Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un temps pour tout

 | 
Marie Blaise
, 
Anita Gonzalez-Raymond

Deuxième partie — Science et conscience des savoirs

Le psychologue une position d’expert ?

Lionel Brunel, Sophie Martin, Isabelle Boulze et Raphaël Trouillet

Texte intégral

1Au quotidien, nous sommes amenés à inférer les états psychologiques d’autrui afin de pouvoir agir et interagir dans notre environnement. Ces inférences se construisent à partir de l’observation et de la sélection d’indicateurs comportementaux. En effet, si à la fin d’une discussion, votre interlocuteur part en claquant la porte derrière lui, vous pouvez inférer que ce dernier est en colère et courir à sa suite, par exemple, pour vous excuser. Cette compréhension de l’état psychologique de votre interlocuteur repose donc sur au moins un indicateur comportemental (votre interlocuteur qui claque la porte) et une connaissance de la « colère ». Tout ici indique que vous avez été psychologue, mais est-ce suffisant pour se considérer comme un psychologue ? Outre le fait que l’usage du titre de psychologue est réglementé, le psychologue est un professionnel censé avoir une connaissance approfondie du fonctionnement psychologique et posséder un ensemble de méthodes permettant d’évaluer ce fonctionnement. En d’autres termes, le psychologue est un expert de l’évaluation du fonctionnement psychologique. Comment cette expertise peut-elle ou doit-elle être perçue ? Si nous reprenons la situation dans laquelle votre interlocuteur a claqué la porte, lorsqu’un psychologue annonce que votre interlocuteur est « en colère », ce dernier a-t-il « plus » raison que vous ? La notion d’autorité est donc intrinsèquement liée à la qualité d’expert. Ce chapitre a pour objectif d’aborder la question de la relation entre la psychologie, l’expertise et l’autorité : En quoi et comment le psychologue doit-il incarner une position d’expert ?

1 Expertise, évaluation et autorité

  • 1 Voir le code de déontologie du psychologue (version de mars 1996 révisé en février 2012) et plus pa (...)
  • 2 Voir chapitre V, partie 3 du code de déontologie du psychologue. De plus l’évaluation est une des c (...)

2Depuis maintenant plusieurs années, l’activité d’expertise tend à prendre une place importante au sein de la société et de notre vie quotidienne. En effet, on accepte facilement de faire expertiser son bien immobilier, on comprend qu’un projet puisse faire l’objet d’une expertise, on apporte du crédit à un article rédigé par un expert... Dans ce sens, l’expert (« qui a fait ses preuves ») occupe une position de connaisseur, dont la fonction est d’évaluer et de juger. Il est au service de la décision sans pour autant prendre la place du décideur. En adoptant une position neutre et indépendante vis-à-vis des commanditaires de l’expertise, il se doit d’apporter des preuves « objectives » en réponse à une demande et de communiquer celles-ci auprès de décideurs et de non-experts. Si la fonction de l’expert est avant tout d’évaluer, il faut alors considérer l’activité d’évaluation. Bien souvent, lorsque nous faisons référence à l’évaluation, nous nous limitons à une première acception liée cette activité : évaluer c’est « donner la valeur de ». En d’autres termes, évaluer c’est mesurer et diagnostiquer un phénomène en considérant l’existence d’une valeur intrinsèque. L’expert en œuvres d’art doit être capable de déterminer la nature d’une œuvre et d’évaluer l’authenticité par exemple d’un tableau. Pourtant, on oublie bien souvent la deuxième acception liée à l’évaluation : évaluer c’est « donner de la valeur à ». Dans ce cas, il s’agit de considérer la plus-value d’une situation afin d’estimer et de pronostiquer une valeur à un phénomène. Par exemple, ce même expert peut être amené à établir la valeur d’une œuvre d’art compte tenu d’un certain nombre de critères contextuels et des qualités de l’œuvre. Les deux sens de l’évaluation sont à la fois antagonistes et complémentaires. Pour le psychologue, cette double contrainte liée à l’évaluation se vérifie d’autant plus que ce dernier exerce une pratique clinique. L’évaluation, telle que nous l’avons définie, sous-tend à la fois la synchronie (un moment précis de l’histoire du sujet) et la diachronie (la succession d’événements qui compose l’histoire du sujet) du sujet aux prises avec son environnement. L’évaluation psychologique implique donc d’être à la fois en mesure de « donner la valeur » d’un ensemble de paramètres (la personnalité, l’intelligence, l’anxiété...) et de « donner une valeur à » l’individu en tenant compte de la complexité de ce dernier. L’activité d’évaluation est centrale pour le psychologue1 : la méthodologie et les techniques d’évaluation font partie intégrante du processus de formation du psychologue2, de ce fait il est expert de l’évaluation et plus particulièrement de l’évaluation du fonctionnement psychologique.

