Version classiqueVersion mobile

Un temps pour tout

 | 
Marie Blaise
, 
Anita Gonzalez-Raymond

Troisième partie — Normes et frontières

Normativités langagières en mutation : quelques réflexions

Gilles Siouffi

Texte intégral

  • 1 Gabriel Tarde, Les lois de l’imitation, Paris, Les Empêcheurs de tourner en rond, (1890), 2001.
  • 2 James Milroy, et Lesley Milroy, Authority in Language. Investigating Language Prescription and Stan (...)

1Dans le cadre d’une réflexion transversale sur les « mutations de l’autorité » qui se signalent dans la société contemporaine, il peut être intéressant de jeter un regard sur celles qui touchent le rapport au langage et à la langue, et particulièrement le rapport aux normes. L’abondance des discussions qui ont aujourd’hui lieu dans la société civile en témoigne : le langage est un sismographe, et les discours qui se formulent à son sujet servent de caisse de résonance à toutes sortes de scènes antagoniques prenant leur source dans la société et n’étant pas en elles-mêmes de nature langagière. De plus, on observe que les discussions ayant trait au langage sont souvent le lieu d’expression privilégié d’une sensibilité générale aux phénomènes de changement. En matière de langage, tout changement de norme — ces normes étant entendues dans le sens traditionnel des normes de langue commune qui nous ont été inculquées par l’école, comme les normes orthographiques, bien sûr, très visibles et douées d’une représentativité symbolique très forte, ou les normes lexicales, grammaticales et pragmatiques, ou dans le sens plus technique des normes terminologiques — peut rapidement devenir l’occasion de cristalliser des inquiétudes quant aux changements en général qui touchent l’organisation de la société. Le langage est un lieu d’expression privée et collective, certes, mais il est aussi, singulièrement, le lieu fréquent d’une demande d’autorité. Cette demande est facilement observable dans le lieu pédagogique, mais elle gouverne aussi certaines dynamiques à l’œuvre dans la société civile autant que dans les mondes professionnels. De fait, le phénomène de l’« autorité » dans le langage est un mystère qui a suscité bien des interrogations et des investigations, depuis le travail pionnier de Gabriel Tarde (1890)1 jusqu’aux récents développements de la sociolinguistique anglo-saxonne2.

  • 3 « French is probably the most highly standardized of European languages, more so than, for example, (...)

2Dans le contexte francophone, les réflexions sur la notion de norme ont souvent pris des inflexions assez spécifiques. Cela est dû sans doute au poids politique fort qui a été donné au processus de la standardisation dans l’histoire du français. Pour certains linguistes, le français est l’une des langues où le processus de standardisation a été le plus fort3. À l’inverse, l’existence de dynamiques locales, marginales, contraires à la force centralisatrice, ou s’exerçant depuis d’autres lieux, n’a pas reçu l’attention qu’elles méritaient. Toute la réflexion sur la norme — terme souvent employé au singulier, même encore aujourd’hui — semble avoir été accaparée par cette sorte de focalisation autour d’une langue commune normée, selon ce qu’on pourrait appeler une « idéologie du standard ». Aux « normes », ou à « la norme », sont souvent opposées des « variations », comme si seuls des usages spontanés, et possédant des raisons d’être historiques, géographiques ou sociales, étaient à même de contrecarrer le pouvoir de cette « norme » qui, dès lors qu’il était mis en branle, était vu comme doué d’une immanquable efficacité. L’existence du standard, fruit d’un processus historique qui a subi une abondance de descriptions visant souvent à en mettre en avant les modalités énonciatives, les techniques, les lieux d’exercice, et au final l’opérativité, est souvent considérée comme acquise, de sorte que les questions essentielles qu’on se pose tournent toutes plus ou moins autour de l’hypothèse ou non de son maintien.

3Cette vision très monolithique de « la norme » interdit bien souvent d’en penser les diverses inflexions notionnelles ou historiques, comme de s’interroger sur les lieux réels où se fabriquent les normes — loin de l’Académie française ou de tout ce qui est d’ordre institutionnel. Si les normes officielles ont fait l’objet de beaucoup d’attention, dans ce qui a été dit de l’intérêt des Français pour leur langue — attention dont on se demande si elle ne vient parfois en compensation d’une attente déçue —, les normes spontanées, dont nous allons envisager ici quelques contours, demeurent un champ encore largement ouvert. À l’inverse des normes officielles, elles sont parfois beaucoup plus difficiles à identifier. Leur fonctionnement même ne ressemble pas, parfois, à ce que l’on pourrait attendre d’une norme. Pourtant, nous avançons l’hypothèse que leur présence et leur multiplication attestent peut-être un changement dans le rapport à l’autorité langagière.

4Cette contribution voudrait donc d’abord s’interroger sur les sens mêmes du mot norme que l’on peut exploiter dans l’approche des faits langagiers, de façon à en ouvrir la palette, et à sortir de la vision souvent figée de la norme assimilée à l’ensemble des prescriptions traditionnelles ayant pu dans l’histoire asseoir la standardisation. Nous nous pencherons ensuite sur ce que nous appelons la « normativité en contexte », à savoir l’interaction qui se crée entre pouvoir normatif des prescriptions et conditions socio-culturelles. Enfin, nous donnerons des exemples de nouvelles normes lexicales émergentes apparaissant de façon locale, en marge de ce qui est traditionnellement considéré comme normes. L’observation des usages réels, non seulement des formes mais aussi des prescriptions, constitue en effet toujours un observatoire indispensable permettant de modérer l’adhésion que l’on prête, de façon souvent idéalisée, aux représentations de la norme. Nous verrons comment ces prescriptions, comme les usages, peuvent être touchées par le phénomène qu’on commentera comme relevant de la « déstandardisation ».

