Version classiqueVersion mobile

Un temps pour tout

 | 
Marie Blaise
, 
Anita Gonzalez-Raymond

Deuxième partie — Science et conscience des savoirs

Les incertitudes expertes ou les expertises incertaines ? Modalités de l’exercice de l’autorité dans l’AR 5 du GIEC (IPCC) 20141

Alain Létourneau

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du cinquième texte intitulé « Assessment Report » (= cinquième Rapport d’évaluation) de l (...)
  • 2 Chaim Perelman, Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique, Bruxell (...)

1Cette présentation se penchera sur des discours traitant des questions de changement climatique, spécialement leur utilisation de l’expertise, en supposant que ces appels experts aient pour but d’établir l’autorité de ces discours. Les liens entre l’expertise et l’autorité en effet deviennent de nos jours très apparents ; l’exercice de l’autorité n’allant plus de soi aujourd’hui, on retrouve souvent dans l’écriture des dispositifs experts faisant preuve ou tenant lieu de justification d’autorité. Certains y verront une technicisation outrancière des processus argumentatifs, d’autres vivront avec cette évolution des discours, dans un contexte aux savoirs multiples et qui doivent être coordonnés dans une entreprise comme celle du GIEC, qui sera l’objet d’enquête ici. Admettons que l’une des façons d’établir et même d’exercer l’autorité à notre époque est certainement le recours aux expertises. Toutefois, prendre bonne note de ceci n’équivaut pas à une évaluation de ces recours. De plus les recours experts, sur une question à multiples entrées comme celle des changements climatiques, ont évidemment des caractéristiques particulières qu’il s’agira d’examiner plus en détail. Elles sont bien sûr étroitement liées au contexte d’énonciation et tout spécialement aux destinataires des messages, soit leur « public » au sens perelmanien2. Ensuite, la question de savoir quels effets ces discours ont sur ces destinataires demanderait elle-même une analyse approfondie. Toutefois, comme il sera possible de le voir plus loin, certaines caractéristiques de ce type de discours nous permettent de dégager des présomptions assez vraisemblables à ce sujet, quitte à les valider ou à tenter d’en montrer la fausseté lors d’études ultérieures.

  • 3 Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique. Paris, PUF, 1991.
  • 4 Christopher W. Tindale, Acts of Arguing. A Rhetorical Model of Argument. Albany (NY), State Univers (...)
  • 5 Stephen E. Toulmin, Les usages de l’argumentation. Paris, PUF, 1988. D. Walton, Fondamentals of Cri (...)
  • 6 J’attire ici l’attention sur le fait que parler de modalisation renvoie à des degrés variables de l (...)

2Ces recours discursifs peuvent être compris comme distribués sur un spectre comprenant des aspects rhétoriques et des aspects argumentatifs, sans rupture de continuité entre ces dimensions, déjà bien distinguées et réunies par O. Reboul il y a plusieurs décennies3. Le champ rhétorique peut être compris ici dans la foulée de Ch. Perelman et C. Tindale, plutôt que dans les perspectives issues du groupe Mu, tout ne pouvant être couvert dans une même recherche4. Pour les volets argumentatifs, c’est surtout S. E. Toulmin et D. Walton qui servent de point d’ancrage5. Ces auteurs, et d’abord Toulmin, nous ont de nouveau rendus attentifs au phénomène du qualificateur modal dans l’argumentation. Préciser que la conclusion d’un argument est « vraisemblable » ou « très vraisemblable » importe dans la discussion de sa validité, de même pour des modalisations plus restrictives comme « il est peu probable6 ». La charge de la preuve à faire est évidemment moins grande si la modalisation est plus faible, par opposition à un énoncé catégorique ou elle sera plus exigeante. Dans cette perspective, une analyse de l’argumentation met l’accent sur les passages des prémisses à la conclusion dans des figures quasi syllogistiques, alors que la lecture rhétorique s’attarde davantage aux interfaces avec les opinions du public, et aux effets de style obtenus par des figures, aux allusions et autres processus littéraires. En ce sens, il y a une rhétorique des graphiques détaillés, des renvois de bas de page complexes, et une rhétorique de la terminologie employée dégageant du coup une aura d’expertise qui n’est pas sans effets sur le commun des mortels.

  • 7 La plupart de gens savent que la très grande majorité des chercheurs en climat (environ 97 %) sont (...)
  • 8 Des milliers de chercheurs sont impliqués dans cette structure intergouvernementale liée à l’ONU et (...)

3Le langage objet qui m’intéresse ici est de type discours scientifique, mais qui se veut destiné à un public comprenant à la fois les « décideurs », appelés en anglais les « policy makers », et sans doute aussi le « grand public cultivé », notions intuitivement claires mais aux frontières assez peu définies. On doit prendre aussi en compte le fait que c’est d’extraits du discours d’un groupe largement reconnu comme ayant autorité, soit le GIEC ou Groupe Expert Intergouvernemental sur l’évolution du climat7. De fait, plus précisément il s’agit d’un texte du Groupe de travail numéro 1, regroupant les chercheurs des domaines des sciences physiques, un groupe en général assez prestigieux. On remarquera d’ailleurs que l’acronyme GIEC ne correspond pas à une traduction littérale de IPCC, soit l’Intergovernmental Panel on Climate Change ; la version française met l’emphase sur cette question de l’expertise, là où l’original était plus simple et direct : un panel, comme une table ronde, évidemment très élargie8. Le document source qui nous intéresse est le cinquième Rapport d’évaluation, soit l’AR 5 (Fifth Assessment Report) ainsi que son Résumé à l’intention des décideurs. Ce qu’on appelle en anglais « Assessment » possède une dimension évaluative, mais c’est aussi une prise en compte de la situation, l’expression d’un avis. Ce texte immense (près de 1500 pages dans la version originale) ne peut pas être traité en entier ici, c’est trop évident, mais il est requis, vu son importance, de s’attaquer à ce texte. Il s’agira donc de se concentrer sur le résumé pour les décideurs ainsi que sur certains passages de l’un des chapitres.

4Avant de lire et commenter certains extraits, encore faut-il au préalable faire quelques rappels essentiels. En 2014, le GIEC produit son 5e rapport d’évaluation, où ils viennent faire le point sur les recherches les plus récentes sur la question du climat. Le contexte immédiat est bien sûr la COP21 (Conference of the Parties) qui s’est tenue à Paris en novembre 2015. Les différentes équipes de chercheurs un peu partout sur la planète ont été affairées depuis des années à colliger des quantités de données en de multiples lieux, avec des supports de différents types dont bien sûr la télédétection satellitaire, prenant en charge la mesure du réchauffement éventuel des océans, de la quantité de particules de CO2 et de ses équivalents dans l’atmosphère, de l’évolution de la cryosphère et de celle du niveau des océans, etc. Mais de plus il fallait intégrer ces importantes masses de données et bien sûr les recouper et dégager les convergences.

5Trois messages clé sont rappelés de manière claire et nette dans une vidéo très brève et accessible, produite par la direction du GIEC : le réchauffement du système climat est sans équivoque, le rôle de l’influence humaine (par le biais de l’émission des gaz à effet de serre (GES) y compris le CO2) est clair, et la production continue de ces GES causera davantage de changements climatiques, ce qui constitue un engagement pour plusieurs siècles ; en conclusion, il est énoncé que limiter le changement climatique va requérir une réduction substantielle et soutenue de notre émission de GES9. Notons tout de suite que même ces énoncés très catégoriques montrent la portée limitée de ce qui est apporté dans ces trois messages clé : un objectif plus ambitieux eut été la stabilisation du système climat, dont on peut dire pour le moins qu’elle serait souhaitable. Elle semble ici hors de portée — en tout cas si on ne tient en compte que la réduction soutenue et substantielle de la production de GES. Les auteurs du rapport sont en effet cohérents : nous le verrons plus loin, si on veut la stabilisation il va falloir faire beaucoup plus, soit retirer sur une base annuelle de dix à vingt milliard de tonnes du gaz carbonique et ses équivalents déjà présents dans le système Terre, ce qui semble peu évident à bien des chercheurs aujourd’hui10.