  • 3 S. Milgram, Soumission à l’autorité, Calmann-Lévy, 1980.

3Mais quelle valeur est accordée à une évaluation, me direz-vous (médirez-vous) ? Cette question renvoie essentiellement à celle de l’autorité. Le sceau de l’expertise est intimement lié à la question de l’autorité. En effet, de par son statut, et surtout les qualités qu’on lui reconnaît (connaissance, expérience, maîtrise technique, objectivité), l’expert incarne une figure autoritaire. L’autorité fixe le cadre qui permet à un expert d’exercer son expertise. De façon simpliste, l’autorité s’inscrit soit dans un rapport de force, soit dans une relation de compétence. La première forme d’autorité renvoie à la croyance, au pouvoir, en un mot à l’autoritarisme. Elle s’exerce dans la contrainte physique et/ou psychique, l’obéissance inconditionnelle, l’emprise et la soumission (e.g., Expérience de Milgram3). Sous le sceau de la morale, elle est à la fois arme et menace. Établie par un rapport vertical aux autres, elle est basée sur le statut : « être l’autorité ». La seconde forme d’autorité renvoie à la légitimité et la création. Sous la gouvernance de l’éthique, elle s’exprime au travers d’une relation de transmission et de compétence : « être auteur de » nécessite d’avoir soi-même un rapport critique face aux faits (avoir de l’autorité) avant — et afin — de transmettre ce rapport aux autres pour les élever (d’où la notion d’élèves en pédagogie). Nous retrouvons ici l’étymologie du mot autorité : la racine latine auctor (auteur) qui se rattache à augere (faire croître, augmenter). Cette posture d’autorité nécessite du temps pour être opérationnelle (« faire autorité »). Elle s’inscrit dans le temps qu’elle subit et qui la voue à changer. Elle est légitimée par un rapport horizontal aux autres en ce qu’elle est conférée et non revendiquée. Dans ce contexte, ce sont les autres qui nous placent en position d’autorité après une période de négociation qui aboutit à une autorisation d’exercer grâce à la multiplication de nos actions. Comme l’écrit Jacques Ardoino :

  • 4 Jacques Ardoino, « Autorité », dans J. Barus-Michel et A. Lévy (éd.),Vocabulaire de la psychosociol (...)

Autoriser, c’est proprement donner l’autorité, c’est-à-dire reconnaître à quelqu’un la faculté, le droit, le pouvoir de faire légitimement quelque chose et lui permettre, ainsi, de l’accomplir. Cette acceptation suppose, à l’évidence, l’existence d’une relation4.

4Or, être psychologue sous-tend d’avoir suivi une formation au terme de laquelle nous sommes dépositaires d’un diplôme et d’une démarche scientifique sous-tendue par le code de déontologie. Diplôme et code autorisent le psychologue à exercer sa profession, lui conférant de fait l’autorité d’un expert.

5Pour conclure, la deuxième forme d’autorité ne confère pas aux scientifiques et psychologues la première, au risque d’alimenter le scepticisme vis-à-vis des sciences. La société et la science entretiennent une relation ambiguë : je t’aime, moi non plus. Le scepticisme envers la science et l’évaluation est aussi inhérent à la science et l’évaluation elles-mêmes : l’autorité scientifique a permis le rejet des théories créationnistes en installant le doute. Le doute installé, on l’applique ainsi à la source de sa genèse : la science.

