Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Voix nouvelles

Sur l’autre rive, les « poueto prouvencau de vuei »

Philippe Martel

Texte intégral

1Dans les textes de présentation qui scandent l’Anthologie de la Poésie occitane d’Andrée-Paule Lafont, on trouve ces quelques lignes peu amènes à propos d’un certain groupe de poètes :

  • 1 Andrée-Paule Lafont, Anthologie de la Poésie occitane, Paris, Éditeurs Français Réunis, 1962, 158.

Alors que tout le pays d’oc se retrouvait dans une vie intellectuelle libérée, quelques poètes se groupèrent en Provence derrière Sully-André Peyre sur des positions systématiques de refus, reniant toute fidélité autre que celle qui les attache à Mistral, un Mistral revu et corrigé. Ce séparatisme en est arrivé récemment à des positions extrêmes. Le lecteur qui voudrait prendre connaissance de cette école provençale pourra se reporter à une anthologie récemment parue, Poètes Provençaux d’aujourd’hui, où est représentée la totalité de ces irrédentistes, plus André Chamson.
Tandis qu’un groupe provençal s’attardait ainsi, l’ensemble de la poésie occitane allait de l’avant1.

2Ainsi se dessine une opposition assez simple et claire : Provence seule contre Grande Occitanie, vie intellectuelle libérée contre refus, bref, avancées et retard. Fort bien. Mais sans doute n’est-il pas inutile d’y aller voir de plus près.

  • 2 Il n’y a pas d’autre indication d’éditeur ni de lieu d’édition. Le livre, de 255 pages, a été tiré (...)

3L’anthologie à laquelle il est fait si gracieusement allusion s’intitule en fait Poueto Prouvençau de vuei / Poètes Provençaux d’aujourd’hui, 1956, et elle est parue en 1957. Son éditeur, une association, le Groupamen d’Estudi Prouvençau2. Il s’agit d’un livre illustré de bois gravés dus à des artistes provençaux (Henri Pertus, André Filippi, Louis Giraud, Jean-Pierre Guillermet et Herminie Guiran). Quinze auteurs y sont représentés.

4Andrée-Paule Lafont ne fait nullement allusion à quelque autre groupe de poètes « séparatistes », qu’ils soient provençaux ou non. Tout se passe donc comme si ce groupe lui apparaissait comme représentatif de la seule opposition vraiment rencontrée par le mainstream de la poésie d’oc regroupé dans la mouvance « occitaniste ». Ce qui signifie peut être de sa part une attention un peu plus soutenue à la production de ce groupe que ce que son jugement assez lapidaire pourrait laisser croire. De fait, il apparaît assez vite que l’école de Sully-André Peyre représente un courant original de la production littéraire d’oc au xxe siècle, opposé à la fois à l’occitanisme et à une production félibréenne ordinaire. C’est pourquoi il nous a semblé intéressant de nous demander qui sont ces poètes provençaux rebelles, d’où ils viennent et ce qu’ils disent. Sont-ils si « attardés » que ce qui est dit ? Notre point de vue étant ici moins celui du critique littéraire que celui de l’historien de la renaissance d’oc, de ses courants, et de ses contradictions.

1 Un recueil de poèmes

5Nous l’avons dit, il s’agit d’un livre illustré de bois gravés, témoignant de rapports étroits avec des artistes locaux. À la même époque, la revue Fe dans laquelle s’exprime le même groupe, et son complément en français Saisons de Provence, entretient la même familiarité avec des peintres comme Auguste Chabaud, écrivain d’oc à ses heures au demeurant. Ce lien avec des artistes est une première originalité, dans la mesure où sur le versant occitaniste il ne nous semble pas aussi net, à cette époque du moins.

6Les auteurs accueillis dans l’anthologie sont donc au nombre de quinze. L’ordre dans lequel ils apparaissent semble à première vue aléatoire, mais en fait les auteurs sont classés en fonction de leur âge. Le premier est ainsi Sully-André Peyre, (1890) suivi de trois auteurs nés entre 1890 et 1900 (Bruno Durand, Charles Mauron, André Chamson), quatre autres nés entre 1900 et 1910 (Henriette Dibon, René Mejean, René Jouveau, Louis Bayle), six nés entre 1911 et 1920 (Charles Galtier, Fernand Moutet, Pierre Millet, Jean-Calendal Vianès, Emile Bonnel, Max- Philippe Delavouet), un seul né après 1920, en 1922 très exactement, Marcel Bonnet.

7La lecture de cette liste suggère plusieurs remarques : tout d’abord, une seule femme figure dans le lot, Henriette Dibon, dite Farfantello. Ensuite, si l’on compare l’équipe provençale avec celle réunie dans l’Anthologie d’Andrée-Paule Lafont, postérieure d’à peine cinq ans, si les femmes sont tout aussi mal servies (deux, Philadelphe de Gerde et Louisa Paulin) on trouve vingt-six auteurs nés après 1889, et douze nés après 1920, le plus jeune, Jean Larzac, étant né en 1938. Tout se passe donc comme si le groupe des Provençaux avait échoué, du moins à cette date, à se trouver une relève. Si on laisse de côté maintenant ceux qui sont présents pour chercher ceux qui auraient pu y être et n’y sont pas, on constate quelques absences remarquables : d’abord bien sûr celle des auteurs de dialecte provençal mais de graphie occitane (Robert Lafont, Robert Allan, Serge Bec, Henri Espieut). Mais aussi la poétesse Marcelle Drutel, et le poète marseillais Jòrgi Reboul, deux vétérans graphiquement insoupçonnables qui avaient fait leurs premières armes dès l’avant-guerre pourtant. Nous nous bornons pour l’instant à constater ces absences sur lesquelles nous reviendrons.