6Pour ce qui est de dégager les voies possibles du développement humain ultérieur, c’est fait à l’intérieur de modélisations qui vont permettre de prévoir certains développements du système climat, avec une variabilité selon les régions du globe qu’on situe un peu mieux maintenant. Bien des équipes s’affairent à une pluralité d’efforts de modélisation, au point qu’ils peuvent être combinés et groupés sous le titre des RCP ou Representative Concentration Pathways, lesquels indiquent ce que nous pouvons prévoir en fonction de l’état d’importance relative des différents facteurs contribuant au changement climatique, les fameux « drivers ». La communauté scientifique dispose donc d’une pluralité de modélisations permettant de construire des scénarios, tenant en compte à la fois les efforts plus ou moins importants qui pourraient ou non être réalisés en décarbonisation des usages de l’énergie, tenant compte aussi d’une évolution possible des technologies visant de manière plus ou moins radicale et efficace la diminution de la quantité d’émission d’équivalent CO2 dans l’atmosphère, mais aussi leur retrait massif, un élément qui n’est pas très évident dans la communication destinée au grand public (il n’en est pas question dans le film explicatif, voir note précédente), mais qui le devient quand on examine plus en détails l’argumentaire des différents RCP, nous le montrerons brièvement plus loin.

7Il faudra se contenter ici de deux ponctions dans cette masse de texte : certains extraits du « Résumé pour les décideurs », document qui a été traduit en français et qui normalement est destiné à un public tout de même assez vaste, ainsi qu’une partie du chapitre 6 du Fifth Assessment Report (2014), lequel n’est pas traduit dans son ensemble à ce jour (février 2017). Précisons que le « Résumé pour les décideurs » est très technique, bien plus que ne l’est la vidéo déjà mentionnée, dont le message est plus net et clair, même si forcément incomplet. Déjà d’un point de vue rhétorique, la très haute technicité d’un tel texte ne facilite pas l’accès pour des non spécialistes. Le but de la présentation sera de mieux caractériser comment les recours à l’expertise se déploient dans les extraits considérés, en examinant les marqueurs identifiables de modalité qui produisent ou ont des effets d’autorité, d’ailleurs en un sens ou l’autre. Une attention toute spéciale sera portée aux « grands encadrés » qui sont bien sûr conçus pour retenir tout particulièrement l’attention du lecteur, ceci parmi d’autres stratégies possibles de lecture « économique ».

8Il s’avère que les auteurs du Résumé à l’intention des décideurs tentent d’asseoir la crédibilité scientifique de leur travail notamment en limitant leur champ de pertinence et leur degré de crédibilité. C’est bien sûr un effort de rigueur et de transparence louable tenant à mieux faire connaître leur évaluation de la valeur de leurs énoncés — un élément qui bien sûr peut se retourner aussi contre leur crédibilité. L’hypothèse soutenue ici est que cette approche peut fort vraisemblablement avoir des effets discutables au plan de la force convaincante des discours. En effet la stratégie d’établissement de la crédibilité scientifique du propos passe ici par la modalisation fréquente du discours, un travail visant à mieux cerner le niveau de confiance qu’on peut attribuer aux parties du discours. Il n’y a pas seulement des marqueurs d’autorité mais aussi des marqueurs de degrés de confiance, qui correspondent selon les auteurs à des degrés d’incertitude ; c’est le délicat équilibre entre ces composantes qui va nous intéresser en particulier. C’est en montrant le plus clairement ses limites, d’une manière qui semble assez transparente à première vue, donc en limitant dès que c’est possible ses prétentions, que le discours du GIEC entend mieux asseoir sa crédibilité et sa valeur, et donc aussi son autorité scientifique (parmi d’autres dispositifs, dont le nombre, la valeur, l’importance des équipes mobilisées au plan international, etc.). La question de savoir s’il peut, en nous informant du degré de confiance ou du degré de validité d’un énoncé, obtenir les résultats escomptés semble tout à faire pertinente, et disons qu’à première vue la réponse à cette question ne semble pas positive. Du moins si nous considérons que les destinataires appelés « décideurs » ne sont pas des experts, ni des savants des différentes disciplines, très nombreuses, qui sont considérées ici. Si nous présumons qu’un décideur préfère, pour baser sa prise de décision sur du solide, des éléments certains à des éléments seulement probables ou vraisemblables, on peut supposer que de truffer un texte de références à des degrés variables de certitude n’a pas nécessairement un effet très convaincant — bien que ce genre de processus argumentatif atteste de la scientificité d’une démarche et soit donc parfaitement à sa place dans une communication de type scientifique.

  • 11 Ian Hacking, Michel Dufour (adaptation et traduction), L’ouverture au probable. Éléments de logique (...)

9Les auteurs vont faire jouer deux niveaux de modalisation de leur discours : les degrés de certitude qu’ils vont dans certains cas annoncer comme calculables, dans un discours qui rappelle clairement les probabilités bayésiennes, et le degré de confiance qu’on peut attribuer à leurs énoncés, prenant ainsi en charge le fait que les énoncés probables sont estimés tels par des gens, donc correspondent aussi à des états de croyance11. Il y a bien sûr une rhétorique de la calculabilité qui renforce l’aspect encore ici scientifique du discours même si, dans les faits, souvent les marqueurs de modalité ne fonctionnent, comme on le verra, qu’en grandes classes qualitatives, par exemple « confiance très élevée » ou « extrêmement probable » sans nous donner aucun chiffre sur ce point. En fait, toute la stratégie va consister à mettre de l’avant des énoncés de fait simplement catégoriques, et pour le reste à exprimer tantôt le degré de confiance qu’on peut avoir dans un certain résultat ou une certaine conjecture, tantôt de préciser autant que possible le niveau de vraisemblance d’un résultat ou d’une prévision. Sans doute escompte-t-on que dans bien des cas, le degré fort élevé de probabilité et/ou le degré de confiance plutôt fort des résultats vont suffire à emporter l’adhésion. Le texte fournit d’ailleurs des explications, qu’il vaut la peine de citer pour en pondérer les termes ; on regardera aussi bien la traduction française que l’original, car elles diffèrent sur quelques points importants.

  • 12 GIEC, 2013 : Résumé à l’intention des décideurs, Changements climatiques 2013: Les éléments scienti (...)

Le degré de certitude associé aux principaux résultats présentés dans ce rapport est fonction de l’appréciation, par les comités de rédaction, des connaissances scientifiques sous-jacentes et est exprimé par un niveau de confiance qualitatif (de très faible à très élevé) et, lorsque c’est possible, quantifié en termes de probabilités (extrêmement improbable à extrêmement probable). La confiance dans la validité d’un résultat se fonde sur la nature, la quantité, la qualité et la cohérence des éléments correspondants (données, compréhension d’un mécanisme, théorie, modèles, avis d’experts, etc.) et le degré de cohérence. 1 Les estimations probabilistes de mesures quantifiées de l’incertitude d’un résultat se fondent sur l’analyse statistique d’observations ou de résultats de modèles, ou les deux, et l’avis d’experts. 2 Le cas échéant, les résultats sont également formulés sous forme d’énoncés des faits, sans recourir à des qualificatifs d’incertitude (Voir chapitre 1 et encadré RT.1 pour obtenir davantage de précisions concernant les termes spécifiques que le GIEC utilise pour traduire l’incertitude12).

10On notera tout de suite comment les avis d’experts sont simplement considérés comme un élément parmi d’autres permettant d’arriver à un degré donné de confiance. Cela donne l’impression que l’expertise serait encore autre chose que la saisie des données, la compréhension des mécanismes impliqués, celle des théories et modèles ; faut-il comprendre alors que ces experts permettraient de lier le tout, d’en avoir une vue d’ensemble, ou alors permettent-ils seulement de colmater les brèches d’un savoir incomplet ? De même, les avis d’experts sont de nouveau considérés un peu plus loin dans le même passage, quand il est question des estimations probabilistes, encore là comme en surplus de tout le reste, l’absence d’explication ici n’aidant pas tellement. On parle de plus d’un estimé probabiliste de « mesures quantifiées de l’incertitude » pour des éléments qui appelleraient davantage un estimé de la vraisemblance d’un énoncé ou d’une prévision. En même temps, on annonce que l’absence de marqueurs d’incertitude ira de pair avec des énoncés de fait, comme on verra sur quelques exemples : ce seront des énoncés qu’on dirait simplement catégoriques ou affirmatifs. Il est requis de citer et de commenter également le texte correspondant en anglais, car celui-ci est muni de renvois explicatifs qu’on ne trouve pas aisément dans la version française :

  • 13 IPCC, 2014 : Climate Change 2014: Mitigation of Climate Change. Contribution of Working Group III t (...)