Normes, prescriptions, normativités

  • 4 Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt, La norme lexicale, Publications de l’université de Montpellier  (...)

5Pour commencer, il est important de rappeler que, contrairement à une idée répandue, le mot norme est d’emploi récent en français, du moins appliqué au langage. Nous voudrions reciter ici l’extrait du Grand dictionnaire de Pierre Larousse que nous avions déjà convoqué dans le cadre de deux projets de recherche consacrés à la notion de norme, et qui ont donné lieu à deux publications4.

NORME. Ce mot est nouveau dans la langue, et il exige de la part de celui qui l’entend prononcer pour la première fois un certain effort d’attention. Le point de départ du droit est dans l’idée de la « norme », qui résulte elle-même de l’idée de la force collective. La « norme » est l’état régulier, normal, produit par la balance des forces. La « norme » des forces inorganiques, a dit un économiste moderne, est purement statique. C’est le point d’équilibre en deçà et au-delà duquel elles réagissent comme attaquées dans leur existence individuelle. (Pierre Larousse, Grand dictionnaire encyclopédique du xixe siècle, 1866-1876)

  • 5 Voir Bon usage et variation sociolinguistique. Perspectives diachroniques et traditions nationales, (...)

6Comme le montre cette citation, il est clair que tout le processus de standardisation du français qui s’est réalisé entre le xviie siècle et le milieu du xixe siècle s’est réalisé sans le mot norme. Le terme le plus usuel qui était employé, à la vérité, était celui de bon usage5. Certes, le bas latin norma existait, mais il était rarement employé ; en tout cas nous n’en connaissons pas de trace significative appliquée au langage.

  • 6 Alain Rey, (1972), « Usages, jugements et prescriptions linguistiques », Langue française 16, 428.

7Dès cette première définition, par ailleurs, nous voyons que le sens de « prescription », que nous donnons le plus spontanément aujourd’hui au mot norme, n’était pas le sens le plus immédiatement identifié. De fait, en français, le terme norme, comme cela a été très bien explicité par un article ancien et fameux d’Alain Rey6, se trouve partagé entre deux directions assez distinctes, celle de « prescription », et celle d’« état habituel, régulier, conforme à la majorité des cas », que l’on trouve également dans l’anglais norm.

8Lorsqu’il cherche à « terminologiser » le mot dans le cadre du vocabulaire spécialisé de la linguistique, Jules Marouzeau, en 1933, tente de cumuler les deux sens :

  • 7 Jules Marouzeau, Lexique de la terminologie linguistique, Paris, Geubner, 1933, p. 158.

NORME. Ensemble des particularités par lesquelles se définit la langue d’une communauté linguistique donnée, considérée soit comme un modèle auquel il convient de se conformer, soit comme une réalité suffisamment homogène pour que les sujets parlants aient le sentiment de son unité7.

9Il ajoute : « La “norme” se confond avec la correction quand les sujets parlants considèrent la norme comme obligatoire », ce qui montre bien qu’il est sensible à la complexité du processus concret qui crée ce que nous appellerons de la « normativité » dans les usages réels.

10Certes, on peut, d’un point de vue entièrement théorique et terminologique, comme le fait Alain Rey, séparer les deux sens attribuables au mot norme. Mais force est de reconnaître que, dans la réalité des fonctionnements normatifs, c’est précisément l’ambiguïté ou l’interpénétration entre ces deux dimensions qui se révèle vraiment intéressante. Entre le plan du « modèle » et celui de la « réalité », pour reprendre les termes utilisés par Marouzeau, il y a bien une place pour un jeu, qui peut être décrit comme un jeu avec la norme, que cette norme soit explicitée ou pas.

11Une manière de procéder peut être de ne plus faire porter au mot norme le sens de « prescription », commenté de la manière suivante par le Grand Larousse de la Langue française à l’article NORME : « En grammaire, système d’instructions définissant ce qui doit être choisi parmi les usages d’une langue donnée si l’on veut se conformer à un certain idéal esthétique ou socio-culturel » (Grand Larousse de la Langue française 1978). On se contenterait alors, dans ce sens, du terme prescription. La prescription se signale par son caractère explicite, son recours à un ensemble de configurations langagières particulières (tournures du type « on doit », « il faut », etc.). Le dictionnaire cité réfère ce sens au monde de la grammaire, qui peut être considéré comme un monde terminologique particulier, doué de son vocabulaire spécialisé. De ce point de vue, il est juste de dire que les « normes » présentées par les ouvrages de grammaire sont souvent assorties du double dispositif explicite des « règles » et des « exemples ». Elles ne fonctionnent à vrai dire que par là. La polarité en est d’ailleurs double, puisqu’on pourra installer, en face de ce qui relève de la prescription positive (à dire, à faire), la proscription, qui en est le pendant négatif (à ne pas dire, à ne pas faire). Prescriptions et proscriptions forment un ensemble discursif qu’on peut effectivement très bien repérer dans les grammaires, et de façon générale, dans bon nombre d’ouvrages linguistiques.

