Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Voix nouvelles

Traducteurs et traductions dans la revue Òc, 1923-1964

Xavier Bach

Texte intégral

1Il ne sera pas ici question de l’intéressant problème de la traduction française des œuvres occitanes — question largement discutée dans les années 1930, notamment par Ismaël Girard, quant à la nécessité de retraduire Mistral, ce à quoi il s’oppose (Òc 73, 1) — ni du problème de l’édition bilingue des œuvres « avec la traduction française en regard » (Allier, Òc 208, 92), ce qui s’est parfois produit dans la revue, essentiellement dans ses premières années, avec des poèmes d’Antonin Perbosc (Òc 41, 1). Il est cependant bon de noter que dans le cas de ces traductions de l’occitan au français, présentées face à face, les rédacteurs de la revue n’ont généralement pas pris la peine d’indiquer le traducteur, le seul traducteur allant de soi étant nécessairement l’auteur lui-même.

2Seule nous occupera la question des traductions en occitan, et des finalités qui lui sont données par leurs auteurs, dans le cadre d’une certaine théorisation de l’activité du traducteur. L’étude statistique, quoique rébarbative, de ces traductions, permet de mieux envisager les apports extérieurs au contenu de la revue et à la littérature d’oc. D’autre part, l’apport de certains de ces traducteurs ou d’entreprises originales de traduction a été certain, notamment l’apport essentiel de Max Rouquette.

1 Des traducteurs et des traductions, données quantitatives

3Il y a un double intérêt à travailler sur une revue, d’autant que la revue Òc dispose d’un instrument de travail non négligeable que sont les tables de Ricard (Ricard 1985). Tout d’abord, cela permet de disposer de séries statistiques relativement cohérentes et larges, qui peuvent donner des résultats significatifs, palliant en cela l’absence de données bibliographiques fines et larges en domaine occitan ; cela permet aussi de rendre compte d’un mouvement plus général, les revues étant l’expression des préoccupations du temps et le reflet des courants littéraires. La place occupée par la traduction dans les années 1930 à 1960 et l’intérêt qu’on lui a alors porté pourront s’en trouver éclairés.

4Entre 1923, date de la création de la revue, et 1964, où elle est momentanément remplacée par Letras d’Oc, soit un peu plus de deux cents numéros, on dénombre 74 traductions en occitan, ainsi qu’une trentaine de comptes rendus d’ouvrages qui portent sur des traductions ou qui en contiennent. Cela fait une moyenne d’une traduction tous les trois numéros. Mais la répartition en est bien plus aléatoire. Dans les cinquante premiers numéros (1924-1926), cela se limite à la traduction du chant IV des Géorgiques de Virgile par Jules Cubaynes, publiée en feuilleton ; mais une trentaine de traductions paraissent jusqu’en 1930. On peut synthétiser le nombre de traductions publiées par décade avec le graphique de la figure 1.

Figure 1. — Nombre de traductions par décade

5On remarque que fort peu de traductions sont publiées dans les années 1930, ce qui correspond à peu près à la direction de la revue par Louis Alibert, puis à son arrêt momentané. Les trois traductions publiées se réduisent à un type unique, les traductions bibliques, avec le livre de Ruth traduit par le chanoine Laffargue (Òc 141, 65) et le prologue de l’Évangile de Jean (Òc 129, 8).

6Les traducteurs qui publient dans Òc sont nombreux, 37 pour 74 traductions. Il en découle que chaque traducteur a réalisé peu de traductions : 26 d’entre eux n’en ont publié qu’une seule. En effet les traducteurs ne le sont qu’occasionnellement, ils sont d’abord auteurs. La traduction est ainsi envisagée au mieux comme une autre forme d’écriture, et non comme une activité à part entière. Trois traducteurs publient plus de 5 traductions : Paul Eyssavel, Jules Cubaynes et Max Rouquette. Si ce dernier est plus connu pour son œuvre de création, tout comme Eyssavel, Cubaynes est surtout connu comme un traducteur prolifique, qui a publié dans Òc des extraits de traductions publiées par la suite en volume (Cubaynes 1927, 1930 et 1967), malgré une œuvre poétique importante mais peu étudiée (figure 2).