The degree of certainty in findings in this assessment, as in the reports of all three Working Groups, is based on the author teams’ evaluations of underlying scientific understanding and is expressed as a qualitative level of confidence (from very low to very high) and, when possible, probabilistically with a quantified likelihood (from exceptionally unlikely to virtually certain). Confidence in the validity of a finding is based on the type, amount, quality, and consistency of evidence (e. g., data, mechanistic understanding, theory, models, expert judgment) and the degree of agreement. 1 Probabilistic estimates of quantified measures of uncertainty in a finding are based on statistical analysis of observations or model results, or both, and expert judgment. 2 Where appropriate, findings are also formulated as statements of fact without using uncertainty qualifiers.
1 The following summary terms are used to describe the available evidence : limited, medium, or robust ; and for the degree of agreement : low, medium, or high. A level of confidence is expressed using five qualifiers : very low, low, medium, high, and very high, and typeset in italics, e. g., medium confidence. For a given evidence and agreement statement, different confidence levels can be assigned, but increasing levels of evidence and degrees of agreement are correlated with increasing confidence. For more details, please refer to the guidance note for Lead Authors of the IPCC Fifth Assessment Report on consistent treatment of uncertainties.
2 The following terms have been used to indicate the assessed likelihood of an outcome or a result : virtually certain 99 — 10 % probability, very likely 90 — 100 %, likely 66 — 100 %, about as likely as not 33 — 66 %, unlikely 0 — 33 %, very unlikely 0 — 10 %, exceptionally unlikely 0 — 1 %. Additional terms (more likely than not > 50 — 100 %, and more unlikely than likely 0 — < 50 %) may also be used when appropriate. Assessed likelihood is typeset in italics, e. g., very likely13.

  • 14 L’un des principaux ouvrages dont nous disposons sur les questionnements rationnels et rigoureux au (...)

11Attirons l’attention sur la complémentarité annoncée des éléments qualitatifs et quantitatifs. Dans le texte original anglais, la notion de vraisemblance ressort clairement (likelihood), alors qu’elle manque dans la version française, un manque difficilement excusable puisqu’en l’absence de certitude, le mieux qu’on puisse faire c’est obtenir du vraisemblable. D’ailleurs le mot certitude n’est pas lui-même utilisé par le texte avec toute la cohérence requise. Cela peut sembler clair à première vue, mais le discours est truffé de jargon et de fait, plusieurs éléments sont d’un flou assez remarquable. Notons que d’un point de vue philosophique il semble difficile de parler de « degrés de certitude » si on y réfléchit quelque peu. La certitude suppose la connaissance, bien qu’il y ait des degrés de la croyance rationnelle qui peuvent être distingués14. On peut être certain ou pas de quelque chose, bien que la vraisemblance d’une affirmation puisse sembler plus ou moins forte ; en ce sens la certitude serait normalement rare. Le propos évoquant des degrés de certitude a peut-être pour visée de renforcer d’un point de vue rhétorique la valeur de connaissance des énoncés, même si leur degré de probabilité n’est pas de 1 soit de 100 %. Comme expliqué à la suite dans le passage cité, l’expression « certitude » viserait plutôt à désigner un degré de confiance apporté à la position soutenue, qui repose elle-même sur un certain nombre de facteurs, dont la cohérence de l’ensemble de résultats alors considéré ainsi que le niveau de consensus obtenu à son propos, le mot d’accord ou « agreement » revenant de fait à une sorte de consensus. Si l’on comprend bien ce que cela signifie, nous serions ici dans le volet non bayésien de la probabilité, c’est-à-dire ce qui concerne nos états de croyance subjectifs par rapport à des hypothèses ou conclusions provisoires données. Un peu plus bas, le texte précise que l’usage des termes probabilistes sera fait lorsque ce sera possible ; cet usage sera basé ou bien sur l’étude statistique, ou bien sur l’usage des modèles, ou les deux — et ceci sans laisser de côté le jugement des experts. Il semble pourtant d’un point de vue épistémologique qu’à strictement parler, on ne devrait alors considérer que des séries d’événements itérables, traitables donc dans une perspective bayésienne c’est-à-dire en termes fréquentistes, comme quand on estime les probabilités d’obtenir un 6 en jetant un dé normalement constitué. Pourtant, tout l’énoncé nous parle non pas de simples faits, mais d’estimés portants sur le degré d’incertitude, donc de ce qui relève plutôt de nos états subjectifs — comme si l’incertitude était elle-même mesurable ! Élément que vient rectifier la terminologie chiffrée, puisque notamment, on va considérer comme « très vraisemblable » un résultat qui se situerait entre 90 et 100 % de probabilité. On referme ainsi la boucle ouverte sur des degrés subjectifs de confiance en tentant d’en donner une version chiffrée, mais en même temps il n’est pas possible pour les auteurs de nier tout à fait cette considération des états de croyance subjectifs. Bref, l’exposé tente de tenir ensemble les deux pôles de la considération des probabilités en alternant l’un et l’autre.

12Dans le contexte de la production de scénarios concernant les futurs possibles, les spécialistes du climat doivent tenir ensemble des résultats modélisés qu’on peut considérer fortement vraisemblables, tout en venant qualifier le degré de certitude de leur propre discours. Cette évaluation du degré de certitude se veut graduée, ce qui est censé avoir pour effet de quantifier l’incertitude, et donc de lui donner ainsi une apparence de quelque chose de maîtrisé. Pour arriver à bien le saisir, encore faut-il prendre le temps de regarder attentivement ce discours, du moins certains extraits, afin d’en mieux comprendre le sens, la portée et les limites. Sans doute que ceci a une visée rhétorique et argumentative chez les plaideurs que sont aussi les scientifiques ; les lecteurs seront situés sur le degré de fiabilité du discours. C’est sans doute quelque chose qui est particulièrement pertinent quand les scientifiques écrivent pour eux-mêmes, c’est-à-dire à l’intérieur de la communauté scientifique qu’ils constituent. Mais l’effet de ceci sur un public plus vaste semble plutôt incertain puisque passé un certain degré de complexité, l’effet général obtenu chez le public même très cultivé pourrait être simplement la disqualification du discours ou sa non-prise en compte. L’une des questions qu’on pourra donc se poser en traitant notre discours, sera celle de savoir si la part des marqueurs d’incertitude est plutôt déterminante ou pas dans l’ensemble. En tout cas la question de l’effet de ce type de discours modalisé se pose, en lien aussi avec la compréhensibilité sans doute assez faible du propos en dehors des cercles experts.

13Les auteurs du résumé à l’usage des décideurs en tout cas ont choisi de conserver ces marqueurs de modalité dans le discours, quitte à faire ressortir certaines incertitudes, d’une manière qui est parfois assez difficile à démêler de ce qui n’est pas incertain. C’est du moins un risque encouru, qui pourrait à certains égards expliquer le peu d’efficacité rhétorique de ce type de discours auprès de la classe des décideurs. Bien sûr, d’autres motifs existent certainement en sus des limites des discours scientifiques : sans doute le simple désir d’être réélu en raison d’une bonne performance économique... et tout ce qui relève des logiques d’action collective, qu’il s’agisse du passager clandestin (le free rider) ou d’autre chose. À l’un des pôles, trop de marqueurs d’incertitude à portée variable viendraient grever l’apparente simplicité qui fait la clarté du discours et sa netteté, en ne produisant d’un point de vue global que le flou et l’incertain — alors que le but était au contraire de montrer la scientificité du discours en en caractérisant mieux les limites, et donc d’inciter à l’action sur cette base. À l’autre pôle, un discours assez net et affirmatif serait susceptible, par hypothèse, de véhiculer une crédibilité qui rejoigne les convaincus, mais un abus d’énoncés certains ou catégoriques serait éventuellement contre-productif. La vidéo déjà citée arrive mieux à une affirmation pondérée et convaincante, mais elle n’y arrive qu’en élidant certaines difficultés, on l’a vu. Dans certains cas on pourrait se trouver placés devant le dogmatisme, ou devant un excès de modestie ; un discours trop affecté dans ce sens finirait par conforter les lecteurs ou auditeurs dans le fait que le propos de leur interlocuteur ne mérite probablement pas une attention trop grande et trop soutenue, si le locuteur ressent lui-même le besoin d’en rabaisser la valeur de cette manière.

14Pour mieux comprendre comment cette modalisation se manifeste concrètement, il est requis de s’arrêter sur certaines formulations assez caractéristiques. Ce qui devient intéressant est aussi dans ce cas de s’arrêter sur ce qui est énoncé de manière catégorique ; or les énoncés catégoriques ne sont pas rares dans l’ensemble du document Résumé pour les décideurs.

1 Les énoncés majeurs du texte français « Résumé à l’intention des décideurs15 »

  • 15 Il faut noter que ce texte n’a pas son équivalent en langue anglaise, puisque le Summary for Policy (...)