12Mais on pourra aussi, partant de ce dispositif, en proposer un élargissement à tout ensemble discursif qui, dans la société, fonctionne de cette manière. Ainsi, les prescriptions et proscriptions linguistiques peuvent très bien sortir du champ de la grammaire pour concerner des sphères d’activité spécifiques (juridiques, commerciales, scientifiques, etc.).

La normativité en contexte

  • 8 Voir Alexandre Flückiger, éd., Dossier thématique « La normativité », Cahiers du Conseil Constituti (...)

13En contexte, la normativité peut alors être appréciée de diverses manières. Elle ne peut être réduite à ce qui relèverait entièrement de la prescription. En effet, nul n’est besoin d’être très versé en droit pour se rendre compte que, malgré leur caractère prescriptif, nombre de lois demeurent sans opérativité réelle dans la société. Il s’agit là d’un problème juridique et social, qui a fait d’ailleurs l’objet de nombreuses études8. Les analystes s’accordent à penser qu’un trop grand nombre de lois demeurent, soit inconnues du public (par leur manque d’intelligibilité, d’accessibilité, etc.), soit sans effet réel de par les difficultés pratiques à les mettre en place, ou pour d’autres raisons encore, comme le faible degré d’adhésion. Ainsi, il est possible de dire qu’il se crée un décalage, dans la société contemporaine, entre un univers des lois, qui aurait tendance à rester parfois cantonné dans une sphère spécialisée et verbale, et un univers des pratiques, qui continue à vivre, malgré le principe général supposé par le législateur, dans une connaissance imparfaite des lois.

14S’agissant du langage, il est difficile de reproduire à l’identique ce schéma juridique. Certes le langage peut être considéré comme un ensemble de « lois langagières », si l’on veut, mais ce serait en donner une version certainement trop rigide, et trop influencée par le modèle de la terminologie. Une partie importante de nos usages langagiers demeure étrangère à ces questions de normativité. À la différence du domaine strictement législatif, il semble qu’on puisse postuler l’existence d’un fonctionnement double des normes :

  • il y aurait d’une part l’espace des prescriptions et proscriptions authentiques, reposant sur le modèle « règles/exemples », explicitables, rationalisables, et de ce fait relativement aisées à comprendre (même si leur connaissance réelle peut s’avérer très lourde).
  • et d’autre part un espace plus ambivalent, souvent implicite, ne reposant pas nécessairement sur des prescriptions explicites, non rationalisable, et qui serait caractérisé par le fait que le fonctionnement normatif y dépendrait essentiellement du degré d’adhésion que les participants lui prêtent.
  • 9 Gabriel Tarde, Les lois de l’imitation, op. cit., p. 203.
  • 10 Ibid., p. 226.
  • 11 William Labov, Principles of Language Chang I : Social factors, Oxford, Blackwell, 2001.
  • 12 Françoise Gadet, La variation sociale en français, Paris, Ophrys, [2003] 2007, p. 28.

15Dans Les lois de l’imitation (1890), Gabriel Tarde avait déjà mis en évidence le fait que des faits langagiers essentiels ne sont pas le résultat d’une prescription authentique — surtout à date ancienne — mais d’une conformité difficile à saisir, et qui résiste souvent à l’analyse. Au plan lexical, Tarde écrivait par exemple : « Nous savons que des littérateurs en renom ont créé de toutes pièces, par imitation servile du latin, des mots tels que portique et capital, et par le prestige inhérent à leur personne, sont parvenus à les mettre en circulation9 ». Au plan syntaxique, il considérait que « chaque règle de grammaire est l’expression du triomphe d’une habitude verbale qui s’est propagée aux dépens d’autres habitudes partiellement contradictoires10 ». La sociolinguistique anglo-saxonne, comme on le voit particulièrement dans les travaux de Willam Labov11, a fortement mis l’accent sur ces notions de prestige et de conformité vis-à-vis desquelles la tradition française est restée parfois timide. En France, on considère plus volontiers qu’il existe une pression générale de la norme « objective » qui crée un degré d’adhésion. C’est ainsi qu’est souvent définie, par exemple, la « norme subjective », qui « impose[rait] aux locuteurs une contrainte collective à laquelle ils adhère[raie]nt fortement12 ». Vision toute politique qui, si elle s’inscrit dans le droit fil d’une construction historique avérée de certaines normes de langage en France, et a le mérite de permettre de bien cerner les formes d’insécurité qu’entraîne un certain rapport subi aux normes, ne permet malgré tout pas de comprendre, non seulement comment certains fonctionnements normatifs peuvent venir de lieux qui ne disposent pas de pouvoir prescriptif, mais aussi changer de type de fonctionnement, en quittant le plan de la relation générale à la langue.

  • 13 Voir par exemple le recueil d’articles récemment traduit : Eugenio Coseriu, L’homme et son langage, (...)
  • 14 Voir Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt, Les linguistes et la norme..., op. cit.

