Version classiqueVersion mobile

Un temps pour tout

 | 
Marie Blaise
, 
Anita Gonzalez-Raymond

Troisième partie — Normes et frontières

Les félibres du xixe siècle étaient-ils des nationalistes occitans ?

Philippe Martel

Texte intégral

1Occitan ? Occitanie ? On parle ici d’un pays totalement improbable, qui n’apparaît sur aucune carte, ni actuelle ni ancienne, sinon sur les cartes fabriquées par les linguistes et les militants. Car cette Occitanie, puisqu’il faut l’appeler par son nom, n’est pas et n’a jamais été ni un État, ni même une région clairement identifiée — sauf si l’on remonte à la fin du Moyen Âge, quand l’administration royale désignait ainsi, dans son latin approximatif, la partie méridionale du domaine capétien conquise de haute lutte au terme de la croisade contre les Albigeois. Mais le correspondant en français, c’est Languedoc. Or le domaine de la langue d’oc dépasse largement les contours de la province d’Ancien Régime qui lui a emprunté son nom, faute de mieux. Autant dire que le nom sous lequel on désigne aujourd’hui le domaine de cette langue est le produit d’une double fabrication : celle des bureaucrates du Roi de France à la fin du xiiie, et celle de quelques acteurs d’un mouvement renaissantiste dit « occitaniste », issu non sans conflits du Félibrige fondé par Frédéric Mistral et ses amis à partir de 1854. Étant entendu que si Mistral lui-même n’utilisait pas le vocable « Occitanie » et parlait ordinairement soit de Midi, soit d’une Provence élargie aux dimensions du Midi tout entier, c’est bel et bien à cet espace « des Alpes aux Pyrénées » qu’il se référait

2On mesure la difficulté : là où l’administration française ne veut connaître que des Français, répartis plus ou moins harmonieusement dans des circonscriptions définies d’en haut, les départements, ces militants, dès le temps de Mistral, veulent voir un pays, doté de sa langue, de son territoire, de son histoire propre, et, si on va jusqu’au bout, d’un ennemi héréditaire, l’État français justement. On aura reconnu là les ingrédients potentiellement explosifs d’une revendication que l’on retrouve au xixe siècle un peu partout en Europe, et qui peut mener à la naissance de nouvelles entités politiques, avant que le mouvement s’étende au siècle suivant aux autres continents. Et un peu partout fonctionne le modèle défini il y a maintenant plusieurs décennies par Miroslav Hroch, celui des trois phases : à la phase A correspond le temps des érudits qui s’occupent d’équiper la langue pour en faire un outil de communication moderne, au-delà des parlers ruraux qui sont sa réalité au départ, et qui découvrent ou inventent une histoire nationale. Vient ensuite la phase B, celle du passage du culturel au politique, avec des revendications de type institutionnel adressées à l’État dans lequel est contenu le territoire de la langue, avec le « peuple » qui la parle/est appelé à la parler. Vient enfin la phase C, quand le mouvement politique réussit, rassemble les populations concernées, et qu’émerge donc une nouvelle « nation ».

3On l’a dit, il n’existe pas d’État occitan : la phase C n’a donc pas été atteinte. A-t-on seulement pensé qu’il serait possible, et souhaitable, de l’atteindre ? Le Félibrige de Frédéric Mistral s’est doté d’un discours sur la langue, le territoire et l’histoire assez cohérent — même si le terme « occitan » n’a pas fait, on l’a suggéré plus haut, l’unanimité dans ses rangs. Il lui est arrivé, au xixe siècle, de formuler des desiderata dépassant le simple registre littéraire. Sans résultat, de toute évidence. Il faudra ici essayer de savoir pourquoi.

1 Construire un discours « nationalitaire »

  • 1 Sur cette enquête et ses implications quant à l’occitan, cf. René Merle, L’écriture du provençal de (...)

4Vers le milieu du xixe siècle, ce ne sont pas les éléments qui manquent pour une telle construction. De façon assez ironique, ce sont les grands intellectuels français des débuts du siècle qui les fournissent. Il y a eu, sous le Premier Empire, la grande enquête lancée par le ministère de l’Intérieur sur les « patois ». Menée par les deux Coquebert de Montbret, père et fils, cette enquête a pour objet de fournir des données sur le paysage linguistique de l’Empire. Pour cela les préfets et les sous-préfets sont invités (assez rudement quand ils traînent les pieds) à communiquer des traductions d’un texte unique (la parabole de l’Enfant Prodigue, selon Saint Matthieu) dans les « patois » de leur circonscription. Il en résulte une moisson de documents, parfois limités au minimum — la traduction demandée, confiée à un indigène éduqué le plus souvent, éventuellement le secrétaire de la préfecture. Parfois le correspondant du ministère s’est piqué au jeu, et ce sont de véritables dissertations sur le parler local, son origine, ses caractéristiques, voire ses productions littéraires, qui remontent jusqu’au ministère. Pour l’essentiel, cette moisson reste inédite, et accessible seulement aux usagers des Archives nationales, de la Bibliothèque Nationale ou de la bibliothèque municipale de Rouen, là où les Coquebert de Montbret ont décidé de léguer leurs livres et leurs dossiers, sans oublier les archives des départements concernés qui ont pu conserver les minutes de leurs envois au ministère. Mais une partie du corpus est progressivement mise à la disposition d’un public plus large : le fils Coquebert de Montbret lui-même en publie en 1831 une anthologie. D’autres suivront, jusqu’à la fin du siècle. Et certains des informateurs locaux, comme certains des préfets ou sous-préfets qui les ont supervisés tiendront à publier leurs matériaux après la chute de l’Empire. Quiconque s’intéresse aux langues parlées sur le sol national dispose ainsi d’éléments utilisables — même si à ce stade ceux qui les utilisent cherchent moins à valoriser ces parlers tels qu’ils sont qu’à en tirer des exemples de survivances des états anciens du français, quitte à fantasmer sur la survivance du gaulois dans les patois des campagnes profondes1...

5Un peu plus tard, ce sont les Troubadours qui se voient exhumés. Le xviiie siècle ne les avait pas ignorés, et il était possible d’avoir accès à des traductions de certains de leurs poèmes grâce à l’ouvrage de l’abbé Millot en 1774. En 1813, ils sont abordés dans une Histoire des littératures du Midi de l’Europe due à Simonde de Sismondi, membre éminent de ce cercle de Coppet qui, autour de Madame de Staël, constitue à la fois un foyer d’opposition à Napoléon, un rendez-vous d’intellectuels français et européens de haut niveau, et un des sas par lesquels les enseignements du romantisme allemand vont pouvoir être accessibles aux jeunes écrivains que le classicisme ambiant ne satisfait plus. Mais Sismondi ne peut s’appuyer que sur les traductions maladroites de l’abbé Millot. Dès 1816, l’académicien Raynouard commence à livrer au public à la fois les textes originaux et un dictionnaire qui permet, avec pas mal de bonne volonté au demeurant, de les déchiffrer. Raynouard ajoute à son travail d’éditeur les résultats de ses propres réflexions, qui l’amènent à considérer que les langues de l’Europe méridionale, celles qu’on va bientôt appeler romanes, dérivent du latin à travers un stade intermédiaire, le « roman », dont le « provençal » des troubadours fournit l’image la plus proche. Pour des lecteurs méridionaux, cela change radicalement l’idée qu’ils pouvaient se faire de l’occitan. Ce n’est plus ou plus seulement, un « patois » de rustres, tout juste apte à donner des textes empreints de naïveté, ou de burlesque. Ce sera désormais une langue à part entière, qui a été porteuse, au xiie siècle, de valeurs poétiques fondatrices de l’ensemble de la culture européenne.

6Les temps de la Restauration et le conflit ouvert entre tenants d’un retour à l’Ancien Régime et défenseurs des valeurs nouvelles issues de la Révolution favorisent la mise au jour d’un autre héritage lié au Moyen Âge occitan : le temps des Albigeois, égorgés par l’alliance de la barbarie féodale et du fanatisme des clercs. Sur ce front, on retrouve aussi bien Sismondi, déjà entrevu, que des personnalités de la gauche intellectuelle comme Guizot ou Augustin Thierry. Ils propagent l’idée que la société « provençale » d’avant la croisade albigeoise associait créativité poétique, développement économique dans les villes, aspirations à la démocratie à travers les consulats de ces villes, et tolérance vis-à-vis des hétérodoxies. Le Midi des Troubadours est donc aussi la patrie du Progrès et des Lumières — c’est la terminologie de Sismondi, face au Nord barbare.

