Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Voix nouvelles

L’Occitanie dans les ténèbres de l’Occupation : Llucifer. Llegenda íntima de Gumersind Gomila

Michel Bourret Guasteví

Texte intégral

  • 1 Pour de plus amples informations sur sa biographie et sa production artistique, cf. notre article (...)
  • 2 Gumersind Gomila, La sorra calenta, SEO, Toulouse, 1943, Editorial Barcino, Barcelone, 1967.

1Longtemps méconnu du grand public1, Gumersind Gomila est une figure originale entre Minorque et Roussillon, création graphique et production littéraire. Autodidacte, ayant quitté son île natale au milieu des années vingt du siècle dernier, il s’est installé à Perpignan à la mort de son père pour y travailler comme dessinateur projeteur chez un géomètre. Un don certain pour les langues, une curiosité de chaque instant mais surtout un franc attachement à sa terre d’accueil et à ses langues le conduisent à prendre part aux divers mouvements intellectuels catalans et occitans. Refusant les chapelles, il participe au courant félibre dans les années trente avant d’intégrer la Societat d’Estudis Occitans dont il sera le représentant dans le Roussillon quand celle-ci, à la Libération, deviendra l’Institut d’Estudis Occitans (IEO). C’est d’ailleurs sous le sceau de la SEOqu’il publiera son premier recueil de poèmes, La sorra calenta, en 19432.

1 Originalité du recueil

  • 3 Gumersind Gomila, Llucifer. Llegenda íntima, Edicions El Triangle, Barcelone, 1967.
  • 4 « El nom de Llucifer que es troba en aquesta obra no fa al·lusió al diable. Abandonant el sentit a (...)
  • 5 Ismael Pelegrí Pons, « Pròleg » in Gumersind Gomila, Antologia poètica, IME, Quaderns Xibau de pœs (...)
  • 6 « ils forment un système au sens où on l’entend du système solaire : Llucifer au centre, et ses pl (...)

2Quelque vingt ans s’écoulent avant que Gumersind Gomila ne publie, à compte d’auteur, un deuxième ouvrage qu’il intitule Llucifer. Llegenda íntima3. Sur le motif antique, stellaire, qu’il élucide en note préliminaire4, le poète compose une ode à l’Occitanie — ou, plus exactement, « A la terra occitana », son dédicataire, qu’il définit en sous-titre comme une légende intime. De la légende, elle garde le sens étymologique de « ce qui doit être lu », d’itinéraire guidé par la voix du poète parmi les paysages et les motifs. Cette œuvre qu’Ismael Pelegrí Pons considère comme « la plus ambitieuse du poète5 », et que Félix Castan place au centre de la cosmogonie gomilienne6 est originale à plus d’un titre. Par la dimension, tout d’abord. Le recueil regroupe cent quinze poèmes — de six vers à une quarantaine —, soit la moitié de la production du poète minorquin. Par sa facture, ensuite. Placée sous l’égide d’Alain, dont une citation non attestée et peut-être même fantaisiste, ouvre le volume :

  • 7 Gumersind Gomila, Llucifer. Llegenda íntima, 11.

Si j’étais moine, je prouverais que Lucifer, c’est Dieu7. Alain

3La légende intime adopte ce ton philosophique et réfléchi porté par la tençon, une structure dialectique de la littérature occitane médiévale dans laquelle deux troubadours ou poètes débattaient, chacun d’entre eux défendant ce qu’il estimait être le plus juste, convenable ou en accord avec ses préférences, et joue en permanence du contraste et de la dualité inspirés de l’alba qui permet d’opposer symboliquement la nuit au jour. Cette unité de ton et de facture ne va pas sans un curieux assemblage. Le péritexte est hypertrophié. Si la « Nota preliminar » est conforme à l’usage courant, éclairant le titre, le moi poétique, ses intentions et le contexte d’élaboration, une curieuse « Postface-résumé en français », annoncée en français et entre parenthèses sur la page de titre, clôt l’ouvrage, retraçant le cheminement du poète plus qu’elle ne résume les chants qui forment le cœur de Llucifer.

4Le contenu de l’ouvrage et, tout particulièrement, l’atmosphère dans laquelle il s’épanouit, constituent, sans nul doute, son originalité la plus marquante. Déjà la « Nota preliminar » et la « Postface-résumé en français » y inclinaient, de façon redondante :

  • 8 Gumersind Gomila, Llucifer. Llegenda íntima, op. cit., 208-209. Le texte cité est l’exacte traduct (...)