16Ceci posé, il reste à préciser que le territoire des « normes » est bien plus complexe et ambivalent que la simple observation du caractère prescriptif d’une grammaire ou d’une règle pourrait nous le laisser entendre. On peut choisir, comme l’a fait le grand linguiste roumain Eugenio Coseriu13, de considérer comme « norme » le continent des faits linguistiques qui, dans les usages, sont les plus communément observables et qui, sans recouvrir ce qu’on dénomme « système » (les formes déductibles dans l’abstrait des règles), présentent certaines formes de régularités. Il s’agit d’une conception pour ainsi dire « communicationnelle » de la norme qui permet à vrai dire de dissiper bien des malentendus qui reviennent régulièrement sur le caractère plus ou moins « fautif » de telle ou telle forme. De ce point de vue, on dira que, du moment qu’une forme fonctionne en contexte, qu’elle est comprise, reçue, acceptée, elle est dans la « norme ». La norme selon Coseriu n’a donc rien à voir avec la prescription. On pourrait plutôt dire d’elle qu’elle est un sous-ensemble des usages. C’est pourquoi, en linguistique, on utilise parfois le terme de « norme descriptive », terme ambigu en ce qu’il paraît confondre les deux plans de la réalité des faits langagiers et des modèles utilisés pour les décrire14. De fait, la « norme », comme la « règle » en grammaire, peut avoir une utilité purement heuristique, à l’intérieur d’une discipline ou d’une méthodologie. Et il est juste de dire que l’épistémologie du discours linguistique a effectivement besoin, à un moment donné, que soit clarifié le rapport que ce discours entretient avec la prescription (que l’on songe aux malentendus fréquents qui règnent dans les attentes formulées par le public à l’égard des « linguistes »). Mais ce serait ne pas réserver la place qui lui est due au caractère profondément réel de la norme entendue dans ce sens. Tout le schéma de Coseriu repose sur l’idée que, outre le foisonnement des usages et l’existence des prescriptions formulées (existence à vrai dire très variable selon les lieux, les temps et les cultures), il existe dans la dynamique langagière une troisième force, qui a pour effet de limiter les usages à l’intérieur d’un cercle restreint de formes bénéficiant d’une diffusion et d’une reconnaissance particulières.

  • 15 Voir la discussion de Canut dans Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt, Les linguistes et la norme..., (...)
  • 16 Jean-Pierre Kaminker, « Les problèmes de la norme », dans Cahiers de linguistique sociale, no 1, Co (...)

17D’un autre point de vue encore, on peut également considérer que la norme est, autant qu’un désir de réglage, une recherche de valeur. Avant la question de la « normativité », autrement dit, c’est-à-dire avant la question de la capacité d’un usage marqué à obtenir une diffusion significative, il s’agira alors de mettre au centre le rapport subjectif qu’un sujet entretient avec ses usages propres et ceux qu’il observe autour de lui, et notamment l’aspiration à sortir du neutre. Devant l’éventail de tous les usages proposés à l’utilisateur comme étant potentiellement disponibles, que ces usages proviennent des usages sociaux réels ou de fabrications émanant d’institutions prescriptives, il est rare qu’on puisse dire de l’utilisateur qu’il va rester dans une position purement passive d’observateur ou d’exécutant. Face aux formes langagières, l’homme parlant a toujours tendance à prendre position. C’est ce que, personnellement, nous serions tentés d’appeler « normes subjectives » : c’est-à-dire, non pas des degrés d’appropriation d’une norme venue d’ailleurs, mais des modulations singulières de la démarche normative, prenant en compte ou pas les prescriptions. Dans l’éventail de ce qu’on range aujourd’hui parfois sous le terme épilinguistique15, on trouvera de fait, déclinées de multiples manières, exprimées en des termes qui sont loin de former un ensemble cohérent — en tout cas loin de constituer un métalangage —, des « attitudes » qui peuvent aller de la simple réaction d’humeur vis-à-vis d’un usage au véritable désir qu’une forme choisie soit promue et adoptée par d’autres en passant par une simple représentation axiologisée (vision outrageusement positive ou négative des faits). Dans ce sens très subjectif, la « norme » pourra être simplement une « opinion », une « appréciation sur les pratiques linguistiques et dans les pratiques linguistiques16 ». Mais parfois, le désir de norme est poussé si loin qu’on peut réellement parler d’aspirations à la normativité.

Mutations dans les normes lexicales

  • 17 Ibid.

18Dans ces deux premières parties d’exposé, nous avons souhaité attirer l’attention sur la nécessité, à notre avis, de distinguer prescription et norme(s), s’agissant du langage. Les prescriptions sont un territoire relativement limité, circonscrit, caractérisé par des traits bien repérables — au premier rang desquels son caractère explicite. Que certains discours à vocation descriptive puissent avoir des aspects normatifs, autrement dit qu’en dépit de l’absence d’intention prescriptive ouvertement affichée ils puissent parfois fonctionner comme des normes, ou avoir des effets de normes, est certainement une question complexe, que nous avons essayé d’étudier en tant que telle17. Dans la réalité des discours sociaux, cette question peut sans doute être reconduite. Dans le cadre d’une enquête sur les « mutations de l’autorité », elle mériterait d’ailleurs un examen à part entière. Si l’autorité prêtée à certains énoncés ou à certaines prescriptions est un phénomène fluctuant, susceptible de se déplacer, il est loisible de penser que certains discours non prescriptifs au départ gagnent à un moment donné en normativité.