7Certes, ce tableau flatteur est compensé par l’image assez peu valorisante que les intellectuels bourgeois du temps donnent des Méridionaux contemporains, sauvages, brutaux, politisés, prédisposés par leur climat aux passions les plus excessives. Par ailleurs, les hommes de gauche, les libéraux du temps de la Restauration, accèdent au pouvoir après la révolution de 1830 : Guizot, qui entame alors une carrière politique de premier plan, devient très vite un homme d’ordre. Tandis qu’un Michelet, représentant d’une nouvelle histoire nationale qui est un récit apologétique, veille à corriger ce qui chez Sismondi risquait d’induire l’image d’une France construite sur les ruines d’une civilisation méridionale florissante. Progressivement, les troubadours disparaissent du tableau qui est dressé des origines de la littérature « nationale », en français bien sûr. Mais le message a eu le temps de passer, et de toucher de jeunes intellectuels méridionaux. Ceux qui vont constituer l’avant-garde de la renaissance d’oc.

  • 2 Sur tous ces points, nous renvoyons à notre article « Les historiens du début du xixe siècle et le (...)

8Jeunes intellectuels. Bien entendu, pour pouvoir accéder à ce savoir venu de Paris, il faut en maîtriser2 la langue, et le capital culturel qui va avec. Paradoxalement, ce sont donc des hommes qui ont eu accès à la culture haute qui vont se trouver les mieux placés pour concevoir l’idée d’une renaissance pour une langue qu’ils sont en train de perdre au rythme de leur incorporation croissante aux secteurs les plus modernes de la société française. Cette renaissance n’est donc absolument pas le fait de paysans analphabètes arc-boutés sur leur culture ancestrale. C’est Paris et c’est la culture nationale qui fournissent les armes qui vont être d’une certaine manière utilisées par ceux qui vont contester une politique de la diffusion du français passant obligatoirement par l’éradication des « patois ».

  • 3 Cf. Philippe Martel, «Le petit monde de l’édition en langue d’oc au temps des félibres », Bibliothè (...)
  • 4 Sur l’histoire du Félibrige, cf. René Jouveau, Histoire du Félibrige 1876-1914 (sn, Nîmes, 1970) et (...)

9La naissance du Félibrige en 1854 est la conséquence normale, somme toute, de la confluence entre un essor de la production écrite en occitan, mesurable au nombre de titres imprimés chaque année (une demi-douzaine par an entre 1820 et 1840, plusieurs dizaines à partir de 1850)3, et de la diffusion dans la société méridionale des éléments de valorisation du Midi médiéval produits par l’intelligentsia parisienne. Qu’au départ le petit noyau avignonnais qui va fonder l’association soit plus que minoritaire, pour ne pas dire imperceptible, dans un paysage littéraire dominé alors par Marseille n’empêche pas que c’est lui qui va savoir gérer, grâce notamment à Mistral, toutes les potentialités induites par la confluence dont on vient de parler. Et c’est ce Félibrige qui, dès qu’il est en position de capitaliser sur le succès de la première œuvre de son animateur principal Mistral, en 1859, va s’imposer comme moteur d’un mouvement collectif jusqu’alors difficilement pensable4.

10Qu’apportent donc les félibres ? Du point de vue de la langue, ils proposent une norme graphique là où, avant eux, prédominaient l’anarchie et les solutions individuelles apportées par chacun de ceux qui ici et là s’essayaient à écrire dans une langue dépourvue de toute norme depuis la fin du Moyen Âge. Les félibres par contre proposent un certain nombre de principes de notation des sons de la langue, élaborés certes pour le parler qui est le leur, le provençal de la basse vallée du Rhône, mais facilement adaptables aux autres variantes de la langue d’oc. Mieux : au prix, certes d’une approximation moyennement honnête, ils présentent leur système comme un retour au système utilisé par les prestigieux troubadours, tout au plus quelque peu modernisé pour s’adapter à l’évolution de la langue.

11Deuxième point sur lequel les félibres innovent : ils proposent une structure organisationnelle, une association, qui peut permettre le regroupement d’énergies créatrices et de militants sur tous les points d’un espace d’oc dans lequel n’existait, jusque-là, aucun lieu de rencontre entre écrivains et amis de la langue, quelle que soit leur origine géographique. Le Félibrige, avec son organisation assez marquée par le modèle académique, certes, permet à tout le moins de fournir à qui veut bien s’y rallier un statut qui l’inscrit dans le projet collectif défendu par l’association. Au rebours, quiconque refuse de se prêter au jeu se condamne, à terme, à l’isolement. Ce qui, très concrètement, veut dire que seuls ceux qui acceptent de se rallier au Félibrige auront accès à ses publications, bénéficieront des comptes rendus laudatifs que ces publications consacreront à leurs productions, auront une chance de recevoir les prix que décernent les concours littéraires contrôlés par les félibres, et pourront éventuellement être associés à sa direction, une fois admis aux rangs de ces cinquante majoraux qui constituent l’académie et le conseil d’administration du Félibrige. Une façon assez radicale, mais assez efficace de structurer le champ littéraire occitan.

12Le Félibrige propose en outre à ses adhérents un discours clé en main de valorisation de la langue d’oc qui s’appuie pour une large part sur le prestige national de Frédéric Mistral, et sur les possibilités d’accès au marché littéraire français que ce prestige semble à première vue autoriser. Dès son premier grand poème, Mirèio en 1859, Mistral avait pris soin de s’afficher face à Paris comme le représentant de tout un monde littéraire d’oc qui réclamait d’être pris en compte. Il n’est donc pas étonnant que, dans les années qui suivent 1859, Mistral soit véritablement celui qui va produire les expressions les plus claires de la revendication occitane telle qu’elle commence à se formaliser.

2 Le temps du rêve

  • 5 Sur les rapports occitano-catalans, voir leur meilleur spécialiste, August Rafanell, La Illusio occ (...)
  • 6 Poème publié d’abord dans L’Armana Prouvençau 1862, (L’Almanach provençal est l’organe annuel du Fé (...)

13Il va d’autant plus s’engager sur cette voie qu’il fait, dès le début des années 1860, une rencontre décisive, celle de la Renaixença catalane. Cette dernière se développe à peu près en même temps que la renaissance d’oc. On fixe d’ordinaire son point de départ en 1833 avec l’« Oda a la Patria d’Aribau », mais il s’agit en réalité d’une prise de conscience progressive, nourrie initialement aussi bien des frustrations d’une partie de la société catalane face à l’État espagnol tel qu’il fonctionne (mal) dans la première moitié du siècle que du souvenir des gloires anciennes du royaume d’Aragon d’avant le xve siècle : où on retrouve les troubadours, puisque la littérature catalane naît en partie de leurs productions — tout le travail des érudits catalans consistant dès ce moment à minorer le fait que les troubadours catalans, longtemps, adoptent comme outil de création l’occitan des voisins du nord (les premiers textes rédigés en catalan sont en prose). Ce catalanisme naissant recrute aussi bien à droite de l’échiquier politique espagnol (les carlistes) qu’à gauche. En 1859, se tiennent les premiers Jochs Florals de Barcelone, résurrection d’un concours littéraire médiéval depuis longtemps tombé en désuétude. À cette occasion, ses animateurs évoquent, comme un exemple à suivre, le succès de Mirèio de l’autre côté de la frontière : c’est le cas notamment de ce Victor Balaguer, qui définit l’occitan comme une langue « dolça bessona de la nostra », douce jumelle de la nôtre5. Mistral et ses amis vont avoir peu après l’occasion de nouer des contacts avec des représentants de ce catalanisme. C’est en leur honneur que Mistral écrit en 1861 son « Odo i Troubaire Catalan » qui est son premier grand manifeste politique. Il y rappelle les gloires du Midi médiéval, avec ses troubadours et ses cités libres. Il rappelle l’alliance des Catalans et des Occitans sur les champs de bataille face aux croisés de Montfort. Après avoir proclamé bien haut la fidélité des Provençaux à la France porteuse des idées de liberté, Mistral clôt son ode sur la vision d’une Europe à venir où les petits peuples auront la possibilité de renouer les liens que l’histoire a coupés, sous le signe du retour de la liberté et de l’amour entre les « races » unies face à la tyrannie6.

  • 7 Armana Prouvençau 1867, p. 19-23, repris là encore dans Lis Isclo d’or, op. cit.

