Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'art de gouverner chinois dans les périodiques de langue française de 1750 à 1789

 | 
Li Ma

Première partie — Les représentations de la Chine dans la littérature française du XVIIIe siècle

Chapitre 2 La Chine dans les périodiques de langue française du xviiie siècle

Texte intégral

1Les périodiques, dont l’essor est prodigieux au xviiie siècle, se font aussi l’écho de l’intérêt des Européens pour la Chine. Cela se vérifie aussi bien dans les périodiques scientifiques ou littéraires que dans les journaux d’actualité dont la plupart sont officiels. Si les thèmes abordés par les journalistes rejoignent ceux que l’on rencontre dans les essais, les récits de voyage et les fictions, on constate néanmoins quelques particularités liées aux contraintes du genre et, dans certains cas, à la politique éditoriale du périodique ou au point de vue du rédacteur.

2En ce qui concerne les périodiques qui se consacrent aux comptes rendus, ils jouent évidemment un rôle important dans la réception des livres. Tout en fournissant à leurs lecteurs les informations essentielles concernant les nouvelles publications, les rédacteurs choisissent des extraits, formulent des commentaires, et orientent le goût des lecteurs. Ce faisant, ils peuvent, jusqu’à un certain point, corriger les descriptions de la Chine. De plus, les actualités et les textes recueillis dans les journaux reflètent également les centres d’intérêt et les préoccupations des contemporains, ce qui permet de contextualiser les allusions à la civilisation chinoise. En somme, on constate que les représentations de la Chine se forment principalement à travers la diffusion des actualités, des livres, des connaissances et des idées.

1 La diffusion des nouvelles

  • 1 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux (1600-1789), Paris, Universitas, et Oxford, Voltaire (...)

3Les nouvelles de l’étranger publiées dans les journaux permettent aux lecteurs de se faire une idée de la situation chinoise, même si la Chine est souvent évoquée très brièvement. La plupart des nouvelles concernant la Chine se trouvent dans les gazettes et les « affiches » de différentes régions de France ou de pays étrangers, notamment la Gazette de France, considérée comme l’« organe du gouvernement jusqu’à la fin de la monarchie1 », et qui reflète bien l’évolution de l’intérêt pour la Chine au fil des années. À côté de ces journaux d’actualité, les lecteurs pouvaient trouver des informations concernant la Chine dans la rubrique « Nouvelles étrangères » des autres périodiques.

  • 2 Dans les Lettres édifiantes et curieuses, une lettre du père Fouquet adressée au duc de la Force e (...)
  • 3 Pendant ces vingt premières années, les rédacteurs de la Gazette signalent régulièrement l’envoi d (...)
  • 4 Dans la Gazette du 12 juillet 1749, on raconte ainsi : « Des lettres nouvellement arrivées de la C (...)
  • 5 Un journaliste écrit, de Rome : « On a reçu ici la consolante nouvelle, que la persécution excitée (...)

4Les nouvelles concernant l’empire chinois publiées dans les journaux couvrent plusieurs domaines. Premièrement, les affaires religieuses. On trouve ainsi dans les Lettres édifiantes et curieuses, puis dans les Nouvelles des missions orientales qui en constituent la suite, un grand nombre de longs textes concernant les actualités de l’évangélisation en Chine2. Cet intérêt étroitement lié à la religion peut aussi être observé dans un périodique intitulé Le Nouvelliste sans fard ou La Gazette sans privilège, dans lequel la Chine n’apparaît que lorsqu’on parle de sa christianisation et de la querelle des rites. Quant à l’Almanach royal, il ne mentionne l’empire chinois que dans les listes des missionnaires ou vicaires envoyés en Orient. Ce rapport entre les questions religieuses et l’évolution des représentations de la Chine peut aussi être observé dans la Gazette de France, en distinguant deux périodes. Avant 1720, une bonne partie des nouvelles ont un lien avec les affaires religieuses, en particulier avec la querelle des rites en Europe3. Ce lien étroit se maintient jusqu’au milieu du siècle, bien que la querelle se soit conclue, en 1744, par la défaite des jésuites. Il faut cependant remarquer que durant cette période les journalistes s’intéressent davantage à la situation des missionnaires et des Chrétiens en Chine qu’aux affaires religieuses elles-mêmes. C’est dans cette perspective que l’exécution des quatre Dominicains espagnols est rapportée en juillet 17494. Quelques années plus tard, en 1752, le ton change, et les journalistes signalent une amélioration de la situation des Chrétiens en Chine5.

  • 6 Dans les Affiches de Lyon (1750-1821), la Gazette d’Amsterdam (1688-1796), et la Gazette de Vienne(...)
  • 7 En 1717, une crise diplomatique éclate entre la Chine et la Russie. Elle dure jusqu’à la signature (...)
  • 8 « On a reçu par les Vaisseaux de la Compagnie des Indes revenus depuis peu, la nouvelle d’un tremb (...)

5Les nouvelles de Chine concernent, en second lieu, les affaires commerciales sino-européennes. Dans la seconde moitié du siècle, celles-ci occupent une place croissante dans les journaux, en particulier dans les gazettes et les affiches régionales6, tandis que les affaires religieuses y sont moins évoquées. Dans la majorité des cas, les rédacteurs n’évoquent que les catégories de marchandises chinoises en parlant des cargaisons de la Compagnie des Indes Orientales. De pareilles représentations se rencontrent également dans la Gazette de France, notamment après 1740. Outre les spécialités chinoises, ce périodique d’information évoque, de temps à autre, les relations commerciales entre l’Est et l’Ouest. Par exemple, le 15 juin 1765, les rédacteurs rapportent que trois bateaux commerciaux sont repartis vers l’Europe, et le 11 février 1783, ils signalent qu’un « Arrêt du Conseil d’État du Roi, concernant le commerce de la Chine » a été publié. Par ailleurs, les journalistes s’intéressent aux relations diplomatiques entre la Chine et d’autres pays, notamment les relations sino-russes, dont la Gazette de France parle régulièrement, en particulier dans les années vingt, période de crise diplomatique entre les deux États7. De plus, de février à septembre 1792, ce même journal rend régulièrement compte de la préparation de la délégation anglaise dirigée par Georges Macartney. Quant aux nouvelles intérieures, elles font la part belle aux désastres naturels (séisme, inondations, typhons, etc.). Par exemple, en août 1731, la Gazette et le Mercure de France informent leurs lecteurs du tremblement de terre qui a eu lieu à Pékin8.

  • 9 Par exemple, en septembre 1724, un article du Mercure de France concernant la Russie, mentionne lo (...)
  • 10 Le traitement par les journalistes du tremblement de terre à Pékin en 1731 peut illustrer cette pr (...)