2 L’expertise du psychologue : entre mesure et évaluation

6De par son statut et sa pratique, le psychologue incarne la fonction d’évaluateur et d’expert. Quelle est pourtant son expertise ? Qu’est-ce qui distingue l’évaluation du psychologue de celle faite par n’importe lequel d’entre nous ? Revenons à notre exemple abordé lors de l’introduction : lorsque le psychologue conclut que c’est la colère qui a certainement causé le fait que votre interlocuteur a claqué la porte, dans quelle mesure son évaluation diffère de la vôtre ?

7Dans l’absolu, il est très difficile de départager ces deux évaluations puisque les conclusions sont identiques. Au final, ce sont des critères méthodologiques et scientifiques qui vont nous permettre de départager ces deux évaluations. L’évaluation du psychologue va donc répondre à des contraintes méthodologi ques fortes et est nécessairement issue d’une connaissance a priori du phénomène à évaluer. Nous allons voir que quel que soit le phénomène, la démarche d’évaluation en psychologie va reposer sur des notions transversales et répondre à certaines contraintes. Tout d’abord la notion d’évaluation est intrinsèquement liée à la notion de mesure. Il est donc important dans un premier temps de s’arrêter sur cette dernière.

2.1 Qu’est-ce qu’une mesure ?

  • 5 S. S. Stevens, On the Theory of Scales of Measurement. Science, 103, 1946, p. 677-680.

8À l’évocation de cette notion, la première image qui peut nous venir est celle d’une appréciation quantitative d’une grandeur physique (la taille). Pourtant, la mesure ne peut pas se résumer uniquement à une appréciation de la quantité. En effet, lorsqu’une agence de voyages vous propose une excursion « sur mesure », cela suggère que cette agence est en capacité de répondre à des exigences aussi bien quantitatives (durée, coût) mais aussi qualitatives (aventure, découverte, détente...). Une mesure n’est ni quantitative, ni qualitative, elle dépend de l’échelle que l’on choisit pour l’effectuer5. Classiquement, on considère qu’une mesure peut s’inscrire dans une échelle qualitative (nominale ou ordinale) ou quantitative (d’intervalle ou de rapport). On notera que pour les échelles qualitatives, les mesures peuvent entretenir une relation d’ordre (ordinale) ou non. Pour les échelles quantitatives, non seulement les mesures entretiennent une relation d’ordre mais l’intervalle ou le rapport entre deux mesures est constant. Par exemple, pour une mesure qualitative ordinale, on peut dire que « assez bien » est inférieur à « bien » qui est lui-même inférieur à « très bien ». En revanche, on ne peut pas dire si l’intervalle qui sépare « assez bien » et « bien » est le même qui sépare « bien » et « très bien », ce qui n’est pas le cas pour une mesure quantitative. En effet, on peut dire que « 12 » est inférieur à « 15 » qui est lui-même inférieur à « 17 ». Dans ce cas, on peut dire que l’intervalle qui sépare « 12 » et « 15 » (15-12 = 3) est différent de celui qui sépare « 15 » et « 17 » (17-15 = 2). Au final, la qualité de la mesure et les opérations, transformations, qui vont en découler dépendront de la qualité de l’échelle de mesure. Cependant, il semble important de souligner qu’une mesure n’est pas meilleure qu’une autre. En effet, le choix de la mesure se fera nécessairement en fonction des objectifs de l’évaluateur.

