Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Voix nouvelles

Résister : les poèmes de guerre de Charles Camproux

Aurélia Lassaque

Texte intégral

  • 1 Carles Camprós, Pœmas sens pœsia, Toulouse, Societat d’estudis occitans, Biblioteca occitana n° 1, (...)
  • 2 Sous le ciel d’Allemagne, Carles Camprós, Pœmas sens pœsia, op. cit., VII.

1Charles Camproux, né à Marseille en 1908, fut publiquement reconnu comme poète suite à la parution des Poemas sens poesia1. Ce premier recueil portant sur la captivité, composé « sot lo ceu d’Alemanha2 », fut publié peu après le retour de Camproux en France, par les soins d’Ismaël Girard à la SEO en 1942.

  • 3 Ces poèmes ont été publiés de manière éparse dans diverses revues et anthologies ; la première éta (...)
  • 4 Carles Camprós, Òbra poëtica occitana, op. cit., 39-57.
  • 5 Carles Camprós, Bestiari. Pœmas, Toulouse, Institut d’estudis occitans, 1947.

2Camproux composa au cours des deux années suivantes un ensemble de poèmes réunis tardivement sous le titre de Poëmas de Resistència3. Contrairement à L’an quaranta e tres4 et au Bestiari5, écrits eux aussi au cours de la seconde guerre mondiale, les poèmes de Résistance, à l’instar des poèmes de captivité, proposent une poésie de l’événementiel se référant à la guerre.

3Par « poésie de l’événementiel », nous entendons une poésie dans laquelle, d’une part, les événements réels vécus par le poète constituent le principal référent explicite de l’écriture et dans laquelle, d’autre part, cette somme d’événements particuliers qui constituent le contexte d’écriture informent les poèmes de manière préhensible.

4Après avoir étudié dans quelle mesure les poèmes de guerre de Charles Camproux relèvent de cette poésie de l’événementiel, nous aborderons la question du rapport qu’a entretenu le poète dans l’écriture de ces deux recueils avec la tradition littéraire. Bien que ses poèmes de captivité et de résistance offrent une poésie qui dit le monde tel qu’il apparaît dans le vécu—ce monde qui est par-delà le monde autonome de la tradition littéraire —, cette poésie tire aussi sa force de sa relation avec la tradition. Une relation caractérisée par la diversité des influences qui traversent l’écriture de Camproux ainsi que par son refus d’inscrire son œuvre dans un quelconque mouvement littéraire.

5La somme des ces éléments nous permettra, en dernière analyse, de préciser dans quelle mesure l’œuvre de Charles Camproux participe du renouveau de la création poétique occitane entre les années trente et soixante.

6L’importance que Charles Camproux donne à l’événementiel se manifeste dès ses premiers écrits politiques.

  • 6 Carles Camprós, Per lo camp occitan, Narbone, Lombard, 1935.Manifeste pour un fédéralisme intranat (...)

7Dans l’introduction de Per lo camp occitan6, paru en 1935, c’est explicitement et uniquement à partir de l’événementiel que Camproux entend avoir développé sa réflexion :

  • 7 Il s’agit de la première partie du manifeste.
  • 8 « Les notes occitanes ont été écrites au fur et à mesure de l’année 1932, dans l’esprit d’occitani (...)

Las notas occitanas7 son estadas escrichas a flor e mesura de l’an 1932, dins l’esperit d’occitanizar la pensada que sorgenta dins las leiçons donadas per los esdeveniments de la vida vidanta del monde sencer8.

8Cette préséance qu’il accorde à l’événementiel en tant que théoricien politique se retrouve au cœur de sa pratique poétique dans ses poèmes de guerre.

9Le 11 juin 1940, suite à la défaite d’Epoyes, Camproux fut fait prisonnier aux stalags d’Altengrabaun, il effectua aussi des travaux forcés dans une ferme à Falingbosten et termina sa captivité aux stalags dont il s’évada en 1941. C’est en captivité donc que Charles Camproux écrivit ses Poemas sens poesia ; en captivité, certes, mais il les lut et les partagea avec ses compagnons prisonniers de guerre.

10À son retour en France, il s’installa à Montpellier avec sa femme et leur fille aînée, Odette. Parallèlement à ses activités universitaires, il participa activement à la Résistance armée et composa, dans le plus grand secret, ses douze Poëmas de Résistència entre 1943 et 1944.

  • 9 « ...connaissent déjà certains de ces vers et les ont appris par cœur », Carles Camprós, Pœmas sen (...)