6Autre caractéristique importante, les nouvelles venant de Chine sont sélectionnées en fonction de leur rapport avec l’Europe, qu’il s’agisse de la pénétration du christianisme, de la comparaison des pratiques religieuses, du commerce assuré par la Compagnie des Indes Orientales, ou encore des relations diplomatiques entre l’empire chinois et des pays européens. Dans tous ces cas, on ne parle de la Chine qu’au passage9. Quant aux désastres naturels, ce que soulignent les journalistes, c’est surtout leur influence sur le commerce extérieur et la situation des missionnaires européens10.

  • 11 « On apprend par une lettre de la Chine, en date du 20 Octobre 1761, que pendant l’été de la même (...)

7Le décalage temporel dans la publication des actualités constitue une autre caractéristique des informations concernant la Chine. En raison de la difficulté des communications, causée par la distance et les modes de transport, les informations reçues et publiées par les journalistes ne sont pas les plus récentes. Par exemple, le 13 août 1762, les rédacteurs de la Gazette de France parlent des inondations et des tremblements de terre de 176111. Alors que les informations touchant l’Europe n’ont que quelques jours de retard, les nouvelles de Chine ne peuvent même pas être appelées des « nouvelles », bien qu’elles soient nouvelles et récentes pour les lecteurs occidentaux.

8Enfin, la troisième caractéristique des nouvelles de Chine est la relative objectivité des articles publiés. On ne trouve, dans la plupart des cas, que de brèves évocations. Les commentaires sont rares, même lorsque les affaires racontées, comme la persécution et l’expulsion des missionnaires, ont d’importantes répercussions. Par exemple, le 18 juillet 1786, les journalistes racontent un incident en quelques lignes :

  • 12 Gazette de France, 18.07.1786, p. 238.

On assure que la Congrégation de la Propagande, a reçu de la Chine des nouvelles affligeantes ; s'il faut en croire les rapports qui circulent, il y a eu un soulèvement dans lequel 40 nouveaux Chrétiens ont perdu la vie, et 30 Prêtres Catholiques ont été chassés de cet Empire12.

9À part l’adjectif « affligeantes », on ne trouve, dans ce passage, aucune autre expression subjective. Le rédacteur se contente de rapporter les informations venant d’ailleurs, sans formuler de jugement précis. Les nouvelles de Chine sont presque toutes de ce genre. Elles ne viennent pas directement de Chine, mais de villes européennes, comme Rome, Londres, Stockholm, etc. Ces sources limitées et indirectes expliquent en partie la neutralité des articles.

2 Les comptes rendus de livres

  • 13 À titre indicatif, les comptes rendus d’ouvrages sur la Chine dans ces périodiques se répartissent (...)
  • 14 On trouve 18 comptes rendus concernant la Chine dans les Éphémérides du citoyen et un seul dans le (...)

10Paradoxalement, les annonces, les extraits et les comptes rendus de livres contribuent davantage à diffuser des représentations de la Chine que les nouvelles. Une majorité de ces textes se trouvent, bien entendu, dans des revues littéraires telles que la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savants de l’Europe, le Journal de littérature, des sciences et des arts, le Journal encyclopédique, l’Année littéraire et la Correspondance littéraire, dont l’objectif principal est de fournir des nouvelles de la République des Lettres et de recenser les ouvrages publiés en Europe13. Néanmoins, quelques périodiques spécialisés dans d’autres domaines, en particulier les Éphémérides du citoyen et les Nouvelles éphémérides économiques, tous deux publiés par les physiocrates, diffusent des représentations de la Chine à travers certains comptes rendus14.

  • 15 On a recensé les ouvrages concernant la Chine évoqués dans les périodiques de 1700 à 1789 à traver (...)

11Contrairement aux annonces qui se limitent à quelques informations sur l’édition, accompagnées, dans certains cas, d’un bref résumé, les comptes rendus permettent aux lecteurs d’acquérir des connaissances beaucoup plus précises et intéressantes. Les œuvres traitées par les journalistes sont de genres très variés. Parmi les quatre-vingts ouvrages que nous avons repérés dans les périodiques et qui sont entièrement ou majoritairement liés à la Chine15 (tableau 1), les récits de voyage et les grandes collections, dans lesquelles on rassemble et compile des lettres et des écrits divers, occupent une place prépondérante.

  • 16 Cette thèse a donné lieu à un grand nombre de réactions, soit positives, soit négatives. Après la (...)

12L’empire chinois y est représenté sous différents aspects. La proportion d’ouvrages concernant l’histoire et la philosophie chinoises révèle les deux aspects principaux auxquels s’intéressent les gens de l’époque. Les périodiques rendent ainsi compte de nombreux mémoires et dissertations sinologiques, rédigés essentiellement par des orientalistes et publiés dans les Mémoires de l’Académie royale des inscriptions et des belles-lettres. Cela conduit parfois à des débats animés, comme à propos du mémoire de M. de Guignes, dans lequel celui-ci s’efforce de prouver que les Chinois sont une colonie égyptienne16. Les journalistes rendent aussi compte des ouvrages chinois traduits en français, qu’il s’agisse d’essais politiques et philosophiques, ou de textes littéraires.