8Le recueil proprement dit est encadré par deux paratextes : à la fin, une suite de notices biographiques rédigées par les auteurs eux-mêmes, en français, à l’exception de Sully-André Peyre et de Jean Calendal- Vianès, et plus ou moins détaillées : six lignes pour Émile Bonnel, une douzaine pour Max-Philippe Delavouet et René Jouveau, une page pour Louis Bayle, Sully-André Peyre, Charles Mauron ou Charles Galtier, qui donnent l’intégralité de leur bibliographie. André Chamson fournit aussi la sienne, bien qu’elle soit pour l’essentiel faite de titres en français et en prose, et ajoute pour faire bonne mesure le contenu de sa carte de visite (de l’Académie Française, ancien élève de l’École des Chartes, conservateur des musées nationaux, président du Pen Club français, commandeur de la Légion d’honneur, Croix de guerre 39-45, Médaille de la Résistance).

9Au début du livre, une préface due à un universitaire provençal, Barthélémy Taladoire. Ce spécialiste de littérature antique a aussi écrit une brochure sur le sentiment religieux chez Frédéric Mistral. Il nous faut nous attarder sur cette préface, car c’est elle qui sert de manifeste au groupe.

10Elle prend d’abord la forme d’un retour sur les origines, sur le père de la littérature « provençale » renaissante, Mistral. C’est pour déplorer que son ombre écrasante ait à ce point pesé sur les épaules de ses disciples qu’ils en ont oublié trop souvent d’être eux-mêmes : « Tout leur paraissait avoir été dit par Mistral, et d’une voix si impérieuse qu’il ne leur restait, à entendre certains, que la ressource du commentaire ou celle de l’écho ». Et un peu plus loin, Taladoire déplore que le maître ait « dévié par son exemple vers la poésie et le discours bien des talents qui eussent sans doute gagné à s’exercer ailleurs », dans le domaine du roman, du théâtre, de la critique.

11Mais Taladoire n’en a pas fini pour autant avec la poésie, celle qui aurait dû, après Mistral, savoir trouver ses propres voies :

Poursuivre, écrivions-nous naguère, c’est à dire continuer à vivre et à penser dans l’actuel, marcher avec l’époque, s’ouvrir aux influences utiles, les comprendre, les adapter au génie de la race, en un mot s’aérer, participer loyalement et sans réticences, au nom d’un intérêt bien entendu, et sans renoncer pour cela à l’inspiration primitive, à ces vastes échanges spirituels et esthétiques qui sont significatifs de notre siècle. Au lieu de cela, on a volontiers piétiné sur place, on s’est attardé à plaisir sur les chemins battus, dans les limites étroites d’une conception de l’art qui avait eu son temps et dont on s’est trop souvent obstiné à faire le dernier mot de la sagesse poétique.

12Taladoire va plus loin : Mistral, dit-il, avait su incarner en lui-même la conjonction de la « revendication nationale » et de l’« inspiration poétique » : bref, il savait être à la fois poète, homme de la parole poétique, et militant, homme de l’action au quotidien, pour le pays. Mais, ajoute Taladoire, il n’était pas interdit à ses disciples de dissocier ces deux domaines. En bref, pouvons-nous comprendre, de laisser les poètes se livrer tout entiers à leur écriture, tandis que les militants militeraient, sans d’ailleurs que Taladoire aille plus loin dans la définition de ce que serait ou devrait être leur projet : de toute évidence, et comme d’ailleurs les poètes qu’il introduit, il considère que ce n’est pas un problème essentiel.

Cela, sept sur dix des Félibres n’ont jamais voulu le comprendre ; partant, ils ont travaillé, lustre après lustre, à contre-courant du mistralisme, on pourrait même dire contre Mistral, avec la conviction de le servir. Un dangereux esprit de facilité, une peur quasi superstitieuse du sacrilège, le sentiment, toujours plus justifié à mesure qu’on marquait le pas davantage, que l’œuvre du Maître n’était point tout à fait accomplie, l’orgueil candide de se croire promus à jouer les derniers fidèles d’un message prestigieux (c’est là, soit dit en passant, une admirable façon de travestir les défaillances réelles de la foi !), le souci de briller, en attendant, dans les limites étroites du terroir, un nationalisme ombrageux qui affecte de tenir pour nulles les conquêtes de l’esprit poétique hors des limites consacrées, tels sont à peu près les éléments de ce qu’on pourrait appeler « le complexe félibréen ».

13À la lecture de ces lignes d’une rare sévérité, on commence à se demander si le jugement lapidaire d’André-Paule Lafont sur le courant « provençaliste » est à ce point justifié : c’est bel et bien à une critique du train-train félibréen que l’on a ici affaire, avec des attendus que tout jeune poète occitaniste de ce temps aurait pu reprendre à son compte. Loin de préconiser l’enfermement sur un mistralisme « orthodoxe » étroit, le texte de Taladoire, dont il faut croire qu’il reflète l’état d’esprit de ceux qu’il préface, appelle bel et bien à un dépassement par le haut du mistralisme des devanciers. Pour apprécier à sa juste valeur la modernité de cette position il convient de la rapporter, non point à ce qu’en dit Andrée-Paule Lafont, mais à la tonalité de la préface de l’autre grande anthologie de poésie occitane disponible au tout début des années 1960, celle d’André Berry, qui se clôt sur une poésie de Marius Jouveau, mort en 1949. Tout au plus son introduction consent-elle à citer un certain nombre de jeunes écrivains : apparaissent alors, fraternellement mêlés, aussi bien des « occitans »—Lafont, Max Rouquette, René Nelli, Charles Camproux...—que des « mistraliens » (Sully-André Peyre, Delavouet, Galtier, Vianès, Bayle, Chamson, Dibon — Dubon dans le texte... —. Le tout couronné de ces lignes en forme d’avertissement :

  • 3 André Berry, Anthologie de la poésie occitane, Paris, Stock, 1961, XXXVI-XXXVII.