Pour mieux comprendre certains poèmes de ce livre, il faut les situer dans l’ambiance du moment qui les inspira : celle des années 40 [...] L’importance des ombres et des astres la nuit dans les villes, dont il est question tout au long du livre, est due aux restrictions de lumière durant les années de guerre8.

  • 9 Cant II : Avinyó, La rosa dels vents, Tençons de l’amistat, Elegies del dubte, Les portes clares, (...)
  • 10 Cant III : La portalada gran : I—La Gironda II—Davant meu.

5Llucifer se présente en effet comme un « pourtraict », pour reprendre la terminologie cartographique seiziémiste, une grammaire de l’espace occitan, sous la forme de trois chants déséquilibrés et distinctement structurés fermés par une épitaphe. Le Chant I, intitulé « El somni » et formé de trente et un poèmes répartis en trois ensembles numérotés a pour scène l’Auvergne. Cœur du livre, le Chant II regroupe plus de la moitié des poèmes en six ensembles qui l’ancrent en Provence9. Le Chant III combine les deux répartitions précédentes pour mener les pas du poète en Guyenne Atlantique en 22 poèmes10.

2 Une Occitanie élémentaire,minérale, végétale

6La deuxième de couverture, qui place la création gomilienne sous les auspices du tellurisme :

  • 11 Quand Gumersind Gomila parle de sa formation, il a coutume de dire qu’elle fut avant tout « mégali (...)

Quan Gumersind Gomila parla de la seva formació sol dir que fou primerament « megalítica ». Nascut a Maó, es penetrarà, durant tota la seva infantesa, de les construccions primitives de l’illa, així com també dels grans blocs miocènics i primaris dels seus penya-segats. El naturalisme marcarà la seva obra11.

7est déjà une déclaration de principe. Or cet enracinement dans une terre autre mais essentielle se départit d’une organisation des espaces raisonnable et raisonnée — on songe à ce beau planisphère anglais du xiie siècle où l’orbe des confins et la masse des trois continents connus dessinent les initiales d’« Orbis Terrarum» —, pour prendre la forme d’une géographie trinitaire au rythme des voyages. L’organisation traditionnelle d’Orient à Occident est bouleversée, géocentrée : au premier chef, l’Auvergne puis la Provence, enfin la Guyenne Atlantique. Hors de toute volonté dissociative, le poète délaisse l’anecdote dont est friand, traditionnellement, le récit de voyages pour attirer

  • 12 Gumersind Gomila, Llucifer. Llegenda íntima, 208.

les états supérieurs (astres, anges et même Dieu) au plan végétatif, pour former cette totalité humaine dont il ressent le besoin12.

8et fonder une cosmogonie élémentaire. Dialoguant avec lui même ou son alter ego Lucifer, le poète se tait pour mieux voir les hommes et boire le monde. La solitude, assimilée à la nuit noire et froide, qui intitule le deuxième poème de Llucifer

  • 13 Gumersind Gomila, « Desconhort », op. cit., 18 : « Nuit dure qui te tais... /Oh, noires serviettes (...)

Nit dura que calles...
Oh negres tovalloles
on s’estova el pa
de la lluna crua13... !

9est le ferment permanent de l’observation vagabonde. Rivières, puits, végétaux et animaux sont ainsi croqués en un vers ou un poème. Pédagogique en diable, le recueil ne répugne pas à l’espièglerie comme dans ce poème du chant II qui prend la forme d’une devinette que le poète n’élucide pas devant son interlocuteur, mais dont la réponse nous est donnée par le titre, « el fonoll » :

  • 14 Gumersind Gomila, « El fonoll », op. cit., 119 : « J’arrache à la nuit l’extrémité d’une plante, / (...)

Arrenco de la nit un bri de planta,
i Lluci em diu, tot acostant-se a mi :
« – De què és aquesta aroma quem’encanta ? »
I jo, fent l’hi olorar, li dic així :
«No és romani, ni espígol, ni herba-sana ;
tant és perfumde pobre com de ric ;
no el pot trencar mestral ni tramuntana... »
« – Digues-ne el nom! »
I jo que no l’hi dic14.