Genre Titre
Compilation [Missionnaires jésuites de Pékin et des provinces de Chine], Lettres édifiantes et curieuses, 1703-1776.
Du Halde, Description géographique, historique, chronologique, politique, et physique de l’empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, 1735.
Prévost, Histoire générale des voyages, 1746-1759.
Thomas Percy, Miscellaneous pieces relating to the Chinese, 1762.
Rousselot de Surgy, Mélanges intéressants et curieux, 1763-1765.
Rousselot de Surgy, Mémoires géographiques, physiques et historiques sur l’Asie, l’Afrique et l’Amérique, 1767.
John Castilhon, Anecdotes chinoises, japonaises, Tonquinaises, Siamoises, 1774.
Amiot, Mémoires concernant l’histoire, les sciences, les arts, les mœurs et les usages des Chinois, 1776-1791.
Récit de voyage Evert Ysbrandssoon Ides, Three years Travels from Moscow overland to China, 1706.
Eusèbe Renaudot, Anciennes Relations des Indes et de la Chine, de deux Voyageurs Mahométans, 1718.
Gemelli Careri, Voyage du tour du monde, traduction française, 1719.
Le Gentil, Nouveau voyage autour du monde, 1728.
John Ovington, Voyage à Surate et à la Chine (traduit de l’anglais), 1730.
George Anson, Voyage autour du monde, 1749.
Joseph de la Porte, Le voyageur français, 1767.
Pehr Osbeck, Olof Torén, Carl Gustaf Ekeberg, A voyage to China and the East Indies (traduit en anglais par Johann Reinhold Forster), 1771.
Pierre Sonnerat, Voyage aux Indes Orientales et à la Chine, 1782.
Œuvre historique François Catrou, Niccolo Manucci, Histoire générale du Mogol, 1708.
Antoine Gaubil, Histoire de Gengis-kan et de toute la dynastie des Mongous, 1739.
Joseph Jouve, Histoire de la conquête de la Chine, 1754.
Pierre Joseph André Roubaud, Histoire générale de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique, 1771.
Adrien Richer, Histoire moderne des Chinois, des Japonais, des indiens, des persans, des turcs, des russiens etc. pour servir de suite à l’histoire ancienne de M. Rollin, 1776.
Joseph de Mailla, Histoire générale de la Chine, 1777-1783.
Jean-Baptiste Grosier, Description générale de la Chine, 1785.
Présentation de la philosophie chinoise et des philosophes chinois Jean de Labrune, Louis Cousin, La morale de Confucius, philosophe de la Chine (traduit du chinois), 1688.
Diogène Laërce, Les vies des plus illustres philosophes de l’antiquité, 1761.
Chinelische Gedunken (Recueil des pensées chinoises), traduites du Russe en Allemand, 1776.
Lévesque, Pensées morales de Confucius, 1782.
Lévesque, Collection des moralistes anciens, 1783.
Père François Noël, Les livres classiques de l’empire de la Chine, 1784.
Essai philosophique ou politique Wolf, Discours sur la morale des Chinois, inséré dans La Belle wolfienne, 1741.
François Quesnay, Despotisme de la Chine, 1767.
Pierre Poivre, Voyage d’un philosophe, 1768.
Leibniz, Majestatis Consiliarii, 1768.
Mably, Doutes proposés aux philosophes économistes sur l’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, 1768.
Clerc, Yu le grand et Confucius, 1769.
Ekeberg, Précis historique de l’économie rurale des Chinois, 1771.
Cornelius Pauw, Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois, 1773.
Emmanuel Pastoret, Pastoret, Zoroastre, Confucius et Mahomet comparés comme sectaires, législateurs et moralistes, 1787-1788.
Chanoine de Marseille, Observations sur l’ancienneté de l’empire de la Chine, et sur la religion de ses premiers fondateurs, 1789.
Sinologie Réaumur, Mémoire sur la composition de la porcelaine, 1727-1729.
Fourmont, Dissertation sur la littérature chinoise, 1729.
Antoine Gaubil, Étienne Souciet, Observations mathématiques, astronomiques, géographiques, chronologiques et physiques, tirées des anciens livres chinois, 1729-1732.
Fréret, articles sur la chronologie chinoise, 1733-1743.
Fourmont, Linguae Sinarum Mandarinice, (Grammaire chinois et Mandarine) Hieroglyphice Grammatica duplex, Latin et cum caracteribus Sinensium, 1742.
De Guignes, Dissertation sur la littérature chinoise, 1759.
De Guignes, Mémoires dans lequel on prouve que les Chinois sont une colonie égyptienne, 1759.
M. Deshautesrayes, Doutes sur la dissertation de M. Guignes, qui a pour titre, Mémoires dans lequel on prouve que les Chinois sont une colonie égyptienne, 1759.
De Guignes, Recherches sur les Navigations des Chinois du côté de l’Amérique, et sur quelques peuples situés à l’extrémité orientale de l’Asie, 1761.
D’Anville, Mémoire sur le Li, mesure itinéraire des Chinois, 1761.
De Guignes, Réflexions générales sur les liaisons et le commerce des Romains, avec les Tartareset les Chinois, 1763.
De Guignes, Mémoire dans lequel on entreprend de fixer la situation de quelques peoples Scythes [...] et de chercher si, du temps de cet Historien, on connaissait la Chine, 1766.
Banaud, Observations sur plusieurs grains dont les Chinois font usage, 1773.
D’Anville, Mémoire sur la Chine, 1776.
De Guignes, Mémoires sur l’étude de la philosophie chez les anciens chinois, 1777.
Roman ou conte épistolaire Olivier Goldsmith, Pierre Poivre, Le Citoyen du monde ; ou lettres d’un philosophe chinois à ses amis dans l’Orient, ouvrage traduit de l’anglais, 1763.
Ange Goudar, L’espion chinois, 1765.
[Anonyme], The Chinese Traveller, 1775.
Voltaire, Lettres chinoises, indiennes et tartares à monsieur Pauw, 1776.
Traduction du chinois au français ou à l’anglais Kangxi, Le dernier discours ou Testament de l’empereur de la Chine, 1725.
Feng Menglong, Tchouang-Tsé et Tien, dans la Description de la Chine du P. Du Halde, 1735.
Mingjiaozhongren, Hau Ch’ui Chuan, traduit en anglais par Eidous, 1766.
Le Chou-king, traduit pas M. de Guignes, 1770.
Qing Gaozong [Qianlong], Éloge de la ville de Moukden et de ses environs, poème composé par Kien-Long, traduit par le P. Amiot, 1770.
Art militaire des Chinois, traduit par le P. Amiot, 1772.
Li Guangdi, Gu Yue Jing Zhuan, traduit par le P. Amiot, 1780.
Correspondance Abbé Marin, Lettre sur la nécessité de condamner sans délay toutes les superstitions chinoises, 1702.
Jean-Jacques de Mairan, Lettre au Père (Dominique) Parrenin contenant diverses questions sur la Chine, 1759.
Amiot, lettre contenant l’éloge du Frère Attiret, et le précis de l’état de la peinture chez les Chinois, 1769.
Amiot, Lettre dans laquelle il trace le plan que les Chinois suivent dans leurs études, 1770.
Pierre-Martial Cibot, Lettre de Pékin sur le génie de la langue chinoise, et la nature de leur écriture symbolique, 1773.
Géographie Guillaume Dheulland, Joseph-Nicolas Denisle, Description de la ville de Pékin, 1765.
Théâtre Lesage, d’Orneval, Princesse de la Chine, 1729.
Ji Junxiang, L’orphelin de la famille de Zhao, 1735.
Noverre, Les Fêtes chinoises, représenté le 1 juillet 1755.
Anseaume, Le Chinois poli en France, représenté le 20 juillet 1755.
Voltaire, L’Orphelin de la Chine, représenté le 20 août 1755.
M. Murphy, The Orphan of China, 1759.
Abbé Métastase, Héros chinois, 1764.
Lemonnier, La matrone chinoise, 1765.

13Les recensions de tous ces ouvrages peuvent être divisées en deux catégories. La première comprend les comptes rendus constitués principalement de résumés et d’extraits, comme ceux qui paraissent dans le Journal encyclopédique et l’Année littéraire. La seconde comprend les comptes rendus critiques, c’est-à-dire ceux dans lesquels les journalistes laissent transparaître leurs opinions, comme dans les articles de la Correspondance littéraire.

  • 17 Nouvelles de la République des Lettres et des Arts, Paris, Ruault, 1787, p. 40-44. Le rédacteur, e (...)

