minoritaire non seulement dans la vie privée, mais encore dans la vie publique. Or un tel droit serait contraire aux principes d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français, dans la mesure où il reviendrait à conférer des droits spécifiques à certains groupes linguistiques à l’intérieur du territoire.

104D’où le risque « d’accepter que de pseudo-pays se constituent à l’intérieur de nos frontières ». Bref,

tous ceux qui aiment leur langue régionale peuvent la pratiquer, tous ceux qui aiment la France peuvent la conserver.

105Le Garde des Sceaux appuie cette réponse. Le débat se poursuit avec les interventions de la socialiste Marylise Le Branchu, qui signale tranquillement :

on ne peut nous opposer des décisions du Conseil Constitutionnel dans un débat qui a précisément pour objet de modifier la Constitution.

106François Bayrou reprend la parole, assez sèchement :

M. le président Clément a dit, et je pense que c’est son inconscient qui parlait : ceux qui veulent défendre les langues régionales pourront le faire, et ceux qui aiment la France pourront défendre le français. C’est une formulation que beaucoup d’entre nous ne sauraient accepter. Nul ici n’aime la France plus que les autres. Le fait que nous voulions préserver et transmettre une langue régionale ne porte pas atteinte à notre amour de la France, de sa langue et de sa culture.

107Sommé de retirer la phrase en question, le rapporteur persiste :

Cessons ce romantisme autour des parlers régionaux, qui ne sont interdits nulle part, et essayons plutôt de préserver la langue de la République dans la vie publique. C’est précisément ce que j’appelle aimer la France, Monsieur Bayrou.

108Le débat se termine sur une note assez agressive. François Bayrou ayant rappelé que le Président de la République avait bel et bien signé la fameuse charte et qu’il s’est prononcé récemment en faveur de la préservation de la langue inuit—au Canada, à vrai dire—le Garde des Sceaux perd visiblement patience :

109M. le Garde des Sceaux. — Restons au cœur de notre débat, monsieur Bayrou ! Pas de dérapage !

110M. François Bayrou.—Le Président de la République a-t-il ou non signé cette charte ?

111M. le Garde des Sceaux. — Je vais vous répondre, et en ce qui me concerne, je ne vous ai pas interrompu ! Respectez ma fonction comme je respecte la vôtre.

112M. François Bayrou.—On peut tout de même poser des questions !

113Mais en réalité il n’obtiendra aucune réponse, sinon l’assurance que l’enseignement des langues régionales est possible, pourvu qu’il reste facultatif, ce qui n’a pas grand chose à voir avec le fond du débat qui précède.

  • 19 Débat reproduit sur le site internet du Sénat.

114Ce même débat va avoir lieu, le 16 février, au Sénat19. Un amendement visant à compléter le fameux article 2 par la formule « ... dans la reconnaissance et la promotion des langues régionales et minoritaires » est rejeté par le rapporteur (nous ignorons de qui il s’agit) avec cet argument :

115M. le rapporteur. — Conférer des droits spécifiques aux locuteurs de langues régionales porterait atteinte à l’unité du peuple français et contreviendrait au statut du français tout en gênant à (sic) l’intégration des immigrés et en favorisant le communautarisme.

116M. le garde des Sceaux. — Avis défavorable ; le gouvernement ne nie pas l’intérêt culturel de pratiques linguistiques qui appartiennent à notre patrimoine. Cependant les administrations publiques ne sauraient accepter des requêtes rédigées dans les langues régionales : imaginez ce que cela représenterait pour la Justice. Évitons de tels problèmes de fonctionnement. (applaudissements à droite).

117Bref, c’est non. Et un non agacé, si on en juge par la réaction du Garde des Sceaux, devant le Sénat, qui, pour étayer son refus, en vient à imaginer un scénario apocalyptique tout à fait inimaginable dans l’état actuel des choses et des revendications. À moins bien sûr qu’il ne s’agisse, là encore, que d’un effet de manche destiné à dramatiser la question pour mieux en masquer les vrais enjeux. Et c’est « non » encore, quelques semaines plus tard, à l’issue du (bref) débat sur le projet de loi d’orientation sur l’école, déposé par ce même François Fillon dont on a vu plus haut l’opinion.