10Dans l’amorce du recueil, deux compositions figurent l’« animus » et l’« anima » de ce monde élémentaire. Figure éponyme du recueil, Lucifer, tout en mouvement dans une prosopographie succincte :

Arriba d’orient, cabells en l’aire,
amb l’aire d’un invicte campió,
sos atributs penjants com fruits exòtics

11se désincarne dans l’étopée qui suit au profit d’une minéralisation contrastive. La nature, sombre, massive, rehausse par contraste l’humanité qui fixe le souvenir dans sa fragilité :

  • 15 Gumersind Gomila, « Llucifer », op. cit., 24 : « Il arrive de l’Orient, cheveux au vent, / avec l’ (...)

Així, de l’univers matèria pura,
llamp i brisa i muntanya de granit,
Déu existeix per obra de son Obra,
i ella sola el preserva de l’oblit15.

  • 16 Michel Eyquemde Montaigne, Essais, livre III, chap. II : « Du repentir »

12« Je ne peints pas l’estre, je peints le passage », se justifiaitMontaigne au livre III des Essais16. La permanence, quand elle se veut durable et mémorable, se mâtine chez Gomila d’instantanés. Ainsi le poème intitulé «Terra d’Alvèrnia » prend-il soin de peindre l’immuable de couleurs changeantes qui rompent la monotonie par touches :

  • 17 Gumersind Gomila, « Terra d’Alvèrnia », op. cit., 28 : « Des vaches couleur de cannelle / paissent (...)

Vaques color de canyella
pasturen dalt la muntanya
[...]
Les plutòniques pedreres
exhumen rojors de laves17

13L’exotisme de la cannelle renvoie au port de Lucifer ; celui des rougeurs de la lave qui tranchent sur la lave terne semble directement inspiré de l’expérience du céramiste en herbe qu’était alors Gumersind Gomila quand l’on sait que le rouge est la couleur la plus difficile à restituer dans cet art.

14La petite musique du recueil, patente dans le refrain qui clôt les première et dernière strophes de la composition :

i entre muntanya i muntanya,
el sol que navega i calla

15semble d’ailleurs procéder de l’abstraction chromatique et d’une peinture toute pléonastique ou, du moins, redondante :

  • 18 Gumersind Gomila, « Terra d’Alvèrnia », op. cit., 28-29 : Et entre deux montagnes / le soleil vogu (...)

Serp de plata, la ribera
cerca l’ombra dels pollancres
[...]
Els teulats de llosa blava
tenen un blau quem’encanta18.

  • 19 Gumersind Gomila, « Despertar », op. cit., 27.

16Ce monde élémentaire se peuple d’animaux, rarement de gens, n’étaient de rares maraudeurs. La calandre attrape au vol l’étoile filante, l’étourneau étourdi n’est que passage, au contraire du coq qui fixe les heures19 et le désir de la vache pie, par la magie de l’enjambement, perd de son immanence pour annoncer la transcendance de l’instant qui guide le poète voyageur :

La vaca blanca i negra té desig
d’aquella herba tan verda i enlairada
[...]
Qui és que no té desig de llunyania ?

17dont le désir croît au fil des cours d’eau que borde une nature amène :

  • 20 Gumersind Gomila, « El torrent », op. cit., p. 40 : La vache noire et blanche a le désir / de cett (...)

Aquelles roques planes i, entremig,
aquell corrent quem’omple de desig,
els vells lilas florits, la genciana,
les hores que no canten dins l’afrau20

18Le charme de cette Occitanie lisse, colorée, harmonieuse, qui figure un Petit Liré à l’envers, n’est-il pas dans l’absence d’ancrage géographique, comme le suggère « El sabre i la beina » dédié à l’Auvergne ?

  • 21 Gumersind Gomila, « El sabre i la beina », op. cit., 33 : Cette terre d’Auvergne / a l’âme bien ma (...)

Aquesta terra d’Alvèrnia
té una ànima ben marcada :
per moments emfa l’efecte
que és França dins França.
Jom’hi sento a casa meva,
malgrat sa natura estranya,
i fins emsembla que hi trobo
el tros de cor que emmancava.
L’ardit que obrirà la història
trobarà un ocell que canta :
canta que Alvèrnia és Alvèrnia
i canta que França és França21.

19Le paysage occitan luciférien, fidèle au sens originel, seiziémiste, d’étendue embrassée par le regard est, pour l’essentiel, insitué, sinon insituable. Les poèmes sont avant tout des moments qui participent d’un espace-temps global ou partiel.

20L’espace-temps global est celui de l’Occupation avec son clair-obscur

  • 22 Gumersind Gomila, « Postface-résumé en français », op. cit., p. 208.