14Dans le premier cas, les rédacteurs ne se contentent pas de résumer l’ouvrage, ils cherchent à transmettre des connaissances à travers de longs extraits tirés des nouveaux livres. De fait, en parcourant les comptes rendus, les lecteurs des périodiques pouvaient se faire une idée de la Chine sans avoir lu intégralement les ouvrages recensés. On trouve ainsi une présentation concise de différents aspects de la Chine dans un compte rendu de la Description générale de la Chine de l’abbé Grosier, paru dans les Nouvelles de la république des lettres et des arts de 178717. Par ailleurs, les comptes rendus des douze volumes de l’Histoire générale de la Chine parus dans le Journal encyclopédique sont riches d’anecdotes historiques, grâce auxquelles l’empire chinois est représenté de façon précise. Ainsi, les lecteurs peuvent-ils se faire une idée aussi bien des annales chronologiques de l’empire, que du fonctionnement de l’État et de ses personnages importants. Ce faisant, les opinions individuelles des journalistes sont révélées, de temps à autre, par les remarques insérées dans les comptes rendus, ainsi que par le choix des ouvrages et des extraits, comme le montrent les recensions de l’ouvrage du P. de Mailla parues dans le Journal encyclopédique, dans lesquelles les anecdotes choisies ont presque toutes une valeur morale et un effet éducatif, souvent soulignés par les journalistes.

  • 18 Pour en avoir une idée plus précise, voir la troisième partie de cette étude.
  • 19 Éphémérides du citoyen, 1767, t. I, p. 11-13.
  • 20 Dans la « Suite de l’Analyse de l’Art militaire des Chinois » publiée en 1772, après avoir reprodu (...)

15Dans les comptes rendus critiques, l’objectif des journalistes consiste plus à imposer leurs propres idées ou celle d’un groupe qu’à diffuser des connaissances. Les articles de la Correspondance littéraire en sont une bonne illustration18. Dans la majorité des cas, on n’y trouve qu’une ou deux phrases consacrées au résumé des ouvrages. Les extraits y sont rares. En effet, dans ce périodique, les rédacteurs jugent explicitement les œuvres choisies, tandis que, dans les comptes rendus de la première catégorie et dans les extraits, les représentations de la Chine sont subtilement manipulées par les rédacteurs, lesquels orientent plus discrètement le goût et les opinions des lecteurs. Cette intervention évidente des rédacteurs peut également être observée dans les Éphémérides du citoyen. Les comptes rendus classés sous la rubrique « critiques raisonnées », plus détaillés que dans la Correspondance littéraire, y comportent certes de nombreux extraits des œuvres originales, mais, là encore, l’opinion des journalistes est presque omniprésente. Insistant sur le fait que la Chine tient « le premier rang parmi les États policés » et qu’elle témoigne de « la force et [de] l’efficacité des connaissances morales et politiques19 », en rendant compte des ouvrages classiques chinois que sont le Chou-king et l’Art militaire, les rédacteurs font l’éloge de ces conceptions humaines de gouverner, qu’ils n’oublient pas de mettre en relation avec les idées physiocratiques qu’ils défendent20.

16En règle générale, les recensions des ouvrages concernant la Chine reflètent de façon plus ou moins nette la perspective des journalistes et des périodiques. Qu’il s’agisse des images de la Chine diffusées par les extraits ou des remarques divergentes à l’égard de l’empire, on a affaire à des représentations choisies qui construisent une certaine Chine, celle que les journalistes veulent présenter au public.

  • 21 Le Journal des savants combiné avec les Mémoires de Trévoux de décembre 1757 contient une « Lettre (...)

17On peut aussi se faire une idée de la réception des ouvrages concernant la Chine à partir des lettres critiques envoyées par les abonnés, accompagnées parfois des réponses des journalistes21. Ces avis et les échanges qu’ils amènent reflètent, dans une certaine mesure, l’intérêt porté à la Chine au xviiie siècle et l’effet produit par certains ouvrages sur la République des Lettres.

3 La diffusion des représentations de la Chine

18Outre les comptes rendus, beaucoup d’autres textes contribuent à la fois à la diffusion d’informations sur la Chine et à la formation de jugements à son égard. On pense en premier lieu aux textes réunis dans les grandes anthologies et les mélanges, comme les Lettres édifiantes et curieuses, les Mémoires concernant les Chinois, les Mélanges intéressants et curieux, ou la Bibliothèque universelle des dames ; mais d’autres textes, généralement beaucoup plus courts, sont dispersés dans les productions journalistiques.

  • 22 Voir par exemple le « Mémoire dans lequel on examine quelle fut l’étendue de l’Empire de la Chine, (...)
  • 23 On trouve des articles de ce genre dans les ouvrages suivants : le Journal économique, ou Mémoires(...)
  • 24 Réaumur a publié trois articles sur la porcelaine de Chine dans la Suite des mémoires de l’Académi (...)

19Les informations concernant la Chine qui sont ainsi diffusées touchent des aspects extrêmement variés, de la géographie à la médecine, en passant par l’artisanat et la botanique. Pour ce qui est de la géographie, c’est la question de l’étendue de l’empire chinois qui attire le plus l’attention des journalistes22. En ce qui concerne la médecine, ils s’intéressent à l’inoculation pratiquée en Chine, à la relation entre la santé et l’alimentation, et à quelques herbes médicinales, comme le Renshen (ou Gin-Seng), la Plante-Ver et le thé23. Ils font aussi une place à la description de certaines techniques artisanales, comme la fabrication de la porcelaine et du papier24.

  • 25 Voir en particulier « Sur les Champignons, leur production et leur usage » dans Acta Academiae sci (...)
  • 26 Rousselot de Surgy consacre approximativement un tiers de ce volume aux plantes et animaux chinois (...)

20S’agissant des plantes et des animaux, quelques courts passages, éparpillés dans les revues, concernent la culture des champignons, du chènevis et des châtaignes d’eau25, mais la présentation la plus approfondie se trouve dans le tome IV des Mélanges intéressants et curieux de Rousselot de Surgy26.

21Dans ce groupe d’articles, qui relèvent principalement des sciences naturelles et de la médecine, les journalistes expriment rarement leurs propres idées. Dans la plupart des cas, ils se règlent sur les écrits des missionnaires.

22Les connaissances et les idées relevant du domaine des sciences humaines et sociales sont plus abondantes. Les journalistes, comme beaucoup d’écrivains de l’époque, abordent les questions historique, religieuse, philosophique, politique et morale. Ils s’intéressent aussi à divers aspects de la vie culturelle des Chinois, tels que le jeu d’échecs et les vêtements féminins.

  • 27 Les « Mémoires sur l’Antiquité de la Nation chinoise », dans le tome premier, et l’« Essai sur la (...)

23Les connaissances et les opinions concernant la Chine sont diffusées dans différents types de textes, dont les essais sinologiques rédigés par certains orientalistes, notamment Nicolas Fréret, Étienne Fourmont et Joseph de Guignes, publiés, pour la plupart, dans le Journal des savants et l’Histoire de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-lettres depuis son établissement jusqu’à présent. Avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette académie depuis son renouvellement jusqu’en MDCCX. Ces écrits se concentrent le plus souvent sur un ou plusieurs aspects particuliers, par exemple la chronologie, la religion, l’écriture et l’étude de l’histoire de la Chine. C’est aussi le cas de certains des textes réunis dans les Mémoires concernant les Chinois du P. Amiot27.

