Version classiqueVersion mobile

Un temps pour tout

 | 
Marie Blaise
, 
Anita Gonzalez-Raymond

Quatrième partie — Paradoxes

« L’historien est un prophète tourné vers le passé » Réflexions sur le rôle de la référence médiévale dans la pensée de l’autorité chez quelques historiens romantiques (Quinet, Michelet, La Villemarqué...)

Elvia Olive

Texte intégral

1Dans le domaine des études sur ce que l’on peut appeler « Le Moyen Âge des romantiques », la question des mutations de l’autorité constitue un champ d’investigation digne d’intérêt. Et pour cause : si l’on considère que, certes, l’époque médiévale n’était pas absente des préoccupations littéraires, philosophiques, historiques... avant le xixe siècle, on ne peut que constater que le changement réside en grande partie dans la relation que les hommes de lettres, les philosophes, les historiens, ont pu avoir avec ce passé médiéval. Plus exactement, parallèlement à cet enthousiasme qui assurera à l’époque médiévale, avec l’avènement du Romantisme, une place de choix qu’on ne lui contestera plus dans les histoires littéraires, une mutation se constitue au cœur même de la pensée de « l’autorité » des romantiques, qui (et ce sera l’objet de notre réflexion) se constitue en référence directe au Moyen Âge.

2La construction et la mutation de cette « autorité » concernent particulièrement « les historiens romantiques », plus spécifiquement encore ceux qui ont fait de l’étude du Moyen Âge leur domaine de prédilection.

  • 1 Ferdinand Brunetière, Histoire de la langue et de la littérature française au Moyen Âge, Belin, Par (...)

3Dans un souci de contextualisation, il faut peut-être rappeler déjà que la mise en place du « statut » d’historien médiéviste au xixe siècle est entièrement liée, au début du siècle, à un élément tout à fait circonstanciel : un soutien institutionnel sans précédent qui accompagne la redécouverte romantique de l’époque médiévale (École des Chartes, École pratique des hautes études, Nouvelle Sorbonne, création en 1852 d’une chaire de Langue et Littérature française du Moyen Âge au Collège de France...), tout un ensemble d’organisations, de structures, qui assurent le soutien et la légitimité, tout au long du siècle, de celui que l’on appelle désormais le « médiéviste ». Le Moyen Âge va donc devenir une référence directe pour tous ceux qui, désormais, se pensent comme représentants de la discipline historique (en formation tout au long du siècle). Brunetière ne s’y trompera pas, affirmant à la fin des années 1870 : « Le Moyen Âge appartient aux érudits : ils en ont fait leur chose, leur domaine, leur fief, et depuis tantôt un siècle ils règnent — mais ils règnent souverainement — sur huit ou neuf cents ans de littérature et d’histoire. Nul ne contestera qu’ils ont exercé l’empire au plus grand profit de l’histoire1. »

4Il est pourtant difficile d’assigner à la désignation d’« historien médiéviste romantique » un ensemble de caractéristiques figées et de choix poétiques arrêtés ; car c’est en convoquant les paradoxes que cette autorité se construit, en mutation donc, tout au long du siècle mais aussi au cœur des œuvres produites par les historiens.

5Les historiens romantiques ne sont plus des chroniqueurs. Ils se veulent aussi distincts des « hommes de lettres ». Pourtant, c’est en référence à ces figures d’autorité nettement identifiées et à leur pratiques, poétiques notamment, que les historiens romantiques vont devoir se situer. C’est alors dans la référence médiévale, en s’affirmant comme spécialistes de ce Moyen Âge qui reste entièrement à redécouvrir, qu’ils fondent leur légitimité, leur originalité.

  • 2 Paule Petitier, « Le récit Janus. Histoire romantique et roman balzacien », dans Balzac, une poétiq (...)
  • 3 Edgar Quinet, La Création, Germer-Baillière, Paris, 1870, t. II, p. 289. Cité par Gérard Peylet, «  (...)
  • 4 Paule Petitier, « Le récit Janus. Histoire romantique et roman balzacien », art. cit., p. 363.
  • 5 Jules Michelet, Histoire de France. Le Moyen Âge, Robert Laffont, « Bouquins », Paris, [1833-1844], (...)