15Un premier énoncé apparaît en encadré dans le document, après l’introduction (section A) et au tout début de la section B, consacrée aux changements observés dans le système climatique ; cet énoncé non numéroté se trouve p. 19 du document :

Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et, depuis les années 1950, beaucoup de changements observés sont sans précédent depuis des décennies voire des millénaires. L’atmosphère et l’océan se sont réchauffés, la couverture de neige et de glace a diminué, le niveau des mers s’est élevé et les concentrations des gaz à effet de serre ont augmenté (voir figures RID.1, RID.2, RID.3 et RID.4). {2.2, 2.4, 3.2, 3.7, 4.2-4.7, 5.2, 5.3, 5.5-5.6, 6.2, 13.2}

16Ici le ton est affirmatif, factuel, il ne suppose aucun doute ou incertitude et même il exclut tout doute ; le caractère nouveau des changements est clairement affirmé comme une certitude. On est dans le domaine des faits constatables, du point de vue du texte que nous avons sous la main ; en fait ce sont quatre séries de faits qui pour les auteurs sont incontestables.

17Voici maintenant l’énoncé B1, très général dans sa portée :

Chacune des trois dernières décennies a été successivement plus chaude à la surface de la Terre que toutes les décennies précédentes depuis 1850 (voir figure RID.1). Les années 1983 à 2012 constituent probablement la période de 30 ans la plus chaude qu’ait connue l’hémisphère Nord depuis 1400 ans (degré de confiance moyen). {2.4, 5.3}

18L’énoncé commence par un ton catégorique et affirmatif bien que sa portée ait une borne temporelle, sans aucun doute en raison de la précision augmentée des mesures depuis un siècle et demi. Dans la suite de l’énoncé, l’incertitude est ciblée par le fait qu’on considère l’affirmation comme probable ; l’incertitude ne porte pas sur le fait que les trente dernières années ont été plus chaudes que la normale ! Elle nous réfère seulement à une période de temps plus vaste, se référant implicitement dans l’énoncé à la question du réchauffement médiéval, souvent mise de l’avant par les climatosceptiques.

19Pour sa part, l’énoncé B2 concerne le niveau des océans :

Le réchauffement océanique constitue l’essentiel de la hausse de la quantité d’énergie emmagasinée au sein du système climatique et représente plus de 90 % de l’énergie accumulée entre 1971 et 2010 (degré de confiance élevé). Il est quasiment certain que l’océan superficiel (jusqu’à 700 m de profondeur) s’est réchauffé entre 1971 et 2010 (voir figure RID.3), et ce dernier s’est probablement réchauffé entre les années 1870 et 1971. {3.2, encadré 3.1}

20Les modalités présentes ici (degré de confiance élevé, quasi-certitude, élément dont on sait qu’il équivaudrait à une probabilité entre 97 et 100 %) ne sont pas très menaçantes pour une position réaliste concernant le changement climatique, au contraire elles sont très affirmatives. Le ton est donc catégorique et clair. L’accumulation d’énergie par les océans comme telle n’est pas du tout douteuse, et les données plus récentes sont plus fiables que les données plus anciennes ce qui vient expliquer la référence au probable qui intervient à la fin du passage.

21L’énoncé B3 de son côté concerne la cryosphère :

Au cours des deux dernières décennies, la masse des nappes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique a diminué, les glaciers de presque toutes les régions du globe ont continué à se réduire et l’étendue de la banquise arctique et celle du manteau neigeux de l’hémisphère Nord au printemps ont continué à diminuer (degré de confiance élevé) (voir figure RID.3). {4.2-4.7}

22Cet énoncé est également globalement affirmatif et assertif au niveau factuel. Il comprend des limitations toutefois (presque toutes et non pas toutes les régions). On ne peut traiter ici les figures et schémas (voir le RID.3) mais ceux-ci sont passablement clairs.

23Le B4 porte sur le niveau des mers :

Depuis le milieu du xixe siècle, le rythme d’élévation du niveau moyen des mers est supérieur au rythme moyen des deux derniers millénaires (degré de confiance élevé). Entre 1901 et 2010, le niveau moyen des mers à l’échelle du globe s’est élevé de 0,19 m [de 0,17 à 0,21 m] (voir figure RID.3). {3.7, 5.6, 13.2}

24Encore ici, nous ne sommes pas du tout dans la sphère de ce qui serait douteux. D’ailleurs, la donnée chiffrée de 19 cm correspond à ce que le film présente, formulé autrement. Le degré de confiance élevé est le degré qui vient juste avant le degré le plus fort (degré de confiance très élevé). Nous ne sommes tout de même pas dans l’ordre du catégorique ici.

25Le B5 traite du cycle du carbone et des autres cycles biogéochimiques :

Les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone, de méthane et de protoxyde d’azote ont augmenté pour atteindre des niveaux sans précédent depuis au moins 800 000 ans. La concentration du dioxyde de carbone a augmenté de 40 % depuis l’époque préindustrielle. Cette augmentation s’explique en premier lieu par l’utilisation de combustibles fossiles et en second lieu par le bilan des émissions dues aux changements d’utilisation des sols. L’océan a absorbé environ 30 % des émissions anthropiques de dioxyde de carbone, ce qui a entraîné une acidification de ses eaux (voir figure RID.4). {2.2, 3.8, 5.2, 6.2, 6.3}

26Cet énoncé est on ne peut plus catégorique, si l’on s’attarde, comme il est requis de le faire, à l’absence de tout modalisateur venant restreindre la portée de l’affirmation.

27Une nouvelle section, le groupe C, porte sur les facteurs du changement climatique. Cela débute par une notion très technique, celle de forçage radiatif (FR). Le FR dénote les flux énergétiques présents dans le système Terre ; il peut être positif ou négatif, conduire ainsi soit à une augmentation, soit à une diminution de la chaleur en surface, mais de fait il n’est pas négatif, comme on peut s’en douter :

Le forçage radiatif total est positif et a conduit à une absorption nette d’énergie par le système climatique. La plus grande contribution à ce forçage radiatif provient de l’augmentation de la teneur de l’atmosphère en CO2 depuis 1750 (voir figure SMp. 5). {3.2, encadré 3.1, 8.3, 8.5}

28Encore ici, un ton catégorique, sans modalisation, tout semble purement factuel ici. Il n’y a aucun doute d’émis sur le lien causal entre augmentation du CO2 et forçage radiatif.

29La section D quant à elle traite de la compréhension du système climatique et de ses changements plus récents. Cela débute de la manière suivante, encore une fois par un énoncé assez général portant sur l’ensemble de la section. On notera qu’encore ici, aucun doute ou modalisateur de réserve quelconque n’est situé dans l’énoncé général qui ouvre la section :

L’influence de l’homme sur le système climatique est clairement établie, et ce, sur la base des données concernant l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, le forçage radiatif positif, le réchauffement observé et la compréhension du système climatique. {2-14}

30L’énoncé D1 porte sur l’évolution des modèles climatiques. Nous entrons donc ici dans le travail de retour sur les modèles eux-mêmes, partie souvent controversée du travail des chercheurs en sciences climatiques, car la modélisation est quelque chose de hautement abstrait et mathématisé, et les résultats sont aussi dus au travail des superordinateurs, capables d’effectuer les calculs demandés, sans que la main humaine puisse tout vérifier :

Depuis la publication du quatrième Rapport d’évaluation, les modèles climatiques ont progressé. Les modèles reproduisent les structures spatiales et tendances de température en surface observées à l’échelle des continents sur de nombreuses décennies, y compris le réchauffement relativement rapide observé depuis le milieu du xxe siècle et le refroidissement suivant immédiatement les éruptions volcaniques majeures (degré de confiance très élevé). {9.4, 9.6, 9.8}

31C’est le degré de confiance le plus élevé qu’on peut avoir, en deçà de la pure affirmation catégorique. Ici le recours à l’élément volcanique permet de tester la validité du travail de modélisation, puisque ces épisodes brefs de refroidissement peuvent être d’une part modélisés, et d’autre part les résultantes de l’observation après coup peuvent converger avec la modélisation qui se trouve du fait même en partie vérifiée.

32L’énoncé D2 concerne la quantification des réponses du système climatique :

Effectuées à partir d’observations et de modèles, les études des changements de température, des rétroactions climatiques et des changements que subit le bilan énergétique de la Terre apportent des éléments fiables concernant l’amplitude du réchauffement de la planète en réponse au forçage passé et futur. {encadré 12.2, encadré 13.1}

33C’est simplement un énoncé général sur la fiabilité des résultats des différentes questions traitées, explicitation de la corrélation entre la charge d’énergie présente dans le système Terre et les effets climatiques. Paradoxalement il est catégorique, mais c’est pour établir une fiabilité qui n’est pas qualifiée plus précisément ; on doit donc la considérer comme exprimant une confiance moyenne ou légèrement supérieure à 50%.