L’importance des ombres et des astres la nuit dans les villes, dont il est question tout au long du livre, est due aux restrictions de lumière durant les années de guerre22.

  • 23 Gumersind Gomila, « Platja fosca », op. cit., p. 98.

21tirant volontiers sur l’ombre sépulcrale, même dans les compositions érotiques, telle cette « platja fosca » avec ses noirs coussins capitonnés de lune23. Le moi poétique s’y abîme qui, paradoxalement, fait mémoire de l’absence, de la fuite et de l’oubli, comme dans la belle métaphore de la voile :

  • 24 « La voile noire de la nuit / un vent de songe et d’angoisse / et moi, pauvre de rien, riche d’oub (...)

La vela negra de la nit,
un vent de somni i de neguit,
i jo de res i jo d’oblit
com una vela...
[...]
Com una vela de neguit,
meitat de res, meitat d’oblit...
Me’n vaig pel mar de l’ampla nit
com una vela24...

22Un moment de l’année semble résumer le paradoxe de cette présence-absence au monde : le mois de mars. Pour le poète minorquin, il ne s’agit pas d’un temps triomphant, tel celui du Cara al sol phalangiste dont le deuxième verset proclamait « Volverá a reír la primavera », mais d’un temps discret, d’un temps de l’entre-deux, endeuillé d’un hiver en qui l’on peut raisonnablement voir la métaphore de l’Occupation sous celle d’un via crucis oublieux :

  • 25 Gumersind Gomila, « Nit de març », op. cit., 81 : « Nuit de mars. L’hiver s’en va / au calvaire av (...)

Nit de març. Se’n va a Calvari
l’hivern amb sa creu d’oblit25

23et signe ténu, annonciateur de lendemains meilleurs en qui le poète exprime une foi mesurée :

  • 26 Gumersind Gomila, « Nit de març », op. cit., 81 : « Demain sera un autre jour... / Aube, où es-tu  (...)

Demà serà un altre dia...
Alba, on ets ? L’òliba calla.
Branca de somni, camino
dins un somni indefinit26.

24même si, aussi discrètement qu’énigmatiquement, il y affirme, pour la première fois dans son œuvre, la puissance féconde de ses écrits :

  • 27 Gumersind Gomila, « Nit de març », op. cit., 81 : « Dans la fleur du clair de lune / je suis le pi (...)

En la flor del clar de lluna
sóc el pistil de la nit27...

  • 28 Marcejar v. intr. 1. Fer temps variable com el del mes de març. « Març marceja i boig bogeja ». 2. (...)

25Une affirmation d’autant plus surprenante que ce mois de l’entredeux est aussi celui du doute et de l’inconstance comme le titre de la composition qui inaugure les « tençons de l’amistat » : « marceig 28 » :

  • 29 Gumersind Gomila, « Marceig », op. cit., 109 : « Demain sera un autre jour / Aube où es-tu donc pa (...)

Canto a través del dubte cada dia
im’estic dins un cel de color brut.
[...]
Pecat, virtut,—oh vida !—: totm’agrada,
puix que sóc fill del dia i de la nit29.

  • 30 Il n’est pas rare, de nos jours, de voir les représentations de ces deux arbres, placardées sur ch (...)

26Il est une exception dans cette Occitanie insituée qui échappe à l’anonyme minéralité, le mas de « Las Ribeiretas » qui donne son titre au dixième poème du Chant I. Ce lieu amène se nourrit de la symbiose avec ses habitants. Une symbiose croquée sous l’angle de la synecdoque, de la métonymie et de la synesthésie. Le blanc de ses murs est celui du lait de ses vaches et ce dernier a la finesse des mains de la dame qui les trait ; le vert de l’herbe fraîchement coupée donne sa couleur au regard du paysan qui embrasse tout de sa tendresse et il n’est guère que la fille de la maison, encore pucelle, qui ne soit pas croquée par le poète. Son désir cependant s’enflamme dans l’évocation du sapin et du figuier empêché qui les dominent et dont la culture villageoise catalane a fait les symboles de l’homme et de la femme30 :

  • 31 Gumersind Gomila, « El mas de ’Las Ribeiretas’ », op. cit., 31 : « Il a un sapin et un figuier / t (...)