14Un peu plus tard, en 1866, intervient la rencontre avec ce Balaguer que l’on a entrevu plus haut. C’est alors un jeune écrivain (moyennement génial) ; c’est aussi, et en fait surtout un militant libéral, franc-maçon, et promis à une belle carrière politique à la fin du siècle. Ce sont ses activités militantes qui le compromettent suffisamment aux yeux des autorités espagnoles pour qu’il soit contraint à s’exiler en France. Mais c’est en fait en Provence qu’il s’arrête, chez des félibres qui lui font fort bon accueil. Il va du coup devenir un confident de Mistral, avec lequel il a des échanges sur lesquels on sait d’ailleurs fort peu de choses, mais qui tournent apparemment autour de la question du fédéralisme à l’échelle européenne. Car à ce moment, les correspondances de Mistral avec d’autres de ses amis montrent son intérêt pour cette question, intérêt nourri par exemple, en 1865, de la lecture de Proudhon — du Proudhon auteur de l’ouvrage Du principe fédératif paru peu avant sa mort. Au même moment, les textes publiés par Mistral font preuve d’un patriotisme d’oc vigoureux, flirtant parfois avec la mise en accusation de la France : c’est particulièrement net dans ce poème, « La Coumtesso7 », de 1866, allégorie dans laquelle le poète campe une comtesse enfermée par sa méchante sœur dans un couvent, où règnent la tristesse et la monotonie, jusqu’au jour où de jeunes hommes vigoureux forceront les portes de ce couvent, et libéreront la comtesse, non sans avoir pendu au passage l’abbesse qui lui servait de geôlière — on note que de la méchante sœur il n’est ici pas question : façon à la fois d’affirmer que « Provence » et France sont sœurs, et que même si la seconde se montre bien peu affectueuse, il n’est pas question de rupture définitive.

15Pour dire les choses clairement : le Mistral de ces années est revendicatif, et manie une rhétorique que l’on peut considérer comme objectivement nationaliste. Mais son nationalisme ne le pousse pas jusqu’au séparatisme. Et le rêve d’une fédération européenne tel qu’il le caresse alors a pour fonction essentielle de régler la contradiction nord-sud en la dépassant par l’insertion des deux France dans un ensemble plus vaste, au sein duquel est possible la reconnaissance de « nationalités » ayant leur langue et leur autonomie relative, sous le signe de la liberté. Le Mistral de ces années-là n’a pas encore totalement renoncé à l’optimisme de ses années de militantisme quarante-huitard.

  • 8 Les lettres de Mistral à William Bonaparte-Wyse, son vrai confident politique avec Balaguer à cette (...)

16Mais ce qui caractérise vraiment la pensée « politique » du Mistral de ces années, c’est qu’elle ne débouche sur aucun programme concret, et se limite en fait à des allusions éparses ou à ces formulations poétiques évoquées plus haut. Les citations qu’il donne dans une de ces lettres, réservées à des confidents sûrs, de l’ouvrage de Proudhon, laissent soupçonner qu’il en a surtout lu les conclusions8... La même lettre donne d’ailleurs la clé de son approche de la question politique « vous savez bien, mon ami, que la Provence reprenant sa vie politique, le provençal deviendrait en peu de temps la langue officielle ». Bref, l’autonomie, ça ne sert qu’à fournir à la langue un statut institutionnel... Mistral est poète, on voit bien ici qu’il n’a rien d’un théoricien de la chose publique.

  • 9 Cf. François Furet, La gauche et la Révolution au milieu du xixe siècle, Paris, Hachette, 1986, et (...)
  • 10 La Tribune, 25 septembre 1868, « Lettre ouverte à Frédéric Mistral ».

17De toute façon, les quelques velléités qu’il a pu cultiver dans ce domaine ne survivent pas à l’année 1868. L’année précédente lui a déjà permis de prendre la mesure exacte de la place qui lui est réservée dans le paysage littéraire national, avec l’échec relatif de son second grand poème (Calendau). L’année suivante, il va être directement accusé de séparatisme par un de ses anciens amis, Eugène Garcin, accusation qui rencontre un écho certain dans une partie de la presse de gauche : Mistral est trop peu au fait des débats internes à la mouvance républicaine des dernières années du second Empire pour voir qu’en réalité, il est ici pris en otage dans un conflit qui le dépasse largement, entre partisans, avec Edgar Quinet, d’une République décentralisée, et partisans « néo-jacobins » d’une centralisation de salut public, seule capable de prévenir le danger d’insurrections contre-révolutionnaires de type vendéen9. C’est justement le moment où le développement des relations avec les Catalans connaît à la fois son apogée et l’amorce de son déclin. Mistral est accueilli triomphalement à Barcelone en mai 1868 par Balaguer retour d’exil, et il accueille lui-même chez lui, en Provence, une délégation catalane en septembre, dans des fêtes dont la presse parisienne rend compte — tout en négligeant le grand discours programmatique prononcé à cette occasion par Mistral, discours dans lequel, in fine, il prophétise le jour où sa « province » ayant retrouvé sa conscience d’elle-même redeviendra une « Nation ». On peut considérer que la seule vraie réponse à ce discours est un article violent de Zola, publié quelques jours plus tard dans un journal « néo-jacobin10 » : il y range Mistral et ses amis aux rangs de ces réactionnaires qui ne voient pas que l’avenir est à une république universelle dans laquelle disparaîtront tous les particularismes locaux. Au moment même où paraît ce brûlot, Balaguer participe en Espagne à une révolution qui va bientôt lui ouvrir une longue carrière politique en même temps qu’elle inaugure plusieurs années de guerre civile. Autant dire que les amis catalans des félibres ont bien d’autres soucis que la poursuite de relations poético-politiques avec les Provençaux.

18Pour Mistral, le réveil est brutal. Privé du soutien de ses amis d’outre-Pyrénées, laissé en compagnie des seuls félibres qui, pour la plupart, ne se soucient nullement de revendication politique « nationalitaire », en butte aux attaques de cette presse parisienne dans laquelle il croyait compter des amis depuis le succès de Mirèio en 1859, Mistral renonce à ses convictions républicaines de jeunesse et entame une évolution vers la droite qui le mène dans un premier temps au soutien à l’Empire libéral, incarné par un Marseillais, Émile Ollivier, républicain reconverti lui aussi, et qui, miracle, parle réforme décentralisatrice... La guerre franco-prussienne de 1870 dans laquelle le gouvernement impérial a imprudemment engagé la France finit en catastrophe. On le sait, la chute de l’Empire qui suit la défaite, en quelques semaines, d’une armée mal préparée débouche non seulement sur une période d’occupation par l’armée prussienne et le versement d’indemnités de guerre colossales, mais encore sur une incertitude politique de plusieurs années, un temps durant lequel entre mouvement révolutionnaire de la Commune, tentative de restauration monarchique, et finalement installation d’un régime républicain, le troisième en moins d’un siècle, la France ne sait pas quelle voie suivre, sur fond de traumatisme national. Un traumatisme aggravé encore par la mutilation que représente la perte de l’Alsace-Lorraine au nom du principe des nationalités duquel le second Empire s’était longtemps prévalu dans la politique extérieure qui l’a mené au désastre. Mistral subit tout cela au même titre que l’ensemble de la société, toutes provinces et tendances idéologiques confondues. Et ce traumatisme correspond aussi, au niveau de la vie personnelle du poète, à une phase de dépression profonde. Ce n’est vraiment plus le moment de rêver à une fédération européenne unissant dans l’harmonie et la poésie des peuples libérés !

19Dans les années qui suivent la défaite, Mistral va donc engager le Félibrige dans la voie d’une revendication bien plus modeste, soumise en tout état de cause aux rapports de force entre grandes familles politiques nationales. Épouvanté par la Commune, dont il ne voit pas qu’elle avait dans son programme l’autonomie des collectivités locales (c’est pourtant ce que lui dit depuis Paris son ami Paul Arène), Mistral va pendant un temps miser sur l’accession au pouvoir d’un prétendant au trône qui a lui aussi dans son programme la décentralisation au bénéfice des provinces — pour Mistral, c’est le mot magique qui entraîne l’adhésion à toutes les causes, comme plus tard au boulangisme ou même en 1899, en pleine affaire Dreyfus, à une Ligue de la Patrie Française dont les objectifs n’avaient pourtant rien à voir avec la question de l’autonomie régionale. Bref, c’est de Paris, paradoxalement, que Mistral attend tout. Tout au plus peut-il, dans les premières années après 1870, caresser un temps une idée latine qui fédérerait à l’échelle internationale tous les États du sud de l’Europe partageant une langue romane, Roumanie comprise — fédération, dans laquelle, espère-t-il, l’espace occitan, ce carrefour, pourrait trouver sa place. On devine que ce rêve, confronté à la réalité des rapports entre puissances, connaît assez rapidement le sort de celui qui l’a précédé dix ans auparavant.

  • 11 Sur le changement de sens du champ lexical « nation », chez Mistral à cette époque, cf. notre artic (...)