6Comme Paule Petitier le rappelle, le xixe siècle est le siècle qui voit naître la philosophie de l’Histoire : « Le xixe siècle n’invente pas la relation avec le passé, mais il en modifie la nature. Alors qu’auparavant cette relation était finalisée par un contenu éthique, moral, politique, l’histoire prend au début de l’époque romantique une valeur avant tout ontologique2 ». Mais à la philosophie de l’Histoire qui est la réflexion théorique sur sa valeur ontologique, s’ajoute la poétique de l’Histoire qui n’est plus le domaine du penseur ou du théoricien, mais la préoccupation de l’écrivain et de l’historien. Pour lui, le problème de positionnement qui se pose est aussi un problème de discours et d’écriture : comment rendre compte d’une représentation du passé ? Comment trouver l’équilibre poétique ? Cette préoccupation était celle d’Edgar Quinet, écrivain, historien professeur au Collège de France au même moment que son collègue et ami Jules Michelet : « Si l’artiste s’en tient à reproduire les formes actuelles sans aucune modification, il ne se place pas dans le vivant de la nature ; son œuvre est morte. Si au contraire il imagine des formes capricieuses, sans rapport avec le réel, c’est pis encore3. » L’histoire pose le problème de la représentation, car elle « se rêve à la fois en deçà et au-dessus de la représentation4 » : cette problématique qui est inhérente au poète se pose aussi à l’historien qui veut appréhender dans toute son épaisseur le passé médiéval. Et parce qu’elle est fille de la liberté5, comme l’affirmait Michelet, l’Histoire devient pour les romantiques le moyen d’affirmer un remaniement des genres et de questionner les spécificités de l’autorité romantique.

  • 6 Edgar Quinet, Merlin l’Enchanteur, Michel Lévy frères, 2 t., Paris, 1860, p. 3-4.

7Nous pouvons convoquer ici l’exemple d’Edgar Quinet, qui affirme, au début de son Merlin l’Enchanteur, épopée fantasmée de l’enchanteur à travers les pays et les époques : « L’histoire parlait ; la tradition commandait ; il a fallu la suivre. Je commence, et toi écoute6 ». La tradition évoquée et la situation d’oralité recréée replacent le récit dans un cadre médiéval ; Quinet se dépeint à l’orée du récit comme une sorte de trouvère rapportant une « matière » préexistante qu’il ne fait que composer, conjoindre à la manière de Chrétien de Troyes, pour le plaisir du public qui l’écoute. Or, il faudrait voir au sein même du Merlin, par exemple, que cette posture de l’historien « trouvère » n’en est qu’une parmi d’autres. Elle laisse très rapidement la place à celle de l’auteur « enchanteur » qui se place sous le patronage direct de Merlin lui-même, et qui donnera naissance à une querelle érudite, dans les années 1860, opposant deux historiens qui se posent comme « ressusciteur[s] » (pour reprendre un néologisme que Michelet employa à son époque) de Merlin ; nous proposons ici de développer succinctement les éléments de cette querelle afin de souligner quelles problématiques elle soulève concrètement dans l’ordre de l’« autorité » romantique.

  • 7 Ibid., « Préface », p. i.
  • 8 Ibid., t. ii, p. 201.
  • 9 Ibid., t. i, « Préface », p. i.
  • 10 Ibid., p. x.
  • 11 Ibid., p. x.
  • 12 Ibid., p. viii.

