Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Voix nouvelles

« Quand coneiràs que la paraula te conven... » Les premiers chemins de Léon Cordes

Jean-Marie Petit

Texte intégral

1Revisitant l’œuvre manuscrite et imprimée de Léon Cordes me vient un regret. Celui de n’avoir pas publié dans son Œuvre poétique (dite complète) un premier recueil, daté de 1940 et intitulé Almirar d’aquesta riba dont je possède l’unique manuscrit, magnifiquement calligraphié. Léon Cordes ne tenait pas à ce relicle de sa jeunesse néo-félibréenne et faisait volontiers commencer son œuvre en occitanisme avec le recueil Aquarèla paru en 1946 dans la collection « Messatges ». La confrontation des deux recueils démontrerait à elle seule la pertinence de la problématique de ce colloque, tant il est clair que le tournant de la modernité se fait ici avec Lorca et les grands musiciens de la parole. Cela ne veut pas dire que ce premier recueil soit franchement mauvais... Jeune certes, néo-parnassien parfois, hugolien, verlainien, retenant le meilleur de la littérature mise à disposition des adolescents par l’école française, mais bousculant déjà la mécanique bien huilée de l’écriture félibréenne conventionnelle.

2Pour comprendre le passage du néo-félibrige à l’occitanisme, il faut analyser brièvement la biographie de Léon dans ce qu’elle peut dire sur l’œuvre et les temps d’écriture occitane.

3Bref rappel

4Léon est paysan, « cap e tot » se plaît-il à dire, paysan par nécessité économique, par goût aussi. Image type : mains calleuses, bronzage agricole, laguiole, béret basque, clope au bec, la démarche chaloupée et le souple pied du laboureur à mule. Ce n’est pas le seul exemple de paysan—poète, mais il est bien typé.

5Paysan... mais paysan du Minervois, un pays rude, lourd d’histoire tragique qui dresse ses ruines au soleil impitoyable... pays largement occitanophone et un peu hispanophone jusque dans les années 50-60, dans les activités agricoles, surtout. Minervois des révoltes vigneronnes (la référence à 1907 est permanente dans son œuvre et dans ses propos) fort en gueule ou, comme disait Nougaro « Les mémés aiment la castagne ».

6Léon Cordes fait des études bâclées à Limoux... Il ne se distingue que par ses fugues et ses seuls prix d’excellence en concours de diction : il déclame Hugo de la Légende, Rostand de Cyrano et murmure Verlaine de Sagesse. En 1929, c’est le retour à la terre, à la vigne, à Siran dans la plaine de Minerve. Il y restera jusqu’en 1952.

7Dans les années 30 à 40, Léon Cordes se trouve cerné par des offres occitanistes multiformes :

  • D’un côté le Félibrige narbonnais et biterrois avec une vieille tradition d’écriture de la langue et une production qui est loin d’être ridicule (cf. la Cigalo Narbounéso ou l’Almanach Narbounés). Elle est sans prétention et l’on ne s’y ennuie jamais, non seulement dans les écrits « gaulois » ou « risoliers » mais encore dans les « racontes », largement inspirés de la tradition orale. Une prose « garruda »... charnue et charnelle.
  • Enfin et surtout par le théâtre, un théâtre qui s’écrit, qui se crée, qui se joue : théâtre dit « amateur » très populaire, qui peut graviter autour du Félibrige mais qui s’enracine dans la vie des villages au même titre que les « musiques », les bals, les carnavals et autres manifestations festives. Théâtre de plein air l’été ou en salle l’hiver.

8En 1928 débute la Compagnie d’Ernest Vieu en Narbonnais. Elle mettra à son répertoire des dizaines de pièces, assurant de centaines de spectacles. Il y a dans cette troupe d’excellents comédiens, à commencer par Vieu lui même qui est aussi metteur en scène, puis Astruc, Paule Déjean, Marthe Vieu-Petit. C’est la compagnie théâtrale la plus intéressante et en son temps la plus connue en Languedoc. Elle jouera régulièrement jusqu’à la seconde guerre mondiale mais ne créera presque plus de spectacle à la Libération. L’histoire de ce théâtre reste à faire. Cordes va rejoindre la compagnie dés 1933, comme acteur et comme auteur. C’est pour cette scène ambulante qu’il écrit des « poemas a dire » des « pèças risolièras » ou larmoyantes que le public adore...