Figure 2. — Nombre de traductions réalisées par chaque traducteur

7La répartition des traductions par dialecte (figure 3 page suivante), selon le dialecte du traducteur, fait apparaître que le languedocien est largement majoritaire, ce qui n’est guère étonnant, d’une part à cause de l’installation en Languedoc de la revue, d’autre part parce que les premiers occitanistes, ceux qui ont désiré appliquer la réforme graphique de l’École de Toulouse, étaient languedociens. Suivent ensuite le gascon et le provençal, les autres dialectes étant présents de façon tout à fait marginale, ce qui reflète en l’accentuant la répartition des textes littéraires présentés dans la revue.

Figure 3. — Répartition des dialectes de traduction

8En ce qui concerne la langue originelle des textes traduits, on remarque une nette prépondérance du latin et au-delà, une présence massive de textes anciens. Si l’italien est bien représenté, il s’agit de deux auteurs des xiiie et xive siècles, François d’Assise et Dante Alighieri. Parmi les auteurs français traduits, Montaigne est en tête, suivi de Descartes ; quant à l’espagnol, il s’agit de la traduction d’extraits de La Celestina, pièce datée de 1499. De façon plus générale, les textes traduits sont surtout écrits dans des langues latines, qui sont sans doute mieux maîtrisées (dans l’ordre, latin, espagnol, italien et français, cf. figure 4).

Figure 4. — Répartition des dialectes de traduction

9Si l’on entre dans le détail des langues d’origine par décennie, on peut distinguer une permanence, celle de la forte présence des classiques latins, et le moment d’une rupture que l’on peut situer pendant la seconde guerre mondiale, où le latin cède la place aux langues romanes (espagnol et français surtout), et voit arriver des textes de culture anglo saxonne et germanique, avec la traduction de poèmes de Rilke en 1943 par Marcel Carrières (Òc 164, 8 ; 166, 11 ; 167, 15). Les années 50 confirment cette évolution, avec notamment la traduction de trois poètes gaéliques par Alan Ward (Òc 215,1) ou du poète anglais James Ireson par Bernat Manciet (Òc 207, 43), qui traduit aussi des poètes allemands contemporains dans de courtes notes critiques au ton étrange (Òc 201, 261 et 205, 145).

2 De quelques traductions : Virgile, François d’Assise, Lorca

2.1 Virgile

10On sait le rôle que les traductions de Virgile ont joué dans la formation des littératures romanes modernes. Le fait de transposer dans sa langue les trois œuvres classiques par excellence que sont les Bucoliques, les Géorgiques et l’Enéide donne à la langue un poids de justification sans égal. Mais les modalités de traduction adoptées ont bien souvent tourné, à l’époque moderne, autour de l’adaptation burlesque, que ce soit avec l’Enéide de Bergoing, celle de Valès ou encore l’Eneido de Celanova de Jean-Baptiste Fabre. Plus qu’une traduction, il s’agissait d’utiliser une œuvre classique pour s’en moquer, pour railler sa propre création, pour en développer la vie. On peut encore rattacher à ce type de traduction un certain nombre de celles parues dans Òc, ou qui y sont recensées, notamment Lou Ciclopo « traduit » d’après Euripide par Pierre Azéma. J.-P. Régis écrit à son propos (Òc 52, 2) :

Voici une pièce charmante. Alors que M. Giraudoux promène sa fantaisie en marge de l’Odyssée avec Elphenor et ses nouvelles morts, M. Azéma s’est diverti à traduire d’un peu loin ou à s’inspirer de très près, comme il vous plaira, le drame satyrique [sic] d’Euripide : le Cyclope. [...] L’adaptation libre de M. Azéma ne trahit nullement le drame où Euripide a prodigué sa verve étincelante. Cette comédie est d’inspiration nettement occitane.

11Adaptation libre, traduction lointaine, et un drame antique soudain devient une comédie occitane.

12Avec ses Bucolicos de Bergeli (Delprat 1699), parues à Agen, Delprat, quoique sa traduction soit également éloignée du texte original, introduisait un rapport sensiblement différent au texte, qui était présenté en regard de la traduction. Son usage du burlesque consistait plus en la transposition de l’œuvre dans l’Agenais que dans une véritable dimension de traduction. La présentation du texte en regard permettait de donner autorité à la traduction, puisqu’il était possible d’en juger l’exactitude.

