Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et l’occitan

 | 
Philippe Martel

Avant-propos

Texte intégral

1Au moment d’envisager la publication de ce recueil, nous avions pensé l’intituler « Deux ou trois choses à propos de l’école et de l’occitan ».

2Deux ou trois choses ? Un peu plus peut-être, mais sûrement pas une synthèse complète et définitive.

3Le lecteur trouvera ici un certain nombre d’articles publiés sur pas loin de vingt ans à présent, autour de cette question : comment le développement de l’école en France a-t-il affecté la situation de la langue d’oc ? Comment est-on passé du temps où elle n’a aucune place à l’école à celui où on lui entrouvre sans enthousiasme la porte de certaines classes ? Quelles sont les étapes de cet étrange dialogue entre le bègue —le mouvement occitan et ses revendications inlassablement répétées depuis les années 70 du xixe—et le sourd—le Ministère de l’Instruction Publique, rebaptisé Éducation Nationale sans en devenir pour autant partisan enflammé de la reconnaissance des langues de France ?

4Ce sont là des questions qui ont longtemps intéressé davantage les militants que les historiens. On pourrait citer telle histoire universitaire de l’enseignement en France qui omet totalement le problème.

  • 1 Paris, Aubier, 1996.
  • 2 Paris, Nathan, 1996.

5Depuis, la situation a quelque peu changé, bien sûr. Il y a eu la thèse de Jean-François Chanet, L’école républicaine et les petites patries1, publiée en 1996. Il y a eu celle de Pierre Boutan, La langue des Messieurs2, publiée d’ailleurs la même année. Notons en passant que la juxtaposition même des deux titres indique bien que plusieurs lectures du phénomène de la francisation de la France sont possibles...

6La plupart des articles présentés ici sont antérieurs à ces deux ouvrages. Sur certains points, ils les rejoignent : sans nier l’importance de phénomènes comme celui du « signal », cet apprentissage de la délation, je n’ai jamais pensé qu’il résumait à lui seul l’attitude de l’école face aux « patois ». Je sais aussi que le recul de l’occitan ne s’explique pas seulement par l’action de l’école, et qu’à partir d’un certain moment, l’acquisition du français comme clé pour la promotion sociale devient un enjeu pour les classes populaires. Cela dit, je continue à croire que le fait de ne pas tenir compte en classe de la langue réellement vivante hors de ses murs ne pouvait pas ne pas amener les enfants et leurs parents à finir par la considérer comme un handicap dont il convenait de se débarrasser au plus vite.

7Chanet comme Boutan produisent des textes émanant de sommités du monde de l’éducation, Carré par exemple qui juraient leurs grands dieux qu’ils n’entendaient pas chasser les « patois » du foyer. Chanet, et Boutan aussi peut-être, jusqu’à un certain point, semblent le croire. Moi pas.

8Ce genre de cohabitation (de partage à peu près harmonieux des fonctions et des registres) entre deux langues, celle de la maison et celle de l’école, est possible dans d’autres contextes culturels, puisqu’elle survit jusqu’à nos jours en Allemagne, en Suisse (alémanique ou italophone) et en Italie par exemple, et pas seulement dans les classes populaires. L’histoire me paraît prouver qu’elle est impossible en France, parce que fondamentalement refusée par les élites. Un adjectif revient parfois sous ma plume dans les divers articles qui constituent ce volume : binaire. Pour le regard des élites, quand deux langues sont en présence, l’une des deux doit disparaître, et leurs rapports sont décrits en termes guerriers. C’est là un fait de longue durée : le grammairien Ramus au xvie siècle, racontant l’anecdote — d’ailleurs improbable — de délégués provençaux venus protester devant François Ier contre l’Ordonnance de Villers- Cotterêts, leur attribue déjà le projet de « combattre la langue française ». Un des qualificatifs les plus couramment employés pour désigner les militants de la langue est celui de « défenseurs ». Pour beaucoup des auteurs cités dans mes articles, il est clair que tout espace laissé au « patois » est fatalement arraché au français, et le menace donc directement. Poser le problème en ces termes de tout ou rien, c’est se condamner à ne le résoudre que par un combat à mort entre deux entités vues comme irréconciliables : le patois doit être « anéanti », comme le propose avec une belle franchise le rapport Grégoire, sans quoi l’universalisation du français est impossible.

