Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Voix nouvelles

Les premières anthologies occitanes et l’ouverture d’un champ littéraire

Claire Torreilles

Texte intégral

  • 1 François Pic, « La démarche anthologique dans le processus de constitution de la Littérature occit (...)

1Je remercie tout d’abord François Pic de m’avoir fait parvenir sa dernière communication : « La démarche anthologique dans le processus de constitution de la littérature occitane1 » dès qu’il a eu connaissance du titre que j’avais choisi, un peu au jugé, tombant exactement dans sa problématique, pour la période limitée qui est celle de notre colloque.

2Cet article comprend une analyse de la « démarche anthologique » et une précieuse bibliographie des anthologies occitanes (il en recense 311 de 1816 à 2005). Ce sont des travaux très novateurs qui ouvrent un vaste domaine de recherche, comme toutes les bibliographies de François Pic que les chercheurs en domaine occitan pratiquent et apprécient à leur juste prix.

3« Premières anthologies occitanes » : l’expression est un peu hasardeuse, mais elle se justifie si on prend en considération les anthologies se disant occitanes (ou d’oc). Alors, cela nous ramène à notre période, à quelque chose près. J’ai donc gardé mon titre et je vais essayer de voir si ces anthologies ouvrent un champ littéraire, lequel et comment. Ceci à deux moments clés : la fin de la guerre et la fin des années 50.

4« Les anthologies, dit François Pic, sont un lieu de contre-pouvoir, où, sans complexe apparent, la littérature occitane émerge dans l’histoire de la littérature universelle. Si “l’entrée en littérature” s’effectue avant tout par la démarche initiale d’écriture, les étapes de validation et de reconnaissance publique qu’apportent l’anthologie sont un gage de postérité ». Le public de l’anthologie n’est pas a priori le public de l’édition, ni des revues spécialisées.

5Il note dans un graphique les poussées anthologiques et remarque qu’elles correspondent à des périodes de renaissance, de revendication d’existence : l’âge romantique, l’expansion félibréenne, l’époque moderne. En données chiffrées, on passe d’une moyenne de 10 publications par décennie à la fin du xixe / début xxe à 16 dans notre période (15-13-20). La vraie accélération se situe à partir de 1960 et va culminer entre 70 et 80 (63).

6Les anthologies sont des révélateurs, cruels souvent, des représentations qu’une littérature se fait d’elle-même. Il y a des ruptures, des tensions, des effets d’échos et d’écoles. Nous allons voir d’abord quelles ruptures nécessaires doivent s’opérer avant que l’on puisse véritablement parler de construction d’un champ littéraire nouveau. Et ensuite nous verrons les étapes de cette construction.

1 Un climat provincial

  • 2 Flourilege de la Nacioun gardiano, Pouèmo d’inspiracioun camarguenco e bouvino, Ed. de la Naciou g (...)

7En France, avant 1944, si le mot « occitan » n’apparaît pas dans les titres des anthologies, c’est que l’idée n’a pas émergé. Elle est en construction, elle est réservée aux « militants », pas au grand public, en tout cas au public non averti des anthologies pour qui l’espace est soit national soit provincial. Les anthologies sont donc gasconne, quercynoise, vivaroise, drômoise, provençale, ariégeoise, camarguaise2. Prenons quelques exemples.

  • 3 31 décembre 1927, Barcelone.
  • 4 Cette intention pédagogique, nous la trouvions, avant Carcopino, chez Camelat (note 2) et aussi ch (...)
  • 5 Miqueu Camelat, Garbe de pouesies, 1520-1920, Pau-Samatan, E. Marrimpouey yoen, 1928 ; Garbe de pr (...)

8Ismaël Girard qui a œuvré avec Josep Carbonnell au numéro de L’amic de les arts « dedicat a la cultura occitana » publie dans ce numéro3 une « Antologia de poetes occitans ». C’est donc avec un titre catalan que paraît à Barcelone la première anthologie proprement occitane. Ismaël Girard, lui-même, quinze ans après, en 1942, publie, sous les auspices de la société archéologique du Gers, une Anthologie des poètes gascons, d’Armagnac, d’Astarac, de Lomagne, d’Albret et de Bas-Comminges. L’espace de référence s’est réduit, du fait de la commande. Et de la date. La première phrase de son introduction fait allusion à « la circulaire Ripert, de septembre 1940, et à la circulaire Carcopino, de décembre 1941 ». Une intention pédagogique4 préside officiellement toute l’entreprise d’illustration du parler gascon, représenté par les meilleurs auteurs, de Pey de Garros à André Pic. Ce n’est que dans une discrète postface (appelée « Commentaires ») qu’il développe l’idée d’un humanisme occitan, « un pur humanisme de renaissance » et de la nécessaire réforme orthographique d’Alibert. Encore Girard, comme Camelat, ne publie-t-il que des auteurs gascons. Camelat, sur le même terrain géographique, publie également deux anthologies historiques de poésie et de prose gasconnes5. Mais Camelat affiche plus nettement l’intention pédagogique et le patriotisme linguistique : il ne traduit ni le texte ni le paratexte.

  • 6 Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homm (...)

9De façon générale, ce qui semble caractériser les anthologies « provinciales » de la période 35-42, c’est le fait que l’espace l’emporte sur la langue. C’est le désir d’illustrer le terroir, la petite patrie, la province qui prédomine, et ce dans les deux langues qui y sont en usage, français et occitan. L’occitan a sa place dans le local. Il y a un côté institutionnel, une respectabilité de la France profonde, où l’occitan trouve une sorte de légitimité... fondu dans la masse. Le pétainisme ne fait que renforcer un courant profond fin du xixe/début xxe, comme le montre Anne- Marie Thiesse6.

10En 1935, c’est en historien du Rouergue que parle Combes de Patris dans son Anthologie des écrivains du Rouergue qui place côte à côte les troubadours, de Bonald, Frayssinous, Bessou et François Fabié.

  • 7 Et cela se poursuit au-delà de la guerre, jusque dans les années 50. Autre recueil ariégeois de Ju (...)