19Ce que nous voudrions mettre en avant à présent, c’est la manière dont le rapport aux énoncés prescriptifs a changé.

  • 18 Notion apparue dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française en 1694, mais ayant (...)

20Dans les énoncés prescriptifs, en effet, il semble qu’on puisse distinguer deux plans, ou plutôt deux zones d’application. La première est celle de la « langue commune18 ». Ici, il semble qu’on puisse parler d’une véritable cohérence, dans l’histoire linguistique française, de la référence au « bon usage », celui-ci étant certes dans le détail en permanence discuté et renégocié, mais comme continuant au fil du temps de représenter un point de référence stable, au moins symboliquement. La seconde est celle des prescriptions locales, de nature terminologique, qui s’appliquent aux langues de spécialité. Ici, il est possible d’avancer que l’importance des théories du « bon usage » a certainement fait, en France, que certaines langues de spécialité ont eu du mal à s’imposer, et à imposer ce qu’on pourrait appeler une « novation ».

  • 19 Conseil Supérieur de la langue française « Rectifications orthographiques du français », Journal of (...)
  • 20 Voir André Goosse, La « nouvelle » orthographe. Exposés et commentaires, Bruxelles, Duculot, 1991.

21Pour ce qui est des prescriptions concernant la langue commune, il semble qu’on puisse dire que, depuis quelques décennies déjà, on observe en France une diminution du sentiment normatif. Le phénomène a sans doute deux explications principales. La première est la « faiblesse normative », si l’on veut, des discours prescriptifs eux-mêmes. Depuis Vaugelas jusqu’au Bon usage de Grevisse, réactualisé aujourd’hui par André Goosse et ses successeurs, un phénomène récurrent du discours « prescriptif » est précisément sa réticence à formuler des prescriptions claires. En dépit des attentes répétées des usagers, les formulations de ces ouvrages ménagent une part de variation. Le cas du Bon usage de Grevisse est célèbre. Un épisode récent qui va dans le sens de cette « faiblesse normative » est celui des projets de « réforme » de l’orthographe, qui ont abouti en « rectifications » qui ne sont au final que des « recommandations » dans le texte du Journal officiel du 6 décembre 1990. Un type d’énoncé significatif, de ce point de vue, pourra être : « L’orthographe actuelle reste d’usage, et les “recommandations” du Conseil supérieur de la langue française ne portent que sur des mots qui pourront être écrits de manière différente sans constituer des incorrections ni être considérés comme des fautes19 ». Dans sa séance du 17 janvier 1991, l’Académie française « rappelle que le document officiel, souvent improprement appelé “réforme”, document qu’elle a, après examen de sa Commission du Dictionnaire, approuvé à l’unanimité dans sa séance du 3 mai 1990, ne contient aucune disposition de caractère obligatoire20 ». Plus loin, il est dit que les mots écrits de manière différente ne « peuvent être jugés comme fautes ». Enfin : « L’Académie estime qu’il y a avantage à ce que lesdites recommandations ne soient pas mises en application par voie impérative et notamment par circulaire ministérielle ». C’est dire si toutes les précautions sont prises pour que tous les caractères « normatifs » des recommandations se trouvent estompés, qu’il s’agisse du contexte scolaire (« fautes ») ou du contexte législatif (circulaires ministérielles). L’Académie Française jouissant d’un poids — au moins symbolique — encore important en matière de langue, cette décision a ralenti l’adoption des recommandations dans certains pays francophones, comme le Québec, où on a choisi d’attendre qu’une position plus ferme soit prise en France.

  • 21 Voir Bernd Fugger, « Les Français et les arrêtés ministériels. Étude sur l’impact de la loi linguis (...)
  • 22 Voir Anne Dister, Gérald Purnelle, Richard Beaufort, « Grands ou petits attentats ? Mesure de l’imp (...)
  • 23 Michel Arrivé, Réformer l’orthographe ?, Paris, PUF, 1994.
  • 24 Bulletin officiel de l’Éducation nationale, hors série no 3, 19 juin 2008.

22La deuxième explication est sans doute la faible connaissance, voire la faible acceptation de ces changements de prescription. Le fait avait déjà été étudié s’agissant des terminologies spécialisées : dans le cas d’une intervention prescriptive ciblée, on observe fréquemment que l’effet dans les usages reste limité. Une remarque souvent faite par les spécialistes est que, d’une part, les termes proposés comme norme restent souvent moins employés que les termes déconseillés, d’autre part, que le manque d’application des termes conseillés n’étant quasiment jamais reproché au final, un certain sentiment de liberté s’installe21. S’agissant des « recommandations » du Conseil supérieur de la langue française, les études réalisées22 montrent une application très restreinte, à la différence de ce qui a pu se passer dans d’autres pays comme l’Allemagne. Si les premiers observateurs, tels le linguiste Michel Arrivé23, étaient parfois assez optimistes quant aux chances de la « nouvelle » orthographe de s’imposer, la décennie qui a suivi a plutôt marqué un recul. Depuis 2008, l’orthographe « révisée » est censée être la « référence » dans l’enseignement secondaire français24. Il semble qu’on observe une plus grande prise en compte, au moins à ce niveau. Dans l’édition et dans la presse, malgré tout, la situation ne paraît guère avoir changé. Le fait que les propositions de changement ne concernent qu’un nombre limité de mots a sans doute eu pour effet que la portée de ces changements s’est trouvée minimisée. Par ailleurs, force est de reconnaître que ces dispositions restent d’accès malcommode. En dépit de la parution du Dictionnaire de l’Académie française en fascicules chez un éditeur connu, Fayard (premier tome, 1992, deuxième tome, 2000, troisième tome, 2011), et de l’effort fait en direction d’internet, les décisions de l’Académie, en France, souffrent d’un déficit de notoriété. Il en est de même de celles du Conseil supérieur de la langue française ou des commissions de terminologie des ministères.