9C’est pourquoi je ne suis pas davantage d’accord avec ceux des lecteurs, parfois hâtifs, de Chanet, qui infèrent de ses propos documentés et convaincants sur la place du local dans la pédagogie républicaine que cette dernière, somme toute, était ouverte aux autres langues, puisqu’elles faisaient partie du local.

10C’est négliger de bien lire l’auteur. C’est négliger aussi de lire sa préfacière Mona Ozouf (« hors du litigieux problème de la langue, [souligné par moi, Ph. M.] l’école républicaine a sans relâche magnifié la petite patrie », op. cit. p. 12 : comment donc aurait-elle dû écrire pour être plus claire ? Et c’est confondre valorisation abstraite et circonstancielle (quoi qu’émue) d’éléments de patrimoine figés et respect de la parole d’une société locale, toute paysanne et rustaude qu’elle puisse paraître aux yeux des élégants).

11Pourquoi ce rejet des langues régionales ? Je ne crois pas qu’il faille invoquer la nécessité du combat (encore un ! mais c’en est un vrai, celui-là) contre des cléricaux et des clercs qui auraient fait du « patois » un outil de lutte contre la pénétration des idées nouvelles portées par le français, et bien sûr par lui seul. Le fait que, ça et là, certains clercs, voire certains prélats, aient défendu cette stratégie ne signifie pas qu’elle ait été partagée par tous, ni même qu’elle ait été vraiment pensée collectivement. Ce qu’on voit en Bretagne comme en pays d’oc, c’est que bien des prêtres ne demandaient au contraire qu’à se débarrasser de ces langages encombrants, ne serait-ce que pour bien montrer par leur maîtrise du français qu’ils étaient passés de l’autre côté de la barrière sociale, même et surtout quand ils étaient eux-mêmes d’origine populaire et « patoisante ». Ce en quoi ils risquaient d’ailleurs de ne se différencier que fort peu de leurs doubles diaboliques, les instituteurs. Quant aux écoles chrétiennes, on peut sans peine recueillir des témoignages qui indiquent que les maîtres y imposaient sans faiblir l’usage du seul français. Arrivé à ce point, il n’est même plus nécessaire de signaler l’existence, dans bien des langues régionales, l’occitan notamment, d’une riche littérature anticléricale dont les évêques ne devaient guère goûter la saveur. Bref, l’épouvantail du Parti-Prêtre n’explique pas tout, ni dans notre domaine, ni d’ailleurs dans d’autres.

12La dimension sociale du phénomène n’est cependant pas niable, et elle est pour moi la principale. Le problème ne réside pas dans on ne sait quel affrontement abstrait entre la « ruralité » et la modernité urbaine, entre des idiomes liés à des formations sociales et à un mode de production dépassé et la langue de l’efficacité technicienne et capitaliste, comme si le petit peuple des villes, des mines et des usines occitanes ou bretonnes avait, lui, parlé français de toute éternité. Faut-il rappeler ici que les classes existent ? Et que le français diffusé par l’école n’est assurément pas celui des classes subalternes du Nord, mais celui des Messieurs, qu’ils soient du Nord ou du Midi, de l’Ouest ou de l’Est, ce que Boutan a fort bien vu, et qui permet au passage d’élargir notre perspective en évitant de croire au mirage d’une opposition ethnique (les Franciens contre les Occitans). Toutes choses égales par ailleurs, pour un bon bourgeois français du xixe, le parler de l’Est parisien ou du Pas de- Calais ne vaut pas plus cher que l’occitan ou le breton, même s’il le comprendra mieux que ces derniers.