11En 1942, un autre titre significatif de cette référence au sol : Notre pays, anthologie des écrivains ariégeois contemporains, ouvrage de Jules Palmade inspiré par l’association ariégeoise des Pupilles de l’École Publique7.

12En 1942, dans le cadre de la revue félibréenne Quercy, l’Anthologie des poètes quercynois contemporains est, elle, publiée sous les auspices de la Commission de propagande régionaliste du Lot. Une préface indigeste de Jh. Maureille qui cite pêle-mêle les plus grands noms de la poésie française de Racine à Péguy, explique combien les poètes quercynois d’expression française ou occitane sont des poètes français, liés qu’ils sont les uns aux autres par un destin national : « une révolution est nécessaire à la poésie, comme elle l’est à la politique : il faut créer un homme nouveau. » Cela dit, le choix et la présentation des auteurs ne manque pas d’intérêt, puisqu’on y trouve, à côté de Pierre Calel, Jean Marcenac, Roger Vitrac, les noms de Cubaynes, Perbosc, Sylvain Toulze (en captivité, disciple de Cubaynes) et les vers français, très valériens, du jeune Félix Castan : « L’après-midi d’été ». Castan qui se présente lui-même, dit que, revenu de Paris, il tourne ses pensées vers « notre capitale véritable, Toulouse », que les poètes auxquels il doit le plus sont Perbosc, Valéry et François de Maynard...

2 Ruptures et refondations

13La rupture d’où vient-elle ? De Toulouse justement, des fractures de l’espace politique, de la zone sud, des villes. Toulouse, Carcassonne, Marseille : dans ce triangle est né le numéro spécial des Cahiers du Sud : Le Génie d’oc et l’homme méditerranéen (février 1943) fait par Joë Bousquet, René Nelli, Jean Ballard, Ferdinand Alquié... L’idée est que la langue d’oc est porteuse d’une civilisation humaniste, comme disait Girard, de valeurs de spiritualité et de résistance à l’oppression. Si l’on prête attention aux deux brèves anthologies que ce numéro contient, on remarque un volontaire brouillage des noms d’espace. « Poèmes d’oc », ce sont des textes de troubadours, et pour les contemporains : « Poèmes provençaux modernes ». Ce sont essentiellement, de fait, des Provençaux qui sont cités, de l’école de Sully-André Peyre qui signe un essai « Miracle de Mistral » :D’Arbaud, Eyssavel, Roudin, Reboul, Galtier, plus Pons et Max Rouquette.

  • 8 Les expressions en italique sont de notre fait.

14L’année suivante, René Nelli poursuit l’effet de démonstration par l’anthologie substantielle qu’il publie chez Privat à Toulouse dans la revue Pyrénées (1944 mars-juin) sous le titre complet : Jeune poésie d’oc. Gascogne, Languedoc, Provence, Limousin, Roussillon. Cette anthologie fait date, elle exprime le désir de rassembler les talents provinciaux, sous le signe de la jeunesse. L’unité est aussi dans l’effet de génération, dans la qualité des poèmes. Nelli légitime la poésie d’oc par son histoire, « la plus ancienne des poésies vivantes », même s’il reconnaît que « il est difficile, nous le savons, de prononcer les noms de Provence ou d’Occitanie, dans certains milieux littéraires, sans attirer sur soi le ridicule ». La préface de Nelli est déroutante, en demi-teinte, nullement claironnante. Il concède au public français prévenu que la poésie d’oc se trouve dans une situation paradoxale qui d’ordinaire tue la poésie : petit nombre de revues, académisme hiérarchisé, discrédit dans le monde littéraire français, provincialisme... Il le dit sans ambages, pour, en contrepoint, lui concéder, en termes très justes, les caractéristiques de la nouvelle poésie occitane qui sont un certain classicisme staëlien, le sentiment aigu de la nature, le subjectivisme, le goût du fantastique et du folklore...Tout est dans la nuance, dans la modalisation du discours, comme dans cette conclusion où il sollicite le génie national français de laisser « un peu du courant méditerranéen pénétrer jusqu’à lui ». Conscient de la différence de son ouvrage avec « la médiocrité de certains recueils d’inspiration académique ou étroitement régionaliste », soulignant donc la rupture, il souhaite que le lecteur soit sans doute surpris — et peut-être séduit par la richesse—et par le ton—de la nouvelle poésie d’oc8.

15Toute la préface est donc adressée au public français de connaisseurs avec lequel il cherche à établir la connivence de façon habilement codée. Y compris en faisant quelque ironie à l’égard des « cigaliers » locaux qu’il ne faut pas froisser, et en déléguant à Max Rouquette, de la « Societat d’estudis occitans », le soin politique et non poétique de les ménager. Lequel Max Rouquette, par ailleurs chargé de présenter la partie « Languedoc », s’acquitte de sa tâche avec la hauteur qu’on lui connaît. Il met la nouvelle poésie languedocienne d’une part sous le signe de la réforme linguistique d’Alibert, d’autre part sous l’influence de Pons et d’Arbaud « qui a trouvé beaucoup de disciples à Toulouse comme à Montpellier », manière de transgresser la composition en provinces de cette anthologie. « Ajoutons enfin, dit-il, que l’étude méthodique du folklore a rajeuni, au contact d’un passé mythique, toujours vivant, l’inspiration profondément méditerranéenne de nos écrivains actuels. » Cette phrase n’est pas un simple hommage à René Nelli, elle correspond à une source profonde de l’inspiration rouquettienne.

16La rupture sera plus marquée par l’anthologie de Lafont et Lesfargues, publiée deux ans plus tard à Paris, dans le cadre de la revue française « Le Triton bleu », dont le titre fait écho à celle de Nelli : La jeune poésie occitane.