Té un avet i una figuera
tota d’heura empresonada31

3 Un paysage (rarement) situé

27Peu de lieux sont explicitement situés dans Llucifer. Il est deux exceptions notables, cependant, qui donnent, chacune, leur nom à une subdivision du Chant II. Il s’agit d’Avignon — « Avinyó » — et Fontaine de Vaucluse—« La Font de Vallclosa » —.

  • 32 On remarquera le jeu combiné du contre-rejet et de la paronymie qui enseigne la tristesse du poète (...)
  • 33 Maria Àngels Gornés, Entre boires, CD, Blau/DiscMedi, Barcelone, 2002.

28Avignon est, à n’en pas douter, le haut lieu de Llucifer. Si le Chant II regroupe sous son nom treize poèmes, la ville n’est la scène explicite que de cinq d’entre eux, même si les poèmes où elle n’y est apparemment pas sont l’écho de compositions situées. Ainsi « Roine », qui n’est pas sans rappeler l’« onde si lasse » du « Pont Mirabeau » d’Apollinaire32, fait pendant avec « Tard rodanenc » qui enlumine d’une couronne de roses les clochers d’Avignon avant de se prolonger dans « Tard » où le lieu disparaît au profit de la direction — le couchant — et de l’obscurité. Si l’Occitanie était le dédicataire extraverti—péritextuel—de Llucifer, Avignon en est le dédicataire interne. « A Avinyó », joliment mis en musique parMaria Àngels Gornés33, s’abstrait du temps présent par son rythme, sa musicalité et ses mots pour ressusciter la cité littéraire siège de la papauté :

  • 34 « Oh, petite ville d’Avignon, / faite de tours et de muraille, / faite de soleil et de mistral, / (...)

Oh, vileta d’Avinyó,
feta de torre i muralla,
feta de sol i mestral,
feta de Laura i Petrarca...
Jo, de goig i de tristor,
tu, de palau i barraca
[...]
Ja pots dir-li, Llucifer,
si topes amb santa Marta,
que a la ciutat d’Avinyò
emtrobo com peix a l’aigua34.

29Fontaine de Vaucluse acquiert une dimension particulière dans Llucifer. Le petit village chanté par Pétrarque, Frédéric Mistral et René Char, se réduit à quelques touches : de rares clochetons, l’eau verte et la colonne de Pétrarque au centre de sa placette. L’essentiel est ailleurs. Dans la plasticité des formes, des mouvements et des couleurs :

  • 35 Gumersind Gomila, « La Font de Vallclosa », op. cit., p. 163 : « Si le jujubier pleure des larmes (...)

Si plora el ginjoler llàgrimes roges
canten les runes del castell de plata
[...]
Brolla la font salvatge entre les roques
amb un rebull d’infern i de batalla35

30mais surtout dans une réécriture du mythe de Narcisse dans un sens paradoxalement unanimiste et individualiste :

  • 36 Gumersind Gomila, « Vallclosa », op. cit., p. 157-158 : « Des usines parvient / le souffle des gen (...)

De les fàbriques arriben
alens de gent que treballa.
Aquelles fàbriques noves
dintre el llac tot ple de calma,
sembla que anul¨lin la història
de les coses que no passen
Jo, que emmiro en la meva ombra,
que és mirall que m’agrada,
em veig de somni imisteri36

31Représentation en creux d’Avignon, Fontaine de Vaucluse est un petit mundus inversus qui met en abyme, en l’inversant, sinon la légende intime tout entière, du moins la trajectoire érotique du poète. Lucifer s’y rebaptise en « Lucifug », le poète s’en écarte un temps pour se laisser aller aux plaisirs de l’inconnu et de l’incohérence—qui donne titre à la composition—:

  • 37 Gumersind Gomila, « Incoherència », op. cit., 159 : « Lucifug, j’en suis revenu d’aimer le soleil  (...)

Lucifugm’he tornat d’amar el sol ;
cerco en l’ombra sa clara omnipotència,
i l’ombram’és un bàlsam i un consol,
i una mena d’absència i de presència.
M’en vaig lliure de tots i de ningú,
i emdeixo captivar per l’ombra impura,
i l’ombra meva, com un àngel bru,
m’emmena pel camí de l’aventura37.

32L’Occitanie de Llucifer, s’abstrait d’un strict ancrage chronologique et géographique pour se rattacher à la tradition troubadouresque du poète voyageur. En brisant le cheminement d’est en ouest, de la naissance à la mort, Gumersind Gomila fait de la Terre occitane le miroir exact complexe et parfois incohérent de ses doutes existentiels et de ses convictions esthétiques. Son Occitanie des ténèbres ne serait-elle pas tout simplement le monde ? Un monde en suspens dans un temps hostile où l’instant rejoint l’infini, avec délice ou mélancolie, mais non sans un soupçon d’ironie comme le laisse entendre l’épitaphe toute médiévale qui clôt le volume :

33Epitafi

34Un estel creuclavat a l’infinit.