20Plus question en tout état de cause de trop revendiquer : le poète s’échine, au cours de toutes ces années, à minimiser la portée de son poème La Coumtesso : ce n’est pas de la France qu’il parlait, mais de la centralisation. Et dans les discours de Mistral qui se multiplient jusqu’à la fin des années 1880 pour finir par constituer une sorte de corpus doctrinal pour le Félibrige, le mot Nation et ses dérivés, quand ils apparaissent, ne désignent plus autre chose que la France elle-même, dont le midi est présenté comme le fils le plus fidèle — d’autres joueront dans cette même ligne sur la complémentarité entre amour familier sinon familial de la petite patrie — la province, le pays, et celui dû à la grande patrie, la France11. En fait, la revendication la plus concrète alors proposée — et c’est d’ailleurs nouveau par rapport aux années 1860 où elle était ignorée, c’est la revendication pour une place donnée à la langue dans ce système scolaire auquel les lois Ferry vont conférer un statut nouveau, en rendant l’enseignement obligatoire.

3 Retours de flamme ?

  • 12 Cf. Jean-Marie Carbasse, Louis-Xavier de Ricard, félibre rouge, Montpellier, Lacave, 1977, et Stéph (...)

21Cependant, si Mistral a renoncé, d’autres, plus jeunes, reprennent le flambeau. On voit donc naître au cours des années 1870 une tendance dans le Félibrige qui se définit à la fois comme « rouge » dans une association dont on a dit qu’elle misait sur une restauration monarchique, et comme fédéraliste. Ce, autour d’un personnage assez extraordinaire, Louis Xavier de Ricard, qui, quoiqu’issu d’une famille de l’aristocratie languedocienne et fils d’un général de Napoléon III, n’en milite pas moins dès l’âge de vingt ans dans les rangs républicains, tout en contribuant au lancement du Parnasse, avant de participer activement à la Commune de Paris, et de s’installer, après un temps d’exil, à Montpellier, et de découvrir le Félibrige. Ce Ricard publie en 1877 un ouvrage, intitulé Le Fédéralisme, dans lequel il dénonce un centralisme qui pour lui, comme pour son maître Quinet avant lui, n’est autre que la résurgence du système monarchique au cœur même de la République. Contre ce centralisme, il propose, en termes à vrai dire assez vagues, un fédéralisme basé sur la démocratie directe s’exerçant au niveau de la commune, tandis que les liens tissés par contrat entre communes finissent par dessiner les contours d’une fédération internationale unissant les peuples latins (y compris dans l’Amérique du même nom), autour d’un Midi, d’une Occitanie — il emploie le terme, que son attachement séculaire à la cause de la liberté, depuis l’albigéisme du xiie et les révoltes protestantes du xvie, prédispose à devenir le pivot de la nouvelle fédération. Programme audacieux, mais qui ne rencontre guère d’écho ni chez des félibres pour qui l’essentiel reste la langue et la littérature, ni chez Mistral (sollicité, pourtant) qui n’a pas la même définition de la Latinité, ni, a fortiori dans la gauche française dont Ricard est issu mais qui, en matière de centralisation, se trouve plutôt en ces années, avec Gambetta et d’autres, du côté des idées des néo-jacobins de la période précédente. Ricard est donc un homme seul, qui au cours des années 1880, va d’ailleurs délaisser le Midi pour tenter l’aventure en Amérique du sud12.

  • 13 Sur ces survivances de l’idée fédéraliste, cf. Les Félibres et leur temps, op. cit., p. 483-526, et (...)

22Tout au plus au cours de ces mêmes années, de petits groupes de jeunes félibres tentent-ils de maintenir la flamme autour de revues éphémères publiées du côté de Marseille, cette fois. Parmi ces jeunes, Frédéric Amouretti que l’on retrouve en février 1892 défendant une déclaration fédéraliste dont il est co-auteur avec un jeune homme du nom de Charles Maurras. Plus question ici de fédération internationale : le fédéralisme des deux hommes est étroitement franco-français. Mais contrairement à ce que pourrait laisser penser le nom du second auteur de la déclaration, à ses débuts elle regroupe, outre les héritiers de Ricard et Ricard lui-même, des hommes qui se réclament aussi bien de l’extrême-gauche que de la droite dure, tactiquement associés contre les républicains modérés au pouvoir. Le fédéralisme constitue un bon lieu de convergence dans la mesure où en mettant l’accent sur la place donnée au niveau local, il fait l’économie, du moins au départ, de tout débat sur la nature du régime comme sur les enjeux de société les plus généraux. Mistral se tient en retrait en apparence, mais en réalité soutient le mouvement. Contrairement aux expériences précédentes, la déclaration trouve suffisamment de relais dans la presse locale et nationale pour que la question du fédéralisme occasionne un vrai débat. Mais le mouvement ne survit pas aux divergences qui se manifestent progressivement entre éléments de droite et de gauche (car il faut bien, à un moment, aborder les questions sociales et politiques gommées au départ), et explose définitivement au moment de l’affaire Dreyfus. On sait que c’est à ce moment que le jeune Maurras, délaissant l’action félibréenne, sans renoncer d’ailleurs à son intérêt pour la langue et la littérature d’oc, cultivées à l’occasion, s’oriente vers une carrière de polémiste et de politique que symbolise le titre de son journal, L’Action Française. Ce qui du même coup et pour longtemps va renforcer chez les observateurs les plus avertis (quoique pas tout à fait assez) l’idée d’un rapport presque automatique entre affirmation régionaliste et extrême-droite, dont l’écho n’est sans doute pas totalement dissipé un siècle plus tard13.

23Si on résume ce parcours, ou plus exactement ce resurgissement régulier, d’une génération à l’autre, de la tentation du passage au politique, on relève trois traits fondamentaux.

  • 14 Sur Gounon Loubens, cf. Philippe Martel, « Vox clamans in deserto : l’Indigène, éditeur de textes o (...)

24En premier lieu, la ligne suivie est celle d’un fédéralisme qui préserve le lien avec la France. Nonobstant La Coumtesso du jeune Mistral, nonobstant les diatribes régulièrement produites contre la centralisation, Paris, voire les Croisés qui ont égorgé les Albigeois au xiiie siècle, on ne discerne pas dans le mouvement occitan, contrairement à ce qui s’observe assez tôt chez les Bretons par exemple, les contours d’un vrai projet nationaliste s’assumant comme tel jusqu’à poser la revendication d’une rupture avec la France, bref, ce séparatisme que la presse nationale évoque de temps à autre quand il lui arrive d’aborder la question « provençale » en termes politiques. On ne peut guère trouver que deux individus ayant à un certain moment poussé leur réflexion jusqu’à ce point de non-retour : il y a ce Jules de Gounon-Loubens, qui sous le second Empire, abrité sous le pseudonyme « un Indigène » tient des propos sur le nord de la France et ses habitants « cohue qui vit dans une région froide et ténébreuse, au fond d’une immense carrière de moellons » « impropres [...] à toute espèce de représentation », qui débouche assez explicitement, sur le vœu de voir un jour les méridionaux se libérer du lien que ces gens leur ont imposé, quitte à laisser « à nos compatriotes du nord la faculté de se faire gouverner et administrer militairement si cela leur convient », ce qui est incompatible « avec notre génie et les instincts de notre race ». Mais l’Indigène est seul, et n’a pas franchi le pas de l’adhésion au Félibrige. Il y a aussi le comte, puis marquis de Villeneuve-Esclapon, qui lui par contre rencontre Mistral dès son adolescence, et rêve en 1870 de monter des brigades félibréennes capables de repousser les Prussiens, et, accessoirement, de balayer les préfets pour mettre en place l’autonomie provençale. Précisons : il a alors dix-huit ans, mais il gardera toute sa vie, plus ou moins dissimulée, cette aspiration à une revendication vigoureuse, aux limites de l’extrémisme, qui le rapprochera en 1892 des fédéralistes, avant de se brouiller ultérieurement avec un Maurras qui pendant la guerre de 14 l’accusera carrément dans son journal, sans le nommer, de souhaiter une victoire allemande qui déboucherait sur le démembrement de la France, et, éventuellement, le retour de la Provence à son autonomie médiévale de terre d’Empire14. Il n’est pas totalement impossible que cette accusation contienne une part de vérité. Mais en tout état de cause, ni l’un ni l’autre de ces personnages n’ont eu de véritable influence.

25Deuxième caractéristique de ces quelques mouvements ou esquisses de mouvements fédéralistes : dans la plupart des cas, leur projet politique reste formulé en termes extrêmement vagues. Quelques lignes dans des correspondances privées pour le Mistral des années 1860, ou quelques vers. Quelques pages finales (sur plus de 200 consacrées essentiellement à des références historiques plus ou moins lointaines) dans Le Fédéralisme de Ricard. Quelques discours prononcés en 1892 devant des auditoires félibréens et quelques articles dans des revues confidentielles, les uns et les autres plus littéraires que vraiment précis dans la description du système qu’ils proposent. On retire de tout cela l’impression d’un certain amateurisme, conjugué à une grande prudence, face au risque de se voir dénoncé publiquement comme séparatiste.