13Le fait est que, dans la première moitié du xxe siècle, la figure tutélaire de Virgile comme archétype de la création littéraire a encore du poids. Les traductions de ses œuvres se multiplient. Avant les Bucoliques, traduites en vers libres et blancs par Prosper Estieu (Òc 55, 3) mais aussi par Paul Eyssavel (Òc 98, 4, Eglogue IV), les Géorgiques font le plaisir des traducteurs, surtout Paul Paget (Paget 1929) et Jules Cubaynes). Paget a voulu traduire en vers, mais J.-P. Régis ne semble guère apprécier son œuvre ; tout au plus reconnaît-il que cela a dû représenter « un long travail » (Òc 119, 5).

14En revanche, tous sont unanimes sur la qualité des traductions de Jules Cubaynes. Sa traduction du chant IV des Géorgiques paraît en feuilleton dans les cinquante premiers numéros d’Òc, avant d’être publiée en plaquette (Cubaynes 1927), qui reprend exactement le texte publié dans la revue, avec une composition typographique identique. Losque le texte est repris dans le volume complet des Géorgiques (Cubaynes 1930), il a sensiblement évolué. La publication en revue sert en quelque sorte de test à la qualité de la traduction. On peut s’en rendre compte en comparant les versions du début du chant IV :

  • 1 C’est nous qui soulignons.

Ara ieu cantarai la bresca liurèia del cel. Mecena, aiseste libre agacha lo tant-ben. A ton estazi balharai plan mendra cauza : de las abelhas ieu mensonarai de seguida los mèstres ardeciozes, las costumas, los gostes, los órdres, las bastètas. Pichona mon óbra : bèla pracó sera ma glória, mas que los dius me faguen pas la contra, mas que m’auzigue lo meune Apollon. (Òc 37, 5)
Ara ieu cantarai la bresca, aquela rozada liurèia del cèl.Mecenas, aiseste libre, agacha-lo tant-ben. A ton estazi balharai plan menèla cauza : de las abelhas mensonarai de seguida los mèstres ardeciozes, las costumas, los gostes, los òrdres, las batèstas. Pichona mon òbra : bèla, pracò, serà ma glòria, mas que me laisen los diuzes nozents, mas qu’auzigue ma vots lo meu Apollon1. (Cubaynes 1930, 127)

15Outre des corrections graphiques (accent grave du o ouvert, tonique du futur P3) et la correction de quelques coquilles (bastètas > batèstas), on remarque une double attention portée au rythme de la traduction, afin de créer une prose poétique, et à la clarté de la traduction, voire à sa justesse grammaticale. Ainsi, mendra cauza devient menèla cauza (leuium rerum). De la même façon, pour numina, Cubaynes a voulu préciser le sens : il ne s’agit pas seulement des dieux, mais des diuzes nozents, les sombres divinités. La présence du pluriel redoublé, courant en Quercy (mais qui lui sera reproché par Alibert, Òc 132, 36) permet de donner à la phrase un rythmeplus assuré, plus stable. À la fin de l’extrait, la même ambition de précision se retrouve : auditque uocatus Apollo, traduit initialement par mas que m’auzigue lo meune Apollon, devient mas qu’auziguemavots lo meu Apollon, où l’insertion du substantif vots permet de recréer le poids de sens donné dans uocatus ; ce n’est pas seulement le poète qu’Apollon doit entendre, mais son appel.

2.2 Francois d’Assise

16En 1926, une expérience de traduction inédite est proposée dans les colonnes d’Òc, avec la publication du texte original du Cantique de frère Soleil, traduit en français par Camille Soula (Òc 55, 2). Dans les trois livraisons suivantes, sept traductions occitanes ou catalanes réalisées par différents auteurs de tous horizons sont publiées (Loïs Delhostal, Antonin Perbosc, Albert Pestour, Josep-Sebastià Pons, Yan Bouzet, Valèri Bernard et Jozèp Roquet). Cette expérience, au-delà des variations dialectales présentes dans les différentes traductions, qui en font en soi un document linguistique important, montrent la variabilité d’appréciation d’un même texte par des auteurs différents, variabilité qui se traduit essentiellement dans des détails, tenant à la place des mots ou au choix lexical, parfois aussi au maintien ou à la transposition de certains tours grammaticaux. En voici trois exemples :