118Au total, et par-delà les talents oratoires assez variables des uns et des autres, sur un siècle, on voit quand même que la réponse officielle à la question des langues régionales reste assez stable, moyennant quelques ajustements récents.

  • Le refus têtu des langues régionales prend toujours la peine de s’enrober de précautions rhétoriques qui interdisent d’y voir un quelconque désir de persécution. Entre ceux qui affirment parler la langue de chez eux, et ceux qui, faute de compétences, se bornent à concéder que les dialectes font partie du patrimoine, tous sont d’accord pour souligner cette évidence : nul n’interdit à qui que ce soit de parler ce qu’il veut.
  • À condition, bien sûr, que cette pratique reste dans des limites acceptables. Ce qui apparaît à travers nos textes, c’est une certaine image des « patois » : ils renvoient au passé, à la tradition, et l’avenir leur est inaccessible. D’où la référence fréquente aux « charmes » « savoureux » du folklore, voire des monuments locaux : le patrimoine, mais un patrimoine fossilisé. La modernité, les idées de progrès ne peuvent se dire qu’en français, pas en « patois ».

119Nous laissons ici de côté le fait que ces déclarations fièrement progressistes émanent souvent d’élus ou de ministres de droite.

120Nous ne laissons pas de côté par contre le fait qu’au fil des décennies, cette vision des choses a rencontré l’assentiment implicite d’une bonne partie de la population française. Les populations concernées elles-mêmes n’ont guère revendiqué autre chose pour leur « patois » familier.

121Sur ce point, le sens commun largement diffusé, et depuis longtemps, dans les profondeurs de la société française, prépare les esprits à l’acceptation de la nécessité du français, perçu, et pas du tout à tort, comme une possibilité (réduite ou non, c’est un autre débat) de promotion sociale pour les classes populaires. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les défenseurs des langues régionales sont de fait, exclusivement, des hommes qui maîtrisent déjà le français et pour qui la pratique maintenue, et l’illustration de leur langue d’origine ne constituent donc plus le handicap (ou l’étrange lubie d’intellectuels) qu’elles peuvent encore représenter aux yeux de ceux qui restent en dehors des possibilités qu’offre le français.

122Il est même tout à fait possible qu’au fond, les références émues d’un Leygues, d’un Daladier ou d’un Marraud à leur langue originelle ne soient pas (pas seulement) clauses de style et poudre aux yeux, mais correspondent à la réalité d’une tendresse intime pour la langue de l’enfance.

  • Mais du fait même de l’existence de ces locuteurs maîtrisant les deux langues, on aurait pu imaginer, dans un monde idéal, une cohabitation, inégalitaire sans doute, mais réelle, entre deux compétences linguistiques, l’acquisition nécessaire du français ne remettant pas en cause la place reconnue aux pratiques linguistiques réelles des citoyens. Or ce qui ressort de toute l’histoire du rapport entre les langues en France depuis deux siècles, c’est que cette cohabitation, possible dans les discours éthérés, circonstanciels et nostalgiques des politiciens originaires des régions concernées, ne l’est pas dans la réalité du terrain. Cette réalité-là impose, implicitement, l’élimination d’une des langues en présence au profit du français seul.
  • Car la vraie limite, c’est le territoire du français. On a véritablement le sentiment que tout espace laissé aux langues régionales est perçu comme arraché au français, et compromettant donc sa survie, pas moins. La célébration de ses vertus s’accompagne donc systématiquement du sentiment aigu des menaces — indistinctes, d’ailleurs—qui pèsent sur lui.
  • Et à travers la langue, si c’était la nation qui était menacée ? Le péril séparatiste affleure parfois dans nos textes, même si c’est plutôt la République qui est perçue comme la plus menacée. Mais la Nation et la République, c’est visiblement tout un.
  • Au total donc, le système propose, par la voix de ses représentants autorisés, un strict partage des domaines. Le « patois » appartient au passé, on l’a dit. Il appartient aussi au registre de l’affectif — versant nostalgie — et de toute façon au domaine privé, où on le laisse d’autant plus volontiers survivre qu’on n’a pas les moyens matériels, somme toute, de le traquer jusque dans le secret des foyers. Par contre le domaine du public, qui est en même temps celui de la nation et du progrès, ne peut connaître qu’une langue, le français. Mais on remarque que l’argumentaire « renanien20 » — la nation politique contre les ethnies — n’apparaît que récemment. Avant Deixonne, les arguments superficiels (surcharge des programmes, etc.) suffisaient. Depuis Deixonne, et surtout depuis l’accélération de la construction européenne, croyons-nous, il a fallu inventer un discours un peu plus élaboré.