Chez les derniers venus on relève en gros trois tendances. Les uns veulent exploiter jusqu’à un épuisement qu’ils croient encore lointain la veine du terroir ; d’autres appolinarisent, valérisent, claudélisent, éluardisent, que sais-je ? à la française ; les mieux inspirés peut-être rêvent de quelque nouvel humanisme résolument occitan, cherchant loin des chemins de la Franchimanie sa poésie et d’abord sa poétique propre. La Muse d’Oc, en effet, venue au bout des ressources du régionalisme, n’aurait rien à gagner à devenir la doublure des anarchiques Muses d’oïl : c’était assez peut-être de les avoir pastichées dans leurs triomphes. [...] Si le Midi doit être, contre la triche et la folie du Nord, le suprême rempart de Valeur et de Mesure, à elle (sic) de défendre le premier fort3.

14On ne saurait mieux cantonner la poésie d’oc dans une sorte d’ailleurs indéfinissable, entre régionalisme routinier et modernité effrayante, en tout cas pour un homme qui dans sa propre production poétique, en français exclusivement d’ailleurs, prenait pour modèle la poésie de la Renaissance...

15Barthélémy Taladoire n’est pas sur de telles positions, qui poursuit en ces termes :

Mais le temps a passé. Nous saluons, depuis quelques années, un effort réel de nos poètes pour s’adapter aux rythmes du moment et pour intégrer l’inspiration provençale dans un ensemble de valeurs spirituelles, comme de formes musicales et plastiques qui, tout ensemble, la continuent, la transcendent et lui donnent un sens nouveau. D’aucuns, nous le savons, à la lecture ou à la simple vue de ces productions insolites, vont crier à la trahison sinon au sacrilège, mais qu’importe ! L’heure n’est plus de ce Félibrige étroitement conformiste, tour à tout frénétique, nostalgique ou larmoyant—pour tout dire : pseudo-romantique —qui comme toute chose en ce monde a vécu son moment, que nous ne songeons nullement à renier, ne serait-ce que parce qu’il fut un passage émerveillé de notre jeunesse et une étape peut-être inévitable de l’évolution provençale, mais que le simple amour de notre langue et le souci de promouvoir notre littérature à des notoriétés nouvelles nous commande de dépasser.

16Bref, il est clair que pour l’équipe réunie dans l’anthologie, il n’est pas question de produire une « poésie » du genre de celle qui fleurit alors dans les livraisons annuelles de l’Armana Prouvençau, ou dans les petites revues félibréennes ordinaires. Une telle exigence de qualité aurait dû rapprocher ces poètes de leurs confrères « occitans ». Or, une petite note de la préface de Taladoire s’empresse d’établir la distance : le « naguère » auquel se réfère la citation que nous avons donnée plus haut, c’est l’année 1949. Mais c’est plus qu’une date, un lieu : les Annales de l’Institut d’Études Occitanes... Taladoire confesse cette équipée de l’autre côté de la ligne de front, mais c’est pour la renier aussitôt : « nous tenons à préciser en passant qu’essentiellement Mistralien, nous n’avons aucune sorte de contact avec le mouvement “occitan” ». Bref, ni félibres de stricte obédience, ni hérétiques occitans, d’où viennent donc nos « Poueto Prouvençau de vuei » ?

2 Une équipe, un Groupamen

  • 4 Sur son parcours on se référera au recueil de ses poèmes qui est paru aux éditions de l’Astrado Pr (...)

17Ils ne naissent bien entendu pas avec l’« aujourd’hui » de l’anthologie de 1957. Certains d’entre eux ont même à leur actif une carrière déjà bien remplie. Globalement, ils viennent de deux sources distinctes quoique convergentes, deux tendances de la nébuleuse mistralienne de la première moitié du siècle. Il y a d’abord l’héritage porté par Sully- André Peyre, le vrai patron de l’entreprise. Peyre a commencé sa carrière poétique très tôt, puisque ses premiers vers sont publiés en 1905, alors qu’il a quinze ans. Il se considère comme un disciple de Pierre Dévoluy, qui était alors le capoulier du Félibrige. Avant et pendant la première guerre mondiale, il anime, avec quelques amis eux aussi dévoluystes, de petits bulletins militants : la Regalido en 1909, avec l’ami de toujours Elie Vianès, puis, en 1918, Lou Secret, toujours avec Vianès, mais aussi avec le jeune écrivain François Pouzol, tué dans les derniers jours de la guerre. Dès cette époque, il a déjà pris ses distances avec le Félibrige, puisqu’il n’en est pas membre : il ne consentira à y entrer que sur la fin de sa vie... En 1921, il fonde la revue Marsyas, où il est question de littérature et de poésie, mais pas seulement provençale, car notre homme s’occupe aussi de poésie en français et en anglais4... Il anime cette revue avec sa femme Amy Sylvel et Denis Saurat, qui ne sait pas encore alors qu’il finira sa carrière littéraire dans l’anthologie... d’André- Paule Lafont. C’est dans Marsyas que l’on voit apparaître progressivement les écrivains qui seront bientôt regroupés sous sa houlette, après la seconde guerre mondiale.