Segnó suberhaut, omnipotent è bó
Toas que son laudós, gloria, aunó è tota benedicció.
A tu sol, Suberhaut, que s’arrebién
E nat omi n’ei dinne de-t mantavé.
Laudat sias, Segnó, en totas las toas creaturas
Mayament en mossegne lo rai Sorelh
Qui hè dias è per qui-nsemandas la lutz ;
Bèth qu’ei è qu’arraya dab grana esplendó,
De tu, suberhaut, que porta testimóni.
Yan Bouzet (Òc 57, 2)
Autisme, ómnipotent, bon Senhor,
Tiéu son li laus, la glori e l’onor e tota benediccion.
A tu sol, autisme, se confèron,
E res n’es digne de te mencionar.
Lauzat sigues, mon Senhor, emé touti li tiéu creatures,
Especialement mon senhe lo fraire solèu,
Éu que fai lo jorn, e’me lo jorn nos alumina.
E es bèu e dardaiant’ me granda esplendor ;
De tu autisme, pórta significacion.
Valèri Bernard (Òc 57, 3)
Sobre-aut, tot-poderos, bon senhor,
Teus son los laus, la gloria e l’onor e tota benezion.
A te sol, sobre-aut, convenon,
E nul ôme es denhe de te nominar.
Lauzat siás, mon sehor, ambe totas las toas creaturas
Especialment mesier lo fraire solelh,
Lo qual fa lo jorn, e nos enlumenas per el,
E el es bèl e raiant ambe granda resplendor ;
De te, sobre-aut, pórta la sinhificansa.
Jozèp Roquet (Òc 58, 2)

17On remarquera la nette différence entre la traduction omnipotent, qui maintien lemot tel qu’il est, avec le prisme latin, et sa version plus populaire chez Roquet, tot-poderos. De même, entre mencionar e nominar, ou au vers 3, dans le rapport exclusif entre les qualités énoncées et Dieu, les trois verbes utilisés : s’arrebién, qui indique un droit de possession sur ces qualités, se confèron, indiquant plutôt une dépendance, le fait que ces qualités ne peuvent découler que de Dieu, et convenon, exprimant plutôt une adéquation entre l’être divin et ses qualités (et en négatif leur inadéquation avec l’être humain). De même, la ponctuation et le découpage des phrases varient selon ces trois traducteurs (vers 6-8). L’intensité de certaines affirmations peut être plus ou moins marquée : lo rai ( =hrai) Sorelh / qui hè dias (intensité Ø) ; lo fraire solèu / éu que fai lo jorn (intensité 1) ; lo fraire solelh / lo qual fa lo jorn (intensité 2 d’archaïsme).

2.3 Lorca et quelques autres

18Des traductions de Lorca, il est amplement question dans la communication de Philippe Gardy et certaines autres, auxquelles nous renvoyons. Il est important de noter l’apport essentiel de ces textes publiés par Max Rouquette. Si les langues romanes, en dehors du latin, étaient déjà présentes en traduction dans la revue, il s’agissait essentiellement d’italien et de français : l’espagnol, le castillan semblait comme effacé par la présence massive du catalan. D’autre part, ces textes romans étaient des textes anciens : publier le Cantique de frère Soleil de François d’Assise revient à publier un troubadour, et les traductions qui suivront seront de même type (Dante, Fernando de Rojas avec La Celestina traduite par Jean Lessafre, les poésies du Marquis de Santillane, Saint Jean de la Croix).Max Rouquette signe donc l’irruption de la poésie contemporaine européenne dans la revue, non plus par de simples comptes rendus, mais par le seul texte du poète.

3 Un discours théorique sur la traduction en langue occitane

19Deux points, avant d’aborder la présence dans la revue Òc d’une réflexion théorique sur la traduction. Ce qui frappe d’abord, tant dans les comptes rendus que dans l’apparat qui accompagne parfois les textes, c’est la quasi absence d’une réflexion sur la traduction.

20La non-traduction est un fait intéressant. En effet, un certain nombre de textes sont présentés dans leur langue originale, sans traduction, exactement comme s’il s’agissait de textes occitans, là où les textes français sont parfois traduits. C’est en particulier le cas des textes en franco provençal ou en piémontais (poèmes de Pinin Pacot Òc 61, 2 et 63, 2). Tout se passe comme si ces textes pouvaient se passer de traduction, comme si l’occitan soit annexait ces parlers à sa périphérie, soit permettait une intercompréhension suffisante pour ne pas avoir à traduire. Or certains de ces textes, notamment pour le piémontais, se prêtent difficilement à l’intercompréhension.