8Edgar Quinet publie son Merlin l’Enchanteur en 1860. La même année, Théodore Hersart de La Villemarqué, philologue et spécialiste du folklore celte, envisage l’impression de son Myrdhinn ou l’enchanteur Merlin. Les préfaces des deux livres comportent des réflexions jumelles sur le rôle de l’historien, ses choix poétiques, et son rapport à la matière médiévale ressuscitée sous sa plume. La même dialectique s’y déploie, savant dosage entre le ton littéraire de l’ouvrage — Quinet, par exemple, se vante d’« ouvrir de nouvelles routes à l’imagination7 » — et la rigueur appliquée aux recherches savantes qui sont le fondement d’une démarche d’abord historienne. Cette querelle serait anecdotique si elle ne nous dévoilait pas plusieurs des problématiques qui se jouent alors dans le domaine de l’« autorité » historienne romantique. Puisqu’il s’agit d’autorité avant tout. Voilà ce qu’écrit Quinet dans la préface de son Merlin : « Le monde est plein, dans le siècle où nous sommes, d’auteurs qui vont voler les héros que d’autres se sont donné la peine de déterrer. Je vous répète (cela est sérieux) que le mien m’a été enlevé... Voler un héros confié à la bonne foi publique, c’est bien pis mille fois que de voler à un homme son trésor dans une vieille cassette8 ». Hersart reprend cette citation-là dans sa propre préface et confirme qu’il s’agit avant tout d’une querelle « d’autorité » : celle-ci réside dans la légitimité de l’auteur à se déclarer le chantre de la matière « bretonne » en convoquant Merlin. Le premier problème réside dans la nationalisation que Quinet projette sur le personnage de Merlin, et qui est nettement affichée dès la préface : faisant de Merlin « le premier patron de la France » et aussi le « [s]ien9 », Quinet affirmait ressusciter depuis le « fonds commun » national une légende qui « est l’âme de la tradition française10 ». Son autorité à s’emparer, le premier depuis vingt ans, de la légende de Merlin, résidait dans son appartenance nationale, proclamée comme légitimation de son œuvre, puisque « Tout Français possède en soi de quoi l’augmenter, la rajeunir, la vivifier d’une sève nouvelle11 ». C’est en réaction à cette généralisation opérée par Quinet, qui étendait les sources du Merlin à la nation entière, mais aussi à l’humanité — il s’agissait d’écrire, dans Merlin, « la légende de l’âme humaine12 » —, que Hersart de La Villemarqué aurait rajouté au titre initial de L’enchanteur Merlin le nom celtisant de Myrdhinn.

  • 13 Théodore Hersart de La Villemarqué, Myrdhinn ou l’enchanteur Merlin, son histoire, ses œuvres, son (...)
  • 14 bid.
  • 15 Ibid., p. 55, cité dans la réédition aux Terres de Brume, Rennes, 1989, par Alain Corbellari, « Fig (...)

9La récupération nationale opérée par Quinet déclencha chez Hersart, mais aussi dans tout un cercle d’érudits régionalistes, une réaction immédiate de défense : ce n’est pas dans les sources nationales qu’Hersart déclare puiser les fondements de ses recherches, mais bien dans l’invocation de la tradition celtique personnifiée, et c’est « sous sa dictée13 » que Merlin a été créé, dans toute son épaisseur en en faisant un « personnage » « mythologique » et « romanesque », laquelle est fidèlement rendue par la multiplicité des approches de l’auteur, qui « le montre successivement sous les mêmes aspects14 ». Merlin, ensuite, sera présenté par Hersart, dans la lignée de Quinet, comme le patron de la France médiévale poétique : « sans cesser d’être un héros national, il devient un héros pour l’humanité15 ». Si les fondements de l’argumentation ne sont pas les mêmes, les finalités dévoilées sont donc assez similaires chez les deux auteurs.

  • 16 Théodore Hersart de la Villemarqué, Myrdhinn ou l’enchanteur Merlin, op. cit., « Préface », p. i.
  • 17 Ibid., p. ii.
  • 18 Ibid., p. iii.

10Le discours d’attaque courant concernant l’œuvre de Quinet dévoile un deuxième point de tension, qui réside dans l’ambiguïté auctoriale et discursive du Merlin. Hersart y fait référence comme à une « fantaisie poétique16 », laquelle oppose, dans la démesure de l’épopée, « le chantre d’Ahasvérus » au « modeste investigateur des antiquités celtiques », qui n’a pu que constater l’invasion de son « paisible petit domaine17 » par « ceux-là qu’on suppose irascibles et nerveux18 ». Les deux préfaces, celle de Quinet et celle de Hersart, se disputent l’antériorité de la découverte du Merlin comme preuve de la légitimité à s’en approprier le discours. Quinet déclarait avoir fait le plan de son ouvrage dès 1830, dédié à l’enchanteur :

  • 19 Edgar Quinet, Merlin l’Enchanteur, op. cit., t. i, p. 3.

depuis mes jeunes années, ce personnage n’a cessé de me hanter dans mes rêves, de m’obséder à mon réveil, comme s’il dépendait de moi de lui rendre une seconde fois la vie. [...] Il a frappé sans relâche à ma porte, comme un revenant que j’aurais la puissance de ramener à la lumière du jour ; et, par ses plaintes, ses gémissements, il me priait de le rappeler au souvenir de la terre oublieuse19.

  • 20 Théodore Hersart de la Villemarqué, Myrdhinn ou l’enchanteur Merlin, op. cit., « Préface », p. iii.
  • 21 Ibid., p. xi.
  • 22 Ibid., p. iv.