13Dans ces conditions, le combat à mort contre les « patois » reflète d’abord, à un premier degré, le froid mépris des gens qui savent pour ceux qui ne savent pas et leurs jargons risibles, l’absence de savoir renvoyant bien sûr ici tout autant à l’absence d’avoir et à l’absence de pouvoir, le tout étroitement et harmonieusement lié. Tandis qu’au second degré, l’indispensable (pour toutes sortes de raisons, nobles ou moins nobles) diffusion du français, d’un certain français, celui des gens qui savent, qui ont, qui peuvent, eux, doit aussi aboutir à la diffusion, à travers leurs mots et leur code linguistique, de leur vision du monde, de leur hégémonie culturelle et idéologique, comme garante de leur hégémonie tout court. Quand ces gens parleront comme nous, ils penseront comme nous. Dans ces conditions, laisser survivre le « patois », c’est laisser subsister en société des poches d’opacité langagière qui constitueront autant de pôles potentiels de résistance, passive ou non. Bref, le fait totalement incontestable que la diffusion du français ait constitué pour les classes subalternes une chance à saisir et un moyen d’échapper à leur condition ne signifie pas que c’était là le seul objectif qu’aient poursuivi ses initiateurs et ses agents, et la bonne conscience indéniable de beaucoup de ces derniers n’y change rien, sur le fond. Ceux qui s’offusqueront de voir une telle politique attribuée à ce régime « républicain », que tant de bons esprits tendent aujourd’hui à idéaliser sans y aller voir de trop près, feront mieux d’y aller voir de près, justement, et de méditer sur le sens du mot « contradictions ». Les amateurs de contradictions ne manqueront pas de noter par contre que ce sont précisément de bons élèves de cette école française issus des classes populaires qui fournissent une bonne partie des effectifs des mouvements de « défense » de l’occitan : c’est l’école française qui, dans ce domaine comme dans d’autres, fournit les armes nécessaires à la mise en cause de son action linguistique... Les mêmes amateurs de contradictions noteront tout autant que le mouvement ouvrier, de son côté, n’a globalement pas perçu le contenu de classe de la diffusion du français telle qu’elle est menée en France, et s’est contenté de considérer qu’il suffisait, somme toute, que le prolétariat conscient et guidé par le bon parti s’empare de ce français tel quel pour qu’il devienne miraculeusement prolétarien sans taches. Et que, de la même façon qu’il suffisait pour changer la vie et le monde que l’avant-garde s’installe dans les palais nationaux en changeant simplement la couleur du drapeau pendu en façade, il suffirait de mener les ouvriers voir jouer Athalie en costumes modernes dans un hangar désaffecté ou au T.N.P. pour que ces monuments de la littérature Louis-Quatorzième modifiée Maintenon soient ipso facto transformés en vraie manifestation de la culture populaire, comme la citrouille devenue carrosse dans le vieux conte, sans la moindre approche critique de la réalité de l’idéologie véhiculée par les purs chefs-d’œuvre de ce style. Ce qui bien sûr dispense à la fois de se demander ce que la culture « populaire » et « traditionnelle » peut contenir de progressiste, et ce que les classes populaires elles-mêmes pourraient éventuellement produire, en détournant et en réutilisant des éléments sortis aussi bien de cette culture traditionnelle que d’une culture savante à laquelle elles auraient désormais accès. Il nous semble qu’une réflexion sur ce genre de problème avait été menée, entre les deux guerres par certain théoricien bossu du nom de Gramsci, un Italien il est vrai. En France apparemment, peu de gens l’ont su. Ajoutons que beaucoup de militants ouvriers des premiers temps étaient des autodidactes, qui attachaient d’autant plus de valeur à la culture des élites qu’ils avaient dû la conquérir au prix d’efforts héroïques, comme une sorte de Bastille. Et cette conquête passait par un arrachement à la culture de leurs origines, arrachement perçu à la fois comme libérateur et sans retour. Tout ceci rend totalement incongrue, pour ces gens, l’idée que l’on puisse bâtir une culture pour les classes populaires en intégrant aussi bien les éléments de la culture des élites que des éléments de la culture populaire vécue, avec la langue qui l’exprime, l’occitan au cas particulier.