  • 5 Il est victime d’une exécution sommaire liée sans doute à ses engagements politiques : quoique pro (...)

18Dès 1930, à l’occasion du centenaire de Mistral, apparaissent les signatures de Bruno Durand et Louis Bayle. Bruno Durand, né en 1890, fait déjà lui aussi figure d’ancien, à cette date. Neveu de Léon de Berluc- Pérussis, il a été le lauréat des derniers jeux floraux septénaires auxquels ait assisté Mistral, en 1913 à Aix. Militant félibréen (et, accessoirement, monarchiste, ce qui ne correspond pas à la sensibilité de Peyre mais n’empêche pas l’estime littéraire) il est aussi poète. Louis Bayle, né en 1907 est nettement plus jeune. Il va bientôt s’illustrer comme pourfendeur du félibrige, en 1938, dans Marsyas justement, ce qui lui vaudra une exclusion en bonne et due forme de l’association félibréenne. Carle d’Eigaliero, alias Charles Galtier, apparaît en janvier 1939. Il réapparaît en 1942, juste avant que la parution de la revue s’interrompe avec la fin de la zone libre. À peu près au même moment, on voit poindre la signature de René Auzias, alias René Jouveau. Mais c’est après la guerre, quand la revue ressuscite en janvier 1946, que les contours de ce que l’on peut appeler « l’école Peyre » se précisent : avec d’abord Jean-Calendal Vianès, Delavouet, rejoignant Galtier, puis (en 1947) André Chamson, Charles Mauron, Émile Bonnel, René Méjean ; puis (automne 1948) Pierre Millet, Marcel Bonnet (mars 1949). Au total, seule Henriette Dibon (liée plutôt alors au petit monde camarguais de Baroncelli) semble n’avoir jamais figuré au sommaire de la revue, si l’on excepte un compte-rendu nuancé de ses premiers textes en 1938, par Peyre. Parallèlement, on trouve dans les mêmes sommaires des noms que l’on ne retrouvera pas en 1957 : Max Rouquette, Pierre Rouquette, Georges Reboul, Charles Camproux, Marcelle Drutel, sans parler de Noël Vesper, habitué de la revue avant-guerre, mais qui a été tué à la Libération5. Au total, c’est assez tôt que l’équipe de l’anthologie se prépare, à l’ombre du Maître.

19Parallèlement, on va retrouver un certain nombre de ces hommes dans une autre publication, plus directement liée, elle, au Félibrige : il s’agit de la revue mensuelle Fe, lancée en 1940 par le capoulier Marius Jouveau, et qui va durer jusqu’au milieu des années soixante. La tonalité de cette revue est moins proprement littéraire que militante, conformément aux vœux de Marius Jouveau qui rêvait d’un Félibrige plus actif que ce qu’il était alors. On retrouve là, bien sûr, René Auzias, alias Jouveau, fils de Marius et promis à retrouver, bien des années plus tard, la place de capoulier illustrée par son père. Mais Sully-André Peyre figure au sommaire en août 1940. Et au cours des mois suivants on retrouve toujours les mêmes noms : Bruno Durand (novembre 1940), Henriette Dibon, (janvier 1941) Charles Galtier (juillet 1941), Émile Bonnel (février 1942), Marcel Bonnet (février 1944), Max-Philippe Delavouet (janvier 1945), Pierre Milllet (1949). Louis Bayle par contre, brille par son absence, ce qui est normal compte tenu de son statut d’hérétique excommunié.

20À ce stade toutefois, on a affaire moins à un groupe constitué qu’à un réseau qui en recoupe d’autres (les dévoluystes comme Léon Teissier, présent dans Marsyas comme dans Fe, mais qui n’écrit guère de poèmes, les félibres ordinaires que Fe peut accueillir dans ses colonnes). Une étape supérieure est franchie en juillet 1945 lorsque se réunissent au Mas du Baile Verd, chez Delavouet, une bonne partie des jeunes talents que nous avons vus précédemment : Vianès, Bonnel, avec quelques autres que l’on retrouvera par la suite, même s’ils ne figurent pas dans l’anthologie : Louis Malbos, Teissier, Jean Roche, le futur traducteur de Dante, l’universitaire Charles Rostaing futur capoulier... Devant cette rencontre de jeunes, que Fe dépeint comme marquée d’un bel enthousiasme, on ne peut s’empêcher d’y voir comme l’écho lointain d’une autre réunion de jeunes poètes, près d’un siècle plus tôt, à Fontségugne : comme une renaissance, ou une refondation.