35Una muntanya de neguit.

36Una alba no assolida.

37Oh, llum sagrada, causa de la nit !

38Si no és cert tot el que he dit,

39Tanmateix, res no és mentida.

40Moll, Francesc de B.

Bibliographie

Bibliographie

Alcover, Antoni M., Moll, Francesc de B., Diccionari català-valencià-balear, Editorial Moll, Palma de Majorque, 1962

Bourret, Michel. « Gumersind Gomila, un poète décalé », REC, 8-9, Montpellier, 2005-2006, 37-63

Castan, Félix. « Gumersind Gomila et son œuvre poétique », in Gumersind Gomila, Els ocells morts, Edicions El Triangle, Barcelone, 1969

Gomila, Gumersind. Anthologie poétique, trad. M. Bourret Guasteví, La Tour Gile, Péronnas, 2007

Gomila, Gumersind. Antologia poètica, IME, Quaderns Xibau de poesia, núm. 12, Mahon, 2003

Gomila, Gumersind. La sorra calenta, SEO, Toulouse, 1943, Editorial Barcino, Barcelone, 1967

Gomila, Gumersind. Llucifer. Llegenda íntima, Edicions El Triangle, Barcelone, 1967

Gornés, Maria Àngels. Entre boires, CD, Blau/DiscMedi, Barcelone, 2002

Pelegrí Pons, Ismael. « Pròleg » in Gumersind Gomila, Antologia poètica, IME, Quaderns Xibau de poesia, núm. 12, Mahon, 2003.

Notes

1 Pour de plus amples informations sur sa biographie et sa production artistique, cf. notre article « Gumersind Gomila, un poète décalé », REC, no 8-9, Montpellier, 2005-2006, p. 37-63.

2 Gumersind Gomila, La sorra calenta, SEO, Toulouse, 1943, Editorial Barcino, Barcelone, 1967.

3 Gumersind Gomila, Llucifer. Llegenda íntima, Edicions El Triangle, Barcelone, 1967.

4 « El nom de Llucifer que es troba en aquesta obra no fa al·lusió al diable. Abandonant el sentit actual, Llucifer recupera en aquest llibre el d’estel brillant que tenia en l’antiguitat. En aquell temps el nom de Llucifer designava l’astre conegut avui per Venus, estrella de l’alba, estrella ponentina, estrella del pastor... S’aixeca a llevant abans que el sol, segueix aquest durant el dia i s’ajoca a occident després de la posta. » (Gumersind Gomila « Nota preliminar », Llucifer. Llegenda íntima, op. cit., 9.)

5 Ismael Pelegrí Pons, « Pròleg » in Gumersind Gomila, Antologia poètica, IME, Quaderns Xibau de pœsia, núm. 12,Mahon, 2003.

6 « ils forment un système au sens où on l’entend du système solaire : Llucifer au centre, et ses planètes, La sorra calenta, El vent fútil, Els ocells morts, composées d’un seul mouvement créateur et distribués en masses dynamiques » (Félix Castan, « Gumersind Gomila et son œuvre poétique », in Gumersind Gomila, Els ocells morts, Edicions El Triangle, Barcelone, 1969).