11Hersart rétorquera, en dressant son propre portrait à la troisième personne du singulier, dans sa préface, que « bien jeune encore, le goût du merveilleux l’entraîna sur les traces de Merlin20 », ce « personnage revenu de nos jours à la vie et à la mode, après un long oubli21 ». Ayant écouté lui-même « la voix de la tombe » dans la forêt de Brocéliande, c’est tout naturellement que Hersart s’impose comme l’« interprète du barde breton », dès son article paru en 1837 dans « une Revue en crédit », La Revue de Paris, intitulé « Visite au tombeau de Merlin22 ». L’argumentation de l’auteur tend à réhabiliter les fondements d’un discours savant, résultat de voyages en vue de collecte de légendes éparses, mais aussi de méthodes d’exploration adaptées à la modernité positiviste :

  • 23 Ibid., p. vi.

Il y a quatre ou cinq ans, dans un siècle moins positif que le nôtre, on n’eût pas manqué de rapporter d’excursions semblables quelque épopée chevaleresque, mais aujourd’hui la vogue est moins à la poésie qu’à l’observation curieuse, et j’ai vu telle page de fine critique avoir plus de succès que le gros poëme qui l’avait inspiré23.

  • 24 Ibid., p. vii.
  • 25 Ibid., p. viii.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid., p. viii.
  • 28 Ibid.

12Comme Quinet, Hersart insiste plus loin sur la « singularité », le caractère inédit de ses « présentes recherches » qui, contrairement à la simple résurrection de « vieilleries », ne peuvent en aucun cas souffrir le reproche de « futilité24 ». Cependant, l’auteur promet à son lecteur une lecture plaisante et intéressante, qui est l’apanage des « mythes », « légendes », « contes et prophéties apocryphes25 ». Mais avant tout, il s’agit de réhabiliter les légendes au rang de documents historiques — « les fables sont souvent aussi vraies que l’histoire », elles ont droit au « respect » des historiens26 — tout en reconnaissant qu’elles sont plus « amusantes27 ». Ainsi, malgré la recherche d’objectivité qui domine le discours d’Hersart, le ton divertissant propre au récit d’imagination apparaît à travers la « valeur artistique certaine28 » des récits dont il se préoccupe. Dans cette ambivalence du discours, la préface du Myrdhinn rejoint la caractéristique principale du Merlin de Quinet : le professeur au Collège de France (Quinet) tout comme le fondateur des études celtiques (La Villemarqué) se reconnaissent à la fois dans une démarche d’érudition des plus positivistes et dans la pratique de la fantaisie la plus poétique et la plus créative qui soit.

  • 29 Voir Ursula Bähler, « Gaston Paris et la philologie romane », dans Michel Zink (dir.), Le Moyen Âge (...)

13Cet exemple nous permet de revenir à une tension que l’on retrouve chez de nombreux historiens romantiques, en particulier dans le traitement de cette matière nouvelle qui s’offre à eux, le Moyen Âge. En effet, la définition de l’autorité de l’« historien » est d’autant plus problématique qu’il s’agit d’un historien « médiéviste », qui s’intéresse à une époque entièrement à redécouvrir, ne sachant pas s’il doit considérer les manuscrits comme des archives, des sources historiques, ou comme de la littérature. Ce sera une question centrale chez des historiens comme Jules Michelet ou, plus tardivement, Gaston Paris. Ainsi, pour le schématiser rapidement, l’on a pu parler de l’« anti-romantisme29 » du philologue Gaston Paris, prônant une méthode positiviste et un rapport strictement scientifique aux documents médiévaux qui sont pour lui des « sources » alors que, au contraire, Jules Michelet serait celui qui, dans son histoire, ressuscite le passé médiéval en une démarche quasi ésotérique, faisant de l’imagination créative la vertu première de l’historien. Ce serait oublier que Michelet a été nommé en 1831 chef de la section historique des Archives nationales. Ce serait aussi oublier, en ce qui concerne Gaston Paris, le contenu de ses leçons sur la poésie médiévale au Collège de France, ou encore celui de sa préface pour le Tristan et Iseut de Joseph Bédier, qui refuse implicitement de se cantonner à la sécheresse de l’érudition en ce qui concerne l’approche du Moyen Âge, et qui réserve à la poésie et à l’imagination, quoi qu’on en dise, une place de choix dans la démarche du médiéviste.