21Dans l’hiver 1952, encore une étape dans la mise en place d’un véritable collectif : la création du Groupamen d’Estudi Prouvençau, destiné à associer écrivains et érudits mistraliens. Groupamen d’Estudi Prouvençau versus Institut d’Estudis Occitans, le parallèle est évident, et d’ailleurs volontiers reconnu par les protagonistes : nous nous souvenons que Marcel Bonnet, que nous avons eu le privilège de rencontrer, disait bel et bien avec quelle attention les « mistraliens » suivaient l’entreprise de leurs frères ennemis. De fait, c’est à une véritable contresociété que l’on a affaire, cherchant à marquer systématiquement l’adversaire. Fe et Marsyas jouent ainsi — chacun à leur manière — le rôle dévolu à Òc, Fe étant complété de 1952 à 1954 par une publication culturelle trimestrielle en français, Saisons en Provence, qui s’efforce de vulgariser le message du groupe. En 1960, paraît le premier numéro d’une revue en français, la Revue de langue et littérature provençale — il y en aura treize au total — dirigée par Bonnel et Méjean : ce qu’il s’agit de concurrencer, avec cette revue, ce sont les Annales de l’Institut d’Études Occitanes. Enfin, face aux Cahiers Pédagogiques de l’IEO, fondés après la loi Deixonne, il y a à partir de 1952 Lou Prouvençau a l’escolo de Mauron et Dourguin, rejoints par Rostaing : c’est une revue pédagogique animée par une association du même nom fondée en 1946. Le dispositif est complété par l’Armana Prouvençau, la vieille publication annuelle du Félibrige, à laquelle collaborent les hommes du GEP jusqu’à la fin des années cinquante où au terme d’une bataille juridique obscure, ils sont obligés d’abandonner l’Armana qui devient la chose des félibres aixois, notamment de Malbos. Les hommes du GEP fondent dans la foulée un contre-Armana, dit des Félibres. On n’oubliera pas les éditions du Baile Verd, animées par Delavouet, qui produisent des ouvrages de qualité, et les publications ronéotées fournies par Jean Roche. Enfin, assez tôt, le groupe met un pied dans une revue parisienne, venue du milieu amicaliste « auvergnat », et du Félibrige parisien (les Amis de la Langue d’Oc) : la France Latine, dont René Méjean sera longtemps un des animateurs principaux.

  • 6 Sur ce « manifeste de jeunes », cf. notre article « Robert Lafont militant : ses premiers textes p (...)

22Ce qui cimente le groupe, c’est donc au premier chef l’antioccitanisme, et ce alors même que des contacts avaient pu se nouer antérieurement : Bonnet fait partie jusqu’à son départ pour le STO des jeunes regroupés par Lafont et ses amis Cavalier et Sage6 à partir de 1943. On a vu que Marsyas avait pu accueillir à la fin des années trente des poèmes de Max Rouquette. Et dans le numéro mythique des Cahiers du Sud sur le Génie d’oc, Peyre, Rouquette et Nelli cohabitent sans problème. Après la Libération, Òc accueille des poètes comme Galtier, et des rapports personnels existent entre Lafont, pour ne parler que de lui, et la plupart des mistraliens, Peyre compris. Par ailleurs, Fe signale sans commentaire désobligeant la naissance de l’IEO en 1945, et n’omet pas de signaler que plusieurs de ses membres fondateurs sont aussi félibres, ce qui à cette date est d’ailleurs rigoureusement exact. Il faut donc se demander pourquoi à un moment cette cohabitation entre poètes qui bien souvent s’estimaient mutuellement a pu laisser la place à une guerre de tranchées dont les traces subsistent encore aujourd’hui.

3 Pourquoi le pont sur le Rhône est-il coupé ?

23Faut-il y voir le reflet d’une opposition de type politique, entre une « gauche » occitaniste et une « droite » mistralienne ? Voilà qui ne résiste pas à l’examen, dans la mesure où des deux côtés l’éventail des opinions politiques est très large. Si des hommes comme Bruno Durand, Camelot du Roy dans sa jeunesse, ou René Jouveau, voire Max-Philippe Delavouet, salué à ses débuts par Maurras lui-même, peuvent être rangés à l’extrême-droite de l’échiquier, il n’en va pas de même avec des hommes comme Mauron, élu S.F.I.O. de sa bonne ville de Saint-Rémy, ou Bonnel ou Bonnet, ou Galtier, tous hommes de gauche incontestables. Méjean a été à gauche lui aussi, avant d’évoluer : quand nous l’avons connu à Paris dans les années 70, il ne l’était certes plus guère. Quant à Peyre, dans la mesure où on peut connaître des opinions qu’il se gardait bien d’afficher, il est peu probable qu’elles l’aient rapproché de la droite. Et à l’inverse, il est évident qu’à l’IEO la même répartition entre droite et gauche peut s’observer. Vétéran de l’occitanisme d’avant-guerre, membre du Conseil d’Études de l’IEO et un des piliers de la France Latine où il cohabite avec Méjean, Jean Lesaffre était notoirement maurrassien. Il est inutile de s’appesantir sur l’itinéraire d’un Alibert, ou d’un Roger Barthe. Max Rouquette par contre est socialiste, comme Mauron, et Castan communiste. Dans tous les cas une lecture étroitement politicienne ne peut que passer à côté de ce qui s’est vraiment joué alors.

24Faut-il faire intervenir un aspect générationnel ? Peyre et Durand sont nés en 1890, soit, mais somme toute Ismaël Girard n’est guère leur cadet que de quelques années. Il est vrai par contre que les représentants de la génération des années 20 sont plus nombreux sur le versant « occitan », et surtout, ce qui frappe notamment à la lecture de l’anthologie d’A.-P. Lafont aussi bien que des revues occitanistes comme mistraliennes du temps, c’est le fait qu’alors même qu’émerge au cours des années cinquante une nouvelle génération de poètes nés dans les années trente, on n’en trouve pas l’équivalent en face. Mieux, ou pire, selon le point de vue où l’on se place, ce sont bel et bien des jeunes poètes provençaux passés par le Félibrige que l’on retrouve dans les nouvelles générations occitanistes : c’est le cas de Serge Bec par exemple, et de son compère prosateur Pierre Pessemesse. Tout se passe comme si les aînés de ces jeunes provençaux n’avaient pas remarqué leur apparition, leur permettant ainsi de chercher chez les Occitans l’accueil qu’ils ne trouvaient pas sur leur rive du Rhône.