9Plus encore, une mesure ne peut être comprise en dehors de la notion de variable. En d’autres termes, on mesure toujours une dimension du monde que l’on admet pouvoir prendre plusieurs valeurs. Imaginons que vous fassiez du shopping et que vous vouliez acheter une paire de gants marron, dans ce cas vous admettez que vous allez pouvoir mesurer auprès de la paire de gants une valeur qualitative (ici nominale) : la couleur. La couleur est alors une variable que vous utilisez pour rendre compte de la réalité des paires de gants et vous admettez que cette variable va pouvoir prendre plusieurs valeurs (gris, blanc, marron...). En d’autres termes, il n’existe pas de mesures sans variable et pas de variables sans mesure. En effet, les valeurs que peuvent prendre une variable sont au final des mesures différentes que l’on appelle modalités. À ce stade, vous seriez tenté de dire mais qu’est-ce que la psychologie a à voir avec cela ? La réponse est tout. En effet, nous sommes en permanence en train de mesurer les expériences que nous faisons et à défaut nous leur attribuons des qualités (que nous sommes d’ailleurs capables d’ordonner). À ce moment même, vous mesurez le caractère de ce chapitre et vous lui attribuez une valeur (bonne ou mauvaise). Nous retrouvons alors le paradoxe de l’évaluation, est-ce que ce chapitre a une valeur qui lui est intrinsèque ? Si on considère que c’est le cas, il s’agit d’essayer de déterminer la « valeur de » ce chapitre. On peut également considérer que la valeur que vous attribuez à ce chapitre est une construction que vous faites au moment de votre lecture. Dans ce cas, vous êtes en train de donner une « valeur à » ce chapitre. Nous verrons par la suite que nous avons tendance à considérer que la mesure quantitative est par essence beaucoup plus objective et donc plus adaptée à estimer la « valeur de ». Alors que la mesure qualitative semble plus subjective et donc plus adaptée pour la donner de la « valeur à ».

2.2 Que mesure-t-on en psychologie ?

10Une réponse assez simple à cette question serait de dire qu’en psychologie il s’agit de mesurer l’état psychologique d’un individu ou d’un groupe d’individus. Cependant, peut-on réaliser cette mesure de manière directe ? Au final, ce sont les manifestations comportementales en lien avec un état psychologique qui nous permettent d’inférer l’état psychologique d’un individu. Nous sommes capables d’inférer la colère chez une personne qui nous claque la porte au nez. En d’autres termes, une mesure directe d’un comportement observable nous permet de faire l’inférence sur l’état d’une variable psychologique latente.

11La psychologie et le psychologue vont faire le postulat qu’il existe des variables qui sont de nature psychologiques et donc l’intérêt pour le praticien est d’être capable de mesurer les comportements (ici observables) traduisant une valeur de cette variable. Par exemple, si l’on considère « la colère » comme une variable psychologique, un individu qui claque la porte (comportement observable) sera un indicateur de l’état psychologique de la personne concernant sa « colère » (e. g., « très en colère »). Un des enjeux de la psychologie ces dernières décennies a été de se doter d’outils et de techniques de mesure du comportement.

2.3 Outils de mesure du comportement et variable psychologique

  • 6 L. J. Cronbach, Essentials of Psychological Testing, New York, Evanston & London, 1965; J. C. Nunn (...)
  • 7 Voir le test RL/RI-16. M. Van der Linden, F. Coyette, J. Poitrenaud, M. Kalafat, F. Calicis, C. Wyn (...)

12Les outils de mesure en psychologie sont généralement connus sous le nom de tests psychologiques. Dans ce cas, l’objectif est d’être capable de mesurer une variable psychologique par le biais d’une mesure du comportement. Comme tous les outils de mesure, les tests en psychologie répondent à certaines contraintes : la sensibilité, la fidélité et la validité6. La sensibilité d’un outil de mesure est la qualité de cet outil à discriminer deux valeurs proches sur le paramètre mesuré. Par exemple, dans le cas d’une course de 100 mètres, le classement final dépendra essentiellement de la sensibilité du chronomètre utilisé. La fidélité d’un outil de mesure est la qualité de cet outil à pouvoir fournir la même mesure pour des valeurs identiques ou inchangées du paramètre mesuré. Par exemple, lorsque vous montez sur votre pèse-personne et que celui-ci vous donne une mesure de votre poids, lors d’une deuxième pesée immédiatement après la première, vous vous attendez à observer la même valeur. Enfin, la validité est une qualité particulièrement importante pour le test psychologique. En effet, le contenu du test doit directement correspondre au contenu du domaine censé être mesuré par le test (validité de contenu) mais le test doit également être capable de mesurer le bon construit théorique (validité de concept). Par exemple, un test de mémoire est valide lorsque le contenu du test est valide au regard du domaine (e. g., une tâche de rappel libre pour évaluer la récupération mnésique) et que le test en lui-même correspond à un modèle théorique du fonctionnement mnésique7. En respectant l’ensemble de ces qualités, le test devient alors un outil de mesure d’une variable psychologique et est donc au service de l’évaluation psychologique. Un des biais que nous adoptons et sur lequel nous reviendrons est le recours massif à des outils de mesure quantitatifs.