21Dès les premiers numéros, lorsqu’il s’agit de traduction de poésie, revient la question récurrente de la traduction en vers, particulièrement sous la plume de J.-P. Régis qui s’y oppose avec acharnement. Il n’est que de voir ce qu’il écrit à propos de la traduction en vers des Bucoliques par Paul Paget (Òc 119, 5) :

Une traduction précise en vers rimés me semble impossible. La traduction et le vers en souffrent. [...] Je crois que si M. Paget avait traduit en prose, il aurait pu éviter les mots français qui apparaissent parfois dans cette œuvre [...]. Il n’en reste pas moins que cette traduction, écrite en dialecte biterrois, est une œuvre consciencieuse. Elle a dû coûter beaucoup d’effort à son auteur.

22Jules Cubaynes est la figure majeure de la traduction dans ces années. Et c’est autour de lui que se concentre la réflexion sur la traduction en occitan. Disons tout de suite qu’on est frappé par la pauvreté de cette réflexion, et surtout par l’absence totale de réflexion sur l’acte de traduire : traduire va de soi, il n’est aucun besoin d’en interroger la pratique... Pour ne prendre qu’un seul exemple, le compte rendu de la traduction des poésies du Marquis de Santillane par Max Rouquette :

Per cò qu’es de la traduccion occitana de Max Roqueta, nos ofrís lo plaser duradis que n’esperàvem. Es que cap de poèta lengadocian possedis al meteis gra lo sentit de la natura e de l’umanisme.

23On pourrait y ajouter celui de la traduction des Évangiles par Cubaynes, avec quatre critiques également pauvres, sauf la dernière, heureusement venue de Catalogne.

24Jules Cubaynes, lui, tente d’envisager dans un article assez long l’utilité de traduire les œuvres majeures grecques et latines. Son argumentation est simple, efficace : nous avons des dictionnaires, des grammaires, une bonne connaissance de la littérature orale, qui est « una font benlèu unica de riquesa » ; mais sans les classiques, il est impossible d’écrire. Il faut que la langue « fasse ses humanités », comme un étudiant, pour être reconnue comme une langue ayant atteint sa majorité littéraire. Ses cautions, il les trouve en France et en Catalogne, avec l’Institut Bernat Metge, et la préface de Delisle à sa traduction de Virgile.

25Si Cubaynes est bien la figure centrale de la revue Òc en ce qui concerne la traduction, Max Rouquette y a une importance capitale, en ce qu’il infléchit le type de traduction proposée, tant sur son type intrinsèque que sur sa façon de porter son attention sur l’actuel de la littérature européenne, et plus seulement sur son éternel médiéval mythique, quand bien même ils traduisent Dante.

26On sent ici la traduction vécue comme une annexe du travail littéraire, sans véritablement de valeur propre pour la plupart des traducteurs. La pauvreté du discours théorique, l’absence d’interrogation sur l’activité du traducteur dénote la piètre estime où on la tient, et on se souviendra que Jean Roche a sorti ses traductions de Dante sur sa Ronéo, ou que Paul Eyssavel est mort avant de voir publiée sa traduction de Daphnis et Chloé de Longus, pourtant achevée depuis plus de quinze ans. Tout se passe comme si traduire, à l’instar de ce qui se produit avec l’auto traduction des auteurs vers le français, allait de soi. Seule importe la question de la matière (que traduire ?), et non de la technique (comment traduire ?).

Bibliographie

Bibliographie

Allier, Max. « A prepaus de la revirada francesa », Òc 208, 92.

Cubaynes, Juli. Las Georgicas, cant IV, Éditorial Occitan, 1927.

Cubaynes, Juli. Las Georgicas, Toloza, 1930.

Delprat. Las Bucolicos de Bergeli metudos en bers agenés, Agen, Gayau, 1699.

Girard, Ismaël. « Faut-il retraduire Mistral », Òc 73, 1.

Perbosc, Antonin. « À la gloire des Vignes d’Oc et d’Oïl », Òc 41, 1.

Ricard,Georges. Tables analytiques et signalétiques de la revue « Òc », 1924-1977, Béziers, C.I.D.O., 1985.

Notes

1 C’est nous qui soulignons.

Table des illustrations

Légende Figure 1. — Nombre de traductions par décade
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/431/img-1.jpg
Fichier image/, 98k
Légende Figure 2. — Nombre de traductions réalisées par chaque traducteur
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/431/img-2.jpg
Fichier image/, 68k
Légende Figure 3. — Répartition des dialectes de traduction
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/431/img-3.jpg
Fichier image/, 60k
Légende Figure 4. — Répartition des dialectes de traduction
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/431/img-4.jpg
Fichier image/, 149k

Auteur

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540