  • 7 Morceaux choisis des Auteurs provençaux, Toulon, L’Astrado, 1969, T. 1, 24.

25La réponse doit-elle être cherchée du côté de la seule littérature, et en particulier en termes de choix esthétiques et thématiques ? En bref, « l’école » des Poueto Prouvençau se constitue-t-elle autour de conceptions littéraires communes, contradictoires de celles qui unissent les « Occitans » ? Et cette différence de conceptions permet-elle d’opposer deux camps, l’un qui serait celui de la modernité littéraire, l’autre celui d’un certain classicisme ? C’est au fond ce que sous-entend Andrée- Paule Lafont quand elle parle d’écrivains qui « s’attardent ». C’est encore ce que sous-entendra, mais plus tard et cette fois en termes vigoureusement positifs, le Louis Bayle des Morceaux choisis des auteurs provençaux en 1969, à propos de ce qu’il nomme « la seconde renaissance », célébrant des poètes qui ne mettent pas « leur point d’honneur à démarquer en provençal les poètes d’ailleurs », ce qui leur permet d’échapper « à la confusion universelle ». Une note en bas de page les oppose d’ailleurs à « ces autres poètes de langue d’oc qu’on appelle occitans », reconnaissables au fait qu’ils se targuent d’être « selon une expression à la mode par laquelle en réalité on justifie tous les abandons, de leur temps7 ».Mais, sans avoir à revenir sur les propos de Taladoire cités plus haut, nous ne croyons pas que ce soit si simple. Bien sûr, il nous paraît discerner chez Sully-André Peyre une façon d’écrire qui l’apparente davantage à l’art poétique des post symbolistes de sa jeunesse que de ce que pouvaient connaître des poètes plus jeunes, ayant d’autres lectures. On note ainsi chez lui un goût prononcé pour les références à une certaine mythologie antique qui n’est plus vraiment de mode dans les années cinquante. Et on note de même que la plupart des poètes réunis dans son anthologie manifestent une grande fidélité aux formes de versification les plus traditionnelles, y compris le sonnet chez Mauron par exemple. Sans parler des blocs compacts d’alexandrins narratifs, sans guère d’images, qui caractérisent la manière presque prosaïque d’un Fernand Moutet. Ceci étant, des hommes comme Méjean ou Bonnel, ou encore Vianès, échappent largement à ce moule. Et il n’est pas certain que dans l’autre camp, chez les occitanistes, chez ceux même dont l’écriture manifeste le plus clairement la prise en compte d’influences surréalistes ou postérieures, le goût des formes traditionnelles ait à ce point disparu. Quant aux thématiques développées par les poètes, entre introspection et poèmes d’amour, elles sont de toute façon aux antipodes de toute inspiration banalement « régionaliste ».On a vu que c’est d’ailleurs sur ce point, au fond, qu’insistait Taladoire, sans aller plus loin dans la définition de ce qu’était l’art poétique des auteurs qu’il présentait. On trouve dans le no 176 de Fe, hiver 1956-1957, une série de témoignages ou de professions de foi poétique des auteurs de l’anthologie, dont le numéro salue la récente parution. On chercherait en vain dans ces témoignages, tous intéressants au demeurant, les contours d’une idée commune de ce que doit être la poésie. Ce n’est donc pas un parti pris esthétique partagé qui réunit ces hommes, pas plus d’ailleurs que du côté des « occitans ».

  • 8 Ibidem, p. 26.

26Point de poètes engagés parmi les Provençaux, mais il n’y en a guère davantage, avant la fin des années soixante chez les « occitans ». Il est permis de se demander si l’exclusion de l’anthologie d’une Marcelle Drutel n’est pas due à une sensualité affichée qui a pu choquer côté provençal : c’est en tout cas ce que laisse entendre, mais plus tard, la note venimeuse que Bayle lui consacre dans son anthologie : « certains, sensibles à ce qu’ils croient être audace et n’est qu’étalage impudique de sentiments désordonnés ajouteraient peut-être à ces deux noms [il s’agit de Dibon et de Nouno Judlin] celui de Marcelle Drutel8 ». Mais somme toute, nous n’en savons rien.

27Bien entendu, nous n’avons pas les qualifications littéraires pour entrer davantage dans le détail, et nous cèderons volontiers la parole à quiconque en saura dire plus long que nous là-dessus. Mais notre impression de lecteur innocent est celle que nous avons dite. Ajoutons qu’en tout état de cause — et nous sommes là dans la longue durée de l’écriture en occitan—les grands débats esthétiques, les manifestes tonitruants, les prises de position en rupture dans le champ de la théorie poétique, autant de phénomènes qui scandent l’histoire de la poésie française depuis au moins le romantisme, et permettent à chaque génération de se lancer sur le marché littéraire national armée des arguments qui lui permettront de se poser et de se légitimer face aux anciens, autant de choses dont on ne trouve pas l’équivalent dans le champ de la littérature d’oc. Non que chaque génération n’ait pas ressenti le même besoin d’affirmation polémique que du côté des « Muses d’oïl », pour reprendre la terminologie désuète d’André Berry. Mais c’est en général dans le domaine de « l’action » politique, autour le plus souvent de revendications « décentralisatrices » ou « fédéralistes » que se manifeste cette impatience des jeunes. Seul Berry justement se mêle, mais du dehors, de prétendre dicter aux poètes d’oc une Loi qu’ils devraient suivre. Mais qui alors a écouté Berry ?