26Troisième caractéristique : l’écho extrêmement limité en société de ces velléités de passage au politique sur la base de la défense de la cause occitane. Mistral parle à Balaguer et à Bonaparte-Wyse, gentleman irlando-corse aux limites du dandysme ; aux autres, il ne laisse comme sujet de réflexion que des poèmes, que la plupart des critiques parisiens ignorent, et qu’ils détestent quand ils les connaissent (Zola dans son article de septembre 1868 fait une allusion précise à La Coumtesso, preuve à la fois du séparatisme et du profil contre-révolutionnaire de Mistral). Plus tard, si Ricard, qui bénéficie au départ d’un certain prestige chez les survivants parisiens des luttes du second Empire, peut avoir accès à la presse et convaincre quelques jeunes félibres, cela ne va pas bien loin, et il le découvre à ses dépens quand il tente en 1881 l’aventure d’une candidature fédéraliste aux législatives dans l’Hérault, aventure qui se solde par une défaite. Et au terme de l’aventure de la déclaration fédéraliste de 1892, c’est vers la politique nationale que se tourne Maurras, avec les résultats que l’on sait.

27Bref, on se trouve avec la renaissance d’oc face à un mouvement qui réussit fort bien sa phase A, puisqu’il a la chance de pouvoir mobiliser des souvenirs historiques et littéraires valorisants, couplés avec une création contemporaine de valeur dans la langue du pays. Mais malgré ces atouts dont bien des peuples d’Europe centrale ou orientale auraient sans doute rêvé de disposer, le passage à la phase B ne peut jamais se produire, malgré des efforts répétés. C’est ce qu’il va falloir à présent essayer d’expliquer.

4 Pourquoi ?

  • 15 Nous suivons là Jean-Yves Guiomar, Le bretonnisme, les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, (...)

28Il faut d’abord faire intervenir des raisons très générales et qui, de fait, valent aussi pour les autres mouvements revendicatifs « régionaux » ou « minoritaires « qui naissent en France à la même époque, le mouvement breton, l’Emsav en premier lieu15 ». Ces raisons sont liées au fonctionnement de la société nationale, du milieu politique qui en assure la représentation, et de l’idéologie portée aussi bien par les acteurs de la politique, toutes tendances confondues, au moins pour certains points, que par ceux qui donnent le ton en matière culturelle tout au cours de la période.

  • 16 Brigitte Basdevant-Gaudemet, La commission de décentralisation de 1870, Paris, PUF, 1973.

29Le Félibrige naît sous le second Empire, autrement dit sous un régime dont le moins qu’on puisse dire qu’il ne voit pas d’un très bon œil toute revendication politique susceptible de remettre en cause ses propres principes : Ordre, Autorité, déclinés dans la pratique en contrôle policier sur la société, tout cela agrémenté d’un nationalisme nourri du souvenir des gloires du premier Empire. Que sur la scène extérieure, en Italie par exemple, ce régime puisse parfois faire appel à des notions comme le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, cette position de principe, d’ailleurs à géométrie variable, ne s’applique assurément pas en interne. Tout au plus à la fin de l’Empire, note-t-on une certaine écoute face aux demandes de promotion de l’allemand qui émanent des cercles catholiques d’Alsace et de Lorraine thioise. Mais cette écoute ne s’étend pas aux autres langues régionales et à leurs locuteurs, dont une enquête lancée par le ministre de l’Instruction Publique Victor Duruy en 1864 cherche précisément à mesurer le nombre pour mieux les amener, sinon eux, du moins leurs enfants à l’idéal monolingue français qui fait alors, et pour longtemps, figure de dogme. Quant à l’idée fédéraliste, c’est peu de dire que le régime ne peut même pas l’envisager. Ce n’est pas de cela qu’il est question en 1870 pour Émile Ollivier, lorsqu’il constitue une commission de décentralisation chargée de faire des propositions, mais uniquement d’une certaine déconcentration, laissant une certaine marge aux municipalités et aux conseils généraux sans supprimer le préfet, bien sûr16. Les autres propositions de décentralisation qui verront le jour sous la troisième République n’iront jamais beaucoup plus loin. Tout au plus la république accordera-t-elle aux collectivités locales certaines des compétences nouvelles préconisées par la commission

30Il est vrai qu’entre les deux régimes il y a une catastrophe, la défaite de 1870 et ses conséquences : le régime républicain ne l’emporte, péniblement, qu’au prix de l’anéantissement de cette Commune de Paris qui revendiquait, on l’a dit, l’autonomie de toutes les communes de France, et d’autre part grâce à la marginalisation de l’extrême-droite monarchique. On comprend dès lors que pour les vainqueurs, l’urgence est de maintenir un contrôle de l’État central suffisamment bien armé pour résister à tout retour en force de ces deux ennemis. Ferry et Gambetta sont décentralisateurs avant 1870, centralisateurs ensuite ; et c’est ainsi que Gambetta menace un jour tout bonnement de Ricard d’arrestation au cas où ses idées de fédéralisme commenceraient à trouver un appui dans la société.

31Quant aux revendications linguistiques, elles étaient déjà peu audibles avant 1870, pour un État français qui considérait depuis 1539 qu’une seule langue devait avoir statut d’officialité. Exclusivisme renforcé depuis la Révolution par la conviction largement partagée que le français n’était pas seulement la langue de l’autorité mais aussi celle de la civilisation et des Lumières, face à des « patois » héritiers des temps obscurs. Autant d’idées renforcées avec l’annexion par le nouvel Empire allemand de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine, annexion justifiée, au nom du droit des peuples, par le fait que les habitants de ces deux régions sont de langue allemande. Quand on se souvient que c’est de là que des revendications linguistiques étaient précisément venues à la veille de la guerre, on comprend pourquoi, aux yeux de l’opinion et des dirigeants français, a pu s’ancrer l’idée que la différence de langue est porteuse de risque de démembrement du territoire national. Un Renan ou un Fustel de Coulanges polémiquant patriotiquement avec des savants allemands, peuvent bien fabriquer le mythe d’un contrat fondant l’adhésion à la nation sur une base purement politique, indépendante de toute référence à un fait ethnique ou linguistique, ce qui somme toute aurait pu permettre la prise en compte de la diversité des langues de France, dans la réalité c’est bel et bien le plus strict monolinguisme hérité des périodes précédentes qui va servir de base à la définition de ce que doit être la culture « nationale », tout ce qui n’est pas le français se voyant dès lors, dans le meilleur des cas, assigné au statut de témoignage pittoresque des anciens temps, dans le pire des cas perçu comme un vrai danger, et de toute façon associé à l’image d’une ignorance crasse régnant dans les campagnes provinciales. C’est donc au mur de ce qui va devenir assez vite un authentique nationalisme particulièrement crispé que se heurte la revendication mistralienne, d’autant plus que le flirt engagé au début des années 1870 entre la direction du Félibrige et les partisans d’une restauration monarchique n’incite pas le nouveau pouvoir républicain à envisager sans méfiance cette revendication. C’est cette méfiance qui inspire la campagne de presse lancée contre Mistral et ses amis au début de 1879, avec la double accusation de séparatisme et d’aspirations réactionnaires, comme dix ans plus tôt. Le Félibrige se voit donc obligé de se replier sur des positions et des ambitions plus modestes : promouvoir une utilisation pédagogique du dialecte pour mieux enseigner le français. Et faire admettre à l’opinion que célébrer les gloires des petites patries peut contribuer à enseigner l’amour de la Grande. Dans les deux cas, c’est d’une subordination de la revendication aux objectifs généraux du pouvoir qu’il est question, nullement d’une quelconque stratégie de rupture avec lui. Les résultats sont de toute façon minimes, et de l’ordre du symbolique : la présence de ministres et de députés aux fêtes félibréennes, comme la rencontre en 1913 entre Mistral et le président Poincaré ne débouchent sur rien de concret.

32Mais on aurait tort d’attribuer ce repli à la seule force du « jacobinisme » français — ne serait-ce d’ailleurs que parmi ceux qui refusent d’écouter les félibres, il y a des hommes qui vomissent le jacobinisme et l’héritage révolutionnaire. C’est du côté du mouvement lui-même qu’il faut aussi chercher des explications.

  • 17 Sur la question de l’enseignement des langues régionales, cf. Philippe Martel, Le sourd et le bègue (...)