9C’est encore en 1933 que l’occitanisme moderne arrive à Narbonne avec Charles Camproux qui fonde le journal Occitania « mesadier de la joventut occitana ». Occitania met en place le premier occitanisme militant, fédéraliste, anti-fasciste. Un résumé de la pensée de Camproux se trouve dans Per lo camp occitan imprimé a Narbonne en 1933. De 1934 à 1939 Occitania regroupe toutes les forces vives du pays d’oc : Max Rouquette, Jean Lesaffre, Marcel Carrière etc. La revue devait disparaître avec la guerre. Vieu et Cordes rejoignent Occitania dès sa fondation, le premier sera administrateur, le second tient des chroniques véhémentes sur la « défense paysanne » et sur le théâtre d’oc. Cordes écrit et joue beaucoup de théâtre, il crée lui aussi sa propre troupe à Argelliers et à Montouliers dans les années 40. De cette production abondante émergent :

  • Prudhom de la luna 1936
  • Catarrana 1938
  • La font de bonas gràcias 1944
  • Lo camin nòu 1944

10Il s’agit d’un théâtre dit « paysan », de drames « paysans » où se mêlent la rudesse et la tendresse des hommes et des femmes d’ici. Les situations parfois brutales qui se nouent et se dénouent ne laissent jamais indifférents. Délices de la langue vivante, poésie qui surgit de l’évocation de l’amour... orageux ou « vergonhós »

11Léon Cordes dans les années 36-44 se veut poète... et poète authentique, il veut oser la poésie dans la modernité au risque de l’incompréhension ou du ridicule :

Quand coneiràs que la paraula
te conven e que son messatge
a retardat d’una beluga
la nueit crentosa al ras del jorn...

  • 1 Aquarèla, Messatges, 1946, 17.

12écrit- il dans un poème qui paraîtra bien plus tard1.

13Lorca est assassiné en 1936, mais le poète andalou était connu bien avant cette date, dans un cercle d’intellectuels qui gravitait autour d’Occitania. Camproux avait lu Lorca que lui avait fait découvrir un ami très proche, Elie Mathieu, agrégé d’espagnol. Elie Mathieu, en juin 1927, était allé tout spécialement à Barcelone voir l’exposition de dessins de Lorca à la galerie Dalmau, organisée par Josep Carbonell et les journalistes de l’Amic de les Arts de Sitges. Mathieu était ami de Lorca et de Dali, il possédait des manuscrits du poète et avait offert à Camproux les éditions originales de ses principaux recueils.

14Dans ce milieu, Cordes a été sensibilisé à l’œuvre de Lorca avant 1936 au plus tard en 1936. L’examen de ses manuscrits révèle une certaine similitude graphologique avec ce qui est connu de Lorca... notamment un certain allongement des majuscules « à la Greco ». En 1936, Léon Cordes fait imprimer à Olonzac une petite pièce de théâtre intitulée La novia. La lettre L du titre a une longueur inattendue. C’est un effet esthétique qui n’a rien d’un hasard, un clin d’œil évident. Ce genre de mimétisme n’est pas rare chez les poètes.

15Il faudrait certainement comparer de très près le théâtre de Cordes des débuts à celui de Lorca ce que je n’ai pas fait ou du moins trop superficiellement. Une étude spécifique s’impose. L’expérience des deux poètes dramaturges offre (à des échelles différentes certes) trop de similitudes pour ne pas être soulignée :

16Celle de la Barraca s’apparente à celle du Cordes saltimbanque dont j’ai déjà parlé, mais bien au delà encore et en profondeur, par exemple la ruralité très typée — Lorca est andaluz — noué a l’Andalousie et à son peuple. J’ai jadis parlé à propos de Léon Cordes d’ethnopoétique, c’était vrai également pour Lorca qui parsemait, qui enluminait de façon baroque ses poèmes et ses pièces de marques andalouses, avec un goût prononcé pour la musique verbale : celle du Romancero, de la chanson populaire et une versification très typée. Lui aussi dans les Canciones rendra hommage à Verlaine

17Comme Lorca, Cordes est passionné par le dessin et la peinture. Le titre du premier recueil occitaniste publié dans la collection « Messatges » est Aquarèla, ce qui est assez révélateur. Un tournant est pris. La nouveauté, car nouveauté il y a, et profonde, passe par Lorca.

Tota la nueit s’amagava
D’una branca de figuier
Set estèlas resquilhavan
Un palm de cel vers la mar
Set estèlas qu’estelavan
Set desirs a tos vistons
Trompa lo fuoc de ma boca
Fuelha amara del rampalm
« La Nueit del Paure », Aquarèla, 1946, 7

18Un exemple parmi tant d’autres...