11Dans les poèmes de captivité et de Résistance, les événements réels vécus au cours de cette période sont l’unique référent sur lequel repose l’écriture. Le recueil Poemas sens poesia est essentiellement composé de diptyques constitués d’un poème en prose et d’un poème à la versification régulière. Le poème en prose situe l’événement à l’origine de l’écriture du diptyque et la pièce versifiée apparaît comme un développement plus intime de l’événement en question. Si c’est bien l’événement réel qui fonde l’écriture des poèmes de guerre, c’est cette somme d’événements particuliers constituant le contexte d’écriture qui dicte leur forme. En effet, Camproux savait dans l’instant même de la rédaction des poèmes de captivité qu’il les partagerait avec ses compagnons par le biais de la lecture au groupe. Les poèmes sont ainsi écrits de façon à être aisément mémorisés grâce aux refrains et aux répétitions qui ne sont pas sans rappeler la structure des chansons populaires, familières à la communauté des captifs. La préface de 1942 nous apprend, à ce sujet, que certains d’entre eux « ja conèisson d’aqueli vers e li sabon de còr9. »

  • 10 « Il participe à la fondation du “Club des Tordus” dont l’objectif est d’organiser la résistance à (...)

12Outre ce premier aspect formel, le contexte d’écriture va dicter un usage particulier des pronoms personnels. La première personne du pluriel est employée de manière récurrente dans les poèmes en prose où Camproux s’exprime au nom de la communauté des captifs. Comparativement, l’emploi de la première personne du singulier prévaut dans les poèmes versifiés. Cependant, bien que ces derniers correspondent à un développement plus intime des événements, le « je » ne désigne pas toujours exclusivement le poète. Tel est le cas dans le poème intitulé « Lo cor de l’òme es un enfant » où Camproux exprime la souffrance commune à la première personne. Qu’elle soit nostalgique, tendue vers la liberté, qu’elle décrive les peines partagées, ou qu’elle exprime la souffrance de l’instant, l’écriture est un acte de résistance à la fois individuelle et commune et apparaît comme le pendant psychique de la résistance matérielle que Camproux orchestra avec le « club des tordus10 ».

13Cette relation constitutive qu’entretient l’écriture avec les événements réels et avec cette somme d’événements constituant le contexte de la création, se retrouve dans les Poëmas de Resistència. Une fois encore, ce sont bien les événements réels qui constituent l’unique référent sur lequel repose l’écriture. Dans ces douze poèmes, Camproux exprime le paroxysme de l’horreur, à savoir la mort dans tous les rapports qu’il a pu entretenir avec elle : lorsqu’il l’a attendue, affrontée et aussi donnée. Parmi les événements référentiels figurent la pendaison de sept jeunes résistants dans « Li penjats », la mort donnée par Camproux à un jeune soldat allemand dans « Kamerad franzose » ou encore la menace de se faire fusiller dans « Còsta la muralha ». Le poète a pris soin, à la suite de certains poèmes, de situer dans le temps et dans l’espace l’événement réel qui est l’objet de leur écriture. Ainsi au bas de « Còsta la muralha », pouvons-nous lire :

  • 11 « Août 1944, pris par les troupes ennemies, dos contre la muraille du parc de Gaujac devant les mi (...)

Agost de 1944, pres per li tropas enemigas, l’esquina contra la muralha dau pargue de Gaujac davant li mitralhets alemands ambe tres companhs11.

14Dans ces douze poèmes, le contexte d’écriture a un rôle déterminant. Camproux les composa en liberté, cependant, ceux-ci devant demeurer impérativement secrets, ils furent écrits dans une solitude à la fois complète et forcée. Or, cette nouvelle forme d’enfermement domine dans l’écriture où le contexte apparaît tout aussi clairement que dans les poèmes de captivité. Ces douze poèmes sont l’expression de la nécessité de dire, de témoigner mais aussi de mettre à distance les événements ; nécessité d’autant plus impérieuse que le poète ne peut partager ni son vécu ni les poèmes dont celui-ci est l’objet. Ainsi, seul face à ses actes, à la mort qu’il a donnée, Camproux ressuscite sa victime, le temps de lui dire ce que les balles ont tu :

  • 12 « Moi je tire camarade/ [...] et cependant camarade/ je ne te hais pas, je ne te hais pas », ibid. (...)

Kamerad franzose
Ieu tire cambarada
[...]
e pasmens cambarada
ieu non t’aïsse, ieu non t’aïsse12.