17Il faut comparer ces deux ouvrages si proches qu’ils semblent se redoubler, mais qui présentent cependant des écarts très significatifs. Écart dans l’intention. Elle s’exprime discrètement dans la préface signée de Darmangeat, universitaire hispanisant, présent dans la revue Pyrénées de mars-juin 1944 par un article sur la poésie. Il s’inscrit bien dans le sillage de Nelli, qu’il cite, en insistant sur le thème de la jeunesse : « Reprenant un mot de René Nelli, il est aisé d’affirmer : la plus vieille littérature de l’Europe a encore une jeune poésie. Le livre que voici en est la preuve éclatante, composé exclusivement par des poètes contemporains dont la plupart ont moins de trente ans. » Il ajoute à la jeunesse l’ambition que Nelli occultait : « L’Occitanie a repris pleine conscience d’elle-même. Elle est une des forces vives de notre pays, un aspect valable de notre culture parce que rendue à sa vocation : l’universalité. » La préface est courte, conventionnelle de ton, filant la métaphore de la muse occitane qui marche avec hardiesse et noblesse. Mais elle introduit subtilement un thème nouveau, que Nelli avait écarté, la référence au « monde de ce temps ». L’allusion au « Maquis des garrigues et des collines pierreuses » qui participe de l’aventure humaine correspond à la troisième partie de cette anthologie divisée en « couleur des heures », « odeur du temps » et « chants de pitié ».

  • 9 Victor Hugo, Les voix intérieures, préface, 1837.

18Ce sera en effet une différence essentielle : au lyrisme personnel et au sentiment de la nature Lafont et Lesfargues ajoutent ce que Hugo appelle « le chant qui répond en nous au chant que nous entendons hors de nous9 », dans les angoisses du temps et du temps qui passe (odeur du temps : avec Delavouët, un poème dédié à Robert Lafont, avec Georges Reboul, Bernard Lesfargues) dans l’histoire tragique avec les grands poèmes de guerre et de résistance de Camproux, Lafont, Castan. Cela donne au recueil une puissance, une gravité, une force poétique que le premier n’avait pas, avec pourtant presque les mêmes noms.

19Presque. Si l’on compare plus avant les contenus, on compte 38 auteurs cités dans le recueil deNelli, 30 dans celui de Lafont-Lesfargues. 18 sont communs. Mais Lafont et Lesfargues insistent davantage sur la jeunesse : d’où l’absence de Cubaynes, Pestour, Grenier, L.Paulin, Pons, S-A Peyre, Eyssavel. Et l’entrée de Max Allier, Bernard Lesfargues, Delavouët et Manciet qui font pencher la balance ! Un poème emblématique du recueil est celui de Reboul : Au jovent, en graphie mistralienne.

Jouvent, sian ce que sian
Degun, mai que tu, saup toun ande,
Ai pas besoun qu’un encian
Siegue toun proufeto cande.

20Cette anthologie est bien le manifeste d’une génération, celle qui a vingt ans dans les années 43-44. Celle de Robert Lafont, Felix Castan, Bernard Lesfargues, Bernard Manciet, Max-Philippe Delavouët...

21Robert Lafont, qui apparaissait dans l’anthologie de Nelli au milieu des poètes de Marsyas, avec deux poèmes verlainiens, affirme dans l’anthologie du Triton bleu un ton nouveau avec La montanha dis euses blaus.

au rendetz-vos di mitralhadas
e di matins de libertat

  • 10 « Les erreurs dont son bel ouvrage était un peu entaché et que ses élèves ont su éviter. »

22Il n’échappe à personne qu’il y a une faille entre les deux anthologies. En particulier pas à Henri Espieux dans le compte rendu qu’il fait de l’ouvrage dans Òc, janvier 1949. Un long article très riche, dont nous avons extrait le fragment qui figurait sur le programme de notre colloque. Les analyses d’Espieux sont d’une acuité extrême. Il parle en historien et en poète. Il partage l’impatience de cette génération qui est la sienne, qui l’inspire (né en 1923, il écrira un recueil dont le titre sera : Joi e Jovent, 1974.). Il relève dans l’anthologie de Nelli « Lei pècas que son bèu obratge n’èra un pauc macat e que seis escolans an sachut defugir10 ». Le premier reproche porte sur la composition par régions :

Esvalit d’aqueu federalisme provinciau qu’èra l’armadura dau recuèlh de Nelli, esvalit, abandonat, a bel expressi, amb rason. L’engana de Nelli, Roqueta n’avia la sentida que notava dins aqueste quasèrn d’aquí la porgida d’un J.-S. Pons e la d’un d’Arbaud en terrador lengadocian.

23L’anthologie du Triton bleu, elle, contient « lo sang, la carn e li cants dau jovent ». Ils sont nombreux :

  • 11 Léon Cordes, Aquarèla.

Ne raja de toteis leis encontradas, Provença,Gasconha, Catalonha, Lemosin, Lengadòc. « L’aire sentis a batre, l’aire sentís a gran11 ».

24Max Rouquette est en avant de cette brigade conquérante :

Max Roqueta, lo primièr per drech de cap-d’òbra, lo que, tre ara, tant coma a Guilhem IX, podèm sonar « maiestre certan ». Febre d’un Lorca mesclada a la d’un Pons, e la sentida prigonda d’aqueu Lengadòc carnau e divin, aguda compreneson que la psicanalisi i es pas estrangièra ; un vèrs comol de « l’amarumde l’estiu » e mai dau planh deis estelas mòrtas... E Joan Mouzat, eManciet qu’es la granda tròba dau recuèlh, eMax Allier... E Camprós...

25Et à propos du poème « Èran uèch jovents, tot nus nus, nus que tremolavan... », il aborde le deuxième point de sa critique de Nelli, sa timidité politique :

Cants de pietat. La poesia dicha « resistenciala » èra forabandida dau recuèlh de Nelli, tant coma l’èra la poësia istorica o d’escasença. Aquò, per justificar la tèsi que Nelli sosteniá dins lei « Cahiers du Sud » a prepaus d’Andrieu Chamson, valent-a-dire : la poësia provençala es eternament tardièra. Una tèsi ansi adusiá nòstre Nelli a daissar de caire... lei cants de presonièr de Camprós... Lo meriti que Nelli podiá acampar en publicant de protestas parièras, l’a laissat escapar e Lafont e Lesfargas n’an res reculhit que dau perilh leis oras èran passadas.

26Il s’interroge en conclusion : « Tarditge editoriau ? Engana de Nelli ? » tout en situant justement l’anthologie de Pyrénées dans la rigueur du contexte historique qui est le sien : mars-juin 1944.