34L’énoncé suivant, D3 qui porte le titre Détection et attribution des changements climatiques, soutient que les résultats obtenus à une époque récente viennent pousser plus loin des résultats obtenus antérieurement. Il qualifie en termes d’extrême probabilité ce qu’il affirme, modalité qui arrive pour la première fois ici dans les grands énoncés du document. C’est bien sûr la probabilité la plus forte.

On détecte l’influence des activités humaines dans le réchauffement de l’atmosphère et de l’océan, dans les changements du cycle global de l’eau, dans le recul des neiges et des glaces, dans l’élévation du niveau moyen mondial des mers et dans la modification de certains extrêmes climatiques (voir figure RID.6 et tableau RID.1). On a gagné en certitude à ce sujet depuis le quatrième Rapport d’évaluation. Il est extrêmement probable que l’influence de l’homme est la cause principale du réchauffement observé depuis le milieu du xxe siècle. {10.3-10.6, 10.9}

35Enfin la section E, dernière parmi celles qui seront considérées ici (il faudra laisser de côté le résumé technique, plus fouillé et riche à bien des égards), est intitulée « Changement climatiques mondiaux et régionaux à venir ». Elle débute par un énoncé général, non numéroté ; suivront des éléments plus spécifiques.

De nouvelles émissions de gaz à effet de serre impliqueront une poursuite du réchauffement et des changements affectant toutes les composantes du système climatique. Pour limiter le changement climatique, il faudra réduire notablement et durablement les émissions de gaz à effet de serre. {6, 11-14}

36On aura sans doute reconnu ici le troisième élément clé du message déjà mentionné, sur la base de la vidéo explicative mise en ligne par le GIECC. Le lien de causalité est réaffirmé, et l’objectif mis de l’avant, de nature très limitée, correspond sans doute à une acceptabilité raisonnable pour la prescription qu’il est possible d’apporter. Celle-ci pourrait être reformulée de la façon suivante : si nous voulons limiter le changement climatique, alors nous devons réduire notablement et durablement (le « substantially and sustainably ») nos émissions. Notons aussi que dans le cas de cet énoncé, il est de manière non douteuse à la fois assertif (première phrase) et prescriptif, mais sous forme d’implication logique : si nous voulons « p », alors il faudra faire « q ». On aurait pu le formuler autrement : ou bien vous réduisez notablement et durablement les émissions de GES, ou bien vous acceptez que le changement climatique ne sera nullement limité (non p ou q). L’élément décevant, nous l’avons dit, est la renonciation apparente à l’objectif de stabilisation du système climat — absence qu’on ne voit que si on est au courant du fait qu’il a pu être maintenu comme objectif dans un passé encore récent. Limiter le changement ce n’est pas l’arrêter.

37E1, L’atmosphère : température

À la fin du xxie siècle, l’augmentation de la température à la surface du globe sera probablement supérieure à 1,5°C par rapport à l’époque allant de 1850 à 1900, pour tous les RCP sauf le RCP2,6. Il est probable qu’elle dépassera 2°C selon les RCP6,0 et RCP8,5, et il est plus probable qu’improbable qu’elle dépassera 2°C selon le RCP4,5. Dans tous les RCP envisagés à l’exception du RCP2,6, le réchauffement se poursuivra après 2100. Il continuera à présenter une variabilité interannuelle à décennale et ne sera pas uniforme d’une région à l’autre (voir figures RID 7 et RID.8). {11.3, 12.3, 12.4, 14.8}

  • 16 Michael J. Sproule, Argument. Language and its influence, New York, McGraw-Hill, 1980.

38Comme mentionné précédemment, les RCP sont les Representative concentration pathways, il s’agit donc de scénarios concernant les futurs possibles. La discussion porte sur les augmentations de température moyenne considérées selon les divers scénarios. Rappelons que de manière générale, les RCP aux numéros plus faibles indiquent qu’on se tirerait mieux d’affaire que les RCP aux numéros élevés. L’énoncé discuté ici est loin d’avoir la clarté requise, il ne rend pas compte de cette gradation ni des risques encourus. Il débute par toute une série de modalisateurs (probable, probable plus probable que non probable), pour finir par un élément catégorique mais qui ressort sans doute affaibli de tout ce préambule. Il semble se contenter de mettre en relation deux augmentations : celle qui a eu lieu entre 1850 et 1900 d’une part, celle qui aura lieu d’ici la fin du xxie siècle d’autre part. Sproule dirait qu’il n’asserte pas assez fortement sur la base des données et résultats qui sont pourtant disponibles16. Si on ajoute à cela l’effet de difficulté apporté par un travail de modalisation juxtaposé à un ensemble de modélisations (les RCP), on ne simplifie aucunement la tâche du lecteur. Quand on entre dans la suite de cette section, soit le texte qui donne plus de détail à la série des énoncés principaux, les choses ne s’améliorent pas en termes de clarté pour les décideurs. En effet la discussion sur les différents modèles noie tout à fait le poisson des éléments clé qu’il faudrait retenir. Entre les CMIP5, les différents RCP, les qualificateurs modaux et les référentiels de date, Thésée aurait du mal à y retrouver son chemin. Et ce, même si en fin de compte, la fin du premier paragraphe est parfaitement claire : le réchauffement se poursuivra après 2100 et sera régionalement variable. Le caractère clair et net de ceci se perd un peu dans le détour des modèles modalisés. Relisons la suite de la section E1 : on verra que le degré de confiance très élevé permet du moins d’asserter que ces différents modèles sont crédibles dans ce qu’ils projettent, sans toutefois aucunement faire ressortir la corrélation qui existe entre le chemin sur lequel nous nous engageons par nos actions concrètes d’aujourd’hui et le type de modèle qui risque de se réaliser dans l’avenir. Dans ce qui suit, le degré de confiance très élevé ne porte que sur la dernière partie du paragraphe.

  • 17 Ibid., p. 35.

L’augmentation des températures moyennes à la surface du globe pour la période 2081-2100, relativement à 1986-2005, sera probablement dans les plages calculées à partir des simulations CMIP5 issues de modèles forcés par des concentrations, c.-à-d. 0,3°C à 1,7°C (RCP2,6), 1,1°C à 2,6°C (RCP4,5), 1,4°C à 3,1°C (RCP6,0) et 2,6°C à 4,8°C (RCP8,5). L’Arctique se réchauffera plus rapidement que l’ensemble du globe et le réchauffement moyen sera plus important à la surface des continents qu’à la surface des océans (degré de confiance très élevé) (voir figure RID.7 et RID.8, et tableau RID.2) ; {12.4, 14.8}17

39E2, L’atmosphère : cycle de l’eau

Les changements concernant le cycle mondial de l’eau en réponse au réchauffement au cours du xxie siècle ne seront pas uniformes. Le contraste des précipitations entre régions humides et régions sèches ainsi qu’entre saisons humides et saisons sèches augmentera, bien qu’il puisse exister des exceptions régionales (voir figure RID.8). {12.4, 14.3}

40L’énonciation est à la fois dépourvue de marqueurs d’incertitude, donc catégorique dans l’affirmation des écarts entre régions humides et sèches, malgré la reconnaissance de non-uniformité des changements et d’exceptions. On est donc catégoriques, dans l’affirmation que cela sera très variable et inégal. Ce qui revient quelque peu à nier la capacité de prévoir valablement ce qui va se produire, un énoncé qui n’aide ni la crédibilité du plaideur, ni la prise de décision des acteurs politiques et autres.

41La section E3, qualité de l’air, ne comprend pas d’énoncé majeur. E4 porte sur l’océan :

À l’échelle mondiale, l’océan continuera à se réchauffer au cours du xxie siècle. De la chaleur sera absorbée à la surface et pénètrera jusqu’à l’océan profond, perturbant la circulation océanique. {11.3, 12.4} Il est très probable qu’au cours du xxie siècle, l’étendue et l’épaisseur de la banquise arctique continueront à diminuer, de même que l’étendue du manteau neigeux de l’hémisphère Nord au printemps, au fur et à mesure de l’augmentation de la température moyenne à la surface du globe. À l’échelle mondiale, les glaciers continueront de perdre de leur volume. {12.4, 13.4}

42Encore ici, le recours aux modalisateurs, ici le très probable, qui se veut pourtant fort et net, semble avoir l’effet inverse. Du point de vue de l’observateur instruit, suivant minimalement l’actualité du couvert de glace sur l’Arctique (notamment par le biais des documents de la NASA), il semble manquer à bien estimer la force des changements déjà documentés et vraisemblables pour les décennies à venir, apparemment à vitesse accélérée. Le document semble ici souffrir de minimisation de l’importance des phénomènes traités, et non d’une maximisation comme certains voudraient le faire croire. Dans l’ensemble toutefois, E4 est catégorique.