15C’est aussi par la médiation de l’écriture que Camproux, dans l’impossibilité du partage, répond à la nécessité intérieure de justifier ses actes (« Son toti mòrts ») :

  • 13 « Nous les massacrerons à notre tour/ Sans la haine du bourreau/ Nous les massacrerons un beau jou (...)

Li chaplarema nòste torn
Sens l’aïrança dau borrèu
Li chaplaren un brave jorn [...]
Segon la Lei qu’eli an vougut13

16Camproux a lui-même revendiqué la dimension centrale de l’événement dans sa pratique poétique puisque c’est par l’événement qu’il explique l’écriture de ces deux recueils :

  • 14 « Poëmas sens poësia furent écrits par ce que j’étais en captivité, avec tout un poids en-dehors e (...)
  • 15 « Les Poëmas de Resistència furent écrits dans les périodes d’accalmie, plus terribles encore que (...)

« Poëmas sens poësia foguèron escrichs pèr çò qu’ère en captiviá, amb tot un pes en defòra e pèr dessus14. » ; « Li Poëmas de Resistència foguèron escrichs dins li momentas de calama, mai tarriblas que non lis autri, de dintre la Resisténcia15 ».

  • 16 Philippe Gardy « Au plus près des mots. Charles Camproux écrivain d’oc », Lengas, 53, 57-69.
  • 17 Carles Camprós, Soleu roge, Enèrgas, Vent terral, (coll. Paratge no 7), 1984.
  • 18 Philippe Gardy, art. cit., 67.
  • 19 Ibid., 67.
  • 20 Ibid., 61.
  • 21 Ibid., 57.

17Philippe Gardy a apporté un éclairage supplémentaire sur la dimension événementielle de l’écriture de Charles Camproux. Dans un article publié par la revue Lengas16, celui-ci présente l’écriture des récits réunis sous le titre de Solèu Roge17 — textes contemporains de la période de composition du Bestiari et des Poëmas de Resistència —, comme l’expression d’une « évidente recherche de la tension dans l’évitement du commentaire18 », d’une « volonté têtue de trouver la ligne droite du dire et de s’y tenir, jusqu’aux limites du récit19 ». Philippe Gardy a montré combien cette recherche, dans la prose comme dans la poésie de Camproux, se constitue dans le rythme, lequel apparaît selon lui comme « le lieu de la nécessité attachée à l’acte poétique d’écrire » et qu’il comprend comme « l’aveu de la connivence avec l’instant vital20 ». Cette description de l’écriture des proses de Solèu Roge s’applique aussi bien aux poèmes de guerre, parcelles de cette œuvre globale qui se caractérise, comme l’écrit Philippe Gardy, par la recherche de l’« exacte mesure, de la complémentarité vraie entre l’individu, le temps et le monde en train de s’accomplir21 ». On ne saurait mieux décrire une écriture de l’événementiel.

18Le fait que cette poésie soit une poésie de l’événementiel détermine le rapport qu’entretient son auteur avec la tradition littéraire. Les deux éléments qui caractérisent ce rapport sont, d’une part, la diversité des influences qui traversent son écriture et, d’autre part, son refus d’inscrire son œuvre dans un quelconque mouvement littéraire.

19Sans prétendre à l’exhaustivité, nous nous proposons d’illustrer la diversité des influences qui traversent ces deux ensembles poétiques.

  • 22 Carles Camprós, Peire Cardenal, Tròces causits, Montpellier, Petits Classiques Occitans, CEO, 1972
  • 23 « les dieux de notre République », Carles Camprós, Òbra poëtica occitana, op. cit., 34.

20Camproux s’intéressa de près à la littérature troubadouresque, notamment au maître du sirventés Pèire Cardenal auquel il consacra un ouvrage22 et de nombreux articles. S’inspirant d’une tradition initiée par les troubadours, Camproux composa un sirventés intitulé « A nosti mestres » qui clôt le recueil de captivité. Dans ce poème dont la facture formelle illustre son habileté en matière de versification, Camproux présente, dans la tradition du genre, une satire morale particulièrement véhémente à l’encontre des chefs du gouvernement parisien qu’il appelle ironiquement « li dieus de nòsta Republica23 ». De manière moins évidente, le sirventés est cependant discrètement présent dans les deux recueils chaque fois que Camproux, par le truchement du poème, dénonce la politique, la morale ou les actes des ses ennemis, parmi lesquels figure tout homme dont l’action s’inscrit en faux contre son humanisme foncier.