13Si le recours aux outils de mesures apparaît comme une nécessité, est-ce que la finalité est de mesurer ou d’évaluer ? Plus que mesurer, il s’agit d’évaluer. La démarche en psychologie est celle d’une évaluation du fonctionnement psychologique. La démarche d’évaluation au sens large se caractérise par la perspective de rendre compte d’une situation de nature complexe et donc a priori difficilement mesurable. De plus, contrairement à la mesure, une démarche d’évaluation ne peut s’entendre et se comprendre, voire se mettre en place, sans une finalité. En psychologie, la finalité est alors celle de mettre en valeur le fonctionnement psychologique d’une personne en situation.

2.4 Méthodologie de l’évaluation

14Rappelons que l’évaluation du fonctionnement psychologique s’inscrit dans une démarche méthodologique. L’évaluation ne peut être comprise en dehors de sa finalité (e. g., diagnostic, pronostic...). D’un point de vue général, la méthodologie de l’évaluation peut se résumer en trois étapes.

15L’étape 1 consiste à planifier l’évaluation. Il s’agira alors de mettre en place un plan d’action et de sélectionner des critères issus de ce plan en fonction des buts visés et en tenant compte du cadre du service demandé. Lors de cette étape, le psychologue devra construire son plan d’action (ou protocole) en tenant compte des contraintes (institutionnelles, individuelles...) liées au contexte de l’intervention, de la connaissance des tests à sa disposition, de ses propres hypothèses et de la nature de la demande.

16L’étape 2 consiste à la mesure de l’évaluation. Il s’agira d’appliquer les techniques de mesure adaptées afin de réussir le plan d’action. Lors de cette étape, le psychologue devra être particulièrement attentif aux conditions de réalisation de son évaluation afin que la mesure soit la moins « parasitée » possible.

  • 8 J. Grégoire, L’évaluation clinique de l’intelligence de l’enfant : théorie et pratique du WISC-III, (...)

17Enfin, l’étape 3 consiste en l’analyse et l’interprétation de l’évaluation. Il s’agira ici de mettre en place des analyses et conclusions à partir des critères issus du plan d’action et ce en tenant compte des buts visés et du cadre du service demandé. Lors de cette étape, le psychologue aura notamment à déterminer la validité de son plan d’action, à interpréter les différents indicateurs mesurés et leurs relations, à synthétiser et communiquer les résultats de son évaluation8.

3 Le chiffre et l’image : des mesures qui font autorité ?

18Dans cette partie, l’objectif est de revenir sur la question de l’autorité. Outre le statut d’expert qui peut faire du psychologue une figure autoritaire, certaines mesures de par leur nature semblent « faire autorité » ou vont être utilisées comme argument « autoritaire ». C’est notamment le cas des mesures quantitatives et des images.