14Il semble que les « mutations » que l’on repère dans la fondation de l’autorité de l’historien romantique médiéviste reposent en grande partie sur cette tension-là : d’un côté, une pratique qui se veut de plus en plus méthodique (on arrivera au fil du siècle aux méthodes de Renan, par exemple), un travail sur les sources, les archives, et de l’autre côté, un rapport au Moyen Âge qui se vit sur le mode de la transmission, d’un héritage (il ne faut pas oublier que c’est aussi le moment où l’on s’intéresse à la philosophie de l’histoire de l’humanité, qui fait du « sujet » historique le réceptacle émotionnel et mémoriel de toute une chaîne d’individus l’ayant précédé dans l’Histoire). On retrouve évidemment cette ambivalence chez des historiens comme Michelet, qui s’en défend lui-même dans sa fameuse « Préface à l’Histoire de France » de 1869 :

  • 30 Jules Michelet, Histoire de France, Le Moyen Âge, op. cit., « Préface de 1869 », p. 25.

Je n’avais qu’une seule force, ma virginité sauvage d’opinion, et la libre allure d’un art à moi et nouveau. [...] Doctrinaires et catholiques m’y ont constamment fait la guerre, m’attaquant peu dans le détail, me louant pour me détruire et m’ôter toute autorité : “C’est un écrivain, un poète, un homme d’imagination”. Cela commença au moment où, le premier, sortant l’histoire du vague dont ils se contentaient, je la fondai sur les actes, les manuscrits, l’enquête immense de mille documents variés. [...] L’énorme dépôt des Archives me fournissait une foule d’actes à l’appui de ces manuscrits, et pour bien d’autres sujets. C’est la première fois que l’histoire eut une base si sérieuse (1837). [...] Avec de tels appuis, supérieurs à toute chronique, l’histoire va grave et forte, avec autorité30.

15Quinet également, dans son Merlin, délaissera à plusieurs moments l’autorité auto-proclamée d’enchanteur pour se rapprocher de la figure du chroniqueur — image forte, mais qui ne correspond pas vraiment, sinon dans le fantasme de son auteur, à l’écriture du Merlin :

  • 31 Ibid., p. 274.

16Est-ce à moi, d’ailleurs, de changer le cours des événements ? À Dieu ne plaise ! Les constater, les enregistrer, rien de plus, rien de moins. Voilà ma mission. Aucun obstacle ne m’empêchera de l’accomplir jusqu’au bout31.

17Il faudrait donc rappeler que la question de l’autorité de ces historiens romantiques n’est pas séparable de questions de poétique. En effet, il est toujours question pour l’historien de s’affirmer en tant qu’auteur, tout en s’attribuant pour mission l’écriture, ou plus précisément la « résurrection » du passé sous une plume qui se veut être celle de l’« histoire » ou de la « fiction », sans qu’il soit parfois possible de trancher. Gaston Paris évoquera, à la fin du siècle, les incroyables effets que l’histoire générale a produits sur la représentation totale du passé médiéval, parvenu à la résurrection promise par Michelet entre autres :

  • 32 Gaston Paris, La poésie du Moyen Âge, leçons et lectures, t. i, « Leçon d’ouverture », Hachette, Pa (...)

Quoi de plus attrayant que de se donner ce spectacle incomparable, de ressusciter par la pensée ce monde aujourd’hui disparu ; ces institutions, ces mœurs, ces langues, cet art, d’où les nôtres se sont peu à peu formés ; de faire revivre ces hommes qui sont nos pères, de pénétrer dans leur esprit, de nous imprégner de leur âme, de les voir agir, penser, chanter et aimer devant nous ? [...] L’histoire du Moyen Âge, sous les mains d’Augustin Thierry et de ses successeurs, est redevenue vivante32.

18Pour obtenir ce que Michelet évoquait comme « de l’animation », « une sorte de chaleur », la nature de la réflexion est, certes, spécifiquement historienne, mais contient aussi un questionnement d’ordre poétique ; car comment écrire le passé, le ranimer sous les yeux du lecteur ? « Quand Augustin Thierry parlait pour l’histoire de “narration” et Guizot d’“analyse”, lui [Michelet] leur opposait “résurrection” » ; il nous semble plutôt qu’il ne s’agit pas ici d’une opposition, mais bien d’une problématique commune qui est d’abord de l’ordre du poétique, ou, pour le dire autrement, du discours et de son écriture.