  • 2 Paris, Éditeurs Français Réunis, 262

19L’Andalou lui fait saisir son Minervois à cœur, par simple transposition. Fini le carcan poétique félibréen et le lyrisme conventionnel. Cordes se sent libre et conquistador. Son humanisme terrien, les valeurs qui sont celles de la civilisation populaire deviennent, comme le souligne Andrée-Paule Lafont, dans son Anthologie de la Poésie occitane2, une force de refus de tout conformisme intellectuel et social. De la véhémence de la tribune viticole en colère, du Tocsin de Marcelin Albert, avec ses débordements, au doux murmure de Sagesse, le pied souple dans la glèbe, le nez dans les étoiles et le poing vers la lune ; il est comme Lorca, l’homme d’une terre transfigurée et de toute la terre :

Olius al vent
Cantar de l’ama
Anar del temps
Felhum d’argent
Qu’al jorn ardent
Plèga sa rama ;
Frut ametlenc
Patz e vivent... « Olius al vent », Aquarèla, 4

20Cordes n’a compris le surréalisme qu’à travers le baroque de Lorca, sans cassure populaire... Vingt ans, trente ans plus tard. Je lai vu et entendu sur des scènes de village, redisant des poèmes d’Aquarèla et j’ai senti l’émotion de ces gens qui sont les miens et qui ne trichent pas. Me revenait le poème fondateur : « Quand coneiràs que la paraula te conven... » Et j’ai compris que la poésie, ça servait aussi humblement à dire quelque chose aux siens, avec leurs mots, et que la question du sens est au delà du sens. Cordes sera toute sa vie un inconditionnel de Lorca. Dans les années 64-65 mon ami Jean Tena organisait à Montpellier des récitals de Paco Ibanez qui chantait Lorca de façon inouïe. J’invitai Léon à toutes ces rencontres, il n’en manqua pas une. Lorca avec les chansons de Paco était associé à l’anti-franquisme et nous étions viscéralement anti-franquistes.

21Branca tòrta, le second Messatge de Léon Cordes est publié en 1964. Le recueil est dans la ligne d’Aquarèla mais certains thèmes se renforcent. Le poème « Canti per los qu’an perdut la cançon... » prolonge le projet de « Quand coneiràs que la paraula... ». Les temps ont changé, Léon Cordes se lance dans un militantisme, une action poétique dont il ne se départira pas. Depuis 1953, il est « exilé » à Montpellier... il devient jardinier à Lattes, se remet à la terre pour nourrir sa famille. Il reste un homme de la terre ; le mirage de la ville « lieu de culture », se referme sur lui. « Ne pas compter sur les Français... ». Il retourne souvent dans son Minervois, il se tourne vers moi, exilé comme lui. « Petit, nos cal servir la lenga viva ! » nouvelle antienne. Il m’invite à réinvestir ma mémoire linguistique, la langue que j’ai parlée quotidiennement avec les miens jusqu’à l’âge de huit ans, celle qui m’a « formé » avec mon savoir populaire. Il m’invite aussi à prendre mes distances avec le trop bien dire et écrire alibertin, avec les scories littéraires de ceux qui m’ont appris une autre modernité et que j’aime. Le chemin sera long, Cordes est tenace. Il m’assaille de questions, il m’assaille de manuscrits... Il me saoule de « nous ». Le problème de l’inspiration ne se pose plus ou il est évident : redevenir soi : « Cal reviscolar la lenga viva ! ». Lorca n’aurait pas désavoué la démarche, il aurait aimé voir Cordes devenir ou redevenir Cordes de Minerve, c’est à dire de partout où vivent les hommes, chair et sang, amours et chagrins, drames et victoires, parole et silence.

22Les recueils qui suivent ont des titres qui ne font pas mystère : Dire son Si, publié par Robert Allan, Se conti que conte et jusqu’à Fial de Fum qu’il me confia et qui clôt son Œuvre poétique

23Laissons conclure Léon :

  • 3 Dire son si, Vedène, Comptador generau dau libre occitan, 1978.

De Cordas sul Cèl a Cordas d’Espanha
De fial en cordura ai cercat mon si
Ai cercat lo si per rompre la corda3...

24Libérateur Léon. Il est de ceux qui font reculer la nuit.

Bibliographie

Bibliographie

Petit, Jean-Marie. Léon Cordes, Béziers, C.I.D.O., 1985

Còrdas, Léon. Òbra Poëtica, Béziers, C.I.D.O., 1997

Notes

1 Aquarèla, Messatges, 1946, 17.

2 Paris, Éditeurs Français Réunis, 262

3 Dire son si, Vedène, Comptador generau dau libre occitan, 1978.

Auteur

Université de Montpellier

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540