7 Gumersind Gomila, Llucifer. Llegenda íntima, 11.

8 Gumersind Gomila, Llucifer. Llegenda íntima, op. cit., 208-209. Le texte cité est l’exacte traduction de la fin de la « Nota preliminar », p. 10 : « A fi de comprendre millor certs pœmes d’aquest llibre, cal situar els fets en l’ambient que els inspirà : el del quart decenni d’aquest segle [...] La importància de les ombres i dels astres durant les nits a les ciutats de què es parla en el llibre, és deguda a les restriccions de la llum durant els anys de guerra. » Pour Ismael Pelegrí Pons, « l’élément prépondérant de cette œuvre est néanmoins l’espace que l’on peut considérer dans une triple acception. Il y a d’abord l’espace physique, l’Occitanie : “Une fois la frontière fermée, les provinces du nord demeurant inaccessibles, il n’était guère possible à un habitant du sud de la France de sortir des régions voisines. Ainsi les pays d’Oc devinrent-ils le théâtre de ce poème [...] le Chant I se situe en Auvergne, le II en Provence ; le III en Guyenne.” L’œuvre est, certes, un chant à l’Occitanie mais elle va bien au delà. En second lieu, l’on trouve la dimension personnelle, étant donné que tous les espaces physiques nous sont montrés sous le seul point de vue subjectif du poète qui les interprète, le plus souvent avec l’aide d’un Lucifer personnifié, appelé Llucifer ou Lluci, pour arriver enfin à l’espace métaphysique, celui de la réflexion, dans lequel se trouve la clé de sa légende intime, sous-titre de l’œuvre et véritable objet de Llucifer. » (« Introduction », Gumersind Gomila, Anthologie poétique, trad. M. Bourret Guasteví, La Tour Gile, Péronnas, 2007).

9 Cant II : Avinyó, La rosa dels vents, Tençons de l’amistat, Elegies del dubte, Les portes clares, La Font de Valclosa.

10 Cant III : La portalada gran : I—La Gironda II—Davant meu.

11 Quand Gumersind Gomila parle de sa formation, il a coutume de dire qu’elle fut avant tout « mégalithique ». Né à Mahon, il s’imprégnera toute son enfance durant des constructions primitives de l’île, tout comme des grands blocs primaires et du Miocène de ses falaises. Le naturalisme marquera sa vie.

12 Gumersind Gomila, Llucifer. Llegenda íntima, 208.

13 Gumersind Gomila, « Desconhort », op. cit., 18 : « Nuit dure qui te tais... /Oh, noires serviettes / où s’amollit le pain / de la lune crue. »

14 Gumersind Gomila, « El fonoll », op. cit., 119 : « J’arrache à la nuit l’extrémité d’une plante, / et Lucime dit, en s’approchant demoi : ’– À quoi doit-on cet arôme ravissant ?’ / Et moi, de lui dire ainsi, en le lui faisant sentir : Ce n’est ni du romarin, ni de la lavande, ni de la menthe ; / c’est tout autant le parfum des pauvres que celui des riches ; / et ni le Mistral ni la Tramontane ne le peuvent briser...’ / ’– Dis-moi son nom !’ / Et moi qui ne le lui dis pas. » (trad. M. Bourret)

15 Gumersind Gomila, « Llucifer », op. cit., 24 : « Il arrive de l’Orient, cheveux au vent, / avec l’air d’un champion invaincu, / ses attributs pendant comme des fruits exotiques [...] Ainsi, de l’univers, matière pure, / éclair, brise et montagne de granit, / Dieu existe de par son Œuvre, / et elle seule le préserve de l’oubli. »

16 Michel Eyquemde Montaigne, Essais, livre III, chap. II : « Du repentir »

17 Gumersind Gomila, « Terra d’Alvèrnia », op. cit., 28 : « Des vaches couleur de cannelle / paissent en haut de la montagne [...] de plutoniques carrières / exhument des rougeurs de lave. »

18 Gumersind Gomila, « Terra d’Alvèrnia », op. cit., 28-29 : Et entre deux montagnes / le soleil vogue et se tait [...] Tel un serpent d’argent, la rivière / cherche l’ombre des peupliers [...] les toits d’ardoise bleue / sont d’un bleu qui me ravit.

19 Gumersind Gomila, « Despertar », op. cit., 27.

20 Gumersind Gomila, « El torrent », op. cit., p. 40 : La vache noire et blanche a le désir / de cette herbe verte et dressée [...] Qui n’a pas le désir de s’éloigner ? [...] Ces roches plates et, au milieu, / ce courant qui me gonfle de désir / les vieux lilas en fleur, la gentiane, / les heures qui ne mentent pas.

21 Gumersind Gomila, « El sabre i la beina », op. cit., 33 : Cette terre d’Auvergne / a l’âme bien marquée : / par moments, elle me fait l’effet / d’une France dans la France. / Je m’y sens comme chez moi / en dépit de sa nature étrangère / et pour un peu je croirais y trouver / le bout de cœur qui me manquait. / La ruse qui ouvrira cette histoire / y trouvera un oiseau qui chante : / Il chante que l’Auvergne est l’Auvergne / et il chante que la France est la France.