123Bien sûr, on ne vit pas seulement dans le monde enchanté des grands principes. Le débat parlementaire oppose par définition des élus de bords différents, une majorité et une opposition. La dimension proprement politicienne affleure aussi visiblement que régulièrement dans notre corpus. Toute proposition portée par le monarchiste Daudet est fatalement suspecte pour un républicain, même un républicain modéré. La même logique prévaut, avec d’autres protagonistes, pour le débat des années 1947-1951. Plus récemment, une charte signée par Lionel Jospin peut difficilement séduire le Président Jacques Chirac : il consulte donc à son sujet le Conseil Constitutionnel qui ne manque pas de la censurer. De même, l’actuel Garde des Sceaux ne peut voir d’un bon œil les interventions de députés socialistes ou, pire encore peut-être, de M. Bayrou. Même sur un sujet somme toute peu porteur de dangers pour qui que ce soit, le consensus n’est pas de mise.

124Plus profondément, on note, du point de vue idéologique, deux réflexes très enracinés qui surdéterminent les refus, au-delà des arguments d’apparence rationnelle qu’ils peuvent mobiliser.

125Le débat est vécu sur le mode binaire. Pas de compromis possible : on l’a dit, si les langues régionales progressent, c’est le français qui perd. Pour que le français survive, il faut que les langues régionales finissent enfin par mourir, et plonger définitivement dans ce passé qui est leur seul domaine. On note l’enchevêtrement des binômes qui structurent nos discours : français/» patois », avenir/passé, national/local, public/ privé, République/communautarisme, cette version moderne du féodalisme des grands ancêtres, sur fond de hantise des corps intermédiaires qui pourraient s’interposer entre le citoyen-sujet et l’État. Posé en ces termes, le débat ne peut déboucher que sur la récurrence du refus.

126Les termes qui s’opposent dans les binômes décrits plus haut ne sont pas innocents. Le positif, le glorieux, se trouve du côté du français, de l’État, et de ceux qui maîtrisent l’un et l’autre. Le « patois », langue du passé, de ceux qui ne savent « encore » parler rien d’autre, est au mieux pittoresque et savoureux, au pire réactionnaire, anodin dans les deux cas comme dit M. Fillon. Où la référence aux valeurs intangibles de la République masque, parfois bien mal, un très banal mépris de la langue des gens de peu, de la part de ceux qui sont devenus quelque chose, ou qui croient l’être. Lorsque tel député de 2005 propose de prendre en compte parmi les langues régionales le verlan, il ne fait que retrouver, très probablement sans le savoir, le type d’humour apprécié par ce journaliste de l’Aurore qui en 1950 proposait d’inclure dans la loi Deixonne « l’argot de Pantruche ».

127On a affaire ici à des réflexes tellement bien enracinés qu’il faut considérer qu’ils résisteront longtemps encore. Les langues régionales pourront-elles leur survivre, comme elles ont survécu jusqu’ici aux Leygues, Daladier, de Monzie et autres Lamousse ?