14Soit dit en passant, et malgré tout le respect que les occitanistes lui témoignent depuis longtemps, il est clair que la pensée de Jaurès, sur la question précise de l’occitan, ne va finalement pas très loin, et ne dépasse guère le niveau des hommages émus que beaucoup de politiciens radicaux méridionaux pouvaient commettre à la même époque... Mais c’est une autre histoire, qui touche en fait, au delà de notre problème, à l’histoire politique et idéologique du dernier siècle tout entier.

15Je rassemble ici quelques idées qui me semblent éparses dans les articles proposés, ou implicitement contenues dans certaines de leurs formulations, ou en germe dans d’autres. Le lecteur les retrouvera au passage.

16Les articles proposés ne le sont pas dans l’ordre chronologique de leur parution, car il ne s’agit pas de permettre de reconstituer le cheminement de la pensée de l’auteur, mais de suivre l’évolution du problème de l’occitan face à l’école.

17On trouvera donc d’abord deux articles envisageant ce problème sur la totalité des deux siècles précédents, jusqu’à nos jours pratiquement, puisque le premier a paru fin 2005. Ce qui, au passage, me dispense de reproduire des articles plus anciens qui eux aussi proposaient une vue cavalière du xixe siècle à nos jours (car c’est une des servitudes du métier que de devoir revisiter, à intervalles plus ou moins réguliers, des chantiers déjà fréquentés, pour des publics divers, et des supports non moins divers). Si le premier article envisage la question du point de vue de l’attitude du pouvoir, le second, lui, faisait le point sur la revendication telle qu’elle est portée par le mouvement occitaniste depuis Mistral.

18Les articles suivants se proposent d’explorer à chaque fois un aspect particulier de cette histoire, soit à travers l’étude d’un corpus particulier, soit à travers un épisode marquant : on ne pouvait se passer de parler de la période vichyste, pas plus que de la loi Deixonne. D’où d’inévitables et regrettables redites : à chaque nouvelle publication, il fallait bien resituer, pour le lecteur d’alors, l’épisode traité dans la globalité du processus. Il n’était pas possible d’éviter ces redites, sauf à procéder partout comme on l’a fait pour un article, en éliminant d’autorité un long prologue qui ne faisait que résumer un article présent par ailleurs dans le volume : la patience du lecteur d’aujourd’hui aurait dès lors été par trop sollicitée. L’un dans l’autre toutefois, il me paraît que les divers articles se complètent, certains revenant sur des points abordés auparavant, mais qui, du fait des limites de place imposées par les publications-supports, n’avaient pu être développés d’entrée de jeu.

  • 3 Un petit dictionnaire des principaux acteurs de cette histoire a été inséré à la suite de ces arti (...)

19Ces articles n’ont été retouchés qu’en ce qui concerne les coquilles présentes, certaines impropriétés, et la ponctuation. Il n’était pas question pour moi d’actualiser le fond, les références (sauf pour l’article le plus ancien), les données3, au risque de prétendre donner au lecteur le sentiment que depuis toujours j’en savais long sur le sujet, ce qui n’est évidemment pas le cas. Au reste, une actualisation véritable aurait exigé une refonte totale, sous la forme d’un ouvrage de synthèse que j’écrirai peut-être un jour, mais qu’il ne serait pas honnête de présenter aujourd’hui alors que sur certains points et certaines périodes je ne maîtrise pas encore assez l’information. Du moins n’ai-je pas eu le sentiment, en relisant ces vieilles proses, qu’elles recelaient des monstruosités, de graves erreurs factuelles, ou d’impudentes manipulations. Bref, elles peuvent encore servir, à leur façon. Il faut donc prendre ces articles pour ce qu’ils sont : des coups de projecteurs sur une histoire complexe, et sur laquelle il y a encore beaucoup à dire.