24Cette diffusion de représentations de la Chine se fait également à travers les textes littéraires, lesquels peuvent être divisés en quatre genres : les fictions chinoises, les histoires et les romans français, les anecdotes chinoises, et les textes imaginés qui reflètent la vogue chinoise en Europe et s’apparentent aux fictions « chinoisantes » évoquées précédemment.

  • 28 Sur ces textes, voir la section « Les textes littéraires » de la première partie de cette étude.
  • 29 Par exemple, dans la Gazette et avant-coureur de littérature, des sciences et des arts de juin 177 (...)

25Dans les fictions françaises, les connaissances de l’empire chinois sont diffusées à travers une comparaison entre la Chine et la France. L’Espion chinois et les Lettres chinoises, deux récits imaginaires publiés en plusieurs livraisons, en témoignent28. Quant aux fictions chinoises, bien que leur étendue soit limitée, les sujets qu’elles abordent nous paraissent significatifs. C’est le cas de « Tchouang-Tse et Tien ou l’infidélité démasquée, Histoire chinoise », de « Le Bienfaiteur et le philosophe. Conte chinois », ou encore de « Rien de trop ou Chansi, Histoire chinoise ». Ces titres indiquent que la dimension morale compte plus que la fantaisie dans ces contes. Cette priorité est encore plus évidente dans les anecdotes chinoises, publiées indépendamment sous une rubrique ou insérées dans des textes de différents genres. Certaines d’entre elles contiennent en effet des leçons historiques et politiques29. De surcroît, la plupart des anecdotes chinoises concernent le gouvernement, l’administration dans l’empire, la vie et les travaux des empereurs, le brigandage des commerçants et des mandarins, etc. Elles permettent ainsi aux lecteurs de se faire une idée plus précise de certains aspects de la Chine et peuvent être considérées comme les compléments des passages descriptifs.

  • 30 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux (1600-1789), Paris, Universitas, et Oxford, Voltaire (...)
  • 31 On trouvera des exemples précis dans la deuxième partie de cette étude.

26Outre les essais sinologiques et les textes littéraires, les représentations de la Chine sont diffusées par les textes visant à donner une idée générale de l’empire ou à en présenter quelques aspects intéressants. Un grand nombre de ces textes appartiennent à des ouvrages publiés en plusieurs fois et considérés comme des périodiques, tels que Lettres édifiantes et curieuses, Mélanges intéressants et curieux, et les Mémoires concernant les Chinois. Ces textes, composés principalement de descriptions de l’empire chinois, reflètent également les préoccupations des rédacteurs et leurs préjugés. Par exemple, comme on pouvait s’y attendre s’agissant d’un ouvrage écrit par des jésuites, les Lettres édifiantes et curieuses portent fréquemment sur des questions religieuses. Quant aux Mélanges intéressants et curieux, même si leur auteur s’est beaucoup inspiré des récits des missionnaires, ils concernent plutôt les « curiosités naturelles et ethnologiques30 » et comportent des réflexions assez développées31.

4 La Chine dans les périodiques de la seconde partie du siècle

27En parcourant les périodiques de l’époque, la première impression est que, comparativement à la première moitié du siècle, les articles concernant la Chine dans la seconde partie du siècle deviennent beaucoup plus nombreux. Cela s’explique, en premier lieu, par le développement rapide de la presse à l’époque. Selon Jean Sgard :

  • 32 Jean Sgard, « Journaux et journalisme », dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumiè (...)

Si l’on totalise les titres de journaux de langue française publiés dans le monde de 1600 à 1700, on en comptera près de 200 ; de 1700 à 1789, on en compte environ 1050, soit cinq fois plus. Cet essor est frappant à partir des années 1730 ; il s’accentue à partir de 1750, avec le régime des permissions tacites, qui permet le rapatriement en France d’une bonne partie des entreprises de presse ; il devient irrésistible sous le règne de Louis XVI : on comptait 137 titres nouveaux par décennie entre 1750 et 1770 ; on en comptera 188 pour les années 1770, et 277 pour les années 178032.

28Parmi les 1 050 périodiques publiés entre 1700 et 1789, 602 sont apparus dans la seconde moitié du siècle, et l’augmentation du nombre de titres s’accentue nettement. Ainsi, alors que dans les cinquante premières années, les représentations relativement détaillées de la Chine ne se rencontrent que dans une trentaine de périodiques, notamment la Bibliothèque ancienne et moderne, la Bibliothèque critique, la Bibliothèque française, le Journal des savants, la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savants de l’Europe, l’Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, les Lettres édifiantes et curieuses, le Mercure de France, les Observations sur les écrits modernes, et le Pour et contre ; dans la seconde partie du siècle, l’empire chinois est évoqué, de façon plus ou moins approfondie dans une centaine de périodiques. On constate aussi une multiplication des textes longs, alors que dans la première partie du siècle, à l’exception des lettres des jésuites, des essais sinologiques et de certains comptes rendus, ils étaient très rares.

  • 33 Cornelius Pauw, Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois, Berlin, Chez Decker, I (...)

29Cette augmentation du nombre de textes et de leur étendue a certainement été favorisée par le progrès des connaissances. Grâce aux enquêtes menées par les jésuites et aux témoignages des voyageurs, les lecteurs européens ont désormais accès à une variété d’informations concernant cet empire. Ils peuvent donc s’en faire une idée plus complète et se forger une opinion sur des bases plus solides, ce qui explique aussi, dans une certaine mesure, la multiplication des lettres critiques dans lesquelles différents points de vue à l’égard des ouvrages controversés, tels que les mémoires de M. de Guignes et les Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois de M. Pauw33, sont envisagés.

  • 34 Marie-Françoise Milsky, L’Intérêt pour la Chine en France au xviiie siècle, Paris, 1977, t. I, p.  (...)
  • 35 La Description de la Chine du P. Du Halde a été recensée à plusieurs reprises dans les périodiques (...)

30Si les comptes rendus occupent la première place parmi les textes concernant la Chine, c’est bien entendu parce que le nombre d’ouvrages consacrés à cette civilisation, comme l’Histoire générale de la Chine et les Mémoires concernant les Chinois34, est en augmentation, surtout dans les années 1770. Parmi les 80 ouvrages de ce type recensés dans les périodiques (voir le tableau à la page 59), 23 ont paru dans la première moitié du xviiie siècle, ou avant. Ces ouvrages relèvent de différents genres : des compilations aux essais sinologiques en passant par les récits de voyage et les œuvres historiques. Mais, bien entendu, les journalistes n’accordent pas la même importance à tous les textes. Tandis que la Description de l’empire de la Chine et de la Tartarie du P. Du Halde donne lieu à plusieurs comptes rendus35, les autres livres ne bénéficient que d’une ou deux recensions.