  • 33 Prosper de Barante (1782-1866) est l’auteur, notamment, d’un Tableau de la littérature française au (...)
  • 34 Prosper de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison des Valois, 1364-1477, dans Philoso (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid., p. 90.
  • 37 Ibid., p. 91.

19La question de la poétique intrinsèquement liée à celle de l’autorité se pose notamment chez Prosper de Barante33, qui déclarait dans son Histoire des ducs de Bourgogne, publiée en 1824, que l’historien doit « juger et raconter à la fois », tout en « manifest[ant] tous les dons de l’imagination dans la peinture exacte de la vérité34 ». « L’esprit français » caractérise une certaine approche de l’histoire qui traduit une « intention unique et sérieuse de faire prévaloir son opinion », « de donner de l’autorité à son jugement » sans toutefois « faire ressortir sa personne35 ». Nous retrouvons dans cette démarche historique tout le paradoxe plus général de l’autorité romantique, repérable également chez nombre de poètes, chez Baudelaire, ou Rimbaud, par exemple. L’historien comme le poète doit s’inscrire dans la collectivité pour en être le représentant privilégié (le poète moderne écrit pour les foules, l’historien écrit l’histoire collective), mais il tire sa légitimité à prendre la plume de son statut d’individu, de sujet particulier. Dans la discipline historique, c’est la revendication de cette subjectivité qui sert à quitter la froideur scientifique du siècle des Lumières — toujours d’après Barante, Voltaire et Hume sont dépréciés — pour mettre en scène, faire revivre le passé au prix d’une implication personnelle de l’historien. L’« auteur » doit être aussi un « narrateur ». Le discours de l’érudit ne doit pas remplacer la mise en scène du récit et des « personnages36 ». Les termes employés par Barante font référence au genre romanesque comme à la démarche proprement historienne ; et pour cause, l’ambiguïté qu’il évoque touche, de façon générale, la figure de l’Auteur romantique. Il doit épouser, dans son œuvre, « cette connaissance intime de ce qu’on a pu vivre », rendre compte enfin, de « ces souvenirs animés qu’imprime en notre esprit une sorte de sympathie avec les actions, les paroles et les sentiments des êtres humains37 ».

  • 38 « On avait entrevu la ville et les communes. Mais la campagne ? qui la sait avant le xive siècle ? (...)
  • 39 Augustin Thierry, Dix ans d’études historiques, « Préface », dans Marcel Gauchet, Philosophie des s (...)

20L’évocation de la « sympathie » comme principe d’écriture est un point central de l’histoire romantique, et rappelle évidemment la fondation de l’autorité d’historien selon Michelet. Selon ce dernier, l’autorité repose précisément sur ce principe d’empathie de l’historien avec l’homme médiéval, son frère, ce « Jacques » qui se dresse soudain sur le chemin de celui qui, dépouillant minutieusement les Archives, croise sa route38. L’on aurait pu aussi évoquer le cas intéressant d’un autre historien romantique tout aussi remarquable, Augustin Thierry, qui choisira de fonder la légitimité de son œuvre historique non pas sur un travail acharné dans l’obscurité des archives — qui a pourtant fini par le rendre littéralement aveugle — mais plutôt sur l’invention d’une filiation imaginaire avec l’homme médiéval qui le désignerait lui, porte-parole de la roture, comme le transcripteur méthodique et privilégié des fantômes du peuple : « nous sommes les fils de ces serfs [...] ; nous leur devons tout ce que nous sommes39 », écrivait-il en 1818, avant de rendre hommage plus de quinze ans plus tard à l’histoire du peuple :

  • 40 Augustin Thierry, Dix ans d’études historiques, « Préface », dans Marcel Gauchet, Philosophie des s (...)

Né roturier, je demandais qu’on rendît à la roture sa part de gloire dans nos annales, qu’on recueillit, avec un soin respectueux, les souvenirs d’honneur plébéien, d’énergie et de liberté bourgeoise ; en un mot, qu’à l’aide de la science unie au patriotisme, on fit sortir de nos vieilles chroniques des récits capables d’émouvoir la fibre populaire40.

  • 41 Michelet le reconnaîtra dans sa préface de 1869, son attention portée sur le passé n’est pas la seu (...)