33On en a déjà évoqué une : l’amateurisme des félibres, et leur difficulté à formuler un projet politique clair. On le voit avec Mistral, ce poète ; mais un Xavier de Ricard, formé pourtant aux luttes du second Empire n’est pas vraiment plus performant. Maurras le sera, à sa façon et dans certaines limites, jusqu’au temps de Vichy, mais ce ne sera pas au nom du Félibrige, et en tout état de cause il restera toujours hors système. Il y a des hommes politiques, députés et sénateurs qui peuvent accompagner le Félibrige, voire occuper une place honorifique dans ses rangs, mais ils se gardent bien de mélanger cette appartenance et leurs fonctions électives. Un seul exemple : Maurice Faure, député puis sénateur radical-socialiste de la Drôme, est aussi majoral du Félibrige. Il lui arrive d’écrire en occitan, et il ne manque aucune occasion de saluer en discours éloquents la nécessaire « décentralisation littéraire » (et seulement littéraire) dont la France a besoin. Mais quand il accède au poste de ministre de l’Instruction Publique en 1910, pour peu de temps d’ailleurs, il se garde bien d’engager quelque réforme que ce soit concernant la place des langues régionales à l’école. Il y a à la Chambre des députés des élus bretons (situés assez loin à droite d’ailleurs) pour défendre la cause de leur langue, aucun élu du sud, félibre ou non, ne s’y risque avant la première guerre mondiale17.

34Mais il faut chercher plus loin, dans les contradictions de la revendication portée par Mistral et ses amis, contradictions liées à la difficulté de gérer un certain nombre de problèmes liés à la nature même du pays et de la langue qu’ils veulent promouvoir. Et c’est ici qu’il faut revenir à nos interrogations de départ : on parle aujourd’hui d’un étrange pays, l’Occitanie ; les félibres l’appelaient alors Miejour (Midi). Mais de quel pays parle-t-on ? Il est facile d’identifier une entité bretonne, car il s’agit d’un territoire dont les frontières sont connues. Il y a eu jusqu’au xvie siècle une principauté, un duché, héritier d’un plus ancien royaume breton. Ce duché est devenu une province qui a survécu comme telle avec ses institutions propres jusqu’à la Révolution. Et, si on laisse de côté la question de la Loire-Atlantique, on constate que les limites orientales de l’ancienne province survivent dans celles du département de l’Ille-et-Vilaine. Il est donc assez aisé de constituer en objet une histoire de cette entité territoriale, tout comme il est aisé de constater chez ses habitants une certaine conscience d’appartenance, prenant des formes plus ou moins accentuées. On peut tout aussi bien identifier le territoire d’un pays basque, pour ne pas parler de la Corse. Et peu importe pour cette identification que, pour un certain nombre de ces territoires, il n’y ait pas de correspondance entre fait historique et fait linguistique (l’est de la Bretagne ne parle plus breton, parfois depuis des siècles, et dans certaines zones, on ne l’y a jamais parlé ; certaines vallées des Vosges alsaciennes sont romanophones depuis des siècles elles aussi).

35On mesure la différence avec le cas occitan. Là, répétons-le, pas d’histoire commune entre Bordeaux et Nice, annexées à la France à des siècles de distance, encore moins avec la Val d’Aran ou la Val Stura, respectivement espagnole et italienne. Le seul point commun entre ces divers territoires, c’est qu’on y parle (encore, du moins, et dans une certaine mesure seulement) une même langue. On comprend dès lors pourquoi Mistral abandonne assez vite la célébration du martyre albigeois : ce n’est pas seulement parce qu’à trop remuer ce vieux souvenir, on risque d’indisposer l’opinion et de prêter le flanc à l’accusation d’attenter à l’unité nationale, c’est tout autant parce que, somme toute, cet évènement n’a concerné que latéralement la Provence, et que Mistral est d’abord provençal.

  • 18 Grazadio-Isaia Ascoli, récompensé d’ailleurs de cette découverte par un prix attribué par la très f (...)

36Second problème, la langue elle-même : le regard des érudits, dès le xvie siècle au moins, a identifié l’existence d’un Sud français qui parle une langue distincte de celle du Nord — c’est le couple oïl/oc, connu comme tel depuis longtemps. On sait aussi, depuis au moins la même époque, que cette langue a été celle des troubadours. Sur ce point la renaissance d’oc, on l’a dit, ne fait que suivre un chemin ouvert par d’autres, ailleurs. Le problème commence quand il faut préciser les choses : quels sont les caractères distinctifs de cette langue, entendons ceux qui sont communs à toutes les variantes parlées au sud, qui les distinguent des langues voisines, et quelles sont les limites que l’on peut tracer à cet ensemble partageant ces caractères communs. Or, ce n’est qu’assez tardivement dans le xixe siècle que la linguistique parvient à déterminer sur le terrain, de façon à peu près scientifique, et non sans débats qui perdurent parfois aujourd’hui encore, ce qui peut être rattaché à l’oc et ce qui ne peut l’être : c’est ainsi que pendant longtemps, on considère en France que les Alpes du Nord, Saint-Étienne et le Jura sont d’oc, jusqu’à ce qu’un linguiste plus astucieux — Italien par ailleurs, détache ces régions de l’ensemble d’oc pour les constituer en ensemble distinct, ce qu’on appelle depuis le francoprovençal18. Le fait que les félibres ne se soient jamais vraiment posé la question des limites de leur langue, la laissant éclaircir par d’autres, n’empêche pas qu’elle se pose.

37Encore parlons-nous ici de ce qui peut être su dans le petit cercle des savants linguistes et des poètes d’oc. Mais en ce qui concerne la population ordinaire, il est assez clair que sa conscience linguistique, alors comme d’ailleurs aujourd’hui encore, se partage entre l’idée vague d’une certaine parenté, empiriquement constatée, entre « patois » parfois très distants géographiquement, et la conviction que le « patois » du village d’à côté, lui, est en fait un tout autre langage, qu’on ne comprend qu’à peine, entendons : qu’on n’a pas forcément envie de comprendre. De fait, l’unité profonde des structures de la langue d’un bout à l’autre de l’espace occitan n’efface pas, en surface, une variation assez intense. Ici apparaît ce qui pourrait bien être la malédiction occitane : on a affaire à un espace qui recouvre une bonne trentaine de départements, plus les appendices extérieurs côté Pyrénées ou Alpes. Ce qui implique aussi bien l’inévitable distance linguistique qui sépare les variantes les plus extrêmes de cet espace de langue que la difficulté pour les acteurs du mouvement renaissantiste à nouer de vrais contacts entre ses diverses parties, tout particulièrement dans les conditions de circulation du xixe siècle. La conjonction entre la variation dialectale et ces distances considérables est un facteur de faiblesse que d’autres langues minorisées ne rencontrent pas. La variation dialectale à l’intérieur du romanche, en Suisse, est sans doute plus intense que dans le cas occitan. Mais le territoire de cette langue est beaucoup plus réduit — quelques vallées alpines, et l’identification des habitants de ces vallées à une communauté de langue est partant plus aisée (les clivages les plus importants dans cette région ayant été longtemps moins les différences dialectales que la différence de religion entre vallées catholiques et protestantes). À l’inverse, l’aire linguistique du catalan est assez vaste, entre Generalitat, pays valencien, Baléares, sans oublier les Pyrénées Orientales et Alghero en Sardaigne. Mais la variation dialectale à l’intérieur de cette aire est infiniment plus réduite qu’elle ne peut l’être dans l’aire occitanophone. Dans les deux cas, cela rend plus aisée la mise en place de structures vouées à la défense et à la promotion de la langue, pour peu que le cadre national dans lequel sont inscrits les territoires de ces langues, soit favorable, ou au moins tolérant à l’égard de cette mise en place, ou, dans le cas espagnol, pas vraiment capable, sinon par un coup d’État militaire, de la contrarier.

38Il y a donc une réalité : des parlers apparentés mais différents, suffisamment apparentés pour que l’unité de l’ensemble soit perceptible, trop différents pour qu’il soit aisé de trouver la variante susceptible de servir de point de repère à toutes les autres, en permettant à leurs locuteurs de s’y reconnaître spontanément, puisque nul pouvoir ne se chargera de les en convaincre par ses propres méthodes. D’où un dilemme qui traverse toute l’histoire de la renaissance d’oc bien au-delà de la mort de Mistral, la difficulté de choisir entre deux voies : le respect de cette diversité, et donc la coexistence de formes différentes d’une même langue selon les endroits, toutes recouvertes par une dénomination commune. Ou l’imposition d’une forme préférentielle, devant laquelle les autres devront céder le pas, et qui deviendra la norme, qu’il s’agisse d’une variante particulière, localisée, ou de la fabrication d’une koinè conçue comme médiane parmi les diverses variantes de terrain, comme le serbo-croate élaboré par Vuk Karadzic à peu près à l’époque de Mistral.