21Cet humanisme qui définit si bien le personnage de Camproux s’exprime pleinement dès ses premiers écrits destinés à l’espace public, à savoir les articles politiques des années trente, et se retrouve dans les deux ensembles poétiques qui nous intéressent.

  • 24 Ibid., I-IV.

22Jean Larzac, dans la préface24 de l’Òbra Poëtica Occitana de Camproux, rappelle brièvement qu’on reconnaît dans le message de fraternité des Poemas sens poesia l’héritage de l’école marseillaise.

  • 25 Ibid., II.
  • 26 Valère Bernard, La Pauriho, Marseille, Association Typographique d’édition, 1899.

23L’influence de l’école marseillaise dans la composition des deux recueils se ressent de manière encore plus évidente dans une dimension que Jean Larzac évoque en ces termes au sujet des poèmes de captivité : « dès le premier poème, triomphe l’esthétisme réaliste du maître marseillais de Camproux, Valère Bernard25 ». L’esthétique réaliste présente dans les poèmes de guerre trouve sans doute ses principaux modèles au sein de l’école marseillaise. Cependant, alors que le réalisme chez le Valère Bernard de La Pauriho26 comme chez son prédécesseur Gelu, emprunte des chemins différents pour obéir à un même projet qui est celui de la dénonciation de la misère sociale, le réalisme camprousien répond à un autre projet.

24On reconnaît, par ailleurs, dans la versification des deux recueils la marque de la formation académique de Camproux. Le poète a parfaitement assimilé les leçons de versification tirées des classiques et des romantiques, comme le fit avant lui Paul Valéry. À ce sujet Max Rouquette écrit dans son compte rendu des Poemas sens poesia, paru dans la revue Òc d’automne 1942 :

  • 27 « Suivant le conseil valéryen il n’a pas cru que la rime et les lois de la poétique soient un simp (...)

Seguissent lo conselh valeriàn a pas cresagut que la rima, nimai que las leis de la poëtica siàn un simple embolh. A pensat au contrari que lo mau qu’empausavan es un benefici per lo poeta e per la poesia27.

  • 28 La Miougrano entre-duberto de Théodore Aubanel est composé de trois parties, respectivement Lou li (...)
  • 29 Charles Camproux, Histoire de la littérature occitane, Paris, Payot, 1953, 165.

25La facture formelle des poèmes versifiés relève d’une véritable virtuosité qui fut saluée par la critique dès la parution du premier recueil. Cette virtuosité tient tant à la diversité des formes poétiques qu’à l’élaboration savante de chacune d’entre elles. Cette dimension de son écriture n’est pas sans rappeler celle de Théodore Aubanel dans le Libre de l’Amour28, poète que Camproux considérait comme « un des plus grands après [Mistral29] ». Les deux poètes ont en commun d’associer une grande variété de formes poétiques, toutes aussi savantes les unes que les autres, à la recherche d’un accord entre l’écriture et l’émotion liée au contenu du poème, contenu toujours issu des circonstances.

  • 30 Guillaume Apollinaire, Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, NRF, « Bibliothèque de la Pléiade », 19 (...)
  • 31 Ibid., 240-241.
  • 32 Ibid., 229.

26On devine dans les poèmes de guerre de Camproux certaines influences issues de l’œuvre poétique de Guillaume Apollinaire. Les événements vécus au cours de la guerre apparaissent dans certains poèmes d’Apollinaire comme l’unique référent sur lequel repose l’écriture. Mais les événements qui constituent le contexte d’écriture informent aussi parfois celle-ci. Apollinaire a composé de nombreux poèmes au cours de la guerre alors qu’il était soldat et a partagé avec ses compagnons de combats les poèmes écrits durant cette période. Les moyens d’expression de ce contexte sont l’emploi de la première personne du pluriel pour désigner la communauté de soldats à laquelle il appartient, et la dédicace. Il a dédié ses Calligrammes « au plus ancien de [ses] camarades [...]mort au Champ d’Honneur30 ». Enfin, c’est exclusivement pour eux qu’il édite sur le front depuis la batterie de tir, en 1915, les poèmes de la « Case d’Armons ». Certains de ces poèmes, tels que « Les saisons31 » ou « Mutation32 », présentent une écriture qui semble les destiner à être chantés.

27Cependant, le caractère d’influence le plus marquant réside dans les poèmes où sont réunis les deux éléments de similitude que nous avons évoqués. Si seulement une petite parcelle de l’œuvre d’Apollinaire les réunit, elle offre néanmoins, par cet aspect, l’ébauche d’une poésie de l’événementiel guerrier. Ainsi, dans le poème intitulé « Il y a » (Calligrammes), Apollinaire tente-t-il de rendre compte de l’instant présent en restituant la dimension chaotique de la pensée aux prises avec l’événement

  • 33 Ibid., 280-281.