21L’historien, regardant le passé avec sympathie, érigeant une posture au travers de laquelle il s’identifie à ceux que l’histoire officielle a oublié — la roture pour Thierry, la femme, gardienne des croyances populaires et martyre profane dans La Sorcière pour Michelet —, recourant à des procédés poétiques empruntés à la littérature pour rendre son discours vivant et total41, se présente comme un prophète. Littéralement, le prophétès, celui qui interprète la parole divine, est originellement celui qui « dit, annonce d’avance ». L’historien romantique ne pourra jouer son rôle de guide des foules et de penseur politique — chez Thierry par exemple nous avons vu qu’il n’y a de science qu’unie au patriotisme — qu’en interprétant les messages du passé.

  • 42  Friedrich Schlegel, Fragments de l’Athenaeum, [1798] fragment no 80 dans Philippe Lacoue-Labarthe (...)

22La modernité de l’histoire romantique, dans l’ensemble de ses problématiques — l’autorité, le discours, la poétique — se pense donc de manière privilégiée dans le rapport au passé, plus spécifiquement médiéval, qui apparaît à la sortie de la Révolution de 1789 comme un point de référence majeur. Dans l’actualité des révolutions politiques qui secoueront l’instable xixe siècle, le Moyen Âge apparaît comme un miroir dans lequel l’historien regarde et pense l’Homme « moderne ». Face à cette époque objet de recherches et de fantasmes, l’historien romantique se sent investi d’une mission sacrée : qu’on l’appelle « résurrection », « don des larmes » ou « héritage », elle touche aux fondements de l’autorité de celui qui se pense désormais, dans la lignée de l’enchanteur médiéval, comme un prophète, puisque, Friedrich Schlegel l’écrivait dans un fragment de 1798, pour le romantisme, « L’historien est un prophète tourné vers le passé42 ».

Notes

1 Ferdinand Brunetière, Histoire de la langue et de la littérature française au Moyen Âge, Belin, Paris, 1877-1878, 2 vol., cité en épigramme de « Philologie médiévale et débats esthétiques en France de l’époque romantique à l’aube de la modernité », Emmanuel Bury, dans Le Moyen Âge au miroir du xixe siècle, p. 147-167, op. cit.

2 Paule Petitier, « Le récit Janus. Histoire romantique et roman balzacien », dans Balzac, une poétique du roman, sous la direction de Stéphane Vachon, XYV éditeur, PUV, Montréal, 1996.

3 Edgar Quinet, La Création, Germer-Baillière, Paris, 1870, t. II, p. 289. Cité par Gérard Peylet, « Métamorphose de la féerie et du merveilleux dans le conte fin de siècle », dans Images de la magie, op. cit., p. 119.

4 Paule Petitier, « Le récit Janus. Histoire romantique et roman balzacien », art. cit., p. 363.

5 Jules Michelet, Histoire de France. Le Moyen Âge, Robert Laffont, « Bouquins », Paris, [1833-1844], 1981, « Préface de 1869 », p. 17.

6 Edgar Quinet, Merlin l’Enchanteur, Michel Lévy frères, 2 t., Paris, 1860, p. 3-4.

7 Ibid., « Préface », p. i.

8 Ibid., t. ii, p. 201.

9 Ibid., t. i, « Préface », p. i.

10 Ibid., p. x.

11 Ibid., p. x.

12 Ibid., p. viii.

13 Théodore Hersart de La Villemarqué, Myrdhinn ou l’enchanteur Merlin, son histoire, ses œuvres, son influence, Didier, Paris, [1860], 1862, « Préface », p. x.

14 bid.

15 Ibid., p. 55, cité dans la réédition aux Terres de Brume, Rennes, 1989, par Alain Corbellari, « Figures de Merlin : Edgar Quinet, Hersart de La Villemarqué, Gaston Paris ou : du Collège de France au Collège de France en passant par la Bretagne », dans Le Moyen Âge au miroir du xixe siècle (1850-1900), ouvrage coordonné par Laura Kendrick, Francine Mora et Martine Reid, L’Harmattan, Paris, 2003, p. 178.

16 Théodore Hersart de la Villemarqué, Myrdhinn ou l’enchanteur Merlin, op. cit., « Préface », p. i.

17 Ibid., p. ii.

18 Ibid., p. iii.

19 Edgar Quinet, Merlin l’Enchanteur, op. cit., t. i, p. 3.

20 Théodore Hersart de la Villemarqué, Myrdhinn ou l’enchanteur Merlin, op. cit., « Préface », p. iii.

21 Ibid., p. xi.

22 Ibid., p. iv.

23 Ibid., p. vi.

24 Ibid., p. vii.

25 Ibid., p. viii.

26 Ibid.

27 Ibid., p. viii.

28 Ibid.

29 Voir Ursula Bähler, « Gaston Paris et la philologie romane », dans Michel Zink (dir.), Le Moyen Âge de Gaston Paris, Odile Jacob, « Collège de France », Paris, 2004, p. 13-40.