22 Gumersind Gomila, « Postface-résumé en français », op. cit., p. 208.

23 Gumersind Gomila, « Platja fosca », op. cit., p. 98.

24 « La voile noire de la nuit / un vent de songe et d’angoisse / et moi, pauvre de rien, riche d’oubli / comme une voile... [...] Comme une voile d’angoisse / moitié de rien, moitié d’oubli... / Je m’en vais sur l’onde de la nuit sans fin / comme une voile... » (Gumersind Gomila, Anthologie poétique, trad.M. Bourret Guasteví, 83).

25 Gumersind Gomila, « Nit de març », op. cit., 81 : « Nuit de mars. L’hiver s’en va / au calvaire avec sa croix d’oubli ».

26 Gumersind Gomila, « Nit de març », op. cit., 81 : « Demain sera un autre jour... / Aube, où es-tu ? La chouette se tait. / Telle une branche de rêve, je marche / dans un rêve infini. »

27 Gumersind Gomila, « Nit de març », op. cit., 81 : « Dans la fleur du clair de lune / je suis le pistil de la nuit. »

28 Marcejar v. intr. 1. Fer temps variable com el del mes de març. « Març marceja i boig bogeja ». 2. fig. Ésser de caràcter variable. « Aquest homo marceja » (Maó, ap. Griera Tr.). « Marcejant, anirem endavant » (Tremp). Refr. — « No hi ha març que no marcegi ni bord que no bordegi ». (Mossèn Antoni M. Alcover, Francesc de B. Moll, Diccionari català-valencià-balear, Editorial Moll, Palma de Majorque, 1962)

29 Gumersind Gomila, « Marceig », op. cit., 109 : « Demain sera un autre jour / Aube où es-tu donc passée ? La chouette se tait / Telle une branche de rêve, je chemine / dans un rêve indéfini [...]Dans la fleur du clair de lune / je suis le pistil de la nuit [...] Je chante à travers les doutes de chaque jour / et je suis dans un ciel de couleur sale [...] Péché, vertu — oh, vie ! — tout me plaît, / puisque je suis fils du jour et de la nuit ».

30 Il n’est pas rare, de nos jours, de voir les représentations de ces deux arbres, placardées sur chacune des portes, distinguer les toilettes pour hommes des toilettes pour dames.

31 Gumersind Gomila, « El mas de ’Las Ribeiretas’ », op. cit., 31 : « Il a un sapin et un figuier / tout de lierre emprisonné. »

32 On remarquera le jeu combiné du contre-rejet et de la paronymie qui enseigne la tristesse du poète esseulé : « Gallardets i barcasses, / tres marins i una noia, / i al fons de mi, una toia / de mil roselles lasses. » (Gumersind Gomila, « Roine », op. cit., 72.)

33 Maria Àngels Gornés, Entre boires, CD, Blau/DiscMedi, Barcelone, 2002.

34 « Oh, petite ville d’Avignon, / faite de tours et de muraille, / faite de soleil et de mistral, / faite de Laure et de Pétrarque... /Moi je suis fait de joie et de tristesse, / toi de palais et de baraques [...] Tu pourras dire, Lucifer, à Sainte Marthe, si tu la rencontres, / que dans la bonne ville d’Avignon, / je suis comme un poisson dans l’eau » (Gumersind Gomila, Anthologie poétique, trad. M. Bourret Guasteví, 79, 81).

35 Gumersind Gomila, « La Font de Vallclosa », op. cit., p. 163 : « Si le jujubier pleure des larmes rouges, / les ruines du château d’argent chantent [...] La fontaine sauvage jaillit entre les roches / dans un bouillonnement d’enfer et de bataille. ».

36 Gumersind Gomila, « Vallclosa », op. cit., p. 157-158 : « Des usines parvient / le souffle des gens qui travaillent. / Ces usines nouvelles / dans le lac en silence / semblent abolir l’histoire / des choses qui ne se passent pas /Moi, qui me mire dans mon ombre, / qui est le miroir qui me plaît, je me vois de rêve et de mystère. »

37 Gumersind Gomila, « Incoherència », op. cit., 159 : « Lucifug, j’en suis revenu d’aimer le soleil ; / je cherche dans l’ombre sa claire toute-puissance, / et son ombre m’est un baume et une consolation, / et une sorte d’absence et de présence. / Je m’en vais, libre de tous et de personne, / et je me laisse captiver par l’ombre impure, / et mon ombre, tel un ange brun, / m’emmène sur le chemin de l’aventure. »

Auteur

Université Montpellier III, Institut Menorquí d’Estudis,

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540