Il y a que je languis après une lettre qui tarde [...] Il y a les prisonniers qui passent la mine inquiète [...] Il y a un cimetière plein de croix à 5 kilomètres [...] Il y a ma selle exposée à la pluie [...] Il y a l’amour qui m’entraîne avec douceur33...

  • 34 Ibid., 739.
  • 35 Ibid., 285-286.
  • 36 Ibid., 741.
  • 37 Ibid., 259-260.

28Dans ce poème comme dans « Qu’est ce qui se passe34 », « Simultanéités35 », « La nuit descend comme une fumée rabattue36... » ou encore « Dans l’abri-caverne37 », Apollinaire aborde l’événement tel qu’il est vécu intérieurement. La description de ce qui se présente à son regard se trouve mêlée à l’expression d’émotions, de sensations, de souvenirs, ou d’images. On retrouve chez Camproux cette relation à l’événement qui consiste à associer sa description factuelle aux pensées et aux émotions qui y participent dans sa dimension intime.

29Nous achèverons cette brève analyse des diverses influences présentes dans l’écriture des poèmes de guerre de Camproux en évoquant l’inspiration qu’il a pu trouver dans la poésie de Paul Claudel sous le patronage duquel il plaça son Bestiari.

30Bien que son séjour en Chine ait dépendu de causes strictement professionnelles, Claudel y a connu l’expérience et les sentiments qui sont le lot des exilés. Dans Connaissance de l’Est, retenu loin de tous ceux qui lui sont chers, le poète tente de supporter l’exil en décrivant, par la poésie, l’ensemble des événements vécus dans le pays qui le retient. De ce fait, la posture poétique de Paul Claudel consiste à épouser l’événement par l’écriture plutôt que de l’en détourner par tous les artifices qu’elle pourrait fournir. Il définit d’ailleurs, dans son Introduction à un poème sur Dante, sa conception de l’écriture poétique en ces termes :

  • 38 Paul Claudel, Œuvres en prose, (édition de Charles Galpérine et Jacques Petit, préface de Gaëtan P (...)

L’objet de la poésie, ce n’est pas, comme on le dit souvent, les rêves, les illusions ou les idées. C’est cette sainte réalité, donnée une fois pour toutes [...] C’est tout cela qui nous regarde et que nous regardons38.

31C’est de ce même passage que Camproux a tiré l’épigraphe de son Bestiari :

  • 39 Carles Camprós, Bestiari. Pœmas, op. cit., 7.

Le but de la poésie n’est pas, comme dit Baudelaire, de plonger au fond de l’Infini pour trouver du nouveau, mais au fond du défini pour y trouver de l’inépuisable39.

  • 40 Philippe Gardy, Art. cit., 57.

32La place que Camproux accorde ce faisant à la conception de l’écriture poétique de Paul Claudel nous semble révélatrice d’une façon déterminante de l’influence de celui-ci sur le poète occitan. Malgré les différences apparentes que peuvent présenter leurs deux poésies, l’une étant principalement constituée de poèmes brefs savamment versifiés, l’autre de longs textes en prose poétique, leurs deux écritures obéissent à la même exigence du dire. Leurs poésies sont toutes deux des poésies de l’événementiel restituant en une « exacte mesure [...] la complémentarité vraie entre l’individu, le temps et le monde en train de s’accomplir40 ». Seuls les distinguent les événements référents qui sont issus pour l’un de l’univers de la guerre et pour l’autre d’un univers extrême-oriental, paisible et empreint de spiritualité. Tendue vers l’expression du spectacle des êtres et des choses, l’écriture claudélienne, dans Connaissance de l’Est, est abondante et foisonnante parce qu’elle tente de rendre compte de la totalité dilatée de ce qui se présente au poète lors de ses pérégrinations. L’écriture de Camproux épouse de la même manière le monde réel et présent, qu’il soit en situation d’exil ou confronté à l’horreur de la guerre. Il s’agit cependant pour lui, notamment dans les Poëmas de Resistència, de restituer la violence des événements, aussi condense-t-il la force des images et des émotions dans des formes poétiques brèves.