43E5 La cryosphère

Il est très probable qu’au cours du xxie siècle, l’étendue et l’épaisseur de la banquise arctique continueront à diminuer, de même que l’étendue du manteau neigeux de l’hémisphère Nord au printemps, au fur et à mesure de l’augmentation de la température moyenne à la surface du globe. À l’échelle mondiale, les glaciers continueront de perdre de leur volume. {12.4, 13.4}

44Même remarque : avec ses réserves, le document semble conservateur. Le petit film produit par la même table ronde était plus affirmatif et clair. Je ne vois aucune raison de ne pas être catégorique et affirmatif sur ce point. Plusieurs se demandent s’il restera quelque glacier que ce soit à la fin du présent siècle.

45E6 Le niveau des mers

Le niveau moyen mondial des mers continuera à s’élever au cours du xxie siècle (voir figure RID.9). Selon tous les RCP, il est très probable que cette élévation se produira à un rythme plus rapide que celui observé entre 1971 et 2010, en raison du réchauffement accru de l’océan et de l’augmentation de perte de masse des glaciers et des nappes glaciaires. {13.3-13.5}

46Ici, l’affirmation est plus nette et catégorique. On parle d’une accélération plus rapide après 2010, alors qu’environ 19 cm d’élévation ont été constatés entre le début du xxe siècle et 2010, s’il faut en croire John A. Church, responsable du chapitre sur le changement du niveau de la mer (ch. 13 de l’AR 5). En ce sens, même avec une affirmation assez catégorique, l’effet de sens est plutôt faible.

47E7 Le cycle du carbone et autres cycles biogéochimiques

Le changement climatique affectera les processus liés au cycle du carbone d’une manière qui amplifiera l’accroissement du CO2 atmosphérique (degré de confiance élevé). Le phénomène d’acidification de l’océan augmentera, puisque celui-ci continuera de piéger du carbone. {6.4}

48Encore ici, l’affirmation semble plutôt modeste, bien que la gravité de la chose semble assez évidente : ce sont les fameuses rétroactions positives. Il se termine toutefois sur une note plus affirmative.

49E8 Stabilisation du climat, inertie du changement climatique et irréversibilité

Le cumul des émissions de CO2 détermine dans une large mesure la moyenne mondiale du réchauffement en surface vers la fin du xxie siècle et au-delà (voir figure RID.10). La plupart des caractéristiques du changement climatique persisteront pendant de nombreux siècles même si les émissions de CO2 sont arrêtées. L’inertie du changement climatique est considérable, de l’ordre de plusieurs siècles, et elle est due aux émissions de CO2 passées, actuelles et futures. {12.5}

50L’énonciation est ici encore affirmative et plutôt catégorique ; il semble très clair que l’ensemble de paramètres mis en jeu avec l’amplification de la production de gaz à effet de serre depuis les temps modernes ne pourra être simplement stoppé comme on arrêterait une voiture au bord d’un précipice.

51Il est temps de faire un bilan de cette analyse. Les qualificateurs modaux utilisés dans le texte sont : l’affirmation simple ou catégorique (A), le plus probable que non probable (+p que —p), un degré moyen de probabilité, le probable (P), le très probable (P+), l’extrêmement probable (P++), le quasi certain (qC) ; pour ce qui est du paramètre « confiance », qui exprime à notre avis d’une autre façon la qualité qu’on attribue aux énoncés, il y a la confiance moyenne (C), la confiance élevée (C+), la confiance très élevée (C++). Nous faisons simplement un comptage des phrases entrant dans l’une ou l’autre catégorie à l’intérieur de notre échantillon d’énoncés majeurs.

A + P que - P P P + P ++ qC C C + C ++
30 1 3 3 1 1 2 4 1
16

52Ce qui permet de voir que la très grande majorité des éléments sont assertés de manière nette et catégorique soit 30 sur un total de 46, ce qui donne un ratio de 2 pour 1 ; notons que certains énoncés comprenaient plusieurs affirmations catégoriques distinctes, correspondant le plus souvent aux phrases, mais parfois aussi à des syntagmes différents (voir notamment le tout premier énoncé, seconde phrase, et B5 pour un cas où les affirmations correspondent aux phrases tout simplement). En tout, seize énoncés sont qualifiés modalement. Nous ne retrouvons aucun qualificateur modal négatif, comme peu probable, très peu probable ou l’expression de degrés faibles de confiance. Néanmoins, et c’est là que nous devons nous arrêter dans le commentaire pour laisser place à une future étude de réception, on ne peut exclure la possibilité selon laquelle tout qualificateur modal étant de fait autre chose qu’une simple affirmation, le fait qu’un bon tiers des énoncés arrive avec une certaine réserve est peut-être une source de blocage au point de vue de la crédibilité, surtout pour des acteurs considérant les inconvénients et l’engagement possibles de coûts élevés. Si c’était le cas, ce qui fait autorité pour la communauté des savants, soit la capacité de limiter son discours en reconnaissant son degré de fiabilité, deviendrait au contraire une source de méfiance pour d’autres qui ne s’estimeraient donc pas en mesure de prendre une décision, n’ayant pas assez de certitudes sous la main.

53Autre point qui ressort de l’analyse : c’est la partie E, qui porte sur des éléments de très grande importance, soit ce qui concerne les changements climatiques à venir, qui est la plus truffée de modalisations affaiblissantes. L’énoncé général qui ouvre la section (et qui comprend l’élément prescriptif) n’est pas assez fort. Les énoncés de section sont conservateurs, peu affirmatifs, trop réservés, sauf pour ce qui est de E8 qui est plus catégorique. C’est dans cette partie du discours sur l’atmosphère, l’hydrosphère, la cryosphère et ce qui va de pair avec le cycle du carbone qu’on retrouve des éléments plus faibles. C’est admettre qu’ils se trouvent eux-mêmes forts en observation (section B), en compréhension (section D) mais assez faibles pour nous dire dans le détail ce à quoi s’attendre. Ce qui est un peu normal puisque les modélisations dépendent des actions qui seront entreprises ou non, élément clé qui ne ressort pas du document.

2 Certains autres éléments implicites questionnables

54Une fois ces considérations faites, il faut voir comment à ce travail des énoncés modaux, vient s’ajouter le travail de certains présupposés sous-jacents, qui sont soit sous-entendus, soit qui ne sont pas explicités avec la clarté requise. Plusieurs chercheurs ont récemment manifesté les problèmes qui seraient posés par la présence, dans les scénarios RCP, de la supposition de l’utilisation de technologie permettant ce qu’ils appellent les émissions négatives, soit concrètement le retrait massif de quantités impressionnantes de CO2 du système terrestre. Pour ces critiques, le GIEC escompte l’efficacité de technologies de retrait de carbone (CDR ou Carbon Diodyde Removal), parmi lesquelles deux choses sont mentionnées : d’une part, la captation et l’entreposage de carbone (Carbon Capture and Storage ou CCS), d’autre part la bioénergie, secteur impliquant l’utilisation de la biomasse pour opérer des soustractions de GES, et qui requièrent d’énormes surfaces terrestres ; les deux mis de pair nous donnent ce qu’ils désignent par l’acronyme BECCS.

  • 18 Oliver Geden, Nature, v. 521, 7 mai 2015, p. 27-28. Voir :
  • 19 Voir note 10 du présent texte.

55Le problème souligné par plusieurs chercheurs est que d’une part ce type de bioénergie n’existe pas encore, et d’autre part la technologie de type CCS est encore largement au stade expérimental. En effet malgré les expériences en cours dans divers endroits dont la province du Saskatchewan au Canada, nous sommes encore bien loin d’une opérationnalisation à très vaste échelle, comme il est supposé dans les différents scénarios les plus optimistes du GIEC. Notamment, il s’avère que les scénarios qui prévoient que nous allons réussir à maintenir la croissance de température moyenne sous les 2°C pendant le xxie siècle, tablent largement sur un usage efficace et répandu de ces technologies. Selon un chercheur, ceci permet notamment de continuer de justifier l’usage des hydrocarbures, car sinon il faudrait les faire disparaître tout à fait d’ici à la fin du siècle. Oliver Gedden, analyste à l’Institut allemand pour les affaires internationales et la sécurité, a soutenu récemment dans Nature que les chercheurs du GIEC avaient besoin de pouvoir produire des scénarios non catastrophistes, pour des décideurs soucieux de remettre à plus tard les plans trop coûteux, et la seule façon d’y arriver était d’escompter le développement de ces technologies encore inexistantes18. Il rejoint ainsi les remarques des chercheurs anglais déjà cités, notamment Hunt et Anderson19.