3.1 La tendance du tout quantitatif

19Il est vrai qu’avoir une mesure quantitative présente de nombreux intérêts notamment pour les caractéristiques métrologiques des outils de mesure (voir section outils de mesure du comportement et variable psychologique) mais également par rapport aux nombreux indicateurs que l’on est capable d’extraire à partir de cette mesure (moyenne, écart-type) et les opérations qui en découlent (e. g, comparaison). Pourtant, une mesure n’est pas « meilleure » intrinsèquement qu’une autre. Dire qu’une fleur est rouge ou que cette fleur renvoie une longueur d’onde de 620 nanomètres revient à faire deux mesures du même phénomène. Outre le fait que ces mesures sont de nature différente, elles sont toutes les deux de même qualité. Cependant, on a tendance à accorder plus de crédit à une observation chiffrée, ce qui entraîne la croyance qu’une mesure quantitative est nécessairement absolue. La conséquence directe est l’idée selon laquelle une mesure quantitative est plus « vraie », qu’une mesure qualitative. Suivant cette logique, établir une mesure numérique devient un objectif. Prenons l’exemple d’une mesure du Quotient Intellectuel (QI) : peut-on dire que dans l’absolu un QI de 120 signifie quelque chose ? Lorsque l’on prend l’évaluation dans son sens premier (« donner la valeur de »), on peut croire que le test du QI et la mesure qui en découle, reflètent directement une valeur d’intelligence chez la personne évaluée. Or, cette question est un non-sens pour le psychologue. Prenons un autre exemple : un immeuble de 5 étages est-il grand dans l’absolu ? La réponse tombe sous le sens, si nous sommes dans un petit village où la majorité des logements sont des maisons individuelles, on considérera que cet immeuble est « grand » alors que si nous nous trouvons dans une grande ville où la majorité des immeubles sont des buildings de 100 étages, on considérera notre immeuble comme « petit ». Au final, le psychologue ne quantifie jamais réellement l’intelligence, il est juste capable de savoir comment le score qu’il observe est situé par rapport à la population dont est issu l’individu. À ce moment, il s’interroge sur la fréquence d’occurrences de ce score et donc à la qualité rare ou fréquente de ce score par rapport à la population. Le psychologue s’attache donc ici à donner « une valeur à » l’individu par l’intermédiaire de la mesure du QI. En d’autres termes, lors d’une évaluation, le psychologue peut avoir recours aussi bien à des mesures quantitatives que qualitatives, ces mesures permettant au psychologue de rendre compte de la « valeur de » et de donner une « valeur à » l’individu évalué. Il faut néanmoins être prudent et ne pas tomber dans le raccourci que la mesure quantitative ne peut être utilisée que pour donner la valeur du phénomène alors que la mesure qualitative permettrait de donner une valeur à ce même phénomène, ces deux aspects de l’évaluation pouvant être accomplis par l’intermédiaire des deux mesures.

3.2 Le piège de la technicité de l’outil de mesure

20L’instrument de mesure nous donne effectivement accès à une sensibilité et par là même des niveaux d’analyse différents, mais aucun instrument de mesure n’est par essence plus scientifique ou plus valide qu’un autre. Par exemple, l’observation de la lune à l’œil nu ou à l’aide d’un télescope, nous donne effectivement accès à une sensibilité différente mais aucun des deux instruments ici ne permet plus qu’un autre d’attester de l’existence de la lune. Ce qui est particulièrement important et qui va conférer une validité et un statut scientifique à la mesure, c’est avant tout la méthodologie par laquelle cette mesure a été réalisée. Une mesure est scientifique dès lors que les conditions de réalisation de cette mesure sont parfaitement définies afin qu’elle puisse être répétée. Ceci se comprend parfaitement dans le cas des mesures directes. Dans notre exemple, l’observateur utilise un instrument de mesure pour observer directement le phénomène. Or, en psychologie, quels que soient les instruments de mesure que nous utilisons, nous avons toujours accès à une mesure indirecte du fonctionnement psychologique. Pourtant le développement des techniques d’imageries cérébrales nous donne l’illusion de pouvoir accéder à une mesure directe des états psychologiques d’un individu.

3.3 La foi dans l’image

21Rappelons que nous avons tous tendance à faire des inférences sur un fonctionnement psychologique à partir de l’observation d’un comportement. Une personne qui claque la porte va automatiquement être perçue comme étant « en colère ». La mesure étant faite de manière indirecte, il est plus probable que l’inférence faite soit fausse par rapport à une mesure directe. Imaginons que vous défendiez l’existence de la lune uniquement par une mesure des marées par rapport à n’importe quel individu qui, la nuit, ferait une mesure directe de la présence de la lune : dans quel cas, selon vous, seriez-vous convaincu de l’existence de la lune ? Donc, imaginons que nous puissions avoir au même moment où la personne claque la porte, une mesure de son activité cérébrale. Toujours pour les besoins de notre exemple, imaginons que l’enregistrement de cette activité cérébrale nous indique que l’amygdale (structure cérébrale sous-corticale censée être impliquée dans le contrôle émotionnel) de cette personne est activée. Irrémédiablement, l’observateur se verra conforter dans l’idée que la personne qu’il observe est « en colère ». Bien que dans les deux situations, nous fassions la même inférence, nous sommes tentés d’attribuer un « caractère » plus véridique à la deuxième. Pourquoi ?