39Dans le cas qui nous occupe ce dilemme est surdéterminé par le sens commun linguistique prévalant en France. Pour ce sens commun, dès lors qu’il s’agit de décider ce qui est langue et ce qui ne l’est pas, le choix est simple. Soit il y a une forme unique, normée, institutionnelle en fait, de la langue qui éclipse avant de les éliminer les formes voisines réduites au statut de dialectes, puis de « patois » : c’est la voie suivie en France dès la fin du Moyen Âge avec la promotion du français de la cour royale se substituant peu à peu aux scripta régionales d’oïl, puis à l’occitan (les autres langues, basque ou breton, étant à cette époque absentes de tout usage administratif). Soit il n’y a pas de forme unique garantie par un pouvoir et, dans ce cas-là, il n’est pas question de parler d’une langue au singulier : il n’y aura que des idiomes divergents et dépourvus de tout vrai lien entre eux, limités à des aires géographiques réduites et à des registres restreints, et donc impropres aux usages que la modernité exige.

40Le problème de la renaissance d’oc, qui se pose au demeurant tout autant aujourd’hui que du temps de Mistral, est que ses acteurs n’ont cessé d’osciller entre ces deux voies. Tantôt ils cédaient à l’effet miroir du sens commun français, et préconisaient l’adoption d’une forme unifiée, quitte à concéder qu’après tout les dialectes pouvaient aussi avoir leur place. Du temps de Mistral, c’est sans surprise la forme d’occitan provençal illustrée par lui-même qui est présentée comme celle qui doit réunir tous les écrivains de tout le Midi, jusqu’à ce que d’autres, du côté de Toulouse ou de Carcassonne, proposent pour la même fonction, le Languedocien, présenté comme le plus « central » et en même temps le plus proche de ce qu’était la grande langue de l’Âge d’or médiéval. Tantôt la défense de la spécificité de telle ou telle région amenait les plus convaincus de ses défenseurs à nier jusqu’à l’idée d’une parenté entre les divers dialectes d’oc, ce qui est une autre façon de céder à la tentation de l’effet miroir et de se soumettre au sens commun français... Il y aura ainsi des intellectuels niçois à la fin du xixe pour expliquer, en italien d’ailleurs, que le « nissart » est plus proche du lombard que du provençal. Ce qui est clair, c’est que le Félibrige n’a pas tranché le débat — et il n’a pas été tranché depuis, ce qui veut dire que les deux tendances que l’on observe dès le xixe siècle survivent, sous d’autres formes, aujourd’hui encore.

41Et cela risque de durer, l’une et l’autre étant dépourvues de tout pouvoir réel sur le corps social, pouvoir incarné par une institution légitime et reconnue comme telle. Au demeurant, il ne suffit pas qu’une telle institution existe pour que le débat s’éteigne. On a évoqué plus haut l’exemple/contre-exemple romanche. La promotion officielle, depuis 1982, d’une forme commune englobant les cinq variétés reconnues du romanche, se heurte à des résistances non négligeables en société. Car l’institution, ici, a besoin de temps pour que ses préconisations pénètrent la société, et surmontent les réticences des uns et des autres.

42C’est de toute façon le rapport à la société qui est primordial. Et c’est sans doute sur ce terrain que la renaissance d’oc au temps de Mistral rencontre les plus gros obstacles. La question ne se pose donc pas seulement en termes de résistance des structures d’État qui contrarieraient les aspirations d’un « peuple ». Après tout, pour prendre d’autres exemples loin du pays d’oc, des mouvements revendicatifs ailleurs en Europe, ont su au xixe siècle trouver les canaux qui leur permettaient de toucher la société civile malgré l’obstruction du pouvoir central, que ce soit avec des livres en langue locale largement diffusés par une association (Slovénie), ou via les écoles du dimanche liées au culte méthodiste (Pays de Galles), ou à des chorales ouvrières ou des sociétés d’excursionnistes utilisant la langue (Catalogne). Cela, les félibres n’ont pas su ou pu le faire.

  • 19 « Conscience nationale et conscience régionale en France de 1815 à nos jours », dans Histoire vagab (...)

43D’abord parce que la société locale n’était pas en mesure de recevoir leur message. Pas seulement du fait de l’adhésion, générale, à l’idéologie nationale française, à droite comme à gauche, dès avant la crispation nationale postérieure à la défaite de 1870. En son temps, Maurice Agulhon avait pu théoriser le rapport dialectique entre identifications nationale et régionale sous forme de ciseaux : quand la conscience nationale est forte, elle ne laisse guère de place à une identification à la région. Mais quand la conscience nationale est en crise, c’est alors que se libère un espace pour la revendication « régionaliste19 ». D’où l’essor de mouvements de cette nature dans le dernier tiers du xxe siècle, dans le contexte de la fin de l’empire colonial et des mutations brutales imposées aux économies traditionnelles des régions périphériques. Au xixe siècle, il n’en va pas de même. Le déphasage économique entre Nord et Sud n’est pas perçu comme un vrai problème. Quant à la défaite de 1870, elle constitue certes un traumatisme, mais c’est aussi un coup de fouet, et elle est assez vite compensée par les succès remportés dans la construction de l’empire colonial. Significativement, le seul moment où la revendication fédéraliste occitane connaît une certaine audience correspond à un moment de crise des institutions républicaines, entre boulangisme et Panama. Mais cette porte ouverte se referme assez vite, pour la simple raison que la question de la décentralisation, même si elle est parfois évoquée mécaniquement dans des discours de préau d’école (Paris qui étouffe les énergies des provinces, etc.) ne constitue absolument pas un élément central du débat politique du temps, mobilisé par d’autres urgences (la nature du régime, le rapport avec l’Église, la question coloniale, les revendications ouvrières, etc.).

44Et au-delà de l’idéologie, il y a aussi les intérêts propres aux divers groupes sociaux présents dans le Midi. Pour ces divers groupes, chacun avec ses propres motivations, la question de la langue ne se pose pas, ou plus, ou n’a pas à se poser. Les classes dominantes ont commencé à rompre avec la transmission familiale de l’occitan dès les débuts du xixe siècle, ce qui veut dire que pour les générations ultérieures, l’occitan est devenu de fait une langue seconde, tout au plus utilisable pour quelque temps encore de façon limitée dans les rapports avec les inférieurs (fermiers, métayers, domestiques) à moins que ce soit un souvenir attendrissant lié à l’enfance — dans la mesure où dans ces groupes sociaux, c’est à une nourrice que les enfants sont confiés, et qu’elle peut leur transmettre quelques bribes de sa propre langue. Tout au cours du xixe siècle, le même processus commence à atteindre, les uns après les autres, les groupes sociaux inférieurs : classes moyennes, classes populaires des villes, populations rurales enfin, avec des décalages à la fois dans le temps et dans l’espace (ville/campagne, plaine/montagne, ce jusqu’assez tard dans le xxe siècle), mais le résultat final est le même. Et de fait dans la société nationale telle qu’elle fonctionne, c’est l’accès au français qui ouvre les portes d’une promotion sociale jusque-là difficilement pensable. Pour tous, du haut en bas, le « patois » n’est assurément pas un patrimoine à protéger, mais un handicap dont il faut se défaire si on veut « monter » — il faudra plusieurs générations pour que leurs descendants changent d’optique, dès lors qu’il n’est plus un obstacle à leur promotion sociale. Autant dire que la revendication félibréenne en faveur de la langue se trouve assez complètement à contre-courant des attentes de la société. Elle n’est somme toute portée que par des hommes (et parfois des femmes, mais assez rarement) qui entretiennent un rapport affectif avec cette langue, rapport suffisamment fort pour déterminer qu’ils s’engagent au service de sa survie, au milieu d’une société qui la condamne, ou, dans le meilleur des cas, se résigne à son effacement.

  • 20 Cf. Les félibres et leur temps, op. cit., p. 106-119.

45Il convient enfin de faire intervenir un dernier élément : le statut social propre de ces militants de la langue. Quand on arrive à reconstituer leur parcours biographique, on constate qu’il s’agit pour une bonne part d’hommes nés dans les classes populaires — fils de paysans ou d’artisans ruraux ou urbains, qui acquièrent un certain savoir — passant par la maîtrise du français écrit et parlé — lequel leur ouvre l’accès aux couches urbaines moyennes, ce que l’on appellerait aujourd’hui le tertiaire, commerce, fonction publique, voire professions libérales20. Deux implications : pour eux l’accès au français n’est plus un enjeu, et ils sont désormais en mesure de penser la combinaison entre leur culture d’origine et leur nouvelle culture française. Sauf que cette combinaison passe par le transfert à la langue d’origine des modèles formels de la culture dominante, ce qui crée un hiatus avec la culture vécue par les classes populaires occitanophones. Et nonobstant son appel régulier au « peuple », le Félibrige n’arrive jamais, n’essaie peut-être même pas, au fond, à combler ce hiatus.