  • 41 « le rabâchage de la tradition félibréenne », Òc, 1946-1947-1948, (no 169 d’après le catalogue de (...)
  • 42 « le goût du naturalisme français et le réalisme », Carles Camprós, Bestiari. Pœmas, op. cit., 80.
  • 43 « l’imitation du style romantique ou parnassien », Ibid., 80
  • 44 Philippe Gardy, art. cit., 64.

33Le caractère ouvert des influences qui traversent l’écriture de ces deux recueils s’assortit chez Camproux d’une volonté de ne pas inscrire son œuvre dans un quelconque mouvement littéraire afin de ne pas enfermer, de ce fait, son écriture dans la répétition de principes qui caractérisent tout mouvement littéraire. Camproux désire que son écriture demeure avant tout en prise avec l’événement, ce qu’interdit toute forme de conservatisme. Aussi maintient-il son écriture hors du conservatisme du mouvement félibréen en particulier, mais aussi de toute forme de conservatisme littéraire. Dans un article publié par la revue Òc en 1948 Camproux déclare que « lo repepium de la tradicion felibrenca41 » empêche Henry Mouly de créer une grande œuvre romanesque en langue occitane. Dans la postface de son Bestiari publié en 1947, il affirme déjà fermement la nécessité d’une rupture avec la tradition félibréenne et d’une prise de distance à l’égard des divers courants poétiques qui ont marqué son époque pour que survienne un renouveau de la création poétique occitane. Camproux y dénonce le tort fait à celle-ci par « lo gost dau naturalisme francimand e lo realisme42 » et par « l’imitacion dau gaubi romantic o parnassian43 ». Enfin, s’il reconnaît le bénéfice de la leçon donnée par le surréalisme parisien, il affirme aussitôt la nécessité pour la poésie d’oc de dépasser celui-ci. C’est ainsi que Camproux définit son écriture en particulier, et celle d’autres jeunes poètes de langue d’oc, tant « à l’écart » comme l’a écrit Philippe Gardy « de la rhétorique félibréenne que des modes littéraires antérieures françaises44 ». Camproux s’est cependant bien gardé de réunir cette nouvelle génération dans un mouvement spécifique.

34De par sa dimension événementielle, l’écriture poétique des deux recueils est entièrement ouverte au monde réel et présent, ouverte à ce monde immanent qui se situe par-delà le monde autonome de la tradition littéraire. Il s’agit pour Camproux de décrire l’événement dans sa dimension intime et singulière. Pour ce faire, le poète choisit librement les formes qui lui permettent de rendre compte au mieux de la spécificité de l’événement.

35Cette exigence interdit le conservatisme que constitue l’adhésion à un mouvement littéraire en particulier. Car toute adhésion à un mouvement littéraire nécessite la répétition de valeurs et de principes formels et thématiques. Dans ce cas l’écriture ne peut plus se subordonner à l’événement car elle se subordonne avant tout à un ensemble de règles qui le déforment ou bien l’occultent parfois entièrement.

36Refusant toute forme de conservatisme littéraire, Camproux a donc recouru de manière ouverte à une diversité de modèles, faisant ainsi exploser les frontières qui séparent ceux qui l’ont inspiré.

37Par la rencontre de ces trois éléments, Camproux a su allier modernité et tradition de manière originale et novatrice. De ce fait son œuvre participe du renouveau de la création poétique occitane autour des années cinquante.

38Cependant, fidèle à sa conception de la création littéraire, Charles Camproux a su créer une œuvre à part, qui ne s’inscrit pas dans les mouvements dessinés dans l’écriture de jeunes auteurs de cette génération. On peut alors se demander pourquoi l’œuvre de Camproux n’a pas initié de mouvement littéraire. C’est que, tout aussi fidèle à sa conception de la création littéraire, Camproux ne souhaitait pas que son œuvre inaugurât une nouvelle tradition. On comprend alors la raison de la brièveté de son œuvre et du silence qu’il a ensuite observé. Ce silence n’est-il pas à comprendre comme une affirmation renouvelée de sa conception de la création littéraire, comme l’illustrent ces quelques mots de Charles Camproux écrits en 1966 :

  • 45 « Ce n’est pas un conservatisme qui fera germer les lettres occitanes, c’est une création tournée (...)

Non es un manteniment que farà grelhar li letras d’òc, es una creacion deus l’avenidor. [...]. Crese pas a unmandarinarisme literari d’oc [...] siau mai pagat de gaug de vèire un joine escriure en òc [...] que de me vèire un autre còp, ieu publicat45.

Bibliographie

Bibliographie

Apollinaire, Guillaume. Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, NRF, « Bibliothèque de la Pléiade ».