  • 36 11 fois dans le Journal encyclopédique ; 2 fois dans le Journal des savants.
  • 37 14 fois dans le Journal encyclopédique ; 4 fois dans le Journal de Littérature, des Sciences et de (...)
  • 38 4 fois dans les Éphémérides du citoyen, et 2 fois dans le Journal des savants.
  • 39 8 fois dans les Éphémérides du citoyen.
  • 40 5 fois dans le Journal des savants, 5 fois dans l’Année littéraire.

31Dans la seconde partie du siècle, 59 ouvrages concernant la Chine donnent lieu à des comptes rendus, soit plus de 70 % de l’ensemble. De plus, certains ouvrages sont traités à plusieurs reprises dans un même périodique, notamment l’Histoire générale de la Chine36 ; les Mémoires concernant les Chinois37 ; l’Art militaire des Chinois38 ; le Chou-king39 et l’Histoire moderne des Chinois, des Japonais, des Indiens, des Persans, des Turcs, des Russiens [sic], etc.40 Ce phénomène peut aussi être observé dans les périodiques qui ont été créés dans la première moitié du siècle et ont continué à paraître dans la seconde, tels que le Journal des savants. L’enquête de Marie-Françoise Milsky le montre bien. Selon elle :

  • 41 Marie-Françoise Milsky, op. cit., p. 441-442.

Les comptes rendus du Journal des savants permettent donc de savoir l’intérêt porté à la Chine dans le cercle étroit de l’élite érudite, ainsi que sa très nette progression au cours du siècle, puisque le nombre des articles sur ce pays passe de 45 dans la première moitié du siècle à 72 pour la seconde moitié, avec une floraison exceptionnelle à partir des années 1770 jusqu’à la Révolution41.

  • 42 Ibid., p. 438.

32Considéré comme « le journal le plus officiel et le plus académique de tous les périodiques du xviiie siècle42 », le Journal des savants reflète bien l’intérêt des gens cultivés pour la Chine. Bien qu’il s’agisse d’un cercle de lecteurs assez limité, on peut y voir un indicateur fiable de l’engouement pour la Chine.

  • 43 Prévost, dans le Pour et contre, insère ses observations sur la Chine et les Chinois dans un artic (...)

33Si les articles concernant la Chine sont en augmentation, une autre évolution mérite d’être soulignée : ceux-ci font de plus en plus de place à des commentaires critiques. Dans les premières décennies du siècle, les critiques insérées dans les comptes rendus, en particulier dans les journaux littéraires43 demeuraient assez limitées, que ce soit sur le plan quantitatif ou sur le plan thématique. Étant donné que la Description de la Chine du P. Du Halde est le seul ouvrage important sur la Chine paru durant cette période, la plupart des comptes rendus et des commentaires se concentrent sur lui. Quant aux textes critiques, il s’agit des travaux des sinologues, souvent assez longs, et de courtes remarques faites par des journalistes sur certains aspects de la Chine, en particulier du point de vue religieux. À partir de 1750, avec l’intervention de nombreux penseurs dans les périodiques et l’évolution du rôle des journalistes, les critiques occupent une place de plus en plus importante. Elles sont d’ailleurs souvent faites de manière directe, en particulier dans la Correspondance littéraire de Grimm, qui est il est vrai un périodique manuscrit et clandestin destiné aux princes de l’Europe. Bientôt les commentaires comptent plus que les citations et l’avis des journalistes sur les ouvrages recensés sont souvent formulés sans détour. D’ailleurs, les essais, sinologiques ou non, publiés directement dans les périodiques, notamment dans La Nature considérée sous ses différents aspects, ou Lettres sur les Animaux, les Végétaux et les Minéraux, les Éphémérides du citoyen, et les Mémoires concernant les Chinois constituent une partie considérable des critiques.

34Le troisième constat que l’on peut faire, concernant les représentations de la Chine dans les périodiques de la seconde moitié du siècle, est l’évolution des centres d’intérêt des journalistes. On note ainsi que la part des informations relevant du domaine religieux est en forte diminution. Alors que dans les premières décennies du xviiie siècle, la Chine est souvent évoquée dans les périodiques à propos des questions religieuses, en particulier du fait de la querelle des rites, les choses changent à la suite de l’échec des jésuites et de la dissolution de la Compagnie de Jésus. Ainsi, alors que les Mémoires concernant les Chinois sont dirigés par le père Amiot, l’un des derniers jésuites à Pékin au xviiie siècle, ils contiennent finalement peu d’articles en rapport direct avec la religion.

  • 44 Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, 1768, t. 32, p. 355-370.
  • 45 Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, 1793, t. 46, p. 534-580.

35En ce qui concerne le commerce, l’évolution n’est pas simplement quantitative, on assiste avant tout à un changement de perspective. Alors que dans la première moitié du siècle, on se contente d’énumérer les marchandises chinoises transportées en Europe et de fournir des informations concernant le commerce Est-Ouest, dans la seconde partie du siècle on s’intéresse également aux relations commerciales entre la Chine et les pays occidentaux. Les deux essais rédigés par Joseph de Guignes et publiés dans l’Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, intitulés respectivement Réflexions générales sur les liaisons et le commerce des Romains avec les Tartares et les Chinois44 et Idée générale du commerce et des liaisons que les Chinois ont eu avec les Nations occidentales45, en sont une bonne illustration. En traçant l’histoire du commerce entre la Chine et l’Occident de l’an 246 avant J.-C. jusqu’à l’époque où il rédige son mémoire, l’auteur s’efforce de montrer que l’empire chinois n’était pas un pays isolé, et que le progrès de sa civilisation ait été influencé par celle d’autres pays.

Notes

1 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux (1600-1789), Paris, Universitas, et Oxford, Voltaire Foundation, 1991, t. I, p. 448.

2 Dans les Lettres édifiantes et curieuses, une lettre du père Fouquet adressée au duc de la Force en 1702 porte sur l’« État des missions en Chine » et les « Difficultés de leurs progrès ». Les « Mémoires sur l’état des missions de la Chine » paraissent l’année suivante. La lettre du père Parrenin sur le « progrès des missions » date de 1710, et une lettre du père d’Entrecolles, datée du 10 mai 1715, concerne le « progrès des travaux apostoliques ». Par ailleurs, plusieurs lettres publiées dans les Nouvelles des missions orientales comportent des informations sur la christianisation dans les provinces chinoises, et rapportent, pour certaines d’entre elles, les persécutions qu’y subissent des missionnaires et des Chrétiens.

3 Pendant ces vingt premières années, les rédacteurs de la Gazette signalent régulièrement l’envoi d’un missionnaire ou d’un vicaire en Chine à l’occasion de la querelle des rites. D’autres événements concernant les relations entre la hiérarchie catholique et la Chine sont aussi évoqués. Par exemple, en 1711, le journaliste écrit : « On a reçu [...] un Procès Verbal venu de la Chine, touchant les circonstances de la mort du Cardinal de Tournon » (Gazette, 1711, p. 524). En 1715, il rapporte qu’il « s’est tenu une Congrégation particulière devant le Pape sur les affaires de la Chine » (Gazette, 1715, p. 402).