46Deuxième implication : du fait de cet itinéraire biographique et social ascendant, les félibres, globalement, ne sont pas les perdants de la modernisation de la société française au temps de la révolution industrielle, bien au contraire ils en bénéficient. Pas assez certes pour conquérir une place centrale parmi les décideurs du jeu économique, politique et social de leur région, et se trouver donc en situation d’entraîner derrière eux la société de cette région, comme le fera la bourgeoisie barcelonaise chez les frères catalans, mais suffisamment pour échapper à la frustration face à la modernité ambiante et triomphante autant qu’excluante pour certains, dont ils ne font justement pas ou plus partie. Le fait que leur littérature puisse parfois jouer sur la nostalgie des campagnes d’antan n’est pas contradictoire avec ce qui précède, d’autant plus que cette nostalgie est alors largement partagée dans l’ensemble de la société française — d’où le succès d’une littérature régionaliste de langue française durant une bonne part de la troisième République, et d’un discours préparant à sa façon les hymnes à la terre du régime de Vichy, plus tard.

47Et voilà ce qui explique que le Félibrige n’ait jamais produit véritablement un discours politique de type nationaliste. La revendication nationaliste dirigée contre un pays auquel on se sent de moins en moins appartenir, ne peut émaner que de groupes sociaux qui se perçoivent comme frustrés. Catholiques irlandais exclus de toute place dans les institutions du Royaume « uni », bourgeois catalans prenant progressivement leurs distances avec une Espagne archaïque, intellectuels tchèques ou hongrois à l’étroit dans le vieil empire des Habsbourg : une fois qu’ils ont construit les bases de la reconquête de leur langue et de leur culture, quitte à réinventer largement l’une et l’autre, tous ceux-là peuvent s’en servir pour revendiquer une plus juste place pour leur spécificité, face à un pouvoir central qui la nie ou l’ignore. Pour peu que la revendication soit portée par un secteur dynamique de la société locale, puis adoptée progressivement par ses autres secteurs, elle peut parcourir le chemin hrochien qui mène du temps des érudits à celui des partis en capacité de prendre le pouvoir, de la phase A à la phase C. On laisse ici de côté le fait que dans le cas irlandais par exemple, cette réussite n’a pas de conséquences sur le déclin du gaélique, devenu davantage emblème que langue d’usage de la société.

48Rien de tel avec le Félibrige, on l’aura compris. Contre-exemple : en Bretagne, peut naître assez tôt un authentique nationalisme breton, étayé d’ailleurs d’arguments plus historiques que linguistiques, du fait du bilinguisme structurel de la province depuis des siècles : ici, ce n’est pas une société de poètes qui incarne la revendication, mais des associations de plus en plus clairement politiques (Association Bretonne sous le second Empire, Union Régionaliste Bretonne à la fin du siècle, enfin Parti Nationaliste breton à la veille de la première guerre mondiale). Mais avant de recruter plus tard dans un éventail social plus large, ce mouvement naît dans un milieu bien particulier, ce que certains historiens bretons ont appelé le bloc agraire, la coalition de la vieille aristocratie et du clergé, deux groupes dont la modernité française menace le pouvoir traditionnel. Là, il y a frustration, pouvant mener certains éléments de ce bloc à envisager une rupture avec une France dans laquelle ces vaincus de 1789 et de 1830 ne se reconnaissent plus. Nous avons signalé que les deux seuls authentiques séparatistes que nous connaissions pour le xixe siècle occitan sont tous deux issus de l’aristocratie : est-ce un hasard ? Mais ils ne pèsent rien dans l’ensemble du mouvement, l’un d’entre-eux n’en faisant même pas partie.

49Les autres félibres, on allait dire les félibres normaux, se gardent bien de s’engager sur cette voie. Il ne leur reste du coup que deux options : le repli sur la littérature pure, ou l’adoption d’un langage compatible avec ce que peut accepter le sens commun français : ce sera donc le couple petite patrie/grande patrie, inlassablement décliné. Avec au moins la satisfaction de savoir que sur ce plan, le discours félibréen est recevable, pourvu qu’il insiste davantage sur le culte du « pays » que sur la langue de ce pays.

50Ce que nous venons de décrire, c’est une impasse, en apparence. Mais en réalité, il faut croire qu’il y a des impasses qui se prolongent loin, sans rencontrer le mur qui les clôt de façon définitive. Car au siècle suivant, la revendication occitane continue, recrute de nouveaux acteurs, et parfois, parfois, rencontre l’écoute d’une portion de cette société qui au xixe siècle restait sourde. Mais c’est une autre histoire...

Notes

1 Sur cette enquête et ses implications quant à l’occitan, cf. René Merle, L’écriture du provençal de 1775 à 1840, Béziers CIDO, 1990, et Ghislaine Brun-Trigaud, Le Croissant, le concept et le mot, Lyon, université Jean Moulin, 1990.

2 Sur tous ces points, nous renvoyons à notre article « Les historiens du début du xixe siècle et le Moyen Âge occitan : Midi éclairé, Midi martyr ou Midi pittoresque », in Romantisme, no 35, 1982, p. 25-71.

3 Cf. Philippe Martel, «Le petit monde de l’édition en langue d’oc au temps des félibres », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 159, janvier-juin 2001, p. 153-170.

4 Sur l’histoire du Félibrige, cf. René Jouveau, Histoire du Félibrige 1876-1914 (sn, Nîmes, 1970) et 1854-1876, ibidem, 1984, Simon Calamel, Dominique Javel, La langue d’oc pour étendard, Toulouse, Privat, 2002, et Philippe Martel, Les félibres et leur temps, renaissance d’oc et opinion, 1850-1914, Bordeaux, PUB, 2010.

5 Sur les rapports occitano-catalans, voir leur meilleur spécialiste, August Rafanell, La Illusio occitana, Quaderns Crema, Barcelona, 2006, en particulier le t. 1.

6 Poème publié d’abord dans L’Armana Prouvençau 1862, (L’Almanach provençal est l’organe annuel du Félibrige dès ses débuts) et repris ensuite dans le recueil Lis Isclo d’or, Avignon, Roumanille, 1876, p. 75 sq.

7 Armana Prouvençau 1867, p. 19-23, repris là encore dans Lis Isclo d’or, op. cit.

8 Les lettres de Mistral à William Bonaparte-Wyse, son vrai confident politique avec Balaguer à cette époque, sont conservées au Palais du Roure, Avignon, non cotées.

9 Cf. François Furet, La gauche et la Révolution au milieu du xixe siècle, Paris, Hachette, 1986, et sur les retombées occitanes de ce débat national, Les félibres et leur temps, op. cit., p. 257 sq.

10 La Tribune, 25 septembre 1868, « Lettre ouverte à Frédéric Mistral ».

11 Sur le changement de sens du champ lexical « nation », chez Mistral à cette époque, cf. notre article « Le Félibrige, un incertain nationalisme linguistique », Mots, no 74, mars 2004, p. 43-56.

12 Cf. Jean-Marie Carbasse, Louis-Xavier de Ricard, félibre rouge, Montpellier, Lacave, 1977, et Stéphane Moulain, Louis-Xavier de Ricard, Socialiste et félibre, Montpellier, Cahiers d’arts et traditions rurales, 2011.

13 Sur ces survivances de l’idée fédéraliste, cf. Les Félibres et leur temps, op. cit., p. 483-526, et Stéphane Giocanti, Maurras Félibre, Paris, Amis de la Langue d’oc, 1995.

14 Sur Gounon Loubens, cf. Philippe Martel, « Vox clamans in deserto : l’Indigène, éditeur de textes occitans médiévaux à Toulouse sous le Second Empire », dans Les Troubadours et l’État toulousain avant la Croisade, Toulouse, CELO, 1994, p. 155-176. Sur Villeneuve-Esclapon, cf. Philippe Martel, « Un félibre nationaliste, Chr. de Villeneuve-Esclapon », Actes du vie congrès de l’AIEO, Wien, Praesens, 2001, p. 797-809.

15 Nous suivons là Jean-Yves Guiomar, Le bretonnisme, les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, Archives historiques de Bretagne, 1987, et Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, Paris, Syros, 1982.

16 Brigitte Basdevant-Gaudemet, La commission de décentralisation de 1870, Paris, PUF, 1973.

17 Sur la question de l’enseignement des langues régionales, cf. Philippe Martel, Le sourd et le bègue, Montpellier, PULM, 2007.

18 Grazadio-Isaia Ascoli, récompensé d’ailleurs de cette découverte par un prix attribué par la très félibréenne, à cette époque, société pour l’étude des langues romanes de Montpellier.

19 « Conscience nationale et conscience régionale en France de 1815 à nos jours », dans Histoire vagabonde, Paris, Gallimard, 1988, t. 2, p. 144-174.

20 Cf. Les félibres et leur temps, op. cit., p. 106-119.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search