23Ceci nous amène à parler du cas spécifique des terminologies à vocation spécialisée. Celles-ci sont censées s’appliquer à un « domaine », et non à la langue commune, le domaine pouvant être défini comme « une partie du savoir dont les limites sont définies d’un point de vue particulier » (définition ISO). Cette différence entre « domaine » et espace couvert par la « langue » n’est pas toujours bien reconnue par le public. Pourtant, elle s’appuie sur une ligne de partage acceptée aujourd’hui par tous les linguistes, même si le mythe de l’unité lexicale de la « langue » a longtemps exercé son influence.

24S’agissant des terminologies, le mécanisme de l’« autorité » et donc de la « norme » ne peut exactement être le même que pour la langue commune. Le domaine pouvant être assez rigoureusement défini, il est possible de cloisonner les espaces, ce que font les actuelles commissions de terminologie dépendant de chaque ministère, réunies au sein d’une « Commission générale de terminologie et de néologie » dépendant du Premier Ministère, et dont les décisions peuvent être consultées sur le portail de « France Terme ». En théorie, donc, il semblerait que la terminologie puisse voir s’accomplir le rêve prescriptif dans toute sa pureté et sa légitimité.

  • 25 Voir par exemple Loïc Depecker, dir., La mesure des mots. Cinq études d’implantation terminologique(...)

25La réalité est tout autre. Le degré de pénétration des prescriptions terminologiques, bien souvent, est plus limité qu’on ne pense. C’est ce que révèlent les enquêtes d’« implantation », comme on les dénomme, et qui restent — fait significatif — relativement rares en France, alors qu’elles sont plus abondantes au Québec25. Par ailleurs — le phénomène, sans doute, n’avait pas jusqu’à présent attiré l’attention en raison du caractère relativement marginal des vocabulaires spécialisés par rapport à la langue commune — un changement récent survenu dans la dynamique langagière des principales langues confrontées à la technologie et à la spécialisation est aujourd’hui la croissance exponentielle des besoins spécialisés et l’apparition, pour y faire face, de nouveaux lieux de prescription qu’on pourra qualifier de « spontanés ». Face à ces nouveaux besoins, en effet, la langue commune, souvent, vacille, et se révèle insuffisante. L’emprunt — aujourd’hui essentiellement à l’anglais — est bien souvent une solution facile. Les commissions de terminologie françaises ont la lourde tâche d’essayer d’endiguer ce flot constant. Mais on observe que bien des instances privées se chargent également d’effectuer la décision d’adopter ou non un emprunt, opérant des choix non avalisés par les commissions, choisissant elles-mêmes entre formes anglaises et formes françaises, acronymes ou formes développées, formes françaises de bases différentes, etc.

  • 26 Anne Curzan, Fixing English. Prescriptivism and Language History, Cambridge University Press, 2014.
  • 27 Voir Joan C. Beal, Carmela Nocera, Massimo Sturiale, eds., Perspectives on Prescriptivism, Bern, P (...)
  • 28 Voir Sébastien Charles et Gilles Lipovetsky, Les temps hypermodernes, Paris, Grasset, 2004.
  • 29 Voir Ulrich Beck, Individualization : Institutionalized Individualism and its Social and Political (...)
  • 30 William Labov, Sociolinguistique, Paris, Minuit, 1976, p. 187.