27Notons toutefois que, à la différence des conflits de génération suicidaires que l’occitanisme connaîtra, quelques trente ans plus tard, à ce moment-là, même dans la critique, l’attitude des « jovents » à l’égard de Nelli reste respectueuse.

28Donc, une rupture doublement marquée, avec les anthologies régionalistes et patrimoniales, une revendication de langue, de langue reconquise et épurée, et l’affirmation d’une ligne nouvelle. Pour la définir, citons Robert Lafont :

  • 12 Robert Lafont, Clefs pour l’Occitanie, Seghers, 1971.

Pendant la guerre, se met en place un nouveau texte occitan, surtout poétique. Ismaël Girard et René Nelli créent une collection, Messatges, dont le premier cahier est réservé à Pons. Le ton « ponsien » se poursuivra longtemps, il domine l’anthologie de 1946, La jeune poésie occitane. Mais l’entrée de Nelli dans la littérature d’oc lui apporte d’autres dimensions. Ce Carcassonnais, ami de Joë Bousquet et des surréalistes français, spécialiste à la fois du catharisme et de l’érotique des troubadours, de plus folkloriste, conduit le groupe à une synthèse culturelle12.

29L’influence durable de Max Rouquette, dont les maîtres sont, on l’a vu, Machado et Lorca autant que Pons, contribue à définir cette ligne nouvelle.

3 Constructions et clivages

30Notre propos étant axé sur les anthologies fondatrices, nous allons passer sur les années 1950. C’est le temps de la construction, des œuvres en prose (IEO, A tots) de la critique (revue Òc) de la poésie aussi (30 cahiers de la collection Messatges et 4 volumes de 1942 à 1960). C’est aussi le temps de débats et de clivages, au sein justement de la génération des « jovents », comme en 1954 au sein de l’IEO.

31Les anthologies « occitanes » des années 50 sont de deux ordres :

  • Anthologies des troubadours, catalane : Martin de Riquer13, italienne : Roncaglia14, françaises : Anglade15, Nelli et Lavaud16.
  • Anthologies pédagogiques, destinées à la formation du « grand » public occitan, occitaniste, des professeurs, des étudiants, pour accompagner le début de l’enseignement auquel Girard et Berthaud ont consacré tous leurs efforts. Nous avons tout appris dans les deux petits livres rouges de chez Aubanel : Petite anthologie de la lyrique occitane du moyen âge. Initiation à la langue et à la poésie des troubadours, de Pierre Bec, 1954 et dans la Petite anthologie de la renaissance toulousaine de Robert Lafont, 1960. Et encore, dans cette veine pédagogique, De la langue au pays17, de Pierre Lagarde et André-Paule Lafont, enseignants de la première heure. Un peu plus tard, touchant davantage le toulousain, et procédant de la même intention : Dins l’òrt occitan18 de Delfau et Mouly. L’objectif de ces deux derniers ouvrages est d’apprendre la langue (toute la langue, sans divisions en dialectes) à partir de la littérature, toute la littérature. Objectif atteint : un champ littéraire a indiscutablement été ouvert. C’est le nôtre. Il nous a faits, et nous l’enseignons.

32C’est à la fin des années 50, début 60, que quatre anthologies paraissent en ordre rapproché. Différentes dans leur thème, leur intention et leur façon de se placer dans un espace, de créer ou consolider un champ littéraire. Dans l’ordre chronologique :

  • Pouètos prouvençau de vuei, A. Barthélémy Taladoire, Saint-Rémyde- Provence, Groupamen d’Estudi Prouvençau, 1957 ;
  • Florilège des poètes occitans du Bergeracois, Bernard Lesfargues, municipalité de Bergerac, 1961.
  • Anthologie de la poésie occitane, André Berry, Paris, Stock, 1961.
  • Anthologie de la poésie occitane, 1900-1960, Andrée-Paule Lafont, E.F.R., 1962.
  • 19 On pourrait y revenir à propos de l’Anthologie de la poésie occitane d’Andrée-Paule Lafont dont pl (...)
  • 20 Bernard Lesfargues, La brasa e lo fuòc brandal, Jorn, 2001.

33De la première, Philippe Martel a parlé. N’y revenons pas19. La seconde, celle de Bernard Lesfargues, est à tous égards exemplaires du changement de perspective que l’occitanisme représente. Le thème local lui est imposé : recenser les poètes du Bergeracois (on voit très bien l’anthologie des années 30 sur le sujet !) sur commande du député maire de Bergerac, dans le cadre du Bournat. Bernard Lesfargues n’est pas très à l’aise dans une compilation qui ne comprend aucun « grand nom », même pas de troubadours, mais il arrive à nous donner un ensemble à la fois agréable à lire et très représentatif de la littérature occitane en train de se constituer, avec ses lacunes, ses médiocrités, ses trouvailles, ses étoiles (Jasmin au centre). La démarche anthologique, ici, est à la fois une démarche critique (éditer, classer, situer, commenter) et un engagement. Pas un engagement sentimental de célébration de la « lengo mairalo », mais un engagement intellectuel et moderne pour faire prendre conscience à un public donné que la langue est « l’expression d’un univers mental distinct et original » et que « c’est une véritable mutilation de l’être qu’aboutit toute tentative d’arracher, par la force ou par la ruse, une langue à ceux qui l’utilisent. » Je n’oublie pas l’engagement proprement poétique ; quand on lit certains poèmes populaires anonymes ou même d’humbles poèmes de paysans, on ne peut s’empêcher d’entendre en écho une certaine musique de la poésie de Bernard Lesfargues20.

  • 21 « Bergerac sur la Dordogne / Bergerac du mois de mai ».

Brageirac sus la Dordonha
Brageirac del mes de mai21.

34La troisième (André Berry) et la quatrième (Andrée-Paule Lafont) portent le même titre, à quelque chose près. Mais la périodisation est différente. Andrée-Paule Lafont commence en 1900, André Berry aux troubadours.