Aubanel, Théodore. La grenade entr’ouverte — Les filles d’Avignon — Le soleil d’outre-tombe, Œuvres complètes, tome 1, Avignon, Aubanel.

Bernard, Valère. La Pauriho,Marseille, Association Typographique d’édition.

Broglia, Guy. Guy Broglia canta la terra d’oc, Nîmes, IEO Gard.

Camprós, Carles. Per lo camp occitan, Narbonne, Lombard.

Camprós, Carles. Poemas sens poesia, Toulouse, Societat d’estudis occitans, Biblioteca occitana, no 1.

Camprós, Carles. Bestiari. Poemas, Toulouse, Institut d’estudis occitans.

Camprós, Carles. « Un romancier lengadocian. EnricMouly. », OC, 169 (d’après le catalogue de Ricard), 162-164.

Camproux, Charles. Histoire de la littérature Occitane, Paris, Payot.

Camprós, Carles. « Es l’ome occitan que tornara ar46 la lenga », in « Santat o fin dels temps », Viure, 7, 10-12.

Camprós, Carles. Peire Cardenal, Tròces causits, Petits Classiques Occitans, CEO, Montpellier.

Camprós, Carles. Òbra poëtica occitana, Montpellier, Occitània / Institut d’estudis occitans.

Camprós, Carles. Poëmas de Resistència, Montpellier, Occitània, s.d.

Camprós, Carles. Soleu roge, Enèrgas, Vent terral, (coll. Paratge no 7).

Claudel, Paul. Connaissance de l’Est, Paris, Gallimard, NRF.

Claudel, Paul. Œuvres en prose, Paris, Gallimard, NRF, « Bibliothèque de la Pléiade ».

Gardy, Philippe. « Au plus près des mots. Charles Camproux écrivain d’oc », Lengas, 53, 57-69.

Lafont, Robert et Bernard Lesfargues. La jeune poésie occitane, (préface de Pierre Darmangeat), Paris, Le triton bleu.

Lafont, Andrée-Paule. Anthologie de la poésie occitane, Paris, Les éditeurs Français réunis.

Petit, Jean-Marie. Hommage à Charles Camproux, Béziers, Centre International de Documentation Occitane / Occitània.

Ricard, Georges. Tables analytiques et signalétiques de la revue oc, 1924-1977, Béziers, Centre International de Documentation Occitane.

Roqueta, Max. « Poemas sens poesia », Òc, 2, 20-21.

Notes

1 Carles Camprós, Pœmas sens pœsia, Toulouse, Societat d’estudis occitans, Biblioteca occitana n° 1, 1942. Jean-Marie Petit a réuni en un seul volume l’œuvre poétique complète de Charles Camproux dans l’Òbra poëtica occitana,Montpellier, Occitània et Institut d’estudis occitans, 1983.

2 Sous le ciel d’Allemagne, Carles Camprós, Pœmas sens pœsia, op. cit., VII.

3 Ces poèmes ont été publiés de manière éparse dans diverses revues et anthologies ; la première étant l’anthologie La jeune poésie occitane, composée par Bernard Lesfargues et Robert Lafont, Paris, Le triton bleu, 1946. « Li penjats » et « Lo planh de l’uganaud vièlh » furent mis en chanson par Guy Broglia dans le disque Guy Broglia canta la terra d’oc, Nîmes, IEO Gard, 1966. Ils furent pour la première fois réunis dans leur totalité, sous le titre « 12 pœmas de Resistència », par Jean-Marie Petit dans l’Òbra poëtica occitana, op. cit., 59-75. Un tiré à part « réservé aux amis de Carles Campros » fut réalisé parallèlement sous le titre : Carles Camprós, Poëmas de Resistència, Montpellier, Occitània, s.d.

4 Carles Camprós, Òbra poëtica occitana, op. cit., 39-57.

5 Carles Camprós, Bestiari. Pœmas, Toulouse, Institut d’estudis occitans, 1947.

6 Carles Camprós, Per lo camp occitan, Narbone, Lombard, 1935.Manifeste pour un fédéralisme intranational et international. La citation est tirée de la préface.

7 Il s’agit de la première partie du manifeste.

8 « Les notes occitanes ont été écrites au fur et à mesure de l’année 1932, dans l’esprit d’occitaniser la pensée surgissant dans les leçons données par les événements de la vie quotidienne du monde entier. »

9 « ...connaissent déjà certains de ces vers et les ont appris par cœur », Carles Camprós, Pœmas sens pœsia, op. cit., VII.