26En ce début de xxie siècle, en effet, il n’est plus possible de penser la norme, ni même la simple prescription, en s’en tenant à leurs vieux habits traditionnels. Dans la société civile, on constate l’apparition d’instances normatives différentes de celles qu’on a l’habitude, traditionnellement, de considérer comme prescriptives, telles les dictionnaires et les grammaires. La technologie, également, intègre cette dimension prescriptive. Dans son ouvrage récent Fixing English26, Anne Curzan montre ainsi le rôle joué, dans les dernières décennies, par les correcteurs grammaticaux. Certains auteurs, comme la linguiste britannique Joan C. Beal27, considèrent que les années 2000, après les tendances libertaires issues des années 60, sont marquées par le retour en force des tendances prescriptives dans la société, et que le langage n’y échappe pas. Mais ce prescriptivisme n’est pas de même nature que le prescriptivisme traditionnel : selon l’auteure, il s’adapte à des règles beaucoup plus subtiles et variables, qui sont celles, finalement, du marché. De plus en plus de « lexiques » sont proposés à l’utilisateur sur le web, qui ont chacun une vocation spécialisée, et parfois un rayon de validité restreint : lexique de l’immobilier, de la comptabilité, de la création d’entreprise, de la communication, etc. À l’inverse des publications traditionnellement recensées sous le terme « Lexique », et qui avaient vocation à « normaliser » les usages linguistiques d’un domaine, et à l’aménager, ces nouvelles ressources n’ont souvent qu’une ambition très limitée. Elles se font de plus fréquemment concurrence les unes les autres. Sans doute la facilité de publication liée au web y est-elle pour beaucoup. Il n’en demeure pas moins qu’on observe à l’évidence, depuis les années 1990, ce qu’on pourrait appeler une « déstandardisation » des prescriptions. Ce phénomène s’insère vraisemblablement dans la tendance des sociétés « hypermodernes », comme les dénomme Gilles Lipovetsky28 à prêter une attention particularisante aux besoins, attention stimulée par la position de consommateur que la société libérale postule chez l’individu29. Il pourrait s’agir dès lors, comme pour n’importe quel produit, de « personnaliser » les prescriptions. En outre, il s’agit bien souvent également de créer ce qu’on appelle en anglais une corporate identity, identité collective où l’assentiment donné à un certain nombre d’usages et de normes linguistiques fait partie des forces cohésives créatrices de communauté, si l’on suit l’idée du sociolinguiste Willam Labov selon laquelle « la communauté linguistique se définit moins par un accord explicite quant à l’emploi des éléments du langage que par une participation conjointe à un ensemble de normes30 ».

27Du point de vue de la théorie linguistique, par « déstandardisation », on peut entendre deux choses distinctes. La première est l’affaiblissement de la référence au standard, ce qui est une dynamique proprement sociolinguistique, une forme de « démotivation », si l’on veut, du rapport à la langue. La deuxième est la diversification des normes, des modèles de références, des instances prescriptives. Aujourd’hui, il semble effectif que de plus en plus de lieux privés assument une fonction d’autorité, en matière de langage, fonction qui était auparavant dévolue à des institutions. À l’instar des entreprises, les maisons d’éditions, les journaux, les milieux professionnels, les collectivités locales, les associations sportives mêmes, définissent désormais fréquemment leurs propres normes, qui ne sont valables qu’à l’intérieur du groupe, et qui symbolisent en quelque sorte la particularisation de la société par la constitution de ces frontières langagières. En annexe, nous donnons une copie d’un « Lexique » que nous avons trouvé joint en 2010 au formulaire de déclaration d’impôts pour servir au calcul des droits d’auteur. La présence de ce lexique est un bon témoin du degré d’opacité créé par les terminologies spécialisées (qui utilisent, comme on peut le voir, de nombreux acronymes et procédés d’abrègement), les ressources des solutions définitoires apportées par la langue commune n’étant plus considérées comme suffisantes. On pourrait également convoquer ici l’expérience communément rapportée de salariés ayant eu à revoir toutes leurs habitudes langagières en changeant d’entreprise, y compris leurs modes de dénomination d’objets usuels, même si cette entreprise continue de demeurer à l’intérieur du même domaine de spécialité. Dans un monde d’intérêts divergents et antagoniques, il est explicable que les efforts de normalisation se heurtent à des dynamiques contraires, favorisant à l’inverse la création de particularismes. Sans doute, dans le cadre d’une réflexion générale sur les « mutations de l’autorité » doit-on prendre en compte les deux dimensions, si l’on veut joindre, à l’impact très particulier que peuvent avoir des prescriptions, la force plus diffuse des normes qui se créent autour de la représentation qu’on se fait du « standard ».

28Dans ces quelques pages, nous avons voulu surtout montrer à quel point, d’une part, les sens possibles donnés au mot « norme » en linguistique méritent d’être reconsidérés, à partir de l’assimilation par trop massive que l’on pourrait être porté à en faire avec la prescription générale en langue commune, et à quel point, d’autre part, les différentes formes de normativités observables dans le fonctionnement social des usages et des prescriptions ont bougé dans les dernières décennies, et vont encore bouger. Comme le relevait le socioterminologue François Gaudin, déjà cité ici, les idées de codification et de normalisation afférentes au langage relèvent plus souvent, dans la réalité des choses, du plan de la croyance sociale que de celui de la politique linguistique explicite ou de la prescription concertée. Le pouvoir de l’« autorité linguistique » est davantage fait de ce que les usagers imaginent que de l’existence avérée de codes rigides autour desquels il serait possible de décrire, dans une belle adéquation entre théorie et pratique, une véritable « normativité ». C’est l’éternelle question qui se pose aux « aménagistes ». Les phénomènes récents de déstandardisation qu’on observe, autant dans les usages que dans les prescriptions, témoignent du caractère fluctuant de ces représentations, et surtout du poids qu’exercent, sur ce sismographe qu’est le langage, les conditions sociopolitiques d’établissement d’une « croyance » en l’autorité. En dépit des illusions de stabilité qu’y créent les structures et l’organisation en système, l’« autorité » dans le langage n’est bien qu’un phénomène qui dépend avant tout de l’adhésion qu’on y porte, et qui donc, de ce fait, est exposé aux mutations tout comme les formes langagières elles-mêmes.

Notes

1 Gabriel Tarde, Les lois de l’imitation, Paris, Les Empêcheurs de tourner en rond, (1890), 2001.

2 James Milroy, et Lesley Milroy, Authority in Language. Investigating Language Prescription and Standardisation, London, Routledge, 1985.