  • 9 C. O'Connor, G. Rees et H. Joffe, « Neuroscience in the Public Sphere », Neuron, 74, 2012, p. 220-2 (...)
  • 10 Par une topographie du crâne (phrénologie) ou du cerveau (neurosciences cognitives).
  • 11 D. P. McCabe et A. D. Castel, « Seeing is Believing : The Effect of Brain Images on Judgments of Sc (...)
  • 12 D. P. McCabe, A. D. Castel et M. G. Rhodes, « The Influence of fMRI lie Detection Evidence on Juror (...)
  • 13 David Booth and Richard Freeman, « Mind-Reading versus Neuromarketing : How does a Product Make an (...)

22La réponse est simple. Elle réside dans la croyance que la pensée ou plus largement la psychologie d’un individu est issue de la matière et donc du cerveau9. Cette idée n’est pas nouvelle. En effet, la phrénologie était fondée sur les mêmes principes, c’est-à-dire la possibilité d’avoir une mesure directe de l’état psychologique et/ou du fonctionnement psychologique d’un individu10. Dans ce cas, pouvoir mesurer l’activité cérébrale (et qui plus est en avoir une image) donne l’impression de pouvoir mesurer directement l’état psychologique d’un individu. En cela, les médias participent grandement à la diffusion et au maintien de cette croyance. En effet, malgré ce que l’on peut penser, il s’agit une nouvelle fois d’une mesure indirecte. L’activité cérébrale n’est que le reflet du comportement du cerveau suite à des modifications qui se sont produites dans l’environnement. En d’autres termes, avoir un enregistrement de l’activité cérébrale d’un individu ou avoir une mesure du comportement de ce même individu est tout aussi satisfaisant pour inférer l’état psychologique d’un individu. Néanmoins, le fait que les techniques d’imageries cérébrales produisent des images de cerveau a des conséquences sur le jugement que l’on peut faire d’un phénomène. En effet, le voir c’est le croire ! On retrouve les effets de cette croyance en l’image et la mesure directe aussi bien en science, qu’en justice ou dans d’autres domaines. Par exemple, les scientifiques admettent plus facilement les résultats d’une étude si celle-ci est accompagnée de données issues de l’imagerie11. De la même manière, à performances équivalentes, les jurés sont plus enclins à accepter les résultats d’un détecteur de mensonges si ce dernier à recours à l’imagerie12. Enfin, l’avènement des techniques d’imagerie, la foi en l’image et la recherche d’une mesure directe de la pensée ont amené l’essor de nouvelles disciplines, comme le neuromarketing13. En effet, ce dernier se caractérise par l’idée que l’étude du lien entre comportement d’achat et activités cérébrales censées sous-tendre ce comportement permettrait de concevoir une communication beaucoup plus ciblée (une communication devant stimuler les zones cérébrales sous-tendant le comportement d’achat). Non seulement, cette discipline s’appuie sur l’intégralité des croyances énoncées dans cette partie mais elle espère utiliser le fait que ces croyances soient partagées par la société afin d’asseoir son autorité.