  • 22 André Berry est l’auteur du chapitre «Les littératures du domaine d’oc » dans L’histoire des litté (...)
  • 23 Robert Lafont, Les Cahiers du sud, Chronique « Lettres d’oc », mars-avril 1961.
  • 24 Jean Malrieu, Les Cahiers du sud, 369.

35Ces deux ouvrages n’ont rien à voir, l’un, hélas, tue son objet, l’autre lui donne vie. Le second éclipse tellement le premier qu’il faut se forcer pour reconnaître en celui-ci le sérieux universitaire, la volonté obstinée du chercheur qu’est André Berry, éditeur de Pey de Garros, de faire entrer la littérature occitane dans la littérature nationale22. Mais la vision qu’il en a, pour n’être pas provinciale, n’a pas pour autant de relief. « La complexité de la littérature d’oc n’est pas vue » dit Robert Lafont23. Mais il trouve l’ouvrage utile : « il donne beaucoup de textes impossibles à trouver ». Jean Malrieu dit plus sévèrement : « c’est un vide-poche, contenant le meilleur et le pire24 » !

  • 25 Sous le nom de Suzanne Vincens, André-Paule Lafont a publié en 1956 un recueil poétique : Lis uelh (...)

36Le regard d’Andrée-Paule Lafont est celui d’un poète — poésie de la possession du monde par le regard précisément25 — et d’un critique ayant à la fois la plus grande proximité avec le domaine dont elle traite, et la distance intellectuelle qu’il faut pour en juger. C’était la position de tous les critiques occitans (Lafont, Rouquette, Castan, Espieux...). Mais son silence par la suite, sa prise de distance définitive, donnent rétrospectivement à cet ouvrage un prix tout particulier.

37L’Anthologie de la poésie occitane, à la toute fin de notre période, est un pont entre deux âges, entre deux générations, celle de la guerre et celle de 60... La génération de la guerre, elle la situe dans son contexte littéraire, dans la filiation des « Aïeux » (les grands, Bernard, Camelat, Perbosc...) qui constitue sa première partie. La génération nouvelle côtoie la précédente dans la dernière partie : « À la rigueur du temps », qui rappelle « les chants de pitié » de 1944. Les nouveaux : Serge Bec, Enric Espieux, Robert Allan, Denis Saurat, Vincent Fournier, Yves Rouquette, Jean Larzac, ceux qui ont été publiés dans l’anthologie : « Poésie d’Oc 1960 » par Robert Lafont dans Òc 216, mai-juin 1960.

  • 26 Charles Camproux, Histoire de la littérature occitane, Paris, Payot, 1953.
  • 27 Josep-Sebastià Pons, Cantilena, Privat, 1937.
  • 28 Jòrdi Reboul, Terraire nòu, Marsyas, 1937.
  • 29 Max Allier, A la raja dau temps, IEO, Messatges, 1951.
  • 30 Les poètes catalans sont encore dans le paysage, comme dans les anthologies précédentes, mais en m (...)

38Mais la nouveauté absolue de cette anthologie, c’est son côté structuré, pensé, ordonné. C’est un style, une élégance dans la démonstration, une finesse dans le jugement esthétique qui en font, à l’égal de L’histoire de la littérature occitane26 de Camproux, un outil de connaissance visant le public français certes mais qui sera des plus utiles aux occitans eux-mêmes et jusqu’à aujourd’hui. C’est un ouvrage généreux, qui fait toute leur place aux grandes œuvres et aux grands auteurs : Pons, qui donne le titre de la deuxième partie : « Cantilène27 », Reboul de la troisième : « Terroir nouveau28 » et Max Allier la dernière : « Rigueur du temps29 ». Un paysage se dessine dans lequel on entre volontiers, qui devient familier, qui structure la vision d’un monde poétique, qui le fait exister30.

  • 31 Article publié dans la revue Fontaine, 14 juin 1941, Alger. Louis Aragon, cantonné en repli après (...)
  • 32 Ernest Gaubert et Jules Véran, Anthologie de l’amour provençal, Paris, Mercure de France, 1902.Dan (...)

39La réception de l’ouvrage dépasse tous les ouvrages précédents. Il faut dire que la préface d’Aragon, liée au choix des Éditeurs français réunis, compte pour beaucoup. Cette préface célèbre : « Ouverture au chant des cigales », relie fortement les années 60 et les années de la guerre. « Je dois à l’ancienne poésie d’oc peut-être l’honneur de ma vie, je l’ai aux temps obscurs de notre pays suffisamment proclamé pour n’y point revenir » dit Aragon, renvoyant le lecteur à sa Leçon de Ribérac31. Mais auparavant, quand il était lycéen, lui était déjà « tombée dans les mains » L’anthologie de l’Amour provençal32.

40Aragon bat en brèche les préjugés, idéologiques et politiques, puis culturels contre la poésie d’oc. Le génie d’oc, dit-il, « appartient à ce pays de la diversité qui est le nôtre, ce n’est affaire ni de régime, ni d’opinion » et pour le reste « il reste à vaincre la persistante ignorance » qui dans la conscience nationale n’admet le chant occitan que comme un parent pauvre, un paysan patoisant. Après l’éloge circonstancié de Castan, Nelli et Lafont, de l’Institut d’Études Occitanes, la phrase s’envole dans les espaces de la culture européenne, « à ce promontoire d’Europe où Dante et Hölderlin, Pouchkine et Keats marient leurs échos lointains aux voix proches, faisant un seul concert avec Nerval et Racine des “patois” de Florence et de Tubingen, de la Tamise et de la Néva ».

41Une telle préface ne laisse pas indifférent, et les critiques en sont émus, agacés parfois.

42Trois poètes français ont fait l’éloge de cette anthologie, Jean Malrieu, Pierre Emmanuel et le Québécois René Lacôte, critique aux Lettres françaises.

  • 33 Jean Malrieu, Les Cahiers du Sud, 36, 304-305.

43Jean Malrieu, dans les Cahiers du Sud33 : « Saluée par Aragon dans une préface de grand style, la poésie occitane trouve ici son éclat. Et c’est justice. Elle apporte morale, vertus, pouvoirs, arts de vivre et d’aimer que l’homme d’aujourd’hui, désorienté, retrouve à la lumière de son juste soleil. »

  • 34 Oc, 227-228, genièr-junh de 1963. 3-11.
  • 35 « Yves Rouquette, rédacteur en chef de la revue, offre à Pierre Emmanuel, poète de la Résistance e (...)