3 « French is probably the most highly standardized of European languages, more so than, for example, English or German », Einar Haugen, « Standardization », in Sociolinguistics. A Reader and Coursebook. Coupland / Jaworski, eds., London-New Kork, [1966] 1997, p. 247.

4 Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt, La norme lexicale, Publications de l’université de Montpellier 3, 2001 ; et Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt, Les linguistes et la norme. Aspects normatifs du discours linguistique, Berne, Peter Lang, 2006.

5 Voir Bon usage et variation sociolinguistique. Perspectives diachroniques et traditions nationales, sous la direction de Wendy Ayres-Bennett et Magali Seijido, Lyon, E.N.S. Éditions, 2013.

6 Alain Rey, (1972), « Usages, jugements et prescriptions linguistiques », Langue française 16, 428.

7 Jules Marouzeau, Lexique de la terminologie linguistique, Paris, Geubner, 1933, p. 158.

8 Voir Alexandre Flückiger, éd., Dossier thématique « La normativité », Cahiers du Conseil Constitutionnel no 21, 2007. Voir également l’ouvrage ancien et précurseur du sociologue allemand Ulrich Beck, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier ([1986] 2001).

9 Gabriel Tarde, Les lois de l’imitation, op. cit., p. 203.

10 Ibid., p. 226.

11 William Labov, Principles of Language Chang I : Social factors, Oxford, Blackwell, 2001.

12 Françoise Gadet, La variation sociale en français, Paris, Ophrys, [2003] 2007, p. 28.

13 Voir par exemple le recueil d’articles récemment traduit : Eugenio Coseriu, L’homme et son langage, Louvain/Paris, Peeters, 2001.

14 Voir Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt, Les linguistes et la norme..., op. cit.

15 Voir la discussion de Canut dans Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt, Les linguistes et la norme..., op. cit.

16 Jean-Pierre Kaminker, « Les problèmes de la norme », dans Cahiers de linguistique sociale, no 1, Colloque « La norme », Rouen, Éditions universitaires Rouen-Greco, 1976, p. 12-13.

17 Ibid.

18 Notion apparue dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française en 1694, mais ayant subi de nombreuses modulations dans sa définition. Voir Langue commune et changements de normes, sous la direction de Sonia Branca-Rosoff, Jean-Marie Fournier, Yana Grinshpun et Anne Régent-Susini, Paris, Champion, 2011.

19 Conseil Supérieur de la langue française « Rectifications orthographiques du français », Journal officiel de la république française, 6 décembre 1990, no 100, 19 p.

20 Voir André Goosse, La « nouvelle » orthographe. Exposés et commentaires, Bruxelles, Duculot, 1991.

21 Voir Bernd Fugger, « Les Français et les arrêtés ministériels. Étude sur l’impact de la loi linguistique dans l’est de la France (I) », La banque des mots no 18, PUF, 1979, p. 157-170 et (II), CILF, no 25, 1983, p. 53-62. L’auteur montre notamment comment les sondés préfèrent choisir entre équivalents français selon les contextes, plutôt que d’adopter une seule norme. Voir également F. Gaudin, Pour une socioterminologie, Presses Universitaires de Rouen, 1993, p. 52-77. L’auteur relève la faible connaissance de la part des magistrats des termes proposés par le Dictionnaire des néologismes officiels, publication FRANTERM des travaux réalisés par les commissions de terminologie, et diffusée (alors) par les éditions Nathan.

22 Voir Anne Dister, Gérald Purnelle, Richard Beaufort, « Grands ou petits attentats ? Mesure de l’impact des réformes orthographiques sur la physionomie des textes », Proceedings of JADT 2010, 10th International Conference on Statistical Analysis of Textual Data, p. 1157-1164. Les auteurs ont évalué l’impact des recommandations sur un corpus de 16 œuvres littéraires et environ 24 000 articles de presse. Ils estiment le pourcentage des mots touchés à environ 0,40. Pour mémoire, les « recommandations » concernent environ 5 % des mots figurant dans un dictionnaire standard tel Le Petit Robert ou Le Petit Larousse.

23 Michel Arrivé, Réformer l’orthographe ?, Paris, PUF, 1994.

24 Bulletin officiel de l’Éducation nationale, hors série no 3, 19 juin 2008.

25 Voir par exemple Loïc Depecker, dir., La mesure des mots. Cinq études d’implantation terminologique, Rouen, Presses de l’université de Rouen, 1997. Voir également, F. Gaudin, Socioterminologie. Une approche sociolinguistique de la terminologie, Bruxelles, De Boeck/Duculot, 2003.

26 Anne Curzan, Fixing English. Prescriptivism and Language History, Cambridge University Press, 2014.

27 Voir Joan C. Beal, Carmela Nocera, Massimo Sturiale, eds., Perspectives on Prescriptivism, Bern, Peter Lang, 2008.

28 Voir Sébastien Charles et Gilles Lipovetsky, Les temps hypermodernes, Paris, Grasset, 2004.

29 Voir Ulrich Beck, Individualization : Institutionalized Individualism and its Social and Political Consequences, London, Sage, 2002.

30 William Labov, Sociolinguistique, Paris, Minuit, 1976, p. 187.

Table des illustrations

Titre Lexique
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/4188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search