4 Dans la Gazette du 12 juillet 1749, on raconte ainsi : « Des lettres nouvellement arrivées de la Chine par la Suède, portent que les quatre Dominicains Espagnols arrêtés avec le vénérable Évêque Espagnol, du même Ordre, ci-devant exécuté à mort, ayant été pareillement condamnés à avoir la tête tranchée, avoient été étranglés dans leur prison de Focheu Capitale de la Province de Fokien le 28 Octobre 1748 [...]. »

5 Un journaliste écrit, de Rome : « On a reçu ici la consolante nouvelle, que la persécution excitée contre les Chrétiens à la Chine est entièrement cessée. », Gazette de France, 4 novembre 1752, p. 541.

6 Dans les Affiches de Lyon (1750-1821), la Gazette d’Amsterdam (1688-1796), et la Gazette de Vienne (1757-1792), quand la Chine est évoquée, c’est généralement à propos des marchandises orientales.

7 En 1717, une crise diplomatique éclate entre la Chine et la Russie. Elle dure jusqu’à la signature du traité de Kiakhta en 1727. En 1729, le gouvernement chinois fait établir un marché à Kiakhta et envoie des mandarins pour surveiller et contrôler le commerce entre les deux pays.

8 « On a reçu par les Vaisseaux de la Compagnie des Indes revenus depuis peu, la nouvelle d’un tremblement de terre arrivé à Pékin, [...] La belle Église des Jésuites Portugais, celle des Jésuites Français sont presque totalement détruites, ainsi que le Couvent des Franciscains. [...] » (Gazette de France, 1731, p. 384. Le Mercure de France rapporte les mêmes faits (août 1731, p. 1984).

9 Par exemple, en septembre 1724, un article du Mercure de France concernant la Russie, mentionne logiquement la Chine : « On écrit de Tobohkoy en Sibérie, que la caravane destinée pour la Chine en était partie le 22 Juillet dernier, et que deux des principaux négociants Moscovites étaient chargés de Lettres de Créance, et des pleins pouvoirs du Czar pour conclure un nouveau Traité de commerce avec l’Empereur de la Chine » (p. 2037).

10 Le traitement par les journalistes du tremblement de terre à Pékin en 1731 peut illustrer cette préoccupation. On lit ainsi dans le Mercure de France : « [...] la nouvelle d’un tremblement de Terre arrivé à Pékin, Capitale de la Chine, le 30 de Septembre dernier, qui a duré pendant près de quatre minutes, avec tant de violence, que les principaux édifices de la Ville en ont été ébranlés. Le magnifique Palais de Haytien, maison de plaisance des Empereurs de la Chine, situé à quelque distance de la Ville, et celui du 17e frère de l’Empereur, ont été renversés. La belle Église des Jésuites Portugais et celle des Jésuites Français sont presque totalement détruites, ainsi que le Convent des Franciscains. » (Mercure de France, août 1731, p. 1984). La Gazette de France du 11 août 1731 fournit la même description à quelques variations orthographiques près.

11 « On apprend par une lettre de la Chine, en date du 20 Octobre 1761, que pendant l’été de la même année il y est tombé plus de cinq pieds d’eau. Des Provinces entières ont été inondées, et il y a eu des millions d’hommes noyés. On y a essuyé aussi quelques tremblements de terre dans la partie de l’Ouest. Plusieurs Villes ont été englouties. » (Gazette de France, le 13 août 1762, p. 292.)

12 Gazette de France, 18.07.1786, p. 238.

13 À titre indicatif, les comptes rendus d’ouvrages sur la Chine dans ces périodiques se répartissent de la manière suivante : deux évocations et une présentation détaillée de la Description de la Chine du P. Du Halde dans la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savants de l’Europe ; 10 articles, principalement des extraits, dans le Journal de littérature, des sciences et des arts ; 65 dans le Journal encyclopédique ; 46 dans l’Année littéraire ; et 28 dans la Correspondance littéraire.

14 On trouve 18 comptes rendus concernant la Chine dans les Éphémérides du citoyen et un seul dans les Nouvelles éphémérides économiques.

15 On a recensé les ouvrages concernant la Chine évoqués dans les périodiques de 1700 à 1789 à travers des comptes rendus, des extraits, ou des « lettres critiques ».

16 Cette thèse a donné lieu à un grand nombre de réactions, soit positives, soit négatives. Après la parution du Mémoire dans lequel on prouve que les Chinois sont une colonie égyptienne, en 1759, Leroux Deshauterayes publie ses Doutes sur la dissertation de M. de Guignes, qui suscitent à leur tour, une réponse de De Guignes (Réponse aux doutes proposés par M. Deshauterayes. De plus, des comptes rendus de ces trois ouvrages paraissent dans les périodiques. Ainsi, dans l’Année littéraire de 1759, le rédacteur semble prendre parti pour De Guignes en disant que « [M. Deshauterayes] aurait pu abandonner entièrement cette discussion » (Année littéraire, 1759, t. VIII, p. 233.). De son côté, l’auteur du compte rendu paru dans le Journal encyclopédique, estime que l’ « observation [de M. Deshauterrayes] est juste », mais dit attendre la réponse de De Guignes pour se prononcer.

17 Nouvelles de la République des Lettres et des Arts, Paris, Ruault, 1787, p. 40-44. Le rédacteur, en résumant le contenu de chaque partie et de chaque livre de cet ouvrage, présente brièvement différents aspects de la Chine : territoire, la capitale, les productions terrestres, l’autorité de l’empereur, les mandarins, la police, l’impôt, le commerce, l’administration et les arts.

18 Pour en avoir une idée plus précise, voir la troisième partie de cette étude.

19 Éphémérides du citoyen, 1767, t. I, p. 11-13.

20 Dans la « Suite de l’Analyse de l’Art militaire des Chinois » publiée en 1772, après avoir reproduit les mots de Ou-tse (un théoricien de l’art militaire en Chine ancienne), le rédacteur les commente ainsi : « C’est cette institution sur la Science, autrement dit, la grande science chez les Chinois, et ce que l’on appelle en France la Science de l’Économie politique, qui paraît avoir été établie de toute ancienneté à la Chine, comme un des soins fondamentaux de tout bon Gouvernement, et qui vraisemblablement serait utile ailleurs entre les mains de qui que pût être déposée l’autorité tutélaire. »

21 Le Journal des savants combiné avec les Mémoires de Trévoux de décembre 1757 contient une « Lettre à Messieurs les Auteurs du Journal des savants, pour servir de réponse à quelques observations de MM. les journalistes de Trévoux sur l’Histoire des Huns » rédigée par Joseph de Guignes. En février 1758, le rédacteur du périodique publie une « Réponse aux difficultés de M. de Guignes, sur un Article de ses Mémoires », qui débute ainsi : « Quelque court que soit l’Extrait que nous avons fait de l’Histoire des Huns dans ces Mémoires, Octobre 1757, nous le trouvons encore trop long, dès qu’il n’a pas satisfait M. De Guignes. [...] Il a proposé, dans le Journal des savants (Décembre 1757) quelques difficultés sur nos observations. Nous y répondrons plus par estime pour M. Deguignes, que par zèle pour nos sentiments » (Journal des savants combiné avec les Mémoires de Trévoux, 1758, t. XXXIII, p. 496-497).