44Pierre Emmanuel lui consacre un hommage solennel intitulé « Un acte de présence » que la revue Òc34 publie en premières pages, hors des rubriques habituelles35. Il est traduit par Pierre Bec. Pierre Emmanuel lit cette anthologie comme un manifeste en direction du public français, un manifeste, dit-il, qui n’a de sens que dans la perspective d’une égalité entre les deux langues, il dit même dans la perspective d’une autonomie linguistique. Aragon, selon lui, n’a pas vraiment bien vu le problème. Max Rouquette oui, qui porte l’ambition des nouveaux poètes d’oc, ambition spirituelle, dit-il, mais aussi bien philosophie de l’action poétique et projet historique :

  • 36 « C’est au niveau de la nation française tout entière, devant son opinion éclairée, que devrait êt (...)

Qu’es au nivèu de la nacion francesa tota entiera, davant son opinion esclairada, que deveré èste debatuda aquera question : coma dehéner de l’amortiment o de las catacombas un tresaur linguistic tan vivent e tan hòrt36 ?

  • 37 Felix Castan reprochera vivement à Andrée-Paule Lafont l’absence de Cubaynes et de Marcelle Drutel (...)

45Dans Les lettres françaises, à la fin 1962, c’est René Lacôte qui écrit l’article sur cette anthologie, et non Charles Camproux, qui tient depuis plusieurs années déjà dans le journal la rubrique « Le livre occitan » (en 1962 d’ailleurs paraît Verd Paradís, dont il fera un très belle critique). Son article est long et chaleureux, mais ne manque pas de relever les absences : celles de S-A Peyre et de Delavouët qui lui font dire que les poètes cités sont ceux de l’IEO Il manque aussiManciet, pour raison de crise interne à l’IEO, ainsi que Cubaynes37.

46Yves Rouquette, alors rédacteur en chef de la revue Òc, reproche à La côte de souffler sur les braises en continuant à parler d’Occitans et de Provençaux. Il lui reproche aussi, plus gravement, un certain « nationalisme littéraire » qui est, certes, celui d’Aragon. Arrêtons-nous un peu sur cet épisode nullement anecdotique. La porte qu’ouvrent Camproux et Lafont pour entrer dans le champ littéraire français est une porte non négligeable. Les Lettres françaises est alors un grand journal littéraire, ouvert au dialogue, abondant et rassembleur de l’intelligentsia de gauche, un bol d’air dans la pesante atmosphère de la France gaulliste. Aragon est au faîte de son influence. Et on sent qu’à ce moment-là, en Occitanie, commencent à s’exprimer des réticences à ce que l’on appellera « succursalisme » bien plus tard, des prises de conscience de ce qui sera bientôt formulé en terme d’autonomie. Yves Rouquette, alors rédacteur en chef de Òc, écrit :

  • 38 Yves Rouquette, « Los periodics », Òc, nov-dec. 1962, 47-48.

E s’es una bona causa qu’Aragon aja prefaciat l’antologia, empacha pas mens que las sòrgas de la renaissença poëtica occitana las cal cercar endacòm mai que dins sosmanifèstes. Las datas e las òbras son aquí per mostrar que la renovacion poëtica occitana dins l’après-guèrra immediata procedís de l’exemple que los amics de Nelli e de Max Roqueta (Secret de l’èrba es de 1934, los Somnis dau matin de 1937, Sòmnis de la nuòch de 1942 coma Entre l’esper e l’abséncia) trapèron dins l’òbra de Josep-Sebastià Pons mai que non pas dins la Leçon de Ribérac38.

47Le refus des grands patronages, c’est en retournant aux sources qu’il l’argumente. Car c’est bien là que tout s’est joué, à la fondation de l’IEO avec Jean Cassou, le premier président, et avec les amis de Nelli, et puis avec les combattants de la Résistance (Camproux) dont la personnalité légitime dans la société, à l’Université, et dans les lettres occitanes. C’était la chance historique de sortir du pétainisme et du provincialisme. Nelli a su la saisir ainsi que Rouquette. Mais vingt ans après, d’autres logiques prévalent.

  • 39 Poète et critique, Yves Rouquette tient de façon remarquable la chronique des périodiques dans Òc, (...)
  • 40 Gaston Puel, Robert Lafont, L’information poétique, Poésie d’oc 1963, Dijon, éd. de la Salamandre, (...)

48On retrouve notamment sous la plume d’Yves Rouquette, très actif en ces années-là39, une vive critique de l’anthologie du poète français Gaston Puel, dans l’Information poétique40, « Poésie d’oc 1963 ». Il critique surtout la participation de Robert Lafont à cet ouvrage qui lui paraît médiocre. Dans le dialogue liminaire entre Puel et Lafont on peut effectivement sentir, de la part du poète français, une attitude protectrice, un ton de donneur de leçon qui irrite au plus haut degré, on peut bien l’imaginer, Yves Rouquette. Il reste que la préface de Robert Lafont est des plus éclairantes sur la poésie contemporaine et son enracinement dans la période antérieure — et c’est bien là le thème de notre colloque— : « Un déchirement s’est produit entre 1930 et 1940, une nouvelle poésie est née de défiances, a été accouchée par les polémiques... ». À propos de l’influence de la poésie espagnole, il dit encore : « Un certain ton Lorca, ou un ton Machado, ou Alberti s’est répandu en Occitanie.. » et perdure. Et sur le temps présent :

La poésie d’oc en est au moment où elle ne peut échapper au doute, où elle s’interroge nerveusement, où elle questionne autour d’elle. Et cela au moment du plus grand danger. Le pays d’oc s’inquiète d’une nécrose économique. Le poète d’oc sent douloureusement s’étioler la chair de son œuvre, le langage...Mais jamais il n’a écrit dans une telle lumière...