  • 4 « L’école française et les langues régionales », Montpellier, 13 et 14 octobre 2006, Actes réunis (...)

20Mais précisément une de mes satisfactions de l’heure est de savoir que d’autres sont aussi sur le chantier : Michel Lafon a commencé à travailler sur le terrain aveyronnais, dans les archives comme par le biais d’enquêtes orales. Yan Lespoux travaille sur le xxe siècle, et pourra peut-être un jour éclairer la figure mystérieuse de ce Pierre-Louis Berthaud qui joue un si grand rôle dans l’occitanisme du milieu du siècle. Olivier Moliner travaille de son côté (et à Berlin qui plus est !) sur les débats parlementaires. D’autres, ailleurs, sont à l’œuvre à propos d’autres langues régionales. Dès lors, il devient possible de concevoir un travail collectif sur cette question, qui permettra d’aller plus loin, plus profond et plus vite. Ce travail a déjà pris la forme d’un colloque organisé par notre équipe4, dont les actes sont sous presse au moment où je rédige ces lignes. De ce fait, il se peut que d’ici quelques années, les présents articles paraissent bien dépassés. Mais ce n’est pas grave.

21Il me reste à remercier mes collègues du département d’occitan de l’Université Paul-Valéry qui m’ont permis de publier le présent ouvrage. Celui-ci fournit au lecteur l’accès à des articles d’autant plus difficilement repérables qu’ils ont paru dans des publications qui ne touchaient en principe, par leur vocation, qu’une partie du public susceptible d’être intéressé (les historiens par exemple n’étaient pas forcés de connaître leur existence, et tout porte à croire qu’ils ne l’ont d’ailleurs pas connue). Grâce à mes amis, en particulier à la relecture attentive de Pierre Boutan, Jean-Claude Forêt et Marie-Jeanne Verny, ils sont maintenant accessibles.

22Au lecteur de juger à présent s’il valait la peine qu’ils le devinssent.

Bibliographie

Références des premières publications

« Le patois à l’école ? Retour sur un débat (xixe-xxe) », Marges Linguistiques, revue en ligne www.marges-linguistiques.com, numéro 10, novembre 2005, p. 301-317.

« L’impossible politique linguistique occitaniste », Lengas no 25, 1989, p. 51-69.

« Les pédagogues et les patois sous la IIIe République », Lenga e País d’òc, no 23, Montpellier, C.R.D.P., 1992, p. 11-22.

« Les félibres, leur langue et l’école ; à propos d’un débat de 1911 », à paraître dans un recueil collectif à une date et sous un titre non précisé.

« L’école de la IIIe République et l’occitan », Tréma, I.U.F.M. de Montpellier, nos 12-13, 1998, p. 101-116.

« Travail, famille, patois. Vichy et l’enseignement de l’occitan, apparence et réalité » Practicas, Montpellier, nos 9-10, 1987, p. 57-63.

« Autour de la loi Deixonne », Actes de l’Université occitane d’Été 1990, Nîmes, Marpoc, 1991, p. 41-57.

« Albert Dauzat et la revendication occitane : une certaine distance », Actes du colloque Albert Dauzat et le patrimoine linguistique auvergnat, s. l. n. d. [2001], p. 47-72.

Notes

1 Paris, Aubier, 1996.

2 Paris, Nathan, 1996.

3 Un petit dictionnaire des principaux acteurs de cette histoire a été inséré à la suite de ces articles.

4 « L’école française et les langues régionales », Montpellier, 13 et 14 octobre 2006, Actes réunis et édités par Hervé Lieutard et Marie-Jeanne Verny, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540