56De manière plus concrète, dans le présent contexte il m’a semblé intéressant de vérifier la présence de ces suppositions dans le texte même du rapport AR 5 de l’IPCC, alias le GIEC. Pour ce faire, je vais commenter certains extraits du texte. Nous allons bien sûr retrouver les phénomènes de modalisation déjà discutés. Voici un premier extrait, tout à fait significatif et représentatif :

  • 20 L’emphase est dans l’original.
  • 21 IPCC, 2014 : Climate Change 2014…, op.cit.

The availability of key technologies and improvements in the cost and performance of these technologies will have important implications for the challenge of achieving concentration goals (high confidence20). Many models in recent multi-model comparisons could not produce scenarios reaching approximately 450 ppm CO2eq by 2100 with broadly pessimistic assumptions about key mitigation technologies. Large-scale deployment of CDR (Carbon Dioxyde Removal) technologies in particular is relied upon in many of these scenarios in the second-half of the century. p. 41921

  • 22 IPCC, 2014, ibid., p. 60.

57Le sens du discours tenu a ici largement besoin d’être explicité et dégagé de sa gangue technique. Ceci revient à dire que si nous voulons arriver à nos buts en termes de baisse de la concentration des GES, ceci évidemment pour rester en dessous de l’augmentation de 2°C d’ici la fin du xxie siècle, nous avons besoin d’avoir des technologies de retrait du gaz carbonique qui soient à la fois moins coûteuses et très efficaces. Détail : nous n’avons pas encore sous la main ces technologies, du moins pas dans les conditions requises. Quand on nous dit que les modèles n’ont pas pu produire de scénarios optimistes sans recourir à ces technologies, on laisse entendre que celles-ci sont tout à fait nécessaires. En effet, il est le plus souvent allégué qu’au-delà de 450 ppm CO2Eq dans l’atmosphère, nous sommes en grave danger, même si c’est peut-être encore là un calcul optimiste ; or nous avions déjà atteint en 2013 le seuil des 400 ppm. On nous dit que ces scénarios non catastrophistes ont un besoin essentiel d’un déploiement massif de ces technologies. Est-ce en raison de leur non-disponibilité à l’heure actuelle qu’on parle ici de la seconde moitié du siècle déjà bien amorcé ? On pourrait le croire, mais plus vraisemblablement c’est qu’il semble clair qu’on ne va pas parvenir à diminuer substantiellement d’ici 2050 notre production globale de GES au point de vue planétaire (elle a augmenté de 2.2 % par année pour la dernière décennie calculée), surtout quand on prend en compte les productions chinoises, indienne et autres22.

58Une seconde citation vient expliciter davantage la situation à cet effet.

6.9.1.2 Role of carbon dioxide removal in the context of transformation pathways

  • 23 IPCC, 2014, ibid.

Two of the CDR techniques listed above, BECCS (Bioenergy with Carbon Capture and Storage) and afforestation, are already evaluated in the current integrated models. For concentration goals on the order of 430 — 530 ppm CO2eq by 2100, BECCS forms an essential component of the response strategy for climate change in the majority of scenarios in the literature, particularly in the context of concentration overshoot. As discussed in Section 6.2.2, BECCS offers additional mitigation potential, but also an option to delay some of the drastic mitigation action that would need to happen to reach lower GHG-concentration goals by the second half of the century. In scenarios aiming at such low-concentration levels, BECCS is usually competitive with conventional mitigation technologies, but only after these have been deployed at very large scale (see Azar et al., 2010 ; Tavoni and Socolow, 2013). At the same time, BECCS applications do not feature in less ambitious mitigation pathways (van Vuuren et al., 2011a). Key implications of the use of BECCS in transition pathways is that emission reduction decisions are directly related to expected availability and deployment of BECCS in the second half of the century and that scenarios might temporarily overshoot temperature or concentration goals. p. 48423.

59Nous avons déjà dit quelque chose des technologies BECCS ; quant à l’autre volet c’est la reforestation intensive. Dire qu’ils sont déjà évalués, c’est dire qu’on tient compte de leur existence future pour établir les modélisations favorables. Les BECCS permettent d’éviter de devoir se passer tout à fait des hydrocarbures : c’est ce qui est laissé entendre ici quand il est question d’actions d’atténuation drastiques qu’on ne saurait vouloir prendre dans l’immédiat ; en fait en raison de notre dépendance actuelle envers le pétrole (path dependency), une éventuelle transition ne peut être que très lente. La suite de l’extrait nous informe qu’on impute dans le calcul aux hypothétiques BECCS qui sont attendus de l’inventivité humaine, une efficacité comparable à celle des moyens classiques d’atténuation, encore une fois la réduction radicale de l’émission de gaz à effet de serre, dont la composante principale demeure l’usage des hydrocarbures. Quand on parle des chemins avec concentrations représentatives (RCP) moins ambitieux, on désigne bien sûr ceux qui ratent complètement la cible qui consisterait à se maintenir en deçà d’une hausse de 2 degrés d’ici la fin du xxie siècle ; par exemple le RCP 8.5 qui suppose une hausse entre 3.2 et 5 degrés C en comparaison avec 1850-1900. On admet déjà que les cibles ne seront pas atteintes dans la seconde moitié du siècle en cours.

60Et au début du rapport AR 5 pris en entier, dans le résumé pour les décideurs, on va trouver ceci, en convergence totale avec ce qu’on vient de voir :

  • 24 IPCC 2014, ibid. p.12.

Mitigation scenarios reaching about 450 ppm CO2eq in 2100 typically involve temporary overshoot of atmospheric concentrations, as do many scenarios reaching about 500 ppm to about 550 ppm CO2eq in 2100. Depending on the level of the overshoot, overshoot scenarios typically rely on the availability and widespread deployment of BECCS and afforestation in the second half of the century. The availability and scale of these and other Carbon Dioxide Removal (CDR) technologies and methods are uncertain and CDR technologies and methods are, to varying degrees, associated with challenges and risks (high confidence) (see Section Sp. 4.2). 18 CDR is also prevalent in many scenarios without overshoot to compensate for residual emissions from sectors where mitigation is more expensive. There is uncertainty about the potential for large-scale deployment of BECCS, largescale afforestation, and other CDR technologies and methods. [2.6, 6.3, 6.9.1, Figure 6.7, 7.11, 11.13]”24.

61Dans le présent contexte, ce qu’on appelle le « overshoot » c’est la situation en laquelle nous dépassons le niveau de production de GES qu’il faudrait conserver pour demeurer dans les limites de notre budget carbone. C’est justement parce qu’on est en dépassement dans la première partie du siècle qu’il faudra faire des retraits massifs de CO2 équivalents dans la seconde partie du siècle. Les auteurs admettent ensuite clairement que la disponibilité des BEECS et autres technologies CDR est incertaine, même si elle est jugée nécessaire. Or les auteurs expriment une confiance élevée dans l’énoncé déclarant ceci tout en relevant la dangerosité élevée et les défis nombreux qui viennent avec les technologies en question. En effet parler de ceci sans évoquer les tentatives de géo-ingénierie serait trompeur. Encore une fois, on a introduit les technologies CDR dans les scénarios pour rendre compte des endroits sur Terre où l’atténuation classique serait jugée trop coûteuse, par exemple dans les pays où l’économie dépend davantage de l’industrie pétrolière. L’incertitude qui va de pair avec le déploiement à large échelle de ces technologies est également admise clairement. Cette incertitude de la valeur de ces moyens hypothétiques est également admise dans le sommaire qui figure au début du rapport entier, mais qui se perd un peu dans les considérations plus larges, sans oublier la haute technicité de l’expression « émissions négatives » qui ne veut rien dire pour les non initiés :

  • 25 IPCC 2014, ibid. p.10.

Despite the assumption of some form of negative CO2 emissions in many scenarios, including those leading to 2100 concentrations approaching 450 ppm CO2eq, whether proposed CDR or SRM geoengineering techniques can actually play a useful role in transformation pathways is uncertain as the efficacy and risks of many techniques are poorly understood at present, p. 48925.

Conclusion

  • 26 Oliver Geden, « The Climate Adviser’s Dilemma », The Guardian, 12 mai 2015. Extrait : « The usual w (...)