30 Jules Michelet, Histoire de France, Le Moyen Âge, op. cit., « Préface de 1869 », p. 25.

31 Ibid., p. 274.

32 Gaston Paris, La poésie du Moyen Âge, leçons et lectures, t. i, « Leçon d’ouverture », Hachette, Paris, 1885, p. 8.

33 Prosper de Barante (1782-1866) est l’auteur, notamment, d’un Tableau de la littérature française au xviiie siècle, salué par Mme de Staël en 1809. Les douze volumes qui composent son Histoire des ducs de Bourgogne sont caractéristiques du renouveau de la méthode et de la poétique historique des romantiques. L’épigraphe, Scribitur ad narradum non probandum (ce livre est écrit pour raconter une histoire, non pour la démontrer), en résume le principe. En 1821, il traduit des drames romantiques de Schiller, et en 1859 fut l’auteur d’une remarquée Histoire de Jeanne d’Arc, succédant à la célèbre version de Michelet.

34 Prosper de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison des Valois, 1364-1477, dans Philosophie des sciences historiques, le moment romantique, textes réunis et présentés par Marcel Gauchet, « Histoire en débats », Points, Seuil, Paris, 2002, p. 88.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 90.

37 Ibid., p. 91.

38 « On avait entrevu la ville et les communes. Mais la campagne ? qui la sait avant le xive siècle ? Ce grand monde de ténèbres, ces masses innombrables, ignorées, cela perce un matin. Dans le tome troisième (d’érudition surtout), je n’étais pas en garde, ne m’attendais à rien, quand la figure de Jacques, dressée sur le sillon, me barra le chemin ; figure monstrueuse et terrible. Une contraction du cœur convulsive eut lieu en moi... Grand Dieu ! c’est là mon père ? L’homme du Moyen âge ?... « Oui... Voilà comme on m’a fait ! Voilà mille ans de douleurs !... » Ces douleurs, à l’instant je les sentis qui remontaient en moi du fond des temps... C’était lui, c’était moi (même âme et même personne) qui avions souffert tout cela... De ces mille ans, une larme me vint, brûlante, pesante comme un monde, qui a percé la page. Nul (ami, ennemi) n’y passa sans pleurer. L’aspect était terrible, et la voix était douce. Ma douleur s’en accrut. Sous ce masque effrayant était une âme humaine. Mystère profond, cruel. On ne le comprend pas sans remonter un peu. » Jules Michelet, Histoire de France. Le Moyen Âge, « Préface de 1869 », op. cit., p. 27.

39 Augustin Thierry, Dix ans d’études historiques, « Préface », dans Marcel Gauchet, Philosophie des sciences historiques, ibid., p. 48, 49 (Thierry cite un extrait d’un de ses articles dans le Censeur européen).

40 Augustin Thierry, Dix ans d’études historiques, « Préface », dans Marcel Gauchet, Philosophie des sciences historiques, ibid., p. 55.

41 Michelet le reconnaîtra dans sa préface de 1869, son attention portée sur le passé n’est pas la seule mission de l’historien « Que leur devais-je ? raconter leurs combats, me placer dans leurs rangs, me mettre de moitié aux victoires, aux défaites. Ce n’était pas assez ». Rappelant l’importance du travail spécifique de l’historien, il posait l’histoire en science totale, étude fastidieuse et complète d’une société à travers ses pratiques, son art, sa législation, discipline résolument distincte des arts (c’est ce qui différencie l’histoire de la littérature, notamment celle de Walter Scott, que Michelet estime cependant) : « Pendant les dix années de persévérance acharnée où je refis la lutte des Communes du Nord, j’entrepris beaucoup plus. Je repris tout de fond en comble pour leur rendre leur vie, leurs arts, et surtout leur droit. » Jules Michelet, Histoire de France. Le Moyen Âge, « Préface de 1869 », op. cit., p. 29.

42  Friedrich Schlegel, Fragments de l’Athenaeum, [1798] fragment no 80 dans Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’Absolu littéraire, Seuil, Paris, 1978, p. 107.

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier 3, CRISES

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search