Notes

1 Nous reprenons et précisons ici une problématique que nous avons abordée dans quelques articles, par exemple « Le seuil de tolérance : les hommes politiques et l’occitan sous la Troisième République », in Actes du colloque Les Français et leurs langues, Aix, Université de Provence, 1991, p. 259-275. Et, plus récemment, « La France et l’occitan à l’époque contemporaine : histoire d’une étrange politique linguistique », in Dix siècles d’usages et d’images de l’occitan, Paris, L’Harmattan, 2001,p. 367-384.

2 Cité par René Jouveau, in Histoire du Félibrige, 1876-1914, Nîmes, s.n., 1970,p. 300.

3 Cf. le journal de Philippe Husser (Un instituteur alsacien, Paris, Hachette, 1989).

4 Journal officiel, 27 juin1922, p. 2044 sqq.

5 Voir Pierre Boutan, « Langue nationale et langues régionales à l’école : le débat politique de 1925 ». Mots, n° 61, décembre 1999, p. 29-48.

6 Cité par René Jouveau, Histoire du Félibrige1914-1941, Nîmes, s.n. 1977, p. 97.

7 Ibidem, p. 98. Nous n’avons pas de renseignements plus précis sur le succès que ces « conférences » ont pu rencontrer dans les rares établissements (Aix, Avignon...) où elles sont autorisées.

8 Cité par la revue toulousaine la Terro d’oc, janvier-mars 1929,p. 2.

9 Cité par la revue Calendau n° 32 du 7 décembre 1936.

10 Sur ce qui suit, nous renvoyons à notre article « Le mouvement occitan pendant la seconde guerre mondiale, ou le temps de la grande tentation », Lengas n° 51, 2001, p. 15-57.

11 Nous reprenons et développons ici des éléments de notre article « Autour de la loi Deixonne », Actes de l’Université d’été 1990, Nîmes, MARPOC, 1991, p. 41-57.[ici même chapitre 7] Et nous utilisons les documents contenus dans le copieux dossier consacré au débat dans les archives Deixonne, déposées à l’OURS (Office Universitaire de Recherches Socialistes,86 rue de Lille, Paris 7e).

12 Revue du Tarn, n° 132, 1988,p. 745 sqq.

13 Nous la citons d’après une brochure émanant du Conseil National de défense des Langues et Cultures Régionales, Les travaux de la Commission mixte d’Étude de l’Enseignement Régional, datée de janvier 1968, et qui reprend, p. 6 et 7, la Loi Deixonne et sa circulaire d’application.

14 Journal officiel, séance du 21 avril 1982 à l’Assemblée Nationale.

15 « Lettre ouverte sur la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et le bilinguisme », M.P.F., fédérations du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, septembre 1998. Dans ce document que m’a communiqué le regretté Fred Urban, on cite avec faveur un article d’un certain Lionel Boissou dans la revue du Grand Orient Humanisme de mars 1997.

16 [Écriten2005...]

17 Transcription du débat récupérée sur le site internet de l’Assemblée Nationale.

18 De fait, elle n’a en gros accepté, au moment de la signature par le gouvernement Jospin, que les dispositions qui correspondaient pour l’essentiel à ce qui se faisait déjà (enseignement facultatif, place dans les médias, etc.)

19 Débat reproduit sur le site internet du Sénat.

20 Parce qu’il se réfère à un texte de Renan — un discours en Sorbonne de 1882 — sur la conception française de la nation, fondée sur « un plébiscite de tous les jours », autrement dit, la volonté active des citoyens, opposée à la conception ethnique des Allemands, pour laquelle le rapport au sang et au sol, comme à la langue surdétermine l’appartenance de l’individu, vu comme inséparable de son lignage. Texte d’ailleurs mal lu, le plus souvent, par ceux qui s’en réclament, et qui, souvent, n’hésitent pas à faire de la langue un des fondements de l’appartenance nationale.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540