  • 9 Nous avons ainsi entendu dire à Charles Galtier qu’à ses yeux, la graphie « occitane » posait des (...)
  • 10 Éditions Marsyas, Aigues-Vives, 1948.
  • 11 Fe 177, 277.

28Alors ? Alors il faut en revenir à ce qui visuellement constitue et manifeste la différence la plus évidente entre les deux « écoles » : la langue et la graphie. Non seulement les Poueto prouvençau de vuei, en vrais mistraliens, n’utilisent que la graphie « mistralienne9 », mais c’est aussi la langue de Mistral et elle seule qui trouve grâce à leurs yeux. Sully-André Peyre, dans son ouvrage polémique La Branche des Oiseaux10 explique carrément qu’il faut en finir avec les dialectes, et que seul le rhodanien illustré par Mistral a, par droit de chef d’œuvre, vocation à être la langue littéraire du Midi. Est-ce en vertu de cet impératif linguistique qu’un Reboul par exemple n’est pas admis dans l’anthologie, sa langue n’étant point mistralienne mais marseillaise ? Mais René Jouveau, dans le numéro de Fe du printemps 1957, affirme, lui, contre Camproux qui s’étonnait de cette absence dans les Lettres Françaises, que c’est Reboul qui a refusé... on aimerait savoir pourquoi11.

29Ce positionnement exclusif n’est au demeurant pas nouveau. Et pour comprendre ce qui motive les hommes regroupés autour de Peyre, il faut remonter un demi-siècle plus tôt, à la polémique qui oppose Pierre Dévoluy, le maître de Peyre, à Perbosc et Estieu, les pères de la réforme graphique occitane telle qu’elle se diffuse au xxe siècle. C’est peu de dire que les échanges entre les uns et les autres manquaient de cordialité. Pour Perbosc et Estieu, le provençal, dialecte soumis à une forte influence française, ayant perdu au fil des siècles ses consonnes finales, usé et dégénéré pour tout dire, n’était pas le mieux à même d’incarner la renaissance de la langue illustrée jadis par les Troubadours. En revanche, le languedocien, lui, était resté plus proche de la langue des grands ancêtres. Pour retrouver le niveau qu’avait atteint la langue de ces derniers, il convenait donc à la renaissance d’oc d’adopter non seulement la forme dialectale restée la plus fidèle aux origines, mais aussi, contre une graphie félibréenne trop soumise au modèle français, une graphie reprenant les grands principes de celle illustrée par les maîtres médiévaux. Le point de vue de Dévoluy était radicalement différent : l’évolution du provençal par rapport à la langue ancienne était somme toute la preuve de sa modernité. La graphie médiévale était trop archaïque pour permettre de noter la langue moderne, ce que faisait par contre fort bien la graphie « phonétique » des Provençaux. Enfin, quelles qu’aient été les qualités des Troubadours, ils étaient bel et bien morts depuis des siècles, alors que Mistral, bien vivant au moment où éclate la polémique, avait totalement modifié la donne avec son « miracle » de Mirèio, pour reprendre une formule de Dévoluy reprise par Peyre, dont la Branche des Oiseaux est d’ailleurs pour bonne partie composée de citations de Dévoluy. C’était donc par droit de chef d’œuvre que le provençal mistralien, le « glaive flamboyant de Mirèio » devait être la langue commune des vrais félibres. Si l’on ajoute à cela des épithètes peu flatteuses à l’adresse des deux hérétiques languedociens, des « alchimistes », et d’ailleurs des instituteurs donc des « primaires » aux yeux du polytechnicien Dévoluy, on comprend que le dialogue ait assez vite tourné court. Et ce n’est certes pas la démarche de Peyre qui pouvait améliorer les choses, puisque, non content de reprendre les idées de Dévoluy, il les enrichit d’idées nouvelles, dont celle de la nullité profonde des Troubadours, et celle d’une littérature d’oc qui ne commence vraiment qu’avec Mistral, pour ne se poursuivre qu’avec ses vrais disciples, d’Arbaud, puis les poètes qui lui ont succédé—entendons, Peyre et ses amis...

30On comprend dès lors comment, dans les années cinquante, et alors même que les protagonistes du conflit initial sont morts depuis belle lurette, leurs héritiers poursuivent le combat, comme dans une vendetta destinée à traverser les générations, ce qu’elle a d’ailleurs continué à faire comme le prouvent les polémiques actuelles entre occitanistes et certains « Provençaux » dont il n’est d’ailleurs pas sûr qu’ils sachent qui pouvaient bien être Dévoluy et Sully-André Peyre.

31C’est donc tout cela qui meut les Poueto prouvençau de Vuei. On aurait tort de n’y voir qu’anecdote et esprit de clocher. La confrontation entre les deux écoles, celle des « Occitans » et celle des « Mistraliens », réunissant toutes deux des écrivains de qualité, ne fait somme toute que renvoyer aux problèmes fondamentaux que pose la renaissance d’une langue dont le domaine s’étend sur tant de départements, à travers tant de variantes dialectales, regroupant des « pays » qui ont chacun leur histoire et leur mémoire, comme leur patrimoine littéraire, sans qu’ait jamais pu s’imposer un « standard » incontournable et incontestable, de ceux que bien souvent seul peut d’ailleurs imposer un pouvoir politique. Ce qui se joue dans le conflit dont nous avons parlé ici, c’est la question du centre du pays d’oc, et celle de l’arbre généalogique légitime de ses poètes d’aujourd’hui. Pour les uns, les vrais ancêtres sont les glorieux troubadours, et le vrai centre est entre Rhône et Garonne, Pyrénées et Massif central, sans oublier au loin la Catalogne fraternelle. Pour les autres, le miracle mistralien a effacé toutes les traces du passé, et permis de redémarrer a zéro sur de nouvelles bases, autour d’une Mecque excentrée peut-être, mais non moins légitime pour autant, Maillane, avec ses banlieues, Arles, Avignon et Saint-Rémy...