22 Voir par exemple le « Mémoire dans lequel on examine quelle fut l’étendue de l’Empire de la Chine, depuis la fondation jusqu’à l’an 249 avant Jésus-Christ, etc », rédigé par de Guignes et publié en 1786 dans l’Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres.

23 On trouve des articles de ce genre dans les ouvrages suivants : le Journal économique, ou Mémoires (« Inoculation chinoise », 1755, octobre-décembre, p. 121-129 ; « Le thé », 1756, octobre-décembre, p. 42-64 ; « Doctrine des Chinois sur le pouls », 1758, p. 224-227), la Nature considérée sous ses différents aspects, ou Lettres sur les Animaux, les Végétaux et les Minéraux (« Sur la médecine des Chinois », 1775, t. VII, p. 80-89), l’Essai de médecine théorique et pratique (« Du thé », 1782, t. I, p. 271-275), la Bibliothèque choisie de médecine (1762, t. VII, p. 102-104, sur le Ren-shen), les Nouvelles instructives (« Sur la Médecine des Chinois », 1787, t. II, p. 426-432), la Suite des mémoires de l’Académie des sciences (« Remarques sur la plante appelée à la Chine Hia Tsao Tom Tchom, ou Plante-Ver », 1726, t. II, p. 426-430), le Journal encyclopédique (« Médecine des Chinois », 1756, t. i, III, p. 87-93), l’Histoire de l’Académie royale des sciences (« Sur le Gin-Seng, 1718, p. 41), et le Journal des savants (« Gin-Seng, plante de la Chine », 1713, p. 565).

24 Réaumur a publié trois articles sur la porcelaine de Chine dans la Suite des mémoires de l’Académie royale des sciences : « Idée générale des différentes manières dont on peut faire la Porcelaine ; et quelles sont les véritables matières de celle de la Chine » (1727, p. 261-287) ; « Second mémoire sur la porcelaine ou suite des principes » (1729, p. 460-487) ; « Art de faire une nouvelle espèce de porcelaine, premier mémoire » (1739, p. 507-532).

25 Voir en particulier « Sur les Champignons, leur production et leur usage » dans Acta Academiae scientiarum imperalis petropolitanae (1777, t. I, p. 83-85), « Manière dont les Chinois cultivent châtaigne d’eau ; extraite des Mémoires manuscrits sur la Chine, par les Missionnaires de Pékin » dans Bibliothèque physico-économique, instructive et amusante (1782, p. 129-132).

26 Rousselot de Surgy consacre approximativement un tiers de ce volume aux plantes et animaux chinois (de la partie « Productions » jusqu’au « Règne animal » inclusivement), soit une centaine de pages in-12.

27 Les « Mémoires sur l’Antiquité de la Nation chinoise », dans le tome premier, et l’« Essai sur la langue et les caractères des Chinois » du P. Cibot, dans les tomes VIII et IX, peuvent tous être considérés comme des essais sinologiques.

28 Sur ces textes, voir la section « Les textes littéraires » de la première partie de cette étude.

29 Par exemple, dans la Gazette et avant-coureur de littérature, des sciences et des arts de juin 1774, on trouve cette anecdote chinoise, tirée de la Description de la Chine du P. Du Halde : « HOENKONG, Empereur de la Chine, demandait à Koan-teshong, philosophe très-célèbre, quelle était la chose la plus à craindre dans un Gouvernement ? “ À mon avis, Sire, ce qu’on doit le plus redouter, c’est ce qu’on appelle le Rat dans la Statue.” L’Empereur ne comprenant pas l’allégorie, Koan la lui expliqua. “ Vous savez, Sire, qu’il est d’usage d’ériger des Statues aux Génies tutélaires de chaque endroit ; Ces Statues sont de bois, creuses en dedans et peintes en dehors : si un rat trouve le moyen d’y entrer, on ne sait comment l’en faire sortir. On n’ose faire usage du feu, de peur de brûler le bois ; on n’ose la plonger dans l’eau, de peur d’en effacer les couleurs ; de manière qu’on laisse vivre le rat pour ne pas endommager la Statue.” Tels sont, dans chaque Gouvernement, ces hommes qui, sans vertus et sans talents, ont su s’insinuer dans la faveur de leurs Princes. Ils détruisent tout ; on sent le mal, et on ne sait comment y remédier. » La dernière phrase souligne le rapport entre la morale des mandarins et la bonté du gouvernement.

30 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux (1600-1789), Paris, Universitas, et Oxford, Voltaire Foundation, 1991, t. II, p. 787.

31 On trouvera des exemples précis dans la deuxième partie de cette étude.

32 Jean Sgard, « Journaux et journalisme », dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, Puf, 1997, p. 723-724.

33 Cornelius Pauw, Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois, Berlin, Chez Decker, Imprimeur du Roi, 1773, 2 tomes.

34 Marie-Françoise Milsky, L’Intérêt pour la Chine en France au xviiie siècle, Paris, 1977, t. I, p. 439-440.

35 La Description de la Chine du P. Du Halde a été recensée à plusieurs reprises dans les périodiques suivants : le Mercure de France (en août, septembre et octobre 1736), les Observations sur les écrits modernes (en 1735, 1736 et 1737), les Lettres sérieuses et badines (1733, t. VIII, les deux textes parus dans ce périodique ne sont pas de véritables comptes rendus, ils ne contiennent que les idées des rédacteurs sur le travail du père Du Halde), Le Pour et contre (1733, 1736, 1737).

36 11 fois dans le Journal encyclopédique ; 2 fois dans le Journal des savants.

37 14 fois dans le Journal encyclopédique ; 4 fois dans le Journal de Littérature, des Sciences et des Arts ; 4 fois dans le Journal des savants ; et 4 fois dans l’Année littéraire.

38 4 fois dans les Éphémérides du citoyen, et 2 fois dans le Journal des savants.

39 8 fois dans les Éphémérides du citoyen.

40 5 fois dans le Journal des savants, 5 fois dans l’Année littéraire.

41 Marie-Françoise Milsky, op. cit., p. 441-442.

42 Ibid., p. 438.

43 Prévost, dans le Pour et contre, insère ses observations sur la Chine et les Chinois dans un article consacré à la nouvelle édition de l’Essai politique sur le Commerce (1736, t. IX, p. 121-130).

44 Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, 1768, t. 32, p. 355-370.

45 Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, 1793, t. 46, p. 534-580.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540