10 « Il participe à la fondation du “Club des Tordus” dont l’objectif est d’organiser la résistance à l’intérieur du camp. Pour lutter contre le découragement de ses camarades, il crée une Université de Camp où il fait des conférences sur Mistral, sur les Troubadours, sur la Civilisation de l’Amour. Il apprend suffisamment d’allemand pour mettre en place, avec quelques intimes, un réseau d’évasion. ». Extrait de la biographie écrite par Jean Marie Petit in Hommage à Charles Camproux, Béziers, Centre International de Documentation Occitane et Occitània, 1983.

11 « Août 1944, pris par les troupes ennemies, dos contre la muraille du parc de Gaujac devant les mitraillettes allemandes avec trois compagnons », Carles Camprós, Òbra poëtica occitana, op. cit., 75.

12 « Moi je tire camarade/ [...] et cependant camarade/ je ne te hais pas, je ne te hais pas », ibid., 63.

13 « Nous les massacrerons à notre tour/ Sans la haine du bourreau/ Nous les massacrerons un beau jour/ [...] Selon la loi qu’eux ont voulue », Ibid., 66.

14 « Poëmas sens poësia furent écrits par ce que j’étais en captivité, avec tout un poids en-dehors et au-dessus de moi », Viure, 7, Nîmes, automne 1966, 10.

15 « Les Poëmas de Resistència furent écrits dans les périodes d’accalmie, plus terribles encore que les autres, depuis l’intérieur de la Résistance », ibid., 10.

16 Philippe Gardy « Au plus près des mots. Charles Camproux écrivain d’oc », Lengas, 53, 57-69.

17 Carles Camprós, Soleu roge, Enèrgas, Vent terral, (coll. Paratge no 7), 1984.

18 Philippe Gardy, art. cit., 67.

19 Ibid., 67.

20 Ibid., 61.

21 Ibid., 57.

22 Carles Camprós, Peire Cardenal, Tròces causits, Montpellier, Petits Classiques Occitans, CEO, 1972.

23 « les dieux de notre République », Carles Camprós, Òbra poëtica occitana, op. cit., 34.

24 Ibid., I-IV.

25 Ibid., II.

26 Valère Bernard, La Pauriho, Marseille, Association Typographique d’édition, 1899.

27 « Suivant le conseil valéryen il n’a pas cru que la rime et les lois de la poétique soient un simple embarras. Il a pensé au contraire que le mal qu’elles imposaient est un bénéfice pour le poète et pour la poésie », Òc, automne 1942, 2, Toulouse, SEO, (no 159 d’après le catalogue de Georges Ricard), 20-21.

28 La Miougrano entre-duberto de Théodore Aubanel est composé de trois parties, respectivement Lou libre de l’amour, L’entre-lusido et Lou libre de la mort. Théodore Aubanel, La Miougrano entre-duberto, Avignon, Roumanille, 1860.

29 Charles Camproux, Histoire de la littérature occitane, Paris, Payot, 1953, 165.

30 Guillaume Apollinaire, Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, NRF, « Bibliothèque de la Pléiade », 1965, 164.

31 Ibid., 240-241.

32 Ibid., 229.

33 Ibid., 280-281.

34 Ibid., 739.

35 Ibid., 285-286.

36 Ibid., 741.

37 Ibid., 259-260.

38 Paul Claudel, Œuvres en prose, (édition de Charles Galpérine et Jacques Petit, préface de Gaëtan Picon), Paris, Gallimard, NRF, « Bibliothèque de la Pléiade », 1965.

39 Carles Camprós, Bestiari. Pœmas, op. cit., 7.

40 Philippe Gardy, Art. cit., 57.

41 « le rabâchage de la tradition félibréenne », Òc, 1946-1947-1948, (no 169 d’après le catalogue de Georges Ricard), 164.

42 « le goût du naturalisme français et le réalisme », Carles Camprós, Bestiari. Pœmas, op. cit., 80.

43 « l’imitation du style romantique ou parnassien », Ibid., 80

44 Philippe Gardy, art. cit., 64.

45 « Ce n’est pas un conservatisme qui fera germer les lettres occitanes, c’est une création tournée vers l’avenir. [...] Je ne crois pas à un mandarinat littéraire occitan. Je suis plus heureux de voir un jeune écrire en occitan [...] que de me voir, une fois de plus, publié », Viure, op. cit., 12.

46 Sic. Comprendre sans doute « far ».

Auteur

Université Montpellier III — RedÒc / ETOILL,

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540