32On en est là. On peut bien entendu le regretter, et on ne s’en privera pas car, répétons-le, il y a parmi ceux qui suivent Sully-André Peyre des auteurs d’une grande qualité, que les « Occitans » auraient profit à lire, ne serait-ce que pour ne pas se laisser emprisonner dans les rets des querelles des anciens.

33Un dernier mot : ce qui frappe quand on suit le parcours de l’école de Peyre au-delà de la date de 1960 qui bornait la réflexion du présent colloque, c’est que ce parcours tourne court.

  • 12 Pour suivre le développement ultérieur de la littérature mistralienne, on se référera aux dernière (...)

34Marsyas ne survit pas à la mort de son animateur Peyre en 1961. Fe existe encore à cette date, mais avec un rythme de parution trimestriel depuis 1955 ; de plus, depuis l’automne 1960 ses difficultés matérielles l’ont amené à renoncer à l’imprimerie au profit de la ronéo de Jean Roche. La revue, dans cet état, va survivre jusqu’en 1965, avec un dernier numéro d’été. Au cours des années qui ont précédé, les sommaires ont été essentiellement nourris par l’équipe de l’anthologie, sans qu’apparaissent de nouveaux noms, sinon celui de l’Occitan d’Italie Arneodo, né dans les années 20, dont la revue donne à l’été 1964 un poème dans une graphie piémontisante, avec traduction en provençal mistralien en regard. La même année 1965 voit paraître le dernier numéro, le 12-13, de la Revue de Langue et Littérature provençales, et, comme une compensation ou un nouveau départ, le premier numéro de l’Astrado Prouvençalo, de Louis Bayle, revue dans les sommaires de laquelle on retrouve bien des noms déjà rencontrés, sans que pointe vraiment une nouvelle génération : la collection « Lou chivau alu » qui est éditée par l’Astrado publie des recueils de Michel Courty ou Arlette Roudil dans les années 70, mais rien qui ressemble vraiment à l’éclosion d’une nouvelle génération, quantitativement parlant12. Un détour par l’Armana di Felibre révèle en gros la même chose : les disciples de Peyre l’alimentent fidèlement chaque année, mais ils y figurent à côté d’écrivains dont on s’abstiendra ici de citer les noms, et qui ne les valent assurément pas. Et progressivement, la mort éclaircit les rangs des Poueto prouvençau de vuei...

35Au fond, leur problème principal, c’est peut-être d’avoir été en porte à- faux par rapport au monde de la littérature d’oc de leur temps. Refusant de suivre ceux qui à l’IEO menaient une aventure poétique dans laquelle ils auraient pourtant pu se reconnaître, mêlés bon gré mal gré à des félibres ordinaires pour lesquels ils avaient peu d’estime et qui les comprenaient sans doute bien peu, il leur était par force difficile et de trouver leur place, et de s’imposer. Mais il n’est pas possible cependant, les passions une fois éteintes, de méconnaître leur rôle, et de passer sous silence leur production.

Notes

1 Andrée-Paule Lafont, Anthologie de la Poésie occitane, Paris, Éditeurs Français Réunis, 1962, 158.

2 Il n’y a pas d’autre indication d’éditeur ni de lieu d’édition. Le livre, de 255 pages, a été tiré à 1 000 exemplaires.

3 André Berry, Anthologie de la poésie occitane, Paris, Stock, 1961, XXXVI-XXXVII.

4 Sur son parcours on se référera au recueil de ses poèmes qui est paru aux éditions de l’Astrado Prouvençalo en 1999, avec une introduction de Jean-Calendal Vianès, le fils de son ami Elie, et un des poètes majeurs du groupe animé par Peyre. C’est à partir des relevés de la thèse Cédric Auglans sur la revue Marsyas (Université Paul-Valéry, 2008) que nous indiquons ci-après les premières apparitions dans Marsyas des poètes de l’anthologie de 1957.

5 Il est victime d’une exécution sommaire liée sans doute à ses engagements politiques : quoique protestant, il est en effet militant d’Action Française.

6 Sur ce « manifeste de jeunes », cf. notre article « Robert Lafont militant : ses premiers textes programmatiques », in Robert Lafont, le roman de la langue, D. Jullien, C. Torreilles, F. Pic éd., s.l., CELO/William Blake & co., 2005, p. 27-42.

7 Morceaux choisis des Auteurs provençaux, Toulon, L’Astrado, 1969, T. 1, 24.

8 Ibidem, p. 26.

9 Nous avons ainsi entendu dire à Charles Galtier qu’à ses yeux, la graphie « occitane » posait des barbelés sur son provençal...

10 Éditions Marsyas, Aigues-Vives, 1948.

11 Fe 177, 277.

12 Pour suivre le développement ultérieur de la littérature mistralienne, on se référera aux dernières pages de l’Anthologie de la littérature provençale moderne de Michel Courty (Berre l’Etang, Édition de l’Astrado 1997).

Auteur

C.N.R.S.-IIAC—Université Montpellier III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540