49À quoi Gaston Puel répond : « Le poète d’oc éprouverait moins sa langue que les conditions historiques qui la lui ont léguée. Là est le mal qui le frappe le plus souvent et le paralyse. » Ces paroles sages mais un peu académiques et venues de l’extérieur sont reçues par Yves Rouquette comme une insulte de « mèstre d’escòla » !

4 Conclusion

50On voit bien, que, alors même que l’anthologie d’Andrée-Paule Lafont réussit la présentation de la nouvelle vague, en montrant de quels mouvements profonds elle procède, elle amène les plus lucides à s’interroger sur l’avenir.

51Des fissures, à l’intérieur de l’IEO, s’élargissent. Òc cessera de paraître deux ans plus tard pour laisser place d’une part aux Letras d’Òc, d’autre part à Viure.

  • 41 Oc, 229-230, julhet-decembre de 1963, 78-79.

52Yves Rouquette41, toujours aux aguets, répond à un autre article de René Lacôte, en 1963 :

  • 42 « Une fois de plus, Lacôte exprime l’angoisse qui le saisit devant “une relève qui ne se fait pas, (...)

Un còp de mai, Lacôte ditz l’angoissa que l’aganta davant « una relèva que se fai pas, o puslèu se fai mal ». Aquesta severitat critica, dins una annada ont se publiquèron quauques libres d’una granda importància per la conoissença e l’espandiment exterior de nòstra literatura (Verd Paradís) estonarà pr’aquò pas que los que s’entretenon dins l’illusion d’una poësia occitana arribada, majora, establida, despuèi los primièrs passes de nòstre movement42.

53Il parle de malaise, de précarité toujours liée au sort des Occitans et de l’Occitanie. Il a l’impression que Lacôte oppose la génération de 45 à celle des années 60, mythifiant la première, comme si elle s’était faite en un jour, pour indiquer à la seconde, en train de se construire, ses lacunes. Il tire comme conclusion qu’il y a tout de même un problème actuel, ne serait-ce, dit-il, que dans les progrès d’un certain amateurisme lié à la condition de l’écrivain occitan :

Quantes poëtas avèm pas perduts despuèi quinze ans ont la condicion de l’escrivan a pas brica cambiat mai que la situacion del país ? Una literatura pòt nàisser d’un esper. Ne pòt pas viure.

  • 43 Philippe Gardy, Une écriture en archipel, Fédérop, 1992.

54L’anthologie d’Andrée-Paule Lafont, largement diffusée, sert de balise, ellemarque le terme d’une période à la fois volontariste, enthousiaste et collective, malgré les inévitables dissensions internes. Dans les années qui vont suivre, d’autres solidarités occuperont le devant de la scène et d’autres types de manifestes et de portraits de groupe. En poésie, les effets de génération vont se crisper avec l’aventure des 4 vertats pendant que lentement de grandes œuvres vont mûrir séparément pour émerger, l’une puis l’autre, comme des îles dans l’archipel dont parle Philippe Gardy43, le seul champ authentique qui semble être pour l’instant le nôtre.

Notes

1 François Pic, « La démarche anthologique dans le processus de constitution de la Littérature occitane ». 29-80 in Czernilofsky (Barbara), Roviró (Bàrbara), Cichon (Peter), Hoinkes (Ulrich), Tanzmeister (Robert), herausgeber. El discurs sociolinguistic actual català i occità. Lo discors sociolingüistic actual catalan e occitan. Col¨loqui amb motiu del 60 aniversari de Georg Kremnitz, Deutscher Katalanistenverband, [Wien, 2-3 juin 2005].Wien, Praesens Verlag, 2007.

2 Flourilege de la Nacioun gardiano, Pouèmo d’inspiracioun camarguenco e bouvino, Ed. de la Naciou gardiano, 1932.

3 31 décembre 1927, Barcelone.

4 Cette intention pédagogique, nous la trouvions, avant Carcopino, chez Camelat (note 2) et aussi chez Clardeluno en Languedoc (Antoulougio escoulario de Lengadoc, 1931). Elle va traverser la période...

5 Miqueu Camelat, Garbe de pouesies, 1520-1920, Pau-Samatan, E. Marrimpouey yoen, 1928 ; Garbe de proses, 1775-1930, Pau, Marrimpouey, 1933.

6 Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 1997.

7 Et cela se poursuit au-delà de la guerre, jusque dans les années 50. Autre recueil ariégeois de Jules Palmade, préfacé par l’inspecteur d’académie de l’Ariège (qui s’appelle Danton).
Et dans un esprit plus du tout pétainiste, mais au contraire très marqué par la Résistance, il faut citer, sur ce principe de la coexistence admise des deux langues dans un espace donné, les deux anthologies « académiques » préfacées respectivement par les recteurs de Toulouse et Montpellier, publiées par Hachette dans la « Bibliothèque des Guides Bleus ». Voisinent en effet dans ces « Anthologies régionales » des textes en occitan parfois non traduits, (Ader, Goudelin ; Fabre d’Olivet, Bigot) et des textes français de grands auteurs (La Pérouse, Jaurès ; Paul Valéry, Jean Moulin...)

8 Les expressions en italique sont de notre fait.

9 Victor Hugo, Les voix intérieures, préface, 1837.

10 « Les erreurs dont son bel ouvrage était un peu entaché et que ses élèves ont su éviter. »

11 Léon Cordes, Aquarèla.

12 Robert Lafont, Clefs pour l’Occitanie, Seghers, 1971.

13 Marti de Riquer, La lirica de los Trovadores, antologia comentada, tomo I, Poetas del siglo xii, Barcelona. 1948.

14 Aurelio Roncaglia, Vintecinque poesie dei primi trovatori, 1948.

15 Joseph Anglade, Anthologie des troubadours, Paris, E. de Boccard, 1953 (réimpression de l’édition de 1927)

16 René Nelli et René Lavaud, Les Troubadours, tome 1. Desclée de Brouwer, Paris, 1960.

17 Pierre Lagarde, André-Paule Lafont, De la langue au pays, Toulouse, Privat, 1951.

18 Delfau et Mouly, Dins l’òrt occitan, Rodez, Subervie, 1962.

19 On pourrait y revenir à propos de l’Anthologie de la poésie occitane d’Andrée-Paule Lafont dont plusieurs observateurs se sont demandés si elle n’était pas une « réponse » à l’anthologie des Provençaux. L’auteure s’en défend résolument.