Conclusion

23L’objectif de ce chapitre était d’essayer de répondre à la question suivante : En quoi et comment le psychologue doit-il incarner une position d’expert ? Nous avons vu que le psychologue pouvait être considéré comme un expert de l’évaluation du fonctionnement psychologique. Il entretient cette position de par sa formation et la méthodologie de conduite de son évaluation. Cette méthodologie nécessite alors 5 compétences clés : le psychologue se doit 1) d’être en mesure de proposer un modèle explicatif d’une fonction psychologique (e.g., la mémoire) ou tout du moins d’avoir une bonne connaissance des modèles déjà existants ; 2) d’être capable de déterminer et de choisir les variables ou dimensions psychologiques susceptibles de participer à cette fonction ; 3) de pouvoir isoler les comportements censés refléter l’état d’un individu sur cette variable ; 4) d’être en mesure de concevoir des outils de mesure de ces comportements, 5) d’observer une situation à l’aide des outils de mesure. De plus le psychologue se doit également de pouvoir être flexible afin de réaliser ces opérations de manière descendante (démarche hypothético-déductive, du premier point vers le cinquième) ou ascendante (démarche empirique, du cinquième point vers le premier). Le psychologue a donc une expertise théorique, méthodologique et technique à propos de l’évaluation psychologique. Cette expertise attestée par les compétences n’a pas besoin d’avoir recours à des arguments autoritaires (le chiffre, la technique ou l’image) qui s’appuient sur des croyances et instaure une relation verticale entre l’expert et les non-experts.

24Enfin, il semble important que le psychologue plus que n’importe quel expert, se doit de tenir une ligne stricte concernant l’évaluation. En effet, peut-on tout évaluer ? D’un point de vue méthodologique et technique, la réponse est oui. En revanche, d’un point de vue éthique, déontologique et économique, la réponse est non. Cette question de l’éthique (et donc de l’humain) doit être maintenue au cœur des préoccupations de l’évaluation et c’est en partie également pour cela que le psychologue doit veiller au respect d’une éthique de l’évaluation.

Notes

1 Voir le code de déontologie du psychologue (version de mars 1996 révisé en février 2012) et plus particulièrement le chapitre I (article 3), le chapitre II (articles 9, 11, 13 & 14) et chapitre III (articles 24, 25).

2 Voir chapitre V, partie 3 du code de déontologie du psychologue. De plus l’évaluation est une des compétences de base mentionnées dans la certification européenne en psychologie.

3 S. Milgram, Soumission à l’autorité, Calmann-Lévy, 1980.

4 Jacques Ardoino, « Autorité », dans J. Barus-Michel et A. Lévy (éd.),Vocabulaire de la psychosociologie, Paris, ERES, 2002, p. 61-64.

5 S. S. Stevens, On the Theory of Scales of Measurement. Science, 103, 1946, p. 677-680.

6 L. J. Cronbach, Essentials of Psychological Testing, New York, Evanston & London, 1965; J. C. Nunnally, Tests and Measurements : Assessment and Prediction, New York, McGraw-Hill, 1959; E. E. Ghiselli, Theory of Psychological Measurement, New York, McGraw-Hill, 1964.

7 Voir le test RL/RI-16. M. Van der Linden, F. Coyette, J. Poitrenaud, M. Kalafat, F. Calicis, C. Wyns, et S. Adam, L’épreuve de rappel libre/rappel indicé à 16 items (RL/RI-16), Marseille, Solal, 2004.

8 J. Grégoire, L’évaluation clinique de l’intelligence de l’enfant : théorie et pratique du WISC-III, vol. 229, Éditions Mardaga, 2000.

9 C. O'Connor, G. Rees et H. Joffe, « Neuroscience in the Public Sphere », Neuron, 74, 2012, p. 220-226.

10 Par une topographie du crâne (phrénologie) ou du cerveau (neurosciences cognitives).

11 D. P. McCabe et A. D. Castel, « Seeing is Believing : The Effect of Brain Images on Judgments of Scientific Reasoning », Cognition, 107, 2008, p. 343-352.

12 D. P. McCabe, A. D. Castel et M. G. Rhodes, « The Influence of fMRI lie Detection Evidence on Juror Decision‐Making ». Behavioral Sciences & the Law, 29, 2011, p. 566-577.

13 David Booth and Richard Freeman, « Mind-Reading versus Neuromarketing : How does a Product Make an Impact on the Consumer ? », Journal of Consumer Marketing, 31 (3), 2014, p. 177.

Auteurs

Université Paul-Valéry Montpellier 3, Laboratoire Epsylon

Université Paul-Valéry Montpellier 3, Laboratoire Epsylon

Université Paul-Valéry Montpellier 3, Laboratoire Epsylon

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540