62Nous avons pris le temps d’analyser avec quelque détail l’usage des qualificateurs modaux, mais en nous limitant à quelques énoncés clé de la traduction française du Résumé pour les décideurs. Nous n’avons pas, loin s’en faut, traité tout le texte du Rapport qui est farci de ce genre de réserves, présentes sous plusieurs formes différentes, dans chaque paragraphe ou à peu près, et ce sur l’ensemble des 1400 pages et plus du AR 5. Donc nous avons des raisons d’avoir des réserves face aux projections du GIEC... mais pas pour les raisons évoquées par les créationnistes des États-Unis ! Certains critiques de nos jours (comme Geden, Rees, Watson, Anderson) ne manquent pas de souligner le fait que ces textes sont aussi produits pour que des décideurs puissent prendre des décisions tout en minimisant leurs coûts et en faisant bonne figure en reprenant à leur compte des messages encore optimistes26.

63On l’a vu, on a ici un langage difficile à décoder qui comprend des attentes de développements scientifiques et techniques qui vont demander énormément à la recherche, pour des opérations qui représenteront surtout des coûts énormes. Le type de technologies requises, rien n’indique que nous sommes à la veille d’y arriver de façon suffisante, surtout compte tenu des risques élevés qui vont de pair avec plusieurs hypothèses de géo-ingénierie. Et les approches volontaristes, maintenant en vogue et qui ont dominé à la COP de Paris fin 2015, ne seront pas en mesure, loin s’en faut, de nous permettre d’obtenir les résultats requis. Dans de telles conditions, que pouvons-nous faire ? Il me semble que la dernière chose à faire serait de s’aligner sur la frilosité des décideurs : il faut plutôt réclamer un débat vigoureux et clair.

Notes

1 Il s’agit du cinquième texte intitulé « Assessment Report » (= cinquième Rapport d’évaluation) de la part du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, appelé en anglais l’International Panel on Climage Change.

2 Chaim Perelman, Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique, Bruxelles, Université de Bruxelles, 1970, 1958.

3 Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique. Paris, PUF, 1991.

4 Christopher W. Tindale, Acts of Arguing. A Rhetorical Model of Argument. Albany (NY), State University of New York Press, 1999.

5 Stephen E. Toulmin, Les usages de l’argumentation. Paris, PUF, 1988. D. Walton, Fondamentals of Critical Argumentation, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

6 J’attire ici l’attention sur le fait que parler de modalisation renvoie à des degrés variables de la force affirmative qui est liée à une proposition, dans la tradition des qualificateurs modaux allant du possible au certain en passant par le vraisemblable et le probable, avec leurs corrélats négatifs comme le « peu probable » etc. Il faut bien distinguer ceci de la discussion sur la modélisation, qui renvoie au fait qu’en sciences du climat, on construit des modèles qui vont donner lieu notamment à des représentations sous forme de graphes, qui varient en fonction de l’importance relative qu’on va accorder à certains facteurs.

7 La plupart de gens savent que la très grande majorité des chercheurs en climat (environ 97 %) sont d’avis que le changement climatique est avéré, et que les causes les plus importantes en sont la production de gaz à effet de serre par l’humanité. Ce n’est donc pas l’unanimité, quoique pour les fins de notre analyse ici, ces deux éléments de convergence seront pris comme virtuellement certains. Ceci étant dit, bien des discussions ont encore lieu, comme on le verra plus loin.

8 Des milliers de chercheurs sont impliqués dans cette structure intergouvernementale liée à l’ONU et notamment à l’UNFCCC (United Nations Framework Convention on Climate Change), organisme qui ne conduit pas ses propres recherches, et utilise des centaines d’experts pour réviser le tout et ce sans rémunération, http://en.wikipedia.org/wiki/Intergovernmental_Panel_on_Climate_Change, page d’accueil, consultée le 19 mai 2016. Bien des éléments de base sont expliqués sur leur site web, http://www.ipcc.ch/, et sur divers sites wikipédia développés dans les différentes langues principales, entre autres :

http://de.wikipedia.org/wiki/Intergovernmental_Panel_on_Climate_Change.

9 https://www.youtube.com/watch?v=6yiTZm0y1YA. Traduction libre avec reformulation limitée — j’ai seulement laissé de côté les appuis argumentatifs brièvement mentionnés.

10 Par exemple, Matt Watson, professeur à l’école des sciences de la Terre, University of Bristol. Certes le projet SPICE auquel il participe n’est pas sans soulever d’importantes questions, mais les éléments soulevés dépassent le cadre de ce projet. Pr. Martin Rees n’est pas lié à ce projet de géo-ingénierie et converge pourtant avec les énoncés de Watson, pr. Hugh Hunt va dans le même sens ; voir aussi le discours de Kevin Anderson, directeur député du Tyndall Centre for Climate Change research. Les points qu’ils soulignent ressortent de manière très claire : http://www.theecologist.org/blogs_and_comments/commentators/2772427/survivable_ipcc_projections_are_based_on_science_fiction_the_reality_is_much_worse.html.

11 Ian Hacking, Michel Dufour (adaptation et traduction), L’ouverture au probable. Éléments de logique inductive, Paris, Armand Colin, 2004.

12 GIEC, 2013 : Résumé à l’intention des décideurs, Changements climatiques 2013: Les éléments scientifiques. Contribution du Groupe de travail I au cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [sous la direction de Thomas F. Stocker, Dahe Qin, Gian-Kasper Plattner et alii]. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni et New York (État de New York), États-Unis d’Amérique, p. 9. Il s’agit en fait d’extraits de l’AR5, comme il est mentionné sur la page de couverture ; le texte précède le SPM (Summary for Policy Makers) en anglais, auquel on fera référence plus loin.

13 IPCC, 2014 : Climate Change 2014: Mitigation of Climate Change. Contribution of Working Group III to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change [Ottmar Edenhofer, Ramón Pichs-Madruga, Youba Sokona, Ellie Farahani, Susanne Kadner, Kristin Seyboth, Anna Adler, Ina Baum, S. Brunner, P. Eickemeier, B. Kriemann, J. Savolainen, S. Schlömer, C. von Stechow, T. Zwickel and Jan C. Minx (eds.)]. Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA, p. 22.

14 L’un des principaux ouvrages dont nous disposons sur les questionnements rationnels et rigoureux au sujet de la probabilité (ce qu’on pourrait appeler la philosophie) nous viennent d’un économiste célèbre, John Maynard Keynes, qui explique ceci avec une grande clarté. John Maynard Keynes, (1937), A treatise on probability. Londres, MacMillan, ch. II, « Probability and its relation to a theory of knowledge ». Cet ouvrage a été discuté amplement par Frank Ramsey, Logique, philosophie et probabilités, Paris, Vrin, tr. Engel et Marion, 2003 (1990) ; voir le texte « Vérité et probabilité » de 1926.

15 Il faut noter que ce texte n’a pas son équivalent en langue anglaise, puisque le Summary for Policy Makers est passablement différent, plus direct et plus clair à bien des égards et moins axé sur les données détaillées. Il ne sera pas possible de traiter ce second document ici.

16 Michael J. Sproule, Argument. Language and its influence, New York, McGraw-Hill, 1980.

17 Ibid., p. 35.

18 Oliver Geden, Nature, v. 521, 7 mai 2015, p. 27-28. Voir :

http://www.nature.com/polopoly_fs/1.17468!/menu/main/topColumns/topLeftColumn/pdf/521027a.pdf. Voir aussi un texte plus développé, dans le cadre de la SWU (Stiftung Wissenschaft und Politik), http://www.swp-berlin.org/fileadmin/contents/products/comments/2015C30_gdn.pdf.

19 Voir note 10 du présent texte.

20 L’emphase est dans l’original.

21 IPCC, 2014 : Climate Change 2014…, op.cit.

22 IPCC, 2014, ibid., p. 60.

23 IPCC, 2014, ibid.

24 IPCC 2014, ibid. p.12.

25 IPCC 2014, ibid. p.10.

26 Oliver Geden, « The Climate Adviser’s Dilemma », The Guardian, 12 mai 2015. Extrait : « The usual way in which climate economists have managed to get around make-or-break points for the 2°C target is by calculating in significant amounts of “negative emissions” – the removal of greenhouse gases from the atmosphere during the second half of this century. Most models assume this can be achieved using a combination of approaches known as BECCS : bioenergy (which would require 500 million hectares of land – 1.5 times the size of India) plus carbon capture and storage (CCS). »

Auteur

Université de Sherbrooke, Département de philosophie et d’éthique appliquée

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search