20 Bernard Lesfargues, La brasa e lo fuòc brandal, Jorn, 2001.

21 « Bergerac sur la Dordogne / Bergerac du mois de mai ».

22 André Berry est l’auteur du chapitre «Les littératures du domaine d’oc » dans L’histoire des littératures de l’encyclopédie de la Pléïade, Gallimard, 1958. T. III, « Littératures françaises, connexes et marginales ». 1460-1514.

23 Robert Lafont, Les Cahiers du sud, Chronique « Lettres d’oc », mars-avril 1961.

24 Jean Malrieu, Les Cahiers du sud, 369.

25 Sous le nom de Suzanne Vincens, André-Paule Lafont a publié en 1956 un recueil poétique : Lis uelhs e son reiaume, Messatges, 22.

26 Charles Camproux, Histoire de la littérature occitane, Paris, Payot, 1953.

27 Josep-Sebastià Pons, Cantilena, Privat, 1937.

28 Jòrdi Reboul, Terraire nòu, Marsyas, 1937.

29 Max Allier, A la raja dau temps, IEO, Messatges, 1951.

30 Les poètes catalans sont encore dans le paysage, comme dans les anthologies précédentes, mais en moins grand nombre. S’il y a Pons, Cerda et Brazès, on ne trouve plus Gomila par exemple. Andrée-Paule Lafont est la première à expliquer la fraternité des poésies occitane et catalane dans une note historique qui se termine par des considérations géographiques et politiques : « La renaissance catalane, de caractère national, a rendu à la langue son expression totale, jusqu’à l’usage officiel. Mais en France, le catalan qui occupe la majeure partie du département des Pyrénées Orientales, connaît un sort semblable à celui de la langue d’oc. C’est pour cette raison que nous présentons dans cette anthologie les Catalans de France. »

31 Article publié dans la revue Fontaine, 14 juin 1941, Alger. Louis Aragon, cantonné en repli après l’armistice, en juin 1940, à Ribérac (Dordogne), se souvient de ce que Dante et Pétrarque doivent au troubadour Arnaud Daniel. Il écrit un long article qui est considéré comme le fondement d’un art poétique nouveau ressourcé à la lyrique courtoise, particulièrement au « trobar clus » qui annonce la poésie de résistance qui sera la sienne. Ce manifeste célèbre, certes, la langue provençale et sa fécondité poétique, mais dans une perspective patriotique française fortement affirmée, où troubadours et trouvères, littérature du Midi et du Nord sont étroitement associés. Il fait d’ailleurs allusion au numéro « qu’on attend avec beaucoup d’intérêt » d’une revue « dont le sommaire semble vouloir donner le monopole au génie d’oc d’un esprit qui naquit, certes, en Provence, mais ne grandit qu’autant qu’il devint celui de la France entière. »

32 Ernest Gaubert et Jules Véran, Anthologie de l’amour provençal, Paris, Mercure de France, 1902.Dans cet ouvrage, la tradition courtoise est déclinée des troubadours (non cités mais évoqués par un long article liminaire de Joseph Anglade) à Mistral, Aubanel, d’Arbaud, Marius André, sans oublier ni les Languedociens Perbosc, Fourès et Estieu, ni les Gascons Simin Palay et Philadelphe de Gerde... L’espace représenté est celui du Félibrige tout entier. Cette ouverture rend plus manifeste la fermeture opérée par l’anthologie de 1957 analysée par Philippe Martel.

33 Jean Malrieu, Les Cahiers du Sud, 36, 304-305.

34 Oc, 227-228, genièr-junh de 1963. 3-11.

35 « Yves Rouquette, rédacteur en chef de la revue, offre à Pierre Emmanuel, poète de la Résistance et de foi chrétienne, la possibilité de commenter l’ouvrage. Béarnais de Gan, ayant passé son enfance en Amérique, Pierre Emmanuel doit faire traduire son exposé par Pierre Bec. L’importance exceptionnelle de cette contribution se mesure à sa place, en tête de numéro. » Yves Toti, Oc, Pèlerin de l’absolu, Éditions de la revue Òc, s.d., 303.

36 « C’est au niveau de la nation française tout entière, devant son opinion éclairée, que devrait être débattue cette question : comment protéger de la mort ou des catacombes un trésor linguistique si vivant et si fort ? »

37 Felix Castan reprochera vivement à Andrée-Paule Lafont l’absence de Cubaynes et de Marcelle Drutel, autant que la présence d’un « poète médiocre, dit-il, Paul Eyssavel ». Est-ce pour cette raison qu’il accuse l’auteur de l’anthologie « d’être prisonnière d’une critique traditionnelle, qui ressasse les idées courtes de Mistral... » ? Dans l’article, les raisons proprement littéraires de la polémique apparaissent mal. Oc, 1963, cité dans « Signification d’une anthologie », Manifeste multiculturel, Cocagne, 1984.

38 Yves Rouquette, « Los periodics », Òc, nov-dec. 1962, 47-48.

39 Poète et critique, Yves Rouquette tient de façon remarquable la chronique des périodiques dans Òc, ainsi qu’une grande partie des chroniques de poésie.

40 Gaston Puel, Robert Lafont, L’information poétique, Poésie d’oc 1963, Dijon, éd. de la Salamandre, 1962.

41 Oc, 229-230, julhet-decembre de 1963, 78-79.

42 « Une fois de plus, Lacôte exprime l’angoisse qui le saisit devant “une relève qui ne se fait pas, ou plutôt qui se fait mal”. Cette sévérité critique, dans une année où ont été publiés quelques livres d’une grande importance pour la connaissance et la diffusion extérieure de notre littérature (Verd Paradis) n’étonnera pourtant que ceux qui entretiennent l’illusion d’une poésie occitane arrivée, majeure, établie, depuis les premiers pas de notre mouvement. »

43 Philippe Gardy, Une écriture en archipel, Fédérop, 1992.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540